Vous êtes sur la page 1sur 8

N, 27 PRIERE DE FAIRE CIRCULER CE JOURNAL 15 JANVTER 1e42

Ln Lmffiffiffi ffinl0nuE NOUVELLE SERIE DE GUERRE


FONDÉE LE I 5 AOUT I94O

REDACTION ET ADMINISTRATION : OBERFELDKOMMANDANTUR, I, PLACE DU TRONE, BRUXELLES


EDITEUR RESPONSABLE : PETER PAN, JARDIN D,ECMONT, BRUXELLES

J'ai Íoi dans nos destinées. [In pays quí sê défend s,impose au Íêspect de tous. Ce pays Entre,le..sacri.ffce,et le déshonneur, le Belge de 1940 n,hésire
ne peÍrt pfc. Djc:r sera avec nous dans cette cÉu.e j(rstc. pas pius que celui de 1914,
La lutte ser3 r.lure, *ais nul r 6oal La cause de l" Bclgiq'€
ALBËR'f. Rci des Delges. est pure. Avec l'aide cre Dieu,xiili"tÏL*ïï:ï"".t'succës
Àcceptons. ptovisoirement les saciÊces qui nous sont imposés et attendons patiemnrent
LEOPCLD.
I'heure ce la réparation'
Quelle que soit la durée de j,éoreuwe à subir, tou! Ies Belges coi\€ir
. À. MAX. d'ordre " F'ors le Roi, lul ná êvcrr fcur mot
Eavgrs les personnes qui domiíent_par lá Íorce Èiljtàire notre pa),s, ayons les égards
"ers,.
F.-}. VAN DE MFIILËBRO|K.
que commande I'intérêt générai. Respectons les Íinlcmenrs qu,elles cour imfosent aussi Sats dorte est-il nécessaire de ieconnaitre le pouvoir oc(upant conFe
longteinps qu'ils ne portent atteinte ni à la llbertè de nos .onsc cnce. chr.i;.,rnes, nr à fait et de lui obéií aussi dans les fn Fo!\,cir de
notie digqité patriotique, a"s ?r*tior"-rli"ro.ti.nrt"r, nrais Ia Iletrie
Belge continue à exisrer et tous ser enfartr I"t-;";;;-;jal;;à
'imites
Monseigreur Mf.iCIER, er às"ii:rance.
Monscigneur VliN i.ClEy

Uos heures sonÍllcompÍées... ,"


!Ë:!nËï,iiïiijil.ï:;ï'?J$ïfi,Ë:l.i#.à*?..i,1,ïii',,?ii
En ces temps-rà ,. .onou*L satis- tïï#Ï:1:i.'T.oJ;ÍÏ:rJ"rX;'1,[*i.ï*,".'S;:;i'.ï:'jï*ï
riuta et,considéra avec
faction son èuvre de niort. L'écrasement d'un cónii"èni-óit ptotent, tes arsenaux sont.vides. tr,t
de partout, tels rats en
il'l'::: .",'ï"'ïïï31;n:ï'iïtolïï,."ï,.''ïï:3 **,:* ipl;Ï: :Sl'** *,'*t'*-*hïll,: ;:;'"'Ï":'ii'é trahison des
de la mer vous ne rencontrêriez que -en **fr;;;*;.::":-:*:'""" sáni'aoG-'ll. Hiler s,est-it, tui
peu_ples domptés, races réduites ffi ffi W ffi ffi'.ffi W, rrrssi eeenrÁé lae n'ar^,,^^ È^,,_^^ r^

*ffii.yjï*$ïffi ffiffiwwww
mêmes, mis hors la loi
ïl'ïï"r'o'::,'i''t"'l,iË1,,
souplesse.
Le nouveau Maitre a trouvé au
.'"ï'i'."J'lïf; j W
sein
i

r.-
'.

' *,'i
ffiffffi
ihiiÍsë;..ï$:"rir:,i.l",.*;ï:,i
nnlifinrrpc nnrrr lo nrÁo.

''.k
R?ïf'ïï:;"ï,ï:"5,:".ï'#,'";ïi*i:,".! ffit ,W'-ffi l-,nrlkfÈfiïà,rËhrhu**.,il
iyk[:ÍTlïíiJ:*'diï":fp'"*Êï:
ji?"lï:,;Ë
L?ï'. t'i
ï,'is::.lil,.o'ii
il*:tr"'''.**.:*:[,{;$l;l
pr'pre ma'In' oe 'ses am'Is
ffimh.*-
tr\;.
p'Ius
ffi ffi
rra- f'i""'Wffi"*,;----ffi
i" i
1
;bí+f^*:-i ij
"":.'t$:*i ft-"fd ï-ï.ï
ternels.
, 4lt1yé là, un. homme. k-'ffiw.ffifu
'Ies
a vraiment le

illiliU:l.tii;ir.lr,,,';*:ru;' ",,.,,j,i.',ffi 1 Y \t;


i i,:. ,,.nïïjrij,i!':*#;#3.Ïiii:t=
ËË.iï::';f,',:,:.jdït,.,'ï?ïilflË:
rï'..tt:ffiffi." ','" i
angoisses nrii Ie nnionor -
i"''
?à*,ï':':'.,ff"1'3,",*.,1:"ï3ui,"?i;il,""i :.'ï?rï*#'l*i:"..tt*[*{::ïlÏi
Ë.ïi.rr^:""ë'j"r.!i'ïlïi.'ïï,.1ï.i.lï'!-,:.t',ffi"'";sËi''l;f;J.'3i.i"l"#.3:Ï,??.ï,"ï,ï"'i*]Í:
"

lËlfËil:;ë"í:.tlr*i'ja'l':gl'l'xj']EWry"iflilïï,ï."'ïJ,:ï'ïï:il'J'x'..ï|?',13J"".
. 'tí
solitude à laquelle il s'est condámnó. | I uuD
t^ Chef i n, i Vous êtes f ...
D^,,- +.,:- e^..r ^^r^ le
.Pour fuir tout cela -t, -r a ordon-
1q'qi r"Ë'ffiià'iËtii cerèbre la
dé- i Envovez ce qui reste de vos divi-
rarre oe son dernrer r'Est. ennemi à I :':"t^P]ilg:ï 9^t: la Thra-
ltltl:*.à
u,à roË l;;,Ë';;; ài':'à'j'á"jiï.ï'_ I I ::r,..1:i:l:_' ,Í:.^:li:fï "g':,pl.itig.
gique._ fête s'épanouit. Autour
' Ët-'fu l
: .:,
du i :. I li:t:i
ii"ïriJJ'ïJïrii'oïi'.JïLïàïuli,in''"0.'i
uL urqrruruEr
regards 'rtrrutdrrl
tout puissants'
ue5 Lrrr
.---*-","'.*"*-.*.,-
^-*- i,-.,"...--- * I l:.:i:-gil-':l^lg:-it3ïq9 q!99s ou
br0lants du désastre, vos'horiímes sotrt
'l-* uses, votre peuple n,a plus la foi, tout
ó; dó;., rappotte ra ,Bibre,,commc "Et la slande o"t*.#,ïï,i:"d""*d lentement ttaïï,?ru;,t avez volé est dépensé.
en ces temps-là. Nabuchodonosol., La traite est là. Le monde entier
fiihrer des Bábvlohiens et maïtre du vous la présente. Un homme suf cinq
,^:Lr^ ..-^
monde.savourait sa puissance désormais invincible *^j-
une main ,r_
dans I'Univers est en guerre avec vous.
-.p;ie;'i-
mystérieuse tra_qa tniis mots sur Ie mur ou s'attardait son
regard jamais .
detendu :
,, trráne r rhécer ! pharès ! >
,"h?:l''',':'r'ï,"."#oï1il3ft?t3:ïr"L'r"uïï'iflËï';r:ï3ffi :ïï?
lsrg
< Mané ! Thécel ! Pharès ! > Bretagne est. probablement le seul pays. d'Europe oà la.situa-
I[ ne vous reste aucune issue. tion alimentaire ne donne lieu à aucune inquiétude. En fait, il a
La poursuite se regserre. Une après l'autre vos conquêtes vont été établi qu'à l'heure actuelle, les stocks de vivres soni plus
vous échapper, les peuples opprimés par votre botte retrouve- importants qu'au début des hostilités. Il n'est personne qui
ront leur liberté et s'en serviront pour assouvir les haines que puisse iaisonnablement se plaindre de n'avoir pas assez a
vous avez accumulées contre vou3. man$er ou d'en être réduit à une nourriture debilitante...
Personne n'v manquera. à ce rendez-vous. >... on trouve en grande quantité des pommes de terre, deu
Personne, au iour àe ta Vengeance. carottes, des choux,- des navets, des betteraves rouges, des
Ni les orphelins, ni les veuves, ni les mutilés, ni les martyn- rutabagas, des tomates, des pois et des haricots veíts et secs
ses, ni les otages, ni les prisonniers, ni les civils, ni les soldats... vendus à des orix fixes très modestes. Les articles de charcu-
Tous, nous serons là pour vous voir crouler, pour hàter votre terie sont très-variés s'ils sont médiocres. Les petits lapins de
effondrement, pour vous descendre sur le chemin de votre fuite gaÍenne sont nombreux, le céleri, les salades abondants.
et pour entonner sur vos dépouilles les Brabanqonnes de Ia Déli-
" > Quant au pain, il est blanc ou brun, d'excellente qualité'
vrance. Il n'a jamais été rationné et si les pàtisseries, brioches et
cakes óont devenus moins appétissants, c'est uniquement .a
cause du manque, non de Íarine qui demettre.parfaite, mals de
$"orsque [es Allemands sucre, de grais'se et de lait. Car le lait est, lui aussi, sagement
continsentè, par souci d'en assurer suffisamment aux enfants,
réouYrenÍ les éslises en Rusrie aux feámes én état de grossesse, aux ieunes mamans, aux éco-
aux malades.
liers,-Le
Notre presse a cité comme un haut fait la réouverture par > public n'a certainement pas lieu de grommeler, car .il
les armées d'invasion de diverses églises .iermées par le pouvoir a touiouis la possibilité de se procurer partout du poisson, de
soviétique. M. Roosevelt dans un récent discours a fait allusion s'o{Íriï des pláts de viande quánd il le desire atl restàurant, et
à des documents en sa possession tendant à établir que le na- même de leê arroser encore de vin, dont pourtant le prix, com-
zisme essayait de créer^une nouvelle religion. Le Reich a de- me ceux des alcools, augmente alors que la qualité baisse ra-
menTl. oidement.
'
Voici comment René Pavot dans le < Iournal de Cenève > du > Le ravitaillement à Londres semblerait encore quasi nrira-
2 et 3 novembre synthétióe te débat. cLrleux aux yeux d'une grande- majorité des .continentaux. Il y -
a quelque teïrps, on se demandait ávec apprehension quelle se-
< Le second document se rapporte à l'élimination en Allema- raii la'situatioh I'hiver prochain. Le mauvais temps persistant,
gne des églises existantes et à la création d'une religion nou- les oluies continuelles dè juillet et d'aofit faisaient craindre des
velle, Iondée sur les dogmes du national-socialisme. C'est une récoltes désastreuses, alors que des centaines de mille hectares
question qui intéresse les chrétiens du monde entier et qui dé-
-cadre suoolementaires de terrains àvaient ete cultives sur le conseil
fasse le d'une simple polémique germano-améiicaine. orèàsant du gouvernement. Dans certains comtés, les mois-
Aussi regrette-t-on que M. Roosevelt n'ait pas révélé l'origine àons ont éte íaites dans des conditions déplorables. Dans bien
du texte qu'il possède afin qu'on puisse I'examiner avec l'atten- des cas. le rendement en ceréales a été au-dessous de la moyen-
tion qu'il mériterait s'il avait un caractère authentioue. En refu- ne escomptée et le blé, les avoines, I'orge ont fermenté en tas'
sant áe le produire, il Íait le jeu de ses contradicteurs. Les Alle- D'une fa{on générale,.toutefois, la pro-duction a été relative-
mands répliquent en effet, que le président américain a eu ment satisfaisante.
entre les mains un tract qui fut jeté sur le Reich par les avions >> La farine ne manquera pas, car outre la récolte du,pays,
britanniques. Nous ne saurions dire si ce texte que nous pos- des ouantités considerables de grains sont venues et continuent
sédons est tombé du ciet, s'il vient d'ailleurs, et si c'est celui d'arriver des Dominions et de l=Amgrique. La récolte des pom-
qu'a-Íegu M, Roosevelt,-Il se,rapporte à-la ereation drune Eglise mes tle terre s'annonce médiocre, à càuse de la maladie, qui
nationale allemande et définit en trente articles son caractèrc ne permettra pas de les garder longtemps, mais les betteraves
et son but. Cette Eglise n'aurait évidemment rien de commun à sïcre et le! autres raëines fourragères sont si abondantes
avec les Eglises protestantes et catholiques puisqu'elle remplace ou'on devrait normalement être assuré d un approvlslonne-
la Bible par < Mein Karnpf >> et la croix du Christ par la croix àent raisonnable en lait et en beurre jusqu'au printemps pro-
gammee. Ce document est daté de Stettin, an cinq du calen- chain.
drier nationa[-socialiste. > II parait donc bien qu'etant donne une telle situation et
> Mais il a été publié en Allemagne d'autres études du mê- surtout'si le cours de la bataille de I'Atlantique
- continue à se
me genre, notamment un ouvragd de M. Schmidt, I'un des áeuêfàppét Íavorablement poul l'Angleterre, il sera possible
chefs de I'institut créé par M. Rbsenberg pour développer la de franóhir l'hiver sans un réel inconvénient en ce qul concerne
culture-socialiste. La < Liberté >>, de Fribourg, qui analyse cei les vivres. Si l'on ajoute que le ministère des Vivres appltque
ouvrage intitulé le <Reich comme mission >, relève qu'il actuellement une poiitique visant à assurer.au moins un repa.s
combat le christianisme et veut l'extirper de l'Europe, pour lui óórpi.i substantiel par'jour à chaque ouvrier et à des centai-
'de milliers d'enfánts- des écoles, que-par ses soins et avec
substituer une nouvelle idéologie fondée sur la notion de race nes
et de peuple. Il existe d'ailleurs, en Allemagne, trois millions t'áiAe Oes autorités locales et des organisations volontaires,- le
d'individus qui srintitulent < Gottglàubige > et dont la revue nómUrà des cantines s'est multiplié à-l'infini, on aura une idée
< Nordtand > vient de publier la plofession de foi; on y lit que de l'e{fort fait en Grande-Bretagne' non seulement.pour.entre-
le divin sou.s sa Íorme la plus élevée est personniÍié dans le
peuple, d'oÈ it découle que le triple service du Ftihrer, du
-
tenir, mais aussi pour fortilier la sante' pa-r conseouent oour
ióuiénii re moral áe ru náiión-,,. Jean MENNESSIER
peuple et de la patrie constitue un service divin. Enfin,. pour
Heureusement pour nous le rationnement allemand veille à
ne citer qu'un dernier exemple, dans leur lettre du 26 juin les ce que la pauvre Belgique ne soit.pas soumise à u.n régime
évêques àilemands réunis au. tombeau de Saint-Boriifas, à aussi débiliiant, remeicións une fois de plus nos chers pro-
Fulcie, déclaraient que, dans un livre tiré à plusieurs centaines
tecteurs.
de milliers d'exemplaires, il était dit que Íes Allemands devaient
choisir entre le Christ et le peuple allemand. Nous protestons,
ajoutaient-ils, contre la sommation d'avoir à faite pareil _choix..
<<- Nous sommes convaincus, disaient-ils, que nous rendons à DocumeffiSs dus procèl
>> notre cher peuple allemand le service le plus signalé en lut
>) conservant le Christ et sa doctrine >. en AllGEnegne
BELGES, VOUS N'OUBLIEREZ PAS
Les croyants de toutes religions peuvent donc être tranquilles avons le devoir d'apporter au -Jury de
..
lls y passeront tous, a molns...
Etat Eénéral.
- Nóus
I'Histoirë Nationale les donnéeS qui lui permettront de formuler
son
-Ceverdict.
devoir est parÍois pénible. Nous devons cependant I'ac-
[.'Àngleterre est enÍin aÍfamée complir ici en toute irnpàrtialité' C'est pourquoi nous devons
ieuéiei à nos lecteurs le^reàultai de travàux scientifiques, dont
Le .lournal de Genève dans son numéro du 30-10.1941 publie I'origine garantit l'impartialité et qui sont a.ccablants Poyí l'3y;
un ariicle intitulé < L'alimentation des Anglais en temis de torité occlpante: il s'agit des rapports plesentes en Jurn l94t
guerre >. Nous n'avons pas voulu priver nos lecteurs de quel- il'à;p*t;fr;"i meà.cinï paret Hygiène du' Co,mité Exécutif Cen-
ques extraits de ce journal neutre qui prouvent nettement iàt-áï Sèiours d'Hiver éo"n Comité Médical Consultatif
cbmbien le blocus coritinental est effeCtif et qu'Hitler est sur Prof. Dr C. Hèvmans) et du Rapport Général pré'
?niesiAent-'t8
le point de gagner la guerre en affamant ies ploutocrates iË"te, i. decembre 194t, au Conseil d Administration de
anglals. fGuíre Nationale belge de Défense contre la Tuberculose'que
à Au bout de cent treize semaines de guerre, la Grande- Íais rappelons toutï'abord quelques vérités essentielles
fhabitu.de pourrait estomper :le peuple belge a faim; il a froid. Les médecins constatent que la situation des adolescents est
Jo.n.sot"ne suïïlsalt pas à le nourrir avant la guerre. Son sous_ particulièrement angoissante. A l,Ecole des Arts et Métiers
sol lul ïoumlssalt amplement de quoi le chauffer. on a pu constater que 50 ,9o des enfants sont deficitaires. Les
. L occupatlo.n t'a pnvè non seulement du supplément nutritil
rmporté.de.J'étrangcr,. mais encore la maigre pióvende qui sub_
pertes de.poids" atteignent 5 q. 6 lig. en quatre mois. Les jeunes
lrlles souttÍent trequemment d'aménorrhée. La tuberculose: étend
siste doit-elle suffire à alimenter unc armée d'occupation mani_ ses ravages.
festement exagerée on peut dire en fait une párti. àe iui,
mée allemande. EIle-_doit nourrir les innombrables civils alle- ^Adultes. Quant aux adultes l'amaigrissement est sénera-
lement de 5- à.15 kg. Le professeur Govàerts de I'Univeisité de
mands qui gravitent autour de cette armée. Du surplus. ce uruxelles s.outrent. que tous les adultes de la capitale sont at_
qu.r ne.part pas pour.l'Allemagne est parcimonieusement dis_
tÍrDue a notre populatlon. teints de dénutrition et -cas
par les troubles nutritiÍà.
Quant à notr"e'charbon, ce scrait faire injure au sens d,ob- .On constate dans ces une diminution marquée des pro-
servation de nos compatriotes que de leur" exposer ce qu'i1.. téines sanguines principaleme.nt de la sérumale bromine. Certïins
savent tous : il va alimenter les usines et les ïoyers allemands, sujets sont morts en quelques heures Dar dénutrition.
Les femmes enceintes devaieni gagner en moyenne
pendant que nous grelottons.
Nous n-evoquerois pas ici les conventions internationales : 7 /2 kg, n'augmente plus Qui
'perte én movenne qíeïe 4.800 ks.'d'ori
les cours de justice .des Alliés victorieux s,en chargeront. Ce des tissus matcrnels à la náissance, baisse de la ïension
que nous voulons, c'est prendre date et marquer d-ès à r:re_ artérielle et allaitement désastreux.
sent le degré.de souffrance, de privation, de àegra<íation 'qur Tuberculose. Les ,ravages de la tuberculose sont particu-
les abus systématiqucs de nos .i protecteurs > -nous ont im- -
lièrement inquiétants. ll réSulte d'un examen des élëves de
poses souffrance qui_ atteint si profondement notre popula- l'école primaire d'Ostende que 25 Vo des enfants sont pré-tu-
- est d'oÍes ct déjà
tion.qu'íl établi qu'elle en pàtira penáant de berculeux.
nombreuses années apres la guerre. Au dispensaire anti-tuberculeux de St-Nicolas le docteur Van
Driessche a^soigné.de mai 1939 à 194O, 188 cas de tuberculose;
, Le.s.deux rapports nous entendons commenter sont des
requlsltotres. E,n voici_que
le resume :
dc juin 1940 à rnai 1941, 3Bl.
Situation. Avant 1939, le régime Ínoyen da tselge était Il a pu constater que la maladie se manifeste par une évolu-
-
de 2.725 calories, alors qu'il faut à=un adulle ne se livrïnt pas tion très rapide specialement chez les adolescenis.

r à un travail musculaire important, 2.200 calories en moyenné.


Le régime théorique quotidien qui nous est actuellement im-
pose est de 1.300 calories. C'est le rationnement le plus ba,s et
leplus- restreint qui ait jamais éte atteint.
Le professeur Govaerts constate que la sous-alimentatiou
accélère les lesions et que dans ces derniers temos Ia résis-
tance aux infectjons pnéumoniques diminue .sensiblement.
Le professeur Brull'de l'Univêrsité de Liege fait des consta-
tations .analogues .ct ajoute._qu'il a pu conslater ulle augmen-
La férnme encèinte a- besoin d'environ 3.000 calciries oar
jour : il lui en est alloué théoriquement 2.000. D'oÈ careice tation des pleurésies séro-iibrineuses traïnantes et d'exténsion
grave de proteines (53 grammes àe protéines au lieu de l0O) de lésions en voie de cicatrisation. (Qu'en pense Ie Dr Crismer,
e.t de^ matières_ grasses (29 grammes'd'origine anirnale au lierr assistant de ce professeur, qui dans un journal médical belce
de 5U), de cajclum, de ter et de vitamines biposolubles. a dit : I-a valeur de notre ration en vitainine tsI, calculee d%-
Les enfants de 3 à 6 ans ont droit à un.supplenient cle 500 près les chiffres iournis par la littératuré et ceux provenant de
grammes_ de lait, ceux de 6 à ll ans, à 250 liamnres. Or les quelques déterminations personnelles, < est netiement suffi-
enfants de 12 àt 14 ans doivent avoir au moiàs 200C calorie$, sante >>. N.d.l.R.).
dont minimum 80 à 90 grammes de proteines (croissance et _ Le docteur Bech, directeur du service d'Hygiène de la ville
puberté) : ils obtiennenf théoriquemeht t500 calories et 41 de Bruxelles, a noté une augmentation nette-d'e Ia tuberculose
srammcs de proteines, Ies graisse-s vitamines A, C, et D et ies en 1940 et de mortalité due à cette maladie en 1941.
acides leur iont particulièrement defaut. Le docteur Renault Cappart qui dirige un important sanatc-
ll faut arrx adolescents de 14 à 21 ans de 2.400 à 2.600 calo- Íium .pour.fillettes d.e 3 à-i7 airs signále qu'en temps normàl
ries. Ils en obtiennent 1.300 theoriquement. avec une carence les ulcérations se développent généialemeirt entre-14 et i6
marquée en protéines (viandes) et én graisses, en vitarnines A ans chez les filles.
et D, en sels minéraux et en vitamines-C (nommes de terre et On constate actuellement au sanatorium de Buvsinghen de
legumes frais). nombreux cas de tuberculose ulcérative depuis t'áge dë 5 ans.
ïes insuttiÁances auront cÍeo conséquences hagiques pour Souvent le milieu oÈ évolue l'enfant n'est óas conïaminé. cette
I'avenir de notre peupte. évolution de la maladie ne peut venir que he la dénutrition.
Nul n'ignore que le rationnement theorique est loin d'être L'(Euvre nationale de défense contre Ia tuberculose souligne
pratiquement réalisé. Toutes les enquêtes -officielles aboutis- qu'au cours des quarante dernières années la mortalité duè à
sent à la. constatation qu'lne partie irirportante de notre popu. cette maladie avait diminué de 5O Vo iusqu'en 1939. Elle con-
lation doit se corrtentei de 1.000 calories environ Dar iour'ar.r state que la maladie se développe en norirbre et en virulence

r lieu de 1.300 calories allouées et des 2.200 nécessàires.


Au lieu des 15 kg. de pommes de terre allouóes il est distri .
bue dans les villes 1 à 3 kg. paí personne et par mois fre-
quement les 35 grammes de viandd octroyés ne- peuvent êtrit
o0tenus.
telle, que .si les conditions alimentaires ne s'améliorent pas il
manquera d'ici un an plusieurs milliers de lits dans les-sana-
IOTIA,
Une nouvelle Íorme de tuberculose Dulmonaire évoluant très
r_apidement, grave d'emblée, bilatéralè a fait son apparition.
sont malheureusement déià édi- I)e nombreux cas ne peuvent être hospitalisés d'oÈ contamina-
- Celles-ci
Conséquences.
liantes. Les enquêtes faites par l'CEuvre Nationale de I'Ënfance tion du milieu familial. Le danger s'avère pafticulièrement grave
ont permis de constater que les nouveaux-nés sont moins résis- pour la jeunesse.
tants, que leur poids est décroissant et que les cas de L'ron- En 1941 le nombre de décès par tuberculose est en augmen-
chopner-rmonie aux issues fatales, de scorbut, d'anémie, de ra- tation par rapport à 1938 à Bruxelles de 60 %, à Anvers de
chitisme, d'avitaminose et d'éruptions cutanées sont de plus 44.9 %, à Bruges de 3O %, à Gand de 84 "A.
en plus fréquents. A Bruxelles -d'ailleurs le nombre des décèd-est en augmen-
Le nombre des prématurés est en augmentation, la mortalité tation en avril de llg Eo, en mai de 117, en juillet de 183.
est elevée, même farmi les enfants éleiés au seiá et le rachi- Eff'ets. Le rapport du comité médical du Secours d'Hiver
tisme atteint jusqu'à 45 %. conclut que - la persistance de la sous-alimentation doit con-
Enfants. L'CEuvre Nationale de I'Enfance constate oue la duire à la catastrophe et amènerait à brève échéance un affai-
-
situation s'aggÍave de semaine en semaine, nombre élevé de de blissement général de la race auquel il ne pourrait sans doute
cès, insuffisance de poids, selon ies statistiques suivantes : plus être remédié.
53 % poids et taille insuffisants; 14 % poids insufÍisant et Il demande qu'une alimentation assurant 2.000 calories nar
taille exagérée; 11 % poids normal et taille-insuffisante; 22 7i habitant soit gárantie. Pour la femme enceinte il demande'un
normaux. litre de lait, 100 grammes de Íromage par iour et une double
Sur un groupe de 107 enÍants : 56 7o croissance insufÍisante, ration de viande. ll demande que la populaïion puisse obtenir
42 Vq taille et poids insuffisants. les quantités, de denrées aliméntaires <iui lui sónt théorique-
Gróupe de 264 enfants : 35 ío poids insuffisant. ment attribuées.
Dans- les écoles de I'agglomératioï bruxelloise le prof. Iac- Les enfants de 12 à 18 ans doivent obtenir des rations suo-
quemyns de I'Université dè Bruxelles a constaté un àccroiêse- plémentaircs de lait, de pain, de viande et de Íromage en sorïe
ment de déséquilibre alimentaire provoquant des manifesta- de leur assurer un minimum de 2400 calories-
tions morbides,-ralentissement de la croisêance, chute de poids Ce rapport a été remis en juin dernier par un organisme qui
et de l'indice de vitalité, nombreux cas de syncopes notamhenr par sa nature a la confiance de nos dirigeants et des Allemanris.
chez les enfants de 13 à 18 ans. Quels en ont été les eÍfets et peut-on constater que le régime
Une enquête Íaite à La Louvière a révélé que 35'7o des alimentaire de notre_population ait été amélioré-par la suite
enfants sont de taille ou de poids insufÍisant ét que 31.3 Va ainsi qu'il le fallait. Rien n'a été fait
sont débiles. Nos lecteurs apprécieront.
!.ES GRANDS DIS(OURS
DE NoËl ET DE NouvEL At{
A I'occasiott de Ia NoëI et de la Nouvelle Année, les plus mité, qui conduirait à une troisième conÍlagration mondiale. il
hautes autorités morales ont tenu à parler au rnonde. ïaut limiter, par des moyens honorables, la fabrication et la
Notre gouvernement de Londres a aussi tenu à nous envoyer détention d'armes oitensives. Il Íaut revenir au principe :
sOn message. < Pacta sunt servanda > (les engagements doivent êtÍe Íes-
Nous donnons ci-dessous à nos lecteurs les principaux ex- pectés), et une action commune doit veiller à réprimet les
traits de ces discours. infractions au droit. A cette condition seulement, renaitra Ia
confiance réciproque. On y arrivera par la création d'institutions
S. S. PIE XII s;est exprimée dans les termes suivants : garantissant l'exécution des . conventions et ouvrant la voie à
cl'opportunes discussions et revisions des traités.
Il
n'est pas permis de fermer les yeux devant la déchris-
-progressive Nous ne Nous dissimr-rlons pas le laborieux travail que tout
tianisation -de et profonde, ni devant la négation de cela implique. Mais il n'y a pas lieu de se laisser effrayer par
la vérité et la Íoi, fondements de la vie collective, ni devant l'immense
'effort que réólamè une telle entreprise ni ilar
-les
le relàchement des mceurs, ni devant l'action des gouvernants echecs antérieurs.
qui s'attachent à faire obstacle à l'action bienfaisante de 5. Dans I'ordre nouveau basé sur la loi morale, il n'y a
Itéslise. qu'ils veulent opprimer, en mettant au servicc dc - pour Ia persécution de la religion et de l'église; de la
pas place
leu*rs plan's [a puissance fublique et ]'abus de la science et de ïoi eï Dieil ,se degage une ïorce divine facilitant l'accomplisse-
la oresse. ment du devoir, qui sans elle vacille dans les épreuves de la
De plus, maints peuples ont tecouru à la mythologie natio- Ía1son.
nale ei internationale, comme succédané à la religion et pour D'autre part, après la guerrc, la question sociale sera plus
remplacer le Dieu créateur et rémunérateur. aiguê et il n'y aura pas de véritable accord entre les em-
Siétant éloignés de Dieu, les hommes ont voulu,- sur le plan plóyeurs et led employés, s'ils ne se sentent pas Íesponsables
économique, clévelopper les forces matérielles, prodrrire davan- o\
tage et'amasser de-s richesses sur le plan politique, ils se 'Cevant Dieu.
Nos prédécesseurs et Nous-mêmes, avons lormulé les prirt-
so"nt lancés dans une expansion sans limite. De gigantesqrres cipes qui doivent inspirer la solution des problèmes sociaux.
aflaires dominent la vie économique. L'envie et la haine en otlt Si les iommes d'Etat veulent sincèrement travailler à la paci-
été attisées et les hommes ont été entassés dans les grands lication sociale, ils doivent soutenir la foi au Christ. Au lieu
centres, oÈ leur condition est caractérisée par l'instabilité. Lcs de cela, noils en voyons qui prennent de multiples mesures
rapports sociaux sont devenus de simples réactions physiques oour empêcher Ía diÏfusion du christianisme et pour soustraire
et'mécanioues. Les contraintes extérieures se sont substituées la ieunesse à l'influence de la famille et de l'Eglise, dans le
aux normés morales qui émanent de Dieu. La force brutale but" de 1'éduquer selon une conception antichrétienne. Ils en-
prime le droit; elle préiend le créer. La propriété a servi à ex- travent, en outre, I'action bienÍaisante de I'Eglise. Il est incon-
bloiter Ie travail. La force appuvée sur la richesse s'est trans- cevablé, qu'à l'heure précise orj l'humanité a plus besoin que
ïormée en organisation armée,- qui devient I'in.strument dts iamais de- reconfort religieux et spirituel, certains gouvernants
intérêts de parti.... accentuent leur action persécutrice.
< Il en eÈt beaucoup qui courent bien, mais à cÓté de la Dieu Nous est témoirj, Nous ne cédons à aucun sentiment de
plus ils courent, plus ils s'en éloignent > (St Augustin).
voie; -n'est partialité en parlant ainsi. Nor-rs embrassons tous les oeuplel
Et ce pas la première fois qu'un .homme s'apprête à cein- áans un même amour paternel et Nous avons un égal souci
dre les laufiers militaires, ferait un plan qu'il voudrait irnpó- du bien de tous.
ser au monde, et qu'un tel projet avortàt. L'histoire enseigne Nous Nous sommes tenus, jusgu'à présent, dans la plus
oue toutes les constructions faites en dépit de la loi morale et grande reserve, mais les mesures prises contre l'Eglise sont
cie la vraie sagesse politique et humaine ont échoué. Pour re-
-coopération lelles, que la verité Nous oblige à parler....
construire le ïronde, la de tels partis, de tels
pavs, ne suffit pas, il faut que tous les peuples du monde.
luê to.us les .hommes. y coÍlaborent; pareille ceuvre requiert M, OUTT a déclaré notamment ce qui suit :
aussl lappur de toute la cnretlente....
-conditions ... ,fe me souviens comment, en 1940, on racontait que.les
Les cinci de la stabilité d'un ordre nouveau. Altemànds venus avec des camions de nourriture, ramenaient
1. Dans I'ordre nouveau' basé sur la loi morale, il n'y a des réfugiés sur les routes de Belgique. C'est tout juste si
-
pas place pour le mépris des droits et des libertés des autres on n'avait pas la iarme à I'ceil à l'idée de leur charité ! Aujoui-
d'hui, il y-dea encore en Belgique des camions allemands qu!
Etats. srands ou petits. <
Certe"s, les grarids Etats peuvent envisager le groupement charÁent la nourriture, mais la notrrriture est envoyée en
de diverses nátions, mais celui-ci ne peut s'opérer contraire- AlleÀagne et des Belges sont envoyés au poteau ! Aussi mes
ment à la libre volonté des petits Etats. Ceux-ci ont notam- amis, èhez ceLrx d'entre-vous qui avaient pu I'oublier, ellt
ment le droit d'aÍfirmer leur neutralité, qui leur est assurée paí vienÍ reparaitre la haine, ia haine de 1914-1918, la haine sa-
le droit naturel. Ils n'ont d'ailleurs pas les moyens de se doter crée. Ntoublions jamais que les deux guerres sont une et
d'armements efÏicaces. Aussi, faut-it leur assurer leur indé- qu'entre ,Grrillaume et Hitler, il n'y a que la diÍférence de Ia
pendance politique et économique et leur fournir lès moyens motonsallon...
àe réaliser- le bien-être de leurs populations et de se dévelop- ...la Belsique n'a qu'un seul ennemi : l'4llemagne - et
oer
' 2.normalement. I'ltalie bien- entendu, rirais l'ltalie on n'en parle pÍus. On esi
Dans I'ordre nouveau basé sur la loi morale, il n'y a oc,ur l'Allemagne contre Ia Belgique qui se bat, ou bien pour
-
pas place pour une oppression otverte ou déguisée des mino- ia Belgique q-'ui se bat conlre l'Atlemagne. ll n'y a pas de
iités' ethniilues, Iinguidtiques, culturelles. Toutefois,. on peut
'qu'el-les milieu.
exiger d'ellès, actomplissent les devoirs civiques im-
' 3. à Dans
oosés tous les autres citovens.
I'ordre nouveáu basé sur la loi morale, il n'y a M. SPAAK, enfin, dit entre autre :
- pour des calculs égoïstes tendant à accaparer les ma-
pas place Quand on fera le biÍan complet de l'activité du gouvernemerit
tièreè preririères et à empêclier I'accès de tous à tous les biens Pieriot, on portera à son actif sa constante préoccupation de
de la création. Une solution équitable doit intervenir, d'après sauver notre colonie, sa volonté de maintenir intacte la souve-
une méthode progressive et prudente, de.fagon à garantir.les raineté de Ia Belgique sur un des plus beaux et des plus riches
droits de tous.-ll ne faut pas ae laisser arrêter par les difficultés morceaux d'Afrique.
et les insuJfisances rencontrées dans le passé. A tous les coÍlaborationnistes de Belgique, avoués ou hon-
Il est, d'autre part, consolant de constater que ces vues teux, je pose rrne simple question.: <.Si, par.malheur, I'Alle-
s'inscrivent déià au programme de ces nations, qui sont appe- magne gagnait cette guerte, croient-ils sincèrèment que le
lées à figurer-parmi-les-Etats qui auront à donner, plutót que Coíeo résttrait belge ?->, Ceux qui s'apprêtent à abandonner
parmi ceux qui auront à recevoir. S'il n'était pas. procédé à le mágnifique héritafe que la Belgique doit au génie d'u.n grand
irn. pareil aménagement, de nouvelles-..exaspérations nailraient, roi, à-l'hérbïsme de-nos ,soldats, àux travaux de nos pionniers,
oui à de nouveaux conflits. au-dévouement de nos missionnaires, ne sont pas, en vérité,
' 4. conduiraient
DanS I'ordre notrveau basé sur la loi morale, il n'y a ceux qui luttent aux cótés de I'Angleterre, mais bien ceux qui
-
pas place ni pour une guerre totale, ni pour un armement illi- ont aicepté I'illusoire conception d'un nouvel ordre européen
allemand, ceux qui ont accepte comme definitive et sans appel l'esprit dans lequel elles ont eté faites leur a permis de mieux
mai .l 940, qui n'acceptent pas d;autre Oestin [óu
l1 {et1i1e deque romprendre que certains bien-être matériels se paient chers
de devenrr un pays protégé par le Troisièm ;'ils doivent avoir comme contre-partie la perte de la liberté
F.iËfl*,qr. :t la servitude de l'individu. C'est seulement après la destruc-
A New-York, tout le monde, delésues *o"r.l""J'.1,,TiYl' iion radicale du national-socialisme et de tout ce qu'il repré-
et ouvriers, onr ete d'accord poui proclamer qu.il ;ente de cruauté, de barbarie et de retour en arrière que nous
lallart talre. un grand effort darrs. la voie -du progres et de Ia
F-1119-"1!I
trouverons en nous un terrain sur lequel il nous sera possible
lusuce soclate. Comment pourrait_il d'ailleurs en être autre_ de bàtir une société meilleure. Il faut tirer une leqon du passé
nrent ? Les peuples resistent, les peuples souflrerrt. IIs demá l_ et se demander pourquoi, malgré tant de bonnes volontés et
o-ent auJour0, tlut la dlsparition de tous les priviièges. C'est ur. tant de généreux efforts, i[ y a encore dans le monde tant de
ïalt. conïre teqrrel personne ne pouÍra rien. Máis pour qu misères et tant d'injustices. Il ne faut à aucun prix que la vic-
la Jusltce.-socrate que nous désirons se réalise, il -faut qu toire à laquelle nous travaillons signifie le retour pur et sim-
oeux. condltlons prealables soient accomplies : i,existence 'cl ple à ce qui existait avant le 1er septembre 1939. Je ne sars
pcupres llbres el une organisation_ politique et economique d
monde. qui rende possible ies réformes' que nous atiehdon
si en BelgiqLre occupée, isolés par les A1lemands, vous vous
rendez compte de tout ce qui se passe dans le monde, de ce
Sans cloute, certaines réformes sociales en faveur des travail_ qui se prépàre, de tout ce qui mérite votre confiance. La vic-
leurs ont-elles été accomplies par le national-socialisme.'áiis toire des alliés vous libérera.

A propos de$ cuiures Dissonance$


Dans notre numéto du 1er décembre, noils avions souligrré
tavorablement la résistance opposée par les bourgmestres dr: Les séides du peuple cheï mettent le cerveau du peuple belge
l'agglomération bruxelloise aux mesures d'exécution que les à une rude épreuve. Ayant décidé de mettre leurs espÍits. au
Allemands reclamaient d'eux tloLtr la livraison des cuivres. repos lls lui ónt fagonné une presse bien synchronisée qui ne
Hélas, trois fois hélas, norrè nous etions réjoLris trop tót. permettra plus à leur esprit critique de se perdre à des vains
La rési.stance n'a pas fait long ïcrr, et une fois de plus, les èxercices. Et pourtant commênt le pauvre belge pourrait-il se
faire une idée exacte, confortable et définitive sur I'importance
r bourgmestres ont << cané >> lamentablement.
Vo-ici ce qui s'est passé : Les principaux d'entre eux ont étr'
appelés individuellement par le Gouverneur du Brabant, lc
de Moscou. par exemple. En consultant la feuille quotidienne ?
Le distingue Georges Beatse dont les opinions sont si curieyse-
ment calquées sui celles de la presse allemande declare dans
baron Houtalt (le seul des gouverneurs d'avant le 10 mai,
rentre en gràce, on se demande pour quelles mystérieuses rai- une de sés judicieuses revues hebdomadaires que Moscou _n'a
sons ?), qui fit pression sur eux et leur tint ce langage : plus d'intérêi; que la stratégie impose un effort vers le Sud et
< Vous a.vez tort de résister, vous allez à un conflit .gravr que la prise de cette ville ne con'slitueraii qu'un succès politi-
avec les Allemands; vous faites de ceci une question de sen- que spectaculaire et négligeable. Elle tombera comme un Ïruit
timent, alors que vous vous trouvez dans une situation de fait mdr.
Le 28 novembre, moins de huit jours après, le <
:

nous avons besoin des Allemands pour assllÍer (sic) le ravi- Nouveau
taillement de la population. Si vous persistez dans votre atti- iournal > publie un communiqué à la presse berlinoise < Mos-
tude, tout casseÍa. Deplus, vous serez démis de vos fonctions >:. óou constiiue au point de vué mititaire le cárrefour par excel-
Suprême argurnent qui ïit réussir ce chantage. lence du tr:afic russe. Moscou se tÍouve au centre de tout le
A la conference des Bourgmestres qui sr,ri'n'it, on fit donner reseau de eommllnication soviétique tel une araignée. Le suc-
le .secrétaire-général à la Jusiice, M. Sihuind le nroins compru- ces serait aussi important au point de vue militaire qu'au point
mis des secrétaires généraux, qui, avec des trémolos dans la de vue politique >.
voix, assura- que les cuivres serviraient à I'industrie nationale, Un peu de-sérieux s'il vous plait M. Baetse... d'autant .p.lus
et que lesdits secrétaires-génóraux prenaient l'engagement soli- oue vous récidivez. Dans un autie de vos maussades tours d'hc-
daire de démissionner .si le ravitaillement n'était pas sensible- rizon en beau stratège du cafe du commetce même si ce caié
ment amelioré. du commerce est le Léopolds club vous annonciez que la
A la suite de ce peu reluisant << compromis >, on vit paraitrc guerre en Finlande avait prouvé que l'hiver n'empêchait pas leÈ
sur les murs, des affiches émanant du Ministère des Aflaires rpérations militaires, que les soldats de Ia werhmacht avait le
Economiques (dirigé par l'activiste Leemans), obligeant les sàng plus chaud que èeux de Napoleon et qu'on allait voir ce
habitants à remettre leurs cuivres dans des << locaux commu- qu'on allait voir.
nallx )). De plus, des équipes d'employés communaux Íurent Or, Ie 9-12-1941 le torchon que dirige M. P. Collin insérait
chargées de I'exécutio.n de cette malpro.pre besogne. raodestement, iaut-il 1e dire, que << de source allemande bierr
.
La résistance < civique >> de nos ma.ieurs n'aura pas duré informée il íe Íaut plus s'attendle pendant I'hiver à de gran-
longtemps ! Les Allemands le savaient bien : à notre époque des opérations ofÏenSives. Le commandement militaire allemarltl
de vénalité, le courage personnel est devenu chose rare. Entre prend- les mesures adéquates pour l'hiver Íusse >>. Pouvez-vous
aa leur place et leur conscience de Beiges, ces Messieurs ont fina' irous dire ar-rssi pourquói vous nous parlez ave_c si peu de dé-
lement opté pour la première. tails de Kertsch èt do Rostov depuis un mois. Pattvre Snob va.
Comme le disait Íécemment à la radio de Londres, un députe
de Bruxelles, commentant le depart de M. Van de .&leulebroeck,
< les bourgmestres auront bientót à choisir entre leur honneur
et leur traitement >. Appel à n@s lecteurs
L'an nouveau alra ses grandeurs et ses petitessesi; parmi ces
dernières il y a le problème limancier et spéciatement celui que
ÀIOTL po$e !a publicatior de notre revue dans les co'nditions oÈ etle
iloit se faire. Nous nous permettons de faire appel à nos lec-
lr aern,tl 1.".r teurs pour qu'its versent généreusement au tond de soutien de
la < Libre Belgique )) . et-ne se fassent pas trop tirer Í'oreille
w
í\o--.
4(/+- pour
- le renouvellement de leur abonnem€nt.
De son cóté la Rédaction prend I'engagement lormel de
ïaire I'impossible pour coítinuer à éctairer ses lecteurs au sujet
"ff"\'Ë' des évén-ements ét spécialement de ceux qui se déroulent en
^:-#? ll Belgique.
x*.v*o"
r'o\ I Nous avons estimé devoir acceítuer le caractère docurnentaire
rcl de notre revue, car le docurnent est irréfutable et bien plus
4 convaincant qÍe toute polémique ou satire: il a I'agressivité
-:-Y*--ê'4- terrible du fait impartial. Nos lecteurs voudront bien excuser
le retard apporté à la publication de certaifls documents mais
nos reportèis et correSpondants ne sont pas toujours regus
a avec lá courtoisie à laquelle I'exercice de leur proiession leur
donnait droit sous I'ordie ancien.
/'<3-'.à\ I-a < Libre Belgique > fera cette année un .gros elfort de
e==2- documentation impaitiale.. Eitre n'a que les deniers des patio'
tes belges pour Ia souteflir.
DOCUMENT POUR L'EDIFICATION DES BELGES 3) Dès que des marchandises seront trouvées, elles seront
sou.mises à .la Riistungs-lnspektion, avec échantillons, prix et
Les Boclres eÍ Be marclré noin indications de qualite, en vue du contróle de prix. Eisrjite les
marchandises acceptées seront achetées par vous et livrées aux
Nos protecteurs exigent que les parquets belges leur trans- magasins de la Wehrmacht Beschaffurigsamt. La Caisse de
mettent tous les dossiers relatifs au < marché nbir >. Ils arrê- la Wehrmacht Beschaffungsamt vous rèmboursera les mon-
tent les avocats qui se permettent de plaider I'illegalité des tants payes au fourniss.eui (voir également $ 5) trois jours
ordonnances de leirrs valèts les secrétairès sénérauxl ils tien- apÈs. la livrailon complète. Afin de gagner du temps, un hélé-
nent beaucoup à cette législation qui leur- permet de voler gué de votre Banque viendra encaissèr-l'argent.
comme ils l'entendent et dé découvrii les stoiks trop bien ca- .l) Le lait d'offrir des marchandises < Àarche neir > n'en-
chés. trainera pour la lirme qui fait t'offre aucune poursuite iudiciaire
de_ la.part dc la Wehrmacht Beschaftungsarirt pour lds stocks
Mais cette legislation n'existe évidemment pas pour eux puis-
qu'ils viennent -de créer une société dénomniée << PeninsuÍar >: achetés.
dont I'objet est d'acheter des marchandises sur le marché noir 5) Les factures acquittées et taxees se rapportant aux mar-
et à laquelle ils assurent l'immunité la plus complète. chandises qui vous oirt été vendues devronf être présentées à
Ia Wehrmacht Beschaffungsamt, qui vous rembourdera le mon-
Voici le texte de la lettre par laquelle ils garantissent à cette tant total de la facture, tàxes belges v comprises.
organisme l'immunité absolue. 6) Pour votre activité, il vous slra accorcÍe une commission
de 6% sur le montant net de la facture. Celle-ci comorend
TEXTIELCENTRALE votre rémuneration pour le travail eÍfectué ainsi que les- frais
de transport des marchandises jusqu'aux magasins ile la Wehr-
Brussel. 29 luli 1941.
macht Beschaffungsamt Zweigstelle Bruxelleé.
COPIE - TRADUCTION 7) Un permis vóus sera acëordé pour Íaciliter l'exécution de
RUSTUNGS.INSPEKTION BELCIEN votre travail.
8) Vous vous engagez dans I'execution cle votre travail, de
Abtlg. Verwaltung B. Nr v. C. E. Bruxelles, le 23-5-1941 vous abstenir de toute autre activité commerciale sortant du
FiTme UNION GENERAL PENINSULAR cadre de l'activite prevue dans les $ I et 2 et d'informer la
Riistungs-[nspektion- cle toutes les màrchandises qui vous sont
51, rue de Namur, BRUXELLES offertes.
Conc. Recherche de tissus lourds en Belglque. Oj Li nlstrngs-lnspektion se réserve le droit, même l'exten- l
sion de notre activité, de changer de contrat en tout ou err
Suite aux discussions que nous avons eues avec vous à ce partie. Dans ce cas, les affaires íeront traitées jusqu'au jour du
sujet, nous vous confirmons ce qui suit : changement de contrat, tel que stipule avant cé cÉangeinent.
1) Cette recherche a pour objet, en premier lieu, les trssus La RiistLrngs-trnspektion vous prie de bien vouloir conÍirmer
lourds, pesant 550 gr.-m2 et plus et, en second lieu, les tissus les points mentionnés ci-dessus, en déclarant séparément que
lourds d'un poids de 285 à 550 -sur
-recherche gr.-m2. le prix de vente figurant dans les Jactures du fabricant ne com-
2) Cette s'étendra tout le territoire belge. prend aucune commission qui vous serait créditée.
Elle vise Ies marchandises << du marché noir >> ainsi oue celi-es
prêtes chez les fabricants belges et << libres jusqu'au l5 Inspecteur de la Riistungs
iuin 1941.
" (s) VON GHULEN

anniversaire) : < Je vous exprime mes vives -félicitations et


Gluelclues ÍexËes les vceux que je forme pour votre prospérité et celle de
Le rapatriement des prisormiers belges. I'U.R.S.S. >.
juillet 1940. de la Brtisseler Zeitung : << Le Fiihrei a 25 juillet 1940. Dr Funck, ministre de I'Economie du
18
- tous les prisonniers belges, sauf les of- Reich : < La Russie - développe de plus en plus ses fournitures
donne ordre de libérer de matières premieres à I'Allemagnè et ses- achats de produits
ficier.s et sous-oÍficiers de l'active >. fabrioués allemands >.
31 décembre 1941. de Ia < Croix-Rouge de Belgique > : l9'iuillet1940. Hitler à Berlin : < Les relations entre
- à envoyer des colis à nos prisonniers
< la population est invitée -
.
l'Atleóagne et. ta Russie sont définitivement fixées. II est en-
La victoire en 1941. fantin d'espérer qu'une nouvelle tension pourrait surgir entre
31 décembre 19.10 proclanation de Hitler : < Soldats de elles>>.

-
l'armée nationale-socialiste du Grand Reich Allemand. L'année 19 ianvier 1941 Beatse dans le < Soir >> : << Loin de se
1941 vous appottera le couronnetnent de la plus grande vic- - entre la Russie et I'Atlemagne s'affermis-
refroidir, tes rapports
toire de notre histoire ! >>. sent et le nouvel accord leur permettra de donner à leurs échan-- \
24 iévrier 1941. Hitler à Munich : < Cette nouvelle aniréc ges une ampleur sans précédent. Pareille évolution s'explique
-
de combat sera décisive >. par une convergence de nécessités politiques. La similitude d'in-
31 décembre 1S41 message de Hitler : < Nous prions le térêts apparait toujours plus clairement entre les deux pays >.
-
Tout-Puissant que l'année 1942 apporte la décision dans notre 13 nov'embre 1940. < Nouveau Journal > : < Á là lu-
lutte pour le salut de notre peuple >. mière du conflit actuel,-'du
le nazisme, le fascisme et le soviétisme
ler janvier 1942. de [a Briisseler Zeitung : < Disuns-lc se. présentent comme trois aspects différents d'une révolution
- trouvons devant des iorirs qui ne sont
tout nèt l nous nous unlque >>.

pas roses >. Les bombardernents anglais en Allemagne.


La délaite de I'Angleterre. 4 septembre 1940. Hitler à Berlin : < Si les Anglais dé-
23 iuillet 1940 de la << Nation Belge > de Pilette , i La - nos villes à des attaques massives,
clarent qu'ils soumettront
-
h-rtte èontre l'Angleterre n'est plus qu'un éplsode >. nous leur répondrons que nous, nous rayerons leurs villes de
12 septembre 1940 du < Pav.s Réel > : < Londres brÊl: la carte. Aussi vrai que Dieu nous aide, nous allons mettre
dans unè atmosphère de - panique indescriptible. 8.000.000 d'ha- fin aux exploits de ces pirates de nuit >.
bitants seraient évacués >. 8 noven'ibre 1941. officiel allemand : < Des
ler ianvier 1941. de Léon Degrelle : < L'Angleterre esi --Communiqué
bombardiers britanniques ont entrepris, la nuit dernière, huit at-
-
finie. Ë'année 1941 verra Hitler plo*yer dans son poing vail- taoues sur I'Allemaene occidentale >.
queur la ploutocratie anglaise >. io, t+, to, 25,27;28 novembre, 1, 13, 16, 17,23,24 28 dé-
cembre 1941. Communiqués officiels allemands : << Des bom-
-attaqué
Les relations entre la Russie et I'Allemagne. -
bardiers britanniques ont I'Allemagne occidentale >.
ler septembre 1939. Hitler au Reichstag : << Nous avons
conclu avec la Russie un - pacte qui exclut pour toujours entrc La campagne de Russie.
nous tout recouÍs à la Jorce >. 14 iuillet 1941. du << Nouveau Journal > : < L'armée alle-
6 octobre 1939. Ílitler au Reichstag : << Le nouveau pacte mandê a gagne la - bataille de Russie >.
- conclu entre l'Allemagne et la Russie per-
d'amitié et d'intérêt 18 iuillet 1941. du << Nouveau Journal > : < La decision
mettra aux deux Etats non seulement de maintenir la paix est aóquise à I'Est- >.
entre nous, mais de collaborer de lagon hzureuse et durable >. 21 iuillet 1941. Poulet dans le << Nouveau Journal > : <De-
21 décembre 1939. Hitler à Staline (à I'occasion de son main,- il n'y aura -plus d'U.R.S,S. >,
-
16 septembre 1941. de la < Briisseler Zeitung >.: << Leniu- L'oflenslve angtraise en Cyrénaïque.
grad arissi va tomber->. ?7 novernbre 1941. du < Pays Réel >: < Il ne peut
2 octobre 1941. ordre du iour d'Hitler à ses troupes : plus être question d'une- ofÍensive anglaise en Afrique du Nord>.
-
< Auiourd'hui commence la dernière grande bataille décisive de 28 novembre 1941. du < Soir >> : << Les rentorts germano-
.cette'année. Elle anéantira la Russie-et I'Angleterre elle-même. italiens ont sufïi pour- enrayer au bout de quelques jours I'of-
Dans oeu de semaines, les trois districts industriels les plus fensive si minutieusement préparéë par les Anglais d'Afrique >.
importànts de la Russie seront entre nos mains 26 décembre 1941. Communiqué allernand : < Nos trou-
>>.
pes ont évacué Benghazi- >.
9 octobre 1941. Berlin : < La décision militairt:
'Laà Russie
Dietrich 3 janvier 1942. Communiqué allemand < Nos troupes
est définitivement -acquise. soviétique est militaire- ont rendu Bardia >.--
ment anéantie. Le rêve biitannique d'une guerre sur deux
fronts est fini et bien fini. Les pertes Íusses.
10 octobre 1941. Communiqué D.NB. de Berlin : < Les 20 septembre 1941. de la < Briisseler Zeitung: << L'armée
-
Jorces armées soviétiques sont dès à présent eliminées du -
active des Soviets comorend 1.800.000 hommes et ses réser-
grand théátre de Ia !uerre. Il est possible que les Soviets ves bien equipées 5.000.000 ).
,6oient capabtes de mettre en ligne une ou per-rt-être deux divi- 7 novembre 1941. de la << Briisseler Zeitune >> : << Les
sions au-àelà de l'Oural et que Staline se retire dans une petite Russes ont déjà perdu - au moins 7 à 8 mitrlions de soldats >.
maison de rentier >. lB décembre 1941. du < Soir > (Béatse) : < Malgré ses
pertes, I'armée rouge -a pu mettre en ligne des efïectifs suffi-
10 octobre 1941. du << Pays Réel : < Staline Íuit Moscou >. sants Dour ralentir l'effort allemand >.
10 octobre 1941.- du < Nouveau Journal >> : La défaite 28 áorlt 194i. de < Cassandre >> : << Les Russes possé-
décisive des armées -rouses. C'est le front bolchéviste tout en- - au total, dont 8.000 pour le front euro-
daient 10.000 avions
tier qui vient de s'écroiler >. péen >>.

11 octobre 1941. Communiqué D.N.B. de Berlin : << Les 10 décembre 1941. Hitler au Reichstag : < Les Russes ont
- oriental oit eu pour résultat I'afléantis-
opérations sur le front - >.
déjà perdu 17322 avians
sèment des armées de Boudienny et de Timochenko. La der- <(_>__
nière concentration de troupes devant le bassin' du Donetz a
-d'armées
.r^été balayée. Un groupe
/ n'existe Dlus >.
régulièrernent constitué PefEÍes Wsuveiles
19 octobre 1941. de Herten dans << Cassandre >> : << La A ÍU.L.ts. Dans notre orécédent numéro nous avions si-
-
prise de Moscou apparait
- professeurs Seulement s'étaient montré dispo-
gnalé que trois
maintenant certaine' .sinon immi- sés à reprendre les cours. Hélas nos services avaient fait er-
nente >.
reur, le nombre des collaborationnistes fut malheureusemenl
ler décembre 1941. de Poulet dans le << Nouveau Jour- plus élevé.
nai > : < Ayant perdu -leur dernière carte, les Bolchévistes de- A titre d'information nous en donnons ci-dessous la Iiste
vront se redlier vers Nijni-Novgorod. Samara, Kazan. Telle est complète :
la significafion du dernier épisóde militaire qui se joue actuei- Barthélémi, facutté de médecine assistant.
lement en Russie > Cornette, faculté de philosophie et lettres, conservateur aux "

ler décembre i941. Communiqué D.N.B. de Berlin : << Darts Musées d'Anvers.
-
les trois grandes batailtes de Moscou, de Rostov,. de Marm_a- DeÍfet, faculté de sciences, assistant.
rique, l'initiative est exclusivement au commandement alle- Dierckens, école polytechnique, assistant.
mand >>. Dony-Henault, professeur à l'école polytechnique, membre de
I décembre 1941. Communiqué allemand : << La conti- I'Académie royale de Belgique.
nuation des opérations- et la méthóde de combat sur le front Ewert, faculté de sciences assistant.
de I'Est sont- conditionnées dès maintenant par l'arrivée de Joukoff, maitres des conférences Ecole polytechnique.
I'hiver russe. Sur de vastes étendues du front ne se déroulent Leemans, professeur à l'Ecole polytechnique.
plus que des opérations de combat locales >>. Lefèvre, professeur à I'Ecole polytechnique.
: Miller, agrésé faculté des Sciences.
I décembre 1941. Communiqué D.N.B. << Le commande- Minsárt, -pro=fesseur à I'Ecole polytechnique.
ment allemand renonce- à des opérations de grand style >. Raucq, assistante, faculté de philosophie et Iettres.,
18 décembre 1941. de Béatse dans le < Soir >> : << L'offen- Vogels, suppléant, Ecole polytechnique.
-
sive allemande déclenchée dans le secteur de Moscou au début Soit 13 sur plus de 400 professeurs.
d'octobre a été arrêtée. Le maréchal Timochenko a déclenché On nous prie d'ajouter que ces braves sont proposés pour
dans le secteur de l'Ukraine et du Donetz une violente contre- une citation' à l'OrcÍre du iour du Reich pour ó'êtie ofieit à
offensive >. collaborer sans considératio-n pour I'art. I lSbis du Code pénal.
31 décembre 1941. Communiqué allemand : < L'ennemi a Nos transports. Il résulte de nos iniormatiors que 20 r%
' débarqué des troupes-considérabled sur la presqu'ile de Kertch -
des trains d-e voyageurs sont supprimés. Les voitures métalli-
et près de Téodosia >. ques (service intériéur) qui au début de la guerre s'élevaient
L'affaire de Rostov. á 1.OOO sont réduites à 330 unités. Elles servént aux quartiers
d'hiver des troupes actuellement en Russie.
22 novembre 1941. communiqué allemand : < Nos trou- Les charbons. La production charbonnière est actuelle-
pes ont pris la ville de - Rostov, ceitre commercial et de trafic ment Dour un mois - normàl de 2 millions de tonnes au lieu de
d'u,ne importance primordiale pour la coÍrtinuation de la guerre>. 2 yz millions à la veille de la guerre. Les fournitures directes à
ler décembre 1941. Communiqué D.N.B. : < Alin de I'Allemagne sont d'environ 700.000 tonnes, et une bonne partie
mieux procéder à I'exécution- des mésures de représailles ju- du reste va à I'industrie qui travaille également pour I'Allema-
gées nécessaires contre les francs-tireurS de Rostov le com- gne. Aussi ce qui est desliné à la population belge ne repré-
mandement allemand a fait évacuer la ville >. dente qu'enviro-n le tiers de Ia normale, celle-ci étant de
18 décembre 1S41. de Béatse dans le << Soir > : << Le 600.000'tonnes. La ration-type est de 150 kg pour un ménage
général von Kleist a d0 - évacuer Rostov pour éviter un encer- de 4 personnes pour décembrè.
clement de son avant-garde >>.
Condanrnation à mort. On a regu de Berlin au Conseil
19 décembre 1941. ordre du jour du Maréchal von Brau- -
belee de défense des prisonniers politiques, I'annonce de la
chitsch : << J'ai prié le- Fiihrer, eu égard à une maladie de ceur conïamnation à mort du denommé Charles Lejeune, de Cem-
dont je souÍfrais, de me décharger du commandement de I'ar- bloux. qui Ítt déià condamné en Belgique par le tribunal alle-
merg '). mand' pour espionnage, puis transferé en Allemagne. Il vient
d'être óondamde cettà Íoii à la décapitation pour avoir aidé des
Le général hiver. pilotes à gagner l'Angleterre. Charles .Lejeune, ancien combat-
4 seotembre .-: Hitler à Berlin : < Voilà maintenant
1941. ïant des à'eix suerreí, efit une magnifique conduite durant Ia
qu'on á découvert un troisième allié : c'est le sénéral hiver. On suerre 1914-t8I Blessé quatre Íois, cité plusieurs fois, titu-
Ita déià vu une fois à I'ceuvre. Il n'a pas réus-si et il échouera iaire de nombreuses distinctions militaires, Charles Lejeune
exactément de la même manière cette-fois encore >). est donc condamné à mori.
9 décembre 1941. Communiqué D.N.B. : < Le début de A Gremberqen-lez-Termonde, ttn des quatÍe < héros > en-
-
I'hiver impose une nouvelle tactiqde. Etant donné que les con- sasés dans Iiléeion Ílamande €sL mort en Russie'
" Ëes chemises ioires avaient proltlé d'organiser un service
ditions atmosphériques ne permettent pas d'opérations offensr- -des Staf Declercq
ves de grand style, le commandement renonce à ces opéra- funèbre, en gr'ande pompe et eh présence
tions >. de la région.
Mais, il y eut un mais... l'autorité ecclésiastique reïusa tout mestre,belge.^ unique rnedecin du village qui n'a pas eu le
simplemenf de mettre le temple à la disposition de ces traitres. rcmps qe ïalre remplacer; I ouvrier du chemin de fer (vrai
se.
M. Van Laere, le nouveau bourgrnestre d'Ostende, continue patÍrote mais dont les frères sont V.N.V.), le neveu du'1er
sa petite politique d'épuration. Estimant sans dor"rte que les échevin V.N.V.
fonctionnaires communaux oui l'entourent sont tron bien oen- J'ous les hommes valides doivent monter la garde r1e nuit
sants, il s'esr adjoint un < sècretaire particulicÍ , evidemmenl sr-rr les deux directions : Termonde-St-Nicolas ët Termonde_
du même acabit que lui-même et auquel est alloué un traite- Zele. Cette mesuÍe concerne Ies communes ae Hamme-2etó-
ment annuel de 35.000 fr. Encore un petit ami qui est casé. Grembergen et la ville de Termonde. On a choisi leJ àOvei-
Le trait suivant caractéÍise la mentalite et la servilité de I'in- sai.res des. V.N.V., c'es!à-dire des Belges, notamment lÈs al,o_
dividu : quelques ourrriers communaux avaient été emprisonnes cats, nntaires ,etc., il y a même, parmi ces .< valides , un hom-
durant quelques jouÍs, par ordre de l'autorité allemande. A leur me atteint de la tuberculose des o.s et portant un corset medicat.
libération f0t examinée la question (qui n'aurait évidemment Ces Belges gardent les voies par gioupes de 4 hommes tous
pas été soulevée sous la gestion de M. Serruys, le bouÍgmestre les l5 mètres, sous la surveillance ile V.N.V. Leur sarde esr
légal) dLr paiement du salaire de ces ouvriers pour la période de 4 h., mais dès .le soir et pour toute la durée de Ia ïuit, tous
de leur détention. M. Van Laere estima ne pas pouvoir donner Ies convoqués doivent se tènir à la Maison communale..
suite à cette affaire avant d'avoir consulté... l'autorité alle- Que les V.N.V. de la région se tiennent bien póui lè lour J.
mande. Peut-être oourrait-il dès à orésent demander à la même Un sursaut de pudeur. Sauï de légères modifications dans
autorite allemandé à quel endroit il tievra se terrer au jour J. - Allemands n'ont pas encore eu
le secteur de Rostov, les le
courage de changer les petits drapeaux victoiíeux sui les deux
Un oberleutnant venant du lront russe, et qui se trouve ac- grandes cartes du Íront Rr":sse qu'jls exhibent dans le centÍe de
tuellement dans une commLlne des environs de Bruxelles, se Ia ville.
plaignait des mécomptes que les Allemands ont subis là-bas Un mode d'interrogatoire non prévu par le Code pénal.
a déclaré entre autres qu'il n'était plus question de faire des . .
-
Une exécrtion capitale.de plus viênt d'avoir lieu à Liêge, dans
prisonniers russes. Les soldats russes capturés, dit-il, sont im- des conditions particulièrement atroces.
pitoyablement tues, afin que nor:s prrissions, san,s difticulté. Arrête sous inculpation d'espjonnage, le patriote accusé 1e.
leur enlever leurs vêtements et leurs bottes fonrrées. nait bon depuis plusieurs moii. Un ïour vint pourtant oÈ les
Dans la région de Lessines une beile équipe de patriotes Allemands jugèrent leur victime à polnt pour tenter sur elle le ^
ardents travaille. Dans la nuit du 25 au 26 décembre 1941, à grand jeu..l-a femme dLr prisonniei fut éonvoquée à la prison
Deux-Acren, ces braves ont dévalisé le local oÈ, paÍ le.s soins avec so^n jeune enfant, son mari, lui disait-on, allait lul être
de l'Adminietration communale avaient été entreposés les cui- rendu. Comme elle attendait impatientée d'Lrn cóté de la oorte.
vres requisitionnés par ordre de l'ennemi. Plus de 1.000 kg de rie I'autre se passait Ia scène suivante :
ce métal, si nécessaire à l'industrie de guerre de l'Allemagne Votre femme est là, elle vous attend. avouez et vous
ont été < récupérés >> et mis en lieu s0r. Malgré les rechercl.ies - libres.
etes
de la Gestapo qui opera dans la région pendant près d'une se- Le tselge pourtant se défiait et continuait à se taire. Mais les
maine, le bltin est resté introuvable. Allemands s'étaient 'pas
iuré de l'avoir.
n'entend,s ton enïant qui t'appelle, parle et trr
A I'actif des collaborateurs. Le nomnré Blomaert, ff. bourg- - Ttr
peux aller le rejoindre.
mestre de Lessines, estimant -sans doute que la réquisition du De l'autre cóté de Ia porte, on obligeait l'innocent enfant à
cuivre n'avait pas donné le résultat escompté a eu l'heuÍeuse crier: Papa.
inspiration suivante : il a fait imprimer au reveÍs de.s program- Alors le malheureux céda dans un vertige d.'espérance. Aus-
mes de cinéma qui se glissent sous les portes, un avis par sitót on .se letq sur lui, on le roua de coups juiqu'à ce qu'il
lequel il annonce que son aclministration, désireuse de satisfaire s'eÍfondràt. Puis on le traina par les membies- jusque dani la
aux demandes d'une paÍtie importante de la population de cogr, comme s'il avait été deià un èadavre et sur l'heure il fut
Lessines, avait decidé de procéder à quelques séances supplé- execute ...
mentaires au cours desquelles les retardataires auraient l'oc- Ils étaientsi gentils, les Allemands, ils gavaient de chocolat
casion de présenter leurs'métaux non ferreux, les petits enfantl belges et ramenaient le*s réïugiés chez eur
Inutile de dire que la population Lessinoise a apprécié ce dans leurs propres caóions. C'était en i940. En ï941, ils man-
geste à sa juste valeur. gent le chocolat eux-mêmes et encore le beurre et les pom-
. Réveillon de I'An à Mons. La nuit de reveillon fut mar- mes de terre, ils affament les petits enfants belges et fusilleilt
quée par une mutineÍie à la -caserne de Mons. Il y aurait eu leurs papas.
4 Fritz tués et une cinquantaine seraient emprisonnés. Nombre Et toujours des promesses. * On sait que les cultivateurs
de Montois ont entendu cette belle Íusillade. de pommes de terre avaient droit pour chacun des membres de
Convoyeurs civils de trains allemands. leur ménage, à une ration journalière de 750 gr. Or, dans plu-
- Lesdeétudiants
dc
I'U.L.B. désignés 'pour servir pendant 4 jours convoyeurs sieurs locàlités du Brabant- et d'Anvers. les iótéresáes doi'ient
aux trains de troupes de l'ennemi ayant été invités à porter le restituer, sur la provision.qui,lerrr Íeste. une quantite de 250 gr.
brassard bien connu de la < Deutsche Wehrmacht > ont décliné par jour, aiin de pouvoir. delivrer. des pommes de terre aux
obstinément cet honneur. En guise de sanction ils ont été main- personnes qul n ont pu s approvtslonner.
-assuré
tenus en service pendant quinze jours. On nous àvait cependant que peÍsonne ne manquerait
Des notabilités carolorégiennes, parmi lesquelles de nom- de patates et que toutes les dispositions avaient été prises pour
breux membres du barreau ont été astreintes au même service ravitailler,. durànt tout I'hiver, ies personnes ne disfosant'pas
sur la ligne de Charleroi-Maubeuge; ils en ont utilement profité oe pfovlslon...
pour meittre en pratique I'invitation de Ia Radio de Londres : Le cofft de production en Amérique. Le monde a admire
< Démoralisez les Allemands >>, la besogne fut facile paraït-il, -
la réalisation du canal de Panama. Auiourd'hui. sur la base du
le terrain était bien préparé à recueillir la bonne semence. corit de production, l'industrie américaine a pour tàche de con-
Des Roubaisiens, convoyant un train ennemi, arrivent à Char- struire uh canal de Panama par semaine. Cet effort doit s'ac-
leroi; ils obtiennent l'autorisation de sortir en ville, accompa- croïtre. Dans les douze moiÀ prochains, l'equipement de dé-
gnés de gardes du corps habillés de gris. Nos Roubaisiens se fense en aéroplaires, en tanka, en vaisseauf, én canons et en
précipitent dan,s les caÍés de la vilte basse; y font absorber a -
munitions doit s'élever à 60 r-':r 70 fois les frais d'établis-
leurs gardiens Iorce libations; si bien qu'à l'heure de l'appel, sement du-canal de Panama.
ce iurent les otages qui ramenèrent leurs gardiens à la gare. Ceci au 30-10-41.
Il parait que pour éviter le retour de pareil manque de dignité Ediliant et plein de promesses. des traitres à sa
de l'armée allemande ses cheÍs ont décidé de ne plus utiliser solde, Hitler disait naguère : < Les - Parlant
vainqueurs sont souvent
les Roubaisiens comme convoyeurs. assez rusés oour leur conÍier la surveillance des esclaves et ces
La ligne de chemin de fer partant de Termonde vers Grem- êtres sans caractères (avis à vous, MessieuÍs De Becker et con-
bergen bifurque, au-delà de ce village, en deux trongons : I'un soíts) exercent Ia plupart du temps cet ofÍice au détriment de
en direction de St-Nicolas. l'autre vers Zele-Lokeren. Ces der- leur propre peuple avec une rigueur plus impitoyable que ne
niers jours, une mine fut posée à1 la bifurcation et, au passagr le ferait n'importe quelle brute étrangère placée par l'ennemi
d'un train, la locomotive fut endommagée et un rail enlevé (il dans le pays vaincu >. (< Mein Kampf >, p.667).
n'y eut pas de blessés). Aussi comprendrez-vous, M. Poulet, que les << esclaves )
Les V.N.V. de Ía région ont profité de cette occasion pour eue nous sommes ne tiennent nullement à se laisser convaincre
rssouvir leur haine vis-á-vis des'patriotes en inspirant a l'áuto- par vos séduisantes mais sophistiques dissertations qui toutes
rité allemande les mesures de représailles ci-après, encore tou- tendent à nous persuader que notre intérêt (?) est d'entreÍ au
jours appliquées : plus tót dans le sillage du Grand Reich Allemand et de son
5 otages furent arrêtés à Grembergen, dont I'ancien Bourg- Ordre Nouveau Européen.