Vous êtes sur la page 1sur 14

DESCRIPTION DES CONCEPTIONS DE LA SPIRITUALITÉ ET DES

PERCEPTIONS DU RÔLE DE L’INFIRMIÈRE CHEZ LES ÉTUDIANTES


EN SCIENCES INFIRMIÈRES QUANT À LA PRISE EN COMPTE DE
LA DIMENSION SPIRITUELLE DU PATIENT

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
Anne-Marie Martinez et Alain Legault

Association de recherche en soins infirmiers | « Recherche en soins infirmiers »


Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

2016/4 N° 127 | pages 91 à 103


ISSN 0297-2964
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2016-4-page-91.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Association de recherche en soins infirmiers.


© Association de recherche en soins infirmiers. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


VARIATION
Description des conceptions de la spiritualité et
des perceptions du rôle de l’infirmière chez les
étudiantes en sciences infirmières quant à la prise
en compte de la dimension spirituelle du patient
Describing undergraduate nurses’ student vision of spirituality as well as their perception
of the nurse’s role in this dimension

Anne-Marie Martinez
Infirmière, M.Sc, Professeure adjointe de formation pratique, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal,
Québec, Canada, Infirmière clinicienne spécialisée, Hôpital de Montréal pour enfants, Centre universitaire de santé McGill

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
Alain Legault
Infirmier, Ph.D, Professeur agrégé, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal, Québec, Canada
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

RÉSUMÉ
Dans la société contemporaine nord-américaine, les personnes d’identifient à diverses affiliations culturelles et
religieuses. Au Québec, la profession infirmière souligne l’importance d’inclure la dimension spirituelle pour
donner des soins holistiques. Cependant, des écrits suggèrent que la majorité des infirmières n’inclut pas la
spiritualité de façon régulière dans les soins. Il est donc apparu important de se pencher sur la compréhension de
la spiritualité d’étudiantes infirmières du premier cycle universitaire et sur leurs perceptions du rôle de l’infirmière
dans ce domaine. Une recherche descriptive quantitative transversale fut réalisée ce qui a permis d’avoir une
vue d’ensemble des perceptions des étudiantes. Un total de trois-cent-quarante-cinq étudiantes a répondu à
un questionnaire en ligne comprenant la traduction française du Spirituality and Spiritual Care Rating Scale et
du Students Survey of Spiritual Care. L’analyse des résultats indique que les étudiantes ont une conception
contemporaine de la spiritualité. Elles sont majoritairement en accord que les infirmières doivent inclure la
dimension spirituelle dans les soins mais ne se sentent pas assez outillées pour intervenir adéquatement. Des
analyses comparatives ont mis en évidence des différences significatives selon l’origine culturelle et leur affiliation
ou non à une religion. Des recommandations pour la formation seront aussi présentées.

Mots clés : spiritualité, étudiantes infirmières, éducation.


ABSTRACT
In North American society people have diverse cultural and religious affiliations. The nursing profession underlines
the importance of including patients’ spirituality in giving holistic care. However, studies suggest that the majority
of nurses do not include the spiritual dimension on a regular basis. Therefore, we thought it important to focus on
undergraduate nurses’ understanding of spirituality as well as on their perception of the nurse’s role in this area.
We conducted a quantitative and descriptive cross-sectional study, which gave us an overall view of the students’
perceptions. Three hundred and forty-five students answered an online survey which included French translations
of the Spirituality and Spiritual Care Rating Scale and the Students Survey of Spiritual Care. Analysis of the results
indicated that the students’ perception of spirituality is a contemporary one. The majority agree that nurses should
include spirituality in their care but do not feel equipped to do so adequately. A comparative analysis showed that
the students’ answers differed significantly depending on their cultural affiliation as well as on their affiliation or not
with a religion. Recommendations for teaching purposes will also be presented.

Key words : spirituality, nursing student, education.

Pour citer l’article :


Martinez AM, Legault A. Description des conceptions de la spiritualité et des perceptions du rôle de l’infirmière chez les étudiantes
en sciences infirmières quant à la prise en compte de la dimension spirituelle du patient. Rech Soins Infirm. 2016 Dec;(127):91-103.

Adresse de correspondance :
Anne-Marie Martinez : anne-marie.martinez@umontreal.ca

Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016 l 91


Copyright © ARSI tous droits réservés -
Remerciements 
Cette recherche a été subventionnée par la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal.

Contexte Les écrits rapportent diverses définitions de la spiritualité et des


soins spirituels (5, 8). Selon Pike (9) ainsi que McSherry et Cash
Nous vivons dans une société multiculturelle où les personnes (10), le manque de précision dans la définition peut apporter de
s’identifient à diverses affiliations culturelles et religieuses. la confusion et avoir un impact négatif sur l’opérationnalisation
Afin de respecter cette diversité, l’État fait valoir un système des soins spirituels prodigués à la personne. Ces auteurs
d’éducation qui repose sur le principe de la laïcité. Dans suggèrent qu’une définition claire de la spiritualité pour la
une société multiculturelle comme la nôtre, marquée par profession faciliterait le rôle de l’infirmière dans la prise en
le pluralisme et la diversité des croyances, nous devons compte de la dimension spirituelle dans les soins. Pour sa part,
certainement nous poser des questions sur la façon dont nos McLeod (5) soutient qu’une définition trop précise peut amener
institutions d’enseignement promeuvent l’apprentissage de une rigidité et mettre des balises qui restreindraient les soins
notions en lien avec la spiritualité auprès des étudiantes en donnés dans ce domaine. Cette auteure poursuit en disant que

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
sciences infirmières. le besoin de trouver une définition est davantage un besoin
pour les chercheurs que pour les cliniciens.
Au Québec, les établissements de santé étaient autrefois
dirigés par des représentants d’une religion. À cette époque, À la suite de leur révision des écrits sur le sujet, Pépin et
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

la dimension des soins liés à la spiritualité était synonyme de Cara (2) résument les différentes dimensions concernant la
soins tenant compte de la religion, ce qui ne répond plus aux spiritualité. Elles ont identifié une vision élargie du concept qui
besoins de notre société. Les besoins spirituels peuvent être inclut quatre sphères : 1) la spiritualité comme un état, « une
présents chez tous les patients, qu’ils aient des croyances relation avec soi-même, les autres, l’environnement et ce qui
religieuses ou non (1). est plus grand que soi (Dieu) » ; 2) la spiritualité correspondant
à l’essence de la personne, laquelle est intrinsèque à l’être
La profession infirmière souligne l’importance d’inclure la humain ; 3) la spiritualité vue comme la recherche du sens de
dimension spirituelle pour donner des soins globaux (2, 3). Il la vie, des événements de la vie ainsi que la recherche d’une
est accepté dans plusieurs écrits qu’il est de la responsabilité énergie créatrice, elle inclut les valeurs telles que l’amour,
de l’infirmière de prendre en compte la spiritualité et les l’espoir et la beauté et 4) la spiritualité définie.
croyances religieuses de la personne pour prodiguer des
soins holistiques (2, 4). La revue des écrits de McLeod (5) et Comme la transcendance et le dépassement de soi, il semble
celle de Koenig (6) soutiennent toutes deux que lorsque la important d’avoir une définition de la spiritualité en sciences
personne est atteinte d’une maladie ou lors d’une situation infirmières puisque cela aura un impact sur la pratique
de crise, de deuil ou de transition, la religion et la spiritualité infirmière.
peuvent apporter un grand réconfort. La recherche de sens
dans l’expérience de santé peut certainement être bénéfique. Plusieurs défis sont rapportés par les écrits sur le sujet quant
Benner et Stoll (4) expliquent que la spiritualité a un impact à l’intégration de la dimension spirituelle dans la pratique
sur le bien-être de la personne, sa qualité de vie et sa santé. professionnelle. McSherry et Jamieson (11) soulignent
L’étude de Vlasblom, Van Der Steen, Knol et Jochemsen que les infirmières ne croient pas avoir les compétences
(7) suggère que le patient se sent davantage soutenu par nécessaires pour prendre en compte la dimension spirituelle
l’infirmière lorsque celle-ci explore la signification de la des personnes même si elles considèrent que cela fait partie
maladie. de leur rôle. Selon Watson, « le rôle de l’infirmière consiste
à accompagner la personne dans sa quête de sens afin de
Dans la discipline infirmière, la religion et la spiritualité sont promouvoir une harmonie corps-âme-esprit » (2 p. 40).
habituellement présentées comme des concepts distincts.
Pépin et Cara (2) rapportent que ce fait favorise les soins Plusieurs auteurs (12, 13, 14) soulignent que la dimension
spirituels prodigués par l’infirmière. spirituelle est souvent négligée par les professions de la santé
même si les infirmières reconnaissent la spiritualité comme
« Le concept de la spiritualité englobe celui de la religion et une dimension qui doit être mise de l’avant dans les soins. Les
ne faisant pas appel à une affiliation religieuse particulière, infirmières expriment qu’elles manquent de connaissances sur
permet à l’infirmière une approche à la fois plus universelle ce concept. Pour Baldacchino (12), la spiritualité peut être vue
et plus personnelle auprès des individus et des familles comme la force qui donne une teinte aux interventions lors
soignées » (2 p. 35). de l’intégration des concepts biopsychosociaux et religieux.

92 l Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016


Copyright © ARSI tous droits réservés
Description des conceptions de la spiritualité et des perceptions
du rôle de l’infirmière quant à la prise en compte de la dimension
spirituelle du patient d’étudiantes en sciences infirmières
L’étude de Lemmer (15) rapporte que peu de facultés de But de la recherche
sciences infirmières définissent comment ils intègrent le
concept de la spiritualité dans leur curriculum d’enseignement
auprès des étudiantes infirmières. Cette étude a eu lieu aux Décrire les conceptions de la spiritualité d’étudiantes d’un
États-Unis auprès de 132 programmes de baccalauréat. Meyer programme de 1er cycle en sciences infirmières, ainsi que leurs
(16) suggère que les institutions publiques, dans le but de perceptions du rôle de l’infirmière dans la prise en compte de
préserver la neutralité vis-à-vis de la religion et des croyances, la dimension spirituelle du patient.
ont éliminé les discussions sur la spiritualité puisque cela
peut être perçu comme des discussions sur la religion. Les
étudiantes qui se perçoivent comme étant spirituelles selon
Méthodologie
le questionnaire de Howden, Spirituality Assessement Scale
(SAS), sont plus confortables à donner des soins qui touchent
z Devis de recherche
la dimension spirituelle. L’auteur rapporte que la spiritualité de
l’étudiante a un impact positif sur la perception de ses habiletés Il s’agit d’une recherche exploratoire quantitative transversale
à donner des soins qui touchent la spiritualité de la personne. qui permet d’avoir un portrait de l’ensemble des étudiantes de
1ère, 2ème et 3ème année du programme de 1er cycle en sciences
La recherche de McSherry et Jamieson (11) auprès de infirmières d’une Faculté des sciences infirmières située à
4 054 infirmières en Angleterre rapporte que la majorité des Montréal (Québec, Canada).

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
infirmières demande davantage de soutien et des lignes
directrices pour se sentir confortable à prodiguer des soins qui z Instruments de collecte de données
touchent les besoins spirituels de la personne. Les infirmières
ayant participé à l’étude de Carr (14) décrivent les soins Dans le but de connaître les différentes conceptions de la
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

spirituels comme fondamentaux au développement d’une spiritualité des étudiantes, le questionnaire développé par
relation de caring avec la personne. McBrien (17) suggère que McSherry, Draper et Kendrick (8) a été utilisé. Il s’agit du
l’augmentation de la technologie et de la charge de travail Spirituality and Spiritual Care Rating Scale (SSCRS). Ce
sont responsables du peu d’implication de l’infirmière dans questionnaire comprend 17 énoncés utilisant une échelle de
cet aspect des soins. La complexité des interventions due Likert à cinq niveaux. Il explore divers aspects fondamentaux
aux progrès technologiques et scientifiques augmente le défi de la spiritualité. Les 17 énoncés furent subdivisés en cinq
des programmes d’enseignement auprès des étudiantes sous-échelles. La première sous-échelle se rapporte à la
infirmières, ce qui expliquerait en partie le peu d’attention que vision existentielle de la spiritualité, ces énoncés mesurent
reçoit la dimension spirituelle (18). Hoffert, Henshaw, Mvududu une vision de la conception large de la spiritualité tenant
(19) ont identifié d’après les écrits quatre obstacles majeurs compte d’éléments existentiels tels que la recherche d’un
à donner des soins spirituels, soit le peu d’enseignement sens à la vie, en particulier lors d’épisodes de maladie ou
sur le sujet dans les programmes de formation, l’inconfort d’hospitalisation. La seconde sous-échelle, la spiritualité
de l’infirmière avec sa propre spiritualité, la confusion relationnelle, s’intéresse aux relations qui jouent un rôle dans
entre la religion et la spiritualité et l’ambiguïté associée à la la spiritualité. La troisième sous-échelle explore les croyances
signification de la spiritualité. de la spiritualité religieuse qui nous renseigne sur les
perceptions de la religion dans la dimension de la spiritualité.
Comme cela a été mentionné auparavant, les écrits soulignent La quatrième sous-échelle tient en compte les valeurs morales
qu’il est de la responsabilité de l’infirmière de donner des et les attitudes. Le SSCRS comprend aussi l’exploration de
soins holistiques qui intègrent la dimension spirituelle (2, 20). la perception des soins spirituels qui mesurent la perception
L’infirmière reconnaît qu’intégrer la dimension spirituelle dans des soins personnalisés et comprend des éléments tels que
sa pratique fait partie de son rôle professionnel (13). Des l’importance de prendre du temps auprès de la personne,
études auprès d’étudiantes infirmières rapportent que celles- l’écoute, le respect de la dignité et les croyances religieuses.
ci ne croient pas que leur programme de formation les prépare Il s’agit de la cinquième sous-échelle. Les concepteurs du
suffisamment à donner des soins qui touchent la dimension SSCRS (8) soutiennent que celui-ci a montré un niveau
spirituelle de la personne (13, 21, 22). Lemmer (15) affirme la acceptable de cohérence interne avec un alpha de Cronbach
nécessité pour les programmes d’enseignement de revoir leur de 0.64. Depuis son développement, le SSCRS (version
curriculum pour intégrer la dimension spirituelle. anglaise) a été utilisé dans plusieurs recherches (11, 23, 24,
25). Il a été aussi traduit en chinois (26) et en persan (27). Ce
Dans l’optique à moyen terme d’améliorer la formation des questionnaire est devenu un outil de référence dans l’étude
étudiantes universitaires en sciences infirmières, il apparaît de la spiritualité et des soins spirituels en sciences infirmières.
important de se pencher, dans un premier temps, sur les
conceptions des étudiantes infirmières au 1er cycle universitaire Pour connaître la perception que les étudiantes ont de leurs
sur la dimension spirituelle et sur leurs perceptions du rôle de habiletés à donner des soins spirituels, le questionnaire
l’infirmière dans ce domaine. Students Survey of Spiritual Care (SSSC) a été utilisé. Le

Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016 l 93


Copyright © ARSI tous droits réservés -
SSSC explore divers aspects des soins spirituels prodigués SSSC, nous avons regroupé les réponses pour ne garder
par les infirmières. Développé par Meyer (16), pour une que trois catégories, soit : 1) D’accord (Tout à fait d’accord
recherche sur la formation des infirmières sur les soins et D’accord) ; 2) Indécis (Plutôt d’accord et Plutôt en
spirituels, ce questionnaire comprend neuf affirmations désaccord) ; et 3) Désaccord (Désaccord et Tout à fait en
auxquelles les étudiantes répondent en utilisant une échelle désaccord).
de Likert à six niveaux. Son concepteur ne donne pas
beaucoup d’information sur les qualités psychométriques du Dans un premier temps, nous avons voulu connaître la
SSSC, sauf pour le coefficient de fidélité de 0.84 (16). Les conception de la spiritualité et la perception du rôle de l’infirmière
9 énoncés du SSSC furent divisés en 3 sous-échelles. En quant à la prise en compte de la dimension spirituelle chez
premier la vision et l’importance de la spiritualité et les soins les étudiantes pour les trois années ensemble. La description
spirituels, en deuxième la perception d’être prête à prodiguer des réponses aux questions a été faite selon la fréquence
des soins spirituels et en dernier les habiletés à reconnaître la suivant les catégories « désaccord, indécis et accord » suite au
détresse spirituelle et les interventions à ce niveau. Les deux regroupement des catégories des échelles de Likert expliqué
instruments ont été traduits en français en utilisant la méthode ci-dessus. En un deuxième temps, nous avons fait une analyse
de la traduction/retraduction11 qui consiste à faire traduire de de variance (ANOVA) entre la première, la deuxième et la
l’anglais au français par un traducteur puis le résultat obtenu troisième année. Par la suite, nous avons fait des tests T de
du français à l’anglais par un autre traducteur. Il ne reste, par Students pour les variables dichotomiques Religion vs Aucune
la suite, aux chercheurs qu’à comparer les deux versions et à religion puis Québécois/Canadien vs Autres origines.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
s’assurer de la validité culturelle des mots employés dans la
version française.
Résultats
Un certificat d’éthique de la recherche auprès du Comité
z Résultats pour l’ensemble des trois années
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

d’éthique de la recherche des sciences de la santé de


l’Université a été obtenu. En tout premier lieu, les chercheurs
ont demandé la permission aux professeurs responsables des L’analyse des réponses des étudiantes de la 1ère, 2ème et 3ème
cours pertinents d’aller présenter le projet de recherche aux années confondues, permet de brosser un portrait global de
étudiantes. Par la suite, l’assistante de recherche a contacté, la conception de la spiritualité et de la perception des soins
par courriel, les étudiantes visées par l’étude, c’est-à-dire spirituels pour l’ensemble des étudiantes ayant participé à
toutes les étudiantes inscrites au baccalauréat en sciences l’étude. Le tableau 2, ci-dessous, présente la distribution de
infirmières. L’anonymat, la confidentialité et la liberté de fréquences des réponses au SSCRS.
participer ont été assurés par l’utilisation d’un site internet
externe de gestion des sondages en ligne. La lecture du tableau 2 permet de voir que pour plusieurs
sous-échelles une forte majorité de participantes a
z Échantillonnage montré son accord avec les énoncés regroupés dans la
sous-échelle. Ainsi, il est possible d’affirmer qu’en ce qui
Une seule collecte de données a eu lieu en mai 2014. Elle concerne la vision existentielle de la spiritualité, une majorité
était adressée aux étudiantes de 1ère, 2ème et 3ème année du de répondantes sont d’accord pour dire que la spiritualité
programme de 1ère cycle en sciences infirmières. Le taux est 1) le fait de trouver une signification aux bonnes et aux
de réponse pour les trois années a été de 34.4 % soit 345 mauvaises expériences de la vie (82,2 %) ; 2) le fait d’être
répondantes sur 1  058 étudiantes invitées à participer. habité par un sentiment d’espoir dans la vie (75,5 %) ; 3)
Le tableau 1 présente le profil sociodémographique des une force qui unifie et qui permet de se sentir en paix avec
répondantes. soi-même et avec l’univers (86,9 %) ; et 4) qu’elle s’applique
à des domaines tels les arts, la créativité et l’expression de
z Analyse des données soi (84,9 %).

Les analyses des données ont été réalisées avec le logiciel En ce qui concerne la sous-échelle sur les croyances en lien avec
SPSS version 22 en utilisant le seuil de signification Dieu, une forte majorité de répondantes (95,1 %) ne sont pas
alpha de 5 %. Pour l’instrument de mesure SSCRS, nous d’accord pour dire que la spiritualité est uniquement liée au fait
avons regroupé les réponses pour ne garder que trois de fréquenter une église ou un lieu de culte, ni pour dire qu’elle
catégories, soit : 1) Désaccord (Tout à fait en désaccord ne s’applique pas à la personne athée ou agnostique (86,4 %).
et En désaccord) ; 2) Indécis ; et 3) D’accord (D’accord et Cependant, lorsque vient le temps de se prononcer sur le fait
Tout à fait d’accord). Pour les résultats de l’instrument du que la spiritualité ne concerne pas la croyance et la foi en Dieu
ou en un Être suprême, la majorité (58,9 %) dit être en désaccord.

Un phénomène semblable s’observe pour la sous-échelle


1
Terme recommandé par l’Office québécois de la langue française pour
l’expression anglaise « forward translation/back translation ». concernant les relations interpersonnelles. Les deux énoncés

94 l Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016


Copyright © ARSI tous droits réservés
Description des conceptions de la spiritualité et des perceptions
du rôle de l’infirmière quant à la prise en compte de la dimension
spirituelle du patient d’étudiantes en sciences infirmières
%
Nombre (n=345)

En 1ère année 78 22,6 %


Dans vos études en sciences infirmières, êtes-
En 2 ème
année 85 24,6 %
vous ?
En 3 ème
année 182 52,8 %
20 à 25 ans 223 64,6 %
26 à 30 ans 52 15,1 %
À quel groupe d’âge appartenez-vous ? 31 à 35 ans 33 9,6 %
36 à 40 ans 21 6,1 %
Plus de 40 ans 15 4,3 %

Avez-vous de l’expérience de travail* comme Oui 122 35,4 %


infirmière ? Non 223 64,6 %
Catholique 165 47,8 %

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
Protestante 22 6,4 %
Orthodoxe 15 4,3 %
À quelle religion vous identifiez-vous ? Juive 2 0,6 %
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

Musulmane 25 7,2 %
Aucune appartenance
90 26,1 %
religieuse
S’identifie à une religion 229 66,4 %
Religion Ne s’identifie à aucune
90 26,1 %
religion
Québécoise 194 56,2 %
Canadienne 11 3,2 %
Haïtienne 19 5,5 %
Latino-Américaine 11 3,2 %
De quelle origine ethnique êtes-vous ? Européenne 22 6,4 %
Asiatique 25 7,2 %
Moyen-Orientale 8 2,3 %
Africaine du Nord/Maghrébine 23 6,7 %
Africaine (sub-saharienne) 21 6,1 %
* Au Québec, il existe deux parcours de formation pour avoir accès à la profession infirmière. Certaines étudiantes sont déjà infirmières avant d’entreprendre
des études universitaires, alors que d’autres ont accès à la profession seulement après ces mêmes études universitaires. Ce qui explique que certaines
ont de l’expérience de travail comme infirmière.

Tableau 1 :
Description sociodémographique de l’échantillon

regroupés dans cette sous-échelle obtiennent des scores accord avec cet énoncé. Par ailleurs, le deuxième énoncé
presque identiques avec une faible majorité de 59 % en accord de cette sous-échelle, liant la spiritualité à la façon dont une
avec les énoncés, autour de 20 % d’indécis et presque autant personne mène sa vie ici et maintenant, obtient des résultats
en désaccord. Pour la sous-échelle portant sur les valeurs plus nuancés avec une petite majorité de 58,8 % en accord
morales, les attitudes et les comportements, les résultats sont avec l’énoncé, 23,5 % d’indécis et 17,7 % en désaccord.
contrastés. Une première affirmation concernant le fait que la
spiritualité inclut les valeurs morales de l’être humain obtient Finalement, la sous-échelle concernant la perception des
une majorité quasi écrasante de 91,9 % des participantes en soins spirituels nous indique que les étudiantes ayant participé

Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016 l 95


Copyright © ARSI tous droits réservés -
Énoncés Désaccord Indécis D’accord
Vision existentielle de la spiritualité
Je crois que la spiritualité est le fait de trouver une signification aux bonnes et 8,5 % 9,3 % 82,2 %
aux mauvaises expériences de la vie.
Je crois que la spiritualité est le fait d’être habité par un sentiment d’espoir 10,9 % 13,6 % 75,5 %
dans la vie.
Je crois que la spiritualité est une force qui unifie et qui permet de se sentir 4,7 % 8,5 % 86,9 %
en paix avec soi-même et avec l’univers.
Je crois que la spiritualité s’applique à des domaines tels les arts, la créativité 5,5 % 9,6 % 84,9 %
et l’expression de soi.
Relations interpersonnelles
Je crois que la spiritualité se préoccupe du besoin de pardonner et d’être 19,8 % 20,6 % 59,6 %
pardonné.
Je crois que la spiritualité englobe les amitiés et les relations personnelles. 19,4 % 21,2 % 59,4 %

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
Croyances en lien avec Dieu.
Je crois que la spiritualité est uniquement liée au fait de fréquenter une église 95,1 % 1,7 % 3,2 %
ou un lieu de culte.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

Je crois que la spiritualité ne concerne pas la croyance et la foi en Dieu ou en 58,9 % 12,2 % 28,9 %
un Être suprême.
Je crois que la spiritualité ne s’applique pas à la personne athée et 86,4 % 8,7 % 4,9 %
agnostique.
Valeurs morales, attitudes et comportements
Je crois que la spiritualité est liée à la façon dont une personne mène sa vie 17,7 % 23,5 % 58,8 %
ici et maintenant.
Je crois que la spiritualité inclut les valeurs morales de l’être humain. 4,1 % 4,1 % 91,9 %
Perception des soins spirituels
Je crois que les infirmières prodiguent des soins spirituels lorsqu’elles orga- 15,7 % 11,6 % 72,8 %
nisent, à la demande du patient, une visite de l’intervenant en soins spirituels
de l’hôpital ou d’un représentant de la religion du patient (prêtre, pasteur,
rabbin, iman, etc.).
Je crois que les infirmières prodiguent des soins spirituels lorsqu’elles font 21,4 % 12,8 % 65,8 %
preuve de bonté, de sollicitude et d’entrain dans leur relation avec le patient.
Je crois que les infirmières prodiguent des soins spirituels en passant du 18,4 % 7,0 % 74,6 %
temps auprès du patient ainsi qu’en donnant du soutien et du réconfort,
surtout pendant les périodes difficiles.
Je crois que les infirmières prodiguent des soins spirituels en aidant le patient 7,2 % 7,5 % 85,2 %
à trouver une signification et un sens à sa maladie.
Je crois que les infirmières prodiguent des soins spirituels en écoutant les 14,2 % 7,2 % 78,6 %
patients et en leur donnant du temps pour s’exprimer et apprivoiser leurs
peurs, leurs angoisses et leurs difficultés.

Tableau 2 :
Conception de la spiritualité et perception des soins spirituels par les étudiants des trois années
(Questionnaire SSCRS)

96 l Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016


Copyright © ARSI tous droits réservés
Description des conceptions de la spiritualité et des perceptions
du rôle de l’infirmière quant à la prise en compte de la dimension
spirituelle du patient d’étudiantes en sciences infirmières
à l’étude sont majoritairement d’accord pour dire que les devant l’affirmation  : Je possède des connaissances
infirmières prodiguent des soins spirituels lorsqu’elles 1) aident suffisantes pour mener une évaluation spirituelle, tandis que le
le patient à trouver une signification et un sens à sa maladie même niveau d’indécision (56,5 %) est noté pour l’affirmation :
(85,2 %) ; 2) écoutent les patients et leur donnent du temps Je me sens adéquatement préparée à prodiguer des soins
pour s’exprimer et apprivoiser leurs peurs, leurs angoisses et spirituels. En ce qui concerne la dernière sous-échelle, celle
leurs difficultés (78,6 %) ; 3) passent du temps auprès du patient abordant la question de la détresse spirituelle, c’est encore
et leur donnent du soutien et du réconfort, surtout pendant les l’indécision qui domine. Les répondantes sont majoritairement
périodes difficiles (74,6 %) ; 4) organisent, à la demande du indécises (59,4 %) lorsque vient le temps d’affirmer qu’elles
patient, une visite de l’intervenant en soins spirituels de l’hôpital se sentent en mesure de reconnaître la détresse spirituelle
ou d’un représentant de la religion du patient (72,8 %) et, et, dans une proportion moindre (50,6 %) lorsqu’il s’agit
finalement, 5) font preuve de bonté, de sollicitude et d’entrain d’identifier le fait de demander au patient et à la famille s’ils
dans leur relation avec le patient (65,8 %). Le tableau 3, pour ont une pratique pour exprimer leur spiritualité comme une
sa part, présente les réponses au questionnaire SSSC pour réponse à la détresse spirituelle. Il n’y a, dans cette sous-
les étudiantes des trois années du programme. Ces réponses échelle, qu’un seul item qui recueille une majorité d’accord
nous renseignent sur leurs perceptions quant à leurs habiletés (62,8 %), celui qui affirme qu’une des réponses à la détresse
à prodiguer des soins spirituels. spirituelle est d’écouter le patient et de se montrer intéressé
par ce qu’il vit.
D’emblée, une majorité des répondantes (70,5 %) sont

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
d’accord pour affirmer que les soins spirituels constituent z Variabilité selon les années
un élément essentiel des soins infirmiers holistiques et
que le bien-être spirituel joue un rôle important dans la Après avoir examiné les trois années d’études dans leur
promotion de la santé. Une majorité des répondantes ensemble, nous avons fait des comparaisons entre les années
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

(66.6 %) sont en désaccord pour dire qu’elles n’ont pas en procédant à une analyse de variance (ANOVA). Pour le
d’intérêt pour le thème de la spiritualité et (74,7 %) des questionnaire SSCRS, un seul énoncé montre une différence
participantes sont aussi en désaccord pour dire que la statistiquement significative. Il s’agit d’un énoncé de la sous-
spiritualité est un sujet personnel dont on ne devrait pas échelle sur la vision existentielle de la spiritualité. Soit, celui
discuter avec le patient. qui affirme : Je crois que la spiritualité est le fait d’être habité
par un sentiment d’espoir dans la vie. Les étudiantes de 2ème
Par ailleurs, lorsqu’elles sont interrogées sur leur perception année sont d’accord à 86,7 % avec cet énoncé alors que
d’être prête à prodiguer des soins spirituels, c’est l’indécision celles de 1ère année sont d’accord seulement à 68,0 % et
qui domine. En effet, 59,3 % des répondantes sont indécises celles de 3ème à 73,5 % (F= 6,388, p < 0,002).

Affirmations Désaccord Indécis D’accord


Vision/importance de la spiritualité
Les soins spirituels constituent un élément essentiel des soins infirmiers holistiques. 3,5 % 25,9 % 70,6 %
Le bien-être spirituel joue un rôle important dans la promotion de la santé. 3,5 % 26,0 % 70,5 %
Je n’ai pas d’intérêt pour le thème de la spiritualité. 66,6 % 28,9 % 4,4 %
Je crois que la spiritualité est un sujet personnel dont on ne devrait pas discuter
74,7 % 22,4 % 2,9 %
avec le patient.
Perception d’être prêt à prodiguer des soins spirituels
Je possède des connaissances suffisantes pour mener une évaluation spirituelle. 27,3 % 59,3 % 13,4 %
Je me sens adéquatement préparée à prodiguer des soins spirituels. 31,0 % 56,5 % 12,5 %
Détresse spirituelle
Je suis en mesure de reconnaître la détresse spirituelle. 19,7 % 59,4 % 20,9 %
Je réponds à la détresse spirituelle en écoutant le patient et en me montrant
2,9 % 34,3 % 62,8 %
intéressée par ce qu’il vit.
Je réponds à la détresse spirituelle en demandant au patient et à la famille s’ils ont
9,0 % 50,6 % 40,4 %
une pratique particulière pour exprimer leur spiritualité.

Tableau 3 :
Perception des étudiantes des trois années de leurs habiletés à donner des soins spirituels
(Questionnaire de SSSC)

Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016 l 97


Copyright © ARSI tous droits réservés -
Pour ce qui est du questionnaire SSSC, trois énoncés à 56 % alors qu’en 1ère année le pourcentage d’accord est
montrent une différence statistiquement significative et à 32,5 % et de 36,6 % en 3ème année (F=8,620, p<0,000).
chaque fois, ce sont les répondantes de 2ème année qui sont le
plus en accord avec l’énoncé comparativement aux étudiantes z Variabilité selon la religion et l’origine
de 1ère et 3ème années. Ainsi, pour l’énoncé : Je possède ethnoculturelle
des connaissances suffisantes pour mener une évaluation
spirituelle, les étudiantes de 2ème année ont répondu à 19,3 % Nous avons créé deux sous-groupes parmi les répondantes,
être d’accord, comparativement à 10,4 % en 1ère année et soit celles qui déclarent une affiliation religieuse et celles qui
12 % en 3ème année (F=5,781, p<0,003). Pour les énoncés : ne déclarent aucune affiliation religieuse. Nous avons vérifié
Je suis en mesure de reconnaître la détresse spirituelle et Je les écarts entre ces deux groupes en effectuant une série de
réponds à la détresse spirituelle en demandant au patient et à tests t de Student. Les étudiantes qui déclarent une affiliation
la famille s’ils ont une pratique particulière pour exprimer leur religieuse sont proportionnellement plus nombreuses à être
spiritualité, ce même phénomène est observé. Ainsi, pour ce d’accord avec plusieurs énoncés des deux instruments de
qui est de reconnaître la détresse spirituelle, les étudiantes de mesure et ces différences sont statistiquement significatives.
2ème année sont d’accord à 27,4 % comparativement à 11,9 % Le tableau  4 présente les résultats statistiquement
en 1ère année et 19 % en 3ème année (F=5,609, p<0,004). Pour significatifs de ces analyses selon l’appartenance religieuse
le dernier énoncé, les étudiantes de 2ème année sont d’accord déclarée.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
Religion Aucune religion
Désac- Indécis Accord Désac- Indécis Accord
cord cord
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

Questionnaire SSCRS

Je crois que la spiritualité est une force qui


unifie et qui permet de se sentir en paix avec 3,5 % 6,2 % 90,3 % 7,8 % 15,6 % 76,7 % p < 0, 001
soi-même et avec l’univers.

Je crois que la spiritualité se préoccupe du


18,3 % 19,7 % 62,0 % 28,1 % 25,8 % 46,1 % p < 0, 001
besoin de pardonner et d’être pardonné.
Je crois que la spiritualité ne concerne pas la
croyance et la foi en Dieu ou en un Être 22,8 % 14,5 % 62,7 % 37,8 % 7,8 % 54,4 % p < 0,034
suprême.
Je crois que la spiritualité inclut les valeurs
3,9 % 2,6 % 93,4 % 5,6 % 7,8 % 86,7 % p < 0, 004
morales de l’être humain.
Questionnaire SSSC

Les soins spirituels constituent un élément


2,2 % 24,0 % 73,8 % 7,9 % 31,5 % 60,7 % p < 0, 000
essentiel des soins infirmiers holistiques.

Le bien-être spirituel joue un rôle important


2,2 % 24,2 % 73,6 % 7,8 % 32,2 % 60,0 % p < 0, 003
dans la promotion de la santé.
Je n’ai pas d’intérêt pour le thème de la
2,2 % 22,9 % 74,9 % 10,0 % 44,4 % 45,6 % p < 0, 000
spiritualité. (R)

Je possède des connaissances suffisantes


25,8 % 58,1 % 16,2 % 33,3 % 61,1 % 5,6 % p < 0, 013
pour mener une évaluation spirituelle.

Je me sens adéquatement préparée à


28,8 % 55,9 % 15,3 % 37,8 % 57,8 % 4,4 % p < 0, 001
prodiguer des soins spirituels.

Je suis en mesure de reconnaître la détresse


18,8 % 59,4 % 21,8 % 25,6 % 58,9 % 15,6 % p < 0, 018
spirituelle.
Je réponds à la détresse spirituelle en
écoutant le patient et en me montrant 2,7 % 33,6 % 63,7 % 4,4 % 40,0 % 55,6 % p < 0, 049
intéressé par ce qu’il vit.

Tableau 4 :
Comparaison des groupes « religion » vs « aucune religion » : différences statistiquement significatives

98 l Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016


Copyright © ARSI tous droits réservés
Description des conceptions de la spiritualité et des perceptions
du rôle de l’infirmière quant à la prise en compte de la dimension
spirituelle du patient d’étudiantes en sciences infirmières
Ainsi, les étudiantes du groupe avec une affiliation religieuse aux bonnes et aux mauvaises expériences de la vie (87,8 %
sont proportionnellement plus nombreuses à être en accord vs 74,8 %, p = 0,022).
avec l’énoncé qui affirme que la spiritualité est une force qui Je crois que la spiritualité ne s’applique pas à la personne
unifie et qui permet de se sentir en paix avec soi-même et athée et agnostique (R) (89,8 % vs 81,4 %, p = 0,001).
avec l’univers (90,3 % vs 76,7 %, p< 0,001), de même qu’avec Je n’ai pas d’intérêt pour le thème de la spiritualité (R) (75,5 %
l’énoncé qui soutient que la spiritualité inclut les valeurs morales vs 72,9 %, p< 0,000).
de l’être humain (93,4 % vs 86,7 %, p< 0,004). Le même
phénomène peut s’observer pour les affirmations suivantes : Je À l’inverse, pour les autres énoncés montrant une différence
crois que la spiritualité se préoccupe du besoin de pardonner et statistiquement significative, ce sont les étudiants d’origine
d’être pardonné (62 % vs 46,1 %, p< 0,001) et Je crois que la ethnique autre qui montrent un pourcentage d’accord plus
spiritualité ne concerne pas la croyance et la foi en Dieu ou en élevé que les étudiants québécois/canadiens. Ainsi, pour
un Être suprême (62,7 % vs 54,4 %, p< 0,034). l’énoncé : Je crois que la spiritualité est une force qui unifie et
qui permet de se sentir en paix avec soi-même et avec l’univers,
Quant aux réponses au second questionnaire utilisé (SSSC), les étudiants d’autres origines sont d’accord à 91,4 % contre
il présente lui aussi plusieurs différences entre le groupe seulement 84,8 % pour les québécois/canadiens (p= 0,037).
d’étudiantes déclarant une affiliation religieuse et celles sans Nous observons des résultats semblables pour l’énoncé : Le
affiliation religieuse. Ainsi, dans le groupe avec une affiliation bien-être spirituel joue un rôle important dans la promotion de
religieuse il y a proportionnellement plus d’étudiantes qui la santé (81,1 % vs 63,2 %, p = 0,001), ainsi que l’énoncé : Je

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
déclarent avoir un intérêt pour la spiritualité que dans le groupe réponds à la détresse spirituelle en écoutant le patient et en me
sans affiliation2 (74,9 % vs 45,6 %, p<0,000). De même, une montrant intéressé par ce qu’il vit (71,7 % vs 58,1 %, p = 0,017).
différence semblable est observable en ce qui concerne les
énoncés : Les soins spirituels constituent un élément essentiel Les quatre derniers énoncés montrant des résultats
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

des soins infirmiers holistiques (73,8 % vs 60,7 %, p<0,000) et statistiquement significatifs aux test-t laissent beaucoup de
Le bien-être spirituel joue un rôle important dans la promotion place aux indécis, mais une fois encore les étudiants d’autres
de la santé (73,6 % vs 60,0 %, p<0,003). origines ethniques sont proportionnellement plus favorables
aux énoncés que les étudiants québécois/canadiens, soit :
Pour les trois énoncés suivants, même si ce sont les indécis Je réponds à la détresse spirituelle en demandant au patient
qui sont les plus nombreux dans les deux groupes, il est et à la famille s’ils ont une pratique particulière pour exprimer
possible d’observer que le groupe déclarant une affiliation leur spiritualité (50,8 % vs 35,1 %, p = 0,008).
religieuse est tout de même celui qui se déclare d’accord Je suis en mesure de reconnaître la détresse spirituelle
avec les énoncés dans une proportion significativement (27,9 % vs 17,1 %, p = 0,021).
plus grande. C’est le cas pour l’énoncé Je possède des Je possède des connaissances suffisantes pour mener une
connaissances suffisantes pour mener une évaluation évaluation spirituelle (20,3 % vs 9,8 %, p<0,000).
spirituelle (16,2 % vs 5,6 %, p<0,013) ; ainsi que pour : Je me sens adéquatement préparé à prodiguer des soins
Je me sens adéquatement préparé à prodiguer des soins spirituels (20,9 % vs 7,8 %, p<0,000).
spirituels (15,3 % vs 4,4 %, p<0,001) et finalement pour : Je
suis en mesure de reconnaître la détresse spirituelle (21,8 % L’analyse des données sociodémographiques nous révèle
vs 15,6 %, p<0,018). Le dernier énoncé, Je réponds à la que les répondants québécois/canadiens s’identifient à une
détresse spirituelle en écoutant le patient et en me montrant religion dans une proportion de 65 % et disent ne pas avoir
intéressé par ce qu’il vit, montre également une différence de religion dans une proportion de 35 %. Pour leur part,
entre les deux groupes (63,7 % vs 55,6 %, p<0,049) résultat les étudiantes d’origine culturelle autre que québécoise/
qui, cependant, atteint tout juste le seuil de signification canadienne s’identifient à une religion dans une proportion
statistique fixé à 0,05. de 83 % et seulement 17 % d’entre elles disent n’appartenir
à aucune religion. Conséquemment, il est fort probable que
Lorsque nous analysons les réponses en tenant compte de les résultats comparatifs selon l’affiliation religieuse et ceux
l’origine ethnique, nous pouvons observer une différence selon l’origine ethnique soit en interaction et se contaminent
statiquement significative à plusieurs énoncés. Le tableau 5 les uns et les autres.
présente les analyses selon l’origine ethnique. Ainsi, le
pourcentage des étudiants québécois/canadiens qui sont
d’accord est significativement plus élevé que celui des
Discussion
étudiants d’autres origines ethniques pour trois énoncés, soit :
Je crois que la spiritualité est le fait de trouver une signification Avant de discuter les résultats de notre étude, nous aimerions
souligner deux limites de celle-ci qui pourraient avoir un
impact sur la portée de nos discussions. Il y a d’abord le taux
2
Il faut noter que pour cet énoncé, les résultats sont renversés à cause de
de réponse de 34.4 % au questionnaire en ligne. Ce n’est pas
la formulation négative de l’énoncé. tellement le nombre qui retient notre attention, mais le fait que

Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016 l 99


Copyright © ARSI tous droits réservés -
Québécois/Canadiens Autres origines
Désaccord Indécis Accord Désaccord Indécis Accord
Questionnaire SSCRS
Je crois que la spiritualité est le
fait de trouver une signification
4,9 % 7,3 % 87,8 % 13,4 % 11,8 % 74,8 % p = 0,022
aux bonnes et aux mauvaises
expériences de la vie
Je crois que la spiritualité est une
force qui unifie et qui permet de
3,9 % 11,3 % 84,8 % 4,7 % 3,9 % 91,4 % p = 0,037
se sentir en paix avec soi-même
et avec l’univers
Je crois que la spiritualité ne
s’applique pas à la personne 3,9 % 6,3 % 89,8 % 6,2 % 12,4 % 81,4 % p = 0,001
athée et agnostique (R)
Questionnaire SSSC

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
Le bien-être spirituel joue un rôle
important dans la promotion de 3,9 % 32,8 % 63,2 % 3,1 % 15,7 % 81,1 % p = 0,001
la santé
Je n’ai pas d’intérêt pour le thème
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

75,5 % 21,6 % 2,9 % 72,9 % 24 % 3,1 % p < 0,000


de la spiritualité
Je possède des connaissances
suffisantes pour mener 31,2 % 59,0 % 9,8 % 20,3 % 59,4 % 20,3 % p < 0,000
une évaluation spirituelle
Je me sens adéquatement préparée
36,1 % 56,1 % 7,8 % 22,5 % 56,6 % 20,9 % p < 0,000
à prodiguer des soins spirituels
Je suis en mesure de reconnaître
20,5 % 62,4 % 17,1 % 17,8 % 54,3 % 27,9 % p = 0,021
la détresse spirituelle
Je réponds à la détresse spirituelle
en écoutant le patient et en me 3,0 % 38,9 % 58,1 % 3,1 % 25,2 % 71,7 % p = 0,017
montrant intéressée par ce qu’il vit
Je réponds à la détresse
spirituelle en demandant au
patient et à la famille s’ils ont une 10,7 % 54,1 % 35,1 % 6,3 % 43,0 % 50,8 % p = 0,008
pratique particulière pour exprimer
leur spiritualité

Tableau 5 :
Comparaison des groupes « québécois/canadiens » versus « autres origines » :
différences statistiquement significatives

3
nous n’avons aucune possibilité d’avoir un aperçu du profil ethnique ainsi qu’en terme d’appartenance religieuse , ce qui
des étudiantes qui ont refusé de participer à l’étude. Est-ce nous permet de continuer le travail d’analyse en toute bonne
que ce refus est justifié par le fait que c’était la fin d’une longue foi malgré cette limite. La seconde limite est inhérente à la
année scolaire, par un manque d’intérêt envers la spiritualité, méthode de recherche utilisée. L’utilisation de questionnaires
par un rejet des questions spirituelles ou religieuses ? Nous
ne le saurons jamais et c’est bien dommage. Par contre, le 3
Plusieurs sondages réalisés au Québec et au Canada depuis l’an 2000
profil des participantes correspond au profil des étudiantes indiquent qu’une proportion d’environ 20 % de la population adulte ne
de notre programme de 1er cycle quant à l’âge et à l’origine se réclame d’aucune affiliation religieuse. En 2014, un sondage réalisé
au Québec indiquait même que ce pourcentage frôlait les 30 % chez les
jeunes de 18 à 34 ans. Dans notre étude, la proportion de personnes sans
affiliation religieuse était de 26 %.

100 l Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016


Copyright © ARSI tous droits réservés
Description des conceptions de la spiritualité et des perceptions
du rôle de l’infirmière quant à la prise en compte de la dimension
spirituelle du patient d’étudiantes en sciences infirmières
avec choix de réponses est un choix logique dans une le même sens. Les réponses aux trois énoncés regroupés dans
recherche descriptive quantitative. La limite de ce choix est la catégorie sur les croyances en lien avec Dieu permettent
que nous n’obtenons de réponses qu’aux questions que nous d’avoir un portrait nuancé de la conception des étudiantes en
posons. L’avantage de cette méthode est que nous pouvons sciences infirmières sur ce thème. Elles sont en effet fortement
comparer nos résultats avec ceux d’autres études sur le en désaccord avec l’énoncé soutenant que la spiritualité est
même sujet et utilisant l’un ou l’autre des questionnaires que uniquement liée au fait de fréquenter une église tout en étant
nous avons utilisés. Le désavantage c’est que nous ne savons aussi en désaccord, quoique plus modestement, avec l’énoncé
pas si certaines étudiantes auraient eu d’autres choses à qui affirme que la spiritualité ne concerne pas la foi en Dieu
nous dire sur la spiritualité et la prise en compte du spirituel ou en un être suprême. Finalement, elles sont aussi fortement
dans les soins infirmiers. Nous reviendrons plus loin dans en désaccord avec l’énoncé qui soutient que la spiritualité
cet article avec la proposition d’autres recherches à faire qui ne s’applique pas à la personne athée ou agnostique. Si on
utiliseront des approches qualitatives pour approfondir notre résume, pour les participantes à notre étude, la spiritualité ce
compréhension du phénomène. Ceci étant posé, nous allons n’est pas uniquement le fait de fréquenter une église, mais
tout de même discuter de nos résultats en laissant de côté cela peut concerner la foi en Dieu tout en étant une réalité qui
pendant quelques pages ces limites. s’applique aussi aux personnes athées ou agnostiques. Comme
précédemment, elles sont de plain-pied dans l’air du temps.
Pour structurer la discussion, nous allons d’abord examiner
ce que nous pouvons souligner quant à la conception de De façon cohérente avec la conception de la spiritualité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
la spiritualité qui ressort de l’analyse des réponses des décrite précédemment, la perception du rôle de l’infirmière
étudiantes des trois années regroupées. Par la suite, nous dans la prise en compte de la dimension spirituelle dans les
ferons de même pour la perception du rôle des soins spirituels soins montrent qu’une majorité importante des participantes
dans la pratique infirmière. Dans un deuxième temps, nous des trois années du programme indiquent que les infirmières
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

discuterons des analyses comparatives selon l’affiliation prodiguent des soins spirituels lorsqu’elles aident le patient
religieuse et l’origine ethnique de la même façon. à trouver une signification et un sens à sa maladie, qu’elles
écoutent les patients et leur donnent du temps pour s’exprimer
Sheldrake (28), un éminent spécialiste des études en spiritualité, et apprivoiser leurs peurs, leurs angoisses et leurs difficultés, et
décrit la conception contemporaine de la spiritualité en soulignant qu’elles passent du temps auprès du patient et leur donnent du
quatre composantes essentielles, soulignant que la spiritualité soutien et du réconfort, surtout pendant les périodes difficiles. À
contemporaine : 1) s’intéresse à la personne humaine selon une cela elles ajoutent, toujours avec une majorité confortable, que
perspective holistique ; 2) elle est le lieu d’une recherche du sacré le bien-être spirituel joue un rôle important dans la promotion
que celui-ci soit religieux ou non ; 3) elle est intimement liée à de la santé et que les soins spirituels sont un élément essentiel
la recherche du sens de la vie et 4) à la recherche des valeurs des soins infirmiers holistiques. Ces résultats vont dans la
fondamentales qui guident les choix de vie des personnes même direction que les écrits de Clarke (3) et de McEwen
humaines. Il est intéressant de noter que cette description de (13) sur les soins spirituels que devraient offrir les infirmières.
la spiritualité contemporaine se retrouve dans les cinq énoncés Il faut cependant noter que les participantes à notre étude
qui ont obtenu les plus hauts pourcentages d’accord dans notre sont majoritairement indécises ou en désaccord en regard
étude. En effet, les participantes à notre étude ont signifié leur des énoncés qui concernent leur préparation à prodiguer des
accord dans une proportion allant de 75 à 91 % avec tous les soins spirituels. Elles disent ne pas avoir les connaissances
énoncés de la sous-échelle présentant une vision existentielle suffisantes pour faire une évaluation spirituelle, ne pas se sentir
de la spiritualité (trouver une signification aux expériences de la prêtes à prodiguer des soins spirituels et ne pas être en mesure
vie, être habité par un sentiment d’espoir, se sentir en paix avec de reconnaître une détresse spirituelle chez un patient. Ces
soi-même, ouverture aux arts et à la créativité comme lieu de résultats sont cohérents avec les écrits de Baldacchino (12),
spiritualité) ainsi qu’à un autre énoncé abordant la spiritualité McEwen (13) et Carr (14) sur le manque de connaissances et
sous l’angle des valeurs morales de l’être humain. En ce sens, de confort des infirmières lorsque vient le temps d’intervenir
les étudiantes en sciences infirmières semblent imprégnées sur la dimension spirituelle des soins. Il faut cependant
de la conception de la spiritualité qui influence notre culture noter que malgré cette perception globalement négative
occidentale contemporaine. des participantes de leur préparation à prodiguer des soins
spirituels, les étudiantes de 2ème année se perçoivent comme
De plus, Sheldrake (28) décrit également la séparation détenant plus de connaissances pour mener une évaluation
conceptuelle qu’il est possible d’observer depuis quelques spirituelle, reconnaître une détresse spirituelle et intervenir en
décennies entre le spirituel et le religieux. Pour différentes demandant si les patients ont une pratique particulière pour
raisons qu’il serait trop long d’explorer ici, de plus en plus les exprimer leur spiritualité que les étudiantes de 1ère et de 3ème
occidentaux s’identifient à la spiritualité lorsqu’ils parlent de année. Une explication possible de cette différence vient du
leur quête des valeurs profondes et d’un sens à la vie, mais fait qu’à la fin de la 2ème année, les étudiantes suivent un cours
cette spiritualité est vue comme un phénomène séparé de la intensif sur les soins palliatifs et que ce cours intègre des ateliers
religion. Encore une fois, les résultats de notre étude vont dans visant le développement des habiletés d’accompagnement des

Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016 l 101


Copyright © ARSI tous droits réservés -
personnes et familles en fin de vie. Ces ateliers abordent aussi Une meilleure connaissance de la conception de la spiritualité
la réflexion sur la signification de la mort et sur les dimensions et des perceptions du rôle de l’infirmière des étudiantes pour
spirituelles des soins palliatifs. Il semble donc qu’un seul cours les soins spirituels permet de réaliser, comme dans l’étude de
abordant la spiritualité de façon plus spécifique puisse produire Lemmer (15), que le concept de la spiritualité doit être plus
des apprentissages observables. Ces résultats renforcent notre clairement défini dans le curriculum d’enseignement. Il est
projet global de rehaussement de la formation sur ces enjeux important que les soins spirituels soient inclus tout au long des
dans notre programme de 1er cycle. trois ans du programme dans divers cours et non pas seulement
lors du cours de soins palliatifs. Les résultats rappellent que
Nos résultats montrent aussi que les étudiantes qui identifient l’approche holiste qui inclue nécessairement la spiritualité tout
une affiliation religieuse sont significativement plus nombreuses au long de la formation des infirmières fut consolidée dans le
à être d’accord avec plusieurs énoncés des deux instruments programme de notre faculté. Ainsi, l’intention est de proposer
de mesure que celles du groupe sans affiliation religieuse. En à la direction du programme de 1er cycle et aux collègues
effet, les étudiantes déclarant une affiliation religieuse sont responsables d’autres cours du programme d’inclure un module
nettement plus nombreuses à concevoir la spiritualité comme d’apprentissage en lien avec la spiritualité dans différents cours.
une force qui unifie et permet de se sentir en paix avec soi- En particulier, des cours qui abordent des périodes de transition
même et avec l’univers, ainsi qu’à inclure dans la spiritualité les de vie importantes, notamment la naissance d’un enfant, un
valeurs morales. Quant à leur perception des soins spirituels, accident grave suivi d’une période intense de réadaptation,
elles considèrent dans une plus grande proportion que les l’hébergement dans un établissement de soins de longue

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
soins spirituels sont essentiels dans une approche holistique durée, etc. seraient tout indiqués pour inclure des éléments sur
des soins infirmiers tout en se sentant plus à l’aise de mener la spiritualité. Ces transitions sont souvent des moments où la
une évaluation spirituelle et de prodiguer des soins spirituels spiritualité occupe plus de place dans la vie des patients et de
que les étudiantes sans affiliation religieuse. Ces résultats leur famille. Il est inspirant de constater que les étudiantes ont
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

viennent appuyer l’étude de Meyer (2003) auprès d’étudiantes répondu majoritairement être en accord que les soins spirituels
de 12 collèges, dont 6 publics et 6 d’affiliations religieuses font partie des soins infirmiers et du rôle de l’infirmière. La porte
démontrant une relation positive entre l’engagement religieux est ouverte et c’est aux enseignants d’entrer et de mettre en
de l’étudiante et la spiritualité. place des activités pédagogiques, les étudiantes semblent
prêtes à les recevoir.
z Les retombées cliniques
Cette étude est une première étape d’un programme de
Conclusion
recherche/action/formation qui vise à améliorer l’enseignement/
apprentissage des soins spirituels chez les étudiantes de notre Cette étude a permis de constater que les étudiantes
programme de 1er cycle en sciences infirmières. La prochaine infirmières ont une conception contemporaine de la spiritualité.
étape consistera à mener une étude qualitative auprès d’un Elle se définit, en termes d’expériences de la vie, de force qui
échantillon plus petit d’étudiantes afin d’explorer plus en unifie et qui permet de se sentir en paix ainsi que de créativité
profondeur leurs conceptions de la spiritualité et des soins et d’expression de soi. Cette étude a aussi donné l’occasion
spirituels. Une telle étude permettra de combler une limite de d’explorer auprès des jeunes étudiantes si la dimension de la
l’étude présentée dans cet article. En effet, lorsqu’on utilise des spiritualité est encore reconnue comme faisant partie de notre
questionnaires avec un choix fermé, on obtient de l’information rôle d’infirmière. La grande majorité confirme qu’elles croient
que sur les sujets qui sont soumis aux participantes. Avec une que la spiritualité constitue un élément essentiel des soins
étude qualitative reposant sur des entretiens individuels semi- infirmiers holistiques.
structurés, les étudiantes auront la chance de s’exprimer sans
contrainte sur la spiritualité. Il est alors possible d’obtenir une
compréhension plus profonde du phénomène à l’étude et même
Conflits d’intérêts
de découvrir des perceptions sur la spiritualité encore peu
documentées. À moyen terme, notre équipe vise à développer Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts
un modèle cognitif de l’apprentissage4 des soins spirituels afin
de guider plus spécifiquement l’enseignement/apprentissage
de cette compétence. Références

4
Un modèle cognitif d’apprentissage (MCA) est une description des étapes 1. M cSherry W. The principal component model: a model for
de développement d’une compétence et des apprentissages critiques advancing spirituality and spiritual care within nursing and health
qui jalonnent ce parcours de développement. Les étapes du MCA sont care practice. J Clin Nurs. 2006 Jul;15(7):905-17.
complémentaires et mutuellement exclusives, tandis que les apprentis-
sages critiques sont des réorganisations cognitives des connaissances 2. Pepin J, Cara C. La réappropriation de la dimension spirituelle en
antérieures avec les connaissances acquises. (29) sciences infirmières. Théologiques. 2001;9(2):33-46.

102 l Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016


Copyright © ARSI tous droits réservés
Description des conceptions de la spiritualité et des perceptions
du rôle de l’infirmière quant à la prise en compte de la dimension
spirituelle du patient d’étudiantes en sciences infirmières
3. C larke J, Spiritual care in everyday nursing practice. A new 17. McBrien B. Emergency nurses, provision of spiritual care: A
approach. Basingstoke, UK: Palgrave Macmillan; 2013. literature review. Br J Nurs. 2010 Jun 24-Jul 7;19(12):768-73.
4. Benner Carson V, Stoll R. Spirituality: Defining the indefinable 18. Wallace M, Campbell S, Grossman SC, Shea M, Lange W, Quell TT,
and reviewing its place in nursing. Dans: Benner Carson V, Koenig et al. Integrating spirituality into undergraduate nursing curricula.
HG, directeurs. Spiritual Dimensions of Nursing Practice. West Int J Nurs Educ Scholarsh. 2008;5:Article10
Conshohocken Pennsylvania : Templeton Foundation Press; 2008.
p. 3-33. 19. Hoffert D, Henshaw C, Mvududu N. Enhancing the ability of
nursing students to perform a spiritual assessment. Nurse Educ.
5. McLeod DL. Spirituality and Illness in Professional Literature. Dans: 2007 Mar-Apr;32(2):66-72.
Wright L, directeur. Spirituality, Suffering, and Illness. Ideas for
Healing. Philadelphia: FA Davis; 2005. p. 63-107. 20. Cara C, Gauvin-Lepage J, Lefebvre H, Létourneau D, Alderson M,
Larue C, et al. Le Modèle humaniste des soins infirmiers -UdeM :
6. Koenig HG. Religion, Spirituality, and Health: Understanding the perspective novatrice et pragmatique. Rech Soins Infirm. 2016
mechanisms. Dans: Benner Carson V, Koenig HG, directeurs. Apr ;125(2):20-31.
Spiritual Dimensions of Nursing Practice. West Conshohocken
Pennsylvania: Templeton Foundation Press. 2008. p. 33-63. 21. Tomasso CS, Beltrame IL, Lucchetti G. Knowledge and attitudes
of nursing professors and students concerning the interface
7. Vlasblom JP, van der Steen JT, Knol DL, Jochemsen H. Effects between spirituality, religiosity and health. Rev. Lat-Ame
of a spiritual care training for nurses. Nurse Educ Today. 2011 Enfermagem. 2011 Oct;19(5):1205-13.
Nov;31(8):790-96.
22. Narayanasamy A. ASSET: A model for actioning spirituality and
8. McSherry W, Draper P, Kendrick D. The construct validity of a rating

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers
spiritual care education and training in nursing. Nurse Educ
scale designed to assess spirituality and spiritual care . Int J Nurs Today. 1999 May;19(4):274-85.
Stud. 2002 Sep;39(7):723-34.
23. L ovanio K, Wallace M. Promoting spiritual knowledge and
9. P ike J. Spirituality in nursing: A systematic review of the attitudes: a student nurse education project. Holist Nurs Pract.
literature from 2006- 10. Br J Nurs. Br J Nurs. 2011 Jun 24-Jul
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.86.238.164 - 18/05/2019 00h54. © Association de recherche en soins infirmiers

2007 Jan-Feb;21(1):42-7.
7;20(12):743-9.
24. McSherry W, Gretton M, Draper P, Watson R. The ethical basis of
10. McSherry W, Cash K. The language of spirituality: An emerging teaching spirituality and spiritual care: A survey of student nurses’
taxonomy. Int J Nurs Stud. 2004 Feb;41(2):151-61. perceptions. Nurse Educ Today. 2008 Nov;28(8):1002-8.
11. McSherry W, Jamieson S. Nurses knowledge and attitudes. An 25. Meredith W, O’Shea E. Perceptions of spirituality and spiritual care
online survey of nurses’ perceptions of spirituality and spiritual among older nursing home residents at the end of life. Holist Nurs
care. J Clin Nurs. 2011 Jun;20(11-12):1757-67. Pract. 2007 Nov-Dec;21(6):285-9.
12. Baldacchino DR. Teaching on the spiritual dimension in care 26. Wu LF, Liao YC, Yeh DC. Nursing Student Perceptions of Spirituality
to undergraduate nursing students: The content and teaching
and Spiritual Care. J Nurs Res. 2012 Sep;20(3):219-27.
methods. Nurse Educ Today. 2008 Jul;28(5):550-62.
27. Fallahi Khoshknab M, Mazaheri M, Maddah SS, Rahgozar M.
13. McEwen M. Spiritual nursing care: state of the art. Holist Nurs
Validation and reliability test of Persian version of The Spirituality
Pract. 2005 Jul-Aug;19(4):161-8.
and Spiritual Care Rating Scale (SSCRS). J Clin Nurs. 2010
14. C arr TJ. Facing Existential Realities: Exploring barriers and Oct;19(19-20):2939-41.
challenges to spiritual nursing care. Qual Health Res. 2010
28. Sherldrake P. Spirituality. A brief history. Oxford: Wiley-Blacwell;
Oct;20(10):1379-92.
2013.
15. Lemmer CM. Recognizing and caring for spiritual needs of clients.
29. Goudreau J, Boyer L, Létourneau D. Clinical Nursing Reasoning
J Holist Nurs. 2005 Sep;23(3):310-22.
in Nursing Practice: A Cognitive Learning Model based on a Think
16. Meyer CI. How effectively are nurse educators preparing students Aloud Methodology. Quality Advancement in Nursing Education.
to provide spiritual care? Nurse Educ. 2003 Jul-Aug;28(4):185-90. 2014 Oct;1(1):1-18.

Recherche en soins infirmiers n° 127 - Décembre 2016 l 103


Copyright © ARSI tous droits réservés -