Vous êtes sur la page 1sur 3

I.

La démarche et la méthodologie de l’audit interne


1- La démarche de l’audit interne

Une mission d’audit interne se divise en 3 phases essentielles, chacune des phases à ses propres
outils

Ces phases retracent le processus de réalisation de la mission

Ces phases exigent des auditeurs de compétences spécifiques

Les phases  : 

 La phase de préparation ou d’études ;

 la phase de réalisation et de vérification ;

 La phase de conclusion (clôture).

 La phase de préparation :

C’est la première phase qui ouvre la mission d’audit, dans cette phase on fait tous les travaux
préparatoires avant de passer à l’action, l’objectif de cette phase est l’orientation et le cadrage
de la mission d’audit.

Ordre de mission : c’est le mandat donné par la Direction Générale au service d’audit interne
pour réaliser sa mission, il précise l’objet de la mission et son étendue.

La prise de connaissance du domaine auditée : l’auditeur doit prendre connaissance du domaine


à auditer, le découper en simples activités susceptibles d’être auditées afin que le travail soit
simple, facile et précis.

Les auditeurs utilisent des différents outils pour acquérir des connaissances : on peut par
exemple trouver le questionnaire de prise de connaissances (QCP), les observations, les
documents de l’entreprise…

L’identification et l’évaluation des risques : l’auditeur ici cherche à connaître les zones à risques
ou bien les risques potentiels, et puis concevoir le tableau des risques qui permet à préciser les
objectifs de la mission d’audit interne.

Le tableau des risques consiste à découper l’activité en tâche ou opérations élémentaires et à


indiquer en face l’objectif de chacun, voici un exemple d’un tableau des risques :

Tâches objectifs risques évaluations Dispositif du constat


CI
Réception de Sécuriser la Pertes, bonne Procédures de
marchandise réception avaries… vérification
Conformité Contentieux.. Normes de
qualité/quantité livraison
L’élaboration du référentiel du contrôle interne Le référentiel du contrôle interne permet
à l’auditeur de déterminer les objectifs d’audit et le champ d’action. Le référentiel
définit les objectifs de la mission sous 2 rubriques :

 les objectifs généraux : ce sont les objectifs permanents du contrôle interne dont
l’audit interne doit s’assurer du bon état (la sécurité des actifs de l’entreprise, la
fiabilité des informations produites…)
 les objectifs spécifiques : Ils précisent de façon concrète les différents dispositifs de
contrôle qui vont être testés et qui contribuent à la réalisation des objectifs généraux
 La phase de réalisation :

Programme d’audit

D’abord il faut faire un programme d’audit ou bien un planning de réalisation qui est un
document interne au service d’audit dans lequel on détermine et on répartit les tâches. il est
établi par les membres de l’équipe d’auditeur sous la supervision du chef de mission.

Le planning doit contenir 2 points essentiels :

 Les travaux d’audit à accomplir pour atteindre les objectifs d’audit


 Les techniques et les outils dont on va utiliser pour chaque tâche, il s’agit de définit s’il y a
lieu d’établir un diagramme de circulation, d’effectuer un sondage statistique,
d’interviewer….

Le questionnaire de contrôle interne (QCI) 

C’est le guide de l’auditeur pour réaliser son programme de travail, ce questionnaire doit se
composer de toutes les bonnes questions à se poser pour réaliser une observation complète, Il s’agit
de formuler des questions permettant de savoir si la tâche élémentaire est bien faite et bien
maitrisée.

La QCI comporte 5 questions fondamentales permettant de regrouper l’ensemble des interrogations


concernant les points de contrôle :

Qui ? Questions relatives à l’opérateur pour connaitre s’il existe, quels sont ses pouvoirs et dans
quelle mesure la situation réelle est conforme avec le référentiel

Quoi ? Regroupe les questions relatives à l’objet de l’opération

Où ? Les questions concernent les endroits où se déroulent les opérations

Quand ? Les Questions relatives au temps

Comment ? Questions relatives à la description du mode opératoire

Le travail sur le terrain 


Dans cette phase il s’agit pour l’auditeur de répondre aux questions du QCI. Les outils utilisés sont
des observations aux différentes sortes de tests : analyse de documents, réconciliation des données,
entretiens…

La FRAP (= Feuille de Révélation et d'Analyse de Problème)

Durant la phase de terrain, pour chaque dysfonctionnement, chaque anomalie constatée, donne lieu
à l’établissement d’une FRAP, qui est un document normalisé qui va conduire et structurer le
raisonnement de l'auditeur jusqu'à la formulation de la recommandation et la rédaction du rapport.

Le compte rendu final

A la fin du travail de terrain, le responsable de la mission d’audit présente au principal responsable


de l’entité le résultat des travaux d’audit et les conclusions dégagées. Pour ce faire, il faut que
l’équipe d’audit maitrise parfaitement ses résultats et ses conclusions.

Des questions ou contestations du responsable de l'entité peuvent amener les auditeurs à effectuer
des travaux complémentaires.

L’appréciation du contrôle interne

Il faut prendre en considération 3 éléments clés pour l’évaluation du contrôle interne :

 Est-ce que les travaux d’audit ont mis en évidence des anomalies ou des faiblesses
significatives ?
 en cas de réponse positive, des corrections ou améliorations ont-elles été apportées après
constatation des anomalies ou faiblesses ?
 ces anomalies ou faiblesses et leurs conséquences sont-elles vraisemblablement généralisées
et entraînent-elles de ce fait un degré inacceptable de risque ?