Vous êtes sur la page 1sur 13

Orthod Fr 2009;80:153–165 Disponible en ligne sur : Article clinique


c EDP Sciences, SFODF, 2009 www.orthodfr.org
DOI: 10.1051/orthodfr/2009009

Les systèmes de collage à l’émail en orthodontie


Marie-Charlotte Mano*, Sarah Mehdi
Centre de soins dentaires, Département O.D.F., 2 place Pasteur, 35000 Rennes, France

MOTS CLÉS : RÉSUMÉ – La maîtrise de l’étape de collage se révèle décisive dans notre pratique
Adhésion / clinique. La diversité des produits disponibles en orthodontie oblige à un état des
Email / lieux régulier des systèmes de collage. Les résines composites, associées à des sys-
Collage / tèmes adhésifs** hydrophobes ou hydrocompatibles**, et les Ciments Verres Iono-
Orthodontie mères Modifiés par Adjonction de Résine (CVIMAR) représentent les deux grandes
familles de colle utilisées par les professionnels. Elles se déclinent, selon les varia-
tions de leur composition, en un panel de produits dont il est parfois difficile d’en
appréhender les nuances. L’évolution historique de la composition des différents ma-
tériaux, la connaissance des paramètres fondamentaux de l’adhésion** et une ter-
minologie** détaillée apportent un premier éclairage. Chaque système de collage
répond à des impératifs cliniques spécifiques. Une description de leur mode d’adhé-
sion, de leur composition, des avantages et des inconvénients sera présentée dans
une seconde partie de cet article.

KEYWORDS: ABSTRACT – Mastery of the bonding stage of treatment is clearly a critical step in
Adhesion / the clinical practice of orthodontics. There is such a wide variety of products available
Enamel / in orthodontics that a reasoned assessment of bonding systems is a practical neces-
Bonding / sity. Composite plastics, associated with hydrophobic or hydro-compatible adhesive
Orthodontics systems, and the CVIMAR represent the two principal types of bonding agents used
in dentistry. They are categorized according to their constituents into a wide range of
products whose nuanced differences are sometimes difficult to discern. This paper
first focuses on the development of the composition of the various materials, a depic-
tion of the fundamental parameters of adhesion, and a detailed terminology to help
the reader reach a basic understanding. Bonding systems are designed to fulfill the
requirements of specific clinical situations. A description of their modes of adhesion,
of their composition, and of their advantages and disadvantages will be presented in
the second part of this article.

1. Introduction Le choix du clinicien porte sur deux grandes fa-


milles de colles en fonction de différents impératifs :
L’essor constant des systèmes de collage en or-
thodontie oblige les praticiens à une veille attentive. – Résines composites, associées à des systèmes
Savoir appréhender ces différents matériaux de col- adhésifs hydrophobes ou hydrocompatibles ;
lage à l’émail apparaît fondamental. Le respect et – Ciments verres ionomères modifiés par adjonc-
la maîtrise des protocoles de collage sont décisifs tion de résine (CVIMAR).
dans notre pratique. Un état des lieux régulier des
connaissances permet au praticien de se renouveler, Quelle a été l’évolution des principes d’adhésion de-
d’améliorer ses performances techniques et de res- puis 50 ans ? Comment appréhender les différents
pecter au mieux les divers paramètres biologiques. systèmes de collage à l’émail ? Quels systèmes adhé-
* Auteur pour correspondance : charlottemano@hotmail.fr sifs utiliser pour les résines composites ? Comment
** Voir la terminologie en annexe. aborder en clinique les CVIMAR ?

Article publié par EDP Sciences


154 Orthod Fr 2009;80:153–165

Ce travail propose un état des lieux didac- 2.2. Classification en dentisterie adhésive
tique des paramètres de l’adhésion et des spécifi-
cités propres aux systèmes de collage à l’émail en Cette classification d’ordre chronologique re-
orthodontie. À travers quelques points clés, il offre pose sur les évolutions et le développement des
une grille de lecture aux praticiens afin de se repé- mécanismes d’adhésion, jusqu’à la 4e génération de
rer parmi les matériaux. Les systèmes adhésifs asso- ces systèmes adhésifs. Après cette dernière, selon
ciés aux résines composites sont présentés dans un Degrange [6], ce type de classement par génération
premier temps. La seconde partie décrit la spécificité perd de son sens.
de ces systèmes adhésifs en orthodontie. En dernier Les adhésifs de 5e , 6e , 7e génération ne traduisent
lieu sont abordés les ciments verres ionomères et ci- plus une idée de performance, mais correspondent à
ments verres ionomères modifiés par adjonction de des présentations, des protocoles, des modes d’ac-
résine. tion différents. À partir de la 5e génération, le pri-
maire**, la résine adhésive et les solvants sont réunis
au sein d’un même flacon, facilitant ainsi manipula-
2. Présentation des systèmes adhésifs tion et ergonomie. Ils ne sont pas pour autant plus ef-
ficaces en termes d’adhésion et nécessitent une mani-
2.1. Historique pulation subtile sur dentine humide, essentiellement
opérateur dépendante. Le degré d’humidité optimal
L’essor des systèmes adhésifs en orthodontie est de la dentine semble difficile à obtenir. Pour pallier
aujourd’hui la suite logique de la recherche et du dé- ces difficultés, les adhésifs auto-mordançants, 6e et
veloppement portant sur les techniques de collage 7e génération d’adhésifs, sont introduits sur le mar-
en dentisterie restauratrice. Impossible d’appréhen- ché. L’absence de rinçage et surtout de séchage auto-
der le panel de produits aujourd’hui commercialisés rise à s’affranchir de la difficile étape du « juste sé-
dans notre discipline, sans comprendre l’évolution chage » dentinaire.
des principes de l’adhésion depuis ces cinq dernières La nouvelle classification de Degrange [6] en
décennies. 2004 permet aux praticiens de se repérer dans le pa-
La terminologie se révèle trop souvent hermé- nel des adhésifs désormais présents sur le marché.
tique pour le praticien : à quoi correspondent les Ils se regroupent en deux classes selon la nécessité
concepts d’adhésifs de 5e , 6e voire 7e génération ? d’une étape de mordançage acide préalable ; et se
Quels sont les effets en termes d’adhérence** méca- subdivisent en sous-classes selon le nombre d’étapes
nique de ces adhésifs sur l’émail ? préalables :
Si les mécanismes d’adhésion à l’émail sont maî- • Mordançage et rinçage préalable (M&R)
trisés depuis Buonocore [2], l’évolution du collage
– Trois temps (mordançage, primaire, adhésif),
à la dentine connaît une route plus sinueuse. En
– Deux temps (mordançage, puis primaire et adhé-
1955, Buonocore introduit le mordançage acide au
sif au sein d’un même flacon).
préalable à tout collage sur émail sec. Cette prépara-
tion de surface à l’acide phosphorique offre un mode • Systèmes auto-mordançants (SAM)
d’adhésion de type micromécanique.
– Deux temps (acide et primaire, puis adhésif),
La maîtrise des mécanismes d’adhésion à la den-
– Un temps (acide, primaire, adhésif).
tine se révèle plus incertaine, sujette à controverses.
Le débat porte sur la cytotoxicité pulpaire admise à Cette classification représente un intérêt certain pour
l’époque par la majorité de la communauté scien- notre discipline. Le repérage au sein de l’ensemble
tifique. C’est seulement dans les années 1990 que des systèmes adhésifs commercialisés est ainsi sim-
le consensus s’établit autour du concept de « mor- plifié (Fig. 1). À chacune de ces catégories, corres-
dançage total », mordançage acide de la dentine et pondent des modes d’action différents. Les systèmes
de l’émail [6]. Dès lors, à partir de la 4e généra- principalement utilisés dans notre discipline sont les
tion d’adhésifs, tous répondent d’un même prin- M&R 2 et SAM 1. Ils présentent l’avantage de ré-
cipe d’adhésion micromécanique au substrat amélo- duire le nombre d’étapes nécessaires au protocole de
dentinaire. collage.
Mano M.-C., Mehdi S. Les systèmes de collage à l’émail en orthodontie 155

Principaux adhésifs utilisés en ODF selon la classification de Degrange [6]

M&R SAM
Mordançage et rinçage Systèmes auto-mordançants

M&R2
SAM 1
2 étapes:
1 étape: Adhésif
Mordançage
Adhésif

Monomères acides, primaire,


adhésif, solvants sont contenus
Adhésif dit monocomposant. dans un seul produit,
Primaire, adhésif, solvants sont conditionnés en sous
contenus dans un seul flacon. compartiment.
Correspond à la 5e génération Correspond à la 7e génération
d’adhésifs. d’adhésifs.

Figure 1
Principaux adhésifs utilisés en orthopédie dento-faciale.

2.3. Composition des systèmes adhésifs : émail humide, l’eau, en occupant ces zones de démi-
quels intérêts ? néralisation, s’oppose à cette infiltration de l’adhésif
2.3.1. Monomères hydrophobes, monomères et altère le processus de polymérisation. La faible so-
hydrophiles lubilité dans l’eau de ces composants hydrophobes
explique cette incompatibilité.
Le contrôle de l’humidité et de la contamina- Pour pallier ces difficultés, des monomères hy-
tion salivaire représente un des principaux obstacles drophiles associés ou non à des solvants ont été
aux collages des attaches, particulièrement au ni- introduits. Les adhésifs sont dits hydrophiles. Le
veau des secteurs latéraux mandibulaires et posté- terme d’hydrocompatibilté semble plus adapté à ces
rieurs pour les deux arcades. Yoshida et Plasmans adhésifs, qui contiennent également des monomères
situent cette hygrométrie de la cavité buccale au- hydrophobes. Les monomères hydrophiles (HEMA)
tour de 80 à 95 % selon les sites (cités en [1]). La assurent le mouillage et l’infiltration de l’adhésif sur
composition des adhésifs dits hydrophobes n’auto- l’émail humide. Une trop forte concentration en mo-
rise pas le collage en milieu humide. D’un point nomères hydrophiles affecte les propriétés méca-
de vue mécanique, le collage à l’émail humide d’un niques de la résine en diminuant le taux de conver-
adhésif hydrophobe affecte significativement les va- sion globale de la résine et son poids moléculaire
leurs d’adhérence. L’approche micromorphologique moyen.
témoigne d’une moindre qualité de l’interface adhé-
sif/émail avec défaut voire absence d’infiltration dans
2.3.2. Monomères acides hydrophiles [6, 14]
la zone déminéralisée de l’émail et de hiatus [14].
Sur émail sec, les monomères hydrophobes Les SAM contiennent des monomères acides po-
mouillent et infiltrent les zones déminéralisées du lymérisables et de l’eau. Celle-ci est nécessaire à leur
substrat amélaire, assurent la liaison au composite, activation. Ils infiltrent et déminéralisent l’émail si-
et la ténacité de l’adhésif après polymérisation. Sur multanément. L’attaque acide ou dissolution acide
156 Orthod Fr 2009;80:153–165

induite demeure inférieure à celle provoquée par des 2.3.4. Les solvants (acétone, alcool)
agents mordançants classiques, tel l’acide phospho- Ils améliorent le mouillage de l’adhésif au substrat
rique. L’approche ultrastructurale par microscope en activant la pénétration du produit. Le solvant per-
électronique à balayage met en évidence des reliefs met de chasser l’humidité de la surface amélaire. Il
de déminéralisation amélaires moins marqués lors convient ensuite de l’éliminer par évaporation pour
d’une attaque par ces monomères acides. La pro- permettre la polymérisation de l’adhésif et du com-
fondeur d’infiltration de la résine adhésive dans les posite. Néanmoins, une trop forte concentration de
zones de déminéralisation est par conséquent ré- ces composants entraîne une diminution de l’épais-
duite [14, 23]. Ces monomères acides autorisent une seur de résine et une moindre résistance mécanique.
déminéralisation de surface moins agressive et plus
respectueuse de l’intégrité amélaire lors de la dépose.
2.3.5. L’eau
Néanmoins, cette moindre pénétration de l’adhé-
sif, avec des brides résineuses de profondeurs et De l’eau est associée aux monomères acides hy-
d’épaisseurs réduites, ne risque t-elle pas de nuire drophiles des systèmes automordançants. L’eau ac-
aux performances de collage et de conduire à des dé- tive le potentiel acide de ces monomères. Son évapo-
collements intempestifs ? ration par séchage est recommandée afin de ne pas
L’approche mécanique révèle des valeurs d’adhé- inhiber la réaction de polymérisation hydrophobes
rence supérieures ou égales à 19 MPa pour la avec les résines composées d’esters méthacryliques
majorité des SAM commercialisés. Si ces valeurs (adhésifs, composite).
sont moindres comparées à celles obtenues par L’eau et les monomères acides, au risque d’entraî-
traitement de surface conventionnel à l’acide phos- ner l’inactivation de leur potentiel de déminéralisa-
phorique, elles n’entravent en rien l’efficacité du tion, sont conditionnés séparément (bi-composant :
collage et la tenue des attaches. Certains systèmes flacons ou compartiments différents pour la présen-
auto-mordançants présentent en effet des valeurs tation en sucette).
d’adhérence non significativement différentes des
M&R2 ou adhésifs dits de 5e génération [16]. 2.3.6. Amorceurs de polymérisation, agents
Néanmoins, lors du stockage des SAM, une durée stabilisateurs
de conservation prolongée et une température trop Les adhésifs contiennent dans leur composition
élevée nuisent aux performances mécaniques [6]. des amorceurs de polymérisation, des agents stabili-
Les monomères acides interfèrent alors avec les mo- sateurs.
nomères hydrophiles au cours du temps, engendrant La composition des adhésifs à polymérisation
une instabilité et une inactivation des composants. photo-chimique utilisés en orthopédie dento-faciale
Le conditionnement dans des compartiments diffé- est présentée dans la figure 2.
rents au sein d’un même blister permet d’éviter l’in-
activation des principes actifs entre eux.
3. Les colles composites en orthodontie :
2.3.3. Les charges quels systèmes adhésifs associer ?
(Fig. 3)
La présence de charges au sein des adhésifs, en
améliorant la consistance de l’adhésif, permet de dis- 3.1. Les systèmes M&R
siper les contraintes mécaniques liées au traitement 3.1.1. Classification des systèmes M&R
orthodontique, et de réduire le risque de rupture au
Parmi les systèmes M&R, on distingue [17] :
niveau des interfaces collées. Ces charges influent
également sur le temps d’insolation lors de la po- • Les systèmes de collage hydrophobes, eux-
lymérisation. Une colle chargée absorbe plus de lu- mêmes érigés en deux sous-classes en fonction
mière. Il est important d’adapter le temps d’illumina- de leur mode de polymérisation :
tion en fonction de ce paramètre. Pour les SAM, ces – chimique (système pâte-pâte chémopolyméri-
charges compensent la moindre épaisseur d’adhésif sable, système de contact avec polymérisation
infiltré au sein de l’émail déminéralisé. La couche par diffusion),
d’adhésif est alors plus résistante aux contraintes. – photopolymérisable.
Mano M.-C., Mehdi S. Les systèmes de collage à l’émail en orthodontie 157

Composition des adhésifs à polymérisation photo-chimique utilisés en ODF

Adhésifs, M&R 2 Adhésifs auto-mordancants, SAM 1

Adhésifs hydrophobes Adhésifs hydrocompatibles


Solvant (eau, acétone,
éthanol)
Active la pénétration du produit
Chasse l’humidité de la surface amélaire
Favorise l’évaporation de l’eau lors du
séchage pour les SAM

Monomères hydrophobes
Tenacité de l’adhésif après polymérisation
Liaison à la 1ière couche de composite

Monomères hydrophiles
(HEMA)
Mouillage et infiltration sur l’émail
humide

Monomères acides
hydrophiles
Déminéralisation et infiltration simultanée
de l’émail

Eau
Active le potentiel acide des monomères
acides

Figure 2
Composition des adhésifs à polymérisation photo-chimique utilisés en ODF.

• Les systèmes de collage hydrocompatibles. Pour les systèmes pâtes-pâtes/liquide-liquide, le


Une colle qualifiée d’hydrophobe, hydrocompatible mélange des liquides (base + activateur) entre eux,
ou auto-mordançante, n’évoque pas la résine compo- et des pâtes (base + activateur) entre elles conduit
site en tant que telle. Le caractère hydrophobe, hy- à une polymérisation chimique. Le système de col-
drocompatible ou auto-mordançant se réfère au sys- lage se révèle similaire à un système classique : un
tème adhésif. Lui seul varie et revêt des propriétés adhésif (les deux liquides) et un composite (les deux
différentes. La résine composite ne change pas dans pâtes). L’application du mélange des deux liquides
sa nature, sa composition et ses conditions de mani- sur la base de l’attache en plus du substrat, bien que
pulation. Quel que soit l’adhésif utilisé, le composite non indispensable, autorise un meilleur étalement
demeure hydrophobe. de la pâte au niveau de l’attache. La prise en masse
de la colle permet un taux de conversion constant.
3.1.2. Systèmes M&R traditionnels Ces systèmes se révèlent peu propices à l’exercice
hydrophobes (Fig. 4) clinique : d’une part, le malaxage implique la pré-
sence de deux opérateurs ; d’autre part, il peut in-
Le mode de polymérisation du système influe sur
duire des porosités à l’origine de propriétés méca-
le mode d’application et la réaction de prise.
niques moindres.
3.1.2.1. Polymérisation chimique Pour les systèmes à diffusion, la réaction de prise
a lieu par diffusion réciproque de l’activateur de la
Parmi les systèmes hydrophobes à polymérisa- polymérisation du composite contenu dans l’adhé-
tion chimique, on distingue les systèmes pâtes- sif et la diffusion de l’activateur de l’adhésif contenu
pâtes/iquide-liquide et les colles de contact dites à dans le composite. Le temps de travail est alors li-
diffusion [14, 15, 17]. mité. Il convient d’appliquer l’adhésif sur le substrat
158 Orthod Fr 2009;80:153–165

SYSTÈMES ADHÉSIFS
associés aux colles composites

M&R SAM
Système adhésif nécessitant un mordançage et rinçage Système auto-mordançant

Polymérisation photochimique
Polymérisation chimique
+ Composite chémo (pâte-pâte) ou photopolymérisable hydrophobe

Système pâte-pâte
Adhésifs hydrophobes Adhésifs hydrocompatibles Adhésifs auto-mordançants

Concise (3M)
Prompt L Pop (ESPE)
Transbond XT (3M UNITEK) Orthosolo (ORMCO)
Phase 2 (RELIANCE)
Transbond plus self-etching
Enlight (ORMCO) Transbond MIP (3M UNITEK)
Ortho Two (BISICO) primer (3M UNITEK)
Lightbond (ORMCO)
Optibond All in One (KERR)

Système par diffusion


Colles de contact
Incompatibilités: Incompatibilités:
Colles de contact Colles de contact

Système One plus (ORMCO)


Unit (3M UNITEK)
Righton (TP ORTHODONTICS)
Mono lock 2 (RMO)

Hydrophobe Hydrocompatible

Figure 3
Systèmes adhésifs associés aux colles composites [6, 15].

amélaire et sur la base du bracket afin de permettre de monomères diméthacrylates hydrophobes, conte-
une réaction de prise optimale. L’absence de ma- nant un initiateur de polymérisation ; des charges in-
laxage, en diminuant le risque de porosités, confère à organiques faites de particules de verre, de quartz
ces colles une consistance et une épaisseur optimale. et/ou de silice vitreuse ; un agent de couplage qui
Cela permet alors une meilleure dissipation des lie chimiquement les charges à la matrice de résine.
contraintes au niveau de l’interface. Néanmoins, la Leur manipulation simple, sans malaxage, évite l’in-
qualité de polymérisation et le taux de conversion corporation de porosités.
sont fonction de l’épaisseur de la colle et de la qualité La polymérisation photochimique autorise un
d’adaptation de l’attache sur la dent. Son utilisation temps de travail plus souple. Cependant, leur sen-
en clinique est particulièrement décriée pour son ca- sibilité à la lumière naturelle et au scialytique
ractère iatrogénique. Le risque de déminéralisation déclenche une partie de la polymérisation. Le condi-
amélaire adjacente aux attaches est majeur. Seule la tionnement et la manipulation hors source lumi-
résine adhésive en contact avec la colle réagit. Une neuse obligent alors à une attention particulière.
partie de la résine infiltrée au sein des reliefs de dé-
minéralisation ne polymérise pas. Elle constitue alors
3.1.3. Systèmes hydrocompatibles (Fig. 5) :
un support préférentiel pour le biofilm.
vers une nécessaire tolérance
à la contamination humide et salivaire
3.1.2.2. Polymérisation photochimique

Les colles hydrophobes sont des monocompo- L’ absence de tolérance à la contamination hu-
sants constitués de trois éléments : une résine à base mide et salivaire représente un des inconvénients
Mano M.-C., Mehdi S. Les systèmes de collage à l’émail en orthodontie 159

Systèmes adhésifs hydrophobes

Polymérisation chimique Polymérisation photochimique

Système pâte-pâte Système par diffusion


Colles hydrophobes
Colles de contact
(adhésifs hydrophobes)

Concise (3M) Système One plus Transbond XT (UNITEK)


(ORMCO)
Phase 2 (RELIANCE) Enlight (ORMCO)
Unit (3M UNITEK)
Ortho Two (BISICO)
Righton (TP Lightbond (ORMCO)
ORTHODONTICS)
Mono lock 2 (RMO)

Figure 4
Systèmes adhésifs hydrophobes selon le mode de polymérisation [6, 15].

majeurs des systèmes composites classiques de type 3.1.4. Les limites au mordançage acide :
hydrophobe (à polymérisation chimique, pour les vers un nouveau paradigme ?
systèmes pâte-pâte/liquide-liquide et pour les colles
de contact ; à polymérisation photochimique pour Un mordançage classique (acide phosphorique)
les adhésifs hydrophobes). Il en résulte des décol- suivi d’un rinçage minutieux constitue le préalable à
lements fréquents au niveau des secteurs postérieurs l’application de tous ces systèmes de collage. Leurs
de la cavité buccale, où le contrôle du champ opéra- propriétés mécaniques en termes de valeurs d’adhé-
toire se révèle parfois difficile. La commercialisation rence élevées confèrent aux systèmes M&R un taux
des adhésifs hydrocompatibles en orthopédie dento- d’échecs réduit, de l’ordre de 6 à 7 % [23]. Néan-
faciale pallie partiellement ces défaillances. L’incor- moins, cette technique de préparation de surface au
poration au sein de la résine adhésive de monomères mordançage acide se révèle agressive. Elle conduit
hydrophiles autorise une tolérance à la contami- à une perte d’émail de l’ordre de 8 à 15 μm. À cela
nation humide et salivaire avant la mise en place s’ajoute, lors de la dépose, une nouvelle perte d’émail
de l’adhésif. Le composite demeure néanmoins hy- variant de 30 à 160 μm, selon les auteurs, par net-
drophobe. Ces éléments hydrophiles améliorent le toyage et polissage des surfaces dentaires en fin de
mouillage et l’infiltration de la résine sur une surface traitement [7]. La pénétration de la résine au sein de
humide. L’addition d’un solvant de type acétone ou l’émail déminéralisé entraîne la création de brides ré-
d’alcool permet de chasser l’humidité de la surface sineuses (jusqu’à 15 μm de longueur) [14]. Il en ré-
amélaire. sulte des discolorations dentaires sous l’influence de
160 Orthod Fr 2009;80:153–165

SYSTÈMES ADHÉSIFS HYDROCOMPATIBLES

ADHÉSIFS HYDROPHILES ADHÉSIFS AUTO-MORDANÇANTS

+ Composites chémo (pâte-pâte) ou + Composites chémo ou photopolymérisables


photopolymérisables

ORTHOSOLO (ORMCO) PROMPT L POP (ESPE)


TRANSBOND PLUS SELF ETCHING
TRANSBOND MIP (3M) PRIMER (3M UNITEK)

Incompatibilités: Incompatibilités:
Colles de contact Colles de contact

Figure 5
Systèmes adhésifs hydrocompatibles [6, 15].

colorants alimentaires et un arrachement des prismes – les SAM 1 ou all-in-one [6].


d’émail emprisonnés dans les brides lors de la dé-
pose. Les risques lors de la dépose sont encore ac- Les SAM 2 obligent à l’application de deux pro-
crus avec les attaches céramiques. Au total, les pertes duits distincts. Un primaire acide hydrophile, le self-
amélaires suite à un collage composite avoisinent etching primer, déminéralise et infiltre la surface amé-
10 % de l’épaisseur de l’émail initiale. laire simultanément. Le séchage de ce primaire est
déterminant. Il permet l’évaporation de l’eau conte-
3.2. Les systèmes SAM nue dans le primaire, qui risquerait d’inhiber la po-
lymérisation des esters méthacryliques. Il requiert,
3.2.1. Composition dans un second temps, l’application d’une résine
Les SAM sont constitués de monomères acides adhésive chargée cette fois hydrophobe.
hydrophiles (hydroxy-éthyl methacrylate ou Les SAM 1 ou système all-in-one sont les plus
HEMA), de monomères hydrophobes, d’eau, de adaptés à notre pratique clinique quotidienne. Des
solvant (acétone ou éthanol), de charges. Avec un charges sont incorporées au primaire acide afin d’ac-
PH avoisinant 0,8 à 2, le potentiel de déminérali- croître les propriétés mécaniques de résistance aux
sation des monomères acides demeure inférieur à contraintes. L’intérêt clinique est majeur. L’absence
celui d’un acide minéral, pour une même concentra- d’étapes de rinçage susceptible de contaminer la
tion [6]. Ils permettent une déminéralisation et une surface après déminéralisation acide (saignement,
infiltration simultanée de l’émail. fluide salivaire. . .), la réduction du nombre d’étapes,
la manipulation ergonomique facilitent le protocole
3.2.2. Terminologie de collage et diminuent les risques d’erreurs opé-
ratoires. À cela s’ajoute une relative hydrocompati-
Selon le nombre d’étapes nécessaires à l’applica-
bilité**. La présence de monomères acides hydro-
tion d’un SAM, on distingue deux systèmes auto-
philes confère à ces systèmes une tolérance à la
mordançants distincts :
contamination humide et salivaire avant leur appli-
– les SAM 2 selon la classification de Degrange ou cation. Après application, les valeurs d’adhérence
self-etching primer pour les anglo-saxons, sont significativement affectées. La polymérisation
Mano M.-C., Mehdi S. Les systèmes de collage à l’émail en orthodontie 161

des colles composites est en effet une réaction hy- est de type acide-base. L’eau constitue le vecteur de
drophobe inhibée par l’eau. la réaction. Après le mélange, le polyacide et les par-
Cette association d’un acide, d’un primaire et ticules de verre réagissent entre eux et forment une
d’un adhésif pour les SAM 1, ou d’un primaire et matrice de polysels.
d’un acide pour les SAM 2 au sein d’une même unité L’utilisation clinique des CVI présente un intérêt
contribue à altérer la conservation et la durée de vie certain. Leur excellent potentiel d’adhésion à l’émail
de ces produits. Leur utilisation nécessite une vigi- sans mordançage préalable permet d’éviter un traite-
lance accrue quant aux températures de conservation ment de surface agressif par mordançage acide. Ce
et au stockage. mode d’adhésion optimal est la résultante d’interac-
tions physico-chimiques entre le matériau et la sur-
3.2.3. Discussion autour de la qualité face amélaire. L’intégrité amélaire est alors préservée
de l’adhésion lors du protocole de collage par l’absence de trai-
La qualité de l’adhésion des systèmes auto- tement à l’acide phosphorique, puis lors de la dé-
mordançants est sujette à controverses. pose des attaches. L’intérêt clinique semble évident,
Suite à cette déminéralisation acide peu agressive, notamment pour la dépose des attaches céramiques,
l’infiltration de la résine adhésive au sein des reliefs par une restitution ad integrum de l’émail. En termes
de microrétention amélaire avoisine les 2 à 3 μm. Les de tolérance à la contamination humide et salivaire,
brides résineuses se révèlent réduites en longueur et la composition leur confère une affinité intrinsèque
en épaisseur en comparaison aux effets d’un mordan- avec l’eau.
çage acide classique. Ces systèmes, moins iatrogènes Les CVI présentent, par ailleurs, un intérêt bio-
pour le substrat, préservent l’intégrité amélaire lors logique majeur. Leur capacité à relarguer du fluor et
de la dépose des attaches. Les ruptures cohésives au à se recharger à partir des apports topiques fluorés
sein de l’émail sont moindres. Le nettoyage en fin de permet de réduire le risque de décalcifications ad-
traitement est facilité par des ruptures au niveau de jacentes aux brackets [8, 11, 13]. Pour certains au-
l’interface émail-adhésif [14]. teurs, l’utilisation des CVI modifie la composition de
Cette dissolution plus superficielle de l’émail, la plaque à la périphérie du matériau de collage. En
associée à des faciès d’attaque moins rétentifs, ne dentisterie adhésive [18, 19], comme en orthodontie
semble pas affecter les propriétés mécaniques en [10, 11], les CVI induisent une plus faible concentra-
terme de potentiel d’adhésion au substrat. Les va- tion en Streptococcus mutans, agent bactérien majeur
leurs d’adhérence répondent aux exigences des trai- du processus de déminéralisation. En comparaison
tements en orthodontie. Seule la présentation com- avec des résines composites, les taux d’acides lac-
merciale en sucettes compartimentées peut nuire à tiques dans la plaque adjacente aux brackets collés
la qualité du mélange et affecter alors la qualité de au CVI seraient significativement moindres [12].
l’adhésion. Plusieurs études, in vitro et in vivo, ont cepen-
dant révélé l’insuffisance des propriétés mécaniques
des CVI en comparaison aux résines composites. Les
4. Des ciments verres ionomères (CVI)
forces d’adhésion sont faibles et les taux de décolle-
aux ciments verres ionomères modifiés ment (de 12,4 à 50,9 % selon les auteurs) incom-
par adjonction de résine (CVIMAR)** patibles avec la réalité clinique [5, 9, 22]. Aussi, la
4.1. CVI : un intérêt biologique majeur, résine a-t-elle été incorporée dans la composition
des propriétés mécaniques insuffisantes des CVI afin de pallier leurs déficiences mécaniques,
White introduit en 1986 les ciments verres io- sans en affecter leur intérêt. Il s’agit des CVIMAR ou
nomères pour le collage des brackets en orthodon- ciment verre ionomère modifié par adjonction de ré-
tie [30]. sine.
Les CVI sont composés d’un acide (un homopo-
lymère ou copolymère d’acides alkénoique, comme 4.2. Les CVIMAR
l’acide acrylique, l’acide maléique et l’acide itaco-
nique) et d’une base (verre d’alumino-silicate de cal- En matière de prévention et de prophylaxie,
cium renfermant des fluorures). La réaction de prise leur intérêt biologique réside dans cette même
162 Orthod Fr 2009;80:153–165

capacité à relarguer des fluorures. La concentration au fauteuil. L’expérience et l’affinité du praticien pour
en ions fluor augmente considérablement au sein le biomatériau utilisé sont essentielles.
de la plaque adjacente aux brackets collés avec des Les systèmes de collage à l’émail en orthodontie
CVIMAR [3]. En comparaison avec des résines com- sont présentés dans la figure 6.
posites, l’utilisation de CVIMAR réduit significative-
ment le pourcentage de Streptococcus mutans et lacto- 5. Conclusion
bacilles de la plaque en périphérie des brackets [31].
Les publications se divisent cependant sur la réelle Maîtriser ces différents paramètres spécifiques au
efficacité clinique du relargage d’ions fluor dans la ré- collage en orthodontie permet de sélectionner le sys-
duction des déminéralisations adjacentes au bracket. tème optimal et adapté à une situation clinique sin-
Les propriétés mécaniques sont améliorées par gulière. Chaque système répond à un cahier des
l’adjonction de résine, notamment en termes d’adhé- charges précis. C’est au praticien, selon ses objectifs
sion [4, 19, 20]. Des groupes méthacrylates latéraux et affinités, de savoir conjuguer au mieux les diffé-
se greffent ainsi sur les chaînes de polyacides rents protocoles. C’est encore au praticien d’associer
des CVI. Lors du mélange, le polyacide modi- les systèmes de collage afin de potentialiser les avan-
fié co-polymérise avec un monomère hydrosoluble, tages de chacun. Il optimise ainsi les performances
l’HEMA par photo-activation. Il existe alors une techniques et biologiques de collage à l’émail.
double réaction : d’une part, la réaction d’auto- Quel que soit le système utilisé, la maîtrise du
polymérisation acide-base du CVI, d’autre part, une protocole de collage et la rigueur du clinicien déter-
réaction photochimique. Cette double réaction in- minent le succès de cette étape. La qualité de la pré-
duit une excellente prise en masse du matériau paration de surface, l’efficacité de la polymérisation
quel que soit l’épaisseur. L’augmentation de liaisons sont en partie garantes de la stabilité des attaches
croisées engendrées par la polymérisation photochi- lors des traitements. Savoir appréhender les diffé-
mique permet une manipulation plus facile et des rents systèmes de collage mais aussi renouveler sa
propriétés mécaniques accrues. pratique se révèlent déterminants.
Plusieurs études in vitro témoignent de forces
d’adhésion suffisantes à une utilisation clinique en
orthodontie pour le collage des brackets [4, 19, 20]. Annexe : Terminologie
La force minimum de résistance à la traction requise
L’étymologie des différents termes répertoriés est issue
est pour Reynols de l’ordre de 6 à 8 MPa [25]. Les
du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales,
valeurs d’adhérence des colles résineuses demeurent
consultable sur le site http ://www.cnrtl.fr/portail.
cependant nettement supérieures. Un condition-
nement préalable de l’émail par acide polyacry-
lique améliore significativement in vitro l’adhérence Adhérence
des CVIMAR à l’émail pour de nombreux au- L’adhérence représente la force ou l’énergie né-
teurs [14, 21]. Pour certains, ce conditionnement cessaire pour séparer deux surfaces entre elles. Les
préalable de l’émail n’apporte rien au protocole de tests d’adhérence (traction, cisaillement, clivage, pe-
collage [27]. Le Fuji Ortho testé expérimentale- lage. . .) évaluent la résistance d’un assemblage collé.
ment témoigne de valeurs d’adhérence de 16,6 MPa Les valeurs d’adhérence obtenues par ces essais
(surface humide) et de 19,6 MPa (surface sèche) conventionnels ne sont pas uniquement représenta-
avec pré-traitement à l’acide polyacrylique à 10 % tives des caractéristiques du substrat. Elles doivent
pendant 20 s, contre 7,6 MPa (surface humide) être exploitées à titre comparatif dans des conditions
et 8,3 MPa (surface sèche) [14]. Cette préparation d’essai strictement codifiées.
de surface par un acide faible ne déminéralise pas
l’émail. Elle augmente le mouillage et active l’énergie
de surface amélaire.
Adhésif
L’utilisation clinique des CVIMAR nécessite un La résine composite ne peut à elle seule infiltrer
travail avec aide opératoire. La prise rapide du ma- intimement les anfractuosités amélaires crées par la
tériau (réaction acide-base) limite le temps de travail déminéralisation acide. Elle n’entre en contact qu’en
Systèmes adhésifs associés aux colles composites

M&R
CVIMAR
Systèmes pâte-pâte / Colles de contact Adhésifs Adhésifs SAM
liquide-liquide hydrophobes hydrocompatibles

Protocole de Nettoyage Nettoyage Nettoyage Nettoyage Nettoyage Nettoyage


collage Mordançage / Rinçage Mordançage / Rinçage Mordançage / Rinçage Mordançage / Rinçage SAM Préparation de surface
Système adhésif liquide Système adhésif Système adhésif Système adhésif / Rinçage / Séchage
/ liquide Séchage modéré

Préparation de Mordançage à l’acide orthophosphorique Mordançage à l’acide Rien après microsablage


surface préalable orthophosphorique Pré-traitement à l’acide
polyacrylique
Voire à l’acide
orthophosphorique ou
avec SAM
Tolérance à la Non Non Non Oui, avant le mise en Oui, avant la mise en Oui
contamination place de l’adhésif place de l’adhésif
humide et salivaire
Adhérence à Forte Forte Forte Forte Moyenne à forte Moyenne à forte
l’émail

Intégrité amélaire Perte d’émail (traitement Perte d’émail Perte d’émail Perte d’émail Perte d’émail modérée Perte amélaire limitée
de surface et dépose) Risque accru de (traitement de surface et (traitement de surface et (traitement acide moins sauf si mordançage
déminéralisation de dépose) dépose) agressif) préalable
l’émail adjacent aux
brackets
Facilité à la dépose Modérée (risque Modérée (risque Modérée (risque Modérée (risque Oui Oui
d’arrachements prismes d’arrachements prismes d’arrachements prismes d’arrachements prismes (faible dureté des
d’émail) d’émail) d’émail) d’émail) CVIMAR)

Mode de Chémopolymérisable Chémopolymérisable Photopolymérisable Photopolymérisable Photopolymérisable Chémopolymérisable et


polymérisation plhotopolymérisable
Et réaction de prise Réaction acide base
Manipulation Modérée Modérée Modérée Facile Facile Travail à 4 mains
Temps de travail limité
Mano M.-C., Mehdi S. Les systèmes de collage à l’émail en orthodontie

Figure 6
Systèmes de collage à l’émail en orthodontie.
163
164 Orthod Fr 2009;80:153–165

certains points avec cette surface solide. Seule une de déminéralisation de l’émail intra et interprisma-
couche intermédiaire d’adhésif permet d’épouser le tique [28]. La qualité de l’interface dépend de la mor-
relief amélaire, et de l’unir au matériau composite de phologie et de la qualité des brides résineuses, de
collage. l’absence de défaut et de hiatus. La colle composite
Les adhésifs monocomposants sont constitués comble l’espace entre la base du bracket et la mor-
d’un « primaire d’adhésion » (monomères préparés phologie de la dent.
en solution aqueuse ou dans un solvant) et de résine.
Le primaire améliore le mouillage et l’infiltration de Primaire (Primer)
la résine. Celle-ci copolymérise ensuite avec le com-
posite de collage. La racine vient du latin primus à partir de primo-
rius : « au premier rang ». C’est à la fois :
Adhésion – la première substance apposée sur la surface à
L’adhésion est l’union intime de deux surfaces coller lors du protocole de collage,
entre elles. Elle se définit par le mouillage des sur- – la substance prépondérante, fondamentale sans
faces, leurs potentiels d’absorption, et leurs carac- laquelle la cohésion de l’assemblage collé est im-
tères topographiques plus ou moins rugueux [26]. possible.
Elle s’aborde selon plusieurs approches [14] : mé-
canique, physico-chimique (méthode de l’angle de Derrière le terme de Primer se cachent des produits
contact) ou encore micromorphologique (observa- très variables. Nous pouvons être amenés à super-
tion par microscope électronique à balayage). poser différentes couches de Primer sur le substrat
support. Nous réservons la définition de Primer au
Hydrophile et hydrocompatibilité premier agent déposé sur la surface de collage.

De Hydro et phile. « phile », emprunté du grec,


représente « ce qui a une affinité pour ». Littérale- Bibliographie
ment celui qui est ami avec l’eau. Actuellement uti-
lisé comme celui qui absorbe ou retient l’eau. Un [1] Besnault C, Attal J-P. Influence of a simulated oral environ-
composé est dit hydrophile ou polaire lorsqu’il est ment on microleakage of two adhesive systems in class II
soluble dans l’eau. Il forme alors les molécules d’eau composite restaurations. J Dent 2002;30:1–6.
[2] Buonocore M.G. A simple method of increasing the adhe-
des liaisons hydrogènes (alcool).
sion of acrylic filling materials to enamel surfaces. J Dent
L’adjectif hydrophile est souvent associé à certains Res 1955;34:849–853.
adhésifs qui tolèrent un certain degré d’humidité. [3] Chung CH, Cuozzo PT, Maure FK. Shear bond
Il conviendrait alors de les qualifier d’hydrocompa- strength of a resin-reinforced glass ionomer cement:
an in vitro comparative study. Am J Orthod Dentofacial
tible.
Orthop 1999;115:52–54.
[4] Compton AM, Meyers CE Jr, Hondrum SO, Lorton L.
Mode d’adhésion des CVIMAR : adhésion Comparison of the shear bond strength of a light-cured
physico-chimique glass ionomer and a chemically cured glass ionomer for
use as an orthodontic bonding agent. Am J Orthod Dento-
Des liaisons ioniques (covalentes fortes) s’éta- facial Orthop 1992;101:138–144.
blissent entre les groupes carboxylases des poly- [5] Cooke MS, Neesome PR. Combined orthodontic and
acides contenus dans les CVI et les ions calcium de restorative correction of severe anterior open bite.
Quintessence Int 1990;21:729–736.
l’apatite. Cette dernière compose 98 % de l’émail ma- [6] Degrange M. Systèmes adhésifs auto-mordançants, une
ture. Les CVI auto-adhèrent à l’émail non traité. Au- mode ou la voie du futur ? Inf Dent 2004;15:917–925.
cune déminéralisation préalable n’est requise. [7] Diedrich P. Enamel alterations from bracket bonding and
debonding: a study with the scanning electron micro-
scope. Am J Orthod 1981;79:500–522.
Mode d’adhésion des systèmes adhésifs [8] Forsten L. Fluoride release from a glass ionomer cement.
associés au composite Scand J Dent Res 1977;85:503–504.
[9] Fricker J.P. A 12-month clinical evaluation of a glass
L’adhésion micromécanique consiste à hybrider polyalkenoate cement for the direct bonding of or-
les tissus amélaires après déminéralisation par trai- thodontic brackets. Am J Orthod Dentofacial Orthop
tement de surface acide. L’adhésif infiltre les zones 1992;101:381–384.
Mano M.-C., Mehdi S. Les systèmes de collage à l’émail en orthodontie 165

[10] Hallgren A, Oliveby A, Twetman S. Caries associated [21] Meehan PM, Foley TF, Mammandras AH. A comparison
microflora in plaque from orthodontic appliances re- of the shear bond strengths of two glass ionomer cements.
tained with glass ionomer cement. Scand J Dent Res Am J Orthod Dentofacial Orthop 1999;115:125–132.
1992;100:140–143. [22] Miguel JA, Almeida MA, Chevitarese O. Clinical compar-
[11] Hallgren A, Oliveby A, Twetman S. Fluoride concentration ison between a glass ionomer cement and a composite
in plaque adjacent to orthodontic appliances retained with for direct bonding of orthodontic brackets. Am J Orthod
glass ionomer cement. Caries Res 1993;27:51–54. Dentofacial Orthop 1995;107:484–487.
[12] Hallgren A, Oliveby A, Twetman S. L(+)-lactic acid pro- [23] O’Brien KD, Read MJ, Sandison RJ, Roberto CT. A vis-
duction in plaque from orthodontic appliances retained ible light-activated direct-bonding material: an in vivo
with glass ionomer cement. Br J Orthod 1994;21:23–26. comparative study. Am J Orthod Dentofacial Orthop
[13] Hatibovic-Kofman S, Koch G. Fluoride release from 1989;95:348–351.
glass ionomer cement in vivo and in vitro. Swed Dent J [24] Perdigao J, Lopes L. Effects of a self-etching primer on
1991;15:253–258. enamel shear bond strengths and enamel SEM morphol-
[14] Hitmi L. Étude et optimisation de l’adhésion à l’émail et à ogy. Am J Dent 1997;10:141–146.
la dentine. Du laboratoire à la clinique. Thèse 2004. [25] Reynols IR. A review of direct orthodontic bonding. Br J
[15] Hitmi L. Les matériaux de collage en orthodontie. Sémi- Orthod 1975;2:171–178.
naire Ormodent 2006. [26] Roulet JF, Degrange M. Collages et adhésion, la révolution
[16] Hitmi L, Attal J-P, Degrange M. Influence de différents silencieuse. Paris: Quintessence International, 2000.
traitements de surface sur les caractèristiques énergétiques [27] Silverman E, Cohen M, Demke RS, Silverman M. A new
de la surface amélaire. J Edgewise 2000;41:89–104. light-cured glass ionomer cement that bonds brackets to
[17] Hitmi L, Attal J-P, Degrange M. The various families of teeth without etching in the presence of saliva. Am J Or-
composite adhesives: presentation and experimentation. thod Dentofacial Orthop 1995;108:231–236.
Orthod Fr 2002;73:39–58. [28] Sorel O, Cathelineau G. Influence of the bonding interface
[18] Koch G, Hatibovic-Kofman S. Glass ionomer cements on bracket adhesion. Orthod Fr 2001;72:305–312.
as a fluoride release system in vivo. Swed Dent J [29] Svanberg M, Mjör IA, Orstavik D. Mutans streptococci in
1990;14:267–273. plaque from margins of amalgam, composite and glass-
[19] Komori A, Ishikawa H. Evaluation of a resin-reinforced ionomer restorations. J Dent Res 1990;69:861–864.
glass ionomer cement for use as an orthodontic bonding [30] White LW. Glass ionomer cement. J Clin Orthod
agent. Angle Orthod 1993;67:189–195. 1986;20:387–391.
[20] McCarthy MF, Hondrum SO. Mechanical and bond [31] Wright AB, Lee RT, Young KA. Clinical and microbiologic
strength properties of light-cured and chemically cured evaluation of a resin modified glass ionomer cement for
glass ionomer cements. Am J Orthod Dentofacial Orthop orthodontic bonding. Am J Orthod Dentofacial Orthop
1994;105:135–141. 1996;110:469–475.