Vous êtes sur la page 1sur 2

Causes de l’inflation :

1. inflation monétaire : une trop grande quantité de monnaie est émise par l'État ou par
les banques, ou à l'inverse une trop faible demande de monnaie survient.

2. inflation par la demande : la demande d'un produit ou d'un service essentiel excède
l'offre, et les producteurs augmentent leur prix car ils ne peuvent ou ne veulent
augmenter la production.

3. inflation par les coûts : le coût d'un produit essentiel augmente de façon notable, ce qui
a des répercussions sur les coûts des autres produits ou services.

4. l'indexation: des accords ou des règles de toutes sortes lient les prix de différents biens
et services, avec délais. Si le prix d'un élément essentiel augmente, tous les autres
suivent mécaniquement, et les effets retard mettent en place une boucle de rétroaction,
un cercle vicieux, chaque effort pour combler la différence créée n'ayant comme seul
effet que de mettre en place la prochaine hausse

5. panique monétaire: la monnaie utilisée est aujourd'hui essentiellement du papier ou du


métal sans autre usage, et donc sans autre valeur que celle attachée à la confiance des
utilisateurs. Si, pour une raison quelconque, ils se persuadent que la monnaie va perdre
de sa valeur, on assistera parallèlement à une chute sur le marché des changes et à une
forte inflation, qui validera l'anticipation inflationniste et la renforcera.

Conséquences de l’inflation :
Il y a deux types de conséquences :
1. Conséquences de l'inflation pour les ménages
Les conséquences positives
 Gains en tant que débiteurs, l'inflation a pour effet d'alléger la dette en cas
d'emprunts à taux fixes ;
 Globalement, tous les ménages qui peuvent indexer leur revenus sur
l'inflation.
Les conséquences négatives
 pertes en tant qu'épargnants si l'épargne n'est pas indexée, les intérêts réels
deviennent faibles, voire, dévalorisation du patrimoine financier ;
 titulaire de revenus fixes non indexés sur l'inflation ;
 globalement tous les ménages qui ne peuvent indexer leur revenu sur l'inflation
2. Conséquences de l'inflation pour les entreprises
Les conséquences favorables
 l'inflation favorise les investissements car elle augmente la marge
d'autofinancement et allège la charge de remboursement (en cas d'emprunts à taux
fixes), les entreprises ont intérêt à s'endetter ;
 effet de levier sur la rentabilité des capitaux propres.
Les conséquences défavorables
 biaise le calcul économique, investissements pas toujours opportuns ;
 si indexation des salaires, hausse des salaires et baisse de la rentabilité économique
 alourdissement du poids de l'endettement ;
 signification des comptes modifiés, illusion monétaire et risque d'amenuisement
des actifs réels de l'entreprise.

Politiques de lutte contre l’inflation :


Par la politique budgétaire : par le biais des prélèvements fiscaux, l'Etat peut ponctionner
une partie du pouvoir d'achat des agents économiques qu'il ne réinjecte pas dans l'économie
par le biais des dépenses publiques. En conséquence, le solde du budget de l'Etat sera
excédentaire : on parle alors de politique monétaire restrictive.

Une action sur les prix : l'Etat peut décider de contrôler directement l'évolution des prix en
mettant en place une politique de contrôle administratif des prix. Ce contrôle peut soit
encadrer la variation des prix, soit fixer de manière autoritaire le prix de certains biens ou
services. Ce type de politique a été mené en France de nombreuses années et ce n'est qu'au
milieu des années 80 que le contrôle des prix a été totalement supprimé en France.

Une action directe ou indirecte sur les salaires : l'Etat, premier employeur de France joue
un rôle important dans l'évolution des salaires en France. Pour lutter contre l'inflation, l'Etat
peut donc prendre un certain nombre de décisions propres à orienter l'évolution des salaires
(gel du salaire des fonctionnaires, augmentation faible des minima sociaux et du SMIC...).

Une réforme des règles de fonctionnement des marchés : l'inflation étant en partie due aux
rigidités de la fonction d'offre, l'Etat a cherché à accroître la flexibilité de certains marchés
pour favoriser les ajustements entre l'offre et la demande : l'introduction d'une plus grande
flexibilité sur le marché du travail permet aux entreprises d'adapter plus rapidement leurs
capacités de production aux évolution de la demande (suppression de l'autorisation
administrative de licenciement...).