Vous êtes sur la page 1sur 25

Concours photographique [DAAC Créteil]

« DISTANCE »
avril 2019

Lycée public Eugène Livet de Nantes


Académie de Nantes - Pays de la Loire

1STD2A [Arts Appliqués]


enseignant référent : Marc VAYER
Pendant trois mois, nous, les élèves et les enseignant·e·s de première STD2A (Arts
Appliqués) du lycée public Eugène Livet de Nantes avons travaillé le processus
photographique dans le cadre du concours et du thème « distance ».
Sur la base de l’autonomie maximum possible dans l’enceinte du lycée et d’un
travail collaboratif entre tous et toutes, c’est le processus expérimental qui nous
a guidé vers la réalisation d’intentions et de clichés personnels.
Sans aucune connaissances préalables sur la physique des phénomènes
lumineux, juste avec quelques sollicitations de base, nous avons fabriqué des
« sténopé » — ces boites simplissimes percées d’un petit trou, — et réalisé des
clichés par approximation, en tâtonnant pour découvrir les qualités et conditions
d’utilisation de nos « camera obscura ».
Parfois sur les temps de cours, mais le plus souvent en dehors, dans
l’indépendance de notre planning personnel, chacun-e a effectué des prises de
vue — qui devaient parfois s’étaler sur des heures, — et effectué les tirages
papiers dans un labo photo monté pour l’occasion dans une pièce obscure à
l’éclairage inactinique.
Renouant avec l’histoire et la temporalité de la photographie argentique,
nous avons ainsi développé dans l’enthousiasme collectif des connaissances
précieuses sur la lumière et le temps, sur le net et le flou, sur le mécanique et
le chimique, sur les plaisirs esthétiques issus des accidents inhérents à cette
pratique photographique singulière.
Nous avons revisité le thème distance avec notre sensibilité d’adolescent•e•s et
de lycéen•ne·s. Les enseignants, pour leur part, ont veillé à ce que les conditions
de l’expérimentation soient les plus riches possibles.
Au final, le choix des 4 photographies sélectionnées s’est effectué par la classe
entière par un vote direct.
Extrait d’un des cahiers de bord des élèves 1STD2A
Sans titre par Lounès Amosse
Ce sténopé représente la distance sociale entre un sans-abri
et un passant. Cadrage et lumière révèlent deux réalités qui se
côtoient mais ne se rencontrent pas. L’intention est d’inverser la
perception habituelle : le sans domicile fixe est dans la réalité
et dans la lumière mais invisible au passant, qui lui, malgré son
existence sociale reste une ombre photographique.
Sans titre par Lounès Amosse
Sans titre par Océane Dolbec
Perspective et mouvement. Une silhouette contraste avec l’idée
de foule. Aucun indice sur la destination : ni fenêtres, ni paysages,
ni indications… Où sommes-nous ? Où va-t-on ?
Sans titre par Océane Dolbec
Sans titre par Fanny Douillard
- Et bien j’affirme que c’est un grenier, dit 1.
- Je crois que nous sommes enlevés par un ovni, chuchote 2.
- Tort, vous avez tort, je suis persuadé que nous sommes dans un
tunnel et peu importe, raille 3.
Sans titre par Fanny Douillard
Sans titre par Isaline DENIAUD
Nous ne voulons pas mourir dans l’ennui d’une société sans
compromis. Laissons nos envies et nos pulsions guider notre
raisonnement avec passion.
Sans titre par Isaline DENIAUD
La chambre noire
La chambre noire est un phénomène naturel et son histoire ne
date pas d’hier. Sous sa forme la plus simple, ce n’est rien de plus
qu’un petit trou à travers lequel la lumière d’un jardin ensoleillé
passe dans une pièce obscure et projette une image inversée
sur le mur opposé à l’ouverture. La dimension du trou a une
incidence sur la netteté et la clarté de l’image.
C’est ce petit trou que l’on appelle sténopé.
Au XVe siècle avant J.-C., Aristote écrit sur le phénomène et
observe, lors d’une éclipse partielle, des images du soleil en
forme de croissants sur le sol d’une forêt. Les ouvertures à travers
lesquelles elles sont projetées sont les petits interstices entre les
feuilles des arbres. En Chine, à peu près à la même époque, les
philosophes mohistes enregistrent leurs observations d’images
de pagodes, projetées à travers les jours de leurs fenêtres.
voir fig. a
David HOCKNEY
p 202 « Savoirs secrets » SEUIL 2001

fig. a
Lycée public Eugène Livet. 1STD2A 2018-19
Séquence sténopé, « la distance ».

Action : Participation au concours national initié par l’Académie de Créteil, en partenariat avec la Bibilothèque
Nationale de France (BNF), la Maison Européenne de la Photographie, Canopée Ile-de-France, le Jeu de paume
(Paris) et la Maison de la photographie Robert Doisneau. Inscription 7 novembre 2018 - Dépot des photographies
pour concours : 12 avril 2019. résultats 5 juin 2019. Contact : DAAC de Créteil — Sylvain BORY, 01 57 02 66 68 /
sylvain-francoi.bory@ac-creteil.fr

Objectifs : Sujet de travail qui s’inscrit dans les objectifs courants de 1STD2A.
- Découverte de l’histoire de l’invention de la photographie et des pratiques photographiques des origines.
- Découverte de la pratique de prise de vue (technologie physique et lumière, cadre, points de vue et focales),
- Découverte des technologies argentiques en confrontation avec les technologies numériques (tirages
photographiques manuels argentiques sur papier en laboratoire in situ),
- Mise en œuvre de construction, manipulation, programmation et gestion autonome d’un temp long de travail,
- Mise en œuvre d’analyses créatives par rapport à une thématique,

Moyens : Les élèves de 1STD2A vont fabriquer des boites sténopé et tester le processus de prise de vue et de
révélation des images de novembre 2018 à janvier 2019. Puis, de février à avril 2019, produire et traiter des
photoqgraphies dans l’optique de la thématique et du concours.
Un laboratoire photographie disponible au lycée tout au long de cette période, dans le cadre d’une autonomie d’usage.

Tempo / rétro planning : Il faut envoyer les tirages avant le 12 avril (ça tombe pendant les vacances) donc avant
le vendredi 5 avril.
- semaine 1 au 5 avril : choix + scans des sténopés + légendage.
- mars : production de sténopés en fonction des réflexions de la semaine « distance ».
- semaine du 4 au 8 février : une semaine entière dédiée au thème « distance »
- tous les jeudis suivants de janvier : bilans des essais sténopés, de l’autonomie labo
- mercredi et jeudi 10 et 11 janvier introduction

Dans l’ordre chronologique des tâches :


- Demander à l’avance une collecte, par les élèves, de boites de toutes sortes, de conserve, en fer blanc, en bois,
en carton solide, …
- Introduction sur le sujet et la technique sténopé.
- Mise en œuvre du protocole de prises de vue et de tirages papier.
- Fabriquer les boites noires, tester les tirages photographiques et tester le registre d’utilisation du labo.
Alternance d’autonomie des élèves et de points d’étape en cours.
- Points d’étapes sténopés : associés à des apports sur l’histoire de la photographie et des analyses en relation
avec le thème « Distance ».
- Mois de Janvier et février 2019 : prises de vue et tirages en fonction de la demande associée au thème du
concours : « Distance »
- mars 2019 : travail sur la numérisation des tirages papiers.
- avril 2019 : choix des photographie pour envoie dans le cadred du concours avant le vendredi 12 avril

Au final, les élèves auront constitué un dossier personnel comprenant,


- un carnet de suivi des tests prises de vue et tirages photographique, essais-erreurs, tableaux techniques
physique de la lumière, tableaux de gestion des temps de poses, etc.
- un mode d’emploi des différents protocoles de prise de vue, tirages papier argentiques, dispositifs techniques
variés, dont la numérisation.
- des notes et documents sur l’histoire de la photographie et sur des analyses d’images photographiques.
- un corpus personnel organisé — sur le thème de la « distance », de photographies sténopés légendées et
commentées.

A creuser : se faire prêter des loupes et/ou un microscope, …


Labo : Situé dans le Bâtiment T, accessible de façon autonome, un registre d’entrée et de sortie est mis en place,
usage du matériel de tirages photographique argentique : des bacs révélateurs, fixateurs, du petit matériel, pinces,
chiffons, thermomètre,verre doseur, etc., une lampe inactinique sur pied, des boites de rangements de produits,
un agrandisseur photo, des fils de séchage avec pinces à linge.
Autonomie : les temps de prises de vue, de tirage photographique et de réapprovisonnement des sténopé ne
peuvent être restreints aux seules heures de cours. Une autonomie des élèves est donc mise en œuvre qui leur
permet d’effectuer des prises de vue dans les conditions qu’ils établissent eux-mêmes et d’accéder au labo, dans la
limite des heures ouvrables du lycée, pour effectuer quand ils l’estiment utiles, les tirages photographiques
Vade mecum : On appelle donc par extension « sténopé » une boite dans laquelle on perce un petit trou et
qui servira à capter des images et à fabriquer des photos. C’est l’appareil photo le plus rudimentaire. Mais cette
pratique donne lieu à une succession de très nombreux gestes techniques, de nombreux moments de prise de
décision, et d’une gestion du temps de travail forcément très aléatoire puisque basé sur l’expérience directe, le test
permanent de l’équilibre entre intensité de la lumière et temps de pose, l’accès permanent au laboratoire, la chimie
de la révélation argentique.
On prend une boîte. (ou on la fabrique)
On s’assure que fermée elle est hermétique à la lumière.
On perce une petit trou sur une face.
Dans une pièce noire, on insère dans la boite une feuille de papier photo vierge sur la face opposée au trou.
On referme la boite et on masque le trou.
On pose la boite devant un sujet.
On démasque le trou.
On attend le temps qu’il faut, cela dépend de la lumière.
On retire, dans une pièce noire, le papier photo.
On immerge le papier photo dans un bain de révélateur papier, puis dans un bain de fixateur papier.
On obtient alors une image photographique du sujet, en négatif et en miroir par rapport au sujet.

Sténopé et pratique pauvre : Contrairement à la célèbre boîte Kodak mise au point par George Eastman dès
1888, ancêtre de tous les appareils photos amateurs, le sténopé n’a jamais été commercialisé (...) Cette réduction
de la camera obscura aux dimensions d’un appareil photo relève surtout au départ de l’expérimentation et de
la curiosité scientifique. Le sténopé a toutefois connu un surprenant regain d’intérêt dans la photographie
contemporaine. C’est l’un des appareils favoris des photographes engagés dans une pratique dite « pauvre »
ou « archaïsante ». (...) Pour le grand public, dans les pratiques scolaires ou associatives, les pratiques pauvres
constituent à la fois une réponse technique et esthétique à la faisabilité. Elles donnent le moyen de se démarquer
du mystère et de l’immédiateté du déclic sans connaître l’avant et l’après du geste par lequel on appuie sur un
bouton. Elles libèrent une créativité — souvent pensée comme immédiate — de la quête commerciale de la
sophistication technologique. Il s’agit rien de moins que de revendiquer l’amateurisme et de se défaire du regard
du touriste à la recherche constante de la belle photo techniquement réussie ; d’apprécier la lumière et de jouer avec
les forces physiques, celle du corps et celles de l’objet photographique ; de prendre du recul par rapport à la visée et
d’établir une distance avec la prétendue reproduction du réel ; de faire œuvre du banal, habituellement rejeté dans
les automatismes ; de donner du temps au quotidien… mais aussi, dans une brutale prise de conscience, d’établir
un dialogue entre l’œil et le cerveau par une prévisualisation de l’image.
M. BALDNER & Y. VIGOUROUX p 18 « Les pratiques pauvres » SCÉREN & Isthme éditions 2005
sténopé secondes arts appliqués 2007 Abbaye de Fontevraud

Liens sur travaux années précédentes avec STD2A Arts Appliqués

Fiches de présentation du projet Sténopé avec des secondes Arts Appliqués à l’Abbaye de Fontevraud en 2007
sacre-profane_fontevraud_2007_presentation_.pdf

Dossier complet du projet sténopé seconde arts appliqués pendnat une semaine à l’abbaye de Fontevraud, avec
labo autonome et expositions itinérante pendant plusieurs mois.
sacre-profane_fontevraud_2007_catalogue_basdef.pdf

Quelques clichés sténopé séances 1STD2A 2012 au Mont Saint Michel


stenope_MtStMichel_Livet_2012.pdf

Une journée de prises de vue photographiques, avec Ferrante Ferranti et les élèves de terminale Arts Appliquésdu
lycée public Eugène Livet de Nantes, autour de la ruine de l’ancienne abbaye de Buzay, à Rouans en Loire-Atlan-
tique, le mardi 8 mars 2016.
Une journée à Buzay avec Ferrante Ferranti.pdf

Une fiche simplifiée sur l’état d’esprit sténopé (Marc Vayer)


stenope_kesaquo_2018.pdf
Extrait d’un des cahiers de bord des élèves 1STD2A
Extrait d’un des cahiers de bord des élèves 1STD2A
Extrait d’un des cahiers de bord des élèves 1STD2A
Extrait d’un des cahiers de bord des élèves 1STD2A
Extrait d’un des cahiers de bord des élèves 1STD2A
Extrait d’un des carnets de suivi expérimental des élèves 1STD2A
Extrait d’un des carnets de suivi expérimental des élèves 1STD2A
Extrait d’un des carnets de suivi expérimental des élèves 1STD2A
Extrait d’un des carnets de suivi expérimental des élèves 1STD2A