Vous êtes sur la page 1sur 78

c   


c
   c 

 

A l͛origine, les communautés européennes ont été fondées entre 6 Etats (Allemagne-France-Italie-Benelux).
Aujourd͛hui, et ce depuis le 1 er janvier 2007, il y a 27 Etats dans l͛Union Européenne. Cela montre que c͛est une
organisation très attractive. Par ailleurs, depuis le 1er décembre 2009 (date d͛entrée en vigueur du Traité de
Lisbonne), un Etat peut même se retirer de l͛UE.

L͛Union Européenne aussi est une organisation évolutive. En effet, elle a connu une longue évolution depuis la
création de la première communauté (la CECA en 1952). Enfin, c͛est une organisation que l͛on qualifie de á á.
Cette organisation n͛a pas atteint le stade d͛Etat fédéral mais a largement dépassé le niveau d͛une confédération.

L͛Union Européenne a connu dans son évolution trois étapes :

‰ La création des communautés européennes


Traité CECA en 1952, Traité CEE et traité CEEA en 1958. Ces 3 communautés européennes étaient à leur création
essentiellement axées vers l͛économie, le but était l͛intégration économique. En ce sens elles sont apparues comme
un nouveau type d͛organisation sur la scène internationale = des organisations d͛intégration autrement dit un type
d͛organisation dans lequel les Etats membres transfèrent certaines de leurs compétences à l͛organisation
internationale.

‰ La naissance de l͛Union Européenne


L͛Union Européenne est instituée par le Traité de Maastricht signé en 1992 et entré en vigueur en novembre 1993.

Cette UE n͛a pas consisté en la création d͛une nouvelle organisation, ça n͛a été qu͛une étape dans un processus qui
avait commencé avec le traité CECA. C͛est une nouvelle étape et d͛ailleurs si l͛on reprend l͛article 1 alinéa 2 du TUE
modifié par le Traité de Lisbonne « ã á   

    á
 áá á     á á áá
á
 
á 
á 
    á
 


á  áá á áá  á

á   á  áá
  
    

á á áá
áá ».
Donc : nouvelle étape mais l͛UE ne se substitue pas aux communautés européennes (CECA CEE et CEEA). L͛Union
Européenne créée par le Traité de Maastricht repose sur les communautés européennes (CECA, CE (adjectif «économique»
supprimé) et CEEA).

La véritable nouveauté apportée par le Traité de Maastricht c͛est qu͛à cette intégration existante on est venu ajouter
de la coopération intergouvernementale. Cette coopération intergouvernementale se fonde sur le 2ème pilier de
l͛Union (la PESC).

NB : Le troisième pilier (JAI) qui, avec le Traité d͛Amsterdam de 1999, deviendra la coopération policière et judicaire
en matière pénale.

‰ Le traité de Lisbonne
‰ Ce traité est une étape très importante. Il a supprimé la structure en piliers. Cela signifie que désormais l͛UE repose
sur 2 traités : le TUE tel que modifié par le traité de Lisbonne et le TFUE.
oTraité CECA était arrivé à terme en 2002 / Traité CE a pris fin, l͛UE s͛est substituée à la communauté européenne
(CE) ].

‰ Un autre apport du Traité de Lisbonne a été de donner une valeur juridique à la Chartre des Droits Fondamentaux.

‰ Ce traité a aussi défini des objectifs à l͛Union plus larges que ceux qui étaient définis préalablement.

‰ Le traité de Lisbonne a apporté de grandes modifications d͛ordre institutionnel. Désormais il existe 7 institutions
au lieu de 5 auparavant. (Commission, Parlement, Conseil, Conseil européen , BCE ͙).

v Le Parlement Européen, comme à l͛occasion de chaque traité de révision, a vu ses pouvoirs augmenter :
désormais il est en principe codétenteur du pouvoir budgétaire avec le Conseil. Par ailleurs, le Parlement
Euro partage la fonction législative avec le Conseil, la procédure de codécision est devenue la procédure
législative ordinaire.
v En ce qui concerne la Commission européenne, des modifications ont été apportées quant à la désignation
de son Président. Ces modifications n͛ont pas été appliquées pour l͛actuelle Commission mais le seront pour
la prochaine : le Président de la Commission sera élu par le Parlement européen.
v Le Haut Représentant pour la politique extérieure et les affaires étrangères a vu ses pouvoirs renforcés et il
devient le 1er Vice Président de la Commission.
v Le Conseil Européen devient quant à lui une institution et désormais la présidence est désignée pour 2 ans et
demi. (actuellement : Herman Von Rompuy).
v La CJUE : le Traité de Lisbonne prévoit qu͛elle comprend la Cour de Justice (ancienne CJCE en tant
qu͛institution), le Tribunal (ancien TPI) et des tribunaux spécialisés.

Le traité de Lisbonne supprime les piliers et donc théoriquement il supprime la distinction entre pilier d͛intégration
et pilier de coopération. En réalité, en dépit de cette suppression il garde la spécificité de la PESC. En effet la PESC est
la seule politique de l͛UE qui soit prévue dans le TUE. Le titre 5 du TUE tel qu͛il apparait aujourd͛hui est consacré à
cette PESC, elle reste dans le TUE et elle garde une spécificité : elle reste du domaine de la coopération
intergouvernementale.

Par contre l͛ancien 3ème pilier c'est-à-dire la CPJEMP est devenue une politique de l͛UE visée dans le TFUE. Le TFUE
reprend en fait toutes les politiques qui étaient menées dans le cadre de l͛UE et parmi ces politiques il y a un titre qui
concerne l͛espace de liberté, de sécurité et de justice (espace qui repose sur l͛ancien 3ème pilier et sur l͛ancien titre 4
du TCE).

Aujourd͛hui l͛UE repose donc sur deux traités : le TUE et le TFUE. Le droit de l͛UE est un droit qui se
compose d͛un ensemble de règles qui vont régir à la fois la structure, les compétences et les activités de l͛UE.

Ce droit de l͛UE est composé de ce que l͛on appelle le droit primaire. Le droit primaire c͛est aussi appelé le droit
originaire = c͛est l͛ensemble des Traités. Depuis l͛origine des communautés européennes il y a eu tout un ensemble
de Traités (constitutifs et de révision). A coté de ce droit primaire il y a le droit dérivé, c͛est le droit qui dérive de
l͛application des traités. Il est très important en volume.

Cette importance en quantité du droit de l͛Union a des incidences sur le droit national. En 2006 par exemple dans
son rapport d͛activité le Conseil d͛Etat constatait que les saisines et l͛activité de sa cellule consacrée au droit de l͛UE
ne cessaient d͛augmenter.

A l͛origine le droit communautaire est un droit qui a été crée pour rassembler des Etats autour d͛un grand projet
économique à savoir la réalisation d͛un marché commun. Ce droit a su évoluer, progressivement il va être marqué
par le soucis du respect des droits fondamentaux comme en témoigne l͛article 2 du TUE « V á á 
á

 áá 
   
    
 
  á á 
áá
 áááá áá  á áãá
 áá á
 áá á á     á  


á
á 

 
 á

á
  

 
áá
áá ».

Les communautés européennes puis l͛UE se sont créées autour du droit. Ce droit est un droit original et spécifique.
Pourquoi ? Car il n͛est pas élaboré comme l͛est le droit interne : en effet c͛est un droit qui est l͛œuvre des
diplomates et des juge. C͛est un droit qui est négocié un peu dans les conditions du droit international public. En
dépit de cela, c͛est un droit qui s͛intègre au droit interne des Etats. «   á áá á   á
 á

 

  


á á  
   » comme le décrit Jean-Marc Sauvé. C͛est une
juxtaposition de systèmes juridiques.

C͛est un droit hybride en quelques sortes. Ce droit de l͛UE est un droit qui régit de manière assez fortes les rapports
entre personnes privées, il régit aussi les rapports entre Etats. Et dans certains domaines il tend à restreindre la
souveraineté des Etats.

‰ L͛UE est donc une organisation qui a construit un droit qui lui est propre et un droit qui se trouve au service d͛un
projet politique. Ce projet politique peut se traduire a travers l rrêt COST contre ENEL, CJCE, 1964 qui est l͛arrêt
de principe en matière de reconnaissance de la primauté du droit communautaire sur le droit national. Dans cet
arrêt la CJCE affirme que le droit communautaire est supérieur au droit national : « V  ã á     
  á 
 
 ááá  á  á  áá
 
á
 ááááá á
 á ».

Le droit de l͛UE est issu d͛une négociation aujourd͛hui faite entre 27 Etats, donc c͛est un droit qui finalement est le
fruit d͛alliances, de compromis, de concessions. Les Etats participent à l͛élaboration du droit et les parlements
nationaux sont amenés à examiner les projets de textes. De plus, avec le Traité de Lisbonne, les parlements
nationaux sont associés de façon encore plus étroite à la formation du droit de l͛Union. Rappel : rticle 88-4 de la
Constitution « V á  
áá
 
   á
  ááá  ãá
!
á
á  á
á
á   á 
á á á    áá  á 
   á    
áá
 
 áá  ãáá  áá  á  á»

* « Conseil » = Conseil de l͛UE c'est-à-dire celui composé de Ministres et non pas le Conseil européen

Cet article 88-4 donne aux Assemblées parlementaires un large pouvoir de voter des résolutions sur tout projet
d͛acte émanant de l͛UE. Le Traité de Lisbonne dans cette perspective d͛accroitre le pouvoir des Parlements
nationaux a prévu différents rôles pour eux :

- Un rôle dans le contrôle du respect du principe de subsidiarité


- Egalement un rôle aux dans le cadre des procédures de révision simplifiée des traités TUE et TFUE.
- Par ailleurs, les Parlement nationaux sont associés à la mise en œuvre de l͛Espace de Sécurité, de Liberté et
de Justice (= les Parlements nationaux sont informés de la teneur et des résultats de la mise en œuvre des
mesures prises au titre de cet espace).
- Aussi ils sont associés à l͛évaluation des activités d͛Eurojuste et d͛Europole. Europole = coopération entre les
polices des différents Etats membres. Euojuste = c͛est un pendant d͛Europole mais la coopération se fait au
niveau des magistrats.

Et surtout dans l͛élaboration du droit de l͛UE un rôle fondamental est joué par le juge : la CJUE. Quand on regarde sa
jurisprudence depuis son entrée en vigueur en 1952 elle a rendu des milliers d͛arrêts mais l͛essentiel de ces arrêts se
trouvent dans le cadre de l͛application du Traité CEE puis CE. Autrement dit, il y a peu d͛arrêts rendus dans le cadre
du Traité CEEA. Les arrêts rendus par cette Cour ont eu une incidence très forte sur l͛ensemble des branches du droit
et notamment du droit interne privé (droit de la concurrence, droit des contrats, droit de la propriété, droit de la
famille...). Par exemple : rrêt GRUNKIN, 14 octobre 2008, CJCE : en l͛espèce un enfant était né au Danemark, de
parents allemands. L͛enfant garde la nationalité Allemande mais est inscrit au registre de l͛état civil danois sous le
nom du père et le nom de la mère. Par la suite les parents divorcent, le père repart en Allemagne et veut faire
inscrire son enfant sur registre allemand. C͛est d͛accord mais on inscrit que le nom du père et pas celui de la mère.
Donc l͛état civil allemand refuse de reconnaitre le nom de naissance de l͛enfant ! Les parents invoquent la violation
par l͛Allemagne de la liberté de circulation des personnes. Le juge allemand sursois à statuer et pose une question
préjudicielle à la CJCE. La CJCE répond et sa solution va s͛imposer au juge allemand. Solution CJCE : La position de
l͛Allemagne est une entrave à la liberté de circulation. Par cet arrêt la Cour a confirmé l͛emprise de la liberté de
circulation communautaire sur le droit civil des Etats surtout en matière de conflits de lois.

Les arrêts rendus par la CJCE vont donner au droit de l͛union sa pleine portée. Et le juge de Luxembourg va veiller à
donner au droit de l͛Union et notamment aux Traités tout leur effet utile. Et c͛est ainsi que le juge de Luxembourg va
beaucoup s͛appuyer sur la théorie de l͛effet utile des traités : pas application littérale du texte si elle conduit à
rendre moins efficace la règle. Le but du juge de Luxembourg est de faire en sorte que le droit de l͛Union soit
appliqué de manière uniforme sur l͛ensemble des territoires des Etats et qu͛il soit appliqué de manière effective.
Pourquoi la recherche d͛une application uniforme ? Car il y a 27 Etats dans l͛UE et pour que le marché intérieur
puisse être effectif il faut que ce droit soit appliqué de la même façon partout, c͛est notamment l͛objet de la
question préjudicielle !

La CJCE est attachée à structurer l͛ordre juridique communautaire et elle a contribué à enrichir les sources de ce
droit tout en les hiérarchisant. En effet, un autre arrêt fondamental à retenir est l͛ rrêt V N GEND EN LOOS du 5
février 1963, CJCE : cet arrêt met en évidence la spécificité de l͛ordre juridique communautaire « V    
ã   á  á        
   
á  á 
á 

   
    á 
á      á
 á  

á
 á   á V  ã    á    
        
     

á
 á
   áá ááá
 ááá  á
áá ááá


á  á á  á 



 á áááá á ». Quand elle dit cela, la CJCE met en évidence l͛existence
d͛un ordre juridique autonome à la fois du droit international et du droit interne.

L͛autonomie par rapport au droit international signifie que les règles du DI qui régissent l͛application des Traités ne
sont applicables aux Traités communautaires que si elles sont compatibles avec les objectifs de ces Traités. Arrêt
dans lequel la CJCE a réaffirmé de manière forte l͛autonomie de l͛ordre juridique communautaire : rrêt K DI contre
CONSEIL du 3 septembre 2008, CJCE : la CJCE était saisie d͛un pourvoi formé à l͛encontre d͛un arrêt du Tribunal de
1ère instance. Le Tribunal avait estimé que le recours intenté par Kadi n͛était pas fondé et il avait refusé d͛annuler un
acte du Conseil au terme duquel les avoirs financiers de Kadi étaient gelés car il figurait sur une liste de personnes
soupçonnées d͛être impliquées avec les talibans. Donc on était dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Le
Tribunal avait estimé que l͛acte du Conseil étant pris sur la base d͛une résolution du Conseil de Sécurité des Nations
Unies, cet acte ne pouvait pas être contrôlé, il échappait au contrôle de légalité. Pourvoi de Kadi : la CJCE va annuler
l͛arrêt du Tribunal en disant qu͛un accord international ne saurait porter atteinte à l͛ordre des compétences fixé par
les Traités et de ce fait à l͛autonomie du système juridique communautaire et elle dit qu͛ «     ãá

   "    á
   á
  á       á 
  á     # 
 ã    
        

  
    
   $
 

    áá
   ».

‰ A retenir : Autonomie de l͛ordre juridique dégagée dans l͛arrêt VAN GENS EN LOOS et fortement réaffirmée
dans cet l͛arrêt KADI contre CONSEIL.

L͛ordre juridique communautaire est indépendant de l͛ordre interne et pour autant cela n͛exclu pas que le droit de
l͛Union est largement intégré dans le droit interne des Etats.
La CJCE qui est qualifiée de « moteur de l͛intégration communautaire » a, à travers ses jurisprudences, dégagé ce
que l͛on appelle les grands principes du droit communautaires

- Le principe de l͛effet direct de certaines normes : arrêt VAN GEND EN LOOS


- Le principe de primauté du droit communautaire sur le droit national : arrêt COSTA contre ENEL
- Le principe selon lequel les Etats sont responsables des préjudices causés du fait de la violation du droit
communautaire : arrêt FRANCOVICH de 1991.

Cette Cour de Justice a donc dégagé les grandes caractéristiques de ce droit de l͛Union et elle a la responsabilité d͛en
assurer le respect par les Etats membres mais aussi par les institutions de l͛Union elle-même. CORRECTION

‰ ‰ ‰ BREF RAPPEL SUR LES INSTITUTIONS DE L͛UE

Jusqu͛au Traité de Lisbonne dans les Traités il y avait la mention « CJCE ».

‰ Cette Cour de Justice a été créée par le traité CECA en 1951. ‰ Puis,
ère
en 1988 le Conseil a crée le Tribunal de 1 instance pour soulager la CJCE.
‰ Enfin, le Traité de Nice a permis la création de chambres juridictionnelles spécialisées et de ce fait a été crée en
2004 le tribunal de la fonction publique de l͛Union Européenne.

Le Traité de Lisbonne va modifier les intitulés de ces juridictions : il prévoit désormais (article 19 TUE) que la CJUE
comprends :

- La Cour de Justice de l͛Union Européenne (qui correspond à la CJCE)


- Le Tribunal (qui ne s͛appelle plus « TPI ») et comprend aussi des tribunaux spécialisés.

Trois types de compétences :

- ã  
   qui n͛appartient qu͛à la seule Cour de Justice (CJ). Elle consiste à se prononcer sur
la conformité d͛un accord international avec les traités TUE ou TFUE. Même mécanisme que celui qui
conduit notre Conseil Constitutionnel à exercer son contrôle de conventionalité. Elle rend alors des avis.
- ã 
    : elle est partagée par la CJ et le tribunal. En ce qui concerne le Tribunal : c͛est le
Traité de Nice (entré en vigueur en 2003) qui a prévu que le Tribunal pouvait connaitre de questions
préjudicielles. Mais uniquement dans les domaines définis par le statut de la Cour de Justice (CJ). A ce jour,
le statut n͛a pas déterminé ces domaines ! Du coup la compétence du TPI n͛est que potentielle et  
seule la Cour de Justice exerce toujours cette compétence. Compétence préjudicielle = le juge de l͛Union est
saisi par un juge national une question. Cette question peut être :
R Soit une question d͛interprétation du droit de l͛Union = le juge national est le juge commun
d͛application du droit de l͛Union or, quand le juge français doit appliquer un texte de l͛UE si
ce juge a des doutes sur l͛interprétation de la règle il doit sursoir à statuer et poser la
question, ca c͛est l͛interprétation
R Soit une question qui porte sur la validité d͛un acte de l͛Union = si le juge français a des
doutes sur la validité d͛un acte parce que par exemple il pense qu͛il viole un principe
fondamental, le juge national n͛a pas compétence pour juger de l͛invalidité d͛un acte de
l͛Union donc il doit sursoir à statuer et demander à la CJ de se prononcer sur la validité de
l͛acte. C͛est un mécanisme de coopération de juge à juge. La CJ dans ce cas là rend des
arrêts.
- ã   
 : dans ce cas le juge de l͛Union est conduit à trancher un litige. Cette compétence
est partagée entre la CJ, Tribunal et le Tribunal de la fonction publique de l͛UE.
Dans le cadre de la compétence contentieuse on distingue les recours intentés contre les Etats membres et
les recours intentés contre les institutions de l͛UE.
Ô En ce qui concerne le recours contre les Etats c͛est le recours en manquement. Il peut être intenté
par les Etats ou la Commission. Ce recours est de la seule compétence la Cour de Justice.
Ô Ensuite, il y a le recours contre les institutions ou organes. Là, il va y avoir une répartition de
compétence entre la Cour de Justice et le Tribunal. Parmi ces recours, il y a le recours en
annulation (c͛est l͛équivalent du recours pour excès de pouvoir) ; le recours en carence (recours
intenté contre une institution qui n͛agit pas alors que le traité l͛oblige à agir) ; le recours en
responsabilité extracontractuelle. Le recours en annulation, quand il est intenté par une institution
ou un organe, est déposé devant la Cour de Justice. Il est parfois aussi déposé devant la Cour de
Justice quand il est intenté par un Etat, sinon ces recours vont devant le Tribunal. Le recours en
annulation est déposé devant le Tribunal quand le recours est intenté par une personne physique ou
morale. Il en va de même pour le recours en carence.

Les arrêts du Tribunal peuvent faire l͛objet d͛un pourvoi devant la CJ ; par contre les arrêts de la CJ sont définitifs.

La procédure préjudicielle est essentielle car elle est appropriée à la nature spécifique originale du droit de l͛Union
car les juridictions nationales qui ne sont pas soumises à une subordination à la CJ sont les juges communs du droit
de l͛Union et sont amenés à exercer un contrôle de conventionalité. Et c͛est ce contrôle de conventionalité qui est à
la base des rapports entre le juge de l͛Union et le juge national. Et c͛est ainsi que l͛on constate qu͛il y a une
coopération sans cesse plus étroite entre les juridictions nationales et le juge de Luxembourg, mais surtout
coopération sans cesse plus étroite entre les Cours suprêmes nationales et le juge de Luxembourg. Cette
coopération va infléchir la jurisprudence de ces juridictions suprêmes.

Discours un de ses discours, Jean Marc Sauvé avait fait état de l͛importance du Conseil d͛Etat dans l͛application du
droit de l͛UE « Vãá
  á
   

 
  á%&áá
á'()  

    á   
  á á* +

   á  ».

ÿÿ   
  c      cÿ     
c


Cet ordre juridique de l͛UE est très structuré, très hiérarchisé et les sources sont multiples. Quelles sont ces
sources ?

- Les Traités (droit originaire)


- La jurisprudence (la CJ jour un rôle très important)
- Les actes conventionnels
- Le droit dérivé (les actes unilatéraux des institutions)

CH ITRE 1

LE DROIT RIM IRE OU ORIGIN IRE

Section 1 / Le droit originaire avant lentrée en vigueur du Traité de Lisbonne

Le droit originaire est constitué des traités et des protocoles et annexes aux traités.

§1 Les traités constitutifs des communautés européennes

 La spécificité des traités

Les traités constitutifs des communautés européennes :

- Traité instituant la CECA ou traité de Paris signé le 18 avril 1951 et entré en vigueur le 23 juillet 1952. Des
protocole ont été annexés à ce traité dont un concernant le statut de la Cour de Justice

- Les 2 traités de Rome signés le 25 mars 1957 et entrés en vigueur le 1 er janvier 1958. Il s͛agit d͛une part
du traité instituant la CEE et d͛autre part du traité instituant la CEEA. Et un protocole, celui créant la BEI
(Banque Européenne d͛Investissements).

Ces trois traités qui sont des traités internationaux de ty pe classique, cela veut dire que ce sont des
traités conclus entre Etats souverains. Ces traités comme tous les traités contiennent tout d͛abord un
préambule, aussi des dispositions qui définissent les objectifs des communautés c'est -à-dire qu͛il y a une
partie des traités qui défini les principes, les buts des communautés européennes, et bien souvent le juge
s͛y réfère pour interpréter le droit communautaire. On trouve aussi des dispositions qui évoquent les
grands principes régissant les communautés tels que le principe de non -discrimination. Et puis, enfin, dans
chaque traité on trouve des dispositions institutionnelles. Enfin il y a des dispositions que l͛on appelle des
dispositions matérielles, elles concernent les politiques menées par les communautés.

Le traité CECA a été ainsi que le traité CEEA considéré comme un traité -loi c'est-à-dire que le traité CECA
déterminait strictement les règles dans lesquelles devait fonctionner le marché commun du charbon et de
l͛acier. Donc les Etats membres disposaient de peu de marges de manœuvre dans l͛application du traité.
Le traité CEE était un peu différent, on parlait plutôt de traité-cadre c'est-à-dire un traité qui fixait des
objectifs généraux que devaient atteindre les institutions et les Etats.

‰Le traité CECA a mis en place un marché commun des produits sidérurgique et a crée les 4 premières
institutions communautaires : la haute autorité, le conseil des ministres, la CJ et l͛assemblée européenne.

‰Quant au traité de Rome, (CE) a mis en place le marché commun généralisé (tous les secteurs de
l͛économie) et le traité CEEA énergie atomique mais uniquement à des fins pacifiques. Quand les 2 traités
de Rome ont été crées il a été décidé que la CJ et l͛assemblée européenne seraient des institutions
communes aux trois communautés. Les autres institutions seront unifiées en 1965.

‰ Les protocoles et annexes au traité faisaient partie intégrante du droit originaire, c͛est ainsi qu͛une
violation d͛un protocole ou d͛une annexe est assimilée à la violation d͛un traité. Et la CJ a eu l͛occasion à
plusieurs reprises de rappeler qu͛un prot ocole ne peut être modifié que selon la procédure de modification
des traité. Elle le rappelle très régulièrement ex : arrêt Estonie contre Commission d͛octobre 2009.

L͛article 51 du TUE rappelle que les protocoles et annexes font partie intégrante des tr aités.

Ces trois traités (CECA CEE CEEA) sont indépendants les uns des autres, autrement dit, ils ont crée trois
communautés indépendantes et d͛ailleurs les traités eux-mêmes ont expressément prévu cette
indépendance dans leurs articles.

Toutefois, la CJ a plusieurs reprises, en dépit de cette indépendance, a interprété un article d͛un traité à la
lumière d͛un article d͛un autre traité. Ex : elle a reconnu au Parlement Européen la possibilité de faire
l͛objet d͛un recours en annulation alors que le trait é CE ne le prévoyait pas ! Et pour accepter le recours
elle s͛est fondée sur un article du Traité CECA. Et ce n͛est que le traité de Maastricht qui va entériner cette
jurisprudence.

Ces traités communautaires se trouvent au sommet de la hiérarchie des normes communautaires c'est-à-
dire qu͛on a :

- Les traités communautaires (CEE CECA et CEEA) et au même niveau que les traités se trouvent les
principes généraux du droit communautaire (PGDcom).
- Puis les accords internationaux conclus par les communautés
- Le droit dérivé

Il y a une hiérarchie et partant de là il y a des mécanismes qui permettent de faire respecter cette
hiérarchie :

v Le respect du traité par un accord international se fait par la demande d͛avis


adressée à la CJ.
v Le respect du traité par un acte unilatéral se fait par le mécanisme du recours
en annulation qui peut être intenté contre un acte unilatéral pour violation
du traité.

Si l͛on veut être plus précis : à l͛intérieur même du droit originaire, les traités d͛adhésion doivent être
interprétés à la lumière des traités constitutifs. Ces traités qui sont des traités internationaux classique
assurent en plus une fonction constitutive. La CJ a plusieurs reprises a qualifié les traités de charte
constitutionnelle, elle l͛a fait par exemple dans un arrêt du 23 avril 1986 ( Affaire 294-83) c͛est l͛arrêt
connu : Les Verts contre Parlement Européen. « la CE est une communauté de droit en ce que ni ses Etats
membres ni sa commission n͛échappent à ͙ ».

En effet, quand on regarde de plus près on s͛aperçoit qu͛il y a des éléments qui penchent en faveur de
cette approche de la CJ. D͛abord quand on regarde les traités, on s͛aperçoit qu͛à l͛instar d͛une Constitution
ils organisent les rapports entre les institutions. Autre critère qui penche en faveur de c ette approche : le
fait qu͛il n͛existe pas de contrôle de légalité du droit originaire, tout comme il n͛y a pas de contrôle de
légalité de la constitution. Enfin, un préjudice subi du fait de l͛application des traités ne donne pas droit à
réparation (exemple : Arrêt du TPI de 1998 : une entreprise (Dubois) avait intenté un recours contre la
commission européenne. Cette entreprise était une entreprise de commissionnaire en douanes. Or, après
l͛entrée en vigueur de l͛AUE les activités de commissionnaires en douanes ont cessé puisque l͛AUE faisait
obligation aux Etats et aux institution d͛achever le marché commun d͛ici à fin 1992. Donc cette société voit
ses activités cesser ! Elle intente un recours en réparation du préjudice qu͛elle a subi du fait de l͛arrêt de
l͛activité ! Le TPI a simplement conclu à l͛irrecevabilité du recours ! La responsabilité des communautés est
exclue quand le préjudice trouve sa source dans l͛application du droit originaire. Autre élément en faveur
du point de vue de la CJ : selon une procédure spéciale ͙ il faut l͛unanimité des Etats membres et cette
unanimité est nécessaire mais pas suffisante et donc à travers ce caractère spécial certains auteurs y voient
la consécration du caractère constitutionnel (comme à l͛interne on ne révise pas la Constitution comme le
reste).

BEMOL : on ne peut pas considérer les traités comme l͛équivalent complet d͛une Constitution en droit
interne ! D͛abord parce que nous ne sommes pas dans le cas d͛un Etat fédéral, les Etats restent souverains
c͛est pourquoi certains auteurs comme Denis Simon préfèrent parler de « Constitution partielle ». Le CC en
2004 a rappelé que le traité conservait un caractère international dans décision relative à au traité
établissant une constitution pour l͛Europe. Cf. les consi dérants 9 et 10.

° Le champ dapplication des traités

Quand on dit champ d͛application pour les traité on distingue champ d͛application temporel et champ
d͛application spatial.

1 Le champ dapplication temporel

Seul le traité CECA a été élaboré pour une durée limitée (50 ans). Le traité CEE, le traité CEEA et le TUE et
TFUE ont une durée illimitée.

Le traité CECA a donc expiré le 23 juillet 2002.

Le juge de l͛UE affirmait qu͛en dépit de l͛expiration de ce trai té il restait compétent pour en assurer
l͛interprétation et l͛application. Concrètement, c͛est ainsi par exemple que dans un arrêt du 1 juillet 2009
affait T4207 le Tribunal a considéré que « la commission européenne pouvait sanctionner des ententes
réalisées dans les secteurs relevant du traité CECA même après son expiration ».

Par ailleurs, le juge de l͛UE a eu l͛occasion d͛affirmer que la caducité des traités ne se présume pas.
Pourquoi ? il l͛a fait à l͛occasion d͛un recours intenté contre la France en 1971. La France, pour retrouver sa
liberté e conclure des contrats d͛approv isionnement en uranium avait invoqué la caducité de dispositions
du traité CEEA. Et elle avait de ce fait conclu toute seule des contrats. La commission euro a attqué la
France en manquement. La France a été condamnée.

2 Le champ dapplication spatial

Dans chaque traité communautaire il y avait un article qui traitait du champ d͛application spatial. Cet
article était bien sur modifié à chaque élargissement. Aujourd͛hui le champ d͛application spatial = article
52 du TUE et précisé par article 355 du TFUE.

Quel est le champ d͛application spatial ? Le principe c͛est que les traités s͛appliquent aux territoires des
différents Etats membres (terrestre/maritime/aérien). Toutefois, il y a des dérogations et des atténuations
au principe. C͛est ainsi que l͛article 355 TFUE prévoit que les traités s͛appliquent au DOM français avec
toutefois la possibilité d͛adopter des mesures spécifiques. Ensuite, il précise aussi cet article qu͛un régime
spécial d͛association est applicable à certains pays et territoires d͛outre mer. Ensuite, cet article précise
que les traités s͛appliquent aux territoires européens des Etats membres quand l͛Etat membre assure les
relations extérieurs (cela vise expressément le cas de Gibraltar). Par ailleurs l͛article 355 précise que les
traités ne s͛appliquent pas aux îles Féroé. Par ailleurs les traités ne s͛appliquent pas aux zones de
souveraineté du RU à Chypre sauf dans la mesure nécessaire et dans la limite de ce que prévoit le
protocole annexé au traité d͛Athènes (= traité d͛adhésion conc lu avec les 10 Etats entrés en 2004 dont
chypre mais le problème de chypre c͛est que la partie nord a été déclarée turque..) aussi un régime spécial
pour l͛île de Mann

‰ Donc en principe = les traités s͛appliquent sur tous les territoires des Etats membres mais par
exception il y a des espaces où ils ne s͛appliquent pas ou où leur application est particulière .

§2 Les révisions

Les traités constitutifs ont été révisés à mainte reprises.

Jacques Delors, Novembre 2010 devant le Sénat « | á  


         á   á   á
 

 
á,
ãã
ã

á á   á áá-
á
á  
á  á ».

Rappel : la procédure de révision des traités telle qu͛elle existait avec le Traité de Lisbonne :

‰Dans chaque traité communautaire il y a avait jusqu͛au Traité de Maastricht un article qui prévoyait la
procédure de révision. Ces articles étaient les mêmes pour tous les traités. Et puis dans chaque traité il y
avait des procédures de révision simplifiée s qui concernaient des modifications mineures.

‰Quand le Traité de Maastricht a été élaboré, ces articles ont été supprimés. Il y avait alors un seul article
dans le TUE qui fixait la procédure de révision applicable au Traités communautaires et aux Traités sur l͛UE.

Comment cela se passait-il ?

v L͛initiative d͛une révision appartenait soit à la commission européenne soit à


un Etat membre qui saisissait le Conseil d͛un projet de révision.
v A partir de là, le Conseil s͛il entendait donner suite, consultait le Parlement
européen et éventuellement la Commission. (sauf si c͛était elle qui était à
l͛origine de la proposition !)
v Puis le Conseil devait se prononcer en faveur de la réunion d͛une « CIG »
c'est-à-dire d͛une Conférence Intergouvernementale composée de
représentants des Etats membres. Cette CIG était alors chargée de rédiger le
projet de révision.
v Ce projet de révision devait être adopté par tous les Etats membres et pour
entrer en vigueur il devait être ratifié par tous les Etats. Donc unanimité
obligatoire.

C͛est cette procédure qui a permis de modifier les Traités communautaires et qui a permis l͛adoption du
Traité de Lisbonne.
NB : au moment de la CECA il y a eu un débat : était-il possible de réviser le traité CECA en dehors de la procédure commune ? Le traité
pouvait-il être modifié par un acte unanime des Etats uniquement ? Est-ce que l͛on pouvait appliquer la théorie de l͛acte différent ?
Simplement parce que la CECA a la personnalité juridique donc dans la procédure normale elle est associée. Il y a eu UNE seul e modification de
la CECA par acte unanime des Etats mais cela a été très critiqué.

?uels ont été les traités de révision ?

 Des traités communautaires au Traité de Maastricht

1 Des traités ayant modifié des règles institutionnelles et budgétaires

- Le Traité instituant un Conseil et une Commission unique aux trois communautés : le Traité de fusion des
exécutifs du 8 avril 1965.

- Le traité de Luxembourg du 22 avril 1970 : il dote les communautés européennes de ressources propres.

- Le Traité de Bruxelles du 22 juillet 1975 : il fait du Parlement Européen le codétenteur du pouvoir


budgétaire (avec le Conseil). C͛est le premier Traité qui donne des pouvoirs au Parlement Européen.

- L͛acte du 20 septembre 1976 : qui porte élection du Parlement europ éen au SUD.

2 L cte Unique Européen

Il a été signé les 17 et 28 février 1986 et est entré en vigueur le 1 er juillet 1987.

L͛AUE c͛est le premier traité de révision d͛ensemble du Traité CEE notamment.

Vá á
,

Il a été élaboré parce qu͛à la fin des années 1960 les chefs d͛Etat et de Gouvernement ont constaté qu͛il
fallait approfondir l͛action de la CEE. C͛est aussi l͛époque de la sortie du Rapport Werner de 1970 (qui dit
qu͛il faut mettre en place l͛Union Economique et Monétaire). A la m ême époque le Rapport Davignon qui
est à la base de la coopération politique.

Finalement l͛AUE sera rédigé afin de faire avancer cette construction européenne.
Cet AUE :

- Donne plus de compétences à la CEE. Il va lui permettre d͛intervenir dans de nouve aux domaines
(dans le cadre du principe de spécialité). Il lui accorde les domaines de l͛environnement et de la
cohésion économique et sociale.
- Renforce les pouvoirs du Parlement européen.
- Consacre l͛existence sur le plan juridique du Conseil européen.
- Fait obligation aux institutions et aux Etats d͛achever le marché commun au 31 décembre 1992.
- Augmente les cas de recours à la majorité qualifiée.
- Permet au Conseil de créer une nouvelle juridiction ( le TPI )
- Contient un titre que ne sera pas repris dans les traités communautaires (c͛est le titre III consacré à
la coopération politique = le fait pour les Etats de se concerter en matière de politique
internationale).

‰ L͛AUE a été une étape importante car à partir de lui ont été adoptées des directives, des mesure s qui ont
effectivement permis l͛achèvement du marché commun.

° Du Traité de Maastricht au Traité de Nice

1 Le Traité de Maastricht

L͛appellation officielle c͛est « Le traité sur l͛Union Européenne signé le 7 février 1992 et entré en vigueur
au 1er novembre 1993 ».

Ce n͛est qu͛un Traité de révision au même titre que l͛AUE. Ce traité a connu des difficultés quant à son
entrée en vigueur : exemples : la France et le Danemark.

Ë Le cas de la France : Le CC a été saisi aux fins de vérifier la conformité de ce traité à la Constitution. Il a
rendu sa décision le 9 avril 1992 et a estimé que le traité comportait des clauses contraires à la
Constitution. Quelles cl auses ? Ces clauses étaient :

- les dispositions relatives au droit de vote accordé aux ressortissants de l͛UE pour les élections
municipales et les élections européennes.
- Les dispositions relatives à la mise en place de l͛UEM. Pourquoi ? Parce que l͛entrée dans la
troisième étape de l͛UEM impliquait un transfert de compétences de la France au profit de la
communauté européenne.
- Les dispositions concernant la mise en place d͛une politique commune des visas.

De ce fait, la Constitution qui est la norme suprême au niveau interne à partir de là pour qu͛un traité soit
ratifié ou approuvé il faut que soit le Traité soit modifié soit qu͛au préalable la Constitution soit modifiée.
Modifier le traité de Maastricht n͛était pas pensable, donc on a choisi de modifier la Constitution. On a
donc décidé de donner priorité au Traité international. D͛où la loi constitutionnelle du 2 juin 1992 qui a
inséré dans la Constitution de 1958 un nouveau titre : le Titre XV intitulé « Des communautés européennes
et de l͛UE ». Ce titre XV comprend les articles 88-1 à 88-4.

‰L͛article 88-1 consacre la participation de la France à l͛UE.


‰L͛article 88-4 avait pour but d͛améliorer la consultation du Parlement français dans l͛élaboration de s actes
communautaires.

Donc en France : modification de la Constitution.

Ë Le cas du Danemark : Lors du référendum organisé aux fins d͛autoriser la ratification, les danois ont dit
non. Cela posait un problème car pour qu͛un traité de révision il faut unanimité ! Le Danemark dit non, le
Conseil européen d͛Edinburgh de décembre 1992 va se pencher sur le problème et va apporter des
garanties au Danemark afin que celui-ci puisse ratifier. Le Danemark obtient ces garanties :

- Il ne sera pas obligé de participer à la troisième étape de l͛UEM (raison pour laquelle il n͛y a pas
l͛Euro au Danemark)
- Il ne sera pas obligé d͛être membre de l͛UEO
- Il ne participera pas aux opérations de l͛UE dans le domaine de la défense.

Le Danemark ayant obtenu ces garanties procédera à un second référendum qui s͛avèrera positif.

Le Traité de Maastricht crée donc l͛UE.

v Le TUE modifie les trois traités communautaires et il crée 2 piliers de coopération à côté d͛un pilier
d͛intégration (PESC et CJAI).
v Aussi il transforme la CEE en CE.
v Il crée la notion de citoyenneté de l͛Union.
v Il renforce les pouvoirs du Parlement Européen en créant la procédure de codécision.
v Il donne de nouvelles compétences à la communauté européenne (santé publique, protection d es
consommateurs͙)
v Il prévoit la mise en place de l͛UEM.

2 Le Traité d msterdam

Il est signé le 2 octobre 1997 et il entre en vigueur au 1 er mai 1999. C͛est un traité de révision du Traité sur
l͛Union Européenne (TUE signé en 1992) et il modifie également les traités communautaires. En France, le
CC a été saisi : la saisine est particulière : par le Chef de l͛Etat & le Premier ministre.

Il a rendu sa décision le 31 décembre 1997 : il constate que le Traité d͛Amsterdam est contraire sur
certains points à la Constitution. Ce qui posait problème c͛était notamment les dispositions qui prévoyaient
que dans un délai de 5 ans à compter de l͛entrée en vigueur du Traité, dans les domaines tels que
l͛immigration, la politique d͛asile, le contrôle aux frontières, le Conseil pourrait statuer à la majorité
qualifiée et non plus à l͛unanimité ! Cela posait problème au CC car du coup la France pouvait être
dépossédée de sa compétence (du temps de l͛unanimité elle garde sa souveraineté pleine et entière car
elle a un droit de véto ! Or, sous le régime de la majorité qualifiée elle peut se voir imposer des choses !).

D͛où la loi constitutionnelle du 25 janvier 1999 qui a modifié l͛article 88 -2 de la Constitution : en y insérant
un nouvel alinéa aux termes duquel peuvent être consentis les transferts de compétences nécessaires à la
détermination des règles relatives à la libre circulation des personnes.
On a profité de cette loi constitutionnelle pour modifier aussi l͛article 88 -4 : cela a étendu l͛obligation pour
le Gouvernement d͛informer le Parlement des projets d͛actes européens.

‰Ce traité d͛Amsterdam approfondi le champ de la compétence de la communauté eu ropéenne, il intègre


la politique sociale dans la compétence de la communauté européenne et enfin il consacre le rôle croissant
du Parlement européen en étendant le champ d͛application de la procédure de la codécision et surtout il
modifie sensiblement le Titre VI du TUE c'est-à-dire le troisième pilier de l͛Union en ce sens qu͛il
communautarise partiellement ce 3ème pilier. Cela signifie que dans le cadre du 3 ème pilier CJAI il y avait
différents domaines qui relevaient de la compétence de l͛UE (lutte cont re la fraude, lutte contre le crime,
asile, immigration͙ * Avec le Traité d͛Amsterdam ces domaines vont passer dans le pilier 1 et faire leur
entrée dans le TCE. La compétence passe de l͛UE au TCE).

Pilier 1 Pilier 2 Pilier 3

TCE CJAI

CECA PESC = Asile, immigration, contrôle aux frontières *

CEEA

3 Le traité de Nice

C͛est un traité qui a été signé en février 2001. Il avait pour objet essentiel de réformer les institutions. En
France le CC n͛a pas été saisi. Le problème posé par rapport à l͛entrée en vigueur de ce traité a été posé
par l͛Irlande : en effet, dans un 1 er référendum elle a refusé la ratification. A l͛instar de ce qui avait été fait
pour le Danemark vis-à-vis du Traité de Maastricht le Conseil européen s͛est saisi de la question )
déclaration de Séville de juin 2002 : garanties à l͛Irlande notamment liées au maintien de son statut de
neutralité. Puis second référendum = positif.

Le traité a donc pu entrer en vigueur le 1 er février 2003 :

Apport essentiel : modification des institution applicables au moment de l͛élargissement de l͛UE. Le traité
de Nice a modifié le TUE et les traités communautaires, il a continué à renforcer le pouvoirs du Parlement
européen et il a aussi augmenté les cas d e recours à al majorité qualifiée.

Rappel : il a modifié sensiblement le système juridictionnel de l͛UE (cf. intro)

Par contre, les Etats n͛ont pas réussi à se mettre d͛accord pour intégrer la charte des droits fondamentaux
de l͛UE dans le TUE elle a été simplement proclamée au moment du Conseil Européen de décembre 2000.
Le conseil européen de décembre 2000 est le conseil européen qui avait adopté le projet de traité de
révision.

‰‰‰Parmi les traités de révision et parmi le droit originaire il faut évoq uer les traités d͛adhésion. Ces traités
apportent des modifications à des éléments institutionnels :

- Traité entré en vigueur au 1 er janvier 1973 :RU, Irlande et Danemark


- Traité entré en vigueur au 1 er janvier 1981 : Grèce
- Traité entré en vigueur au 1 er janvier 1986 : Espagne, Portugal
- Traité entré en vigueur au 1 er janvier 1995 : Autriche, Suède et Finlande
- Traité entré en vigueur au 1 er mai 2004 : on passe de 15 à 25
- Traité entré en vigueur au 1 er janvier 2007 : Bulgarie et Roumanie

Section 2 / Le droit originaire après lentrée en vigueur du Traité de Lisbonne

§1 Lélaboration du Traité de Lisbonne :

A l͛issue du Conseil Européen de Nice (fin décembre 2000) les Chefs d͛Etat et de Gouvernement ont adopté
le traité de révision (Traité de Nice) et en même temps ils ont adopté une déclaration sur l͛avenir de
l͛Union Européenne.

Cette réflexion devait cond uire à examiner certains points particuliers à savoir :

- La délimitation des compétences entre l͛UE et les Etats membres


- Le statut à donner à la Charte des droits fondamentaux (puisque faute d͛avoir été intégrée au TUE
elle n͛avais pas de valeur juridique)
- Le rôle des Parlements nationaux dans le cadre de l͛UE
- Le fait de simplifier les traités

Une première réflexion va conduire le Conseil européen de Laeken à mettre en place une convention qui
sera présidée par Valéry Giscard d͛Estaing. Convention chargée de réfléchir à un projet de Constitution
pour l͛Europe. Cette convention remettre ses travaux au Conseil Européen durant l͛été 2003 et le Conseil
Européen va décider de l͛ouverture d͛une conférence intergouvernementale en octobre 2003 à Rome.
Cette convention présidée par VGE n͛était pas prévue par le traité dans la procédure de révision classique
donc juridiquement cette convention ne pouvait pas élaborer un texte de révision. Donc une fois qu͛elle a
remis ses travaux il a fallu convoquer une CIG comme prévu dans la procédure. Cette CIG a travaillé à partir
des travaux de la convention et cela a abouti à la signature du Traité établissant une Constitution pour
l͛Europe (TECE). Ce TECE est signé le 29 octobre 2004. Pour entrer en vigueur il devait être ratifié par tous
les Etats. Ce TECE avait pour avantage de réduire les traités à un seul (au lieu des 4 sur lesquels reposait
l͛UE). en France, le CC a été saisi et il a rendu sa décision le 19 novembre 2004 il a estimé que le TECE
comportait des clauses contraires à la Constitution. A partir de là : adoption d͛une loi constitutionnelle du
1er mars 2005 modifiant le Titre XV de la Constitution. Dans cette loi constitutionnelle il y a eu notamment
l͛insertion de l͛article 88 -5 concernant les futurs traités d͛adhési on à l͛UE. Et dans cette loi il a été prévu
que tout futur traité d͛adhésion sauf ceux conclus avec les Etats dont les négociations avaient commencé
avant 2004 devraient être soumis au référendum !

Cette loi constitutionnelle a procédé à des modification immédiates de la Constitution et a prévu des
modification de la Constitution applicables après l͛entrée en vigueur du TECE. Ces modifications qui
devaient intervenir ultérieurement c͛était notamment celles concernant le rôle du Parlement français. Il
été décidé que l͛autorisation de ratifier par le Chef de l͛Etat serait demandée au peuple par voie de
référendum (et non pas par voie parlementaire). Ce référendum a été négatif : le 29 mai 2005 plus de 54%
des électeurs français se sont prononcés contre. Aussi les Pays Bas ont dit non (61,7%).

Le problème était que les deux Etats qui avaient dit non étaient des Etats fondateurs des communautés
européennes ! Le processus de ratification a été poursuivi dans certains Etats et suspendus dans d͛autres.
Le TECE n͛entrera donc pas en vigueur faute d͛avoir été ratifié par tous les Etats. Le problème c͛est que 18
Etats l͛avaient ratifié et ils avaient vraiment manifesté leur volonté de ne pas en rester à la seule
application du Traité de Nice. En janvier 200 7 ils se sont réunis pour afficher leur position et en juin 2007 le
Conseil Européen va trouver un accord de principe : il décide de renoncer à tout ce qui pourrait évoquer la
notion de Constitution, tout ce qui pourrait donner l͛apparence d͛une Constituti on, mais il affiche sa
volonté de dépasser le Traité de Nice.

D͛où l͛idée de convoquer une CIG chargée de rédiger un traité modificatif, en quelques sortes une version
simplifiée du TECE. Cette CIG va aboutir à la signature du Traité à Lisbonne le 13 déce mbre 2007. Ce Traité
de Lisbonne est un traité qui modifie le TUE et qui avait pour but de modifier les traités communautaires
(CEEA ET CE). L͛entrée en vigueur été espérée pour le 1 er janvier 2009 c'est-à-dire avant les élections du
Parlement européen mais le problème c͛est qu͛en juin 2008 l͛Irlande a refusé la ratification (près de 54%
de non) (c͛était le seul Etat dans lequel a été organisé un référendum !) . La ratification s͛est poursuivie en
épit de ce non irlandais et la France a ratifié en décembre 2008. Le CC a été saisi, il a rendu sa décision le
20 décembre 2007 : la ratification devait être précédée d͛une modification de la Constitution. Dans cette
décision de 2007 la CC fait référence à sa décision de 2004 : trois points fondamentaux dans la décision de
2007 :

- Les droits fondamentaux de l͛UE


- Les politiques et le fonctionnement de l͛Union
- Les nouvelles prérogatives reconnues aux parlements nationaux dans le cadre de l͛UE.

C͛est sur ces deux derniers points que le CC va considérer qu͛il y a non -conformité avec la Constitution.
D͛où la loi constitutionnelle du 4 février 2008 : cette loi de 2008 va donner la modification immédiate : le
titre XV de la Constitution va s͛intituler « De l͛Union Européenne ». Aussi des modification applicables
après l͛entrée en vigueur du Traité de Lisbonne : elles concernent l͛article 88 -6 et l͛article 88-7.

v L͛article 88-6 prévoit que l͛AN ou le Sénat peuvent émettre un avis motivé sur
la conformité d͛un projet d͛acte législatif européen au principe de
subsidiarité. Cet article prévoit que chaque assemblée peut former un
recours devant la CJUE contre un acte législatif européen pour violation du
principe de subsidiarité. Il fallait modifier la Constitution pour permettre cela.
v L͛article 88-7 prévoit que par le vote d ͛une motion adoptée en termes
identiques par l͛AN et le Sénat, le Parlement peut s͛opposer à une
modification de règles d͛adoption d͛actes de l͛UE au titre de la révision
simplifiée des traités ou de la coopération judiciaire civile.

Ce Traité de Lisbonne a fait l͛objet d͛une décision du CC en France. Dans les autres pays : en Allemagne la
Cour Constitutionnelle en juin 2009 a conclu à la compatibilité du Traité de Lisbonne à la Loi fondamentale
(Constitution allemande). Toutefois, elle a déclaré que le pr ocessus de ratification devait être suspendu
jusqu͛à l͛adoption d͛une loi sur les droits de participation du Parlement allemand. Cette loi sera adoptée mi
septembre 2009. D͛où la ratification du Traité de Lisbonne en Allemagne mi -septembre 2009.

En Pologne et République Tchèque, les Parlements de ces deux Etats avaient approuvé la ratification du
Traité de Lisbonne mais il fallait que les Chefs d͛Etat signent l͛acte de ratification. En Pologne le Chef de
l͛Etat ne le signera que la 10 octobre 2009. Quant à la République Tchèque, en octobre 2009 elle a fait
valoir des prétentions mal accueillies par les autres Etats : elle demande l͛ajout d͛une déclaration
concernant la Charte des droits fondamentaux. Elle pose des conditions à la ratification tenant à
l͛application de cette Charte : elle demande en quelques sortes qu͛on lui accorde un système dérogatoire.
Cette revendication devrait figurer dans un protocole annexé au prochain traité d͛adhésion.

Enfin, l͛Irlande : en juin 2009 le Conseil Européen s͛est saisi de la question irlandaise et a accordé à l͛Irlande
des garanties juridiques : dans le domaine de la fiscalité, en matière de neutralité militaire et quant à
l͛application de la Charte des droits fondamentaux. C'est -à-dire que l͛Irlande avait peur que l͛ap plication de
la Charte des droits fondamentaux ne la conduise à modifier sa législation en matière d͛avortement, en
matière de mariage homosexuel. Elle a aussi obtenu la garantie que chaque Etat conserverait un
commissaire à la commission.

Après cela, le Gouvernement Irlandais a publié un livre blanc à l͛intention des électeurs, il organisé un
référendum, et le référendum s͛est révélé positif : le 2 octobre 2009.

En ce qui concerne la structure du TUE telle que modifiée par le Traité de Lisbonne :

- réambule

Certains le qualifient de préambule minimaliste par rapport à ce que prévoyait le TECE. Ce préambule
reprend les apports des traités d͛Amsterdam et de Nice et insère un alinéa sur les valeurs de l͛UE
« S͛inspirant des héritages culturels, relig ieux et humanistes de l͛Europe à partir desquels͙. »

- 6 titres (alors qu͛il y en avait 8 avant les modifications du Traité de Lisbonne)


Ô TITRE I = dispositions communes
Ô TITRE II = dispositions par rapport aux principes démocratiques
Ô TITRE III = dispositions relatives aux institutions
Ô TITRE IV = dispositions relatives aux coopérations renforcées
Ô TITRE V = dispositions concernant l͛Action Extérieure de l͛Union et les dispositions
Spécifiques par rapport à la PESC
Ô TITRE VI = dispositions finales

En ce qui concerne la structure du TFUE :

- réambule (qui reprend en gros celui du TCE)


- _ parties
Ô PARTIE I = Les principes
Ô PARTIE II = La non discrimination et la citoyenneté
Ô PARTIE III = Politiques et actions internes de l͛Union (cette partie III reprend l͛ensemble des politiques
menées par l͛UE (sauf la PESC) c'est -à-dire l͛ensemble des domaines de compétences qui relèvent de l͛UE. Précision : les
ème
politiques qui étaient menées par la communauté européenne (CE) + l͛ancien 3 pilier de l͛UE).
Ô PARTIE IV = Association des pays et territoires d͛Outre Mer.
Ô PARTIE V = Actions extérieures de l͛Union (la politique commerciale commune essentiellement)
Ô PARTIE VI = Dispositions institutionnelles et financières.
Ô PARTIE VII = Dispositions générales et finales

A ces traités ont été annexés des protocoles : il y en a 37. Quelques exemples (les plus importants) :

- Le protocole 36 sur les dispositions transitoires


- Le protocole 30 sur l͛application de la Charte des droits fondamentaux à la Pologne et au Royaume
Uni.

A côté des protocoles il y a des déclarations. Exemple : la déclaration 54 qui concerne l͛approche de
certains Etats concernant la nécessité d͛une mise à jour du Traité EURATOM.

Å;NB : En décembre 2007, sous impulsion française a été lancée l͛idée de la création d͛un groupe de
réflexion sur l͛avenir de l͛UE à l͛horizon 2020/2030. Le groupe de réflexion doit travailler sur les thèmes
suivants : développement durable, sécurité mondiale, problèmes de migrations, problèmes de l͛énergie et
de la protection du climat, à la lutte contre le terrorisme et la criminalité internationale. En mars 2010 ce
groupe de réflexion a fait un rapport au Conseil Européen « V   á         
áá »͙

§2 Les principaux apports du Traité de Lisbonne

En bref :

- Il y a désormais 2 traités au lieu de 4 antérieurement.


- L͛UE a succédé à la CE.
- Les piliers sont supprimés mais la PESC garde une place à part.
- Cette PESC est mise en œuvre par des décisions PESC ou PESD et ces décisions sont différentes des
décisions prises sur la base de l͛article 288 du TFUE. Le principe étant que ces décisions sont
adoptées à l͛unanimité. Les actes législatifs sont exclus pou r mettre en œuvre cette politique. Aussi,
la CJUE n͛est pas compétente pour contrôler la légalité des décisions prises au titre de la PESC,
c'est-à-dire qu͛il ne peut pas y avoir de recours en annulation contre ces décisions prises sur la base
du Titre V du TUE. Une exception à cela : en ce qui concerne les décisions qui infligent des sanctions
à des personnes physiques ou morales.
- Autre nouveauté : le Traité de Lisbonne consacre la valeur juridique de la Charte des droits
fondamentaux mais ne la reprend p as á.
- Ensuite, il prévoit des modifications institutionnelles
Ô Le Président du Conseil Européen est désormais élu ce n͛est plus une présidence rotative
Ô Le président de la commission européenne sera élu par le Parlement européen
Ô Le Haut représentant pour les affaires extérieures de l͛Union voit son rôle renforcé il cumule
la fonction de l͛ancien Haut représentant pour la PESC et l͛ancienne fonction de
commissaire aux affaires étrangères
Ô Le nombre des députés au Parlement européen est aussi modifié
Ô Modifications des intitulés des juridictions européennes
Ô Etc.

Parmi ces apports du Traité de Lisbonne, nous allons développer 2 points ( et °) :

 Les modifications apportées aux procédures de révision des traités

L͛article qui traite de la révision des traités c͛est l͛article 48 du TUE. Cet article distingue deux types de
révisions : une procédure de révision ordinaire d͛une part et des procédures de révision simplifiées d͛autre
part.
1) La procédure de révision ordinaire

‰L͛initiative d͛une telle révision appartient à tout Etat membre, à la Commission européenne ou encore au
Parlement européen.

Remarque : avec le Traité de Lisbonne le Parlement européen a désormais la possibilité de présenter un


projet de révision ! Ce n͛était pas le cas avant !

‰Ces 3 institutions peuvent soumettre au Conseil un projet tendant à la révision. Un tel projet peut tendre
à accroitre ou à réduire les compétences de l͛UE. Avant, la réduction n͛était pas envisageable.

‰Le Conseil saisi d͛un tel projet le transmet au Conseil européen et le notifie aux Parlements nationaux.

‰ A partir de là, le Conseil européen peut à la majorité simple décider la convocation d͛une Convention, il le
fait après consultation du Parlement et de la Commiss ion.

‰Cette Convention est composée de représentants de Parlements nationaux, de Chefs d͛Etats et de


Gouvernement, du Parlement européen et de la Commission.

‰Cette convention va examiner le projet et par consensus elle adopte une recommandation à une
conférence de représentants de Gouvernements des Etats membres.

‰Cette Convention doit être convoquée sauf si les modifications envisagées sont mineures. Si elles sont
mineures, le Conseil européen convoquera immédiatement une conférence intergouvernement ale. Et c͛est
la CIG qui arrête le projet de révision.

‰Par la suite le projet de révision doit être signé et ratifié par tous les Etats membres pour entrer en
vigueur.

‰ Le Traité de Lisbonne consacre ce qui n͛était qu͛une déclaration annexée au Traité de Nice, il prévoit que
si au bout de 2 ans à compter de la signature, 4/5 ème des Etats ratifiaient le traité de révision, le Conseil
européen se saisi de la question. C͛es t tout simplement que le Traité de Lisbonne entérine la pratique.

2) Les procédures de révisions simplifiées

Ici on va distinguer 2 cas :

1er cas : Il apparait au §6 de l͛article 48

Le recours à l͛article 48 §6 pour réviser le traité n͛est possible que p our réviser la 3 ème partie du TFUE c'est-
à-dire la partie du TFUE qui traite des politiques.

Par ailleurs, cette procédure de révision simplifiée ne peut pas permettre d͛accroitre les compétences de
l͛Union Européenne. C'est -à-dire que le recours à la procédure simplifiée de l͛article 48 §6 ne permet pas
de faire entrer dans le champ de compétence de l͛UE une nouvelle politique. Pour se faire il faudrait
procéder à la révision selon al procédure de révision ordinaire.

Cette procédure de révision simplifiée de déroule ainsi :

- Initiative : Etat membre, Commission ou Parlement Européen.


- Le conseil européen, à l͛unanimité, et après consultation du Parlement européen et de la
commission peut prendre une décision modifiant la partie III du TFUE. Simplement, il ne peut pas
accroitre les compétence de l͛UE. Unanimité = chaque Etat peut poser son véto.
- Une telle décision du Conseil européen doit être ensuite ratifiée par tous les Etats membres.

Un exemple d͛application de cette procédure : en décembre 2010 le Conseil européen a approuvé le projet
qui modifie le mécanisme de stabilité pour les Etats dont la monnaie est l͛Euro.

2ème cas : Il apparait au §7 de l͛article 48

C͛est la 
á áá

   
. Pourquoi cette appellation ? Parce que ce §7 vise 2 hypothèses dans
lesquelles le conseil européen à l͛unanimité peut adopter une décision modifiant les traités. Dans quels cas
peut-il adopter cette procédure ?

v 1er alinéa : lorsqu͛il s͛agit pour le Conseil européen de permettre au Conseil de statuer à la majorité
qualifiée alors qu͛il était prévu qu͛il statue à l͛unanimité.
v 2nd alinéa : lorsque le Conseil européen à l͛unanimité permet le passage de la procédure législative
spéciale à la procédure législative ordinaire. Ici, bien sur, on se situe uniquement dans le cadre du
TFUE puisque dans le cadre du TUE la seule politique en place c͛est la PESC et c͛est une politique
spéciale.

Ü;NB :
La procédure législative spéciale c͛est la procédure dans laquelle l͛acte est adopté par le Conseil avec participation du Parlement
européen ou par le Parlement européen avec participation du Conseil. Quant à la procédure législative ordinaire, c͛est
simplement la nouvelle appellation de la procédure de codécision. Procédure de codécision, c͛est dans ce cas là que l͛acte est
adopté conjointement par le Conseil ET le Parlement européen.

Donc cela s͛appelle clause passerelle car permet passage de l͛unanimité à la majorité qualifiée et passage
de la procédure législative spéciale à la procédure législative ordinaire.

Il faut savoir que cette décision du Conseil européen de modifier des dis positions du Traité est soumise à
l͛approbation du Parlement européen.

Il y a des gardes fous qui ont été posés au recours à l͛article 48 §7. En effet, il est prévu que toute initiative
du Conseil européen prise sur la base de l͛article 48 §7 1 er et 2ème alinéas est transmise aux parlements
nationaux. Si un Parlement national manifeste son opposition, il a 6 mois pour le faire, alors la décision
n͛est pas adoptée, il y a donc un droit de véto accordé aux parlements nationaux. La disposition qui prévoit
ce véto a suscité la position du CC français qui a estimé que c͛était une disposition qui exigeait au préalable
une révision de la Constitution, d͛où les articles 88 -6 et 88-7 de la Constitution issus de la révision de 2008.

° Le renforcement de la différenciation

C͛est avec le Traité de Maastricht qu͛a été introduite la notion de différenciation. Différenciation dans des domaines
assez importants :

- L͛Union Economique et Monétaire.


Ô Le RU et le Danemark avaient obtenu le droit de ne pas être obligés de passer à la 3ème étape de
l͛UEM. Ils ne sont donc pas dans la zone Euro.
- Le RU, concernant le protocole social énoncé dans le Traité de Maastricht
- Dans le cadre de la PECS : le Danemark a obtenu des différenciations.

Des protocoles annexés à Maastricht ont crée une situation particulière pour le Ru et le Danemark
Différenciation aussi pour : Les coopérations renforcées et lopting out

1) Les coopérations renforcées

L͛origine de leur instauration réside dans 2 textes essentiels.

‰ Il y a eu tout d͛abord en 1995 un Rapport, le Rapport Westendorp intitulé «Flexibilité : sa logique et ses
limites ». L͛idée maitresse de ce rapport était qu͛il fallait concilier le maintien de l͛acquis communautaire et
le recours inévitable à la flexibilité. Dans ce rapport l͛idée était que cette préoccupation devait être au centre
de la réflexion de la future Conférence intergouvernementale (de 1996, à Turin).
‰ Une lettre franco-allemande (Helmut Khôl et Jacques Chirac). Dans cette lettre les deux personnalités
préconisaient d͛insérer dans le traité sur l͛Union européenne une clause qui permettrait aux Etats qui le
souhaitaient et qui le pouvaient de développer une coopération plus étroite entre eux dans le cadre de l͛UE
et non plus à l͛extérieur comme cela se faisait.

Le traité d͛Amsterdam va pour la première fois consacrer les modalités d͛une coopération renforcée entre des Etats
membres. Cette coopération renforcée a fait l͛objet du Titre VII du TUE. A côté de cette clause générale de
coopération renforcée prévue dans le titre VII du TUE, des clauses plus spécifiques ont été insérées dans le TCE et
dans le Titre VI du TUE, c'est-à-dire l͛ancien 3ème pilier.

Quant le traité d͛Amsterdam est institué : on a un Titre VII inséré dans le TUE « Coopération renforcée ». Ce titre VII
fixe un cadre général de recours aux coopérations renforcées, par exemple il prévoit qu͛il faut un nombre minimum
d͚Etats qui soient d͛accord pour mettre en place une coopération renforcée. Ce titre prévoit que les coopérations
renforcées peuvent être mises en place dans le cadre du TCE dans certains domaines et dans le cadre du 3ème pilier
c'est-à-dire dans le cadre du Titre VI du TUE. Dans le TCE sont insérées des dispositions qui règlent le recours à la
coopération renforcée dans le cadre de la communauté européenne. La procédure mise en place dans le cadre du
traité d͛Amsterdam s͛est révélée complexe et difficile à mettre en œuvre d͛où les modifications apportées par le
Traité de Nice qui est venu simplifier le mécanisme.

Le traité de Nice a supprimé la possibilité pour un Etat d͛opposer son véto et il a permis la possibilité de mettre en
place une coopération renforcée également dans le 2ème pilier de l͛Union (la PESC) sauf en ce qui concerne la
défense, les opérations militaires.

Le Traité de Lisbonne a apporté des modifications à cela : désormais dans le cadre du TUE, le Titre IV traite des
coopération renforcées : article 20. Il est prévu que les Etats membres peuvent recourir à une coopération renforcée
afin de favoriser la réalisation des objectifs de l͛Union, afin de renforcer le processus d͛intégration, cette coopération
renforcée ne peut être mise en œuvre dans les domaines de compétences exclusives del͛UE.

La procédure : c͛est le Conseil qui autorise le recours à la coopération renforcée, il faut que deux conditions soient
remplies : 1° Il faut que les objectifs recherchés ne puissent être atteints dans un délai raisonnable par l͛Union dans
son ensemble. Et 2°, il faut qu͛il y ait au moins 9 Etats membres qui y participent. Les mesures adoptées au titre de la
coopération renforcée ne lient que les Etats qui y participent. Cet article 20 du TUE est précisé par les articles 326 à
334 du TFUE. Ce TFUE précise que l͛autorisation de procéder à une coopération renforcée en dehors de la PESC est
accordée par le Conseil après approbation du Parlement européen. Et le fait que le Parlement européen doivent
approuver ce recours (sauf dans le domaine de la PESC) fait du Parlement européen un « arbitre des coopérations
renforcées ».

‰Le 1er recours à la coopération renforcée, pourtant créée depuis le Traité d͛Amsterdam de 1997, n͛a eu lieu qu͛en
juillet 2010 ! Cela a abouti au règlement du Conseil du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération
renforcée dans le domaine de la loi applicable au divorce et à la séparation de corps.
Plus précisément cette 1ère coopération renforcée se met en place entre 14 Etats et concerne les couples dits
« internationaux » c'est-à-dire les couples dans lesquels par exemple le mari est français et la femme allemande.
Cette coopération renforcée a pour but de permettre à ces couples de choisir la loi, le droit qui s͛applique à leur
divorce ou à leur séparation.

2) La formule de lOpting out

On peut la définir ainsi : c͛est en quelques sortes une dérogation accordée à un pays qui ne souhaite pas participer à
une politique spécifique et qui pour autant n͛entend pas bloquer les autres Etats. L͛optingout existe dans le cadre de
l͛UEM, elle existe dans le cadre de la PESC et plus précisément dans le domaine de la défense (Danemark, cf. pages
précédentes), dans le domaine de la citoyenneté de l͛Union. Cette dérogation existe aussi dans le domaine de
Schengen (RU, Irlande et Danemark), le RU et l͛Irlande participent à une partie des dispositions de l͛acquis de
Schengen et ils participent notamment à la coopération policière mais ils ne participent pas à la suppression des
contrôles aux frontières ni aux mesures prises en matière de libre circulation des personnes et notamment ils ne
participent pas à la politique commune des visas. Le protocole 19 annexé au Traité de Lisbonne porte sur l͛acquis de
Schengen intégré.

Rappel sur l͛acquis de Schengen : en 1985 5 Etats de l͛UE concluent les accords de Schengen (France, RFA et Benelux)
ces accords affirmaient le principe de la suppression des contrôles aux frontières communes et renvoyaient à une
convention d͛application ultérieure. Ce texte ultérieur c͛était la convention d͛application des accords de Schengen
de juin 1990. Cette convention prévoit : principe de libre circulation à l͛intérieur de l͛espace Schengen, la recherche
de règles communes vis-à-vis des étrangers, mise en place d͛une coopération policière et système d͛information
Schengen, le « SIS ». Progressivement d͛autres Etats membres des communautaires européennes vont rejoindre les
Etats fondateurs. Lorsque le traité d͛Amsterdam a été rédigé, 2 Etats membre de l͛UE n͛étaient pas partie à l͛espace
Schengen : le RU et l͛Irlande. Quand le Traité d͛Amsterdam a été rédigé et que l͛on a modifié le 3ème pilier, les
rédacteurs ont constaté qu͛il y avait une multiplicité d͛instruments juridiques et qu͛il y avait d͛une part le futur titre
IV du TCE et le 3ème pilier de l͛Union et d͛autre part tout l͛acquis de Schengen c'est-à-dire la convention d͛application
de 1990 et toutes les mesures qui avaient été adoptées pour réaliser l͛espace Schengen. Protocole 2 annexé au
Traité d͛Amsterdam = intégrer l͛acquis de Schengen dans l͛UE ! Intégrer l͛acquis de Schengen dans l͛UE c'est-à-dire
que toutes les mesures adoptées dans le cadre de l͛espace Schengen, il faut les réintégrer dans le droit de l͛Union
mais problème : il faut les ventiler dans le Titre IV du TCE (pilier d͛intégration) et le Titre VI du TUE (coopération). Le
problème qui s͛est posé : on intègre l͛acquis de Schengen mais RU et Irlande n͛y sont pas partis et le Danemark lui
faisait partie de l͛espace Schengen et le problème c͛est que le Danemark n͛entendait pas être lié par des mesures de
Schengen qui seraient communautarisées ! Pour lui, il était lié par l͛acquis de Schengen, mais l͛acquis de Schengen
c͛est le coopération hors de question de passer à l͛intégration !

Le Traité de Lisbonne va reprendre cela : le Danemark fait donc partie de l͛espace Schengen mais il n͛est pas lié par
la communautarisation des mesures ! Et avec le Traité de Lisbonne la dérogation obtenue par le Danemark couvre
désormais l͛ensemble de l͛espace de liberté de sécurité et de justice. Quant au RU et à Irlande, ils ne sont pas non
plus liés par d͛autres mesures.

Arrêt de la CJUE d͛octobre 2010 : cet arrêt concerne un recours en annulation qui a été intenté par le RU contre un
acte du Conseil. Le Conseil avait refusé au RU de participer à l͛adoption d͛une décision concernant le système
d͛informations sur les visas, il l͛avait refusé car il estimait que cela faisait partie d͛un domaine de Schengen dans
lequel le RU avait une dérogation. Le RU attaque en annulation cette décision du Conseil et la CJUE a estimé que le
RU ne participe pas aux dispositions d͛acquis de Schengen concernant les suppressions de contrôles aux frontières à
la circulation des personnes y compris la politique commune en matière de visas. Et de ce fait, il était normal que le
Conseil lui refuse le droit participer à la décision.
L͛espace de liberté de sécurité et de justice est un domaine dans lequel le RU et l͛Irlande bénéficient d͛une clause
d͛exemption même s͛ils ont décidé de participer à certaines initiatives. Et des protocoles annexés au Traité de
Lisbonne font état de cette situation particulière. Pour le RU et l͛Irlande, c͛est le protocole 21. Ils ont le droit de ne
pas participer, c'est-à-dire ils bénéficient de l͛option out, à l͛ensemble de l͛espace de liberté de sécurité et de justice.
Cette clause d͛exemption leur avait déjà été accordée pour toutes les mesures relatives à la justice et à la sécurité
intérieure déjà communautarisées et cela est étendu à la coopération judiciaire en matière pénale et à la
coopération policière en matière pénale.

C͛est une dérogation qui est une dérogation avec possibilité d͛une participation « à la carte ». C'est-à-dire qu͛ils
bénéficient de la possibilité de l͛Opt In.

Le Danemark a une situation différente. Elle est prévue dans le protocole 22 annexé au Traité de Lisbonne. Sa
dérogation est globale, il ne participe à aucune mesure en matière de coopération judiciaire et policière en amtière
pénale. Il ne peut pas participer à la carte, contrairement au RU et l͛Irlande. Certains auteurs disent que pour le
Danemark c͛est une situation de « tout ou rien ».

Le risque d͛une participation à la carte c͛est qu͛ils participent à une mesure et qu͛ensuite ils refusent éventuellement
de participer à des mesures d͛application de cette mesure générale ! Cela veut dire qu͛il y aurait à terme un risque
de blocage ! Ce qui fait que les modalité de participation à la carte, de l͛Opt In, ont été prévues et c͛est ainsi que les
Etats membres qui participent à des mesures de l͛espace de liberté, de sécurité et de justice ou à l͛espace Schengen,
peuvent décider d͛exclure de RU ou l͛Irlande des mesures initiales auxquelles ces derniers auraient décidé de
participer, s͛il refusent de participer aux mesures de développement.

CONCLUSION : Ces dérogations conduisent à la mise en place d͛une UE «à géométrie variable » ou encore « à
plusieurs vitesses », seulement il semble que ce soit un processus inévitable car ces dérogations conditionnent
l͛adhésion de l͛ensemble des Etats aux modifications apportées aux Traités. Cette procédure de l͛Opting Out, on va
la retrouver à l͛égard de l͛application de la Chate des droits fondamentaux car le RU et la Pologne bénéficient de
règles particulière quant à l͛application de cette charte.

Jacques Delors à propos de la différenciation : « je ne vois pas d͛autres solutions que d͛aller vers une plus grande
différenciation ͙͙͙͙͙͙͙͙͙͙͙͙͙..»
CH ITRE 2

LE DROIT DERIVE : LES CTES UNIL TER UX

Etude des actes adoptées par les institutions de l͛UE. Parmi ces actes il y en a deux qui sont les plus importants : ce
sont d͛une part le règlement et ͚autre part la directive. Au fil du temps et au fil des traités de révision, les
instruments juridiques et les procédures d͛adoption de ces actes se sont complexifiés et notamment avec le Traité
instituant l͛UE. Avec le TUE, il y a eu une distinction entre les actes communautaires (les actes pris sur la base des
traités communautaires, 1er pilier) et les actes de l͛Union européenne (les actes pris sur la base du 2ème et du 3ème
piliers).

Les procédures d͛élaboration de ces actes étaient différentes : dans le 2ème et 3ème piliers, le Conseil étant le seul
législateur, dans le 2ème pilier la CJ n͛avaient aucune compétence, et quant au 3ème pilier : depuis le Traité
d͛Amsterdam elle était compétente pour contrôler la légalité de certains des actes du 3ème pilier mais le contrôle de
légalité était moins intense que pour les actes communautaires (actes du 1er pilier).

Le Traité de Lisbonne supprime cette distinction puisqu͛il supprime les piliers. Toutefois, les actes qui relèvent de la
PESC gardent leur spécificité (dans le cadre de la PESC il ne peut pas y avoir d͛actes législatifs).

Section 1 / Les caractères généraux

§1 La distinction opérée par le Traité de Lisbonne

Le Traité de Lisbonne crée une distinction entre deux types d͛actes :

- D͛une part les actes législatifs


- D͛autre part les actes non législatifs

Cette distinction se retrouve dans le TFUE et plus précisément à l͛article 289. Cet article traite des actes législatifs :
« ãá   
á
       á
    
á
  ». Cette procédure peut être
soit la procédure législative ordinaire, soit une procédure législative spéciale.

La procédure législative ordinaire correspond à l͛ancienne procédure de la codécision (acte adopté conjointement
par le Parlement européen et le Conseil). La procédure législative spéciale est une procédure dans laquelle c͛est le
Conseil qui adopte l͛acte avec participation du Parlement européen ou l͛inverse. La participation peut prendre la
forme d͛une approbation ou d͛une consultation.

La commission européenne garde en principe le monopole de l͛initiative législative européenne. Ces actes législatifs
ont pour base juridique un article du TFUE.

Quant aux actes non législatifs, ce sont des actes qui ne peuvent pas être adoptés par le Parlement européen. Ces
actes non législatifs contiennent une distinction : on distingue : d͛une part les actes délégués et d͛autre part les actes
d͛exécution. Les actes délégués sont visés à l͛article 290 du TFUE. Un acte délégué c͛est un acte qui complète ou
modifie certains éléments non essentiels d͛un acte législatif. L͛acte délégué a comme base juridique un acte
législatif. L͛acte délégué a une portée générale, il est adopté par la commission européenne sous le contrôle du
Parlement européen et/ou du Conseil. C͛est l͛acte législatif qui fonde la délégation donnée à la commission,
délégation pour compléter ou pour modifier des éléments non essentiels. L͛acte législatif qui sert de base à l͛acte
délégué doit délimiter explicitement les objectifs, le contenu et la portée de la délégation accordée à la commission.
L͛acte délégué doit porter expressément la mention « délégué » lors de sa publication au JOUE. Pourquoi avoir crée
cette catégorie d͛actes ? Certains ont estimé que l͛intérêt de l͛acte délégué c͛est de permettre au législateur
européen de concentrer son activité plutôt sur la définition des principes et des objectifs et les détails, les modalités
techniques apparaitront dans l͛acte délégué.

Il y a par ailleurs les actes d͛exécution. Les actes d͛exécution on les retrouve visés à l͛article 291 du TFUE. Ils
concernent l͛exécution d͛ « actes juridiquement contraignants ». Cette formulation veut dire qu͛on ne retrouve pas
ici la distinction entre actes législatifs et non législatifs, il peut avoir pour base les deux. Ces actes d͛exécution ne
complètent pas un acte législatifs, dans ce cas là ce serait un acte délégué ! l͛acte d͛exécution peut avoir pour base
un acte législatif mais il n͛a pas pour but de le compléter ou de le modifier, il fixe simplement les modalités
d͛exécution. L͛acte d͛exécution peut être adopté par la commission européenne ou par le conseil dans des cas
spécifiques. L͛acte d͛exécution est adopté par la commission européenne lorsque des conditions uniformes
d͛exécution sont nécessaires, et dans des cas spécifiques il est arrêté par le Conseil. En réalité, la compétence
d͛exécution qui est accordée à la Commission et exceptionnellement au Conseil est obligatoire lorsque des
conditions uniformes d͛exécution sont nécessaires. Normalement la compétence d͛exécution appartient aux Etats,
mais lorsque l͛exécution de l͛acte juridiquement contraignant nécessite des mesures uniformes d͛application alors il
sera arrêté par la commission et dans des cas spécifiques par le Conseil.

On s͛est demandé si le Traité de Lisbonne introduisait une hiérarchie dans ces actes? Inévitablement, est introduite
une hiérarchie entre les actes législatifs et non législatifs quand l͛acte non législatif (acte délégué ou acte
d͛exécution) est fondé sur un acte législatif.

NB Le Traité de Lisbonne conforte le soucis de transparence qui anime les institutions de l͛Union notamment depuis
le Traité d͛Amsterdam. L͛idée c͛est de faire en sorte que la législation européenne soit plus lisible et plus
compréhensible par le citoyen de l͛Union. C͛est pourquoi il y a une volonté de simplification de la législation, soucis
d͛amélioration de la qualité formelle des actes et soucis de transparence. Par exemple : résolution parlement euro
de 2008 s͛intitule « mieux légiférer », par ailleurs en octobre 205 la commission européenne a adopté un
programme visant à refondre les dispositions et également, le citoyen de l͛Union dispose d͛un droit d͛accès aux
documents de l͛UE (article 15 du TFUE) et ce droit d͛accès a été codifié notamment par un règlement du 30 mai 2001
concernant l͛accès du public aux documents du Parlement, du Conseil et de la Commission.

Le juge de l͛Union est chargé de faire application du principe de transparence : arrêt CJ du 1 er juillet 2008, affaire
C3905 : TURCO et SUEDE contre CONSEIL ET COMMISSION : Cet arrêt a annulé un arrêt du TPI et a fait droit à la
demande des requérants : concrètement les requérants s͛étaient heurtés à un refus du Conseil de leur communiquer
un avis du service juridique du Conseil et cet avis portait sur une proposition de directive fixant des standards
minimaux pour la réception des demandes d͛asile dans les Etats membres. La CJ a annulé en faisant application du
principe de transparence.

§2 La typologie des actes de droit dérivé

 Les actes prévus par les traités

« acte prévus par les traités »= actes adoptés sur la base du TUE et actes adoptés sur la base du TFUE.

RERENDRE
° Les actes non prévus par les traités :

RERENDRE

3§ Le régime juridique des actes unilatéraux

Ce régime juridique présente des analogies avec le droit administratif français.

 La base juridique

1) Limportance de la base juridique

La base juridique de l͛acte est importante car elle détermine la compétence de l͛UE, la nature de l͛acte, la procédure
qui doit être suivie pour adopter l͛acte et elle détermine les règles de vote au sein du Conseil.

v Elle détermine la compétence de l͛UE

L͛UE est soumise comme toutes les OI au principe de spécialité. Articles 2 à 6 du TFUE. Ce principe de spécialité,
d͛attribution des compétence joue dans les rapports entre l͛UE et les Etats membres mais il joue également entre les
institutions. Pour qu͛une institution puisse adopter un acte (règlement, directive, décision͙), encore faut-il que le
domaine couvert par l͛acte entre dans la compétence de l͛Union et puis encore faut-il qu͛il entre dans la compétence
de l͛institution auteure de l͛acte.

En ce qui concerne la compétence de l͛UE : ces compétence sont désormais énumérées explicitement dans le TFUE
(article 2 à 6) et dans le domaine des compétences partagées s͛applique le principe de subsidiarité. Par ailleurs, dans
le cadre de l͛UE s͛applique la théorie des compétences implicites dégagée par la Cour de Justice de Luxembourg.
Cette théorie veut dire que l͛UE est habilitée à exercer des pouvoirs qui, sans lui être expressément attribués, lui
sont nécessaires pour donner effet utile aux dispositions expresses. Et puis, il existe les « compétences subsidiaires »
qui sont prévues dans l͛article 352 du TFUE. Cet article 352 peut servir de base juridique à un acte dans des
conditions particulières. Selon cet article «   
á áá     áá á á

á   á á á  
á   á   á
á  á    á   
 ãá
 
   á 
 á
ãáá á   . 
   
áá áá   á/Pour
qu͛un acte unilatéral soit adopté, il faut qu͛il rentre dans le domaine de compétences de l͛UE.

Entre le traité de Maastricht et le Traité de Lisbonne, ont surgi des conflits de compétences entre la Communauté
Européenne et l͛UE. Exemples : 2 arrêts :

- Arrêt Commission contre Conseil du 13 septembre 2005

Recours en annulation par la Commission contre une décision cadre arrêtée par le Conseil (décision cadre donc 3ème
pilier de l͛UE c'est-à-dire titre VI du TUE Coopération judiciaire et policière en matière pénale).

- Arrêt Commission contre Conseil du 20 mai 2008

Le conseil avait adopté un acte sur la base du 2ème pilier c'est-à-dire dans le cadre de la PESC. Et la Commission
estimait que cet acte aurait dû être adopté sur la base du TCE dans le cadre de la coopération au développement.
L͛acte en cause = acte du Conseil concernant la lutte contre la prolifération d͛armes légères de petit calibre. Cet acte
concernait l͛application des accords de Cotonou (accords d͛aide au développement avec les pays ACP). Et la
Commission dit que cela faisait partie de la politique communautaire de coopération au développement donc c͛est la
Communauté européenne qui doit agir et non pas l͛UE. Et la CJ a donné raison à la Commission !

Sur la compétence de l͛institution : respect du principe de l͛équilibre institutionnel. C͛est la base juridique de l͛acte
qui va désigner l͛institution compétente.
v Elle détermine la nature de l͛acte

C͛est la base juridique de l͛acte qui détermine si c͛est un règlement, une directive ou une décision. Il arrive que la
base juridique de l͛acte prévoit que l͛institution adopte l͛acte qui lui semble plus appropriée. C'est-à-dire qu͛à ce
moment là c͛est l͛institution qui choisit le type d͛acte. Dans ce cas là, article 296 alinéa 1 TFUE : elle doit choisir le
type d͛acte en respectant le principe de proportionnalité. Et l͛article 296 alinéa 3 du TFUE apporte une précision:
« ? 
ááá áá   
á
á
. 
  
ãá
á á  á
á  á 
   
á
 
 
   ».

v Elle détermine la procédure qui doit être suivie pour adopter l͛acte

v Elle détermine les règles de vote au sein du Conseil

2) Le choix de la base juridique

Quand c͛est un acte législatif la base juridique est un article du TFUE.

Quand c͛est un acte délégué la base juridique est un acte législatif.

Quand c͛est un acte d͛exécution la base juridique est soit un article du traité soit un acte délégué ou un acte
d͛exécution.

‰ L͛institution doit choisir la base juridique en respectant le principe de proportionnalité. Ce principe prévoit
que l͛action de l͛UE n͛excède pas ce qui est nécessaire pour atteindre l͛objectif des traités. (article 5 alinéa 4
du TUE).

Le choix de la base juridique a suscité depuis les années 1990 un contentieux très importants, il est à la source de
nombreux arrêts rendus par le juge de l͛UE. Contentieux qui fait apparaitre des litiges entre les Etats membres et la
Communauté européenne mais aussi et surtout des litiges interinstitutionnels. A partir des années 1990 le
Parlement européen a été très vigilent quant au choix de la base juridique des actes et il n͛a pas hésité à intenter des
recours en annulation contre des actes du Conseil quand il estimait que la base juridique choisie n͛était pas la bonne.
L͛AUE avait accordé plus de pouvoirs au parlement européen et avait mis en place une procédure (la procédure de
coopération). Cette procédure permettait au parlement européen quand elle était appliquéed͛être consulté sur le
projet de texte présenté au Conseil (ce qui n͛était pas le cas pour les autres textes) et s͛il donnait un avis négatif, le
Conseil ne pouvait adopter le texte qu͛à l͛unanimité. Donc le Parlement Européen était plus étroitement associé au
processus d͛adoption des normes. A partir de là la Parlement va faire très attention à la base juridique de l͛acte, il va
essayer de faire en sorte que la base juridique adoptée soit celle qui lui permet d͛intervenir! C'est-à-dire qu͛il va
faire très attention à l͛exercice de cette prérogative. L͛Arrêt Post Tchernobyl rendu en 1990 illustre bien cela.

La Cour de Justice a précisé que ce choix ne peut dépendre de la seule conviction d͛une institution quant à l͛objectif
poursuivi. La CJ dit « En vertu d͛une jurisprudence constante, le choix de la base juridique doit se fonder sur des
éléments objectifs susceptibles de contrôle juridictionnel ». Ces éléments objectifs sont : le but et le contenu de
l͛acte et l͛analyse du contenu de l͛acte joue un rôle très important dans le contrôle du choix de la base juridique.

La Cour a aussi précisé que l͛institution doit donner prééminence à la règle de droit et peu importe des
considérations en terme d͛équilibre institutionnel. C͛est à dire que dans un arrêt du 4 avril 2000, la Cour dit « la
volonté du Parlement Européen de participer de façon plus intense à l͛adoption de l͛acte est sans incidence sur le
choix de la base juridique ».
Par ailleurs, il n͛y a pas de difficulté quand la base juridique de l͛acte est unique. Mais il peut arriver que l͛on soit en
face d͛une pluralité de bases juridique. Que se passe-t-il quand on s͛aperçoit que l͛acte peut être pris sur 2 bases
juridiques différentes ? La CJ dans ce cas là applique ce que l͛on appelle la théorie du centre de gravité La Cour dit
« V 
     áá   á    
 
 á 
 
  
 
 


  áá ». Si un acte poursuit une double finalité : exemple : protection de l͛environnement et protection
de la santé publique. Deux bases juridiques possibles : les articles du TUE sur l͛environnement et les articles du TUE
sur la santé publique. On doit rechercher la finalité principale de l͛acte. La CJ étant favorable plutôt à la base
juridique unique elle impose donc de faire un choix.

Bien sur il arrive que les finalités soient indissociables. Dans ce cas là, l͛acte pourra se fonder sur des bases juridiques
différentes, sur une pluralité de bases juridiques. Mais, en tout état de cause, le recours à la double base juridique
sera exclu si les procédures prévues par les deux bases juridiques sont incompatibles! De même, le recours à la
double base juridique est exclu si le cumul des bases juridiques est de nature à porter atteinte aux droits du
Parlement Européen. Arrêt de principe en la matière : Arrêt Dioxyde de Titane du 11 juin 1991. Ou encore Arrêt
Parlement contre Conseil du 6 novembre 2008 0
á  á   á 
á á     
á á
 á á( á
 á
 
  á
 
     
 
á áá
á 
/

‰ Le contentieux de la base juridique s͛est intensifié depuis les années 2000 par rapport à la base juridique des
règlements communautaires appliquant des résolutions du Conseil de sécurité prévoyant des sanctions économique
à l͛égard notamment de personnes soupçonnées d͛être impliquées dans des réseaux terroristes. Notamment affaire
CADI.

° Les exigences de forme

Les actes juridiquement contraignants (règlements-directives-décisions) obéissent à un certain formalisme et sont


soumis à l͛obligation de visas et de motivation. Article 287 du TFUE.

v L͛obligation de visas

Cela signifie que ces actes doivent viser les propositions, les avis prévus par les traités. Cela signifie que l͛acte dans le
visa doit préciser sa base juridique, l͛article du traité sur lequel est fondé l͛acte doit être explicitement mentionné
par exemple. L͛absence de références à la base juridique constitue un vice substantiel. Et donc c͛est une cause
d͛annulation de l͛acte.

v L͛obligation de motivation

La motivation apparait à travers les « considérants ͙ » de l͛acte. La motivation de l͛acte est obligatoire pour les actes
à portée juridique obligatoire mais en pratique elle figure sur tous les actes mêmes ceux qui ne sont pas décisoires.

La CJ a eu l͛occasion d͛apporter des précisions sur l͛obligation de motivation : car bien souvent les requérants se
basaient sur l͛absence ou l͛insuffisance de motivation pour attaquer l͛acte. La CJ « V     
     
      
  á 
á  V        
  áá á á áá  
áá á
á 

á

     
 á 
á   /

Et la motivation permet aussi au juge d͛exercer son contrôle de légalité ! L͛obligation de motivation répond au
principe de la sécurité juridique.

La Cour a considéré qu͛elle devait procéder d͛office au contrôle du respect de l͛obligation de motivation. Quand le
juge procède d͛office à l͛examen d͛un moyen cela s͛appelle : moyen d͛ordre public.
Le juge est exigent sur cette obligation de motivation mais toutefois il n͛exige pas que la motivation précise tous les
éléments de faits et de droit pertinents. L͛obligation de motivation va s͛apprécier au regard du contexte dans lequel
a été adopté l͛acte, au regard de l͛ensemble des règles juridiques qui régissent la matière concernée. C͛est le cas par
exemple pour la motivation des décisions de la commission qui inflige des amendes aux entreprises.

Si le destinataire de l͛acte a participé à l͛élaboration de la procédure, la motivation peut être plus succincte. Par
contre, si l͛acte fait grief, s͛il contient une mesure dérogatoire alors la motivation doit être plus étoffée.

Quand l͛institution dispose d͛un pouvoir discrétionnaire, le juge est plus exigent sur la motivation. Et par exemple
c͛est le as en matière de concurrence quant aux décisions prises par la Commission.

v Il y a d͛autres formalités qui relèvent de l͛authentification de l͛acte

Cela se traduit par la signature de l͛acte qui permet de « figer » l͛acte.

- S͛il s͛agit d͛un acte adopté selon la procédure législative ordinaire l͛acte est signé par le Président du
Parlement et par le Président du Conseil.
- Si c͛est un acte adopté selon une procédure législative spéciale (soit par le conseil soit par la Parlement) c͛est
le Président de l͛institution qui a adopté l͛acte qui signe.
- Et c͛est la même chose pour les actes non législatifs : sauf pour les décisions qui ont un délégataire.

Le défaut d͛authentification peut conduire à la constatation de l͛inexistence de l͛acte (plus grave que l͛annulation !).

v L͛acte doit faire l͛objet d͛une publicité

C͛est l͛article 297 du TFUE. Il y a une obligation de publication au JOUE qui pèse sur certains actes.

Les actes qui doivent faire l͛objet d͛une publication :

- Les actes législatifs


- Certains actes non législatifs :
Ô Les règlements non législatifs
Ô Les directives non législatives quand elles sont adressées à tous les Etats membres
Ô Les décisions non législatives quand elles n͛ont pas de destinataire

Cette publication au JOUE se fait dans les 23 langues officielles de l͛UE. Et l͛entrée en vigueur des actes publiés se fait
au jour indiqué par l͛auteur de l͛acte. A défaut, l͛entrée en vigueur se fera le 20ème jour qui suit la publication de
l͛acte.

Il arrive qu͛il y ait une entrée en vigueur immédiate, c'est-à-dire au jour de la publication de l͛acte, c͛est rare et la CJ
exige que l͛on soit en face d͛un cas de nécessité impérieuse. Dans quels cas est-ce possible ?

- En cas de vide juridique


- Pour prévenir des spéculations dans le domaine agricole

Les conditions d͛entrée en vigueur des actes ont suscité un contentieux abondant! Un texte qui doit être publié et
qui ne l͛est pas ne sera pas entaché pour autant de défaut de validité. Ce n͛est pas une cause de nullité de l͛acte. Par
contre c͛est une cause d͛inopposabilité de l͛acte.
Deux affaires à titre d͛exemple :

- Arrêt 10 mars 2009 : dans cette affaire le Conseil avait adopté un règlement et à ce règlement il y avait une annexe.
L͛annexe n͛a pas été publiée et elle dressait la liste des objets prohibés à bord des avions. Un individu à l͛aéroport de
Vienne avait un bagage à main avec une raquette de tennis. On lui demande de laisser la raquette, il refuse. On le
fait sortir de l͛avion. Seulement la raquette faisait partie de l͛annexe ! Mais elle n͛avait pas été publiée ! Le Juge de
l͛Union a considéré que l͛annexe n͛ayant pas été publiée elle n͛avait pas de force obligatoire ! Donc pas opposable !

- Arrêt 29 octobre 2009 : il y avait une règlementation qui avait crée un problème de découpe de volaille. La
règlementation n͛avait pas été traduite au JOUE dans la langue de l͛Estonie, donc pas opposable à l͛Estonie!

‰Les actes qui ne font pas l͛objet d͛une obligation de publication font l͛objet d͛une obligation de notification. Quels
sont ces actes ?

- Certains actes non législatifs et plus précisément les directives non législatives adressées à un ou à certains
Etats membres.
- Les décisions non législatives qui ont des destinataires.

Les actes notifiés entrent en vigueur à compter de la notification.

C Lapplication dans le temps

Certains actes peuvent fixer la durée de leur application. C͛est le cas par exemple de décisions de la Commission en
droit de la concurrence.

Les institutions ont le droit de modifier ou d͛abroger les actes et ils peuvent modifier ces actes à tout moment sous
réserve de respecter un principe : le principe de confiance légitime*.

Le principe c͛est que les règles nouvelles s͛appliquent avec effet immédiat. Il y a une conséquence directe à cet effet
immédiat : les actes dits « normatifs » vont produire leurs effets sur des situations existantes sans que puisse être
invoqué le respect des droits acquis. Cela veut dire que les actes vont s͛appliquer en principe aux effets futurs d͛une
situation née sous l͛emprise d͛une règlementation antérieure. Il n͛y a pas pour autant rétroactivité. Ce principe de
l͛effet immédiat s͛applique avec le maximum d͛intensité aux règles de procédure. Les nouvelles règles de procédure
s͛appliquent aux affaire pendantes. Néanmoins, le principe de l͛effet immédiat doit être concilié avec le principe de
confiance légitime*.

* Principe érigé au rang de PGD par le juge ! Selon ce principe : Par exemple : si la modification d͛un acte n͛était pas
prévisible pour un opérateur économique prudent, celui-ci pourra invoquer le principe de confiance légitime ! Ce
principe peut être invoqué donc si l͛opérateur économique faisant preuve d͛une vigilance normale n͛a pu prévoir la
nouvelle législation il faut que l͛institution auteure de l͛acte prévoit des mesures transitoires ou à défaut une
indemnisation.

Exceptionnellement un acte pourra avoir un effet rétroactif mais dans ce cas là, il faut que 2 conditions soient
réunies :

- 1ère condition : l͛auteur de l͛acte (l͛institution) doit prouver qu͛en l͛absence d͛effet rétroactif l͛acte ne peut
atteindre son but.
- 2ème condition : il faut que le principe de confiance légitime soit respecté.

Si l͛acte a une portée rétroactive, alors il doit indiquer les motifs et la justification de la rétroactivité.
‰ Un acte unilatéral peut-il être retiré ?

Attention : distinction entre abrogation et retrait.

- Abrogation : fait disparaitre l͛acte dans porter atteinte aux effets passés. Elle ne produit d͛effets que pour le
futur.
- Retrait : conduit à la disparition de l͛acte avec rétroactivité. Le retrait fait disparaitre la norme et agit sur les
effets passés.

Reconnaitre un droit de retrait n͛est pas évident car l͛acte disparait «  » c'est-à-dire de façon rétroactive et
le droit de retrait n͛est pas prévu dans les traités communautaires ni dans le TFUE. Alors la Cour de Luxembourg a de
la chance : elle a pu puiser dans les ordres juridiques des Etats membres, dans le droit administratif des Etats
membres. Elle a posé un principe dans l rrêt lgéra du 12 juillet 195_ ‰ «    á  
  
 
á

   ááá á  áá  
á


   á
 /0V  
  
  
 á 
á      á
  
 

   á
 /C͛est ainsi que la Cour va accepter la possibilité de retirer des actes créateurs de
droit quand ils sont illégaux. Mais tout cela est entouré de conditions :

Les actes unilatéraux bénéficient d͛une présomption de validité et la cour ici s͛est référée aux droits nationaux. Donc
un acte unilatéral est réputé valide jusqu͛à son annulation par le juge ou bien jusqu͛à son retrait régulier par son
auteur. Cette présomption de validité emporte des conséquences :

- Tant que le juge n͛a pas prononcé la nullité d͛un acte, celui-ci doit être appliqué. Cela explique que le recours
en annulation n͛a pas d͛effet suspensif. Il est toujours possible de saisir le juge en référé afin de lui
demander de prononcer le sursis à exécution de l͛acte.
- Il y a la règle du préalable = c͛est l͛administré qui doit prouver l͛illégalité de l͛acte. (l͛illégalité d͛un acte peut
entrainer son annulation totale ou partielle).

NB : A côté de l͛annulation, il peut y avoir déclaration par le juge de l͛inexistence d͛un acte. C͛est assez rare car la
prononciation d͛inexistence est quelque chose de grave: l͛inexistence est prononcée quand il y a des vices
particulièrement graves et évidents. C͛est un moyen d͛ordre public (donc le juge pourra le soulever d͛office).
L͛inexistence permet de constater en dehors de tout délai de recours que l͛acte n͛a produit aucun effet juridique.
Exemple : arrêt BASF du 15 juin 1994 la cour a annulé l͛arrêt du TPI qui avait conclu à l͛existence d͛un acte «
á á
  á  
 
  áá  

     á( á


       á á». Autre exemple arrêt du Tribunal du 24 novembre 2010 (ex TPI): a
annulé un arrêt du tribunal de la fonction publique de l͛EU ce dernier ayant conclu à l͛inexistence d͛un acte.

Section 2/ Les actes contraignants de larticle 288 du TFUE

Ce sont 5 types d͛actes : règlements, directives, décisions, avis et recommandations. La Commission européenne a le
quasi monopole de l͛initiative de ces actes. Par ailleurs, le Parlement et le Conseil peuvent lui demander de faire des
propositions. Enfin : depuis l͛entrée en vigueur du Traité de Lisbonne est prévu le droit d͛initiative citoyenne.

§1 Le règlement

Le règlement apparait dans l͛article 288 alinéa 2 du TFUE « V 


       
 
 á 
 
 á ááá
á
á
 
 á   ». Ce règlement, c͛est le principal acte
contraignant. Pourquoi ? Parce que le règlement est l͛acte qui permet notamment de mettre en œuvre les politiques
qui supposent un transfert de compétences au profit de l͛UE. Avant on appliquait une distinction désormais
désuète : on disait que le règlement servait à mettre en œuvre les politiques communes (pour lesquelles les Etats on
transféré leurs compétences).
 Les caractères du règlement

Ils sont au nombre de 3 et figurent expressément dans l͛alinéa 2 de l͛article 288 :

- Il a une portée générale


- Il est obligatoire dans tous ses éléments
- Il est directement applicable

1) Sa portée générale

Le règlement est un acte normatif à portée générale. Il contient des prescriptions générales et impersonnelles. La
Cour a apporté des précisions dans l͛arrêt CNPF du 14 décembre 1962 « V
  áá


   á áá á  á á  á
 á  á á    
á á á
   á á á
  á /En cela on voit bien que sur le plan     il s͛apparente à une loi !

Il faut distinguer le règlement de la décision : il est important de faire cette distinction car dans le cas du recours en
annulation, le règlement est plus difficilement attaquable par les personnes physiques ou morales. Jusqu͛au Traité
de Lisbonne le règlement n͛était pas attaquable par une personne physique en principe.

Lorsque le juge est saisi d͛un recours en annulation contre un règlement, il va analyser le règlement pour savoir si ce
n͛est pas une décision ou un faisceau de décisions déguisé. Le juge peut parfois être amené à disqualifier un
règlement dans le cadre du recours en annulation.

‰Avant le Traité de Lisbonne, la distinction entre le règlement et la décision était simple : car la décision est un acte à
portée individuelle. Le Traité de Lisbonne complique un peu les choses car il fait état de décisions qui n͛ont pas de
destinataire (décisions à portée générale).

Portée générale du règlement :il s͛adresse aux Etats, aux institutions et aux ressortissants.

2) Il est obligatoire dans tous ses éléments

Ce caractère permet de le distinguer de la directive. La directive qui n͛impose elle qu͛un résultat à atteindre.

« Obligatoire dans tous ses éléments » signifie que les Etats ne peuvent l͛appliquer de manière incomplète ou
sélective, il s͛applique vraiment dans sa totalité, l͛Etat n͛a pas de marge de manœuvre. Et les Etats doivent prendre
toutes les mesures permettant d͛assurer son efficacité.

Un Etat ne peut pas invoquer des dispositions de son droit interne pour ne pas appliquer un règlement.

Un Etat qui a manifesté son opposition lors de l͛adoption d͛un règlement ne peut pas s͛opposer à l͛exécution du
règlement.

3) Il est directement applicable

Le règlement est d͛applicabilité immédiate. Cela veut dire que le règlement lorsqu͛il entre en vigueur produit ses
effets juridiques dans l͛ordre interne des Etats sans aucune mesure de réception. Autrement dit, dès qu͛il entre en
vigueur de façon automatique il produit ses effets dans l͛ordre interne sans aucune intervention des autorités
nationales. Il produit ses effets dans l͛ordre interne français sans qu͛il soit nécessaire d͛adopter une loi ou un
décret ! Dès qu͛il est publié au JOUE, ce règlement va s͛intégrer de plein droit dans l͛ordre interne des Etats et pas
besoin qu͛il soit publié au JORF.

Conseil Constitutionnel 1977 « La force obligatoire qui s͛attache aux dispositions que le règlement comporte n͛est
pas subordonnée à ͙ » + le CE en 1978.
De plus la CJ condamne les Etats qui procèdent à une réception du règlement en droit interne! C͛est ainsi que par
exemple l͛Italie a été condamnée parce qu͛elle procédait à une réception des règlements, elle transposait les
règlements dans son droit interne.

‰Le juge ne veut pas de réception car la réception d͛un règlement peut conduire à une dénaturation des effets du
règlement et de sa force obligatoire.

Attention tout cela ne veut pas dire que le règlement ne nécessite pas parfois des mesures d͛exécution. La CJ a
considéré que le renvoi à des mesures d͛exécution ne porte pas atteinte à l͛applicabilité immédiate du règlement.
Arrêt Eridania du 27 septembre 1979. La cour a donc admis des « règlements imparfaits » c'est-à-dire qui nécessitent
parfois une intervention complémentaire des institutions ou des Etats mais attention en aucun cas l͛Etat ne dispose
d͛un pouvoir discrétionnaire pour exécuter.

Quand il s͛agit de prendre des mesures d͛exécution d͛un règlement, en France, en principe c͛est de la compétence
de l͛exécutif car c͛est assimilé à des mesures d͛exécution des lois (comme un décret d͛application en quelques
sortes). Une exception : si les mesures d͛exécution consistent en l͛institution de sanctions pénales dans ce cas là il
faut l͛intervention du législateur.

Le règlement est d͛applicabilité directe, avantage : le règlement va entrer en vigueur de façon simultanée dans tous
les Etats membres ! Alors que s͛il y avait des mesures de réception ça ne serait pas pareil.

Ce règlement est également de par sa nature d͛effet direct, cela signifie que le règlement engendre directement des
droits et des obligations pour les particuliers (personnes physiques ou morales). Et surtout, ceux-ci peuvent s͛en
prévaloir directement devant le juge national.

° Les différentes catégories de règlements

Jusqu͛au Traité de Lisbonne, il y a eu une distinction entre d͛une part les règlements de base et d͛autre part les
règlements d͛exécution ou d͛application. C͛est une distinction qui est née de la pratique (pas prévue par les textes)
et elle a notamment résulté de la pratique du Conseil dans les années 1960. C͛est une pratique qui a surtout été
instituée dans le domaine de la PAC.

Quand cette pratique est née, il y a eu des contestations et des recours et la CJ a admis la validité des règlements
d͛exécution. Elle l͛a fait dans un arrêt Köster du 17 décembre 1970 :

- le règlement de base est un règlement arrêté par le Conseil ou par le Conseil et le Parlement. Et la base
juridique du règlement de base c͛est un article du TCE.
- Le règlement d͛exécution était un règlement adopté en principe par la Commission sur habilitation du
Conseil et dans des cas spécifiques il pouvait être arrêté par le Conseil. La base juridique d͛un règlement
d͛exécution c͛est un règlement de base.

La Cour a introduit une hiérarchie entre ces deux types de règlements : un règlement d͛exécution devait respecter
un règlement de base sauf si le règlement de base avait prévu des dérogations possibles et à condition que le
règlement de base ne soit pas affecté dans ses éléments essentiels.

‰Depuis le Traité de Lisbonne, la distinction qui apparait est aujourd͛hui la suivant: on distingue des règlements
législatifs de règlements non législatifs. Et parmi le règlements non législatifs on trouve les règlements d͛exécution
et les règlements délégués. Le règlement d͛exécution d͛avant Lisbonne on le retrouve aujourd͛hui ventilé entre le
règlement délégué et le règlement d͛exécution. Un exemple de règlement d͛exécution : règlement d͛exécution du
Conseil du 31 janvier 2011 concernant des mesures restrictives prises à l͛encontre du Président de la Biélorussie et
des hauts fonctionnaires biélorusses. Ce règlement d͛exécution a été adopté sur un article du TFUE et sur une
décision PESC.

r )

Les décisions les plus importantes du Conseil Constitutionnel en la matière :

- Décision du 10 juin 2004 sur l͛économie numérique


- 27 juillet 2006 sur les droits d͛auteur
- 30 novembre 2006 concernant la loi sur le secteur de l͛énergie
- 12 mai 2010 précisions sur pas QPC.

Le CE quant à lui a tiré les conséquences de cette jurisprudence. Arrêt 1O février 2007 Société Arcelor. En 2004 avait
été adoptée une ordonnance qui transposait une directive de 2003. Puis un décret fut adopté en août 2004. En juillet
2005 la société Arcelor demande l͛abrogation de dispositions du décret de 2004. N͛ayant pas de réponse elle
introduit une requête devant le CE, requête visant à l͛annulation de la décision implicite de rejet. Le CE dans cet arrêt
va confronter le décret à la directive et là il n͛y a pas d͛écran législatif. Cet arrêt est important car le CE tout va
réaffirmer la supériorité des principes et dispositions à valeur constitutionnelle. Mais il va aussi s͛inscrire dans la
jurisprudence du Conseil Constitutionnel parce que le CE dans cet arrêt va reconnaitre la spécificité du contrôle des
actes de transposition des directives, comme l͛avait fait le Conseil Constitutionnel dans sa décision de 2004. Donc
dans cet arrêt le CE définit l͛étendue du contrôle exercé par le juge administratif sur les actes règlementaires de
transposition des directives. Certains auteurs ont estimé que cet arrêt était simplement la traduction de
l͛élaboration de la théorie de la directive-écran. Ainsi, quand un décret transpose dans l͛ordre juridique interne les
termes précis et inconditionnels d͛une directive, ce décret ne peut faire l͛objet d͛un contrôle. Seule la
méconnaissance d͛une disposition ou d͛un principe à valeur constitutionnelle par la directive transposée permet au
juge d͛écarter le décret de transposition. Et l͛on retrouve l͛exception posée par le CC dans sa décision de 2004. Le CE
a, à l͛occasion de l͛arrêt Arcelor posé une question préjudicielle à la Cour de justice de Luxembourg : il lui a demandé
de se prononcer sur la validité de la directive transposée. En effet le CE avait des doutes quant au respect par la
directive du principe d͛égalité. Celle-ci a rendu son arrêt le 16 décembre 2008 et elle a conclu à la validité de la
directive. Et le CE après l͛arrêt de la Cour de Luxembourg a rendu la décision Arcelor2 le 3 juin 2009.

Dans la même affaire, le Tribunal (tribunal de Luxembourg) a rendu un arrêt le 2 mars 2010 «Arcelor contre
Parlement et Conseil » car dans la même affaire la société Arcelor avait attaqué directement la directive devant le
juge de l͛Union.

Par ailleurs, cette spécificité du contrôle de l͛acte règlementaire de transposition le CVE y a fait référence depuis à
plusieurs reprises et notamment dans l͛arrêt PERREUX du 30 octobre 2009.

§3 La décision

Elle apparait dans l͛article 288 alinéa 4 du TFUE. cet article prévoit que « la décision est obligatoire dans tous ses
éléments. lorsqu͛elle désigne des destinataires elle n͛est obligatoire que pour ceux-ci. » cette deuxième partie de la
phrase est une nouveauté du Traité de Lisbonne. La décision peut être un acte législatif ou non? C͛est un acte à
portée obligatoire et ses effets sont analogues à ceux du règlement. Le juge de l͛Union a eu l͛occasion de préciser
qu͛une décision est un acte qui produit des effets juridiques obligatoires, à défaut l͛acte ne peut pas être qualifié de
décision. Dans le cadre du recours en annulation ceci a son importance : en effet, seul un acte qui produit des effets
juridiques obligatoires est un acte attaquable. Et le juge a eu l͛occasion d͛admettre un recours en annulation contre
par exemple des lettres de la commissions, non qualifiées de décisions mais dont le contenu s͛apparentait à une
décision. Cette obligation de produire des effets juridiques obligatoires permet de distinguer la décision d͛une simple
opinion écrite ou d͛un acte préparatoire. Par ailleurs, l͛article 299 du TFUE précise que les décisions qui comportent
à la charge des personnes autres que les Etats une obligation pécuniaire forment titre exécutoire. « obligatoire » et
« exécutoire » sont deux termes différents. « exécutoire » = il pourra être procédé à l͛exécution forcée de la décision
selon les règles de la procédure civile en vigueur dans l͛Etat où elle a lieu.
Jusqu͛au Traité de Lisbonne, la décision contrairement au règlement n͛avait pas de portée générale, elle avait une
simple portée individuelle et avait comme destinataires possibles les Etats ou les personnes physiques ou morales. Et
cette absence de portée individuelle permettait de distinguer les deux dans le cadre du recours en annulation. Le Traité de
Lisbonne introduit des décisions qui ne désignent pas toujours des destinataires. Exemple : décision d͛exécution adoptée par le
Conseil le 7 décembre 2010 sur l͛octroi d͛une aide financière à l͛Irlande. Ces actes unilatéraux doivent être conformes au droit
originaire, aux principles généraux du droit et aux accords internationaux conclus par l͛Union. Quant à la hiérarchie à l͛int érieur
des actes unialtéraux : la seule hiérarchie que l͛on peut constater c͛est le fait qu͛un acte d͛exécution doit être conforme à l͛acte
qui lui serrt de fondement si cet acte un acte acte législatif. Quant à l͛acte délégué, il vise à compélter ou à modifier des
éléments non essentiels d͛un acte législatif. Mais pas de hiérarchie entre directive, règlement et décision.
CH ITRE 3

L JURISRUDENCE

Elle fait partie des sources non écrites. C͛est une source à part entière. Ce n͛est pas la seule source non écrite
(coutume). La Cour de justice s͛est expressément prononcée pour l͛intégration de certaines règles coutumières
internationales au sein de l͛ordre juridique communautaire. Par exemple dans l͛arrêt Racke du 16 juin 1998. La
doctrine est assez partagée en réalité sur la place de la coutume.

La jurisprudence est donc la principale source non écrite et dans le droit de l͛Union elle tient une place fondamentale
compte tenu du rôle joué par le juge de l͛Union. Ce rôle essentiel ressort de l͛article 19 du TUE dans la mesure ou la
CJUE est chargée de veiller au respect du droit dans l͛application et l͛interprétation des traités. La CJUE a donc été
amenée à préciser le droit de l͛Union, à l͛interpréter, afin qu͛il soit appliqué de manière uniforme dans l͛ensemble
des Etats membres. Et puis elle en a aussi comblé les lacunes. Elle a une méthode d͛interprétation téléologique qui
consiste à interpréter en fonction de l͛esprit du Traité. Dans sa jurisprudence elle s͛appuie aussi très souvent sur la
théorie de l͛effet utile des Traités. Ce qui explique que le droit de l͛Union est en partie un droit prétorien. La Cour va
consacrer des principes généraux du droit (Section 1) et c͛est à travers ces principes généraux du droit qu͛elle va
assurer la protection des droits fondamentaux dans l͛UE (Section 2).

Section 1/ La jurisprudence et les principes généraux du droit

§1 Lémergence des principes généraux du droit

Dans le traité CE, il n͛y avait qu͛un seul article faisant référence à des PGD, l͛article 288 du TCE mais c͛était une
référence aux PGD des Etats membres et non pas aux PGD communautaires. On retrouve le pendant de cet article
aujourd͛hui dans l͛article 340 alinéa 2 du TFUE.

La CJUE a dégagé ces PGD et va les considérer comme une source autonome de la légalité. Le recours aux PGD va
permettre de combler certaines lacunes des traités, il permet aussi de préciser des notions non ou mal définies et les
PGD vont aussi permettre de limiter le pouvoir discrétionnaire des institutions. Les PGD peuvent faciliter
l͛interprétation des actes unilatéraux.

Le juge constate l͛existence de PGD, il ne les crée pas. Le juge de l͛Union peut puiser dans l͛ordre international, dans
l͛ordre juridique interne et aussi dans l͛esprit des Traités.

- Il va reprendre à son compte des PGD dégagés en droit international pour en faire des PGD de l͛Union. Par
exemple : la CJUE s͛est référée au principe de continuité en matière de succession d͛Etats. Elle a aussi repris
à son compte le principe selon lequel un Etat ne peut refuser à ses ressortissants l͛entrée et le séjour sur son
territoire. Elle a repris également le principe de bonne foi (arrêt TPI 22 janvier 1997 Opel Austria ou encore
12 mars 1999 Lindt). Donc le juge de Luxembourg a été amené à reprendre des principes généraux du DI
mais il les écarte quand ils sont incompatibles avec la nature juridique ou les objectifs de l͛UE. Par exemple
il a refuser de consacrer le principe selon lequel les Etats peuvent se faire justice. De même pour le principe
de réciprocité.
- Elle a aussi puiser dans le droit interne : Arrêt Algera du 12 juillet 1957pour admettre le retrait des actes
créateurs de droit, irréguliers.
- Elle a aussi puisé dans les traités : elle a déduit des principe à partir de la nature même des communautés
européennes. Dans ce cas là elle déclare que « la disposition du traité est l͛application d͛un principe plus
général non énoncé en tant que tel dans le traité». Ex : principe d͛équilibre institutionnel, principe de
solidarité qui lie les Etats membres.

Parfois elle refuse expressément de conférer le statut de PGD à certaines règles. C͛est ainsi qu͛elle considère que le
principe de préférence communautaire (sur lequel est fondé la PAC) est une simple considération à caractère
politique et non pas un PGD. De même pour le principe de cohésion et solidarité sociale (elle en fait un simple
objectif). Enfin, dans l͛arrêt JIPPES du 12 juillet 2001 elle a refusé le statut de PGD au principe de protection du bien
être des animaux.

§2 Les principaux GD dégagés p ar la CJUE

Certains ont été consacrés par les Traités :

1) Le principe de sécurité juridique

C͛est un principe qui a été affirmé très tôt, dans les années 1960. Il permet notamment d͛encadrer l͛action des
institutions. C͛est sur la base de ce principe que la règlementation communautaire et l͛Union aujourd͛hui se doit
d͛être claire, précise afin que les personnes concernées puissent connaitre sans ambigüités leurs droits et
obligations. Tout le régime juridique des actes unilatéraux est fondé sur ce principe.

2) Le principe de confiance légitime

C͛est le corolaire du principe de sécurité juridique. C͛est une limite au pouvoir discrétionnaire des institutions. Pour
que ce principe puisse être invoqué devant les juges de l͛Union, le juge exige que l͛administration de l͛UE ait fait
naitre dans le chef des justiciables des espérances fondées. A contrario, ce principe n͛est pas invocable dès lors
qu͛un opérateur économique avisé et prudent a pu prévoir l͛adoption de l͛acte affectant ses intérêts.

Le principe du respect des droits acquis est étroitement lié au principe de confiance légitime. Ce respect des droits
acquis est apparu vers 1964 dans le contentieux. Il est apparu notamment dans le domaine de la Sécurité sociale. La
Cour l͛accepte plus difficilement dans les secteurs économiques. Simplement parce qu͛elle estime que les
institutions doivent pouvoir adapter les actes à l͛évolution de la situation économique.

3) Le principe de proportionnalité

La violation de ce principe se rencontre surtout dans le contentieux de pleine juridiction. Selon ce principe les actes
des institutions ne doivent pas dépasser les limites de ce qui est nécessaire et approprié pour atteindre des objectifs
visés. La Cour a eu l͛occasion de rappeler ceci dans un arrêt du 12 janvier 2006 sur question préjudicielle : au regard
du principe de proportionnalité dans la mesure où cet acte faisait obligation aux éleveurs d͛abattre le groupe de
naissance à laquelle appartenait un bovin infesté par l͛ESB. L͛éleveur contestait la proportionnalité de cette règle. La
Cour a rappelé que «
á ááá á    

á áá
á
á á 
 á  » mais la Cour précise que «
á 
  á  
á á á á
á  
  
 á    » c͛est le critère de la nécessité. Autrement dit les inconvénients posés par la
mesure ne doivent pas être démesurés par rapports aux avantages visés.

Ce principe est souvent invoqué dans le contentieux qui relève du domaine agricole (mesures prises dans le cadre de
la PAC) et dans le domaine de la libre circulation des marchandises. C͛est ainsi par exemple que dans un arrêt
Allemagne contre Parlement et Conseil du 12 décembre 2006 : second recours en annulation introduit par
l͛Allemagne contre une directive qui interdisait la publicité sur le tabac. L͛Allemagne invoquait devant le juge le fait
que l͛interdiction de publicité était formulée dans des termes trop larges. C͛est une atteinte aux droits
fondamentaux des milieux économiques concernés. Elle invoque donc la violation du principe de proportionnalité.
La Cour va examiner la directive et conclure que l͛interdiction de la publicité n͛est pas manifestement
disproportionnée.
Autre exemple : Arrêt du Tribunal, affaire Melli Bank contre Conseil du 9 juillet 2009 : en l͛espèce était en cause un
règlement de 2007 concernant l͛adoption de mesures restrictives à l͛encontre de l͛Iran. Le but c͛était d͛empêcher la
prolifération nucléaire et son financement et ce règlement avait dans ce but pour finalité d͛exercer des pressions sur
la république islamique d͛Iran pour qu͛elle mette fin à ses activités. A partir de là avaient été prises des mesures de
gel d͛avoirs financiers détenus par des entités reconnues comme participant à la prolifération nucléaire. Melli Bank
est une de ces entités et elle attaque l͛acte du Conseil. Et le juge a analysé: «
 
 á á  á á
 áá       áá 
  áá á   á » .

Le traité de Maastricht a inscrit le principe de proportionnalité dans le TCE et aujourd͛hui il apparait dans l͛article 5 §
4 du TUE. Et par ailleurs le Traité d͛Amsterdam avait annexé un protocole sur la subsidiarité et la proportionnalité au
Traité, ce protocole se retrouve aujourd͛hui dans le cadre du protocole 2 annexé au TUE et TFUE.

4) Le principe de non-discrimination et dégalité de traitement

C͛est un principe très important érigé en PGD communautaire. Ceci exige que des situations comparables ne soient
pas traitées de manière différente. Et cela exige aussi que des situations différentes ne soient pas traitées de
manière comparables ! Sauf si c͛est objectivement justifié.

L͛application de ce principe permet que la réalisation du marché intérieur ne soit pas entravée. C͛est un principe qui
s͛applique aussi bien aux personnes physiques qu͛aux personnes morales.

Arrêt CJUE 16 décembre 2008 Arcelor : dans cette affaire le CE estimant que les secteurs de la sidérurgie, du
plastique et de l͛aluminium se trouvaient dans une situation comparable le CE demande à la CJUE si la législation
communautaire, en excluant le secteur du plastique et de l͛aluminium, du champ d͛application de la directive alors
qu͛ils sont dans une situation comparable avec la sidérurgie, la législation communautaire ne viole-t-elle pas ce
principe ? La CJUE va répondre par la négative.

Sur l͛égalité de traitement deux exemples :

R Non discrimination en fonction du sexe :


v Arrêt CJUE 1er mars 2011 : en l͛espèce la Cour a été saisie par le juge belge. La Cour de justice, dans cet arrêt
dit « les assureurs ne doivent plus fixer leur prix en fonction du sexe de l͛assuré». Dans le domaine de
l͛assurance automobile , en effet, en général les jeunes conductrices bénéficient de tarifs plus avantageux
que les jeunes conducteurs. Simplement parce que statistiquement elles sont moins impliquées dans les
accidents de la route. Dans l͛assurance vie les femmes payent également souvent moins que les hommes
parce qu͛elles vivent en moyenne plus longtemps que les hommes. A l͛inverse, pour la dépendance, les
femmes payent aujourd͛hui plus cher que les hommes. Donc prix différents en fonction du sexe. Et dans cet
arrêt la Cour a dit que «  
áá  á áá  á   á  á
á
 á  áá   á   á  ». En réalité, une directive de 2004 interdit toute
discrimination fondée sur le sexe dans l͛accès aux biens et services. Seulement cette directive permet sous
certaines conditions des dérogations. Et une association de consommateurs belge a soulevé le problème de
la compatibilité des dérogations avec le principe de non discrimination. La CJUE dit ceci: la dérogation
prévue par la directive n͛est pas limitée dans le temps ce qui conduit à permettre aux assureurs d͛appliquer
un traitement inégal sans limitation dans le temps. Et donc la Cour demande aux assureurs d͛adopter un
approche unisexe pour établir les primes. La CJUE a quand même prévue une période transitoire : la fin du
régime dérogatoire a été fixée pour le 21 décembre 2012.
v Arrêt du 25 juillet 1991 dans lequel la Cour a estimé que l͛interdiction du travail de nuit pour les femmes
était contraire au droit communautaire.
v Arrêt du 11 janvier 2000 par lequel al Cour considère que la législation allemande qui interdit aux femmes
l͛accès aux emplois militaires comportant des armes est incompatible avec le principe d͛égalité de
traitement.
v Avec ce principe on assiste aussi à des recours d͛hommes qui contestent des législations plus favorables aux
femmes ! Notamment les législations concernant les retraites. Exemple: 25 mai 2000 : en l͛espèce, un
individu invoque devant le juge national le fait que le régime complémentaire de retraite des ingénieurs
cadres violait le principe d͛égalité de traitement. Il dit cela parce que cet individu perd sa femme qui cotisait
à la caisse de retraite et demande à bénéficier de la pension de reversions et se heurte au refus de la caisse
au motif qu͛il n͛a pas encore 65 ans. Il attaque ce refus en disant qu͛il y a discrimination car s͛il était une
femme il pourrait en bénéficier car les femmes elles, l͛ont dès 60 ans. Le juge français sursoit à statuer et
pose la question au juge de Luxembourg qui estime que c͛est effectivement discriminatoire.

R Discrimination en fonction de l͛âge


v Arrêt de base : l͛arrêt Mangold du 2 novembre 2005. Arrêt qui semble affirmer qu͛est incompatible avec le
droit communautaire toute discrimination directe injustifiée fondée sur l͛âge. Autre arrêt : Arrêt du 19
janvier 2010 (reprendre͙) les périodes de travail accomplies par un salarié avant l͛âge de 25 ans ne soient
pas prises en compte pour le calcul du délai de préavis de licenciement. Violation du principe de non
discrimination en raison de l͛âge.

En résumé ‰ Il peut y avoir des dérogations à ce principe mais il faut qu͛elles soient justifiées objectivement.
Exemple : Arrêt du 23 janvier 1997 : problème de législation concernant les règles sociales en matière de transports
routiers. La Cour de Luxembourg est saisie par le juge belge. Dans les faits, la législation belge prévoyait qu͛en cas
d͛infraction aux règles sociales le conducteur pouvait payer immédiatement l͛amende, ce qui mettait fin à l͛action.
Ou bien il pouvait laisser courir la procédure pénale mais dans ce cas là le non résident belge (transporteur routier
français par exemple) devait consigner une certaine somme sous peine de retenue du véhicule. Un transporteur
routier non résident belge se voit soumis à cela et devant le juge belge il invoque le fait que cette législation est
discriminatoire entre les résidents belges et les non résidents belges. Le juge belge se tourne vers la cour de
Luxembourg et la Cour dit que la législation belge qui prévoit une distinction fondée sur le critère de la résidence
peut constituer une discrimination indirecte. Pour être qu͛elle telle discrimination soit admise il faut qu͛elle soit
justifiée par des considérations objectives. La Cour dit qu͛en l͛espèce elles existent parce qu͛en l͛absence de
coopération pénale entre les Etats membres il y a un risque de non exécution de la condamnation. Donc le
versement de la caution est justifié.

5) La protection des droits de la défense

C͛est un principe qui est souvent invoqué en droit de la concurrence par les entreprises qui sont sanctionnées par la
commission. Le respect des droits de la défense implique bien sûr le respect du contradictoire dans une procédure
devant tout organe juridictionnel mais également devant tout organe administratif. Et le juge a très souvent affirmé
que la protection des droits de la défense doit être garantie dans toutes les hypothèses où une institution met en
œuvre une procédure qui peut aboutir à un acte faisant grief.

6) Le principe de subsidiarité

C͛est un principe qui a été consacré par le traité de Maastricht et très vite on s͛est demandé si la Cour allait l͛ériger
en PGD. Il y a eu des controverses doctrinales et finalement la Cour l͛a consacrée en tant que PGD dans un arrêt de
novembre 1996.

_) Le principe de précaution

Ce principe a été érigé en PGD, « c͛est un PGD qui impose aux autorités de prendre des mesures appropriées en vue
de prévenir certains risques potentiels pour la santé publique, la sécurité, l͛environnement͙ ». C͛est un principe qui
ne s͛applique que dans des situations de risque notamment pour la santé humaine. Et ces situations de risque qui ne
sont pas des hypothèses scientifiquement non vérifiées sont des hypothèses qui n͛ont pas encore été pleinement
démontrées. Ordonnance du Tribunal du 28 septembre 2007

‰ Les Etats membres sont tenus de respecter ces principes généraux mais attention : quand ils appliquent le
droit de l͛Union uniquement par contre ils ne sont pas liés quand ils n͛appliquent pas le droit de l͛Union.

SECTION 2/ Les principes généraux du droit et la protection des droits fondamentaux

§1 Une construction prétorienne

 Laffirmation de la compétence de la Cour de justice

Les traités communautaires (CECA, CEE͙) ne comportaient aucune dispositions faisant référence à la
protection des droits de l͛homme. La CJUE a rappelé dans un avis 2/94 du 28 mars 1996 qu͛il convient de constater
qu͛aucune disposition du traité CE ne confère aux institutions communautaires de manière générale le pouvoir
d͛édicter des règles en matière de droits de l͛Homme. Ca ne veut pas dire qu͛il n͛y avait aps des droits reconnus par
les traités : en effet le traité CEE en 1957 reconnaissait des droits au profit des personnes physiques ou morales mais
ces droits étaient des droits à finalité essentiellement économique (reconnaissance de la libre circulation des
travailleurs, liberté d͛établissement, interdiction de la discrimination fondée sur la nationalité͙) mais l͛interdiction
de la discrimination fondée sur la nationalité c͛était par rapports aux droits économiques. Dans tous les Etats
membres des communautés européennes, les droits fondamentaux.. Et à partir du moment où le droit
communautaire a été reconnu comme supérieur au droit national pouvait surgir un problème de rapport entre le
droit communautaire et le droit interne parce que le droit communautaire ne peut se voir opposer un texte de droit
interne quel qu͛il soit. C͛est la raison pour laquelle la cour de justice va développer une jurisprudence de protection
des droits fondamentaux. Et elle va les consacrer en tant que principes généraux du droit communautaire.

Dans un 1er temps, la Cour de Luxembourg s͛est déclarée incompétente pour se prononcer sur la violation par la
Haute autorité de certains droits reconnus par des Constitutions des Etats membres. C͛est l͛arrêt STORK rendu le 4
février 1959 : dans cet arrêt la Cour de Luxembourg dit qu͛elle n͛est pas compétente pour contrôler les normes
communautaires au regard de droits fondamentaux consacrés par les Constitutions.

Puis sa position a évolué et dans l͛arrêt Stauder contre ville d͛Ulm du 12 novembre 1969 (arrêt à retenir) : arrêt
important car la Cour va dans cet arrêt adopter une position qui va contrer la théorie de la congruence structurelle
selon laquelle les actes de droit dérivé doivent respecter les Constitutions nationales. La position qu͛elle avait
adoptait dans l͛arrêt Stork était une position qui présentait des inconvénients car cela incitait les Cours
Constitutionnelles à procéder elles-mêmes au contrôle. Donc la Cour dans l͛arrêt Stauder va affirmer que les droits
fondamentaux de la personne font partie des PGD dont elle assure le respect. Et en affirmant cela elle élève en
même temps les droits fondamentaux au plus au niveau de la hiérarchie des normes car elle les consacre comme
PGD. Ces droits fondamentaux on ne les trouve pas dans la traités, la cour va les puiser dans différentes sources :

- Elle va faire référence dans un premier temps aux traditions constitutionnelle communes aux Etats membres
et elle le fait dans un arrêt du 17 décembre 1970 (à retenir) Affaire Internnationale HandelGeselSchaft.
« Reprendre͙ » cela veut dire que les Constitutions des Etats membres deviennent la principale source des
droits fondamentaux mais attention la cour emploie un terme plus large que « constitutions » elle parle de
traditions constitutionnelles communes elle englobe donc l͛ensemble des normes qui constituent le bloc de
constitutionnalité. Arrêt Ordre des barreaux francophones et germanophones affaire C305/05: dans ses
conclusions, l͛avocat général s͛est interrogé sur l͛existence d͛une tradition constitutionnelle commune aux
Etats membres, on était dans le domaine du secret professionnel des avocats. Il dit « l͛étude comparative
des droits des Etats membres de L͛Union montre bien que le secret professionnel entre bien ͙ La mêeme
étude cependant fait ressortir que l͛étendue et les modalité du secret professionnel varient d͛un Etat à
l͛autre. Dès lors͙il parait que compte tenu des divergences il convient de se tourner plutôt vers une autre
source des droits fondamentaux ».

- Puis la Cour va poursuivre sa jurisprudence et dans l͛arrêt Nold (à retenir) du 14 mai 1974 elle va se référer
toujours aux traditions constitutionnelles communes des Etats membres mais aussi aux instrument
internationaux de protection des droits de l͛Homme. (DUDH, Pactes, Charte sociale de Turin, Convention
d͛OIT etc). Et à retenir aussi arrêt Rutili du 28 octobre 1975 : dans cet arrêt pour la 1ère fois elle va s͛appuyer
sur des articles précis de la CESDH. Et aussi arrêt du 3 septembre 2008 Cadi. Arrêt du tribunal du 21
septembre 2005 le tribunal avait considéré qu͛il n͛avait en principe aucune compétence pour contrôler la
validité d͛un règlement communautaire pris en application d͛une résolution du Conseil de sécurité des
Nations Unies. Et la Cour de Justice a considéré que le tribunal avait commis une erreur de droit elle dit «

$
 


        áá  
á  
 áá á       á 

 
 
1ã  áá   
 

   
    ». 

° La CESDH source privilégiée des droits fondamentaux

1) Rappels sur la CESDH

Le 5 mai 1949 est signé le traité portant statut du Conseil de l͛Europe. Et c͛est au sein de ce Conseil de l͛Europe
que sera élaborée la CESDH. Elle est signée le 4 novembre 1950 et entre en vigueur le 4 septembre 1953. Cette
convention sera complétée par la suite par des protocoles additionnels. Certains protocoles ajoutent des droits
nouveaux à ceux visés en 1950 et d͛autres concernent le mécanisme de protection mis en place (ex : protocole
11, 14 bis et 14 du 1er juin 2010).

Globalement, les droits protégés en 1950 sont ceux qui apparaissent dans la DUDH de 1948 avec quand même la
nuance suivante : les droits sociaux et collectifs sont plutôt passés sous silence. Cette convention est
caractérisée par l͛absence de réciprocité, bien sur, c͛est un traité donc elle bénéficie de la primauté (art 55 de la
Constitution) et elle bénéficie de l͛effet direct ( = toute personne physique ou morale quelque soit sa nationalité
peut invoquer devant le juge national la violation d͛un droit protégé par la Convention). En ce qui concerne les
protocoles : les Etats ne sont liés par les protocoles que s͛ils les ont signés et ratifiés. La Convention européenne
des droits de l͛Homme confère aux Etats membres le soin de garantir les droits protégés et cela se traduit tout
simplement par la règle de l͛épuisement des voies de recours internes. En réalité, c͛est le juge national qui est le
juge commun d͛application de la Convention. La CEDH n͛intervient qu͛en dernier recours, à titre subsidiaire, mais
le juge qui doit appliquer al Convention c͛est le juge national. Ce n͛est qu͛en cas de défaillance au niveau de
l͛Etat que la Cour EDH sera saisie. C͛est le juge national qui, dans un 1er temps, va interpréter la convention et
depuis l͛arrêt Gisti du 29 juin 1990 le juge administratif est compétent pour interpréter les engagements
internationaux.

La différence entre la CESDH et le droit de l͛union c͛est qu͛il n͛existe pas le mécanisme du renvoi préjudiciel tel
qu͛il existe pour le droit de l͛Union.

En réalité peut de domaines échappent à l͛emprise de la CESDH. Le 22 décembre 2009 la CEDH s͛est prononcée
pour la 1ère fois en application des nouvelles règles de procédure prévues par le protocole 14 bis. Le protocole 14
bis est entrée en vigueur le 12 mais 2009 (car le 14 ne pouvait pas entrer en vigueur faute de ratification par la
Russie). En décembre 2009 deux arrêts ont été rendu par un comité de 3 juges, cela concernait des requêtes
dirigées contre l͛Allemagne pour durée excessive de procédure judiciaire. Le 1er juin 2010 la CEDH a pour la 1ère
fois fait application du nouveau critère de recevabilité introduit par la protocole 14: il faut avoir subi un
préjudice important. En l͛espèce, la Cour a jugé que le faible impact monétaire permet de considérer que le
requérant n͛a pas subi de préjudice important.
Les arrêts rendus par la CEDH sont revêtus de l͛autorité relative de la chose jugée, ils ont une portée
déclaratoire, ils sont obligatoires et par contre la Cour va constater la violation de la Convention, elle ne peut aps
se substituer à l͛état défaillant, elle ne dispose pas de pouvoir d͛injonction c͛est à l͛Etat de tirer les conséquences
de l͛arrêt de modifier sa législation. La Cour va également dans certains cas accorder une satisfaction équitable
c'est-à-dire qu͛elle ordonne le versement d͛une indemnité compensatrice en réparation du préjudice subi. La
Cour ne peut rien imposer MAIS on constate que les Etats en général exécute ses arrêts et les législations sont
modifiées (ex : cas de la loi sur les écoutes téléphoniques, cas de l͛amendement apporté à la loi sur la
présomption d͛innocence en juin 2000 : il permet la révision d͛un procès qui a été jugé inéquitable par la CEDH ).
Et on a vu des juridictions opérer des revirements de jurisprudence suite à des arrêts de la CEDH par exemple la
Cour de Cassation française dans le domaine de la transsexualité après un arrêt de 1992 Botella contre France
(France condamnée) la Cour de Cassation a ensuite reconnu aux transsexuels le droit de faire rectifier l͛état civil.
MAIS si les arrêts de la Cour sont obligatoires, ils ne sont pas pour autant exécutoires.

2) Le renvoi sélectif

Depuis l͛arrêt Rutili la cour de Luxembourg va s͛appuyer sur certaines des dispositions de la convention d͛où
l͛expression de renvoi « sélectif ». Elle va adapter les droits de la convention à ce qu͛elle estime être les
spécificités du droit communautaire. Cette Cour de Luxembourg va consacrer les droits de la convention à
travers les principes généraux du droit, cela signifie que par exemple si elle se réfère à la liberté d͛association
telle que prévue dans la convention elle va ériger cette liberté d͛association en principe général de droit
communautaire.

Petite liste de droits qu͛elle a repris en tant que PDG :

- Droit de propriété - Arrêt du 13 décembre 1979.


- Droit à la vie privée et familiale, respect du domicile et de la correspondance, article 8 de la CESDH - Arrêt
de 1980. Ce droit elle le consacre surtout dans le cadre de la libre circulation des travailleurs et notamment
dans le cadre de la reconnaissance des droits à la famille du travailleur. C͛est un droit qui trouve sa pleine
application dans le cadre des accords d͛association : c͛est par exemple un accord entre l͛UE et un pays
étranger (Algérie͙).
- Droit à la non rétroactivité des dispositions pénales, article 7 de la CESDH - Arrêt de 1984.
- Droit au procès équitable, article 6 de la CESDH - Arrêt Johnston de 1986.
- Droit à la liberté d͛expression, articles 10 et 14 de la CESDH - Arrêt de 1991.
- Droit à la non discrimination en raison du sexe. La Cour de Luxembourg en a fait une application extensive
dans les affaires qui intéressent des transsexuels et notamment elle a estimé qu͛une législation nationale qui
établissait une discrimination fondée sur la conversion sexuelle est incompatible avec la CESDH. Exemple:
arrêt Grant du 17 février 1998 sur les homosexuels.
Elle a depuis une attitude plus souple, par exemple arrêt du 1er avril 2008.
- Le droit à la liberté d͛association, article 11 de la CESDH - Arrêt Bosman du 15 décembre 1995.
- Le respect des droits de la défense - Arrêt Krombach (͚k͛) du 28 mars 2000.

La Cour de Luxembourg dans son arrêt s͛appuie donc expressément sur un article de la CESDH et le transforme en
PGD de l͛Union.

La CESDH revêt donc une signification particulière dans la jurisprudence de la Cour de Luxembourg. Et la Cour l͛a
rappelé dans un arrêt Ordre des barreaux Francophones et Germanophones du 26 juin 2007. (secret professionnel).

3) Les difficultés inhérentes à la dualité de protection

A partir du moment où la Cour de Luxembourg et la Cour de Strasbourg s͛attachent à faire respecter les mêmes
droits, la protection de l͛individu s͛en trouve renforcée. C͛est l͛aspect positif. Mais il faut apporter des nuances.
En effet par exemple dans l͛arrêt du 26 juin 2007 précité, la Cour a rappelé que l͛étendue de la protection des droits
fondamentaux dans l͛ordre juridique communautaire ne coïncide pas forcément avec celle assurée par la Cour de
Strasbourg. La Cour de Luxembourg affirme que certes elle ne saurait admettre des mesures incompatibles avec les
droits protégés par la CESDH mais il n͛empêche que des différences subsistent entre les deux juridictions. Cf. Les
conclusions de l͛avocat général dans l͛arrêt Kadi du 3 septembre 2008 ‰ Selon lui la mission de la Cour de Strasbourg
est de veiller au respect des engagements souscrits par les Etats au titre de la CESDH. La Cour de Luxembourg a une
tâche plus large, elle agit comme une Cour constitutionnelle de l͛ordre juridique interne de l͛Union européenne.
Donc ces deux Cours sont distinctes en ce qui concerne leurs compétences    .

Par ailleurs, cette dualité de protection fait courir un risque : ce risque c͛est une divergence de jurisprudences entre
les deux cour. Car on a un même droit qui va être appliqué et interprété par deux juridictions différentes ! En effet il
est arrivé que la Cour de Luxembourg ne tienne pas compte de l͛interprétation donnée par la Cour de Strasbourg. Ca
a notamment été le cas en ce qui concerne le respect de la protection du domicile dans la mesure où la Cour de
Luxembourg estimait que cela ne couvrait pas les locaux professionnels. Cela a aussi été le cas concernant la liberté
d͛expression : la Cour de Luxembourg a admis la compatibilité sous certaines conditions d͛un monopole public de
radiodiffusion avec la liberté d͛expression (la Cour de Strasbourg non).

Ces risques de divergences de jurisprudence se sont amplifiés à partir de l͛entrée en vigueur du traité d͛Amsterdam.

Dans les difficultés liées à la difficultés de protection il y a un autre problème : le problème du contrôle du droit
communautaire par la Cour de Strasbourg. Aujourd͛hui les actes de l͛UE ne peuvent pas en tant que tels être
attaqués devant le juge de Strasbourg. Autrement dit, un règlement de l͛UE ne peut pas faire l͛objet d͛un recours
devant la Cour de Strasbourg au motif qu͛il viole un droit protégé par la CESDH. Et ce n͛est pas possible car
aujourd͛hui l͛UE n͛est pas partie contractante à la CESDH ! Néanmoins, les mesures nationales d͛exécution du droit
communautaire, elles, peuvent être mises en cause devant le juge de Strasbourg (la Cour EDH). Un Etat peut être
poursuivi devant la Cour EDH parce qu͛il a pris un acte en exécution du droit communautaire, acte qui violerait al
CESDH. Trois affaires :

v L͛Affaire Cantoni contre France : Arrêt de la CEDH du 15 novembre 1996 : Cantoni avait été poursuivi pour
exercice légal de la médecine. Il estimait que sa condamnation n͛était pas conforme au principe de légalité
des délits et des peines. Il invoquait la violation de l͛article 7 de la CESDH. Sa condamnation se fondait sur un
article du Code de la santé publique, mais cet article n͛était en fait que la reprise, la transposition d͛une
directive communautaire. La Cour EDH va quand même condamner la France ! Alors que cet article ne
faisait que reprendre une disposition de droit communautaire !
v L͛affaire Matthews contre Royaume Uni : Arrêt CEDH du 18 février 1999 : (arrêt à retenir) : Le RU n͛avait pas
organisé à Gibraltar les élections pour le Parlement européen. Donc Mme Matthews qui voulait être
candidate n͛avait pas pu participer à l͛élection. Elle invoque la violation du protocole n°1 le droit aux
élections libres. Le RU n͛avait pas organisé d͛élections à Gibraltar car il s͛était fondé sur l͛acte de 1976 et sur
le Traité de Maastricht qui écartaient Gibraltar de l͛organisation de l͛élection. Le RU s͛était donc fondé pour
prendre cette mesure sur du droit communautaire originaire. Et la Cour de Luxembourg ne pouvait pas se
prononcer sur la conformité du droit originaire par rapport aux droits fondamentaux. La Cour de Strasbourg
va accepter la requête de Mme Matthews et va s͛estimer compétente en invoquant entre autres
l͛incompétence de la Cour de Luxembourg. Raisonnementde la Cour de Strasbourg : elle rappelle tout
d͛abord que les actes de la communauté ne peuvent être attaqués devant elle. Ensuite elle dit que la CESDH
n͛exclut pas que les Etats signataires transfèrent des compétences à une organisation internationale. Mais la
Cour précise que c͛est à condition qu͛ils continuent à respecter les droits de la CESDH. Un tel transfert ne fait
pas disparaitre la responsabilité des Etats parties à la CESDH. Et donc elle va en déduire que les Etats
membres restent donc responsables de tous les actes ou omissions qui violeraient la CESDH. Et elle ajoute:
peu importe que cette violation soit effectuée en application du droit interne ou en vertu d͛une obligation
internationale. C'est-à-dire que peu importe que le RU ait violé le droit des élections libre en s͛appuyant sur
du droit international, cela ne fait pas disparaitre sa responsabilité au titre de la CESDH. Donc elle condamne
le RU pour violation du protocole n°1.
v L͛affaire Bosphorus Airlines contre Irlande du 30 juin 2005 (à retenir) : Dans cette affaire l͛Etat irlandais ne
jouissait d͛aucune marge d͛appréciation dans l͛exécution du droit communautaire, il s͛agissait d͛un
règlement. En l͛espèce la requérante (société Bosphorus) était une compagnie aérienne, société de droit
Turc. Elle avait loué un avion à une compagnie Yougoslave. Cet avion atterri en Irlande et là il est saisi.
Pourquoi ? Parce que l͛Irlande applique un règlement communautaire qui visait un embargo à l͛encontre de
la République Fédérale de Yougoslavie. Et la Cour EDH va dire ceci : « á  
   
      á á
á 
áá  
 á  á')
 á     á  


   
ã ».
La Cour pose donc une présomption de conformité des actes communautaires à la CESDH. Mais attention:
cette présomption est réfragable, et si jamais il s͛avérait que la Cour EDH constate une équivalence moindre
elle supprimera son brevet de conformité. La principe d͛équivalence a été mis en œuvre da s l͛arrêt CEDH du
20 janvier 2009.

A l͛heure actuelle, la Charte des droits fondamentaux fait expressément référence à la Convention, et l͛article
52§3 de cette Charte dispose que les droits qu͛elle énonce et qui se retrouvent également dans la CESDH
doivent faire l͛objet d͛une interprétation identique. Ce qui n͛exclut pas que la protection au sein de l͛UE puisse
être plus étendue.

§2 Les incidences de la construction prétorienne

 La prise en compte des droits fondamentaux par le Traité sur lUE

Les traités communautaires ne contenaient aucune disposition en matière de protection des droits fondamentaux.
Et lorsque le traité CE (1957) a été rédigé l͛on a considéré qu͛il était un peu régressif en la matière pour cette raison.
Pourquoi régressif ? Régressif car entre le traité CECA et le traité CE il y a eu le Traité CED (1952, jamais entré en
vigueur à cause de la France). Ce traité CED comportait des dispositions et notamment il faisait obligation de
respecter les libertés publiques et les droits fondamentaux des individus.

Cela ne veut pas dire que le traité CE ne comportait aucun droit au profit des particuliers. Il contenait une clause
générale de non discrimination et il reconnaissait les droits MAIS tout cela était envisagé dans une optique purement
économique.

Par la suite les institutions vont adopter des déclarations interinstitutionnelles telles que par exemple la déclaration
interinstitutionnelle contre le racisme et la xénophobie͙ Le Conseil européen va aussi adopter des déclarations
comme celle de 1978 sur la démocratie. Quant à l͛Acte unique Européen de 1986, il contiendra dans son préambule
une allusion au respect des droits fondamentaux reconnus dans les Constitutions des Etats membres, dans la CESDH
et dans la Charte Sociale Européenne. A partir de l͛AUE on va voir la CEE insérer dans les accords d͛aide au
développement des clauses relatives aux droits de l͛Homme.

Toutefois il faut attendre le Traité de Maastricht pour que les droits fondamentaux soient reconnus comme une
catégorie spécifique. A l͛époque, c͛est l͛article F du TUE qui va en quelque sortes définir les droits fondamentaux
« l͛Union respecte l͛identité nationale de ses Etats membres͙. L͛Union respecte les droits fondamentaux tels que
garantis par la CESDH ͙ ». Ces droits fondamentaux sont ceux garantis par la CESDH et ceci n͛est que la
concrétisation de l͛évolution de la jurisprudence (cf. §1). Ces droits fondamentaux sont aussi définis comme étant les
droits résultant des traditions consitutionnelles communes des Etats membres, là aussi ce n͛est que la reprise de la
jurisprudence de 1970 (Schaft). Et enfin, le TUE précise la valeur juridique de ces droits fondamentaux puisqu͛il les
consacrent en tant que PDG communautaires.

Le Traité sur l͛UE fera une référence indirecte aux droits fondamentaux dans les deux blocs de coopération: 2ème
pilier et 3ème pilier. Titre V et VI du TUE.

Le Traité de Maastricht par ailleurs reconnait des droits aux citoyens de l͛UE et par la même il abandonne la
perspective purement économique qui était celle des traités originaires. C͛est ce qui explique qu͛avec le Traité de
Maastricht on soit passés de la CEE à la CE.

Le traité d͛Amsterdam va renforcer ce système de protection des droits fondamentaux, il va faire «œuvre de
raffermissement » selon certains auteurs. il va les élever au rang de valeurs fondamentales de l͛UE. Ce traité a
revisité la question des droits fondamentaux à travers plusieurs dispositions qui vont s͛entrecroiser. Il procède à une
nouvelle rédaction de l͛article F du TUE qui devient l͛article 6 « V á á 
á  á

 

     á  á á 
 á   
      á   á  á   á
á». liberté, démocratie, respect des droits͙ Ces principes ont valeur constitutionnelle dans le système de
l͛UE. Il sont communs à tous les Etats membres et donc ils fondent l͛identité européenne. Cet article 6 sera un peu
modifié dans sa rédaction par le Traité de Lisbonne et le §3 de l͛article 6 précise aujourd͛hui que « les droits
fondamentaux tels que garantis par le CESDH et tels qu͛il résulte des traditions constitutionnelles communes aux
Etats membres font partie du droit de l͛Union en tant que principes généraux ». et les valeurs de l͛UE aujourd͛hui
depuis le Traité de Lisbonne apparaissent dans l͛article 2 du TUE « l͛union est fondée͙ humaine͙ respect des droits
de l͛homme, y compris aux droits des personnes appartenant à des minorités, ces valeurs sont communes aux Etats
membres dans une société ͙ et l͛égalité entre les hommes et les femmes ».

Par ailleurs le Traité d͛Amsterdam a fait du respect de ces principes une condition expresses d͛adhésion à l͛UE mais
ça n͛a pas été une nouveauté vraiment car de facto depuis l͛origine de l͛UE c͛était une condition implicite. Ex :
Espagne a pu rentrer que quand elle a été une démocratie. La Traité d͛Amsterdam a inséré dans le TUE un nouvel
article, l͛article 7 c͛est un article qui vise le cas où un Etat membre ne respecterait pas les valeurs sur lesquelles est
fondée l͛UE. Cet article met en place une procédure qui est purement politique. Cet article 7 prévoyait à l͛éôque du
traité d͛amsterdam la constation d͛une violation des pcp par un Etat, le traité de Nice modifiera cet article 7 en
prévoyant le cas d͛un risque de violation. Pourquoi cette modification ? Parce qu͛il y a eu des événements qui ont
conduit à mener une réflexion : en effet en Autriche il y a eu des élections en octobre 1999 qui avaient amené en
tant que 2ème parti un parti d͛extrême droite. Et ceci a conduit à la constitution en Autriche d͛un Gouvernement de
coalition en février 2000 avec l͛extrême droite. Suite à cela les 14 autres Etats de l͛UE ont décidé de prendre des
mesures d͛isolement diplomatique ils ont suspendu les contacts bilatéraux avec l͛Autriche. Mais ce n͛était pas une
réaction de l͛UE en tant que telle : en effet l͛UE ne pouvait pas actionner l͛article 7 puisqu͛il ne permettait à l͛époque
que de constater une violation effectuée, or l͛Autriche n͛avait pas violé les principes de l͛UE. Donc les Etats ont
simplement pris de façon bilatéral des mesure. Par la suite un comité de sages a été constitué afin d͛évaluer le
comportement du gvt autrichien par rapport aux minorités, aux immigrés etc. Et ces 3 sages ont rendu un rapport
dans lequel ils demandaient de mettre fin aux mesures d͛isolement diplomatique. Seulement, ceci a finalement
suscité l͛idée d͛une nouvelle réflexion sur l͛article 7. Et l͛élaboration du Traité de Nice approchait et c͛est ainsi que la
conférence intergouvernementale va insérer un nouveau § dans l͛article 7 , § qui va devenir le 1er paragraphe de
l͛article 7 : va être introduit un mécanisme de prévention. Le traité d͛Amsterdam avait prévu simplement une
procédure a posteriori, une fois la violation constatée. Le traité de Nice va permettre la mise en place d͛une
procédure préventive.

Au terme de ce § il peut y avoir constatation d͛un risque de violation grave par un Etat membre des valeurs visées à
l͛article 2 du TUE. Comment cela se passe-t-il ? L͛initiative du déclenchement de la procédure se fait sur proposition
motivée du Parlement européen ou de la commission européenne ou d͛un tiers des Etats membres. C͛est le Conseil
qui est saisi et après approbation du Parlement européen, le conseil, à la majorité des 4/5ème de ses membres peut
constater qu͛il existe un risque clair de violation grave. Avant de faire cette constatation il doit entendre l͛Etat en
cause et il peut lui adresser des recommandations. Il ne s͛agit que d͛une faculté offerte au Conseil (pas obligé). Avec
le §1ER on se situe donc au niveau de la prévention d͛une violation. La question que l͛on se pose: qu͛est ce qu͛un
risque clair ? Et qu͛est ce qu͛une violation grave ? Pas de définition juridique, c͛est laissé à l͛appréciation du Conseil.

Le §2 de l͛article 7 permet de constater la violation commise par l͛Etat membre. C͛est en fait l͛ancien §1 du traité
d͛Amsterdam. Le §2 peut s͛appliquer sans qu͛au préalable le §1er n͛ai reçu application. Autrement dit le recours au
§1er n͛est pas un préalable nécessaire au recours au §2. L͛initiative de la mise en œuvre de l͛article §2 appartient à la
Commission Européenne ou à un Etat membre. Et cette fois la constatation de la violation est faite par le Conseil
européen. Le Conseil Européen à l͛unanimité (moins l͛Etat en cause !) après approbation du Parlement européen
peut constater l͛existence d͛une violation grave et persistante par un Etat membre des valeurs de l͛article 2 du TUE.
Avant de faire une telle constatation il doit inviter l͛Etat en cause à présenter ses á á. Là encore on ne sait
pas définir une « violation grave et persistante ».

La Cour de justice n͛a, par rapport à l͛article 7, qu͛une compétence par rapport au respect des règles procédurales.
Tout ce qu͛elle peut faire c͛est être saisie par l͛Etat en cause qui n͛aurait pas eu l͛occasion de présenter ses
á á comme prévu (donc problème procédural).

Le §3 de l͛article 7 prévoit les sanctions possibles. Ces sanctions sont liées à l͛application du §2. Lorsqu͛une
constatation a été faite au titre du §2, le Conseil à la majorité qualifiée peut (pas obligé) suspendre certains des
droits découlant de l͛application des traités. Cette sanction peut aller jusqu͛à la suspension des droits de vote de cet
Etat membre. L͛article 354 du TFUE vient préciser les modalité de vote de l͛application du §3 de l͛article 7.

°ilan : A ce jour l͛article 7 n͛a jamais reçu application. Simplement, la Commission Européenne a publié à l͛intention
du Conseil et du Parlement une communication sur cet article 7. Dans cette communication elle donne son approche
de ce qu͛elle considère être « un risque de violation » et « une violation persistante et grave ». Mais ce n͛est qu͛une
communication, cela n͛engage qu͛elle-même.

‰On a récemment parle de cet article 7 à propos de la Hongrie. La Hongrie a pris la Présidence de l͛UE en janvier
2011 et le jour même a été promulguée en Hongrie une nouvelle loi sur la presse et les médias. C͛est une loi qui a
soulevé beaucoup d͛interrogations quant à sa compatibilité avec le droit de l͛union et notamment avec la directive
du 10 mars 2010 sur les services de médias audiovisuels. Certains ont évoqué le fait que si la Hongrie ne modifiait
pas cette loi il pourrait y avoir un recours à l͛article 7. En février dernier la Hongrie a assuré qu͛elle allait réviser cette
loi.

° La consécration par le Traité de Lis bonne

Le Traité de Lisbonne vient parachever cette montée en puissance depuis le Traité de Maastricht des droits
fondamentaux.

‰ Dans le cadre du TUE : articles 2, 3 et 6


‰ Dans le TFUE : article 8 qui vise l͛élimination des inégalité, article 9 qui concerne notamment la lutte contre
l͛exclusion sociale, article 10 qui prévoit le combat contre toute discrimination et article 16 sur la protection
des données à caractère personnel. Et à la suite de ces articles : dans la 2ème partie du TFUE intitulée « Non
discrimination et citoyenneté de l͛Union ».

Depuis 2007 fonctionne au sein de l͛UE l͛Agence des Droits fondamentaux. Par ailleurs il existe un Protecteur des
données personnelles. En 2007 le Conseil a adopté un programme spécifique qui s͛appelle «Droits fondamentaux
citoyenneté » et ce programme couvre la période 2007-2013.
1) La charte des droits fondamentaux : reconnaissance de sa portée juridique contraignante

C͛est lors du Conseil européen de Cologne de juin 1999 qu͛a été lancée l͛idée de la nécessité d͛élaborer une telle
Charte. C͛est le Conseil Européen de Tampere d͛octobre 1999 que seront établies les modalités d͛élaboration de la
Charte.

Son élaboration a été confiée à une instance composée de 62 membres. Cette instance était représentative d͛un
large consensus : on y retrouvait les représentants des chefs d͛Etats, de Gouvernements, les représentants de la
Commission, du Parlement européen et des Parlements nationaux. De plus dans cette instance il y avait des
observateurs qui émanaient de la CJCE, du Conseil de l͛Europe et de la CEDH. Egalement il y a eu audition de
représentants de la société civile, de représentants des pays candidats. Etc. Au sein de cette instance il y a eu des
débats assez vifs dans la mesure où la France avait manifesté son refus très ferme de signer un texte qui aurait fait
mention d͛un héritage religieux de l͛UE. Et de son côté le RU, traditionnellement hostile à l͛insertion des droits
sociaux et collectifs dans la Charte. Finalement le RU et l͛Irlande vont lever leur opposition sur l͛insertion des droits
sociaux.

La Charte sera proclamée lors du Conseil Européen de Nice de décembre 2000. Elle sera de nouveau proclamée en
2007 à Strasbourg après quelques modifications de forme introduites par le Traité de Lisbonne.

Pour l͛instant quand on examine cette Charte on constate que les droits garantis le sont de manière assez
exhaustive. C͛est un texte très complet.

‰ Son préambule fait référence :


- aux traditions constitutionnelles communes aux Etats membres et à leurs obligations internationales
- au TUE
- au TFUE
- à la CESDH
- aux Chartes sociales
- à la jurisprudence de la Cour de justice de l͛EU et de la CEDH.

Les droits qui sont reconnus sont des droits reconnus dans la CESDH. Les droits inhérents à la citoyenneté de l͛UE, à
caractère sociale et aussi des droits plus novateurs tels que l͛interdiction du clonage reproductif, la protection des
données personnelles, au droits des consommateurs, au droit de l͛environnement, à l͛intégration des personnes
handicapées͙

Cette Charte a été proclamée en 2000 et n͛a pas été intégrée dans le TUE. Le préambule du TUE tel que modifié par
le traité de Nice n͛y fait pas référence (faute d͛accords entre les Etats). Par conséquent cette Charte, jusqu͛au Traité
de Lisbonne n͛avait aucune valeur juridique (comme la DUDH !).

Cela n͛a pas empêché des avocats généraux auprès de la Cour de justice d͛y faire référence dans leurs conclusions
tout en rappelant qu͛elle n͚avait pas de force contraignantes. Exemple : conclusions d͛un arrêt du 30 mai 2006 : il
s͛agissait d͛un recours intenté par le Parlement européen soutenu par le contrôleur de la protection des données
personnelles. En l͛espèce le Parlement attaquait le Conseil qui lui était soutenu par la Commission. Et le Parlement
européen demandait l͛annulation de la décision du Conseil qui concernait la conclusion d͛un accord conclu avec les
Etats-Unis sur le transfert des données par les transporteurs aériens au Ministère américain de la sécurité intérieure.
Le TPI lui-même n͛hésitera pas notamment dans un arrêt de 2002 JEGO QUERE à s͛appuyer sur cette Charte. La Cour
y fera référence pour la 1ère fois dans un arrêt de juin 2006, elle en souligne l͛importance tout en rappelant l͛absence
de portée obligatoire. Donc la Charte n͛a pas acquis de valeur juridique mais elle a servi de source d͛inspiration aux
avocats et aux juridictions.

A partir de 2001, le Parlement européen va établir un rapport annuel sur la situation des droits fondamentaux dans
l͛UE à partir d͛une grille de lecture de la Charte.
Par ailleurs à partir de 2005 un système de contrôle systématique a été mis en place pour veiller à la compatibilité
des propositions de la Commission européenne avec la Charte des droits fondamentaux.

A l͛issue du Conseil européen de décembre 2000 avait été lancée l͛idée d͛une réflexion sur l͛UE et parmi les points de
réflexion se posait le problème du statut futur de cette Charte. Le TECE avait repris la Charte intégralement dans sa
2ème partie.

Le Traité de Lisbonne ne va pas reprendre cette Charte comme l͛avait fait le TECE. Aujourd͛hui, depuis que le Traité
de Lisbonne est entré en vigueur il faut se référer à larticle 6§1er du TUE qui prévoit que «
  
á
á
á
 á
á  á  á á
ã áá  
  
 

 

 
      
á 1  á ». Le Traité de Lisbonne reconnait une force juridique obligatoire de la
Charte !

L͛article 6§1er alinéa 2 précise que les dispositions de la Charte n͛étendent en aucune manière les compétences de
l͛Union telles que définies dans les Traités. Cette précision est reprise dans la déclaration 1 annexée au Traité. Cela
signifie que les principes et droits reconnus dans la Charte ne sont opposables aux Etats membres que lorsqu͛ils
mettent en œuvre le droit de l͛UE. Cette précision est une précaution contre une lecture qui pourrait s͛avérer trop
extensive de la Charte notamment par le juge de l͛UE. Ceci étant dit, cette précision apportée par l͛article 6 et par la
déclaration n°1 ne sont pas une innovation car la Charte en son article 51§2 et 52§2 prévoit elle-même cette
limitation.

Le Conseil Constitutionnel a analysé la Charte pour éventuellement examiner s͛il y avait des incompatibilités avec la
Constitution dans un arrêt du 19 novembre 2004.

On ne peut pas parler de la charte sans évoquer le protocole n°30 annexé au traité. Protocole intitulé « Protocole sur
l͛application de la Charte des droits fondamentaux à la Pologne et au Royaume Uni ». Ce protocole a la même valeur
juridique que les traités. Il a été accepté par les autres Etats, c͛était la condition pour que la charte reçoive une
portée juridique contraignante. Ce protocole introduit des mesures spécifiques qui établissent des exceptions à la
compétence de la CJUE et des juges nationaux quant à la protection des droits reconnus par la Charte.

Ce protocole en son article 1 et son article 2 écarte toute justiciabilité des droits et principes de la Charte devant la
CJUE et devant les juges nationaux (polonais et britanniques) à l͛exception des droits qui seraient consacrés dans les
droits nationaux polonais et britanniques. C͛est donc une application plus réduite de la Charte à l͛égard de ces Etats.

Des déclarations des Etats sont annexées (͙) 53 de la République Tchèque, 61 de la Pologne où elle se protège
contre toute ingérence dans le domaine de la moralité publique.

Au moment de la ratification du Traité de Lisbonne, des difficultés ont surgi avec l͛Irlande. Elle a obtenu des
garanties par rapport à l͛application de la Charte de la part du Conseil européen «les dispositions de la Constitution
irlandaises relatives au droit à la vie, à l͛éducation et à la famille, ne sont pas affectées par l͛attribution par le Traité
de Lisbonne d͛une valeur juridique à la Charte des droits fondamentaux..». Ces garanties devront faire l͛objet d͛un
protocole annexé au futur traité d͛adhésion.

La Cour de Justice de Luxembourg a eu l͛occasion le 12 novembre 2010 dans une ordonnance surl͛affaire ESTOV de
rappeler le champ d͛application de la Charte.

2) Le problème de ladhésion de lUE à la CESDH

C͛est une question qui est assez ancienne. En 1979 la Commission européenne avait donné un avis favorable à
l͛adhésion de la CEE à la CESDH. (En 1976 elle avait refusé). Et elle adresse en 1990 une communication au Conseil en
faveur de l͛adhésion. Le Conseil va alors saisir la CJCE d͛une demande d͛avis et lui pose deux questions :

- L͛adhésion de la CE à la CESDH est-elle compatible avec le Traité CE ?


- La CE a-t-elle compétence pour adhérer ?

La CJCE va répondre dans un avis du 28 mars 1996 (à retenir). Devant la Cour il y a eu un débat très important sur la
recevabilité de la demande d͛avis. Il y avait des Etats tels que le RU, le Danemark, l͛Irlande, la Finlande͙ qui
contestaient la recevabilité de la demande d͛avis dans la mesure où ils considéraient que la demande était
prématurée. Et en face, d͛autres Etats comme la France, la Belgique, l͛Allemagne, l͛Italie plaidaient en faveur de al
recevabilité de la demande d͛avis.

La CJCE va faire une distinction entre les deux questions qui lui sont posées : elle va estimer que la demande tendant
à ce qu͛elle se prononce sur la compatibilité de l͛adhésion avec le TCE est IRRECEVABLE car prématurée
puisqu͛aucune négociations n͛avaient été entamées avec le Conseil de l͛Europe! Par contre, la CJCE va accepter de
répondre à l͛autre question portant sur la compétence de la CE pour adhérer. Elle accepter de répondre car elle
estime qu͛avant de commencer une éventuelle négociation autant savoir s͛il y a compétence ou non ! Et elle va
répondre par la négative : la CE n͛est pas compétente pour adhérer ! Elle va rappeler le principe de compétence
d͛attribution et le Traité CE ne donne pas compétence à la CE pour édicter des règles en matière de droits de
l͛Homme. Et elle a refusé de suivre des Etats qui voulaient fonder la compétence sur un recours aux compétences
subsidiaires.

‰Il faudra attendre le Traité de Lisbonne pour que l͛article 6 du TUE prévoit enfin que l͛UE adhère à la CESDH ! Cette
adhésion ne modifie pas les compétences de l͛Union telle que prévu dans les traités. Il existe un protocole annexé au
Traité qui concerne l͛adhésion de l͛Union à la CESDH.

REPRENDRE
CH ITRE 4

LES CTES CONVENTIONNELS

REPRENDRE

° tténuation de la jurisprudence de la Cour de justice

La délimitation des compétences externes entre la Communauté Européenne et les Etats membres n͛était
pas toujours évidente à tracer. Dans certains cas, la compétence de la CE était exclusive donc elle seule pouvait
conclure l͛accord international (exemple : le cas de la politique commerciale commune) et dans d͛autres cas la
compétence était partagée entre la CE et les Etats. En cas de compétence partagée cela donne lieu à ce que l͛on
appelle des « accords mixtes » c'est-à-dire que la CE et chacun des Etats membres sont parties à l͛accord. Les
accords mixtes étaient prévus par le traité EURATOM mais pas par le traité CEE. La Commission avait tenté de mettre
en cause cette pratique qui est apparue dans le cadre de la CEE. Parce que la Commission européenne, elle,
souhaitait que la CE soit seule partie à l͛accord. Dans un avis 1/_8 du 4 octobre 19_9 sur le caoutchouc naturel la
Cour a admis la pratique des accords mixtes en dépit du fait qu͛ils n͛étaient pas prévus par le Traité CEE. Elle a admis
les accords mixtes notamment dans le cadre des accords multilatéraux. Mais la Cour a eu dans un premier temps
une conception restrictive des accords mixtes. Compte tenu de l͛absence de délimitation nette des compétences
externes entre la CEE et les Etats membres il y a eu une multiplication des accords mixtes.

Ceci finalement a été une pratique assez importante et puis il y a eu l͛avis 1/94 du 15 novembre 1994, cet
avis concerne les accords qui ont institué l͛OMC (ayant mis fin au GATT). Dans le cadre de cet accord, en avril 1994 a
été signé a Marrakech l͛acte final qui a clôturé les négociations multilatérales, avec cet acte final il y avait l͛accord
instituant l͛OMC et plusieurs accords commerciaux multilatéraux. La CE et les Etats membres avaient participé aux
négociations. Mais s͛et posé le problème de la signature des accords et il y a eu un différend entre la CE et les Etats
membres, la CE prônant la compétence exclusive de la CE. Elle a donc saisi la CJCE d͛une demande d͛avis en avril
1994 pour savoir si elle avait ou non compétence exclusive pour conclure ces accords. La Cour va dire que les accords
portant sur le commerce des marchandises relèvent de la compétence exclusive de la communauté européenne.
Puis elle dit que l͛accord sur le commerce des services relève de la compétence partagée. De même l͛accord sur le
respect des droits intellectuels qui touchent au commerce relève aussi de la compétence partagée. Cet avis va faire
l͛objet de nombreuses critiques car les auteurs ont estimé qu͛il s͛opposait à la jurisprudence antérieure de la Cour
qui jusqu͛alors était favorable à la consécration d͛une compétence exclusive ! Autrement dit dans cet avis la Cour a
été « accusée » d͛avoir une approche restrictive de la politique commerciale commune.

Cette position de la CJCE sera confirmée dans un avis 2/00 du 6 décembre 2001 sur le protocole de Carthagène sur
la prévention des risques bio technologiques.

‰ Il faut préciser que c͛est une jurisprudence qui depuis l͛arrêt 1/94 est toujours constante. L͛avis 1/94 et ceux
qui ont suivi ne sont pas une contestation du principe des compétence implicites, la Cour ne remet pas en
cause ce principe, ce qui est plutôt remis en cause c͛est le lien quasi automatique entre une reconnaissance
de compétences externes implicites et la reconnaissance du caractère exclusif.

Dans un avis 1/03 sur la compétence de la CE pour conclure la nouvelle convention de Lugano concernant la
compétence judiciaire la reconnaissance et l͛exécution des décisions en matière civile et commerciale du 7 février
2006 la Cour a clarifié un peu le débat.
Le Traité de Lisbonne dans son article 216 du TFUE traite de la compétence de l͛UE pour conclure des
accords internationaux avec un Etat tiers ou une organisation internationale. Selon cet article l͛UE a compétence
pour conclure un accord international dans 4 hypothèses :

- quand les traités le prévoient (consécration de l͛attribution expresse des compétences)


- quand la conclusion de l͛accord est prévue dans un acte juridique contraignant (exemple un règlement de
l͛Union qui prévoirait la conclusion de l͛accord)
- quand la conclusion de l͛accord est nécessaire pour réaliser dans le cadre des politiques de l͛Union un des
objectifs visés par les traités
- quand la conclusion de l͛accord peut affecter des règles communes ou en altérer la portée.
‰ On retrouve dans ces 4 cas la jurisprudence qu͛avait dégagé la CJCE.

Par ailleurs elle a compétence exclusive dans les cas prévus par l͛article 3 du TFUE :

- accords concernant l͛Union douanière et la politique commerciale commune


- quand la conclusion de l͛accord est prévue dans un acte législatif de l͛UE
- quand la conclusion de l͛accord est nécessaire pour exercer sa compétence interne
- quand la conclusion de l͛accord est susceptible d͛affecter des règles communes

CONCLUSION : Avec le Traité de Lisbonne on a donc désormais une répartition plus claire de délimitation de
compétences externes de l͛UE.

Ces accords internationaux conclus par l͛UE lient les institutions européennes et les Etats membres (article 216§2).
Ils s͛imposent dans l͛ordre juridique de l͛UE en tant que norme conventionnelle internationale, la Cour l͛a affirmé de
façon forte le 30 avril 19_4 dans l͛affaire H EGEM N.

Ces accords internationaux priment les actes unilatéraux mais ils doivent respecter le droit originaire et les PGD.

§2 Le respect de la conformité des accords externes au droit originaire

1) Le libellé de larticle 218§11 du TFUE

«  
. 

ãá

ãáá   

( á á  


ã (á (
  áá  á ».

Cet article prévoit un contrôle facultatif et préventif à l͛instar de ce que prévoit notre Constitution.

‰ Contrôle facultatif dans la mesure où il n͛y a pas de saisine automatique de la Cour de justice avant la
conclusion d͛un accord international.
‰ Contrôle préventif dans la mesure où la demande d͛avis doit porter sur un accord envisagé, c͛est un contrôle
 . La Cour a précisé que le caractère   permet de prévenir les complications qui résulteraient de
contestations sur la compatibilité d͛un traité qui engagerait la communauté.
Règle  á á  .

Qui peut saisir la Cour d͛une demande d͛avis ? Un Etat membre, la Commission Européenne, le Conseil et depuis le
Traité de Nice le Parlement Européen le peut aussi.

Les Etats membres dans un premier temps ont peut user de cette faculté puis les demandes d͛avis émanant d͛Etats
se sont multipliées depuis les années 1990.
Quand la Cour est saisie d͛une demande d͛avis :

v Soit elle déclare l͛accord envisagé compatible avec les Traités et dans ce cas là l͛Union peut conclure
v Soit elle déclare l͛accord envisagé non compatible et dans ce cas là l͛Union doit renégocier l͛accord pour
éliminer les incompatibilités ou bien elle peut conclure l͛accord tel quel mais au préalable il faudra modifier
les traités !

Illustration d͛un avis négatif de la Cour de Justice : Avis 1/91 rendu en décembre 1991 : la Cour avait estimé que le
premier projet d͛accord créant l͛EEE (Espace Economique Européen) n͛était pas compatible avec le TCE. La
Communauté européenne a renégocié l͛accord. Ou encore, arrêt du 8 mars 2011 avis 1/09 : la Cour estime que le
projet d͛accord prévoyant la création d͛une juridiction de brevets européens n͛est pas compatible avec le droit de
l͛UE.

2) Des difficultés dapplication

Cette disposition qui consiste à demander l͛avis de la Cour a été utilisée à plusieurs reprises. Quand on examine la
disposition du traité, a priori il semblerait que la demande d͛avis ne porte que sur la compatibilité du projet d͛accord
international avec les traités. En réalité cette disposition a été utilisée pour demander à la Cour de statuer sur la
répartition de compétences externes entre l͛Union (ancienne CE) et les Etats membres.

La demande d͛avis porte donc tant sur la compatibilité avec le droit de l͛Union que sur la compétence de l͛Union à
conclure l͛accord. Deux questions sous jacentes : la compétence de l͛Union pour conclure l͛accord et qui plus est
savoir si sa compétence est exclusive ou partagée.

Quant on examine cet article, on constate qu͛il n͛y a pas de délai ! Donc s͛est posé le problème de la demande
prématurée ou tardive. Si la demande est prématurée, le risque est que la Cour se prononce sur un texte qui
pourrait par la suite être modifié c͛est le cas lorsque les négociations ne sont pas achevées. Alors bien sur il serait
toujours possible de saisir de nouveau la Cour de justice, elle n͛est pas hostile à des demandes d͛avis successives.
La première fois où la question s͛est posée c͛était dans l͛avis 1/78 sur le caoutchouc naturel et la Cour va estime que
lorsqu͛il s͛agit de trancher un problème de compétence, il est de l͛intérêt de tous (Communauté, Etats membres et
Etats tiers) que cette question soit tranchée dès l͛ouverture des négociations. Elle a réaffirmé cela avec force dans
l͛avis 2/94 (sur la compétence de la CE pour adhérer à la CESDH) rendu en 1996.La Cour accepte de son prononcer
sur la compatibilité quand elle dispose d͛éléments suffisants.

La demande peut aussi être tardive. La Cour a accepté de son prononcer sur un accord qui était déjà parafé. Dans
l͛avis 1/94 elle a estimé que tant que le consentement n͛est pas intervenu (tant qu͛il n͛y a pas de signature) l͛accord
reste un accord envisagé. Par contre, quant l͛accord est conclu la demande d͛avis devient sans objet, elle est
irrecevable (apport de l͛avis 3/94 du 13 décembre 1995 qui concernait l͛accord cadre sur les bananes) toutefois dans
cet avis elle a rappelé à l͛Allemagne (requérante) qu͛il y avait la possibilité d͛introduire un recours en annulation non
pas contre l͛accord international mais contre la décision du conseil de conclure l͛accord. De la même façon elle
rappelle à l͛Allemagne qu͛elle peut demander des mesures provisoires par le biais des référés. C͛est ainsi que la Cour
de Justice a rendu un arrêt le 10 mars 1998 Allemagne contre Conseil et dans cet arrêt la Cour a annulé la décision
du Conseil de conclure l͛accord cadre sur les bananes car elle a estimé que cet accord violait un PGD de l͛UE. C͛est ce
qu͛elle a fait aussi dans un arrêt du 30 mais 2006 où elle a annulé deux décisions concernant l͛accord conclu avec les
Etats Unis portant sur le transfert de données détenues par des compagnies aériennes. L͛annulation de la décision
du conseil ne conduit pas à l͛annulation de l͛accord international ce qu͛il se passe c͛est que la Cour bien souvent
maintient provisoirement les effets de la décision annulée jusqu͛à ce qu͛il y ait renégociation avec les parties à
l͛accord international.
ÿÿ   
  ÿc
 
ÿ    c          
c

 c 

  ÿ   c       
ÿ


De façon assez traditionnelle les rapports entre le droit national et le droit communautaire ont été souvent
envisagés en termes de conflit. La Cour de Luxembourg a très vite manifesté la volonté de faire appliquer le droit
communautaire de manière uniforme sur l͛ensemble du territoire des Etats membres. Et elle s͛est heurtée à des
résistances émanant de juges nationaux (dont notre Conseil d͛Etat français). Le juge communautaire a doté le
système communautaire d͛une efficacité comparable à celle du droit interne. Cette efficacité repose notamment sur
deux principes que la Cour a dégagés : le principe de l͛effet direct de certaine normes et le principe de primauté du
droit communautaire sur le droit interne. Ces deux principes fondamentaux procèdent d͛une même idée: l͛idée
selon laquelle le droit de l͛Union européenne doit s͛appliquer en dépit des obstacles internes.

CH ITRE 1

LE JUGE N TION L ET LEFFET DIRECT DE CERT INES NORMES DE LUE

SECTION 1 / Le fondement du principe

Le principe de l͛effet direct ne se retrouve pas dans les traités.

§1 Laffirmation du principe

 récisions dordre terminologique

« effet direct » « applicabilité directe » « applicabilité immédiate » « immédiateté » « invocabilité ». La distinction


n͛est pas évidente car les auteurs utilisent parfois la même expression en lui donnant un sens différent.

Par exemple la directive n͛est pas d͛applicabilité directe puisqu͛elle suppose un acte de transposition. Toutefois
certaines directives sont revêtues de l͛effet direct.

Dans le traité CE et c͛est la même chose dans le TFUE aujourd͛hui, le seule expression que l͛on retrouve c͛est
« applicabilité directe ». Le TFUE précise que règlement est d͛applicabilité directe.

1) ÷     ou       ou    ou  

Ces termes ont le même sens. Ils sont synonymes. Ces expressions visent le problème de la pénétration du droit de
l͛Union dans l͛ordre juridique interne. Cela veut dire que le droit de l͛Union produit ses effets dans l͛ordre interne
des Etats sans intervention de normes nationales. C͛est ce que certains auteurs appellent «
á  
  á á
  ». Autrement dit quand une norme est d͛applicabilité directe elle s͛intègre de plein
droit dans l͛ordre interne sans procédure de réception. C͛est tout simplement une application de la conception
moniste du droit international. La conception Moniste du droit international (conception positiviste) : la plupart des
Etats de l͛UE ont une conception moniste c͛est le cas par exemple de la France. Pour ces Etats il n͛existe qu͛un seul
ordre juridique c'est-à-dire qu͛il y a une unité de l͛ensemble des normes juridiques internes et internationales.
Inévitablement il y a une hiérarchie au sein de cet ordre juridique. La France a pour sa part une conception moniste
avec supériorité relative du droit international dans la mesure où selon l͛article 55 de la Constitution les traités ont
une valeur supérieure aux lois MAIS la Constitution reste quand même la norme suprême. Pour ces Etats la norme
internationale s͛applique immédiatement en tant que tel sans procédure de réception. Et donc quand parle
d͛applicabilité directe, c͛est une application de la conception Moniste. Renvoi à la pyramide de Kelsen et la théorie
de Georges Scelle.

‰Le droit communautaire applique cette conception Moniste au droit originaire, au règlement et à la décision. Et la
Cour l͛a notamment affirmé dans un arrêt fondamental : rrêt Costa contre Enel de 1964 « 
 á  á
   á
  ã á         ááá  áá á
á
á
       ».

La conception Moniste s͛oppose à la conception dualiste du droit international : appliquée par l͛Allemagne et
l͛Italie. Selon cette approche dualiste il y a deux ordres juridiques autonomes, indépendants, distincts et su un pied
d͛égalité : l͛ordre juridique interne et l͛ordre juridique international. Conséquence: la règle de droit international
doit être transformée en règle de droit interne par la procédure de réception. La procédure de réception va
permettre d͛introduire la norme internationale dans le droit interne et va transformer la règle internationale en
règle interne. Double effet en quelques sortes. Cette approche dualiste a été défendue par ses théoriciens: Triepel
(Allemagne) et Anzilotti (Italie). Cette approche dualiste va soulever des difficultés. L͛Italie avait été sanctionnée
dans la mesure où elle avait réceptionné des règlements en droit interne faisant fi de leur applicabilité directe ! Les
difficultés en Italie seront surmontées avec l͛arrêt Frontini de la Cour constitutionnelle italienne du 21 décembre
1973.

2) La notion deffet direct

C͛est une des caractéristiques essentielles du droit de l͛Union. C͛est une notion qui trouve application devant le juge
national. Leffet direct cest laptitude du droit de lUnion à créer dans certaines conditions des droits et/ou des
obligations pour les personnes physiques ou morales. Ces personnes physiques ou morales pourront invoquer ces
droits devant le juge national par exemple pour faire écarter l͛application d͛une norme interne contraire. Cela veut
dire que le particulier pourra invoquer la norme de l͛Union pour obtenir du juge l͛annulation de l͛acte interne
contraire ou l͛application de la norme de l͛Union à la place de la norme interne comme solution du litige.

L͛effet direct est une condition suffisante pour se prévaloir de la norme de l͛Union devant le juge national. Mais ça
n͛est plus une condition nécessaire car le juge de l͛UE a admis d͛autres formes d͛invocabilité.

3) La notion dinvocabilité

Notion que la Cour de justice a dégagé notamment par rapport aux directives. L͛invocabilité c͛est la faculté de se
prévaloir de la norme devant le juge interne. Denis Simon a notamment dégagé les différentes formes
d͛invocabilité :

- V   
  
á = elle exige que la norme soit reconnue d͛effet direct. C͛est le fait de demander au
juge national de laisser de côté, non appliquée, la norme interne non conforme à la norme de l͛UE.
- V   
   á  
 = elle est aussi liée à l͛effet direct. Il est demandé au juge national
d͛annuler la norme interne parce qu͛elle est contraire à la norme de l͛UE.
- V   
  áá á =elle exige la reconnaissance de l͛effet direct de la norme de l͛UE. Il est
demandé au juge national de substituer la norme de l͛UE comme solution du litige à la place de la norme
interne contraire.
- V   
       = elle a été dégagée par le juge de Luxembourg notamment pour
palier l͛absence d͛effet direct horizontal des directives. Le juge national va interpréter la règle interne à la
lumière du texte et de la finalité de la directive. Il ne peut qu͛appliquer la norme interne mais il va devoir
l͛appliquer en l͛interprétant conformément à l͛esprit et au texte de la directive.
- V   
  á  = elle n͛est pas liée à l͛effet direct. Cela veut dire que la norme de l͛UE
est invoquée afin d͛obtenir réparation du préjudice subi du fait de sa violation.
-

° La reconnaissance dun effet direct par la Cour de Justice

La notion d͛effet direct est une notion qui n͛est pas inconnue en droit international classique, elle n͛est pas
spécifique au droit de l͛UE. Simplement, en DIP c͛est de façon exceptionnelle qu͛un traité international produit des
effets directs dans l͛ordre interne des Etats. Autrement dit, sauf exception, en DIP, les traités ne confèrent pas de
droits directement au profit des personnes physiques ou morales, il n͛enjoint d͛obligations que pour les Etats.
Exemple d͛exception : la CESDH.

Avis CPJI (ancêtre de l͛actuelle CIJ) du 3 mars 1928 sur la ville de Dantzig : La Cour pose un principe : « á
 

23.  
   
  
 áá
 á  

á 
á». Puis un exception « ã  á  á 
   

áá 
  
á á  
á   á   á á  
 á  
á   á
á á 
á 
 á 
á    / ‰ Donc en DIP le principe : pas d͛effet direct et l͛effet
direct est l͛exception.

En droit communautaire c͛est l͛inverse dans la mesure où ce qui est exception devient presque la règle. La
reconnaissance de l͛effet direct en droit communautaire est une création jurisprudentielle. La Cour de Justice a
dégagé ceci en se fondant sur la méthode d͛interprétation téléologique. Elle s͛est appuyée sur la théorie de l͛effet
utile des traités. Cela veut dire qu͛elle interprète le texte dans le sens qui lui parait être le mieux pour garantir
l͛application effective. C͛est en se fondant sur cela qu͛elle a dégagé le principe d͛effet direct. La reconnaissance de
l͛effet direct d͛une norme communautaire va se faire à travers le renvoi préjudiciel. C͛est dans sa fonction
d͛interprétation du droit communautaire qu͛elle va reconnaitre l͛effet direct à telle ou telle norme. L͛arrêt
fondamental en la matière : rrêt Van Gend en Loos/ dministration néerlandaise du 5 février 1963. Dans cet arrêt
la Cour de Justice pose les fondements du principe de l͛effet direct. En l͛espèce, la société Van Gend En Loos
contestait une taxe imposée par les Pays Bas sur des produits venant de RFA. A l͛appui de son recours la société
invoque le fait que la taxe viole l͛article 12 TCEE. L4ffaire est introduite en 1962 (encore en période de transition:
l͛Union douanière n͛est réalisée qu͛en 1968). L͛article 12 prévoyait ceci « Vá  á á á á
          á   á       
á
    á
 á 
á

á   

á ». La société peut-elle invoquer l͛article 12 pour échapper à l͛application de la taxe?


Autrement dit, l͛article 12 est-il ou non d͛effet direct ?

RERENDRE

3- Les accords internationaux conclus par lUE

(͙)

Deux arrêts ont été rendus : un par la Cour de Justice et un par le Tribunal. C͛était dans le cadre du contentieux
relatif aux bananes. En l͛espèce, il y avait une décision ORD/OMC c͛est à dire une décision d͛un organe de règlement
des différends au sein de l͛OMC. Une décision a été rendue par l͛ORD elle avait conclu à l͛incompatibilité de la
législation communautaire sur l͛importation des bananes avec les règles de l͛OMC. Quelles sont les conséquences de
cette décision de l͛ORD sur la jurisprudence de la Cour de Luxembourg qui refuse la possibilité d͛invoquer les règles
de l͛OMC ?
- La Cour de Luxembourg va répondre dans un arrêt V N  RYS du 1er mars 2005 : dans cette affaire la Cour
a été saisie par un juge néerlandais qui avait lui-même été saisi d͛un recours intenté par la société Van Parys
société qui contestait une mesure néerlandaise prise en application de la législation communautaire sur les
bananes et invoque l͛incompatibilité de la législation communautaire avec les règles OMC.
- Le Tribunal va répondre dans un arrêt CHI?UIT °R NDS contre COMMISSION du 3 février 2005 : la société
Chiquita Brands entendait obtenir réparation de la part de la Communauté européenne pour le préjudice
subi du fait de la législation communautaire incompatible avec les règles de l͛OMC.

Ces deux arrêts vont aboutir au même résultat : le principe qui est dégagé est le suivant : Compte tenu de leur
nature les accords de l͛OMC ne figurent pas en principe parmi les normes au regard desquelles la Cour contrôle la
légalité des actes des institutions. Autrement dit, les intéressés ne peuvent pas se prévaloir de la violation par la
Communauté européenne des dispositions des accords OMC et même s͛il y a une décision d͛incompatibilité de la
part d͛un organe de l͛OMC. Mais (et c͛est là l(importance des arrêts) : la Cour va quand même apporter deux
tempéraments :

Elle accepte de contrôler la légalité d͛un acte communautaire au regard des règles de l͛OMC de manière
exceptionnelle dans deux cas :

Ô 1er cas : Dans l͛hypothèse où la Communauté a voulu donner exécution à une obligation particulière
assurée dans le cadre de l͛OMC. Si la communauté prend un règlement par exemple pour donner
effet à une obligation dans le cadre de l͛OMC.
Ô 2èmecas : Dans l͛hypothèse où l͛acte communautaire en cause renvoie expressément à des
dispositions précises des accords OMC.

‰ Dans un arrêt du 20 mai 2010 la Cour a de nouveau eu à se prononcer sur le régime douanier des bananes et elle
réaffirme qu͛il n͛y a pas lieu de reconnaitre un effet direct à des dispositions de l͛OMC.

SECTION 2 / Le cas particulier des directives

Rappel : La distinction entre l͛effet direct horizontal et l͛effet direct vertical.

La directive lie tout Etat membre destinataire quant au résultat à atteindre tout en laissant aux instances nationales
la compétence quant à la forme et aux moyens. A priori à la lecture de cela la directive n͛est pas revêtue d͛effet
direct. Et pendant longtemps la doctrine a penché en faveur de cette conception: refus de la reconnaissance de
l͛effet direct aux directives.

La Cour de Justice cependant a accepté dans certains cas de reconnaitre un effet direct à des dispositions d͛une
directive. Cela n͛a pas été sans susciter des résistances nationales et notamment par exemple de la par du Conseil
d͛Etat français.

§1 Une reconnaissance soumise à certaines conditions

Le 1er arrêt que l͛on cite dans le cadre de cette étude n͛est pas un arrêt de principe, c͛est l͛arrêt S CE contre
Ministre des finances italiennes du 1_ décembre 19_0. Dans cet arrêt c͛est la première fois Que la Cour de justice va
reconnaitre un effet direct à des dispositions d͛une directive. Ce n͛est pas un arrêt de principe car dans cet arrêt les
dispositions de la directives étaient combinées avec des dispositions du traité CEE et la Cour dans cet arrêt avait
insisté sur l͛absence d͛autonomie du contenu des directives et elle avait insisté sur les liens étroits entre la directives
et le traité CEE.

L͛arrêt de principe c͛est l͛arrêt V N DUYN contre ? du 4 décembre 19_4 : La Cour va poser des règles
fondamentales : en l͛espèce Mme VAN DUYN était une ressortissante néerlandaise qui voulait entrer au Royaume-
Uni parce qu͛elle y avait trouvé un travail dans l͛église de scientologie. Elle se heurte au refus du Royaume-Uni. La
libre circulation des travailleurs est une liberté qui a été affirmée dans le traité CEE tel que rédigé en 1957 donc
normalement le RU ne peut pas s͛opposer à l͛entrée d͛un ressortissant UE. Toutefois i existe des dérogations à cette
liberté de circulation des travailleurs : en effet un Etat peut invoquer des raisons d͛ordre public, de sécurité public et
de santé publique pour s͛opposer à cette liberté de circulation. Le RU en l͛espèce invoque des règles d͛ordre public
contre la scientologie qui est une secte. Mme Van Duyn conteste le refus britannique devant le juge britannique. Le
juge britannique se tourne vers la Cour de Justice car cette dame invoque contre le refus la violation d͛une directive
communautaire (la directive 64-221 du 25 février 1964 qui régissait les modalités des limitations apportées à la
liberté de circulation des travailleurs). Le juge britannique demande si la directive peut être ainsi invoquée,
autrement dit est ce que la directive peut être vêtue de l͛effet direct? La Cour de justice va se fonder sur le
caractère obligatoire des directive et sur la théorie de l͛effet utile pour reconnaitre à cette directive un effet direct.
« 2 á
á á4
á  á   á    
 
á á    
  
 
   
  á     
 á
á  á 
á     á 
  
á  /. Donc la Cour reconnait un effet direct.

‰ Attention ! La Cour ne reconnait pas pour autant un effet direct à toutes les directives : il conviendra dans chaque
cas d͛examiner si la nature et l͛économie et les termes de la directive sont susceptibles de produire un effet direct.
Donc : reconnaissance d͛un effet direct mais pas un effet direct général.

A partir de là, la Cour se fonde sur certains critères pour retenir ou non un effet direct: extrait de l͛arrêt Van Duyn
« 2 á  á
á  á 4
á á áá      áá         
   


áá á   áááá áá    á á


  áá á
á

á  á
 á á 

 /

Donc il faut que la directive contienne des dispositions claires et suffisamment précises c'est-à-dire qu͛il ne doit pas y
avoir de doute sur leur contenu. Ensuite il faut qu͛elles soient inconditionnelles c'est-à-dire que l͛exécution de
l͛obligation imposée à l͛Etat ne doit pas être subordonnée à l͛intervention d͛un acte d͛une institution de l͛Etat.
Aucune marge de manœuvre (d͛appréciation) ne doit être laissée à l͛Etat dans l͛interprétation des dispositions.

Si ces conditions sont remplies le particulier pourra se prévaloir de la directive mais pas à n͛importe quel moment !
En effet, l͛arrêt précise bien «      á  
  áá  á
á 
á » donc si la Cour de justice
reconnait un effet direct à une directive le particulier pourra l͛invoquer devant le juge national soit à défaut de
mesures de transposition à l͛expiration du délai de transposition soit en cas de transposition incorrecte. Donc c͛est le
défaut de transposition ou la mauvaise transposition qui fondent l͛invocabilité devant le juge national. C͛est le
comportement défaillant de l͛Etat qui est le principal fondement de la reconnaissance d͛un effet direct à une
directive. Si le délai de transposition de la directive n͛est pas expiré le particulier ne pourra pas l͛invoquer aux fins
d͛obtenir l͛annulation de la norme nationale contraire ou aux fins de substitution. L͛intérêt de reconnaitre un effet
direct à une directive = permettre l͛invocabilité d͛annulation, l͛invocabilité de substitution et invocabilité d͛exclusion.

Dans l͛arrêt R TTI du 5 avril 19_9 la Cour a appliqué la règle suivante : les autorités de l͛Etat ne peuvent se
prévaloir des dispositions d͛une directive qu͛ils n͛ont pas transposée. Quand dans cet arrêt la Cour dit cela c'est-à-
dire que la Cour refuse un effet direct descendant. Le particulier peut invoquer une directive non transposée à
l͛encontre de l͛Etat mais l͛Etat ne peut pas invoquer une directive non transposée à un particulier. Le Conseil d͛Etat
français a d͛ailleurs fait application de cette jurisprudence dans un arrêt Société Lili France du 23 juin 1995.

Dans l͛arrêt du 8 décembre 2001 Commune de °reil sur Roya va poser deux exception à la jurisprudence Lili
France : dans cet arrêt était en question la directive Natura 2001. Le Conseil d͛Etat va estimer qu͛il existe des
hypothèses dans lesquelles l͛Etat français peut invoquer une directive non transposée. 2 cas:

Ô 1er cas : Afin de justifier la mise à l͛écart d͛une loi française incompatible avec le droit
communautaire.
Ô 2ème cas : dans le cadre de l͛interprétation conforme. C'est-à-dire afin ͚invoquer une directive pour
interpréter le droit national à la lumière de cette directive.

Enfin, si un Etat n͛a pas transposé une directive dans les délais il ne peut poursuivre en justice sur le fondement
d͛une norme interne (même pénale) une personne physique ou morale qui se serait conformée à cette directive.

§2 Les limites

Cette reconnaissance d͛effet direct n͛est pas aussi importante que celle qui a été reconnue aux règlements. La
jurisprudence s͛est efforcée de ne plus utiliser régulièrement le terme d͛effet direct mais plutôt d͛utiliser le terme
d͛invocabilité, pour les directives.

Tout d͛abord, un principe a été posé par la Cour de justice : une directive qui est reconnue d͛effet direct ne peut être
invoquée qu͛à l͛encontre d͛un Etat membre. Autrement dit la Cour refuse de reconnaitre un effet direct horizontal
aux directives. Donc les dispositions d͛une directive ne peuvent pas être invoquées à l͛encontre d͛une autre
personne physique ou morale. Leffet direct reconnu aux directives nest que VERTIC L.

Arrêt de principe en la matière : rrêt Marshall du 26 février 1986 : en l͛espèce la Cour a été saisie par un juge
britannique. Ce juge avait à connaitre d͛un litige entre un organisme britannique et une dame qui avait été licenciée.
Mme Marshall avait estimé que son licenciement était contraire à une directive de 1976 consacrant le principe de
non discrimination en raison du sexe. Est-ce que cette directive pouvait être invoquée dans un litige entre deux
personnes physiques/morales. La Cour de justice va dire qu͛une directive ne peut pas par elle-même créer
d͛obligations dans le chef d͛un particulier et qu͛une disposition d͛une directive ne peut donc pas être invoquée en
tant que telle à l͛encontre d͛une telle personne. La Cour se fonde sur le fait que les obligations d͛une directive
n͛existent qu͛à l͛égard des Etats membres destinataires. La Cour a une conception très large de la notion d͛Etat :
d͛ailleurs elle emploiera le plus souvent le terme d͛autorité publique.

Selon la Cour « Etat membre » =

- Administration centralisée de l͛Etat


- Collectivités territoriales
- Organismes ou entités qui sont soumis à l͛autorité ou au contrôle de l͛Etat et disposant de pouvoirs
exorbitants par rapport à ceux qui résultent des relations applicables entre particuliers.
Exemple : arrêt FOSTER contre °GC du 12 juillet 1990 : la BGC était une société de droit privé qui avait été
chargée par une loi de développer et maintenir un monopole de la distribution du gaz. Donc société de droit
privé chargée d͛une mission de SP. La Cour va considérer qu͛elle est assimilable à une autorité publique.

En réalité il faut entendre par «   » 


   

 
   
  
  


  
  
 
   
    
   
 

  
      . C͛est ce que Denis Simon appelle « l͛effet vertical démembré ».

Il faut par ailleurs préciser que pour la Cour de justice il suffit qu͛une autorité publique s͛interpose entre deux
particuliers pour que la directive puisse être invocable.

A partir de 1993 des avocats généraux dans leurs conclusion ont demandé à la Cour d͛opérer un revirement de
jurisprudence c'est-à-dire qu͛ils ont incité la Cour à reconnaitre un effet direct horizontal à des directives. La Cour à
réaffirmé avec force sa position dans un arrêt F CCINI DORI du 14 juillet 1994 : elle confirme son refus de
reconnaitre un effet direct horizontal. En l͛espèce, un juge italien avait saisi la Cour de justice car il devait trancher
un litige entre un commerçant et un consommateur. Le consommateur invoquait une directe de 1988 concernant la
protection des consommateurs et notamment il invoquait le droit à renonciation reconnu dans cette directive. La
directive n͛avait pas été transposée par l͛Etat italien. L͛avocat général dans ses conclusions a estimé que la Cour de
justice pourrait reconnaitre un effet direct horizontal dans l͛intérêt de l͛application uniforme et efficace du droit
communautaire. La Cour de justice a rejeté cette approche. Elle rejette donc de nouveau l͛effet direct horizontal
mais en même temps elle rappelle au juge italien qu͛il est soumis à l͛obligation d͛interprétation conforme. C'est-à-
dire que le juge italien dans un litige entre particuliers ne peut pas substituer la directive au droit national il ne peut
qu͛appliquer le droit national mais il doit interpréter ce droit national à la lumière de la directive. La Cour avait
dégagé cette notion d͛interprétation conforme notamment dans l͛arrêt M RLE SING du 13 janvier 1990. Ce
principe d͛interprétation conforme s͛applique même avant l͛expiration du délai de transposition lorsque l͛Etat a pris
des mesures d͛application de la directive. La Cour de justice a dans des arrêts plus récents perfectionné sa théorie de
l͛invocabilité des directives communautaires. Et c͛est pourquoi elle dissocie l͛effet direct et l͛invocabilité. Jusqu͛à
l͛arrêt LINSTER du 19 septembre 2001 il semblait qu͛une directive ne pouvait produire un effet d͛exclusion que si
elle était reconnue d͛effet direct. Dans l͛arrêt LINSTER plusieurs formes d͛invocabilité sont dégagées : l͛invocabilité
d͛interprétation, d͛exclusion, de réparation et d͛annulation. Un arrêt SED du 19 janvier 2010 : dans les conclusions
de l͛avocat général : découplage entre invocabilité et effet direct. Il suggère à la Cour de dissocier l͛effet direct de
substitution qui est impossible dans un litige horizontal de l͛invocabilité d͛exclusion qui permettrait au juge voire qui
imposerait au juge d͛écarter les dispositions du droit interne incompatibles avec le droit de l͛Union sans que cela ne
remette en cause le refus de reconnaitre un effet direct horizontal aux directives. L͛idée : demander à la Cour qu͛elle
dissocie l͛effet direct de substitution c'est-à-dire l͛invocabilité de substitution qui est lié à l͛effet direct impossible
entre particulier et l͛effet direct d͛exclusion qui obligerait le juge d͛écarter l͛application du droit national contraire à
la directive. La Cour dans arrêt SEDA n͛a pas été jusqu͛à la reconnaissance formelle de l͛existence d͛une invocabilité
d͛exclusion dans les litiges entre particuliers mais de plus en plus la Cour de Luxembourg est confrontée à la question
de l͛invocabilité dans le cadre de litiges qui opposent des particuliers et qui mettent en jeu les droits fondamentaux.
Donc la cour atténue l͛absence d͛effet direct hozinztal en ayant une vision large d͛éatat membre et qu͛elle a
tendance à distinguer effet direct et invocabilite ( ???).
CH ITRE 2

L RIM UTE DU DROIT DE LUNION EUROEENNE

Ce principe n͛est pas inscrit dans les Traités originaires. Mais pour autant il n͛est pas concevable de réaliser un
marché unique, intégré sans l͛affirmation de ce principe. En effet les règles communautaires ne doivent pas être
mises en question par le droit national. Pour réaliser un marché unique il faut que le droit de l͛Union s͛applique de
façon uniforme sur l͛ensemble des territoires des Etats membres.

SECTION 1 / LE RINCIE ET LES DIFFICULTES D LIC TION

§1 La théorie de la primauté

rrêt de la Cour de Justice de Luxembourg COST contre ENEL du15 juillet 1964 (ne pas confondre avec arrêt
Costa contre Enel de la Cour constitutionnelle italienne). Dans cette affaire un juge italien saisi la Cour de Justice
d͛une question préjudicielle. Le juge était saisi d͛un litige entre Costa et la société ENEL. Costa contestait sa facture
d͛électricité en invoquant le fait que la loi italienne de nationalisation d͛électricité de décembre 1962 viole des
articles du traité CEE. En même temps il invoquait la violation de l͛article 11 de la Constitution italienne. En réalité
dans cette affaire on est face à un conflit entre le traité CEE et une loi nationale postérieure : le traité CEE entré en
vigueur en 1958 et la loi entrée en vigueur en 1962. Devant la Cour de justice le Gouvernement italien va conclure à
l͛irrecevabilité de la question préjudicielle. La Cour elle, va examiner cette question préjudicielle. Et elle va se fonder
sur la nature juridique des communautés européennes et sur la théorie de l͛effet utile des traités. Pour la Cour de
justice la primauté du droit communautaire ressort de la nature même des communautés européennes. « Issu d͛une
source autonome le droit né du traité ne pourrait don en raison de sa nature spécifique originale se voir opposer un
texte interne quel qu͛il soit sans perdre son caractère communautaire et sans que soit mise en cause la base
juridique de la communauté elle-même ». le juge affirme la spécificité de l͛ordre juridique communautaire et il
affirme que c͛est un ordre juridique autonome intégré au système des Etats membres. C͛est important parce que
cela veut dire que pour le juge de Luxembourg la primauté du droit communautaire n͛est pas fondée sur la primauté
du droit international. Le droit communautaire n͛est pas une sous catégorie du droit international. Le droit
communautaire ne peut exister qu͛à la condition de ne pas être mis en échec par une règle de droit interne. C͛est
l͛arrêt de principe.

Depuis Costa contre ENEL La cour n͛a cessé d͛affirmer la primauté de ce droit. La primauté bénéficie à toutes les
normes de droit communautaire (droit de l͛union auj) à partir du moment où elles sont contraignantes. Elle bénéficie
au droit originaire, elle s͛applique aux règlements, aux directives, aux décisions, aux accords internationaux conclus
par l͛UE et s͛͛applique aussi au (PGDUE (mais attention uniquement quand l͛Etat applique le droit de l͛union).

Pour la Cour de Luxembourg, cette primauté du droit de l͛union s͛exerce à l͛encontre de toutes les normes
nationales y compris la norme constitutionnelle. Dans l͛arrêt CONNECT USTRI du 22 mai 2003 LA Cour dit « le
juge national doit le cas échéant écarter une disposition nationale faisant obstacle à la compétence du juge
administratif fut-elle une disposition constitutionnelle ». et dans un arrêt du 11 janvier 2000 la Cour de Luxembourg
estimera que la loi fondamentale allemande viole le principe d͛égalité des sexes car elle interdit aux femmes de
participer aux unités combattantes. Arrêt WINNER du 8 septembre 2010 : la COUR rappelle que l͛on ne peut
admettre que des règles nationales fussent-elles constitutionnels puissent porter atteinte à l͛unité et l͛efficacité du
droit de l͛union.
Même les principes généraux de droit internes doivent être écartés quand ils sont en conflit avec le droit de l͛union.
Cette supériorité du droit de l͛union s͛impose au pouvoir exécutif, législatif, administratif, et juridictionnel. Elle
s͛impose à l͛Etat et à ses démembrements (communes͙).

Cette supériorité se fait indépendamment de toute considération chronologique : le droit de l͛UE est supérieur au
droit national postérieur. Ce n͛est pas la norme la plus récente qui s͛applique.

Peu importe que la norme communautaire soit revêtue ou non de l͛effet direct. Même si pour la Cour il y a un lien
étroit entre primauté et effet direct. Une directive prime une loi nationale postérieure.

Conséquence de la primauté : il faut écarter toute norme nationale incompatible avec le droit de l͛union. Plus
concrètement : l͛Etat membre doit abroger ou modifier toute norme nationale contraire. L͛administration a
l͛obligation de ne plus appliquer les normes contraires et aussi cela veut dire que le juge ne doit plus faire produire
d͛effets juridiques à la norme nationale contraire. Le rôle des juges nationaux est fondamental dans l͛application du
principe de primauté. Et la Cour de justice a souvent insisté sur le fait que les juges doivent assurer « le plein effet
des normes de l͛Union européenne ». Par exemple : ils doivent ordonner les mesures provisoires nécessaires à
l͛efficacité du droit communautaire même si selon le droit national de telles mesures ne peuvent pas être prises.

Dans un arrêt PETER BROKE ET ?? du 14 décembre 1995 la Cour de justice a précisé les règles applicables aux
pouvoirs du juge national de soulever d͛office l͛application du droit communautaire . Elle affirme que le droit
communautaire ne s͛oppose pas à ce qu͛un juge national ait la possibilité de soulever d͛office une violation du droit
communautaire et elle précise que lorsque le juge national a l͛obligation de soulever d͛office les moyens de droit
tirés d͛une règle interne contraignante il doit également pouvoir le faire par rapport à une règle communautaire
contraignante. Toutefois, la Cour a adopté une position minimaliste dans la mesure où elle reconnait assez
largement l͛autonome procédurale des Etats membres. Autrement dit, le principe de primauté est un principe qui
doit être mis en œuvre par le juge national selon les règles procédurales de droit interne et la Cour a une vision assez
large de cette autonome procédurale des Etats membres. Néanmoins il y a un domaine dans lequel la Cour a posé
des principes contraignants : c͛est notamment dans le domaine du droit de la consommation : arrêt du 4 juin 2009
et arrêt du 6 octobre 2009 deux arrêts dans lesquels la cour a posé des règles contraignantes: elle dit : quelque soit
la passivité des parties et quelque soit le niveau procédural atteint il appartient au juge national de soulever d͛office
les contrariétés avec le droit communautaire de la consommation. Elle impose ainsi au juge national l͛obligation de
relever d͛office le caractère abusif d͛une clause contractuelle et les auteurs ont dit que dan ces arrêts la cour avait
largement empiété sur l͛autonomie procédurale des Etats membres. rrêt ELCHINOV du 5 octobre 2010 opposait
un ressortissant bulgare à la caisse nationale d͛assurance maladie bulgare car la caisse avait refusé de lui délivrer une
autorisation de recevoir des soins hospitaliers en Allemagne. Le problème : le droit de l͛union s͛opposait-il à ce
qu͛une juridiction nationale soit liée par la position d͛une juridiction supérieure si elle estimait que cette position
n͛était pas conforme au droit de l͛Union ? Donc est ce que le juge bulgare était lié par la position d͛une juridiction
supérieure alors même que cette positon de la cour supérieure était différente de l͛interprétation donnée par la
Cour de Luxembourg. La Cour de justice d e Luxembourg a estimé que c͛est sa position a elle qui s͛imposait!donc le
juge bulgare doit laisser de côté la position de la juridiction supérieure.

‰Le TECE contenait un article affirmant le principe de primauté. Ce traité n͛étant pas entré en vigueur, le Traité de
Lisbonne n͛a pas repris cette disposition. A été annexée une déclaration au traité qui est la déclaration relative à la
primauté déclaration selon laquelle « La conférence rappelle que selon une jurisprudence constante de la CJUE les
traités et le droit adopté par l͛UE sur la base des traités priment le droit des Etats membres dans les conditions
définies par ladite jurisprudence ». Cela enferme ce principe dans des conditions définies par la Cour de
Luxembourg.

Par ailleurs décision du CC français de 2004 et 2007 qui a examiné le problème de la primauté et a estimé que le
principe de primauté tel qu͛affirmé dans le TECE ne soulevait pas de difficultés par rapport à la Constitution.
§2 Les difficultés dapplication

Ces difficultés se sont manifestées car il se peut qu͛existent des conflits :

- Entre la règle de l͛UE et la règle constitutionnelle interne.


- Entre la norme de l͛UE et une règle nationale de rang inférieur (loi ou décret).

 Le conflit entre la règle de lUE et la règle constitutionnelle interne

Pour le juge de l͛UE la primauté du droit communautaire s͛exerce à l͛encontre de toute norme même
constitutionnelle. Seulement dans les Etats membres la Constitution est la norme suprême, elle est au sommet de la
hiérarchie.

1) Le droit originaire et la Constitution

Dans certains Etats (notamment Italie et Allemagne) le contrôle de constitutionnalité des Traités peut être opéré
après l͛entrée en vigueur des traités. C'est-à-dire qu͛il existe un contrôle a posteriori. Lorsque les traités constitutifs
ont été élaborés il y a eu des décisions des Cours constitutionnelles qui ont abondé dans le sens d͛une conformité à
la Constitution.

‰ En Italie la Cour constitutionnelle avait été saisie par les juges du fond : Décision San Michele du 2 juin 1965 et les
décisions Costa du _ mars 1964 et Frontini du 18 décembre 19_3. Dans Costa et Frontini la Cour constitutionnelle
italienne a jugé que la loi de ratification était conforme à la Constitution car elle satisfaisait aux conditions posées
par l͛article 11 de la Constitution italienne. En même temps la Cour a posé une réserve : l͛article 11 de la Constitution
italienne prévoit que l͛Italie consent dans des conditions de réciprocité aux limitations de souveraineté nécessaires à
un ordre qui assure la paix et la justice entre les nations. Elle suscite et favorise les OI qui poursuivent un tel objectif.
En se fondant sur cet article 11 la Cour constitutionnelle a estimé que l͛interprétation de cet article autorise des
transferts de compétences au profit des communautés européennes. Mais en même temps la Cour dit que si les
communauté européennes portent atteinte aux éléments essentiels du système italien la loi de ratification serait
entachée d͛inconstitutionnalité.

‰ La Cour constitutionnelle allemande a déclaré la conformité dans un arrêt du 18 octobre 196_.


Concernant les traités de révision : l͛article 24 de la Loi fondamentale (= Constitution) allemande permet à la
fédération de transférer par vois législative des droits de souveraineté à des institutions internationales. Mais ce
transfert n͛est possible que dans les limites indiquées et s͛il y a une incidence sur la loi fondamentale alors celle-ci
devra au préalable être révisée.

Décision Maastricht de la Cour constitutionnelle allemande le 12 octobre 1993. Lorsque le traité de Maastricht a été
ratifié il y avait au préalable eu révision de la loi fondamentale et insertion d͛un article 23 qui renforçait le contrôle
du pouvoir législatif sur le Gouvernement fédéral. Le tribunal constitutionnel (= CC All) avait été saisi d͛une demande
visant à examiner la conformité de la loi autorisant la ratification à la loi fondamentale. Parce que des personnes
devant les juges du fond s͛estimaient lésées dans leurs droits par le Traité de Maastricht. Le Tribunal Constitutionnel
va rejeter le recours en l͛estimant non fondé : il qualifie l͛Union de « groupement d͛Etats » en précisant que les Etats
membres étaient restés souverains. Cette décision affirme par ailleurs le caractère impératif du principe
démocratique et le maintien nécessaire d͛une influence du Bundestag (=une des chambres du Parlement allemand).
Cette décision Maastricht va estimer que l͛étendue des droits de souveraineté transférés à l͛UE n͛est pas
indéterminée et elle dépend des habilitations précises contenues dans le Traité de Maastricht.Et elle assure que le
respect du principe démocratique est suffisamment assuré dans le cadre de l͛UE surtout par l͛influence des
parlements nationaux et du parlement européen. Cette décision Maastricht sera par la suite interprétée de façon
différente. Elle a été interprétée comme le fait que la Cour constitutionnelle n͛acceptait la primauté que tant que la
communauté européenne agissait dans le cadre de ses compétences. Certains ont estimé que cet arrêt manifestait
un certain retour à l͛affirmation d͛un droit de contrôle du droit communautaire par la Cour constitutionnelle. C͛est
une interprétation un peu extensive ! Quoiqu͛il en soit cette décision traduit quand même la vigilance de la CC
allemande à l͛égard du respect du principe de démocratie.

Il y a eu également la décision Lisbonne du 30 juin 2009 : sur le problème de la compatibilité de la loi allemande
autorisant la ratification avec l͛ordre constitutionnel allemand. La Cour dans sa décision va conclure à la
compatibilité de la loi autorisant la ratification avec la loi fondamentale MAIS elle a exigé certaines adaptations de la
législation allemande avant la signature de l͛acte de ratification par le Chef de l͛Etat. Adaptation par rapport à la
participation du parlement allemand dans le cadre de l͛UE. Il y a eu une loi de modification et ensuite le Chef de
l͛Etat a pu signer la ratification.

2) Le droit communautaire dérivé et la Constitution

Pour la Cour de justice de Luxembourg, le droit dérivé s͛impose même sur des normes constitutionnelles. Cela va
susciter des résistances : en effet dans les Etats membres il est difficile d͛accepter qu͛il puisse y avoir un acte
unilatéral supérieur à une règle constitutionnelle. Ce qui fait qu͛un certain nombre de décisions internes vont aller à
l͛encontre de la position du juge de Luxembourg. Ces décisions vont opérer un contrôle de conformité des actes
communautaires au regard de la Constitution.

a) La position de la Cour de Justice rCJCE)

rrêt du 1_ décembre 19_0 International Handelsgeselschaft : La CJCE avait été saisie par le tribunal administratif
de Francfort qui lui posait deux questions : une question sur la structure constitutionnelle des Etats membres. Une
autre question concernant la garantie des droits fondamentaux.

1ère question : V    


  
  á 
   
        

   á  

 á

áá
á   á   á  á 
ãá   5

A cette première question il y avait déjà eu des réponses fournies par les CC allemande et Italienne :

- La CC allemande dans un arrêt du 18 octobre 196_ avait dit que la Loi fondamentale a pour mission de régir
l͛ordre juridique allemand et non l͛ordre juridique communautaire et donc elle n͛était pas en mesure de
contrôler la conformité d͛une règle communautaire aux règles et garanties prévues par la Loi fondamentale.
- La CC italienne a adopté un raisonnement globalement semblable à celui de la CC allemande.

2ème question : V  


  
   
     
  
   

ãá   5

Cette question était très délicate.

‰ La Cour dans l͛arrêt de 1970 répond à ces deux questions« V     á  á   á
 á  á 

 
 á  
á 
á á
ãá 
  á   

   
    áá 
 
  ».
‰ La Cour en disant cela fait preuve d͛audace et va quand même rassurer les Etats membres en disant qu͛elle
annulera toutefois une règle communautaire qui violerait un droit garanti par l͛ensemble des Constitutions
des Etats membres. Et c͛est ainsi qu͛elle va dégager les « traditions constitutionnelles communes des Etats
membres » dans l͛arrêt de 1970.

b) Les résistances nationales

On les retrouve en Italie et en Allemagne.


v En Italie : rrêt Frontini 19_3 : La Cour considère que les garanties prévues par la Constitution italienne ne
s͛appliquent pas aux activités des institutions communautaires celle-ci étant réglée par les Traités
communautaires. Donc là elle semble abonder dans le sens de la Cour de Luxembourg. MAIS elle va poser
une réserve de constitutionnalité car elle n͛admet pas que les limitations de souveraineté consenties par
l͛Italie puissent comporter pour les institutions de la CEE un pouvoir inadmissible de violer les principes
fondamentaux de l͛ordre constitutionnel italien ou les droits inaliénables de la personne humaine.
Autrement dit dans cet arrêt la CC italienne estime que la primauté du droit communautaire doit être tenue
en échec en cas de contradiction avec les droits fondamentaux garantis par la Constitution italienne. Donc
elle ne va pas dans le sens de l͛arrêt de 1970 ! Ceci sera confirmé notamment par l͛arrêt Granital de 1984 où
elle dit que la loi de ratification n͛autorise par les institutions communautaires à violer les principes
fondamentaux.
La CC italienne a été un peu plus ouverte à l͛égard du droit communautaire : pour la 1ère fois en 2008 elle a
accepté de saisir la Cour de Luxembourg d͛une question préjudicielle !
v En Allemagne : la CC Allemande a tout d͛abord rendu une ordonnance Solange 1 rprononcer Zolangue) le 29
mai 19_4 : elle avait été saisie par le tribunal administratif de Francfort qui n͛avait pas été satisfait de la
réponse de la CJCE de 1970. Et elle va dire ceci dans l͛ordonnance : elle estime qu͛elle doit déclarer
inapplicable une norme communautaire qui violerait un droit garanti par la Loi Fondamentale. Pour la CC un
contrôle constitutionnel national à l͛égard des actes communautaires est nécessaire aussi longtemps que le
processus d͛intégration de la communauté n͛aura pas atteint le stade où le droit communautaire
contiendrait une déclaration des droits fondamentaux. Dans cette ordonnance elle fait un constat de déficit
de protection des droits fondamentaux au sein des communautés européennes.
Elle va évoluer avec l͛arrêt Solange 2 du 22 octobre 1986 : elle maintient la réserve de constitutionnalité
mais elle affirme qu͛ « áá
 á 
á   á  á 
 á  

ã V    áá  6  
   áá  

 ã  á 

   
á á    
  

 
    
        
á á

 á  $
 
á


 á á 
 á    

  
 ». Dans cet arrêt elle constate que la CJCE
protège effectivement les droits fondamtaux donc elle dit que tant qu͛il y a une protection assurée elle
n͛exercera plus ce contrpole. Mais elle maintient sa réserve de constitutionnalité car elle se résevre le droit
de revenir sur cette position si la protection des droits fondamentaux au nieau des commuanutés
européennes est en diminution.

Solange 3 : rrêt °ananes du _ juin 2000 : un recours avait été intenté par des importateurs de bananes ils
invoquaient l͛illégalité d͛un règlement communautaire par rapport au marché de la banane et qu͛il violait la
loi fondamentale. Recours devant un tribunal administratif qui a eu une interprétation de la décision
Maastricht assez restrictive et il va saisir la CC All en estimant que la décision Maastricht avait privilégié la
protection des droits fondamentaux par rapport aux principes de droit communautaire dérivé. Dans cette
décision la CC All va dire « Vá  á á 
á  á 
á  á    
 
áá
    á 
 
     '  

 á  
ã|ã)áá áá á    á áá   á

á 
 á 
%/

Cela implique qu͛il y ait une espèce de comparaison qui s͛établisse entre la protection des droits fondamentaux par
la Loi fondamentale et celle assurée au niveau de l͛UE. Par là même la CC Allemande réaffirme qu͛elle n͛entend pas
abandonner de façon absolue toute compétence, elle maintient sa réserve de constitutionnalité.

A la suite de cela il y a eu lordonnance du 13 mars 100_ de la CC llemande qui rappelle qu͛elle n͛exerce plus son
pouvoir de contrôle juridictionnel ni sur la législation communautaire dérivée ni sur l͛acte de transposition au regard
des droits fondamentaux à moins qu͛il ne soit invoqué par le requérant que la protection des droits fondamentaux
dans l͛UE n͛est plus en substance semblable à celle accordée par la Loi Fondamentale.

‰ Cette position du juge constitutionnel allemand on la retrouve dans la plupart des Etats membres ,
convergeance des positions des Cours constitutionnelles.

Décision M NGOLD CC llemande du 6 juillet 2006 La CC a estimé que la CJUE dans son arrêt Mangold du 22
novembre 2005 n͛avait pas procédé à une création prétorienne illicite et n͛avait pas manifestement excédé ses
compétences. Dans l͛arrêt de 2005 la CJUE avait estimé que la législation allemande n͛était pas conforme au droit de
l͛UE et elle s͛était fondée sur le principe général de non discrimination. La CC Allemande avait été saisie d͛un recours
constitutionnel introduit contre une décision de la Cour Fédérale du Travail qui avait donné raison au salarié qui
contestait qu͛après 52 ans en Allemagne l͛employeur puisse enchainer les CDD pour les salariés de plus de 52 ans.
L͛employeur avait fait valoir que l͛arrêt de la Cour de Luxembourg était fondé sur une création prétorienne illicite et
qu͛elle avait outrepassé ses compétences. L͛important à retenir : Dans cette ordonnance du 6 juillet 2006 la CC All
avait affirmé son droit et son devoir de contrôler les actes des organes et institutions de l͛Union au regard d͛un
dépassement éventuel de compétences. Elle affirme sa compétence pour faire cela. (en l͛espèce elle rejette le
recours).

Conclusion : Il y a une position particulière vis-à-vis des droits fondamentaux où les CC ont posé des réserves de
constitutionnalité. Et d͛ailleurs dans l͛arrêt OMEG du 14 octobre 2004 CJUE, la CJUE a elle-même estimé que le
principe de primauté pourrait s͛effacer devant certains droits fondamentaux et elle a ainsi estimé que le principe de
dignité humaine serait supérieur au principe de libre circulation des marchandises et au principe de libre circulation
des services. Dans cette affaire ce qui est intéressant c͛est que même la CJUE estime qu͛il y a certains principes qui
s͛imposeraient aux juges nationaux et aux juges de l͛Union européenne. Mais en dehors des droits fondamentaux la
CJUE reste très vigilante quant au respect de la primauté du droit de l͛Union. Cf. l͛arrêt SED du 19 janvier 2010 et
arrêt MELKI du 22 juin 2010.

° Le conflit entre la règles communautaire et la règle de droit national inférieure rloi ou décret)

Deux situations sont possibles :

- Il existe un conflit entre une règle nationale antérieure et une règle de l͛Union postérieure : dans ce cas là il
n͛y a pas de difficulté, cela se résout comme un problème de conflit de loi dans le temps. C͛est la norme la
plus récente qui s͛applique : la règle de l͛UE.

- Il existe un conflit entre une règle nationale postérieure et une règle de l͛Union antérieure. Ce cas va
soulever des difficultés et les solutions apportées ont été différentes selon les Etats.

Les pays du Benelux ont reconnu assez vite la primauté du droit communautaire dans une telle hypothèse. Surtout
aux Pays-Bas où c͛est réglé par la Constitution. En Belgique et au Luxembourg c͛est la jurisprudence qui a réglé le
problème.

En Allemagne : C͛est une décision EURO RECHT de la CC ll du 9 juin 19_1 qui va reconnaitre la primauté du droit
communautaire sur une loi nationale postérieure. La Cour s͛est pour cela fondée sur l͛article 24 de la Loi
Fondamentale.

En Italie : rrêt COST CONTRE ENEL du _ Mars 1964 de la CC italienne : dans cet arrêt la CC avait interrogé sur la
compatibilité d͛une loi avec le traité CEE. Cette loi c͛était la loi italienne de 1962 sur l͛électricité. La CC italienne avait
estimé dans cet arrêt que la violation du traité CEE par l͛Italie est de nature à engager la responsabilité de l͛Etat
italien. MAIS la CC italienne estime que la loi italienne garde toute son efficacité en droit interne ! C͛est cette positon
qui sera condamnée par la Cour de Luxembourg dans son arrêt COST CONTRE ENEL de 1964.

Dans un arrêt du 30 octobre 19_5 la CC italienne va préciser la chose suivante : une loi italienne contraire au droit
communautaire est une loi qui viole l͛article 11 de la Constitution italienne. Car cet article est le fondement de la
primauté du droit communautaire. MAIS elle poursuit en disant que le juge italien qui se trouve face à un tel conflit
ne peut pas le trancher directement autrement dit la CC italienne refuse aux juges du fond le pouvoir d͛écarter une
loi italienne postérieure incompatible avec le droit communautaire. Le juge italien doit appliquer quand même la loi
italienne. La CC dit « V 

   
 á 

 
ãã 

     




á
  ». Les juges du fond ne peuvent pas le faire eux-mêmes. Cette position de la CC italienne sera condamnée
par la Cour de Luxembourg dans un arrêt SIMMENTH L du 9 mars 19_8 dans cet arrêt la Cour de Luxembourg va
dicter la solution aux juges du fond italiens : « V  
 áá 

áá   á

áá  á
 á      á á 
á
 
 » et cette
obligation existe si la norme nationale est postérieure sans que le juge du fond ait à demander ou à attendre
l͛élimination préalable de cette norme nationale soit par voie législative soit par tout autre procédé constitutionnel.
Dans cet arrêt la Cour de Luxembourg dit donc aux juges du fond italiens de ne pas écouter la CC italienne! La CC
italienne va finir par se rallier à cette position dans l͛arrêt GR NIT L du 8 juin 1984. Dans cet arrêt la CC italienne va
tirer les conséquences de l͛autonomie de l͛ordre juridique communautaire et notamment les conséquences de la
primauté.

‰ Cette jurisprudence SIMMENTHAL sera rappelée souvent dans les arrêts de la Cour de Luxembourg et
notamment elle a encore été rappelée dans l͛arrêt SEDA de 2010.

SECTION 2 / La responsabilité des Etats membres pour violation du droit de lUnion Européenne

La notion de responsabilité est une notion inhérente à tout système de droit. De même que le principe de primauté
et que le principe d͛effet direct sont des créations jurisprudentielles, le principe de responsabilité des Etats pour
violation du droit de l͛Union est également l͛œuvre de la CJUE.

La responsabilité des Etats est un problème connu en droit international classique et a fortiori on le retrouve dans
l͛ordre juridique de l͛UE. Cela s͛explique par le fait que le droit de l͛Union reconnait des droits au profit des
personnes physiques ou morales et donc il y a mise en place d͛un régime de protection de ces droits voire de
sanction de leur violation. Quand on examine le Traité CEE et aujourd͛hui le TFUR on s͛aperçoit que le seul régime de
responsabilité qui apparait dans les traités c͛est le régime de responsabilité extracontractuelle de la communauté et
de l͛UE aujourd͛hui.( ex : responsabilité de l͛UE de fait de l͛action d͛un de ses agents).

En ce qui concerne les Etats aucun article ne prévoit leur responsabilité pour violation du droit de l͛UE. Si un Etat
viole ce droit au niveau de l͛UE il peut faire l͛objet d͛un recours en manquement. Ce recours en manquement intenté
devant la Cour de Luxembourg n͛est ouvert qu͛à la Commission européenne et aux Etats membres. Si la Cour de
justice rend un arrêt qui constate le manquement de l͛Etat alors l͛Etat aura l͛obligation d͛y mettre fin, mais cet arrêt
qui constate le manquement ne permet pas de tirer les conséquences de la violation du droit de l͛Union au niveau
de la responsabilité. La Cour de Luxembourg va affirmer dans sa jurisprudence que la responsabilité de l͛Etat peut
être engagée au niveau national pour violation du droit de l͛Union et ce sera au juge national de traiter de l͛action en
responsabilité.
§1 La reconnaissance du principe par la Cour de Justice

 La consécration du principe

La Cour s͛est prononcée à partir de questions préjudicielles posées par les juges nationaux. Dès 1960 dans l͛arrêt
HUM°LET la Cour a posé la règle suivante : si la Cour de Justice constate dans un arrêt qu͛un acte législatif ou
administratif national est contraire au droit communautaire l͛Etat membre doit rapporter l͛acte dont il s͛agit et
réparer les effets illicites qu͛il a pu produire.

Arrêt fondamental = rrêt FR NCOVICH du 19 novembre 1991 dans cet arrêt la Cour de justice pose le principe que
la responsabilité de l͛Etat pour violation du droit communautaire est inhérente au système du Traité. Dans cet arrêt
le problème était dû à la non transposition d͛une directive. En 1980 le Conseil avait adopté une directive qui
imposait aux Etats d͛adopter des dispositions pour protéger les travailleurs salariés en cas d͛insolvabilité des
employeurs. Cette directive devait être transposée au plus tard pour octobre 1983. L͛Italie ne l͛avait pas transposée
en en 1989 elle est condamnée dans un arrêt de manquement. Des salariés d͛une entreprise en faillite ont intenté
une action en responsabilité devant le juge italien car ils estiment qu͛ils ont été lésés par le non transposition de la
directive en droit italien car ces salariés n͛ont pas perçu de salaire puisque les mécanismes (un fond de garantie)
prévus par la directive n͛avait pas été mis en place en Italie. Le juge italien pose deux questions préjudicielles à la
Cour de Luxembourg :

- La directive de 1980 peut-elle être invoquée à l͛encontre de l͛Etat défaillant ? Autrement dit la directive est-
elle revêtue de l͛effet direct ?
- L͛inexécution de l͛obligation de transposition de la directive est-elle susceptible de fonder une action en
responsabilité (D-I) contre l͛Etat italien ?

La Cour de Luxembourg va tout d͛abord estimer que la directive n͛est pas revêtue de l͛effet direct car elle laisse une
trop grande marge de manœuvre, d͛appréciation aux Etats. Quant à la seconde question la Cour de Justice va
répondre par l͛affirmative en se fondant sur la théorie de l͛effet utile des traités: elle va estimer que le droit
communautaire impose aux Etats membres l͛obligation de réparer le préjudice causé par la non transposition d͛une
directive. C͛est un principe inhérent au traités dit la Cour.

A la suite de cet arrêt il y aura une jurisprudence abondante qui va apporter des précisions. Dans FRANCOVITCH
l͛origine de la violation du droit communautaire c͛est la non transposition d͛une directive, dans des arrêts ultérieurs
la Cour va apporter des précisions sur l͛origine de la violation.

Exemple : rrêt du 5 mars 1993 qui joint deux affaires :

1ère affaire : °rasserie du êcheur : La Cour de Luxembourg avait été saisie d͛une question préjudicielle posée par un
juge allemand. En l͛espèce une société française a intenté un recours en responsabilité contre l͛Etat allemand afin
d͛obtenir réparation d͛un préjudice qu͛elle estime avoir subi du fait d͛une loi allemande contraire au droit
communautaire. La société en question avait été obligée d͛interrompre ses exportation de bière en Allemagne du
fait d͛une loi allemande, Loi sur la Pureté de la bière, loi selon laquelle une boisson ne pouvait être commercialisée
en Allemagne sous l͛appellation bière que si elle était fabriquée avec 4 ingrédients particuliers. Seules les bières
allemandes étaient fabriquées de cette façon ! Cela discriminait donc les produits importés et favorisait la protection
de la bière allemande. La Cour de justice avait dans un arrêt de manquement de 1987 estimé que cette loi violait le
droit communautaire. La société Brasserie du Pêcheur en disant qu͛elle a subi un préjudice du fait de cette loi.

2ème affaire : Factortame 3 : La Cour a été saisie par le juge britannique. Une société avait attaqué l͛Etat britannique
car elle estimait avoir subi un préjudice du fait d͛une loi relative aux conditions d͛immatriculation des bateaux de
pêche, loi contraire au droit communautaire et notamment à la liberté d͛établissement. La Cour de justice en 1991
avait rendu un arrêt de manquement.
‰La Cour va joindre ces deux affaires car elles posent le même problème : á 
á ááá
 á
 
á á á á  
á  
 
     
 
á
  
 
á
 5

La Cour va répondre ainsi : Le principe de responsabilité de l͛Etat est inhérent au système du traité. Ce principe est
valable en cas d͛action de l͛autorité publique contraire au droit communautaire peu importe que cette action émane
de l͛autorité ministérielle concernée ou du législateur. Le principe de responsabilité est valable pour toute
hypothèse de violation du droit communautaire quelque soit l͛organe qui est à l͛origine. Peu importe que cet organe
soit exécutif, législatif, administratif ou juridictionnel.

Et dans larrêt KÖ°LER du 20 septembre 2003 la Cour de justice estime que les Etats sont tenus de réparer les
dommages causés aux particuliers découlant d͛une décision d͛une juridiction statuant en dernier ressort. En l͛espèce
c͛est la Cour suprême autrichienne qui avait mal interprété le droit communautaire. C͛est valable pour les
juridictions inférieures aussi !

‰‰Le problème c͛est que dans certains Etats membres il y a l͛irresponsabilité de la justice ! Alors la Cour de justice de
Luxembourg va quand même estimer que compte tenu de la spécificité de la fonction juridictionnelle les critère
d͛engagement de la responsabilité sont plus restrictifs. Et le juge national devra rechercher dans chaque cas si la
violation revêt un caractère manifeste. « V á á 
     á      á
 á
 
4
      á

 
 ».

La responsabilité de l͛Etat s͛étend bien sur aux entités publiques décentralisées ou fédérées.

B. Les conditions de mise en œuvre du principe

La Cour pose ce principe quelque soit l͛auteur de la violation. Par la suite elle est venue préciser les conditions de
mise en ouvre de cette responsabilité.

Dans l͛arrêt FRANCOVITCH elle dégage les conditions de mise en œuvre de la responsabilité en cas de non
transposition d͛une directive. Et ces conditions sont au nombre de 3 :

Ô Le résultat prescrit par la directive doit comporter des droits au profit des particuliers.
Ô Ces droits doivent être identifiables sur la base de la directive
Ô Il faut un lien de causalité entre la violation de l͛obligation et le dommage subi

Donc la Cour de justice dit au juge national que pour que la responsabilité de l͛Etat soit engagée il faut ces trois
conditions. Ces trois conditions sont suffisantes (pas la peine d͛en rajouter). Et peu importe que la directive soit ou
non d͛effet direct.

Dans l͛arrêt DILLENKOFER du 8 octobre 1996 la Cour va clarifier FRANCOVITCH. Dans cette affaire il y avait eu faillite
d͛une agence de voyage et de ce fait des acheteurs de voyage à forfait n͛ont pas pu partir en vacances ou bien ils
étaient partis et avaient dû revenir à leurs frais ! Un des client DILLENKOFER intente un recours en responsabilité
contre l͛Etat all car l͛Allemagne n͛avait pas transposé la directive qui obligeait les agences de voyage à fournir les
garanties suffisantes. Le juge allemand saisi la Cour de Luxembourg et lui pose la question suivante : la non
transposition d͛une directive est-elle suffisante en soit pour faire naitre un droit à réparation ou bien faut-il d͛autres
conditions ? La Cour de justice va répondre ainsi : la non transposition dans les délais est suffisante pour faire naitre
un droit à réparation car c͛est une violation suffisamment caractérisée du droit communautaire. Dans cet arrêt
contrairement à FRANCOVITCH il n͛y avait pas eu de recours en manquement contre l͛Allemagne par la CJCE. La Cour
de justice dit que le droit à réparation n͛est pas subordonné à la reconnaissance d͛un manquement préalable par la
CJCE.

Par la suite la Cour de Luxembourg va reconnaitre un droit à réparation dans toute hypothèse de violation du droit
communautaire (hors le cas de la non transposition d͛une directive) trois conditions :
Ô La règle de droit violée doit avoir pour objet de conférer des droits aux particuliers
Ô La violation doit être suffisamment caractérisée (c͛est le juge national qui va apprécier cette
condition puisque l͛action en responsabilité se fait devant lui ) La Cour de justice toutefois va aider le
juge national dans l͛appréciation de cette condition : il y a violation suffisamment caractérisée quand
l͛Etat a méconnu de manière manifeste et grave les limites qui s͛imposent à l͛exercice de ses
pouvoirs. Il y a violation quand l͛Etat en cause au moment où il a commis l͛infraction n͛était pas
confronté à des choix normatifs et qu͛il ne disposait que d͛une marge d͛appréciation extrêmement
réduite voire inexistante.
Ô Le lien de causalité.

Et le juge de Luxembourg estime que le juge national n͛a pas à prendre en considération d͛autres conditions. Par
exemple il n͛a pas à exiger une faute intentionnelle des organes étatiques.

§2 La mise en œuvre du principe par le juge national

Dès lors que ces conditions de responsabilités sont réunies la responsabilité de l͛Etat peut être engagée. Elle le sera
dans le cadre du droit national de la responsabilité et elle l͛est dans ce cadre en vertu d͛un principe: le principe de
l͛autonomie procédurale. Les modalités de l͛exercice de l͛action en responsabilité relèvent du droit interne de l͛Etat,
c͛est au juge national que revient le soin de vérifier qu͛il existe un lien de causalité entre la violation et le dommage
subi. C͛est à l͛ordre juridique interne de l͛Etat que revient le soin de déterminer la juridiction compétente pour
statuer sur la réparation. Et ça la Cour l͛a notamment réaffirmé dans l͛arrêt KÖBLER.

A partir de là le rôle joué par le juge national est fondamental. Ce juge doit veiller à la bonne application du droit de
l͛Union tout en tenant compte des règles de fond et des règles procédurales du droit national. Ce n͛est pas simple,
pour cette raison la Cour de justice a posé les 3 conditions, a donné des précisions et aide le jugenational en
encadrant un peu ce pouvoir.

En effet la Cour a progressivement dégagé un certain nombre de principes pour aider le juge national dans sa tâche.

La jurisprudence de la Cour a dégagé les conditions de mises en œuvre (vues) et va veiller à ce que les particuliers
disposent d͛une protection efficace et complète de leurs droits tirés du droit communautaire. Un des points les plus
sensibles du système de responsabilité c͛est l͛articulation entre les principes dégagés par la Cour de Luxembourg et
la pratique des juges nationaux. Quels sont ces principes dégagés par la Cour ?

- D͛abord la Cour de Luxembourg exclu qu͛un juge national puisse exiger des conditions nationales plus
restrictives de mise en jeu de la responsabilité de l͛Etat. « plus restrictives » par exemple elle refuse que le
juge allemand puisse exiger que l͛Etat ait commis une faute intentionnelle. Donc pas de conditions autres
que les 3 dégagées par la Cour ! Néanmoins la Cour de Luxembourg admet que le juge national puisse
engager la responsabilité de l͛Etat pour violation du droit communautaire sur le fondement de conditions
moins restrictives ! La Cour de justice a reconnu que c͛était le juge national qui était compétent pour
caractériser les violation du droit communautaire mais nous l͛avons vu, elle lui a fourni des indications.
Quand l͛Etat dispose d͛une marge de manœuvre réduite ou inexistante une simple infraction constitue une
violation suffisamment caractérisée. Et il est arrivé à la Cour de justice saisie de questions préjudicielles de se
prononcer sur l͛intensité de cette violation, elle s͛est en quelques sorte parfois substituée au juge national.
Dans l͛arrêt TDM du 13 juin 2006 qui vent préciser l͛arrêt KÖ°LER est intéressant. TDM avait intenté une
action devant le juge italien pour obtenir réparation d͛un préjudice subi du fait d͛une interprétation erronée
du droit communautaire et de la jurisprudence communautaire par le juge italien. L͛Italie avait estimé que la
question préjudicielle posée à la Cour de Luxembourg n͛était pas recevable car cela remettait en cause
l͛autorité de la chose jugée. C͛est le tribunal du Gènes qui avait saisi la Cour de Luxembourg en lui
demandant de se prononcer sur la compatibilité de la loi italienne avec le droit communautaire car la loi
italienne refuse de reconnaitre la responsabilité de l͛Etat italien liée à une mauvaise interprétation des règles
de droit. La loi italienne exclu la responsabilité du juge quand il interprète mal la règle de droit. En droit
italien la responsabilité du juge est limitée au seul cas de dol ou de faute grave. La Cour de justice de
Luxembourg va dire ceci : l͛exclusion de la responsabilité du juge est inacceptable quand la violation résulte
de l͛interprétation d͛une règle de droit ou de l͛appréciation des faits et des preuves par la juridiction.
Autrement dit la juge de Luxembourg dit que le droit communautaire s͛oppose à une législation qui limite la
responsabilité du juge aux seules situations de dol ou de faute grave en cas de violation du droit
communautaire.

Retour des vacances de Pâques :

Le juge de l͛union a encadré le principe de 


    
 par deux règles : le principe de l͛effectivité
et le principe de l͛équivalence juridictionnelle.

v Principe de l͛équivalence juridictionnelle = les règles applicables en cas de responsabilité pour violation du
droit de l͛UE ne doivent pas être moins favorables que celles applicables à des recours internes de même
nature.
v Principe de l͛effectivité = le recours intenté pour responsabilité en cas de violation du droit de l͛union ne doit
pas être rendu impossible ou excessivement difficile aux fins d͛obtention de la réparation.

Dans de nombreux arrêts la cour a rappelé ces principes. Par exemple dans larrêt CJUE du 26 janvier 2010 : dans
cette affaire la cour de justice avait été saisie par le tribunal suprême espagnol. Celui-ci lui demande de se prononcer
sur le point suivant : le fait de soumettre une action en responsabilité de l͛Etat à des modalités procédurales
différentes selon qu͛elle a pour fondement la violation d͛une disposition constitutionnelle par le législateur ou la
violation d͛une règle du droit de l͛Union est-il conforme aux principes d͛équivalence et d͛effectivité ? Et notamment
le droit espagnol imposait dans le cas d͛une violation du droit de l͛Union l͛exigence d͛épuisement des voies de
recours internes avant de prévoir l͛action en responsabilité ce qui n͛était pas le cas pour violation d͛une disposition
constitutionnelle. La Cour de Luxembourg a condamné cette exigence qui était considérée comme discriminatoire
en quelques sortes « Vá 
 á 
  á á 
     á  á   
á   á 

     

á
 
á á 
 á 
».
CH ITRE 3

LE JUGE FR NÇ IS ET LE DROIT DE LUE

La construction prétorienne de la Cour de Luxembourg serait privée de tout effet si les juges nationaux refusaient de
s͛y plier. C͛est aux juges nationaux de garantir l͛exercice des droits que les justiciables tirent du droit de l͛Union
Européenne. Le juge national est le juge d͛application du droit de l͛Union.

Pour la France, renvoi à une allocution de Jean-Marc Sauvé « Vãá


      
  
  
á  
á
   
  ». Et l͛ordre juridique français
est de plus en plus étroitement articulé avec le droit de l͛UE.0V
    
á   
  á á   
 |»Et le contrôle de conventionalité conduit à ce que
des liens étroits se nouent entre le juge national et le juge de Luxembourg. Et le Conseil d͛Etat comme les autres
juridictions suprêmes dans les autres Etats membres travaille en étroite coopération depuis les années 1990 avec la
CJUE. Depuis 1989 il fait prévaloir le droit de l͛Union sur une loi postérieure. Et par ailleurs le Conseil d͛Etat a
reconnu le pouvoir d͛engager la responsabilité de l͛Etat lorsqu͛un préjudice a été causé du fait d͛une norme
française incompatible avec le droit international et a fortiori avec le droit de l͛Union. Renvoi : rrêt CE GEST S 19
juin 2008.

SECTION 1 / LE CONSEIL DET T FR NÇ IS ET LES DIRECTIVES DE LUNION EUROEENNE

Les juridictions de l͛ordre judiciaire ont manifesté une hostilité dans un premier temps et puis à partir de 1984 il y a
eu une évolution : le juge judiciaire s͛est rallié à la jurisprudence de la CJCE. Pour les juridictions administratives cela
a été beaucoup plus difficile.

§1 Les réticences du Conseil dEtat

L͛opposition du Conseil d͛Etat en matière de reconnaissance d͛effet direct aux directives s͛est manifesté dans un
arrêt Cohn-°endit du 22 décembre 19_8. Cohn-Bendit va intenter un recours devant le CE en demandant
l͛annulation d͛une mesure individuelle qui le frappe. Pour contester cette mesure, il invoque un article du traité CEE
et il invoque l͛article 6 de la directive 64-221 du 25 février 1964. Cette directive est la directive qui prévoit les
modalités d͛application de mesures spéciales appliquées aux ressortissants communautaires. Et cet article 6 prévoit
que le ressortissant communautaire qui fait l͛objet d͛une mesure d͛expulsion ou d͛interdiction de séjour doit se voir
communiquer les raisons qui justifient cette mesure. La Cour de Luxembourg, dans l͛arrêt CDC Rutili du 28 octobre
19_5 avait déclaré que cette disposition était d͛effet direct. Donc la Cour de Luxembourg avait estimé que tout
ressortissant communautaire pouvait invoquer cet article. En dépit de cela le CE va refuser à Cohn-Bendit le droit
d͛invoquer l͛article 6 de la directive pour contester la mesure qui le frappe. Donc le CE refuse la reconnaissance de
cet effet direct à l͛article 6. La solution du CE en l͛espèce reposait sur l͛analyse de la définition de la directive
communautaire. Et il refuse d͛assimiler la directive au règlement. Il va en déduire ceci : « ? 
 á á
á
 áá  

á  
  á  á á
á  á  á      á  
á
áááá áá á
  á   á   
». Le CE pose ainsi le principe
de l͛inopposabilité des directives communautaires aux actes individuels et non pas aux actes règlementaires. D͛où
l͛importance ici de la distinction entre l͛acte administratif individuel (AAI) et l͛acte règlementaire (AR).

Cette jurisprudence Cohn-Bendit sera maintenue jusqu͛à l͛arrêt Dame erreux du 30 octobre 2009. Toutefois, le CE
va progressivement en atténuer la portée.
§2 Lévolution de la jurisprudence du Conseil dEtat

La jurisprudence Cohn-Bendit interdit au requérant de se prévaloir directement d͛une directive communautaire pour
demander l͛annulation de la décision dont il est le destinataire. Néanmoins, le particulier va pouvoir se prévaloir
indirectement de la directive et ce à travers un mécanisme : lexception dillégalité. Autrement dit : il aurait suffit à
Cohn-Bendit de se prévaloir ou d͛exciper de l͛illégalité du décret de transposition de la directive de 1964 pour
demander l͛annulation de la décision qui le frappait !

D͛autres requérant l͛ont fait et c͛est ainsi que le tribunal administratif de Lyon en octobre 1979 a annulé un arrêté
d͛expulsion en estimant que le décret qui était le fondement de l͛arrêté ne transposait pas correctement la directive
de 1964. Et le CE par l͛arrêt  L ZZI de juillet 1991 va admettre l͛invocabilité de la directive de 1964 par voie
d͛exception à l͛appui d͛un recours pour excès de pouvoir contre ce refus de renouvellement. Autrement dit, dans ce
cas là l͛invocabilité de la directive est admise pour annuler un acte individuel pris sur la base d͛un acte réglementaire
non conforme à la directive.

Et, dans l͛arrêt REVERT et ° DELON du 30 octobre 1996 le CE va admettre l͛invocabilité quand la base légale est la
loi (et non plus un décret mais une loi, loi qui aurait mal transposé une directive).

‰ Cette solution de l͛exception d͛illégalité est limitée : en effet, elle suppose que l͛Etat ait transposé la
directive ! Si l͛Etat n͛a pas transposé la directive, cette solution n͛est pas applicable et donc le requérant se
voit privé de tout recours !

Le CE progressivement va prendre en compte les objectifs assignés aux directive et cela va atténuer la portée de
l͛arrêt Cohn-Bendit.

Le CE va accepter l͛invocabilité d͛annulation en annulant un décret de transposition d͛une directive car ce décret
violait les objectifs de la directive. Et il le fait dans un arrêt Confédération Nationale des sociétés de protection des
animaux de France du 28 septembre 1984. Il accepte d͛exercer un contrôle sur la légalité des actes règlementaires
qui transposent les directives.

Ensuite, il va reconnaitre une portée aux directives non transposées et ce dans un arrêt Fédération Française des
Sociétés de protection de la nature du _ décembre 1984. Dans cet arrêt le CE pose la règle selon laquelle les
autorités nationales ne doivent pas édicter des dispositions règlementaires contraires aux objectifs d͛une directive
même non transposée. L͛obligation de conformité à la directive s͛applique aux actes de transposition mais aussi à
l͛ensemble des actes pris en application de la directive. Et cette obligation de conformité s͛applique tant aux règles
de fond qu͛aux règles de forme posées par la directive.

L͛arrêt litalia du 3 février 1989 est une étape importante dans cette jurisprudence du CE. Le CE y précise que toute
personne que toute personne peut inviter le Gouvernement, l͛Administration à prendre les actes règlementaires
nécessaires à la transposition de la directive. Toute personne peut demander à ce que soit rectifiés les actes
incompatibles avec les objectifs d͛une directive. Les justiciables peuvent demander à l͛administration d͛adopter les
actes nécessaires en conformité avec le droit communautaire. Les actes non conformes doivent êtreretirés.

Puis jurisprudence LiliFrance 23 juin 1995 selon laquelle l͛Etat ne peut se prévaloir vis-à-vis d͛un particulier d͛une
directive qu͛il n͛a pas transposée. Toutefois, en décembre 2000 dans l͛arrêt Commune de °reil sur Roya le CE pose 2
exceptions à cela :

- L͛Etat peut invoquer une directive non transposée aux fins d͛écarter l͛application d͛une loi incompatible avec
la directive.
- Aux fins d͛interprétation conforme
Par ailleurs, le CE (arrêt Teth de 1998) a également affirmé que l͛autorité administrative est tenue en dépit de
l͛obligation en droit interne de se conformer à l͛exigence d͛une directive même non transposée. Le CE va par ailleurs
admettre l͛invocabilité d͛interprétation conforme et ce dans larrêt Caserne Mortier de 1989.

Enfin, le CE va dans l͛arrêt France Nature environnement du 10 janvier 2001 consacrer la jurisprudence inter-
environnement Wallonie de la Cour de Luxembourg.

Réserve faite de son refus d͛admettre l͛invocabilité de substitution, le CE s͛est efforcé de construire une
jurisprudence permettant de garantir le plein effet des directives. Et deux arrêts vont achever cette évolution :

v La décision CE rcelor du 8 février 200_ : dans cet arrêt le CE a appliqué des modalités particulières de
contrôle d͛acte règlementaire transposant des directives. Il a à ce moment là élaboré la théorie de la
directive écran : dès qu͛un décret transpose les termes précis et inconditionnels d͛une directive, il ne peut
faire l͛objet d͛un contrôle. Une exception = sauf en cas de méconnaissance d͛une disposition ou d͛un
principe de valeur constitutionnelle.
Le CE estime qu͛il doit procéder en deux temps, il doit tout d͛abord rechercher si les principes
constitutionnels prétendument violés et invoqués par le requérant ont un équivalent dans l͛ordre juridique
de l͛UE. C'est-à-dire qu͛il recherche si le droit ou la liberté en cause est effectivement protégée par le droit
de l͛UE.
Ô 1ère hypothèse : le droit prétendument violé est protégé par le droit de l͛UE : dans ce cas là il
recherche si la directive que le décret transpose est conforme ou non au principe prétendument
violé. Si c͛est le cas, il rejette le recours. S͛il y a un doute il doit sursoir à statuer et doit saisir la Cour
de Luxembourg qui elle examinera la validité de la directive. Si cette Cour de Luxembourg déclare
que la directive viole un principe fondamental, le CE devra en tirer les conséquences et annulera le
décret de transposition.
Ô 2ème hypothèse : le droit prétendument violé n͛a pas d͛équivalent dans l͛ordre juridique de L͛UE.
Dans ce cas le CE examine si le décret de transposition est conforme ou non à ce droit et dans la
négative il doit annuler le décret pour inconstitutionnalité.

Et en l͛espèce comme le CE a estimé que la directive en cause était censé violer un droit , il a posé la question à la
CJCE : qui a rendu un arrêt CJCE du 16 décembre 2008 quia conclu a la validité de la directive et le CE a rendu l͛arrêt
rcelor 2 le 3 juin 2009 en rejetant le recours.

v Puis, arrêt CE Dame erreux octobre 2009 : constitue un revirement de jurisprudence par rapport à la
jurisprudence Cohn-Bendit. Dans cet arrêt le CE dit que « 1   á 
   á 
 
  
 á      á    
 á á áá  áá 

á
  
á 
   á á á
á
á á
áá á á á áá á/
Quand le CE formule cela, il pose deux conditions à la reconnaissance d͛un effet direct à une directive aux
fins de contester un AAI. Ces deux conditions sont les suivantes :
Ô La directive doit être précise et inconditionnelle.
Ô Le recours doit être effectué après le délai de transposition.

Cet arrêt Perreux est la suite logique de la position du CE dans la décision Arcelor dans laquelle le CE s͛était appuyé
sur l͛article 88-1 de la Constitution.

Le CE vient juste de rendre un avis intéressant le 21 mars 2011 : dans cet avis le CE a considéré que les sans-papiers
pouvaient invoquer la directive européenne qui est la directive que l͛on appelle la « directive retour » pour contester
un acte administratif non règlementaire. La directive retour est celle qui prévoit que l͛Etat doit offrir un délai de 7 à
30 jours aux sans papiers pour qu͛ils quittent régulièrement le territoire. Elle aurait dû être transposée avant le 24
décembre 2010, ce délai étant expiré, les sans papiers peuvent désormais l͛invoquer pour contester une mesure de
reconduite à la frontière. C͛est une confirmation de la jurisprudence Perreux.
SECTION 2 /L LIC TION DU RINCIE DE RIM UTE EN FR NCE

L͛ordre juridique interne est un ordre qui est hiérarchisé, structuré. Dans cet ordre, le DI et le droit de l͛UE
occupent une place particulière. La jurisprudence du CE et de la Cour de Cassation contribuent à faire respecter cette
hiérarchisation de l͛ordre juridique. Et plus précisément, le juge administratif par exemple va contrôler la
compatibilité des acte administratifs avec le droit international et le droit de l͛UE. Mais attention : cela tout en
veillant au respect de la Constitution !

§1 Le conflit avec la Constitution

Selon la théorie de la hiérarchie des normes de Kelsen l͛ensemble des normes qui composent un ordre juridique
forme un tout hiérarchisé dans lequel chaque norme doit nécessairement respecter la norme qui lui est supérieure.
En France, cette hiérarchie des normes fait de la Constitution la norme suprême. Puis les lois organiques. Puis loi
ordinaires. Puis règlements. Puis arrêtés. Et enfin décisions individuelles.

Pour ce qui est de la hiérarchie, quand on regarde la Constitution aucun article n͛affirme expressément la supériorité
de la Constitution sur le droit international. Mais il existe un contrôle -certes facultatif- de compatibilité des Traités à
la Constitution (article 54 de la Constitution). Par ailleurs, l͛article 55 de la Constitution affirme la supériorité des
Traités sur les lois. A partir de là il existe donc un hiérarchie en faveur de la suprématie de la Constitution.

- En France, le contrôle de constitutionnalité est un contrôle qui en tous cas jusqu͛à la loi constitutionnelle de
2008 était moins poussé que dans d͛autres pays de l͛UE tels que l͛Allemagne et l͛Italie, notamment parce
que c͛était un contrôle exclusivement a priori. Et puis avant 2008, le Conseil Constitutionnel ne pouvait pas
être saisi par des juridictions.
- La loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 a mis en place la QPC.
- Cette loi constitutionnelle a été précisée par la loi organique adoptée le 10 décembre 2009. V  
 á 

 

&77
ãá . Cette loi organique est entrée en vigueur le 1er
mars 2010.

‰S͛est posé le problème de l͛articulation entre la QPC et le droit de l͛UE.

v rrêt Cour de Cassation 16 avril 2010

Dans cet arrêt, une juridiction du fond avait soulevé devant la Cour de Cassation une QPC. Se posait le problème de
la compatibilité d͛un article du Code de procédure pénale avec les droits et libertés garanties par la Constitution et
avec le droit de l͛UE. En réalité il y avait un problème de constitutionnalité et un problème de conventionalité. La
Cour de Cassation a décidé d͛interroger la Cour de Luxembourg en lui posant 2 questions préjudicielles.

En effet la Cour de Cassation s͛est posé la question de la comptabilité de la QPC avec le droit de l͛UE en raison du
caractère prioritaire. En effet, la procédure de la QPC impose à la juridiction saisie de se prononcer par priorité sur le
renvoi de la question de la constitutionnalité au Conseil Constitutionnel. C͛est la disposition 23-5 de la loi organique
qui dit que lorsqu͛est posé simultanément un problème de constitutionnalité et de conventionnalité la juridiction
doit prioritairement saisir le CC et donner priorité à la question de constitutionnalité. La CDC se demande si ce
mécanisme de la priorité est un compatible avec le dorit de l͛UE et plus précisément avec la faculté ou l͛obligation
qu͛ont les juridictions nationales de saisir la Cour de justice d͛une question préjudicielle. La Cour de Cassation pose la
question au juge de Luxembourg.

La Cour de Luxembourg va rendre son arrêt MELKI le 22 juin 2010 . Entre temps, le Conseil Constitutionnel a rendu
la décision du 12 mai 2010 dans laquelle il a réaffirmé la jurisprudence IVG et affirmé l͛absence de contrariété entre
le mécanisme de la QPC et le droit de l͛UE. Tout simplement parce que le CC a précisé les conditions d͛application du
mécanisme de la QPC dans cette décision en disant «    á ?.ã á á   á


 á ãá
ãá 
á á     
 
 


/0

  á á      á  


 á á
ã  á 
 á   

/ Donc le CC ne voit pas de contrariété.

Le CE dans un arrêt du 14 mai 2010 va estimer pour sa part que les conditions d͛exercice de la QPC n͛empêchent pas
le juge administratif d͛assurer l͛effectivité du droit de l͛Union ni de poser une question préjudicielle à la Cour de
Luxembourg. Cette décision va dans le sens de celle du CC.

La Cour de Luxembourg rend elle son arrêt MELKI le 22 juin 2010. Elle répond à la Cour de Cassation français en
considérant qu͛en pratique le caractère prioritaire de la question de constitutionnalité pourrait priver la Cour de
Luxembourg de la possibilité de procéder au contrôle de la validité de la directive transposé. Donc effectivement il
pourrait y avoir un problème. TOUTEFOIS, elle affirme que le TFUE ne s͛oppose pas pour autant à une législation
nationale qui instaure une procédure incidente de contrôle de constitutionnalité des lois. Mais attention: la cour dit
qu͛il faut que les juridictions restent libres de saisir à tout moment la CJUE même à l͛issue de la procédure incidente
de constitutionnalité. Autre conditions : les juridictions doivent pouvoir adopter toute mesure nécessaire afin
d͛assurer la protection provisoire des droits conférés par le droit de l͛UE. Enfin, elle dit également que pour qu͛il n͛y
ait pas d͛incompatibilité avec le droit de l͛UE il faut aussi que les juridictions puissent laisser inappliquée à l͛issue
d͛une telle procédure incidente la législation en cause qu͛elles considèrent incompatible avec le droit de l͛UE. Donc
la Cour de Luxembourg va en fait dans le sens du Conseil Constitutionnel. 

La Cour de Luxembourg estime qu͛il appartient aux juges nationaux de vérifier si la législation en cause au principal
peut être interprétée conformément au droit de l͛Union. Et si ce n͛est pas le cas, elles devront écarter la disposition
national.

Après cet arrêt de la CJUE la Cour de Cassation va donc statuer, elle rend l͛arrêt du 29 juin 2010 dans lequel elle
estime qu͛elle doit se prononcer immédiatement sur la conformité de la législation au droit de l͛Union en laissant
inappliquées les dispositions de la QPC. La Cour de Cassation donne priorité au contrôle de conventionalité. En effet,
elle l͛a fait car elle estimait qu͛elle n͛est pas autorisée à prendre des mesures provisoires ou conservatoires et donc
de ce fait elle a décidé de se prononcer sur le problème de la compatibilité de la législation avec le droit de l͛Union.

Dans cet arrêt du 29 juin la Cour de Cassation rappelle tout simplement la jurisprudence Simenthal . (déjà vu dans ce
CM).

 Le problème du droit communautaire originaire

Les traités constitutifs n͛ont pas fait l͛objet en France d͛un contrôle de constitutionnalité! Pourquoi ? Le Conseil
Constitutionnel n͛existait pas ! Par contre dans le cadre de la 5ème Ré »publique le CC a été saisi à plusieurs reprise à
propos de traités de révision. Et le contrôle qu͛il exerçait était un contrôle  .

Décision CC 19 juin 19_0 : a déclaré conforme à la Constitution la décision dotant les communautés européennes de
ressources propres.

Décision CC 30 décembre 19_6 : considère que l͛acte de 1976 concernant l͛élection des parlementaires au SUD est
conforme à la Constitution.

Ces décisions ont été rendues à partir d͛une vision qualifiée de « réductrice » de l͛appartenance de la France aux
communautés européennes. Cette vision quelques peu réductrice sera abandonnée à partir de 1992. Il faut préciser
que jusqu͛à la loi constitutionnelle de 1992 la Constitution ne comportait aucune disposition sur les communautés
européennes et donc le CC s͛appuyait essentiellement sur des articles du préambule de la Constitution de 1946.

La décision CC du 9 avril1992 considère que le Traité de Maastricht n͛est pas conforme à la Constitution. D͛où la loi
constitutionnelle du 25 juin 1992 qui consacre une place particulière au droit communautaire (notamment par
l͛introduction de l͛article 88-1 de la Constitution). C͛est à partir de cela que le CC dégagera en 2004 l͛obligation
constitutionnelle de transposition des directives.

Puis il y a la décision CC du 31 décembre 199_ qui estime que le Traité d͛Amsterdam n͛est pas conforme à la
Constitution. D͛où la loi constitutionnelle du 25 janvier 1999.

Enfin, décision CC du 19 novembre 2004 concernant le TECE : le TECE contient des dispositions non conformes à la
Constitution. D͛où la loi constitutionnelle du 1 er mai 2005.

Enfin, la décision CC du 20 décembre 200_ concernant le Traité de Lisbonne, non-conformité, d͛où la loi
constitutionnelle du 4 février 2008.

° Le droit communautaire dérivé

Il n͛y a pas de contrôle à priori du droit communautaire dérivé. Pourquoi? Simplement parce qu͛il n͛y a pas de
ratification ou d͛approbation. Quand on examine la position de nos juridictions français on perçoit l͛influence de la
jurisprudence notamment des Cour italienne et allemande.

1 La position du Conseil Constitutionnel

Décision CC du 10 juin 2004 concernant la loi sur l͛économie numérique : c͛est la 1ère fois que le CC est amené à
examiner une loi qui était la reprise de dispositions précises et inconditionnelles d͛une directive. Jusqu͛à cette
décision, le CC saisi sur la base de l͛article 61 de la Constitution , s͛assurait simplement que la loi de transposition
respectait les dispositions constitutionnelles (donc pas un contrôle de conventionalité mais uniquement un contrôle
de constitutionnalité).

A partir de cette décision, il affirme que le contrôle de constitutionnalité des lois de transposition est soumis à des
modalités spécifiques. Et dans cette décision de 2004,il précise les conditions dans lesquelles il entend contrôler les
lois de transposition des directives. La transposition est érigée en exigence constitutionnelle. Et il s͛appuie sur
l͛article 88-1, c͛est le fondement de cela ! Le CC pose une obligation négative en ce sens : il s͛interdit -sauf exception-
de contrôler la constitutionnalité d͛une loi de transposition qui transpose des dispositions inconditionnelles et
précises d͛une directive. C'est-à-dire qu͛il accorde en quelques sortes une « immunité constitutionnelle » à de telles
lois de transposition.

á  á%889á    


 á  3:5En réalité dans cette décision de
2004 le CC affirme que lorsqu͛il est saisi sur la base de l͛article 61 de la Constitution il ne lui appartient pas
d͛examiner la compatibilité d͛une loi avec une directive lorsque cette loi n͛a pas pour objet de transposer la
directive. C͛est la reprise d͛IVG ça !

Le CC va par ailleurs dans cette décision de 2004 énoncer une obligation positive : lorsqu͛il s͛agit d͛examiner une loi
de transposition d͛une directive il va examiner si l͛exigence constitutionnelle de transposition est bien respectée.
C'est-à-dire que s͛il est saisi de l͛examen d͛une loi de transposition il va accepter de vérifier la compatibilité de cette
loi avec les objectifs de la directive qu͛elle transpose ! Mais attention : ce contrôle qu͛il accepte d͛exercer dans ce cas
est soumis à une double limite :

- 1ère limite : l͛obligation de transposition ne peut aller à l͛encontre d͛une « règle ou d͛un principe inhérent à
l͛identité constitutionnelle de la France ». «
     
 á 


;  » cette
expression émane d͛une Décision du 27 juillet 2006 sur les droits d͛auteur.
- 2ème limite : dans ce cadre de ce contrôle qu͛il opère, il ne censure que les dispositions manifestement
incompatible avec la directive. Cette censure, il la fera pour la première fois dans la décision du 30 novembre
2006 concernant la loi sur le secteur de l͛énergie.
NB : Le CC s͛interdit encore aujourd͛hui de poser une question préjudicielle à la Cour de Luxembourg‰Décision CC
17 décembre 2010 dans laquelle il s͛est déclaré incompétent pour répondre à une QPC qui portait sur des
dispositions qui se bornaient à tirer les conséquences de dispositions inconditionnelles et précises d͛une directive.

2/ Le CE

rrêt Sarant Levacher 13 octobre 1998 : C͛est un arrêt qui ne concerne pas directement le droit communautaire, mais plutôt
rapport entre droit internationale et la constitution. Les requérants on invoqué l͛incompatibilité d͛un décret avec des dispo des
pactes des nations-unies de 1966 et la CEDH. La suprématie conférée aux traités internationaux en ne s͛applique pas dans
l͛ordre interne aux dispositions de nature constitutionnelle.

Le CE ne s͛est pas considéré comme compétent pour juger la compatibilité d͛un traité a la constitution.

Arrêt 8 juillet 2002 Commune de des porta il n͛appartient pas au CE de se prononcer sur un moyen tiré de ce qu͛un traité
violerait les principes constitutionnels.

Arrêt Association ornithologique et mammalogique de Saône et Loire 1999 : Le CE a procédé à l͛interprétation conforme de la
constitution au droit communautaire. Dans cet arrêt de 1999, il reconnait implicitement la spécificité du droit communautaire.

Est-ce que le CE à l͛égard du droit communautaire va appliquer la JP Sarant ?


Réponse rrêt SNI (syndicat national des industries pharmaceutiques)
Les requérants ne peuvent se prévaloir d͛une incompatibilité de la loi servant de support au décret attaqué avec le principe de
primauté lequel ne saurait conduire dans l͛ordre interne à remettre en cause la suprématie de la constitution. Mëme à l͛égard
de la norme communautaire, c͛est la constitution qui prime.
30 juillet 2003 Association avenir de la langue française et également le 25 juillet 2006 confirme cette JP.

Décision Arcelor 8 fev 2007 reconnait la spécificité du droit communautaire et le CE va se fonder sur l͛article 88-1 de la
constitution.

3/ La Cour de cassation

L͛arrêt Fres 2 juin 2000 ; la cour de cassation reconnait la suprématie de la constitution sur les traités internationaux. La
requérante avait invoqué la violation de la CEDH et du pacte des droits de l͛homme des Etats-Unis. La Ccass n͛a pris position que
par rapport au droit internationale. Le droit européen ne rentrait pas dans le champ d͛application.

aragraphe 2/ Le conflit avec la loi

Quand on lit l͛article 55 de la constitution, la réponse est claire. EN cas de conflit entre le DI et la loi, c͛est le droit international
qui prime. Mais la primauté du droit communautaire va se heurter au principe de soumission du juge au principe législative. I l y
a eu une position différente selon :

-les juridictions judiciaires ont pendant longtemps appliqué la doctrine Mater (doctrine dégagée dans les années 30). Quand il
existe un conflit entre un traité et une loi postérieure, le tribunal doit se déterminer en fonction de la norme la plus réce nte.
Toutefois, il doit s͛efforcer de concilier la norme interne et la norme conven tionnelle, à défaut il ne peut qu͛appliquer la loi.

Doctrine appliqué jusqu͛à l͛arrêt Société des Café Jacques Vabre 24 mai 1995 : il y avait un conflit entre un article du traité CEE
et une loi fiscale française postérieur et la Ccass va faire prévaloir le droit communautaire. Elle se fonde sur l͛article 55 de la
constitution et sur la spécificité du droit communautaire.

-Les juridictions administratives

/ les réticences des juridictions administratives

Le CE a été hostile au principe de primauté du droit communautaire. Arrêt de principe 1 mars 1968 Syndicat générale de
fabricants de semoule de France : le CE élabore la théorie de la loi écran.
Le CE ne conteste pas le principe de supériorité des traités sur la loi mais il respecte le principe selon le quel le juge
administrative ne peut exercer un contrôle de la validité des loi. Il évoque la loi de 1890 qui interdit au Tb de faire suspe ndre les
lois. Cette compétence est réservée au CCelle. Pas le CE.

Cette position du CE va constituer un frein à l͛entrée du droit communautaire en France, et elle introduit une divergence de JP
entre les Tb judiciaire et administrative.
Le CE 15 janvier 19_5 IVG : ce n͛est pas du droit communautaire qui est en cause. C͛était une saisine du CE sur la loi autorisant
les avortements avec la convention euro droit de l͛homme, le droit à la vie. Ce n͛était pas le droit communautaire. Le CE estime
qu͛il n͛a pas le pouvoir d͛apprécier la conformité des lois au traité internationale dans le cadre de l͛article 1961. Une loi contraire
à un traité ne peut pas être marquée d͛inconstitutionnalité. Le CE estime qu͛il y a une différence de nature entre le contrôle de
constitutionalité de l͛article 61 et le contrôle de conformité. Il estime qu͛il n͛est pas compétent pour sanctionner la violation du
principe de primauté d͛un accord international. Il renvoie cette compétence aux juridictions du fond.

Décision 12 mai 2010 CCelle : l͛ouverture à la concurrence du secteur des jeux d͛argent et de hasard en ligne. Le CCelle a
réaffirmé sa JP IVG. Il a refusé de se livrer au contrôle de conventionalité de disposition législative. Il rappelle que se sont les
juges du fond qui sont compétent pour exercer ce contrôle.

E, combinant la position du CE et du CCelle, le droit communautaire est privé d e son efficacité.

Décision 20 mai 1978 ; CCelle va accepter confronter une loi organique à un traité commuautaire. C͛est une exception à la JP IVG
car sa saisine est obligatoire pour le contrôle d͛une élection.

°/ lévolution du CE

rrêt 20 octobre 1989 Nicolo : Le CE fait prévaloir une disposition du Traité CEE sur une loi postérieure. Traité CEE l͛emporte.
Plus subtil, Il dit que la loi peut s͛appliquer car elle n͛est pas incompatible avec le traité CEE. Le CE s͛est fondé sur l͛ article 55 de
la constitution, mais il ne s͛est pas fondé sur la spécificité du droit communautaire contrairement au CCelle.

rrêt °oidet 24 septembre 1990 : conflit entre une loi française postérieur et un règlement communautaire et le CE fait
prévaloir le règlement communautaire.

rrêt 28 Fev 1902 Société Rotman et hillip Moris France ffaire tabac Il fait prévaloir une disposition communautaire sur une
législation nationale incompatible et postérieure.

Pour le CE le droit communautaire reste une branche du DIP qui n͛affirme pas expressément la spécificité du droit
communautaire. Il faudra attendre la décision Arcelor pour que ce soit clairement exprimé.

Quand le juge constate l͛incompatibilité d͛une loi avec les droit de l͛union, il écarte la loi ma is ne l͛annule pas la loi. Si la loi
continue à produire ses effets dans un autre litige, elle peut entrainer la responsabilité de l͛état pour violation du droit
communautaire. En l͛espèce, le CE accepte d͛engager la responsabilité de l͛état dans de tel circonstances.

Il l͛a accepté facilement lorsque la violation du droit communautaire était imputable à l͛administration. Arrêt Ministre du
commerce extérieur/ société Allivard : Le CE a accepté la resp de l͛état français sur le terrain de la resp sans faute .

Par la suite, il y aura une évolution dans l͛affaire des tabac du 28 février 1992 ; le CE va reconnaître implicitement la
responsabilité pour faute de l͛administration.

Le problème est plus délicat quand la faute est imputable au législateur. Responsabilité de l͛état du fait des lois.

Un arrêt important en matière de responsabilité a été rendu arrêt Gars de Dieu 8 février 2007: le Ce a jugé que l͛intervention du
legislateur peut engager la responsabilité de l͛état quand la loi est adopté en violation d͛engagement internationaux, en l͛espèce
c͛était une violation de la CEDH