Vous êtes sur la page 1sur 3

Un cas pratique de l’épreuve finale de la saison 2016-2017 concernant

de la propriété intellectuelle :

I- Les faits :

Zayd veut créer son entreprise impersonnelle afin de


développer une activité de vente d’accessoires pour femmes
(sacs, ceintures, foulard) en dépassant une marque nommée
YAHOO MAROC, ce qui lui permettra de profiter de la notoriété
YAHOO même si les produits sont différents.

Il veut aussi publier sa marque sur internet par une vidéo d’une
durée de 5 minutes et mettra en scène d’une interprétation très
moderne d’un passage de Cyrano de Bergerac par des acteurs
amateurs de son entourage, avec comme l’habillage musical,
une interprétation de l’hymne à la joie datant de 1945.

II- Les problématiques du droit :

- Zaid a-t-il le droit d’utiliser le nom d’une marque notoire pour


les produits différents ?
- Peut-il lancer une vidéo promotionnelle d’une interprétation
de passage de (Cyrano de Bergerac).
- Est-ce qu’il a le droit également d’utiliser l’interprétation de
l’hymne à la joie ?

III- Que dit la loi :

L’article 137 de la loi 23-13 relative à la protection industrielle


dispose dans son alinéa premier que ne peut être comme une
marque un signe portant atteinte à une marque notoire au sens
de l’article 6 bis de la convention de paris pour la protection de
la propriété industrielle.
L’article 162 de la même loi dispose que le titulaire d’une
marque notoire peut réclamer l’annulation d’une marque qui
porte confusion avec la sienne.

L’article 184 de la même loi également qui prévoit que «


Constitue un acte de concurrence déloyale, tout acte de
concurrence contraire aux usages honnêtes en matière
industrielle ou commerciale. Sont notamment interdits :
1) tous faits quelconques de nature à créer une confusion par
n'importe quel moyen avec l'établissement, les produits ou
l'activité industrielle ou commerciale d'un concurrent » .

L’article suivant (185) de la même loi prévoit également que


« Les faits de concurrence déloyale ne peuvent donner lieu
qu'à une action civile en cessation des actes qui la
constituent et en dommages intérêts ».

L’article 25 de la loi 2-00 relative aux droits d’auteur et droits


voisins dispose la durée de la protection des œuvres pendant
la vie de l’auteur et 70 ans après sa mort.

L’article 57 de la même loi prévoit la durée de la protection


accordée aux interprétations ou exécutions dans une période
de 70 ans à compter de la fin de l’année civile de la première
publication autorisée, à défaut 70 ans à partir de la fin
d’année civile de la création.

IV- Les solutions :

Zayd a utilisé la marque ‘ YAHOO MAROC ‘ pour les produits


de femmes et la marque ‘ YAHOO’ est une marque notoire, la
compagnie de YAHOO peut réclamer l’annulation de la marque
de zayd en vertu de la convention de Paris dans son article 6
bis.
C’est pour cette raison, la compagnie de YAHOO peut introduire
une action civile à l’encontre de Zayd d’où la concurrence
déloyale.

Concernant la diffusion de passage d’une interprétation de


passage (CYRANO DE BERGERAC), elle est tombée dans le
domaine public, néanmoins, zayd doit mentionner le nom de
l’auteur de la pièce théâtrale (le respect du droit moral).

A propos de l’interprétation de l’hymne à la joie, l’hymne à la joie


est une œuvre musicale est tombée dans le domaine public et
le délai de sa protection est écoulé, donc Zayd peut l’utiliser en
respectant le droit moral en mentionnant le nom de l’auteur.

Et finalement, sur l’interprétation de l’hymne à la joie de 1945


par l’orchestre philarmonique de New York, la durée de la
protection des artistes interprètes est achevée, Zayd peut
utiliser l’interprétation de l’hymne à la joie à condition de
mentionner aussi le droit moral de l’orchestre.

NB : M. Ouariagly vous autorisera d’apporter avec vous deux


lois pendant l’examen

- La loi 2-00 relative à la propriété artistique et littéraire


- La loi 23-13 relative à la propriété industrielle