Vous êtes sur la page 1sur 17

La Propriété Industrielle et

Commerciale
Réalisé par:
BERROUZ Meryem
HARI Mustafa
NAHID Zahra
EL ARFAOUI Abdelati
PLAN

1 INTRODUCTION
2

3 4

5 6
INTRODUCTION
OMPIC..?
L’Office Marocain de la Propriété l’OMPIC a pour mission de diffuser
L’Office Marocain de la Propriété l’OMPIC a pour mission de diffuser
Industrielle et Commerciale (OMPIC) l’information au public :
Industrielle et Commerciale (OMPIC) l’information au public :
est :
est : •
Information juridique : Extraits de
• Information juridique : Extraits de
•l’organisme chargé de la protection de la registre de propriété industrielle et
• l’organisme chargé de la protection de la registre de propriété industrielle et
propriété industrielle (marques, brevets commerciale, copies officielles,
propriété industrielle (marques, brevets commerciale, copies officielles,
d’invention, dessins et modèles publication et gazette officielles, copies
d’invention, dessins et modèles publication et gazette officielles, copies
industriels) et de la tenue du registre d’actes (Statuts, Procès-verbaux,
industriels) et de la tenue du registre d’actes (Statuts, Procès-verbaux,
central du commerce au Maroc. Certificats, Bilans,…),
central du commerce au Maroc.
• Un établissement Certificats,
• Information Bilans,…),
public doté de la technique : Etat de la
• Un établissement public doté de la • Information technique : Etat de la
personnalité morale et de  l’autonomie technique issu des brevets d’invention,
personnalité morale et de  l’autonomie technique
• Informationissu des brevets d’invention,
financière. Il est placé sous la tutelle du commerciale : Créations
financière. Il est placé sous la tutelle du • Information commerciale : Créations
Ministère de l’Industrie, du Commerce, de d’entreprises, informations financières
Ministère de l’Industrie, du Commerce, de d’entreprises, informations financières
l’Investissement et de l’Economie issues des bilans,…
l’Investissement et de l’Economie issues des bilans,…
Numérique.
Numérique.
Les droits de la Propriété
Industrielles et Commerciale
Ces droits désignent les brevets d’invention, les marques de
fabrique, de commerce ou de service, et les dessins et les
modèles. Ce sont des biens de nature incorporelle qui
procurent à leurs titulaires un monopole d’exploitation.
Qu’est ce qu’un brevet d’invention?

• Le brevet d'invention est un titre de • Le titre  de brevet d’invention  vous confère le droit

propriété industrielle qui protège une d’interdire aux autres  d’utiliser votre invention sans
votre autorisation.
innovation technique. Elle peut concerner
• En brevetant votre invention, vous rentabilisez votre
un produit ou un procédé qui apportent
travail de recherche et développement. En outre, vous
une solution technique à un problème
vous assurez un avantage stratégique et commercial
donné. face à la concurrence.
• Le titre  de brevet d’invention protège • Une invention protégée est : Source de revenu, une
l’invention  pendant une durée  de 20 ans défense contre la concurrence et les limitations, permet

dans le territoire où le brevet est délivré. de rentabiliser les investissements, renforcer votre place
sur le marché.
Le titulaire du brevet

• Le demandeur du brevet est en principe le Cas de l’invention du salarié

titulaire (propriétaire) du brevet, • La loi prévoit une disposition spécifique pour les inventions
de salariés (art. 18 de la loi 17/97). Selon les conditions
éventuellement de manière conjointe avec
dans lesquelles elles ont été conçues, les droits sur
d’autres, par exemple quand une partie de
l’invention, et donc le choix de déposer ou non un brevet,
l’invention a été cédée ou quand plusieurs
reviennent soit au salarié, soit à l’employeur. Dans ce
inventeurs ont un droit commun sur le brevet. dernier cas, le salarié aura droit à une contrepartie
Un brevet peut bien entendu être transféré à financière.
une autre personne ou faire l’objet de • C’est pourquoi le salarié a l’obligation de déclarer toute

licences. invention qu’il réalise afin d’en informer son employeur et


de lui permettre de déterminer les droits qu’il estime détenir
sur l’invention.
Ce qui ne peut pas être breveté ?
Une idée n’est pas brevetable, seuls les moyens techniques permettant sa matérialisation le sont. Dans
ce sens, la loi prévoit une liste d’exclusions à la brevetabilité (art. 23, 24 et 25 de la loi 17/97) :

Les découvertes ainsi que les théories scientifiques et les


méthodes mathématiques;
Les créations esthétiques;

Les présentations d’informations;

Les inventions contraires à l’ordre public ou aux bonnes


mœurs;
Les méthodes de traitement chirurgical ou thérapeutique du corps humain
ou animal;
Les plans, principes et méthodes dans l’exercice d’activités intellectuelles,
en matière de jeu ou dans le domaine économique;
Votre invention est-elle brevetable ?
Pour être brevetable, une invention doit respecter trois critères :

Nouveauté
Une invention est considérée comme nouvelle si elle n'est pas comprise dans « l'état de la technique », celui-ci
étant constitué par tout ce qui a été rendu public, soit dans la publication de brevets, soit dans d'autres types de
publications, soit par des communications orales ou par l'usage. En pratique, il est recommandé de faire des
recherches bibliographiques avant de faire la demande d’un brevet d’invention. 

Activité inventive

Une invention est considérée comme impliquant une activité inventive si, pour « un homme du métier
», elle ne découle pas d'une manière évidente de l'état de la technique. 

Application industrielle

Une invention est considérée comme pouvant avoir une application industrielle lorsqu'elle présente une utilité
déterminée, probante et crédible.
L’exploitation du brevet d’invention
Un brevet d’invention est un bien immatériel que vous pouvez exploiter de façon personnelle ou par un tiers. Vous
pouvez le vendre, le louer, le mettre en gage… Quelle que soit l’exploitation que vous en faites, les actes qui affecteront
la vie de votre brevet devront être inscrits sur le Registre national des brevets. Ces inscriptions sont indispensables pour
rendre les actes publics et opposables aux tiers. L’article 56 de la loi 17/97 fait état de quelques-uns de ces actes tels
que :

La possibilité de transmettre les droits attachés à la demande de brevet ou au


brevet, qui :
- soit comprend tous les droits attachés à la demande de brevet ou au brevet,
- soit se limite uniquement à certains droits;

La possibilité de concéder une licence d’exploitation exclusive ou non exclusive


attachée à la demande de brevet d’invention ou au brevet d’invention

La possibilité que les droits attachés à la demande de brevet d’invention ou


au brevet d’invention fassent l’objet d’une mise en gage.
Partie II : le Maroc et la PIC sur le plan international
Deux systèmes juridiques différents
La common law Le droit civil

 Selon Locke: les DPI sont des droits  Selon la vision continentale, les titulaires de
naturels accordés en récompense d’un DPI ont un droit naturel à la protection, car ils
dur labeur. sont à l’origine de l’œuvre, de l’invention ou
du signe.
 Selon Mill: les DPI ne sont accordés
que par exception, et ce, dans les limites  les droits sont intrinsèquement liés à la
de leur utilité socio-économique. personne créatrice.

 l’objectif de la propriété intellectuelle  L’idée d’équilibre avec l’intérêt du public


devient d’établir un équilibre entre la n’est pas totalement absente du débat,
récompense accordée aux titulaires et cependant l’intérêt de la personne que l’on
d’autres intérêts contradictoires, comme cherche à protéger est privilégié.
ceux du public.
Les DPI au Maroc en France et aux Etats-Unis
Eléments de convergence
Les DPI au Maroc en France et aux Etats-Unis
Eléments de divergence

 Il existe aux Etats Unis, une exception à la condition de nouveauté pour les brevets
d’invention (Utility Patent), le délai de grâce.

 Aux Etats-Unis, Sauf dispositions contractuelles contraires, les titulaires de la demande de


brevet U.S. sont les inventeurs.

 Aux Etats-Unis, les preuves d’usage sont nécessaires non seulement en cas de demande de
tiers mais également pour obtenir l’enregistrement et/ou le maintien en vigueur de la
marque.

 Il existe également deux modes d’enregistrements de la marque (Trademark) :


 le dépôt fondé sur l’intention d’usage « Intent-to-Use Application »
 le dépôt fondé sur l’usage antérieur « Use in Commerce Application ».
Les DPI au Maroc en France et aux Etats-Unis
Eléments de divergence
 Contrairement aux systèmes Marocain, français et européen, le système des
marques américain est fondé sur l’usage créateur de droit et non sur le dépôt
créateur de droit : first to use et non first to file.

 De plus, le Maroc, la France et l’UE ne reconnaissent pas les marques non


enregistrées, contrairement aux États-Unis. Ainsi, une entreprise utilisant sur
le territoire américain une marque non enregistrée auprès de l’USPTO, ou en
cours d’enregistrement, peut y adjoindre le symbole ™ (pour Trademark) ou
SM (pour Service mark), tandis que le symbole ® (pour Registered) sera
réservé aux seules marques disposant d’un certificat d’enregistrement en
cours de validité.
La place du Maroc dans le système international de la PIC
 le Maroc est parmi les premiers pays à avoir ratifier l'acte final créant l'OMC, signé le
15 Avril 1994 à Marrakech, dont l’Accord sur les Aspects des droits de propriété
intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC).

 Le Maroc a adhéré à l'OMPI en 1971. L’OMPI joue un rôle important dans


l’élaboration des normes et traités internationaux dans le domaine de la propriété
intellectuelle, assure l’administration de 21 traités internationaux et assure la
protection internationale des inventions, des marques et des dessins et les modèles
industriels.
 L’OMPIC et l’Office Européen des Brevets (OEB) ont conclu un accord en 2015, en
vertu duquel les inventeurs européens En déposant leurs brevets auprès de l’OEB,
pourront désigner le Maroc parmi les pays assurant la protection de leurs inventions.
Les brevets européens bénéficieront, du même standard de protection que les
nationaux et seront soumis à la législation nationale.
Conclusion