Vous êtes sur la page 1sur 2

Qui sont les frères Darmesteter ?

Biographie : Arsène Darmesteter naît en 1846 à Château-Salins


dans une famille juive de Lorraine. Son père est relieur et libraire sa
mère est née Rosalie Brandeis. Brillant élève, le jeune Arsène
obtient son baccalauréat à seize ans et sa licence à dix-huit ans. Il
suit à Paris les cours de la toute nouvelle École pratique des hautes
études. En 1867 il est l’élève de Gaston Paris, grand spécialiste de
l’étude du Moyen Âge.
Il meurt en 1888, emporté par une maladie pulmonaire. Il est le frère
du linguiste James Darmesteter.

Principales publications
• Traité de la formation des mots composés dans la langue
française, comparée aux autres langues romanes et au latin,
préface de Gaston Paris (1873)
• Morceaux choisis des principaux écrivains en prose et en
vers du XVIe siècle, publiés d'après les éditions originales ou
les éditions critiques les plus autorisées, et accompagnés de
notes explicatives, avec Adolphe Hatzfeld (1876). Plusieurs
fois réédité sous le titre Le Seizième Siècle en France :
tableau de la littérature et de la langue, suivi de Morceaux en
prose et en vers choisis dans les principaux écrivains de
cette époque.
• De la Création actuelle de mots nouveaux dans la
langue française et des lois qui la régissent, thèse
de doctorat (1877)
• La Vie des mots étudiée dans leurs significations
(1887) (rééd. éditions Champ libre, 1979)
• Dictionnaire général de la langue française du
commencement du XVIIe siècle à nos jours, précédé
d'un traité de la formation de la langue, avec
Adolphe Hatzfeld et Antoine Thomas (2 volumes,
1895-1900). (ouvrage posthume)

Biographie : Né à Château-Salins en 1849, frère du linguiste


Arsène Darmesteter, James Darmesteter étudie le sanscrit
sous la direction d' Hauvette-Besnault, un des derniers élèves
d'Eugène Burnouf et la grammaire comparée auprès de Michel
Bréal à l'École des Hautes Études dont il devient directeur en
1892. Sous l'impulsion de Bréal, il se spécialise dans l'étude
de l'iranien ancien qu'il professe au Collège de France où il est
nommé, en 1885, à la chaire de langue et de littérature perse.
On lui doit notamment une traduction qui fait autorité du livre
sacré des vieux Persans, le Zend-Avesta, et de nombreuses
études sur les religions de l'Iran ancien.

En 1882, il avait succédé à Renan au Secrétariat de la Société


asiatique, poste qu'il conservera jusqu'à la fin de sa vie. On lui doit les derniers
remarquables rapports annuels sur l'activité de la Société contenant un tableau de la
production orientaliste française. James Darmesteter est mort à Maisons-Laffitte en
1894.
« Philologue brillant et historien passionné, il était inscrit dans la grande euphorie
scientiste du siècle. Mais autant que ses travaux, sa vie même se présente comme
une passerelle entre les cultures : juif et Français, ses origines et son parcours
reflètent la problématique de l'intégration des minorités et de l'assimilation culturelle.
Après avoir reçu une éducation hébraïque traditionnelle, il s'est d'abord
complètement détaché de la communauté juive, adoptant une carrière au service de
l'Etat laïc et refusant toute obligation religieuse. Profondément républicain et patriote,
il voua un véritable culte à Jeanne d'Arc et à la Révolution, rédigea un manuel
scolaire d'histoire patriotique et de nombreux articles passionnés, jusqu'à tomber
dans l'excès à la fin de sa vie : dans les années 1890, qu'il vécut comme celles d'une
décadence pour le pays, il évolua vers un conservatisme moral et politique qui donna
à son patriotisme une teinte nationaliste. » (extrait du résumé du mémoire de
maîtrise d'Aurélie Darbour, sous la direction de Patrick Cabanel, 1999, Université de
toulouse-Le Mirail)

Principales publications

• Haurvatât et Ameretât : essai sur la mythologie de l'Avesta


(1875)
• Ormazd et Ahriman : leurs origines et leur histoire (1877)
• La Légende d'Alexandre chez les Parses (18 78)
• Chants populaires des Afghans (1880)
• Essais orientaux (1883)
• Études iraniennes 2 Bde. (1883)
• Le Mahdi, depuis les origines de l'Islam jusqu'à nos jours
(1885)
• Les Origines de la poésie persane (1887), réédition Sulliver
(1995)
• Lettres sur l'Inde. A la frontière afghane (1887)
• La Légende divine (1890)
• Les Prophètes d'Israël (1892)

• une rue de Paris (13e) porte le nom de


Darmesteter en hommage aux travaux
d'Arsène et de James Darmesteter.

• la Bibliothèque de l’Institut d’Études


Iraniennes (située à Ivry sur Seine)
porte le nom de "James Darmesteter".
Elle a été créée en 1947. Elle est gérée
actuellement par Mondes iranien et
indien.