Vous êtes sur la page 1sur 8

OBJECTIFS

Inventorier le contenu de l’EN 1993-1-1, l’esprit des nouvelles règles en comparaison


avec les normes précédentes
Utiliser les principes de base des principales vérifications aux États Limites de
Service (ELS) et aux États Limites Ultimes (ELU) des structures et éléments de
structures en métal
Identifier les nouveautés majeures depuis les matériaux jusqu’aux assemblages

PRÉREQUIS
Suivre cette formation réclame une première connaissance sur les calculs des
structures en acier.

CONTENU
Eurocodes applicables en construction métallique
Propriétés des matériaux
• Rupture fragile
• Fatigue
États limites de service
• Limite de flèche
• Vibrations
Classement et résistance des sections
• Notion de résistance plastique d’une section
• Classement des sections
• Résistance des sections sous sollicitations simples ou combinées (M, N, V)
Analyse globale des structures
• Analyse élastique et analyse plastique
• Effet du second ordre, imperfections
• Comportement des assemblages
Stabilité des barres
• Flambement
• Déversement
Résistance des âmes (EN 1993-1-5)
• Notions de voilement par cisaillement
• Notions de voilement sous charge locale
Principes de calcul des assemblages (EN 1993-1-8)
• Résistance et rigidité des assemblages
• Assemblages boulonnés, assemblages soudés
Principes de calcul des éléments formés à froid (EN 1993-1-3)
Principes de calcul du comportement au feu (EN 1993-1-2)
Présentation de l’EN 1990
• Exécution et montage
• Tolérances
Exercices d’application

PÉDAGOGIE
METHODES PEDAGOGIQUES
Le parcours d'apprentissage prévoit une alternance d’exposés théoriques,
d'illustrations de cas concrets.
Des séquences pédagogiques individuelles sont prévues selon les éventuels besoins
de chaque bénéficiaire.

RESSOURCES PEDAGOGIQUES
Le support de cours et une documentation complémentaire sont remis sur clé USB lors
de la formation.

MOYENS TECHNIQUES
La conception pédagogique prévoit l'utilisation d'un équipement multimédia animé par
l'intervenant ainsi que de ressources multimédia.

TYPE PUBLIC
Ingénieurs en bureau d’études chargés de la conception et du calcul des structures
Chefs de projet ou d'affaire

MÉTHODE D'ÉVALUATION
EVALUATION DES ACQUIS THEORIQUES ET PRATIQUES
Cette évaluation est réalisée en fin de formation sur la base d'un questionnaire.
La formation est sanctionnée par une Attestation individuelle de fin de formation.

MESURE DE LA SATISFACTION DES BENEFICIAIRES


Cette évaluation réalisée en fin de formation, mesure l’organisation et les conditions
d’accueil des bénéficiaires, les qualités pédagogiques du formateur ainsi que les
méthodes, moyens et supports d'apprentissage utilisés.
Elle fait l'objet d'un enregistrement en vue de l'analyse et le traitement des
appréciations formulées.

MODALITÉS D'ACCÈS AUX PERSONNES HANDICAPÉES À LA


FORMATION
Le lieu de la formation est accessible aux personnes à mobilité réduite.

Il est nécessaire de vérifier les sections pour les différentes sollicitations qu'elles subissent, en terme d'efforts et
de moments :
 la traction simple
 la compression simple (avec le risque d'instabilité associée, le flambement)
 la flexion simple suivant un seul moment (avec le risque d'instabilité associée, le déversement)
 les efforts tranchants (perpendiculaires à l'axe de la poutre)
 le combiné flexion simple + efforts tranchants
 la flexion composée (effort axial traction ou compression + flexion, qui représente finalement le cumul des
contraintes longitudinales)
 la flexion déviée seule ou composée (2 moments de flexion agissant, cumulés ou non avec l'effort axial).
 
Il n'y a pas là de différence fondamentale avec ce qui est expliqué par exemple dans la
page Théorie>Résultats ("Détermination des contraintes").
Les différences à retenir sont les suivantes :
 avant l'Eurocode 3, la notion de réserve de plasticité n'était pas ou peu prise en compte par les codes (simple
coefficient supplémentaire dans le CM66). Freelem calcule les contraintes de flexion avec les modules de flexion
élastique. Ce qui revient finalement à des profilés de classe 3. Si les profilés sont de classe 1 et 2, ce qui est
souvent le cas des profilés laminés, il est possible d'utiliser les valeurs plastiques, et donc d'obtenir des
contraintes moindres.
 la présence de forts efforts tranchants diminue la résistance des sections en flexion.
 
Ci-dessous un petit résumé, pour les sections courantes (classes 1, 2 et 3), avec acier agréé (en cas d'acier non
agréé, tenir compte d'un coefficient de sécurité de 1.1 supplémentaire). On néglige les trous de fixation pour la
traction.
 

 
 
Références NF EN 1993-1-1 de octobre 2005 :
 
Coefficients partiels selon §6.1 note 2B : γM0 = γM1 = 1
Traction selon §6.2.3, formules (6.5) et (6.6)
Compression selon §6.2.4
Flexion selon §6.2.5
Cisaillement selon §6.2.6 (en l'absence de torsion)
Torsion selon §6.2.7 (sommation de la torsion de Saint Venant et de la torsion non uniforme de gauchissement)
Flexion et cisaillement selon §6.2.8
Flexion et effort normal selon §6.2.9
Flexion, cisaillement et effort normal selon §6.2.10
Eurocode/1990/Méthode des coefficients
partiels
< Eurocode | 1990

Sauter à la navigationSauter à la recherche


 Introduction
 Critères de
dimensionnement
 Définition des états limites
 Variables de base
 Méthode des coefficients
partiels
 Vérifications des états-
limites
 Fiabilité structurale

[1]
La méthode des coefficients partiels (γ) est utilisée afin d'attribuer des coefficients
de sécurité sur les valeurs des actions, des propriétés des matériaux et des données
géométriques. Il convient de ne pas confondre les coefficients partiels γ qui sont
utilisés comme coefficient de sécurité avec les coefficients ψ qui sont utilisés pour
définir les valeurs de combinaison ψ1, fréquentes ψ2 et quasi-permanentes ψ3. Il est à
noter que les coefficients partiels ne sont pas utilisés pour les vérifications à l'ELS.
Les Eurocodes limitent l'utilisation de la méthode des coefficients partiels aux états-
limites ultimes soumis à des charges statiques (ou charge quasi-statique équivalente
à une charge dynamique en prenant en compte la majoration dynamique). Les
analyses non-linéaires et la fatigue sont traitées au cas par cas en fonction de la
nature des matériaux. Les analyses dynamiques ne sont pas couvertes par les
Eurocodes, signifiant ainsi qu'il incombe au calculateur de prendre toutes les
précautions nécessaires pour réaliser ces études.

Sections

 1Définitions
o 1.1Les actions
o 1.2Les propriétés des matériaux
o 1.3Les données géométriques
 2Valeurs numériques
o 2.1Les actions
o 2.2Les propriétés des matériaux
o 2.3Les données géométriques
 3Références

Définitions[modifier | modifier le wikicode]
Les actions[modifier | modifier le wikicode]
[2]
Les deux coefficients partiels affectant les actions sont symbolisés par les symboles
γf et γSd. Le symbole γf] caractérise l'incertitude des valeurs des actions par rapport
aux valeurs représentatives et le symbole γSd caractérise l'incertitude des effets des
actions. Par simplification, un symbole unique γ F peut être défini et égal à γf*γSd. Les
indices F et f seront remplacés en fonction des différents types d'actions. À titre
d'exemples, pour les actions permanentes, F devient G et f devient g, pour les
actions variables, F devient Q et f devient q.
[3]
Dans le cas d'une analyse non-linéaire où une action unique est prédominante, il
est possible d'appliquer des règles simplifiées. Lorsque l'effet de l'action croît
davantage que l'action, il convient d'appliquer le coefficient partiel γ F à la valeur
représentative de l'action. Lorsque l'effet croît moins que l'action (exemple structure à
membrane ou à câble), il convient d’appliquer le coefficient partiel γ F à l'effet de la
valeur représentative de l'action.
Les propriétés des matériaux[modifier | modifier le wikicode]
[4]
Les deux coefficients partiels affectant les actions sont symbolisés par les symboles
γm et η. Le symbole γm caractérise l'incertitude des propriétés du matériau et le
symbole η définit un coefficient de conversion qui tient compte des effets de volume,
de l'humidité, de la température, … Ce dernier coefficient est utilisé principalement
pour les matériaux de type bois.
Les données géométriques[modifier | modifier le wikicode]
[5]
Les valeurs de calcul des données géométriques (a d) correspondent aux valeurs
nominales (anom) affectées, si besoin, d'un écart dépendant, par exemple, de la
fabrication du produit, de la mise en œuvre sur chantier. Ainsi a d = anom ± Δa.
FR[6]
L'annexe nationale française précise que les tassements différentiels des
fondations peuvent être négligés si la dénivellation d'appui est inférieure à 1/500 ème de
la portée entre éléments porteurs adjacents. Une attention particulière devra malgré
tout être apportée si la structure soutient des planchers possédant un cloisonnement
rigide ou fragile.

Valeurs numériques[modifier | modifier le wikicode]


L'Eurocode 0 ne définit les valeurs numériques des coefficients partiels que pour les
actions. Les valeurs pour les matériaux sont définies dans les Eurocodes
correspondants.
Les actions[modifier | modifier le wikicode]
[7]
Les valeurs des coefficients partiels pour les actions générales et les actions
spécifiques (retrait, précontrainte, …) sont dans les tableaux ci-dessous.

[8] [9]
Valeurs numériques des coefficients partiels Valeurs numériques des coefficients partiels
pour une vérification à l'ELU d'équilibre sans pour une vérification à l'ELU d'équilibre avec
vérification de la résistance des éléments vérification de la résistance des éléments
structuraux (Ensemble A) structuraux (Ensemble A)

Action Coefficients partiels Action Coefficients partiels

Permanente défavorable γGj,sup = 1,10 Permanente défavorable γGj,sup = 1,35


Permanente favorable γGj,inf = 0,90 Permanente favorable γGj,inf = 1,15

Exploitation défavorable γQj,sup = 1,50 Exploitation défavorable γQj,sup = 1,50

Exploitation favorable γQj,inf = 0,00 Exploitation favorable γQj,inf = 0,00

Il convient, dans le cas d'une vérification à l'ELU d'équilibre avec vérification de la


résistance des éléments structuraux, d'effectuer une seconde vérification afin de
contrôler que le cas γGj,sup = γGj,inf = 1,00 ne puisse pas être également défavorable.

[10]
Valeurs numériques des coefficients partiels
pour une vérification à l'ELU structurel et à [11]
l'ELU géotechnique (Ensemble B) Valeurs numériques des coefficients partiels
pour une vérification à l'ELU structurel et à
l'ELU géotechnique (Ensemble C)
Action Coefficients partiels
Action Coefficients partiels
Permanente défavorable γGj,sup = 1,35
Permanente défavorable γGj,sup = 1,00
Permanente favorable γGj,inf = 1,00
Permanente favorable γGj,inf = 1,00
Exploitation défavorable γQj,sup = 1,50
Exploitation défavorable γQj,sup = 1,30
Exploitation favorable γQj,inf = 0,00
Exploitation favorable γQj,inf = 0,00
ξ 0,85

La notion d'ensemble A, B et C est définie dans le paragraphe Vérifications des


états-limites ultimes.

[12] FR[14]
Valeurs numériques des coefficients Valeurs numériques des coefficients partiels
partiels pour les actions spécifiques pour les actions spécifiques, annexe nationale
française

Coefficients
Action
partiels Action Coefficients partiels

Retrait γSH = 1,00
[13]
Précontrainte favorable γP,fav = 1,00

Précontrainte défavorable,
γP,unfav = 1,30 Eau au niveau caractéristique
effets globaux γFw = 1,20
(EH)

Précontrainte défavorable,
γP,unfav = 1,20 Eau au niveau accidentel (EE) γFw = 1,00
effets locaux

Fatigue γF,fat = 1,00

Les propriétés des matériaux[modifier | modifier le wikicode]


Le tableau indique les coefficient partiels relatifs au matériau béton pour les
états-limites ultimes.

[15]
PValeurs numériques des coefficients partiels pour le matériau béton non armé, armé ou
précontraint

Coefficients partiels, situation Coefficients partiels, situation


Action
durable et transitoire accidentelle

Béton (sauf pieux) γC = 1,50 γC = 1,20

Béton pour pieux γC = 1,65 γC = 1,32

Acier de béton armé γS = 1,15 γS = 1,00

Acier de précontrainte γS = 1,15 γS = 1,00

[16]
Module d'Young de l'acier de
γcE = 1,20 γcE = 1,20
béton armé

γΔP,sup = 1,20 et γΔP,inf = 0,80
γΔP,sup = 1,20 et γΔP,inf = 0,80
Accroissement de contrainte Δσp ou γΔP,sup = γΔP,inf = 1,00 (non
ou γΔP,sup = γΔP,inf = 1,00 (non fissuré) fissuré)

Accroissement de contrainte
FR
γΔP,sup = γΔP,inf = 1,00 γΔP,sup = γΔP,inf = 1,00
Δσp

Les données géométriques[modifier | modifier le wikicode]


[17]
Afin de prendre en compte les incertitudes des dimensions des pieux en béton
coulés sans tubage, il convient de prendre en compte une diminution de section
correspondant à 0,95 fois le diamètre nominal du pieu avec un minimum à
2 centimètres et un maximum à 5 centimètres.

Références[modifier | modifier le wikicode]
1. ↑ E0 P6
2. ↑ E0 P6.3.1&2
3. ↑ E0 P6.3.2 (4)
4. ↑ E0 P6.3.2
5. ↑ E0 P6.3.4
6. ↑ E2-1-1/NA-FR P2.6 (2)
7. ↑ E0 PA1.3.1
8. ↑ E0 TA1.2
9. ↑ E0 TA1.2
10. ↑ E0 TA1.2
11. ↑ E0 TA1.2
12. ↑ E2-1-1 P2.4.2
13. ↑ E2-1-1 P2.4.2.2
14. ↑ E2-1-1/NA-FR P2.4.2
15. ↑ E2-1-1 P2.4.2.4&5
16. ↑ E2-1-1 P5.8.6 (3)
17. ↑ E2-1-1 P2.3.4.2 (2)
Catégorie : 
 Eurocode
Menu de navigation
Langues
Ajouter des liens
 La dernière modification de cette page a été faite le 5 janvier 2014 à 22:30.
 Les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution partage à
l’identique ; d’autres termes peuvent s’appliquer.
Voyez les termes d’utilisation pour plus de détails.