Vous êtes sur la page 1sur 66

L’ACCOMPAGNEMENT À PARIS EN 2011

LES ACQUIS DU DISPOSITIF
LES LIMITES DU DISPOSITIF
LES ENJEUX

Evaluation du dispositif d’accompagnement des
contrats aidés
Académies de Créteil, Paris et Versailles

Rapport final

Décembre 2012
CDI - Conseil Développement Innovation
SCOP SARL à capital variable
RCS B/322 556 580 SIRET : 322 556 580 00031 APE : A P E 8 2 9 9 Z Code TVA : FR80322556580
cdi@cdinnov.com www.cdinnov.eu
11, rue Marcel Paul, BASTIA (20 200) - Tél. : 04 95 34 83 00 Fax : 04 95 32 75 77
14, rue des Dominicaines, MARSEILLE (13 001) - Tél. : 04 91 90 98 44 Fax : 04 91 56 62 48
3, cours Charlemagne – BP 2597 – LYON cedex 02 (69 217) - Tél. : 04 78 03 40 06 Fax : 04 78 03 40 01
16, rue Becker, CAYENNE (97 300) - Tél : 05 94 31 02 95 – Fax : 05 94 31 91 14

SOMMAIRE

1. Rappel du contexte, des objectifs et de la méthode

p.3

2. Les résultats de la phase qualitative

p.6

3. L’enquête auprès des bénéficiaires

p.11

4. Les dispositifs d’accompagnement

p.35

5. Les acquis et les limites

p.45

6. Les enjeux identifiés

p.56

Annexes
Liste des personnes interrogées
Questionnaire d’enquête

p. 59

CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012

2

1

Rappel du contexte, des objectifs et de la méthode
Depuis le 1er janvier 2010, en France métropolitaine, est entré en vigueur le nouveau
« contrat unique d’insertion » (CUI) créé par la loi n° 2008-1249 du 1er décembre
2008.
Ce contrat unique d’insertion prend la forme du contrat initiative emploi (CUI-CIE) dans
le secteur marchand et du contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE), dans
le secteur non marchand.
Il a pour objet de faciliter l’insertion professionnelle des personnes sans emploi
rencontrant des difficultés sociales et professionnelles d’accès à l’emploi.
Dans les Académies de Créteil, Paris et Versailles, la mise en œuvre de l'accompagnement
des CUI-CAE se fait au travers de 2 dispositifs :
-

La délégation académique à la formation continue des personnels de l'éducation
nationale.
Le réseau de la formation continue, par l'intermédiaire des GRETA

La DIRECCTE Ile-de-France et les trois GIP ont souhaité que soit menée une évaluation du
dispositif global d'accompagnement et de ses résultats en termes d'insertion
professionnelle des bénéficiaires.
Les objectifs de cette évaluation sont :
-

De disposer d'une connaissance précise du devenir des bénéficiaires de CUICAE, dans un délai de 6 mois au plus après leur sortie du dispositif ;

-

D’évaluer la qualité du service rendu au bénéficiaire, dans l’ensemble de ses
dimensions (accueil, information, orientation, accompagnement des parcours,
pertinence des réponses apportées, …).

-

D'analyser, dans une visée comparative, les modalités de mise en œuvre et les
résultats des dispositifs d'accompagnement à l'œuvre sur les trois Académies

-

D’aider les acteurs du dispositif à opérer d’éventuels ajustements pour l'avenir,
au vu des constats faits sur l'insertion professionnelle des bénéficiaires, sur leur
degré de satisfaction actuel et sur l’adéquation entre la nature des services
rendus dans le cadre de l'accompagnement et les attentes du bénéficiaire.

Pour atteindre ces objectifs, la démarche suivante a été mise en œuvre :
Phase 1 : Constitution des listings

Au sein de chaque Académie, il a été demandé d’extraire des fichiers une population de
référence, définie comme suit, suite au Comité de pilotage de lancement de la démarche
d’évaluation du 6 septembre 2011 :
Population de référence : personnes sorties du dispositif entre le 1er avril et le 30
septembre 2011, et ayant renouvelé au moins une fois leur contrat.
Catégories d’information nécessaires :
Nom
Prénom
Adresse (n° de la rue, code postal, ville)
Téléphone
CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012

3

Dans ce cadre. en phase suivante. une indication de la satisfaction des bénéficiaires. c’est-à-dire l’ensemble des bénéficiaires de CUI-CAE de l'Académie). sexe. une enveloppe pré-adressée et timbrée a été jointe à l'envoi pour la réponse. niveau de formation préalable à l'entrée en CUI-CAE.d’obtenir. Afin d'améliorer le taux de remontée de l'enquête. un questionnaire visant à évaluer le degré d'insertion professionnelle des bénéficiaires et leur satisfaction sur l’ensemble des dimensions de l'accompagnement durant leur passage en CUI-CAE. à finalité d'auto-administration par voie postale puis d'administration téléphonique pour les relances. Ce questionnaire. etc…) de ces mêmes bénéficiaires. l’ensemble des dimensions sur lesquelles se formule l’appréciation d’un service d'accompagnement et d’identifier les attentes précises des bénéficiaires Cette analyse permet à la fois : . à partir d'un listing exhaustif des personnes sorties du dispositif entre avril et septembre 2011 et ayant renouvelé au moins une fois leur contrat (enquête auprès de l'ensemble de la population-mère). a été testé de manière à vérifier sa bonne compréhension par le public-cible (cf questionnaire en annexe) Phase 4 : Réalisation de l’enquête quantitative - Le questionnaire a été adressé au cours de la première semaine du mois de mars 2012 à l'ensemble des bénéficiaires. - En fonction des remontées de l'enquête auto-administrée. sur lesquelles se formule .d’appréhender les différentes composantes l’appréciation d'un service d'accompagnement . par nature. L’objectif de cette phase qualitative est d’appréhender. mesure qui sera validée par l’approche quantitative. C’est pourquoi une phase qualitative préalable nous est apparue nécessaire. des entretiens avec 25 bénéficiaires choisis de manière aléatoire au sein des listings ont été conduits. une relance a été organisée. .Age (à l’entrée dans le dispositif) Sexe Niveau de formation (à l’entrée dans le dispositif) Date de fin de contrat Nature du dernier poste occupé Dispositif d’accompagnement mobilisé (inspections académiques / formation continue) Phase 2 : Approche qualitative de l’attente des bénéficiaires L’approche quantitative a. une structure d'échantillon a été définie (méthode dite des quotas). - Sur la base d'une analyse préalable des caractéristiques (âge.de mesurer d’éventuels écarts entre l’offre actuelle d'accompagnement et l’offre attendue . l’avantage de la représentativité des résultats (la mesure faite sur l’échantillon pouvant être extrapolée à l’ensemble de la populationmère. avec administration téléphonique du questionnaire par des enquêteurs CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 4 . de manière à être représentative de la population-mère. Phase 3 : rédaction d’un questionnaire d’enquête et test de celui-ci Sur la base des résultats de la phase qualitative. localisation. mais pour inconvénient de limiter la qualité de l’information recueillie (questions fermées ou semiouvertes). du point de vue du bénéficiaire. Les résultats de ces entretiens ont été présentés à l’occasion d’un Comité de Pilotage en date du 30 janvier 2012. en première approche. a été élaboré.

Les bénéficiaires ont été choisis de manière à ce que l'échantillon final (questionnaires auto-administrés + questionnaires téléphoniques) présente les mêmes caractéristiques que celles de la population-mère. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 5 . préparation à la sortie du dispositif. la qualité objectivée du service rendu au bénéficiaire. etc…) mais également auprès des employeurs (établissements scolaires). orientation. Les résultats de cette phase ont été présentés à l’occasion d’un Comité de Pilotage en date du 11 octobre 2012.rompus à cette technique. Phase 6 : Synthèse L’ensemble des éléments constitutifs de la présente évaluation est repris dans le présent rapport qui présente : - le devenir des bénéficiaires de CUI-CAE. dans l’ensemble de ses dimensions (accueil. - leurs attentes en termes de services rendus et les écarts éventuels entre services rendus / services attendus . dans l'ensemble de ses phases (information. 500 questionnaires exploitables ont pu être obtenus. Au final. dans un délai minimum de 6 mois après leur sortie du dispositif. en termes d'emploi et d'insertion professionnelle . d'accompagnement ont été sollicités de manière à repérer : les acteurs du système - Les modalités de mise en œuvre de l'accompagnement. accompagnement dans l'emploi. La relance téléphonique s’est échelonnée sur avril et mai 2012. formateurs. accompagnement des parcours. orientation. Ces éléments ont été présentés et débattus à l’occasion d’un Séminaire final de restitution en date du 22 novembre 2012. les résultats ont été traités au moyen du logiciel de traitement d’enquêtes Sphinx et présentés à l’occasion d’un comité de pilotage en date du 20 juin 2012 - Phase 5 : Le point de vue des acteurs du dispositif En complément du point de vue des bénéficiaires. information. …) sur chacune des deux modalités de mise en œuvre du dispositif (DAFOR/ Formation continue) - - Les axes de progrès pour la suite du dispositif Phase 7 : Conception d’outils de communication et séminaire final de restitution Les éléments saillants de l'évaluation ont été synthétisés et mis en forme de manière à pouvoir être diffusés auprès de l'ensemble des acteurs du dispositif. etc…) - Les difficultés éventuelles de mise en œuvre et les raisons de ces difficultés - Les souhaits d'amélioration Les entretiens ont été conduits à la fois au niveau des acteurs directement impliqués dans la mise en œuvre du dispositif d’accompagnement (gestionnaires.

proposée sur une journée et qui a eu lieu cinq mois après la prise de poste. …) .Assurée par le supérieur hiérarchique direct (directeur/trice d’école. C’est.…). connaissances personnelles. conseiller principal d’éducation. Ces entretiens se répartissent comme suit : Académie de Créteil : 11 93  4 94  4 77  3 Académie de Versailles : 9 Académie de Paris : 5 92  7 95  listing sans n° de téléphone 91  listing sans n° de téléphone 78  2 Leur objectif était double : • recueillir en première approche des éléments sur la situation des bénéficiaires et sur leur perception de la qualité du service rendu en termes d’accompagnement en cours de contrat. « au début c’était le flou le plus total… la médiation personne ne savait ce que c’était… il m’a fallu 4 à 6 mois pour construire une méthode d’intervention… » Certaines formations apparaissent par ailleurs comme insuffisamment développées et proposées sur un calendrier inadapté . par exemple. le cas d’une formation à la fonction de médiateur. Le tutorat sur le poste Une fonction d’encadrement plutôt que de véritable tutorat : . La plupart des personnes interrogées n’ont pas bénéficié de formations d’adaptation au poste… La présentation des missions et tâches à accomplir se fait le plus souvent « en marchant ».2 Les résultats de la phase qualitative Menés en décembre 2011 (pour les Académies de Créteil et Versailles) et janvier 2012 (pour l’Académie de Paris) 25 entretiens semi-directifs ont été réalisés. De manière minoritaire. au fur et à mesure de l’avancement du contrat. responsable du CDI. • Collecter le matériau nécessaire à l’élaboration d’un questionnaire.Evaluée de manière positive par la majorité des personnes interrogées « ça c’est vraiment très bien passé… elle m’a pris sous son aile et m’a expliqué très précisément le boulot… » CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 6 . démarches spontanées auprès des établissements. à partir d’un tirage aléatoire sur les fichiers transmis par les Académies. Les principaux résultats de cette phase peuvent être résumés comme suit : L’arrivée sur le poste L’orientation est majoritairement faite par Pôle Emploi. des démarches personnelles ont pu permettre d’identifier des opportunités de postes à pourvoir (contact avec le rectorat. permettant une validation quantitative et statistiquement fiable des résultats.

préparation aux concours administratifs en e-learning. Ça on le savait déjà…. que le déclaratif des interviewés se situe vraisemblablement en deçà de la réalité.)  pour celles-là. » La délivrance d’une attestation de compétences en fin de contrat Rencontrée dans un seul cas sur 25…. la délivrance de cette attestation ayant un caractère en théorie obligatoire.…. gestion des conflits. » «…j’ai eu un conseiller du GRETA qui m’a vraiment bien aidé pour rentrer sur la formation BAFA… » L’accompagnement par Pôle Emploi avant la fin du contrat Majoritairement non assuré et évalué plutôt négativement : « ils nous ont fait venir une matinée… pour nous dire qu’on ne pouvait pas rester sur ces postes…. l’évaluation de la qualité des formations proposées est majoritairement positive CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 7 . ce résultat souligne le fait que ces attestations ne sont pas bien identifiées par les bénéficiaires et interroge sur l’utilisation qu’ils en font… La participation à des formations en cours de contrat 13 personnes (sur 25) se sont vues proposer une ou des formations . Techniques de Recherche d’Emploi.On note par ailleurs quelques (rares) cas de situations tendues dans les relations avec la hiérarchie ou l’équipe éducative: « la directrice ne m’a adressé la parole qu’au bout de 2 mois pour me dire que depuis que j’étais là ses instits étaient plus détendus… » « je ne me sentais pas considérée. Néanmoins. Parmi ces 13 personnes. » « on a toutes été convoquées pour une réunion d’une heure… ils voulaient voir ce qu’on voulait faire….. 7 d’entre elles ont effectivement suivi une ou des formations (bureautique. sauf : - Pour des bénéficiaires du RSA qui continuent à être accompagnés par leur référent - Pour des personnes reconnues TH qui sont accompagnées dans le cadre de dispositifs spécifiques (ex : ACI 77) - Pour les contrats mis en place sur l’Académie de Paris «…j’étais suivie par la DAFOR… on faisait un point régulier une fois par trimestre environ… elle me donnait des conseils sur des formations… c’était sympathique et chaleureux…. reconnue pour le travail que je faisais… les profs nous font sentir qu’on n’appartient pas à leur monde…. A noter. on voulait toutes rester…. » L’accompagnement par un conseiller extérieur à l’établissement Une situation très rarement rencontrée. C’est simple.

intérim) depuis leur sortie de contrat et une troisième développant une activité (encore très marginale) dans le cadre de l’auto-entreprenariat. toutes en CDD (dont une à nouveau en contrat aidé CUICAE au sein de l’Education Nationale) Les principaux apports perçus Parmi les plus-values qu’offre le passage en contrat aidé. deux d’entre elles ayant travaillé de manière ponctuelle (contractuel. soit de la remise à niveau en français/maths… et j’ai une maîtrise…. par rapport au niveau d’études ou à l’expérience professionnelle de certains salariés « les formations proposées par le GRETA. » • l’absence pure et simple d’offre de formation « on m’a expliqué que j’aurais droit à des formations…je n’ai jamais rien vu venir… » « on m’en a parlé au recrutement… il n’y a jamais rien eu…. bénévolat. » Le devenir des bénéficiaires La grande majorité (15 personnes) est en recherche d’emploi.…) 5 personnes sont en emploi. sont particulièrement soulignées : • La possibilité de renouer avec le monde du travail « ça m’a remis le pied à l’étrier… j’avais baissé les bras… » CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 8 . » « le lycée m’a dit que mon contrat ne me permettait pas de bénéficier d’une formation…. » « j’ai reçu deux propositions sur la durée de mon contrat…la 1ère fois le courrier est arrivé une semaine après la date limite de clôture des inscriptions… la deuxième c’était pour une formation de base en informatique…je suis informaticien….Les principaux motifs de non-participation à la formation concernent : • L’inadéquation des formations proposées. 2 personnes sont en formation 3 personnes ne sont plus en recherche d’emploi (congé parental. » • l’(in)organisation de l’offre de formation « c’est dommage on m’a proposé une formation à deux mois de la fin de mon contrat avec une durée qui dépassait l’échéance du contrat…je n’ai pas pu la suivre…. c’est essentiellement de la bureautique de base…j’avais déjà une formation antérieure de secrétaire… » « ce qu’on me proposait c’était soit des ateliers de recherche d’emploi qui ne servent à rien.

« ça permet d’avoir une activité professionnelle… d’éviter de rester chez soi à ne rien faire… » « ça m’a permis d’avancer personnellement… les élèves me manquent… » • La découverte d’un métier différent de celui auquel on se destinait « j’ai appris le secrétariat…. « on s’investit énormément dans le travail et au final on se fait jeter… » « c’est pas normal qu’on ne puisse pas continuer quand on a donné toute satisfaction… » • La difficulté à faire le deuil d’une expérience souvent qualifiée d’enrichissante et l’absence de reconnaissance.ça m’a plu alors que j’avais fait d’autres études… j’ai trouvé un CDD dans ce domaine à la sortie… » « il y a beaucoup de contacts avec les gens…il y a une grande richesse dans les rapports humains… je voudrais vraiment poursuivre dans cette voie… » Les principaux griefs A l’inverse. » « …c’est quand même pas normal d’en arriver là avec un bac plus 5… » CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 9 . de l’utilité des postes créés. de nombreux reproches sont faits par les bénéficiaires de ces contrats. qui ont du mal à se séparer de personnels très utiles au bon fonctionnement de l’établissement. « ça c’est malheureusement très bien passé… j’ai beaucoup de mal à repartir de zéro… » « ils ont vraiment tout fait pour me garder… mais ce n’était pas possible » « … à mon départ le poste a été supprimé… je continue à venir aider bénévolement la directrice le jeudi… » • Les conditions d’exercice « on est dans l’ultra-précarité…pour le renouvellement de mon contrat j’ai été averti deux jours avant la fin de celui-ci… ce sont des situations très inconfortables » « les conditions sont vraiment pas terribles… on ne fait pas beaucoup d’heures et c’est mal payé…. figurent : • L’impossibilité de renouveler le contrat au-delà des deux ans (regrettée de manière très largement majoritaire). • La nécessité d’accepter un emploi « par défaut » perceptible chez les personnes diplômées) (particulièrement « …j’ai pris ça parce que je ne pouvais vraiment plus faire autrement…. Parmi les principaux reproches. par l’institution. Cette perception est d’ailleurs souvent renforcée par les équipes éducatives elles-mêmes. donnant à l’appréciation qu’ils en ont une tonalité plutôt négative.

l’accompagnement est inexistant… » • Enfin.• L’absence d’accompagnement « …je me demande bien pourquoi on appelle ça contrats aidés… je ne vois pas du tout où est l’aide… » « …sur les six derniers mois on aurait dû être mieux pris en charge… il aurait fallu nous proposer des formations… » « …dans ces contrats. le mode de gestion du dispositif contrats aidés. « …en février Pôle Emploi nous a annoncé qu’il n’y avait plus de financements pour les CUI… résultat ça a redémarré quelques mois plus tard… ils se moquent de nous…» « ça change sans arrêt… il y a des nouvelles orientations tous les mois… on ne sait jamais à quelle sauce on va être mangés… » CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 10 . avec une politique du « stop and go ».

Le plan d’échantillonnage s’établit comme suit : CRETEIL localisation sexe age niveau de formation TOTAL 77 93 94 femmes hommes <30 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60 et + VI V IV III II I non renseigné Sorties 04 --> fin 09 nbre % 228 40% 144 25% 204 35% 514 89% 62 11% 75 13% 133 23% 144 25% 184 32% 6 1% 20 3% 163 28% 143 25% 57 10% 42 7% 6 1% 145 576 25% CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 11 . niveau de formation.1 Le plan d’échantillonnage Dans un premier temps.…) des personnes en CUI-CAE en fin de contrat entre le 1er avril et le 31 juillet 2011. Ces informations ont été complétées par des listings fournis par les différentes académies. statistiques. identifiant les coordonnées des personnes sorties entre le 1er avril et le 30 septembre 2011.3 L’enquête quantitative 3. évaluation de la DIRECCTE Ilede-France a transmis les caractéristiques (sexe. âge. le service études. certains listings (Académie de Versailles) comportaient des coordonnées de personnes encore en poste. A noter que. malgré la consigne de sélectionner des personnes sorties de manière définitive du dispositif. Les questionnaires renseignés par les personnes se trouvant dans ce cas de figure ont été éliminés afin de ne pas biaiser les résultats. permettant ainsi l’envoi du questionnaire en vue d’auto-administration.

VERSAILLES localisation sexe age niveau de formation 78 91 92 95 femmes hommes <30 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60 et + VI V IV III II I TOTAL PARIS localisation sexe age niveau de formation TOTAL 75 femmes hommes <30 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60 et + VI V IV III II I non renseigné Sorties 04 --> fin 09 nbre % 105 9% 334 27% 412 34% 369 30% 1030 84% 190 16% 201 16% 297 24% 322 26% 339 28% 61 5% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 1220 100% Sorties 04 --> fin 09 nbre % 153 100% 92 60% 61 40% 11 7% 24 16% 33 22% 56 37% 29 19% 7 5% 23 15% 37 24% 25 16% 20 13% 11 7% 30 153 20% 100% CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 12 .

3% 24 9% 15. Parmi ces 335 questionnaires : -  6 se sont révélés inexploitables .2 L’enquête Le questionnaire. 260 questionnaires exploitables ont été enregistrés à l’issue de cette phase. les personnes se révélant toujours en poste en contrat aidé au sein de l’éducation nationale.4% 260 100% 16.7% 126 48% 15. 335 questionnaires sont donc finalement remontés. a été adressé à l’ensemble de la population d’enquête au cours de la deuxième semaine de mars 2012 (1 539 envois).3. se répartissant comme suit : envois CRETEIL PARIS VERSAILLES TOTAL nbre 569 153 817 1539 % 37% 10% 53% 100% remontées au 30/03/12 Taux de remontées nbre % 110 42% 19.9% Une relance téléphonique ciblée a été réalisée durant les mois d’avril et mai pour aboutir à un échantillon total de 500 questionnaires : 250 pour l’Académie de Versailles 190 pour l’Académie de Créteil 60 pour l’Académie de Paris Les relances ont été effectuées de manière à obtenir dans l’échantillon final une représentativité des différents départements au sein des Académies similaire à celle observée au sein de la population mère. les personnes n’habitant plus à l’adresse indiquée.  69 n’ont pas été saisis. Les retours se sont échelonnés comme suit : 13-mars 14-mars 15-mars 16-mars 1 7 10 38 0% 2% 3% 11% 19-mars 20-mars 21-mars 22-mars 23-mars nombre 120 36 10 31 25 % 36% 11% 3% 9% 7% 26-mars 27-mars 29-mars 30-mars TOTAL envois NPAI nombre 35 5 10 7 335 1539 135 1404 % 10% 1% 3% 2% 23. ainsi qu’une enveloppe T pour la réponse. du fait d’un renouvellement de leur contrat Au final.9% nombre % 135 questionnaires ont été retournés. portant le taux de réponse en autoadministré à 24%. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 13 .

Répartition des enquêtes dans les différents départements d’Ile-de-France Département du dernier établissement d'affectation 75 77 78 91 92 93 94 95 Total Global Nb % cit. 0 0% 75 40% 0 0% 0 0% 0 0% 50 26% 65 34% 0 0% 190 100% Paris Nb % cit. 60 100% 0 0% 0 0% 0 0% 0 0% 0 0% 0 0% 0 0% 60 100% CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 Versailles Nb % cit. 60 12% 75 15% 25 5% 73 15% 81 16% 50 10% 65 13% 71 14% 500 100% Créteil Nb % cit. 0 0% 0 0% 25 10% 73 29% 81 32% 0 0% 0 0% 71 28% 250 100% 14 .

comparativement à la situation observée sur Paris.3. 19% 81% 100% Nb 28 162 190 Créteil % cit. 45% 55% 100% Versailles Nb % cit. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 15 .3 Les résultats 3.31 Les caractéristiques de la population  Sexe Sexe homme femme Total Nb 93 407 500 Global % cit. 5% 15% 18% 38% 23% 100% Versailles Nb % cit. 15% 85% 100% Nb 27 33 60 Paris % cit.  Age Age < 30 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans 50 à 59 ans 60 ans et plus Total Nb 66 109 127 157 41 500 Global % cit. 39 16% 57 23% 68 27% 67 27% 19 8% 250 100% Les plus de 50 ans représentent globalement près de 40% de la population. les hommes restant minoritaires mais de manière significativement moins forte sur Paris. 38 15% 212 85% 250 100% La population est très majoritairement féminine sur les Académies de Créteil et Versailles (à 4/5 ème). 13% 23% 25% 35% 4% 100% Nb 3 9 11 23 14 60 Paris % cit. Les Académies de Créteil et Versailles se caractérisent par une population plus jeune. 13% 22% 25% 31% 8% 100% Nb 24 43 48 67 8 190 Créteil % cit.

3% 17% 20% 22% 28% 10% 100% Versailles Nb % cit. Les niveaux de formation les moins élevés se retrouvent sur l’Académie de Créteil (44% de niveau V et infra) et dans une moindre mesure Versailles (40% de niveau V et infra). 6% 38% 31% 15% 8% 2% 100% Nb 2 10 12 13 17 6 60 0 Paris % cit. 7% 32% 26% 19% 12% 4% 100% Nb 11 71 59 28 15 4 188 2 Créteil % cit. 21 9% 75 31% 58 24% 52 21% 29 12% 9 4% 244 100% 6 Près de 6 bénéficiaires sur dix possèdent au moins un niveau Bac. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 16 . L’académie de Paris se distingue par une population significativement plus diplômée avec 60% personnes disposant au moins d’un niveau Bac + 2. niveau de formation Niveau de formation Autodidacte niveau V Niveau IV Niveau III Niveau II Niveau I Total Non réponses Nb 34 156 129 93 61 19 492 8 Global % cit.

. plusieurs réponses étant possibles Versailles Nb % cit. 268 59% 188 41% 456 100% 44 Créteil Nb % cit. alors que le primaire occupe en réalité un poids beaucoup plus important. 95 56% 74 44% 169 100% 21 Paris Nb % cit. 16 6% 92 37% 39 16% 81 28 256 250 32% 11% Les fonctions d’assistance administrative arrivent largement en tête. C’est au sein de l’Académie de Créteil que ces fonctions sont les plus représentées (avec près des 2/3 des postes). A noter que sur Paris les personnes ayant répondu étaient très majoritairement employées dans le secondaire. Le secondaire représente globalement 60% des affectations et le primaire 40%. 50 10% 11 6% 11 18% Total réponses 528 203 69 Total 500 190 60 NB : total réponses > 100%.. à un niveau significativement moindre que celui observé à l’heure actuelle. encadrement 101 20% 46 24% 16 27% Accompagnement élèves handicapés 105 21% 17 9% 7 12% Autre. précisez. 124 53% 108 47% 232 100% 18 Les réponses portent sur un peu plus de 90% de l’échantillon. compte tenu des priorités affichées. surveillance. secteur d’affectation Dernier contrat d'affectation secondaire primaire Total Non réponses Global Nb % cit. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 17 . Les contrats aidés faisant fonction d’AVS représentent globalement 1/5 des postes. 49 89% 6 11% 55 100% 5 Versailles Nb % cit.  Fonctions exercées Global Créteil Paris Fonction exercée dans le dernier établissement d'affectation Nb % cit. avec près d’un bénéficiaire sur deux. à l’inverse des Académies de Paris ou Versailles (un peu plus d’1/3 des postes). Médiation scolaire 37 7% 7 4% 14 23% Assistance administrative 235 47% 122 64% 21 35% Accueil. Nb % cit. Nb % cit.

32 Le devenir des bénéficiaires  Situation professionnelle Situation actuelle en emploi sans emploi Total non réponses Nb 181 316 497 3 Global % cit. la nature des contrats mobilisés diffère sensiblement d’une Académie à l’autre. on le verra. 36% 64% 100% Nb 66 124 190 Créteil % cit. 36% des personnes interrogées déclarent être en emploi au moment de l’enquête. 96 39% 151 61% 247 100% 3 Au global. 32% 68% 100% Versailles Nb % cit. 1 Ce taux est le plus élevé au sein de l’Académie de Versailles et le plus faible à Paris mais. Ce chiffre est proche de celui fourni par l’étude publiée par la DARES en octobre 2012 indiquant un taux d’emploi six mois après la fin du contrat de 39% pour les salariés sortis d’un contrat aidé dans le secteur non marchand en 2010.La rubrique « Autres fonctions » se ventile comme suit : Aide documentaliste (20) Agent d’entretien (12) Aide cantine (6) Appui informatique (6) Soutien scolaire (4) Reprographie (1) Agent administratif à l’inspection académique (1)… 3. 35% 65% 100% Nb 19 41 60 Paris % cit. 1 Le devenir à six mois des personnes sorties de contrat aidé en 2010 : un retour à l’emploi plus fréquent pour les personnes formées durant le contrat – Publication DARES Octobre 2012 / n° 066 CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 18 .

36% pour les 50-59 ans. 42% 43% 35% 36% 15% 36% Nb 38 62 82 101 33 316 sans emploi % cit. ce taux tombe à 35% pour les 40-49 ans.La situation en termes d’emploi à la sortie du dispositif apparaît influencée à la fois par l’âge et le niveau de qualification des personnes. et 15% pour les 60 ans et plus. 58% 57% 65% 64% 85% 64% total 65 109 127 157 39 497 En effet. Age < 30 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans 50 à 59 ans 60 ans et plus Total Nb 27 47 45 56 6 181 en emploi % cit. Situation emploi selon l’âge CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 19 . si 42% des moins de 30 ans et 43% des 30-39 ans sont en emploi.

62% 65% 64% Cette corrélation positive entre formation et retour à l’emploi est confirmée par l’étude de la DARES qui note que 44% des salariés ayant bénéficié d’un contrat du secteur non marchand et ayant suivi au moins une formation sont en emploi six mois après contre 34% pour ceux qui n’en ont pas suivi. le taux de retour à l’emploi en sortie de dispositif.Par ailleurs. 68% 68% 63% 61% 58% 47% 63% total 34 155 129 93 59 19 489 Situation emploi selon le niveau de formation Enfin. Situé à 32% pour les personnes de niveau V et infra. mais de manière limitée. 1 11 Le devenir à six mois des personnes sorties de contrat aidé en 2010 : un retour à l’emploi plus fréquent pour les personnes formées durant le contrat – Publication DARES Octobre 2012 / n° 066 CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 20 . le taux de personnes en emploi a tendance à s’élever avec le niveau de qualification. 32% 32% 37% 39% 42% 53% 37% Nb 23 106 81 57 34 9 310 sans emploi % cit. Niveau de formation Autodidacte niveau V Niveau IV Niveau III Niveau II Niveau I Total Nb 11 49 48 36 25 10 179 en emploi % cit. 38% 35% 36% sans emploi Nb 110 206 316 % cit. le fait d’avoir pu bénéficier d’une formation en cours de contrat semble améliorer. Participation à des stages ou modules de formation Oui Non Total en emploi Nb 68 113 181 % cit. il s’élève progressivement jusqu’à 53% pour les personnes de niveau I. il n’est que de 35% pour celles qui n’en ont pas bénéficié. Mesuré à 38% pour les personnes ayant bénéficié d’une formation.

précisez. se ventilant comme suit : • Assistant d’éducation : 5 • Contractuel ou vacataire : 7 CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 21 .00% On note que dans 1/3 des cas.. La rubrique « autre contrats » concerne essentiellement des postes au sein de l’Education Nationale. Total Nb 14 10 40 43 59 3 12 181 Global % cit. 14 % des personnes en emploi le sont sur un CDI. Type de contrat de travail Type de contrat de travail CDI à temps plein CDI à temps partiel CDD à temps plein CDD à temps partiel Contrat aidé Contrat d'intérim Autre. 46% sur un CDD. Il convient cependant de souligner l’existence d’un biais dans ces résultats.. considérés comme définitivement sortis en juin. ont pu se voir proposer un nouveau CUI en septembre. 8% 6% 22% 24% 33% 2% 7% 100% Nb 4 5 13 8 32 1 3 66 Créteil % cit.00% Nb 9 2 22 32 25 1 5 96 Versailles % cit. Cette situation apparait particulièrement représentée sur l’Académie de Créteil (la moitié des personnes en emploi le sont sur des contrats aidés) et beaucoup moins sur Paris (11%). 5% 16% 26% 16% 11% 5% 21% 100. Certains. la situation d’emploi se caractérise par un retour dans le circuit des contrats aidés. 9% 2% 23% 33% 26% 1% 5% 100. l’enquête ayant eu lieu sur une population qui a vécu la période de non renouvellement des contrats en juin 2011 puis la réouverture du dispositif à compter de septembre. 6% 8% 20% 12% 49% 2% 5% 100% Nb 1 3 5 3 2 1 4 19 Paris % cit.

2 11% 8 42% 2 11% 3 16% 4 21% 19 100% Paris Nb % cit. Inscription à Pôle Emploi Oui Non Total Non réponses Nb 275 13 288 22 Global % cit.(10%) Type de contrat CDI CDD Contrat aidé Contrat d'intérim Autre. 15% 85% 100% Nb 6 31 37 4 Paris % cit. 15% 85% 100% Nb 19 104 123 1 Créteil % cit. 20 14% 125 86% 145 100% 6  Le plus souvent en CDD (44%).. 1 17% 2 33% 1 17% 2 33% 0 0% 6 100% Versailles Nb % cit.Parmi l’ensemble des personnes qui ne sont pas à l’emploi au moment de l’enquête : 94% sont en recherche d’emploi En recherche d'emploi actuellement Oui Non Total Non réponses Global Nb % cit. 2 10% 10 50% 0 0% 4 20% 4 20% 20 100% NB : effectifs trop faibles pour permettre des comparaisons inter-académiques valides CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 22 . précisez. 292 94% 18 6% 310 100% 6 Créteil Nb % cit. 135 93% 11 8% 146 100% 5 Parmi l’ensemble de ces personnes en recherche d’emploi :  95% sont inscrites à Pôle Emploi. 36 90% 4 10% 40 100% 1 Versailles Nb % cit. 5 11% 20 44% 3 7% 9 20% 8 18% 45 100% Créteil Nb % cit. 96% 4% 100% Nb 34 2 36 4 Paris % cit. 128 95% 6 5% 134 100% 12 Parmi l’ensemble des personnes qui ne sont pas à l’emploi au moment de l’enquête : 15% ont eu l’occasion de travailler depuis la fin de leur contrat aidé. 95% 5% 100% Nb 113 5 118 6 Créteil % cit. en intérim (20%) ou sur du CDI interrompu -fin de période d’essai. Travail depuis la fin du contrat ? Oui Non Total Non réponses Nb 45 260 305 11 Global % cit. … . 16% 84% 100% Versailles Nb % cit. démission.. taux similaire dans les trois Académies. 121 98% 3 2% 124 100% - Paris Nb % cit. 94% 6% 100% Versailles Nb % cit. Total Global Nb % cit. taux similaire dans les trois Académies.

119 48% 131 52% 250 100% - Les domaines de formation concernés sont les suivants : Bureautique  4 Préparation aux concours  3 Comptabilité/gestion  3 Puériculture/petite enfance  3 Secrétariat  2 Divers (agriculture bio. c’est sur Paris que ce taux est le plus bas. 31% 69% 100% Versailles Nb % cit. Ce taux est le plus élevé sur l’Académie de Versilles (10%) et le plus faible sur celle de Créteil (6%) Formation (s) depuis la fin du contrat? Oui Non Total Non réponses Nb 24 283 307 9 Global % cit. 6% 94% 100% Nb 3 34 37 4 Paris % cit.…) 9 3. 8% 92% 100% Nb 7 117 124 - Créteil % cit. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 23 . 14 10% 132 90% 146 100% 5 Paris % cit. 8% 92% 100% Versailles Nb % cit. Le souvenir d’un accompagnement plus individualisé que collectif explique peut-être cet état de fait. sécurité alimentaire. Paradoxalement. 44% 56% 100% Nb 18 40 58 2 Un peu moins de la moitié des répondants déclarent avoir reçus une invitation à une information collective.33 L’accompagnement en cours de contrat  invitation à une information collective Invitation à une information collective Oui Non Total Non réponses Nb 219 277 496 4 Global % cit. 44% 56% 100% Nb 82 106 188 2 Créteil % cit. alors que les bilans montrent que c’est dans cette Académie que le taux de couverture en termes de présence aux informations collectives est le plus élevé.Parmi l’ensemble des personnes qui ne sont pas à l’emploi au moment de l’enquête : 8% ont pu bénéficier d’une formation.

 formation d’adaptation au poste

proposition d'une formation
d'adaptation au poste
Oui
Non
Total
Non réponses

Nb
80
419
499
1

Global
% cit.
16%
84%
100%

Nb
26
163
189
1

Créteil
% cit.
14%
86%
100%

Nb
17
43
60
-

Paris
% cit.
28%
72%
100%

Versailles
Nb
% cit.
37
15%
213
85%
250
100%
-

Moins d’un bénéficiaire sur cinq déclare s’être vu proposé une formation d’adaptation au poste.
Ce taux est significativement plus élevé sur Paris, avec 28% de réponses positives.

Néanmoins, en isolant les personnes ayant déclaré avoir rempli des fonctions
d’accompagnement d’élèves handicapés ou de médiation scolaire, les taux apparaissent
heureusement plus élevés (respectivement 49% et 46%).
La très grande majorité (87%) de ceux qui se sont vus proposer ce type de formation l’ont
effectivement suivie, le taux le plus faible (79%) s’observant sur l’Académie de Versailles

participation à une formation
d'adaptation au poste
Oui
Non
Total
Non réponses
Parmi
-

Nb
66
10
76
4

Global
% cit.
87%
13%
100%

Créteil
Nb
% cit.
24
92%
2
8%
26
100%
-

Paris
Nb
% cit.
15
94%
1
6%
16
100%
1

Versailles
Nb
% cit.
27
79%
7
21%
34
100%
3

les motifs de refus figurent :
une formation ne correspondant pas au poste occupé (3 répondants)
une formation proposée trop tardivement après la prise de poste (2 répondants)
Une formation déjà réalisée (1 répondant)

CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012

24

 l’apport des conseils d’un tuteur au sein de l’établissement

apport des conseils d'un tuteur
désigné au sein de l'établissement
Oui
Non
Total

Nb
188
312
500

Global
% cit.
38%
62%
100%

Nb
72
118
190

Créteil
% cit.
38%
62%
100%

Nb
28
32
60

Paris
% cit.
47%
53%
100%

Versailles
Nb
% cit.
88
35%
162
65%
250
100%

Un peu plus d’un tiers des répondants (38%) déclarent avoir bénéficié de l’apport d’un tuteur.
Ce résultat est légèrement inférieur à celui fourni par l’enquête de la DARES 1 qui indique que
44% des sortants d’un CUI-CAE en 2010 ont déclarés avoir été suivis par un tuteur.
On notera que le taux est significativement plus élevé au sein de l’Académie de Paris.

Cet accompagnement est évalué de manière satisfaisante ou très satisfaisante par la très
grande majorité (87%) des personnes ayant pu en bénéficier.

Evaluation de l'accompagnement
par le tuteur au sein de
l'établissement
Pas du tout satisfait
Plutôt pas satisfait
Plutôt satisfait
Tout à fait satisfait
Total

Global
Nb
14
10
79
85
188

% cit.
7%
5%
42%
45%
100%

Créteil
Nb
4
3
35
30
72

% cit.
6%
4%
49%
42%
100%

Paris
Nb
5
2
9
12
28

% cit.
18%
7%
32%
43%
100%

Versailles
Nb
5
5
35
43
88

% cit.
6%
6%
40%
49%
100%

11

Le devenir à six mois des personnes sorties de contrat aidé en 2010 : un retour à l’emploi plus fréquent pour les
personnes formées durant le contrat – Publication DARES Octobre 2012 / n° 066

CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012

25

 formation en cours d’emploi

Proposition de stages ou modules
de formation
Oui
Non
Total

Nb
228
272
500

Global
% cit.
46%
54%
100%

Nb
77
113
190

Créteil
% cit.
41%
60%
100%

Nb
31
29
60

Paris
% cit.
52%
48%
100%

Versailles
Nb
% cit.
120
48%
130
52%
250
100%

Un peu moins d’un bénéficiaire sur deux déclare s’être vu proposé une formation au cours de
son passage en CUI au poste. Là encore, le taux est plus élevé sur Paris, avec 52% de
réponses positives.

Une large majorité (78%) de ceux qui se sont vus proposer ce type de formation l’ont
effectivement suivie, le taux le plus faible (71%) s’observant sur l’Académie de Versailles.
Rapporté à la population globale, la part des personnes ayant bénéficié d’une formation en
cours de contrat s’établit à 35%.

Participation à des stages ou
modules de formation
Oui
Non
Total
Parmi
-

Nb
178
50
228

Global
% cit.
78%
22%
100%

Nb
65
12
77

Créteil
% cit.
84%
16%
100%

Nb
28
3
31

Paris
% cit.
90%
10%
100%

Versailles
Nb
% cit.
85
71%
35
29%
120
100%

les principaux motifs de refus figurent :
une formation ne répondant pas aux attentes ou présentant peu d’intérêt (19)
des formations annulées car effectif insuffisant (6)
une formation sans rapport avec l’emploi (5)
des lieux de formation trop lointains (4)
une formation proposée en dehors des heures de travail (3)
des contraintes liées au travail (3)
une formation proposée trop tardivement, en fin de contrat (2)
des motifs personnels (pas le temps, arrêt maladie, etc…) (4)

CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012

26

… (15) premiers secours (11) Anglais (7) Bilan de compétences approfondi (2) Les formations sont évaluées de manière satisfaisante ou très satisfaisante par les ¾ (74%) des personnes ayant pu en bénéficier. Remise d'une attestation de formation Oui Non Total Non Réponses Nb 119 53 172 6 Global % cit. Il est le plus faible sur l’Académie de Créteil (58%) CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 27 . ce taux monte à 80%.Les principaux domaines de formation concernent : - informatique/bureautique (57) Techniques de Recherche d’Emploi (27) préparation aux concours (25) formations autour du handicap (25) remise à niveau français maths (15) formations spécifiques : médiation. 4% 7% 43% 46% 100% Versailles Nb 4 18 42 12 76 9 % cit. le taux de stisfaction le plus élevé se rencontrant au sein de l’Académie de Paris(89%) Global Evaluation des formations suivies Pas du tout satisfait Plutôt pas satisfait Plutôt satisfait Tout à fait satisfait Total Non réponses Nb 14 28 87 35 164 14 % cit. bibliothécaire. 63% 37% 100% Versailles Nb % cit. comptabilité. 9% 17% 53% 21% 100% Créteil Nb 9 8 32 10 59 6 % cit. 15% 14% 54% 17% 100% Paris Nb 1 2 12 13 28 - % cit. 66 80% 17 21% 83 100% 2 Sur l’Académie de Versailles. 58% 42% 100% Nb 17 10 27 1 Paris % cit. 69% 31% 100% Nb 36 26 62 3 Créteil % cit. 5% 24% 55% 16% 100% Les principaux motifs d’insatisfaction vis-à-vis de la formation concernent : - Des contenus inadaptés au projet professionnel de la personne (9) Une durée de formation trop courte (8) Des contenus perçus comme inintéressants (8) Une offre insuffisamment diversifiée (4) Des niveaux de participants trop hétérogènes (2)  la remise d’une attestation de formation Les deux tiers des personnes ayant participé à une formation déclarent s’être vu remettre une attestation de formation.

19% 81% 100% L’impact du Pôle accompagnement sur Paris se mesure ici concrètement puisque le taux de personnes accompagnées monte à 53% CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 28 . 53% 47% 100% Versailles Nb 48 201 249 1 % cit. l’accompagnement par une personne extérieure à l’établissement Un quart des répondants déclarent avoir bénéficié d’un tel accompagnement (26%) accompagnement par une personne extérieure à l'établissement Oui Non Total Non réponses Global Nb 129 370 499 1 % cit. 26% 74% 100% Paris Nb 32 28 60 % cit. 26% 74% 100% Créteil Nb 49 141 190 % cit.

plus que le lieu géographique. 31 65% 11 9% 5 10% 0 0% 6 13% 19 29 15 132 129 15% 22% 12% 13 1 9 52 49 27% 2% 18% 0 28 1 32 32 0% 88% 3% 6 0 5 48 48 13% 0% 10% Les deux tiers des répondants concernés (65%) se déclarent satisfaits ou tout à fait satisfait de l’accompagnement réalisé par le conseiller extérieur. précisez. 21% 15% 33% 32% 100% Créteil Nb 17 10 15 7 49 - % cit. c’est la nature du conseiller qui est en cause. etc…) Type de conseiller extérieur à l'établissement Conseiller Pôle Emploi Conseiller Mission Locale Conseiller FC de l'éducation Nationale Conseiller du Pôle Accompagnement Autre. 49% Nb 3 Paris % cit. En réalité. 17% 17% 31% 36% 100% Cette évaluation apparaît assez contrastée selon les lieux avec un taux d’insatisfaction de 54% sur Créteil et de seulement 8% sur Paris. du Pôle accompagnement (de manière spécifique sur Paris). 9% Versailles Nb % cit. Le taux de satisfaction maximum est obtenu par les conseillers mission locale et les conseillers du Pôle accompagnement (respectivement 90% et 88%) Ce taux chute à 55% pour les conseillers Pôle Emploi mais surtout à 38% pour les Conseillers en Formation Continue de l’éducation Nationale. référents PLIE dans certains cas.Les conseillers extérieurs mobilisés sur l’accompagnement des bénéficiaires du CUI sont essentiellement ceux de Pôle Emploi. De manière plus marginale interviennent des conseillers en charge du suivi de publics spécifiques (conseillers Mission Locale pour les jeunes. du réseau de la formation continue. Total réponses Total concernés Nb 58 Global % cit. 34% 20% 30% 16% 100% Paris Nb 1 1 11 15 28 4 % cit. 45% Nb 24 Créteil % cit. 4% 4% 39% 54% 100% Versailles Nb 7 7 13 15 42 6 % cit.. Le croisement « type de conseiller » et évaluation de l’accompagnement extérieur est à cet égard parlant. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 29 . Global Evaluation de l'accompagnement par un conseiller extérieur Pas du tout satisfait Plutôt pas satisfait Plutôt satisfait Tout à fait satisfait Total Non réponses Nb 25 18 39 37 119 10 % cit..

Ce taux est légérement supérieur sur Paris (44%). 42% 58% 100% Versailles Nb % cit. la remise de cette attestation de compétences n’est faite que dans une minorité de cas (28%). 26% 75% 100% Nb 25 34 59 1 Paris % cit. 30% 70% 100% 30 . Remise d'une attestation de compétences en fin de contrat Oui Non Total Non réponses Nb 137 356 493 7 Global % cit. 44% 56% 100% CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 Versailles Nb 19 45 64 - % cit. 36% 64% 100% Paris Nb 11 14 25 - % cit. aux dires des répondants. sans pour autant atteindre la majorité des cas. 64 26% 182 74% 246 100% 4 Le taux apparaît un peu plus élevé sur Paris (42%). 35% 65% 100% Créteil Nb 17 30 47 1 % cit. La remise d’une attestation de compétences en fin de contrat Comme le laissait pressentir les résultats de la phase qualitative. Entretien d'explication lors de la remise de l'attestation de compétences Oui Non Total Non réponses Global Nb 47 89 136 1 % cit. 28% 72% 100% Nb 48 140 188 2 Créteil % cit. Dans un cas sur trois (35%). la remise de cette attestation donne lieu à un entretien d’explication.

7% 93% 100% Parmi ceux-ci. Le bilan de compétences. 32% 68% 100% Paris Nb 4 5 9 % cit. 11% 89% 100% Paris Nb 9 49 58 2 % cit. 9% 91% 100% Créteil Nb 20 167 187 3 % cit. 16% 85% 100% Versailles Nb 17 226 243 7 % cit. 9% seulement des répondants s’étant vu proposé la possibilité de passer un bilan de compétences. 69 14% 427 86% 496 100% 4 Créteil Nb % cit. Elle fait d’ailleurs partie des modules repris dans les plans académiques de formation.Une absence de suivi dans la proposition (bilan proposé puis plus de nouvelles) . Proposition d'une démarche de VAE Oui Non Total Non réponses Global Nb % cit. 33 18% 155 82% 188 100% 2 Paris Nb % cit. Réalisation d'un bilan des compétences acquises ou à acquérir Oui Non Total Non réponses Global Nb 17 27 44 2 % cit.Une démarche déjà menée antérieurement .Etc…  La validation des acquis de l’expérience La démarche de Validation des Acquis de l’Expérience apparaît plus fréquemment proposée que le bilan de compétences (14% des cas vs 9%). Les raisons de la non réalisation de bilan de compétences pour ceux à qui on l’a proposé sont extrêmement variables. 44% 56% 100% Versailles Nb 7 9 16 1 % cit. 11 18% 49 82% 60 100% Versailles Nb % cit. Elles peuvent concerner : . seuls un peu plus d’un tiers d’entre eux en ont effectivement réalisé un.Une proposition inadéquate (bilan proposé à des personnes proches d’un départ à la retraite .Un manque de temps à consacrer à la démarche . Proposition d'un bilan des compétences acquises ou à acquérir Oui Non Total Non réponses Global Nb 46 442 488 12 % cit. 25 10% 223 90% 248 100% 2 C’est au sein de l’Académie de Versailles qu’elle est le moins proposée (10% contre 18% à Paris et Créteil) CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 31 . 44% 56% 100% Rapporté à la population globale. 39% 61% 100% Créteil Nb 6 13 19 1 % cit. moins de 3% des personnes ont eu accès à un bilan de compétences. Ce dispositif apparait très peu utilisé.

Par contre. Des éléments d’explication de cette situation sont fournis en partie 5 du présent rapport. ces entretiens n’ont très majoritairement pas été proposés (dans 7% des cas seulement) et réalisés en moyenne que dans un cas sur deux propositions (soit moins de 4% de la population totale). Réalisation d'une démarche de VAE Oui Non Total Non réponses Nb 7 61 68 1 Global % cit.premiers tests non validés (5) . 9% 92% 100% Versailles Nb 12 8 20 1 % cit. 3% 97% 100% Paris Nb 2 0 2 - % cit. pas utile (5) . En moyenne 10% de ceux à qui on l’a proposé (et donc à peine 1. 0% 100% 100% Versailles Nb % cit. 100% 0% 100% CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 Versailles Nb 21 227 248 2 % cit.expérience insuffisante (3 ans) (11) . 10% 90% 100% Nb 5 28 33 Créteil % cit.pas d’intérêt. 15% 85% 100% Nb 0 11 11 Paris % cit. 58% 42% 100% % cit.non encore finalisée (3) . l’engagement effectif dans une démarche de validation des acquis reste assez largement confidentiel.pas utile car trop âgé(e) (5) .pas de VAE dans le domaine visé (2)  l’entretien avec un conseiller Pôle Emploi avant la fin du contrat Prévus dans le cadre de la convention signée avec Pôle Emploi. fournis par les répondants sont les suivants : Raisons de la non réalisation de la VAE .pas utile car déjà diplômé(e) (5) . 7% 93% 100% Créteil Nb 12 177 189 1 Global Nb 19 14 33 2 % cit.emploi trouvé entre temps (2) .5% de l’effectif global). 6% 94% 100% Paris Nb 2 56 58 2 Créteil Nb 5 6 11 1 % cit. 2 8% 22 92% 24 100% Les principaux motifs de non engagement d’une VAE.pas de suivi dans la proposition (5) .déjà fait (2) . 46% 55% 100% % cit. 60% 40% 100% 32 .choix d’une formation plutôt que VAE (3) . Proposition d'un entretien avec un conseiller Pôle Emploi avant la fin du contrat aidé Oui Non Total Non réponses Réalisation d'un entretien avec un conseiller Pôle Emploi avant la fin du contrat aidé? Oui Non Total Non réponses Global Nb 35 460 495 5 % cit.

14% 9% 44% 33% 100% Créteil Nb 33 18 81 57 189 1 % cit. Global acquisition de relations utiles pour trouver un emploi Pas d'accord du tout Plutôt pas d'accord Plutôt d'accord Tout à fait d'accord Total Non réponses Nb 190 111 125 64 490 10 % cit. constatant que si relations il y a. viennent ensuite l’académie de Versailles (53%) et celle de Créteil (47%) Global Evaluation de la qualité globale d'accompagnement Pas du tout satisfait Plutôt pas satisfait Plutôt satisfait Tout à fait satisfait Total Non réponses Nb 119 105 158 76 458 42 % cit. 40% 20% 25% 15% 100% 1 Le devenir à six mois des personnes sorties de contrat aidé en 2010 : un retour à l’emploi plus fréquent pour les personnes formées durant le contrat – Publication DARES Octobre 2012 / n° 066 CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 33 . L’étude de la DARES indique sur cette question un taux similaire (36%). 10% 8% 45% 37% 100%  l’acquisition de relations utiles pour trouver un emploi Ils ne sont par contre plus que 39% à considérer que le passage en contrat aidé à permis de se faire des relations utiles pour trouver un emploi. 25% 23% 34% 19% 100% 3. Ce chiffre est très proche de celui de l’étude de la DARES qui indique un taux de 76% sur une question similaire 1 Acquisition d'une expérience et de compétences valorisables ultérieurement Pas d'accord du tout Plutôt pas d'accord Plutôt d'accord Tout à fait d'accord Total Non réponses Global Nb 68 46 218 164 496 4 % cit. elles ne serviraient potentiellement qu’au sein de l’Education Nationale. 31% 10% 41% 17% 100% Versailles Nb 55 51 75 43 224 26 % cit. 26% 23% 35% 17% 100% Créteil Nb 46 48 59 23 176 14 % cit. 39% 23% 26% 13% 100% Créteil Nb 66 56 46 20 188 2 % cit. 45% 12% 31% 12% 100% Versailles Nb 98 48 61 37 244 6 % cit. Ce taux est le plus élevé sur l’Académie de Paris (58%).34 La perception de leur situation après le passage en contrat aidé L’acquisition d’une expérience et de compétences 77% des répondants considèrent que le passage en contrat aidé leur a permis d’acquérir une expérience professionnelle ou des compétences valorisables ultérieurement. 17% 13% 43% 27% 100% Versailles Nb 25 20 111 91 247 3 % cit. Evaluation de la qualité globale d’accompagnement Au final. 35% 30% 25% 11% 100% Paris Nb 26 7 18 7 58 2 % cit. secteur offrant peu de perspectives de débouchés pour ces personnes. 26% 27% 34% 13% 100% Paris Nb 18 6 24 10 58 2 % cit. 18% 10% 43% 30% 100% Paris Nb 10 8 26 16 60 - % cit. une légère majorité de personnes (52%) se déclarent satisfaites de la qualité globale d’accompagnement rencontrée au cours de leur passage en contrat aidé.

Parce qu’elles ne savent toujours pas quoi faire… Global Redéfinition. Meilleure 158 32% 63 33% 16 27% 79 32% Identique 217 44% 87 46% 29 48% 101 41% Moins bonne 122 25% 39 21% 15 25% 68 27% Total 497 100% 189 100% 60 100% 248 100% Non réponses 3 1 2 CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 34 .Parce qu’elles ont occupé cet emploi par défaut. Ce taux est le plus élevée dans l’Académie de Créteil (59%) et le plus faible dans l’Académie de Versailles (48%). Nb % cit. Parmi les motifs de contestation de cette affirmation reviennent très largement en tête l’insuffisance du niveau de salaire. Nb % cit. réorientation du projet professionnel Pas d'accord du tout Plutôt pas d'accord Plutôt d'accord Tout à fait d'accord Total Non réponses Nb 129 82 187 93 491 9 % cit. Global Créteil Paris Versailles Etat de la situation professionnelle actuelle Nb % cit. Nb % cit. 37% 19% 34% 10% 100% Versailles Nb 63 33 92 56 244 6 % cit.Parce qu’elles considèrent être toujours au même point et n’avoir pas évolué . La redéfinition de projet professionnel Une majorité des répondants (57%) considère que le passage en contrat aidé leur a permis de retravailler leur projet professionnel. 23% 20% 40% 17% 100% Paris Nb 22 11 20 6 59 1 % cit. 24% 17% 42% 17% 100% Paris Nb 15 13 27 5 60 - % cit. 38% 14% 31% 17% 100%  L’état de la situation professionnelle actuelle Une majorité des répondants (69%) considèrent que leur situation professionnelle n’est pas meilleure qu’avant leur entrée dans le contrat aidé. en attendant de pouvoir réaliser leur projet professionnel . Global Amélioration de la situation personnelle Pas d'accord du tout Plutôt pas d'accord Plutôt d'accord Tout à fait d'accord Total Non réponses Nb 153 80 181 79 493 7 % cit. 26% 17% 38% 19% 100% Créteil Nb 44 38 75 31 188 2 % cit. 25% 22% 45% 8% 100% Versailles Nb 93 35 75 42 245 5 % cit. un quart d’entre eux la considérant même pire. 31% 16% 37% 16% 100% Créteil Nb 45 32 79 32 188 2 % cit. Celles qui contestent cette affirmation le font soit : . le maintien dans la précarité et la perte de certains avantages sociaux liés à la situation de demandeur d’emploi. 26% 14% 38% 23% 100%  L’amélioration de la situation personnelle Une petite majorité (53%) des répondants considèrent que le passage en contrat aidé a permis une amélioration de leur situation personnelle.Parce qu’elles sont proche de la retraite… .

pour les personnels assurant des fonctions d’accompagnement d’élèves handicapés au sein des établissements (AVS). à l’instar des autres Académies sur deux dimensions : un accompagnement à la sortie du dispositif et à l’élaboration du projet professionnel. Dispositif de la formation continue Un dispositif unique de formation a été mis en place dans l’ensemble de l’Académie de Créteil et décliné sur les trois départements par le Greta Tertiaire Nord (77). assuré par le réseau de la formation continue . le Greta Geforme (93) et le CG94/CIBC Créteil (94). mise en place par les Directions Académiques des Services de l’Education Nationale.4 Les dispositifs d’accompagnement 4. une formation d’adaptation au poste. Ce dispositif combine un sas de diagnostic des besoins (une journée). puis une orientation sur l’une ou l’autre de ces actions (enveloppe globale de 70h de formation) : - élaboration d’un projet professionnel (durée moyenne 6 jours) action de formation individualisée (durée moyenne 10 jours) Validation des Acquis de l’Expérience source : Académie de Créteil CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 35 .1 Académie de Créteil Le dispositif d’accompagnement des contrats aidés dans l’Académie de Créteil se décline.

nombre en % du total CUI-CAE concernés sur la Seine-et-Marne 619 100% CUI-CAE convoqués au SAS de diagnostic CUI-CAE présents au SAS de diagnostic CUI-CAE orientés vers l'action "élaboration de projet professionnel" 421 310 68% 50% 208 34% 198 32% 93 15% 9 1% Point de situation arrêté à fin mai 2012 CUI-CAE inscrits vers l'action "élaboration de projet professionnel" CUI-CAE orientés vers l'action "formations individualisées" CUI-CAE orientés vers l'action VAE Dans le Val-de-Marne. les résultats sont similaires : nombre en % du total Personnes invitées à l'action 432 100% CUI-CAE présents au SAS de diagnostic 269 62% CUI-CAE ayant suivi le diagnostic complet 246 57% 148 34% 31 7% 3 1% Année 2011-2012 (Val-de-Marne) CUI-CAE inscrits vers l'action "élaboration de projet professionnel" CUI-CAE orientés vers l'action "formations individualisées" CUI-CAE orientés vers l'action VAE CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 36 . un point de situation arrêté à fin mai 2012. par exemple. comme le montrent les bilans produits par les différents départements : En Seine-Marne.Ce dispositif se heurte à des difficultés de mobilisation des bénéficiaires. montre que la moitié seulement des bénéficiaires potentiels de ces actions de formation étaient effectivement présents au SAS de diagnostic des besoins et que ce chiffre tombe à 1/3 pour les personnes inscrites dans l’action d’élaboration du projet professionnel. pour l’année 20112012.

le plan départemental recouvre les trois domaines de formation retenus par le cahier des charges pour une durée globale de 60 heures (48 heures obligatoires et 12 heures facultatives en Seine-Saint-Denis) En Seine-et-Marne. En Seine-Saint Denis et dans le Val-de-Marne. les résultats sont les suivants : nombre en % du total Personnes invitées à l'action 449 100% CUI-CAE présents au SAS de diagnostic CUI-CAE inscrits dans une action à l'issue du SAS CUI-CAE orientés vers l'action "élaboration de projet professionnel" CUI-CAE orientés vers l'action "formations individualisées" CUI-CAE orientés vers l'action VAE 320 71% 260 58% 169 38% 69 15% 9 2% Année 2011-2012 Seine-Saint-Denis On notera par ailleurs.Enfin. Moins d’une personne sur 5 a finalement suivi l’intégralité de la formation proposée. Dispositif Académique Pour les personnes exerçant une fonction d’accompagnement d’élèves handicapés. 1ère vague 2ème vague TOTAL nombre en % du total nombre en % du total nombre en % du total Personnes convoquées 251 100% 224 100% 475 100% Personnes présentes Personnes ayant suivi au moins la moitié des modules Personnes ayant suivi l'intégralité de la formation 110 44% 128 57% 238 50% 77 31% 120 54% 197 41% 15 6% 66 29% 81 17% CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 37 . Ainsi. que le nombre de personnes convoquées se situe assez sensiblement en deçà du nombre de bénéficiaires potentiels.5 jours/semaine sur une durée d’un mois environ. Les sessions sont organisées sous forme de stage filé. La mise en œuvre de ces formations d’adaptation à l’emploi diffère d’un département à l’autre. à raison d’environ 2. dont le contenu est cadré par le « cahier des charges pour la formation des personnels chargé des missions d’Auxiliaire de Vie Scolaire » (note DGSCO n° 2004-0200 du 17/06/2004 complétée par la circulaire DGSCO n° 2008-100 du 24/07/2008. 475 personnes ont été convoquées en 2 vagues (mai-juin et décembre) en 2011. en Seine-Saint-Denis. des difficultés dans la gestion des listings ne permettent pas de disposer d’une vision réellement exhaustive du public potentiel. en Seine-Saint-Denis. la mission ASH a mis en place une formation dont la durée s’étoffe progressivement : • 21 heures en 2011-2012 • 24 heures en 2012-2013 • 12 heures les années antérieures La mobilisation des bénéficiaires de contrats aidés sur ces formations reste difficile. En effet. une formation d’adaptation à l’emploi existe.

150 personnes ont été convoquées en 2011. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 38 . à est délivrée lorsque les Le taux de présence est En Seine-et-Marne l’absentéisme sur les formations d’adaptation au poste est estimé à environ 1/3 des publics. estimé à 80% 3 heures) est organisée 120 étaient présentes. Environ des degrés variables selon les séances. L’attestation de formation personnes ont participé à au moins 18 des 20 séances proposées. une session de 60 heures (20 séances de annuellement.Dans le Val-de-Marne.

CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 39 . Des entretiens diagnostics sont conduits en préalable à l’élaboration d’un parcours de formation. Cette adaptation au poste de travail est obligatoire. un ensemble de prestations en lien avec : - Les métiers des services à la personne ou de la petite enfance (préparation au CAP petite enfance. le Pôle a assuré l’accompagnement de 615 personnes (386 en suite de parcours 2010 + 229 nouvellement entrées en 2011) sur un total d’environ 900 personnes en poste (soit les 2/3). - Une adaptation à tous les types de postes. assistant administratif. les AVS disposent également de la possibilité de participer à des groupes d’analyse des situations professionnelles. L’information sur le dispositif est réalisée par le biais de journées d’information collectives (13 ont été organisées en 2011 pour un total de 202 personnes présentes) et pour partie par le bouche-à-oreille. mise en place en 2012. Les conseillères du Pôle mobilisent. auxiliaire de vie scolaire. 194 personnes ont pu bénéficier de l’une ou l’autre de ces prestations externes (cf tableau page suivante) Ces formations préconisées par le pôle accompagnement répondent aux projets personnels professionnels des bénéficiaires des contrats aidés et s’adaptent chaque année à leurs besoins spécifiques. etc…) La bureautique Les certificats de premier secours/secouriste (SST/PSC1) La Validation des Acquis de l’Expérience Elles s’appuient. par ailleurs. des entretiens de suivi permettent de faire un point sur la situation des personnes. Actuellement. techniques de recherche d’emploi.Gestion des conflits . financé à 50% par du FSE). pour faciliter la gestion de l’ensemble des contrats aidés accompagnés par les différents partenaires. Par ailleurs. le pôle disposant d’une certaine notoriété. au sein du GRETA Tertiaire Paris Centre.2 Académie de Paris Sur Paris. le dispositif d’accompagnement combine : • un pôle d’accompagnement des CUI au sein de l’Académie de Paris (pour un coût annuel de 760 K€. en cours d’accompagnement. aux concours d’ASEM.DU Licence Sciences de l’Education . etc…) La préparation aux concours de la fonction publique La recherche d’emploi (atelier projet professionnel. Le pôle accompagnement a initié ce projet en 2011. sur un réseau d’organismes partenaires pour diversifier l’offre de formation : BAFA /BAFD Accompagnement à la qualification professionnelle (moniteur éducateur. • • Une base « GestK ».Module linguistique . d’auxiliaire de puériculture. En.4. Régulièrement. dispensée par la DAFOR aux bénéficiaires de contrat aidé tels que médiateur. 2011. éducateur spécialisé) .Etc… En 2011. la stratégie académique est orientée vers les AVS individuel et collectif.

LES FORMATIONS EN EXTERNE AU PÔLE ACCOMPAGNEMENT PROPOSÉES NOMBRE EN 2011 D'HEURES ACCOMPAGNEMENT VAE 24 ACCOMPAGNEMENT PREPARATOIRE PAR LA VOIE DE LA VAE 76.5 CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 40 .5 DEVELOPPEMENT DU WEB 180 DU "LES MÉTIERS DE L'AIDE À LA PERSONNE" 191 EXCEL INITIATION 20 EXPERTISE DES SYSTEMES D'INSERTION PROFESSIONNELLE 120 FORMATION CIEL GESTION 20 FORMATION MODULAIRE EXCEL PERFECTIONNEMENT 20 FORMATION MODULAIRE WORD 40 FORMATION MODULAIRE WORD ET EXCEL 40 FORMATION MODULAIRE WORD INITIATION 20 GESTION DES CONFLITS 12 INDESIGN 35 INTERACTION AVEC LES PUBLICS DE L'INTERVENTION SOCIALE 60 LES METIERS DU FRANÇAIS DANS LE MONDE 60 LICENCE 1 PSYCHOLOGIE 420 MEDIATEUR ARTISTIQUE PLURIDISCIPLINAIRE 154 MISE A NIVEAU EN MATHS 40 MODULE D'ACCOMPAGNEMENT à la QUALIFICATION PROFESSIONNELLLE 21 PHOTOSHOP 35 POWERPOINT 20 PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL 120 RENFORCEMENT LINGUISTIQUE 45 SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL 12 SECRETAIRE TECHNIQUE OPTION SANTE 168 SEMINAIRE PRATIQUE D'ART-THERAPIE 87 STAGE SPECIALISATION A LA PREPARATION MENTALE 35 VICTIMES D'AGRESSION 12 WORD ET EXCEL 40 WORD INITIATION 24.5 ACCOMPAGNEMENT VAE MONITEUR EDUCATEUR 24 ANGLAIS PROFESSIONNEL 120 APPRENTISSAGE DE LA LANGUE DES SIGNES 30 BAFA APPROFONDISSEMENT 48 BAFA FORMATION GENERALE (Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur) 64 BAFD FORMATION GENERALE 72 BAFD FORMATION GENERALE (Brevet d’aptitude aux fonctions de directeur) 80 BUREAUTIQUE ET CIEL COMPTA 108 COMPETENCES EN COMMUNICATION 16 COMPETENCES EN EXPRESSION ECRITE 15 COMPETENCES EN EXPRESSION ECRITE 143.5 COMPETENCES EN EXPRESSION ECRITE 44 DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES EN COMMUNICATION ECRITE 40 DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES EN LANGUE FRANCAISE 101.

Paris CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 41 .Source : Pôle d’accompagnement vers l’insertion professionnelle .

Néanmoins. Le dispositif d’accompagnement des contrats aidés dans l’Académie de Versailles se décline. - la mise en œuvre récente d’une base de données commune (Mikado) qui doit permettre d’améliorer l’information sur la situation des personnes en poste CUI. des convergences existent. Les formations proposées (2011-2012) sont les suivantes : - Module accompagnement à l’emploi (20 à 30 heures) Environnement Windows et navigation Internet (20 heures) Formation Word : module de base et module avancé (2 x 20 heures) Formation Excel : module de base et module avancé (2 x 20 heures) Formation Powerpoint (20 heures) Préparation au brevet informatique et Internet (20 à 30 heures) Réactualisation des savoirs de base en Français (32 heures) Réactualisation des savoirs de base en Mathématiques (32 heures) Préparation aux concours administratifs de catégorie C – Mathématiques (20 à 40 heures) Préparation aux concours administratifs de catégorie C – Français (20 à 40 heures) Préparation aux concours administratifs de catégorie B – Français (20 à 40 heures) Entretien avec le jury des concours administratifs (20 heures) Aide à la personne et handicap (15 heures) Aide à la préparation aux concours aide-soignant et/ou auxiliaire de puéricultrice (12 heures) Acquisition des pré-requis à l’entrée en stage qualifiant petite enfance (60 à 70 heures) Anglais professionnel (20 heures) Préparation au TOEIC (2à heures) Préparation aux 1er et 2ème degrés de comptabilité (60 heures) Atelier d’écriture VAE (20 heures) PCS1 (12 heures) Prévention et médiation dans la ville et les familles (30 heures) Cadre réglementaire de l’activité de médiateur (20 heures) Initiation HACCP (16 heures) Les 9 GRETA de l’Académie de Versailles sont chargés de la mise en œuvre de ces formations. - une mobilisation du réseau des CIO . diffèrent d’un lieu à l’autre. une formation d’adaptation au poste. assuré par le réseau de la formation continue . au titre desquelles : - un plan de formation des contrats aidés. pour les personnels assurant des fonctions d’accompagnement d’élèves handicapés au sein des établissements (AVS). mise en place par les Directions Académiques des Services de l’Education Nationale. les Conseillers d’Orientation Psychologues sont chargés du premier entretien et de positionner les personnes sur l’offre de formation.3 Académie de Versailles La situation de l’Académie de Versailles est particulière dans la mesure où. à la différence de ce qui se pratique par exemple au sein de l’Académie de Créteil. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 42 . développé au niveau académique. Dispositif de la formation continue Un plan académique de formation a été mis en place dans l’Académie de Versailles. à l’instar des autres Académies sur deux dimensions : un accompagnement à la sortie du dispositif et à l’élaboration du projet professionnel.4. chaque département a mis en place ses propres procédures qui de fait. et décliné dans chaque département. A noter cependant que cette mobilisation n’est pas effective en Essonne. avec des adaptations selon les GRETA.

258 étaient Assistants d’Education Les taux de présence aux différents modules ont été les suivants : CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 43 . bureautique.5 10 060 9 028 9 608 9 027 9 094 8 365 35 370 31 919.…) L’ensemble des Conseillers en Formation Continue rencontrés pointent des difficultés de mobilisation des bénéficiaires de CUI sur ces formations. Par exemple. réactualisation des savoirs de base et préparation aux concours. Certains modules ne sont quasiment pas mobilisés (HACCP. VAE. anglais. - Sur le Greta de La Défense les quatre informations collectives organisées en mai 2012 ont permis de constater 57 présents sur 147 personnes convoquées (soit 39%) pour 28 inscriptions en formation (19%) et 22 entrées effectives (15%) Dispositif académique La formation d’adaptation au poste pour les personnes exerçant des fonctions d’accompagnement d’élèves handicapés est mise en œuvre selon des modalités diverses en fonction des départements. les 60 heures du cahier des charges ministériel sont prioritairement affectées aux personnes en poste sur statut d’Assistant d’Education. dans l’Essonne.Dans la pratique. sur la base de 150 candidats convoqués. les deux dernières informations collectives organisées à la rentrée 2012 ont. - Sur le Greta 92 Nord. Sur les 799 personnes en poste sur des fonctions d’AVS-i en juin 2011 dans le département de l’Essonne.541 disposaient d’un statut CUI . permis de compter 101 personnes présentes (soit 67%) pour au final 67 entrées en formation (soit 45% de l’effectif convoqué) . l’essentiel des formations se concentrent sur les modules accompagnement à l’emploi.5 Source : GIP-FCIP Académie de Versailles A titre d’exemple : - le nombre de CUI sur le seul secteur Sud-Est Essonne en 2011 était de 1300 (258 personnes ayant eu accès à une formation sur l’ensemble du département) . Les personnes en CUI se voient proposer une partie de la formation seulement pour un volume global de 24 heures. Les chiffres 2011 sont les suivants : Département Nombre de personnes formées 78 146 91 258 92 296 95 224 TOTAL 924 Volume Horaire Initial Volume Horaire Réalisé 6 608 5 499. .

en 2011-2012.…). missions et responsabilités de l’AVS. Cette année. moteurs. Ces groupes de parole permettent d’échanger sur des situations rencontrées au quotidien par les AVS. un plan de formation spécifique a été établi. d’une durée de 60 heures. incluant au-delà des modules classiquement rencontrés dans ce type de formation (les institutions.… Ces formations sont réservées aux AVS – AE. Les compensations du handicap. 60 heures de formation sont prioritairement affectées aux AVS en statut d’Assistant d’Education. (3h) 45% 30/03/2011 171 91 L'autisme. IEM. psychomotricien. mais celui-ci est pressenti faible (caractère non obligatoire de la formation. l’accès aux seuls modules théoriques (45h). une proposition d’un module de 6 heures (adaptation à l’emploi) à destination des AVS-CUI a été faite par la coordination AVS du département. 15 heures de « groupes de parole ». troubles auditifs. 36 heures complémentaires sont proposées de manière optionnelle (PSC1. 12 modules sont proposés de manière obligatoire (environnement institutionnel. La participation se fait sur la base du volontariat.) et les services de soins (SESSAD. Il n’y a pas encore de statistiques disponibles concernant le taux de présence des CUI à ces formations. non remboursement des frais de transport. Dans les Hauts-de-Seine. SEEFIS. etc. rapporté aux personnes convoquées s’établit à 45% Dans les Yvelines. les différents types de handicap. etc…) des rencontres avec les associations de parents d’élèves (3h). une information juridique délivrée par la MAIF (3h). (3h) 47% 06/04/2011 171 42 Etablissements spécialisées (IME. VAE. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 44 . sans suite à ce jour.Date Formation Convoqués Présents Thème formation Taux de présence 26/01/2011 178 123 La MDPH. A noter qu’en 2011. TISF. décentralisés sur 3 lieux du département (4 l’année prochaine) : 5 séances de trois heures. etc…). Les AVS – CUI n’y ont pas accès. Dans le Val d’Oise. ergothérapeute.) (3h) 25% 08/06/2011 172 51 Les étapes du développement de l'enfant. Les AVS sous statut CUI se sont vus ouvert. (6h) 53% 06/04/2011 214 101 1/2 journée accompagnement vers l'emploi. etc…) pour un volume de 35 heures. à raison de 3 groupes de 45 personnes chacun par an. (3h) 69% 09/02/2011 174 79 Les métiers de l'aide à la personne : AMP. à raison de séances positionnées le mercredi après-midi. accessibles à l’ensemble des personnes exerçant des fonctions d’AVS s’organisaient autour d’un nombre de modules limité. etc…) : une session par an. à compter de cette année seulement. le handicap. de novembre à juin. etc. les formations. Ces 60 heures se répartissent entre : - - 45 heures sur des modules inspirés du cahier des charges ministériel (les institutions. (3h) 30% 22/06/2011 93 41 1/2 journée accompagnement vers l'emploi. visuels. développement de l’enfant. (3h) 44% Source : Mission départementale AVS 91 Le taux de présence moyen. sur le principe de l’analyse des pratiques. ITEP. l’intervention d’une orthophoniste (6H).

Par ailleurs. à compter de septembre 2011. décliné de manière similaire sur les trois départements constitue un facteur de cohérence interdépartementale. ainsi qu’une liste des contacts utiles.11 Les acquis du dispositif • Un pilotage effectif du dispositif mis en place dans certains départements La multiplicité des interlocuteurs impliqués dans la gestion des contrats aidés impose l’existence d’instances d’échanges d’information et de régulation. un Comité de Pilotage mensuel a été instauré.1 cellule « contrats aidés ». les Missions locales. . animée par le Préfet réunit tous les 15 jours la Direccte. les services de l’éducation Nationale. le processus de suivi à mettre en place. Pôle Emploi. vise à mieux préparer la sortie du dispositif. • Une information à destination des responsables d’établissements On note l’existence de rappels réguliers faits par le Recteur à l’ensemble des chefs d’établissements et Inspecteurs de l’Education Nationale sur les obligations de l’institution en termes de formation et d’accompagnement des contrats aidés. représentants des établissements mutualisateurs.1 Académie de Créteil 5. DAFCO. des outils ont été développés et notamment la rédaction d’un « cartable « des personnels de direction.Un Comité de Pilotage départemental. en Seine-Saint-Denis différentes instances de pilotage permettent aux partenaires mobilisés sur le dispositif d’échanger régulièrement sur les difficultés éventuelles rencontrées : . le Conseil Général. formateurs. …) ont été interrogés au sein de chaque Académie dans le but de repérer les difficultés de mise en œuvre mais aussi les acquis de l’organisation mise en place pour l’accompagnement des personnels en contrat aidé au sein de l’Education nationale (cf liste des personnes interviewées en annexe) 5. les formations disponibles pour les CUI (adaptation au poste pour les AVS. représentant d’un collège employeur. dans le Val-de-Marne. Ce cartable inclue un guide du tuteur rappelant les missions de ce dernier. employeurs. animé par le Secrétaire Général de l’Education Nationale. Ainsi. GRETA Geforme. une présentation de l’attestation de compétences. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 45 . réunit tous les mois les acteurs Education Nationale concernés par le dispositif (pôle ressource ASH. d’entretiens systématiques de fin de contrat réalisés par les Conseillers en Formation Continue.5 Les acquis et les limites du dispositif d’accompagnement Les différents acteurs mobilisés sur le dispositif d’accompagnement (gestionnaires. formations projet professionnel pour tous). Cap Emploi. Certains départements se sont dotés de telles instances. Par contre les conditions réelles de leur mise en œuvre n’a pas véritablement permis d’atteindre les objectifs fixés (cf ci-après). De même. accessible en ligne et alimenté d’informations diverses. • Le renforcement du suivi en fin de contrat La mise en place. …). • Un dispositif académique unique pour les formations relatives au projet professionnel L’existence d’un même dispositif. réunissant les services de l’Education Nationale concernés et Pôle Emploi. des fiches-métiers.

Pôle emploi. du fait de la courte durée des contrats et d’une relative instabilité des publics sur ces contrats. Ils convoquent des personnes qui ne sont plus dans le dispositif… » « le CFC a reçu en entretien de fin de contrat beaucoup de gens qui en fait étaient renouvelés…. Ainsi . génèrent des pertes de fiabilité dans l’information transmise. ça me libère du temps. etc…) occasionnent des délais importants entre la décision de recrutement et la prise de poste effective (délai estimé à 2 à 3 mois en Seine-et-Marne. • Une évaluation majoritairement positive de l’intérêt de ces postes par les employeurs C’est particulièrement le cas pour les postes administratifs évalués par les employeurs du primaire « au niveau de l’école. pour un dispositif en recrutement permanent.12 Les limites du dispositif • La lourdeur de la gestion administrative La multiplicité des interlocuteurs et le circuit administratif (allers et retours entre les services administratifs de l’Education Nationale. un mois et demi à deux mois en Seine-Saint-Denis) Les moyens consacrés à cette gestion administrative sont d’ailleurs perçus comme importants. plutôt que par le bénéficiaire du contrat comme c’était le cas précédemment. l’essentiel du temps est bouffé par de l’administratif et on ne consacre pas suffisamment de temps à l’accompagnement de ces personnels sur le terrain… » « Le coût pour la collectivité est important… ici nous avons 6 personnes ETP pour recruter et affecter. le circuit de pré-inscription au sas d’accueil et de diagnostic des besoins a été modifié en novembre 2011. même si des efforts sont faits dans certains départements pour croiser. au fil du temps. en Seine-Saint-Denis. fusionner les bases. ça a généré une meilleure ambiance dans l’école… ça permet en fait à l’école de fonctionner » 5. Les Conseillers en Formation Continue se déplacent au sein de l’établissement mutualisateur pour présenter le dispositif au moment de la signature du contrat et la fiche de pré-inscription est renvoyée par l’établissement. auxquelles se rajoutent 2 personnes ETP pour payer… une plus grande stabilité des postes permettrait des économies de moyens… » • Une difficulté à obtenir une information fiable sur la situation réelle des personnes en poste Chaque service dispose de ses propres listes qui. « on passe son temps à recruter . » « une partie non négligeable des personnes convoquées sur la formation AVS l’ont déjà suivie et on ne sait pas pourquoi… » CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 46 . échanger.• Le souci d’une recherche d’amélioration en continu Les points bloquants sont généralement bien identifiés (ex : faible mobilisation des bénéficiaires sur les formations) et des ajustements sont opérés. « on s’aperçoit que Gustave Eiffel (établissement mutualisateur) et l’Inspection Académique n’ont pas les mêmes bases…. Cette nouvelle organisation a permis d’améliore très sensiblement le flux vers ce sas. l’établissement employeur. l’établissement mutualisateur. c’est un plus énorme.

qui rechignent à se séparer des personnels part des CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 responsables 47 . - L’absence de véritable formation organisée pour les tuteurs. « je ne sais pas du tout quelle formation elle a pu suivre… » A ma connaissance il n’y a pas eu de formation. disponible au sein de « cartable en ligne » est accessible aux personnels de direction du secondaire. avec en parallèle un doute sur la possibilité d’arriver à mettre en place de telles formations. mais je n’en suis pas sûr… » Certains d’entre eux n’ont d’ailleurs aucune connaissance de l’existence même d’un dispositif de formation pour ces contrats. « j’ai 450 salariés en moyenne que je n’ai vu qu’une fois à la signature du contrat… c’est un peu compliqué d’assumer des responsabilités d’employeur sans avoir les salariés sous la main… » - Une méconnaissance du droit de travail privé.« chacun bricole sa liste dans son coin et au final on ne sait plus qui est réellement où… » • Des employeurs encore insuffisamment informés des obligations en matière de formation sur ces contrats. …). La question de sa diffusion aux directeurs(trices) de primaire reste posée. Un nombre non négligeable d’employeurs n’ont pas de visibilité sur les formations dont ont pu disposer les personnes en contrat aidé au sein de leur établissement. A noter néanmoins que le recours à des prestataires privés en appui sur cette fonction devrait permettre d’améliorer les choses. « les directeurs d’écoles ne savent pas faire… les CUI ne s’en préoccupent pas… » - Enfin. qui lui-même n’est pas forcément le payeur (établissement mutualisateur). mais qui peine à apporter des réponses aux problèmes soulevés par les employeurs (problématiques de droit privé mal maîtrisées. « je n’ai pas été informée de l’existence de formations spécifiques pour ces contrats » « Je crois que ça existe mais franchement vous dire ce qu’il en est… je n’en ai aucune idée » • Une difficulté à d’établissement gérer la relation employeur-salarié pour certains responsables Cette difficulté s’explique notamment par : - La multiplicité des intervenants : le responsable hiérarchique n’est pas forcément l’employeur (cas des établissements du 1er degré). en particulier pour certains départements « on n’y arrivera jamais…on a dans le 93 une population d’enseignants jeunes avec un turn-over important et qui ont bien d’autres préoccupations… » Le guide du tuteur. malgré l’existence d’une cellule d’appui juridique. Cette relative absence d’information/formation constituerait un des éléments explicatifs du peu de remise des attestations employeurs en fin de contrat. une attitude généralement bienveillante de la d’établissements. surcharge de travail.

Il a fallu aller au bout des six mois… » « Ce sont des personnes en difficulté…. problèmes de transport en commun). un nombre non négligeable venait plus pour négocier un renouvellement de contrat que travailler sur un projet professionnel futur. Pour la Seine-Saint-Denis.« J’ai eu affaire à une personne qui n’avait rien à faire dans une école…j’ai essayé de réguler. C’est délicat de prendre la décision de les renvoyer… » • Une organisation de la formation à repenser. encourager…. pour la Seine-et-Marne des difficultés de recrutement sur les postes AVS (éloignement de certains établissements. Avec : des modules de formation qui interviennent souvent trop tardivement (parfois plus de six mois à un an après la prise de poste…). moins de 20 sont venues « Parmi ceux-ci. des conditions matérielles de formation qui ne sont pas optimum. recaler. ces entretiens ont été organisés en deux vagues (septembre à décembre 2011 puis janvier à juin 2012) . ce qui rend l’insertion professionnelle durable d’autant plus compliquée… » • Une perception franchement négative de la part de certains employeurs A noter que cette perception négative se rencontre plus fréquemment au sujet des postes d’AVS pour lesquels le constat d’un écart important entre compétences requises et compétences disponibles est parfois fait. sur le caractère répétitif des formations déjà suivies par ailleurs… » « Pourquoi le GRETA BATIMENT n’est-il jamais sollicité… « ? • Des entretiens systématiques de fin de contrat.…) » • Enfin. des difficultés spécifiques à certains départements On note en effet. non respect du devoir de réserve. qui apparait à certains animateurs du dispositif comme insuffisamment diversifié «…on a souvent des échos sur le peu d’intérêt des formations proposées. dans le 93. y compris pour les formations d’adaptation au poste. Cet écart existe beaucoup moins (et en tout cas avec moins de conséquences) pour les postes positionnés sur de l’appui administratif. proposé par les GRETA. sur 70 personnes convoquées en début d’année 2012.… » • Des interrogations sur l’atteinte des objectifs en termes d’insertion professionnelle Avec la perception majoritaire d’un dispositif qui ne permet généralement pas de progresser dans son parcours professionnel. un catalogue. Par exemple. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 48 . qui n’ont pas rencontré le succès escompté. Par exemple. moins de 20% des personnes convoquées ont répondu présent. « Beaucoup de CUI se retrouvent en sortie de contrat avec les mêmes problématiques et les mêmes freins à l’emploi qu’en entrant… en plus on a conforté leur « zone de confort « (emploi à proximité du domicile sur des horaires pratiques). dans le 94. assurés par les CFC. « on a eu des gros problèmes d’absentéisme… avec des personnels qui n’avaient pas les compétences et savoir être requis (immaturité.

le rythme de celui-ci. CNAM. Les taux de satisfaction relatifs à la qualité de la relation avec la conseillère.« c’est l’Université qui nous accueille car nous avions besoin d’un amphi compte tenu des volumes. - des sorties à l’emploi (mesurées 3 mois après la fin du contrat) pour 35% des participants sortis du dispositif au 31/12/2011. dispensées soit en interne (par les le GRETA tertiaire Paris Centre). soit par un réseau diversifié (autres GRETA parisiens. de saleté de l’amphi.2 Académie de Paris 5. de bénéficier d’un accompagnement individualisé au cours de leur passage en contrat aidé . - Une enquête de satisfaction est menée chaque année auprès des personnes accompagnées par le Pôle. etc… j’ai dû trouver en catastrophe une salle qui s’est révélée impraticable… je ne sais pas comment je vais faire pour la prochaine session… c’est du bricolage permanent… » 5. formations large. Il permet : - la mobilisation des bénéficiaires de CUI sur le dispositif d’accompagnement. via des réunions d’informations collectives (13 organisées en 2011.1 Les acquis du dispositif • Le Pôle d’accompagnement constitue incontestablement un des points forts de l’organisation du suivi des CUI sur Paris. - aux personnes en CUI qui le souhaitent. - l’accès à un éventail de conseillères du Pôle ou d’organismes partenaires Organismes de formation. . Il permet d’explorer des situations professionnelles rencontrées par les personnes en poste et de rechercher des solutions Les professionnels qui interviennent dans l’animation de ces groupes de supervision notent une tendance à l’amélioration de l’accueil de la fonction AVS au sein des établissements : CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 49 . En 2011. après 4 ans ils ont dit stop à cause des problèmes de discipline.2. etc…) Ce Pôle d’accompagnement est connu et apparait assez unanimement reconnu dans son action • - L’implication des conseillères du pôle est perçue comme forte (elles poursuivent parfois l’accompagnement après la sortie du dispositif…. 152 personnes ont répondu à l’enquête. les réponses apportées au cours du suivi.). Universités. la forme de l’accompagnement. pour un total de 202 personnes présentes) .. Ce dispositif mobilise des groupes de 20 personnes (au départ) à 10-14 personnes (qui vont au bout de la démarche) sur 9 séances de 2h à 3h. avoisinent les 75% Un dispositif permettant aux CUI exerçant des fonctions d’accompagnateur d’élèves handicapés de bénéficier d’une supervision des pratiques professionnelles.

- le caractère obligatoire de la formation d’adaptation au poste pour les personnes exerçant des fonctions d’AVS-i. « des évolutions ont aussi eu lieu dans le recrutement. pour rappeler les mesures d’accompagnement mises en œuvre dans le cadre des contrats aidés. tendance à une augmentation de l’âge. A noter cependant que ces formations (1. la DAFOR.5 j d’échange de pratiques) restent peu suivies (une quinzaine de tuteurs par an). ainsi que l’existence de formations pour ces derniers . Ce courrier précise : - la nécessité de l’accompagnement par un tuteur. 5. ». la MASESH (coordination sur les postes AVS) : Comités de Pilotage. qui paraît plus sélectif : moins de difficultés d’expression en français.2. des difficultés existent avec certains responsables d’établissement qui rechignent à se séparer de leurs personnels en contrat aidé pour les envoyer en formation. etc…). au moment de l’enquête être une source de difficultés supplémentaires (allongement des délais. etc… » • Des acteurs diversifiés mais une recherche de cohérence Des liens assez réguliers existent entre le Pôle.2 Les limites du dispositif • La mobilisation des employeurs reste perfectible Malgré les rappels annuels. semblait. réunions au cas par cas. le BACA (gestion administrative des contrats aidés de l’académie de Paris). qui confère une certaine maturité. • Un lien facilité avec Pôle Emploi La présence d’un interlocuteur identifié et dédié aux CUI au sein de Pôle Emploi facilite les relations. Ces difficultés seraient accrues avec les employeurs du secteur privé. ce dernier « ayant tendance à moins envoyer les CUI en formation ». la participation aux formations proposées pour les tuteurs apparait faible (une quinzaine de personnes formées par an) Par ailleurs. etc…) • Des employeurs régulièrement informés Un courrier est adressé annuellement à l’ensemble des chefs d’établissements du second degré par le Recteur et à l’ensemble des directeur(trice)s d’école par le Directeur Académique des services de l’Education Nationale chargé du 1er degré. • La mobilisation des CUI sur la formation reste difficile CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 50 . erreurs de saisie.5 jour = 1 jour d’apport d’informations et 0. Cette « spécialisation » permet aux dires de la plupart des interlocuteurs du dispositif une bonne réactivité A noter cependant que la « dématérialisation des procédures » avec Pôle Emploi.« de plus en plus d’enseignants acceptent cette aide et s’en réjouissent…. travail conjoint des équipes sur des problématiques de formation. effective au 1er juin 2012.

l’attitude de ces derniers jouant un rôle important (déterminant ?) dans la réussite du parcours d’insertion professionnelle de la personne en contrat aidé . « L’anti.contrat aidé » - L’évaluation globale de l’intérêt de ces postes est très négative . - Les contrats sont souvent trop courts et ne permettent pas d’aller au bout d’une VAE - Le dispositif est beaucoup plus complexe et contraignant que l’image qu’en ont parfois certaines personnes. mais qui sont par contre fortement impactés par la lourdeur de la gestion administrative du dispositif - « L’employeur utilitariste» La personne en contrat aidé est accompagnée au sein de l’établissement.Malgré l’existence d’un accompagnement personnalisé. • La Validation des Acquis de l’Expérience apparait peu utilisée A l’instar du constat fait dans les autres Académies. • Des attitudes d’employeurs très contrastées On peut identifier 3 postures distinctes chez les responsables d’établissement. l’engagement dans un parcours de formation suppose une forte motivation pour des temps de formation souvent perçus comme s’imposant en dehors des heures de travail. L’ensemble de ces éléments conduit à un relatif absentéisme sur les formations proposées par le pôle d’accompagnement. ni incitée à se former. Les personnes sont accueillies au sein de l’établissement de manière plus contrainte que choisie. Néanmoins ce dispositif serait plutôt en développement à l’heure actuelle au sein de l’Académie de Paris. « ce dispositif se caractérise par une absence de formation des personnels et une absence de volonté de formation de leur part… ». qui lui reconnait une utilité mais se mobilise peu pour faciliter sa réinsertion professionnelle. S’ajoutent à cela un certain nombre de freins mis par certains employeurs qui rechignent à libérer les CUI et la baisse du temps de travail à 20h. la VAE reste marginale. « Elles se complaisent dans le dispositif et n’ont souvent qu’un unique objectif : retourner quelques temps au chômage pour pouvoir repostuler sur des contrats aidés » « je n’en veux plus… c’est une machine administrative infernale avec des changements de procédure incessants… » Il convient de noter que ces postures les plus négatives se rencontrent plus fréquemment au sein des personnels gestionnaires dans les établissements. De fait les abandons de démarche en cours de validation sont nombreux. dans ce cas la personne en contrat aidé n’est ni accompagnée. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 51 . personnels qui ne disposent pas forcément d’une bonne visibilité de l’impact de ces postes sur le fonctionnement au quotidien de l’établissement.

« j’ai vraiment voulu les aider…il faudrait mieux sensibiliser les directeurs à leur rôle de coach… » « je l’ai poussée à aller voir le Pôle d’accompagnement. » CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 52 . » « je l’ai envoyée se former 3-4 jours dans un autre service d’intendance…. je l’ai incitée à demander des formations DAFOR…. » « Les absences ça s’organise. inciter à la formation.« L’employeur impliqué» Ce dernier se mobilise fortement pour rappeler le caractère précaire de l’emploi. voire trouver des solutions d’insertion professionnelle durable. ça se gère….« ce n’est pas toujours évident de donner du temps pour qu’ils aillent se former… ça perturbe le fonctionnement…il faudrait des solutions de remplacement… » « il y a parfois des tensions entre le pôle accompagnement et nous par rapport au projet pédagogique ou aux heures de formation qu’il faudrait leur donner… » .

32 Les limites du dispositif • Une mise en place difficile. très décentralisée. majoritairement rencontrées chez les employeurs. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 53 . sur des modalités qui même si elles sont en train de converger. 5. compte tenu de l’organisation de l’Académie de Versailles. préparation aux concours de niveau B.… Néanmoins. de l’intérêt et de l’utilité de ces postes pour le fonctionnement des établissements scolaires « Ces postes sont absolument essentiels… j’avais une personne l’année dernière qui m’aidait sur le secrétariat.31 Les acquis du dispositif • La mise en place d’une base de données commune au sein de l’Académie (MIKADO) La question de la fiabilité de l’information sur la situation des personnes en poste. permettant une dématérialisation du suivi administratif de la formation des contrats aidés constitue un atout évident. « Ca a pris plus d’un an pour que les IA comprennent bien le rôle qu’elles devaient jouer et l’importance politique de ce dossier… » Chaque département a organisé son dispositif. certains Conseillers en Formation Continue regrettent une offre encore insuffisante pour des personnes disposant d’un certain niveau de diplôme. Ces enjeux sont d’autant plus importants dans un contexte de fonctionnement décentralisé du type de celui rencontré sur l’Académie de Versailles. mais les attentes vis-à-vis de cet outil sont fortes. Cette mise en place est en cours et non encore totalement opérationnelle. sur l’accompagnement des classes en sorties extérieures… ça me manque beaucoup… » « C’est indispensable…ne serait-ce que pour répondre à l’obligation légale d’accompagnement des enfants handicapés…. comme en témoigne les difficultés rencontrées pour constituer une base de données fiable. support du mailing pour l’enquête auprès des bénéficiaires au cours de la présente évaluation. Ceci dit on peut s’interroger sur le caractère précaire de ces postes et sur l’opportunité d’en faire un véritable métier… » • Un choix de formation assez diversifié Le catalogue est abondant avec un effort de diversification sur des formations autres que remise à niveau. voire diffèrent au sein d’un même département. préparation au TOIEC. diffèrent encore sur un certain nombre de points. la capacité à repérer les nouveaux entrants pour leur proposer rapidement l’inscription dans un parcours de formation constituent des enjeux importants dans la gestion du dispositif contrats aidés au sein de l’Eduction Nationale.5. • Une reconnaissance. On note notamment l’existence de modules de formation anglais. bureautique et préparation aux concours de catégorie C. C’est pourquoi la mise en place d’une base de données commune.3 Académie de Versailles 5.

Les dispositifs. le volume est de 24 heures. « Je ne savais pas qu’ils pouvaient se former dans ce domaine » (directrice d’école regrettant un manque de compétences de base en bureautique) CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 54 . en Essonne. alors que pour le GRETA Sud Formation (Versailles) les convocations aux informations collectives sont faites d’autorité. l’accès aux formations d’adaptation au poste. le GRETA Ouest Val d’Oise convoque aux informations collectives sur la base d’un retour des établissements qui valident la présence des CUI. alors que le GRETA Sud convoque directement les CUI sans passer par le filtre COP. pour les CUI faisant fonction d’AVS est très inégal selon les départements : dans les Hauts-de-Seine. sans que les CUI puissent y avoir accès . dans lequel il n’y a pas de poste statutaire de secrétariat. mal perçue par beaucoup d’employeurs Beaucoup d’entre eux font le constat du non renouvellement des contrats à vocation d’appui administratif. les formations sont réservées aux AVS sous statut d’Assistant d’Education. l’existence même d’un accès possible à la formation est ignoré.Par exemple. Par exemple. il y a un besoin crucial de CUI administratifs… » • Une relative méconnaissance des dispositifs de formation par les employeurs. le circuit emprunté par ces comptes rendus n’est pas forcément très lisible.… Etc… • Une mobilisation des Services d’Information et d’Orientation qui reste perfectible L’articulation entre le service d’Information et d’Orientation et le dispositif de la formation continue n’est pas encore totalement efficiente. « En juillet on pensait que le poste d’EVS était renouvelé et on a appris en septembre que ce n’était pas le cas… il a fallu négocier et rebasculer en catastrophe la personne sur un poste qui était proposé en AVS…. en particulier les formations d’accompagnement vers l’emploi apparaissent peu connus des employeurs. Leurs contenus ne sont pas identifiés et pour certains. Par exemple. sans avis des chefs d’établissements. dans les Hauts-de-Seine. Cette situation est particulièrement regrettée dans le primaire. le GRETA Nord attend le résultat de ces entretiens pour convoquer les personnes en contrat aidé. Les comptes rendus d’entretien ne sont pas toujours forcément renseignés. la mobilisation des Conseillers d’Orientation Psychologues sur le premier entretien n’est pas généralisée. Dans les Yvelines. un total de 45 heures de formation est proposé . je les stocke mais je ne sais pas véritablement quoi en faire… » Les préconisations sont parfois contradictoires avec celles que pourraient faire les conseillers en formation continue. où cette mobilisation existe. Par exemple. « je suis destinataire de ces compte rendus. » « C’est vraiment dommageable. « on a des CIO qui préconisent des formations que l’on a pas… » « Le problème c’est que les COP n’ont pas le catalogue… il peut y avoir des préconisations inadaptées ou contradictoires à ce qu’on propose… » • Une diminution sensible des postes à vocation administrative.

» A noter néanmoins que quelques employeurs font le constat d’une élévation récente du niveau de qualification des personnes recrutées en contrat aidé. A noter que cette difficulté n’est pas spécifique à l’Académie de Versailles et se rencontre également dans les autres Académies. Certains GRETA ont d’ailleurs renoncé à proposer cette démarche lors des informations collectives. ça suffit souvent … par contre pour l’accompagnement des élèves handicapés. En 2011-2012 elles sont délivrées à raison d’une journée tous les 15 jours (en attente du bilan pour voir si cette formule a fait diminuer l’absentéisme). » • Une réticence de certains employeurs à laisser partir les personnes en formation « L’absence du personnel. Je sais que ça existe pour les CUI du Conseil Général mais pas dans l’Education Nationale… » • Des difficultés pour les établissements employeurs des CUI mis à disposition dans le premier degré « la gestion de ces postes par les directeurs / trices d’école est peu performante… l’absentéisme n’est parfois pas signalé. « Ce sont des contrats précaires et donc souvent des profils peu qualifiés. directeurs(trices) d’école pour le primaire). enseignants référents. peu compatible avec les modalités d’organisation collective des formations proposées.« Je n’ai jamais entendu parler de formation possible…. ce filtre est limité par l’impérieuse nécessité de pourvoir ces postes. pendant deux ans les formations avaient lieu sur une semaine complète . les profils sont souvent peu adaptés… » « …la gestion humaine de ce dispositif est catastrophique…. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 55 . Malgré l’existence d’un filtre de recrutement (commissions mises en place au sein des établissements du secondaire. « L’AVS qui nous a été envoyée avait un niveau bac + 2… elle s’est très vite adaptée et très bien intégrée au sein de l’équipe éducative…. les arrêts maladie ne sont pas transmis. » • Une difficulté à trouver le bon format pour les formations Par exemple.. Sur les postes administratifs. en Essonne. Pôle Emploi nous envoie des personnes dont on se demande ce qu’elles viennent faire là. • Une démarche de Validation des Acquis de l’Expérience qui reste très difficile à mobiliser L’engagement dans un parcours de VAE nécessite un véritable accompagnement en face-àface dans la durée. pour une partie des bénéficiaires Le constat est fréquemment fait d’une insuffisance de ciblage des personnes envoyées par Pôle Emploi. etc… » • Des profils peu adaptés aux fonctions d’AVS. commission associant Inspecteur de l’Education Nationale. quelle qu’en soit la cause pour maladie ou pour une formation pose des problèmes concrets d’organisation… » « Nos deux AVS ont été convoquées aux mêmes dates… ça a généré des difficultés avec les parents qui ne comprenaient pas qu’on puisse laisser leurs enfants sans soutien….

La possibilité d’instaurer. l’existence même de bases différentes génère un certain nombre de dysfonctionnements : personnes convoquées alors qu’elles ont déjà bénéficié de formations. initiée par le rectorat de Paris est prévue en 2013 avec l’ensemble des partenaires : chefs d’établissement. etc… A cet égard. apparaît nécessaire. initiée par le Pôle accompagnement) une analyse coûts/avantages du transfert de Mikado. dispositif de formation académique. le suivi. établissements employeurs et mutualisateurs. de cet outil aux Académies de Paris et de Créteil.6 Les enjeux identifiés Au regard des constats faits ci-dessus. 2 Renforcer la gouvernance du dispositif Là encore. prévu. ou d’accompagnement en fin de contrat. A noter que sur Paris. A noter que des axes de progrès sont d’ores et déjà à l’œuvre. personnes qui échappent aux propositions de formation faute d’avoir été correctement identifiées. échanges de bonnes pratiques) constituerait à l’évidence un facteur d’amélioration dans la gestion du dispositif. conviendra d’être menée. des temps d’échanges inter-académiques (analyse des difficultés rencontrées. ou qu’elles ne sont plus titulaires d’un contrat. en permettant un meilleur ciblage des propositions de formation en cours de contrat. La présente évaluation a montré que chaque Académie disposait de savoirs faires spécifiques et avait pu développer des réponses à certaines difficultés rencontrées. Le transfert. En effet. avec notamment : - La mise en place. Ainsi. malgré les efforts de mise en commun des bases de données que chaque service développe. une information unique et partagée sur la situation réelle des personnes en poste. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 56 . d’une instance de pilotage du dispositif des contrats aidés réunissant les différents acteurs (gestionnaires. Ce renforcement peut s’envisager à différents niveaux. une réunion. mobilisation de moyens d’accompagnement pour préparer la sortie du dispositif sur des personnes qui ont vu leur contrat renouvelé. Pôle Emploi et le pôle accompagnement du GRETA Paris Centre. constituera à coup sûr un progrès dans la mise en œuvre de l’accompagnement des contrats aidés. - La participation de l’Education Nationale aux instances de pilotage et de suivi des contrats aidés mises en place par les Préfectures. compte tenu de l’existence d’une base similaire développée en 2012 (GestK. Des transferts d’outils sont déjà en cours (ex Mikado).…). dispositif de la formation continue. l’Académie de Versailles a développé un outil (base de données Mikado) qui répond à cet enjeu d’information partagée. A noter que ce pilotage départemental existe d’ores et déjà au sein de certaines DSDEN et qu’il mériterait simplement d’être généralisé. au sein de chaque Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale. c’est le nombre d’acteurs différents intervenant sur le dispositif qui impose que des échanges réguliers entre ces acteurs puissent être organisés. cinq principaux enjeux nous semblent exister : 1 Améliorer la fiabilité des informations sur la situation des personnes en postes Compte tenu de la multiplicité des acteurs qui interviennent dans la gestion. à intervalles réguliers. - Un renforcement des échanges entre Académies. la formation des personnes en contrats aidés au sein de l’Education Nationale.

Cette page. essentiellement les GRETA tertiaires. sur ces formations. par contre. Une page dédiée aux contrats aidés sera créée sur le site WEB académique.Peu mobilisatrices compte tenu de l’existence d’un certain nombre de freins.Parfois redondantes avec des formations déjà suivies dans le cadre de parcours d’insertion antérieurs . et un renforcement de la communication sur cette offre de formation constituent des axes de progrès importants. L’enjeu. . ou en priorisent fortement. l’enjeu de diversification est bien réel. quand elle est proposée. Pour les formations à visée d’insertion professionnelle.Une réflexion sur une meilleure couverture géographique de l’offre de formation (diversification des lieux de formation). . Malgré des efforts d’information de ces derniers sur les obligations en matière d’encadrement et d’accès à la formation pour les personnes en contrat aidé. le constat est fait qu’aujourd’hui. à l’instar de ce qui existe déjà dans certaines Académies. intervention. sur Paris : • • • L’information sur les formations de tuteurs sera renforcée. A l’exception de l’Académie de Paris où des partenaires extérieurs à l’Education Nationale interviennent sur la formation des CUI-CAE. Dès lors ces formations apparaissent : . . Par ailleurs. .L’élargissement des opérateurs de formation (mobilisation du réseau des « GRETA Métiers ». Dans ce cadre. il convient également d’aborder la question de la formation des employeurs. certains départements en réservent. en particulier la distance au lieu de formation et le non remboursement des frais de déplacement induits. la formation des tuteurs reste peu développée ou. Les formations proposées au sein des trois Académies appliquent ce cahier des charges ou s’en inspirent très largement. ailleurs en France . Le guide des tuteurs sera mis à jour et complété en inter académique. En effet. d’organismes de formation extérieurs à l’Education Nationale) . toutes les formations proposées le sont uniquement en présentiel. l’offre de formation apparaît fortement centrée sur l’initiation (et parfois le perfectionnement) à la bureautique. les formations d’adaptation au poste sont cadrées par un cahier des charges ministériel. la diversification de l’offre de formation peut passer par : . en fonction des besoins.Peu adaptées aux personnels qui disposent déjà d’un certain niveau de formation . peu mobilisée. Il convient de noter que les Académies se sont saisies de cet enjeu et ont d’ores et déjà planifié des actions correctives.3 Diversifier l’offre de formation Pour les personnes faisant fonction d’AVS. CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 57 . Aujourd’hui le dispositif de formation continue mobilisé est celui de l’éducation nationale et. l’accès aux seuls assistants d’éducation. Par exemple. Enfin. au sein de celui-ci. Le développement de ces formations au sein des Académies qui ne les proposent pas. la remise à niveau et la préparation aux concours de la fonction publique. accessible aux employeurs permettra de télécharger des documents administratifs et réglementaires.Le développement d’une offre de formation à distance (e-learning). est de permettre un meilleur accès aux personnes sous statut CUI-CAE.

peut constituer une réponse alternative. permettant la construction de parcours de formation « sur-mesure » est un facteur favorisant l’insertion professionnelle dans l’emploi durable. A défaut.4 Développer l’accompagnement individualisé L’expérience du pôle d’accompagnement mis en place au sein de l’Académie de Paris montre qu’un accompagnement individualisé. celui de la professionnalisation des personnes en charge de l’accompagnement des élèves handicapés. mériterait d’être étudiée. Un nombre significatif de personnes exerçant des fonctions d’AVS. avec l’appui du Fonds Social Européen. comme cela se fait sur Paris et commence à se faire sur Créteil. "Tous les AVS-i. sans mise en place d’une reconnaissance sanctionnant des compétences métiers spécifiques. doivent recevoir une formation dès leur prise de fonction. sous statut CUI-CAE. Il convient de noter à ce sujet que la mobilisation des moyens de Pôle Emploi pour préparer la sortie du dispositif n’est pas à la hauteur des engagements figurant dans la convention de coopération signée entre le Préfet de la Région Ile-de-France. Certaines d’entre elles ne disposent pas des compétences minimum requises pour assurer ce type de mission et peuvent être source de tensions. en charge d’une réflexion sur la formation et le statut de ces personnels. L’installation récente (octobre 2012) d’un groupe de travail "Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants et adolescents en situation de handicap". Ces formations seront menées en lien avec les grandes associations œuvrant dans le champ du handicap. l’intervention des Conseillers en Formations Continue en accompagnement à la sortie du dispositif. voire de rejet de la part des équipes éducatives et/ou des parents. 5 Professionnaliser les AVS Enfin un dernier enjeu existe. échappent aux formations d’adaptation au poste. sur la base d'un référentiel d'activité et d'un cahier des charges rénové. quel que soit leur statut. par conséquence. Un paradoxe institutionnel fait coexister une loi rendant obligatoire l’accueil des enfants handicapés dans un cadre scolaire classique. la mobilisation de moyens supplémentaires au niveau de l’Education Nationale. mais qui dépasse très largement le seul cadre des 3 Académies d’Ile-de-France . 26 juin 2012 CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 58 . sous réserve d’une concrétisation des travaux de ce groupe. Créteil et Versailles et le Directeur Régional de Pôle Emploi. Cet accompagnement gagnerait à être développé prioritairement dans les mois précédant la fin du contrat et à pouvoir être poursuivi après celle-ci. La possibilité de poursuivre cet accompagnement après la fin du contrat (par exemple dans le cadre d’une période limitée à 3 mois) et. C'est une première étape vers la professionnalisation des personnels chargés de l'accompagnement des élèves en situation de handicap que nous allons engager." Lettre de Vincent Peillon et de George Pau-Langevin à tous les personnels de l'éducation nationale. les Recteurs des Académies de Paris. constitue donc une avancée importante.

Annexes Liste des personnes interrogées Questionnaire d’enquête CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 59 .

DSDEN 93 Mme Hernandez Principale du Collège Prévert Noisy-le-Grand (93) Mme Hersemeule Chef de la division des personnels administratifs.Académie de Créteil Mr Coudreau Directeur de l'école Marcel Cachin Bobigny (93) Mme Denosmaison Coordinatrice départementale du dispositif des AVS DSDEN 77 Mr Guiffes Chef de service DPATE2 . techniques et d'encadrement DSDEN 93 Mr Jarry Conseiller départemental à la formation tout au long de la vie DSDEN 93 Mme Kusbac Gestion des CUI EVS 2nd degré DSDEN 77 Mme Lair Chef de service gestion des contrats aidés DSDEN 94 Mr Lecoeuvre Conseiller en Formation Continue GRETA tertiaire Nord 77 Mme Leroy Conseillère en Formation Continue Référente 93 Mme Limery Gestion des CUI AVS 1er et 2nd degré DSDEN 77 Mr Montesinos Secrétaire Général DSDEN 94 Mme Oreste Directrice de l'école Romain Rolland Bobigny (93) Mr Sébille Inspecteur ASH DSDEN 94 Mme Smith Responsable formation à la DSDEN 94 Mme Stulzaft Directrice de l'école maternelle Pauline Kergomard Le Kremlin Bicêtre (94) Mr Thomas Proviseur du Lycée Maximilien Sorre Cachan (94) Mme Thoraval Principale du Collège des 4 arpents Lagny-sur-Marne (77) Mme Vaudel Ajointe au Secrétaire Général DSDEN 94 Mme Vaupotich Conseillère départementale à la formation tout au long de la vie DSDEN 77 Mme Ypres Directrice Ecole Racine Le Mée sur Seine (77) CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 60 .gestion des CUI AAD 1er degré DSDEN 77 Mr Berny Conseiller pédagogique Pôle Handicap DSDEN 93 Mme Carlucci Chef de projet Contrats aidés .ACADEMIE DE CRETEIL Nom fonction Mme Audiguier Conseillère en Formation Continue Référente 94 Mr Benetot Deveria Principal du Collège Jules Ferry Maison Alfort (94) Mme Berradia Chef de bureau des contrats aidés .

Formateur ASH CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 61 .ACADEMIE DE PARIS Nom fonction Mr Bassaguet Directeur SEGPA JB Clément (Paris 20 ème) Mme Barouck Professeur des école Mme Chevillotte Chef du bureau assistance éducative et des contrats aidés Mme Crossard Gestionnaire Contrats aidés AVS EVSI Mme Droit Gestionnaire LGT Verlomme (Paris 15ème) Mme Eliard Professeur ressources Mme Fela Gestionnaire Contrats aidés recrutés par les EPLE Mme Forsans Enseignante référente Formatrice DAFOR Mme Gönjü Coordinatrice de projets FSE GIP FCIP Paris Mme Grignon Psychologue clinicienne Mme Guillou Enseignante référente Mme Guinot Delery Coordinatrice des animateurs supervision analyse des pratiques Mme Izarn Chef de projet GIP FCIP Paris Mme Janvier Professeur des écoles Mme Juin-Lambert Formatrice Animatrice analyse de pratiques Mme Lacombe Responsable du pôle accompagnement Mr Le Ny Gestionnaire du collège Louis Armand (Paris 15ème) Mme Martin Accompagnatrice au pôle accompagnement Mme Mathieu Formatrice Animatrice analyse de pratiques Mme Perier Proviseur du Lycée Nadaud (Paris 20 ème) Mr Picard Directeur d'école .chargée de mission Rectorat de Paris Mme Richard Professeur ressources Mme Sehl Deligny Directrice d'école .L'arbre sec (Paris 1er) Mme Pujols Professeur ressources Mme Racef Directrice d'école (Paris 20 ème) Mme Raguideau Psychologue scolaire et clinicienne Mme Rey conseillère DAFOR .Le Télégraphe (Paris 20ème) Mme Thill Directrice d'école (Paris 20ème) Mme Victor Chef de projet FSE contrats aidés GIP FCIP Paris Mme Vidal Adjointe du Gestionnaire LGT Victor Hugo (Paris 3ème) Mr Vriez Professeur ressources Mr Wirth Coordinateur ULIS .

coordonnateur de l'opération d'évaluation CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 62 .ACADEMIE DE VERSAILLES Nom fonction Mme Banvillet CFC Référent GRETA Est Essonne Mme Benabdeslam Directrice Ecole Lamartine à Courbevoie (92) Mme Besson CFC référent GRETA 92 Sud Mr Boukhrissa Coordination FSE GIP FCIP Versailles Mme Carry Principale du collège Jules Ferry à Sainte-Geneviéve-des-Bois (91) Mr Charles CFC Référent GRETA Ouest Val d'Oise Mme Chauvin Directrice Ecole Nouvelle à Hardricourt (78) Mr Christien CFC référent GRETA 92 Nord Mme Clerc Assistante IEN ASH Circonscription de Cergy (95) Mme Dandrimont Principale du collège Lamartine à Houilles (78) Mr Degardin Coordinateur départemental AVS 91 Mme Doury CFC Référent GRETA Massy Mr Duval Coordonnateur AVS Yvelines Mr Fares Principal du Collège La Nacelle Corbeil Essonnes (91) Mme Gautard Gestion des CUI DSDEN 92 Mme Herenstein Directrice Ecole Primaire La Malmaison à Rueil-Malmaison (92) Mr Herschkorn Directeur de l'école Paul Eluard Corbeil Essonnes (91) Mme Leclere Principale du collège Edouard Vaillant à Gennevilliers (92) Mme Le Goff Coordinatrice départementale AVS 92 Mme Leroy CFC Référent GRETA La Défense Mr Lescastreyres CFC Référent GRETA Versailles formation Mme Lheraud Chargée de mission territoriale 92 Mme Marie CFC Référent GRETA Nord Yvelines Mr Mondon Chargé de mission territorial 95 Mme Morvan Principale du collège Langevin Wallon à Saint-Gratien (95) Mr Püigdemont Délégué Académique à la Formation Continue .Académie de Versailles Mme Sentuc Chargée de mission territoriale 91 Mme See Principale du collège de la Couldre à Montigny (78) Mme Sanchez Conseillère pédagogique Circonscription d'Eragny( 95) Mr Warren Chargé de mission.

CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 63 .

CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 64 .

CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 65 .

CDI / Evaluation du dispositif d'accompagnement des contrats aidés / rapport final / décembre 2012 66 .