Vous êtes sur la page 1sur 207

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

SOMMAIRE

Préambule……………………......................................................................................................................... 5

TITRE I. AXES PRIORITAIRES DU PROJET DE LOI DE FINANCES.................................... 8

PREMIEREMENT : LA CROISSANCE ECONOMIQUE ............................................................... 9


I.1 Consolidation d’un environnement favorable à l’initiative et à l’action....................... 9
I.2. Mise en place des instruments nécessaires........................................................................ 10
I.2.1. Réformes structurelles et stratégies sectorielles..................................................... 10
I.2.1.1.Secteur de l’énergie ......................................................................................................... 10
I.2.1.2. Secteur de l’agriculture ............................................................................................ 13
I.2.1.3.Secteur de l’eau ............................................................................................................ 15
I.2.1.4. Secteur de l’industrie................................................................................................. 17
I.2.1.5. Secteur des phosphates ........................................................................................... 18
I.2.1.6. Secteur du tourisme .................................................................................................. 19
I.2.1.7. Secteur de l’artisanat ................................................................................................ 22
I.2.1.8. Secteur de l’offshoring.............................................................................................. 24
I.2.1.9. Secteur des pêches maritimes............................................................................... 25
I.2.1.10. Secteur du commerce intérieur .......................................................................... 25
I.2.1.11. Promotion des exportations ................................................................................ 27
I.2.1.12. Secteur de la logistique.......................................................................................... 27
I.2.2. Mise en place des infrastructures physiques ........................................................... 28
I.2.2.1. Infrastructures générales ........................................................................................ 28
I.2.2.2. Infrastructures spécifiques pour l’accueil des projets d’investissement 31
I.2.3. Amélioration de l’environnement des affaires .......................................................... 32
I.2.3.1. Amélioration du cadre institutionnel.................................................................... 32
I.2.3.2. Aménagement du cadre financier et fiscal........................................................ 33
I.2.3.3. Promotion de l’éthique.............................................................................................. 34
I.2.3.4. Développement de l’approche partenariale ...................................................... 34
I.2.3.5. Mise à niveau de la petite et moyenne entreprise ......................................... 34
I.2.3.6. Encouragement de l’innovation ............................................................................. 36

DEUXIEMEMENT : LE PROGRES SOCIAL ................................................................................... 38


II.1. Amélioration des conditions de vie des populations...................................................... 38
II.1.1.1. Préservation du pouvoir d’achat.......................................................................... 38
II.1.1.2. Relèvement du revenu ............................................................................................ 39
II.1.2. Amélioration du cadre de vie......................................................................................... 41
II.1.2.1. Mise à disposition de conditions d’habitat décentes .................................... 41
II.1.2.2. Elargissement de l’accès aux équipements de base .................................... 43
II.1.2.3. Amélioration de la qualité environnementale de la vie............................... 44
II.2. Valorisation des ressources humaines................................................................................ 45
II.2.1. Réforme du système Education Formation .............................................................. 46
II.2.1.1. Objectifs de la réforme............................................................................................ 46
II.2.1.2. Acquis de la réforme ................................................................................................ 47
II.2.1.3. Programme d’urgence Education ........................................................................ 48
II.2.1.4. Programme d’urgence Formation........................................................................ 49
II.2.2. Elargissement de l’accès aux services de santé..................................................... 49
II.2.2.1. Acquis du secteur de la santé............................................................................... 49
II.2.2.2. Objectifs prioritaires................................................................................................. 50
II.2.2.3. Programme d’action ................................................................................................. 50
II.2.2.4. Extension de la couverture sanitaire ................................................................. 51
II.2.3. Initiative Nationale pour le Développement Humain............................................ 52
II.2.3.1. Dimension de l’Initiative......................................................................................... 52

NOTE DE PRESENTATION 1
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

II.2.3.2. Objectifs de l’Initiative ............................................................................................ 52


II.2.3.3. Contenu de l’Initiative ............................................................................................. 53
II.2.3.4. Modes de préparation et d’exécution des projets......................................... 53
II.2.4. Lutte contre la pauvreté et Programme du Défi du Millénaire.......................... 53
II.2.5. Elargissement de l’accès aux infrastructures culturelles et sportives .......... 54

TROISIEMEMENT : Amélioration de la gouvernance et de la gestion publique..... 55


III.1. Réforme de la justice............................................................................................................... 55
III.2. Réforme de la gestion budgétaire ...................................................................................... 56
III.2.1. Globalisation des crédits................................................................................................ 56
III.2.2. Mise en place de la programmation pluriannuelle.............................................. 57
III.2.3. Encouragement des relations de partenariat......................................................... 58
III.2.4. Réforme du contrôle de la dépense publique ........................................................ 58
III.2.5. Prise en compte de la dimension « genre »........................................................... 59
III.3. Réforme de l’Administration ................................................................................................. 59
III.3.1. Réformes des structures administratives................................................................ 60
III.3.2. Réforme de la gestion des ressources humaines................................................. 61
III.3.2.1. Mise en place d’outils de gestion prévisionnelle des ressources
humaines.................................................................................................................... 61
III.3.2.2. Instauration d’une nouvelle culture de gestion des ressources
humaines.................................................................................................................... 61
III.3.2.3. Institutionnalisation de la formation continue ............................................ 62
III.3.3. Simplification des procédures...................................................................................... 62
III.3.3.1 Mise en place de l’Administration électronique .................................................. 62
III.3.3.2 Elargissement du champ de la déconcentration ................................................ 63
III.3.4. Promotion de la régionalisation et réforme de la Charte communale.......... 64

QUATRIEMEMENT : Consolidation de la politique de discipline budgétaire........ 66


IV.1. Maîtrise des dépenses.............................................................................................................. 66
IV.1.1. Dépenses de personnel et maîtrise de la masse salariale ............................... 66
IV.1.2. Dépenses de matériel et dépenses diverses ......................................................... 67
IV.1.3. Charges communes.......................................................................................................... 68
IV.1.4. Service de la dette ........................................................................................................... 69
VI.1.4.1. La gestion active de la dette extérieure .......................................................... 69
IV.1.4.2. La réforme du mode de financement du Trésor par le biais de
l’endettement intérieur ......................................................................................... 71
IV.2. Optimisation des recettes ..................................................................................................... 71
IV.2.1. Recettes fiscales ............................................................................................................. 71
IV.2.2. Recettes douanières ....................................................................................................... 73
IV.2.3. Autres recettes ................................................................................................................. 75
IV.2.3.1. Produits des monopoles, exploitations et participations de l’Etat ......... 75
IV.2.3.2. Opérations de privatisation................................................................................. 75
IV.2.3.3. Récupération du coût des prestations publiques ......................................... 75

TITRE II – DONNEES CHIFFREES ...................................................................................................... 76

I - BUDGET GENERAL........................................................................................................................... 77
I.1- DÉPENSES....................................................................................................................................... 77
I.1.1- Dépenses de fonctionnement ......................................................................................... 77
I.1.2. Dépenses d’investissement.............................................................................................. 78
I.1.3- Dépenses de la dette flottante et de la dette amortissable ................................ 80
I.2- Recettes........................................................................................................................................... 81
I.2.1- Impôts directs et taxes assimilées ............................................................................... 81
I.2.2- Droits de douane ................................................................................................................. 81
I.2.3- Impôts indirects ................................................................................................................... 82
I.2.4- Droits d’enregistrement et de timbre .......................................................................... 82
I.2.5- Produits et revenus du domaine.................................................................................... 83

NOTE DE PRESENTATION 2
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.2.6- Monopoles et exploitations .............................................................................................. 83


I.2.7- Recettes d’emprunt ............................................................................................................ 84
I.2.8- Produit des cessions de participations de l'Etat....................................................... 84
I.2.9- Autres recettes ..................................................................................................................... 84

II- Services de l’Etat Gérés de Manière Autonome.......................................................... 84

III- Comptes spéciaux du Trésor................................................................................................ 84

TITRE III : PROGRAMME D’ACTION DES MINISTERES ........................................................ 85

I - SECTEURS SOCIAUX ...................................................................................................................... 85


I.1- Education nationale, enseignement supérieur, formation des cadres et recherche
scientifique ...................................................................................................................................... 85
I.1.1- Enseignement Scolaire ...................................................................................................... 85
I.1.2- Domaine de l’Enseignement Supérieur, de la Formation, des Cadres et de
la Recherche Scientifique................................................................................................ 88
I.1.3- Domaine de lutte contre l’Analphabétisme et l’Education Non Formelle ....... 91
I.2. Emploi et formation professionnelle...................................................................................... 92
I.2.1- Domaine de l’Emploi .......................................................................................................... 92
I.2.2.- Domaine de la Formation Professionnelle ................................................................ 94
I.3- Développement social, famille et solidarité...................................................................... 96
I.4- Santé................................................................................................................................................. 99
I.5- Habitat, Urbanisme et Aménagement de l’Espace ........................................................ 103
I.5.1- Secteur de l’Habitat.......................................................................................................... 103
I.5.2-Secteur de l’Urbanisme .................................................................................................... 106
I.5.3- Domaine du développement territorial ..................................................................... 106
I.6- Culture............................................................................................................................................ 107
I.7- Habous et Affaires Islamiques .............................................................................................. 110
I.8- Haut Commissariat aux Anciens Résistants et Anciens Membres de l’Armée de
Libération....................................................................................................................................... 111
I.9- Jeunesse et Sports .................................................................................................................... 112
I.9.1- Domaine de la Jeunesse ................................................................................................. 113
I.9.2- Domaine des Sports ......................................................................................................... 114

II- Secteurs d’Infrastructure ...................................................................................................... 115


II-1- Equipement et Transport ...................................................................................................... 115
II.1.1- Equipement........................................................................................................................ 115
II.1.2- Domaine du Transport ................................................................................................... 117
II.2- Energie, Mines, Eau et Environnement............................................................................ 118
II.2.1- Energie et Mines............................................................................................................... 119
II.2.2- Eau et Environnement ................................................................................................... 125
II.2.2.1- Eau................................................................................................................................ 125
II.2.2.2- Environnement......................................................................................................... 131

III.SECTEURS PRODUCTIFS .......................................................................................................... 133


III.1- Agriculture et Pêche Maritime............................................................................................ 133
III.1.1- Domaine de l’Agriculture............................................................................................. 133
III.1.2- Domaine de la Pêche Maritime ................................................................................. 141
III.2- Haut commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification 145
III.3- Industrie, Commerce et Nouvelles Technologies ....................................................... 148
III.3.1- Industrie et Commerce................................................................................................ 148
III.3.2- Nouvelles Technologies................................................................................................ 154
III-4- Commerce Extérieur ............................................................................................................. 155
III.5- Tourisme et Artisanat............................................................................................................ 157
III.5.1- Tourisme............................................................................................................................ 157
III.5.2- Artisanat ............................................................................................................................ 162

NOTE DE PRESENTATION 3
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

III.6- Affaires Economiques et Générales ................................................................................. 164


III.7. Haut Commissariat au Plan................................................................................................ 165

IV- Secteurs Administratifs........................................................................................................... 166


IV-1- Intérieur :................................................................................................................................. 166
IV-2- Economie et Finances............................................................................................................ 169
IV-3- Justice.......................................................................................................................................... 170
IV-4- Administration Pénitentiaire et Réinsertion .................................................................. 172
IV-5- Affaires Etrangères et Coopération .................................................................................. 173
IV-6- Communauté Marocaine Résidant à l’Etranger .......................................................... 175
IV.7- Communication....................................................................................................................... 176
IV-8- Modernisation des Secteurs Publics : ............................................................................ 177
IV-9- Secrétariat Général du Gouvernement........................................................................... 178
IV-10-Juridictions Financières........................................................................................................ 179
IV-11- Relations avec le Parlement............................................................................................ 180
IV-12- Charges Communes ............................................................................................................ 180
IV-12-1- Fonctionnement ........................................................................................................... 180
IV-12-2- Investissement ............................................................................................................. 183
Annexe : Dispositions proposées dans le cadre du projet de loi de finances………………….183

NOTE DE PRESENTATION 4
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Préambule

Le projet de Loi de finances pour l’année 2009 s’inscrit dans le cadre du


programme gouvernemental approuvé par les deux Chambres du Parlement en
Octobre 2007, suite aux élections législatives du 7 Septembre 2007.

Il constitue ainsi une nouvelle étape dans le processus de concrétisation des


objectifs que le Gouvernement s’est assignés conformément à un cadre de référence
constitué essentiellement par :

les Orientations Royales découlant des Messages et des Discours Royaux,


notamment le Discours du Trône et le Discours prononcé par Sa Majesté le
Roi à l’occasion de l’Anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple qui ont
posé les jalons d’un développement économique et social harmonieux du
pays ;

le programme gouvernemental tel qu’il a été approuvé par le Parlement qui


définit les choix fondamentaux de la politique du Gouvernement
conformément aux Orientations Royales et aux programmes électoraux des
partis de la majorité ;

Ce projet s’inscrit ainsi dans la dynamique de développement du pays dont


l’économie a connu une mutation structurelle au cours des dix dernières années
grâce aux politiques menées sur le plan économique et financier et aux programmes
de réformes sectorielles et structurelles accomplies.

Notre économie a fait preuve de sa capacité de résistance face aux aléas d’une
conjoncture défavorable marquée notamment par une succession d’années de
sécheresse avec leurs répercussions négatives sur les campagnes agricoles, la
flambée des prix des matières premières notamment le pétrole et les produits
alimentaires sur les marchés internationaux et le ralentissement de la croissance
chez nos principaux partenaires commerciaux. Elle a également fait preuve de son
aptitude à tirer profit des opportunités offertes par la mondialisation et l’ouverture des
marchés.
Ainsi, sur le plan économique, d’importantes avancées ont été enregistrées au
cours de la précédente décennie :

le taux de croissance s’est consolidé avec une diversification de ses sources


marquée par l’émergence de nouveaux secteurs en tant que locomotives de la
croissance comme c’est le cas de la poste et des télécommunications, du
bâtiment – travaux publics, du tourisme et des activités financières et
d’assurance. Pour l’année 2008, le taux de croissance atteindra 6,8 % ;

les secteurs autres que l’agriculture ont connu un développement ininterrompu


à des taux croissants passant de 3 % en 2002 à plus de 6 % en 2008 ;

l’inflation a continué à être maîtrisée à moins de 2 % en moyenne, avec, en


2008, une aggravation qui reste toutefois modérée puisque la hausse des prix
NOTE DE PRESENTATION 5
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

ne devrait pas dépasser 3,5 % en dépit de l’évolution défavorable des prix de


certains produits importés ;

les conditions de financement de l’économie se sont nettement améliorées,


que ce soit au niveau du volume des crédits consentis ou des taux d’intérêt
pratiqués. Au cours du premier semestre 2008, le volume des crédits
accordés à l’économie s’est accru par rapport à la période correspondante de
l’année précédente de 55,2 milliards de dirhams dont notamment
23,2 milliards de dirhams pour le secteur immobilier et 8,6 milliards de dirhams
pour l’équipement ;

la situation des comptes extérieurs s’est confortée d’une manière significative


malgré l’aggravation du déficit de la balance commerciale avec le maintien
d’un excédent du compte courant de la balance des paiements depuis l’année
2001, le renforcement de nos avoirs extérieurs passé de moins de 40 milliards
de dirhams à 222 milliards de dirhams au milieu de l’année en cours
correspondant à huit mois d’importations de biens et services, et la diminution
concomitante de l’encours de la dette publique extérieure passée de
180 milliards de dirhams à 120 milliards de dirhams environ ;

le déficit du Trésor a pu être contenu en moyenne dans la limite du taux de


référence de 3 % du PIB avec la réalisation pour la première fois d’un
excédent en 2007. Pour l’année 2008, le déficit devrait être inférieur à
2,3 %du PIB malgré la forte aggravation des charges de la compensation et
de la masse salariale suite au dialogue social et la non réalisation des
opérations de privatisation prévues initialement ;

le taux d’endettement du Trésor a été réduit dans une proportion importante,


étant passé de 66,8 % à 53,8 % du PIB.

Parallèlement, les indicateurs sociaux ont connu au cours de la même période


une nette amélioration avec :

la diminution du taux de chômage au niveau national de 13,9 % à 9,8 % et en


milieu urbain de 22 % à 15,3 % ;

la diminution substantielle du taux de pauvreté ramené entre les années 2001


et 2007 de 15,3 % à 9 % ;

le relèvement du revenu par tête d’habitant de 14 345 dirhams à


21.748 dirhams, soit une hausse moyenne annuelle de 6,1 %, ce qui a permis
de renforcer la consommation des ménages considérée désormais comme un
facteur de croissance.

NOTE DE PRESENTATION 6
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Cette dynamique est appelée à être amplifiée par la Loi de Finances 2009 qui
s’inscrit dans une vision à moyen terme basée sur les principales hypothèses
suivantes :

la réalisation d’une croissance soutenue à un taux ascendant devant passer


de 5,8 % en 2009 à 6,6 % en 2012 ;

le renforcement continu du taux d’investissement qui devrait se chiffrer à près


de 35 % en 2009. L’effort de l’investissement public sera poursuivi pour
atteindre le seuil de 135,04 milliards de dirhams en 2009 en augmentation de
16,14 % par rapport à 2008. En particulier, les dépenses d’investissement du
Budget Général devraient augmenter de 25,2 % et le volume des
investissements agréés au cours du premier semestre 2008 par la
Commission interministérielle d’investissement s’est chiffré à 16,1 milliards de
dirhams ;

la poursuite de la maîtrise de l’inflation dont le taux devrait être ramené à


2,9 %;

le maintien d’un cours moyen du prix du pétrole sur les marchés


internationaux au niveau de 100 $ le baril et celui du gaz liquide à 800 $ la
tonne ;

le maintien de la parité € / $ à 1,40.

*
* *

La présente note de présentation du projet de Loi de Finances 2009 est scindée


en trois parties :

le Titre I consacré aux axes prioritaires du projet ;

le Titre II porte sur les données chiffrées du projet et

le Titre III expose les programmes d’action des différents départements


ministériels.

Les principales dispositions du présent projet de Loi de Finances sont résumées


dans l’Annexe jointe.

NOTE DE PRESENTATION 7
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

TITRE I. AXES PRIORITAIRES DU PROJET DE LOI DE


FINANCES
Outre la consolidation de l’intégrité territoriale du pays qui constitue la priorité
nationale par excellence et la poursuite du processus de consolidation du champ
religieux visant à promouvoir un Islam du juste milieu, éclairé, tolérant et ouvert à la
modernité et aux spécificités de la société marocaine conformément aux Hautes
Orientations de Sa Majesté le Roi dans son Discours du 27 Septembre 2008, le
projet de Loi de Finances 2009 poursuit deux objectifs prioritaires qui sont d’ailleurs
intimement liés, consistant dans la mise en place des conditions :

d’une croissance forte et durable créatrice de richesses et d’emplois basée sur


une relance de l’investissement pour permettre une exploitation rationnelle
des ressources nationales et sur la mise à profit des opportunités offertes par
l’intégration de l’économie nationale dans son environnement international. A
cet effet, les efforts seront axés sur :

l’ouverture de nouveaux espaces de développement et le renforcement


de la capacité de résistance de l’économie nationale à travers la
concrétisation sur le terrain des réformes et des stratégies sectorielles
et l’accélération du rythme de réalisation des grands chantiers pour
conforter l’attractivité du pays à l’égard des investissements et
favoriser un développement régional équilibré et homogène ;

le renforcement de la compétitivité des entreprises à travers la


réduction de la pression fiscale et l’amélioration de l’environnement
des affaires.

d’un progrès social résultant d’une répartition équitable des fruits de la


croissance au profit de toutes les couches de la population et de toutes les
régions du pays dans le but de renforcer la cohésion sociale et l’équilibre
régional. Un accent particulier sera mis dans ce cadre sur le relèvement du
pouvoir d’achat des couches défavorisées et des couches moyennes ainsi que
sur l’amélioration des conditions de vie des populations rurales à travers
l’élargissement de leur accès aux équipements et aux services de base.

Parallèlement, les efforts seront poursuivis pour :

d’une part, accélérer la modernisation de la gestion publique et la réforme de


l’administration pour soutenir la croissance économique et fournir des
prestations publiques de qualité à moindre coût et,

d’autre part, renforcer la discipline budgétaire pour améliorer les conditions de


l’équilibre des finances publiques.

NOTE DE PRESENTATION 8
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

PREMIEREMENT : LA CROISSANCE ECONOMIQUE

La réalisation d’une croissance forte et durable constitue le moyen le plus


approprié pour apporter une solution radicale au problème de l’emploi et asseoir les
fondations d’une politique de progrès social ambitieuse et pérenne.

Dans cette perspective, les efforts seront accentués pour accélérer la


dynamique de l’investissement qui constitue le support essentiel de toute politique
de développement efficace. Ainsi, force est de constater que l’investissement, dans
ses volets tant public que privé a connu au cours de ces dernières années un essor
remarquable. En effet, parallèlement à la forte progression de l’épargne, le taux
d’investissement a dépassé en 2007 le seuil de 30 % du PIB. L’investissement
public à lui seul est passé de 43 milliards de dirhams en 2002 à près de 115 milliards
de dirhams en 2008.

Le pays dans son ensemble est ainsi devenu un vaste chantier et notre
ambition est de le transformer en une véritable plateforme pour l’investissement, la
production de richesses et l’exportation. A cet effet, l’action gouvernementale
s’articulera autour de deux axes majeurs :

l’amélioration de l’environnement du monde des affaires et

la mise en place des instruments nécessaires pour assurer une relance


significative de l’innovation et l’investissement.

I.1 Consolidation d’un environnement favorable à l’initiative et à


l’action

L’environnement général favorable qui prévaut d’ores et déjà et qui a permis au


pays de réaliser les avancées constatées à ce jour sur les plans économique, social
et culturel mérite d’être consolidé pour conforter davantage la confiance des
investisseurs nationaux et étrangers et des différents opérateurs économiques et
sociaux.

Il s’agit en particulier de veiller à :

la consolidation des bases de l’Etat de droit fondé sur des institutions stables
et crédibles et la prééminence de la loi, l’élargissement des espaces des
libertés collectives et individuelles et la protection des droits de l’homme à
travers la réforme du code pénal, l’adoption des règles de bonne gouvernance
au sein de l’Administration et le renforcement de l’indépendance de la justice ;

la sauvegarde de l’intégrité des personnes et des biens et la diffusion d’un


climat de sécurité et de sérénité à travers tout le pays par la lutte contre toutes
les formes de criminalité y compris le terrorisme, le trafic des drogues et le
blanchiment d’argent ;

NOTE DE PRESENTATION 9
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la promotion de la politique de proximité consistant à rapprocher les services


publics et les centres de décision des citoyens et des entreprises à travers le
renforcement du processus de déconcentration et de décentralisation.

I.2. Mise en place des instruments nécessaires

Par ailleurs, un certain nombre de mécanismes et d’instruments ont été mis en


place pour créer un climat propice à l’émergence et au développement des initiatives
d’investissement, d’innovation et de production.

Les actions menées à cet effet s’organisent autour de trois séries de


programmes majeurs:

un programme de réformes structurelles et de stratégies sectorielles destinées


à clarifier les objectifs à atteindre dans les domaines prioritaires et à définir les
voies et moyens à mettre en œuvre à cet effet ;

un programme d’infrastructures appelées à constituer la base physique


indispensable du développement ;

un programme de mesures qualitatives destinées à améliorer l’environnement


des affaires.

I.2.1. Réformes structurelles et stratégies sectorielles

La mise en place des réformes structurelles vise à conférer à l’économie


nationale la force et la souplesse nécessaire pour s’adapter à l’évolution de la
conjoncture alors que la mise en place des stratégies sectorielles à moyen et long
termes vise à fournir aux investisseurs et aux différents opérateurs la visibilité
nécessaire quant aux potentialités et aux perspectives de développement des
secteurs concernés.

Les réformes et les stratégies mises au point portent notamment sur les
secteurs de l’énergie, de l’agriculture, de l’eau, de l’industrie, des phosphates, du
tourisme, de l’artisanat, de l’offshoring, des pêches maritimes, du commerce intérieur
et de la logistique .

I.2.1.1.Secteur de l’énergie

Le secteur national de l’énergie se caractérise par un double trait :

une forte progression de la demande consécutive au développement


économique, à l’urbanisation croissante, à l’amélioration du niveau de vie des
populations avec ses exigences en matière d’hygiène et de confort et la
généralisation de l’électrification en milieu rural ;

NOTE DE PRESENTATION 10
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

une dépendance à hauteur de 96 % de l’étranger pour ce qui est des


énergies fossiles avec un coût exorbitant pour le budget de l’Etat et la balance
des paiements suite à la flambée des prix du pétrole sur les marchés
internationaux.

Pour faire face à ces défis, la stratégie nationale à moyen et long termes en
cours de mise en oeuvre s’articule autour des principaux axes suivants :

le renforcement de l’offre d’énergie électrique dans la perspective d’assurer un


accès généralisé à l’énergie à des prix compétitifs par :

l’augmentation des capacités de production par la construction de la


centrale thermique de Safi, l’extension de celle de Jorf Lasfar,
l’extension et la rénovation de la centrale de Jerada, la mise à niveau
environnementale de la centrale de Mohammedia, la construction de la
centrale thermo solaire de Ain Beni Mathar alimentée à partir du
Gazoduc Maghreb Europe, la construction du complexe
hydroélectrique Tanafit El Borj et la réalisation du parc éolien de
Tanger ;

le renforcement de l’interconnexion avec l’Espagne et l’Algérie en vue


d’une plus grande intégration régionale et internationale du réseau
marocain permettant une plus grande souplesse dans la gestion des
appels d’énergie.

la sécurisation des approvisionnements en combustibles à travers la


diversification des ressources avec notamment :

le choix du charbon comme option de base en raison des avantages


qu’il offre sur le plan des prix et de la disponibilité ;

le maintien du gaz naturel comme option alternative si des conditions


de sécurité d’approvisionnement à long terme à des prix compétitifs
sont réunies, tout en veillant à l’optimisation de l’exploitation des
ressources offertes par le Gazoduc Maghreb Europe ;

la réduction de la dépendance à l’égard de l’étranger à travers:

l’intensification des efforts de recherche et d’exploration


d’hydrocarbures avec une participation croissante de firmes
internationales après la promulgation du nouveau Code des
hydrocarbures ;

la promotion des ressources renouvelables internes, à savoir


principalement l’énergie hydroélectrique en rapport notamment avec la

NOTE DE PRESENTATION 11
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

rationalisation des systèmes d’irrigation dans le cadre du Plan Vert et


l’énergie éolienne dont la part devrait passer de 5 % du bilan
énergétique national actuellement à 10 % à l’horizon 2012 ainsi que
l’énergie solaire dont l’utilisation sera centrée essentiellement sur le
chauffage de l’eau sanitaire et l’énergie photo voltaïque pour
l’électrification décentralisée des habitations isolées en milieu rural.

Dans ce cadre et suite aux Instructions Royales, un compte d’affectation


spéciale sera créé pour contribuer au financement du développement énergétique
dans notre pays. Ce fonds d’un montant global de 1 milliard de $ US sera financé par
les dons alloués au Royaume du Maroc par le Royaume d’Arabie Saoudite (500 M$)
et les Emirats Arabes Unis (300 M$) ainsi que la contribution du Fonds Hassan II
pour le développement économique et social (200 M$).

la maîtrise de la consommation à travers l’introduction des normes de


l’efficacité énergétique qui consiste principalement à :

rechercher la meilleure efficacité énergétique dans les centrales


électriques par le recours aux technologies les plus performantes ;

mettre à niveau de larges secteurs d’activité pour les adapter aux


exigences d’économie d’énergie. Un pas important a été franchi dans
ce sens avec la signature, au cours d’une cérémonie présidée par Sa
Majesté le Roi à Oujda le 8 Juillet 2008, de trois conventions portant
respectivement sur l’intégration de l’efficacité énergétique dans le
secteur industriel et dans la conception architecturale et la construction
des bâtiments, la généralisation des chauffe eau solaires et des
lampes à basse consommation dans les établissements hôteliers et la
promotion à grande échelle des énergies renouvelables et de
l’efficacité énergétique dans les établissements scolaires et
universitaires. Les règles de l’efficacité énergétiques seront
progressivement appliquées à des locaux professionnels spécifiques
telles que les hammams et les boulangeries gros consommateurs de
bois de chauffage, aux ménages et aux collectivités.

la prise en compte des implications environnementales à travers :

l’adoption des technologies de production d’électricité les moins


polluantes et

la mise à niveau des raffineries pour la production de gasoil et


d’essences de qualités conformes aux normes internationales.

NOTE DE PRESENTATION 12
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.2.1.2. Secteur de l’agriculture

Le secteur de l’agriculture contribue à assurer la sécurité alimentaire du pays, à


procurer des revenus à près de la moitié de la population marocaine, à conserver et
préserver les ressources naturelles et à favoriser l’intégration du Maroc dans son
environnement international à travers les forts courants d’échange portant sur les
produits agricoles. Malgré les importantes avancées enregistrées, ce secteur
présente encore des marges importantes de progrès pour tirer pleinement profit des
atouts constitués par un climat diversifié, une position géostratégique privilégiée, des
configurations topographiques favorables et la disponibilité de ressources
abondantes au niveau des terres arables, de l’eau grâce à la politique des barrages,
ainsi que d’une main d’œuvre et de cadres qualifiés.

Dans un contexte d’ouverture des économies, la productivité et la compétitivité


de l‘agriculture marocaine et la mise sur le marché de produits répondant aux
exigences de qualité internationale sont devenus des enjeux majeurs pour la survie
du secteur agricole et l’amélioration des conditions de vie des populations rurales et
la diversification de leurs sources de revenu.

Les grandes lignes de la nouvelle stratégie agricole, intitulée « Plan Maroc


Vert » exposées devant Sa Majesté le Roi le 22 Avril 2008, et qui vise à lever les
contraintes qui entravent le développement du secteur et à tirer parti dans les
meilleures conditions des atouts visés ci-dessus, s’articulent autour des idées
directrices suivantes :

faire en sorte que l’agriculture devienne un des moteurs de la croissance de


l’économie nationale au cours des dix à quinze prochaines années avec des
impacts considérables sur le PIB, l’emploi, les exportations et la lutte contre la
pauvreté actuellement concentrée en milieu rural. En particulier, le PIB
supplémentaire généré serait de 70 à 100 milliards de dirhams, le nombre
d’emplois créés se situerait entre 1 et 1,5 million et le revenu de deux à trois
millions de ruraux serait multiplié par deux ;

étendre le bénéfice des programmes retenus sans exclusive à l’ensemble des


acteurs et à l’ensemble des filières avec des approches adaptées aux
contraintes spécifiques de chaque type d’acteur et de chaque filière, ce qui
implique l’association de tous les opérateurs concernés;

s’attacher à résorber les insuffisances actuelles du secteur consistant


notamment dans la faiblesse du tissu des acteurs et le statut foncier en se
basant sur les expériences réussies à l’échelle mondiale ;

promouvoir l’investissement privé à grande échelle dans le secteur ;

mettre en œuvre effectivement 1 500 projets sur la base d’un modèle


économique prédéfini.

NOTE DE PRESENTATION 13
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le plan d’action mis au point à cet effet pour les dix prochaines années sur la
base d’une approche de développement intégré s’organise autour de deux piliers :

Pilier I : le développement d’une agriculture à haute valeur ajoutée et à haute


productivité tournée principalement vers l’exportation. Il sera ainsi procédé au
lancement de 700 à 900 projets répartis entre 400 000 exploitations ciblées
pour un investissement de l’ordre de 121,2 milliards de dirhams ;

Pilier II : la mise à niveau solidaire du tissu de production au profit de 600 000


à 800 000 exploitants ciblés à travers 300 à 400 projets pour un
investissement de l’ordre de 19,25 milliards de dirhams.

Ces investissements, conçus dans un cadre cohérent devant leur assurer


l’efficacité nécessaire, seront complétées par des actions parallèles d’un coût total de
52,50 milliards de dirhams portant notamment sur la mise à niveau des périmètres
d’irrigation.

Le volume total des investissements requis se trouve porté à près de


193 milliards de dirhams. La part revenant à l’Etat dans cet effort d’investissement
est estimée à 68,60 milliards de dirhams, soit 35,5 % dont :

23,69 milliards de dirhams ou 19,5 % au titre du Pilier I;

13,47 milliards de dirhams ou 70 % au titre du Pilier II et

31,43 milliards de dirhams ou 59,9 %. au titre des autres investissements

Parallèlement, des actions d’accompagnement seront menées pour assurer le


succès de la réforme, notamment :

l’agrégation du foncier ;

l’adoption d’une nouvelle politique d’irrigation en vue d’une plus grande


rationalisation de l’utilisation des ressources hydrauliques consommées à
hauteur de 80 % par le secteur agricole ;

la modernisation des circuits de commercialisation des produits;

la dynamisation des organisations agricoles ;

le renforcement de la formation professionnelle ;

l’amélioration de l’accès des agriculteurs aux innovations techniques et à des


financements adaptés à leurs besoins.

NOTE DE PRESENTATION 14
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Il convient de rappeler que l’importance d’une réforme profonde du secteur


agricole a été soulignée à nouveau par Sa Majesté le Roi dans Son Discours du 20
Août dernier. Le régime fiscal particulier dont bénéficie ce secteur sera prolongé
jusqu’à fin 2013. A partir de l’année 2014, un nouveau dispositif sera mis en place,
tenant compte des spécificités du secteur notamment pour ce qui concerne les petits
agriculteurs tout en privilégiant les impératifs de l’équité fiscale et de la solidarité
nationale.
I.2.1.3.Secteur de l’eau
La stratégie nationale dans le secteur de l’eau qui constitue une ressource rare
et mal répartie géographiquement face à une demande croissante poursuit
plusieurs objectifs, notamment :

la consolidation des acquis des réformes engagées depuis 1995 pour


moderniser le secteur, à savoir : la mise en place d’une gestion intégrée et
décentralisée de l’eau avec la généralisation de l’installation des Agences des
bassins versants et la prise de conscience de la valeur économique de l’eau
avec l’application des principes de préleveur payeur et de pollueur payeur, la
poursuite à un rythme accéléré de l’équipement du pays en grands ouvrages
hydrauliques pour le stockage des ressources en eau et les adductions d’eau
potable notamment en milieu rural, l’intéressement de firmes d’envergure
internationale dans le financement et l’exploitation de réseaux de distribution
d’eau potable et d’assainissement dans de grandes villes ainsi que des
réseaux d’irrigation dans certains grands périmètres agricoles ;

la préservation et la protection des ressources hydrauliques pour assurer la


sécurité d’un approvisionnement régulier et pérenne pour les différents usages
tout en ouvrant l’accès à l’eau potable de façon équitable à l’ensemble de la
population et à toutes les régions du pays ;

la recherche de l’équilibre dans la répartition géographique des ressources en


eau sur la base du principe de la solidarité nationale, régionale et
interrégionale et dans la répartition sectorielle sur la base d’un arbitrage
judicieux entre les usages domestique, industriel et agricole de l’eau.

La nouvelle politique de l’eau est articulée autour de trois axes principaux :

l’intégration et la mise en cohérence des programmes et des politiques de


l’eau et de l’environnement qui relèvent, dans la formation gouvernementale
actuelle, d’un même département ministériel, ce qui est de nature à favoriser
la coordination et l’efficacité des interventions dans ce domaine ;

le renforcement de la gestion intégrée et décentralisée des ressources en eau


sous l’égide des Agences des Bassins hydrauliques avec la participation
active de tous les acteurs concernés, y compris les usagers ;

la mise en place du Plan National de l’eau visant à imprimer une nouvelle


orientation de la politique de l’eau vers davantage de coordination et

NOTE DE PRESENTATION 15
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

d’efficacité et à renforcer la gestion déconcentrée et participative des


ressources disponibles.

Une actualisation de la politique de l’eau est en cours de mise au point à la


lumière des conclusions de l’étude financée par le Fonds Hassan II pour le
Développement Economique et Social dans le cadre de la Convention signée le
8 Novembre 2007 sous la Présidence de Sa Majesté le Roi en vue d’une gestion
plus rationnelle de la demande, de l’accroissement de la production et d’une plus
grande prise en compte des facteurs environnementaux.

Les objectifs concrets de la politique de l’eau consistent principalement à


assurer :

la mobilisation des ressources disponibles par la poursuite des programmes


de construction des barrages ;

la généralisation de l’accès à l’eau potable pour les populations urbaines et


rurales par la construction d’ouvrages de stockage et de distribution d’eau et
l’aménagement de sources ;

la rationalisation de la consommation d’eau dans les périmètres irrigués et le


contrôle des pollutions des nappes phréatiques occasionnées par les
fertilisants et les produits phytosanitaires ;

la généralisation des programmes d’assainissement et d’épuration des eaux


usées avant leur rejet dans la nature.

Outre les investissements réalisés par le Secrétariat d’Etat à l’Eau dans les
domaines de la planification, la mobilisation de la ressource et la réalisation des
ouvrages hydrauliques, le programme d’investissement lancé par l’Office National de
l’Eau Potable se chiffre à 17,10 milliards de dirhams pour la période 2007-2010
dont :

7,40 milliards de dirhams pour les adductions d’eau urbaines dont 2 milliards
de dirhams pour 2008 et 1,30 milliards de dirhams pour 2009 ;

5,50 milliards de dirhams pour les adductions d’eau rurales dont 1,3 milliard
de dirhams pour 2008 et 1,20 milliard de dirhams pour 2009;

4,20 milliards de dirhams pour les travaux d’assainissement dont 1 milliard de


dirhams pour chacune des années 2008 et 2009.

Par ailleurs, pour permettre un suivi régulier des programmes engagés, des
Contrats Programmes sont conclus entre l’Etat et les différentes Agences de Bassins
fixant les droits et obligations réciproques des parties contractantes.

NOTE DE PRESENTATION 16
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.2.1.4. Secteur de l’industrie

L’élargissement de la base industrielle du pays et la mise à niveau de l’appareil


productif constituent un objectif prioritaire du programme gouvernemental en raison
du rôle moteur du secteur industriel dans le processus de croissance et de
modernisation de l’économie nationale et des structures sociales dans leur
ensemble, outre son impact direct sur la valorisation des ressources naturelles
nationales, la création de richesses, la promotion de l’emploi, l’amélioration de
situation de la balance commerciale et l’attraction des investissements directs
étrangers.

Ce secteur a connu un véritable essor après le lancement en 2005 du plan


« Emergence » qui a marqué le début de la mise en œuvre d’une politique
volontariste visant non seulement la consolidation des branches d’activité largement
implantées au pays telles que le textile habillement, l’agro-industrie et la
transformation des produits de la pêche, mais également la promotion de nouveaux
métiers pour le Maroc dans les domaines de l’offshoring, de l’automobile, de
l’aéronautique, de l’électronique et des produits de la mer. Cette politique a abouti à
des résultats probants ainsi qu’en témoigne l’évolution de la part du secteur industriel
dans le PIB passée de moins de 17 % en 2004 à 20 % en 2007 et devrait atteindre
25 % en 2016.

Afin de consolider les résultats enregistrés et donner une nouvelle impulsion au


secteur industriel, il a été procédé au lancement d’une étude visant l’élaboration,
dans le prolongement du Plan « Emergence », d’un nouveau plan intitulé « Plan de
Développement industriel intégré PDII ».

A cet effet, il a été procédé le 19 Mai 2008, sous la Présidence de Sa Majesté le


Roi, à la signature par le Fonds Hassan II pour le Développement Economique et
Social et le Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Nouvelles Technologies de
trois conventions portant respectivement sur :

le soutien de l’investissement industriel et le développement des nouvelles


technologies moyennant un apport du Fonds de 500 millions de dirhams. Les
branches d’activité sélectionnées concernent les pièces détachées, l’industrie
automobile et aéronautique, les composants électroniques, la
nanotechnologie, la microélectronique et la biotechnologie ;

la mise en place d’un cadre général du décollage industriel bénéficiant d’un


concours du Fonds de 20 millions de dirhams ;

la mise en place d’une stratégie intégrée pour la relance d’une compétitivité


logistique de l’économie marocaine portant sur l’établissement d’un schéma
directeur des bases logistiques, d’un plan national de formation en matière de
logistique et la création d’un observatoire de suivi de la logistique.

NOTE DE PRESENTATION 17
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le PDII relève d’un nouveau concept global visant :

la dynamisation du tissu productif existant constitué principalement de petites


et moyennes entreprises grâce à une action de mise à niveau sur les plans
technique, organisationnel, managérial et financier ;

l’amélioration du climat des affaires par l’adaptation du cadre juridique,


judicaire, administratif et incitatif ;

l’adaptation de la formation aux besoins quantitatifs et qualitatifs des secteurs,


notamment pour les disciplines de pointe dans les domaines de l’aviation, de
l’électronique et des technologies de l’information et de la communication ;

la mise en place d’un cadre institutionnel approprié avec le projet de création


de l’Agence de Développement des Investissements en substitution à
l’actuelle Direction des Investissements Extérieurs.

Le premier point d’application de cette stratégie a consisté dans la mise en


place de pôles d’excellence intégrés visant la promotion des nouveaux métiers
mondiaux du Maroc cités plus haut. Il s’agit de la réalisation de plateformes d’accueil
qui, au-delà du concept traditionnel des zones ou des parcs industriels, sont
appelées à offrir aux opérateurs concernés à des prix compétitifs et conformément
aux normes internationales, non seulement les services de base, mais également
les services et équipements spécifiques propres à chaque type d’activité telles que
les centres de formation et de recherche et éventuellement des structures
d’hébergement pour le personnel. Le choix des implantations des sites sera effectué
dans un souci de développement régional visant à valoriser les potentialités locales
et à diffuser la croissance à travers l’ensemble du territoire national. Trois sites, dont
deux à Casablanca et un à Kenitra sont d’ores et déjà été identifiés dans ce cadre.

Par ailleurs l’approche du partenariat destinée à renforcer la synergie des


interventions des différents opérateurs publics et privés et l’approche de
contractualisation visant à clarifier les responsabilités respectives des différents
intervenants sera poursuivie et intensifiée.

Cette approche du partenariat est particulièrement développée au sein du


groupe de l’Office Chérifien des Phosphates avec des opérateurs nationaux et
étrangers pour assurer l’exploitation de la richesse stratégique constituée par les
phosphates dans les meilleures conditions techniques et financières.

I.2.1.5. Secteur des phosphates

Le secteur des phosphates a connu une réforme institutionnelle profonde


consacrée par le Protocole d’Accord conclu en Juillet 2007 avec l’Etat et la Caisse de
Dépôt et de Gestion. En vertu de ce Protocole, l’Office Chérifien des Phosphates est
transformé en Société Anonyme et la caisse interne de retraite de l’Office est
externalisée pour un montant de 33 milliards de dirhams.

NOTE DE PRESENTATION 18
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Cette réforme vise à conforter l’OCP dans sa position de pôle industriel national
et de leader mondial de l’ensemble des filières du secteur phosphatier, qu’il s’agisse
du minerai brut, de l’acide phosphorique ou des engrais solides.

Dans ce but, l’OCP a lancé un important programme d’investissement pour la


modernisation et l’extension des sites d’extraction notamment à Khouribga et
Youssoufia, la rationalisation des moyens de traitement et de transport des produits
et la création de nouvelles unités pour la valorisation du minerai notamment à Jorf
Lasfar dans le cadre de partenariats stratégiques avec des groupes d’envergure
internationale du Pakistan, de l’Inde, du Brésil et plus récemment de la Libye et du
Vietnam.
Les investissements programmés pour la période 2008-2012 sont estimés à 22
milliards de dirhams et devraient permettre la création de 10 000 postes de travail.

La vigueur de la demande à l’échelle internationale et la hausse importante des


prix de vente a permis aux produits phosphatiers de devenir le premier poste
d’exportation. Cette position est appelée à se consolider à l’avenir avec la politique
de l’OCP privilégiant la conclusion de contrats à long terme avec ses principaux
clients.

I.2.1.6. Secteur du tourisme

Depuis le lancement en 2001 de la « Vision 2010 » pour le secteur du tourisme,


marquée par le discours fondateur de Sa Majesté le Roi du 10 Janvier 2001 à
l’occasion de la tenue des premières Assises Nationales sur le secteur du tourisme
et par la signature de l’Accord Cadre du 29 Octobre 2001 entre le Gouvernement et
la Fédération Nationale du Tourisme, ce secteur a fait preuve d’un dynamisme qui
n’a cessé de s’affirmer.

La Vision 2010, dans le cadre d’une politique volontariste de développement du


secteur, s’est assignée comme objectif principal de porter le nombre de touristes
visitant le pays à dix millions dont sept millions d’étrangers. La contribution du
secteur au PIB devrait atteindre 20 %.

L’objectif concernant l’évolution du nombre des touristes est en bonne voie de


réalisation avec le passage du nombre d’arrivées des touristes aux frontières de
4 380 000 en 2000 à 7 450 000 en 2007, soit une progression de 70 % sur une
période de sept ans, ce qui a permis de porter les recettes en devises liées aux
activités touristiques à 59 milliards de dirhams. Cette tendance haussière s’est
confirmée au cours du premier semestre 2008 avec une hausse de 12 % des
arrivées de touristes accompagnée toutefois d’une réduction de 4 % du nombre de
nuitées hôtelières qui pourrait s’expliquer par le développement des autres types
d’hébergement tels que les résidences touristiques, les maisons d’hôtes et les gîtes
ruraux.

Le programme d’action mis en œuvre à cet effet porte notamment sur:

le renforcement des capacités d’accueil pour les porter à 230 000 lits par la
création de 160 000 lits supplémentaires ;

NOTE DE PRESENTATION 19
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la libéralisation du transport aérien par l’ouverture du ciel marocain à de


nouvelles compagnies aériennes et la création par la Royal Air Maroc de la
première compagnie low cost dont l’activité est axée sur le tourisme ;

le renforcement des actions de formation dans les métiers du tourisme qui


devraient bénéficier à 70 000 jeunes afin de permettre une
professionnalisation accrue des ressources humaines travaillant dans ce
secteur et l’amélioration de la qualité des prestations fournies ;

le développement de la promotion touristique orientée en particulier vers les


marchés porteurs. Dans ce cadre, l’année 2009 sera caractérisée par
l’augmentation de la dotation budgétaire affectée à la promotion de 500 MDH
à 550 MDH ;

la restructuration du secteur public en charge du tourisme que ce soit au


niveau du Ministère ou des organismes sous sa tutelle tels que l’Office
National Marocain du Tourisme ou la Maison de l’Artisan, la fusion de la
Société d’Aménagement de la Baie d’Agadir SONABA et de la Société
d’Aménagement de la Baie de Tanger SNABT au sein de la nouvelle entité la
Société Marocaine d’Ingénierie Touristique SMIT et la création de
l’Observatoire National du Tourisme.

La première initiative lancée pour le renforcement des capacités d’accueil a


consisté dans le Plan Azur axé sur le balnéaire avec la réalisation de six stations à
savoir Plage Blanche à Guelmim, Taghazout à Agadir, Mogador à Essaouira,
Mazagan à El Jadida, Lixus à Larache et Mediterrania à Saîdia d’une capacité
d’hébergement globale de 110 000 lits dont 70 000 lits en hôtellerie sur une assise
foncière de l’ordre de 3 000 ha. Les travaux d’aménagement, confiés à des
aménageurs développeurs d’envergure internationale, sont avancés à des degrés
divers pour l’ensemble de ces stations. L‘investissement global prévu dans ce cadre
est de l’ordre de 50 milliards de dirhams devant permettre la création de 210 000
nouveaux emplois dont 35 000 emplois directs.

Parallèlement à la promotion du tourisme balnéaire, le Plan Mada’in a été lancé


pour le développement des destinations touristiques déjà existantes telles que
Rabat, Casablanca, Fès, Tanger, Tétouan, Agadir, Meknes et Ouarzazate Zagora.
Les programmes correspondants, adaptés aux spécificités propres à chaque localité
font l’objet de Programmes Régionaux de Développement Touristique dont
l’élaboration met à contribution, dans une démarche participative, l’ensemble des
opérateurs publics et privés concernés.

Par ailleurs, un programme de développement du tourisme rural a été mis en


place pour répondre aux besoins d’un certain type de clientèle et pour contribuer à la
diversification des revenus des populations rurales. Il s’agit de consolider la vocation
touristique de zones déjà largement ouvertes à cette activité notamment dans les
vallées et les montagnes de l’Atlas et dans le désert, et de promouvoir de nouveaux
espaces notamment au Sous et dans le Rif.

NOTE DE PRESENTATION 20
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Enfin, un plan d’action a été établi pour développer un tourisme de niche à


caractère local très marqué destiné à tirer profit des vocations spéciales de certains
sites. Il s’agit principalement des activités liées au sport de glisse à Dakhla et Mirleft,
de surf à Safi, de parachutisme sportif à Béni Mellal ainsi que de la chasse à
Arbaoua.

Outre ces actions orientées vers la clientèle internationale, il a été procédé à


l’établissement du Plan Biladi dont la vocation est d’assurer un développement
durable du tourisme local par la mise en place de grilles tarifaires préférentielles et
l’adaptation des offres d’hébergement aux goûts des voyageurs marocains
notamment au niveau des sites les plus populaires pour les citoyens. L’objectif est de
porter le nombre des voyages réservés par les touristes nationaux à deux millions et
le nombre des nuitées enregistrées auprès des établissements classés à six millions.
Le développement du tourisme local peut par ailleurs constituer un volant de sécurité
devant atténuer les effets négatifs d’un retournement éventuel de la conjoncture
touristique internationale.

Pour assurer l’accompagnement financier des plans de développement du


secteur du tourisme et donner une impulsion aux investissements dans les domaines
de l’immobilier, de l’hôtelier et du para hôtelier, des groupements bancaires ont
procédé à la création de fonds d’investissement permettant de drainer des moyens
de financement de plus de dix milliards de dirhams.

Sur ordre de Sa Majesté le Roi, dans le cadre des Assises Internationales du


Tourisme tenues à Fès en Avril 2008, une « Vision 2020 » du secteur du tourisme
est d’ores et déjà en cours d’élaboration afin de capitaliser les résultats acquis et
tenir davantage compte, dans les actions futures, des aspects qualitatifs et de
l’articulation du secteur touristique national avec les autres secteurs économiques et
sociaux.

Le développement du secteur a été fortement boosté par la dynamique du


transport aérien, en effet, depuis la libéralisation du ciel marocain à partir de 2004,
l’activité aéronautique s’est développée à un rythme en complète rupture avec le
passé marqué notamment par :

la forte hausse du nombre des passagers qui a atteint 12 millions en 2007


contre 5,2 millions en 2003, soit un taux de croissance annuel de 17 % contre
2,5 % avant 2004 ;

l’entrée dans le ciel marocain de 46 nouvelles compagnies étrangères ;

la réalisation de 142 nouvelles fréquences hebdomadaires dont 91 % en


low cost pour la seule année 2007, portant le nombre total des fréquences
nouvelles intervenues depuis 2003 à 360 ;

la multiplication des vols de point à point sans escale à Casablanca pour


permettre la desserte directe des villes d’intérêt touristique.

NOTE DE PRESENTATION 21
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le plan d’action pour les années 2008 et 2009 est axé notamment sur :

l’accélération du rythme de réalisation des chantiers de la Vision 2010 ;

la généralisation des Plans Régionaux de Développement Touristique


destinés à définir les objectifs assignés à chaque destination touristique, les
besoins en capacités d’accueil et autres investissements ainsi que les besoins
en ressources humaines ;

la poursuite du programme de formation des ressources humaines ;

la mise en place du Plan Biladi ;

la mise en convergence des capacités d’accueil avec l’évolution du trafic induit


par la politique du ciel ouvert.

I.2.1.7. Secteur de l’artisanat

Intégré initialement dans le « Plan Emergence », le développement du secteur


de l’artisanat, en raison de ses caractéristiques propres d’ordre artistique,
esthétique, culturel, patrimonial, social et économique, a fait l’objet d’un plan
spécifique intitulé « Vision 2015 ».

Eu égard au potentiel des métiers de l’artisanat, le Gouvernement, dans sa


déclaration devant le Parlement a retenu le développement du secteur parmi ses
objectifs prioritaires.

L’intérêt marqué pour ce secteur a été couronné par la signature, sous la


Présidence de Sa Majesté le Roi, le 20 Février 2007, du contrat programme
correspondant conclu entre le Gouvernement et les représentants du secteur privé
concernés.

Les objectifs assignés à ce programme consistent essentiellement à :

faire passer le volume de la production marocaine d’articles artisanaux à


contenu culturel et artistique de moins de 11 milliards de dirhams actuellement
à plus de 24 milliards de dirhams ;

multiplier par dix le volume des exportations du secteur pour les faire passer
de 700 millions de dirhams à 7 milliards de dirhams ;

porter le volume de ventes sur place aux touristes de 1 700 millions de


dirhams à 7 milliards de dirhams ;

permettre la création de plus de 290 000 nouveaux postes de travail.

NOTE DE PRESENTATION 22
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le programme d’action mis en œuvre à cet effet d’un coût global de 2.800
millions de dirhams s’organise autour de trois axes principaux :

la restructuration des petites et moyennes entreprises artisanales en vue d’en


faire émerger des acteurs de référence capables de livrer au marché des
produits de qualité à des prix compétitifs. Le nombre des PME devrait passer
de 90 actuellement à 300 ;
le relèvement du revenu des mono artisans en élargissant leur accès au
financement auprès du système bancaire ou du micro crédit, l’amélioration du
circuit de commercialisation et l’aménagement des espaces de vente
appropriés et l’amélioration de leurs conditions de vie par la mise en place
d’une couverture médicale en leur faveur ;

la mise en œuvre de mesures à caractère horizontal destinées à favoriser la


modernisation et la compétitivité du secteur, notamment la certification, la
normalisation et la labellisation des produits afin d’en garantir la qualité et la
conformité aux exigences du marché, la promotion des activités de recherche
développement et de design afin de rehausser la valeur esthétique et
commerciale des produits, le renforcement des actions de formation et la mise
à niveau du cadre institutionnel avec en particulier la révision des statuts de la
Maison de l’Artisan et des Chambres Professionnelles artisanales.

Après la conclusion, le 13 Juin 2007, de contrats de croissance avec sept


acteurs de référence relevant principalement du domaine de l’ameublement, d’autres
accords à caractère sectoriel ou intersectoriel seront signés pour définir les
obligations respectives de l’Etat et des entreprises concernées pour la réalisation
d’objectifs précis en matières de volume de production, d’exportation et d’emploi.

Le programme d’action pour les années 2008 et 2009 est axé sur les principales
opérations suivantes :

la généralisation progressive des Plans de Développement Régionaux de


l’Artisanat après l’achèvement de celui de Fès et la finalisation du Sud avec la
spécialisation des productions de chaque région en fonction des potentialités
locales ;

la mise en œuvre d’une réforme institutionnelle du secteur par la révision des


statuts des Chambres d’Artisanat ;

la poursuite du programme de mise à niveau et d’extension du réseau des


ensembles artisanaux ;

la mise en place d’espaces d’accueil spécifiquement réservés aux


investissements dans le domaine de l’artisanat avec un accent particulier sur
la zone de Fès bénéficiant de l’appui du Programme du Défi du Millénaire
(Millenium Challenge Account - MCA). Entrent dans ce cadre notamment les
zones de Benjelliq et de Aïn Noqbi spécialisées respectivement dans les
domaines du cuir et de la céramique.

NOTE DE PRESENTATION 23
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.2.1.8. Secteur de l’offshoring

Le secteur de l’offshoring est identifié dans le Plan Emergence parmi les


nouveaux métiers du Maroc et en constitue un axe majeur. C’est également l’une des
composantes du Plan qui ont connu le plus grand succès jusqu’à présent grâce à la
mise en place d’un environnement attractif marqué par :
un cadre incitatif sur le plan de l’assiette foncière, de la fiscalité, de la
législation du travail et des procédures administratives. Ainsi 185 ha de terres
domaniales ont été cédés à des promoteurs privés pour la réalisation de
projets industriels dont le projet Technopolis à Salé et l’unité de production de
faisceaux de câbles pour automobiles à Aïn Aouda ;

la création d’infrastructures d’accueil dotées d’équipements de classe


mondiale notamment au niveau des télécommunications et de l’informatique
pour répondre aux besoins spécifiques de cette activité. Les premières unités
réalisées ou en cours de réalisation dans ce cadre concernent les villes de
Casablanca avec Casanearshore dont la première tranche a été livrée en
Décembre 2007, Rabat avec Technopolis dont la première tranche est d’ores
et déjà achevée et se trouve en cours de livraison, Fès, Marrakech et Tanger
avant de s’étendre à d’autres villes du Royaume;

l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan national de formation des


ressources humaines de différents niveaux dédiées aux métiers de l’offshoring
et d’un dispositif d’aide de formation à l’occasion de la première embauche
ainsi que de la formation continue du personnel en place. Le coût de la
formation est estimé à 900 millions de dirhams pour la période 2008-2012.

Les activités d’offshoring devraient permettre d’élever le PIB de 15 milliards de


dirhams et une rentrée de devises de même montant ainsi que la création de 50 000
à 100 000 emplois supplémentaires.

Ces activités, entamées avec les centres d’appel, s’étendent à un rythme


accéléré aux prestations à haute valeur ajoutée liées à la banque, à l’assurance, à
l’administration et au développement informatique, avec les délocalisations à partir
notamment des marchés français et espagnols en raison de la proximité
géographique et des affinités culturelles et linguistiques. Ainsi se confirme le
positionnement du Maroc comme leader dans le nearshoring francophone et
hispanophone. Des entreprises de premier plan ont commencé à exercer dans les
plateformes en service. Le chiffre d’affaires des centres d’appel s’est élevé à près de
2 milliards de dirhams à fin Août 2008 après être passé de 1 milliard de dirhams en
2005 à 1,9 milliard de dirhams en 2006 et 2,6 milliards de dirhams en 2007.

Le coût de l’aménagement de Casanearshore qui porte sur 35 ha s’élève à 2,80


milliards de dirhams et celui de l’aménagement de Technopolis, d’une superficie de
300 ha est estimé à 3 milliards de dirhams.

NOTE DE PRESENTATION 24
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.2.1.9. Secteur des pêches maritimes

Un vaste chantier a été lancé pour la réforme du secteur de la pêche côtière et


artisanale dans le cadre du programme IBHAR. Le lancement du chantier a été
consacré par la signature, le 11 Juin 2008, d’un Accord entre le Ministre de
l’Agriculture et de la Pêche Maritime, le Ministre de l’Economie et des Finances et le
Directeur de l’Office National des Pêches ONP.

Les principaux objectifs assignés à ce programme consistent dans la mise à


niveau et la modernisation de la flotte côtière et artisanale en vue d’améliorer et de
conserver la qualité des captures ainsi que les conditions de vie, de travail et de
sécurité des marins pêcheurs.

Les investissements prévus dans ce cadre concernent :

l’équipement de près de 16 000 barques relevant de la pêche artisanale en


installations de stockage et de conservation des prises ;

l’équipement de 1 800 unités de la flotte de pêche côtière en matériels de


préservation et de valorisation des produits et le remplacement de 800 navires
ayant plus de 15 ans d’âge.

Parallèlement, des mesures ont été décidées pour atténuer l’impact de la


hausse des prix des carburants sur la rentabilité du secteur.

Le coût de ce programme pour la période 2008-2012 est estimé à 5 milliards de


dirhams dont 1 milliard de dirhams à la charge du Budget Général de l’Etat.

Par ailleurs, il a été procédé en Septembre 2008, au lancement d’une étude


destinée à permettre la définition d’une stratégie de développement du secteur de la
pêche dans son ensemble en vue d’atteindre un triple objectif :

renforcer la contribution du secteur au relèvement du PIB, à la promotion des


exportations, à la création d’emplois productifs et à l’amélioration des revenus
des marins pêcheurs ;

renforcer la compétitivité du secteur à travers la modernisation de la flotte de


pêche et la rationalisation des modalités de sa gestion ;

l’amélioration de la position du Maroc au niveau mondial dans les différentes


filières de l’industrie de la pêche.

I.2.1.10. Secteur du commerce intérieur

Le « Plan Rawaj » vise à moderniser le commerce de proximité pour


accompagner l’évolution de l’économie marocaine dans son ensemble et du
commerce intérieur en particulier marqué par l’apparition et le développement de la
grande distribution et des réseaux de franchise.

NOTE DE PRESENTATION 25
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Les principaux objectifs assignés à ce Plan consistent à permettre des offres de


produits de qualité répondant aux besoins des consommateurs, l’amélioration de la
compétitivité des opérateurs commerciaux et l’émergence de nouvelles modalités
d’approvisionnement et de distribution de façon à porter la contribution du secteur au
PIB de 61 milliards de dirhams en 2006 à 98 milliards de dirhams en 2012 et aboutir
à la création de 200 000 emplois sur la période 2008 – 2012.

Un Fonds intitulé « Fonds pour le Développement du Commerce et de la


Distribution » a été créé à cet effet.

La convention conclue 11 Juin 2008 avec l’Agence Nationale de la Promotion


de la Petite et Moyenne Entreprise ANPME précise les modalités de mobilisation de
ces fonds pour la mise en œuvre de la politique préconisée à cet effet dans ses
quatre volets, à savoir :

la labellisation, la mise à niveau et la réhabilitation des espaces commerciaux.


L’apport de l’Etat à ces opérations consistera dans le financement des projets
spécifiques élaborés dans ce cadre par les opérateurs concernés dans la
limite de 5 000 Dirhams par commerçant pour les opérations d’étude et
d’expertise et 20 000 dirhams ou 75 % du coût total pour les opérations
d’investissement ;
l’encouragement de l’émergence d’opérateurs de référence capables de
mettre en œuvre de nouveaux concepts pour le développement de réseaux
commerciaux marocains susceptibles d’étendre leur action à l’échelle
nationale et internationale. Le Fonds contribue à hauteur de quatre millions de
dirhams pour le financement de l’expertise nécessaire au développement de
ces réseaux ;

la mise en place de zones d’activité commerciale répondant aux impératifs


d’attractivité, d’accessibilité et de qualité des produits. Les coûts
correspondants seront financés à hauteur de 80 % pour les études dans la
limite de deux millions de dirhams et de 20 % pour les investissements ;

la mise en place de plans régionaux pour la définition des orientations devant


présider à la restructuration du commerce et de la distribution sur le plan
régional.

Le coût global de l’opération est estimé à 900 millions de dirhams affectés à


hauteur de :

450 millions de dirhams à l’implantation de commerces de proximité sur


18 000 points de vente ;

100 millions de dirhams à l’émergence de nouveaux opérateurs nationaux ;

310 millions de dirhams pour la création de zones d’activité commerciale et

NOTE DE PRESENTATION 26
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

40 millions de dirhams pour l’étude du schéma de développement du


commerce intérieur.

I.2.1.11. Promotion des exportations

L’ouverture sur les marchés extérieurs à travers les accords de libre échange et
les accords commerciaux préférentiels s’est traduite par une forte croissance du
commerce extérieur marquée par un développement des exportations et des
importations.

Afin d’améliorer le solde extérieur du Maroc et donner une nouvelle impulsion


aux exportations, le Gouvernement prévoit la création d’un fonds de promotion des
exportations doté d’une enveloppe globale de 500 MDH dont 250 MDH au titre de
l’année 2009.

Ce fonds a pour objectifs d’assurer le :

Renforcement de la compétitivité à l’export des PME en tirant profit en


particulier des potentiels offerts par les accords de libre échange signés par le
Maroc ;

La promotion commerciale à l’export des produits marocains en s’appuyant


sur les opportunités découlant des nouvelles stratégies sectorielles mises en
œuvre par le Gouvernement notamment dans les domaines de l’Agriculture,
l’Industrie et les Services.

Ainsi ledit fonds contribuera au développement des consortiums des PME pour
développer leur capacité à l’export et renforcer des actions de communication et
d’information en matière d’exportation.

I.2.1.12. Secteur de la logistique

La mise en place d’une compétitivité logistique effective contribue au


renforcement de la compétitivité de l’économie nationale dans son ensemble en
raison de son impact direct sur le coût des mouvements de marchandises à l’export,
à l’import et à l’intérieur du pays. Elle permet également de tirer profit de la position
géographique stratégique dont jouit le Maroc, notamment sa proximité du marché
européen.

Aussi, dans le prolongement des réformes institutionnelles engagées en


matières de transport routier, ferroviaire, aérien et maritime et de l’accélération du
rythme de réalisation des infrastructures dans ces différents domaines, une étude a
été lancée, grâce au concours du Fonds Hassan II pour le Développement
Economique et Social et en étroite collaboration avec l’ensemble des opérateurs
publics et privés concernés, pour la définition et la mise en place d’une stratégie
intégrée pour le développement de la compétitivité logistique du Maroc . L’étude
prévue sera axée sur les points suivants :

NOTE DE PRESENTATION 27
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la définition des conditions d’optimisation du transport des marchandises et de


développement des plateformes logistiques ;

la définition des modalités de formation aux métiers du transport et de la


logistique en conformité avec les besoins des opérateurs ;

La création, en partenariat avec le secteur privé, d’un observatoire de la


compétitivité logistique pour assurer le suivi et la veille sur l’efficacité des
dispositifs logistiques mis en place.

I.2.2. Mise en place des infrastructures physiques

La réalisation des infrastructures physiques à caractère général nécessaires au


déroulement normal de l’activité économique et des infrastructures spécifiques
destinées à assurer l’amélioration des conditions d’accueil des investissements
privés répond au souci d’accompagner le développement économique et social du
pays et favoriser l’épanouissement des initiatives privées.

I.2.2.1. Infrastructures générales

Le développement des infrastructures générales, qui portent essentiellement


sur les secteurs du transport routier, ferroviaire, aérien et maritime, favorise la
mobilité des personnes et des biens et constitue un puissant facteur d’intégration
régionale et internationale et d’amélioration de la compétitivité et de la productivité
des entreprises.

a. Programme autoroutier et routier

Le schéma d’armature autoroutier initial, d’un linéaire de l’ordre de 1 500 km


destiné à couvrir les besoins du pays à l’horizon 2010 sera pratiquement achevé
dans les délais prévus grâce à l’accélération du rythme de réalisation annuelle qui
est passé de 40 km au cours de la décennie 90 à 100 km au cours de la période
2002-2005 et à 160 km à partir de 2006. Il convient de rappeler que ce réseau
concerne les liaisons suivantes :

Tanger- Rabat - Casablanca – Settat – Marrakech – Agadir qui s’intègre dans


l’axe Nord – Sud du Royaume et dans la liaison Europe – Afrique ;

Rabat – Fès – Oujda qui relie le Centre à l’Est du Royaume et devrait


s’intégrer dans l’autoroute transmaghrébine ;

Casablanca – El Jadida – Jorf Lasfar pour relier des pôles industriels ;

Fnideq – Tétouan à caractère local s’intégrant dans la rocade


méditerranéenne.

NOTE DE PRESENTATION 28
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le nouveau Contrat– Programme entre l’Etat et la Société Autoroutes du Maroc


ADM pour la période 2008 - 2015 signé le 2 Juillet 2008 porte sur un programme
d’investissement de 38 100 millions de dirhams concernant

d’une part, l’achèvement des tronçons en cours de réalisation, à savoir :


Tétouan –Fnideq, la desserte du complexe portuaire de Oued Rmel,
Marrakech – Agadir sur 233 km et Fès Oujda sur 323 km pour un montant de
24 348 millions de dirhams;

d’autre part, le lancement de nouveaux projets autoroutiers d’une longueur


totale de 383 km, à savoir la troisième voie de l’autoroute Rabat –
Casablanca, le contournement de Rabat et les tronçons Berrechid – Beni
Mellal, Tit Mellil – Berrechid et El Jadida – Safi pour un montant total de
13 752 millions de dirhams. Au terme de ce programme, le réseau autoroutier
national concédé à la Société ADM aura atteint un linéaire total de l’ordre de
1 800 km.

Parallèlement, la cadence de réalisation des routes et pistes à travers le


Royaume a également été accélérée en la portant de 1 000 à 1 500 km par an avec
l’adaptation du réseau routier au réseau autoroutier par la mise en place d’un
programme important de voies express d’une longueur de 630 km. Un accent
particulier sera mis sur les zones enclavées notamment dans le Nord avec la
rocade méditerranéenne d’une longueur de 510 km destinée à relier les deux grands
pôles économiques de Tanger et de Berkane – Nador.

Par ailleurs, le rythme de réalisation du deuxième Programme National de


Routes Rurales sera accéléré à nouveau pour porter le linéaire annuel de 1 500 à
2 000 km et le taux d’accès des populations rurales au réseau routier à 80 % à
l’horizon 2015 par la construction de 15 000 km de routes pour un coût total estimé à
15 milliards de dirhams grâce à un financement conjoint du Budget Général de
l’Etat, de la Caisse pour le Financement des Routes et des Collectivités Locales
concernées.

b. Programme ferroviaire
Après l’achèvement du doublement de la voie Meknès - Fès, de la nouvelle
liaison Taourirt – Nador et du raccordement du complexe portuaire Tanger Med au
réseau national, l’Office National des Chemins de Fer s’attache à la réalisation des
grands chantiers ci-après :

le lancement de la réalisation du schéma directeur des lignes à grande vitesse


devant s’étendre à l’horizon 2035 sur 1 500 km. Les travaux sur la première
ligne devant relier les villes de Tanger et de Casablanca seront entamés dès
l’année prochaine pour un coût de l’ordre de 20 milliards de dirhams ;

la poursuite du programme de rénovation des gares ferroviaires selon un


nouveau concept qui fait de ces espaces non seulement des lieux de transit ,

NOTE DE PRESENTATION 29
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

mais également des lieux d’animation et de loisirs. Tel est notamment le cas
des gares de Casa Port, Rabat, Marrakech, Fès, Salé et Oujda.

c. Programme portuaire

En raison de l’importance primordiale du transport maritime dans les échanges


commerciaux extérieurs du Maroc et du rôle crucial que jouent les ports dans ce
cadre, une attention particulière est apportée à l’amélioration du rendement des
activités portuaires dont la libéralisation s’est d’ores et déjà traduite par de nombreux
acquis dont notamment :

l’amélioration de la qualité du service et le relèvement du niveau de


compétitivité ;

la simplification et la fluidification de l’ensemble de la chaîne des services


portuaires.

la réduction des coûts de manutention ;

l’implication de l’initiative privée dans la réalisation des infrastructures et dans


l’exploitation portuaire ;

Outre le renforcement et la mise à niveau des équipements des différents ports


du royaume, les programmes d’investissement seront axés sur

la poursuite de projet phare constitué par le complexe portuaire Tanger Med,


avec l’achèvement du premier port à conteneurs en 2008 et du port passagers
et rouliers en 2009 et le lancement du deuxième port devant augmenter la
capacité du complexe de cinq millions de conteneurs à l’horizon 2012 pour un
coût de 14 milliards de dirhams ;

la réalisation de la troisième tranche des infrastructures dédiées au trafic


conteneurs au port de Casablanca qui seront mis en service en 2012.

d. Programmes aéronautiques

Le succès de la Vision 2010 pour le tourisme implique, au niveau du transport,


la satisfaction d’une double condition :

d’une part, le renforcement de la flotte. Cette condition a pu être remplie grâce


à l’acquisition par la Royal Air Maroc de nouveaux appareils, et grâce
également à la mise en œuvre de la politique de l’open sky qui a permis
l’ouverture du ciel marocain à des opérateurs étrangers, notamment
européens. Cette démarche s’est d’ores et déjà traduite par l’amélioration des
conditions de la concurrence entre les compagnies aériennes et en

NOTE DE PRESENTATION 30
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

conséquence, par une réduction substantielle des coûts du transport et une


plus grande fluidité de la desserte des zones touristiques ;

d’autre part, le renforcement des structures du système national de trafic


aérien avec l’élargissement des capacités d’accueil des aéroports nationaux
afin de les porter à 30 millions à l’horizon 2010 et la modernisation de leurs
moyens techniques et de sécurité au niveau des systèmes de navigation, des
radars d’approche et des moyens de surveillance. Le programme
d’investissement retenu concerne en particulier la construction d’une troisième
piste d’envol et du terminal correspondant et l’aménagement du terminal I de
l’aéroport Mohammed V de Casablanca, l’extension de l’aéroport de
Marrakech Menara, l’achèvement du nouvel aéroport de Benslimane se
substituant à l’ancien aéroport de Casa Anfa et l’aménagement de son
aérogare ainsi que celles de Rabat Salé, Oujda Angad, Agadir Al Massira et
Essaouira. Les investissements prévus dans le cadre du Plan Stratégique de
l’ONDA pour la période 2008-2012 se chiffrent à 8,6 milliards de dirhams dont
2 milliards de dirhams pour l’année 2008 et 1,9 milliard de dirhams pour
l’année 2009.

e. Autres infrastructures générales

Il s’agit en particulier du programme de construction de barrages pour le


stockage des eaux destinées à divers usages domestiques et économiques, de la
construction de centrales électriques, des réseaux d’adduction d’eau potable, des
réseaux d’irrigation selon de nouvelles formules comportant une implication plus
poussée du secteur privé ainsi que des autres infrastructures dans les domaines de
l’enseignement et de la formation, de la santé, des équipements administratifs. Des
développements sur ces programmes sont présentés au titre III de cette note ainsi
que dans le rapport spécifique des Etablissements et Entreprises Publics
accompagnant le projet de Loi de Finances.

I.2.2.2. Infrastructures spécifiques pour l’accueil des projets


d’investissement

Tirant profit des leçons des expériences vécues précédemment en matière de


zones industrielles, une nouvelle conception a été développée en ce qui concerne
l’aménagement des espaces dédiés à l’accueil des investissements.

Il ne s’agit plus seulement de mettre en place de lots de terrains dotés des


équipements de base au niveau du raccordement aux réseaux d’eau,
d’assainissement, d’électricité, de routes, de télécommunications.

Il s’agit dans ces zones nouvelles d’offrir aux investisseurs un cadre de vie
opérationnel et un environnement favorable à l’épanouissement des entreprises.
Ainsi, outres les infrastructures physiques de base de premier ordre, il est veillé avec
un soin particulier à la mise en place d’une gamme complète de services
d’accompagnement susceptibles d’être mutualisés pour favoriser la synergie des
entreprises, réduire leurs coûts et partant, améliorer leur compétitivité. Il en est ainsi
des travaux de recherche développement, des servitudes communes, des parcs

NOTE DE PRESENTATION 31
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

logistiques et technologiques, de la formation et des prestations d’assistance aux


nouvelles entreprises.

Afin de permettre la meilleure intégration possible de ces espaces et leur


adéquation aux besoins effectifs des opérateurs, tout le processus de leur mise en
place depuis leur conception jusqu’à leur achèvement et leur mise en gestion en
passant par l’aménagement, la promotion et la commercialisation, est assumé par
des entités spécifiquement dédiées à cette tâche dans le cadre d’une approche
partenariale mettant à contribution les différents organismes publics et privés
concernés.
C’est ainsi qu’un ensemble d’espace à vocation générale ou dédiés à des
secteurs d’activité particuliers sont mis en place. Il s’agit en particulier :

dans le domaine de l’offshoring : du Nearshore de Casablanca et des centres


offshore de Rabat, Tanger, Fès, Marrakech, Oujda, Agadir, El Jadida, Dakhla;

dans le domaine de la haute technologie à forte valeur ajoutée : du


Technoparc de Casablanca et de Technopolis à Rabat ;

dans le domaine de l’industrie : des parcs de Selouane (Nador), Tamedroust


(Settat), Nouasseur (Casablanca), Gzenaya (Tanger), Jorf Lasfar (El Jadida),
Tanger Med ;

dans le domaine de la logistique : des zones de Tanger et de Tanger Med ;

dans le domaine des exportations : des zones franches de Tanger et de


Nador ;

dans le domaine agricole : des agropoles de Meknès et de Berkane ;


dans le domaine touristique des stations balnéaires citées précédemment.

I.2.3. Amélioration de l’environnement des affaires

L’amélioration de l’environnement des affaires passe par l’adaptation du cadre


institutionnel, financier et fiscal, la promotion de l’éthique, le développement de
l’approche partenariale et la mise à niveau de l’entreprise. Il s’agit de renforcer
l’attractivité du pays à l’égard des investisseurs nationaux et étrangers et d’améliorer
la productivité du tissu productif national afin de lui permettre de relever les défis de
la mondialisation et de l’ouverture des marchés.

I.2.3.1. Amélioration du cadre institutionnel

Le cadre institutionnel mis en place en place pour donner une impulsion


sérieuse aux investissements fait l’objet d’améliorations permanentes dans son
organisation et ses méthodes de travail afin qu’il puisse s’acquitter de sa tâche dans
les meilleures conditions. Il s’agit des principaux organismes ci-après :

NOTE DE PRESENTATION 32
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la Commission des Investissements placée sous l’égide du Premier Ministre et


de ses organes annexes ;

les Centres Régionaux d’Investissement CRI qui couvrent l’ensemble des


Régions du pays ;

l’Agence Nationale pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise


ANPME dont les missions ont été réorientées à titre principal vers
l’accompagnement de la mise à niveau de la petite et moyenne entreprise ;

l’Office Marocain de la Propriété Industrielle et Culturelle OMPIC destiné à


protéger les droits d’auteur conformément aux engagements internationaux
pris par le pays dans ce domaine et donner confiance à nos partenaires quant
à la volonté de lutter contre le phénomène du piratage ;

les organisations et les associations professionnelles représentatives des


secteurs productifs et plus particulièrement les Chambres de Commerce,
d’industrie et des services qui doivent faire l’objet d’une profonde réforme
destinée à en faire de véritables facteurs de promotion économique et sociale
et des porte paroles crédibles de leurs mandants face aux pouvoirs publics et
à tous leurs partenaires nationaux et étrangers ;

Les groupements d’intérêt économique

Par ailleurs, il est prévu d’ériger la Direction des Investissements Extérieurs en


établissement public afin de conférer davantage de souplesse et d’efficacité à ses
interventions pour la promotion de l’investissement privé.

I.2.3.2. Aménagement du cadre financier et fiscal

La modernisation du secteur financier est poursuivie à un rythme accéléré dans


le but

d’améliorer les conditions de financement de l’économie nationale marquée


notamment par une réduction substantielle du coût de l’argent et par
l’approfondissement du marché des capitaux qui a permis aux entreprises
notamment aux PME d’accéder au financement de leurs investissements dans
de bonnes conditions;

de renforcer l’ouverture du système financier national sur son environnement


international et

de renforcer la solidité et l’intégrité de ce système par l’adaptation du contrôle


et de la régulation auxquels il est soumis à l’importance des enjeux nationaux
et internationaux.

NOTE DE PRESENTATION 33
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Par ailleurs, le système fiscal fait l’objet d’adaptations permanentes afin de


constituer un puissant instrument d’incitation à l’investissement et à la production et
de renforcement de la compétitivité de l’entreprise face à la concurrence
internationale. Il en est ainsi de la refonte de la fiscalité locale dans le sens de la
simplification et de l’harmonisation et de la mise en œuvre de la réforme fiscale
annoncée pour la présente législature en vue de réduire et harmoniser
progressivement les taux relatifs à l’impôt sur le revenu, l’impôt sur les sociétés et la
taxe sur la valeur ajoutée.

I.2.3.3. Promotion de l’éthique

La promotion de l’éthique est assurée à travers le renforcement de la


transparence dans le processus de prise de décision dans l’appareil administratif
grâce à l’établissement et la publication des manuels de procédures propres à
chaque service, à la simplification et la dématérialisation progressive des procédures
administratives, à la réforme du système de passation et d’exécution des marchés
publics et à la réforme du système juridique et judiciaire en vue de renforcer
l’indépendance de la justice. Dans ce cadre, la lutte contre la corruption devrait
connaître une nouvelle impulsion avec la désignation par Sa Majesté le Roi d’un haut
responsable exclusivement dédié à cette mission.

I.2.3.4. Développement de l’approche partenariale

L’approche partenariale, consacrée par la conclusion de contrats négociés entre


le secteur public et le secteur privé dans un esprit d’ouverture et de considération de
leurs intérêts réciproques présente le double avantage de consolider le climat de
confiance entre les parties contractantes grâce à la clarification de leurs droits et de
leurs obligations respectifs et, grâce à la nature pluriannuelle des contrats, d’assurer
une plus grande lisibilité des perspectives d’évolution de leurs rapports sur le moyen
terme.

De ce fait, l’approche partenariale contribue à renforcer la synergie des


interventions des différents opérateurs publics et privés et à leur conférer davantage
de cohérence et d’efficacité.

Aussi, le champ d’application de cette approche ne cesse-t-il de s’étendre pour


assurer la mise en œuvre des politiques sectorielles et des programmes
d’investissement d’un intérêt particulier dans les meilleures conditions possibles.

Il en est ainsi des grands projets dans les domaines de l’industrie avec comme
exemples emblématiques le projet Renault Nissan et les projets de valorisation des
ressources phosphatières, du tourisme, de l’agriculture, de l’habitat, de l’éducation,
etc.

I.2.3.5. Mise à niveau de la petite et moyenne entreprise

Un programme de mise à niveau et de modernisation de la petite et moyenne


entreprise a été mis en place pour la période 2008-2012 avec un appui financier de
l’Etat de 600 millions de dirhams.

NOTE DE PRESENTATION 34
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

L’Agence Nationale pour la Petite et Moyenne Entreprise (ANPME) est chargée


de la mise en œuvre de ce programme selon une nouvelle conception consistant
dans la modulation de ses interventions en fonction du niveau de compétitivité des
entreprises :

pour les entreprises prometteuses à fort potentiel de développement, il sera


procédé à des actions d’accompagnement dans un cadre contractuel selon
une formule intitulée IMTIAZ;

pour les autres entreprises, il sera procédé, également dans un cadre


contractuel et en vertu d’un programme intitulé MOUSSANADA à des actions
de restructuration et de modernisation par le biais de programmes territoriaux
ou sectoriels impliquant des acteurs locaux ou régionaux.

En vertu du Contrat – Programme signé le 11 Juin 2008 avec l’ANPME pour la


période 2008 - 2012, un Fonds d’Appui à la Compétitivité des Entreprises FACE a
été ouvert au nom de ce dernier organisme pour contribuer au financement des
opérations suivantes :

70 % du coût des prestations dans la limite d’un plafond de 2,10 millions de


dirhams au titre du volet IMTIAZ ;

80 % du coût des prestations dans la limite d’un plafond de 560 000 dirhams
au titre du volet MOUSSANADA ;

100 % du coût des prestations d’étude, d’appui institutionnel aux corporations


professionnelles et d’expertise dans la limite de 10 % des moyens affectés au
Fonds.

Le nombre des entreprises devant bénéficier des prestations prévues est estimé
à 6 300 pour le programme MOUSSANADA et 210 pour le programme IMTIAZ.

Par ailleurs, le programme d’appui aux entreprises pour leur permettre


d’améliorer leur compétitivité face à la concurrence étrangère, mis au point dans le
cadre de la coopération avec l’Union européenne, continue à produire ses effets. Le
Fonds de la Mise à Niveau FOMAN créé à cet effet, avec une dotation de 40 millions
d’Euros couverte à parts égales par les deux parties, est destiné à faciliter l’accès
des PME aux financements bancaires à des conditions avantageuses.

Les actions financées dans le cadre du FOMAN concernent :


d’une part, les opérations d’assistance technique pour les études de
diagnostic et d’expertise à hauteur de 90 % de leur coût dans la limite de
400 000 dirhams par entreprise ;

d’autre part, des opérations de cofinancement avec les banques pour


l’acquisition de matériels d’équipement dans le cadre de plans de
modernisation technologiques des unités industrielles.

NOTE DE PRESENTATION 35
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

En complément aux interventions du FOMAN, il a été procédé à la mise en


place
du Fonds de restructuration financière ISTIMRAR destiné à garantir, à hauteur
de 60 %, les crédits bancaires octroyés aux entreprises pour la couverture de
la restructuration de leurs dettes et

du Fonds de Garantie FORCE créé par Dar Ad Damane et du Fonds TAAHIL


AL MOKAWALAT créé dans le cadre de la coopération avec la République
Fédérale d’Allemagne.

Parallèlement à ces actions et toujours dans le souci d’améliorer la productivité


et la compétitivité des entreprises, des efforts importants sont déployés pour la
valorisation de leurs ressources humaines tant au niveau de l’encadrement par des
actions de reconversion et de formation continue qu’au niveau de la main d’œuvre
par l’intensification de la lutte contre l’analphabétisme au sein des unités de
production.

Enfin, dans le même ordre d’idées et afin d’assurer la conformité des produits
nationaux aux exigences de qualité internationales et faciliter ainsi leur écoulement
sur les marchés extérieurs souvent exigeants, la mise en place, l’accréditation et la
certification des centres techniques d’analyse et de contrôle des produits ainsi que la
normalisation de ces produits seront poursuivies à un rythme soutenu, étant précisé
que 10 000 normes devront être homologuées à l’horizon 2010.

I.2.3.6. Encouragement de l’innovation

L’innovation constitue, au même titre que l’investissement, un puissant facteur


de développement.

Les initiatives prises à cet effet portent notamment sur :

l’opérationnalisation effective du Fonds pour le soutien de la recherche


scientifique et du développement technologique créé par la Loi de Finances
2001 dans le cadre de la mise en œuvre de la Charte Nationale Education
Formation ;

le développement des synergies des différentes compétences nationales


disponibles par l’encouragement de leur mise en réseau et des opérations de
partenariat entre les universités d’une part, les services et organismes publics
ainsi que les entreprises privées pour l’étude de cas spécifiques ;

le développement de centres de développement technologiques dédiés à la


nanotechnologie, la microélectronique et la biotechnologie en partenariat avec
l’association MASCIR pour doter le pays d’une infrastructure physique et
technologique et de ressources humaines de haute qualité à même de
générer un savoir faire, des produits et services innovants générateurs de
valeurs ajoutées, de création d’entreprises et de croissance économique

NOTE DE PRESENTATION 36
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

durable. Le coût du programme est estimé à un milliard de dirhams pour la


période 2009-2013 dont 300 millions de dirhams à la charge du Budget de
l’Etat et 150 millions de dirhams supportés par le Fonds Hassan II pour le
Développement Economique et Social. ;

l’encouragement des actions de recherche développement au sein des


entreprises notamment dans le cadre des accords de partenariat dans les
secteurs de pointe afin de permettre des transferts de technologies au profit
du pays ;

l’accompagnement technique et financier des porteurs de projets innovants


dans le cadre des pépinières d’entreprises mises en place au sein des parcs
technologiques et industriels.

NOTE DE PRESENTATION 37
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

DEUXIEMEMENT : LE PROGRES SOCIAL

Le Gouvernement a inscrit la promotion des secteurs sociaux parmi ses


objectifs prioritaires.

Aussi, la déclaration gouvernementale telle qu’elle a été approuvée par le


Parlement a-t-elle appuyé avec insistance sur la nécessité de l’établissement d’un
nouveau Pacte Social fondé sur les impératifs de l’amélioration des conditions de vie
des populations dans tous leurs aspects et l’accélération de la cadence de la
valorisation des ressources humaines, ce qui devrait favoriser l’émergence d’une
classe moyenne appelée à constituer l’ossature de la société marocaine.

II.1. Amélioration des conditions de vie des populations

Les actions entreprises pour assurer l’amélioration des conditions de vie des
populations sont de deux ordres : le relèvement du niveau de vie d’une part et la
mise en place d’un cadre de vie convenable.

II.1.1. Amélioration du niveau de vie

La politique gouvernementale pour l’amélioration du niveau de vie des


populations s’appuie sur deux piliers :

la préservation du pouvoir d’achat et

le relèvement du revenu

II.1.1.1. Préservation du pouvoir d’achat

Les hausses vertigineuses ayant affecté les prix des matières de base,
notamment ceux du pétrole et des produits alimentaires, sur les marchés
internationaux ces toutes dernières années, et plus particulièrement depuis la fin de
l’année dernière, étaient de nature à exacerber les tensions inflationnistes et, par
voie de conséquence, provoquer des hausses des prix domestiques des produits de
grande consommation et entamer ainsi le pouvoir d’achat des populations.

Toutefois, les impacts négatifs de ces évolutions ont pu être prévenus grâce à
des interventions vigoureuses de l’Etat qui se sont manifestées sur deux plans :

la poursuite d’une politique budgétaire et monétaire appropriée afin de


contenir l’inflation à un niveau certes supérieur à celui des années
précédentes mais qui reste comparable à celui des pays développés, évitant
ainsi non seulement la flambée des prix intérieurs, mais également la
création d’un climat d’incertitude chez les opérateurs économiques et
sociaux ;

la poursuite du soutien des prix intérieurs des produits de base par le biais des
mécanismes de la compensation qui représente pour le Budget Général de

NOTE DE PRESENTATION 38
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’Etat une charge de plus en plus lourde. En effet le coût de la compensation


devrait dépasser à la fin de l’année en cours la somme de 36 milliards de
dirhams malgré les augmentations opérées sur les prix de vente de certains
produits pétroliers à partir du 1er Juillet 2008. Ainsi, ces charges s’élèveront en
2008 à près de 5,4% du PIB contre 0,9% en 2002.

De tels développements sont de nature à entraver l’action du Gouvernement


visant à renforcer l’épargne publique et à améliorer en conséquence les conditions
de financement des dépenses d’investissement.

Aussi est-il devenu indispensable d’apporter au système de la compensation


des réformes globales et structurelles dans le cadre d’une approche participative
mettant à contribution l’ensemble des opérateurs économiques et sociaux concernés.

Parmi les axes de réflexion susceptibles d’être prises en compte dans cette
démarche, on peut citer notamment :

à l’amont, la réduction de la dépendance à l’égard de l’étranger en matière de


denrées alimentaires de base et le renforcement de la sécurité alimentaire du
pays en tirant un meilleur parti du potentiel productif national dans le domaine
agricole conformément aux recommandations du Plan Vert, et, en matière
d’énergie, par la mise en œuvre d’une politique systématique d’efficacité
énergétique et l’intensification des recours aux ressources d’énergie
renouvelables disponibles à l’échelle nationale ;

la mise en place de mécanismes permettant de mieux cibler les opérations de


soutien en les dirigeant exclusivement vers les franges de la population qui en
ont effectivement besoin. La carte de la pauvreté est de nature à fournir les
bases objectives d’un ciblage juste et équitable des aides publiques ;

la réforme de la Caisse de Compensation afin de renforcer ses capacités de


gestion, de suivi et de contrôle tout en veillant à l’externalisation de certaines
de ses activités dans un souci d’efficacité pour permettre à cet organisme de
centrer ses activités sur ses missions de base.

II.1.1.2. Relèvement du revenu

Le relèvement du revenu répond au souci du Gouvernement d’assurer à


l’ensemble des citoyens des conditions de vie décentes. Une action multiforme est
engagée à cet effet dans trois directions principales :

la promotion de l’emploi qui constitue un facteur essentiel d’intégration sociale


et de consécration de la dignité du citoyen. Outre la mise en ouvre d’une
politique générale de développement créatrice de richesses et d’emplois
basée sur l’encouragement de l’investissement et le lancement de grands
chantiers pour des infrastructures structurantes et d’une politique de formation
basée sur l’ajustement des filières de formation et des profils des lauréats
pour les adapter aux besoins du marché du travail, des programmes

NOTE DE PRESENTATION 39
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

spécifiques sont en cours d’exécution conformément aux recommandations


issues des Assises Nationales de l’Emploi tenues en 2005. Il s’agit des trois
programmes ci-après : i) le programme IDMAJ qui vise l’intégration de
105 000 jeunes dans le marché du travail sur une période de trois ans, ii) le
programme TAEHIL qui vise l’adaptation des compétences des candidats aux
besoins du marché à travers le développement de la formation – insertion et
l’organisation de stages d’expérience professionnelle et iii) le programme
MOUKAWALATI qui vise l’encouragement des jeunes à créer leur propre
entreprise. Si les deux premiers programmes ont donné des résultats
probants, le démarrage du troisième s’est heurté à quelques obstacles qui
sont en passe d’être levés.
Ces initiatives ont fait preuve de leur efficacité ainsi que le démontre le taux de
chômage à l’échelle nationale resté orienté vers la baisse ces dernières
années avec la perspective d’un passage dans un proche avenir sous le seuil
de 9 % et d’un plafonnement à 7 % à l’horizon 2012. Des efforts
supplémentaires sont toutefois nécessaires pour atténuer le chômage en
milieu urbain, plus particulièrement parmi les diplômés ;

le relèvement du niveau des rémunérations des fonctionnaires relevant du


secteur public et celles des salariés du secteur privé. Ce relèvement fait suite
à la dernière session du dialogue social. Les principales mesures prises, et
dont l’entrée en application est intervenue à compter du 1er Juillet 2008,
portent sur i) l’augmentation du SMIG de 10 % répartis en deux tranches sauf
pour le secteur textile où l’étalement est effectué en quatre tranches, ii) le
passage du montant des allocations familiales de 150 à 200 dirhams par
enfant et iii) le passage du montant minimum des pensions de retraite de 500
dirhams à 600 dirhams, iv) l’augmentation des salaires des fonctionnaires de
l’Etat et des Collectivités Locales classés aux échelles de rémunération 1 à 9,
v), la réduction du taux marginal de l’impôt sur le revenu dans le cadre des
Lois de Finances 2009 et 2010. Ces mesures représentent, pour le Budget
Général de l’Etat, des charges supplémentaires estimées à 16 milliards de
dirhams ;

le soutien des activités génératrices de revenus dans le cadre de l’économie


sociale animée notamment par les coopératives et le tissu associatif. Les
compétences locales sont ainsi incitées, avec l’appui du système de micro
crédit, à exploiter leurs potentiels d’initiative et d’innovation. Une grande
importance est attachée à ce propos à l’implication de l’élément féminin qui
s’est montré particulièrement réceptif à cette démarche, notamment dans le
monde rural. Sont particulièrement ciblées dans ce cadre les activités liées à
l’agriculture, à l’artisanat, au petit élevage, au tourisme rural et de niche. Il
convient de souligner ici le rôle de premier plan joué dans ce domaine par les
associations de micro crédit et l’appui de l’Initiative Nationale pour le
Développement Humain (INDH).

NOTE DE PRESENTATION 40
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

II.1.2. Amélioration du cadre de vie

La politique gouvernementale visant l’amélioration du cadre de vie des


populations, tant en milieu urbain qu’en milieu rural, s’articule autour de quatre axes
principaux :

la mise à disposition de conditions d’habitat décentes ;

l’élargissent de l’accès aux équipements de base ;

l’amélioration de l’environnement.

II.1.2.1. Mise à disposition de conditions d’habitat décentes

Le secteur de l’habitat, et plus particulièrement celui de l’habitat social a connu


au cours de ces dernières années une expansion remarquable, ce qui a permis non
seulement de répondre aux demandes de logements additionnelles consécutives à la
croissance démographique et à l’exode rural, mais également d’entamer la résorption
des déficits accumulés dans ce domaine depuis des décennies. Le nombre des
logements sociaux construits en 2007 a dépassé 120 000 contre 45 000 en 2002. Le
rythme annuel de construction de logements pour l’année 2008 et les années
suivantes devrait se situer aux environs de 150 000 unités.

Cette avancée est due à l’approche novatrice mise au point pour assurer la
relance du secteur de l’immobilier. Cette approche s’appuie sur la mise en œuvre
concomitante de deux initiatives :

d’une part, l’élargissement de l’offre. A cet effet, il a été procédé à la levée


des obstacles qui entravaient le développement de ce secteur avec
notamment,

sur le plan institutionnel, le regroupement de l’ensemble des


établissements publics en charge de l’habitat à savoir les
Etablissements Régionaux d’Aménagement et de Construction ERAC,
l’Agence Nationale de lutte contre l’Habitat Insalubre ANHI, la Société
Nationale d’Equipement et de Construction SNEC et ATTACHAROUK
au sein du Holding Al Omrane et la généralisation de l’implantation des
Agences Urbaines dans toutes les régions du Royaume ;

sur le plan foncier, une mobilisation vigoureuse des terres domaniales


qui ont porté sur 1 371 ha ;

sur le plan opérationnel, l’établissement de schémas directeurs


d’urbanisme pour les différents centres, et l’adoption de l’approche
conventionnelle entre l’Etat et les promoteurs privés pour la
réalisation de projets immobiliers d’une certaine ampleur moyennant
l’octroi d’incitations fiscales.

NOTE DE PRESENTATION 41
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

d’autre part, de renforcer la demande à travers l’amélioration des revenus des


populations, l’élargissement de l’accès des titulaires des revenus modestes ou
irréguliers aux financements bancaires grâce à la mise en place de fonds de
garantie notamment du FOGARIM ainsi qu’aux ressources du micro crédit
grâce à l’intégration de l’habitat dans le domaine de compétence de ce type
de financement. La baisse substantielle des taux d’intérêt consécutive à la
politique générale mise en œuvre par le Gouvernement en matière d’équilibre
budgétaire et de financement du Trésor a contribué à la réduction du coût des
crédits bancaires et à l’essor de la demande.

En définitive, les efforts dans le domaine de l’habitat seront orientés dans quatre
directions principales :

la poursuite de l’exécution des programmes « ordinaires » en cours


concernant les « villes sans bidonvilles » VSB, la lutte contre l’habitat
insalubre et non réglementaire, le traitement de la problématique des
logements menaçant ruine et les programmes propres aux Provinces du Sud.
Il convient de signaler que le programme VSB dont la réalisation s’étend sur la
période 2004-2012 concerne 280 000 ménages résidant dans près de 1 000
bidonvilles répartis entre 83 villes pour un coût total de 21 milliards de dirhams
dont 8 milliards de dirhams à la charge de l’Etat. Jusqu’à présent, 64 villes ont
souscrit à ce programme pour un coût total de l’ordre de 9,71 milliards de
dirhams dont 3,47 milliards de dirhams correspondent à la participation de
l’Etat et 9 villes qui ont été d’ores et déjà déclarées sans bidonvilles ;

le lancement de la réalisation de nouveaux pôles de développement urbain


afin d’atténuer la pression sur les grandes villes et diversifier l’offre de
logements. Il s’agit notamment des centres de Tamensourt à proximité de
Marrakech, Tamesna près de Rabat, Tagadirt aux environs d’Agadir, Badis à
proximité d’Al Hoceima, Melloussa dans les environs de Tanger et Lakhyayta
dans la zone d’extension de Bouskoura près de Casablanca ;

l’offre d’un nouveau produit, consistant dans des logements d’un coût unitaire
limité à 140 000 dirhams réservés aux ménages à revenu modeste ne
dépassant pas une fois et demi le salaire minimum garanti. Ainsi, l’accès à un
logement décent sera mis à la portée de nouvelles couches de la population.
L’implantation des programmes correspondants sera étendue à l’ensemble du
territoire national, y compris les zones rurales et les zones non couvertes par
les programmes précédents assurés par les promoteurs privés. Les
programmes d’une consistance égale ou supérieure à 500 logements en
milieu urbain et 100 logements en milieu rural réalisés dans ce cadre
bénéficient d’une exonération fiscale totale. Le Holding Al Omrane est appelé
à jouer un rôle central dans la concrétisation de ce programme. Aux termes
d’une Convention signée le 29 Mars 2008 sous la présidence de Sa Majesté le
Roi, le holding susvisé se charge de piloter la construction de 129 000
logements pour un coût total de l’ordre de 15 500 millions de dirhams. Par
ailleurs, la réalisation de ce programme devrait permettre l’émergence d’une
nouvelle génération de promoteurs moyens à côté des grands promoteurs
immobiliers qui ont jusqu’à présent dominé le marché. Il devrait également

NOTE DE PRESENTATION 42
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

permettre de stimuler les recherches pour la transplantation au Maroc de


techniques de construction ayant fait leurs preuves à l’étranger au niveau de
la maîtrise des coûts et des délais de réalisation ou même l’innovation de
nouvelles techniques basées sur l’utilisation intensive des matériaux locaux et
le respect des traditions architecturales locales. Une convention a été conclue
17 Avril 2008 dans ce sens par Al Omrane avec la Société SMI Hyundai
Europe pour le transfert de la technologie, de l’expertise et du savoir faire
nécessaires.

La mise en place des conditions propres à donner une nouvelle impulsion à


l’habitat locatif. Un projet de loi a été élaboré dans ce sens et soumis au
Parlement. Ce projet vise à mettre fin aux sérieux dysfonctionnements qui
touchent le secteur de l’habitat locatif et entravent son développement en
raison de la dispersion des textes régissant ce secteur, de leur ancienneté et
de leur inadéquation au contexte actuel. Le nouveau texte se propose donc
d’introduire toute la transparence nécessaire dans les transactions afférentes
à la location à travers notamment l’introduction de l’obligation de définir par
écrit les rapports entre le propriétaire et le locataire dans un cadre contractuel
définissant les droits et obligations respectifs des deux parties.

II.1.2.2. Elargissement de l’accès aux équipements de base

Il s’agit de mettre en place les services de base en matières d’eau potable,


d’électricité et de désenclavement.

Si, pour les centres urbains, l’accès à ces services est pour l’essentiel acquis
sauf pour certains quartiers périphériques, il est également en voie de le devenir
dans les zones rurales dans un proche avenir grâce à l’accélération du rythme de
réalisation des programmes mis en œuvre à cet effet.

Ainsi se trouvent couronnés de succès le Programme d’Electrification Globale


PERG démarré en 1996 alors que le taux d’électrification rurale ne dépassait pas
22 % et le Programme d’Approvisionnement Groupé en Eau Potable des Zones
Rurales PAGER lancé en 1995 alors que le taux d’accès à l’eau potable était de
18 % une année plus tôt. A fin 2008, le taux d’électrification atteindra 98 % couvrant
36 100 villages avec une population de 11 600 000 personnes regroupées au sein de
1 939 000 foyers. Le taux d’accès à l’eau potable sera quant à lui de 86 %
bénéficiant à 3 656 douars et 180 petits centres avec une population de 2 800 000
habitants.

Ce succès est dû en grande partie à l’effort financier consenti par l’Etat et


également à la démarche participative et partenariale qui a été mise en œuvre pour
sa définition et pour sa réalisation avec la contribution de l’Etat, des Collectivités
Locales, de l’Office National de l’Electricité, de l’Office National de l’Eau Potable et
des personnes bénéficiaires.

Par ailleurs, le deuxième Programme National de Routes Rurales PNRR 2


lancé en 2005 vise à porter le taux de désenclavement des populations rurales de 54
% en 2005 à 67 % en 2010 et 80 % en 2012 grâce à la construction de 15 500 km de

NOTE DE PRESENTATION 43
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

route et pistes pour un coût total de 10 milliards de dirhams. Le financement du


programme est assuré dans un cadre partenarial par le Budget de l’Etat, le Fonds
Spécial Routier, la Caisse pour le Financement Routier, les Régions et les autres
Collectivités Locales concernées.

En outre, et afin de renforcer l’action publique au profit du monde rural en terme


de mise à niveau de ces infrastructures et d’amélioration d’accès aux services de
base, l’année 2009 enregistrera l’augmentation des ressources affectées au fonds de
développement rural qui passeront de 300 MDH en 2008 à 600 MDH en 2009 dont
100 MDH pour la réhabilitation et le renouvellement des infrastructures rurales ayant
subi des dégâts suite aux dernières innondations.

II.1.2.3. Amélioration de la qualité environnementale de la vie

Il ne fait pas de doute que le développement économique et la croissance


démographique et urbanistique exercent de fortes pressions sur les ressources
naturelles et sur la situation environnementale du pays, ce qui conduit en fin de
compte à la détérioration du milieu et à la dégradation de la qualité de vie des
populations.

Face à ces pressions et à leurs répercussions négatives sur la qualité de la


vie, le Gouvernement est déterminé à mettre en œuvre une politique globale et
intégrée visant à assurer les conditions d’un développement propre à même de
permettre la préservation des ressources naturelles au profit des générations futures
et la réduction des facteurs de pollution dans tous ses aspects.

Une action multiforme est entreprise dans ce but consistant principalement


dans :

la mise en œuvre dans le domaine de l’eau d’une politique visant à l’amont la


préservation de la qualité des ressources et des éco- systèmes aquatiques et,
à l’aval, la réduction de la pollution par le traitement des eaux usées et leur
recyclage dans le souci de protection de l’environnement et de la santé des
populations contre les risques des maladies d’origine hydrique ;

la mise à niveau écologique des zones et des unités industrielles afin de


réduire les émissions de gaz toxiques et polluants par l’encouragement du
recours aux technologies modernes à haut rendement, peu polluantes et
économes d’énergies ;

le recours, dans toute la mesure du possible, aux techniques de


l’électrification décentralisée basées sur les énergies renouvelables dans le
cadre des programmes d’électrification rurale et l’extension de l’utilisation de
ces technologies à d’autres secteurs. Des initiatives concrètes ont été prises
dans ce sens notamment au niveau des aéroports et des transports
ferroviaires ;

NOTE DE PRESENTATION 44
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la rationalisation des systèmes de transport et de déplacement à l’intérieur des


périmètres urbains et notamment des transports de masse afin d’améliorer les
conditions de mobilité urbaine des citoyens tout en veillant à l’encouragement
de modes de transport collectif peu polluants tels que le tramway ;

l’adoption d’une stratégie nationale visant à améliorer les conditions de


collecte, de stockage, de gestion et de recyclage des déchets d’origine
domestique, hospitalière ou industrielle. Le coût du programme à long terme
mis au point à cet effet se chiffre à 37 milliards de dirhams ;

l’intensification des programmes de reforestation et de réhabilitation des oasis


afin de contribuer à la réparation des dommages occasionnés aux espaces
concernés par l’exploitation abusive dont ils sont l’objet pour les besoins de
l’agriculture, de l’élevage et des développements urbains et industriel ;

la protection de la diversité végétale et animale menacée notamment près des


cotes et dans les zones présentant un intérêt particulier sur les plans
biologique et écologique ;

la conservation des terres et leur protection contre les érosions;

l’établissement d’une stratégie de développement urbain qui, aux termes du


Discours du Trône du 30 Juillet 2007, doit « faire de nos cités des espaces
accueillants pour vivre dans la dignité, la convivialité et le respect des valeurs
marocaines authentiques de bon voisinage, de solidarité et de brassage
social ». Dans ce cadre, la ville devrait constituer un facteur de croissance
économique et de cohésion sociale. De grands projets d’aménagement
urbains sont d’ores et déjà lancés avec notamment les projets Bou Regreg,
Casa – Anfa, Mare Chica Nador, la construction de nouvelles villes etc. A titre
expérimental, des contrats ont été établis pour les villes de Settat et d’El
Jadida pour tester la nouvelle stratégie basée sur la promotion des deux villes
sur les plans de l’industrie, du tourisme, de l’enseignement, de la formation, de
la recherche et du cadre de vie.

II.2. Valorisation des ressources humaines

Le souci de valoriser les ressources humaines du pays constitue une


composante majeure de la politique publique et des initiatives gouvernementales
dans les différents domaines qui placent le citoyen au cœur de leurs objectifs.

Les programmes axés sur la valorisation des ressources humaines en cours de


mise en œuvre portent sur les domaines ci-après :

la réforme du système éducatif et de formation ;

la réforme du système de santé ;

NOTE DE PRESENTATION 45
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’Initiative Nationale pour le Développement Humain INDH ;

la lutte contre la pauvreté et le Programme du Défi du Millénaire ;

la promotion des activités culturelles et sportives.

II.2.1. Réforme du système Education Formation

En tant que facteur puissant de développement de l’économie, de progrès de la


société et d’épanouissement intellectuel de l’individu, et en tant que moyen de
consécration de l’égalité des chances entre les différentes couches de la population
et d’intégration sociale, le secteur de l’éducation formation est élevé au rang de
priorité nationale placée tout juste après la défense de l’intégrité territoriale du pays.
La qualité du capital humain disponible est devenu un facteur essentiel de
compétitivité des pays dans un contexte d’ouverture des marchés à la concurrence
internationale.

Il convient de rappeler que les scores relativement modestes dans le domaine


de l’éducation formation ont handicapé le classement du pays à l’échelle
internationale en matière de développement humain.

Aussi, la décennie 2000-2009 a-t-elle été considérée comme la décennie de


l’éducation formation et qu’une Charte Nationale a été mise en œuvre à partir de
l’année 2000 dans le but d’arriver à l’édification d’un système performant capable de
former des citoyens conscients de leurs droits et de leurs obligations, « des
travailleurs et des cadres qualifiés, compétents et aptes à contribuer efficacement à
la construction de leur pays » ainsi qu’ « une élite de savants et de hauts cadres de
gestion capables de piloter l’essor du pays et de le conduire à gravir les échelons du
progrès scientifique, technique, économique et culturel ».

II.2.1.1. Objectifs de la réforme

Les principaux objectifs assignés à la Charte s’organisent autour de six pôles :

le pôle 1 portant sur la généralisation de l’enseignement de base avec un


accent particulier sur les filles, notamment dans les zones rurales et les
quartiers péri urbains, le développement de l’éducation non formelle et la
promotion de l’alphabétisation dans le cadre d’une approche partenariale
impliquant d’une manière substantielle la société civile, et l’adaptation du
système à son environnement économique par l’encouragement du
rapprochement des établissements d’éducation et de formation avec des
organismes publics et privés pour le renforcement du volet pratique des
enseignements dispensés ;

le pôle 2 comprenant la réorganisation pédagogique et l’articulation des


différents cycles d’éducation formation au niveau de l’enseignement
préscolaire et primaire, de l’enseignement collégial, de l’enseignement
secondaire, de l’enseignement supérieur, de l’enseignement originel et de

NOTE DE PRESENTATION 46
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’enseignement destiné aux communautés aux besoins spécifiques telles que


les enfants des communautés marocaines à l’étranger et ceux des citoyens
marocains de confession juive ;

le pôle 3 relatif à l’amélioration de la qualité de l’éducation et de la formation


par la mise à niveau des programmes, des méthodes pédagogiques, des
manuels scolaires et des supports didactiques tout en préconisant un recours
intensif aux nouvelles technologies de l’information et de la communication et
l’encouragement de l’excellence, de l’innovation et de la recherche scientifique
ainsi que la promotion des activités culturelles et sportives au sein des
établissements d’enseignement ;

le pôle 4 portant sur la motivation des ressources humaines pédagogiques et


administratives du système, le perfectionnement de leur formation continue,
l’amélioration de leurs conditions de travail et la révision des critères de leur
recrutement, d’évaluation de leurs performances et de leur promotion ainsi
que sur la mise en place de dispositifs adaptés à la situation des personnes à
besoins spécifiques ;

le pôle 5 relatif à l’amélioration de la gouvernance du système par


l’instauration de la déconcentration et de la décentralisation, l’introduction de
l’évaluation permanente et la diversification des normes de construction et des
équipements et leur adaptation à leur environnement ;

le pôle 6 concernant l’encouragement du partenariat avec le secteur privé


dans le domaine de l’éducation et de la formation et la mobilisation des
ressources financières au profit du système et l’optimisation de leur emploi ;

II.2.1.2. Acquis de la réforme

Certes, des progrès importants ont été enregistrés au niveau du taux de


scolarisation avec un accent particulier sur les filles, notamment dans les zones
rurales et les quartiers péri urbains, de la déconcentration et de la décentralisation
avec la création des Académies Régionales d’Education et de Formation AREF et
l’autonomisation des universités, l’introduction et l’intégration des technologies de
l’information et de la communication dans le système éducatif avec la généralisation
du programme GENIE et la motivation du personnel avec la révision des conditions
de rémunération et de promotion et l’octroi d’avantages spécifiques par le biais de la
Fondation Mohammed VI pour la Promotion des Œuvres sociales de l’Education
Formation.

Les principales données chiffrées concernant l’évolution des taux de


scolarisation entre les années 2000 et 2008 se présentent comme suit :

Tranche d’âge 6 – 11 ans : passage de 79,1 à 94 % dont, pour le rural, de


69,2 à 92,9 % ;

NOTE DE PRESENTATION 47
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Tranche d’âge 12 – 14 ans : passage de 58,1 à 74,9 % dont, pour le rural, de


34,4 à 53,8 % ;

Tranche d’âge 15 – 17 ans : passage de 35,4 à 48,9 % dont, pour le rural, de


9,6 à 20,9 %.

II.2.1.3. Programme d’urgence Education

Néanmoins, des insuffisances ont été constatées dans la réalisation de certains


objectifs de la Charte Nationale dans les délais convenus.

Aussi et afin de résorber ces retards, il a été procédé, en exécution des


Instructions Royales contenues dans le Discours prononcé par Sa Majesté le Roi lors
de l’ouverture de la nouvelle législature et conformément aux engagements du
Premier Ministre dans le cadre de sa déclaration devant le Parlement, à
l’établissement d’un programme d’urgence pour la période 2009-2012 présenté à Sa
Majesté le Roi le 11 Septembre 2008.

Les actions retenues pour l’achèvement des différents chantiers de la réforme


s’articulent autour de trois axes principaux :

la réalisation effective de la généralisation de l’obligation de la scolarisation


jusqu’à la fin de l’enseignement collégial avec la mise d’un accent particulier
sur la lutte contre les phénomènes du redoublement et de l’abandon scolaire,
la prise en compte de la dimension « genre» et l‘intégration des élèves à
besoins spécifiques ;

l’encouragement de l’esprit d’initiative et l’excellence au niveau de


l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur et l’encouragement
de l’orientation vers les filières scientifiques dans la perspective de la
formation annuelle de 15 000 ingénieurs à partir de 2012 et 3 300 médecins à
partir de 2020 parallèlement à l’intensification de la recherche scientifique;

le relèvement du rendement interne et externe du système par le


perfectionnement de la formation des cadres pédagogiques et leur
professionnalisation, la modernisation des instruments de suivi et d’évaluation,
le parachèvement du chantier de la déconcentration et la décentralisation et la
mise en place d’un système performant d’information et de communication.

Le coût du programme d’urgence est de l’ordre de 43 milliards de dirhams.

Afin d’assurer à ce programme les meilleures chances de succès, sa mise en


œuvre sera effectuée selon une approche participative impliquant les parents
d’élèves, les Collectivités locales, l’Administration Territoriale, les opérateurs
économiques et sociaux et les composantes de la société civile.

NOTE DE PRESENTATION 48
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

II.2.1.4. Programme d’urgence Formation

Par ailleurs, un programme d’urgence pour la période 2008-2012 a été


également lancé pour renforcer le secteur de la formation professionnelle et lui
permettre de mieux adapter les offres de formation aux besoins de l’économie.

A cet effet, quatre conventions ont été signées sous la Présidence de Sa


Majesté le Roi le 14 Juillet 2008 :

la première Convention, signée par le Ministre de l’Emploi et de la Formation


Professionnelle et le Ministre de L’Agriculture et des Pêches Maritimes
concerne la formation par apprentissage dans le domaine de l’agriculture de
60 000 jeunes ruraux dans les métiers porteurs du secteur pour un coût total
de 340 millions de dirhams ;

la deuxième Convention, signée par le Ministre de l’Emploi et de la Formation


Professionnelle et le Secrétaire d’Etat chargé de l’Artisanat, vise la formation
par apprentissage de 60 000 artisans pour accompagner la Vision 2015
établie pour le secteur pour un coût de 451 millions de dirhams ;

la troisième Convention, signée par le Ministre de l’Emploi et de la Formation


Professionnelle et le Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement
Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique vise la
création de licences professionnelles en partenariat entre les universités et les
établissements de formation professionnelle dans le domaine de l’industrie, du
commerce et des nouvelles technologies ;

la quatrième Convention, signée par le Ministre de l’Emploi et de la Formation


Professionnelle et le Ministre de l’Industrie, du Commerce et des nouvelles
technologies concerne la formation des ressources humaines nécessaires
pour l’accompagnement du développement intégré du secteur industriel au
niveau des branches automobile, aviation, composants électroniques,
offshoring, textile cuir et agroalimentaire. Les interventions prévues à ce titre
se situent à trois niveaux : le développement des structures de formation pour
un coût de 270 millions de dirhams, l’octroi d’une aide directe aux entreprises
pour appuyer leurs efforts de formation et l’accompagnement du
développement des plateformes industrielles intégrées par la création
d’établissements de formation spécialisés en leur sein.

II.2.2. Elargissement de l’accès aux services de santé

II.2.2.1. Acquis du secteur de la santé

Des étapes importantes ont été franchies sur la voie de la mise à niveau
quantitative et qualitative du secteur de la santé grâce aux efforts d’investissement
consentis et aux réformes structurelles mises en œuvre, ce qui s’est traduit :

a. sur le plan des infrastructures physiques par le renforcement des


structures d’accueil et la modernisation des équipements ;
NOTE DE PRESENTATION 49
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

b. sur le plan de l’organisation par la mise en place de la décentralisation


avec l’autonomisation des hôpitaux et la création de directions
régionales de la santé dans un souci de proximité et de meilleure prise
en compte des variations régionales des pathologies;

c. sur le plan épidémiologique par l’éradication ou le recul de certaines


maladies et l’organisation de programmes de vaccination à grande
échelle.

Néanmoins, certaines insuffisances demeurent. Il s’agit notamment de la


disparité de l’état de santé et des offres de soins entre les centres urbains et le
monde rural et entre régions et, dans de nombreux cas, de la faiblesse de la qualité
des soins.

II.2.2.2. Objectifs prioritaires

La stratégie gouvernementale dans le domaine de la santé vise en


conséquence à renforcer les avancées acquises jusqu’à présent et à remédier aux
dysfonctionnements qui continuent à entacher le secteur dans le but d’améliorer
l’état sanitaire des populations et de consacrer le principe du droit à la santé pour
tous.

Cette stratégie se propose de réaliser les principaux objectifs ci-après :

a. L’amélioration des indicateurs de santé notamment au niveau de la


mortalité maternelle et infantile qui constitue un handicap important pour
le pays sur le plan sanitaire. Ainsi, la mortalité maternelle devrait être
ramenée de 227 à 50 sur 100 000 naissances et la mortalité infantile de
47,4 à 15 sur mille naissances à l’horizon 2012;

b. La consolidation de la confiance des citoyens dans le système de santé


par le confortement des bases d’une santé publique accessible
notamment pour les plus démunis, compétitive et performante ;

c. Le développement des offres de soins de qualité, réparties équitablement


sur l’ensemble du territoire national ;

d. La prise en charge des maladies courantes et la prévention des risques


émergents tels que les nouvelles maladies chroniques et les cancers ;

e. La réduction de la part financée par les ménages dans le financement de


la santé pour la réduire à 25 % à l’horizon 2015.

II.2.2.3. Programme d’action

A cet effet, le programme d’action mis en œuvre s’articule autour des


principaux axes ci-après :

NOTE DE PRESENTATION 50
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le renforcement des infrastructures d’accueil des établissements publics de


santé à travers la réhabilitation des pôles existants et la création de nouvelles
unités avec un accent particulier sur les zones sous équipées. En application
du principe de la subsidiarité, les offres de soins doivent être assurées au
niveau adéquat, qu’il s’agisse des dispensaires, des centres de santé, des
hôpitaux provinciaux, des hôpitaux régionaux ou des centres hospitaliers
universitaires avec une attention particulière pour les services des urgences. Il
est ainsi, à titre d’exemple, procédé au renforcement des équipements des
hôpitaux régionaux afin de réduire la pression sur les CHU;

la mise en œuvre des principes de la bonne gouvernance dans le domaine de


la santé à travers :

le renforcement des capacités managerielles des responsables des


différentes unités du secteur à leurs différents niveaux afin d’assurer
l’utilisation optimale des ressources humaines et matérielles
disponibles ;

l’accélération du processus de décentralisation et de déconcentration


basé sur l’élargissement des attributions des responsables locaux
aussi bien au niveau des centres hospitaliers que des services
administratifs et techniques ;

l’adoption des modes de gestion modernes avec la mise en œuvre des


mécanismes de suivi permanent et d’évaluation des performances, ce
qui implique notamment la mise en place de systèmes d’information
fiables et d’une politique de gestion prévisionnelle des ressources
humaines et financières et la mise à niveau de la formation des
ressources humaines disponibles au niveau des médecins, des
professionnels de la santé et des cadres administratifs et techniques ;

la promotion de l’approche partenariale avec le secteur privé et les


Organisations Non Gouvernementales (ONG) pour assurer une
meilleure répartition des rôles et une plus grande synergie des
interventions ;

la mise en place d’une politique concertée du médicament afin d’en


assurer la qualité et la disponibilité à travers toutes les régions du
royaume.

II.2.2.4. Extension de la couverture sanitaire

Dans le cadre de la stratégie sanitaire, une attention particulière sera accordée


à l’élargissement de la couverture médicale dans la perspective de sa généralisation
progressive.

NOTE DE PRESENTATION 51
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Ainsi, le système de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), dont le champ


d’application a été régulièrement élargi, devrait bénéficier à 7,5 millions de personnes
incluant les fonctionnaires, les salariés du secteur privé, des auxiliaires de l’Etat tels
que les chioukh, les moqaddams, les imams, les artistes et les victimes recensées
par l’Instance Equité et Réconciliation.

La couverture médicale a été par la suite étendue, dans le cadre du régime


INAYA, aux artisans, aux commerçants et aux personnes exerçant des professions
libérales et les artistes, soit une population de 10 millions de personnes.

Par ailleurs, le Régime d’Assistance Médicale RAMED destiné aux personnes à


revenu faible ou irrégulier est en cours de mise au point. Il sera mis en œuvre dès
2008 à titre expérimental dans la région de Tadla-Azilal au profit de personnes
ciblées auxquelles seront remises des cartes RAMED pour deux années
renouvelables. Ces cartes ouvrent droit à une prise en charge gratuite par les
hôpitaux publics. Le régime devrait bénéficier à 8,4 millions de personnes dont 47 %
en situation de pauvreté et 43 % en situation de vulnérabilité pour un coût supporté
par le Budget de l’Etat de l’ordre de 2,6 milliards de dirhams.

II.2.3. Initiative Nationale pour le Développement Humain

L’Initiative Nationale pour le Développement Humain, lancée suite au Discours


de Sa Majesté le Roi du 18 Mai 2005, est considéré à juste titre comme un véritable
chantier de règne, novateur tant dans sa dimension et ses objectifs que dans son
contenu et le mode d’élaboration et d’exécution des projets correspondants.

II.2.3.1. Dimension de l’Initiative

Le coût total de l’INDH dans toutes ses composantes est estimé à 10 milliards
de dirhams réparties sur la période 2006-2010.

Le financement de cette opération est assurée conjointement par

Le Budget Général de l’Etat à hauteur de six milliards de dirhams ;

Les Collectivités Locales et la coopération internationale à hauteur de deux


milliards de dirhams chacune;

L’année en cours constitue pour l’Initiative une année charnière où une


évaluation à mi-chemin doit être faite des actions entreprises afin d’en dégager les
forces et les faiblesses et en tirer les enseignements utiles pour améliorer les
performances des projets dans l’avenir.

II.2.3.2. Objectifs de l’Initiative

L’INDH vise essentiellement à contribuer de façon décisive à l’atténuation des


disparités sociales entre les citoyens et des disparités spatiales entre les régions du
royaume à travers la lutte contre la pauvreté, la marginalisation et la précarité dans

NOTE DE PRESENTATION 52
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

plus de 660 communes rurales et quartiers urbains à travers le territoire national et le


renforcement de l’équipement des zones défavorisées.
II.2.3.3. Contenu de l’Initiative
L’action de l’INDH est axée sur les interventions susceptibles d’avoir
immédiatement un impact tangible sur les conditions de vie des populations
concernées. Entrent dans ce cadre notamment l’encouragement des activités
génératrices de revenus et la réalisation au niveau des zones ciblées des
équipements de base nécessaires pour élargir l’accès des populations concernées
aux services de base sur le plan de l’enseignement, de la santé, de l’électricité, de
l’eau potable et de l’assainissement outre le désenclavement du monde rural.

II.2.3.4. Modes de préparation et d’exécution des projets


Afin de conférer aux programmes mis en œuvre dans le cadre de l’INDH la
convergence, la coordination et la complémentarité nécessaires pour en renforcer
l’efficacité et permettre ainsi à cette Initiative d’atteindre les objectifs qui lui sont
assignés dans les meilleures conditions, la sélection des opérations correspondantes
est effectuée selon une approche ascendante prenant sa source dans les attentes
effectives des populations ciblées, participative, intégrée et décentralisée mettant à
contribution l’ensemble des opérateurs sur le plan local, à savoir les services de
l’Etat déconcentrés, les Collectivités Locales, les élus et les représentants de la
société civile.

Par ailleurs, la réalisation des projets retenus est assurée sur la base de
procédures administratives simplifiées destinées à garantir la célérité de l’exécution
sans porter atteinte aux impératifs de la transparence et du respect de la
réglementation régissant les dépenses publiques. En contrepartie des
assouplissements de procédures consentis, l’accent est mis sur le contrôle a
posteriori et sur les opérations d’audit, de suivi et d’évaluation permanentes qui
doivent être assurés tout au long du processus de réalisation du programme.
Les crédits ouverts par le budget de l’Etat au titre de l’INDH pour les années
2007 à 2009 se répartissent comme suit :

2007 : 1 100 millions de dirhams ;

2008 : 1 200 millions de dirhams ;

2009 : 1 300 millions de dirhams.

II.2.4. Lutte contre la pauvreté et Programme du Défi du


Millénaire
Par ailleurs, la mise en œuvre du Programme du défi du Millénaire (MCA),
bénéficiant d’un financement du Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique d’un
montant de 700 millions de dollars sur une période de cinq ans, est de nature à
contribuer à l’accélération du rythme de développement économique et à la réduction
de la pauvreté dans les zones ciblées. La Convention correspondante a été signée
en Août 2007 sous la présidence de Sa Majesté le Roi et son entrée en vigueur est
intervenue le 15 Septembre 2008.

NOTE DE PRESENTATION 53
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Les programmes retenus dans ce cadre visent notamment l’amélioration de la


situation de l’emploi, le renforcement de la productivité du secteur agricole par
l’encouragement de l’utilisation des techniques modernes et la substitution de
l’arboriculture fruitière à la céréaliculture dans les zones défavorables à cette
spéculation, la modernisation de la pêche traditionnelle, le soutien des activités
artisanales dans la ville de Fès et l’appui des entreprises dans leurs efforts de mise à
niveau, d’investissement et de renforcement de leur compétitivité.

Parallèlement, les actions mises en œuvre dans le cadre des filets de sécurité
et des organismes de proximité à vocation sociale prédominante seront poursuivies à
un rythme soutenu. Il s’agit en particulier du système de compensation destiné à
soutenir le prix des denrées de base, de l’Entraide Nationale, de la Promotion
nationale, de l’Agence de Développement Social et du dispositif du micro crédit.

II.2.5. Elargissement de l’accès aux infrastructures culturelles


et sportives

L’élargissement de l’accès des populations aux infrastructures culturelles et


sportives répond au souci de favoriser l’épanouissement individuel et collectif.

Pour ce qui est des infrastructures culturelles, les efforts seront axés sur la
généralisation de l’implantation à travers le royaume des établissements de proximité
tels que les maisons de la culture, les théâtres et les bibliothèques publiques qui sont
réalisés en partenariat entre l’Etat et les Collectivités Locales.

Parallèlement, des réalisations à caractère national, telles que la Bibliothèque


Nationale, les musées nationaux et les instituts supérieurs à caractère culturel sont
prises en charge par le Budget Général de l’Etat avec le concours du Fonds Hassan
II pour le Développement Economique et Social.

Enfin, les efforts seront poursuivis pour encourager les activités de création
dans les domaines du théâtre, du cinéma, des arts plastiques, de l’écriture et de
l’édition.

Pour ce qui est des infrastructures sportives, il s’agit d’achever les trois stades
olympiques de Tanger, Marrakech et Agadir et de lancer les travaux du grand stade
de Casablanca ainsi que de poursuivre l’implantation des espaces sportifs de
proximité tels que les stades de quartiers et les salles couvertes pour favoriser
l’émergence d’équipes nationales performantes et de champions de demain dans les
différents disciplines sportives.

NOTE DE PRESENTATION 54
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

TROISIEMEMENT : Amélioration de la gouvernance et de la


gestion publique

Le Maroc, largement ouvert sur le monde extérieur, s’est résolument engagé


dans la dynamique de modernisation de son économie afin de renforcer sa
compétitivité et les chances de réussite de son intégration dans son environnement
international. Dans cette perspective, l’amélioration de la gouvernance et de la
gestion publique constitue un facteur déterminant.

Les actions de réforme entreprises à cet effet sont axées sur deux champs
principaux :

la justice ;

l’administration.

III.1. Réforme de la justice

La réforme de la justice, consistant dans la mise à niveau du système juridique


et judiciaire national et sa modernisation, contribue au soutien de la croissance
économique et du progrès social, à la consolidation de l’Etat de droit, à la création
d’un climat favorable à l’investissement national et étranger et au confortement de la
confiance entre le citoyen et le juge. Cette réforme est d’autant plus urgente et
indispensable que le Maroc s’est résolument engagé dans le processus d’intégration
dans son environnement international où la crédibilité et l’indépendance de la justice
constituent un facteur important de compétitivité.

Pour permettre la mise en place d’une justice rapide, transparente et crédible,


les efforts sont axés sur :

la moralisation de l’appareil judicaire et la garantie du respect des droits des


justiciables de la part des magistrats, des fonctionnaires et des auxiliaires de
la justice par l’intensification des actions de formation, la rationalisation des
méthodes de travail du Conseil Supérieur de la Magistrature et le
renforcement de l’inspection générale du Ministère de la Justice et des
inspections hiérarchiques des tribunaux ;

l’accélération du rythme des jugements et de leur exécution par l’accélération


des procédures, le renforcement des moyens humains affectés au secteur au
niveau des effectifs des juges, des procureurs et des autres fonctionnaires et
auxiliaires et la modernisation des outils de travail avec le développement du
parc informatique ;

le renforcement de la transparence par la généralisation de l’informatisation


pour permettre aux justiciables tant pour les affaires civiles que pénales de
suivre en ligne et en temps réel le cheminement de leurs dossiers, la gestion
des affaires civiles et pénales avec une attention particulière pour les sections

NOTE DE PRESENTATION 55
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

en charge des affaires de la famille, ainsi que la consultation en ligne du


registre de commerce ;

le développement des capacités de communication interne et externe du


Ministère et de diffusion de l’information juridique et judiciaire tant en interne
que vis-à-vis du public.

Cet effort de réforme est appelé à prendre un nouvel élan grâce à l’appui de
l’Union Européenne dans le cadre du Projet Méda 2, consacré par une Convention
signée le 22 Juillet 2008 qui, dans une approche globale et intégrée, vise à renforcer
les infrastructures techniques des tribunaux et à améliorer la qualité des prestations
fournies par le système judiciaire. Les programmes mis en œuvre dans ce cadre
concernent 90 % des Cours d’Appel et 23 % des Tribunaux de Première Instance.

III.2. Réforme de la gestion budgétaire

Les initiatives prises au titre de la gestion budgétaire visent à assurer une


amélioration de l’efficacité des dépenses de l’Etat et du rendement de son appareil
administratif en consacrant le passage de la logique des moyens à celle des
résultats.

L’approche adoptée repose sur six piliers principaux :

l’assouplissement des modalités d’exécution du budget à travers


« la globalisation des crédits » ;

la mise en place de la programmation pluriannuelle ;

l’encouragement de la contractualisation et du partenariat;

l’adaptation du contrôle de la dépense publique au nouveau contexte


budgétaire ;

l’introduction de la dimension « genre » dans la politique budgétaire.

III.2.1. Globalisation des crédits

La globalisation des crédits consiste à conférer aux ordonnateurs et sous


ordonnateurs davantage de souplesse dans l’utilisation des crédits mis à leur
disposition en contrepartie de leur responsabilisation personnelle quant à la
réalisation des objectifs qui leur sont assignés et à l’obligation de rendre compte de
ces résultats.

Un premier pas a été franchi dans ce sens avec l’introduction, par Décret du 31
Décembre 2001, d’une modification au décret relatif à l’élaboration et à l’exécution de
la Loi de Finances autorisant les virements de crédits entre lignes à l’intérieur d’un
même paragraphe, sans avoir besoin du visa préalable du Ministère des Finances

NOTE DE PRESENTATION 56
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

comme c’était le cas auparavant. Les prélèvements à opérer dans ce cadre ne


devraient toutefois pas affecter les dotations de rubriques présentant une certaine
sensibilité telles que les dépenses d’eau, d’électricité, de télécommunication, de
transport et de salaires du personnel occasionnel afin d’éviter la reconstitution
d’arriérés dans ces domaines.

Le bénéfice de cette souplesse implique la satisfaction de deux conditions


préalables :

la restructuration des morasses budgétaires de telle façon que le paragraphe


soit le support essentiel pour la réalisation d’un programme, d’un projet ou
d’une action déterminée. Les modalités de cette restructuration ont été
précisées dans la circulaire du Ministère des finances et de la Privatisation du
7 Avril 2005 ;

la mise en place d’indicateurs chiffrés concernant les objectifs à atteindre de


façon à permettre leur comparaison avec les résultats effectivement
enregistrés.

Lancée en 2002, cette initiative a été mise en œuvre progressivement pour être
généralisée en 2008.

A fin 2007, la masse des dépenses couverte par cette approche représentait
près de 77 % du Budget d’Investissement. Les indicateurs de performance relatifs
aux actions engagées font l’objet de recueils qui sont communiqués annuellement au
Parlement à l’appui des projets de budgets sectoriels.

III.2.2. Mise en place de la programmation pluriannuelle

Le Cadre des Dépenses à Moyen Terme CMDT triennal glissant, mis en œuvre
progressivement à partir de la Loi de Finances 2007, vise à améliorer le processus
de programmation budgétaire dans une perspective pluriannuelle en permettant :

la mise en cohérence du cadre macroéconomique et du cadre budgétaire ;

une meilleure visibilité notamment pour les ordonnateurs quant à l’évolution


des dépenses publiques sur le moyen terme et leur compatibilité avec les
objectifs de maîtrise des finances publiques ;

la coordination entre les stratégies et les politiques sectorielles adoptées par


le Gouvernement et la politique budgétaire.

Afin de faciliter la mise en place du Cadre des Dépenses à Moyen Terme, une
circulaire du Premier Ministre en date du 8 Février 2007 et d’un Guide
méthodologique élaboré par la Direction du Budget ont été diffusés auprès de
l’ensemble des départements ministériels.

NOTE DE PRESENTATION 57
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Après la phase expérimentale qui a touché neuf Ministères en 2007, l’approche


du CDMT sera étendue au cours de l’année en cours à cinq nouveaux départements
ministériels en vue de sa généralisation progressive à l’ensemble des Ministères.

III.2.3. Encouragement des relations de partenariat

Dans la même perspective de modernisation de la gestion publique,


l’Administration s’attache à encourager l’établissement de liens de partenariat entre
les services déconcentrés et les opérateurs locaux : Collectivités locales,
établissements publics, acteurs de la société civile et composantes du secteur privé.

En permettant d’assurer une coordination des efforts des différents intervenants


locaux à travers l’utilisation en commun des ressources humaines, matérielles et
financières dont ils disposent à des fins précises, la présente approche contribue à
conférer davantage d’efficacité et de cohérence à leur action tout en améliorant la
qualité des prestations fournies et en en réduisant le coût.

Une circulaire du Premier Ministre du 27 Juin 2003 a été diffusée pour préciser
les modalités de mise en œuvre du partenariat entre l’Etat et les Associations pour
l’exécution de prestations sociales, la réalisation de projets de développement ou la
prise en charge de services d’intérêt collectif.

Les Conventions conclues dans ce cadre portent notamment sur la lutte contre
l’analphabétisme, l’éducation non formelle, la mise à niveau d’établissements
scolaires dans les milieux péri urbains et ruraux, la sédentarisation des marchands
ambulants, la construction de voies de desserte etc.

III.2.4. Réforme du contrôle de la dépense publique

La réforme du contrôle de la dépense publique, qui vise à conférer plus de


souplesse, de fluidité et d’efficacité aux dépenses budgétaires, s’intègre dans une
triple logique

la logique de la gestion budgétaire axée sur les résultats et sur l’évaluation


des performances ;

la logique de la reddition des comptes de la part des responsables des


programmes quant à la réalisation des objectifs qui leur sont assignés. Ces
derniers sont appelés à s’approprier les outils de la réforme et à développer
leurs capacités de gestion et d’audit pour prendre en charge le contrôle a
priori de régularité et l’évaluation des performances et faciliter ainsi la mise en
place progressive d’un contrôle modulé de la dépense en fonction des
enjeux et de la capacité des ordonnateurs à assumer effectivement cette
mission. Il a été procédé dans ce cadre à l’introduction de l’audit de
performance en coordination entre les organismes de contrôle, notamment
l’Inspection Générale des Finances et les Inspections Générales des
Ministères. Un manuel conforme aux normes et à la pratique internationales
en la matière a été mis en place à cet effet ;

NOTE DE PRESENTATION 58
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la logique de la simplification des procédures avec notamment la mise en


place d’un interlocuteur unique permettant d’éviter une multiplicité des
structures et une redondance des interventions des services financiers. Il a été
procédé dans ce cadre au rattachement du Contrôle Général des
Engagements de Dépenses à la Trésorerie Générale du Royaume en
exécution du Décret 2-06-52 du 13 Février 2006 et à la mise en place
progressive de Trésoriers ministériels au niveau des Administrations centrales
et de Directions régionales au niveau des services déconcentrés.

Parallèlement, un système de Gestion Intégrée de la Dépense GID, destiné à


assurer la coordination entre les dispositifs informatiques des différents services
intervenant dans le circuit de la dépense publique, est en cours de mise au point
pour conférer à cette dernière le maximum de fluidité.

La mise en application progressive du système GID, prévue à partir de 2009,


devrait permettre d’écourter considérablement les délais d’établissement des
comptes publics et, par voie de conséquence, la présentation des projets de Lois de
Règlement dans les plus brefs délais après la clôture de l’exercice correspondant,
renforçant ainsi le rôle du contrôle parlementaire sur l’action gouvernementale.

III.2.5. Prise en compte de la dimension « genre »

La lutte contre toutes les formes de discrimination fondées sur le genre figure
parmi les actions prioritaires du Gouvernement afin de permettre notamment à la
femme de remplir pleinement son rôle dans les efforts de développement
économique, social et culturel du pays.

L’intégration de la dimension « genre » dans la programmation budgétaire


s’inscrit dans une vision globale visant à répondre, d’une façon équitable, aux
besoins différenciés des hommes, des femmes et des enfants, abstraction faite de
leur origine sociale et à améliorer leurs conditions de vie sur la base d’une analyse
approfondie des répercussions du Budget dans ses deux volets « recettes » et
« dépenses » sur l’ensemble de la population marocaine avec toutes ses
composantes.

III.3. Réforme de l’Administration

Parallèlement à la transformation en profondeur du rôle de l’Etat, les efforts


seront intensifiés pour mettre en place une Administration, intègre, efficiente,
capable de soutenir une croissance économique durable et de fournir aux usagers,
citoyens ou entreprises, des prestations de qualité au moindre coût.

A titre d’appui à la mise en œuvre de cette réforme, un Compte Spécial du


Trésor intitulé « Fonds de Modernisation de l’Administration Publique » FOMAP a été
créé par la Loi de Finances 2005 avec les principaux objectifs suivants :

l’encouragement de l’émergence d’une dynamique durable de changement et


de modernisation au sein des Administrations ;

NOTE DE PRESENTATION 59
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la contribution au financement des projets et chantiers de réforme à caractère


structurel et institutionnel visant la modernisation de l’Administration et sa
mise à niveau ;

le soutien, le suivi et l’évaluation de la réalisation des projets de modernisation


proposés par les différents Ministères ;

l’accompagnement des initiatives novatrices de modernisation de


l’Administration.

Sur la dotation globale du Fonds de 40 millions de dirhams, près de


39,70 millions de dirhams, soit 99 % ont été programmés à la date du 15 Juillet 2008.

Le nombre des projets retenus pour la période 2006-2008 s’élève à 43 dont 20


portent sur la gestion des ressources humaines, 16 sur le développement des
systèmes d’information et l’administration électronique, 5 sur l’allègement des
structures et la simplification des procédures administratives et 2 sur la mise en place
respectivement d’un système intégré de gestion et d’évaluation des projets SIGEP et
d’un dispositif de formation à distance pour la modernisation de la gestion des
ressources publiques au profit de l’ensemble des départements ministériels initiés
par le Ministère de l’Economie et des Finances.

La réforme mise en œuvre se décline en quatre actions principales :

la réforme des structures administratives ;

la réforme de la gestion des ressources humaines ;

la simplification des procédures administratives ;

• Mise en place de l’Administration électronique ;


• Elargissement du champ de la déconcentration.

la promotion de la décentralisation et de la déconcentration.

III.3.1. Réformes des structures administratives

Le profil des Administrations est adapté au fur et à mesure de l’évolution du rôle


de l’Etat et de ses missions suite aux opérations de privatisation et d’externalisation
ce qui la libère des tâches de production de certains biens et services marchands et
de certaines tâches opérationnelles d’exécution.

NOTE DE PRESENTATION 60
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

III.3.2. Réforme de la gestion des ressources humaines

La réforme de la gestion des ressources humaines s’effectue selon trois


orientations majeures :

la mise en place d’outils de gestion prévisionnelle des ressources humaines ;

l’instauration d’une nouvelle culture de gestion des ressources humaines ;

l’institutionnalisation de la formation continue.

III.3.2.1. Mise en place d’outils de gestion prévisionnelle des


ressources humaines

Ces outils consistent essentiellement dans l’élaboration des Référentiels des


Emplois et des Compétences REC destinés à améliorer la visibilité à court et moyen
termes en matière de ressources humaines et permettre une appréciation objective
des besoins en emplois sur les plans quantitatif et qualitatif.

La mise en place de ces outils, qui doit s’appuyer sur un renforcement


substantiel des systèmes informatiques dédiés à la gestion du personnel, s’effectue à
un rythme accéléré par les différents départements ministériels.

La mise en œuvre effective de la Gestion Prévisionnelle des Effectifs, des


Emplois et des Compétences GPEEC sera entamée dès l’achèvement de
l’établissement des Référentiels des Emplois et des Compétences dans les différents
départements ministériels.

III.3.2.2. Instauration d’une nouvelle culture de gestion des


ressources humaines

La mise en application de la nouvelle culture, basée sur la compétence et le


mérite, repose sur :

la garantie du maximum d’équité et de transparence pour l’accès à la Fonction


Publique et dans le système de rémunération ;

l’introduction d’un système de contrats permettant des recrutements pour des


délais déterminés pour la réalisation de projets précis ;

le renforcement de la mobilité des fonctionnaires à travers l’harmonisation des


statuts et l’introduction d’incitations pécuniaires ;

l’évaluation des fonctionnaires fondée sur le rendement et les performances et


l’élargissement de la grille de notation ;

NOTE DE PRESENTATION 61
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’adaptation du système de promotion des fonctionnaires par les voies des


examens professionnels et du choix sur la base de la compétence et du
mérite.

III.3.2.3. Institutionnalisation de la formation continue

La formation continue est destinée à adapter les profils existants aux


compétences exigées telles que dégagées par le Référentiel des Emplois et des
compétences établi pour chaque département ministériel pour lui permettre de
s’acquitter de ses missions dans les meilleures conditions.

III.3.3. Simplification des procédures

La simplification des procédures constitue un volet important de la moralisation


de la vie publique et l’amélioration de la qualité des services rendus aux usagers.

Il s’agit d’un processus continu qui implique les différents départements


ministériels appelés, chacun pour ce qui le concerne, à alléger les contraintes
administratives qui relèvent de leurs compétences respectives, pour contribuer à
réduire les frais de fonctionnement et à améliorer les rapports entre l’Administration
et les administrés.

En particulier, les efforts se poursuivent pour assurer la substitution progressive


du régime de la déclaration à celui de l’autorisation préalable pour l’exercice d’un
nombre croissant d’activités, chaque fois que cela se trouve compatible avec les
impératifs de la sécurité et de la salubrité publique.

L’obligation pour les différents départements ministériels d’établir des manuels


de procédures propres à chacune de leurs missions, outre qu’elle constitue un
moyen de renforcement de la transparence des procédures administratives vis-à-vis
du public, fournit l’occasion d’identifier et d’éliminer le cas échéant toutes les
lourdeurs et les redondances qui entachent ces procédures.

Soutenue par le développement des applications informatiques, la simplification


des procédures s’effectue à un rythme accéléré grâce à l’accélération de la
circulation et du traitement de l’information et à la dématérialisation des procédures.

III.3.3.1 Mise en place de l’Administration électronique

La mise en place de l’Administration électronique, à laquelle le Gouvernement


attache une attention particulière, s’intègre dans le cadre d’une vision globale,
intégrée et progressive pour le développement de la société de l’information.

Ainsi, au niveau de la société de l’information, des efforts importants sont


déployés pour le développement des infrastructures de télécommunication tant en
milieu urbain qu’en milieu rural, l’élargissement de l’accès à l’Internet, le
renforcement des filières informatiques au niveau de la formation et la généralisation
du programme GENIE au sein du système éducatif.

NOTE DE PRESENTATION 62
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Par ailleurs, pour ce qui est de l’Administration électronique, les actions


retenues dans ce cadre visent à simplifier et améliorer les relations entre les
opérateurs publics et privés à plusieurs niveaux :

le niveau intra ministériel par l’accélération des échanges d’informations


susceptibles de faciliter les prises de décisions au sein de chaque
département ;

Le niveau inter ministériel avec la mise en place d’un cadre global destiné à
assurer une meilleure coordination entre les différents départements
ministériels et une mutualisation des moyens dont ils disposent. Les
applications déjà opérationnelles et les programmes en cours de
développement à ce titre portent principalement sur la gestion budgétaire avec
le E.Budget, le Système de Gestion Intégrée du Personnel de l’Etat et le
Système de Gestion Intégrée des Dépenses GID;

Le niveau des rapports avec le public par le développement des portails des
différentes entités publiques, qu’il s’agisse des Ministères, des Collectivités
Locales, des Etablissements publics ou des organisations professionnelles et
par l’ouverture de la possibilité de téléchargement en ligne de formulaires
administratifs, possibilité qui s’étendra, dans un proche avenir, aux
documents liés à l’état civil ;

Le niveau des rapports avec les entreprises grâce aux services en ligne qui
leur sont offerts pour ce qui est des opérations fiscales et douanières ainsi que
des marchés publics par l’ouverture de la possibilité de téléchargement des
appels d’offres, des termes de référence et des résultats de la concurrence et
de la possibilité de la soumission en ligne.

III.3.3.2 Elargissement du champ de la déconcentration

La politique de déconcentration administrative vise à rationaliser la répartition


des tâches entre les Directions centrales des Ministères et leurs services extérieurs
ce qui constitue un gage d’efficacité de leurs interventions respectives au profit des
citoyens et des entreprises.

En vertu de cette répartition, les Directions centrales sont appelées à


concentrer davantage leurs efforts sur les missions stratégiques d’orientation, de
coordination et d’évaluation et à déléguer les tâches opérationnelles d’exécution à
leurs représentations locales.

Cette approche présente un triple avantage :

rapprocher l’Administration des administrés dans le cadre d’une politique de


proximité ;

NOTE DE PRESENTATION 63
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

revaloriser le statut des services extérieurs des Ministères en les impliquant


dans la définition et l’exécution des programmes, ce qui est de nature à
développer en leur sein le sens de la responsabilité et l’esprit d’initiative ;

favoriser le développement de la politique de partenariat avec leurs


homologues au sein des Collectivités Locales et du tissu associatif local en
raison des marges de décision dont ils disposent.

Il s’agit d’un long processus continu dont la mise en œuvre s’effectue


progressivement en fonction des contraintes propres à chaque Administration.

Le budget 2006 a consacré une avancée qualitative dans ce sens avec


l’adjonction de la dimension régionale aux classifications administrative, fonctionnelle
et économique déjà en vigueur, ce qui permettra, à la lecture du budget, de prendre
connaissance directement de la part revenant à chacune des régions du Royaume
en matière d’effort d’investissement.

Limitée dans une première étape aux dépenses d’investissement, cette action
sera progressivement étendue pour englober l’ensemble des dépenses susceptibles
d’être régionalisées, quelle qu’en soit la nature.

III.3.4. Promotion de la régionalisation et réforme de la Charte


communale

La politique de déconcentration administrative et de régionalisation a pris un


nouvel élan avec le Discours Royal du 12 Décembre 2006 à l’occasion de la
Rencontre Nationale des Collectivités Locales à Agadir qui a tracé les grandes lignes
de la nouvelle stratégie à mettre en œuvre dans ce domaine basée sur une
approche territoriale impliquant le renforcement des services déconcentrés et la mise
en place de pôles régionaux homogènes et a mis en avant le concept de région
élargie avec des pouvoirs accrus.

L’intérêt marqué pour la régionalisation a été consacré par la création, au sein


du Gouvernement actuel, d’un Secrétariat d’Etat chargé du développement territorial
qui s’attache à la mise au point d’une doctrine adaptée au contexte national et aux
perspectives de son évolution. Mais, d’ores et déjà, la volonté de prendre en compte
la dimension territoriale et régionale est présente dans toutes les initiatives
gouvernementales, notamment lors du choix de l’implantation des programmes
d’investissement destinées à valoriser les ressources et les potentialités locales.

Par ailleurs, dans le souci de renforcer la démocratie locale et favoriser le


développement économique à l’échelon local, un projet de loi portant réforme de la
Charte communale a été soumis au Parlement.

Cette réforme s’articule autour de trois axes principaux :

l’amélioration de la gouvernance locale pour favoriser la constitution d’une


majorité homogène au sein des Conseils communaux, dynamiser le rôle des
Comités permanents, améliorer le rôle des élus et renforcer l’administration

NOTE DE PRESENTATION 64
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

locale par la révision des systèmes de délégation de pouvoirs et une définition


plus précise des prérogatives des secrétaires généraux ;

l’amélioration de la gestion des grandes agglomérations et le renforcement de


l’unité de la ville par une meilleure définition des attributions des Conseils
d’Arrondissement ;

la mise en place de nouveaux mécanismes pour la promotion de la


coopération et du partenariat entre Collectivités Locales pour une meilleure
gestion des équipements et des services communs et entre les Collectivités
Locales et le secteur privé et d’autres acteurs locaux pour permettre une
mutualisation des moyens en vue de la réalisation de certains projets
spécifiques.

Parallèlement, le système des finances locales est cours de révision dans le


sens de la simplification des procédures et de l’allègement de la tutelle.

NOTE DE PRESENTATION 65
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

QUATRIEMEMENT : Consolidation de la politique de discipline


budgétaire
La stabilité du cadre macroéconomique constitue une condition essentielle
d’une croissance économique durable. Cette stabilité est tributaire, en grande partie,
de la maîtrise des finances publiques.

Aussi, et à l’instar des années précédentes, les efforts seront poursuivis pour
maîtriser les dépenses et à optimiser les recettes dans le but d’assurer l’amélioration
des conditions de l’équilibre budgétaire.

IV.1. Maîtrise des dépenses

Une gestion rigoureuse des deniers publics vise à maintenir l’évolution des
différentes composantes du budget ordinaire, à savoir les dépenses de personnel,
les dépenses de matériel, les charges communes et le service de la dette dans des
limites soutenables.

IV.1.1. Dépenses de personnel et maîtrise de la masse salariale

La maîtrise de l’évolution de la masse salariale constitue un facteur essentiel


pour la maîtrise du déficit budgétaire et la consolidation de l’équilibre des finances
publiques dans leur ensemble.

Aussi, la réduction du poids correspondant par rapport au PIB pour le ramener à


un taux proche de celui prévalant dans les pays à niveau de développement
comparable à celui du Maroc a-t-il constitué un objectif prioritaire des pouvoirs
publics.

Une attention particulière est accordée dans ce cadre à la maîtrise de l’évolution


des effectifs à la suite de l’organisation de l’opération « départ volontaire » qui a
touché 39 000 fonctionnaires environ et qui a permis de réduire de 1 point la part de
la masse salariale dans le PIB passée de 11,9 % en 2005 à 10,8 % en 2007,
d’augmenter le taux d’encadrement de la Fonction Publique et de rajeunir les
effectifs.

Par ailleurs, les mesures d’accompagnement visant la maîtrise de l’évolution


des effectifs seront poursuivies. Il s’agit notamment de :

limiter les créations de nouveaux postes budgétaires au strict minimum


nécessaire pour répondre aux besoins des secteurs prioritaires ;

la prohibition des recrutements dans les échelles de rémunération 1 à 4.

la suppression des postes devenus vacants suite au départ de leurs titulaires


à la retraite pour limite d’âge.

NOTE DE PRESENTATION 66
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Les principales initiatives prises à cet effet dans le cadre du projet de Loi de
finances 2009 et qui procèdent de la même logique que celle mises en œuvre dans
les budgets précédents ont consisté dans :

la limitation des créations d’emplois au strict minimum nécessaire pour


répondre aux besoins des secteurs prioritaires notamment dans les domaines
de l’enseignement, de la santé, de la sécurité et de la justice, soit 12.820
postes ;

l’encouragement du redéploiement du personnel pour faire face au déficit en


effectifs dans certains services publics sur les plans sectoriel ou
géographique ;

la poursuite de la lutte contre le phénomène des fonctionnaires fantômes.

IV.1.2. Dépenses de matériel et dépenses diverses

Les dépenses de matériel et les dépenses diverses qui constituent le support


principal du train de vie de l’Administration ont également fait l’objet d’une attention
particulière en vue d’en maîtriser l’évolution. C’est ainsi qu’il a été procédé à :

l’assainissement de la situation de certaines rubriques dont les dotations ne


reflétaient pas les charges réelles qu’elles étaient censées supporter. Il s’agit
en particulier des dépenses relatives aux consommations d’eau, d’électricité,
de télécommunication et de transport qui avaient accumulé des arriérés
considérables. Il a été procédé parallèlement à la mise au point de dispositifs
devant permettre d’éviter la reconstitution de tels arriérés en prescrivant le
paiement de ces dépenses par vignettes et l’interdiction des prélèvements de
crédits par voie de virement à partir des rubriques budgétaires concernées ;

la limitation drastique de certaines catégories de dépenses courantes telles


que les celles afférentes à l’aménagement de locaux de services et leur
ameublement, l’aménagement et l’équipement de logements de fonction,
l’organisation de congrès, colloques et de diverses autres manifestations non
indispensables, renforçant ainsi les efforts menés pour réduire le train de vie
de l’Etat et la maîtrise des dépenses courantes de fonctionnement.

De ce fait, les dépenses de matériel n’ont enregistré au cours des dernières


années que des hausses modérées. La dotation prévue à cet effet dans le projet de
Loi de finances s’élève à 25.283.959.000 dirhams contre une dotation de
20.161.635.000 dirhams en 2008, soit une augmentation de 25,41 % bénéficiant
principalement aux dépenses d’exploitation et de maintenance des infrastructures
scolaires dans le cadre du plan d’urgence.

NOTE DE PRESENTATION 67
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

IV.1.3. Charges communes

Les Charges communes sont constituées essentiellement par les dépenses de


compensation et de cotisation aux régimes de retraite.

a. Dépenses de compensation

A la suite de la libéralisation des filières sucrière, oléagineuse et céréalière, le


système de compensation des prix de vente au public concerne actuellement: le
sucre, la farine, le gaz butane et les produits pétroliers.

Le mécanisme de compensation se présente comme suit pour les différents


produits :

Sucre : Le soutien de l’Etat, concernant le sucre, consiste en une subvention


forfaitaire de 2.000 DH la tonne mise à la consommation ;

Farine de blé tendre : L’Etat subventionne, depuis le mois d’Août 1998, un


contingent annuel de farine de blé tendre ;

Produits pétroliers : Lors de la libéralisation du secteur, il avait été retenu


d’indexer les prix de vente intérieurs des produits pétroliers raffinés sur ceux
du marché de Rotterdam. Toutefois, ce système a dû être abandonné à partir
du mois de Septembre 2000 à la suite de la flambée des prix de ces produits
sur les marchés internationaux. La non répercussion des hausses intervenues
sur le marché international sur les prix intérieurs s’est traduit pour l’Etat par de
charges additionnelle considérables.

Pour le cas particulier du gaz butane, bien que les prix de reprise soient indexés
sur le marché international, les prix de vente intérieurs ont été réglementés. Le déficit
enregistré est pris en charge par la Caisse de Compensation à travers des
prélèvements opérés sur les prix de vente des autres produits pétroliers, le reliquat
étant pris en charge par le Budget de l’Etat.

La charge de la compensation prévue pour ces produits au titre de l’année 2009


s’élève à 28,9 milliards de dirhams auquelle s’ajoute une dotation de 5 milliards de
dirhams au titre des arriérés de 2008. Cette charge totale s’élevant à 33,9 milliards
de dirhams sera financée par des crédits budgétaires de 32,9 milliards de dirhams et
par les ressources du fonds de soutien des prix estimées à 1 milliard de dirhams.

Ainsi qu’il a été précisé précédemment, une réforme profonde est en cours de
préparation pour assurer un meilleur ciblage du système de compensation en faveur
des personnes nécessiteuses ayant effectivement besoin d’un soutien. D’ores et
déjà pour l’année 2009, il est prévu d’apporter un appui financier aux populations
nécessiteuses pour développer leur bénéfice en prestation de santé et d’éducation et
de services de proximité en milieu rural.

NOTE DE PRESENTATION 68
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

b. Cotisations de l’Etat aux systèmes de retraite

Les régimes de pension civile et militaire gérés par la Caisse Marocaine de


Retraites CMR ont connu de nombreuses réformes au cours de la dernière décennie
afin d’assurer la viabilité de ces régimes à moyen terme :

Elargissement en 1997 de l’assiette des cotisations de retraite en y incluant


l’ensemble des éléments constituant la rémunération statutaire ;

Généralisation, à compter de l’année 2002, de cette réforme à l’ensemble des


pensionnés d’avant cette date ;

Relèvement des parts patronale et salariale relative au personnel civil de 1%


par an chacune en vue les porter de 7 % à 10 % sur la période 2004-2006 ;
Relèvement de la part patronale relative au personnel militaire de 14 % à
20 % en 2006;

Apurement en 2005, pour un montant de 11.080 MDH, des arriérés dus par
l’Etat au titre de ses cotisations pour son personnel civil et militaire et au titre
des régimes non cotisants tels celui dont bénéficient les anciens résistants et
anciens membres de l’armée de libération.

IV.1.4. Service de la dette

La réduction du poids du service de la dette constitue une préoccupation


constante des pouvoirs publics.

Outre l’amélioration de l’épargne budgétaire qui se traduit par une réduction des
besoins d’endettement pour financer le Budget d’Investissement et, en conséquence,
par une atténuation de l’effet d’éviction à l’égard du secteur privé et une accentuation
de la tendance à la détente des taux d’intérêt, l’allègement des charges afférentes au
service de la dette a été recherchée à travers deux approches principales : la gestion
active de la dette extérieure et la réforme du mode de financement du Trésor par le
biais de l’endettement intérieur.

VI.1.4.1. La gestion active de la dette extérieure

La gestion active de la dette, mise en œuvre à partir de 1996 vise en fin de


compte la réduction des charges de la dette publique et l’amélioration de son profil.
Quatre formes principales ont été mises en œuvre à cet effet:

la conversion de la dette en investissement. Ce mécanisme, applicable à la


dette relevant du Club de Paris, consiste à transformer la dette :

soit en investissements publics à travers l’abandon du créancier


d’une partie de sa dette en contrepartie de l’utilisation par le débiteur

NOTE DE PRESENTATION 69
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

des fonds ainsi économisés pour le financement de projets ou de


programmes publics convenus d’un commun accord ;

soit en investissements privés à travers la cession, à des


investisseurs résidents ou non résidents au Maroc ainsi qu’aux
résidents marocains à l’étranger, de créances moyennant une décote
importante leur permettant de financer leurs projets à des conditions
avantageuses du fait de la différence entre le prix d’achat de la
créance auprès du pays créancier et le prix de rachat de la créance par
le Maroc. Les opérations réalisées en 2007 dans ce cadre concernent,
pour l’essentiel, le Koweït et l’Espagne pour un montant total de 411
millions de dirhams.

le refinancement de la dette consistant à rembourser par anticipation des


dettes contractées auparavant à des taux d’intérêt élevés et à leur substituer
de nouvelles dettes moins onéreuses. Il a été procédé en 2007 à l’émission
sur le marché financier international d’un emprunt obligataire de 5,6 milliards
de dirhams pour le remboursement par anticipation du reliquat de la dette
rééchelonnée à l’égard du Club de Londres ;

la renégociation des Accords de prêt conclus avec certains créanciers en


vue de ramener les taux d’intérêt convenus initialement à des niveaux plus
compatibles avec les nouveaux taux pratiqués à l’échelle internationale ;

l’amélioration de la structure par devises de la dette publique, notamment


celle libellée en Dollars US et en Yens japonais afin de la faire correspondre
de façon plus nette à celle du panier du Dirham ;

le remboursement par anticipation de prêts onéreux. La dernière opération


intervenue à ce titre en 2007 concerne la dette vis à vis de la Banque
Japonaise pour la Coopération Internationale pour un montant de 272 MDH.

Pour l’année 2008, le processus de gestion active de la dette s’est poursuivie


avec la conversion de 105 millions de dirhams en investissements publics, ce qui
porte le volume total de la dette traitée depuis 1996 à 55 milliards de dirhams.

Pour l’année 2009, il est prévu :

d’une part, la conversion en investissements publics et privés du reliquat


restant de l’enveloppe de 50 millions d’Euros prévus par l’Accord de
conversion conclu avec l’Espagne ;

d’autre part, la conversion en investissements publics de la dette vis-à-vis de


la République d’Italie à hauteur de 20 millions d’Euros bénéficiant à parts
égales aux programmes INDH et routes rurales.

NOTE DE PRESENTATION 70
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

IV.1.4.2. La réforme du mode de financement du Trésor par le


biais de l’endettement intérieur

Le mode de financement du trésor par le biais de l’endettement intérieur a été


marqué par l’abandon progressif des financements administrés et des privilèges dont
jouissait le Trésor au profit de financements aux conditions du marché.

Les principales mesures prises à cet effet se résument comme suit :

l’élimination totale des emplois obligatoires des banques à partir de Juin


1998 ;

la soumission des bons du Trésor à une fiscalité de droit commun ;

l’ouverture des possibilités de souscription à l’ensemble des investisseurs :


personnes physiques et morales, résidentes et non résidentes ;

l’élargissement des maturités offertes par l’introduction, en 2000, des bons du


Trésor d’une durée de 20 ans s’ajoutant aux maturités précédentes de 13 et
26 semaines, 2, 5, 10 et 15ans. En 2006, une opération d’émission de bons à
30 ans a été réalisée pour la première fois et a rencontré un vif succès ;

la réduction de la valeur nominale des bons du Trésor de 250.000 DH à


100.000 DH ;

Les adjudications sont ainsi devenues la principale source de financement du


Trésor et une baisse régulière du coût moyen de la dette intérieure depuis l’année
1998. Le taux d’intérêt moyen est en effet passé de 8,91 % en 1998 à 6,22 % en
2005 et 5,87 % en 2006. En 2007, les taux d’intérêt des bons du Trésor ont été
orientés vers la hausse.

Il convient de relever que l’année 2007 a vu le remboursement de la quatrième


et dernière tranche de la dette du Trésor vis-à-vis de Bank Al Maghrib consécutives
aux avances conventionnelles consenties à l’Etat pour un montant total de 4,5
milliards de dirhams.

IV.2. Optimisation des recettes

Parallèlement à la maîtrise des dépenses, les efforts nécessaires ont été


déployés pour renforcer la mobilisation des ressources internes définitives et
particulièrement les ressources fiscales.

IV.2.1. Recettes fiscales

La politique suivie dans le domaine des impôts a été dominée par le double
souci d’éviter une aggravation de la pression fiscale afin de renforcer la rentabilité et
la compétitivité des entreprises et d’assurer davantage d’équité dans la répartition

NOTE DE PRESENTATION 71
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

des charges fiscales en fonction des capacités contributives des assujettis


conformément aux dispositions constitutionnelles en la matière, ce qui ne pourra que
renforcer l’adhésion à l’impôt et favoriser le développement du civisme fiscal.

Les efforts déployés à cet effet ont été focalisés conjointement sur la
modernisation du système fiscal et la restructuration de l’Administration fiscale et la
rationalisation de ses méthodes de travail.

Ainsi, après la mise en place, entre les années 1986 et 1989, d’un système
fiscal moderne répondant aux standards internationaux basé sur quatre piliers : la
taxe sur la valeur ajoutée TVA, l’impôt sur le revenu IR, l’impôt sur les sociétés IS et
les droits d’enregistrement et timbre DET, les réformes entreprises depuis 1995 ont
consisté principalement dans :

une action continue de simplification et d’harmonisation des règles, des


procédures et des sanctions afférentes au système fiscal afin d’en améliorer la
compréhension de la part des contribuables et de renforcer les garanties qui
leur sont offertes ;

une action permanente d’ajustement des taux au niveau de l’IR et de la TVA


pour des raisons économiques ou sociales tout en veillant à la stabilité du
système dans son ensemble;

une action d’élargissement et d’harmonisation du champ d’application de la


TVA en vue d’en améliorer le rendement.

Ces actions ont trouvé leur couronnement dans la promulgation du Code de


l’enregistrement et du timbre dans le cadre de la Loi de Finances 2004 et la
promulgation du Code Général des Impôts dans le cadre de la Loi de Finances 2007
qui a codifié les dispositions du Livre des Procédures fiscales et celles du Livre
d’assiette et de recouvrement prévues respectivement par les Lois de Finances 2005
et 2006.

Pour le projet de Loi de Finances 2009, les principales dispositions proposées


font l’objet de l’Annexe ci-jointe.

Par ailleurs, dans le but d’assurer un relèvement substantiel du niveau des


recettes fiscales, diverses initiatives ont été prises pour tirer le meilleur parti possible
du système en vigueur, dont notamment :

la restructuration des services fiscaux sur une base fonctionnelle autour des
trois missions d’assiette, de contrôle et de contentieux auxquelles s’est
ajoutée récemment la mission de recouvrement de certains impôts, assurée
précédemment par la Trésorerie Générale du Royaume et l’élargissement
graduel de la mise en place d’entités spécifiques chargées respectivement de
la fiscalité des grandes entreprises, de celle des personnes physiques et de
celles des personnes morales au sein des Directions Régionales ;

NOTE DE PRESENTATION 72
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la redistribution des rôles entre l’Administration Centrale devant focaliser ses


efforts sur les missions stratégiques et ses services extérieurs chargés plus
directement des tâches opérationnelles avec l’exercice de certaines
attributions relatives notamment au règlement des affaires contentieuses et la
gestion des régimes de restitution dans la limite de plafonds déterminés ;

l’intensification de la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales afin d’élargir


l’assiette imposable grâce à une coopération accrue avec l’Administration des
Douanes et Impôts Indirects, à une programmation rationnelle des
vérifications fiscales et une exploitation optimale des possibilités offertes par
l’informatique notamment pour assurer une gestion intégrée de la TVA, de l’IS
et de l’IR, pour la mise en place de l’identifiant unique et pour l’introduction
de la télédéclaration fiscale ;
le développement des actions de communication et de vulgarisation par la
mise à la disposition des opérateurs économiques et des citoyens
d’informations précises et simplifiées sur leurs obligations fiscales ainsi que
des actions de proximité à travers la création de bureaux destinés à assurer
un meilleur accueil des citoyens auprès de toutes les Directions Régionales.

Compte tenu des éléments développés ci-dessus, les recettes continuent à


suivre leur courbe ascendante ainsi qu’il ressort du Titre II de la présente note
consacré aux données chiffrées du projet de Loi de Finances.

IV.2.2. Recettes douanières

Du fait de l’accroissement constant des échanges dans le contexte de


l’ouverture des marchés et du développement des flux touristiques, l’Administration
des Douanes et Impôts Indirects se trouve investie de missions essentielles pour la
défense et la protection de l’économie nationale.

La politique adoptée en matière douanière au cours de ces dernières années a


été marquée, outre la réforme profonde du Code des Douanes déjà évoqué ci-
dessus, par une série d’initiatives visant les principaux objectifs ci-après :

la modernisation de la fiscalité douanière à travers :

la normalisation et l’harmonisation de la nomenclature générale des


marchandises et

la simplification et l’unification des tarifs ;

l’amélioration de la fluidité de la circulation des personnes et des biens


à travers :

l’introduction du circuit vert au sein des aéroports ;

NOTE DE PRESENTATION 73
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’accélération des procédures de dédouanement des marchandises, ce


qui a permis de réduire le délai moyen de dédouanement à l’import de
quelques jours en 1995 à près d’une heure en 2006 ;

la dématérialisation des procédures grâce au développement de l’outil


informatique permettant notamment l’introduction de la possibilité
d’édition, à partir de 2003, des mains levées chez les producteurs eux-
mêmes et le paiement électronique des droits et taxes.

la participation active à la promotion des exportations à travers :

la révision et la simplification des procédures relatives aux régimes


économiques en douanes ;

l’introduction de nouveaux régimes tels que l’entrepôt industriel franc,


le dédouanement à domicile dans certaines zones industrielles et la
création de magasins et d’aires de dédouanement, ce qui a eu en outre
pour effet de décongestionner les ports et aéroports ;

le développement de la gestion personnalisée auprès des entreprises


exportatrices.

l’intensification de la lutte contre la contrebande, le trafic des stupéfiants


et la fraude à travers :

la réduction des tarifs applicables aux produits cibles de la


contrebande ;

la lutte contre la sous facturation par le contrôle de la valeur pour les


produits à risque potentiel dans ce domaine ;

l’équipement des ports de Casablanca, Nador, Agadir et Tanger en


scanners.

le renforcement du rôle de l’Administration des Douanes et Impôts


Indirects dans la mise en œuvre de la Loi n° 31-05 du 20 Février 2006
relative à la protection de la propriété intellectuelle à travers la lutte
contre la contrefaçon et le piratage.

Pour l’année 2009, les principales dispositions proposées en matière douanière


sont présentées dans l’Annexe ci-jointe.

Aussi, malgré le démantèlement tarifaire consécutif aux Accords d’Association


et de Libre Echange, les recettes douanières continuent leur progression globale,

NOTE DE PRESENTATION 74
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

ainsi qu’il ressort du Titre II ci-après relatif aux données chiffrées du projet de Loi de
Finances.

IV.2.3. Autres recettes

Les autres recettes définitives sont constituées essentiellement par les produits
à provenir du secteur des entreprises et établissements publics, des opérations de
privatisation et, dans une moindre mesure, de la récupération par l’Etat d’une partie
des prestations qu’il fournit aux populations solvables.

IV.2.3.1. Produits des monopoles, exploitations et


participations de l’Etat

L’un des objectifs majeurs du programme de réforme du secteur des entreprises


et établissements publics a consisté à en améliorer l’organisation et le mode de
gestion afin qu’il puisse participer de façon plus substantielle, au financement des
dépenses publiques. Les résultats enregistrés à ce titre peuvent être considérés
comme probants puisque, malgré la cession de certaines entreprises publiques
parmi les plus rentables au secteur privé, les apports de ce secteur devraient passer
de 6,90 milliards de dirhams en 2008 à 10,01 milliards de dirhams en 2009.

IV.2.3.2. Opérations de privatisation

La nouvelle politique menée en matière de privatisation a été dominée par le


souci d’assurer à ces opérations le maximum de transparence, de créer avec les
acquéreurs des partenariats stratégiques dans les secteurs concernés et d’en tirer le
meilleur parti possible sur le plan financier de ces opérations en ne proposant à la
privatisation que les unités dont la situation financière aura été assainie et les
perspectives d’avenir viabilisées. Cette approche a permis des succès importants sur
les plans technologiques et financiers comme cela a été le cas notamment avec les
opérations engagées dans les domaines des télécommunications et des tabacs.

Les recettes de privatisation se caractérisent par leur irrégularité étant fonction


de la nature et de l’envergure des unités soumises à la cession.

Les prévisions à ce titre pour l’année 2009 se chiffrent à 3 milliards de dirhams


soit le même montant que l’année 2008.

IV.2.3.3. Récupération du coût des prestations publiques

Grâce à l’accroissement du nombre des Services de l’Etat gérés de manière


autonome SEGMA, la récupération totale ou partielle du coût des prestations
fournies par l’Etat au profit des populations solvables se développent régulièrement,
ce qui permet aux services concernés de conserver leurs recettes pour leur propre
besoin et de relever le niveau de leurs prestations. Le rapport sur les SEGMA joint au
projet de Loi de finances présente des données détaillées sur ces entités.

Ainsi, le volume prévisionnel global des recettes se chiffre à 295,48 milliards de


dirhams en 2009 contre 238,87 milliards de dirhams en 2008, soit une hausse de
23,70 %.

NOTE DE PRESENTATION 75
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

TITRE II – DONNEES CHIFFREES


Les données chiffrées du projet de loi de Finances pour l’année 2009,
comparativement à celles de la loi de finances 2008, se présentent comme suit :

Le montant total des charges s’établit à 308.490.897.000 dirhams contre


251.309.805.000 dirhams pour l’année 2008, soit une augmentation de
57.181.092.000 dirhams ou 22,75 % dont :

253.807.159.000 dirhams pour le budget général contre 208.288.549.000


dirhams pour l’année 2008, soit une augmentation de 45.518.610.000 dirhams
ou 21,85 %;

2.120.059.000 dirhams pour les services de l’Etat gérés de manière autonome


(SEGMA) contre 1.666.359.000 dirhams pour l’année 2008, soit une
augmentation de 453.700.000 dirhams ou 27,23%;

52.563.679.000 dirhams pour les comptes spéciaux du Trésor contre


41.354.897.000 dirhams pour l’année 2008, soit une augmentation de
11.208.782.000 dirhams ou 27,10%.

Le montant total des ressources s’établit à 295.477.980.000 dirhams contre


238.870.096.000 dirhams pour l’année 2008, soit une augmentation de
56.607.884.000 dirhams ou 23,70% dont :

240.597.548.000 dirhams pour le budget général contre 195.676.460.000


dirhams pour l’année 2008, soit une augmentation de 44.921.088.000 dirhams
ou 22,96% ;

2.120.059.000 dirhams pour les services de l’Etat gérés de manière


autonome (SEGMA) contre 1.667.859.000 dirhams pour l’année 2008, soit
une augmentation de 452.200.000 dirhams ou 27,11% ;

52.760.373.000 dirhams pour les comptes spéciaux du Trésor contre


41.525.777.000 dirhams pour l’année 2008, soit une augmentation de
11.234.596.000 dirhams ou 27,05%.

Il ressort des chiffres ci-dessus un excédent des charges sur les ressources de
13.012.917.000 dirhams.
La ventilation des charges et des ressources pour chacune des quatre
composantes du tableau d’équilibre du projet de loi de Finances se présente comme
suit:

NOTE DE PRESENTATION 76
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I - BUDGET GENERAL
I.1- DÉPENSES
Les dépenses du budget général sont ainsi réparties :

Dépenses de fonctionnement ……………………………….. 150.873.162.000 DH;


Dépenses d’investissement………………………….............. 45.154.618.000 DH;
Dépenses de la dette amortissable et de la dette flottante.. 57.779.379.000 DH;
Total 253.807.159.000 DH.

I.1.1- Dépenses de fonctionnement

Le montant des crédits ouverts au titre des dépenses de fonctionnement


s’établit à 150.873.162.000 dirhams contre 124.293.635.000 dirhams pour l’année
2008, soit une augmentation de 21,38%.

Ces crédits sont ainsi ventilés :

Dépenses de personnel :

Les dépenses de personnel s’élèvent à 75.570.000.000 de dirhams


contre 66.960.000.000 de dirhams pour l’année 2008, soit une
augmentation de 12,86%.

Dépenses de matériel et dépenses diverses :

Le montant des crédits ouverts au titre des dépenses de matériel et


dépenses diverses s’élève à 25.283.959.000 dirhams contre
20.161.635.000 dirhams pour l’année 2008, soit une augmentation de
25,41%.

Ces crédits se ventilent comme suit :

Crédits 2009
Désignation
(en dirhams)
Redevances d’eau, d’électricité et de
télécommunications………………………………………... 1.308.664.000
Subventions aux établissements publics et aux services
de l’Etat gérés de manière autonome……………………. 7.358.687.000
Autres dépenses de matériel……….…………………….. 16.616.608.000

Charges communes –Fonctionnement :

Le montant des crédits prévus au titre des charges communes


«fonctionnement» s'élève à 47.019.203.000 dirhams contre 48.012.000.000 de
dirhams pour l’année 2008, soit une baisse de 992.797.000 dirhams ou -2,07%
par rapport à 2008 compte tenu des crédits supplémentaires ouverts en 2008 pour

NOTE DE PRESENTATION 77
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

un montant de 14 milliards de dirhams destiné à la caisse de compensation.

Ces crédits sont destinés essentiellement à couvrir les charges de


compensation des prix des denrées de base et l’apurement des arriérés de
compensation des prix des produits pétroliers pour un montant total de
32,9 milliards de dirhams contre 34 milliards de dirhams en 2008, dont 14 Milliards
de dirhams en crédits supplémentaires ouverts par décret en 2008, soit une
diminution de 3,24% et à financer la contribution patronale de l'Etat à la Caisse
Marocaine des Retraites pour une enveloppe globale de
10,871 milliards de dirhams.

Dépenses imprévues et dotations provisionnelles :

Le montant des crédits ouverts au titre de ce chapitre s’élève à 3.000.000.000


de dirhams.

Ces crédits couvrent :

les dépenses exceptionnelles et les dépenses imprévues pouvant apparaître


en cours d’année ;

le programme d’apurement des arriérés.

I.1.2. Dépenses d’investissement

Budget Général :

Le montant des crédits de paiement prévus au titre des dépenses


d’investissement s’élève à 45.154.618.000 dirhams.

A ces crédits de paiement s’ajoutent :

les crédits d’engagement sur l’année budgétaire 2010 et suivantes pour un


montant s’élevant à 18.635.004.000 dirhams ;

les crédits de report correspondant aux crédits engagés dans le cadre de la loi
de finances 2008 mais non ordonnancés au 31 Décembre 2008, pour un
montant estimé à 8,5 milliards de dirhams.

Le montant total des crédits mis à la disposition des administrations au titre


des dépenses d’investissement s’élève ainsi à 72,29 milliards de dirhams.

Aux dépenses d’investissement du budget général, s’ajoutent celles du Fonds


Hassan II pour le Développement Economique et Social, des Comptes Spéciaux du
Trésor, des Collectivités Locales, des Entreprises et Etablissements Publics et des

NOTE DE PRESENTATION 78
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Services de l’Etat Gérés de Manière Autonome (SEGMA). Le volume global des


investissements publics s'élève ainsi à 135,04 milliards de dirhams en 2009, hors
crédits reportés.

Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social :

Les dotations du Fonds Hassan II pour le développement économique et social


devant être mobilisées au titre de l’année 2009 totalisent un montant de
3 milliards de dirhams et constituent un soutien important à la promotion de
l’investissement et viennent conforter d’une manière substantielle l’effort
d’investissement public dans plusieurs domaines.

De par son effet de levier sur l’investissement, le Fonds Hassan II pour le


Développement Economique et Social joue un rôle important dans l’accroissement
des richesses du pays, la valorisation des potentialités des différentes régions du
Royaume et la création de l’emploi.

Comptes Spéciaux du Trésor :

Les programmes d’investissement financés dans le cadre des comptes


spéciaux du Trésor et non couverts par des transferts du Budget général s’élèvent à
7,3 milliards de dirhams et portent principalement sur le renforcement du réseau
routier national, le soutien d’actions relevant des secteurs de l’agriculture, des eaux
et forêts, de l’élevage, de l’audio-visuel, de l’habitat, de la justice, de la culture, des
sports, de l’aide aux jeunes promoteurs et le financement de programmes socio-
éducatifs.

Collectivités Locales :

Les budgets d’investissement des Collectivités Locales sont consacrés


principalement à la mise en place des infrastructures destinées à améliorer les
conditions de vie des populations. Les efforts seront concentrés sur l’extension et le
renforcement des réseaux de voirie et d’assainissement, les constructions
d’infrastructures culturelles, sportives et de loisirs, de marchés et d’édifices publics
ainsi que les aménagements de jardins et d’espaces verts. Les dépenses y
afférentes s’élèvent globalement à 6 milliards de dirhams environ.

Entreprises et Etablissements Publics :

Les programmes d’investissement des Entreprises et Etablissements Publics y


compris ceux du Fonds Hassan II s’élèvent globalement, pour l’année 2009, à
84,93 milliards de dirhams environ, couvrant principalement les secteurs suivants :
l’énergie, les télécommunications, l’habitat, l’agriculture, l’électricité, l’eau potable, les
phosphates et leurs dérivés, les autoroutes et les transports aériens, maritimes et
ferroviaires.

La consistance de ces programmes est détaillée dans le rapport spécifique


établi sur le secteur des Etablissements et Entreprises Publics.

NOTE DE PRESENTATION 79
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Services de l’Etat Gérés de Manière Autonome :

Les programmes d’investissement relevant des SEGMA s’élèvent à près de


0,45 milliard de dirhams. Les détails correspondants sont exposés dans le rapport
consacré aux SEGMA.

I.1.3- Dépenses de la dette flottante et de la dette amortissable

Les crédits inscrits au titre du service de la dette publique comprenant le


remboursement du capital et le règlement des intérêts et commissions s’élèvent à
57.779.379.000 dirhams contre 47.922.951.000 dirhams pour l’année 2008, soit une
hausse de 9.856.428.000 dirhams ou 20,57%.

Ces crédits se répartissent comme suit :

Dette extérieure :

Les charges de la dette extérieure qui s’élèvent globalement à 7.079.113.000


dirhams, soit une baisse de 39,25% par rapport à l’année 2008, se répartissent
comme suit :

4.380.113.000 dirhams pour le capital, en diminution de 50,79 % ;

2.699.000.000 de dirhams pour les intérêts et commissions, soit une


diminution de 1,99%.

Dette intérieure :

Les charges de la dette intérieure qui s’élèvent globalement à 50.700.266.000


dirhams, soit une augmentation de 39,79%, sont ainsi ventilées:

35.249.768.000 dirhams pour le capital, en augmentation de 76,52% ;

15.450.498.000 dirhams pour les intérêts et commissions, en


baisse de 5,21%.

En résumé, l’évolution des dépenses du budget général pour l’année 2009 par
rapport à celles de l’année 2008 se présente conformément au tableau ci-après :
(En dirhams)
Projet de Loi de Loi de Finances Variation
Désignation Finances 2009 En valeur en %(1-2)/2
2008(2)
(1) absolue (1-2)
Dépenses de fonctionnement 150.873.162.000 124.293.635.000 26.579.527.000 21,38
Dépenses d’investissement 45.154.618.000 36.071.963.000 9.082.655.000 25,18
Dépenses de la dette 57.779.379.000 47.922.951.000 9.856.428.000 20,57
Total du Budget Général…… 253.807.159.000 208.288.549.000 45.518.610.000 21,85

NOTE DE PRESENTATION 80
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.2- Recettes
Le montant global des ressources du budget de l’Etat s’élève à
295.477.980.000 dirhams contre 238.870.096.000 dirhams pour l’année 2008 soit
une augmentation de 23,70%.

Ces recettes se répartissent comme suit :


(En Dirhams)
Budget général………………………………….... 240.597.548.000
SEGMA………………………………………........ 2.120.059.000
Comptes spéciaux du Trésor…………………… 52.760.373.000

Le tableau ci-après récapitule l’évolution des recettes du Budget général par


grandes catégories :

(En dirhams)
Projet de Loi de Loi de Finances Variation
Désignation Finances 2008 %
2009 (1) (2) (1-2)/2
1 - Impôts directs et taxes assimilées 72.522.000.000 57.786.000.000 25,50
2 - Droits de douane 13.870.324.000 12.790.180.000 8,45
3 - Impôts indirects 62.662.000.000 52.088.000.000 20,30
4 - Droits d’enregistrement et de
timbre 12.752.400.000 10.153.320.000 25,60
5 - Produits et revenus du domaine 316.500.000 286.500.000 10,47
6 - Produits des monopoles et
exploitations et des participations
financières de l’Etat 10.014.560.000 6.901.806.000 45,10
7 - Recettes d’emprunt, dons et legs 63.010.100.000 49.551.000.000 27,16
8 - Privatisation 3.000.000.000 3.000.000.000 -
9 - Autres recettes 2.449.664.000 3.119.654.000 -21,48
Total…………………………………… 240.597.548.000 195.676.460.000 22,96

I.2.1- Impôts directs et taxes assimilées

le produit de l’impôt sur le revenu s’élève à 28.960.000.000 de dirhams contre


27.570.000.000 de dirhams en 2008, soit une augmentation de 5,04% ;

le produit de l’impôt sur les sociétés s’élève à 42.700.000.000 de dirhams


contre 29.350.000.000 de dirhams en 2008, soit une augmentation de
45,49%.

I.2.2- Droits de douane

Les variations les plus importantes concernent :

les droits d’importation dont les recettes s’élèvent à 11.800.000.000 de

NOTE DE PRESENTATION 81
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

dirhams contre 11.185.000.000 de dirhams en 2008, soit une augmentation de


5,50% ;

le montant de la redevance du gazoduc se chiffre à 1.947.000.000 de dirhams


contre 1.492.000.000 de dirhams en 2008, soit une augmentation de 30,50%.

I.2.3- Impôts indirects

Les postes les plus importants connaissent les évolutions ci-après:

le produit de la TVA à l’intérieur prise en charge par la Direction Générale des


Impôts s’élève à 17.915.000.000 de dirhams contre 15.280.000.000 de
dirhams en 2008, soit une augmentation de 17,24% ;

le produit de la TVA à l’intérieur confiée à l’Administration des Douanes et


Impôts Indirects s’élève à 739.000.000 de dirhams contre 577.000.000 de
dirhams en 2008, soit une hausse de 28,08 % ;

le produit de la TVA à l’importation s’élève à 25.652.000.000 de dirhams


contre 19.100.000.000 de dirhams en 2008, soit une augmentation de
34,30% ;

les recettes de la taxe sur les produits énergétiques s’élèvent à


10.802.000.000 de dirhams contre 9.751.000.000 de dirhams en 2008, soit
une hausse de 10,78% ;

la taxe sur les tabacs et les succédanés de tabacs manufacturés s’élève à


6.584.000.000 de dirhams ;

la taxe intérieure de consommation sur les bières s’élève à 508.000.000 de


dirhams contre 522.000.000 de dirhams en 2008, soit une diminution de
2,68%.

I.2.4- Droits d’enregistrement et de timbre

Les variations constatées au niveau des prévisions concernent principalement :

les droits sur les mutations dont les recettes s’élèvent à 6.427.000.000 de
dirhams contre 3.934.000.000 de dirhams en 2008, soit une augmentation de
63,37 % ;

les droits de timbre et le papier de dimension qui se chiffrent à 572.000.000 de


dirhams contre 555.000.000 de dirhams en 2008, soit une hausse de
3,06% ;

NOTE DE PRESENTATION 82
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la taxe spéciale annuelle sur les véhicules automobiles dont les recettes
s’élèvent à 1.568.000.000 de dirhams contre 1.491.000.000 de dirhams en
2008, soit une hausse de 5,16% ;

la taxe sur les assurances dont le produit s’élève à 763.000.000 de dirhams


contre 652.000.000 de dirhams en 2008, soit une hausse de 17,02% ;

le timbre sur les documents automobiles dont les recettes s’élèvent à


487.000.000 dirhams contre 416.000.000 dirhams en 2008, soit une hausse
de 17,07%.

I.2.5- Produits et revenus du domaine

Le produit des Domaines s’élève globalement à 316.500.000 dirhams dont:

Le produit des ventes d’immeubles domaniaux ruraux s’élève à


25.000.000 de dirhams;

Les revenus des immeubles domaniaux s’élèvent à 285.000.000 de


dirhams.

I.2.6- Monopoles et exploitations


Les principales recettes prévues à ce titre sont les suivantes :

les produits à provenir de Bank Al Maghrib s’établissent à 3.340.000.000 de


dirhams ;

les produits à provenir de l’Office Chérifien des Phosphates s’établissent à


2 Milliards de dirhams ;

Les produits à provenir de l’Agence Nationale de la Conservation Foncière, du


Cadastre et de la Cartographie s’élevant à 1,2 Milliard de dirhams ;

les produits à provenir de la Caisse de Dépôts et de Gestion s’élèvent à


600.000.000 de dirhams ;

les dividendes à provenir des participations financières de l’Etat à Maroc-


Télécom s’élèvent à 2,2 Milliards de dirhams ;

les dividendes à provenir de la Société Nationale du Transport et de la


Logistique se montent à 30.000.000 de dirhams.

NOTE DE PRESENTATION 83
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.2.7- Recettes d’emprunt

Les prévisions de recettes au titre des emprunts intérieurs passent de


37.023.000.000 de dirhams en 2008 à 48.171.000.000 de dirhams en 2009
soit une hausse de 30,11% ;

Les prévisions de recettes au titre des emprunts extérieurs passent de


9.328.000.000 de dirhams en 2008 à 12.539.000.000 de dirhams en 2009 soit
une hausse de 34,42%.

I.2.8- Produit des cessions de participations de l'Etat


Les recettes prévues au titre du produit des cessions de participations de l'Etat
s’élèvent à 3.000.000.000 de dirhams, soit le même montant qu’en 2008.

I.2.9- Autres recettes


Les autres recettes passent de 3.119.654.000 dirhams en 2008 à
2.449.664.000 dirhams en 2009, soit une baisse de 21,48%.

II- Services de l’Etat Gérés de Manière Autonome


Les ressources prévisionnelles des services de l’Etat gérés de manière
autonome pour l’année 2009 s’établissent à 2.120.059.000 dirhams.
Leurs dépenses se présentent comme suit :

Dépenses d’exploitation ………………. 1.666.576.000 DH ;


Dépenses d’investissement …………... 453.483.000 DH ;
Total……………………………… 2.120.059.000 DH.

III- Comptes spéciaux du Trésor


Les prévisions des charges et des ressources des comptes spéciaux du Trésor
et leur évolution par rapport à l’année 2008 se présentent conformément au tableau
ci-après :
(en dirhams)
Comptes Ressources Variation Plafond des Variation
% Charges %
1- Comptes d’affectation spéciale ….. 42.172.334.000 36,45 42.172.334.000 36,45
2- Comptes d’adhésion aux - - 98.445.000 -22,26
organismes internationaux………….
3- Comptes d’opérations 5.000.000 - 5.000.000 -
monétaires……………………..……
4- Comptes de Prêts……………..….... 382.206.000 12,94 87.400.000 111,89
5- Comptes d’avances………………… 333.000 - - -
6-Comptes de dépenses sur dotations 10.200.500.000 -0,78 10.200.500.000 -0,78
Total……………………………….… 52.760.373.000 27,05 52.563.679.000 27,10

NOTE DE PRESENTATION 84
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

TITRE III : PROGRAMME D’ACTION DES MINISTERES

I - SECTEURS SOCIAUX

I.1- Education nationale, enseignement supérieur, formation des


cadres et recherche scientifique

L’enveloppe budgétaire globale allouée au ministère de l’Education Nationale,


de l’Enseignement Supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche
Scientifique au titre de l’année 2009, s’élève globalement à 46.024.822.000 dirhams,
ventilée comme suit:

Dépenses de personnel……...…………………………. 34.203.344.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 6.130.151.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 5.691.327.000 DH

La répartition de ladite enveloppe par domaine d’activité se présente comme


suit :

I.1.1- Enseignement Scolaire

L'enveloppe budgétaire allouée au département de l’Enseignement Scolaire au


titre de l'année 2009 s'élève à 38.355.692.000 dirhams ventilée comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 29.662 599 000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 4.280.399.000 DH
Dépenses d'investissement………………………….… 4.412.694.000 DH

Ladite enveloppe en augmentation de 7.287,7 MDH par rapport à celle réservée


en 2008 audit département consacre les efforts budgétaires consentis au secteur de
l’Enseignement Scolaire pour la mise en œuvre du plan d’urgence.

En effet, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi, le Ministère de l’Education


Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la
Recherche Scientifique a initié un vaste programme de réformes structurelles destiné
à donner un nouveau souffle à la réforme du système d’éducation et de formation et
à améliorer son rendement interne et externe sur la période 2009-2012. Le
programme précité, baptisé « plan d’urgence », s’articule autour de quatre espaces,
eux-mêmes, déclinés en 23 projets destinés à répondre à quatre objectifs clés:

1- Rendre effective l’obligation de scolarité jusqu’à l’âge de 15 ans.

A cet effet, tous les leviers, tant quantitatifs que qualitatifs, seront enclenchés;
ainsi :

l’offre préscolaire sera développée à travers l’ouverture de 3600 classes;

NOTE DE PRESENTATION 85
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la capacité d’accueil dans l’enseignement obligatoire sera étendue par le biais


de la construction de 2500 salles de classes dans le primaire entre 2009 et
2012 dont 1700 en milieu rural correspondant à 100.000 places
pédagogiques, le développement de l’école communautaire en milieu rural et
la construction de 720 collèges (6.800 salles de classes) entre 2009 et 2012,
dont 80% dans le monde rural offrant 330.000 places pédagogiques;

l’ensemble des établissements scolaires sera réhabilité pour offrir aux élèves
les meilleures conditions d’apprentissage, et ce, à travers la réfection de
10.000 classes et de tous les internats, l’utilisation de l’énergie solaire pour
électrifier 20 % des établissements scolaires, le renouvellement des
équipements défectueux et la mise en œuvre d’un plan de maintenance
préventive ;

des mesures visant à assurer l’égalité des chances seront mises en place. A
cet effet, il est prévu la construction de 50 internats dans le monde rural au
profit des écoles communautaires, la création de 600 internats pour les
collèges ruraux, soit 73.000 lits supplémentaires, la mise en place de 650 bus
scolaires auprès des collèges ruraux et des écoles primaires communautaires;

une politique efficace de lutte contre le redoublement et le décrochage sera


mise en œuvre à travers l’implantation d’un dispositif de suivi personnalisé des
élèves, l’institutionnalisation du soutien scolaire par son intégration dans le
service hebdomadaire des enseignants et l’organisation des sessions de mise
à niveau pendant les vacances scolaires;

La qualité des apprentissages sera améliorée en recentrant l’enseignement


sur les savoirs et les compétences de base ainsi que par la mise en place de
la pédagogie de l’intégration. Ce projet sera réalisé par le renforcement de la
formation du corps enseignant, le développement des contenus numériques
adaptés, la mise à niveau du matériel didactique, l’équipement de tous les
établissements et l’installation de 1 à 3 ordinateurs dans chaque classe
primaire;

La qualité de la vie scolaire sera améliorée en assurant l’enseignement effectif


des matières d’éveil, le soutien pédagogique, l’aménagement et l’équipement
de 3.800 terrains de sport pour les écoles primaires.

2- Stimuler l’initiative et l’excellence au lycée à travers la mise à niveau de


l’offre du secondaire qualifiant et la promotion de l’excellence comme levier important
d’amélioration de la performance du système éducatif.

Ainsi, il est prévu la construction de 320 lycées dont 104 en milieu rural offrant
213.000 nouvelles places, la création de 12.500 lits dans les internats des lycées, la
réhabilitation de près de 550 salles de lycées défectueuses, la création d’un lycée de
référence par région, la création de huit lycées d’excellence et la mise à niveau des
infrastructures des centres de classes préparatoires

NOTE DE PRESENTATION 86
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

3- Régler les problématiques transversales du système éducatif par le biais


du renforcement des compétences des personnels de l’enseignement, le
renforcement des mécanismes d’encadrement, de suivi et d’évaluation, l’optimisation
de la gestion des ressources humaines en recourant à des méthodes novatrices en
matière de gestion desdites ressources, le parachèvement de la mise en œuvre de la
décentralisation du dispositif de gestion, l’optimisation de l’organisation du Ministère,
la planification du Système d’Education et de Formation et la mise en place d’un
système d’information et d’orientation efficient ;

4- Se donner les moyens de réussir à travers l’optimisation et la


pérennisation des ressources financières ainsi que la mobilisation et la
communication autour de l’école.

Afin d’assurer une cohérence entre la programmation sus-mentionnée et la


budgétisation des opérations afférentes au plan d’urgence, les dotations budgétaires
accordées au département de l’Enseignement Scolaire au titre du présent exercice
budgétaire s’inscrivent dans le cadre d’une programmation financière pluriannuelle
dans la mesure où les projets et actions identifiées seront exécutés sur la période
2009-2012. Les crédits octroyés au titre de l’année budgétaire 2009 constituent la
première tranche du financement du plan d’urgence dont le coût global s’élève à
33,96 MMDH sur la période 2009-2012.

Enfin, la réalisation du plan d’urgence permettra d’améliorer d’une manière


significative les principaux indicateurs liés à la scolarisation, ainsi:

pour le Cycle préscolaire, il est prévu la généralisation du préscolaire à


l’horizon 2015 par le biais de la construction de 3.600 classes entre 2009 et
2011;

pour le cycle primaire, il est prévu:

d’atteindre en 2012, dans chaque commune, un taux de scolarisation


minimal de 95% pour les enfants de 6 – 11 ans ;

d’atteindre en 2014 un taux de réussite de 90%, sans redoublement,


pour l’accès au collège des enfants inscrits en 2008 ;

de réduire le taux moyen d’abandon de 5.7% à 2.5% et le


redoublement de 12.7% à 2% à l’horizon 2012 ;

de réduire le phénomène de l’encombrement par la limitation de la


moyenne d’élèves par classe à 30 ;

Pour le cycle secondaire collégial et le secondaire qualifiant, il est prévu :

de porter le taux de scolarisation des enfants de 12-14 ans de 74%


aujourd’hui à 90% en 2012 ;

NOTE DE PRESENTATION 87
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

d’atteindre en 2020-2021, un taux d’achèvement du cycle du


secondaire qualifiant de 60% des élèves de la cohorte 2009-2010.

I.1.2- Domaine de l’Enseignement Supérieur, de la Formation,


des Cadres et de la Recherche Scientifique

L’enveloppe prévue au titre de l’exercice 2009 pour le domaine de


l’Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche
Scientifique s’élève à un montant global de 7.523.391.000 dirhams répartis comme
suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 4.540.745.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 1.827.013.000 DH
Dépenses d'investissement………………………..…… 1.155.633.000 DH

L’année 2009 sera caractérisée pour le secteur de l’enseignement supérieur par


le lancement du plan d’urgence, pour un nouveau souffle de la réforme
d’enseignement, dont le coût global est estimé à 9.7 milliards de dirhams pour la
période 2009-2012. Le secteur de l’enseignement supérieur est concerné par 3 axes
de réforme, à savoir :

Stimuler l’initiative et l’excellence à l’université ;

Régler les problématiques transversales du système ;

Se donner les moyens de réussir.

Les projets inscrits au titre du secteur de l’enseignement supérieur dans le


cadre dudit plan visent à répondre aux objectifs suivants :

améliorer le rendement interne de l’enseignement supérieur et l’employabilité


des lauréats qui arrivent sur le marché du travail ;

promouvoir l’excellence universitaire à travers notamment la motivation des


étudiants les plus méritants académiquement ;

offrir à chaque étudiant les moyens de s’orienter vers une formation adaptée à
son profil et offrant les meilleures perspectives de débouchés sur le marché
de l’emploi ;

améliorer l’offre de l’enseignement supérieur à travers notamment :

le développement de la capacité d’accueil universitaire et la


maintenance des infrastructures pour répondre aux flux de bacheliers

NOTE DE PRESENTATION 88
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

et la réorientation du plus grand nombre de nouveaux inscrits vers les


établissements à accès sélectif (13,4% des étudiants concernés) et la
licence professionnelle (20% des licenciés concernés) ;

l’amélioration des œuvres sociales des étudiants à travers l’extension


de la capacité d’accueil des cités universitaires près de 10.000 lits
supplémentaires et l’amélioration de leurs prestations ;

l’augmentation du nombre de bourses pour accompagner


l’augmentation des effectifs d’étudiants (licences : 46% ; Masters :
50% ; Doctorats : 80%) ;

l’amélioration de la qualité de formation au niveau des filières à accès


ouvert par un renforcement de leur professionnalisation.

promouvoir la recherche scientifique par le développement des infrastructures


et plates-formes de recherche et en adaptant davantage à l’environnement
socio-économique du pays ;

optimiser la gestion des ressources humaines par l’institution d’une meilleure


gestion prévisionnelle du personnel et la valorisation et la responsabilisation
desdites ressources ;

développer l’offre du secteur privée pour une réelle émulation autour de la


qualité de l’enseignement ;

faire de la communication interne et externe un levier d’accélération de la mise


en œuvre de la réforme.

Dans ce cadre, des objectifs quantitatifs spécifiques ont été arrêtés, à savoir :

Orienter plus d’étudiants vers les établissements à accès sélectif : 17% en


2011-2012 au lieu de 9,2% en 2006-2007 ;

Orienter plus d’étudiants vers les filières des sciences et techniques : 32% en
2011-2012 au lieu de 27% actuellement ;

Orienter une part d’étudiants des établissements à accès ouvert, 4 fois plus
importante, vers les filières de licence professionnelle : 20% en 2011-2012
contre 5% actuellement;

Orienter une part plus importante d’étudiants poursuivant leurs études en


Master vers les Masters spécialisés : 20% en 2011-2012 contre 5%
actuellement;

NOTE DE PRESENTATION 89
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Tripler le nombre d’étudiants nouveaux inscrits dans les écoles d’ingénieurs ;

Doubler le nombre d’étudiants nouveaux inscrits dans les filières de


commerce et de gestion, de technologie et des facultés des sciences et
techniques

Les principales actions programmées dans le cadre du budget d’investissement


de ce département au titre de l’exercice 2009 sont destinés à:

l’extension du réseau des infrastructures universitaires en vue d’accroître la


capacité d’accueil des universités et ce, par la poursuite des travaux de
construction et d’équipement de deux facultés de droit à Casablanca et
Agadir, 7 écoles des sciences appliquées à Oujda,Tanger, Fès, Al Hoceima,
El Jadida , Kénitra et Khouribga, la faculté de Médecine d’Oujda, 3 écoles
nationales de Commerce et de Gestion à El Jadida, Fès et Mohammedia, 5
écoles supérieures de technologie à Taza, Kalâa des Sraghna, Gulmim,
Laâyounne et Berrechid et 14 facultés polydisciplinaires à Taroudant,
Errachidia, Taza, Safi, Khouribga, Larache, Beni Mellal, Nador, Guelmim,
Tiznit, les Provinces du Sud, Salé, Fès et Sidi Kacem, ainsi que l’extension
des locaux de deux universités ;

la mise à niveau des anciens établissements universitaires en vue d’y


améliorer les conditions d’étude et de recherche ;

la poursuite du programme de réhabilitation des cités universitaires pour


améliorer les conditions d’accueil et de restauration des étudiants ;

l’achèvement des projets visant la promotion et le développement de la


recherche scientifique et technique notamment :

le projet de construction des centres et laboratoires de recherche dans


les domaines de l’eau et de l’énergie ;

la création du réseau des sciences de l’environnement ;

la création du centre d’études et de recherches sahariennes ;

l’équipement des laboratoires de recherche et des unités d’appui à la


recherche scientifique et technique.

la poursuite de la mise en œuvre de l’initiative de formation de 10.000


ingénieurs et du plan de formation en Offshoring à l’horizon 2010. Il convient
de signaler que le bilan des inscriptions en 2007-2008 au titre de l’initiative de
10.000 ingénieurs fait apparaître un taux de réalisation de 124% des objectifs
des inscrits ;

NOTE DE PRESENTATION 90
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la poursuite de la réalisation de l’initiative de formation de 3.300 médecins à


l’horizon 2020, à travers notamment l’extension de la faculté de Médecine
d’Oujda et le lancement des travaux de construction d’une nouvelle faculté de
Médecine à Agadir ;

le lancement de l’initiative 10.000 travailleurs sociaux à l’horizon 2012 qui vise


la formation de 6.750 licenciés sur la période 2008-2012 pour un coût total de
119,2 Millions de DH sur la même période avec une contribution financière de
l’INDH de 28,9 Millions de dirhams.

I.1.3- Domaine de lutte contre l’Analphabétisme et l’Education


Non Formelle

Les crédits budgétaires alloués au titre de l'année 2009 au profit du domaine de


la lutte contre l’analphabétisme et l’éducation non formelle s'élève à 145.739.000
dirhams répartis comme suit :

Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 22.739.000 DH


Dépenses d'investissement…………………………..… 123.000.000 DH

En matière d’alphabétisation, les crédits budgétaires alloués au département


précité permettront de financer les principales actions ci-après :

Le renforcement des campagnes de sensibilisation ; l’objectif étant


d’alphabétiser 150.000 personnes dont 60% de femmes et 80% en milieu
rural ;

La professionnalisation des ONG et l’appui aux projets novateurs. Ces actions


visent l’alphabétisation de 400.000 personnes. Les critères d’identification des
projets novateurs sont : les activités génératrices de revenus, les approches
didactiques novatrices, le ciblage des populations difficiles d’accès ou les
actions qui combinent les critères genre, milieu, revenus et niveau de vie;

Le renforcement des moyens des opérateurs publics et le suivi et l’évaluation


de leurs actions. Cette action vise à alphabétiser 250.000 personnes;

La généralisation du projet d'alphabétisation fonctionnelle en entreprise.

La Commission Européenne contribuera, pour la période 2008-2012, à la mise


en œuvre de la stratégie d’alphabétisation pour un montant global de 17 millions
d’euros. Cet appui bénéficiera aux personnes âgées de 16 à 35 ans en accordant la
priorité à ceux issus des milieux sociaux défavorisés et les femmes.

S’agissant de l’Education Non Formelle, les moyens budgétaires accordés audit


département permettront notamment de financer les deux programmes ci-après:

NOTE DE PRESENTATION 91
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le programme « Ecole de la deuxième chance », qui vise principalement les


enfants dans le monde rural, les enfants en situation professionnelle et les
enfants en situation précaire ;

Le programme de lutte contre l’abandon scolaire ; l’objectif est d’arriver à un


taux d’abandon scolaire de 2,5%. Les solutions préconisées à ce titre sont : la
généralisation des cellules de veille à l’ensemble des établissements scolaires
contre 92% actuellement et la conception et l’exécution d’un programme de
soutien scolaire.

I.2. Emploi et formation professionnelle

L’enveloppe globale allouée au Ministère de l’Emploi et de la Formation


Professionnelle au titre de l’année 2009 s’élève à 1.076.259.000 dirhams ventilée
comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 165.365.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 415.729.000 DH
Dépenses d'investissement………………………..…… 495.165.000 DH

I.2.1- Domaine de l’Emploi


Le montant des crédits inscrits pour l’année 2009 au profit du domaine de
l’Emploi s’élève à 363.526.000 dirhams, répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 119.447.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 85.599.000 DH
Dépenses d'investissement……………………….…… 158.480.000 DH

Ces crédits sont destinés principalement à la réalisation des programmes et


actions suivants :

Amélioration de l’employabilité à travers des formations techniques,


comportementales ou axées sur la recherche d’emploi, d’une durée variant
entre une semaine et une année. Ce programme sera mis en œuvre par
l’ANAPEC ;

Amélioration des mécanismes de la négociation collective et de règlement des


conflits collectifs du travail par l’assistance et la dynamisation du Conseil de la
Négociation Collective et de la Commissions Nationale et des Commissions
Régionales d’Enquête et de Conciliation ;

Poursuite de la mise en œuvre du programme de conformité sociale des


entreprises pour le renforcement de l’application du code de travail à travers
une démarche participative et consensuelle afin de contribuer au
développement durable des entreprises marocaines par l’instauration et la
pérennisation de la paix sociale ;

NOTE DE PRESENTATION 92
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Organisation des élections des délégués des salariés et l’actualisation des


listes des établissements industriels, commerciaux et de service ainsi que des
exploitations agricoles et forestières;

Mise en œuvre du programme de réhabilitation, de rénovation et d’équipement


des délégations de l’emploi et renforcement des capacités du personnel de
l’inspection du travail par la formation continue et la mise à disposition de
moyens logistiques pour une meilleure couverture des établissements
assujettis à la législation du travail ;

Lancement des projets pilotes de lutte contre le travail des enfants, dans le
cadre de la mise en œuvre du plan d’action national pour l’enfance ;

Amélioration de la protection sociale par le renforcement du rôle des Fonds du


Travail qui représentent un important filet de sécurité pour les travailleurs du
secteur privé.

Quant à l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences


(ANAPEC), son programme au titre de l’année 2009 comprend les principales
actions suivantes :

Poursuite de la modernisation de l’Agence à travers l’amélioration et


l’optimisation de sa représentation territoriale et le renforcement des capacités
de ses ressources humaines, notamment par la mise en place des unités
mobiles afin d’assurer un service de proximité au profit des demandeurs
d’emploi ;

Mise en œuvre de la politique de promotion de l’emploi par la poursuite des


programmes MOUKAWALATI, TAEHIL et IDMAJ ;

Accompagnement du programme émergence par la mise en place du


dispositif d’aide à la formation dans les métiers de l’Offshoring et les secteurs
de l’automobile, de l’aéronautique et de l’électronique ainsi que le suivi de
l’évolution des métiers et des besoins des entreprises en ressources
humaines aux niveaux régional et sectoriel ;

Renforcement du partenariat avec les différents acteurs socio-économiques


locaux et internationaux pour le développement du rôle du secteur privé dans
l’intermédiation en matière d’emploi par une synergie entre l’Agence et les
agences privées d’intermédiation;

Développement du placement à l’échelon international par la prospection


d’opportunités d’emploi à l’étranger.

NOTE DE PRESENTATION 93
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.2.2.- Domaine de la Formation Professionnelle

Les crédits prévus au titre de ce domaine pour l’année 2009 s’élèvent à


712.733.000 dirhams se répartissant comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 45.918.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 330.130.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………..… 336.685.000 DH

Ces crédits permettront de développer le dispositif de formation professionnelle


en augmentant notamment la capacité d’accueil par le biais de la création et de
l’extension des établissements de formation professionnelle et ce, pour :

passer de 247.000 stagiaires en 2008 à 255.000 en 2009 dont 46% de filles;

passer de 121.100 lauréats et lauréates en 2008 à 135.900 lauréats en 2009


dont 45% de filles;

atteindre un taux d’insertion de 66% en 2009 dont 60% de filles ;

atteindre un effectif de 30.900 apprentis en 2009 en assurant aux jeunes filles


et garçons ruraux une formation adaptée aux spécificités de leur milieu ;

mettre à niveau le secteur de la formation professionnelle privée et promouvoir


l’offre de formation, particulièrement dans les secteurs prioritaires, dans la
perspective d’atteindre un taux d’évolution annuel de 3%. L’effectif à atteindre
au titre de l’année 2009, est de 72.000 stagiaires et 39.600 lauréats.

Ces objectifs s’inscrivent dans le cadre du plan d’urgence adopté par le


département de la formation professionnelle et qui est issu des études réalisées en
concertation avec tous les partenaires concernés et le Conseil Supérieur de
l’Enseignement. L’enveloppe allouée à la réalisation de ce plan au titre de l’année
2009 est de 146.600.000 DH. Elle est destinée principalement à la réalisation des
actions et programmes ci-après :

le développement de l’apprentissage dans les secteurs de l’Agriculture et de


l’Artisanat;

l’accompagnement du plan de développement intégré du secteur industriel


marocain par la satisfaction des besoins en compétences ;

l’accompagnement du secteur de l’hôtellerie par la satisfaction de ses besoins


en compétences ;

la contribution aux frais de formation dans les établissements privés


accrédités ;

NOTE DE PRESENTATION 94
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la création de licences professionnelles en partenariat entre les universités et


les établissements de formation professionnelle ;

l’optimisation des durées de formation notamment par l’utilisation rationnelle


des ressources et l’augmentation du nombre de bénéficiaires de la
formation ainsi que l’optimisation du nombre de filières dispensées ;

la régulation des offres publique et privée de formation professionnelle.

S’agissant de l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du


Travail, les effectifs des lauréats passeront de 91.969 en 2008 à 110.000 en 2009.
L’année académique 2008/2009 sera caractérisée par l’accueil de 194.000 stagiaires
contre 165.000 stagiaires en 2007/2008, soit une augmentation de 17,5%. Le
nombre d’établissements de cet Office est passé de 265 en 2007/2008 à
272 établissements en 2008/2009.

Les principales actions au titre de l’année 2009 portent notamment sur :

l’achèvement de la construction de l’Institut de Formation Professionnelle


dédié au secteur du BTP à Settat et la construction de l’Institut Spécialisé en
métiers de l’aéronautique et du centre de formation en métiers de l’industrie
automobile à Casablanca financé par l’Agence Française de Développement ;

l’extension de 3 centres de formation : 2 Instituts Spécialisés de Technologie


Appliquée de Transport à Agadir et Tanger, et un Institut National de
Formation dans les Métiers de Transport Routier ;

la construction de nouveaux établissements et internats et la réhabilitation des


établissements et internats existants ;

la création de nouvelles filières porteuses ;

la restructuration du dispositif de formation professionnelle dans les secteurs


des nouvelles technologies de l’information et de la communication, du Textile
Habillement et du Tourisme.

S’agissant de l’Ecole Supérieure de l’Industrie du Textile et de l’Habillement


(ESITH), les effectifs de ses lauréats passeront de 142 en 2008 à 193 en 2009 dont
45% de filles. Le plan d’action au titre de l’année 2009 porte essentiellement sur
l’extension de l’internat dans le cadre de la poursuite du programme « initiative
10.000 ingénieurs » ainsi que la création d’une école supérieure de création et de
mode pour un coût global de 20 MDH dont 10 MDH en 2009.

NOTE DE PRESENTATION 95
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.3- Développement social, famille et solidarité

L'enveloppe budgétaire globale allouée au ministère du Développement Social,


de la Famille et de la Solidarité au titre de l’année 2009, s’élève globalement à
550.793.000 dirhams, ventilée comme suit:

Dépenses de personnel……...…………………………. 45.861.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 309.797.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 195.135.000 DH

Ces crédits permettront de contribuer à la mise en œuvre de la stratégie de


développement social et à la réalisation de diverses actions dans les domaines de
l’enfance, de la femme, des personnes âgées et des personnes handicapées.

Les principaux axes du plan stratégique 2008-2012 dudit ministère se


présentent comme suit :

La coordination des programmes de développement social et de mobilisation


sociale à travers notamment :

l’élaboration d’une stratégie nationale de lutte contre la précarité et


l’accompagnement des associations pour la mise en œuvre de la loi
n°14-05 relative aux conditions d’ouverture et de gestion des
établissements de protection sociale ;

le développement de l'ingénierie sociale notamment par le biais de la


poursuite de la mise en œuvre du programme visant la formation de
10.000 travailleurs sociaux à l’horizon 2012 et de la stratégie d'appui
aux associations qui comprend trois axes principaux à savoir la
qualification des associations de développement, leur mise en réseau
et le renforcement de leurs capacités ;

la consolidation de la cohésion sociale, de la solidarité et de l’inclusion


à travers le renforcement des services sociaux de proximité et
l’extension du programme d’animation sociale des quartiers
défavorisés ;

la valorisation des métiers du travail social à travers l’élaboration d’un


statut des travailleurs sociaux et la professionnalisation de leur travail.

La promotion des droits des femmes, de l’approche genre et de l’égalité des


chances par le biais des actions suivantes :

l’intégration de l’approche genre dans les politiques, programmes et


projets de développement et la promotion de l’accès des femmes aux
postes de responsabilité et de décision ainsi que dans les instances
élues ;

NOTE DE PRESENTATION 96
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des petites filles


notamment à travers le renforcement des centres régionaux d’écoute
et d’hébergement et la contribution à la mise en place d’un
observatoire national de lutte contre la violence à l’égard des femmes.

Le développement d’une politique familiale intégrée et la promotion de


l’enfance axée principalement sur :

le renforcement de la protection de l'enfance contre toutes les formes


de maltraitance, d’exploitation et de violence, la mise en œuvre du
programme « INQAD » de lutte contre le travail domestique des petites
filles et du programme « INDIMAJ » visant la réinsertion et la
réintégration des enfants de la rue ;

la mise en œuvre du plan d’action pour la promotion des personnes


âgées visant à assurer à cette frange de la population un meilleur
accès et qualité des prestations sociales.

L’élaboration d’une politique de développement inclusif des personnes


en situation de handicap visant principalement :

Une meilleure coordination des programmes gouvernementaux en


matière de handicap notamment par le biais de la mise en œuvre du
Plan d’Action National 2008-2017 en faveur des Personnes
Handicapées ;

la promotion de la santé physique et mentale des personnes en


situation de handicap à travers notamment le renforcement de la
prévention des handicaps, la mise en place des normes de qualité en
matière de réhabilitation et de prise en charge sanitaire et la
contribution à l’équipement des centres de rééducation en partenariat
avec le ministère de la Santé ;

la participation au renforcement et à la mise à niveau des structures de


prise en charge des personnes handicapées ainsi que l’amélioration
des accessibilités physiques, de communication et de transport.

Dans ce cadre, les principales actions prévues par l’Entraide Nationale, au titre
de l’année 2009, portent sur :

La mise en œuvre dans le cadre de l’INDH du programme de lutte contre la


précarité notamment à travers la participation à la révision des schémas
régionaux de la précarité, la réalisation de projets dans le cadre de
conventions avec les Comités provinciaux de Développement Humain (CPDH)
et la réalisation de 600 diagnostics au profit des établissements de protection
sociale;

NOTE DE PRESENTATION 97
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

La consolidation de ses interventions en matière de lutte contre la précarité et


la protection des groupes sociaux fragiles à travers notamment la contribution
à la création de quatre nouveaux centres d'accueil pour les sans domicile fixe
et les personnes à besoins spécifiques, la réalisation de six nouveaux
complexes sociaux et la mise à niveau de trois centres pour la prise en charge
des personnes âgées sans ressources ainsi que l’équipement de 206 centres
d’éducation et de formation et de formation par apprentissage, la construction
de quatre centres d’éducation et de formation par apprentissage et enfin, le
développement de l'éducation préscolaire à travers l’équipement de 100
jardins d’enfant.

Le renforcement de l’accès aux services sociaux et de la solidarité à travers


notamment la participation à la création de maisons du citoyen, l’amélioration
des conditions de vie et des activités d'insertion psychosociale des personnes
âgées et l’octroi d’aides aux personnes en situation difficile ;

Le renforcement du partenariat avec la société civile, les collectivités locales


et la coopération internationale de façon à mobiliser les financements
nécessaires au développement de l’aide et l’assistance apportées aux centres
et associations gérés par l’Entraide Nationale. Au titre de 2007, le nombre des
bénéficiaires desdites aides est passé à 227.197 personnes contre 208.628
personnes en 2006 ;

La poursuite de la mise à niveau de l’Entraide Nationale notamment à travers


la mise en œuvre du plan de formation du personnel, la mise en place du
schéma directeur informatique, la mise en œuvre du plan de communication,
la construction du nouveau siège de l’établissement et le renforcement des
subventions allouées aux associations, aux établissements de protection
sociale.

Quant à l’Agence de Développement Social, elle prévoit au cours de la période


2008-2010 de renforcer son intervention pour améliorer les conditions de vie des
populations les plus vulnérables, à travers notamment la territorialisation des actions
sur la base d’une démarche participative et partenariale, la participation au
financement d'activités de développement social, la promotion d'activités
génératrices de revenu, la mise en place de programmes de développement
communautaires dans les zones enclavées, le renforcement des capacités
institutionnelles des acteurs locaux et la mise à la disposition des partenaires de
l’appui technique nécessaire à la réalisation, le suivi et l’évaluation des projets initiés
dans le cadre de l’INDH.

Dans ce cadre, le plan d’action de cette agence pour l’année 2009, qui s’inscrit
dans la démarche de l’INDH et répond aux priorités de l’Etat en matière
d’aménagement et de désenclavement du territoire, d’approfondissement de la
décentralisation, de la régionalisation et de la subsidiarité, de renforcement de la
convergence et de la synergie des programmes sectoriels, de promotion de l’action
participative et d’appui au développement humain, s’articule autour des principaux
axes d’interventions ci-après :

NOTE DE PRESENTATION 98
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

La consolidation de l'INDH à travers la mise à disposition des partenaires de


l’expertise en ingénierie sociale nécessaire à l’élaboration, la révision, le suivi
de l’exécution et l’évaluation des Initiatives Locales de Développement
Humain, au renforcement des capacités locales, aux développement des
initiatives communautaires et à l’appui à la qualification des associations
locales ;

Le renforcement de la lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion à


travers le développement de projets de partenariat avec les ONG et les
acteurs locaux ainsi que la promotion des Activités Génératrices de Revenu et
d'emplois sur une base territoriale;

Le développement social urbain à travers l’accompagnement des promoteurs


publics pour la facilitation des opérations foncières ou immobilières, en
particulier dans le cadre du programme Villes sans Bidonvilles et l’animation
sociale urbaine sur une base participative, en particulier en partenariat avec
les élus et les associations locales ;

L’appui au développement humain et à l’accès aux services sociaux de base à


travers la mise en œuvre de programmes pilotes transversaux visant
l’institutionnalisation de l’égalité de genre dans les organisations et les projets
soutenus par l’agence ainsi que la généralisation du préscolaire dans la région
Chaouia Ouardigha et la promotion de la citoyenneté dans les établissements
scolaires.

I.4- Santé
Le montant des crédits inscrits au profit du ministère de la Santé s'élève, au titre
de l’année 2009, à 9.792.495.000 dirhams se répartissant comme suit :

Dépenses de personnel……...………………………… 5.404.070.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………... 2.844.947.000 DH
Dépenses d'investissement……………………………. 1.543.478.000 DH

Ces crédits permettront la mise en œuvre de la stratégie sectorielle 2008-2012


dudit ministère dont les principaux axes se présentent comme suit :

La promotion d’une offre de soins, facile d’accés, suffisante, de qualité


et mieux répartie par le biais principalement de :

L’amélioration de l’accessibilité aux soins à travers notamment la


poursuite du développement du réseau hospitalier, la mise en place
d’une carte sanitaire et la généralisation de la couverture médicale de
base notamment à travers la mise en œuvre effective du RAMED ;

La mise à niveau des hôpitaux publics à travers l’introduction des outils


modernes de gestion, le renforcement de l’autonomie financière et de
gestion, le développement de l’approche partenariale, de la
contractualisation et de la qualité ;
NOTE DE PRESENTATION 99
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

La mise en place d’une politique rationnelle du médicament par


l’encouragement du médicament générique et la refonte du cadre légal
et réglementaire de la profession de pharmacien ;

Le renforcement des ressources humaines à travers la réalisation de


l’initiative gouvernementale 3300 médecins à l’horizon 2020, le
développement de la formation continue, la moralisation et la lutte
contre la corruption ainsi que l’amélioration des œuvres sociales.

Le renforcement des programmes nationaux spécifiques de santé


afférents à la lutte contre le cancer, l’insuffisance rénale et le diabète ainsi que
les programmes relatifs au suivi de la mère et de l’enfant, à la maternité sans
risque et à la santé mentale ;

Le repositionnement stratégique des différents intervenants dans le


secteur de la santé à travers notamment :

le recentrage du rôle de l’Etat autour du financement, de


l’encadrement, de la planification, du contrôle et de la sécurité
sanitaire. Pour ce faire, il est prévu la mise en place d’un système de
santé égalitaire et la refonte de l’organisation du ministère en donnant
une place particulière à la régionalisation ;

le rehaussement du rôle du secteur privé pour une moralisation accrue


du système de santé, à l’effet d’encourager l’investissement privé dans
le secteur, améliorer l’offre de soins et renforcer la qualité des
ressources humaines ;

la dynamisation du rôle des associations à travers la mise en place


d’un cadre légal pour les associations gérant des établissements de
santé.

Dans le cadre de la réalisation de ce plan d’action stratégique, les principales


actions prévues, au titre de l’année 2009, portent sur la consolidation des acquis
notamment dans les domaines des programmes de prévention, de lutte contre les
maladies et de veille sanitaire ainsi que la continuation du renforcement de la
déconcentration de la prise en charge des cancers tout en engageant des actions
innovantes visant le renforcement de l’accès aux soins de santé dans le monde rural,
la réduction de la mortalité infantile et maternelle.

Dans ce cadre, les crédits alloués au profit de ce département, au titre de


l'année 2009 traduisent l'intérêt accordé par les pouvoirs publics au renforcement de
la dynamique de réforme stratégique engagée par ce secteur et sont destinés
principalement :

au renforcement du réseau hospitalier et au développement de l'offre de soins


à travers notamment :

NOTE DE PRESENTATION 100


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la poursuite des travaux de construction et d’équipement de la


seconde tranche des nouvelles infrastructures hospitalières des
Centres hospitaliers de Fès et de Marrakech, l’accélération du rythme
de réalisation du centre hospitalier d’Oujda et le lancement des études
de faisabilité de deux nouveaux Centres hospitaliers à Agadir et à
Tanger ;

le démarrage des travaux de construction de treize hôpitaux locaux à


Zagora, Saâdia, Sebt Oulad Nema, Demnat, Laâyoune Sidi Mellouk,
Mrirt, Kelaat Megouna, IminTanout, Tamesna, Tamnsourte, Fahs
Anjra, Sidi Moumen-Bernoussi et Bouizakern ;

la mise à niveau de seize hôpitaux locaux à Oulad Berrehil, Aouloz,


Tamanar, Boumalène Dades, Lalla Mimouna, Bab Berred, Oudaya,
Zoumi, Karia Ba Mohammed, Chemmaïa, Imzouren, El Ksiba, Sidi
Yahia, Had Kourt, Attaouiya et Ait Ourir ;

la mise à niveau de vingt et un hôpitaux à travers (i) la poursuite des


travaux de construction de quatre hôpitaux à Al Jadida, Khénifra,
Skhirat Témara et Salé (ii) la réhabilitation et la fusion de trois hôpitaux
multi sites à Errachidia, Ouarzazate et Tanger (iii) la rénovation de neuf
hôpitaux (à Essaouira, Kenitra, Tétouan, Chefchaouen, El Kelaa,
Larache, Tan Tan, Taroudant et Taza (iv) l'équipement des services
cliniques, des urgences ainsi que les unités de soins intensifs à
l'hôpital Ibn Sina ;

le renforcement des activités et l'opérationnalisation des onze SAMU


créés à Casablanca, Rabat, Fès, Méknes, Tanger, Oujda, Agadir, Safi,
Settat, Laâyoune et Marrakech ;

la poursuite de la mise à niveau des équipements des formations


hospitalières notamment à travers la généralisation de la mise en place
des équipements lourds tels que les IRM, les scanners, les
respirateurs artificiels, les angiographies et les fauteuils dentaires.

à la réhabilitation et l'extension du réseau des établissements de soins de


santé de base et des soins ambulatoires notamment par l'intensification des
investissements dans le cadre de la mise en œuvre du programme d'appui à
la régionalisation, à la déconcentration et au renforcement des soins de santé
de base (REDRESS), financé par l'Agence Française de Développement et
qui intéresse les sept provinces relevant des régions de Tadla-Azilal, Taza-
Taounate-Al hoceïma et Doukkala-Abda ;

au développement des programmes prioritaires de promotion de la santé, de


surveillance épidémiologique et de lutte contre les maladies transmissibles et
les maladies émergentes ainsi que l'élargissement des champs d'intervention
desdits programmes de santé pour couvrir, d'une part, les populations
vulnérables ou à besoins spécifiques et d'autre part, certaines maladies

NOTE DE PRESENTATION 101


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

chroniques telles que le diabète, l'insuffisance rénale et les maladies du


cœur ;

à la poursuite du programme de renforcement des actions de maintenance du


patrimoine sanitaire immobilier visant à optimiser l'utilisation des équipements
et des immobilisations du secteur de la Santé ;

à l’amélioration de l’approvisionnement en médicaments par l'adoption de


mesures pour s'assurer de la traçabilité des médicaments et par la mise en
place de dépôts régionaux de médicaments dans un objectif de la
déconcentration des achats de produits pharmaceutiques ;

à l’extension de la mise en œuvre de la réforme hospitalière à de nouveaux


centres hospitaliers dans le cadre d’un projet de modernisation des hôpitaux
publics financé par la Banque Européenne d’Investissement. Cette réforme
vise la déconcentration et la décentralisation de la gestion des services
publics de santé dans le contexte de la régionalisation, la modernisation de la
gestion hospitalière et l’amélioration du financement du secteur de la santé.

Dans ce cadre, les actions retenues portent sur :

le renforcement des actions de promotion de la santé, de prévention et de


lutte contre les maladies ; la poursuite des efforts de réduction des écarts
entre milieux urbain et rural ; l'amélioration de l'accès aux soins ainsi que le
développement des actions de partenariat en faveur des zones défavorisées ;

au renforcement de la disponibilité des médicaments, ainsi que la mise à


niveau, l'entretien et la maintenance des plateaux techniques et
l’amélioration de la gestion et de l'utilisation des ressources par l'adoption et
l'implantation des outils développés dans le cadre de la réforme hospitalière;

l'amélioration de la gouvernance du système de santé.

Par ailleurs, dans le cadre du processus de mise en œuvre progressive du


système de couverture médicale de base, et parallèlement à l'accompagnement de
l’assurance maladie obligatoire de base, entrée en vigueur en août 2005, le budget
du ministère de la santé pour l’année 2009 prévoit la mobilisation d’une enveloppe
additionnelle de 200 millions de dirhams s’ajoutant à une dotation de 700 millions de
dirhams prévue en 2008 pour appuyer la mise en place du régime d’assistance
médicale aux personnes économiquement démunies, en prévision de l'extension du
RAMED en 2009 à d’autres régions suite au démarrage effectif de ce régime au
cours de 2008 dans la région de Tadla Azilal.

NOTE DE PRESENTATION 102


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

I.5- Habitat, Urbanisme et Aménagement de l’Espace

Le montant total des crédits programmés au titre de l’année 2009 au profit du


ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’aménagement de l’espace s’élève à
2.576.227.000 dirhams répartis comme suit:

Dépenses de personnel……...…………………………. 241.911.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 339.188.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 495.128.000 DH
Fonds Solidarité Habitat………………………………… 1.500.000.000 DH

La répartition desdits crédits par domaine d’intervention de ce ministère se


présente comme suit:

I.5.1- Secteur de l’Habitat

L’enveloppe budgétaire prévue au profit du département de l’Habitat au titre de


l’année 2009 s’élève à 2.002.047.000 dirhams répartie comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………. 131.719.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses…… 20.570.000 DH
Dépenses d'investissement……………………… 349.758.000 DH
Fonds Solidarité Habitat……………………… 1.500.000.000 DH

Au titre de l’année 2009, le département de l’habitat poursuivra la mise en


œuvre des programmes et actions suivants :

Programme «Villes Sans Bidonvilles »

Ce programme qui concerne les villes chefs-lieux de région ou de province et


les centres urbains est exécuté dans le cadre de «contrats de ville» conclus avec les
autorités régionales et locales. Il a pour objectif d’éradiquer l’ensemble des
bidonvilles identifiés dans 83 villes et communes urbaines au profit de 293.000
ménages. Le coût global de ce programme s’élève à 25 milliards de DH dont 10
milliards de DH au titre de la contribution de l’Etat.

A fin juin 2008, 85% des ménages bidonvillois ont fait l’objet de projets de
recasement dans le cadre de 66 contrats de villes ou de conventions.

Par ailleurs, parmi les 193.619 unités mises en chantier dans le cadre de ce
programme, 96.309 ont été achevées et 97.310 sont en cours de réalisation. Quant
aux baraques démolies ou restructurées, elles sont estimées, à la même date, à
89.411 unités.

Enfin, le nombre de villes déclarées sans bidonvilles s’élève à 18 villes dont


Khouribga, Béni Mellal, Oued Zem, Bouznika, Essaouira, Fnideq, Fqih Ben Saleh,
Azrou, Khénifra, Mechraâ belksiri, Tamallalt, et Agourai.

NOTE DE PRESENTATION 103


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Programme d’habitat social dans les provinces du sud de Royaume

Ce programme a connu durant l’année 2008, la signature d’une nouvelle


convention entre l’Etat d’une part, et L’Agence pour la Promotion et le
Développement Economique et Social des Provinces du Sud et la Société Al Janoub
d’autre part. Cette convention s’étale sur la période 2008-2014, a porté le nombre
d’unités de logements qui seront réalisés dans le cadre dudit programme à 46.700
unités pour un coût de 3,38 MMDH financé entièrement par le budget de l’Etat.

L’objectif principal de ce programme est d’une part, de résoudre définitivement


la problématique de l’habitat insalubre dans les centres urbains de des provinces du
Sud, pour un besoin total de 20.700 unités, et d’autre part, de mettre à la disposition
des différentes catégories sociales des lots de terrain adaptés à leur besoins et
permettre aux familles démunies ou à faibles revenus d’accéder à l’habitat pour un
besoin global de 26.000 unités, et ce à travers les actions suivantes :

la mise à niveau urbaine de 8 provinces dont le coût d’élève à


324,75 MDH ;

l’appui à la construction pour un montant de 443,9 MDH;

l’accompagnement technique et social dont le coût est estimé à


200 MDH ;

l’achèvement des opérations d’aménagement de lots déjà engagés


dans le cadre de l’ancien programme pour un coût de 330,42 MDH ;

la viabilisation de 47.207 lots de terrain pour un coût de 851,86 MDH ;

la construction de 650 logements estimés à 69,51 MDH ;

le développement de l’habitat dans le monde rural et certains centres


défavorisés pour un coût de 159,96 MDH.

Programme de construction de logements militaires

Lancé en 2007, le programme de logements militaires vise à améliorer les


conditions d’habitation du personnel militaire et civil de l’Administration de la Défense
Nationale. Ce programme prévoit la construction dans un délai de 6 ans de 80 000
unités pour un coût global de 16 000 MDH.

NOTE DE PRESENTATION 104


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Programme de restructuration des quartiers d’habitat non réglementaire


et de mise à niveau urbaine

Le programme de restructuration des quartiers d’habitat non réglementaire et de


mise à niveau urbaine consiste en la réalisation des infrastructures manquantes et
l’amélioration de l’aspect architectural du cadre bâti existant.

Dans ce cadre, 162 projets de restitution sont en cours de réalisation pour un


coût global de 6.385 MDH. La participation de l’Etat à ces projets s’élève 2.770 MDH
dont 976 MDH ont été déjà débloqués. Parmi les principaux projets engagés il y a
lieu de citer :

Le programme de développement urbain de la ville de Tanger au titre


de la période 2009-2013 pour un coût global s’élevant à 2.460 MDH ;

La requalification urbaine de la ville d’Oujda avec un coût global de


130 MDH ;

La restructuration des quartiers sous équipés de la commune d’Oulad


Taima à Taroudant. Le coût dudit projet est de 104,30 MDH ;

La requalification urbaine de la ville de Nador pour un coût de


100 MDH ;

La restructuration des quartiers sous équipés de Kalâa des Sraghna au


profit de 3.000 ménages et pour un coût de 64,97 MDH.

Programme de logements à faible coût

Ce programme consiste en la réalisation de logement à Valeur Immobilière


Totale (V.I.T) plafonnée à 140.000 DH, destiné aux ménages à faibles revenus. Ce
nouveau type de logement dont la superficie couverte est comprise entre 50 et 60 m²
bénéficie d’exonération fiscale lorsque le promoteur concerné s’engage à réaliser
dans un délai de 5 ans, 500 logements en milieu urbain ou 100 logements en milieu
rural. Ce programme vise à :

Diversifier l’offre en logements à faible V.I.T et élargir les possibilités


d’accès à la propriété en faveur des ménages à faible revenu ;

Développer une politique de prévention de l’habitat précaire ;

Améliorer les performances des actions de résorption de l’habitat


insalubre et initier une politique d’habitat adaptée au milieu rural ;

NOTE DE PRESENTATION 105


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Donner une impulsion à la petite et moyenne promotion immobilière et


encourager la transformation du secteur informel.

I.5.2-Secteur de l’Urbanisme

L’enveloppe budgétaire consentie au département de l’Urbanisme au titre de


l’année 2009 s’élève à 453.806.000 dirhams répartie comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 38.898.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 291.108.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 123.800.000 DH

L’année 2008 a été caractérisée par la présentation du projet de code de


l’urbanisme et son adoption par le Conseil du Gouvernement. Cette année a été
également marquée par un soutien important des agences urbaines et notamment
l’assainissement de leur situation fiscale. Cet effort sera poursuivi en 2009 afin de :

soutenir la politique de l’habitat par l’ouverture de nouvelles zones à


l’urbanisation ;

prévoir et organiser l’extension des zones bâties et aménagées ;

accélérer l’établissement des documents d’urbanisme ou le renouvellement


des documents arrivés à échéance ;

renouveler régulièrement la couverture des zones urbaines et péri-urbaines en


photos restitution ;

continuer la réalisation des études relatives aux projets de territoires comme


outil de développement local ;
accompagner le programme ‘’villes sans bidonvilles’’ ;

généraliser les guichets uniques et poursuivre l’assistance architecturale en


zones rurales ;

élaborer des chartes architecturales identifiant les références en matière


d’architecture locale.

I.5.3- Domaine du développement territorial

L’enveloppe budgétaire prévue au profit du domaine du développement


territorial au titre de l’année budgétaire 2009 s'établit à 120.374.000 dirhams
ventilée comme suit:

NOTE DE PRESENTATION 106


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Dépenses de personnel……...…………………………. 71.294.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 27.510.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 21.570.000 DH

Les actions visant le développement du partenariat en matière de gestion de


l’espace seront poursuivies en concertation avec les collectivités locales. Outre les
principales actions visant la généralisation des documents régionaux
d’aménagement du territoire, la réalisation des études relatives à l’aménagement du
territoire et à la planification spatiale ; l’année 2009 connaîtra également la poursuite
des actions de lutte contre la désertification et contre la pauvreté par la sauvegarde
et la valorisation des oasis.

I.6- Culture

L’enveloppe budgétaire prévue au profit du ministère de la culture au titre de


l’année budgétaire 2009 s'établit à 485.669.000 dirhams ventilée comme suit:

Dépenses de personnel……...…………………………. 168.669.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 142.000.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 175.000.000 DH

Le plan d’action prévu en 2009 s’inscrit dans le cadre d’une politique culturelle
ouverte ayant pour souci la préservation de l’identité culturelle nationale. Un effort
soutenu sera consacré à la poursuite de la réalisation des grands projets structurants
du secteur, le rapprochement des services et espaces culturels des citoyens au
niveau national et régional, l’encouragement et l’appui au produit culturel national de
manière à ancrer les valeurs multiculturelles et linguistiques.

En outre, l’intérêt du secteur en tant que vecteur de développement


économique et social sera mis en exergue par une approche consistant à faire de la
culture un facteur de dynamisation du développement global et intégré. Dans ce
cadre, les infrastructures culturelles seront mises au service des programmes des
divers départements ministériels ayant une vocation éducative et de sensibilisation.

Les principales actions programmées par le ministère de la culture au titre de


l’année 2009, concernent:

La promotion du livre et de la lecture publique par :

La mise à niveau et l’extension du réseau des bibliothèques par la


construction et l’équipement de nouvelles bibliothèques et de
médiathèques à Guelmim , Tata, Figuig, Tindrart, la réhabilitation de
90 bibliothèques publiques et patrimoniales relevant du ministère de la
culture, la prise en charge de l’équipement de bibliothèques construites
par les collectivité locales et la généralisation de la lecture par
l’essaimage de points de lecture devant atteindre un nombre de 50

NOTE DE PRESENTATION 107


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

points et la mise en place en partenariat avec le ministère chargé de


l’éducation nationale d’encouragement des plus jeunes à la lecture ;

la poursuite des mesures concourant à la promotion de la production et


de la diffusion du livre par l’aide à la création d’un réseau de
distribution du livre, le versement de subventions à l’édition et à la
diffusion du livre pour le rendre plus accessible aux couches
défavorisées, l’organisation de caravanes du livre et l’organisation du
Salon international de l’édition et du livre ainsi que la participation aux
expositions internationales du livre;

l’encouragement des publications nationales y compris des jeunes


auteurs par l’organisation d’exposition régionales, de colloques et
festivals sur le livre, ainsi qu’à travers l’organisation du prix Hassan II
du manuscrit, du Prix du Maroc du livre et l’organisation d’un prix
jeunes auteurs

La promotion des arts du théâtre de la musique et des arts graphiques par:

Le renforcement au niveau national des infrastructures du théâtre par


la participation dans le cadre du partenariat avec les collectivités
locales à la construction du grand théâtre de Casablanca,
l’achèvement du théâtre de Taza et le lancement de la construction de
deux théâtres régionaux à Oujda et Kénitra et d’une salle d’exposition
à Assa Zag et le renforcement des équipements et moyens de
fonctionnement des théâtres régionaux ;

L’organisation à travers les régions du Maroc de festivals du théâtre où


peuvent se produire les troupes régionales et de rencontres
thématiques visant la promotion et l’encouragement des vocations
culturelles au niveau local, le versement d’aides aux auteurs de pièces
de théâtre ainsi qu’à la production et la représentation des œuvres
théâtrales.

En matière des conservatoires de musique, il est prévu l’achèvement et la


mise en service du projet de l’institut national supérieur de musique et des arts
chorégraphique de Rabat, de l’institut de musique et de danse d’ Oujda et de Taza,
l’équipement des conservatoires de Casablanca et Ouezzane, l’aménagement du
réseau de conservatoires et leur équipement ainsi que la participation du ministère
de la culture dans le cadre du partenariat avec les collectivités locale à la réalisation
de six conservatoires ;

l’organisation de festivals nationaux en partenariat avec les collectivités


locales ainsi qu’avec d’autres départements dont celui de la communication en
ce qui concerne le festival de la chanson marocaine ainsi que la participation
aux manifestations internationales ;

NOTE DE PRESENTATION 108


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le ministère de la culture entreprendra également des opérations portant sur


la formation des enseignants artistiques, la réforme des programmes
d’enseignement des arts et l’équipement des instituts de formation
notamment ceux des beaux arts.

En matière des arts graphiques, l’action du ministère portera sur l’achèvement


du musée National des arts contemporains de Rabat pour un coût global de 74 MDH,
l’équipement de cinq salles d’exposition, le soutien à l’organisation du salon national
des arts graphiques et de salons régionaux en partenariat avec les collectivités
locales.

l’extension et la mise à niveau du réseau des maisons de culture par le


lancement par le Ministère de la Culture de travaux de construction de
nouvelles maisons de culture à Azrou, Khénifra, et Midelt et d’équipement et
réhabilitation du réseau de maisons de culture, et complexes culturels à
Guelmim, Kelâa des Sraghna, Sidi Yahia Zaer, Skhirat, Témara , Ait Baha,
Jerada, Ait Melloul et Oulad Taima , ainsi que par la participation du Ministère
aux travaux de construction de maisons de culture en partenariat avec les
collectivités locales notamment de Bekane, Fkih Ben Salah, Demnate, Béni
Mellal Rich, Guelmima, Ben Ahmed et Benguérir ;

La conservation et la promotion du patrimoine monumental et ethnographique.

Le Ministère de la Culture dans le cadre de ses actions de restauration des


monuments historiques et de la conservation du patrimoine archéologique et
ethnographique National prévoit le lancement en 2009 de la construction du Musée
nationale de l’archéologie dont le coût global devra atteindre près de 160 MDH, la
restauration et l’entretien de 22 monuments historiques à travers le Royaume; la
construction de 9 musées spécialisés et l’aménagement de 7 musées , la
restauration et aménagement du réseau des Musées, de 6 sites historiques et la
restauration des murailles de plusieurs villes dont celles de Demnate .

La mise à niveau et la modernisation de l’infrastructure administrative par :

la réalisation des travaux de restauration du siège du ministère et de


travaux d’aménagement et de construction de sièges des 16 directions
régionales;

l’équipement des services centraux et des services extérieurs


notamment des directions régionales, des inspections des monuments
historiques et des conservatoires du patrimoine en moyens
informatique et de mobilité pour une meilleure gestion et contrôle des
prestations aux usagers;

Par ailleurs, le Ministère de la Culture procèdera à travers le « Fonds National


pour l’Action Culturelle » oeuvrera à :

la promotion de la lecture publique et à l’édition et la diffusion du livre ;

NOTE DE PRESENTATION 109


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’appui aux activités théâtrales notamment au niveau régional;

l’organisation de divers festivals culturels et artistiques ;

le soutien aux associations culturelles et artistiques ;

la contribution à la couverture médicale des artistes ; et

la conservation et la restauration et la mise en valeur du patrimoine


monumental et muséographique.

I.7- Habous et Affaires Islamiques

Les crédits alloués au ministère des Habous et Affaires Islamiques au titre de


l’année 2009 s’élèvent à 1.727.995.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 187.995.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 1.000.000.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 540.000.000 DH

Le programme de ce ministère pour l’année 2009 s’inscrit dans le cadre de la


poursuite de la mise en œuvre des grands chantiers de la réforme du champ
religieux.

Ledit programme porte notamment sur l’achèvement et la poursuite de la


réalisation des projets et opérations entamés les années précédentes et le
lancement de projets nouveaux ainsi que le renforcement des capacités
d’intervention du ministère. Parmi ces projets et opérations, il convient de signaler :

le soutien de la politique de proximité du secrétariat général du conseil


supérieur des oulémas et des conseils provinciaux des oulémas ;

la poursuite du programme de formation des « imams et


morchidates » appelés à exercer dans les différentes mosquées du Royaume;

l’encadrement et la formation des imams des mosquées ;

la revalorisation des indemnités des imams des mosquées ;

le renforcement du programme d’alphabétisation dans les mosquées en


élargissant les capacités d’accueil pour atteindre 180.000 bénéficiaires en
2009 ;

la production de programmes audio-visuels destinés à la sensibilisation de la


population en matière religieuse ;

NOTE DE PRESENTATION 110


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’organisation des cérémonies religieuses et l’octroi des prix et récompenses


dans divers domaines de la recherche et de la pensée islamique;

l’édification de 20 mosquées dans les quartiers défavorisés des grandes


villes ne disposant pas de mosquées selon les conditions requises à la
pratique saine du culte ainsi que la poursuite du programme des petites
mosquées dans les zones rurales;

l’achèvement du programme d’urgence pour la reconstruction de deux


mosquées menaçant ruine à Al Hoceima et la reconstruction de 18 mosquées
menaçant ruine à travers les régions du Royaume ;

la poursuite de l’exécution des plans régionaux des mosquées


notamment dans les régions de Marrakech-Tensift-Al Haouz et de Rabat-Salé-
Zemmour- Zaer ;

l’exécution des programmes contractuels avec le Fonds Hassan II pour le


développement économique et social portant sur le renforcement des
équipements cultuels par la construction de cent petites mosquées dans
plusieurs villes du Royaume ainsi qu’avec le groupe Al Omrane pour la
construction des mosquées à Tamesna ;

la poursuite du programme d’aménagement, de réfection et d’équipement des


mosquées ;

la consolidation des acquis en matière de restauration du patrimoine


historique ;

la construction, l’aménagement et l’équipement des établissements pilotes de


l'enseignement traditionnel ;

la construction et l’équipement d’un centre de conférences et de formation


continue.

I.8- Haut Commissariat aux Anciens Résistants et Anciens


Membres de l’Armée de Libération

L’enveloppe budgétaire prévue au profit du Haut Commissariat aux Anciens


Résistants et Anciens Membres de l’Armée de Libération pour l’année 2009 s’élève à
100.656.000 dirhams répartis comme suit

Dépenses de personnel……...…………………………. 43.651.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 46.944.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 10.061.000 DH

NOTE DE PRESENTATION 111


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le programme d’action de cette administration porte notamment sur les


opérations suivantes :

Actions à caractère économique et social :

Les opérations prévues à cet effet sont destinées essentiellement à :

la prise en charge par le budget de l’Etat de la couverture médicale des


anciens résistants et anciens membres de l’Armée de Libération et
leurs ayants droit ;

la contribution à l’acquisition de terrains ou de logements au profit des


membres de la famille de la résistance à revenus faibles ;

l’équipement des centres de formation professionnelle dédiés à la


formation des enfants des anciens résistants ;

la contribution à la création ou l’extension des coopératives et la


réalisation de projets économiques.

Actions relatives à la mise en relief de l’histoire de la résistance :

Ces actions portent notamment sur :

la préservation de la mémoire nationale par le lancement d’un


programme de rapatriement, de l’étranger, des archives nationales de
l’ère coloniale ayant trait à la résistance ;

la contribution à la production des œuvres cinématographiques et


audio-visuels relatives à l’histoire de la résistance ;

l’aménagement et l’équipement du musée national de la résistance et


des 16 musées régionaux ;
la poursuite de l’édition de l’encyclopédie du mouvement de la
résistance nationale ;

la contribution à la construction et à l’équipement des complexes socio-


culturels de la résistance dans plusieurs provinces du Royaume en
partenariat avec les collectivités locales.

I.9- Jeunesse et Sports

Les crédits alloués au ministère de la Jeunesse et des Sports au titre de l'année


2009 s’élèvent à 1.175.898 000 dirhams répartis comme suit :

NOTE DE PRESENTATION 112


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Dépenses de personnel……...………….……..…...... 386.035.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses…......... 160.868.000 DH
Dépenses d'investissement………………………..…. 628.995.000 DH

I.9.1- Domaine de la Jeunesse

Les crédits alloués au domaine de la Jeunesse sont destinés à la réalisation


des principales actions suivantes :

L’augmentation du nombre des bénéficiaires des maisons de jeunes à travers


la poursuite de la mise à niveau de ces infrastructures qui abritent diverses
activités tels que l’art plastique, la lecture, les cafés littéraires et le théâtre des
jeunes ;

L’amélioration des conditions de fonctionnement des centres d’accueil au


nombre de 29 établissements. Ces centres sont ouverts aux groupes de
jeunes marocains et étrangers participant à des activités éducatives,
culturelles et sportives ;

La poursuite du programme «voyages internationaux de jeunes» à travers


l’organisation des échanges de jeunes avec différents pays ;

L’appui aux associations de jeunesse qui encadrent plus de 400.000 jeunes à


travers l’ensemble du Royaume. Ces associations bénéficient de subventions,
d’assistance technique et d’appui logistique ;

L’extension du réseau des colonies de vacances et l'augmentation de leur


capacité d'accueil pour faire bénéficier plus de jeunes notamment des
couches sociales défavorisées. Dans ce cadre, le programme « vacances
pour tous » vise au titre de l’année 2009 à faire bénéficier 200.000 enfants ;

La mise à niveau de 61 maisons de jeunes à l’horizon 2012 avec une


moyenne d’une maison par province ;

L’aménagement et réhabilitation des maisons de jeunes à hauteur de 40


maisons par an ;

L’équipement des établissements nouvellement crées à hauteur de 50


établissements par an ;

L’encadrement des jardins d’enfants au nombre de 343 dont 226 en milieu


rural ;

NOTE DE PRESENTATION 113


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

La gestion des centres de sauvegarde de l’enfance au nombre de 19. Ces


centres sont destinés à recevoir les mineurs délinquants, placés sur
ordonnance judiciaire, dans le but d’assurer leur rééducation et leur réinsertion
dans la société par l’entremise d’activités et de programmes de formation
professionnelle ou scolaire ;

La réhabilitation de foyers féminins et centres professionnels de jeunes filles.


Ces établissements comptent 402 dont 157 en milieu rural. Ils accueillent
essentiellement des filles non scolarisées et celles qui n’ont pas pu poursuivre
leur scolarisation afin de leur dispenser une formation aussi bien qualifiante
que diplômante.

I.9.2- Domaine des Sports

Le programme de ce département au titre de l’année 2009 porte


essentiellement sur les principales actions suivantes :

La poursuite des travaux de construction et d’équipement des stades de


Tanger, Marrakech et Agadir pour leur achèvement avant fin 2010 et ce en
partenariat avec le Fonds Hassan II pour le Développement Economique et
Social conformément à la convention signée le 7 janvier 2008 ;

La poursuite des études relatives à la réalisation du grand stade de


Casablanca d’une capacité d’environ 80.000 places et doté de l’ensemble des
infrastructures, des locaux et des équipements lui permettant d’accueillir des
manifestations sportives de haut niveau. Le lancement des travaux de ce
stade d’un coût de 2,08 milliards de dirhams est prévu en 2010. Son
financement sera assuré par l’Etat et des contributions du Fonds Hassan II
pour le Développement Economique et Social et les collectivités locales à
concurrence, respectivement de 1.100 MDH et 200 MDH;

La réalisation des infrastructures sportives (salles omnisport, pistes


d’athlétisme et piscines) en partenariat les collectivités locales concernées ;

La réalisation d’un musée de la Jeunesse et des Sports ;

Le réaménagement et la mise à niveau de l’Institut Royal de Formation des


Cadres ;

La contribution pour la préparation aux manifestations sportives ;

Le soutien aux fédérations sportives dans le cadre des contrats programmes


notamment avec la Fédération Royale Marocaine du Football (FRMF), et la
Fédération Royale Marocaine d’Athlétisme. Cette pratique de
contractualisation sera généralisée aux autres fédérations sportives,
notamment la Fédération Royale Marocaine de Tennis, la Fédération Royale
Marocaine de Basket-ball et la Fédération Royale Marocaine de Boxe.

NOTE DE PRESENTATION 114


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

II- Secteurs d’Infrastructure

II-1- Equipement et Transport

Le montant total des crédits programmés au titre de l’année 2009 au profit du


Ministère de l’Equipement et du Transport s’élève à 7.775.289.000 dirhams répartis
comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 663.778.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 114.406.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 4.831.105.000 DH
Comptes Spéciaux du Trésor………………………….. 2.166.000.000 DH

La répartition desdits crédits par domaine d’intervention de ce ministère se


présente comme suit :

II.1.1- Equipement

Le montant total des crédits programmés au titre de l’année 2009 au profit du


département de l’Equipement s’élève à 5.990.583.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 507.972.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 81.506.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 3.235.105.000 DH
Fonds spécial routier……………………………………. 2.150.000.000 DH
Fonds de Délimitation du Domaine Public Maritime et
Portuaire…………………………………………………. 16.000.000 DH

La répartition desdits crédits par domaine d’intervention se présente comme


suit:

1. Secteur routier et autoroutier

a. Autoroutes

Dans le cadre du contrat programme conclu entre l’Etat et la société nationale


des autoroutes du Maroc pour la période 2008-2015, un montant de 1.150 MDH sera
versé à cette société pour lui permettre de faire face à ses engagements au titre
dudit contrat programme dont notamment la poursuite des travaux de réalisation des
tronçons autoroutiers Marrakech –Agadir et Fès – Oujda et le lancement des études
et travaux du programme complémentaire visant l’élargissement à 2 x 3 voies de
l’autoroute reliant Rabat à Casablanca et la construction de 383 Km d’autoroutes
nouvelles à l’horizon 2015.

NOTE DE PRESENTATION 115


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

b. Rocade Méditerranéenne

Les crédits mobilisés au profit de la rocade méditerranéenne portent sur un


montant de 580 MDH destiné à la poursuite de la réalisation du tronçon Tétouan
Jebha dont le coût s’élève à 2.550 MDH.

Par ailleurs, il est à signaler que les tronçons de ladite rocade reliant
respectivement Ajdir – Ras Afrou et Ras Afrou – Kebdana ont été achevés. Quant au
tronçon Jebha – Ajdir financé par l'Union Européenne, il convient de souligner que
les travaux y relatifs sont en cours d’achèvement.

c. Routes Rurales

Le deuxième programme National des Routes Rurales (PNRR2) tel qu’il a été
conçu et lancé en 2005 vise à réaliser 15.500 km à l’horizon 2015 avec un rythme de
1.500 km par an et ce, en vue d’atteindre un taux d’accessibilité de la population
rurales à 80% au lieu de 54 % enregistré en 2005. Suite au nouvel engagement du
gouvernement en octobre 2007 d’accélérer le rythme de réalisation du PNRR2 à
2.000 km par an au lieu de 1.500 km, l’échéancier d’achèvement du PRRR2 a été
avancé à 2012 au lieu de 2015.

Les crédits prévus au titre de ce programme en 2008 s’élèvent à 1.780 MDH


dont 1 Milliards de dirhams sera mobilisé par la Caisse pour le Financement Routier
(CFR) notamment par le biais d’emprunts auprès des bailleurs de fonds, 700 MDH
inscrits au Fonds Spécial Routier (FSR) et 80 MDH prévus au niveau du budget
général.

d. la maintenance des routes et des ouvrages d’art

Suite aux opérations d’auscultation menées en 2006 ayant montré une nette
dégradation du niveau de service du réseau routier national, un programme de
réhabilitation prioritaire portant sur un linéaire de 2025 sur la période 2007 - 2009 a
été défini et mis en œuvre pour un coût de 2,3 Milliards de dirhams financé par le
budget général et le Fonds Spécial Routier. Par ailleurs, un programme de
maintenance des ouvrages d’art a été défini portant sur 6000 ouvrages dont 170
unités seront construites sur 3 ans à compter de l’année 2009.

Pour ce faire, les crédits ouverts en 2009 au titre de la maintenance et


conservation du patrimoine routier s’élèvent à 1,4 Milliard de dirhams MDH dont 1,1
Milliard de dirhams programmés sur le Fonds Spécial Routier.

e- Infrastructures routières hors site des projets touristiques et


industriels

Les crédits ouverts à ce titre en 2009 s’élèvent à 231,4 Millions de dirhams dont
111,4 MDH pour la voie d’évitement et le canal de protection de la station touristique
de Saidia, 60 MDH pour réaliser les voies d’accès à la station de Taghazout et

NOTE DE PRESENTATION 116


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

60 MDH pour les infrastructure d’accompagnement du projet de l’installation d’une


usine de Renault Nissan à la zone franche de Melloussa dans la zone spéciale
Tanger Méditerranée.

2. Secteur portuaire

Les dotations réservées au secteur portuaire au titre de l’année 2009 sont


destinées essentiellement à la réalisation des opérations à caractère récurrent telles
que la protection des phares et le balisage et la poursuite des actions suivantes :

La réalisation de travaux de voiries et réseau divers VRD au port de pêche de


Boujdour ;

la reconstruction de l’ancien quai et la construction d’un nouveau quai au port


de Larache ;

l’extension du port de M’diq ;

la construction du port de plaisance de Marchica à Nador ;

la gestion du littoral moyennant les ressources mobilisées par le Fonds de


délimitation du domaine public maritime et portuaire et ce, à travers la
poursuite des opérations de délimitation.

De plus, il est prévu l’extension du port de pêche de Dakhla pour un coût global
évalué à 400 MDH dont 60 MDH programmés en crédits de paiement au titre de
l’année 2009.

II.1.2- Domaine du Transport

Le montant total des crédits programmés au profit du département du Transport


au titre de l’exercice budgétaire 2009 s’élève à 1.784.706.000 dirhams répartis
comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………. 155.806.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses…… 32.900.000 DH
Dépenses d'investissement……………………… 1.596.000.000 DH

Les crédits ouverts en 2009 au titre du transport ont trait principalement à :

la prise en charge de l’amortissement des emprunts contractés par l’ONCF


pour l’externalisation de sa caisse interne de retraite et la réalisation de la
desserte ferroviaire entre la ville de Tanger et le Port de Tanger Méditerranée.
A cet effet, une dotation en capital pour un montant de 867 MDH est prévue
au profit de l'ONCF au titre de l’année 2009 conformément aux termes du
contrat programme 2005 -2009 liant l'Etat et cet office ;

NOTE DE PRESENTATION 117


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

lancement de la réalisation de la ligne à grande vitesse entre Casablanca et


Tanger pour un coût estimé à 20 Milliards de dirhams. Une enveloppe de 500
MDH réservée à ce projet sur le budget général de l’Etat en 2009 sera versée
à l’ONCF sous forme de dotation en capital. A noter que ledit projet consiste
notamment en la réalisation d’une nouvelle ligne entre Kenitra et Tanger sur
200 Km permettant d’atteindre une vitesse commerciale de 300 Km/h. Le
nombre prévisionnel de voyageurs empruntant cette ligne serait de 8 millions
par an, et cette solution permettra de réduire le temps du parcours du trajet
Casablanca-Tanger d’environ 3 heures. La mise en service de cette ligne est
prévue pour 2014 ;

l’accompagnement des réformes du transport routier par le biais d’actions de


formation et de mise à niveau des conducteurs ainsi que par la réalisation des
études liées au développement du transport routier. Pour ce faire, un montant
de 200 MDH est inscrit au budget d’investissement du Ministère de
l’Equipement et des Transports et sera versé au Fonds créé par la loi de
finances 2007 pour l’accompagnement desdites réformes ;

la contribution à la mise en œuvre de la stratégie arrêtée en matière de


Sécurité Routière à travers la mise en œuvre des actions prévues par le
second plan stratégique intégré d’urgence. De plus, et dans le cadre du
renforcement de la sécurité routière, l’année 2009 sera marquée également
par la poursuite des actions du ministère en termes d’acquisition de véhicules
et de matériel de contrôle routier, de mise à niveau du Centre National
d’Essais et d’Homologation et de modernisation des centres immatriculateurs;

La poursuite de l’opération de renouvellement des véhicules de transport des


marchandises pour le compte d’autrui et des véhicules de transport mixte
dans le milieu rural. Les crédits alloués à cette opération au titre de l’année
2009 s’élèvent à 170 MDH dont 120 MDH à mobiliser par le SEGMA intitulé
« Direction des Transports Routier et de la Sécurité Routière » et 50 MDH
inscrits au Fonds d’accompagnement des réformes du transport routier urbain
et inter urbain.

II.2- Energie, Mines, Eau et Environnement

L’enveloppe budgétaire globale mise à la disposition du Ministère de l’Energie,


des Mines, de l’Eau et de l’Environnement au titre de l’année 2009 s’élève à
3.988.753.000 DH ventilée comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 445.482.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 215.040.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 3.328.231.000 DH

NOTE DE PRESENTATION 118


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Cette enveloppe est répartie par domaine comme suit :

II.2.1- Energie et Mines

L’enveloppe budgétaire mise à la disposition du domaine de l’Energie et des


Mines au titre de l’année 2009 s’élève à 705.199.000 DH ventilée comme suit :

Dépenses de personnel……...…………….………..…. 117.682.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses……….. 166.265.000 DH
Dépenses d'investissement………………………….... 421.252.000 DH

A ces crédits s’ajoutent les concours extérieurs mobilisés dans le cadre du


Fonds de développement énergétique s’élevant à 6.240 MDH auquel le Fonds
Hassan II pour le développement économique et social contribuera pour une
dotation de 1.500 MDH.

Le programme d’investissement de ce département au titre de l’année 2009


s’inscrit dans le cadre de la stratégie énergétique renouvelée adoptée par le
gouvernement.

Ce programme s’articule autour des principaux domaines suivants :

1- Domaine de l’Energie :

Les axes majeurs de la stratégie du secteur de l’énergie se présentent comme


suit :

Le renforcement de l’indépendance énergétique par la diversification des


sources d’approvisionnement et de valorisation des ressources nationales
notamment à travers la promotion des énergies renouvelables dont la part
dans le bilan énergétique national à l’horizon 2012 s’élèvera à 10% contre
7,2% actuellement;

La mise en place des infrastructures de production appropriées afin de


satisfaire la demande, en particulier d’électricité qui a enregistré une
croissance d’environ de 8% par an durant les cinq dernières années ;

La préservation de la compétitivité de l’économie nationale en veillant à la


disponibilité de l’énergie à des prix compétitifs notamment à travers sa
réorganisation et son ouverture partielle à la concurrence ;

La réduction progressive des subventions énergétiques qui grèvent les


finances du pays ;

L’atténuation de l’impact de la transformation et de l’utilisation de l’énergie sur


l’environnement et la santé.

NOTE DE PRESENTATION 119


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Cette stratégie s’inscrit dans un contexte d’ouverture, de décentralisation, de


déconcentration et de bonne gouvernance. Elle tend à atténuer les effets de la
dépendance du pays vis-à-vis des produits pétroliers dont la facture ne cesse de
s’alourdir, à poursuivre la politique de libéralisation et de restructuration du secteur
et à rechercher de nouveaux mécanismes de maîtrise du coût de l’énergie. Elle vise
également à réduire les effets de la part des produits pétroliers dans le bilan
énergétique, garantir 90 jours de stocks de sécurité notamment à travers le
remplacement progressif des produits pétroliers par des énergies alternatives,
l’amélioration de l’efficacité de l’utilisation des carburants dans le secteur des
transports, l’administration des prix des produits sensibles et la libéralisation
progressive des autres produits.

La réforme du secteur de l’énergie a bénéficié d’un prêt de 100 M$ US de la


Banque Mondiale accordé au gouvernement marocain pour la mise en œuvre des
mesures de réforme. Ce secteur bénéficiera également d’un appui financier de
60 M d’Euros octroyé par la Commission Européenne en vue de l’accompagner
dans la mise en œuvre de sa stratégie énergétique. Cet accompagnement
concernera principalement le développement du gaz naturel, la diversification de
l’approvisionnement pour la production de l’électricité à partir de l’éolien et du
charbon, la réforme du secteur électrique et la promotion des énergies renouvelables
et de l’efficacité énergétique.

De même, l’année 2009 sera marquée par la création d’un fonds d’un milliard $
US pour le développement énergétique constitué des ressources provenant des
dons octroyés au Maroc par le Royaume d’Arabie Saoudite (500 Millions $ US), les
Emirats Arabes Unies (300 Millions $ US) ainsi que du Fonds Hassan II pour le
développement économique et social (200 Millions $). Ce fonds a pour principaux
objectifs :

Le renforcement et la préservation des capacités de production énergétique à


partir notamment des énergies renouvelables visant la réduction de la
dépendance énergétique ;

l’appui financier pour le renforcement de l’efficacité énergétique, la réalisation


des études et l’assistance techniques ainsi que le soutien aux entreprises des
services énergétiques.

Cette stratégie est confortée par l’adoption du Plan National d’Actions


Prioritaires établi pour la période 2008-2012 et tendant à assurer un équilibre entre
l’offre et la demande d’électricité à l’horizon 2012. Des contrats programmes ont été
signés entre l’Etat, l’ONE et des régies autonomes de distribution en juillet 2008 pour
mettre en œuvre des actions d’économie d’énergie. L’approche retenue dans ce
cadre consiste en une double action :

Actions relatives à la maîtrise de la demande notamment à travers la


généralisation des lampes à basse consommation à l’horizon 2012, la mise en
place d’un plan national pour la rationalisation des éclairages publics, d’un
plan d’efficacité énergétique dans les secteurs du bâtiment, de l’industrie et du
transport ainsi que l’adoption d’une tarification sociale incitative ;

NOTE DE PRESENTATION 120


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Actions afférentes à l’offre consistant en la mise en place de nouvelles


capacités de production d’électricité ainsi que le renforcement de
l’interconnexion.

Dans ce cadre, le programme d’action mené en 2009 se décline comme suit :

En matière d’électricité :

Le secteur de l’Energie poursuivra son développement en 2009 dans le cadre


des orientations stratégiques visant notamment :

L’approvisionnement électrique du pays dans les meilleures conditions de


sécurité et de qualité ;

La généralisation de l’accès à l’énergie électrique pour l’ensemble des


citoyens notamment à travers l’accélération du rythme de réalisation du
Programme d’Electrification Rurale Global (PERG) qui se traduira à fin 2008
par l’électrification de 35.000 villages et l’accès à l’électrification pour près de
12 Millions de ruraux. Cet objectif sera réalisé à hauteur de 91% en recourant
à l’électrification par raccordement au réseau électrique et à hauteur de 9% à
travers l’électrification décentralisée principalement au moyen de kits
photovoltaïques;

Le lancement du Plan de Valorisation de l’Electrification Rurale en vue


d’une part, d’assurer la transition du PERG vers des usages à forte valeur
ajoutée et d’autre part, d’identifier et de développer des activités économiques
autour du réseau électrique notamment en matière d’irrigation, d’industrie du
froid, du séchage et de transformation ;

l’acquisition des produits énergétiques à des coûts compétitifs en vue de


contribuer à la mise à niveau du tissu productif national et au renforcement de
sa compétitivité ;

la diversification des formes et sources d’énergie pour la recherche d’un


meilleur coût de l’énergie en vue de renforcer la compétitivité du tissu productif
national et de promouvoir l’exploration pétrolière notamment à travers la
conclusion de conventions de recherche avec les investisseurs nationaux et
étrangers ;

La consolidation d’un marché régional intégré par le renforcement des


interconnexions électriques en vue de tirer profit des opportunités d’échanges
avec les pays de la région euro- méditerranéenne et le doublement de la
capacité d’interconnexion électrique Maroc –Espagne (700 à 1.400 MW) ainsi
que la construction d’une 3ème ligne de 400 KV.

Dans ce cadre et en vue d’alléger la pression sur la demande en électricité, un


projet modifiant la loi portant statut de l’ONE a été adopté au Parlement en vue
d’autoriser le passage de l’autoproduction de 10 à 50 MW. Cette modification

NOTE DE PRESENTATION 121


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

permettra d’atteindre à l’horizon 2012 les objectifs de développement de l’utilisation


des énergies renouvelables notamment la mise en place de 1.000 MW de puissance
installée à partir desdites énergies.

- En matière de produits pétroliers : l’objectif poursuivi dans ce cadre


consiste notamment en :

L’augmentation des capacités de stockage des produits pétroliers, le


renforcement du secteur chargé de leur distribution et la libéralisation
progressive du secteur en vue de répondre aux exigence de développement
du marché pétrolier interne ainsi que le renforcement des mesures de sécurité
des personnes et des installations et l’amélioration de la qualité des produits ;

La diversification des sources et des formes d’énergie ;

Le renforcement de la sécurité et du contrôle technique des installations


énergétiques et de la qualité des produits pétroliers.

Les actions retenues à cet effet portent notamment sur :

Le renforcement de la sécurité et du contrôle technique des installations


énergétiques et de la qualité des produits pétroliers à travers le
développement de technologies propres, l’amélioration de la qualité des
produits pétroliers notamment par l’introduction, au cours de l’année 2009, du
gasoil 50 ppm ;

Le renforcement des capacités de réception et de stockage. Pour une


meilleure répartition régionale de la distribution et des stocks stratégiques, des
études ont été réalisées pour déterminer notamment la meilleure option de
mise à niveau et de développement de l’industrie nationale de raffinage ainsi
que pour mettre en œuvre un schéma directeur d’approvisionnement en
produits énergétiques. De même une étude relative à la politique de stockage
stratégique en produits pétroliers au Maroc est programmée au titre de l’année
2009 ;

Approvisionnement national en produits pétroliers : Dans le cadre de la


stratégie énergétique, le Ministère chargé de l’Energie et des Mines veille à
assurer, dans toutes les circonstances, l’approvisionnement régulier du
marché national, notamment par la diversification des origines d’importations
et la complémentarité entre le raffinage local et l’importation de produits
raffinés ;

Le développement des installations de raffinage et de distribution


pétrolières à travers d’une part la modernisation de l’outil de raffinage par la
mise à niveau des installations existantes en vue de renforcer les conditions
de sécurité dans les installations de raffinage, d’améliorer la qualité des
produits pétroliers fabriqués localement et de réduire les émissions nocives et

NOTE DE PRESENTATION 122


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

d’autre part, le renforcement des capacités de réception dans les différents


ports du Royaume en vue de permettre la diversification des sources
d’approvisionnement et une meilleure répartition régionale de la distribution
avec l’implantation de nouveaux dépôts de stockage de produits raffinés et
l’augmentation des stocks de sécurité stratégiques ;

Le renforcement de la sécurité et du contrôle technique des installations


énergétiques et de la qualité des produits pétroliers à travers le renforcement
des capacités du Laboratoire National de l’énergie et des Mines en matière de
contrôle de conformité des produits pétroliers aux caractéristiques
réglementaires.

En matière d’énergies renouvelables : les objectifs prévus visent à :

augmenter à l’horizon 2012, la part des énergies renouvelables dans le bilan


énergétique national à 10% dans l’approvisionnement en électricité;

augmenter l’utilisation des ressources éolienne et solaire de l’ordre de


1 000 MW de puissance installée ;

atteindre une économie d’énergie estimée à 15 % de la consommation


nationale à l’horizon 2020 ;

développer l’utilisation des énergies renouvelables et renforcer l’efficacité


énergétique dans les secteurs de l’Habitat, de l’Industrie, et des Transports ;

Développer des technologies énergétiques propres à travers la promotion des


énergies renouvelables et la mise à niveau des spécifications des produits et
des normes des équipements énergétiques en conformité avec les normes
européennes ;

Capitaliser l’expérience acquise dans la phase pilote du programme national


des Maisons de l’énergie (100 maisons réalisées) et généraliser ce concept à
l’échelle nationale en accordant l’appui à la création de 1.000 autres micro
entreprises.

2-Domaine minier et géologique :

Il s’agit dans ce cadre, de la poursuite de la réalisation du programme national


de la mine ayant pour principaux objectifs :

La promotion du potentiel en ressources minières et énergétiques ;

L’extension du taux de couverture du pays en cartographie géologique ;

NOTE DE PRESENTATION 123


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le renforcement du contrôle, de la sécurité et de la protection de


l’environnement;
La protection et la mise en valeur du patrimoine géologique ;

Le développement du patrimoine minier et pétrolier et le développement de la


mine à petite échelle ;

L’augmentation des chances de découvertes de gisements exploitables à


l’échelle industrielle.

3-Transferts aux établissements publics :

Dans le budget du département de l’Energie et des Mines, des dotations


sous forme de subventions sont prévues au profit des établissements suivants :

ONHYM : La dotation en capital d’un montant de 235.085.000 DH est une


contribution au financement des missions qui lui sont assignées dans le
domaine de la recherche minière, de l’équipement, de l’exploration de
nouveaux gisements et de la promotion du sous-sol national. Les axes
principaux de cette stratégie ont pour objectif de promouvoir toute action de
nature à contribuer au développement de l’exploration et de l’exploitation des
hydrocarbures, des ressources minières et des substances minérales,
notamment dans le cadre d’un partenariat avec le secteur privé.

CDER: La subvention au profit du Centre de Développement des Energies


Renouvelables lui permettra de mener son plan d’action dans le domaine de la
promotion des Energies Renouvelables. Les principaux objectifs se présentent
comme suit :

permettre aux énergies renouvelables de contribuer de manière


significative aux efforts de l’Etat visant une mobilisation accrue de ces
formes d’énergies au niveau de programmes nationaux
d’infrastructures, une généralisation de l’accès à l’énergie et un
renforcement de la compétitivité des secteurs productifs;

participer à l’effort national de préservation des ressources naturelles


et de protection de l’environnement visant notamment la réduction des
émissions de gaz à effet de serre, la lutte contre la déforestation et la
sécurité d’approvisionnement en eau ;

asseoir les conditions de dynamisation de l’investissement privé et du


partenariat au niveau de la production indépendante d’électricité et de
développement d’une industrie et des sociétés de services nationales.

CADETAF: Le montant octroyé à cet établissement permettra la continuation


du plan spécifique de restructuration des exploitations minières artisanales en

NOTE DE PRESENTATION 124


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

vue de son ouverture à l’initiative privée tout en préservant les droits acquis
des artisans agissant actuellement sous la tutelle de cet établissement.

ENIM : La subvention d’équilibre allouée à cet établissement pour l’année


2009 permettra à cette école de contribuer à travers l’initiative 10.000
ingénieurs au développement de la recherche scientifique dans le domaine de
l’industrie minérale ainsi qu’à l’amélioration de la formation des élèves -
ingénieurs. Elle permettra également, dans le cadre de l’ouverture de cet
établissement sur son environnement économique et social, tant national
qu’international, l’acquisition des équipements adaptés aux nouveaux besoins
de formation.

CNESTEN : Une subvention de 100 MDhs est accordée à cet établissement


au titre de l’année 2009 en vue de lui permettre de poursuivre son programme
d’équipement des laboratoires notamment en système de détection et
d’équipements d’irradiation et d’imagerie neutronique.

II.2.2- Eau et Environnement

L'enveloppe budgétaire globale affectée au Secrétariat d'Etat auprès du


Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement chargé de l'Eau et
de l’Environnement au titre de l'année 2009 s'élève à 3.283.554.000 DH répartis
comme suit:

II.2.2.1- Eau
L'enveloppe budgétaire affectée au domaine de l’Eau au titre de l'année 2009
s'élève à 2.490.596.000 DH répartis comme suit:

Dépenses de personnel……...…………………………. 292.692.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 34.925.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 2.162.979.000 DH

1- AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES

Recherche et Planification de l'Eau

Afin de disposer de la visibilité nécessaire et en vue d’assurer une meilleure


programmation des opérations dans le secteur de l’eau, des études stratégiques
d’envergure nationale sont menées :

Le Plan National de l’Eau, document stratégique de référence pour


tous les intervenants dans le secteur dans la mesure où il arrête les
objectifs à long terme et définit les modalités de leur réalisation. Ledit
plan qui est actuellement finalisé sera soumis, pour approbation, à la
prochaine session du Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat ;

NOTE DE PRESENTATION 125


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le Plan National de protection de la Qualité des Ressources en Eau


qui vise la définition d’objectifs de la qualité de l’eau, l’identification des
actions à entreprendre et la mise en place des structures et des
mécanismes adéquats pour la concrétisation des projets et dispositions
préconisés ;

L’étude du Plan National de protection contre les inondations permet


d’identifier les sites exposés aux risques liés aux fortes crues, de
définir les niveaux de priorité et d’urgence, de recommander les
remèdes appropriés et de planifier leur mise en œuvre. Un plan
d’action de lutte contre ce phénomène a été établi. Il concerne les 50
sites inondables les plus prioritaires sur les 390 déjà identifiés.

Extension du patrimoine hydraulique

Les efforts de mobilisation des eaux de surface ont permis d'accroître la


capacité de stockage des installations et ouvrages hydrauliques. En effet, le nombre
de grands barrages réalisés à fin 2007 s’élève à 118 pour un volume d’eau stocké de
17,3 Milliards de m3 contre 15,6 Milliards de m3 à fin 2002.

Les principales actions programmées portent sur:

Le lancement de cinq nouvelles infrastructures hydrauliques:

• Le barrage Sidi Abdellah dans la province de Taroudant d’un coût


de 440 MDH, permettra l’irrigation des opérimètres situés à l’aval,
la recharge de la nappe du Souss, l’abreuvement du cheptel ainsi
que la protection des zones avales contre les crues ;

• Le Barrage Hilala dans la province de Chtouka Ait Baha devra


permettre l’alimentation en eau potable des populations
avoisinantes, l’abreuvement du cheptel et l’irrigation des périmètres
situés à l’aval. Le coût de cette infrastructure est estimé à
230 MDH ;

• Le barrage Guenfouda dans la Wilaya d’Oujda, d’un coût évalué à


200 MDH, aura pour objectifs de protéger la ville d’Oujda et des
zones avoisinantes contre les inondations causées par les crues de
l’oued Isly ;

• Le barrage Tiouine dans la province d’Ourzazate permettra


l’alimentation en eau potable de la population et l’irrigation des
périmètres à l’aval du barrage ainsi que l’écrêtement des crues et la
protection du barrage Mansour Eddahbi contre l’envasement. Le
coût de cette infrastructure s’élève à 550 MDH ;

NOTE DE PRESENTATION 126


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

• Le barrage Dar Khrofa dans la province de Larache permettra


l’irrigation des périmètres de la zone nord du bas Loukkos, la
protection de la vallée de l’oued Maghazine contre les crues et
l’alimentation en eau potable des communes rurales situées près
du barrage. Le coût de ce barrage est évalué à 715 MDH.

La poursuite des travaux de construction des ouvrages suivants:

• Le barrage Moulay Bouchta devant permettre de sécuriser


l’approvisionnement en eau potable de la ville de Chefchaouen,
alimentée actuellement à partir de la source Ras El Ma dont le débit
est fortement influencé par la sécheresse. Le coût de cet ouvrage
est estimé à 210 MDH ;

• Le barrage Mazer et le complexe hydraulique Koudiat El Garn et


Tamdroust dans la région de la ville de Berrechid. Ces ouvrages,
dont le coût total est estimé à 700 MDH, seront destinés à
contribuer à la protection contre les inondations de cette ville et des
infrastructures avoisinantes. La date d'achèvement de ces
ouvrages hydrauliques est prévue pour l'année 2010 ;

• Le barrage Martil situé sur l'Oued Mhijrate à 15 Km de la ville de


Tétouan. Ce barrage dont le coût est estimé à 900 MDH disposera
d'une capacité de stockage de 120 Mm3 et permettra la
régularisation de 60 Mm3 par an. Il est destiné à sécuriser
l'alimentation en eau potable de la ville de Tétouan au-delà de
l'horizon 2030, irriguer les casiers de la petite et moyenne
hydraulique situés à l'aval sur une superficie de plus de 1000 ha et
contribuer à la protection de la ville de Tétouan et de la vallée de
Martil contre les inondations récurrentes. La date prévue pour
l'achèvement de ce projet est fixée pour 2012 ;

• Le barrage Taskourt dans la Province de Chichaoua. Cet ouvrage,


dont le coût de construction estimé à 500 MDH, est destiné à
régulariser à hauteur de 24 Mm3 les eaux de l'Oued Assif El Mal
pour l'irrigation, à alimenter en eau potable les populations
avoisinantes et à protéger la zone contre les inondations. La date
d'achèvement des travaux de ce barrage est fixée pour l'année
2011 ;

• Le barrage Tamalout dans la province de Khénifra permettra de


régulariser les apports de l’oued Ansgmir dans le haut bassin de la
Moulouya aux fins de l’irrigation d’un périmètre de 5.000 ha et
l’alimentation en eau potable des agglomérations avoisinantes. Son
coût est estimé à 350 MDH ;

NOTE DE PRESENTATION 127


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

• Le barrage Zerrar sur oued Lksob dans la province d’Essaouira,


d’un coût évalué à 600 MDH, aura pour objectifs de protéger la baie
et la plage d’Essaouira contre les inondations et la pollution des
eaux de crues, l’alimentation en eau potable et industrielle de la
ville et des centres avoisinants et l’irrigation du périmètre de Ksob
d’une superficie de 1.500 ha ;

• Le barrage Timikt permettra l’alimentation en eau potable de la


population et l’irrigation des périmètres de la région de Tinejdad
dans la province d’Errachidia ainsi que la recharge de la nappe de
cette région. Le coût de cette infrastructure s’élève à 255 MDH ;

• Le barrage Sehb El Merga dans la Province de Boulemane. Cet


ouvrage, dont le coût est estimé à 115 MDH, a pour but principal la
protection du Centre de Guigou contre les inondations,
l'alimentation en eau potable des centres avoisinants et l’irrigation
du périmètre en aval. Les travaux de ce barrage seront achevés à
la fin de l'année 2008.

Protection contre les inondations

L'intervention du département dans le domaine de la protection contre les


inondation a évolué d'un simple soutien aux autorités locales, comme à El Hajeb,
Berkane, Sefrou et l'Ourika, à une prise d'initiative pour protéger les zones touchées
par les inondations notamment la région centre: Moahammedia, Settat, Ben Ahmed,
Berrchid, Casablanca et l'Aéroport Mohamed V et les villes de Tan Tan, Zaïo, Oued
Zem, Ksar Kbir, Chichaoua, Boujaâd et Skhirat. Il convient de noter que les
opérations sont arrêtées en concertation avec le Ministère de l'Intérieur et les
collectivités locales et régionales concernées et exécutées en partenariat et avec le
concours financier de ces entités.

Alimentation des populations rurales en eau potable

Durant les dernières années, les efforts déployés pour alimenter les
populations rurales en eau potable, à travers le PAGER, ont permis de faire
bénéficier une population additionnelle de plus de 2.800.000 habitants de ce service,
portant ainsi le taux d'accès à l'eau potable rurale de 62% en 2004 à 90% à fin 2007.
Les travaux entrepris ont porté sur:

le creusement de puits, de forages d'exploitation et de reconnaissance;

l'aménagement de points d'eau en moyens d'exhaure;

l'aménagement de sources ainsi que la construction d'ouvrages de


stockage et de distribution d'eau;

la desserte des populations à partir des adductions régionales.

NOTE DE PRESENTATION 128


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le programme d'action pour l'année 2009 porte sur la poursuite des travaux
d'alimentation en eau potable des populations rurales dont les travaux prévus
jusqu’à la fin de 2008 auront contribué à assurer l'accès à l'eau potable à plus de
2.220 localités regroupant 1,54 Millions d'habitants, soit un taux d'accès de 90 %.

Maintenance et entretien des ouvrages hydrauliques

Dans le domaine de la sauvegarde du patrimoine hydraulique, en plus des


actions courantes de maintenance et d'auscultation des ouvrages, une dizaine de
barrages ont fait l'objet d'opérations consistantes d'entretien de leurs ouvrages de
génie civil ou de leurs équipements électromécaniques. Dans ce cadre, les
opérations suivantes sont réalisées:

Les travaux de désenvasement du Barrage Mechra Hamadi, mis en


service en 1955. Ces travaux visent l’extraction de 5 Mm3 de vase en
trois tranches pour un coût global de 150 MDH et ce afin d'atteindre
une capacité utile avoisinant les 9,1 Mm3 ;

Les travaux de confortement du barrage Abdel Moumen, situé dans la


province de Taroudant. Le coût global de ces travaux s'élève à 270
MDH.

Soutien aux Agences de Bassins hydrauliques

L’Etat continue son appui aux Agences de Bassins Hydrauliques par le


renforcement de leurs capacités en vue de leur permettre d'accomplir les missions
qui leur sont assignées par la loi 10-95 sur l'eau.

Les contributions financières et l'assistance technique apportées à ces


établissements permettront de poursuivre les études pour l'actualisation des Plans
Directeurs d'Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) et de
cofinancer des projets concernant l'épuration des eaux usées et la préservation de la
qualité des ressources en eau, la protection contre les inondations et la promotion
des techniques et systèmes d'économie d'eau notamment dans le domaine de
l'irrigation.

Autres Actions

Outres les actions précitées, le département chargé de l’Eau réalisera au titre


de 2009 les actions suivantes :

la poursuite des travaux et études de protection des berges, de


calibrage des cours d'eau, de lutte contre l'envasement, de la qualité
de l'eau et de prévention de la pollution ;

L'extension et l'aménagement du patrimoine hydraulique par la


réalisation de travaux de forages et puits pour l'alimentation en eau

NOTE DE PRESENTATION 129


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

potable, industrielle et d'irrigation ainsi que la reconnaissance et


l'évaluation des ressources en eau souterraines particulièrement dans
les régions déficitaires ;

La mobilisation, la reconnaissance et l'évaluation des ressources en


eau souterraines dans les provinces du sud du Royaume par le
creusement de forages et puits pour l'alimentation en eau potable et
d'irrigation dans le cadre de partenariats avec le Ministère de l'Intérieur
et l'Agence de Développement Economique et Social des Provinces du
Sud.

2- METEOROLOGIE

Les efforts déployés par la Direction de la Météorologie Nationale (DMN) sont


dictés par l’impératif d’une meilleure maîtrise des sciences de l’atmosphère, du climat
et leur interaction avec l’activité humaine pour mieux contribuer au développement
socio-économique du pays, à la préservation de l’environnement et à la protection
des biens et des personnes contre les risques du climat.

Les investissements consentis durant les trois dernières années ont porté sur:

la mise en service de deux nouvelles stations d’observation météorologique


ainsi que la mise en conformité aux standards internationaux de nombreuses
unités de mesure et de suivi météorologiques, l’automatisation des moyens
d’observation des principales stations d’observation aéronautiques, terrestres
et maritimes, notamment celles de l’Aéroport Mohammed V, Laâyoune,
Dakhla, Meknes, Ifrane, Ouarzazate et Errachidia;

la mise à niveau du réseau Radars composé de cinq unités;

la mise en service de deux stations de réception par satellite;

l’installation d’un système de détection et de suivi de phénomènes orageux;

la modernisation et le renforcement des moyens de télécommunications et


systèmes d’information pour accroître l’efficience et l’efficacité et susciter la
mise à niveau des entités territoriales.

Cette direction poursuivra ses efforts au titre de l'année 2009 en vue d'adapter
ses prestations aux besoins de ses utilisateurs en matière de sécurité
météorologique, d'optimisation des activités économiques ou d'information du grand
public. Pour ce faire ladite direction vise donc à consolider les progrès acquis dans le
domaine météorologique notamment par l'installation au niveau de son réseau
météorologique, d'équipements de télémesure et de télédétection en vue de disposer
d'informations et données climatologiques, agro météorologiques et aériennes en
temps réel.

NOTE DE PRESENTATION 130


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Les actions prévues à ce titre portent notamment sur:

la promotion de la recherche en matière de climatologie;

la mise à niveau du réseau Radar météorologique;

l'approfondissement des connaissances sur les caractéristiques climatiques


du pays et sur les mécanismes qui régissent le climat;

l'exploitation de nouvelles techniques de surveillance du climat et des


méthodes de prévisions à moyen et long terme par la mise à niveau et le
développement du réseau radar et le renforcement de son infrastructure
technique en vue d'améliorer le système d'alerte aux phénomènes
météorologiques dangereux;

le développement des applications de la climatologie dans les divers


domaines d'activités socio-économiques.

Par ailleurs, la Direction de la Météorologie Nationale poursuit également ses


efforts de recherche à travers les principaux programmes suivants:
le programme "Al Moubarak" pour la prévision à 3 mois de la tendance
pluviométrique sur le Royaume;

le programme "Al Ghaît" qui vise à augmenter les précipitations par la


modification artificielle du temps;

le programme "Al Bachir" pour le développement de la prévision numérique du


temps;

les programmes d'application sectorielle de la météorologie relatifs à l'agro-


météorologie, la biométéorologique et l’hydrométéorologie.

II.2.2.2- Environnement

L’enveloppe budgétaire allouée au domaine de l’Environnement au titre de


l’année 2009 s’élève à 792.958.000 DH répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………. 35.108.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses…… 13.850.000 DH
Dépenses d'investissement……………………… 744.000.000 DH

Le programme d’investissement dans ce domaine porte essentiellement sur la


poursuite des projets et actions ci-après:

La poursuite du Plan National d’Assainissement Liquide et d'Epuration des


Eaux Usées (PNA) ayant pour l’objectif de résorber le retard enregistré dans

NOTE DE PRESENTATION 131


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

le secteur de l’assainissement liquide, de restaurer la qualité des eaux,


d’atteindre un taux de raccordement global au réseau d’assainissement de
80% et de rabattre la pollution de 60% à l’horizon 2015. Le département a
contribué au financement du PNA à hauteur de 150 MDH en 2006, de 200
MDH en 2007, de 250 MDH en 2008 et prévoit une contribution d'un montant
de 400 MDH au titre de l'année 2009 en sus des contributions du Ministère de
l’Intérieur et des collectivités locales;

Le lancement effectif du Plan National de Gestion des Déchets Ménagers


(PNGDM) ayant pour objectifs, durant les 15 prochaines années, (i) d’assurer
la collecte et le nettoiement des déchets ménagers dans les agglomérations et
atteindre un taux de collecte de 90% au lieu de 70% actuellement, (ii) de
réaliser des décharges contrôlées des déchets ménagers et assimilés au profit
de toutes les communes et centres urbains, (iii) de réhabiliter toutes les
décharges existantes et de professionnaliser la gestion de ce secteur dans les
agglomérations présentant un intérêt économique pour les opérateurs privés.
Le coût du programme est estimé à 37 Milliard de DH. La contribution de l’Etat
à ce programme est passée de 300 MDH en 2008 à 400 MDH répartie entre
ce département pour un montant de 200 MDH et les collectivités locales pour
une enveloppe de 200 MDH.

La mise en œuvre du Programme National de mise à niveau


Environnementale des Ecoles Rurales, au profit d’environ 2 millions d’écoliers.
Ce programme est conçu pour atteindre deux objectifs principaux, en
l’occurrence (i) l’amélioration de l’environnement et du cadre de vie au sein
des écoles rurales par la mise en place des infrastructures
d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement au niveau des
écoles et (ii) la formation sur le développement durable au niveau des écoles
rurales. Le coût global dudit programme national est estimé à 985 MDH réparti
entre la composante éducation pour 105 MDH, la composante eau potable
pour un coût de 270 MDH et la composante assainissement dont le coût est
évalué à 610 MDH.

La mise en œuvre du programme de mise à niveau environnementale des


mosquées et des écoles coraniques en collaboration avec le Ministère des
Habous et des Affaires Islamiques, à travers des actions d’assainissement,
d’approvisionnement en eau potable, d’éducation environnementale
et de sensibilisation.

La poursuite des travaux des projets pilotes en matière de protection de


l’environnement et des ressources naturelles ;

l’élaboration des programmes de lutte contre la pollution atmosphérique au


niveau des grandes villes ;

le renforcement du Fonds de Dépollution Industrielle (FODEP) en tant


qu’instrument incitatif de dépollution industrielle.

NOTE DE PRESENTATION 132


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

La mise en œuvre des conventions de partenariat entre le département


chargé de l’Eau et les régions en matière de protection et de valorisation de
l’environnement local pour améliorer l’environnement et le cadre de vie des
citoyens.

Le lancement et la réalisation d’observatoires régionaux de l’environnement


au niveau de toutes les régions en vue de les doter d’instruments techniques
d’observation, de suivi et d’évaluation de l’état de l’environnement.

En outre, l’accompagnement des projets et actions précités se traduira par le


renforcement du cadre réglementaire et des outils de suivi, d’évaluation et
d’observation.

III.SECTEURS PRODUCTIFS

III.1- Agriculture et Pêche Maritime

Le montant total des crédits alloués au profit du ministère de l’Agriculture et de


la Pêche Maritime au titre de l’année 2009 s’élève à 6.904.576.000 DH se
répartissant comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 890.077.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 1.108.441.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 4.353.058.000 DH
Comptes Spéciaux du Trésor………………………….. 553.000.000 DH

III.1.1- Domaine de l’Agriculture

L’enveloppe budgétaire prévue au profit du domaine de l’Agriculture pour


l’année 2009 s’élève à 6.326.296.000 DH répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 753.871.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 1.014.425.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 4.005.000.000 DH
Comptes Spéciaux du Trésor………………………….. 553.000.000 DH

Cette enveloppe qui s’inscrit en augmentation de près de 58% par rapport à


l’année 2008 est destinée d’une part au lancement du Plan Maroc Vert qui a été
présenté à sa Majesté le Roi en avril 2008 et d’autre part à la poursuite des
programmes d’amélioration de la compétitivité des diverses filières du secteur
agricole, le développement équilibré entre les différentes régions du Royaume et la
consécration du rôle du secteur agricole dans le développement économique et
social du pays.

Les principaux projets et programmes prévus au titre de 2009 concernent :

NOTE DE PRESENTATION 133


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

1- Le démarrage du Programme Maroc Vert dont les principales composantes


sont :

le développement des filières à haute valeur ajoutée telle que les agrumes,
l’olivier, l’arboriculture et les maraîchages et des filières à haute productivité
telles que l’arboriculture, les maraîchages, la céréaliculture en bour favorable,
le lait et la viande ;
la réalisation de programmes ambitieux d’économie d’eau d’irrigation à
travers la conversion en irrigation localisée de près de 22.600 Ha dans les
périmètres collectifs et individuels et ce dans le cadre du Programme National
d’Economie d’Eau en Irrigation (PNEEI) ainsi que le rattrapage du décalage
entre les superficies équipées en réseau d’irrigation et celles dominées par les
barrages en service et l’aménagement de périmètres de petite et moyenne
hydraulique ;

la mise en œuvre de projets sociaux s’articulant autour de :

la reconversion à l’olivier;

l’intensification des filières animales ovine et végétale notamment les


céréales, les vergers et les périmètres oasiens ;

la diversification de niches autour des filières comme l’apiculture, le


safran et le petit élevage ;

L’amélioration des Conditions d’investissement et la dynamisation de


l’interprofession à travers notamment le développement de l’investissement
et l’appui aux organisations interprofessionnelles en matières de formation,
de commercialisation, de communication.

Ce Plan ambitieux sera accompagné d’une série de réformes dont les


principales sont :

La réorganisation des services du département chargé de l’agriculture tant au


niveau central qu’extérieur dans la perspective de renforcer les prérogatives
des services extérieurs ;

La création de l’Agence de Développement Agricole sous forme


d’établissement public à l’effet d’entreprendre toutes les actions permettant de
faciliter la mise en œuvre du plan Maroc Vert et d’assurer son suivi ;

La redéfinition des missions des chambres d’agriculture pour leur permettre de


jouer le rôle de conseil en matière de politique agricole et de contribuer aux
programmes de développement de l’agriculture ;

NOTE DE PRESENTATION 134


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

La création de l’Office National de la Sécurité sanitaire des Aliments devant


regrouper les prérogatives de mise en œuvre de la politique du gouvernement
dans le domaine de la sécurité sanitaire des produits agricoles et de la
protection de la santé animale et végétale, de prévention, de sensibilisation et
d’information sur les risques liés à la consommation de certains aliments ou
l’utilisation de certains produits agricoles ;

L’implication des partenaires concernés pour la mise à niveau des filières de


production à travers la conclusion de contrat- programmes pluriannuels fixant
les engagements réciproques, les objectifs à réaliser dans notamment les
secteurs de l’aviculture, des agrumes, de la production de sucre.

2- La poursuite de l’effort d’incitation à l’investissement agricole privé :

La consécration du rôle du Fonds de Développement Agricole en tant


qu’instrument d’appui à la mobilisation de l’investissement privé destiné à la mise à
niveau de l’outil de production et l’amélioration de la compétitivité du secteur agricole.
La revalorisation des diverses aides financières et l’amélioration des procédures et
circuits de paiement desdites aides aux agriculteurs bénéficiaires sont de nature à
développer ce rôle.

Les principaux objectifs recherchés à travers l’appui financier dudit fonds


sont :

la reconversion à l’irrigation localisée pour une utilisation efficiente des


ressources en eau et la réduction des charges d’exploitation ;

la sécurisation de la production céréalière contre la sécheresse grâce à


l’utilisation des semences céréalières certifiées et la poursuite du programme
pilote d’assurance des céréales ;

L’amélioration du taux de mécanisation des exploitations ;

l’intensification des productions animale et végétale ;

L’encouragement des exportations agricoles et la diversification des marchés


extérieurs ;

la valorisation de la production agricole par la construction de stations de


conditionnement, d’entrepôts frigorifiques et de magasins de stockage des
céréales.

3- L’aménagement et la réhabilitation des périmètres d’irrigation :

Les principales actions retenues au titre de 2009 portent sur :

NOTE DE PRESENTATION 135


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

L’achèvement des travaux d’aménagement hydro-agricole sur une superficie


de 3 240 ha du périmètre Sahla dans la province de Taounate entamé en
2005 et la mise en eau progressive du périmètre ;

la réalisation de la tranche annuelle du Projet de développement de la Petite


et Moyenne Hydraulique dans les provinces du Nord financé par la KFW et
l’AFD comportant notamment l’achèvement des travaux d’aménagement
hydro-agricole sur 3.000 ha et la poursuite des travaux sur 1 166 ha ;

L’achèvement des travaux d’aménagement hydro-agricoles au niveau des


provinces d’Azilal (4 100 ha), Khénifra (3 400 ha) et El Haouz (3 600 ha) dans
le cadre du Projet de développement rural intégré centré sur la PMH (DRI-
PMH) financé par la Banque Mondiale et le lancement de l’étude relative à la
préparation de la deuxième phase du projet en question;

la sauvegarde des Périmètres de PMH concernera une superficie de 6.500 ha


de moyenne hydraulique, de 6.600 ha de petite hydraulique, de 6500 ha
d’épandage des eaux de crues et de 2.900 ha de réparation de dégâts de
crues et la poursuite et le lancement des travaux de réhabilitation des
périmètres de PMH dans les zones du Souss-Massa, du Tadla, du Tafilalet,
du Haouz, du Ouarzazate et de la Moulouya ;

La poursuite du programme annuel de maintenance des périmètres d’irrigation


en vue d’améliorer l’efficience du réseau d’irrigation ;

le programme des études pour l’année 2009 concernera la gestion déléguée


du service de l’eau au niveau des périmètres des ORMVA de Tadla, des
Doukkala et du Gharb, l’aménagement hydro-agricole des secteurs Est 3-Est
5 et Z6 de la TTI dans le Gharb, et de la zone côtière et centrale du même
périmètre.
En outre, d’autres études sont prévues et concernent les périmètres
d’épandage des eaux de crue et des périmètres à irriguer par les eaux usées de
Guelmim ainsi que le périmètre Ait Ouirrach (Beni Mellal), Ras El Ain à Oujda,
Touiltest à Khouribga et des périmètres des eaux de crues à Assa Zag.

Il est également prévu la poursuite du programme d’études d’aménagement


de la 2eme tranche du Moyen Sebou, du périmètre Bouhouda sur 2 800 ha,
périmètre Ouergha sur 11 000 ha et périmètre Ouergha Aval dans le cadre de la
résorption du décalage entre les superficies équipées et celles dominées par les
barrages :

4- La mise en œuvre selon une démarche participative de projets de


développement rural intégré en zone bour adaptés à la vocation régionale et
répondant aux attentes des populations rurales concernées

Les projets prévus au titre de l’année 2009 sont les suivants :

NOTE DE PRESENTATION 136


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’achèvement des travaux de réhabilitation de 550 ha de PMH, des travaux de


Défense et Restauration du Sol dans des zones à vocation fruitière sur 600
ha, et d’ouverture et de stabilisation de 12 km de pistes rurales ainsi que
l’aménagement et l’équipement de 15 points d’eau potable et la formation des
membres des association des usagers d’eau d’irrigation dans le cadre du
Projet de développement rural des zones montagneuses de la province d’Al
Haouz financé par le Fonds International de Développement Agricole (FIDA);

la poursuite du Projet de développement rural intégré de mise en valeur des


zones bour (DRI-PMVB) réalisé avec le concours financier de la Banque
Mondiale et dont les principales actions prévues en 2009 sont:

l’aménagement et la construction de séguias et de canaux d’irrigation


et de khettara pour l’irrigation de près de 2.900 ha de PMH répartis
sur les province de Boulemane, Tata , Errachidia, taroudante et Sidi
Kacem ;

l’aménagement de points d’eau et la construction de citernes


enterrées ;

les travaux de Défense et Restauration du Sol dans des zones à


vocation fruitière sur 450 ha et d’aménagement fonciers sur 1.700 ha ;

l’aménagement et le développement des zones pastorales par la mise


en défends, l’installation de mises en repos et de 10 parcelles
semencières sur une superficie globale de près de 38.000 ha.

la poursuite du Projet de développement rural dans le moyen Atlas Oriental


(DR-MAO) au niveau de la province de Boulemane pour un coût global de
306 MDH dont les principales actions programmées au titre de 2009 portent
sur :

le renforcement des capacités locales par l’organisation de sessions de


formation et de sensibilisation au profit des bénéficiaires et des
techniciens ;

la réhabilitation de périmètres de PMH ;

la conservation des eaux et des sols et l’amélioration sylvo-pastorale;

le développement des productions animales et végétales à travers le


renforcement du quadrillage sanitaire, l’amélioration génétique, le
développement de l’arboriculture fruitière et la promotion du
partenariat ;

NOTE DE PRESENTATION 137


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la stabilisation des berges et la correction des ravins sur 56 000 m3, la


confection de murettes et de banquettes fruitières sur 600 ha.

Des travaux d’aménagement de séguias, d’épierrage et de remembrement


seront réalisés dans le cadre des 5 projets de mise en valeur en bour à
Missour à Boulemane, Ansergrim à Khénifra, Ain Kansara à Fès, Ait
Naamane-Ikkadar à El Hajeb .

la poursuite du Projet de développement intégré de Ouijjane dont les


principales opérations programmées portent sur la réhabilitation de séguias,
des ouvrages de captage et de dérivation et la correction de ravins et la
protection des berges, la création et l’équipement de points d’eau ,
l’immatriculation de 800 ha de terres agricoles et l’intensification et la
valorisation de la production végétale et animale.

la réalisation dans le cadre du projet de développement rural intégré des


zones de montagne de la province d’Errachidia financé par le FIDA des
opérations de réhabilitation de séguias, d’aménagement de sources d’eau et
de Khéttaras , des travaux de correction des ravins et de stabilisation des
berges ainsi que des actions d’intensification de la production végétale et
animale et la promotion du micro- crédit.

la réalisation des études et des travaux de remembrement sur une superficie


de 14.500 ha dans les province de Taounate (secteur de Mkansa) et de Safi
(secteur Bkhatit).

5- Le renforcement de l’enseignement supérieur et technique agricole de la


formation et l’intensification des programmes de recherche et de transfert
de technologie.

Dans ce cadre, il est prévu :

la poursuite de l’effort d’amélioration des conditions de l’enseignement dans


les établissements d’enseignement supérieur par l’aménagement et
l’équipement des espaces pédagogiques et estudiantins dans le cadre de la
mise en œuvre du programme relatif à l’initiative de 10.000 ingénieurs à
l’horizon 2010 ;

le démarrage du programme de formation par apprentissage des jeunes


ruraux en partenariat avec le ministère chargé de l’Emploi dans l’objectif
d’assurer la formation de 60 000 jeunes ruraux, filles et fils d’agriculteurs à
l’horizon 2012 à l’effet de répondre aux besoins du secteur de l’agriculture en
main d’œuvre qualifiée ;

le renforcement du dispositif d’insertion en agriculture, en vue d’une meilleure


employabilité des lauréats de la formation agricole notamment par le

NOTE DE PRESENTATION 138


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

développement du partenariat avec les acteurs oeuvrant dans le domaine de


l’insertion et avec les organisations professionnelles agricoles ;

l’adoption progressive de l’approche par compétence en matière


d’enseignement technique et de la formation Professionnelle avec la
perspective d’en assurer sa généralisation à l’ensemble des établissements
de formation professionnelle agricole ;

En matière de recherche agricole, la priorité sera accordée à la réalisation de


programmes de recherche visant à mettre au point des technologies adaptées
aux exigences régionales et aux réalités socio-économiques des exploitations
avec pour objectif l’amélioration de la productivité du secteur et son
développement durable.

Ces programmes seront appuyés par l’organisation de la sixième édition du


Grand Prix Hassan II pour l’invention et la recherche dans le domaine agricole dans
le but d’encourager l’invention et l’innovation ainsi que par l’organisation de la
quatrième édition du salon International de l’Agriculture au Maroc.

En matière de vulgarisation agricole, il sera procédé à la mise à niveau des


Centres de Travaux par la réhabilitation et l’aménagement des bâtiments et
l’équipement en moyens matériels en vue de permettre à ces organismes de
jouer le rôle d’encadrement des agriculteurs.

Par ailleurs, les programmes de vulgarisation agricole seront renforcés grâce à


des sessions de formation au profit des vulgarisateurs et des agriculteurs, à
l’organisation de manifestations agricoles, la promotion des activités génératrices
de revenues au profit de la femme rurale et la réalisation des essais –
démonstrations.

6 – Le programme de développement des filières de production végétale au


titre de l’exercice budgétaire 2009 sera axé sur les interventions
suivantes :

la poursuite de la réalisation du projet pilote d’intégration de la filière de blé


tendre entamé depuis 2004/2005 et la mise en oeuvre d’un programme de
recherche pour l’amélioration de la qualité des variétés nationales de blé dur ;

l’appui au développement agricole dans les zones de projets de mise en


valeur en bour ainsi que le lancement d’un nouveau projet de développement
du cactus sur 6000 ha dans la zone des Rhamnas ;

Le démarrage du projet de réhabilitation et de développement des oasis de


Tata dans le cadre du programme de Coopération Maroco-Belge et le
lancement du programme d’établissement des normes de fertilisation, dans le
cadre d’une convention avec l’Office Chérifien des Phosphates ;

NOTE DE PRESENTATION 139


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Dans le domaine de l’horticulture, il est prévu de consolider les efforts


entrepris dans le cadre des programmes en cours, notamment le Plan
National Oléicole, le Plan National de Restructuration de la Palmeraie et le
programme de mise à niveau de la filière agrumicole. En plus, des actions
importantes sont prévues en matière de développement des rosacées
fruitières, du caroubier, du figuier, de la vigne et des cultures maraîchères ;

L’appui à la mise à niveau des filières du sucre et agrumes conformément


aux contrats programmes conclus entre le gouvernement et l’interprofession.

7- Le développement de la production animale à travers les principales actions


citées ci-après:

le renforcement des programmes de vaccination du cheptel contre les


maladies contagieuses notamment la clavelée, la Bluetongue, le charbon et la
variole et la poursuite de l’opération de dépistage de la tuberculose et de la
brucellose au niveau de la zone de Souss;

le contrôle sanitaire des produits animaux et d’origine animale et des produits


de la pêche destinés à l’exportation et au marché locale ainsi que le Contrôle
des lieux de la restauration collective sociale et commerciale pour protéger la
santé des citoyens ;

amélioration de la productivité du cheptel grâce à l’amélioration de la conduite


des troupeaux bovins laitiers et l'extension de la technique d'insémination
artificielle, la formation des éleveurs et la préservation des races locales et
l’appui aux organisations professionnelles dans le cadre du partenariat ;

l’aménagement et le développement des terrains de parcours dans les zones


à vocation pastorale notamment les Plaines et Plateaux Nord Atlasiques
regroupant les provinces de Marrakech, El kelaa des Sraghna, Safi et
Chichaoua, et dans la région Guelmim-Smara;

la poursuite de la réalisation du Projet de Développement de l'Elevage et des


Parcours de l'Oriental phase II et l’achèvement du Projet de Développement
Rural de Taourirt – Tafoughalt. Ces deux projets ont pour objectif
l’amélioration des revenus des éleveurs de ces zones et la préservation des
ressources naturelles à travers des opérations d’amélioration des terrains de
parcours et des conditions d’abreuvement et d’encadrement sanitaire du
cheptel ;

la poursuite des programmes de développement de la race chevaline à travers


le renforcement de l’encadrement des éleveurs, l’amélioration génétique et
l’organisation de manifestations hippiques.

NOTE DE PRESENTATION 140


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le programme d’action 2009 comportera également :

les interventions en matière de protection des végétaux , de contrôle et


certification des semences et plants, de la répression des fraudes ainsi que
des opérations d’assistance technique et de formation des techniciens et des
utilisateurs des pesticides au titre du programme africain de destruction des
pesticides périmés ;

la mise à niveau des chambres d’agriculture à travers l’aménagement de leur


siège, leur équipement en matériel informatique et bureautique;

la réalisation d’enquêtes statistiques et d’études agro économiques et la


préparation du recensement général de l’agriculture prévu en 2010 ;

l’acquisition et la mise en place d’un système d’information de gestion des


ressources humaines, la réalisation des actions d’assistance et de formation
au profit des utilisateurs provinciaux et le rehaussement des capacités
managériales et techniques du personnel ;

la réalisation des travaux de construction des bâtiments administratifs,


d’aménagement et d’entretien et la poursuite des efforts de modernisation de
l’administration par l’équipement en matériel informatique, en véhicules
utilitaires et matériel et mobilier de bureau.

III.1.2- Domaine de la Pêche Maritime

L’enveloppe budgétaire globale allouée au domaine de la Pêche Maritime au


titre de l’année budgétaire 2009 s’élève à 578.280.000 DH ventilée comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 136.206.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 94.016.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 348.058.000 DH

Le programme d’investissement de ce département s’inscrit dans le cadre de


la stratégie sectorielle 2008-2011 visant la préservation des ressources biologiques
et leurs écosystèmes marins par une pêche responsable et une gestion durable des
espèces biologiques et la promotion des conditions socio- professionnelles et
économiques des gens de la mer notamment à travers la réalisation de sites de
pêches le long du littoral national. Il s’agit d’un programme tendant d’une part, à
mettre en place une vision sectorielle à moyen terme et selon une approche intégrée
et d’autre part inscrire l’action du département dans une dynamique de compétitivité
et de modernisation dans une perspective d’amélioration des exportations et partant
de la valeur ajoutée du secteur. Les principaux axes de développement du secteur
de la pêche portent sur :

La préservation de la ressource halieutique et des écosystèmes notamment à


travers une pêche responsable et une gestion plus efficace des espaces
maritimes ;

NOTE DE PRESENTATION 141


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le renforcement de la contribution du secteur à la sécurité alimentaire et


l’amélioration de sa valeur ajoutée dans l’économie nationale ;

L’encouragement des opérations de partenariat et l’amélioration des


conditions socioprofessionnelles des gens de la mer.

Le programme d’investissement de ce département, pour l’année 2009,


s’articule autour des principaux domaines ci-après :

Dans le domaine d’appui à la pêche artisanale et côtière : il s’agit de


poursuivre la réalisation du programme national d’aménagement du littoral qui vise la
réalisation d’infrastructures de pêche sous forme de micro-pôles de développement
local ayant pour objectifs la promotion et le développement de la pêche artisanale
ainsi que la sédentarisation de la population des pêcheurs et l’amélioration de leurs
conditions de vie et de leurs revenus. Les objectifs ciblés dans ce cadre, consistent
en la stabilisation de l’effort de pêche, la valorisation des produits capturés ainsi que
la traçabilité des produits débarqués

L’année 2009 sera marquée par le lancement des travaux de réalisation de


nouvelles infrastructures. Il s’agit de:

La réalisation d’un point de débarquement aménagé (PDA) sur le site


d’Inouarene dans la Province d’Al Hoceima au profit de 100 marins pêcheurs
exerçant sur 26 barques pour un coût global de 13 Millions de Dirhams et dont
les études architecturales ont été lancées ;

La réalisation d’un point de débarquement aménagé (PDA) sur le site de Oued


Laou relevant de la Province de Tétouan au profit des marins pêcheurs
opérant sur 29 barques. Ce projet a un coût estimé à 25 Mdhs dont 13 Mdhs à
la charge du département de la Pêche Maritime ;

La réalisation d’une digue de protection maritime pour le port de Fnideq et ce


en vue d’améliorer les conditions de sécurité d’entrée et de sortie en mer des
professionnels locaux. Le coût de réalisation de cet ouvrage est estimé à
60 MDhs.

Dans ce cadre, il est prévu sur la période 2008-2011 , la réalisation de points


de débarquement aménagés au niveau des sites de Tibouda (Nador) pour 46
barques,de Chemlala (Nador) pour 23 barques, de Cap sim (Essaouira) pour 50
barques, de Bhibih (Essaouira) pour 100 barques, de Bouregrag (Rabat –Salé) pour
100 barques, et de Chbika (Tan Tan) ainsi que la construction des villages de
pêcheurs de Chmaala (Chefchaouen), de Beddouza (Safi) et de Tifnit (Chtouka ait
Baha), d’inouarene (Al Hoceima) pour 26 barques, de Oued Laou (Tétouan) pour 29
barques, d’El Jadida pour 400 barques et 80 navires qui sera réalisé dans le cadre
d’une convention de partenariat entre l’Agence Nationale des Ports, l’Office National
des Pêches et le Département de la Pêche Maritime.

Le financement de ce programme est assuré par différentes sources


notamment le budget de l’Etat, le Fonds Hassan II pour le Développement

NOTE DE PRESENTATION 142


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Economique et Social, l’Agence pour le Développement des Préfectures et Provinces


du Sud du Royaume, l’Agence pour le Développement des Préfectures et Provinces
du Nord et l’Office National des Pêches.

Par ailleurs, il est prévu la poursuite de la restructuration et la mise à niveau


de la flotte de pêche artisanale à travers l’introduction de nouvelles unités
performantes en substitution aux unités vétustes. Ce programme réalisé en
partenariat avec l’Office National des Pêches (ONP) bénéficie du soutien de l’Union
Européenne.

Dans le cadre des efforts déployés par le Gouvernement en faveur du secteur


de la Pêche un programme de mise à niveau et de modernisation de la flotte
artisanale et côtière – Programme « IBHAR » a été mis en place à compter de 2008
sur une période de 4 ans au profit de 1.600 barques artisanales et 1.800 navires,
soit une population totale de pêcheurs d’environ de 100.000 pêcheurs. Ce
programme vise les objectifs suivants:

L’amélioration des conditions de travail et de sécurité des marins pêcheurs ;

L’introduction d’une nouvelle conception de construction navale favorisant


l’optimisation des espaces de conditionnement et d’entreposage des
captures ;

Le renforcement de la contribution du secteur de la pêche au développement


économique et social du pays à travers notamment une amélioration sensible
du niveau des revenus des marins pêcheurs et de leurs familles, un impact
positif aussi bien sur la production, la consommation interne que l’exportation
et des effets induits sur d’autres branches en l’occurrence celles de l’industrie
de valorisation des produits halieutiques à travers notamment un
approvisionnement en produits de pêche de qualité meilleure ;

Une meilleure adéquation entre le type de flotte et la ressource.

Ce programme de mise à niveau et de modernisation de la flotte de pêche


artisanale et côtière nécessite un investissement de 5 milliards de dirhams dont 1
milliard au titre de la contribution de l’Etat pour 740 MDH sous forme d’appui direct et
261 MDH sous forme de garantie des crédits bancaires destinés à financer les
acquisitions de bateaux de pêche.

Dans ce cadre, un fonds de garantie a été mis en place dont la gestion est
confiée par l’Etat à la Caisse Centrale de Garantie en vertu d’une convention entre le
département des Finances et ladite Caisse. Cette convention tend à permettre à la
Caisse Centrale de Garantie de garantir, dans la limite de 60%, les crédits bancaires
octroyés projets d’acquisition ou de mise à niveau éligibles au programme
« IBHAR ».

Dans le domaine de la protection de la ressource halieutique et de la


recherche scientifique : En plus du renforcement des opérations de contrôle des
débarquements, l’action dans ce domaine consiste à mettre en place des plans

NOTE DE PRESENTATION 143


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

d’aménagement en cas de surexploitation ou de plans de développement en cas de


sous production d’une zone ou d’une filière. Aussi, est- il prévu d’une part,
l’aménagement des pêcheries poulpières, des petits et grands pélagiques, des
grands thonidés et de la crevette merlue et d’autre part, le développement de la
pêcherie en eau profonde, de la pêcherie des petits pélagiques du stock C et de la
pêcherie des petits thonidés. Ces actions répondent à un besoin stratégique en vue
de préserver et de valoriser la ressource halieutique et de contribuer à la dynamique
de développement des zones concernées.

S’agissant de la recherche halieutique, une enveloppe de 56,35 MDH est


accordée à l’Institut National de Recherche Halieutique au titre de l’année 2009 en
vue de contribuer à la réalisation de son programme d’action qui porte notamment
sur :

le renforcement des capacités d’évaluation des potentialités des ressources


halieutiques ainsi que l’amélioration des connaissances sur la biologie et
l’écologie des ressources et la dynamique de leurs écosystèmes ;

la réalisation des études d’impact des mesures de gestion et de


développement relatives à l’évolution des stocks et des captures ;

la réalisation des campagnes de prospection et de surveillance continue du


littoral en vue d’assurer la salubrité du milieu marin à travers la mise en place
d’un réseau de stations de surveillance et de laboratoires de contrôle le long
du littoral ;

l’évaluation des potentialités du littoral national en matière d’aquaculture à


travers des études, recherches et expérimentations visant sa promotion et son
développement notamment en matière de reproduction en milieu contrôlé, de
diversification des espèces, de nutrition et de génétique ;

la promotion et le développement de l’aquaculture en vue de développer la


production d’espèces de haute valeur y compris les algues marines à même
d’augmenter le volume des exportations nationales en produits de mer.

Dans le domaine de la valorisation des produits de la pêche : l’année


2009 sera marquée par la réalisation de trois études portant respectivement sur la
mise en place d’un système de traçabilité pour les industries de pêche, la
diversification des produits pour le développement de l’industrie de valorisation et
l’étude d’assistance pour la mise en conformité d’unités de valorisation au profit des
femmes ramasseuses et la réalisation d’essais d’élevage de poissons ainsi que
l’organisation de congrès et participation aux séminaires afférents à la ressource
halieutique.

Dans le domaine du sauvetage des vies humaines en mer, il est prévu


l’acquisition de canots de sauvetage pour renforcer les moyens de sauvetage au
niveau des Points de Débarquement Aménagés et l’achat de canots pour les
opérations de contrôle. De même, il est prévu la réalisation d’un centre national de

NOTE DE PRESENTATION 144


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

coordination en matière de recherche et de sauvetage des vies humaines en mer et


l’acquisition de matériel technique et d’équipement de recherche et de sauvetage

Dans le domaine de la formation professionnelle maritime : Un plan de


formation a été mis en place avec l’objectif d’assurer une meilleure adéquation
emploi- formation à travers:
la diversification des filières en vue de répondre aux besoins de la profession,
de mettre à niveau ses structures et d’améliorer son encadrement ;

le renforcement de la formation continue et la lutte contre l’analphabétisme.

L’enveloppe budgétaire consentie à la formation professionnelle au titre de


l’année 2009 sera destinée principalement à l’acquisition d’un terrain pour la
réalisation d’un espace de formation à sidi Ifni, à l’équipement en matériel technique,
didactique et mobilier des centres de formation de Mehdia, d’El Jadida, de Jebha et
de Ras Kebdana ainsi que la réalisation d’une étude d’évaluation du système de
formation en vigueur.

Par ailleurs, le programme d’investissement de ce département bénéficie d’un


appui financier annuel de 44 Millions d’Euros mobilisé dans le cadre de l’accord de
partenariat dans le domaine des pêches conclu en 2005 entre le Gouvernement
Marocain et la Commission Européenne pour une durée de 4 ans et destiné
notamment à la modernisation et la mise à niveau de la flotte côtière, l’appui à la
recherche scientifique, la restructuration de la pêche artisanale, la mise à niveau des
circuits de la commercialisation et la formation et l’appui aux organisations
professionnelles.

En outre, ledit département bénéficie d’un important appui financier mobilisé


dans le cadre de l’accord signé, entre le Royaume du Maroc et le Millennium
Challenge Corporation (MCC), le 31 Août 2007. Les principales actions prévues par
ledit accord au titre du projet de développement de la pêche artisanale portent
notamment sur l’aménagement et la réalisation d’une vingtaine de points de
débarquement aménagés (PDA), la modernisation de la flottille de pêche artisanale
et la réorganisation des circuits de la commercialisation. Le montant réservé auxdites
actions s’élève à 116 millions de dollars US.

III.2- Haut commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la


Désertification

L’enveloppe budgétaire allouée au Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à


la Lutte Contre la Désertification au titre de l’année 2009 porte sur un montant de
843.999.000 DH réparti comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 364.583.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 40.956.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 152.460.000 DH
Fonds National Forestier……………………………….. 272.000.000 DH
Fonds de la Chasse et de la Pêche Continentale…… 14.000.000 DH

NOTE DE PRESENTATION 145


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Cette enveloppe est destinée à réaliser des opérations prévues dans le cadre
des plans stratégiques dudit département. Il s’agit du Plan National Forestier, du plan
d’aménagement des bassins versants, du plan directeur de lutte contre les incendies
de forêts, du plan directeur de la Chasse et du plan d’aménagement des aires
protégées qui ont pour objectifs d’assurer le développement durable des
écosystèmes, la préservation des ressources naturelles et la contribution du secteur
de la forêts à l’amélioration des conditions de vie des populations des zones
forestières et péri forestières.

Les divers programmes et opérations du Haut Commissariat s’inscrivent dans


le cadre d’une démarche concertée associant les partenaires locaux et intégrant le
processus de gestion budgétaire axé sur les résultats depuis 2005. Les principales
composantes du programme de l’exercice 2009 portent sur :

1- La réalisation de projets de développement intégré et participatif dans les


Zones Forestières et Péri forestières.

Dans ce cadre, il est prévu :


La poursuite du projet d'aménagement anti –érosif des Bassins Versants du
barrage Allal El Fassi situé dans la partie haute du bassin versant de l’Oued
Sebou et de l’Oued Mellah situé au niveau de la région du centre.

D’un coût global de 355 MDH, ce projet s’étend sur une superficie de 2.083
Km2 et concerne 17 communes rurales dans les régions de Fès Boulemane et
Chaouia Ouardigha et regroupant une population de 120.000 habitants.

Les objectifs globaux recherchés à travers ce projet qui est mis en œuvre
avec l’appui de la coopération Japonaise, portent sur :

Le contrôle de l’érosion en vue de prévenir la sédimentation des retenus du


barrage et la protection des vies humaines et des investissements contre les
risques d’inondation ;

La préservation et la reconstitution des ressources forestières dans les


régions concernées ;

L’amélioration des conditions de vie des populations et la réduction de la


pression sur les ressources forestières et la reconstitution de l'écosystème
forestier dégradé.

La mise en œuvre des recommandations du projet de développement intégré


des zones forestières et péri- forestières de la province d’Ifrane en ce qui
concerne les actions d’aménagement du parc national d’Ifrane ainsi que la
préparation du dossier de la réserve du biosphère de la céderaie.

L’achèvement des opérations d’aménagement et de mise en valeur agricole,


d’amélioration des systèmes d’élevage et de renforcement des infrastructures
socio-économiques prévues dans le cadre du projet de développement rural

NOTE DE PRESENTATION 146


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

participatif du Moyen Atlas (Khénifra) bénéficiant d’un financement de la


Commission Européenne;

2- Le développement Forestier :

Dans le cadre de la poursuite des efforts du Haut Commissariat en matière de


conservation du patrimoine national forestier et afin de lutter contre la déforestation,
le programme d’action pour l’exercice 2009 portera sur :

La réalisation des travaux de reboisement, de régénération, d’amélioration


sylvo-pastorale sur une superficie de 42.000 ha contre 32.000 ha en 2008 ;

La consolidation des plantations anciennes sur une superficie de près de


33.000 ha ;

La mise en œuvre d’un programme de production de près de 43 Millions de


plants destinés à la plantation et la régénération des forêts ;

La mise en défens d’une superficie de 59.814 Ha en vue d’assurer la réussite


des programmes de reboisement et la satisfaction des besoins des
populations usagères ;

L’accélération du rythme des études d’aménagement d’une superficie de


579.300 Ha de forêts d’arganier, de thuya et des nappes de romarins et
d’armoise.

3- La Lutte Contre la Désertification et la Protection de la Nature :

A ce titre, il est prévu en 2009 :


La poursuite des programmes de conservation et de protection des
écosystèmes fragiles à travers l’aménagement des bassins versants et
le traitement de l’érosion au niveau de 15 bassins versants prioritaires ;

Le traitement mécanique et biologique sur une superficie de 185 ha


dans les zones de prioritaires des provinces du Sud pour la protection
contre l’ensablement ;

La réalisation d’actions concourant à la prévention, la surveillance et la


lutte contre les feux de forêts, avec un large programme de
vulgarisation et d’information sur les causes, menaces et
conséquences des incendies conformément aux directives du plan
directeur de la lutte contre les incendies de forêts,

La mise en oeuvre du programme d’aménagement et de gestion des


ressources naturelles et de conservation de la diversité biologique
dans un réseau de 13 aires protégés et 6 parcs nationaux prioritaires ;

NOTE DE PRESENTATION 147


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le renforcement de la contribution du patrimoine cynégétique et


piscicole dans l’économie rurale, par la réalisation d’actions
d’aménagement et de repeuplement des zones de chasse et de la
pêche continentale et leur valorisation à travers le développement de
l’écotourisme et les activités de loisirs.

4- La Sécurisation du Domaine Forestier et renforcement des infrastructures :

A ce titre il est prévu :

Le renforcement des opérations de délimitation et de préparation des


dossiers techniques pour l’immatriculation d’une superficie de près de
1.166.600 ha contre 540.000 Ha en 2008, en vue de poursuivre l’effort
d’assainissement de la situation foncière du domaine forestier

La réhabilitation et l’équipement de près de 276 maisons forestières et


bâtiments administratifs ;

La réalisation des travaux d’ouverture, de réhabilitation et d’entretien


de plus de 1.160 Km de pistes intégrés dans des projets de
reforestation et de régénération afin de participer au désenclavement
des zones forestières et péri forestières et de renforcer les opérations
de prévention et de surveillance contre les incendies.

III.3- Industrie, Commerce et Nouvelles Technologies

L’enveloppe budgétaire globale allouée au Ministère de l’Industrie, du


Commerce et des Nouvelles Technologies au titre de l’année 2009 s’élève à
739.861.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 125.867.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 73.668.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 540.326.000 DH

III.3.1- Industrie et Commerce

L’enveloppe budgétaire allouée au domaine de l’Industrie et du Commerce au


titre de l’année 2009 s’élève à 680.297.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 107.803.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 69.168. 000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 503.326.000 DH

L’enveloppe budgétaire mise à la disposition du Ministère de l’Industrie, du


Commerce et des Nouvelles Technologies au titre de l’année 2009 est destinée à la

NOTE DE PRESENTATION 148


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

poursuite de la réalisation des chantiers de la nouvelle politique industrielle, à la mise


en œuvre du Plan « Rawaj » pour le développement et la modernisation du
commerce intérieur ainsi que le lancement du programme de développement de
nouvelles technologies ciblant les secteurs technologiques de pointe et à forte
croissance tels la microélectronique, la nanotechnologie et la biotechnologie.

Il s’agit de la conduite d’une nouvelle stratégie de développement industrielle


dans le cadre de la mise en œuvre du « Pacte pour l’Emergence Industrielle » qui se
base sur une vision globale visant à promouvoir les secteurs à fort potentiel de
développement et d’exportation.

Ce plan repose sur la nécessité pour l’économie marocaine d’établir un


profilage clair, articulé sur deux dimensions complémentaires :

2- un ciblage volontariste et une focalisation sur les moteurs de croissance


orientés export devant représenter 70% de la croissance industrielle à
l’horizon 2015 autour de l’offshoring, l’électronique, l’aéronautique,
l’automobile ainsi que les secteurs dits traditionnels porteurs notamment le
textile-cuir, l’artisanat, l’agroalimentaire et les produits de la mer ;

3- Une modernisation compétitive du tissu industriel et des entreprises


existantes.

Dans ce cadre, les opérations et études suivantes sont prévues :

4- Régionalisation des métiers mondiaux (offshoring, automobile, électronique,


aéronautique);

5- Actualisation de la stratégie de développement de l’industrie marocaine du


Textile-Habillement (vision 2015) et l’accompagnement de sa mise en œuvre;

6- Etude relative au projet Nassij Med qui consiste en la mise en place d’une
zone industrielle dédiée au secteur.

7- Poursuite de la mise en œuvre de l’Offre Offshoring Maroc qui ambitionne


d’avoir pour le Maroc une position de leadership sur le nearshoring
francophone et hispanophone, en tant qu’acteur de référence dans les métiers
de l’offshoring à travers le développement de zones dédiées audit secteur
telles que CasanearShore, RabatTechnopolis et FèsShore. Cette offre qui
s’est traduite à fin juin 2008 par la signature de 22 mémorandums d’entente
avec des leaders mondiaux, vise la réalisation de 15 Milliards de DH de PIB
additionnels et la création de 91.000 emplois à l’horizon 2015.

Par ailleurs, deux conventions ont été signées en 2007 entre le Gouvernement
et MED Z pour l’aménagement et la gestion des deux zones dédiées Casanearshore
et Rabat-Technopolis. En outre, une convention-cadre visant l’aménagement, le

NOTE DE PRESENTATION 149


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

développement et la gestion du projet Fes Shore Park a été signée entre le


Gouvernement, Med Z et la région de Fès Boulemane.

Les principales réalisations dans les premières zones dédiées sont les
suivantes :

Casanearshore : étant la première zone dédiée à l’activité de


l’offshoring. En terme de réalisation, il a été convenu la livraison de la
première tranche prévue entre décembre 2007 et juillet 2008. Ainsi les
premiers bureaux d’une superficie totale de 8.366 m2 ont été livrés en
décembre 2007. La livraison de la deuxième tranche de 80.000 m2 de
superficie est prévue courant 2009 ; les deux tranches ont été
entièrement réservées soit, plus de 35 entreprises qui ont signé des
contrats de bail avec Casanearshore.

Rabat-Technopolis : une enveloppe de plus de 3 milliards de DH a


été allouée à ce projet qui s'étale sur une superficie de 300 ha pour
une livraison en 2015. Rabat Technopolis permettra de générer entre
20 000 et 25 000 emplois dans le secteur de l’offshoring.

Fès Shore Park : une convention-cadre de partenariat visant


l’aménagement, le développement et la gestion du projet a été signée
entre le gouvernement, la Société Med Z et la Région de Fès-
Boulemane

8- Développement de zones de sous-traitance industrielle :

Les « Med-Zones » sont conçues pour le développement volontariste de la


sous-traitance industrielle à destination de l’Europe, focalisée sur trois filières où le
Maroc dispose d’avantages comparatifs et de potentiels compétitifs importants. Il
s’agit de l’automobile, l’électronique et l’aéronautique.

Les emplois escomptés à travers le développement de ces trois secteurs sont,


respectivement de 11.000, 43.000 et 10.500 à l’horizon 2015.

9- Poursuite de la mise en œuvre du Plan Emergence Textile-Habillement et


du Plan Emergence Cuir-Chaussures qui visent la réorientation de ces
industries vers des segments de produits à forte valeur ajoutée à travers la
promotion des produits de ces secteurs et le renforcement de leur
compétitivité ;

10-Mise en place de pôles de développement régionaux dédiés aux Métiers


Mondiaux du Maroc: En vue de renforcer le potentiel industriel régional et le
doter de qualité attractive et compétitive, une stratégie de développement des
pôles industriels régionaux a été mise en œuvre, reposant sur un partenariat
actif entre divers acteurs portant aussi bien sur des projets structurants que
sur l’innovation et la recherche et développement. Le programme prévoit à
travers sa déclinaison territoriale, la mise en place de pôles de développement

NOTE DE PRESENTATION 150


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

régionaux autour des secteurs à fort potentiel et de nouveaux métiers érigés


en moteurs de croissance.

Dans ce cadre, il y a lieu de citer les projets suivants :

Programme de Pôles d’excellence industriels intégrés (PEII)


Ce programme, financé par le Fonds Hassan II pour le Développement
Economique et Social à concurrence d’une enveloppe de
500 millions DH, a pour objet la réalisation d’un programme de Plates
formes d’excellence industrielles intégrées offrant des activités
industrielles et commerciales, des centres de formation et de
recherche, des services de base et spécifiques ainsi qu’une zone
d’habitation, éventuellement, réservée aux employés de la cité. D’ores
et déjà, deux zones ont été identifiées à Casablanca et une autre à
Kénitra.

Projet Agro-polis de Meknès Tafilalet : il s’agit d’une plateforme


dédiée aux industries de valorisation des produits agricoles de la
région. Avec un investissement d’environ 500 MDH, l’Agro-polis de
Meknès permettra de créer à terme 11.000 emplois directs et 5
Milliards de dirhams d’investissements. Ce projet est prévu sur une
superficie de 130 ha qui comporte un Parc Industriel de 80 ha et une
plate forme logistique de 50 ha. Le début des travaux est prévu début
2009 et la mise en service en mars 2010. Les principales composantes
du projet Agropolis concernent:

une zone d’activité à vocation agro-industrielle et logistique ;

une cité intelligente regroupant les fonctions de support aux activités


industrielles ;

une structure d’animation et de concertation en synergie avec


l’ensemble des acteurs.

11- Lancement du Plan Rawaj

Le Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies a


élaboré un plan ambitieux qui vise le développement du secteur de commerce et de
la distribution, baptisé « Rawaj vision 2020 » s’articulant autour des deux axes
suivants :

Assurer une offre de produits répondant aux besoins des


consommateurs en améliorant l’accessibilité et la qualité des produits
mis sur le marché;

Améliorer la compétitivité des acteurs de commerce et faire émerger


de nouveaux modèles de distribution.

NOTE DE PRESENTATION 151


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Les crédits budgétaires réservés à ce programme en 2009 s’élèvent à


200 MDH.

12- Programme de développement de nouvelles technologies

Ce Programme ambitionne de créer à l’horizon 2020 des centres de


développement technologiques dédiés aux secteurs technologiques très avancés se
rapportant à la microélectronique, aux nanotechnologies, aux biotechnologies, aux
technologies de l’information, à l’énergie et à l’environnement.

Dans ce cadre, il est prévu de réaliser les actions suivantes au titre de l’année
2009 :

étude sur le secteur des sciences de la vie ;

étude d’accompagnement de la mise en œuvre du Parc et Centre de


Développement Technologique de la Microélectronique ;

soutien à la création des centres de développement technologique de


la microélectronique, des nanotechnologies et de la biotechnologie et
ce dans le cadre de partenariat avec l’association MASCIR
« Moroccan Association For Scientific and innovative Research ». La
contribution de l’Etat à ce titre pour la période 2008-2013 est fixée à
300 MDH sur 5 ans dont 30 MDH débloqués en 2008 et 40 MDH
prévus au titre de l’année 2009.

13- Programme de modernisation compétitive des entreprises :

D’un coût total de 600 MDH étalé sur la période 2008-2012, ledit programme
vise la dynamisation du processus de modernisation compétitive des entreprises
relevant des secteurs couverts par des stratégies sectorielles volontaristes
(Tourisme, Artisanat, BTP, NTIC,…) avec un ancrage territorial et l’implication des
acteurs locaux et des institutions bancaires.

La dotation budgétaire réservée audit programme en 2009 s’élève à 125 MDH.

14-Programme de Développement et Réhabilitation des espaces d’accueil


industriels :

Ce programme dont la réalisation est effectuée en partenariat avec le secteur


privé vise à mettre à la disposition des investisseurs des infrastructures de qualité au
meilleur prix et à améliorer la compétitivité des entreprises.

A cet égard, les actions prévues au titre de 2009 portent sur :

NOTE DE PRESENTATION 152


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

L’achèvement du projet du parc industriel de Nouaceur réalisé dans le


cadre d’un partenariat avec et la Société d’Aménagement du Parc
Industriel de Nouaceur (SAPINO) sur une superficie de 262 ha
permettant la création à terme de 1.400 entreprises industrielles et de
services et 60.000 emplois ;

La réalisation des zones industrielles de Boujdour et d’Es-Smara ;

La poursuite de la réalisation des Parcs Industriels de Ain Chegag à


Fès et de Selouane à Nador ;

La réhabilitation de la zone industrielle de Bir Rami à Kénitra ;

La réalisation des zones d’activités économiques de Médiouna, de


Kasbat Tadla, de Oued Amlil à Taza et de Bouznika.

15-Poursuite de la modernisation du système de normalisation, du contrôle


de la qualité et de la surveillance des marchés :

La stratégie adoptée dans ce cadre vise à :

Doter le Maroc d’un système normatif complet et développer le


système national d’accréditation, de certification et d’évaluation de la
conformité. Le nombre de normes produites et homologuées devra
atteindre 10.000 normes en 2010.
L’aménagement et l’équipement de centres techniques spécialisés
dans différents secteurs de l’industrie (mécanique, métallurgique,
électrique et électronique, textile et habillement, agro-alimentaire,
matériaux de construction, technologie de l’information et de la
communication, plasturgie et caoutchouc, cuir et maroquinerie, chimie,
transformation du bois et ameublement, industrie des équipements
pour véhicules).

16- Modernisation de l’administration :

Dans le cadre de la modernisation de ses services centraux et déconcentrés,


le plan d’actions au titre de l’année 2009 prévu par le ministère chargé de l’industrie
et du commerce concerne :

la mise en œuvre du schéma directeur informatique ;


la réalisation du référentiel des emplois et des compétences ;

la réalisation du plan de formation continue annuel de ses ressources


humaines ;

NOTE DE PRESENTATION 153


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’extension du local abritant la Direction de la Normalisation et de la


Promotion de la Qualité ;

la construction du siège de la délégation de kénitra ;

l’aménagement des délégations provinciales d’Agadir, de Meknès et


d’El Jadida.

III.3.2- Nouvelles Technologies

L’enveloppe accordée au domaine des Nouvelles Technologies au titre de


l’année 2009 s’élève à 59.564.000 dirhams, répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 18.064.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 4.500.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 37.000.000 DH

Ces crédits sont destinés principalement à la mise en œuvre du plan national


stratégique des Technologies d’Information et de Communication (NTIC)
2009 – 2013 élaboré par le gouvernement sur la base d’une étude menée par le
département de la Poste, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies
pour le développement des TIC au Maroc. Ledit plan s’articule autour des cinq
priorités suivantes:

17-Exploiter l’offshore pour rapidement développer une industrie locale


exportatrice ;

18-Garantir l’équipement TIC des PME pour accroître leur productivité et


contribuer à leur développement ;
19-Mettre en œuvre un programme ambitieux d’e- gouvernement contribuant à
l’efficience de l’Etat et des Collectivités Locales ;

20-Rendre accessible à chaque citoyen l’Internet haut - débit et favoriser l’accès


aux échanges et à la connaissance ;

21-Promouvoir l’entreprenariat et la constitution de domaines d’excellence dans


le domaine des TIC.

Dans ce cadre, les principales actions prévues au titre de 2009 portent sur :

Le renforcement des plates-formes de e-gouvernement pour permettre


aux usagers et entreprises d’accéder aux services publics avec la
célérité, la souplesse et la transparence requises ;

NOTE DE PRESENTATION 154


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le renforcement de l’usage sectoriel des technologies de l’information


à travers le déploiement de plates-formes du commerce électronique
orientées en particulier vers les Petites et Moyennes Entreprises ;

Le renforcement de la protection des systèmes d’information et la


continuité de service des infrastructures des technologies de
l’information ;

La promotion des réseaux du haut débit par l’élaboration du plan


national large bande ;

L’institution d’un cadre de gouvernance afin de garantir la cohérence


des interventions et la mise en œuvre concertée dudit plan stratégique.

III-4- Commerce Extérieur


L’enveloppe budgétaire globale mise à la disposition du Ministère du Commerce
Extérieur au titre de l’année 2009 s’élève à 46.312.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 24.450.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 14.362.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 7.500.000 DH

Le commerce extérieur sera marqué, en 2009, par une libéralisation plus


accentuée des importations sous l’effet du démantèlement tarifaire en application
des différents accords de libre échange et par le renforcement des mesures prises
pour améliorer la compétitivité de la production nationale. Dans ce contexte, le
programme stratégique élaboré par le Ministère du Commerce Extérieur est focalisé
sur les axes suivants :

22-Le renforcement de la préparation de l’économie marocaine pour faire face à


la concurrence internationale ;

23-la promotion des exportations en vue de l’amélioration des équilibres des


comptes extérieurs à travers le déploiement de nouveaux instruments en
matière de communication et l’organisation de missions économiques et
commerciales dans les pays cibles;

24-Assurer la participation du Maroc dans le renforcement du régime commercial


multilatéral ;

25-La conclusion des négociations du cycle de Doha et la mise en place d’outils


de suivi de la mise en œuvre des accords de libre-échange conclus par le
Maroc.

NOTE DE PRESENTATION 155


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le plan d’actions arrêté à cet effet par ledit ministère au titre de l’année 2009
porte sur les actions principales suivantes :

Le renforcement du système de défense commerciale par l’utilisation


de mesures de sauvegarde permises par les accords de libre-échange
conclus par le Maroc et ce, à travers la réalisation d’enquêtes auprès
des exportateurs, des importateurs et des producteurs nationaux ;

Le renforcement du contrôle stratégique des importations et des


exportations des produits à double usage;

La mise en place d’un dispositif de règlement des différends


commerciaux entre le Maroc et ses partenaires commerciaux membres
de l’Organisation Mondiale de Commerce (OMC) ou avec lesquels il a
signé des accords commerciaux préférentiels ;

La réalisation des actions visant la promotion des exportations et la


facilitation des échanges;

Le suivi de la mise en œuvre des accords de l’OMC régissant le


système de défense commerciale ;

La poursuite de l’amélioration de la promotion du produit marocain à


l’étranger notamment par la participation aux salons spécialisés plus
adaptés à l’offre et le lancement de campagnes de communication
pour la promotion de l’image du produit Maroc ;

La mise en place d’un observatoire du commerce extérieur pour


disposer d’un système de suivi et de veille sur le secteur ;

La réalisation d’études et enquêtes portant sur:

• La mise en place d’outils de suivi de la mise en œuvre des accords


de libre échange conclus par le Maroc ;

• Les études sectorielles sur la compétitivité des entreprises


marocaines;

• L’étude sur le potentiel d’exportation notamment des produits de


terroirs ;

26-L’appui au Conseil National du Commerce Extérieur pour la réalisation des


études relatives au commerce extérieur et l’organisation du trophée de
l’exportation;

NOTE DE PRESENTATION 156


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

27-La poursuite du développement du système d’information du ministère et la


mise en œuvre du plan de formation des ressources humaines.

III.5- Tourisme et Artisanat

Le montant total des crédits alloués au titre de l’année 2009 au Ministère du


Tourisme et de l’Artisanat s’élève à 1.124.084.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 235.351.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 98.488.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 790.245.000 DH

Ledit montant est ventilé par domaine d’activité comme suit :

III.5.1- Tourisme

L’enveloppe budgétaire allouée au Département du Tourisme au titre de l’année


2009 s’élève globalement à 822.762.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 131.359.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 68.763.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 622.640.000 DH

En vue de consolider les acquis encourageants du secteur du tourisme, le plan


d’action du Département du Tourisme pour l’année 2009 s’articule autour des
priorités suivantes :

28-La consolidation et l’aboutissement des chantiers initiés dans le cadre de la


vision 2010 et l’élaboration de la vision 2020 ;

29-Le renforcement et l’adaptation du dispositif de la formation ;

30-La professionnalisation des métiers du tourisme ;

31-L’amélioration de la qualité des services ;

32-L’accompagnement des opérateurs pour le développement d’un tourisme


durable.

A rappeler que la stratégie de développement du secteur « vision 2010 »,


matérialisée par l’accord cadre signé entre le Gouvernement et la Fédération du
Tourisme, s’est fixée, à l’horizon 2010, les objectifs chiffrés suivants :

NOTE DE PRESENTATION 157


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Désignation Objectifs à l’horizon 2010


Arrivées touristiques 10 millions de touristes, dont 7 millions de touristes
internationaux
Capacité hôtelière 230.000 lits (dont 130 000 lits balnéaires et 30 000 lits dans
les destinations culturelles du pays)
Investissement 8 à 9 milliards € (aménagement des nouvelles stations,
infrastructures, hôtellerie et animation)
Recettes 80 milliards de DH de recettes en devises
Emploi 600.000 emplois nouveaux dont 72000 lauréats
Contribution au PIB 20%

Grâce à la nouvelle dynamique de développement du tourisme basée sur


l’encouragement de l’investissement pour élargir l’offre en hébergement notamment
la promotion du produit Maroc au niveau des marchés émetteurs en adoptant une
approche marketing de ciblage et de priorisation, les principaux indicateurs de
performance du secteur ont pu atteindre des taux très encourageants.

En effet, à fin 2007, le nombre de visiteurs au Maroc a atteint 7,4 millions de


personnes; un chiffre en hausse de 13% par rapport à l’année précédente.
Parallèlement, le volume des nuitées réalisées à fin 2007 dans les établissements
d’hébergement classés a enregistré une hausse de 3% par rapport à 2006, soit 16,9
millions de nuitées, et une augmentation de 33% par rapport à 2001.

Par ailleurs, les recettes touristiques ont progressé de 12% pour atteindre 59
milliards de dirhams à la fin de l’année 2007.

A- Produit :

A rappeler que, pour soutenir les projets touristiques, les pouvoirs publics ont
accordé plusieurs avantages aux aménageurs développeurs. L’Etat a ainsi pris en
charge, à travers le Fonds Hassan II pour le développement économique et social,
dans le cadre du plan Azur, les infrastructures hors-site, en plus des subventions
accordées aux investisseurs hôteliers à hauteur de 50% du coût d’acquisition du
terrain avec un plafond de 250 Dh/m².

L’ensemble des engagements pris sur la base des conventions déjà signées est
estimé à 1.247 MDH pour les infrastructures hors-sites et 1.380 MDH pour l’appui au
foncier.

Il convient de signaler que le plan d’action 2009 du Département du Tourisme


prévoit la réalisation de plusieurs études notamment en matière de pilotage
stratégique, de statistiques touristiques et d’appui et encadrement de l’activité
touristique pour le développement d’un service de qualité et un tourisme
responsable.

1- Plan Azur :

Plan phare de la Vision 2010, le plan Azur vise la création de 110 000 lits (dont
80 000 lits hôteliers) sur 3000 ha de terrain et des investissements globaux de l’ordre

NOTE DE PRESENTATION 158


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

de 46 Milliards DH, à travers la réalisation, en partenariat avec des groupements


professionnels internationaux, de six nouvelles stations balnéaires, visant à assurer
un développement régional équilibré et à générer des effets positifs au profit des
régions concernées.

Le plan d’actions pour 2009 sera marqué par l’intensification des efforts pour
consolider la tendance et poursuivre la réalisation des objectifs stratégiques de
croissance du secteur du tourisme à travers les projets structurants suivants :

33-Station de Saidia : l’aménagement et le développement de cette station est


confié à la société espagnole " FADESA ". Ce projet qui sera réalisé sur une
superficie de 614 ha abritera près de 30 000 lits dont 17 000 lits hôteliers. La
commercialisation du foncier résidentiel (soit 12 000 lits) ayant déjà été
finalisée, l’ouverture de la première unité hôtelière se fera fin 2008.

34-Station de Mogador (Essaouira) : le consortium " Thomas &


Piron/l’Atelier/RISMA/Colbert Orco " a été choisi pour l’aménagement et le
développement de cette station. Le programme d’aménagement qui porte sur
une superficie brute de 582 ha devra permettre de réaliser 10.600 lits.
L’ouverture de la première unité hôtelière se fera en fin 2008.

35-Station de Mazagan (El-Jadida) : L’aménagement de cette station est confié


au groupe Kerzner International/CDG/SOMED/MAMDA. Le programme qui
sera réalisé sur 516 ha, portera sur la réalisation d’une capacité totale
d’hébergement de 7.600 lits dont 3.900 lits hôteliers. L’ouverture du premier
hôtel est prévue en 2009.

36-Lixus (Larache) : l’aménagement et le développement de cette station est


confié au groupement " Thomas & Piron/L’Atelier Orco." . Cette station sera
orientée vers le tourisme de nature et sportif haut de gamme. Ce projet sera
réalisé sur une superficie de 461 ha et portera sur la réalisation de 12.000 lits
hôteliers. Les travaux ont débuté en 2006 et la première unité hôtelière
s’ouvrira en début 2009.

37-Station balnéaire de Taghazout : elle sera édifiée sur une superficie de 615
ha et permettra de réaliser une capacité additionnelle de 21.000 lits dont
15.000 lits hôteliers. L’aménagement et le développement de ladite station est
attribué au groupe Colony Capital/Satocan. Le démarrage des travaux
d’aménagement a débuté en janvier 2007 et la première unité hôtelière ouvrira
au cours du 2ème trimestre 2009.
38-Plage Blanche (Guelmim) : Le programme d’aménagement de cette station
sera réalisé par le groupe Fadesa, sur une surface de 632 ha et portera sur
30.000 lits. L’ouverture de la première unité hôtelière se fera en 2012.

En plus des stations précitées, d’autres opérations de grande envergure ont été
également lancées. Il s’agit notamment des nouvelles zones touristiques d’Oued
Chbika à Tantan et de Cala Iris à AL Hoceima.

NOTE DE PRESENTATION 159


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Ainsi, l’année 2009 sera marquée, entre autres par ;

39- L’ouverture des composantes d'animation de la station de Saidia;

40- Le lancement des travaux pour la construction des premiers hôtels à Lixus ;

41- La poursuite des travaux pour l’ouverture en 2009 de la station Mazagan ;

42-Le lancement des travaux du premier hôtel et ouverture du premier Golf à


Mogador ;

43- Le lancement des travaux du premier hôtel à Taghazout ;

44- Le début des travaux d’aménagements de Plage Blanche et Oued Chbika ;

2- Plan Mada’In « Programme de développement touristique régional » :

En parallèle avec le plan Azur, le Plan Mada’In vise le développement régional


du tourisme en partenariat avec les élus, les professionnels et l’autorité locale, par le
biais de la mise en valeur du patrimoine culturel et architectural spécifique aux
potentialités de chaque région du Maroc.

Le repositionnement des destinations concernées se fera par leur mise à


niveau et l’augmentation de la capacité offerte qui devrait atteindre 75.000 lits à
l’horizon 2015 dans les villes de Fès, Casablanca, Agadir, Tanger, Rabat, Meknès,
Ouarzazate et Marrakech.

3-Tourisme interne : le Plan Biladi

Pour le tourisme interne, esquissé dans la Vision 2010, l’objectif du Plan Biladi
est d’atteindre une capacité d’accueil touristique de 30.000 lits dont 11.000 lits en
résidences hôtelières et 19.000 lits sous forme de campings et d’augmenter le
nombre des nuitées réalisées dans les établissements touristiques nationaux classés
pour atteindre 6 millions de nuitées additionnelles à l’horizon 2010.
Dans ce cadre, trois zones touristiques ont été d’orès et déjà attribuées en 2008 :

45- Souss-Massa-Draa : Imi Ouaddar à Agadir attribuée à la CGI ;

46-Doukkala-Abda : Site de Sidi Abed à El Jadida attribué au Consortium


Morroco Koweitien de Développement CMKD ;

47-Fès-Meknès-Ifrane : convention de mise en valeur d’Ifrane signée le 18 avril


2008 entre le Gouvernement Marocain et le CMKD.

L’investissement privé global par station varie entre 300 et 450 MDh avec une
durée maximale de réalisation de 3 ans après la signature de la convention de mise
en valeur.

NOTE DE PRESENTATION 160


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

4- Tourisme de niche

Compte tenu de l’évolution de la demande internationale, le développement du


tourisme de niche constitue une composante incontournable du plan d’action pour la
promotion du secteur. Les produits de niche s’articulent autour de trois groupes : les
produits de niche à forte valeur ajoutée (golf, etc.), les produits de niche à
développement territorial (tourisme rural et de désert) et les produits de niche à
développement local (sport nautique, parachutisme, tourisme de croisière).

Les actions menées dans ce cadre seront renforcées en 2009 à travers:

48- L’élaboration du plan d’action national sur la pêche et la chasse ;

49- Le lancement d’une série de bases nautiques à Agadir ;

50- L’activation du programme de labellisation pour les Surf Camp ;

51-La poursuite de la mise en place et la promotion des autres produits (Kayak


dans le Nord, train du désert…).

5- Tourisme rural

La stratégie adoptée pour le développement du tourisme rural vise à consolider


l’activité touristique en milieu rural.

Dans ce cadre, 4 opérations ont été concédées dans les zones de


Chefchaouen, Ifrane, Immouzer Ida Outanane et Azilal et 5 opérations sont en cours
de finalisation.

B- Promotion :

La contribution de l’Etat pour l’année 2009 au financement de la stratégie de


promotion de la destination Maroc orientée en particulier vers les marchés porteurs,
est relevée à 550 millions de dirhams enregistrant ainsi une augmentation de 50
millions de dirhams par rapport à l’année 2008.

Cette enveloppe devra permettre à l’Office National Marocain du Tourisme de


réaliser son plan d’actions portant sur la poursuite de la mise en œuvre de la
stratégie de conquête des marchés et de Marketing opérationnel pour promouvoir la
destination Maroc de façon à assurer une croissance forte et durable sur les 6
marchés considérés comme prioritaires (France, Allemagne, Royaume Uni, Belgique
Italie et Espagne). En plus de la conquête de nouveaux marchés à fort potentiel
(Japon, Chine et Europe de l’Est)

La stratégie de communication adoptée se traduit par un plan d’actions pour


l’année 2009 visant la réintroduction du produit marocain balnéaire et culturel auprès
des réseaux leaders des marchés prioritaires et la multiplication des partenariats à
travers la signature de contrats de co-marketing avec les plus grands tours
opérateurs présents sur ces marchés.

NOTE DE PRESENTATION 161


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

C- Formation :

Afin d’accompagner l’essor du secteur du tourisme et répondre quantitativement


et qualitativement aux besoins des professionnels, plusieurs chantiers structurants
ont été initiés et le contrat « Ressources Humaines Hôtellerie » formalisant une
stratégie globale pour accompagner la création d’emplois sur la période 2008-2012 a
été élaboré.

Pour l’année 2009, il est prévu de procéder à l’extension et au renouvellement


des instituts de formation relevant du département du tourisme pour leur permettre
de renforcer leur intervention en matière de formation des ressources humaines
nécessaires au développement du secteur.

D- VISION 2020 :

Se basant sur la Lettre Royale adressée aux participants aux Assises du


Tourisme de Fès qui a incité sur la préparation de la vision 2020, le Département du
Tourisme a initié le lancement de ce chantier stratégique avec l’ensemble des
partenaires publics et privés. L’objectif de l’étude de conception, qui a été confiée à
un cabinet spécialisé, est de définir la stratégie du tourisme au Maroc à l’horizon
2020 à travers :

52- un plan d’aménagement territorial touristique ;

53- un plan d’action national et par région.

Ladite stratégie 2020 devra s’inscrire dans une logique de continuité pour
construire une offre touristique solide, différenciée, diversifiée et équilibrée. Elle
permettra de consolider les acquis de la vision 2010, et de tenir compte des
vocations touristiques territoriales pour l’établissement de plans de développement
touristique régionaux.

III.5.2- Artisanat
L’enveloppe budgétaire mise à la disposition du domaine de l’Artisanat au titre
de l’année 2009 s’élève à 301.322.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 103.992.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 29.725.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 167.605.000 DH

La nouvelle stratégie pour l’essor du secteur de l’artisanat « Vision 2015 de


l’Artisanat » vise à tirer parti des atouts de l’artisanat marocain d’art et de production
et de mener une politique de développement intégrée du secteur répondant à un
double objectif :

54-Faire émerger des acteurs de référence ayant pour rôle essentiel de


dynamiser le secteur en développant les potentiels identifiés sur les marchés
à l’export;

NOTE DE PRESENTATION 162


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

55-Développer le chiffre d’affaires des mono-artisans (urbains et ruraux) et


améliorer leurs conditions de travail en vue de pérenniser leurs revenus.

Dans ce cadre, ladite vision permettra la création de 115.000 nouveaux emplois


à l’horizon 2015, l’augmentation du chiffres d’affaires du secteur, l’émergence d’un
tissu d’entreprises dynamiques : création de 15 à 20 acteurs de référence et 200 à
300 PME et la multiplication du volume des exportations et des achats des touristes.

Les deux premières années de la mise en œuvre de ladite stratégie ont été
marquées par la mise en place de huit plans de développement régionaux de
l’artisanat pour décliner la stratégie nationale sur la base des spécificités et des
potentiels de chaque région ainsi que par la signature de sept contrats de croissance
avec les sociétés retenues en tant qu’acteurs de référence qui joueront un rôle
important dans la dynamisation dudit secteur.

Ces acteurs de référence se sont engagés à réaliser un chiffres d’affaires global


de 2,4 milliards DH destiné essentiellement vers l’export, ainsi que la création de
2.800 emplois.

Le plan d’action du département de l’Artisanat au titre de l’année 2009 porte sur


les actions suivantes:

56- La promotion :

l’achèvement des études marketing par la Maison de l’Artisan sur les


cinq marchés principaux à l’export à savoir le Royaume Uni, la France,
l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne pour une ou plusieurs filières à fort
potentiel ;

la contribution à la réalisation du plan marketing pluriannuel par les


entreprises d’artisanat sélectionnées ;

la commercialisation des produits de l’artisanat à grande échelle en


partenariat avec les réseaux de distribution ;

le lancement des campagnes de communication institutionnelle au


Maroc et à l’étranger à travers le « label artisanat Maroc » avec une
participation ciblée aux salons professionnels ;

l’appui aux chambres de l’artisanat pour l’organisation de foires


commerciales régionales destinées à promouvoir le produit artisanal
sur le plan local et partant améliorer le revenu des mono-artisans.

57- L’appui aux PME et aux mono-artisans :

l’achat de collections auprès de designers au profit des mono-artisans ;

NOTE DE PRESENTATION 163


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la participation à l’équipement des mono-artisans en matériel de


production moderne ;

la mise à niveau de la filière tapis.

58-La réalisation des études portant sur la normalisation et la certification


de la qualité du produit de l’artisanat, des études de recherche et
développement visant la production du design de collection et l’amélioration
du processus de production.

59-Le développement et la réhabilitation des espaces de ventes et de


production dédiés au secteur de l’Artisanat ainsi que la poursuite de
l’implantation d’espaces de vente dans les nouvelles stations et zones
touristiques ;

60-La Formation :

La formation professionnelle résidentielle par la mise à niveau de


25 centres de formation professionnelle de l’artisanat, le lancement de
la création de l’Institut Supérieur de l’Artisanat ainsi que la formation
continue au profit des monoartisans ;

La formation par apprentissage au profit de 51.000 jeunes dans les


métiers de l’artisanat notamment par l’augmentation de la capacité
d’accueil des centres de formation et l’amélioration de la qualité de la
formation en entreprise.

III.6- Affaires Economiques et Générales

L’enveloppe budgétaire globale prévue au profit du département Chargé des


Affaires Economiques et Générales au titre de l’année 2009 s’élève à
78.692.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 24. 673.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 40.981.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 13.038.000 DH

Les crédits alloués à ce département sont destinés à financer les principales


actions suivantes :

61-L’amélioration de la coordination au niveau de la régulation économique


par la mise en œuvre des règles de la concurrence et l’installation d’un
système d’information décisionnel sur les prix ;

NOTE DE PRESENTATION 164


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

62-L’amélioration du climat des affaires à travers la promotion de la


compétitivité des entreprises et le renforcement de la campagne de
communication et de sensibilisation sur le code de bonne gouvernance;

63-La promotion du domaine de l’Economie Sociale, des actions concernant


la promotion de l’économie de proximité des activités génératrices de revenus,
du secteur coopératif et mutuel ont été programmées et se traduisent par :
La poursuite de l’élaboration des Plans de Développement Régionaux
de l’Economie Sociale (PDRES) avec le lancement du processus de
réalisation des programmes déjà lancés;

L’amélioration de la connaissance du domaine de l’Economie Sociale et


l’aide à la prise de décision par le biais d’un système d’information
géographique permettant de donner plus de visibilité aux potentialités
économiques des régions ;

L’élargissement des activités et l’amélioration des prestations de l’Office


de Développement des Coopératives pour le renforcement de ses
interventions en matière de la lutte contre la pauvreté, la création
d’opportunités d’emploi et l’intégration des femmes et des jeunes au
développement ;

Le lancement des études et d’actions portant sur la régulation, la


réglementation et le renforcement des dispositifs de promotion du
secteur coopératif et mutuel.

III.7. Haut Commissariat au Plan

L’enveloppe budgétaire allouée au Haut Commissariat au Plan pour l’année


2009 s’élève à 372.927.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 216.707.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 85.883.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 70.337.000 DH

Ces crédits sont destinés à la mise en œuvre de la stratégie du Haut


Commissariat au Plan déclinée selon les axes ci-après:

64-La poursuite de la réalisation des grandes enquêtes statistiques


notamment celles portant sur la consommation et les dépenses des
ménages, les niveaux de vie, les structures productives et le secteur informel.
Un effort particulier a été consenti cette année pour la réalisation de l’enquête
démographique.

65-L’élaboration d’études démographiques et socio-économiques et


d’informations documentaires à travers la poursuite des travaux

NOTE DE PRESENTATION 165


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

préparatoires pour la tenue en 2009 à Marrakech du 26éme Congrès Mondial


de la Population, l’établissement de la carte de la pauvreté pour 2007 pour
contribuer à l’évaluation de l’INDH, l’élaboration du Rapport National sur les
Objectifs du Millénaire pour le Développement et la supervision du rapport
national sur le développement humain en collaboration avec le PNUD. Par
ailleurs, une attention particulière sera accordée à la modernisation du
traitement et de l’accès à l’information documentaire à travers la création au
sein du Centre National de Documentation d’une unité chargée de
l’intelligence économique et de la veille stratégique ;

66-La mise à niveau du système national d’information statistique et de


production des comptes de la nation. Les actions qui seront entreprises
dans ce cadre concernent :

L’actualisation des recensements économiques et la population et la


poursuite de l’analyse des résultats du Recensement général de la
population et de l’habitat de 2004 ;

L’amélioration de la qualité des statistiques administratives et


l’exploration de nouveaux domaines comme les statistiques sur
l’environnement ;

La poursuite de l’élaboration de la série des comptes nationaux et des


tableaux analytiques conformément au système de comptabilité
nationale des Nations Unies pour 1993.

67-L’adaptation de la formation des cadres au sein de l’Institut National de


Statistique et de l’Economie Appliquée (INSEA) et de l’Ecole des
Sciences de l’Information (ESI) aux exigences de la réforme de
l’enseignement supérieur en particulier le programme de formation de
10.000 ingénieurs par an à l’horizon 2010 qui ambitionne de porter les
lauréats de l’INSEA à cet horizon à 214 au lieu de 136 actuellement.

IV- Secteurs Administratifs

IV-1- Intérieur :

Les crédits ouverts au profit du ministère de l’Intérieur au titre de l’année 2009


s’élèvent globalement à 16.807.108.000 dirhams repartis comme suit

NOTE DE PRESENTATION 166


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Dépenses de personnel……...……………………..….. 10.341.398.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses…….… 2.809.500.000 DH
Dépenses d'investissement……………………….…… 2.380.000.000 DH
Fonds spécial pour la promotion et le soutien de la
protection civile ………………………………………… 180.000.000 DH
Fonds de soutien de la Sûreté Nationale…………..… 10.000.000 DH
Fonds pour la mise en place des titres identitaires
électroniques…………………………………………… 519.710.000 DH
Fonds de lutte contre le chômage……………….…… 566.500.000 DH

Le budget du ministère de l’Intérieur s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre


du plan quinquennal de renforcement de l’administration territoriale et des services
de sécurité (2008-2012), qui a pour but la dynamisation des services déconcentrés
pour une grande efficacité de leur action et une meilleure adaptation de leur mission
aux mutations politiques, économiques, sociales et sécuritaires.

Dans ce cadre, le programme d’action dudit département pour 2009 vise


essentiellement la poursuite de la réalisation des objectifs suivants :

68-la réalisation de l’autonomie logistique et financière de l’administration


territoriale par rapport aux ressources des collectivités locales ;

69-le renforcement continu des capacités logistiques et techniques des services


déconcentrés ;

70-l’amélioration du fonctionnement de l’administration territoriale ;

71-l'accompagnement et le soutien financier des provinces et des préfectures


dans l'exécution des projets liés à l'INDH ;

72-le soutien des interventions du ministère en matière de lutte contre les fléaux
et les phénomènes imprévisibles.

L’enveloppe budgétaire programmée dans ce cadre permettra la réalisation des


actions ci-après :

I- Administration Générale :

73- Au niveau central :

Les actions programmées portent essentiellement sur l’amélioration du


fonctionnement et l’équipement des postes de commandement en mobilier de
bureau, en matériel informatique, en système de communication et en moyens de
mobilité, la mise en œuvre de la confection du passeport biométrique, le
parachèvement de la mise à niveau des bâtiments du service central et l’équipement
des bâtiments nouvellement construits en mobilier et en matériels nécessaires et le

NOTE DE PRESENTATION 167


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

développement et la sécurisation des réseaux et des moyens de communication et


de transmission du ministère.

74- Au niveau territorial :

Les opérations prévues à ce niveau concernent essentiellement le


parachèvement des travaux de construction des sièges des préfectures et provinces
de Salé, Nouaceur, Errachidia, M'diq Findeq et Oujda, la construction des nouveaux
caïdats et des annexes administratives, la mise à niveau des postes de
commandement existants et le réaménagement et la maintenance des bâtiments
abritant les sièges des provinces, préfectures et des postes de commandement.

75- Direction de la Protection civile :

L’amélioration de la couverture du territoire national par la création de


13 centres de secours et 3 unités mobiles d’intervention régionales ;

La mise à niveau des équipements pour renforcer les capacités


opérationnelles de la protection civile ;

La mise aux normes des casernes existantes de la protection civile.

76- Promotion Nationale :


Les principales actions de développement financées par le fonds intitulé
« Financement des dépenses d’équipement et de la lutte contre le chômage » pris en
charge par la direction de la promotion nationale se résument comme suit :

les chantiers d’équipement qui englobent notamment les programmes


de mise en valeur, le développement des infrastructures locales et
l’équipement des zones urbaines, la défense et la restauration des
sols, le reboisement des espaces verts, le creusement des puits,
l’aménagement des pistes ainsi que le nettoiement et l’entretien des
espaces verts pour améliorer le cadre de vie des citoyens ;

les chantiers intéressant les provinces sahariennes qui contribuent au


développement desdites provinces et ce, grâce à la mobilisation de la
force de travail disponible dans ces provinces pour la réalisation de
projets de construction et d’équipement.

II - Administrations de sécurité :

77- Direction Générale de la Sûreté Nationale :

le parachèvement du projet de transmission numérique au niveau des


principales villes du Royaume ;

NOTE DE PRESENTATION 168


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

l’équipement et la modernisation des structures informatiques ;

le renforcement des moyens d’intervention ;

la poursuite des travaux de construction et d’aménagement des


centres d’enregistrement des données identitaires pour accélérer le
rythme de mise en œuvre de la nouvelle carte nationale d’identité.

78- Forces Auxiliaires :

la consolidation et l’achèvement des projets de construction de


casernes en cours ;

L’acquisition des moyens matériels et d’infrastructure nécessaires à la


mise en place des unités programmées dans le cadre dudit plan.

79- Direction de la Surveillance du Territoire :

Les principales actions programmées par la Direction de la Surveillance du


Territoire portent notamment sur :

la poursuite du programme de construction des bâtiments


administratifs destinés aux structures régionales dans le but d'alléger
les charges locatives actuelles;

le renforcement du réseau et des installations informatiques et


techniques ;

le renforcement des moyens de sécurité ainsi que l’équipement des


structures régionales nouvellement construites en matériel et mobilier
de bureau.

IV-2- Economie et Finances

L’enveloppe budgétaire mise à la disposition du Ministère de l’Economie et des


Finances au titre de l’année 2009 s’élève globalement à 2.357.680.000 dirhams
répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 1.792.896.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 254.000.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 310.784.000 DH

Le programme d’action de ce ministère pour l’année 2009 porte sur les


principales actions suivantes:

NOTE DE PRESENTATION 169


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

80-Le renforcement de l’action de lutte contre la fraude et la contrebande


par l’acquisition de matériel de communication et d’équipements de pointe au
profit des centres de contrôle et de surveillance relevant de l’Administration
des Douanes et Impôts Indirects.

81-La poursuite des efforts de construction et d’aménagement des locaux


des services extérieurs du Ministère. La réalisation de ces actions contribue
au renforcement des infrastructures de base des services extérieurs
nécessaires à la mise en œuvre des orientations gouvernementales visant la
consolidation du processus de déconcentration et l’optimisation du réseau des
services déconcentrés pour l’adapter au découpage régional et local. Les
objectifs visés sont le rapprochement de l’administration des usagers du
service public et l’amélioration des conditions d’accueil des contribuables.

82-La poursuite de la mise en place du système de Gestion Intégrée de la


Dépense «GID» : Il s’agit d’un système d’information budgétaire et comptable
qui permettra une gestion efficace et efficiente de la dépense publique
notamment par la réalisation des objectifs suivants :

rationalisation et simplification des circuits et des procédures


d’exécution de la dépense publique ;

accélération du processus d’élaboration de la loi de règlement ;

production des tableaux de bord nécessaires à la maîtrise de


l’exécution de la loi des finances

83-la mise en œuvre du schéma directeur de sécurité des systèmes


d’information pour assurer la sécurisation des données des différentes
directions et la continuité des services et des prestations rendus à travers
l’administration électronique ( E-déclaration, E-règlement ) ;

84-Création d’une salle des marchés au sein de la Direction du Trésor pour


réaliser les opérations de gestion active de la dette et de la trésorerie dans
des conditions professionnelles. La mise en place de cette salle des marchés
repose principalement sur la refonte du système informatique pour la gestion
du processus d’endettement et de la trésorerie publique.

IV-3- Justice

L’enveloppe budgétaire globale allouée au ministère de la Justice au titre de


l’année 2009 s’élève à 2.397.263.000 dirhams répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 1.892.550.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 270.600.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 234.113.000 DH

NOTE DE PRESENTATION 170


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le budget de ce ministère s’inscrit dans le cadre de la poursuite du programme


de réforme du secteur de la justice et de mise à niveau du système juridique et
judiciaire visant la consolidation de l’Etat de droit et la relance de la croissance
économique et sociale moyennant la préservation d’un environnement d’affaires
favorable au développement des investissements.

Dans ce cadre, la stratégie dudit département vise essentiellement :

85-La modernisation des juridictions de commerce par le renforcement des


capacités de gestion du système judiciaire et du registre de commerce ;

86-L’amélioration du cadre législatif et réglementaire pour les activités


commerciales et la résolution du contentieux ;

87-La mise à jour des lois et réglementations relatives au commerce et aux


affaires ;

88-l’amélioration du fonctionnement judiciaire par l’introduction d’un nouveau


système de statistiques judiciaires ;

89-la création de guichets de plaintes et d’information ;

90-le renforcement des capacités de communication du ministère de la justice ;

91-la mise en place du système d’information des juridictions à travers la gestion


du registre de commerce, le suivi des notifications et l’exécution des
jugements.

Les principales actions programmées par le ministère de la Justice portent sur :

92- la poursuite des opérations de redéploiement des ressources humaines et de


formation continue ainsi que l’augmentation du nombre de magistrats et de
personnel des juridictions ;

93-la poursuite du programme de modernisation de la Cour Suprême qui


vise :

la poursuite de l’informatisation du «centre de publication et de


documentation judiciaire » au moyen du développement d’une base
de données juridiques et judiciaires accessible sur le Web;

la continuation du programme de traduction des arrêts de la cour


suprême en partenariat avec des institutions étrangères ;

NOTE DE PRESENTATION 171


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la mise à niveau des connaissances des différents corps de métier de


la Cour Suprême moyennant un programme de formation continue en
langues étrangères et en informatique, destiné aux magistrats et
fonctionnaires de ladite juridiction ;

94-la continuation du programme d’aménagement et d’équipement au sein des


tribunaux de première instance des sections dites " tribunaux de famille" à
travers le lancement des projets de construction des tribunaux de famille de
Settat, Benslimane et Rabat, sachant qu’actuellement 68 sections sont déjà
réalisées. La réalisation de ce programme permettra d’accompagner la mise
en œuvre du nouveau code de famille et de préserver ainsi la justice de
famille et partant l’équilibre de la vie conjugale ;

95-la poursuite du projet de construction du tribunal de première instance de


Témara et le lancement des projets de construction des tribunaux de première
instance de Tata, Taza et el Youssoufia et de la Cour d’Appel de Ouarzazate ;

96-l’aménagement des tribunaux de première instance de Méknès, Kalâa


Sraghna, El Jadida, Zagoura, Figuig, Souk El Arbiaâ, Ouazzane, Oujda et
Tanger ainsi que des Cours d’Appel de Tanger, Marrakech, Casablanca et
l’aménagement du centre de Bouârfa ;

97-la poursuite du programme d’extension et de rénovation des juridictions visant


la mise à niveau des bâtiments abritant les juridictions.

IV-4- Administration Pénitentiaire et Réinsertion

Les crédits budgétaires alloués à la Délégation Générale à l’Administration


Pénitentiaire et à la Réinsertion au titre de l’année 2009 s’élèvent globalement à
1.323.830.000 DH, répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 540.153.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 519.677.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 264.000.000 DH

Ces crédits permettront d’assurer le financement du plan d’action de la


Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire et à la réinsertion, lequel
s’articule autour des axes ci-après :

98-l’achèvement de la maison centrale de Safi dont la réalisation s’inscrit dans le


cadre du renforcement des conditions de détention et de sécurisation des
détenus ainsi que la continuation du programme de construction des prisons
locales visant la décongestion des établissements pénitentiaires déjà
existants ;

99-le lancement des travaux de construction de nouvelles prisons locales et


l’extension de prisons locales notamment pour permettre de maintenir les liens
NOTE DE PRESENTATION 172
PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

familiaux des détenus en favorisant la proximité géographique des


établissements pénitentiaires et remplacer progressivement les
établissements enclavés et vétustes qui ne répondent plus aux exigences de
sécurité ;

100- l’amélioration des conditions d’hébergement, d’hygiène, de soins et


d’alimentation de la population carcérale;

101- la poursuite de la réalisation du programme de réinsertion socio-


professionnelle de près de 3.000 détenus en partenariat avec la Fondation
Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, le ministère de la Justice, le
département chargé de la Formation Professionnelle et l’Office de la
Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail.

102- la formation des personnels administratif et technique ainsi que les


agents chargés de la surveillance des établissements pénitentiaires et des
détenus.

IV-5- Affaires Etrangères et Coopération


Les crédits budgétaires alloués au Ministère des Affaires Etrangères et de la
Coopération au titre de l’année 2009 s’élèvent globalement à 1.675.576.000 dirhams,
répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 1.120.664.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 469.274.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 85.638.000 DH

Ces crédits sont destinés à financer le plan d’action dudit ministère pour
l’année 2009 visant la modernisation de l’appareil diplomatique marocain pour lui
permettre d’assurer la préservation des intérêts de notre pays, la promotion de son
rayonnement culturel et spirituel, la promotion des investissements et des
exportations des produits nationaux à l’étranger ainsi que la mise à niveau des
représentations diplomatiques marocaines.

Ainsi, les actions et opérations retenues pour l’année 2009 portent sur :

103- La poursuite du programme des réalisations immobilières à l’étranger à


travers notamment :

l’acquisition d’immeubles diplomatiques et consulaires;

l’achèvement des travaux de construction d’une chancellerie et d’une


résidence à Islamabad ;

la construction d’une chancellerie et d’une résidence à Nouakchott ;

NOTE DE PRESENTATION 173


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la construction de l’Académie Marocaine des Etudes Diplomatiques.


104- Le renforcement des moyens d’action des missions diplomatiques et
consulaires par la réhabilitation, l’aménagement et l’entretien du patrimoine
immobilier au niveau central et à l’étranger et leur équipement en matériel et
mobilier de bureau, en matériel de communication, en matériel de sécurité et
en matériel informatique .

105- La poursuite du programme de formation continue assuré notamment


aux diplomates en poste à l’étranger qui sera renforcé par la création de
l’Académie Royale des Etudes Diplomatiques qui a pour mission la formation
continue du personnel diplomatique en vue d’améliorer les services rendus
aux usagers et d’uniformiser les procédures et les formalités notamment pour
ce qui est des actes adulaires , d’état civil et les fonctions de conseillers
économiques auprès de nos représentations diplomatiques et consulaires à
l’étranger.

106- La poursuite de la réalisation du programme d’appui à l’accord


d’association avec la Commission Européenne « Meda II » dont l’objectif est le
soutien des efforts de l’administration marocaine en apportant à celle-ci
l’expertise, l’assistance technique et les outils nécessaires pour contribuer à
sa modernisation.

A ce titre, l’année 2009 connaîtra, le lancement et la gestion des projets


portant sur :

107- l’appui institutionnel et juridique à la protection des consommateurs ;

108- le renforcement des structures de contrôles sanitaires, vétérinaires et


phytosanitaires ;

109- la lutte contre le blanchiment des capitaux ;

110- l’appui au renforcement des autorités de la concurrence au Maroc ;

111- le renforcement des capacités institutionnelles de l’Inspection Générale


de l’Administration Territoriale ;

112- l’harmonisation et la mise en œuvre de la législation technique dans les


domaines des appareils électriques, machines, produits de construction et
instruments de mesure ;

113- l’appui au renforcement des capacités institutionnelle, organisationnelle


et technique de l’Institut National d’Hygiène ;

NOTE DE PRESENTATION 174


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

114- le renforcement des capacités d’intervention de l’Agence de l’Oriental et


de la région de l’Oriental en matière de développement économique intégré et
durable.
IV-6- Communauté Marocaine Résidant à l’Etranger

Les crédits budgétaires alloués au ministère délégué auprès du Premier


Ministre chargé de la Communauté Marocaine Résidant à l’Etranger au titre de
l’année 2009 s’élèvent globalement à 335.948.000 dirhams, répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 4.863.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 185.585.000 DH
Dépenses d'investissement……………………………. 145.500.000 DH

Le budget dudit département s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de sa


stratégie à moyen terme qui vise essentiellement la promotion d’une nouvelle
politique en matière de migration à même d’accompagner les mutations que connaît
la Communauté Marocaine à l’étranger et de répondre à ses besoins.

A cet effet, la stratégie d’action dudit département, s’articule autour des


principaux axes ci-après :

115- La préservation de l’identité nationale et civilisationnelle des nouvelles


générations, dans ses dimensions linguistique, religieuse et culturelle ainsi
que le renforcement de leur attachement au pays à travers l’amélioration de
l’enseignement de la langue arabe et de la culture marocaine et la mise en
place d’un programme de création progressive de centres culturels dans les
pays d’accueil;

116- La défense des intérêts des marocains résidant à l’étranger et la


promotion de leur situation juridique, sociale et humaine aussi bien au Maroc
que dans les pays d’accueil notamment par le renforcement des services
sociaux au sein des consulats du Maroc dans les pays d’accueil, en appui au
plan d’action du ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération ;

117- L’implication des marocains résidant à l’étranger dans la gestion de la


chose publique et dans les chantiers du développement humain au Maroc.

Dans ce cadre, les actions et opérations programmées au titre de l’année 2009,


portent sur :

118- Le renforcement des capacités institutionnelles et des moyens d’action


du ministère notamment à travers la mise en place d’un système d’information
qui permet de générer des tableaux de bord et des outils pertinents d’aide à la
décision ;

119- La promotion des études et des recherches et du dialogue sur la


migration marocaine internationale notamment l’étude d’une stratégie

NOTE DE PRESENTATION 175


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

nationale prospective et intégrée en matière d’immigration, l’étude


d’évaluation du programme d’enseignement de la langue arabe et de la
culture d’origine et les études thématiques sur les nouvelles générations des
marocains résidant à l’étranger;

120- Les actions d’accompagnement et d’animation socio-culturelles au


Maroc telles que la journée nationale des MRE avec la remise de prix
Mohammed VI, l’organisation des colonies de vacances ainsi que
l’organisation de l’université d’été des MRE au Maroc ;

121- La création et le renforcement des services sociaux au sein des


consulats du Maroc à l’étranger, l’appui aux groupes vulnérables et le
développement de partenariat avec les associations nationales pour les
actions favorisant les MRE et les régions d’origine;

122- La poursuite de la mise en place du programme de création de centres


culturels mixtes de dialogue et d’amitié dans les pays d’accueil notamment à
Barcelone, Paris, Montréal et Bruxelles.

L’enveloppe allouée à ce ministère comprend également la subvention réservée


à la Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’étranger destinée à la prise
en charge du personnel enseignant de la langue et de la culture arabe, ainsi que des
prédicateurs chargés de maintenir les liens entre lesdits résidants et leurs pays
d’origine par le biais des canaux éducatifs et religieux. A cet égard, l’approche
pédagogique adoptée vise à créer les conditions favorables permettant de renforcer
l’attachement des enfants de notre communauté à l’étranger aux valeurs et traditions
marocaines.

IV.7- Communication
L’enveloppe budgétaire globale prévue au titre de l’année 2009 au profit du
secteur de la Communication s’élève globalement à 1.074.832.000 dirhams répartis
comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 59.949.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 282.468.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 462.415.000 DH
Fonds pour la promotion du paysage audiovisuel
national…………………………………………………… 270.000.000 DH

Le projet de budget dudit département s’inscrit dans le cadre de la mise en


œuvre de la réforme du paysage audiovisuel qui prône notamment la libéralisation
du secteur de la communication et le développement de l’initiative privée dans ce
domaine.

A cet effet, le ministère concerné a centré sa stratégie opérationnelle autour


des principaux axes ci-après :

NOTE DE PRESENTATION 176


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

123- le renforcement du rôle de la « Haute Autorité de la Communication


Audiovisuelle » (HACA) ;
124- L’accompagnement de la Société Nationale de Radiodiffusion et de
Télévision (SNRT) pour l’élargissement de la couverture nationale, la
modernisation de ses outils techniques, la diversification, le développement
des services.

125- L’appui au secteur cinématographique par la poursuite du rôle joué par


le « Fonds d’aide à la production et à l’exploitation cinématographique » en
matière de soutien des producteurs de films cinématographiques et des
exploitants de salles de cinéma ainsi que la mise à niveau des équipements
du laboratoire du Centre Cinématographique Marocain (CCM) en vue
d’exécuter les travaux de tournages cinématographiques dans le respect des
normes requises par les réalisateurs de films marocains et étrangers ;

126- Le soutien à l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication


par la rénovation de ses équipements notamment ceux de nature didactique et
ce, en vue d’adapter les profils des lauréats dudit institut aux besoins du
marché du travail et aux exigences de mutations du secteur audiovisuel.

127- L’accompagnement du développement de la presse nationale visant la


pluralité et la diversité de l’offre de service à travers la contribution à la
modernisation des équipements de l’Agence Maghreb Arabe Presse et à
l’extension de ses représentations au niveau national et international ainsi
qu’à travers le soutien à la presse écrite.

IV-8- Modernisation des Secteurs Publics :

L’enveloppe prévue au profit du département chargé de la modernisation des


secteurs publics au titre de l’année 2009 s’élève globalement à 94.382.000 DH
répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 48.924.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 15.540.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 29.918.000 DH

Outre l’équipement des services dudit ministère et de l’Ecole Nationale


d’Administration, les crédits d’investissement permettront la poursuite de la
réalisation des études et des actions programmées au titre de la réforme
administrative et de la modernisation des secteurs publics.

Le programme d’action pour l’année 2009 porte sur les principaux axes
suivants :

128- Modernisation de l’administration publique à travers les actions ci-après :

la préparation et la mise en œuvre de la politique gouvernementale en


matière d’organisation et de déconcentration administrative ;

NOTE DE PRESENTATION 177


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

la promotion des valeurs professionnelles et l’amélioration des


relations administration-usagers ;
l’évaluation des programmes de modernisation de l’administration.

129- Gestion des ressources humaines moyennant :

la modernisation du cadre statutaire de la fonction publique et le suivi


de l’emploi public ;

le développement des capacités des ressources humaines ;

l’institutionnalisation de l’égalité entre les hommes et les femmes et


l’intégration de l’approche « genre » au sein de l’administration
publique.

130- Développement de l’administration numérique à travers notamment :

la mise à jour du programme national de l’administration électronique;

le renforcement des systèmes d’information de gestion de


l’administration.

Pour renforcer les actions de modernisation des différents ministères le « Fonds


de modernisation de l’administration publique » (FOMAP) sera également mobilisé
en 2009 pour financer à coût partagé 10 projets pour un coût global de 19 MDH
portant sur l’amélioration de la gestion des ressources humaines , la réorganisation
et l’allégement des structures administratives ainsi que la simplification et
l’harmonisation des procédures.

IV-9- Secrétariat Général du Gouvernement


L’enveloppe budgétaire allouée au Secrétariat Général du Gouvernement au
titre de l’année 2009 s’élève à 49.684.000 DH répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 41.098.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 7.458.000 DH
Dépenses d'investissement……………………………. 1.128.000 DH

Les crédits d’investissement sont destinés essentiellement à la poursuite du


programme de modernisation des services du Secrétariat Général du Gouvernement
à travers notamment :

131- l’acquisition d’équipements informatiques destinés aux structures


chargées de l’examen des projets de textes législatifs et réglementaires
émanant des administrations publiques et la mise en œuvre de la politique

NOTE DE PRESENTATION 178


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

gouvernementale en matière d’actualisation et de codification de la législation


et de la réglementation ;

132- le renouvellement d’une partie du parc automobile ;

133- la poursuite de la diffusion sur le site–web de tous les bulletins officiels


parus depuis 1912 ;

134- l’extension du réseau Internet au profit des services chargés des


affaires générales et d’interprétariat.

IV-10-Juridictions Financières
Le montant total des crédits prévus au profit des Juridictions Financières au
titre de l’année 2009 s’élève à 122.890.000 DH répartis comme suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 64.936.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 24.309.000 DH
Dépenses d'investissement…………………………….. 33.645.000 DH

Ces crédits visent la poursuite de la réalisation des orientations stratégiques


de la Cour des Comptes qui s’articulent autour des objectifs suivants :

135- La mise en œuvre des principes d'efficacité, de rationalité et de


performance de la gestion publique et ce, dans le cadre de la réforme de la
gestion des finances publiques et de la nouvelles approche budgétaire axée
sur les résultats engagée par notre pays ;

136- Assurer la transparence, la bonne gouvernance et la gestion appropriée


des finances publiques par l'application du principe de la généralisation de la
reddition des comptes;

137- L'installation d'un système d'information et de communication intégré


favorisant les échanges d’information entre les différents corps de contrôle
des finances publiques et le traitement du passif en matière d’apurement des
comptes;

138- Le développement du savoir, de la compétence et du professionnalisme


des magistrats et du personnel technique et administratif par la formation et le
perfectionnement afin d’enraciner les principes de la bonne gouvernance au
sein du secteur public;

139- L’échange d’expériences et l’amélioration des pratiques et du savoir


faire par le développement des liens de coopération et de partenariat au
niveau national et international en partenariat avec les institutions et les corps
de contrôle des finances publiques nationaux et étrangers pour ouvrir les
juridictions financières sur leur environnement national et international.

NOTE DE PRESENTATION 179


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Dans ce cadre, le programme d’actions de la Cour des Comptes pour l’année


2009 porte principalement sur:

140- La poursuite des travaux d'extension du siège de la Cour des Comptes


;

141- Le lancement des travaux de construction du siège de la Cour


Régionale des Comptes de Settat et l’achèvement du siège de la Cour
Régionale des Comptes d’Agadir entrant dans le cadre du programme initié
par la Cour des Comptes visant l’installation progressive des Cours
Régionales des Comptes dans des sièges qui répondent à leurs spécificités et
ce, en adoptant une vision uniforme d’aménagement et un cachet architectural
propre;

142- L'aménagement et l'équipement des 7 autres Cours Régionales des


Comptes;

143- Le développement de l’informatisation des juridictions par l'utilisation


des technologies de l'information et de la communication pour renforcer
l’efficacité d’intervention des juridictions financières tant en matière de
jugement des comptes que de redressement des irrégularités.

IV-11- Relations avec le Parlement


L’enveloppe budgétaire allouée au profit du ministère chargé des Relations
avec le Parlement au titre de l’année 2009 s’élève à 20.074.000 DH répartis comme
suit :

Dépenses de personnel……...…………………………. 15.257.000 DH


Dépenses de matériel et dépenses diverses………… 4.817.000 DH

Ces crédits sont destinés à la réalisation du plan d’action stratégique de ce


département qui s’articule autour des objectifs visant le renforcement de ses modes
d’intervention pour la coordination des relations entre les deux chambres du
Parlement et les structures gouvernementales ainsi que le suivi du processus
d’examen et d’adoption des projets de textes à caractère législatif.

Dans ce cadre, le programme retenu par le ministère chargé des Relations avec
le Parlement pour l’année 2009 porte essentiellement sur l’aménagement du siège
de ce ministère, le développement de son parc informatique et des moyens de travail
et de communication de ses services afin d’accomplir les missions précitées.

IV-12- Charges Communes


IV-12-1- Fonctionnement

NOTE DE PRESENTATION 180


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Le montant des crédits prévus au titre du budget de fonctionnement des


charges communes pour l’année 2009 s'élève à 47.019.203.000 dirhams, en
diminution de 992.797.000 dirhams ou -2,07% par rapport aux crédits ouverts au titre
de l’année budgétaire 2008, augmentés de crédits supplémentaires ouverts en cours
d’année pour un montant de 14 milliards de dirhams destiné à la caisse de
compensation.

Les principales rubriques de ce chapitre sont constituées par les transferts en


faveur de :

144- La Caisse Marocaine des Retraites : 10.871 MDH

Cette enveloppe couvre la charge normale de l’exercice et tient compte de


l’incidence financière de l’application des décisions prises dans le cadre du dialogue
social, de la régularisation de la situation de certaines catégories de personnel de
l’Etat, de la revalorisation des salaires des agents d’autorité, de l'apurement de la
troisième tranche du déficit du régime des pensions militaires ainsi que de la
première tranche du reliquat de la charge additionnelle générée pour la CMR par
l’opération de départ volontaire à la retraite.

145- La Caisse de Compensation et l’ONICL : 32.900 MDH

Ces crédits, en baisse de 1.100 MDH ou -3,24% par rapport aux crédits
programmés en 2008 et augmentés, en cours d’année, d’un montant de 14 milliards
de dirhams, sont destinés à la couverture des charges de compensation pour l’année
2009 des prix des denrées alimentaires de base, y compris la farine libre, et des
produits pétroliers pour un montant de 27.900 MDH ainsi qu’à l’apurement des
arriérés de compensation de ces deux catégories de produits au titre de l’année
2008 s’élevant à 5.000 MDH. Ces crédits sont complétés par les ressources du fonds
de soutien des prix s’élevant à 1 milliard de dirhams.

146- La Prévoyance Sociale : 1.675 MDH

dont :

Contribution de l’Etat à l’assurance maladie


obligatoire de base du secteur public : 1.330 MDH

Cette enveloppe, en augmentation de 59,84 MDH par rapport à celle de l’année


2008, est dédiée au financement de la contribution patronale de l’Etat à l’assurance
maladie obligatoire de base du secteur public et à l’apurement des arriérés de la
CNOPS.

Mutuelle des Forces Armées Royales : 300 MDH

NOTE DE PRESENTATION 181


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Contribution de l’Etat à la couverture médicale


de base au profit des personnes victimes de
violations des droits de l’Homme : 45 MDH

NOTE DE PRESENTATION 182


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

IV-12-2- Investissement
Le montant des crédits prévus au titre du budget d’investissement des charges
communes pour l’année 2009 s'élève à 11.635.280.000 dirhams, en hausse de
194.968.000 dirhams ou 1,70% par rapport à l’année budgétaire 2008.

Les principales composantes de ce chapitre sont les suivantes :

147- Versement au compte spécial du Trésor intitulé « Acquisition et


réparation des matériels des Forces Armées
Royales »……..………….………6.521 MDH

148- Participations et concours divers……………………………..………..3.130 MDH

Cette rubrique qui représente globalement 26,90% du projet du budget


d'investissement des charges communes comprend principalement des transferts au
titre des opérations suivantes :

Règlement des échéances des dettes de certaines entreprises


publiques............................................................................. 355 MDH
Dotations en capital et restructuration d'établissements et entreprises
publics.................................................................................. 66,60 MDH
Subventions aux Agences pour la Promotion et le Développement
Economique et Social ….……………………………….……..580 MDH
Contribution à la réalisation du projet d’aménagement de la Vallée du
Bouregreg ….….………………………………………………...250 MDH
Promotion de l’emploi et offshoring…………..……………. 250 MDH
Promotion des exportations ……………………..…………. 250 MDH

149- Versement au Fonds de Soutien à l’Initiative Nationale


pour le Développement Humain ………………………………….. 1.300 MDH

150- Ristournes d'intérêts......................................................................434,28 MDH

dont 430 MDH au titre des ristournes sur prêts à la construction.

151- Versement au Fonds de promotion des investissements……….. 200


MDH

152- Couverture des risques de change sur emprunts extérieurs dans le


cadre du soutien de l'Etat à certaines institutions financières………………
50 MDH.

NOTE DE PRESENTATION 183


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

NOTE DE PRESENTATION 183


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Les dispositions contenues dans le projet de loi de finances pour l'année budgétaire
2009 portent sur des mesures d'ordre fiscal et diverses.

I- DISPOSITIONS D'ORDRE FISCAL


A- DOUANES ET IMPOTS INDIRECTS

1- Habilitation et ratification
a- Habilitation

En vertu des dispositions combinées des articles 5 et 183 du code des douanes et
impôts indirects relevant de l’Administration des Douanes et Impôts Indirects, approuvé
par le dahir portant loi n° 1-77-339 du 25 chaoual 1397 (9 octobre 1977), les quotités
tarifaires et les autres droits et taxes perçus à l’importation ou à l’exportation ainsi que les
taxes intérieures de consommation peuvent, conformément aux dispositions de l’article 45
de la Constitution, être modifiés ou suspendus par le gouvernement, en vertu d’une
habilitation législative.

Conformément à l’habilitation prévue par l’article 45 de la Constitution, mise en


application par l’article 2-I de la loi de finances 2008, autorisation a été donnée au
gouvernement à l’effet de :

− modifier ou suspendre par décret les quotités tarifaires et les autres droits et
taxes perçus à l’importation et à l’exportation ainsi que les taxes intérieures de
consommation ; et
− modifier ou compléter également par décrets :
• les listes des biens d’équipement, matériels et outillages ainsi que leurs
parties, pièces détachées et accessoires nécessaires à la promotion et
au développement de l’investissement ;
• les listes des produits originaires et en provenance de certains pays
d’Afrique, bénéficiant de l’exonération du droit d’importation ainsi que la
liste de ces pays.

Dans ce même cadre, le paragraphe I de l’article 2 du projet de loi de finances pour


l’année 2009 prévoit l’habilitation du gouvernement de prendre des mesures de même
nature que celles visées ci-dessus et ce, durant l’année budgétaire 2009.

b- Ratification :
Les décrets pris en vertu de l’habilitation relative à l’exercice 2008, doivent être,
conformément aux dispositions de l’article 45 de la Constitution, soumis à la ratification du
parlement à l’expiration du délai fixé par la loi d’habilitation.

Aussi, le paragraphe II de l’article 2 du projet de loi de finances pour l’année 2009


vise t-il la ratification des décrets ci-après pris durant l’année 2008 :

NOTE DE PRESENTATION 184


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

1. Décret n° 2-08-01 du 7 moharrem 1429 (16 Janvier 2008) portant


modification du décret n° 2-07-84 du 29 hija 1427 (19 Janvier 2007) relatif à
la suspension du droit d’importation et de la taxe sur la valeur ajoutée à
l’importation applicables à certains produits :

La campagne agricole 2007-2008 a été particulièrement handicapée par la sévère


sécheresse de la saison 2006-2007, qui a fortement réduit les stocks en aliments de bétail
tout en induisant une hausse de leur prix. Cette situation a été aggravée par la hausse des
cours mondiaux des aliments de bétail, notamment les céréales fourragères.

Afin de poursuivre les efforts déployés pour la sauvegarde du bétail, il a été jugé
opportun de proroger jusqu'au 31 Mai 2008, la mesure de suspension de la perception du
droit d’importation et la TVA à l’importation applicables à certains aliments de bétail (orge,
maïs, avoine, tourteaux ...), objet du décret n° 2-07-84 du 19 Janvier 2007.

2. Décret n° 2-08-242 du 16 joumada I 1429 (22 Mai 2008) portant suspension


de la perception du droit d’importation applicable au blé dur et
modification de la quotité du droit d’importation applicable au blé tendre :

Afin de prémunir la compétitivité de l’industrie nationale des dérivés du blé dur et lui
permettre de s’approvisionner à des conditions de prix favorables face à la flambée des
cours mondiaux de cette céréale, il a été jugé nécessaire de suspendre la perception du
droit d’importation applicable au blé dur du 1er Juin 2008 au 31 Mai 2009.

Par ailleurs et afin de permettre l’écoulement normal de la production céréalière


nationale de la campagne agricole de cette année avec un prix rémunérateur pour les
agriculteurs nationaux, il a été jugé opportun de relever le droit d’importation applicable au
blé tendre de 30 % à 50 %, à compter du 1er Juin 2008.

3. Décret n° 2-08-429 du 25 rejeb 1429 (29 Juillet 2008) portant suspension du


droit d’importation applicable à certains aliments destinés à l’alimentation
des animaux :

Les cours mondiaux des principaux aliments de bétail ont enregistré une tendance
haussière sur le marché international. Ainsi, entre Janvier 2007 et Janvier 2008, ces prix
ont augmenté de 31% pour le maïs, de 35% pour les tourteaux de soja et de 86% pour les
tourteaux de tournesol.

Afin de poursuivre les efforts déployés pour la mise à niveau des filières animales et
l’amélioration de leur compétitivité, il a été jugé opportun de suspendre la perception du
droit d’importation applicable à certains aliments de bétail et ce, du 1er Juin 2008 au 31
Mai 2009.

4. Décret n° 2-08-430 du 25 rejeb 1429 (29 juillet 2008) portant suspension de


la perception du droit d’importation applicable au blé tendre :

L’actuelle campagne céréalière a été caractérisée par une faible collecte de blé
tendre qui a enregistré une baisse de 26% par rapport à la moyenne des cinq dernières
campagnes agricoles. Cette situation engendre d’importantes difficultés pour le secteur de
la transformation en matière d’approvisionnement en cette denrée de première nécessité.

NOTE DE PRESENTATION 185


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Par conséquent et afin d’assurer un approvisionnement régulier du marché


intérieur, il a été jugé nécessaire de suspendre, à compter du 16 août 2008, la perception
du droit d’importation sur le blé tendre.

5. Décret n°2-08-266 portant modification des quotités du droit d’importation


applicable à certains produits :

Dans le cadre des mesures entreprises pour le renforcement de la compétitivité des


entreprises marocaines en vue d’affronter la concurrence internationale résultant de
l’entrée en vigueur des accords de libre échange, il a été décidé de réduire le droit
d’importation applicable à certains intrants et matières premières utilisés dans les secteurs
agricole, textile-habillement, agro-alimentaire, l’industrie des couches à bébé, l’industrie
des détergents et l’industrie des piles sèches.

Par ailleurs, pour permettre la valorisation des produits transformés de la pêche et


l’amélioration de la capacité des opérateurs économiques à accéder au marché
international tout en assurant un approvisionnement normal du marché national en
poisson, il a été estimé opportun de ramener le droit d’importation applicable à certaines
catégories de poissons de 50 % à 25 %.

En fin, dans un souci d’ajustement de la tarification douanière applicable à certains


produits, il a été décidé :

9 de relever le droit d’importation sur les craies de 2,5% à 25% et ce, afin de
soutenir la production locale face à la concurrence des entreprises
étrangères ;
9 de ramener le droit d’importation applicable aux produits relevant des
positions tarifaires n°s 4806.40.90.00 et 8305.10.00.00, de 50 % à 40 % et
ce, en vue d’harmoniser ce taux avec le droit d’importation maximum en
vigueur ;
9 d’harmoniser la nomenclature douanière avec les dispositions portant
abrogation de la loi réglementant les industries de montage de véhicules
automobiles.

6. Décret n° 2-08-286 portant modification des quotités du droit d’importation


applicable aux produits de la plasturgie :

Le secteur marocain de la plasturgie se développe dans plusieurs domaines dont


l’emballage, l’automobile et le bâtiment. Il est aussi réputé pour sa forte valeur ajoutée en
raison de sa participation à la production de matériaux composites.

Malgré ses performances, l’industrie de la plasturgie est confrontée à des


contraintes qui empêchent son développement. Parmi ces contraintes, figurent les coûts
élevés de production qui résultent, notamment, de la hausse des prix des matières
premières consécutive à l’envolée du prix du baril de pétrole brut.

Or, l’approvisionnement de l’industrie locale dépend fortement de l’étranger puisque


la majorité des matières premières sont importées, à l’exception du Chlorure de Polyvinyle
(PVC) produit localement.

NOTE DE PRESENTATION 186


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Aussi, dans un souci d’améliorer la compétitivité de l’industrie de la plasturgie et lui


assurer une diversification de ses sources d’approvisionnement à moindre coût, il a été
jugé opportun de reconsidérer la structure tarifaire du chapitre 39 du tarif des droits
d’importation conformément au schéma ci-après :

9 Réduction du droit d’importation à un maximum de 32,5 % pour les ouvrages


finis en plastique ; et
9 Baisse du droit d’importation à 17,5 % pour les matières premières utilisées
exclusivement dans l’industrie de la plasturgie.

2 – Code des douanes et impôts indirects


Les propositions de modification des articles ci-après sont motivées par les
considérations suivantes :

¾ Article 40- Agrément des scellés utilisés par des particuliers ou des
organismes agréés par les administrations douanières étrangères :

Le texte actuel prévoit que les scellés utilisés par les opérateurs économiques sont
ceux dont les formes et les caractéristiques sont définies par l’administration.

La modification proposée vise à prévoir l’acceptation également des scellés utilisés


par des particuliers ou des organismes agréés par les administrations douanières
étrangères et ce, dans le cadre d’accords conclus avec lesdites administrations visant à
instaurer la reconnaissance mutuelle des contrôles.

Ces accords s’inscrivent dans le cadre de l’application du cadre de normes de


l’OMD visant à la fois à sécuriser la chaîne logistique internationale et à assurer la fluidité
du commerce.

¾ Création d’une nouvelle section et d’un nouvel article (Article 73 bis)


consacré à l’Opérateur Economique Agréé

Conformément au cadre de normes de l’organisation mondiale des douanes, le


statut d'opérateur économique agréé est accordé à tout opérateur économique dont
l’activité est bien organisée, transparente et en situation régulière vis-à-vis de
l’administration.

Le statut d'opérateur économique agréé ainsi accordé devrait être reconnu par les
autres pays tiers, dans le cadre des accords se rapportant à la reconnaissance mutuelle
des contrôles.

Ce statut permettra à l’opérateur économique de bénéficier d’un certain nombre


d’avantages et de facilités sur le plan procédural ce qui contribuera à la réduction des
coûts et des délais inhérents aux opérations en douane.

A noter que dans une première étape, l’administration a déjà mis en œuvre son
programme national dit « catégorisation des entreprises », qui constitue une étape
préalable dans la mise en place d’un système d’octroi du statut d’opérateur économique
agréé.

NOTE DE PRESENTATION 187


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Ainsi, la proposition vise à ériger le principe de l’opérateur économique agréé au


niveau du code des douanes et à préciser que les modalités et les critères de sélection
des opérateurs concernés seront fixés par arrêté du ministre chargé des finances.

¾ Article 78 bis- Prévoir que les nouveaux cas d’annulation des déclarations
en détail seront désormais fixés par voie réglementaire.

L’article 78 bis actuel prévoit les cas d’annulation des déclarations en détail après
leur enregistrement.

Depuis l’adoption du principe d’annulation desdites déclarations, le nombre des cas


s’y rapportant n’a cessé de se multiplier sans atteindre l’exhaustivité et l’administration se
heurte à des difficultés pour annuler les déclarations lorsqu’il s’agit de nouveaux cas
pertinents non prévus et dont l’insertion au niveau de l’article 78 bis ne peut se faire que
dans le cadre de la loi de finances de l’année d’après.

Aussi, la proposition d’amendement dudit article vise-t-elle à prévoir que les cas
d’annulation prévus par l’article 78 bis actuel peuvent être modifiés ou complétés par voie
réglementaire.

¾ Article 259 - Saisine du tribunal le plus proche du bureau douanier pour


demander la confiscation des marchandises saisies à l’encontre
d’individus inconnus.

L’article actuel prévoit que l’administration peut, suite à des saisies de


marchandises opérées à l’encontre d’individus inconnus, demander au tribunal de
première instance la confiscation desdites marchandises.

Ainsi, en application du dispositif actuel, certains bureaux douaniers sont contraints


à prendre attache des tribunaux du lieu de saisie situés dans des régions lointaines
desdits bureaux.

Aussi, la proposition d’amendement vise-t-elle à permettre la saisine du tribunal le


plus voisin du bureau douanier appelé à suivre l’affaire constatée.

3- Tarif des droits de douane

3-1- Réforme tarifaire

Dans un souci d’arrimage de l’économie nationale à l’économie mondiale, le Maroc


a procédé à la conclusion des accords de libre échange avec certains pays ou groupes de
pays.

Ces accords de libre échange, caractérisés par l’importance de leur volet


commercial, visent l’établissement progressif d’une zone de libre échange à travers un
processus de démantèlement des droits d’importation et des taxes d’effet équivalent qui
s’appliquent aux produits industriels et à certains produits agro-industriels répondant aux
règles d’origine convenues.

L’importance des avantages fiscaux tarifaires prévus par les accords de libre
échange pourrait provoquer un détournement des échanges de marchandises d’origine
tierce vers l’origine préférentielle en raison du différentiel de taxation entre les produits

NOTE DE PRESENTATION 188


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

importés à des droits préférentiels et ceux soumis au régime de droit commun. Ce


différentiel de taxation ne cesse de s’amplifier avec l’état d’avancement du rythme de
démantèlement tarifaire.

Une telle situation présente l’inconvénient d’inciter les opérateurs à s’approvisionner


auprès des fournisseurs de pays signataires des accords de libre échange au détriment de
l’efficacité économique. De même, le maintien d’un différentiel important de taxation serait
un handicap à la diversification des partenaires commerciaux et par conséquent une
source de perte des recettes douanières pour le Trésor. D’où la nécessité de réduire le
différentiel de taxation entre la fiscalité douanière préférentielle et celle du droit commun.

Afin d’éviter un différentiel de taxation excessif à l’horizon 2012 qui coïncide avec la
libéralisation tarifaire totale prévue notamment par l’accord d’association Maroc-Union
Européenne et s’épargner un détournement de trafic, il est opportun de prévoir un schéma
progressif de réforme tarifaire pour la période 2009 à 2012. L’objectif est de réduire le droit
d’importation maximum, applicable aux produits industriels des chapitres 25 à 97 du tarif
des droits de douane à l’importation, à 25 % à l’horizon 2012 et de ramener de 6 à 4 taux
le nombre des quotités tarifaires, conformément au schéma ci-après :

Quotités du droit
2009 2010 2011 2012
d’importation en 2008
10% 7,5% 5% 2,5% 2,5%

17,5% 10% 5% 2,5% 2,5%

25% 20% 17,5% 10% 10%

32,5% 27,5% 27,5% 25% 17,5%

40% 35% 35% 30% 25%

3-2- Réduction du droit d’importation applicable aux produits relevant


du chapitre 03 du tarif des droits de douane

La fluctuation constatée des captures pêchées au Maroc induit un manque de


matières premières pour les industries nationales de valorisation et de transformation des
produits de la pêche maritime. Par conséquent, ces unités industrielles tournent en deçà
de leurs capacités de production, ce qui risque de compromettre leur viabilité économique
avec des conséquences sociales négatives sur une large population de travailleurs dans
le secteur des pêches maritimes.

Par ailleurs et compte tenu de la concurrence internationale, le maintien d’une place


sur le marché national et international des produits valorisés et transformés au Maroc ne
peut s’accommoder de ruptures cycliques de la production occasionnant ainsi des
difficultés pour alimenter le marché.

Afin d’assurer cette disponibilité en ressources halieutiques et encourager


l’installation d’unités de transformation pour approvisionner le marché national et
international, il est proposé de réduire le droit d’importation applicable sur les produits du
chapitre 03 du tarif des droits d’importation à 10 %.

NOTE DE PRESENTATION 189


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

4- Taxes intérieures de consommation : Proposition de report,


jusqu’au 1er janvier 2010, de la date d’entrée en vigueur de la
quotité de la taxe intérieure de consommation applicable au gaz de
pétrole et autres hydrocarbures gazeux, autres que les gaz
liquéfiés

La loi de finances pour l’année budgétaire 1996-1997 a porté la quotité de la taxe


intérieure de consommation (TIC) applicable au gaz de pétrole et autres hydrocarbures
3
gazeux, autres que les gaz liquéfiés, de 2 à 402 DH/1000 m . Cette nouvelle quotité, fixée
3
en fonction du pouvoir calorifique du gaz naturel a été ramené à 377,6 DH/1000 m dans
le cadre de la loi de finances pour l’année budgétaire 1998-1999.

Compte tenu des difficultés financières de l’Office National des Hydrocarbures et


3
des Mines, la date d’entrée en vigueur de l’application du taux de 377,6 DH/1000 m au
titre de cette taxe est différée annuellement, de sorte que la perception de cette taxe
s’effectue selon le taux de 2 DH/1000 m3.
er
Pour les même raisons, il est proposé de différer, jusqu’au 1 janvier 2010, la date
d’entrée en vigueur de la mesure précitée.

5- Exonération – Société Phosboucraâ


En vertu des dispositions de l’article 4 du dahir n°1-92-280 du 4 rejeb 1413 (29
décembre 1992) portant loi de finances pour l’année 1993, les matériels et les matières
transformables importés par la société Phosboucraâ ou pour son compte, dans le cadre
de son programme d’action visant à assurer la valorisation des gisements phosphatiers de
nos provinces sahariennes, sont admis en exonération des droits et taxes applicables à
l’importation.

Cette exonération a été reconduite par les lois de finances depuis 1994.

Eu égard à la contribution de cette société dans le développement de nos provinces


du sud, il est proposé de proroger, jusqu’au 31/12/2009, l’exonération des droits et taxes
applicables à l'importation de matériel et des matières transformables destinés à la société
Phosboucraâ.

B – IMPOTS, TAXES ET DIVERSES MESURES FISCALES

1 - Prorogation de l’exonération du secteur agricole


En application des Hautes Instructions Royales prononcées dans le discours du 20
août 2008 à l’occasion du cinquante cinquième anniversaire de la Révolution du Roi et du
Peuple, il est proposé de proroger jusqu'au 31 décembre 2013 l’exonération des revenus
agricoles de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt sur le revenu.

Sont concernés par cette exonération, les bénéfices provenant des exploitations
agricoles et de toute autre activité de nature agricole non soumise à la taxe professionnelle.

NOTE DE PRESENTATION 190


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

2 - Mesures relatives à la reforme de l’impôt sur le revenu

2-1- Réaménagement du barème de l’impôt sur le revenu


Suite aux Hautes Directives de Sa Majesté le Roi, que Dieu L’assiste, contenues
dans ses discours prononcés le 30/07/08, à l’occasion du 9ème anniversaire de l'accession
du Souverain au Trône et celui du 20/08/08, pour le 55ième anniversaire de la révolution du
Roi et du Peuple, il est proposé de réduire la charge fiscale qui pèse sur les contribuables
par le biais :

9 de l’augmentation du montant de la réduction pour charge de famille en :

− relevant le montant de la réduction pour charge de famille de 180 DH à


360 DH par personne à charge dans la limite de 6 personnes, soit un
montant de 2.160 DH.
− du relèvement du taux d’abattement des frais professionnels pour les
salariés en :
− relevant le taux des frais professionnels de 17 % à 20 % plafonnés à
24.000 DH.

9 du réaménagement du barème en :

− relevant le seuil exonéré de 24.000 à 27.000 DH ;


− modifiant toutes les tranches intermédiaires et les taux correspondants ;
− réduisant le taux marginal d’imposition de 42 % à 40 % applicable aux
tranches supérieures à 150.000 DH.

2-2- Déduction des intérêts de prêt contracté pour la construction


d’un logement destiné à l’habitation principale

Compléter les dispositions de l’article 28-II du C.G.I en prévoyant d’accorder la


déduction des intérêts de prêt contracté pour la construction d’un logement destiné à
l’habitation principale, dans la limite de 7 ans à compter de la date de délivrance de
l’autorisation de construire et ce afin d’harmoniser avec le délai prévu en matière des droits
d’enregistrement et de tenir compte des difficultés rencontrées par les contribuables qui
construisent leur logement.

2-3- Déduction des cotisations pour la retraite complémentaire et


exonération des prestations au titre des contrats d’assurance sur la
vie ou de capitalisation

Modifier les dispositions de l’article 28-III pour ramener la durée du contrat


d’assurance retraite, ouvrant droit à déduction des cotisations et primes versées du revenu
global imposable, d’au moins 10 ans actuellement à 8 ans, afin de favoriser l’épargne et
d’encourager les contribuables à se constituer une retraite complémentaire.

NOTE DE PRESENTATION 191


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Dans le même objectif, il est proposé de modifier les dispositions de l’article 57-10°
en vue d’accorder l’exonération des prestations servies au terme d’un contrat d’assurance
sur la vie ou contrat de capitalisation dont la durée est d’au moins 8 ans au lieu de 10 ans
actuellement.

2-4- Mode de recouvrement en matière d’impôt sur le revenu au titre


des profits fonciers
Afin d’harmoniser le mode de recouvrement de l’IR/profit foncier et de généraliser
son recouvrement par voie d’ordre de recettes, en cas de rectification, il est proposé de
modifier les dispositions de l’article 175 du C.G.I.

2-5- Révision des régimes d’imposition en matière de revenus


professionnels (I.R)

a - Régime actuel :

Actuellement et conformément aux des dispositions de l’article 32 du Code Général


des Impôts (C.G.I), les revenus professionnels sont déterminés d’après le régime du
résultat net réel, qui est le régime de droit commun.

Toutefois, la loi prévoit pour la détermination du revenu professionnel deux régimes


dérogatoires, il s’agit du régime du résultat net simplifié et celui du bénéfice forfaitaire,
applicables sur option aux contribuables dont le chiffre d’affaires déterminé par nature de
profession ou activité n’excède pas certaines limites (3 limites du CA pour le R.N.S et 3
limites pour le régime du forfait selon la nature de l’activité).

b - Proposition :

Afin d’harmoniser les dispositions prévues pour la détermination du revenu


imposable en matière d’I.R professionnel avec celles prévues en matière de seuil
d’exonération pour la T.V.A. et le seuil du chiffre d’affaires prévu par la loi comptable qui
exige la tenue d’une comptabilité par les commerçants dont le chiffre d’affaires dépasse
2 000 000 DH, il est proposé de réduire le nombre des limites du seuil de chiffre d’affaires
pour l’option au régime du résultat net simplifié ou le régime du forfait et de ne retenir que
deux limites de chiffre d’affaires par régime d’imposition au lieu de trois.

3 - Poursuite de la réforme de la T.V.A.


Dans le cadre du projet de loi de finances pour l’année 2009, la réforme de la TVA est
poursuivie en vue de la modernisation de cette taxe et le renforcement de son efficacité.

Les modifications proposées, portent sur la structure des taux ainsi que la suppression
des régimes dérogatoires qui s’avèrent injustifiés.

NOTE DE PRESENTATION 192


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Ces actions tendent à assurer une plus grande efficacité de la taxe sur la valeur
ajoutée, en renforçant les objectifs d’équité, de transparence et de simplicité de cette taxe.

A cet égard, il est proposé :

• de poursuivre la politique visant à renoncer à toute nouvelle exonération ;


• de supprimer les exonérations qui ne se justifient pas ;
• d’agir en faveur de l’uniformisation des taux applicables, en amont et en
aval, en vue d’abolir les situations de butoir de crédit de taxe afin de
renforcer la neutralité de la T.V.A.

3-1- Exonération de 50 % des mosquées


Cette mesure s’inscrit en application des Hautes Instructions de SA MAJESTE LE ROI
que DIEU L’assiste, contenues dans Son discours prononcé le 27 septembre 2008 à
l’occasion de la tenue de la session ordinaire du conseil supérieur des Oulémas.

3-2- Exonération des médicaments anticancéreux


Actuellement, l’exonération portant sur l’importation des médicaments de lutte contre
le cancer se limite aux médicaments antimitotiques relevant des rubriques tarifaires
3004.10.20, 3004.20.20, 3004.32.20, 3004.39.20, 3004.40.20 et 3004.90.20 conformément
aux dispositions de l’article 123-36° du C.G.I.

3-3- Harmonisation des seuils d’assujettissement

Dans le cadre de la réforme de la TVA visant l’uniformisation des seuils d’imposition


en vue d’une meilleure maîtrise des coûts de gestion de l’impôt, en ne retenant comme
assujettis que les entreprises en mesure d’accomplir leurs obligations comptables et
déclaratives, il est proposé, à compter du 1er janvier 2009, le relèvement du seuil
d’assujettissement pour les petits fabricants et les petits prestataires de 180.000 à 500.000
dirhams.

Or, l’évolution de la pharmacologie a permis l’émergence d’autres médicaments


efficaces contre le cancer et qui sont commercialisés sur le marché. Ces derniers ne
figurent pas parmi les rubriques tarifaires susvisées.

Cette évolution devrait entraîner la révision du régime fiscal actuel afin que
l’exonération précitée couvre toutes les spécialités de médicaments affectés à la lutte
contre le cancer. A cet effet, il est proposé, à compter du 1er janvier 2009 :

• d’exonérer les médicaments destinés au traitement du cancer sans faire


référence aux rubriques tarifaires précitées ;
• de remplacer le terme « antimitotiques » par « anticancéreux ».

NOTE DE PRESENTATION 193


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

3-4- Taxation au taux réduit de 10 % de certains produits soumis


actuellement au taux de 7 %

Dans la perspective d’arriver à une TVA à deux taux et de baisser le taux normal, il est
proposé d’appliquer le taux de 10 % :

a- au péage dû pour emprunter les autoroutes.

b- aux aliments destinés à l’alimentation du bétail et des animaux de basse-


cour, ainsi que les tourteaux servant à leur fabrication, à l’exclusion des autres
aliments simples tels que céréales, issus, pulpes, drèches et pailles.

c- au savon de ménage.

Il y a lieu de préciser que la fédération des fabricants des huiles s’engage à maintenir
à leur niveau actuel les prix du savon et des tourteaux.

4- Mesure spécifique à l’I.S.

4-1- Clarification des conditions d’octroi des avantages fiscaux aux


sociétés holding offshore
Cette mesure vise à clarifier les conditions d’octroi des avantages fiscaux aux sociétés
holding offshore en précisant que celles-ci doivent avoir pour objet exclusif la gestion de
portefeuille de titres et la prise de participation dans des entreprises non résidentes,
compte tenu de l’objet pour lequel ont été instituées les zones financières offshore et qui
vise l’encouragement des activités réalisées avec l’étranger.

4-2- Encouragement de la capitalisation des petites et moyennes


entreprises

Dans le cadre de la politique de réduction de la pression fiscale sur les entreprises et


afin de renforcer leur structure financière pour leur permettre de faire face à la concurrence
internationale, il est proposé d’introduire une mesure fiscale visant à encourager
l’augmentation du capital des petites et moyennes entreprises dont le chiffres d’affaires est
inférieur ou égal à cinquante (50) millions de dirhams

Cette mesure va permettre aux entreprises qui procèdent, entre le 1er janvier et le 31
décembre 2009 inclus, à une augmentation de leur capital social par des apports en
numéraires ou de créances en comptes courants d'associés, de bénéficier d'une réduction
de l'impôt sur les sociétés égale à 10 % du montant de l'augmentation du capital réalisée.

5 – Mesures relatives aux droits d’enregistrement

¾ Application du taux de droit commun aux acquisitions d’immeubles

La mesure vise la suppression de la double imposition relative à l’acquisition


d’immeubles par voie de Mourabaha.

NOTE DE PRESENTATION 194


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

6- Mesures communes à l’impôt sur les sociétés (I.S.) et à l’impôt sur


le revenu (I.R.)

6-1- Suppression des abattements appliqués aux plus-values de


cession d'éléments d'actif immobilisé
La mesure de suppression des abattements appliqués sur les plus- values de cession
d'éléments incorporels et corporels de l'actif immobilisé s’inscrit dans le prolongement des
mesures de la loi de finances pour l’année budgétaire 2008 visant la réduction des taux
d’imposition et l’unification et élargissement de la base imposable.

Cette mesure de rationalisation des avantages fiscaux va permettre au Maroc de


s’aligner sur les meilleures pratiques fiscales internationales et d’améliorer la compétitivité
de son système fiscal, dans la perspective de la réduction des taux visée par la réforme
fiscale en cours.

6-2- Application du taux normal aux entreprises exportatrices des


métaux de récupération

Dans le but d’assurer un meilleur approvisionnement du marché local en métaux de


récupération, il est proposé de soumettre les entreprises exportatrices de ces métaux au
taux normal en matière d’impôt sur les sociétés et au barème en matière d’impôt sur le
revenu.

6-3- Prorogation de la réduction d’impôt en faveur des promoteurs


immobiliers
Cette mesure vise à proroger pour une durée de deux ans , la réduction de 50% d’IS
ou d’IR en faveur des promoteurs immobiliers qui construisent des logements sociaux tels
que définis à l’article à l’article 92- 28° du CGI dans le cadre d’une convention signée avec
l’Etat.

7 – Mesure commune à l’impôt sur les sociétés (I.S.) et à la taxe sur


la valeur ajoutée (T.V.A.)

¾ Institution de l’obligation de télédéclaration et de


télépaiement
Cette mesure s’inscrit dans le cadre des actions d’amélioration de la gestion fiscale
suite aux mesures introduites en vue de la labellisation des entreprises pour leur accorder
la priorité dans le traitement de leur dossier par les services fiscaux et afin de faire
bénéficier les grandes entreprises de services électroniques modernes.

A ce titre, il est proposé d’instituer progressivement l’obligation de télédéclaration et de


télépaiement, à compter du 1er janvier 2010, pour les entreprises dont le chiffre d’affaires
est supérieur à 100 millions de dirhams, hors taxe sur la valeur ajoutée.

NOTE DE PRESENTATION 195


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

8 – Procédures fiscales

8-1- Renforcement du contrôle des bénéfices transférés à l’étranger


Dans le cadre de l’harmonisation des moyens de lutte contre la fraude fiscale
internationale afférente aux transferts des bénéfices par les entreprises dépendantes
résidentes au Maroc vers des entreprises installées à l’étranger, et afin de préserver la
compétitivité des entreprises marocaines, il est proposé de renforcer les moyens de
contrôle de ces opérations, à travers les mesures suivantes :

la détermination des bénéficies imposables transférés à l’étranger par comparaison ou


par appréciation directe, à l’instar du mode de détermination des prix d’achat et de vente de
l’entreprise concernée ;

l’institution de l’obligation de communication des éléments concernant la dépendance


pour l’entreprise dépendante installée au Maroc.

8-2- Transfert des documents fiscaux à la C.N.R.F


Cette mesure vise à limiter les documents du dossier fiscal à transmettre à la C.N.R.F
aux seuls documents relatifs à la procédure contradictoire.

8-3- Harmonisation des dispositions du C.G.I en matière de sursis à


paiement
La mesure s’inscrit dans le cadre de l’harmonisation des dispositions du C.G.I avec
celles du code de recouvrement (article 117) qui prévoit que le contribuable peut
demander, dans le cadre de la procédure administrative, de surseoir au paiement des
sommes qui lui sont réclamées, à condition de constituer des garanties suffisantes ;

8-4- Clarification de la procédure du recours judiciaire


La mesure s’inscrit dans le cadre de l’allègement et de la clarification de la procédure
du recours judiciaire pour le contribuable en précisant que ledit recours ne peut être intenté
qu’après épuisement de la procédure devant les commissions locales et la commission
nationale de recours fiscal.

8-5- Harmonisation des dispositions du C.G.I en matière d’expertise

La mesure s’inscrit dans le cadre de l’harmonisation des dispositions du C.G.I avec


celles du code de procédure civile (article 59) qui prévoient que l’expertise doit être de
caractère technique, à l’exclusion de toute appréciation d’ordre juridique.

9 – Réforme des droits de timbre

A l’instar de la refonte des droits d’enregistrement, il est proposé la réforme des droits
de timbre dans le sens de la restructuration et l’actualisation du texte (A), la rationalisation
et la simplification des tarifs (B) et l’harmonisation avec les autres textes fiscaux (C).

NOTE DE PRESENTATION 196


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

a) Restructuration et actualisation du texte par :

1- l’adoption de la même structure que celle des autres textes fiscaux ;

2- l’actualisation des modes de paiement des droits en supprimant :

9 le visa pour timbre en débet ;


9 le timbrage à l’extraordinaire ;
9 le timbrage au moyen de machines à timbrer.

b) Simplification et rationalisation des tarifs par la réduction de leur nombre :

9 de 28 à 15 taux fixes (1 DH – 5 - 20 – 30 - 50 – 75 - 100 - 200 - 300 - 400 –


500 - 800 - 1.000 - 2.000 et 4.000 DH) ;
9 de 5 à 2 taux proportionnels (0,25 % et 5 %).

c) Harmonisation avec les autres textes fiscaux par :

9 la précision du délai de trente jours pour le paiement sur déclaration et sur


état ;
9 La révision des exonérations en adéquation avec les droits d’enregistrement.

10 – Réforme de la taxe spéciale annuelle sur les véhicules


automobiles (TSAVA)

La T.S.A.V.A. est actuellement régie par le dahir du 13 juillet 1957, tel qu’il a été
modifié et complété.

La réforme de cette taxe vise :

9 la simplification du barème actuel par la suppression de la distinction "personnes


physiques, personnes morales" ;

9 le maintien du tarif applicable aux véhicules dont la puissance fiscale est


inférieure à 11 chevaux ;

9 le relèvement du montant de la taxe pour les véhicules dont la puissance fiscale


est égale ou supérieure à 11 chevaux.

II – Dispositions diverses
A - CODE DE RECOUVREMENT DES CREANCES PUBLIQUES

Suite au transfert du recouvrement des impôts de l’Etat de la Trésorerie Générale


du Royaume à la Direction Générale des Impôts, il est proposé de modifier l’article 98 du
code de recouvrement des créances publiques pour étendre la prérogative de mettre en
cause la responsabilité des dirigeants des entreprises, en cas de manœuvres
frauduleuses qui rendent impossible le recouvrement des impôts, au Directeur des Impôts
à l’instar de ce qui est prévu pour le Trésorier Général du Royaume.

NOTE DE PRESENTATION 197


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

De même, il est proposé d’étendre le champ d’application des dispositions dudit


code aux infractions en matière de change.

B - RENOUVELLEMENT DU PARC DE TRANSPORT ROUTIER

La mise en œuvre du programme de renouvellement du parc de transport routier


consacré par l’article 16 de la loi des finances pour l’année budgétaire 2008, a été lancée
effectivement depuis juin 2008.

Parmi les difficultés constatées lors du traitement des dossiers des postulants et la
vérification des conditions d’exigibilité requises, figure celle liée à la vérification de l’activité
du véhicule durant l’année 2007.

Cette situation présente une contrainte à ces postulants pour bénéficier de la prime
de renouvellement. Aussi, il est proposé de remplacer la condition liée à l’activité du
véhicule en retenant l’obligation pour au moins une période de trois mois sans interruption,
au cours des douze derniers mois qui précèdent la date de dépôt de la demande de
renouvellement du véhicule au lieu d’une année au moins à la date du 1er janvier 2008.

C - TITULARISATION DU PERSONNEL OCCASIONNEL

Suite aux engagements pris dans le cadre du dialogue social du 19 moharrem 1421,
le gouvernement a entamé l'opération de titularisation du personnel occasionnel à compter
du premier janvier 2001.

Cette opération s'est concrétisée par la création, dans le cadre des lois de finances
pour les années de 2001 à 2008 de 36.000 postes budgétaires.

Pour poursuivre cette opération de titularisation, il est proposé, dans le cadre du


projet de loi de finances pour l'année 2009, la création de 2.000 postes budgétaires dont
la répartition sera opérée par le gouvernement.

D - HABILITATION ET RATIFICATION LEGISLATIVE

1- Habilitation
1-1- En matière d'ouverture de crédits en cours d'année budgétaire :

En vertu de la loi organique des finances, les dépenses ne peuvent être engagées,
ordonnancées et payées que dans la limite des crédits ouverts par la loi de finances. Par
dérogation à ce principe, l'article 43 de ladite loi organique dispose qu'en cas de nécessité
impérieuse d'intérêt national, des crédits supplémentaires peuvent être ouverts par décrets
en cours d'année, en application de l'article 45 de la Constitution.

L'habilitation proposée dans le cadre des dispositions du présent projet de loi de


finances vise à autoriser le gouvernement à ouvrir par décrets, pendant l'année budgétaire
2009, des crédits supplémentaires en vue d'assurer la couverture des besoins impérieux
et non prévus lors de l'établissement du budget.

Ces décrets, qui selon les dispositions de la Constitution doivent être soumis à la
ratification du parlement, seront repris dans la plus prochaine loi de finances.

NOTE DE PRESENTATION 198


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

1-2- En matière de création de comptes spéciaux du Trésor en cours d'année


budgétaire :

La loi organique relative à la loi de finances prévoit la création de comptes spéciaux


du Trésor par la loi de finances.

Par dérogation à ce principe, l'article 18 de ladite loi organique dispose qu'en cas
d'urgence et de nécessité impérieuse, de nouveaux comptes spéciaux du Trésor peuvent
être créés en cours d'année budgétaire.

L'habilitation proposée vise à autoriser le gouvernement, en vertu de l'article 18


précité à créer, par décrets, de nouveaux comptes spéciaux du Trésor pendant l'année
budgétaire 2009.

Ces décrets, qui doivent être soumis à la ratification du parlement, conformément aux
dispositions de la Constitution, seront repris dans la plus prochaine loi de finances.

1-3- En matière de création de SEGMA en cours d’année budgétaire :

En vertu des dispositions de l'article 45 de la Constitution, le gouvernement est


autorisé à créer, par décrets, des services de l'Etat gérés de manière autonome pendant
l’année budgétaire 2009.

Les décrets visés ci-dessous doivent être soumis à la ratification du Parlement dans
la plus prochaine loi de finances.

2- Ratification

Au cours de l’année budgétaire 2008, un seul décret a été pris en vertu de


l’habilitation législative prévue à article 32 de la loi de finances de ladite année budgétaire.

Il s’agit du décret portant ouverture de crédits supplémentaires pour un montant de


14 milliards de dirhams au profit du budget de fonctionnement pour l’année 2008.

Ce décret a été pris en vue de permettre de faire face aux dépenses de la


compensation.

E - SERVICES DE L'ETAT GERES DE MANIERE AUTONOME

a- Création

− « Service du tourisme culturel des jeunes » :


Ce service, qui est rattaché au Ministère de la Jeunesse et des Sports aura pour
mission la gestion des programmes d’échange national et international des jeunes et la
supervision d’un réseau constitué de 31 centres d’accueil à travers le territoire national.

NOTE DE PRESENTATION 199


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

− « Direction de la formation des cadres administratifs et


techniques relevant du Ministère de l’Intérieur » :
Dans le cadre de la coopération internationale, le Ministère de l’Intérieur a entrepris
une étude d’envergure pour la mise en place d’un Schéma Directeur National de
Formation dédié aux fonctionnaires des collectivités locales. Aussi, le système de
formation et de qualification des ressources humaines des collectivités locales sera
régulièrement sollicité pour jouer pleinement son rôle en tant que levier stratégique
d’accompagnement du processus de la décentralisation.

En vue de garantir la réussite dudit programme de formation, il est proposé de doter


la Direction de Formation des Cadres Administratifs et Techniques, du statut de service
d’Etat géré de manière autonome pour lui permettre d’être rémunérée pour les prestations
qu’elle aura à fournir dans le cadre de ses attributions.

− Centres hospitaliers rattachés au Ministère de la Santé :

Le statut de SEGMA, conféré aux centres hospitaliers provinciaux, préfectoraux et


régionaux, répond à l’objectif d’une gestion de proximité des hôpitaux visant à renforcer
l’efficacité du système sanitaire et à améliorer l’accès aux soins de santé dispensés aux
populations. Il tend également à renforcer l’autonomie financière de ces entités en
accompagnement à la généralisation de la couverture médicale.

C’est dans ce cadre, que s’inscrit la création des services de l’Etat gérés de
manière autonome suivants :

• « Centre hospitalier préfectoral des arrondissements de Ben M’sik » ;


• « Centre hospitalier préfectoral de Fès » ;
• « Centre hospitalier provincial de Jerada ».

− « Centre National d’Essais et d’Homologation » :

Le Centre National d’Essais et d’Homologation (C.N.E.H) est appelé à jouer un rôle


central dans les projets prévus par le gouvernement pour diminuer le nombre et la gravité
des accidents de la circulation routière.

A cet effet, plusieurs projets de réforme sont pilotés par ledit centre dont notamment :

¾ La réforme du système de contrôle et de visite technique ;


¾ Le projet de refonte du système national de réception ;
¾ Le projet de mise en place d’un système d’authentification et d’expertise des
véhicules en importation ;
¾ Les opérations de mutation ;
¾ Les projets de mise à niveau sectoriels.

NOTE DE PRESENTATION 200


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

Toutefois, et malgré les efforts déployés ces trois dernières années pour sa mise à
niveau, les moyens d’actions du C.N.E.H restent limités. Ainsi, le renforcement des
moyens matériels et humains du centre, pour qu’il s’acquitte efficacement son rôle,
devient une priorité. Dans ce cadre, il est proposé de d’ériger le C.N.E.H en SEGMA pour
le doter de ressources financières propres devant lui permettre de mener à bien les projets
de réforme précités.

− Services de l’Etat gérés de manière autonome relevant du


département de l’artisanat :
Pour mieux répondre aux besoins des établissements de formation professionnelle
relevant du département de l’artisanat et en vue de permettre la réalisation des objectifs
stratégiques quantitatifs et qualitatifs du secteur dans le domaine de la formation, six
établissements de formation professionnelle de l’artisanat sont proposés pour être érigés
en services de l’Etat gérés de manière autonome.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre du plan d’urgence visant la formation


de 51.000 lauréats à l’horizon 2015 selon le mode de formation par apprentissage.

La restructuration desdits établissements devra leur permettre de :

• réaliser des recettes propres en vue d’alléger les charges du budget général en
offrant des prestations de services aux administrations publiques, aux
collectivités locales, aux établissements publics et aux tiers en matière de vente
d’articles d’artisanat, de travaux à façon, d’assistance, de conseil, d’études, de
recherche, d’organisation d’actions de formation continue des artisans et des
chefs d’entreprise d’artisanat, de séminaires et de conférences, de mise à
disposition des locaux, infrastructures, ateliers et matériels pour manifestations
culturelles, scientifiques ou sociales ainsi que l’organisation et la gestion de la
formation par apprentissage ;

• améliorer la qualité de la formation en rapprochant ces établissements de leur


environnement réel tout en cultivant l’esprit d’entreprise et la notion de qualité
des produits chez les apprenants.

− « Service des lycées agricoles » :

En vue de renforcer le programme de formation pour apprentissage des jeunes


ruraux, il est prévu la création d’un service de l’Etat géré de manière autonome (SEGMA)
intitulé « Service des lycées agricoles », rattaché à la direction de l’enseignement de la
recherche et du développement relevant du ministère chargé de l’agriculture qui aura la
charge de la gestion du programme de formation pour apprentissage des jeunes ruraux.

Cette option présente l’avantage d’offrir plus de flexibilité dans l’exécution dudit
programme et de garantir une meilleure efficience et efficacité dans sa réalisation.

NOTE DE PRESENTATION 201


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

b- Modification
Il est proposé la modification des intitulés des SEGMA suivants suite aux
changements opérés dans le texte portant organisation du Ministère de l’Equipement et
des Transports par la fusion des organigrammes des départements chargés
respectivement de l’équipement et du transport :

¾ Modification de l’intitulé du SEGMA « Division d’entretien, d’exploitation et


de sécurité routière » par « Service du réseau des services de logistique et
de matériel » ;

¾ Modification de l’intitulé du SEGMA « Direction de la sécurité des transports


routiers » par « Direction des transports routiers et de la sécurité routière » ;

¾ Modification de l’intitulé du SEGMA « Direction de l’aéronautique civile » par


« Direction générale de l’aéronautique civile ».

F - COMPTES SPECIAUX DU TRESOR

a - Création

− « Fonds de gestion des risques afférents aux emprunts des


tiers garantis par l’Etat » :

Pour aider les établissements publics à mobiliser des emprunts auprès des bailleurs
de fonds, l’Etat consent à se porter garant des établissements emprunteurs moyennant
le paiement par ces derniers des commissions de garantie instituées par les
décrets n° 2-96-299 du 30 juin 1996 et n°2.05.1428 du 28 décembre 2005.

Cette activité est retracée dans le Budget Général, puisque le produit de la


commission y est versé et les défauts de paiement des débiteurs cautionnés sont apurés
au moyen des dotations programmées chaque année au chapitre des charges communes.

Afin d’assurer un meilleur suivi desdits emprunts, il est proposé la création d’un
compte d’affectation spéciale intitulé « Fonds de gestion des risques afférents aux
emprunts des tiers garantis par l’Etat » retraçant les différentes recettes et dépenses
afférentes aux emprunts garantis.

− « Fonds de développement de la pêche maritime » :

En vue de permettre au secteur des pêches de poursuive ses efforts de


modernisation et de mise à niveau, de faire face aux modifications profondes des
ressources halieutiques et aux menaces d’épuisement des stocks de la mer et afin
d’assurer une meilleure gestion d’exploitation de l’ensemble de ses dispositifs, il est
proposé la création d’un compte d’affectation spéciale intitulé « Fonds de développement
de la pêche maritime ».

Ce fonds devra permettre le financement des actions dédiées à la promotion


qualitative et quantitative du secteur et à l'ancrage d'une culture et de pratiques d'une
pêche responsable au service du développement humain.

NOTE DE PRESENTATION 202


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

− « Fonds pour le développement énergétique » :

Face aux défis auxquels le secteur énergétique national est confronté, une stratégie
énergétique a été élaborée. Cette stratégie, vise notamment :

• La promotion des ressources énergétiques renouvelables (éolienne et


solaire) ;
• La mise en place des infrastructures de production appropriées ;
• La disponibilité de l’énergie à des prix compétitifs ;
• La réduction des subventions énergétiques ;
• L’atténuation de l’impact sur l’environnement et la santé.

Afin de contribuer au financement de la stratégie précitée, il est proposé la création


d’un compte d’affectation spéciale intitulé « Fonds pour le développement énergétique »
dont le Ministre chargée de l’énergie est ordonnateur.

Les ressources de ce compte sont constituées des dons octroyés au Royaume


du Maroc par le Royaume d’Arabie Saoudite (500 Millions de Dollars) et les Emirats
Arabes Unies (300 Millions de Dollars). A ces ressources s’ajoute la contribution du Fonds
Hassan II pour le développement économique et social d’un montant de 200 Millions de
Dollars.

b - Modification

− Modification du compte d’affectation spéciale intitulé « Fonds


spécial pour le soutien des juridictions et des établissement
pénitentiaires » :
Suite à la nomination par Sa Majesté le Roi du Délégué Général à l’Administration
Pénitentiaire et à la Réinsertion, il convient d’amender les dispositions de l’article 31 de la
loi de finances pour l’année 2004, en vue de préciser que le Ministre de la Justice est
ordonnateur pour les opérations se rapportant aux juridictions et le Délégué Général à
l’Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion est ordonnateur pour les opérations se
rapportant aux établissements pénitentiaires et financées par le compte précité.

Il est également proposé que les ressources globales dudit fonds soient affectées à
concurrence de 65 % au profit des juridictions et de 35 % au profit des établissements
pénitentiaires.

NOTE DE PRESENTATION 203


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

− Modification du compte d’affectation spéciale intitulé « Fonds


spécial pour la mise place des titres identitaires
électroniques » :
Afin de garantir une reconnaissance et une interopérabilité internationale du
passeport marocain et de renforcer la protection de ce document contre la falsification et
la contrefaçon, le Royaume du Maroc a décidé de mettre en place un passeport
biométrique intégrant de nouveaux éléments de sécurité répondant aux normes de
l’organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), qui recommande que les pays
membres ne doivent produire que des passeports biométriques à partir du 1er avril 2010 et
que les passeports ne répondant pas à cette exigence et émis avant cette date ne seront
plus acceptés à partir de 2015.

Pour retracer les recettes et les dépenses relatives à la mise en place dudit projet, il
est proposé de modifier le compte d’affectation spéciale intitulé « Fonds spécial pour la
mise en place des titres identitaires électronique » en vue d’y introduire les dispositions
spécifiques au projet de généralisation des passeports biométriques.

− Modification du compte d’affectation spéciale intitulé « Fonds


pour la promotion du paysage audiovisuel » :
La modification proposée, a pour objectif de permettre au Ministère de la
Communication de financer des études et des campagnes de communication pour lui
permettre une meilleure visibilité du secteur et un accompagnement de la politique
gouvernementale en matière de communication.

− Modification du compte d’affectation spéciale intitulé « Fonds


pour la promotion de l’emploi des jeunes » :
La modification proposée a pour objet de permettre à un grand éventail de jeunes
porteurs de projets de création d’entreprises, dans le cadre du programme Moukawalati,
de bénéficier d’incitations en matière d’appui, de conseils et d’avances non productives
d’intérêts financées par le fonds d’appui à l’auto-emploi en élargissant le champ des
bénéficiaires à ceux qui justifient d’un certificat de l’enseignement fondamental ou d’une
formation qualifiante dispensée par l’un des établissements de formation spécialisés dont
la liste est fixée par voie réglementaire.

− Modification du compte de prêts intitulé « Prêts aux


collectivités locales et à la Communauté Urbaine de
Casablanca » et du compte de prêts intitulé « Prêts à l’Office
National de l’Eau Potable » ONEP :
Suite au transfert de la dette à la charge de la commune urbaine de Tanger à
l’Office National de l’Eau Potable après l’appropriation par celui-ci du complexe
hydraulique de Charf El Akab financé par la Banque Africaine de Développement, l’ONEP,
devenu désormais l’établissement débiteur, a sollicité l’étalement sur plusieurs années de
cette charge actuellement enregistrée dans le compte de prêts de la commune urbaine de
Tanger et son transfert au compte retraçant les prêts à l’ONEP.
Pour ce faire, il est proposé de modifier les textes de création des comptes
intitulés « Prêts aux collectivités locales et à la Communauté Urbaine de Casablanca » et
« Prêts à l’Office National de l’Eau Potable » ONEP. Il convient par la même occasion de

NOTE DE PRESENTATION 204


PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2009

modifier l’intitulé du compte retraçant « les prêts aux collectivités locales et à la


communauté urbaine de Casablanca » par la suppression des termes « Communauté
urbaine de Casablanca » étant donné que cette entité n’a plus d’existence.

c - Suppression
- Compte d’avances intitulé «Avances à la société des mines
d’Aouli» ;
- Compte d’avances intitulé «Avances à la société d’exploitation
des mines de rif» :
Au cours des années 70, la société des mines d’Aouli a contracté auprès du Trésor
une avance d’un montant de 3 MDH pour refinancer ses emprunts bancaires, alors que la
Société d'exploitation des mines du Rif (SEFERIF) a pour sa part bénéficié d’une avance
de 14 MDH pour améliorer la situation de sa trésorerie.

Ces avances assorties d’un taux d’intérêt de 4,5 % ont toutes été accordées pour
une durée de deux années.

Ces sociétés n’ont pas pu honorer leurs dettes vis-à-vis du Trésor à cause des
difficultés financières qu’elles ont connues et les comptes retraçant ces avances
continuent d’enregistrer des soldes débiteurs.

Ainsi, il a été décidé de procéder à leur liquidation et de mettre à la charge de l’Etat


leurs passifs respectifs.

En application de cette décision, les comptes spéciaux du Trésor retraçant les


avances susvisées ont été apurés au moyen de crédits budgétaires et il convient à présent
de supprimer ces comptes devenus sans objet.

NOTE DE PRESENTATION 205