Vous êtes sur la page 1sur 7

EXAMEN CM II

A)

Assemblage

1.

Quels sont les moyens d’assemblage utilisés actuellement dans les constructions métalliques ?

Les moyens d’assemblages utilisés actuellement dans la construction métallique sont : la soudure, le boulonnage, le rivetage

Pourquoi les rivets et la colle ne sont pas utilisés ?

La colle n’est plus utilisée à cause de son coût élevé, du manque de règlementation ainsi que des risques de fluage et de dépolymérisation à long terme. Quant aux rivets, ils alourdissent la structure et le coût du procédé est élevé. Ajoutons à cela la nécessité d’une main d’œuvre importante (au moins 3 personnes) et spécialisée

2. Pourquoi le nombre de boulons par fil est limité entre 5 à 6 boulons ?

Le nombre de boulons par fil est limité entre 5 et 6 pour tenir compte de l’hypothese de l’égale répartition des efforts sur chaque boulons. En effet si loe nombre devient grand, seuls les boulons aux extremités sont sollicités tandis que ceux du milieu sont faiblement sollicitésinégale répartition des efforts.

Pourquoi la longueur du cordon est limitée ?

On limite la longueur du cordon pour limiter les contraintes résiduelles.En effet ces contraintes augmentent avec kla longueur du cordon.De plus le coût évolue avec la longueursoucis d’économie.Enfin risque de déviation de la resultante des efforts par rapport au centre de gravite du cordon ce qui fausse les hypotheses de calcul.

3. Que signifie T.I.G ?

T.I.G tungstene inerte gaz est un procedé de soudage à l’arc électrique qui utilise qui utilise une électrode en tungstène et un gaz inerte qui empêche l’oxydation du cordon.

Quelles sont les dispositions à prendre lors de l’exécution d’un cordon de soudure ?

Il faut choisir un acier soudable, reduire les soudures en position incommodes, le plus possible en atelier ou sous abris

Eviter les accumulations de soudure surtout les croisements des cordons (risque d’avoir des états triaxiaux de traction)

4. Comment est contrôlée la qualité d’un cordon ? Préciser quelles sont les causes qui la diminuent.

La qualité d’un cordon est contrôlée à travers une analyse radiographique.

Les causes qui la diminuent :

Le temps froid+airtrempe

Position incommode de l’ouvrier.le manque de compétence des ouvriers, la qualité de l’acier du métal d’apport.qualité au moins supérieure à celle du métal de base.On peut y ajouter l’état de surface des pièces à souder(impuretés….)

5.

Pourquoi les BHRS ne sont pas utilisés pour réaliser les assemblages dans les systèmes en treillis ?

Parce qu’ils sont peu économiques du fait qu’ils sont plus adaptés aux assemblages qui transmettent des moments ;Dans le cas de transmission d’effort tranchant uniquement on leur préfèrera des BO.

6.

Comment choisit-on un moyen d’assemblage pour réaliser les nœuds dans une charpente métallique ? Cas d’un portique de portée 20m et de hauteur 8 m avec des nœuds A,B et C.

-

Proposer des solutions, fournir des schémas descriptifs et justifier votre choix.

7.

Proposer des solutions et justifier votre choix pour concevoir :

a)

Un aboutement s’une poutre fléchie

Cas où l’assemblage est effectué dans une section où T # 0,N#0 et M#0

Cas où l’assemblage est effectué dans une section où T # 0,N=0 et M=0

b)

Un appui simple d’une poutre horizontale fléchie sur un poteau vertical

8.

Preciser quels sont les efforts qui sollicitent les boulons dans les assemblages suivants :

T= réaction

D=distance entre la semelle du poteau et G le centre de gravité de l’assemblage ( d est inconnu)

D1= distance horizontale entre la semelle du poteau et la file 1 verticale constituée par le nombre m1 de boulons (m1,d1 donnés)

D2= distance horizontale entre la semelle du poteau et la file 2 verticale constituée par le nombre m2 de boulons(m2, d2 donnés)

L= distance entre deux boulons situés de part et d’autres de l’axe neutre passant par G

Exprimer d en fonction de d1,d2, m1,m2

Effort de cisaillement horizontal et vertical dans les différents boulons

Partie B : FLEXION

Soit une poutre fléchie sur deux appuis sou_s l’action d’une charge concentrée et des charges réparties uniformément sur la longueur.

1) Preciser les solutions que l’ on peut proposer pour la forme de la section de la poutre.

La section de la poutre peut être :

A âme pleine

A âmes évidées

En treillis

A traverse de liaison

2)

Comment peut-on savoir si votre choix se portera sur un profilé laminé ou reconstitué ou sur un profilé formé à froid ?

Lorsque la condition prépondérante est celle de la flèche, on utilise les formés à froid. Dans le cas où la condition de résistance l’emporte, on utilise les laminés si les charges sont moyennes et la portée pas très importante ou les PRS si les charges sont importantes et portées importantes.

-Préciser pour chaque cas le cheminement du calcul

Pour les formés à froid, la condition de la flèche donne l’inertie brute et on cherche le profil correspondant puis on verifie la condition de resistance de deversement ;;;

Pour les laminés, la condition de résistance donne (I/v)min. Avec cette valeur on determine le profilé dans le catalogue puis on verifie la fleche et le deversement.Si le rapport (I/V)min ne se trouve pas dans le catalogue, on pense au PRS(determination des dimensions de l’âme, des ailes) puis on reverifie la fleche le deversement.

3)

Quelles sont les conditions à remplir pour effectuer une analyse plastique ou une analyse globale élastique lors des calculs des structures ?

Pour les systemes isostatiques, l apparition de rotules plastiques entraine la ruine de la structure.==> Les structures isostatiques seront calculées suivant une analyse élastique tandis que les systèmes hyperstatiques seront calculés suivant une approche plastique qui est plus économique.

4) Dans le cas des pannes disposées sur des traverses des portiques pour supporter une couverture en amiante-ciment :

- Préciser quelles sont les formes des sections transversales que l’on peut proposer pour les pannes. Justifier votre réponse.

On peut avoir les formés à froid si les laminés ne verifient pas la condition de la fleche avec un encombrement bien définis(exigences architechturales). Les laminés sont les plus utilisés. Les IPE comme les sollicitations sont faibles. Et pour des problémes d’encombrement des HE.

Préciser les conditions à vérifier.

La condition de la resistance, la condition de la flèche et le deversement.

-Si la condition de la résistance est vérifiée ainsi que celle de la flèche mais la condition sur le déversement n’est pas vérifiéee, proposer des solutions.

Diminuer la longueur de deversement en créant des points fixes au moyen des liernes ou de contreventement ou en encastrant ses extrémités aux éléments supportés

Augmenter la rigidité de la semelle comprimée en augmentant ses dimensions

Augmenter la rigidité à la torsion en employant des cadres d’extrémité

- Même question dans le cas où la resistance ainsi que le deversement sont verifiés mais la condition de la flèche n’est pas satisfaite .

Utiliser les formés à froid qui ont une grande inertie et un poids faible ou les poutres en treillis qui sont plus rigides et possedent un poids plus faible, alvéolaire

4)

Quel est l’intérêt des profilés à âme évidées ?

Ces profilés permettent d’augmenter l’inertie sans toucher au poids propre.

5) Comment concevoir l’appui d’un poteau en H sur une fondation ?

o

Cas où l’appui est une semi-articulation

o

Cas où l’appui est un encastrement parfait

Justifier vos propositions.

Partie A :

ASSEMBLAGE

EXAMEN CM II

1)

Quels sont les facteurs qui interviennent dans la qualité d’un assemblage soudé ?

2)

Quelle est la différence entre un assemblage en boulons normaux et un assemblage réalisé en BHR ?

La difference entre un BO et un BHR se situe au niveau du critère de rupture. En effet pour un BO le critere de ruine c’est le cisaillement du fût du boulon tandis que pour un BHR le critere de ruine est le glissement relatif des pièces assemblées.On s’arrete avant le cisaillement des boulons.

3)

Soient deux sections transversales de deux cordons de soudure a et b. Le cordon a est meilleur que le cordon b. Justifier pourquoi ?

Le cordon a) est moins épais que le cordon b). De ce fait il evite l’apparution de contraintes résiduelles après soudure du fait que la vitesse de refroidissement est la même partout.

fait que la vitesse de refroidissement est la même partout. a b 4) Préciser l’origine des
fait que la vitesse de refroidissement est la même partout. a b 4) Préciser l’origine des
a b
a
b

4)

Préciser l’origine des flexions secondaires qui apparaissent dans un nœud d’une poutre réticulée et leurs inconvénients.

Dans le cas où on a à assembler des barres trop larges dans le plan du treillis avec un gousset, la résultante des efforts de traction ne se situe plus sur l’axe du centre de gravité de l’assemblage. Ce qui entraine des flexions secondaires. Ces flexions ont pour conséquence le gauchissement du gousset qui n’est plus infiniment rigide. Ce qui fausse les hypothèses de calcul d’un nœud réticulé. Elles peuvent entrainer aussi l’arrachement des têtes des boulons.

Comment évaluer leur importance et comment pratiquement on peut diminuer leur importance ou éviter qu’elles soient reprises par les barres de treillis.

Leur importance dépend de l’excentricité de l’effort soit de la largeur des barres assemblées. Plus ces barres sont larges et plus ces moments sont importants. Pour diminuer leur importance, il est conseillé d’utiliser des barres jumelées qui repartissent les efforts.

ASSEMBLAGE DES POUTRES

1- Conception d’un appui simple en IPE h sur une poutre IPE h’ sachant que :

- Les deux poutres sont dans un même plan horizontal

- H’>h

- Les deux semelles supérieures des deux poutres sont au même niveau

Solution avec cornières

2-

Encastrement d’une poutre horizontale en IPE sur un poteau vertical en H ( donner au moins trois conceptions)

Traverse soudée à in gousset et boulonné à l’aile du poteau

Gousset sur traverse relié au gousset du poteau

Utilisation de cornières plus plats tous boulonnés

3-

-

-

-

4-

5-

-

-

6-

Croisement de deux poutres continues dans un plan horizontal

Poutre 1 continue en IPE h

Poutre 2 discontinue en O en IPE h’ H’<h 2 1
Poutre 2 discontinue en O en IPE h’
H’<h
2
1

Conception d’une articulation dans une poutre cantilever en IPE

Aboutement de deux poteaux cas où :

Poteau en tube section circulaire inertie variable

Poteau en H inertie variable. On considère deux solutions :

a-

b-

Conception du nœud A du portique ci-dessous si on suppose que l’assemblage est réalisé par des boulons BHR

Assemblage boulonné

Assemblage soudé

A
A

7- Fournir un dessin de detail du nœud B ci-dessous sachant que :

- Les barres de triangulation sont en double cornière de même hauteur

- La membrure est en double U discontinue et changeante la hauteur au nœud B

POUTRE FLECHIE ET VOILEMENT

Soit une poutre fléchie de grande portée fortement sollicitée :

1- Precisez comment on effectue le choix des caractéristiques géométriques suivantes : Hmax Hmin,largeur, epaisseur des semelles

Hmin condition de l’effort tranchant ; hmax donnée par l’encombrement ;condition de la stabilité au deversement et voilement plus la condition de résistance donnent b et es.

2-

Solutions qui s’imposent si on a à résoudre les problèmes suivants :

-

Diminuer le poids propre : poutre à inertie variable

-

Diminuer le poids propre et les déformations jugées excessives :treillis

-

Voilement local de la semelle comprimée :bracons

-

Voilement local de l’âme : raidisseur

-

Déversement important :lierne

3-

Préciser le rôle des raidisseurs dans une poutre fléchie. Leurs inconvénients et leurs avantages

Les raidisseurs permettent d’augmenter la rigidité flexionnelle de la poutre.

Inconvenients : augmente le poids propre

Solutions pratiques pour augmenter la contrainte critique de non voilement des plaques.

PARTIE B

Repondre par vrai ou faux aux questions suivantes :

1. La longueur de flambement est la longueur de déversement d’une poutre fléchie et comprimée : faux c est la longueur de flambement de la semelle comprimée

2. Les BHR sont conseillés uniquement au cisaillement : faux car ils sont en mesure de resister à un effort normal équivalent à la precontrainte.

3. Le déversement peut être accompagné du flambement général d’une poutre en IPE :vrai

4. La qualité d’un cordon de soudure dépend du lieu d’exécution et de la position du soudeur par rapport au cordon. : vrai

5. Une poutre à inertie variable est plus déformable qu’une poutre à inertie constante :vrai

6. L aboutement de deux plats par un simple couvre joint est déconseillé :vrai car risque d’apparition de flexion secondaire

7. L élancement des pièces comprimées ne doit pas dépasser 175 :

8. Les conditions sur le voilement sont à vérifier sur les poutres laminées(h<800mm) :Faux

9. Les déformations dues à T sont négligeables dans les poutres à âme évidée :Faux en évidant la section, elle devient plus faible et donc entraine des contraintes plus importantes. Il faut donc verifier

10. Le voilement est à craindre lorsque la hauteur d’un IPE depasse 1000mm.