Vous êtes sur la page 1sur 62

bonsoir à tous il y a trois ans un

référendum auprès des intellectuels

désignait claude lévi-strauss comme

l'intellectuel français le plus influent

il devançait rémois rond et michel

foucault

or le paradoxe c'est que cet homme

réputé très influent si les membres de

l'académie française qui a été

professeur au collège de france et aux

études n'est pas connu du grand public

autre paradoxe cet homme très influent

dans la seconde moitié du 20e siècle ne

s'est jamais intéressée qu'aux sociétés

dites primitives et cela d'une manière

discrète et artisanale car claude lévi

strauss est un ethnologue

essentiellement pour celles et ceux qui

n'ont jamais lu et entendu ce savant de

réputation mondiale

je suis allé chez lui dans son bureau à

paris pour lui poser quelques questions

disons primitive claude lévi strauss

claude lévi-strauss ma première question

est somme toute logique

qu'est-ce que l'ethnologie à quoi

servent les ethnologues et au fond que

quoi servi à quoi sert claude

lévi-strauss la dernière je me chargerai

votre réponse vous savez c'est une des


nombreuses manières d'essayer de

comprendre l'homme

si on veut comprendre l'homme ont peu à

la manière du philosophe se replier sur

soi même et essayer d'approfondir les

données de la conscience on peut essayer

de regarder ce qui dans les

manifestations de la vie humaine est le

plus proche de nous considérer notre

histoire depuis ses origines

gréco-romaine jusqu'aux temps modernes

ou bien on peut essayer d'élargir la

connaissance de l'homme pour y inclure

même les sociétés les plus lointaines et

qui nous paraissent les plus humbles et

les plus misérables de manière à ce que

rien d'humain ne nous reste étranger

si je vous entends bien

l'ethnologie ce serait une sorte de

continuation de la réflexion humaniste

sauf que vous allez chercher les sujets

les thèmes de cette réflexion dans des

peuplades qu'on qualifiait il n'y a

encore pas si longtemps de dopage

vous avez tout à fait raison car en fait

ce que les hommes de la renaissance ont

entrepris c'est à dire d'essayer de

mieux se comprendre eux mêmes à travers

le regard sur l'homme de civilisation


qui étaient des civilisations exotiques

je veux dire la grèce et rome

c'était une manière de mettre leur

propre société en perspective de se

mettre eux-mêmes en perspective et puis

après ce premier humanisme

il ya eu un élargissement avec le

développement des moyens de

communication des grands voyages

d'exploration

on a intégré le monde arabe l'inde la

chine le japon et l'ethnologie

représente la troisième est la dernière

étape de cette entreprise humaniste qui

consiste à essayer de comprendre l'homme

par la totalité de ses expériences et

ses réalisations

mais est ce qu'on peut dire des

ethnologues qu'ils vont chercher des

vérités des sagesses qui ne trouvent pas

dans leur propre société

chez eux que je ne dirais pas ça parce

qu'il ya dans notre propre société aussi

des sagesses ne s'est pas du tout en

train de le rabaisser mais simplement

nous essayons de comprendre qu'il y en a

d'autres et que notre sagesse est une

sagesse parmi des centaines ou des

milliers car chacune des quatre ou cinq

mille sociétés je ne dirais pas qu'ils


ont existé depuis que l'homme est apparu

sur la terre parce qu'il y en a eu

beaucoup plus certainement mais sur

lesquels nous possédons quelques

informations ou qui existe encore bien

chacune représente une sage à sa manière

et lui ne pouvant pas essayer de

comprendre la nôtre sans la mettre en

perspective par rapport à toutes celles

là donc l'ethnologie nous invite à une

sorte de modestie d'humilité je crois

que ça a été

on some sa fonction d'eux puisqu'elle

est apparue dans notre littérature si

vous regardez ses premières

manifestations chez rabelais ou chez

montaigne car ce sont les premiers qui

est une curieuse et ethnographique

c'est essentiellement dans leurs pensées

pour faire une critique de nos croyances

de nos coutumes nos institutions mais

par critique je ne voudrais pas du tout

employer un terme qui pourrait être

dépréciatif critiquer c'est essayer

d'analyser c'est essayer de comprendre

c'est d'essayer de mettre en rapport

avec d'autres modes de billets d'autres

modes de pensée je veux maintenant que

nous parlions claude lévi-strauss de


votre sol livre autobiographique qui est

célèbre et paru il ya bientôt trente ans

c'était en 1955 il s'intitule e tristes

tropiques

je les relis j'avais lu à 20 ans j'ai

relu à la faveur de cette de cet

entretien

et je dois dire je le trouve vraiment

sublime et je trouve que la fin je le

préfère le j ai trouvé encore plus de

profits à cette lecture et jeux des je

conseille d'ailleurs à tous ceux qui

voudrait aborder votre oeuvre de

commencer par ce livre ne serait pas ce

qui se passait le plus chatoyant parce

que évidemment c'est le plus facile à

lire

alors est ce que vous vous rappelez que

triste à propos de tristes tropiques

il ya eu un communiqué de l'académie

goncourt regrettant que ce ne fut pas un

roman sinon vous aurez donné le bris je

m'appelle ah oui ça m'a beaucoup surpris

et est-ce que vous rappelez un

feuilleton de raymond aron très très

élogieux je me rappelle bien c'est ça

comptait beaucoup racontent toujours

j'en profite pour vous demander au

passage maisons étaient vos rapports

avec aaron des j'admirais beaucoup


l'oeuvre de

aaron et j'avais pour l'homme une très

grande sympathie

en même temps nous nous sommes je dirais

assez peu connu nous nous rencontrions

au hasard de réunions professionnelles

mais je ne crois pas que nous ayons

jamais déjeuné ou dîné ensemble

alors quand on lit ce livre tristes

tropiques on se dit mais pourquoi

n'avez-vous pas choisi la littérature au

sens strict du terme pourquoi n'avoir

pas choisi le roman le théâtre royal

côté ça je peux tu as bien vous

expliquer parce qu'à l'origine tristes

tropiques dans ma pensée c'était un

roman

quand je suis rentré de ma dernière

expédition est du brésil

aude c'était au début de 1939 et j'avais

donc j'ai donc eu quelques mois pour

essayer de me re est incorporé à la vie

française avant la guerre et la

mobilisation et ses quelques mois je

voulais les utilisent et j'avais décidé

de les utiliser à écrire un roman est un

roman qui s'appelait tristes tropiques

c'était le titre et puis au bout de 50

pages
je me suis aperçu que j'étais en train

de faire du très très mauvais corade

pour qui j'éprouve une admiration

éperdue et que j'étais pas fait pour ça

j'ai donc abandonné

et quand bien des années plus tard

1954 jean mallot vie m'a demandé

d'écrire un livre pour sa toute jeune

collection terre humaine n'est ce pas

qui en était à ses débuts

euh j'ai écrit celui là qui n'est pas un

roman mais où en souvenir j'ai gardé le

titre de ce qu'ils auraient pu être ses

désirs tristes tropiques et uniquement

les trois ou quatre pages du roman qui

m'avait paru pouvoir être sauvée ce sont

les pages imprimées en italie l'été

appelle un coucher de soleil

oui mais juste c'était le début du roman

initialement se coucher de soleil qui

resté célèbre

c'est vrai ces pages c'est pas je prouve

que vous savez admirablement écrit

raconté est dans les détails et j'ai pas

assez d'imagination je ne sais pas

inventer des jeux ne s'est pas créé des

personnages mais comment vous qu'est ce

qu'un ethnologue sait bien que quelqu'un

qui crée lui aussi des personnages ou

bien qu'ils sont vivants niveau il va


dans les détails des chercher je les

lirais qui il est créé hélas parce

qu'ils réinventent mais enfin c'est

parce qu'il voudrait faire il voudrait

être aussi exact et authentique possible

il voudrait copié ses modèles

je me suis demandé d'ailleurs en lisant

soul hip si vous n'avez pas voulu

prouver d'une certaine manière que les

ethnologues ont eux aussi une âme une

sensibilité et même du style vous savez

c'est un livre que j'ai écrit je dirais

presque dans l'exaspération est dans

l'horreur avant oui ça n'est pas du tout

ce que j'avais envie de faire j'avais

envie de faire de la science si vous

voulez et tristes tropiques a été écrit

en quatre mois enfin comme le oui je ne

crois plus que ces éditions sont datés

j'ai demandé que les dates soient

réintégrés dans la prochaine édition

livre de poche ça a été écrit exactement

quatre mois et comme une sorte de pain

somme dont il fallait absolument que je

me débarrasse parce que je n'avais pas

le goût de parler moi j'avais pas le

goût de raconter des petites histoires

des petits détails de voyage et en même

temps je suis bien obligé de constater


rétrospectivement qu'il y a dans tristes

tropiques une certaine vérité

scientifique et paix qui est peut-être

plus grande que dans nous

ouvrage objectif pour autant que ce que

j'ai fait c'est de réintégrer

l'observateur dans l'objet de son

observation

c'est un livre écrit avec ses objectifs

s'appelle l'oeil de poisson jeune homme

qui montrent non seulement ce qui est

bon mais ce qu'il ya derrière l'appareil

de photo et donc ça n'est pas une

relation objective de mes expériences

ethnologique

c'est une relation de moi même en train

de vivre ces expériences ethnologique et

donc avec un tas de choses que je ne me

serais jamais permis d'écrire dans un

ouvrage à ambition scientifique mais

l'exaspération ne se sont pas du tout

absolument pas elle se sent dans cette

espèce de fureur avec lequel j'ai écrit

et qui avec la première édition était

vraiment bourré de toutes les fautes

possibles imaginables même les mots

portugais que j'utilisais puisque ça se

passait grande partie au brésil

vous avez écrit en écriture phonétique

je m'étais même pas occupé du


dictionnaire

ce qui est curieux dans ce livre tristes

tropiques c'est que le court son coût

rappelle incontestablement chateaubriand

et qu'à la fin vous y fait un éloge très

marquée de rousseau rousseau notre

maître rousseau notre frère etc

or il n'ya pas des écrivains plus

dissemblables sinon le le goût qu'ils

ont eu en commun de se raconter fait je

suis pas tout à fait d'accord avec nous

là dessus et il me semble au contraire

est de plus en plus en vieillissant que

rousseau et châteaubriant c'est une

sorte de couple indissoluble que ce sont

non pas deux personnages mais les deux

faces d'un même personnage qui regarde

dans des directions opposées mais qui

sont tout de même comme des frères

siamois solidairement unis non il ya

d'abord la main

leur écriture au fond personne n'a

jamais écrit le français comme à sa

manière au ruisseau et comme à sa

manière chateaubriand l'on fait ce sont

les deux plus grands exemples de style

et puis il ya aussi cette espèce de

distanciation qui cherche l'un et

l'autre par rapport à leur expérience


par rapport à leur passé rousseau est

allé le chercher et c'est en ce sens

qu'on peut dire qu'il est un des

fondateurs de l'ethnographie il est allé

le chercher

non seulement dans la vie paysanne qui

était fort éloigné pour un homme des

villes et dans les relations des

premiers voyageurs chateaubriand lui est

allé en amérique il en avait donc une

expérience directe et si vous voulez

cette espèce de contrepoint que fait

rousseau entre deux types d'expériences

humaines bien châteaubriant le fait

constamment entre deux types

d'expériences plus rapprochée qui est la

france de l'ancien régime qu'il avait

encore connu la tradition monarchique et

puis ce nouveau monde qu'il voyait

apparaître et tous les noeuds sont

profondément désenchanté rousseau qui

pensaient que ce que nous appelons

aujourd'hui l'époque néolithique c'était

peut-être l'époque qui avait été la plus

favorable

un développement mesuré raisonnable de

l'humanité mais que cet état jamais

révolue chateaubriand profondément

légitimiste fidèle au bourbon mais

sachant même temps que ce passé et est


irrémédiablement condamné c'est je crois

que la différence n'est pas si grande

alors il ya en vous un oeil rousseau est

un homme châteaubriant oui et il ya 30

ans puisque tristes tropiques à 30 ans

si vous voulez chateaubriand rousseau

était peut-être un peu en avant par

rapport à châteaubriant je dirais que

maintenant avec l'âge c'est le contraire

bon alors revenons à vous on apprend en

lisant tristes tropiques que votre

carrière s'est joué je vous cite un

dimanche de l'automne 1934 à 9

du matin sur un coup de téléphone à moi

c'est précis ouais mais c'est tout à

fait vrai j'ai j'avais vu était très

hésitant sur le choix d'une carrière

en fait j'avais commencé à songer

préféré une normale

j'y ai renoncé parce que je n'avais pas

assez bien le grec

mon professeur de cagnes m'a dit vous

n'êtes pas fait pour la philosophie vous

êtes fait pour le droit il sentait qu'il

y avait quelque chose

enfin vous souhaitez pas s'il faut n'est

ce pas j'ai donc commencé des études de

droit

seulement comme c'était très facile à


l'époque savez on apprenait de mémoire

en quinze jours attendre l'examen et

renaillé pas aux cours alors j'ai fait

en même temps une licence de philosophie

et puis je me suis aperçu que c'était

plutôt vers la philosophie que j'allais

bon je suis devenu professeur de

philosophie dans un lycée de province à

mont-de-marsan

oui à mont de marsan s'est d'ailleurs

j'ai commencé à mont-de-marsan le 1er

octobre 1932 et j'ai pris ma retraite le

1er octobre 1982 c'est à dire jour pour

jour cinquante ans après vous voyez

qu'il a précise le calendrier ça compte

dans mon existence et le sentiment enfin

que j'allais passer ma vie y répéter un

cours non c'était pas possible surtout

quand même temps j'avais un très grand

goût de l'aventuré sous des formes très

modeste mais enfin dès l'enfance

j'essayais de transformer disons le

paysage français rural ou urbain en

terrain d'aventuré

comment comment avec mes camarades quand

nous étions ou lycée bon le jeudi ou

dimanche le jeudi c'est jour de congé à

l'époque on se disait on va partir de

tels endroits de paris puis on va

marcher tout droit en direction de la


banlieue on ira exactement aussi loin

mais sans jamais à fléchir notre

direction à droite ou à gauche que nos

jambes pourront nous porter alors ça

nous emmener dans des aventures

extraordinaires aisée du camping alors

oui nous avons fait également du camping

je me rappelle une expérience de camping

nous n'avions pas assez d'argent pour

nous acheter une tente c'était un

article de luxe à l'époque nous avions

loué une bâche que nous transportions

comme un cadavre sur un brancard puis

nous sommes partis des faubourgs de

rouen nous avons marché toute la journée

nous avons dormi dans les positions les

plus inconfortables lendemain matin nous

sommes aperçus que nous étions à 4

kilomètres de rouen parce que nous

avions suivi une boucle de la seine qui

nous avait ramené à notre notre point de

départ et ça a été la fin des italiens

c'est bon mais enfin le camping s'était

pas tellement répandu à cette époque

donc il s'agissait pour moi de tâches et

d'associer une profession qui a été

celle de professeur de philosophie et

puis le goût de l'aventuré dont à ce

moment là
l'ethnologie l'exemple de soustelle le

montrer sous son aile est un petit peu

mon cadet mais lui n'a jamais eu de

doutes sur sa vocation et on savait déjà

à l'époque qui avait un agrégé de philo

mais qui est et parti pour le mexique

qui venait de partir bon je suis dit

pourquoi pas élancé ce coup de téléphone

qui vous a des alors j'ai fait savoir

mme et m que j'aimerais un poste à

l'étranger c'était pas très recherché

vous avez appelé les universitaires

n'aime pas tellement voyagé et un beau

matin bouclés qui était directeur de

l'école normale m'a téléphoné mais est

ce que voulait partir vous êtes parti

pour moi quand une chose étonnante ce

qu'ils avaient des jeunes et quelques

temps après avec l'ambassadeur du brésil

en france qui vous a dit de toute façon

les indiens y en a plus au brésil ah oui

à ce qui nous habite le même mais sa

monnaie mais pas tellement dans les

milieux ça a changé depuis mais dans la

haute bourgeoisie où l'aristocratie

brésilienne on aimait pas tellement se

rappeler qu' il y avait des indiens et

surtout qu'on les avait massacré vous

dit ceci toujours dans tristes tropiques

quand l'ethnographe exerce sa profession


sur le plan scientifique et

universitaire c'est votre cas il ya de

grandes chances pour qu'on puisse

retrouver dans son passé des facteurs

objectifs qui le montrent peu ou pas

adapté à la société où il est né est ce

que c'est votre cas si vous avez écrit

sale voulais je n'ai jamais été en

réalité un homme du siècle où le hasard

m'a fait naître

j'ai toujours été

passionné pour des curiosités exotiques

ou des curiosités d'antiquaires et dans

l'esprit j'ai toujours vécu ailleurs ou

à d'autres époques que la mienne je me

sens réalité nous parlions nous sommes

nous parlions de châteaubriant je me

sens beaucoup plus un homme du xviiie

peut-être du 19e siècle davantage encore

comme de ceux ci à clous en réalité tout

ce que j'aime tout ce à quoi j'attache

du frij suis pas en train de faire son

procès ni de le condamner c'est une

confession autobiographique mais ce soir

je suis en train de vous faire bien tout

ça est en train d'être détruit et

disparaître

moi j'aurais aimé vivre à une époque où

dix ont les moyens de communication


étaient déjà suffisamment rapide pour

qu'on ne passe pas tout son existence

comme marco polo a traversé le monde

mais où en même temps le fait de voyager

pendant trois mois sur la mer où vous

amener à une expérience totalement

irréductibles la salle dans laquelle on

a vécu tandis que maintenant nous

prenons l'habillant nous y sommes en 8h

10h ou en 12 heures et puis qu'est-ce

que nous retrouvons c'est une aérogare

qui est exactement identique à celle que

nous devions qui tient que nous venons

de quitter

donc pour vous à cette époque changer de

de deux continents aller chez les

indiens du brésil

c'était une manière changé de siècle

c'était changer de moins d'échangés de

siècle très certainement

vous voici donc toutes les listes rose

professeur à sao paulo

vous faites très vite de l'ethnologie où

ça prend beaucoup de temps nous sommes

en quelle année en homme sauve au début

35 oui mais ça les jeter complètement

autodidacte en est ne le vivrai jamais

suivi un cours de théologie en france

d'ailleurs il n'existait pas encore de

chair des technologies dans les


universités françaises mais en moins on

pouvait enfin il y avait des

enseignements un peu par un

universitaire et donc je savais rien du

tout alors j'ai commencé j'avais des

étudiants bien sûr nous avons commencé à

faire de l'ethnologie dans la ville

loisirs que la ville m'a toujours

passionné comme objet d'étude parce que

ça s'est constitué à travers les années

en fait chez nous à travers les siècles

les millénaires en amérique du sud plus

récemment mais par une quantité de

petites décisions individuelles sans

aucun plan d'ensemble et avec très peu

et puis peu l'accumulation de ces choix

individuel fait un être qui a eu une

existence une réalité organique et donc

nous avons commencé à travailler dans

san paolo et je demandai je me rappelle

à mes étudiants comme sujet de mémoire

de faire une monographie de la rue dans

lequel il habitait et des choses de gens

et puis dès qu'il y avait un peu de

vacances quelques jours quelques

semaines je file et dans l'intérieur

d'abord pas extrêmement loin mais dans

le sud du brésil enfin jours de voyage

on peut déjà trouver des petits


groupements indien s'est abîmé qui

vivent comme des paysans brésiliens mais

enfin qui sont tout de même des indiens

et j'ai décidé que mes premières grandes

vacances au lieu de rentrer en france

comme faisais mes camarades bien je

filerai chez les indiens dans

l'intérieur

c'est ce que j'ai fait la première la

deuxième année et puis ensuite dont j'ai

rapporté des collections ethnographiques

à paris elles ont été exposées par le

musée de l'homme on a accepté comme un

ethnologue de plein droit et j'ai pu

obtenir des crédits pour faire une

mission d'une année alors dans

l'intérieur tient du ray comme je le

rappelais tout à l'heure jusqu'à la

veille de la guerre votre terrain

d'élection a été d'abord l'amérique

latine et puis ensuite vous allez être

monté l'amérique l'amérique centrale et

l'amérique du nord l'amérique centrale

non ça n'a jamais été mon terrain mais

l'amérique du nord où il par la suite

j'ai vécu aux états unis

j'y suis retourné beaucoup et au canada

et j'ai également un peu travailler mais

en réalité je sais très bien que je ne

suis pas un homme de terrain je n'ai pas


cette patience fantastique qui faut pour

pendant des heures et des heures depuis

6 heures du matin jusqu'à 8 oui il ya un

texte d'ailleurs c'est assez

extraordinaire la soie difficulté du

travail cloud site et bien ce sera une

belle occasion pour les expériences se

rendent compte de votre style à vous dit

ceci un jour vous êtes il ya deux bandes

ennemies qui sont en train de taper une

contre lausanne

les deux bandes ennemies qui s'étaient

rencontrés à composent nouveau toujours

sur le point d'en venir aux mains

nourrissait des sentiments qu'ils

n'étaient pas plus tendre à mon égard je

devais me tenir sur le qui vive et le

travail ethnographique était

pratiquement impossible dans des

conditions normales enquête sur le

terrain se révèle déjà éprouvante il

faut être levés avec le jour rester en

éveil jusqu'à ce que le dernier

indigènes se soit endormi et même

parfois guetter son sommeil s'applique à

passer inaperçu en étant toujours

présent tout voir tout retenir tout noté

faire montre d'une indiscrétion

humiliante mendier des informations d'un


gamin morveux se tenir prêts à profiter

d'un instant de complaisance ou de

laisser aller ou bien savoir pendant des

jours refouler toute curiosité et se

cantonner dans la réserve qu impose une

saute d'humeur de la tribu une

effrayante une grande vie c'est

essentiel a fait si vous considérez que

tous ces efforts sont destinés à

recueillir des informations sur une

expérience humaine qui n'étaient pas

connus qui bientôt n'existera plus et

qui fait pourtant partie du patrimoine

de l'humanité comme un élément

irremplaçable

ça n'est pas payer trop cher mais enfin

je suis pas exactement fait pour ça mais

ça ce sens parce qu'elle est maman

vous vous sombrez pas dans le

découragement mais vous êtes atteint par

le déboisement vous dit ceci est

vraiment surtout on s'interroge qui est

on venu faire ici dans quel espoir à

quelles fins qu'est-ce au juste qu'une

enquête ethnographique

j'avais quitté la france depuis bientôt

cinq ans j'avais délaissé ma carrière

universitaire pendant ce temps mes

condisciples plus agents gravissait les

échelons
ceux qui comme moi jadis avait penché

dans la politique et est aujourd'hui

député bientôt ministre et moi je

courais les déserts en pourchassant des

déchets d'humanité quand quelque chose

qui adore la littérature et

nos graphiques qui a un nom il ya un

homme celui de malinowski que nous

entourons tous de vénération parce que

nous le considérons comme le plus grand

travailleur de terrain qui ait jamais

existé

il a écrit des livres la vie sexuelle

des sauvages de la mélanésie les

argonautes du pacifique et c'est qu'ils

sont de véritables chefs-d'oeuvre par la

sensibilité aiguë en même temps le don

littéraire avec lequel il captive la vie

des sociétés indigènes et puis bien

après la mort de mme annie 9 qui on a

trouvé son journal et on a publié son

journal et dans ce journal

il s'exprime c'était bien

postérieurement à tristes tropiques que

cette publication

il s'exprime exactement dans les mêmes

termes que jean voisin alors même le

plus grand travailleur de terrain et

trouve à certains moments ces sentiments


seulement il y avait aussi une autre

raison c'est que dans l'histoire de

toutes les sciences

enfin je dirais qu'il ya des périodes

fluctuante il ya des périodes où la

première tâche c'est de ramasser s'il a

cumulé des matériaux et là c'est le

travail de terrain qui l'emportent et

puis il ya d'autres moments où la masse

des matériaux accumulés est devenue

telle qu'on n'y comprend rien du tout

c'est devenu une sorte de fouillis un

désordre qu'on ne peut plus maîtriser et

à ce moment là il faut que certains

parmi les représentants de sa science je

lirai pas tous parce que le travail sur

le terrain doit constamment se

poursuivre mais que certains s'arrêtent

un peu et essayent d'assimiler la masse

de matériaux et de les mettre en ordre

et au fond c'est la nécessité que j'ai

ressenti de façon plus aiguë et en

raison des circonstances à l'époque où

je me mettais au travail et en raison de

ses caractéristiques personnelles enfin

dans une part lyon et puis vous dit ceci

est assez curieux quand même une

expédition ethnographiques dans le

brésil centrale se prépare au carrefour

réaumur sébastopol
c'était essentiellement au fait à mon

époque c'est à dire à une époque où il

existait encore je m'ajuste on peut

aller terme et des vrais sauvages

maintenant ce ne serait plus exactement

la vérité puisque je pourrais citer le

cas d'un de mes collègues des meilleurs

qui travaillant sur des gens je ne

dirais pas qu'ils étaient encore à l'âge

de pierre il n'était plus mais il savait

parfaitement encore et faire des

instruments de pierre et saint servir et

bien tout de même pour assister un grand

rituel d'initiation tri secret ce qu'on

lui a demandé comme paiement c'est une

toyota

oui parce que il s'agissait de la

nouvelle guinée

c'est cette tribu commencé à cultiver le

café elle avait besoin d'une voiture

pour aller vendre ses sacs ou les amener

au dépôt sur les pistes alors nous ne

sommes plus à l'heure actuelle à

l'époque des perles de béatrice alors

ouvert fourrant réaumur sébastopol est

chargé d'aider la bimbeloterie oui mais

de la bimbeloterie qui devait être de

d'excellente qualité parce qu'il n'y a

pas de plus grand de plus merveilleux


artisans que ces gens qui sont démunis

tout et vous ne la arriverai pas à les

satisfaire avec des perles qui

déteignent vous employer la même

stratégie que les missionnaires ou les

aventuriers il faut arriver avec des

choses qui brillent

il faut arriver avec des choses qui me

plaisent vous dit à maman et c'est

peut-être une des raisons pour

lesquelles vous vous avez choisi le

l'ethnologie et pourquoi vous y avez

réussi vous dites simplement j'ai

l'intelligence néolithique

qu'est ce que ça veut dire une

intelligence néolithique ça veut dire

que je me sens peu capable de mettre en

culture une terre est de savoir année

après année

l'amendé par des engrais la cultiver

pour en tirer des récoltes de plus en

plus profitable

je suis beaucoup plus tôt au point de

vue intellectuel comme ces indiens que

j'ai connu et que j'ai aimée qui

défriche un morceau de forêt y cultive

pendant deux ou trois ans quelque chose

et puis ensuite la terre est épuisée bon

sens va ailleurs et on met un nouveau

terrain en culture ça c'est l'économie


de la période néolithique et il me

semble qu mon cerveau travaille un peu

de cette façon là je dis pas ça à titre

d love c'est une infirmité plutôt

qu'autre chose vos premiers travaux que

les bistrots sont portés sur les liens

de parenté pourquoi parce que dans les

sociétés qui étudie les ethnologues

l'apparenté constitue je dirais la

marque

l'armature même du groupe social ou bien

on est parent ou bien on est un étranger

et donc à l'intérieur du groupe

tout le monde est parent et ses sociétés

aussi étrange que cela puisse nous

paraître ont des règles de mariage qui

peuvent être d'une complication extrême

pour choisir puisque tout le monde et

par an ce marais y entre par an mais

pour choisir parmi les parents ceux avec

qui on a le droit ou l'obligation ou

bien au contraire on n'a pas le droit de

se poser alors qu'il ya là toute une

espèce

de mécanique tout une géométrie des

rapports sociaux qui est la façon dont

on peut aborder les sociétés humaines

une des façons dont on peut aborder les

sociétés humaines pour comprendre


comment elle fonctionne car gilles aussi

il ya des règles il y à des parents

proches que nous n'avons pas le droit

d'épouser à part ça nous en remettons à

les mécanismes de hasard mais dans toute

société il est clair que les règles du

mariage ou pour objet d'empêcher les

familles en tant qu'unité biologique de

rester closes de se refermer sur

elle-même et de substituer ce qu'on

pourrait appeler des liens sociaux car

les liens d'alliance sont des liens

sociaux aux liens purement biologique de

filiation dans ce livre que vous avez

fait paraître un dernière qui s'intitule

le regard éloigné

vous revenez sur ses liens de parenté

vous dit ceci dans la plupart des

sociétés dites primitives le célibat par

et répugnant et condamnable mais est ce

qu'il y avait vraiment des célibataires

dans les sociétés primitives que vous

avez étudié le cas est extrêmement rare

un précisément parce que l'unité

je dirais non pas seulement de

reproduction mais l'unité de production

l'unité économique étant essentiellement

fondés par le couple conjugal un

célibataire le peut matériellement pas

subsister il ne faut pas oublier que


dans ses sociétés

il y à des tâches qui sont

spécifiquement masculine et d'autres qui

sont spécifiquement féminine etc c'est

donc par l'union des deux sexes que peut

se mener se réaliser une existence

normale

j'ai connu en effet dans une société 7

et sherbrooke jacques roy un individu

qui était

triste salle mal tenues dont je pensais

qu'il était malade

j'ai demandé ce qu'il avait envahi hier

c'est un célibataire en effet pour se

procurer les produits du jardinage

féminin puisque chez les bobos ce sont

les femmes qui cultivent les jardins et

bien il dépend des de la charité de ses

voisins de prochain sur l'infanticide

vous portez un regard non pas

approbateurs mais je dirai ce prêt ainsi

certainement pas maintenant mais

compréhensif

toutes les sociétés ont utilisé des

moyens différents pour maintenir leurs

effectifs dans les limites qui leur

paraissait raisonnable

d'où nous utilisons la contraception qui

n'est pas quelque chose de récent n'est


pas besoin lui dire qu'il existait déjà

du temps des grecs et des romains et

bien davantage encore dans la campagne

française sous l'ancien régime

chez d'autres peuples on supprime les

enfants de leurs enfin certains enfants

dès leur naissance

ça peut être quelquefois les filles

quand on attache un prix particulier

avoir des garçons ça peut être les

jumeaux quand on considère que mettre au

monde des jumeaux c'est ce conduire

comme un animal parce que le propre de

l'humanité c'est d'avoir qu'un enfant à

la fois

ce peut être bon pour mille autres

raisons

mais si on veut regarder les choses d'un

peu loin comme essayent de le faire

l'ethnologue il n'y a pas grande

différence entre supprimer un enfant

avant sa naissance ou le supprimer au

lendemain et puis vous avez consacré

quatre livres rassemblés sous le titre

mythologique à l'étude des mythes alors

dans l'ordre c'est le cru et le cuit du

miel au sens l'origine des manières de

table et l'homme nu alors est ce que

vous pourriez comme ça de dire qu'est ce

que c'est qu'un mythe expliquer aux gens


qui ne savent pas ce cinquième bien

qu'est-ce que c'est un mythe

parce que là ça a été finalement votre

terrain de près près de prédilection le

mythe

enfin ça a été un de mes dieux grand

llodra l'élection semaine écoulée alors

un mythe qu'est ce que c'est

c'est difficile d'expliquer voir c'est

une histoire qui cherche à rendre compte

à la fois de l'origine des choses des

êtres et du monde du présent et de

l'avenir et qui cherche en même temps

simultanément à traiter des problèmes

qui nous apparaîtrait aujourd'hui à la

lumière de notre pensée scientifique

comme tout à fait hétérogènes différents

les uns par rapport aux autres à les

traiter comme si c'était un seul

problème etienne mettez une seule

réponse un mythe c'est par exemple une

histoire qui essayera d'expliquer à la

fois pourquoi il se trouve que le soleil

est à bonne distance de la terre alors

qu'ils pourraient être beaucoup plus

loin et ce serait la nuit éternelle où

beaucoup plus près ils m'ont entrerait

en conflit grâce ion et pourquoi un

homme doit aller chercher son épouse à


bonne distance

pas trop loin parce qu'alors ça pourrait

être une étrangère est une ennemie est

une sorcière pas trop près parce que ils

se rendraient coupables du péché

d'inceste et pourquoi également les

saisons et les jours ne ce succès pas à

toute vitesse mais selon un rythme

régulier

enfin pourquoi il existe une certaine

bonne mesure à la fois dans l'ordre

cosmologique dans l'ordre

météorologiques dans l'ordre saisonniers

et dans l'ordre social nous avec nos

préoccupations scientifiques qui avons

appris avec des cartes qu'il faut

diviser les difficultés en autant de

partis qu'il est requis pour les

résoudre

du considérions que ce sont des

problèmes complètement différent et qui

doivent être posées

chacun dans sa perspective propre et

résolue dans ses propres termes le mythe

au contraire essaye de mettre tout ça

ensemble

et de trouver une réponse unique à des

problèmes différents

je suppose que ces mythes sont

particulièrement vives assez nombreux


dans des sociétés qui n'ont pas

d'écriture

bien sûr dans les sociétés en fait

qu'ils ont pas encore utiliser les modes

de pensée scientifique mais en réalité

quand vous y réfléchissez et quand vous

demandez je ne dirai pas ce que font les

historiens pour qui j'ai le plus grand

respect mais quels usages nous l'ont

fait les hommes de la rue nous faisons

de l'histoire et que celui qui est

gauche

enfin voix l'ancien régime et la

révolution française ce qui s'est passé

ou 19e siècle d'une façon tout à fait

différente que l'homme de droite ne les

verra au fond est-ce que nous

n'utilisons pas l'histoire un peu à la

façon d'un mythe

c'est à dire en l'organisant de telle

façon qu'elle nous aide ou que nous

croyons qu'elles nous aident à mieux

comprendre notre passé notre position

actuelle dans le monde et les choix

politiques que nous faisons mais si je

comprends bien votre travail sur sur ces

mythes

il s'agissait pour vous et pour les

ethnologues de chercher une sorte de


cohérence derrière ce qui nous apparaît

incohérent et même abracadabrant c'est

ça mon travail et connaît aussi bien

pour les rapports de parenté que pour

les mythes font aussi je me suis

intéressé au problème de parenté c'est

parce que nous avons selon les sociétés

toutes sortes de règles qui paraissent

incohérente et absurde

il ya une société qui vous dira la seule

femme qu'il faut épouser

c'est la fille du frère de votre mère

mais si vous vouliez épousé la fille du

racers de votre père ça c'est

l'abomination de la désolation

il ya une autre société qui vous dira

exactement inverse

il ya une société que vous dire allez

bonne façon de se marier c'est d'être

divisés en deux groupes et les hommes du

groupe à épouser les femmes du gobé les

femmes des groupes épouse les femmes du

groupe à y en a une autre qui vous dira

pas du tout il faut plusieurs groupes il

faut qu à d'un abbé ces femmes que b

donne ces femmes assez c'est à un autre

et puis finalement ça reviendra à celui

du départ et tout ça semble

incohérent et si je me suis attaqué à

ces problèmes c'est en me disant il


n'est pas possible que les hommes

passent leur vie à déraisonnée est passé

des siècles et des millénaires et des

centaines de millénaires et quelle est

la logique qui est derrière tout ça et

cette logique il a essayé de la trouver

et avec les mythes c'est la même chose

enfin si c'est tout de même quelque

chose d'irritant de chagrinant de

troublant de se dire depuis ce club

existe depuis beaucoup plus longtemps

que nous le supposions il parle

probablement depuis deux millions

d'années ou même davantage

et depuis dieu millions d'années il se

raconte des histoires qui n'ont

absolument un ni queue ni tête qui sont

absurdes apparat cada brandt ou

n'importe quoi peut arriver et autres et

je me suis attaqué au mythe en me disant

me posant le même problème que pour

l'occasion de parenté est-ce que d'une

certaine manière il n'y a pas derrière

tout ça une logique je suppose claude

lévi-strauss qu'il n'ya pas que les

hommes les femmes les liens par antennes

et les mythes qui sont pour vous plein

d'enseignements il y avait aussi les

objets les vêtements les objets et les


vêtements et je dirais chez ces peuples

que nous étudions

nous appelons à tort primitif il y a

derrière chaque objet il ya un an pile

aa jeu de mythes et de croyances et de

leur présentation

mais vous avez apporté beaucoup d'objets

de journée j'en ai rapporté beaucoup

mais ils sont tous au musée de l'homme

parce que j'étais très puritain si je

puis dire surtout dans mes jeunes années

je considérais documents scientifiques

mais enfin j'ai un peut ramasser des

objets blanche existence oui c'est vrai

c'est que chez vous il ya très très

fière beaucoup de livres mais je vois

très peu je me disais je vais entrer

dans le haut au musée guimet

mais pas du tout alors quand même là je

vois un totem derrière vous qu'est ce

que c'est que ça ce totem c'est un marc

sculpté en réduction parce que ceux qui

se dressent dans les villages de ces

indiens qui sont les

lien aïda qui vivent dans des îles au

large de la côte canadienne du côté de

l'océan pacifique

les villages étaient est hérissé de

grands mâts sculpté qui pouvait avoir 10

12 15 mètres de hauteur et qu'on appelle


totémique parce qu on y voit les animaux

et mais en fait ce sont beaucoup plus

tôt des blasons exactement comme les

blasons de notre moyen-âge où chaque

maison noble parce que ce sont des

sociétés très aristocratique rassemble

des événements caractéristiques ou les

symbolise de sa généalogie en remontant

jusqu'au temps les plus lointains alors

nous parlions tout à l'heure du mythe et

j'essayais de vous dire ce que c'est que

le mythe pour un ethnologue

mais si vous aviez posé la question n

ces indiens vont général à n'importe

quel indien des deux amériques parce que

là il ya une étrange l'unanimité et vous

laisser vous lui avez demandé qu'est ce

que c'est qu'un mythe

il vous aurait répondu c'est une

histoire qui se passe à une époque où

les animaux et les hommes n'étaient pas

réellement distinctes et où il pouvait

passer indifféremment de la forme

humaine la forme animale

ce qui me semble d'une vérité je dirai

presque tragique parce que s'il y a

quelque chose de tragique dans la

condition humaine c'est bien cette

coexistence que nous menons à côté


d'autres êtres qu'ils sont vivants comme

nous et avec lesquels nous ne pouvons

pas communiquer et l'âge du mythe c'est

celui justement où c'était possible et

donc tous ces êtres qui sont représentés

là ne sont pas exactement ni des humains

ni des animaux ce sont des êtres qui

sont à cheval entre les deux natures et

ce qui fait la grandeur de cet art qui

est un des plus

majestueux important que je connaisse

c'est précisément cette extraordinaire

capacité qu'ils ont eue d'exprimer cette

vérité d'euros dreux surnaturel il n'y a

pas du tout le côté caricature ou les

fadaises si vous voulez à la walt disney

ses personnages sont des personnages

monumentaux grandiose ils sont plein de

pensées et en même temps vous ne pouvez

pas dire si 100 des animaux ou des êtres

humains alors dans leur ordre commençant

par an où il ya un énorme saut en

dessous probablement un hibou alors la

grande figurine est plus étrange et si

on veut la lire

on constate d'abord que cette créature à

la bresse est à dire un disque de bois

dans la lèvre inférieure donc c'est une

femme parce qu'il n'y a que les femmes

qui portaient le labret chez les valides


a ensuite parce qu'il s'agit d'un arc et

complètement co des stéréotypes et vous

voyez 3

petit motif en forme de demi lune sur le

front qui représente les ouïes d'un

poisson est en dessous un organe

protubérants qui est la queue alors à

ces signes vous savez qu'il s'agit d'une

rousse est c'est à dire un square un

petit squale bon qu'est ce que ça veut

dire se rappelle que dans l'histoire de

cette famille il ya eu une femme dans

les temps très anciens et à l'époque où

les animaux et les humains n'étaient pas

distinctes qui s'est moqué du peuple des

roussettes et alors ils l'ont entraîné

ans kidnappée et ils l'ont changée elle

même en os 7

et voilà l'incident alors en dessous

quelque chose de très important c'est le

corbeau et le corbeau c'est la

principale divinité de ces peuples qui

ont résolu le problème du mal d'une

façon très différente de la nôtre nous

nous faisons un dieu tout puissant et

très bon et nous n'arrivons pas à

comprendre comment le mal est entrée

dans l'univers eux font un dieu qui est

un trompeur par vocation et par nature


et qui par conséquent fabrique en même

temps le bien et le mal

d'où l'absence totale de problème à se

poser sur l'existence du mal dans

l'univers attachant

oui ils ont bien de la chance et le fait

qu'ils aient des grenouilles se rapporte

à un incident et de grenouilles de jeu

son existence où il avait volé le soleil

qui étaient dans une boîte il a proposé

un peuple en échange de nourriture qui

n'ont pas voulu lui donner alors il les

a changés en grenouille et alors tout en

bas un personnage qui se reconnaît

exactement à certains caractères les

deux incisives fortement marqué la

petite baguette qu'il tient dans ses

deux mains c'est un castor et puis il ya

un mot qu'il faut bien prononcer dans

cette émission

claude lévi-strauss parce que votre nom

y est attaché c'est le mot

structuralisme alors structuralisme pour

ceux qui ne savent pas ce que c'est

c'est quoi c'est une un mode de pensée

une jeu pour une méthode d'analysé une

idéologie qu'est ce que c'est un mot qui

a été tellement mis à toutes les sauces

et oui que moi même je n'ose plus je

n'ose plus l'utiliser parce qu'en


réalité on s'y met cette image inc

c'était une grande nouveauté

pas du tout enfin c'est tout simplement

un effort pour introduire dans les

sciences ou ce qu'on appelle à tort les

sciences de l'homme ou les sciences

sociales parce que nous ne sommes pas

des sciences un petit peu plus de

rigueur que il y en avait précédemment

et en fait est qu'on croit qu' il s'agit

d'une découverte récente non le couac la

façon la plus simple de faire comprendre

aux sculptures l'isthme dire nous avons

à faire nous autres qui ont été liés

étudiants les hommes ou des sociétés

humaines à des objets qui sont

extraordinairement compliquée qui sont

en réalité beaucoup plus compliqué que

les plus compliquées de ce que nos

collègues biologistes ou physicien

études et donc à la limite nous ne

sommes nulle pas capable de décrire de

façon satisfaisante

un petit peu comme un visage humain

enfin vous pouvez

lire pendant vingt pages de prouesses de

la description du visage de la dette de

crécy dit long vous ne verrez pas d'être

de crécy que ce que vous saurez ce


qu'elle n'avait aucun rapport avec un

rooney la mythique mais vous ne saurais

pas vous ne saurez pas vraiment vous ne

pourrez pas voir le visage de la grèce

et 7 à l'époque de la renaissance d'un

grand peintre allemand albert durèrent

s'est aperçus parce qu'il était peintre

c'était un problème qui le préoccupait y

dessiner que s'ils n'étaient pas

possible de décrire très exactement un

visage et un autre visage on pouvait

trouver une règle de transformation très

simple qui permettait de passer de ce

visage à un visage b par une déformation

en elle-même facile à réaliser et bien

au fond le structuralisme c'est en face

d'objets très compliqué de se dire nous

n'essayerons pas de décrire ces objets

dans les moindres détails parce que nous

n'y arriverions jamais une vie ne serait

pas suffisante pour décrire une heure de

la vie d'une société humaine de 50

personnes mais nous essaierons de

comprendre quelle est la différence

entre cette société et une autre société

et nous apercevons que si chacune de ces

sociétés prises apparaît très compliqué

en réalité la différence entre elles la

relation entre elle et peut-être plus

simple flic maintenant que nous en


revenions à tristes tropiques et puis à

la parenthèse que fut dans votre vie

comme d'ailleurs beaucoup de la vie

d'homme de la guerre et vous raconter

dans une autre pique que vous avez fait

connaissance d'andré breton sur le

bateau qui vous emmenait qui vous

emmener d'abord je crois à pointe à

pitre

j'ai amené à l'amertume à ses saveurs de

france et puis ensuite vous êtes devenu

son ami vous avez vécu aux états unis

réfugiée avec qui vous êtes devenus amis

mais alors je travaille votre témoignage

sur andré breton basque a toujours dit

qu'il avait un caractère impossible et

c'est quoi leur est breton était un

personnage qui était loin d'être simple

comme il y un instant c est à la fois un

homme d'une courtoisie extraordinaire

qui avait un côté grand siècle qui était

fidèle dans ses amitiés jusqu'au jour où

il y avait quelque chose qui craquait et

d'ailleurs entre nous quand tout le

monde ya eu un jour tel que face à

craquer aux avez vous quelque chose qui

a craqué sur une histoire absurde

s'arrête jamais pu imaginer qu'ils

purent tirer un sujet de mécontentement


mais enfin bon

ensuite ça s'est arrangé un peu mais ça

n'a jamais été la grande amitié du

capitaine paul lemerle ces faits le nom

du bateau et ensuite de nos années de

new york pendant lesquelles avec max

ernst

nous courions les petits antiquaires à

la recherche d'objets du genre de celui

ci qui à cette époque là étaient

considérés comme de purs document

ethnographique sans aucune valeur

esthétique c'est vraiment nous qui avons

appris aux américains que ces objets

étaient beaux et breton était un

les bretons avaient entre mille d'allant

et pas seulement un grand poète un grand

écrivain

il avait une sorte de sens infaillible

de l'objet en fait il n'avait jamais la

moindre hésitation devant un objet pour

savoir non seulement s'il était

authentique ou s'ils étaient faux mais

de savoir s'il était vraiment beau ou

pas vous nous a expliqué tout à l'heure

que vous avez vous avez embrassé

l'ethnologie pour fuir l'enseignement

mais je remarque que l'ethnologie vous a

ramené à l'enseignement puisque après

vous êtes vous êtes vous avez été


professeur aux études puis finalement

professeur au collège de france

oui mais je n'ai jamais appartenu à une

université

c'est à dire que j'ai appartenu ce qu'il

est convenu d'appeler des grands

établissements où il n'y a pas un

programme ou au contraire la règle et il

n'y en a qu'une mais elle est impérieuse

c'est que chaque année vous devez faire

quelque chose de nouveau et ça c'était

évidemment la façon pour moi de

concilier l'enseignement et le côté

instable et inquiet du ma nature

c'est que chaque année il fallait

changer c'est une manière peut-être

aussi préparer des livres à tous mes

livres ont été préparés landigou codevi

souviennent paraître cette semaine aux

éditions plon qui est votre éditeur

depuis très longtemps

puis transmettra un livre fait

d'ailleurs de textes très très court

intitulé parole donnée qu'est ce que

c'est que ce livre bien ce sont les

résumés de mes cours

les comptes rendus du mes cours que la

règle la nuit istres hâtive veut que

l'on publie chaque année dans l'annuaire


de l'établissement auquel on appartient

et ces résumés de cours dont certains

sont très bref une page et demie de page

certains au contraire

douze ou quinze pages c'est tout de même

assez condensé eux c'est au fond si vous

voulez un peu à la façon de tristes

tropiques bien que de façon plus austère

ma biographie intellectuelle pendant

trente deux ans voilà ce à quoi j'ai

pensé voilà ce que j'ai racontée enfin

ça c'est autant tristes tropiques

s'adresse au grand public autant ils ont

choisi m'étendrai absolument pas

attendre et sur les best sellers

certaines offres certainement bon

puisqu'on parle de l'enseignement qu'est

ce que vous pensez de la formidable

corel aujourd'hui à propos feu plutôt

des critiques que l'on porte contre

l'enseignement secondaire notamment et

je pense d'ailleurs un collègue de

nouveaux collègues du collège de france

à soutenir au mieux et oui qu'est-ce que

vous de créer un très beau livre et avec

lequel je suis entièrement d'accord

je ne pense pas je ne crois pas que qui

failli daté de 60 8 août une autre année

celle que vous voudrez la décadence de

l'enseignement secondaire fond j'ai


l'impression que je les d'abord que je

l' ai moi même vécu comme élève quand

j'ai appartenait et ensuite comme

professeur je veux dire comme élève

parce que quand je lis des textes du 19e

siècle

je suis absolument stupéfait de voir

quel degré de maturité en classe de

première ou en classe de philosophie

avaient atteint des sommes comme proust

comme jaurès comme berck sonne comme

dürckheim enfin ils étaient tous à peu

près contemporains et ils étaient

beaucoup plus mûr beaucoup plus adulte

dans leur dernière année du lycée que

moi même et mes camarades ne l'étions

déjà dans oui parce que j'allais vous

donnait dès l'époque où à la même

période

je vais vous dire on est des êtres

exceptionnels malhomme vous comparez des

êtres exceptionnels de gens d'en face de

votre époque enfin si je les compare aux

meilleurs de ces classes

lisa était évidemment très au dessus et

j'ai l'impression que nous avons affaire

à une sorte de deux processus mais qui

s'est étendue à travers les siècles et

que j'appellerais presque


d'infantilisation progressive de la

jeunesse et de l'adolescence enfin nous

devenons adulte de plus en plus tard

j'ai pas besoin de vous rappeler

montaigne qui par les grecs et latins à

5 en occident d'ailleurs dans le regard

éloigné vous consacrez un chapitre à

lancer nos époux l'attitude il veut dire

drôle propre aux retardataires sur

l'enfant créateur savoir comment vous

dites je sais qu'on ne m'écoute rappaz

aba les était doublement retardataires

parce que c'était des choses que je

n'avais pas dit au moment où j'aurais dû

les dire et qui ensuite paraissent

retardataires à beaucoup d'éducateurs

compte emploi oui évidemment retardée

parce que vous y faites l'éloge de la

contrainte de l'école je n'en fais pas

l'éloge

j'essaye de montrer que c'est un élément

essentiel de toute éducation quelles

qu'elles soient et quand ce fait de

grandes illusions quand on s'imagine

qu'il suffit de libérer la spontanéité

créatrice une spontanéité créatrice qui

ne vient pas buter contre quelque chose

n'arrive pas à se manifester et se

réaliser et alors je suis absolument

stupéfait quand je vois dire on ne doit


pas proposer à un jeune lycéen vers de

racine comme thème de composition et en

même temps dire on doit lui donner une

feuille de papier

les crayons de couleur et le laisser

s'exprimer se manifester comme si le

vers de racine n'était pas une

résistance tout à fait comparable à

celle du papier à celle des des crayons

et qu'il faut maîtriser une matière pour

arriver à s'exprimer vous citez

d'ailleurs un 4e revers de richard

wagner

apprenez les règles des maîtres pour

qu'elle vous aident à préserver ce qu'on

vaut plus jeunes années le printemps et

l'amour vous en révéler et pourtant

c'était un grand révolutionnaire en

musique

je remarque aussi que lévi-strauss que

vous employez à bon escient et toujours

avec élégance l'imparfait du subjonctif

qui s'emploie rarement maintenant j'ai

un certain amour de la langue mais

disons et de ses ressources et au fond

je ne vois pas pourquoi ce français qui

a été un instrument de communication

tellement parfait qui a eu une époque où

toute l'europe le préférer au langue du


cru pourquoi on l'appauvrir et de

certaines ses moyens d'expression

est ce que votre entrée à l'académie

française et elle est ce que ce n'est

pas le signe justement de la volonté

chez vous de perpétuer des valeurs

anciennes et l'académie française en est

une la nuit française et peut-être de

toutes les institutions françaises

celle qui depuis 350 ans est le moins

changé

et donc elle est digne du respect et de

l'admiration que nous avons pour ses

monuments historiques est après tout un

monument historique n'est pas simplement

fait de pierre ou de peinture il est

aussi faire d'idée de genre de réflexion

de croyance de penser est ce que

symbolise toujours aujourd'hui

l'académie française et c'est un cas je

pense unique dans tous les pays du monde

c'est la proclamation que la langue est

un souci d'état ça ça n'existe nulle

part ailleurs

d'où les travaux du dictionnaire d'où

les travaux du dictionnaire vous trouvez

pas que les les 40m habits verts forment

une sorte de peuplades relevant des tno

de l'ethnologie tout relève de l'état

moi je trouve particulièrement les


habits verts bon nous avons des équipes

qui travaillent dans des villages

français et qui feront de la très bonne

ethnologique vous intéressez vous que

les bistrots salle aventure spatiale ce

que vous trouvez ça avec passion je suis

ça oui quand j'ai une possibilité de

voir à la télévision

je me rappelle est arrivée des hommes

sur la lune oui oui mais je veux dire à

ce que le metn hologue que vous êtes des

réflexions particulière surtout bien si

vous regardez ça comme un citoyen normal

et oui et c'était à la fois beaucoup

d'admiration pour les prodiges signifie

qu'ils ont permis et en même temps une

certaine tristesse car à quoi ça

ressemble ça ressemble à la découverte

de l'amérique par christophe colomb en

492 c'était aussi un autre monde et qui

pouvait paraître aussi loin houcine

atteignable avec les moyens dont on

dispose et alors que la lune aujourd'hui

et ce monde c'était un monde d'une

richesse prodigieuse et qui vraiment

apporté à l'humanité une moitié

d'elle-même qu'elle ignorait à la flore

à la faune et des espèces animales

jamais connu enfin nous vivons toujours


d'ailleurs sur ce que nous avons acquis

l'amérique

et qu'est ce qui nous reste il nous

reste on la lune ou une autre planète où

il n'ya pas d'habitants où il n'y a pas

de plan tout il n'ya pas d'animaux en

fait ce qui nous reste à découvrir en un

sens c'est bien triste

autrement dit la découverte de

l'amérique évidemment plus important au

regard de l'histoire que la découverte

que ça janvier il faut jamais dire des

choses comme ça ah bon parce que

l'histoire est bien prévisible de bruit

dans la bon je vous avais dit tout à

l'heure que bon ce siècle finalement n'a

pas n'avait pas une grande passion pour

lui mais j'ai quand même envie de vous

demander ce que vous intéresser à la

politique au jour le jour

je me tiens au courant je lis plusieurs

journaux je lis plusieurs hebdomadaires

avouez quand même beaucoup de gens nous

alors plusieurs journaux hebdomadaires

c'est beaucoup beaucoup plus que la

moyenne nationale

je lis au moins deux journaux par jour

une quotidien quelquefois trois et je

lis 85,1 bio manière dont j'essaye

j'essaye de me tenir au courant


je ne peux pas dire que j'y mets

beaucoup de mon coeur si vous voulez

j'ai le sentiment j'ai fait beaucoup de

politiques dans ma jeunesse où il était

à l'essai fille au jourdain jeunesses

socialistes étaient j'ai été secrétaire

général la fédération des étudiants

socialistes j'ai même été candidat au

conseil général dans les landes

ça n'a pas donné grand chose parce que

je me suis cassé la figure en voiture là

c'était le premier jour où je prenais

volant d'une voiture j'avais même pas

terminé de conduire et donc ça a mis un

terme est très rapide à ma campagne

électorale

mais j'ai eu avec le passage des ans le

sentiment que j'avais fait de graves

erreurs

à l'époque lesquels ben euh j'ai été

pacifiste avant 39

et puis ensuite j'ai vécu un drôle de

guerre sur la ligne maginot et puis

ensuite la retraite atteint vers la

france puis bon bah quand on a fait une

erreur de ce genre dans sa vie on ne se

mêle plus de juger des choses qui

relèvent d'une autre forme d'esprit d'un

autre type de compétences mais dites moi


que lévi-strauss et tous les hommes

politiques

havel avait la même réaction que vous

saisir la première groix grave erreur je

m'arrête il n'y aurait plus d'hommes

politiques ne trouvez pas j'ai le

sentiment que si j'avais fait

non mais tu y es d'ethnologue une

carrière de une erreur de ce calibre je

ne seraient plus autorisées convient

plus cru autorisé à continuer et la

radio la télévision vous vous écoutez

vous regardez j'écoute essentiellement

de la musique pour autant que je peux

encore en écouter oui à l'an passé alors

je vais vous aborder ça parce que votre

grande passion je crois c'est votre

autre grande passion c'est la musique

bon c'est la musique et enfin j'ai tout

à fait la possibilité d'écouter de la

musique un travail en veut dire je fais

ça avec un deux hémisphères différentes

du cerveau

abbas est salée demi-sphère

chateaubriand et arrosant voilà ça y est

si vous voulez je peux très

difficilement travailler sans la musique

qu'ils n'iraient pas du tout me fait un

fond sonore comme le prétendent certains

c'est pas ça ça voulait qu'on cite ça


excite le fonctionnement de mes cellules

cérébrales

vous pouvez écrire comme ça en écoutant

de la musique je ne peux vraiment bien

décrire bonne écoute à cet effet curieux

mais vous jouez d'un instrument ou dans

ma jeunesse je vais essayer de jouer de

tous les instruments jamais réduit un

résultat quelconque avec aucun est il

vrai mais j'ai lu ça quelque part que

vous auriez mettre un chef d'orchestre

oui mais ça c'est alors ça c'est

profondément vrai ah oui enfin oui si

j'avais pu enfin si une bonne fée venez

me proposait de recommencer mon

existence va ce serait comme compositeur

ou comme chef à défaut comme chef leur

casse

vous êtes à la retraite aujourd'hui

comment vivez vous à quoi employés vous

vos journées j'ai beaucoup plus de

travail qu'avant fichtre parce que quand

j'étais en fonction et que

je dirigeais les laboratoire

d'anthropologie sociale que j'ai fondées

j'avais tout un secrétariat à ma

disposition que je n'ai plus puisque je

vais passer à mes successeurs

mais même plus de secrétaire non donc je


dois faire beaucoup de courriers moi

même et ça prend beaucoup de temps mais

et puis je continuer à écrire mais vous

n'êtes plus de secrétaire parce que vous

n'en voulez pas ou parce que vos moyens

ne nous permettent pas de deux pays ne

serait pas vrai moyen de me le faire

mais certainement pas à part ça pose des

problèmes de place de locaux oui mais

alors ça c'est quand même surprenant

parce qu'un homme de votre compétence de

votre notoriété et je tousse un peu

dommage qu'on ne vous facilite pas la

vie

mais vous savez les usages français ne

sont pas les mêmes que les usages à

l'étranger ont défilé aux états unis un

professeur à la retraite comme servent

exactement les mêmes moyens de travail

qui l'avait auparavant

est ce que dans les chais les peuples

enfin si ce n'est qu'ils sont et un peu

à peu s contre était mieux leurs grands

ancêtres lors langrand doyen leur grand

maître

je dirais que ça dépend tout à fait des

peuples là il ne faut pas généraliser

mais si vous prenez ce dont nous

parlions tout à l'heure à propos de ce

mât sculpté bien les auteurs de ces


sculptures

je vous lis et certainement du même

prestige qu un picasso un matisse parmi

nous il y un mot que nous n'avons pas

encore prononcé claude lévi-strauss et

dont l'absence étonnerait c'est le mot

écologie est ce que les ethnologues

n'ont pas été avant tout le monde les

premiers écologistes

je pense que c'est vrai et c'est vrai

parce qu'ils sont à l'école de peuples

qui eux mêmes sont des écologistes qui

ont réussi au prix de toutes sortes de

pratiques que nous jugeons

superstitieuse et avec un peu de dédain

mais à se maintenir un équilibre avec le

milieux naturels savez quand parmi ces

peuples que nous étudions comme ceux

d'amérique du sud et également du nord

il existe des croyances en 1 m des

animaux qui veille jalousement sur les

procédés de chasse et dont on sait qu'il

enverra des châtiments surnaturel à

celui ou à ceux qui tueraient plus qui

n'est strictement nécessaire quand pour

cueillir la moindre plante médicinale

il est nécessaire de faire d'abord des

offrandes à l'esprit de cette plante est

bien que tout cela oblige entretenir


avec la nature des rapports mesurer et

certains peuples ont même cette croyance

que le capital de vie qui était la

disposition des êtres faites une masse

et par conséquent chaque fois qu'on en

prend trop dans une espèce on doit le

payer aux dépens de la sienne propre

comme c'est un banquier vourla le conti

bien au rouge

et bien tout cela bien sûr frappe

l'ethnologue et lui montre à quel point

une façon je dirais sens et pour l'homme

de vivre est de se conduire et de se

considérer non pas comme nous l'avons

fait depuis géré presque depuis l'ancien

testament et le nouveau et depuis la

renaissance aussi comme les seigneurs et

les maîtres de la création mais comme

une partie de cette création que nous

devons respecter puisque ce que nous

détruisons ne sera jamais remplacé et

que nous devons transmettre telles que

nous

monsieur à nous descendre ça c'est une

grande leçon je dirais presque que c'est

la plus grande leçon que l'ethnologue

peut tirer de son métier mais pensez

vous avez une chance d'être entendu que

l'homme renonce à ned à être le seigneur

la création vous y croyez non très


franchement je n'y crois pas et c'est

pour ça que je ne suis pas optimiste et

que je ne me sens pas très à l'aise dans

la société ou dans la civilisation ou

julie vous êtes retourné au brésil où

vous avez l'intention d'y retourner

je ne suis jamais retourné au brésil et

fait beaucoup d'occasions de le faire et

surtout cette année où se célèbre le 50e

anniversaire de l'université de st par

l'eau je veux dire que j'ai un petit peu

de réticence aller pleurer sur mes

souvenirs de jeunesse et de retrouver

des régions que bien sûr je voudrais

revoir mais que j'ai mieux des mois à

parcourir sur le dos d'un mulet ou en

pirogue même à pied de les trouver

traversé par des routes et des indiens

que j'ai connu encore dans une fraîcheur

j'ose à peine dire primitif parce que ce

serait exagéré mais enfin menant une vie

traditionnel réduits à des sortes de

clochards de part et d'autre de route où

circulent des camions enfin j'ai à la

fois envie et pas envie ça n'est pas au

fond le on a raison de dire que le que

le prédateur de l'homme c'est l'homme

lui-même c'est bien ça vis à vis de

l'homme très certainement enfin j'ai


l'impression que notre civilisation

seuls les blocs de telle façon que nous

devenons un peu vis-à-vis de nous-mêmes

comme les peuples que nous autres fois

que nous deux mignons vu douze

exploitations l'été par rapport à nous

nous devons nous devenons nos propres

collègues disaient pessimistes vous avez

prononcé le mot il ya un instant et

pourtant il ya en vous

sert ce pessimisme je ne sais pas une

sorte de gravité sow rennes presque je

disais tout à l'heure qu'il ne faut

jamais faire de prophétie ou de

prévision et là encore je pense que je

peux me tromper qu'après tout l'humanité

qui a pensé par beaucoup d'événements

difficiles et de circonstance délicate

peut très bien trouver le moyen encore

de se sortir de celle-ci

puis il ya autre chose 6 brûlés qui me

donne le ce que vous appelez de la

sérénité c'est la croyance que j'ai dans

la valeur et l'importance de la pensée

scientifique et notre civilisation avec

toutes ces fautes je dirais même

quelquefois tous ces crimes a en tout

cas quelque chose à son actif qui est

d'avoir les saints donné naissance à la

pensée scientifique et de l'avoir


développé au cours des 50 dernières

années

plus qu'elle ne l'avait jamais été dans

les années antérieures et cet effort

saoulé de l'homme pour comprendre nous

nous savons d'ailleurs très bien qu'il

n'arrivera jamais à son terme qui ne

peut pas arriver à son terme

que comprendre quelque chose c'est en

même temps à percevoir de nouvelles

difficultés qu'on ne comprend pas

attirant sera ainsi indéfiniment je ne

suis pas du tout scientiste à la façon

du 19e siècle mais qu'en tout cas cet

effort pour comprendre et dont les cno

loeb va étudier justement les formes les

plus étrangère à la nôtre chez des

peuples lointains

ben c'est ce qui fait la grandeur de

l'homme c'est ce qui lui donne sa

dignité en avril 80 journal littéraire a

publié un référendum auprès des

écrivains des intellectuels des

professeurs des artistes des

journalistes le la question gros c'était

après la mort de sa fille at il des

maîtres à penser

et vous êtes arrivé en tête le point on

a dit non il ya un lien grands maîtres à


penser actuellement c'est lévi-strauss

devant aaron et devant foucault ça a dû

vous surprendre ou pas vous déjà m'a

beaucoup surpris et en même temps je

n'ai pas été dupe de ce qui était tout

de même un petit jeu de société est la

raison pour laquelle

mon nom c'est trouver le plus souvent

cités je crois que c'est pour des

raisons négatives aux coûts plus que

positive

je ne sais pas ce que tout ce je gêne le

moins de monde

non je vous expliquais pourvoir je pense

que sartre et aaron sont des maîtres à

penser qu'ils disent ce qu'il faut

penser vous vous êtes un maître à penser

je sais que vous récusez se taire mais

vous êtes à mettre à penser qui dit

comment il faut penser c'est tout à fait

différent je dis comment je pense mais

je m'en voudrais et d'ailleurs c'est un

fait que je n'ai pas fait école dans ses

50 ans de carrière universitaire j'ai eu

beaucoup de collaborateurs autour de moi

mais tous ceux qui connaissent un peu

par exemple laboratoire d'anthropologie

sociale où il ya trente chercheurs

savent que ces trente chercheurs ne sont

en aucune façon mes disciples que chacun


travaille dans la voie qui lui est

propre et fait toujours encouragé et à

en faire autant

donc le terme de maître à penser me

sembles immérité est à présent de votre

esprit comme on disait dans le

questionnaire marcel proust est à

présent de mon esprit c'est que j'ai 75

ans que je sais que le nombre d'années

qui me reste à vivre et mesuré que

probablement le nombre d'années où je

resterai lucide à supposer que je sois

encore mettant encore plus mesuré que

j'ai dans mes dossiers dans mes fichiers

à un certain nombre de thèmes que je

n'ai pas eu le temps d'explorer et que

voilà

si j'ai la possibilité d'écrire encore

dans ma vie deux ou trois livres

c'est tout ce que je peux demander à

l'existence

[Musique]