Vous êtes sur la page 1sur 16

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 CHAPITRE IV : ELEMENTS FLECHIS INTRODUCTION : Ce chapitre est

CHAPITRE IV : ELEMENTS FLECHIS

INTRODUCTION :

Ce chapitre est la base du dimensionnement dans le cours de charpente métallique. Il incombera à l’étudiant de faire très attention au contenu de ce chapitre.

Elle traitera de la résistance des sections à l’état limite ultime et à l’état limite de service. Toute section est soumise à des efforts qui se traduisent en sollicitation. Ces dernières peuvent être des efforts normaux, des efforts tranchants ou des moments fléchissants. Selon les éléments sollicités, ces efforts peuvent exister seuls ou interagir.

Le présent chapitre traitera ainsi :

La résistance des sections suivant un moment constant (flexion pure)

La résistance des sections suivant un moment fléchissant variable (flexion simple)

La résistance des sections suivant un moment constant (flexion déviée)

La résistance des sections suivant un effort tranchant

La résistance des sections suivant un effort tranchant et/ou un moment fléchissant

I. CLASSIFICATION DES SECTIONS

La classification des sections se fait à partir des valeurs d’élancement d’une paroi et de la forme du diagramme des contraintes à l’ELU (diagramme plastique ou élastique).

L’EUROCODE 3 distingue quatre classes de section transversale selon leur comportement vis-à-vis de la plastification, l’élancement des parois, la résistance de calcul et le risque de voilement local. Ces classes sont définies comme suit :

Classe 1 : sections transversales pouvant former une rotule plastique avec la capacité de rotation requise pour une analyse plastique

Classe 2 : sections transversales pouvant développer leur moment de résistance plastique, mais avec une capacité de rotation limitée

Classe 3 : sections transversales dont la contrainte calculée dans la fibre extrême comprimée de l’élément en acier peut atteindre la limite d’élasticité, mais dont le voilement local est susceptible d’empêcher le développement du moment de résistance plastique.

le développement du moment de résistance plastique. Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
le développement du moment de résistance plastique. Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 1

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 ∑ Classe 4 : sections transversales dont la résistance au

Classe 4 : sections transversales dont la résistance au moment fléchissant ou à la compression doit être déterminée avec prise en compte explicite des effets de voilement local.

prise en compte explicite des effets de voilement local. Les tableaux suivants récapitulent les critères permettant

Les tableaux suivants récapitulent les critères permettant de déterminer pratiquement la classe d’une section. Les sections ne vérifiant pas les critères de la classe 3 sont en fait de classe 4.

pas les critères de la classe 3 sont en fait de classe 4. Présenté par Magatte
pas les critères de la classe 3 sont en fait de classe 4. Présenté par Magatte

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 2

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Les différentes parois sont souvent de classes de différentes, la

Les différentes parois sont souvent de classes de différentes, la classe de la section sera donnée par celle qui est la plus défavorable. La classification des sections permet de choisir la méthode de calcul à utiliser : analyse plastique pour les classes 1 et 2, analyse élastique pour les classes 3 et 4.

classes 1 et 2, analyse élastique pour les classes 3 et 4. Présenté par Magatte NIANG,
classes 1 et 2, analyse élastique pour les classes 3 et 4. Présenté par Magatte NIANG,
classes 1 et 2, analyse élastique pour les classes 3 et 4. Présenté par Magatte NIANG,

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 3

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT,
CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT,
CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT,
CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT,

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 4

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 II. COEFFICIENTS PARTIELS DE SECURITE L’EN 1993-1-1 nous dit
CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 II. COEFFICIENTS PARTIELS DE SECURITE L’EN 1993-1-1 nous dit

II. COEFFICIENTS PARTIELS DE SECURITE

L’EN 1993-1-1 nous dit qu’il convient d’appliquer les coefficients partiels de sécurité γM aux diverses valeurs caractéristiques de résistance de la façon suivante :

Résistance des sections transversales, quelle que soit la classe de la section γM0 Résistance des barres aux instabilités, évaluées par vérifications de barres γM1 Résistance à la rupture des sections transversales en traction γM2 Résistance des assemblages (tableau 2.1 de l’EN 1993-1-8)

Résistance des assemblages (tableau 2.1 de l’EN 1993-1-8) Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
Résistance des assemblages (tableau 2.1 de l’EN 1993-1-8) Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 5

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 γ M 0 =1 ; γ M 1 =1 ;
CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 γ M 0 =1 ; γ M 1 =1 ;

γ M0 =1 ; γ M1 =1 ; γ M2 =1.25 ; γ M3 =1.25 ; γ M3,ser =1.1 ; γ M4 =1 ; γ M5 =1 ; γ M6,ser =1 et

γ M7 =1.1

III. RESISTANCE DES SECTIONS :

1. Principes de base

Il est important de préciser d’emblée que les principes suivants servent de base aux sujets traités dans ce chapitre :

Les hypothèses de la RDM

L’homogénéité, l’isotropie et la continuité du matériau

L’élasticité et la linéarité du matériau

La petitesse des déformations (HPP)

Hypothèse de Navier-Bernouilli L’équivalence entre les efforts intérieurs et les contraintes Pour l’acier, la relation entre les déformations spécifiques ε et les contraintes σ est admise bilinéaire avec comme contrainte maximale la limite élastique fy.

avec comme contrainte maximale la limite élastique fy. Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
avec comme contrainte maximale la limite élastique fy. Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 6

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 2. Définition des poutres : On appelle poutre les éléments

2. Définition des poutres :

On appelle poutre les éléments porteurs, soumis principalement à des moments de flexion sous l’action de charges verticales.

3. Les types de poutres :

Les profilés laminés à ailes larges (HEA, HEB, HEM)

Portée recommandées de 4.5 m jusqu’à 7 m maximum (planchers) Hauteur de poutre H = 1/18 pour des poutres isostatiques et 1/30 au maximum de la portée pour des poutres continues. Utilisés pour la reprise d’efforts importants avec une hauteur minimale

la reprise d’efforts importants avec une hauteur minimale Les profilés à ailes étroites (IPE) Portées

Les profilés à ailes étroites (IPE)

Portées recommandées jusqu’à 9 m (planchers) et 16 m (toitures) Hauteur de poutre H = 1/15 pour des poutres isostatiques et 1/24 au maximum de la portée pour des poutres continues. Profilé économique

la portée pour des poutres continues. Profilé économique Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
la portée pour des poutres continues. Profilé économique Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
la portée pour des poutres continues. Profilé économique Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 7

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 N.B : Il faut veiller à ce que la poutre

N.B : Il faut veiller à ce que la poutre ne déverse pas lorsqu’elle est haute et peu large.

Les poutres alvéolaires :

Portées recommandées jusqu’à 12 m pour les planchers et 20 m pour les toitures Hauteur de la poutre H = 1/16 Avantageuses pour la reprise des moments de flexion importants dans le cas de grandes portées.

de flexion importants dans le cas de grandes portées. Les poutres composées à âme pleine (PRS,
de flexion importants dans le cas de grandes portées. Les poutres composées à âme pleine (PRS,
de flexion importants dans le cas de grandes portées. Les poutres composées à âme pleine (PRS,
de flexion importants dans le cas de grandes portées. Les poutres composées à âme pleine (PRS,

Les poutres composées à âme pleine (PRS, poutre en I avec semelles supplémentaires) :

Tôles assemblées par soudure Portées recommandées plus de 12 m (pour les toitures en particuliers) Hauteur de poutre H = 1/12 pour les poutres isostatiques et jusqu’à 1/24 de la portée pour des poutres continues

et jusqu’à 1/24 de la portée pour des poutres continues Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP
et jusqu’à 1/24 de la portée pour des poutres continues Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 8

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Les poutres mixtes acier béton : La poutre en acier

Les poutres mixtes acier béton :

La poutre en acier collabore, grâce aux goujons à tête soudés, avec la dalle en béton ou mixte. Le béton travaille surtout en compression due à la flexion de l’ensemble et la poutre métallique travaille en traction. Tous les profilés peuvent être utilisés. Ce système permet de réduire la hauteur de la poutre métallique.

permet de réduire la hauteur de la poutre métallique. Les poutres treillis Utilisées pour les fermes

Les poutres treillis

Utilisées pour les fermes de toiture, les contreventements, les poteaux de grandes portées présentant de forts moments de flexion.

de grandes portées présentant de forts moments de flexion. Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
de grandes portées présentant de forts moments de flexion. Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
de grandes portées présentant de forts moments de flexion. Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 9

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 4. Calcul de structure : a) La flexion simple :
CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 4. Calcul de structure : a) La flexion simple :

4. Calcul de structure :

a) La flexion simple :

Calcul de la résistance :

Le moment fléchissant doit être inférieur ou égal au moment résistant :

,

Elle constitue la sollicitation dominante pour la grande majorité d’ossatures métalliques. L’évaluation de la résistance vis-à-vis des moments fléchissants revêt donc une importance capitale. L’Eurocode 3 institue une différentiation du moment fléchissant résistant selon la classe de la section, celle-ci ayant pour objet de fixer ou non la possibilité d’exploiter le comportement plastique de l’acier. Les moments résistants en fléxion se calculent comme suit :

, = , = 1 2

, = , = ,

= , = ,

3

4

Vérification valable pour des poutres maintenues vis-à-vis du déversement.

Vérification des instabilités au déversement

Il convient de vérifier une barre non maintenue latéralement et soumise à une flexion selon l'axe fort vis-à-vis du déversement de la façon suivante :

,

du déversement de la façon suivante : ≤ , Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
du déversement de la façon suivante : ≤ , Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 10

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Les poutres dont la semelle comprimée est suffisamment maintenue ne

Les poutres dont la semelle comprimée est suffisamment maintenue ne sont pas sensibles au

déversement. En outre, les poutres possédant certains types de sections transversales, comme

les profils creux circulaires ou carrés, les sections creuses circulaires ou en caisson carrées

reconstituées, ne sont également pas sensibles au déversement.

Il convient de prendre le moment résistant de calcul au déversement d'une poutre non

maintenue latéralement égal à la valeur suivante :

, =

Wy = Wpl,y pour les sections transversales de Classe 1 ou 2 ;

Wy = Wel,y pour les sections transversales de Classe 3 ;

Wy = Weff,y pour les sections transversales de Classe 4.

Procédure

Elancement réduit :

Moment critique de déversement

̅ =

=

+ ( )

+

)

(

K z coefficient de longueur de flambement de la semelle comprimée

K w coefficient pour le gauchissement.

Un logiciel du nom de LTBEAM a été mis en place par le CTICM pour le calcul du

moment critique de déversement.

Définissons d’abords la grandeur suivante :

ƙ =

1

L’annulation de cette valeur conduit à des valeurs de C1 minimales donc favorable.

conduit à des valeurs de C1 minimales donc favorable. Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
conduit à des valeurs de C1 minimales donc favorable. Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 11

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Détermination des valeurs de C1 et C2 pour des cas
CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Détermination des valeurs de C1 et C2 pour des cas

Détermination des valeurs de C1 et C2 pour des cas de charge simple pour k w et k z égal à l’unité. Le moment de déversement est calculé pour la section de moment maximal de la barre.

Calcul du facteur d’imperfection

maximal de la barre. Calcul du facteur d’imperfection Courbes de déversement recommandées pour une section

Courbes de déversement recommandées pour une section transversale

de déversement recommandées pour une section transversale Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
de déversement recommandées pour une section transversale Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 12

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Valeurs recommandées pour les facteurs d'imperfection des
CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 Valeurs recommandées pour les facteurs d'imperfection des

Valeurs recommandées pour les facteurs d'imperfection des courbes de déversement

Calcul de φ LT

= 0.5 1 + α ̅ − 0.2 + ̅

Calcul du facteur de réduction du flambement

=

1

̅

+

de réduction du flambement = 1 ̅ ∅ + ∅ − Présenté par Magatte NIANG, Directeur
de réduction du flambement = 1 ̅ ∅ + ∅ − Présenté par Magatte NIANG, Directeur
de réduction du flambement = 1 ̅ ∅ + ∅ − Présenté par Magatte NIANG, Directeur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 13

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 N.B : METHODE DES PROFILES LAMINES Calcul de φ L

N.B : METHODE DES PROFILES LAMINES

JOUR GC 2015-2016 N.B : METHODE DES PROFILES LAMINES Calcul de φ L T ∅ =

Calcul de φ LT

= 0.5 1 + α ̅ ̅ , + ̅

Calcul du facteur de réduction du flambement

=

Calcul du cisaillement :

1

̅

+

L’effort tranchant dans n’importe quelle section doit être inférieur à l’effort normal résistant :

,

En calcul plastique, la résistance au cisaillement est donnée par:

, =

√3

â é

Elle est déterminée suivant la configuration géométrique du profilé (Voir EN 1993-1-1):

configuration géométrique du profilé (Voir EN 1993-1-1): Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
configuration géométrique du profilé (Voir EN 1993-1-1): Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 14

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 En calcul élastique, la résistance au cisaillement doit être
CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 En calcul élastique, la résistance au cisaillement doit être

En calcul élastique, la résistance au cisaillement doit être conforme à :

la résistance au cisaillement doit être conforme à : Pour les sections en I ou H,

Pour les sections en I ou H, la contrainte de cisaillement dans l'âme peut être prise égale à :

de cisaillement dans l'âme peut être prise égale à : =ℎ ∗ ∑ Instabilité due au

=ℎ

Instabilité due au voilement des âmes :

Le voilement doit être vérifié dans les cas suivants :

Pour une âme non raidi :

Pour une âme raidie :

> 72

> 31

La résistance au voilement par cisaillement est vérifiée si :

au voilement par cisaillement est vérifiée si : Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
au voilement par cisaillement est vérifiée si : Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 15

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016

CHARPENTE METALLIQUE/ESP DAKAR/DIT JOUR GC 2015-2016 = ≤1 , ̅ = 0.76 Lorsque la plaque est

= ≤1

,

̅ = 0.76

Lorsque la plaque est soumise à un cisaillement on parlera de contrainte critique de

cisaillement :

=

12(1 − )

= /

≤1

4 + 5.34/

>1

5.34 + 4/

Pas de montant d’extrémité

Montant d’extrémité rigide

Montant d’extrémité non

rigide

̅

̅

   

< 0.83/

 

 

̅

̅

̅

 

̅

0.83/ < 1.08

0.83/

0.83/

 

̅

 

̅

 

̅

≥ 1.08

 

1.37/(0.7+

)

0.83/

Détermination du coefficient de réduction du voilement

, =

√3∗

de réduction du voilement , = ℎ √3∗ Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur
de réduction du voilement , = ℎ √3∗ Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur

Présenté par Magatte NIANG, Directeur SERMA-BTP Ingénieur GC/EPT, Ingénieur CHEM

Page 16