Vous êtes sur la page 1sur 337

AGRI

PRO
ML Petits ruminants

DUC
TIÜN

ILa production
0)

|du
* -
mouton
Toutes les/techniques d’élevage.
* r Des conseils pratiques pour créer
ou développer un élevage.
Des exemples de budgets équilibrés.

Christian Dudouet 3e édition


Avertissement au lecteur
Malgré l’attention apportée à la rédaction de cet ouvrage, des erreurs ont pu se glisser dans le
texte. Si vous en avez remarqué, ou si vous jugez que des modifications doivent être apportées,
des compléments ajoutés ou des oublis réparés, n'hésitez pas à nous transmettre vos
remarques : il en sera tenu compte dans une éventuelle future édition.

La collection Agriproduction est dirigée par :


Anne-Marie Paulais
Monique Roque
Jean-Marie Gourreau
Denis Le Chatelier

L'ouvrage La production du mouton a été suivi par :


Anne-Marie Paulais

La production du mouton
© Éditions France Agricole, 2012
GFA Éditions
ISBN : 978-2-85557-215-4

S 5 HHHSI3 S
n x s s n
Groupe France Agricole
25, rue Ginoux, 75015 Paris
Tous droits réservés pour tous pays

Au terme de l'article 40 de la loi du 11 mars 1957 « toute représentation ou reproduction intégrale ou


partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite ».
L’article 41 de la même loi n'autorise que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage
privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et « les analyses et courtes citations »,
« sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source ».
Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, ne respectant pas la législation
en vigueur constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 à 429 du Code pénal.
AGRI I t Petits ruminants
U = I- 1
□u c
T IO N

La production
du mouton
3e édition

Christian Dudouet

25, rue Ginoux, 75015 Paris


Avant-propos

Cette troisième édition, revue et actualisée, d’un ouvrage qui a connu un bon suc­
cès doit permettre aux actuels mais aussi aux futurs éleveurs de s'orienter vers la
production ovine, qui devient de plus en plus rémunératrice. Les marges brutes et
les résultats courants actualisés que vous trouverez en fin d’ouvrage en donnent la
preuve.

La progression des cours en 2010-2011, ainsi que le complément de la prime ovine


ont permis une amélioration des revenus agricoles par UTH. Dans le même temps,
le taux d'auto-approvisionnement en 2009 est descendu à 45 % (au plus bas depuis
plus de 20 ans). De plus, on observe une érosion continue du cheptel. L'approvision­
nement via la Nouvelle-Zélande et l'Australie est en baisse constante.

La production d'ovins nécessite un bon niveau de technicité. En effet, les moutons


sont des animaux qui réagissent rapidement et très négativement à une mauvaise
maîtrise du parasitisme, de la reproduction, de l'alimentation... mettant en péril
dans des délais très courts la viabilité de l'élevage.

Cet ouvrage a pour objectifs de répondre aux questions que peuvent se poser les
éleveurs dans la conduite de leur troupeau, mais également de les informer des
dernières évolutions techniques.
Sommaire

Avant-propos................................................................................................... V

Économie

1 Place de l’élevage ovin dans l’économie...................................................................... .... 3


Le c h e p te l o v in d a n s l'U E ....................................................................................................................................5
E ffe c tifs .................................................................................................................................................................... 5
P ro d u c tio n .............................................................................................................................................................. 5
C o n s o m m a tio n .....................................................................................................................................................7
Le c h e p te l o v in e n F r a n c e ...................................................................................................................................7
E ffe c tifs ....................................................................................................................................................................9
P ro d u c tio n e t c o n s o m m a tio n ................................................................................................................... .....9
La la in e ..............................................................................................................................................................9
Le l a i t ............................................................................................................................................................ .....10
La v ia n d e ...........................................................................................................................................................10
Le m a rc h é de la v ia n d e ......................................................................................................................................n
Les circu its en F rance....................................................................................................................................11
Les p r ix ..............................................................................................................................................................11
L’a v e n ir......................................................................................................................................................................13

2 La R e c o n q u ê te o v i n e .................................................................................................................................. ..... 14

3 G e s tio n t e c h n ic o - é c o n o m iq u e ........................................................................................................... ..... 15


Id e n tific a tio n ................................................................................................................................................... ..... 15
D o c u m e n ts d ’e n re g is tre m e n t................................................................................................................... ..... 15
Carn et d ’ag n el ag ...................................................................................................................................... .....15
D éclaration de lu t t e ................................................................................................................................. .....16
D éclaration de m ise -b a s......................................................................................................................... .....16
P e rfo rm a n ce s te c h n iq u e s ........................................................................................................................... .....16
Critères de re p ro d u c tio n .............................................................................................................................16
Taux de fe r tilité ................................................................................................................................... .....16
Taux de p ro lific ité .................................................................................................................................... 17
Taux de fé c o n d ité .................................................................................................................................... 17
Taux de m o rta lité .................................................................................................................................... 17
Taux de productivité num érique à 70 jo u rs .................................................................................. .... 17
G e s tio n é c o n o m iq u e ............................................................................................................................................ 18
P ro d u it b r u t ........................................................................................................................................................... 18

VII
La production du m outon

Charges opérationnelles............................................................................................ 18
Marge brute............................................................................................................. 19
Tem ps de t r a v a il............................................................................................................................................. 21
Travail d’astreinte (TA)............................................................................................... 21
Travail de saison (TS)................................................................................................. 21
Travail disponible calculé (TDC)................................................................................. 21
Logiciel Ovitel.................................................................................................. 21
Module de base........................................................................................................ 22
Module de lutte........................................................................................................ 22
M o d u le p e rfo rm a n c e ................................................................................................................................... 23
Module pocket.......................................................................................................... 23
M o d u le b o n n e s p ra tiq u e s .......................................................................................................................... 23
Exemples......................................................................................................... 23

Génétique

4 Les races.................................................................................................................... 31
Mérinos de Rambouillet............................................................................................ 31
Mérinos d’Arles......................................................................................................... 32
Mérinos précoce....................................................................................................... 32
Races d'herbage de grand format.............................................................................. 32
Bleu du Maine........................................................................................................... 32
Rouge de l’Ouest....................................................................................................... 33
RaceTexel................................................................................................................. 33
Races d'herbage de format moyen............................................................................. 33
Mouton charolais...................................................................................................... 34
Mouton vendéen...................................................................................................... 34
Charmoise................................................................................................................ 35
Races précoces............................................................................................................. 35
Île-de-France............................................................................................................ 35
Berrichon du Cher..................................................................................................... 36
Suffolk..................................................................................................................... 36
Races laitières.............................................................................................................. 36
Lacaune.................................................................................................................... 36
Corse........................................................................................................................ 37
Manech à tête noire ou rousse.................................................................................. 37
Races rustiques........................................................................................................... 37
Races prolifiques......................................................................................................... 37
Finnoise et Romanov................................................................................................. 37
Race INRA 401 ou Romane......................................................................................... 38
Principales caractéristiques des races........................................................................ 39
Races à faible effectif.................................................................................................. 39
Détermination des races............................................................................................ 39
5 L’identification......................................................................................................... 40

V III
S om m aire

6 L’amélioration génétique........................................................................................ 42
Démarche générale de la sélection............................................................................. 43
Définition............................................................................................................ 43
Caractères à sélectionner....................................................................................... 43
Étude génétique des caractères à sélectionner......................................................... 43
Héritabilité...................................................................................................... 43
Corrélation (rg)................................................................................................. 45
Hétérosis......................................................................................................... 45
Relation entre performances et génétique............................................................. 47
Différentes méthodes de sélection.......................................................................... 47
Sélection individuelle (encore appelée sélection massale ou phénotypique)................. 47
Sélection sur l’ascendance (ou généalogique)......................................................... 48
Sélection sur les collatéraux................................................................................ 49
Sélection sur la descendance............................................................................... 49
Schémas de sélection............................................................................................ 50
Objectifs : définition.................................................................................................. 50
Critères de sélection : définition................................................................................ 51
En conclusion............................................................................................................ 51
Index........................................................................................................................ 52
Définition............................................................................................................ 52
Étapes de l'indexation........................................................................................... 53
Utilisation des index............................................................................................. 53
Index prolificité................................................................................................ 53
Index valeur laitière (g)....................................................................................... 54
Index croissance (g)........................................................................................... 54
Avenir................................................................................................................. 54
Contrôle des performances........................................................................................ 54
Buts du contrôle....................................................................................................... 54
Schéma du contrôle des performances...................................................................... 55
Formule reproduction............................................................................................ 55
Formul e él evage................................................................................................... 55
Formule complète................................................................................................. 56
Réalisation pratique................................................................................................. 56
Résultats.................................................................................................................. 57
Bilan technique ovin (BTO)........................................................................................ 58
Modèle animal.......................................................................................................... 62
Organisation du contrôle des performances.............................................................. 71
Au niveau départemental...................................................................................... 75
Au niveau régional................................................................................................ 75
Au niveau national................................................................................................ 75
Programmes de sélection........................................................................................... 75
Programme de sélection des femelles........................................................................ 75
Programme de sélection des mâles............................................................................ 75
Contrôle individuel................................................................................................ 75
Contrôle sur descendance...................................................................................... ~/6
Aptitudes bouchères (AB)................................................................................... 77
Aptitudes d’élevage........................................................................................... 77
Qualifications zootechniques.................................................................................... 78
Qualification des femelles......................................................................................... 78
Qualification des jeunes........................................................................................ 78
Qualification des adultes....................................................................................... 79
Qualification des mâles............................................................................................. 79

IX
La production du m outon

Qualification des jeunes........................................................................................ 79


Qualification des adultes....................................................................................... 79
Utilisation des reproducteurs.................................................................................... 79
Élevage en race pure................................................................................................. 80
Avantages............................................................................................................ 80
Limites de l'élevage en race pure............................................................................. 80
Accouplements raisonnés...................................................................................... 81
Croisements............................................................................................................. 81
Avantages............................................................................................................ 81
Inconvénients...................................................................................................... 82
Races et systèmes d’exploitation............................................................................... 82
Choix des reproducteurs............................................................................................ 82
Objectifs................................................................................................................... 86
Améliorer les performances de reproduction........................................................... 86
Prolificité........................................................................................................ 86
Fertilité........................................................................................................... 86
Aptitude au désaisonnement.............................................................................. 86
Production laitière............................................................................................ 86
Précocité......................................................................................................... 86
Améliorer les performances de production.............................................................. 86
Choix des mâles........................................................................................................ 87
Choix des femelles.................................................................................................... 87
Recommandations importantes................................................................................ 88

Reproduction

7 Anatomie des appareils reproducteurs........................................................................ 91


Anatomie de l’appareil reproducteur du bélier............................................................ 91
Physiologie de l'activité sexuelle de la femelle non gestante.................................. 93
Puberté..................................................................................................................... 93
Reproduction saisonnée............................................................................................ 94
Les saisons........................................................................................................... 94
La race................................................................................................................. 95
L'âge.................................................................................................................... 96
La lactation.......................................................................................................... 96
Ovulations silencieuses............................................................................................ 96
Cycle sexuel.............................................................................................................. 96
L’œstrus (36 à 40 heures)....................................................................................... 96
La phase lutéale (J2 à J14)....................................................................................... 98
La phase préovulatoire (J15 à J17)............................................................................. 98
Physiologie de l'activité sexuelle du m âle................................................................. 98
Puberté..................................................................................................................... 98
Production de sperme............................................................................................... 98

8 Maîtrise de la reproduction.................................................................................... 100


Effet bélier....................................................................................................................100

X
S om m aire

Synchronisation hormonale des chaleurs................................................................. 100


Principe.................................................................................................................... 101
intérêts..................................................................................................................... 101
Réalisation pratique................................................................................................. 101
Bilan......................................................................................................................... 102
Transplantation embryonnaire.................................................................................. 103
Définition................................................................................................................ 103
Principe.................................................................................................................... 104
Intérêts..................................................................................................................... 104
Technique................................................................................................................ 104
Traitement à base de mélatonine.............................................................................. 105
Intérêts..................................................................................................................... 105
Principe.................................................................................................................... 105
Réalisation pratique................................................................................................. 106
Chez le mâle......................................................................................................... 106
Chez la femelle..................................................................................................... 107
Conclusion................................................................................................................... 107

9 Physiologie de la femelle gestante....................................................................... 108


La lutte..................................................................................................................... 108
Lalutte libre..................................................................................................... 108
La lutte par lots..................................................................................................... 108
La lutte en main................................................................................................... 108
L’insémination.......................................................................................................... 108
Conséquences pratiques........................................................................................... 110
Pour les mâles...................................................................................................... 110
Pour les femelles................................................................................................... 112
Gestation..................................................................................................................... 112
Définition, généralités.............................................................................................. 112
Contrôle de la gestation............................................................................................ 112
Problèmes au cours de la gestation............................................................................ 117
Avortements........................................................................................................ 117
Les différents types d’avortements........................................................................ 118
Conduite à tenir................................................................................................ 118
Toxémie de gestation............................................................................................ 118
Prolapsus............................................................................................................. 120

10 Mise-bas et soins aux je un es............................................................................... 122


La mise-bas proprement dite..................................................................................... 122
Préparation.............................................................................................................. 122
Déroulement de la mise-bas...................................................................................... 123
Phase de préparation............................................................................................ 123
Phase de dilatation............................................................................................... 123
Phase d’expulsion................................................................................................. 123
Agnel age dystoci que................................................................................................. 125
Mise-bas provoquée ou induction de la mise-bas....................................................... 126
Soins aux jeunes...................................................................................................... 126
Soins à la mère.......................................................................................................... 130
Adoption.................................................................................................................. 130
Césarienne................................................................................................................ 131

XI
La production du m outon

Allaitement artificiel.................................................................................................. 132


Séparation de l’agneau (de sa mère).......................................................................... 132
Composition des laits d'allaitement.......................................................................... 132
Modalités de distribution.......................................................................................... 133
Concentration....................................................................................................... 133
Mode de distribution.............. ......... .................................................................... 133
Appareils de distribution....................................................................................... 133
Biberon........................................................................................................... 133
Appareil non automatique.................................................................................. 133
Appareil semi-automatique................................................................................ 133
Appareil automatique....................................................................................... 134
Conclusion................................................................................................................ 134
Sevrage......................................................................................................................... 135
Pour les agneaux...................................................................................................... 135
Tarissement des mères............................................................................................. 135
« Maladies » post-partum des brebis........................................................................ 136
Hypocalcémie ou « fièvre de lait »............................................................................. 136
Mammites................................................................................................................ 136
Métrites.................................................................................................................... 137
Maladies des jeunes agneaux (néonatales).............................................................. 137
Septicémies.............................................................................................................. 137
Entérotoxémies........................................................................................................ 138
Tétanos..................................................................................................................... 140
Autres causes de mortalité....................................................................................... 140
Comment diminuer les pertes d’agneaux.................................................................. 140
Conduite d’élevage................................................................................................ 140
Alimentation........................................................................................................ 140
Bilan de la reproduction............................................................................................. .142
Taux de fertilité (apparente).......................................................................................142
Taux de mises-bas......................................................................................................142
Taux de prolificité......................................................................................................142
Taux de fécondité.......................................................................................................142
Taux de mortalité.......................................................................................................143
Taux de productivité numérique............................................................................... .143
Taux de productivité pondérale..................................................................................144

4 Techniques d’élevage
11 Caractéristiques biologiques et technologiques de la production de viande
o vine ........................................................................................................................... 147
* Croissancet............................................................................................................... 147
Définition............................................................................................................ 147
Courbe théorique de croissance............................................................................. 148
j Évolution du poids vif et du gain de poids journalier................................................ 149
Courbe pratique de croissance............................................................................... 150
Développement........................................................................................................ 150

XII
S om m aire

Définition............................................................................................................ 150
Courbes de d é v e lo p p e m e n t......................................................................................................................... 151
D éveloppem ent des tis s u s ...................................................................................................................... 757
Développement du tissu adipeux........................................................................ 151
Évolution de la composition chimique................................................................... 151
Développement des membres............................................................................. 151
Conséquences pratiques des courbes de développement.......................................... 153
Effets d'une carence alimentaire.......................................................................... 153
Âge optimal d'abattage...................................................................................... 153
Coût du kilo de croît.......................................................................................... 153
Précocité................................................................................................................... 153
Définition............................................................................................................ 153
Avantages............................................................................................................ 153
Inconvénients...................................................................................................... 153
Facteurs de variation de la croissance et du développement....................................... 154
Facteurs d'origine interne...................................................................................... 154
Système nerveux.............................................................................................. 154
Système endocrinien......................................................................................... 154
Sexe et castration............................................................................................. 154
Hérédité.......................................................................................................... 154
Facteurs d'origine externe...................................................................................... 155
Race................................................................................................................ 155
Âge de la mère.................................................................................................. 155
Facteurs nutritionnels....................................................................................... 155
Conclusion........................................................................................................... 156
Transformation du produit........................................................................................ 157
Les étapes : de l'abattage au stockage........................................................................ 157
Les différentes étapes à l'abattoir............................................................................ 157
La pesée et le rendement....................................................................................... 157
La pesée.......................................................................................................... 157
Lerendement................................................................................................... 157
L'appréciation des carcasses................................................................................... 158
La conformation............................................................................................... 158
L'état d’engraissement....................................................................................... 158
Les qualités organoleptiques de la viande ovine....................................................... 161
La découpe de la carcasse....................................................................................... 163
Rappel de la législation.......................................................................................... 163
Conclusion........................................................................................................... 165
Marques et labels pour une assurance de qualité....................................................... 168
Marques collectives............................................................................................... 168
Qualifications officielles........................................................................................ 168
Agneau Label rouge........................................................................................... 168
Agneau d'appellation d'origine contrôlée (AOC)...................................................... 169
Agneau certifié conforme................................................................................... 169
Agneau issu de l'agriculture biologique................................................................. 170
Agneau de montagne........................................................................................ T/O
Autres certifications.............................................................................................. 170
Au niveau européen (fig. 77.73J................................................................................. 171
12 Alimentation et rationnement............................................................................. 174
Quelques notions essentielles................................................................................... 174
Évolution des besoins................................................................................................ 175
État corporel (NEC).................................................................................................... 175

X III
S om m aire

Femelles en fin de gestation.................................................................................. 196


Femelles en lactation............................................................................................ 196

13 Les bâtiments d’élevage........................................................................................ 202


Température...................... ..................................................................................... 203
Aération................................................................................................................... 203
Humidité................................................................................................................. 204
Lumière....................................................................................................................204
Principes généraux pour la construction d'une bergerie.........................................204
Dimensions.............................................................................................................. 205
Râteliers et auges...................................................................................................... 205
Volume d’air............................................................................................................. 206
Orientation...............................................................................................................206
Sols...........................................................................................................................206
Murs, charpente et bardage.......................................................................................206
Isolation................................................................................................................... 207
Mobilier....................................................................................................................... 207
Râteliers................................................................................................................... 207
Auges, augettes et auges mécanisées......................................................................... 207
Auges.................................................................................................................. 207
Auqettes...............................................................................................................inr1,
Auges mécanisées.................................................................................................208
Nourrisseurs............................................................................................................ 208
Abreuvoirs................................................................................................................208
Appareils pour la distribution des minéraux.............................................................. 212
Cornadis................................................................................................................... 212
Annexes....................................................................................................................... 213
Infirmerie................................................................................................................. 213
Parc de triage........................................................................................................... 213
Pédiluve.................................................................................................................... 213
Aire de tonte............................................................................................................. 213
Claies....................................................................................................................... 213
Filets........................................................................................................................ 215
Clôtures.................................................................................................................... 215
Passages................................................................................................................... 215
Cases d'agnelage et passages à agneaux................................................................... 216
Cases d'agnelage.................................................................................................. 216
Passages à agneaux.............................................................................................. 216
Baignoires................................................................................................................. 216
Conception d'un parc de contention......................................................................... 218
Désinfection................................................................................................................ 222
Règles d’implantation................................................................................................. 222
Exemples de réalisation.............................................................................................. 224
Coût.............................................................................................................................. 228

XV
La production du m outon

Analyses coprologiques......................................................................................... 294


Réalisation pratique.......................................................................................... 294
Résultats......................................................................................................... 295
Principaux produits antiparasitaires....................................................................... 295
Parasites externes..................................................................................................... 297
Les différents parasites et leurs symptômes............................................................. 297
Diagnostic........................................................................................................... 298
Prophylaxie..........................................................................................................298
Traitement...........................................................................................................300
Exemples de calendrier de traitement..................................................................... 302
Prophylaxie sanitaire................................................................................................. 303
Hygiène des locaux............................................................................................... 303
Hygiène des pâtures............................................................................................. 303
Désinfection, dératisation et désinsectisation.......................................................... 303
Désinfection.................................................................................................... 303
Dératisation.....................................................................................................306
Désinsectisation............................................................................................... 306
Armoire à pharmacie et matériel d'élevage.............................................................. 306
Petit matériel d’élevage.............................................................................................306
Armoire à pharmacie................................................................................................ 307
Tremblante.................................................................................................................. 307
Déterminisme génétique.......................................................................................... 307
Symptômes.............................................................................................................. 308
Transmission de la maladie................................................................. ..................... 308
Diagnostic................................................................................................................308
Risques pour l’homme.............................................................................................. 308
Prophylaxie...............................................................................................................308
Prophylaxie médicale............................................................................................ 308
Prophylaxie sanitaire............................................................................................ 309
Fièvre catarrhale..........................................................................................................309
Agents responsables..................................................................................................309
Symptômes.............................................................................................................. 309
Traitements.............................................................................................................. 309
\
18 Les principales manipulations et interventions................................................. 311
Interventions............................................................................................................... 312

19 Guide des bonnes pratiques ovines..................................................................... 314


Liste des fig u res......................................................................................................... 317
Liste des ph otos......................................................................................................... 321
Liste des tab leau x......................................................................................................325
Index............................................................................................................................ 329

X V III
Economie
Place de l’élevage ovin
dans l’économie
Aujourd’hui, produire ne suffit plus même si les produits
sont de qualité. La difficulté réside dans la commercialisation,
et la réduction des coûts de production.
Pour cela, il est impératif d’avoir une connaissance globale de
l’environnement économique et de ses acteurs : consomma­
teurs, intermédiaires...
En outre, il ne faut pas oublier que l’environnement écono­
mique à prendre en compte ne s’arrête pas à nos frontières et
qu’avant de produire, il est nécessaire de s’informer de l’évo­
lution des productions et des consommations nationales,
européennes et mondiales.
En effet, la viande ovine ne représente qu’un faible pourcentage
(5,4 %) des produits carnés élevés en France. Elle ne concurrence
pas les autres viandes : au contraire, face à la crise de la viande
bovine (ESB, fièvre aphteuse...), elle apparaît comme une com­
plémentarité, voire une possibilité de substitution.
PaT ailleurs, la mise en place des filières qualité (Label rouge,
certificat de conformité, label Bio...) représente des atouts
pour les éleveurs et un plus pour les consommateurs, qui ont
une image positive de la production ovine.

Le cheptel ovin Ce tonnage est insignifiant comparé à


ceux d'autres productions :
dans le monde ■ viande porcine : 37,4 % ;
■ viande bovine : 22 % ;
En 2008, les viandes ovine et caprine ■ viande de volailles : 35,3 %.
représentaient 5,3 % de la production
mondiale de viande, soit 13,9 millions de La population mondiale ovine atteignait,
TEC (tonne équivalent carcasse). en 2008,1078 million (tab. i.i etfig. i.i).

3
É conom ie

Tableau 1.1. Cheptel reproducteur ovin des principaux pays


producteurs (effectifs en janvier, en m illions de têtes)
2004 2005 2006 2007 2008 % 2008/2007
Afrique 268,4 274,9 280,4 285,5 287,6 0,7

Chine 143,4 152,0 151,3 146,0 136,4 -6 ,6

M oyen-Orient 120,6 123,1 125,9 129,7 128,6 - 0 ,9

Amérique 86,7 89,3 89,9 90,1 90,5 0,4

Australie 101,3 101,1 91 85,7 79 - 7 ,8

Ex-URSS 59,3 63,4 66,8 69,6 72,7 4,4

UE 27 75,9 75,8 74,8 74,0 71.1 -4,0


Inde 62,2 62,9 63,6 64,3 65 1,1

Nouvelle-Zélande 39,3 39,9 40,1 38,5 34,1 -1 1 ,4

Autres 105,5 108,1 110,5 111,4 113,2 1,7

Monde 1 062,4 1 090,4 1 094,4 1 094,8 1 078,2 -1,5


Source : France AgriMer, d'après FAO.

700

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011

-------- N ouvelle Z élande --------France ----------Royaum e-Uni

Fig. 1.1. Prix à la production des agneaux en Nouvelle-Zélande, en France et au Royaume-Uni.


Source : France AgriMer, d'après Farmers Weekly, BCE et la Commission européenne.
Place de l’élevage ovin da n s l’é co n o m ie

Le cheptel ovin Production


dans l’UE La production baisse de 5,5 % en 2009.
Cette baisse est surtout sensible en
Espagne, en France et au Royaume-Uni
Effectifs (f’ ig. 7.3).

Le recul du cheptel ovin s'est accentué en Les prix à la production du kilo de car­
2008 en Europe, notamment au niveau casse en 2009 sont de 5,81 € en France,
de l’UE à 15, où il a perdu 6,2 % de ses 4,01 € au Royaume-Uni, 3,60 € en Irlande,
effectifs (tab. 7.2 et 7.3 etfig. 7.2). 2,48 € en Nouvelle-Zélande et 2,44 c en
Australie !

Tableau 1.2. Cheptel ovin dans TUE (en m illiers de têtes)


1995 2005 2006 2007 2008 % 2008/2007
Allemagne 2 437 2 036 2017 1 926 1 920 -0 ,3

Espagne 23 050 22 514 22 452 22194 19 952 -1 0 ,1

France 10 056 8 760 8 494 8 285 7 781 -6,1


Grèce 9 500 8 745 8 976 8 984 8 994 0,1
Irlande 5 583 4 257 3 826 3 531 3 423 - 3 ,0

Italie 10 581 7 954 8 227 8 237 8175 - 0 ,8

Portugal 3 420 3 583 3 549 3 356 3145 - 6 ,3

Royaume-Uni 28 797 23 730 23 428 23 676 21 856 - 7 ,7

UE15 95 658 84 414 83 862 83 089 77 957 -6,2


Roumanie 7 608 7 678 8 050 8 882 10,3

Bulgarie 1602 1 635 1 526 1 475 - 3 ,4

Hongrie 1 405 1 298 1 232 1236 0,3

NEM12 11950 11 908 12 262 13019 6,1


UE 27 96 364 95 770 95 351 90 977 -4,6
Scuœe : France AgriMer, d'après EUROSTAT et la Commission européenne.

5
É conom ie

Tableau 1.3. Cheptel brebis mères + agnelles saillies dans TUE


(enquête de décembre, en m illiers de têtes)
2005 2006 2007 2008 % 2008/2007

Allemagne 1 505 1 466 1392 1 373 -1 ,4

Espagne 16 756 16 954 16 831 15416 -8 ,4

France 6 649 6 463 6 273 5 931 -5 ,5


Grèce 6 389 6 589 6 591 6 904 4,7

Irlande 3 209 2 932 2 663 2 527 -5 ,1

Italie 7 707 7 305 7 265 7 210 - 0 ,8

Portugal 2 345 2 253 2163 2 074 -4 ,1

Royaume-Uni 15 466 14 964 14 841 14013 -5 ,6

UE 15 61 270 60 893 58 992 57 281 -4,5


Roumanie 6 451 6 526 7 207 7 597 5,4

Bulgarie 1397 1387 1 292 1 245 - 3 ,7

Hongrie 1 082 1 030 977 964 -1 ,3

NME12 9 830 9 838 10 423 10 757 1,3


UE 27 71 100 70 732 70 415 68 038 -3 ,4
Source : France AgriMer, d'après EUROSTAT et la Commission européenne.

80 000

75 000

V)
£ 70 000

I
” 65 000

60 000

55 000

Fig. 1.2. Le cheptel reproducteur de l'Union européenne (agnelles et brebis saillies, en milliers de têtes).
Source : France AgriMer, d ’après la Commission européenne.

6
Place de l’élevage ovin dans l’é co n o m ie

13. Production par pays, en pourcentage de la production de iUnion européenne à 27, en 2008.

_r prix moyen dans l'Union européenne ce qui représentait 3 % de la viande car­


est de 4,13 €, soit une progression de née (fig. 1.4).
.15% par rapport à 2008.
À titre de comparaison, la consom­
mation par habitant et par an était de
38,1 kg en Nouvelle-Zélande et 24 kg en
Consommation Australie (4,2 kg au niveau mondial).

Cc’Time la production, la consommation


2 baissé d'environ 5 % en 2009. Cette
baisse a été favorisée par un contexte
économique défavorable. Elle a continué Le cheptel ovin
- baisser dans les mêmes proportions en
2010.
en France
Avec ses 7 258 000 têtes, dont
taux d'auto-approvisionnement en 5 046 000 brebis en 2009, la France
2009 était de 79,8 %, soit une baisse de arrive au cinquième rang des pays euro­
*%par rapport à 2008. péens (tab. 1.4).

_a consommation moyenne par habi­ Le troupeau laitier se stabilise, après


tant et par an en 2009 était de 10,2 kg en plusieurs années de progression, à
Oèce, 5,4kg en Grande-Bretagne, 4,5 kg l'opposé du troupeau de nourrices, en
en Bulgarie, 3,6 kg en France... et 2,4 kg baisse constante (- 50 % par rapport à
en moyenne dans l'Union européenne, 1987) (fig- 1-5 et 1.6).

7
É conom ie

10

Fig. 1.4. Consommation individuelle de viande ovine dans iU E en 2009.


Source : France AgriMer.

Tableau 1.4. Effectifs ovins (en m illiers de têtes)


1988 2000 2009

Total 11499 9 416 7 528


dont brebis : 7 753 6 580 5 046
-n o u rric e s 6 581 5 200 3 740
-la itiè re s 1 172 1380 1 306

19 49 69 99 199 399 999

Fig. 1.5. Répartition des brebis et de l'élevage (en %).

8
Place de l’élevage ovin da n s l’é co n o m ie

1-4 5-9 10- 20- 50- 70- 100- 200- 400- > *, 000
19 49 69 99 199 399 999

fig. 1.6. Évolution des effectifs entre 1979 et 1988 (en %).

Effectifs Production
■ Les 2/3 de la population ovine inté­ et consommation
ressent principalement trois grandes En 2009, la production indigène brute
zones agricoles en difficulté éco­ contrôlée s'est établie à 100,9 TEC (-10 %
nomique (le Centre-Ouest, le Sud- par rapport à 2008).
Ouest et le Sud-Est).
■ Les effectifs sont en régression dans La valeur totale des produits ovins repré­
le nord de la Loire et en progression sente 2 % des recettes brutes de l'agri­
dans les régions les plus méridio­ culture et 7 % des recettes de la viande.
nales (fig. 7.7J.
■ Au total, 45 % du cheptel reproduc­ On trouve trois types de productions :
teur sont détenus par 13 % des éle­ ■ la viande : 86,5%;
veurs (qui ont plus de 400 brebis). ■ la laine: 3,8%;
■ À l’opposé, 38 % des éleveurs pos­ ■ le lait: 9,7%.
sèdent moins de 50 brebis. Ces éle­
vages ne représentent que 6 % du La laine
cheptel français.
La production est de 15 000 à 20 000 T/
an de laine en suint. Cette production
couvre 16 % des besoins de l'industrie. Le
prix de vente du kilo de laine brute varie
de 0,5 à 1,50 € selon la qualité.

9
É conom ie

Fig. 1.7. Le cheptel français de brebis allaitantes en 2008(enquête de décembre 2008, en milliers de têtes).
Source : France AgriMer, d'après SSP.

Le lait La viande
La production approche 2 380 000 hL. La production de viande ovine a égale­
Cette production est transformée prin­ ment une tendance à la baisse depuis
cipalement en Roquefort, mais il existe 1982 (fig. 1.8).
beaucoup d’autres productions régio­
nales fromagères, en particulier au Pays La consommation est de 3,6 kg par habi­
basque, en Corse... Le prix du litre de lait tant et par an.
varie de 0,8 à 1,25 € selon la région.
Le taux d’auto-approvisionnement est
passé de 80 % en 1980 à 53 % en 2001 et
42,8 % en 2009 (fig. 1.9).
Place de l’élevage ovin da n s l’é co n o m ie

300

PRODUCTION

fi§. 1.8. Production et consommation française.


Source : France AgriMer, d'après SSP.

Autres
5% France
45%
Le marché de la viande
Nouvelle-Zélande
14%
Les circuits en France
ricagne
5% Ils posent trois problèmes :

"ande
■ les zones de production sont diffé­
11% rentes des zones de consommation
(fig -1-10) ;
■ la production est saisonnière ;
Royaume-Uni
■ les caractéristiques de la production
20% (différents types de production).

^ 15. Origine de la viande ovine consommée .


enFrance. Les priX
Source : GEB-Institut de l'élevage,
d'aprèsSCEES, 2007. La cotation nationale est de l'ordre de
5,82 €/kg de carcasse, soit une progres­
sion de 3,8 % par rapport à 2008 (1,92 €/
kg de carcasse pour les brebis).

11
É conom ie

Région
parisienne
P : 6451
Centre- A : 27 5191
ouest C : 51 4601 Entonnes
P : 43 8651 Production (P)
A : 44 3331 A battage (A)
C : 10 0601 Consom mation (C)

Midi- En carcasses
Sud-Est En vif
Pyrénées
P : 36 4701 P : 16 2081
A : 27 3391 A : 27 5191 Unigrains
C : 12 2501 C : 51 4601

Fig. 1.10. Flux de viande ovine en 1984.

Comme on peut le voir sur la courbe Il existe des aides pour compenser les
ci-après (fig. î.n), on observe un prix pertes de revenus des éleveurs d'ovins,
maximal vers le mois d'avril et un prix pertes dues à la fluctuation entre le prix
minimal en juillet-août. Ces variations de de base fixe et le prix du marché euro­
prix sont dues à la variation de l'offre et péen (fig. 7.72). Ces aides ont été majorées
de la demande. dernièrement.

6,6

6.4
6,2

6,0
05
^ 5,8
go
I 5,6
LU

5.4
5,2
5,0
4,8

Semaines
-------- 2006-2010 -------- 2010 -------- 2011 -------- 2012

Fig. 1.11. Prix moyen pondéré national des agneaux de boucherie en France.
Source : France AgriMer.

12
Place de l’élevage ovin dans l’éco n o m ie

_a prime compensatrice ovine (PCO) la promotion de la viande d'agneau par


5e'ève à 21,69 €. À cette prime s'ajoutent INTERBEV a redonné au consommateur
es DPU, la prime à l'herbe (76 €/ha), l'envie de consommer cette viande.
CHN (indemnité compensatrice han-
rcap naturel). Pour répondre à la demande des
consommateurs, la « reconquête ovine »
.ensemble de ces aides représente 250 a été mise en place afin de relancer cette
- 400 € par hectare de SFPO selon les production, dont l'auto-approvisionne­
exploitations. ment n'est que de 45 %.

À partir de 2014, de nombreuses incer­


titudes planent sur la PAC. Les éleveurs
L’avenir devront se plier à certaines règles : le
« verdissement », le maintien des prai­
- ^ourd'hui, le manque d’agneaux sur ries permanentes, la diversification des
e ^arché se traduit par des cours rému- cultures, la mise en place de surfaces
-e^teurs pour les producteurs. De plus, écologiques...
a mise en place des différents labels et

t j . 112 Cours dans l ’Union européenne.


Source : France AgriMer, d'après la Commission européenne.

13
La Reconquête ovine
C’est le programme d’action qui a pris le relais de la Charte
ovine mise en place en 2002, avec comme devise : « Informer,
former et communiquer ». La Reconquête ovine arbore un
nouveau logo (fig. 2.1).

Programme financé par le ministère


de l'Agriculture et piloté par la FNO, la
« Reconquête ovine » réunit tous les
organismes de la recherche et du déve­
loppement et les établissements d'ensei­
gnement agricole qui visent à :
■ susciter des vocations ;
■ encourager l’installation et la forma­
tion de nouveaux éleveurs ;
■ donner aux éleveurs tous les moyens
techniques disponibles pour mieux
s'adapter au contexte actuel ;
■ diffuser les innovations techniques ;
■ assurer un appui technique ;
■ informer les éleveurs des manifesta­
tions départementales, régionales et
Fig. 2.1. La Reconquête ovine. nationales.

Pour tous renseignements et pour se tenir informé des nouvelles évolutions, consulter le site
www.reconquete-ovine.fr

14
Gestion technico
économique
contexte économique actuel oblige l’éleveur à réaliser un
rjiv i technique pointu de la conduite de son cheptel en vue
i analyser les principaux facteurs qui vont influencer son
s'evage. Pout cela, il pourra faire appel à l’OVALL (logiciel de
gestion pour le contrôle de performance des ovins allaitants).
C’est l’unique outil informatique du contrôle de performance
ovins allaitants, qui a remplacé toute la chaîne génétique en
octobre 2006. Il s’articule autour de deux grandes fonctions :
- collecter les informations du contrôle de performance ovins
allaitants et les centraliser ;
- permettre aux organismes ayant pour mission de gérer ce
contrôle de performance d’apporter à leurs adhérents des
conseils techniques à l’aide de différents modules techniques,
ie valorisation et bilans.

Gestion technique
Documents
Identification d’enregistrement
Bfc est indispensable pour suivre les pér­ Carnet d'agnelage
ir»— ances des animaux du troupeau.
Ifrre identification, obligatoire depuis Vendu ou donné par le groupement, il
e '^ ju ille t 2010, permet un suivi sans permet d'enregistrer l'ensemble des
f i n ir de tel ou tel animal (voir p. 40). événements journaliers, en particulier
les mises-bas mais aussi les problèmes
spécifiques de tel ou tel animal, les dates
de lutte, les numéros des béliers utilisés
(fig. 3.1)...

15
Économ ie

Déclaration de lutte

Elle est envoyée à l'OVALL pour les éle­


Performances techniques
veurs qui réalisent le contrôle de crois­ Critères de reproduction
sance, par le biais de l'OS.
Taux de fertilité
Déclaration de mise-bas
Nombre de brebis agnelant
Elle est également envoyée à l'OVALL ---------------------------------- xio o
pour les éleveurs qui réalisent le contrôle Nombre de brebis mises
de croissance, par le biais de l'OS. à la lutte

70
Exemple : — x 100 = 93 %
75
Ce taux doit être d’au moins 90 %.

16
Gestion te ch n ico -é co n o m iq u e

Taux de prolificité Taux de prolificité

Nombre d'agneaux
(vifs ou non)
xio o
Mortalité
Nombre de brebis ayant agnelé
acceptable

130
Exemple :---- x 100 = 185 % Mortalité
70 importante

recherche un taux d'au moins 150 %.


varie selon les races.

~aux de fécondité

Nombre d'agneaux 0 5 10 15 18 20 25 30
(vifs ou non) Pourcentage de mortalité néonatale %
xio o
Nombre de brebis mises Fig. 3.2. Évolution du taux de mortalité en
fonction de laprolificité.
àla.lulte
^ 13 0
rxemple :---- x 100 = 173 %
75 Taux de productivité numérique
Ou : taux de fertilité x taux de prolificité à 70 jours
= 9 3 % x i8 5 % = 1 7 3 %.
Nombre d'agneaux vivants
à 70 jours xio o
Taux de mortalité
Nombre de brebis
Nombre d'agneaux morts mises à la lutte
xio o
Nombre d'agneaux nés 117
Exemple :---- x 100 = 156 %
75
13 x 100 = 10 %
exemple :---- Il est en relation avec les taux de prolifi­
130
cité et de mortalité. On cherche à com­
Ce taux varie dans le même sens que le mercialiser un maximum d'agneaux par
taux de prolificité. Il est compris entre 8 brebis, soit au moins 130 %.
îT-5 % (fig. 3.2).
On peut aussi calculer le taux de pro­
ductivité pondérale, qui correspond au
nombre de kilos d'agneau produits par
brebis et par an.
ïÊæ?rü?rTWP

■ par hectare de SFPO (surface fourra­


Lorsqu'il y a plusieurs agnelages par an, on
peut calculer le taux de fertilité par mise-bas,
gère principale réservée aux ovins).
soit le taux de mises-bas. II en est de même
pour le taux de productivité.

Produit brut
Le taux de productivité numérique est
le critère le plus important. Son analyse Il prend en compte :
doit tenir compte de : ■ les ventes et les achats d'animaux ;
■ l'âge des anim aux (brebis et ■ la vente de la laine;
agnelles) : il est de 145 pour les bre­ ■ ± les variations d'inventaire (stocks
bis et de 70 pour les agnelles, soit 130 animaux fin d'année-début d'année) ;
pour le troupeau; ■ l'autoconsommation ;
■ la période d'agnelage : automne- ■ les primes.
hiver < 120, ou < 130 au printemps.
Le produit moyen par kg de carcasse en 2011
Puis il faut étudier les différents critères s'élève à 11,20 € (selon les élevages).
qui composent ce ratio :
■ la fertilité (au moins 90 %), la proli-
ficité (160 à 200%); Il se décompose comme suit :
■ la race ; ■ prix du kg de carcasse : 5,60 € ;
■ la mortalité : 10 à 20 % selon la ■ autres produits (réforme, laine...) :
prolifïcité. 0,80 €;
■ aides totales: 4,80 €.
Tous ces critères doivent être comparés
aux références de la race, de la région
et aux résultats des éleveurs ayant le
même système de production. Charges opérationnelles
Elles sont de deux ordres :
■ liées à la SFP : semences, engrais,
Gestion économique traitements, récolte par l'entreprise,
ficelle, bâche...;
La marge brute s'obtient en déduisant ■ liées à l’élevage : aliments concen­
du produit brut (PB) les charges opéra­ trés produits et achetés, produits
tionnelles (CO) ou proportionnelles. vétérinaires, honoraires vétérinaires,
frais d'élevage (IA, pose d'éponges.
Cette marge peut être calculée : échographies...).
■ par UGBO (unité gros bétail ovin) :
une brebis = 0,12 UGB; 1 brebis + Les charges moyennes par kg de carcasse
1 agneau = 0,14 UGB ; 1 agneau ou s'élèvent à 6,50 €.
1 agnelle = 0,08 UGB;

18
G estion te ch n ico -é co n o m iq u e

Elles se décomposent comme suit :


■ alimentation : 1,60 € ;
■ SFP : 0,50 € ; Marge brute
■ frais d'élevage : 0,80 € ;
■ mécanisation : 1,70 € ; Elle est égale à la différence entre le pro­
■ bâtiments : 0,30 € ; duit brut et les charges opérationnelles :
■ frais divers de gestion : 0,50 € ; MB = PB-CO.
■ rémunération du capital : 1,20 €.
La marge par ha de SFPO est comprise
_e Doste alimentaire représente 25 % des selon les élevages (spécialisés ou mixtes)
Marges par kilo de carcasse, et plus par- entre 484 et 1280 €.
rcurèrement le poste « concentrés ». On
erà\ue la quantité de concentrés par kg Calculée par brebis, elle est alors com­
carcasse d’agneau de 5 à 10 kg et de 55 prise entre 45 et 113 €, selon le charge­
î 200 kg par brebis selon le système (her- ment, qui peut varier de 8 à 15 brebis par
rager, fourrager intensif ou pastoral). hectare.

apparaît que la rentabilité de cette pro­ L'analyse de cette marge brute doit tenir
duction n'est pas assurée sans les aides compte du type de système pratiqué :
■ le système spécialisé ;
■ le système ovins-cultures ;
■ le système ovins-bovins.

Kg concentré/brebis

30 -

Production numérique (%)


----------------------------------------- 1----------------------------------------------- 1----------------------------------------------- 1----------------------------------------------- 1---------------►
30 70 110 150 190

Rg. 3.3. Évolution de la quantité de concentré consommé par brebis, en fonction de la production
numérique.
É conom ie

Dans ces trois systèmes, on trouve plu­ l'herbe. Cependant, dans le premier cas,
sieurs sous-types, qui tiennent compte la productivité et les cours sont élevés,
de l'intensification, du potentiel du sol... alors que dans le second, la producti­
vité, plus faible, est compensée par des
Les meilleures marges sont obtenues CO réduites.
avec :
■ une bonne productivité numérique ; La différence entre le produit moyen
■ un bon prix de vente des agneaux ; et les charges moyennes par kg de car­
■ une production d'agneaux à des casse permet de rémunérer la main-
périodes favorables (offre supé­ d'œuvre, soit, dans l'exemple précédent :
rieure à la demande) ; 11,20 - 6,5 = 4,70 € par kg de carcasse.
■ des agneaux de qualité (état
d'engraissement) ; La rémunération de l'éleveur sera égale
■ un niveau des charges en rapport au nombre de kg de carcasse vendus par
avec le produit brut. UMO Ovin par ce prix.

En effet, on observe des marges équi­ On se rend compte que la productivité


valentes chez les éleveurs d'ovins en numérique est un levier très important
bergerie et chez les éleveurs d'ovins à (fig - 3 -4 )-

M. B. en €/brebis
110 -

10
Production numérique (%)
30 70 110 150 190

Fig. 3.4. Évolution de la marge brute en fonction du taux de productivité numérique.

20
Gestion te ch n ico -é co n o m iq u e

On considère qu’une exploitation spé­ récolte...), à l'entretien des clôtures. Il est


cialisée dans la production ovine doit évalué en jours.
avoir un cheptel de 400 femelles pour
dégager un revenu décent et pour jus­ Il est en moyenne de 0,75 jour par UBG
tifier des investissements qui diminue- (soit environ 90 jours par an pour
ront la pénibilité du travail. une personne travaillant seule sur
l'exploitation).
On évalue le nombre d’agneaux pro­
duits à 370 par UTH. Plus les lots sont petits, plus le temps
de travail d'astreinte augmente. Cette
constatation est la même pour le travail
de saison.
Temps de travail
Travail disponible calculé
^travail est classé en trois catégories. (TDC)

Travail d'astreinte (TA) Il correspond au temps restant à l'éleveur


pour réaliser le travail d'entretien du
Effectué quotidiennement, il est diffi­ matériel, des bâtiments, la gestion, des
cilement différable. Il correspond aux activités privées. Il est calculé en heures
soins journaliers apportés aux animaux par an (soit 830 à 1200 heures pour une
alimentation, surveillance, assistance personne seule).
aux mises-bas...). On l'évalue en heures
uar iour.

le s études montrent que le travail d'as-


T~r*nte représente en moyenne 3 heures/
Logiciel Ovitel
arceau/an mais il tombe à 2heures pour Simple d'utilisation, il permet de saisir
'es troupeaux d'au moins 1 000 brebis toutes les informations de l'exploitation
et sasse à 5 heures, voire plus, pour les et d'analyser et améliorer la gestion de
troupeaux de moins de 600 brebis. son élevage. Il se compose d'un module
de base, le « module inventaire », seul
est en moyenne de 4,5 heures par module obligatoire, qui peut être com­
brebis (soit 1 500 heures par an pour plété par 4 modules complémentaires
'jne personne travaillant seule sur adaptables selon les besoins (fig. 3.5J.
"exploitation).
Il permet de transmettre automatique­
Travail de saison (TS) ment les données enregistrées à l'EDE
ou à l'OS.
correspond au travail effectué sur
le troupeau (parage, drogage, pose Chaque module se décline en 5 points
irDonges), au travail sur les cultures clés.
'tLJTagères (mise en place de cultures,
Économ ie

Ovitel. le logicjei modulaire conçu pour les eleveurs ovias

Fig. 3.5. Logiciel Ovitel.

■ Gestion des données économiques :


Module de base si l'on adhère à un groupement par­
tenaire, on peut récupérer automa­
■ Outil simple d’utilisation, complet tiquement les données de retour
et performant pour gérer tous les d'abattoir.
aspects de l'inventaire.
■ Fiche animale très complète, don­
nant une vue d’ensemble de la
carrière de l'animal ainsi que des Module de lutte
résultats techniques.
■ Édition des documents adm inis­ ■ Saisie de tous les types de lutte et
tratifs de l'élevage : inventaire, statistiques pointues.
documents de circulation, carnet ■ Arbre généalogique constitué
d'agnelage. automatiquement.
■ Outil d'aide à la réforme permettant ■ Détection précoce des brebis vides.
d'identifier simplement les animaux ■ Alerte sur la consanguinité.
les moins rentables.

22
Gestion te ch n ico -é co n o m iq u e

■ Récupération automatique de tous


es béliers d'IA, d'OVALL lors des
transferts. Module bonnes pratiques
■ Édition du carnet sanitaire : pour
être en conformité avec la réglemen­
Module performance tation en cas de contrôle.
■ Aide-mémoire de l'exploitation
■ Récupération autom atique des grâce à son agenda paramétrable.
données perform ance (pesées, ■ Saisie des ordonnances, traitements
index, GMO...), sans intervention du sanitaires et de tout autre événe­
technicien. ment de l'exploitation.
■ Visualisation des données perfor­ ■ Outil très ouvert et paramétrable.
mance dans tous les autres modules ■ Base déjà enregistrée avec plus de
(fiche animale, aide à la réforme, 500 médicaments.
création de lutte...).
■ Suivi du génotypage par l'intermé­
diaire de l'arbre généalogique.
■ Gain de temps pour le technicien : les
saisies faites par l'éleveur peuvent
être intégrées automatiquement
par l'OVALL (il n'y a plus de saisie à
effectuer). Exemples
Les tableaux de bord suivants (tab. 3.1
à 3.3) doivent permettre à tout éleveur,
Module pocket selon son système, de situer son exploi­
tation et d'analyser ses points forts et
■ Simplicité d'utilisation, ergonomie surtout ses points faibles en vue d'éva­
des écrans (fonctionne sans stylet, luer les marges de progrès possible.
juste avec le doigt).
■ Outil portable avec toutes les infor­ Les résultats 2010 font apparaître une
mations : la carrière de chaque ani­ progression de 20 à 150 % du revenu
mal est accessible où que l'on soit. selon le système par rapport à celui de
■ Tous les modules PC sur Pocket PC ou 2009 (tab. 3.4).
Smartphone.
■ Déjà prêt pour l'électronique. Mais la progression des charges en
2011 varie de 0,30 à 0,50 € par kg selon
le système. On s'aperçoit que la marge
est surtout tributaire de la quantité de
concentré consommée.
Tableau 3.1. Tableau de bord des données de structure des exploitations des réseaux d’élevage (campagne 2009)
Nombre M ain- SAU Nb UGB SFP/SAU Chargt Parcours Unités tM S Fain/

Économie
élevages d'œuvre (ha) brebis Ovines (% ) (UGB/ha (ha) azote stocks/ Stocks
(UTA,1 (% ) SFP) * * m inéral/ UGB (% )
ha SFP

I Systèmes spécialisés
Toutes zones 206 1,6 79 553 99% 85% 1,32 61 18 1,9 82%
Zones de cultures* 36 1,5 102 636 99% 83% 1,40 15 29 1,8 80%
Zones intensives 27 1,5 68 555 99% 87% 1,49 0 17 1,6 75%
Zones herbagères 40 1,4 95 578 100% 86% 1,10 0 10 1,7 86%
Zones pastorales 59 1,7 67 528 100% 79% 1,41 174 23 1,9 83%
Zones de montagne humide 26 1,6 91 549 99% 92% 1,06 5 12 2,0 73%
Zones de haute montagne 18 1,7 40 409 100% 90% 1,61 93 6 2,5 96%
1 Systèmes ovins-cultures
Toutes zones 61 1,8 139 382 98% 27% 2,55 2 55 2,0 78%
Zones de cultures dominantes 16 1,7 112 298 100% 20% 3,52 5 64 2,1 59%
Zones mixtes cultures-élevage 26 1,9 147 393 98% 24% 2,59 1 61 2,0 77%
Zones herbagères 15 1,8 167 463 100% 33% 1,84 0 45 1,7 97%
Systèmes ovins-bovins viande

Toutes zones 77 1,9 127 385 43% 89% 1,29 4 20 1,9 67%
Zones de cultures* 9 2,0 181 626 53% 77% 1,33 1 35 2,8 60%
Zones intensives 18 1,6 92 301 41% 91 % 1,47 0 27 1,7 62%
Zones herbagères 35 2,0 136 399 42% 90% 1,24 0 15 1,9 70%
Zones de montagne humide 13 2,0 114 310 44% 94% 1,22 26 32 2,2 63%
et de haute montagne
I Systèmes ovins-bovins lait
I Toutes zones 24 2,7
I 137 1 346
36% | 77% 1,54 45 41 %
■ I...... « , I
*1 rr 7nnos rifi n ilt n r n s ra s s o m h lfin t 1rs 7nno<: Ho r iiltn r p ç à hnn n n tp n tip l Pt Ipc7nnpç H
r m iv it6 m ltiiro Q l'iliv
n»*i nvuiH r wj i ï . i l f iIImm .................. }' ).

(l il IM|»il}f ltt< Ü<MMj)


Nombro Taux do Poids dos Prix moyon Concentre/ Marge CoÜt de Prix de Consom.
élevages productivité agneaux de tous brebis (kg/ brute / production revient d énergie
numérique (kg c a rc .) les agneaux brebis ( î/k g c ) * * (î/k g c r * (EOF/100
(% ) (€) (€) kg c a rc .)

| Systèmes spécialisés
Toutes zones 200 111 16,8 97 154 70 12,6 7,2 162
Zones de cultures* 36 120 17,6 101 166 82 11,1 6,4 161
Zones intensives 26 128 18,9 105 201 80 10,8 6,7 144
Zones herbagères 40 110 18,5 102 166 71 11,5 7,1 153
Zones pastorales 58 103 14,9 91 134 64 14,2 7,7 185
Zones de montagne humide 26 114 16,4 93 155 69 12,5 6,6 167
Zones de haute montagne 14 88 15,0 91 88 52 17,7 9,3 143
1 Systèmes ovins-cultures
Toutes zones 61 127 19,2 108 264 72 11,1 7,6 218
Zones de cultures dominantes 16 137 20,0 118 339 89 10,8 7,7 242
Zones mixtes cultures-élevage 26 127 19,0 106 257 71 11,0 7,7 221
Zones herbagères 15 120 19,0 103 215 61 11,8 7,6 203
1 Systèmes ovins-bovins viande

Gestion technico-économ ique


Toutes zones 76 119 18,5 104 157 82 10,0 6,2 141
Zones de cultures* 9 112 18,4 99 181 71 10,8 6,5 176
Zones intensives 18 128 19,0 112 178 93 8,9 5,6 141
Zones herbagères 34 118 18,9 106 153 85 9,6 5,9 133
Zones de montagne humide et 13 115 17,0 95 118 67 11,4 6,7 138
de haute montagne
| Systèmes ovins-bovins lait
Toutes zones 23 120 17,9
103 1 158
l 73 l 10,0
5'6 J 169

*Les zones de cultures rassem blent les zones de cultures à bon potentiel e t les zones de m ixité cultures-élevage.
* * Coût de production et prix de revient par kg de carcasse d'agneau.
Source : Institut de l'élevage.
Tableau 3.3. Tableau de bord des données économiques des exploitations des réseaux d’élevage (campagne 2009)
Nombre Produit Ovins/ A ides/ Aides « 2nd Charges de EBE/UTA EBE/ Annuités/ Revenu

Économie
élevages brut total/ produit produit p ilie r» / structure (€) produit EBE disponible/
UTA brut total brut total aides totales/ha brut(% ) (%) UTA
(€) (%) (% ) totales (%) S A U (€ )** (€)

1 Systèmes spécialisés

Toutes zones 206 69 310 68% 42% 33% 651 27 720 36% 46% 17 450
Zones de cultures* 36 80 940 71 % 36% 22% 662 34160 36% 42% 19 970
Zones intensives 27 77 890 74% 32% 17% 765 28 680 34% 41 % 17 450
Zones herbagères 40 79 000 72% 37% 23% 533 27 240 31 % 59% 14910
Zones pastorales 59 61 960 62% 47% 43% 698 26 490 39% 29% 19 630
Zones de montagne humide 26 63 300 67% 44% 40% 528 27 930 39% 50% 17 820
Zones de haute montagne 18 44 470 63% 58% 55% 831 18150 36% 89% 10320
1 Systèmes ovins-cultures
Toutes zones 61 123120 30% 28% 3% 857 41 430 25% 68% 18 440
Zones de cultures dominantes 16 123 820 30% 26% 1% 1 093 48 890 27% 74% 23 400
Zones mixtes cultures-élevage 26 127 530 27% 27% 2% 807 39 300 25% 52% 20 750
Zones herbagères 15 122 900 33% 30% 6% 759 39 650 23% 97% 8 860
1 Systèmes ovins-bovins viande

Toutes zones 77 85 250 34% 35% 19% 633 36 900 36% 42% 22 880
Zones de cultures* 9 109 180 35% 35% 13% 598 43 690 30% 58% 25 240
Zones intensives 18 87 650 37% 32% 13% 710 38 780 37% 44% 23 340
Zones herbagères 35 87 090 33% 34% 18% 619 36 300 35% 43% 21 540
Zones de montagne humide et 13 65170 32% 41 % 38% 593 34 410 45% 23% 26 500
de haute montagne
| Systèmes ovins-bovins lait

^ J fo u te ^ z o r ^ , 108 660 18% 22% 15% 1 035 44 660 34% 49% 25 510

*1 p c 7 n n o c H o m il t n r o c r a o c o m h lo n t lo c 7 n n o c H o m i l f i i r n c à K n n r»r\tnn+ir»l r»f lr*r* A r \ wtiwI+X a h U m m a


I Tableau 3.4. Résultats économiques 2010 et évolution par rapport à 2009
| Spécialisés Ovins - cultures Ovins - BV

| 2010 | 10/09 | 2010 | 10/09 | 2010 | 10/09 | 2010 | 10/09 | 2010 10/09

Zone d'élevage I Fourragère Herbagère Pastorale M ixte Fourragère

Structure

UTA 1,5 1,5 1 1 2

Brebis/vêlages 370 860 460 350 500/50

SAU (ha) 48 140 52 100 113


dont cultures de vente 20 11 63 10

Parcours 200

Résultats exploitation (K€)

Produit brut 88,8 14% 165,0 14% 80,6 13% 157,9 27% 185,8 9%
dont ventes ovines 52,0 0% 90,8 1% 32,2 2% 48,8 -1 % 63,3 1%
dont viande bovine 54,2 0%

G estion
dont cultures 4,7 24% 11,8 72% 4,2 30% 72,1 69% 8,5 72%
dont aides 32,0 40% 62,3 31 % 44,2 19% 36,4 11 % 59,4 25%

Charges opérationnelles 25,1 -2 % 52,2 -4 % 27,8 -1 % 50,5 3% 65,9 3%

t e c h n ic o - é c o n o m iq u e
Charges de structure 19,7 5% 49,3 14% 38,6 9% 49,4 20% 57,2 9%

EBE 43,0 28% 63,5 35% 33,5 21 % 58,1 67% 62,4 17%

Revenu/UTA familiale 22,4 33% 28,5 64% 14,2 49% 38,6 151 % 17,6 35%

Source : Institut de l'élevage.


| Génétique
Les races
Pour CTéer un élevage, il est indispensable de connaître les
caractéristiques de chaque race : aptitudes, particularités
physiologiques...
Le choix de la race seTa conditionné par la conduite d’élevage
envisagée :
- élevage en plein air :1e troupeau pâture jo u t et nuit ;
- élevage en semi-plein air : le troupeau reçoit à l’extérieur
une partie importante de son alimentation ;
- élevage en bergerie : l’hiver, le troupeau reçoit sa nourriture
exclusivement en bergerie.
Les troupeaux de plein air et de semi-plein air représentent
70 % des exploitations et 70 % des effectifs.
Il s’avère judicieux de choisir une race qui s’adapte à telle
ou telle conduite d’élevage mais aussi aux techniques de
pointe envisagées... Les races sont ainsi classées en plusieurs
groupes en fonction de leurs caractéristiques.

Races Mérinos
Parmi les plus connues, on trouve les
Mérinos de Rambouillet, d'Arles et les
Mérinos précoces.

Mérinos de Rambouillet
Cette race a été importée d'Espagne
à la fin du xvme siècle pour ses quali­
tés lainières. Le seul troupeau restant
aujourd'hui se trouve dans la Bergerie Photo 4.1.
nationale de Rambouillet (photo 4.1). Mérinos de Rambouillet.

De nombreuses races ont reçu du sang


Mérinos.

31
G énétique

| Tableau 4.1. Performances troupeaux (OS, campagne 2009)


Race Fem elles P rolificité PAT PAT GMQ
contrôlées des adultes 30 jours 70 jours 30-70 jours
en % en kg (M S ) en kg (M S ) en g (M S)
(ON ou 01)
| Mérinos d'Arles 14353 117 9,6 23 263

Mérinos d’A rles Races d’herbage


Il provient de l’absorption par des béliers de grand format
Mérinos de sujets transhumants de la
région provençale. C’est une race légère, Ces races sont élevées en plein air et sor
rustique, qui se désaisonne facilement localisées dans des régions à climat océ;
(tab.4-.1J. nique (ouest de k France) (ta b.^ zl

Mérinos précoce Bleu du Maine


Il provient de l'amélioration des Méri­ C'est une race saisonnée, précoce, pro­
nos élevés dans des régions de cultures lifique, très bonne laitière, que l'on
riches (Beauce...). Ce groupe a les meil­ trouve dans le nord-ouest de la France
leures performances de production et (photo 4.3):
de reproduction de cette race (ph otos). ■ poids mâle adulte : 110 à 130 kg ;
■ poids femelle adulte : 80 à 95 kg.

Photo 4.2. Photo 4.3.


Mérinos précoce. Bleu du Maine.

32
Les races

Tableau 4.2. Performances troupeaux (OS, campagne 2009)

Rouge de l'Ouest
C'est une race d'herbage de format
*mportant et dont la forte produc­
tion laitière permet d'élever aisément
es agneaux multiples. Très précoces
sexuellement, les femelles Rouge de
Ouest présentent une prolificité de
près de 160 % au premier agnelage, à
12-18 mois. À 3 ans, cette prolificité avoi-
Photo 4.4.
sineles 200%.
Texel.

Race Texel crainte de form ation de gras, des


agneaux lourds :
?ace d'herbage et de plein air, elle a ■ poids mâle adulte : no à 140 kg ;
conduit la majorité des éleveurs à recher­ ■ poids femelle adulte : 70 à 90 kg.
cher, pour l'essentiel, des agnelages en
mars afin de profiter au mieux de la
Dousse de l'herbe. Elle s'adapte bien en
bergerie (p h o to ^ ).
Races d’herbage
Elle fait partie des races les plus pro-
’Tfiques, avec un taux variant de 175
de format moyen
a 200%. Leurs fortes lactations per­ Les performances de ces races sont résu­
mettent aux mères d'obtenir, sans mées dans le tab. 4.3.

33
G énétique

I Tableau 4.3. Performances troupeaux (OS, campagne 2009)


Race Fem elles P rolificité PAT PAT GMQ
contrôlées des adultes 30 jours 70 jours 30-70jours
en % en kg (M S) en kg (M S) en g (M S)
(O N o u 01)

Mouton charolais 10 750 176 12,4 28 332

Mouton vendéen 9155 177 10,8 23,9 287

Charmoise 3 709 110 9,7 22,8 291

Mouton charolais Mouton vendéen


Animal bien conformé (photo 4.5), il Animal de bonne conform ation
possède à la fois d'excellentes quali­ (photo 4.6), aux qualités maternelles
tés maternelles (prolificité de 190 %), indéniables sur le plan de la prolificité,
une valeur laitière élevée et de remar­ de la valeur laitière et du désaisonne-
quables aptitudes bouchères, ce qui en ment, il est d'une grande souplesse
fait une race à viande recherchée tant d'utilisation.
en race pure qu'en croisement. Il faut
noter que les jeunes craignent le froid En raison de sa rusticité, le mouton
à la naissance. vendéen s'adapte indifféremment à
■ Poids des béliers : 100 à 140 kg une exploitation extensive sur ter­
■ Poids des brebis : 75 à 95 kg. rains pauvres, ou intensive sur terrains

Photo 4.5. Photo 4.6.


Charolais. Vendéen.
Les races

~ertiles. La lutte précoce des agnelles


' entraîne pas une moindre prolificité
ie la part des primipares. Par la suite, la Île-de-France
prolificité des adultes augmente rapi­
dement pour atteindre 220 % dans les Le mouton Île-de-France (photo 4.7)
meilleurs élevages. La production lai­ bénéficie d'un potentiel génétique réu­
tière des mères est adaptée à leur niveau nissant un ensemble de qualités remar­
ie prolificité. quables : bonne précocité et valeur
laitière, aptitudes au désaisonnement
sexuel, vitesse de croissance élevée. Sa
souplesse d'adaptation lui permet de
Charmoise vivre en bergerie comme au pâturage.
C'est une race désaisonnée.
Elevée le plus souvent dans des condi­
tions de milieu difficiles, la Charmoise ■ Poids mâle adulte : 100 à 130 kg.
a acquis une réputation non usurpée ■ Poids femelle adulte : 75 à 90 kg.
de rusticité et de résistance qui lui per­
mettent de s'adapter à la plupart des
situations. L'emploi de bélier charmois
sur des agnelles d'autres races procure
la certitude de mises-bas sans problème.

Races précoces
Les performances de ces races sont résu­
Photo 4.7.
mées dans le tab. 4.4.
Île-de-France.

I Tableau 4.4. Performances troupeaux (OS, campagne 2009)


Race Fem elles Prolificité PAT PAT GMQ
contrôlées des adultes 30 jours 70 jours 30-70 jours
en % en kg (M S ) en kg (M S ) en g (M S )
(ON ou 01)
Île-de-France 25 324 173 11,8 28,9 360

Berrichon du Cher 2 651 157 10,5 26,5 343

Suffolk 3 804 157 12,3 29,9 380

35
G énétique

Berrichon du Cher
C'est une race voisine de l'île-de-France,
qui s'en différencie principalement par
l'absence de laine sur la tête. C'est une
race désaisonnée.

Précoce mais rustique, le mouton Ber­


richon du Cher s'adapte parfaitement à Photo 4.8.
toute région et aux modes de conduite Suffolk.
d'élevage en bergerie, en semi-plein air
ou plein air, avec des agnelages échelon­
nés de septembre à février ou en mars-
avril pour le plein air. Races laitières
Bonnes laitières, les femelles ont un taux Élevées pour la production de lait
moyen de prolificité de 157 %. (tab. 4.5), elles sont localisées dans le Sud
de la France.

Suffolk
Lacaune
Le Suffolk (photo4.8) est exploité soit en
race pure, où ses qualités maternelles, sa Elle est exploitée pour sa production
prolificité, sa valeur laitière, son adap­ laitière mais aussi pour sa production
tation à des modes d'élevage différents de viande. Cette race est désaisonnée
sont très recherchées, soit en croise­ (photo 4.9).
ment, pour ses qualités de précocité et ■ Poids adulte des mâles : 95 à 100 kg.
de conformation de la carcasse. ■ Poids adulte des femelles : 70 à 80 kg.

| Tableau 4.5. Performances troupeaux (OS, campagne 2009)


Races Fem elles P rolificité des PL m ultipares : PL m ultipares :
au contrôle adultes en % la it en kg durée de
la itie r (ON ou 01) la lactation

Lacaune lait 176 938 127 293 169

M anech 108 836 123 175 156

Corse 20 408 110 144 189

36
Les races

Races rustiques
Elles se désaisonnent facilement, mais
leur prolificité est faible (tab. 4.6). Parmi
ces races, on trouve la race Blanc du Mas­
sif central, la race Lacaune allaitante, la
Préalpe du Sud, la race Limousine, la
Rava, la Grivette...
Photo 4.9.
Lacaune.

Races prolifiques
Corse La prolificité de ces animaux est d'au
C'est une race de petite taille (28 à moins 200 % (tab. 4.7).
40 kg pour la femelle), de plein air,
rustique, désaisonnée, adaptée à la
transhumance.
Finnoise et Romanov
Ces races rustiques sont désaisonnées,
Manech à tête noire mais leur conformation est médiocre
ou rousse (photo 4.11). Leur saison sexuelle étendue
assure un taux de réussite de l’ordre de
C'est une race cornue (photo 4.10), rus- 80 % pour une lutte de mai.
r que, de format moyen (70 kg pour les
~iâles), à tête et pattes noires.

Photo 4.10. Photo 4.11.


Bélier Manech à tête noire. Romanov.

37
G énétique

I Tableau 4.6. Performances troupeaux (OS, campagne 2009)


GMQ
30-70jours
en g (M S )

Blanc du M assif
central

Lacaune

Préafpe du Sud

Limousine

Grivette

| Tableau 4.7. Perform ances troupeaux (OS, cam pagne 2009)


Race I Fem elles I P rolificité I PAT I PAT I GM Q
I contrôlées I des adultes I 30 jours I 70 jours I 30-70jours
e n io ' 1 en tfg f/V/5?1 | en tdg |^en g fM S?1 |
(ON ou 01)
1
Finnoise

Romanov

Romane

Race INRA 401


ou Romane
Il s'agit d'une souche synthétique obte­
nue à partir du Berrichon du Cher et de
la Romanov (photo4.12).

Photo 4.12.
Romanov.

38
Les races

Pûwc\pa\es
caractéristiques des races
des races
Déterminer la race d'un troupeau est
Elles sont résumées dans le tableau 4.8. souvent difficile du fait de l'élevage en
croisement très pratiqué. Mais il est par­
fois intéressant de trouver la dominante
d'une race dans un troupeau. Pour cela,
Races à faible effectif on peut utiliser des critères relativement
simples tels que :
Si leur effectif est faible, il ne faut pas ■ la couleur uniforme ou non de la
négliger leur potentiel. Quel sera leur laine ;
avenir ? En 1945, on dénombrait 41 races ; ■ une laine blanche avec la tête et les
en 1980,7 races représentaient 90 % des pattes colorées : uniformément colo­
effectifs ! rées ou tachées;
■ une laine blanche avec la tête et les
pattes blanches.

I Tableau 4.8. Performances troupeaux (OS, campagne 2009)


Type Races Précocité Désaisonnement Aptitude Utilisation Mode
sexuelle bouchère et en d'élevage
croissance croisement

Races Bleu du Maine Bonne Faible Bonnes Bonne PA


d'herbage de Rouge de l'Ouest Bonne Faible Bonnes Bonne PA
grand format Texel Peu précoce Faible Bonnes Moyenne PA

Races Charolais Bonne Moyen Bonnes Bonne SPA


d'herbage de Vendéen Bonne Moyen Bonnes Bonne PA
format moyen Charmoise Bonne Moyen Bonnes Bonne SPA

Races Île-de-France Moyenne Bon Bonnes Bonne SPA, B


précoces Berrichon du Cher Peu précoce Moyen Bonnes Bonne SPA, B
Suffolk Bonne Faible Bonnes Assez bonne SPA, B

Races Blanc du Massif Moyenne Bon Moyennes Bonne SPA, B


rustiques central Bonne SPA, B
Lacaune Moyenne Bon Moyennes

SPA : semi-plein air ; B : bergerie ; PA : plein air.

39
L’identification
Depuis le i eT juillet 2 0 1 0 , l’identification électronique est obli­
gatoire pour les agneaux dans toute VUE. Elle est réalisée à
l’aide d’une boucle électronique posée dans l’oreille gauche.
Elle sera généralisée en France à l’ensemble des ovins d’ici le
1er juillet 2 0 1 3 . P o u t cela, le rebouclage électronique (mise en
place d’une boucle conventionnelle dans l’oreille gauche) des
ovins nés avant 2 0 1 0 aura lieu dans tous les troupeaux.

La boucle d'identification contient Ne perdons pas de vue que l'identifica­


une puce électronique. Sa lecture peut tion est un outil indispensable pour la
se faire à l'aide d'un lecteur portable traçabilité (photos 5.7 et 5.2), mais aussi
(bâton, boîtier ou tout-en-un) ou fixe. La pour le suivi des animaux tout au long
puce électronique renferme le numéro de leur carrière.
d'identification de l'animal, qui est
également inscrit sur la boucle. Dans Enfin, tout détenteur d'ovins doit noti­
la puce, le code pays est un nombre de fier à l'EDE les mouvements d'entrées et
3 chiffres (250 pour la France) alors que de sorties des animaux dans un délai de
sur la boucle sont inscrites les lettres 7 jours.
« FR ». Le numéro d'identification est
inscrit dans la puce électronique par le
fabricant.

L'identification concerne tous les


agneaux nés à compter du 1erjuillet 2010
et devra intervenir d'une part dans un
délai de 7 jours pour les agneaux nés
à partir de janvier 2012, et d'autre part
avant la sortie de l'exploitation. De plus,
l'éleveur doit compléter cette identifica­
tion en posant dans l'oreille droite une
boucle conventionnelle comportant le
même numéro d'identification que celui
de la boucle électronique. Il est possible
de poser les 2 repères dès la naissance.
Pour les agneaux destinés à l'abattage Photo 5.1.
avant l'âge de 12 mois, la boucle électro­ Agneau identifié.
nique est suffisante. Crédit : Laurent Solas.

40
L’identification

Ptioto 5.2.
Adultes identifiés.
jv d it : Julie Lagord.
L’amélioration
génétique
L’accroissement des performances de reproduction et de pro­
duction des ovins peut se faire par le biais de l’amélioration
génétique :
- soit en sélectionnant des anim aux au sein d’une même
Tace ;
- soit en utilisant les croisements de façon judicieuse.
Mais, au préalable, il est important de définir les objectifs et
les critères de sélection, en vue d’utiliser au mieux les repro­
ducteurs.
N’oublions pas que le choix des reproducteurs est une des
deux voies pour améliorer la productivité.
L’anivée de la génomie va révolutionner la sélection. Elle
permet non seulement de prédire de façon précise et pré­
coce (dès la naissance des animaux) la valeur génétique des
individus à partir de leur seul génotype, accélérant ainsi le
progrès génétique (gain de 3,5 ans par rapport à un schéma
classique), mais aussi d’intégrer de nouveaux caractères, en
particulier la résistance génétique aux maladies dans les
évaluations génétiques des mâles (telles que les mammites,
les infestations par les strongles gastro-intestinaux...), ce qui
permet de lim iter le recours aux traitements pharmacolo-
giques et de répondre ainsi au respect de l’environnement,
limitant de ce fait les rejets des résidus de traitements.

42
L’am élioration génétique

Objectifs et critères production d’agneaux de bergerie, on


sélectionnera les aptitudes bouchères
de sélection (voir infra).

Plus le nombre de caractères est grand,


moins la sélection est efficace. En effet,
Démarche générale si l'on sélectionne sur un caractère, on
de la sélection garde 10 % des animaux et on en élimine
90 %. Si l'on sélectionne sur deux carac­
Définition tères, on garde 32 % des animaux et on en
élimine 68 %. Si l'on sélectionne sur trois
La sélection est l'obtention d’animaux caractères, on garde 47 % des animaux
améliorés qui vont mieux valoriser les et on en élimine 53 % (statistiquement).
aliments mis à leur disposition, et cela
dans les conditions techniques, écono­ Étude génétique
miques et sociales de l’exploitation. des caractères à sélectionner
Ces animaux seront classés d'après leur
Héritabilité
valeur génétique estimée (index) afin de
retenir les meilleurs. Définition
On appelle héritabilité la part de varia­
L'unité de base est l'individu, puis la bilité (ou variance) génétique additive
^ace, qui se caractérise par un ensemble (VA) sur la variabilité (ou variance) phé-
i ^dividus qui possèdent des caractéris- notypique étudiée et mesurée (VP).
rques communes héréditaires.
C'est la confiance qui peut être accordée
_a sélection consiste à éliminer dans au phénotype en vue de la connaissance
une population certains animaux et à du génotype.
en conserver d'autres pour associer les
gènes améliorateurs, en vue d'accroître Elle est caractérisée par un coefficient :
*eur valeur génétique additive. h2.

Caractères à sélectionner Il s'agit de déterminer la part qui revient


à la génétique et celle qui revient au
Le choix des caractères doit se faire à milieu (fig. 6.î).
partir de caractères économiques et de
caractères adaptés aux besoins actuels Interprétation et signification
(exigences des distributeurs et des C'est une notion statistique, qui s'ap­
consommateurs). plique seulement à l’échelle d'une
population.
Pour la production de femelles de
renouvellement, on sélectionnera ■ h2est compris entre o et 1ou encore
les aptitudes maternelles. Pour la entre 0% et 100%.

43
G énétique

Variabilité d'origine génétique _ V(A) _ o 2A _ A - A


h2 =
Variabilité d'origine phénotypique V(P) a 2p P -P
A -A - - -
h2 = p - ou A - A = h2(P -P ). P = Phénotype moyen
P = Phénotype de l'individu
A - Â = Supériorité génétique
P - P = Supériorité phénotypique

Fig. 6.1. Définition de l'héritabilité.

■ h2 = 0,6 signifie que 60 % de la varia­ type...). Les variations sont dues au


bilité des performances est d'origine milieu et au potentiel génétique. La
génétique. sélection massale est peu efficace.
■ h2 nous informe donc de la part de ■ Caractères à faible héritabilité
la supériorité phénotypique qui sera (h2 < 0,25) : ce sont les caractères liés
transmise. Les caractères seront dits aux possibilités de reproduction
peu ou fortement héritables. (fertilité, prolificité, rusticité). Pour
ceux-ci, les effets du m ilieu sont
Valeurs de l’héritabilité très importants (fig. 6.3). Le phéno-
Suivant la valeur de l’héritabilité, on dis­ type est un mauvais indicateur du
tinguera les caractères à forte, moyenne génotype.
ou faible héritabilité, et par conséquent
le poids des effets de l'environnement
(E) (alimentation, maîtrise sanitaire,
bâtiments...) et des effets génétiques
(G) (valeurs génériques transmises pour
moitié) dans les performances.
■ Caractères à forte héritabilité
(h2 > 0,4 ou 0,5) : ce sont les carac­
tères liés à la composition des pro­
duits (taux butyreux, taux azoté du
lait, qualité des carcasses, confor­
mation...). Dans ces exemples, l'in ­
fluence du m ilieu est faible et les
effets additifs des gènes sont pré­
pondérants (fig. 6.2). On peut faire
une sélection sur l'individu.
■ Caractères à héritabilité moyenne
(0,5 > h2 > 0,25) : ils correspondent à
des caractères quantitatifs (GMO,
production laitière, IC, poids à l'âge

44
^a m é lio ra tio n géné tiq u e

Intérêts du coefficient d’héritabilité détérioration de l'autre (coefficient


Ce coefficient correspond au degré proche de-1) ;
de confiance que l'éleveur peut accor­ ■ si une corrélation est positive,
der au phénotype, dans le choix d'un l'amélioration ou la détérioration
reproducteur : d'un caractère entraînera l'amélio­
■ h2 = i : le milieu n'a pas d'influence ; ration ou la détérioration de l'autre
■ h2 > 0,5 : le phénotype reflète le caractère ;
génotype, la sélection massale est ■ si une corrélation est nulle, il y a
efficace ; indépendance.
■ 0,5 > h2 >0,25 : la sélection génoty-
pique est nécessaire ; Une corrélation positive ne veut pas dire
■ h2 < 0,25 : le phénotype est un mau­ qu elle est bonne pour l'éleveur : ainsi, si le
vais indicateur ; poids à la naissance augmente, on constatera
une progression des agnelages difficiles.
■ h2 = o : le milieu joue à 100 %, il n'y a
Les caractères sont plus ou moins liés les uns
pas de sélection possible. aux autres. Certains caractères s'opposent : la
conformation bouchère s'oppose à la facilité
d'agnelage, par exemple, ce qui complique
Corrélation (rg) encore les décisions de sélection.
L'action de sélection sur l'un des carac­
tères va agir sur l'autre caractère.
Les paramètres génétiques de quelques
Il existe des liaisons positives et néga­ caractères sont résumés dans le
tives entre les caractères, qui provoquent tableau 6.1. La.figure 6,5 présente l'héri-
des corrélations positives et négatives. tabilité et les corrélations génétiques
entre caractères chez les ovins à viande.
_e coefficient de corrélation permet de
chiffrer l'intensité de liaison qui existe
entre deux caractères. Ce coefficient Hétérosis
varie de o à i (positif ou négatif) : Lors de l'accouplement d'animaux de
■ plus il est proche de 1, plus la liaison potentiel génétique opposé, on observe
est forte et inversement (fig. 6.4) ; un phénomène d'hétérosis. Celui-ci
■ si une corrélation est négative, l'amé­ représente la supériorité phénotypique
lioration d'un caractère entraîne la constatée des descendants par rapport à

-0,8 -0,4 +0,4 +0,8


- 1
Corrélation faible
Corrélation Corrélation Corrélation Corrélation
très élevée moyenne moyenne très élevée

Fig. 6.4. Les différentes corrélations.

45
G énétique

| Tableau 6.1. Exemples de paramètres génétiques


Caractères f Héritabilité (h2) Corrélation (rg)
Désaisonnement 0,17
Fertilité 0,08 à 0,27
Précocité sexuelle 0,30
Prolificité 0,04 à 0,20
Poids à la naissance 0,25
Poids à 30 jours et GM Q 10.30 j 0,20 à 0,25
Poids à 70 jours et GMQ 30.70 j 0,25 à 0,30
Conformation de la carcasse 0,50

Précocité sexuelle et prolificité 0,4 à 0,6


Poids vif à 15 mois et prolificité 0,2 à 0,5
Poids adulte et prolificité 0,2 à 0,6
Poids de naissance et poids adulte 0,3 à 0,5
Poids au sevrage et poids adulte 0,8 à 0,9
Poids adulte et croissance post-sevrage 0,9

héritabilité

0,2 corrélations génétiques entre caractères

Fig. 6.5. Héritabilité et corrélations génétiques entre caractères chez les ovins à viande.

46
Lam élioration gé n é tiq u e

Ta valeur moyenne phénotypique paren­ E = effets de l'environnement : alimen­


tale (tab. 6.2). tation, maîtrise sanitaire, logement...
Attention, ces améliorations ne se trans­
Cet effet d'hétérosis est plus marqué sur mettent pas à la génération suivante.
ies caractères à faible héritabilité (carac­
tères d'élevage). Différentes méthodes
de sélection
Cette supériorité est de l'ordre de 10 %.
Il existe quatre méthodes de sélection
(fig. 6.6), dont l'objectif est d'estimer
la valeur génétique des candidats à
H = effet d'hétérosis. la reproduction. Elles peuvent être
PF1 = perform ance moyenne des F1 utilisées :
croisés. ■ séparément ;
= performance moyenne de la race A. ■ simultanément (sélection combinée).
= performance moyenne de la race B.

Sélection individuelle (encore appelée


Relation entre performances sélection massale ou phénotypique)
et génétique
Principe
P= G + E Les animaux reproducteurs sont sélec­
tionnés, choisis à partir de leurs per­
3 = performances observées ou mesurées. formances mesurées en ferm e ou en
G = effets génétiques : valeur génétique station. Seuls les animaux conformes
ransmissible par moitié (plus ou moins au standard sont retenus.
-nfluencée par l'environnement).

Tableau 6.2. Hétérosis et héritabilité


Aptitude à Aptitude à Conformation
la reproduction la croissance de la carcasse
Héritabilité Faible M oyenne Élevée
0-0,15 0,20-0,40 0,50-0,70

Progrès génétique réalisable Faible Moyen Élevé


par sélection

Effet d'hétérosis Élevé Faible Pratiquement nul


10-20 % 5-8 %

Amélioration par croisement Élevée Moyenne Nulle

47
G énétique

Fig. 6.6. Méthodes de sélection.

L'appréciation des animaux peut se faire Elle est peu coûteuse. L'intervalle de géné­
de façon objective ou subjective : ration est faible. Quant à l'intensité de
■ de façon objective : pesée, mensura­ sélection, elle est forte, voire très forte.
tions, pointage... ;
■ de façon subjective : état de santé, Inconvénients
conformation... Pour les caractères à faible héritabilité, le
milieu peut masquer des défauts.
On apprécie : les qualités d'élevage (lon­
gévité, fertilité, prolificité, fécondité,
qualités maternelles) et les qualités de Sélection sur l'ascendance
production (GMO, quantité de lait...). (ou généalogique)
Principe
Avantages Le principe est de choisir un animal sur
Cette méthode est très simple à réaliser : son pedigree, c'est-à-dire sur les perfor­
il suffit de choisir un animal parmi un mances de ses ascendants.
lot d'animaux. La sélection sera d'autant
plus efficace pour les caractères qui ont Les livres généalogiques sont tenus par
un fort coefficient d'héritabilité. les OS.

48
L’am élioration g énétique

Avantages Sélection sur la descendance


Cette méthode permet un choix rapide Principe
dès la naissance) si les parents ont fait On suppose que la production d'un ani­
"objet de contrôles de performances. De mal est fonction de deux groupes de
: us, elle est peu coûteuse ; en effet l'ani­ facteurs :
mal est choisi d'après les performances ■ les facteurs internes ou héréditaires ;
des ascendants. ■ les facteurs externes non hérédi­
taires.
C est une des meilleures méthodes pour
a sélection des femelles. Ce mode de sélection repose sur la valeur
génétique d'un mâle. Pour évaluer son
r-convénients patrimoine génétique, on recourt à une
r us le degré de parenté est éloigné technique appelée testage.
g^and-père ou grand-mère, arrière-
g^nd-père ou arrière-grand-mère...), Le testage est le moyen d'estimer le
zius il faut minimiser leurs performances. potentiel héréditaire d'un mâle d'après
la valeur de sa descendance (mesurée en
Certe méthode reste imprécise pour les ferme ou en station).
za^actères faiblement héritables.
Pour que les résultats soient fiables, il
faut avoir un grand nombre de descen­
ection sur les collatéraux
dants et ceux-ci doivent être placés dans
les mêmes conditions de milieu.
î Te consiste à estimer la valeur géné-
r q u e d'un individu à partir de la À l'issue du testage, on calculera un
~oyenne des performances des frères, index (animaux laitiers) ou un indice
sœurs, demi-frères, demi-sœurs... (composé de plusieurs index pour les
animaux de type viande).
Jkvantages
Certe solution donne de bons résultats, Avantages
en particulier dans les espèces proli- C'est la m eilleure m éthode pour la
~ rues : porcs, volailles. sélection des mâles. Elle donne de bons
résultats pour les caractères dont le
0 peut utiliser cette méthode dans le coefficient d'héritabilité est faible.
cas où l'on sélectionne les animaux sur
des caractères à faible héritabilité. Inconvénients
Sa mise en place est complexe et coû­
fc*convénients teuse ; de plus, l'intervalle de génération
C'est une méthode moins précise que la est très long.
seection individuelle pour les caractères
1 *orte héritabilité.

49
G énétique

Schémas de sélection ■ au niveau du transformateur, obte­


nir une meilleure valorisation de la
Les schémas de sélection intègrent les viande.
trois méthodes de sélection suivantes
(fig. 6.7) : Ces deux derniers niveaux corres­
■ la sélection individuelle (SI) ; pondent aux aptitudes bouchères.
■ la sélection sur l'ascendance (SA) ;
■ la sélection sur la descendance (SD). Ces objectifs ne sont pas toujours
mesurables, ils s’attachent à améliorer
un caractère ou une combinaison de
caractères.
Objectifs : définition
On trouve deux grands groupes
En production de viande, les objectifs d'objectifs :
s'évaluent à trois niveaux : ■ les qualités d’élevage ou aptitudes
■ au niveau du naisseur, soit le couple maternelles, telles que : la fertilité, la
mère-agneau, il faut rechercher à prolificité, l'instinct maternel, la pro­
améliorer la productivité, c'est-à-dire duction laitière, l'aptitude au désai-
les qualités d’élevage ; sonnement... Ces aptitudes doivent
■ au niveau de l’engraisseur, obtenir permettre d'obtenir un plus grand
une augmentation de ta quantité de nombTe d'agneaux par femëte et
viande par animal engraissé ; pour une valeur unitaire maximale ;

SA BÉLIERS QUALIFIÉS X MÈRES À BÉLIERS

1er sélection

Agneaij x mâles
S.l CONTRÔLES EN S"rATION OU FERME

----------------- 2e sélection

S.D TESTAGE

------------------ 3e sélection

Animaux retenus : index, indice

Fi g. 6.7. Schémas de sélection.

50
U am éiioration g énétique

■ ]es aptitudes bouchères, qui sont : ■ avoir une corrélation génétique favo­
=e GMQ, la conformation, l’état d’en­ rable ou neutre ;
graissement, le rendement à l’abat­ ■ être mesurable rapidement.
tage, l'IC (indice de consommation).
Par exemple : poids à la naissance, GMQ,
: *-4uire plus d'agneaux : poids au sevrage...
- :_i croissent plus vite du fait d'une mère
«artiere;
- ïui sont bien classés : conformation et état
: r-graissement.
En conclusion
Comme nous l'avons dit précédemment,
les objectifs sont de deux ordres :
Critères de sélection : ■ les qualités d'élevage (tab. 6.3) ;
définition ■ les aptitudes bouchères (tab. 6.4).

Ts’agit d’un caractère ou d’un ensemble Les aptitudes maternelles ou perfor­


i= caractères que l’on peut mesurer sur mances de reproduction (fertilité, faci­
*=5 candidats à sélectionner ou sur leurs lité d'agnelage, production laitière...)
isparentés. ont une corrélation négative (ou un
antagonisme biologique et génétique)
caractère doit remplir les conditions avec les aptitudes bouchères (vitesse de
r ia n te s : croissance, conformation, efficacité ali­
■ avoir un coefficient d'héritabilité mentaire, composition de la carcasse...).
élevé ;

I Tableau 6.3. Les qualités d’élevage


O b je c tifs C ritè re s
;- • .. . . . . . . . '
productivité numérique Fécondité
Augmenter le nombre de mises-bas par an (désaisonnement)
Augm enter le nombre de mises-bas dans la carrière de la
brebis
Précocité sexuelle
Viabilité des agneaux

Production d'agneaux lourds Poids des agneaux à la naissance


GMQ
Production laitière des mères

Aptitude à mobiliser des réserves Rusticité


Adaptation au milieu

Aptitude à agneler facilem ent Poids des agneaux à la naissance


Facilité à l'agnelage

51
G énétique

Tableau 6.4. Les aptitudes bouchères


Objectifs Critères
Performances Potentiel de croissance musculaire GMQ
d'engraissem ent Efficacité alimentaire

Capacité d'ingestion

Performances Composition corporelle Rendement à l'abattage


d'abattage Note : état d'engraissem ent
% muscle, % de gras

Qualité des carcasses État d'engraissem ent


Conformation bouchère (vif,
carcasse)
Qualité de viande

Toute sélection établie sur les aptitudes L’index o correspond à la moyenne


bouchères engendre une dégradation génétique de la race sur une année
des performances de reproduction des donnée.
femelles et inversement.
C'est un instrum ent qui perm et de
Exemple : l'amélioration de la conforma­ classer les animaux, de mettre en évi­
tion provoque une augmentation des dence leurs qualités et leurs défauts, de
difficultés à l'agnelage, soit une corré­ traduire la supériorité ou l'infériorité
lation positive. Une corrélation positive génétique de l'individu par rapport à
n'est pas synonyme de liaison favorable. un témoin ou à une population.

Enfin, c'est un outil indispensable pour


réaliser les accouplements raisonnés.
Index
L'index est toujours suivi de son coeffi­
Définition cient de détermination (CD). Ce coef­
ficient mesure la précision de l'index,
C’est l’estimation de la valeur génétique c'est-à-dire le crédit qu'il faut attribuer
additive d’un reproducteur par rapport à à la valeur calculée de l'index. Le CD varie
la moyenne de la valeur génétique d’une de o à i : lorsqu'il s'approche de o, il a peu
population témoin, pour le ouïes carac­ d'intérêt ; dans le cas inverse, plus il avoi-
tères considérés à une période donnée. sine i, plus la précision est grande.

I= Â - Â La valeur génétique indique la partie


héréditaire du caractère exprimé, c'est-
 = valeur estimée. à-dire la partie dont la moitié pourra se
À = valeur moyenne. transmettre à la génération suivante.

52
L’am élioration g é n étique

Comme cela a été dit précédemment, ■ de recueillir les performances des


l'index permet : descendants ;
■ d'estimer la valeur génétique addi- ■ de corriger ces performances en
tive d'un individu ; éliminant les effets liés au sexe, au
■ de classer les candidats reproduc­ rang d'agnelage et à la période de
teurs. naissance... ;
■ de tenir compte des autres facteurs
L'indice est calculé à partir d'une seule de milieu. En effet, les variations
performance et il est comparé à la entre troupeaux proviennent pour
moyenne du troupeau. Par exemple : 90% des conditions d'élevage et
■ prolificité moyenne du troupeau = 1,3 ; pour 10 % du niveau génétique. C'est
■ brebis avec prolificité de 1,3 => pourquoi on ne prend en compte
indice = o : brebis « moyenne » ; dans le calcul des index que 10 % des
■ brebis avec prolificité de 1,5 => indice variations observées.
+ 0,2 : bonne brebis.
Dès lors, les notes des mères sont com­
L'index est calculé à partir de l'ensemble parables entre elles.
des perform ances d'un individu et
comparé à la moyenne de la race. Par Le coefficient de détermination (CD) précise
exemple : index mâle = + 0,2. Il peut trans­ la connaissance de la valeur génétique de
mettre une prolificité de 1,55, sachant que l'animal.
l'index de la race est de 1,35. Cet animal
sera améliorateur s'il est utilisé dans un
élevage dont la prolificité est de 1,30, et
détériorateur si la prolificité est de 1,60. Utilisation des index
Attention, cet animal n'améliore pas le Les index suivants sont calculés pour
nombre d'agneaux à l'agnelage des bre­ chaque race (tab. 6.5).
bis, mais seulement celui de ses filles.

Index prolificité
N'oublions pas que l'index permet :
- de choisir les meilleurs animaux sur un ou Les index de prolificité des reproduc­
plusieurs critères ; teurs sont exprimés en points. Si un
- de réaliser les accouplements raisonnés ;
- de diffuser le progrès génétique. bélier a un index de -1- 0,10, cela veut dire
qu'il possède une supériorité génétique
de 10 % par rapport à la moyenne de la
race.
Étapes de l'indexation
Sachant par ailleurs qu'un reproducteur
L'évaluation de la valeur génétique des transmet la moitié de cette valeur, dans
brebis se fait à partir de leurs propres cet exemple où l'index prolificité de la
performances et de celles de leur des­ race est de 120, ses descendants auront
cendance. Il est donc nécessaire : un index de 120 + (10 %/2), soit 125.

53
G énétique

Tableau 6.5. Ordre de grandeur des index

Prolificité
- races prolifiques
- races peu prolifiques

Index VL PAT 30 ~ T ~ 1 1 1 1
- races rustiques -2 4 -1 2 0 + 12 + 24
- races lourdes -3 1 -1 5 0 + 15 + 31

Index croissance I 1 1 1 1
- béliers -2 4 -1 2 0 + 12 + 24
- agneaux -1 7 -9 0 +9 + 17

................. 1............ 1 ........1 . i ......... ...........1 ............ ........

Index valeur laitière (g) Avenir


Il est calculé indirectement à partir de la
croissance des agneaux allaités entre o Des expérimentations sont en cours en
et 30 jours pour les reproducteurs mâles vue d'établir des index qui seront expri­
et femelles. més en euros.

Cet index est exprimé en grammes


de GMO. Par exemple, si l'index = + 20,
les descendants de ce bélier auront en Contrôle
moyenne une supériorité de 10 g par rap­
port à la moyenne de la race.
des performances

Index croissance (g)


Buts du contrôle
Il est calculé à partir de la croissance
des agneaux entre 30 et 70 jours. Il est Le contrôle a pour rôle de mesurer ou
exprimé en grammes. Un index = + 10 d'évaluer les performances (la crois­
signifie que les agnelles de ce mâle sance et la conformation des animaux)
auront un gain de 5 g par rapport à la en vue d'obtenir des résultats chiffrés
moyenne de la race. qui caractérisent le potentiel génétique
des animaux.

54
L’am élioration g énétique

Ce contrôle s'insère dans le programme Formule reproduction


d’amélioration génétique.
Il n’y a pas de pesée, mais un contrôle
Les mesures, les calculs perm ettent de la reproduction à partir des données
d'établir le bilan technique ovin (BTO) suivantes :
d’OVALL (ovins allaitants), qui comprend ■ identification des animaux présents
différentes pages : (brebis + agneaux) ;
■ l’inventaire et la répartition des ■ déclaration des luttes ;
agnelages ; ■ déclaration des mises-bas.
■ la croissance des agneaux gain
moyen quotidien (GMQ) et poids à Ces renseignements vont perm ettre
âge type (PAT) ; d'établir les filiations et les index proli­
■ le résultat de production ; ficité des reproducteurs.
■ la généalogie et la génétique ;
■ la comparaison globale de l'exploi­ Formule élevage
tation.
Pour la formule élevage, on réalise une
On trouve égalem ent deux autres pesée par agneau à un âge compris
documents : entre 21 et 46 jours inclus, puis tous
■ l'inventaire agneaux ; les 21 jours, de façon à ce que chaque
■ l'inventaire brebis. agneau d'une même période d'agnelage
soit pesé au moins une fois.
Sur ces documents figurent des index.
Dès lors, seront calculés le PAT 30 jours
L'objectif du contrôle des performances est (dit valeur laitière) grâce à un poids de
double : naissance de référence, ainsi que le GMO
- apporter à l'éleveur une aide dans la 0-30 jours et la note 0-30.
conduite du troupeau sur des critères de
reproduction, de croissance... ;
- permettre une évaluation génétique des Le PAT 30 jours se rapproche d'un poids
brebis fondée sur la prolificité et la valeur d'agneau sevré, car il intègre en plus
laitière...
de la croissance de l'agneau son poids
de naissance, c'est-à-dire sa croissance
fœtale. Ce système revient à indexer un
« nombre de kilos d'agneaux à 30 jours »
intégrant la croissance intra-utérine de
Schéma du contrôle l'agneau et la valeur laitière des mères.
Le PAT 30 jours et le GMO 0-30 jours
des performances
sont révélateurs de la valeur laitière
Depuis 2007, trois niveaux adaptés et des reproducteurs, ce qui permet de
progressifs sont à la disposition des qualifier certaines brebis de « mères à
éleveurs. béliers » (MB) ou de « mères à agnelles »
(MA).

55
G énétique

Formule complète
Dans la formule complète, on réalise Réalisation pratique
une pesée complémentaire par agneau
entre 59 et 92 jours d'âge, soit environ La pesée est réalisée par un organisme
42 jours après la première pesée, ce qui de contrôle de performances (OCP).
permet de calculer le PAT 70 jours, le
GMO 30-70 jours et la note 30-70 (index Les OCP et les OS étudient la possibilité
croissance des agneaux et béliers). pour les éleveurs de réaliser eux-mêmes
les pesées (photo 6a), et cela pour
Les différentes étapes du contrôle de répondre aux objectifs suivants :
performances en ferme chez les ovins ■ enrayer la baisse régulière des effec­
allaitants sont résumées sur lafigure 6.8. tifs au contrôle de performances ;
■ disposer de données indispensables
pour les OS pour une bonne gestion
collective de la base de sélection ;
■ réduire le coût pour l'éleveur.

Première Première pesée Deuxième Troisième pesée Quatrième


mise-bas (facultative) pesée (facultative) pesée

21 + 2 jours 2 1 1 2 jours 4 2 1 2 jours

LUTTES AGNELAGES

Déclaration Déclaration
de luttes de mises-bas

Filiation maternelle
Filiation paternelle
REPRODUCTION
1 ou 2 pesée(s)
Index prolificité FORMULE REPRODUCTION par agneau

PAT 30 jours GMQ 0-30 jours


I
VALEUR LAITIÈRE
1 ou 2 pesée(s)
Index prolificité
FORMULE ÉLEVAGE supplémentaire(s) par agneau
PAT 30 j.

POTENTIEL DE CROISSANCE GMQ 30-70 jours et PAT 70 jours


I
Index prolificité POTENTIEL DE CROISSANCE
GMQ : gain moyen quotidien
PAT 30 j. FORMULE COMPLÈTE
PAT : poids âge-type
PAT 70 j.

Fig. 6.8. Les différentes étapes du contrôle de performances en ferme chez les ovins allaitants.
L’am élioration g énétique

Photo 6.1.
Chantier de pesées des agneaux.

En races françaises spécialisées viande,


Résultats qui représentent 1/4 de l'effectif total,
le GMO entre 30 et 70 jours varie de 287
Suite à ce contrôle de performances, à 378 g, selon la race, le sexe et le mode
les données calculées nous donnent d'élevage. Le PAT à 30 jours des agneaux
(tab. 6.6) : de race bouchère spécialisée va de 11,3 à
■ le mode d'élevage ; 14,1 kg selon le sexe et le mode d'élevage.
■ la prolificité; Le PAT à 70 jours varie quant à lui de 23,2
■ les PAT : 30 jours et 70 jours ; à 28 kg (fig. 6.9).
■ les GMO : 0-30 jours et 30-70 jours ;
■ les notes 0-30 et 30-70. Au cours des 10 dernières années, ces
poids à 70 jours ont progressé de 1,1 à
Ces calculs ne sont valables que pour 1,5 kg selon la catégorie.
les agneaux d'un même lot d'agnelage
(ne pas comparer les agneaux de lots
différents).

57
G énétique

I Tableau 6.6. Exemple : résultats agneaux


N° d'ordre Sexe MN ME GMQ 0-30 j Note 0-30 PAT 30 j
00002 M 1 1 267 0 123

00013 M 2 2 257 +1 114

M N = mode naissance : 1 = simple, 2 = double.


ME = mode élevage : 1 = élevé simple, 2 = élevé double.
L'animal 00002 a un meilleur GMQ et un meilleur PAT, mais il est né simple. Quant à l'animal 00013, malgré
des performances moindres, il s'avère « supérieur », la note + 1 l'atteste. Elle prend en compte M N et ME qui
représentent un « handicap » par rapport à l'agneau 00002.

30.0

25.0

20.0

kg 15,0

10,0

5,0

0,0

Poids âge-type Poids âge-type


30 jours 70 jours

Mâles simples ■ Femelles simples Mâles doubles : Femelles doubles

Fi g. 6.9. Résultats contrôle de performances 2009.


Source : Institut de l'élevage.

Bilan technique ovin ■ inventaire et répartition agnelage


(BTO) (tab. 6.9);
■ croissance des agneaux (tab. 6.10) ;
Le bilan technique ovin (outil d'appui ■ résultats de production (tab. 6.11) ;
technique) nous donne des documents ■ généalogie et génétique (tab. 6.12) ;
indispensables pour mener au mieux la ■ comparaison globale de l'exploita­
conduite du troupeau : tion (tab. 6.13).
■ inventaire agneau (tab. 6.y) ;
minventaire brebis (tab. 6.8) ;

58
L’am élioration g énétique

Tableau 6.7. Inventaire agneau - Troupeau Ti - Race 004 -


Campagne 2010
Information(s)

• Nombre d'agneaux édités : 53


Nombre total de mâles nés vivants : 25 dont 11 encore présents dans le troupeau naisseur
Nombre total de femelles nées vivantes : 25 dont 4 encore présentes dans le troupeau naisseur
Nombre total de morts-nés : 3

• Race(s) des agneaux : 004 charmoise


Dates d'indexation race 004 : prolificité 2 1 /1 0 /1 0 -valeur laitière 21 /10 /10 - croissance 21/10/10

•Troupeau(x) :T1
Adhésion(s) active(s) T1 à la date d'impression : - CPO chambre d'agriculture ede 58, formule complète -
UPRA upra charmoise, sélectionneur 004- UPRA geode, sélectionneur 004

D escrip tif des colonnes

n° agn : n° ordre agneau (+ n° naisseur si différent de l'exploitation)


sexe race : sexe et race agneau
date naiss trou : date et troupeau naissance
MN ME : mode naissance et mode élevage agneau
M A MR : méthode allaitement et méthode reproduction appliquée à la mère
date cause sortie : date et cause sortie agneau
030 : GMQ et note poids naissance ref-PAT30
10 30: GMQ et note 1030
30 70 : GMQ et note 3070
cod agi pes : code agnelage et code pesée
qualif manu agré : qualification jeune manuelle et code agrément de l'agneau
not poin agn : note pointage synthèse de l'agneau
cod grou : code groupe du bélier
génotype prp prédiction : génotype PrP + témoin prédiction
ind PR agn : index et cd prolificité sur ascendance de l'agneau
ind VL agn : index et cd valeur laitière sur ascendance de l’agneau
ind CR agn : index et cd croissance 30-70 de l'agneau
n°mère n°père : n° mère génétique et n° père
race : races parents
not poin : note pointage parents
qualif agré : qualification des parents
génotype prp prédiction : génotype PrP et témoin prédiction parents
père : type contrôle du père (Centre Elevage/Contrôle Individuel/Contrôle sur Descendance)
bande : bande de contrôle du père
ind syn : index synthèse CE/CI/CD du père
mère : type d'œstrus (Œstrus Naturel ou Induit)
NB MB : nombre agnelages mère par type d'œstrus
NB AG : nombre agneaux mère par type d'œstrus
1 G énétique

I Tableau 6.7. Inventaire agneau - Troupeau Ti - Race 004 - Campagne 2010 (suit
n° sexe date MN MA date 0 10 30 co d q u a lif co d génotype in d
agn ra ce na iss ME MR cause 30 30 70 agi manu grou prp PR
trou so rtie pes agré p ré d ic tio n agn

00001 M 18/12/09 1 0 08/09/10 323 355 20 03 arr/arr -0 ,0


004 T1 1 N 8 +2 +3 P 02

00002 M 24/12/09 1 0 267 345 20 03 arr/arr -0 ,0 '


004 T1 1 N +0 +2 P 04

00003 M 24/12/09 2 0 140 210 20 03 arr/arr + 0,0:


004 T1 2 N -2 -2 P 02

00004 F 24/12/09 2 0 23/07/10 160 258 20 03 arr/arr + 0,Œ


004 T1 2 N 3 -1 +0 P 02

00005 M 29/12/09 1 0 250 272 20 03 ARR/ARQ +0,01


004 T1 1 N +0 -2 t 03

00006 F 29/12/09 1 0 23/07/10 280 280 20 03 ARR/ARR -0,01


004 T1 1 N 3 +2 +1 t 03

00007 F 31/12/09 1 0 18/07/10 273 262 20 03 ARR/ARQ -0,02


004 T1 1 N 3 +2 +0 t 04

00008 M 01/01/10 1 0 23/07/10 303 310 20 RDM 03 ARR/ARR -0,01


004 T1 1 N 3 +2 +0 1 t 04

00009 M 01/01/10 1 0 290 365 20 03 ARR/ARQ + 0,0C


004 T1 1 N +1 +4 t 08

00010 M 01/ 01/10 1 0 117 298 20 03 ARR/ARQ -0,01


004 T1 1 N -5 -1 t 08

00011 M 01/01/10 2 0 02/11/10 147 318 20 03 ARR/ARQ + 0,03


004 T1 2 N 9 -2 +1 t 10

00012 F 01/01/10 2 0 18/07/10 133 270 20 03 ARR/ARR + 0,03


004 T1 2 N 3 -2 +0 t 10

00013 M 01/01/10 2 0 23/07/10 257 322 20 RDC 03 ARR/ARR + 0,00


004 T1 2 N 3 +1 +1 1 t 08

00014 F 01/01/10 2 0 23/07/10 117 245 20 03 ARR/ARR + 0,00


004 T1 2 N 3 -3 -1 t 08

00015 F 03/01/10 1 0 18/07/10 260 308 20 03 ARR/ARQ + 0,00


004 T1 1 N 3 +1 +3 t 03

00016 M 04/01/10 1 0 23/07/10 237 298 20 03 arr/arr -0,01


004 T1 1 N 3 -1 -1 P 01

00017 F 04/01/10 1 0 270 300 20 R 085 03 ARR/ARQ -0,02


004 T1 1 N +1 +2 1 t 05

00018 M 04/01/10 1 0 23/07/10 277 308 20 RDM 03 ARR/ARR -0,01


004 T1 1 N 3 +1 +0 1 t 03

00019 F 05/01/10 1 0 23/07/10 273 295 20 03 arr/arr -0,01


004 T1 1 N 3 +2 +2 P 03

00020 F 05/01/10 0 18/07/10 160 210 20 03 ARR/ARR -0,01


004 T1
! N 3 -3 -3 t 01

00021 M 05/01/10 2 0 02/11/10 197 265 20 03 ARR/ARR + 0,01


004 T1 1 N 9 -2 -3 t 08

60
L’am élioration g é n étique

in d in d n°m ère ra ce no t q u a lif génotype pè re bande in d m ère NB NB


VL CR n°père p o in agré p rp syn MB AG
agn agn p ré d ic tio n

+ 10 FR 416778 80006 004 082 MB arr/arr p CE 0901 60 ON 2 2


03 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARRt

+ 13 FR 416778 60009 004 MB ARR/ARR t CE 0901 60 ON 4 4


05 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+ 06 FR 416778 80029 004 081 MB arr/arr p CE 0901 60 ON 2 3


03 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARRt

+ 06 + 06 FR 416778 80029 004 081 MB arr/arr p CE 0901 60 ON 2 3


03 30 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARRt

+ 05 FR 416778 70027 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 2 2


04 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+ 12 FR 416778 70033 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 2 2


04 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+ 13 FR 58267082 050022 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 4 4


05 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARRt

+ 12 FR 58267082 050026 004 MB ARR/ARRt CE 0901 60 ON 4 4


05 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARRt
I
+ 08 FR 36163809 030382 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 7 7
08 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARRt

-1 3 FR 36163809 030403 004 RB 1 ARR/ARQt CE 0901 60 ON 7 7


08 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARRt

+ 03 FR 36163809 030312 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 7 11


11 FR 22580390009 004 RDM 1 ARR/ARRt

+ 03 + 09 FR 36163809 030312 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 7 11


11 30 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+ 10 FR 36163809 030358 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 7 9


09 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+ 10 + 04 FR 36163809 030358 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 7 9


09 30 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+n FR 416778 70004 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 2 2


04 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+ 09 FR 416778 80007 004 080 MA arr/arr p CE 0901 60 ON 1 1


02 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+ 15 FR 58267082 050006 004 MB ARR/ARQt CE 0901 60 ON 5 5


05 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARRt

+ 11 FR 416778 70024 004 MB arr/arr p CE 0901 60 ON 2 2


04 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+ 13 FR 416778 70029 004 MB ARR/ARR t CE 0901 60 ON 2 2


04 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

-0 3 FR 416778 80033 004 080 RI ARR/ARQt CE 0901 60 ON 1 1


01 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARR t

+ 09 FR 36163809 030367 004 MB arr/ — p CE 0901 60 ON 7 8


08 FR 225803 90009 004 RDM 1 ARR/ARRt

61
G énétique

portées élevées) augm ente avec le


nombre d'agnelages, et ce au détriment
Modèle animal du poids des informations provenant de
ses parents.
Toutes les informations généalogiques
ainsi que les performances des animaux Dorénavant, et depuis février 1995, la
apparentés peuvent maintenant être totalité des informations généalogiques
prises en compte, grâce au modèle ani­ et les performances de tous les animaux
mal. Jusqu'à fin 1994, les brebis étaient apparentés sont intégrées dans le calcul
indexées uniquement à partir des GMQ de l'index d'un reproducteur donné
0-30 de leurs agneaux, ceux-ci servant (fig. 6.10 à 6.12).
également à indexer les pères de ces
brebis. Ainsi, un index peut être calculé à partir :
■ des performances des ascendants ;
Cependant, le poids relatif des diffé­ ■ des performances propres de l'ani­
rentes sources d'information varie tout mal si c'est une brebis (c'est-à-
au long de la carrière du reproducteur. dire GMQ 0-30 et viabilité de ses
agneaux) ;
Ainsi, le poids des performances propres ■ des performances des descendants.
d'une brebis (productions, c'est-à-dire

\ >•' \ A
^ gp| | GPM GMM

\ \ /
Père Mère
Index brebis
sur ascendance

Brebis Filles
Filles 1 évaluer
Index brebis
sur performances
Index brebis Index brebis
sur performances sur descendance GMO 0-30 jours
et viabilité des agneaux

GMO 0-30 jours


et viabilité des agneaux
GP : grand-père
GM : grand-mère
p : paternel(le)
m : maternel(le)

Fig. 6.10. Exemple : indexation de la valeur laitière - BLUP modèle animal.


Source : Institut de l'élevage.

62
L’am élioration g énétique

Tableau 6.8. Inventaire brebis - Troupeau Ti - Race 004 -


Campagne 2010
Inform ation(s)

• Nombre de brebis éditées : 64


dont 58 encore présentes dans le troupeau détenteur

• Race(s) des brebis : 004 charmoise


Dates d'indexation race 004 : prolificité 21/10/10 - valeur laitière 21/10/10 - croissance 21/10/10

•Troupeau(x) :T1
Adhésion(s) active(s) T1 à la date d'impression : - CPO chambre d'agriculture ede 58, formule complète -
UPRA upra charmoise, sélectionneur 004- UPRA geode, sélectionneur 004

D esc rip tif des colonnes

n° brebis : n° ordre brebis (+ n° naisseur si différent exploitation)


race troup : race brebis et troupeau détenteur
date naiss Issu IA : date naissance et témoin indiquant si la brebis est Issu d'IA
M N poin : mode naissance/note pointage de synthèse
date cause sortie : date et cause de sortie
qj qa agré breb : qualification jeune et adulte + code agrément brebis
génotype prp prédiction : génotype PrP + témoin prédiction
index cd PR : index et cd prolificité de la brebis
index cd VL : index et cd valeur laitère
date dernière MB : date dernier agnelage
ryth prod : rythme d'agnelage et productivité brute naissance
a v o : nombre avortement
MR agi : type d'œstrus des agnelages
MB tôt : nombre agnelages total
MB CS : nombre agnelages contre-saison
NB AG tôt : nombre agneaux total
nbr mort né : nombre agneaux morts nés total
n°mère n°père : n° mère génétique et n° père
qualif agré : qualification des parents
génotype prp prédiction : génotype PrP et témoin prédiction parents
n°grand-mère n°grand-père maternel : grand-mère et grand-père maternelle
n°grand-mère n° grand-père paternel : n° grand-mère/grand-père paternel
G énétique

j Tableau 6.8. Inventaire brebis - Troupeau Ti - Race 004 - Campagne 2010 (su
n° ra ce date naiss MN date q jq a génotype in d e x in d e x date ryth p rod a v o
brebis troup Issu IA p o in cause agré prp c d P tt cd V L dernière
so rtie breb p ré d ic tio n MB

000017 004 01/07/99 RI arq/ — + 0,01 -1 3 20/02/10 0,98


1 P 27 35 1,26

00017 004 04/01/10 1 R ARR/ARQ -0 ,0 2 + 15


085 1 t A A

00033 004 10/01/10 1 R ARR/ARR + 0,00 + 12


083 1 t A A

00035 004 12/01/10 1 R ARR/ARR -0,01 + 11


083 1 t A A

00036 004 14/01/10 1 R arr/arr + 0,00 + 06


083 1 P A A

01130 004 26/01/10 1 R arr/arr -0 ,0 4 + 09


FR 225803 084 1 P A A

01138 004 04/02/10 1 R arr/arr -0,01 + 14


FR 225803 085 1 P A A

01139 004 06/02/10 1 R arr/arr -0 ,0 4 + 16


FR 225803 080 1 P A A

01140 004 06/02/10 1 R ARR/ARR -0 ,0 4 + 07


FR 225803 081 1 t A A

01143 004 07/02/10 1 R arr/arr -0,03 + 12


FR 225803 084 1 P A A

01145 004 07/02/10 1 R ARR/ARR -0 ,0 3 + 00


FR 225803 084 1 t A A

01150 004 08/02/10 2 R arr/arr -0,02 + 11


FR 225803 081 1 P A A

030312 004 31/08/02 2 R ARR/ARQ + 0,06 + 06 01/01/10 1,02


FR 36163809 MB 1 t 41 44 1,60

030325 004 17/09/02 1 20/05/10 R ARR/ARQ + 0,03 -0 5 08/01/10 1,01


FR 36163809 8 1 t 36 36 1.51

030358 004 29/12/02 2 RB ARR/ARQ + 0,00 + 21 01/01/10 1,03


FR 36163809 MB 1 t 35 36 1,32

030366 004 02/01/03 2 20/05/10 RB arr/— + 0,03 -1 0 10/01/10 1,02


FR 36163809 8 1 P 35 36 1.17

030367 004 02/01/03 2 RB arr/— + 0,02 + 18 05/01/10 1,03


FR 36163809 MB 1 P 34 35 1,17

030382 004 16/01/03 1 RB ARR/ARQ + 0,00 + 16 01/01/10 1.04


FR 36163809 MB 1 t 35 35 1.04

030392 004 22/01/03 1 RA arr/— -0,01 + 26 24/01/09 1,02
FR 36163809 MB 1 P 33 34 1,02

030403 004 03/02/03 1 20/05/10 RB ARR/ARQ -0,01 -2 7 01/01/10 1.03


FR 36163809 8 1 t 34 34 1.03

040002 004 29/12/03 1 R ARR/ARR + 0,06 + 07 08/01/10 1,02


MB 1 t 23 26 1,53

64
L’am élioration g é n é tiq u e

W? agi M B tô t M B CS NBAG nbr n°m ère q u a lif agré génotype prp n°grand-m ére n°grand-m ère
tô t m o rt n°père p ré d ic tio n n°grand-père n° grand-père
né m a te rn e l pa te rn e l

ON 7 1 9

FR 58267082 050006 MB ARR/ARQt FR 58015025 000231 FR 23114235 030111


FR 225803 90009 RDM 1 ARR/ARRt FR 36094804 030132 FR 577907 60024

FR 58267082 040004 MB ARR/ARQt FR 58015025 000231 FR 23114235 030111


FR 225803 90009 RDM 1 ARR/ARR t FR 23114235 030044 FR 577907 60024

FR 416778 70030 MB ARR/ARQt FR 36163809 030392 FR 23114235 030111


FR 225803 90009 RDM 1 ARR/ARR t FR 79264222 050023 FR 577907 60024

FR 58267082 040009 MB ARR/ARR t FR 58267082 000005 FR 23114235 030111


FR 225803 90009 RDM 1 ARR/ARR t FR 36094804 030132 FR 577907 60024

FR 225803 60142 MB ARR/ARR t FR 23114235 040131 FR 79264222 020025


FR 79264222 050035 AMCR ARR/ARR t FR 23114235 020009 FR 79264222 020124

FR 225803 70139 MB arr/arr p FR 23114235 040061 FR 79264222 020025


FR 79264222 050035 AMCR ARR/ARRt FR 36094804 050059 FR 79264222 020124

FR 225803 70047 MB arr/arr p FR 23114235 020094 FR 79264222 020025


FR 79264222 050035 AMCR ARR/ARR t FR 36094804 050059 FR 79264222 020124

FR 225803 70130 MB ARR/ARQt FR 23114235 040117 FR 79264222 020025


FR 79264222 050035 AMCR ARR/ARRt FR 03200067 040013 FR 79264222 020124

FR 290001 70413 MB arr/arr p FR 36163809 040419 FR 79264222 020025


FR 79264222 050035 AMCR ARR/ARRt FR 36163809 030340 FR 79264222 020124

FR 225803 70060 RI ARR/ARQt FR 23114235 020124 FR 79264222 020025


FR 79264222 050035 AMCR ARR/ARRt FR 36018281 030278 FR 79264222 020124

FR 23114235 040036 MB ARR/ARR t FR 23114235 020022 FR 79264222 020025


FR 79264222 050035 AMCR ARR/ARRt FR 23114235 020051 FR 79264222 020124

ON 7 11 FR 36163809 000315 MB arr/arq p FR 36018281 930067 FR 23114235 930099


FR 16070133 970015 AMBO ARR/ARQt FR 23114235 960021 FR 65303023 940012

ON 6 9 1 FR 36163809 000306 MB arr/arq p FR 36163809 960263 FR 36018281 930166


FR 36163809 980393 AMCR ARR/ARR t FR 16070133 970015 FR 23114235 940053

ON 7 9 1 FR 36163809 000421 MB arr/—q p FR 36163809 990322 FR 36018281 950012


FR 36018281 010076 AMBO ARR/ARRt FR 36163809 980393 FR 36018281 970082

ON 7 8 FR 36163809 010315 MB arq/ — p FR 36163809 940203 FR 36163809 950253


FR 36163809 020341 RDM 1 ARR/ARRt FR 86289637 970047 FR 36163809 960278

ON 7 8 1 FR 36163809 010315 MB arq/— p FR 36163809 940203 FR 36163809 950253


FR 36163809 020341 RDM 1 ARR/ARRt FR 86289637 970047 FR 36163809 960278

ON 7 7 FR 36163809 950266 R1 arq/— p FR 36018281 930095 FR 36018281 930166


FR 36163809 980393 AMCR ARR/ARR t FR 81065958 910088 FR 23114235 940053

ON 6 6 FR 36163809 980353 MB arq/— p FR 36163809 940258 FR 36018281 930166


FR 36163809 980393 AMCR ARR/ARR t FR 86138216 960049 FR 23114235 940053

ON 7 7 FR 36163809 020333 RI ARR/ARQt FR 36163809 000316 FR 36163809 950253


FR 36163809 020341 RDM 1 ARR/ARR t FR 36163809 980393 FR 36163809 960278

ON 6 9 FR 58267082 000006 MB arr/— p FR 23114235 960059


FR 23114235 030044 RDC 1 ARR/ARQt FR 36018281 010091

65
G énétique

Tableau 6.9. Inventaire et répartition agnelage


R ace: 004 Cam pagne: 2010 Période du : 08/12/09 au 10/04/10

Inventaire

I Agnelles Brebis 1 Ensemble I Futur repro

Effectif début au 07/07/09 41 41

Sorties d'animaux 9 9

Entrées d'animaux 15 15
Achats 6 6
A utorenouvellem ent 9 9

Changem ent agnelles à brebis 3 -3

Effectif fin au 06/07/10 18 33 51 13

Répartition des agnelages par code agnelage


Code(s) Agnelles I Brebis I Ensemble Bornes période

Agnelage Agneau Agnelage Agneau Agnelage Agneau Début

08/12/09 30/01/10
20/02/10 10/04/10

Répartition des agnelages par mois sur la campagne


Agnelles Ensemble

Agnelage Agneau Agnelage Agneau Agnelage Agneau


N b re %
déc.-09 7 19% 8 19% 7 15% 8 15%
janv.-IO 28 76% 33 77% 28 60% 33 62%
févr.-IO 1 3% 1 2% 1 2% 1 2%
m ars-10 8 80% 8 80% 1 3% 1 2% 9 19% 9 17%
avr.-10 2 20% 2 20 % 2 4% 2 4%

Total 10 10 37 43 47 53

66
L’am élioration gé n é tiq u e

Tableau 6.10. Croissance des agneaux


R ace: 004 Cam pagne: 2010 Période du : 08/12/09 au 10/04/10

Croissance des agn<îaux de brebis


Ü
II
Catégorie agneaux PAT Nbre I GMQ | Nbre I GMQ 1 PAT
30 10-30 | 10-30 1 30-70 j 30-70 j 70
M â les Simples 13 253 118 2 248 13 311 242
Doubles 6 172 88 0 0 6 283 201

Triples et + 0 0 0 0 0 0 0 0
Allait, artific. 0 0 0 0 0 0 0 0

Fem elles Simples 18 231 109 5 203 18 262 214


Doubles 4 131 74 0 0 4 253 175

Triples et + 0 0 0 0 0 0 0 0
Allait, artific. 0 0 0 0 0 0 0 0

Total ou moyenne 41 220 105 7 216 41 280 217

Croissance des agn<eaux d'aip e lle


Catégorie agneaux Nbre GMQ PAT Nbre GMQ f Nbre GMQ PAT
0-30 0-30 30 10-30 10-30 ‘I 30-70 30-70 70
M â les Simples 6 217 102 6 235 5 238 199
Doubles ou + 0 0 0 0 0 0 0 0

Allait, artific. 0 0 0 0 0 0 0 0

Fem elles Simples 3 239 108 3 230 3 208 191


Doubles ou + 0 0 0 0 0 0 0 0

Allait, artific. 0 0 0 0 0 0 0 0

j Total ou moyenne 9 225 104 9 233 8 227 196

1 •S l(§ | Répartition3 modes élevage/modes naissances


Modes Modes d'élevage Allaitem ent I Totalb %
naissances a rtific ie lc
» U \ 3
1 30 0 0 0 30
0% 73%
2 1 10 0 0 11
0% 27 %

3 et plus 0 0 0 0 0
0% 27%

Total 31 10 0 0 41
% 76 % 24% 0% 0% 100%

a. Ne concerne que les agneaux de brebis, b. Hors agneaux morts nés et morts à - 20 jours,
c. Méthode allaitement = 1

67
Génétique
Tableau 6.11. Résultats de production
R ace: 004 Cam pagne: 2010 Période du : 08/12/09 au 10/04/10

Résultat global
C ritè re s (nombre) A g n e lle s B re b is E nsem ble C ritè re s (pourcentage)

Nbre % Nbre % Nbre %

Femelles présentes 15 28 % 38 53 Renouvellem ent


Femelles en lutte 15 100% 38 100% 53 100% M ise en lutte

Agnelages 10 67 % 37 97% 47 89% Fertilité


dont avortem ent 0% 0% 0% Avortem ent
Femelles ayant agnelé 2 fois 0% 0% 0% Femelles ayant agnelé 2 fois
Femelles improductives 5 33% 1 3% 6 11 % Femelles improductives

Agneaux nés (hors avortement) 10 100% 43 116% 53 113% Prolificité


dont morts 1 10,0% 2 4,7 % 3 5,7 % M ortalité totale
morts nés 1 10,0% 2 4,7 % 3 5,7 % mortalité naissance
morts avant 20 jours mortalité avant 20 jours
morts après 20 jours mortalité après 20 jours

Agneaux vivants 9 90% 41 111 % 50 106% Prod./fem elles ayant agnelé


60 % 108% 94 % Prod./fem elles en lutte
60 % 108% 94% Prod./ fem elles présentes

Intervalle inter-agnelage 358 jours

Âge moyen au 1er agnelage 15 mois


Résultats par méthodte de reproduction
iMonte naturelle Insémination 01 ou Implant + M N

Critères (nombre) Agnelles Brebis Ensemble Agnelles Brebi s Ensemble Agnelles Brebis Ensemble Critères
(pourcentage)
Nbre %
■ % Nbre % Nbre % Nbre % Nbre %
Femelles en lutte 15 100% 38 100% 53 100% 0 0% 0% 0 0% 0% 0 0% 0 0% M ise en lutte

A gnelages (hors avort.) 10 67% 37 97% 47 89% 0 0 0 0 0 Fertilité

Agneaux nés (hors avort.) 10 100% 43 116% 53 113% P rolificité


dont m orts 1 10,0% 2 4.7 % 3 5.7 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % M orta lité totale
m orts nés 1 10,0% 2 4.7 % 3 5.7 % m ortalité naissance
m orts avant 20 jours m ortalité avant 20 jours
m orts après 20 jours m ortalité après 20 jours

A gneaux vivants 9 90% 41 111 % 50 106% ProdYfemelles ayant agnelé


60% 108% 94% Prod./fem elles en lutte
G énétique

Tableau 6.12. Généalogie et génétique


R ace: 004 Cam pagne: 2010 Période du : 08/12/09 au 10/04/10

A gnelles Brebis Ensemble Futurs repro

Nbre % Nbre % Nbre %


J Agnelage

Femelles présentes 15 38 53 13 25%

Femelles improductives 5 33 % 1 3% 6 11 %
Femelles ayant agnelé 10 37 47

Agnelages sur M N 10 100% 37 100% 47 100 %


sur IA
sur 01 ou im plant + M N

Prolificité sur M N 100% 116% 113%


sur IA
sur 01 ou im plant + M N

Âge au 1er agnelage en mois 15 mois

I Généalogie

F. avec père et mère connus 15 100% 37 97 % 52 98 % 13 100%


F. avec mère connue seule
F. sans ascendance connue 1 3% 1 2%

Filles de mère à bélier 10 67% 29 76% 39 74% 11 85%


Filles de mère à agnelles 1 7% 1 3% 2 4%

Femelles issues d'IA 2 5% 2 4%

| Index et qualification

Index prolificité (effectif) -0 ,0 1 (12) 0,00 (38) 0,00 (50) -0 ,0 1 (7+6A)


Index valeur laitière (effectif) 12 (12) 13 (38) 13 (50) 15 (7+6A)

M ères à bélier 29 76% 29 55 %


M ères à agnelle 8 53 % 4 11 % 12 23 % 7 47

| Génotypage des femelles

ARR/ARR 14 93% 17 45% 31 58% 11 85 %


ARR non VRQ 15 100% 36 95% 51 96% 13 100%

Non VRQ 15 100% 38 100% 53 100% 13 100%


Porteuses VRQ

Inconnues

70
L’am élioration gé n é tiq u e

N o m b re d e b é lie r s  ge m oyen en d é b u t de cam pagne

IA

MN 1 dont 1 issu de CE ou SCI 1 anet 10 mois

Total

S ans R econnus R ecom m andés A m . c ro is s a n c e A m . m a te rn e lle A m . v ia n d e E lite

Ld 0 1 0 0 0
a
MN IA

Index CD Index CD B é lie r M N

n
Prolificité ARR/ARR 1
Valeur laitère ARR non VRQ 1
Index croissance 10 33
Non VRQ 1
Note synthèse CE 60 Porteurs VRQ

Index synthèse SCI Inconnus

financements publics ont nécessité cette


Organisation du contrôle refonte totale.
des performances
Toutes les UPRA sont remplacées par des
La loi sur l'élevage (destinée à moder­ organismes de sélection (OS).
niser l'agricu ltu re fran çaise) du
28 décembre 1966 est abrogée. Elle est Les OS ont pour missions :
remplacée par la loi d'orientation agri­ ■ l'orientation et la représentation de
cole (LOA) du 5 janvier 2006, qui met en la race;
place le Dispositif génétique français, ■ la définition des objectifs de
qui bénéficie d'un financement de l'État. sélection ;
Ce dispositif est piloté par France Géné­ ■ la certification et l'appartenance à
tique Élevage (FGE) et par le ministère la race ;
de l'Agriculture. Celui-ci s'appuie sur la ■ la tenue des livres généalogiques ;
Commission nationale d'amélioration ■ la coordination des programmes de
génétique (CNAG). sélection.

En effet, la libre concurrence, la fin Les opérations d'identification, de filia­


du monopole et la réduction des tion et de contrôle de performances en

71
G énétique

Tableau 6.13. Comparaison globale de l’exploitation


R ace: 004 Cam pagne: 2010 Période du : 08/12/09 au 10/04/10
Date indexation :
Prolif e tV L : 21/10/10

A gnelles I Brebis

Troupeau CPOa Raceb I Troupeau CPOa Raceb

2009 2010 2010 2010 I 2009 2010 2010 2010


j Effectif

Nbre troupeaux concernés 1 20 1 20

Femelles présentes 9 15 ^ 15 37 37 38 -► 38 164


Âge moyen déb. camp, (mois) 55 48 S 48 45

^ Agnelage

Fertilité 67 % 67 % 67 % 60% 100% 97 % -► 97% 90%


Femelles ayant 2 agnelages 8% 10%
Femelles improductives 33% 33% 33% 56% 3% 3% 3% 21 %

Agnelages sur M N 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 99%
Sur IA 1%
Sur 01 ou implant + M N 1%

Prolificité sur M N 100% 100% 100% 104% 117% 116% 116% 111 %
Sur IA 138%
Sur 01 ou implant + M N 116%

M o rta lité

Total agneaux morts 10,0% 10,0% 14,3% 7,1 % 4,7% N, 4.7 % 9,0%
Dont morts nés 10,0% 10,0% 5,6 % 4,8 % 4,7 % 4.7 % 4,1 %
morts - 20 j 6,2 % 2,6%
morts + 20 j 2,5 % 2,4 % 2,3%

Agneaux morts issus de M N 10,0% 10,0% 14,3% 7,1 % 4 ,7 % V 4.7 % 9,0%


Dont morts nés 10,0% 10,0% 5,6 % 4,8 % 4,7 % 4.7 % 4,0%
morts - 20 j 6,2 % 2,7%
morts + 20 j 2,5 % 2,4 % 2,3%

Agneaux morts issus d'IA 10,3 %


Dont morts nés 6 ,9 %
morts - 20 j 3 ,4 %
morts + 20 j

Ensemble du troupeau

Âge moyen des fem elles au 1re agnelage, en mois 14 15 ^ 15 16

Taux de béliers ARR/ARR de M N utilisées ou présents dans l'exploitation 100% 100% ^ 100% 98%

72
L’am élioration g énétique

A gnelles 1 Brebis

| Troupeau CPO a R a c e b 1 Troupeau CPO 3 R aceb

2009 2010 2010 2010 1 2009 2010 2010 2010

Croissance
=V1Q030 Mâle simple 217 ^ 196 224 253 ^ 253 232
105 217
double 120 182 172 V 172 186
Femelle simple 239 ^ 181 236 231 231 217
181 239
double 128 131 131 183
I P A T 30 Mâle simple 96 109 118 ^ 118 112
68 102 ^ 102
double 67 92 88 88 93
Femelle simple 91 111 109 - * 109 105
90 108 ^ 108
double 68 74 74 90
î V a 3070 Mâle simple 253 311 ^ 311 262
216 238 ^ 238 268
double 239 283 ^ 283 239
Femelle simple 240 262 ^ 262 241
209 208 - > 208 220
double 253 253 218
W 70 Mâle simple 210 242 / 242 216
155 199 ^ 199 212
double 187 201 > 201 182
Femelle simple 207 214 -*► 214 204
174 191 ^ 191 178
double 175 175 177

f =*néalogie
I l % n. avec père et mère connus 100% 100% 100% 94% 97% 97 % 97 % 92 %
H avec mère connue seule 4% 3%
sans ascendance connue 2% 3% 3 % -► 3% 5%
H - es de mère à bélier 67 % 67 % 57% 76% 76% 54 %
| r i ss de mère à agnelles 7% 7% 7% 3% 3% 5%
| -rie lle s issues d'IA 11 % 5% ^ 5% 10%

1 1 ndex et qualifications
I -:ex prolificité moyen -0 ,0 1 -0 ,0 1 -0 ,0 1 0,00 -0 ,0 1
| rcexVL moyen 12 12 1 13 13 3
| Wéres à bélier 1% 76% 76 % 40%
| Weres à agnelles 53% 53 % 17% 11 % 11 % 10%

I f ienotypage des femelles


I-IR R /A R R 89 % 93% 93 % 55 % 24 % 45 % ^ 45% 32%
| <VRR non VRQ 100% 100% 100% 93 % 89% 95% ^ 95% 80 %
ï-cn VRQ 100% 100% 100% 96 % 100% 100% 100% 89 %
| ^neuses VRQ 1% 4%
| rconnues 3% 6%

I ’ 'cyenne des résultats pour la race 004, des troupeaux adhérents à l'organisme CPO : Chambre d'agriculture EDE 58.
i ’ 'oyenne des résultats pour la race 004, des troupeaux adhérents à l'OS : GEODE.
: date de calcul des résultats de l'année précédente : 19/05/10
de calcul des moyennes pour CPO et RACE : 03/11/10
73
G énétique

A
( gpp ) GMM

\ \ /
Père M ère
Index brebis
sur ascendance

Brebis Filles
Filles à évaluer

Index brebis
sur performances
Index brebis Index brebis
sur performances sur descendance
Taille de portée

Taille de portée GP : grand-père


Descendants
GM : grand-mère
p : paternel(le)
m : maternel(le)

Fig. 6.11. Exemple : indexation de la prolificité - BLUP modèle animal.


Source : Institut de l'élevage.

Père Index bélier sur descendance

GMQ 30 - 70 jours
Index agneau sur performance
PAT 70 jours

Fig. 6.12. Exemple : indexation de la croissance - BLUP modèle père.


Source : Institut de l'élevage.
L’am élioration gé n é tiq u e

ferme sont confiées à des organismes Sélection), transformées aujourd'hui en


agréés (OCP), qui sont en général des races de France, qui rassemblent l'en­
EDE. semble des OS.

Ils utilisent le logiciel OVALL (Ovins ALLai- Quel que soit le programme de sélection,
tants), qui fournit les résultats à l’éleveur il associe trois étapes : la sélection sur
pour la gestion de son troupeau. l'ascendance, la sélection sur l'individu
et la sélection sur la descendance.
Au niveau départemental
L’EDE est chargé d'identifier les animaux.
Les données recueillies (pesées, poin­ Programme de sélection
tage) par les OCP (le plus souvent des des femelles
EDE) sont envoyées à l'ARSOE (Associa­
tion régionale au service des organismes Le programme de sélection des femelles
d'élevage) ou au CRI (Centre régional est assuré par les éleveurs à partir des
informatique). ascendants et des résultats indexés du
contrôle de performances.
Au niveau régional
L'ARSOE élabore les inventaires, calcule
les bilans de croissance, de reproduction, Programme de sélection
les PAT, en vue de retourner les résultats des mâles
aux éleveurs.
Ces programmes sont établis par l'OS. Ils
Au niveau national portent sur les aptitudes d'élevage et les
aptitudes bouchères selon les races.
Le CTIG (Centre de traitement de l'infor­
mation génétique) travaille en relation
Contrôle individuel
avec l'INRA de Jouy-en-Josas (78) pour
calculer les index, qui seront retournés Il consiste à choisir les meilleurs agneaux
aux différents utilisateurs (OS, ITOVIC, provenant des élevages de sélection, et
EDE, Institut de l'élevage...). plus particulièrement d'accouplements
raisonnés.

En élevage allaitant, 3 objectifs sont


retenus :
Programmes ■ diminuer l'âge moyen des animaux
de sélection à la vente;
■ réduire l'état d'engraissement ;
Moins de 7 % des femelles sont contrô­ ■ améliorer le développement m us­
lées. La sélection ovine rassem ble culaire.
47 races sous l'égide de FUS (France Upra

75
G énétique

Ces animaux entrent en station vers naturelle dans les stations de contrôle
70 jours (22 stations en France). Ils font individuel.
l'objet pendant 56 jours de contrôles :
pesées, échographies (pour évaluer On constate chez les éleveurs utilisant
l'épaisseur de gras et de muscle), ces animaux un gain économique par
pointage... agneau commercialisé de 3,50 €.

Suite à toutes ces évaluations, vers l'âge Les mâles connus sur leur ascendance et
de 60 jours, les meilleurs seront retenus dont les performances ont été qualifiées
pour le testage, les autres seront diffu­ en ferme sont qualifiés reconnus (R).
sés dans les élevages (inscrits ou non)
avec la qualification : « recommandé »
Contrôle sur descendance
(RD). Les plus mauvais (20%) seront
éliminés. Il est réalisé en station : on évalue les
aptitudes bouchères et les aptitudes
Les éleveurs peuvent ainsi s'approvi­ d'élevage des animaux issus de stations
sionner avec ces béliers pour la monte de contrôle individuel (fig. 6.13).

Une très forte pression de sélection pour assurer


une génétique de haute qualité

Béliers Béliers qualifiés « Améliorateurs »


pour «Mil - Boucherie (AMBO)
insémination - Élevage (AMEL)
animale - Viande et élevage (ELITE)
+ /-1 0 0 par an

Testage et contrôles
sur descendance
200 à 250 béliers
+/—7 500 agneaux mâles et femelles contrôlés

Stations de contrôle individuel Béliers qualifiés


et centres d'élevage « Recommandés »
Les 3 500 meilleurs jeunes béliers pour la monte
issus d'accouplements raisonnés et génotypés naturelle

Base de sélection
1 300 élevages - 310 000 brebis
généalogies + contrôle de performances

Cheptel national
60 000 élevages - 4,7 millions de brebis

Fig. 6.13. Schéma général de la sélection des mâles.

76
L’am élioration g é n étique

Aptitudes bouchères (AB) À l’issue du testage, l'INRA publie pour


Elles sont évaluées à partir des agneaux chaque bélier une fiche comportant l'en­
abattus. semble des résultats (une représentation
graphique sous forme d'araignée est réa­
Pour cela, on réalise 40 à 50 IA par mâle, lisée). Ce genre de diagramme permet
qui vont perm ettre de regrouper au de visualiser rapidement les caractéris­
sevrage 30 agneaux nés en ferme, dans tiques des béliers testés sur descendance
des ateliers d’engraissement. On procède (fig. 6.14 et 6.15).
à des mesures en vif et en carcasse.
Les différents postes évalués sont repré­
Les meilleurs obtiendront la qualifica­ sentés en étoile.
tion AMBO (Améliorateurs boucherie) et
seront agréés pour être diffusés par IA. L'échelle de chaque axe est graduée de
- 1 0 à 10, la graduation o étant figurée
par un cercle intermédiaire.
Aptitudes d'élevage
Dans ce cas, 80 à 100 IA sont réalisées La valeur des différents postes est repor­
par bélier dans les élevages de la base de tée sur le diagramme. Plus les bords de
sélection pour contrôler en ferme envi­ la forme se rapprochent de la gradua­
ron 10 à 15 agnelles sur la prolificité, le tion 10 (cercles extérieurs), plus l'animal
PAT 30 et éventuellement la croissance est améliorateur (sur un plus ou moins
30-70 jours. grand nombre de facteurs). Si les bords
se concentrent vers le point - 1 0 du dia­
Les meilleurs béliers seront alors quali­ gramme, l'animal est détériorateur pour
fiés AMEL (Améliorateurs élevage). les facteurs concernés.

Croissance

Conformation Âge à l'abattage

Rendement

Largeur Gras dorsal

Longueur Gras de rognon

Fig. 6.14. Représentation sous forme d'araignée des aptitudes et des performance d'un animal.

77
G énétique

l = - 1.3 CD = .34
GMQ 0-70
I = + .6 CD = .37 I = + 10.1 CD = .32
MUSCLE ÉCHO GMQ ENGRAIS

I = + .3 CD = .42 I = + 2.1 CD = .32


NOTE CONF AGE ABAT

I = + .2 CD = .32 I = + .8 CD = 42
LARG ÉPAULE RENDEM CARCAS

l = - . 1 CD = .41 I = + .5 CD = .38
LARG CARCAS E.GRAS DORSAL

I = - . 7 CD = .42 I = .0 CD = .33
LONG CARCAS N.GRAS EXTER.

I = .0 CD = .33 I = - . 6 CD = .41
N.GRAS INTER. N.GRAS ROGNON

Fig. 6.15. Exem ple de schém a synthétique illu s tra n t les perform ances de b é lie rs testés.
Source : INRA.

Qualifications Qualification
des femelles
zootechniques
Qualification des jeunes
Comme chez les bovins, les reproduc­
teurs mâles et femelles peuvent se voir Elle est attribuée par l'OS d'après les
attribuer une qualification compte tenu index de ses parents, ses performances
du niveau de leur index. mesurées en ferme et son phénotype au
moment des tournées de qualification,
La qualification synthétise un ensemble avant qu'elle ne commence sa carrière
de qualités sur les principaux critères de reproduction.
mesurés. Elle est décernée par l'OS en
conformité avec ses objectifs de sélec­ Cette qualification Jeune est qualifiée
tion : c'est la certification des reproduc­ Reconnue.
teurs (tab. 6.14).

78
L’am élioration g é n étique

I Tableau 6.14. Les qualifications OS et leurs sigles


A ppellations : qualifications jeun es A ppellations :
qualifications adultes
Races dites « bouchères » Races rustiques

R Reconnu (inscrit) R Reconnu (inscrit) TEST Béliers en TESTage


RC Reconnu Croisement RB Reconnu B AMCR A M éliorateur CRoissance
RT Reconnu Terminal RA Reconnu A A M PR A M éliorateur PRolificité
RM Reconnu M ixte RDB RecommanDé B AM LV A M éliorateur Valeur Laitière
RDC RecommanDé Croisement RDA RecommanDé A AM EL A M éliorateur Élevage
RDT RecommanDé Terminal RD* Recom m anD é* AM BO A M éliorateur BOucher
RDM RecommanDé M ixte EL ÉLite
RD* R ecom m anD é*

Qualification des adultes ■ reconnu C : reconnu croisement ;


■ reconnu M : reconnu mixte.
Elle est attribuée par VOS d'après la
valeur de leurs index. On trouve 4 sous-qualifications pour les
animaux qualifiés recommandés :
Cette qualification Adulte peut être : ■ RDC : recommandé croisement ;
■ MA = mère à agnelles ; ■ RDM : recommandé mixte ;
■ MB = mère à béliers. ■ RD : recommandé étoile, les meil­
leurs des RDM ;
■ RDT : recommandé pour le croise­
ment terminal.
Qualification des mâles
Qualification des adultes
Comme pour les femelles, on trouve une
qualification pour les jeunes et une pour Les 2 ou 3 meilleurs mâles issus du tes­
les adultes. tage seront qualifiés améliorateurs
(fig. 6.16)
m pour la boucherie : AMBO ;
Qualification des jeunes
■ pour l'élevage : AMEL ;
Selon leurs ascendances, leurs perfor­ ■ pour la boucherie et l'élevage : ÉLITE.
mances (bon développement, index
croissance...), ils seront qualifiés recon­
nus (R) ou recommandés (RD) sur leurs
propres performances en SCI ou en
centre d'élevage. On trouve 3 sous-qua- Utilisation
lifications pour les animaux qualifiés
reconnus :
des reproducteurs
■ reconnu T : animal reconnu pour le La sélection élimine en général les ani­
croisement terminal ; maux médiocres. Il ne reste plus qu'à

79
G énétique

Fig. 6.16. Schéma de la q u a lifica tio n des mâles.

accoupler les meilleurs en vue d'obtenir L'élevage en race pure est à la base de
le maximum de descendants. l'organisation de l'élevage et de la créa­
tion des livres généalogiques.
Deux possibilités s'offrent à tout
éleveur : Il permet d'approvisionner les éleveurs
■ l'élevage en race pure ; qui réalisent les croisements.
■ les croisements.
Limites de l'élevage
en race pure
Élevage en race pure Il est difficile d'adapter les animaux à
de nouvelles conditions économiques
Ce type d'élevage consiste à faire repro­ ou exigences du consommateur, car les
duire des reproducteurs appartenant à caractères de la race sont solidement
la même race. fixés.

Avantages La variabilité des caractères sélectionnés


diminue du fait de la sélection, ce qui se
Les animaux sont adaptés à une région. traduit par un faible progrès génétique.
Les troupeaux sont homogènes, ce qui Il n'y a pas d'apport de sang nouveau.
facilite la conduite d'élevage.

80
L’am élioration gé n é tiq u e

Les effectifs réduits, dans certaines


races, tendent à accoupler des indivi­
dus apparentés d'où l'apparition de la Croisements
consanguinité qui se traduit par des ano­
malies, une mortalité plus importante, Ce sont des accouplements d’animaux
une diminution des performances. de même espèce mais de races diffé­
rentes, dont l’intérêt est de faire appa­
Les élevages en race pure sont très sou­ raître des caractères nouveaux. Les
vent des élevages inscrits, mais les nom­ produits, féconds, sont appelés métis.
breux enregistrements et contrôles à
réaliser « incitent » l’éleveur à arrêter Il existe deux types de croisements :
cette inscription, ce qui est domma­ ■ les croisements à buts génétiques,
geable pour la sélection. dont l'optique est d'améliorer ou de
créer une race. Par exemple, le croise­
Accouplements raisonnés ment de métissage, d'absorption... ;
■ les croisem ents à buts commer­
L'accouplement raisonné vise à choisir ciaux : tous les individus de première
les mâles reproducteurs en fonction des génération (Fi), voire de deuxième
femelles et des objectifs définis : génération (F2) seront abattus. Par
■ produire de futurs béliers ; exemple, le croisement industriel, à
■ produire des femelles de renouvel­ 4 voies...
lement ;
■ produire des agneaux de boucherie... Le plus souvent, on accouple des brebis
de races rustiques ou prolifiques avec
Pour cela, on classe les brebis ainsi que des mâles présentant d'excellentes qua­
les mâles selon leur index et sur leur lités bouchères.
qualification.
Aujourd'hui, le croisement à but com­
On cherchera : mercial est le plus utilisé.
■ à accoupler les animaux à fort index
entre eux en évitant la consangui­
Avantages
nité;
■ à éviter d'accoupler les animaux pré­ Le croisement permet d'augmenter la
sentant les mêmes défauts. variabilité génétique par l'introduction
de gènes nouveaux, de bénéficier du
Au point de vue pratique, on choisira un phénomène d'hétérosis et de tirer parti
bélier pour un groupe de brebis. d'une complémentarité des deux races
parentales.

Aujourd'hui, c'est le croisement indus­


triel qui répond le mieux aux exigences
du consommateur, car il perm et de
mieux valoriser les agneaux.

81
G énétique

Pour obtenir de meilleurs résultats, il


faut accoupler des animaux dont les
races ont des potentiels génétiques Choix
opposés.
des reproducteurs
Inconvénients
Rappelons que la sélection est d'autant
Ce type d'élevage ne perm et pas le plus efficace si :
renouvellement des femelles et entraîne ■ le pourcentage d'animaux éliminés
la disparition des races rustiques. est important ;
■ le nombre de caractères sélectionnés
est réduit ;
■ le h2 est élevé, car il influence le
Races et systèmes mode de sélection ;
d’exploitation ■ le troupeau est homogène.

Les races précoces qui se caractérisent Le progrès génétique se diffuse infi­


par une bonne conformation et une niment plus vite par le mâle que par
bonne vitesse de croissance seront la femelle. En effet, une femelle met
destinées d'une part à la production au monde un ou deux agneaux par
d'agneaux de race pure et d'autre part an, un bélier contribue à la naissance
à celle de brebis pour le croisement d’au moins 50 agneaux par an, d'où la
industriel. nécessité de travailler la « voie mâle ».
Pour répondre à cette voie, il existe trois
Les races d'herbage de grand format possibilités :
sont le plus souvent utilisées en race ■ acheter des béliers chez un sélection­
pure. neur, demander le certificat d'origine
et de qualification pour compléter
Les races d'herbage de format moyen son choix visuel (voirfig. 6.17 à 6.19) ;
sont le plus souvent utilisées en race ■ s'adresser à un centre qui organise
pure dans les zones accusant une séche­ égalem ent la vente de reproduc­
resse d'été. teurs ;
■ faire appel à l'insémination artifi­
Les races rustiques sont le plus souvent cielle.
exploitées en croisement industriel avec
des mâles de races précoces.
PAPIERS E x ig e z l e c e r t if ic a t d ’ o r ig in e e t d e q u a l if ic a t io n !
S’IL VOUS1 (sinon demandez les documents du Contrôle de Performances)

Pour choisir un bélier adapté à la production :


PLAIT —d’AGNEIJLES DE RENOUVELLEMENT, se reporter aux informations jaunes
se reporter aux inform ations fcëÉ&Sf$:

Certificat d'Origine et de Qualification


NOTE S 0-30 et 30-70:
permettent de comparer ranimai à la
moyenne de son lot d'agnelage
O rjtflh n M : OS Môlfen Cheroflei» 1 Brobin FR 300455 00042 INDEX CROISSANCE
41. Rue du General laclsrc NÔ 90042
GMQ 0-30: (contrôle de performances en ferme)
71120 CHAROLLES
calculé à partir d'un poids naissance de | _
j Groupe du p t if r '--------------------r E x :+ 3 2 : +32g de gain 30-70 par
référence et le PAT 30 estimé à partir de rapport à la moyenne de la race.
et de qualification valable uniquement
la première pesée
—*• m esure indirecte d e
la valeur laitière de la mère
S22/0U09 Mn 2 P FR 03046018 E19 050949 AMBtf'
MREPI Index ProlifioilB *0.00 2y
GMQ kttes PAT Index Valuur laitier» +64
GMQ 30-70: «-301 +280 +1 1CJ Index Croissance *32 81 INDEX PROLIFICITE
Gain moyen quotidien entre 30 et 10-30 J MJ 133 3 Cl 3yw GMP PR0304€019 9*0059 (contrôle de performances en ferme)
30*70J *358 *2 70] 270 0502 94
70 jours Gânotypo PRP ARR/ARR (typog*) E x : +0,02 : +2% de prolificité par
Inde* <cd)
—►mes ure la précocité Pro! Klcllé I *0.01 10 H FR 11Q365 X7 60049 MB rapport à la moyenne de la race
décroissance de f agneau. FR 37033093 010C14 AMCRj
Index Prollllcllé >0X12 17 —
Index Valeur M tK rt +9 27
Nbre n b fflb » ngx 3 CMH FR 03046100 020143

INDEX VALEUR LAITIERE


INDEX DU B ELIER : (contrôlede performances enferm e)
calculé à partir E x : +9 : + 9g de gain 0-30 par rapport à la
des performances de ses moyenne de la race.
ascendants et de ses propres
performances pour la croissance.

GENOTYPAGE TREMBLANTE
CD: P A T 30 E T 7 0 JO U R S :
Fiabilité que l'on peut Poids Age Type estimés à p
accorder à l’index des pesées

Fig. 6.17. C e rtifica t d ’origine.


G énétique

( Date d'édition 26/07/2010 ) Organisme OS Mouton Charollais Bélier


41, Rue du General Leclerc FR 415489 N 20 00004
de
002 MOUT ONsfCHAROLLAIS sélection 71120 CHAROLLES ( Groupe père
Certificat d'Origine et de Qualification valable uniquement en France
NAISSEUR

Père FR 215232 W8 90129 AMCR


Date naissance 02/02/10 Mn 2
Index Prolificité GPP
M éi 2 M reo N
Index Valeur laitière FR 225403 M13 60072 AMCR
GMQ Notes PAT
Index croissance +11 (57)
10-30i 10i GMP
0*30i 340 +1 30i 154 SCI Svnt C desc Svnt
FR 21229005 W8 050134
0903 66
30-70i 365 +2 70i 300
Génotypage PRP ARR/ARR (typage)
Index (cd)
Mère FR 415489 N20 70072 MA GPM
Prolificité -0,03 (07)
Index Prolificité -0,05 (30) FR 21325038 W15 040031 AMCR
Valeur laitière +16 (08)
+11 (34) Index Valeur laitière +33 (34)
Crois 30-70
Nbrem b 3 Nbreagx 5 GMM
Pointages
Svnthèse Cornage Génotypage PRP arr/arr (prédit) FR 58080029 N20 020061 MB

Génotypage PRP arr/arr (prédit) Cachet organisme de sélection


Qualification jeune RM
Qualification adulte
Agrément oui base
Date agrément 26/07/10
... -s

( Date d'édition 26/07/2010 ) Organisme Mouton Charollais Brebis


41, Rue du General Leclerc FR 415489 N20 00005
Race
002 MOUTONS CHAROLLAIS sélection 71120 CHAROLLES f Groupe père J
Certificat d'Origine et de Qualification valable uniquement en France
NAISSEUR
T1

Père FR 215232 W8 90129 AMCR


Date naissance 02/02/10 Mn 2
Index Prolificité GPP
Mél 2 M reo N
FR 225403 M13 60072 AMCR
GMQ Notes Index Valeur laitière
PAT
Index croissance +11 (57)
10-30i 10i GMP
0-30i 240 -2 30 i 121 SCI Svnt C desc Svnt
FR 21229005 W8 050134 R
0903 66
30-70i 348 +3 70i 260
G énotypage PRP ARR/ARR (typage)
Index (cd)
Mère FR 415489 N20 70072 MA GPM
Prolificité -0,03 (07)
Index Prolificité -0,05 (30) FR 21325038 W15 040031 AMCR J
Valeur laitière +16 (08)
Crois 30-70 +10 (35) Index Valeur laitière +33 (34) -----------------------------------------v
N brem b 3 Nbreagx 5 GMM
Pointages
Svnthèse Cornage G énotypage PRP arr/arr (prédit) FR 58080029 N20 020061 MB

G énotypage PRP arr/arr (prédit) Cachet organisme de sélection


: Qualification jeune R
Qualification adulte
Agrément ou' base
Date agrément 26/07/10

Fig. 6.18. C ertifica ts d'origine.

84
L’am élioration g énétique

valabié sur le T .
territoire français

Gain 3 G 7 0 : 335

POINT/tëE
STANDARD : ; 9iQ\ .- .in G I.C © b t
APLOMBS: 3,0 / , \ V *. G
. EPAULE? 8 ,0 . ; . ...
GIGOT DESCENDANT : . 8,0 EPAISSEUR D/R: 8,0
."GIGOT REBONDI : ' 8.0 'LARGEUR D/R : 9,0

PERE
231788 •• 00018 RDC 80319
f.ProL. + 0 .0 3 A / C D ’: F a m ille : 07 ARR/ARR
I. V . L : - 02A ; CD : v À R R /Â R R
tC ro is . : +10, GD : 4 3 ,
Serîe C E : 1001
Note Pointage C E : 84
205282 60039
Gras : ; 1 • ; Note Origine C E : 6
Gonf. rr< Note Synthese G Ë : 58 A RR/ARQ
' •' ^T'* . ; •'t
lnde>ç.Synthesë

416778 70027 R MB ARR/ARQ 79264222 050023


I Proî. : r0,02: CD: ;3 3
Nb M B ’ON r 3 Nb MB Ol : 0• ARR/ARR
i.V.L: . > 2 2 ::CD:. 53
ïiÇ ro iS i : -05r : GD: 60
Nb Agnjç ÔN : • 3 Nb Agnx OL : " 0

Productivité
3 6 16 380 9 ; ; 03 0 3 1 2 ; -
L P ro l. : +0,06 C D : 44
ARR/ARQ
I.V.L : +08 GD : 47

WBŒËjtCÏ».ayènùê dé Chaüyigny B B ?0j04


86 500 M ONTM ORIUON
Té}} 0549 9110 73 ; Fax :.Ô5 49 84 0823
DATE DEDITION Erfriaii yç6ntact@ &odM iieèp.wrn ~

Fig. 6.19. Certificat d’origine.

85
G énétique

Il est judicieux d'éliminer les femelles qui


n'ont pas agnelé deux fois de suite.
Objectifs
Le choix d’un reproducteur mâle Aptitude au désaisonnement
doit être fonction des deux objectifs On consulte la note de désaisonnement
suivants : (qui va de o à 5), 5 correspondant à un
■ améliorer les performances de repro­ agnelage désaisonné.
duction, par la production d'agnelles
de renouvellement ; Dans ce cas aussi, il faut faire attention
■ améliorer les performances de pro­ à l'influence du milieu (pose d'éponge,
duction, pour faire des agneaux de effet bélier...).
boucherie.

Production laitière
Améliorer les performances
de reproduction L'index valeur laitière établi à partir du
GMO 0-30 jours des agneaux est un bon
Le bélier doit pouvoir transmettre à ses indicatif.
filles ses qualités maternelles ; il en est
de même pour la brebis.
Précocité
Il faut utiliser des béliers ayant de
Prolificité bonnes références en vitesse de crois­
C'est le critère primordial aujourd'hui. sance entre 30 et 70 jours.
Pour le mâle, il ne suffit pas de connaître
son mode de naissance (double ou Améliorer les performances
triple), mais il faut connaître aussi le de production
niveau génétique de ses parents et si
possible de ses descendants. Les béliers, dans ce cas, sont utilisés pour
produire des agneaux de boucherie. Les
Pour les femelles, il est judicieux de gar­ caractères à prendre en compte sont :
der les agnelles nées doubles. ■ le GMO : consulter les documents et
prendre en compte le GMO 30-70, et
Le croisement est un moyen d'améliorer surtout la note attribuée ;
rapidement la prolificité. ■ la conformation ;
■ le développement musculaire ;
■ les qualités bouchères (spécifiques à
Fertilité telle ou telle race).
La sélection sur ce critère se fait à par­
tir de l'inventaire des femelles mises à
la lutte. Bien entendu, il faut s'assurer
que cette fertilité ne provient pas d'un
œstrus induit.

86
L’am élioration g énétique

moyenne, facilité d'agnelage mais


les agneaux naissent nus.
Choix des mâles ■ Suffolk : conformation moyenne,
poids de carcasse élevé, finition
On peut acheter des mâles dans des éle­ moyenne, facilité d'agnelage, proli­
vages inscrits ou non, dans une station fique et laitier, peu rustique, bonne
de contrôle individuel, dans des centres finition, bonne croissance.
d'élevage à 8-10 mois, 15-18 mois et plus ■ Berrichon : conformation moyenne,
de + 3 ans. Les jeunes doivent faire l'objet finition rapide, poids moyen, a
d'un « mini-testage » par rapport à un l'avantage de marquer beaucoup
antenais, qui sera rapidement opéra­ sur les races rustiques.
tionnel. Quant au bélier âgé, son choix ■ Île-d e-F ran ce: co n fo rm atio n
sera guidé par sa descendance. moyenne, finition rapide, se désai-
sonne facilement, bonne race de
Dans tous les cas, en l'absence de certifi­ bergerie.
cat d'origine, il faut utiliser les documents ■ Rouge de l'Ouest : bonne conforma­
du contrôle de performance en complé­ tion, poids élevé de carcasse, bonne
ment du jugement de l'aspect extérieur : qualité laitière.
■ si le bélier est choisi pour produire ■ Bleu du Maine : conform ation
des agneaux de bergerie, ses quali­ moyenne, très prolifique et très lai­
tés bouchères et de croissance sont tière, rusticité faible.
à prendre en compte : le choisir avec ■ Dorset Hampshire : bonne confor­
un bon index de croissance et sur­ mation, finition rapide.
tout une note 30-70 jours élevée ; ■ Charmois : bonne conformation,
■ si le bélier est choisi pour produire assure des agnelages faciles sur des
des agnelles pour le renouvelle­ agnelles, quelle que soit la race.
ment, le choisir sur les index d'éle­
vage : prolificité, valeur laitière... Le mâle apporte la vitesse de croissance,
mais aussi sur les index des parents la conformation et la qualité des car­
(note 10-30 jours). casses. Quant à la femelle, elle apporte
sa rusticité, sa fécondité, ses qualités
Qu'apportent les mâles des races sui­ laitières...
vantes utilisées fréquem m ent en
croisement ?
■ Texel : bonne conformation, poids
élevé de carcasse, finition lente, dif­ Choix des femelles
ficulté d'agnelage, race d'herbage.
■ Vendéen : bonne conform ation, Si l'on souhaite augmenter son cheptel,
poids de carcasse moyen, finition il est possible d'acheter des femelles en
très rapide, convient à l'herbe prenant en compte les critères suivants :
comme en bergerie. ■ dem ander les docum ents (s'ils
■ Charolais : bonne conformation, existent : certificat d'origine...) pour
poids de carcasse élevé, finition faire un choix sélectif;

87
G énétique

■ acheter des femelles de réforme ■ de contrôler l'âge des anim aux


gestantes : les animaux ne seront (grâce aux dents) ;
pas chers, l'agnelage se fera dans de ■ de contrôler l'intégrité des organes
bonnes conditions ; génitaux ;
■ acheter des agnelles : les conditions ■ dès l'introduction des anim aux
de mise-bas seront plus difficiles, dans l'exploitation, de réaliser une
le taux de prolificité plus faible et quarantaine (photo 6.2) pour effec­
le taux de mortalité plus élevé. Ces tuer la prise de sang nécessaire à la
animaux auront théoriquement une vérification de l'existence ou non
carrière plus longue mais seront plus de maladies réputées légalement
chers. contagieuses ;
■ de laisser les animaux en quaran­
taine jusqu'à l'obtention des résul­
tats de la prise de sang ;
Recommandations ■ de faire un contrôle de la spermato-
importantes genèse.

Afin d'éviter des erreurs irréparables, il


est recommandé :
■ de vérifier l'état de santé de l'animal
(bon état, pas de piétin) ;

Photo 6.2.
Lot de béliers.

88
Reproduction
R eproduction

La reproduction est Tun des trois facteurs-clés (avec la qualité des carcasses
et la maîtrise des coûts) pour améliorer la productivité numérique, d'où la
nécessité pour Téleveur de maîtriser cette étape.
N’o ublions p as p ar a ille u rs que les p erfo rm an ces de rep ro d uction
dépendent fortement du milieu, c’est-à-dire de la conduite d’élevage prati­
quée par l’éleveur.
Le processus de la reproduction est un phénomène physiologique complexe.
De plus, pour chaque espèce il présente des particularités qu’il est indispen­
sable de connaître afin d’éviter toute erreur.
Anatomie
des appareils
reproducteurs
Anatomie de l’appareil Le col de l'utérus de la brebis est formé de
nombreux anneaux cartilagineux (5 à 7) en
reproducteur quinconce, qui empêchent le dépôt du sperme
au-delà du col de l'utérus.
de la femelle
Sa connaissance est indispensable
pour pouvoir réaliser certaines inter­
ventions dans de parfaites conditions, Anatomie de l'appareil
par exemple la pose d'éponge, l'insémi­
nation artificielle mais aussi la mise-
reproducteur
bas et les traitem ents post-partum du bélier
(prolapsus...).
L'appareil reproducteur du bélier a pour
L'appareil génital de la brebis (fig. 7.7 et rôle de produire des spermatozoïdes
7.2) comprend : grâce aux deux testicules. Les sperma­
■ les ovaires : au nombre de deux, ils tozoïdes sont ensuite véhiculés par les
élaborent les gamètes femelles et voies génitales avant d'être associés aux
produisent certaines hormones ; sécrétions des glandes annexes pour for­
■ les voies génitales : de l'extérieur mer le sperme.
vers l'intérieur, on trouve la vulve et
le vagin (organes d'accouplement : Les testicules sont volumineux. Le pénis
de 10 à 12 cm), le col de l'utérus (de se termine par une portion renflée :
i à 2 cm), l'utérus (organe de gesta­ le gland. Un appendice vermiculaire
tion) et l'oviducte (10 à 12 cm, lieu de ou « filet » se trouve à son extrémité
fécondation). (fig- 7-3)-
R eproduction

92
A n a to m ie des appareils re p ro d ucte u rs

Vésicules séminales

Ampoule du déférent

Vessie

Rectum

Prostate + les sphincters


Canal déférent
Muscle bulbo-caverneux
Glandes de Cowper(2)
et muscle transverse du périnée
Cordon testiculaire
Muscle de la verge
et muscle ischio-caverneux
Fourreau

Filet ou appendice Bourses

Fig. 7.3. A p p a re il g é n ita l mâle.

La puberté se manifeste entre 5 et 9 mois


selon les races mais l’apparition des cha­
Physiologie leurs est aussi fonction :
■ du mois de naissance : les femelles
de l’activité sexuelle qui naissent en fin d’hiver peuvent
de la femelle être mises à la reproduction en
automne de la même année, vers
non gestante l’âge de 7 à 8 mois. Pour les nais­
sances plus tardives, les femelles
seront mises à la reproduction l'an­
née suivante (12 à 15 mois) ;
Puberté ■ de la race : selon la race, la puberté
peut être plus ou moins précoce
On définit la puberté comme étant l'âge (tab. 7.î). Les races finnoises ou Roma­
où l'animal devient apte à produire des nov peuvent être fécondées vers
gamètes fécondants (premières chaleurs 3-4 mois ;
chez la femelle et première éjaculation ■ de la tem pérature : si on place des
chez le mâle). Il peut alors être mis à la agnelles pendant les mois d'été dans
reproduction. des locaux à une température de 8 à

93
R eproduction

Tableau 7.1. Exemples de variations de l ’apparition de la puberté selon


la race
Races Âge au 1er œstrus Poids à l'œstrus % du poids adulte
Limousine 250 31 65

Berrichon du Cher 261 45 75

Romanov 179 31 65

9 °C, on observe un avancement de la septembre-octobre mais débute en juillet


venue en chaleurs (environ 1 mois) ; pour se terminer en décembre (fig. 7.4J.
■ du poids : pour une race donnée et
au même âge, la puberté est d'au­ Le reste de l'année (période de jours
tant plus précoce que le poids vif est longs), l'activité sexuelle est faible ou
plus élevé ; nulle. Les animaux sont en repos sexuel :
■ de l’environnement : durée d'éclai- c'est l'anœstrus saisonnier.
rement.
Par exemple, la saison sexuelle selon la
Pour « réussir » cette étape aussi bien race est de :
chez la femelle que chez le mâle, il faut ■ Romanov : 220 jours/an ;
respecter des normes de poids et de déve­ ■ Île-de-France : 180 jours/an ;
loppement. Les animaux doivent avoir ■ Suffolk : 120 jours/an ;
atteint 3/4 du poids vif adulte à la lutte. ■ mouton Charolais : 100 jours/an.
En effet, il faut que les femelles pèsent
4/5 du poids vif adulte à la mise-bas.
Pendant l'anœstrus, les béliers conservent
une certaine production spermatique mais
celle-ci est insuffisante pour assurer une
bonne fécondation.
Reproduction saisonnée De nombreux travaux ont montré la liaison
étroite qui existe entre la venue en chaleurs
L'activité sexuelle des ovins varie en des femelles, la variation du poids des testi­
fonction de différents facteurs. cules et la variation de la photopériode :
- en automne : le nombre de femelles en cha­
leurs est maximal et le poids des organes
Les saisons sexuels mâles est maximal ;
- au printemps : on observe un phénomène
inverse, sauf pour les races désaisonnées.
L'activité sexuelle est maximale lorsque
la durée du jour diminue, c'est-à-dire en Ces contraintes imposent à I éleveur certaines
conduites d'élevage :
automne. Pour les mâles et les femelles : - l'utilisation de techniques appropriées ;
c'est la saison sexuelle. La période de - le choix d'une race.
reproduction atteint son maximum en
A n a to m ie des appareils re p ro d ucte u rs

16 h

/ \ Durée
/ \ de jour
\ ?h /
I l I l l i iT I I i i I I Mois
J F M A M J J ' A S O N D J

Fig. 7.4. Variation saisonnière de la venue en chaleurs p o u r des brebis Île-de-France (Thim onier-
M auléon, 1969).

La race élevées, ont une saison sexuelle plus


longue. De plus, elles ont une reprise
Certaines races dont le berceau est situé d'activité au printemps. Parmi ces races,
à des latitudes élevées présentent un on trouve :
anœstrus saisonnier long et marqué. ■ le Mérinos ;
Ces races sont dites saisonnées. Parmi ■ l'île-de-France ;
ces races, on trouve : ■ les Préalpes ;
■ le Bleu du Maine ; ■ le Berrichon du Cher ;
■ le Texel ; ■ les races rustiques...
■ le Charolais ;
■ les races anglaises : Suffolk... ; Cette particularité permet à l'éleveur
■ le Rouge de l'Ouest... de produire des agneaux de bergerie en
réalisant une lutte à contre-saison.
Ce sont surtout des races d'herbage
mais leur domestication, c'est-à-dire Certaines races sont facilement désai-
l'adaptation des animaux au milieu, sonnables : il est possible à l'aide de trai­
ainsi que le croisement atténuent cette tements et de techniques appropriés de
caractéristique. faire venir en chaleurs ces femelles au
printemps. On utilise des races ayant
En contrepartie, ces anim aux qui du sang Mérinos, des animaux croi­
mettent bas en hiver ont une prolificité sés possédant du sang des races citées
élevée : de 170 à 200 %. précédemment.

Les races désaisonnées, dont le berceau


(de la race) est situé dans des latitudes

95
R eproduction

L'âge
Pour une même race, les agnelles Cycle sexuel
(femelles de moins d'un an) ont une saison
sexuelle plus courte que celle des ante- Le cycle sexuel, d'une durée moyenne
naises (femelles de i à 2 ans) et des adultes. de 17 jours (± 2 jours), se traduit par un
ensemble de modifications :
Par exemple, dans le cas de la race ■ au niveau de l'ovaire : production de
Limousine : gamètes ;
■ premières chaleurs agnelle : 09/11 ; ■ au niveau du comportement : les
saison sexuelle : 67 jours ; chaleurs ; la brebis devient plus
■ prem ières chaleurs antenaise : agressive, elle recherche le mâle ;
18/08 ; saison sexuelle : 161 jours ; ■ au niveau hormonal : production
■ premières chaleurs adulte : 06/07 ; d'hormones qui interviennent sur
saison sexuelle : 200 jours. le cycle.

La lactation Le cycle sexuel (fig. -7.5) comprend le


cycle ovarien et le cycle œstrien (ce der­
Après la mise-bas, l'ovaire est au repos ; nier correspond à l'intervalle entre deux
ce repos sexuel est appelé anœstrus de périodes de chaleurs consécutives).
lactation.
Le cycle sexuel se divise en 3 périodes
Il faut compter en moyenne 30 à 40 jours (fig. 7.6).
avant l'apparition des premières cha­
leurs (qui ne seront pas suivies d'une
L'œstrus (36 à 40 heures)
fécondation). En effet, l'involution uté­
rine est de 40 à 50 jours. C'est la période pendant laquelle la
femelle accepte le chevauchement.

La durée de l'œstrus varie avec l'âge de


Ovulations silencieuses l'animal (plus longue chez les adultes
que chez les antenaises et les agnelles)
L'ovaire peut être actif, mais on n'observe et la race (les races prolifiques ont des
pas d'extériorisation du comportement chaleurs plus longues).
des chaleurs. Des techniques appro­
priées perm ettent de stimuler leur La durée des chaleurs varie de 36 à
extériorisation : 40 h ; quant à l'ovulation, elle survient
■ ]eflushing : suralimentation énergé­ 35 à 40 h après le début des chaleurs.
tique momentanée ; Cependant, après un traitem ent de
■ le stress : transfert d'animaux (trans­ synchronisation des chaleurs, l'ovula­
humance, par exemple) ; tion est plus précoce et intervient en
■ l'effet bélier : introduction d'un moyenne 29 heures après l'apparition
bélier dans le troupeau. des chaleurs.

96
A n a to m ie des appareils re p ro d ucte u rs

------------ CYCLE ŒSTRIEN ---------- ------------------- CYCLE ŒSTRIEN —


ŒSTRUS ŒSTRUS
m i i___________________m m i i________________ i i ü i i
1 A 17 1 A 17 à
\4------------- CYCLE OVARIEN ----------- ► k ------------ CYCLE OVARIEN -------►

OVULATION OVULATION OVULATION

Fig. 7.5. Cycle sexuel de la brebis.

16 0 jo u rs
Cycle
ovarien o © 10
\ 8» :!
Ovulation Œ strogènes
Hormones Progestérone
ovariennes \ •

5 10 16 0 jours
Phase préovulatoire — Phase lutéale — Phase préovulatoire
î
Œstrus

Fig. 7.6. Évolution des concentrations hormonales au cours du cycle sexuel de la brebis.

Les chaleurs s'accompagnent de signes La détection des chaleurs est très diffi­
spécifiques : cile dans l'espèce ovine. Le taux d'ovula­
■ comportement particulier : excita­ tion est fonction :
tion, agressivité, recherche du bélier ; ■ de la saison : maximal en octobre-
■ congestion de la vulve ; novembre ;
■ sécrétion filante au niveau de la ■ de la race : race plus ou moins
vulve ; prolifique ;
■ baisse de la production laitière ; ■ de l'âge : minimal pour les agnelles,
■ acceptation du chevauchement. maximal vers 4 à 5 ans pour les brebis ;

97
R eproduction

■ du climat : les températures élevées Romanov. En général, elle apparaît entre


sont défavorables ; 6 et 9 mois.
■ de l’alimentation : une suralimenta­
tion avant la lutte augmente le taux Dès cette étape, l'animal est capable de
d'ovulation (flushing). produire des gamètes fécondants.

Cette puberté dépendra également,


La phase lutéale (J2 à J14)
comme pour les femelles, du mois
L'ovocyte se retrouve dans l'oviducte où de naissance, du niveau alimentaire,
a lieu la fécondation. Le follicule, après de l'environnement... Comme c'est le
avoir perdu son ovocyte, se cicatrise cas pour la femelle, le mâle doit peser
en un corps jaune qui sécrète une hor­ 3/4 du poids vif adulte à la mise à la
mone : la progestérone. Celle-ci a pour reproduction.
rôle de maintenir l'embryon dans l'uté­
rus et de bloquer tout nouveau cycle. S'il
y a fécondation, le corps jaune devient
un corps jaune de gestation en produi­ Production de sperme
sant constamment de la progestérone.
La production de sperme est continue et
La phase préovulatoire proportionnelle au poids des testicules.
( J 1 5 à J17) Elle est fonction :
■ de l'âge : un jeune produit moins
S'il n'y a pas eu fécondation, le corps qu'un adulte ;
jaune régresse sous l'action d'autres ■ de la saison : le poids des testi­
hormones. De nouveaux follicules vont cules est m axim al en automne
à nouveau se développer pour le futur (fig. 7.7J. Au printemps, plus de la
cycle.

Poids du te s tic u le
(g)
300 -
Physiologie
de l’activité sexuelle
du mâle
250 -

200 - '
/V
\ j 16h D u rée
...................... é c la ire m e n t

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Puberté I F M A M J J A S O N D J M o is

Comme chez la femelle, la puberté chez


Fig. 7.7. Variation saisonnière du p o id s du
le mâle est fonction de la race : 6 à 7 mois te s ticu le de b é lie r adulte Île-de-France
chez l'île-de-France, 3 à 5 mois chez la (Pelletier, 1971).

98
A n a to m ie de s appareils re p ro d ucte u rs

moitié des spermatozoïdes dégé­ Le comportement sexuel du mâle est


nèrent ; de plus, la chaleur inhibe la plus facilement observable tout au long
spermatogenèse ; de l'année que celui des femelles.
■ de l’état de santé : parasitism e,
affection des pieds... Les critères les plus spécifiques sont
(fig. 7.8):
Le volume d’un éjaculat est en moyenne ■ retroussement de la lèvre supérieure
de 0,9 mL. Sa concentration en sperma­ avec la tête relevée;
tozoïdes est de 1,5 à 6 millions par mL. ■ « flairage » du périnée de la brebis et
de l'urine au sol ;
Les spermatozoïdes s’accumulent dans ■ émission de faibles bêlements ;
la queue de l'épididyme, et il est pos­ ■ léchage du flanc de la brebis avec
sible d'apprécier leur volume par pal­ entrées et sorties rapides de la
pation. En lutte naturelle, on compte langue ;
50 à 60 femelles par mâle en automne. ■ petits coups saccadés de la patte
Un mâle peut saillir 8 à 35 femelles dans antérieure contre le flanc de la
une journée. brebis...

Lors de l'achat d'un bélier, il faut s'assurer


qu'il a bien deux testicules et qu'il ne présente
pas d'infection génitale.

Fig. 7.8. Comportement s e xu e l du b é lie r ( d'après E.M. Banks).

99
Maîtrise
de la reproduction
Aujourd'hui, l'éleveur dispose de plu­ préparé. Pour assurer un maximum d'ef­
sieurs techniques pour m aîtriser la ficacité, il est recommandé d'introduire
reproduction de ses animaux. un mâle pour 25 femelles et de faire un
essai sur un nombre limité de brebis
pour connaître la capacité de réaction
de la race et de la souche utilisée.
Effet bélier
La production d'agneaux est tributaire
de la saisonnalité de la reproduction, en
particulier pour les agneaux de bergerie Synchronisation
commercialisés de Noël à Pâques.
hormonale
La pratique de l'effet bélier est un outil des chaleurs
pour contourner la particularité de cette
espèce (animaux saisonnés). Dès 2006, apparaît la nouvelle éponge
vaginale « universelle » destinée à la syn­
L'introduction d'un mâle dans un trou­ chronisation et à l'induction de l'ovula­
peau de femelles après une séparation tion chez les brebis et les agnelles.
d'au moins un mois influence le méca­
nisme de la physiologie de la reproduc­ Aujourd’hui, on utilise une seule pré­
tion : induction de l'activité sexuelle des sentation (taille) et un seul dosage
femelles, à condition que l'on soit proche pour les femelles : 30 mg de FGA (bre­
de la saison sexuelle. bis et agnelles), quelle que soit Vépoque
du traitement (saison sexuelle ou
Cet effet sera surtout marqué en fin contre-saison).
d'anœstrus. Cette « technique » peut
être utilisée au printemps en intro­ De plus, cette éponge en m ousse
duisant un bélier vasectomisé (animal blanche, plus souple, est mieux tolérée.
stérile du fait de la section des canaux La micronisation de la cronolone assure
déférents). Elle a pour effet de provoquer un maximum d'efficacité, et donne de
la reprise de l'activité sexuelle durant bons résultats : 70 % de fertilité sur des
environ 1 mois. On pourra alors synchro­ brebis laitières inséminées en saison
niser les chaleurs, voire utiliser un bélier sexuelle, et plus de 65 % de fertilité sur

10 0
Maîtrise de la reproduction

des brebis allaitantes en contre-sai­ ■ de mieux organiser le travail par une


son, avec une très bonne productivité meilleure surveillance des animaux
numérique. et une meilleure gestion technique
du troupeau ;
■ d'améliorer la productivité et la pro­
lificité, en réalisant trois agnelages
Principe en deux ans par exemple ;
■ d'utiliser l'insémination artificielle,
On peut diviser le cycle sexuel en la transplantation embryonnaire,
2 phases : tout en améliorant le niveau géné­
■ une phase folliculaire d'environ tique du troupeau ;
3 jours, qui se termine par l'appari­ ■ d'améliorer la rentabilité du troupeau.
tion des chaleurs puis de l'ovulation ;
■ une phase lutéale d'environ 14 jours,
qui prépare l'utérus à la nidation de
l'embryon. C'est pendant cette phase Réalisation pratique
que le corps jaune sécrète de la pro­
gestérone qui inhibe toute nouvelle ■ On utilise des éponges vaginales
ovulation. imprégnées d'un progestagène de
synthèse (cronolone ou FGA) (fig. 8.î).
Le principe de cette technique est de m Les éponges sont placées dans le
prolonger la phase lutéale, à l'aide vagin durant 14 jours à l'aide de l'ap-
d'un progestagène : corps jaune arti­ plicateur (photo 8.2).
ficiel (cronolone ou FGA: acétate de m Une pulvérisation d'antibiotiques
flugestone). À l'arrêt du traitem ent limite les infections (photo 8.i).
(retrait de l'éponge), on observe une
chute de la concentration de la crono­
lone, qui se traduit par l'apparition des
chaleurs dans un délai de 24 à 48 heures
après ce retrait. L'injection de PMSG
(Pregnant Mare Sérum Gonadotrophine)
assure une meilleure ovulation ainsi
qu'un groupage de celle-ci.

Intérêts
Cette technique permet :
■ d'induire mais aussi de synchroniser
les chaleurs et les ovulations ;
■ de grouper les mise-bas à une
période choisie ;

101
R eproduction

Photo 8.1. Photo 8.2.


Pulvérisation d'antibiotiques. Éponge en place dans l'applicateur.

■ Au moment de leur retrait, on injecte ■ Cette pratique nécessite l'organisa­


une dose de PMSG (dose qui sera tion d'un chantier afin de travailler
fonction de la race, de la période, dans les meilleures conditions.
de la catégorie des animaux, de leur ■ Le coût du traitement par animal
prolificité précédente...), avant 10 h le varie de 3,80 à 5,30 €.
matin pour permettre les saillies ou
l'IA dans des conditions optimales.
■ De 48 à 60 heures après ce retrait, on
réalise une première puis une deu­ Bilan
xième saillie (lutte en main) ou une
IA à 55 heures (± 1 h chez les brebis) Dans tous les cas, les reproducteurs
et à 52 heures (± 1 h chez les agnelles) devront être aptes à la reproduction (ni
(fig- 8.2). trop maigres, ni trop gras, ni boiteux...)
■ En saison sexuelle on réalise une et bien entendu en bon état de santé.
seule IA.

1 . ^
1 I
Pose de l'éponge Retrait de' l'éponge
JLLIE
2e SPJLLIE
> r

14 j
> T
y
j" 48 h | 60 h

PMSG
ou 1 IA à 52 h (brebis)
1 IA à 55 h (agnelles)

Fig. 8.2. Synchronisation hormonale des chaleurs : réalisation pratique.

102
M aîtrise de la reproduction

Il faut préférer la lutte en main ou la corporel) est supérieure ou égale


lutte par lot à la lutte libre (tab. 8.i). On à 3. Prévoir une alimentation qui
observe 10 points d'écart de fertilité. permettra d'atteindre cet objectif;
• réaliser un flu sbin g 3 semaines
Les taux de fertilité énoncés précédem­ avant la pose d'éponges et le pour­
ment nécessitent une bonne prépara­ suivre 3 semaines après la saillie ;
tion des mâles et des femelles : • respecter un âge d'au moins
■ préparation des mâles : leur assurer 8 mois pour les agnelles, avec un
une complémentation (400 à 500 g poids minimal des 2/3 de celui des
de céréales en plus par jour, préférer animaux adultes. Il est conseillé
l'avoine) 1 mois voire 2 mois avant la de procéder au dépucelage 8 à
mise à la lutte. Ne pas oublier de les 10 jours avant la pose ;
vermifuger et de les complémenter • dans tous les cas, pratiquer cette
avec des vitamines et des minéraux ; synchronisation en limitant les
■ préparation des femelles : stress. Attention, la nidation se
• respecter un intervalle minimal réalise 3 semaines après la saillie :
entre la dernière mise-bas et la éviter toute m anipulation qui
pose d'éponge de 60 jours en pourrait entraîner un avortement.
saison sexuelle et de 75 jours en
contre-saison ;
• dans tous les cas, les agneaux
doivent être sevrés avant la pose
des éponges ; Transplantation
• réaliser la vaccination contre les
avortements (s'ils ont été observés embryonnaire
dans l'élevage) ainsi que les traite­
ments antiparasitaires (en fonc­
tion des analyses coprologiques
et des observations) ;
Définition
• m ettre à la reproduction les C'est une méthode de reproduction
femelles dont la NEC (note d'état artificielle qui consiste à prélever après

Tableau 8.1. Gestion des béliers

Saison sexuelle Contre-saison


Nombre Intervalle Nombre Intervalle
de femelles entre 2 lots de femelles entre 2 lots
pour 1 bélier pour 1 bélier
Brebis 10 3-4 jours 5 1 jours

Agnelles 7-8 3-4 jours 3-4 7 jours

103
R eproduction

fécondation et avant nidation dans meilleurs géniteurs et plus de descen­


l'appareil génital d'une femelle, dite dants mâles à mettre en testage. Elle
donneuse, le ou les embryons pour les permet aussi de conserver les races en
transférer dans l'appareil génital de plu­ voie de disparition.
sieurs femelles (de même espèce), dites
receveuses, où le ou les embryons va
(vont) se développer jusqu'à la naissance.
Technique
Les embryons sont produits par super­
Principe ovulation des donneuses (fig. 8.3),
qui feront l'objet de prélèvements des
Il consiste à détruire le corps jaune au embryons à un moment très précis.
moment opportun pour perm ettre
aux nombreux follicules atrésiques La collecte et le transfert des embryons
d'atteindre le stade préovulatoire, puis nécessitent l'accès à l'utérus par voie
permettre l'ovulation d'un maximum de tran sp ériton éale sous anesthésie
follicules qui donneront un maximum générale. La lourdeur de l'intervention
d'embryons. chirurgicale et son rendement restent
aujourd'hui un frein au développement
de cette technique dans cette espèce.
Elle est surtout utilisée par les centres
Intérêts de sélection et par quelques éleveurs
sélectionneurs.
Cette technique permet d'obtenir un
grand nombre de descendants des

1 14 jours *
Pose éponge Retrait Œstrus Insémination
_V 4 4 1 11 ,1 l1ILtI I É. |
” T" Brebis donneuses t I I I 1 1 1 T 1 1 1
- 2 4 h Oh JO J1 J2 J3 J6
- 1 6 h + 12 h
1 1
4 injections de p FSH

Injection TRANSFERT
500 Ul PMSG 4
V
—T" Brebis receveuses
t
Pose éponge
t
Retrait
14 jours ^
1

Fig. 8.3. Traitements de synchronisation des chaleurs et superovulation (d'après Torres, Cognie et Colas).

10 4
M aîtrise de la reproduction

la stimulation et la reprise de l'activité


sexuelle chez les femelles et les mâles
Traitement à base (fig. 8.4). Il est possible de placer les ani­
maux dans des bâtiments adaptés pour
de mélatonine modifier la photopériode et/ou d'utiliser
des implants à base de mélatonine.
De nombreux travaux ont montré la
liaison étroite qui existe entre la venue
en chaleurs des femelles, la variation du
poids des testicules et la variation de la Intérêts
photopériode :
■ en automne : le nombre de femelles Ce traitement permet :
en chaleurs est maximal et le poids ■ d'avancer la période de lutte de 6 à
des organes sexuels mâles est maxi­ 8 semaines ;
mal également ; ■ d'améliorer les perform ances de
■ au printemps : on observe un phé­ reproduction (fertilité, prolificité,
nomène inverse, sauf pour les races fécondité : de 10 à 20 %) ;
désaisonnées. ■ d'avoir une période d'agnelage plus
courte (environ 3 semaines) ;
La modification de la durée du jour pro­ ■ de coupler cette pratique avec la
voque la sécrétion d'une hormone par pose d'éponge ;
la glande pinéale (active en période ■ d'augmenter la quantité et la qualité
obscure) : la mélatonine, qui permet de la semence des mâles ;
■ d'avoir des mâles plus ardents très
tôt en saison ;
■ d'augmenter le nombre de femelles
saillies en contre-saison ;
■ d'induire l'effet bélier;
■ de planifier le travail ;
■ de prolonger la saison sexuelle, par
la pose d'implants fin novembre-
début décembre pour des saillies
programmées fin janvier et février
(programme hors AMM).

Principe
L'implant de mélatonine mime les nuits
longues (fig. 8.s et 8.6).

105
R eproduction

3 implants par bélier


+ isolement des femelles Introduction des béliers

MELOVINE

4
implants
6 à 7 semaines

iil

Pose d'1 implant par femelle

Fig. 8.5. Synchronisation des chaleurs à l'aide d'implants de mélatonine.


Source : CEVA.

Fig. 8.6. Planning.


Source : CEVA.

Réalisation pratique Chez le mâle


À l’aide d'un pistolet spécial (photo 8.3), On pose 3 implants sur les mâles. Ces
on administre l'implant en sous-cutané animaux seront isolés pour limiter leur
à la base de l'oreille (photo 8.24). Celui-ci contact (par la vue, l'odeur, l'ouïe) avec
se désagrège complètement au bout de les femelles.
3 semaines.

10 6
M aîtrise de la reproduction

la lutte. Pour regrouper les mises-bas en


saison sexuelle, il est possible de poser
des éponges 14 jours avant l'introduction
des béliers.

Le pic des saillies s'opère 15 à 20 jours


après l'introduction des béliers.

Le coût est de l'ordre de 5 € par animal.


Photo 8.3.
P isto le t p o u r la pose d'im plants.
Source : CEVA.

Conclusion
Cinquante-six jours plus tard, on intro­
duit ces animaux avec les femelles. Les techniques de maîtrise de la repro­
duction ne doivent pas être utilisées
Chez la femelle pour résoudre les problèmes de repro­
duction existant dans l'élevage. Au
Chez les agnelles et les brebis, on pose un contraire, elles viennent compléter une
implant 6 à 7 semaines avant la mise à bonne gestion de la reproduction.

mm
Photo 8.4.
Pose d'im plant.
Source : CEVA.

107
Physiologie de
la femelle gestante
Fécondation La lutte par lots
Elle se déroule en trois étapes : Dans ce cas, un bélier est placé avec un
■ la remontée des spermatozoïdes à lot de brebis. La durée de cette lutte
travers l'appareil génital de la brebis ; s'étend sur 6 sem aines environ. Le
■ la pénétration de ceux-ci dans contrôle de paternité est possible. Mais
l'ovocyte II ; il est parfois sage de changer de bélier
■ la fusion du gamète mâle (sperma­ après cette période, pour éviter tout pro­
tozoïde) avec le gamète femelle (ovo­ blème de fertilité.
cyte II) pour donner naissance à un
œ uf. La lutte en main
La mise en place de la « semence » peut Cette technique est employée à la suite
se faire par : d'une synchronisation des chaleurs. Les
■ l'accouplement (la lutte) ; femelles sont placées les unes après
■ l'insémination artificielle. les autres dans un box où se trouve un
mâle. Chaque femelle est saillie une
voire deux fois. Dès la saillie, elles sont
retirées et ainsi de suite pour l'ensemble
La lutte des femelles. Cette technique nécessite
beaucoup de béliers (il faut un bélier
La lutte, qui dure en général 2 mois, pour 8 à 10 brebis), et de main-d'œuvre.
nécessite une préparation si l'on sou­
haite obtenir de bons résultats. La pose d'un harnais marqueur permet de
repérer les femelles saillies.
La lutte libre
Elle consiste à placer plusieurs béliers
dans un troupeau en s'assurant que les
béliers ne se battent pas. On obtient en
général de bons résultats. En effet, si un
bélier ne saillit pas ou peu, un autre le
L’insémination
fait. Mais on ne connaîtra pas directe­ Son utilisation ne peut être faite
ment les paternités. qu'après une synchronisation des cha­
leurs. La semence contenue dans une

108
Physiologie de la fem elle gestante

paillette de 0,25 cc (80 millions de sper­ L'utilisation de béliers qualifiés AMélio-


matozoïdes) est le plus souvent fraîche, rateurs BOucherie (AMBO) voire ÉLITE a
c'est-à-dire récoltée et conditionnée la démontré un gain de 5 à 10 € par agneau
veille parle centre d'insémination. Cette du fait de leur meilleure carcasse, d'une
semence sera déposée à l'entrée du col amélioration du rendement et de la
de l'utérus. La fertilité est de 60 à 65 % conformation de ceux-ci (tab. g.î).
selon les races. Comme il est impossible
de déposer la semence au-delà du col de Le coût de l'insémination « classique »
l'utérus, il est envisageable d'inséminer varie de 3,80 à 6,10 €. Son financement
les femelles par voie intra-utérine. Dans fait aujourd'hui l'objet d'aides sous
ce cas, un trocart placé dans le flanc forme de subventions qui couvrent la
gauche perm et de déposer, par son quasi-totalité de ce montant.
intermédiaire, directement la semence
à l'entrée des trompes (photo 9.7J. Les L'IA est un investissement et non une
résultats sont améliorés de 10 %, mais charge (photos 9.2 et 9.3).
le coût de l'intervention est plus élevé.

Photo 9.1.
Insém ination p a r voie intra-utérine.

Tableau 9.1. Effets de l'utilisation d’un bélier am éliorateur

| Poids de la carcasse Classification U et E


+ 0,5 à + 0,8 kg + 5 à 10 %

10 9
R eproduction

Photo 9.2. Photo 9.3.


Insém ination. Insém ination.

régime alimentaire de cette nouvelle


Dès que l'insémination est réalisée, il faut
laisser les brebis dans un parc au calme. exploitation, et pour vérifier toute
Pour am éliorer les résultats de la fertilité, il infection (des testicules, des pieds...).
est souhaitable de placer un bélier dans ce ■ Préparer les béliers 2 mois avant la
parc 5 h après cette intervention.
lutte (il faut environ 2 mois pour pro­
duire un spermatozoïde).
■ Vérifier l'intégrité des organes
Les femelles non fécondées après une génitaux.
synchronisation reviennent en chaleur ■ Parer les pieds, et déparasiter les ani­
17 jours après. Il est judicieux d'intro­ maux 2 mois avant la lutte.
duire les béliers dès le 14-I5e jour après ■ Contrôler la semence.
l'IAoules saillies. ■ Réaliser wnflushing avant et pen­
dant la lutte (avec de l'avoine de
préférence).
■ Ne pas utiliser d'antibiotiques contre
Conséquences pratiques une maladie lors de la lutte.
■ Tondre les animaux et si possible les
Pour améliorer les résultats, l'éleveur testicules.
devra mettre les meilleurs atouts de ■ Ne pas laisser les béliers dans un
son côté. bâtiment sur une litière accumulée
(elle chauffe les testicules).
■ Stimuler l'ardeur du bélier (faire
Pour les mâles
des séances d'entraînement avec
■ Si l'animal a été acheté, réaliser une quelques femelles avant le début de
quarantaine pour pratiquer la prise la lutte).
de sang en vue de détecter certaines ■ Réduire les dimensions des parcs de
m aladies réputées légalem ent lutte (les déplacements des béliers
contagieuses, pour l'adapter au sont réduits).

110
Physiologie de la fem elle gestante

■ Rassembler chaque soir pendant la de choisir un bélier « expérimenté »


lutte les animaux dans un parc plus pour saillir spécialement et unique­
réduit. ment ces jeunes femelles.
■ Disposer d'un nombre de mâles ■ Ne pas laisser un bélier continuel­
suffisant (1 pour 50 femelles en lement dans le troupeau ; un repos
automne, 1 pour 10 à 20 femelles au diurne améliore son efficacité.
printemps) (tab. 9.2). ■ Après un ou deux cycles, changer les
■ Ne pas utiliser d'agneau pour une béliers de lots.
lutte de printemps. ■ Surveiller le déroulement de la lutte
■ Faire une lutte spéciale pour les en utilisant un harnais marqueur, ou
agnelles. En effet, ces femelles ayant encore appliquer du « marqueur »
un comportement de reproduction sur la « pointe du sternum » pour
particulier, rendant difficile leur repérer les femelles saillies (pho­
saillie par le mâle, il est préférable tos 9.4 et 9.s).

I Tableau 9.2. Nom bre de brebis par bélier

Catégorie des femelles Adultes Agnelles


En saison 40 à 50

En contre-saison 20 à 25

Sur éponge 4à5

Avec mélatonine 20 à 25

Photo 9.4. Photo 9.5.


B é lie r avec harnais marqueur. B élier ayant fa it l'objet de l'application d'un marqueur.

111
R eproduction

Pour les femelles est vivement conseillé de renoncer


à toute intervention ou m anipu­
■ Réaliser les différentes vaccinations lation pendant cette période et à
au moins un mois avant la mise à tout changement brusque dans la
la lutte, ainsi que le parage et les conduite (alimentation...) ;
drogages. ■ la gestation proprement dite : elle
■ Les femelles devront être en bon état commence à la fin de la nidation,
corporel : NEC = 3. à partir du 17e jour, alors que l’œ uf
■ Réaliser un flushing : supplément commence à se fixer. Pendant cette
énergétique soit sous forme de gestation, les enveloppes fœtales
céréales (avoine), soit sous forme se m ettent en place. Parmi ces
d’herbe..., 3 semaines avant la lutte enveloppes, on trouve l’amnios, qui
et 5 semaines après. Ce supplément contient un liquide nourricier, l’al-
aide à améliorer la fécondité et la lantoïde (encore appelée ire poche
prolificité. des eaux), dans laquelle s’accu­
■ La tonte est souhaitable... mulent les déchets, et le chorion,
qui enveloppe le tout. Sa membrane
externe porte des villosités appelées
cotylédons, d’où l’appellation pla­
Gestation centations cotylédonaires (fig. 9.2).

Le placenta (ensemble des tissus mater­


nels et fœtaux) assure la fixation du
Définition, généralités fœtus et le passage des éléments nutri­
tifs. Il a par ailleurs un rôle protecteur et
C’est la période qui s’écoule entre la hormonal.
fécondation et la mise-bas.
Il ne laisse pas passer les anticorps fabri­
Sa durée est d'environ 5 mois (fig. g.i), qués par la mère, d’où la nécessité abso­
mais elle varie selon les races (148 jours lue de faire boire le colostrum au jeune
pour l'île-de-France, 143 jours pour le plus rapidement possible après la
la Romanov...), l’âge de l’animal (plus naissance.
courte chez les agnelles), la taille de la
portée (la durée est plus courte chez
les portées multiples), la saison (plus
longue pour une lutte de printemps). Contrôle de la gestation
Cette gestation se déroule en deux Aujourd’hui, l’éleveur ne peut plus se
étapes : passer du diagnostic de gestation dans
■ la progestation : elle dure envi­ le cadre d’une parfaite maîtrise de la
ron 20 jours. Pendant cette étape, conduite de son troupeau, et cela afin :
l’œ uf mène une vie libre. Pour évi­ ■ d’éviter de nourrir inutilement des
ter toute mortalité embryonnaire, il femelles vides (fig. 9.3), une femelle

112
Physiologie de la fem elle gestante

113
1B R E B IS V I D E |

C hoc B ru c e llo s e

Reproduction
T o x é m ie -g e s ta tio n AVORTEM ENTS C h la m y d io s e
- AVORTEM ENTS !
S u rc h a rg e a lim e n ta ire non IN F E C T I E U X ) S a lm o n e llo s e
F iè v re Q
A lim e n t p a r t ic u lie r in fe c tie u x
M o is is s u re A u tr e s

S tre ss d iv e rs
T e m p é ra tu r e basse o u
M o r ta lit é
élevée
E M B R Y O N N A IR E
A lim e n ta tio n
V a c c in a tio n -d ro g a g e

S p e rm a to z o ïd e s a n o rm a u x j A b s e n c e de — S tre s s a p rè s s a illie
F é c o n d a tio n M a u v a is e re m o n té e des o u IA
(a c ro s o m e e t tê te s ) ( p é n é tra tio n
(a bse nce ) s p e rm a to z o ïd e s — V a g in ite , m é t r it e (sang e t
O v u le a n o rm a l (te m p é ra ­ i de s p e rm a to z o ïd e
tu r e élevée) I d a n s l'o v u le p u s d a n s le tra c tu s )
— F o r t % d e s p e rm a to z ïd e s
A c c o u p le m e n t a n o rm a u x (fla g e lle s )

D if f ic u lt é : la in e s u r q u e u e I A - M a u v a is e a p p lic a tio n ( P r é p a r a tio n se m e n ce


e t g ig o t de la te c h n iq u e ( C o n s e rv a tio n — m is e en p la c e
P ré fé re n c e in d iv id u e lle des
S a illie
m âles (âge, ra ce)
I n c o m p a t ib ilité d u e au f o r ­
m a t d if fé r e n t

S a is o n (ra c e )
ARDEUR
| — S aiso n C o n d itio n s d 'é le v a g e (m â le in a c tif o u h o m o s e x u e l)
\ — A lim e n ta tio n
| — P a ra s itis m e
| — C arence M x , V it . S p e rm a to g e n è s e
— S a is o n (ra c e ) O vo génè se — k y s te D é s é q u ilib re h o rm o n a l . O rig in e in fe c tie u s e : O R C H IT E - É P I D I M Y M I T E
—  ge P h y to œ s tro g è n e • S a is o n : baisse de p r o d u c t io n o u a n o m a lie
— A lim e n t ( flushing v it. A e t M x ) •  ge : a lim e n ta tio n e t c a re n c e (p h y to œ s tro g è n e )
— T e c h n iq u e d 'é le v a g e — p a ra s itis m e • P r o d u it p a r t ic u lie r : c y c lo p h o s p h a m id e , a rs e n ic

A n o m a lie O R G A N E S E X U E L fe m e lle : a n a s to m o s e graisseuse C f O R G A N E S E X U E L m â le


(F re e M a rtin is m e , Q (9 e x c e s s iv e m e n t grasse) c r y p t o r c h id ie
a u tre s ) + lé s io n — a tr o p h ie

I lu. U.J. L ia U i/iâiÊ iiîM a vuiva U m itilyaua


Physiologie de la fem elle gestante

non gravide entraînant un manque d'un écho, s’ils rencontrent un obstacle


à gagner d'environ 80 € par an ; (qui peut être la poche des eaux, mais
■ de les remettre à la reproduction ; parfois aussi la vessie !....).
■ de constituer des lots homogènes
pour optimiser leur alimentation ; Différents appareils sont disponibles,
■ de prévoir leur vente ; mais le plus employé est l'échotomo-
■ d'établir des rations adaptées graphe.
(femelles portant des doubles ou
des triples...). Son principe est le suivant : une sonde
placée dans le creux de l'aine (35 à
Il existe de nombreuses autres tech­ 45 jours après l'insémination artificielle
niques plus ou moins sophistiquées, ou à partir du 45e jour pour détecter le
mais pour des raisons de commodité, nombre ou le stade du ou des foetus)
le diagnostic de gestation fondé sur permet d'obtenir une image des tissus
les méthodes biophysiques est le plus sur un écran (photos g.6 et g.y). Cette
employé. technique précoce est d'une très bonne
fiabilité. Elle permet en plus de dénom­
Le principe consiste à émettre des ultra­ brer le nombre de fœ tus (photos g.8 et
sons qui donnent lieu à la production 9-9)-

Photo 9.6. Photo 9.7.


M a té rie l en place. R éalisation d'une échotonographie.

115
R eproduction

Photo 9.8.
B rebis gestantes tondues (1 m ois avant la mise-bas).

Photo 9.9.
B rebis échographiées p le in e s : 2 tra its = 2 agneaux.

1l6
Physiologie de la fem elle gestante

Pour réaliser cette manipulation dans


Il existait un appareil fondé sur l'effet Dop-
de bonnes conditions, il est souhaitable pler (un son émis par le flux sanguin ou par
d'observer une diète hydrique et un la circulation sanguine de la mère au niveau
arrêt de la distribution de fourrage 12 à de l'utérus), qui était utilisé à partir de 60 à
14 heures avant. 70 jours, mais cette technique est aujourd'hui
abandonnée.

Le coût de cette opération est de l'ordre


de 1,07 à 1,52 € pour un dénombrement
par brebis. Mais ce prix est fonction du
nombre de diagnostics à réaliser.
Problèmes au cours
L'animal diagnostiqué gestant peut avor­
ter quelque temps après. Dans ce cas,
de la gestation
l'éleveur pourra dans le doute pour deux Avortements
ou trois animaux faire appel à d'autres
techniques comme : De o à 15 jours après la lutte ou l’IA, il faut
■ le dosage de la PSPB ou protéine de éviter tout stress (changement d'alimenta­
Sasser, qui consiste à doser la pré­ tion, tonte, parage, drogage, vaccination...)
sence de cette protéine produite qui risquerait de provoquer des mortalités
par l'embryon à partir d'un prélè­ embryonnaires (de l'ordre de 10 à 30 %).
vement sanguin au moins 22 jours Des températures élevées (au-dessus
après l'IA ou la lutte, 32 jours pour de 30 °C) en période de lutte et jusqu'à
les femelles laitières (des kits pour 20 jours après la saillie peuvent également
les prélèvements sont en vente) ; entraîner des mortalités embryonnaires.
84jours après l'IA, on peut réaliser
le dénombrement : concentration en De 4 semaines après la lutte jusqu'à
PSPB plus élevée ; 3 mois de gestation, on peut considérer
■ l'échoscopie, petit appareil de poche, les brebis comme « vides ». Toute inter­
peu onéreux, dont le principe est vention classique n'aura pas de réper­
similaire à celui de l'échotomogra- cussions négatives.
phie, mis à part le fait que l'écho est
réfléchi dans l'appareil, qu'un son est L'avortement est l'expulsion d'un fœtus
émis et qu'une lampe s'allume ; mort. Il est le plus souvent observé dans
■ le détecteur de liquide amniotique : les deux derniers mois de gestation. Les
il permet de détecter la présence de avortements sont fréquents : les causes
ce liquide entre le 60e et le 100e jour en sont diverses, mais le plus souvent
de gestation. On utilise une sonde ils sont d'origine infectieuse (35 % des
externe. Le coût de cet appareil est cas). Ce type d'avortement est à redouter
de l’ordre de 3106. dans un élevage.

117
R eproduction

Les différents types d'avortements


T o x é m i e de g e s t a t i o n
■ L'avortement sporadique : le plus
souvent accidentel, il est dû à une Appelée égalem en t m aladie des
mauvaise manipulation ou à une « agneaux jum eaux », la toxémie de
forte carence. Cet avortem ent gestation est une maladie métabolique
concerne un, voire deux animaux qui apparaît en fin de gestation du fait
dans le troupeau. d'une mauvaise alimentation.
■ L'avortement nutritionnel : le pro­
blème réside dans l'équilibre de la En effet, les besoins augmentent à cause
ration tant du point de vue quanti­ des fœtus et la distribution d'une ration
tatif que qualitatif (voir Toxémie de constante ne suffit plus à leurs besoins,
gestation, ci-après). car les fœ tus prélèvent leur énergie
m L'avortement parasitaire : il est le directement dans le sang et les réserves
plus souvent dû à la grande douve. corporelles.
■ L'avortement infectieux : il est dû à
un agent pathogène (salmonelles, La dégradation des réserves corporelles
Chlamydia...) (tab. 9.3). provoque la formation de corps céto-
niques qui vont s'accumuler dans l'or­
On peut encore trouver d'autres types d'avor- ganisme et l'intoxiquer. En effet, cette
tement (par l'absorption de plantes toxiques, substance ne peut plus être recyclée du
par l'ingestion d'une trop grande quantité fait de la carence énergétique.
de céréales, par un parasitage externe très
important...).
L'animal perd l'appétit, ne rumine plus,
il a du mal à se déplacer, présente des
troubles de la vue, dégage une odeur de
pomme, avorte, tombe parfois dans le
Conduite à tenir coma avant de mourir.
Dans le doute et à titre préventif, il faut
faire parvenir au laboratoire (DSV) : À l'autopsie, on observe un foie hypertro­
■ un ou plusieurs avortons avec les phié et une dégénérescence.
enveloppes ;
■ une fiche explicative mentionnant Le traitement devra en premier lieu réta­
l'âge de l'animal, le nombre de blir l'équilibre énergétique par l'apport
brebis ayant avorté, les différents de glucose et d'hépatoprotecteurs.
traitem ents effectués, le régime
alimentaire, les troubles observés... À titre préventif, il faut adapter le régime
alimentaire aux besoins des animaux en
Cette démarche est vivement conseillée. apportant des aliments énergétiques
peu encombrants (céréales, pulpe,
En attendant les résultats d'analyses, il mélasse...) au cours du dernier mois de
faut isoler le ou les animaux du reste du gestation, tout en s'assurant que les ani­
troupeau et voir avec le vétérinaire les maux ont bien été déparasités (intégrité
mesures à prendre en attendant. du foie).

118
■T in i p n u m . wAI't /' t iv *h f n ir. , n n ..,

M a la d ie s S tade de A u tre s C a ra c té ris tiq u e s e t C o n ta m in a tio n P ro p h y la x ie M a îtris e in fe c tio n R isqu es p o u r


g e s ta tio n m a n ife s ta tio n s é v o lu tio n l'h o m m e

Salmonellose Pendant Fièvre, abattement, Survient le plus souvent Contact Sanitaire Antibiogramme Aucun pour
toute la inappétence, à l'occasion d'un stress Ingestion Médicale (en zone pour déterminer S. abortus ovis
gestation troubles digestifs, Série d'avortements Par les animaux d'enzootie) l'antibiotique +++ pour
mortinatalité suivis par une période de basse-cour, Vaccin tué actif sur le les autres
pendant laquelle les mammifères, Vaccin vivant germe concerné sérotypes
seules les agnelles et l'homme (en général
les brebis introduites chloramphénicol)
avortent

Chlamydiose Très tardif Morti natalité Après la vague Ingestion Sanitaire Tétracycline longue +
(3 dernières Agneaux chétifs d'avortements, arrêt Béliers Médicale action à toutes les
semaines) Pneumonies (sauf sur les agnelles) et Saillies Vaccin tué (pour l'instant) femelles gestantes
Polyarthrites sur poussées enzootiques sur agnelles et brebis d'au moins 110 jours,
agneau à 5 ans environ introduites, 1 mois avant la renouvelée à
d'intervalle lutte, rappel éventuel sur 15 jours
antenaises d'intervalle

Brucellose Orchite-épididymite Avortements nombreux Ingestion Prophylaxie régionale Aucun +++


Annexites du bélier la V e année, plus rares Inhalation Zone indemne : prophylaxie
l'année suivante Contact sanitaire stricte
Disparaissent puis Saillies Zone à haut risque :
réapparaissent ensuite vaccination systématique
pendant 3 ans au moins

Physiologie de la femelle gestante


Vaccin vivant Rev 1 sur
béliers et agnelles de 3 à
6 mois (possible entre 2 et
9 mois)

Fièvre Q Précoce ou Bronchopneumonie Endémique : Voie aérienne Sanitaire Tétracycline en cas +++
tardif Ophtalmie avortements d'une Voie génitale Médicale : vaccin tué d'avortements en
partie du troupeau associé à celui de la série
chlamydiose

Listériose Encéphalites Ingestion (en Ensilage de bonne qualité Aucun +


Ophtalmie (agents particulier) Pas de vaccin
différents) Ensilage

Toxoplasmose Pendant la Infertilité Avortement Aliments souillés Vaccination Sulfamides +++


gestation Mortalité néonatale parlesfécès des Attention aux chats Zoonose
Momification chats Prophylaxie sanitaire
Dératisation

4
R eproduction

Prolapsus perforation du vagin, rendant la mise-


bas impossible.
Encore appelée « renversement » du
vagin, cette affection s'observe pendant À titre préventif, il est souhaitable de
le dernier mois de gestation. Les causes revoir les causes pour éventuellement
de ce phénomène sont aujourd'hui mal y remédier, mais il est possible de poser
définies, cependant, parmi les plus plau­ un pessaire ou des boucles (photos g.io
sibles (fig. 9.4), on peut retenir : à 9.12):
■ une carence alimentaire ; mmettre la brebis en position obsté­
■ le volume important de l'utérus : tricale (après avoir lavé et désinfecté
présence de deux ou trois agneaux ; l'appareil génital) pour replacer le
■ un effet mécanique dû à des auges vagin ;
ou des râteliers placés « trop haut »,
obligeant la brebis à se dresser sur
ses postérieurs ;
■ une prédisposition héréditaire ;
■ un manque d'exercice ;
■ un volume excessif de la ration...

Le prolapsus peut concerner une


partie plus ou moins importante du
vagin. Il peut entraîner des infections
Photo 9.10.
et bien entendu des avortements, par
Bandage de Lund (à gauche) e t boucles (à droite).

120
Physiologie de la fem elle gestante

Photo 9.11. Photo 9.12.


Pessaire. A p p a re il posé.

■ puis remettre la brebis sur pieds prolapsus consécutifs à des contractions


et poser le pessaire (à préférer aux post-partum.
épingles de bouclement, moins
hygiéniques et plus trau m ati­ Sa stérilisation se fait par nettoyage à
santes), qui maintient l'utérus dans l'eau chaude savonneuse pour éliminer
sa position. toutes les sécrétions, puis par ébullition
pendant 10 minutes.
Cet appareil peut aussi se poser
après la mise-bas, pour éviter les

121
Mise-bas et soins
auxjeunes
Encore appelée parturition, la mise- nécessaires pour l’ensemble des ani­
bas est l'ensemble des phénomènes maux qui mettront bas :
qui aboutissent à l’expulsion du ou des ■ le matériel (seringues, aiguilles,
fœtus et de leurs annexes. lasso d’agnelage, pessaires, néces­
saire d’identification, ficelles...) doit
C’est une phase primordiale qui condi­ être propre et rangé dans un endroit
tionne les résultats technico-écono- approprié qui lui est réservé ;
miques. ■ la pharmacie doit être complétée et
reconstituée pour cet événement.
Dans la plupart des cas, elle se déroule On y trouvera : des désinfectants,
sans intervention humaine. du gel lubrifiant, des tonicardiaques,
des antibiotiques, du colostrum de
Cependant, la surveillance de son bon remplacement, des gants à usage
fonctionnement et une aide ponctuelle unique...
s'avèrent judicieuses. La mise-bas peut
se dérouler en bergerie ou en plein air.
Dans ce deuxième cas, pour des raisons
d'hygiène, il vaut mieux ne pas réaliser
deux agnelages consécutifs sur une
même parcelle.

La mise-bas
proprement dite

Préparation
Quelques jours avant son déroulement,
l’éleveur doit préparer d’une part son Photo 10.1.
matériel et d’autre part les produits B élier et agneau.

122
M ise-bas et soins aux je u n e s

Déroulement
de la mise-bas
Elle se déroule en trois phases.

P h as e de préparation
Comme dans toutes les espèces, de nom­
breux signes sont annonciateurs de la
mise-bas : Photo 10.2.
B rebis inquiète.
■ la perte de l'appétit ;
■ la tuméfaction de la vulve ;
■ l'isolement, l'inquiétude (photo 10.2) ; fréquentes. La phase de préparation et
■ l'agitation ; la phase de dilatation durent environ
■ la brebis gratte le sol, bêle ; 16 heures.
■ les ligaments sacro-sciatiques situés
de chaque côté de l'attache de la P h as e d'e x pulsi o n
queue sont relâchés (grâce à une
hormone : la relaxine). Après la rupture de la première poche
(allantoïde) puis de la seconde, appa­
raissent les extrém ités des onglons
P h as e de dilatation
des pattes antérieures et la tête (ou les
Pendant cette seconde phase, le col onglons des pattes postérieures et la
de l'utérus se dilate, avant de laisser queue). Dès qu'il est engagé, l'agneau
échapper les poches des eaux qui ont est expulsé (selon son poids) dans les
pour rôle de dilater ce col et la vulve. Les 10 à 20 minutes qui suivent (fig. 70.7 et
contractions deviennent de plus en plus photos 10.3 à 7 0 .5 J.

123
R eproduction

Photo 10.3. Photo 10.4.


D ébut de la mise-bas. Fin de la mise-bas.

P rem ière tétée.

Il arrive parfois que le déroulement de la l’agneau lorsque la brebis « pousse »


mise-bas ne se passe pas normalement et de l’autre, il dilate la vulve si cela est
et nécessite l’intervention du berger. nécessaire. Si la tête est volumineuse,
Pour aider la brebis, l’éleveur allonge les il peut avec cette dernière main, pla­
antérieurs l’un après l’autre, puis place cée dans le rectum, amener la tête vers
la tête dans son axe. D’une main, il tire l’extérieur en poussant derrière le crâne.

124
M ise-bas et soins aux je u n e s

La traction doit se faire dans l'axe de la ■ d'anomalies de l'appareil génital


colonne vertébrale et non en remontant (torsion...) ;
(photo io.6). ■ de la non-dilatation du col de l'utérus ;
■ de la non-dilatation de la vulve ;
Dans le cas d'anomalies, on est en pré­ ■ de l'absence de contractions...
sence d'un agnelage dystocique.
En fonction du diagnostic établi à la
suite d'une fouille vaginale, l'éleveur doit
juger de l'intervention appropriée à la
Agnelage dystocique situation (fig. 70.2J.

Les dystocies peuvent être d'origine Un bêlem ent plaintif de la brebis, qui ne cesse
foetale ou maternelle. C'est àl'éleveur d'en pas, est souvent synonyme de dystocie.
analyser les causes. Les dystocies fœtales
sont dans la plupart des cas dues :
■ à un excès de taille ; Les interventions suivantes peuvent être
■ à une mauvaise présentation ; réalisées :
■ à des fœtus emmêlés ; ■ fœ tus trop gros : « travail » de l'ou­
■ à une malformation... verture du col de l'utérus et de la
vulve avec des lubrifiants ; en cas
Quant aux dystocies maternelles, elles d'échec, réaliser une césarienne ;
résultent : ■ m au vaise dilatation : m assage
■ d'une insuffisance de développe­ limité du col de l'utérus, mais sur­
ment de la mère (bassin trop étroit tout injection de substances qui
en général) ; assureront sa dilatation ;

Photo 10.6.
P résentation p a r le postérieur.

125
R eproduction

Fig. 10.2. P résentations dystociques.

u mauvaise présentation : « refouler » enclencher la production d'autres hor­


l'agneau ou les agneaux pour les mones qui se conjugueront pour assurer
replacer dans une position normale l'expulsion du fœtus.
(il est préférable de mettre l’animal
dans une position obstétricale) (pho­ Mais à la suite d'une synchronisation des
tos w.y et io.8); chaleurs, il est possible, compte tenu de
la connaissance de la date de mise-bas,
ii est tout à fa it possible dans l'espèce ovine d'induire celle-ci.
de « sortir » un jeune par un m embre antérieur
et la tête. Pour cela, on utilise de la « dexamé-
thasone », corticostéroïde de synthèse
injecté en intramusculaire. L'injection
est pratiquée sur tout le troupeau dès
que les 2 ou 3 premières brebis agnellent
Mise-bas provoquée (entre le 144e et le 145ejour de gestation).
La mise-bas des autres femelles com­
ou induction mence dans les 40 heures qui suivent.
de la mise-bas
Le déclenchement de la mise-bas est
sous la dépendance d’hormones. Soins aux jeunes
En effet, c'est le foetus qui donne le Le nouveau-né se trouve en quelques
signal de la mise-bas, qui va alors secondes confronté aux agressions du

126
M ise-bas et soins aux je u n e s

Photo 10.7. Photo 10.8.


P osition obstétricale. P osition obstétricale.

monde extérieur : froid, microbes. Pour le colostrum doit être bu dans les
lui donner le maximum de chances 2 heures qui suivent la mise-bas. Si
de vie, il faut lui prodiguer les soins l'agneau est chétif, ou que les tétines
suivants : sont trop grosses, traire la brebis ou
■ s’assurer du déclenchem ent du préparer du colostrum en poudre
réflexe de la respiration : il existe ou congelé et le lui faire absorber à
de nombreuses techniques pour lui l'aide d'un biberon ou d'une sonde
faire acquérir ce réflexe, comme le gastrique. S'assurer par la suite que
dégagement des voies respiratoires l'agneau absorbe plusieurs fois ce
par chatouillement, ou en le faisant colostrum ; 70 % des agneaux n'ayant
tourner à bout de bras en le tenant pas pris suffisamment de colostrum
par les pattes postérieures, l'utilisa­ meurent dans les 5 premiers jours.
tion de stimulants respiratoires, ou Cette prise équivaut à 10 % du PV
encore la réalisation de massages dans les 24 heures, dont la moitié
cardiaques lents et réguliers... ; dans les 6 premières heures de vie,
■ lui faire absorber le plus rapidement soit 100 à 200 mL après la naissance ;
possible le colostrum (premier lait, ■ désinfecter le cordon ombilical
contenant de nombreux anticorps) : de l’agneau (photo lo.g), tout en

127
R eproduction

Photo 10.9.
Cordon « douteux » : hum ide (à gauche) ; cordon sain : sec (à droite).

Photo 10.10.
Cases d'agnelage.

128
M ise-bas et soins aux je u n e s

séchant celui-ci et en le faisant


lécher par sa mère pour qu'elle le
reconnaisse.

Pour assurer son « adaptation », il est


souhaitable de placer la brebis avec sa
progéniture dans une case ( p h o to io .io )
ou un parc ( p h o t o w . n ) pendant au
moins 24 heures, selon la vitalité des
jeunes. S'ils sont chétifs, attendre
48 heures afin d'éviter qu'ils ne se
fassent écraser par les brebis.

Les cases d'agn elage doivent être à c la ire -


voie : la brebis doit pouvoir voir constamment
ses congénères.

Il faut prévoir un parc à agneaux équipé


d'une ou plusieurs lampes à infrarouges
où les agneaux chétifs ou en hypother­
mie pourront se réchauffer (p h o to 10.12), Photo 10.11.
et mettre à la disposition de ces ani­ P arcs à agneaux avec passages sélectifs.
maux, dans des augettes, de l'argile en
poudre. Celle-ci, par son pouvoir assé­
chant, limitera l'apparition de la cocci-
diose et de l'ecthyma.

Photo 10.12.
Lampes pour réchauffer les agneaux.

129
R eproduction

Dès lors, l'appareil génital doit retrouver


sa taille initiale pour la future gestation.
Soins à la mère
Quelques heures avant la mise-bas, la
Dès la fin de la mise-bas, il faut faire mamelle est fonctionnelle, et il faut lui
relever la brebis pour stopper les apporter une attention toute particu­
contractions, après s'être assuré en pra­ lière afin de détecter rapidement l'appa­
tiquant une fouille (avec un gant à usage rition de mammites.
unique) qu'il n'y a pas d'autres « fœtus »
et de l'absence d'hémorragie interne au
niveau du vagin. Il ne reste plus ensuite
qu'à surveiller l'expulsion de la déli­ Adoption
vrance, qui survient dans les 6 heures
qui suivent l'agnelage (photo 10.13). S'il y Il arrive souvent, lors d'un agnelage en
a rétention placentaire, il est impossible plein air, mais aussi en bergerie et en
de procéder à une délivrance manuelle. particulier chez les agnelles, que les
Dans ce cas, on injecte des substances mères délaissent leur progéniture.
qui favorisent les contractions de l'uté­
rus, puis on injecte des antibiotiques, ou Différentes techniques peuvent alors
des oblets (en morceaux) pour empêcher être employées, dont la réussite n'est
toute infection de l'utérus qui pourrait jamais sûre à 100 %. Par exemple :
compromettre toute nouvelle gestation. ■ attacher la mère dans sa case et
placer l'agneau à adopter près d'elle
( p h o t o 10.14) ;
■ placer un chien à côté du couple
mère-agneau, l'« instinct maternel »
finira par l'emporter ;
■ utiliser une bombe à adopter ;
■ mettre du gros sel sur l'animal et la
gueule de la mère (qui après l'avoir
léché, continuera à le faire par la sen­
sation de soif) ;
■ utiliser une cage d'adoption.

Mais la meilleure technique consiste,


quand on a prévu de faire adopter tel
ou tel agneau, à le préparer en le badi­
geonnant avec du liquide de la poche
des eaux et à le présenter à la future
mère dès les premières contractions, ou
après l'expulsion de son agneau. La mère
Photo 10.13. le reconnaîtra plus facilem ent grâce
Placenta expulsé. à cette odeur. Attention, si l'agneau à

130
M ise-bas et soins aux je u n e s

adopter est déjà vigoureux, il faut lui


attacher les pattes.
Césarienne
Les agneaux à adopter peuvent provenir La césarienne est une opération chirurgi­
de naissances multiples, de mères mortes, cale qui consiste à extraire le ou les fœtus
de mères n'ayant pas assez de lait... par des voies non naturelles du fait d'une
dystocie (le plus souvent, présence d'un
Seule l'expérience et la patience peuvent fœtus trop gros, non-dilatation...).
être un gage de réussite. Il n'y a pas de
méthode miracle. Ce qui « marche » chez Cette opération est le plus souvent réa­
un éleveur ne conviendra pas forcément lisée par l'éleveur. En effet, des stages
à votre élevage. mis en place pour les groupements de
producteurs ont permis aux éleveurs
d'acquérir les connaissances nécessaires
pour réaliser cette intervention (pho­
tos 10.15 et io.i 6).
R eproduction

Photo 10.15. Photo 10.16.


In cisio n de la peau e t des couches m usculaires. S ortie de l'agneau en p o sitio n postérieure.

difficile. Il est également possible de retirer


Allaitement artificiel l'agneau à sa mère dès la mise-bas. Dans
ce cas, il faut traire la brebis et faire boire
Cette technique est utilisée : le colostrum à l'agneau au biberon. Il est
■ dans le cas des races prolifiques ; il souhaitable d'aménager un local destiné à
est alors souhaitable d'enlever le troi­ cette pratique, qui doit être propre, désin­
sième ou le quatrième agneau selon fecté régulièrement, sans courant d'air,
la production laitière de la mère ; sans excès d'humidité et de maintenir une
■ chez les agnelles ; il est préférable de température comprise entre 12 et 18 °C.
leur laisser un agneau ;
■ lors d’un agnelage d'automne ; les bre­ Il ne faut pas oublier de mettre, dès les
bis sont taries à 48 heures pour pou­ premiers jours, un aliment concentré, du
voir les remettre à la reproduction ; fourrage, de l'eau et de l'argile à disposi­
■ quand les mères n'ont pas assez de tion de l'agneau.
lait ; l'allaitement artificiel intervient
en complément de leur production ;
■ en cas de mammite, ou de mort de
la mère... Composition des laits
d’allaitement
Ils doivent contenir 20 à 30 % de matières
Séparation de l’agneau grasses, pour éviter les troubles diges­
(de sa mère) tifs, dont la grande partie doit être d'ori­
gine végétale. Il faut toujours préférer
Cette opération doit se faire le plus tôt un aliment d'allaitement spécial pour
possible, dès l'absorption du colostrum ; agneaux ou chevreaux, donc adapté à
au-delà, l'adaptation à la tétine est plus ces animaux.

132
M ise-bas et soins aux je u n e s

Appareils de distribution
Modalités de distribution Ils sont multiples et le plus souvent sont
fonction du nombre d'agneaux à allaiter.
Concentration

Elle varie de 200 à 250 g par litre d'eau. Biberon


Certains augmentent progressivement Après préparation, le lait de remplace­
la concentration de 180 à 250 g par litre ment est versé au fur et à mesure dans
de la ire à la 4e semaine. Mais cela com­ le ou les biberons pour être distribué aux
plique le travail. agneaux. Cette technique, utilisée pour
quelques agneaux, permet d'assurer un
Une concentration unique (200 g) quel que suivi individuel (photo 10.17).
soit l'âge donne des résultats identiques et
simplifie la tâche. Si l'on ne souhaite pas
avoir de surprises, il faut suivre le mode
d'emploi indiqué sur l'étiquette fixée au sac
d'allaitement, et ne pas changer de lait au
cours de la période pour le lot d'animaux.

Le lait d'allaitement doit être dilué dans


de l'eau chaude à 60 °C.

Mode de distribution
■ Le lait chaud (38 à 40 °C), plus appé- Photo 10.17.
tant à cette température, doit être Agneau au biberon.
rationné (3 repas par jour : matin,
midi et soir) si l'on ne veut pas voir
apparaître de diarrhées, de gonfle­ Appareil non automatique
ments, en particulier si l'on ne res­ Le lait préparé est placé dans cet appa­
pecte pas des horaires réguliers. reil (photo 10.18). Les animaux ont besoin
■ Le lait froid (à la tem pérature parfois d'un ou deux jours d'apprentis­
ambiante du local) est moins appé- sage avant de consommer seuls le lait.
tant, mais les animaux ne souffrent Dans ce cas, il n'y a aucun contrôle de la
pas de diarrhées et disposent de lait consommation par animal.
à volonté. Une distribution par jour
suffit. Il ne faut pas oublier de net­
toyer régulièrement les récipients. Appareil semi-automatique
Il est utilisé pour un effectif plus impor­
Les croissances observées avec le lait tant. La poudre de lait est versée dans
froid sont identiques voire supérieures l'eau, l'appareil mélange, chauffe et
à celles obtenues avec le lait chaud. brasse le contenu.
R eproduction

bac : dans ce cas, les agneaux faibles


ont du mal à « aspirer » le lait.

Il est judicieux d'utiliser ces deux tech­


niques en fonction de l'âge des animaux.

Beaucoup d'éleveurs fabriquent eux-


mêmes cet appareil en utilisant par
exemple une poubelle fixée sur un tré­
pied, autour de laquelle ils placent des
Photo 10.18.
tétines.
A ppareils non autom atiques de distribution du la it
La consommation de lait est de i litre par
jour par agneau pendant la première
semaine ; elle doit progresser réguliè­
Appareil automatique
rement pour atteindre 2,4 litres à la
L'appareil « fabrique » le lait de rempla­ 4e semaine.
cement au fur et à mesure de la consom­
mation parles agneaux (photo w.ig).

Il existe deux techniques pour les tétines : Conclusion


■ soit les disposer vers le bas du bac : les
animaux faibles consomment plus Le kilo de poudre de lait coûte cher
facilement le lait, mais si la tétine (2,05 €) mais cette technique permet :
perce, le lait s'écoule en totalité ; ■ de sauver des agneaux ;
■ soit les placer vers le haut du bac, un ■ de servir d'appoint lorsque la mère n'a
tuyau descendant dans le fond du pas assez de lait à un moment donné ;

Photo 10.19.
A gneaux à l'a lla ite m e n t a rtific ie l (Louve).
M ise-bas et soins aux je u n e s

■ d'assurer une croissance correcte


pour les agneaux en surnombre,
permettant d'avoir par la suite des Pour les agneaux
lots plus homogènes et plus faciles
à conduire; ■ Les agneaux à allaitement artificiel
■ pour les agneaux de bergerie, d'assu­ seront sevrés quand ils auront mul­
rer une vente plus précoce, profitant tiplié leur poids de naissance par 3 ou
ainsi des cours élevés ; 4, soit vers 6 semaines (40 à 45 jours),
■ de surveiller l'apparition de la cocci- ce qui correspond à un poids vif de 12
diose et des colibacilles. à 14 kg. Dix jours avant le sevrage, on
commence à réduire la concentration
La quantité de poudre de lait consom­ de poudre de lait tout en sachant que
mée est variable. En effet, on peut « don­ ces animaux ont à leur disposition du
ner le biberon » à un agneau pendant 3, concentré, du foin et de l'eau ;
10,20 jours, voire jusqu'au sevrage. N'ou­ ■ Pour les agneaux plus âgés, diffé­
blions pas de mettre à la disposition de rentes pratiques sont employées :
ces animaux dès la première semaine du • pour les agneaux de bergerie,
granulé de démarrage, du foin de bonne le sevrage sera réalisé en même
qualité et de l'eau. Certains agneaux le temps que la vente des premiers
refusent après quelques jours. Pour des agneaux (vers 80 jours). Le sevrage
agneaux sevrés vers 45 jours, la consom­ est un stress qui arrête momenta­
mation est de l'ordre de io à 15 kg. nément la croissance des animaux.
Ils seront sevrés brutalement, en
les séparant des mères ;
• pour les agneaux d'herbe, le prin­
Sevrage cipe est équivalent, les agneaux
sont pris sous la mère pour être
Le sevrage consiste à séparer les jeunes vendus. Mais dès qu'ils sont plus
des mères. Il peut être très précoce, à 1 à âgés, un sevrage de tous les ani­
2 jours pour les agneaux placés en allai­ maux s'impose pour assurer une
tement artificiel et jusqu'à 1, 2, 3 mois, bonne conduite du troupeau
voire plus pour les autres agneaux (de -fu tu re mise à la reproduction.
bergerie ou d'herbe).

Cette opération est traumatisante pour


les agneaux et les mères : elle se passe Tarissement des mères
mieux si elle a été préparée.
Cette opération réclame toute l'at­
tention de l’éleveur s'il veut éviter
l'apparition des mammites. Les recom­
mandations sont les suivantes :
■ 15 jours avant le tarissement, limiter ou
stopper l'apport en matières azotées ;

135
R eproduction

■ mise à la diète des brebis : leur don­ Mammites


ner de la paille pendant 3 jours et
supprimer l'eau pendant 24 heures ; Ou'elles soient cliniques, subcliniques,
■ surveiller les pis : si certains sont aiguës ou chroniques, elles se caracté­
durs, soulager la mamelle en trayant risent par une infection de la mamelle
un peu. Injecter les préparations en (photo 10.20), et peuvent être dues à un
intramammaire pour les femelles grand nombre de germes.
qui risquent de poser problème ;
■ si le sevrage se fait en bergerie, Leur importance économique n'est pas
attendre 10 jours avant de mettre à négliger (réforme prématurée des
les brebis à l'herbe. animaux, coût des traitements, chute
de croissance des agneaux, séquelles...).

Les causes sont multiples :


« Maladies » post­ ■ l'alim entation (déséquilibre ali­
partum des brebis m entaire, m auvaise transition
alimentaire...) ;
■ l'environnement (maîtriser le micro­
bisme par une désinfection régulière
Hypocalcémie des litières, de l'air, du matériel, de
ou « fièvre de lait » l'ecthyma...) ;
■ le tarissement (réalisé dans de mau­
Cette maladie survient juste après la vaises conditions...).
mise-bas. Elle se caractérise par une chute
brutale du taux de calcium sanguin. Elle Les symptômes sont faciles à déceler
apparaît parfois en fin de gestation. (perte de l'appétit, un quartier de la

L'animal est paralysé (plus principale­


ment du train postérieur), présente des
tremblements musculaires, et la mort
peut survenir rapidement.

À titre préventif, il faut éviter l'apport


en excès de calcium avant la mise-
bas, tout en continuant les apports de
vitamines D.

À titre curatif, on apportera du calcium


par voie intraveineuse, et on mettra à la
disposition des animaux, après la mise-
bas, des minéraux (riches en calcium et
magnésium). Photo 10.20.
M am m ite.

136
M ise-bas et soins aux je u n e s

mamelle devient volumineux, chaud, À titre préventif, si l'agnelage s'est


douloureux...). déroulé dans des conditions difficiles,
déposer à l'aide d'un gant 1/3,2/3 ou un
À titre préventif, il faut revoir les causes oblet complet dans l'utérus juste après
et surveiller les femelles les jours qui la délivrance avant que le col ne se ferme.
suivent la mise-bas ou au moment du
tarissement.

À titre curatif, on injectera des anti­


biotiques par voie intramammaire i à Maladies des jeunes
2 fois par jour pendant 3 jours, complé­ agneaux (néonatales)
tés par un traitement antibiotique en
intramusculaire. De nom breuses m aladies peuvent
entraîner la mort des jeunes dans les
Dans tous les cas, le quartier est perdu. 48 heures mais aussi au-delà (jusqu'à la
vente) (fig. 70.3 et 10.4). Ce pourcentage
de mortalité néonatale varie aussi avec
Si les fe m e lle s du tro u p e au sont su je tte s au x
m am m ites, il est p o ssib le de les va cc in er.
le taux de prolificité (fig. 70.5J.

Septicémies
Métrites Elles apparaissent le plus souvent dans
Ce sont des infections de l’utérus, consé­ les 48 heures après la naissance.
cutives à une mise-bas. On observe deux
types de métrites : Dans tous les cas, il faut les redouter car
■ les m étrites aiguës : elles appa­ elles entraînent une mortalité impor­
raissent après la mise-bas, se carac­ tante ou laissent des séquelles.
térisent par un écoulement purulent
plus ou moins important et s'ac­
compagnent de signes généraux :
fièvre, affaiblissement. Le diagnos­
tic est facile et permet une inter­
Virus
vention rapide et efficace grâce aux 5%
Bactéries
antibiotiques ;
■ les m étrites chroniques : les écou­ Parasitisme
15%
des brebis
lements vulvaires sont observés au
moment des chaleurs. Elles peuvent Alimentation des brebis mères
80%
contaminer le bélier et l'ensemble du + environnement

troupeau. Les femelles deviennent


infécondes. On peut utiliser des Fi g. 10.3. Facteurs responsables de la m o rta lité
antibiotiques. des je u n e s agneaux.
R eproduction

8 % diarrhée
■ ■ ■ ■ ■ ■ 4 % infection ombilicale
2.3 % maladie de la bouche
2.3 % atteinte des yeux

1.3 % essoufflement
1.1 % jetage
1.1 % agneau abattu
0,6 % agneau déshydraté
0,5 % boiterie
0,4 % agneau qui ne tête pas
0,2 % symptômes nerveux
1,6 % autres symptômes

Fig. 10.4. Fréquence d'observation des différents symptômes (en % p a r rapport aux 6 008 agneaux observés).

100

1à2 2à3 3à4 4à5 5à6 6à7

Poids de l'agneau à la naissance (kg)

Fig. 10.5. R elation entre le p o id s des agneaux à la naissance e t le taux de m ortalité.


Source : CIIRPO, 2009.

Parmi les différentes septicémies, on à la prolifération de germes anaérobies


trouve les formes septicémiques pulmo­ appartenant à la famille des Clostridium.
naires, articulaires et purulentes (tab. io.i).
Ces germes sont des hôtes normaux
de l'intestin de ces animaux mais, pour
des raisons diverses, l'équilibre peut être
Entérotoxémies rompu.

Ce sont des maladies toxi-infectieuses Les ovins sont très sensibles à cette mala­
gangréneuses d'allure enzootique dues die (tab. w.i). Il s'avère indispensable et
Tableau 10.1. Mula<!I^77!t*futf{mMuix
D iffé re n te s fo rm e s

M aladie des agneaux j De la naissance Septicém ique Non caractéristiques : Streptocoques Sérothérapie
nouveau-nés ou J à 4 s e m a in e s - perte d'appétit Staphylocoques Sulfamides
septicém ie -te m p é ra tu re élevée 40-40° Colibacille Antibiotiques
- congestion des muqueuses Pyogène
- g ê n e respiratoire Pasteurella

Intestinale : entérite Perte d'appétit


Tem pérature élevée
D iarrhée abondante

Pulmonaire : pneumonie Gène respiratoire


Toux avec jetage

A rticulaire : arthrite Déplacem ents difficiles


Articulations gonflées, douloureuses
UJ
vo Purulente : abcès de l'ombilic ou Nombril douloureux, chaud
gros nombril Faiblesse générale
Parfois diarrhée

Autres formes : péritonite,


pleurésie purulente,
abcès au foie, encéphalite

Mise-bas et soins aux jeunes


Enterotoxemies A to u t âge Fulgurantes ou suraiguës M o rttrè s rapide W elchia Difficile pour
ou w elchioses - dysenterie hémorragique D iarrhée sanguinolente Agni les formes
- m aladie du rein pulpeux Coma Perfringens fulgurantes
(coup de sang) Signes convulsifs Clostridium Vaccination
-œ d è m e de la caillette Tem pérature élevée Septicum ou sérum
Douleur abdominale Novyi antiperfringens
M o rt subite Colibacille

Lentes Perte de vue


-e n c é p h a litiq u e Teinte orangée des muqueuses
-ic té r iq u e Incapacité de la station debout
-a m b u la to ire M em bres flasques
-d ia rrh é iq u e D iarrhée durant plusieurs jours

■ H
R eproduction

judicieux de vacciner les mères 1 mois


avant la mise-bas et les agneaux à
6 semaines ou à 15 jours avec un rappel Comment diminuer
à 6-8 semaines.
les pertes d’agneaux
On peut agir sur deux paramètres : la
conduite d'élevage et la nourriture.
Tétanos
Conduite d'élevage
C'est une infection qui survient le plus
souvent après amputation de la queue. ■ Race : les races qui donnent des
À titre préventif, les mères pourront agneaux trop gros à la naissance ont
être vaccinées. L'éleveur peut également un taux de mortalité plus élevé.
utiliser un sérum au moment de cette ■ Croisements : plus le taux de consan­
intervention. guinité augmente, plus le niveau des
pertes néonatales augmente.
■ Taille de la portée : on observe une
augmentation de la mortalité avec
l'augmentation de la taille de la por­
Autres causes tée, ce qui se traduit par une baisse
de mortalité du poids des agneaux à la naissance.
Ce poids influe sur leur viabilité.
■ Le système thermorégulateur est ■ Âge de la mère : les pertes sont mini­
insuffisant à la naissance : la surface males à l'âge de 4-5 ans mais aug­
cutanée est importante par rapport mentent par la suite.
au poids de l'animal, il n'a pas de ■ Numéro de gestation : les pertes sont
laine, la surface avec l'air est impor­ plus importantes avec les primipares
tante du fait des plis de la peau, la (agnelles) ; de plus leur comporte­
panse ne fonctionne pas... S'il n'est ment postnatal est souvent perturbé.
pas réchauffé, l'animal peut mourir ■ État de santé de la mère : des brebis
de froid. en bon état donnent des agneaux
■ Le système immunitaire est insuf­ vigoureux...
fisant à la naissance : si le jeune ne
boit pas le colostrum, il ne sera pas Alimentation
protégé parles anticorps.
Des brebis bien soignées agnelleront
Lafigure 10.6 résume les différentes étio- dans de bonnes conditions et produiront
logies des maladies des agneaux. un lait de bonne qualité et en quantité.
Il est souhaitable de faire boire le colos­
trum le plus tôt possible pour protéger
le jeune contre les agents pathogènes.
M ise-bas et soins aux je u n e s

Causes favorisantes + Causes déterminantes = MALADIE

Carences :
protéique,
minérale
vitaminique
Défaut
Parasitisme d'alimentation
de la mère

Non-absorption du colostrum Défaut de l'immunité Septicémie


transmise
Colibacillose

Froid Muguet
Bactéries
Pasteurellose
Excès du fumier, Gaz toxiques Arthrites
défaut de ventilation ou irritants Virus
Tétanos

Contamination par: Champignons Ecthyma


bergerie Voie de pénétration : Abcès divers
congénères ombilicale, digestive,
adultes pulmonaire, plaies...
(mammites, abcès)
Carence
Myopathie

Déficit alimentaire Défaut de l'immunité


acquise
Parasites Coccidiose
Strongyloïdose
Excès protéique Déséquilibre
de la flore intestinale Téniasis
Strongylose
Entérotoxémie
Contamination par:
bergerie Voie de pénétration
pâturages cutanée, digestive
congénères
adultes
animaux nouveaux entrants

Extrait de l'approche de la pathologie des petits ruminants : ITOVIC

Fig. 10.6. É tiologies des m aladies des agneaux.

141
R eproduction

L'analyse des résultats nécessite l'étude :


■ de la technique de la conduite de
Bilan de la reproduction (fig. w.y) : saillie
naturelle, insémination artificielle,
la reproduction contre-saison... ;
■ de la préparation de la lutte (flushing) ;
Il est bon après chaque lutte ou chaque ■ de l'âge des animaux ;
campagne de faire le calcul des per­ ■ de la race...
formances de reproduction. En effet, il
existe une corrélation entre la produc­ Le taux de fertilité est le premier facteur
tivité numérique et la marge brute par qui influence la productivité numérique.
brebis.

Nous nous attacherons ici à analyser


l'approche zootechnique. L'approche Taux de mises-bas
économique sera abordée à la fin de cet
ouvrage. Nombre de mises-bas
--------------------------------- xioo
Cette approche zootechnique va per­ Nombre de femelles
mettre de calculer les différents critères mises à la reproduction
ou ratios par lutte en vue de leur analyse.
Lors de mises-bas accélérées, ce taux est
supérieur à 100.

Taux de fertilité
(apparente)
Taux de prolificité
Nombre de mise-bas
(avortements connus compris) Nombre d'agneaux nés
------------------------------------ xioo (morts ou vifs)
Nombre de femelles --------------------------------- xioo
mises à la lutte Nombre de mises-bas

Le taux de fertilité apparente est l'apti­


tude de l'animal à se reproduire. On
peut calculer aussi le taux de fertilité Taux de fécondité
vrai (nombre de femelles gestantes/
Nombre d'agneaux nés
nombre de femelles mises à la lutte).
(morts ou vifs)
Ce taux tient compte des aptitudes des --------------------------------- xioo
femelles ; le taux de fertilité apparente Nombre de femelles
prend en compte les avortements. mises à la lutte

L'objectif est de se rapprocher de 100 %.

142
M ise-bas et soins aux je u n e s

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

Lutte naturelle de saison

Lutte synchronisée

Lutte naturelle de contre-saison

Mauvais Moyen Bon

Fig. 10.7. Taux de fertilité en fonction de la saison et du mode de lutte.


Source : Institut de l'élevage.

est d'obtenir deux agneaux par mise-


bas. Il faut tenir compte de l'âge, de la
Taux de mortalité race, de la période de reproduction, de
l'utilisation d'hormones...
Nombre d’agneaux morts
------------------------------------xioo
Nombre d’agneaux nés Ce taux est encore égal au taux de proli­
(morts ou vifs) ficité x taux de fertilité.

Ce taux nous renseigne sur la mortalité


de l'élevage. Celle-ci peut être également
décomposée selon la date de la mort (à
Taux de productivité la naissance, dans les jours qui suivent,
numérique ou plus tard). Ce taux est fonction des
conditions d'ambiance des bâtiments,
Nombre d'agneaux élevés du poids à la naissance des agneaux, de
(vendus ou conservés) la densité... Il doit être inférieur à 10 %.
------------------------------------x io o
L'objectif est de se rapprocher de 2 %.
Nombre de femelles
mises à la reproduction
Dans certains cas, on calcule la producti­
vité pondérale en multipliant la produc­
Le taux de productivité numérique défi­ tivité numérique parle poids moyen des
nit l’aptitude d'un animal à procréer un carcasses.
grand nombre de descendants. L'objectif

143
R eproduction

Ces résultats devront être comparés


d’une part à ceux des autres élevages
du groupe de référence, et d'autre part Taux de productivité
à ceux de l'année précédente.
pondérale
Dès lors, l'éleveur devra s'efforcer de Nombre de kilos d’agneaux
trouver les raisons de la faiblesse de tel produits
ou tel taux en vue d'y remédier pour la --------------------------------------- xio o
prochaine lutte. Nombre de femelles mises
à la reproduction par an

Il est de l'ordre de 20 kg.


n—

Techniques
d'élevage
Caractéristiques
biologiques
et technologiques
de la production
de viande ovine
La maîtrise de la qualité de la viande, synonyme de valori­
sation des carcasses, passe par une bonne connaissance des
caractéristiques biologiques et technologiques de la crois­
sance et du développem ent. Cette qualité est un des trois
facteurs-clés (avec la reproduction et la maîtrise des coûts)
pour bien gérer cette production.
Produire des carcasses de qualité reste un point majeur. Les
conditions de réussite seront développées ici.

Croissance la carcasse, mais aussi à la quantité et à


la qualité du tissu adipeux.
et développement
La production de viande consiste à exploi­
ter le potentiel de croissance des animaux.
Cette croissance aune grande importance Croissance
économique et revêt deux aspects :
■ un aspect quantitatif : la croissance ; Définition
■ un aspect qualitatif : le développe­
ment. C’est l’augmentation de la masse cor­
porelle (poids vif) par unité de temps
En effet, la valeur commerciale d'un ani­ (depuis la conception ju sq u ’à la vie
mal est liée à la quantité de muscle de postnatale).

147
Techniques d ’élevage

Cette croissance représente la différence La courbe sinusoïde (en forme de S) se


entre ce qui se construit (anabolisme) et caractérise par 2 phases (fig. n.i) :
ce qui se détruit (catabolisme) dans le mune phase de croissance accélé­
corps de l'animal. La croissance des verté­ rée (î), qui va de la naissance à la
brés est la résultante de deux processus : puberté. Pendant cette phase, il y a
■ une hyperplasie cellulaire (multipli­ multiplication et accroissement de
cation des cellules) ; la taille des cellules;
■ une hypertrophie cellulaire (aug­ ■ une phase de croissance ralentie (2),
mentation de la taille et du volume de la puberté à l'âge adulte. Le croît
des cellules). quotidien se ralentit.

Les tissus nerveux et musculaire ont un Le point d'inflexion (A) corresponde plus
nombre de cellules constant avant la nais­ souvent à la puberté. En général, l'animal
sance ; ii y a seulement augmentation du
volume des cellules.
a atteint à ce point 1 /3 du poids adulte.

La phase de croissance accélérée se divise


elle-même en 2 phases, une phase pré­
Courbe théorique natale et une phase postnatale :
■ la phase prénatale :
de croissance
• croissance de l'œ uf libre : de la
Elle se réalise lorsque les animaux sont fécondation à 10 jours, date à
en parfaite santé et qu'ils reçoivent une laquelle il nide ;
alimentation équilibrée. Les conditions • croissance embryonnaire : de 10
de milieu sont alors optimales. à 34 jours ; pendant cette étape,

* à

Fi g. 11.1. Courbe théorique de croissance.


C aractéristiques b iologiques et te ch n o lo g iq u e s de la production de viande ovine

on observe la différenciation et ■ la phase postnatale : la croissance va


la mise en place des principaux être sous la dépendance de la pro­
organes. Cette croissance dépend duction laitière de la mère.
du génotype mais aussi des
apports en nutriments ; Évolution du poids vif
• croissance fœtale : de 24 jours à la et du gain de poids journalier
mise-bas. La multiplication et le
grandissement des cellules sont Le potentiel de croissance est important
très intenses. Le jeune se déve­ jusqu'à la puberté de l'animal. D'où l'in­
loppe surtout pendant le dernier térêt de produire de la viande jeune, car
tiers de gestation, d’où l'intérêt de on utilise au maximum les qualités des
respecter les besoins des femelles animaux ; de plus, ils ont un bon rende­
gestantes, une supplém entât ion ment d'utilisation.
peut être réalisée : c'est le steaming.
Il se réalise au moins un mois avant L'indice de consommation (IC) carac­
la mise-bas. Il va assurer d'une part térise ce dernier point (fig. n.2). Il cor­
la croissance du ou des fœ tus et respond au rapport quantité d'énergie
préparer d'autre part la future ingérée (en UF)/GMO (en kg), ou au rap­
lactation ; port nombre de kilos d'aliment/GMO.

1 \
NAISSANCE PUBERTÉ

Fig. 11.2. In dice de consom m ation d'un agneau (de 1 à 7 selon l'âge).

149
T echniques d ’élevage

Courbe pratique ■ m odifications de com position


de croissance chimique : la teneur en graisse aug­
mente au détriment de la richesse en
Les conditions idéales ne sont jamais eau quand l'animal vieillit ;
réalisées : ■ modifications des fonctions : les
■ problèmes de santé de l'animal ; fonctions vitales se mettent en place
■ production laitière insuffisante ; à un âge déterminé.
■ conditions d'ambiance défavorables.
Des études ont permis de démontrer
Le contrôle de croissance permet de se l'évolution pondérale d'un organe ou
rendre compte si les conditions ne sont d'un tissu par rapport au poids vif.
pas remplies. Dans le cas contraire, il per­
met d'y remédier. On peut rencontrer trois situations :
■ l'organe croît à la même vitesse que
le poids vif de l'animal (exemple : le
tissu musculaire);
Développement ■ l'organe croît plus vite que le poids
vif de l'animal (exemple : le tissu adi­
Définition peux pour les animaux âgés) ;
■ l'organe croît moins vite que le poids vif
C’est la réalisation de l’état adulte, qui de l'animal (exemple :1e tissu osseux).
se caractérise par des changem ents
de form e (fig. 77.3J, de com position Ces travaux ont permis de mettre en
chimique et des fonctions : évidence l'ordre de développement des
tissus.

Fig. 11.3. Évolution du to u r de p o itrin e e t de la hauteur au g a ro t en fon ctio n de l'âge.

150
C aractéristiques b iologiques et te ch n o lo g iq u e s de la p roduction de viande ovine

Courbes de développem en t u le gras de couverture : il se dépose


sous la peau (courbe3). Il est à la
base des maniements utilisés pour
Développement des tissus
apprécier l’état d'engraissement des
Tous les tissus se développent en même animaux en vue de leur vente ;
temps, mais leur vitesse de croissance ■ le gras intramusculaire : il se déve­
est très différente (fig. n.4) : loppe dans les faisceaux m uscu­
m le tissu nerveux se forme en quasi- laires. Il est appelé persillé (courbe4).
totalité avant la naissance (courbe i) ; Il donne le goût à la viande.
■ le tissu osseux est en pleine crois­
sance chez le jeune (courbe 2) ;
■ le tissu musculaire a une très forte Evolution de la composition chimique
croissance vers la puberté (courbe3) ; On observe une augmentation du pour­
■ le tissu adipeux se dépose en dernier centage de la MS et des lipides avec l'âge
(courbe 4). des animaux (tab. n.i).

Développement du tissu adipeux Développement des membres


Il existe 4 types de « gras ». Le tissu adi­ Au cours de la période de croissance,
peux se développe selon l'ordre suivant les différentes parties du corps se
(fig. 11.5): développent à partir de 3 centres de
mle gras intense : encore appelé suif, il croissance :
se dépose en premier dans la cavité ■ 1 dans la tête;
abdominale autour des viscères ■ 1 dans les métacarpes ;
(courbe i) ; ■ 1 dans les métatarses.
■ le gras intermusculaire ou marbré :
il se dépose entre les gros faisceaux
de muscle (courbe 2) ;

151
Techniques d ’élevage

Fig. 11.5. D éveloppem ent des tissus : le som m et S de chaque courbe correspond à l'âge a u quel ce tissu
a tte in t sa croissance jo u rn a liè re la p lu s élevée.

Tableau u .i. Évolution de la composition chim ique des anim aux


avec l'âge

Ces vagues de croissance ou gradients


de croissance convergent vers une zone
finale : la région lombaire (fig. n.6).

Fig. 11.6. Les p a rtie s du corps se développent à


p a rtir des centres de croissance.
C a ractéristiques b iologiques et te ch n o lo g iq u e s de la production de viande ovine

Coût du kilo de croît


Conséquences pratiques
des courbes de développement Le persillé est coûteux : il faut 9,4 kg
calories pour produire 1 g de graisse
Trois conséquences essentielles sont à fixé et 4,2 kg calories pour produire 1 g
tirer de ces lois du développement. de muscle fixé.

Effets d'une carence alimentaire


Dans le cas de carence alimentaire, les Précocité
animaux prélèvent les éléments sur leur
tissu pour assurer leur survie. Définition
Chez les adultes, le prélèvement se fait C’est l’aptitude d’un animal à atteindre
dans l'ordre inverse de leur formation. certains caractères ad u ltes plus
Cela est particulièrement important rapidement.
pour les animaux en fin d’engraissement.
Cette précocité se caractérise par un
Chez les jeunes, la répercussion s'opère resserrement des courbes de dévelop­
sur le tissu qui se développe pendant pement. Ces animaux présentent des
cette carence. Si cette carence se produit avantages et des inconvénients.
vers l'âge d'un mois, cet animal paraîtra à
1 âge adulte haut sur pattes et peu éclaté.
Avantages
■ Les animaux précoces peuvent être
Âge optimal d'abattage abattus plus tôt. Ils présentent une
Pour chaque type d'animal, il existe un carcasse suffisam m ent « faite »,
âge optimal d'abattage que l'éleveur doit avec une viande colorée et mar­
s'efforcer de respecter : brée (le coût de production est ainsi
■ si l'animal est abattu trop tôt, les diminué).
masses musculaires ne sont pas ■ Les reproducteurs peuvent être uti­
suffisamment développées. De plus, lisés plus tôt.
l'absence de tissu adipeux donne
une viande sèche. Le rendement est
Inconvénients
faible ;
■ si l'animal est abattu trop tard, l'ex­ ■ Les animaux ne doivent pas suppor­
cès de gras provoque un déclasse­ ter de périodes de ralentissement de
ment de la carcasse. la croissance.
■ Il ne faut pas abattre ces animaux
Les maniements devront permettre de trop tard : les carcasses seraient
déterminer l'âge optimal d'abattage. Le dépréciées par l'excès de gras.
choix de l'âge d'abattage aura des consé­
quences importantes sur l'aspect et le La précocité est particulièrement impor­
classement de la carcasse. tante dans cette espèce. Elle modifie la

153
Techniques d ’élevage

conduite d'élevage, tant pour la produc­ Système endocrinien


tion d'agneaux de boucherie que pour L'hormone hypophysaire (STH) est plus
l'élevage des reproducteurs. particulièrement responsable du méta­
bolisme des lipides et de l'anabolisme
En effet, l'étude des races a fait appa­ protidique.
raître des races précoces et des races
tardives. L'utilisation des races précoces Il en est de même pour les hormones
soit en race pure, soit en croisement, sexuelles (androgènes chez le mâle et
nécessite un suivi régulier des animaux œstrogènes et progestérone chez la
destinés à l'abattage si l'on veut éviter femelle), qui favorisent le métabolisme
que les carcasses ne soient dépréciées. des muscles. Ces hormones synthétisées
au laboratoire sont aujourd'hui inter­
dites d'utilisation.

Facteurs de variation
Sexe et castration
de la croissance ■ Les hormones sexuelles améliorent
et du développement la conformation et le potentiel de
croissance selon le sexe de l'individu.
On trouve des animaux de type laitier La conduite d'élevage des femelles
précoces (adipogenèse précoce, effica­ devra être différente de celle des
cité alimentaire faible, carcasse légère...) mâles si l'on ne veut pas que celles-
et de type viande plus tardifs (adipoge­ ci soient trop grasses.
nèse plus durable, bonne efficacité ali­ ■ La castration, rarement réalisée à
mentaire, carcasse lourde...). la naissance, est conseillée pour les
« broutards » de 7 à 8 mois qui n'ont
Des facteurs d'origine interne et des pu être vendus en tem ps voulu
facteurs d'origine externe agissent sur compte tenu de nombreux facteurs
le développement des animaux. L'étude (alimentation, parasitisme...), en
de chacun d'eux est nécessaire afin d'ap­ vue de réduire l'odeur de la viande et
précier leurs conséquences pratiques. d'améliorer sa tendreté. Cette opéra­
tion est le plus souvent réalisée avec
Facteurs d’origine interne une pince à castrer. Elle consiste à
écraser un par un les canaux défé­
rents. Les testicules, qui ne sont plus
Système nerveux
irrigués, s'atrophient (voir « L'appré­
Son rôle est assez mal connu dans le ciation des carcasses », p. 758).
contrôle de la croissance. Il a des rela­
tions avec le système endocrinien. Hérédité
Il existe des différences entre les espèces,
entre les races d'une même espèce, et
entre les individus d'une même race.
C aractéristiques biologiques et te ch n o lo g iq u e s de la production de viande ovine

On observe de grandes différences sur la Facteurs nutritionnels


vitesse de croissance, la composition cor­ Ce sont les plus importants et plus parti­
porelle, la conformation, le poids adulte, culièrement le niveau alimentaire. L’effet
la précocité... d’une carence provoque une diminution
de la croissance sur le tissu qui se déve­
Ces critères sont transmis par hérédité. loppe en priorité. L’animal ne pourra
jamais rattraper cette perte (fig. n.y).
Il est donc nécessaire, en fonction de ces
différences génétiques, de surveiller la Dans le cas inverse d’une suralimenta­
conduite d’élevage : alimentation, repro­ tion, celle-ci ne permet pas d’obtenir des
duction, sélection, hygiène. L'éleveur doit résultats proportionnels.
porter une attention toute particulière
aux critères de sélection. Il existe, en Les femelles gestantes présentent une
effet, des corrélations négatives, en par­ meilleure utilisation de la ration. Pen­
ticulier pour les valeurs bouchères et les dant la fin de la gestation, le fœtus reste
critères de reproduction. prioritaire dans le cas d’une carence
réduite, sauf pour les minéraux et les
Facteurs d'origine ex terne vitamines, dans le cas de naissances
gémellaires et dans le cas de carence
trop importante. Le schéma de Ham-
Race
mond (fig. 77 .8) explique parfaitement
Les aptitudes sont spécifiques selon les les effets d’une sous-alimentation : la
races. priorité des organes ou des tissus est
indiquée par des flèches. À l’apparition
d’une carence, il faut enlever une flèche
Âge de la mère partout et ainsi de suite.
Plus l’animal vieillit, et plus le poids de la
progéniture augmente.

GQM

Fig. 11.7. Effet de la sous-nutrition su r la croissance du tissu m usculaire (d'après M a c M eekan).

155
Techniques d ’élevage

Les substances nutritives apportées par le sang


sont dirigées vers les tissus dans l'ordre de

Fig. 11.8. Schéma de Hammond.

Chez les jeunes, la répercussion s'opère


Conclusion
sur le tissu qui se développe pendant
cette carence. La croissance dépend à la fois du géno­
type et du milieu (fig. n.g).

Taille de la mère
Âge de la mère Génotype Génotype
Alimentation de la mère Poids à la naissance Sexe
Nombre de fœtus Production laitière Poids au sevrage
Température ambiante Soins maternels Alimentation
Climat
Conduite de l'élevage

Fig. 11.9. Facteurs de variation de la croissance.

156
C aractéristiques b iologiques et te ch n o lo g iq u e s de la production de viande ovine

mort diminué de 2 % pour les animaux


des espèces ovine et bovine.
Transformation
La perte de poids s'opère par évapora­
du produit tion d'une partie de l'eau de la carcasse
dans l'air.

Les étapes : de l’abattage C'est au début de la réfrigération que


les carcasses perdent le plus de poids
au stockage
(fig. 11.10). D'où la nécessité de réduire le
Dès la mort clinique de l'animal, de nom­ temps qui sépare l'étourdissement ou la
breuses réactions chimiques s'opèrent saignée de la pesée chaude.
dans le muscle, qui aboutissent à la
transformation du muscle en viande. Les carcasses pèsent entre 7 et 20 kg
pour les agneaux.
Les différentes étapes
à l'abattoir
Après étourdissement, l'animal est sai­
gné puis dépouillé. La carcasse reste
entière et fait l'objet d'une inspection
sanitaire réalisée par les services de la
Direction des services vétérinaires (D5 V).

Cette inspection est sanctionnée soit par


un cachet ovale, estampille européenne
(cette carcasse peut être vendue à l'ex­
portation), soit par une consigne tem ­
poraire (en vue de réaliser des examens
complémentaires au laboratoire), soit
enfin par une saisie (totale ou partielle).

Fig. 11.10. Im portance des pertes en fonction du


La pesée et le rendement temps de ré frig é ra tio n (d'après Sornay,
1978).

La pesée
Elle doit s'effectuer dans l'heure suivant
l'étourdissement de l'animal.
Le rendement
Le poids retenu pour les transactions On distingue deux types de rendement :
entre les producteurs et les abatteurs le rendement à l'abattage et le rende­
est le poids de viande net, soit le poids ment traditionnel ou commercial. Ce
chaud enregistré dans l’heure qui suit la dernier est toujours plus élevé.

157
Techniques d ’élevage

Rendement carcasse quel que soit le lieu, que la viande soit


Il est égal au poids de la carcasse froide/ qualifiée de la même manière.
poids vif x 100.
Cette appréciation est effectuée après
Par exemple : poids carcasse froide = l'abattage et porte sur deux critères : la
16 kg, poids v if= 32 kg, rendement = conformation et l'état d'engraissement.
50%.

En général, on trouve les rendements La conformation


suivants : On utilise la grille EUROP. Le gigot et la
■ agneaux de bergerie : 48 à 55 % ; selle doivent être courts, rebondis et
■ agneaux d'herbe : 46 à 47 % ; très épais, le dos et les reins très épais
■ brebis de réforme : 45 %. et larges, et les épaules rebondies pour
obtenir la meilleure note. Il existe une
Les principaux facteurs de variation du note S (supérieure) : aucun défaut (pho­
rendement sont : tos 77.7 et 77.2).
■ l'âge d'abattage ;
■ le régime alimentaire ;
■ le type génétique; L'état d'engraissement
■ l'état d'engraissement ; La carcasse est classée de 1 à 5:1 pour une
■ le sexe... carcasse maigre et 5 pour une carcasse
très grasse. On recherche la note 3, c'est-
Rendement commercial à-dire une couche de graisse uniforme
Il est égal au poids fiscal de la carcasse et sans excès sur la « quasi-totalité » de
froide/poids vif à jeun : la carcasse (photo 11.3). Une très bonne
■ poids vif = départ ferme, mesuré carcasse sera classée S2, puis E3 ou E2-S3-
avant le transport à l'abattoir ;
■ poids vif à jeun = poids vif départ Aujourd'hui il est préférable d'avoir
ferme moins 5 % ; des carcasses classées U2 que E4 ou S5.
■ poids fiscal = carcasse froide moins En effet, ces deux dernières, très bien
rognon et gras du rognon. conformées, seront fortement dépré­
ciées du fait de l'excès de gras. Cette
Le cinquième quartier n'est pas payé à l'éle- dépréciation peut aller jusqu'à 50 % du
veur (il sert à couvrir les frais d'abattage) et prix de vente.
se compose des abats (blancs et rouges) et
des issues.
■ Graisse : légère couverture de
graisse, muscles presque partout
apparents.
L'appréciation des carcasses ■ Extérieur : une fine couche de graisse
couvre une partie de la carcasse,
Cette opération est indispensable, caria mais peut être moins apparente sur
viande fait l'objet de transactions entre les membres.
différentes zones. Il est très important,

158
C aractéristiques biologiques et te ch n o lo g iq u e s de la production de viande ovine

Photo 11.1. Photo 11.2.


Note supérieure (S). N ote m édiocre (P).
Tous les profils sont extrêmement convexes, le Profils concaves à très concaves,
développement musculaire est exceptionnel avec des développement musculaire réduit :
doubles muscles type « culard » : - quartier arrière : profils concaves ou très concaves ;
- quartier arrière : doubles muscles; profils - dos : étroit et concave, os saillants ;
extrêmement convexes ; - épaule : étroite, plate, os saillants.
- dos : extrêmement convexe, extrêmement large,
extrêmement épais ;
- épaule : extrêmement convexe et extrêmement
épaisse.

159
Techniques d ’élevage

| Tableau 11.2. Catégorie A


Poids < 7 kg

B U 1 2

Couleur de rose clair autre couleur


la viande ou teneur
en graisse

Teneur (2) (3)


en graisse

| Tableau 11.3. Catégorie B


Poids 7,1-10 kg

Qualité 1 2

Couleur de rose clair autre couleur


la viande ou rose ou teneur
en graisse
Photo 11.3.
Teneur (2) (3)
Graisse uniform e e t sans excès.
en graisse

■ Intérieur (thoracique) : muscles clai­ | Tableau 11.4, Catégorie C


rement apparents entre les côtes. Poids 10,1-13 kg

La quantité et la qualité du tissu adipeux Q ualité 1 2


dépendent du type génétique de l'ani­ Couleur de rose clair autre couleur
mal (race, format) et de l’alimentation. la viande ou rose ou teneur
en graisse
Attention : le gras est aussi jugé sur sa Teneur (2) (3)
couleur et sa tenue. en graisse

Il existe une grille communautaire de


classement des carcasses d'agneaux
légers. Elles sont classées dans trois La couleur de la viande est déterminée
catégories de poids (tab. n.2 à 114), selon sur le flanc, au niveau rectus abdominus.
deux qualités par catégorie, évaluées
d'après : La tenue du gras reflète l’aptitude du
■ la couleur de la viande (rose clair, gras à cailler lors de la réfrigération et
rose, autre couleur) ; à constituer une couche ferm e sur la
■ la classe d'engraissement (de 1 à 4). carcasse.

160
C aractéristiques biologiques et te ch n o lo g iq u e s de la p roduction de viande ovine

L'Institut de l'élevage a établi une échelle caramel ou marron clair sur l'en­
(photos 114 à n.6): semble de la carcasse.
m tenue 1 = gras ferme : la totalité du
gras sous-cutané de la carcasse est Les critères d'appréciation des carcasses
ferme et parfaitement caillée ; sont résumés sur lafigure 77.77.
■ tenue 2 = gras légèrement mou : le
gras est mou sur une partie de la
carcasse ; Les qualités organoleptiques
■ tenue 3 = gras mou : le gras est mou de la viande ovine
sur la totalité de la carcasse.
Ces qualités sont au nombre de quatre :
Comme pour la tenue du gras, une la tendreté, la couleur, la jutosité et la
échelle de notation de la couleur du gras flaveur.
a été mise au point (photo n.y) :
■ note 1 = gras clair : le gras sous- Deux critères sont surtout retenus :
cutané est blanc sur l'ensemble de la couleur et la flaveur. Cette dernière
la carcasse ; caractérise l'ensemble des impressions
■ note 2 = gras légèrement coloré : le olfactives et gustatives éprouvées au
gras est d'une couleur jaune orangé moment de la dégustation.
ou marron très clair ;
■ note 3 = gras coloré : le gras est d'une Une carcasse âgée dégagera une odeur
couleur prononcée brun-rouge, prononcée.

[Tén ue 'TENUE

Photo 11.4. Photo 11.5. Photo 11.6.


Note 1 : gras ferme. N ote 2 : gras légèrem ent N ote 3 : gras mou.
mou.

l6 l
Techniques d ’élevage

Photo 11.7.
De gauche à d roite : a ccroissem ent de la c o lo ra tio n du gras. P our s a tisfa ire la filiè re
viande, une carcasse d o it p résenter un gras b la n c e t ferm e après réfrigération.
C aractéristiques b iologiques et te ch n o lo g iq u e s de la production de viande ovine

Entiers Castrés
1

État d'engraissement

légèrement coloré blanc

Couleur du gras

brun-jaune jaune
légèrement coloré co|oré
coloré brun-jaune

bien ferme
bien ferme mou

Fermeté du gras

huileux
intermédiaire

Fig. 11.11. Les critè re s d'app ré cia tio n des carcasses.

La découpe de la carcasse Rappel de la législation

Elle est fondée sur la qualité des diffé­ L'éleveur peut abattre hors des abattoirs
rents muscles constituant les différentes des animaux de boucherie et de charcu­
zones corporelles. terie (porc et mouton). Mais cet abattage
n'est autorisé que sous les conditions
Comme chez les bovins, on distingue suivantes :
trois catégories (fig. n.n) : ■ l'exploitant agricole doit avoir effec­
■ les morceaux de ire catégorie : ils se tivement élevé les animaux ;
composent du gigot, de la selle, du ■ la totalité des viandes ainsi préparées
filet et du carré découvert (cuisson doit être réservée à la consommation
rapide) ; de la famille habitant sous le toit de
■ les morceaux de 2e catégorie : ce sont la personne qui a pratiqué l'abattage.
le carré couvert et l'épaule ;
■ les morceaux de 3e catégorie : ce sont La remise à des tiers, même à titre gra­
les morceaux à bouillir (la poitrine, tuit, de ces viandes est interdite.
le collier).

163
Techniques d ’élevage

cn

I =56,50%
II =24,50%
III =19%

Fig. 11.12. D écoupe de l'agneau.

La première prescription implique que la ■ ait effectivement hébergé des ani­


personne qui pratique l'abattage : m aux dans son exploitation pen­
■ possède ou exploite des locaux d'hé­ dant une période suffisante pour
bergement des animaux conformes que ces animaux aient acquis cer­
éventuellement à la réglementation taines qualités (augmentation du
en la matière (législation sur les poids, engraissement).
établissements dangereux, incom­
modes et insalubres, règlem ent
sanitaire départemental) ;

164
C aractéristiques b io lo g iq u e s et te ch n o lo g iq u e s de la pro d u ctio n de viande ovine

Conclusion ■ revoir le choix des béliers ;


■ trier au toucher les agneaux toutes
Les carcasses trop grasses (classées 4) se les semaines, par une palpation sur
traduisent par une perte d'environ 15 € les reins, le dos et les côtes, pour
par agneau, sans compter le coût des ali­ surveiller l'état d'engraissem ent
ments consommés (9 kg d'aliments pour (photo 77.8);
produire i kg de carcasse). Différentes ■ utiliser le retour des informations
solutions s'imposent : commerciales concernant le dernier
■ réduire si nécessaire le poids prévi­ lot vendu (tab. 77.5J;
sionnel des carcasses ; ■ aller voir à l'abattoir ses animaux
■ rationner ses animaux, plus parti­ pour se faire une idée de leur état...
culièrement le mois précédant leur
vente ;

Photo 11.8.
Tri des anim aux en fonction de l'é ta t d'am aigrissem ent.
Techniques d ’élevage

Tableau 11.5. Bordereau d’abattage


DATE: HEURE:
A B A TTE U R :
ÉLEVEUR :
N° LOT : TYPE ABATTAGE : TRADITIO NNEL
ARTICLE :FR
N° TICKET: 30526
NOMBRE ENTRÉS: 5

P esée I Qté I Clm t

1051418

1051719

1051420

1051421

1051422

Consigne
C aractéristiques b iologiques et te ch n o lo g iq u e s de la production de viande ovine

I Qualité de la viande et pH
Après l'abattage, les m uscles « survivent » quelque temps. Les ré se rv e s de s u c re c o n te n u e s d ans
le m u s c le (g lyc o g è n e ) se tra n s fo rm e n t p ro g re s s iv e m e n t en a c id e la c tiq u e q u i a c id ifie le m u s c le e t
le p ro tè g e c o n tre le s a tta q u e s m ic ro b ie n n e s . La rig id ité cadavérique s'in sta lle.
Le pH est l'u n ité de mesure de l'a c id ité . Plus c e lle -c i est forte, plus le pH est faib le. Norm alem ent,
après l'abattage, le pH descend de 7 à 5,5 et ne rem onte plus ensuite. Le pH ultim e (pH = 5,5) n'est
a tteint qu'au bout de 48 heures.
Dans le cas des carcasses à pH élevé, l'a cid e lactiqu e se form e en quantité insuffisante ; en effet,
les réserves de glycogène ont été entam ées a lo rs que l'a n im a l é ta it encore vivant. Le pH u ltim e
reste alors supérieur à 6.
Les viandes à pH élevé présentent presque toujours les caractéristiq ue s suivantes :
■ une c o u le u r anorm alem ent foncée, qui leu r vaut la dénom ination u suelle de viandes sombres,
; viandes noires, viandes à coupe sombre, et qui pose un problèm e de présentation com m erciale ;
■ un caractère c o lla n t, dû à leur fo rt pouvoir de rétention d'eau, qui les rend plus d iffic ile s à tra ­
v a ille r;
■ une m auvaise aptitude à la conservation.
Cependant ces viandes sont tout à fa it propres à la consom m ation, m ais dans un délai plus court
que le délai normal.
Ce q u i se p a s se a v a n t l'a b a tta g e in flu e n c e l'a c id ité .
L 'a c c u m u la tio n des p e rtu rb a tio n s subies par l'a n im a l depuis le départ de la ferm e jusqu'au piège
d'abattage est d irectem en t re s p o n s a b le de la d im in u tio n des ré s e rv e s de g ly c o g è n e e t d o n c du
p h é nom ène « p H é le v é ».
Les réserves sont épuisées par :
b les dé p e n se s p h y s iq u e s s u p p lé m e n ta ire s liée s au regroupem ent des anim aux, au chargem ent
dans les cam ions, aux diverses étapes des c irc u its de colle cte , à l'attente en bouverie ;
■ les p e rtu rb a tio n s é m o tio n n e lle s (peur, d ou leu r...), qui s'accom pagnent de la sécrétion d'hormones
(adrénaline, c o rtis o n e ...) et contribuent à m o biliser les réserves de glycogène ;
■ la d iè te pendant le transport et l'attente en « bouverie » qui o bligent les muscles à faire appel aux
réserves de glycogène pour co u vrir les dépenses énergétiques.
En pratique, la fréquence des carcasses à pH élevé s'a ccro ît lorsque :
■ la s o rtie des a n im a u x des c a se s e s t d iffic ile ;
■ le s m a n ip u la tio n s s o n t b ru ta le s et contribuent à agiter les anim aux ;
■ le c h a rg e m e n t e s t lo n g du fa it du refus des anim aux ;
b le s a n im a u x s 'a g ite n t e t s 'a g re s s e n t dans le c a m io n ;
b le tra n s p o rt e s t lo n g ;
b des éta pes in te rm é d ia ire s (marchés, centres de tri, etc.) ont accru la durée du c irc u it et l'agitation
des a n im a u x;
a l'a tte n te en « b o u v e rie » e s t longue.
En con clu sion , l'a p p a ritio n de carcasses à pH élevé ne dépend pas d'une cause unique, m ais de
l'accum ulation, avant l'abattage, de m u ltip les facteurs aggravants. Tout est joué avant l'abattage.
Rien ne perm et de co rrig e r le pH après la mort de l'anim al.
La fréquence des carcasses à pH élevé dépend de nom breux autres facteurs encore mal connus :
le type génétique, le type de production voire la saison de c o lle c te ou les c o n d itio n s m étéorolo­
g iq u es...

167
Techniques d ’élevage

L'Agneau français de qualité bouchère


(AFOB) est également une marque col­
Marques et labels lective pour un produit cette fois destiné
pour une assurance aux artisans bouchers. Le produit satis­
fait un cahier des charges identique à
de qualité celui décrit ci-dessus. Le principe d'iden­
Éleveurs ovins, transformateurs et distri­ tification prévaut également de l'élevage
buteurs se sont mobilisés pour offrir aux au point de vente, et un logo spécifique
consommateurs un produit de qualité, figure surtout le matériel d'information.
lui apporter l'assurance de l'origine du
produit et de son traitement. Des autocontrôlés sont mis en place par
tous les opérateurs de la « chaîne de la
M a rq u es c o l l e c t i v e s qualité » et des contrôles externes sont
confiés à la structure indépendante de
L'Agneau des bergers de France (ABF) contrôle d'INTERBEV.
est une marque collective (assortie d'un
logo) destinée aux rayons boucherie des Face à ces deux marques collectives, il
grandes et moyennes surfaces. existe 4 qualifications officielles qui se
développent.
Elle doit satisfaire un cahier des charges
qui fixe une série de critères. Qual ificatio ns o f f i c i e l l e s
L'agneau est né, élevé, engraissé et
Agneau Label rouge
abattu en France.
Cette production d'agneaux français
Le produit est identifié à chaque stade de (photo n.g) respecte un cahier des
la filière : en exploitation, en abattoir, en charges strict (sous contrôle d'un orga­
atelier de transformation, en distribution. nisme certificateur agréé par les pou­
voirs publics), dont les principaux points
Il doit satisfaire des critères de confor­ sont :
mation, de couleur de viande, d'alimen­ ■ une production à partir de races
tation (alimentation exclusivement spécialisées, dont les conditions
d'origine végétale et minérale + lait) ; il d'élevage respectent le bien-être
doit être abattu avant l'âge de 12 mois, des animaux, avec des aliments tra­
avoir un poids carcasse inférieur à 20 kg... ditionnels non pourvus d'activateurs
de croissance ;
Enfin, le produit doit clairement être ■ le transport à l'abattoir d'animaux
identifié sur le lieu de vente. ayant un minimum de jours d'en­
graissement, dans les meilleures
Des moyens d'information du consom­ conditions. Seules les carcasses
mateur ont été prévus (promotion sur le répondant à certains critères
lieu de vente, dépliants comportant des (couleur, conformation...) seront
idées de recettes...). labellisées ;

168
C aractéristiques biologiques et te ch n o lo g iq u e s de la p roduction de viande ovine

Agneau d'appellation d'origine contrôlée


(AOC)
Cette appellation implique un lien
étroit entre le produit, le terroir et le
savoir-faire. Le produit AOC doit prove­
nir d'une aire de production délimitée et
répondre à un cahier des charges précis
qui fait l'objet d'une procédure d'agré­
ment conduisant à une reconnaissance
officielle. À ce jour, on trouve 3 AOC pour
le mouton : le mouton de Barèges-Gavar-
nie, l'agneau des prés-salés de la baie de
Somme et l'agneau des prés-salés du
Photo 11.9. Mont-Saint-Michel (photo 11.10).
Le Label rouge garantit la qualité supérieure de
cette viande.

Agneau certifié conforme


La certification de conformité garantit
un certain nombre de caractéristiques
■ la commercialisation de ces produits du produit (définies dans un cahier des
nécessite leur séparation sur l'étal, charges), sous contrôle d'un organisme
un stockage à part et une compta­ certificateur agréé par les pouvoirs
bilité précise. publics.

Photo 11.10.
Agneaux des prés-salés du Mont-Saint-Michel.
Source : studiodelaroque.com.
T echniques d ’élevage

Agneau issu de l'agriculture biologique


Cette viande certifiée, qui est produite
selon des indications précises, doit com­ Dans ce cas, les animaux sont nour­
porter le nom de l'organisme certifica- ris avec des fourrages et des aliments
teur et la nature des caractéristiques obtenus suivant les règles de l’agricul­
certifiées sur son étiquetage. À ce jour, ture biologique (sans engrais chimiques,
il existe 3 certifications de conformité : sans pesticides et dans le respect de
l’agneau de l'Adret (photo 77. 77J, l'agneau l’environnement).
de Lorraine et le Baronnet.
Le suivi de leur santé fait appel à des
médecines douces... De plus, la viande
doit répondre à certaines normes.

Deux logos officiels identifient ces


produits, un logo national et un logo
Sélection européen.
Artisan boucher

&
AGRICULTURE
BIO LO G IQ UE

Agneau de montagne
Ces agneaux sont élevés en zone de
montagne où ils trouvent leur nourri­
CARACTÉRISTIQUES
CERTIFIÉES ture. Ils seront abattus et conditionnés
A g n e a u é le vé au
L a it M a te rn e l
dans cette zone.
avec u ne A lim e n ta tio n
T ra d itio n n e lle .
A g n e a u né en France,
é le vé dans son Autres cert if ic a ti o n s
E x p lo ita tio n d 'O rig in e ,
C o n trô lé de l'É le v e u r
au D is trib u te u r.
Il existe aussi parallèlement :
C e r t if ié p a r ■ des marques collectives (ABF et
AFOB), propriétés de l’Interprofession
nationale, utilisées pour vendre des
agneaux garantis d’origine française ;
■ d'autres marques collectives exploi­
tées par des entreprises, des éle­
veurs... qui fidélisent leurs clients
grâce à une image positive du pro­
duit (l'agneau des Hautes-Alpes,
Photo 11.11. l'agneau Soleil...).
Agneau de l'Adret.

170
C aractéristiques biologiques et te ch n o lo g iq u e s de la production de viande ovine

Seul le Label rouge à l'heure actuelle Les labels, les produits sous certification
garantit la qualité. Le label « Agriculture de conformité deviennent des IGP (indi­
biologique » atteste un produit « sain » cations géographiques protégées). Ici,
et « naturel ». le lien avec le terroir demeure à un des
stades au moins de la production, de la
Les autres labels garantissent un mini­ transformation ou de l'élaboration.
mum de critères de qualité affichés par
les marques. Les labels ou produits sous certifica­
tion obtiennent le logo européen : AS
Au niveau européen (fig. 11.13) (attestation de spécificité), en vue de
mettre en valeur une composition tra­
Les AOC deviennent les AOP (appella­ ditionnelle du produit ou un mode de
tions d'origines protégées, sauf pour les production traditionnel. L'attestation
vins). L'AOP désigne un produit dont la de spécificité se traduit par l'attribution
production, la transformation et l'éla­ d'un logo STG (spécialité traditionnelle
boration ont lieu dans une aire géogra­ garantie) (fig. 77.73J.
phique déterminée, avec un savoir-faire
reconnu et constaté.

Aire géographique déterminée


AOC AOP
Savoir-faire reconnu et constaté

Lien avec le terroir


• Label rouge et C de C
À un des stades au moins de la production,
de la transformation ou de l'élaboration

• Label rouge et C de C
Composition traditionnelle
ou mode de production traditionnel

AB AB

Fig. 11.13. Équivalence des labels nationaux et européens.

171
Techniques d ’élevage

Dans de nombreuses régions (fig. 11.14), les professionnels de la filière ovine se sont orientés vers
des signes de qualité dont certains sont reconnus officiellem ent (Label rouge, AOC, Agriculture
biologique, CQC).
Cette orientation a pour objectif de mettre en valeur des pratiques d'élevage synonymes de qualité
qui sont représentées par un ou plusieurs logos.

1 L'Agneau m L'Agneau
des Prés Salés de TAdret

2. L'Agneau 15 L'Agneau
Agnocean deSisteron
1
3 L'Agneau 16 L'Agneau
Fleur d'Agneau de Lozère
q L'Agneau 17 L'Agneau
Terre Océane du Périgord 1
S L'Agneau Fermier I f L'Agneau
des 4 saisons de Pauiltac
£ L'Agneau w L'Agneau Fermier
du Poitou Charentes des Pays d'oc 2 3
M S
j L'Agneau 20 L'Agneau Fermier 10
LeDiomandin du Quercy
6 ? ?
2 L'Agneau 23 L'Agneau ? 11
des Bocages de r Aveyron 12. 13 W
L'Agneau Fermier 22 L'Agneau Laiton n
du Bourbonnais de r Aveyron 1? 16
10 L'Agneau 23 L'Agneau
20
n
Tendre Agneau Lou Paillol
2122 15
L'Agneau Baronet 2M L'Agneau Sélection 2£ 23
du Limousin des Bergers 26 2H
12. L'Agneau Les Bergers 25 L'Agneau de Lait
du Limousin des Pyrénées
13 L'Agneau Les Éleveurs 26 L'Agneau
Limousins Amatik "Portraits - Des éleveurs d'agneaux engagés sous signes
de qualité" disponibles sur le site www.interbev.fr

Fig. 11.14. Localisation des animaux labellisés.


Source : INTEHBEV

Exemples

Agneau Laiton Agneau Fermier Agneau de Lozère Elovel Agneau des éleveurs
de l'Aveyron Selection des Bergers 60 éleveurs Vendéens
Zone géographique ' -
----- 3 ^ 2 2 0 éteveurs 117 éleveurs

ml kZone géographique : Cantal, Haute-Loire


Aveyron et cantons Cmihophes «Bassin Sud de Midi-Pyrénées,
f départements de l'Arfege,
L'Agneau de Lozère Elovel L'élevage des agneaux
de la Haute-Garonne, f ljB K est issu exclusivement de brebis en Vendée poursuit l'objectif
^ _ Un bon agneau c'est avant tout des Hautes-Pyrénées et du Gers v S P et de béliers sélectionnés de produire des agneaux
0 ’M une affaire d'élevage... dans la race rustique jeunes. Ils sont commercialisés
V J Îk Y Avec une technique parfaitement De ta chaîne des Pyrénées "Blanche du Massif Central". Il est élevé à un âge toujours inférieur
maîtrisée, les artisans éleveurs aux plaines de ta vallée sur un terroir qui se caractérise à 170 jours. Après un élevage
de l'Aveyron et des départements de ta Garonne, on élève encore dans par une altitude élevée et l'existence sous leur mère (essentiellement
<Slp? voisins savent associer la plus pure tradition l'agneau fermier de pâturages faiblement productifs de race Vendéenne!
savoir-faire ef passion Sélection des Bergers. avec une gronde diversite floristique. pendant au moins 60 jours,
au service d'une viande d'exception. Les éleveurs améliorent sans cesse Nourri du Tait de sa mère avec laquelle ils reçoivent en bergerie
Cet agneau est élevé sous la mère, leur troupeau par le choix des meilleures il vit en permanence (élevé "sous une complémentation
en bergerie. La base de son alimentation races locales et produisent selon ta mère"), il reçoit en complément
est le lait de sa mère qui confère des méthodes d'élevage très strictes. des fourrages et des aliments fermiers Les conditions climatiques
à la viande, une bonne part de ses Élevé confortablement en bergerie, océaniques offrent aux brebis
qualités gustatives. il est le fruit l'agneau Sélection des Bergers se nourrit ta possibilité de pâturer régulièrement
d'une sélection rigoureuse par les éleveurs au tait maternel et reçoit des céréales sur l'année. La production d'agneau
qui. entre 70 et 140 jours, déterminent et des fourrages en complément est régulière, tant en nombre
le moment où l'agneau est parvenu d'alimentation. qu'en qualité, tout au long de l'année.
â la maturité idéale. L'opérateur commerçai
sélectionne ensuite parmi toutes
engagés en Label Rouge et/ou IGP
celtes qui présentent une couleur rosée
et un gros ferme et blanc, gages
d'un goût délicat et subtil.

Source : INTEHBEV

172
C aractéristiques b iologiques et te ch n o lo g iq u e s de la p roduction de viande ovine

Tous les a jn e a o x J e nos cam pagnes soiol’ là.


H L'Agneau L'Agneau Yf L'Agneau
des Prés Salés Tendre Agneau Fermier
des Pays cKOc
Z L'Agneau 11 L'Agneau
Agnocean Baronet
du Limousin
A 20 L'Agneau
Fermier
2 L'Agneau duQuercy
Fleur d'Agneau 12, L'Agneau
Les Bergers 23 L'Agneau
q L'Agneau du Limousin de rAveyron
Terre Océane
13 L'Agneau 22 L'Agneau Laiton
5 L'Agneau Les Éleveurs de rAveyron
Fermier
des 4 saisons m Limousins
72 L'Agneau
m L'Agneau LouPaüloI
6 L'Agneau de l'Adret
du Poitou 2H L'Agneau
Charentes S 1S L'Agneau Sélection
de Sisteron des Bergers
? L'Agneau
Le Diamandin 1s L'Agneau 2£ L'Agneau
de Lozère de Lait
f L'Agneau des Pyrénées
des Bocages I f L'Agneau
du Périgord 26 L'Agneau
L'Agneau Amatik
Fermier K L'Agneau
du Bourbonnais dePauülac

Source : INTERBEV
Alimentation
et rationnement
L’alimentation est un poste budgétaire important puisqu’elle
représente 45 à 55 % des charges opérationnelles. Sa maîtrise
aura une influence sur les résultats économiques mais aussi
sur les performances de reproduction et de production (crois­
sance, développement, état d’engraissement...).
Elle devra répondre aux exigences du consommateur, qui
souhaite une viande de qualité.

Recommandations
L'objectif du rationnement est de couvrir Quelques notions
les besoins des animaux à un moment
donné, tout en tenant compte de leur
essentielles
poids, leur état physiologique et leur Les besoins des animaux sont représen­
niveau de production. C'est pourquoi tés par :
il ne faut pas oublier que l'éleveur doit ■ Vénergie : l'UF (unité fourragère). On
nourrir un lot d'animaux hétérogènes trouve les UFL (lait) utilisées pour les
sur le plan physiologique : femelles, les béliers et les animaux
■ pour les élevages en plein air, les de reproduction et les UFV (viande)
besoins élevés coïncident avec le pour les animaux à l'engraissement ;
début de la pousse de l'herbe ; ■ l’azote : les PDI (protéines vraies
■ pour les élevages en bergerie digestibles dans l'intestin). On uti­
ou en semi-bergerie, les besoins lise 2 types de PDI, les PDIN (d'origine
sont élevés en fin d'automne et en azotée) et les PDIE (d'origine énergé­
hiver, c'est-à-dire qu'ils seront cou­ tique). On retiendra pour les calculs
verts à partir d'aliments conservés la valeur correspondant à l'élément
« onéreux ». limitant (la plus faible) ;
■ les minéraux : on s’intéresse essen­
tiellement au calcium (Ca) et au
phosphore (P). Il faudra vérifier les
apports par rapport aux besoins
afin de choisir un composé minéral
en fonction du déficit de la ration ;

174
A lim entation et ratio n n e m e n t

■ l’eau : la quantité d'eau bue par les


moutons est fonction de la concen­
tration en matière sèche de la ration, Évolution des besoins
de sa composition, des besoins
de production, de la température Au cours du cycle de production (ges­
ambiante... Il faut mettre à la dispo­ tation —> mise-bas —> lactation...), les
sition de ces animaux de l'eau propre besoins en énergie, azote et minéraux
en permanence (tab. 12.1) ; évoluent dans de grandes proportions
■ la capacité d’ingestion (Cl) : elle cor­ (1 à 3 pour l'énergie et 1 à 4 pour les pro­
respond à la quantité de matière téines). La capacité d'ingestion, elle, ne
sèche (MS) que peut ingérer un varie que de 1 à 2, sauf en fin de gestation
animal dans la journée. L’unité de et au début de la lactation (fig. 72.7J.
mesure estl'UEM (unité encombre­
ment mouton). Il faut s'assurer que
l'encombrement de la ration soit
égal ou inférieur à la Cl. Dans le cas État corporel (NEC)
inverse, la ration ne peut pas être
ingérée. L'ajout de concentré au-delà Objectifs
de 200 à 300 g provoque une subs­
titution, le fourrage grossier sera L'évaluation du niveau des réserves
partiellement délaissé. corporelles (graisses) permet d'ajuster
l'alimentation en fonction des stades
Tableau 12.1. Besoins en eau en physiologiques.
L/kg de MS ingérée
De plus, cette appréciation manuelle
O vins en c ro is s a n c e 2
perm et de compléter l’appréciation
ou à l'e n g ra is
visuelle des animaux.
B re b is à l'e n tre tie n ou en d é b u t 1,5 à 2
de g e s ta tio n
Suite à ces manipulations, on évalue la
B re b is en fin de g e s ta tio n 2.5 à 3 note de l'état corporel.
B re b is a v e c un agnea u 2.5 à 3

B re b is a v e c 2 o u 3 a g n e a u x

B re b is e n la c ta tio n (2 kg de lait) 3,5 à 4

Il faut toujours respecter une tra nsition de 8 à 10 jours à chaque changem ent de ration.
La quantité de concentré distribuée devra se faire progressivem ent.
Les céréa les entières peuvent être d istrib ué es aux anim aux a dultes et aux agneaux à p a rtir de
l'âge de 2 mois.
Le rationnem ent sera fondé sur le c yc le de reprod uction tou t en sachant qu on n o u rrit l'in d iv id u
faisant partie d'un troupeau.
L'idéal est de constituer des lots homogènes avec des anim aux de même stade physiologique.
Enfin, une brebis ne peut e xté rio ris e r son p otentiel si e lle est trop parasitée.
Techniques d ’élevage

Comment réaliser
cette manipulation ? ■ C : appréciation du développement
des muscles et de la graisse sous
On opère sur 10 à 15 % des animaux d'un les apophyses transverses. L’impor­
lot. La palpation s'effectue au niveau des tance du muscle et de la graisse est
six vertèbres lombaires (fig. 72.2) à partir jugée par la facilité avec laquelle les
de quatre manipulations (fig. 12.3) : doigts peuvent passer sous le bout
■ A : appréciation de la proéminence de l'apophyse ;
des apophyses épin euses des ■ D : appréciation du développement
vertèbres ; de la noix (muscle) : concave > plat
■ B : appréciation de la proéminence > convexe.
des apophyses transverses des
vertèbres ;

Développement de la noix ( A ) Proéminence des apophyses épineuses

Développement des muscles © des


Proéminence
apophyses transverses
© sous-lombaires

Fig. 12.2. Coupe de la colonne vertébrale au niveau des reins.

176
A lim entation et ratio n n e m e n t

Fi g. 12.3. Les quatre m anipulations nécessaires.

Échelle de notation
proéminentes mais sans « rugosité ».
Le barème va de o à 5, ce qui représente Chaque apophyse est sentie au tou­
6 notes. Les notes o et 1 sont rarement cher simplement comme une ondu­
utilisées. Il est possible d'utiliser des lation. Les apophyses transverses
demi-points. sont également arrondies et sans
rugosité et il est possible, en exer­
Le changement d’un point de la note çant une légère pression, d'engager
d'état correspond à 13 % du poids vif de les doigts sous leurs extrémités.
la brebis. La noix du muscle est d'épaisseur
■ Note o : extrêmement émacié, sur moyenne avec une faible couverture
le point de mourir. Impossibilité de adipeuse (fig. 72.4J.
détecter des tissus musculaires ou
adipeux entre la peau et l'os.
■ Note 1 : brebis très maigTe. Les apo­
physes épineuses sont saillantes et
pointues. Les apophyses transverses
sont également pointues, les doigts
passent facilement sous leurs extré­
mités et il est possible de les engager
entre elles. La noix du muscle est peu
épaisse et on ne détecte pas de gras
de couverture.
■ Note 2 : brebis maigre. Les apo­
physes épineuses sont encore Fig. 12.4. N ote 2 : brebis maigre.

177
Techniques d ’élevage

■ Note 3 : brebis en bon état. Les apo­ muscles (recouverts de gras), qui
physes épineuses forment seule­ form ent une surface continue.
ment de très légères ondulations On ne peut pas sentir les extrémi­
souples ; chacun des os ne peut être tés des apophyses transverses. La
individualisé que sous l'effet d'une noix du muscle est « pleine » avec
pression des doigts. Les apophyses une épaisse couverture adipeuse
transverses sont très bien couvertes (fig. 12.6).
et seule une forte pression permet u Note 5 : brebis très grasse. Les apo­
d'en sentir les extrémités. La noix du physes ne peuvent être détectées,
muscle est « pleine » et sa couverture même avec une pression ferme. Les
adipeuse est moyenne (fig. 72.5J. deux muscles recouverts de graisse
sont proéminents et on observe
une dépression le long de la ligne
médiane du dos. Les apophyses
transverses ne peuvent être détec­
tées. La noix des muscles est très
« pleine » avec une très épaisse cou­
verture adipeuse. D'importantes
masses de graisse se sont déposées
sur la croupe et à la base de la queue
(fig. 12.7).

Fig. 12.5. N ote 3 : brebis en bon état.


Les besoins alimentaires correspondent
rarement aux besoins des animaux. Il
est donc judicieux de gérer les besoins
en fonction des réserves corporelles
u Note 4 : brebis grasse. Seule la pres­ (fig. i2.8ettab. 12.2).
sion permet de détecter les apo­
physes épineuses sous la forme
d'une ligne dure entre les deux

Fi g. 12.6. N ote 4 : brebis grasse. Fig. 12.7. N ote 5 : brebis très grasse.

178
A lim entation et ra tio n n e m e n t

Fig. 12.8. Notes d'état recom m andées p o u r une brebis de 60 kg, avec un fœ tus ( , J ou deux fœ tus ( . . .).

Tableau 12.2. Notes d'état corporel recom m andées à différentes phases


du cycle de production de la brebis

Stade physiologique
de la brebis
: ■■ : WBsSÊÊÊBSIÊSBBBSBÊBaBBBSBaBSÊBIBBBKHmBSSÊBSBÊBiÊÊBBBÊk
Lutte 3 à 3,5 Flushing efficace si la note est comprise entre 2,5 et 3,0

90 jours de gestation 3 à 3,5 Éventuellement 2,5 pour les troupeaux à très faible
prolificité. En cas de note inférieure à 3,0, accroître de
10 % les apports recom mandés en fin de gestation

Agnelage 3,5 Note à atteindre im pérativem ent pour les brebis


prolifiques

42 jours de lactation 2,5 à 3,5 Ne pas descendre en dessous de 2 et ne jam ais dépasser
une variation de plus de 1 point en 42 jours

Sevrage 2 à 2,5* Ne jam ais poursuivre la sous-alim entation énergétique


au-delà de 8 semaines de lactation

* Des notes d'état plus faibles peuvent être préférées dans les systèmes disposant d'aliments bon marché pour
reconstituer les réserves (herbe).

179
Techniques d ’élevage

Il est égalem ent possible, selon la


conduite d'élevage, de placer les ani­
Flushing maux sur une parcelle dont l'herbe est
abondante.

Objectifs
le flushing consiste en une suralimen­
tation énergétique (d’environ 20 %), soit Alimentation
0,5 UF par jour, qui commence au début
de la lutte et qui va permettre de sti­
des brebis
muler l'appareil reproducteur, assurant
ainsi :
■ un meilleur taux de fertilité et de Alimentation
prolificité ; des femelles à l’entretien
■ une meilleure « fixation » du ou des
fœtus. À ce stade du cycle, les besoins des ani­
maux sont faibles ; ils dépendent :
Chez les mâles, ceflushing permet d'op­ ■ de leur poids vif ;
timiser les conditions de fabrication des ■ de la nécessité ou non de reconsti­
spermatozoïdes et d'obtenir une meil­ tuer des réserves corporelles.
leure fécondité.
Au pâturage, le rationnement s'impose
très souvent pour éviter le gaspillage.

Réalisation pratique
C ette s u ra lim e n ta tio n d éb u te Alimentation
3 semaines avant la lutte et se prolonge des femelles à la lutte
3 semaines après le retrait des mâles, en
vue de faire gagner un demi-point de En théorie, les besoins en période de
NEC (note d'état corporel) et d'atteindre lutte ne sont pas différents de ceux de
l'objectif de la note 3. Chez le mâle, cette l'entretien, mais la suralimentation pra­
opération commence 2 mois avant la tiquée (flushing) pendant cette lutte
lutte. influence la ponte ovulaire et aussi le
groupage des mises-bas. Rappelons
Le plus souvent, on réalise 1eflushing que l'objectif principal est d'assurer une
à partir de céréales (préférer l'avoine : bonne fertilité mais aussi une bonne
aliment stimulant), à raison de 300 à prolificité.
500 g par jour chez les femelles. Pour les
mâles, on distribue 600 g, en assurant
une transition progressive de 15 jours.

180
A lim entation et ratio n n e m e n t

Relation de l'état nutritionnel faible. Ceflushing est constitué de 300


avec le taux d'ovulation à 500 g de « concentré » selon l'état des
animaux (fig. 12.10).
L’alimentation influence la prolificité.
En effet, la stimulation de l'activité ova­ Tout stress pendant la lutte et 6 sem aines
rienne favorise le taux d'ovulation (en après la fécondation peut entraîner une baisse
fonction du poids vif et de la prise de de la fe rtilité .
poids avant la lutte) (fig. n.g).

Les brebis les plus lourdes ont un taux


d'ovulation plus élevé. D'où l'intérêt du U FL/j

flushing pré-œstral (de 3 semaines) qui


améliore le nombre d'agneaux nés de 10 1,00
à 20%.

Relation du niveau alimentaire 0,71 -


avec la mortalité embryonnaire Début flushing Fin flushing
1 ------- r i --------- 1-------- r
\Jr\flushing post-œstral (de 5 semaines)
réalisé sur des femelles lourdes en bon
état corporel assure un taux d'ovulation LUTTE

élevé et un taux de perte embryonnaire Fig. 12.10. R éalisation (///flu sh in g .

Fig. 12.9. Evolution du taux d'ovulation avec le p o id s vif.

181
Techniques d ’élevage

surtout « riche » en énergie : cette com­


plémentation est appelée steaming.
Alimentation
des femelles gestantes La tonte un mois avant la m ise-bas favorise la
capacité d'ingestion.
Cette alimentation peut être décompo­
sée en trois périodes :
■ iTe période : le début de la gestation Les besoins en période de gestation sont
(imois). Pendant cette période, fonction du nombre d’agneaux et du
toute m odification brutale du poids moyen de ces agneaux à la nais­
régime peut provoquer des mortali­ sance (fig. 12.11). Si ces besoins ne sont
tés embryonnaires. L'embryon se fixe pas couverts, la brebis puise trop tôt sur
16 jours après la fécondation ; ses réserves corporelles pour assurer la
■ 2e période : le milieu de la gesta­ croissance du fœtus. Il s'ensuit un mau­
tion (2e et 3e mois). Les animaux ont vais état de la mère à la mise-bas et des
des besoins encore faibles, ils sont agneaux chétifs et petits à la naissance.
équivalents à ceux d'une femelle à
l'entretien ;
■ 3e période : la fin de la gestation.
C'est la période critique, car les
besoins sont de plus en plus élevés
du fait du développement du ou des
fœtus. Le volume de l'utérus prend
de plus en plus de place dans l'abdo­
men, comprimant aussi l'appareil
digestif. La capacité d'ingestion delà
brebis diminue fortement. Les 3 der­
| 1 L 6 4 b |
nières semaines sont primordiales.
LUTTE AGNELAGE
L'alimentation en fin de gestation a une
incidence sur : Fig. 12.11. B esoins d'une brebis de 60 kg avec un
■ le poids des fœtus ; fœ tus ( . , .) ou deux fœ tus ( ).
■ la vigueur des agneaux nouveau-nés ;
■ la mortalité;
■ la production laitière de la mère ; La moitié des agneaux pesant moins
■ la vitesse de croissance de l'agneau ; de 3 kg à la naissance meurent avant
■ l'apparition de la toxém ie de leur commercialisation (fig. 12.12). Les
gestation ; agneaux lourds à la naissance ont un
■ le poids et la maturité corporels à la meilleur GMO et sont abattus plus pré­
vente. cocement. De plus, ce poids de naissance
conditionne le dépôt de graisse. Un poids
Cela nécessite une complémentation léger à la naissance se caractérisera par
avec un aliment peu encombrant et un dépôt adipeux très précoce.

182
A lim entation et ra tio n n e m e n t

100
90
80 Race bouchère

70 Race prolifique
Taux
60
de mortalité
<%) 50
40

30

20
10
0
1à2 2à3 3 à4 4 à5 5à6 6à7

Poids de l'agneau à la naissance (kg)

Fig. 12.12. R elation entre le p o id s des agneaux à la naissance et le taux de m ortalité.


Source : CIIRPO, 2009.

Un déficit en matières azotées et en tenant compte de l’état des animaux, de


minéraux a toujours des conséquences la taille de la portée...
regrettables sur la viabilité et le poids
des agneaux.

Une sous-alim entation énergétique Alimentation


importante entraîne une mobilisation des femelles en lactation
excessive des réserves corporelles, ris­
quant de provoquer une toxémie de Pendant le premier mois de lactation,
gestation. l’agneau est dépendant de la produc­
tion laitière de la mère. Les besoins sont
Pour passer ce cap difficile et assurer importants mais la capacité d'ingestion
un bon démarrage de la lactation, il est est limitée pendant 3 semaines.
recommandé :
■ d'échographier les brebis puis de Le niveau de production de lait m axi­
séparer celles qui ont des agneaux mal est atteint très rapidement après la
simples de celles qui auront des mise-bas :
agneaux doubles ; ■ à 15 jours lorsque la brebis allaite
■ de faire les lots selon l'état corporel ; deux agneaux ;
■ d'éviter les m anipulations, les ■ à 3 semaines lorsque la brebis allaite
stress... un agneau.

La réussite des mises-bas nécessite Pendant ce laps de temps, le bilan éner­


une préparation, par une alimentation gétique est négatif, l'animal puise sur ses

183
Techniques d ’élevage

réserves corporelles. On accepte une perte mveiller à la capacité d'ingestion. En


de poids de 2 kg par mois (1 à 4 kg selon effet, elle atteint de nouveau son
l'état de la femelle avant la mise-bas). niveau optimal 5 à 6 semaines après
l'agnelage. En début de lactation, la
La production laitière est de 1 à 3 kg par Cl de la femelle est de 80 %, ce qui
jour, mais elle augmente avec le nombre nécessite l'établissement de deux
d'agneaux (de 40 à 60 % en plus) du fait rations :
d'une forte stimulation de la mamelle • ration des semaines 1 à 3 : Cl de
parles agneaux (fig. 12.13). 80% ;
• ration des semaines 4 à 6 : Cl maxi­
Une alimentation qualitative et quanti­ male (100%).
tative, ainsi qu'une bonne NEC en fin de
gestation (3-3,5) permettent de passer La Cl augmente plus rapidem ent avec des a li­
cette période sans problème. ments de bonne qualité.

À partir de l'âge de 6 semaines, l'agneau


devient de moins en moins dépendant Le poids des animaux à la fin d'un cycle
de sa mère. Dès lors, il faut arrêter la ne doit jamais être inférieur à leur poids
complémentation des brebis. Un bon au début du cycle (fig. 12.14).
fourrage est alors suffisant.

Pendant cette période de lactation, il


faudra :
■ couvrir les besoins azotés des mères Sevrage
(elles ont plus de réserves) ;
■ limiter le déficit en énergie sachant Ou'il soit à l'herbe ou en bergerie, le
que l'animal mobilise ses réserves ; sevrage est la clé pour produire des
agneaux de qualité. Le poids au sevrage
conditionnera la consommation de
concentré mais aussi la qualité de la
carcasse.

Quand sevrer ?
L'âge optimal pour un bon sevrage est à
80 jours. Il peut être ramené à 2 mois si
les brebis sont remises à la lutte rapide­
ment. Le tri de lots homogènes par sexe
s’avère indispensable pour maîtriser l'ali­
Fig. 12.13. évolution de la p ro d u ctio n la itiè re (PL) mentation, mais aussi éviter l'excès de
chez le s brebis allaitantes. gras chez les femelles.
A lim entation et ratio n n e m e n t

GESTATION ALLAITEMENT ENTRETIEN

9 | 10 11 12 |

LUTTE AGNELAGE SEVRAGE LUTTE

Fig. 12.14. Besoins d'une brebis de 60 kg avec un fœ tus (__ ) ou deux fœ tus (— ).
M o b ilisa tio n des réserves co rporelles : - 1 p o in t f__ ), - 0,5 p o in t ( ).

Sevrer des agneaux lourds (autour de Les agneaux finis en bergerie doivent
25 kg) permet de réduire la quantité de disposer de concentré à volonté, de foin
concentré consommée par animal de de bonne qualité et d'eau propre.
l'ordre de 30 %.

Pour les agneaux d'herbe, le sevrage


sera modulé selon la quantité d'herbe. Alimentation
Les agneaux de moins de 18 kg à 70 jours après le sevrage
seront sevrés et rentrés en bergerie pour
être finis. Quant aux agneaux de plus de Cette alim entation devra répondre
18 kg à 70 jours, ils resteront au pré avec aux fortes exigences de ces animaux.
leur mère et seront sevrés à 100 jours. Elle peut être à base d'herbe pour les
agneaux pâturant. Pour les finitions à
base de concentré, le choix de celui-ci
sera conditionné par son coût.
Le sevrage proprement
dit Cette alimentation doit respecter les
besoins de ces animaux (Voir tab. 12.7,
Les agneaux sont séparés brutalement p. 198).
des mères et définitivement.
Techniques d ’élevage

au début de l'engraissement, puis 95 g


de PDI parla suite. Pour les apports ali­
Tarissement mentaires recommandés, se référer aux
tableaux de l'INRA qui tiennent compte
Il a pour but d'arrêter la production lai­ du potentiel de croissance de ces ani­
tière de la brebis. Afin d'éviter l'appa­ maux. Les agneaux à potentiel de crois­
rition de mammites, cette étape sera sance élevé sont les agneaux nés simples
préparée en réduisant progressivement et appartenant à des races de grand
la ration avant le sevrage des agneaux. format.
Le jour du sevrage, il faut réduire forte­
ment l'alimentation (ou la remplacer par Quant aux agneaux à potentiel modéré,
de la paille) et stopper l’abreuvement i ils correspondent aux agneaux issus
à 2 jours selon le niveau de production de races de petit format, de races rus­
laitière des brebis. Pour les animaux à tiques... et nés d'agnelages multiples de
l'herbe, les placer sur une parcelle « sans toutes races.
herbe ».

Les m am elles de ces fe m e lle s d oiven t régu­


lièrem ent être surveillées. Alimentation
des agnelles
L'alimentation de ces fem elles de
renouvellement ne se différencie pas
de celle des agneaux jusqu'à ce qu'elles
Alimentation atteignent un poids compris entre 22
et 30 kg selon les races. Par la suite, les
des agneaux apports devront perm ettre aux ani­
et des agnelles maux d'obtenir un poids à la lutte égal
aux 2/3 du poids des brebis adultes
(fig. 12.15). Les besoins sont donnés par
les tables de l'INRA.
Alimentation
des agneaux Pendant la gestation, les apports alim entaires
recom m andés doivent être m ajorés de 10 %.
De bons agneaux se caractérisent par un Pour é vite r que la la c ta tio n n'épuise ces
bon GMQ. Ils doivent être abattus entre agnelles et n'altère les futures perform ances
90 et uo jours et donner des carcasses de re prod uction , il est c o n s e illé de ne le u r
laisser qu'un agneau.
bien conformées avec un gras ferme,
clair et sans excès.

Pour répondre aux besoins de ces ani­


maux, leur ration doit contenir par kg
de MS plus de 0,8 UFV et 135 g de PDI

186
A lim entation et ratio n n e m e n t

Sevrage Mise à la lutte : 2/3 poids adulte


Poids

Âge en mois

Fig. 12.15. Courbe de croissance théorique des agnelles destinées à la reproduction.

de façon individuelle, soit de façon


collective ;
Pâturage des brebis ■ ne pas hésiter à vacciner les animaux
contre l'entérotoxémie. Pour limiter
ces problèmes, réserver à ces ani­
maux une prairie peu abondante la
Mise à l’herbe première semaine.
C’est une étape qui nécessite de nom­
breuses conditions pour éviter les acci­
dents digestifs :
■ assurer une transition alim en­ Femelles à l’entretien
taire : celle-ci doit être d'environ
3 semaines afin que la flore micro­ Bien que la technique de pâturage
bienne s’adapte au nouveau régime d'entretien n'apparaisse pas essentielle
(sec à aqueux). Pour cela, limiter la pour de nombreux éleveurs, il faut bien
durée du pâturage à 2 à 3 heures admettre que sa maîtrise a une grande
la première semaine en sortant les importance sur le plan de la surface uti­
anim aux en début d’après-midi lisée chaque année par le troupeau, et
après leur avoir distribué du foin de donc sur le revenu ramené à l’hectare
qualité. Puis augmenter cette durée de SFP.
progressivement les 2 semaines sui­
vantes. Mettre à la disposition des
Agnelage en automne
animaux un CMV magnésien. Pour
éviter l’apparition de la tétanie d’her­ La période d’entretien s’étend de février
bage, réaliser une cure de magnésie à septembre-octobre. À partir d'avril, les
avant la sortie des animaux : soit brebis se nourrissent avec du fourrage

187
Techniques d ’élevage

Des repères de hauteur d'herbe avec la botte


Herbe à 3 cm :
Herbe à 2 cm :
hauteur entre la semelle
hauteur à la semelle.
et le talon.

Herbe à 5 c m : Herbe à 8 c m :
hauteur au talon. hauteur entre le talon
et la cheville.

4! Herbe à 10 cm :
hauteur à la cheville.
Herbe à 13 cm :
hauteur à m i-botte.

Des repères de hauteur d'herbe en prairies naturelles et à base de graminées


Pour les entrées
Hiver

Entrée possible en tout début Ne pas faire pâturer sous peine d'amputer
. . . ■ de saison le potentiel de repousse à l'automne
et la pérennité de la prairie

Entrée possible {
WjjÊÈ
5 à 8c m Hauteurs idéales

m m
m
! 10 cm M Entrée possible Entrée possible Entrée possible
j

! Trop d'herbe : j
peu appétante,
Attention, gaspillage
Trop d'herbe : envisager la Destiner ces parcelles j « nettoyer » la j
fauche ou faire pâturer en à des brebis à faibles parcelle avant j
divisant la parcelle besoins l'hiver. Il est
fortement conseillé j
de la diviser j
Pour les sorties
Hauteur d'herbe Printem ps

2cm Sortie en début de saison Ne jamais descendre aussi bas Sortie de parcelle

3 cm Sortie en début de saison Sortie de parcelle Sortie de parcelle j Sortie de parcelle


5 cm Sortie en milieu de saison Sortie de parcelle Sortie de parcelle

8cm Seulement si herbe épiée,


pour animaux à forts besoins

Source : Institut de l'élevage-Ciirpo.

188
A lim entation et ratio n n e m e n t

vert distribué ou pâturé. Au cours de Un pâturage rationné bien maîtrisé fait


cette période, on distingue la lutte économiser 1 à 2 ha pour 100 femelles
(d’avril à juillet) et la fin de gestation pendant l'été.
(vers septembre).
Agnelage en fin d'hiver
En lutte, les apports recommandés sont
de 30 à 50 % supérieurs à ceux de l'entre­ La période s'étale de juillet à janvier-
tien. Cela ne pose toutefois pas de pro­ février. Les besoins journaliers en matière
blèmes sur le plan du pâturage, il suffit sèche sont équivalents à ceux des ani­
d'accroître la surface offerte ; le concen­ maux de bergerie. Le mode de pâturage
tré n'est pas obligatoirement utile. est cependant différent, car l'été on a le
plus souvent à disposition de la prairie
En fin de gestation, il est en revanche naturelle généralement peu productive
plus judicieux de complémenter que de et le chargement estival, du fait de la pré­
vouloir couvrir les besoins uniquement sence de la presque totalité des agneaux,
par l'herbe (généralement assez rare). En est plus important qu'au printemps.
conséquence, la stratégie de pâturage
reste identique à celle de la période On assiste donc à un déséquilibre
d'entretien. En pratique, avec des brebis important entre la production et les
de 65-75 kg, les apports journaliers seront besoins du troupeau.
limités à 1,1 à 1,3 kg de matière sèche/
jouT, soit de 5 à 8 kg d'herbe brute (l'été, La concurrence entre les brebis et
sous réserve d'apporter de la paille, on les agneaux est vive. Ces derniers ne
peut descendre en deçà de ces normes). peuvent couvrir leurs besoins qu'avec
de l'herbe de qualité et assez abondante.
Il faut donc impérativement limiter
la surface et changer si possible le Les brebis peuvent absorber et valoriser
parc chaque jour. Il faut offrir par tête de l'herbe de médiocre qualité. Il faut
2 à 3 m2/jour d'un fourrage ayant 35 à réserver les meilleurs prés aux agneaux,
45 jours de repousse, selon la période. puis adopter obligatoirement le pâtu­
rage tournant ou rationné sur les mères
Le pâturage à volonté ou même tour­ (même si au printemps, on pratique le
nant sur une semaine aboutit toujours pâturage continu).
à un surplus de consommation plus ou
moins bien utilisé (= 50 % de plus que On fera succéder les mères aux agneaux,
les besoins des animaux). Toutefois, pour mais on ne consacrera pas un pré à
éviter le déplacement trop fréquent chacun.
des clôtures, on peut faire du pâturage
tournant sur 3 jours, d'autant qu'avec le La surface à mettre à la disposition des
déplacement journalier il faut laisser une brebis est délicate à avancer, du fait
surface équivalente à trois parcs (piéti­ de la variabilité des réserves estivales.
nement) et avec un filet arrière pour évi­ L'important est de ne pas faire reprendre
ter le surpâturage. trop vite du poids aux brebis et de

189
Techniques d ’élevage

risquer ensuite par manque d'herbe ces phénomènes peut avoir des réper­
de les voir maigrir. Il faut au contraire cussions sur la lactation des brebis et la
essayer de se constituer des réserves sur croissance de leurs agneaux.
pied pour la lutte.
En revanche, les repousses (2e et
À l'automne et en hiver, on s’efforcera 3e cycles) ont une valeur plus constante,
de couvrir le maximum des besoins du qui se situe aux alentours de 0,90 UFL le
troupeau par l'herbe tout en évitant le kg de matière sèche.
surpâturage excessif, toujours préjudi­
ciable à la prairie surtout pour le démar­ L'éleveur devra donc s'efforcer de faire
rage au printemps suivant. pâturer son troupeau au stade optimal,
principalement pour le premier cycle.

Les recommandations pour le pâturage


Femelles en lactation sont les suivantes :
au pâturage ■ la mise à l'herbe au printemps doit
être progressive (4 à 5 jours) ; appor­
Une brebis peut correctement couvrir ter des composés minéraux (pierre à
ses besoins de lactation au pâturage lécher) enrichis au magnésium ;
sous réserve d'une offre d'herbe su ffi­ ■ une brebis en pleine lactation nour­
sante en quantité et en qualité (tab. 12.3). rie exclusivement au pâturage doit
être complémentée en minéraux et
La qualité de l'herbe évolue dans le oligo-éléments ;
tem ps et la valeur en UFL du kg de ■ les changem ents de parcelles
matière sèche peut varier de 0,95 au devront se faire en fin de journée
stade épi à io cm, à 0,77 au stade pleine pour faciliter la transition ;
épiaison et, parallèlement à cette baisse ■ prévoir en permanence un abreuve­
de valeur, on constate une baisse de ment ;
digestibilité de la plante et de la matière ■ prévoir la possibilité de distribuer
sèche ingérée par l'animal. L'ensemble de un aliment à fibres longues (paille,

| Tableau 12 .3. Effet de la disponibilité de l’herbe sur l'ingestion des


brebis en début de lactation (d’après Milne et Maxwell)
Estimation de la hauteur d'herbe 5 à 6. .cm 17 à 20 cm
' :-• - '
Q uantité d 'h e rb e disp on ible en ton ne de m atière sèch e/ha 0,55 1,70

M a tiè re sèch e ingérée en k g /b re b is /jo u r 2,04 2,65

C roissance des agneaux en g /jo u r (m oyenne) 251 332

Variation de poids des brebis en g /jo u r -2 8 + 13

190
A lim entation et ra tio n n e m e n t

foin en période humide ou de pousse ■ ne pas ignorer l'utilité d'un bon


rapide) ; chien ;
■ préférer le pâturage tournant au ■ lorsque les prairies sont bien grou­
pâturage libre : m ettre à l’herbe pées, on peut installer dans les clô­
aux alentours de 5 cm de hauteur tures des passages à agneaux pour
dès que les conditions météo le que ceux-ci puissent pâturer la par­
permettent. Il ne faut pas attendre celle qui suit. L'avantage de cette
d'avoir beaucoup d'herbe pour sortir méthode est de réserver le meilleur
les animaux, même si on est obligé des parcelles aux agneaux ; l'incon­
de complémenter avec des fourrages vénient réside dans le fait qu'on
d'hiver. L'important est de démarrer donne aux futures agnelles l'envie
la rotation assez tôt pour échelon­ de franchir les clôtures.
ner la production des différentes
parcelles ; Pour ré u ssir une bonne m aîtrise des pâtu­
■ la règle d'or en matière de pâtu- rages, il ne fa u t pas hésiter, au printem ps, à
Tage est de faire pâturer la parcelle re tire r les moutons après 4 à 5 jours pour bien
gérer le paturage tournant.
à son stade optimal, donc de ne
L'été, si l'he rb e se fa it rare, re spe cte r les
jam ais chercher à raser la parcelle
temps prévus de séjour sur chaque parcelle en
précédente avant d'entamer la sui­ com plém entant s 'il y a lieu le troupeau, mais
vante : dès que la parcelle est bonne ne pas o u b lie r non plus que dès que l'herbe
à prendre, on sort de la précédente, commence à manquer, le sevrage des agneaux
et leu r fin itio n à l'in té rie u r est de loin la m e il­
quitte à faucher les refus ou à fau­ leure condition.
cher une parcelle. Au printemps, on
reviendra sur chaque parcelle tous
les 25 à 28 jours ; en été, tous les 30
à 35 jours;
■ prévoir une fumure adaptée en Entretien des prairies
fonction d'une analyse de sol en P et
K de 60 à 70 unités de N début mars Pour assurer une production de 10 à
et de 40 à 50 unités de N après le 14 tonnes de MS par hectare suivant les
2e passage et les passages suivants ; régions et les conditions climatiques,
■ faucher impérativement les refus il faut m ettre en œuvre différentes
au moins une fois dans l'année (dès techniques.
fin mai pour les prairies naturelles) ;
■ tenir compte de la consommation
Assainissement
des agneaux dans la rotation et la
surface des parcelles (consomma­ Éliminer l'excès d'eau, qui représente un
tion importante après 2 mois) ; ennemi direct (inconfort, échauffement
■ prévoir l'aménagement d'un endroit au niveau des pieds) et indirect (déve­
pour y rassembler rapidement le loppement des parasites, flore de m au­
troupeau (problème de pis, boite­ vaise qualité...) pour ces animaux. Dans
ries, etc.) ; le même ordre d'idée, réaliser l'étaupage
etl'émoussage.

191
T echniques d ’élevage

Réalisation d'amendements non employés. Il est possible de satisfaire


calc aires ainsi les besoins de ces animaux mais en
respectant certaines règles.
Un sol de prairie a tendance à s'acidi­
fie r; un redressement du pH s'avère
nécessaire.
Fourrages classiques
Fumure
Foin
Selon le climat et le type de sols, les prai­
ries peuvent valoriser 125 à 250 unités C'est le fourrage le plus utilisé, répon­
d’azote par hectare et par an. Un apport dant parfaitement aux exigences des
en février d'une cinquantaine d'unités animaux : valeur alimentaire, appétence
sera suivi par des apports après chaque et encombrement. N'oublions pas que
passage. Une fumure phosphatée de ses qualités dépendent du stade végé­
70 U/ha s'avère suffisante, mais la fumure tatif et des conditions de récolte.
potassique doit être multipliée par 3.
Ensilage de maïs
La réalisation d'analyses de terre est
indispensable pour raisonner la fumure. Il est assez peu utilisé du fait des risques
delistériose, mais son utilisation donne
Désherbage de bons résultats. Il peut être distribué si
sa MS est comprise entre 25 et 35 % et s’il
Une bonne exploitation des prairies ne présente pas de moisissures.
assure une limitation des plantes indé­
sirables. Pour celles-ci (chardons, orties,
Ensilage d'herbe
renoncules, pissenlits...), il existe sur le
marché de nombreuses molécules effi­ Son pourcentage de MS doit être de 30
caces. Remettre les animaux sur ces par­ à 40 % . Il est préférable d'ajouter un
celles 3 semaines après le traitement. conservateur.

Fauche des refus Enrubannage


Cette fauche limite la dégradation de la Il consiste à stocker des fourrages de qua­
flore ; de plus, les refus constituent des lité (avec au moins 50 % de MS), en balles
refuges pour les parasites. plus ou moins cylindriques, dans un
ruban de matière plastique (de préférence
blanc ou vert). Le rationnement de cet ali­
ment est souhaitable, ainsi que l'apport
Autres aliments de minéraux qui doit être complémenté
en vitamines Bi. L'excès d'enrubannage
La maîtrise des coûts oriente les éleveurs entraîne l'apparition de listériose, res­
vers l'utilisation d'aliments aujourd'hui ponsable d'avortement voire de mortalité.

192
A lim entation et ra tio n n e m e n t

Chou fourrager Autres fourrages


Pâturé ou récolté en zéro pâturage, il a la Les autres fourrages que l'on peut uti­
particularité d'être « très laitier ». liser (en fauche ou en pâture) selon les
régions où l'on se trouve sont :
Betteraves fourragères ■ le sorgho ensilage ;
■ les dérobées (photo 12.1) et intercul­
Elles permettent de distribuer un ali­ tures (crucifères : radis fourrage,
ment frais pendant l'hiver. Il est néces­ rave, navet... ; graminées : avoine,
saire de les couper. moha, seigle, RGI... ; légumineuses :
vesce, trèfle d'Alexandrie, pois
Paille fourrager...) ;
■ les pailles de protéagineux.
Dans la mesure où l'on ne dispose pas
de foin, on peut apporter ce fourrage. Selon l'année, on peut obtenir i tonne
Dans ce cas, il faudra veiller à la qualité de MS/ha, voire 2 à 4,5 tonnes pour les
de celle-ci et à ses conditions de récolte, mélanges.
qui conditionnent sa valeur et surtout
son appétence. La paille est bien accep­
tée malgré les barbillons.

Photo 12.1.
Pâturage d'une dérobée.
Crédit : Adrien Bacheler.

193
Techniques d ’élevage

La démarche est fondée sur le cycle de


production des fem elles (taries, ges-
Concentrés tantes, en lactation...), au cours duquel
le poids v if et l'état corporel varient,
On trouve les aliments simples (céréales, tout en sachant qu’il est difficile pour
protéagineux, tourteaux) et les aliments un animal d'augmenter de 0,5 point sa
concentrés, composés de plusieurs ali­ note d'état corporel en 3 mois.
ments simples.
La démarche du rationnement consiste
De nombreux coproduits apparaissent à comparer la densité énergétique du
aujourd’hui sur le marché : légumes, fourrage (DEF) offert à la densité éner­
fruits, drèches de brasserie, pulpe de gétique minimale de la ration (DER).
betterave, tourteau gras... Leur utilisa­
tion nécessite certaines recommanda­ En effet, cette étude permet de voir si le
tions, mais au préalable il est judicieux fourrage distribué seul doit être associé
de calculer leur prix de substitution par à un aliment concentré pour satisfaire
rapport aux céréales ou aux concentrés les apports énergétiques recommandés.
du commerce. Ces apports sont fonction des objectifs
de l'éleveur et des caractéristiques de
production des animaux.

Rationnement Détermination
des ovins des quantités de fourrage
et de concentré
Généralités Au préalable, il est nécessaire de consul­
ter dans les tables de l'INRA :
Le principe est de faire correspondre les ■ les apports recommandés en fonc­
apports avec les besoins. La ration doit tion du stade physiologique des
satisfaire deux types de conditions, tech­ animaux ;
niques et économiques : ■ les valeurs alimentaires des four­
■ conditions techniques : la ration doit rages et des concentrés ;
satisfaire les besoins des animaux ■ les valeurs d’encombrement des
tout en étant équilibrée, appétente fourrages et des concentrés.
et adaptée à leur appareil digestif;
■ conditions économiques : la ration Dès lors, on déterm inera la quantité
doit répondre aux exigences des en fourrage (F) et de concentré (C) à
animaux en utilisant des aliments, partir d’un système de 2 équations à
fourrages et concentrés les moins 2 inconnues.
onéreux.
A lim entation et ra tio n n e m e n t

Cl = F-VEF + C-VEC phénomènes de substitution. Il est judi­


cieux d'utiliser les logiciels de calcul de
AR = F • UFF + C • UFC rations disponibles. Mais il est possible
de vérifier si les rations sont adaptées
Cl = capacité d’ingestion. aux besoins lorsque l'on connaît les
AR = apports recommandés. apports.
VEF = valeur encombrement du fourrage.
VEC= valeur encombrement du concentré.
UFF = valeur énergétique du fourrage.
UFC = valeur énergétique du concentré. Apports recommandés
Le calcul manuel des rations à partir des Ils sont indiqués dans les « tables d'alimen­
équations est très complexe du fait des tation de l'INRA 2007 » (tab. 12.4 à 12.7).

Tableau 1 2 .4 . B esoins d ’entretien et capacité d'in gestion des brebis adultes


(taries ou en début de gestation) et des agn elles en croissance
Besoins d'entretien

Besoins quotidiens C apacité d'ingestion (UEM)


N ote d'état des brebis

Adultes

A gnelles1

Besoins supplém entaires pour la reconstitution des réserves (adulte } ou la croissance


(agnelle)

Brebis adultes A gnelles

a. Avant 30 kg de poids, les agnelles sont nourries comme des agneaux de boucherie.
b. Une augmentation de 1 point de la note d’état corporel correspond à 13 % d'accroissement du poids vif des brebis (à contenus
digestifs constants).
NB : augmenter les besoins de 0,08 UFL et de 7 g de PDI par 10 kg de PV supplémentaire.
Les besoins d'entretien des béliers sont supérieurs de 10 % à ceux des brebis de même poids.
Source : CNRA.

195
Techniques d ’élevage

Tableau 12.5. Apports recom m andés totaux et capacité d’ingestion des brebis en
fin de gestation selon le poids des brebis et le poids de la portée
S em a in e s a v a n t l'a g n e la g e
u e ic j

b r e b is a p o rté e - 6 et- 5 - 4 et- 3 - 2 e t-1 -6 à-1


(kg) (kg) e t p
(ta ille )b UFL PDI ^ aabs 'abs UFL PDI Caabs Pabs UFL PDI ^ aabs ^ abs C apacité
(/J) (g/j) (g/j) (g/j) (/j) (g/j) (g/j) (g/j) (/j) (g/j) (g/j) (g/j) d'inges : :
(UEM )

55 4 (1) 0,74 74 1,7 1,9 0,84 93 2,1 2,1 0,99 107 2,7 2,4 1.29
5 (2) 0,75 79 1,9 2,0 0,89 103 2,3 2,2 1,09 118 3,1 2,6 1,16
7 (2) 0,77 89 2,2 2,2 0,97 113 2,7 2,5 1,24 139 3,9 3,0 1.29

60 5 (2) 0,80 83 1,9 2,2 0,93 107 2,4 2,4 1,13 121 3,2 2,8 1,26
6 (2) 0,81 88 2,1 2,2 0,97 112 2,6 2,5 1,21 132 3,5 2,9 1,32
7 (2) 0,82 93 2,2 2,3 1,02 117 2,8 2,6 1,30 143 4,0 3,2 1,40
8 (2) 0,83 98 2,4 2,3 1,07 122 3,0 2,8 1,38 154 4,4 3,4 1,45

70 5 (1) 0,88 90 2,1 2,5 1,02 114 2,6 2,7 1,22 129 3,3 3,1 1,64
7 (2) 0,90 100 2,4 2,6 1,09 133 3,0 2,9 1,37 150 4,1 3,5 1,58
9 (2) 0,93 111 2,7 2,8 1,14 146 3,5 3,2 1,50 172 5,0 3,9 1,71
11 (3) 0,96 121 3,0 2,9 1,24 169 4,0 3,4 1,63 188 5,7 4,3 1,65

a. Pour des brebis plus lourdes ou plus légères, on retiendra les variations suivantes pour 5 kg de poids de la brebis : 0,04 UFL, 3 g de PDI, 0,3 g Caabs, 0,2 c ^
0,1 UEM.
b. Taille de la portée en nombre d'agneaux à naître.
Source : CNRA.

Exemples de rations Ration à base d’enrubannage offert


Femelles en fin de gestation à volonté, et concentré (en kg brut
par brebis et par jour) (tab. 12.10).
Ration à base de foin de graminées de
qualité moyenne offert à volonté, et
D eux o u vra g e s c o m p le ts , L 'A lim e n ta tio n des
concentré (en kg brut par brebis et par o v in s v ia n d e en b e rg e rie et Les R a tio n s des
jour) (tab. 12.8). o v in s a lla ita n ts en b e rg e rie de l'in s titu t de
l'é le v a g e ré p o n d ro n t à vos q u e s tio n s dans ce
dom a in e .
Femelles en lactation
■ Ration à base de foin de graminées
de qualité moyenne offert à volonté,
et concentré (en kg brut par brebis et
par jour) (tab. u.g).

l 19 6
A lim entation et ra tio n n e m e n t

Tableau 12.6. Besoins de lactation et capacité d’ingestion des brebis


allaitantes d’un PV de 60 kg après la m ise-bas, selon le
croît quotidien de la portée entre 10 et 30 jours après
l’agnelage (ces besoins s’ajoutent aux besoins
d’entretien indiqués dans le tableau 12.4)
Gain des agneaux entre 10 e t 30 j {g /j)

150 350 | 450 550


I 250 S
Consommation de la it par la portée (kg)
De 0 à 3 semaines 0,90 1,40 1,90 2,60 3,00
UFL (/j) 0,60 0,90 1,20 1,65 1,95
PDI (g/j) 65 100 130 180 210
Calcium absorbable (g/j) 1,7 2,7 3,6 4.9 5,7
Phosphore absorbable (g/j) 1,4 2,1 2,9 3.9 4,5
Cl en UEM* pour une note d'état de 3 ou 2 1,48 1,72 1,96 2,20 2,44

Consommation de lait par la portée (kg)


De 4 à 6 semaines 0,75 1,15 1,60 2,25 2,60
UFL (/j) 0,50 0,70 1,00 1,40 1,60
PDI (g/j) 52 80 110 155 180
Calcium absorbable (g/j) 1,4 2,2 3,0 4,3 4,9
Phosphore absorbable (g/j) 1,1 1,7 2,4 3,4 3,9
Cl en UEM * pour une note d 'état de 3 1,85 2,15 2,45 2,75 3,05
Variation de la Cl en UEM*
pour une note d'état de 2 + 0,15 + 0,15 + 0,20 + 0,20 + 0,15
par rapport à la Cl d'une note de 3

Consommation de lait par la portée (kg)


De 7 à 10 semaines 0,50 0,80 1,05 1,45 1,65
UFL (/j) 0,35 0,55 0,75 1,00 1,15
PDI (g/j) 40 60 80 110 130
Calcium absorbable (g/j) 1,0 1,5 2,0 2,8 3,1
Phosphore absorbable (g/j) 0,8 1,2 1,6 2,2 2,5
Cl en UEM* pour une note d'état de 3 1,70 1,90 2,05 2,25 2,35
Variation de la Cl en UEM*
pour une note d'état de 2 + 0,15 + 0,20 + 0,15 + 0,15 + 0,25
par rapport à la Cl d'une note de 3

Consommation de la it par la portée (kg)


De 11 à 14 semaines 0,30 0,40 0,60 0,80 0,90
UFL (/j) 0,20 0,30 0,45 0,60 0,70
PDI (g/j) 25 35 50 65 75
Calcium absorbable (g/j) 0,6 0,8 1,1 1,5 1,7
Phosphore absorbable (g/j) 0,5 0,6 0,9 1,2 1,4
Cl en UEM* pour une note d'état de 3 1,60 1,65 1,75 1,85 1,95
Variation de la Cl en UEM*
pour une note d'état de 2 + 0,25 + 0,35 + 0,25 + 0,20 + 0,15
par rapport à la Cl d'une note de 3

"Corriger la Cl de 0,1 UEM par 5 kg de poids vif en plus ou en moins. Pour des brebis plus maigres (note < 2 au-delà de 3 semaines
d'allaitement), rajouter 0,1 UEM par 0,5 point de note en mains.
Source : CNRA.
Techniques d ’élevage

T ab le au 1 2 .7 . A pp orts a lim e n ta ire s re c o m m a n d é s p o u r le s a g n e a u x m â le s


et fe m e lle s e n c ro issan ce et à l'e n g ra isse m e n t se lo n
le p o te n tie l de cro issan ce
Poids G a in de P otentiel de croissance
vif poids
(kg) vif M odéré Élevé | Ensemble
(9/j) M â le s | Fem elles M â le s Fem elles ^ a abs P abs
(g/j) (g/j)
UFV PD I UFV PD I UFV PDI UFV PDI
(/j) (g/j) (/j) (g/j) (/i) (g/j) (/j) (g/j)
15 150 0,57 65 0,68 62 1,8 u
200 0,58 78 0,69 75 2,3 1,6
250 0,59 92 0,71 87 2,8 1,9
300 0,60 108 3,3 IX
20 150 0,72 69 0,80 65 0,63 71 0,73 67 1,8 1,4
200 0,75 82 0,84 78 0,67 85 0,77 80 2,3 1,7
250 0,79 96 0,89 90 0,71 99 0,80 93 2,7 1,9
300 0,80 110 0,91 103 0,75 113 0,82 106 3,2 2,2
25 150 0,87 71 0,92 68 0,75 73 0,82 69 1,8 1,5
200 0,93 84 0,98 80 0,77 86 0,85 82 2,3 1,8
250 1,00 97 1,06 91 0,80 100 0,89 94 2,7 2,0
300 1,03 110 1,10 103 0,82 114 0,92 107 3,1 2,3
350 1,05 123 0,85 127 0,95 119 3,6 2,5
30 150 1,01 73 1,04 70 0,87 75 0,91 72 1,9 1,6
200 1,09 86 1,13 81 0,91 88 0,96 84 2,3 1,9
250 1,19 98 1,23 93 0,96 101 1,01 95 2,7 2,1
300 1,25 111 1,25 104 0,98 114 1,04 107 3,1 2,4
350 1,29 123 1,00 127 1,07 119 3,5 2,6
400 1,33 136 1,03 142 3,9 2,9
35 150 0,99 76 1,01 73 1,9 1,7
200 1,27 87 1,05 89 1,07 84 2,3 2,0
250 1,38 99 1,11 101 1,15 96 2,7 2,2
300 1,47 110 1,14 114 1,18 107 3,1 2,5
350 1,57 122 1,16 126 1,21 118 3,5 2,7
400 1,60 134 1,18 139 1,23 130 3,9 2,9
450 1,20 150 4,3 3,2
40 200 1,18 90 1,21 76 2,4 2,1
250 1,27 102 1,31 87 2,8 2,3
300 1,32 115 1,36 99 3,1 2,6
350 1,37 127 1,40 100 3,5 2,8
400 1,39 140 1,43 121 3,9 3,0
450 1,42 153 4,3 3,3
Source : CNRA.
A lim entation et ra tio n n e m e n t

T ab leau 1 2 .8 . R ation, fe m e lle s en fin de g e statio n , à b a se de fo in


de g ra m in é e s de q u a lité m o y en n e, o ffert à v olon té
et concentré (en k g b ru t p a r b reb is et p a r jou r)
■ . ' V..V.. ■ ■- ......
Taux de p ro lificité | Inférieu r à 150% Supérieur à 150 %

Sem aines avant m ise-bas D'un mois Les 3 D'un mois Les 3
et dem i à dernières et dem i à dernières

3 sem aines sem aines 3 sem aines s e m a in e s

Avec une céréale Céréale 200 400 200 500


+ un tourteau Tourteau de soja 100 100 100 200
d o lé a g in e u x CMV de type 7/21 20 30 20 30

Avec du tou rte a u de colza industriel, augm enter la ration de tourteau de 100 g les j
3 dernières semaines de gestation.

Avec une céréale Céréale 200 400 200 500


+ un protéagineux Pois 100 300 200 400
. CMV de type 7/21 20 30 20 30

Céréale 200 400 200 500


Lupin o u fé ve ro le 100 200 100 300
CMV de type 7/21 20 30 20 30

Avec de la pulpe Pulpe 200 400 200 600


de betterave Tourteau de soja 100 100 100 200
déshydratée CMV de type 14/14 10 20 10 20

Avec de Céréale 200 300 200 500


la luzerne Luzerne déshy. 100 300 200 400
déshydratée 23 % CMV de type 14/14 10 20 10 20

Source : Les Rations des ovins allaitants en bergerie, Institut de l'élevage.


Techniques d ’élevage

T ab le au 1 2 . 9 . R ation, fe m e lle s en la c ta tio n , à b a se de fo in de g ra m in é e s


de q u a lité m o yen n e, o ffert à volo n té et concentré (en k g
b ru t p a r b reb is et p a r jou r)
Nom bre d'agneaux a lla ités p a r brebis Un agneau D eux agneaux

Stade de lactation Les 6 A u-delà de Les 6 A u-delà de


prem ières 6 semaines prem ières 6 semaines
sem aines sem aines

A vec une céréale Céréale 300 200 500 300


+ un tourteau Tourteau de soja
CMV de type 7/21 200 100 400 200
d'oléagineux
20 20 30 30

Avec du tourteau de colza industriel, augm enter la ration de tourteau de 100 g au


cours des 6 premières semaines.

Avec une céréale Céréale 300 200 500 300


+ un protéagineux Pois 400 200 400+ 200 g 400
20 20 de tourteau 30
de soja
CMV de type 7/21 30

Céréale 300 200 600 300


Lupin 300 100 600 300
CMV de type 7/21 20 20 30 30

- A v e c du pois, il est nécessaire d'équilibrer la ration des brebis avec deux


agneaux en début de lactation avec du tourteau d'oléagineux.
- Avec de la féverole, augm enter de 100 g les apports indiqués en lupin au cours
des 6 premières semaines de lactation.

Avec de la pulpe Pulpe 400 300 700 400


de betterave Tourteau de soja 200 100 300 200
CMV de type 14/14 20 20 20 20
déshydratée

A vec de la luzerne Céréale 300 100 500 300


déshydratée 23 % Luzerne déshy. 400 300 700 400
CMV de type 14/14 20 20 20 20

Source : Les Rations des ovins allaitants en bergerie, Institut de l'élevage.


A lim entation et ra tio n n e m e n t

T ableau 1 2 .1 0 . R ation, fe m e lle s en la cta tio n , à b a se d ’e n ru b a n n a g e ,


o ffert à v o lo n té et concentré (en k g b ru t p a r b reb is
et p a r jou r)
Nombre d'agneau(x) allaité(s) par brebis Un agneau Deux agneai IX

Stade de lactation Les 6 A u-delà de Les 6 A u-delà de


prem ières 6 semaines prem ières 6 sem aines
sem aines
... • " . . sem aines ■. , -■ ■ .
Avec une céréale Céréale 200 0 400 200
+ un tourteau Tourteau de soja 100 0 200 100
d'oléagineux
CMV de type 7/21 20 (1) 30 30

Avec du tourteau de colza industriel, augm enter la ration de tourteau de 100 g les
6 premières semaines de lactation.

Avec une céréale Céréale 200 0 400 200


+ un protéagineux Pois 200 0 500 200
CMV de type 7/21 20 (1) 30 30

Céréale 200 0 400 200


Lupin oufé ve ro le 100 0 400 100
CMV de type 7/21 20 (1) 30 30

Avec de la pulpe Pulpe 200 0 500 200


de betterave Tourteau de soja 100 0 200 100
déshydratée
CMV de type 14/14 20 (1) 20 20

A vec de la luzerne Céréale 200 0 400 200


déshydratée 23 % Luzerne déshy. 200 0 500 200
CMV de type 14/14 20 (1) 20 20
(1) Pierre à lécher enrichie en minéraux et oligo-éléments.
Source : Les Rations des ovins allaitants en bergerie, Institut de l'élevage.
BÜ B

Les bâtiments
d’élevage
Le logement joue un rôle capital dans la conduite d’un trou­
peau ovin. Dans les régions à climat océanique, l’éleveur peut
se dispenser de construire des bâtiments onéreux. À l’inverse,
dans les autres régions au climat moins doux, l’éleveur doit
investir dans un bâtiment le plus fonctionnel possible.
Pout les tro u p e au x de sem i-bergerie et de bergerie, la
construction d’un bâtim ent est indispensable. Il faut qu’il
répondre à de nombreuses normes.
Très souvent, pour réduire le coût de cette construction, l’éle­
veur réalise lui-m êm e une partie des travaux. Dans tous
les cas, il doit respecter des normes. Ce chapitre a pour but
de perm ettre à chaque éleveur de construire ou d’am éna­
ttll ! ger ses bâtiments, en évitant des erreurs, considérant que de
bons aménagements assureront une bonne organisation de
chantier, étape essentielle pour toute manipulation ou inter­
vention.
Pour que le bâtiment réponde au mieux aux besoins des ani­
maux, il faut tenir compte :
- de la région et du climat ;
- de la nature du sol ;
- de l’implantation et de son environnement ;
- de la nature des matériaux ;
- de la densité des animaux ;
- de la ventilation ;
- de l’isolation ;
- de l’édairement ;
- de l’hygiène...

202
Les b â tim ents d ’élevage

Le mouton et Les besoins concernant la température


varient avec l’isolation (laine), l’état
son environnement physiologique, le niveau alimentaire
(tab. 7 3 . 7J...
Tout ce qui entoure l’animal est suscep­
tible de jouer le rôle de cause détermi­
Un thermomètre mini-maxi est indispensable
nante ou favorisante/des affections dans la bergerie.
qui le frappent. Il faut donc assurer un
bon environnement, compte tenu de la
région, du rnoâe d'élevage...

Aération
Température
Elle peut être statique ou mécanique.
Les adultes résistent au froid grâce à leur Dans les deux cas, elle doit faire l’objet
toison, ce qui n’est pas le cas des nou­ d’une étude approfondie car les ovins
veau-nés. La zone de confort thermique sont sensibles aux courants d’air.
se situe entre 5 et 20 °C. Elle assure les
meilleures performances. Il faut éviter Une vitesse d’air trop importante est
les écarts de température de plus de 5 °C néfaste quand il fait froid. À l’opposé, à
dans la journée si l’on ne veut pas voir des températures élevées (30 °C), l’effet
apparaître des maladies respiratoires est presque nul.
chez les agneaux.

re en fo n ctio n de l'â g e

Agneau nouveau-né Tant qu'il n'est pas sec : 25 °C

Agneau nouveau-né jusqu'à 3 semaines 18 °C

Agneau de 0 à 10 jours < 10 °C moins de 1 jour/2


< 5 °C moins de 1 jour/5

Agneau de 3 semaines 13 à 15 °C

Adultes lainés 0 à 20 °C
Idéal : 13 à 15 °C

Écarts de tem pérature inférieurs à 5 °C


pendant l'agnelage

203
Techniques d ’élevage

En hiver, la vitesse recommandée en Les animaux adultes tolèrent m ieux


bergerie doit être inférieure à 0,4 m par cette humidité, si la laine est sèche.
seconde.

En été, la vitesse permet de baisser la


température grâce aux courants d'air. Lumière
Ne perdons pas de vue la qualité de l'air. Ces animaux apprécient le rayonnement
En effet, les poussières suspendues dans solaire. Un bon éclairement permet une
l'air peuvent déclencher des pathologies bonne surveillance des animaux. Outre
respiratoires ou oculaires. De plus, elles l'effet positif des rayons ultraviolets sur
sont allergisantes et provoquent des la santé animale et l'effet défavorable
pneumonies chroniques. sur le microbisme, le soleil favorise l'assè­
chement des litières et diminue égale­
L'utilisation d'un parc de tri par temps ment l'hygrométrie du bâtiment.
sec nécessite un arrosage avant la réali­
sation des différentes interventions. Les recommandations indiquent de pré­
voir 1/20 de la surface du sol en « ouver­
N'oublions pas non plus que les fermen­ tures » pour laisser passer la lumière. Par
tations des litières, la respiration et les exemple, pour une bergerie de 500 m2, il
éructations des animaux produisent faut prévoir 25 m2 d'ouvertures, à placer
des gaz toxiques, irritants. La présence de préférence dans les parties verticales
de NH3 et de C0 2 doit être réduire autant pour éviter l'« effet de serre ».
que possible !

L'aération doit permettre de renouveler


cet air vicié. La ventilation doit être de
0,4 à 0,5 rnVh/kg de PV l'hiver, et de 2 Principes généraux
à 3 mVh/kg de PV l'été, soit une vitesse
d'air de 0,3 à 0,5 m/seconde au niveau pour la construction
des animaux. d’une bergerie
Une bergerie doit répondre aux exi­
gences suivantes :
Humidité ■ être adaptée aux animaux ;
■ être fonctionnelle pour l'éleveur ;
Ou'elle provienne de l'air, du sol, ou des ■ être d'un coût peu élevé ;
aliments, l'humidité a un effet néfaste ■ bien s'intégrer dans le paysage.
sur les animaux.
Il convient de respecter certaines
L'hygrométrie doit être comprise entre normes.
70 et 80 %, et être inférieure à 70 %
moins de i jour sur 2 pendant l'agnelage.

204
Les b â tim e n ts d ’élevage

■ agneau à l'engraissement de 2 mois


à l'abattage : 0,50 m2 ;
Dimensions ■ box à bélier : 1,5 à 2 m2.

La surface nécessaire est fonction du


La profondeur de l'a ire d 'e x e rc ic e d o it être
format de l'animal, de son état physio­ d'au moins 3 à 4 m pour é vite r l’effet couloir.
logique (fig. 13.1)... On peut retenir les
normes suivantes :
■ 10 à 20 cases pour 100 brebis en
lutte naturelle et 20 à 30 cases pour
100 brebis avec synchronisation ;
■ brebis vide : 1,1 m2 ; Râteliers et auges
■ case d'agnelage : 1,5 à 2 m2 ;
■ brebis en fin de gestation : 1,5 m2 ; Il faut compter 3 m linéaires pour 7 à
■ brebis avec 1 agneau : 1,5 m2, et 2 m2 10 brebis et 0,25 m linéaire par agneau.
avec 2 agneaux ; Les animaux doivent pouvoir manger
■ agneau à l'engraissement de o à tous en même temps.
2 mois : 0,25 m2 ;

205
T echniques d ’élevage

parfois de le drainer et de canaliser l'eau


de ruissellement.
Volume d’air
Un sol convenablement stabilisé doit
Le volume d'air varie selon le format de permettre en plus àl'éleveur d'enfoncer
la brebis. On recommande 7 à 10 m 3 par des piquets pour mettre en place soit des
brebis et 3 à 5 m^ par agneau. cases d'agnelage, soit des parcs...

Les sols en béton, froids et humides sont


à proscrire.
Orientation
La bergerie doit être orientée sud-est
ou sud-ouest (fig. 73.2). L'ensoleillement Murs, charpente
doit être maximal pour que les animaux et bardage
profitent au mieux de la source d'énergie
que représente le soleil. La nature des matériaux influence beau­
coup le confort des animaux et celui des
personnes qui travaillent à l'intérieur.

Sols À l'heure actuelle, on trouve trois types


de bergeries :
La nature des sols a une grande impor­ ■ les bergeries avec charpente en fer :
tance sur la santé des animaux. le fer est un conducteur de la chaleur,
du froid et de l'humidité, qui sont
La bergerie doit être implantée sur un néfastes pour les animaux ;
terrain sec et sain, d'où la nécessité

Ensoleillement maximum en hiver

Fig. 13.2. O rientation de la bergerie.

206
Les b â tim e n ts d ’élevage

■ les bergeries en bois : elles sont plus


saines pour les animaux, car le bois
est sans aucun doute le meilleur Râteliers
matériau en ce qui concerne l'isola­
tion thermique ; Il faut prévoir 0,35 m de longueur de
■ les bergeries en plastique « tun­ râtelier par brebis. Ils doivent avoir une
nel » : elles ont l'avantage d'être à ouverture suffisante pour assurer une
un prix relativement peu élevé et bonne distribution (0,6 à 0,9 m pour les
elles peuvent facilement être dépla­ râteliers doubles, et 0,5 m pour les râte­
cées. Mais si elles ne sont pas isolées, liers simples).
elles peuvent rendre les conditions
d'ambiance défavorables pour les Quel que soit le type de matériel choisi,
animaux. l'écartement des barreaux ne doit pas
dépasser 8 à 9 cm pour les râteliers desti­
L'éleveur devra faire son choix en fonction : nés aux adultes, et 6 cm pour les jeunes,
■ de sa situation géographique ; afin d'éviter le gaspillage.
■ du coût.
Les râteliers peuvent être fabriqués
par l'éleveur. Ils peuvent être en bois ou
Isolation en fer en fonction de leur utilisation à
l'intérieur ou à l'extérieur de la bergerie.
Elle consiste à limiter les échanges entre L'utilisation des balles rondes nécessite
les tem pératures extérieure et inté­ la conception de râteliers adaptés à ce
rieure. L'utilisation des différents maté­ mode de conditionnement (photo 13.1).
riaux doit permettre de maintenir une
température de 12 à i8 °C. Le bois bénéfi­
cie du taux de conductibilité thermique
le plus faible et évite aussi le phénomène Auges, augettes
des ponts thermiques. Ainsi, 1 cm d'épais­ et auges mécanisées
seur de bois sec est égal à :
■ 8 cm d'épaisseur d'un parpaing Auges
creux ;
■ 10 cm de béton bouché ; Elles doivent se trouver sous les râteliers
■ 3,5 m d'acier. pour récupérer les feuilles ou les graines
de fourrage ; il faut prévoir une longueur
de 0,30 à 0,40 m par brebis. Des auges
mobiles doivent être placées à l'extérieur
pour complémenter les animaux.
Mobilier
Augettes
Il est essentiellement composé de râte­
liers, d'auges, de nourrisseurs, d'abreu­ Elles sont surtout utilisées pour complé­
voirs, de claies. menter les animaux, soit en bergerie,

207
Techniques d ’élevage

Photo 13.1.
R âte lie r artisanal.

soit à l'herbe. Elles doivent être facile­ animaux doivent pouvoir manger en
ment transportables (photos 13.2 et 13.3). même temps (photo 13.5).

Auges mécanisées Il existe aussi des nourrisseurs sélectifs


qui permettent aux jeunes de complé-
Elles permettent de mécaniser la distri­ menter leur ration (lait, herbe). Ceux-ci
bution de l'alimentation à une époque peuvent facilement être déplacés car ils
où la main-d'œuvre dans les exploi­ possèdent un attelage 3 points. Ils sont
tations agricoles est de plus en plus de conception plus ou moins complexe
réduite (photo 13.4). (photo 13.6).

Nourrisseurs Abreuvoirs
Ils sont utilisés pour l'alimentation des Quel qu'en soit le type, l'éleveur doit
agneaux. On estime qu'un nourrisseur avoir le souci de mettre à la disposition
de 2 m convient pour 35 agneaux. Ces de ses animaux une eau très propre

208
Les b â tim ents d ’élevage

Photo 13.2.
A gneau de bergerie en période de fin itio n .

Photo 13.3.
Agneaux à l ’auge.

209
Techniques d ’élevage

Photo 13.4.
A gneaux à l'auge.

Photo 13.5.
Auge avec réservoir.

210
Les b â tim e n ts d ’élevage

Photo 13.6.
N ourrisseur sélectif.

qu'ils pourront boire à volonté. Il faut


prévoir un abreuvoir tous les 5 m, soit
un abreuvoir pour 15 brebis (photo 13.y).

Ils doivent être placés suffisam m ent


haut pour éviter que les animaux ne
les souillent : à 60 cm ou à 30 cm pour
les agneaux. Si cela est possible, prévoir
un guide pour modifier la hauteur des
abreuvoirs en fonction de l'épaisseur
du fumier. Certains éleveurs placent un
parpaing ou deux sous l'abreuvoir, ce qui
leur évite de les manipuler.

Il est conseillé d'avoir des abreuvoirs Photo 13.7.


à niveau constant et à tem pérature A b re v o ir à niveau constant.
constante (10 °C).

211
Techniques d ’élevage

Appareils
pour la distribution
des minéraux
Ils peuvent être réduits à leur plus simple
expression : ficelle retenant un bloc à
lécher. D'autres éleveurs les réalisent
avec les moyens du bord ou les achètent
dans le commerce (photos 73.8 à 13.10).

Cornadis
Ils permettent de résoudre les problèmes
d'alimentation (quantités distribuées,
etc.). Comme pour les bovins, ceux-ci
sont fermés pendant la distribution de
l'aliment, et seront ouverts par la suite
Photo 13.9.
pour permettre l'accès des animaux aux
B lo c à lécher.
auges. Dans certains cas, les animaux
sont bloqués.

Photo 13.8. Photo 13.10.


B lo c de sel. Réceptacle pour minéraux.

212
Les b â tim e n ts d ’élevage

du sulfate de zinc (à 15 %) ou du sul­


fate de cuivre (de 5 à 10 %)... ;
Annexes ■ une aire d'égouttage : de 5 à 20 m2,
elle est conçue de façon à récupérer
les jus.

Infirmerie Il doit répondre aux normes suivantes :


■ largeur de 45 cm ;
Elle doit être utilisée pour les animaux ■ profondeur d'environ 20 cm ;
malades qui font l'objet d'une quaran­ ■ parois aveugles ;
taine. Dès que l'animal est guéri, elle doit ■ antirecul tous les 3 m ;
être nettoyée et désinfectée. ■ fond cannelé ;
■ système de vidange...

Dans tous les élevages, un rotoluve


Parc de triage devrait être placé à l'entrée de l'exploita­
tion (désinfection des roues des voitures
Le plus souvent, il est placé près de la ber­ qui pénètrent dans l'exploitation) ; de
gerie, permettant un travail plus rapide. plus, il faut mettre, à l'entrée de la ber­
Une partie de ce parc peut être amovible. gerie, un pédiluve pour éviter la conta­
mination du troupeau par les bottes des
personnes étrangères à l’exploitation.

Pédiluve
« Outil » complémentaire du parage, le Aire de tonte
pédiluve, pour être fonctionnel, doit être
composé de 3 bacs : Elle peut être réduite à un plancher en
■ un bac de lavage : de 3 à 5 m de lon­ bois fixe ou amovible.
gueur, il contient de l'eau qui va
perm ettre de nettoyer le pied et
d'enlever un maximum de saletés
qui pourraient se retrouver dans le Claies
bac de stationnement ;
■ un bac de stationnement : d'envi­ Elles sont indispensables pour organi­
ron 6 m2, il assure le trempage des ser divers chantiers. Elles doivent être
pieds. Les animaux doivent y séjour­ légères, facilem ent manipulables et
ner 10 à 15 min. Cela est préférable d'usages multiples (parc d'agnelage,
à un pédiluve « de passage », moins séparation de lots d'animaux...) (pho­
efficace car les animaux passent très tos 73.77 et 13.12).
rapidement. Dans ce second bac,
contenant 10 cm d'eau, on ajoutera

213
Techniques d ’élevage

li e st ju d ic ie u x , v o ire in d is p e n sa b le , d 'in té g re r un systèm e de re to u rn e m e n t p our p a re r ses a n im a u x


(fig. 13.3).

Fauteuil
Bac de lavage de retournement
< g 0 r (-
&

Pédiluve Aire
de stationnement d'égouttage

Cage
Bac de lavage de retournement

d'un p é d ilu ve : avec fa u te u il e t cage de retournement.


:c m .

Photo 13.11.
Claie.
Les b â tim e n ts d ’élevage

Filets
Ils peuvent être placés à l'extérieur des
bâtiments qui ne sont pas bardés. Ils ont
pour rôle de couper le vent (photo 13.13).

L’éleveur peut enrouler les filets lorsque


les conditions climatiques sont bonnes.

Clôtures
Elles sont réalisées avec de l'ursus de 60
à 90 cm de hauteur ; on peut mettre un
fil de fer barbelé au niveau le plus haut.

Passages
Ils permettent de franchir les clôtures,
de traverser les parcs et de sortir les
animaux. Il existe de nombreuses tech­
niques de réalisation (fig. 13.4).

215
Techniques d ’élevage

du concentré ou de pâturer l'herbe avant


le passage des mères. Ils peuvent être
Cases d’agnelage composés de deux rouleaux qui, en
et passages à agneaux tournant, facilitent leur passage. On
peut aussi réaliser des claies spéciales
Cases d'agnelage (photo 13.15).

Leur réalisation dépend du type de


bergerie. Elles permettent de bloquer Ces passages doivent être limités en hauteur
pour éviter que les brebis ne passent.
la mère avec sa progéniture pendant 2
ou 3 jours. L'adoption est ainsi facilitée.
Ces cases doivent posséder un râtelier et
un seau d'eau propre. Leur conception
doit permettre aux brebis de voir leurs
congénères (photo 13.14). La brebis doit
être isolée sans se sentir prisonnière. Baignoires

Passages à agneaux Voir infra ainsi que le chapitre sur les


parasites externes (photo 13.16).
Ce sont des passages sélectifs qui per­
mettent aux agneaux d'aller consommer

Photo 13.14.
Cases d'agnelage.

216
Les bâ tim e n ts d ’élevage

Photo 13.15.
Passage à agneaux.

Photo 13.16.
Baignoire conçue dans un parc de tri.

217
Techniques d ’élevage

(antirecul, porte guillotine, disposi­


tif de tri...) ;
Conception d’un parc ■ un pédiluve ;
■ une cage de retournement ;
de contention ■ une cage de contention ;
■ une bascule;
La réduction de la main-d'œuvre et l'aug­ ■ une baignoire...
mentation des effectifs par troupeau
rendent indispensable la réalisation d'un Outil fonctionnel, ce parc de contention
parc complet de contention. L'exemple présente les caractéristiques suivantes
proposé ici, construit à la ferme expéri­ (photo 13.17 etfig. 73.5 à 73.9J :
mentale du Mourier (86), permet de sim­ ■ circulation des brebis : une « bre­
plifier, de faciliter et de réduire le temps bis d'appel » amorce l'avancée du
de travail et sa pénibilité (compter troupeau. Cette avancée est canali­
6 ooo € en autoconstruction et 11500 € sée, en limitant le champ de vision
clé en mains). latéral des brebis, par un couloir aux
parois pleines et de hauteur supé­
Ce complexe comprend : rieure à leurs yeux. Les demi-tours
■ un parc de tri, composé d'un parc sont impossibles (largeur du couloir :
d'attente, d'un couloir de tri équipé 45 cm au maximum) ; les brebis ne
d'un certain nombre d'accessoires peuvent pas reculer (antireculs) ;

Photo 13.17.
Parc de contention.

218
PARC D’ATTENTE PÉDILUVE avec 4 étapes :
permettant d’orienter - lavage
les brebis vers les pédiluves - taille des onglons
ou le couloir de travail. - traitement
- séchage

ATTENTE PARCS
AIRE RÉSERVÉE A L' ÉLEVEUR
DÉGOUTTAGE

NJ BASCULE CORNADIS

<D RÉCEPTION

LIMITE DE LA COUVERTURE

AIRE D’ATTENTE

Les bâtiments d ’élevage


1BARQUEMI

r ^
TRAVAIL DANS DES
CONDITIONS CONFORTABLES
sans brebis dans les jambes.

Fig. 13.5. Plan du parc complet de contention sous tunnel de la ferme expérimentale du Mourier (Institut de l'élevage).
Techniques d ’élevage

I I Aire de travail de l’éleveur fÊÊÊÊ Surfaces utilisées pour les différents chantiers

Fig. 13.6. Parc de contention : pose d éponge, ou vaccination, ou identification, ou pesée.

Fig. 13.7. Parc de contention : baignade.

220
Les b â tim e n ts d ’élevage

L im it e de la co uver tu r e

AIRE D’ATTENTE

Fig. 13.9. Parc de contention : traitement, ou tri, ou insémination, ou constat de gestation, ou tonte, ou
embarquement.

■ couverture : une couverture (tun­ ■ équipem ent des chantiers : pour


nel ou appentis) permet de réali­ travailler facilement, ne faire qu'une
ser le travail prévu, quel que soit le opération à la fois. Si une deuxième
temps. Des éleveurs profitent même intervention est nécessaire, le retour
du temps pluvieux pour réaliser cer­ au « cam em bert » est toujours
taines interventions (parage, par possible ;
exemple). De plus, les équipements ■ soins aux pieds : quatre étapes de
se dégradent moins vite ; soins correspondent à quatre zones
■ choix de l'emplacement : l'accès des de l'atelier (bac pour le lavage, cou­
animaux, qu'ils viennent des berge­ loir où est installé un fauteuil ou une
ries ou du pâturage, doit être facile. cage de retournement pour effec­
Cet accès devra être carrossable tuer le parage, bac de traitement,
pour faciliter l'embarquement des aire d'égouttage propre) ;
animaux, l'enlèvement de la laine, ■ couloir : traitement, tri, insémina­
l'accès des véhicules transportant du tion, tonte, embarquement. Il offre
matériel (échographie, IA, tondeuse, les conditions pour assurer l'avancée
bascule...) ; des brebis dans le calme : hauteur
■ confort de travail : une aire de tra­ de 90 cm, parois pleines, largeur de
vail doit être réservée à l'éleveur. 45 cm au maximum. Le tri s'effectue
Ainsi toutes les interventions se principalement en bout de couloir,
font à l'écart des animaux ; le sol est avec une porte en « T ». Le traitement
toujours propre (on peut même y des brebis se fait dans le couloir, plus
tondre). Le stockage du petit maté­ besoin de les marquer. Pour l'insémi­
riel est possible et travailler avec des nation, soulever la brebis par l'arrière
documents est facile ; et la poser sur le rebord du couloir ;

221
Techniques d ’élevage

■ pose d’éponge, vaccination, identi­ Karcher. Il est souhaitable de mouil­


fication : ler la veille les surfaces à nettoyer ;
• une « cage-cornadis » est intégrée ■ pulvériser un désinfectant sur les
dans le couloir pour bloquer la bre­ surfaces décapées ;
bis et permet d’accéder : ■ désinsectiser : l'insecticide sera
- latéralement, sous l'épaule de la appliqué après le désinfectant (en
brebis pour la vacciner ; association avec les désinfectants,
- à l'arriére, pour la pose d'éponge ; les effets s'annulent) ;
- à l'avant, pour la pose et la lecture ■ dès lors le vide sanitaire sera d'au
de l'identification ; moins 2 mois;
• elle peut servir, si besoin, à frei­ ■ épandre 500 g/m2 de chaux vive
ner l'avancée des brebis dans le avant de réaliser le paillage ; le choix
couloir ; du produit doit tenir compte :
■ baignade : la baignoire circulaire • du spectre d'activité ;
offre le meilleur compromis (coût de • de la conservation de son activité
la baignade, facilité et efficacité du en présence de souillures ;
traitement). Les eaux seront récupé­ • de l'existen ce d'un pouvoir
rées par pompage, et épandues sur mouillant ;
les litières ; • de sa facilité d'emploi ;
■ pesée, échographie : une bascule et
un fauteuil de retournement pour Pour assurer de bonnes conditions, il
l'échographie peuvent être installés faut pailler le plus souvent possible :
dans le couloir étroit. ■ sur la litière, épandre, en particulier
dans les cases d'agnelage et les coins
d'allaitement artificiel, un absor­
bant à raison de lo o g /m 2 (super­
phosphate en poudre, chaux vive,
Désinfection lithothamme...) ;
■ pulvériser un antiseptique en cas de
Cette opération est un investissement diarrhées.
et non une dépense. Elle vise à éliminer,
détruire ou abaisser le niveau du micro­
bisme présent dans les bâtiments, sur
le matériel d'élevage... Cette opération
est indispensable au moins une fois une Règles d’implantation
fois par an. Elle se réalise en plusieurs
étapes : Elles tiennent compte de la nature du sol,
■ vider la bergerie, en sortant le mobi­ mais aussi de son environnement.
lier puis curer le fumier ;
■ décaper soigneusement le mobi­ L’implantation d’un bâtiment neuf doit
lier et les murs, 1,5 m au-dessus du répondre à quelques règles (fig. 13.10) :
niveau atteint par la litière accu­ u être en harmonie avec l'ensemble
mulée à l'aide d'un appareil type des activités de l'exploitation ;

222
Les b â tim e n ts d ’élevage

Fig. 13.10. Distance à respecter pour l'implantation des bâtiments d'élevage ovin et des divers stockages.

u ne pas être trop éloigné des bâti­ • 18 m en bout de bâtiment pour


ments existants pour éviter les sortir et reprendre le même couloir
déplacements nombreux en période d'alimentation avec un tracteur et
d'agnelage et difficiles par temps de une remorque ;
neige en zone de montagne plus • 12 m pour reprendre un couloir
particulièrement ; parallèle distant d'au moins 8 m ;
■ être au moins à 10 mètres de dis­ • 15 à 20 m pour placer un camion
tance des autres bâtiments pour face à une porte pour le charge­
éviter les risques de communica­ ment des animaux ;
tion d'incendie et les surprimes ■ être assez dégagé des autres bâti­
d'assurance ; ments ou autres obstacles (haies,
■ être à proximité de sources élec­ talus, arbres) pour éviter les turbu­
triques et de points d'eau pour évi­ lences, les courants d'air, et faciliter
ter les plus-values encourues par une bonne ventilation ;
une longueur importante de câbles ■ être écarté des lignes électriques qui
électriques et de tuyaux d'eau ; sont productrices d'ondes m agné­
■ être facile d'accès pour les hommes, tiques nuisibles aux animaux ;
les animaux et les véhicules. Un ■ être éloigné des zones géopatholo­
dégagement suffisant sera prévu giques (sources, crevasses souter­
autour du bâtiment pour le passage raines), très défavorables à la santé
des tracteurs et des camions : des animaux.

223
Techniques d ’élevage

■ pour surveiller les animaux ;


■ pour manipuler sans fatigue.
Exemples
La largeur des couloirs doit être de :
de réalisation ■ 0,40 à 0,50 m pour un couloir c
contention ;
La bergerie doit être fonctionnelle pour ■ 0,80 à 1,00 m pour le passage d'u
l’éleveur. Son organisation et ses équipe­ homme ;
ments seront fonction : ■ 1,5 m pour le passage d'une brouette
■ de l'importance du troupeau ; ■ 3m pour le passage d'un tracteur.
■ de la nature de l’alimentation et de
son conditionnement ; Dans les deux derniers cas, il faut pre
■ du système de production pratique. voir 0,50 m de largeur en plus pour qu
l'homme puisse passer.
Pour tout éleveur, la bergerie doit être
organisée pour faciliter et réduire le Les auges seront d'une largeur de 0,33 r
temps de travail quotidien et périodique pour des brebis de 40 à 50 kg et d
(fig. 73.77 et photos 13.18 à 13.24). 0,40 m pour des brebis de 60 à 75 kg.

L'organisation de la bergerie passe obli­


gatoirem ent par l'am énagem ent de N'hésitez pas à consulter la brochure « S'équi­
couloirs : per pour travailler moins en production
■ pour distribuer l'aliment ; ovine », de l'institut de l'élevage.
■ pour apporter la litière ;

TAPIS

PARC PARC
1..... .....................
400 i 30 , 400 .1

880 ,|
PASSAGE
BROUETTE
PARC AUGE AUGE PARC
t 11 tt ! U lt ( 111 /1l IJ.

400 . |50|, 150 |50| 400


1050
PASSAGE
TRACTEUR
PARC AUGE AUGE PARC
y / t l /! Il t , H i l l U ‘ 11 1/1! r ! I ! ! / / / i K w j _________
1 400 _i5Q 300 J50. 400
|, ' ' 1200

Fig. 13.11. Différentes conceptions de conduits d'alimentation.

224
Les b â tim e n ts d ’élevage

Photo 13.18.
Aire bétonnée devant l'auge.

Photo 13.19.
Deux types de bâtiments.

225
T echniques d ’élevage

■ pour surveiller les animaux ;


■ pour manipuler sans fatigue.
Exemples
La largeur des couloirs doit être de :
de réalisation ■ 0,40 à 0,50 m pour un couloir de
contention ;
La bergerie doit être fonctionnelle pour ■ 0,80 à 1,00 m pour le passage d'un
Téleveur. Son organisation et ses équipe­ homme;
ments seront fonction : ■ 1,5 m pour le passage d'une brouette ;
■ de l'importance du troupeau ; ■ 3m pour le passage d'un tracteur.
■ de la nature de l'alimentation et de
son conditionnement ; Dans les deux derniers cas, il faut pré­
■ du système de production pratique. voir 0,50 m de largeur en plus pour que
l'homme puisse passer.
Pour tout éleveur, la bergerie doit être
organisée pour faciliter et réduire le Les auges seront d'une largeur de 0,33 m
temps de travail quotidien et périodique pour des brebis de 40 à 50 kg et de
(fig. 13.11 et photos 13.18 à 13.24). 0,40 m pour des brebis de 60 à 75 kg.

L'organisation de la bergerie passe obli­


gatoirem ent par l'am énagem ent de N'hésitez pas à consulter la brochure « S'équi­
couloirs : per pour travailler moins en production
■ pour distribuer l'aliment ; ovine », de l'institut de l'élevage.
■ pour apporter la litière;

TAPIS

PARC PARC ,
l ...........................
400 j i 80 400 .1
880* ,|

PASSAGE
BROUETTE
PARC AUGE AUGE PARC
...................... _____________________ k J r „ „ t n ........

4 0 0 _______r |50|, 150 jSOj, 400


1050
PASSAGE
TRACTEUR
PARC AUGE AUGE PARC
\lUia£tlL+4UJUAU t m i u l t u t ,"A U k J ....... l tCf <//tf/C iL/ff 1

, 400 _.5 C L 300 ^ 5 0 . __ 400


1200

Fig. 13.11. Différentes conceptions de conduits d'alimentation.


Les b â tim e n ts d ’élevage

Photo 13.18.
Aire bétonnée devant l'auge.

Photo 13.19.
Deux types de bâtiments.

225
T echniques d ’élevage

Photo 13.20.
Tunnel aménagé en bergerie.

Photo 13.21.
Bergerie tout en bois.

226
\

Les b â tim e n ts d ’élevage

Photo 13.22.
Aménagement d'une bergerie.

Photo 13.23.
Aménagement d'un tunnel-bergerie.

227
Techniques d ’élevage

Photo 13.24.
Couloir central muni d'un tapis.

Le coût varie de 120 à 160 € par m2 pour


Coût une structure en bois ou métallique, et
de 80 à 110 € pour un tunnel.
La bergerie peut comporter soit un
couloir central, soit un couloir d'alimen­
tation. Dans le premier cas, le coût de
l'animal logé sera plus élevé.
Systèmes
d'élevage
Les différents types
de production
La production doit répondre à la demande du marché, c’est-à-
dire aux exigences du consommateur.
Ces exigences sont fonction des régions : en effet, les goûts
des consommateurs du nord de la France sont différents de
ceux du sud de celle-ci, et ce principe se vérifie pour les pays
de l’Union européenne.
En ce qui concerne les agneaux, on recherche :
- une carcasse cirée ou légèrement couverte (classification 2
pour l’état d’engraissement) ;
- une carcasse de 15 à 18 kg : les carcasses trop lourdes sont
dépréciées ;
- une conformation moyenne à bonne (SEU) ; l’épaisseur du
dos est un élément essentiel ;
- un gras blanc et ferme ;
- une couleur de la viande rosée et homogène.
Mais, selon les régions, on trouve des carcasses différentes,
correspondant à des particularités régionales.
De plus, il faudrait produire ces carcasses toute l’année pour
satisfaire le consommateur !

Carcasses d’agneaux 12 à 15 kg, ce qui donne des carcasses de


5à8 k g .

Ces animaux sont produits dans le Midi


Agnelet ou agneau et les Pyrénées-Atlantiques.
de lait
Leurs carcasses sont surtout destinées à
C'est un sous-produit de la production l'exportation.
de lait. Ces agneaux sont sevrés à l'âge
de 4 à 6 semaines, soit à un poids vif de

231
S ystèm es d ’élevage

Ces laitons représentent 50 % du ton­


nage de la viande ovine ; ils sont produits
Agneau de Nîmes à l'herbe ou en bergerie.

La forme de la carcasse n'a pas ou peu


d'importance ; elle doit être maigre et
d'un poids de 12 à 13 kg. Ces animaux Agneau « gris »
sont produits dans le Languedoc, la
Provence... Ces agneaux ont plus de 6 mois. Ils ont
été le plus souvent élevés à l'herbe, mais
l'insuffisance de celle-ci et le parasitisme
n'ont pas permis d'obtenir le poids et
Laitons, agneaux blancs l'état désirés.
ou agneaux de Paris
Ils seront alors sevrés, déparasités, par­
(de 100 jours) fois castrés, tondus pour être engrais­
sés en bergerie et commercialisés dès le
On distingue les laitons légers, moyens mois de décembre. Ils représentent 20 à
et lourds. 25% du tonnage !

Laitons l é g e r s
Ils sont pris sous la mère, et donnent des Brebis et béliers
carcasses de 13 à 15 kg. Ces animaux se
vendent à un prix élevé, mais leur faible
de réforme
poids entraîne un produit réduit pour L'écoulement de ces animaux est plus
l'éleveur, ce qui nécessite l'utilisation facile en hiver (offre faible) qu'en été.
de races prolifiques, pour augmenter le
produit par brebis. Comme pour les agneaux, l'état d'en­
graissement n'est pas à négliger. Ils
Laitons moyens et lourds représentent 15 à 20 % du tonnage.

Les carcasses pèsent entre 15 et 22 kg, et


sont surtout commercialisées dans le
nord delà France.
La production
d’agneaux
Les ag n ea u x représentent le seul produit pour les races
ovines, de souche viande. Il est donc impératif, quel que soit
le mode d’élevage (agneaux produits à l'herbe ou en berge­
rie), de maîtriser l’ensemble des paramètres de production
pour une meilleure valorisation des agneaux.
Ne perdons pas de vue que la qualité de la carcasse et son
prix sont fondés sur les critères suivants : l’état d’engraisse­
ment, la conformation et son poids, critères recherchés par le
consommateur.

Généralités grille de la tenue de ce gras allant de 1


(gras très ferme) à 4 (gras très mou). La
L'état d’engraissement dépend essen­ prédisposition à donner des carcasses à
tiellement : gras coloré est fonction :
■ du poids de la carcasse : plus elle est ■ du sexe (mâle : la castration peut
lourde, plus elle est grasse ; être un remède pour les agneaux
■ de la génétique; de report) ;
■ du poids à la naissance (notion abor­ ■ de la race ;
dée dans le chapitre sur la reproduc­ ■ de l’âge (animaux abattus trop
tion). Les agneauxlégers àlanaissance tardivement) ;
doivent être abattus plus tôt si l'on ne ■ du mode de finition (en particulier
veut pas qu'ils soient trop gras ; pour les animaux finis en bergerie,
■ du sexe : les femelles s’engraissent plus qu’il faut rationner pendant la phase
vite. Si on est confronté à ce problème, définition).
il faut réduire le poids des carcasses ou
rationner les brebis dans la période de La composition corporelle d’un agneau se
finition, et les trier tous les 15 jours. modifie entre la naissance et l’abattage. Il
est donc indispensable de lui fournir des
De plus, la qualité du gras de couverture aliments correspondant aux besoins de
n’est pas à négliger. Il existe une grille chaque phase de son évolution.
de notation de la couleur qui va de 1
(gras blanc sur la totalité de la carcasse) Dès la fin de la gestation et pendant les
à 4 (gras fortement coloré), ainsi qu’une deux premiers mois d’engraissement,
S ystèm es d ’élevage

l'agneau développe ses muscles et ses


os prioritairement.
Agneau d’herbe
Des apports convenables d'azote et de
minéraux s'imposent. Ils seront couverts
en grande partie par une bonne lacta­
tion des brebis. Caractéristiques
Par la suite, les tissus adipeux se déve­ Cet agneau naît au ieT voire au 2e tri­
loppent plus vite que la moyenne du mestre de l’année. Il séjourne à l’herbe
corps. Il faut donc augmenter l'énergie avec sa mère pendant la période d’allai­
de la ration pour maintenir une crois­ tement. Après le sevrage, la finition se
sance convenable afin d'éviter de faire poursuit sur des prairies, des cultures
des carcasses grasses. dérobées..., avec ou sans complémen­
tation. Si la production fourragère est
Un manque d’azote dans l'alimenta­ insuffisante, il est rentré en bergerie
tion de la brebis aura des conséquences pour être fini avec du concentré.
néfastes sur le développement et sur la
viabilité des agneaux. Ces animaux sont produits essentielle­
ment à partir de races d'herbage et ven­
Si l'agneau manque d'azote après sa nais­ dus dès le début du mois de mai (vers
sance, il se développe mal et fabrique peu l'âge de 120 jours). Ils donnent des car­
de muscles. Il se finit trop vite et doit être casses de 16 à 20 kg (GMO = 200 à 300 g).
abattu à un poids anormalement faible,
sinon il devient beaucoup trop gras. Près de 60 % des agneaux sont produits à
l'herbe. Cette production est difficile à maî­
À l'opposé, un excès d’azote prédispose triser du fait des aléas climatiques. En effet,
l'animal à l'entérotoxémie. les performances sont très dépendantes
des aliments (tant au point de vue quan­
Le manque d’énergie en fin d’engraisse­ titatif que qualitatif) et de l'état sanitaire.
ment n'assure pas sa finition.

Un excès de phosphore par rapport au


calcium (c'est le cas dans un régime à Conduite du troupeau
base de céréales si l'on n'apporte pas de « mères »
calcium par des condiments minéraux
spéciaux) provoque l'apparition d'une Lutte
lithiase urinaire, en particulier chez les
mâles, compte tenu de leur anatomie. Elle débute en fin d'été (août). Les bre­
bis doivent être en bon état, le flushing
Enfin, des symptômes méningés (nécrose (3 semaines avant la lutte et 5 semaines
du cortex) peuvent apparaître du fait après) peut être réalisé soit par l'apport
d'un manque défibrés cellulosiques. de concentré (avoine de préférence : 200

234
La production d ’agneaux

à 300 g par jour par animal), soit par la Lactation


mise à disposition d'une parcelle où
l'herbe est abondante. Jusqu'à l'âge de 5 semaines, le lait de la
mère constitue l'essentiel de l'alimen­
La synchronisation des chaleurs peut tation des agneaux. Cette période est
être réalisée en saison sexuelle. primordiale.

L'adoption de cette technique permet : Des essais ont montré que la croissance
■ une m eilleure surveillance des au pâturage, de l'âge de 6 semaines à la
mises-bas, qui sont parfois étalées date de l'abattage, est liée à la croissance
et provoquent une lassitude com­ au cours de la période d'alimentation
préhensible du berger ; lactée (fig. 75.7J.
■ une maîtrise de l'alimentation ;
■ une amélioration de la prolificité Il est im pératif de séparer les mères
chez certaines races ; ayant un seul agneau de celles avec
■ une conduite plus souple des des doubles car ces dernières recevront
agneaux (lots homogènes)... un supplément alimentaire riche en
énergie. Il faut prévoir 8 à 15 brebis par
hectare.
Gestation
Il faudra veiller à l'alimentation pendant
les deux derniers mois de gestation. Le
diagnostic de gestation, réalisé vers
45 jours après l'insémination, permet à
l'éleveur de séparer les femelles ayant un
agneau de celles ayant des doubles ou
des triples.

Compte tenu du nombre de fœtus, et


de la vie en plein air de ces animaux,
une complémentation sous forme de
concentré est indispensable au cours du
dernier mois de gestation, pour éviter en
particulier la toxémie de gestation. Fig. 15.1. Influence de la quantité de lait ingérée
sur la vitesse de croissance de
N'oublions pas que les deux derniers l'agneau d'herbe (d'après Penning et
Gibb, 1979).
mois de gestation correspondent le plus
50 : agneaux ayant reçu 50 kg de lait
souvent aux périodes froides. De plus, entre la naissance et l'âge de 84 jours.
une telle alimentation doit leur per­ 70 : agneaux ayant reçu 70 kg de lait
mettre de constituer des réserves pour entre la naissance et l'âge de 84 jours.
90 : agneaux ayant reçu 90 kg de lait
la future lactation. entre la naissance et l'âge de 84 jours.
110: agneaux ayant reçu 110 kg de lait
entre la naissance et l'âge de 84 jours.

235
Systèm es d ’élevage

Photo 15.1.
Brebis et agneaux

La production laitière conditionne la Les animaux séjourneront au moins


tV'iîl.
4- 1 croissance de la portée (tab. 75.7J. Un 8 jours sur une herbe haute de 10 à 20 cm
pâturage abondant doit assurer une à leur entrée dans la parcelle (photo 15.1).
production laitière suffisante pendant
les premiers 45 jours. De plus, il sera judicieux de prévoir des
passages sélectifs pour les agneaux, qui
Pour répondre aux objectifs définis pré­ leur permettront de consommer l'herbe
cédemment, il est préférable de prati­ de la parcelle contiguë, avant les mères
quer la technique du pâturage tournant. (fig. 15.2).

Tableau 15 .1 . Influence de la production laitière sur la croissance


de la portée
Production laitière (kg/j) 1,2 1,4 1,6 2 2,5
Croissance de la portée (g) 200 250 300 400 500

236
La production d ’agneaux

h\ .o" I Conduite des agneaux

/o P *
8
/
Période d'agnelage

Pour des raisons précises (hiver long et


rigoureux, parcelles très humides, com­
mercialisation à une époque donnée...),
l'éleveur peut décider d'avancer ou de

n. <5 / g
retarder la période de mise-bas (fig. 75.3J.

Agnelage précoce : avant la mi-mars

1= 3
1
1Passage sélectif
(courbe A)

Dans ce cas, l'éleveur doit assurer une


croissance rapide en vue de vendre les
agneaux le plus vite possible.
Fig. 15.2. Passages sélectifs.

PV

4 0-

30"

10-

____ 1_______ i_______ 1-----------«---------- »---------- 1-----------1--------- 1-----------1------- — Moi s


f m a M J J A S O N D

Fig. 15.3. Exemple de courbe de croissance.

237
S ystèm es d ’élevage

La pousse de l'herbe assurera la finition La caudectomie doit être réalisée le plus


des agneaux. Pour arriver à ses objectifs, tôt possible sur l'ensemble des animaux
l'éleveur doit disposer de stocks (impor­ (dans les 48 heures suivant la naissance
tants) pour obtenir une production lai­ pour limiter l'importance du stress). Elle
tière suffisante des mères, qui seront par peut être réalisée avec la pince hémos­
ailleurs complémentées avec du foin et tatique ou par la pose d'élastiques. Cette
des concentrés distribués au pâturage. opération sera reportée de quelques
jours pour les agneaux chétifs, fiévreux
Dans ce type d'agnelage, l'éleveur profite ou présentant des diarrhées...
des cours encore élevés pour valoriser
ses agneaux. Comme cela a été expli­
Conduite alimentaire
qué précédemment, l'aménagement de
passages sélectifs dans les clôtures entre Si l'herbe est suffisante, elle peut per­
les parcelles s'avère judicieux. Cette tech­ m ettre aux agneaux de réaliser une
nique limite en plus le parasitisme des croissance telle qu'ils pourront être com­
jeunes. mercialisés entre 120 et 150 jours.

Mais dans le cas d'une insuffisance


Agnelage après la mi-mars (courbe B) d'herbe, il s'avère parfois utile de complé-
L'herbe vient en complément de la pro­ menter les agneaux. En effet, la finition
duction laitière des mères. Les agneaux à l'herbe devient de plus en plus difficile
des bonnes laitières seront commercia­ au fur et à mesure du vieillissement du
lisés dès la fin juin (courbe Bi), voire mi- fourrage car sa valeur énergétique dimi­
juillet si l'herbe vient à être rare (courbe nue, mais aussi son ingestibilité (quan­
B2). tité de MS volontairement ingérée par
l'agneau par jour).
Les agneaux non commercialisés en
temps voulu seront soit sevrés puis La valeur alimentaire de l'herbe pour
complémentés pour être vendus en l'agneau, qui est la combinaison de ces
août-septembre (courbe Æ3J, soit sevrés deux paramètres, diminue très forte­
et parqués sur une parcelle voisine avant ment au cours du cycle de végétation,
d'être rentrés 1 à 2 mois plus tard pour alors que les besoins de l'agneau en
être vendus, déparasités, castrés puis croissance augmentent de façon impor­
engraissés en bergerie (courbe B4). tante et rapide (fig. 15.4 et 75.5J. L'herbe
n'est un aliment de qualité que pendant
Soins aux agneaux une courte période.

Pour limiter les pertes à la naissance, il Les autres difficultés proviennent :


est préférable de réaliser l'agnelage en ■ de la sécheresse parfois précoce ;
bergerie, tout au moins la nuit. Pour cela, ■ de l'importance du chargement...
il faut rentrer les animaux le soir, la sur­
veillance en est facilitée. L'observation de la courbe de croissance
moyenne des agneaux montre dès le

238
La production d ’agneaux

parcelles « saines » (ray-grass anglais,


par exemple), en veillant à ne pas
surcharger les pâtures... ;
■ avancer la date du sevrage : un
sevrage à 110 jours n'est pas plus
néfaste qu'un sevrage à 150 jours.
Dans tous les cas, il faut éviter de
sevrer les animaux près de la période
de vente.

Chaque année, l'éleveur adapte la


conduite d'élevage de ses agneaux
en fonction du climat, de la pousse de
l'herbe, du parasitisme...
Fig. 15.4. Valeur UFV de l'herbe multipliée par la
quantité effectivement ingérée.
Complémentation à l'herbe

GMQ La complémentation des agneaux à


250. l'herbe a pour buts essentiels :
' V \
■ de permettre une finition précoce,
?\ V avant que la valeur de l'herbe ne
150. chute avec la sécheresse estivale ;
■ de valoriser au mieux l'herbe en
période sèche ;
50 i i 1 t__ ■ de limiter les retards de croissance,
J10 J52 J108 J178
et ainsi perm ettre la vente des
Fig. 15.5. Croissance moyenne des agneaux de agneaux avant la baisse des cours ;
plein air.
■ d'augm enter la résistance des
agneaux aux parasites ;
■ de finir les agneaux à l'herbe et non
100ejour une baisse sensible en été, pour en bergerie.
voir apparaître en automne une stagna­
tion, voire une reprise. Ce phénomène N'oublions pas que l'herbe doit être
s’amplifie à cause du développement l'aliment de base de l'agneau, comme le
du parasitisme. lait pour le jeune. Pour permettre aux
agneaux de surmonter une insuffisance
Si l'éleveur souhaite améliorer les perfor­ passagère en herbe (concentration éner­
mances de ses animaux, son action doit gétique faible), ou une attaque parasi­
se faire avant 100 jours. taire, il s'avère utile de mettre à leur
disposition un aliment approprié.
Pour améliorer les performances, il faut :
■ éviter le développement du parasi­ Cependant, son efficacité est nulle
tisme en réservant aux animaux des lorsque les animaux disposent d'herbe

239
S ystèm es d ’élevage

en abondance. Cette complémentation mères et les agneaux. Au sevrage, la


provoque alors une moins bonne utili­ production laitière des mères est sou­
sation de Therbe et une augmentation vent réduite, mais une surveillance des
du refus. mamelles s'impose tout de même, pour
limiter l'apparition desmammites. Une
Les études font apparaître une consom­ diète hydrique de 24 heures est une
mation de 4 à 5 kg d’aliment par kilo de bonne précaution.
croît, soit 500 g par jour (de 5 à 30 kg par
tête).
Finition des agneaux à « l'herbe »

Attention : le coût du concentré oblige l'é le - Cette période d'engraissem ent est
veur à changer de stratégie, d'où la nécessité souvent délicate, compte tenu des
de gérer la production de l'herbe (prairies tem­ ressources fourragères très souvent
poraires à base de graminées ou de légum i­
neuses, dérobées.. La finition des agneaux
réduites en été et du parasitisme élevé.
à partir de fourrages verts s'avère payante. La tonte a un effet positif.

Engraissement à Ffoerbe ^_
Recommandations : les agneaux seront Les performances des agneaux ont une
habitués dès le plus jeune âge à consom­ forte corrélation avec la quantité d'herbe
mer du concentré en bergerie ou sous offerte et avec sa qualité. Cette finition
un abri. Au moment de la mise à l'herbe, donne de bons résultats si les animaux
l'aliment ne sera pas supprimé en tota­ sont placés sur des parcelles où l'herbe
lité, mais offert en très faible quantité haute d'au moins 5 cm est réservée à cet
avec des minéraux pour s'assurer que engraissement. La présence de légumi­
les agneaux conservent l'habitude de neuses (trèfle blanc ou violet) assure de
se servir au nourrisseur. Cette technique meilleures performances. « Terminer »
sera surtout utilisée pour les femelles de les agneaux à l'herbe allonge le temps
doubles ou pour les agneaux d'agnelles. de finition mais coûte moins cher que
l'utilisation du concentré (fig. 75.6J.
La complémentation à l’herbe permet
de finir plus précocement les agneaux Finition sur d’autres cultures
et d’éviter ainsi leur finition en bergerie. Il est possible de faire pâturer du colza
fourrager par exemple, pendant 4 ou
5 semaines d'engraissement (photo 15.2).
Sevrage Les performances sont satisfaisantes
L'agneau doit être sevré d'autant plus sans complémentation.
jeune que sa croissance est faible sous
la mère : dès l'âge de 8 semaines, à condi­
Finition en bergerie, pour les agneaux
tion qu'il pèse le triple de son poids à la
« gris »
naissance.
Pour les agneaux nés tardivement et
Cette technique permet de limiter les dont les performances sont médiocres,
problèmes de concurrence entre les il est souvent judicieux d'assurer une

240
La production d ’agneaux

Par kg de gain de poids vif en euros 1,41

autoproduit +complém. + foin + foin + paille ou foin


+ foin + foin + luzerne

Fig. 15.6. Coût alimentaire en finition.


Source : Ferme expérimentale de Carmejane.

Photo 15.2.
Culture dérobée : colza (crédit photo : Christophe Rainon).

241
S ystèm es d ’élevage

30 kg à l'entrée en bergerie. Quelques


recommandations s'imposent :
■ séparer les mâles des femelles ;
■ alloter les animaux en fonction de
leur poids et de leur état ;
■ prévoir un abreuvoir pour 40 à
50 agneaux, 0,5 à 0,7 m2 par animal,
4 agneaux par mètre linéaire à l'auge
et des râteliers en nombre suffisant
(pour la paille et le foin) ;
■ réaliser une transition alimentaire
sur 15 jours.
40 80 1 20
Age en jours
La castration limite la proportion de car­
Fig. 15.7. Indice de consommation des agneaux casses présentant des défauts de qualité
en fonction de l'âge. du gras.

Alimentation
Ces animaux peuvent être engraissés :
finition en bergerie, tout en sachant ■ avec des aliments fermiers : grains
que l'indice de consommation augmente entiers (maïs, blé, triticale, orge),
(fig. 15.7). complémentés avec de l'azote, des
minéraux et des vitamines (tab. 15.2).
Pour les agneaux qui sont finis en berge­ Le maïs donne les meilleures perfor­
rie, la complémentation à l'herbe sous la mances, quant aux céréales, elles
mère est souhaitable. Dès lors le change­ perm ettent de réaliser des éco­
ment de régime se fait d'autant mieux. nomies en azote. Chaque animal
consomme entre 50 et 80 kg (0,8 kg
Soins particuliers à 1 kg/j pour les femelles et 1 à 1,3 kg/j
À rentrée en bergerie (septembre- pour les mâles) pendant une durée
octobre), déparasiter les animaux, les de 45 à 75 jours. Il ne faut pas inclure
tondre et castTerles mâles. d'urée pour les anim aux pesant
moins de 15 kg de poids vif;
Vacciner contre l'entérotoxémie, 8 jours ■ avec de l’ensilage : on peut distri­
avant le début de l'engraissement, avec buer de l'ensilage de maïs, qui pré­
un rappel 15 jours plus tard. sente l'inconvénient de n'être pas
assez riche en énergie en fin d'en­
La tonte provoque un refroidissement graissement. L'ensilage d'herbe (à
entraînant un regain d'appétit des préférer) peut être aussi distribué,
agneaux qui profitent davantage après cependant les résultats obtenus sont
quelques jours d'adaptation (phéno­ variables ;
mène de thermogenèse). De tels ani­ ■ avec un alim ent du commerce :
maux coûtent cher à produire. Ils pèsent c'est la solution la plus simple, mais

242
La production d ’agneaux

| Tableau 15.2. Quelques exemples d’aliments

mAliment en kilo

82
Féveroles Tourteau
soja

18
Pois CM: 5/10,5/15, 0/20

57 43 3

90 10 3

68 32 3

85 15 3

60 20 3

48 52 3

obligatoirement la plus coûteuse. Dans tous les cas, mettre à disposition


Ces aliments sont particulièrement des animaux du foin et de la paille de
étudiés pour de tels animaux. Pour bonne qualité à volonté (photo 15.3).
sa distribution, suivre les consignes
du fabricant. Les quantités consom­
mées sont voisines de celles obser­
vées avec de l’aliment fermier.

Photo 15.3.
Nourrisseurs pour agneaux.

243
S ystèm es d ’élevage

Conduite sanitaire essentiellement les agneaux de races


précoces et de races d'herbage. Atten­
Le cycle de production est court, mais tion aux extrapolations abusives à
nécessite une parfaite maîtrise sanitaire d'autres types d'animaux (notamment
pour exploiter au mieux le potentiel des aux races rustiques).
animaux :
■ soins à la naissance (voir page 126) ; Clé de lecture
■ rappel contre l'entérotoxémie à
3 semaines si les brebis ont été vacci­ Vous n'êtes pas obligé de lire l'ensemble
nées. Dans le cas contraire, vacciner des trois fiches... Regardez seulement la
les animaux vers l'âge de 3 semaines situation qui vous concerne.
puis ne pas oublier le rappel ;
■ injecter du séléphérol à titre pré­ En revanche, chaque situation doit être
ventif contre le raide dès l'âge d'un examinée dans son intégralité !
mois ;
■ traiter les agneaux tous les 21 jours Pour simplifier la lecture, sont indiquées
contre les ténias : premier traite­ en gras les conduites d'élevage induisant
ment à l'âge d'un mois et demi ; normalement peu de problèmes de qua­
■ fin juin, déparasiter les agneaux lité du gras.
contre les strongles digestifs et
pulmonaires en fonction des symp­ Ces fiches sont extraites d'un docu­
tômes ou suite aux résultats d'ana­ ment intitulé : Les défauts de qualité du
lyses coprologiques ; gros des agneaux, réalisé par INTERBEV
■ déparasiter les agneaux gris, avant ovins, rédigé collectivement par l'institut
l'engraissement, contre les strongles de l'élevage (I. Legrand, L. Sagot, E. Van
digestifs et pulmonaires, contre la Ouackebeke), avec la collaboration de
grande et la petite douve... ; France Agnelle Association (J. Voisin), du
■ après le sevrage, un traitement men­ GIE Ovin du Centre-Ouest (J.-L. Voilier) et
suel contre les strongles et ténias de Poitou-Ovin s (S. Lafarge, A. Staub).
reste nécessaire pour les animaux
engraissés à l'herbe. Si vous désirez mieux connaître les pro­
blèmes posés par la qualité du gras des
agneaux, reportez-vous au document
rédigé par l'institut de l'élevage pour
Défauts de qualité le compte d'INTERBEV Ovins : Le point
sur la qualité du gras des agneaux. Cet
du gras des agneaux ouvrage est disponible auprès du centre
d'information des viandes (CIV), 64, rue
Avertissement
Taitbout, 75005 Paris (tél. : 0142 80 04 72).
Les informations (défauts ou quali­
tés du gras) contenues dans les fiches
suivantes (fig. 15.8 à 15.10) et les diffé­
rentes conduites présentées concernent
CONSEILS
POUR LES
AGNEAUX
RESTANTS
s» ET POUR
LA CAMPAGNE
V/l SUIVANTE

La production d'agneaux
Fig. 15.8. Agneaux d'herbe finis en bergerie dès le sevrage.
Déparasiter régulièrement les agneaux

Limiter la forte hétérogénéité des agneaux en séparant


les agneaux chétifs des autres dès que la disponibilité
fourragère devient limitée et les complémenter
avec 400 g/jour de concentré

Fig. 15.9. Agneaux d’herbe finis en bergerie à l'automne.


Problèmes Prévenir les problèmes sanitaires
sanitaires

Offrir impérativement un pâturage en quantité


et qualité suffisantes
Consommation OU
de concentré
Limiter le concentré à 400-450 g/jour
CONSEILS supérieure
et offrir un pâturage correct
POUR LES à 600 g/jour
AGNEAUX Rentrer les agneaux en bergerie
RESTANTS
ET POUR
LA CAMPAGNE
SUIVANTE

NJ
a

Consommation
de concentré Éviter les crucifères consommées en ration unique
inférieure dans les 5 semaines précédant l’abattage et si possible
Pas de problème à 600 g/jour donner accès à un autre type de pâture en complément
sanitaire

La production d ’agneaux
Méconnaissance des causes d'apparition des défauts
de qualité du gras : pas de solution efficace

Déparasiter régulièrement

Introduire une complémentation limitée à 400-450 g/jour,


si possible sous forme de pulpes

Fig. 15.10. Agneaux finis à l'herbe avec ou sans complémentation.


Systèm es d ’élevage

d'herbe (fig. 15.11), élevage pour lequel


l'éleveur doit savoir chaque année
Schéma général s'adapter aux conditions climatiques.

« Les années se suivent mais ne se res­ Le climat est l'élément incontrôlable du


semblent pas » : ce dicton s'applique système et l'éleveur cherchera à limiter
particulièrement bien aux problèmes les répercussions de ces aléas (fig. 15.12).
posés par l'engraissement des agneaux

Fig. 15.11. Conduite des agneaux.

L ’EN G R AISSEM EN T DE LA MISE À L’HERB E AU SEVRAGE

Fig. 15.12. Facteurs de variation de la croissance des agneaux.


La production d ’agneaux

La p o u s s e d e V h erb e est plus ou moins des espèces peu productives. Sou­


précoce selon le climat et déterminera vent le retour à un bon niveau de
la date de sortie du troupeau. Ensuite la fumure permet une régénération
productivité des prairies dépendra prin­ de la prairie ; dans le cas contraire il
cipalement de la flore et de l'importance est indispensable, si le sol le permet,
de la fumure : de labourer et ressemer ;
■ la flo r e : on rencontre trop souvent ■ la f u m u r e : elle doit être fonction du
encore des prairies totalem ent potentiel de la prairie en réponse à
dégradées ne comportant plus que l'azote et aussi du chargement. Les

Ce que mange un agneau français

AGNEAU D'HERBE

Lait
maternel

SOIT 95 % D'HERBE ET 5% DE CEREALES

Source : Institut de l'élevage et Interbev.

249
S ystèm es d ’élevage

doses courantes en azote vont de 100 agneaux, elles peuvent être mises à
à 250 U en au moins 4 passages. Pour l’herbe.
le P et le K, c'est la nature de sol qui
déterminera les apports. Ces agneaux sont produits à partir de
races désaisonnées ou désaisonnables et
N'oublions pas que la vente des animaux vendus à 80 jours pour les plus précoces
doit être précédée de maniements. En et à 130 jours pour les « retardataires ».
effet, vendre des animaux trop gras peut Ils donnent des carcasses de 16 à 18 kg
anéantir tous les efforts, du fait d'une (GMO = 250 à 350 g). Ils se caractérisent
dépréciation des carcasses parfois très par un bon GMO.
importante.
Cette production est facile à maîtriser.
Une bonne conduite de la production En effet, l'éleveur contrôle mieux l'envi­
d'agneaux d’herbe nécessite : ronnement (l'ambiance des bâtiments,
■ un agnelage le plus précoce pos­ l'alimentation, le parasitisme...). Les
sible pour permettre aux agneaux agneaux sont commercialisés de février
de disposer d'herbe de qualité à fin avril, et ils répondent à la demande
lorsqu'ils atteindront l'âge où l'herbe du consommateur concernant l'« agneau
représente une grande partie de pascal » ou « agneau de Pâques ».
leur alimentation (âge supérieur à
80 jours) ;
■ une complémentation à l’herbe,
leur permettant une finition précoce Conduite du troupeau
avant que la valeur de l'herbe n'ait « mères »
chuté avec la sécheresse estivale.
Lutte

Elle débute dès la mi-mai. Elle peut


être réalisée sur chaleurs naturelles ou
induites. L'induction permet de mieux
Agneau de bergerie grouper les mises-bas.

Pour obtenir de meilleurs résultats de


reproduction, il faut déparasiter ces ani­
Caractéristiques maux (contre les parasites internes), les
Cet agneau naît au 3e voire au 4e tri­ tondre, et les parer un mois avant cette
m estre de l’année. La phase d’allai­ étape.
tem ent et la phase de finition se
déroulent exclusivement en bergerie. Leflushing peut être réalisé soit par
Les mères restent en bergerie pendant l'apport de concentré (avoine de préfé­
la phase d’allaitem ent et sont nour­ rence : 100 à 300 g/animal/jour), soit en
ries avec une ration à base de four­ mettant à leur disposition une parcelle
rages conservés. Après le sevrage des où l'herbe est abondante.

250
La production d ’agneaux

Avant de mettre ces animaux à la repro­ Agnelage à contre-saison


duction, il faut vérifier leur état corporel. avec repasse du bélier
Les animaux trop maigres feront l'objet Cette technique est identique à celle
d’une lutte ultérieure. présentée précédemment mais, 5 heures
après VIA, on introduit un bélier (muni
d'un licol marqueur) avec ces femelles,
Lutte naturelle
ce qui permet au mâle de saillir quelques
Il s'agit d'introduire un mâle dans le trou­ femelles.
peau de femelles. À cette période de l'an­
née (jours longs), il ne faut pas dépasser Agnelage à contre-saison
15 à 20 femelles par mâle. avec rattrapage en automne
Cette technique permet de remettre à
la reproduction, 1,5 à 2 mois après l’IA,
IA ou lutte en main
les femelles échographiées « vides » en
Ces deux techniques ne peuvent être même temps que les agnelles. C’est la
réalisées qu'après une synchronisation technique la plus employée (fig. 15.14).
des chaleurs. Différentes techniques de
conduite se présentent à l'éleveur. Les agneaux de la lutte de rattrapage
seront vendus de mai à juin, le plus
Agnelage unique à contre-saison souvent engraissés à l'herbe. Les mères
La lutte se déroule de mai à fin juin et la taries réintègrent alors le troupeau
reproduction l'année suivante (fig. 15.13). principal.
Cette conduite est coûteuse.

251
Systèm es d ’élevage

Trois agnelages en 2 ans Cette conduite nécessite une bonne


Le cycle est de 8 mois (24 mois/3). Le plus maîtrise de l'élevage et permet d'utili­
souvent, le troupeau est divisé en deux ser pleinement les installations : parcs
lots, ce qui permet d'intégrer les femelles de contention, bâtiments... Il existe bien
vides du lot n° 1 dans le lot de femelles entendu d'autres variantes.
n° 2 à mettre à la reproduction, et inver­
sement (fig. 15.15).

J I F I M I A I M IJ |j | a |s |o | n | d |j | F | M | A | M | J |j |A |S |O | N | D

Luttes

-------- m * Intervalle
Intervalle post-partum
post-partum moyen :
moyen : 90 jours
90 jours
■ Brebis pleines r n Lot 1
------Brebis allaitantes ou taries Lot 2
------► Brebis vides

Fig. 15.15. Trois agnelages en 2 ans.

252
La production d ’agneaux

Gestation vaccins à quelques jours d'intervalle.


La tonte est conseillée. Compte tenu
L'alimentation de ces animaux gestants d'une mise-bas groupée (sur 10 jours
de mai à novembre ne pose pas de pro­ en général), il est conseillé de prévoir
blèmes en général. Le diagnostic de au moins 10 cases pour 100 brebis.
gestation (avec dénombrement) réalisé
45 jours après VIA permet à l'éleveur de
Lactation
séparer les bessonnes des simples.
Cette étape est très importante pour
La préparation de la lactation nécessite : le dém arrage des agneaux. En effet,
■ l'apport de minéraux pendant le la croissance des agneaux de l'âge de
4e mois de gestation ; 6 semaines jusqu'à l'abattage est liée à
■ la rentrée en bergerie des animaux leur croissance au cours de la période de
dès le 5e mois de gestation, avec la lactation. Pour assurer une production
réalisation d'un steaming (à raison laitière maximale, il faut compléter la
de 200 g d'avoine pour les femelles ration de ces animaux avec 500 à 800 g
ayant un seul agneau, et 400 à 500 g de concentré spécial brebis.
d'avoine pour les femelles ayant des
doubles et plus). Ce steaming assu­ On réduira progressivement cette com­
rera un bon démarrage de la lacta­ plémentation pendant les quinze jours
tion. À la rentrée des animaux, les qui précèdent le sevrage (photo 75.4J.
déparasiter, réaliser les différents

Photo 15.4.
Agneaux de bergerie.

253
S ystèm es d ’élevage

Conduite alimentaire

Conduite des agneaux On place dans le parc une augette avec


un granulé ier âge (photo 15.5). Les condi­
Soins aux agneaux tions favorables de ce parc (tempéra­
ture, calme...) inciteront les agneaux
■ Contrairement aux agneaux d'herbe, à s'y reposer, ils consommeront ainsi
la caudectomie est à réaliser sur les rapidement le concentré démarrage. Il
femelles qui seront conservées pour faut habituer les animaux à manger le
renouveler le troupeau. Il est inutile plus tôt possible du concentré. Dès l'âge
de réaliser cette intervention pour d'un mois, on remplace le concentré par
les animaux destinés à la boucherie. un aliment engraissement (fig. 15.16 et
Ils ne présenteront pas de diarrhées, 15.17). En début d'engraissement, on dis­
qui sont liées le plus souvent à une tribuera du concentré à 0,8 UF et 135 g
alimentation à base d'herbe. de PDI par kg de MS et, en fin d'engrais­
■ Il faut placer dans un parc sélectif sement, à 0,8 UF et 120 g de PDI par kg
une lampe à infrarouge pour que de MS.
les jeunes puissent s'y réchauffer
(normes de confort : 18 °C les pre­
miers jours et 13 °C par la suite).

Photo 15.5.
Complémentation des agneaux.

254
La production d ’agneaux

ALIMENT COMPLEMENTAIRE POUR AGNEAUX EN CROISSANCE ET FINITION

MODE D’EMPLOI
Distribuer à volonté aux agneaux à croissance intensive en complément
de fourrage grossier (paille, foin ou herbe). Eau propre à disposition.

COMPOSITION
Orge, blé, tourteau d’extraction de tournesol partiellement décortiqué,
drêches de blé séchées de distillerie, pulpes de betteraves séchées,
avoine, tourteau d’extraction de soja cuit, mélasse de betterave, co­
produit de fabrication de L-lysine et de levures, carbonate de calcium,
sel, bicarbonate de sodium.

CONSTITUANTS ANALYTIQUES
Protéine brute 16,1 %pc
Matières grasses brutes 1,8 %pc
Cendres brutes (m.minérales) 6,4 %pc
Cellulose brute 8,0 %pc
Sodium 4,2 g/kg

VITAMINES
Vitamine A E672 6000 Ul/kg
Vitamine D3 E671 1500 Ul/kg

OLIGO-ÉLÉMENTS
Fer (sulfate ferreux heptahydraté) E1 100 mg/kg
Manganèse (oxyde manganeux) E5 50 mg/kg
Zinc (oxyde de zinc) E6 110 mg/kg
Sélénium (sélénite de sodium) E8 0,2 mg/kg
Iode (iodure de potassium) E2 2,0 mg/kg
Cobalt (carbonate basique de cobalt monohydraté) E3 0,3 mg/kg

M entions spéciales
Cet aliment est strictement réservé à l’espèce ou la catégorie d’animaux
indiquée.
Supplémentation n° : §SUPP
Numéro d’agrément : FR 03-237-90

Fig. 15.16. Aliment complémentaire pour agneaux en croissance et finition.

255
S ystèm es d ’élevage

ALIMENT COMPLEMENTAIRE POUR OVINS

MODE D’EMPLOI
Distribuer en complément de céréales, à raison de 30% de la ration totale.
Fourrage grossier et herbe à volonté. Eau propre à disposition.

COMPOSITION
Tourteau d’extraction de soja cuit, tourteau d’extraction de tournesol
partiellement décortiqué, tourteau d’extraction de colza, graines et
enveloppes de céréales et oléagineux, carbonate de calcium, drêches de
blé séchées de distillerie, pulpes de betteraves séchées, co-produit de
fabrication de L-lysine et de levures, sel.

CONSTITUANTS ANALYTIQUES
Protéine brute 28.1 %pc
Matières grasses brutes 2.1 %pc
Cendres brutes (m.minérales) 16,0 %pc
Cellulose brute 10,6 %pc
Sodium 4,4 g/kg
VITAMINES
Vitamine A E672 12000 Ul/kg
Vitamine D3 E671 3000 Ul/kg
OLIGO-ÉLÉMENTS
Fer (sulfate ferreux heptahydraté) E1 200 mg/kg
Manganèse (oxyde manganeux) E5 100 mg/kg
Zinc (oxyde de zinc) E6 220 mg/kg
Sélénium (sélénite de sodium) E8 0,4 mg/kg
Iode (iodure de potassium) E2 4,0 mg/kg
Cobalt (carbonate basique de cobalt monohydraté) E3 0,4 mg/kg

M entions spéciales
Cet aliment est strictement réservé à l’espèce ou la catégorie d’animaux
indiquée.
Supplémentation n° : §SUPP
Numéro d’agrément : FR 03-237-90

Fig. 15.17. Aliment complémentaire pour ovins.

256
La production d ’agneaux

Il ne faut pas oublier de mettre à la dis­ On prévoira une surface de i m2 pour


position de ces animaux : deux agneaux, 7 cm d’auge pour les
■ de l’eau propre (le point d'eau doit agneaux en libre service et 25 à 30 cm
être à la bonne hauteur) ; pour les animaux rationnés (photos 75.6
■ du foin de bonne qualité à volonté ; et 15.7).
■ de la paille à volonté.

Photo 15.6.
Agneaux compléments.

Photo 15.7.
Mise à disposition d'un complément aux agneaux.

257
S ystèm es d ’élevage

L'aliment du commerce peut être rem­ retirées du parc et, après une diète
placé par un aliment fermier avec des hydrique d'une journée, seront lâchées
céréales en grains entiers. Dans ce cas, à l'extérieur.
elles sont distribuées aux anim aux
pesant au moins 18 kg de poids vif. Avant La consommation est en moyenne :
ce poids, elles sont offertes aplaties ou ■ de 3 à 5 kg d'aliment démarrage ;
concassées grossièrement (voir la com­ ■ de 45 à 75 kg d'aliment engraissement.
plémentation des agneaux d'herbe).
Pour assurer des performances m axi­
males, il faut éviter les courants d'air,
1 Attention
l'humidité et les écarts de température.
L'excès de phosphore provenant des céréales Les meilleures croissances s'obtiennent
peut provoquer l'apparition de la gravelle ou
urolithiase urinaire. À titre préventif, on distri*
avec une température voisine de 13 °C
buera du chlorure d'ammonium à raison de 1 % (fig. 15.18).
de la ration (voir les conditions d'emploi avec
le vétérinaire ou le fabricant d'aliments), ou un
complément minéral pauvre en cet élément.
Les agneaux chétifs, du fait le plus souvent
d'une production laitière insuffisante, peuvent
faire l'objet d'un apport de lait artificiel afin
de compenser momentanément une période
critique. Ils se sèvreront d'eux-mêmes.

Les agneaux élevés uniquement avec


un aliment d'allaitement seront sevrés
progressivement et recevront le même
régim e en alim ent dém arrage et
engraissement.

L'aliment engraissement ou fermier peut


être distribué selon l'aptitude des ani­
maux à engraisser : Conduite sanitaire
■ soit à volonté;
■ soit rationné pour les femelles et à Le cycle de production court et la maî­
volonté pour les mâles. trise de l'environnement réduisent for­
tement les frais vétérinaires (photo 75.SJ :
Cela est fonction de la race. ■ soins à la naissance (voir page 130) ;
■ rappel entérotoxémie à 3 semaines
Les agneaux seront vendus vers l'âge (les brebis auront fait l'objet d'une
de 90 jours suite à l'appréciation vaccination au moins un mois avant
manuelle de leur état d'engraissement. la mise-bas contre l'entérotoxémie
Dès la vente des premiers agneaux, les et parfois contre la salmonellose).
autres seront sevrés. Les mères seront Ce rappel est indispensable compte
La production d ’agneaux

tenu du régime alimentaire intensif


de ces animaux ;
■ pour éviter l'apparition du raide, il Défauts de qualité
est souhaitable de faire une injection
de séléphérol vers l'âge d'un mois ;
du gras des agneaux
■ pour éviter l'apparition de la cocci- Avertissement
diose, il faut s'assurer que la litière
est sèche et régulièrement renou­ Les informations (défauts ou qualités
velée, éviter le surpeuplement et du gras) contenues dans les fiches sui­
contrôler la propreté des m an­ vantes (fig. 15.1g à 15.23) et les différentes
geoires et des abreuvoirs. Certains conduites présentées concernent essen­
conseillent un traitement systéma­ tiellement les agneaux de races pré­
tique à l'âge de 40 jours. Dans les éle­ coces et de races d'herbage. Attention
vages contaminés, il est nécessaire aux extrapolations abusives à d'autres
de traiter les animaux à titre préven­ types d'animaux (notamment aux races
tif (photos 15.9 et 15.10). rustiques).

Photo 15.8.
Distribution de céréales entières.

259
S ystèm es d ’élevage

Photo 15.9.
Lot d'agneaux en finition.

Photo 15.10.
Agneaux identifiés avant livraison.

260
La production d ’agneaux

Clé de lecture Ces fiches sont extraites d'un document


intitulé : « Les défauts de qualité du gras
Vous n'êtes pas obligé de lire l'ensemble des agneaux», réalisé par INTERBEV
des cinq fiches... Regardez seulement la ovins, rédigé collectivement par l'institut
situation qui vous concerne. de l'élevage (I. Legrand, L. Sagot, E. Van
Ouackebeke), avec la collaboration de
En revanche, chaque situation doit être France Agnelle Association (J. Voisin), du
examinée dans son intégralité ! GIE Ovin du Centre-Ouest (J.-L. Voilier) et
de Poitou-Ovins (S. Lafarge, A. Staub).
Chaque fiche comprend deux parties :
■ en haut : les décisions à prendre Si vous désirez mieux connaître les pro­
im m édiatem ent pour les lots blèmes posés par la qualité du gras des
d'agneaux restants ; agneaux, reportez-vous au document
■ en bas : les pratiques à envisager rédigé par l'institut de l'élevage pour le
pour les agnelages ou campagnes compte d'INTERBEV Ovins: «Le point
suivants. sur la qualité du gras des agneaux ». Cet
ouvrage est disponible auprès du centre
Pour simplifier la lecture, sont indiquées d'information des viandes (CIV), 64, rue
en gras les conduites d'élevage induisant Taitbout, 75005 Paris (tél. : 0142 80 0472).
normalement peu de problèmes de qua­
lité du gras.

261
Systèmes d ’élevage
Incorporer de l’orge, de l'avoine ou des pulpes au concentré
Rationnement et éviter le blé, le maïs et le triticale en céréale unique
•""I difficile
Distribuer impérativement un fourrage appétent ;
le renouveler 2 fois/jour
Lot hétérogène

C O N S E IL S \ Agneaux ^
Limiter le concentré à 600-800 g/jour
P O U R LE S Rationnem ent “poussants”
p ossible :
AGNEAUX
répartir les agneaux
RESTANTS en 2 lo ts

1 (1 nourrisseur/50 agneaux)
Lot homogène Reste du lot
, — — ■
à croissance Distribuer impérativement un fourraqe appétent ;
moyenne le renouveler 2 fois/jour

Incorporer de l ’orge, de l’avoine ou des pulpes au concentré


et éviter le blé, le maïs et le triticale en céréale unique
262

Rationnement
difficile
Distribuer un fourrage appétent
Lot homogène
très “poussant”
Rationnem ent
possible :
répartir les agneaux - Limiter le concentré t mâles : 700-900 g/jour
en 2 lo ts » femelles : 400-700 g/jour

Rationner si possible avant sevrage et en tout cas après


Tête de lot
C O N S E IL S représentant
PO UR LES (- de 15 % du lot ou
+ de 40 agneaux
AUTRES Distribuer un fourrage appétent

AG N E LAG ES
D E B E R G E R IE
Distribuer impérativement un fourrage appétent ;
/ Tête de lot
représentant
le renouveler 2 fois/jour

- de 15 % du lot et
- de 40 agneaux
Vérifier les conditions d'abreuvement et de confort

Fig. 15.19. Agneaux de bergerie sevrés précocement entre 60 et 80 jours : défauts de qualité du gras observés sur les premiers agneaux abattus (tête de lot).
Prévenir les problèmes sanitaires
Agneaux Laisser à disposition du concentré à volonté
chétifs (1 nourrisseur/50 agneaux)
Distribuer un fourrage appétent

Incorporer de l’orge, de l’avoine ou des pulpes au concentré


Répartir les et éviter le blé, le maïs et le triticale en céréale unique
CONSEILS agneaux
POUR LES Distribuer impérativement un fourrage appétent ;
le renouveler 2 fois/jour
AGNEAUX
Vérifier les conditions d’abreuvement et de confort
RESTANTS

R ationnem ent
Limiter le concentré à 700-800 g/jour
Autres possible
agneaux

UJ Diminuer les quantités de concentré distribuées


Agneaux de 100-200 g/jour
déjà rationnés
Vérifier que le fourrage est bien consommé
par l ’ensemble des agneaux

Vérifier les conditions d’abreuvement et de confort

Vérifier l’alimentation des mères en fin de gestation


CONSEILS et en lactation

La production d ’agneaux
POUR LES
Prévenir les problèmes sanitaires avant sevrage
AUTRES
AGNELAGES Limiter les quantités de concentré pour éviter les fortes
DE BERGERIE croissances en finition

Prévenir les problèmes sanitaires


au moment du sevrage et après

Éviter les changements brusques de concentré au moment


du sevrage

Fig. 15.20. Agneaux de bergerie sevrés précocement entre 60 et 80 jours : défauts de qualité du gras observés sur des agneaux abattus après 110jours.
Systèmes d ’élevage
CONSEILS
POUR LES
AGNEAUX
RESTANTS

NJ

CONSEILS
POUR LES
AUTRES
AGNELAGES
DE BERGERIE

Fig. 15.21. Agneaux de bergerie sevrés tardivement vers 90 jours : défauts de qualité du gras observés sur des agneaux abattus après 110jours.
Limiter le concentré à 500-600 g/jour
Agneaux Vérifier la quantité totale de concentré distribuée
Agneaux restants Répartir lourds en fonction de l’effectif du lot
représentant les agneaux
CONSEILS + de 50 % du lot ou Distribuer un fourrage appétent
restants
POUR LES + de 40 agneaux en 2 lots Faire passer dans
AGNEAUX le lot des rationnés
les agneaux qui
RESTANTS atteignent un degré
de finition suffisant
(une semaine avant
r

Laisser à disposition du concentré à volonté


Agneaux restants {
(1 nourrisseur/50 agneaux)
représentant
- de 50 % du lot et. Distribuer un fourrage appétent
- de 40 agneaux
Vérifier les conditions d’abreuvement et de confort
NJ
Ln
Incorporer de l’orge, de l’avoine ou des pulpes au concentré
Rationnement et éviter le blé, le maïs et le triticale en céréale unique
difficile
Abattage Distribuer un fourrage appétent ; le renouveler 2 fois/jour
entre
110et 130 jours j Rationnement Limiter le concentré dès le sevrage mâles : 700-900 g/jour
possible : femelles : 400-700 g/jour
) séparer les mâles
CONSEILS Distribuer un fourrage appétent
des femelles
POUR LES
Prévenir les problèmes sanitaires
AUTRES + de 50 % au moment du sevrage et après

La production d’agneaux
AGNELAGES j d’agneaux lourds
au sevrage Adapter les agneaux le plus tôt possible au concentré
DE BERGERIE (entre 15 et 30 jours d’âge)
(> 25 kg)
Abattage 1 ___ ; Éviter les changements brusques de concentré
à au moment du sevrage
plus de 130 jours
- de 50 % Vérifier l’alimentation des mères en fin de gestation
d’agneaux lourds et en lactation
au sevrage Prévenir les problèmes sanitaires avant sevrage
(< 2 5 kg)
Sevrer plus précocement

Fig. 15.22. Agneaux de bergerie sevrés tardivement vers 90 jours, ou non sevrés : défauts de qualité du gras observés sur des agneaux abattus vers 90 jours.
Systèmes d ’élevage
t disposition du concentré à volonté
(1 nourrisseur/50 agneaux)
Distribuer un fourrage appétent
Prévenir les problèmes sanitaires
Vérifier les conditions d’abreuvement et de confort
CONSEILS
POUR LES
Incorporer de l'orge, de l'avoine ou des pulpes au concentré
AGNEAUX
Rationnement et éviter le blé, le maïs et le triticale en céréale unique
RESTANTS difficile
Lot Distribuer impérativement un fourrage appétent ;
globalement le renouveler 2 fois/jour
correct
Rationnement
Limiter le concentré à 800-900 g/jour
possible
266

Incorporer de l’orge, de l’avoine ou des pulpes au concentré


Rationnement et éviter le blé, le maïs et le triticale en céréale unique
difficile
Distribuer un fourrage appétent ; le renouveler 2 fois/jour
+ de 60 % Sevrage
d’agneaux abattus vers 90 jours
avant 130 jours souhaitable

Rationnement
CONSEILS Limiter le concentré à 600-700 g/jour
possible
POUR LES
AUTRES
AGNELAGES
DE BERGERIE
Vérifier l’alimentation des mères en fin de gestation
- de 60 % et en lactation
d’agneaux abattus
Prévenir les problèmes sanitaires
avant 130 jours
Envisager de sevrer vers 90 jours ou avant

Fig. 15.23. Agneaux de bergerie non sevrés : défauts de qualité du gras observés sur des agneaux abattus après 110 jours.
La production d ’agneaux

Conclusion
La production de ces agneaux est faci­
litée par leur présence continue dans
la bergerie, ce qui limite d'autant plus
l'infestation parles parasites.

Ce que mange un agneau français

AGNEAU DE BERGERIE

Céréales

Céréales

Lait
maternel

SOIT 20 % DE FOIN, 60 % DE CÉRÉALES


ET 20 % DE TOURTEAU DE SOJA

Source : Institut de l'élevage et Interbev.

267
Les femelles
de renouvellement
Très souvent, ces animaux « improductifs » sont délaissés par
l’éleveur, qui se consacre aux soins des mères et à la vente des
agneaux de boucherie.
La conduite des femelles de renouvellement nécessite pour­
tant une attention toute particulière : en effet, ces agnelles
vont assurer l’avenir et la pérennité du troupeau.

Taux nombre de femelles nécessaire pour


de renouvellement le renouvellement sur le nombre de
femelles disponibles. Plus l'intensité est
Ce taux est de l'ordre de 20 %, mais il peut forte (se rapprochant de 3), plus la sélec­
fluctuer pour diverses raisons : augmen­ tion est efficace (tab. 16.1 et 16.2).
tation, rajeunissement du troupeau...
L'intensité de sélection, obtenue à partir
L'intensité de sélection, paramètre impor­ d'abaques, est 1,5 fois plus efficace pour
tant du progrès génétique, est fonction un taux de renouvellement de 20 % que
du taux de sélection, soit le rapport du pour un taux de 30 %.

Tableau 16.1. Valeur de l'unité de sélection, selon le taux


de renouvellem ent

Nombre de femelles dans le troupeau 100 100 100


Taux de renouvellement (%) 20 25 30

Nombre de mises-bas (%) 95 95 95

Productivité numérique (sans pertes) 150 150 150

Nombre de femelles disponibles 69 69 69


(8 % de pertes)
Taux de sélection ou renouvellement réel 0,29 0,36 0,43
(2 0 : 69 ; 25 : 69 ; 30 : 69)

Intensité de sélection 1,2 1 0,8

268
Les fem elles de renouvellem ent

Tableau 16.2. Analyse du taux de renouvellement


Taux fa ib le

Avantages Sélection plus sévère sur Moins d'agnelages difficiles


les brebis Précision de sélection des agnelles
Ces animaux réformés
jeunes se vendent mieux

Inconvénients Production laitière plus Moins bonne valorisation des brebis âgées
faible des primipares Moins de précision de sélection sur les brebis
Prolificité plus faible
Agnelages plus difficiles

Alimentation Alimentation
à partir de 3-4 mois
L’alim entation doit perm ettre d'at­
teindre les objectifs suivants : Il faut assurer le développement de
■ mise à la reproduction des agnelles l'appareil digestif par la distribution de
à 2/3 de leur poids adulte ; fourrages de qualité.
■ développement corporel suffisant
selon la race. Après leur sevrage, elles seront placées
sur une parcelle où l'herbe est suffisante
Ces animaux devront avoir une conduite (photo 16.1) (dans le cas contraire, elles
alimentaire adaptée à leur future car­ seront complémentées), ou recevront un
rière, c'est-à-dire à l'âge de la mise à la fourrage de bonne qualité à volonté en
reproduction. bergerie.

L'alimentation doit satisfaire d'une part


les besoins d'entretien et d'autre part les
Alimentation besoins de production, qui sont :
jusqu'à 3-4 mois ■ le GMO;
■ la constitution de réserves corporelles ;
Jusqu'à cet âge, ces femelles sont ali­ ■ la gestation ;
mentées comme les agneaux de bouche­ ■ l'allaitement (parla suite).
rie. Elles atteignent alors 25 à 35 kg selon
la race, avec un GMO de 250 à 300 g. La prise de poids sera de 18 à 25 kg du
sevrage à la lutte.

269
Systèm es d ’élevage

Le GMO variera de 50 à 200 g selon l'âge que ces animaux prennent trop de gras
de la mise à la lutte. si on ne les rationne pas (fig . 16.1).

En fonction du GMO souhaité, compte


tenu de la date de la mise à la reproduc­ Certains éleveurs ne mettent les femelles à la
reproduction qu'à l'âge de 18 mois, pour assu­
tion, il faut prévoir (ou non) une complé­ rer à ces animaux un développement suffisant.
mentation en fonction du fourrage, qui Ces animaux sont alors appelés antenaises.
constitue la ration de base. Il faut éviter

Photo 16.1.
Agneaux sur une pâture abondante.

270
Les fem elles de renouvellem ent

femelles nées en automne (octobre,


novembre), elles pourront être mises
Mise à la reproduction à la reproduction en mai-juin, si elles
répondent aux normes de poids défi­
nies préalablement, voire au plus
tard à l'automne suivant (photo 16.3) ;
Puberté m du poids de l'animal : le poids vif lors
de l'œstrus doit être de 40 à 60 % du
C'est l'âge auquel la femelle est apte à poids adulte. En cas de conditions
porter un fœtus. Cet âge est fonction : climatiques difficiles, l'éleveur sera
■ de l’époque de naissance : en géné­ parfois obligé de retarder la mise à
ral, les femelles qui naissent en la reproduction.
hiver (février, mars) seront mises à
la reproduction en automne vers 7
à 8 mois. Les femelles nées en avril-
mai seront mises à la reproduction Lutte
d'avril à juin ou d'août à octobre,
soit vers 15 à 17 mois, l'année sui­ Cette lutte peut être naturelle : dans
vante (photo 16.2). Quant aux ce cas, ces femelles feront l'objet d'une

Photo 16.2.
Lot d’agnelles.

271
S ystèm es d ’élevage

Photo 16.3.
Agnelles de bergerie.

lutte spécifique (séparer des multipares) Au-delà de cette étape, le calendrier des
ou d'une lutte avec maîtrise du cycle au traitements se calquera sur celui des
printemps, mais aussi en automne. Le multipares tout en tenant compte des
flushing est recommandé. conditions climatiques, du chargement...

Après la lutte, ces femelles intégreront


le troupeau souche.
Conclusion
L'obtention de futures reproductrices ne
Hygiène nécessite pas de gros investissements,
mais un suivi régulier pour leur assurer
L'éleveur doit veiller au bon état de santé un bon développement sans les engrais­
de ces animaux, particulièrement sen­ ser exagérément (photo 16.4). Un excès
sibles aux parasites jusqu'au sevrage. comme une insuffisance de poids seront
Ils feront l'objet du calendrier sanitaire préjudiciables à la lutte et auront des
établi pour les agneaux de boucherie. conséquences néfastes sur les résultats
de reproduction.

272
Les femelles de renouvellement

'Z.S •’
Photo 16.4.
Femelles de renouvellement tondues.
Santé et suivi
sanitaire

laè5*
État sanitaire
du troupeau
Les ovins sont sensibles à de nombreux troubles, dont les
origines sont multiples. On peut classer ces maladies en plu­
sieurs groupes :
-les « maladies » métaboliques ou nutritionnelles ;
-les maladies infectieuses ;
-le s maladies parasitaires.
La maîtrise de ces maladies est un facteur essentiel pour la
conduite de cet élevage.

Généralités fragiles. Un vent froid et humide


provoque des mortalités impor­
Les maladies des moutons sont sous la tantes, surtout en élevage de plein
dépendance des environnements natu­ air. Il est judicieux de prévoir des
rel et artificiel : abris, des haies, des appentis ;
■ l'environnement naturel comprend : • l'eau : l'eau peut être un vecteur de
• la température : la zone de confort maladies, et contenir parfois des
thermique d'un agneau se situe substances toxiques ;
entre 5 et 20 °C. Chez l'adulte, elle ■ l'environnement artificiel est repré­
est fonction du stade physiolo­ senté par les bâtiments d'élevage,
gique, du niveau alimentaire, de dont les normes doivent être telles
la qualité de la toison. Une femelle qu'elles assurent aux animaux un
gestante consomme plus à partir confort maximal (voir chapitre u).
de - 7 °C. Les températures élevées
(> 25 °C) sont néfastes ; Les agents pathogènes peuvent entraî­
• l'humidité de l’air : l'humidité ner des coûts directs et indirects :
souhaitée est comprise entre 70 ■ les coûts directs se répercutent
et 80 %. Inférieure à 70 %, elle a directement sur la production. La
un effet défavorable sur la respi­ diminution de la production laitière,
ration ; supérieure à 80 %, elle ren­ la mortalité (surtout chez les jeunes),
force l'action du froid ; le déclassement des carcasses (de
• la vitesse de l’air : les animaux io à 20%), les saisies de foies à
bien lainés sont relativement bien l'abattoir (de 30 à 40 %), les avor­
protégés, mais les agneaux sont tements, les charges vétérinaires

277
Santé et suivi sanitaire

supplémentaires sont pour l'éle­ situation moyenne « normale » de chif­


veur des pertes « sèches » qu'il peut frer l'impact économique de l'état sani­
éviter : si celles-ci ne peuvent être taire et de ce fait de mesurer l'efficacité
réduites à zéro, elles peuvent être des dépenses de santé.
limitées au maximum ;
■ les pertes indirectes sont très diffi­ Toutes ces maladies provoquées par des
ciles à apprécier, mais toutes les éva­ agents infectieux ou par des microbes
luations concordent vers des pertes peuvent se transmettre directement ou
très importantes qui se traduisent indirectement (par contact ou par les
par un manque à gagner : produits animaux : lait, viande...) aux
• diminution des performances des humains.
animaux (croissance) ;
• diminution des nutriments absor­ Le maintien de la santé d'un troupeau
bés par l'animal, d'où la nécessité passe par la prophylaxie. Elle se défi­
d'apporter une alimentation sup­ nit comme l'ensemble des mesures
plémentaire ; destinées à empêcher l'apparition ou
• lésions plus ou moins irréversibles la propagation d'une ou de plusieurs
des organes vitaux ; maladies.
• réforme prématurée des animaux ;
• perturbations du métabolisme ; On distingue la prophylaxie obligatoire
• diminution des performances et la prophylaxie volontaire :
de reproduction (fécondité et ■ la prophylaxie obligatoire concerne
fertilité). les « maladies réputées légalement
contagieuses » (MRLC) ;
Les frais vétérinaires peuvent varier ■ la prophylaxie « volontaire » est sous
d'une exploitation à l'autre, mais ils la responsabilité de l'éleveur.
ne reflètent qu'imparfaitement l'état
sanitaire réel du troupeau. D'autres On distingue encore la prophylaxie
critères techniques traduisent mieux médicale, qui vise à améliorer la résis­
cet état sanitaire, qui sont par ordre tance de l'organisme, et la prophylaxie
chronologique : sanitaire, qui vise à diminuer les forces
■ la fertilité relative ; d'agression.
■ l'importance des problèmes à
l'agnelage ;
■ les pertes par maladies d'évolution
aiguë ; Maladies
■ la diminution de la croissance liée
aux maladies subaiguës ; métaboliques ou
■ l'existence de maladies chroniques. troubles métaboliques
D'autres critères peuvent constituer de Une maladie métabolique est une alté­
bons indicateurs technico-économiques ration de l'homéostasie interne, déter­
puisqu'ils permettent par rapport à une minée par un changement anormal

278
État sanitaire du troupeau

dans l’intensité d’un ou plusieurs pro­ Ces MRLC sont un fléau pour l’élevage,
cessus métaboliques indispensables. car elles sont sournoises dans un pre­
mier temps et il est malheureusement
Ces maladies métaboliques peuvent trop tard dès les premiers signes de leur
avoir plusieurs origines (tab. parmi extériorisation. C’est pourquoi elles font
lesquelles on trouve : l’objet d’une prophylaxie obligatoire
■ l’alimentation ; subventionnée par l’État, sous la res­
■ la génétique; ponsabilité de la Direction des services
■ la production ; vétérinaires (DSV).
■ les troubles endocriniens ;
■ l’environnement. Parmi les MRLC, on trouve la fièvre aph­
teuse, la rage, la fièvre charbonneuse, la
En effet, la panse héberge une popula­ clavelée, la brucellose...
tion microbienne importante et fragile
qui supporte difficilement les diverses Pour tout achat de reproducteurs, l’éle-
perturbations. Il apparaît alors un désé­ veur doit demander à la DSV de son
quilibre entre les besoins et les apports, département les consignes à respecter
responsable de maladies telles que : pour introduire des animaux dans son
■ l’acidose digestive ; cheptel.
■ la toxémie de gestation ;
■ l’acétonémie ;
■ la tétanie;
■ les météorisations ; Maladies des agneaux
■ la fièvre de lait.
Arthrite

C’est une inflammation des articula­


Maladies infectieuses tions (genou, jaTret, boulet...) d’ori­
gine microbienne et parfois virale. Elle
Ces maladies sont dues à des agents apparaît le plus souvent lors de l’absence
pathogènes non visibles à l’œil nu (bac­ de désinfection du cordon ombilical,
téries, virus...). lors de la caudectomie, mais elle peut
aussi avoir pour origine une carence
alimentaire.

Maladies réputées Le bacille du rouget est très souvent


responsable de cette infection, qui
légalement laisse des séquelles (déformation des
contagieuses (MRLC) membres, enflure des articulations...).

Elles ont une grande incidence écono­ Les pertes occasionnées sont impor­
mique et présentent un danger pour la tantes (baisse du GMO...).
santé humaine.

279
Santé et suivi sanitaire
Tableau 17.1. Les maladies métaboliques
üüü Toxémie de
gestation

Synom ym es | Tétanie d'h erbag e-hypom agn ésièm ie Cétose Ingestion par des graines Fièvre vitulaire- indigestion du M a la d ie des
hypocalcém ie reticulorum en agneaux jum eaux

C aractéristiques I Chute du tau x de m agnésium sanguin Chute du taux de glucose I Formation excessive d'acide Chute du tau x de Non éructation des Intoxication par les
sanguin e t augm entation R lactique dans le rum en due à calcium sanguin gaz du rum en corps cétoniques
du tau x de corps I la baisse im portante du PH.
cétoniques dans le sang I Insuffisance de la salivation

A nim aux exposés Ovins re c ev a n t une alim entation pauvre Anim aux e n fin de Ovins consom m ant beaucoup Fem elles au m om ent de Anim aux Fem elles gestantes
en m agnésium , en énergie, et riche en gestation et parfois en de grains sous form e de l'agnelage « suralim entées » en plein air
azote soluble et en potassium début de lactation concen trés Fem elles âgées pendant le dernier
mois de gestation

C irconstances Froid et pluie Froid Insuffisance d'alim ents Alim entation riche Alim entation riche Le froid
083

Favorisantes Fatigue (transport), transhum ance Nutrition insuffisante. grossiers en calcium ava n t la en m atière azotées, Alim entation
S em aine suivant la m ise-bas D éficit énergétique Apports excessifs d'énergie m ise-bas en concentré grossière et
Pâturage d'herbe luxuriante ayant poussé j C hangem ent brutal trè s digestible (grains, C hangem ent brusque L'environnem ent : volum ineuse
rapidem ent d'alim entation entre phase j betteraves, pulpes, ensillages du régim e alim entaire m auvaise am bian ce à faible
Œ strus (venue en chaleurs) de tarissem en t et phase riches en grains o u tré s Fatigue des bâtim ents concentration
Jeû ne brutal de lactation (déséquilibre acides) Stress M anipulations énergétique
Changem ent de régim e brutal alim entaire) Ration trop dépourvue en M auvais é ta t du foie excessives Réduction du
Portées multiples azote soluble volum e du contenu
Insuffisance hépatique rum inai en raison
Brebis trop grasses du volum e occupé
Stress par l'utérus

Sym ptôm es Successivement Chronologiquement Chronologiquement Successivement Successivement Successivement


Anim al à l'é c a rt du troupeau, perd Chute de l'appétit, surtout Perte de l'ap pétit P erte de l'ap pétit G onflem ent des L'animal s'isole
l'ap pétit pour les concentrés Chute de la production Oreilles froides anim aux Perte de l'appétit
Trem blem ents m usculaires Salivation excessives, Anim al ballonné Les m uscles se m ettent Augm entation du L'animal a du mal à
D ém arche raide m ouvem ents anorm aux Troubles nerveux (titubation, à trem bler rythme cardiaque et se d é placer
Chutes au sol (tics, titubation, perte de la vue, im possibilité La fem elle titube respiratoire Troubles oculaires
Salivation exag é ré e , contractures des incoordination des de se lever) Constipation Yeux exorbités Problèm es
m uscles de la fa c e , tê te renversée en déplacem ents) Fourbures (dues aux L'animal tom be, M o rt de l'anim al respiratoires
arrière, yeux à la renverse histam ines) incapable de se relever A vortem ent
G rincem ents de dents
D iagnostic Coïncidence entre les sym ptômes Pas de fièvre C oïncidence entre les Rulutlon ôtm lto avuc lu Cuïncldonctt m iliii lln liiiliin iiiin iiii
observés et l'une (ou plusieurs) des H aleine, lait (odeur sym ptôm es observés et m om ent de l'agnelage les sym ptôm es et le avec l'ap proche de
causes favorisantes d 'acéto ne) l'ingestion de grandes régim e alim entaire la m ise-bas
quantités d'alim ents riches O deur de pom me
en énergie rapidem ent (due à l'acétone)
digestible, surtout en
l'ab sence de fourrages
grossiers

Traitem ents N e pas exc ite r ou fatiguer l'anim al La m ajorité des cas guérit Formes les plus graves : Tenter de rem ettre Sonde A pport de glucose
Le protéger du froid sans tra ite m e n t vidange du rumen l'animal en bonne œ sophagienne sous diverses
Injection intraveineuse de préparation G lucose intraveineux ou Formes latentes ou position A dm inistration form es
à base de calcium e t de m agnésium , sous cutané. À renouveler chroniques : Injection intraveineuse d'antim oussants (intraveineuse,
éventuellem ent associés à du glucose ou à rythme déterm iné. - B icarbonate de sodium. À ou sous cutanées Trocart c o n c e n tré ...)
de l'acide glutam ique C orticoïde retard. introduire progressivem ent de préparations G astrotom ie.
Par la bouche pendant 7 à dans la ration pour éviter les contenants du
10 jours : acciden ts d'inappétence calcium associé à
- Propionate de soude - M é d ic a m e n ts du foie du magnésium et
- o u Propylène glycol (pour lutter contre les éventuellem ent à du
- o u G lycérine com plications hépatiques) phosphore.
R éen sem encem ent de la -A n tib io tiq u e s à forte dose -U tilis a tio n d’une
panse - R éhydratants solution (à base de
- R éen sem encer la flo re du M g, P, Ca) additionnée
rum en d'un produit bloquant la
sécrétion de calcitonine

Prévention Offrir des abris aux anim aux (haies) - reconstituer les réserves Éviter le broyage trop fin des Aucun m oyen n'est sûr Réaliser des Suivi du régim e
Rentrer les anim aux prédisposés pour corporelles ensilages de maïs (pas de Bon é ta t sanitaire changem ents de alim entaire les
la nuit. - Éviter les régim es grilles sur les ensileuses). C ontrôler le tau x de régim e progressifs deux derniers mois
Transition alim entaire excédentaires en énergie A ssu rer la fourniture de calcium de la pâture R esp ecter de gestation.
Ne pas laisser pâturer trop tôt des avant vêlage cellulose en quantité Éviter le changem ent les quantités Réaliser un
prairies ayant poussé trop vite surtout si - P réparer la brebis suffisante (minim um 14 % de brusque de nourriture de concen tré steam ing, en
elles ont reçu beaucoup d'engrais azoté 3 sem aines au moins la ration dont une partie en en fin de gestation distribuées p articulier
et potassique récem m ent avant l'ag nelage fibres longues : optim um = A ssu rer un bon pour les brebis

État sanitaire du troupeau


D istribuer un alim ent riche en énergie - Tout faire pour couvrir 17 % ou plus) abreuvem ent bessonnières.
e t cellulose (ensilage de maïs, ou paille au m ieux les besoins des A pporter autant de P.D.I.N. A ssurer de
+ c éréales) pendant les prem ières brebis au cours du dernier que de P.D.I.E dans la ration bonnes conditions
sem aines de mise à l'herbe mois de gestation jou rnalière de chaque anim al. d'am biance
D istribuer lors de pâturage prédisposant - Distribution À défaut, ajouter au
à la m aladie : d'h épatopro tecteurs concen tré 1 à 3 % de
- soit de la m agnésie sèche (8 g/100 kg -D é p a r a s ita g e bicarbonate de soude.
vif) sur un alim ent de base très appétent - M é n a g e r les transitions Fractionner les apports
- soit du chlorure de m agnésium dans alim entaires d'alim ents rapidem ent
l'eau de boisson après a ccoutum an ce ferm entescibles
progressive et sans dépasser 2 gr par litre Utiliser des
- soit, à défaut, épandage de 30 kg de hépatoprotecteurs.
m agnésie calc in é e par hectare juste
avant la pâture (élèves)
- R aisonner la fertilisation
Santé et suivi sanitaire

À titre préventif, l’auscultation des arti­ intestins et aux poumons, entraînant


culations douteuses est souhaitable. alors une septicémie.
Une désinfection des litières par l'uti­
lisation de superphosphate (50 g/m2) à À titre préventif, il faut désinfecter le
raison d'une fois par semaine, une atten­ cordon ombilical.
tion particulière lors des interventions
spécifiques (caudectomie, castration...) À titre curatif, on injectera des anti-
et une désinfection du cordon ombilical infectieux qui stopperont la mala­
limiteront l'apparition de cette maladie. die sans « effacer » les séquelles (gros
nombril).
À titre curatif, on utilise des antibio­
tiques pendant 2 à 3 jours, tout en Entérotoxémie
apportant des vitamines A et D3.
Voir page 283.
Raide ou myopathie
(maladie des muscles blancs) Tétanos
On observe une raideur de l’arrière-train Voir page 283.
des agneaux âgés de 4 à 6 semaines, due
à une carence en sélénium et en vita­ Lithiase urinaire
mine E, provoquant une dégénérescence ou urolithiase
musculaire. Cette maladie se traduit par
des pertes économiques (baisse des per­ Encore appelée gravelle, ce n'est pas une
formances et parfois mortalité). maladie infectieuse mais une mala­
die nutritionnelle, caractérisée par la
À l'abattoir, on observe des lésions formation de calculs qui vont obturer
entraînant des saisies. l'urètre, empêchant l'urine de s'écouler.
Un traitement chirurgical s'impose (uré­
À titre préventif, on administre aux trotomie, amputation du pénis...) avant
jeunes vers l'âge de 21jours une dose de l'apparition de la rupture de la vessie et
sélénium et de vitamine E. de l’urètre.

À titre curatif, on injectera de façon Cette maladie s’observe sur des lots
régulière par voie générale des vita­ d’agneaux soumis à un régime ali­
mines A, D3, Eet du sélénium. mentaire riche en céréales (excès de
phosphore), à une insuffisance d’abreu­
Les autres maladies ambulatoires du vement et à une carence en vitamine A.
jeune sont présentées dans le tableau 17.2.
Les symptômes observés sont des dou­
Omphalite ou gros nombril leurs, l’animal est agité et présente des
difficultés pour uriner. En cas de rup­
C'est une infection très grave du cor­ ture de l’urètre, l’urine s’accumule sous
don ombilical. Elle peut se propager aux la peau.

282
I Tableau 17.2. Les maladies ambulatoires du jeune
■ Caractères Traitement
A rthrites -A rtic u la tio n chaude, douleur, Hygroma : ni chaleur ni douleur Incurable sauf rouget non Désinfection om bilicale
boiterie Guérison : rouget seul compliqué Bonne nutrition minérale et
- A rthrite sèche ou tum éfiante vitaminique

Tétanos Contracture de tous les Incurable Inexistant Bonne désinfection des plaies
muscles Séroprévention ds caudectomie

Meningo-myélite Paralysie du train arrière, Désinfection (mercurochrome)


attitude en « chien assis » de plaie caudectomie

Paraplégie enzootique Pas d'abattement, raideur - État général excellent Complexe vit. E-sélénium Même produits lendemain
progressive - Récupération facile injectable naissance ou fin gestation
Apport sélénium alimentation

Pattes torses Rayons osseux antérieurs Origine peu connue (peut-être Inconnu Inconnue
tordus vers l'âge de 15 jours excès de sélénium)

Cenurose - Tête tenue sur le côté, perte Incurable Incurable Ténifugation des chiens
de la vue
- Paralysie train arrière

Nécrose cortex Tête retombée en arrière Récupération en 1 h Complexe Complexe avec vitamines du
Perte de la vue parfois B1, B2, B6, simultanément groupe B dès la naissance
125 mg de B1 en IP
125 mg de B1 en IM

Ataxie enzootique Mêmes symptômes Si traitem ent précédent « prolontex cuivre » (1 à 4 ml) Pas de complémentation
Pas amaurose inopérant, cuivre injectable alimentaire en cuivre

État sanitaire du troupeau


(dangereuse)

Acétonémie du sevrage Fourbure, raideur généralisée, Odeur d'acétone Remise au lait. Acétate Éviter sevrage brutal
abattement Récupération aisée propionique. Hépato-protecteur
inj. Corticoïde

Entérotoxémie foudroyante Rejet en arrière de la tête Hémorragies nasales et anales. - Saignée abondante - Hépato-protecteurs, soufre
(coup de sang) Évolution fulgurante - Sérothérapie dès calme bicarbonate
revenu - Éventuellement vaccinations

Entérotoxémie lente Amaurose Sérothérapie


(encéphalitique) Relative torpeur
_ , ,
Extrait de : Approche de la pathologie des petits ruminants, ITOVIC.
Santé et suivi sanitaire

À titre préventif, il faut corriger l’ali­ À titre préventif, ne pas couper la


mentation et ajouter du carbonate de queue trop près du corps. Surveiller la
calcium et du chlorure d'ammonium : cicatrisation.
ces produits sont aujourd'hui interdits,
il faut donc prendre contact avec le vété­ Echtyma
rinaire pour les utiliser. Vérifier le Ca/P
de la ration, qui doit être supérieur à 2. C’est une maladie due à un ultravirus
qui se loge dans le cytoplasme des cel­
À titre curatif, avant de les opérer, on lules du derme, provoquant des der­
peut sauver les agneaux atteints en matoses. Il en résulte un ulcère qui se
massant l'urètre pour assurer l'évacua­ recouvre de croûtes :
tion de l'urine. Faire absorber des myore­ ■ sur les lèvres : echtyma buccal, le
laxants avec des antispasmodiques. Pour plus fréquent (photo ly.i) ;
l'expulsion des calculs, seul le traitement ■ sur les trayons et la mamelle :
chirurgical est efficace. echtyma mammaire ;
■ sur les pieds : echtyma podal.
La viande de ces animaux est imprégnée
par l'odeur de l'urine ! Cette maladie est très contagieuse
et les incidences économiques sont
Kératoconjonctivite très importantes. Elle se transmet à
l'homme. Le diagnostic est facile.
De nombreux germes sont responsables
de cette infection. La contamination se Il n’y a pas de traitement, mais il est pos­
fait par contact. On observe une opaci­ sible d'enlever délicatement les croûtes
fication de la cornée. (les récupérer pour ne pas les laisser
souiller la litière), puis de pulvériser un
À titre curatif, on appliquera du collyre, désinfectant (antiseptique) ou d'appli­
des antibiotiques... quer une pommade faite d'huile de table
et de cendres.
Certaines infections des yeux sont dues à des
irritations par les poussières. À titre préventif, la vaccination des
mères est possible, mais les résultats
sont aléatoires. Une alimentation équi­
Méningomyélite librée et riche en minéraux permet à
l'éleveur de mettre tous les atouts de son
Elle apparaît à la suite de la caudectomie. côté. Certains éleveurs mettent du lierre,
Les germes banals de la litière remon­ du houx ou du gui frais dans la bergerie
tent, infectent le canal rachidien et, de (photo 17.2).
proche en proche, les méninges, détrui­
sant ainsi les liaisons nerveuses et pro­ Pneumonie
voquant la paralysie de l'animal.
C’est une inflammation des poumons
L'emploi d'antibiotiques reste aléatoire. (par des bactéries, des parasites) qui

284
État sanitaire du troupeau

Photo 17.1.
Echlyma buccal.

Photo 17.2.
Lierre placé dans la bergerie.

285
Santé et suivi sanitaire

provoque une diminution de l’oxygéna­ La coccidiose (maladie parasitaire) est


tion sanguine. On observe une élévation aussi responsable de l'apparition de diar­
de la température, l'apparition d’une rhées brunâtres avec présence de sang.
toux, des difficultés respiratoires, une
perte de l'appétit.

L'emploi d'antibiotiques s'impose en vue Maladies des adultes


de stopper cette maladie, qui provoque
des pertes directes ou indirectes impor­ Piétin
tantes. En effet, les pneumonies bacté­
riennes, très redoutables, apparaissent C'est une maladie infectieuse et conta­
lorsque l'animal est placé dans des condi­ gieuse, inoculable, due à l'action
tions difficiles (mauvaise ambiance des synergique principale de deux germes
bâtiments, densité importante des ani­ anaérobies : Sphaerophorus necrophorus
maux, animaux en mauvais état...). et Ristella nodosa.

À titre préventif, on veillera aux condi­ On observe des boiteries et une nécrose
tions de milieu et à la distribution d’une de la matrice de la corne du sabot.
alimentation équilibrée. La vaccination Cette nécrose se traduit par une odeur
est conseillée sur les agneaux dès l’âge caractéristique. Cette affection banale
de 3 semaines mais aussi sur les mères peut avoir des effets désastreux sur la
un mois et demi avant la mise-bas. productivité.
Faire un rappel sur les agneaux un mois
après leur naissance. Dans les troupeaux Les brebis souffrent, ont du mal à se
, régulièrement infectés, l’utilisation d’un nourrir... Cette maladie est redoutée par
autovaccin est un atout. les éleveurs.

À titre curatif, on utilise des antibio­ À titre préventif, désinfecter le milieu


tiques. (litière, prairies...), passer régulièrement
les animaux dans un pédiluve (conte­
Diarrhées nant du sulfate de cuivre, du sulfate de
zinc, du formol...). Parer et contrôler l'état
Elles peuvent avoir de nombreuses ori­ des pieds des animaux du troupeau mais
gines. Elles occasionnent une déshy­ également celui des animaux qui seront
dratation qui peut entraîner la mort de introduits dans l'exploitation. Il est pos­
l’agneau. Il est impératif d’en analyser sible de vacciner les animaux. Cette
les causes en prenant la température solution est coûteuse mais efficace. Elle
de l'animal. Si celle-ci est supérieure est de plus en plus employée.
à 39,5 °C, la diarrhée est d'origine
infectieuse. À titre curatif, parer tous les animaux
en enlevant le maximum de corne pour
L'absence de température caractérise des les animaux atteints (ne pas oublier
problèmes digestifs. de ramasser les onglons en vue de les

286
État sanitaire du troupeau

Photo 17.3. Photo 17.4.


Présence de piétin (nécrose). Résultat du parage d'un onglon.

détruire), afin de mettre les microbes Maladies de l'appareil


anaérobies en présence d'air, puis les
génital
faire passer dans le pédiluve.
Chez le mâle
Fourche! et panaris
Des infections passagères peuvent être
Le fourchet est une inflammation locale observées, qui provoquent une inflam­
de l'espace interdigité que la pulvérisa­ mation du gland et du fourreau (bala-
tion d'anti-infectieux combat souvent noposthites), des testicules (orchites)
efficacement. et des épididymes (épididymites). Ces
infections sont dues à des germes banals
Le panaris est une inflammation puru­ nécessitant soit des soins locaux, soit la
lente interne au niveau des onglons, qui pratique d'antibiothérapie (pendant plu­
nécessite dans la plupart des cas de vider sieurs jours, après leur détection suite à
l'abcès et d'utiliser des antibiotiques par une manipulation).
voie générale (2 à 3 jours).
Chez la femelle

I) s’agit essentiellement des métrites


(voir page 137).

287
Santé et suivi sanitaire

Le parage
La pousse de la corne des onglons est continue et provoque leur déformation. Il s'avère alors néces­
saire de réaliser un parage en vue de redonner à l'animal la possibilité de bien marcher et d'empê­
cher l'apparition de maladies du pied, en éliminant l'excès de corne. On trouve trois types de parage :
le parage d'entretien, le parage fonctionnel et le parage curatif.
Le parage d'entretien
Il doit être réalisé rapidement car il suffit d'enlever la pousse de l'onglon.
Cette intervention correspond chez l'homme à se couper les ongles. Il peut être réalisé sur l'ensemble
des animaux :
■ 1 fois par an, pour les animaux de plein air, et cela au moment de la tonte ;
■ 2 fois par an, pour les animaux de bergerie, à l'entrée en bergerie puis au moment de la mise à
l'herbe ou de la tonte.
Dans certains élevages, 3 à 4 parages sont nécessaires selon les conditions d'élevage, d'autres
n'en font pas.

Le parage fonctionnel
Il est réalisé sur quelques animaux qui boitent ou qui ont des problèmes pour marcher du fait de la
pousse excessive de l'onglon.

Le parage curatif
L'éleveur le réalise lors de l'apparition de maladies telles que le fourchet, le panaris, l'echtyma
podal, les fourbures, le piétin. Ce type de parage doit être fait correctement pour lutter contre ces
maladies.
Le parage peut se faire avec un couteau de ber­
ger, mais le plus souvent on emploie un séca­
teur (photos 17.5 et 17.6). Dans tous les cas, il
faut prévoir une organisation du chantier.
Quelle que soit la technique de parage utilisée,
son objectif est d'enlever la pousse excessive
de l'onglon ou les parties nécrosées.
Il est souhaitable pour désinfecter ces pieds
fraîchement taillés de faire passer les animaux
dans un pédiluve contenant du formol (à 5 %),
du sulfate de cuivre (3 à 4 kg pour 100 L) ou du
sulfate de zinc.

Photo 17.5. Photo 17.6.


Parage. Placement du pouce.

288
État sanitaire du tro u p e a u

Cette dernière opération sera renouvelée tous les mois à titre préventif.
L'aire de stationnement fait suite aux différents pédiluves (un de nettoyage, un de rinçage, un de
traitement) (photos 17.7 et 17.8).

Photo 17.7. Photo 17.8.


Bacs de pédiluve. Aire de stationnement.

Les Infections des autres parties de l'ap­ La transmission se fait par le colostrum
pareil génital sont moins fréquentes. de la mère infectée, par voie respiratoire,
par les aliments souillés...
Pneumonies
Seule la sérologie permet de détecter
Voir page 284. la maladie. Il n'y a pas de traitement.
Cependant, le dépistage sérologique
V isn a-Ma ed i permet de limiter son extension, en
éliminant les animaux réagissant
Cette maladie d'évolution lente (au positivement.
moins 2 ans), due à un lentivirus, se
caractérise par des troubles respi­
ratoires, et parfois mammaires et
articulaires.

289
Santé et suivi sanitaire

M a la d ie s de la fin animal, de la naissance en passant par la


de gestation croissance pour finir à l’abattoir.
ou maladies abortives
Les parasites ont une action :
Parmi les principales maladies abortives, ■ spoliatrice : en effet, ils se déve­
on trouve : loppent au détriment de l’hôte. On
■ la fièvre O et la chlamydiose : zoo- distingue les parasites hémato-
noses (dues à une bactérie) les plus phages, qui se nourrissent du sang (la
fréquentes, qui apparaissent en fin douve), les parasites histiophages, qui
de gestation ; prélèvent des tissus de l’hôte (paren­
■ la salmonellose et la toxoplasmose. chyme hépatique par la douve imma­
ture), et les parasites chymivores ;
Dans tous les cas, tout avortement doit ■ trau m atiqu e : par leurs migrations
être déclaré. Il faut isoler l’animal qui a et leurs localisations, les parasites
avorté, et désinfecter les lieux suscep­ provoquent des troubles multiples ;
tibles d’avoir été contaminés. ■ inoculatrice : les blessures occasion­
nées parles parasites sont des portes
À titre curatif, utiliser les traitements d’entrée pour des agents infectieux ;
cibles en accord avec le vétérinaire. ■ pertu rbatrice du m étab olism e : en
diminuant la digestibilité, l’absorp­
À titre préventif, dans les élevages à tion des nutriments...
risques, vacciner les animaux.
Le parasitisme est très important dans
l’espèce ovine. Plusieurs hypothèses
peuvent expliquer cette sensibilité aux
Maladies parasitaires parasites :
■ les ovins sont parfois moins bien
nourris que les bovins ;
■ le mouton est un animal grégaire ;
Définition et généralités ■ le mouton coupe l’herbe très ras et
absorbe davantage de parasites, qui
Une parasitose est un ensemble de se trouvent le plus souvent à la sur­
troubles provoqués par des organismes face du sol.
généralement pluricellulaires qui vivent
aux dépens de l'animal dont ils tirent
leur nourriture.
Parasites internes
On distingue deux types de parasites :
■ les parasites internes ; Principaux parasites
■ les parasites externes. internes

Le parasitisme provoque des pertes Les principaux parasites internes qu’il


économiques tout au long de la vie d'un faut prévenir dans un troupeau de

290
État sanitaire du tro u p e a u

moutons sont les douves, les strongles,


les coccidies, les ténias :
■ la grande douve est un ver plat qui
vit dans le parenchyme hépatique
(foie) ;
■ les n ém a tod es gastro-intestinaux
ou strongles digestifs sont des vers
ronds qui vivent dans l'appareil
digestif (caillette, intestin grêle, gros
intestin, cæcum) ;
■ les n é m a to d e s pulmonaires ou
strongles respiratoires sont des
vers ronds qui se localisent dans les
poumons ; Photo 17.9.
Segments de ténia dans les fèces du mouton.
■ les coccidies sont des protozoaires
qui se multiplient dans l'épithélium
intestinal ; Principe du cycle
■ les tén ias sont des vers plats très
longs vivant dans l'intestin (fig. ij.i Quel que soit le parasite, le principe du
et photo ij.g) ; cycle peut être représenté de la façon
■ les param phistom es sont des vers suivante (fig. 77.2J :
plats ressemblant à la grande douve, ■ après son développement dans l'or­
mais qui vivent dans le rumen et la ganisme de l'animal, le parasite pro­
caillette. duit des œufs ou des larves qui sont
expulsés dans le milieu extérieur ;
■ ces œufs, qui se retrouvent sur le sol,
donnent des larves ou des embryons
qui vont subir des mues successives
ou se développer pour certains
grâce à l’intermédiaire d’un ou plu­
sieurs hôtes ; ce développement ne
peut se faire que si les conditions de
m ilieu sont favorables (tempéra­
ture, eau, lumière, végétation, pré­
sence d'un hôte...) ;
■ après avoir suivi ces différentes
Ténia (Moniezia)
étapes, on trouve des larves infes­
Longueur jusqu’à 10 m tantes ou organismes infestants, qui
M. expansa (mouton)
seront ingérés par l’animal en même
temps que l’herbe ou d'autres four­
Tête avec 4 ventouses rages. La durée du développement
du parasite dans le milieu extérieur
Fig. 17.1. Ténia. varie selon le climat ;

291
Santé et suivi sanitaire

■ à l'intérieur de l'animal, les larves


vont migrer vers l'organe de prédilec­
tion pour se reproduire aux dépens
de l'animal.

La connaissance du cycle de tel ou tel


parasite est primordiale en vue de
mettre en place les moyens de lutte les
plus efficaces contre celui-ci.

Symptômes dus
aux principaux parasites

Ils sont résumés dans le tableau 77.3.

I T a b le a u 1 7 .3 . S y m p tô m e s dus a u x p r in c ip a u x p a ra s ite s

Grande douve Baisse de la production, retard de croissance


Anémie : œil blanc, signe de la bouteille
■-v; •. . ■ (Foie hypertrophié, canaux calcifiés)

Anémie, amaigrissement, retard de croissance


(Foie hypertrophié, canaux calcifiés)

Strongles intestinaux Anémie, perte d'appétit, retard de croissance


Diarrhées épisodiques + complications digestives
(Nodules dans la caillette)

Strongles pulmonaires Toux, amaigrissement, poils piqués


Naseaux sales, augmentation du rythme cardiaque

Coccidies Diarrhées sanguinolentes, anémie


Amaigrissement rapide, poils ternes

Ballonnement
Retard de croissance

Ténias Ballonnement
Alternance de constipations et de diarrhées
Amaigrissement, retard de croissance
Anémie lente

Paramphistomes Anémie, diarrhées noirâtres

292
État sanitaire du tro u p e a u

Action sur le milieu extérieur


Prophylaxie
Elle a pour objectif d'interrompre le cycle
La description générale d’un cycle, qui de tel ou tel parasite par la destruction
peut être attribuée à tout parasite avec d'un milieu propice à son développe­
quelques particularités, permet à l'éle- ment, ou par l'élimination des hôtes
veur de définir deux moyens de lutte : indispensables à la réalisation de ce cycle
■ l'action sur le milieu extérieur, qui a (fig. 17.3 et 17.4):
pour but de rompre ce cycle ; m éliminer l'excès d'eau par le drainage,
■ l'action sur l'animal, en vue de la réalisation de rigoles... ;
détruire le parasite.

Pic de Juillet
« JU LY R IS E »
• • • • B R E B I S : ŒUFS DE SD./g
« m o t AGNEAU : ŒUFS DE S D .g
MMMMMMi NOMBRE DE LARVES PAR
kg D’HERBE

A V R IL JU ILLET 1 AOUT 'S E P TE M B R E

Cas d ’une pâture saine

• • • • B R E B I S : ŒUFS DE SD. g
11 AGNEAU : ŒUFS DE SD. g
.............. . NOMBRE DE LARVES PAR
kg D’HERBE - 800
Pic de Juillet
C3>
/ « J U L Y R IS E »
cn
<x>
- 600 >

<D <5
-O fi

f ^ CD "O

A li \ _400 ^
f \ / E
0

/
s f -2 0 0
Z

S / A
... _ m
• • •
- 0
A V R IL 1 MAI ! JU IN JUILLET 1 AOÛT ^SEPTEM BRf

Cas d ’ une pâture contam inée dès le printem ps

Fig. 17.3. Épidémiologie des strongyloses digestives des ovins (d'après Thomas et Boag, 1972).

293
Santé et suivi sanitaire

ne faut pas les faire pâturer après le


PRINTEMPS \ i J / ÉTÉ passage des animaux adultes (il est
..* 9 \o ' / V nécessaire d'attendre un an !).
V * a o< | u>
■ Bien alimenter les animaux pour
* V
améliorer leur résistance.
/
/ /j ■ Réaliser une analyse coprologique
^ / / \> < • 0
Animaux loç * sur les animaux provenant d'un
HIVER * / \ * AUTOMNE
autre cheptel, afin de les traiter pour
0 éviter qu'ils ne contaminent leurs
I ISTRONGLESOIGESTIFS(Sauf Neimatodirus ) l.P 1GRANDEDOUVE futurs congénères.
(HONEMATODIRUS S I TÉNIA
■ Utiliser les traitements de façon judi­
Q U STRONGLESRESPIRATOIRES 1d 1PETITEDOUVE
À moduler suivant l’espèc e, les années, la situation cieuse (en les adaptant à partir des
locale et les modes d'élev'âge. résultats coprologiques).
Fig. 17.4. Périodes de risque maximal
d'infestation : les grandes tendances. Analyses coprologiques
Source : Sherring Plough.
Ces analyses permettent à l'éleveur :
■ assainir les prairies par un retourne­ ■ de connaître l'état parasitaire de son
ment périodique ; troupeau, en évaluant le degré d'in­
■ désinfecter régulièrement les litières festation des animaux et en identi­
et les aires de couchage ; fiant les parasites présents ;
■ détruire les hôtes intermédiaires ■ d'ajuster le traitement en fonction
par remploi de produits spécifiques du parasitisme;
(mollucicides, chaux...) ; ■ de justifier ou non la réalisation d'un
■ supprimer les accès aux mares, aux traitement.
zones marécageuses... ;
■ pratiquer le pâturage tournant : lais­ Réalisation pratique

ser les animaux au maximum une Prélever au mois 10 g par animal sur
semaine sur une parcelle, et ne les environ 10 % des animaux, sans mélan­
laisser y retourner qu’après un mois ger les prélèvements (les identifier), puis
au minimum ; les conserver à 4 °C, sans les congeler,
■ détruire les gîtes à parasites. En avant de les acheminer au laboratoire. Il
période de sécheresse, réaliser est prudent de refaire les mêmes prélè­
l'ébousage, qui permettra d'expo­ vements 15jours à 3 semaines plus tard.
ser les larves à la dessiccation. À l'in­
verse, pendant les périodes humides, Le dénombrement des larves L3 de strongles
éviter cette opération, qui provo­ présentes dans l'herbe complétera l'analyse
quera la contamination et l'infesta- coprologique. Pour cela, réaliser une centaine
de pincées d'herbe au ras du soi sans l'arra­
tion de la pâture. cher, soit un échantillon global de 200 à 250 g.

Action sur l'animal

■ Réserver des prairies saines pour les


jeunes animaux. Dans tous les cas, il
État sanitaire du tro u p e a u

Résultats Ils détruisent les insectes coprophages


Il y a une corrélation entre le nombre comme les bousiers.
d'œufs par gramme (OPG) et l'infestation
chez les jeunes non encore immunisés, Les dommages sur les insectes copro­
agneaux de moins de 6 mois. Il ne fau­ phages se répercutent sur les animaux
drait cependant pas vouloir faire dire à qui s'en nourrissent : chauve-souris,
cette technique, précieuse mais limitée, lézards, oiseaux. C'est tout l'écosystème
plus qu'elle ne peut donner (tab. 17.4). qui peut se dérégler. Pour préserver la
faune des pâturages, il faut privilégier
Le coût d'une analyse varie de 10 à 15 €. des produits peu toxiques (familles des
benzimidazoles, des milbémycines...).
Principaux produits
antiparasitaires Il ne faut pas hésiter à contacter un tech­
nicien en vue d'utiliser les molécules les
L'objectif est de maintenir le niveau du plus respectueuses de l'environnement.
parasitisme au-dessous d'un seuil de
nuisance. Certains antiparasitaires sont L'utilisation d'antiparasitaires doit per­
toxiques pour la faune des pâturages. mettre de contrôler l'infestation à un

Tableau 17.4. Analyses coproscopiques : numération après enrichissement.


Grille d’interprétation des résultats chez les ovins
Infestation (numération/gramme)

Importante

Strongles digestifs
Œufs de Nematodirus >200
Autres strongles : > 3 000
œufs d 'Ostertagia,
Charbertia, Strongyloides,
Haemonchus. ..

Strongles pulmonaires
La seule présence mérite l'attention
(larves)

Coccidies (ookystes) 1 000 à 10 000 1 10 000 à 50 000 i 50 000 à 200 000 > 200 000
Trématodes
Grande douve (œufs) La seule présence mérite l'attention
Paramphistome (œufs)

Petite douve (œufs)

Taenia cestodes moniezia


La seule présence mérite l'attention
(œufs, anneaux)

295
Santé et suivi sanitaire

niveau tolérable par les animaux. On


Le « stong-test» permet d'évaluer l'efficacité
trouve 2 catégories d'anthelminthiques : des traitements réalisés contre les strongles,
■ les anthelminthiques à action et la résistance des parasites aux différents
immédiate (tab. 17.6) : qui détruisent produits.
les parasites dans les 3 à 7 jours après Pour cela, il faut réaliser une première ana­
administration ; lyse coproiogique le jour du traitement et une
deuxième 7,14,16 ou 20 jours plus tard selon
■ les anthelminthiques à action réma­ le produit utilisé.
nente (tab. 17.5) : qui détruisent Si l'on trouve moins de 95 % d'œufs, le traite­
les parasites à différents stades et ment s'avère efficace ; à 50 %, il s'avère peu
empêchent toute réinfestation de 7 efficace. Dans ce dernier cas, il faut revoir
à 30 jours après le traitement. tout le protocole (alterner les produits, revoir
les posologies, vérifier l'intégrité du matériel
d'administration...).
Il est possible pour détecter la présence de
-dou\/es de remplacer l'analyse coproiogique
par deS^érologies de mélange.
i Tableau 17.5. Anthelminthiques
à action rémanente
Matière active
Il existe de nombreuses matières actives
Benzimidazoles Albendazole
Fenbendazole spécifiques à tel ou tel parasite en éle­
Mébendazole vage ovin. Pourtant certaines d'entre
Oxybendazole elles agissent sur d'autres parasites
Oxfenbendazole
Thiabendazole
(tab. 17.7).
Triclabendazole
Aujourd'hui, de plus en plus de molé­
Guanidines Fébantel
cules associées qui permettent de lut­
Imidazothiazoles Lévamisole ter contre d'autres parasites internes
Nitrophénylguanidines Nétobimin mais aussi externes. Ne pas oublier
de consulter les contre-indications,
Halogénophénols Nitroxinil

Tableau 17.6. Anthelminthiques à action immédiate


Famille Matière active Durée de rémanence

Avermectines Ivermectine 15-21 jours


Doramectine 28 jours

Mibémycines M oxidectine 35 jours

Salycinalinides Closantel 6-8 semaines


Oxyclosanide

Benzimidazoles Albendazole bolus 100 jours

296
État sanitaire du tro u p e a u

I Tableau 17.7. Matières actives agissant sur des parasites

Strongles Grande douve Coccidies Petite douve

Fenbendazole Nitroxynil Sulfadimerazine Albendazole Prazuquantel


Albendazole Oxyclozanide Diclazuril Nétobimin Albendazole
Oxfendazole Closantel Toltrazuril Oxfendazole
Nétobimin Triclobendazole Dicoquinate
Levamisole
Ivermectine
Moxidectine
Doramectine

les délais d’attente, le dosage, le mode


d'administration... Parasites externes
Les traitements antiparasitaires effec­ Les parasites externes sévissent sur la
tués par les éleveurs ne sont pas la plu­ laine et sur la peau de l’animal, mais ils
part du temps réalisés dans de bonnes peuvent être vecteurs d’autres maladies.
conditions. Les animaux doivent être Ils entraînent des pertes économiques
rassemblés dans un parc fermé, si pos­ importantes (diminution des perfor­
sible bétonné ou « rocailleux ». Les ani­ mances, mortalité, saisie à l’abattoir,
maux traités doivent rester dans ce parc dévalorisation des peaux, mortalité par
pendant une journée au minimum et y retournement sur le dos...).
être nourris de telle sorte que les para­
sites évacués après le traitement ne Les différents parasites
contaminent pas les prairies. Après un et leurs symptômes
ou deux jours, les animaux peuvent être
remis dansleSparcelles de pâture. L’éle­ Parmi les parasites externes (fig . 77.5 et
veur devra ensuite désinfecter le parc tab. 17.8), on trouve les gales, les tiques,
par un épandage de chaux ou par une les mélophages, les poux, les myiases
pulvérisation de formol... externes, les myiases internes ou œstTes
(ils provoquent, par leur accumulation
Il en est de même pour les animaux de larves dans les cavités nasales et les
à l’engraissement où les traitements sinus respiratoires, des problèmes res­
assurent l'évacuation des parasites dans piratoires...), les teignes (champignons
la litière. Celle-ci sera épandue ultérieu­ responsables de dépilations rondes) et
rement et comme elle est un milieu favo­ les germes actinomycètes (responsables
rable au développement des microbes, de la dermatophilose : coloration jaune
on contaminera ainsi les prairies, d’où la de la laine).
nécessité de désinfecter les litières avant
tout épandage.

297
Santé et suivi sanitaire

Insectes A ca rie n s

Gale T iqu e

Fig. 17.5. Les parasites externes.

T a b le a u 1 7 .8 . P r in c ip a u x p a ra s ite s e x te rn e s

Myiase

Description Insecte piqueur Gris Mouche Acarien microscopique 1 à 2 cm


5 mm de long Transparent Sarcophaga (Psoropte avis) Gorgé de sang
Brun allongé 1 à 2mm Fixé sur l'hôte

Caractéristiques Se déplace beaucoup Se nourrit de Pond sur parties Se nourrit de lymphe Se nourrit de sang
Craint le chaud et le déchets de peau souillées en Maladie légalement Reste quelques
froid période chaude contagieuse jours sur l'animal
Trouvé en terre acide et humide

Symptômes Irritation Laine cisaillée Animal prostré Points blancs Présence de tiques
Animaux perturbés par plaques Présence Grattage (rire du mouton) Démangeaisons
(flancs) d'asticots Croûtes sanguinolentes Température
Dépilations élevée

Conséquences Retard de croissance Baisse de Mortalité Baisse importante de Anémie


important production production Transmission de
Transmission de Œdème, saisie, mort maladies
maladies Baisse de production

Diagnostic Prophylaxie

La démarche diagnostique est résumée Il est indispensable :


sur ]a.figure iy.6. ■ d'avoir des bâtiments bien aérés,
d'une température constante (10
à 14 °C) et désinfectés tous les ans,

298
État sanitaire du troupeau

avec un vide sanitaire le plus long un parc isolé afin de leur faire subir les
possible. Ce vide sanitaire n'est différentes prophylaxies (brucellose,
pas toujours réalisable dans le cas fièvre O, salmonellose, teignes...).
d'agnelages à rythme accéléré ;
■ de donner aux animaux une ali­ Latonte des animaux (photos 17.10 à 17.12)
mentation équilibrée qui leur est une opération fastidieuse, mais qui
permettra de mieux résister à ces leur évite de souffrir de la chaleur et
parasites ; permet :
■ de surveiller les animaux après ■ de déparasiter plus facilement
avoir constaté des pertes de laine les animaux contre les parasites
sur quelques-uns d'entre eux. externes ;
■ de faciliter la surveillance des
Tout animal introduit dans le cheptel agnelages (pour l'agnelage en
doit faire l'objet d'une désinfection afin bergerie) ;
d'éviter de contaminer le troupeau. Il est ■ d'éviter que les agneaux ne tètent la
souhaitable de le mettre en quarantaine, laine ;
même si son « utilisation » est urgente. ■ de réduire la place au râtelier ;
■ de favoriser la croissance des
La quarantaine consiste à placer l'animal agneaux à l'engraissement.
ouïes animaux récemment achetés dans

299
Santé et suivi sanitaire

La tonte est le plus souvent réalisée


en mai-juin, pendant une période de
beau temps, afin que les animaux
ne prennent pas froid après cette
intervention.

Certains animaux font l'objet de deux


tontes par an.

En début de saison, si le suint n'est pas


monté, il faut rentrer le troupeau en ber­
gerie la nuit précédant la tonte, sur une
litière propre.

Traitement
L'éleveur dispose de plusieurs modes
de traitement contre les parasites
(tab. 17.9) :
u le bain : il doit durer 30 secondes par
Photo 17.10. animal et la tête doit être immergée
Début de la tonte. au moins deux fois (photo 17.13). La

Photo 17.11.
Tonte.
État sanitaire du tro u p e a u

Photo 17.12.
Fin de la tonte.

Tableau 17.9. Les différents traitements


- •
Famillf* P rinrinf* Mnm
IVUIII IV IU U u opcuirtf Délai d'a llu lllu
.. ■ ■- ■ ■-■- a c tif commercial d'application (jours) s lâ
' .. .

: :: : : Lait j Viande

Organophosphorés Biazinon Diazadip B, D, P G ,M ,P 0 14


Dimpygal G, Me, P, T 2 14

Phoxim Sébacil 50 B, D, P G, Me, P, T Interdit 28

Pyréthroïdes Deltaméthrine Butox 50 B, D, P G, Me, P, T, M 0 3

Butox 7,5 Pour-on P, T, Me 12 h 2

Versatrine Pour-on Me, P 1 28

Avermectines Ivermectine Ivomec SC G, Me Interdit 28

Doramectine Dectomax SC, IM G Interdit 70

Formamidines Amitraz Taktic B, D, P G, Me, T 1 14

Milbémycines M oxidectine Sydectine SC G, P, T Interdit 40-104

IGR Dicyclanil Clik Spray on M Interdit 40

Clikzin Spray on M Interdit 7

B : bain ; D : douche ; P : pulvérisation ; SC : sous-cutané ; IM : intramusculaire ; G : gale, P : poux ; T : tiques ; Me : mélophages ; M : myiases.

301
Santé et suivi sanitaire

Photo 17.13.
Bain de déparasitage des agneaux.

recharge du bain doit intervenir ■ le « pour-on » : il consiste à verser la


quand 15 % de l'émulsion a disparu solution tout au long de la ligne de
en maintenant la concentration de dos.
produit de traitement préconisée,
soit toutes les 50 brebis avec laine Le traitement des locaux s'avère com­
courte et toutes les 30 brebis avec plémentaire et indispensable. Seul un
laine longue; décapage à la vapeur (140 °C) est efficace
■ la douche : c'est une méthode de pul­ pour détruire œufs et larves de la gale.
vérisation contrôlée à basse pression
dans une cabine fermée (photo 17.14). Exemples de calendrier
La brebis doit rester trois minutes au de traitement
contact de l'émulsion. Comme pour
le bain, il faut veiller à maintenir Le calendrier (fig. 17.7 et 17.8) doit tenir
la concentration du médicament. compte de quatre éléments :
Attention : la pulvérisation seule est ■ la situation de l'exploitation ;
peu efficace; ■ le chargement à l'hectare ;
■ les injections ; ■ l'année ;
■ la conduite d'élevage...

302
État sanitaire du troupeau

Photo 17.14.
Pulvérisation d'une solution antiparasitaire extrême.

Prophylaxie sanitaire Hygiène des pâtures

Elle vise à diminuer les forces d'agres­ Voir supra, p. 293.


sion. Pour cela, l'éleveur devra assurer
une bonne hygiène des locaux et des Désinfection, dératisation
pâtures, en utilisant en complément et désinsectisation
la désinfection, la dératisation et la
désinsectisation. Désinfection

Hygiène des locaux Le choix du produit doit tenir compte


(voir chapitre 12) :
Il faut améliorer les conditions de l'ha­ m de son caractère non toxique, non
bitat et de l'environnement des ani­ corrosif, non polluant ;
maux par le respect des normes de ■ de son prix « bas ».
construction.
Cette désinfection est réalisée avec un
Pour cela, il faudra contrôler l'aération, matériel qui doit répondre à quatre cri­
la température, respecter les normes de tères : pression, débit, distance et angle
densité, désinfecter les litières (une ou de jet.
deux fois par semaine)...

303
Santé et suivi sanitaire
z
304

Le troupeau pâture les mêmes prairies pendant toute l'année sans rupture de pâturage entre le printemps et l’été.
Il n’y a pas de sevrage systématique des agneaux.

AGNELAGE LUTTE
M M JT
A ▲ A
Prévention parasitaire TENIA --- v-----
des AGNEAUX TENIA
STRONGLES

TONTE DEPISTAGE
TRAITEMENT
_ DEPISTAGE
TRAITEMENT
A
PARAGE STRONGLES
SP+SD
GRANDE DOUVE GRANDE DOUVE GRANDE DOUVE ê
PETAT DOUVE " " " j
P a ra s ite s e x te rn e s SP+SD

Fig. 17.7. Agnelage de printemps sans rupture de pâturage.


305

État sanitaire du troupeau


Fig. 17.8. Agnelage d'automne.
Santé et suivi sanitaire

Dératisation

Les traitements consistent à disposer


des appâts aux endroits où le rongeur se Armoire à pharmacie
sent à l’abri des regards et des attaques
de ses ennemis.
et matériel d’élevage
Pour réaliser au mieux les interventions
Ces appâts contiennent des anticoagu­ courantes sur son cheptel, l'éleveur doit
lants qui provoquent des hémorragies posséder un minimum de matériel ainsi
internes. que des produits vétérinaires de pre­
mière urgence.
Désinsectisation

Elle vise à détruire les insectes soit à


l'aide d'insecticides, soit à l'aide d'appa­ Petit matériel d’élevage
reils de désinsectisation électrique ou
encore à l'aide de pièges comportant de Après chaque utilisation, il est souhaitable
laglue ou des colles. de nettoyer, de désinfecter et de lubrifier
le matériel avant de le ranger dans une
armoire prévue à cet effet (tab. 17.10).

T a b le a u 1 7 .1 0 . P e tit m a t é r ie l

Opérations Matériel Observations

Appréciation de l'état de santé Gants À usage unique


Thermomètre

Agnelage Lasso agnelage Délivrance, pose d'oblets pour les


Gants prolapsus
Pessaires
Sonde à colostrum

Identification Boucles + pince Officielles


Peinture avec jeu de numéros De plusieurs couleurs
Crayons marqueurs

Piqûres Plusieurs seringues De volumes différents


Plusieurs boîtes d'aiguilles Détaillés différentes

Caudectomies Pince à élastique


Pince hémostatique

Parage Sécateurs
Couteau

Drogage Pistolet automatique Lubrifiant


Pistolet manuel
Seringue avec canule

Désinfection Pulvérisateur

Météorisation Sonde œsophagienne


Trocart

306
État sanitaire du troupeau

Il est judicieux de placer à l'entrée de la


bergerie un pédiluve pour que tous les
« visiteurs » puissent désinfecter leurs Tremblante
bottes.
Maladie réputée contagieuse connue
depuis 1732, sa déclaration est par consé­
quent obligatoire.
Armoire à pharmacie
La tremblante est présente dans tous les
Dans tous les cas, il faut prévoir la quan­ États européens. En France, on trouve la
tité de produits nécessaire avant la mise- tremblante sur tout le territoire, avec
bas en fonction du lot d'animaux et une prédominance dans le Sud, région
acheter des flacons contenant des doses qui a la plus forte densité ovine.
appropriées. Certains produits ne seront
délivrés que sur ordonnance (tab. îy.n). Cette maladie appartient au groupe des
ESST (encéphalopathies spongiformes
subaiguës transmissibles) tout comme
l'encéphalopathie spongiforme bovine
(ESB).
r Tableau 17.11. Armoire à
pharmacie La nature de l'agent responsable n'est
pas connue avec précision, mais sa
O pérations Produits
composante essentielle est une pro­
Blessures Antibiotiques téine, d'où sa dénomination : prion de
Bombe cicatrisante la tremblante.
Mise-bas Ocytocine
Savon
Désinfectant
Tonicardiaques, Respirot
Oblets gynécologiques
Déterminisme
Sérum glucosé à 5