Vous êtes sur la page 1sur 5

Dieu bénit grandement la personne

qui se consacre entièrement à lui !

Psaume 16

Psaume 16
1 Hymne de David. Garde-moi, ô Dieu! Car je cherche en toi mon refuge.
2 Je dis à l’Éternel: Tu es mon Seigneur, Tu es mon souverain bien!
3 Les saints qui sont dans le pays, Les hommes pieux sont l’objet de toute mon
affection.
4 On multiplie les idoles, on court après les dieux étrangers: Je ne répands pas leurs
libations de sang, Je ne mets pas leurs noms sur mes lèvres.
5 L’Éternel est mon partage et mon calice; C’est toi qui m’assures mon lot;
6 Un héritage délicieux m’est échu, Une belle possession m’est accordée.
7 Je bénis l’Éternel, mon conseiller; La nuit même mon coeur m’exhorte.
8 J’ai constamment l’Éternel sous mes yeux; Quand il est à ma droite, je ne chancelle
pas.
9 Aussi mon coeur est dans la joie, mon esprit dans l’allégresse, Et mon corps repose en
sécurité.
10 Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts, Tu ne permettras pas que ton
bien-aimé voie la corruption.
11 Tu me feras connaître le sentier de la vie; Il y a d’abondantes joies devant ta face,
Des délices éternels à ta droite.

A. Quatre expressions de la consécration à Dieu :

1. Chercher en lui son refuge (v. 1).

1 Hymne de David. Garde-moi, ô Dieu! Car je cherche en toi mon refuge.

Chercher son refuge en Dieu signifie chercher protection en lui. David a découvert que
Dieu était un refuge et une forteresse dans un contexte d'adversité presque constante.
Premièrement, il a dû défendre les brebis du troupeau dont il avait la charge contre le
lion et l'ours (1 Samuel 17.33-37). Il a, par la suite, affronté le géant Goliath (1 Samuel
17.40-51). Le roi Saül l'a poursuivi avec acharnement environ 12 ans et a attenté à sa vie
plus de neuf fois (1 Samuel 18.8-11, 25 ; 19.1-2, 8-17, 18-24, etc.). Quelques années plus
tard, il s'est retrouvé au beau milieu d'une guerre civile menée contre lui par Abner,
général de l'armée de Saül et par Isch-Boscheth, le fils aîné de Saül (2 Samuel 2.8-5.5).
En plus de cela, il a fait la guerre aux nations entourant Israël : les Philistins, les Syriens,
les Ammonites, les Moabites et les Amalécites. David a écrit plusieurs psaumes alors
qu'il faisait face à l'ennemi et que sa vie était littéralement menacée.
Nous ne sommes peut-être pas poursuivis par un ennemi acharné comme Saül, mais
nous sommes quand même engagés dans une grande bataille spirituelle. Nous avons
besoin de chercher refuge en Dieu pour échapper aux gens hostiles à l'Évangile, au mal
autour de nous, aux attaques du diable, notre adversaire et à notre propre potentiel de
folie et d'égarement.

Chercher en Dieu son refuge reflète un désir de dépendre de lui et de s'appuyer sur lui,
attitudes qui ont une grande valeur à ses yeux.

Dépendre de Dieu est la façon par excellence de lui plaire et d'expérimenter la vraie
liberté.

2. Faire de l'Éternel sa principale quête dans la vie (v. 2).

2 Je dis à l’Éternel: Tu es mon Seigneur, Tu es mon souverain bien!

Le terme « Éternel » est le terme décrivant le Dieu de l’alliance, le Dieu qui s’est engagé
à aimer les gens de son peuple et à leur faire du bien.

« Seigneur » signifie Maître. Dire à Dieu qu'il est le Seigneur de notre vie est une façon
de lui dire que nous sommes déterminés à lui être soumis et à nous plier à sa volonté
quelle qu'elle soit.

L'expression « mon souverain bien » signifie la source de mon bonheur. Dire à Dieu qu'il
est la source de notre bonheur est une façon de lui dire que même si nous perdions tout
dans la vie, sa présence nous suffit.

3. Aimer de façon particulière ceux qui sont attachés à lui (v. 3).

3 Les saints qui sont dans le pays, Les hommes pieux sont l’objet de toute mon affection.

David exprime sa grande affection pour les hommes du pays qui étaient attachés à
l'Éternel. Aimer Dieu et aimer ceux qui aiment Dieu sont les deux côtés de la même
médaille (1 Jean 4.20-21). Si nous aimons vraiment Dieu, nous devrions éprouver une
affection particulière pour tous ceux qui sont attachés à lui.

4. Ne pas s'attacher à aucun autre dieu (v. 4).

4 On multiplie les idoles, on court après les dieux étrangers: Je ne répands pas leurs
libations de sang, Je ne mets pas leurs noms sur mes lèvres.
Les verbes « multiplie » (On multiplie les idoles) et « court » (on court après les dieux
étrangers) montrent à quel point les Israélites n'étaient pas fermement attachés à
l'Éternel. Leur connaissance de Dieu était superficielle et leur expérience de foi, très
limitée. Le qualificatif « étrangers » (« les dieux étrangers ») renforce cette idée. Les
dieux étrangers n'avaient rien fait pour les gens du peuple alors que l'Éternel avait tant
fait pour eux.

Les croyants de notre époque ne sont pas attachés plus fermement à l'Éternel que ne
l'étaient les Israélites. Au contraire, si Dieu n'agit pas promptement en leur faveur et
n'intervient pas selon leurs moindres désirs, ils sont prompts à s'en détourner et à
chercher secours ailleurs.

La deuxième partie du verset 4 établit un contraste entre la conduite de David et celle


des gens du peuple. En disant : « Je ne répands pas leurs libations de sang, Je ne mets
pas leurs noms sur mes lèvres », David réaffirme sa détermination de ne pas suivre le
courant idolâtre de son époque, mais de s'attacher exclusivement à l'Éternel. Non
seulement, il ne participerait à aucun sacrifice offert à d'autres dieux « Je ne répands
pas leurs libations de sang », mais il se garderait soigneusement d'invoquer aucun d'eux
pour quelque raison que ce soit : « Je ne mets pas leurs noms sur mes lèvres » (Cf. Ps
23.1).

S'attacher exclusivement à l'Éternel sera toujours au coeur de la bataille spirituelle à


cause du manque de connaissance de Dieu et de l'incrédulité des cœurs.

B. Les grandes bénédictions que Dieu accorde à ceux qui se consacrent entièrement à lui
(v. 5-11).

1. Un avenir (v. 5-6).

5 L’Éternel est mon partage et mon calice; C’est toi qui m’assures mon lot;
6 Un héritage délicieux m’est échu, Une belle possession m’est accordée.

Les termes « partage », « calice (coupe) », « lot (part) », « héritage » et « possession »


témoignent du futur glorieux que l'Éternel réserve à tout croyant qui choisit de
s'attacher exclusivement à lui.

La personne qui s'attache exclusivement à l'Éternel ne sera jamais perdante. Elle


traversera des moments d'épreuves et de confusion, mais recevra, à la fin, de la part de
Dieu, des trésors inestimables. L'Éternel est celui qui garantit cet héritage glorieux pour
tout croyant fermement attaché à lui.
2. De sages conseils (v. 7).

7 Je bénis l’Éternel, mon conseiller; La nuit même mon coeur m’exhorte.

David décrit l'Éternel ici comme « son » conseiller (Cf. És 9.5). En tant qu'homme de
guerre, il comprenait l'importance vitale d'avoir à ses côtés de bons conseillers. Mais
l'Éternel surpassait en sagesse et en intelligence tous ses conseillers humains réunis.
Même dans le silence de la nuit, l'Éternel parlait à son coeur et l'instruisait : Psaumes
16.7 Oui, je loue l’Éternel qui me conseille, qui, la nuit même, éclaire ma pensée. (Bible
du Semeur).

Qui pourrait mieux nous conseiller que l'Éternel qui sait tout et qui comprend tout à la
perfection? Il n'y a aucun domaine qui échappe à l'intelligence de Dieu. Pourquoi ne pas
faire de l'Éternel notre conseiller spécial? Même s'il ne nous répond généralement pas
de façon audible, il a mille et une façons de nous transmettre son savoir et sa sagesse
(Jacques 1.5). Souvent et malheureusement, c'est seulement après avoir consulté tous
les conseillers humains possibles que nous nous tournons, en désespoir de cause, vers
l'Éternel pour obtenir des conseils...

3. La protection (v. 9-10).

9 Aussi mon coeur est dans la joie, mon esprit dans l’allégresse, Et mon corps repose en
sécurité.
10 Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts, Tu ne permettras pas que ton
bien-aimé voie la corruption.

David éprouvait « joie » « allégresse » et « sécurité » (v. 9) car il savait que Dieu
protégerait sa vie contre les assauts de ses ennemis (v. 10). Le verset 10 est cité dans les
Actes comme prophétie de la résurrection de Christ (Actes 2.27, 31; 13.34-37). Parce
que Jésus est le Prince de la vie, la mort ne pouvait le retenir.

La protection de Dieu devrait également nous procurer joie et sécurité. Les ennemis de
notre âme sont grands : Notre propre folie, les influences négatives du monde, les
attaques souvent subtiles du diable et la haine des détracteurs de l'Évangile. Dieu a la
puissance nécessaire pour nous protéger contre tous et nous donner sa paix au sein de
la bataille. Parfois, il permet, comme dans le cas d'Étienne (Actes 7.54-60), que nos
corps soient touchés, mais il protège toujours notre vie intérieure.
4. L'abondance (v. 11).

11 Tu me feras connaître le sentier de la vie; Il y a d’abondantes joies devant ta face,


Des délices éternels à ta droite.

Les expressions « sentiers de la vie », « abondantes joies » et « délices éternelles »


mettent l'accent sur l'abondance que Dieu procure à la personne qui s'attache à lui. Les
expressions « devant ta face » et « à ta droite » nous signalent que c'est dans l'intimité
de Dieu que ces grandes bénédictions deviennent accessibles aux croyants.

C'est triste de voir tant d'hommes et de femmes autour de nous chercher leur bonheur
en dehors de Dieu. Mais c'est encore plus désolant de voir des croyants qui ont connu
Dieu et qui ont expérimenté sa bonté chercher leur satisfaction ailleurs. Le Seigneur
Jésus offre son abondance à quiconque s'approche de lui par la foi (Jean 7.37-39; 10.10).