Vous êtes sur la page 1sur 75

ROYAUME DU MAROC ‫اﻟﻤﻤﻠـــــــﻜﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴـــــﺔ‬

MINISTÈRE DE LA SANTE
DELEGATION DU MINISTERE
‫وزارة اﻟﺼﺤــــــــــــﺔ‬
DE LA SANTE A LA ‫ﻣﻨﺪوﺑﻴﺔ وزارة اﻟﺼﺤـــﺔ‬
WILAYA DE RABAT ‫وﻻﻳــــــــﺔ اﻟﺮﺑــــﺎط‬
INSTITUT DE FORMATION ‫ﻣﻌﻬﺪ ﺗﺄهﻴﻞ اﻷﻃﺮ ﻓﻲ‬
AUX CARRIERES DE SANTE
RABAT
‫اﻟﻤﻴﺪان اﻟﺼﺤﻲ‬
‫اﻟﺮﺑــــــــــﺎط‬

Deuxième cycle des études paramédicales


2ème COHORTE : 2004 – 2006

GESTION DES DECHETS


PIQUANTS ET TRANCHANTS
AU NIVEAU HOSPITALIER
CAS DE L’HOPITAL IBN SINA
DE RABAT

Mémoire présenté pour l’obtention du diplôme du 2ème cycle des EPM

Section : Surveillant des services sanitaires

ELABORE PAR : ENCADRE PAR :

BOUMAZGOUR Abdellatif Dr RACHIDI Lahsen


Médecin chef du SIAAP
Témara

JUILLET 2006
2

Introduction ............................................................................................ 7

Partie I : Phase Conceptuelle


Phase Conceptuelle............................................................................... 9
I- Problématique : ................................................................................................. 9
II- Recension des écrits : ................................................................................... 11
A - Définitions des concepts : .................................................................................... 11
B - Lieux de production et types des DPT : ............................................................... 12
C - Classification et aspect quantitatif des DPT :....................................................... 13
D – RISQUES LIES AUX DPT :................................................................................. 14
E- Evaluation des risques liés aux DPT :................................................................... 17
F – Gestion des risques liés aux DPT:....................................................................... 18
G – Gestion des DPT :............................................................................................... 19
H – déterminants de la gestion des DPT : ................................................................. 23
I – Cadre législatif des DPT : ..................................................................................... 25
III- Cadre de référence :...................................................................................... 26
IV- But de la recherche :..................................................................................... 27
IV- But de la recherche :..................................................................................... 28
V- Question de recherche : ................................................................................ 28

Partie II : Phase Méthodologique


Phase Méthodologique........................................................................ 30
I - Type de l’étude ............................................................................................... 30
II - Milieu de l’étude ............................................................................................ 30
III - Lieux d’étude : .............................................................................................. 32
IV- Population cible de l’étude : ........................................................................ 32
V - Echantillonnage : .......................................................................................... 33
V.1- Taille de l’échantillon : ........................................................................................ 33
V.2- Facteurs d’inclusion et d’exclusion :................................................................... 34
VI - Instruments de collecte de données : (voir annexe)................................. 34
3

VII - Considérations éthiques : .......................................................................... 34


VIII- Méthode de collecte de données :............................................................. 35
IX - Traitement et analyse des résultats : ......................................................... 35
X - Limites de l’étude :........................................................................................ 35

Partie III : Phase Empirique


Phase Empirique .................................................................................. 37
I – Présentation des résultats du questionnaire:............................................. 37
1/ caractéristiques des participants :.......................................................................... 37
2/ Perception des risques liés aux DPT chez les participants : ................................. 39
3/ Mesures préventives contre les risques liés aux DPT: .......................................... 40
4/ Problème de gestion des DPT au niveau des services : ....................................... 41
5/ Formation des participants en matière de gestion des DPT : ................................ 41
6/ Accidents liés aux DPT : ........................................................................................ 42
7/ les employés de la société de sous-traitance et les accidents liés aux DPT ......... 43
8/ Filière de gestion des DPT :................................................................................... 44
II- Discussion des résultats du questionnaire: ................................................ 48
II.1- contrôles des variables étrangères :................................................................... 48
II.2- Perception des risques liés aux DPT chez les participants: ............................... 48
II.3- Mesures préventives contre les risques liés aux DPT : ...................................... 49
II.4- Accidents liés aux DPT :..................................................................................... 49
II.5- Formation des intervenants en matière de gestion des DPT:............................. 50
II.6- Filière de gestion des DPT : ............................................................................... 51
III- Discussion des resultats des entretiens:.................................................... 53
III.1- sous-traitance de la gestion des DPT :.............................................................. 53
III.2- Filière de gestion des DPT : .............................................................................. 54
III.3- Responsables de la gestion des DPT :.............................................................. 54
III.4- Coût de la gestion des DPT:.............................................................................. 55
III.5- Politique d’hygiène :........................................................................................... 55
V- Recommandations :....................................................................................... 56
1- politique de gestion des DPT :............................................................................... 56
2- Les intervenants dans la gestion des DPT : .......................................................... 57
3- Les ressources matérielles et financières :............................................................ 57
4- La réglementation : ................................................................................................ 58
Conclusion ........................................................................................... 59
Références bibliographiques :............................................................ 60
Annexes ................................................................................................ 63
4

Tableau n°1 : Types de DPT et lieux de leur production....................................................12


Tableau n°2 : Classification des déchets hospitaliers ........................................................14
Tableau n°3 : Effectif de l’hôpital IBN SINA (Service du personnel, hôpital IBN SINA,
2005)...........................................................................................................30
Tableau n°4 : Services de l’hôpital IBN SINA (service du personnel, 2006) ......................31
Tableau n°5 : Quelques indicateurs de l’hôpital IBN SINA (Service des statistiques,
direction de l’hôpital IBN SINA, 2005) .........................................................31
Tableau n°6 : Effectif et échantillon des infirmiers .............................................................33
Tableau n°7 : Niveau d’instruction des participants ...........................................................37
Tableau n°8 : Répartition des participants selon le sexe ...................................................38
Tableau n°9 : Ancienneté des participants dans leurs postes ...........................................39
Tableau n°10: Connaissance des risques liés aux DPT chez les infirmiers......................39
Tableau n°11 : Existence des problèmes de gestion des DPT au niveau des services....41
Tableau n°12 : Supports de formation ...............................................................................41
Tableau n°13 : Thèmes abordés lors de la formation ........................................................42
Tableau n°14 : Effectif des infirmiers victimes des accidents liés aux DPT .......................42
Tableau n°15 : Déclaration des accidents liés aux DPT ....................................................43
Tableau n°16 : Identification des employés de la société de sous-traitance ......................43
Tableau n°17 : Vérification de la disponibilité du matériel de conditionnement des DPT...44
Tableau n°18 : Matériel de conditionnement des DPT.......................................................45
Tableau n°19: Durée de rupture de stock des conteneurs.................................................46
Tableau n°20 : Existence du lieu de stockage des DPT ....................................................46
Tableau n°21 : Fréquence d’évacuation des DPT .............................................................47
5

Graphique n°1 : Répartition des participants selon le grade .............................................37


Graphique n°2 : Formation des participants......................................................................38
Graphique n°3 : Répartition des participants selon l’âge ..................................................38
Graphique n°4 : Risques liés aux DPT perçus par les participants...................................40
Graphique n°5 : Mesures préventives prises par les participants .....................................40
Graphique n°6 : Personnel formé en matière de gestion des DPT ...................................41
Graphique n°7 : Besoin de formation en gestion des DPT ...............................................42
Graphique n°8 : Surgissement des accidents liés aux DPT..............................................43
Graphique n°9 : Employés de la société de sous-traitance
et les accidents liés aux DPT...................................................................44
Graphique n°10 : Perception du conditionnement
des DPT chez les participants ...............................................................44
Graphique n°11 : Motifs du conditionnement incorrect des DPT .......................................45
Graphique n°12 : Rupture de stock des conteneurs des DPT ...........................................46
Graphique n°13 : Lieux de stockage des DPT ...................................................................47
Graphique n°14 : Responsables de l’évacuation des DPT ................................................47
6

Les déchets piquants et tranchants (DPT) issus d’activités de soins peuvent


engendrer des risques à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôpital. Une gestion appropriée
de ces déchets peut protéger l’homme et l’environnement contre ces risques.

Cette étude a pour but de décrire le système de gestion des DPT au niveau de
l’hôpital IBN SINA tout en dégageant les facteurs qui entravent la gestion de ces déchets.

Il s’agit d’une étude descriptive exploratoire dont le devis consiste à choisir neuf
services les plus productifs en matière de DPT. Le choix de ces services s’est basé sur
une étude d’estimation des besoins en matériel d’élimination des déchets médicaux, et qui
a été réalisée au niveau de l’hôpital IBN SINA.

L’échantillonnage dans cette étude est non probabiliste à choix raisonné pour les infirmiers chefs, et
il est accidentel pour le choix des infirmiers soignants; le pourcentage des participants est de
17.22% de l’effectif total des infirmiers des services choisis.

Les principaux résultats de cette étude mettent en évidence les dysfonctionnements


du système de gestion des DPT au niveau de l’hôpital IBN SINA à savoir :

” Absence d’une politique réelle relative à la gestion des DPT définissant la filière
de ces déchets.
” Manque si non l’indisponibilité des conteneurs des DPT au niveau des
services.
” Manque de formation et d’information pour les intervenants en matière de
gestion des DPT.
” Absence d’une réglementation claire afin de définir les responsabilités de
chaque intervenant dans le domaine des DPT.
” Manque d’une ligne budgétaire réservée à la gestion des DPT
7

Introduction

L’élimination des déchets d’activité de soins (DAS), compte tenu de l’augmentation


de l’emploi des matériaux à usage unique, représente un casse-tête pour tous les
gestionnaires impliqués dans le domaine d’hygiène hospitalière. S’agissant des déchets
piquants et tranchants (DPT), le problème est encore plus épineux et il convient d’être
extrêmement prudent dans le choix des solutions en raison de leur nature particulière.

En 2001, au cours d’une campagne de vaccination de masse contre la rougeole en


Afrique de l’Ouest (concernant six pays en totalité ou en partie), 17 millions d’enfants ont
été vaccinés, ce qui a généré près de 300 tonnes de déchets de matériel d’injection !!!
.Toutefois, les problèmes causés par les DPT ont fait naître une véritable prise de
conscience au plan international, et le notre pays n’a pas échappé à cette lame de fond.
En effet, le ministère de la santé est en quête permanente d’une gestion rationnelle de ces
déchets.

La gestion des DPT est une question qui est toujours examinée à la fois d’un point
de vue médical et environnemental, et prend en compte deux dimensions à la
fois :sanitaire et managériale.

Cette étude vient d’attirer l’attention davantage sur l’importance que revêt la gestion
des DPT en tant que facteur tendant à créer une confiance chez le personnel de santé
comme chez les usagers des établissements sanitaires et contribuant dans une grande
proportion à réduire les risques de contamination et d’infection.

Certes, l’hôpital IBN SINA, a fourni un effort considérable et mobilise des


ressources énormes pour pallier aux problèmes des DPT provenant de ses services.
Néanmoins, le système de gestion des DPT souffre encore des dysfonctionnements.

Cette étude vise à relever ces dysfonctionnements et de fournir des


recommandations qui s’imposent pour mieux agir en conséquence, elle s’étale sur trois
phases à savoir la phase conceptuelle qui comprend la formulation du problème, le but et
la question de recherche, l’état des connaissances, le cadre de référence et la définition
des concepts, la phase méthodologique qui essaye de définir le milieu et le lieu de l’étude,
la population accessible, l’échantillonnage et l’instrument de collecte. En fin, une phase
empirique qui comprend la présentation et la discussion des résultats puis des
recommandations jugées nécessaires.
Première Partie :
Phase Conceptuelle
Phase Conceptuelle

I- Problématique :
L’hôpital est un établissement sanitaire destiné à héberger des malades, des
blessés ou des parturientes en vue de leur dispenser des prestations de diagnostic, de
traitement et de soins d’urgence (règlement intérieur des hôpitaux, 2003). Néanmoins, par
sa fonction, cette structure sanitaire produit des déchets de différentes natures.

Les déchets d’activités de soins à risque infectieux (DASRI) regroupent l’ensemble


des déchets présentant un risque infectieux, du fait qu’ils contiennent des
microorganismes viables ou leurs toxines, et sont susceptibles de causer la maladie chez
l’homme ou chez d’autres organismes vivants.

Les déchets piquants et tranchants (DPT), qui appartiennent à la catégorie des


(DASRI), présentent des problèmes sur le plan sécurité sanitaire : se sont des déchets
blessants. Une étude menée en France sur l’évolution du nombre totale d’accident
d’exposition au sang (AES) a permis de mettre une évidence une augmentation du
nombre de déclarations jusqu’en 1996 puis une diminution d’environ 20% en 1998 et
1999. Depuis 1999, le chiffre global des accidents déclarés est stable, autour de 350 par
an, les accidents les plus fréquents sont les accidents par piqûre (73%), puis les accidents
par coupures (13%).

Les DPT sont aussi susceptibles de présenter le risque de transmission de


l’infection à une certaine catégorie des professionnels de santé a savoir les médecins, les
infirmiers, les sages-femmes, etc. qui manipulent des objets piquants et tranchants
souillés. En effet, d’après Olivier (1997), les trois « infections majeures posant un
problème actuellement sont l’hépatite B, l’hépatite C et l’infection au VIH » vu la probabilité
d’infection par ces virus après coupures ou piqûres transcutanées. Pour le virus C, le
risque de transmission est de 2.1% (1.2 à 3.4%); pour l’hépatite B, ce risque varie entre 1
et 6% quand l’antigène « HBe » est absent, et entre 19 et 40% quand il est présent; le
risque moyen de séroconversion vis à vis du virus du SIDA est de 0.32 % (0.18 à 0.45%).

La gestion des DPT prend de plus en plus de place dans les soucis de santé
publique vu l’importance du risque lié à la production de ces déchets d’une part et aux
nuisances engendrées par les méthodes de gestion de ces déchets pour la santé de
l’homme et pour l’environnement, une fois les différentes étapes du processus de gestion
10

ne sont pas menés correctement. Le ministère de la santé et le bureau régional de l’OMS


ont conduit une enquête en 2001 sur la pratique des injections au Maroc dans 80
formations sanitaires de base, les résultats de cette enquête ont montré que :

” La majorité des formations sanitaires avaient des pratiques exposant le


personnel de soins aux piqûres accidentelles.
” Les agents de santé des 80 formations sanitaires ont rapporté en moyenne 9
piqûres accidentelles par personne et par an.
” L’élimination des seringues et aiguilles se faisait soit par incinération, soit
après collecte par les services municipaux vers un autre lieu.

Dans leur ouvrage traitant les infections nosocomiales, CHAMPAULT et


SORDELET. (1998) ont souligné que : « l’apparition du VIH semble avoir aidé à la prise de
conscience du problème et la collecte des objets susceptibles de blesser les
manipulateurs de déchets» (p.152). Ajoutant le risque pour les éboueurs lors du transport
des DPT mal conditionnés ou pour les récupérateurs lors de la fouille au niveau des
décharges publiques généralement non contrôlées.

En notre qualité de professionnels de santé, nous nous sommes sentis


particulièrement interpellés par la problématique des DPT qui, de part leur caractère
blessant et/ou contaminant, comportent un risque à l’intérieur des établissements de soins
pour les patients et les professionnels de la santé et à l’extérieur pour la population et pour
l’environnement.

L’observation sur les lieux de stage, les entretiens entamés avec le personnel des
unités de soins ainsi que l’expérience vécue en tant que responsable d’hygiène du milieu
m’ont poussé à décrire le système dont sont gérés les DPT au niveau de l’hôpital IBN
SINA.

Ce sujet de mémoire vise à décrire le système de gestion des DPT au niveau de


l’hôpital IBN SINA de Rabat tout en dégageant les facteurs qui entravent la gestion de ces
déchets.
11

II- Recension des écrits :


A - Définitions des concepts :
GESTION :

Le Dictionnaire HACHETTE (2005) définit la gestion comme :

” L’action d'administrer, d'assurer la rentabilité d'une entreprise.


” Le Contrôle du fonctionnement de quelque chose;
” D’après le Dictionnaire DICOS, gérer c’est « maîtriser une situation difficile par
des moyens appropriés ».

DECHET :

” PICHAT(1995) rapporte que le mot « déchet » est « apparu au XIV siècle, il


vient du verbe « déchoir » qui traduit la diminution de la valeur d’une matière,
d’un projet, jusqu’au point où il deviennent inutilisables en un lieu et en un
temps donnée » (p124) .
” Le ROBERT indique que le mot « déchet » a pris son sens actuel de quantité
perdu dans l’emploi d’un produit, entre 1328 et 1342.
” Selon Larousse : « les déchets sont les débris, les restes sans valeurs de
quelque chose ».
” L’encyclopédie Universalis définit le déchet comme « Résidu abandonné par
son propriétaire car inutilisable, sale ou encombrant »

DECHET PIQUANT ET TRANCHANT :

Les DPT font partie des déchets d’activités de soins à risque infectieux donc ils sont
assujettis à la Loi 28-00 (législation marocaine) qui stipule que les DPT sont des déchets
émanant « des activités de diagnostic, de suivi, et de traitement préventif, curatif ou
palliatif, dans le domaine de la médecinei humaine ou vétérinaire, de la recherche
scientifique ou de laboratoires opérant dans ces domaines » et qui sont susceptibles de
blesser ou présenter un risque d’infection.

Les objets suivants peuvent devenir des déchets piquants et tranchants après leur
utilisation lors des activités de soins:
12

” Aiguilles à suture ou à injection


” Ampoules
” Seringues munie d’aiguille non démontable
” Lames porte-objet
” Canules
” Aiguilles à ailettes
” Capillaires et pipettes
” Lames de bistouri
” lancettes
” Coupe fils
” Mandrins
” Rasoirs
” Eprouvettes sans contenu
” Limes
” Epicrâniennes

B - Lieux de production et types des DPT :


La production des DPT diffère d’un lieu de production à un autre, le tableau suivant
regroupe les différents types de DPT et les différentes structures et sites de production
(Tableau non exhaustif)

Tableau n°1 : Types de DPT et lieux de leur production


Structures Lieu de production Type de déchets
Services : Médecine, chirurgie, - Aiguilles, seringues munies
obstétrique, gynécologie, d’aiguilles, épicrâniennes,
radiologie, exploration mandrins, lames de bistouri

Etablissements
hospitaliers (publics et
privés) -Aiguilles d’injection, lames
Blocs opératoires de bistouri, aiguilles de suture,
agrafes
Laboratoires - Centres de Lames, lamelles, verres
transfusion cassés, cônes
Aiguilles d’injection,
Etablissements de soins Poste de soins et d’injection -Poste
seringues munies d’aiguilles,
de santé de base de SMI/PF -Salle d’accouchement
aiguilles de suture,…
Aiguilles d’injection,
Cabinets de soins Poste de soins et d’injection seringues munies d’aiguilles,
aiguilles de suture,…
Cabinets dentaires Poste de soins Aiguille d’injection
Facultés de médecine et Salle des travaux pratiques- Salle Lame de bistouri, aiguilles,
médecine dentaire de dissection (anatomie) lames et lamelles en verre,
13

Structures Lieu de production Type de déchets


pipettes
IFCS Salle des travaux pratiques Pipettes, lame,…
Aiguilles, lames de bistouri,
Bureau d’hygiène
Salle de soins lames et lamelles en verre,
municipal
pipettes,…
Acupuncteurs Aiguilles
Source : Guide de gestion des DPT- Direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies

C - Classification et aspect quantitatif des DPT :


L’OMS a classé les DPT parmi les déchets d’activités de soins à risque infectieux,
au Maroc, le ministère de la santé a adopté la classification des DPT dans la catégorie des
déchets spéciaux ou spécifiques qui, à côté des déchets à risques (pièces anatomiques,
déchets radiologiques, déchets de laboratoire, …), constituent les déchets médicaux

Le centre des médias de l’OMS (2000) a estimé que les « DPT représente 1% du
total des déchets liés aux activités des soins qui représentent 10 à 25 % des déchets
hospitaliers », la quantité des DPT dépend de plusieurs caractéristiques, entre autres, la
spécialité de l’établissement sanitaire, sa capacité litière, et le nombre de consultants
externes. MOUNIER (1998) a rapporté qu’aux Etats-Unis les déchets hospitaliers sont
estimés à 158 millions de tonnes par an, et en France sont estimés à 1,4 million de tonnes
par an ; donc la quantité estimée des DPT dans ces deux pays est 395 000 tonnes aux
Etats-Unis par an et 3500 tonnes par an en France.

Au Maroc, faute d’enquête et d’évaluation détaillée, il est difficile de déterminer


avec précision les quantités de DPT produites par nos hôpitaux. Dans le cadre d’une
approche relative à la gestion et au traitement des déchets hospitaliers au Maroc (
BELHAJ,1999 ) on a estimé une moyenne de production des déchets hospitaliers à 3
kg/lit/j (1,5 à 4,5kg/lit/j ) d’où la quantité estimée des DPT est 7,5 g/lit/j, donc pour l’hôpital
IBN SINA qui dispose d’une capacité litière fonctionnelle de 1052 lits (statistiques 2005) on
peut estimer la quantité journalière des DPT approximativement à 7,890kg/j soit 2,880
tonnes par an !!!
14

Tableau n°2 : Classification des déchets hospitaliers


DECHET LIEU DE PRODUCTION NATURE
DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES
Ordures ménagères
Hôtellerie
Déchets administratifs et
Hébergement
DECHETS MENAGERS OU emballages
Restauration
ASSIMILES Déchets des travaux
Administration
70 à 80% Déblais de jardinage et de
Services généreux
balayage
Services techniques
Gros matériel mis au rebut
DECHET MEDICAUX

Pansements, tubulures, coton,


compresses,
DECHETS SPECIFIQUES
Services de soins Eléments piquants, coupants et
20 à 30% Unités médico techniques tranchants : aiguilles, débris de
verre,
Plâtres, couches,
Blocs opératoires Pièces anatomiques, lames, fèces,
Laboratoires tissus, cultures, sang et dérivés,
DECHETS A RISQUES
Services de dialyse excréta,
3 à 10%
Unités septiques Tous déchets traumatiques,
Imagerie, pharmacie, Déchets radiologiques
Source : Guide de gestion des déchets des établissements de soins- Direction des
hôpitaux et des soins ambulatoires

D – RISQUES LIES AUX DPT :


Lors de leur manipulation pour prodiguer des soins, ou lors de leur élimination
après usage, les objets piquants et tranchants exposent le patient, le personnel et
l'environnement à des risques multiples :

1/ RISQUE BIOLOGIQUE:
Le risque biologique désigne le risque de «contamination » suite à un contact avec
des déchets issus d’un patient infecté. Dans ce contexte, la notion de contamination
signifie une contamination bactérienne ou virale : les bactéries sont rarement transmises
par les objets piquants ou les objets tranchants.

Toutefois, la contamination par les bactéries résistantes aux antibiotiques est


toujours possible .Les virus sont les agents infectieux les plus souvent transmis par les
objets piquants et tranchants notamment le virus de l’hépatite B (VHB), le virus de
l’hépatite C (VHC) et le virus du SIDA (VIH); dans la mesure où toute blessure constitue
une voie de pénétration potentielle pour la plupart des agents biologiques pathogènes.
15

Le risque de séroconversion dépend de la quantité du virus introduit dans


l’organisme. La piqûre profonde par une aiguille creuse contenant le sang d’un patient en
épisode de virémie intense correspond au risque le plus important. Par contre, les
accidents par aiguille de suture pleine, traversant la couche de latex d’une ou deux paires
de gants constituent un risque moindre.

Le risque infectieux est lié à la concentration des patients infectieux et aux gestes
invasifs avec utilisation des objets piquants et tranchants. En général, le risque infectieux
est relatif aux accidents d’exposition au sang (AES) qui sont des événements non rares
dans un établissement de soins et concernent les clients internes et externes de cet
établissement.

2/ RISQUE PHYSIQUE :
Le risque physique ou le risque traumatique reprend toutes les formes de risques
d’origine physique susceptibles d’affecter l’intégrité de l’homme. Dans le secteur de soins
de santé, le risque physique correspond dans la pratique à une atteinte possible de
l’intégrité de la peau ou des muqueuses suite à une coupure ou une piqûre par un matériel
souillé par des micro-organismes ce qui peut entraîner des infections cutanées ou des
infections des muqueuses (Staphylococcus aureus,…). Le risque de transmission est
majoré en cas de piqûre profonde avec une aiguille creuse contenant du sang. MOUNIER
(1998) évoque que 21% des AES déclarés au service de médecine du travail à l’hôpital de
LIMOGES sont survenus par piqûres ou coupures lors de l’élimination des DPT et 4 cas
sont survenus chez le personnel chargé de l’incinération des déchets.

En plus des professionnels de santé manipulateurs des objets piquants ou


tranchants et les éboueurs responsables du transport des DPT mal conditionnés, le risque
traumatique peut toucher les récupérateurs et les chiffonniers au niveau des décharges
généralement non contrôlées.

3/ RISQUE PSYCHO EMOTIONNEL :


C’est le sentiment de la peur exprimé par les professionnels de la santé, les
usagers de l’établissement sanitaire (visiteurs,…) et les agents impliqués dans la gestion
des DPT (éboueurs, agents de service, agents de la société de sous-traitance) lorsqu’ils
reconnaissent ces déchets souillés par le sang ou autres liquides biologiques. Ce
sentiment sera aggravé lors d’un contact blessant. Le choc émotionnel est atteint quand
on suspecte les infections graves telles que le SIDA ou l’hépatite dans le produit
16

contaminant et se traduit chez le personnel de santé par des signes d’anxiété, de


dépression, de baisse de rendement voire changement de poste.

4/ Risque lie a l’hospitalisation des patients :


L’importance des soins hospitaliers et notamment les soins invasifs constitue un
risque de plus pour les patients, puisqu’ils peuvent générer des DPT susceptibles
d’exposer ces patients aux infections nosocomiales, source de morbidité, mortalité et de
dépenses supplémentaires de santé.

Selon l’OMS, la sécurité des patients est considérée comme un principe


fondamental des soins et un composant critique de la gestion de la qualité. L’alliance
mondiale pour la sécurité des patients, établie en 2004, a choisi les infections
nosocomiales comme premier défi pour la sécurité des patients pour les années 2005-
2006.

La sécurité des soins, est une des principales attentes des patients et des
professionnels de santé vis-à-vis du système de santé. En plus, d’après El idrissi (2005),
l’amélioration de la qualité de soins est l’un des objectifs de la réforme hospitalière
entreprise par le ministère de la santé, et cette exigence se reflétera certainement dans
les critères d’accréditation des établissements de santé.

5/ Risque pour l’environnement :


Les DPT déversés dans les décharges publiques, sans traitement préalable
peuvent porter préjudice à la santé de l’homme et contribuer à la pollution de l’air, du sol et
de la nappe phréatique.

Au Maroc, une étude menée par le ministère de l’environnement en 1999, a montré


que 98% de nos décharges ne sont pas contrôlées, donc accessibles aux chiffonniers et
aux enfants qui peuvent se blesser lors de la fouille ou de la manipulation des DPT; dans
le même sillage, le centre des médias de l’OMS annonce qu’en Juin 2000, le virus de la
vaccine (forme bénigne de la variole) a été diagnostiqué chez 6 enfants qui avaient joué
avec des ampoules de verre contenant des doses de vaccin antivariolique périmés qu’ils
avaient trouvés dans une décharge à Vladivostok en Russie.

En plus, la charge en germes pathogènes portée par les DPT peut contaminer le
sol et la nappe d’eau des terrains perméables, une étude microbiologique des effluents
liquides (LEPRAT, 1999), a mis en évidence de façon systématique la présence de
17

quelques germes ayant acquis une résistance aux antibiotiques tels les mycobactéries, et
de façon ponctuelle des souches hospitalières: enterobacter sakazakii.

D’autre part, une mauvaise incinération des DPT donne naissance à des résidus
gazeux néfastes pour l’air.

E- Evaluation des risques liés aux DPT :


Une évaluation des risques portant sur les dangers liés aux DPT est non seulement
indispensable, elle doit être imposée par le législateur.

L’évaluation des risques est un examen systématique qui va essayer de


déterminer :

” quels sont les dangers intrinsèques liés à un instrument ou une situation,


” quels sont les dommages que le personnel risque d’encourir suite à une
exposition aux dangers intrinsèques (blessures, coupures),
” quelles sont les différentes mesures devant ou pouvant être prises afin d’éviter
que les dangers n’engendrent pas des dommages réels tels que les coupures
ou les blessures.

Les conclusions de l’évaluation des risques doivent mentionner les points suivants:

” l’ampleur des risques encourus par le personnel,


” les personnes potentiellement concernées,
” si les risques sont suffisamment maîtrisés, ou si des contrôles peuvent être
introduits,
” au cas où les risques ne sont pas suffisamment maîtrisés, quelles sont les
possibilités permettant de limiter ces risques.

De cette description découle automatiquement que l’évaluation des risques


constitue un processus dynamique. En effet, celle-ci doit être répétée chaque fois
qu’intervient sur le lieu de travail un changement tel que le risque peut s’en trouver modifié
(nouvelles techniques, travaux de transformation, …). Il est évident qu’il faut tenir compte
de ce système dynamique lors de la rédaction de la stratégie concernant le bien-être du
personnel.
18

F – Gestion des risques liés aux DPT:


Selon la norme ISO 8402, la gestion des risques hospitaliers est un « Effort
organisé pour identifier, évaluer et réduire chaque fois que cela est possible, les risques
encourus par les patients, les visiteurs et les personnels ».Cette démarche consiste à
anticiper les risques et prévoir des mesures préventives afin de les éviter ou les maîtriser.

Les risques liés aux DPT sont évitables à condition de mettre en œuvre une
stratégie de prévention qui doit être une priorité absolue pour la sécurité sanitaire du
personnel, du patient et de l’environnement.

La prévention primaire est essentielle dans le cadre de la prévention de la


transmission des virus de l’hépatite B, C et du virus du SIDA, elle est constituée par
différentes mesures : vaccination, utilisation de dispositifs de sécurité, formation et
information, etc.

1) Vaccination :
La vaccination contre l’hépatite B, est le seul vaccin disponible dans la prévention
des AES. En France, selon le code de la santé publique, la vaccination contre l’hépatite
« B » est rendue « obligatoire » pour les professionnels de santé exposés.

La mise en place de l’obligation vaccinale date de 199l, la vaccination n’a pas


d’effet direct sur le nombre d’AES mais sur le nombre d’hépatites B transmises lors des
AES. Selon BROESSEL et col (2004), depuis la génération de la vaccination en 1986 au
CHU de ROUEN, le nombre d’hépatites B contractées a diminué, et même, il est devenu
nul. Le taux de couverture vaccinal du personnel accidenté a augmenté régulièrement de
1991 à 1996. En 1999, le taux de vaccination du personnel de santé hors personnel
médical, a atteint 82,1% correctement vacciné.

2) Utilisation de dispositifs de sécurité :


La mise à disposition de dispositifs médicaux dits « de sécurité » pour le personnel
de santé est un aspect de la prévention des AES. Ils sont conçus pour limiter le risque de
coupures ou de piqûres afin d’éviter la transmission des maladies pouvant être véhiculées
par le sang ou un liquide biologique notamment les pathologies virales. Les dispositifs de
sécurité font partie de la prévention primaire et peuvent être classés en dispositifs de
« prévention individuelle » et de « prévention collective ».

Les gants font partie des dispositifs de prévention individuelle. En effet, le port des
gants, au moment des soins ou d’élimination des DPT, contribue de façon efficace à la
19

prévention de la transmission des germes en cas d’AES .Lors d’une piqûre accidentelle, le
gant retient 30 à 60% du volume sanguin contenu dans l’aiguille. Les dispositifs
d’élimination des DPT tels que les destructeurs d’aiguilles et les collecteurs à objets
piquants et tranchants constituent entre autres, les dispositifs de prévention collective.

3) Formation et information
La formation et l’information font partie intégrante de la démarche de prévention des
risques liés aux DPT notamment les AES. Elles constituent un pré requis à l’introduction
des dispositifs sécurisés et à l’adhésion du personnel à la démarche globale de
prévention. Des actions de formation et d’information variées peuvent être menées en
utilisant les différents supports de communication de l’établissement.

La formation peut être une formation initiale au risque d’AES dans les IFCS et
facultés de médecine (formation de base) ou une formation permanente dite formation
continue.

G – Gestion des DPT :


1/ Tri et conditionnement :
Le tri est un passage obligé pour une gestion efficace des DPT, il s’intègre dans
une filière globale d’élimination et consiste à séparer les DPT des autres déchets et les
conditionner dans les collecteurs (conteneurs) des objets piquants et tranchants répondant
aux normes de sécurité. Le tri des DPT doit s’effectuer, dés leur production, à différents
niveaux à savoir : dans la chambre des malades, la salle des soins, la salle d’opérations,
etc. : c’est le tri à la source.

D’après SQUINAZI (1998), pour rendre le système de tri plus pérenne il faut penser
à la simplicité (consignes simples et facile à mémoriser), à la sécurité (absence des DPT
dans les déchets ménagers), à la cohérence (avec la réglementation et les contraintes de
l’organisation des soins), à la stabilité dans le temps (toute modification des critères de tri
peut être source d’erreur) et au suivi (contrôles réguliers et évaluation périodique des
conditions de tri).

Un système de tri fiable et durable a plusieurs avantages tels que :

” la réduction des risques liés aux DPT en assurant une grande sécurité du
personnel de l’établissement de soins, du personnel de la filière d’élimination
et le grand public.
20

” la protection de l’environnement.
” le contrôle de l’incidence économique de l’élimination des DPT.
2/ Stockage :
Un établissement de soins doit disposer de deux lieux d’entreposage des DPT : un
local de stockage intermédiaire situé dans le site même de production (unités de soins),
loin des malades et aussi proche que possible de la porte du service, et un local de
stockage centralisé proche d’une porte d’accès de l’établissement de soins ou dans le
local du traitement in situ. Chaque lieu de stockage, provisoire ou centralisé, doit avoir les
caractéristiques suivantes :

” offre d’une sécurité contre la dégradation et le vol,


” protégé contre les intempéries et l’incendie,
” ventilé, éclairé et facilement lavable,
” inaccessible aux animaux et aux personnes étrangères (malades, visiteurs, …)
” identifié par un signal visuel.

Le séjour des DPT dans ces locaux dépend de la quantité produite .La durée entre
l’évacuation des DPT du lieu de production et leur traitement ne doit pas excéder :

” 72 heures pour une quantité supérieure à 100kg /semaine,


” 7 jours pour une quantité très inférieure à 100kg/semaine,
” 3 mois pour une quantité inférieure à 5kg/mois.
3/ Transport interne :
Le transport des DPT à l’intérieur de l’hôpital doit s’effectuer avec des chariots
porte- poubelles tout en respectant le remplissage (généralement à 3/4), la fermeture et le
marquage des conteneurs car selon les normes légales internationales de stockage et de
transport : tout conteneur d’un produit dangereux doit porter un ou plusieurs pictogrammes
permettant d’identifier le danger, le contenu et l’origine. Le transport des DPT doit
aussi respecter le circuit des déchets dit circuit sale (monte charges distincts, passages
particuliers,…) qui est différent du circuit de l’alimentation des malades et du linge propre
dit circuit propre.

4/ Traitement et élimination :
Le traitement et l’élimination des DPT s’effectuent généralement par :

” l’encapsulation
21

” La banalisation
” l’incinération
a- L’encapsulation:

C’est une technique qui consiste à mobiliser, c’est à dire encapsuler les DPT en les
mettant dans des fûts métalliques ou en plastiques, étanches et résistants au perforation
et de taille suffisante jusqu’à qu’ils soient remplis aux deux tiers, on y coule un liant
constitué du plâtre ou de ciment. Lorsque le liant a pris, on peut fermer le récipient ou le
tonneau puis on le stocke dans les décharges. L’avantage de cette technique est qu’elle
n’est pas coûteuse et elle est sécuritaire car elle évite les blessures, les coupures et toutes
activités de chiffonnage.

b-La banalisation :

La banalisation ou « l’hygiènisation » est un procédé qui vise à neutraliser la charge


microbienne portée par les DPT et réduire l’aspect de ces déchets dans le but de les
rendre assimilables aux déchets ménagers et ensuite les déposer dans les décharges
publiques. Selon JUNG (1999), ces procédés utilisent actuellement le broyage, réduisant
les déchets à une dimension inférieure à deux centimètres, puis la désinfection par la
vapeur d’eau (à 140 °c 4 fois 15 minutes), passage aux fours à micro-ondes (100°c
pendant 20 minutes) ou par un produit chimique.

HERVIER (1999) a soulevé la sensibilité du broyeur aux DPT genre bistouri qui
peuvent bloquer même l’installation, de plus l’OMS déconseille ce procédé pour les pays
en voie de développement car le broyeur est coûteux et nécessite souvent une
maintenance complexe et un technicien spécialisé dans le domaine. Au Maroc la
banalisation des déchets, en adoptant le système ECODAS est déjà effectuée au niveau
de quelques hôpitaux, notamment l’hôpital ALGHASSANI de Fès, hôpital EL IDRISSI de
Kenitra, hôpital civil de TETOUEN, et le laboratoire de la gendarmerie royale de Rabat.

c- l’incinération :

L’incinération est un procédé de combustion à haute température qui transforme les


déchets en gaz et en résidus non combustibles. La plupart des établissements de santé
traitent leurs déchets dans leurs propres incinérateurs. Selon JUNG (1999), l’incinération
reste encore inconsciemment la solution la plus radicale, la plus rassurante et la plus
recommandée pour éliminer les déchets. En effet, dans une étude sur l’élimination des
déchets hospitaliers, PACHECO (1999) a démontré que l’incinération peut éviter toute
22

contamination bactérienne du fait que les bactéries et les virus sont détruits à une
température de 200°C, s’ajoutent à cet avantage la réduction importante du volume des
déchets qui peut atteindre 90% du volume initial et une éventuelle récupération d’énergie
(pour les grands incinérateurs extra hospitaliers).

Deux procédés d’incinération sont disponibles sur le marché :

1- Procédé simple à une chambre de combustion :

La combustion n’est pas toujours complète vu que la température atteinte n’est pas
assez élevé provoquant parfois un dégagement de fumée et de mauvaises odeurs
puisqu’ils sont dépourvus de dispositifs de traitement de fumées (filtre à poussières et
lavage des gaz) d’où la nécessité d’un contrôle rigoureux des rejets de gaz ou de
particules dans l’atmosphère, dans le cadre de la lutte contre la pollution de l’air.

2- Procédé d’incinération pyrolytique

Ou incinérateur pyrolytique à double chambre de combustion. La 1ère chambre


fonctionne en pyrolyse (en atmosphère pauvre en oxygène), ce qui a pour avantage de
diminuer la quantité de fumée dégagée; la combustion se fait à plus de 800°C. La 2ème
chambre assure la post-combustion des hydrocarbures gazeux.

En général, les incinérateurs ont des capacités variables pouvant aller de cinq
kilogrammes à deux tonnes par heure. L’incinérateur pyrolytique se caractérise par des
capacités minimales de l’ordre de 200 kg/jour et dispose souvent d’un système de
traitement des fumées.

L’incinération peut se faire, le cas échéant, dans un incinérateur installé dans


l’enceinte de l’établissement de santé : c’est l’incinération in situ dont les avantages sont,
entre autres, l’autonomie de l’établissement et pas de transport pour les DPT. Néanmoins,
ce procédé présente des inconvénients qui se résument dans le coût important
d’investissement, de fonctionnement, et de maintenance ainsi que la mobilisation d’un
emplacement pour l’incinérateur.

L’incinération des DPT peut se faire à l’extérieur de l’établissement sanitaire : c’est


l’incinération centralisée où l’incinération se fait dans une unité extérieure et indépendante
de l’établissement de soins telles que les cimenteries ou les unités ou usines d’incinération
des ordures ménagères (UIOM). L’incinération centralisée réduit le coût de traitement,
permet de récupérer l’énergie thermique ou électrique et elle est adaptable au fort
23

gisement. En revanche, ce mode d’incinération requiert des conventions entre le


producteur et les prestataires assurant l’incinération, en plus il nécessite un transport des
DPT, qui doit s’effectuer dans des conditions d’hygiène et de sécurité stricte.

H – déterminants de la gestion des DPT :


Selon l’OMS, la gestion des DPT nécessite « une politique d’hygiène appropriée,
des moyens humains, matériels et financiers suffisants, du personnel formé et une
réglementation adéquate » pour pouvoir réussir et permettre aux pays en voie de
développement de continuer leur progrès sans nuire ni à l’Homme ni à l’environnement.

1- Politique d’hygiène :
Elle se traduit par un programme de gestion des DPT qui applique les grandes
orientations de la politique générale en matière de santé et de l’environnement du pays.
L’OMS recommande certaines mesures pour rendre un programme de gestion plus
efficace et plus performant à savoir :

” - L’exécution une étude préalable sur les DPT produits ou qui sont susceptibles
de l’être, pour déterminer leur quantité.
” - L’établissement des circuits (propre et sale).
” - Faire des choix sur les modalités de gestion (conditionnement, stockage,
transport) et les ressources utilisées (humaines, matérielles, financières).
” - Définir la stratégie de traitement et d’élimination (incinération in situ ou
centralisée).
” - Faire une étude de faisabilité et d’intérêt économique.
” - Faire une planification individuelle, sectorielle (entre hôpitaux) ou régionale
(hôpitaux de la région) ce qui va favoriser la coordination entre les différents
intervenants.

L’OMS estime que cette coordination favorisera l’échange des informations et


renforcera les stratégies d’action et d’entraide dans le domaine. Selon les
recommandations de l’OMS, chaque établissement de soins devra préparer un plan même
simple de gestion des déchets déterminant les objectifs, les activités à réaliser, les
intervenants et leurs attributions, les ressources, et les mécanismes de suivi et
d’évaluation, de supervision et de contrôle.
24

2 – Moyens humains :
En général, les ressources humaines impliquées dans le processus de gestion des
DPT sont déterminées en fonction du nombre des services médicaux et « médico
techniques » de l’établissement sanitaire, et de sa capacité litière. Outre, le personnel de
l‘établissement de santé se trouve dans la nécessite une protection stricte contre les
risques liés aux DPT, et doit veiller au respect des précautions universelles (ou standards)
telles que le port d’une tenue de protection et la vaccination.

Quant à la sensibilisation et la formation du personnel, l’OMS recommande que le


personnel médical, infirmier, et d’entretien doit être formé et sensibilisé sur les risques que
présentent les déchets hospitaliers en général, et les DPT en particulier et pour l’Homme
et pour son milieu de vie, et les méthodes appliquées pour une élimination optimale de ces
déchets.

3 – Moyens matériels :
Les conteneurs utilisés spécialement pour le conditionnement et la collecte des
DPT sont des boîtes en polyéthylène de différentes capacités (exemple : 1.4 litre, 3 litres,
7.6 litres). L’implantation et l’utilisation correcte des conteneurs permettent de prévenir
voire réduire les AES. Le choix des conteneurs doit être rigoureux comme il doit répondre
aux normes (telle que la NF X 30-500) car un conteneur inadapté peut être dangereux.

Pour le traitement des DPT, le broyeur ou l’incinérateur sont les équipements les
plus utilisés.

4 - Moyens financiers :
Chaque établissement de soins, doit prévoir dans son budget de fonctionnement,
une ligne budgétaire destinée à la gestion des déchets.

Selon GIROUT (1996), le coût spécifique de la gestion des déchets hospitaliers


représente 0.25% du budget de l’hôpital. En général, le coût de traitement des déchets
varie selon le procédé de traitement utilisé. En effet, l’implantation des appareils de
traitement et leur fonctionnement ont un coût. De plus, ces appareils nécessitent un
contrôle soigneux, en terme de sécurité et de protection de l'environnement.

5 – Réglementation :
La législation vient pour préciser les principes fondamentaux et les modalités de
gestion des déchets, depuis leur production jusqu’à leur élimination totale. Elle vise la
protection de la santé de l’Homme et de l’environnement.
25

Selon l’OMS, la législation répond à une question essentielle qui a trait à la


répartition et à la définition bien claire des responsabilités des différents intervenants en
matière de gestion des déchets notamment la manutention et l’élimination appropriées des
déchets. En vertu du principe du «pollueur payeur», cette responsabilité incombe aux
producteurs des déchets, c’est-à-dire, généralement aux dispensateurs des soins de
santé.

I – Cadre législatif des DPT :


Les DPT sont généralement traités -de point de vue juridique- dans le cadre des
déchets médicaux ou des déchets d’activité de soins dont la législation reste encore
récente dans les pays développés. En revanche, cette législation est absente ou en cours
d’élaboration dans les pays en voie de développement.

1/ Réglementation marocaine :
Au Maroc, il n’existe aucun texte réglementaire dédié aux déchets hospitaliers ou
déchets d’activités de soins. Cependant, il existe un nombre de textes à caractère général
à savoir :

” Dahir du 25 Août 1914 et l’arrêté d’application du 13 Octobre 1933 portant


réglementation des établissements insalubres, incommodes ou dangereux.
” Dahir du 11 Avril 1922 sur la protection de l’environnement marin, interdisant
l’introduction dans les eaux territoriales des matières de natures à réduire la
faune halieutique, en particulier en imposant aux unités industrielles des
conditions très strictes pour déverser leurs eaux usées.
” Dahir du 1er Août 1925 sur le régime des eaux interdisant en particulier de jeter
dans les cours d’eau, toutes matières nuisibles à l’hygiène publique et à
l’alimentation des animaux. La création du périmètre de protection autour des
points de captage d’eau pour usage domestique est préconisée.
” Dahir n°17066 du 10 Mars 1967 portant réglementation en matière
d’importation, de commercialisation, de détention et d’usage de substance
toxique et qui définit l’obligation de déclaration.
” Dahir n°1-03-59 du 10 Rabii 1er 1424 (12 Mai 2003) portant promulgation de la
Loi n° 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de l’environnement.
26

Pour combler ce vide juridique en matière des déchets hospitaliers, le ministère de


la santé a mis en œuvre trois circulaires respectivement en 1992, 1996 et 2000 expliquant
les directives de la gestion des déchets hospitaliers, et une circulaire en 1994 relative à la
création d’une commission d’inspection provinciale des établissements de soins.

Actuellement, la LOI 28-00 (vient d’être votée au parlement) relative à la gestion


des déchets et à leur élimination, a consacré tout un chapitre aux déchets médicaux.

2/ Législation française :
En France, la législation concernant les déchets hospitaliers s’inspire de la directive
européenne n°75/442 du 15 Juillet 1975 modifiée par la directive européenne n°91/156 du
18 Mars 1991 et complétée par le décret européen n°96/350 du 24 Mai 1996.En effet, les
principaux textes de référence sont :

” Loi n°75/633 du 15 Juillet 1975, relative à l’élimination des déchets et à la


récupération des matériaux.
” Décret n°76/663 du 19 Juillet 1976 relatifs aux installations classées pour la
protection de l’environnement.
” En 1997, le Décret n°97/1048 du 6 Novembre 1997 est venu pour abroger le
règlement sanitaire départemental instauré par la circulaire du 9 Août 1978 et
pour compléter le code de la santé publique. Ce décret définit les déchets
d’activités de soins, précise leur conditionnement lors de la collecte et le
transport et fixe leurs procédés d’élimination.

III- Cadre de référence :


Le cadre de référence de cette recherche est conceptuel. En effet, il est inspiré des
recommandations de l’organisation mondiale de la santé (OMS) en matière de gestion des
déchets hospitaliers.

L’OMS a mis en évidence les raisons d’échec de la gestion des déchets d’activités
de soins à savoir : L’absence d’une politique de gestion des déchets d’activités de soins,
la sensibilisation médiocre aux risques pour la santé, les ressources financières et
humaines insuffisantes, et la réglementation inadéquate.
27

Politique de gestion Les ressources :


des DPT (Filière, (Humaines,
stratégie de financières,
traitement,…) matérielles,…)

La législation Formation et
(définition des information du
responsabilités) personnel

Gestion appropriée des


DPT
28

IV- But de la recherche :


Le but de cette recherche, c’est décrire le processus de gestion des déchets
piquants et tranchants au niveau de l’hôpital IBN SINA de Rabat.

V- Question de recherche :
Quel est le système utilisé pour la gestion des DPT au niveau de l’hôpital IBN SINA
de Rabat ?
Deuxième Partie : Phase
Méthodologique
30

Phase Méthodologique

I - Type de l’étude
Dans le but d’apporter des réponses aux questions de recherche préconçues, notre
étude est orientée vers la description et l’exploration. Il s’agit d’une étude descriptive
exploratoire se rapportant aux déterminants de la gestion des DPT dans une tentative de
dégager les facteurs qui entravent cette gestion. On utilisera un devis descriptif qui est le
plus adapté à ce genre de recherche.

II - Milieu de l’étude
Cette étude s’est effectuée au niveau de l’hôpital IBN SINA de Rabat vu son
accessibilité (proximité de l’IFCS de Rabat), sa renommée et son histoire qui font de cet
établissement un centre de référence des soins et des consultations de rayonnement
national, vu aussi la production importante de ses services en matière des DPT. L’hôpital
IBN SINA est un hôpital général à vocation chirurgicale prédominante, qui a été inauguré
le 1er Mai 1954. Ses missions étaient multiples à travers son histoire, d’un hôpital régional,
il a évolué vers un hôpital national et puis un site hospitalo-universitaire. Aujourd’hui,
l’hôpital IBN SINA fait partie du centre hospitalier IBN SINA de Rabat Salé, qui réunit
également les neuf formations hospitalières suivantes :

” Hôpital d’enfants,
” Hôpital Moulay Youssef,
” Hôpital des spécialités,
” Maternité Souissi,
” Hôpital El Ayachi,
” Institut national d’oncologie,
” Centre national de santé reproductrice,
” Hôpital Arrazi,
” Centre de consultation et de traitement dentaires.
Tableau n°3: Effectif de l’hôpital IBN SINA
(Service du personnel, hôpital IBN SINA, 2005)

Catégorie du personnel Effectif


Médecin 361
Infirmier 849
Administratif 90
Agent de soutien 528
31

Catégorie du personnel Effectif


Technicien 154
Total 1982
Tableau n°4: Services de l’hôpital IBN SINA (service du personnel, 2006)

Services médicaux Services chirurgicaux Laboratoires

Anatomopathologie
Chirurgie A, B, C et D Bactériologie
Cardiologie A, B Chirurgie cardiovasculaire A Biochimie
Dermatologie Chirurgie cardiovasculaire B Hématologie
Endocrinologie Chirurgie plastique Médecine nucléaire
Exploration fonctionnelle Chirurgie thoracique Parasitologie
digestive Neurochirurgie Radiologie
Médecine A, B, C, E Réanimation chirurgicale centrale Transfusion
Néphrologie Réanimation des urgences sanguine
Pneumologie chirurgicales
Réanimation médicale Traumatologie
Urgences portes médicales Urgences chirurgicales viscérales
Urgences portes chirurgicales Urologie A
Urologie B

Tableau n°5 : Quelques indicateurs de l’hôpital IBN SINA (Service des statistiques,
direction de l’hôpital IBN SINA, 2005)
Capacité litière fonctionnelle 1052
Admissions 18348
Journée d’hospitalisation 292180
Taux d’occupation moyen 76.09
Durée moyenne de séjour 15.92
Intervalle de rotation 5.00
Interventions chirurgicales 13542
Examens de laboratoire 24 435 567
Examens radiologiques (radiologie centrale) 21122
Examens isotopiques 27531
Explorations fonctionnelles digestives 994
Séances hémodialyse 10576
Consultations urgentes (porte médicale) 22779
Consultations urgentes (porte chirurgicale) 35698
Centre de consultation 40527
Médecine « C » (consultation hépatite) 2534
32

III - Lieux d’étude :


Le choix des lieux d’étude s’est basé sur une estimation des besoins en matériel
d’élimination des DPT réalisée à l’hôpital IBN SINA en 2003. En plus, le critère d’inclusion
des services dans cette étude est le suivant : «Service médical ou chirurgical dont le
besoin annuel est supérieur ou égal à 30 conteneurs de 4 litres par an».

Les services choisis sont :

” Chirurgie cardiovasculaire A
” Bloc opératoire des urgences
” Médecine C
” Bloc opératoire central
” Réanimation des urgences chirurgicales
” Urgences porte chirurgicale.
” Urologie « B »
” Neurochirurgie
” Néphrologie

IV- Population cible de l’étude :


” L’infirmier chef du service des soins infirmiers (SSI), vu le rôle important de ce
service dans la gestion des déchets hospitaliers en général, le respect des
normes de sécurité et de protection du personnel infirmier travaillant dans les
unités de soins ainsi que l’analyse des incidents, accidents de travail et
maladies contractées dans les services des soins.
” Le responsable de l’unité d’hygiène hospitalière, de part son rôle d’avant-garde
dans l’exécution et l’accomplissement des tâches relevant de ses
compétences: technique, conceptuelle et interpersonnelle en matière
d’hygiène de l’hôpital en général et la gestion des DPT en particulier,
” Les infirmiers chefs des unités de soins qui par leur formation ou leurs
qualifications professionnelles ou encore leurs expériences professionnelles
sont dépositaires de certaines missions et responsabilités telles que la gestion,
le fonctionnement et l’organisation des soins au niveau des unités où sont
appelés à gérer,
” Les infirmiers soignants qui manipulent toujours les objets piquants et
tranchants en prodiguant les soins aux patients donc ils sont les plus exposés
aux risques liés aux DPT.
33

” Le responsable des employés de la société de sous-traitance vu son rôle dans


la répartition et la supervision de son équipe au sein des unités de soins.

V - Echantillonnage :
Il est basé d’une part sur un échantillonnage non probabiliste à choix raisonné
(échantillonnage intentionnel) pour les infirmiers chefs des unités des soins. En effet, tous
les infirmiers chefs des unités de soins choisies sont impliqués dans cette étude. D’autre
part un échantillonnage accidentel concernant 03 infirmiers soignants de chaque unité de
soins choisie s’avère représentatif vu le type de l’étude

L’échantillonnage accidentel est un échantillonnage non probabiliste où les sujets


sont inclus dans l’étude au fur et à mesure qu’ils se présentent au niveau des lieux de
l’étude jusqu’à compléter la taille désirée.

V.1- Taille de l’échantillon :


La taille de l’échantillon à l’étude est de 36 infirmiers dont 27 infirmiers soignants
et neuf infirmiers chefs des unités de soins choisies.

L’effectif des infirmiers exerçants au niveau des services choisis est de l’ordre de
209 infirmiers dont tous les infirmiers chefs des neufs unités de soins choisies et le reste
regroupe les infirmiers occupant la fonction d’adjoint de l’infirmier chef, les infirmiers
responsables des salles d’archivage et les infirmiers soignants.

La taille de l’échantillon à l’étude représente donc 17.22 % de l’effectif total du


personnel infirmier des unités de soins choisies (voir tableau suivant).

Tableau n°6: Effectif et échantillon des infirmiers


Service Effectif Echantillon
Chirurgie cardiovasculaire A 31 4
Bloc opératoire des urgences 37 4
Médecine C 16 4
Bloc opératoire central 42 4
Réanimation des urgences chirurgicales 22 4
Urgences porte médicale 14 4
Urologie « B » 19 4
Neurochirurgie 15 4
Néphrologie 13 4
Total 209 36
34

V.2- Facteurs d’inclusion et d’exclusion :


Facteurs d’inclusion :
” le personnel infirmier ayant une ancienneté de 2 ans et plus dans le service.
” le personnel infirmier manifestant l’intérêt à la participation à l’étude
Facteurs d’exclusion :
” le personnel ayant refusé de participer à cette étude.
” le personnel rendant les questionnaires incomplètement remplis

VI - Instruments de collecte de données : (voir annexe)


La taille de l’échantillon des infirmiers participants à cette recherche a imposé
l’utilisation du questionnaire comme moyen de collecte des données. Pour les autres
intervenants en matière de gestion des DPT a savoir le responsable de l’unité d’hygiène
hospitalière, le chef de SSI, et le responsable des employés de la société de sous-
traitance, un entretien structuré est mené en face à face, moyennant un guide donnant les
grandes lignes des thèmes à explorer, et des questions à réponse libre. L’avantage du
questionnaire et de l’entretien c’est permettre de recueillir des informations en relation
avec la gestion des DPT auprès des participants, en s’appuyant sur leurs témoignages.

Avant d’entamer la collecte des données, le questionnaire est testé par l’infirmier
responsable de la formation continue de l’hôpital IBN SINA, par un infirmier chef d’une
unité de soins du même hôpital et par deux infirmiers de profil de base différent à savoir :
« polyvalent » et « hygiène du milieu », étudiants en deuxième cycle des études
paramédicales.

VII - Considérations éthiques :


Dans le cadre du respect de l’éthique dans cette recherche vis-à-vis de
l’administration de l’hôpital IBN SINA et des participants au questionnaire, les règles
suivantes ont été respectées :

” Avoir une attestation fournie par l’IFCS mentionnant le thème de la recherche


et le nom de l’étudiant chercheur,
” Demande d’une autorisation de la direction de l’hôpital IBN SINA, milieu de
l’étude, permettant d’entamer la recherche au sein de l’hôpital,
” Information du chef de SSI et des infirmiers chefs des unités de soins
intéressées,
35

” Information des participants sur le thème de la recherche et sur l’étudiant


responsable,
” Respect absolu de l’anonymat des participants et de la confidentialité des
informations.
” Consentement des participants

VIII- Méthode de collecte de données :


Pour collecter les données, j’ai procédé à la distribution des questionnaires aux
participants, soit directement soit par le biais de l’infirmier chef de l’unité de soins choisie.
Aussi, j’ai pu contacter des infirmiers travaillants le matin, des autres infirmiers formant
l’équipe de l’après-midi, l’équipe de la nuit et l’équipe des week-ends.

Quant à la récupération des questionnaires, 100% des questionnaires ont été


récupérés dont deux sont incomplètement remplis d’où leur exclusion de l’étude.

IX - Traitement et analyse des résultats :


Les questionnaires récupérés soit directement par nos soins soit par l’intermédiaire
des infirmiers chefs des unités de soins sont analysés à l’aide de l’outil informatique
(EXCEL), et sont présentés sous forme de tableaux et de graphiques, suivis d’une
discussion.

Les résultats des entretiens sont aussi présentés et discutés, puis une synthèse
générale des résultats de ces deux outils va essayer de dégager les déterminants de la
gestion des DPT à la lumière du but et des questions de recherche, en vue de contribuer
davantage à l’amélioration de cette gestion au niveau de l’hôpital IBN SINA.

X - Limites de l’étude :
” Contraintes du temps : le temps alloué à la réalisation du mémoire est
insuffisant et discontinu vu le système d’alternat adopté entre les modules
théoriques, le stage pratique et l’élaboration du mémoire de fin d’études.
” L’aspect descriptif de cette recherche ne permet pas la généralisation de ses
résultats, puisque l’étude concerne un contexte particulier qui est l’hôpital IBN
SINA de Rabat.
” l’usage d’un échantillonnage accidentel limite la généralisation des résultats.
Troisième Partie :
Phase Empirique
37

Phase Empirique

I – Présentation des résultats du questionnaire:


1/ caractéristiques des participants :
Le personnel infirmier qui a participé à l’étude en répondant aux questionnaires est
réparti comme le montre les tableaux suivants, selon le grade, la formation de base ou la
formation supplémentaire, l’âge, le sexe, le niveau d’instruction et l’ancienneté dans le
service et dans le poste.

1.1-Selon le grade :
Parmi les 36 éléments constituant l’échantillon à l’étude, 34 sont retenus; vu le
remplissage complet des questionnaires de leur part. 09 infirmiers parmi eux sont des
infirmiers auxiliaires (26%), et 25 sont des infirmiers diplômés d’Etat (74%).

Graphique n°1 : Répartition des participants selon le grade

26%

IDE
INF.AUX

74%

1.2 – Selon le niveau d’instruction :


Tableau n°7 : Niveau d’instruction des participants

EFFECTIF Pourcentage
secondaire 21 61,8%
universitaire 13 38,2%
Total 34 100%
Ce tableau montre que 62% des infirmiers qui ont répondu aux questionnaires ont
arrêté leurs études au niveau de l’enseignement secondaire, alors que 38% des infirmiers
ont poursuivi leurs études supérieures au niveau des universités.
38

1.3 – Selon la formation de base ou la formation supplémentaire :


Graphique n°2 : Formation des participants

50 47

40
32 Ecole des cadres
30 Ecole d'Etat
16 18 Ecole de brevet
20
11
IFCS
10 6
1 3
0
Effectif %

Parmi les éléments de l’échantillon à l’étude, 16 infirmiers qui représentent 47% de


l’effectif des participants sont des lauréats de l‘école d’Etat, suivi des lauréats des IFCS
représentant 32% de cet effectif (11infirmiers).

Les lauréats de l’école des cadres ne représentent que 3% du total des infirmiers
questionnés. En effet, un seul infirmier lauréat de l’école des cadres a participé à cette
étude.
1.4 – Selon le sexe :
Tableau n°8 : Répartition des participants selon le sexe
Effectif Pourcentage
Masculin 19 56%
Féminin 15 44%
Total 34 100%
On remarque que presque la moitié des participants est de sexe féminin, donc
aucune prédominance du sexe masculin dans cette étude.

1.5 – Selon l’âge :


Graphique n°3 : Répartition des participants selon l’âge

9%
20%

20-30
31-40
38% 41-50
>51
33%
39

Les participants appartenant à la tranche d’âge située entre 31ans et 50 ans sont
majoritaires et représentent 71% de l’effectif global, tandis que les questionnés qui ont un
âge compris entre 20 ans et 30 ans forment une minorité, représentant 9% de la totalité de
l’effectif de l’étude suivi des participants dont l’âge dépasse 50 ans avec un pourcentage
de 20%.

1.6 – Selon l’ancienneté dans le poste:


Dans cet échantillon, la quasi-totalité des participants ont une ancienneté
acceptable pour cette étude. En effet, plus de 82% des infirmiers questionnés ont occupé
leurs postes actuels pendant plus de cinq ans,

En outre, 18% des participants travaillent au niveau des services choisis pendant
une durée moins de cinq ans et plus de deux ans (facteur d’inclusion). Alors que 26%
des infirmiers participants à l’étude ont passé plus de 20 ans dans ces services.

Tableau n°9 : Ancienneté des participants dans leurs postes


Ancienneté dans le poste Effectif des participants Pourcentage
< 5 ans 6 17.65%
5 à 10 ans 6 17.65%
11 à 15 ans 7 20.60%
16 à 20 ans 6 17.65%
> 20 ans 9 26.45%
Total 34 100%

2/ Perception des risques liés aux DPT chez les participants :


Tableau n°10: Connaissance des risques
liés aux DPT chez les infirmiers
Effectif %
Oui 34 100%
Non 0 0%
Total 34 100%
100% des infirmiers questionnés ont déclaré le pouvoir des DPT de présenter des
risques pour le personnel de santé lors de l’exercice de sa profession.

Les différents types de risques liés aux DPT ainsi que la perception des infirmiers
sur ces risques sont présentés dans le graphique suivant :
40

Graphique n°4 : Risques liés aux DPT perçus par les participants

Effectif

Psy.Emo

Traumatique

Infectieux

0 10 20 30 40

Effectif

Le risque le plus perçu chez le personnel de santé participé à cette étude est le
risque infectieux, suivi du risque traumatique et du risque psycho émotionnel. En effet,
94% des questionnés (32 infirmiers) ont répondu que le risque infectieux est le risque
majeur présenté par les DPT issus des activités de soins. Alors que le risque traumatique
et le risque psycho émotionnel sont perçus comme des risques de seconde importance
avec un pourcentage de 70% (24 infirmiers) et de 65% soit 22 infirmiers de l’effectif des
participants à l’étude.

3/ Mesures préventives contre les risques liés aux DPT:


Pour les mesures préventives jugées utiles par le personnel de santé en vue de se
protéger contre les risques liés aux DPT, 76% des interrogés recommandent l’utilisation
du matériel de sécurité pour prodiguer les soins, 50% des infirmiers voient que les
vaccinations demeurent des mesures préventives contre ces risques, 35% font appel à
d’autres mesures telles que la sensibilisation du personnel, la vigilance lors des pratiques
des soins et le port des gants.

Graphique n°5 : Mesures préventives prises par les participants

80% 76%
70%
60% 50%
50%
40% 35%
30%
20%
10%
0% % de l'effectif
Vaccinations

Autres
matériel de
Usage du

sécurité
41

4/ Problème de gestion des DPT au niveau des services :


Tableau n°11 : Existence des problèmes de gestion
des DPT au niveau des services

Effectif %
Oui 19 56%
Non 2 6,00%
Parfois 13 38%
Total 34 100%
Les DPT posent des problèmes de gestion au niveau des services choisis pour
cette étude, 6% des infirmiers affirment l’absence de ces problèmes contre 56% qui
déclarent leur existence et 38% des participants ont répondu que ces problèmes
surviennent parfois dans leurs services.

5/ Formation des participants en matière de gestion des DPT :


Graphique n°6 : Personnel formé en matière de gestion des DPT

32%
Oui
Non
68%

La formation du personnel concernant la gestion des DPT a touché uniquement


32% du personnel participant à cette étude (11infirmiers), contre 68% des participants qui
n’ont jamais eu aucune formation en la matière (23 infirmiers).

Tableau n°12 : Supports de formation


Effectif Pourcentage

Séminaire 10 91%
Projection de films 06 55%
Stage de formation 02 18%

Les séminaires sont les plus organisés lors de la formation du personnel en matière
de gestion des DPT. En effet, 91% des bénéficiaires de formation ont assisté aux
42

séminaires. Alors que les stages de formation sont moins organisés.

Tableau n°13 : Thèmes abordés lors de la formation


Effectif Pourcentage
Sécurité sanitaire 07 60%
Déclaration des AES 02 18%
Prévention des AES 05 46%
Conduite à tenir en cas d’AES 02 18%
Les thèmes les plus abordés au cours de la formation des infirmiers participants à cette étude ont
concerné la sécurité sanitaire et la prévention des accidents d’exposition au sang.

Graphique n°7 : Besoin de formation en gestion des DPT

30%

Oui
Non

70%

70% des infirmiers questionnés ont besoin d’une formation relative à la gestion des
DPT au niveau des services de soins.

6/ Accidents liés aux DPT :


Tableau n°14 : Effectif des infirmiers victimes des accidents liés aux DPT
Effectif %
Oui 26 76%
Non 8 24%
Total 34 100%
76% des infirmiers participants à l’étude ont été victimes des accidents liés aux
DPT. Ces accidents surviennent lors de la manipulation des objets piquants et tranchants
pour des raisons de soins ou pendant leur élimination en tant que DPT émanant des
activités de soins.
43

Graphique n°8 : Surgissement des accidents liés aux DPT

81%

45% % de l'effectif

Manipulation
Elimination

Les accidents liés aux DPT surviennent suite à leur élimination dans 45% des cas,
et dans 81% des cas lors de la manipulation du matériel de soins piquant ou tranchant.

Tableau n°15 : Déclaration des accidents liés aux DPT

Effectif Pourcentage
Oui 12 35%
Non 22 65%
Total 34 100%
Parmi les participants victimes des accidents liés aux DPT, seulement 35% ont
déclaré ces accidents, contre 65% qui ne les déclarent pas.

7/ les employés de la société de sous-traitance et les accidents liés


aux DPT
Tableau n°16 : Identification des employés de la société de sous-traitance
Niveau d’instruction Effectif formé en matière de gestion
Effectif Sexe Sans Primaire Secondaire des DPT
7 M 1 1 5 0
Les agents de la société de sous-traitance chargés de l’évacuation des déchets au
niveau des services de soins n’ont reçu aucune formation en matière de gestion des DPT.
44

Graphique n°9 : Employés de la société de sous-traitance et les accidents liés aux DPT

43%
Victimes
57% Non victimes

57% des employés de la société de sous-traitance ont été victimes des accidents
liés aux DPT.

8/ Filière de gestion des DPT :


8.1- Conditionnement des DPT
Graphique n°10 : Perception du conditionnement
des DPT chez les participants

76%
80% 65%
70%
60%
50%
40% % d'effectif
30%
20% 9% 3%
10%
0%
s

s
.
lu

p
..

.. .
m
ve
p

p
te

is
de

d
e
p

in
e

d
rg

re

e
rt
su
a

ch
ch

e
e


P
M

Le conditionnement des DPT est perçu chez 76% des infirmiers participants à
l’étude, comme une mesure préventive contre les accidents de piqûres et de blessures ou
les accidents d’exposition au sang (AES) causés par ces déchets. Néanmoins, 65% des
infirmiers questionnés considèrent le conditionnement comme une tâche indispensable

Tableau n°17 : Vérification de la disponibilité du matériel de conditionnement des DPT


Effectif Pourcentage
Oui 21 62%
Non 13 38%
Total 34 100%
62% des participants vérifient la disponibilité du matériel de conditionnement des
45

DPT avant toutes activités de soins, par contre 38% ne vérifient pas cette disponibilité.
Malgré la vérification de la disponibilité du matériel de conditionnement, 70% des
participants ont répondu que le conditionnement des DPT ne se fait pas correctement au
niveau de leurs services, alors que 7% des participants affirment que ce conditionnement
est plus ou moins correct.

Les motifs qui sont derrières le conditionnement incorrect des DPT sont résumés
dans le graphique suivant.

Graphique n°11 : Motifs du conditionnement incorrect des DPT

Manque du
7% matériel

Charge de
travail
29% 43%
Manque
d'information
ou de formation
Autre
21%

Le principal motif qui rend le conditionnement des DPT incorrect et qui est soulevé
par 43% des infirmiers questionnés c’est le manque des conteneurs spécifiques, tandis
que 29% associent ce problème au manque d’information ou de formation.

Tableau n°18 : Matériel de conditionnement des DPT


Effectif Pourcentage
Bouteille en plastique 12 36%
Conteneurs spécifiques 13 38%
Flacons en verre 20 60%
Sacs en plastique 4 12%
Au niveau des services choisis, 60% des infirmiers affirment que les DPT sont
conditionnés dans des flacons en verre (flacons de sérum), quant aux conteneurs
spécifiques des DPT, 38% des participants déclarent leur utilisation au sein des services
de soins. 12% des participants utilisent des sacs en plastique.

En plus, le matériel de conditionnement ne se trouve pas toujours à proximité des


infirmiers lors des pratiques de soins. En effet, 50% des participants confirment ce fait.
46

Graphique n°12 : Rupture de stock des conteneurs des DPT

97%
100%

80%

60%
%
40%

20%
3%
0%
Oui Non

97%des infirmiers déclarent les ruptures des stocks des conteneurs spécifiques aux
DPT au niveau de leurs services.

Tableau n°19: Durée de rupture de stock des conteneurs


Effectif %
< 1 semaine 3 9%
1 semaine à 15 jours 4 12%
> 15 jours 27 79%
Total 34 100

La rupture de stock ou le manque des conteneurs spécifiques des DPT au niveau


des services dépasse 15 jours d’après les affirmations de 79%des infirmiers, alors que
21% déclarent que cette durée est inférieure à 15jours.

8.2- Stockage intermédiaire des DPT:


Tableau n°20 : Existence du lieu de stockage des DPT
Effectif Pourcentage
Oui 6 18%
Non 28 82%
Total 34 100%

82% des répondants assurent l’absence d’un lieu de stockage réservé aux DPT au
niveau de leurs services.
47

Graphique n°13 : Lieux de stockage des DPT

77%
80%
70%
60%
50%
40% %
23%
30%
20%
10%
0%
Toilettes Salle de soins

Les 77% des infirmiers, ne disposant pas de lieux de stockage des DPT au niveau
de leurs services, affirment que les DPT sont stockés au niveau des salles de soins, et
23% des infirmiers déclarent l’utilisation des toilettes comme lieu d’entreposage
intermédiaire de ces déchets.

8.3- Evacuation des DPT :


Tableau n°21 : Fréquence d’évacuation des DPT
Effectif %
1 fois ou plus par jour 18 52%
2 fois par semaine 5 16%
1 fois par semaine 11 32%
Total 34 100%
52% des infirmiers déclarent que les DPT sont évacués de leurs services plus d’une
fois par jour, alors que 32% des infirmiers annoncent que cette fréquence ne dépasse pas
une fois par semaine.

Graphique n°14 : Responsables de l’évacuation des DPT

10%

infirmier chef

sté de
soustraitance

90%

90% des infirmiers ont répondu que la société de sous-traitance s’occupe de


l’évacuation des DPT non conditionnés dans les conteneurs vers la décharge hospitalière
48

moyennant des chariots porte poubelles, seulement 10% des interrogés disent que les
infirmiers chefs des unités de soins dotées en conteneurs spécifiques des DPT, assurent
l’évacuation de ces déchets vers le service d’hygiène hospitalière, dans ce cas le transport
des conteneurs se fait manuellement par les agents de service.

II- Discussion des résultats du questionnaire:


II.1- contrôles des variables étrangères :
a- l’âge :
L’échantillon à l’étude est constitué de 36 infirmiers dont neuf infirmiers chefs des
unités de soins et 27 infirmiers soignants, malgré que la majorité des participants (71%)
appartiennent à la tranche d’âge située entre 31 et 50 ans leur répartition au niveau des
services est aléatoire ce qui a permis le contrôle de la variable âge.

b- le sexe :
56% des participants à l’étude sont de sexe masculin et 44% sont de sexe féminin
donc l’échantillon de cette étude est presque homogène d’où la variable sexe est
contrôlable.

II.2- Perception des risques liés aux DPT chez les participants:
La connaissance des risques liés aux DPT est bien claire chez tous les participants,
du fait qu’ils ont tous affirmé le pouvoir de ces déchets de présenter des risques lors de
l’exercice de la profession. Cette prise de conscience puise son origine du cursus de
formation de base du personnel infirmier.

Toutefois, le risque le plus perçu chez les infirmiers reste le risque infectieux qui
suppose la transmission des infections posant problème actuellement telles que
l’hépatite « B », l’hépatite « C » et le SIDA ce qui met en évidence le degré de conscience
des infirmiers des accidents d’exposition au sang.

Le risque traumatique et le risque psycho émotionnel prennent le deuxième rang de


point de vue importance chez les infirmiers avec un pourcentage d’effectif respectivement
de 70% et 65% ce qui montre l’importance d’utilisation du matériel de sécurité lors des
pratiques de soins ainsi qu’au moment de conditionnement des DPT afin de minimiser ces
risques.
49

II.3- Mesures préventives contre les risques liés aux DPT :


Afin d’éviter les accidents liés aux DPT, la majorité des infirmiers (76%) disent que
l’utilisation du matériel de sécurité reste primordiale. En effet, au niveau des unités de
soins choisis, a plupart des accidents de coupures ou de blessures surviennent une fois
l’acte de soins est terminé, au moment du rangement du matériel ou de l’élimination du
matériel souillé. Donc la mise à disposition des dispositifs médicaux dits de sécurité pour
le personnel de santé est un aspect de prévention des AES.

Autre mesure de prévention perçue par 50% des infirmiers est la vaccination contre
les maladies virales vu le contexte du travail qui se caractérise par une charge de travail,
le stress, la fatigue et l’insuffisance du matériel de sécurité d’une part et la manipulation
des objets piquants et tranchants d’une autre part. L’application de cette mesure reste
tributaire de la volonté des responsables afin de rendre la vaccination obligatoire pour tout
le personnel des unités de soins.

En l’absence ou à l’insuffisance de ces deux mesures de prévention, 35% des


infirmiers ont recours à quelques principes de précautions dits standards pour adopter les
bonnes pratiques telles que:la vigilance, le port des gants, le lavage des mains, ne pas
« recapuchonner » les aiguilles à la main, ne pas dégager les aiguilles des seringues à la
main et ne pas désadapter à la main les aiguilles et les lames de bistouri.

II.4- Accidents liés aux DPT :


L’effraction cutanée (les piqûres ou les blessures) suite à l’usage des objets
piquants et tranchants, est souvent visible au niveau des unités de soins. Parmi les
infirmiers interrogés, 76% ont été victimes des accidents liés aux DPT qui sont survenus
d’après 81% d’entre eux au moment de la manipulation des objets piquants et tranchant,
contre 45% des victimes ayant eu ces accidents lors de l’élimination des DPT. Cela
montre que les conditions de travail favorisent ces accidents du fait que la plupart des
unités de soins ne sont pas dotés du matériel de sécurité et du matériel adéquat pour la
gestion des DPT.

Ajoutant que 65% des victimes ne déclarent pas ces accidents et s’échappent du
suivi médical soit à cause de la sous-estimation du risque ou manque d’information sur la
procédure de déclaration. 35% des infirmiers ayant eu des accidents, souvent ils les
déclarent aux infirmiers chefs ou aux médecins-chefs des services, ce qui signifie que la
50

santé et la sécurité au travail au sien des services de soins laisse beaucoup à désirer du
fait qu’il n’y a pas de collaboration entre les différents intervenants en matière de la
médecine du travail.

Les ouvriers de la société de sous-traitance qui s’occupent de la collecte des


déchets hospitaliers ont été aussi victimes des accidents causés par les DPT. En effet,
57% des ouvriers confirment cette réalité qui met en cause la gestion des DPT au niveau
des unités de soins. Ces accidents sont les conséquences d’un tri incorrect des déchets
d’activités des soins et d’un conditionnement inadéquat des DPT.

II.5- Formation des intervenants en matière de gestion des DPT:


Le personnel infirmier non formé en matière de gestion des DPT représente 68% de
l’effectif des questionnés, ce qui montre que la formation dans ce domaine fait défaut,
chose qui favorise davantage les accidents liés aux DPT et ne permet pas au personnel
d’adhérer dans une démarche globale de prévention des risques.

Malgré que 74% des infirmiers sont des IDE, il faut noter que 32% de l’effectif total
des questionnés sont des lauréats de l’école de brevet d’où la nécessité de renforcer les
actions de formation en matière de gestion des DPT vu la formation de base des infirmiers
qui reste déficitaire en matière des modules traitant la gestion de l’environnement en
général.

Les séances de formation que 32% des infirmiers ont bénéficiée sont organisées
sous forme de séminaires (91% de bénéficiaires) abordant en priorité des thèmes sur la
sécurité sanitaire et la prévention des AES ; par contre les thèmes sur la déclaration et la
conduite à tenir en cas des AES sont peu abordés ce qui explique clairement le taux élevé
(65%) de la non déclaration des accidents liés aux DPT.

Les stages de formation sont rarement organisés (18% de bénéficiaires), sachant


que 70% des répondants ont exprimé leur besoin en formation relative à la gestion des
DPT, l’hôpital doit investir activement dans la formation du personnel infirmier par
l’organisation des stages de formation afin de prévenir la résistance au changement lors
de l’introduction du matériel de sécurité ou l’implantation d’une filière de gestion des DPT.

Quant aux employés de la société de sous-traitance, personne n’a eu de formation


concernant la gestion des DPT ce qui, a mon avis, peut remettre en cause cette société et
impose à l’hôpital de choisir, lors de la signature des contrats de sous-traitance un
51

prestataire professionnel dans le domaine de la gestion des déchets d’activités de soins


tout en impliquant les personnes intervenantes et spécialisées en la matière au cours de
l’élaboration du CPS.

II.6- Filière de gestion des DPT :


II.6.1- Conditionnement des DPT :
A la question sur la perception du conditionnement des DPT par les infirmiers, 76%
des participants ont répondu que c’est une mesure préventive contre les risques liés à
cette catégorie de déchets à savoir le risque de contamination suite à un contact, par
piqûres ou blessures, avec ces déchets issus des patients infectés. Cela prouve
franchement que la plupart des infirmiers participants sont sensibilisés sur le risque
biologique et physique, et connaissent bien le pouvoir des DPT de transmettre l’infection
ce qui peut s’expliquer parfois par des signes d’anxiété, de dépression, de baisse de
rendement professionnel voire la demande de changement de poste.

Ajoutant que 60% des infirmiers ont considéré que le conditionnement des DPT est
une tâche indispensable que le personnel infirmier est appelé à accomplir, c’est en
quelque sorte la responsabilité des infirmiers dans le but de faire intégrer le
conditionnement dans leurs tâches quotidiennes lors de l’exercice de leur profession.

L’importance du conditionnement, se traduit chez les infirmiers par le souci de vérifier la


disponibilité du matériel du conditionnement avant toutes activités de soins soit sur les
chariots de soins ou au sein des salles de soins. En effet, 62% des interrogés vérifient
cette disponibilité contre 38% qui ne la vérifient pas; chose qui peut s’expliquer par la
charge de travail qui pousse les infirmiers à considérer cette tâche comme une charge de
plus (9% des participants) ou une perte de temps (3%).
En outre, 70% des participants déclarent que le conditionnement des DPT ne se fait pas
correctement au niveau des unités de soins étudiées, ce qui est peut être dû au non
respect des modalités d’utilisation du matériel de conditionnement (voir annexe), en
d’autres termes, le manque de l’information et la sensibilisation concernant le mode
d’emploi des conteneurs spéciaux des DPT, chose qui a été confirmée par 29% des
participants.

En revanche, ce qui rend le conditionnement des DPT incorrect, selon 43% des
répondants, est la non disponibilité des conteneurs des DPT au niveau des unités de
soins. Ce qui oblige les infirmiers à utiliser des flacons en verre (60% des participants),
52

des bouteilles en plastique (36% des participants) et parfois utiliser des sacs en plastique
(12% des participants). Ce qui porte préjudice à la sécurité au travail, d’une part, vu que
cette situation expose le personnel de santé et les employés de la société de sous-
traitance chargés de la collecte des déchets hospitaliers à un grand risque. D’une autre
part, cette situation va influencer la qualité de tri des déchets hospitaliers, du fait que les
DPT non conditionnés dans les conteneurs spéciaux seront pêle-mêle au niveau de la
décharge hospitalière.

L’indisponibilité des conteneurs spéciaux des DPT est toujours vécue au niveau des
unités de soins choisies d’après les affirmations de 97% des participants. Ce manque du
matériel de conditionnement est sûrement dû à la non obligation de la société de sous-
traitance, lors de l’élaboration du CPS, de doter les services de soins en conteneurs pour
les DPT.

Reste à noter que, le service d’hygiène hospitalière dispose d’un lot de conteneurs
des DPT provenant d’un don d’une association qui œuvre dans le domaine de la
protection de l’environnement. Ce service se charge de doter les unités de soins les plus
productrices des DPT. Néanmoins, cette opération n’est pas continue dans le temps, 79%
des infirmiers interrogés avancent la rupture de stock des conteneurs qui dépasse 15
jours, ce qui pousse les infirmiers à utiliser les autres moyens de fortune.

II.6.2- Stockage intermédiaire des DPT :


Au niveau des unités de soins étudiées, 82% des interrogés ont déclaré l’absence
d’un lieu de stockage intermédiaire des DPT, et du coup, ces déchets sont stockés au
niveau des salles de soins selon 77% des infirmiers, tandis que 23% des infirmiers
participants ont souvent recours aux poubelles des installations sanitaires comme lieux
d’entreposage de ces déchets.

L’absence des lieux de stockage intermédiaire au sein des services de soins peut
exposer le personnel de santé, les patients et les visiteurs aux risques liés aux DPT. En
effet, la présence des DPT mal conditionnés dans les salles de soins crée un climat
d’insécurité sanitaire et peut se manifester sur le plan psychologique du personnel des
unités de soins par la crainte lorsqu’ils reconnaissent des DPT souillés ou non par du sang
ou du liquide biologique. Idem pour les poubelles au niveau des toilettes qui peuvent
contenir les DPT à cause d’un triage des déchets d’activités de soins qui peut être
défectueux.
53

En un mot, toute unité de soins doit disposer d’un lieu de stockage intermédiaire
des DPT, non accessible à toute personne étrangère.

II.6.3- Evacuation des DPT des unités de soins :


90% des interrogés affirment que les DPT non conditionnés dans des conteneurs
spécifiques sont évacués avec les autres déchets d’activités de soins. Cette évacuation
est assurée par les employés de la société de sous-traitance moyennant des chariots
porte-poubelles, à raison d’une fois et/ou plus par jour, déclarent 52% des infirmiers, d’où
les DPT non conditionnés se trouvent mélangés avec les autres déchets d’activités de
soins dans des sacs rouges au niveau des bennes réservées aux déchets hospitaliers. Ce
qui montre l’ampleur du problème de gestion des DPT au niveau des unités de soins de
l’hôpital IBN SINA.

Pour les services de soins dotés des conteneurs des DPT fournis par le service
d’hygiène hospitalière, l’infirmier chef assure l’évacuation de ces conteneurs, une fois
remplis, sous sa responsabilité et veille sur leur acheminement vers ce service.

III- Discussion des resultats des entretiens:


Les entretiens avec les responsables concernés par la gestion des déchets
d’activités de soins au niveau de l’hôpital IBN SINA ont abouti aux résultats suivants :

III.1- sous-traitance de la gestion des DPT :


Le centre hospitalier IBN SINA a procédé à la sous-traitance de la gestion des
déchets hospitaliers par la signature d’un contrat dans le cadre d’un Marché de travaux,
de fourniture et services.

La société sous-traitante, d’après l’article premier du contrat, assure la collecte des


déchets 7jours/7jours durant les 365 jours. En plus, pour les travaux dont la société de
sous-traitance est chargée, le CPS mentionne que la société assure aussi :

” l’acheminement des déchets dans des sacs de couleur rouge et noir vers la
décharge locale de l’hôpital.
” la dotation en sacs plastifiés, à la charge de la société, sera remise à chaque
service.

Il est bien évident, que le CPS de ce contrat, ne désigne pas les différentes
catégories de déchets hospitaliers telle que les DPT, et les filières à suivre, d’où la société
54

de sous-traitance n’est pas responsable de l’indisponibilité des conteneurs des DPT au


niveau des unités de soins. En outre, l’exclusion des personnes spécialistes dans le
domaine de gestion des déchets hospitaliers lors de l’élaboration du CPS, peut montrer
que la gestion des DPT est encore délaissée par l’hôpital IBN SINA.

Pour ce qui est de l’estimation des besoins des unités de soins en conteneurs,
l’hôpital IBN SINA a effectué une étude en 2001 qui a révélé que le besoin annuel de tous
les services est aux alentours de 250 conteneurs par trimestre soit 1000 conteneurs par
an. Cette estimation peut servir lors de la mise en place d’un plan de gestion des DPT au
niveau de l’hôpital IBN SINA.

III.2- Filière de gestion des DPT :


La plupart des unités de soins ne sont pas dotées des conteneurs des DPT, donc il
est encore loin de procéder au pesage pour avoir une idée sur la production de l’hôpital
IBN SINA en matière de DPT.

Le service d’hygiène assure la dotation de quelques services de soins en


conteneurs des DPT restés d’un don émanant d’une association de la protection de
l’environnement. Néanmoins, les DPT non conditionnés sont évacués avec les autres
déchets d’activités de soins, par contre, les infirmiers chefs des services de soins dotés
des conteneurs, sont appelés à acheminer ces conteneurs vers le service d’hygiène qui se
charge de leur stockage final dans un lieu destiné à cet usage. La durée de stockage des
DPT conditionnés diffère de temps à autre et dépend des activités de soins au sein des
services.

Le bureau d’hygiène de l’hôpital IBN SINA, procède à l’élaboration d’un PV


d’incinération des conteneurs remplis par les DPT, afin d’assurer leur l’évacuation finale
vers l’incinérateur du centre hospitalier IBN SINA.

Les actions menées par le bureau d’hygiène montre la volonté de l’hôpital


d’implanter une filière de gestion des DPT. Cependant, ces efforts sont à la merci de la
disponibilité des conteneurs au niveau du bureau d’hygiène hospitalière.

III.3- Responsables de la gestion des DPT :


La responsabilité de la gestion des déchets hospitaliers en général est confiée au
bureau d’hygiène hospitalière. La pénurie du personnel au niveau de ce service, et
l’indisponibilité des conteneurs au niveau de l’hôpital IBN SINA peuvent rendent cette
55

tâche très difficile, sachant qu’un seul infirmier qui est affecté au bureau d’hygiène
hospitalière et qui n’a pas eu de formation an matière de gestion des déchets hospitaliers.

Pour considérer le bureau d’hygiène hospitalière comme responsable d’avant-garde


en matière de la gestion des DPT, il faut doter ce service en ressources humaines
suffisantes et qualifiées, et en ressources matérielles suffisantes et appropriées.

III.4- Coût de la gestion des DPT:


Cette question est restée sans réponse, vu que l’hôpital n’assure pas encore la
dotation des services de soins en conteneurs. Mais d’après l’OMS, chaque hôpital doit
réservé 0.25% de son budget de fonctionnement à la gestion des déchets, donc l’hôpital
IBN SINA doit réservé une ligne budgétaire pour la gestion des DPT.

III.5- Politique d’hygiène :


L’hôpital IBN SINA a essayé, depuis 2001, d’instaurer une politique de gestion des
DPT, par l’action pilote au niveau du service de médecine « E » et du service de
l’exploitation fonctionnelle et digestive, et un autre test a été fait au niveau d’une salle du
bloc opératoire central. Ces actions ont donné de bons résultats sur le plan de triage et
conditionnement des DPT, et elles sont perçues chez le personnel de santé comme des
actions d’amélioration des mesures de sécurité au travail.

En vue de généraliser ces actions sur tous les services de soins, considérés
comme lieu de production des DPT, la coopération s’est avérée indispensable entre le
ministère de la santé (direction des hôpitaux et des soins ambulatoires) et l’hôpital IBN
SINA pour conclure un contrat avec la firme COOPER-MAROC, pour doter l’hôpital en
conteneurs spécifiques à raison de 250 conteneurs par trimestre et se charger de leur
incinération dans des cimenteries à Casablanca.

Actuellement, aucune politique de gestion des DPT n’est instaurée au niveau de l’hôpital
IBN SINA, cela se traduit par l’absence d’un plan de gestion des déchets hospitaliers. En
plus, l’absence d’une loi réglementaire définissant les responsabilités reste une contrainte
de la mise en place d’une telle politique.
56

V- Recommandations :
Au niveau de l’hôpital IBN SINA, la gestion des DPT doit faire l’objet d’une filière
sans risque, bien définie depuis la production jusqu’à l’élimination. Les recommandations
suivantes s’avèrent indispensables pour réussir cette filière.

1- politique de gestion des DPT :


” Créer une structure locale de lutte contre les infections nosocomiales (SLLIN)
dont le champ d’action doit être clairement énoncé en précisant qu’il s’agit
d’une structure d’hygiène hospitalière et de lutte contre les infections
nosocomiales, sa composition doit être fixée dans un texte de loi. Chacun de
ses membres ayant bénéficié d’une formation diplômante en hygiène
hospitalière, a une responsabilité bien définie pour exécuter les directives de la
SLLIN.
” Instituer un système de gestion rationnelle et durable des DPT en élaborant un
plan de gestion qui comprend des objectifs stratégiques tels que l’amélioration
de la gestion des DPT, l’adéquation entre le flux des DPT et l’installation de
traitement existante (incinérateur), l’identification des contraintes de gestion
des DPT, la formation du personnel hospitalier et la sensibilisation des
collecteurs des DPT
” Quantification exacte des DPT produits selon une méthodologie rigoureuse.
L’intérêt de quantifier la production journalière de ces déchets réside dans la
connaissance du poids des DPT produits quotidiennement. Ceci permettra de
prévoir les besoins en conteneurs spéciaux avec des caractéristiques précises,
de surveiller la qualité du tri et d’avoir une référence quantitative qui peut servir
à la planification de la gestion des DPT ou en cas de projet de sous-traitance de
cette gestion.
” Etablissement et diffusion des notes de services à titre de rappel en vue du
respect des procédures de gestion.
” Elaboration des supports d’évaluation et de suivi de la gestion des DPT au
niveau des unités de soins.
” Sélection d’options sûres et sans danger pour l’environnement en matière de
gestion des DPT afin de protéger ceux qui les récupèrent, touchent, stockent,
transportent, traitent ou évacuent ces déchets.
57

Pour le volet de la politique de sous-traitance, les propositions suivantes sont


recommandées:

” La sous-traitance des déchets hospitaliers en général doit être confiée à une


société spécialisée en la matière.
” Implication des responsables d’hygiène hospitalière, ainsi que tous les
intervenants dans ce domaine au cours de l’élaboration du CPS avec la
société sous-traitante des déchets hospitaliers.
” Au cours de l’élaboration du CPS avec une société spécialisée dans le
domaine de gestion des déchets hospitaliers, il faut mentionner clairement la
dotation des services de soins en conteneurs spéciaux pour DPT.
” Sous-traiter le traitement final des DPT conditionnés dans les conteneurs
spéciaux, par incinération dans les cimenteries ou par un autre procédé de
traitement approprié.

2- Les intervenants dans la gestion des DPT :


” Une sensibilisation et une formation concernant les risques liés aux DPT
doivent être organisées au profit du personnel infirmier et du personnel de
soutien d’une part et au profit des employés de la société de sous-traitance
d’autre part (dans le cas de la sous-traitance des DPT) pour susciter leur
intérêt aux moyens de protection contre les risques encourus (vaccination,
suivi médical).
” Elaboration d’affiches de sensibilisation renfermant des messages clairs et
schématisés selon le public cible.
” Participation d’une manière active à la réussite des actions de tri et de
conditionnement à la source de production.
” Généralisation et obligation de la vaccination contre les maladies virales.

3- Les ressources matérielles et financières :


” L’hôpital doit prendre en charge la dotation des services en conteneurs des
DPT appropriés qui seront distribués partout où des objets tranchants et
piquants seraient générés.
58

” La dotation des services en conteneurs doit être suffisante pour éviter la


rupture de stock.
” La dotation des services en moyens de transport des DPT (chariots spéciaux).
” - L’équipement ou la désignation des locaux d’entreposage des DPT au niveau
des services de soins.
” Définir une ligne budgétaire réservée à la gestion des DPT en adoptant une
approche économique pour une gestion correcte interne et une élimination
appropriée de ces déchets.

4- La réglementation :
” Se référer au projet de Loi sur les déchets médicaux (Loi n° 28-00) pour
essayer de combler le vide réglementaire existant actuellement dans ce
domaine.
” Adopter les recommandations mentionnées dans le guide pratique de gestion
des déchets du centre hospitalier IBN SINA.
” Mettre en place un système de répartition des responsabilités en matière de
gestion des DPT.
59

Conclusion

Les DPT présentent une menace pour l’environnement interne et externe de


l’hôpital, chose qui rend leur gestion indispensable, draconienne et intégrale touchant
toutes les étapes du processus d’élimination.

Au niveau de l’hôpital IBN SINA, la filière de gestion des DPT laisse beaucoup à
désirer, plusieurs facteurs tendent à maintenir et influencer le problème de gestion de ces
déchets à savoir :

” Le vide juridique : qui laisse la responsabilité de gestion des DPT non


réglementée.
” Manque d’un plan de gestion qui tient compte des coûts liés à cette gestion et
qui trace des prévisions pour doter la ligne budgétaire destinée à la gestion
des DPT en fonds nécessaires.
” La formation et l’information: surtout en matière de notion de risque (infectieux),
les mesures d’hygiène de base (suivi médical et vaccination), les enjeux de la
bonne gestion des DPT (image de marque de l’établissement) et les
procédures en cas d’incident et d’accident du travail.

L’amélioration de la gestion des DPT au niveau de l’hôpital IBN SINA reste


tributaire de la volonté des décideurs et doit rentrer dans une stratégie globale de gestion
des déchets hospitaliers voire une stratégie régionale en se penchant sur la coordination
et la collaboration des autres intervenants en matière de gestion des déchets.
60

Références bibliographiques :
A- LIVRES :

1- ANOUAR, H. (2004).Gestion des déchets solides hospitaliers .Mémoire non publié, IFCS,
Rabat
2- BELHAJ SOULAMI, M. (1996).Approche méthodologique relative à la gestion et au
traitement des déchets hospitaliers au Maroc. RABAT : MS/DHSA
3- BERRAHAL, M. (2001).La gestion des déchets solides hospitaliers au niveau de la
région de chaouia-ourdigha. Mémoire non publié, INAS, Rabat
4- BROESSEL, N. et col (Novembre- Décembre, 2004).Accidents d’exposition au sang
(AES).Techniques hospitalières, 688, 64-72
5- CHAMPAULT, G. et SORDELET, S. (1998).L’infirmière et les infections nosocomiales
.Paris : MASSON
6- CHENKRI,A.(2004) .Les accidents d’exposition au sang, la perception des risques par le
personnel infirmier, cas du centre hospitalier IBN SINA de RABAT .Mémoire non
publié,IFCS,RABAT
7- CHERKAOUI, O. et KHADRI, A. (Novembre 1999).Guide pratique de gestion des déchets
hospitaliers du CHU Rabat/Salé
8- ELIDRISSI, M.B. (2005). Définition d’une stratégie de lutte contre les infestions
nosocomiales au Maroc. Rapport de consultation. 2ième phase
9- HYGIS, N. (1998).Hygiène hospitalière. LYON : Presse universitaire de LYON
10- JOUALI, K. (2002) .Approche de gestion des déchets hospitaliers .Mémoire non publié,
IFCS, Rabat
11- LEGER, C. (2000).Lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de
soins. Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins, CCLIN
SUD-OUEST, France
12- LERPAT, L. (Mars, 1999).Caractéristiques et impact des rejets liquides hospitaliers.
Techniques hospitalières 634, 56-57
13- Ministère de la santé, DELM (2002).Guide de gestion des déchets piquants et tranchants
en milieu de soins
14- Ministère de la santé, DHSA (2001).Approche méthodologique relative à la gestion et au
traitement des déchets hospitaliers au Maroc
15- Ministère de la santé, DHSA (2004).Guide de gestion des déchets des établissements de
soins.
16- MOUNIER, M et DENIS, F. (Décembre, 1998).Risques épidémiologiques liés aux déchets
d’activités de soins .Techniques hospitalières, 632 ,57-63
17-OMS/secrétariat de la convention de Bâle (2004).Préparation des plans nationaux de
gestion des déchets de soins médicaux en Afrique subsaharienne, manuel d’aide à la
décision
61

18- PICHAT, P. (1995).La gestion des déchets : un exposé pour comprendre, un essai pour
réfléchir. PARIS : FLAMARION
19- Règlement intérieur des hôpitaux, base de données, octobre2003
20- SFEZ, M. (Octobre, 2002).La gestion du risque en établissement de santé. Techniques
hospitalières, 670, 37-40
21- SQUINAZI, F. (Décembre, 2002).Définition des besoins hospitaliers en matière de déchets.
Techniques hospitalières, 632, 50-56

B- SUPPORTS ELECTRONIQUES :

http://www.aly-abbara.com
http://www.invs.santé.fr
http://www.santé.gouv.fr
http://www .utc.fr
http://www.anes.fr
63

Annexes

ANNEXE N°1 :

Questionnaire
Guide d’entretien

ROYAUME DU MAROC
MINISTERE DE LA SANTE
IFCS DE RABAT
2ème CYCLE DES EPM
2ème COHORTE

AU PROFIT DES INFIRMIERS ET INFIRMIERS CHEFS DES UNITES DE SOINS

ELABORE PAR :
BOUMAZGOUR ABDELLATIF
SECTION :
Surveillant des services sanitaire

Année universitaire : 2005/2006


QUESTIONNAIRE TRANSMIS AUX INFIRMIER (E)-CHEFS DES UNITES DE SOINS ET
AUX INFIRMIERS (ERES) DE SOINS

Chères consoeurs, chers confrères :


Dans le cadre des travaux du mémoire de fin d’études du deuxième cycle des
études paramédicales, une recherche sera effectuée au niveau de votre établissement
concernant « la gestion des déchets piquants et tranchants au niveau hospitalier », votre
collaboration a travers ce questionnaire va nous aider et faciliter l’élaboration de ce travail
qui, nous l’espérons bien, va contribuer à la résolution des problèmes relatifs aux activités
de soins et à l’amélioration de la discipline infirmière.Nous vous saurons gré de bien
remplir ce questionnaire individuellement et spontanément.

N.B : Nous vous garantissons l’anonymat de vos informations.


64

I- IDENTIFICATION DU PERSONNEL :

1. Age :…… 20 à 30 ans 31 à 40 ans

41 à 50 ans > 51 ans.

2. Sexe : M… F…

3. Niveau d’instruction :
Secondaire … Universitaire …

II- SITUATION PROFESSIONNELLE :

1. Poste d’affection (service) : ………………………………………….

2 .Grade :
Infirmier auxiliaire
IDE
3.Fonction : ………………………………………………………………………….

4. Ancienneté …………………………………………..............................
< 5 ans 5 à 10 ans 11 à 15 ans
16 à 20 ans > 20 ans

5. Ancienneté dans le poste

< 5 ans 5 à 10 ans 11 à 15 ans

16 à 20 ans > 20 ans


6. Formation de base : Ecole de brevet … Ecole d’état …
Ecole des cadres … IFCS …
III –ETATS DES CONNAISSANCES :

1. Est-ce que les déchets piquants et tranchants (DPT) vous posent un problème dans
votre service ?
Oui Parfois Non
2. Les DPT peuvent-ils, à votre avis, présenter des risques pour le professionnel de
santé ?
Oui Non
3. Si oui quels types des risques :

Infectieux (VIH, HB,…)


Traumatique (piqûres, blessures)
Psycho émotionnel (crainte de contagion,…)
4. Quelles sont les mesures préventives que vous preniez contre ces risques ?

Vaccinations
Usage du matériel de sécurité (conteneurs des aiguilles,..)
65

Autres (à préciser)
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
5. Est-ce que vous avez été victimes des accidents liés aux DP (piqûres, blessures) dans
votre service ?
Oui Non

- Si oui, ces accidents survenaient-ils lors de :

Manipulation des objets piquants ou tranchants (ponction,


injection,…)
Elimination des DPT

- Si oui, avez-vous déclaré ces accidents ?


Oui Non

- Si oui, à qui avez-vous déclaré ces accidents ?

Aux médecins des urgences


Au médecin de travail
Au médecin-chef du service
A l’infirmier –chef de l’unité de soins
Autres

6. Avez-vous eu une formation en matière de gestion des DPT ?

Oui Non

- Si oui, avec quel support de formation ?

Séminaire
Projection des films
Stage de formation
Autre (à préciser)
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
- Quels sont les thèmes abordés ?
Sécurité sanitaire
Déclaration des accidents liés aux DPT
Prévention des accidents liés aux DPT
Conduite à tenir en cas d’accident liés aux DPT
Autres (à préciser)
………………………………….................................................................................................
................................................................................................................................
7. Le triage des DPT, pour vous c’est :

Une charge de plus


Une mesure préventive
Une perte de temps
Une tâche indispensable
66

IV- SITUATION ACTUELLE :

1. Dans votre service, es-ce que vous vérifiez avant toute activité de soins la disponibilité
du matériel de tri réservé aux DPT?

Oui Non

2. Le triage des DPT se fait-il correctement dans votre service ?

Oui Pus ou moins Non

-Si non, cela est dû, à votre avis, à :

Manque de matériel (conteneurs spécifiques)


Charge du travail
Manque d’information ou de formation du personnel
Autres (à préciser)
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………

3. Vous procédez à la désinfection des DPT avant leur élimination ?

Toujours Parfois Jamais

4. Existe-il un mode de traitement des DPT dans votre service ?

Oui Non

- Si oui lequel ?
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………

5. Vous éliminez les DPT dans :

Bouteille en plastique Flacons en verre

Conteneurs spécifiques Sacs en plastique

Autres (à préciser)
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
6. Le matériel d’élimination des DPT est toujours à votre proximité ?
Oui Non
7. Y a- t- il des ruptures de stocks du matériel d’élimination des DPT

Oui Non

- Si oui, combien durent-elles en moyenne ?


<une semaine 1 semaine à 15 jours >15jours
67

7. Les DPT sont-ils stockés au niveau de votre unité dans un local non accessible aux
malades et à leurs familles (local de stockage intermédiaire ou de stockage provisoire)
?

Oui Non
- Si oui,
l’état hygiénique du local (nettoyage) est-il satisfaisant ?
Oui
Non
- Si non, les DPT sont stockés aux :

Toilettes Couloirs

Douches Salles de soins

Autres
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
……………………..

9. Quelle est la fréquence d’évacuation des DPT de votre service ?


1et plus
fois / jours 2 fois / semaine 1 fois / semaine

10. Qui assure l’évacuation des DPT de votre service ?


................................................................................................................................................
................................................................................................................................................
..................................................................
11. Lors d’évacuation des DPT de votre service, leur transport se fait par :

Chariot de soins
Brancard pour malade
Chariot spécial pour déchets
Manuellement
Autres……………………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………..

V- ADHESION AU CHANGEMENT :

1. Est-ce que vous êtes satisfaits de la gestion des DPT au niveau de votre service ?
Oui Plus ou moins Non

2. Avez-vous besoin d’une formation en matière de gestion des DPT ?

Oui Non
68

3. Quelles sont vos suggestions pour améliorer la gestion des DPT au niveau de votre
service ?...............................................................................
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
……………………………………

Merci de votre collaboration et de votre compréhension


69

GUIDE D’ENTRETIEN

Destiné au responsable du bureau d’hygiène hospitalière et au chef de service des soins


infirmiers de l’hôpital IBN SINA.

Sous-traitance

1/ Lors du passage du contrat avec la société de sous-traitance êtes-vous impliqués dans


l’élaboration du CPS ?
2/ Est-ce que vous estimez le besoin annuel des services de l’hôpital en matériel d’élimination des
DPT (conteneurs)?
3/ La société de sous-traitance assure-elle la dotation des services en matériel d’élimination des
DPT?

Filière de gestion des DPT

1/ Est-ce que vous procédez au pesage de la production des DPT de votre établissement ?
2/ Qui assure la collecte des DPT dans votre établissement ?
3/ Y a-t-il un lieu de stockage final des déchets piquants et tranchants (DPT) dans votre
établissement ?
- Si oui, combien de temps sont ils stockés ?
4/ Quel procédé de traitement des DPT est-il utilisé par votre établissement ?
5/ Est-ce que vous vous assurez de l’évacuation finale des DPT de votre établissement ? Ainsi que
de son mode de traitement ?

Coût de la gestion des DPT

Avez-vous une idée sur le coût de la gestion des DPT ? Quelle part représente t-il sur le
budget alloué à la gestion des déchets hospitaliers ?

Responsables de la gestion des DPT :

1/ Y a-t-il une personne spécialisée qui s’occupe du sujet des DPT dans votre établissement ?
2/ Est-ce qu’elle a eu une formation dans ce sens ?

Politique d’hygiène :

1/ Avez-vous instauré une politique réelle de gestion des DPT dans votre établissement ?
2/ Quelles sont les contraintes de la mise en place de cette politique ?
3/ Quelle est la perception de cette politique chez le personnel de l’établissement ?

Suggestions :

Avez-vous des remarques personnelles ou des suggestions dont vous aimeriez nous faire part ?
70

ANNEXE N°2 (∗):

Critères de sélection des conteneurs


Modalités d'utilisation des collecteurs pour
piquants/tranchants

Critères de sélection des conteneurs

il est solide et durable ;


il est étanche du fond et des côtés (non étanche du couvercle pour l’autoclave) ;
il est muni d’un couvercle relié de façon permanente et qui le scellera de façon
sécuritaire lorsque rempli (verrouillage) ;
il résiste à la perforation lorsqu’il est utilisé normalement, même si on exerce une
certaine pression et même s’il a subi un traitement à l’autoclave ;
il permet de jeter les aiguilles sans les détacher de la seringue ;
l’orifice permet d’y jeter autre chose que des aiguilles et des seringues ;
il possède une indication quant au niveau maximal de matériel qu’il peut contenir et
il ne doit jamais être rempli au-delà de cette capacité ;
il a un mécanisme empêchant de retirer le matériel déjà déposé ;
il peut avoir un mécanisme permettant de dévisser les aiguilles ;
si ce mécanisme existe, l’aiguille doit se dévisser facilement et cela, avec une
main ;
il est stable lorsque placé sur une surface ;
il est muni de poignées afin de faciliter le transport ;
sil doit être assemblé, cela doit être facile ;
sa conception permet d’empiler les contenants de façon à réduire l’espace de
stockage ;
il doit être placé tout près du site d’utilisation (ex. à la tête du lit de chaque
bénéficiaire) ;
il possède des moyens de le fixer aux chariots de médicaments ou de traitement ;
son volume est adapté à l’usage prévu ;
un mécanisme de montage au mur est disponible sur certains modèles avec
possibilité de verrouillage ;
il doit être muni du sigle BIORISQUE, celui-ci étant contrastant avec le contenant.
La couleur jaune vif devra être mise en évidence, soit par une bande jaune de 50
mm de large, soit en prévoyant un contenant entièrement jaune vif. Le sigle CYTO-


Accidents causés par les équipements piquants, coupants ou tranchants
Françoise Bouchard et Renée Julien, ASSTSAS
71

TOXIQUE devra également être apposé sur les contenants dédiés aux
médicaments antinéoplasiques.

Modalités d'utilisation des collecteurs pour piquants/tranchants

Avant toute utilisation du collecteur, adapter définitivement le système supérieur du


collecteur sur la partie inférieure, si il n'est pas déjà adapté
Dater les collecteurs à partir du jour de la première utilisation
Déposer le collecteur sur un support ou un système de maintien adapté, afin de
garantir la stabilité du collecteur et ainsi éviter tout renversement
Utiliser le système de fermeture provisoire après chaque utilisation, si le collecteur
en est équipé
Evacuer le collecteur sous 48H, à partir de la date de première utilisation
Remplir le collecteur jusqu'à la limite de remplissage
Ne remplir le collecteur qu'avec les déchets spécifiés dans les procédures
Une fois rempli ou atteint les 48H, fermer définitivement le collecteur par
l'intermédiaire du couvercle inviolable
Prévoir le renouvellement des collecteurs pour piquants et tranchants le matin ou à
midi
Déposer le collecteur dans les sacs jaunes ou rouges
72

ANNEXE N°3(∗):

Rôle des intervenants dans la gestion


des déchets de soins

1. Rôle du directeur de l’établissement


Le directeur de l’établissement intervient à tous les niveaux du processus de gestion des
déchets. Il est amené à :
- Etablir un plan de gestion des déchets au niveau de l’établissement de soins.
- Nommer une personne responsable de la gestion des déchets.
- Affecter un agent pour assurer l’évacuation des déchets au niveau de l’établissement de
soins.
- Prévoir le budget spécifique à la rubrique gestion des déchets.
- Adapter les procédures du guide aux spécificités et contraintes de l’établissement.
- Mettre à la disposition du personnel les moyens nécessaires (sacs et poubelles de
couleurs différentes recommandées, conteneurs, chariots…).
- Promouvoir la protection du personnel.
2. Rôle du responsable de la gestion des déchets
Il représente l’acteur principal de la gestion des déchets au niveau de son établissement.
A cet effet, il est chargé de :
- Coordonner les opérations de gestion des déchets au niveau des différents sites de
production depuis la production jusqu’au traitement et évacuation finale.
- Assurer une supervision continue des opérations de gestion des déchets (comme prévu
par le plan de gestion des déchets de l’établissement de soins, en collaboration avec le
responsable de la supervision et en utilisation le check-list (voir annexe 2).
- Assurer la sensibilisation et la formation du personnel en matière de gestion des déchets
et de protection contre les risques avec le responsable de la formation continue
. - Développer des relations tant verticales qu’horizontales et garder un contact étroit avec le
personnel concerné par la gestion des déchets dans l’établissement.
- Déterminer les besoins de l’établissement en produits, moyens matériels et humains
pour la gestion des déchets.
- Veiller à la protection du personnel et lui procurer les moyens de protection (gants,
tenue, bottes, lunettes, etc.)
- Tenir à jour les documents de gestion des déchets (fiche journalière de collecte de
déchets, registre des conteneurs).
- Préparer les bilans de l’activité et analyser les résultats des opérations de gestion de
déchets.
- Déterminer l’importance du gisement des déchets en quantifiant les productions des
différentes unités.


Guide de gestion des déchets des établissements de soins.
Direction des hôpitaux et des soins ambulatoires. Ministère de la santé. Maroc. 2004
73

- Faire des suggestions pour améliorer la gestion des déchets, les proposer au chef de
l’établissement pour les intégrer au niveau du plan de gestion des déchets.
- Collaborer avec les autorités municipales pour les questions relatives à l’évacuation et
l’enfouissement des déchets d’activités de soins à risque.

3. Rôle du chef de service technique et médico-technique


Le rôle d’un chef de service (technique ou médico-technique) dans la gestion des déchets
de soins à risque consiste à :
- Participer à l’encadrement du personnel du service et veiller à leur bonne formation.
- Veiller à l’exécution des pratiques prévues dans le plan de gestion des déchets de
l’établissement relatives à son service.
- Collaborer activement avec la personne responsable des déchets pour tous les
problèmes liés à la gestion des déchets à risque dans le service.
4. Rôle de l’infirmier chef du service
L’infirmier chef doit assurer l’encadrement et la supervision du personnel en matière de
gestion des déchets de soins au niveau du service. Il est donc amené à:
- Encadrer le personnel exerçant au service et l’initier à respecter les règles de gestion
des différents types de déchets de soins.
- S’assurer que le personnel soignant respecte les pratiques du tri et du conditionnement
des déchets dans leurs postes de travail.
- Veiller à la dotation régulière de service en moyens matériels nécessaires pour la gestion
des déchets (sacs, poubelles, conteneurs, ficelles, etc..).
- Veiller à l’inscription du nom du service sur l’étiquette à mettre sur les sacs utilisés.
- Contrôler le stockage intermédiaire des sacs remplis avant leur évacuation.
- Fermer et remettre au responsable de la collecte des déchets d’activités de soins les
conteneurs des piquants et tranchants une fois remplis aux 3/4 de leur volume.
- S’assurer de l’évacuation des sacs remplis par l’agent chargé de cette tâche.
- S’assurer de la vaccination du personnel du service.
5. Rôle du personnel soignant
Le personnel soignant doit :
- Vérifier avant toute activité la disponibilité en matériel nécessaire pour le tri, le
conditionnement et la collecte des déchets de soins (poubelles, sacs, conteneurs).
- Respecter le tri sélectif et le conditionnement correct des déchets.
- S’assurer que les sacs sont remplis aux 3/4, sont convenablement fermés, portent des
étiquettes avec le nom du service et stockés au dépôt intermédiaire.
6. Rôle du chef du service administratif
En collaboration avec le responsable de la gestion des déchets au niveau de
l’établissement de soins, le chef du service administratif est appelé à :
- Participer aux prévisions en vue de doter la ligne budgétaire destinée
à la gestion des déchets en fonds nécessaires.
- Analyser les coûts liés à la gestion des déchets au niveau de l’établissement en
décomposant différents éléments de ce coût (coût d’investissement, coût d’exploitation et
coût total)
- Participer à l’élaboration des clauses et spécifications techniques et financières pour le
matériel de gestion des déchets.
7. Rôle de l’équipe chargée de l’évacuation et du pesage
L’agent ou l’équipe chargée du pesage et de l’évacuation des déchets doit :
- Se protéger par le port de tenue correcte pour éviter toute contamination par les déchets.
- Respecter les horaires de collecte des déchets dans les unités de production.
- Respecter les circuits d’évacuation établis.
74

- Remplir la fiche journalière de collecte et d’évacuation des déchets.


- Peser les déchets d’activités de soins évacués et porter le poids sur la fiche établie à cet
effet.
- Procéder au lavage et désinfection des conteneurs de déchets.
- Veiller au remplacement des sacs remplis.
8. Rôle de l’ingénieur biomédical ou technicien
- Appuyer l’équipe à l’élaboration des spécifications techniques des équipements liés au
traitement des déchets d’activités de soins.
- Assurer l’interface entre les sociétés adjudicataires des marchés et l’administration de
l’établissement de soins concernant la livraison, la mise en place, le test technique et la
maintenance des équipements.
- Contribuer à l’élaboration des protocoles d’utilisation du matériel
médico-technique lié au traitement des déchets d’activités de soins au niveau de
l’établissement.
- Participer à la formation du personnel concernant l’exploitation, l’entretien et la
maintenance des équipements.
75

ANNEXE N°4 :

Supports législatifs relatifs aux déchets


d’activités de soins :

” Dahir
” Loi
” Circulaires ministérielles