Vous êtes sur la page 1sur 8
DABEE Département Industrie et Agriculture REGULATION DE L'AIR COMPRIME SOMMAIRE : LA REGULATION DU COMPRESSEUR

DABEE Département Industrie et Agriculture

REGULATION DE L'AIR COMPRIME

SOMMAIRE :

LA REGULATION DU COMPRESSEUR La variation électronique de vitesse (VEV) Les autres modes de régulation

LA REGULATION D’UN SYSTEME D’AIR COMPRIME A PLUSIEURS COMPRESSEURS La régulation avec un parc de plusieurs compresseurs La régulation complète d'un système d'air comprimé

DEFINITIONS

ADEME/DABEE/Département Industrie et Agriculture -

-

1

27/09/2006

La régulation permet d’optimiser le coût de l’air comprimé et d’atteindre des gains moyens sur le coût total compris entre 5 % à 35 % (15 % en moyenne).

La régulation peut porter sur :

 

-

le compresseur,

-

l'ensemble du système de compression.

1-

LA REGULATION DU COMPRESSEUR

Pour les compresseurs, (voir le PDF « Compresseurs d’air ») différents moyens de régulation existent avec leurs performances propres et leurs technologies d’application. La plus performante, s’appliquant à un grand nombre de cas industriels, est la VEV (Variation Electronique de Vitesse). Le graphique ci-dessous permet de comparer divers modes de régulation.

ci-dessous permet de comparer divers modes de régulation. 1-1- La variation électronique de vitesse (VEV) La

1-1- La variation électronique de vitesse (VEV)

La variation électronique de vitesse est une solution très adaptée à la régulation de la production d’air comprimé en fonction du besoin instantané (compresseurs volumétriques : vis, piston, palette…). Cette solution est éprouvée et commercialisée par beaucoup de constructeurs en étant déjà intégrée au compresseur.

Ses avantages sont :

- un gain énergétique important,

- une production d’air comprimée en fonction du besoin,

- une régulation fine de la pression réseau.

Ainsi, il est possible d’ajuster la pression nécessaire du réseau au plus bas: 0,5 bars en

moins, permet un gain énergétique de 3 %.

- la suppression des pointes de courant au démarrage du moteur,

- une parfaite compatibilité avec les automates de gestion.

ADEME/DABEE/Département Industrie et Agriculture - 2 -

27/09/2006

Cette méthode très performante permet une régulation au plus juste du besoin jusqu’à 20 % de la capacité du compresseur. En dessous, le moteur s’arrête automatiquement et redémarre lorsque la pression baisse en deçà d’un seuil déterminé (la régulation passe en mode Marche/Arrêt).

1-2- Les autres modes de régulation

o

Régulation Marche/Arrêt (pistons, palette, vis)

Cette option n’est présente que sur les petits compresseurs, avec une capacité inférieure à 35 Nm³/h. Le moteur s’arrête dès que la demande fait de même. Cette méthode est très efficace énergétiquement en se rapprochant de la courbe idéale de production (consommation 0 % à l’arrêt et 100 % en fonctionnement). Cependant, le redémarrage trop fréquent du moteur à charge partielle peut créer des problèmes.

o

Régulation Tout ou Rien (pistons, palette, vis)

Beaucoup de compresseurs utilisent ce type de régulation qui fonctionne souvent avec une vanne à l’aspiration. Celle-ci se ferme complètement lorsque que la pression monte au delà d’un certain niveau, alors que le compresseur continue de fonctionner, mais dans le vide cette fois-ci, ce qui diminue considérablement l’effort à fournir et donc la puissance absorbée. Lorsque la pression redescend en deçà d’un certain seuil, la vanne s’ouvre à nouveau pleinement et le compresseur fonctionne alors à charge nominale. Lorsque le fonctionnement à vide se prolonge au delà d’un certain temps (15-20 minutes) le moteur peut être arrêté automatiquement.

o

Régulation par modulation

Pour les compresseurs à vis à injection d’huile, il existe un mode de contrôle par ouverture d’une vanne bypass hélicoïdale permettant de transférer l’excès d’air comprimé en sortie à l’aspiration avec un contrôle relativement fin de la pression :

±0,1 bar. En pratique, ce type de régulation se montre aussi performant que la régulation Tout ou Rien.

Pour l’ensemble des compresseurs à pistons, à palettes et à vis, la méthode de régulation par l’utilisation d’une vanne de laminage, qui permet de faire varier l’ouverture à l’aspiration, est utilisable. Ainsi lorsque la pression tend à augmenter, la vanne se referme progressivement puis s’ouvre à nouveau lorsqu’elle diminue. Cette méthode à l’avantage de garder une pression relativement constante. Cependant, lorsque la vanne se referme, la pression d’aspiration diminue et le taux de compression augmente, ce qui nécessite, pour une même demande à charge partielle, une puissance plus importante que la régulation Tout ou Rien.

De plus, l’augmentation du taux de compression entraîne un échauffement plus important de l’air. Pour éviter des problèmes, il n’est pas possible de réguler en dessous d’un certain seuil : 70 % en général (pour les compresseur à vis à injection d’huile, il est possible de descendre en deçà de 70 % car l’huile permet un meilleur refroidissement. Toutefois, cette méthode est moins performante que la régulation On/Off).

ADEME/DABEE/Département Industrie et Agriculture - 3 -

27/09/2006

Ce mode de régulation peut aussi être associé à une régulation On/Off, qui prend en charge la régulation de 0 à 70 % de la charge.

prend en charge la régulation de 0 à 70 % de la charge. Puissance de compression

Puissance de compression nécessaire en fonction de la charge et du mode de régulation

1-3- Régulation des compresseurs centrifuges

Les compresseurs (voir le PDF « Compresseurs d’air ») centrifuges sont des machines dynamiques qui nécessitent une régulation un peu différente des compresseurs volumétriques, car des instabilités peuvent apparaître (pompage et Choke) et parfois endommager la machine. Ces seuils d’instabilité dépendent de la conception de la machine mais également des conditions de l’environnement (pression, température de l’air à l’aspiration par exemple).

Les différents systèmes de régulation sont les suivants :

- Une vanne de laminage à l’aspiration qui permet une régulation entre 70 % et 100 % de la capacité du compresseur. En dessous de 70 %, il n’est plus possible de réduire la section d’entrée de l’air sous peine d’entrer dans la zone de pompage et le surplus de production d’air comprimé est alors rejeté à l’atmosphère par une vanne bypass et est donc perdu. Ce système de régulation devient donc très peu performant énergétiquement en dessous de 70 % de production, mais permet une régulation fine de la pression : ±0,1 bar.

- Une vanne à aubages directeurs à l’aspiration qui permet d’orienter le flux d’air à l’entrée de la roue du compresseur (l’impulseur). Cette méthode est meilleure que la précédente car elle permet une augmentation de la plage de réglage qui est maintenant comprise entre environ 55 et 100 %. En dehors de cet intervalle, la régulation est prise en charge par une vanne bypass et un rejet à l’atmosphère du surplus d’air comprimé qui constitue, là encore, une perte énergétique importante.

ADEME/DABEE/Département Industrie et Agriculture - 4 -

27/09/2006

- Contrôle dual automatique : afin d’éviter, comme dans les 2 cas précédent, de perdre une grande quantité d’énergie en rejetant à l’atmosphère une quantité importante d’air comprimé, le contrôle dual automatique peut être utilisé. Il permet de repérer la limite de fermeture de la vanne d’entrée, avant instabilité et clôt complètement l’entrée d’air, laissant alors le compresseur fonctionner à vide, ce qui réduit considérablement la puissance nécessaire. D’un point de vu énergétique, cette régulation est donc très performante ; cependant, à faible taux de charge, la régulation se fait à 0,5 bar près.

taux de charge, la régulation se fait à 0,5 bar près. Puissance de compression nécessaire en

Puissance de compression nécessaire en fonction de la charge et du mode de régulation pour un compresseur centrifuge

2-

LA

COMPRESSEURS

REGULATION

D’UN

SYSTEME

D’AIR

COMPRIME

A

PLUSIEURS

2-1- La régulation avec un parc de plusieurs compresseurs

La plupart des installations sont composées de plusieurs compresseurs, (voir le PDF « Compresseurs d’air ») permettant une répartition des capacités de production, une souplesse pour la maintenance et une meilleure adéquation de la production à la demande. Beaucoup de méthodes différentes de contrôle existent pour optimiser la production d’air comprimé ; elles sont basées sur la mesure de pression, de débits parfois, pouvant avoir pour but de répartir les temps de fonctionnement entre les différentes machines, ou bien encore de n’utiliser en priorité que les compresseurs les plus performants, etc.

ADEME/DABEE/Département Industrie et Agriculture - 5 -

27/09/2006

o Gestion par cascade de pression

C’est la méthode la plus simple, mais pas la plus performante. Elle est basée sur le contrôle de la pression avec la mise en place de plusieurs seuils.

de la pression avec la mise en place de plusieurs seuils. Gestion par cascade de pression

Gestion par cascade de pression

Description du fonctionnement

Le compresseur 1 est réglé pour fonctionner à la pression la plus élevée lorsque la demande est faible. Lorsque la demande augmente, la pression diminue, entraînant le démarrage du compresseur 2 à partir d’un seuil pré-réglé, et ainsi de suite, jusqu’à ce que la demande atteigne la capacité maximale de production quand l’ensemble des compresseurs fonctionne à pleine charge.

Chaque compresseur demande une certaine plage de pression ( P1) avec des seuils définis pour la mise en fonctionnement et l’arrêt de la machine. Cette plage doit être suffisamment large afin d’éviter le nombre de cycles marche-arrêt trop important et est déterminée par la taille du compresseur, mais également par la quantité d’air stockée dans les réservoirs et le réseau. Les pressions de réglage pour les différents compresseurs sont donc décidées en fonction du site. Toutefois, les plages ( P) doivent être réduites au maximum afin d’éviter d’avoir de grandes différences dans le niveau de pression du réseau, mais doivent être suffisamment larges pour éviter les démarrages intempestifs des compresseurs et les éventuels chevauchements dans leur fonctionnement.

et les éventuels chevauchements dans leur fonctionnement. La pression étant plus élevée que nécessaire à faible
et les éventuels chevauchements dans leur fonctionnement. La pression étant plus élevée que nécessaire à faible

La pression étant plus élevée que nécessaire à faible charge, cela induit des pertes énergétiques non négligeables.

ADEME/DABEE/Département Industrie et Agriculture - 6 -

27/09/2006

o Gestion avec un compresseur à vitesse variable en appoint

C’est une méthode très efficace énergétiquement. En effet, elle permet de faire fonctionner un ensemble de compresseur à pleine charge, là ou leur rendement est le plus élevé, et de compléter la production par un seul compresseur à vitesse variable qui effectue la régulation automatiquement en fonction de la demande.

Par exemple : Besoins en air comprimé max. 10 000 Nm³/h Parc compresseur :

- A : 5 000 Nm³/h

- B : 3 000 Nm³/h

- C : 2 000 Nm³/h avec la variation électronique de vitesse

C : 2 000 Nm³/h avec la variation électronique de vitesse 2-2- Régulation complète d'un système

2-2- Régulation complète d'un système d'air comprimé

Les systèmes de contrôle peuvent atteindre des niveaux de complexité très variés. En général, plus un système est complexe, plus il permet des gains importants en flexibilité et en énergie, mais plus il requiert de suivi.

Tous les systèmes possèdent des fonctions de suivi pour s’assurer du fonctionnement correct et contrôler un certain nombre de paramètres clés (heures de fonctionnement, taux de charge, énergie consommée, pression, débit, niveau des process…). Pour ce faire, il est idéal de lier ce système de contrôle à un système de gestion centralisé.

ADEME/DABEE/Département Industrie et Agriculture - 7 -

27/09/2006

DEFINITIONS Pompage - Compresseur centrifuge Le pompage est un phénomène d'instabilité, caractérisé par des

DEFINITIONS

Pompage - Compresseur centrifuge Le pompage est un phénomène d'instabilité, caractérisé par des mouvements de retour d'air momentanés et répétés de la zone de compression vers l'aspiration. Le pompage survient à pression maximale pour le design du compresseur centrifuge. Ce phénomène peut endommager le compresseur.

Choke - Compresseur centrifuge Point de débit maximal atteint par le compresseur lorsque que les vitesses des flux d'air sont à la vitesse du son. Ce n'est pas une source de dommage pour le compresseur.

VEV (Variateur Electronique de Vitesse.) De technologies différentes en fonction des types de moteurs électriques auxquels ils sont associés, les variateurs électroniques de vitesse permettent de contrôler et de piloter ces moteurs en vitesse ou en couple quelque soit la charge. Aujourd'hui, sur les moteurs les plus répandus dans l'industrie que sont les moteurs asynchrones, ce sont des convertisseurs de fréquences qui sont principalement utilisés, avec des fonctions de pilotage de plus en plus recherchées associées grâce à l'électronique. Ils permettent des gains énergétiques importants et sont très souple d’utilisation.

ADEME/DABEE/Département Industrie et Agriculture - 8 -

27/09/2006