Vous êtes sur la page 1sur 17

Chapitre II: CARACTERISTIQUES METROLOGIQUES

Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES

Introduction :

Les performances d’une chaine sont fonction des


performances individuelles des dispositifs (capteur,
conditionneurs, amplificateur…etc ) qui la constituent. Alors,
le choix ou la sélection d’un dispositif dépend des
caractéristique métrologiques de celui-ci.
Caractéristiques métrologiques: ensemble de spécifications
du fonctionnement de chaque dispositif, fournies par le
constructeur.

2
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES

I. Incertitude apportée par un dispositif :

Entrée x Sortie y
Dispositif
Relation théorique (nominal) entre Entrée x et Sortie y :
Gn et yon Gain nominal et décalage
nominal de zéro, donnés par le constructeur
Généralement yon =0.
Relation réelle entre Entrée x et Sortie y (défauts fabrication, parasites…etc.
la trelation réelle est légèrement différente de celle nominale :
G et yo Gain réel et décalage réel de
zéro
Ecart ou Incertitude δy sur la grandeur de sortie du dispositif :
δy dépend de δG et δyo
y =yn + δy.
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES

I. Incertitude apportée par un dispositif :

L'incertitude relative du dispositif k est k = écart par rapport à la pleine échelle
de sortie:

De façon générale y0n=0: le décalage zéro nominal y0n est nul, ou négligeable
par rapport à ymax ;
Les caractéristiques métrologiques permettent :
- de connaître Gn,
-d'estimer l'incertitude associée.
L'erreur associée dans ce cas, pour le dispositif k est :
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES
2. Caractéristiques statiques:

Ce sont les caractéristiques qui permettent de déterminer la réponse et les incertitudes d’un
dispositif lorsque l’entrée x est continue ou très lentement variable.

2.1 Erreur de gain nominal:


La valeur réelle de G présente un écart maximum δG par rapport à sa valeur nominale donnée
par le constructeur. Par définition l'erreur de gain εGn est:

Elle entraine en sortie un écart maximal δy)Gn :

Erreur qui, rapportée à la pleine echelle (P. E) de sortie,= l'erreur de gain nominal

5
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES
2. Caractéristiques statiques:

2.2 Erreur de linéarité εl :


La sortie y = G.x + y0 : cette relation traduit la correspondance linéaire entre y et x; les
points expérimentaux ne sont pas tous sur la droite mais présentent des écarts .
soit δyl l'écart max (figure)

L’erreur de linéarité: écart max rapporté à la P.E de sortie

On pose δyl = δGl . xmax où δGl est l’incertitude sur le gain G due à sa non linéarité, :

6
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES
2. Caractéristiques statiques:

2.3 Influence de la température :


Cette influence se traduit par la translation et la rotation de la caractéristique.

À T n: G(Tn) et y0 = y0(Tn).

Pour x d'entrée on a en sortie

À T, pour la même x on a:

Une ΔT = T - Tn entraîne une Δy en sortie

Dérive thermique de la réponse d’un dispositif


7
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES
2. Caractéristiques statiques:
2.3 Influence de la température :
On remarque : que l’influence de la température se traduit par 2 dérives l’une sur le gain
(rotation) et l’autre sur l’offset (translation)
 Dérive thermique du gain:
A la température maximale Tmax et en conservant au G et au décalage leurs valeurs
nominales, on a une indétermination δyT sur la sortie (figure) :

yT=[G(Tmax)-G(Tn)].x + yo(Tmax)-yo(Tn)

Dérive thermique du gain yG(T)=[G(Tmax)-G(Tn)].x=G.x


On pose: αG: coef temp. et ΔT = T – Tn

Alors et l’incertitude max à ΔTmax et xmax est:

comme G(Tn)· xmax = ymax et y0(Tn) << ymax l'incertitude relative à P.E:

8
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES
2. Caractéristiques statiques:
2.3 Influence de la température :
On remarque : que l’influence de la température se traduit par 2 dérives l’une sur le gain
(rotation) et l’autre sur l’offset (translation)

 Dérive thermique du décalage de zéro (offset):


L’incertitude maximale δyz(T) due à la dérive thermique de l’offset est:

Et l'incertitude relative rapportée à la P.E est :

Selon les cas, le constructeur spécifie:


- La sensibilité thermique du décalage dyo/dT m V.°C-1

- La sensibilité thermique de l'incertitude dz/dT % de l'E.M. °C-1


9
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES
3. Caractéristiques dynamiques:

Lorsqu’il s’agit de caractériser l'évolution de la sortie y(t), on considère généralement


deyx types de variation du signal d'entrée x(t): sinusoïdal et l’échelon
Régime sinusoïdal, Erreur du gain (Bande passante)

L’entrée est x(t) = X1 sinωt, Alors la sortie y(t) = Y1 sin (ωt + φ)

On définit: - la réponse en amplitude par gain dynamique: G(f)=Y1/X1


et la réponse en phase: φ(f).
En général Les constituants de la chaîne sont généralement de type passe-bas:
Soit G(0) le gain à f=0, la variation relative du gain à la fréquence f:

À la variation relative du G, correspond, pour une entrée X1 constante, une variation


relative de l’amplitude de sortie tel que

10
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES
3. Caractéristiques dynamiques:

Erreur du gain (Bande passante) à ε près (suite)

Si on admet que dans le spectre du signal, limité à sa fréquence haute Fh le gain est
constant et égal à G(0), il en résulte une indétermination max δY1 sur l’amplitude de
sortie telle que:

Ou εG(f) incertitude de bande passante.

Définition de la bande passante à ε près β(ε): intervalle de f dans lequel la variation


G, en relative, ≥ à ε

11
L’erreur due au phénomène d’hystérésis
Il y a phénomène d’ ’hystérésis lorsque le résultat de la mesure dépend de la précédente
mesure.
Chapitre II: CARACTERISTIQUES METEOROLOGIQUES
4. ESTIMATION DE L'INCERTITUDE DE MESURE DUE A UN DISPOSITIF
Chaque dispositif de la chaîne d'acquisition est la source d'incertitudes ou d'erreurs
élémentaires définies par ses caractéristiques métrologiques :

- l'erreur de gain nominal: εGn;


- l'erreur de linéarité: εl;
- incertitudes dues aux dérives thermiques du gain εG(T) et de zéro εz(T)
- les incertitudes en régime dynamique:
- l'erreur de bande passante en régime sinusoïdal εG(F),
-Le cas échéant, il faut aussi tenir compte des incertitudes spécifiques à un
dispositif comme, par exemple, dans le cas de certains capteurs, l'incertitude
d'hystérésis εh ou l'erreur de quantification εq d'un convertisseur analogique-
numérique.

L’incertitude maximale due au dispositif k=addition valeurs absolues des incertitudes


élémentaires telles qu'elles résultent de ses caractéristiques métrologiques :

incertitude probable: somme quadratique des incertitudes


élémentaires 17