Vous êtes sur la page 1sur 7

Norme Marocaine

PNM 10.1.068

2007

Essai pour béton durci

confection et conservation des éprouvettes pour essais de résistance

Norme Marocaine homologuée

Par arrêté conjoint du Ministre de l’Industrie, du Commerce et de la

Mise à niveau de l’Economie et du Ministre de l’Equipement et du

transport

Correspondance

La présente norme est en large concordance avec la norme NF EN

12390-2

Modifications

Elaborée par le comité technique de normalisation des bétons, mortiers et produits dérivés Editée et diffusée par le Service de Normalisation Industrielle Marocaine (SNIMA)

SAGAWEB pour : SNIMA -MCI (MINISTERE COMMERCE INDUSTRIE) le 8/1/2007 - 11:49

Page 2

EN 12390-2:2000

 

Sommaire

 

Page

Avant-propos

3

1 Domaine dapplication

4

2 Références normatives

4

3 Appareillage

4

4 Prélèvement

5

5 Mode opératoire

5

6 Rapport dessai

7

SAGAWEB pour : SNIMA -MCI (MINISTERE COMMERCE INDUSTRIE) le 8/1/2007 - 11:49

Avant-propos

Page 3

EN 12390-2:2000

La présente norme européenne a été élaborée par le Comité Technique CEN/TC 104 «Béton (performances, mise en œuvre et critères de conformité)» dont le secrétariat est tenu par le DIN.

Cette norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale, soit par publication d'un texte identique, soit par entérinement, au plus tard en avril 2001, et toutes les normes nationales en contradiction devront être retirées au plus tard en décembre 2003.

Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont tenus de mettre cette norme européenne en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchè- que, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

La présente norme fait partie d'une série de normes traitant d'essais pour le béton durci.

Elle découle du projet de norme internationale ISO 2736-2, Essais du béton — Éprouvettes Partie 2 : Confec- tion et conservation des éprouvettes pour essais de résistance. Les résultats d'une comparaison récente entre laboratoires, en partie financée par la CE dans le cadre du contrat MATI-CT-94-0043, Programme de mesurages et d'essais, ont été pris en compte.

Les serrages des éprouvettes dans les moules manuellement, par table vibrante, ou par vibrateur interne sont considérés comme équivalents. Cependant, l'usage d'un vibrateur interne pour serrer des éprouvettes contenant de l'air entraîné ne doit être fait qu'avec précaution.

La conservation des éprouvettes dans une chambre humide régulée est reconnue comme étant équivalente à la conservation dans l'eau.

En 1996 un projet de cette norme a été publié pour l'enquête CEN comme prEN 12379. Il a fait partie d'une série de méthodes d'essai pour béton frais ou durci numérotées séparement. Pour plus de commodité, il a été décidé d'intégrer ces projets de normes individuels dans trois nouvelles normes avec parties individuelles pour chaque méthode comme suit :

Essai pour béton frais (EN 12350) ;

Essai pour béton durci (EN 12390) ;

Essai pour béton dans les structures (EN 12504).

Cette série EN 12390 comporte les parties suivantes où les parenthèses donnent les numéros sous lesquels les méthodes d'essai particulières ont été publiées pour l'enquête CEN.

EN 12390, Essai pour béton durci

Partie 1 : Forme, dimensions et autres exigences relatives aux éprouvettes et aux moules (autrefois prEN 12356:1996).

Partie 2 : Confection et conservation des éprouvettes pour essais de résistance (autrefois prEN 12379:1996).

Partie 3 : Résistance en compression des éprouvettes (autrefois prEN 12394:1996).

Partie 4 : Résistance en compression Caractéristiques des machines dessai (autrefois prEN 12390:1996).

Partie 5 : Résistance à la flexion sur éprouvettes (autrefois prEN 12359:1996).

Partie 6 : Résistance en traction par fendage d‘éprouvettes (autrefois prEN 12362:1996).

Partie 7 : Masse volumique du béton (autrefois prEN 12363:1996).

Partie 8 : Profondeur de pénétration deau sous pression (autrefois prEN 12364:1996).

SAGAWEB pour : SNIMA -MCI (MINISTERE COMMERCE INDUSTRIE) le 8/1/2007 - 11:49

Page 4

EN 12390-2:2000

PRÉCAUTION

Le mélange du ciment et d'eau provoque le dégagement d'alcalins. Éviter que du ciment sec

ne pénètre dans les yeux, la bouche et le nez pendant le malaxage du béton. Éviter tout contact de la peau avec de la pâte de ciment ou du béton frais en portant des vêtements de protection appropriés. Si de la pâte de ciment ou du béton frais pénètre dans les yeux, les rincer immédiatement et abondamment à l'eau claire et demander un traitement médical sans délai. Laver immédiatement la peau souillée par du béton frais.

1 Domaine dapplication

La présente norme spécifie les méthodes de confection et de conservation des éprouvettes pour essais de résis- tance. Elle traite de la préparation et du remplissage des moules, du serrage du béton, de l'arasement de la sur- face, de la conservation et du transport des éprouvettes d'essai.

2 Références normatives

Cette Norme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publi- cations ne s'appliquent à cette Norme européenne que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique (y compris les amendements).

EN 12350-1, Essai pour béton frais Partie 1 : Échantillonnage.

EN 12390-1, Essai pour béton durci Partie 1 : Forme, dimensions et autres exigences relatives aux éprouvettes et aux moules.

3 Appareillage

3.1 Moules, conformes à lEN 12390-1.

3.2 Rehausse de remplissage (facultatif)

NOTE

tée au moule.

Le remplissage des moules peut être simplifié par l'utilisation d'une rehausse de remplissage parfaitement adap-

3.3 Moyens de serrage du béton, qui peuvent être l'un des suivants :

a) une aiguille vibrante avec une fréquence minimale de 120 Hz (7 200 cycles par minute) et dont le diamètre ne doit pas être supérieur au quart de la plus petite dimension de l'éprouvette ;

b) une table vibrante avec une fréquence minimale de 40 Hz (2 400 cycles par minute) ;

c) une tige de piquage de section circulaire, rectiligne, en acier, denviron 16 mm de diamètre, et denviron 600 mm de longueur, dont les extrémités sont arrondies ;

d) une barre de piquage en acier, de section carrée d'environ 25 mm × 25 mm, et denviron 380 mm de longueur.

3.4 Pelle d'échantillonnage, de 100 mm de largeur environ.

3.5 Deux truelles ou taloches en acier

3.6 Récipient de réhomogénéisation, plateau plat de structure rigide, non absorbant et non directement atta-

quable par la pâte de ciment. Ses dimensions doivent être appropriées de sorte que le béton puisse être facile-

ment regâché, à l'aide de la pelle carrée.

SAGAWEB pour : SNIMA -MCI (MINISTERE COMMERCE INDUSTRIE) le 8/1/2007 - 11:49

Page 5

EN 12390-2:2000

3.7 Pelle carrée

NOTE

néisation.

La pelle à bout carré est nécessaire pour assurer un mélange correct du matériau sur le récipient de réhomogé-

3.8 Agent démoulant non réactif

3.9 Maillet

4 Prélèvement

L'échantillon doit être prélevé conformément à lEN 12350-1.

L'échantillon doit être réhomogénéisé, à l'aide du récipient de réhomogénéisation et de la pelle carrée, avant le remplissage des moules.

5 Mode opératoire

5.1 Préparation et remplissage des moules

5.1.1 Si une rehausse de remplissage est utilisée, la quantité de béton destinée à remplir les moules doit être

suffisante pour qu'il reste, après serrage, une couche de béton dans celle-ci, ayant une épaisseur de 10 % à 20 % de la hauteur de l'éprouvette.

5.1.2 Les échantillons doivent être serrés en au moins deux couches, mais l'épaisseur d'une couche ne doit

pas dépasser 100 mm.

NOTE

rale ou de tout autre agent démoulant non réactif empêchant le béton d'adhérer au moule.

Avant le remplissage, il convient que la surface intérieure du moule soit enduite d'une fine pellicule d'huile miné-

5.2 Serrage du béton

5.2.1 Généralités

Le serrage du béton doit être effectué immédiatement après le remplissage des moules de façon à obtenir un ser- rage à refus du béton sans ségrégation excessive ni formation de laitance. Chaque couche doit être mise en place par l'une des méthodes décrites en 5.2.2 et 5.2.3 :

NOTE 1

d'air à la surface du béton et que celle-ci devient relativement lisse avec un aspect glacé, sans ségrégation excessive.

Un serrage à refus est obtenu à l'aide de vibration mécanique, lorsqu'il n'y a plus apparition de grosses bulles

NOTE 2

Le nombre de piquage requis par couche pour obtenir un serrage manuel à refus dépend de la consistance du

béton.

5.2.2

Serrage mécanique

5.2.2.1

Serrage par aiguille vibrante

La vibration doit être appliquée durant le temps minimal nécessaire au serrage à refus du béton. Toute vibration excessive doit être évitée, afin de ne pas provoquer une diminution de l'air entraîné.

Il convient de prendre des précautions afin de ne pas endommager le moule. Il convient de maintenir verticale-

ment laiguille vibrante et ne pas entrer en contact avec le fond ou les parois du moule. Une réhausse de remplissage est

recommandée.

NOTE 2

de l'air entraîné lors de l'utilisation d'une aiguille vibrante.

NOTE 1

Des essais en laboratoire ont montré que de grandes précautions sont nécessaires pour éviter une diminution

SAGAWEB pour : SNIMA -MCI (MINISTERE COMMERCE INDUSTRIE) le 8/1/2007 - 11:49

Page 6

EN 12390-2:2000

5.2.2.2 Serrage par table vibrante

La vibration doit être appliquée durant le temps minimal nécessaire au serrage à refus du béton. Il est préférable que le moule soit fixé, ou maintenu fermement contre cette table. Toute vibration excessive doit être évitée, afin de ne pas provoquer une diminution de l'air entraîné.

5.2.3 Serrage manuel avec tige de piquage ou barre de piquage

Les coups appliqués par cette tige ou cette barre doivent être uniformément répartis sur toute la section du réci- pient. Il faut veiller à ce que la tige de piquage ou la barre de piquage ne vienne pas en contact brutal avec le fond du récipient lors du serrage de la première couche, et ne pénètre pas sensiblement dans une couche précédente. Le béton doit être soumis à au moins 25 coups par couche. Après serrage de chaque couche, afin d'éliminer les bulles d'air emprisonné mais pas l'air entraîné, tapoter des coups secs les parois du moule avec le maillet jusqu'à ce qu'aucune grosse bulle d'air n'apparaisse à la surface et que les traces laissées par la tige ou la barre de piquage disparaissent.

5.3 Arasement

5.3.1

En cas d'utilisation d'une rehausse de remplissage, celle-ci doit être enlevée immédiatement après le

serrage.

5.3.2

Le béton se trouvant au-dessus du bord supérieur du moule doit être enlevé au moyen de deux truelles

ou taloches en acier, par un mouvement de sciage de l'extérieur vers l'intérieur, puis la surface doit être soigneu- sement arasée.

5.4 Marquage

5.4.1 Les éprouvettes doivent être marquées sans endommagement de façon claire et durable.

5.4.2 Des enregistrements doivent permettre de garantir l'identification de l'éprouvette depuis le prélèvement

jusqu’à l'essai.

5.5 Conservation des éprouvettes

5.5.1 Les éprouvettes doivent rester dans le moule et être protégées contre les chocs, les vibrations et la des-

siccation pendant un minimum de 16 h et un maximum de 3 jours, à la température de 20 °C ± 5 °C (ou 25 °C ± 5 °C dans les pays chauds).

5.5.2 Après démoulage, les éprouvettes doivent être entreposées dans de l'eau jusqu'au moment de l'essai, à

une température de 20 °C ± 2 °C, ou dans une chambre à 20 °C ± 2 °C et une hygrométrie relative 95 %.

5.5.3 Les méthodes de conservation différentes de celles énoncées en 5.5.2 peuvent être corrélées à la

méthode décrite en 5.5.2.

NOTE 1

En cas de contestation, la conservation dans l'eau doit être la méthode de référence.

NOTE 2

Le maintien et le mesurage d'une humidité élevée 95 % à 20 °C ± 2 °C ne sont pas simples. Il convient que

des vérifications régulières soient faites pour assurer que les surfaces des éprouvettes dans la chambre sont toujours mouillées.

5.6 Transport des éprouvettes

Toute perte d'humidité et tout écart par rapport à la température de conservation requise doivent être évités lors du transport, en plaçant par exemple les éprouvettes dans du sable ou de la sciure humide, ou en les enfermant dans des sacs en plastique contenant de l'eau.

SAGAWEB pour : SNIMA -MCI (MINISTERE COMMERCE INDUSTRIE) le 8/1/2007 - 11:49

Page 7

EN 12390-2:2000

6 Rapport dessai

Le rapport dessai doit contenir les informations suivantes :

a) identification précise de l'échantillon soumis à l'essai ;

b) date et heure de confection de l'éprouvette ou des éprouvettes ;

c) détails sur la conservation des éprouvettes avant le démoulage, avec notamment la durée et les conditions de conservation ;

d) méthode de conservation des éprouvettes après le démoulage, pendant le transport (le cas échéant), avec la plage de températures et la durée de conservation ;

e) tout écart par rapport à la méthode normalisée de confection et conservation de l'éprouvette ou des éprouvettes ;

f) déclaration de la personne techniquement responsable, indiquant que les éprouvettes ont été préparées conformément à la présente norme, à l'exception de ce qui est noté en e).

Le rapport pourra inclure :

a) température du béton réhomogénéisé ;

b) méthode de serrage du béton dans les moules et le nombre de coups dans le cas de serrage manuel ;

c) état de l'éprouvette ou des éprouvettes à la réception pour conservation (le cas échéant).