Vous êtes sur la page 1sur 42

TABLE DES MATIERES

LISTE DES SIGLES SYMBOLES ET ABREVIATIONS...................................................................................... 3

INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 5

Mise en contexte ....................................................................................... Error! Bookmark not defined.

Justification du projet ............................................................................................................................. 6

OBJECTIF DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) ............................................ 7

METHODOLOGIE UTILISEE POUR LA REALISATION DU PGES ................................................................... 7

PARAMETRES GENERAUX POUR LA CONSTRUCTION D’UN BATIMENT INDUSTRIEL ET UNE CAFETERIA . 7

CADRE LEGAL EN MATIERE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE ........................................... 9

Normes et réglementation nationales-Domaine environnemental ...................................................... 11

Décret de 2005 sur la gestion environnementale................................................................................... 11

La constitution d’Haïti de 1987 .............................................................................................................. 12

Le décret du 27 octobre 1978 ................................................................................................................ 12

Les textes et lois et autres actes réglementaires sur la gestion des déchets solides ............................. 12

Le traitement des eaux .......................................................................................................................... 13

Arrêtés présidentielles du 9 aout 2012 et du 18 juillet 2013 interdisant l’utilisation des sacs en polyéthylène
et des objets en polystyrène expansé (PSE ou PS cristal ou styromousse) ......................... 13
Loi sur l’Urbanisme de 1963 .................................................................................................................. 14

Normes et réglementation nationales-Domaine social......................................................................... 15

La construction d’Haïti de 1987 ............................................................................................................. 15

Code du travail de la République d’Haïti ................................................................................................ 15

Politiques de Sauvegarde Environnementale et Sociale de la Banque Interaméricaine de Développement


(BID) ........................................................................................................................... 16
Cadre institutionnel de gestion de l’environnement et des questions sociales .................................... 18

Gestion de l’environnement et des ressources naturelles ...................................................................... 18

Gestion des questions sociales .............................................................................................................. 19

Gestion des risques naturels.................................................................................................................. 20

PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE(PGES) DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’UN BATIMENT


INDUSTRIEL ET D’UNE CAFETERIA AUNIVEAU DU PARC INDUSTRIEL DE LA METROPOLITAINE(PIM) Page 1
IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PROJET .................................................................... 20

Impacts Environnementaux et sociaux positifs....................................................................................... 20

Phase des travaux.................................................................................................................................. 20

PRESENTATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX NEGATIFS.......................................................... 21

Phase des travaux.................................................................................................................................. 21

Impacts sur la qualité de l’air et l’ambiance sonore ............................................................................... 21

Impacts négatifs sur le sol...................................................................................................................... 22

Impacts négatifs sur les eaux souterraines............................................................................................. 22

Impacts négatifs sur la flore................................................................................................................... 23

Contamination par des déchets solides et des produits chimiques......................................................... 23

Autres impacts négatifs sur le cadre de vie, la sante publique et la sécurité........................................... 23

Impacts sociaux négatifs........................................................................................................................ 24

Phase des travaux.................................................................................................................................. 24

Phase de mise en service....................................................................................................................... 25

GESTION DES IMPACTS NEGATIFS......................................................................................................... 25

Mesures générales de gestion du chantier............................................................................................. 25

Présentation des impacts environnementaux négatifs et des mesures d’atténuation-phase de


construction .......................................................................................................................................... 26
Tableau : matrice de présentation des impacts environnementaux et des mesures d’aténuation en phase
des travaux.................................................................................................................................. 26
SUIVI ENVIRONNEMENTAL .................................................................................................................. 47

Indicateurs de suivi................................................................................................................................ 47

PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE(PGES) DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’UN BATIMENT


INDUSTRIEL ET D’UNE CAFETERIA AUNIVEAU DU PARC INDUSTRIEL DE LA METROPOLITAINE(PIM) Page 2
Liste des tableaux

Tableau 1 : Analyses concordances et les discordances entre l’OP 703 et la législation nationale

Tableau 2 : Niveaux d’impact négatif sur la qualité de l’air

Tableau 3 : Niveaux d’impact négatif sur les sols

Tableau 4 : Impacts négatifs sur la flore

Tableau 5 : Niveaux d’impact sur le cadre de vie des populations

Tableau 6 : Matrice de présentation des impacts environnementaux et des mesures d’atténuation en


phase des travaux

Tableau 7 : Matrice de présentation des impacts sociaux et des mesures d’atténuation en phase de
mise en service

Tableau 8 : Matrice de présentation des impacts environnementaux et des mesures d’atténuation de


mise en service

Tableau 9 : Matrice de présentation des impacts environnementaux et des mesures d’atténuation de


mise en service

Tableau 10 : Synthèse des impacts environnementaux

Tableau 11 : Programme de suivi environnemental

Tableau 12 : Programme de suivi environnemental

PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE(PGES) DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’UN BATIMENT


INDUSTRIEL ET D’UNE CAFETERIA AUNIVEAU DU PARC INDUSTRIEL DE LA METROPOLITAINE(PIM) Page 3
LISTE DES SIGLES SYMBOLES ET ABREVIATIONS

ANAP: Agence Nationale des Aires Protégées

BID: Banque Interaméricaine de Développement

BME: Bureau des Mines et de l’Energie

CIAT: Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire

CO: Monoxyde de Carbone

DDE: Direction Départementale de l’Environnement

DHP: Direction d’Hygiène Public

DPC: Direction de la Protection Civile

DINEPA: Direction Nationale de l’Eau Potable

ISPAN: Institut de Sauvegarde du Patrimoine National

MARNDR: PEES :

MAST: PEPIM :

MDE:

MEF:

MPCE:

MSPP:

MTPTC:

No:

OP /BP:

PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE(PGES) DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’UN BATIMENT


INDUSTRIEL ET D’UNE CAFETERIA AUNIVEAU DU PARC INDUSTRIEL DE LA METROPOLITAINE(PIM) Page 4
Ministère de l’Environnement
l’Agriculture
des Ministère de l’Economie et des Finances
Ressources
Ministère de la Planification et de la Coopération Externe
Naturelles et
du Ministère de la Sante Publique et de la Population
Développem
ent Rural Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications

Ministère Numéro
des Affaires
Sociales et Politique Opérationnelle / Politique de la Banque
du Travail
Procédure d’Evaluation Environnementale et Sociale
Ministère de
Projet expansion du parc industriel métropolitaine

PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE(PGES) DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’UN BATIMENT


INDUSTRIEL ET D’UNE CAFETERIA AUNIVEAU DU PARC INDUSTRIEL DE LA METROPOLITAINE(PIM) Page 5
POE : Plan Opérationnel de l’Education

PGES : Plan de Gestion Environnementale et Sociale

PSDH : Plan Stratégique de Développement pour Haïti

SMSCRS: Service National de Collecte de Résidus Solides

SNGRD: Système National de Gestion des Risques et des Désastres

SNAP: Système National des Aires protégées

UEEIE: Unité Etude et Evaluation d’Impact Environnemental

UTE: Unité Technique d’Exécution

VIH : Virus d’Immunodéficience Humaine


INTRODUCTION

Mise en contexte

Dans le cadre du projet d’expansion du parc industriel Métropolitain de Port-Au –Prince,


l’Entreprise TECINA S.A a signé un contrat avec le Ministère de l’Economie et des Finances
(MEF) en date du 21 Avril 2017 pour la construction d’un bâtiment industriel et d’une cafeteria.

L’objectif spécifique de ce projet est d’augmenter le nombre de travailleurs dans ce secteur


suivant les exigences des normes.

Pour y parvenir il faut :


- La construction elle-meme
- L’ingénierie, l’administration, l’évaluation et la surveillance des travaux
- La diminution des impacts négatifs sur le plan environnementaux et sociaux par des
mesures de sauvegarde.

Justification du projet
Le projet d’expansion du parc industriel Métropolitain (PEPIM), revêt une importance
capitale pour l’Etat haïtien, permettra, à brève échéance, la création de près de neuf mille
(9,000) emplois supplémentaires (lettre de SONAPI au CNMP en date du 22 Janvier 2016)
Un ensemble de services et d’installations sera mise sur pied pour pouvoir garantir une
meilleure applicabilité possible des mesures de sauvegarde environnementale et sociale pour
le bon fonctionnement du parc et un maintien standards y relatifs. La construction de route
autours des bâtiments, un système de drainage approprie permettant l’évacuation des eaux
usées et pluviales et l’élimination des déchets solides.
La mise en m’œuvre et le fonctionnement de ce projet aura des impacts négatifs potentiels
sur la SONAPI et ses environs, donc pour atténuer ou pallier avec ces deniers un plan de
gestion environnementale et sociale a été élaboré. L’objectif de ce PGES est de prévoir les
impacts négatifs potentiels du projet, de les anticiper et proposer des mesures nécessaires
appropries sur les règlements existants.
OBJECTIF DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)
a) Identifier et évaluer les impacts de la construction et de la mise en service des usines
b) Proposer des mesures techniques viables et économiques réalisables pour éviter, atténuer
ou compenser les impacts négatifs au cours de la construction et la mise en service de
l’usine peuvent entrainer.

METHODOLOGIE UTILISEE POUR LA REALISATION DU PGES


Tout plan de gestion requiert une démarche méthodologique donc on adoptera celui-ci, la
préparation de ce document est basée sur le cadre physique général du projet. Les études de base
qui ont été effectuées dans le cadre du projet d’expansion du parc industriel métropolitain ont
également servi à la préparation de ce plan ainsi que les données techniques disponibles et les
spécifications techniques du projet ont été consultées, analysées et utilisées.

PARAMETRES GENERAUX POUR LA CONSTRUCTION D’UN BATIMENT INDUSTRIEL ET UNE


CAFETERIA

CAFETERIA

La cafeteria aura une superficie de 1500m², divise en plusieurs zones et définie comme
suit :
- Une cuisine pour la préparation des nourritures avec un dépôt des provisions.
- Un bloc sanitaire mixte (homme et femme) de 45 m², divise en deux (2) sous-blocs de
même surface, dument séparés par des cloisons et sont repartis comme suit : pour homme
trois (3) W.C et trois (3) lavabos et pour les femmes trois (3) W.C et six (6) lavabos

BATIMENT INDUSTRIEL

- La surface bâtie de l’atelier de couture est de 13,125 m² (175m X 75m). Une partie du
bâtiment sera en structure métallique et sera fournie par le maitre de l’ouvrage.
- La hauteur des murs en blocs sera de 5.00 m, et la partie supérieure de ces murs sera
remplacée par des panneaux en ‘’ Aluzinc ‘’ sur une hauteur de 2.50m
- Dans les zones de bureaux, la hauteur intérieure des murs en blocs sera de 3 mètres et de
3.45 mètres pour les murs extérieurs.
- Le contractant prévoira dans l’atelier des rampes d’accès pour handicapés dans les
entrées latérales du bâtiment, des aires de stationnement et des rampes pour des engins de
levage (dans la zone des quais) : deux quais de 3,0 m de large, 1.1 m de haut et 20,0 m de
long.
- Le contractant prévoira également des salles extérieures attenantes a l’atelier telles que :
2 2
Une salle de magasin de 180 m ,un poste de détritus de 60 m ,une salle pour compresseur
2 2 2
de 60 m ,une salle de nettoyage de 90 m ,une salle d’échantillon de 90 m ,et d’une salle
2 2
de formation de 60 m .Un espace de chaufferie pour bois de 129 m ,incluant un entrepôt
2
de buches de 80 m ,deux (2) aires de stationnement pour bicyclettes, respectivement de
2 2
400m et 240 m ,un bloc sanitaire mixte (hommes et femmes),divisé en deux(2) salles
Distinctes, rattaché longitudinalement au hangar. Il fait 39.9 m 6,0 m, soit un total
2
de 239,40 m .
Les deux salles sont séparées au milieu, par un mur de blocs de béton, qui arrive jusqu’au
plafond. Il est doté de deux (2) couloirs de circulation couvert, ayant respectivement deux
mètres (2,0 m) de large. La toiture dispose d’une seule inclinaison de 15% dans un seul
sens et est équipée de gouttières, placées à l’extrémité du coté le plus bas du bloc
sanitaire, de manière à récupérer les eaux de pluie. L’élévation du mur situé latéralement
en face du couloir donnant accès au bâtiment industriel, fait cinq mètre soixante-dix (5,70
m) de hauteur, tandis que celle du côté du parc de stationnement des bicyclettes fait
quatre mètre quatre-vingt-dix (4,90m).

Chaque salle est repartie comme suit :


Un (1) coin pour homme, dument cloisonne par un mur en bloc de béton, incluant une
porte d’accès, et comprenant quatre(4) W.C,trois (3) robinets de distribution d’eau et une
(1) fenêtre de trois mètres vingt(3,20 m) de large.
Un coin pour femme, dûment cloisonne par un mur en bloc de béton avec une porte
d’accès, ayant vingt-quatre (24) WC, huit (8) robinets de distribution d’eau et trois (3)
fenêtres de trois mètres vingt (3.20 m) de large chacune.

2
Un espace de bureau faisant de 175 m incluant :
2
- Une (1) toilette de 6,75m , situé à l’intérieur du bureau, et comprenant un(1) WC et un
(1) lavabo
2
- De deux (2) salles de contrôle qualité, ayant respectivement 26.20m
Légende pour la cafeteria

A: salle à manger B: cuisine

C: toilette D : abreuvoir
E: trottoir F : espace disponible
Légende pour le bâtiment
A: unloading PIT B: Training room
C: Cleaning room D: Sample Room
E: Bike park F: Machine store

G: wood boiler room H: waste store

I: Room compressor J: Toilette

K: Usine L: Mechanic room

M: Acce N: Parking area

O: Trotoir
CADRE LEGAL EN MATIERE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE
Toute construction est conditionnée au respect des normes environnementales y relatives.
En droit haïtien, il existe peu de législations protectrices de l’environnement en matière
de construction. Toutefois, plusieurs lois et décrets existent qui permettent la mise en
place rapide de mesures concrètes dans le cadre de la construction d’un bâtiment
industriel et d’une cafeteria du PIM. Même lorsque des dispositions réglementaires n’ont
pas été prises par les administrations, un décret, à la différence d’une loi, fait autorité .Il
en va ainsi du décret fondamental pour l’environnement qu’est le décret de 2006 sur la
gestion de l’environnement. Dans le cas d’un processus de consultation, ces textes
serviront utilement de référence et de cadre à une réglementation souhaitée par la
population.

Normes et réglementation nationales-Domaine environnemental

Décret de 2005 sur la gestion environnementale

En 2005, un effort a été consenti par le gouvernement en adoptant un décret sur la gestion
environnementale qui met en place en grande partie les structures devant collaborer dans
la gestion environnementale.

Ø L’article 56 de ce décret fait obligation de recourir a un processus d’évaluation


environnementale de tout projet pouvant avoir des impacts sur l’environnement
<< l’Etude d’impact environnemental, la déclaration d’impact environnemental,
le permis environnemental et les audits environnementaux >>. En d’autres
termes, cette évaluation devra constituer un outil nécessaire dans la gestion
environnementale.
Ø L’article 94 de ce décret fait obligation a toute personne souhaitant affecter ou
aménager le sol à des fins << agricoles, industrielles, urbaines, d’infrastructures
de communication ou autres >>, de réaliser une étude d’impact environnemental
au préalable.
Ø L’article 118 de ce décret stipule que tout particulier souhaitant réaliser un travail,
un ouvrage de prise ou de rejet d’eau, etc. Dans le domaine public hydraulique de
L’Etat est soumis à << une autorisation ou une concession accordée par le
Ministère de l’Environnement>>
Ø L’article 121 de ce décret fait interdiction d’accomplir tout acte << de
déversement, écoulement, rejets, dépôts, directs ou indirects de toute nature
pouvant provoquer ou accroitre la population des eaux continentales.
Ø Pour finir, l’article 120 interdit << l’obstruction même temporaire des voies de
passage d’eaux, y compris les eaux pluviales dans le domaine public hydraulique
ou de la voie publique >> sans une autorisation des autorités compétentes.

La constitution d’Haïti de 1987


Dans le domaine environnemental, la Constitution de 1987 comprend un certain nombre
d’articles relatifs à l’environnement et à l’utilisation des ressources naturelles. Trois
articles pouvant se rapporter à ce projet sont :
Ø Article 253.L ‘environnement étant le cadre naturel dévie de la population, les
pratiques susceptibles de perturber l’équilibre écologique sont formellement
interdites.
Ø Article 254.L’Etat organise le développement des sites naturels, assure la
protection et les rend accessible à tous.
Ø Article 257.La loi détermine les conditions de protection de la faune et de la flore,
et sanctionne les contrevenants.

Le décret du 27 octobre 1978


Les articles du décret qui sont les plus pertinents en matière de protection de
l’environnement sont :

Ø L’article 94. La pollution est l’ensemble des apports de matières nuisibles à la vie.
Elle est physique, chimique et biologique ;
Ø L’article 95. Nul n’est autorisé à se déverser dans la mer et jeter des matériaux
susceptibles d’affecter l’environnement.

Les textes et lois et autres actes réglementaires sur la gestion des déchets solides
Plusieurs actes régissent ce secteur. Les plus importants sont listes ci-dessous :

Ø Arrêté du 12 avril 1919 sur les règlements sanitaires;


Ø Loi établissant des règles spéciales relatives à l’habitation et a l’aménagement des
villes et des campagnes, en vue de développer l’urbanisme;
Ø Loi No XV du code rural François Duvalier sur l’hygiène rural;
Ø Décret du 3 mars 1981 créant une loi-cadre régissant la gestion et l’élimination
des déchets et prévoyant en même temps les sanctions appropriées;
Ø Décret du 3 mars 1981 créant un organisme public dénommé: << Service
Métropolitain de Collecte de Résidus Solides >> (SMCRS)
Ø Arrêté du présidentiel du 21 avril 1983 déclarant une portion de terrain situe à
l’habitation Truitier, section rurale des Varreux en la commune de Delmas zone
de traitement et de mise en décharge des déchets collectes dans la zone
métropolitaine et des environs immédiats;
Ø Décret du 22 octobre 1982 adaptant la législation communale à la constitution en
vigueur;
Ø Loi portant organisation de la Collectivité Territoriale de Section Communale;
Ø Décret du 19 octobre 2005 sur la gestion de l’environnement;
Ø Décret de 2006 définissant le cadre général de la Décentralisation, les principes de
fonctionnement et d’organisation des collectivités territoriales haïtiennes;
Ø Décret de 2006 sur le fonctionnement et l’organisation des Communes.

Le traitement des eaux


L’article No.140 de la Loi VII du code rural stipule que l’évacuation des eaux de
déchets des installations industrielles et des habitations dans les cours d’eaux naturelles comme
dans les canaux d’irrigation et de drainage est formellement interdite. Néanmoins une demande
d’autorisation à cette fin peut être adressée au Département de l’Agriculture ou a tout autre
organisme compétent qui, après l’avoir examinée, en accord avec le Département de la Sante
Publique, pourra la rejeter ou la considérer comme recevable selon l’intérêt de la salubrité
publique.

Arrêtés présidentielles du 9 aout 2012 et du 18 juillet 2013 interdisant l’utilisation


des sacs en polyéthylène et des objets en polystyrène expansé (PSE ou PS cristal ou
styromousse)
Considérant que la dispersion des déchets plastiques sur la voie publique, dans les égouts et
caniveaux constitue une cause d’insalubrité majeure, préjudiciable à l’environnement et que les
sacs en polyéthylène et les objets en polystyrène expansé (PSE ou PS cristal ou styromousse) à
usage alimentaire unique tels que plateaux,barquettes,bouteille,gobelets et assiettes ont une durée
de vie de plus de quatre siècles, ont difficiles à recycler et dégagent en combustion des gaz nocifs
à la sante et à l’environnement.

Tenant compte des impacts négatifs sur l’environnement de l’utilisation des sacs en polyéthylène
et des objets en polystyrène expansé deux arrêtés présidentiels ont été publiés aux fins
d’interdiction de leur utilisation à usage alimentaire unique.
Les articles de ces arrêtés sont les suivants :

Article 1. Il est interdit de produire, d’importer, de commercialiser et d’utiliser, sous quelque


format que ce soit, les sacs en polyéthylène et les intrants et objets en polystyrène expansé (PSE
PS cristal ou styromousse) a usage alimentaire unique tels que plateaux, barquettes, bouteilles,
sachets, gobelets et assiettes.
er
Article 2. Tout arrivage de colis contenant les objets décrits à l’article 1 sera confisque par les
autorités douanières et les propriétés sanctionnes conformément aux dispositions du Code
er
Douanier. Cet arrêté était entré en vigueur à la date du 1 aout 2013.

Article 3. Le Ministère de l’Economie et des Finances prendra toutes les dispositions nécessaires
visant a faciliter l’importation d’intrants, de récipients et produits en papier ou en carton 100%
biodégradable ainsi que les sachets et sacs à base de fibre, de sisal ou de pite.

Article 4. L’Arrêté du 9 aout 2012 interdisant la fabrication, l’importation, la commercialisation


et l’utilisation de quelque manière que ce soit des sachets en polyéthylène noir est et demeure
rapporté.

Loi sur l’Urbanisme de 1963


La loi de 1963 établi les conditions dans lesquelles toute construction devra être effectué. Cette
loi interdit la construction dans certains points.

L’article 1 de cette loi interdit toute construction en saillie, en avance ou encorbellement sur la
voie publique ;

L’article 3 de cette loi stipule qu’aucun constructeur n’est autorisé à construire dans un endroit
où il y a drainage naturel dans la mesure ou cela pourrait provoquer un obstacle a <<
l’écoulement des eaux torrentielles en saison pluvieuse de façon à dévier ces eaux vers les
propriétés avoisinantes ou vers la voie publique >>

L’article 12 qui oblige à ce que toute construction nouvelle réunisse << les conditions techniques
propres à garantir la sante et la sécurité tant de ses habitants que des voisins et des usagers de la
voie publique.
Normes et réglementation nationales-Domaine social

La construction d’Haïti de 1987


Les articles de la constitution de 1987 relatives aux questions sociales sont :

Article 35 : La liberté du travail est garantie. Tout citoyen a pour obligation de se consacrer à un
travail de son choix en vue de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, de coopérer avec
l’Etat à l’établissement d’un système de sécurité sociale.

Article 35.2 : L’Etat garantit au travailleur, l’égalité des conditions de travail et de salaire quel
que soit son sexe, ses croyances, ses opinions et son statut matrimonial.

Article 35.6 : La limite d’âge pour le travail salarié. Des lois Spéciales règlementent le travail des
enfants mineurs et des gens de maison.

Code du travail de la République d’Haïti


Ce document recouvre une grande part du dispositif de gestion sociale du présent PGES :

Contrat Verbal. Il fait référence sur les conditions du contrat individuel de travail (Loi No 1,
contrat individuel de travail, article 16).

Les documents nécessaires pour exercer un emploi : Livret de travail et carnet de santé

Il est à noter que les travailleurs internationaux et les personnes qui assurent les fonctions de
direction sont exempts d’un livret de travail.

Carnet de santé : l’article 46 du code précise que le carnet doit faire mention de tous les
incidents et accidents lies à l’activité exercée.

Hygiène et sécurité : plusieurs articles du code précisent les normes en manière d’hygiène et de
sécurité lors des travaux. Les articles les plus pertinents sont :

Article 439 fait obligation à l’installation des structures sanitaires sur les lieux de travail. Et
également à l’utilisation des équipements de protection sur les lieux de travail et notamment les
chantiers.

Article 440 fait obligation d’utiliser des équipements de protection respiratoire lors des travaux.
Article 444 sur l’utilisation des engins et machines.

Articles 447 à 449 sur la mise en œuvre des mesures de sécurité préventive par les entreprises.

Article 451 sur l’obligation de réembauche d’un travailleur accidenté du fait de son travail.

Article 452-453 sur la proscription des boissons alcoolisés et des stupéfiants.

Article 455 sur l’emport et le poids maximal autorisé de manutention,- 80 kg.

Article 456 sur les dispositions relatives aux logements et repas des personnels.

Politiques de Sauvegarde Environnementale et Sociale de la Banque Interaméricaine


de Développement (BID)

La BID a développé des politiques et des guides techniques pour contrôler les activités
des projets qu’ils financent, de façon à s’assurer qu’ils sont soutenables du point de
vue environnemental et social.

Les politiques de sauvegarde environnementale et sociale de la BID comprennent à la fois,


les Politiques Opérationnelles (OP) et les Procédures de la Banque (BP).Les politiques
de sauvegarde sont conçues pour protéger l’environnement et la société contre les effets
négatifs potentiels des projets,plans,programmes et politiques.

No Disposition de l’OP 703 Législation nationale Analyse

1 Evaluation environnementale Exigence de soumission d’une EIE Conformité entre la


et sociale pour tout projet ou activité législation nationale
L’OP703 est déclenchée si un susceptible d’altérer et l’OP 703
projet va probablement connaitre l’environnement
des risques et des impacts
environnementaux
potentiels (négatifs) dans
sa zone d’influence
2 Examen environnemental L’annexe du décret réglementant Conformité entre la
préalable les EIE est relativement concis, il législation nationale
L’OP 703 classifie les projets indique simplement une et l’OP 703
comme suit : nomenclature de secteur d’activités.
Catégorie A : impact négatif
majeur certain
Catégorie B : impact négatif
potentiel
Catégorie C : impact négatif non
significatif
3 Participation publique : La législation nationale dispose Conformité entre la
L’OP 703 dispose que pour tous d’une procédure de consultation et législation nationale
les projets de catégorie A et B, de participation du public relatives et l’OP 703
les groupes affectes par le projet aux EIE.
et les ONG locales sont
consultés sur les aspects
environnementaux du projet, et
tient compte de leurs points de
vue. Pour les projets de catégorie
A, ces groupes sont consultés au
moins à deux reprises :
a) Peu de temps après
l’examen environnemental
préalable et avant la
finalisation des termes de
référence de l’EIE ;
b) Et une fois établi le projet
de l’EIE .Par ailleurs, ces
groupes sont consultés
tout au long de
l’exécution du projet, en
4 Diffusion d’information La législation nationale dispose sur Conformité entre la
L’OP 703 dispose de rendre la diffusion des informations législation nationale
disponible le projet d’EIE (pour relatives aux EIE et l’OP 703
les projets de la catégorie A) ou
tout rapport EIE séparé (pour les
projets de la catégorie B) dans le
pays et dans la langue locale à
une place publique accessible
aux groupes affectés par le projet
et aux ONG locales avant
Cadre institutionnel de gestion de l’environnement et des questions
sociales
Dans les faits, plusieurs acteurs institutionnels sont présents dans la gestion de
l’environnement et des questions sociales

Gestion de l’environnement et des ressources naturelles


En relation avec le projet, les ministères les plus engagés dans les questions
environnementales demeurent le Ministère de l’Environnement (MDE), Le Ministère de
l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR), Le
Ministère des Travaux Publics et de la Communication.

Le MDE (Ministère de l’Environnement) est responsable du développement de la


politique nationale en matière de gestion de l’environnement, en particulier dans la mise
en place de normes environnementales, la mise en œuvre du Plan d’Action pour
l’Environnement (PAE), et de la gestion et la réglementation des zones protégées.

Il existe au sein du Ministère charge de l’environnement L’Unité Etude et Evaluation


d’Impact Environnemental (UEEIE /MDE).En matière d’évaluation environnementale, l’unité
chargée des évaluations environnementales a compétence en matière de validation des études
d’impact en Haiti.Il arrive que cette unité réalise elle-même les études pour des promoteurs.
Au niveau des départements il existe des Directions Départementales de l’Environnement
(DDE) qui participent également à la réalisation et à la validation des études d’impact. L’unité
connaît des insuffisances en termes d’agents et d’équipements pour assurer sa mission.

Le (MARNDR) Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement


rural est charge de concevoir et d’appliquer une politique nationale dans les domaines
de l’agriculture, de l’élevage, des ressources naturelles et du développement rural. Le décret
de 1987 confère également au MARNDR la gestion des forêts, des sols, des aires protégées,
des eaux, de la chasse, de la pêche et de l’agriculture.

L’ANAP (Agence National des Aires Protégées) est chargée de la gestion et la coordination du
Système National des Aires Protégées (SNAP).L’ANAP est l’organe exécutif du SNAP dont la
mission est de conserver, de créer et de gérer les différentes catégories d’aires protégées de
les mettre en valeur dans une perspective de développement durable et harmonieux sur le plan
social et économique des communautés locales.
Le MTPTC est responsable d’assurer la protection de l’environnement de tous les projets de
travaux publics.IL comprend la cellule environnementale du MTPTC avec les responsabilités
suivantes :

· Veiller à ce que les mesures de protection de l’environnement soient adoptées par des
projets;
· Coordonner avec le MDE;
· Fournir des évaluations et des recommandations sur les mesures d’EIE.

Gestion des questions sociales


Le Ministère de la Condition Féminine travers la Direction de la Promotion des Droits des
femmes et la Direction de la Prise en compte de l’analyse selon le genre, veille à assurer une
meilleure implication des femmes et une prise en compte des questions des questions de genre
dans les programmes et projet. Ce ministère pourrait aider à la mobilisation sociale des
groupements féminins et à leur meilleure implication dans le cadre du projet.

Le Ministère de la Sante Publique et de la Population (MSPP) a travers la Direction d’Hygiène


Publique (DHP), qui s’occupe des aspects normatifs de la qualité sanitaire de la vie, dont le
contrôle de la qualité de l’eau de Boisson et des industries alimentaires, de l’hygiène des
marchés, des places publiques et des cimetières, de l’élaboration et du suivi de l’application des
normes et standards d’hygiène du milieu pourrait être amené a intervenir au besoin dans la mise
en œuvre de ce PGES.

Le Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST) constitue la principale institution du


pays responsable du respect des normes de protection sociale et e la mise en œuvre d’une
politique sociale et du travail. Il est important d noter qu’une partie des missions du MAST a été
couverte par le secteur non gouvernementale, qui pourvoit actuellement à la majorité des services
de protection sociale. Le Département du Travail et du Bien-être Social a été créé par la loi du 28
AOUT 1967. L e s modalités d’application de la loi du 28 aout 1967 ont été déterminées par
le décret du 24 septembre 1979.

Le Ministère de la Culture constitue l’instance régulatrice de l’état haïtien qui veille à la


protection et à la promotion de la culture nationale. En date du 28 mars 1979, l’état haïtien a
travers un décret présidentiel a créé L’ISPAN, Institut de sauvegarde du patrimoine national dont
la mission principale consiste à faire la promotion et développer des activités publiques ou
privées visant à sauvegarder le patrimoine national. L’ISPAN est sous la tutelle du Ministère de
la culture.
Le comité Interministériel d’Aménagement du Territoire (CIAT), créé par arrêté du Premier
Ministre en date du 30 janvier 2009, il est présidé par le Premier Ministre, et réunit les
Ministères suivants : Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, Ministère de
l’Economie et des Finances, Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, Ministère
de l ’Agriculture et du Développement Rural, des travaux publics, Transports et Communications
et de l’Environnement. Le CIAT a pour mission de définir la politique du gouvernement en
matière d’aménagement du territoire, de protection et de gestion des bassins versants, de gestion
de l’eau, de l’assainissement, de l’urbanisme et de l’équipement. Cette institution a été créée en
réponse à la nécessite d’actions cohérentes et coordonnées en matière d’aménagement du
territoire.

Gestion des risques naturels


Direction de la Protection Civile (DPC). La DPC coordonne le Système National de Gestion des
Risques et des Désastres (SNGRD). Elle est responsable de la coordination des activités des
divers ministères, comités et organisations avant, durant et après une catastrophe ou une urgence.
IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PROJET

Impacts Environnementaux et sociaux positifs

Phase des travaux

La construction du bâtiment industriel et de la cafétéria au PIM induira des avantages certains à


différents niveaux. Les impacts les plus significatifs seront :

Ø Création d’activités commerciales et génération de revenus

L’un des impacts positifs qu’auront ces travaux de construction, sera l’augmentation des recettes
d’institutions étatiques comme la DGI, la Mairie afin d’avoir l’autorisation de construire. Que ce
soit les matériaux d’emprunt tels que : sable, gravier, pierre etc., ou encore les matériaux sur le
marché local (ciment, bois dur, fer,) tous ces achats augmenteront les ressources sur le marché
local.

Ces travaux de construction augmenteront aussi les revenus des petits commerces comme la
vente de boissons, nourriture pour ne citer que ceux-là autour du chantier. Les magasins dans les
environs y bénéficieront eux aussi car ces travaux leur permettront de développer leurs
commerces.

Ø Source d’emploi pour des habitants de la zone

L’entreprise aura pour devoir d’embaucher les habitants de la zone comme main d’œuvre non
qualifiée afin de créer des emplois au niveau de la population locale.
PRESENTATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX NEGATIFS

Phase des travaux


Les travaux de construction auront certainement des impacts négatifs sur l’environnement, parmi
eux on peut citer, les sources de pollution, la contamination du sol, la génération des déchets
solides et liquides etc. Ces impacts dépendront de l’ampleur et de l’envergure des travaux.

Impacts sur la qualiteé de l’air et l’ambiance sonore


Lors des travaux de construction, la circulation des différents véhicules de chantier pourrait
causer des émissions de poussière et le compactage des sols environnants.la poussière causée par
les activités sur le chantier, éventuellement aurait un impact négatif sur la sante des ouvriers ou
encore des passants aux environs des travaux. Que ce soit les engins et les véhicules de chantier,
ils occasionneront des bruits qui affecteront la population et également les émissions des gaz
atmosphériques qui pourraient agir sur la qualité de l’air ambiant.

Niveaux d’impact négatif sur la qualité de l’air

Critères d’analyse des Phase de construction Phase d’exploitation


impacts
Qualité de l’effet
Importance
Réversibilité
Délai d’apparition
Probabilité d’occurrence
Possibilité d’évitement

Impacts négatifs sur le sol


Durant les activités de construction, les impacts sur le sol seront divers. Que ce soit les huiles
usées ou les carburants des engins et des véhicules de chantier, les résidus de béton et les eaux du
lavage des bétonniers etc. Ces résidus de béton peuvent s’infiltrer dans le sol et le contaminer.
S’ils sont mal utilisés et ne sont pas bien gérés, les huiles ou encore les carburants peuvent
contaminer le sol lors du déversement de ces derniers accidentellement.
Niveaux d’impact négatif sur les sols

Critères d’analyse des Phase de construction Phase d’exploitation


impacts
Qualité de l’effet
Importance
Réversibilité
Délai d’apparition
Probabilité d’occurrence
Possibilité d’évitement

Impacts négatifs sur les eaux souterraines


Durant la phase de construction, différentes répercussions négatives ont été perçu sur la qualité
des eaux souterraines : les résidus de ciment, les peintures, les huiles etc. pourraient contaminer
la nappe phréatique si ces produits sont déversés sans précaution sur le sol.si les installations
sanitaires mises à la disposition des équipes de construction sont inadéquates, les réserves d’eau
sont susceptibles d’être contaminées par les matières fécales.

Niveaux d’impact négatif sur les eaux souterraines

Critères d’analyse des Phase de construction Phase d’exploitation


impacts
Qualité de l’effet
Importance
Réversibilité
Délai d’apparition
Probabilité d’occurrence
Possibilité d’évitement

Impacts négatifs sur la flore


La destruction des espèces vertes pour la préparation du chantier (aménagement des chemin
d’accès, mise en place des installations de chantier)

Niveaux d’impact négatif sur la flore


Critères d’analyse des Phase de construction Phase d’exploitation
impacts
Qualité de l’effet
Importance
Réversibilité
Délai d’apparition
Probabilité d’occurrence
Possibilité d’évitement

Contamination par des déchets solides et des produits chimiques


Durant les travaux de construction si aucun système de gestion n’est mis en place, les déchets
générés pourraient nuire à la sante publique et l’environnement. Ces effets pourront être évités
ou réduits par la mise en place d’un système rigoureux de collecte, d’élimination des déchets
(enlèvement régulier, mise en place de poubelles). Aussi les rejets des déchets solides et liquides
(déblais, résidus, etc.) pourraient dégrader le milieu naturel.

Potentille contamination des sols, des eaux superficielles et des eaux souterraines à cause de la
production de déchets solides, du stockage et manipulation de matériaux toxiques (comme le
solvant, l’huile, la peinture, le carburant, les produits résiduels des machines et engins tels les
pièces usées y compris des déchets dangereux).

Autres impacts négatifs sur le cadre de vie, la sante publique et la sécurité


1. Risques de maladies lors des travaux
La présence des différents ouvriers sur le chantier lors des travaux de construction pourraient
augmenter le risque de contamination par certaines maladies infectieuses.

2. Risques d’accidents et de nuisances lies à la circulation des engins de chantier

La phase des travaux présente également des risques d’accidents sur le chantier et dans les
zones d’emprunt de matériaux. Sur le milieu humain, les rotations des véhicules acheminant
le matériel et les matériaux de construction risqueront de gêner la circulation, en plus des
nuisances auxquelles les populations avoisinantes seront exposées.

3. Sante publique

La période de construction pourrait constituer un danger pour la sécurité publique. La


diffusion d’information, la signalisation et la surveillance des chantiers, de même que le
respect des normes en général (limites de vitesse, de charges, règlements relatifs a la sante et
a la sécurité au travail, gestion des déchets) constituent les mesures d’atténuation afin
d’assurer la sécurité.
Niveaux d’impact négatif sur le cadre de vie des populations

Critères d’analyse des Phase de construction Phase d’exploitation


impacts
Qualité de l’effet
Importance
Réversibilité
Délai d’apparition
Probabilité d’occurrence
Possibilité d’évitement
Impacts sociaux négatifs
La construction du bâtiment industriel et de la cafeteria n’aura pas que des impacts positifs sur le
plan social. Des impacts négatifs lies à la mise en œuvre du projet sont à identifier et à gérer.

Phase des travaux


Durant les phases de travaux, i l y a possibilité d’avoir des impacts sociaux négatifs qui
pourraient nuire aux bons déroulements des travaux s’ils ne sont pas bien contrôlés.

L’emploi d’ouvriers étrangers ou d’ouvriers ne résidant pas dans les communautés avoisinantes
pourrait produire un faible revenus et un niveau faible taux de la main d’œuvre locale.

Augmentation potentielle des activités (commerces et autres) découlant des activités de


construction avec répercussions importantes que ce soit sur le plan négatif oi positif.

Risque d’augmentation de la criminalité, particulièrement violence contre les femmes, due en


particulier à l’absence ou à l’insuffisance de sécurité associe aux trajets lies aux chantiers surtout
la nuit.

Phase de mise en service


Ø Manque de capacité de gestion et manque de conscience professionnelle de la
SONAPI
Ø Vol de matériels, de carburant et d’huiles de vidange stockes au niveau du site
Ø Action de vandalisme

GESTION DES IMPACTS NEGATIFS


Pour atténuer aux impacts négatifs présentés précédemment, des mesures doivent être prises.
L’entreprise de construction devra s’associer avec la firme de supervision pour assurer la bonne
mise en œuvre de ces mesures.
Mesures générales de gestion du chantier
Les mesures générales d’atténuation s’appliquent à l’ensemble des activités qui seront
réalisées. Elles visent à éviter les nuisances environnementales liées au chantier. Ces mesures
générales de gestion du chantier sont les suivantes :

Ø Avant la réalisation des travaux, l’entreprise de construction doit se procurer tous


les permis nécessaires pour la réalisation des travaux prévus dans le contrat.
Ø Signaler clairement l’existence du chantier aux endroits les plus sensibles
(blocage de circulation, route provisoire, zone de stockage etc.)
Ø Faire usage de rigueur dans la réalisation des travaux.
Ø L’entreprise informera et sensibilisera son personnel sur la sécurité et l’hygiène
au travail.il doit veiller à préserver la santé des travailleurs, en prenant des
mesures appropriées contre certaines maladies notamment les maladies
respiratoires dues aux volume important de poussière et de gaz émis lors des
travaux ; IST/VIH, le choléra.
Ø Contribuer à informer le public, aussi souvent que nécessaire par signalisation sur
place, en précisant le but et la durée probable des opérations en cours au moyen
de grands panneaux très visibles.
Ø Vérifier régulièrement le bon fonctionnement de tous les engins du chantier afin
d’éviter toute consommation excessive de carburants ou émissions tolérables de
gaz et pénétrant du bruit.
Ø Gérer les ordures ménagères produites par les ouvriers dans le respect de
l’environnement; ces déchets doivent être ramasses, entreposés dans des
récipients adaptes que l’on placera en un point correctement aménagé à cet effet
en vue d’éviter leur dispersion.
Ø S’assurer dès le départ que les équipements du chantier répondent bien aux
besoins des travaux surtout pour les opérations non conventionnelles (pour éviter
au maximum les problèmes techniques ne causent l’arrêt du chantier ou son
ralentissement)
Ø Veiller au stockage des matériaux du chantier et des hydrocarbures à l’abri des
intempéries (pluies et vents) et des eaux de ruissellement)
Ø Les matériaux susceptibles d’être emportés par le vent (comme le sable et le
ciment) doivent être couverts et déposes derrière un abri
Ø Les matières qui risquent d’être endommages par les eaux de pluie sont à stocker
sous des aires couvertes ou à couvrir par des films plastiques.
Ø Les zones d’emprunt doivent être réaménagées après exploitation pour restituer le
plus possible la morphologie du milieu naturel en comblant les excavations et en
restituant la terre végétale en réserve
Ø Les camions transportant les matériaux doivent être recouverts de bâche afin de limiter l’envol
des matériaux sous forme de poussière et le déversement d’une partie de leur chargement en cours de
route.

Présentation des impacts environnementaux négatifs et des mesures


d’atténuation-phase de construction

Tableau : matrice de présentation des impacts environnementaux et des mesures


d’atténuation en phase des travaux

Composante Impacts potentiels Analyse des Suivi/


environnementale impacts/Mesures d’atténuations Responsabilité
/source d’impact recommandées
1-Qualite de l’air et Emission de poussière due •Les espaces non paves doivent être arroses Supervision/firme
ambiance sonore aux travaux de terrassement sur une base régulière afin de limiter de construction
de la route, et à la les émissions de poussières
circulation des véhicules •.Des équipements de protection
de chantier individuelle(EPI), tels que des masques
anti-poussière, devront être utilises lorsque
les émissions de poussière seront excessives.
•Vérifier que les véhicules destinés aux
transports de terres et de débris de
démolitions (qui circulent à
l’extérieur de la zone des travaux) sont
munis de bâche de protection pour éviter
des pertes de matériaux et des émissions de
poussières durant le transport.
Le fonctionnement des véhicules et des
engins émettent des gaz
d’échappement, il est indispensable
que les produits pétroliers utilises par les
engins comme combustibles soient de
bonne qualité respectant les normes. Les
engins doivent régulièrement être entretenus.
Niveau de bruits localises •Contrôler les émissions sonores, afin de Supervision/firme
dus à l’utilisation d’engins, s’assurer qu’elles n’excèdent pas les de construction
de machines et niveaux établis :
d’équipements sur le site
pendant la construction -De jour : (de 7 :00 AM a7 :00 PM) – 55
dBA pour les récepteurs résidentiels et
institutionnels ;
De nuit : (de 7 :00 PM a 7 :00 AM) – 45 dBA
pour les récepteurs résidentiels et
institutionnels.

Composante Impacts potentiels Analyse des Suivi/


environnementale impacts/Mesures d’atténuations Responsabilité
/source d’impact recommandées
2-Sols Altération des conditions Eviter tout rejet d’eaux usées, déversement Supervision/firme
physiques du sol par accidentel ou non d’huile usagée et de construction
compactage, excavation ; déversement de polluants sur le sol ;
Risques de salissure et de Exigence a la firme de construction
contamination des sols d’utiliser des carrières autorises a des
environnants avec la fins d’exploitation ou
présence d’engins de d’approvisionnement
travaux et le stockage des
matériaux et d’autres
produits chimiques utilises ;
Exploitation non contrôlée
de bancs d’emprunt de
matériaux.

3-Eaux souterraines •Risque des réserves d’eau •Le projet doit inclure des plans relatifs à Supervision/
souterraines et de surface. l’environnement de la sante et la sécurité qui Firme de
Les matériaux toxiques intègrent des systèmes temporaires de construction
utilises (résidus de ciment, collecte des eaux usées, ainsi que des plans
résidus métalliques, huiles et d’élimination ;
fluides des machines, •Il est interdit a l’entreprise de rejeter les
solvants de peinture) effluents liquides pouvant entrainer des
pourraient contaminer la stagnations et incommodité pour le
nappe phréatique ces voisinage, ou des pollutions des eaux
produits sont déversés sans souterraines ;
précaution sur le sol. •L’entreprise devra éviter tout déversement
•Risque de contamination ou rejet d’eaux usées, d’eaux de vidange des
des réserves d’eau par les fosses, de boues, hydrocarbures et polluants
matières fécales. de toute nature sur le sol afin d’éviter leur
infiltration au niveau des eaux souterraines ;
•L’entreprise doit mettre en place un système
d’assainissement autonome approprie (fosse
étanche ou septique etc.)
4- Flore •Perte d’espace et de -Eviter le plus que possible les grands arbres Supervision/
biodiversité et quand il devient vraiment nécessaire de les Firme de
enlever un arbre il faut prévoir le remplacer construction
par d’autres.
5-Sante et sécurité au •Risque d’accident •Sécurité au volant : il faut conduire Supervision/
travail prudemment sur toute l’aire du chantier et Firme de
dans les environs. La vitesse limite construction
supérieure pour tous les véhicules doit être
de 20km/heure.
•Les individus non autorises ne doivent en
cas manipuler ou utiliser des équipements ou
engins présents sur le chantier.
•Il faut aussi un signaleur en permanence sur
le chantier afin d’orienter les camions et de
gérer les passages des gens ; ce qui permettra
de réduire considérablement les risques
d’accident.
•Tous les ouvriers doivent toujours être
munis d’équipements de protection
individuelle (EPI) lorsqu’ils exécutent des
taches a risque.
•En cas d’accident : l’entreprise doit établir
un rapport dans les 24 heures ou lorsqu’il y a
lieu, dans le délai prévu par le contrat
d’assurance, de tous les accidents survenant
pendant les travaux et qui auront occasionne
des blessures a la personne ou des dommages
aux biens.
•Tout liquide inflammable (essence, huile
etc.) doit être stocke dans un endroit protégé
des intempéries et du feu. Les contenants
doivent être étanches, non-corrodables et
convenablement étiquetés.
•L’entreprise de construction a pour
obligation d’équiper le chantier en matériels
de secours et de premiers soins
6-Dechets solides -Pollution du chantier par L’entreprise de construction devait établir un Supervision/
les déchets de construction plan de gestion des déchets solides émanant Firme de
durant les travaux (sacs de des activités de construction sur le site ; construction
ciment, restes de bois •Fournir des poubelles appropriées
inutilisés, etc.) permettant la séparation des déchets
•L’entreprise devra s’assurer que les engins
destines a la collecte soient munis de bâches
de façon a ce que les déchets restent couverts
jusqu’à l’endroit de leur disposition finale ;
•L’entreprise doit interdire l’utilisation des
récipients en polystyrène à usage alimentaire
des ouvriers, que ce soit à l’intérieur du
chantier ou aux environs du site. Les
fournisseurs de service de restauration
doivent néanmoins utiliser des assiettes et
des couverts réutilisables.
•Application d’un plan de recyclage/
utilisation des sacs de ciment pour couvrir les
fournitures scolaires et comme source
d’énergie.
•Recyclage des sacs de ciment pour la
fabrication de briquettes et éviter d’utiliser
des sacs de ciment pour emballer des
produits destinés à la consommation, ce qui
pourrait rester en un risque
d’empoisonnement et de contamination
8-Dechets •Risque de contamination du •Le projet doit inclure des plans relatifs à Supervision/
liquides/déchets sol, de la nappe phréatique l’environnement, la sante et la sécurité qui Firme de
dangereux par des déchets ou produits intègrent des systèmes temporaires de construction
classes dangereux (huiles collecte des produits ou déchets classes
usées, carburants) dangereux ainsi que des plans d’élimination.
•Interdiction de rejeter les effluents liquides
pouvant entrainer des incommodités pour la
population avoisinante ou des pollutions des
eaux souterraines.
•Tout déversement ou rejet d’eaux usées,
d’eaux de vidange des fosses, de boues,
polluants de toute sorte, dans les eaux
superficielles doit être évité.
Présentation des impacts environnementaux négatifs et des mesures
d’atténuation- Phase de mise en service

Tableau : Matrice de présentation des impacts environnementaux et des mesures


d’atténuation en phase de mise en service

Composante Impacts potentiels Analyse des impacts/Mesures Suivi /Responsabilité


environnementale/sourc d’atténuations recommandées
e d’impact
1-Production de déchets •Risque de prolifération La gestion des déchets solides et SONAPI
solides et liquides des déchets sur le site et liquides issus de la construction du
dans les environs bâtiment industriel et de la
•Risque de contamination cafeteria doit se faire selon les
du sol, de la nappe directives du Plan de Gestion des
phréatique par des déchets Déchets Solides et liquides en
liquides (huiles usées, vigueur au sein du PIM
carburant etc.) •Il faut aménager l’espace dans
lequel le service d’entretien des
autobus sera fait, c’est-à-dire, cet
espace doit être bétonné, à l ‘abri
des intempéries et aménagé de telle
sorte que tout déversement pourra
être contenu et géré ;
•Il faut la sensibilisation des
usagers et des techniciens sur les
bonnes pratiques de gestion de leur
environnement de travail
•Assurer la collecte et l’évacuation
régulière des déchets produits et
stockes dans les environs par le
service de collecte des déchets du
PIM.
•Fournir des poubelles appropriées
permettant la séparation des
déchets ;
•Interdiction de rejeter les effluents
liquides pouvant entrainer des
incommodités dans les environs,
ou la pollution des sols, des eaux
souterraines etc.
•Il faut interdire également tout
déversement ou rejet d’eaux usées,
d’eaux de vidange des fosses, de
boues, polluants de toutes sortes
dans les eaux superficielles
Présentation des Impacts Sociaux Négatifs et des mesures d’atténuation-
Phase des travaux

Tableau : Matrice de présentation des impacts sociaux et des mesures d’atténuation en


phase de mise en service

Composante Impacts potentiels Analyse des impacts/Mesures Suivi


environnementale/source d’atténuations recommandées /Responsabilité
d’impact
Emploi lors des travaux de •L’emploi d’ouvriers •Exigence est faite à la firme de Supervision/ Firme
construction étrangers ou d’ouvriers ne construction de recruter de la main de construction
résidant pas dans les d’œuvre locale pour les travaux de
communautés avoisinantes ne nécessitant pas la main d’œuvre
pourra générer une qualifiée ;
croissance d’inégalité de •Campagne de prévention et de
revenus et un faible taux sensibilisation contre la violence
d’emploi de la main d’œuvre faite aux femmes en particulier
locale. Ce qui pourra nuire à contre le viol à l’ intention des
la cohésion sociale et à la populations cibles à travers les
perturbation des réseaux et organisations de femmes locales.
liens formels et informels : •Recommandation aux entreprises
•L’afflux d’ouvriers du de recruter de la main d’œuvre non
bâtiment et de tous qualifiée au niveau local.
manouvriers a la recherche •Campagne d’information et de
d’opportunités liées au projet sensibilisation de la population sur
aura aussi des impacts sur les les risques lies aux infections
communautés, les services sexuellement transmissibles
publics et les infrastructures. (syphilis, VIH/SIDA)
•Risques d’augmentation des •Mise en place d’un plan d’action
cas de contamination par les de réinstallation conformément aux
maladies sexuellement politiques de sauvegarde de la
transmissibles en particulier BID.
par le SIDA ;
•Risque d’augmentation de la
criminalité, particulièrement
la violence contre les femmes
y compris le viol, due en
particulier a l’absence ou à
l’insuffisance de sécurité
associe aux trajets lies aux
chantiers (surtout la nuit).
Présentation des Impacts Environnementaux Négatifs et des mesures
d’atténuation- Phase de mise en service

Composante Impacts potentiels Analyse des impacts/Mesures Suivi


environnementale/sourc d’atténuations recommandées /Responsabilité
e d’impact
2-Sante et sécurité au travail •Risques d’accident •Sécurité au volant : il faut conduire SONAPI
prudemment sur toute l’aire du chantier
et aux environs de celui-ci. La vitesse
limite supérieure pour tous les
véhicules doit être de 20 km/heure.
•Les individus non autorises ne doivent
en aucun manipuler ou utiliser des
équipements ou engins sur le chantier.
•Il faut aussi un signaleur pendant les
heures de pointe (6h-8h) a.m et 4h-6h
p.m.) afin d’orienter les bus et de gérer
le passage des gens ; ce qui permettra
de réduire considérablement les risques
d’accidents.
•Tout liquide inflammable (essence,
huile etc.) doit être stocke dans un
endroit protégé des intempéries et du
feu. Les contenants doivent être
étanches, non-corrodables et
convenablement étiquetés.
•L’entreprise de construction a pour
obligation d’équiper le chantier en
matériels de secours et de premiers
soins.
•Les techniciens assurant le service
d’entretien des autobus doivent
toujours être munis d’équipement de
protection Individuelle (EPI) afin de se
protéger contre les accidents et
contamination éventuels. En cas
d’accident : l’entreprise doit établir un
rapport dans les 24h ou, lorsqu’il y a
lieu, dans le délai prévu par le contrat
d’assurance, de tous les accidents
survenant pendant les travaux et qui
auront occasionne des blessures à la
personne ou des dommages aux biens.
Tableau : Synthèse des impacts environnementaux et sociaux négatifs globaux

Phase Impacts potentiels Catégorie


Pollution par les poussières issues des travaux Moyen

Emission de CO2 par les engins de préparation du terrain Moyen

Nuisances sonores dues aux bruits et vibrations des engins Moyen


Pendant les travaux
Destruction du sol (érosion des terres avec le mouvement des Moyen
engins de travaux) et contamination du sol (déversement accidentel
des hydrocarbures)

Destruction de la flore faible

Pollution du milieu par les déchets solides et liquides Moyen

Ouverture et exploitation non contrôlée de la carrière Moyen

Différends sociaux si non utilisation de la main d’œuvre locale. Moyen

Afflux de population aux abords du site de construction Moyen


- Affluence de personnes en quête de travail
- Etablissement de commerces informels

Augmentation du risque d’accidents pour les ouvriers et les Moyen


populations riveraines

Augmentation du risque de contamination par les maladies Moyen


infectieuses

Phase de mise en service Insalubrité/ pollution par les déchets solides et liquides Moyen
du bâtiment et de la Risque de contamination des sols par les déchets liquides issus des faible
cafeteria services d’entretien
Risque de contamination des eaux souterraines par les déchets issus faible
des services d’entretien
Mauvais entretien de l’infrastructure faible
SUIVI ENVIRONNEMENTAL
Par suivi environnemental il faut entendre les activités d’observation et de mesures visant à
déterminer les impacts réels d’une installation comparativement à la prédiction d’impacts
réalisée lors des études préalables. Il s’agit d’une opération fondamentale de la méthode
scientifique qui consiste à vérifier, par l’expérience, les hypothèses émises concernant les
sources d’impact, les ressources affectées et les mesures de protection de l’environnement.

Le suivi et l’évaluation sont complémentaires. Le suivi vise à corriger « en temps réel » à


travers une surveillance continue, les méthodes d’exécution des interventions et
d’exploitation des infrastructures. Quant à l’évaluation, elle vise (i) à vérifier si les objectifs
ont été respectés et (ii) a tirer les enseignements d’exploitation pour modifier les stratégies
futures d’intervention.

Indicateurs de suivi
Les indicateurs sont des paramètres dont l’utilisation fournit des informations quantitatives
ou qualitatives sur les impacts et les bénéfices environnementaux et sociaux du projet.

Indicateurs a suivre

Pendant les travaux, les indicateurs proposés ci-dessous doivent être suivis :

1. Efficience des systèmes d’élimination des déchets solides et liquides issus des travaux de
chantier ;

2. Respect par la structure des gestions de la piste cyclable des prescriptions


environnementales ;

3. Niveau d’application des mesures d’atténuation environnementales et sociales ;

4. Nombre d’emplois crées localement (main d’œuvre locale utilisée pour les travaux)

5. Nombre de rencontres d’information et de senbilisation;

6. Nombre d’ouvriers équipés ;

7. Nombre d’accidents causés par les travaux ;

8. Nombre de plaintes enregistrées lors de travaux ;

9. Régularité et effectivités du suivi de proximité.


La matrice suivante est proposée comme cadre de réalisation du suivi environnemental
pendant les phases de construction et de mise en service de la piste cyclable.

Tableau : Programme de suivi environnemental- phase de construction

Composante Indicateurs de suivi Méthode et Responsable Fréquence


environnementale dispositif de suivi

Sol -Superficie érodée -Vérifier l’existence de Firme de En permanence


compactée ou traces d’érosion ; supervision Durant les travaux
contaminée -Vérification visuelle
des huiles et carburants
déversés sur le sol.

Flore -Nombred’arbres coupés Comptage sur le Firme de En permanence


( s’il en a) terrain supervision durant les travaux

Eaux de surface -Quantité decanal polluée Vérification du Firme de En permanence


-Types de produits stockage des déchets supervision durant les travaux
déversés liquides

Eaux souterraines -Déversements accidentels -Prélèvement et Firme de En permanence


et infiltration de produits analyse d’échantillons supervision durant les travaux
dangereux sur le sol d’eau une fois le
déversement et
l’infiltration de produits
dangereux constatés

Qualité de l’air et -Niveau de poussières dans- Observation sur le Firme de En permanence


ambiance sonore les environs lors du terrain supervision durant les travaux
passage des camions et -Mesure du niveau de
engins de chantier son à l’aide d’un
-Niveau de bruit enregistré sonomètre

Déchets solides et -Rejets anarchiques sur Vérification Firme de En permanence


liquides le site de constructionde -du respect des mesures supervision durant les
déchets solides et d’hygiène sur le site ; travaux
liquides de chantier -Surveillance des
(déblais, résidus divers, pratiques de gestion des
etc.) ; déchets ;
-Nombre de latrines De l’utilisation ou pas
mobiles utilisées au niveau des produits plastiques
du site de construction ou en styromousse
-Utilisation ou pas des au niveau du chantier
produits en plastiques ou
en styromousse lors de
l’alimentation des ouvriers
Tableau : programme de suivi environnemental-Phase de construction (suite)

Composante Indicateurs de Méthode etResponsable Fréquence


environnementale suivi dispositif de suivi

L’alimentation des Produits plastics ou e


ouvriers ; styromousse au niveau
du chantier

Santé et sécurité des -Taux de -Décompte à partir des Firme de En permanence


travailleurs prévalence des registre du service de supervision / durant les travaux
maladies pulmonaires santé du chantier ; firme de
liées à la -Vérification visuelle du construction
poussière, nombre des ouvriers
-Nombre d’accidents équipés
sur le chantier ;
-Le port des
équipements de
protection par les
ouvriers
Participation -Nombre d’emplois -Décompte a partir des Firme de En permanence
communautaire/genre crées et par les fiches d’embauche de supervision / durant les travaux
hommes et les la firme de construction firme de
femmes construction
Tableau : Programme de suivi environnemental - Phase d’opération

Composante Indicateurs de suivi Méthode et dispositif Responsable Fréquence


environnementale de suivi

Eaux de surface -Quantité de canal polluée -Vérification du Service de Semestriellement


(peu probable) stockage des déchets gestion/autorité
-Types de produits liquides municipale
déversés (peu probable)

Eaux souterraines -Fuite et infiltration de -Prélèvement et analyse Service de Semestriellement


produits dangereux sur le d’échantillons d’eau une gestion /autorité
sol (peu probable) fois le déversement et municipale
l’infiltration de produits
dangereux constatés
Déchets solides et -Utilisation ou pas des Vérification Firme de Semestriellement
liquides produits plastics ou foam -Du respect des mesures supervision
dans le cadre de la vente d’hygiène sur le site ;
de nourriture aux -Surveillance des pratiques
environs du bâtiment de gestion des déchets ;
industriel ; -De l’utilisation ou pas
-Présence d’un système des produits plastiques ou
d’assainissement en styromousse au niveau
autonome approprié du chantier
au niveau du
bâtiment industriel
pendant son
fonctionnement (fosse
étanche ou septique)
Institutions responsables pour le suivi de l’application des mesures d’atténuations

La Division Environnementale et Sociale de l’UTE du Ministère de l’Economie et des


Finances (MEF), de concert avec la firme de Supervision des travaux, assureront la
Supervision globale de la mise en œuvre des normes prescrites dans le présent PGES.

Le suivi des mesures spécifiques sera assuré par le spécialiste Environnemental et Social de
la firme de supervision. Le spécialiste pour obligation de maintenir des registres de suivi
indiquant la date et l’heure de l’inspection, l’emplacement, les types de problèmes détectés et
les mesures correctives prises ou recommandées.

CONCLUSION

La réalisation de ce PGES a permis de mettre en lumière aussi bien des impacts positifs que
des impacts négatifs. Les nuisances qui seront causées lors de la phase de construction de
l’ouvrage seront relativement mineures sur les ressources naturelles (sols, eaux et air) et sur
le cadre de vie. On pourrait craindre à juste titre la reproduction des inégalités entre les
genres, les bruits des engins lors des travaux, les risques d’accidents, les rejets anarchiques
des déchets de chantier. Toutefois les effets seront facilement maitrisables si les dispositions
du PGES, mais aussi de sécurité et d’hygiène prévues sont appliquées et respectées
rigoureusement.

La mise en service du bâtiment industriel pourrait entraîner elle aussi des nuisances
(insalubrité, rejets liquides et solides etc.). Toutefois les mesures prévues dans le plan de
gestion environnementale (mesures d’hygiène de sécurité, etc.) et le dispositif de suivi
environnemental pendant la phase d’exploitation permettront d’éviter ou de réduire de façon
significative les impacts négatifs précédemment identifies.

Sur la base des appréciations ci-dessus, on peut retenir que le projet de construction du
bâtiment au niveau du PIM est viable sur le plan environnemental et social. Toutefois,
il s’agira de veiller à ce que l’ensemble des mesures prévues dans le présent plan de
Gestion Environnementale et Sociales soient totalement et rigoureusement mises en œuvre.