Vous êtes sur la page 1sur 13

Organisation générale

du système circulatoire
[@[, La réunion de deux systèmes circulatoires
Le système circulatoire, souvent borné à la circulation La présence de valvules, I'activité musculaire, les pulsations
sanguine, comprend en réalité un système secondaire, lui- artérielles et les mouvements respiratoires facilitent la cir-
mêire composè de vaisseaux, mais dépoumr de pompe : le culation de la lymphe. Son débit est de 3litres par iour-
système lymphatique. ce qui est âible par rapport au débit sanguin qui est de
7 200L.ir
o Lacirculation lymphatique
Le système lymphatique, privé d'organe propulseut se
o La circulation sanguine
compose de ganglions et de vaisseaux lymphatiques. Ces Pour que le corps puisse se maintenir en vie, chacune de
vaissèaux drainent le surplus de liquide interstitiel (= Iy-- ses cellules doit bénéficier d'un apport continu en nutri-

phe), résultant de la filtration des capillaires sanguins., ments et en dioxygène. Elle doit également être en mesure
Àr, .outt de son trajet, la lymphe s'enrichit en lipides et d'éliminer le dioxyde de carbone et des déchets de I'activité
en protéines (provenant de l'absorption intestinale) et en cellulaire. Le système cardiovasculaire assure ce rôle en Per-
lymphocyes (originaires des ganglions répartis le long mettant au sang d'irriguer tous les organes. Il est constitué
des vaisseau* lymphatiques). Elle retourne vers la circula- d'un réseau de vaisseaux (artères, capillaires et veines) et
tion veineuse à la base du cou, au niveau de la veine sous- du cæur, qui joue le rôle d'une pompe, propulsant le sang
clavière gauche (Figure t). dans tout l'organisme. Il assure également la défense contre
les agressionJ microbiennes, grâce aux globules blancs
veinejugulaire (= leucoc)'tes) quil transporte.
grande veine
lymphatique
veine jugulaire
sous-clavière gauche cr o3
:rorttq
velne cave vel
su périeu re

vetne
jugulaire
vetne cave
veine dans le sang
inférieure
sous-clavière â rTere aor:
d roite

vetne cave
supefleure
canal

Vr
thoraciq ue ganglions
V
.J lymphatiques
citerne
t( I
du chyle -4" circulation
de la lymphe
veine cave
inférieure circu latio n

+d"?ng
non hematose

Figure 1. Liens entre la circulation sanguine et la circulation Figure 2. Localisation des sangs hématosé et non hématosé
lymphatique. dans le système cardiovasculaire.

Cette circulation de retour chemine de Ia périphérie de Par déÊnition :

l'organisme vers le centre, elle est donc centripète. - une artère est un vaisseau efiérent, c'est-à-dire contenant

W&bh

Hémarosé : hémato- (sang). Leucocyte '. leuco- (blanc), -cyfe (cellule). Lymphatique: lympho- (eau).
Cardiovascul aire: cardie (cæur), -vasculo (vaisseau).
.r.3iqe
'{nanaqr) olTtdet ,'(uorlrsod) e/se;s-
: at1e11;de3
:_-êE -:E
(s.ran aEr.rrp as) ;:ac_ 1;î

z gsoleugq uou Sues np $lfe_luêuodsuerl


Z esotreugq Sues np selle_tuaudsuert

. L enbru9ls,{s uotlelnlrr: [pts


. orl eu-oT]fd.,uo!
tel nf,lf, e; ap sen br1slrgtrero se;
. eloJ np uotlestjelnf,se^
el ap grpelnlr#ilsd

,r rt, nu, ot r r, o, r, iîlf,ltlil"lt: :;';;! ;i:r;:rr:;::W


sJnstJaJUt sejqtuêtrJ
1A

al euûJ
arwe aleuaj AUta^ a"J 'sâJJeuourJnd saurar
$q ,@il
,Ind :
anbrledgq :âr iloreu?q
Bues ao
auaSlxo tsâ no suomnod
û)
allod euran [
-?if uou Sues a1 .JJrEmqndu
.Jnæ3
enbiledgq-sns nE ?sorErlrJtl
an brlsdaq sâulâ sâl tâ snssn
mB Jm
3Ut3^ J;-
ar?]r -cle sJaue sa; .anbpTrsss

êJnêiJeJU I
u
ô+JoE e^ef, SUla^
ljr-ï snssn
ïd ,, : xne rq"Ardqi
0:reuoulnd uoLUnod nE âulnolJJ arrruoryf i
auteÂ

rl
1-----r

ti
suorunod sJJ sucp aua8.rro
lauaTdxo ua u,rnedde =) ;@
r* u

lutvNontnd
NOtIVtnfutl
e_ireuoulnd
orQile

a;nauadns
l of lâ rnær
not le alol
_nld aJ rrrua -ru
o^P3 êuio^ no) erruuorupd uoyuJnelo q
sot r e;1 rd er D:
âlqnoP un unooredSuBs
r-J .wmu e[
ua entfaga(s saue8:o
xne Êuus mp
I3
uotlefnf,Il3 atgnop e au?tsr{s IIË
up tE

'a;re;1rder
un tre euton eun ,êteue aun
luosarù r yrl
Z alotelnf,lf, euals{s np suortruolsq
f l:ues
Z sojtotrelnljr: seulqls{s xnep seJ
il .nd
ajlue ll_;€f lilr
i enbrleqdu{1 e-l1o1e1nrlr
atuptrsÂs np ,"n0,*r,rnl;j;r;
4 ausrue8lo,l êp seltolelnllo souJ?F^s;

rlr,uaruof, allp-ç-rsâ(f, ,]1i: r:" re (areue :rrrad; aloua:re aun


,"rr,Ë'#r:T:'iii:î#:ïî1 -Erp tnâd silt Jp
n
I (aura,r :rl:ad)
a1qæru.rad nlrrrrrn * ,o
: snssll xne Jnaoo np
Le cæur, uh organe adapté

s!![ Localisation et morphologie du cæur


Le cceur, organe moteur de la circulation, est situé
cesophage , trachée dans le thorL au sein du médiastin, région intermé-
veine brachiocephalique diaire entre les deux Poumons' en arrière du sternum
veine brachiocéPhaliq ,/
d roite
gauche et au-dessus du diaphragm e (Figure 1)' C'est un organe
vei ne
musculaire creux comPortant quatre cavités et pesant
sous-cl avière environ2T0 g.
Ferme et rotige, il forme une pyramide dont la pointe
verne cave
(= I'apex) estîrientée en bas, èn et à gauche' Le
su peneu re "u"nt
.*ui.r, entouré par une enveloppe à double paroi' le
sillon
ricu lo-
a u
péricarde.
ventricu la ire
poumon
ga uche
poumon ) 1. Oùr est localisé le cceur dans I'organisme ?
droit sillon ) 2. Quelle est la structure du cæur ?
diaphragme i nterventricu la i re

Figure 1. Localisation du cæur


dans le médiastin.

[fi![l Le péricarde et la Paroi du cæur


. Le péricarde est le sac fibro-membraneux ft *---*-=
qui entoure le cæur. Il est constitué : |\ -=:::
- vers I'extérieur du péricarde fibreux, com-
posé de tissu conionctif résistant qui protège
i. .*u, et le Êxe dans la cavité thoracique au péricard
diaphragme et au sternum ; - fibret
- vËrs I'irtérieur du péricarde séreux, formé
d'un feuillet pariétal qui tapisse la face -in-
terne du péricarde fibreu et d'un feuillet
viscéral appelé épicarde qui est la tunique ex-
t.rn. du .Lur. le péricarde séreux sécrète du
liquide péricardique entre les deux feuillets,
dans I'espace péricardique' p-ermenant ainsi
les battements du cæur sans friction'
. La paroi du cæur est composée de trois tu-
niouès superposées de I'extérieur vers I'inté-
Figure 2. Structure du péricarde et tuniques de Ia paroi du cæur'
rieirr : l'épicarde. le myocarde et l'endocarde
(Fisure 2).
du cæur' Son épaisseur
k-mvocarde est le tissu musculaire
niveau
ilù-* situe le péricarde ?
depend des fonctions qu ont les cavités : il est épais au 2. De quoi est constituée la paroi du cæur ?
Len- )
de's ventricules et plus'mince au niveau des oreillettes'
cæur' ) 3. Quelle est la constitution du péricarde sére
docarde est la tuni^qr't. interne qui tapisse l'intérieur du
E[t t" constituée à'un endothélium (= épiùélium interne)
) 4. Quelle est I'origine du liquide péricardÇue
du sang' rôle joue-t-il ?
à cellules pavimenteuses qui est lisse au contact

Médiastin : médiastinum- (milieu). Péricarde : pérr'- (autou


r), -carde(cæur)' Endothélium : endo (dedans)'
60 _rÀii,r_'iirrri Êpi."ra" iapi iru_a"rsus), -carde (cceur). Apex: (pointe, sommet).
Iq

z auta^ aun,p arQUe eunjan8urlsrp uo-1nad lusrur.uo] ç{


a alesrop aleJ el rns uo-llo^ anÔ t{ lenÔ i i

i alerlua^ a)ej el rns uo-ilo^ enÔ 't ( z xne


a rnêof êl uo-l-eluêuo lueuruo] c{
z aprero^ur np rored el rns sslqrsr^ xneêssre^ sal luos slanÔ
'T {

(alestop no)
at naualsod oqtrn e3
acel (q la )næ) np t' 0l nfrJlu0^
(aletluatt no)
ilnauayue atel (e lror p I êqrn e3
0l nluluêA '! .'
---
-.
uo4e19tdta1ur,p ;,, '-i allal I rêro
seLuaq)s la ê.r re lnllr n ejolu r

suotlJassrA 'E atnBrq

xnarqr
apref,r
arnag.rglsod arel q)

or r el nruluo^-ralu r
xad e
uollrs

aqrneB
al nluluo^ lrorp
ol nluluêA
alror p
01101 rêro
aqrneS |

o11êl I raro

arnalr9lue areJ
c
'sânelirâJo e;edas mb arreporme-Jalut uol[s a1 ran8
ze
so1 'OlPJtue^ eJg uâ JlJo?,] :
-unsrp tnâcT uo (JleJ âuel JnS 'aqcntS enallrâJo(l rnod sJJIEu àJnerJâtu? lsJ âJr?uouFd a;aue'T 'o?J)?u lsa assrcdg roJtJ
-orupcl seura,t alrnb sel lâ elrolp lnJl]râlo,l rnod ârnoue1ur rs (xn?JSSr?^ sor ap sorS snld a1 tsa elJoeTsaJ?lJp sJI tuo:
tJ J.rnerJsdns sJ^?f seurJ^ sâi : sellellrâJo sel uolJs sourâ^ JP ol : stusoq tuetsâr ePISu te essredâ rowd ç xnrassrr^ soc âl'rorPd
sadlr xnap a^Jâsqo,,{ ug 'esneure
el?j 11 ç puodsarroc a1lg 'selnf,IJlue sâl : uollls un ftd sao;edas lJ sânblrl
e'I'âr{r1
e[ssJoP OJEI no aJnârJ?lsod ef,B{ . -9ufse 'sanuJ?r{J 'sasnaururnlo^ 'seJneuâJur sârlJrd xnap -
slurod r
'orroJp q aqrne8 ep le srq ue rneq Jp Jnool a1 unorlecl
uoilrs oJ 'puojo.rd ra anbrlgo lsa mb aJrcInrrJlue^-Jelur sa1 : seneldr re sanbseg 'salred 'sarnarrâdns #;iil:i: luesed l
uollls âl æd anSunsrp rs ellg 'ellerr?lrB rrej eP luou uos : sarurd a;rrnb ap âurJoJ tsJ Jnêor Jl eu?8Jo r
no(p 'xntJssre,r sor8 snld say r^Jesgo uo(l no rlg ?l tse.J 'ç€ atnBr11aln:uatsoC
utnuJall
eIEJluâ âæJ no âmârJ?lrrB eJEc . tâ âJnorJ?tu? sJrEJ sâl Jatuauo.p laru;ad alSologd.rou -0uIJ3lu
'aqrne8 enred ES troddtr;ed arrnpgr rsa ?S 'uoD?srJ?lnJs?^ ES arnsse '(sre.rg .rnaof un Jns sJlqrsl,\
ç âN]IS ]S;
Jnæl nP arrorp aued e1 anb a.rtuoru Jnæf np uortBtuârro-T seJreuoJof, xn?âssre ..sel 'xn?essr?^ srrrad ap nEesJJ ur,
'seurâ sJI luos J) 'J)EJrns es V 'rnær np auualoru anbrunl ?l ontnsuor
: tuassrtrlde,s 'aug snyd ta Jilour rorcd ç 'xnEJSsrE saJtnE(C 'aprurolur ào rrp ruaua;do;d anbrrprec Jllsnw J'l

arolelnlrf auqlsÂs np lnalou aue8lo : Jnæl al - t SUJLldvHJ


Læ sâr*eâaxræ âaæËætrtr€æ dae eæætr ædæpËeéæ
æ Eæ flæsæeËËæer dæ pætra?Bæ
Les quaËne eævElés cærdEaques
Le cæur est constitué d'un muscle (le myocarde) creusé de Les oreillettes, situées anatomiquement en arrière des ven-
quatre cavités d'une capacité d'environ 120 ml chacune : tricules, ont une paroi de faible épaisseur. Elles sont sépa-
deux oreillettes et deux ventricules. rées par une cloison appelée septum interauriculaire (visi-
ble en face postérieure). Au niveau de ce septum, on trouve
le trou de Botal, qui est fermé à l'état normal. Il permettait
de faire passer le sang de l'oreillette droite vers I'oreillette
gauche lors de la vie intra-utérine.
Dans le cadre d'une dissection du cceut on observe que les
+reiii*:';c
parois du ventricuie gauche sont trois fois plus épaisses que
ri i:,itt
celles du ventricule droit et des oreillettes. Cette difftrence
est liée au fait que le yentricule gauche, qui distribue le sang
à tous les organes, nécessite une puissance plus importante.
Les deux ventricules droit et gauche sont séparés par une
cloison appelée septum inter-ventriculaire.
Le cæur est formé de deux parties distinctes :
- le cæur gauche (= hémi-cæur gauche), constitué de
l'oreillette gauche et du ventricule gauche, où circule le
sang anériel (riche en oxygène) ;
- le cæur droit (= hémi-cæur droit), constitué de l'oreillette
r interventriculaire
droite et du ventricule droit, où. circule le sang veineux
t
(pau,rre en oxygène).
Les oreillettes sont séparées de leurs ventricules respectifs
par un orifice auriculo-ventriculaire où s'insère une valve.
Figure 1". Coupe du cæur et circulation Les ventricules sorlt aussi séparés des vaisseaux extérieurs
dans les hémi-coeurs droit et gauche. par des valves.

) 1. Quelles sont les différentes cavités cardiaques ?


) 2. Quelle est la structure de I'hémi-cæur droit ? De quelle nature est le sang quiy circule ?
) 3. Quelle est la structure de I'hémi-cæur gauche ? De quelle nature est le sang qui y circule ?
) 4. Comment expliquer la différence d'épaisseur entre la paroi du ventricule droit et celle
du ventricule gauche ?

l 5. Quelle est la localisation du trou de Botal ? Quel rôle joue-t-il ?

,æffiffir SueE rôÊe joa;eatt les vaËves ?

Les quatre cavités du cæur sont séparées par des valves, on trouye deux q;pes de valves de structures difftrentes :
sortes de petits clapets qui permettent le passage du sang les valves auriculo-ventriculaires et les valves sigmoïdes
d'une cavité cardiaque à I'autre, sans reflux possible. Elles (Figure 2).
imposent ainsi un sens de circulation. Ces valves possè- - Les valves auriculo-ventriculaires, situées à la limite
dent deux couches d'endocarde, séparées par un tissu fi- entre oreillettes et ventricules, laissent passer le sang qui
breux qui permet de les renforcer. Selon leur localisation, provient des oreillettes vers les yentricules, tout .n .mpê-

F{ésari-cæ*n' : hérnï {derni), t*rsnalrç : Çarçnare- (couronne), Sigmorïe: srglna- (lettre 5), =oide (qui ressemble à).
62
'(arurod) aprdsnc- '(srorr) -p1 : apldsncul (elurod) apdsnc- '(rnæfl "dmr

i sanberprer sgl!^ef xnep êilue sedednos sp elol un sêlle-luanolsarqer


i saprotuBrs senle^ sop oJnpnTc q
i sêJrelnf,rJluo^-olnsune saln^le^ sep elnpntls q
; sanberp.ret s?l!^el sêp altrill el e sêluêserd senlen sel uend
Z suorlesllæol slnê[ 1a se^le^ ap sadÂ1 quil?glp E

-saAle[sep uo,l3uo|F

'sanlett ap sedÂ1

'(rrorp oprurueÂnp
-ourlnd aJetre(l srrep la (aqrneS alnlurur np
anbuol '8ues np xngeJ el aqrgdura mb ,apldrl'oc âJâlJe I suep
âr?lJ?,1 sueo Sues âl
âI rsurJ
Isurp rrrerre(r ,tuarpeÊr
ruena(9 'lrrfrnprar
-JâJ âun anpurad rnod sonne xne sâun sa1 sagrsnle s:1 anbsrol Sues ap xngâr un tuarr ? sel6 T
srnarsnld ap aasoduror $â a^[B aun ,tuau;anbr -rJtuJ JJ]Uâ âlrlurl
.l EIt ?\ SOJnltS IUOS SeplOn&
an7u) eqrne8
'(E .arpuÉ
Jneof,-rru?q,l suEP no lroJp Jnâof,-rru?q,l supp sntrs as uo.l suep aqrne8 ârallrâro(l âp tâ troJp olmurrru J
anb uops sluer?Jlp stuou sap tuo sâ^JE ap sad.{r xnap saj anâilrâro,l ap a8essed uos ap srol rânËar
?
Aspects mécaniques
de la révolution cardiaque
@Larévolutioncardiaque:ullesUccessioncycliquedephases
La révolution cardiaque (= cY.le
5 - Diastole générale isotonique
cardiaque) est constituée d'une alter- La pression dans les ventricules est plus faible que
nance cyclique de contractions (= 5y5- dans les oreillettes. Les valves auriculo ventriculai-
toles) et de relâchements (= diasto- res s'ouvrent et le remplissage passif des ventri- (D
les). cules commen ce (70% des ventricules sont 3
remplis). =
physiologie, la contraction
q
En de
0)
I'oreillette (ou systole auriculaire) est ûc
ô
prise comme repère de l'initiation de 1 - Systole auriculaire o
la révolution cardiaque. La pression dans les oreillettes est supérieure à
celle des ventricules : les oreillettes se contractent- ô
Tiois phases se succèdent lors de la ré- Le sang chassé des oreillettes finit de remplir les
q
volution cardiaque : ventricules : on atteint le volume télédiastolique o
! . Une phase de propulsion du sang (: 135mL). Les valves auriculo-ventriculaires sont
dans les ventricules c'est la systole ouvertes ; les valves sigmoides sont fermées.
auriculaire (1).
. Une phase de contraction des ven- 2 - Systole ventriculaire isovolumétrique
tricules et d'éiection du sang dans les Les ventricules se contractent. Dès que la pression
artères: la systole ventriculaire. Elle qi y dépasse la pression des oreillettes, les valves
l
I peut-être séparée en deux étaPes :
auriculo-ventriculaires se ferment : la pression .(D. :
I
- la systoLe uentriculaire isouolumé' continue à augmenter alors que le volume ô(
O!
r., (D

trique, qui est une phase de mise en reste constant. O! o

tension des ventricules (2) \ o-((D


-\a
;
rrentrr tu\ ntr e')5DlDrI I gut
sysr o\ e s\ 3 - Systole ventriculaire isotonique :
\*loJO\
l=
phase d'éjection systolique (3). éjection systolique læta
. lo-
lo l(! q
Une phase de remplissage passif : Ia La pression ventriculaire dépasse la pression
diastole générale. aortique. Les valves sigmoides s'ouvrent et le sang lq
tô-
- Lors de \a diastole isouolumén"i' éjecté dans I'aorte gagne la grande circulation
l6
lo ô
=.
l- .=
que (4), toutes les valves sont fermées (70 mL : volume systolique). Simultanément, le ld /o
tô, q
sang propulsé dans I'artère pulmonaire gagne la l-
tô o
et le sang retourne passivement dans lq
petite circulation. Le volume de sang qui reste
l'oreillette droite par Ies veines caves et
dans les ventricules est le volume
dans l'oreillette gauche par les veines (= 60 mL)
télésystolique
pulmonaires.
- Lors de Ia diastole isotonique (5),
I'ouverture des valves auriculo- i i . 'i ,., . 4 - Diastole générale isovolumétrique .{.
I

venrriculaires permet Ie remplissag. l,F -1,=,- Relâchement simultané des oreillettes et lq F


des venrriculer - des ventricules. La valve aortique se ferme et
ti.r
lô'13
/hL \ les va lves a u riculo-ventricu laires restent fermées. t-6
to 6
Le volume ventriculaire est minimum et constant. ldim
)/l.(\\ t(D
Figure 1. Les étapes ll y a remplissage des oreillettes. I

v
de la revolution cardiaque. L-
-
) 1. Définir une révolution cardiaque.
) 2. Quels sont les différents aspects de la systole isovolumique : pression, volume, valves ?
) 3. Quels sont les différents aspects de l'éjection systolique : pression, volume, valves ?
) 4. À quoi correspond l'éjection systolique ?

Systole : syst- (resserrement). Diastole : diast- (dilater). Télésystolique téle- (à distance de), syst- (resserrement)
:

64 Télédiastolique: tél€ (à distance de), diast- (dilater). lsovolumétrique : rso- (même), -volumen (volume).
l:

99 '{}uarua;lsr?aruo'1ur9) auLtue;3-'(:næ:} 4tp}n'{ ucs) -orc'

's;nod a1 ts: -: .
Z uorlellnssne,l e sn5rad sllnrc s= --
i anberprer uortrnlo^gr e; luauBedr-uocre sa;qtldalrad sou3*: ' -

'p,t"H slnod un rsa -uJtsrp âtteJ 'elJoe(l ap sanbnstla slo-:- l


alqedpd uou no nad qnod un 'addrrj qnod un lsa radpd -ual anbsn;q eun anbo.to;d anbtlols,rs
-- - '
E âlpËJ spod un) eilaIr?trt rored e1 rns addtg eP ef,roJ es - srorrd sap uorsurlstp Jp JPuo JUn t : -
: (ruel no epide; 'ralp8grrt no ralpSTl) aruqrrft uos - (qnod =) anberPrel u : : î' * ,,ii rr
i (.rnæ: np srueruâurq xne tu?Puodsa;roc) aruenbT.rS rs -
: ruos slnod un,p sanbtrsuïtrir# 'selqrpnE suos ap sed trnpord ru s:'- : :

'âuor(l su?p tâ arrcuorupcT âJ?tJ?,1 st-:: : :

-rrad sa;aur xne,nbsnf epuo eun âuruJoJ a8rdo;d JS uoIS tuar^ap agrne8 ta tloJp Sâlrl)Ir1uJÀ s-rl t.-- -

-sJolerrclnllJlue^JIols?IF : = .'
'anberptec alct{c un,p uo1 atutuet?ouoq4 7 atn3r7 -rs [ 'sâplotu8ts sa.np'r. :--,:sdrf\

-w lsa (lJnof 13 lJoJ'( sl l:, -


-

'ânrlllâro,l op âller assrd:: :--


t0 z'0 I'0
uorssa;d q l.'lo ::-: --
tuJtuoLu nr
?irp rnq?p a1apu8rs II 'sr- :'- I -
se^F^ seP aJnlâuIJù EI r : l :'
prnos rJ 3uo1 rrn.rq l::.--
aruururEorp.rerouoqd JI : -- l
-sr8arua un Jns Jâ^râsqo.! r-;
-lnrsn?,l r sn5red ruos slr-'- ,

ttiel," Jnæf n! i *",..,

+
sap.r.oruBts sen;en sarr e
lnl lrlu a^o lnf lJ n e
ril LilililriI lilllF

sap 0rnlauraj sa^le^ sêp srnloluraj l

e æffib*FA:.E*3 FgtnE3le,E êp sJÈ'tæ:tp3xæ sæ#HEs sæË 3t€*s


5l3r ' il,ffiiliilfffi

'an berp.t er l

llqgp al 1a anberprer aouanber; el rruUPC 'Z € un zaqf etnulur red suotteslnd gg t p- :: -


a;qe3rle;ur lsa rnæ3 a1 anb uo-1rp ronbrno4 '1 -EIPrEf uollnlo^ar Jun,P 3ârnP/s 09 = li - i

i 6
s:nberp;e: sr1:,{r ep àrquou nE Puod}'-: :: iiililltllll Mï1il

-JEf, âf,uânbâr5 q 'tudq =) Jlnutul lr-


'

ulu '10çT'ç no) , uttu'1tu gç7 ç


'(i aruanbar3 3un E sJI?uJJou suolliPuol s:' : --:
çL x a1 'l:l :
Irn 0L ep rsa anbttprer rlq?P
-.))lfi
rros ruclq ltLlLillilll||l

'(anbrrprer tsa 1r,nb tlp uo : eill?^?rt au p,nb snli :, - '

acuanbo.l3 11 ;ed grtdnlnur anb[orsls uoncal9,p Jrun]oÀ = '(elorserp el) s ç'0 uorl^uJ.P a8esslld-r-:- . .
rlos) âtnulul ;ed salnrtrtuê^ seP unlrl{r ;ed 1ul ua -glrr rp aseqd aun ra (alorsls t1) s ç i' , -
)C
fqndxa Suts ap rrunio^ rl
ârlp-?-Na,l 'solnrulur^ se1 ;ed te uonf?Jtuor ap aseqd Jun auodr- : , I

's
grrafg Sues ap gtnumb e1 rse (3q =) anberprer lIg?P e-I B'0 uoJi.\i-l: -

'*dq ç/
rlos 8'.0/09 -aD?q nP rnq?P ol la anbetprm luJtu:],. -
:p rsa anbrrprer a:uanb9r3 EI's B'0 eJnP uollnlo^?J oun IS alrua asuduor sduat op aporrgd 11 rsr ::-,

alqsHÊ3#gl"Ël aE35,TLLr r -
bË5cr!]$[t

ffi
-
arlolelnf,r!tr aurqtrsÂs np rnalou aue8;o : rnæl al - t lUrldVHJ
ffi
I
La fonction d'automatisme :

activité spécifique du cæur


@.Lescardiomyocytes:descellutescontractiles
Une étude histologique du coeur au microscope optique myocytes nodaux ou ceilules cardionecuices sont forte-
révèle la présence de deux types de ceilules musculaires ment unies entre elles par des jonctions serrées (Frgure J).
cardiaques (= cardiomyocytes) : une majorité de cellules Leur rôie est de générer rlthmiquement et automati-
excitables et contractiles et quelques cellules auto-excitables quement I'excitation cardiaque responsable de l'activité
rassemblées en des points particuliers du cæur : 1e tissu contractile des cardiomyoq'tes.
nodal.
noyau central
o Les cardiomyocFtes indiftrenciés -
En forme de X ou Y ces cellules mesurent environ 180 pm
strie scalarifor^"
g'i
de longueur sur 20 ;rm de largeur. Quelle que soit leur p nom breuses
/
forme, elles possèdent toutes un noyau central, des myofi- myofibrilles
",€/É
brilles en nombre important et de nombreuses mitochon- nombreuses-
dries qui occupent près de 20 o/o du volume total de la
yb U
*.$. llY/
cellule (ce qui est beaucoup en comparaison avec un mus-
lf," / Y mrtochondrres

cle squelettique, où elies ne représentent que 3 ou 4o/o). k r$ { ,ttrastructure


On observe au microscope optique des liaisons irrégulières cardiomyocytes d'uncardiomyocyte
entre ces cellules: ces séparations sont qualifiées de stries
scalarilormes (ou disques intercalaires). On y repère éga-
q uelq ues mitochondries
lement de nombreuses stries d'où leur autre nom : cardio-
myoq.'tes striés.
jonction serrée
Ces cardiomyocytes représentent 99 % du myocarde. Ce
sont des cellules contractiles qui font le travail mécanique
peu de myofibrilles
de la pompe cardiaque, mais ne fonctionnent pas sous l'ac-
tion de la volonté.
ultrastructure
Ces cardiomyoq,tes indifferenciés, capables de contraction,
d'un myocyte nodal
s'organisent en deux réseaux distincts: un réseau auricu-
laire et un réseau ventriculaire.
Figure 1. Structure histologique du myocarde :

t Le tissu nodal : un tissu conducteur ca rd i o myocytes et myocytes n od a u x.

Les cellules constitutives du tissu nodal sont rylindriques,


fusiformes et possèdent un noyau. Elles représentent seule- ) L. Quelles sont les cellules constituant
ment 1 7o du myocarde. le myocarde ?

Ces celluies correspondent à des cellules embryonnaires qui ) 2. Quelle est la structure histologique
ne se sont pas développées. Au microscope, on remarque des cardiomyocytes ?
qu elles contiennent peu de myofibrilles et un sarcoplasme à 3. Quelle est la structure histologique des myocytes
abondant : elles sont peu contractiles. Ces cellules appelées nodaux ?

s@:r O' se localise te tissu nodal ?

Les myoq,'tes nodaux capables d'activité autori,'thmique maker, : les cellules qui le constituent battent pius rapide-
sont localisés en plusieurs endroits du cceur, formant de ment, entraînant ainsi les celluies voisines.
petits amas ayant chacun leur rythme propre (Figure 2). . Le næud auriculo-ventriculaire (= AV) ou noeud sep-
. Le nceud sinusal, en forme de croissant, est situé dans tal est localisé au plancher de l'oreillette droite, à la partie
la paroi de I'oreillette droite, au point d'origine (abouche- inferieure de ia cloison inter-auriculaire, au-dessus de la
ment) de la veine cave supérieure. 11 joue le rôle de upace- valve tricuspide. Si le næud sinusal est défaillant, le næud

Cardiomyocyte: cardio- (cæur), myo- (r'ruscle), -cyte (celiule). Septurn ; {cloison).


66 Auto-excitabilité : autr:- {soi-même). Cardionectrice : cardia- {cæur), -necrrice (unir)
I

00E
L9
(su) sdual (sLu)sdual
e ptd e.l
uorlesr; e 1od9P,
'uotltetluo) el ap
aynp el ênb tsute al|)o^LuotPe) un,p (q l.a
alnlP) êun,p (e
lesnu6 pnæu np æt)pauo!præ lrnês

uorlre,p Pllualod np uotleluasg)daa € iln8tl

L
<< aIelf elJgl epollad > uo-}-alladde,nÔ 'Ë € uorlesuelodar
l. anbelPrel 'l
aLuslleuolne > uo-l-alladde,nÔ €

z êlqesluelalul
lsa rnæl ol anb uo-llp lonb.lnod
'i €
'uau no ]nol np lol el ianblldxf 'î € (711u) lat1ua1od

sanblplesoÂtu salnllal saP salep o t


uolioertuor ta uollle,p lallualod iq'r salnllar sap uollre :
'elg"sluPr?rul IIP lsr Il : rlo$eP ue nb uoll ]
-?lrfxa oile nou Jun llo elJJ luoP lned au Jnæf â'I 'sur 009 !:' l
'luaueq:ç1a.r âP âsxqd uJ â Jrlf?(s â]ll 'lrolu ?l ll€rsnbo ord
uonlE,p ]eItuâtod un lu3uleuEluods rua'rqu98 {?Sil'- : '
ta urn8u?s xnH el lI?JaduJoJJâluI Inb Jnâor nP uollEsluel?l
Jun elr^? oJIElfE{JJ ePolJ?d ellJJ 'ssuodJJ âP âI^Ins sEd ls3rl
np sJlnllJl sJ-I 'eJre[nJlrlua.t alolsds EI ]sa(f : :: -'
-sur rsenb iroursurlod:p Jnol IsulE lu?ultjluJ sJ.J:-- -
uonElnuIlrs JlI3^nou Jlnol âilonbEl lutPuod ePoI'ied '3JrEl 'a(urr;:r
3luâls?rl 'uollssu sâp nEJAIu nE luJI^lEd anbr:rra17 uoISFduIl
-rE{til âPoF?d Puodserror '(slx 002)
EI I
-e1o"dar ap tpougd E-I 'uonle,P n? sodâr eP Isnuel ,p ,rrrrgt np srnd 'sIH aP neef,sreJ np 3uo1 :i aËr'
lelluelod 'sâFrlllur^ sâl suEp lJrlJUJcl âp
?l JP IJIIuâlod el uoD?slrslodoP ?'I :- - I

-o'd uos ,p i.tr-r1"lnJg ess?d âu?rguralu


tu?llJulJâd 'enbtltrola luauiJssrluâl€J lJnof un JJ::
:
'sailrodruotpJ?l saP uontslr?lodeP ei eP srnol nV'( uaIJ no
'L,fV =) âJrc[nf,InueÂ-oInrrJnu Pnæu nE srol? r'\1:-. :
lnot ) nP lol EI lsr,l 'lnol np wd no luâlueJ?llue Jll?lluof 3s
sEd eluJurSnEJJ uon -rJtlelâ uoISpdtUI'T '3JrclruunB _Jlols'{s Ei luEnbo'\c::
Jnæf oi : uoll?llfxe(l eP ?lliuelul,l Jâ^?
'PwJ8 snld u3 -tâilrâlo sJI suEP âllnsus aftdorcT 3s âllg 'olnuIlu lr' ' '
-3EJruol 3P âlJoJ tl 'JL[3LIt eJ uJ rn:of el Jnod
selullllE sâJIEInrsnuJ srrqg eP ergruou -esurlodgp 00I rP uISIo lse âulqlû el luoP lesnuls P::: :
snld eP tsJ \.nuuï(l r?d -"
elienbrl uol]?ll3xJ.l enb el sutp tpu uolt?slJlllod?P âP ePuoTanbelprec erusni
al r?l ilâJ 'Jsuolul lse slunos rse I Ï
JIlsntu ull -olne(l ap uoddns êl rsr ?llllqerr)xâ-olne rllâJ '(É: -
ruauai.roj snld rutlnt,p elftJluol es snblllâlenbs
'salg?lllxe-oln? s?d luos -/J) luarua.rrslSa;ue un Jns Jiqtswnsl^ uolls?(P Iâlr-:-
.rn tro1" artst8a;ue ug 'soda.r ap
lalluatod Jnel 3P
ll-
eu selle 'aluJJ?JlP Jnel V 'sJfIlllâuoIPJ?3 selnilel sâP a9uel
-uods'.,orresttrfoagp ejç rutpuodgr ua rnær np anbrungtu
-sur,i JP llg nP JJUUoPloof 3Jâlulluj JP le luOLLIsuEl- '

sanbtp;r:olu sêFIIâl sâ-J :asr;elodap ts ap s:lqrdtl luos sâflJlfJuolPr?l solnll:l :i.


f?^?Jr âl ruaJnssE srlllrrjluof
sânb€rpref, seldrodu sâP ?Ulgerlrxâ;I & sâf,Irlf,âuolPref, sâlnller saP ?r{rqDlllxeJ I

aîxbeip.Ëæ3 SuauiæÊ.itÊtr!?3a.E*3 A! Bl-Aæffislêd B€ptE.Ê


Ë3$sE3 æE 3ilâæLÀlt€"8*3

allanÔ 'Ë lepou nssl np suotTestle)o1 7 at:: -


alurlrn4 np neas?r np ?llrelnsrlred e; lsa €
2
z lesnuls pnaou al anlls os
rlo 'r Æ '.r :i.,.rc'-l :-",'
i lepou ..1.1 ,,r,,.i.
t-
I
.É-; l
nsstl al luenlllsuof sarnlfnrls sêl luos sêllanÔ ": € -*f*;.:i;lr4 i
+* :: eè:;;',,.r,;*-:..ffi ltor:
'sâ]nlIJlus^ saP lo-red e1 aP êlnllrJLl

.rl2
rP ntrlslE nP sâqlu?rq srP lues aqrn e3 :' '

i-.,'. I /
3uo1 a1 ruenqlrtsiP es le sIH
e(uptrn4 âP nsesâJ e'I alnluluerrt - i
'..1
-srcu rnb xn?our?r rP ?nlllsuo3 rsa ' 3i:i?!T! -:.!3:-;'r,1

'salnflJlua^ srl lo sollJIIIâJo sJI ârluâ suoll?]l3xê sJP uoll ",'.,.1 -*!iÎi:i:19
p:iæir
-)npuoJ Jp JIo^ rlnJS E[ Jn]llsuoJ 11 'lLunrdas =) sJlnJllJuJÂ eqrneB oËtt''
:P bUOl JI ]UJPUJ)SJP alla | | l0lo ollor
XNJP çèI AITU: UOITEIEdJS àP UOSIOIJ E1 p

rnb'laqrnt8 ra alro.rp) solIlutrg xnoP 1 prdasur rsI^IP es olla ll ro.r o

erurssltu puard q11 âP neef,srcJ e-I


pnæu np nrJ^Iu n? ' . ii?:ilL::;
'asstq snld sfuanb i:tiætl
-?{ eun I sl?ur 'slEIsJ âl arpua.rd lnâd slIslnflJluJ^-olnflJnt
et neuad ns
o^e) aulo^

W arlotelnrrl auqlsÂs np lnelou aueËlo : lnæ3 al - t lu].ldvH]


L'æcËËvËge qlâæcËrlque due cæe*r

æeomnrerrÈmesurer|'aetlvitéé!ectriqueda.reæur?
]
Le principe de mesure de l'activité électrique du ccrur est basé
axe électrioue 6 ---
électrodes ]

suil'enregistrement de la difference de potentiel entre deux d rr ccerr r unipolaires


points diamétralement opposés par rapport atl cceur (= déri- précordiales I

vation électrocardiographique).
Ce signal, directement corrélé au déplacement de l'impulsion
électrlque dans les cardiomyocytes, est mesr.tré grâce à cleux
électrodes collées à Ia surface de la peau'
Au repos, les cellules myocardiques sont chargées négative-
-.r-tt èt polarisées. Lorsqu elles sont stimulées' e1les se dépo-
larisent. Les potentiels d'action qui en résultent sont enregis-
trés par des électrodes placées en différents points du corps, 3,élect.rodes
appelés dérivations. bipolaire5.',
ôlt
DI
Cet enregistrement inclirect de I'activité électrique clt cættr D*:
.rt tpp.lé électrocardiogramme (= ECG)' 11 comprend Dtll
do,tré dérivations dont le positionnement est standardisé'

I Quel est le principe de mesure de I'activité


1.
électrique du cceur ?
B 2. Que représente l'électrocardiogramme ?

! 3. L'électrocardiogramme représente-t-il Figure L. Emplacement des dérivations lors de


I'enregistrement direct de I'activité électrique du cæur ? I'enregistrement de I'activité électrique du cæur.

reL'HflG:€â-ÊregÊ5ÈrementdeE,actÊvËgéélectrique
Un électrocardiogramme d'un suiet sain est composé de Iiimpulsion électrique initiale provenant du sinus n est pas
cinq ondes, visible sur I'ECG. Sa propagation dans les oreilletes en-
traîne leur dépolarisation et donc lettr contraction, laissant
complexe QRS 200 ms la trace d'une petite onde positive de faible amplitude: il
s'agit de I'onde P. Cette onde dttre environ 0,08 s. Le seg-
ment plat PR qui suit cette onde se traduit par la courte
parme qui a lieu au niveau clu næud auriculo-ventriculaire.
Ilonde électrique se propage ensttite clans les oreillettes' puis
par le Êaisceau de His (conduction rapide) pour entrainer la
.J
contraction des ventricules suivie de leur repolarisation. Cette
/t
intervalle lP
_ partie de I'enregistrement e$ clécrite par tlne succession de
trois ondes Q R et S, qui constituenr le complore QRS.
Londe T qui lui fait suite correspond à la repolarisation
: , /..:: a.
.. z=n -t
..'
dure environ 0,16 s. C'est un phénomène
des ventricLrles et
/1 , u i

purement électrique durant lequel le cæur est mécaniqtte-


'l
',\:," r ' ment inactif.
:
I
Sur I'enregistrement, on note plusieurs petits segments
plats entre les différentes ondes.
l Le segment PR (ou intervalie PQ correspond à la me-
Figure 2. Électrocardiogramme normal. sure dr,r temps de conduction de la dépolartt"r,:"t
:",::

Électrocardiogrâmnle : électrr> {électrique), cardia- (cæur), - gra m file (enregistrement)


68 Nécrose '. nécrc, imort). lschémie " ischo- (arrêter). -dnrie (sang).

l
69
'(;naor
ne;llegar) aletp.r.: -
'(atSd) atlelod ,(;nes
.-
: -i
un) -run ; arre;odlup .(rnæ:) otp)e.-
rtfll

:-

.:::llrlr! (c 'auLt1t,û sautuet&otpte'rârii"p


' xneu.t)oue
ra
np sêtleaoue (q ,alptecr{ttce1
(e
lew)ou E'".,nag

'
np e, ]
", *, rrt#l:i:i^i i#-ii'j'
n,
",
:
o' i
2 anbetpre: auqilr
np sêtleuloue xne
lelp?ual tnod uo_1_asr;r1n sua{oLu slan$ .g c\rlh
1
Z 9)l un red selqelar?p enberp;er
luoulauuor+luoJ np I
satleuoue,p sad{1 slua.re;rup sal
}uos s1an6 t7 1
laldruor aJlelnlill,ra{iw?ln,u**r-qçl
eura;qord ap ser uo gff sar uo-l-arpnru
,".t5ffi'lit;
t-u'1) ap.re:olur np an.red aun,p
:L!
::::T.:l j_lilt"d*,Ior (æp;ed ap apiro; ,d;;;:
olu4rvuç
)fT.lrns esrrensî lsa .(anbrpreroÂu
:39.--tluo.runj"d
olluprpsl 1
=) anberprer Jijrn* n* Bur, ,'p Iroaâ",p ,.,n
-uutu un(p olqesuodsar
:::.iT{ :f
qtsuodsar,a:,alreuoJo)
Euoro) rrurrgnr,r,,1
(l - '--
âJuesgnsur(J rp aruâJlxJ
aruâIlxr
r - lilillli-

èruroJ eJ rsa (anberprr.r =) ,pr"roitu op'rrrr"rJ,rr;I


.âsrrr
anburprer elf,snru npsuorsâJ (9.rn1eru9.rd luaulêt:prr
o
'sJIJ3lJoru tuos sâJrBInrrJlue^
suoltElJugg sa1 ,sa9r
-rEJl uoNJ 'âleruJou onblrnela ?ttartct,J ep tur*rrrrlq"r9,
n"
sdrual ,sapuoras B ,urpura
:]]*rr?u ç ç luassar s?]r nf,E
sal sarnoJ, .sdulJt Jru?u ,r, ,rnbrrprn
sâlnJJèl sâp
e1 asr:e1od9p 'alrnorII
?trielol
rporr:d ,un ,n, r'irrr-d-, I-
tt ar,rrlap
-no) ull âr^{?P rnb
luu ?sjt4:|lnnlllllwllr
'onberprer rnrr*1pqg9p un.p
^l:l ç sSallBll luos sJlil'uonnloJllel?.1
aP]E,l
lra.redde
1r
sJltT 'uorln1ôn1rrf r lrrrrr,,\^
?.iiË;Ë5::i:::,:,,,.:=...

lït-ï.:=,=,.,
âuItuo) -^r,-^-^
seulsrl
-Erun'rl ap aruanbasuor EI ruos
-ur la saprder ruonrerruorj
lsrpruiuïn rrp ,rp1gr*àf
,rrrrprrnr"n suoRBIIrJqg srf
-eruared =) anbcrprec rnâlelnrups
allel
un
.a:uanbarS
,*qa[I rHff]
R Jârpâruo: lnad ug ardo;d rnal tue^Jâsuo:)
tuâtuetuJJ snld dno:neag tualteg ,aprpr,rrn
soJ sreu ,ps
rud saauprrua s-rno/nor ruos senallraro 'alpreclperq ap alred uo .atnurur
rrd .:_.,11;.
:.Ï:.ï"" 1]
'rJlotlloJ JJrc[nJHlue^_o[nJun3 sal tj.:.rlr?i"lrsr rllr rS 'p E atnùrl)arpreslgssr :; :
JoJq np sE] JJ suEQ -
'slolq no sasned sap .s:go:s.,(se.rrxa -lru led sluJurJlleq
r r no sJrre.l 00[.8 JJnetJJdns rir:_; _:.
aprurou tp'a"iirnui,Ë #r.bJ;
j:iiflï_trlorsls raruasard larTnfi,a.ur no r'rngpr rirg
sap
lo_ .. -:;,;
:nao eu;ql4r Jl rnJDnpuoJ nssn np no CJl,l Jns sâ^nnf?suol sJpuo xrJp :redr, ::
lesnurs pnæu llp -_rorrn
?l'nrD?.I âP tuoruâuuonruoyslp- un ,rrrj ,lp rurnnrd aruanbarg
,J1 e1 ap
" ,-.irl,
1fr'(l t an&g) apruroue IrJ(rnb",pr", rl no) rnao3
nP uope pl?,p aruanbas ey salpnbsal
,u"p ,ro,,rnrrs sap EJ ep ,,rl'urou? sep E ruepuodsarrort*H:;
ruos (aruqrlre no) enberpr", ,'uqrl, np !9lrrrp8,rrr, ,ri
un Jns sâ?srlenst-t luos rnb sarieruoup ,aill-.i".:;m;
auqrlr np sârlpurouv o -fE eun ;ed tuarualcaJrp tæsrnp?Jt
sa1
,, ,nb*" .r*,,,,

9fl un rns salgela3ap sanbetprel satleuoue


saC

.soder
ne le :srrelodar tu:ruara1C.;
,J -: ru;r
ellelnlr;ne e;o1s{s e1 puodsetlol apuo tsa selnf,rlur,t sap a8essrJd_r, ,r
I elJenb y .g 1 ^i1?
-ar ap ",
sdruer np ainsau ,.rn ,uuop
,^o ..
axa;duor ig,rr-.** ,
Z SUô a1 puodsarro: ronO
Ç .7 1
:

'lelurou
'8ues np uoDr:l.r n ,, ..,r.,',,,Iï
_- ., (P le solnf,IJluâ^ sâP
"_^ _
u[i::Tl;Il
un,p .I
)ff sopuo sallell) -^^--^r e1e puodsar,ro, :1rpuo.1tâ
apougd
a
,19 SHô axalCr::
oJrcrperuJâtur
q :rprrrrur,,
luaurSas ,1 .. *

arlolelnlrls au?tg{s np tnalout aue8ro


: rneot e.1 _
trl JUJ.IdVHS

f'
L. système circulatoire aortique, assure une circulation en sens unique.
-1,_,,. La circulation coronaire assure la vascularisation
ll existe deux systèmes circulatoires reliés entre du cceur.
CUX.

r Le système circulatoire lymphatique est constitué 3 ., Activité mécanique du cæur


de vaisseaux et de ganglions lymphatiques. La Le cceur fonctionne de façon rythmique, selon une
lymphe y circule dans un seul sens. Elle se déverse succession de systoles et de diastoles. L'ensemble
dans le sang veineux au niveau de la veine sous- des mouvements réguliers et cycliques du cæur
clavière gauche. constitue la révolution cardiaque. Le rythme
r Le système circulatoire sanguin est constitué de cardiaque normal est d'environ 70 à 80 pulsations
vaisseaux sanguins (artères, capillaires et veines) par minute.
et d'une double pompe, le cæur. La circulation
pulmonaire ou petite circulation prend naissance du 4 Automatismecardiaque
côté droit du cæur et la circulation systémique ou L'a utomatismeca rd iaq ueest dû a uxcellules nodales.
grande circulation prend naissance du côté gauche Ces cellules se localisent au niveau des noeuds
du cceur. (sinusal et septal) et du tissu conducteur (faisceau
de His et réseau de Purkinje). Ces cellules possèdent
La pompe cardiaque la propriété de se dépolariser spontanément. Elles
r Le cæur assure la propulsion du sang dans le sont auto-excitables.
système vasculaire. ll est constitué de trois parois :
l'épicarde, le myocarde, I'endocarde et d'une enve-
loppe, le péricarde. ll est formé de deux hémi-cæurs
5_
' Activité électrique du cæur
L'activité cardiaque est étudiée grâce à l'électrocar-
droit et gauche. L'hémi-cæur gauche, plus volumi- diogramme.
neux, assure la propulsion du sang dans la circula- ll présente plusieurs ondes : P, QRS et T, corres-
tion générale. L'hémi-cæur droit, plus réduit, reçoit pondant respectivement à Ia systole auriculaire, la
le sang issu de I'activité des organes et assure la cir- systole ventriculaire et la diastole générale.
culation pulmonaire. L'ECG permet de déceler des anomalies de fré-
r L'existence des valves mitrale et tricuspide quence (tachycardie, bradycardie), des anomalies
entre oreillettes et ventricules ainsi que des valves de çhme (arylhmie) ou des lésions du myocarde
sigmoiTes à la base des artères pulmonaire et (infa rctus du myocarde).

- Annoter un schéma du cæur et de la circulation - Faire le lien entre les activités électrique et mé-
sa ngu i ne. canique du cæur.
- Préciser la nature du sang et le sens de sa circu- - Expliquer I'automatisme cardiaque et situer sur
lation dans le coeur. un schéma le tissu nodal.
- Définir un cycle cardiaque. - Expliquer pourquoi le cæur est intétanisable.
- Localiser, décrire et préciser le rôle des valves - Citer les différents types d'anomalies décelables
ca rd iaq ues. sur un ECG.
- Analyser les courbes correspondant à l'activité - Décrire qui permettent d'obtenir
les techniques
mécanique du cæur. des images du fonctionnement cardiaque.
- Définir et calculer la fréquence cardiaque et le
débit cardiaque.

70