Vous êtes sur la page 1sur 4

ENSA Tétouan Année universitaire 2018-2019

GC2
Module: Construction métallique
Corrigé du projet 1: Vérification d’un assemblage poutre/poteau

On considère un assemblage entre une poutre IPE360 et un poteau IPE400 en acier S235 qui est constitué
de 10 boulons HR 10.9 disposés comme le montre la Figure 1. La platine a une épaisseur de t p = 28mm
et le coefficient de frottement vaut µ = 0.30 .
L’assemblage est sollicité par un moment fléchissant MSd = 320kN.m et un effort tranchant VSd = 80kN .

80

63

410
500 360 290
210
130
50
70 Axe du centre de
compression
240

Figure 1
L’étude suit le plan suivant:
- Détermination des efforts dans les boulons
- Détermination du diamètre des boulons
- Détermination du moment résistant effectif de l’assemblage
- Vérification de la résistance de l’assemblage sous effort tranchant
- Vérification de la résistance de l’âme du poteau en traction
- Vérification de la résistance de l’âme du poteau en compression
- Vérification de la résistance de l’âme du poteau au cisaillement

* Détermination des efforts dans les boulons:

En l’absence d’effort normal agissant sur la poutre, la distribution des efforts dans les boulons est linéaire
par rapport à l’axe passant par le centre de gravité de la semelle comprimée. Il en résulte que N i = αd i où
N i est l’effort normal repris par la rangée i avec la numérotation des rangées qui démarre à partir du
haut, di la distance séparant la rangée i de l’axe neutre de la semelle inférieure et α un coefficient de
rigidité supposé constant. Or la distribution des efforts normaux dans les boulons équilibre le moment
nr
fléchissant de calcul MSd = 320kN.m , donc MSd = ∑ N i,Sd d i où n r = 5 est le nombre de rangées. D’où
i =1
5 5
MSd = α∑ di2 et par suite Ni,Sd = MSd di / ∑ di2 .
i =1 i =1
Sachant que d1 = 410mm , d 2 = 290mm , d3 = 210mm , d 4 = 130mm et d5 = 50mm , il vient :
5
∑ di2 = 0.3157m2 , N1,Sd = 415kN , N 2,Sd = 294N , N 3,Sd = 213N , N 4,Sd = 132N et N 5,Sd = 50.69N .
i =1

1
*Détermination du diamètre des boulons:
Vu que le nombre de boulons est uniforme par rangée, il suffit que l’effort normal dû à la première rangée
reste inférieur à l’effort de précontrainte total autorisé dans les boulons de cette rangée, soit:
N1,Sd ≤ n b Fp avec Fp = 0.7f ub As et n b = 2 car il y a deux boulons dans la première rangée. Pour un
boulon HR 10.9 , on lit: f ub = 1000MPa , la section minimale d’un boulon est donc:
N1,Sd 415 × 103
As = = 6
, soit As = 296.4mm 2 . On peut donc prendre un diamètre
2 × 0.7 × f ub 2 × 0.7 × 1000 ×10
d = 22mm pour lequel As = 303mm 2 .

*Détermination du moment résistant effectif de l’assemblage:


5 N1,Rd
Le moment résistif effectif de l’assemblage est donné par: M Rd = α∑ di2 avec α = et
i =1 d1
N1,Rd 5
N1,Rd = 2 × 0.7 × As f ub . Ce qui donne: M Rd =
d1
∑ di2 . A.N.: N1,Rd = 424.2kN et
i =1
M Rd = 326.6kN.m . L’assemblage est vérifié car MSd = 320kN.m < M Rd = 326.6kN.m .

* Vérification de la résistance de l’assemblage sous effort tranchant:


V
L’effort tranchant par boulon est: V1,Sd = Sd avec n t = 10 le nombre total de boulons. Ce qui donne
nt
V1,Sd = 8kN . Les boulons précontraints résistent par frottement. La valeur de calcul de la force de
Fp
glissement est: Fs = k s mµ avec γ Ms = 1.25 si l’on ne prévoit pas de contrôler les dimensions du
γ Ms
trou, trou donc surdimensionné, et toujours dans ces conditions k s = 0.85 . D’où Fs = 43.27kN . On
vérifie ainsi que V1,Sd ≤ Fs et L’assemblage est vérifié vis-à-vis de l’effort tranchant.

* Vérification de la résistance de l’âme du poteau en traction:


La résistance de l’âme du poteau dans la zone tendue est: Ft,wc;Rd =ωf y t wc beff ,t,wc / γ M0 avec γ M0 =1 et
1
ω= 2
. Pour le calcul de cette dernière quantité, on utilise les caractéristiques
1+1.3( beff ,t,wc t wc / A vc )
géométrique d’un IPE400: h c = 400mm , bc = 180mm , t wc = 8.6mm , t fc = 13.5mm , rc = 21mm ,
A c = 84.46cm 2 où l’indice c désigne colonne c’est-à-dire poteau. On a : A vc = Ac − 2bc t fc + (t wc + 2rc )t fc ,
w − t fc b −w
soit A vc = 4269mm2 , m = − 0.8rc avec w = 80mm , soit m =16.45mm , e = c , soit e = 50mm ,
2 2
beff ,t,wc = min [ 2πm;4m +1.25e] , soit beff ,t,wc =103.4mm . Par suite: ω= 0.9729 . La nuance de l’acier de
l’âme du poteau étant S235 , donc f y = 235MPA et Ft,wc;Rd = 203.3kN .
MSd
La vérification consiste à assurer que: Fv,Sd ≤ Ft,wc;Rd avec Fv,Sd = . Pour le calcul de Fv,Sd on
h b − t fb
utilise les caractéristiques du profilé de la poutre qui est un IPE360 pour lequel: h b = 360mm et
t fb = 12.7mm avec l’indice b désignant beam c’est-à-dire poutre. D’où
Fv,Sd = 921.4kN > Ft,wc;Rd = 203.3kN . La résistance à la traction de l’âme du poteau n’est pas vérifiée.
D’où nécessité d’installer des raidisseurs d’âme du poteau. La section totale des raidisseurs A rt est telle

2
γ M0 (Fv,Sd − Ft,wc;Rd )
que : Fv,Sd = Ft,wc;Rd + f y Art / γ M0 , ce qui donne : Art = , soit A rt = 3056mm2 . D’où
fy
A rt
l’épaisseur t rt = , soit t rt = 17mm .
bc

* Vérification de la résistance de l’âme du poteau en compression:


La résistance de l’âme non raidie du poteau dans la zone comprimée est donnée par:
1
Fc,wc;Rd = k wc ωρbeff ,c,wc t wc f y avec γ M0 =1 et
γ M0
beff ,c,wc = min  t fb + 2t p + 5(t fc + rc );t fb + t p + u + 5(t fc + rc ) . Ici, on a: u = 63mm , t p = 28mm , d’où
beff ,c,wc = 241.2mm . La constante ρ se détermine en fonction de l’élancement réduit qui est défini par:
beff ,c,wcdc f y
λ p = 0.932 avec d c = h c − 2t fc − 2rc , soit d c = 331mm . Ce qui donne: λ p =1.024 ≥ 0.673 .
Et 2wc
λ p − 0.22
Donc, il faut considérer le voilement sous compression de l’âme du poteau et ρ = , soit
λ 2p
ρ = 0.7668 .
La contrainte de compression dans la zone comprimée de l’âme du poteau est donnée par :
Fv,Sd 921.4×103
σcom,Ed = avec A = t fb beff ,c,wc , soit A = 3063mm 2 . D’où σcom,Ed = , soit
A 2159×10−6
σcom,Ed = 300.8MPa . La constante k wc = min 1.0;1.7 −σcom,Ed /f y  vaut alors k wc = 0.42 .
1
Par ailleurs, ω= 2
avec A vc = 4269mm2 , d’où ω= 0.8747 .
1+1.3( beff ,c,wc t wc / A vc )
Finalement, on obtient: Fc,wc;Rd =137.3kN . Comme Fv,Sd = 921.4kN > Fc,wc;Rd =137.3kN , la compression
de l’âme n’est pas vérifiée.
Essayons de passer en rajoutant un raidisseur dont l’aire de la section A rc est telle que:
γ (F − F )
Fv,Sd = Fc,wc;Rd + Arcf y / γ M1 avec γ M1 = 1.1 , ce qui donne: Arc = M1 v,Sd c,wc;Rd , soit
fy
A rc
A rc = 3670mm2 . D’où l’épaisseur t rc = , soit t rc = 20.5mm .
bc
En rajoutant cette épaisseur de raidisseur à l’épaisseur de l’âme, l’élancement réduit devient:
beff ,c,wc dc f y
λ p = 0.932 , ce qui donne: λ p = 0.3027 ≤ 0.673 et ρ = 1 . On a toujours k wc = 0.42 . Le calcul
E( t rc + t wc )2
1
de ω= 2
conduit avec A vc = Ac − 2bc t fc + (t wc + t rc + 2rc ) t fc , soit
1+1.3 beff ,c,wc ( t wc + t rc )/ A vc 
1
A vc = 4546mm2 , donne: ω= 0.4939 . Dans ces conditions Fc,wc;Rd = k wc ωρ beff ,c,wc (t wc + t rc )f y , soit:
γM0
Fc,wc;Rd = 342.2kN . L’épaisseur de raidisseur t rc = 20.5mm ne suffit pas car Fc,wc;Rd < Fv,Sd .
Essayons de trouver l’épaisseur d’un raidisseur permettant de passer vis-à-vis de la compression de l’âme
du poteau en résolvant l’équation: Fc,wc;Rd = Fv,Sd avec ρ = 1 , k wc = 0.42 et beff ,c,wc = 241.2mm . En
substituant les différentes grandeurs par leurs valeurs, on trouve:

3
[0.42× 241.2× 235×(8.6 + x)]2 = (921400)2 × 1+1.3×( 241.2×(8.6 + x)/(4153+ (8.6 + x) )2  , ou encore:

6.676×10−4 × X2 =
( 4153+ X )2 +1.3×( 241.2× X )2 avec X = 8.6 + x . Cette dernière équation devient:
( 4153 + X )2
6.676×10−4 × X 4 + 5.545× X3 − 6.411×104 × X 2 − 8306× X −17.25×106 = 0 , dont la solution utile est:
X = 6490mm . Cette solution n’est pas réaliste car elle correspond à t rc = 6481mm !
Essayons à présent la variante qui consiste à augmenter l’épaisseur de la semelle de la poutre en
maintenant celle de la platine à la valeur donnée initialement t p = 28mm . Cette variante est intéressante
car elle permet d’augmenter la largeur efficace selon: beff ,c,wc = t fb + u + t p + 5(t fc + rc ) . Elle permet aussi
d’augmenter k wc = min 1.0;1.7 − σcom,Ed / f y  . Imposant la condition k wc = min 1.0;1.7 −σcom,Ed /f y  =1 ,
Fv,Sd Fv,Sd
on obtient: σcom,Ed = = 0.7f y avec A = t fb beff ,c,wc . Ce qui donne: = 0.7f y ,
A t fb  t fb + u + t p + 5( t fc + rc )
921400
soit =164.5 . La solution de cette équation est: t fb = 19.77mm , par suite:
t fb ( t fb + 263.5)
beff ,c,wc = 283.3mm .
En maintenant le raidisseur avec l’épaisseur t rc = 20.5mm , la valeur de résistance à la compression est
1 1
donnée par: Fc,wc;Rd = k wc ωρ beff ,c,wc (t wc + t rc )f y avec ω= 2
. Ce qui
γ M0 1+1.3 beff ,c,wc ( t wc + t rc )/ A vc 
donne: ω= 0.4353 et Fc,wc;Rd = 843.3kN . La compression dans l’âme du poteau ne passe toujours pas.
MSd
Envisageons enfin de diminuer la valeur de Fv,Sd = en installant un jarret. Le bras de levier à
h b − t fb
MSd MSd
réaliser doit satisfaire à la condition Fv,Sd = = Fc,wc;Rd , ce qui donne: h b − t fb = , soit
h b − t fb Fc,wc;Rd
h b − t fb = 379.5mm . On installera donc un jarret de hauteur h b = 379.5 +19.77 , soit h b = 400mm .
En résumé: on installera un raidisseur d’épaisseur t rc = 20.5mm sur l’âme du poteau au droit de la zone
de compression, on augmentera l’épaisseur de la semelle comprimée jusqu’à obtenir au minimum
t fb = 19.77mm et on installera un jarret de hauteur minimale: h b = 400mm .

*Vérification de la résistance de l’âme du poteau au cisaillement:


0.9A vc f y
La vérification du cisaillement dans l’âme du poteau se fait avec: Vwc;Rd = où γ M0 = 1 et dans
3γ M0
le cas de la zone non-raidie de l’âme: A vc = 4269mm2 . D’où Vwc;Rd = 521.3kN .
Comme Fv,Sd = Fc,wc;Rd = 843.3kN > Vwc;Rd = 521.3kN , il y a lieu d’installer une fourrure d’âme. Cette
0.9A vc f y
fourrure est telle que : Fv,Sd = 843.3kN = Vwc;Rd = avec
3γ M 0
A vc = Ac + h wc t fourrure − 2bc t fc + (t wc + t fourrure + 2rc )t fc et h wc = h c − 2t fc − 2rc , ce qui donne :
843.3×103 × 3 A vc − 4269
A vc = = 6906mm2 et t fourrure = , soit t fourrure = 7.66mm , que l’on
0.9f y 13.5 + 400 − 2×13.5 − 2× 21
pourra arrondir à t fourrure = 8mm .
Remarque: un assemblage n’est pas seulement le diamètre des boulons !