Vous êtes sur la page 1sur 8

 

………………………………………………………Communiqué de presse……………………………………………………… 

L’OBSERVATOIRE  DEPARTEMENTAL  DES  LOYERS  DU 


PARC PRIVE DANS LES BOUCHES‐DU‐RHONE : LE MARCHE LOCATIF EN 2017 
 
 
En  2006,  l’ADIL  et  la  FNAIM  ont  pris  l’initiative,  en  accord  avec  leurs  partenaires  publics  et  privés  (EPCI, 
communes,  Conseil  Départemental,  Etat,  agents  immobiliers)  de  mettre  en  place  un  observatoire 
départemental  des  loyers  du  parc  privé  à  destination  des  particuliers  et  des  collectivités  publiques.  La 
démarche de l’ADIL et de la FNAIM est fortement motivée par l’élaboration des politiques locales de l’habitat, 
notamment  des  Programmes  Locaux  de  l’Habitat  (PLH)  ainsi  que  par  la  volonté  de  mieux  réguler  le  marché 
locatif privé. 
 
Intérêts et objectifs de l’observatoire des loyers 
 
La  mise  en  place  de  l’observatoire  des  loyers  à  l’échelle  du  département  présente  des  intérêts  pour  les 
collectivités locales, les élus, les responsables du logement en général et les habitants. 
Dans le cadre des politiques locales de l’habitat intensifiées par la décentralisation, cet observatoire constitue : 
− un outil de régulation du marché par la transparence et la communication grand public des prix pratiqués, 
−  un  outil  d’aide  à  la  décision  pour  les  élus  et  les  bailleurs  pour  le  choix  d’implantation  d’un  programme 
immobilier social. 
Il  permet  également  de  connaître  les  loyers  de  marché  pour  la  mise  en  location  de  logements  réhabilités  et 
conventionnés et d’opérations d’investissement locatif. 
Chaque  année,  l’observatoire  des  loyers  privés  propose  une  analyse  du  niveau  des  loyers  ainsi  que  de  leur 
évolution (à partir de la deuxième année de fonctionnement). 
Les loyers de marché comme ceux de l’ensemble du parc sont étudiés. 
 
Les financeurs de l'Observatoire 
 
‐ Etat  
‐ Conseil Départemental des Bouches‐du‐Rhône 
‐ Métropole Aix‐Marseille‐Provence  
‐ Communauté d'Agglomération Arles Crau Camargue Montagnette 
‐ CGLLS  
 
 
LE NIVEAU DES LOYERS DES APPARTEMENTS DU PARC LOCATIF PRIVE –  2017 
 
De fortes disparités de loyers d’une ville à l’autre 

Dans  les  Bouches‐du‐Rhône,  la  fourchette  des  loyers  médians  est  large.  En  2017,  elle  oscille  entre  9 €/m²  à 
Tarascon et 14,9 €/m² à Aix‐en‐Provence. 
 
 
Trois secteurs distincts peuvent être observés au sein du département :  
 L’ouest  des  Bouches  du  Rhône  connait  les  montants  de  loyers  les  plus  faibles  (Tarascon  9 €/m²,  Sénas 
9,6 €/m², Arles 10,2 €/m², Port‐de‐Bouc 10,3 €/m², Berre‐l’Etang 10,8 €/m² et Salon 11,1 €/m²).  
 Les villes situées au centre du département, dont Marseille, enregistrent des prix intermédiaires (Marseille, 
Marignane,  Fos‐sur‐Mer,  Istres  11,8 €/m²,  Roquevaire  12  €/m²  Aubagne  12,1 €/m²  et  Martigues 
12,2 €/m²). 
 A contrario, les loyers les plus élevés se retrouvent dans quelques villes localisées à l’Est du département 
et  sur  le  littoral  (La  Ciotat  14,4  €/m²,  Aix‐en‐Provence  14,9 €/m²,  Cabriès  15,2  €/m²,  Carry‐le‐Rouet  et 
Cassis 16,5 €/m² et Sausset‐les‐Pins 17,4 €/m²). 
 
Zoom sur Marseille, ses arrondissements et quartiers 
 
A Marseille, les loyers varient d’un arrondissement à un autre. Ainsi les prix sont compris dans une fourchette 
médiane de 10,9 €/m² à 13 €/m². Les arrondissements les plus chers sont les 8e, 9e, 12e arrondissements ainsi 
que le 16e arrondissement. Les moins chers sont les 1er, 2e, 3e, 4e, 14e et 15e. 
 
L’observatoire  étudie  également  les  loyers  à  l’échelle  des  quartiers  administratifs  de  Marseille.  Ainsi,  les 
quartiers les plus chers en 2016 sont Perier, Saint‐Lambert, Le Rouet, Mazargues et Saint‐Giniez dont les loyers 
se situent aux environs des 13 €/m². Les moins chers sont Opéra, La Belle de Mai et Saint‐Antoine à environ 
10 €/m². 
 

LES TENDANCES DU MARCHE LOCATIF PRIVE EN 2017 
 
UNE STABILITE DES LOYERS QUI PERDURE 
La tendance à la stabilisation, voire à la baisse des loyers perdure depuis près de six ans (début d’inversion du 
marché  en  2012).  Elle  est  plus  ou  moins  perceptible  selon  les  territoires  et  le  type  de  produit  en  location. 
Particulièrement  valable  pour  les  logements  anciens,  semi‐récents,  et  récents,  elle  ne  se  vérifie  pas  toujours 
pour  les  logements  neufs.  Par  rapport  à  2016,  les  baisses  se  font  plus  rares,  une  part  importante  des  biens 
ayant déjà vu leur loyer réévalué au moins une fois sur la période antérieure.  
 
ANALYSE DES BESOINS EN LOGEMENT LOCATIF PRIVE DANS LE DEPARTEMENT 
La  majorité  des  demandes  des  candidats  locataires  porte  sur  les  logements  de  type  2  et  3,  toutefois,  des 
besoins très variés sont exprimés sans pouvoir être satisfaits.  
D’une  manière  générale,  les  villas  et  les  appartements  de  grandes  tailles  (T4  et  T5+)  sont  des  produits  très 
recherchés par les locataires mais l’offre est insuffisante sur ce segment du marché.  
La demande pour habiter en centre‐ville s’exprime également et notamment pour des appartements de type 2 
ou 3 avec extérieur (balcon ou terrasse) et place de parking. Or ces produits sont rares ou inexistants. 
 
La demande locative locale non satisfaite 
Ces besoins en logement locatif peuvent s’exprimer de manière différente selon les territoires.  
A Salon‐de‐Provence, de nombreuses personnes âgées sont à la recherche de logements en location en centre‐
ville avec ascenseur. 
À Aix‐en‐Provence, mais aussi sur le littoral, des locations haut de gamme semblent manquer.  
A Marseille et Arles, es résidences sécurisées font l’objet d’une forte demande. 
 
Parfois, la demande s’exprime davantage en surface habitable ou en prix. C’est le cas à Aix‐en‐Provence où de 
nombreux locataires recherchent des T2 à 550 €/mois maximum, des T3 d’au moins 80 m² et des villas dont le 
loyer serait compris entre 1200 et 1300 €/ mois. 
 
DES DELAIS DE RELOCATIONS QUI N’AUGMENTENT PLUS 
Si  les  délais  de  relocation  ne  s’allongent  plus,  voire  se  réduisent  (2  mois  en  moyenne),  la  recherche  d’un 
nouveau locataire s’avère toujours difficile pour les bailleurs. 
De plus, de nombreux logements demeurent vacants du fait des loyers encore trop élevés et l’état du bien qui 
ne correspond plus aux attentes. 
 
LES PHENOMENES IMPACTANT LE MARCHE LOCATIF DES BOUCHES‐RHONES 
 
1/ La suppression de la GRL en 2016, quel impact pour le locataire en 2017 ? 
La  suppression  de  la  GRL  (Garantie  des  Risques  Locatifs)  en  2016  a  eu  pour  effet  de  rendre  l’accès  au  parc 
locatif  privé  plus  difficile  aux  locataires  modestes  et  très  modestes  qui  doivent  y  loger.  Le  dispositif  Visale 
(porté par le 1% Logement), nouvelle garantie mise en place en février 2016, n’a pas encore rencontré le succès 
escompté sur notre territoire. La réforme annoncée de Visale devrait apporter des améliorations. 
Par ailleurs, la GLI (Garantie des Loyers Impayés), dont les critères d’éligibilité sont très stricts, condamnent de 
nombreux bailleurs à refuser des candidats.  
 
2/ La réduction du délai de préavis en zone tendue, quelles conséquences sur la mobilité en 2017 ? 
La  réduction  du  délai  de  préavis  passant  de  trois  mois  à  un  mois  n’aura  eu  qu’un  impact  très  localisé  sur  la 
mobilité  des  locataires.  La  crainte  des  bailleurs  de  voir  la  mobilité  des  locataires  augmenter  au  sein  des 
Bouches‐du‐Rhône  n’a  donc  pas  été  confirmée  en  2017  en  dehors  d’Aix‐en‐Provence  et  des  8e  et  12e 
arrondissements de Marseille. 
 
3/ Le développement du marché Airbnb dans certains territoires du département, notamment du côté d’Arles 
et dans certains quartiers de Marseille 
Marseille  connait  un  développement  important  du  marché  Airbnb  comme  en  atteste  les  10 000  annonces 
actuellement en ligne. Cela représente 4 % du parc locatif privé de la ville. Cette offre particulière a enregistré 
une progression de près de 90 % en 1 an. 
Airbnb  connait  également  un  essor  important  à  Arles  où  ce  type  de  location  a  eu  pour  effet  de  maintenir 
artificiellement les loyers de certains biens. Sur ces territoires, Airbnb est vecteur de tension du marché locatif 
classique. 
 
 
LES CONSTATS QUI INTERPELLENT… 
 
1. Un phénomène de squat voit le jour à Marseille notamment dans les quartiers nord et le centre‐ville. 
Cela effraye les bailleurs et les administrateurs de biens qui hésitent à poser les panneaux à louer.  
2. La  concurrence  entre  logements  neufs  et  anciens  est  toujours  très  présente.  Les  prix  du  neuf  font 
généralement chuter ceux de l’ancien peu de temps après la livraison des programmes. La vérification 
a pu se faire dans le 5e arrondissement de Marseille mais aussi à Istres. Les mêmes effets devraient 
être observés à Martigues et à Miramas où de nombreux programmes neufs ont été livrés. 
3. Les  programmes  récents  en  fin  de  défiscalisation  doivent  faire  l’objet  d’une  attention  particulière. 
Comment vont‐ils se positionner dans le marché ? A quel prix vont‐ils être reloués ?  
4. De  nombreux  propriétaires  bailleurs  commencent  à  se  détourner  du  marché  locatif  et  vendent  leur 
bien. Les raisons sont multiples : impayés de loyers, dégradations du bien loué, manque de rentabilité. 
Si  ce  phénomène  devait  prendre  de  l’ampleur,  l’offre  locative  privée  serait  en  diminution  car  ne 
pouvant être compensée par l’offre nouvelle issue des dispositifs de défiscalisation. 
 
 
 
 
 
L’OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DES LOYERS EN DETAILS 
 
METHODE DE L’OBSERVATOIRE DES LOYERS 
 
La  méthode  mise  en  place  par  l’ADIL  des  Bouches‐du‐Rhône,  avec  l’appui  de  l’Agence  Nationale  pour 
l’Information sur le Logement (ANIL), consiste à suivre un panel de logements issus du parc locatif privé.  

L’enquête porte sur les logements loués vides et gérés par des administrateurs de biens. Elle nous informe sur 
le  niveau  des  loyers  appliqués  hors  charges  et,  lorsque  la  donnée  est  disponible,  sur  la  superficie  des 
logements. 

L’estimation  des  montants  de  loyer  nécessite  un  quota  minimum  de  25  références1,  pour  chaque  nature 
(collectif / individuel) et type de bien (nb de pièces). Ce quota doit être respecté quel que soit le découpage 
géographique retenu (EPCI, secteur, commune, arrondissement…). Il repose fortement sur la participation des 
agences  immobilières  à  l’Observatoire  Départemental  des  Loyers  (ODL)  et  sur  la  qualité  des  données 
recueillies. 

Afin  de  permettre  la  comparaison  entre  tous  les  territoires,  l’effet  de  structure  du  parc  a  été  neutralisé  en 
appliquant une pondération départementale à chacune des zones d’observation. Ce coefficient de pondération 
tient  compte  du  statut  d’occupation,  de  la  typologie  des  logements  et  de  la  nature  du  bien  (tels  que  définis 
dans le recensement de la population de l’Insee). 

Les loyers sont donnés mensuellement ou sont rapportés à la surface habitable (€/m²). La première approche 
nous  renseigne  clairement  sur  le  montant déboursé  chaque  mois par  les  ménages  et permet de  mieux  saisir 
l’effort à consentir pour se loger. La deuxième approche gomme les effets liés à la superficie des logements et 
constitue une donnée de référence partagée par l’ensemble des professionnels de l’immobilier.  

Les résultats sont présentés selon trois niveaux.  
‐ Loyer médian : loyer qui sépare les logements en deux parts identiques (la moitié des logements a un loyer 
mensuel supérieur à ce seuil et l’autre moitié a un loyer inférieur). La médiane permet de s’affranchir des 
valeurs extrêmes qui impactent fortement la moyenne. 
‐ Loyer bas : loyer 1er quartile (25 % des logements ont un loyer mensuel inférieur à ce seuil). 
‐ Loyer haut : loyer 3ème quartile (25 % des logements ont un loyer mensuel supérieur à ce seuil). 
La prise en compte de ces deux valeurs, hautes et basses, vient illustrer la diversité et les écarts de prix. 

Le plus souvent, les loyers sont présentés dans leur ensemble, mais une approche selon la date d’entrée des 
locataires peut également être proposée. Un focus sur ceux ayant emménagé dans l’année permet notamment 
une analyse plus conjoncturelle des loyers (on parlera de loyers de marché ou de relocation). 

 
L’observatoire  est  principalement  réalisé  avec  le  concours  de  la  FNAIM  des  Bouches‐du‐Rhône  dont  la 
couverture territoriale par ses agences adhérentes permet d’obtenir des données fiables. En 2017, les 21 000 
références de loyers recueillies proviennent de 100 agences réparties sur l’ensemble du département.  
 
Les  résultats  sont  restitués  annuellement  auprès  des  partenaires  à  travers  différents  supports.  Chaque 
territoire intercommunal fait ainsi l’objet d’une publication comprenant une analyse locale et des tableaux de 
bord chiffrés.  
 
L’ensemble de ces publications sont disponibles sur le site de l’Adil 13 : https://www.adil13.org/. 
 
 
 

                                                            
1 ou 5 % du parc locatif privé pour les territoires où celui‐ci est peu développé. 

 
LES AGENTS IMMOBILIERS AU SERVICE DE LA MAITRISE DES LOYERS 
 
A l’origine, dans l’esprit du législateur, les observatoires étaient un préalable à l’encadrement des loyers, une 
mesure  fermement  combattue  par  la  FNAIM.  La  situation  a  considérablement  évolué  depuis  et  le  concours 
apporté  par  les  professionnels  ne  doit  plus  être  vécu  comme  une  contrainte  mais  bien  comme  une 
opportunité, à double titre. 
Des statistiques en quantité... La loi attribue aux professionnels de la transaction et de la gestion locative la 
mission  de  fournir  la  matière  première  des  observatoires.  Comment  ceux‐ci  pourraient‐ils  se  passer  des 
quelques centaines de milliers de données que les adhérents de la FNAIM sont en mesure d’apporter chaque 
année ? Pour leur simplifier la tâche, la Chambre des BdR organise, en collaboration avec l’ADIL, la collecte de 
ces  données  auprès  des  agences  et  cabinets  puis  transmet  les  références  statistiques  à  l’observatoire  local 
conçu et animé par l’ADIL. 
…  mais  aussi  de  qualité.  Les  observatoires  sont  alimentés  par  toutes  sortes  de  données,  d’origines  diverses. 
Celles des professionnels sont particulièrement importantes dans la mesure où, conscient de l’effort demandé 
aux  locataires,  ils  exercent  de  longue  date  un  rôle  modérateur  sur  les  loyers.  Un  observatoire  largement 
alimenté par les administrateurs de biens démontrera qu'ils sont des agents tempérant les marchés et qu'ils se 
substituent avec efficacité à un mécanisme d'encadrement ou de blocage. 
 
A propos de la FNAIM 13 
La Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM) est l’organisation syndicale des professionnels de l’immobilier 
en  France.  Ses  adhérents  exercent  tous  les  métiers  de  la  transaction,  de  la  gestion,  de  la  location,  de 
l’expertise,  du  diagnostic,  etc.  Créée  en  1913  à  Marseille,  la  FNAIM  13  est  présente  sur  l’ensemble  du 
département des Bouches‐du‐Rhône et compte 400 adhérents professionnels. 
La  FNAIM  accompagne  au  quotidien  ses  adhérents  dans  l’exercice  de  leurs  activités.  Elle  leur  dispense  les 
formations,  initiales  et  continues,  qui  différencient  les  professionnels  FNAIM  par  leurs  compétences  et  la 
qualité  de  services  offerts  aux  particuliers.  Elle  veille  au  respect,  par  chacun  de  ses  membres,  de  son  Code 
d’Ethique et de Déontologie, garant de la protection des droits du consommateur. 
La  FNAIM  est  un  interlocuteur  reconnu  par  les  Pouvoirs  Publics  pour  l’élaboration  des  politiques  et  des 
législations relatives au logement. Les statistiques qu’elle établit à partir des données recueillies auprès de ses 
adhérents  et  qu’elle  diffuse  gratuitement  permettent  de  suivre  au  plus  près  l’évolution  des  marchés  du 
logement  en  France.  A  la  fois  référence  et  partenaire,  la  Fédération  veut  faire  partager  une  vision  positive, 
équilibrée et sociale de l’immobilier. La FNAIM fait partie du Conseil National de la Transaction et de la gestion 
immobilière (CNTGI). 
 
 
A propos de l’ADIL des Bouches‐du‐Rhône 
L’Agence  Départementale  d’Information  sur  le  Logement des  Bouches‐du‐Rhône  (ADIL  13)  évolue au  sein  du 
réseau  national  ANIL/ADIL.  Au  sein  de  ses  instances  dirigeantes,  elle  réunit  les  représentants  des  secteurs 
publics et privés du logement. Ses missions sont prévues par l’article L. 366‐1 du code de la construction et de 
l’habitation. L’ADIL assure une mission de service public de conseil des particuliers sur les questions juridiques, 
financières et fiscales du logement ; à ce titre, elle conseille plus de 25 000 habitants par an dans la conduite de 
leur  projet  immobilier.  En  outre,  l’ADIL  forme  les  professionnels  du  logement  et  conduit  des  études  et 
observations sur le fonctionnement des marchés du logement et le comportement des ménages. 
 
Contact presse 
 
Pour la Fnaim : 
Agence Dixit 
Emmanuelle Emran Antoniotti 
Mobile : 06 18 07 18 96 
 
Pour l’ADIL des Bouches‐du‐Rhône : 
Thierry Moallic 
Directeur de l’ADIL 
Mobile : 06 07 89 35 16 
Odl 13
Observatoire Départemental des Loyers
du Parc Privé des Bouches-du-Rhône
Le niveau des loyers des villes-centres des territoires en 2017
Loyer médian des appartements en €/m2 au 1er janvier 2017 (données consolidées)
Tous types confondus

Intercommunalités non étudiées


par l’observatoire Métropole Aix-Marseille Provence

Pays Salonais

Salon-de-Provence Pays d’Aix


Arles Crau Camargue Montagnette 11,1 €

Istres-Ouest Provence
Aix-en-Provence
Arles
Istres 14,9 €
10,2 € 11,7 €

Pays de Martigues

Pays d’Aubagne
Martigues
et de l’Étoile
12,2 € Marseille Provence

La-Penne- Aubagne
sur-Huveaune
12,1 €
Marseille
11,7 €

Observatoire Départemental des Loyers créé et animé par l’ADIL 13


en collaboration avec la FNAIM 13
ODL 13 - Février 2018
Odl 13 Loyers des appartements à Marseille en 2017
Observatoire Départemental des Loyers
du Parc Privé des Bouches-du-Rhône
Le niveau des loyers appartements à Marseille en 2017
Loyer médian des appartements en €/m2 au 1er janvier 2017 (données consolidées)
Tous types confondus

Saint-Antoine

Saint-Louis

La Cabucelle

Bon Secours Saint-Just


Montolivet
Saint-Mauront
Chutes Lavie
Saint-Julien
La Vilette Belle de Mai
Chartreux

Saint-Lazare Saint Barnabé


La Joliette Saint-Charles
Blancarde
Grands CarmesChapitre Cinq Avenues
Belsunce
Thiers
Hôtel de Ville Noailles Camas
Opéra Notre-Dame-du-Mont Saint-Pierre
La Pomme
Saint-Victor Préfecture Conception
Le Pharo
Palais de Justice Lodi Baille
Saint-Lambert Castellane
Vauban Pont-de-Vivaux

La Capelette
Le Rouet Saint-Loup
Perier

Saint-Giniez Saint Tronc

Sainte-Marguerite

Sainte-Anne

Mazargues

Loyer mensuel médian (€/m²) Médiane Marseille : 11,7 €/m2


Plus de 12,2 €
Observatoire Loyer mensuel médian (€/m2)
Pointe Rouge
Départemental des
Loyers crééDe 11,2 par
et animé à 12,2 Plus de 12,2 €
l’ADIL 13 De 11,2 à 12,2 €
Moins de 11,2 €
en collaboration avec la
FNAIM 13Non significatif Moins de 11,2 €
ODL 13 - Février 2018
Non significatif
Odl 13
Observatoire Départemental des Loyers
du Parc Privé des Bouches-du-Rhône
Le niveau des loyers appartements à Marseille en 2017
Loyer médian des appartements en €/m2 au 1er janvier 2017 (données consolidées)

Loyers des appartements tous types confondus par quartier administratif


par arrondissement et ordre alphabétique de quartier administratif

en €/m2
Nombre de
Arrondissement Quartier administratif Bas Médian Haut Surface médiane
références
Belsunce 250 9,3 € 11,2 € 13,4 € 56 m2
Chapitre 177 9,1 € 10,8 € 12,2 € 59 m2
Noailles 221 10,1 € 11,2 € 13,2 € 56 m2
1er arr.
Opéra 214 8,9 € 10,4 € 11,9 € 57 m2
Saint-Charles 272 9,5 € 11,1 € 12,9 € 54 m2
Thiers 143 9,5 € 11,3 € 13,4 € 53 m2
Grands Carmes 177 9,5 € 11,4 € 12,7 € 48 m2
2ème arr. Hôtel de Ville 199 9,9 € 11,8 € 13,3 € 57 m2
La Joliette 157 8,9 € 11,0 € 13,3 € 49 m2
Belle de Mai 248 8,9 € 10,3 € 12,2 € 53 m2
La Vilette 78 10,2 € 11,8 € 13,6 € 45 m2
3ème arr.
Saint-Lazare 180 9,3 € 10,8 € 12,3 € 53 m2
Saint-Mauront 119 10,2 € 11,9 € 14,0 € 44 m2
Blancarde 272 10,1 € 11,4 € 12,5 € 52 m2
Chartreux 250 9,7 € 10,8 € 12,6 € 55 m2
4ème arr.
Chutes Lavie 176 10,1 € 11,5 € 12,6 € 53 m2
Cinq Avenues 347 9,5 € 10,9 € 12,3 € 57 m2
Baille 382 10,3 € 12,0 € 13,7 € 52 m2
Camas 449 7,0 € 11,3 € 12,7 € 57 m2
5ème arr.
Conception 283 10,3 € 12,1 € 13,5 € 54 m2
Saint-Pierre 197 10,6 € 11,5 € 13,2 € 49 m2
Castellane 251 10,3 € 11,7 € 13,3 € 57 m2
Lodi 225 10,8 € 12,2 € 13,6 € 56 m2
Notre-Dame-du-Mont 276 9,8 € 11,0 € 12,5 € 61 m2
6ème arr.
Palais de Justice 212 10,4 € 11,7 € 13,1 € 61 m2
Préfecture 165 10,0 € 11,0 € 12,8 € 57 m2
Vauban 251 10,0 € 11,6 € 13,5 € 58 m2
Le Pharo 83 11,2 € 12,5 € 14,2 € 50 m2
7ème arr. Saint-Lambert 202 11,1 € 12,8 € 14,5 € 46 m2
Saint-Victor 147 10,3 € 11,9 € 13,8 € 53 m2
Le Rouet 249 11,3 € 12,8 € 14,2 € 59 m2
Perier 248 11,0 € 12,8 € 14,6 € 63 m2
8ème arr. Pointe Rouge 61 10,6 € 12,3 € 14,5 € 61 m2
Sainte-Anne 163 11,2 € 12,6 € 13,9 € 61 m2
Saint-Giniez 134 11,5 € 13,1 € 14,5 € 60 m2
Mazargues 202 11,4 € 13,0 € 15,2 € 55 m2
9ème arr.
Sainte-Marguerite 137 11,1 € 12,2 € 14,0 € 51 m2
Observatoire
La Capelette 258 10,9 € 12,0 € 13,3 € 53 m2
Départemental des
10ème arr. Pont-de-Vivaux 66 10,3 € 11,6 € 12,7 € 58 m2
Loyers créé et animé par
l’ADIL 13 Saint Tronc 93 10,0 € 11,5 € 13,0 € 56 m2
en collaboration avec la 11ème arr. La Pomme 73 9,6 € 11,1 € 12,3 € 57 m2
FNAIM 13 Montolivet 118 11,0 € 12,2 € 13,7 € 57 m2
ODL 13 - Février 2018 12ème arr. Saint Barnabé 126 10,8 € 12,0 € 13,5 € 57 m2
Saint-Julien 125 10,5 € 12,1 € 13,9 € 62 m2
13ème arr. Saint-Just 99 9,7 € 11,1 € 12,7 € 59 m2
14ème arr. Bon Secours 90 10,1 € 11,3 € 12,3 € 51 m2
La Cabucelle 99 10,2 € 11,5 € 13,6 € 35 m2 NB : seuls les quartiers administratifs pour lesquels le
15ème arr. Saint-Antoine 59 8,9 € 9,7 € 11,4 € 64 m2 nombre de références est supérieur à 70 sont renseignés
Saint-Louis 89 10,2 € 11,5 € 12,7 € 46 m2 (en-deçà, les résultats ne sont pas significatifs).

Source : ODL 13 - Collecte 2017