Vous êtes sur la page 1sur 26

Nom : CHARKAOUI

Prénom : Fatima Zahra

ASSURANCES

PROMOTION 2009 / 2010

1
Remerciements

Je tiens à profiter de ce rapport pour exprimer mes plus vifs


remerciements envers tous ceux qui ont, à leur manière, contribué à
rendre ce stage si intéressant et enrichissant.

Ce rapport de stage a pu être réalisé grâce à l’aide de l’assurance


MAMDA/MCMA de Casablanca et plus particulièrement de Mr. Badr
Benguedour.
Je tiens à le remercier pour l’autonomie et la confiance qu’il m’a
donnée.

Je remercie également toute l’équipe pour leur accueil, leur


disponibilité, leur écoute et leur bonne humeur tout au long de mon
stage.

Je souhaite aussi exprimer mes remerciements à Monsieur Ayoub


Rahmouni, mon responsable de stage pour les conseils qu’il m’a
prodigués et pour son précieux soutien.

2
INTRODUCTION

Durant mon stage au sein de la MAMDA/MCMA et avec un travail


d’équipe, j’ai acquis de nouveaux savoirs et compétences, de plus
j’ai appris la culture et les méthodes de travail de l’assurance et les
nombreuses règles de conduite du monde du travail.

Dans mon rapport de stage je vais développer trois parties, la


première partie sera consacrée à la présentation du monde des
assurances marocaines en général, puis une deuxième partie qui
sera destinée à la présentation du groupe MAMDA/MCMA et pour
finir la troisième sera consacré à la présentation de l’agence CASA
C et de ses produits.

3
SOMMAIRE :

Introduction 3

Partie I : L’assurance

I. Historique de l’assurance 6
II. Définition 7
III. L’organisation de l’assurance au Maroc 8
1-La direction des assurances et de la prévoyance sociale 8
2-Principales compagnies d’assurances 9
3-Les métiers spécifiques à l’assurance 9
4-Formes du contrat d’assurance 10

Partie II : Compagnie MAMDA/MCMA

Fiche signalétique 12
Organigramme de la MAMDA/MCMA 13
L’histoire de la MAMDA/MCMA 14
Les Valeurs de la MAMDA/MCMA 13
La Vision de la MAMDA/MCMA 14
Le poids économique de la MAMDA/MCMA 14
La FNACAM 15

Partie III : Agence CASA C

I : La division de production 15

II : La division sinistre
1. Sinistre auto 16
2. Sinistre Accident du Travail 18
3. Sinistre Tout Risques Divers 19

III : Assurance maladie (D.I.M) 20

Les Atouts Produits 21

Conventions 22

Conclusion 25

4
L’assurance est une pratique humaine dont on peut retrouver les
prémices durant la Rome et la Grèce antiques au travers du « prêts à la grosse
aventure» qui consistait à un prêt octroyé par un banquier à des marchands
pour financer des transports maritimes, si le bateau faisait naufrage le
commerçant ne remboursait rien mais en cas de réussite de l’expédition il
devait reverser des intérêts qui pouvait se monter à 50% de la somme prêtée.

Par la suite, c’est au 17ème siècle que l’assurance est réellement


apparue en Italie au travers de la couverture du commerce international
maritime et à Londres au travers de la première garantie incendie après le
grand incendie de la ville.

Depuis l’assurance n’a cessé d’étendre le spectre de son offre en


adaptant ses garanties à l’évolution de la société.

De nos jours, les assureurs sont des agents économiques


incontournables et toutes entreprises ou particulier aura un jour besoin de
leurs services pour se prémunir contre des risques qui pourraient se réaliser
dans le futur et ce malgré la complexité et la diversification des produits
d’assurance.

Pour ce faire, je débuterai mon rapport en effectuant une entrée


générale de l’assurance, ensuite je me pencherai sur la compagnie «
MAMDA/MCMA », ce qui me conduira en dernier lieu a abordé la
présentation de l’agence CASA C au sein duquel j’ai effectué mon stage.

L’assurance est une opération par laquelle une partie, l’assuré, se fait
promettre moyennant une rémunération, la prime, pour lui ou pour un tiers,
en cas de réalisation d’un risque, une prestation par une autre, l’assureur,
qui, prenant en charge un ensemble des risques, les compensent
conformément aux lois de la statistique. Cette définition, bien qu’elle se limite
à l’assurance privée, peut s’utiliser pour définir l’assurance sociale en
remplaçant assuré par adhérant et rémunération par contribution, l’assureur
étant dans le deuxième cas une entreprise ou un organisme d’assurance. Elle
met aussi en valeur trois points caractérisant le contrat de l’assurance :
l’assuré ou l’adhérent, l’assureur et le risque.

I) Historique de l’assurance

5
L’assurance, véritable moyen de garantie financière, a connu à travers les
âges une évolution considérable avant de nous parvenir dans cette forme, son
organisation et ses règles actuelles aussi bien au Maroc que dans le reste du
monde.

a) Dans le monde
L’assurance a revêtu à travers les siècles plusieurs formes allant de la simple
charité publique ou privée (assurant aux victimes par souci de solidarité la
réparation du dommage subi abstraction faite de leur volonté) à l’épargne
pour se prémunir contre les coups du sort qui frappaient l’individu, en
passant par le régime des avaries communes qui consistait à répartir les
dommages subis par le propriétaire de la marchandise sacrifiée, sur les
marchandises sauvées comme sur les marchandises sacrifiées ainsi que sur le
propriétaire du navire. Donc l’idée de mutualité trouve son origine et sa
philosophie dans cette institution. Cependant, ce n’est qu’au milieu du
XIXème siècle que la science actuelle devint une science autonome,
permettant le développement des opérations d’assurance jusqu’alors limitées à
l’assurance maritime, l’assurance incendie et l’assurance vie.

Le développement des techniques d’assurance que l’on observa alors


correspondit aussi aux progrès de l’industrialisation qui accrut le nombre et
l’importance des risques et aux transformations sociales concomitantes qui
entrainent un recul de la solidarité familiale et rendit plus aiguë la nécessité
d’un report des risques sur un tiers. Ce besoin motiva dès la fin du XIXème
siècle la création d’un système d’assurances sociales, embryon de celui qui
existe actuellement dans la plupart des pays occidentaux. La Prusse (un Etat
d’Allemagne) fut la première à choisir la voie de la solidarité
interprofessionnelle et de l’assurance sociale obligatoire, les autres pays
d’Europe se ralliant plus ou moins rapidement à cette technique. Le but était
alors d’obliger les travailleurs les plus défavorisés à épargner pour leur
retraite ou en prévision d’un accident, tout en les encouragent par des apports
de l’Etat et des employeurs.

b) Au Maroc
Au Maroc, l'assurance n'a pas été toujours une culture de nos ancêtres.
Pendant longtemps, l'opération d'assurance a été considérée comme
immorale car elle développait la négligence et la notion de pari. Elle a été
rejetée par le système juridique islamique, hormis les impératifs du
développement économique. De même que, le pouvoir d'achat limiter de
certaines couches de la population qui considèrent l'assurance comme un
produit de luxe, réservé aux marocains issus de la classe à revenu élever,
constituait en partie un véritable handicap au développement naturel du

6
secteur. Pour toutes ces raisons, l'assurance, toutes branches confondues,
totalement étrangère à la tradition juridique du pays, n'a pu voir le jour
qu'après l'avènement du protectorat. Avec le temps, cette pratique a pu tisser
une place dans la société marocaine. Les premières sociétés d'assurance
étaient des compagnies étrangères qui travaillaient dans l'assurance
maritime, et ce n'est qu'après, que cette activité a pu se généraliser pour
toucher d'autres secteurs. La transplantation de cette technique au Maroc se
justifie à l'origine d'une part, par l'arrivée des étrangers, attirés par les
richesses du pays et l'abondance de ses matières premières ainsi que les
facilités administratives et fiscales que leur accordaient les autorités du
protectorat, et d'autre part, par la volonté de se prémunir contre les aléas de
l'avenir.

II. Définition de l’assurance

Etymologiquement, le mot Assurance vient du Latin « Assecuration», c'est-à-


dire la Sécurité. D’après, le professeur Joseph Hémard l'assurance est : "
L'assurance est une opération par laquelle une personne, l'assuré, se fait
promettre, moyennant une rémunération (la prime), pour lui ou pour un tiers,
en cas de réalisation d'un risque, une prestation par une autre partie,
l'assureur, qui prenant en charge un ensemble de risques, les compense
conformément aux lois de la statistique ". L'assurance est le seul moyen au
monde de faire supporter par autrui (l'assureur) ce que vous ne pouvez pas
supporter seul. Cependant, tous les risques ne sont pas assurables. Pour qu'un
risque soit assurable, il doit obéir à trois règles : o être futur ; o être aléatoire
et incertain dans sa survenance ou dans sa date (Assurance Vie) ; o être
indépendant de la volonté de l'assuré. Cependant, il est à noter que l’idée de
dédommagement sui ressort clairement de l’opération d’assurance ne suffit
pas pour écarter la divergence de définition. A cet effet, on distingue :  la
définition juridique,  la définition économique,

a)Définition juridique :

Le contrat d'assurance est un contrat aléatoire par lequel un organisme dit


"l'assureur", qui pour pratiquer l'assurance doit être autorisé par le
Ministère des Finances à exercer ce type d'activité, s'engage envers une ou
plusieurs personnes déterminées ou un groupe de personnes dites les
"assurées", à couvrir, moyennant le paiement d'une somme d'argent dite
"prime d'assurance", une catégorie de risques déterminés par le contrat que
dans la pratique on appelle "police d'assurance". Les conventions
additionnelles qui sont destinées à modifier le contrat initial prennent le nom
« d’avenants ». Cette activité s'exerce dans de très nombreux secteurs

7
(assurance de dommages, assurance de responsabilité, assurance vie,
assurance crédit notamment). Concernant l'assurance vie, la Cour de
cassation a jugé, au visa des articles 1121 du code civil et L. 132-9 du code des
assurances que, sauf manifestation contraire de volonté du stipulant, si le
bénéficiaire vient à décéder après le stipulant, le contrat d'assurance vie
profite aux héritiers de ce bénéficiaire. Cette transmission s'effectue alors, de
droit, alors même que, de son vivant, la personne avantagée n'aurait pas
accepté le bénéfice de l’assurance-vie (2e Civ. - 23 octobre 2008. BICC n°697
du 1er mars 2009). Il en va autrement lorsque le stipulant, souscripteur, a
désigné d’autres bénéficiaires de même rang ou en sous-ordre sans réserver
les droits des héritiers des bénéficiaires premiers nommés. (1re Civ. - 5
novembre 2008, BICC n°698 du 15 mars 2009).

b )Définition économique :

Il existe multiple définitions, parmi eux on peut retenir celle avancée par
Fourastie selon laquelle : « L’assurance est une opération par laquelle un
individu moyennant une contribution ‘la prime acquiert, pour lui ou pour un
tiers un droit à prestation en cas de réalisation d’un risque ; cette indemnité
étant versée par une entreprise, ou un organisme, en prenant en charge un
ensemble de risques, les compense conformément aux lois de la statistique ».
Il est question dans cette définition d’une opération de vente-achat de sécurité
malgré les termes utilisés et qui tendent à éveiller chez l’assuré l’esprit de
mutualité.

III. L’organisation de l’assurance au Maroc

Il y a plusieurs parties qui apparaissent dans la scène du secteur de


l’assurance, de la Fédération Marocaine des Société d’Assurance et de
Réassurance (FMSAR), du Fond de Garantie Automobile (FGA), du comité
consultatif des Assurance Privées (CCAP) et du Bureau Central marocain.
Ces organismes travaillent tous, chacun à sa manière, pour le développement
du secteur des assurances marocain.

a) La Direction des Assurances et de la Prévoyance Sociale


La Direction des Assurances et de la Prévoyance Sociale (DAPS) est chargée
de la réglementation et du contrôle de l'activité des organismes d'assurances,
de la réassurance et de capitalisation. Elle surveille le placement des fonds
recueillis par ces organismes et contrôle leur gestion technique et financière.
Elle veille au respect des droits des assurés et bénéficiaires de contrats
d'assurances. Elle participe à l'élaboration de la réglementation et au contrôle
des organismes de prévoyance sociale. Ainsi, la DAPS est chargée de : 
L’élaboration et de l'application de la réglementation relative à l'activité des

8
entreprises d'assurances, de réassurances et de capitalisation ainsi qu'à celle
des intermédiaires d'assurances ;  Participer à l'élaboration de la
législation et de la réglementation en matière de prévoyance sociale ; 
L’octroi ou le retrait d'agrément, de l'autorisation des transferts de
portefeuille, de transformation ou de liquidation des entreprises et des
intermédiaires d'assurances et de réassurances ;  Mener des enquêtes et
études actuarielles en vue d'évaluer et de déterminer les tarifs et cotisations
des différentes branches d'assurances et des régimes de prévoyance sociale ;
 Veiller, conformément aux lois et règlements en vigueur, à l'application
des tarifs autorisés, arrêtés ou homologués en matière d'assurance ; 
Surveiller l'application des plans de réassurances ;  Contrôler des
entreprises et des intermédiaires d'assurances et de réassurances, ainsi que
des documents et contrats utilisés ;  Assurer un contrôle technique des
organismes ou services de prévoyance sociale, qu'ils soient publics, semi-
publics ou privés ;  S’assurer de la solvabilité des entreprises et
intermédiaires d'assurances et de réassurances, et de la pérennité des
organismes de prévoyance sociale ;  Veiller au respect des droits des
assurés, bénéficiaires de contrats d'assurances et de réassurances, et de la
pérennité des organismes de prévoyance sociale  Veiller au respect des
droits des assurés, bénéficiaires de contrats d'assurances, des affiliés aux
organismes de la prévoyance sociale et de leur ayants cause, et d'instruire
leurs réclamations ;  Surveiller le placement des fonds recueillis par les
entreprises d'assurances et de réassurances et les organismes de prévoyance
sociale, ainsi que le suivi de leur intervention sur les marchés financiers et
monétaires, en vue de promouvoir l'épargne à long terme ;  Assurer le suivi
des comptes spéciaux des assurances;  Représenter le Ministère de
l'Economie et des Finances en matière de coopération bilatérale, multilatérale
et régionale dans les domaines de l'assurance et de la prévoyance sociale ; 
Élaborer et publier annuellement un rapport sur le secteur des assurances et
des régimes de retraite et de prévoyance sociale ;  Représenter le Ministère
de l'Economie et des Finances au sein des commissions ou comités techniques
crées par les organismes professionnels d'assurances et de réassurance ou de
prévoyance sociale ;  Assurer la gestion des ressources humaines qui lui
sont rattachées et des ressources matérielles qui lui sont affectées ainsi que de
concevoir et de gérer ses systèmes d'information en harmonie avec la
politique de gestion des ressources et de l'information développée par le
ministère.

b) Principales compagnies d’assurance


En 2001, les compagnies d’assurance au Maroc étaient au nombre de 14.
Parmi eux, on peut citer ces principales compagnies : Compagnies privées :
Compagnie RMA Watanya AXA Assurance Maroc Wafa Assurance CNIA
Assurance/Essaada Atlanta/Sanad Mutuelles :  MCMA (Mutuelle Centrale

9
Marocaine d'Assurances) M.A.M.D.A (Mutuelle Agricole Marocaine
d'Assurances). 12 Part de marché (2007) 21,3% 16,7% 16,7% 14,9% 12,6%

c) Les métiers spécifiques à l’assurance


On peut distinguer diverses professions propres à cette activité : L'actuaire
étudie les risques statistiques pour établir les tarifications générales (primes
d'assurance). L'agent général d'assurance est le représentant ou mandataire
d'une compagnie d'assurance qui place ses contrats auprès de la clientèle. À
ce titre il engage la responsabilité de la compagnie. Il exerce une profession
libérale. Les agents généraux d'assurances ont un statut particulier
d'intermédiaire avec leur compagnie mandante, ils sont libéraux et chefs
d'entreprises, statut qui régit leurs relations avec les sociétés d'assurance. La
plupart du temps un agent général d'assurance pratique aussi le courtage
auprès d'autres compagnies et selon un pourcentage déterminé. Le courtier
en assurances possède le statut de commerçant et représente le client vis à vis
des compagnies avec lesquelles il travaille. Il est chargé par des assurés de
leur trouver les contrats les mieux adaptés et/ou au meilleur coût auprès des
compagnies d'assurances (un assuré a donc le choix de passer directement
par un agent ou indirectement par le biais d'un courtier). Cependant les
produits d'un même assureur proposés par les courtiers et les agents ne sont
pas exactement les mêmes. Les fonctions financières (gestion actifs-passifs,
opérateurs de marché, trésorier, contrôleur de gestion) prennent une
importance de plus en plus grande vu l'importance des capitaux (réserves
techniques) dont il faut optimiser la gestion. L'expert en sinistres établit la
réalité des dommages et les responsabilités, chiffre leur valeur et détermine les
montants d'indemnisation à verser. Certaines compagnies ont leurs propres
experts, on les appelle inspecteur. Ils peuvent dans certains cas régler
financièrement le sinistre en faisant un chèque sur place. Les chefs de projets,
en amont des actions commerciales, conduisent le développement
d'équipements ou de systèmes visant à réduire les coûts ou à développer le
portefeuille (gestion électronique des documents, évolution de la plateforme
téléphonique et du canal internet, logiciels informatiques, création et gestion
de bases de données).

L'employé d'assurance assure le contact de la clientèle et les opérations


commerciales. Il occupe alors le poste de conseiller clientèle. Si l'employé
d'assurance est en charge uniquement du traitement administratif, il occupe
un poste de gestionnaire-rédacteur. L'employé d'assurance est souvent
polyvalent et réalise ces différents types d'opération. Certains sont spécialisés
en rédacteurs de contrats, d'autres sont des rédacteurs sinistres chargés
uniquement du règlement des sinistres.

d) Formes du contrat d’assurance.

10
Souscription du contrat :

Lors de la souscription du contrat, l'assureur et l'assuré conviennent :


D'un événement ou d'une liste d'événements, repris dans la police
d'assurance et garantis par l'assureur d'une prime payée par l'assuré à
l'assureur.

Avant la souscription, le demandeur d'assurance, futur assuré, remplit un


questionnaire visant à informer la compagnie d'assurance sur son risque. À
partir de ce document, l'assureur peut effectuer le calcul de la prime
d'assurance. Ce calcul statistique tient compte essentiellement de la
probabilité de réalisation du risque et du coût des sinistres. ii. Survenance
d'un événement assuré

Lors de la réalisation d'un des événements listés au contrat, l'assureur assiste


l'assuré. Cette assistance est le plus souvent financière et prend alors la forme
d'une indemnisation. Mais elle peut prendre d'autres formes, par exemple une
assistance juridique ou un rapatriement pour une personne malade à
l'étranger. Par exemple, un armateur assure un bateau et reçoit une somme,
fonction du montant souscrit et de la vétusté, si le navire est endommagé ou
détruit. Une assurance-vie garantira le paiement d'une pension si l'assuré
atteint un certain âge alors que l'assurance-décès produira ses effets dans le
cas contraire, etc. Un automobiliste impliqué dans un accident pourra
bénéficier de l'appui de sa compagnie d'assurance devant les tribunaux et
éventuellement d'une somme pour régler les dommages dont il est
responsable...

Fin du contrat

L'assuré et l'assureur peuvent dénoncer le contrat à chaque échéance. Les


contrats d'assurance sont en général à tacite reconduction. En cas de
disparition du risque assuré, par exemple en cas de décès pour un contrat
d'assurance sur une personne, le contrat prend naturellement fin. Les
contrats d’assurance vie, les contrats de groupe et les autres opérations
collectives sont expressément exclus du dispositif de renouvellement des
contrats d’assurance.

La police d'assurance

La police d'assurance est le document contractuel qui régit les relations entre
la compagnie d'assurance et l'assuré. Ce contrat fixe en particulier :

11
La liste des évènements garantis, avec les exclusions éventuelles. La garantie,
c'est-à-dire l'assistance apportée à l'assuré en cas de sinistre. Les obligations
de l'assuré :*les mesures de prévention éventuelles afin de diminuer le
risque* les délais de déclaration à l'assureur en cas de sinistre*le montant et
les conditions de paiement de la prime*les possibilités de résiliation de la
police Les obligations de la compagnie d'assurance :*les délais de paiements
pour l'indemnisation

Les polices d'assurance sont composées de conditions générales, commune à


tous les assurés d'une même compagnie pour un risque ou un ensemble de
risque donné, et de conditions particulières, spécifiques à l'assuré.

FICHE SIGNALETIQUE D'ENTREPRISE

NOM DE L'ENTREPRISE : MAMDA/MCMA

ADRESSE : 1, avenue des Pléiades, 2°étage, Casablanca

TELEPHONE: 05 22 86 01 93

TELECOPIE : 05 22 86 22 78

Web : www.mamda-agriculture.com

FORME JURIDIQUE : MUT-ASS

N° DE REGISTRE: 3300463

CAPITAL : MAMDA : 500 000 DH. MCMA : 808 MILLIONS DH

CHIFFRE D’AFFAIRES : 1,2 milliard

DATE DE CREATION : MAMDA :1963 / MCMA : 1968

NOMS ET QUALITES DES PRINCIPAUX DIRIGEANTS :

Mr. Ouazzani Abdeslam : Président du Comité de Direction


Mr. Mansour Nejjal Ahmed : Vice-président du Comité de Direction
Mr. Abed Yacoubi Soussan : Directeur Général
Mr. Rachid El Adlouni: Directeur Général Adjoint

EFFECTIFS : de 300 à 700

12
ACTIVITES : mutuelle d’assurance

Organigramme de la MAMDA/MCMA

Président Directeur Général :


Monsieur Ouazzani Abdeslam

Directeur général
Pôle production et distribution

Directeur général
Pôle prestations – Technique et Développement

Directeur Général
Pôle Support et Finance

Direction Courtage Direction Réseau Exclusif Direction Automobile Direction Bancassurance

Direction Santé Direction Automobile corporelle Direction Prestations AT Direction


Marketing Direction Technique

Direction Comptabilité & Finances Direction Moyens Généraux Direction Informatique


Département Réassurance Organisation – Système informatique - Qualité

HISTORIQUE DE LA MAMDA/MCMA :

Organisées sous forme de caisses régionales, les mutuelles agricoles ont fait leur
apparition au Maroc en 1920. Nées sous le protectorat, elles avaient alors pour
mission de répondre aux besoins des seuls colons. Elles furent reprises et fédérées
par les agriculteurs marocains en 1963 sous la bannière de la toute nouvelle
MAMDA (Mutuelles agricoles marocaines d’assurance).

En 1968, naît la MCMA (Mutuelle centrale marocaine d’assurance) dont l’objet est la prise en
charge des risques non agricoles des paysans et la promotion du secteur mutualiste dans toutes
les couches de la société marocaine. La MCMA fédère des mutuelles et des sociétaires
appartenant à toutes les professions. Les enseignants du secondaire (MAEM) et du supérieur
(GASUP) forment la colonne vertébrale de la MCMA.

13
MAMDA et MCMA sont deux mutuelles juridiquement et financièrement indépendantes mais
qui partagent management, personnel, locaux et ressources commerciales.

MAMDA et MCMA devraient s’unir sous le nom d’UNISAM (Union des des sociétés
d’assurance mutuelles) tout en conservant leur autonomie commerciale. La croissance de la
nouvelle entité devrait reposer sur la l’adhésion de nouvelles mutuelles dont elle encouragera
la création.

Le Groupe MAMDA-MCMA noue des partenariats internationaux à la fois pour améliorer la


qualité de ses produits et pour étendre son bassin de clientèle aux Marocains résidant à
l’étranger et aux expatriés étrangers résidant au Maroc.

MAMDA compte aujourd’hui 100 000 sociétaires et MCMA 160 000. L’explosion littérale
du chiffre d’affaires du Groupe MAMDA-MCMA entre 1968 et 2009 – de MAD 7 millions à
MAD 1,2 milliard – permet de mesurer le chemin parcouru.

ATOUTS ET VALEURS DE LA MAMDA/MCMA :

Aux yeux du management du Groupe, les valeurs solidaires du mutualisme ne


peuvent s’épanouir que si elles reposent sur une gestion rigoureuse et une
excellente rentabilité financière.

Les atouts :

1. Mutuelles d’assurance, MAMDA et MCMA appartiennent à leurs sociétaires : chaque


adhérent est à la fois son propre assureur et propriétaire de sa mutuelle. Il en résulte
d’importants avantages financiers et matériels pour les assurés dont :

- Des ristournes de fin d’année de 20% sur les primes ;


- La proximité : des produits taillés sur mesure pour les différentes catégories de sociétaires.

2. Une gestion financière performante qui explique :

- Une solidité financière, gage de la pérennité et de la croissance du groupe ;


- La performance remarquable de ses produits de retraite complémentaire : rendement annuel
régulier de 7% pour l’un d’entre eux.

3. Une entreprise économiquement et socialement responsable dont les performances


financières profitent :

- Aux salariés
- Aux Marocains démunis ;
- Aux exclus de l’assurance grâce à des produits bon marché comme l’assurance-maladie à
500 dirhams par an ;
- A l’ensemble des Marocains grâce au rôle économique du Groupe dans l’économie
marocaine.

Les Valeurs :

14
Les valeurs de la MAMDA/MCMA découlent de leur forme mutualiste et du souci constant
de performance et de croissance de leur management. Elles sont en parfaite congruence avec
les valeurs de leurs publics et de la société marocaine. En voici quelques unes :

- Liberté et indépendance du Groupe qui ne s’adosse ni à une société étrangère ni à un


conglomérat ;
- Solidarité entre sociétaires d’où l’absence de discrimination envers les plus
fragiles ;
- Responsabilité, transparence et rigueur de la gestion ;
- Démocratie : tous les sociétaires sont égaux et directement associés aux processus
de décision de leur mutuelle ;
- Humanisme : leurs bénéfices ne profitent pas à de quelconques actionnaires privés
mais à leurs sociétaires.

La vision de la MAMDA/MCMA :
La réussite de la compagnie passe par la satisfaction simultanée et équilibrée de ses trois
partenaires fondamentaux: clients – actionnaires – collaborateurs.

 Mettre le service client au centre de ses préoccupations MAMDA/MCMA par


l'innovation dans la qualité, veut être considérée comme la compagnie qui répond le
mieux et de la façon la plus créative à l'ensemble des besoins de sa clientèle, dans le cadre
d'une éthique professionnelle rigoureuse.

 Assurer une rentabilité durable aux actionnaires MAMDA/MCMA vise un niveau de


rentabilité couplée avec une croissance de son activité qui puisse la situer parmi les
meilleures performances du marché.

 Offrir aux collaborateurs un projet valorisant MAMDA/MCMA veut que ses


engagements valorisent les hommes et les femmes qui y travaillent afin de leur procurer
une fierté d'appartenir à cette institution. Chaque collaborateur pourra s'y réaliser grâce à
un environnement de travail basé sur le respect, le mérite, l'équité et la motivation.

POIDS ÉCONOMIQUE DU GROUPE MAMDA-MCMA

MAMDA est un acteur majeur du secteur agricole. Elle assure les risques et aléas
climatiques que l’assurance traditionnelle refuse de couvrir. Ses excellentes
performances financières permettent au groupe de jouer un rôle majeur sur les
marchés financiers.

MAMDA gère, en coopération avec le Crédit agricole et sous la tutelle du ministère de


l’Agriculture, le système de remboursement du programme de garantie de la production
céréalière contre la sécheresse. Elle contribue, de ce fait, à alléger les souffrances des paysans
marocains.

Mais le rôle de MAMDA ne s’arrête pas là. Elle a élaboré des produits d’assurance qui sont
taillés sur mesure pour les besoins globaux du monde rural : assurance des récoltes, du
matériel, des locaux et des employés. Les risques assurés vont de l’incendie à la mortalité du
bétail en passant par la grêle.

15
Forts d’une connaissance et d’une proximité avec le monde rural, nos collaborateurs ont noué
des relations de confiance avec les agriculteurs dont ils sont devenus des conseillers très
écoutés.

D’excellents résultats financiers récurrents ont permis au Groupe d’accumuler MAD 5


milliards de réserves techniques et MAD 12 milliards d’actifs investis en participations
boursières et projets touristiques. Ainsi le groupe MAMDA-MCMA est-il un important
actionnaire des plus grandes sociétés marocaines : ONA, SNI, Attijariwafa Bank, BMCE
Bank, Crédit Agricole etc. Il est partenaire de trois des plus grandes réalisations touristiques
de la vision MAROC 2010 : Mazagan Al Haouazia, Méditerranéa Saïdia et Lixus.

VII. La Fédération nationale des Agents d‘Assurance et courtiers au Maroc


(FNACAM)

Née en 1993 de la fusion du GICAR et de l’UNACAM, la Fédération Nationale des Agents et


Courtiers d’Assurance au Maroc représente aujourd’hui quelques 500 entreprises
d’intermédiation en assurance de toutes dimensions avec en parallèle une dizaine
d’associations et/ou délégations régionales et amicales nationales réparties quasiment sur tout
le territoire national à savoir :

« L’Union régionale des assureurs - conseil de Fès » URA- CF L’Amicale des Agents
Généraux du groupe d’Assurance AXA. Maroc L’amicale des Agents de la Compagnie ES
-SAADA Le Groupement des Intermédiaires d’Assurance du Centre « G.I.A.C » La
Délégation régionale des Agents et Courtiers d’Assurances de la Wilaya de Rabat La
Délégation Association des Assureurs Conseils de Mekhnès- Tafilalet La Délégation
régionale des Intermédiaires du Nord La Délégation régionale des intermédiaires de Meknes

En termes de chiffre d’affaires, les adhérents de la FNACAM sont pour quelques 75 % des
primes émises par le marché. Elle gère les rapports avec l’administration de tutelle ‘’DAPS’’
et avec la Fédération des sociétés d’assurance et de réassurance ‘’FMSAR’’ afin de favoriser
une définition toujours plus claire des rôles et une intégration entre les opérateurs du secteur.

Les produits :

Commercialisation de produits d'Assurances Agricoles et non Agricoles:


La Mutuelle Agricole couvre les risques suivants :

*Vol
*Incendie Exploitation Agricole *Grêle
*Incendie Matériel Agricole *Multirisque Automobile
*Incendie Pailles et Fourrages *Individuel Accident
Agricole
*Incendie Récolte sur pied *Incendie Explosions
*Mortalité de bétail *RC Agricole
*Accident de Travail et Maladies Professionnelles
*La MAMDA gère pour le compte de l’Etat le Programme de Garantie des
Céréales contre les effets de la Sécheresse.

16
Afin de répondre aux besoins du monde non agricole en matière
d’assurances, la MCMA offre à ses sociétaires une gamme complète de
produits concernant l’ensemble des risques des particuliers et des
entreprises.

PRODUITS DOMMAGES PRODUITS VIE


*Accident de Travail et Maladies Professionnelles *Maladie-
Maternité
*Individuel Accident *Assurance Décès
I.T.D Prévoyance
*Multirisque des commerçants Artisans (Madad) *Compte Avenir
Jeune
*Multirisque des professions Libérales (Profil) *Epargne
Retraite Mutuelle
*Multirisque Habitation
*RC Chasse
*RC Exploitation
*RC Scolaire
*Tous Risques Chantier
*Transport de Marchandises
*Vol
*Multirisque Automobile
*Multirisque Hôtel
*Incendie Explosion

Les départements :

La division de production

Cette division est chargée de la production en souscrivant toutes sortes de contrats


demandés de toutes branches confondues, des marchés de la grande entreprise, des
PME/PMI et des particuliers. Elle est responsable de la souscription, de l’évaluation des
risques, de la fixation des tarifs et les cotations ainsi que de la production en assurant
l’établissement et la gestion intégrale des contrats

Dans le service production, il existe multiple produits d’assurance parmi ces derniers on
peut citer : Produits d’assurances Multirisque Automobile Multirisque Professionnel,
Multirisque Habitation, Individuel, Accident, Multirisque Industrielle, Epargne
Education, Epargne Retraite, Assurance de Vie Familiale

La division sinistre :
La mission de la Direction des sinistres est de fournir une prestation de services
d’indemnisations de qualité, et de maîtriser les coûts par une meilleure appréciation de
la tendance de la sinistralité. Elle joue à ce titre, un rôle de régulateur de la souscription.
Enfin, elle élabore le plan de réassurance.

1. Sinistre automobile :

17
Ce service est divisé en deux départements :

 Sinistre auto matériel  Sinistre auto corporel.

a) Sinistre auto matériel :

En cas de survenance d’une sinistre auto matérielle, le souscripteur ou l’assuré doit


déclarer dans les plus brefs délais (5 jours ouverts), son accident à son agent ou
courtier pour faire les démarches nécessaires auprès du siège, expert, garage
conventionné…

Cette déclaration doit être faite soit par :

 Constat amiable (par les deux adversaires) Aujourd’hui, vu la concurrence, les


compagnies d’assurances ont opté pour des formules d’assistance. La Compagnie qu’ils
emploient des constateurs qui travaille 7 j/7 et partent pour aider à remplir le constat à
leur assurer. Il met à disposition de l’assistance via lesquels ils peuvent contacter les
centres d’appel pour chaque besoin.

 Constat de police (police ou gendarmerie) ou récépissé qui procède l’établissement


d’un PV de police ou de gendarmerie. Suite à la déclaration, l’agence se réfère au
constat ou PV pour désigner la responsabilité de son assuré et en même temps voir
qu’elles sont les garanties qui vont jouer un rôle pour le bien de son assuré. S’il est
responsable, on se limite dans ce cas juste sur la responsabilité civile. Les dommages
subis par le véhicule de l’assuré sont pris en charge par sa compagnie (qui fera le
recours chez la compagnie adverse) ; de préférence, l’assuré doit avoir une annexe qui
s’appelle la protection juridique. Si l’assuré est responsable, on cherche dans les
garanties annexes (autre que la RC) ; celle qui peut lui faire de moindre dégât à son
prote feuille. Ex : Si le client ou l’assuré, lors de son contrat choisi la garantie dommage
collision l’assurance l’assure même s’il est responsable et lui attire les frais suivant les
plafonds déjà déterminés. Grâce à cette garantie, l’assuré a deux choix pour réparer sa
voiture :

 Soit un garage conventionné mentionné par la compagnie.

 Soit chez son propre réparateur, dans ce cas l’assurer doit ramener à son agent les
factures pour qu’il puisse être indemnisé.

Dans les deux cas, le client prend à sa charge une franchise de 5% (sorte de pénalité).
Mais la réparation du véhicule, la compagnie désigne à l’assurer un expert pour donner
une estimation des dommages subis et donner son accord sur le devis proposé par le
réparateur.  Le client doit payer une majoration de 20%.

b) Sinistre auto corporel (personne blessé) :

En cas de sinistre auto corporel, la police ou la gendarmerie doit obligatoirement être


présente au moment de survenance de ce sinistre. La police donne un récépissé à
l’assurer. Ce dernier à son tour remet à son assureur le récépissé pour obtenir une prise
en charge dont l’assureur déclare que son assuré est couvert par une assurance qui
prend l’effet de tel à tel date et doit être obligatoirement présenté à la police. Enfin c’est

18
à la compagnie de terminer toutes les démarches d’indemnisation des tiers et son client
doit payer une majoration de 30% du montant de la responsabilité civile TTC.

2. Sinistre accident du travail (A.T) :

L’assurance A.T est nécessaire pour toute personne travaillant pour le compte d’un
employeur. Elle n’est obligatoire pour tous les salariés

 Les différentes prestations mises à la charge de l’employeur par le Dahir de 1927 :

A) Le paiement des frais médicaux et pharmaceutiques consécutifs à l’accident du


travail : La victime a droit de choisir son médecin et son pharmacien régulièrement
autorisés à pratiquer au Maroc. Le chef d’entreprise est seul tenu au paiement des frais
médicaux, chirurgicaux et pharmaceutiques, la victime n’a rien à verser à son médecin
ou à son pharmacien.

B) Le paiement des indemnités journalières : En cas d’incapacité temporaire de travail,


la victime a droit à une indemnité journalière pendant la période d’incapacité
temporaire. Cette indemnité journalière est égale aux deux tiers de la rémunération
quotidienne à compter du lendemain de l’accident ou du jour de la révélation de la
maladie professionnelle. Le jour de l’accident ou de la révélation de la maladie
professionnelle est intégralement à la charge de l’employeur. Elle cesse le jour de la
consolidation de la blessure de la victime ou de son décès. Elle cesse aussi le jour même
du refus par la victime, des soins médicaux ou du jour même de l’interruption des soins.

C) L’allocation d’une rente à la victime atteinte d’une incapacité permanente partielle


ou totale : Lorsque l’accident du travail entraîne pour la victime une incapacité
permanente partielle ou totale, en plus de l’indemnité journalière, la victime a droit à
une rente qui est égale à : IPP* < 30% rente égale au salaire annuel de référence X 50%
du taux d’invalidité IPP entre 31 et 50% rente égale au salaire annuelle X par le taux
suivant : Moitié du taux pour les 30 premiers % + 1,5 fois le taux entre 30 et 50% IPP
supérieure à 50% rente égale au salaire annuelle X le taux suivant : 45% + la partie du
taux supérieure à 50%. Exemples :  IPP de 20% Le taux retenu pour le calcul de la
rente sera de 20%x 50%=10%  IPP de 40% Le taux retenu pour le calcul de la rente
sera de (30%x 50%) + (10%x 1.5)=30%  IPP de 80% Le taux retenu pour le calcul de
la rente sera de 45%+(80%-50%)=75% * IPP incapacité permanente partielle.

D) L’allocation d’une rente aux ayants droits d’une victime décédée à la suite d’un
accident du travail. En cas de décès à la suite d’un accident du travail, le ou les conjoints
de la victime, ses descendants ainsi que ses ascendants ont droit à une rente calculée en
fonction du salaire annuel de la victime et suivant le taux propre alloué à chaque ayant

19
droit : Conjoint : 30% porté à 50% si conjoint atteint 60 ans. 1 enfant : 15% (enfant
moins de 16 ans - 17 ans en cas d’apprentissage21 ans en cas d’études ou d’infirmité). 2
enfants : 30% Plus de 2 enfants : 30% plus 10% par enfant supplémentaire.
Ascendants : 10% s’ils étaient à la charge de la victime. Le total des rentes allouées à
l’ensemble des ayants droits ne peut excéder 85% du salaire annuel.

 Les éléments de tarification de l’Accident du Travail

La tarification des risques A.T est en fonction de :

- La masse salariale par catégorie de personnel et l’activité de l’entreprise avec le taux


propre de chaque activité (Entreprises industrielles ou entreprises commerciales).

- Le nombre d’hectares cultivés par l’agriculteur et la nature de la culture ou le nombre


de stères. - Les apports de pêche pour les marins pêcheurs.

 Les démarches à accomplir pour déclarer un sinistre Accident du


Travail : La victime doit déclarer l’accident dans les 24h. L’assuré doit
effectuer la déclaration dans les 48h. La déclaration ou le PV doivent
indiquer :

-Le nom, qualité, adresse de l’employeur

-Le lieu, l’heure, la nature de l’accident

-La nature des blessures, le nom des témoins

L’employeur est tenu de délivrer à la victime un bulletin reprenant ces renseignements


ainsi que les coordonnées de son assureur éventuel - L’autorité qui a reçu la déclaration
en avise immédiatement l’inspection du travail - Dès que les conséquences sont connues
et au plus tard dans les 15 jours, l’employeur doit déposer un certificat médical
indiquant l ‘état de la victime et les suites probables.

Au niveau de l’assureur, ce dernier doit :

- Avoir l’imprimé de la déclaration; - Avoir l’imprimé de la prise en charge / le médecin;

- Déclarer auprès des autorités locales le lieu ou l'accident.

3. Sinistre tout risques divers :

20
Une Assurance Multirisques est une assurance englobant plusieurs risques : Vol,
Incendie, Dégâts des Eaux, Bris de Glaces, RC, parfois l’AT.  Une Tout Risques
Chantier couvre : Les dommages à l'ouvrage pendant la durée des travaux et la période
de maintenance Elle peut également couvrir  La responsabilité des intervenants ; 
Les engins de chantier.

III. Assurance maladie (D.I.M)


 Décès- Invalidité, Incapacité et maladie: D.I.M Il s’agit d’un contrat collectif qui
permet :  De prendre en charge dans les limites convenues avec le souscripteur, les
frais engagés par l’Adhérent et les personnes à sa charge (conjoint et enfants) suite à une
maladie, un accident ou une maternité.  D’amortir les conséquences financières
entraînées par :  Le décès de l’adhérent ou l’invalidité totale et définitive de ce dernier
(paiement d’un capital aux ayants droit)  Un état d’incapacité totale temporaire
(allocation d’une indemnité journalière)  Un état d’invalidité permanente totale ou
partielle (service d’une rente) Cible : Le présent contrat peut être souscrit par toute
personne morale au profit de ses salariés, collaborateurs ou membres de l’association ou
du groupement. Il s’adresse à toute entreprise ayant un effectif supérieur à 5 personnes.
On entend par personne morale, toute entité exerçant légalement c'est-à-dire ayant un
statut d’exercer reconnu par les autorités marocaines telles que le Groupements
professionnels, Entreprises, associations etc.

Ces prestations sont en cas de décès et dans la limite du capital assuré :  Soit le
paiement d’un capital au profit des bénéficiaires désignés,  Soit le service d’une rente
viagère au conjoint survivant,  Soit le service d’une rente temporaire aux enfants
orphelins jusqu’à l’âge de 25 ans,  Soit la combinaison entre le service d’une rente
viagère au conjoint et une rente aux enfants orphelins.  Global Santé Il s’agit d’un
contrat collectif complémentaire à la garantie « Maladie – Maternité » acquise dans le
cadre du contrat de base « Décès – Incapacité – Maladie « (DIM) Ce contrat
complémentaire permet de prendre en charge dans les mêmes conditions que le dit
contrat de base, les frais engagés par l’Adhérent et les personnes à sa charge (conjoint et
enfants) suite à une maladie ou à un accident, excédant le plafond de remboursement du
contrat de base. Cible : Le présent contrat ne peut être souscrit que par ne personne
morale ayant une police de base (DIM) en vigueur auprès de RMA WATANYA au
profit de ses salariés, collaborateurs ou membres. Prestations garanties : Les
remboursements au titre de ce contrat concernent les frais :  Médicaux et
pharmaceutiques,  Chirurgicaux,  D’hospitalisation,  D’examens biologiques
(analyses) et radiologiques. Ils sont effectués sur la base du même taux de
remboursement que le contrat de base et interviendront en 2ème ligne, et ce après
épuisement du plafond de 1 000 000DHS par personne, par maladie, et par an. Les frais
engagés pour monture, verres de lunettes, prothèse dentaire, grossesse ou accouchement
normal ne sont pas pris en charge par le contrat « GLOBAL SANTE ».

21
Les atouts produits :
PERFORMANCE, PROTECTION, PRIX ET PROXIMITE

Les 4 P de MAMDA-MCMA – performance, protection, prix et proximité – font partie


de l’ADN de tous ses produits. Assureur mutualiste, donc solidaire, mais aussi entreprise
rentable – pour le plus grand profit de ses sociétaires – notre groupe a réussi à relever le
défi de fournir des produits simples, souples et efficaces aux taux les plus compétitifs du
marché.

1. Un réseau de vente directe

Où que vous résidiez, vous serez certainement proche d’un de nos 30 bureaux de vente directe
présents sur tout le territoire. Ces bureaux appartiennent à votre mutuelle : leur seul intérêt est
de vous vendre le meilleur produit au meilleur prix. Notre offre compte de nombreux tarifs
préférentiels.

2. Un service après-vente performant et une protection sur mesure

Nos experts sont prévenants et disponibles. Ils vous conseillent et vos guident au plus près de
vos besoins et aspirations grâce à leur longue expérience du terrain.

3. Un service d’assistance gratuit

Un service d’assistance gratuit propre à l’assurance automobile avec un numéro de téléphone


dédié 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

4. Des produits pro-actifs

Nos produits anticipent l’évolution économique et sociale du pays comme le besoin croissant
de produits d’épargne de nos concitoyens, leur souci de garantir l’avenir de leurs enfants,
l’allongement de la durée de vie ou le besoin de sécurité et sérénité.

22
CONVENTIONS
Il entre dans la stratégie de croissance du groupe MAMDA-MCMA de passer des
conventions avec des associations professionnelles qui permettent à leurs
adhérents d’accéder à des packages profilés. Liste de ces conventions :

Groupement d’assurance des enseignants supérieurs.

Il souscrit, pour le compte des enseignants de l’enseignement supérieur, auprès de la MCMA,


trois contrats d’assurance collectifs :

• La retraite complémentaire GASUP

• Une assurance décès invalidité GASUP propre qui permet un doublement ou


triplement du capital garanti (Prévoyance)

• Le compte Avenir Jeune (Prévoyance)

Association des producteurs et exportateurs des fruits et légumes

L’APEFEL a souscrit au profit de ses adhérents cinq contrats d’assurance collectifs :

• Al Amane Al Moutamaiz (Santé)

• Al Amane Attakmili (Santé)

• Épargne retraite mutuelle (Epargne Retraite)

23
• Décès ITD Prévoyance (Prévoyance)

• Compte Avenir jeune (Prévoyance)

O.N.V. - Ordre national des vétérinaires

Cette convention destinée aux vétérinaires inscrits à l’Ordre national des vétérinaires
comprend cinq offres :

• L’épargne retraite mutuelle (Epargne retraite)

• Le compte Avenir jeune (Prévoyance)

• L’Assurance Décès ITD prévoyance (Prévoyance)

• La maladie-maternité

• Al Amane Attakmili (Santé)

Association des œuvres sociales du ministère de l’Agriculture

La convention offre trois contrats collectifs :

• Épargne retraite mutuelle (Epargne retraite)

• Assurance Décès ITD prévoyance (Prévoyance)

• Compte Avenir jeune (Prévoyance)

Union nationale des associations du pré-scolaire

Les garanties concernent l’ensemble des corps enseignant et administratif des écoles primaires
de l’enseignement privé. L’offre comprend trois contrats :

24
• Maladie-maternité

• Épargne retraite mutuelle (Epargne retraite)

• Assurance Décès ITD prévoyance (Prévoyance)

Association des traducteurs auprès des juridictions

Le pack mis en place par MCMA pour les adhérents de cette association comprend :

• Al Amane Al Moutamaiz (Santé)

• L’assurance décès ITD prévoyance (Prévoyance)

• L’épargne retraite mutuelle (Epargne Retraite)

25
Conclusion

Mon stage au sein de la MAMDA/MCMA était très enrichissant en


matière d’information et d’expérience.

Durant 2 mois, j’ai accumulé un très grand nombre d’informations.

La vision stratégique des assurances marocaines est son engagement au


sein de la société et cela afin d’améliorer la vie de tous les marocains et de faire
du Maroc l’un des pays où les habitants seront le plus en sécurité et en santé au
monde comme en témoignent la longévité, les habitudes de vie et l’utilisation
efficace du système public de son soins de santé.

MAMDA/MCMA entretient de bons rapports avec ses clients.

De plus, elle ne cesse de développer son potentiel relationnel avec ses


intermédiaires en l’occurrence ses agents et ses courtiers.

Au cours de mon stage, j’ai appris que le travail au sein d’une entreprise,
nous permet d’avoir un contact avec le monde extérieur.

Quant à mon travail su sein de cette agence, il m’a permis de suivre


l’évolution des dossiers des assurés.

26