Vous êtes sur la page 1sur 110

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Master 2 Spécialité Logistique

MAITRE DE MEMOIRE
MR IBRAHIM CHITOU
Virginie Barbaran
Année de réalisation 2008

COMMENT EST ORGANISÉE, GÉRÉE ET


FINANCÉE LA SUPPLY-CHAIN HUMANITAIRE
D’URGENCE ?

Mémoire de fin d’études

1|Page
R EMERCIEMENT-------------------------------------------------------------------------------------------------- 6
INTRODUCTION----------------------------------------------------------------------------------------------------------- 7
PREMIERE PARTIE : LES ONG, G ESTION ET COMMUNICATION----------------------------------------- 9

Gestion----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 10

I- PRESENTATION DES ONG --------------------------------------------------------------------------------------------- 10


A) Les ONG (Organisation Non Gouvernementale----------------------------------------------------------- 10
B) Historique--------------------------------------------------------------------------------------------------------- 10
C) Différents types d’ONG----------------------------------------------------------------------------------------- 11
D) La législation----------------------------------------------------------------------------------------------------- 11
II- LE FINANCEMENT-------------------------------------------------------------------------------------- 12
A) Le soutien des gouvernements et de l’Union Européenne----------------------------------------------- 12
B) Le Fond Central d’urgence du BCAH---------------------------------------------------------------------- 13
C) Les dons --------------------------------------------------------------------------------------------------------- 13

Communication----------------------------------------------------------------------------------------------------- 14

I- LA COMMUNICATION EN SITUATION DE CRISE----------------------------------------------------- 14


A) Planification de la communication de crise ----------------------------------------------------------------- 14
II- LA CAMPAGNE MEDIATIQUE DE MSF---------------------------------------------------------------- 15
A) Les voies de communication de l’ONG----------------------------------------------------------------------- 15
B) Campagne Internet 2008 contre la malnutrition------------------------------------------------------------ 16
1. Le contexte-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 16
2. Analyse de la campagne----------------------------------------------------------------------------------------------- 17
C) Site Internet de MSF et Goodies--------------------------------------------------------------------------------- 19
1.Présentation du site----------------------------------------------------------------------------------------------------- 19
2.Analyse du site internet------------------------------------------------------------------------------------------------ 20
3.Goodies------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 21
D) Vidéos MSF--------------------------------------------------------------------------------------------------------- 22
Première vidéo------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 22
1. Description du film----------------------------------------------------------------------------------------------------- 22
2. Analyse de la campagne----------------------------------------------------------------------------------------------- 22
3. Impact de la campagne sur le public--------------------------------------------------------------------------------- 23
Seconde vidéo-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 24
4. Description du film----------------------------------------------------------------------------------------------------- 24
5. Analyse de la publicité------------------------------------------------------------------------------------------------- 26
6. Impact de la campagne sur le public--------------------------------------------------------------------------------- 26
Troisième vidéo------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 27
7. Analyse de la vidéo----------------------------------------------------------------------------------------------------- 28
E) Synthèse de communication de MSF------------------------------------------------------------------------------ 29

2|Page
1. Type de médias utilisés et type de diffusion------------------------------------------------------------------------- 29
2. Axe de communication------------------------------------------------------------------------------------------------- 30
3. Un marketing spécifique aux ONG, le marketing de culpabilité------------------------------------------------- 30
4. Les conséquences de la diffusion------------------------------------------------------------------------------------- 31
5. analyse des points positifs et négatifs de la campagne 1999----------------------------------------------------- 31
III- LA CAMPAGNE MEDIATIQUE DE LA C ROIX ROUGE----------------------------------------------------- 32
A ) Les voies de communication de La Croix Rouge--------------------------------------------------------------- 32
B) Campagne vidéo La Croix rouge : Adrianna Karembeu------------------------------------------------------- 32
1. Vidéo 1, Description du film------------------------------------------------------------------------------------------ 32
2. Vidéo 2Analyse de la vidéo-------------------------------------------------------------------------------------------- 33
3. Description du film----------------------------------------------------------------------------------------------------- 33
4. Analyse de la vidéo----------------------------------------------------------------------------------------------------- 34
5. Impact sur le public---------------------------------------------------------------------------------------------------- 34
C) Conclusion sur la Campagne vidéo-------------------------------------------------------------------------------- 35
1. Effet visuel et le choix de Adrianna---------------------------------------------------------------------------------- 35
2. Le concept publicitaire------------------------------------------------------------------------------------------------ 36
D) Campagne mail 2008------------------------------------------------------------------------------------------------ 36
1. Le concept---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 37
2. Analyse du concept----------------------------------------------------------------------------------------------------- 37
E) Les retombées de la campagne 2007------------------------------------------------------------------------------- 37
1. Une campagne récompensée : Tu fais quoi en 2007 ?------------------------------------------------------------ 37
V- LES CAMPAGNES DES AUTRES ONG------------------------------------------------------------------------ 38
VI- LES FRANÇAIS ET L’ HUMANITAIRE----------------------------------------------------------------------- 39
A) Les caractéristiques du sondage------------------------------------------------------------------------------------ 39
B) Les ONG les plus connues du public------------------------------------------------------------------------------- 39
C) Les donneurs----------------------------------------------------------------------------------------------------------- 40
D) Les axes de recherche lancés par le sondage--------------------------------------------------------------------- 40
SECONDE PARTIE : LES FLUX DE LA LOGISTIQUE HUMANITAIRE---------------------------------------- 42
LES FLUX DE MATERIEL------------------------------------------------------------------------------------------ 43
A) Les types d’acquisition des ONG----------------------------------------------------------------------------------- 43
1. Les dons et la gestion des stocks------------------------------------------------------------------------------------- 43
2. Les autres types d’approvisionnements----------------------------------------------------------------------------- 44
B) Le stockage------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 46
C) Le conditionnement des marchandises avant expédition------------------------------------------------------- 48
1. La nature du produit--------------------------------------------------------------------------------------------------- 48
2. Conditionner en fonction du mode de transport-------------------------------------------------------------------- 49
3. Conditionner en fonction du mode de chargement/ déchargement---------------------------------------------- 49
D) Le transport------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 50
1. Le commissionnaire de transport et les ONG----------------------------------------------------------------------- 51

3|Page
2. Les incoterms de la logistique humanitaire------------------------------------------------------------------------- 52
3. Le choix du type de transport----------------------------------------------------------------------------------------- 54
4. Le transport maritime et aérien--------------------------------------------------------------------------------------- 55
5. Avantage et Inconvénients des 4 types de transports-------------------------------------------------------------- 55
6. Le coût du transport et sa responsabilité---------------------------------------------------------------------------- 56
7. Les formalités de douanes pour un envoi humanitaire------------------------------------------------------------ 56
E) La récupération des marchandises--------------------------------------------------------------------------------- 57
1. Les documents du transport aérien----------------------------------------------------------------------------------- 57
2. Les documents du transport maritime-------------------------------------------------------------------------------- 58
3. Les documents du transport routier---------------------------------------------------------------------------------- 58
F) La distribution--------------------------------------------------------------------------------------------------------- 58
1) La distribution directe------------------------------------------------------------------------------------------------- 59
2) La distribution indirecte----------------------------------------------------------------------------------------------- 60
G) L’externalisation du transport et du stockage-------------------------------------------------------------------- 60
II- LES FLUX D’INFORMATION---------------------------------------------------------------------------------- 61
A) Les ERP et les progiciels--------------------------------------------------------------------------------------------- 61
B) Le système d’information de MSF--------------------------------------------------------------------------------- 63
C) La gestion électronique de documents au service de l’aide humanitaire------------------------------------ 64
D) La téléphonie par satellite contre les catastrophes-------------------------------------------------------------- 64
III-LES CAMPS DE REFUGIES, EXEMPLE CONCRET DE GESTION LOGISTIQUE
A TRAVERS LES SYSTEMES D’ INFORMATIONS----------------------------------------------------------------- 65
A) Définition--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 65
B) Le UNHCR------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 65
C) Quelques chiffres sur les camps------------------------------------------------------------------------------------ 66
D) Les Systèmes d’information, une réponse aux défis des Camps de réfugié---------------------------------- 66
1. La méthode multi-critères de localisation des camps de réfugiés------------------------------------------------ 66
2. cartographie des camps au service de la gestion et de la planification---------------------------------------- 70
E) La distribution dans les camps de réfugiés------------------------------------------------------------------------ 73
1. Un besoin---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 73
2. Une réponse------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 73
3. La mise en place des programmes------------------------------------------------------------------------------------ 73
TROISIEME PARTIE : C AS PRATIQUE-------------------------------------------------------------------------- 75
La gestion des secours après le Tsunami de Décembre 2004------------------------------------------------- 76
I- R APPEL DES FAITS--------------------------------------------------------------------------------------------- 76
II- L’ORGANISATION DES SECOURS---------------------------------------------------------------------------- 76
A) Les moyens humains et matériels---------------------------------------------------------------------------------- 76
B) Le coût de l’opération------------------------------------------------------------------------------------------------ 77
C) Les conséquences d’une réactivité immédiate-------------------------------------------------------------------- 77
D) Prise de conscience et évaluation des dégâts avant intervention---------------------------------------------- 78

4|Page
E) La gestion des secours------------------------------------------------------------------------------------------------ 78
F) Une collaboration internationale----------------------------------------------------------------------------------- 79
G) Tenir compte des anciennes opérations--------------------------------------------------------------------------- 79
La guerre au Liban en Juillet-Aout 2006------------------------------------------------------------------------------- 81
I- O RGANISATION LOGISTIQUE DE L’ AIDE L’HUMANITAIRE SUITE A LA CRISE-------------------------- 81
A) Rappel des faits-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 81
B) Les réactions internationales---------------------------------------------------------------------------------------- 82
C) Bilan de l’aide humanitaire au Liban------------------------------------------------------------------------------ 82
1. Aide financière de l’état Français pour les ONG sur place------------------------------------------------------ 82
2. Aide et acheminement matériel en général-------------------------------------------------------------------------- 83
3. Un point sur le fret maritime des ONG vers Beyrouth------------------------------------------------------------- 83
II- L’ORGANISATION LOGISTIQUE DE L’EVACUATION DES RESSORTISSANTS FRANÇAIS DU LIBAN--- 84

A) Problèmatique---------------------------------------------------------------------------------------------------------- 84
B) La notion d’aide au départ et d’évacuation----------------------------------------------------------------------- 84

5|Page
Remerciements

La rédaction de ce mémoire m’a permis de trouver de nouvelles perspectives


concernant mon projet professionnel. Etudier la Supply-Chain de l’humanitaire
m’a ouvert les yeux sur ce monde particulier et me donne l’envie d’y réaliser une
expérience professionnelle afin de pouvoir concrétiser mon travail.

Je désire souligner l’apport de Monsieur Vogelsinger Stéphane (Ancien Colonel de


l’armée française, actuellement responsable SI à la Société Générale Liban) qui a eu la
gentillesse de m’accorder un entretien afin répondre à toutes mes questions sur
l’évacuation des ressortissants français du Liban. Responsable des opérations logistiques,
Mr Vogelsinger m’a fait comprendre de façon concrète et opérationnelle comment gérer
les flux du secours d’urgence.

Je tiens également à remercier les 37 personnes qui ont pris le temps de répondre
à mon sondage sur l’humanitaire. Leurs réponses, hétéroclites et précises m’ont aidé à
raisonner avec le recul qu’il faut pour être efficace sur ce type d’analyse.

Enfin, merci à mon maître de mémoire Monsieur Ibrahim Chitou pour sa


disponibilité et son aide méthodologique notamment pour redéfinir mon plan.

6|Page
Nous pouvons aborder le monde de l’humanitaire sous deux angles
principaux : celui des médias, auquel nous sommes confrontés tous les jours
ou celui plus technique qui a trait à la logistique. On remarque vite que ces
deux regards sont étroitement liés car l’un permet à l’autre d’exister.
Les ONG, comme leur nom l’indique, n’ont pas de finalités lucratives,
cependant, elles doivent tout de même réussir à trouver le financement
nécessaire à la réalisation de leurs missions humanitaires. C’est pour cela
qu’elles ont développé un marketing de plus en plus efficace afin d’inciter la
population et les entreprises à donner. Cela constitue leur principale source de
financement. En fonction des moyens recueillis elles pourront mener des
actions de plus en plus importantes.
Les dons permettent de financer des achats, des frais de conditionnement et
d’entrepôts, de commissionnaire de transport, d’expéditions ou encore de
distribution. Mais ils sont également utilisés à titre d’investissement dans les
systèmes d’informations qui intéressent de plus en plus les acteurs du monde
humanitaire. On travaille désormais avec des images satellites pour optimiser
la gestion des stocks comme un camp de réfugiés.
Lorsque l’on analyse les flux que génère le secours d’urgence, on peut dresser
une véritable Supply-Chain humanitaire. Ce mémoire s’articule autour de la
problématique suivante :

Comment est organisée, gérée et financée la


Supply-Chain Humanitaire d’urgence ?

Chaque maillon de la Supply-Chain humanitaire est traité dans les deux


premières parties. Ce travail s’appuie également sur deux cas pratiques qui lui
apportent une vision opérationnelle.

7|Page
COMMENT EST ORGANISEE, GEREE ET
FINANCEE LA SUPPLY-CHAIN HUMANITAIRE
D’URGENCE ?

Première Partie Seconde Partie


Les ONG Les flux de la logistique
Gestion et humanitaire
Communication

Entrepôt
ONG Conditionnement Transport

Médias, Achat
communication ONG présente
Importation
à l’étranger

Achat
Particuliers local
Entreprises
Distribution à
population dans
le besoin
Flux de matériel
Flux financier
Flux d’informations

Troisième Partie
Analyse de cas 8|Page
LES ONG : GESTION ET
COMMUNICATION

9|Page
Gestion

I- PRESENTATION DES ONG

A) Les ONG (Organisation Non Gouvernementale)

Une Organisation Non Gouvernementale est une organisation aux fonctions explicites et
latentes. Ce sont des espaces organisés et normés où se confrontent des enjeux (pouvoir,
légitimité, intérêts...) à la fois à l’intérieur de l’organisation et dans les rapports de
l’organisation avec ses partenaires et son environnement.

On distingue deux grands fondements de la présence


au monde des ONG :
- l’intervention humanitaire
- les opérations de développement

B) Historique

C’est avec l’émergence des droits de l’homme et des dévastes des deux guerres
mondiales que naissent les ONG. Les premières ont d’abord eu un rôle d’urgence, puis on
s’est orienté vers des modèles missionnaires, soit des missions de santé et d’éducation,
qui ont donné naissance aux premières ONG de développement.

Dans les années 60, se créent les développementalistes issus du tiers-mondisme


politique. Leurs discours et leurs interventions sont particulièrement efficaces, ce qui leur
confère de la notoriété.

10 | P a g e
Dans les années 70, des ONG se proclamant « sans frontières » se développent, bien
qu’aucun lien juridique ne les rapproche. La première est MSF (Médecins sans frontières).
Ces organisations apportent assistance, et veulent aussi témoigner de ce qui se passe
dans le monde, elles ignorent la diplomatie et les raisons d’Etat.

Par leur but non lucratif et leurs actions altruistes, elles retiennent l’attention d’un grand
public. Mais il ne faut pas non plus oublier leur rôle politique de plus en plus important.
Elles ont acquis une reconnaissance de la part des états, et participent à de grandes
négociations lors de conférences internationales.

C) Différents types d’ONG

Les ONG ont plusieurs champs d’action : lutte pour les Droits de l'Homme (Amnesty
International ou ATD Quart Monde), la lutte contre la faim (Action Contre la Faim),
association pour l'économie mondiale (Mouvements altermondialistes), ou encore la
protection de la nature (Sea Shepherd Conservation Society).

Elles sont en si grand nombre qu'elles couvrent tout le spectre politique, social,
philosophique et anthropologique.

Les ONG ont différents modes d'actions, ce qui conduit à les classer en deux catégories :

- Les groupes de pression politique. Elles n’ont pas de but humanitaire mais des
ambitions idéologiques ou commerciales. On y trouve des lobbys de toute nature, en
particulier économiques et patronaux.

- Les ONG humanitaires qui mettent en place des programmes d'aides éducatifs
ou caritatifs.

D) La législation

Une organisation non gouvernementale ou ONG est une organisation d'intérêt public qui

11 | P a g e
ne relève ni de l'Etat ni d'une institution internationale.

Les principaux critères définissant une ONG sont:

- l'origine privée de sa constitution


- le but non lucratif de son action
- l'indépendance financière
- l'indépendance politique
- la notion d'intérêt public

Une ONG est une personne morale qui, bien que n'étant pas un gouvernement, intervient
dans le champ international (les relations juridiques internationales sont en général
réservées aux relations entre États).

II- LE FINANCEMENT

Aider et soutenir des populations en détresse demande des moyens matériels essentiels
mais également un soutien financier important. Différentes sources de financement sont
donc mises en place, privées comme publiques

A) Le soutien des gouvernements et de l’Union Européenne

Les ONG ont aujourd’hui pris une ampleur mondiale ce qui leur procure une
reconnaissance de la part de nombreux gouvernements qui facilitent leurs actions en
devenant donateurs.
En effet, l’Etat français les subventionne directement et Bruxelles contribue au budget
des plus importantes d’entre elles par l’intermédiaire de l’ECHO (European Community
Humanitarian Office).

L’Union Européenne est l’un des principaux donateurs d’aide humanitaire mondiale. La

12 | P a g e
mission de l’ECHO (créé en 1992 par le règlement (CE) n°1257/96) est de réagir face aux
victimes de catastrophes naturelles ou de conflits même si ces derniers n’ont pas lieu
dans l’Union Européenne. Il n’y a pas de distinction de race, de religion ou d’opinion
politique. L’ECHO bénéficie de biens (première nécessité, matériels médical, carburant) et
de support logistique grâce à de nombreux partenaires. Elle intervient dans plus de 85
pays et gère un budget annuel de 500 millions d’Euros. Ce budget est utilisé à 80-90%
pour les conflits et à 10-20% pour les catastrophes naturelles.

B) Le Fond Central d’urgence du BCAH

Le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires (BCAH), chargé de coordonner les


actions inter organisations lors de situations complexes, il a mis en place un fond central
d’urgence. Ce fond est une réserve qui permet de réagir immédiatement face à une
situation d’urgence. Il peut être utilisé au tout début de la crise et dans des cas
exceptionnels pour aider les organisations humanitaires à faire face à des problèmes de
liquidités dues à l’attente des contributions des donateurs. Depuis 1992, le Fond a été
sollicité 51 fois pour un montant total de 122.7 millions de dollars décaissés. Il convient
de noter que c’est l’UNICEF, le HCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les
Réfugiés) et le PAM (Programme Alimentaire Mondial) qui ont bénéficié de 80% de cette
somme.

C) Les dons

La source des dons est diverse. Il peut s'agir de personnes, d'organisations ou


d'entreprises. La plupart sont donnés suite à des accords lors de la planification.
Beaucoup sont offerts au moment d'une urgence, d’une catastrophe.

La part des dons qui couvre les frais administratifs et de marketing est de 15%. La
communication se fait régulièrement avec des affiches publicitaires et dans les cas
d'urgence, par des annonces radio ou des mailings. Par exemple, l'association Handicap

13 | P a g e
International a récolté un nombre inespéré de dons grâce à un mailing auprès de 650 000
donateurs.
Les ONG gardent cependant un fond de roulement important pour disposer d'une bonne
marge de manœuvre en cas d'urgence.

Certaines ONG ont des plans de communication bien étudiés et font des appels aux dons
de particuliers comme d’entreprises de façon récurrente. Si en fonction de l’ONG, le ton
ou le message diverge, l’objectif lui reste le même, persuader de donner.

Communication

I- LA COMMUNICATION EN SITUATION DE CRISE

Si le plan de communication de crise n’est qu’un des composants d’un plan global
d’urgence, il est cependant l’un de ceux qui doit être établi selon une infrastructure
précise, par les plus hauts responsables qui sont habilités à prendre des décisions rapides.
Une des clés de la communication de crise est le recueil d’informations valides et ceci
avant tous les autres.

Etre le premier à posséder les informations permet de devenir la source privilégiée des
médias, de faire autorité et d’accroître naturellement sa crédibilité. L’organisation pourra
ainsi jouer un rôle de premier plan dans le cycle de l’information autour de la crise. Ceci
demande d’avoir une organisation qui permet d’évaluer une situation et qui pourra agir à
bon escient. L’équipe opérationnelle de crise devra être prête et efficacement entraînée.
A) Planification de la communication de crise

- Les cibles : le plan de communication doit être établi pour répondre à différentes
cibles :
- Les médias

14 | P a g e
- Le public, via les médias
- Les autorités et leurs équipes de communication
- La structure de l’organisation, ses employés, leurs proches
- L’environnement

- L’équipe sur le lieu de la crise : chaque site ou lieu à risque doit comporter une
équipe entraînée afin de fournir des informations claires et qui soit capable de
répondre aux médias avant l’arrivée de l’équipe de communication.

- Une communication rapide et avec bon ton : il est vital qu’un responsable de
l’organisation s’exprime avec les médias dès que possible et projette une image de
calme, de clarté, de compétence.

- Anticiper et préparer les moyens : au delà de la préparation des équipes, il est


nécessaire de pouvoir agir sans avoir à chercher une imprimante, un standard
téléphonique, un ordinateur, une connexion Internet ou encore un carnet
d’adresses.

- Réunir les bonnes informations de base : il faut essayer d’obtenir les informations
de base, fiables, faciles à interpréter (lieu de la crise, installations touchées) qui
permettront de rendre compte aux médias et d’évaluer la situation.

II- LA CAMPAGNE MEDIATIQUE DE MSF

A) Les voies de communication de l’ONG

L’humanitaire est un sujet sérieux, parfois dramatique qui touche de nombreuses


personnes. Beaucoup se sentent concernés lorsque que survient une crise alimentaire ou
un génocide. C’est pourquoi MSF a décidé d’axer sa communication sur les sentiments en
diffusant des situations dérangeantes, poignantes.

15 | P a g e
B) Campagne Internet 2008 contre la malnutrition

1. Le contexte

Médecins Sans Frontières lance une campagne afin de promouvoir un traitement efficace
contre la malnutrition et pour l’extension massive de l’utilisation des pâtes enrichies
prêtes à l’emploi.

MSF lance un appel :

• Aux ministères de la Santé et leurs partenaires, pour qu’ils favorisent l’utilisation


effective des pâtes enrichies prêtes à l’emploi pour le traitement des enfants
atteints de malnutrition sévère, comme le recommande l’OMS. Aujourd’hui, 97%
des enfants concernés n’en bénéficient pas.
• A l’OMS, pour qu’elle favorise l’application de ses nouveaux standards de
croissance de l’enfant et pour qu’elle élargisse les indications d’utilisation de la
nouvelle génération de produits prêts à l’emploi. Ces derniers doivent être
recommandés en traitement précoce de la malnutrition sans attendre que l’enfant

16 | P a g e
ne soit atteint de la forme la plus sévère de la maladie. L’OMS doit promouvoir la
recherche opérationnelle dans ce domaine, pour reproduire et étendre les
expériences positives, comme celle menée par MSF au Niger en 2006 auprès de 60
000 enfants atteints de malnutrition dite modérée.
• Aux bailleurs de fonds, pour qu’ils reconsidèrent la qualité de l’aide alimentaire
pour les enfants de moins de trois ans et remplacent les farines enrichies par les
pâtes nutritives prêtes à l’emploi, mieux adaptées, plus pratiques et plus efficaces
pour les enfants souffrant de malnutrition aiguë.
• A l’UNICEF et au PAM pour qu’ils assurent la disponibilité des pâtes nutritives
prêtes à l’emploi en quantités suffisantes et à des prix accessibles, ce qui implique
de collecter des fonds et de trouver des solutions pour assurer une production
durable et localisée dans les pays concernés.
• Aux ministères de la Santé, aux chercheurs en nutrition et aux différentes
organisations gouvernementales et non gouvernementales, pour qu’ils mettent
en œuvre des projets de recherche visant à explorer la place que pourrait occuper
les produits prêts à l’emploi dans la prise en charge de la malnutrition, sous toutes
ses formes.
• Aux chercheurs, producteurs et utilisateurs des pâtes nutritives prêtes à l’emploi
pour qu’ils travaillent à l’élargissement de la gamme de produits existants pour
permettre des utilisations élargies : traitement précoce, prévention de la
malnutrition infantile, nutrition maternelle.

Sources : www.msf.com

2. Analyse de la campagne

L’enfant tenant la pâte enrichie

C’est à travers l’image de l’enfance et de l’innocence que MSF fait passer son message. Le
texte « quand je serai grand je serai vivant » nous plonge tout de suite dans notre propre
enfance ou celle de nos enfants. On repense à nos rêves et on se rend compte que
certains enfants n’ont pas le loisir de choisir leur vie future car cette dernière est

17 | P a g e
compromise. Montrer que MSF est capable de faire évoluer la situation et qu’il existe des
solutions qui ne sont pas onéreuses est un moyen de persuasion très puissant. Ramener
le don à 1 euro par semaine pour une durée non précisée permet au donneur de
relativiser. Il amène au raisonnement suivant : 1 Euro par semaine cela n’est pas grand-
chose pour moi et pourtant cela sauve un enfant. Le donneur se sent donc gratifié par son
geste.
L’enfant tient dans sa main la fameuse pâte « miracle » qui fait l’objet de la campagne.
C’est grâce à cette dernière que de nombreux enfants pourront lutter contre la
malnutrition.

Les couleurs

Chaque couleur a une histoire qui lui est propre, qui a une influence sur celui qui les
regarde. Il existe sept couleurs fondamentales (celle de l’arc en ciel) soit le violet, l’indigo,
le bleu, le vert, le jaune, l’orange et le rouge.
Ici les 3 couleurs dominantes sont le gris, le blanc et le rouge.

- Le blanc qui constitue le fond de l’affiche a la capacité d’agrandir l’espace.


En effet, l’affiche est déjà beaucoup chargée. Il évoque l’union, la froideur
et le silence. Ce qui colle parfaitement au message de MSF :
« Finit l’indifférence ! Unissons-nous pour sauver des vies ! »

- Le monde de l’enfant est en gris ce qui nous plonge tout de suite dans la
tristesse. Le style photographie peut aussi nous faire penser au passé.
L’époque où les enfants meurent de faim est désormais révolue car nous
avons les moyens d’agir.

- Enfin le rouge qui est la couleur du logo de MSF est la couleur la plus
symbolique de l’affiche, elle exprime le sang, l’action et la passion qui
anime l’ONG.

18 | P a g e
Ici le rouge et le gris jouent le rôle de contraste. Le rouge attire tout de suite l’œil qui se
dirige ensuite vers l’enfant et la tristesse qui s’en dégage.

C) Site Internet de MSF et Goodies

1. Présentation du site

Le site Internet de l’ONG est composé des 2 couleurs piliers de MSF à savoir le rouge et le
blanc. Soit l’union et la passion. L’organisation est claire et simple. Le visiteur a plusieurs
options : se renseigner sur l’organisation, ses projets. Il peut également voir des vidéos
montrant MSF en action, accéder à des centres de réflexions, proposer sa candidature à
l’ONG, accéder à des blogs en rapport avec l’humanitaire, s’inscrire à la newsletter.

Prochainement, MSF va mettre en place une chaîne de télévision en ligne qui permettra
de suivre les conférences tenues au siège de la rue Sabin à Paris.
Le site propose également une section maladies regroupant des affections graves comme
le paludisme ou encore la méningite. Vidéos à l’appui, MSF décrit les symptômes, les

19 | P a g e
causes, et les voies de guérison. Il fait part également du nombre de pays et de personnes
atteintes par ces maladies dans le monde et des ravages qu’elles engendrent.

L’onglet MSF en action montre les pays dans lesquels l’ONG intervient quelles sont ses
missions, ses équipes et l’argent dépensé sur place. Si on prend l’exemple de la Chine, on
constate que depuis 2003, MSF prend en charge les malades du Sida dans la ville de
Nanning province de Guanqxi (troisième province du pays la plus touchée par la maladie).
Ils mettent en place un traitement antirétroviral. Ces actions coûtent 1.1 millions d’euros
qui sont financés à 100% par les dons. L’équipe sur place est constituée de 46 personnes
dont 12 expatriés et 34 employés chinois. Il est également possible de télécharger les
rapports financiers des années précédentes.

2. Analyse du site Internet

Le site Internet est ludique et donne de nombreuses informations que cela soit sur
l’association ou sur le monde de l’humanitaire en général. On peut participer à des
groupes de discussions, avoir son propre espace privé et ainsi faire partie de la famille de
l’humanitaire. Les couleurs sont chaudes et on reconnaît ainsi le monde de MSF qui
reprend le blanc et le rouge dans tous ses communiqués de presse. Si le visiteur décide de
faire un don, tout est mis en place pour faciliter sa tâche. Il lui suffit de cliquer sur
l’onglet « soutenir MSF » et il accède à une nouvelle page qui explique comment est
utilisé l’argent donné afin de s’assurer de la bonne foi de l’ONG. Le visiteur a le choix
entre un don permanent (1 euro par semaine) ou ponctuel pour le montant de son choix.
Le paiement est soit en ligne ou par voie postale. Faire un don entraîne la création d’un
espace privé. On constate que MSF est très transparent. Il montre son engagement et son
but non lucratif afin de rassurer les donneurs.

20 | P a g e
3. Goodies

Le site Internet propose également un certain nombre de goodies à télécharger


notamment des fonds d’écran. Ce qui est intéressant ici, c’est l’écran qui propose de les
télécharger.

Cette image propose à l’internaute de « traverser » la frontière avec MSF. En cliquant sur
la barrière il peut obtenir gratuitement le fond d’écran de l’organisation. Derrière cette

21 | P a g e
fameuse barrière nous apercevons un village avec un homme qui nous regarde. Ce
dernier est en noir ce qui symbolise la détresse, la fin. En cliquant virtuellement cela
permet de se rapprocher de cet homme qui parait si loin.

4. L’objectif des goodies

Les goodies permettent à MSF de faire de la publicité indirectement, l’internaute qui se


sent concerné par l’action humanitaire télécharge un fond d’écran. Ainsi toute personne
qui voit ou utilise l’ordinateur sera touché par MSF.

D) Vidéos MSF

Première vidéo

1. Description du film

Appel aux dons : Qui sont les MSF ? (2006)

Texte de la voix off


« Chaque jour, nous franchissons des frontières pour porter secours à des hommes, des
femmes et des enfants dont la vie est menacée. Chaque jour, nous soignons les personnes
piégées ou déracinées par la guerre, frappées par les épidémies ou la malnutrition,
sinistrées par un tremblement de terre ou des inondations. Chaque jour, nous brisons la
frontière de l’indifférence pour sauver des populations en danger. Aider nous à les aider.
Vos dons sont indispensables à nos équipes pour réagir au plus vite. Vos dons sont la
condition de l’action efficace et indépendante, au plus près des besoins. Aidez-nous à
dépasser la frontière de la fatalité. Faites un don. »

2. Analyse de la campagne
La vidéo prend une tournure dramatique dès les premières notes de musique. On en
retient deux objectifs majeurs :

22 | P a g e
Premièrement, la présentation de l’activité de MSF sur le terrain grâce à des images
poignantes d’enfants atteints par des maladies diverses. On voit les médecins leurs
prodiguer des soins. La musique est grave tout comme les images. On met en évidence le
fait que les médecins sont présents partout même dans les lieux les plus reculés. Le texte
est lui en adéquation avec les images. Aux mots « Franchir ou briser des frontières » sont
associés des vidéos de médecins qui sillonnent rivières tropicales et routes précaires pour
atteindre les lieux d’habitation les plus reculés. Ce montage a pour objectif de montrer
l’efficacité et la ténacité des acteurs de l’humanitaire. Cette preuve d’engagement et de
courage nous fait comprendre que nous aussi nous pouvons les soutenir et ainsi avoir une
part d’héroïsme.

La seconde partie de la vidéo est marquée par le changement de musique qui devient
plus festive notamment par l’ajout de guitare ce qui donne un ton
plus chaud à la mélodie. Cette fois MSF s’adresse à son public de
campagne soit les donneurs potentiels qui ont été touchés par ce
qu’ils viennent de voir. La voix off met l’accent sur des mots forts
qui nous reste en tête comme « vos dons sont indispensables(…)
condition pour être au plus prêt des besoins ». Les images sont également adressées
directement aux téléspectateurs. Des enfants fixent la caméra d’un regard grave voir
implorant afin de toucher le téléspectateur et le décider à agir.

3. Impact de la campagne sur le public

« Bouleversant, touchant, met mal à l’aise, solidarité, réaliste, triste, alarmante dévoués »
Ceux sont les termes qui sont évoqués à l’issue de la projection de la vidéo sur un public
de 37 sondés. (VOIR PARTIE VI AVIS DU PUBLIC POUR CONNAITRE LES CARATERISTIQUES

DU SONDAGE)

23 | P a g e
Source : sondage Internet personnel Free online survey

La vidéo semble avoir un impact bénéfique puisque 60% des personnes qui l’ont visionné
sont prêtes à donner. Beaucoup aiment voir concrètement ce que fait MSF et sont
admiratifs face à ce qu’ils accomplissent. Certains disent que la vidéo permet de leur faire
prendre conscience de la réalité du monde, ils veulent, eux aussi, aider et sauver des vies.

A l’inverse, la vidéo a eu un impact négatif sur 40% des sondés. Ils estiment que le don
doit être indépendant de la vidéo, ils donnent donc par conviction personnelle. Beaucoup
reprochent aussi à la vidéo de jouer sur le sentimental et la pitié des gens, et de ne pas
montrer où vont les dons et à quoi ils servent.

Pour conclure, on constate que la vidéo à un impact majoritairement positif puisqu’elle


génère l’envie de donner.

Seconde vidéo
Les Mamans vous Appellent (2007)

4. Description du film

La musique utilisée pendant les 40 secondes du film est un extrait de Dead Can Dance
"Host of the Seraphim"

24 | P a g e
- Premières images : des cris, un homme se fait braquer dans un magasin et se
recroqueville en se protégeant la tête. Il appel à l’aide.
- Puis un enfant habillé en scout est laissé attaché à un arbre près de ce qui semble
être le début d’un feu de forêt
- Changement de décors pour voir une jeune femme en pleurs qui appelle sa mère
au téléphone. On voit et entend la présence d’ambulances.
- La prochaine scène montre un homme âgé qui semble être à l’hôpital, il appel
quelqu'un mais sa voix est inaudible.
- La scène suivante montre un militaire en plein champ de bataille, il est prêt d’un
immeuble en feu. Il appelle en criant sa mère tout en se protégeant la tête de ses
mains.
- Une fillette accrochée au grillage de sa cour de récréation appelle tout doucement
sa mère qui vraisemblablement vient de partir.
- Un nourrisson pleure
- Deux enfants jouent dans une piscine, celui qui se fait couler appelle sa mère.
- Nous sommes maintenant dans une rue où des adolescents debouts urinent sur
un autre allongé par terre.
- Un jeune garçon pleure sur un cheval de bois, c’est à l’issue de ce dernier scénario
que apparaît pour la première fois un message de MSF : « C’est elle que vous
appeliez »
- Pour la scène finale, une femme africaine lève les yeux vers la caméra, le message
de MSF continue « Aujourd’hui ce sont elles qui vous appellent »
- Le plan s’élargi et on voit la même femme assise au fond d’une impasse
désaffectée elle est accompagnée de sa petite fille.
- Pour finir, un homme passe tourne la tête vers la femme, et finalement continue
son chemin. Le logo de MSF apparaît.

25 | P a g e
5. Analyse de la publicité

Dès les premières images de cette publicité, le ton


est donné, les images sont violentes parfois
dérangeantes. La musique est primordiale pour
que le spot fonctionne, cette dernière est dénuée
d’instruments et uniquement constituée du chant
d’une femme.
On note que le film est un équilibre entre la vie de
tous les jours et les situations dramatiques. On
s’identifie facilement aux protagonistes puisque qu’ils pourraient être nos propres voisins
ou nous même. Chacun d’entre nous est touché par une des scènes pouvant lui rappeler
un passé pas si lointain. Les différentes situations s’enchaînent rapidement afin que le
spectateur en prenne plein les yeux et reste sous le choc du spot qui vient de défiler.

Cette vidéo fonctionne car MSF montre un nouveau type d’images. La première partie est
axée sur le monde occidental, les tracas et désarrois de la vie de tous les jours et les
situations beaucoup plus difficiles mais qui sont susceptibles d’arriver. Des situations qui
nous touchent ou nous font peur. La seconde partie montre une femme africaine dans le
besoin. Mixer ces deux univers permet au téléspectateur de se sentir proche de cette
femme. Dans un autre contexte, un monde les sépare. Ici, on force à relativiser et à
comprendre que cette femme est une mère comme toutes les autres et qu’à ce titre il est
inimaginable de ne pas l’aider. Le spot a été diffusé essentiellement au cinéma, entre les
bandes-annonces et le début du film. L’ambiance du cinéma, le son dolby suround, la
taille de l’écran conditionnent le téléspectateur afin que la vidéo ait l’impact voulu.
Cependant la question que nous devons nous poser est : « Si les téléspectateurs sont
touchés par cette publicité est ce qu’elle sera vecteur de dons ? ».
6. Impact de la campagne sur le public
La vidéo a choqué de nombreux sondés qui la qualifient de dure, choquante, effroyable,
violente. Si certains ont reçu un électrochoc positif, d’autres considèrent que la vidéo est
mal réalisée, trop « cinéma ».

26 | P a g e
Comment trouvez-vous la vidéo ?

Source : sondage Internet personnel Free online Survey

L’impact de la vidéo sur l’envie de donner n’est pas le même que pour la première. La
moitié des sondés seulement sont prêt à donner. Les raisons évoquées sont les mêmes
que celles de la première vidéo. Cependant, la part des personnes qui ne veulent pas
donner à l’issue de cette vidéo est beaucoup plus importante (+8 points). Beaucoup
jugent le message trop violent et inadapté à l’ONG, on lui reproche de ne pas expliquer
concrètement à quoi vont servir les dons.

Troisième vidéo
World Aids Day 2005
C’est une vidéo de MSF qui est entièrement réalisée en images de synthèse. Ce spot de 44
secondes est métaphorique. Il montre de manière très imagée les ravages provoqués par
le sida en Afrique et sa vitesse de propagation.

27 | P a g e
Le spot commence par un homme qui marche et
qui s’écroule tout à coup. Il part en roulade et
entraîne dans sa chute 4 personnes qui se
trouvaient sur son chemin. Les 5 personnes
forment donc une boule qui continue à prendre
de l’ampleur au fur et à mesure de son
avancement. C’est l’effet boule de neige, la boule
représentant la maladie qui s’entend de plus en
plus. Pour illustrer les catastrophes qu’elle
entraîne, la boule emporte un homme et fait exploser sa maison.

C’est une façon d’illustrer le désastre qu’engendre la maladie. La boule entre ensuite dans
un village et évite de prendre sur son passage un groupe de personnes qui viennent pour
se faire vacciner par les médecins de MSF. Cela prouve que l’action de MSF a un impact
sur l’expansion de la maladie. La suite du spot se poursuit par l’arrivée de la boule devant
une ville. Elle est devenue gigantesque, rafle tout sur son passage et détruit la ville. La
dernière image est celle d’une citadine avec son bébé qui prend conscience du danger
mais qui ne peut rien faire si ce n’est se faire engloutir par la boule.

7. Analyse de la vidéo

On pourrait croire que l’utilisation de personnages de synthèse à défaut de personnages


humains pourrait diminuer l’impact psychologique de la vidéo, mais on comprend vite
qu’ici cela n’est pas le but premier. L’objectif principal de cette publicité est faire prendre
conscience au publique de l’urgence de la situation. La boule qui grossit et fait de plus en
plus de dégâts au fur et à mesure de son avancement met en évidence les ravages du sida
dans les pays d’Afrique, des villes décimées, des familles détruites. MSF a des solutions, il
faut donc les soutenir.

28 | P a g e
E) Synthèse de communication de MSF

1. Type de médias utilisés et type de diffusion

On constate une pluralité dans les campagnes MSF tant au niveau du support que dans la
diffusion. Dans ses vidéos, l’ONG propose plusieurs types d’images :

- Celles dites de terrain, tournées lors des missions des équipes sur place. Ces
images ont un impact fort puisqu’elles représentent la réalité quotidienne de ce
qui se passe dans le monde. Ce n’est pas de la fiction donc l’impact sur celui qui
visionne les images est important. Ce dernier sait qu’il n’est pas dans un film, c’est
la réalité et il est donc temps d’agir.

- Les images tournées spécifiquement pour le film, dans ce type de vidéo MSF
retire tous les avantages de la mise en scène des films dramatiques soit un
enchaînement d’images violentes sur un fond musical déchirant. Celui qui voir la
vidéo surtout lorsqu’elle est diffusée dans un cinéma, est heurté par l’impact que
lui prodigue le visionnage.

29 | P a g e
- Les images de synthèse, nous sommes à une époque où les nouvelles
technologies se développent de plus en plus et on ne compte plus le nombre de
films de synthèse qui ont remporté un vif succès. (Trilogie Shrek, Ratatouille…)
MSF a donc su s’adapter à l’évolution de la société afin de toucher la population.
Elle en apporte la preuve grâce au film de synthèse ayant pour thème la journée
mondiale contre la propagation du Sida. Ce film a une double vocation. Il permet
par son interprétation imagée du désastre que cause la maladie en Afrique, une
compréhension simple du phénomène par tous et par son concept moderne de
toucher une population plus jeune.

2. Axe de communication

MSF est une organisation humanitaire engagée, très active et qui se bat pour les
populations délaissées. Sa campagne de publicité colle donc avec cette image. Elle tente
de faire réfléchir les téléspectateurs, de prendre conscience de la chance qu’ils ont et que
d’autres n’ont pas. Ce sentiment de culpabilité et d’empathie est la première étape vers
le don.

3. Un marketing spécifique aux ONG, le marketing de culpabilité

Afin de dynamiser les dons, les ONG ont développé une nouvelle forme de
communication : le marketing dit de la «culpabilisation». Celui-ci paraît efficace pour
mobiliser la population et notamment les jeunes, plus individualistes mais aussi plus
sensibles que leurs aînés au spectacle de la souffrance. Ce type de marketing est employé
depuis plusieurs années. Certaines associations n’hésitent pas à illustrer leurs mailings
avec des photos d'enfants malades ou joignent des béquilles miniatures dans leurs
envois. Plus émotionnel que rationnel, ce marketing vise à déclencher une générosité
«épidermique». Il appel a un donc ponctuel qui pourrait se comparer à un achat impulsif.
Celui qui a visionné la vidéo a un besoin immédiat de se rendre utile et le plus vite
possible. Il retire par son don la tranquillité que lui avait fait perdre le visionnage de la
campagne. On peut citer en exemple l’envolée du nombre de dons en Décembre 2004 et

30 | P a g e
Janvier 2005 lorsque que MSF a appelé à l’aide pour le tsunami. Si l’impact visuel
provenait essentiellement des médias d’informations, les conséquences ont été les
mêmes que pour une campagne marketing de MSF. Le nombre de dons a atteint un
record et l’ONG a même fini par arrêter sa collecte dans un souci d’honnêteté face aux
donneurs.

4. Les conséquences de la diffusion

La question qu’il est légitime de se poser est l’impact de la campagne sur l’augmentation
des dons. Il y a plusieurs conséquences à la diffusion de ces clips vidéo.
- Prise de conscience temporaire de situations urgentes comme les famines, les
génocides et donc le besoin de moyen qui en découle. Le téléspectateur est
touché par la campagne et fait un don ponctuel à l’association.
- Prise de conscience permanente des besoins financiers d’une telle association et
se propose donc de donner régulièrement.
- La diffusion peut également provoquer des conséquences autres que financières
et susciter des vocations. (Hausse des candidatures chez MFS ainsi que des
inscriptions en médecine)
Par ailleurs, beaucoup s’interroge sur la finalité du don, le public a besoin de savoir à quoi
va servir son argent et doit être rassuré quand à son utilisation.

5. Analyse des points positifs et négatifs de la campagne 1999

La plus grande campagne (presse et TV) de MSF date de 1999, c’est aussi un de ces plus
grands échecs. La campagne d’une durée de 30 jours a coûté près de 6 millions de francs
soit 900 000 euros, une série de 300 spots a été diffusé. C’est grâce à des prestataires
partenaires qu’elle a pu être financée.

Cependant, elle a provoqué un nombre d’appels dérisoires avec un total cumulé de 3000.
Cet échec s’explique par un numéro d’appel qui était difficile à retenir pour les
téléspectateurs. Ce dernier (0825 832 832) était trop long et décourageait le public. Les

31 | P a g e
plus motivés ont du attendre 3 diffusions pour réussir à noter le numéro dans son
intégralité.

Mais selon le directeur marketing de MSF, Mr Pascal Fréneaux le but principal de la


campagne n’était pas de générer un nombre important d’appels mais plutôt un nombre
importants d’appels de qualités. Il qualifie donc la campagne comme réussie puisqu’il
enregistre un taux de transformation de 75%.

III- LA CAMPAGNE MEDIATIQUE DE LA CROIX ROUGE

A) Les voies de communication de La Croix Rouge

La Croix-Rouge organise chaque année une grande campagne de collecte de dons. Ce sont
des volontaires qui se chargent de récolter les fonds. Le ton utilisé par La Croix Rouge est
plus léger que celui de MSF, cependant il ne perd en rien de sa crédibilité… Comme le
font beaucoup de grandes marques de cosmétique, l’association s’appuie sur une égérie
connue afin de toucher la population. Cette ambassadrice n’est autre que le mannequin
Adrianna Karembeu. Ce choix d’avère être judicieux puisque la modèle se fait assez rare à
la télé.

Cependant, si 42% des sondés (source : sondage Internet personnel) trouvent ce choix
approprié, 87% disent ne pas être influencés par le mannequin dans leur décision de
donner.

B) Campagne vidéo La Croix rouge : Adrianna Karembeu

Vidéo 1
Adrianna

1. Description du film

32 | P a g e
Adrianna Karembeu est allongée buste relevé, la caméra part de ses chaussures à talons
aiguilles et remonte dévoilant ainsi les charmes de la mannequin (seulement vêtue de
sous vêtements). Des inscriptions s’affichent au fur et à mesure (pression, massage
cardiaque, bouche à bouche).

2. Analyse de la vidéo

Lorsque commence la publicité, on pourrait croire que c’est un produit cosmétique qui va
être présenté. L’image est sensuelle, la caméra longe les courbes généreuses du
mannequin qui porte seulement des sous-vêtements. En fonction de la partie du corps
qui est montrée les inscriptions sont adaptées et suggestives. Par exemple, la suggestion
de bouche à bouche avec un trait qui désigne la bouche du mannequin. Cette publicité est
très sexy et profite à fond de l’image de sex-symbol que dégage le mannequin. Son
objectif est de capter les téléspectateurs, aussi au lieu de montrer des images
choquantes, la Croix rouge opte pour l’agréable. On regarde Adrianna et on intercepte le
message de la Croix rouge.

Vidéo 2
Campagne vidéo Adrianna et Robert
Et si Adriana n’est pas la, c’est Robert qui s’en chargera

3. Description du film

Depuis 2003, La Croix Rouge a choisi de réaliser une série de vidéos mettant en scène
Adrianna, qui se prépare pour sa journée de collecte, qui forme une équipe de collecteurs
ou encore qui rentre en action avec un donneur potentiel.

- Une des premières vidéos montre un automobiliste qui aperçoit Adrianna moulée dans
son uniforme de la Croix Rouge avec sa boîte à récolte à la main. Visiblement séduit le
jeune homme se recoiffe et ouvre sa fenêtre pour donner une pièce, hors plus la vitre
descend plus le corps de Adrianna disparaît laissant place à celui de Robert, homme

33 | P a g e
volontaire de la Croix Rouge. L’automobiliste est surpris mais comme le dit la voix off,
même si Adrianna n’est pas là, la Croix Rouge a toujours besoin de vous.

- Une fois le concept lancé, La Croix Rouge a lancé de nombreuses vidéos toujours dans le
même esprit. On voit Adrianna se réveiller, s’habiller puis on laisse place à Robert muni
d’une perruque qui réalise les gestes du mannequin à l’identique mais avec beaucoup
moins de glamour.

4. Analyse de la vidéo

Cette campagne vidéo joue sur deux sentiments. Le premier est dans la lignée de la
première vidéo avec une Adrianna Karembeu toujours aussi sexy qui se prépare pour la
collecte. Mais la vidéo utilise également l’humour pour la chute finale. Avec l’apparition
de Robert munie d’une perruque blonde afin de mimer le mannequin. L’utilisation de
l’humour dans un contexte humanitaire permet de dédramatiser. On n’utilise pas le
marketing de culpabilité mais plutôt le ton habituel de certaines publicités à vocation
commerciale.

5. Impact sur le public

Le public de sondés est très partagé sur l’utilisation de l’humour et d’un mannequin
connu dans un contexte humanitaire, comme le montre ces graphiques :

Ces vidéos vous donnent-elles envie de donner pour la Croix Rouge ?

34 | P a g e
Que pensez-vous de l'utilisation de l'humour pour une cause humanitaire ?

A) C’est judicieux B) Inapproprié C) Indifférent

Comme le montre le graphique, beaucoup défendent le concept de l’utilisation de


l’humour dans une situation dramatique. Ce décalage permet de retenir l’attention du
public, mais il est aussi mal perçu car il éloigne du message humanitaire et serait
inapproprié pour certaines personnes. L’aspect sexy du mannequin est également un
sujet controversé, si certains trouvent que aujourd’hui la femme attirante est
beaucoup utilisé donc il est également logique de la voir dans de l’humanitaire,
d’autres considèrent que cela décrédite complètement l’association.

C) Conclusion sur la Campagne vidéo

1. Effet visuel et le choix de Adrianna

L’utilisation d’un mannequin aussi connue que Adrianna Karembeu est une initiative qui a
porté ses fruits. Le modèle est désormais associé directement à la Croix Rouge. Le ton
utilisé, le fait de voir un mannequin s’intéresser à l’humanitaire permet de se rapprocher
des gens. De plus, Adrianna Karembeu a joué le jeu jusqu ‘au bout en assistant à des
émissions télévisées de grande écoute afin de parler de l’association. Elle a notamment
participé aux « enfants de la télé » il y a quelques années. Jouant de son image, elle a

35 | P a g e
montré les gestes de premiers secours et encouragé le don en expliquant les besoins
financiers de l’association. On joue pleinement de son image très sexy car elle monopolise
l’attention de ceux qui l’a regarde que cela soit un homme ou une femme. Par ailleurs
associer Adrianna avec Robert permet de recentrer le téléspectateur qui comprend que le
but ce n’est pas le mannequin mais bel et bien l’ONG. Le message passe sur un ton
humoristique qui est repris dans chaque nouvelle vidéo.

2. Le concept publicitaire

Afin de récupérer les dons, le volontaire habillé en uniforme Croix Rouge est équipé
d’une boîte style tirelire avec une fente centrale afin d’y glisser des pièces. Cette boîte
est intéressante car elle connote 2 messages. Le premier c’est le signe distinctif et
reconnaissable des donneurs qui partent en quête pour l’ONG. Le second c’est l’image de
la pièce que l’on donne. Donner juste une pièce ce n’est pas grand-chose et pourtant
c’est une aide importante. C’est autre forme de persuasion.

D) Campagne mail 2008


Pour cette nouvelle année de campagne La Croix Rouge privilégie Internet pour inciter
aux dons. Toujours en mettant en avant son ambassadrice de charme Adrianna
Karembeu. Envoie d’un mail plutôt suggestif.

36 | P a g e
1. Le concept

Dans ce mail, Adrianna s’adresse directement à l’internaute en lui expliquant que une
heure de son salaire mensuel est une somme dérisoire pour lui et qu’en la donnant à la
Croix Rouge, elle pourrait être utilisée à bon escient. Le mail propose de se rendre sur le
site Internet de la campagne : www.justeuneheure.com qui propose au visiteur de
calculer à combien s’élève l’équivalent d’une heure de son salaire mensuel.

2. Analyse du concept

Le choix du média Internet est judicieux, car si les vidéos ont un impact important, le
donneur potentiel doit ensuite se rendre sur Internet ou à l’ONG pour donner. Il doit donc
être très motivé. Souvent la vidéo le persuade de donner, mais il continue son activité et
finalement oublie. Ici la possibilité de donner immédiatement lui est offerte. Il ouvre le
mail, calcule le montant qu’il va donner via le site, sors sa carte bleue et le tour est joué.
Cette simplicité est la clef de la réussite. Il faut raccourcir le délai entre le moment où le
donneur est convaincu et le moment de passer à l’action afin d’éviter une démotivation.

E) Les retombées de la campagne 2007

1. Une campagne récompensée : Tu fais quoi en 2007 ?

37 | P a g e
Cette campagne conçue pour La Croix-Rouge a remporté le Trophée d’Argent 2007
décerné par Marketing Magazine (dans la catégorie Marketing Relationnel). Le but de ce
mini-site évènementiel était de faire du 1er janvier “une date Croix-Rouge”. Mise en ligne
en janvier 2007, cette opération “décalée” avait également comme projet d’attirer un
nouveau public vers la Croix-Rouge Française. Elle a aussi permis de faire gagner à deux
chanceux une journée de collecte avec Adriana Karembeu…
Source : www.tufaisquoien2007.com

V- LES CAMPAGNES DES AUTRES ONG

Les grandes ONG comme MSF ou La Croix Rouge connaissent parfaitement les
techniques de marketing, elles ont les moyens de mettre en place de grandes campagnes
publicitaires qui toucheront un large public. Ce n’est pas le cas des petites ONG qui ont
bien du mal à se faire entendre. C’est pourquoi, le marché de la communication
humanitaire a évolué et aujourd’hui on trouve des offres adaptées pour de petites
structures comme celles que propose le réseau Humacom.

Humacom est un réseau de communication qui réalise à moindre frais des actions de
communication et de relation presse.

Le secteur de l’humanitaire se développe énormément du point de vue de leur


38 | P a g e
communication, les grandes ONG s’adressent désormais à des agences spécialisées
comme OPTIMUS qui sont des experts en la matière. Action contre la faim travaille avec
de nombreux collaborateurs comme PUBLICIS, ce qui lui permet d’avoir un impact
Marketing considérable.

VI- LES FRANÇAIS ET L’HUMANITAIRE

Pour connaître l’état de la relation entre la population française et le monde de


l’humanitaire, il faut réaliser un sondage en prenant un échantillon représentatif. Ce
sondage a été fait et mis en ligne via le site www.freeonlinesurvey.com et il est
consultable à cette adresse : VOIR ANNEXE 1
http://FreeOnlineSurveys.com/rendersurvey.asp?sid=qla9ho2xkip0i94409326

A) Les caractéristiques du sondage

Le sondage a été créé et administré sur Internet. Il totalise 37 personnes, dont 24


hommes et 13 femmes. Tous les sondés sont majeurs :
- 28 personnes ont entre 18 et 25 ans
- 4 ont entre 26 et 35 ans
- 3 ont entre 36 et 45 ans
- 2 ont entre 46 et 55 ans

B) Les ONG les plus connues du public

A la question :
« Si on vous dit ONG, quelle est l'organisation qui vous vient en tête? »

Médecins sans frontière est sans conteste la première qui vient à l’esprit des français avec
plus de 51 % des voix. En seconde et troisième position, les sondés ont placé la Croix
Rouge et Unicef avec des scores de respectivement 14% et 12%. Parmi les ONG citées on
peut noter : WWF, Greenpeace, Sidaction, action contre la faim.

39 | P a g e
C) Les donneurs

Sur cet échantillon de sondés, 49% ont déjà fait un don permanent (22%) ou ponctuel
(78%) et 51% n’ont jamais donné.
Les ONG qui reçoivent le plus de dons sont dans l’ordre :
- MSF avec 51% des dons
- La Croix Rouge avec 20%
- Action contre la faim avec 14%
- Unicef – Sidaction – Arc avec respectivement 5%
Les raisons des 51% de non donneurs sont diverses, les plus récurrentes sont :

A) Question de financement C) Pas encore eu l occasion de donner


B) Manque de confiance vis à vis des ONG D) Autre (manque de confiance financière)

D) Les axes de recherche lancés par le sondage

Médecins sans frontières a une communication puissante et qui semble efficace puisque
l’ONG est en tête des dons, leurs vidéos ont un impact positif sur les envies de donner.
Cependant, le principal problème reste le taux de transformation. Si beaucoup se sentent
touchés par les vidéos et veulent donner, ils doivent faire la démarche d’écrire à
l’association ou encore aller se connecter à Internet sur le site web (qui est très peu
fréquenté par les internautes réguliers du sondage car 87% ne sont jamais allé surfer sur
www.msf.fr).

40 | P a g e
Il faut donc chercher à faciliter le don en donnant la possibilité à celui qui voit la vidéo de
donner immédiatement après le visionnage. Par exemple, la vidéo pourrait être envoyée
par Internet et finir par un lien hypertexte proposant de les acheminer vers l’espace
donateur du site de l’ONG.

La Croix Rouge propose un nouveau type de communication qui est très controversé.
L’humour dans un contexte grave n’est pas toujours bien perçu. Mais on constate que
malgré ces critiques, le message passe et on se souvient de l’ONG puisqu’elle arrive en
seconde position derrière MSF lorsque l’on demande aux sondés la première organisation
humanitaire qui leur vient à l’esprit.

Une des principales préoccupations des donneurs potentiels est de savoir où va leur
argent et pour quelle cause. Beaucoup sont réticents à donner car il subsiste la peur que
les dons soient utilisés à mauvais escient. MSF a pris conscience de ce malaise et montre
le cheminement de l’argent reçu et son utilité.

41 | P a g e
LES FLUX DE LA LOGISTIQUE
HUMANITAIRE

42 | P a g e
I- LES FLUX DE MATERIEL

A) Les types d’acquisition des ONG

Le monde de l’humanitaire diffère sur beaucoup de points du monde de l’entreprise. En


effet, une partie importante de son matériel provient de dons. Ces derniers peuvent être
matériels comme financiers. Leurs apports peuvent être conséquent et engagent toute la
chaîne logistique.

1. Les dons et la gestion des stocks

La source des dons est diverse. Il peut s'agir de personnes, d'organisations ou encore
d'entreprises. Les dons faits aux ONG sont également de nature différente: services,
équipements, matériels…
Si la plupart sont donnés suite à des accords lors de la planification, beaucoup sont offerts
au moment d'une urgence, d’une catastrophe.

Les particuliers apportent généralement des dons matériels. Ceux ci sont faciles à
collecter, mais compliqués à gérer. Il faut bien sûr avoir un entrepôt à disposition et
identifier les entrées et sorties à l'aide d'un logiciel spécial. De plus, il faut avoir un
système de tri, pour les classer en fonction de leur utilité et de leur affectation.
Cela se complique, logistiquement parlant, lorsqu'il faut gérer les dons non demandés.
Ces dons vont nécessiter une attention particulière pour leur stockage, transport et pour
les approvisionneurs. Dans l'idéal, il est bon d'essayer d'influencer les donateurs en leur
faisant connaître les besoins pour qu'ils donnent "utile". En règle générale, les dons des
particuliers servent plutôt dans le cadre du soutien à la population, avec par exemple, des
dons de matériel scolaire, des denrées non périssables, etc.…

En ce qui concerne les entreprises, elles offrent généralement des dons plus spécifiques
comme des machines ou des médicaments. Il y a souvent un partenariat avec l'ONG à
laquelle ils apportent leur aide.

43 | P a g e
L’avantage principal en dehors de son caractère gratuit est qu’il encourage la solidarité.
Cependant, le don ne correspond pas forcément à un besoin et il est difficile de les
refuser. Les ONG doivent donc faire face à stock dit « inutile » qui s’entasse en attendant
d’être utilisé pour une prochaine mission.

2. Les autres types d’approvisionnements

L’objectif du processus des approvisionnements est de s’assurer que les organisations


impliquées dans la gestion du processus d’urgence tiennent à disposition les ressources
nécessaires pour répondre aux besoins évalués par les équipes opérationnelles sur place.

Les approvisionnements peuvent provenir de diverses sources. Le choix dépendra


largement des possibilités et de la situation dans laquelle l’ONG doit faire face.

Le mécénat

Le mécénat est surtout pratiqué par de grandes entreprises qui font des dons de
matériels. Il s'agit souvent de "fondations" indépendantes du groupe qui sont réactives et
bien organisées en temps de crise.
Par exemple, la "Fondation Internationale Carrefour" est totalement indépendante du
groupe de grande distribution et réalise des projets concrets dans deux domaines :

- L'aide aux victimes de catastrophes


- Le financement de projets d'insertion géré par des associations locales.

D'un point de vue logistique, c'est une situation très simple à gérer car ces dons sont
distribués en fonction des besoins à partir de la production normale.
Les organisations internationales telles que OXFAM, Médecins sans frontières, OMS et
OFDA ont élaboré des kits qui servent chacun à un besoin précis : traitement et
distribution de l'eau, hébergement, électricité, dispensaire, choléra, médicaments… Les

44 | P a g e
kits sont complets car ils contiennent l'équipement mais aussi les outils nécessaires à
l'optimisation de l'activité.

L'achat local

Parfois dans une situation d’urgence, l’achat direct sur le lieu de la crise est la situation la
plus judicieuse.
L'achat local dépend de divers critères :
- la disponibilité locale des produits nécessaires,
- leur quantité et qualité
- l'urgence du besoin et le délai d'acheminement de ces mêmes produits de l'étranger

Les ONG doivent prendre en compte un facteur économique en veillant à ce que l'achat
d'un produit en particulier n'ait pas d'influence négative pour le marché du pays ou pour
les habitants.

Par exemple, lors du tsunami en Asie du Sud Ouest, le tarif du fret aérien a nettement
augmenté. La Croix Rouge a donc du acheter son matériel en Asie. Pour cette même
période, Action Contre la Faim a également eu des difficultés au Sri Lanka en raison de
l'augmentation des loyers et du prix du riz.

L’importation et le recueil des besoins

Bien souvent, les quantités d’articles disponibles sont insuffisantes localement, il faut
donc acheter à l’international. En fonction de la situation, l’ONG devra déterminer les
besoins en matériel pour pallier à la crise. Une bonne analyse des besoins consiste à se
poser les bonnes questions :
- Quel type de besoin?
- Quels produits sont disponibles sur place et qu’est-ce qu’il faut amener de l’extérieur?
- L’acheminement des approvisionnements vers le pays ou la région touchée
est-il possible ?

45 | P a g e
En fonction des réponses à ces questions, l’ONG peut mettre en place la politique
d’approvisionnement qui est la mieux adaptée à la situation.
Avoir recours à l’importation permet d’avoir une meilleure qualité en plus grande
quantité. L’ONG a l’opportunité de commander des produits spécifiques en adéquation
avec ses besoins. Mais importer entraîne un coût de transport qu’il faut pouvoir
supporter et augmente les délais de livraisons. Par ailleurs, elle est sans impact bénéfique
sur l’économie du pays ciblé.

Le prêt

Il s’agit d’équipement ou de matériel difficile à se procurer. Le prêt, s’il permet d’alléger


les coûts de l’opération, a quelques effets pervers. Il entraîne une dépendance vis-à-vis
du temps de disponibilité des biens, une responsabilité de protection et de maintenance.
Il paraît également difficile d’exiger un niveau de qualité défini.

B) Le stockage

Le stockage peut être défini comme la protection des approvisionnements suivant un


système organisé jusqu’à leur livraison pour être distribué et la prévision de réserves pour
des besoins ultérieurs.

Les ONG doivent prévoir leurs stocks de la façon la plus efficace possible afin de réagir
dans l’urgence. Ainsi chez Médecins du Monde, il existe un stock d’articles d’ordre
administratif ainsi qu’un stock purement logistique constitué de matériel médical et de
matériel pour les expatriés (notamment utilisé pour les missions d’exploration). Il
comprend alors une mallette d’urgence qui contient un minimum de médicaments ainsi
qu’une valise satellite pour communiquer en temps réel.

L’ONG Atlas Logistique travaille avec un stock de kits chirurgicaux d’urgence. Ils
proviennent de plusieurs fournisseurs, c’est pourquoi des stocks d’avance sont toujours

46 | P a g e
disponibles (l’obtention étant plus lente, un approvisionnement d’avance est toujours
plus prudent).

Le HCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) dispose lui aussi de
plusieurs stocks, et donc de plusieurs outils de travail. Le stock d’urgence est centralisé,
comme chez Médecins du Monde, il contient du matériel indispensable pour les missions
d’urgence. L’association y prélève également des marchandises pour des programmes
réguliers, le temps d’obtention étant ainsi raccourci. Le deuxième outil est la signature
d’accords cadres passés avec des fournisseurs ou prestataires logistiques, permettant
ainsi des partenariats et un approvisionnement simplifié et rapide, les prix étant déjà
négociés auparavant, et les stocks étant disponibles chez le fournisseur à l’avance. Le
premier accord cadre fut signé avec un affréteur, afin de faciliter le transport du
fournisseur ou des stocks du HCR, jusqu’au lieu final.

La gestion des approvisionnements nécessite de trouver des endroits de stockage, c’est-à-


dire des entrepôts qui permettront de préserver les marchandises jusqu’à leur
distribution effective.

Il existe trois types d’entrepôt qui se distinguent par leur fonction principale :

- L’entrepôt général d’expédition (d’envoi), les produits sont emmagasinés pour de


longues périodes.
- L’entrepôt de rotation lente pour les articles non urgents, en réserve ou qui ne
sont pas de consommation fréquente.
- L’entrepôt de rotation rapide : ce sont ceux d’expéditions quotidiennes ou
fréquentes de produits.

Pour choisir un entrepôt, il faut tenir compte de plusieurs critères :

- Le type de provision, la convenance de l’endroit

- Les conditions de sécurité interne (structurales et non structurale)

- Les conditions de sécurité externes (topographie et environnement social)

47 | P a g e
La taille des entrepôts nécessaires dépend de la quantité des approvisionnements
attendus, bien qu’il soit toujours préférable de compter sur plus d’espace que le
nécessaire. Normalement, 70% de l’espace est utilisé pour entreposer, les 30% restant
étant utilisés pour le travail (zones de mouvements, zones d’emballage, d’accès).

C) Le conditionnement des marchandises avant expédition

En fonction du type de produit, le conditionnement ne sera pas le même, l’ONG doit donc
prendre en compte plusieurs facteurs tel que :
- la nature du produit
- le transport choisi pour effectuer l’acheminement
- le mode de chargement et de déchargement

1. La nature du produit

Le textile
Les ONG les envoient dans de grands sacs poubelles, car ces derniers coûtent peu cher et
sont résistants. L’avantage principal réside dans leur résistance face à l’humidité mais
présente l’inconvénient de se déchirer facilement.

Le matériel médical
En règle générale il est rangé en cartons. Ce conditionnement est économique car on
peut se procurer des cartons dans n’importe quel supermarché. Cette réduction de coût
n’est pas négligeable pour les ONG qui n’ont pas de moyens importants. Le principal
inconvénient des cartons est leur fragilité face à l’humidité. Par ailleurs, il existe un
nombre de taille illimité de carton, ce qui ne facilite pas l’optimisation de l’espace de
stockage lors de l’expédition.
Dans le cas des médicaments, un certain nombre de précaution devront être mise en
place en termes d’étiquetage afin de faciliter les conditions de transport. Si le
médicament craint la chaleur ou même l’humidité, cela doit être mentionné afin d’éviter
tous risques de détérioration.

48 | P a g e
Le matériel médical fragile
Dans ce cas précis, le conditionnement préconisé est la caisse construite à partir de
palettes EURO EPAL aux dimensions standardisées (800 mm de largeur par 1200 mm de
longueur). Les palettes permettent un chargement rapide cependant le conditionnement
est volumineux. En règle générale, il faut choisir des palettes qui sont superposables deux
par deux.
Afin de prendre le plus de précaution possible, l’ONG pourra également protéger son
matériel avec du papier à bulle.

Le mobilier hospitalier ou scolaire sur pied


Ce type de produits finis sera stocké et chargé dans un conteneur. S’il est lourd, il pourra
être mis en pièces détachées sur palette.

2. Conditionner en fonction du mode de transport

L’ONG a pour obligation de planifier sa chaîne logistique car son conditionnement


découle du type de transport choisit.

En effet, les sacs peuvent optimiser le chargement des conteneurs dans le cas d’un
transport par voie maritime ou par camions. Le carton peut être utilisé pour une
expédition par bateau, par la route ou même aérienne. Il faut cependant s’assurer de sa
solidité. Afin d’optimiser son transport et de limiter les pertes, les ONG regroupent le
matériel et évite d’expédier de nombreux petits colis.

3. Conditionner en fonction du mode de chargement/ déchargement

Une fois les approvisionnements organisés, l’ONG va préparer ses envois de


marchandises. On dénombre cinq points fondamentaux :

La préparation : Les paquets appartenant à un même fret doivent être numérotés avec
un numéro particulier en rapport avec la quantité totale de paquets, par exemple, pour

49 | P a g e
un fret de 100 paquets, on numérotera 1/100, 2/100, 3/100… Ceci facilite la vérification
et le suivi de la quantité de paquets dans les points de réception des pays touchés.

L’empaquetage et l’identification des paquets


Chaque paquet doit être clairement étiqueté, en indiquant le lieu de destination, le nom,
l’adresse et le téléphone du destinataire et de l’expéditeur. Toutes les caractéristiques
spécifiques ou attentions à porter au contenu (fragile, réfrigération, etc..) doivent
également être identifiées par la numérotation citée ci-dessus et être notées. En
empaquetant un envoi, il est important de tenir compte du voyage et de la manipulation
que les paquets auront à subir.

La taille, la forme et le poids


En principe, le poids, la taille et la forme des paquets doivent être tels qu’ils puissent être
manipulés par une seule personne (entre 25 kg et 50 kg maximum). En général, aux points
d’arrivées sur le terrain, il n’y a pas de machines pour chargement et déchargement, ces
derniers se font à la main. Si l’ONG a choisit le conditionnement par palette, elle doit
veiller à ce que le destinataire dispose du matériel de manutention approprié à leur
chargement et déchargement (tire-palette ou chariot élévateur).

L’avis d’envoi
Les destinataires du chargement doivent être informés chaque fois qu’on leur envoi un
fret, en leur transmettant des informations telles que le moyen de transport (type,
compagnie, caractéristiques, personne en charge…), ainsi que l’heure d’arrivée estimée et
lieu exact.

D) Le transport

Le transport des marchandises constitue un enjeu de taille. C’est la stratégie pour que les
approvisionnements arrivent à l’endroit où ils seront nécessaires. Elle doit prendre en
compte non seulement les moyens demandés mais aussi les possibilités réelles et les
alternatives pour une réception rapide et sûre de l’aide. Le temps de transport doit être

50 | P a g e
réduit car les victimes ne peuvent pas attendre. Un retard se paie en nombre de vie et
non pas en frais comme dans le monde de l’entreprise. Si la marchandise est perdue ou
détériorée à cette étape de la chaîne, l’ONG devra faire face à une situation très délicate
car une nouvelle collecte prendrait trop de temps et serait trop coûteuse.

1. Le commissionnaire de transport et les ONG

Cet acteur de la logistique internationale est un intermédiaire qui travaille pour le


compte d’un expéditeur (donc l’ONG) et qui a pour mission de faire parvenir la
marchandise à son point de destination. D’un point de vue légal, il a une obligation de
résultat mais dispose d’une totale liberté quand aux moyens utilisés pour atteindre son
objectif. Il est donc responsable de la chaîne de transport dans son intégralité. Il peut être
commissionnaire en douane et avoir le pouvoir d’un douanier import mais également de
transporteur s’il dispose de moyens transport.

Dans certains cas, le choix de passer par un commissionnaire de transport est


indispensable notamment si l’ONG décide d’expédier ses marchandises par voie maritime
ou aérienne. En effet, le commissionnaire réalise les opérations de dédouanement et
préconise le type de transport le mieux adapté à la situation.

Par ailleurs, dans certaines situations d’urgences, l’enjeu principal est d’avoir la
marchandise sur le lieu de la crise peut importe les moyens utilisés. C’est pourquoi le
commissionnaire de transport de part son obligation de résultat est une alternative
intéressante.

Dans le cas d’un transport routier, il n’est pas indispensable de passer par un
commissionnaire puisque les membres de l’ONG peuvent eux même louer et conduire le
camion à la destination choisie.

51 | P a g e
2. Les incoterms de la logistique humanitaire

Le commerce et le transport international de biens sont régis par les Incoterms. Ces
derniers définissent dans le cadre d’un contrat international les obligations réciproques
du vendeur et de l’acheteur occasionnées par le déplacement des marchandises. Ils se
basent sur trois points principaux :

- Les risques
- Les frais
- Les documents

Les incoterms permettent d’utiliser un langage commun entre deux interlocuteurs. Ils
apportent treize solutions pré-rédigées. Il suffit donc de choisir la solution qui correspond
le mieux aux souhaits des parties. Lorsque l’on choisit un incoterm, le vendeur sait jusqu’à
quel moment précis il supporte les frais et les risques de la marchandise en cours de
déplacement. De l’autre côté, l’acheteur connaît précisément le moment et l’endroit où
les risques de la marchandise passent à sa charge. L’incoterm précise également les
documents qui sont dus par le vendeur à l’acheteur.
Dans le cadre d’un envoie humanitaire, l’ONG va fournir à son commissionnaire de
transport les conditions de son expédition. Ce dernier choisira alors l’incoterm le plus
adapté.

En règle générale, pour les pays en voie de développement on utilise les Incoterms
suivants :

Pour une expédition par voie maritime


- FOB (Free on board)
La marchandise est placée à bord du navire, par l’ONG (le vendeur) au port
d’embarquement choisit par le contrat. C’est l’acheteur (soit les équipes sur place) qui
choisit le navire et qui paye le fret maritime. Le transfert des charges et des risques entre
les deux acteurs se fait lorsque la marchandise passe le bastingage du navire. C’est l’ONG
(via son commissionnaire) qui doit s’occuper des formalités d’exportation.

52 | P a g e
- CFR (Cost and Freight)
C’est l’ONG qui va choisir le navire et payer le fret maritime jusqu’au port de destination.
Le chargement sur les navires est à la charge du vendeur. Les formalités d’exportation
également. Les risques de perte ou de dommages aux marchandises ainsi que toute
augmentation des frais sont transférés du vendeur à l’acheteur lorsque la marchandise
passe le bastingage du navire au port d’embarquement.

- CIF (Cost Insurance and Freight)


Conditions identiques à celles du CFR, cependant le vendeur a l’obligation de fournir une
assurance maritime contre le risque de perte ou de dommages aux marchandises lors du
transport. L’assurance est égale à la valeur CIF + 10% du CIF.

Pour tous types de transport :

- DDP (Delivery Duty Paid) très rare en humanitaire


Le vendeur s’occupe de tout y compris le dédouanement à l’import et le paiement des
droits et taxes éligibles. Le transfert de risques et de frais se fait à la livraison chez
l’acheteur ou sur le site. Seul le déchargement reste à la charge de l’acheteur

 Note sur les Incoterms dans une situation d’aide humanitaire

La grande majorité des expéditions à but est réalisée vers


des pays où les formalités douanières sont complexes et
où la corruption est importante et où le commissionnaire
de transport n’a pas forcément d’associés. On préconisera
le plus souvent les incoterms CFR et CIF, évitant ainsi tous
problèmes avec les autorités portuaires et douanières
locales.

53 | P a g e
3. Le choix du type de transport

Le choix du type de transport dépend d’une série de variables comme les besoins
(urgence, taille et type de chargement...) et les possibilités (transport disponible,
destination, conditions d’accès, état des routes...). Les moyens les plus répandus sont
l’aérien, grâce à sa rapidité, la route et la mer, même en phase d’urgence. Le transport
ferroviaire lui est très rare. Aussi, des groupes comme SDV Logistics sont capables de
mettre en place un « one shot » pour une intervention d’urgence en affrétant des avions
cargos et en gérant les approvisionnements.

Certains pays ont signé un accord international promu par les Nations Unies, approuvant
une série de mesures permettant de faciliter le va et vient (entrées et sorties) des
approvisionnements humanitaires lors des désastres. Certains groupes de pays ont aussi
des accords multilatéraux (par exemple, l’Amérique Centrale et le MERCOSUR) ont inclut
dans leur législation douanière des apartés concernant le traitement préférentiel de ces
approvisionnements.

Cependant, les ONG doivent prendre en compte un certain nombre de possibilités. En


effet, les catastrophes peuvent affecter les lignes vitales ainsi que les voies de
communication. Dans le cas de désastres complexes, les autorités nationales peuvent
prendre des mesures restrictives qui seront des freins au flux de marchandises.

Aussi, l’ONG devra au préalable faire une vérification afin de voir si l’arrivée de ses
marchandises n’est pas compromise. Elle devra valider les sites et les moyens pour
l’arrivée des approvisionnements en se posant les questions suivantes :

- Les points d’arrivée des approvisionnements (aéroports, ports, frontières…) sont-


ils utilisables? Ont-ils une limitation d’utilisation ?
- Les transports et les sites de magasinage: sont-ils disponibles? Peut-on les utiliser?
De qui dépendent-ils ?

54 | P a g e
- Quelles sont les mesures des autorités nationales pour restreindre ou pour
faciliter les opérations et les approvisionnements humanitaires ?
- Y a t-il des restrictions pour les actions dans les zones de désastre ?

4. Le transport maritime et aérien

Le transport maritime
Ce type de transport est préconisé si l’ONG envoie de gros volumes et des marchandises
qui ne sont pas urgentes. En effet, le temps d’acheminement est long et peut atteindre
plusieurs semaines.
L’ONG a le choix entre plusieurs catégories de navires :
- Les vraquiers (le transport des matières premières)
- Les navires porte-conteneurs (comme son nom l’indique ce type de navire transporte
exclusivement des conteneurs.) C’est le navire le plus utilisé.
- Les navires rouliers ou RO-RO (Roll on Roll off qui transportent des marchandises sur
roues

Le transport aérien
Le transport aérien est sera utilisé si l’ONG envoie des marchandises à de faibles poids et
volume. En règle générale il s’agit de marchandises fragiles et/ou de valeur. Afin de
limiter les risques de perte, d’avarie ou encore d’erreur, il vaut mieux choisir un vol direct.

5. Avantage et Inconvénients des 4 types de transports

Avantages Inconvénients
Aérien Rapide Coûteux
Sûr Limité en taille
Atteint des zones éloignées Combustible
Chemins et routes Très flexible Dépend des conditions des routes
Économique
Grande capacité

55 | P a g e
Chemin de fer Grande capacité Dépend de l’existence et de l’état
Coûts d’opération réduit des lignes
Maritime Grande capacité Délai très long
Très économique Nécessité de points d’accès

6. Le coût du transport et sa responsabilité

Bien que parfois, les ONG arrivent à négocier un traitement préférentiel pour les
approvisionnements humanitaires, le transport à titre humanitaire est un négoce comme
tous les autres. En l’utilisant les ONG doivent tenir compte du prix, de la confiance et de la
qualité de ses services et exiger l’accomplissement de ce qui a été négocié.
Il peut arriver que le soit transport soit gratuit (VOIR TROISIEME PARTIE EVACUATION

DE B EIRUT), il est offert par d’autres organisations ou par des volontaires, ce qui allège
les dépenses. Cependant, personne n’assume la responsabilité de la sécurité de la
marchandise. Les ONG peuvent profiter de ces services, mais doivent mettre en place des
mesures de sécurité pour protéger son fret.

7. Les formalités de douanes pour un envoi humanitaire

Quatre documents officiels sont à fournir pour un dédouanement peut importe le type de
marchandises expédiées.

- Le certificat de don
Il s’agit d’un document officiel rédigé et signé par l’ONG ou l’expéditeur, il atteste que la
marchandise est bien issue d’un don et qu’elle n’est donc pas destinée à la vente. Ce
document mentionne le poids, le volume, le nombre de colis et leur valeur indicative de
douane. Il est inévitable pour l’exportation comme pour l’importation.
- La facture pro Format
Comme son nom l’indique ce document reprend tous les éléments d’une facture. Elle est
associée à un devis et non à une facture car elle n’est pas prise en compte dans la

56 | P a g e
comptabilité des entreprises. On mentionne sur la pro forma la totalité des articles de la
liste de colisage et la valeur marchande.

- La liste de colisage
Figure sur ce document le contenu de l’expédition, les coordonnées de l’expéditeur et du
destinataire, la liste des colis expédiés avec le numéro d’identification, le continu, le
poids, le type de conditionnement. On doit également savoir le nombre de colis et la
valeur totale.

- L’attestation d’aide humanitaire


C’est un formulaire qui est réalisé par le service des douanes. Son objectif est de simplifier
les procédures douanières en expliquant les objectifs de l’expédition. Il est indispensable
pour toutes les ONG qui ne sont pas reconnues par l’état afin d’éviter toutes tentatives de
fraudes.

E) La récupération des marchandises

Une fois la marchandise expédiée, il incombe aux équipes réceptrices de présenter un


certain nombre de documents indispensables et qui varie en fonction du transport
choisit.

Il faut être rapide afin d’éviter le paiement du au stockage de la marchandise au point de


réception.

1. Les documents du transport aérien

Il faut présenter la LTA (soit lettre de transport aérien). La marchandise est stockée 48
heures sans frais, une fois ce délai dépassé, il faut régler des frais de stockage. Dès que les
marchandises ont été réceptionnées, il faut mentionner sur le document tous problèmes
apparents et émettre des réserves si les colis semblent endommagés afin de faciliter les
recours ultérieur.

57 | P a g e
2. Les documents du transport maritime

Le document à présenter est le Connaissement ou Bill of Lading (c’est le titre de transport


maritime et titre de propriété de la marchandise). Il est établi au nom du destinataire par
le commissionnaire de transport et doit devra être envoyé par l’ONG aux destinataires. La
marchandise ne sera remise qu’à la personne indiquée sur le Bill of Lading d’où
l’importance de bien préciser le nom de celui qui récupèrera le matériel. Le destinataire a
5 à 8 jours pour récupérer la marchandise avant de devoir payer des frais de stockage.

3. Les documents du transport routier

Le document à présenter est la CMR (titre de transport international). Il s’agit d’un


contrat entre l’expéditeur, le transporteur et le destinataire) et qui doit être signé par ces
trois intervenants.

F) La distribution

Le grand objectif de la gestion des provisions humanitaires est de réussir à distribuer


l’aide entre les personnes affectées par le désastre et les organisations chargées de sa
gestion. Il faut avoir une distribution efficace afin de procurer une livraison
proportionnelle, égalitaire, contrôlée et éviter tout abus et pertes. Il faut également
s’assurer que les fournitures seront utilisées par ceux qui en ont réellement besoin.

La coopération avec les équipes locales devient un enjeu primordial, les produits doivent
suivre un itinéraire précis du déchargement jusqu’à l’entrepôt. Ils sont triés par ordre
prioritaire et distribués selon leur usage et le besoin des victimes.

Suivant leur utilité, les dons seront aiguillés sur des circuits différents, il faut donc
identifier de manière précise les produits que l’on transporte afin de permettre aux
équipes sur place une meilleure visibilité de leurs stocks et de la Supply Chain humanitaire
globale.

58 | P a g e
Les systèmes de distribution peuvent varier selon la situation, la population affectée et la
capacité de l’organisation de se charger de la distribution. L’aide peut être distribuée
directement aux bénéficiaires ou par le biais d’intermédiaires choisis pour cette tâche.

1. La distribution directe

Pour pouvoir permettre une distribution directe il faut avoir une bonne connaissance de
l’environnement physique et social de la population ainsi qu’une bonne capacité
logistique, administrative et d’infrastructure. Cette approche permet d’avoir un contrôle
direct des dons. Mais cette méthode peut aussi s’avérer extrêmement complexe si l’on ne
peut compter sur les capacités mentionnées ci-dessus et sur le personnel expérimenté. Il
faut donc prendre en compte :

L’incertitude : Lorsque l’on fait de la distribution dans une zone que l’on ne connaît pas, il
est très important d’identifier les personnes ayant une bonne connaissance de la région
et de la communauté qui puissent guider et faciliter l’accès et les contacts.

La connaissance des influences : Soit identifier les groupes de pression au sein de la


population bénéficiaire, ainsi que de comprendre le plus rapidement possible les
dynamiques locales afin de prévoir de possibles conflits.

Le suivi : Il faut établir un système d’enregistrement et d’identification des bénéficiaires,


de manière mettre en place un système de contrôle des livraisons.

Il est préférable de créer un registre par famille et non par individu. Il faut utiliser des
billets, des coupons, des tickets de rations, des reçus, des bons et tout autre moyen pour
contrôler la distribution.

Le traitement égalitaire : Le traitement des bénéficiaires doit être égal. Il faut éviter de
faire des exceptions car cela constitue une source de conflits.

L’organisation : Il faut démarquer les aires de distribution et éviter une concentration de


la foule près des provisions. De plus, il faut penser à utiliser des méthodes d’organisation

59 | P a g e
(fiches, files, horaires, haut-parleurs, etc.) afin d’informer et d’optimiser le flux de
distribution

2. La distribution indirecte

Lorsque l’on travaille sur des sites inconnus, il est très difficile pour une organisation
étrangère de faire une distribution qui convienne à tous, juste, et en peu de temps. Dans
cette dynamique, il faut identifier une contrepartie fiable, présente sur le terrain, telles
que les organisations communales, non gouvernementales, institutions sociales et autres
organisations. Puis, établir une série de critères en relation avec la nature et la politique
de l’organisation, pour choisir une contrepartie sur le terrain et ainsi éviter une
désignation peu appropriée. Il faut se méfier et ne pas utiliser les organisations qui se
trouvent en situation antagoniste ou en conflit avec la communauté. Tout comme les
organisations ouvertement identifiées comme faisant partie d’un parti politique ou d’une
faction militaire en conflit. Il est conseillé de mettre en place dès le départ les accords
d’action et les procédures de contrôle de la distribution.

Un contrôle physique des stocks d’approvisionnements doit être fait régulièrement. De


même, il faut contrôler sur le terrain les actions de distribution de la contrepartie.
Enfin, la présence fréquente d’une ONG sur le terrain est essentielle pour appuyer le
travail et pour assurer que la distribution répond aux principes et standards de son
organisation.
Pour pouvoir distribuer efficacement l’ensemble des denrées et du ravitaillement, il faut
penser à doter les équipes de moyens de transport efficaces.

G) L’externalisation du transport et du stockage

L’externalisation du transport est un outil qui permet d’optimiser la chaîne logistique.


Certaines organisations ont fini par développer un service logistique à part entière
(comme Médecins sans frontières), avec un réel professionnalisme, et le proposent
même à d’autres associations. Par ailleurs, des organisations indépendantes, émanant ou

60 | P a g e
non d’associations déjà existantes ont comme activité principale la logistique et
notamment le transport (comme Bioport ou Atlas logistique).

Cela représente un souci en moins pour les ONG, le transport étant souvent le maillon
faible de la logistique. Il est soumis aux pressions les plus diverses de l’environnement, et
l’acheminement reste délicat. Dans tous ces cas, les infrastructures ont tendance à être
endommagées. Les modes d’acheminement les plus courants sont l’aérien et le maritime.
Affréter un transporteur est cher et compliqué. En effet, des problèmes administratifs
sont à régler, et réaliser une étude de marché sur les transporteurs en prenant en compte
le prix, la qualité et la fiabilité du service rendu n’est pas chose facile. L’externalisation est
une solution pour éviter ces contraintes. Les entreprises, tout comme les ONG, veulent se
concentrer sur leur vrai métier, et confier le transport et le stockage à des professionnels
de la logistique leur est bénéfique.

II- LES FLUX D’INFORMATION

Le système de circulation de l’information est un élément majeur à ne pas négliger, car


c’est celui-ci qui va permettre une réelle coordination de tout les flux et donc une
efficacité croissante. Comme dans les entreprises, les ONG vont développer les
technologies les plus récentes pour améliorer leur système.

A) Les ERP et les progiciels

Les ERP sont des progiciels recouvrant toute ou partie des fonctions de l’entreprise.
« Composés le plus souvent de dix à quinze modules intégrés, ils proposent une solution
complète recouvrant la gestion des données techniques, la production, la logistique ainsi
que la gestion comptable et financière et les ressources humaines »

Source : Le Management industriel et logistique, Gérard Baglin, Edition Economica

61 | P a g e
Grâce à eux, le processus global de la chaîne logistique est fluide et transparent. Les ERP
permettent une vision globale de la chaîne. Ils offrent aux entreprises un outil
extrêmement performant, avec un gain de temps considérable pour traiter l’information,
et surtout une transparence importante. Enfin, installer des ERP permet un « audit » de
l’entreprise et donc un récapitulatif des avantages et des dysfonctionnements de cette
dernière. Les seuls désavantages des ERP sont leur coût important et leur installation qui
est assez longue.

Il existe des progiciels intégrant finances et ressources humaines, des progiciels de


logistique adaptés et de gestion de stocks. A l’aide de ces progiciels, la rapidité des
interventions est améliorée de 20% à 30% grâce à la connexion de tous les maillons de la
chaîne logistique depuis les approvisionnements jusqu’au stockage et à la distribution de
l’aide. De plus, ils permettent de suivre les secours et l’acheminement. Le progiciel de
logistique humanitaire a été conçu en fonction des besoins des organismes d’assistance
durant la phase d’urgence des catastrophes. Il permet d’obtenir en temps réel des
informations sur la disponibilité et le prix des secours alimentaires comme non
alimentaires requis sur le terrain et de mettre constamment à jour la balance entre les
besoins, les contributions annoncées et les achats effectués.

Ces nouveaux progiciels standardisent et automatisent les process de mobilisation,


permettant plus de contrôle et de visibilité. Les délais dans la recherche de matériel sont
considérablement réduits. Le résultat final est d’être capable d’avoir une traçabilité des
dons soit une utilisation des ressources optimisée.

Le logiciel leur permet également d’être en contact permanent avec les équipes sur le
terrain, n’importe où dans le monde.

La traçabilité et la souplesse des logiciels sont indispensables. Travailler dans l’urgence et


avec des produits de qualité limitée impose certaines contraintes.

62 | P a g e
B) Le système d’information de MSF

MSF (Médecins sans Frontières) doit faire face à de nombreuses situations de crises
comme des guerres, des épidémies, des catastrophes naturelles, des famines … Par
conséquent, MSF est particulièrement bien organisé en terme de logistique d’urgence : il
dispose d’outils informatiques spécialement adaptés. Ces derniers permettent de gérer
les équipes peut importe où elles se trouvent dans le monde à partir des entrepôts en
France.
Le personnel sur place a des besoins bien précis et une communication rapide et efficace
avec la base française est la clef du succès.

La traçabilité des produits (comme des médicaments par


exemple) est indispensable on doit savoir exactement où se
trouve chaque lot afin de les distribuer le plus rapidement
possible. Les stocks, les étapes et le mode de transport, la
disponibilité des produits, et même l´heure d´arrivée doivent être disponibles à tout
moment. Ceux sont les besoins des missions MSF à travers le monde qui définissent les
approvisionnements ainsi couvertures, médicaments, matériel médical, chaque envoi
correspond à une mission spécifique, à une situation locale particulière.

Le logiciel de prédilection de MSF se nomme X-Negoce (édité par SEI-Fagor) : il permet


d’avoir une grande efficacité de gestion car il gère le suivi des commandes, des achats,
des stocks, et établi la traçabilité des lots, des kits, des passages en douane, et montre les
dates de péremption.

En revanche, le système d’identification par code barre a été rejeté car il semble être
inadapté à la logistique d’urgence. En effet, le contenu d´un carton peut changer
rapidement, en fonction des dates de péremption des différents médicaments…

Le logiciel permet d’obtenir une vision globale de toute la Supply-Chain, depuis la date de
commande, au montant, au mode de transport, jusqu´à l´emplacement actuel... Un tel

63 | P a g e
outil permet d’avoir une maîtrise de l´urgence humanitaire et de travailler avec d´autres
organismes comme la Croix Rouge et l´UNHCR (Haut commissariat aux réfugiés des
Nations Unies)." Une souplesse qui a permis aux équipes de MSF de travailler très
rapidement en Afghanistan pour assister la population éprouvée par la guerre et la
famine.

C) La gestion électronique de documents au service de l’aide humanitaire

Les ONG peuvent également investir dans le système de gestion électronique de données
EDI. Ce système utilisé par beaucoup d’entreprises permet une transmission de
l’information plus efficace, un suivi des documents et donc une grande traçabilité et un
gain de temps non négligeable.

Ce système est mis en place à la Croix Rouge car il lui permet de jongler avec tous les flux
de données de l’ONG afin de produire facilement et automatiquement des documents
aux formats ASCII, PDF, EDI, XML et de les archiver pour une consultation sécurisée et une
réimpression au travers du web.

D) La téléphonie par satellite contre les catastrophes

Les actions humanitaires ont lieu le plus souvent dans des régions éloignées où il y a peu
d’infrastructures.
Le seul moyen de communication fiable reste le téléphone par satellite. Les ONG utilisent
essentiellement des produits Inmarsat (notamment le produit Mini- M), dont la
couverture géographique est très supérieure à celle de GlobalStar ou d’Emsat. Ceci ayant
un coût élevé, la Croix Rouge ne s’en sert qu’en cas d’urgence, dans les cas d’insécurité ou
pour joindre l’international. Atlas logistique y a recourt pour entrer en contact avec ses
clients sur le terrain. Le Mini-M peut également être employé pour la télécopie et la
transmission de données à petits débits. Dans le cadre d’échange de données plus
volumineux, les ONG préfèrent le M4 (Multimédia Mini-M), appelé également GAN
(Global Area Network). Les technologies les plus performantes sont les cartes et les

64 | P a g e
photos satellites, mais elles sont seulement utilisées par les gouvernements et les
organismes internationaux qui commandent et gèrent ces données. C’est le plus souvent
par soucis d’indépendance que les ONG n’utilisent pas le satellite. Cependant il permet de
repérer un mouvement de réfugiés, des routes détruites ou encore de trouver
l’emplacement idéal pour construire un camp.

III- LES CAMPS DE REFUGIES, EXEMPLE CONCRET DE GESTION


LOGISTIQUE A TRAVERS LES SYSTEMES D ’INFORMATIONS

A. Définition

Un camp de réfugiés est un lieu de vie temporaire construit par des ONG ou les
gouvernements afin de recevoir des réfugiés. On le considère comme une aire
humanitaire délimitée avec une population connue. Ils sont généralement construits
suite à une catastrophe naturelle, à une guerre ou à une crise politique. Sa fonction
principale est de veiller aux besoins fondamentaux des réfugiés en termes d’alimentation,
d’hygiène ou encore de sécurité. Un camp de réfugié peut-être perçu comme une petite
ville en termes de gestion ou de cartographie. Le camp est muni de frontières, de rues et
d’adresses civiques pour les habitants, des services communs dont une administration
avec des représentants. La population n’est pas figée, elle augmente, diminue, se
déplace, parfois travaille et échange des biens et des services. Ses besoins sont très
changeants.

B. Le UNHCR

La question de l’aide aux réfugiés est régie par une institution internationale, créé le 14
Décembre 1950. Cette organisation se nomme le Haut Commissariat des Nations Unies
pour les réfugiés par l'Assemblée Générale des Nations Unies, elle a pour mission la
coordination de l’action internationale pour la protection des réfugiés et la recherche de
solution pour l’ensemble des réfugiés dans le monde. Elle veille à la sauvegarde de leurs

65 | P a g e
droits et de leur bien-être. L’UNHCR travaille depuis 50 ans et a aidé plus de 50 millions
de personnes.

C. Quelques chiffres sur les camps

Aujourd’hui le UNHCR a la responsabilité de plus de 20 millions de déplacés dans le


monde. Ce mandat est rendu difficile de part la diversité des besoins et des
environnements des populations réfugiées.

Type de population Nombre


Réfugié 8 700 000
Demandeur d’asile 773 000
Réfugiés retournés 1 000 000
Personnes déplacées internes 6 600 000
protégées/assistées par l’UNHCR
Personnes déplacées internes retournées 519 000
Personnes sans statut 3 400 000
Autres 960 000

Composition de la population d’intérêt (en date du 1er janvier 2006)


Source : UNHCR - LA CARTOGRAPHIE DES CAMPS DE RÉFUGIÉS À L’APPUI
DE LA GESTION ET DE LA PLANIFICATION du 14 mars 2007

L’UNHCR gère plus de 300 camps à travers le monde dont certains atteignent une
population dépassant les 25 000 habitants voir 100 000.

D. Les Systèmes d’information, une réponse aux défis des Camps de réfugiés

1. La méthode multi-critères de localisation des camps de réfugiés

Comme il a été dit précédemment, l’UNHCR coordonne l’aide apporté par les ONG sur le
terrain. Il est responsable de la négociation avec les autorités locales et de la localisation

66 | P a g e
géographique des futurs camps. Parfois, il est même nécessaire de relocaliser un camp
pour des raisons divers (problèmes de sécurité, logistique, ou environnementaux).
Le choix du lieu pour la construction d’un camp est une tâche difficile car elle demande de
prendre en compte de nombreux critères tel que l’impact (social et économique) sur la
région d’accueil, ou encore le respect des équilibres écologiques.

Les étapes de la localisation et les facteurs de décisions

- Enquête préliminaire auprès des ONG et des données déjà connues sur le pays

Informations à recueillir

Accessibilité à l’eau potable Proximité de l’eau potable, quantité d’eau de


surface et/ou d’eau souterraine
Sécurité Distance aux frontières, aux zones de conflits,
aux cibles militaires et aux champs de mines
Facilités logistiques Proximité d’une route permanente praticable
pour les camions
Relation avec les populations
Locales Faible densité de la population, utilisation du sol
Salubrité Conditions sanitaires
Risques Naturels Pas de risques naturels importants

Source : Méthode multi-critères ULB Igeat

67 | P a g e
- Mise en place d’une base de données géographique

On collecte, uniformise et intègre dans un système d’information les données recueillies.


On estime leur précision géographique, leur exactitude thématique et leur complétude à
l’aide d’images satellite. On peut également améliorer la qualité des informations
recueillies.

Source : Méthode multi-critères ULB Igeat

- Démonstration de la méthode multi-critères

On prend en compte deux critères principaux : l’urgence et l’environnement, ils sont


classés par ordre d’importance

68 | P a g e
URGENCE ENVIRONNEMENT

 Le plus proche possible du lieu  Le plus proche possible du lieu


d’origine des réfugiés Le plus loin d’origine des réfugiés Le plus loin
possible des zones protégées possible des zones protégées
 Le plus loin possible des frontières
Sur des pentes douces  Le plus loin possible des frontières
 Le plus proche possible d’un point Sur des pentes douces
d’approvisionnement en eau A
faible altitude  Le plus proche possible d’un point
 Le plus proche possible d’une route d’approvisionnement en eau A
Le plus loin possible des villes faible altitude
 Le plus proche possible d’une zone
boisée  Le plus proche possible d’une route
Le plus loin possible des villes

On construit grâce aux critères retenus la formule mathématique suivante :

Avec :

Xi = Les facteurs soit les critères qui rendent un site favorable à l’implantation d’un camps
de réfugiés
Wi = Les poids attribués à chacun des facteurs en fonction du contexte géographique
Cj = Les contraintes, exprimées sous la forme de variables binaires, qui rendent un site
tout à fait inadéquat pour implanter un camps de réfugiés.

69 | P a g e
- Le résultat

La formule et ses différentes contraintes sont rentrées dans le logiciel de localisation qui
va éditer deux cartes. La première tient compte des critères d’urgence, l’autre de
l’environnement. Ces deux cartes sont combinées afin d’en obtenir qu’une seule. Dans
cet exemple en République Démocratique du Congo, les tâches grises correspondent aux
zones inadaptées. La dernière carte montre (en vert) les zones adéquates pour construire
un camp.

- Généralités

Cette méthode permet à la fois de décider du meilleur emplacement pour le camp et de


procéder à une vérification des positions des camps déjà existants. Cela fonctionne à
différentes échelles, on peut ainsi faire des comparaisons entre deux pays afin de prendre
une décision. La cartographie a plusieurs avantages, celui d’être précis et facilement
exportable d’un point de vue informatique via les systèmes d’information et celui de
devenir un argument de poids en cas de négociation avec les autorités du pays
d’implantation.

2. La cartographie des camps au service de la gestion et de la planification

Afin de répondre aux défis que présente la gestion d’un camp de réfugiés, le département
des systèmes d’information rattaché à l’UNHCR s’est équipé d’un guide pour la
cartographie des camps. L’objectif principal est de mettre en place une procédure
standardisée qui s’adaptera à tous types de camps et de situations. Ces SIG (Systèmes
d’informations géographiques) sont indispensables pour prétendre à une planification
efficace. C’est une véritable banque de données solide et centralisée.

70 | P a g e
La population de réfugiés vit dans un environnement marginal à ressources limitées. Il
faut donc connaître au mieux les caractéristiques de ces populations et la localisation
exacte des besoins afin d’avoir une action humanitaire efficace.

L’UNHCR va utiliser et interpréter des images satellites à haute résolution (notamment les
Quickbird à 60 cm) et les enrichir grâce aux informations du terrain. On superpose ainsi la
structure du camp (grâce aux images satellites) et le plan des adresses civiques faites sur
le terrain. On obtient ainsi, par combinaison, une cartographie précise du camp. Cela
permet de gérer de nombreux services essentiels tels que l’approvisionnement en eau,
les latrines, les services sociaux, les écoles. On peut concrètement voir qui en bénéficie.

Exemple :

Source : UNHCR

La première carte est une photographie satellite d’un camp, la seconde est le schéma
réalisé sur le terrain de l’organisation du même camp par famille. Grâce aux SIG, on peut
obtenir la dernière image qui constitue la représentation informatique exacte des
adresses civiques de la population.

Grâce à la collecte de données informatisées, on peut dresser un schéma de


l’organisation des approvisionnements d’un camp.

71 | P a g e
Source : UNHCR

Cette banque de données est reliée avec celle de la population du camp qui recense les
caractéristiques des individus (origine, santé, composition de la famille, le statut, les
requêtes ou incidents lié au camp). L’UNHCR a également mis en place un certain nombre
de standards concernant le niveau de qualité de la vie dans le camp ou encore le taux de
bien-être. La cartographie permet de analyser et vérifier l’application de ces standards et
de pallier à tous problèmes éventuels. La réussite de cette démarche reste la mise à jour
constante de toutes les informations mais c’est ce qui reste le plus difficile à réaliser.

Source : UNHCR

72 | P a g e
Ce schéma montre clairement les indicateurs de bien-être et de qualité de vie (type de
groupe, école à proximité, accès à l’eau potable qui doit être inférieur à 200 mètres pour
chaque résidence)

E. La distribution dans les camps de réfugiés

1. Un besoin

Les carences alimentaires sont très fréquentes chez les réfugiés. Le taux de malnutrition
atteint des records. Cela s’explique par l’indisponibilité et l’inaccessibilité de des
ressources alimentaires. Par ailleurs, l’environnement des camps est parfois malsain avec
une exposition importante aux maladies contagieuses, de mauvais services de santé, une
carence en eau, une mauvaise hygiène etc…

2. Une réponse

La plupart du temps, un programme d’alimentation est mis en œuvre, il améliore l’état de


santé général des réfugiés (résistance aux maladies) mais ils peuvent également être
source de conflits politique si des dominants utilisent la nourriture pour imposer ses
propres règles. Ces programmes sont soumis à une évaluation préalable par l’UNHCR et le
Programme Alimentaire Mondial (PAM).

3. La mise en place des programmes

Dans un premier temps il faut procéder à une évaluation des besoins, à l’issue des
résultats on met en place la distribution.

- Le dénombrement de la population
Il faut bien entendu connaître le nombre de personnes présentes dans le camp. Pour cela
chaque nouveau venu dans le camp doit aller s’inscrire.

73 | P a g e
- Déterminer la quantité de nourriture de la ration
Cette quantité va varier en fonction des ONG. Ainsi MSF, l’OXFAM préconise une ration
quotidienne par personne de 2400 kcal. Le PAM lui procède à une évaluation des besoins
en fonction de plusieurs facteurs (mauvais état général, températures, état des abris,
l’âge, le refus de certain aliments, ou si les réfugiés bénéficie d’une autre source
d’alimentation). On vérifie également l’accès à la nourriture par personne grâce à un
sondage ce qui peut s’avérer fastidieux voir impensable en situation d’urgence.

- L’intervention
En fonction des résultats il faut élaborer une stratégie d’intervention efficace, on
dénombre deux possibilités :

o La distribution générale de la nourriture (toute la population reçoit des rations


de nourriture en quantité suffisante)
o Le programme d’alimentation supplémentaire ou PAC
Le PAC intervient dans les situations les moins importantes en termes de
gravité. L’aide intervient en tant que supplément alimentaire ou en soin
médicaux. On parle de PAC sélectif. Dans certain cas, le PAC fournit également
des aides particulières. (Pour le cas des femmes enceintes par exemple.)

74 | P a g e
CAS PRATIQUE

La logistique du
secours d’urgence
75 | P a g e
La gestion des secours après le Tsunami de
Décembre 2004

I- RAPPEL DES FAITS

La méga secousse tellurique de Sumatra, plus les raz-de-marée géants qui ont frappé, le
26 décembre 2004, les côtes de l’océan Indien ont provoqué l’une des catastrophes les
plus colossales de l’histoire. Une véritable tragédie humaine avec 150 000 morts,
500 000 blessés, 5 millions de personnes déplacées. Gérer une telle situation en termes
de logistique de secours demande une organisation et une logistique particulière.

Dans une situation de crise de cette envergure, le déploiement des ONG n’est pas
suffisant. Les gouvernements font appel à une force supérieure comme l’armée. Ainsi,
c ‘est l’armée Américaine qui a déployé de nombreuses forces afin de répondre à
l’urgence.

« Le rôle de l'armée est de mobiliser ses capacités exceptionnelles et ses moyens


considérables pour apporter des secours immédiats et sauver des vies ».
Amiral Thomas Fardo, commandant des forces américaines dans le Pacifique

Source : http://usinfo.state.gov/journals/itps/1104/ijpf/tsunami.htm

II- L’ORGANISATION DES SECOURS

A) Les moyens humains et matériels

Au plus fort des opérations de secours, 16.000 soldats américains ont été envoyés dans
les régions les plus touchées par cette catastrophe.

76 | P a g e
Plus d'une vingtaine de navires américains (y compris des porte-avions, un groupe
amphibie des marines et le navire-hôpital Mercy) et plus de 100 avions ont pris part aux
opérations de secours.

C’est près de soixante hélicoptères américains qui ont effectué plus de 2 200 missions,
transportant le matériel de secours vers les villes et villages lourdement touchés par le
tsunami. Les avions de transport américains (des C-130 et C-17) ont réalisé au moins 1
300 missions.

B) Le coût de l’opération

Il est estimé à quelque 5 millions de dollars par jour. Ces coûts font partie des 346 millions
de dollars que les États-Unis ont dépensés pour les secours immédiats.
Le 9 février, le président Bush a annoncé un engagement de dépenses supplémentaire de
plus de 600 millions de dollars, ce qui porte à 950 millions de dollars le total de l'aide
fournie par les États-Unis.

Il faut également tenir compte des dons totalisant à eux seuls plus de 700 millions de
dollars.

C) Les conséquences d’une réactivité immédiate

En Indonésie, où les dégâts ont été les plus importants, l'armée a livré de l’eau potable
indispensable à la survie des sinistrés. À la mi-février, plus de 10.000 tonnes de
fournitures et d'équipement de secours avait livré.
Six navires ont également été envoyés dans la région pour répondre à un besoin critique
en eau potable : chacun de ces navires peut transporter environ 340.000 litres d'eau
potable et en produire l36.000 litres par jour. Un ravitaillement suffisant en eau potable a
empêché le déclenchement d'épidémies de paludisme et autres maladies qui se
développent très vite dans ce genre de situations.

77 | P a g e
D) Prise de conscience et évaluation des dégâts avant intervention

Les ambassadeurs des États-Unis des régions sinistrées ont offert une assistance
financière et technique et ont demandé aux experts de l'armée américaine d'évaluer les
dégâts. Aussi, les navires américains ont reçu l'ordre d'entamer leur déploiement dans la
région dans les heures qui ont suivi la catastrophe. Dans les 24 heures, un P-3 Orion,
(avion de reconnaissance de la marine américaine) entamait ses missions au-dessus des
zones affectées pour seconder les opérations de recherche et de sauvetage et évaluer
l'étendue des dégâts.

E) La gestion des secours

Secourir demande de l’organisation afin d’être le plus efficace possible. Les états unis ont
donc mis un point d’honneur dans les domaines suivants : le commandement, le contrôle,
la communication et la coordination. Ces capacités, qui sont décisives en temps de
guerre, se sont révélées tout aussi indispensables pour assurer l'efficacité et la
coordination de leur intervention. Le commandement américain dans le Pacifique a établi
un groupe chargé de coordonner et de diriger l'aide humanitaire et les opérations de
secours.
Les autorités américaines ont obtenu du gouvernement
thaïlandais l'autorisation d'utiliser l'importante base
aérienne d'Utapao comme centre des opérations de
secours, tout comme les droits de survol et
d'atterrissage nécessaires. Comme l'a déclaré par la
suite le ministre adjoint de la défense, M. Paul
Wolfowitz, lors d'une déposition, « le ministère américain de la défense n'aurait pas pu
intervenir aussi rapidement sans les relations établies de longue date avec les forces
armées des pays de la région, en particulier celles de la Thaïlande ».
Une nouvelle fois, cela illustre bien le fait qu’une collaboration efficace est beaucoup plus
fructueuse qu’une opération isolée.

78 | P a g e
F) Une collaboration internationale

Le Centre combiné de coordination (CCC) de la Force 536 à Utapao est rapidement


devenu l'élément central de la coordination des efforts internationaux de secours, avec la
participation d'officiers de liaison d'Australie, de Grande-Bretagne, du Japon, de
Thaïlande et de Singapour.

Une cellule de coopération entre civils et militaires a été créée. Elle était composée de
représentants des équipes DART de l'USAID et d'un fonctionnaire local de l'Office de
coordination des affaires humanitaires de l'ONU (UNOCHA). Ces personnes se
réunissaient plusieurs fois par jour pour coordonner
leurs efforts nationaux et institutionnels respectifs.
C'est cet élément indispensable de coordination sur
le terrain qui a permis d'éviter la redondance des
efforts et facilité une évaluation exacte de l'étendue
des dégâts tout comme l'identification des régions
qui avaient le plus besoin d'aide.
Le CCC de la Force 536 a également facilité les efforts du « Core Group » international
(auquel participaient les États-Unis, l'Australie, le Japon, l'Inde, le Canada et d'autres
pays) qui avait été établi pour coordonner les premières étapes des opérations
internationales de secours, identifier et combler les lacunes, prévenir ou faire cesser les
embouteillages logistiques jusqu'à ce que les Nations unies puissent se mobiliser et jouer
un rôle de premier plan dans l'acheminement des secours.

G) Tenir compte des anciennes opérations

Ce n'était évidemment pas la première fois que les forces armées américaines
participaient à des opérations de secours. Par exemple : le déroutement, au milieu de
l'océan, de la première force expéditionnaire des marines américains qui rentraient de
l'opération Tempête du désert, en 1991. Le but du déroutement était d'aider le
Bangladesh à la suite d'un typhon qui avait fait plus de 130.000 morts.

79 | P a g e
Les plans de cette opération ont été littéralement improvisés alors que les marines se
précipitaient vers la baie du Bengale pour fournir des secours. Bien que l'opération ait été
considérée comme un énorme succès et qu'on ait estimé que l'intervention rapide des
États-Unis avait sauvé la vie de milliers d'habitants du Bangladesh, cette opération avait
fait ressortir la nécessité d'une meilleure coopération et d'une planification préalable.

80 | P a g e
La guerre au Liban en Juillet-Aout 2006

I- ORGANISATION LOGISTIQUE DE L’ AIDE L’HUMANITAIRE SUITE A


LA CRISE

A. Rappel des faits

Le Liban sous tension depuis l’assassinat de Rafic Hariri en Février 2005 a connu un
violent conflit armé que l’on appel désormais la seconde guerre du Liban. L’élément
déclencheur de cette guerre fut l’accrochage entre le Hezbollah (mouvement politique
chiite) et l’armée Israélienne.

Le groupe extrémiste ayant capturé deux soldats israéliens sur le territoire libanais, la
réaction d’Israël a été sans appel avec le lancement de l’opération « juste rétribution »
qui avait pour but de détruire les implantations du Hezbollah sur le territoire libanais, de
stopper les tirs de roquettes à destination d’Israël et de contraindre le gouvernement
libanais de faire appliquer les résolutions de l’ONU (à savoir le désarmement des milices).

La stratégie militaire mise en place a été d’isoler complètement le pays notamment en


bloquant les ports et les aéroports (la piste de l’aéroport a été bombardée et rendue
impraticable). Tous les ponts du pays ont été détruits afin de couper les axes de
communication. L’objectif principal de la tactique était de bloquer la logistique
d’approvisionnement du Hezbollah. A l’issue de ces attaques, le Liban fût complètement
isolé. On a dénombré plus de 1000 victimes civiles libanaises et plus de 50 000 personnes
qui ont dû fuir le nord du pays.
Le conflit a pris fin le 14 Août, après un mois de tension et suite à la demande de trêve de
l’ONU.

81 | P a g e
B. Les réactions internationales

Ce confit a fait l’effet d’une bombe dans le monde international notamment par son
caractère inattendu et par son ampleur. Les associations humanitaires se sont préparées
à une crise sanitaire de part le blocus et les populations victimes de bombardement. Les
ONG ont joué un rôle en deux temps :
- Elles ont aidé à expédier le matériel de secours médical
- Elles se sont rendues sur le terrain à l’issue du conflit soit à partir de mi-août.

Afin d’apporter une aide financière, l’UE a donné près de 54 millions d’euros.

C. Bilan de l’aide humanitaire au Liban

1. Aide financière de l’état Français pour les ONG sur place

Sources des données chiffrées : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/

En France, c’est la Délégation à l’Action Humanitaire (DAH) du Ministère des Affaires


Etrangères, qui avait la charge de coordonner l’aide humanitaire d’urgence pour la crise
libanaise. L’aide humanitaire est devenue de plus en plus importante en corrélation avec
l’ampleur que prenait le conflit. Les ONG présentent sur place ont été subventionnée par
cette aide. La population libanaise victime du conflit a ainsi pu recevoir du matériel
médical, des rations alimentaire etc…

Un million et demi d’euros ont été versés sous forme de subvention à des ONG
humanitaires françaises dont Première Urgence (distribution de kits d’hygiène et de kits),
Solidarités (distribution de kits d’hygiène et de kits alimentaires) et Handicap
International (aide aux victimes et prévention aux dangers).

Par ailleurs, c’est près de 675.000 d’euros qui ont été attribués à des ONG ou institutions
libanaises via l’Ambassade Française de Beyrouth. Parmi les bénéficiaires on compte
AMEL (aide d’urgence non alimentaire et médicale), CARITAS – Secours Catholique- Liban

82 | P a g e
(distribution de vivres et de produits de première nécessité et de kits médicaux), ou
encore l’Ordre de Malte Liban (renforcement de 4 centres médico-sociaux).

2. Aide et acheminement matériel en général

Concernant l’aspect médical, c’est environ 80 tonnes de médicaments ont été envoyés
par fret aérien et maritime au Liban, sous la forme suivante. Parmi les donateurs on peut
citer : Sanofi Aventis (20 palettes de médicaments), l’ONG Tulipe (15 cantines et 74
palettes de médicaments), ou encore les laboratoires Pierre Fabre (1.2 tonnes de
matériel). L’envoi de denrées alimentaires a également été conséquent puisque la DAH a
procédé à l’envoi de 113.00 de rations alimentaires. La France a également envoyé par
voie aérienne vers Chypre puis maritime vers le Liban du complément humanitaire
notamment des groupes électrogènes, des stations de potabilisation d’eau données par
VEOLIA, des matelas, des produits d’hygiènes etc…

3. Un point sur le fret maritime des ONG vers Beyrouth

Les 29 et 30 Aout 2006, la France a fait parvenir dans le port de Beyrouth deux bâteaux, le
Fast independence et le Fast Challenger qui ont acheminé 26 tonnes de produits de
première nécessité médical ou alimentaire fournis par les ONG.

Mais l’évènement majeur de cette aide humanitaire à été l’opération « un bateau pour le
Liban », qui a été lancée par le ministre des Affaires étrangères de l’époque, M. Philippe
Douste-Blazy en association avec l’Unicef, le HCR, et le PAM. C’est le navire roulier le
“Cap Camarat” appartenant au groupe CMA CGM, présidé par le franco-libanais Jacques
Saadé, qui a accosté au port de Beyrouth le jeudi 17 août 2006 en provenance de
Marseille avec à son bord 1.428 tonnes de fret humanitaire. Son déchargement a
nécessité 3 jours complets.

83 | P a g e
Le matériel transporté provenait majoritairement de dons européens (Allemagne,
Hongrie, Irlande, Lettonie, Lituanie, Suède et Slovaquie), d’entreprises, d’ONG et de
particuliers. Une fois déchargées, ces marchandises ont été remises aux différentes
organisations chargées de leur distribution auprès des populations soit les ministères
libanais, ONG libanaises et françaises, Croix-Rouge libanaise. Ont ainsi été distribués des
ambulances, des médicaments, des fluides et consommables médicaux, des produits
d’hygiène, des tentes et couvertures, des vêtements, des camions et du matériel
d’extinction de feu, des stations d’assainissement, des groupes électrogènes, de
l’alimentation générale (du lait maternisé, de l’eau minérale, de la farine, de l’huile et du
blé).

II- L’ORGANISATION LOGISTIQUE DE L’EVACUATION DES


RESSORTISSANTS FRANÇAIS DU L IBAN

A) Problèmatique

Comment évacuer près de 18 000 ressortissants français au Liban dans un pays isolé et
sous bombardements ?

Entretien avec Monsieur Stéphane Vogelsinger, Responsable de l’opération d’évacuation

B) La notion d’aide au départ et d’évacuation

Dans une situation de crise, deux cas de figures sont envisageables :

- Le gouvernement français ordonne une évacuation d’urgence et sans appel.


Dans ce cas précis, une logistique lourde est mise en place, on évacue à l’aide de
l’armée et selon des standards établis. Il faut suivre la procédure et les
ressortissants ont l’obligation de quitter le pays.

84 | P a g e
- Dans le cas d’une aide au départ, le gouvernement met en place des moyens pour
ceux qui ont l’intention de partir. Le départ n’est pas obligatoire et les moyens mis
en place sont beaucoup moins lourds que ceux d’une évacuation.

Le cas du Liban a été particulier, le gouvernement français n’a pas fait de demande
d’évacuation clairement définie mais exigé qu’aucun français ne soit blessé et que les
volontaires au départ soient rapatriés rapidement. Cette configuration a posé un
problème de gestion considérable car l’ambassade a du organiser l’équivalent d’une
évacuation avec toutes les contraintes qui en découlent mais avec les moyens d’une aide
au départ.

C) Les acteurs de l’évacuation et la gestion du personnel volontaire

Plusieurs acteurs sont entrés en jeu dans l’évacuation de Beyrouth. Au niveau national,
l’ambassade de France et le consulat ont joué le rôle de donneur d’ordre et ont formé la
base (recherche, émission, diffusion) des informations externes comme internes. Au
niveau de la métropole, c’est le ministre des affaires étrangères Monsieur Philippe Douste
Blazy qui fût l’interlocuteur principal du gouvernement.

Au niveau opérationnel, Monsieur Stéphane Vogelsinger, Colonel de l’armée française a


été chargé de la logistique de l’évacuation. Il explique que les clefs d’une mission réussie
résident dans la constitution d’équipes performantes, qui ont une bonne résistance au
stress et qui sont capable de réfléchir, de prendre des décisions dans une situation
d’urgente. Au vu des aléas que comporte une telle mission, il faut savoir faire preuve
d’innovation et d’un bon esprit d’analyse. L’idéal est de travailler avec une équipe déjà
soudée. Dans un contexte aussi difficile, beaucoup veulent se rendre utile et ont tendance
à vouloir tout gérer afin de tout contrôler et ainsi réussir à se rassurer. Aussi, il faut savoir
déléguer aux bonnes personnes, la bonne mission afin d’avoir un travail constructif. Ce
sont tous ces critères humains qui ont contribués à la réussite de l’opération.

85 | P a g e
1. Le recensement

Comme il a été dit auparavant, le départ vers la métropole pour les ressortissants français
était volontaire. Cependant, il fallait départager les personnes désireuses de rester et
celles qui voulaient partir afin de les orienter et de les informer de la procédure mise en
place. Ce recensement a été réalisé via des CALL-CENTER mis en place dans les
ambassades. Une équipe de volontaires a été créé pour répondre aux appels (via un
numéro vert d’urgence) et pour contacter les ressortissants. L’objectif principal en dehors
d’informer les français du déroulement de l’évacuation était de constituer une base de
données qui mettrait en évidence les contraintes futures pour organiser le retour en
France. Pour chaque appel, une fiche individu était remplie. VOIR ANNEXE 2

Elle renseignait les informations suivantes :

- Identités, téléphone, nombre de personnes à évacuer


- Le statut (touriste, de passage, expatrié, résident…)
- Des informations détaillées pour toute la famille (date et lieu de naissance,
numéro de passeport…)
- Les particularités importantes (Mineurs seuls, enceinte, âgé, malade, famille…)
- La région (Beyrouth- Nord ou Sud du Liban)
- Coordonnées précises pour joindre la personne

Au début de l’opération, toutes ces informations étaient récoltées à la main puis rentrées
dans un fichier EXCEL pour exploitation. Une fois la CRER sur place, elles ont été traitées
par le logiciel propre à l’organisation qui est beaucoup plus puissant.

L’intérêt de la démarche est évident. Elle permet de dresser une liste des personnes à
évacuer et de prendre les dispositions qui s’imposent (femmes enceintes, malades, ou
personnes isolées).

86 | P a g e
D) La gestion des évacués

1. Les zones de regroupements

Une fois les listes créées, il faut organiser les regroupements des évacués. Les bateaux en
provenance de Chypre amarraient dans le port de Beyrouth. Il fallait donc donner un
point de rendez-vous pour tous les ressortissants français désireux d’embarquer. Cet
emplacement se nomme la zone de regroupement. L’ambassade a choisit le lycée français
pour plusieurs raisons :

- sa proximité avec le port d’embarquement


- sa proximité avec l’ambassade
- la connaissance du lieu par un grand nombre de familles françaises ayant des
enfants
L’équipe en charge de
- la superficie du lieu qui permettait de regrouper un
l’évacuation a mis en
nombre important de personnes
place une politique de :
- le personnel pédagogique notamment le directeur qui
« Ce qui compte, c’est ce
s’est chargé de l’accueil et de l’orientation de toutes
qui est perçu et non pas
les personnes prêtes à être évacuées.
ce qui est ».

Si la majeure partie des ressortissants français du Liban vivent


à Beyrouth et ont pu se rendre par leurs propres moyens au lycée français, cela n’était
pas le cas de celles vivant dans le Sud ou encore dans le Nord du pays (Tripoli). Comme le
Liban subissait un blocus des voies de communications, cela était impossible de rejoindre
la capitale par la route. Il a fallu aller chercher directement ces personnes isolées par
hélicoptères et trouver des infrastructures sécurisées pour les loger en attendant de les
faire partir.

2. La gestion du stress et des particularités individus

Le pays est passé en très peu de temps à un état de guerre. Les bombardements faisaient
beaucoup de dégâts et étaient très impressionnants. Les particuliers expatriés étaient

87 | P a g e
donc en état de panique ce qui est un facteur qu’il faut prendre en compte dans une
perspective d’évacuation.

Il fallait rassurer un maximum la population en montrant une parfaite maîtrise de la


situation (par exemple la présence de militaires français en uniforme rend beaucoup plus
serein, c’est la guerre ont veut donc voir des militaires).

Il fallait également prendre en compte les particularités de chacun, les malades, les
femmes enceintes, les handicapés, établir des priorités de passage, veiller à avoir une
attente la moins longue possible au soleil sur les quais, gérer les blessés éventuels en
évitant de les mélanger aux bien portants pour éviter une vague de panique…

3. L’aspect administratif

Evacuation ou non il ne faut pas négliger un point très important sous peine d’avoir de
nombreuses répercutions négatives plus tard, ce point est celui de l’immigration. Même
sous guerre, le gouvernement libanais exigeait que les sorties de territoire garde la même
procédure. Chaque ressortissant devait donc remplir une fiche de sortie et faire
tamponner son passeport à l’immigration. L’équipe de l’évacuation a donc du mettre en
place un flux de bus, qui emmenait les français à l’immigration pour remplir toutes les
formalités requises.

Cette procédure, lourde, a allongé le temps de départ pour de nombreuses personnes et


a même parfois empêcher de partir plusieurs familles. En effet, beaucoup de femmes
seules franco-libanaises se sont présentées avec leurs enfants pour un départ en France.
Hors, la loi libanaise exige si le père est absent un papier de ce dernier autorisant la
famille à partir. Il a fallu retrouver ces familles et les faire sortir du bateau… Ces
procédures même dans un cas d’urgence sont indispensables. Au niveau de l’entrée en
France, un certain nombre d’exigences ont également été requises. Parmi les listes des
français qui revenaient au pays, il fallait vérifier si certains n’étaient pas interdits de
territoire, ou encore des criminels en fuite…

88 | P a g e
E) Les flux de l’évacuation des ressortissants

Afin de procéder à l’évacuation de ses ressortissants, le gouvernement français a mis en


place l'opération Baliste en juillet 2006. Ainsi, c’est près de 1 700 militaires issus des trois
armées qui sont engagés en Méditerranée orientale afin de procéder à la sécurité des
français présents au Liban et désireux de rentrer en France.

1. Les bâtiments de la marine mis à disposition pour l’opération Baliste

Sources : www.netmarine.net

 LE JEAN DE VIENNE

Fiche technique du Jean


Il est le premier bâtiment français à partir. Alors
de Vienne
en escale à Sête, il appareille en urgence le 15
juillet, et arrive le 19 juillet au Liban avec à son
Frégate de lutte anti-sousmarine
bord deux hélicoptères Lynx de la 31F. Il
Longueur : 135 m
transporte du fret humanitaire offert par le
ministère de la santé française. Départ de Toulon le 16 Juillet
Arrivée le 20 à Beyrouth

89 | P a g e
 Le TCD Siroco

Embarque une unité du 7e Bataillon de chasseurs alpins de Bourg-Saint-Maurice, 4


hélicoptères Puma et une installation hospitalière avec deux blocs opératoires. Il quitte
Toulon le 16 juillet et arrive à Beyrouth
le 21 au matin. Le 22 juillet, au terme de Fiche technique du Siroco
quelques heures passées à quai, le
Siroco prend à son bord plus de 300 Transport de chalands de débarquement
Longueur : 168 m
personnes à évacuer. Le 23 juillet deux
hélicoptères EC 725 Cougar décollent du Peut transporter 2000 civils Contient un
hôpital avec 2 blocs opératoires
Siroco pour se poser à Beyrouth, avec
une quinzaine de hommes du Départ de Toulon le 16 Juillet – Arrivée le
20 à Beyrouth
Commando Hubert et des forces
spéciales françaises. Ces derniers se
rendront à Habbouch, petit village chiite
du Liban sud, afin d'évacuer vers Beyrouth 97 ressortissants français isolés par le blocus.

Au global le Siroco a effectué plus de 5 rotations en Larnaca à Chypre et le port de


Beyrouth. Il a évacué près de 1600 personnes et plus de 500 tonnes de matériel
humanitaire et 12 200 rations alimentaires.

 LE MISTRAL Fiche technique du BPC Mistral

Bâtiment de projection et de
commandement Longueur : 199 m
Au cours de l’opération, c’est prêt de
Peut transporter 4000 civils
1 400 ressortissants qui auront été
évacués grâce à BPC qui est le deuxième Contient un hôpital avec 2 blocs
opératoires
plus gros bâtiment de la flotte française.
Départ de Toulon le 18 Juillet – Arrivée le
22 à Beyrouth

90 | P a g e
 LE JEAN B ART

Fiche technique du Jean Bart Le Jean Bart avait une fonction de


« sécurisation » de la zone pendant les
Frégate de lutte anti-aérienne opérations d’évacuation.
Longueur : 139 m
Départ le 18 Juillet – Arrivée le 22 à
Beyrouth

Le Siroco embarque 360


ressortissants à Beyrouth (16
août 2006)
Photo marine nationale

Source :
www.netmarine.net

91 | P a g e
2. La procédure d’évacuation des ressortissants

Ambassade de France
Gestion des Opération
Recensement CALL -CENTER
Recensement

Résidents français Français isolés dans


habitants à Beyrouth nord ou sud du pays

Se rendent par Zone de Transport par bus


leurs propres regroupement : ou hélicoptères
moyens au lycée Lycée Français pour les cas les
de Beyrouth plus complexes

Démarches Personnes en liste


Transport par Bus
administratives d’attente (nuits dans
pour immigration lieux sécurisés)

Regroupement sur quai pour


embarquement

Embarquement des évacués sur navires de l’armée


française Jean de Vienne, Jean Bart, Siroco, Mistral

Arrivée et débarquement à Regroupement sur quai


Larnaka (Chypre) pour embarquement

Relogement et attente
d’un avion pour Paris

Départ via Airbus A


310 Air France vers
92 | P a g e
Paris
3. Une journée type d’évacuation

Dans un premier temps, les ressortissants désirant quitter le pays commençaient à


embarquer à bord des navires à partir de 10H00 jusqu’à environ 17H00. Ils ont ont été
regroupés tôt dans la matinée au lycée français de Beyrouth afin d’être conduits en bus
au port de la capitale libanaise. Une quarantaine de bus ont été affecté.
Les opérations de débarquement à Larnaka (à Chypre) ont été laborieuses car la ville
n’ayant pas prévue la crise n’avait pas les infrastructures prévues pour reloger le flot des
évacués. La France a donc du préparer en un temps record des avions prêts à rapatrier de
Chypre vers la France les nouveaux venus afin d’éviter une crise sanitaire chypriote.
Au total on dénombre près de 12 000 français qui ont été évacués par l’opération Baliste.

4. Les flux du fret humanitaire

Envoi via
avion
Matériel ON
G

Chypre – Larnaca
Centre de regroupement
des marchandises
humanitaires

Bâtiments de l’armée française


Débarquement des passagers puis chargement des
marchandises humanitaires
Transfert vers Beyrouth

93 | P a g e
Déchargement des marchandises et
distribution aux ONG réceptrices
au Liban
5. Les freins rencontrés

Il a fallu 4 rotations avant que l’on réussisse à établir des standards et à optimiser les
remplissages. Au départ beaucoup de personnes ne se présentaient pas et on évacuait
dans l’urgence par peur des bombardements. C’est pourquoi les premiers transports
n’étaient pas pleins. Au départ, on évacuait 600 personnes par jour. Une fois la
procédure mise en place, c’est près de 2500 personnes qui quittaient Beyrouth chaque
jour.

Par ailleurs, le fait que la guerre ne soit pas à mains armées donc avec la possibilité de
circuler dans les rues a considérablement facilité les opérations. Les ressortissants et
l’équipe pouvaient se déplacer dans les rues de Beyrouth sans risques majeurs car les
bombardements étaient très ciblés.

F) Manager une évacuation

Au départ de la crise, de nombreuses réunions ont été organisées. Il s’agissait de


déterminer le plan d’action le plus adapté à la situation et les mesures qui devaient être
prise immédiatement. Le pays étant sous blocus, il fallait faire l’inventaire des solutions
envisageables. Les 15 premiers jours de la guerre n’ont pas été efficaces d’un point de
vue opérationnel, il a fallu comprendre le conflit et être réactif. Au fur et à mesure, les
flux étaient de mieux en mieux contrôlés.

G) Les systèmes d’informations

Le point clef de la réussite de l’opération a été que les axes de communication n’ont pas
été détruits par l’armée Israélienne. Les téléphones portables marchaient, de même que
les fixes et Internet. L’ambassade communiquait par SMS des informations sur
l’avancement des opérations à ses ressortissants (comme les points de rendez-vous, les
prochains départs). Chaque soir un compte rendu était envoyé à la métropole afin d’avoir
un retour des opérations effectuées pendant la journée.

94 | P a g e
Il faut également noter que dans tout pays accueillant des expatriés français, une
démarche en cas de crise est mise en place. Tout ressortissant français à l’obligation de
venir s’inscrire à l’ambassade de France qui lui remet un chef d’îlot. Ce chef d’îlot peut
être contacté par téléphone et fournira toute les informations d’urgence en cas de crise.
C’est un interlocuteur privilégié pour chaque expatrié et cela permet de prévenir
rapidement le plus grand nombre d’expatriés en cas d’urgence.

H) Le coût de l’opération

On estime que l’opération d’évacuation par l’armée des ressortissants français est
d’environ 1000 Euros par personne. Cependant, certaines personnes ont été évacuées par
leurs entreprises car ces dernières voulaient éviter d’avoir la responsabilité d’un accident
parmi ses employés. Ces groupes ont donc fait évacuer par leurs propres moyens les
expatriés et leur famille. Le coût est beaucoup plus élevé la car les sommes peuvent
atteindre atteignant 15 000 euros par personne.

I) Les négociations

Si le conflit était totalement étranger à la France, il a tout de même fallu travailler


conjointement avec les deux parties en opposition. Ainsi, les services spéciaux et l’armée
libanaise étaient présents sur les lieux d’embarquement et de déchargement des
bâtiments de l’armée française.

L’ambassade a également pris contact avec l’armée Israélienne pour l’informer de ces
actions d’évacuation et ainsi garantir la sécurité de ses opérations. Au moment des
premières rotations, les Israéliens ont accordé un délai maximum pour le départ des
bâtiments (20H pour Beyrouth). Une fois ce délai dépassé, ils ne pouvaient plus garantir la
sécurité des quais. Ce type d’intimidation a mis une pression supplémentaire sur l’équipe
d’évacuation qui travaillait avec le stress de la montre.
Lorsque l’ambassade comptait emprunter des routes, elle informait au préalable l’armée
israélienne qui accordait alors un sursis.

95 | P a g e
J) Après la crise

Une situation non préméditée et d’une telle ampleur a permis de mettre en place un
certain nombre de standards. Il a fallu faire une analyse de ce qui avait bien fonctionné,
comprendre pourquoi, et voir comment cela peut-il être optimisé… Le responsable de
l’équipe d’évacuation Mr Vogelsinger a créé un cahier des charges afin d’être plus efficace
dans le futur si une telle situation se reproduisait.

Il faut pouvoir remettre toutes les étapes dans l’ordre, savoir les expliquer toutes les
étapes et ainsi que les démarches mises en place. Il faut donc garder une trace de toutes
les activités réalisées même si on agit dans l’urgence et que cela n’est pas la priorité.

Exemple de procédure numéro 1

VOIR ANNEXE 3
Explication des étapes et procédures pour un recensement efficace. Noter toutes les
possibilités et cas possibles afin d’être réactif et de ne rien oublier.

Exemple de procédure numéro 2

VOIR ANNEXE 4
Démarche à suivre pour l’évacuation (convocation des personnes à évacuer, contrôle
consulaire, manifeste d’embarquement).

Exemple de procédure numéro 3

VOIR ANNEXE 5
Schémas des étapes à suivre d’un point de vue administratif du recensement à
l’évacuation.

96 | P a g e
La chaîne logistique humanitaire, si elle diffère peu de sa consœur la
Supply Chain dite commerciale, elle a cependant des enjeux très
différents. Son financement est spécifique car en dehors des subventions
d’états, c’est belle et bien les particuliers et les entreprises qui par leurs
dons permettent à la chaîne d’exister.
Par ailleurs, s’il les entreprises peuvent prévoir les ventes au mois, au
semestre, à l’année, cela n’est pas le cas pour les ONG. Une catastrophe
naturelle a peu ou pas de signes avant coureurs. Les flux de secours
doivent donc être très réactifs et flexibles. Les organisations humanitaires
doivent s’adapter, ajuster leurs stratégies, et innover.
Néanmoins, les ONG font souvent les frais de problèmes de coordination
et de précision dans leurs actions car chaque intervention est unique et
nécessite de mettre en place un modèle et des capacités structurelles
nouvelles. Leur défi actuel est de réussir à optimiser chaque intervention
grâce aux systèmes d’informations. Ces derniers sont de plus en plus
recherchés et utilisés dans le monde de l’humanitaire.
Chaque intervention doit apporter les leçons qui aideront à corriger et à
améliorer les méthodes, les procédures. L’évaluation est la meilleure
façon d’extraire de chaque expérience les aspects positifs et négatifs. Lors
de la guerre au Liban, les équipes de l’ambassade de France à Beyrouth
n’étaient pas prêtes pour organiser une telle évacuation. Malgré les
tensions que le pays connaissait, aucune procédure n’avait été mise en
place pour faire face à une telle situation. C’est à l’aide de bon sens,
d’esprit pratique et d’adrénaline que l’opération a pris forme. Au final,
cette expérience a été mis a profit afin de créer un véritable guide
d’urgence propre au pays afin d’être réactif si les évènements devaient se
réitérer.

97 | P a g e
o AMEL (ONG libanaise)
o BCAH (Bureau de Coordination des Affaires
Humanitaires)
http://www.diplomatie.gouv.fr/bureau-coordination-
affaires-humanitaires.html
o CARITAS (Confédération d’organisations
catholiques d’aide, de développement et de
service social)
o CCC (Centre combiné de coordination USA)
o CFR (Incoterms CCI 2000 Cost and Freight)
o CIF (Incoterms CCI 2000 Cost Freigh and
Insurance)
o DAH (Délégation à l’action humanitaire)
o DDP (Incoterms CCI 2000 Delivery Duty Paid)
o ECHO (European Community Humanitarian)
http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm

o FOB (Incoterms CCI 2000 Free on Board)


o HCR (Haut Commissariat des Nations Unies
pour les Réfugiés) http://www.unhcr.fr
o MSF (Médecins sans frontières)
http://www.msf.fr/
o OFDA (The Office of U.S. Foreign Disaster
Assistance)
http://www.globalcorps.com/ofda.html
o OMS (Organisation mondiale de la santé)
http://www.oms.org/
o ONG (Organisation non gouvernementale)
o OXFAM (Confédération internationale qui
lutte contre la pauvreté et l’injustice)
http://www.oxfam.org/fr
o PAC (Programme d’alimentation
supplémentaire)
o PAM (Programme Alimentaire Mondial)
http://www.wfp.org/french/
o UNOCHA (Office de coordination des affaires
humanitaires) http://www.unocha.org/
o USAID (Gouvernement fédéral indépendant
sous les ordres du secrétaire d’état
américain) http://www.usaid.gov/about_usaid
98 | P a g e
Première Partie

Kreactiv'Studios
Agence de projets de communication et multimédias
http://www.kreactivstudios.com/dossiers_infographie4.html

Magazine Stratégie (Archive Internet)


http://www.strategies.fr/archives/1422/page_36179/

Document universitaire Toulouse I


Laboratoire GDO Equipe Marketing ESUG IAE
Réflexion sur le lien entre achat impulsif et modèle de communication
Annie BONNEFOND (Maître de conférences) Magali GIRAUD (Doctorante)

Création et publication du sondage en ligne


http://freeonlinesurveys.com/
Sondage disponible à cette adresse
http://FreeOnlineSurveys.com/rendersurvey.asp?sid=qla9ho2xkip0i94409
326

BCAH (Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires)


http://www.diplomatie.gouv.fr/bureau-coordination-affaires-humanitaires.html

MSF (Médecins sans frontières)


http://www.msf.fr/

La Croix Rouge
http://www.croix-rouge.fr

Vidéos online
http://fr.youtube.com/

Seconde Partie

Méthode multicritères de localisation de camps de réfugiés


ULB IGEAT
Institut de gestion de l’environnement et d’aménagement du territoire
Université Libre de Bruxelles – Belgique

Le guide de la logistique humanitaire


http://www.humanis.org/

99 | P a g e
Le secours humanitaire
Kevin M. Cahill Edition Nil 2006
Aider, sauver : Pourquoi, comment ?
Rony Brauman Editions Bayard Centurion 2006

UNHCR
http://www.unhcr.fr/

MSF Logistique
http://www.msflogistique.org/

Définitions et compléments
http://www.oseo.fr/
http://www.faq-logistique.com/
http://www.wikipedia.org

Partie 3

Le Tsunami

http://usinfo.state.gov/journals/itps/1104/ijpf/tsunami.htm

http://www.monde-diplomatique.fr/dossiers/tsunami/

http://www.cite-
sciences.fr/francais/ala_cite/science_actualites/sitesactu/question_actu.
php?langue=fr&id_article=3643

Evacuation du Liban

http://www.20minutes.fr/img/photos/wag/NaviresFrancais.swf

http://www.rdl.com.lb/2006/q3/4068/nemanquezpas4.html

http://www.phila-colmar.org/+La-Marine-nationale-participe-a-l-
evacuation-de-ressortissants-du-Liban+.html

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/

100 | P a g e
ANNEXES

101 | P a g e
ANNEXE 1
Sondage sur l'humanitaire

Bienvenue à vous
Etudiante à la Sorbonne, je réalise un mémoire sur l'humanitaire et ses
moyens de communication.
Ce questionnaire m'aidera beaucoup dans ma démarche aussi merci beaucoup
pour ces quelques minutes que vous m'accordez.
Bonne lecture et bon visionnage

Virginie

*1)
Votre parcours humanitaire

Si on vous dit ONG, quelle est l'organisation qui vous vient en tete?

*2) Avez-vous deja fait un don pour une organisation humanitaire ?

Oui
Non (Allez directement à la question 5)

3) Si oui laquelle ?

4) Quel type de Don ?

Ponctuel
Permanent

102 | P a g e
5) Si non pourquoi ? (Choix Multiples)

Question de financement
Manque de confiance vis-Ã -vis des ONG
Pas encore eu l occasion de donner
Other (Please Specify):

*6) Revenons sur le scandale de l'Arche de Zoe, Etes-vous choque par les actions de
l'organisation ?
Veuillez selectionner

*7) Pensez-vous que dans une situation de crise, l'urgence prime sur l'ethique ?
Veuillez selectionner

*8) Cochez la reponse qui vous correspond

Avant l Arche de Zoe vous ne faisiez pas confiance aux ONG, l affaire vous conforte
dans votre idee
Avant l Arche de Zoe, vous faisiez confiance aux ONG, mais desormais cette
confiance est embranlee
L affaire n a pas eu d incidence sur vos convictions, vous faites toujours confiance aux
ONG

*9) MSF et vous


Surfez vous sur le site Internet www.msf.fr ?

Une fois
Quelques fois
Regulierement
Jamais

10) Afin de continuer le sondage, veuillez visionner une video en cliquant ICI
(clic droit, ouvrir dans une nouvelle Fenetre)

103 | P a g e
*11) Quel est le premier mot (sentiment-Etat d'esprit- Avis) concernant cette video ?

*12) Est ce que cette video vous donne envie de donner ?


Veuillez selectionner

*13) Pourquoi ?

14) Afin de continuer le sondage, veuillez visionner une video en cliquant ICI
(clic droit, ouvrir dans une nouvelle Fenetre)

*15) Quel est le premier mot (sentiment-Etat d'esprit- Avis) concernant cette video ?

*16) Comment trouvez-vous la video ? Choix multiples

Violente mais c'est justifie


Beaucoup trop violente
Angoissante
Triste
Bien faite
Mal faite

*17) Est ce que cette video vous donne envie de donner ?


Veuillez selectionner

104 | P a g e
*18) Pourquoi ?

*19) La Croix Rouge et vous


Surfez vous sur le site Internet www.croix-rouge.fr ?

Une fois
Quelques fois
Regulierement
Jamais

20) Afin de continuer le sondage, veuillez visionner une video en cliquant ICI
(clic droit, ouvrir dans une nouvelle Fenetre)

*21) Quel est le premier mot (sentiment-Etat d'esprit- Avis) concernant cette video ?

*22) Que pensez vous du choix de Adrianna Karembeu comme ambassadrice de La Croix
Rouge ?

Judicieux
Inadapte
Indifferent

*23) Est ce que la promotion de Adrianna Karembeu vous influence dans votre decision de
don ?
Veuillez selectionner

24) Voici les deux dernieres videos, merci de les visionner :


VIDEO 1 VIDEO 2

105 | P a g e
(clic droit, ouvrir dans une nouvelle Fenetre)

*25) Que pensez vous de l'utilisation de l'humour pour une cause humanitaire ?

c'est judicieux
Inapproprie
Indifferent

*26) Ces videos vous donnent elles envie de donner pour la Croix Rouge ?
Veuillez selectionner

*27) Pourquoi ?

*28) En savoir plus sur vous

Vous etes

Une femme
Une homme

*29) Quel est votre tranche d age ?

*30) Votre occupation

*31) Votre lieu d habitation

Envoyer le sondage

106 | P a g e
ANNEXE 2

107 | P a g e
ANNEXE 3

108 | P a g e
ANNEXE 4

109 | P a g e
ANNEXE 5

110 | P a g e