Vous êtes sur la page 1sur 55

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère d’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université Larbi Ben M’Hidi - Oum El Bouaghi –
Faculté des Sciences et des Sciences Appliquées
Département de Génie Electrique

Mémoire de fin d’études


En vue de l’obtention du Diplôme de Master
Option : Génie Électrique

Thème :

Réalisation d’une alimentation variable SEPIC avec régulation de


tension et protection contre surcharge

Soutenue publiquement à Ain el Beida le : Juin 2017

Dirigé par : Présenté par :


Dr : Benkara Salima Hazem Zine eddine

Promotion: 2016/2017
Remerciements

Tout d’abord je remercie Allah le Tout Puissant qui m’a donné la


.
volonté et la patience pour terminer ce travail.

Je tiens avant tout, à adresser mon très vif remerciement à Mr : BENKARA


SALIMA –DIB ABDERAHMAN qui a accepté de m’encadrer et qui n’a jamais
ménagé son temps et ses efforts pour m’avoir prodigué ses conseils.

Je remercie aussi de manière générale tous les membres du jury qui nous avons
ont fait l’honneur d’assister a notre soutenance et qui ont donné des remarques
constructives dans chacun de leur domaine respectif.

Et finalement un grand merci a tout ceux qui j’ai aide de


Loin ou prés pour accomplir ce travail.
DIDCAS

A ceux qui m’ont donné la vie, symbole de beauté, de fierté, de sagesse


et de patience.
A ceux qui sont la source de mon inspiration et de mon courage, à
qui je dois de l’amour et la reconnaissance.
Mes chers Parents.
Mes Frères. Mes
Sœur.
Ma Famille et tous mes Proches.
Et à tous qui me connait et compte sur moi… Tous
mes Amis(es)

ZINE EDDINE
Résumé

Résumé:

L’alimentation SEPIC est une alimentation similaire à une alimentation buck-boost


avec une protection contre les courts circuits à l’aide d’un condensateur de séparation être la
source et la charge. Grace à un circuit de commande approprié on peut intégrer la régulation
de la tension de sortie, la protection contre les surcharges et contre les sous tensions.

Le but de ce projet est de concevoir et réaliser une alimentation ajustable a partir d’une
source de tension de 9V à 24V DC et la sortie ajustable de 5V à 30V, 3A. La commande
PWM, la régulation ainsi que la protection soient assurées le fameux circuit intégré UC384X
et le MOSFET N-type. Le dimensionnement doit être optimisé afin d’obtenir un courant
continue stable avec un minimum d’ondulations.

Mots clés: Alimentation SEPIC, Alimentation ajustable, Régulation de la tension.

Summary:

The SEPIC power supply is a power supply similar to a buck-boost power supply with
short circuit protection using a separation capacitor to be the source and load. Thanks to a
suitable control circuit, output voltage regulation, protection against overloads and under
voltage can be integrated. The aim of this project is to design and realize an adjustable power
supply from a voltage source of 9V to 24V DC and adjustable output from 5V to 30V, 3A.
The PWM control, the regulation and the protection are ensured the famous integrated circuit
UC3842 and the MOSFET N-type. The dimensioning must be optimized in order to obtain a
stable direct current with a minimum of undulations.

Keywords: SEPIC power supply, Adjustable power supply, Voltage regulation.


Sommaire

Introduction général ………………………………………………………………………1

Chapitre I : Généralité sur les convertisseurs DC-DC

I.1 Introduction ………………………………………………………………………… 3

I.2 Rôle des convertisseurs DC-DC……………………………………………………. 3

I.3 Applications des convertisseurs DC/DC ………………………………………….. 4

I.4 Différents types des hacheurs ……………………………………………………… 4

I.5 Hacheurs réversibles ……………………………………………………………….. 5

I.6Hacheurs non réversibles …………………………………………………………… 5

I.7 Les type des hacheurs non réversibles …………………………………………….. 6

I.7.1 Convertisseur buck……………………………………………………………. 6

I.7.2 Hacheur survolteur (Boost) …………………………………………………….. 6

I.7.3 Le convertisseur Buck-Boost …………………………………………………… 6

I.7.4 Le convertisseur Cuk …………………………………………………………….. 7

I.7.5 Hacheur ZETA ……………………………………………………………………. 8

I.9 Comparaison des montages ……………………………………………………………. 8

I.10 Contrôle des convertisseurs DC/DC………………………………………………….. 10

I.10.2 Contrôle non-linéaire des convertisseurs DC/DC ………………………………… 11

a) Technique des modes glissants………………………………………………………… 11

b) Linéarisation entrée/sortie…………………………………………………………….. 11

I.11 Conclusion ……………………………………………………………………………. . 11


Sommaire

Chapitre II : Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur


de type SEPIC

II.1 Introduction ………………………………………………………………………….. 12

II.2 Le hacheur SEPIC ……………………………………………………………………. 12

II.3 SEPIC à bobinages non couplés ……………………………………………………… 12

II.4 SEPIC à bobinages couplés ………………………………………………….………… 13

II.5 Principe de fonctionnement……………………………………………………………. 14

II.6.1 Rapport cyclique……………………………………………………………………..16

II.6.2 Choix des inductances………………………………………………………………... 18

II.6.4 Condensateur de couplage ………………………………………………………….…19

II.6.3 Condensateur de sortie Cs …………………………………………………………….19

II.6.5 Choix de la diode de sortie ……………………………………………………………20

II.7 Simulation du fonctionnement d’un convertisseur SEPIC ……………………………..20

II.8Conclusion ………………………………………………………………………………..25

chapitre III : Réalisation pratique du Convertisseur Sepic

III. 1 Introduction …………………………………………………………………………… 26

III.2 Les essais statiques et dynamiques …………………………………………………..... 26

III.3.1 Cahier de charge …………………………………………………………………… . 28

III.4 Conception du circuit………………………………………………………………… 28

III.4.1 Partie commande …………………………………………………………………… 28


Sommaire

a) La description l'UC3842……………………………………………………………….. 29

La commande de convertisseur SEPIC ………………………………………………………31

III.4.2 Partie puissance ……………………………………………………………………… 32

III.5 Résultats expérimentaux …………………………………………………………….…33

III.6 Réalisation d’un Circuit Imprimé ………………………………………………………33

III.7 Les étapes de réalisation pratique de la carte…………………………………………. 35

III.7.1 Le typon…………………..……………………………………………………….…..35

III.7.2 L’insolation de circuit…………………………………………………………………36

III.7.3 La révélation…………………………………………………………………….…... 36

III.7.4 Gravure……………………………………………………………………………… 37

III.7.5 Perçage…………………………………………………….………………………. 38

III.7.5 Test du circuit imprimé………………………………………………………………..38

III.8 Deuxième circuit : alimentation à découpage 220 V AC-33 V DC ……………………39

III.9 Conclusion………………………………………………………………………………42

Conclusion générale………………………………………………………………………… 43
Liste de figure

Liste des figures

Figure I.1ConvertisseurDC/DC…………………………………………………………….3

Figure I.2 Différents types hacheurs……………………………………………………….4

Figure 1.3 schéma réel du Convertisseur buck……………………………………………..6

Figure I.4 Convertisseur survolteur(boost)………………………………………………...6

Figure I.5 Circuit électrique de base du hacheur dévolteur-survolteur……………………7

Figure I.6 Schéma de base d’un convertisseur «CUK»…………………………………...8

Figure I.7 Hacheur ZETA………………………………………………………………….8

Figure I.8 Evolution du gain en tension en fonction du rapport cyclique des


convertisseurs…………………………………………….................................................... 9

Figure I.9 Evolution du gain en tension en tenant compte des convertisseurs……………..9

Figure II.1 Schéma de simulation sur SEPIC à deux bobinages non couplés
magnétiquement…………………………………………………………………………...13

Figure II.2 Schéma de base d’un convertisseur SEPIC à deux bobinages couplés
magnétiquement…………………………………………………………………………...14

Figure II.3 Convertisseur SEPIC………………………………………………………...14

Figure II.4 Circuit équivalent pour k fermé………………………………………………15

Figure II.5 Circuit équivalent pour ouvert………………………………………………..16

Figure II.6 Ondulation de la tension desortie…………………………………………….19

Figure II.7 Le schéma électrique simulé du convertisseur SEPIC…………………..........20

Figure II.8 Forme d'ondes deVk………………………………………………………….21

Figure II.9 Forme d'ondes de VL1………………………………………………………21

Figure II.11 Forme d'ondes de VL2………………………………………………………………………………..22


Liste de figure

Figure II.10 Forme d'ondes de Vc……………………………………………………… 22

Figure II.11 Forme d'ondes de VL2……………………………………………………………………………. …. 23

Figure II.12 Forme d'ondes deUs…………………………………………………………23

Figure II.13 Formes d'ondes de iL1…………………………………………………………………………………..23

Figure II.14 Formes d'ondes de iC……………………………………………………………………………………24

Figure II.15 Formes d'ondes de iD…………………………………………………………………………………..24

Figure III.1 Schéma structurel du circuit de l’alimentation SEPIC……………………………27

Figure III.2 Le brochage de UC3842……………………………………………………………29

Figure III.3 Schéma structurel du circuit de commande……………………………………….30

Figure III.4 Schéma structurel du circuit de puissance…………………………………………32

Figure III. Schéma structurel du circuit de l’alimentation SEPIC sur la plaque dc………….33

Figure III.5 Le signal carré obtenu en pin 6 du UC3842…………………………………………33

Figure III.6 Le signal triangulaire obtenu en pin4 du UC3842……………………………………34

Figure III.7 Le signal triangulaire obtenu en VC du sepic………………………………………34

Figure III.8 La plaque du circuit imprimé utilisée……………………………………………35

Figure III.10 La photo du révélateur…………………………………………………………36

Figure III.11 bain d'acide de gravure (Perchlorure de Fer)……………………………………36

Figure III.12 La photo de la carte…………………………………………………………………37


Liste de figure

Figure III.13 La photo de la perceuse……………………………………………………………38

Figure III.14 La photo de la soudure………………………………………………………… ….39


Figure III.15 Le montage final de la carte…………………………………………………………39

Figure III.16 Schéma structurel du circuit de l’alimentation à découpage………………………..40

Figure III.18 La photo du circuit de l’alimentation à découpage réalisé sur la plaque……………40


Figure III.19 La photo du circuit imprimé de l’alimentation à découpage …………………… 41

Figure III.20 Le signal redressé avant le filtrage………………………………………………….41

Figure III.21 Le signal redressé après le filtrage………………………………………………… 41


Introduction général

Introduction générale

L’utilisation des convertisseurs de puissance et plus généralement des systèmes


d’électronique de puissance pour des applications, devient de plus en plus importante. Les
domaines d’application sont principalement les applications domestiques (téléphonie mobile,
ordinateurs, électroménager, etc.), l’industrie automobile (avec surtout l’électrification de
fonctions et l’apparition de véhicules hybrides et électriques), l’aéronautique (avec
principalement l’avion plus électrique), le domaine ferroviaire, les énergies renouvelables
(panneaux solaires photovoltaïques, éoliennes, etc.), les réseaux de transport d’énergie
électrique (avec l’appariation des liaisons à courant continu), etc.

D’un point de vue un peu plus technique, les convertisseurs de puissance sont
organisés en grandes familles fondées sur des principes de conversion : continu-continu,
continu-alternatif (onduleurs), alternatif-continu (redresseurs) et alternatif-alternatif.

Dans ces travaux, nous nous intéressons à la famille des convertisseurs continu-continu car
elle représente en quelque sorte la base des topologies connues en électronique de puissance
(abaisseur, élévateur, inverseur, flyback, forward, etc.) et des phénomènes physiques
essentiels à la compréhension de tous les autres convertisseurs (notion de base de cellule de
commutation).

Les convertisseurs continu-continu ont pour fonction de fournir une tension continue
variable à partir d'une tension continue fixe. La tension continue de départ peut être un réseau
alternatif redressé et filtré, une batterie d'accumulateurs, une alimentation stabilisée…
On distingue deux types de convertisseurs continu-continu. Ceux qui sont non isolés, que l'on
appellera hacheurs, et ceux qui comportent un transformateur assurant l'isolation galvanique,
que l'on appelle alimentations à découpage (cas des alimentations de PC…). Par la suite, nous
n’étudierons que les premiers.
Les convertisseurs continu-continu ou commercialement appelés DC-DC constituent une
partie essentielle des alimentations de puissance. En effet, on trouve ces convertisseurs dans
de nombreuses applications à différents niveaux de puissance. Par exemple, à des faibles
puissances (quelques watts) dans des chargeurs et alimentations de téléphones portables, à des
puissances moyennes (quelques centaines de watts) dans des alimentations industrielles, et
aussi à des fortes puissances (quelques kW) pour des applications de soudage électrique par
exemple. Les convertisseurs DC-DC ont donc un rôle très important dans les systèmes de
conversion d’énergie.

1
Introduction général

Pour ce type de fonction, plusieurs topologies de circuits sont proposées. Nous


pouvons les classiers généralement par les topologies simples, qui sont les convertisseurs DC-
DC de second ordre du point de vue de la modélisation mathématique, et les topologies
complexes, qui sont ceux d’ordre plus élevé.
Pour les topologies simples nous citons les convertisseurs de second ordre de type Buck
(abaisseur), Boost (élévateur) et Buck-Boost (inverseur). Pour ceux d’ordre élevé, nous citons
les convertisseurs Cuk et SEPIC (de l’anglais : Single-Ended Primary Inductor Converter) de
quatrième ordre. Du point de vue de l’électronique de puissance, chacun de ces convertisseurs
a des avantages et des inconvénients.
Parmi les convertisseurs DC-DC de base, le SEPIC présente beaucoup d’avantages et
très peu d’inconvénients par rapport aux autres. En effet, cette topologie SEPIC présente
plusieurs éléments intéressants. Le premier et le plus important, est le fonctionnement
abaisseur-élévateur avec une tension de sortie ayant la même polarité que la tension d’entrée.
Ensuite, la commande de l’interrupteur est référencée par rapport à la masse, ce qui simplifie
l’électronique de commande rapprochée du MOSFET (interrupteur).

Le but de ce projet est de concevoir et réaliser une alimentation ajustable à partir


d’une source de tension de 9 V à 24 V DC et la sortie ajustable de 5 V à 30 V, 3 A. La
commande PWM, la régulation ainsi que la protection soient assurées par le fameux circuit
intégré UC3842.

Pour mener à bien ce travail, la représentation du mémoire est structurée en trois


chapitres, et répartie comme suit :

- Le premier chapitre présente des généralités les convertisseurs DC-DC.


- Le deuxième chapitre présente la modélisation et dimensionnement d’un convertisseur
SEPIC et simulation de quelques grandeurs de ce convertisseur.
- Le dernier chapitre est consacré à la réalisation pratique comportant le fonctionnement de
notre carte ainsi que les tests effectués.

Enfin, on terminera ce mémoire par une conclusion générale.

2
Chapitre I Généralité sur les convertisseurs DC-DC

I.1 Introduction :

Les convertisseurs continu-continu ou commercialement appelés DC-DC constituent une


partie essentielle des alimentations de puissance. En effet, on trouve ces convertisseurs dans
de nombreuses applications à différents niveaux de puissance. Les convertisseurs DC-DC en
général réalisent deux fonctions : modifier le niveau de tension (élever ou abaisser) et réguler
la tension.
- Convertisseurs DC–DC non isolés : appelés hacheurs, qu’ils soient réversibles ou bien non
réversibles, le type réversible permet l’inversion du courant ou de la tension, par contre le
type non réversible permet le transfert de l’énergie électrique dans un sens unidirectionnel (de
la source vers la charge).

- Convertisseurs DC-DC isolés : appelés alimentations à découpage, qui correspondent aux


applications petites puissances de la conversion DC-DC. Ces alimentations comportent, au
sein des cellules de commutation, des transformateurs qui permettent d’assurer un isolement
galvanique, et d’élever ou abaisser les niveaux de tension et de courant.

I.2 Rôle des convertisseurs DC-DC :

Pour la conversion de puissance, il est essentiel que le rendement soit maintenu élevé
pour éviter la dissipation de la puissance et pour éviter les échauffements excessifs dans les
composants électroniques. Pour cette raison toute la conversion de puissance échangée doit
être réalisée autour des composants de stockage d'énergie (inductances et condensateurs) et
les commutateurs. Les commutateurs de puissance utilisés dépendent du niveau de la
puissance à convertir ou à commander. Les MOSFETS (transistors à effet de champ d'oxyde
de métal) sont habituellement utilisés à la puissance relativement basse (quelques kW) et les
IGBTS (transistors bipolaires à gâchette isolée) à des puissances plus élevées. Les thyristors
ont été généralement utilisés et acceptés dans les plus hauts niveaux de puissance. La figure
I.1 montre la représentation d’un convertisseur DC/DC, qui peut être utilisé comme interface
entre la source et la charge [1].

Figure I.1 Convertisseur DC/DC [1].


3
Chapitre I Généralité sur les convertisseurs DC-DC

I.3 Applications des convertisseurs DC/DC :

Les niveaux de puissance que l’on trouve dans les convertisseurs vont de moins d’un watt
dans les convertisseurs des équipements portables, à une dizaine ou centaine de watts dans les
alimentations des ordinateurs de bureau, aux kilowatts ou mégawatts dans la commande des
moteurs à vitesse variable, et jusqu’aux térawatts dans les centrales électriques du secteur.
Nous intéressons dans ce travail à la très basse puissance, inférieure au watt, des applications
portables où le rendement et le volume du convertisseur sont critiques. Les convertisseurs
DC-DC en général réalisent deux fonctions: modifier le niveau de tension (élever ou abaisser)
et réguler la tension. L’électronique de conversion se trouve à l’interface entre les batteries (la
source d'énergie en général) et l’ensemble des blocs constitutifs du système considéré, des
circuits électroniques numériques et analogiques, des écrans, des actionneurs, des claviers,
etc. Plus de 5 à 6 niveaux de tensions peuvent cohabiter dans un ordinateur portable [2].

I.4 Différents types des hacheurs :

Selon le parcours de l’énergie électrique entre la source et la charge, on distingue deux


catégories de hacheurs : réversibles et non réversibles (Figure I.2) :

Figure I.2 Différents types de hacheurs [3].

4
Chapitre I Généralité sur les convertisseurs DC-DC

I.5 Hacheurs réversibles :

Ce sont des structures qui assurent une réversibilité en tension et/ou en courant. Ainsi, il
est possible d’inverser le sens de parcours de l’énergie. Alors, une source peut devenir une
charge et inversement. Ce type de comportement se rencontre usuellement dans les systèmes
d’entraînement électrique. Ainsi, un moteur en sortie d’un hacheur représente une charge.
Cependant, si on veut réaliser un freinage, le moteur va devenir un génératreur, ce qui va
entraîner un renvoi d’énergie à la source (mieux qu'un simple freinage mécanique).

Dans cette catégorie, on distingue trois types :

- Hacheur réversible en tension,


- Hacheur réversible en courant,
- Hacheur réversible en courant et en tension.

On peut caractériser un convertisseur DC-DC par l’indication de sa ou de ses réversibilités


communes à la source de tension et à la source de courant :

- Un convertisseur réversible en tension relie deux sources réversibles.


- Un convertisseur réversible en tension relie deux sources réversibles en tension.
- Un convertisseur réversible en courant relie deux sources réversibles en courant.
- Un convertisseur réversible en courant et en tension relie deux sources toutes deux
réversibles en courant et en tension [3].

Ι.6 Hacheurs non réversibles :

Nous traitons dans cette partie les convertisseurs unidirectionnels en courant et en tension.
Cela implique que la fluence d’énergie ne peut se faire, au sein du convertisseur, que dans un
seul sens.
Cela revient également à considérer :
- des sources de tension unidirectionnelles en courant, dont la tension qu’elles imposent ne
peut être que d’un seul signe.

- des sources de courant unidirectionnelles en tension, dont le courant qu’elles imposent ne


peut être que d’un seul signe.

Cela conduit à l’étude des convertisseurs DC-DC les plus simples qui puissent être. Dans ce
cadre, on distingue trois familles de hacheurs :

- Hacheur série ou abaisseur (ou Buck),


- Hacheur parallèle ou élévateur (ou Boost),

5
Chapitre I Généralité sur les convertisseurs DC-DC

- Hacheur série-parallèle ou abaisseur-élévateur (Buck–Boost) [3].

I.7 Les type des hacheurs non réversibles :

I.7.1 Convertisseur buck :


Le convertisseur dévolteur peut être souvent trouvé dans la littérature sous le nom de
hacheur buck ou hacheur série. La figure I.3 présente le schéma de principe du convertisseur
dévolteur. Son application typique est de convertir sa tension d’entrée en une tension de sortie
inférieure [1].

Figure 1.3 schéma réel du Convertisseur buck [1].

I.7.2 Hacheur survolteur (Boost) :

Ce dernier est un convertisseur survolteur, connu aussi sous le nom de « boost » ou


hacheur parallèle ; son schéma de principe de base est celui de la figure I.4. Son application
typique est de convertir sa tension d’entrée en une tension de sortie supérieure [4].

Figure I.4 Convertisseur survolteur (boost) [4].

I.7.3 Le convertisseur Buck-Boost :

La deuxième topologie de base du DC/DC est donnée par la figure I.5. Dans ce dispositif,
la tension peut être augmentée ou diminuée selon le mode de commutation. Cependant, La
tension de sortie est de signe opposé à la tension d'entrée. Tandis que, lorsque le thyristor est

6
Chapitre I Généralité sur les convertisseurs DC-DC

sur la position (on) le courant dans l’inductance augmente, l'énergie est stockée ; et quand le
commutateur se met sur la position (off) l’énergie stockée se transfert vers la charge via la
diode. Dans les bornes de la charge décrivant le fonctionnement par l’équation suivante [5] :
D
US  Ue .
1 D (I.1)

Figure I.5 Circuit électrique de base du hacheur dévolteur-survolteur [5].


I.7.4 Le convertisseur Cuk :

Le convertisseur Cuk, (du nom de son inventeur), est une variante du SEPIC présenté plus
tard. Il en diffère par une disposition légèrement différente des composants. Comme il s’agit
ici aussi de composants réactifs, le rendement théorique est excellent. Le schéma de ce
convertisseur est donné par la figure I.6. Le convertisseur Cuk sans isolation galvanique est
constitué de deux inductances, deux condensateurs, d’interrupteur (ici un transistor) et d’une
diode. Le condensateur C est utilisé pour transférer l’énergie entre la source de tension
d’entrée Vin1 et celle de sortie Vout.

Pour cela, il est connecté alternativement l’entrée ou à la sortie du convertisseur grâce à


l’interrupteur k ainsi qu’à la diode D. Les deux inductances L1 et L2 sont utilisées pour
convertir respectivement la source de tension d’entrée et la source de tension de sortie (C) en
sources de courant. Ces conversions sont nécessaires pour limiter le courant quand le
condensateur C1 se trouve relié à une source de tension (Vout ou Vin). Comme les autres
convertisseurs, le convertisseur Cuk peut fonctionner en conduction continue ou discontinue
en courant. Cependant, à l’inverse des autres convertisseurs, il peut aussi fonctionner avec une
conduction discontinue en tension (la tension aux limites du condensateur s’annule pendant
une partie du cycle de commutation [6].

7
Chapitre I Généralité sur les convertisseurs DC-DC

Figure I.6 Schéma de base d’un convertisseur «CUK» [6].

I.7.5 Hacheur ZETA :

Comme le précédent, le hacheur ZETA (Figure I.7) dérive du hacheur à stockage


capacitif. Il présente à nouveau des caractéristiques semblables (non inverseur) [3].

Fig.1.7 Hacheur ZETA

Figure I.7 Hacheur ZETA [3].


I.8 Récapitulatif d’analyse et choix du convertisseur :

Un panneau solaire PV (photovoltaique) est un générateur d’électricité continu basse


tension. Il est préférable de mettre un dispositif élévateur de tension comme étage adaptateur
d’impédance entre la source et la charge. Tous les convertisseurs cités précédemment excepté
le Buck, peuvent jouer ce rôle d’élévateur de tension. D’ailleurs, les structures Buck-Boost,
Cuk et SEPIC sont élévatrices pour un rapport cyclique supérieur à un demi. Si on regarde à
la complexité des structures, le Boost est le plus simple. Les contraintes en tension et en
courant sur les interrupteurs et les diodes sont presque similaires pour les différentes
topologies élévatrices [7].

I.9 Comparaison des montages :

Le tableau I-1 résume les gains en tension et les contraintes sur les interrupteurs des
différents montages. Pour ces convertisseurs, l’évolution des gains en tension en fonction du
rapport cyclique est présentée sur la figure I.8.

8
Chapitre I Généralité sur les convertisseurs DC-DC

Figure I.8 Evolution du gain en tension en fonction du rapport cyclique des convertisseurs [7].

Si plusieurs montages peuvent être considérés comme élévateurs, en particulier si le


rapport cyclique est supérieur à 0,5, seul le montage Boost est élévateur sur toute la plage de
réglage des rapports cycliques. Pour un rapport cyclique de 0,5 par exemple, le Boost
possède une tension de sortie double de la tension d’entrée. Alors que pour les autres
montages élévateurs, la tension de sortie est pour cette valeur du rapport cyclique égale à la
tension d’entrée. Ce n’est que lorsque le rapport cyclique se rapproche de 1 que les autres
montages élévateurs tendent à ressembler au montage Boost (figure I.9) [7].
.

Figure I.9 Evolution du gain en tension en tenant compte des convertisseurs [7].

9
Chapitre I Généralité sur les convertisseurs DC-DC

Tableau I.1 Caractéristique des montages en mode conduction continu [7].

I.10 Contrôle des convertisseurs DC/DC :

Différentes techniques sont couramment utilisées pour asservir un signal électrique à un


signal de référence pour la commande des convertisseurs DC/DC. La technique dite MLI
(Modulation par Largeur d’Impulsion) utilise des régulateurs linéaires (PI, PID…) ou non
linéaires (glissant, entrée/sortie...) dont la sortie est une grandeur de commande continue.
Cette sortie est alors comparée à un signal porteur ; on obtient alors les ordres de
commutations des interrupteurs. La fréquence du signal porteur fixe la fréquence de
découpage à condition que les grandeurs de sorties des régulateurs évoluent lentement sur une
période du signal porteur. Cette technique, facile d’utilisation, assure alors un fonctionnement
à fréquence fixe, un contenu harmonique parfaitement identifié mais possède aussi de par sa
structure, des propriétés dynamiques limitées [8].

I.10.1 Contrôle linéaire des convertisseurs DC/DC :

En général, la façon la plus répandue pour commander des convertisseurs DC-DC est
d’utiliser des correcteurs linéaires (PI ou PID). Ces contrôleurs sont conçus en utilisant un
modèle petit signal autour d'un point d'équilibre nominal. Dans de nombreuses applications,
cette approche de contrôle donne des résultats satisfaisants. Toutefois, il existe aussi des
situations où cette approche offre des performances limitées (propriétés dynamiques

10
Chapitre I Généralité sur les convertisseurs DC-DC

dépendant du point de fonctionnement, robustesse, performances dynamiques insuffisantes..)


[8].

I.10.2 Contrôle non-linéaire des convertisseurs DC/DC :

a) Technique des modes glissants :


La technique par mode de glissement (TMG) est un mécanisme de contrôle non-linéaire
largement utilisé dans les convertisseurs de puissance de par ses propriétés de stabilité, de
robustesse, et de bande passante élevée. Son principal inconvénient est de générer des signaux
de commande à fréquence variable. Cette technique consiste à amener la trajectoire d’état du
système considéré vers une surface de commutation où une logique de commutation adaptée
la fera osciller de part et d’autre de celle-ci jusqu’à convergence vers le point d’équilibre situé
sur cette surface [8].

b) Linéarisation entrée/sortie :

C’est une technique qui utilise une transformation en boucle ouverte permettant
d’exprimer les variables de sortie du système en fonction des grandeurs d’entrée. Le système
obtenu après la transformation entrée/sortie, est un système linéaire découplé à m entrés
possédant tous ses pôles à l’origine. Cette technique a pour principal intérêt (en plus de la
linéarité) de découpler complètement le système à contrôler et donc de faciliter la conception
de sa commande.
Cette méthode possède un certain nombre d’inconvénients qui limitent son champ
d’application. Elle n’est applicable qu’aux systèmes dynamiques ne possédant pas de zéro
dynamique instable et reste très sensible aux variations paramétriques. Pour assurer un bon
contrôle du système obtenu après linéarisation entrée/sortie, il est donc nécessaire d’utiliser
des contrôles robustes vis-à-vis des variations paramétriques comme le contrôle à structures
variables ou la commande par mode de glissement [8].

I.11 Conclusion :

Dans ce chapitre nous avons présenté une étude théorique de convertisseurs DC-DC
d’une manière générale, les différents types de hacheurs, en particulier les hacheurs non
réversibles (buck, boost, buck-boost) et hacheur à stockage capacitif (hacheur de Cuk) et
convertisseur Zeta.

11
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

II.1 Introduction :

Dans ce chapitre présente la conception d’un convertisseur DC-DC de type SEPIC.


Ce convertisseur permet de convertir une tension continue en une tension continue de plus ou
moins forte valeur.
Dans un premier temps, nous étudierons le fonctionnement du convertisseur afin d’en
définir les relations permettant de dimensionner les composants de ce convertisseur. Puis, à
partir, d’un cahier de charge, nous dimensionnerons les éléments qui composent ce
convertisseur.

II.2 Le hacheur SEPIC :

Le convertisseur SEPIC (Single Ended Primary Inductor Converter) a été conçut à la


fin des années 1970 par Slobodan Cuk. La structure du hacheur SEPIC se déduit du hacheur
capacitif dit hacheur Cuk par permutation de la diode et de l’inductance de sortie. Il présente
des caractéristiques similaires à celle du hacheur Cuk, à l’exception qu’il est non inverseur de
tension. La tension de sortie peut être supérieure ou inférieure à la tension d’entrée.

Le convertisseur SEPIC est composé de deux inductances L1 et L2. Elles peuvent être
bobinées sur le même circuit magnétique, cela permet de gagner de la place sur le PCB (Poly
Chloro Biphényles) et à tendance à couter moins chère que deux inductances séparées. La
tension de sortie dépend du rapport cyclique appliqué à l’interrupteur K.

La topologie du SEPIC est appropriée pour les applications de charge de batteries et pour la
correction du facteur de puissance (PFC) grâce à l’inductance en série avec la source [9].

II.3 SEPIC à bobinages non couplés :

La version à bobinages non couplés est la plus connue. Le schéma est celui de la figure
II.1. Une étude comportementale de ce montage est faite par simulation. Les premières
simulations ont montré une forte ondulation des courants et des tensions sur la sortie lorsque
l’inductance L2 est du même ordre de grandeur que L1. Pour avoir une bonne stabilité de la
sortie il est donc nécessaire de choisir une valeur suffisamment importante pour la self de
lissage L2. Dans le cas de ce montage (figure II.1), L2 est 10 fois supérieure à L1.
Cette valeur importante de la self de lissage pose un problème d’encombrement si on veut
avoir des pertes faibles et donc un bon rendement.
L’avantage de ce montage est qu’il n’utilise que des composants inductifs et capacitifs
standards «2 fils». Le condensateur C1 a été pris à 1µF, une valeur minimale pour cette
application.

12
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

On constate que la tension sur le transistor de commutation est à peu près la même que celle
récupérée en sortie. Cela pose un problème si on réalise un élévateur donnant une forte
tension de sortie, puisque le transistor doit «tenir» cette tension sans passer en avalanche. La
simulation sous ORCAD de ce convertisseur donnée par la figure II.1, montre l’évolution de
la tension sur le MOSFET. Seule la contrainte du courant maximal est donc à prendre en
compte pour le choix de ces composants. Il reste à insister sur l’augmentation de l’inductance
L2 pour éliminer des oscillations [6].

Figure II.1 Schéma de simulation sur SEPIC à deux bobinages non couplés magnétiquement [6].

II.4 SEPIC à bobinages couplés :


On remarquera que la terminologie SEPIC n’est plus très bien adaptée à ce
convertisseur puisqu’il comporte deux bobinages couplés magnétiquement de surcroît. Le
montage de base est donné en figure II.2. Pour un fonctionnement correct, le rapport de spires
doit être rigoureusement égal à 1, ce qui est facilement obtenu par deux bobinages torsadés et
enroulés suivant la technique «deux fils en main». Le coefficient de couplage ainsi obtenu est
très proche de 1 et les rendements sont très intéressants. Pour la simulation, le coefficient K
de couplage unitaire ne permet pas la convergence des calculs. C’est la raison d’avoir une
valeur relativement faible notée K1.
On notera que les deux inductances ont cette fois-ci une faible valeur et comme elles sont
magnétiquement couplées, elles occupent la même place. Le gain en volume est appréciable
en regard de la solution précédente. L’obtention de tensions de sortie élevées pose toutefois le
même problème évoqué précédemment [6].

13
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

Figure II.2 Schéma de base d’un convertisseur SEPIC à deux bobinages couplés magnétiquement [6].

II.5 Principe de fonctionnement:

SEPIC est un convertisseur DC-DC qui permet de convertir une tension continue en
une autre tension continue de valeur différente (plus faible ou plus grande). Le SEPIC est
semblable au buck-boost mais a l'avantage d'avoir une sortie non inversée (la tension de
sortie est de la même polarité que la tension d'entrée).
Il est constitué essentiellement de deux condensateurs (C et CS), de deux inductances
couplées (L1 et L2), d'un transistor (K), d'une diode (D) et la charge (R) [10].

Figure II.3 Convertisseur SEPIC [9]


Durant chaque période de commutation, le convertisseur SEPIC opère dans deux
modes de fonctionnement:

Mode 1 (Figure II.4) pendant la fermeture de l'interrupteur k,


0  t  T :
- La tension d'entrée U e est appliquée à l'inductance L2, donc un stockage de l'énergie dans
L1.
- Transfert d'énergie du condensateur C vers l'inductance L2 et vers la charge R et Cs. Le
courant de charge i est maintenu constant par le condensateur Cs.

14
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

Figure II.4 Circuit équivalent pour k fermé

 La tension aux bornes de l’inductance L1 est:


di1
vL1  U e  L1. ......................................( II .1)
dt
KKKfer FERMfermé
 La tension aux bornes de l’inductance L2 est:

di2
vL 2  vc  L2 . ......................................( II .2)
dt

 La tension aux bornes de L’interrupteur K est:

vk  0................................(II .3)
 Le courant dans le condensateur C est :
dvc
ic  i2  c. ..................................  II .4 
dt

 Le courant dans le condensateur Cs est :


Us
i  iR   .............................  II .5
R

 Le courant dans L’interrupteur K est :


iK  i1  ic  i1  i2 .............................  II .6

 Le courant de la diode D est :


iD  0............................... II .7 
Mode 2 (Figure II.5.) lorsque l'interrupteur K est ouvert:
T  t  T

15
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

État de récupération

Pendant la phase de récupération, k est en état ouvert, le courant dans L1 continue à circuler à
travers C et la diode D puis dans le condensateur Cs, dans l'intervalle, le condensateur C est
chargé et prêt pour le prochain cycle. Aussi le courant emmagasiné dans L2 circule dans CS et
la charge, rendant CS prêt pour le prochain cycle. (Figure III.5)

Dans le mode de conduction continue, une certaine quantité d'énergie reste dans L1 et L2.
(iL1et iL2  0).
À la fin de cette séquence le cycle est répété.

Figure II.5 Circuit équivalent pour K ouvert

 La tension aux bornes de l’inductance L1 est:


di1
vL1  U e  vc  U s  L1. .................... II .8
dt

 La tension aux bornes de l’inductance L2 est:


di2
vL 2  U s  L2 . ................................  II .9 
dt

 La tension aux bornes de L’interrupteur K est:


vK  U e  vL1.......................................... II .10
 La tension aux bornes de la diode D est :
vD  0............................................  II .11

 Le courant dans le condensateur C est :

16
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

dvc
ic  i1  C. ............................ ...( II .12)
dt
 Le courant dans le condensateur Cs est :
Us
i  iD  iR  ic  i2  iR  ic  i2  ............... .....  II .13
R

Us
 i  i1  i2  ............................  II .14 
R

 Le courant dans L’interrupteur K est :


iK  0....................................  II .15

 Le courant de la diode D est :

iD  ic  i2  i1  i2 ............................ II .16

II.6 Dimensionnement d’un convertisseur de type SEPIC :

Seul le fonctionnement en conduction continue du convertisseur est étudié, c'est-à-


dire que le courant dans l’inductance ne s’annule jamais en zéro avant la fin d’un cycle de
fonctionnement.
Afin de simplifier les calculs on utilise seulement les équations finales permettant de
dimensionner les éléments du convertisseur.

II.6.1 Rapport cyclique

Le rapport cyclique est donné par la relation suivante [9] :


En supposant un rendement de 100% on aura:
U S  VD
D ........................... II .17 
U e  U S  VD

On a U e =24 V et U s =30 V.

US 30 30
Si VD =0 D    0.55..........................  II .18
Us  Ue 30  24 54

Avec U e la tension d’entrée, U s la tension de sortie et VD la tension de seuil de la diode.

17
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

Avec un rapport cyclique proche de 50%, la tension d’entrée est égale à la tension de
sortie, le gain est unitaire.
Le rapport cyclique varie en fonction de la tension d’entrée appliquée afin d’avoir une tension
de sortie constante. Ainsi le rapport cyclique maximal est :
U S  VD
DMAX  ...............................  II .19 
U s  U e ( MIN )  VD

30 30
U e ( MIN ) =9 V DMAX    0.76......................... II .20
30  9 39
Le rapport cyclique minimal est :
U s  VD
DMIN  ..................................  II .21
U e ( MAX )  U s  VD

30 30
On a : U e ( MAX ) =24 V DMIN    0.55.............................  II .22 
30  24 54

II.6.2 Choix des inductances

Pour la détermination de l'inductance on calcule ∆I, avec 20 à 40 % du courant


d'entrée maximum. Les valeurs des inductances sont déterminées principalement par
l’ondulation de courant acceptée. Généralement, on autorise une ondulation de 40% d u
courant d’entrée maximal pour la tension d’entrée minimale. L’ondulation de courant est
définie par l’équation suivante [9] :

US
I L  I IN  40%  IOUT   40%.............................  II .23
U e ( MIN )

30
On a : I OUT =3 A I L  3   0.4  4 A........................  II .24 
9
Soit les valeurs d’inductances calculées par [9]:
U e ( MIN )
L1  L2  L   DMAX ........................  II .25
I L  f
Avec f la fréquence de découpage.

Si f=40 kH
9  0.77
L1  L2   40uH ..........................  II .26 
4  40000

18
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

U s  VD 40%
I L1  I   (1  )............................  II .27 
U e ( MIN ) 2

30 40%
I L1  3   (1  )  12 A............................  II .28
9 2
40%
I L2  I  (1  )............................ II .29 
2
40%
I L2  3  (1  )  3.6 A............................  II .30 
2

II.6.3 Condensateur de sortie Cs :

Dans le convertisseur SEPIC, lorsque l'interrupteur k est en conduction, l'inductance L1


est en charge et le courant de sortie est fourni par le condensateur Cs de sortie. Donc, Cs doit
avoir une capacité suffisante pour minimiser les ondulations dans la tension de sortie.

Alors, la valeur de Cs doit satisfaire la condition suivante [10] :


I OUT  DMAX
Cs  ..................................  II .31
VRIPPLE  F  0.5
où VRIPPLE : Ondulation de la tension de sortie qui est définie par l'exigence de la conception.

La tension de sortie accepte une ondulation de 2 V.


3  0.77
CS   57.75............................  II .32 
2  0.5  40000

Figure II.6 Ondulation de la tension de sortie [10]

II.6.4 Condensateur de couplage :


Le courant efficace dans C1 est donné par la relation suivant [9] :

19
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

U S  VD
I C  I OUT  ...................................  II .33
U e ( MIN )

30
IC  3   5.47 A.............................  II .34 
9

Condensateur de couplage C1 :
I OUT  DMAX
C ...................................  II .35
Vc  fsw

VC L'ondulation de la tension aux bornes de C.

3  0.77
C  6.01uF ....................  II .36 
24  40%  40000

II.6.5 Choix de la diode de sortie :

La diode de sortie D doit être capable de supporter le même courant de crête que K et
également être capable de supporter une tension inverse supérieure à la tension maximale de
K pour tenir compte des transitoires. Aussi elle doit avoir un pouvoir de dissipation égal ou
supérieur à [10] :

PD  IOUT VD .............................  II .37 

II.7 Simulation du fonctionnement d’un convertisseur SEPIC :

On a fait la simulation du circuit du convertisseur SEPIC par le logiciel Proteus 8


Professional. Le schéma simulé est donné par la figure II.7.

Figure II.7 le schéma électrique de sepic

20
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

La forme de la tension au borne de l’interrupteur k est donnée par la figure II.8.

Figure II.8 Forme d'ondes de Vk

La forme de la tension aux bornes de l’inductance L1 est donnée par la figure II.9.

Figure II.9 Forme d'ondes de VL1

21
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

La forme de la tension aux bornes du condensateur C est donnée par la figure II.10.

Figure II.10 Forme d'ondes de Vc

La forme de la tension aux bornes de l’inductance L2 est donnée par la figure II.11.

Figure II.11 Forme d'ondes de VL2

22
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

La forme de la tension de sortie US est donnée par la figure II.12.

Figure II.12 Forme d'ondes de Us

La forme du courant iL1 est donnée par la figure II.13.

Figure II.13 Formes d'ondes de iL1

23
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

La forme du courant iC est donnée par la figure II.14.

Figure II.14 Formes d'ondes de iC

La forme du courant iD est donnée par la figure II.15.

Figure II.15 Formes d'ondes de iD

24
Chapitre II Modélisation et dimensionnement d’un convertisseur SEPIC

II.8 Conclusion :
Le convertisseur SEPIC est un convertisseur DC-DC direct non réversible, à stockage
capacitif qui permet d’abaisser ou d’élever la tension de sortie. Ce convertisseur est choisi
lorsque la puissance de sortie est faible.

Ce chapitre a présenté une analyse du fonctionnement du convertisseur SEPIC et ses


performances ainsi que des directives d'optimisation de sa conception qui vont nous aider
pour le montage de notre convertisseur.

25
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

Chapitre III
Réalisation du circuit et essais de mesures

III. 1 Introduction :

Ce projet est représenté par la réalisation d’une alimentation SEPIC ajustable à partir
d’une source de tension de 9 V à 24 V DC et la sortie ajustable de 5 V à 30 V ; qui permet la
régulation de la tension de sortie, la protection contre les surcharges et contre les sous
tensions.

La carte est constituée de deux parties : partie de commande et partie de puissance.


Dans ce chapitre on va présenter une étude détaillée de chaque partie. Juste après la
réalisation du circuit on va effectuer des essais statiques et dynamiques pour vérifier le bon
câblage du montage puis relever des essais de mesures.

III.2 Les essais statiques et dynamiques :

Les essais statiques sont les premiers essais à réaliser sur la carte. Il s'agit d'alimenter
la carte en prenant soin de débrancher les Circuits Intégrés (CI). Une fois les circuit intégrés
débrancher ainsi que le +VCC et 0 V brancher sur la carte, on vient vérifier, grâce à un
multimètre utilisé en Voltmètre, la présence du +VCC et du 0 V sur chaque pattes de
composants où l'on est censé les trouvés.
Ces essais permettent de vérifier qu'il n'y a pas d'erreurs de câblage, de court circuits ou de
microcoupures.

La seconde partie des essais statiques consiste, à l'aide d'un multimètre utilisé en Ohmmètre,
de vérifier la non présence de microcoupures ou court circuit sur le typon.

Il s'agit de brancher la patte d'un composant (le départ d'une piste quelconque) à une entrée de
l'ohmmètre puis de brancher l'autre bout de la piste à la seconde entrée de l'ohmmètre, Si ce
dernier indique 0  il n'y a pas de problème, si l'ohmmètre indique OL ou  cela signifie que
la résistances de cette piste est infinie, il y a donc une coupure. Et ainsi de suite pour chacune
des pistes.

Les essais dynamiques permettent de tester fonction par fonction le montage, on utilise pour
cela un oscilloscope permettant de visualiser les signaux fournit par la fonction étudiée. Le
but étant de tester fonction par fonction, on doit brancher CI par CI correspondant à la
fonction observée, en cas de problème cela évite de perturber tout le montage ou

26
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

d'endommager certains composants. (La carte doit être mise sous tensions qu'une fois le CI
placé).

III.3 Schéma électrique du convertisseur SEPIC :

R13
10k
L3 C5 D1
1 1mH 2
100u 10A01

C6
470u R9

1
1k J2
J1 L1 1
1mH 2
2
1 C7 TBLOCK-I2
1nF

2
TBLOCK-I2

R12
10k

R4
20k
R10
10k
Q1
R1 IRF830

150k U1
C1 1 7
COMP VCC

R5
100pF 2
VFB OUT
6 R11
27 10k
8
VREF ISEN
3 R6
R3 20k
3.6k R2
10k 4 5
RT/CT GND

C3 UC3842N C4
1nF 470pF R7
1k
C2
0.0047uF R8
0.85

Figure III.1 Schéma structurel du circuit de l’alimentation SEPIC.

27
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

III.3.1 Cahier de charge :

Tension d’entrée 9v  U e  24v .

Tension de sortie 5v  U s  30v .


Fréquence de commutation f=40 KHz.
Inductance L1=L2=160 H.
Condensateur Cin=100 F.
Condensateur C=100 F.
Condensateur de sortie Cs=470 F.
La charge : une l’ambe de 21 W.

III.4 Conception du circuit:

Le circuit est simple, contenant le fameux circuit intégré UC3842N et le


MOSFET IRF830 N-type. Ce convertisseur permet de réguler la tension de sortie dans la
gamme de 5 V à 30 V pour un signal d’entrée allant de 9 V jusqu’à 24 V. Afin d’étudier le
prince de fonctionnement du circuit, ce dernier est divisé en deux parties :

III.4.1 Partie commande :

a) La description l'UC3842

Le UC3842 est le cœur du circuit de la partie commande, il est disponible dans un boitier
mini-DIP 8 broches, il fournit les fonctions nécessaires à la mise en œuvre de système de
commande en mode courant à fréquence fixe hors ligne ou DC-DC avec un nombre minimum
de composants externes.

Ces avantages topologiques comprennent une limitation inhérente du courant impulsion par
impulsion. Les circuits de protection incluent un verrouillage de sous-tensions intégrées et
limitation de courant. Les autres fonctionnalités comprennent un fonctionnement entièrement
verrouillé, et un courant de démarrage inférieur à 1 mA. Ces dispositifs comportent une sortie
totem-pole conçue pour la source et recevoir un courant de pointe élevé à partir d'une charge
capacitive, tell que la grille d'un MOSFET IRF830 de puissance. Conformément aux
dispositifs de puissance à canal N, la sortie est faible dans l'état OFF.

28
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

Figure III.2 Le brochage de UC3842.


RT/CT : est le pin qui reçoit le réseau de compensation (RC) permettant de fixer la
fréquence.
Isense : est l'entrée qui va fixer la limitation de courant.
Comp : c'est le pin qui permet de brancher le réseau de compensation de la boucle de
régulation pour l'amplificateur opérationnel interne.
VFB : est l'entrée du comparateur de mesure qui fixe la tension de sortie.
Vcc comme son nom l'indique est la tension d'entrée: Vinput.

b) La commande de convertisseur SEPIC :

Le circuit de commande utilisé pour la commande du MOSFET IRF830 du convertisseur


quasi-résonnant SEPIC est le UC3842N. Ce dernier présente l'avantage d’être très flexible,
car il permet d’obtenir un courant d'entrée sinusoïdal et une tension à la sortie régulée par
modification des composants passifs associés à ce circuit (figure III.3). Aussi, la détection du
passage de courant par zéro permet au circuit de couper l’impulsion d'attaque de
l’interrupteur. La fréquence de commutation est choisie par la combinaison d'un condensateur
CT et résistance RT. Ces deux composants peuvent être utilisés pour varier la fréquence de
commutation du convertisseur. Les valeurs approximatives des fréquences limites de
commutation peuvent être calculées par l'expression :
1.8
F ...............................................( III .1)
RT  CT

29
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

Figure III.3 Schéma structurel du circuit de commande.

Le convertisseur SEPIC permet d'augmenter ou de diminuer la tension d'entrée en


contrôlant le cycle de fonctionnement d'une impulsion au MOSFET. La façon de le faire est
de contrôler directement le rapport cyclique à l'aide d'un potentiomètre. Certaines applications
pour lesquelles cette méthode de contrôle est convient mais il est insuffisant pour de
nombreuses autres applications. Pour conduire le MOSFET, une impulsion est nécessaire.

Le UC3842 est utilisé pour produire un signal carré avec une fréquence réglée et un rapport
cyclique de plus de 50%. Cependant, le cycle de fonctionnement de UC3842 ne peut pas être
facilement changé sans résistance de commutation, en outre le SEPIC nécessite un rapport
cyclique ci-dessous de 50% pour réduire la tension lorsque la tension d'entrée est faible. La
largeur de l'impulsion devra être modifiée.

Séparément de UC3842, car l’UC3842 ne peut pas changer ou produire un cycle de service
inférieur à 50%. D'abord, une résistance et un condensateur sont utilisés en bas (voir le
schéma de la figure III.3 Rt…et Ct..) pour produire une onde carré du UC3842. Plus ce signal
est important, plus le rapport cyclique de la sortie du comparateur sera grand.

Une façon de Contrôler ce signal est de retarder la tension à l'aide d'un potentiomètre (RV1
dans le schéma). Heureusement, ce signal peut être conservé dans la même plage que l'onde
triangulaire en utilisant la même entrée qui entraîne UC3842. Le cycle de service ne changera

30
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

pas lorsque l'entrée ou la tension de sortie change, ce qui signifie qu'il y a contrôle total de la
mesure dans laquelle le SEPIC augmente ou diminue la tension. Cela a des avantages et
désavantages pour le circuit. Le contrôle total du circuit peut être utile. Le potentiomètre
permet à SEPIC d’acquérir un large éventail de tension provenant d'une large gamme
d'entrées. Cela pourrait être utile dans les applications de batterie qui doit fonctionner sur
différents niveaux de puissance.

Un exemple de pratique que nous avons exécuté dans notre expérimentation est une
lampe de poche à luminosité réglable. Ce convertisseur SEPIC pourrait lui permettre de
fonctionner sur une large gamme de puissance avec plus d’efficacité, simplement par la
réduction de la tension avec un potentiomètre pour contrôler la sortie.

La plupart des applications du convertisseur SEPIC contrôlent la tension


automatiquement. Le problème en comptant sur la commande de l'entrée pour la commande
de circuit, il n'y a pas de retour de circuit. Quand en utilisant un potentiomètre, la seule façon
de maintenir la bonne sortie est de regarder la sortie et ajuster en conséquence. Les
commentaires visuels ne sont utiles que dans certaines circonstances. Habituellement, il est
préférable d’utiliser le convertisseur SEPIC pour contenir une seule sortie sans avoir besoin
de contrôle lors de l'utilisation d'une SEPIC dans le cadre d'un grand circuit.

c) Feedback Control MLI

Alors qu'un potentiomètre permet de contrôler la sortie du convertisseur SEPIC


pendant l'opération, il est impossible de maintenir une sortie constante avec une entrée
variable qui change. Ceci est utilisé dans la majorité des applications de convertisseur SEPIC
qui nécessitent une automatisation pour corriger une tension d'entrée.
La manière la plus simple de maintenir une sortie constante est d'utiliser une boucle de retour
qui changera la sortie automatiquement au lieu de la commande manuelle (en utilisant le
retour visuel d'un voltmètre). La boucle de retour devrait pouvoir augmenter le rapport
cyclique pour augmenter la sortie lorsque la sortie est également faible et diminue lorsque la
sortie est très élevée.
Pour ce faire, la sortie devra être comparée à une tension de référence qui reste constante
même si l'entrée change. L'erreur entre la sortie et la tension de référence est ensuite amplifiée
et ajoutée à une tension de polarisation définie.
La tension est alors utilisée comme tension de commande pour MLI. Lorsque la sortie est trop
faible, l'amplification de l'erreur augmente la tension de commande. Et l'augmentation de la

31
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

tension de contrôle augmente à son tour le rapport cyclique jusqu'à ce que la sortie soit
correcte. Lorsque la sortie est très élevée, par amplification, l'erreur devient négative, ce qui
diminue le rapport cyclique pour corriger la sortie.

Ces deux scénarios travaillent ensemble pour constamment faire de légers ajustements du
rapport cyclique afin que la sortie reste stable.

III.4.2 Partie puissance :

La partie puissance du convertisseur SEPIC est composée d’:


- Un condensateur Cin=100 µF branché aux bornes du module pour filtrer la tension d'entrée
du hacheur et diminuer les ondulations d'entrée.
- Un condensateur de couplage dont la capacité est de 100 F, et un condensateur de sortie
Cs=470 F.
- L’inductance : Ll=L2=160 H
- Une MOSFET IRf830 : Son organe de commande est la grille (G), celle-ci n'a besoin que
d'une tension entre la grille et la source pour contrôler le courant entre la source et le drain.
- La charge : Est une lampe de 21 W.

Figure III.4 Schéma structurel du circuit de puissance.

32
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

III.5 Résultats expérimentaux :

Le circuit du convertisseur SEPIC réalisé sur la plaque d’essai au sein du laboratoire


de mesures électriques au niveau du pole de Ain Baida, est représenté par la figure III.5.

Figure III.5 La photo du circuit de l’alimentation SEPIC réalisé sur la plaque


d’essai.
La figure III.6 représente la sortie du circuit UC3842 en pin 6 lorsqu’on applique une tension
d’entrée de 14 V, visualisée par l’oscilloscope. La période du signal obtenu est de 12.5 ms, et
par suite sa fréquence est 80 KHz.

Figure III.6 Le signal carré obtenu en pin 6 du UC3842.

33
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

Le signal triangulaire visualisé par l’oscilloscope, est pris en pin 4 (figure III.7)

Figure III.7 Le signal triangulaire obtenu en pin 4 du UC3842.

En branchant le câble coaxial de l’oscilloscope en visualise un signal VC1 de période 7.5 ms

Figure III.8 Le signal obtenu en VC1 du UC3842.

III.6 Réalisation d’un Circuit Imprimé :

34
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

Avant de passer à la réalisation du circuit imprimé, on va présenter d’abord la plaque


du circuit imprimé utilisée. C’est une plaque en verre époxy de couleur verte, recouverte
d’une mince pellicule de cuivre, cette dernière est aussi recouverte d’une couche de produit
chimique sensible aux ultraviolets appelée « résine ». Pour ne pas être exposée aux
rayonnements UV (Ultra-violet) naturel de soleil, cette couche est livrée avec un film
protecteur anti UV.

Figure III.9 La plaque du circuit imprimé utilisée.

III.7 Les étapes de réalisation pratique de la carte :

III.7.1 Le typon:

Un typon est une image du circuit imprimé. Les pistes sont en noir et le reste doit être
transparent à la lumière. L'idéal est d'imprimer avec une imprimante jet d'encre sur du papier
transparent spécial jet d'encre. Il faut régler l'impression sur 'papier photo épais' pour avoir un
maximum d'encre sur le papier et obtenir un noir plus opaque. La photocopieuse et
l'imprimante laser convient aussi.

Après l’élaboration des typons, On choisit les plaques d’époxy et on les découpe à la taille de
typon à l’aide de la scie circulaire.

III.7.2 L’insolation de circuit :

Cette étape sert à attaquer la résine par les rayonnements UV délivrés par
l’insoleuse. Le temps d'insolation est très important. Si ce dernier est trop long les rayons UV
passeront au travers les zones noires du typon, et inversement on aura du mal à révéler notre
plaque. Les étapes à suivre pour réaliser cette opération consiste à suivre la démarche ci-
dessous :

35
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

 Découper la plaque d'époxy à la taille du typon en laissant une marge de 1 cm


au moins.
 Positionner le typon dans le bon sens sur la vitre de l'insoleuse. (vue coté
composant)
 Retirer la pellicule protectrice de la plaque (au dernier moment).
 Poser cette plaque avec le coté vert sur le typon dans l'insoleuse et fermer le
capot.
 Insoler pendant 3 minutes.

Figure III.10 La photo de l’insoleuse et de la plaque déposée.

III.7.3 La révélation :

Cette étape va dissoudre la résine qui à été exposé aux UV. Ce qui mettra le cuivre à
nu et les pistes resteront protégées par la résine verte. Préparation du révélateur: Ce révélateur
est un produit chimique assez dangereux, qui impose le port de gants.

Utilisation du révélateur:

 Verser le révélateur dans une cuvette en plastique.


 Plonger la plaque qui vient d'être insolé.

36
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

 Rincer soigneusement la plaque sous le robinet en frottant avec les


doigts jusqu'à ce qu'elle ne soit plus 'grasse' au toucher.

Figure III.11 La photo du révélateur.


III.7.4 Gravure
La gravure consiste à plonger le circuit dans un bain d'acide (Perchlorure de Fer). Le
cuivre mis à nu lors de la révélation sera dissous. Seules les pistes protégées par la résine
resteront.

La gravure se fait comme suit :

 Plonger la plaque d'époxy dans le bain d'acide. Temps: 5 à 30 min suivant la


graveuse...
 Lorsque tout le cuivre à disparu, sortez le circuit et rincez le sous l'eau.
 Frotter les pistes avec de l'acétone ou de l'alcool à brûler pour retirer la résine
et ainsi apparaît les pistes de cuivres.

37
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

Figure III.12 Bain d'acide de gravure (Perchlorure de Fer).

A la fin de la gravure, nous obtenons la carte montrée dans la figure III.13 :

Figure III.13 La photo de la carte.


III.7.5 Perçage :

L’opération de perçage est l’ultime étape dans la réalisation du circuit imprimé. On


a utilisé une perceuse manuelle, le foret utilisé est de diamètre 8 mm.

Figure III.14 La photo de la perceuse.

III.7.6 Test du circuit imprimé:

Si il ya un doute dans la circuiterie de la carte, on va utiliser un Ohmmètre ou un


testeur de continuité pour vérifier:

 La continuité des pistes.

38
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

 L'absence de court-circuit.

III.7.7 La soudure :

Cette étape est la dernière dans la réalisation de circuit imprimé, en va bien placer
tous les composants, puis en va les souder, en utilisant le fer à souder et l’étain.

Figure III.15 La photo de la soudure.

La figure III.16 représente la photo finale du circuit d’alimentation SEPIC réalisé :

Figure III.16 Le montage final de la carte.

39
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

III.8 Deuxième circuit : alimentation à découpage 220 V AC-33 V DC :

Au dernier moment lors de test de mesurage, on a rencontré quelques problèmes dans le


circuit concernant les valeurs de la tension de sortie lorsqu’on applique les tensions d’entrées
indiquées par le cahier de charge, et afin d’enrichir notre étude, il a était proposé un deuxième
montage proche du premier, et a le même objectif abaisser et augmenter la tension de sortie.
La différence entre les deux montages est que le deuxième montage alimentation à découpage
il a un transformateur pour transformer le signal alternatif 220 V AC en continu 33 V.

La figure III.17 montre la structure électrique du deuxième circuit :

Figure III.17 Schéma structurel du circuit de l’alimentation à découpage.

Et comme on a dit précédemment que le circuit d’alimentation à découpage est monté à la


dernière minute, on n’a pas eu le temps de l’étudier théoriquement, on a juste réalisé le circuit.

40
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

La figure III.18 montre la réalisation de ce circuit sur la plaque d’essai :

Figure III.18 La photo du circuit de l’alimentation à découpage réalisé sur la plaque.


d’essai.
Les mêmes étapes de réalisation du circuit imprimé du premier circuit est appliquées
sur le deuxième circuit et on a obtenu le circuit imprimé l’alimentation à découpage montré
par la figure III.19:

Figure III.19 La photo du circuit imprimé de l’alimentation à découpage .

41
Chapitre III Réalisation pratique du Convertisseur SEPIC

La figure III.20 représente la tension redressée avant le filtre (condensateur) :

Figure III.20 Le signal redressé avant le filtrage

La figure III.21 représente la tension redressée après le filtrage (condensateur) :

Figure III.21 Le signal redressé après le filtrage


III.9 Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons détaillé le principe de fonctionnement du circuit du


convertisseur SEPIC ainsi que le montage expérimental que nous avons réalisé. Nous avons
en particulier présenté la commande réalisée à base du circuit UC3842, et de la partie
puissance La régulation se fait par le UC3842 qui mesure la tension de sortie. Nous avons
également réalisé le circuit imprimé du circuit d’alimentation à découpage et effectué
quelques mesures.

42
Conclusion générale

Conclusion générale

L'objectif du travail présenté était de réaliser une alimentation ajustable à partir


d’une source de tension de 9 V à 24 V DC et la sortie ajustable de 5 V à 30 V.

Le but étant de réaliser un convertisseur SEPIC. Le montage est à base des circuits
intégrés et constitué de deux parties : partie commande et partie puissance.
Le cœur du circuit du montage est la puce UC3842.

Dans ce travail nous avons présenté une idée générale sur les convertisseurs DC-DC,
et une étude analytique du fonctionnement du hacheur SEPIC mode de conduction continu.
Ainsi que l’étude de la régulation de la tension de sortie, nécessaire face aux variations de la
charge. Cette régulation ne peut être réalisée que par la détermination du correcteur
convenable, permettant d’agir sur la commande de l’interrupteur de puissance.

A fin de simuler le circuit du convertisseur et passer à la réalisation pratique, un bon


dimensionnement des différents composants du convertisseur est faite.

Des tests pratiques et par simulation sont faites pour vérifier le bon fonctionnement de
notre appareil et cela en visualisant à l’aide de l’oscilloscope l’allure des différents signaux de
tension aux différents points du circuits ainsi qu’une série de mesure de différentes valeurs de
tension de sortie selon le signal d’entrée.

Les convertisseurs SEPIC sont bien adéquats pour la plupart des circuits à piles qui
requièrent une conversion DC-DC et nécessitent une intensification de la tension d'entrée pour
leurs efficacité et le fonctionnement stable qu'ils ont fournir ; ainsi que le cout le moins cher
des éléments constituants le circuit comme les inductances et les condensateurs.

43
Bibliographie

Bibliographie :

[1] FERRAH FATEH," Etude et simulation d’un étage mppt pour un système à énergie
renouvelable ", Mémoire de Master, Université Larbi ben M’Hidi– Oum El Bouaghi. 2013.

[2] SAHAR GHANDOUR, " Conception de convertisseurs DC/DC à base de mems ", Thèse
de Doctorat, Université de Grenoble. 2011.

[3] BOUZGHAYA IMED, " Etude d’un hacheur à stockage capacitif " Mémoire de Master,
Université Larbi ben M’Hidi– Oum El Bouaghi. 2014.

[4] AHMADI ISMAIL, " Etude et simulation d’un système de pompage d’eau couplé à un
générateur photovoltaïque", Mémoire de Master, Université Larbi ben M’Hidi– Oum El
Bouaghi. 2013.

[5] YAAKOUB BENYAHIA, "Modélisation et simulation d’un système photovoltaïque


adapté par une commande mppt ", Mémoire de Master, Université Larbi ben M’Hidi– Oum
El Bouaghi. 2013.

[6] PIERRE PETIT, " Optimisation du transfert d’énergie dans les systèmes photovoltaïques",
Thèse de Doctorat, Université de Metz. 2011.

[7] BELKAID ABDELHAKIM, "Conception et implémentation d’une commande mppt de


haute performance pour une chaine de conversion photovoltaïque autonome", Thèse de
Doctorat, Uuniversité Ferhat Abbas - Sétif 1 2015.

[8] TOUAREF MOSTEFA, "Etude et simulation d’un convertisseur ac/dc type buck
(abaisseur de tension)", Mémoire de Master 1616, Université Mohamed Khider Biskra. 2014.

[9] CHRISTOPHE PASQUIER, "Convertisseur de tension SEPIC à commande aléatoire",


Projet Polythèque Clermont-Ferrand. 2013.
Bibliographie

[10] SOFIANE ABADA, "Etude et optimisation d'un générateur photovoltaïque pour la


recharge d'une batterie avec un convertisseur SEPIC ", Thèse de Doctorat, Université Laval
2011.

[11] PHILIPS Semiconductors Linear Products, "Current-mode pwm controller UC3842".


1994.

[12] ALEX EMANUEL, "SEPIC converter design and operation ", Partial completion of the
requirements for a BS degree from WPI By Gregory Sharp. 2014.