Vous êtes sur la page 1sur 77

UNIVERSITE D’ABOMEY-CALAVI (UAC)

****-****
FACULTE DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES (FASHS)
***-****-****
DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE ET SCIENCE DE L’EDUCATION
****-****-***
Mémoire de Maîtrise
FILIERE : Sciences de l’Education
OPTION : PSYCHOPEDAGOGIE DE LA FORMATION ET DE L’EDUCATION

PLACE DE L’ENSEIGNEMENT/APPRENTISSAGE DES


PLANTES ET DE LEURS VERTUS DANS L’EDUCATION
SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE (EST) AU COURS
PRIMAIRE

Présenté par : Sous la direction de :


HOUNMAKPO D. Dr. Clarisse K. NAPPORN
Théophile Maître Assistant des Universités/CAMES
Enseignante Chercheur à l’UAC

Soutenu le 08/03/2018

Année Académique 2016 - 2017


i
Sommaire

IN MEMORIAM .................................................................................................................................... ii
DEDICACE ..........................................................................................................................................iii
REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... iv
SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................................ v
LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................................... vi
LISTE DES GRAPHIQUES ET FIGURES .................................................................................... vii
INTRODUCTION GENERALE ......................................................................................................... 1
CHAPITRE I : PROBLEMATIQUE ET CLARIFICATION CONCEPTUELLE ............................. 5
1. PROBLEMATIQUE..................................................................................................................... 5
2. OBJECTIFS ET HYPOTHESES ................................................................................................. 7
3. CLARIFICATION DES CONCEPTS ET ETAT DE LA QUESTION .......................................... 8
CHAPITRE II : CADRE DE L’ETUDE ET METHODOLOGIE D’INVESTIGATION................. 16
1. Cadre Géographique d’Investigation .......................................................................................... 16
2. Méthodologie de l’étude ............................................................................................................. 18
CHAPITRE III : PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS ........................................ 24
1. Caractéristiques des Enseignants enquêtés ................................................................................. 24
2. Appréciation du niveau de prise en compte des vertus nutritionnelle et thérapeutique des
plantes dans l’EST actuellement enseignés ....................................................................................... 27
3. Appréciation de l’introduction dans l’enseignement de l’EST des situations d’apprentissage
centrées sur les plantes et leurs vertus thérapeutique et nutritionnelle .............................................. 28
4. Niveaux appropriés et axes de connaissances préférés ............................................................... 30
5. Stratégie d’intégration de la situation dans les programmes d’EST en vigueur. ........................ 32
6. Résultats recueillis auprès des apprenants et des enseignants des environs de Bohicon ............ 35
7. Synthèse des résultats de la recherche et conclusions ................................................................ 35
CHAPITRE IV : ESSAI D’APPROCHES PEDAGOGIQUES DE L’ENSEIGNEMENT /
APPRENTISSAGE/EVALUATION DES PLANTES ET DE LEURS VERTUS EN EST. ............ 39
1. Caractéristiques des apprenants du primaire et l’enseignement des plantes et de leurs vertus. . 39
2. Approches pédagogiques d’intégration et suggestions ............................................................... 40
3. Eléments de suggestion............................................................................................................... 51
RESUME ........................................................................................................................................... 54
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................ 56
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................. 58
Annexe I : QUESTIONNAIRE DE COLLECTE DE DONNEES .................................................... 60
Annexe II : Guide d’entretien à l’endroit des apprenants du CM1/CM2........................................... 63

i
IN MEMORIAM

En mémoire de
Feu père et de Feue mère,
Qui de leur vivant, ont su guider mes pas et qui, dans le silence de l’au-delà,
continuent certainement de m’insuffler leurs sages conseils.
Je n’oublierai point feu MONDJINNAKI qui m’a beaucoup aidé pour les
enquêtes. Paix à son âme.

ii
DEDICACE

A mes chers enfants :


HOUNMAKPO A. Elisée Yahandé
HOUNMAKPO A. Derrick Paul
HOUNMAKPO Prince Salvé-Marie
HOUNMAKPO Ashley Anne-Marie
HOUNMAKPO Harmonie Fènou
Et Madame DIDAGBE Agnès qui a dû souffrir de nombreuses privations pendant
tout le temps qu’a duré le présent travail.

iii
REMERCIEMENTS

Au moment où s’achève ce travail, c’est avec sincérité que je viens témoigner ma


reconnaissance à :

- mon Maitre de mémoire Dr. K. Clarisse NAPPORN qui a accepté de diriger ce


mémoire. Ses conseils, sa rigueur dans le travail m’ont été d’une grande
utilité ;
- Tous mes professeurs de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales ;
- HOUNNASSO S. Léopold, Inspecteur de l’enseignement du premier degré à la
retraite, pour avoir accepté de consacrer non seulement son temps mais aussi
toute forme de moyens pour la réussite de ce travail ;
- Valère AZOKPOTA, ami et frère qui m’a consacré une bonne partie de son
temps pour des conseils au service de la réussite de ce travail ;
- Monsieur GNANGNIMON Armand, Directeur d’école primaire pour tout son
soutien depuis le début de ce travail ;
- Monsieur DIDAGBE KUASSI Pierre pour son soutien permanent depuis des
lustres.
- Tous mes amis : HOUNMAKAN Patrice ; le révérend Père Pascal ABODE
SEGOUN. André AYENAN et GOCOUN Lambert.

iv
SIGLES ET ABREVIATIONS

APC Approche Par Compétence


APS Agir Pour Savoir
CAP Certificat d’Aptitude Pédagogique
CE1 Cours Elémentaire 1ère année
CE2 Cours Elémentaire 2ème année
CEAP Certificat Elémentaire d’Aptitude Pédagogique
CI Cours d’Initiation
CM1 Cours Moyen 1ère année
CM2 Cours Moyen 2ème année
CNFVN Conférence Nationales des Forces Vives de la Nation
CNHU-UKM : Centre National Hospitalier Universitaire – Hubert Koutoukou MAGA
CP Conseiller Pédagogique
CP Cours Préparatoire
DDEMP Direction Départementale des Enseignements Maternel et Primaire
DEA Diplôme d’Etudes Approfondies
EP Ecole Primaire
ES Education Sociale
EST Education Scientifique et Technologique
FASH Faculté des Sciences Humaines et Sociales
IEPD Inspecteur de l’Enseignement du Premier Degré
INFRE Institut National pour la Formation et la Recherche en Education
MEMP Ministère des Enseignements Maternel et Primaire
PI Programme Intermédiaire
RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat
SA Situation d’Apprentissage
UAC Université d’Abomey Calavi
MENRS Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique

v
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Programme E.S.T du CI ................................................................................................... 64

Tableau 2: Programme d’EST en vigueur au C P ............................................................................. 65

Tableau 3 : Programme d’E S T en vigueur au CE1 .......................................................................... 66

Tableau 4: Programme d’E S T en vigueur au C E2 ......................................................................... 67

Tableau 5: Programme d’E S T en vigueur au CM1.......................................................................... 68

Tableau 6: Programme d’EST en vigueur au CM2 ............................................................................ 69

Tableau 7: Ensemble du contenu de l’E.S.T sur l’enseignement relatif aux plantes dans les cours

primaire .............................................................................................................................................. 13

Tableau 8: Synthèse de l’organisation de l’investigation de terrain .................................................. 22

vi
LISTE DES GRAPHIQUES ET FIGURES

Figure 1: Carte de localisation de la Commune de Dassa-Zoumè ..................................................... 18

Graphique 1 Tranches d’âge des enseignants enquêtés ..................................................................... 24

Graphique 2 : Sexe ratio de l’échantillon enquêté ............................................................................. 24

Graphique 3: Statuts dans le corps ..................................................................................................... 25

Graphique4 : Répartition des fonctions des enquêtés ........................................................................ 25

Graphique 5: Répartition des diplômes académiques des enseignants .............................................. 26

Graphique 6 Répartition des diplômes professionnels ....................................................................... 26

Graphique 7: Répartition de l’ancienneté dans le métier ................................................................... 26

Grahique 8 : Cours tenus par les enseignants enquêtés ..................................................................... 26

Graphique 9: niveau de prise en compte de la vertu des plantes dans l’EST .................................... 27

Graphique 10 : Niveau d’appréciation de l’opportunité d’enseigner les vertus des plantes dans

l’EST .................................................................................................................................................. 28

G raphique 11 : Niveau d’appréciation de l’utilité pour la société de l’enseignement des vertus des

plantes ................................................................................................................................................ 28

Graphique 12: résultat de vote sur l’introduction dans le programme de l’enseignement de la vertu

des plantes .......................................................................................................................................... 29

Graphique 13 : Thèmes d’intérêt des apprentissages ......................................................................... 30

Graphique 14 : Groupes pédagogiques appropriés ............................................................................ 32

Graphiqe 15 : Les prétendues difficultés ........................................................................................... 33

Graphique 16 : acceptabilité de participation volontaire ................................................................... 34

Graphique 17: degré d’acceptabilité des décideurs............................................................................ 34

vii
INTRODUCTION GENERALE

Plusieurs décennies après les indépendances des années 60, les systèmes
éducatifs d’Afrique francophone en général sont restés calqués sur les modèles des
programmes du colonisateur français. Le retard scientifique, technologique et
socioculturel de l’Afrique sur le monde occidental et sa pauvreté endémique
persistante ont fait d’elle le continent consommateur passif et permanent des produits
de tout genre, voire des produits socioculturels, dont les systèmes d’éducation des
peuples de l’Occident. Malgré les nombreuses tentatives de réforme de leurs
systèmes éducatifs formels, les pays africains en général et le Bénin en particulier
n’ont pas pu opérer de profonds changements qui prennent suffisamment en compte
leurs réalités socioculturelles, acquises depuis des siècles.
Au Bénin les dernières réformes du système éducatif datent des années 90. Les
programmes issus de ces réformes sont ainsi appelés « Approche Par Compétences »
(APC), désignant ainsi l’approche pédagogique qui doit prévaloir. On peut donc
constater que dans ces programmes ce sont les contenus notionnels des anciens
programmes qui sont reversés dans les nouvelles formes pédagogiques qui, elles-
mêmes ne sont presque que des importations de “produits occidentaux“. En dehors de
quelques ajouts et suppressions justifiées ou non, il ne nous paraît pas exagéré
d’affirmer qu’il ne s’agit que d’arrangements de formes qui, tout de même étaient de
nature et d’intention à apporter une valeur ajoutée aux apprenants. Est-ce vraiment le
cas ? L’objectif du présent travail n’étant pas d’évaluer ces programmes, il convient
tout simplement de remarquer que les contenus qui s’enseignent actuellement à
travers les programmes APC ne sont pas suffisamment centrés sur la valorisation des
connaissances culturelles endogènes à valeurs socioéconomiques et culturelles
potentielles, capables de susciter des transformations sociales notables au sein des
populations béninoises pour un épanouissement futur certain des apprenants.
Les connaissances médico-pharmacologiques et pharmaco-magiques font
partie des patrimoines culturels les plus riches, les plus démonstratifs, les plus
1
pratiqués et les plus efficaces qui font du Bénin une référence internationale, parfois
crainte à travers son appellation de « pays berceau du vodoun ». Il est reconnu que le
conservatoire traditionnel le plus sûr de ces connaissances reste et demeure les
couvants des religions endogènes qui pratiquent ces vertus souvent dans la discrétion.
Mais, il est aussi reconnu aujourd’hui que beaucoup de recettes médico-
pharmacologiques traditionnelles sont transcrites dans des documents édités par de
nombreux pratiquants de cette forme de médecine. Le recours à la médecine et à la
pharmacopée traditionnelle béninoise est une pratique très courante dans les
campagnes et les villes. On peut admettre qu’au Bénin plus de 80% de la population
font recours à la pharmacopée traditionnelle pour leurs soins de santé primaire
AGON, (2010).
Malgré les progrès réalisés dans le domaine de la médecine occidentale et son
expansion dans les villes et villages du Bénin, peu de gens se sont détournés de la
médecine traditionnelle. Pour preuve, dans les marchés de nos grandes villes il n’est
pas rare de retrouver tout un secteur marchand, de vendeurs et de vendeuses
consacrés à la vente de feuilles sèches et non, d’ingrédients divers entrant dans les
compositions médico-pharmacologiques. Aussi, sommes-nous en droit de reconnaître
que la médecine moderne occidentale n’a connu son essor actuel que grâce aux
diverses mutations scientifiques et technologiques qu’a connu leur savoirs et savoir-
faire pharmacologiques endogènes hérités de leur ancêtres lointains. C’est pourquoi
les peuples africains tels les nôtres ont également le devoir de préserver et de
valoriser leurs patrimoines en souffrance. Mais, le système éducatif béninois
n’intègre pas assez dans les curricula enseignés des centres d’intérêts pédagogiques
réservés à ce patrimoine pour son appropriation et sa valorisation future. Du coup, la
déconnexion des apprenants, voire des citoyens avec le système traditionnel de santé
et d’apprentissage pharmacologique est très vite prononcée. A contrario, nous avons
constaté, dans l’exercice de notre métier d’instituteur que lorsque l’on a un petit
problème de santé et que l’on se rapproche des apprenants d’une classe au primaire
en disant : « bonjour les amis ! Ecoutez, hier nous avons été menacé par les maux de
tête toute la nuit et jusqu’à maintenant cela ne guérit pas malgré tous les paracétamols
2
que nous avons pris, pouvez-vous nous aider ? ». A une telle question, nous avons
souvent eu la proposition de plusieurs remèdes. Au nombre des recettes proposées,
selon qu’il s’agit d’une école de campagne ou de ville, il y a souvent beaucoup de
vertus des plantes. Ce fait traduit la cohabitation de deux systèmes de transmission du
savoir et des connaissances qui sont parallèles. D’un côté, les connaissances
ancestrales traditionnelles se transmettent par empirisme au sein de la famille, de la
communauté et de l’autre les connaissances de la civilisation occidentale structurées
sont transmises à travers l’école formelle. Cela soulève la problématique de
l’intégration des réalités socioculturelles ancestrales dans le système d’enseignement-
apprentissage officiel, plus particulièrement l’enseignement des plantes et de leurs
vertus dans le but de susciter chez nos apprenants le goût et l’intérêt pour la
transformation endogène, gage du développement. C’est pourquoi, dans le cadre de
nos travaux de fin de formation en psychopédagogie de l’éducation et de la
formation, nous avons trouvé opportun de réfléchir sur un sujet relatif à
l’enseignement des plantes et de leurs vertus dans les programmes d’éducation
scientifiques et technologiques aux cours primaire au Bénin.
Dans l’enseignement des programmes APC à l’enseignement primaire au
Bénin, l’Education Scientifique et Technologique (E.S.T) est un champ de formation
dont les finalités contribuent à la formation de citoyens respectueux de
l’environnement naturel, comme artificiel, capables d’opérer des progrès
scientifiques et technologiques et de trouver des solutions à certains maux qui minent
l’existence de l’homme. Ainsi, tel que la désignation de ce champ de formation
l’indique si bien, son contenu et son enseignement requièrent des exigences
particulières. On peut donc convenir que, par « science », on entend l’ensemble des
activités à dominance expérimentale associées à des problèmes identifiés dans
l’environnement naturel ou technique de l’enfant, c'est-à-dire le milieu de vie de
l’enfant (Guide pratique du maître p 484).
Ainsi le champ de formation qui convient le mieux au cours primaire pour
l’enseignement-apprentissage centré sur la vertu des plantes, est l’E.S.T. C’est pour
cette raison que j’ai intitulé mon thème : place de l’enseignement/apprentissage des
3
plantes et de leurs vertus dans l’Education Scientifique et Technologique (est) au
cours primaire.
Le développement de ce thème est fait suivant les trois grands axes ci-après:
- dans un premier temps je me suis investi à faire l’état des lieux des
programmes d’EST en cours d’exécution pour examiner la manière dont on
enseigne les plantes ;
- ensuite j’ai rendu compte des travaux de terrain, de leur analyse et de leur
interprétation ;
- enfin, j’ai proposé quelques compléments dans le champ de formation EST

4
CHAPITRE I : PROBLEMATIQUE ET CLARIFICATION CONCEPTUELLE

1. PROBLEMATIQUE

De tout temps, sous tous les cieux, l’éducation est le canal ou le vecteur par
lequel les sociétés et les peuples transmettent leurs patrimoines culturels de
génération en génération. Mais, les formes d’éducation ou encore les systèmes
éducatifs varient d’un peuple à un autre, d’une Nation à une autre, aussi bien dans le
temps que dans l’espace.
Au Bénin, le système éducatif formel est hérité du colonisateur et a connu des
variations de son contenu et de sa méthode à travers le temps. Ainsi, dans les années
90, les exigences et les réalités de la vie sociale ont conduit les autorités politiques et
administratives du Bénin à convoquer du 19 au 28 février 1990, la Conférence
Nationale des Forces Vives de la Nation (CNFVN). L’objectif principal était de
trouver des solutions adéquates à la crise de société que traversait le pays depuis les
années 80. Cette conférence a permis l’assise des états généraux sur l’éducation du 2
au 9 octobre 1990. A l’issue de cette assise, il a été stipulé que : « dans l’Etat de droit
que notre pays est en train de bâtir, le rôle de l’Etat doit aller en diminuant pour
laisser libre cours à l’initiative individuelle. C’est cela la démocratie, ce système de
liberté mais aussi de devoir où l’homme s’assume, se prend en charge pour se réaliser
pleinement. Et ce dur apprentissage commence dès l’école primaire pour s’achever à
l’école de la vie. » (Actes des états généraux sur l’éducation (MENRS) P11).
"L’usine" école à laquelle revient cette importante mission de “fabriquer“ des
citoyens nouveaux capables de répondre valablement à cet Etat de droit et de devoir,
se devrait donc de faire ses toilettes afin d’en être apte. C’est pourquoi les états
généraux ont fait le bilan des différents programmes d’études depuis 1960 et ont
décidé d’une nouvelle orientation du système d’éducation et de formation. Depuis ces
assises à ce jour, il convient de se demander si l’éducation faite jusqu’à présent
répond vraiment aux attentes.
Depuis ce temps, des réformes successives ont été introduites dans le système
d’enseignement formel. Du programme dit intermédiaire au programme par
5
compétences (APC) en passant par le programme dit par objectifs au cours primaire
et secondaire, enseignants et autorités administratives se sont évertuer à transmettre
des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être aux fins de répondre aux nouvelles
exigences d’une société en perpétuelle mutation. La traduction de ces exigences à
travers les programmes d’enseignement au Bénin se lit dans la mission de l’école qui
s’énonce : « l’école formera un citoyen autonome, intellectuellement et physiquement
équilibré, capable d’entreprendre, de se prendre en charge, créateur d’emploi ; un
citoyen respectueux de la personne humaine, de la vérité et de la démocratie. Un
citoyen animé d’un esprit de méthode, de coopération et de goût de la responsabilité
bien accomplie. Un citoyen gestionnaire de l’environnement et gestionnaire de la vie
sociale ».
Cependant, 27 ans après, les fruits n’ont point porté la promesse des fleurs. On
ne cesse d’incriminer les programmes actuels d’enseignement et de les taxer d’avoir
déformé au lieu de former. Des apprenants mal-appoints intellectuellement,
moralement et culturellement sont les produits finis de notre système d’enseignement
qui ne cesse de faire sa toilette pour répondre valablement à sa mission. Les réformes
de fond et de forme qu’on apporte régulièrement à ce système portent sur les champs
de formation parmi lesquels l’Education Scientifique et Technologique (EST).
L’EST au Cours primaire est un champ de formation qui initie les apprenants
aux réflexions scientifiques dans le but d’un apprentissage à la transformation
matérielle et technique de leur environnement pour le progrès social continu. Mais il
n’est pas rare de constater à l’application qu’il existe parfois une inadéquation entre
les contenus notionnels enseignés et les compétences qu’on prétend développer chez
l’apprenant. L’un de ces points d’inadéquation porte à notre avis sur le contenu
notionnel lié à l’enseignement/apprentissage des plantes dans leur version actuelle à
travers les programmes du CI au CM2 et ce qui permettrait une réelle appropriation
d’un savoir, d’un savoir-faire et d’un savoir être dans la société d’aujourd’hui plus
complexe et plus exigeante en matière d’intégration sociale, d’insertion
socioéconomique et de valorisation de compétences. C’est dans le but de compléter le
programme de l’EST au cours primaire que notre mémoire de fin de formation en
6
Psychologie et Science de l’Education à la Faculté des Sciences Humaines et
Sociales FASH/UAC, que j’ai choisi le thème : « place de
l’enseignement/apprentissage des plantes et de leurs vertus dans l’éducation
scientifique et technologique (EST) au cours primaire».
Le développement de ce thème nous permet de répondre les questions
suivantes : quel est le contenu actuel des séquences liées à
l’enseignement/apprentissage des plantes en EST du CI au CM2 ? Quelles utilités
des plantes et de leurs vertus peuvent faire objet d’enseignement/apprentissage en
EST au cours primaire ? Quels sont les niveaux pédagogiques appropriés pour cet
enseignement ? L’élaboration d’une fiche pédagogique d’enseignement/apprentissage
sur les plantes et leurs vertus sera-t-elle différente ? Qu’en sera-t-elle pour animation
en situation de classe ?

2. OBJECTIFS ET HYPOTHESES
2.1 OBJECTIFS, GENERAL ET SPECIFIQUES

L’étude vise à améliorer les programmes d’EST en vigueur au primaire par


l’intégration de l’enseignement/apprentissage des vertus thérapeutiques et
nutritionnelles des plantes.
Pour atteindre cet objectif général, trois objectifs spécifiques ont été fixés. Il
s’agit de :
- montrer que les programmes d’EST en vigueur du CI au CM2 n’ont pas pris en
compte les aspects thérapeutiques et nutritionnels des plantes ;
- évaluer auprès des acteurs le niveau d’acceptation de l’introduction de cet
objectif pédagogique dans l’enseignement/apprentissage de l’EST au
primaire ;
- suggérer un complément pour agrémenter le programme d’EST au cours
primaire.

7
2.2. HYPOTHESES

Pourquoi les contenus notionnels enseignés aujourd’hui ne prennent pas en


compte la vertu des plantes ?
Peut-on insérer les vertus des plantes dans l’enseignement/apprentissage des
plantes en EST ?
- Le contenu notionnel actuel de l’EST du CI aux CM2 ne prend pas en compte
l’enseignement/apprentissage des vertus thérapeutiques et nutritionnelles des
plantes.
- Les enseignants et les apprenants dans leur grande majorité souhaitent
l’introduction de l’enseignement/apprentissage des plantes et de leurs vertus dans
l’EST au cours primaire.

3. CLARIFICATION DES CONCEPTS ET ETAT DE LA QUESTION


3.1CLARIFICATION DES CONCEPTS

Afin de permettre à tout lecteur même profane des questions de l’éducation


d’avoir une compréhension univoque du thème, j’ai jugé utile de faire quelques essais
d’élucidation sémantique des concepts liés à la thématique. Il s’agit de : EST, cours
primaire, plantes et leurs vertus.
En effet, l’E S T est un des six champs de formation à l’école primaire. Dans
les reformes antérieures elle portait les noms : leçon de chose ; science d’observation
ou exercice d’observation. C’est un champ qui étudie les objets, leurs
fonctionnements, l’homme ; les animaux, leur morphologie, l’anatomie et la
physiologie, c’est cette matière qui s’appelait biologie au collège et aujourd’hui
Science de Vie et de la Terre. (SVT)
Le cours primaire est l’enseignement de premier degré. Il initie, prépare et
permet à l’enfant de prendre quelques habitudes lui permettant de vivre dans sa
société sans heurt. Sa démarche pédagogique la plus conseillée est
celle intitulée « Agir Pour Savoir » (APS). Sa pertinence est de poursuivre une double
ambition de formation de l’esprit et d’acquisition de savoirs.
8
L’enseignement /Apprentissage des sciences et techniques est un des champs qui
peuvent développer chez les enfants une attitude active d’investigation et
d’observation, la confiance en soi et l’initiative, l’esprit critique et rationnel, la
capacité d’argumenter, la rigueur et la richesse de l’expression orale ou écrite. Si cet
enseignement/apprentissage est bien fait, il épanouit la diversité des formes
d’intelligence, révèle des aptitudes souvent cachées et contribue à l’éclosion des
talents. Ce sont sur ces bases, plus que sur l’accumulation de connaissances, que
pourra se construire l’avenir au collège, au lycée et à l’université. (Guide pratique du
maître)
Or tout ce que nous continuons d’enseigner aujourd’hui en EST ne permet pas
à nos apprenants de pousser leur curiosité vers la vie.
Plantes : d’après Hachette Universel 4e Edition, les plantes sont des végétaux,
des êtres vivants sans lesquels la vie est impossible sur la terre. Ils interviennent dans
tout ce que l’homme fait. Depuis longtemps ils sont enseignés dans tous les
programmes qui ont existé dans l’enseignement primaire. Seulement que sa vertu qui
est l’essentiel de l’existence de l’homme est négligée.
C’est cela qui fait ma préoccupation majeure à travers ce mémoire en tant que
praticien de l’enseignement primaire et étudiant en psychologie et sciences de
l’éducation.
La vertu d’après Hachette Universel 4e Edition, c’est le principe agissant ; qualité
qui rend une chose propre à produire un certain effet.
La vertu des plantes est entendue comme les substances biochimiques synthétisées
par les plantes, contenues dans les feuilles, les tiges, les racines et leurs fruits ayant
des propriétés nutritionnelles et médicinales exceptionnelles dont l’homme se sert
pour soigner les maladies et se maintenir en santé. En réalité l’utilisation de la vertu
des plantes est consubstantielle de l’humanité et de toute l’humanité car toute
l’existence de l’homme dépend des plantes : la nourriture, le traitement des maladies,
la construction des maisons, des immeubles, des moyens de transports pour ne citer
que ceux-là. Dans ce cas, mon souci est que l’enfant déjà au cours primaire prenne
conscience vis-à-vis de ce qu’est une plante et sa place dans la vie de l’homme.
9
3.2. ETAT DE LA QUESTION
3.2.1.Positions de quelques auteurs sur le système éducatif extraverti
d’Afrique
La question de la "domestication" des systèmes éducatifs des pays africains par
leur intégration suffisante des notions qui avaient en son temps fait du bien à nos
ancêtres et continue de nous faire du bien puis continuera de nous maintenir en
équilibre dans les systèmes tant traditionnels que modernes préoccupe plusieurs
intellectuels africains comme non africains. Beaucoup d’auteurs ont constaté et
dénoncé la coexistence de deux systèmes d’éducation parallèle surtout en Afrique. Ils
ont souligné l’importance de nos connaissances primaires comme nos vertus des
plantes et la nécessité qu’elles s’insèrent dans le programme de l’éducation formelle.
Cela a été la préoccupation du Docteur MUNGALA dans sa revue socialiste de
culture négro-africaine de février 1982 (Ethiopiques numéro 29) déclare que
« l’éducation traditionnelle coexiste aujourd’hui avec l’éducation dite moderne
introduite avec la colonisation. »
Par DUNG, pour tout programme de développement durable, l’éducation est l’un des
enjeux importants. C’est dans ce domaine que chaque communauté peut trouver dans
ses patrimoines immatériels des éléments culturels pour mobiliser et développer ses
capacités humaines.
Tout récemment, COOVI dans son mémoire de DEA a dit sur l’intégration des
valeurs endogènes dans le système éducatif. Dans ses recherches, il a abordé des
valeurs utilisées dans le social hier et qui n’ont pas démérité jusqu’à nos jours. Bon
an mal an, ces produits, ces contes, ces proverbes, ces techniques des différents arts
continuent de faire leur preuve sur le terrain. Par ailleurs, nous avons remarqué que
l’éducation donnée dans nos écoles n’est plus celle qui correspond à nos réalités
quotidiennes.
Dans son ouvrage intitulé L’Education en Afrique, édition 1998 Page17,
MOUMMOUNI déclare: « dans toutes les régions et zones géographiques, dans tous
les clans, tribus et groupements ethniques, l’éducation traditionnelle est caractérisée
en Afrique noire par :

10
1- La grande importance qui lui est accordée et son caractère collectif et social
2- Son lien intime avec la vie sociale sur le double plan matériel et spirituel.
3- son caractère polyvalent aussi bien en ce qui concerne les objectifs visés
que les moyens employés.
4- sa réalisation progressive et graduelle conformément aux étapes successives
de l’évolution physique, psychique et mentale de l’enfant. »
A ma compréhension, je suis tenté de dire que la méthode traditionnelle de
l’éducation est plus familière et par conséquent permet une formation pratique et
complète de l’homme.
Récemment, dans son ouvrage “La Ruptureˮ, AGON suggère que : « nous
devons modifier le système éducatif en deux points stratégiques : le contenu et la
méthode. Au niveau du contenu, nous devons tenir compte de nos réalités et surtout
de notre besoin en développement ». Il entrevoit que l’éducation devra conduire les
apprenants à interroger les réalités de chez nous, à interpeler nos problèmes de
développement, à chercher à savoir le pourquoi des choses afin de réfléchir au
comment résoudre tel ou tel problème. C’est une preuve que l’Afrique a le devoir de
se rechercher car ses fils et filles souffrent d’une perte de repère éducatif. Vidée par
ce commerce inhumain de la traite des nègres, ensuite malmenée par la colonisation,
l’Afrique est aujourd’hui soumise au néocolonialisme entretenu par ses propres fils
totalement extravertis et reniant par leurs pratiques les possibilités d’une
autodétermination socioculturelle. Elle est détournée non seulement de sa méthode
d’éducation mais aussi maltraitée et embrouillée dans sa méthode de préparer ses
enfants pour affronter les difficultés de la vie. BOKO, 2009 s’exprime à travers ses
écrits : « Jeté sur ce globe sans forces physiques et sans idées innées, hors d’état
d’obéir par lui-même aux lois constitutionnelles de son organisation, qui l’appellent
au premier rang du système des êtres, l’homme ne peut trouver qu’au sein de la
société la place éminente qui lui fut marquée dans la nature, et serait, sans la
civilisation, un des plus faibles et des moins intelligents des animaux… » Cela
traduit qu’à l’origine tous les peuples sont égaux et que tous les éléments culturels et
civilisationels qui les différencient aujourd’hui sont les fruits de leurs travaux et de
11
leurs propres investissements à satisfaire à leurs besoins et s’adapter aux conditions
que leur imposent l’espace et le temps. Donc les noirs africains ont également à
s’investir autant.
« Par ailleurs, la prise de conscience de ces tristes réalités donnant lieu à un
examen critique des pratiques, des principes et des théories classiques du
développement et fut à l’origine d’un large débat axé sur la révision de l’ensemble de
ces méthodes. L’un des résultats les plus marquants et les plus probants fut
l’apparition et l’acceptation massive d’une définition de la nature et des objectifs du
développement beaucoup plus ouverte et humaine, ainsi qu’une vision plus large de
l’éducation et de ses diverses contributions à l’épanouissement de l’individu et de la
société ». La crise mondiale de l’éducation de PHILIP H. COOMBS Page 18-traduit
de l’américain par Anne Sauvêtre enh 1978.

3.2.2.Aperçu sur les compétences notionnelles enseignées à travers


l’APC au cours primaire au Bénin.
Différents champs de formation et d’éducation des apprenants composent les
programmes d’enseignement selon l’APC au cours primaires au Bénin. Il s’agit :
- du Français :
- de la Mathématique ;
- de l’Education Sociale (ES) ;
- de l’Education Scientifique et Technologique ;
- Education Artistique ;
- Education Physique et Sportive
A travers le français l’apprenant doit apprendre tout ce qui est lié au maniement de la
langue qui deviendra sa langue de communication et d’intégration sociale dans sa
société.
A travers les mathématiques l’apprenant apprend à compter, à faire des calculs, des
plus simples aux plus compliqués. Tracer des lignes variées puis interpréter des
phénomènes de l’espace.

12
A travers l’ES, l’apprenant apprend non seulement le savoir-vivre mais aussi
l’histoire, la géographie, le civisme .Elle permet de faire de l’homme un animal social
ce qui lui donne le nom de l’Education Sociale.
A travers l’EST, il ou elle s’exerce à connaître non seulement toutes les choses qui
constituent son environnement tant naturel que technique. L’écolier apprend aussi à
connaitre le pourquoi et le comment des choses ; dans la mesure de possible,
l’apprenant apprend les objets c'est-à-dire leur formation, sa composition, son
utilisation, ses principes et son rôle dans la vie de l’homme. C’était pour cela qu’on
l’appelait leçon de choses c'est-à-dire la leçon qui s’intéresse à tout objet. (Les
Nouveau Programmes d’Etudes, Brochure 04)
Ce champ de formation est celui qui répond le mieux à la thématique traitée à
travers le présent travail, il convient de passer en revue les différentes notions qui y
sont inscrites depuis la classe de CI au CM2 pour mieux appréhender la pertinence de
nos propositions.
Quant aux champs de formation EA et EPS : ils participent aussi pleinement a la
construction de l’homme et de tout homme dans les règles de l’art
3.2.3.L’état actuel de l’enseignement-apprentissage des compétences
notionnelles liées à l’EST aux cours primaires

L’état des lieux en ce qui concerne l’Education Scientifique et Technologique (EST)


dispensé à travers les programmes en vigueur dans le pays, du CI au CM2 se présente
tel que résumé dans les tableaux 1 à 6. (Annexe)

3.2.4.Bref commentaire des contenus de ces programmes


Tableau 1: Ensemble du contenu de l’E.S.T sur l’enseignement relatif aux plantes au cours
primaire

Situation Connaissances et
Cours Matériel nécessaire
d’Apprentissage techniques
Je découvre les Reconnaissance des Plante, herbe, arbre,
CI
plantes de mon plantes de mon milieu, bref des végétaux. La
milieu distinction des herbes des graine à la plante sous

13
Situation Connaissances et
Cours Matériel nécessaire
d’Apprentissage techniques
arbres, des arbustes puis forme d’herbe,
description de la vie des d’arbuste à l’arbre.
végétaux.
La plante est une chose
CP
qui vit comme les Une plante par élève
Comment entretenir
animaux. Elle nait un grillage en fer ou en
les plantes ?
grandit et meurt. Nous bois
devons l’entretenir.
Reconnaissance des
CE1
divers couverts végétaux. Ecole ou
Le monde végétal
Arbres, arbustes, herbes environnement
autour de nous
grande taille, tronc, haut immédiat de l’école
et robuste etc.
Les aliments de
CE2 L’origine des différentes
l’homme : Aliment d’origine :
sortes d’aliment .Les
classification d’après animal-végétal-minéral
différents aliments
l’origine
Prise de conscience que
Graine mise en terre,
la plante est un être
La vie des plantes entretenue et suivre sa
vivant qui nait, grandit et
progression.
meurt.
La fleur ! A quoi ça Connaitre les différentes
CM1 Plante, fleur et les
sert dans la vie d’une parties de la fleur puis le
planches
plante ? cycle de la plante.

CM2 Néant Néant Néant

14
L’ensemble des situations d’apprentissage relatives à l’enseignement
apprentissage des plantes ainsi résumé dans le tableau n° 7, du CI au CM2 ne
concerne que la morphologie et l’anatomie des plantes en dehors de ce que les
apprenants apprendront que certains de nos aliments sont d’origine végétale. A
travers ces enseignements, est-on vraiment en droit d’affirmer qu’il y a
d’apprentissage au profit des apprenants ? Ces enseignements peuvent-t-ils permettre
à l’apprenant de se débrouiller seul dans la vie, de se prendre en charge, de pouvoir
interpréter des phénomènes naturels de l’environnement des plantes et de la
biodiversité ?
En effet, les notions qui sont enseignées à travers ces situations
d’apprentissage ne permettent pas de motiver chez les apprenants la nécessité de
valoriser les connaissances et pratiques endogènes. Par contre, il est incontestable que
les apprenants acquièrent assez sur le plan du vocabulaire et de l’orthographe, donc
de la compréhension du français ou bien de l’expression écrite en français et dans une
moindre mesure sur la biologie des plantes. En supposant que les enseignements se
font dans la langue des apprenants, on ne voit rien qu’ils auraient appris sur ces
situations d’apprentissage qui ne vont pas plus loin que la description d’un élément
courant déjà connu dans leur environnent habituel et auquel ils étaient habitués
depuis leur naissance, la plante, ses différentes parties et les conditions de sa survie.
Or vu les problèmes de nos pays sous-développés où sévit la pauvreté, les besoins
cruciaux des futurs citoyens que sont les apprenants sont : comment valoriser
économiquement nos ressources naturelles (dont les plantes et la biodiversité
africaine) afin de sortir nos peuples de la misère et de la pauvreté. Les sciences et la
technologie sont des moyens qui permettent le développement des pays. Ainsi,
l’enseignement de l’E.S.T au cours primaire devra constituer le canal d’initiation des
apprenants, futurs citoyens, à la science et à la technique. Mais semble-t-il que nous
sommes encore loin du but.

15
CHAPITRE II : CADRE DE L’ETUDE ET METHODOLOGIE D’INVESTIGATION

1. Cadre Géographique d’Investigation

La thématique au centre de la présente étude porte sur les programmes


nationaux d’éducation au cours primaire. Ces programmes s’enseignent dans toutes
les écoles primaires sur toute l’étendue du territoire national. Les acteurs clés sont
donc présents dans toutes les circonscriptions scolaires du pays. Ainsi, toute
investigation portant sur ces programmes peut se mener dans toutes les zones
géographiques du pays sans grande influence sur la pertinence et la fiabilité des
résultats. Le facteur qui pourra influencer la qualité des résultats réside dans la qualité
des questionnaires, des guides d’entretien et de leur administration.
Ceci dit, dans les investigations que j’ai effectuées dans le cadre de la présente étude
ont été conduites principalement dans la commune de DASSA-ZOUME, mon lieu de
travail. Ainsi, les caractéristiques géographiques de cette commune sont présentées
ci-dessous.
Située au centre du Bénin, la commune de Dassa-Zoumè est limitée au nord par la
commune de Glazoué ; au sud par la commune de Zangnanado et celle de Djidja, à
l’Est par la commune de Savè et celle de Kétou puis à l’Ouest par la commune de
Savalou. Elle est subdivisée en dix (10) arrondissements. Ces arrondissements sont
composés de soixante-huit (68) villages et quartiers de villes. La figure1 illustre bien
ces données géographiques. Cette commune du département des collines occupe une
superficie de mille sept cent onze kilomètres carrés (1711 km2) et représente 1,52%
de la superficie totale du territoire national. La ville de Dassa est distante de 203 km
de Cotonou, capitale économique du Bénin et de 210 km de Parakou, la métropole
du Nord-Bénin. La ville se développe de part et d’autre d’une colline centrale
dénommée « ARIGBO ». Cette commune jouit d’un climat de type subéquatorial
soumis à l’influence du domaine sud-soudanien. Il est caractérisé par deux saisons
dans l’année ; une saison sèche (de novembre à mars) et une saison pluvieuse (d’avril
à octobre). La saison des pluies dure huit (8) mois environ. La répartition des pluies
est assez régulière avec un maximum enregistré généralement en juillet. La
16
pluviométrie moyenne annuelle oscille autour de 1.100 mm. Cette pluviométrie est
parfois accentuée par le microclimat qui y règne. (Source : Mairie de Dassa-Zoumé)
Les sols Idaasha sont d’une extrême variété et donnent lieu à des choix de
cultures et la diversité des moyens utilisés pour leur mise en valeur. Ainsi on
remarque aux endroits dominés par les collines, des sols minéraux peu fertiles aux
cultures. A Fita, Gbowèlè et Dassa on note la présence des affleurements rocheux
favorisant l’installation des sols minéraux bruits, inaptes à l’agriculture.
Le Recensement Général de la Population et de l’Habitat 2013 (RGPH, 2013),
a révélé que la population de la commune de Dassa est de 112 122 habitants sur
717 477 pour tout le département des Collines, soit 15,63% de celle-ci. Sa population
féminine est de 57 756 (51,51%) pour une population masculine de 54 366 (48,49%).
Cette population est largement rurale à un taux de 75,45%. Les ethnies majoritaires
sont les IDAASHA et MAHI auxquelles il faut ajouter les ADJA, les FON, les
PEUHL, les YORUBA, les YOM, LOKPA etc. Les religions pratiquées sont le
christianisme (65,2% de la population), les religions traditionnelles (20,5%) et l’islam
(5,2%).Il est opportun de signaler que cette ville est le chef lieu du département des
collines. (Source : Mairie de Dassa-Zoumé)
La ville de Dassa-Zoumè est favorisée par sa position géographique de ville
carrefour d’une part et par le fait qu’elle abrite quelques services centraux tels que la
Mairie, l’hôpital de zone, la gendarmerie pour ne citer que ceux-là. Ce fort taux de
croissance démographique à côté d’une précarité économique est à l’origine de
nombreux problèmes d’ordre éducatifs auxquels les populations, à l’instar de celles
nationales se trouvent confrontées. Il s’agit entre autres des problèmes liés à :
- la scolarisation ;
- aux manques d’infrastructures scolaires telles que des salles de classes et des
mobiliers ;
- la pénurie d’enseignants qualifiés ;
- et à une insuffisance du personnel d’encadrement.
Dotée d’une circonscription scolaire (CS) administrée par un Inspecteur de
l’enseignement du premier degré (IEPD), la commune compte environ 204
17
écoles primaires dont 180 écoles primaires publiques réparties en trois zones
pédagogiques animées par des conseillers pédagogiques.

Figure 1: Carte de localisation de la Commune de Dassa-Zoumè

Source : Commune de Dassa-Zoumè (Tableau synoptique)

2. Méthodologie de l’étude

La démarche méthodologique utilisée pour la réalisation de cette étude a été


organisée en trois phases à savoir :
- une phase préparatoire théorique qui a consisté à concevoir le cadre théorique
global de la conduite de l’étude ;
- une phase de collecte des données à travers la revue documentaire et les enquêtes
de terrain ;

18
- une dernière phase consacrée au dépouillement, au traitement et à l’analyse des
données pour enfin déboucher sur la rédaction du rapport de mémoire et de la
soutenance.

2.1 Phase préparatoire

Elle a consisté en des échanges avec mon maître de mémoire et des personnes
ressources pour bien circonscrire la thématique et les objectifs, définir les orientations
de recherche et le plan sommaire à suivre en fonction des exigences
psychopédagogiques liées à l’enseignement primaire.
A cette étape, un retour sur les expériences personnelles a été fait et la problématique
au centre des présentes études a été formulée. De cette problématique, les objectifs de
l’étude ont été définis, des hypothèses sont formulées et un plan des investigations a
été établi. S’en est suivie la phase de la planification de la collecte des données.

2.2. Phase de collecte des informations


2.2.1. Recherche documentaire

Elle a consisté à faire une revue documentaire. Les documents consultés sont des
ouvrages généraux sur l’éducation en Afrique, la pédagogie générale, l’évolution des
systèmes éducatifs en Afrique et au Bénin, les besoins de développement des pays
africains au sud du Sahara et des ouvrages spécifiques sur l’Education Scientifique et
Technologique au Bénin, puis certains sites web.

2.2.2. Enquêtes de terrain

2.2.2.1. Population cible et mode d’échantillonnage


La population cible qui a fait l’objet de pré-test et d’enquête est constituée du
personnel d’encadrement composé des conseillers pédagogiques et de l’inspecteur qui
est le Chef de la Circonscription Scolaire, du personnel enseignant et enfin des
apprenants des écoles de la zone de l’étude.

Le critère fondamental de cette cible repose sur l’appartenance à ce groupe


d’acteurs principaux opérationnels du système d’enseignement primaire et les
19
bénéficiaires privilégiés que sont les apprenants, bien que ceux-ci ne soient que des
victimes du système d’apprentissage.

Avec la présomption que cette thématique pourrait intéresser différemment les


acteurs selon qu’ils soient en milieu urbain, périurbain et rural, nous avons ciblé
différemment, en fonction de ce critère géographique, l’échantillon enquêté. Ainsi,
les enseignants des écoles urbaines ont été enquêtés à part, ceux des écoles situées en
zone purement rurale sont aussi enquêtés a part et ceux exerçant en zone périurbaine
sont également enquêtés à part. Il en a été de même pour ce qui concerne les
apprenants.

En effet, les pratiques de soins sanitaires, bien qu’étant souvent mixte (tradi-
thérapeutique et allopathique) dans toutes la population béninoise, elles sont plus
empreintes de la médecine moderne en ville alors que dans les milieux ruraux
reculés, elles sont plus ancrées dans la tradition. Cette situation pouvant influer sur
les réponses des uns et des autres, nous avons jugé utile d’évaluer cette présomption
en distinguant les trois zones dans nos enquêtes. Cela nous a amené à utiliser la
classification préétablie des écoles de la commune de Dassa-Zoumè selon ces trois
zones. Au total, cent soixante-neuf (169) enseignants sur deux cents (200), trois (03)
personnels d’encadrement sur trois (03) et cent quatre-vingt-treize (193) élèves sur
deux cents (200) nous ont apporté leurs appréciations.

Afin d’évaluer la similitude des appréciations et leur possible généralisation, la


même enquête a été répétée sur des échantillons d’enseignants à Bohicon, à
Zogbodomey et à Djidja. Quatre-vingt-neuf (89) enseignants de ces localités ont
réellement apporté leurs appréciations en répondant aux questionnaires.
Les techniques et outils de collectes des informations ont fait l’objet de
description dans la suite de ce paragraphe.
2.2.3. Techniques et instruments de collecte

Trois types de techniques fondamentales ont été utilisés pour collecter les données de
terrain. Il s’agit :
20
- des visites pédagogiques au cours desquelles nous avons organisé, sur
autorisation des autorités académiques, des visites de classes dans 27 écoles dont
16 à 6classes, visites au cours desquelles nous avons assisté à des animations
d’enseignement d’EST et consulté quelques documents pédagogiques des
enseignants pour mieux circonscrire les informations à recueillir chez ces derniers
à partir des questionnaires et entretiens individuels.
- des entretiens directs sur la base de guides d’entretien qui nous ont permis de
recueillir auprès du corps d’encadrement (Inspecteur et Conseillers pédagogiques)
de Dassa-Zoumè leur opinion sur le sujet en étude et leurs conceptions sur
l’introduction de cette thématique dans le champ de formation E S T ; cette
technique a également été utilisée en direction des apprenants du cours moyen
pour recenser auprès d’eux leur opinion ;
- des enquêtes sur la base de questionnaires d’enquête, conçus en direction des
enseignants afin de recueillir leur appréciation de la thématique et leur
disponibilité à accompagner sa mise en œuvre ; cette technique a permis un
examen quantitatif des données recueillies à partir d’une étude statistique des
différentes opinions.
Grille d’observation
N° Ecole Primaire Nombre Nombre
Date Observation
d’ordre Publique de classe d’enseignants
01 06/01/2017 Ouémè - Paouignan 6 6 APS
02 10/01/2017 Domè – 6 6 APS
Paouignan/A
03 11/01/2017 Domè – Paouignan/B 6 5 APS
04 13/01/2017 Domè – Paouignan/C 6 6 APS
05 16/01/2017 Paouignan Centre B 6 6 APS
06 27/01/2017 Paouignan Centre A 6 6 APS
07 07/02/2017 Paouignan Centre C 6 6 APS
08 17/02/2017 Aglossigon 4 4 APS
09 10/03/2017 Vidjannantoun 3 3 APS

21
10 21/03/2017 Agnanmè A 6 6 APS
11 28/03/2017 Agnanmè B 4 6 APS
12 04/04/2017 Soclogbo A 6 4 APS
13 07/04/2017 Soclogbo B 6 5 APS
14 14/04/2017 Gbowèlè 4 3 APS
15 18/04/2017 Djinigon 5 3 APS
16 21/04/2017 Adjalé 5 5 APS
17 28/04/2017 Houédé 4 6 APS
18 02/05/2017 Dassa Centre/A 6 6 APS
19 09/05/2017 Dassa Centre/B 6 6 APS
20 16/05/2017 Ouisi 6 4 APS
21 19/05/2017 Agnitchokouè 5 5 APS
22 23/05/2017 Vidjinasso 4 3 APS
23 26/05/2017 Atchègui A 6 6 APS
24 30/05/2017 Atchègui B 6 6 APS
25 02/06/2017 Barro 6 6 APS
26 09/06/2017 Zouto 6 6 APS
27 13/06/2017 Hounkpogon 5 5 APS

Tableau 2: Synthèse de l’organisation de l’investigation de terrain


Outils/instruments de
Cibles Taille Méthode de collecte
collecte
- Personnel - Approche qualitative - Guide d’entretien
d’encadrement 03 (interview, entretien)
- Personnel 169 + - Approche quantitative - Questionnaires structurés
enseignant 89 (questions-réponses
fermées et ouvertes)
-
- Apprenants 193 - Entretien suivi de - Guide d’entretien
questions réponses et structuré en questions-
vote réponses
Source : présente étude
22
2.3. Traitement et analyse des données

Les fiches d’enquête ayant été recueillies et dénombrées, nous avons procédé au
dépouillement manuel sur la base de feuilles de dépouillement confectionnées
conformément aux différentes questions relatives aux objectifs spécifiques prédéfinis.
Des feuilles de calcul élaborées nous ont permis de sortir des tableaux statistiques et
de traduire des résultats sous forme de graphiques par l’utilisation du logiciel Excel
version 2007. Cela a facilité une bonne lecture et interprétation des résultats
d’enquête.
Le croisement des données quantitatives avec celles qualitatives issues des
investigations sur la base des guides d’entretien et des questionnaires ont permis de
faire une analyse et une appréciation objectives et pertinentes de l’état des lieux et
des aspirations au sujet de la question.
Ces analyses m’ont permis d’apprécier la perception des enseignants sur le
programme d’EST enseigné et leur souhait. Les conclusions issues de l’analyse des
données ont été ensuite croisées avec les hypothèses de recherche afin de procéder à
leur vérification et à l’appréciation de leur validité ou non (confirmation ou
infirmation).
2.4. Difficultés rencontrées
Aussi vrai qu’aucun travail humain sérieux ne se fait sans difficulté aucune, nous
avons été confrontés à quelques-unes au nombre desquelles nous citons celles qui
suivent.
 L’obligation de remplir mon devoir professionnel d’instituteur m’a quelque
peu empêché de consacrer le temps nécessaire aux travaux de recherche liés au
présent mémoire.
 La remise tardive des questionnaires par certains enquêtés en a ajouté au retard
qu’a connu la rédaction;
 Certains enquêtés ont manifesté une réticence à fournir les informations et
donc, n’ont pas assuré le retour des fiches d’enquête.
 La non disponibilité de certaines informations ont certainement limité
l’exhaustivité du développement de certaines parties du présent mémoire.

23
CHAPITRE III : PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS

La présentation des résultats de mes diverses investigations a suivi deux


grandes étapes. Dans un premier temps j’ai mis l’accent sur comment les enseignants
enquêtés apprécient le niveau de prise en compte actuel de la thématique dans l’EST.
Dans un second temps, j’ai rendu compte de leurs perceptions quant à l’intégration de
l’enseignement des vertus thérapeutiques et nutritionnel des plantes dans le
programme d’EST au Cours Primaire et les possibles inductions bénéfiques aux plans
éducatif, social et économique. Mais avant, je me suis permis de présenter le tableau
synoptique des qualifications des enseignants touchés par notre échantillonnage
conformément à la première partie de nos questionnaires.

1. Caractéristiques des Enseignants enquêtés

La première partie de mon questionnaire adressé aux enseignants s’est


intéressée à leur qualification professionnelle afin de s’assurer de la pertinence et de
la fiabilité des réponses fournies. Ainsi, des informations sur leur âge, leurs années
d’expérience, leurs diplômes académiques et professionnels, les classes qu’ils ont
déjà tenues et autres, ont été recueillies et une vue synoptique est présentée ci-après.

1.1. Tranches d’âge, sexes, statuts et fonctions des enseignants enquêtés


Figure 2 Tranches d’âge des enseignants enquêtés Figure 3 : Sexe ratio de l’échantillon enquêté

Tranches d'âge des enseignants Composition sexuel


enquêtés des enquêtés
120
100
100
80
80
60
60
40
40
20
20
0
18 à 30 ans 31 à 50 ans 51 à 58 ans Plus de 58 0
ans Masculin Féminin

Tranches d'âge des enseignants enquêtés Composition sexuel des enquêtés

Source : présente étude


24
Figure 4 : Statuts dans le corps Figure 5 : Répartition des fonctions des enquêtés

Statuts dans le corps Fonction au poste


60 120

50 100

40 80

30 60

20 40

10 20

0 0
APE ACE ACE Stagiaire Adjoint Directeur CP IEPD
reversé
Fonction au poste
Statuts dans le corps

Source : présente étude

D’après ces figures 2, 3, 4 et 5 ci-dessus, plus de la moitié des enseignants


enquêtés sont de la tranche d’âges compris entre 31 et 50 ans. Cette tranche d’âges
d’adultes majeurs traduit un niveau de conscience sociale, professionnelle et un sens
de responsabilité qui permet d’apporter une appréciation correcte et juste des
situations sociale. Conscients des missions de l’école, ces enseignants sont capables
de juger le bien fondé de certains contenus de programme.
Dans ce groupe des enseignants enquêtés on compte une bonne partie de
femmes enseignantes. Cela témoigne que les opinions et appréciations tiennent
compte de l’aspect genre.

Environ 1/3 de cette population d’enquêtés sont des Directeurs d’école et la


grande majorité de cette même population sont des Agents Permanents de l’Etat
(APE) et des Agents Contractuels de l’Etat (ACE).

25
1.2. Qualifications professionnelles des enseignants enquêtés
Figure 6: Répartition des diplômes académiques des Figure 7: Répartition des diplômes professionnels
enseignants

Diplômes professionnels
Diplômes académiques
100
100
80
80 60
40
60
20
40 0
20

0
BEPC BAC B A C plus

Diplômes académiques Diplômes professionnels

Source : présente étude

D’après les figures 6 et 7, la grande majorité des enseignants enquêtés sont


nantis de diplômes professionnels, le Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) et
le Certificat Elémentaire d’Aptitude Professionnelle (CEAP) à l’enseignement
primaire. Plusieurs parmi ceux-ci (plus du ¼) ont un diplôme supérieur au Bac et un
peu de 1/8 ont le niveau BAC. Ces niveaux académiques et professionnels
témoignent d’une capacité intellectuelle suffisante pour une analyse critique assez
objective et fiable.
Figure 8 : Répartition de l’ancienneté dans le métier Figure 9 : Cours tenus par les enseignants enquêtés

Ancienneté dans le Cours tenus


métier 60
50
80
40
60
30
40
20
20
10
0 0
1 an à 11 ans à 21 ans à Plus de CI CP CE1 CE2 CM1 CM2
10 ans 20 ans 30 ans 30

Ancienneté dans le métier Cours tenus

Source : présente étude


26
Comme le montre la figure 8, plus de la moitié de la population des enquêtés ont
une expérience professionnelle de plus de 10 ans. Cet échantillon couvre l’ensemble
des cours du CI (Cours d’Initiation) au CM2 (Cours Moyen 2 e année) tel que présenté
à la figure9. Les informations recueillies sont donc supposées assez larges et
suffisantes pour bénéficier d’une crédibilité et d’une fiabilité acceptables.

2. Appréciation du niveau de prise en compte des vertus nutritionnelle et


thérapeutique des plantes dans l’EST actuellement enseignés

Il était nécessaire de recueillir l’avis des enseignants sur l’hypothèse que les
programmes d’EST en vigueur au cours primaire ne prennent pas en compte
l’enseignement/apprentissage relatif à la vertu des plantes. Ainsi, à la question de
savoir si d’après eux, enseignant des cours au primaire, les programmes d’E.S.T
actuellement enseignés prennent en compte la vertu des plantes, on note que 54% de
ceux-ci ont répondu par un NON franc alors que 28% ont répondu OUI et 18% ont
été hésitant en répondant peut-être (figure 10) . Ces deux dernières catégories de
réponse peuvent s’expliquer, soit par la mauvaise compréhension du vrai sens de
« vertu des plantes », soit par l’inattention accordée à cet enseignement au cours de la
carrière des enseignants auteurs de ces réponses.
Figure 10: niveau de prise en compte de la vertu des plantes dans l’EST

La vertu des plantes est-elle prise en


compte dans l'EST
60%
50%
40%
30%
54%
20%
28%
10% 18%
0%
OUI NON Peut-être

La vertu des plantes est-elle prise en compte dans l'EST

27
En effet, conformément à la synthèse faite plus haut (tableau 7) concernant
l’ensemble du contenu des enseignements de l’E.S.T aux cours primaires, les notions
apprises par les apprenants de CI au CM2 se résument à la morphologie et l’anatomie
des plantes. L’autre aspect abordé concernant les aliments de l’homme, consiste à
montrer que certains de ces aliments proviennent des végétaux.

Ainsi, on peut admettre, à l’instar des 28% des enquêtés que


l’enseignement/apprentissage de l’E.S.T au cours primaire ne prend pas en compte la
vertu des plantes

3. Appréciation de l’introduction dans l’enseignement de l’EST des


situations d’apprentissage centrées sur les plantes et leurs vertus
thérapeutique et nutritionnelle

En admettant que l’enseignement/apprentissage au cours primaire ne fait aucune


place à la vertu des plantes, serait-il opportun de penser à y introduire ? Serait-il utile
pour la société de demain, celle des apprenants d’aujourd’hui qui auraient eu la
chance d’édifier leur conscience sur la vertu des plantes ?
A ces questions, le résultat des réponses des enseignants est présenté dans les
figures 11 et 12 ci-après.
Figure 11 : Niveau d’appréciation de l’opportunité Figure 12 : Niveau d’appréciation de l’utilité pour la
d’enseigner les vertus des plantes dans l’EST
société de l’enseignement des vertus des plantes

Enseigner la vertu des plantes


serait-il utile pour la société
70%
64%
60%
50%
40%
29%
30%
20%
10% 7%
0%
Oui Non Peut-être

Enseigner la vertu des plantes serait-il utile


pour la société

28
Enseigner la vertu des plantes est-il
opportun pour les apprenants?
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Oui Non Peut-être

Enseigner la vertu des plantes est-il opportun


pour les apprenants?

Ces résultats montrent que près de 80% des enquêtés estiment qu’il est
opportun d’introduire cet enseignement dans les programmes d’E.S.T. Quant à
l’utilité pour la société, 64% ont répondu par un OUI alors que 7% seulement ont
estimé le contraire. 29% sont hésitants sur leur réponse en choisissant « peut-être ».
Mais, quand il leur a été servi que s’il leur revenait de voter pour (OUI) ou
contre (NON) l’introduction dans le programme de cet enseignement de la vertu des
plantes, les résultats obtenus et présentés dans le graphique 13 suivant est nettement
en faveur du OUI.

Figure 13: résultat de vote sur l’introduction dans le programme de


l’enseignement de la vertu des plantes

29
Vote pour intégration dans le
programme
100% 94%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10% 6%
0%
Oui Non

Vote sur intégration dans le programme

A la lumière des résultats de cette enquête plus de 90% des enseignants ont reconnu
l’intérêt et la pertinence de compléter le programme d’EST par l’enseignement-
apprentissage des plantes et de leurs vertus.

4. Niveaux appropriés et axes de connaissances préférés


Au cas où il serait admis d’introduire cet enseignement dans le programme
d’E.S.T, quels devraient être les centres d’intérêts pédagogiques sur lesquels ils
seraient nécessaire et approprié d’intervenir ?
Sur un ensemble de quatre centres d’intérêts proposés au choix des enquêtés, le
résultat permet de faire une classification décroissante du premier au quatrième.
Ainsi, la préservation des plantes médicinales vient en tête. Les exemples de
recettes thérapeutiques des plantes suivent en deuxième potion, puis après viennent
respectivement la biologie des plantes d’intérêt et l’aspect socioéconomique de la
pharmacopée (graphique 14)
Figure 14 : Thèmes d’intérêt des apprentissages

30
Centres d'intérêt d'apprentissage
choisis
35% 33%

30%
27%

25% 24%

20%
16%
15%

10%

5%

0%
aspect culturel et Exemples de Biologie des plantes aspect
préservation des recettes médicinales socioéconomique de
plantes médicinales thérapeutiques la pharmacopée

En effet, la préservation et la valorisation de la diversité biologique des plantes


passe par la connaissance de leur vertu spécifique dont dépend toute l’humanité aussi
bien au plan nutritionnel que thérapeutique. L’introduction de cet enseignement serait
donc un atout quant à la formation de nos futurs citoyens à une conscience
environnementale et sociale accrue.
Si ces enseignements devront être dispensés au cours primaires, il serait
cependant nécessaire de définir les niveaux ou promotions les plus habilités. Ainsi, à
la question de savoir quels sont, parmi les classes du CI au CM2, celles qui sont plus
aptes où ces enseignements seront dispensés, les résultats ci-après sont obtenus.

31
Figure 15 : Groupes pédagogiques appropriés

Groupes pédagogiques
appropriés proposés
45%
40%
40%

35%
30%
30%

25%

20%
15%
15%

10% 8%
5%
5% 2%
0%
C I CP C E 1 C E 2 C M1 C M2
groupe pédagogique appropriés proposés

A la lumière des résultats de la figure 15 on peut retenir les trois derniers


groupes pédagogiques de l’Enseignement primaire à savoir CE2, CM1 et CM2 qui
semble être les classes les mieux appropriées pour l’enseignement de la vertu des
plantes.
5. Stratégie d’intégration de la situation dans les programmes d’EST en
vigueur.

Couramment, on entend dire « vouloir c’est pouvoir ». Il ne suffit pas de voir la


pertinence et le désir d’introduire cet enseignement dans le programme pour en être
capable et se lever pour le faire. Ainsi, s’il était confié aux enseignants de procéder à
cette intégration dans le programme, à quelles difficultés seront-ils confrontés ?
L’anticipation sur les problèmes éventuels d’une telle œuvre appelle à envisager des
stratégies. Ainsi, à la question de savoir quelles pourraient-être les difficultés ou
obstacles à l’introduction de cet enseignement dans le programme, sur une
proposition de cinq difficultés les résultats sont présentés dans le graphique 10

32
Figure 16 : Les prétendues difficultés

Prétendues difficultés
45%
40%
40%
35%
30%
24%
25%
20% 16%
15% 12%
10% 8%
5%
0%

Il ressort des résultats que les enseignants voient en première position les
difficultés liées à la structuration pédagogique des apprentissages, en deuxième
position ils voient l’ignorance des vertus thérapeutiques, en troisième les difficultés
de collecte des recettes dans le domaine, puis enfin viennent respectivement
l’hésitation de certains parents pour des raisons religieuses et enfin les craintes que
certain parents pourraient avoir.
On conclut que les difficultés majeures craintes par les enseignants sont liées à
la réussite de l’action pédagogique qui relève de leur responsabilité presque entière.
Cela témoigne à notre avis d’une faible intégration sociale endogène d’une part et
d’autre part, de la qualification professionnelle à l’œuvre qui ne sont rien d’autres que
les conséquences de notre système éducatif et de formation professionnelle. Ainsi,
ces problèmes envisagés n’en seront plus uns dès lors que des dispositions de
formations les auront prises en compte.

33
A côté des difficultés sus soulignées, il est important de sonder la bonne
volonté des enseignants à participer volontairement aux travaux d’intégration au
programme s’ils en étaient invités.
Quand il leur a été demandé leur acceptabilité à participer volontiers ou non
aux travaux de formulation de séquences d’apprentissage, les résultats présentés par
le graphisme 17 montre que 61% des enseignants en sont favorables alors que 28%
l’acceptent sous condition de motivation pécuniaire.
Quant à la question de savoir s’il était possible de convaincre les décideurs à
une telle réforme, 56% des enseignants estiment qu’il ne serait pas facile. Ce résultat
traduit le degré de considération qu’accordent les dirigeants du système éducatif aux
idées novatrices endogènes des acteurs du système. Quelle que soit la qualité
supérieure que ressources humaines nationales, leur produits de réflexion n’a de
valeur que ce pense le décideur.

Figure 17 : acceptabilité de participation volontaire Figure 18: degré d’acceptabilité des décideurs

Acceptabilité de participer à la Possibilité de convaincre les


formulation de séqences décideurs
d'apprentissage
56%
80% 60%
61%
60% 50% 36%
40% 28% 40%
20% 11% 30%
20% 8%
0%
Volontiers Sous condition Non 10%
de motivation 0%
pécuniaire Oui Pas Non
facilement
Acceptabilité de participer à la formulation de Possibilité de convaincre les décideurs
séqences d'apprentissage

De ces résultats, il ressort qu’un nombre non négligeable d’enseignants sont prêts
à travailler volontiers pour l’amélioration des contenus de nos programmes scolaires
et que cela dépendrait des décideurs du système éducatif.
Les conseillers pédagogiques et l’inspecteur en service dans la commune de
DASSA-ZOUME qui nous ont accordé des entretiens ont trouvé pertinentes la

34
problématique et reconnu que le programme d’EST en vigueur à l’école primaire peut
être réformé en y apportant des nouveautés qualitatives et en supprimant des choses
de peu de valeur s’il en a . Les raisons avancées par les uns et les autres résident dans
la loi n°2003-17 du 11 novembre 2003 portant orientation de l’éducation nationale en
république du Bénin qui stipule que le Bénin doit former un autre type d’homme
capable de se prendre en charge, créateur d’emploi, un type d’homme capable de
trouver solution aux problèmes qui se posent dans son environnement et de prévoir
ceux qui peuvent se poser dans l’avenir.

6. Résultats recueillis auprès des apprenants et des enseignants des environs


de Bohicon

Lorsque nous avons fait l’entretien avec les apprenants du CM1 et de CM2 dans
trois différentes zones de la circonscription scolaire de DASSA-ZOUME, nous avons
constaté que sur les 238 écoliers enquêtés en situation de classe, soit dans cinq classes
différentes, un pourcentage moyen de plus de 95% ont été toutes les fois favorables à
ce que des séquences de classe soient déroulées sur le sujet et certain d’entre eux ont
donné des exemples de recettes de plantes capables de traiter certains maux (de tête,
de ventre et autres).
Quant aux enseignants de la zone de Bohicon et environ chez qui nous avons
reconduit les mêmes questionnaires, nous avons remarqué que les résultats
statistiques sont semblables à ceux déclinés ci-dessus.

7. Synthèse des résultats de la recherche et conclusions

L’Education Scientifique et Technologique comme tous les champs de formation est


un champ de formation qui vise la culture, chez l’enfant, de la rationalité et de la
méthode applicables dans le cadre de la recherche de solutions aux problèmes de la
société. Elle embrasse tous les secteurs d’activité de l’homme (agriculture, économie,
biologie, mécanique, santé, l’artisanat, etc.). Compte tenu de son importance dans la
vie du futur citoyen que sont les apprenants, elle doit être organisée et centrée sur des
thématiques incluant la réalité socioculturelle et les enjeux futurs du développement.

35
Ainsi, l’évaluation de la pertinence des situations d’apprentissage en EST devra
examiner le degré de prise en compte des cinq besoins fondamentaux de l’homme à
savoir : se nourrir, se soigner, se loger, se vêtir et s’instruire car, le développement
d’un pays se mesure à la capacité de son peuple à satisfaire à ces cinq besoins.
La thématique liée à l’enseignement/apprentissage des plantes et de leurs
vertus embrasse aussi bien les besoins nutritionnels que les besoins sanitaires. Les
résultats ci-dessus présentés viennent de montrer que les programmes d’EST en cours
d’exécution de CI au CM2 ne prennent pas en compte de manière systématique les
vertus des plantes ni en terme nutritionnel ni en terme médicinal.
Les résultats obtenus au terme de nos investigations confirment que la plupart
des acteurs de l’enseignement primaire (enseignants, apprenants et corps du contrôle
ou d’encadrement) sont favorables à l’introduction de cette thématique
d’enseignement dans le programme d’E.S.T. On a noté que les apprenants des cours
moyens enquêtés connaissent beaucoup de recettes qu’ils sont prêts à partager avec
leurs camarades et leur maitre. De même, nous avons noté que la plupart des
apprenants n’ont jamais pensé que l’école peut parler des vertus des plantes. Leur
utilisation en famille était considérée comme une pratique cachée, extraordinaire,
souvent dans des conditions impropres et entourée de mythe. Les écoliers ont
toujours cru que l’école est catégoriquement opposée à l’usage des plantes dans les
soins de la santé et que pour l’école la seule et unique voie de soigner les maladies
c’est la médecine moderne. Ils ignorent qu’avant d’être moderne, la médecine
occidentale a été traditionnelle. Ainsi dans cet enseignement, l’aspect de la science et
de la technique en tant qu’instrument de transformation et de modernisation des
pratiques traditionnelles a été occulté. Or si cet aspect est occulté on peut conclure
qu’il n’y a point Education Scientifique et Technologique.
Suite à l’entretien avec cet échantillon d’apprenants, ces derniers ont compris que
l’école ne rejette pas ce que la famille fait et que l’école peut aider la famille à
améliorer certaines pratiques familiale. Et c’est cela qui met en équilibre le contrat
psychopédagogique qui lie l’école et la famille. Ainsi, si notre proposition dans le

36
programme EST au cours primaire est acceptée, elle contribuerait à rétablir le contrat
pédagogique qui devrait lier l’enseignant, l’apprenant et la société.
Les enseignants enquêtés n’ont pas manqué, dans leur suggestion, de souligner
l’inquiétude liée au mythe qui entoure nos produits pharmacologiques d’une part et
d’autre part les réalités liées à l’appartenance religieuses, ethnique, clanique qui, du
reste, ne sont pas à négliger totalement. Vu le nombre de congrégations ou groupes
religieux exogènes dont regorge la nation béninoise et leurs différents totems, vu le
nombre de sortes de religions traditionnelles existantes dans le pays, vu les diverses
sectes et les différentes sociétés secrètes, les enquêtés se demandent à quelle sauce
sera mangée cette thématique dans les écoles formelles publiques.
Cependant, notre ambition n’a aucune prétention de réduire ou de profaner les
réalités secrètes médico-magique de certains groupes. Le programme dont nous
faisons cas ne contiendra que la pratique scientifique des vertus des plantes, la
valorisation par la transformation modernisée des vertus naturelles en médicament ou
en complément alimentaire qui économiquement enrichit les pays qui nous
approvisionnent aujourd’hui.
Il faut aussi noter que la plupart des enseignants enquêtés sont nostalgiques du
passé où on nous organisait à apprendre au moins quelques techniques agricoles,
artistiques, artisanales etc. Toutes ces notions ont disparu du programme scolaire en
générale et des Enseignements Scientifiques et Technologiques (E S T) en particulier.
Nous notons aussi que le corps d’encadrement reconnait que le programme
d’EST en vigueur au Bénin a une certaine insuffisance dans toutes les classes. Ils ont
déploré que les concepteurs n’aient pas fait suffisamment les investigations requises
avant de lancer l’enseignement de ces programmes. Autrement dit la réforme qui
nous a conduit à l’APC n’a pas respecté les étapes qu’il fallait. Par conséquent, nous
assistons aujourd’hui à un programme qui ne permet pas à l’apprenant de construire
les compétences théoriquement énoncées.
Au total, l’enseignement des plantes et de leur vertu médicinale à l’école
primaire consisterait à préparer l’apprenant béninois à intégrer un tant soit peu son
environnement culturel en à partir de quelques valeurs endogènes reconnues sur le
37
plan sanitaire et nutritionnel tout en renforçant la confiance en lui-même. C’est aussi
développer chez les apprenants la passion de s’investir pour la transformation et la
valorisation économique futures de ce patrimoine culturel hérité de nos ancêtres.
L’enseignement de cette thématique sera sûrement bénéfique pour les
apprenants et la société de par l’intégration de ceux-ci. Enfin, elle sera bénéfique pour
la curiosité scientifique dans le domaine de la santé. C’est cet état de chose qui a
permis au peuple chinois de disséminer les produits sanitaires chinois sur tous les
continents du monde aujourd’hui. Ce qui nous confirme l’assertion « qu’aucun
peuple ne peut se développe sans sa culture ».
En conclusion, les résultats du présent travail ont confirmé l’hypothèse que les
contenus notionnels des programmes d’E.S.T actuellement enseignés aux cours
primaires ne prennent pas en compte l’enseignement/apprentissage des plantes et de
leurs vertus.
Ces résultats ont révélé que la plupart des acteurs enquêtés souhaitent
l’introduction d’un tel enseignement dans le programme d’E.S.T à partir de la classe
de CE2. Cette proposition n’impose aucunement les types de plantes ;chaque
régions ,zone, ville ou village tient compte des pratiques de son milieu

38
CHAPITRE IV : ESSAI D’APPROCHES PEDAGOGIQUES DE
L’ENSEIGNEMENT / APPRENTISSAGE/EVALUATION DES PLANTES ET
DE LEURS VERTUS EN EST.

Une chose est de mettre en évidence les insuffisances dans le programme


exécuté, mais l’autre chose est de pourvoir apporter des compléments appropriés
applicables avec des moyens moins coûteux.
Les résultats du présent travail ayant révélé la pertinence de la thématique et
souhaité son introduction dans le programme de l’E.S.T, je me suis employé à
examiner comment il serait possible de le faire en essayant de proposer une approche
de cette réforme. Elle a consisté d’une part à justifier les classes proposées pour cet
enseignement et d’autre part à proposer des situations d’apprentissage.

1. Caractéristiques des apprenants du primaire et l’enseignement des plantes


et de leurs vertus.

Au Bénin, pays francophone, la grande majorité des apprenants ne


comprennent pas encore le français avant de commencer l’école. Seuls les enfants des
citadins lettrés apprennent à parler le français depuis la maison avant de commencer
l’école. Pour la plupart des enfants, c’est en classe de CI qu’ils commencent leur bain
linguistique en français. Au CI l’enfant apprend à quitter le cercle familial et
s’adapter à des enfants de son âge venant d’autres familles, quartiers etc. Il apprend
aussi qu’il faut aller le matin venir à midi repartir à 14h 30 puis revenir à la maison le
soir à 17 heures. C’est ce que le législateur a signifié par "Initiation".
Le CP est une classe instrumentale, elle permet à l’enfant de connaitre
proprement les lettres alphabétiques et leur combinaison (formes, lecture et Ecritures)
afin de savoir lire et écrire la langue française. L’enfant apprend également à savoir
compter les chiffres de 0 à 100, les écrire en lettres et en chiffres. C’est ce que le
législateur appelle "cours préparatoire CP".
Au CE1, c’est le début de niveau 2 c’est une autre initiation qui n’est pas aussi
facile. Ici, il faut faire, copier, aller lire à la maison, faire une synthèse afin de venir

39
restituer à l’école dans tous les champs de formation. Les aptitudes élémentaires de
compréhension, d’expression orale et écrite, de mémorisation sont forgées
graduellement.
Au CE2 la jeune écolière ou le jeune écolier comprend mieux, est capable d’exercer
sa pensée critique sur les savoirs élémentaires et maîtrise mieux la tâche qui est la
sienne. Il semble plus apte à exercer les activités cognitives et socio-affectives
qu’exigerait l’enseignement/apprentissage sur les vertus des plantes. A l’instar de la
couture en Education Artistique qui commence à partir de CE2, les enseignants
enquêtés ont estimé qu’il serait plus judicieux que cet enseignement portant sur les
plantes et leurs vertus commence au CE2. Cela nous parait raisonnable et justifié. A
partir de CE2, normalement l’enfant a déjà huit ans francs et est plus apte à certaines
tâches plus ou moins autonomes aussi bien en famille qu’à l’école. Nous retenons
donc que cet enseignement sur les vertus des plantes couvre de CE2 au CM2.

2. Approches pédagogiques d’intégration et suggestions


2.1. Approches pédagogiques

L’enseignement de l’EST est d’une importance capitale. Il doit prendre en compte


non seulement les choses ou les objets Mais aussi les choses plus utiles. La première
richesse de l’homme étant constituée des biens de l’environnement naturel (les
roches, les mines, les eaux, les plantes et les animaux), ils sont la source de tous les
autres biens par le fait de l’exploitation et de la transformation. Les plantes en
particulier constituent non seulement l’abri pour les animaux y compris l’homme
mais aussi la mère nourricière pour les animaux et les hommes. C’est d’elles que
sortent tous les médicaments qui servent à guérir les maladies. Bien que tous les
programmes d’enseignement au primaire précédents et actuels ont mis en exergue les
plantes, ils n’ont nullement abordé l’enseignement systématique de la vertu des
plantes.
Ainsi, nous proposons dans la suite, un complément des Situations
d’Apprentissage (SA) dans les différentes classes ou cours retenus.

40
Proposition de compléments des situations d’apprentissage
P/EST-EP-BENIN
Programme complété en Education Scientifique et Technologique de l’Enseignement
Primaire au Bénin
 Au Cours Elémentaire 2e année (CE2)
Situations initiales compléments apportés
SA5 : La vie des plantes. Ajout d’une séquence
En séquences 1, 2, …10. Séquence11 : Utilité des plantes sur les
plans nutritionnel et sanitaire.

 Au Cours Moyen 1ère année (CM1)

Situations initiales compléments apportés


SA3 : L’alimentation et les besoins Ajout de séquence4
énergétique. Séquence4 : utilisons les plantes pour
Avec séquences 1, 2, 3. guérir.

 Au Cours Moyen 2e année (CM2)


Situations initiales Compléments apportés
SA1 + SA2 + SA3 Ajout de la SA4
SA4 : La médecine traditionnelle
Séquence1 : Exploitation de la situation de départ
Séquence2 : Enquête sur les méthodes de traitement
des maladies par les plantes.
Séquence3 : Analyse des résultats des enquêtes
Séquence4 : Récapitulation des résultats d’analyse
Séquence5 : Quelques définitions
Séquence6 : Retour et projection
Séquence7 et 8: Réinvestissement des
connaissances

41
2.2. Développement de la SA4 : la médecine traditionnelle

Cette partie est conçue comme une fiche pédagogique pour l’enseignant ou
l’enseignante. Elle décline les différentes étapes de préparation et de déroulement des
activités de la situation d’apprentissage.
2.2.1.Eléments de planification :
 Durée 60 minutes x 8
 Contenus de formation
 Compétences
Compétence Compétences Compétences
Disciplinaire Transversales Transdisciplinaires
N°3 Apprécier l’apport de N°1 : Affirmer son identité N°1 : Exploiter
la médecine traditionnelle personnelle et culturelle l’information disponible.
à la santé humaine par dans un monde on N°3 : Exercer sa pensée
l’environnement. constante évolution. critique.
N°2 : Agir N°5 : Gérer ses
Individuellement et apprentissages ou un
collectivement dans le travail à accomplir.
respect naturel et
l’ouverture d’esprit.
N °5 : Agir en harmonie
avec l’environnement dans
une perspective de
développement durable.

 Connaissances et techniques
- Les plantes de la végétation ont de vertus qui avaient permis à nos ancêtres non
seulement de manger mais aussi de traverser les diverses maladies de leur temps.
- Nous entendons dans l’histoire qu’au temps de nos ancêtres les maladies terribles
sévissaient et grâce à la vertu des plantes ils en sont sortis.
42
- Certaines de ces maladies continuent de sévir et les vertus qui peuvent servir à les
traiter sont dans nos régions encore.
 Stratégies, objet d’apprentissage
 stratégies d’enseignement / apprentissage/ évaluation.
- Enquête
- Travail individuel, travail en groupe, travail collectif
- Recherche documentaire.
 Matériel
- Document d’accompagnement
- feuilles de plantes
 Evaluation
Quelques critères sont énoncés pour aider à l’évaluation des apprentissages.
- Identification des faits pertinents démontrant l’influence des sciences et de la
tradition africaine.
- Expression de points de vue pertinents au regard de l’apport des sciences et de la
médecine traditionnelle.
- Description d’un enjeu d’ordre éthique ou environnemental lié au développement
des produits sanitaires made in Bénin
- Utilisation des références pertinentes pour soutenir un point de vue et/ ou une des
positions.
2.2.2. Informations et commentaires

Cette situation d’apprentissage vise la culture, chez l’enfant, de la rationalité et de la


méthode applicables dans le cadre de la recherche de solutions aux problèmes de la
société. Elle amène l’apprenant à reconstituer sa pensée sur le mode de vie de ses
ancêtres, et le patrimoine thérapeutique culturel. Elle amène également l’apprenant à
exercer sa pensée critique vis-à-vis de la science, des pratiques endogènes et leurs
applications sur le plan sanitaire. En effet, l’oralité et les pratiques traditionnelles ont
permis de connaître l’histoire de l’Afrique et des êtres vivants qui peuplent la terre.
Cette histoire est faite de situations d’amélioration continue des conditions de vie des

43
hommes. Le patrimoine culturel d’un peuple regorge, aussi bien de très bonnes
choses que des choses qui inspirent méfiance et rejet. Mais, l’homme contemporain
partisan du progrès a le devoir de connaître toute la richesse du patrimoine culturel
passé afin d’opérer des choix pour son progrès dans le futur.
Dans le cadre de la mise en œuvre de la présente situation d’apprentissage,
nous proposons à l’enseignant(e) deux situations problèmes autour desquelles il/ elle
pourra susciter la réflexion des apprenants. Ces situations problèmes permettront aux
apprenants :
 d’étudier quelques faits qui sont des témoins de la vie de leurs ancêtres. Ils
permettront par comparaison avec d’autres pratiques analogues des temps
modernes d’apprécier l’évolution de la science et de la technique au cours de
l’histoire de l’homme ;
 d’appréhender d’une part la nature des produits et de leur transformation et
d’autre part de montrer l’intérêt qu’ils présentent pour la société et la nécessité
de travailler et de chercher à avancer avec méthodes et détermination pour être
utile à sa société.
2.2.3.Déroulement

 Situation de départ
La guérison de Azonvidé
Malade depuis trois ans, hospitalisé au Centre National Hospitalier Universitaire
Hubert Koutoukou Maga, (CNHU/ : UKM) de Cotonou, Azonvidé a été sorti par son
oncle Azonwakon au mépris des règles qui régissent la sortie d’un malade hospitalisé
sans ordre du médecin.
De Cotonou vers Abomey, arrivés à Allada, cité mère originelle de tous les rois du
sud-Bénin, ils ont fait escale sous l’arbre d’Allada appelé en fon Alladatin. Sous cet
arbre se trouve une jarre à couvercle portant un gobelet ; cette jarre s’appelle
Alladagbin. Ce gobelet qui servirait à boire s’appelle Alladaka. Une femme du nom
d’Alladassi assise sous cet arbre demanda à oncle Azonwakon : laissez-le à moi, il
sera guéri.

44
- Azonwakon : Qu’allez-vous faire pour le guérir ?

- Alladassi : Il va prendre l’eau d’Allada qu’on appelle Alladassin. C’est avec


cette eau issue de la vertu des plantes que les frères de MEDJI, tous leurs
enfants, femmes, petits fils et petites filles ont utilisée pour être guéris de
plusieurs maladies.

- Azonwakon : Comment est faite cette eau ? Est-ce une eau ordinaire ?

- Alladassi : C’est une infusion faite avec des plantes, éléments de


l’environnement.

- Azonwakon : Est-ce pour traiter seulement les enfants d’Allada ou Alladanou ?

- Alladassi : Non, il suffit de créer un lien avec les fils ou filles d’Allada avec
cette filiation tu deviens Alladaton.

- Azonwakon : Ah bon !

- Alladassi : Oui ; Allada possède encore toutes les vertus de ses plantes
appelés Alladama pour aider sur le plan sanitaire tous les Alladavi (fils/filles
d’Allada) et leurs filiations.
A cet effet la dame Alladassi recommanda à AZONWAKON, l’oncle du
malade, de prendre trois gobelets de l’infusion qui était dans la jarre dans une
bouteille puis tous les jours de lui donner un petit verre à boire matin midi et soir
pendant sept (7) jours. AZONWAKON exécuta exactement toutes les
recommandations de Alladassi.
Le huitième jour l’oncle AZONWAKON est venu voir dame Alladassi, les
mains chargées de présents (cadeaux symboliques) pour célébrer la guérison de
AZONVIDE, après avoir tiré la conclusion qu’il a « besoin d’aller à l’école des
savoirs endogènes pour mieux vivre »
(Texte inédit)

45
Les patients et patientes de notre pays recherchent les voies et moyens que nos
ancêtres ont emprunté pour dominer la nature en ce moment-là.
Séquence1 : Exploitation de la situation de départ
Tâche :
Apprécie l’apport de la méthode de guérison par la vertu des plantes
Consigne:
1. Exprime-toi sur les faits de la situation de départ à propos de la guérison de
Azonvidé.

2. Circonscris la force de l’oralité dans la connaissance des forces de l’homme actuel


en formulant clairement tes questions de recherche.

3. Examine l’importance des éléments de l’environnement sur la santé de l’homme.

4. Enonce tes points de vue sur la tisane et l’utilisation des produits dans la l’histoire
de l’homme.

5. Echange tes points de vue et prends position par rapport aux conclusions tirées par
l’auteur du texte

6. Fais le point de tes acquis puis réfléchis aux applications pratiques de ce que tu as
appris.

Démarche d’enseignement / apprentissage / évaluation


Séquence de classe Résultats attendus
SEQUENCE DE CLASSE 1 et 2
INTRODUCTION
o Exprimer sa perception

ACTIVITE 1 : Les élèves expriment leurs idées et leurs


interrogations personnelles sur les faits évoqués par la
situation de départ à propos de la gestion des maladies
aujourd’hui et de nos ancêtres.
A cette occasion, les élèves s’exercent à :
- Exprimer leur perception des faits évoqués

46
Démarche d’enseignement / apprentissage / évaluation
Séquence de classe Résultats attendus
- Etablir des liens entre les différents faits évoqués

- Echanger sur leur perception


L’enseignant(e) fait des
L’enseignant ou l’enseignante aide les élèves à dire ce
qu’ils ou elles savent des liens qui existent entre les propositions de
hommes actuels et les hommes d’autrefois et à exprimer reformulation et suggère
leurs idées.
des questions (voir
REALISATION
o Circonscrire, l’objet d’étude exemple de question ci-
contre)
ACTIVITE 2 : Les élèves passent de leurs
représentations initiales à la formulation des questions
pouvant faire objet de recherche. Ces questions feront
A cette occasion les élèves :
l’objet de l’enquête
- Confrontent leurs représentations
documentaire.
- Relèvent les éventuels points de divergence entre
(activité 3)
ces représentations.

- Formulent des questions de recherche issues de


l’analyse précédente.

L’enseignant(e) fait un bref commentaire des idées


exprimées. Il/elle aide à relever les éventuelles
divergences d’opinions pour expliquer l’intérêt de
développer des apprentissages sur le thème.
Une discussion collective sur les différentes idées en
présence conduit à la formulation d’un certain nombre
de questions précises auxquelles il faut construire des
réponses.
Par exemple :
Comment les ancêtres ont pu réaliser cette infusion ?
Combien de maladies ALLADASSIN peut traiter ?
Cette infusion peut avoir des effets secondaires ?
Qu’est-ce qu’une infusion ?
Comment la réalise-t-on ?
Comment ils sont arrivés à la réaliser ?
Comment les ancêtres arrivent-ils à fabriquer leurs
47
Démarche d’enseignement / apprentissage / évaluation
Séquence de classe Résultats attendus
produits de guérison des maladies.
Comment arrivent-ils à cibler les objets de
l’environnement qui vont les servir ?
Comment reconnaissent-il que tels produits peuvent
guérir telles maladies etc.…
L’enseignement(e) introduit et anime une discussion sur
la question "comment procéder pour collecter ou trouver
des réponses aux différentes interrogations soulevées par
les faits de la situation de départ ?"
Aidés par l’enseignante les apprenants retiennent
d’effectuer une recherche documentaire pour tirer un
maximum d’information pour les ressources
documentaires de la bibliothèque de l’école.

ACTIVITE 3
Les élèves effectuent l’enquête sur les modes
composition et de préparation de l’infusion
"ALLADASSIN" et d’autres produits utilisés pour traiter - Axer l’activité sur le
les maladies chez eux. Certaines vertus des plantes nous compte rendu des
donnent plusieurs potentialités nutritionnelle et
résultats de l’enquête
thérapeutique. Il s’agira dans cette activité de s’appuyer
sur certaine plantes locales pour animer documentaire menée par
l’enseignement/apprentissage centré sur les vertus des les élèves.
plantes.
 Sur le plan nutritionnel notre milieu adopte quelques
plantes à valeur exceptionnelle telles que Ocimum
gratissimum (Tchiayo en fon) et Moringa oléïfera
(kpatin hissihissi en fon). Ces deux plantes peuvent
servir de base pour les vertus nutritionnelles.
L’apprenant recherche à travers des enquêtes auprès de
ses parents les vertus des plantes en objet.
 Sur le plan médicinal, on peut utiliser comme support
de plantes Momordica charantia (yinssikin en fon) et
Ocimum sanctum de son nom français basilic sacré,
(Akohoun en fon).

48
Démarche d’enseignement / apprentissage / évaluation
Séquence de classe Résultats attendus
ACTIVITE 4 : - L’enseignant prépare et
Les élèves organisent les informations collectés. organise les apprenants
L’enseignant ou l’enseignante invite les élèves à rendre
pour les enquêtes auprès
compte des informations recueillies. Il/ elle aide les
élèves à rendre compte des résultats de l’enquête. Pour de leurs parents.
ce faire, les élèves s’exercent à :
-Relever les différents outils, témoins des effectivités des
produits africains qui traitent des maladies.
- comprendre la notion de la pharmacopée.
- Dire en quoi la pharmacopée peut aider leur
communauté
- Relever les conséquences et les avantages de la
pharmacopée sur la vie de l’homme.
 Examiner les interactions et prendre position.

ACTIVITE5 : les élèves échangent des points de vue et


prennent position :
L’enseignant ou l’enseignante fait procéder à la
récapitulation des acquis issus des activités précédentes
puis invite les élèves à formuler un jugement sur les
conclusions auxquelles sont parvenus les utilisateurs des
produits des ancêtres.

SEQUENCE DE CLASSE 3 et 4
Pour ce faire, les élèves vont :
- identifier l’impact de l’utilisation des produits
fabriqués par les africains.

- identifier les influentes des activités humaines sur - L’apprenant rend


l’environnement. compte des résultats de
- Enoncer des points de vue sur les aspects positifs ou ses enquêtes
négatifs de l’utilisation des produits de la - l’enseignant (e), sur la
pharmacopée.
base de ses propres
- Donner son point de vue sur la responsabilité de recherches aide les
l’homme dans la reconstitution de l’environnement

49
Démarche d’enseignement / apprentissage / évaluation
Séquence de classe Résultats attendus
naturel. apprenants à structurer

- Prendre position en donnant son appréciation ses savoirs.


personnelle sur les exploitations faites des plantes de
vos forêts aujourd’hui.

- Tire une conclusion

 Nos ancêtres sont des scientifiques

 Ils n’ont pas laissé des écrits

 Mais leurs pratiques sont maîtrisées de génération


en génération.

 Ils ont respecté l’environnement naturel qui leur a


offert l’alimentation et de quoi se soigner.

Album photo des plantes objets de la SA


Ocimum gratissimum (tchiayo) Moringa oléïfera (kpatin hissihissi)

Ocimum sanctum (akohoun) Momordica charantia (yinsikin)

50
3. Eléments de suggestion
3.1. La nécessité d’une formation continue

Un niveau élevé de culture générale est assurément indispensable pour


l’enseignant. Mais il convient de le compléter par une formation spécifique dans le
domaine botanique et assimilé et même dans les langues locales pour mieux
communiquer avec les personnes ressources dont on aura besoin pour une bonne
séquence de classe. L’enseignant dont le rôle consiste à aider les enfants à réaliser des
apprentissages a sans doute plus que les autres, besoin de formation pratique
continue. Ainsi au cours des sessions de formation bien conçue, l’enseignant va vivre
concrètement des moments relatifs au traitement des erreurs commises par les
apprenants, à l’élaboration des activités de l’évaluation diagnostique et à l’utilisation
effective des résultats dans l’acte d’enseignement /apprentissage/évaluation d’EST
tout au long de l’année. Il est aussi nécessaire de mettre en place un cadre de
formation des directeurs d’écoles qui doivent jouer non seulement le rôle
d’administrateur mais aussi celui d’encadreurs pédagogiques aux jeunes gens qui leur
seront confiés sans expériences professionnelles
Pour atteindre cet objectif et le réaliser efficacement, la formule de formation
de proximité est plus indiquée. Dans cette optique, les unités pédagogiques (U P)
constituent un creuset où l’enseignant peut se former quotidiennement. Aussi les
conférences pédagogiques savamment préparées et animées par les Chefs de la

51
circonscription scolaire (CCS), les conseillers pédagogiques (CP) et les personnes
ressources sont-elles d’une utilité sans pareilles. Cela exige à coup sûr une
déconcentration des centres de décisions afin de rendre autonome et plus
opérationnelles les structures de gestion à la base.
3.2. L’importance de la motivation

La motivation est l’un des éléments sur lequel se basent les organisations
modernes de gestion pour améliorer la rentabilité de leurs entreprises. Comme l’a si
bien dit Victor HUGO, elle « est comme le vent qui fait avancer le bateau ». Il est
donc indispensable de mettre un accent particulier sur les conditions de vie et de
travail des acteurs principaux de l’école que sont les enseignants. Ceci les
encouragera à mieux s’investir dans leurs tâches. Philip H. COOMBS dans “Crise
mondiale de l’éducation“ nous donne une idée des éléments dont doit dépendre la
qualité de l’éducation. Selon lui « la qualité de l’éducation et les facultés
d’apprentissage des élèves dépendent largement de la compétence et de la
personnalité des enseignants et du dévouement avec lequel ils exercent leur métier. »
Un enseignant sans formation suffisante se trouvant dans de mauvaises
conditions de vie et de travail ne peut accomplir sa mission avec abnégation. La
dépolitisation des nominations ; l’impunité sont autant de malversations qui nuisent
dangereusement l’enseignement primaire La revalorisation effective de la fonction
enseignante entraînant par conséquent la hausse substantielle de leur traitement
salarial et l’octroi de toutes les indemnités auxquelles ils ont droit s’avèrent plus que
jamais nécessaire.
L’école béninoise pour sa suivie a besoin d’enseignants bien formés et bien encadrés
à qui l’Etat doit offrir des conditions décentes de travail.
3.3. Action de l’état

L’action de l’Etat est déterminante dans la mise en œuvre de cette retouche en


EST. Il ne suffit pas de prendre un arrêté pour s’attendre à son application. Il faut un
suivi rigoureux et permanent pour inciter les enseignants à respecter les dispositions
en vigueur. Ainsi au début de chaque rentrée scolaire, les autorités du MEMP
52
doivent instruire les responsables des structures déconcentrées afin que cette
recherche de nos valeurs endogènes soit systématique. Toute velléité de boycott doit
être punie. Dans ce cadre, les acteurs au niveau local doivent envoyer un rapport
détaillé à l’autorité de tutelle pour rendre compte.
Hormis ce facteur, l’Etat doit assurer la formation, le recyclage des
enseignants, leur motivation sur les récents produits phytosanitaires afin que les
éléments qui les composent puisse faire objet des notions à enseigner dans les écoles.
Il doit de plus recruter en nombre suffisant de membres du corps d’encadrement
(conseillers pédagogiques et inspecteurs) pour un suivi efficace des enseignants.
Doter les circonscriptions scolaires de psychologues /psychopédagogues pour aider
les conseillers pédagogiques et les inspecteurs à étudier avec finesse les
progrès. Malheureusement ces encadreurs sont d’un certains âges et qui ne sont pas
perméables au progrès. En tout état de cause ils seront contraints tôt ou tard L’Etat
doit œuvrer à l’effectivité de la prérentrée scolaire afin de permettre aux apprenants
d’échanger un tant soit peu sur les différentes expériences des vacances
La culture béninoise a besoin de retrouver sa place sur l’échiquier international
ou mondial. Sa phagocytose par des cultures étrangères conduirait à coup sûr au
calquage, replâtrage, imitation servile du model étranger en matière d’éducation.
Si les méthodes curatives endogènes étaient enseignées à l’école, elles seraient
déjà améliorées à l’image des produits chinois rencontrés sur toute la planète
aujourd’hui. Il est indubitable que ces produits sont des fruits améliorés de la
médecine traditionnelle chinoise.
L’école doit être par excellence le terrain d’expression favori des savoirs
authentiques. C’est pourquoi l’intégration des plantes médicinales aux programmes
d’EST au primaire semble nécessaire et c’est ce que nous avons voulu confirmé par
la présente recherche.

53
RESUME

Dans la recherche de solutions à nos différents problèmes, je pense que l’école


peut intervenir dans tous les domaines. Avec les reformes des années 90 dans
l’éducation, il est espéré que certaines pratiques de nos valeurs endogènes feraient
partir des préoccupations de l’école. Car l’école a pour mission de former des
citoyens qui puissent vivre dans leur société sans heurt. C’est dans cet ordre d’idée
que je m’évertue à demander : la place de l’enseignement/apprentissage des plantes et
de leurs vertus dans l’éducation scientifique et technologique (EST) au cours
primaire.
Des six champs de formation, l’EST est destinée pour les formations à
caractères scientifiques et ce champ avait dans son programme, l’enseignement des
plantes. L’objectif de mon travail est de chercher à savoir la place de
l’enseignement/apprentissage des plantes et de leurs vertus. En effet, j’ai fait l’état
des lieux, rappelé l’utilité réelle des plantes puis suggéré une amélioration dans la
propagation d’EST. J’ai évalué auprès des acteurs de l’éducation, le niveau
d’acceptation dudit programme au cours primaire. Cela a permis de sortir
l’hypothèse qui est formulée comme suit : quelle est la place de
l’enseignement/apprentissage des plantes et de leurs vertus en EST au cours
primaire ?

Quelques auteurs ont réfléchi sur le fait. Le cadre de l’étude choisi est Dassa-
Zoumé. La méthodologie d’investigation a eu lieu en trois phases : une phase
préparatoire, une phase documentaire et une enquête sur le terrain. Les difficultés ne
sont pas les moindre. Ces résultats sont présentés et analysés suivant les qualités des
enseignants.
La plupart des enseignants et des apprenants sont d’accord que les plantes et
leurs vertus peuvent être enseignés en Education Scientifique et Technologique au
cours primaire. Ils ont accepté et proposé le niveau où cet enseignement peut être
appliqué.
L’Afrique en général et le Bénin en particulier, avaient leur mode de vie et
regorgent d’un patrimoine riche non négligeable dont il serait nécessaire de tenir
compte dans les programmes d’éducation scolaire aujourd’hui, tant il est reconnu et
démontré qu’aucun peuple ne peut se développer sans sa culture. Les peuples noirs
africains et francophones que nous sommes, constituons déjà des citoyens
culturellement handicapés et déracinés par la langue du colon, support et vecteur des
54
civilisations étrangères. Donc les efforts à faire doivent beaucoup plus s’appesantir
sur nos systèmes éducatifs afin que les générations futures émergent comme les
peuples chinois et indiens aujourd’hui.
C’est ce devoir identitaire et culturel qui constitue ma motivation à réfléchir à
cette possibilité en prenant l’exemple de l’introduction de la thématique des vertus
des plantes orientées vers l’incitation à la préservation et à la valorisation
économique et environnementale de ces ressources naturelles.
Notre doute est que la phytotoxicité de la végétation peut dégénérer chez les
enfants de cet âge. Toujours est-il qu’on y réfléchisse pour voir la faisabilité.

55
CONCLUSION GENERALE

Au terme de notre recherche, il apparait clairement que le programme en vigueur


dans le champ d’Education Scientifique et Technologique dans nos écoles primaires
ne prend pas en compte l’enseignement/apprentissage centré sur les plantes et leurs
vertus. On peut donc constater à travers le contenu notionnel enseigné portant sur les
plantes n’aborde que superficiellement la morphologie et la biologie des plantes sans
réellement susciter des intérêts sur les plans social, économique et environnemental.
Cet état de chose n’est pas de nature à construire chez l’enfant les prétendues
compétences qui leur sont dues, à savoir : « élaborer une explication à un phénomène,
à un objet de l’environnement naturel ou construit », « affirmer son identité
personnelle et culturelle dans un monde en constante évolution » et « exploiter
l’information disponible ». Comme autre compétence, il est aussi exigé de
l’apprenant d’ « exercer sa pensée critique ».
La plupart des acteurs enquêtés à l’occasion du présent travail reconnaisse la
pertinence de la préoccupation et souhaite son introduction dans les programmes
d’E.S.T à partir de la classe de CE2. Cependant ils sont sceptiques de la faisabilité
étant donné que les décideurs, haut perchés, considèrent très peu les idées des acteurs
opérationnels au bas de l’échelle. Ils redoutent également qu’ils n’aient point les
ressources intellectuelles et matérielles nécessaires pour faire face aux exigences de
sa mise en œuvre.
L’Afrique en générale et le Bénin en particulier, avaient leur mode de vie et
regorgent d’un patrimoine riche non négligeable dont il serait nécessaire de tenir
compte dans les programmes d’éducation scolaire aujourd’hui, tant il est reconnu et
démontré qu’aucun peuple ne peut se développer sans sa culture. Les peuples noirs
africains et francophones que nous sommes, constituons déjà des citoyens
culturellement handicapés et déracinés par la langue du colon, support et vecteur des
civilisations étrangères. Donc les efforts à faire doivent beaucoup plus s’appesantir
sur nos systèmes éducatifs afin que les générations futures émergent comme les
peuples chinois et indiens aujourd’hui.

56
C’est ce devoir identitaire et culturel qui constitue ma motivation à réfléchir à
cette possibilité en prenant l’exemple de l’introduction de la thématique des vertus
des plantes orientées vers l’incitation à la préservation et à la valorisation
économique et environnementale de ces ressources naturelles. Ainsi, de telles
initiatives pourront cristalliser les consciences, montrer la possibilité et la faisabilité
afin qu’un jour les décideurs puissent s’engager sur cette piste.
Pour réussir cette mission dans le processus d’enseignement /apprentissage /
évaluation, l’Etat, les autorités en charge de l’éducation, les directeurs centraux, les
directeurs d’école et enfin les enseignants doivent accepter renverser les tendances
lourdes qui infectent aujourd’hui le système éducatif béninois.

57
BIBLIOGRAPHIE

ABDOU Moumouni. (1998), Education en Afrique, Présence africaine, 327 pages.


AGON Valentin. (2010), LA RUPTURE, édition Afrique-Emergence
AYINON T. C. (2016) Vaincre le français page
BARTH H. Voyage en Afrique
BAUMANN et WESTERMANN, (1957), Les Peuples et les Civilisations de
l’Afrique
BEART C. les jeux et jouets de l’Ouest africain (Mémoire de l’INFAN)
BOCO G. (2010) Psychologie et guidance en milieu africain
CHEIK A. (1955) Nation nègre et culture
COOMB P. H. (1968) Crise mondiale de l’éducation
COOVI G. (2008), Approche par compétence et intégration des valeurs endogènes
(Mémoire de DEA, UAC, Département de sociologie)
DIETERLEN .G. (1960) Essai sur la religion bambara
DIN D. (1933), l’Empire de Moramouba (coutume mossi de haute volta)
DUMONT T. R. (1962), L’Afrique noire est mal partie
MOUMOUNI A. (1964) L’éducation en Afrique
MUNGALA A. S. (1982) Revue socialiste de la culture négro-africaine, Ethiopiques
N°29
ORTIGUS M. C. (1961), l’Afrique noire pré- coloniale

58
TABLE DES MATIERES

IN MEMORIAM .................................................................................................................................... ii
DEDICACE ..........................................................................................................................................iii
REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... iv
SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................................ v
LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................................... vi
LISTE DES GRAPHIQUES ET FIGURES .................................................................................... vii
INTRODUCTION GENERALE ......................................................................................................... 1
CHAPITRE I : PROBLEMATIQUE ET CLARIFICATION CONCEPTUELLE ............................. 5
1. PROBLEMATIQUE..................................................................................................................... 5
2. OBJECTIFS ET HYPOTHESES ................................................................................................. 7
3. CLARIFICATION DES CONCEPTS ET ETAT DE LA QUESTION .......................................... 8
CHAPITRE II : CADRE DE L’ETUDE ET METHODOLOGIE D’INVESTIGATION................. 16
1. Cadre Géographique d’Investigation .......................................................................................... 16
2. Méthodologie de l’étude ............................................................................................................. 18
CHAPITRE III : PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS ........................................ 24
1. Caractéristiques des Enseignants enquêtés ................................................................................. 24
2. Appréciation du niveau de prise en compte des vertus nutritionnelle et thérapeutique des
plantes dans l’EST actuellement enseignés ....................................................................................... 27
3. Appréciation de l’introduction dans l’enseignement de l’EST des situations d’apprentissage
centrées sur les plantes et leurs vertus thérapeutique et nutritionnelle .............................................. 28
4. Niveaux appropriés et axes de connaissances préférés ............................................................... 30
5. Stratégie d’intégration de la situation dans les programmes d’EST en vigueur. ........................ 32
6. Résultats recueillis auprès des apprenants et des enseignants des environs de Bohicon ............ 35
7. Synthèse des résultats de la recherche et conclusions ................................................................ 35
CHAPITRE IV : ESSAI D’APPROCHES PEDAGOGIQUES DE L’ENSEIGNEMENT /
APPRENTISSAGE/EVALUATION DES PLANTES ET DE LEURS VERTUS EN EST. ............ 39
1. Caractéristiques des apprenants du primaire et l’enseignement des plantes et de leurs vertus. . 39
2. Approches pédagogiques d’intégration et suggestions ............................................................... 40
3. Eléments de suggestion............................................................................................................... 51
RESUME ........................................................................................................................................... 54
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................ 56
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................. 58
Annexe I : QUESTIONNAIRE DE COLLECTE DE DONNEES .................................................... 60
Annexe II : Guide d’entretien à l’endroit des apprenants du CM1/CM2........................................... 63

59
Annexe I : QUESTIONNAIRE DE COLLECTE DE DONNEES
Dans le cadre des efforts de contributions intellectuelles à l’amélioration des contenus des
enseignements aux cours maternels et primaires, vous êtes sollicités à partager les fruits de vos
riches expériences à travers le questionnaire que voici et dont l’exploitation ne vous porterait aucun
préjudice, mais bien au contraire des marques de gratitudes et de remerciements.
MERCI D’AVANCE ET FELICITATIONS!

L’un des fondements socio-éducatifs de l’APC est de former des citoyens intégrés aux valeurs
socioculturelles de leur communauté afin de vivre en harmonie avec celle-ci. Mais force est de
constater qu’en dépit de la richesse de nos patrimoines médico-pharmacologiques, aucun
programme d’enseignement-apprentissage ne les intègre dans le système de valeurs transmissibles,
ni sous la forme de savoir, ni sous la forme de savoir-faire, ni de savoir-être, qui préparent les
apprenants, futurs citoyens à pouvoir mieux les intégrer dans leurs comportements sociaux.Le
présent questionnaire vise à recueillir vos avis, appréciations et propositions sur une
éventuelle « Enseignement /Apprentissage de l’Education Scientifique et Technologique
(EST) et la vertu des plantes à l’école primaire au bénin ». Vous y êtes donc respectueusement
invités.

I- RENSEIGNEMENTS GENERAUX
1- Sexe : M F 2- Age :…………………
3- Ancienneté générale dans la fonction enseignante (nombre d’années) ……………………..
4- Ancienneté dans la C.S de DASSA-ZOUME ………………………………………….
5- Statut : APE ACE ACE reversé Stagiaire
6- Diplôme académique : BEPC BAC BAC+……….
7- Diplôme professionnel : CEAP CAP Autre (précisez) ………
8- Fonction : Adjoint Directeur CP Inspecteur
II- QUELQUES QUESTIONS SPECIFIQUES LIEES AU THEME
1. L’expérience des cours enseignés.
a) Etes-vous enseignant en situation de classe ? oui non
b) Quel cours tenez-vous actuellement ? CI CP CE1 CE2 CM1 CM2
c) Quels autres cours aviez-vous déjà gardé ? CI CP CE1 CE2 CM1 CM2
2. De l’expérience de l’enseignement des programmes d’EST en vigueur dans l’enseignement
primaire.
a) L’EST, dans son contenu, a-t-elle intégré les réalités locales habituelles des apprenants ?
Oui Non Peut-être

60
b) Telle qu’enseignée l’EST, peut-on y intégrer des situations d’apprentissage centrées sur des
connaissances endogènes ? Oui Non Peut-être
c) Serait-il opportun et avantageux aussi bien pour les apprenant, les enseignants que pour la
société d’y intégrer des connaissances endogènes ? Oui Non Peut-être
Oui pour les uns (à préciser)……………. …Non pour les autres (à préciser)……………………
Si oui pourquoi ? Raison1……………………………………………………………

Raison2…………………………………………………………………………………………

Raison3…………………………………………………………………………………………

d) Les connaissances de la vertu des plantes paraissent-elles être un centre d’intérêt pouvant
être intégré à l’enseignement/apprentissage de l’EST dans les cours primaires ?
Oui Non Peut-être Si Oui, quels sont les niveaux de cours les
plus appropriés ? CI CP CE1 CE2 CM1 CM2
e) Pourquoi jugez-vous ces niveaux les plus appropriés ?.................................................
.………………………………………………………………………………………………
..……………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………
f) S’il vous revenait de concevoir des situations d’apprentissage centrées sur cette thématique
pour ces niveaux, sur quels aspects allez-vous vous appesantir ?
Aspect culture et préservation des plantes médicinales Aspect recettes thérapeutiques
Aspect biologie des plantes médicinales Aspect socioéconomique de la pharmacopée
g) Selon vous, quels avantages (psychopédagogiques, socio-affectifs, intellectuels, sanitaire,…)
cet enseignement/apprentissage centré sur la vertu des plantes peut-il apporter :
aux apprenants………………………………………………………………………………
aux enseignants………………………………………………………………………………
à la communauté……………………………………………………………………………..
h) S’il vous était permis de remplacer certaines séquences d’EST de votre niveau de cours par
des séquences sur ce sujet, lesquelles allez-vous remplacer ?
Niveau de cours……………. Séquence(s) à remplacer :……………………………
………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………
i) En tant qu’enseignant ayant des expériences certaines, quels types de difficultés pourriez-
vous avoir à animer des séquences d’apprentissage sur cette thématique ?
Structuration pédagogique Ignorance des vertus thérapeutiques
Difficultés de collecte des recettes dans le domaine Conviction religieuse rejetant leur
usage
61
Crainte des parents des apprenants autres à préciser……………………………
……………………………………………………………………………………………
3. De notre implication dans des actions de conception et l’expérimentation de séquences
relatives à cette thématique
a) S’il vous est revenu de voter pour l’enseignement de la vertu des plantes ou non dans
l’enseignement apprentissage de l’EST au cours primaire, que voteriez-vous ?
Oui Non
b) S’il vous est revenu personnellement d’exécuter un projet de séquence de classe (préconçu)
sur le sujet afin d’évaluer et de participer à son amélioration, allez-vous accepter ?
Volontiers Sous condition de motivation pécuniaire Non
c) Pensez-vous qu’il est possible de convaincre les décideurs à accepter d’apporter une pareille
modification dans l’enseignement/apprentissage de l’EST au cours primaire ?
Oui Pas facilement Non
d) Selon vous de quelle manière peut-on amener les décideurs à accepter une telle réforme dans
l’enseignement de l’EST ?
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………….
e) Faites toutes vos suggestions et commentaires par rapport à cette thématique de l’intégration
des connaissances médicinales endogènes dans l’enseignement/apprentissage de l’EST au
cours primaire.
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………..

Merci infiniment pour votre sens fraternel et de patriotisme

62
Annexe II : Guide d’entretien à l’endroit des apprenants du CM1/CM2
1. Votre maitre/maitresse vous parlera de comment nos parents traitaient certaines
maladies. Etes-vous intéressé ? oui non
2. Etes-vous prêts à l’aider ? oui non
3. Si oui, qu’allez-vous faire ?
a) Partager ce que nous connaissons déjà
b) damander aux parents leurs recettes médicinales pour certaines maladies ? oui
non
c) Chercher à connaitre les plantes et leur vertu
d) Chercher les plantes ? oui non
Autres choses ?……………………………

63
COURS : CI
Tableau 3: Programme E.S.T du CI

Situations
Connaissances et techniques Matériel nécessaire
d’Apprentissage
Texte, support réel ou substitut.
Reconnaissance et manipulation des
1. Je découvre Enfant, poupée, planche, pantin,
éléments du corps humain : tète, tronc,
mon corps le ballon, le chiffon, crayon paire
les quatre membres
de ciseaux et corde.
2. Je découvre
mon Fruits du milieu, récipient, tranche
Le rôle des organes de sens, le rôle de
environnement d’oignon, ail, pièce de monnaie,
la main, etc.
à l’aide de mes eau chaude, eau fraiche etc.
sens
Eponge, savon, serviette, eau,
3. J’entretiens Entretien du corps, de la bouche, les brosse à dent, pate dentifrice,
mon corps dents, les ongles, les oreilles etc. frotte-dent, bol miroir charbon ;
tige, coton, etc.
Fruits murs sains, les différents
4. Les aliments Identification des aliments sains et ceux
repas sains et ceux en début de
que je peux avariés .Précaution à prendre pour
décomposition. Torchon,
manger protéger les aliments
assiettes etc.
5. Je découvre les Exploration des animaux de mon
La planche, la basse-cour, images
animaux de milieu. Notion d’être vivant (respirer,
etc.
mon milieu manger boire, grandir puis meurt)
Reconnaissance des plantes de mon Plante, herbe, arbre, bref des
6. Je découvre les
milieu, distinction des herbes des arbres, végétaux. La graine à la plante
plantes de mon
des arbustes puis description de la vie sous forme d’herbe, d’arbuste à
milieu
des végétaux. l’arbre.
7. Je découvre
quelques objets
La craie se casse facilement. Elle laisse
fabriqués et Craie de différentes couleurs
des traces et fait de poussière.
utilisés en
classe
Source : Programme d’EST au Cours d’Initiation (CI)

64
Cours CP
Tableau 4: Programme d’EST en vigueur au C P

Situation d’apprentissage Connaissances et


Matériel nécessaire
Techniques

1. Comment utiliser le
Propriétés de ces objets et Le crayon, gomme, papier,
crayon à papier, la
leur utilité craie, livre et ardoise
gomme et le papier

2. Comment fonctionnent Les membres supérieurs et


Rôle des membres
les membres ? les membres inférieurs

Les objets courants de la


maison, de la classe. Tenir
3. Comment notre corps
Rôle des yeux, oreilles, nez, compte de leur couleur, du
est renseigné sur ce qui
langue, la peau bref les sens. son qu’ils peuvent produire,
se passe autour de lui ?
de leur gout et de leur odeur
sans oublier la forme.
4. Quels aliments Différentes sortes
Soins à apportés aux
consommer pour ne pas d’aliments. Aliments sains et
aliments- leur origine etc.
tomber malade ? malsains
5. Comment utiliser le
foyer, la marmite et la Reconnaissance des Différentes sortes de foyers.
louche pour la différents types de foyers, les Différents types de
préparation des marmites, les louches etc. marmites, de louches etc.
aliments ?
6. Quels soins apporter
Identification des oiseaux- Différents types d’oiseaux
aux oiseaux de mon
description du milieu
milieu ?
La plante est une chose qui
7. Comment entretenir les vit comme les animaux. Elle Une plante par élève un
plantes ? nait grandit et meurt. Nous grillage en fer ou en bois
devons l’entretenir.
Source : Programme d’EST au Cours Préparatoire (CP)
65
COURS : CE1
Tableau 5 : Programme d’E S T en vigueur au CE1

Situation d’Apprentissage Connaissance et Techniques Matériel nécessaire

Prendre conscience que je Chant :


1. Mon dossier de croissance
grandis effectivement. Photos ficèle, bâton, etc.
Prendre conscience des
Jeu, élèves, planches sur les
2. Le corps en mouvement muscles, articulation s et leur
muscles
mouvement
Reconnaissance des différentes
couvertures des animaux du
milieu. A savoir plumes, poils Planches sur les animaux.
3. Les animaux de mon
écaille etc. d’une part et le Classification suivant le régime
milieu
classement de ces animaux tels alimentaire
que mammifères, reptile etc.
d’autre part.
Reconnaissance des divers
4. Le monde végétal autour couverts végétaux. Arbres, Ecole ou environnement
de nous arbustes, herbes grande taille, immédiat de l’école
tronc, haut et robuste etc.
Feuilles d’arbre, petits
5. L’air et le vent autour de Les caractéristiques de l’air, le
morceaux de papier, seringues,
nous rapport entre air et le vent.
pompe, etc.
6. Qu’est-ce qui flotte ? Cuvette contenant de l’eau,
Légère notion de densité
Qu’est-ce qui coule ? certains objets
7. Fabrication d’objets
Une planchette en bois, la
techniques : le cerf-volant, Notion de construction d’objets
colle, du papier, la ficelle une
la girouette et le moulinet techniques.
longue corde etc.
à vent
8. Quelques changements
apportés par la science et Apparitions des moyens de plus Groupe d’enquêtes avec le
la technologie dans notre en plus performants matériel…
façon de vivre
Source : Programme d’EST au Cours Elémentaire Niveau 1 (CE1)

66
COURS : CE2
Tableau 6: Programme d’E S T en vigueur au C E2

Situation d’apprentissage Connaissances et Techniques Matériel nécessaire

1. Les aliments de l’homme : L’origine des différentes sortes


Aliment d’origine : animal-
classification d’après d’aliment .Les différents
végétal-minéral
l’origine aliments

2. Le trajet des aliments Connaissance du tube digestif


Planche sur l’appareil digestif
dans notre corps et l’appareil digestif.

3. La respiration chez Planche de l’appareil


Maitrise de la voie respiratoire
l’homme respiratoire
4. La locomotion chez les Maitrise des diverses Les sortes d’animaux : oiseaux,
animaux locomotions des animaux. mammifères etc.
Prise de conscience que la
Graine mise en terre, entretenue
5. La vie des plantes plante est un être vivant qui
et suivre sa progression.
nait, grandit et meurt.
bol de différentes couleur,
6. Propriétés et cycle de Connaitre quelques propriétés
réchaud cloporte, casserole, eau
l’eau de l’eau puis son cycle
et allumette

7. Le thermomètre : un
Le thermomètre, un bocal
instrument pour mesurer Connaitre les propriétés d’un
contenant de l’eau tiède et de
la température du corps, thermomètre
l’eau fraiche.
de l’air ou de l’eau.

Connaitre les propriétés de Trois barreaux aimantés, et des


8. Jouons avec des aimants
l’aimant bouts de fer

9. La science et la Avoir une idée sur l’évolution Image d’appareil technique,


technologie dans notre vie de la science et la technologie. appareil photographique etc.

Source : Programme d’EST au Cours Elémentaire Niveau 2 (CE2)

67
COURS : CM1
Tableau 7: Programme d’E S T en vigueur au CM1

Connaissances et
Situation d’apprentissage Matériel nécessaire
techniques

Description et le
1. Que deviennent les fonctionnement de l’appareil
Les sortes d’aliments, les
aliments que nous digestif et le rôle de chaque
planches de tube digestif
mangeons ? organe puis la finalité des
aliments
Connaitre le rôle, la
2. Le sang et la Planche de l’appareil
composition puis le circuit
circulation. circulatoire.
du sang dans l’organisme.
Connaitre ce qui donne
3. L’alimentation et les Les diverses sortes
l’énergie à l’homme puis la
besoins énergétiques de d’aliments. Planche de
carte d’identité des aliments
l’homme l’appareil digestif
de mon milieu.
4. La fleur ! A quoi ça sert Connaitre les différentes
dans la vie d’une parties de la fleur puis le Plante, fleur et les planches
plante ? cycle de la plante.
5. Le vaccin ! Une grande
découverte scientifique Connaitre le rôle du vaccin et
Documentaire
au service de notre puis sa conception.
santé
6. Production et Claquoirs, un long bâton
L’origine des sons
transmission de son l’eau etc.
7. Transmission et
Identification des organes de Bicyclette, machine à
transformation de
transmission d’une bicyclette coudre.
mouvement
Source : Programme d’EST au Cours Moyen Niveau 1 (CM1)

68
COURS : CM2

Tableau 8: Programme d’EST en vigueur au CM2

Situation d’Apprentissage Connaissances et techniques Matériel nécessaire

1. Le circuit électrique :
fonctionnement d’une Connaissance et réalisation du Piles, lampes électriques, fil

lampe électrique. circuit électrique électrique, interrupteur.

Connaissance des divers


nutriments. Leur rôle, les aliments
composés leur rôle, la carte
2. Bien manger pour vivre
d’identité des aliments, enfin le Produits alimentaires variés
rapport aliment et santé. Etude de
quelques maladies d’origine
alimentaire.
Reconnaissance des premiers

3. Les premiers hommes hommes et la description du


étaient différents de chemin parcouru de ceux-là jusqu’à
Recherche documentaire.
nous. l’homme actuel. Enfin pourquoi on
dit pourquoi l’Afrique est le
berceau de l’humanité.
Recherche documentaire.

4. L’énergie autour de Connaissance des diverses énergies, Bidons d’eau peints en noirs
nous leur source, leur caractéristique et puis en blancs.
leur utilisation. Thermomètre,- mouchoir
noir, mouchoir blanc.
5. Fonctionnement de
quelques machines
Connaissance des diverses Planche ou bois rigide ; sac,
simples : principes des
machines simples. Leur rôle sable, livre, table.
leviers et des poulies

Source : Programme d’EST au Cours Moyen Niveau 2 (CM2)

69