Vous êtes sur la page 1sur 51

Introduction à l’analyse

l’analyse
financière

 Rédigé par : Abderrezak OUARTI


SOMMAIRE

Introduction............................................................................................................... 4
1 L’Analyse du Bilan ............................................................................................ 4
1.1 Lecture simple d’un Bilan.......................................................................... 5
1.1.1 Introduction .............................................................................................. 5
1.1.2 Le passif d’un bilan .................................................................................. 5
1.1.3 L’actif du bilan.......................................................................................... 7
1.1.4 La comparaison actif / passif ................................................................... 8
1.2 Les besoins de financement de l’entreprise ............................................ 8
1.2.1 Un besoin de financement à long terme .................................................. 9
1.2.2 Un besoin de financement à court terme ................................................. 9
1.2.3 Le besoin de financement immédiat ........................................................ 9
1.3 Le bilan fonctionnel ................................................................................. 10
1.3.1 Introduction ............................................................................................ 10
1.3.2 Le passif du bilan fonctionnel................................................................. 10
1.3.3 L'actif du bilan fonctionnel...................................................................... 12
1.3.4 Représentation du bilan fonctionnel....................................................... 13
1.4 Le Fond de Roulement............................................................................. 14
1.4.1 Introduction ............................................................................................ 14
1.4.2 La notion de Fond de Roulement........................................................... 14
1.4.3 Détermination du fond de roulement...................................................... 14
1.4.4 Interprétation économique ..................................................................... 15
1.5 Le Besoin de Fond de Roulement (BFR) ................................................ 16
1.5.1 Introduction ............................................................................................ 16
1.5.2 La notion de Besoin en fonds de roulement........................................... 16
1.5.3 Détermination du besoin en fonds de roulement ................................... 17
1.5.4 Interprétation économique ..................................................................... 18
1.6 La réduction du BFR ................................................................................ 18
1.6.1 Introduction ............................................................................................ 18
1.6.2 La réduction des stocks ......................................................................... 18
1.6.3 La renégociation des délais de paiement fournisseurs .......................... 19
1.6.4 La renégociation des délais de paiement client ..................................... 20
1.7 La trésorerie.............................................................................................. 22
1.7.1 Introduction ............................................................................................ 22
1.7.2 La notion de Trésorerie.......................................................................... 22
1.7.3 Détermination de la Trésorerie de l'entreprise ....................................... 22
1.7.4 Interprétation économique ..................................................................... 24
1.8 Synthèse ................................................................................................... 24
1.8.1 Détermination du Fond de roulement de l'entreprise ............................. 25
1.8.2 Détermination du Besoin en Fonds de Roulement ................................ 25
1.8.3 Détermination de la Trésorerie de l'entreprise ....................................... 25
2 Analyse du compte de résultats..................................................................... 26
2.1 Les SIG...................................................................................................... 26
2.1.1 Introduction ............................................................................................ 26
2.1.2 Les Soldes Intermédiaires de Gestion (ou SIG)..................................... 27
2.2 La production de l’entreprise .................................................................. 28
2.2.1 La production de l’exercice .................................................................... 28
2.2.2 La Marge commerciale .......................................................................... 28
2.2.3 Analyse de la marge commerciale ......................................................... 29

2
2.3 La notion de Valeur Ajoutée .................................................................... 29
2.3.1 Calcul de la Valeur Ajoutée.................................................................... 29
2.3.2 Interprétation économique ..................................................................... 30
2.4 L’EBE......................................................................................................... 30
2.4.1 Le partage de la Valeur Ajoutée ............................................................ 30
2.4.2 L’Excédent Brut d’Exploitation (ou EBE)................................................ 31
2.4.3 Détermination de l’EBE.......................................................................... 31
2.5 Le résultat d’exploitation ......................................................................... 31
2.5.1 La notion de résultat d'exploitation......................................................... 31
2.5.2 Détermination ........................................................................................ 32
2.6 La notion de résultat de l’exercice.......................................................... 32
2.6.1 Introduction ............................................................................................ 32
2.6.2 La décomposition du compte de résultat ............................................... 32
2.7 La mesure de la rentabilité ...................................................................... 34
2.7.1 Introduction ............................................................................................ 34
2.7.2 La notion de rentabilité........................................................................... 35
2.7.3 La mesure de la rentabilité..................................................................... 35
3 Les moyens de financement d’une entreprise.............................................. 36
3.1 L’acquisition d’immobilisation................................................................ 37
3.1.1 Introduction ............................................................................................ 37
3.1.2 La notion d’investissement..................................................................... 37
3.1.3 Les déterminants de l’investissement .................................................... 38
3.2 Le financement de l’investissement ....................................................... 39
3.2.1 Introduction ............................................................................................ 39
3.2.2 L'augmentation de capital ...................................................................... 39
3.2.3 Le recours à l'emprunt ........................................................................... 41
3.3 La capacité d’autofinancement (CAF) .................................................... 43
3.3.1 Introduction ............................................................................................ 43
3.3.2 La notion de Capacité d'Autofinancement ............................................. 43
3.3.3 Détermination de la capacité d'Autofinancement ................................... 44
3.3.4 Quelques ratios significatifs ................................................................... 45
3.4 Synthèse ................................................................................................... 46
3.4.1 Introduction ............................................................................................ 46
3.4.2 Avantages et inconvénients des différentes méthodes de financement. 47
3.4.3 Quelques ratios d'aide à la prise de décision......................................... 48
3.5 Le financement de cycle d’exploitation.................................................. 49
3.5.1 Introduction ............................................................................................ 49
3.5.2 La conversion d'éléments de l'actif circulant .......................................... 49
3.5.3 Les autres MODES de financement des besoins d'exploitation............. 50

3
Introduction
L’analyse financière a pour but d’étudier les points forts et les points faibles d’une
entreprise en se fondant sur divers éléments d’ordre comptables humains et
financiers.

Cette méthode comporte trois étapes successives :

 l’analyse des éléments représentatifs de l’entreprise ;


 l’établissement d’un diagnostic sur la situation actuelle de l’entreprise ;
 l’élaboration de propositions devant améliorer la situation future de
l’entreprise.

L’analyse financière se base donc sur l’analyse de la situation passée d’une


entreprise pour lui donner des éléments lui permettant d’améliorer sa situation future.

Cette analyse se fonde sur un certain nombre de critères reconnus comme


aptes à juger de la situation financière d’une entreprise. Cette approche se fait sous
deux angles :

 appréhender la solvabilité d’une entreprise, c’est à dire apprécier sa capacité


à assurer le règlement de ses dettes à l’échéance. (sans quoi une entreprise
se trouve en situation de défaut de paiement) ;
 mesurer la capacité d’une entreprise à réaliser des profits en fonction des
moyens humain et financiers utilisés dans son processus productif.

D’un point de vue prospectif, l’analyse financière sert aussi à évaluer l’incidence
d’une croissance de l’activité en mesurant les besoins de financement nouveaux nés
d’une stratégie d’expansion.

En conséquence, l’analyse financière repose sur trois éléments :

 appréciation de la situation présente d’une entreprise à partir de l’étude de


son bilan, véritable photographie du patrimoine de l’entreprise à un instant
donné ;
 Analyse du compte de résultat de l’entreprise afin de mesurer sa capacité à
dégager des ressources financières du fait de son activité productive ;
 Analyse dynamique à partir de l’élaboration de divers documents permettant
d’anticiper les besoins de financement futur de l’entreprise (bilans et comptes
de résultat prévisionnels et plan de financement des investissements futurs).

Nous verrons dans cette partie les éléments suivants :

1 L’Analyse du Bilan
Cette partie regroupe l'ensemble des éléments permettant d'analyser le bilan d'une
entreprise.

4
Le bilan d'une entreprise se présente sous la forme d'un tableau récapitulatif en
deux parties décrivant la situation patrimoniale d'une entreprise à un moment donné
exprimée en terme d'emplois (à l'actif) et de ressources (au passif) :

 Le passif du bilan (partie droite) représente l'ensemble des ressources


financières dont dispose une entreprise mais qui constitue de fait l'ensemble
des dettes et obligations contractées par l'entreprise auprès de créanciers
extérieurs (actionnaires, institutions financières, fournisseurs...). Le contenu du
passif de l'entreprise est présenté en fonction du critère d'exigibilité croissante ;

 L'actif du bilan (partie gauche) représente l'ensemble des biens


(immobilisations, stocks...) et droits (créances clients...) détenus par l'entreprise
et nécessaires à son activité. Les éléments contenus dans l'actif du bilan sont
présentés selon le critère de liquidité croissante

La présentation du bilan, nous le verrons plus en détail par la suite, permet entre
autre de mesurer la solvabilité d'une entreprise, c'est à dire permet de mesurer sa
capacité à un moment donné à rembourser ses dettes.
Mais l'analyse d'un bilan ne se limite pas à mesurer la solvabilité d'une
entreprise, c'est ce que nous verrons dans ce chapitre en analysant les points
suivants :

1.1 Lecture simple d’un Bilan

1.1.1 Introduction

Avant de se lancer dans l’analyse financière, il apparaît important de rappeler ici


l’architecture simple du bilan afin que le mode de lecture qui sera développé par la
suite soit compris. En effet, le bilan est un document qui peut se lire de différentes
manières.
On définit le bilan comme étant le reflet, à un moment donné, de la situation
patrimoniale d’une entreprise. De ce point de vue, le bilan propose donc une
présentation structurée des avoirs et des dettes d'une entreprise. Autrement dit, le
bilan met en parallèle, le passif d’une entreprise et ses actifs. Mais, dans le cas ou
vous êtes un créancier de cette firme, ce qui vous intéresse par dessus tout est de
savoir si la société sera en mesure de s’acquitter de ce qu’elle vous doit en temps et
en heure. Dans le cas contraire, un défaut de paiement pourra être constaté, et
l’entreprise sera mise en liquidation.
La lecture d’un bilan doit donc tenir compte du fait que les dettes d’une entreprise
n’ont pas toutes la même échéance.

1.1.2 Le passif d’un bilan


Le passif d’un bilan regroupe l’ensemble des dettes qu’à une entreprise envers ces
différents partenaires.
Ce qui importe ici, c’est de pouvoir estimer à quelles échéances ces dettes vont
arriver à leur terme. En effet, si un débiteur ne peut honorer ces dettes, un défaut de
paiement sera constaté qui conduira le débiteur à être mis en cessation de paiement.
Autant que leur montant, le moment ou une dette sera exigible (lorsqu’elle arrive à
échéance) est un élément clé de toute analyse du bilan d’une entreprise.

5
Bien évidemment, le soucis premier d’un entrepreneur est de connaître le montant de
ces dettes à court terme (c’est à dire à moins d’un an) qui seront à honorer en
priorité.

Nous présentons ici les principales dettes de l’entreprise :

 Le compte courant créditeur : si votre compte 512 est créditeur, cela signifie
que vous avez un solde négatif auprès de votre établissement de crédit. Cette
situation de découvert correspond en fait à un crédit à court terme que vous a
octroyé votre établissement de crédit. Il vous faut donc le solder le plus vite
possible (en général dans le mois suivant) ;

 Les dettes fournisseurs : le solde créditeur du compte 401 d’une entreprise


représente l’ensemble des dettes que celle-ci a contracté auprès de ces
fournisseurs (404 pour les fournisseurs d’immobilisation). Il est en effet
fréquent que dans le cadre d’un achat, le fournisseur vous accorde un délai
pour payer. Ce délai est en moyenne de 90 jours ;

 Les emprunts auprès des établissements de crédit : (compte 16.) ils sont
d’échéance variable qui est déterminée lorsque l’entreprise contracte
l’emprunt mais pour l’ensemble, leur échéance est supérieure à 1 an ;

 Les capitaux de l’entreprise : (compte 10.) l’entreprise, à sa création, ou lors


d’augmentations de capital, a en échange de part de capital (actions) obtenus
des moyens financiers de la part de ses actionnaires. Hors, ceux-ci, lors par
exemple de la dissolution de la société, pourront être en droit de réclamer la
restitution de ce capital. Voilà pourquoi, le capital d’une entreprise est en fait
une dette que celle-ci a contracté auprès de ces actionnaires. Mais, cette
échéance est très lointaine puisqu’elle suppose la cessation d’activité de la
part de l’entreprise. L’absence d’échéance certaines justifie que l’entreprise ne
considère pas ces apports de capitaux comme des dettes, mais comme du
capital. En conséquence, le passif d’une entreprise se présente en terme
d’exigibilité croissante de haut en bas ;

- En haut du passif, nous retrouvons les dettes dont l’échéance est la plus
éloignée dans le temps.
- Au bas du passif, nous trouvons les dettes exigibles en premier.

Soit sommairement :

Passif du bilan
Capital (101)
Dettes à moyen et long terme (16)
Dettes fournisseurs (401 / 404)
Compte courant créditeur (512)

6
1.1.3 L’actif du bilan
Pour honorer ces dettes, l’entreprise dispose d’actifs plus ou moins liquides qui
sont regroupés dans la partie Actif du bilan.
La nature de ces actifs est très variable. Certains actifs sont constitués d’avoirs
liquides (pièces, billets, fonds déposés sur le compte d’une banque) c’est à dire
d’avoir immédiatement mobilisables par l’entreprise et d’avoir très peu liquides (un
terrain, un bâtiment…) qui ont certes de la valeur, mais ne peuvent être convertis
rapidement en liquidités (nécessité de procédé à une vente par exemple, ce qui peut
prendre des mois).
Face à des dettes dont l’échéance est courte, l’entreprise doit donc disposer
d’actifs liquides.

L’actif du bilan est donc structuré autour de cette notion de liquidité croissante :

 La caisse : est l’élément le plus liquide plus qu’il comprend les pièces et
billets détenus par la société ;

 Les soldes débiteurs en banque : correspondent aux avoirs déposés par


l’entreprise sur ces comptes bancaires. Ces avoirs sont presque liquides. Ils
sont débiteurs car ils correspondent aux soldes envoyés par la banque dans
ses relevés de compte. Or, de l’argent reçu par la banque constitue pour cette
dernière des sommes qu’elle devra rembourser à son propriétaire (ici,
l’entreprise) à un moment ou à un autre ;

 Les valeur mobilières de placement : sont assez facilement transformables


en liquidité par cession sur les marchés financiers ;

 Les créances clients : de même qu’une entreprise a bénéficié de délais de


paiement auprès de ces fournisseurs, elle a pu accorder des délais de
paiement à ces clients. Ceux-ci sont en moyenne de 90 jours. Ils représentent
donc des sommes que l’entreprise peut utiliser rapidement (notamment par le
biais de l’escompte, compte 413) ;

 Les stocks et en-cours : sont des éléments d’actifs qui ne sont pas
immédiatement cessibles par l’entreprise. Leur liquidité est donc bien moindre
que les autres éléments d’actif vu précédemment ;

 Les immobilisations : (comptes de classe 2) constituent les éléments d’actif


les moins liquides pour une entreprise, entre autre, parce qu’elles sont
indispensables à son activité. De plus, céder ce genre d’actif nécessite
souvent des procédures longues et complexes. En conséquence, l’actif d’une
entreprise se présente en terme de liquidité croissante de haut en bas ;

- En haut de l’actif, nous retrouvons les éléments les moins rapidement


transformables en liquidités ;

- Au bas de l’actif, nous trouvons les actifs liquides ou très facilement


mobilisables.

7
Soit sommairement :

Actif du bilan
Immobilisations (2)
Stocks et en-cours (3)
Créances clients (401)
Trésorerie (530 / 512 / 50)

1.1.4 La comparaison actif / passif


On peut donc maintenant mettre en relation l’actif et le passif d’une entreprise.

Actif du bilan Passif du bilan

Immobilisations (2) Capital (101)

Stocks et en-cours (3) Dettes à moyen et long terme (16)

Créances clients (401) Dettes fournisseurs (401 / 404)

Trésorerie active (530 / 512 / 50) Trésorerie passive (512)

Une lecture rapide du bilan permet donc déjà de faire une première étude de la
situation financière d’une entreprise. La mise en parallèle des éléments de l’actif et
du passif nous fournit une idée de la capacité d’une entreprise à honorer ses dettes.
Si la trésorerie d’une entreprise ne paraît pas suffisante pour faire face aux
échéances les plus courtes, celle-ci a de fortes chances de se retrouver en situation
de cessation de paiement.

1.2 Les besoins de financement de l’entreprise

Une entreprise, si elle est mal gérée, risque à tout moment de se retrouver en
situation d'insolvabilité ce qui se traduirait par une cassation de son activité et une
mise en liquidation. On entend par insolvabilité, l'incapacité qu'aurait une entreprise à
s'acquitter à un moment donné d'une dette par manque de liquidité. Cette situation
peut arriver à toute entreprise qui ne prend pas suffisamment conscience de
l'importance d'une gestion saine de ses finances, et ce, même dans le cas ou
l'entreprise connaît une bonne activité économique.

Pour éviter de se trouver dans l'incapacité d'honorer une dette, l'entreprise doit
être consciente de ses besoins financiers et doit y apporter une réponse appropriée.
L'analyse financière de ce point de vue consiste à étudier la capacité d'une
entreprise à respecter les échéances qui lui sont imposées par ses créanciers pour
ne pas se retrouver en situation d'insolvabilité.

Les besoins de financement d’une entreprise :

8
De par son activité, une entreprise est confrontée à deux types de besoins de
financement :

1.2.1 Un besoin de financement à long terme

Pour pouvoir exercer son activité, une entreprise doit tout d'abord se doter d'un
certain nombre d'actifs qui vont être utilisés sur une longue période tel qu'un terrain
pour construire une usine, des locaux ou seront entreposées les machines utilisées
dans le processus de production... En comptabilité, ces éléments particuliers de
l'actif d'une entreprise sont appelés actifs immobilisés. Ils sont comptabilisés à
l'actif en "haut de bilan"dans les comptes de classe 2.

Le financement de ces actifs immobilisés doit logiquement se faire grâce à des


ressources que l'entreprise détiendra aussi sur une longue période, de la même
manière qu'en tant que particulier, vous n'allez pas financer l'achat de votre logement
avec des découverts bancaires mais plutôt en contractant un emprunt à long terme.

En Conséquence, le financement de l'actif immobilisé suppose que l'entreprise


dispose de ressources à long terme autrement appelées ressources stables.

1.2.2 Un besoin de financement à court terme

Un fois que l'entreprise a acquis les immobilisations qui lui sont indispensables,
elle va devoir financer son activité quotidienne c'est à dire, entre autre, financer la
constitution de ces stocks de matières premières qui seront utilisés tout au long
d'une période donnée pour être intégrer dans le processus de production.

De plus, toute au long de l'année, l'entreprise peut être amenée à accorder des
délais de paiement à ses clients. Ces créances clients sont considérées d'un point de
vue comptable comme une sorte de prêt accordé par l'entreprise à ses clients. Celle
ci doit donc être en mesure de les financer ou en tout cas être dans la capacité de
financer ses activités courantes sans avoir un besoin impérieux des sommes non
encore encaissées car représentant ces créances clients. Ces dépenses sont
comptabilisées dans des comptes de classe 3 (pour les stocks) ou certains comptes
de classe 4 (pour les créances clients) et constituent ce que l'on appelle en
comptabilité l'actif circulant. Généralement, la durée de détention de ce type d'actifs
par l'entreprise ne dépasse pas quelques semaines. Elle doit donc pouvoir trouver
des financements à court terme capables de satisfaire ces besoins de financement à
court terme.

En conséquence, le financement de l'actif circulant par une entreprise suppose


que l'entreprise dispose des ressources financières suffisantes pour en assurer le
financement pendant une période relativement courte

1.2.3 Le besoin de financement immédiat

De la même manière qu'en tant que particulier vous disposez généralement d'une
certaine somme d'argent au débit de votre compte courant pour financer vos

9
dépenses quotidiennes, une entreprise doit pouvoir disposer à tout moment de
ressources financières mobilisables immédiatement pour combler les dépenses de
fonctionnement quotidiennes. Ces besoins de financement à très court terme
représentent pour l'entreprise des besoins de trésorerie. En ce sens, la trésorerie
correspond à la part des ressources financières dont dispose l'entreprise qui n'a été
utilisée ni à l'acquisition d'immobilisations, ni au financement de l'actif circulant.

En conséquence, l'entreprise, pour faire face à ses dépenses quotidiennes, doit


disposer d'un certain montant financier mobilisable immédiatement qui est
comptabilisé à l'actif du bilan, dans les comptes de trésorerie (classe 5)

Une entreprise a donc des besoins de financement qui peuvent être classés selon
leurs échéances :

1. un besoin a très court terme pour faire face aux imprévus quotidiens ;

2. un besoin à court terme pour financer son actif circulant ;

3. un besoin à plus long terme pour financer ses immobilisations ou leur


renouvellement.

Dan un soucis de précaution, l'analyse financière suppose que tout financement


doit de la part de l'entreprise donner lieu à l'obtention de ressources restant au passif
de l'entreprise durant une période au moins égales à la durée de détention de cet
actif par l'entreprise.

Voilà pourquoi, pour mener une analyse financière pertinente du bilan d'une
entreprise, il est nécessaire de procéder à un certain nombre de retraitements
comptables permettant d'obtenir un bilan de l'entreprise présentant ses divers
éléments de l'actif et du passif selon leur degré d'exigibilité (pour les éléments du
passif) ou de liquidité (pour les éléments de l'actif). A partir d'un bilan comptable,
l'analyste financier définit le bilan fonctionnel de l'entreprise afin de pouvoir juger de
son équilibre financier.

1.3 Le bilan fonctionnel

1.3.1 Introduction

Procéder à l'analyse financière du bilan d'une entreprise nécessite de retraiter le


bilan comptable de manière à présenter les différents éléments du bilan en fonction
de leur degré d'exigibilité ou de leur degré de liquidité.
Un tel retraitement permet en outre d'identifier différents sous-ensembles à l'actif et
au passif qui serviront de base à l'analyse de l'équilibre financier de l'entreprise.

1.3.2 Le passif du bilan fonctionnel


Le passif d'un bilan fonctionnel se décompose en trois parties qui sont classées par
ordre croissant selon leur degré d'exigibilité. Le degré d'exigibilité mesure le temps
nécessaire à une dette pour devenir remboursable. Par exemple, un découvert

10
bancaire devra être remboursé en quelques semaines maximum, une dette
fournisseur en quelques mois et un emprunt à long terme en quelques années.

1.3.2.1 Les capitaux permanents

Les capitaux permanents regroupent l'ensemble des éléments du passif dont le


remboursement est le plus éloigné dans le temps pour une entreprise. A savoir :

 les capitaux propres de l'entreprise :


C’est à dire l'ensemble des ressources non empruntées dont dispose l'entreprise
pour exercer son activité (capital, réserves, subventions d'investissement,
provisions réglementées,...) ;

 les amortissements et provisions :


Constitués par l'entreprise pour permettre le renouvellement de ses éléments de
l'actif immobilisé ;

 les dettes financières à long terme :


Contractées par l'entreprise auprès d'établissements de crédit et ayant une
échéance longue.

1.3.2.2 Le passif circulant

On regroupe ensuite les éléments du passif ayant un degré d'exigibilité plus


rapproché et qui sont directement liées à l'activité courante de l'entreprise. Les
éléments de ce passif circulant se renouvellent périodiquement. A savoir :

 les dettes fournisseurs :


L'entreprise ne payant pas nécessairement ses fournisseurs à la livraison, il
contracte alors des dettes qui ont des échéances de quelques mois (moins de 90
jours en moyenne) ;

 les dettes fiscales et sociales :


L'entreprise ne paye pas ses impôts, taxes ou autres charges sociales au jour le
jour (exemple la TVA), il contracte alors des dettes auprès de l'État ou des
organismes de protection sociale ;

 les autres dettes d'exploitation :


L’ensemble des autres dettes d'exploitation contractées par une entreprise pour
exercer son activité ;

1.3.2.3 La trésorerie passive

 les concours bancaires et autres facilités de caisses :


Consentis par un établissement pour financer l'activité quotidienne de
l'entreprise ;

 les soldes bancaires créditeurs :


Si le compte bancaire de l'entreprise est négatif, alors l'entreprise devra combler
son découvert le plus rapidement possible.

11
1.3.3 L'actif du bilan fonctionnel

De la même manière que pour le passif, l'actif d'un bilan fonctionnel se décompose
en trois parties qui sont classées par ordre croissant de liquidité. Par liquidité, on
entend la capacité d'un actif à être immédiatement disponible pour financer une
dépense ou payer une dette. Un billet de banque par exemple est un actif
parfaitement liquide en ce sens qu'il permet immédiatement d'honorer une dette alors
qu'un immeuble est presque illiquide en ce sens que sa transformation en
disponibilités est très longue.

1.3.3.1 L'actif immobilisé (ou actif stable)

L'actif immobilisé regroupe l'ensemble des éléments qui restent pour une longue
période au sein de l'entreprise, c'est à dire, qui ne sont pas directement consommés
à leur première utilisation (les immobilisations). Ces éléments d'actif sont évalués à
leur prix d'achat (hors amortissement) pour estimer réellement le coût de leur
renouvellement éventuel :

 les immobilisations incorporelles :


Ne sont pas des biens acquis par l'entreprise mais représente des dépenses
engagées par l'entreprise pour une longue période (frais d'établissement, frais de
recherche et développement, fonds de commerce, brevets, licences...) ;

 les immobilisations corporelles :


Ensemble des biens finaux acquis par l'entreprise pour exercer son activité
(terrains, constructions, matériels...) et qui servent au cours de plusieurs cycles
d'activité ;

 les immobilisations financières :


Ensemble des sommes engagées par l'entreprise pour acquérir des participations
dans d'autres entreprises ou faire des dépôts, des cautionnements, ou accorder
des prêts

1.3.3.2 L'actif circulant

On regroupe ensuite les éléments de l'actif ayant un degré de liquidité plus fort et qui
sont directement liées à l'activité courante de l'entreprise. Les éléments de cet actif
circulant se renouvellent périodiquement. A savoir :

 les stocks et encours :


Pour produire, l'entreprise achète des matières premières et autres
approvisionnements qui ne sont pas consommés en totalité en une seule fois. Ils
sont donc stockés par l'entreprise ;

 les créances clients :

12
L'entreprise peut être amenée à accorder des délais de paiement à ses clients.
En ce sens, elle leur accorde un crédit qui lui sera remboursé à relativement
brève échéance (quelques semaines en général) ;

 les autres créances d'exploitation :


Ensemble des autres créances d'exploitation contractées par une entreprise au
cours de son activité.

1.3.3.3 La trésorerie active

La trésorerie est constituée de l'ensemble des éléments de l'actif parfaitement ou très


liquides. A savoir :

 les valeurs mobilières de placement :


Ensemble des actifs financiers acquis par l'entreprise mais qui n'ont pas de valeur
stratégique et qui visent plutôt à réaliser des plus-values ;

 le solde des comptes bancaires débiteurs :


Ensemble des disponibilités déposées sur le compte bancaire de l'entreprise ;

 la caisse :
Ensemble des pièces et billets détenus par l'entreprise (son fond de caisse par
exemple).

1.3.4 Représentation du bilan fonctionnel


A partir des différents éléments que nous venons de définir, nous pouvons alors
construire le bilan fonctionnel qui se présente de la manière suivante :

Bilan fonctionnel
Actif Passif

Actif immobilisé : Capitaux permanents


(valeurs brutes)
dont : dont :
- immobilisations corporelles - capitaux propres
- immobilisations incorporelles - amortissements et provisions
- immobilisations financières - dettes financières à long terme

Actif circulant : Passif circulant :


dont :
dont : - dettes fournisseurs
- stocks - dettes fiscales et sociales
- créances clients - autres dettes d'exploitation

Trésorerie active Trésorerie passive


dont : dont :
- disponibilité - concours bancaires
- soldes bancaires débiteurs - soldes bancaires créditeurs

13
Une telle réorganisation du bilan comptable permet alors d'analyser l'équilibre
financier de l'entreprise en faisant apparaître d'une part le Fond de roulement de
l'entreprise ainsi que son besoin en fond de roulement.

1.4 Le Fond de Roulement

1.4.1 Introduction

L'élaboration du bilan fonctionnel permet une meilleure évaluation de la situation


financière d'une entreprise.

L'analyse financière permet d'évaluer la capacité d'une entreprise à faire face à


ses besoins financiers. Pour se faire, elle dispose de ressources propres qui lui
procurent une certaine marge de manœuvre notamment pour satisfaire ces besoins
financiers à long terme, mais aussi pour satisfaire ses besoins à court terme.

La première étape dans l'analyse de la situation financière d'une entreprise passe


par la détermination du Fond de roulement de l'entreprise.

1.4.2 La notion de Fond de Roulement

Les besoins et ressources financières de l'entreprise à long terme :

Lorsqu'une entreprise se crée, elle doit tout d'abord procéder à des


investissements lourds pour acquérir l'ensemble des immobilisations indispensables
à son activité.

Ces investissements mobilisent des ressources financières sur une longue


période et nécessitent de fait des capacités de financement à long terme afin de tenir
compte de la règle prudentielle voulant qu'un besoin de financement doit être satisfait
avec des ressources financières de même échéance.

Pour se faire, l'entreprise se dote d'un certain nombre de ressources financières


de longue périodes : grâce aux actionnaires tout d'abord qui apportent des capitaux à
l'entreprise, et grâce aux institutions financières d'autre part qui accordent à
l'entreprise des crédit à long terme.

Bien évidemment, il n'y a pas égalité parfaite entre ces ressources et ces besoins
à long terme et une partie de ces ressources à long terme vont donc permettre de
financer des besoins de financement à court terme.

Le fond de roulement représente donc l'excédent des ressources stables sur le


total des dépenses d'investissement d'une entreprise.

1.4.3 Détermination du fond de roulement

L'élaboration du bilan fonctionnel permet de regrouper l'ensemble des dépenses et


des ressources à long terme de l'entreprise :

14
1.4.3.1 Au passif du bilan

 les capitaux propres ;


 les amortissements et provisions constitués par l'entreprise dans le but de
renouveler ces immobilisations ;
 les provisions pour risques et charges ;
 les dettes financières stables (dettes financières hors concours bancaires).

1.4.3.2 À l'actif du bilan

 les actifs immobilisés qui sont évalués à leur valeur brute pour tenir compte du
coût réel de leur acquisition sans tenir compte des amortissements déjà
réalisés par l'entreprise. On distingue les immobilisations selon leur nature
(incorporelles, corporelles ou financières). D'où :

Fond de roulement = Ressources stables - emplois stables

Ou d'un point de vue comptable :

Fond de roulement = capitaux permanents - actif immobilisé

Soit en terme de bilan fonctionnel :

Actif Passif

Actif immobilisé : Capitaux permanents


(valeurs brutes)
dont : dont :
- immobilisations corporelles - capitaux propres
- immobilisations incorporelles - amortissements et provisions
- immobilisations financières - dettes financières à long terme

Fond de Roulement

1.4.4 Interprétation économique


Trois cas de figure peuvent se présenter :

1.4.4.1 Le Fond de roulement est positif

Dans ce cas, les ressources stables de l'entreprise sont supérieures à l'actif


immobilisé constitué, c'est à dire que les ressources stables couvrent les besoins à
long terme de l'entreprise.

L'équilibre financier est donc respecté et l'entreprise dispose grâce au fond de


roulement d'un excédent de ressources stables qui lui permettra de financer ses
autres besoins de financement à court terme.

15
1.4.4.2 Le Fond de roulement est nul

Dans ce cas, les ressources stables de l'entreprise sont égales à l'actif immobilisé
constitué, c'est à dire que les ressources stables couvrent les besoins à long terme
de l'entreprise.

Mais, même si l'équilibre de l'entreprise semble atteint, celle ci ne dispose d'aucun


excédent de ressources à long terme pour financer son cycle d'exploitation ce qui
rend son équilibre financier précaire.

1.4.4.3 Le fond de roulement est négatif

Dans ce cas, les ressources stables de l'entreprise sont inférieures à l'actif


immobilisé constitué, c'est à dire que les ressources stables ne couvrent pas les
besoins à long terme de l'entreprise. La règle prudentielle de l'équilibre financier n'est
donc pas respectée. Elle doit donc financer une partie de ses emplois à long terme à
l'aide de ressources à court terme ce qui lui fait courir un risque important
d'insolvabilité. Une telle situation entraîne généralement une action rapide de la part
de l'entreprise pour accroître ses ressources à long terme et retrouver un fond de
roulement excédentaire.

1.5 Le Besoin de Fond de Roulement (BFR)

1.5.1 Introduction
Le fond de roulement constitue un excédent de ressources stables qui va
permettre de financer une partie des besoins à court terme de l'entreprise appelés
autrement besoins en fond de roulement.

1.5.2 La notion de Besoin en fonds de roulement

Les besoins et ressources financières de l'entreprise à court terme


Une fois que l'entreprise à acquis les immobilisations indispensables à son activité
de production, elle va devoir financer les besoins liés à son cycle d'exploitation.
Il existe en effet un décalage temporel entre d'une part les dépenses engagées par
l'entreprise pour produire, et d'autre part, les recettes tirées de la vente des biens ou
services produits par l'entreprise.
D'une part, l'entreprise a besoin de matières premières et autres biens intermédiaires
qui sont consommés dans le temps selon la cadence de production de l'entreprise.
De plus, l'entreprise peut dans certains cas bénéficier de délais de paiements
accordés par ses fournisseurs ce qui lui permet de différer dans le temps le
règlement de ces charges.
De la même manière, l'entreprise peut être amenée à concéder des délais de
paiement à ses clients et enregistre alors les créances clients qui retardent d'autant
la perception par l'entreprise des encaisses liées à des ventes déjà réalisées...

Le besoin en fonds de roulements résulte donc des décalages temporels entre


les décaissements et les encaissements des flux liés à l'activité de production
de l'entreprise.

16
1.5.3 Détermination du besoin en fonds de roulement

Le bilan fonctionnel, tel qu'il est présenté, fait apparaître les éléments de l'actif et
du passif qui se rapportent à l'activité de l'entreprise et qui permettent de déterminer
ses besoins de financement à court terme.

1.5.3.1 Les principaux éléments constitutifs de l'actif circulant

 les stock et en-cours : qui sont fonction du cycle d'exploitation de l'entreprise,


que ce soit pour les matières premières, les produits ou les marchandises ;
 les créances clients et comptes rattachés : qui sont fonction des délais de
paiement accordés par l'entreprise à ses clients ainsi que du volume d'activité
de l'entreprise ;

1.5.3.2 Les éléments constitutifs du passif circulant

 les avances et acomptes reçus sur commande ;

 les dettes fournisseurs et comptes rattachés : qui sont fonction des délais de
paiement accordés à l'entreprise par ses fournisseurs ainsi que du volume
d'activité de l'entreprise ;

 les dettes fiscales et sociales dues par l'entreprise aux administrations


publiques et aux organismes sociaux ;

 l'ensemble des autres dettes constatées au cours du cycle d'exploitation.

D’où :

BFR = Emplois d'exploitation - Ressources d'exploitation.

Ou d'un point de vue comptable :

BFR = actif circulant - passif circulant

Soit en terme de bilan fonctionnel :

Actif Passif
Actif circulant : Passif circulant :

dont : dont :
 stocks ;  dettes fournisseurs ;
 créances clients.  dettes fiscales et sociales ;
 Autres dettes d'exploitation.

Besoin en fonds de roulement

17
1.5.4 Interprétation économique
Trois cas de figure peuvent se présenter :

1.5.4.1 Le besoin en fond de roulement est positif

Dans ce cas, les emplois d'exploitation de l'entreprise sont supérieurs aux


ressources d'exploitation. L'entreprise doit donc financer ces besoins à court terme
soit à l'aide de son excédent de ressources à long terme (Fond de roulement), soit à
l'aide de ressources financières complémentaires à court terme (concours
bancaires...).

1.5.4.2 Le besoin en fonds de roulement est nul

Dans ce cas, les emplois d'exploitation de l'entreprise sont égaux aux ressources
d'exploitation, L'entreprise n'a donc pas de besoin d'exploitation à financer puisque le
passif circulant suffit à financer l'actif circulant.

1.5.4.3 Le fond de roulement est négatif

Dans ce cas, les emplois d'exploitation de l'entreprise sont supérieurs aux


ressources d'exploitation, L'entreprise n'a donc pas de besoin d'exploitation à
financer puisque le passif circulant excède les besoins de financement de son actif
d'exploitation.
L'entreprise n'a donc pas besoin d'utiliser ses excédents de ressources à long terme
(Fond de roulement) pour financer d'éventuels besoins à court terme.

Dans tous les cas, les besoins éventuels de financement du cycle d'exploitation pour
une entreprise dépendront en grande partie de son pouvoir de négociation qui lui
permet d'agir sur le montant de ses créances clients ou de ses dettes fournisseurs.

1.6 La réduction du BFR

1.6.1 Introduction
La réduction du besoin en fonds de roulement est souvent le moyen pour
l'entreprise de rétablir son équilibre financier en limitant ses besoins de financement
à court terme.

Pour se faire, elle dispose de deux leviers d'action importants.

1.6.2 La réduction des stocks

Une des mesures prises par l'entreprise pour limiter l'importance des besoins de
financement de son cycle d'exploitation consiste à tendre vers une gestion de ses
stocks en flux tendus, de manière à se rapprocher au maximum d'une situation de
"zéro stock". Cette attitude permet alors de limiter ces besoins d'exploitation ce qui
se traduit par une diminution de son actif d'exploitation.

Illustration : Situation initiale :

18
Actif circulant Passif circulant

Stocks Dettes fournisseurs.

Dettes fiscales et sociales.

Créances clients Autres dettes d'exploitation.

BFR

Conséquence de la mise en place d'une politique de réduction des stocks :

Actif circulant Passif circulant

Dettes fournisseurs.
Créances clients
Dettes fiscales et sociales.

BFR Autres dettes d'exploitation.

La disparition des stocks grâce à la mise en place d'une politique de réduction des
stocks permet à l'entreprise de passer d'une situation ou son Besoin de Fonds de
Roulement était positif (actif circulant > passif circulant) à une situation ou son
Besoin de Fonds de Roulement est négatif (actif circulant < passif circulant), c'est à
dire que l'entreprise dégage des excédents financiers à court terme au cours de son
cycle d'exploitation.

Les entreprises gardent en général un stock minimal pour éviter les ruptures de
production qui pourraient intervenir (dans le cas ou elle ne disposerait d'aucun stock
de matière première par exemple).
Cette stratégie permet à l'entreprise de réduire son actif circulant pour un même
niveau de passif circulant.

1.6.3 La renégociation des délais de paiement fournisseurs

Dans ce cas de figure, l'entreprise met en oeuvre une politique de renégociation


visant à obtenir des délais de paiements plus importants de la part de ces
fournisseurs. En passant de 60 à 90 jours de délais de paiement par exemple,
l'entreprise accroît du même coup le montant de ses dettes fournisseurs.

Illustration : Situation initiale :

19
Actif circulant Passif circulant

Stocks Dettes fournisseurs.

Dettes fiscales et sociales.

Créances clients Autres dettes d'exploitation.

BFR

Conséquence de la mise en place d'une politique d'accroissement des délais de


paiement fournisseurs :

Actif circulant Passif circulant

Stocks Dettes fournisseurs.

Dettes fiscales et sociales.

Créances clients Autres dettes d'exploitation.

BFR

En obtenant des délais de paiement plus longs de la part de ses fournisseurs,


l'entreprise accroît le montant de ses dettes fournisseurs ce qui entraîne une
augmentation de son passif circulant. En conséquence, et à montant identique d'actif
circulant, le Besoin en Fonds de Roulement de l'entreprise diminue d'un montant
équivalent à celui de la hausse des dettes fournisseurs.

Cette stratégie permet à l'entreprise d'augmenter son passif circulant pour un


même niveau d'actif circulant.

1.6.4 La renégociation des délais de paiement client

De la même manière qu'une entreprise cherche à accroître son passif circulant en


augmentant ses délais de paiement fournisseurs, l'entreprise peut modifier son
Besoin en Fonds de roulement en diminuant le délai de ses créances clients. A ce
titre, l'entreprise a intérêt à privilégier les paiements comptants de la part de ses
clients pour restreindre au minimum le montant de ces créances clients.

Illustration : Situation initiale :

20
Actif circulant Passif circulant

Stocks Dettes fournisseurs.

Dettes fiscales et sociales.

Créances clients Autres dettes d'exploitation.

BFR

Conséquence de la mise en place d'une politique de réduction des délais de


paiement clients :

Actif circulant Passif circulant

Stocks Dettes fournisseurs.

Dettes fiscales et sociales.

Créances clients Autres dettes d'exploitation.

BFR

En négociant des délais de paiement plus courts auprès de ses clients, l'entreprise
réduit le montant de ses créances clients ce qui entraîne une diminution de son actif
circulant. En conséquence, et à montant identique de passif circulant, le Besoin en
Fonds de Roulement de l'entreprise diminue d'un montant équivalent à celui de la
baisse des créances clients.

Cette stratégie permet à l'entreprise d'augmenter son actif circulant pour un même
niveau de passif circulant.

En définitive, une entreprise peut limiter ses besoins en fonds de roulement


soit en diminuant le total de son actif circulant (réduction des stocks, ou
réduction des créances clients), soit en augmentant le montant de son passif
circulant (allongement des délais de paiement fournisseurs).

Les différentes mesures mises en oeuvre dépendent alors en grande partie du


pouvoir de négociation de l'entreprise, tant du point de vue de ses clients que de
ses fournisseurs.

21
1.7 La trésorerie

1.7.1 Introduction
En terme d'analyse financière, la Trésorerie d'une entreprise apparaît comme étant
le solde de la situation financière globale de l'entreprise. Elle peut être calculée soit,
à partir du bilan fonctionnel, soit à partir du Fond de Roulement et du Besoin en
fonds de roulement déterminés précédemment.

1.7.2 La notion de Trésorerie


La Trésorerie d'une entreprise peut s'évaluer de deux manières différentes selon
l'approche retenue :

Tout d'abord, la Trésorerie d'une entreprise correspond à la différence entre ses


besoins et ses ressources de financement. Les besoins de l'entreprise peuvent être
évalués à l'aide du besoin en fonds de roulement alors que les ressources de
l'entreprise disponibles pour financer ces besoins s'appelle le Fond de roulement. La
Trésorerie nette de l'entreprise correspond alors au solde net entre ces besoins et
ces ressources. Si les besoins excédent les ressources, alors la Trésorerie de
l'entreprise sera négative (au passif du bilan), alors que si les ressources sont
supérieures aux besoins, la Trésorerie sera positive (à l'actif du bilan).

Mais, la Trésorerie d'une entreprise représente aussi l'ensemble de ses disponibilités


qui lui permettront de financer ses dépenses à court terme. Dans ce cas, la
Trésorerie nette d'une entreprise se calcule en faisant la différence entre sa
Trésorerie d'actif et sa Trésorerie de passif.

1.7.3 Détermination de la Trésorerie de l'entreprise


Comme nous l'avons dit, il y a deux manières de calculer la Trésorerie nette d'une
entreprise.

1.7.3.1 Calcul par le "haut de bilan"

La Trésorerie nette est égale à la différence entre d'une part les ressources nettes de
l'entreprise et d'autre part ses besoins de financement. Soit la différence entre d'une
part l'excédent de ressources à long terme de l'entreprise (le Fond de roulement ) et
d'autre part le besoin de financement à court terme de l'entreprise (le Besoin en
Fonds de roulement). D’où :

Trésorerie = Ressources financières - Besoins financiers de l'entreprise.

ou d'un point de vue comptable :

Trésorerie = Fond de roulement - Besoin en Fonds de roulement

Soit en terme de bilan fonctionnel :

Cas d'une trésorerie nette négative

22
Actif Passif

Fond de roulement
Besoins en Fonds de roulement

Trésorerie nette

Ou,

Cas d'une trésorerie nette positive :

Actif Passif

Besoins en Fonds de roulement


Fond de roulement

Trésorerie nette

1.7.3.2 Calcul par le "bas de bilan"

Dans ce cas, la Trésorerie de l'entreprise est égale à la différence entre les actifs de
Trésorerie (valeur mobilières de placement, disponibilités, soldes des comptes
bancaires ou postaux débiteurs...) et les éléments du passif de Trésorerie (Concours
bancaires, soldes créditeurs des banques...)
D’où :

Trésorerie = Trésorerie d'actif - Trésorerie du passif

Soit en terme de bilan fonctionnel :


Cas d'une trésorerie négative :
Actif Passif
Trésorerie d'actif : Trésorerie du passif :

dont : dont :
- valeurs mobilières de placement. - concours bancaires.
- disponibilités. - soldes créditeurs des banques.

Trésorerie nette

Ou,

Cas d'une trésorerie nette positive :

23
Actif Passif
Trésorerie d'actif : Trésorerie du passif :

dont : dont :
- valeurs mobilières de placement. - concours bancaires.
- disponibilités. - soldes créditeurs des banques.

Trésorerie nette

1.7.4 Interprétation économique

L'analyse du solde de la Trésorerie permet de se faire une idée sur la situation


financière de l'entreprise.
Trois cas de figure peuvent se présenter :

1.7.4.1 La Trésorerie nette de l'entreprise est positive

Dans ce cas, les ressources financières de l'entreprise sont suffisantes pour couvrir
les besoins (soit Fond de roulement > besoin en Fonds de roulement), ce qui signifie
que la situation financière de l'entreprise est saine est qu'elle est même en mesure
de financer un surcroît de dépenses sans recourir à un emprunt.

1.7.4.2 La Trésorerie nette de l'entreprise est nulle

Dans ce cas, les ressources financières de l'entreprise suffisent juste à satisfaire ses
besoins (Fond de roulement = Besoin en Fonds de roulement). La situation
financière de l'entreprise est équilibrée mais celle-ci ne dispose d'aucunes réserves
pour financer un surplus de dépenses que ce soit en terme d'investissement ou de
d'exploitation.

1.7.4.3 La Trésorerie nette de l'entreprise est négative

Dans ce cas, l'entreprise ne dispose pas de suffisamment de ressources financières


pour combler ses besoins. Elle doit donc recourir à des financements
supplémentaires à courts termes (découverts bancaires...) pour faire face à ses
besoins de financement d'exploitation. Il y a donc un risque financier à court terme si
l'entreprise ne parvient pas à accroître rapidement ses ressources financières à long
terme, ou à limiter ses besoins d'exploitation à court terme.

1.8 Synthèse

L'analyse de l'équilibre financier d'une entreprise à partir de son bilan fonctionnel


passe donc par trois étapes :

24
1.8.1 Détermination du Fond de roulement de l'entreprise
Ce Fond de roulement est calculé à partir du "haut de bilan" de l'entreprise en
fonction d'une part de son actif immobilisé, et d'autre part de son passif permanent.
Soit :

Fond de roulement = Ressources stables - emplois stables.

Ou d'un point de vue comptable :

Fond de roulement = capitaux permanents - actif immobilisé

Soit en terme de bilan fonctionnel :

Actif Passif

Actif immobilisé : Capitaux permanents


(valeurs brutes)

Fond de Roulement

1.8.2 Détermination du Besoin en Fonds de Roulement


Ce Besoin en Fonds de roulement est calculé à partir du "bas de bilan" de
l'entreprise en fonction d'une part de son actif circulant, et d'autre part de son passif
circulant.
Soit :

BFR = Emplois d'exploitation - Ressources d'exploitation.

Ou d'un point de vue comptable :

BFR = actif circulant - passif circulant


Soit en terme de bilan fonctionnel :

Actif Passif
Actif circulant : Passif circulant :

Besoin en fonds de roulement

1.8.3 Détermination de la Trésorerie de l'entreprise


La Trésorerie nette de l'entreprise est donc égale à la différence entre d'une part
les ressources financières de l'entreprises et d'autre part l'ensemble de ces emplois,
ce qui peut être exprimé à l'aide des deux soldes précédemment calculés.
D’où :

25
Trésorerie = Ressources financières - Besoins financiers de l'entreprise.

Ou d'un point de vue comptable :

Trésorerie = Fond de roulement - Besoin en Fonds de roulement

Soit en terme de bilan fonctionnel :

Actif Passif

Fond de roulement
Besoins en Fonds de roulement
Trésorerie nette

2 Analyse du compte de résultats


Le compte de résultat permet de mesurer la capacité d'une entreprise à réaliser des
bénéfices au cours d'un temps déterminer. Il reprend alors l'ensemble des produits et
des charges enregistrées par l'entreprise au cours de cette période et en détermine
le solde qui constitue le résultat de l'entreprise (résultat de l'entreprise = total des
produits - total des charges).

La simple analyse du solde du compte de résultat ne permet pas d'aboutir à un


diagnostic précis de la situation de l'entreprise car elle ne permet pas d'identifier et
donc d'analyser les éléments qui ont contribué à la constitution de ce résultat.

Pour porter un diagnostic pertinent, il faut donc s'intéresser aux différents facteurs
qui sont à l'origine de la détermination du compte de résultat en dissociant entre
autre les facteurs qui sont directement liés à la fonction de production de l'entreprise
de ceux qui sont à relier avec la politique d'investissement ou à la politique de
financement de l'entreprise, voir ceux liés à des éléments indépendants de
l'entreprise et qui relèvent de situations exceptionnelles.

Cette analyse détaillée du compte de résultat peut se faire à l'aide de la


méthode dite des Soldes Intermédiaires de Gestion que nous allons analyser
maintenant.

2.1 Les SIG

2.1.1 Introduction
L’analyse du compte de résultat présente un triple objectif :
 Tout d’abord, analyser les marges de l’entreprise et déterminer des résultats
intermédiaires facilitant l’élaboration du diagnostic de l’entreprise ;
 Évaluer l’activité d’une entreprise et sa capacité à être profitable et rentable ;

26
 Déterminer les ressources internes dégagées par l’entreprise et lui permettant
d’autofinancer ses activités.

2.1.2 Les Soldes Intermédiaires de Gestion (ou SIG)


La simple présentation du résultat de l’entreprise ne suffit pas. Il faut, pour élaborer
un diagnostic pertinent? S’interroger sur les éléments qui sont à l’origine de ce
résultat. Il convient de dissocier ici :

 ce qui relève de l’activité normale d’une entreprise (son cycle d’exploitation) ;


 ce qui résulte de son mode de financement : l’endettement à une incidence
sur le résultat par le biais des charges financières (paiement des intérêts) ;
 ce qui est dû à des éléments exceptionnels : qui ne vont pas se renouveler
dans le futur et qui sont indépendant de l’activité normale de l’entreprise.

Le concept de soldes intermédiaires de gestion permet de décomposer le résultat


d'une entreprise pour améliorer le diagnostic financier.
Les soldes intermédiaires de gestion se décomposent selon le schéma suivant :

Schéma d’ensemble des SIG

Ventes de marchandises
– Coût d’achat des marchandises vendues (achats de marchandises ± Variation
de stocks de marchandises)

(1) = Marge commerciale (pour les entreprises commerciales)

Production vendue
± Production stockée
+ Production immobilisée

(2) = Production de l'exercice

Marge commerciale

+ Production de l’exercice
- Consommations de l’exercice en provenance de tiers

(3) = Valeur Ajoutée de l’entreprise

Valeur Ajoutée de l’entreprise

+ Subventions d’investissement
- Impôts, taxes et versements assimilés
- Charges de personnel

(4) = Excédent Brut d’Exploitation

Excédent Brut d’Exploitation

27
+ Reprises sur provisions d'exploitation
+ Autres produits d’exploitation
- Dotation aux amortissements et provisions
- Autres charges d’exploitation

(5) = Résultat d’exploitation

Résultat d’exploitation

+ Résultat financier
(=produits financiers - charges financières)

(6) = Résultat courant avant impôt

Résultat courant avant impôt

+ Résultat exceptionnel
(=produits exceptionnels - charges exceptionnelles)
- Impôt sur les bénéfices
- Participation des salariés

(7) = Résultat de l’exercice

Cette décomposition du compte de résultat permet d'identifier les différents


facteurs qui sont à l'origine du résultat de l'entreprise en dissociant les facteurs
liés directement au processus de production de l'entreprise des facteurs liés soit à
la politique financière de l'entreprise (résultat financier) soit à des éléments non
liés à la gestion courante de l'entreprise (résultat exceptionnel).

2.2 La production de l’entreprise

Le compte de résultat s’analyse différemment en fonction du type d'activité de


l'entreprise analysée.

2.2.1 La production de l’exercice


La notion de Production est réservée aux entreprises ayant une activité de
transformation ou d’élaboration de biens et services.
La production de l ‘exercice se calcule alors de la manière suivante :

Production de l'exercice

= Production vendue (chiffre d’affaire) = quantités vendues * prix de vente


+ Production stockée (c’est à dire non vendue), et évaluée au coût de production
+ Production immobilisée (évaluée au coût de production)

2.2.2 La Marge commerciale


Pour les sociétés commerciales (donc sans activité de transformation), l’activité
est évaluée à partir de la marge commerciale réalisée.

28
Soit :
Marge commerciale

= vente de marchandises

– coût d’achat des marchandises vendues.

Le coût d’achat des marchandises vendues se détermine de la façon


suivante :
Achat de marchandises
+ /- variation de stock de marchandise
+ frais accessoires d’achat (transport, assurance…)

La marge commerciale est l’indicateur le plus pertinent dans le cas des


entreprises commerciales.

2.2.3 Analyse de la marge commerciale


On peut alors calculer directement deux ratios importants qui sont :

Taux de marge = marge commerciale / prix d’achat Hors Taxes


Et
Taux de marque = marge commerciale / prix de vente Hors Taxes

Ces indicateurs permettent de mesurer la capacité de l'entreprise commerciale


à réaliser une plus-value sur la revente de marchandises. Plus ces ratios sont
importants, plus l'entreprise semble bénéficier d'un important pouvoir de
négociation auprès de ses fournisseurs ou de ses clients qui lui permettent de
dégager une marge commerciale élevée.

Ces deux indicateurs favorisent de plus une comparaison entre les


entreprises exerçant dans le même secteur d’activité et donne à l’entreprise un
élément lui permettant de se situer par rapport à ses concurrents. Ainsi, une
entreprise disposant d'un plus fort taux de marge que ses concurrents pourra
envisager d'engager une guerre des prix puisque ceux-ci ne pourront pas suivre
la stratégie de l'entreprise sans risque de réaliser des pertes.

2.3 La notion de Valeur Ajoutée

La Valeur ajoutée (VA) est le second Solde Intermédiaire de Gestion.

2.3.1 Calcul de la Valeur Ajoutée


La Valeur Ajoutée se détermine en retranchant de la production de l’exercice
l’ensemble des consommations intermédiaires fournies par des tiers.
Soit :
Valeur Ajoutée

= Production de l'exercice
- les achats d’approvisionnement, d’études et de travaux

29
(net des rabais remises et ristournes)
+ /- les variations de stocks (stock final – stock initial)
- les autres charges externes

D’un point de vue comptable, la valeur ajoutée est égale à la différence entre
les comptes de produits de classe 54 à 58 et les comptes de charges de classe
59 à 70.

2.3.2 Interprétation économique


La notion de production n’est pas significative de l’activité réelle d’une
entreprise puisque la valeur de celle-ci incorpore la valeur des consommations
intermédiaires nécessaires à l’entreprise pour réaliser son produit fini.

L’activité d’une entreprise se limite donc à la création de valeur qu’elle


produit lors de l’élaboration de son produit final. C'est parce qu'elle réalise de la
valeur ajoutée qu'une entreprise a intérêt à avoir une activité économique.

En ce sens, la Valeur Ajoutée est plus significative que la notion de


production puisqu’elle mesure la richesse réelle créée par l’entreprise du fait
de son activité productive, et c’est grâce à ce supplément de valeur que
l’entreprise va pouvoir rémunérer les différents acteurs qui ont contribués à sa
production.

En effet, une entreprise est une structure organisée ayant pour finalité la
production et la vente d’un bien ou service grâce à l'utilisation d'un certain nombre
de facteurs de production (facteur travail et facteur capital) et avec l'aide d'un
certain nombre des partenaires externes (apporteurs de capitaux...).

La rémunération de ces partenaires se fait grâce à la Valeur Ajoutée ainsi


créée. En ce sens, La notion de Solde Intermédiaire de Gestion permet in
fine de voir comment cette VA a été distribuée aux différents partenaires de
l’entreprise.

2.4 L’EBE

2.4.1 Le partage de la Valeur Ajoutée


La valeur ajoutée créée par l’entreprise permet à cette dernière de rémunérer
les partenaires de l’entreprise.

Ceux-ci sont au nombre de quatre :


 Le personnel de l’entreprise, facteur de production indispensable ;

 L’Etat, qui n’intervient pas directement mais contribue de différentes manières


à la production de l’entreprise (construction de routes, protection de la
propriété privée et sécurité apportée par la police, la justice…) ;

 Les apporteurs de capitaux externes (les banques) qui prêtent à l’entreprise


les moyens financiers nécessaires à son développement ;

30
 Les apporteurs de capitaux internes (les actionnaires) qui achètent des
parts de la société (des actions) et lui procurent par la même des capitaux
propres.

De plus, l’entreprise va conserver une partie de cette Valeur Ajoutée pour


augmenter ses moyens financiers.

Chacun de ces partenaires va être rémunéré d’une manière particulière :

 Le personnel : perçoit directement un salaire mais coûte aussi indirectement


à l’entreprise qui paye un certain de cotisations sociales attachées au salaire ;

 L’Etat perçoit des impôts, taxes et versements assimilés qui lui permettent de
financer ses dépenses publiques ;

 Les apporteurs de capitaux externes sont rémunérés par le biais des


intérêts perçus sur les emprunts accordés ;

 Les apporteurs de capitaux internes perçoivent pour leur part des


dividendes en fonction du nombre d’actions qu’ils possèdent

2.4.2 L’Excédent Brut d’Exploitation (ou EBE)

On appelle EBE ce qui reste à l’entreprise une fois rémunérés les salariés et l’Etat.
Autrement dit, l’EBE est ce qui permet à l’entreprise de se financer elle-même et de
rémunérer les apporteurs de capitaux.
Il ne dépend donc ni de la politique de financement de l’entreprise (emprunt ou
augmentation de capital) ni des éléments exceptionnels qui ont pu affecter le résultat
de l’entreprise, ni de la politique d’amortissement suivie par l’entreprise (voir plus
loin).
L’EBE est donc un bon indicateur de la performance industrielle et commerciale de
l’entreprise.

2.4.3 Détermination de l’EBE


L'EBE se calcule de la manière suivante :
EBE =

Valeur Ajoutée
- charges de personnel
- impôts, taxes et versements assimilés
+ subventions d’exploitation car ce sont des apports de ressources fournies par l’Etat

2.5 Le résultat d’exploitation

2.5.1 La notion de résultat d'exploitation


Le résultat d’exploitation mesure la performance industrielle et commerciale d’une
entreprise quel que soit le mode de production utilisé.
Ce résultat prend en compte le coût des différents facteurs de production utilisés :

 le coût du travail a déjà été comptabilisé (salaires et charges sociales) ;

31
 le coût du facteur capital est estimé à partir de la détermination des
amortissements et provisions d’exploitation.

On obtient donc un solde de gestion qui mesure la capacité pour une entreprise à
dégager des ressources nettes du fait de son activité de production et ce, quelque
soit la combinaison des facteurs de production retenue.

2.5.2 Détermination
On le calcul à partir de l’EBE :
EBE
+ autres produits de gestion courante
+ les reprises sur provisions d’exploitation
+ les transferts de charges d’exploitation
- les autres charges d’exploitation
- les dotations aux amortissements et provisions d’exploitation

Soit d'un point de vue comptable :


comptes de classe 53 et 73 à 75
- comptes de classe 72 et 76 à 83

Ce résultat est un bon indicateur de l’efficacité du mode de production de


production d’une entreprise et est plus significatif que le résultat de l’exercice qui
prend en compte des éléments relatifs soit à des éléments exceptionnels, soit à la
politique de financement suivie par une entreprise

2.6 La notion de résultat de l’exercice

2.6.1 Introduction
Le solde du compte de résultat (bénéfice ou perte) donne une idée très
approximative de la capacité d’une firme à réaliser des profits du fait de son activité
de production.

Pour cela, il est nécessaire d’aller plus loin dans l’analyse en décomposant le compte
de résultat de manière à appréhender le plus précisément possible les éléments qui
ont contribué à l’apparition d’un bénéfice ou d’une perte dans les comptes d’une
entreprise.

2.6.2 La décomposition du compte de résultat

Le plan comptable général propose de décomposer le compte de résultat en trois


sous distincts qui permettent de mesurer le résultat de l'entreprise occasionné par
ses opérations de gestion courante, par sa politique financière ou provenant de
facteurs exceptionnels.

2.6.2.1 Les opérations courantes d’exploitation

Ce groupe est le plus important puisqu’il regroupe l’ensemble des opérations qui sont
directement liées à l’activité productive de l’entreprise (achat de matières premières,
paiement des salaires, ventes de l’exercice…).

32
Le résultat d’exploitation est égale à la différence entre les produits d’exploitation
(le montant des ventes de l’entreprise) et les charges d’exploitation (achat de
marchandises, de matières premières, charges de personnel…).

Il constitue un solde très important puisqu’il montre la capacité d’une entreprise à


réaliser des bénéfices du fait de son activité de production. Un solde négatif est
alors la preuve que l’entreprise ne dispose pas d’un mode de production efficace
puisque ses coûts de production sont supérieurs aux revenus tirés de ses ventes de
produits finis.

On le calcule en faisant la différence entre la somme des soldes des comptes de


produit de classe 53 et 73 à 75, et la somme des comptes de charge de classe 72 et
76 à 83

2.6.2.2 Les opérations financières

Le résultat financier montre l’impact sur les comptes d’une entreprise de sa


politique de financement.
En général, une entreprise ne dispose pas de ressources internes suffisantes pour
financer ses besoins en capitaux. Elle doit donc faire appel à des apporteurs
externes de capitaux (Banques…) qui lui apportent les capitaux nécessaires par
exemple pour financer ses investissements. Cet apport de capitaux n’est pas gratuit
est entraîne donc des charges pour l’entreprise (paiement des intérêts sur emprunt).
En conséquence, plus une entreprise emprunte, plus ses charges financières
augmentent.

Le résultat financier est obtenu par la différence entre les produits financiers
(escomptes obtenus des fournisseurs…) et les charges financières (paiement des
intérêts sur emprunts, escomptes accordés…).

Ce résultat est généralement négatif et vient diminuer le résultat final de l’entreprise.


Mais un solde négatif témoigne aussi des efforts d’investissement consentis par une
entreprise à un moment donné, ce qui à terme, doit conduire à une amélioration des
comptes de l’entreprise. Un solde négatif n’est donc pas une mauvaise chose en soi
pour l’entreprise, au contraire.

On détermine le résultat financier de d'une entreprise en faisant la différence entre la


somme des comptes de produits financiers, et la somme des comptes de charges
financières.

La décomposition du compte de résultat selon la méthode des Soldes


intermédiaires de gestion définit le Résultat Courant Avant Impôt en faisant la
somme du Résultat d'exploitation et du Résultat financier.
Soit :
Résultat Courant avant Impôts =

Résultat d'exploitation

+/- Résultat financier

33
2.6.2.3 Les opérations exceptionnelles

Le résultat exceptionnel reprend l’ensemble des opérations qui ont une


incidence sur le compte de résultat de l’entreprise mais qui ne dépendent pas
directement de son activité de production, et qui ne se renouvelles pas de
manière récurrente dans le temps (indemnisation par Total des victimes du naufrage
de l’ERIKA, vente d’un immeuble par l’entreprise…).

Il peut être positif ou négatif et peut avoir une incidence forte sur le résultat net de
l’entreprise mais son impact est par nature limité à un seul exercice.
Il est obtenu en faisant la différence entre les soldes des comptes de produits
exceptionnels et les comptes de charges exceptionnelles.

2.6.2.4 Le résultat global de l’entreprise

Le résultat global de l'entreprise, autrement appelé en comptabilité Résultat de


l'exercice est donc obtenu par agrégation du résultat d'exploitation, du résultat
financier et du résultat exceptionnel.
Soit :
Résultat de l’exercice =
Résultat d’exploitation
+/- Résultat financier
+/- Résultat exceptionnel

Déterminer alors l’origine des résultat d’une entreprise à partir de la décomposition


de celui en trois sous-groupe est un premier élément indispensable pour analyser la
capacité d’une entreprise à réaliser des bénéfices de manière régulière
(indépendamment d’éléments exceptionnels) et ce, à partir de son activité de
production (résultat d’exploitation).

On peut donc retraiter le compte de Résultat de la manière suivante :

Compte de Résultat
Produits Charges Solde
Produits d'exploitation Charges d'exploitation Résultat d'exploitation
Produits financiers Charges financières +/- Résultat financier
= Résultat courant avant
impôts
Produits exceptionnels Charges exceptionnelles +/- Résultat exceptionnel
Total des produits Total des charges = Résultat de l'exercice

2.7 La mesure de la rentabilité

2.7.1 Introduction
L'analyse du compte de résultat permet en outre de mesurer la rentabilité d'une
entreprise, c'est à dire permet de mesurer dans quelle mesure, une entreprise, du fait
de son activité de production, dégage un bénéfice ou au contraire une perte.

34
2.7.2 La notion de rentabilité
La rentabilité d'une entreprise fait donc le rapport entre d'une part, les résultats
obtenus par l'entreprise et d'autre part, les moyens utilisés pour arriver à ce résultat.
Le résultat d'une entreprise peut être estimé à partir d'un certain nombre de
critères :

 Le Résultat d'exploitation : qui mesure la capacité d'une entreprise à dégager


un résultat du simple fait de son activité de production ;

 Le Résultat de l'exercice : qui mesure la capacité de l'entreprise à dégager un


résultat positif une fois pris en compte l'ensemble de ses produits et de ses
charges ;

 La Valeur Ajoutée : qui mesure la richesse réelle crée par l'entreprise du fait de
sa fonction de production ;

De même, les moyens mis en oeuvre par une entreprise peuvent être mesurés par :

 Le total du bilan : le total de l'actif mesure l'ensemble des biens et droits utilisés
par l'entreprise pour produire ;

 Les capitaux propres : mesurent l'ensemble des ressources financières stables


immobilisées par l'entreprise pour produire ;

 Le capital social de l'entreprise : qui mesure l'ensemble des moyens financiers


avancés par les actionnaires de l'entreprise ;

L'estimation de la rentabilité d'une entreprise est donc un bon indicateur pour


mesurer l'efficacité de l'entreprise dans le cadre de sa fonction de production. C'est
pourquoi, le calcul de la rentabilité d'une entreprise doit s'accompagner d'une
comparaison de son niveau de rentabilité avec celui de ses principaux concurrents.
En effet, une entreprise peut très bien être rentable, mais révéler un niveau de
rentabilité inférieur à celui de son secteur d'activité, ce qui tendrait à démontrer son
manque de compétitivité par rapport à ses concurrents directs.

2.7.3 La mesure de la rentabilité


Il existe différents types de ratios utilisés pour calculer la rentabilité d'une
entreprise :

2.7.3.1 La rentabilité globale d'une entreprise

Elle mesure la rentabilité de l'ensemble des actifs utilisés par l'entreprise. Elle est
calculée en faisant le rapport suivant :

Rentabilité Globale = (Résultat net * 100) / Actif total

La rentabilité globale est une mesure par trop générale, et elle est souvent
complétée par d'autres ratios plus significatifs ;

35
2.7.3.2 La rentabilité économique

Cet indicateur mesure la rentabilité mesurée par rapport aux actifs immobilisés
utilisés par l'entreprise pour produire. On la calcule donc en faisant le rapport suivant:

Rentabilité économique = (Résultat net * 100) / Investissement total


Ce ratio est en indicateur plus pertinent de la rentabilité mesurée en terme
d'efficacité du processus productif ;

2.7.3.3 La rentabilité financière

Ce ratio mesure la rentabilité exprimée par rapport aux capitaux investis dans
l'entreprise. Il se détermine de la manière suivante :

Rentabilité financière = (Résultat net * 100) / Capitaux propres

Si la rentabilité financière est supérieure à la rentabilité économique, alors on dit que


l'entreprise bénéficie d'un effet de levier ;

2.7.3.4 La rentabilité commerciale

Ce ratio exprime la rentabilité de l'entreprise en fonction de son volume d'activité. Il


se calcule de la manière suivante :

Rentabilité commerciale = (Résultat net * 100) / Chiffre d'affaire.

On détermine alors le taux de marge de l'entreprise, qui permet d'estimer le résultat


futur de l'entreprise en fonction de la variation de son volume d'activité mesuré par le
chiffre d'affaire

Comme on le voit, la notion même de rentabilité est une notion qui varie selon
l'approche que l'on retient. Voila pourquoi il est souvent utile de calculer plusieurs
ratios pour avoir une vision la plus précise possible de la rentabilité de l'entreprise
étudiée.

3 Les moyens de financement d’une entreprise


L'entreprise dispose d'un certain nombre de moyens pour répondre à ses besoins de
financement. Bien évidemment, la modalité de financement choisie par une
entreprise dépendra des caractéristiques du besoin de financement rencontré, que
ce soit pour des besoins à long terme ou pour des besoins à court terme.

Pour ce faire, nous verrons tout d'abord en détail ce quel peut être pour une
entreprise un besoin de financement à long terme avant d'étudier les différents types
de financement qui sont à sa disposition.

Nous verrons donc dans cette partie :

36
3.1 L’acquisition d’immobilisation

3.1.1 Introduction
Le principal besoin de financement d'une entreprise à long terme repose sur
l'acquisition d'immobilisations. Pour bien mesurer l'importance de ce type de besoin
de financement, il est donc nécessaire de comprendre ce que l'on appelle en
comptabilité une immobilisation et d'appréhender les besoins en investissement que
peut connaître une société.

3.1.2 La notion d’investissement


3.1.2.1 Définition de l'investissement

Pour produire, les entreprises doivent acquérir des biens qui seront utilisés pour
transformer des matières premières et des biens intermédiaires en produits finis. En
science économique, on définit l’investissement comme correspondant à « la valeur
des biens durables acquis par les agents économiques pour être utilisés pendant au
moins un an dans le processus de production ».

En comptabilité, on définira un investissement comme étant "tout bien meuble ou


immeuble, corporel ou incorporel, acquis ou crée par l'entreprise, destiné à rester
durablement sous la même forme dans l'entreprise".

3.1.2.2 Les différents types d’investissements

L'organisation du Plan Comptable identifie trois types d'investissements qui se


distinguent selon la nature de l'actif acquis :

 Les investissements immatériels


L’investissement immatériel se distingue de l’investissement matériel par le fait
qu’il n’augmente pas le stock de biens durables de l’entreprise.
Les principaux investissements immatériels sont :

 les frais de recherche et de développement ;


 la formation des salariés ;
 l’acquisition de logiciels ;
 l’achat de brevets ou de licences d’exploitation ;
 les frais publicitaires,…

Ce type d'investissement est en très forte augmentation.

 Les investissements matériels


L’investissement matériel comprend l’acquisition de l’ensemble des biens
durables réalisée par l'entreprise et indispensable à son bon fonctionnement et
qui constitue ses immobilisations corporelles. Ces acquis corporels sont
comptabilisés dans les comptes de classe 21.

Les principaux investissements matériels sont :

 les terrains ;
 les constructions ;

37
 les bâtiments ;
 le matériel industriel ;
 le matériel de bureau et informatique,…

 Les investissements financiers


Les investissements financiers consistent soit en l'acquisition de droits de
créances, soit en l'achat de titres financiers devant être conservés dans une
stratégie de long terme visant à avoir un pouvoir de décision dans l'entreprise
concernée.

Les principaux investissements financiers sont :


 les titres de participation ;
 les titres immobilisés ;
 les prêts accordés par l'entreprise ;
 les dépôts et cautionnements,…

3.1.3 Les déterminants de l’investissement


3.1.3.1 Pourquoi les entreprises investissent ?

 Pour répondre à une demande : quand une entreprise estime que la


demande qui s’adresse à elle va s’accroître, elle va augmenter ses capacités
de production ;

 Pour réaliser des profits : un investissement sera réalisé s’il permet à une
entreprise d’augmenter ses profits ;

 Parce que les taux d’intérêts sont faibles : une entreprise doit souvent
emprunter pour investir. Cet emprunt occasionne des coûts (paiement
d’intérêts). Plus les taux d’intérêt sont faibles, plus une entreprise sera donc
incitée à investir ;

 Des subventions versées par les administrations publiques peuvent dans


certains cas favoriser l’investissement puisqu’elles en diminuent le coût pour
l’entreprise.

Un indicateur permet d’estimer l’évolution future de l’investissement : le taux


d’utilisation des capacités de production. Il se détermine par le rapport entre les
capacités de production utilisées et les capacités de production totales.

Si ce rapport est élevé, cela signifie que les entreprises utilisent au maximum leurs
capacités de production. Dans ce cas, si elles souhaitent produire plus, elles devront
obligatoirement investir pour augmenter leurs capacités de production (Un taux
proche de 85 % est généralement synonyme d’une saturation de l’outil de
production).

3.1.3.2 Quels sont les objectifs de l'investissement ?

On peut classer les types d'investissements réalisés par une entreprise selon le fait
qu'ils permettent une augmentation des capacité de production de l'entreprise ou
qu'ils permettent d'accroître l'efficacité du processus productif.

38
On fait généralement la distinction entre :

 Investissement de remplacement : qui consiste à remplacer une machine


par une autre machine, sans modifier le volume global de production de
l’entreprise ;

 Investissement de capacité : qui consiste à remplacer une machine par une


machine permettant de produire des volumes supérieurs ;

 Investissement de productivité : qui consiste à remplacer une machine par


une autre machine plus performante, c’est à dire qui permet de produire le
même volume à moindre coût.

En fait, cette distinction reste souvent théorique, et un investissement recouvre


souvent deux aspects, car même un simple investissement de remplacement se fait
à l’aide d’une machine plus moderne qu la précédente, et elle est donc globalement
plus productive que l’ancienne.

3.2 Le financement de l’investissement

3.2.1 Introduction
Comme nous l'avons vu précédemment, le principe de précaution en analyse
financière suppose qu'un besoin de financement ne peut être satisfait qu'avec des
ressources dont l'échéance est au moins aussi longue que la durée du besoin à
financer.

Les immobilisations acquises par une entreprise ont vocation à perdurer au cours
de plusieurs exercices, elles doivent donc être financées par des ressources
longues.

Ces besoins de financement peuvent être satisfaits de différentes manières, soit par
augmentation de capital, soit par recours à l'emprunt.

3.2.2 L'augmentation de capital


3.2.2.1 Modalités de ce type de financement

L'entreprise peut si elle veut financer sa politique d'investissement accroître son


capital soit en émettant de nouvelles actions, soit en augmentant le nombre de parts
sociales.
Cette méthode peut prendre différentes formes selon les modalités choisies :

 augmentation de capital réservée aux anciens actionnaires


Dans ce cas, l'entreprise émet de nouvelles actions (augmentation de capital en
numéraire) sous la forme d'une augmentation de capital réservée à ses actionnaires
actuels. Cela présente l'avantage de ne pas faire appel à de nouveaux actionnaires
et donc de ne pas modifier la répartition du capital entre les actionnaires. C'est le cas
notamment des entreprises familiales qui veulent garder e contrôle de leur
entreprise. Les anciens actionnaires souscrivent donc à l'augmentation de capital au
prorata de la part qu'ils détiennent déjà dans le capital de l'entreprise.

39
 augmentation de capital avec appel à de nouveaux actionnaires
Dans un certain nombre de cas, l'augmentation de capital ne peut pas être souscrite
par les anciens actionnaires. L'entreprise va donc émettre de nouvelles actions
(augmentation de capital en numéraire) qui seront acquises par de nouveaux
partenaires. Cette stratégie a comme conséquence l'entrée au capital de l'entreprise
de nouveaux actionnaires, ce qui peut entraîner un changement de majorité dans le
capital de l'entreprise. Cette technique est notamment mise en oeuvre lorsqu'une
entreprise s'introduit sur le marché boursier pour financer son développement. C'est
le cas entre autre des entreprises innovantes qui s'introduisent au nouveau marché
pour trouver les financements dont elles ont besoin et que ne peuvent apporter les
actionnaires initiaux.

 augmentation de capital par apport en nature :


Il arrive qu'une entreprise augmente son capital non pas pour disposer de nouvelles
ressources financières, mais en contrepartie de l'apport par un partenaire extérieure
de biens réels, que ce soit des immobilisations corporelles ou incorporelles. Dans ce
cas, l'augmentation de capital n'est que la contrepartie d'un apport en nature. Cette
méthode peut être mise en place dans le cas de l’entreprise par une autre. Cette
méthode présente l'avantage de ne pas faire appel à de nouveaux actionnaires pour
obtenir les fonds nécessaires au rachat d'une autre entreprise et permet aussi
d'éviter de financer ces besoins par un recours à l'endettement.

 augmentation de capital par conversion de créances


Cette technique, moins utilisée que les précédente, permet à l'entreprise de modifier
son équilibre financier en transformant une dette en part de capital. Mais cette
technique est forcément limitée en capacité puisque l'augmentation de capital ne
peut alors excéder le montant de la dette initial.

3.2.2.2 Conséquence en terme de structure de bilan

On peut schématiquement illustré l'impact de ce type de stratégie sur la structure du


bilan d’une entreprise de la manière suivante :

Structure de bilan avant augmentation de capital

Actif Passif
Capital social

Actif immobilisé :
(valeurs brutes) Dettes à long terme

Actif circulant : Passif circulant :

Trésorerie active Trésorerie passive

40
Structure de bilan après augmentation de capital

Actif Passif

Capital social
Actif immobilisé :
(valeurs brutes)

Dettes à long terme

Actif circulant : Passif circulant :

Trésorerie active Trésorerie passive

Le capital social de l'entreprise augmente au même titre que l'augmentation de l'actif


immobilisé.
Une autre méthode à la disposition de l'entreprise pour combler ses besoins de
financement consiste à recourir à l'emprunt auprès d'établissements de crédit.

3.2.3 Le recours à l'emprunt


3.2.3.1 Modalités de ce type de financement

L'entreprise, si elle ne souhaite pas augmenter son capital, peut chercher à obtenir
des capitaux en s'adressant à des institutions financières. Elle peut à ce titre
procéder de deux manières.

 Le recours à l'emprunt obligataire


Dans ce cas, l'entreprise décide d'aller se procurer des ressources financières sur le
marché financier en émettant un emprunt obligataire à long terme divisé en un
certain nombre de parts qui vont être souscrites par un nombre important de
préteurs. Ceux-ci se portent acquéreurs des titres négociables émis par l'entreprise
dans le cadre de son émission d'emprunt. Ils deviennent par les mêmes détenteurs
d'obligations qui sont assorties d'un coupon représentant le taux d'intérêt de
l'emprunt émis par l'entreprise.

A l'échéance de l'emprunt, les préteurs se voient rembourser le capital égal à la


valeur de l'obligation acquise. L'accès au marché financier est néanmoins
réglementé et n'est accessible qu'aux grandes entreprises qui souhaitent mettre en
place des emprunts obligataires d'un montant important.

Ces entreprises sont alors notées par des organismes selon le degré de crédibilité
qu'elles ont, c'est à dire en fonction du risque qu'elle présentent de ne pas pouvoir

41
assurer le paiement des intérêts et le remboursement du capital emprunté à
l'échéance du prêt.

Si une entreprise ne peut aller directement sur le marché obligataire, elle se tournera
alors vers un organisme préteur unique.

 Les emprunts indivis


Dans ce cas, l'entreprise s'adresse à un établissement de crédit unique ou à un pool
de banques pour obtenir les financements dont elle a besoin. Les modalités de ce
type d'emprunt sont les mêmes que pour les emprunts obligataires, mais le taux
d'intérêt versé par l'entreprise est généralement plus élevé que dans le cadre du
marché financier car l'entreprise "paye" l'intermédiaire financier qui prend le risque de
lui accorder un crédit.

Ces emprunts peuvent être accordés pour une période allant de moins de 7 ans
(emprunts à moyen terme) à plus de 15 ans (emprunts à long terme), et le préteur
unique demande généralement des garanties afin de pouvoir se prémunir du risque
d'insolvabilité de l'entreprise, qu'il s'agisse d'une hypothèque ou d'un cautionnement
par exemple.

Le développement des marchés financiers lié entre autre au phénomène de


déréglementation engagé dans les années 80 fait qu'un nombre croissant
d'entreprises peuvent accéder aux financement direct via l'émission d'emprunts
obligataires au détriment d'un mode de financement indirect fondé sur le recours à
un organisme financier.

3.2.3.2 Conséquence en terme de structure de bilan

On peut schématiquement illustré l'impact de ce type de stratégie sur la structure du


bilan d’une entreprise de la manière suivante :

Structure de bilan avant recours à l'emprunt

Actif Passif
Capital social
Actif immobilisé :
(valeurs brutes)
Dettes à long terme

Actif circulant : Passif circulant :

Trésorerie active Trésorerie passive

42
Structure de bilan après augmentation de capital

Actif Passif
Capital social
Actif immobilisé :
(valeurs brutes)

Dettes à long terme

Actif circulant : Passif circulant :

Trésorerie active Trésorerie passive

Le montant des dettes à long terme de l'entreprise augmente au même titre que
l'augmentation de l'actif immobilisé.

Comme on peut le voir, la manière dont l'entreprise décide de financer sa politique


d'investissement (augmentation de capital ou recours à l'emprunt) a des
conséquences sur la structure de son "haut de bilan" ce qui in fine, peut avoir des
conséquences sur son équilibre financier global.

3.3 La capacité d’autofinancement (CAF)

3.3.1 Introduction
La Capacité d'Autofinancement (CAF) d'une entreprise, appelée aussi Cash
Flow ou marge brute d'autofinancement, représente l'ensemble des ressources
dégagées par une entreprise au cours d'un exercice du fait de ses opérations de
gestion. En ce sens, elle donne à l'entreprise une marge de manoeuvre financière lui
permettant de faire face à ses besoins de financement.

3.3.2 La notion de Capacité d'Autofinancement


3.3.2.1 Définition

Une entreprise, au cours d'un exercice voit sa trésorerie affectée par des
mouvements entrants et sortant correspondant au différents flux occasionnés par son
activité : d'une part, elle doit financer des charges qui se traduisent par des
décaissements (achat de matières premières, paiement des salaires...) alors que
dans le même temps, elle encaisse entre autre le produit de ses ventes.
La différence entre ces décaissements et ces encaissements fait apparaître un solde
que l'on appelle Capacité d'Autofinancement.

La Capacité d'Autofinancement représente donc l'ensemble des ressources,


dégagées au cours de l'exercice, grâce aux opérations de gestion de
l'entreprise. Elle définit donc le montant global des ressources que l'entreprise
pourrait consacrer à l'Autofinancement.
Soit le calcul suivant :

43
Capacité d'Autofinancement = Produits encaissables - charges décaissages

La part consacrée à l'autofinancement correspond alors à la Capacité


d'Autofinancement diminuée du montant des dividendes versés aux actionnaires.
Soit :

Autofinancement = Capacité d'Autofinancement – dividendes

a CAF diffère donc du Résultat net de l'entreprise du fait qu'elle ne tient pas compte
des produits et des charges calculées mais ne comptabilise que les flux financiers
réels ayant affectés la Trésorerie de l'entreprise.

3.3.2.2 Les notions de produits et de charges calculées

Pour définir la CAF, il faut donc uniquement prendre en compte les charges
décaissables et les produits encaissés.
Il faut de fait corriger le Résultat de l'exercice en y ajoutant le total des charges
calculées qui ont été prises en compte et en le diminuant du total des produits
calculés qui ont été rajoutés.

 Les charges calculées : (ou charges non décaissables)


Elles correspondent d'une part aux dotations aux amortissements qui
constatent une dépréciation des éléments de l'actif mais qui n'a pas entraînée de
dépense de la part de l'entreprise, et d'autre part aux dotations aux provisions car
la dépense dans ce cas là n'est pas encore intervenue.

Et ceci est valable quelque soit le type d'amortissement ou de provision passé,


c'est à dire les comptes 681, 686,687 ;

 Les produits calculés : (ou produits non encaissables)


Ils correspondent d'une part aux reprises sur amortissements et provisions qui
ne constituent pas une recette réelle pour l'entreprise mais annulent simplement
un amortissement ou une provision antérieure ;

 Neutralité de la politique d'investissement


De plus, le Calcul de la CAF suppose que l'on ne doit pas tenir compte des
opérations qui ont pu avoir une incidence sur la Trésorerie de l'entreprise mais qui ne
sont pas liées à des opérations de gestion courante. Il s'agit alors des opérations
liées à la politique d'investissement de la firme, qu'il s'agisse de la quote-part des
subventions d'investissement virées au compte de Résultat (compte 777) ou des
éventuels profits réalisés lors de la cession d'un élément de l'actif.

Il faut alors déduire du Résultat net de l'entreprise le montant du compte 777 et du


compte 775 (produit de cession d'un élément d'actif cédé) et d'y ajouter le montant
du compte 675 (valeur comptable nette des éléments de l'actif cédé).

3.3.3 Détermination de la capacité d'Autofinancement

Le calcul de la CAF d'une entreprise peut alors se faire de deux manières :

44
3.3.3.1 Calcul de la CAF à partir de l'EBE

Cette méthode de calcul, dite méthode soustractive, met en lumière les notions de
produits encaissables et de charges décaissables, puisqu'elle consiste à ajouter à
l'EBE, qui est une sorte de "CAF d'exploitation", l'ensemble des autres produits
encaissables et à y soustraire l'ensemble des autres charges décaissables.

Soit le calcul suivant :

Capacité d'Autofinancement =

EBE

+ Autres produits "encaissables" d'exploitation


+ Transferts de charges
+ produits financiers "encaissables"
+ produits exceptionnels "encaissables"
- autres charges "décaissables" d'exploitation
- charges financières "décaissables"
- charges exceptionnelles "décaissables"
- participation des salariés aux résultats
- impôts sur les bénéfices

3.3.3.2 Calcul de la CAF à partir du résultat de l'exercice

Cette méthode, dite "additive", consiste à soustraire au résultat de l'exercice


l'ensemble des produits calculés et à y ajouter l'ensemble des charges calculées.

De plus, le calcul de la CAF à partir du résultat de l'exercice neutralise l'incidence


des produits de cession des éléments d'actif afin que ce calcul ne soit pas influencé
par la politique d'investissement de l'entreprise.
Soit le calcul suivant :

Capacité d'Autofinancement =

Résultat de l'exercice

+ Dotations aux amortissements et provisions


+ valeur comptable des éléments actifs cédés
- reprises sur amortissements et provisions
- produits de cessions des éléments actif cédés
- quote part des subventions d'investissement virée au compte de résultat

3.3.4 Quelques ratios significatifs

Outre l'intérêt même du montant de la Capacité d'Autofinancement ainsi


déterminé, il peut être intéressant de calculer un certain nombre de ratios qui mettent
en relation le total des ressources internes dégagées par l'entreprise avec le total de
ces besoins de financement.

45
3.3.4.1 La part de la Valeur Ajoutée consacrée à l'Autofinancement

Ce ratio permet de voir quelle est la part de la Valeur Ajoutée que l'entreprise va
consacrer à la satisfaction de ses besoins de financement. Il se calcule de la manière
suivante :
Ratio de répartition de la VA = (Autofinancement * 100) / Valeur Ajoutée

Ce ratio, déterminé à partir de l'Autofinancement permet de tenir compte de la


politique de dividende menée par l'entreprise. Voila pourquoi on le préfère à celui
prenant en compte non pas l'Autofinancement mais la Capacité d'Autofinancement.

3.3.4.2 La capacité d'endettement

Ce ratio montre dans quelle mesure la Capacité d'Autofinancement de l'entreprise


est suffisante pour couvrir le montant des remboursements des dettes financières.
Il se mesure de la manière suivante :
Capacité d'endettement = dettes financières / CAF

Plus le montant de ce ratio est élevé et moins l'entreprise dispose d'une marge de
manoeuvre lui permettant de faire face à ses remboursements d'emprunts.
Le calcul prudentiel des banques suppose que ce ratio doit être de préférence
inférieur à 3. S'il est égal à 2 par exemple, cela signifie que l'endettement de
l'entreprise représente l'équivalent de deux années de CAF.

La CAF est un indicateur très important qui permet de mieux juger de l'équilibre
financier d'une entreprise. Plus cette CAF est importante, et plus l'entreprise est en
mesure de faire face à ses besoins de financement. Il est judicieux de déterminer, à
partir du calcul du montant de cette CAF, un certain nombre de ratios qui permettront
de ce faire une idée plus précise de la capacité d'une entreprise de faire face, grâce
aux ressources dégagées lors de ses opérations de gestion, à ses divers besoins de
financement.

Si la CAF ne suffit pas à couvrir l'ensemble des besoins de financement de


l'entreprise, alors celle-ci devra faire appel à d'autres modalités de financement.

3.4 Synthèse

3.4.1 Introduction
L'entreprise a à sa disposition un certain nombre de moyens lui permettant de faire
face à ses besoins de financement à long terme. Le choix de l'un de ces modes de
financement dépend de l'analyse des avantages et inconvénients relatifs à chacune
des méthodes de financement proposées.

Pour prendre sa décision, l'entreprise peut s'appuyer sur un certain nombre de


ratios qui l'aident à définir la stratégie de financement la plus à même de garantir son
équilibre financier.

46
3.4.2 Avantages et inconvénients des différentes méthodes de
financement
On peut représenter les avantages et inconvénients des différents instruments de
financement à la disposition d'une entreprise à l'aide du tableau suivant :

Choix du
Avantages Inconvénients
financement
 Ne crée pas d'obligation  La priorité donnée à
par rapport à un créancier l'autofinancement peut se
ce qui n'est pas le cas traduire par une politique de
lorsque l'entreprise a distribution de dividende peu
recours à un emprunt. importante ce qui risque de
déplaire aux actionnaires et
de ne pas favoriser la
Financement  Ne se traduit pas par hausse du titre de l'action si
interne : l'apparition de charges celle-ci est cotée en bourse.
Autofinancement. financières puisqu'il s'agit de
ressources produites par
l'entreprise elle-même.  Les actionnaires
attendent un retour sur
investissement important
 La capacité des fonds placés dans
d'endettement de l'entreprise, y compris
l'entreprise n'est pas lorsque ce financement est
diminuée. issu de l'entreprise elle-
même.

 Ne se traduit pas par une  L'augmentation de


hausse de l'endettement de capital, si elle n'est pas
l'entreprise puisque les suivie par les actionnaires
fonds sont amenés par les initiaux, peut se traduire par
actionnaires. l'entrée au capital de
nouveaux actionnaires pas
forcément favorables à
Financement l'équipe de direction et peut
Externe : me^me dans le pire des cas
Augmentation de se traduire par une perte de
capital. contrôle de l'entreprise au
profit d'un nouvel
actionnaire.

 La capacité d'endettement  Le retour sur


de l'entreprise n'est pas investissement attendu par
compromise. Celle-ci garde les actionnaires peut être
donc une marge de supérieur au taux d'intérêt
manoeuvre pour financer ces d'un emprunt. La politique
futurs besoins de de versement de dividende
financement. par l'entreprise peut donc se

47
 La rémunération des traduire par un coût plus
actions crées dépend de la élevé que celui relatif au
politique de dividende. recours à l'emprunt.
L'entreprise peut donc faire
varier sa politique de
versement de dividende en
fonction de l'évolution de sa
situation financière.

 Le coût relatif à ce type  La hausse de


de financement est connu à l'endettement peut créer un
l'avance et ne varie pas déséquilibre dans la
dans le temps ce qui n'est structure financière de
pas le cas lorsque l'entreprise ce qui peut nuire
l'entreprise procède à une à sa solvabilité future.
augmentation de capital.

Financement  Le recours à l'emprunt  Le recours à l'emprunt se


externe : n'entraîne aucune traduit par une hausse des
Recours à modification de la répartition frais financier ce qui a pour
l'emprunt. du capital de l'entreprise conséquence de réduire le
entre les actionnaires. Cette résultat futur de l'entreprise
option intéresse donc d'un montant égal au coût
particulièrement les de remboursement de
entreprises familiales qui ne l'emprunt et ce pour une
souhaitent pas voir arriver durée égale à l'échéance de
de nouveaux actionnaires. l'emprunt.

Chaque modalité de financement a donc des avantages et des inconvénients. La


stratégie suivie par l'entreprise sera donc fonction d'une comparaison entre ces
différentes possibilités en tenant compte parfois d'intérêts particuliers (refus d'ouvrir
le capital pour une entreprise familiale, incapacité à accéder aux marchés financiers
pour les PME...). L'utilisation d'un certain nombre de ratios peut constituer une aide
importante à la prise de décision.

3.4.3 Quelques ratios d'aide à la prise de décision

Dans sa stratégie de financement, une entreprise peut appuyer sa prise de décision


sur la détermination d'un certain nombre de ratios significatifs qui lui permettront
entre autre d'évaluer l'impact de son choix de financement sur son équilibre financier.

3.4.3.1 La capacité d'endettement

Ce taux mesure le rapport entre le niveau d'endettement de l'entreprise et le


montant de sa CAF qui détermine sa capacité à dégager des ressources en interne
pour faire face à ses échéances. Il se détermine de la manière suivante :

Capacité d'endettement = dettes financières / CAF

48
3.4.3.2 Le ratio de structure financière

Ce ratio permet de faire le rapport entre le montant des dettes financières et celui
des capitaux propres. Il est un indicateur de l'importance relative de l'endettement
d'une entreprise générateur de charges financières. Il se détermine de la manière
suivante
Structure financière = dettes financières / capitaux propres.

3.4.3.3 Le ratio d'autonomie financière

Il permet de vérifier que le montant des dettes de l'entreprise ne soit pas trop
important par rapport au montant des capitaux propres. Si le ratio est supérieur à 1,
alors l'entreprise n'a plus de marge de manoeuvre en terme de recours à un
financement externe. Il se détermine de la manière suivante :

Autonomie financière = dettes totales / capitaux propres

Ce ratio permet de tenir compte de l'ensemble des dettes contractées par l'entreprise
quelque soit leurs échéances.

Dans tous les cas, le choix d'un ratio est fonction de ce que l'entreprise cherche à
déterminer. Si elle veut évaluer son équilibre financier, elle utilisera plutôt le ratio
d'Autonomie financière, alors que si elle veut mesurer ses possibilités de recours à
l'emprunt, elle cherchera à évaluer sa capacité d'endettement.

3.5 Le financement de cycle d’exploitation

3.5.1 Introduction
De la même manière qu'une entreprise doit trouver le moyen de satisfaire ses
besoins de financement à long terme en relation avec sa politique d'investissement, il
lui faut répondre à ses besoins de financement à moyen et court terme.
Pour ce faire, elle dispose d'un certain nombre d'outils lui permettant, soit de
réduire son besoin en fonds de roulement, soit d'obtenir des crédits à court terme.

3.5.2 La conversion d'éléments de l'actif circulant


Dans cette optique, l'entreprise va mettre en place une stratégie lui permettant de
réduire ses besoins en fonds de roulement d'exploitation tout en augmentant sa
Trésorerie de l'actif.

3.5.2.1 L'escompte

La technique de l'escompte permet à une entreprise d'obtenir des liquidités


rapidement en pratiquant une stratégie active de gestion de ses créances clients.
L'escompte est une technique par laquelle une entreprise, bénéficiaire d'un effet de
commerce, le négocie, avant son échéance, auprès d'un établissement de crédit afin
d'obtenir des liquidités dont le montant correspond à celui de la créance moins les
agios perçus par la banque au titre du service rendu.

49
Cette méthode de financement présente un double intérêt : d'une part, réduire le
stock de créances clients à l'actif du bilan (et donc réduire le Besoin en Fonds de
roulement de l'entreprise), et d'autre part, permettre à l'entreprise d'augmenter sa
Trésorerie de l'actif en lui procurant des liquidités immédiatement disponibles, et ce,
pour un coût relativement faible.

Dans la même logique, une entreprise va pouvoir procéder à une mobilisation de ses
créances commerciales en émettant un billet à ordre regroupant un ensemble de
créances ayant des échéances proches. Ce billet à ordre est par la suite remis à
l'escompte auprès d'une banque qui va lui avancer les fonds correspondant moins sa
rémunération pour le service rendu (les agios).
Dans le même état d'esprit, l'entreprise peut développer une politique d'affacturage.

3.5.2.2 La stratégie d'affacturage

L'affacturage est une technique de financement par laquelle une entreprise cède la
propriété de ses créances clients à une autre entreprise (le "factor") en échange de
liquidités immédiates. Le factor devient alors le propriétaire des créances cédées et
assure le recouvrement de celles-ci. En échange de ce service, le facteur se
rémunère en prélevant sur le montant des créances une commission et des intérêts.
L'entreprise qui utilise ce mode financement se libère par la même de la gestion des
comptes clients relatifs aux créances cédées et n'a plus à se prémunir du risque
d'impayés puisqu'elle n'est plus propriétaire de la créance.

Mais, d'une part cette méthode coûte plus chère que le recours à l'escompte, et
d'autre part, l'entreprise perd le lien qui la lie à ses clients en déléguant la gestion de
ses crédits clients à un tiers.

Dans tous les cas, ces techniques (voir aussi glossaire : bordereau Dailly) se
traduisent par une conversion des créances clients via l'émission d'un effet de
commerce qui permet d'une part de modifier la structure du bilan de l'entreprise (ce
qui entraîne une diminution du besoin en fonds de roulement) et d'autre part de
fournir à l'entreprise des liquidités mobilisables immédiatement pour faire face à des
dépenses courantes.
D'autres modes de financement du cycle d'exploitation sont à la disposition des
entreprises.

3.5.3 Les autres MODES de financement des besoins d'exploitation


3.5.3.1 Le recours aux crédits fournisseurs

Au même titre qu'une entreprise accorde des délais de paiement à ses clients, il est
possible qu'elle négocie avec ses fournisseurs afin d'obtenir des crédits fournisseurs
qui seront comptabilisés au passif du bilan. A ce titre, le décalage dans le temps du
paiement des dettes fournisseurs contribue à diminuer le besoin en fonds de
roulement de l'entreprise.

On peut de fait assimiler les crédits fournisseurs à des crédits interentreprises


accordés par le fournisseur à l'entreprise bénéficiant d'un délai de paiement.
Une gestion optimale du bilan de l'entreprise consiste alors à compenser les
besoins en fonds de roulement correspondants aux créances clients par des crédits

50
fournisseurs d'un montant équivalent. Cette stratégie repose alors sur le pouvoir de
négociation de l'entreprise vis à vis de ses clients et vis à vis de ces fournisseurs.
C'est le cas de la grande distribution par exemple qui dégage des excédents de
ressources d'exploitation du fait qu'elle impose des délais de paiements important à
ses fournisseurs alors que ces clients payent en général comptant.

Dans le même ordre d'idée, les entreprises peuvent bénéficier de crédits de


campagne ou de crédits de stockage afin de financer la production et le stockage de
leur production dans des cas ou il y a un décalage temporel important entre la phase
de production et la phase de commercialisation d'un bien (entreprises saisonnières
par exemple), et ce, à un coût inférieur à celui d'un découvert bancaire.

3.5.3.2 Le financement de la Trésorerie

Enfin, une entreprise peut menée une politique active de gestion de sa Trésorerie
pour faire face à ses dépenses quotidiennes, indépendamment des encaissements
provenant de la vente des biens ou services produits.

Pour ce faire, l'entreprise peut se faire accorder des crédits de Trésorerie par sa
banque, qui se présentent soit sous la forme de découverts bancaires autorisés, soit
sous la forme de facilités de caisse. Dans les deux cas, l'entreprise bénéficie crédit à
court terme de quelques jours (facilité de caisse) à quelque semaine (découvert) dont
le montant ainsi que le coût sont négociés à l'avance avec l'organisme préteur.
Ce type de financement à court terme permet de faire face à des décalages
généralement prévisibles entre les encaissements et les décaissements à une
période donnée mais son coût est relativement plus important que dans le cadre d'un
financement par recours à l'emprunt classique.

Toujours dans le but d'accroître sa trésorerie active, une grande entreprise pourra
émettre des billets de trésorerie qui sont des titres négociables échéance variable
(de 10 jours à 7 ans) qui seront acquis par des financeurs en échange d'une
rémunération versée à l'échéance. Ce procédé permet à une entreprise d'obtenir des
fonds sans avoir à passer par le biais de sa banque traditionnelle, et n'a été possible
que grâce à l'essor des marchés financiers et à une titrisation croissante des
modalités de financement mises en place par les entreprises.

Les modalités de financement des besoins en fond de roulement d'exploitation


s'appuient de plus en plus sur un phénomène de titrisation illustrant la diversité des
mesures par les entreprises pour mener une politique active de gestion de leurs
comptes clients et fournisseurs et de leur trésorerie. La dérégulation financière et
l'essor des marchés de capitaux offrent de ce point de vue de nouvelles possibilités
de financement direct pour les entreprises qui, à cotés des méthodes classiques de
financement (découverts bancaires...) interviennent de plus en plus directement sur
le marché financier sans faire appel à un intermédiaire.

51