Vous êtes sur la page 1sur 35

UNION DES COMORES II.

‫ﺍﻟﻘﻤﺮ ﺍﻟﻤﺘﺤﺪﺓ‬ ‫ﺟﻤﻬﻮﺭﻳﺔ‬


Politique
Unité Nationale
– Solidarité de Gestion
– Développement des Déchets Médicaux Septembre 2018
‫ ﺗﻨﻤﻴﺔ‬-‫ﻭﺣﺪﺓ – ﺗﺾ ﺍﻣﻦ‬
--------------
--------------
Ministère de la Santé, de la Solidarité, de
‫ﻭﺯﺍﺭﺓ ﺍﻟﺼﺤﺔ ﻭﺍﻟﺘﻀﺎﻣﻦ ﻭ ﺍﻟﺘﻤﺎﺳﻚ ﺍﻻﺟﺘﻤﺎﻋﻲ ﻭﻣﺸﺎﺭﻛﺔ‬
la Protection Sociale et de la Promotion du
‫ﺍﻟﻤﺮﺃﺓ‬
Genre
-------------
--------------

POLITIQUE NATIONALE DE GESTION DES


DECHETS MEDICAUX 2019 - 2024

Septembre 2018

1
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

PREFACE
Le monde génère de plus en plus de déchets, et les hôpitaux et les centres de santé ne font pas
exception et le Ministère de la santé a pour principale mission de protéger la santé de la
population.
Les déchets médicaux peuvent être infectieux, contenir des substances chimiques toxiques et
présenter un risque de contamination tant pour la population que pour l’environnement. Pour
que les patients puissent recevoir les soins médicaux dont ils ont besoin et se rétablir dans un
environnement sûr, il est indispensable d’éliminer les déchets en toute sécurité.
A cet effet, la gestion sûre, efficace et continue des déchets figure parmi les stratégies clés
pour offrir des services de qualités dans les établissements médicaux. L’Union des Comores
vient d’élaborer sa politique nationale en matière de gestion des déchets médicaux et
médicaments périmés et/ou avariés. Sa mise en œuvre devrait apporter les réponses aux
problématiques liées à la gestion des déchets médicaux et des médicaments périmés et/ou
avariés.
Ce document prend en compte les exigences de terrain. Il sert concrètement d’orientation et
de cadre d’intervention en gestion de déchets médicaux et médicaments périmées et/ou
avariés en Union des Comores.
Des équipes techniques spécialisées dans le domaine ont ainsi combiné leurs efforts pour
arriver à la finalisation de ce document.
Je remercie vivement tous ceux qui ont de près ou de loin, contribué à la réalisation de ce
précieux travail qui rêvait une importance capitale pour l’Union des Comores.
J’invite tous les acteurs œuvrant dans le domaine de la santé publique ou sur la gestion de
l’environnement à se référer au présent document.

La Ministre de la Santé, de la Solidarité, de la


Protection Sociale et de la Promotion du Genre

Dr RASHID MOHAMED MBARAK Fatma

2
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

TABLE DES MATIERES

PREFACE .................................................................................................................................................. 2

TABLE DES MATIERES .............................................................................................................................. 3

LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES ............................................................................................................ 5

ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES ................................................................................................. 6

INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 7

I. SITUATION EN MATIERE DE GESTION DES DECHETS MEDICAUX ......................................................... 9

I.1. Situation mondiale ........................................................................................................................ 9

I.2. Situation régionale ...................................................................................................................... 10

I.3. Situation nationale ...................................................................................................................... 10

II. REPONSES ET RESULTATS .................................................................................................................. 12

2.1. Réponses du Ministère de la santé ............................................................................................ 12

2.2. Réponses des directions régionales de la santé ......................................................................... 12

2.3. Réponses des établissements de soins ...................................................................................... 12

2.4. Réponses des autres secteurs .................................................................................................... 13

2.5. Résultats en matière de gestion des déchets médicaux ............................................................ 13

III. CADRE DE LA POLITIQUE .................................................................................................................. 14

3.1. Cadre conventionnel et international ........................................................................................ 14

3.2. Cadre législatif et règlementaire national .................................................................................. 14

3.3. Vision de la politique .................................................................................................................. 15

3.4. Valeurs et principes directeurs................................................................................................... 15

3.5. Objectifs de la politique ............................................................................................................. 17

3.5.1. Objectif général ................................................................................................................... 17

3.5.2. Objectifs spécifiques ............................................................................................................ 17

3.6. Orientations stratégiques ........................................................................................................... 17

3.6.1. Mettre en place le cadre législatif et réglementaire régissant la gestion des déchets
médicaux et des médicaments périmés ........................................................................................ 17

3.6.2. Normaliser les pratiques de gestion des déchets médicaux y compris les médicaments
périmés .......................................................................................................................................... 18

3
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

3.6.3. Responsabiliser la communauté et les usagers sur les pratiques de récupération à travers
une stratégie de communication optimisée et la mise en place des mécanismes créatifs de
revenus .......................................................................................................................................... 19

3.6.4. Mettre en place le cadre de suivi et évaluation................................................................... 19

IV. CADRE DE MISE EN ŒUVRE.............................................................................................................. 20

4.1. Architecture institutionnelle de mise en œuvre ........................................................................ 20

4.1.1. Acteurs de la gestion des déchets........................................................................................ 20

4.1.2. Mécanismes d’implication et d’incitation des privés........................................................... 21

4.2. Architecture opérationnelle ....................................................................................................... 22

4.2.1. Plan d’Actions National (PAN) ............................................................................................. 22

4.2.1.1. Définition et composantes du Plan d’actions............................................................... 22

4.2.1.2. Plans opérationnels ...................................................................................................... 23

4.2.2. Solutions d'élimination des déchets .................................................................................... 23

4.2.2.1. Définition des objectifs opérationnels ......................................................................... 23

4.2.2.2. Documents opérationnels à élaborer........................................................................... 24

4.2.3. Approches de traitement provisoire et situations d’urgence .............................................. 27

4.3. Gestion des risques environnementaux ..................................................................................... 27

4.3.1. Impacts des déchets biomédicaux sur la santé publique..................................................... 27

4.3.2. Personnes exposées ............................................................................................................. 28

4.3.3. Risques ................................................................................................................................. 28

4.3.4. Aspects sociaux de la gestion des DM ................................................................................. 28

4.3.5. Gestion des risques .............................................................................................................. 29

4.4. Plan de suivi et évaluation.......................................................................................................... 29

CONCLUSION ......................................................................................................................................... 29

PLATEFORME, COMITES TECHNIQUES ET RESPONSABILITES................................................................ 31

COMITE TECHNIQUE DE VALIDATION ………………………………………………………………………………………………32

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ......................................................................................................... 33

ANNEXES................................................................................................................................................ 35

4
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES


Tableau n°01 : Répartition des structures de santé publiques et privées par type 11

Figure n°01 : Étapes de mise en place d’un incinérateur de type Montfort 26

5
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES


AES : Accidents d’Exposition au Sang

AFD : Agence Française de Développement


CHN : Centre Hospitalier National

CHRI : Centre Hospitalier Régional Insulaire

CHU : Centre Hospitalier Universitaire


CICR : Comité international de la Croix-Rouge

CMU : Centres Médicaux Urbains

CS : Centre de Santé

CSD : Centre de Santé de District

DBM : Déchets Biomédicaux


GAVI : alliance globale pour les vaccins et l’immunisation
IAGU : Institut Africain de Gestion Urbaine

ME : Ministère de l’Environnement

MILD : Moustiquaires imprégnées d’insecticides longue durée


MSSPSPG : ministère de la santé, de la solidarité de la protection sociale et de la promotion
du genre
OMS : Organisation Mondiale de la Santé

PASCO : programme d’appui aux secteurs de la santé aux Comores


PID : Pulvérisation Intra Domiciliaire
PNUE : programme des nations unies pour l’environnement

PS : Poste de Santé

PVC : PolyVinyl Chloride (PolyChlorure de Vinyl)


SCB : Secrétariat de la Convention de Bâle

SIDA : Syndrome d’immunodéficience acquise

VIH : Virus de l’Immunodéficience Humaine

6
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

INTRODUCTION
L’amélioration de la qualité des soins figure parmi les priorités du Ministère de la Santé à
travers la Politique Nationale de la Santé. La politique de la gestion des déchets participe
pleinement à la réduction des risques potentiels de contamination infectieuse due aux
infections nosocomiales et/ou aux maladies transmissibles comme le VIH/SIDA, la syphilis,
les hépatites, etc.
En effet, les activités de soins entraînent, la production de déchets qui peuvent être dangereux
pour la santé. Si la plus grande partie de ces déchets n’offre cependant pas plus de dangers
que les déchets ménagers habituels, certains types de déchets associés aux activités de soins
présentent par contre un très grand risque pour la santé.
On peut citer notamment les déchets infectieux (15 à 25 %) de tous les déchets d’activité de
soins, parmi lesquels les objets perforants (1 %) et les pièces anatomiques (1 %), les déchets
chimiques ou pharmaceutiques (3 %), les déchets radioactifs ou cytotoxiques et les
thermomètres cassés (moins de 1 %).1
Les déchets représentés par les objets piquants/tranchants sont hautement infectieux. Une
mauvaise gestion de ces déchets, expose le personnel soignant, les personnes chargées de la
manutention des déchets et la population aux infections associées aux soins.
Au-delà des risques sanitaires, l'absence de solutions satisfaisantes d'élimination de ces
déchets entraîne des problèmes d'insalubrité sur les sites mêmes des établissements de soins et
l'existence de risques environnementaux (nuisances par brûlage, pollution des sols et des
eaux, dissémination de produits toxiques). Pourtant, le principe de la responsabilité des
producteurs de déchets dans la recherche d'une élimination sûre et respectueuse de
l'environnement revêt désormais un caractère universel. Les déchets cliniques issus de soins
médicaux et les déchets de produits pharmaceutiques figurent ainsi en 1ère ligne dans la liste
des déchets dangereux visés par la convention de Bâle.
En Union des Comores, les efforts visant à améliorer la gestion des déchets ont été
progressivement intensifiés en particulier au travers de l'établissement d’un premier état des
lieux en mars 2014 par l’Institut Africain de Gestion Urbaine (IAGU) en vue de l’élaboration
d’un « Plan de gestion intégrée des déchets solides ménagers et hospitaliers dans
l’agglomération de Moroni ».
Un second état des lieux a été fait en novembre 2016 ayant abouti à la proposition d’une
feuille de route ouvrant la voie à l’élaboration d’une « Politique Nationale de Gestion des
Déchets Médicaux » intégrant la gestion des médicaments périmés. Il en résulte que :
• Au total, 229 140 kg de déchets sont produits dans les structures sanitaires de
l’Union des Comores. Cette production est répartie selon le type de structure. Le CHN
El-Maarouf produit, 2 550 Kg par mois à lui seul, suivi des CHRI avec 3 600 Kg et les
HP qui produisent 2 193 Kg. Les Centres de Santé produisent, sur l’ensemble du
territoire national, 4395 Kg de déchets hospitaliers2.

1
OMS et SCB (2005), Préparation des plans nationaux de gestion des déchets de soins médicaux en Afrique
subsaharienne : manuel d'aide à la décision
2
MSSPSPG (2016), rapport de l’État des lieux de la gestion des déchets biomédicaux en Union des Comores…

7
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

• Les déchets biomédicaux représentent 45% de cette production, soit 103 113
Kg dans le mois.
• Des initiatives ont été prises avec la dotation de 14 incinérateurs Montfort
installés avec l’appui de nos partenaires au développement. Néanmoins, les résultats
ont été fort mitigés. Dix incinérateurs sur quatorze n’ont pas fonctionné. Actuellement,
aucun incinérateur n’est fonctionnel.
• Aucune structure de santé ne dispose d’un système performant de gestion de
ces déchets. Le tri et le conditionnement des déchets n’existent pas ainsi les conditions
de stockage. Ces derniers sont souvent déposés à l’air libre, sous la pluie…
• L’équipement de traitement ne fonctionne pas de façon contraignante, ainsi
ces déchets sont en attente de solutions alternatives. Le CHN El-Maarouf, possède
néanmoins une solution alternative qui consiste à acheminer ces déchets d’activités de
soins, engorgés d’eau, vers la décharge publique d’Itsoundzou.
• Le personnel soignant (médecins, sages-femmes, infirmiers) dispose d’un
niveau de connaissances, mais dans la pratique, les attitudes et des pratiques laissent à
désirer en matière de gestion des DBM. Le personnel d’appui (agents d’entretien,
cadre de santé, etc.), est très peu sensible aux risques liés à la manipulation des DBM.
La négligence et l’inattention peuvent entraîner des blessures et des infections. Aussi,
l’absence de tri à la source augmente considérablement le volume des déchets
infectieux.
Ces résultats d'évaluation confirment le caractère préoccupant des pratiques en matière de
gestion des déchets. Ils constituent une base solide pour l’élaboration d’un document de
politique nationale qui fixera les normes et standards à respecter dans la gestion des déchets
en Union des Comores.
A l'issue d'un travail de plus d'une année de novembre 2016 à octobre 2017, un comité
technique d'élaboration de la Politique Nationale a finalisé un document comportant :
• Une Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux en Union des
Comores ;
• Un Plan d'Actions National identifiant les activités à mettre en œuvre et leur
calendrier.

8
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

I. SITUATION EN MATIERE DE GESTION DES DECHETS


MEDICAUX
I.1. Situation mondiale

La Croissance démographique, le développement industriel, le développement de la


technologie médicale et l’amélioration croissante de la qualité des prestations hospitalières
entraînent une augmentation de la production des différents types de déchets responsables
d’une menace sérieuse pour l’Homme et l’environnement. Parmi ces déchets, les déchets
médicaux et pharmaceutiques produits par les formations sanitaires, nécessitent une politique
d'hygiène appropriée, des moyens humains formés, matériels et financiers suffisants, et une
réglementation adéquate pour pouvoir prévenir, et réduire, les risques humains et
environnementaux
Les déchets hospitaliers sont des substances solides, liquides ou gazeuses issues de l’activité
de soins, de diagnostic ou non, produites au niveau des formations sanitaires. Ils présentent
des risques d’infection ou non, de contamination ou d’intoxication et de pollution de
l’environnement (Manga, 20093 ; Mouankié et al. 20154). De ce fait, leur gestion doit être
pluridisciplinaire et s’inscrire au centre des préoccupations non seulement du politique, des
collectivités mais également des formations sanitaires qui les produisent.
Selon l’OMS (2005)5, environ 10% des déchets produits par les formations sanitaires sont
potentiellement infectieux et dangereux. En effet, les injections par les seringues mal
éliminées sont responsables de 21 millions d’hépatite B dont 32% de nouveaux cas, 2 millions
d’hépatite C avec 40% des nouveaux cas, et 260 000 cas de VIH/SIDA dont 5% des nouveaux
cas6. Bien plus, chaque année, 16 milliards d’injections sont effectuées dans le monde mais
toutes les aiguilles usagées ne sont pas correctement éliminées et les déchets de soins de santé
contenant des microorganismes dangereux sont susceptibles d’infecter les patients
hospitalisés, les personnels de santé et le grand public (OMS, 2011)7. Partant, les déchets
produits dans les établissements sanitaires doivent toujours suivre un itinéraire approprié et
bien identifié, de leurs points de production à leur élimination finale (OMS, SCB & PNUE,
2005)8.
Dans les pays en développement, de mauvaises pratiques en matière de gestion des déchets
sont courantes (Saizonou et al. 2014)9. En Afrique, la situation reste préoccupante.

3
Manga, B. L. (2009). Étude sur les systèmes appropriés de traitement des déchets médicaux dans le cadre du
programme national de développement participatif. Rapport du Programme National du Développement
Participatif. Yaoundé – Cameroun.
4
Mouankié, J. B. et al. (2015). Gestion des déchets biomédicaux à Brazzaville capitale du Congo. European
Scientific Journal. Edition vol.11, No.23 ISSN: 1857 – 7881 (Print) e - ISSN 1857- 7431.
https://scholar.google.com.
5
OMS (2005). Gestion des déchets solides d’activités de soins dans les centres de santé primaires : Guide d’aide
à la décision.
6
Ibid.
7
OMS. (2011). Les déchets liés aux soins de santé. Aide-mémoire N°253.
8
OMS-SCB & PNUE (2005). Préparation des plans nationaux de gestion des déchets de soins médicaux en
Afrique subsaharienne : manuel d'aide à la décision. Secrétariat de la Convention de Bâle et OMS.
9
Saizonou, J. & al. (2014). Évaluation de la qualité de la gestion des déchets biomédicaux solides dans la zone
sanitaire Klouekanme-Toviklin-Lalo au Bénin. Journal International de Santé au Travail 2014 ; 1 :1-11.
https://scholar.google.com.

9
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

I.2. Situation régionale

Le traitement des déchets est un problème colossal en Afrique. Des mauvaises habitudes dans
le traitement des déchets sont liées au manque d'infrastructure.
La mauvaise pratique de déverser les déchets dans les plans d'eau et dans des décharges
sauvages favorise le problème de gestion de déchets en milieu urbain.
Les résultats d’une évaluation menée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans 22
pays en développement dont le Gabon, le Mali, le Cameroun et le Bénin, en 2002, ont montré
que la proportion d’établissements de soins qui n’appliquent pas les méthodes appropriées
d’élimination des déchets de soins varie de 18% à 64%. La pratique de la fouille dans les
décharges à ordures et le tri manuel des déchets dangereux dans les établissements de soins
entraînent des risques supplémentaires.
Les gens qui manipulent des déchets risquent de se blesser avec une aiguille contaminée
entrainant un risque d’infection par le virus de l’hépatite B, le virus de l’hépatite C et le virus
de l’immunodéficience humaine et peuvent être aussi exposés à des matières toxiques ou
infectieuses.
I.3. Situation nationale

En Union des Comores, les efforts visant à améliorer la gestion des déchets ont été
progressivement intensifiés à la suite de la réalisation des états des lieux.
Des études ont été réalisées auprès de certaines structures de santé notamment au centre
hospitalier national El Maarouf, aux centres de santé de Mitsoudjé et de Karthala. Les
cliniques privées Salama et Amitié ont également été visitées. L’observation des pratiques de
gestion et d’élimination dans les établissements de santé a porté sur les pratiques de tri (cas
des aiguilles, etc.), conditionnement, transport interne, élimination interne (incinérateur,
autoclave, etc.), élimination des déchets anatomiques, des cultures microbiennes. Celles-ci
soulignent que :
- La notion de déchets à risque n’est pas maîtrisée par le personnel des
établissements de santé ;
- Le tri est rarement organisé par manque de sensibilisation, de moyens, de
procédures et d’organisation ;
- Il n’existe aucune normalisation nationale en matière d’élimination ;
- 42 % pratiquent l’incinération, 42 % le brûlage à ciel ouvert et 16%
l'enlèvement.
Ces résultats d'évaluation confirment le caractère préoccupant des pratiques en matière de
gestion des déchets et de sécurité des injections. Ils constituent une base solide pour
l’élaboration d’un document de politique nationale qui fixera les cadres globaux à respecter
dans la pratique des injections et la gestion des déchets médicaux en Union des Comores.
Les Formations Sanitaires, les laboratoires, les établissements pharmaceutiques produisent des
déchets chimiques dont les pesticides. Les activités de lutte anti-vectorielle contre le
paludisme telles que la distribution de masse de moustiquaires imprégnées d’insecticides
longue durée (MILD), les Campagnes de Pulvérisation d’Insecticide intra ou extra

10
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

Domiciliaire (PID), les produits de vaccination périmés ou avariés sont révélés parmi les
sources de déchets biologiques et chimiques.
Habituellement, les déchets sont récupérés dans des bacs à ordures, bidons, sachets en
plastique ou autres contenants utilisant les codes couleurs ou des étiquettes. Parfois, les
déchets sont classifiés par type, par catégorie et regroupés respectivement dans un endroit
réservé. Les déchets chimiques sont ensuite éliminés pour certains établissements médicaux
dans des fosses sécurisées ou pas. D’autres sont stockés faute de système d’élimination
adéquat. Les pratiques d’élimination des déchets chimiques sont souvent non conformes aux
normes de gestion environnementale, le système d’épuration s’avère inexistant. De plus,
aucun texte ne régit les déchets chimiques médicaux en Union des Comores.
Les déchets médicamenteux sont en quantité importants. Certains établissements
pharmaceutiques, des Formations Sanitaires, des laboratoires publics ou privés les stockent
puis les éliminent sous différentes formes : brûlage à ciel ouvert, incinération. Quelques
établissements rejettent leurs déchets dans la nature.
Les centres hospitaliers et les établissements d’imagerie médicale génèrent des déchets
radioactifs. Les établissements gèrent leurs déchets sous diverses méthodes : stockage,
brûlage en enceinte ouverte, rejet dans la nature. Tandis que les appareillages, les lits vétustes,
les frigos, les carcasses d’ambulance et véhicules, sont jetés dans les cours et magasins.
La gestion des déchets biologiques et les prélèvements d’organe restent encore contraignants
pour les Formations Sanitaires. Le sang et ses dérivés, les urines, le liquide pleural, les
liquides d’ascite, les pus et crachats, les liquides amniotiques sont éliminés différemment
selon les établissements. Pour certains, les effluents liquides sont rejetés dans des
canalisations d’eau ; mais d’autres déchets tels que les placentas, les prélèvements biopsiques,
les membres amputés, les dents sont emportés par les familles et sont enterrés
Ainsi, le Ministère de la Santé s’emploie à relever le défi de mettre en place un système de
gestion des déchets médicaux, y compris les médicaments périmés pour les 135 structures de
santé publiques et privées, et les structures pharmaceutiques du pays.
Tableau n°01 : Répartition des structures de santé publiques et privées par type

Structures PS CSD CMU CSF HP CHRI CHN TOTAL


Publiques 64 14 3 2 3 3 1 90
Privées - - - - - - - 45
Total 64 14 3 2 3 3 1 135

11
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

II. REPONSES ET RESULTATS


2.1. Réponses du Ministère de la santé

Le Ministère de la Santé est conscient des risques liés à la mauvaise gestion des déchets
médicaux. Le Ministère a établi la Politique Nationale de Gestion des Déchets des
Établissements de Soins publics et privés.
Avec l’appui technique et financier des partenaires au développement, le Ministère de la
Santé a construit un lot d’incinérateurs à différentes localisations sur tout le territoire national.
Actuellement aucun de ces incinérateurs n’est en bon état, sauf celui de HP de Domoni qui est
en bon état mais pas fonctionnel pour refus d’utilisation par les riverains.
Il convient à cet effet de faire un diagnostic de ces incinérateurs pour dégager de meilleures
solutions.
2.2. Réponses des directions régionales de la santé

La typologie des incinérateurs varie selon les ressources engagées. La revue documentaire
nous a permis d’avoir les spécificités des certains incinérateurs installés. Ainsi, des formations
en cascade ont eu lieu permettant ainsi aux structures de santé disposant d’incinérateur
d’éliminer leurs déchets.
L’atrophie ou l’inexistence d’un système de maintenance de ces incinérateurs, au niveau
régional, n’a pas permis de prolonger leur durée de vie. Les uns après les autres ont cessé de
fonctionner replongeant ainsi les structures de santé dans le cercle vicieux du stockage
anarchique des déchets au sein de ces établissements.
2.3. Réponses des établissements de soins

Les observations faites lors des visites des établissements de santé montrent que lorsque le tri
est pratiqué, il s'effectue suivant les quatre catégories suivantes :
• Les déchets piquants / tranchants ;
• Les déchets infectieux non piquants ;
• Les déchets anatomiques ;
• Les déchets pharmaceutiques.
Le tri des déchets est une étape essentielle dans le processus de prise en charge des déchets
biomédicaux. Le tri se fait de manière très traditionnelle et est fortement influencé par les
croyances culturelles surtout pour les déchets anatomiques.
Les établissements de soins ne disposent pas de local de stockage adéquat. Le stockage se fait
dans la cour sans aucune délimitation de la zone et de réglementation de l'accès.
Au CHN El Maarouf, le site d'entreposage se trouve à proximité du bâtiment central abritant
la direction et des salles d'hospitalisation. Le transport hors site était effectué jusqu’ à peu par
une société privée. Les déchets sont collectés au niveau du point de stockage et acheminés au
site d’ITSOUNDZOU trois fois par semaine.

12
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

Au Centre de Santé de Mitsoudje les contenants des déchets piquants se trouvent souvent dans
les couloirs donnant accès aux salles d'hospitalisation, d'autres sont placés dans le local à gaz.
Le transport des déchets à l'intérieur des établissements de santé est fait par le personnel
chargé du nettoyage. La collecte des déchets vers le lieu de stockage se fait manuellement.
Dans une clinique privée visitée, le transport des déchets est assuré par le jardinier de
l'établissement.
Dans les autres établissements, aucune disposition particulière n'est prise pour le transport
hors site. Ce transport est assuré par les camions de collecte des ordures ménagères.
2.4. Réponses des autres secteurs

Après la fermeture de la décharge de Selea, les ordures furent évacuées dans une décharge
située sur la piste de l’ancien aéroport de Moroni-Iconi avant d’être stockées dans des
containers. Face à l’ampleur des nuisances et des récriminations des populations, les autorités
se sont trouvées dans l’obligation d’identifier un site d’enfouissement technique des déchets
solides municipaux. Ainsi, le site de Dadjileni-Itsoundzou situé dans la Commune de
Mbadani de la préfecture d’Itsandra-Hamanvou a été identifié avec l’accord des villages
riverains (Bangabani, Vanadjou, Mabadani, Dzahadjou, Bahani) constitués en Comité de
pilotage. Ce site est destiné à accueillir un centre de tri compostage et enfouissement
technique des déchets solides ménagers des communes de Moroni, Iconi, M’dé et des sept (7)
villages au nord situés sur la RN4 menant au site (Itsandra, Bandamadji, Hantsambou,
Ntsoudjni, Zivandani, Dzahadjou et Bahani).
Ainsi, la Commune de Moroni a contracté avec une société de transport de déchets pour la
collecte et le transport des déchets ménagers vers la décharge d’Itsoundzou. Actuellement,
grâce au soutien apporté par les partenaires aux développements, la commune est devenue
autonome en matière de gestion de déchets.

2.5. Résultats en matière de gestion des déchets médicaux

Les incinérateurs construits avec l’appui de nos partenaires au développement ont permis aux
structures de santé de gérer leurs déchets convenablement pendant un temps. La mobilité des
agents formés vers d’autres fonctions a contraint certaines structures à réemployer des agents
non formés à l’utilisation des incinérateurs. L’utilisation anarchique ces derniers a fait que
certain sont en bon état.
Ainsi, l’inexistence d’un système de maintenance de ces incinérateurs, l’absence de
ressources financières et l’absence de ressources humaines qualifiées ont constitué la
mauvaise utilisation de ces incinérateurs.

13
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

III. CADRE DE LA POLITIQUE


Faire face à ces défis requiert un cadre de politique clair et prenant en compte divers aspects.

3.1. Cadre conventionnel et international


L’Union des Comores a ratifié des conventions Internationales relatives aux déchets à savoir,
entre autres :

• La Convention de Bâle sur les déchets dangereux (contrôle des mouvements


transfrontaliers de déchets dangereux et leur entreposage). Concernant les déchets
biomédicaux, le secrétariat de la Convention, en partenariat avec l'Organisation Mondiale
de la Santé, a élaboré à l'attention des pays un guide méthodologique pour l'élaboration
d'un plan national de gestion des déchets d'activités de soins,
• La Convention de Bamako sur l’interdiction d’importer des déchets dangereux
et sur le contrôle de leurs mouvements transfrontaliers en Afrique,
• La Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants : l'objectif
de cette convention est de protéger la santé humaine et l'environnement des effets des
polluants. Les dioxines et furannes qui peuvent être produites lors de l'incinération des
déchets biomédicaux sont les polluants les plus redoutés,
• La Convention de Minamata relative à la gestion du mercure contenu dans les
équipements de santé.

3.2. Cadre législatif et règlementaire national


Pour la plupart de ces conventions et engagements, le cadre politique spécifique reste inexistant
pour faciliter leur mise en œuvre. Néanmoins, le cadre national de l’environnement de l’Union
des Comores est régi par la loi N°94-018 du 22 juin 1994 portant cadre relatif à l’environnement.

La loi-cadre sur l’environnement tel que précisé à son article 2 vise à :

- Préserver la diversité et l’intégralité de l’Environnement de la République


Fédérale Islamique des Comores, partie intégrante du patrimoine universel, que
l’insularité rend particulièrement vulnérable ;
- Créer les conditions d’une utilisation, quantitativement et qualitativement
durable, des ressources naturelles par les générations présentes et futures ;
- Garantir à tous les citoyens un cadre de vie écologiquement sain et équilibré.

En matière de gestion des déchets, la loi-cadre sur l’environnement (Loi N°94-018 du 22 juin
1994) insiste sur l’obligation d’une gestion écologiquement rationnelle des déchets, la
responsabilisation des personnes physiques et morales et enfin le renforcement du contrôle des
déchets toxiques. L’article 60 de cette même loi dispose aussi que pour préserver la santé des
personnes et la qualité de l’environnement, les déchets, quelle que soit leur origine, doivent être
collectés, traités et éliminés. Mais cette loi tout comme l’architecture législative du pays,
n'aborde pas de manière précise et spécifique la question des déchets biomédicaux.

La loi n° 11-001 du 26 mars 2011 portant code de la santé, prévoit dans son article 31 de lutter
contre toutes les formes de déchets toxiques industriels et autres déchets dangereux pour
l’environnement.

14
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

Il n’existe pas de procédure particulière, ni des autorisations ou permis spécifique dans la gestion
des DBM, notamment en ce qui concerne la collecte, le transport, l’entreposage et le traitement.
Le processus de gestion n’est pas réglementé en termes d’identification des types de déchets,
de caractérisation et surtout de dispositions à respecter aussi bien pour la pré-collecte, la
collecte, le dépôt, le transport, l’évacuation, l’élimination que pour le personnel de gestion, les
mesures de sécurité, les équipements de protection etc.

La législation nationale constitue une base sur laquelle on doit se fonder pour améliorer les
pratiques de traitement des déchets dans un pays. Des plans nationaux de gestion des déchets
médicaux sont en cours d’élaboration dans de nombreux pays. À ce propos, un projet est
financé depuis 2006 par l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) en
collaboration avec l’OMS. Le but de ce projet est d’aider 72 pays à adopter une politique, une
stratégie et un plan de gestion des déchets d’activités de soins. Les pays suivants sont
concernés10 :

• Afrique : Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Comores,


Congo, Côte d’Ivoire, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau,
Kenya, Lesotho, Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger,
Nigéria, Ouganda, République centrafricaine, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone,
Somalie, Soudan, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie, Zimbabwe.
• Amérique du Sud : Bolivie, Cuba, Guyane, Haïti, Honduras, Nicaragua.
• Moyen-Orient : Afghanistan, Djibouti, Pakistan, Yémen.
• Europe : Arménie, Azerbaïdjan, Kirghizstan, Géorgie, Moldavie,
Ouzbékistan, Tadjikistan, Ukraine.

3.3. Vision de la politique


Une population saine, dans un environnement sain, protégée des externalités négatives des
déchets médicaux en Union des Comores d’ici 2024
3.4. Valeurs et principes directeurs
La gestion des déchets médicaux s’articule sur les valeurs et principes suivants :
• Principe d’autosuffisance11 : Énonce que tout pays (ou potentiellement toute
région ou ville), devrait, dans la mesure du possible, gérer ses propres déchets.
• Droit et obligation à la santé12 : la gestion efficace, sûre et cohérente des
déchets figure à la fois parmi les activités visant à respecter les droits à la santé du
personnel de santé, des usagers et de la communauté et les obligations des
établissements médicaux face aux risques sanitaires encourus, notamment les
infections nosocomiales.
• Principe de proximité13 : Énonce que les déchets doivent être gérés, dans la
mesure du possible, proche du lieu où ils ont été produits.

10
CICR (2011), Manuel de Gestion des Déchets Médicaux, page 29 à 33
11
PNUE (2013), Directives pour établir des stratégies nationales de gestion des déchets : Passer des Défs aux
Opportunités, Nairobi, pp 109
12
Déclaration du Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS (10 décembre 2017)
13
PNUE (2013), Directives pour établir des stratégies nationales de gestion des déchets : Passer des Défs aux
Opportunités, Nairobi, pp 109

15
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

• Principe de précaution14 : les mesures prises pour gérer les déchets à toutes
les étapes visent à prendre des précautions pour éviter la propagation des maladies
dans les établissements médicaux et ses environs immédiats.
• Principe de prévention : la prise en compte des risques liés aux déchets
médicaux dans les activités essentielles des établissements médicaux figure parmi les
stratégies de prévention de la survenue des maladies susceptibles d’être contractées
auprès de ces établissements.
• Principe d’équité intra-générationnelle15 : Se réfère au partage équitable
des ressources entre les populations (et entre les pays). Dans le contexte de la gestion
des déchets, le principe suggère un accès équitable aux services pour tous les
habitants, des opportunités équitables pour toutes les parties intéressées à fournir des
services, ainsi qu’un partage équitable des inconvénients, en termes d’emplacement
des installations de traitement des déchets.
• Principe d’équité intergénérationnelle16 : Dans le contexte de la gestion des
déchets, implique que ces derniers doivent être gérés de manière à ne pas léguer de
problèmes aux générations futures.
• Principe de pollueur payeur17 : les établissements médicaux génèrent des
déchets infectieux et dangereux. Ils ont la responsabilité et l’obligation d’assurer la
gestion efficace des déchets pour minimiser les risques sanitaires et environnementaux
liés à leurs activités.
• Principe de minimisation des risques et des coûts : le volume des déchets
médicaux peut être réduit par le contrôle de leur production et la gestion rationnelle
des médicaments. Le système de regroupement de l’élimination des déchets réduit
énormément le coût de gestion des déchets médicaux et de la sécurité des injections
tant sur le plan organisationnel que juridique, technique et financier.
• Principe de gestion axée sur les résultats : la gestion de déchets doit être
sûre et efficace pour assurer la sécurité du personnel, des patients, des usagers et de la
communauté. Les indicateurs de santé correspondants, tels que ceux mentionnés dans
l’Indicator Health Process sont à utiliser pour mesurer les degrés d’avancement de la
situation.
• Principe de responsabilité collective et partagé : étant donné les risques
collectifs liés à la mauvaise gestion des déchets, les activités de prévention des risques
correspondants sont de la responsabilité de tout un chacun à leur niveau
d’intervention.
• Principe de leadership : la réussite de tout projet nécessite toujours un
accompagnement sérieux par des acteurs ayant la capacité de faire les bons choix dans
le mode de décision.

14
La formulation la plus courante est celle du Principe 15 de la Déclaration de Rio sur l’Environnement et le
Développement adopté à la Conférence des Nations Unies pour l’Environnement et le Développement en 1992
15
PNUE (2013), Directives pour établir des stratégies nationales de gestion des déchets : Passer des Défs aux
Opportunités, Nairobi, pp 109
16
Idem
17
Ibid

16
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

3.5. Objectifs de la politique

3.5.1. Objectif général

L’objectif général de cette politique est d’apprécier le niveau actuel de gestion des déchets
médicaux dans les structures sanitaires du pays, en proposant des systèmes de gestion des
déchets techniquement faisables, économiquement viables, et socialement acceptables, tout en
respectant l’environnement.
3.5.2. Objectifs spécifiques

• Mettre en place le cadre législatif et réglementaire en adéquation avec une


gestion saine des déchets médicaux et des médicaments périmés ;
• Normaliser les pratiques de gestion des déchets médicaux y compris les
médicaments périmés ;
• Renforcer les capacités et les compétences des établissements médicaux et
des structures pharmaceutiques en matière de gestion de leurs déchets à travers la
mobilisation des ressources et le renforcement du partenariat ;
• Mettre en place les dispositifs techniques et matériels adéquats en vue de la
sécurité du personnel, des patients, et de la prise en charge des accidents d’exposition
et infections liées à la gestion des déchets médicaux ;
• Responsabiliser la communauté et les usagers sur les pratiques de
récupération sûres et sécurisées à travers une stratégie de communication optimisée et
la mise en place des mécanismes créatifs de revenus ;
• Mettre en place le cadre de suivi et évaluation.
3.6. Orientations stratégiques

3.6.1. Mettre en place le cadre législatif et réglementaire régissant la gestion


des déchets médicaux et des médicaments périmés

Il s’agit d’élaborer des lois et des textes réglementaires (Décrets, Arrêté, notes…) relatifs à la
gestion de déchets médicaux et médicaments périmés pour compléter ceux existants afin de
normaliser et mettre en vigueur les bonnes pratiques et de minimiser les risques liés à la
mauvaise gestion des déchets médicaux. Ceci requiert un inventaire et une analyse des lois
et/ou textes déjà existants et ceux qui doivent être développés.
Quelques informations clés doivent toujours être formulées dans une loi sur la gestion des
déchets médicaux, laquelle loi complèterait les schémas directeurs déjà existant dans ce
domaine18, particulièrement :
- La disposition générale de la loi qui fournit des définitions et une
classification des déchets médicaux (en tenant compte des pratiques et du respect de la
sécurité sanitaire publique et en mettant l’accent sur les aspects les plus importants des
précautions de base recommandées par l’OMS). Les termes production, manipulation,
tri, collecte, transport, traitement, élimination finale, producteurs et opérateurs de
déchets médicaux devront être aussi définis ;

18
Les exigences minimales pour l’établissement d’une loi sur la gestion des déchets de soins médicaux. Plan
national de gestion des déchets de soins médicaux, Programme des Nations Unies pour l’Environnement / OMS

17
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

- Les autorités chargées de la mise en application et la coordination de la


politique de la gestion des déchets médicaux. Elle explique les différentes
compétences des autorités sanitaires et environnementales centrales, régionales, de
districts et communautaires dans la gestion des déchets médicaux et décrit le pouvoir
de mise en vigueur des autorités listées ci-dessus ;
- Les dispositions relatives aux producteurs et opérateurs des déchets médicaux
définissant la liste sur le type d’institutions qui devraient être considérées comme
producteurs. Sont considérés comme producteurs de déchets médicaux tous les
organismes physiques ou moraux, publics ou privés dont les activités génèrent des
déchets médicaux dans le sens de la définition donnée soit par les lois ou les
conventions internationales qui régissent la matière. Elle donne la liste de type
d’institutions / Sociétés qui devraient être considérées comme opérateurs. Elle liste les
obligations auxquelles chaque producteur et opérateur devraient se conformer pour
être autorisés à opérer : procédure d’enregistrement auprès des autorités compétentes,
liste des mesures de réduction de risques environnementaux ;
- Les contrôles médicaux qui devraient être effectués en cas d’accident ;
- Les vaccins obligatoires que les personnes en contact avec les déchets
médicaux devraient prendre ;
- L’équipement que les personnes en charge de déchets médicaux devraient
recevoir ;
- Les infrastructures adéquates de traitement et d’élimination en tenant compte
du volume et des types des déchets générés par l’établissement ;
- Les instructions de sécurité et les manuels ou guides qui devraient être mis à
la disposition du personnel de tout l’établissement générant des déchets médicaux ;
l’inventaire des mesures obligatoires qui devraient être prises par les producteurs des
déchets médicaux pour réduire l’impact environnemental de gestion des déchets
médicaux ;
- Les dispositions relatives aux procédures de gestion, de traitement et
d’élimination concernant :
- le tri, la manipulation, le transport sur site, le stockage, le transport hors site,
le traitement sur/hors site et l’élimination ainsi que le traitement standard et les normes
techniques d’élimination qui devraient être respectées par les producteurs et opérateurs
pour obtenir un certificat d’exploitation délivré par les ministères pour les autoriser à
mener leurs activités, la durée de validité du certificat, les dispositions spécifiques en
cas d’accident, les mesures obligatoires d’étiquetage et de traçabilité, l’étiquetage
standard et les formulaires d’enregistrement dans l’annexe de la loi ;
- Les pénalités, particulièrement celles liées aux entorses à la gestion qui
pourraient mener les autorités de mise en œuvre à retirer le certificat et à demander de
pénalités.
- Les dispositifs liés au règlement des différends.
3.6.2. Normaliser les pratiques de gestion des déchets médicaux y compris les
médicaments périmés

Une harmonisation des activités de gestion des déchets médicaux est essentielle pour
normaliser les pratiques de gestion. Plusieurs points doivent être considérés :

18
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

- L’établissement et la mise en œuvre de plans de gestion des déchets sont


fondamentaux pour rationaliser les pratiques de gestion des déchets médicaux à tous
les niveaux du système sanitaire. Les autorités sanitaires centrales régionales
communales, garantissent que les hôpitaux préparent et mettent en œuvre un plan
correct de gestion des déchets médicaux. Un plan de gestion des déchets médicaux
contient au moins : (1) un inventaire des unités de traitement/élimination existantes au
niveau de l’implantation de l’établissement médical, (2) une compilation des besoins,
(3) une analyse des parties prenantes et une estimation du budget allouée pour la mise
en œuvre du plan, (4) un agenda prévisionnel pour le suivi, (5) une évaluation et une
stratégie d’amélioration ;
- L’établissement d’un plan d’équipements et de gestion adaptée à chaque
établissement sanitaire ainsi que les mesures et dispositions à adopter suivant le profil
et la taille de l’établissement médicaux, notamment le développement des
infrastructures pour le stockage et l’élimination des déchets dangereux en vue
d’assurer la sécurité du personnel de la collecte jusqu’à l’élimination des déchets ;
- L’élaboration et/ou la révision des guides pour la gestion des déchets
médicaux par catégorie (incluant les déchets dangereux contenant des métaux lourds
tels que les mercures, les déchets générés par les grandes campagnes de sensibilisation
par exemple SSME, les médicaments périmés, les emballages des insecticides, les
produits sanguins, les moustiquaires imprégnées etc.) en apportant les détails sur le
circuit de la production jusqu’à l’élimination voire recyclage éventuel ;
- La gestion des déchets fait partie intégrante du contrôle d’hygiène et
d’infection. La prise en compte des pratiques de précautions universelles doit être
considérée de façon intégrée et systématique dans tout processus de gestion des
déchets médicaux. Les administrateurs d’hôpitaux et les responsables de planification
doivent s’assurer que des installations de nettoyage sont à la disposition des personnes
qui manipulent les déchets médicaux. La protection vaccinale du personnel entrant en
contact avec les déchets médicaux ainsi que leur protection corporelle par des
éléments appropriés sont requises.
3.6.3. Responsabiliser la communauté et les usagers sur les pratiques de
récupération à travers une stratégie de communication optimisée et la mise en place
des mécanismes créatifs de revenus

La sensibilisation des usagers, du personnel de santé et de la communauté sur leurs rôles dans
les actions de gestion des déchets est importante. Ceci implique des campagnes de
sensibilisation avec des messages forts sur :(i) les risques auxquels chacun et tout le monde
sont exposés lorsque les déchets médicaux sont mal gérés ;(ii) sur les moyens pour les
minimiser et (iii) sur leurs rôles dans les actions de gestion de déchets médicaux. L’efficacité
de la sensibilisation exige des canaux de communication (vecteurs de messages), des outils et
des méthodes adaptées à chaque groupe cible et à chaque zone d’intervention.
3.6.4. Mettre en place le cadre de suivi et évaluation

Le plan de la mise en œuvre de la Politique Nationale prend en compte les éléments édictés
dans la politique. Un plan de suivi et d’évaluation garantit l’effectivité de la politique et
mesure son efficacité. Il fournit les outils nécessaires pour évaluer l’atteinte des objectifs et
comprend :

19
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

- La mise en place d’indicateurs de réalisation et de performance appropriés.


Les indicateurs sont à la fois qualitatifs et quantitatifs pour suivre et évaluer les
résultats du plan de gestion des déchets médicaux. La définition d’indicateur de
processus et d’effets appropriés en terme qualitative et quantitative permet de suivre et
d’évaluer les résultats de la mise en œuvre de la politique de gestion des déchets ;
- Le système de rapportage simple de chaque Formation Sanitaire alimentant le
système de base de données permettant la prise de décision rationnelle ;
- La mise en place des activités régulières de contrôle et d’appui des
établissements sanitaires sont effectués par les autorités sanitaires centrales, régionales
et de districts. En effet, pour s’assurer que les déchets médicaux soient correctement
gérés à long terme, il est important de superviser régulièrement les pratiques du
personnel. Le suivi et la supervision périodiques par chaque responsable de suivi
permettent une amélioration continue des pratiques ;
- Le développement des outils indispensables pour la collecte, le traitement ou
l’élimination et l’analyse des données qui fournit les bases de données pour fonder un
système d’information fiable au suivi du programme et de gestion de déchets
médicaux. Le système d’informations permet ainsi d’identifier les bonnes pratiques en
vue de partager pour une mise à l’échelle ;
- L’évaluation à mi-parcours et l’évaluation finale au bout de 5 ans de mise en
œuvre de la politique seront effectuées pour mesurer les effets et les impacts
environnementaux de la mise en œuvre.

IV. CADRE DE MISE EN ŒUVRE


4.1. Architecture institutionnelle de mise en œuvre
Le programme de la gestion des déchets médicaux est sous le leadership du Ministère de la
Santé.
La mise en œuvre de la gestion des déchets implique une collaboration multisectorielle entre
autres avec les autres Ministères en particulier le Ministère de l’environnement et le Ministère
de l’intérieure, les institutions de recherche, les établissements spécialisés (les établissements
pharmaceutiques…).
Une relation fonctionnelle entre le service de santé et environnement et les autres
services/directions sera établie en vue de la mise en œuvre de la Politique Nationale de
Gestion des Déchets Médicaux.
4.1.1. Acteurs de la gestion des déchets

Le sous-secteur de la GDBM interpelle plusieurs catégories d’acteurs au premier rang


desquels on note :
1. Ministère de la Santé (MSSPSPG) ;
2. Ministère de l’Environnement (ME) ;
3. Ministère de l’intérieure
4. Structures sanitaires (hôpitaux, centres de santé, poste de santé …..) ;

20
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

5. Communes ;
6. Secteur privé ;
7. ONG ;
8. Partenaires au développement.
Les rôles et responsabilités seront définis dans le Plan de Gestion des Déchets Médicaux.
4.1.2. Mécanismes d’implication et d’incitation des privés19

La question de la collecte des déchets médicaux constitue une préoccupation majeure au


niveau des formations sanitaires publiques et des cabinets privés de santé. Toutefois, les
contraintes portent en général sur la déficience des ressources financières susceptibles de
rémunérer les prestations. Mais si les privés arrivent tant bien que mal à assurer ce service, il
n’est pas évident que cela soit le cas pour les formations publiques. Néanmoins, selon le
principe du « pollueur-payeur » toutes ces structures sanitaires ont la responsabilité et
l’obligation d’assurer une gestion écologiquement durable de leurs déchets, en particuliers les
DM.
La contrainte majeure pour les cabinets privés concerne le traitement des DM. En effet, ces
cabinets relativement modestes et de capacité réduite pourraient difficilement s’offrir des
unités de traitement (incinérateurs). D’ailleurs, l’exiguïté de leur emplacement ne permettrait
pas d’installer de tels équipements, notamment en plein centre urbain.
Le marché de la GDM ne constitue pas un potentiel financier énorme avec une production
nationale journalière de près de 44.8 m3/j de DM. Cependant, pour permettre à ce marché
potentiel d’être attractif au point d’intéresser les sociétés de collecte privées, il faudrait qu’il y
ait des garanties sérieuses de paiement des services qui seront offerts. En effet, si le problème
semble à priori ne pas se poser pour les cabinets privés qui payent en général le service de
collecte, il n’en est pas de même au niveau des formations sanitaires publiques dont les
budgets de fonctionnement connaissent des fortes tensions et font objet de sollicitations
quotidiennes pour régler des urgences d’ordre médical. Mais ce risque pourrait être évité si le
principe d’installer des incinérateurs (modernes et artisanaux) est maintenu dans les
formations publiques, ce qui évite également un service privé payant de collecte et de
transport. Pour ce qui concerne le service du traitement, certains cabinets privés ont manifesté
une certaine « volonté de payer » la prestation.
Si des incinérateurs sont installés dans les formations sanitaires publiques, il est envisageable
de mettre en place un mécanisme de partenariat public-privé pour le traitement des DBM sur
la base des principes suivants :
• Dotation d’incinérateurs aux formations sanitaires publiques ;
• Obligation faite aux formations sanitaires publiques dotées d’incinérateurs de
polariser des cabinets privés (sur une zone de référence à déterminer) et de prendre en
charge les DBM provenant de ces cabinets, selon des modalités de cogestion à
déterminer (grille de répartition des coûts de fonctionnement et d’entretien) ;

19
Adaptée du Plan de gestion des déchets biomédicaux au Tchad, pp 34

21
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

• Incitation des cabinets privés ainsi polarisés à contracter avec des privés un
service de collecte et de transport des DBM vers l’incinérateur de leur zone.
Pour mieux garantir l’implication des privés dans le processus de gestion des DM, il est
nécessaire de prévoir des mesures incitatives, dont la plus essentielle porte sur le
renforcement et l’application de la réglementation basée sur les principes « pollueur- payeur »
et « obligation au producteur de déchets d’assurer leur collecte et leur destruction »,
notamment par l’élaboration d’une réglementation appropriée qui oblige les formations
sanitaires (notamment privées) soit à traiter leurs DM, soit à évacuer ou contracter un service
de collecte des DM vers les incinérateurs placés dans les zones de référence. Un effort
particulier devra être fait au niveau des formations sanitaires publiques et privées pour assurer
le financement de ce service qui serait certainement supportable si les mesures de tri à la
source sont appliquées rigoureusement pour permettre de réduire les volumes de DM, et
partant le coût de la collecte.
4.2. Architecture opérationnelle
Un plan stratégique pluriannuel définira les modalités pratiques pour la mise en œuvre de la
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux. Un plan opérationnel pour la mise en
œuvre sera établi en prenant en compte les orientations stratégiques développées dans la
Politique Nationale de la Gestion des Déchets Médicaux. Au niveau régional et de district, les
activités conformes au plan stratégique national seront intégrées dans leur plan de travail
annuel.
4.2.1. Plan d’Actions National (PAN)

Chaque établissement de soin a l’obligation d’assurer l’élimination sans risques de ses


déchets.
Pour atteindre cet objectif les établissements de soins doivent se doter d’une organisation
interne et d’une solution d’élimination adéquate.
4.2.1.1. Définition et composantes du Plan d’actions

De multiples acteurs interviennent dans cette activité et il est indispensable d’élaborer au sein
de chaque structure de soins un plan de gestion des déchets internes permettant d'assurer la
cohérence et la coordination des actions.
Les déchets de natures différentes doivent suivre des circuits différenciés, en fonction des
risques qu’ils font encourir et donc nécessitant des traitements d’élimination différents.
Le plan de gestion est un document écrit permettant de :
- Engager l’établissement sur une gestion cohérente des déchets
- Coordonner les différents intervenants du circuit : soignants, agents d’appui,
personnel technique chargé de l’élimination, agents de maintenance mais aussi
gestionnaire, direction.
- Définir les règles de gestion, et les procédures : définition des différentes
catégories de déchets, tri, transport, stockage, élimination
- Prévoir les moyens de fonctionnement : contenants, consommable, protection
personnel, carburant incinérateur…

22
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

- Organiser le suivi de la gestion des déchets.


Ce document est proposé par le comité d’hygiène de l’établissement, ou à défaut par un
comité crée à cet effet. Il est validé par la direction de l’établissement.
Le plan de gestion définit le circuit des déchets depuis le lieu de production, service de soin,
jusqu’au lieu de traitement et d’élimination. Il comprend 6 volets :
- La définition des différentes catégories de déchets et leur tri ;
- Le conditionnement ;
- Le transport ;
- Le stockage ;
- L’élimination ;
- L’organisation générale.
Il définit pour chacune de ces étapes :
- Les procédures ;
- Les moyens techniques et le personnel ;
- La formation ;
- Le budget alloué.
4.2.1.2. Plans opérationnels

Un plan d’action global sera élaboré de manière à dégager nettement les interventions et
actions à mettre en œuvre aux niveaux National, Régional et District.
Les plans d’actions du niveau district seront mis en œuvre par les établissements chapeautant
le district.

4.2.2. Solutions d'élimination des déchets

Dans le cadre de l'élaboration de cette Politique Nationale, la réflexion sur les solutions
d'élimination s'est organisée en 2 temps : la définition des objectifs recherchés puis la mise au
point des outils ou documents opérationnels.
4.2.2.1. Définition des objectifs opérationnels

Dans sa troisième orientation stratégique, cette politique regroupe les interventions prioritaires
suivantes :
• Fournir des solutions à tous les établissements ;
• Identifier la technologie adaptée à chaque taille d’établissement ;
• Encourager les regroupements sur des installations performantes pour 8% des
formations sanitaires publiques (soit 7 Centres Hospitaliers sur 90 formations
sanitaires publiques) ;
• Livrer des installations dans le cadre d’une approche intégrée de gestion des
déchets incluant les médicaments périmés ;
• Définir la place de l’incinération dans les solutions d’élimination.

23
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

4.2.2.2. Documents opérationnels à élaborer

3 types de documents opérationnels ont été élaborés :


• La grille d'élimination qui précise les solutions préconisées pour chaque
catégorie d'établissements de soins et pour chaque catégorie de déchets y compris les
médicaments et produits pharmaceutiques périmés,
• Les plans d'équipements des différentes catégories d'établissements (au
nombre de 5) qui dans le cadre de la démarche intégrée retenue associent :
 La mise en place des solutions d'élimination,
 L'achat des contenants, consommables et la mise en place du plan de
gestion ;
 La formation ;
 La supervision et le suivi.
• Les consignes pour les déchets spécifiques.

Un guide de destruction des médicaments périmés ou avariés a été élaboré et validé. Ainsi,
toute destruction de médicaments doit respecter les procédures édictées sous le contrôle de
l’ANAMEV.

A. Grille d’élimination

En fonction à la fois du type d’établissement concerné et du volume de déchets produits, une


grille d’élimination a été élaborée. Elle s’appuiera sur une échelle de production de déchets
infectieux exprimée en litres et en kilos par semaine.

Cette échelle résultera de l’étude quantitative et qualitative qui sera réalisée ultérieurement
auprès d’un certain nombre d’établissements pour lesquels les volumes de déchets produits
seront observés par services puis globalisés par établissement et par semaine.

B. Plans d’équipement des Structures de Soins

B1 : Plan d'équipement des CS en solutions d’élimination


Les principes retenus sont les suivants :
- Avoir accès à un incinérateur performant au niveau de chaque district
- Privilégier le regroupement :
 Pour les PS vers les CS
 Pour les CS urbains (CMU) vers CHRI ou CHN
- Ailleurs, retenir une technologie adaptée selon les volumes produits :
incinérateur à chambre simple ou fosse sécurisée ou une manière plus exceptionnelle
de brûlage pour des petites structures éloignées disposant d'une nappe phréatique très
superficielle.

B2. Plan d’équipement des HP en incinérateurs de Montfort


La première application de la grille d'amélioration concernera l'équipement des HP. Le plan
d'équipement des HP adoptera les principes définis dans le cadre de l'élaboration de la
Politique Nationale à savoir :

24
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

• Normalisation des équipements pour l’ensemble des HP : le choix est porté


sur l'incinérateur De Montfort,
• Approche intégrée pour l’amélioration du traitement des déchets : conception
et choix des matériaux, protocole de construction, engagement des établissements et
sensibilisation des personnels, suivi et évaluation,
• Mise en œuvre d'un plan d'équipement qui intègre les phases préparatoires de
production de briques et granulats réfractaires, de construction de prototypes et de
réalisation d'essais, de formation des entreprises et des superviseurs,
Les principes retenus pour les HP peuvent être étendus à l'essentiel des CS. Il conviendra
cependant d'apprécier si les CS présentant une très faible activité ne doivent pas plutôt être
équipés d'incinérateurs à chambre simple.
La figure ci-dessous présente les 11 conditions de succès retenus pour la mise en œuvre du
plan d'équipement.

Construction
4
Formation-Action
5
Consensus sur le Engagement de
des constructeurs lieu d'implantation
Conception l’Établissement
6
1 Mise en place d'une
Utilisation de matériaux supervision effective 7
Engagement de la
réfractaires Direction de l'Hôpital

8
2
Conception en poste Sensibilisation des
de travail fermé personnels et formations
Mise en place d’un
incinérateur De
3 Montfort 9
Mise en place d'une Mise en place du plan de
phase de tests gestion des déchets

10

Activation des Comités d'


11 Hygiène et de Maintenance
Suivi et évaluation

du Plan d‘ Equipement

Suivi-évaluation

Figure n°01 : Étapes de mise en place d’un incinérateur de type Montfort

B3. Plan d’équipement des CHRI


Le plan d'équipement des Centres Hospitaliers Régionaux de Référence Insulaire reprend
pour l'essentiel les caractéristiques du plan d'équipement des HP avec la mise en place
d'incinérateurs De Montfort ou à double chambres dotés de brûleurs à gas-oil, dont la capacité
sera définie par l’étude quantitative et qualitative susmentionnée.
25
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

Cependant, les plus grands établissements en particulier l’Hôpital de l’Amitié Sino-


Comorienne de Bambao Mtsanga seront préférentiellement équipés d'incinérateurs à double
chambre dotés de brûleurs à gas-oil. Leur efficacité est en effet très supérieure, et apporte
ainsi de meilleures garanties en sites urbains.

B4. Plan d'équipement des CHU d’El-Maarouf


La solution préconisée pour les plus grands établissements est celle de l'incinérateur à double
chambre. Un plan d’équipement sera élaboré afin d’assurer la cohérence du choix des
installations et faciliter la maintenance.
Pour répondre à la spécificité de l’agglomération de Moroni, il est indispensable de trouver
une solution pour l’élimination des déchets. Pour ce faire, trois scénarii peuvent être envisagés
pour traiter un gisement de 3500Kg/semaine de déchets infectieux :
- Scénario 1 : solutions autonomes (mise aux normes des installations de
chaque établissement et regroupement des petits producteurs),
- Scénario 2 : regroupement autour de quelques sites hospitaliers
- Scénario 3 : création d’une unité centrale sur un site vierge et délégation de
la gestion.
Les choix entre les scénarios seront axés essentiellement sur les critères suivants :
• Maîtrise des risques sanitaires
• Impacts environnementaux
• Gestion des transports
• Faisabilité et délais de montage des opérations
• Critères économiques (investissements, exploitation, financements
extérieurs…)
Les types d'équipements n'étant pas prédéfinis, des solutions alternatives à l'incinération ou
combinées seront examinées.

C. Consignes pour les Déchets Spécifiques


Les établissements de soins génèrent d’autres déchets que les trois catégories classiquement
identifiées (déchets infectieux, piquants/tranchants, assimilables aux ordures ménagères).
Ces déchets (chimiques, toxiques, liquides, radioactives, …) doivent être l’objet d’un
inventaire dans les établissements de soins et faire l’objet d’une étude complémentaire.
Cette politique nationale apporte deux types de réponse par rapport à cette problématique :
1. Fournit des conduites à tenir à court terme à chaque responsable
d’établissement ;
2. Encourage la collaboration avec les autres partenaires institutionnels pour
réfléchir à des solutions durables à long terme.

D. Guide de destruction des médicaments périmés ou avariés

Le Guide a retenu l’incinération comme méthode de destruction des médicaments périmés ou


avariés. Un protocole d’incinération a défini les étapes et les outils à respecter lors d’une

26
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

incinération. Les conditions d’éligibilité des sites y sont également définies : toute structure
de santé disposant des équipements réglementaires de destruction de déchets peut procéder à
la destruction des médicaments périmés ou avariés.
4.2.3. Approches de traitement provisoire et situations d’urgence20

Dans les contextes à faible ressources ou en situation d’urgence, le pays devra s’appuyer sur
des méthodes de transition intermédiaires tout en considérant comment appliquer
progressivement des techniques qui minimisent les risques pour la santé humaine et
l’environnement et respectant les réglementations internationales.
Les petits incinérateurs de déchets médicaux tels que les incinérateurs à chambre unique, à
tambours et à briques sont conçus pour répondre à un besoin de protection de la santé
publique, quand les ressources pour mettre en œuvre et maintenir des technologies plus
sophistiquées manquent. Cela implique un compromis entre les impacts environnementaux de
la combustion contrôlée avec un besoin primordial de protéger la santé publique si la seule
alternative est la décharge non contrôlée. Ces circonstances existent dans de nombreuses
situations de pays en développement et l’incinération à petite échelle peut constituer une
réponse transitoire à une exigence immédiate (OMS, 2004)21, Il faudrait autant que possible
éviter la combustion des plastiques en PVC et d’autres déchets chlorés afin d’empêcher la
production de dioxines et de furanes.
La combustion des déchets médicaux dans une fosse est moins souhaitable, mais si elle
constitue véritablement la seule option réaliste en cas d’urgence, ou si elle est choisie comme
une solution intérimaire dans le cas où aucune autre solution n’est en place, elle devrait être
entreprise dans une zone confinée. Les déchets doivent être brûlés dans une fosse-réservoir,
puis les revêtir d’une couche de terre (OMS, 2014)22.
4.3. Gestion des risques environnementaux
4.3.1. Impacts des déchets biomédicaux sur la santé publique

Les déchets liés aux soins de santé constituent un réservoir de micro-organismes


potentiellement dangereux susceptibles d’infecter les malades hospitalisés, les agents de santé
et le grand public. Les autres risques infectieux potentiels sont notamment la propagation à
l’extérieur de micro-organismes parfois résistants, présents dans les établissements de soins
(phénomène encore mal étudié à ce jour).
La gestion des DBM, notamment, la manipulation inappropriée des matériels (surtout ceux
souillés par le sang contaminés VIH/SIDA, Hépatites…) fait peser de graves menaces sur la
santé de plusieurs catégories d’acteurs. La manipulation de ces déchets constitue un facteur
d’aggravation du risque environnemental et sanitaire.

20
OMS (2017), La gestion sécurisée des déchets médicaux (Déchets d’activités de soins) – Résumé. Genève :
Organisation mondiale de la Santé ; 2017 (WHO/FWC/WSH/17.05). Licence : CC BY‑NC‑SA 3.0 IGO. Pp 14
21
Organisation mondiale de la Santé (OMS), « Gestion des déchets d’activité de soins », Aide-mémoire N° 281,
octobre 2004.
22

27
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

4.3.2. Personnes exposées

Les problèmes posés par une mauvaise gestion des DM revêtent une grande acuité. Les
principales personnes exposées dans le processus de gestion des DM sont : (i) les patients et
les professionnels de la santé (personnel médical et cadres de santé ) se trouvant dans les
établissements de soins ; (ii) , les agents d’entretien, les préposés à l’incinération, etc.; (iii) les
agents des sociétés privées chargés de la collecte, du transport et de la mise en décharge des
déchets provenant des structures sanitaires, mais aussi des ordures ménagères mélangées aux
DM; (iv) les récupérateurs informels qui pratiquent la fouille des ordures (notamment les
enfants) et (v) les populations qui utilisent des objets hospitaliers récupérés pour des usages
domestiques.
4.3.3. Risques

Les risques liés à une mauvaise gestion des déchets issus des soins de santé portent
globalement sur :
• Des blessures accidentelles : risques d’accident pour le personnel de santé ; les enfants
qui jouent (ou qui font leurs besoins) sur les décharges d’ordure ainsi que les récupérateurs
non avisés ;
• Des intoxications aiguës, des infections nosocomiales et des nuisances pour le
personnel de santé et de collecte (odeurs, exposition par manque d’équipements de protection,
absence de suivi médical, etc.).
Pour ce qui concerne les infections, les catégories suivantes sont identifiées :
• Les maladies virales telles que le HIV/SIDA, l’Hépatite Virale B (HVB) et l’Hépatite
Virale A sont principalement exposés à ces pathologies le personnel de santé, les
accompagnants, le personnel d’entretien et les populations riveraines des décharges (enfants,
récupérateurs, etc.) ;
• Les maladies microbiennes ou bactériennes, telles que la tuberculose, les
streptocoques, la fièvre typhoïde, etc. ;
• Les maladies parasitaires, (issues des selles provenant des centres de santé et rejetées
dans les dépotoirs publics situés près des habitations) telles que la dysenterie, les ascaris, etc.
• Les infections nosocomiales ;
• La contamination de la chaîne alimentaire : les animaux domestiques en quête de
nourriture au niveau des décharges publiques ou sauvages peuvent ingérer ces types de
déchets, ce qui peut entraîner une propagation potentielle de maladies et de contaminants
chimiques à travers la chaîne alimentaire.
4.3.4. Aspects sociaux de la gestion des DM

Il convient de souligner que les populations montrent une grande sensibilité face à certains
types de déchets, notamment anatomiques (amputations, placentas, etc.). Elles sont le plus
souvent très exigeantes quant aux modalités de leur élimination. Il serait inacceptable de
rejeter ces types de déchets dans les décharges. En général, ces déchets sont remis aux
patients ou aux membres de la famille. On pourrait envisager d’aménager des fosses septiques

28
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

dans lesquelles ces types de déchets sont rejetés. Mais, il est impératif que toute décision
allant dans ce sens soit soumise à l’approbation des personnes concernées ou de leurs
familles. De ce point de vue, les croyances socioculturelles et religieuses devront être
véritablement prises en compte dans le plan de gestion des DBM afin de garantir le respect
des représentations et des coutumes des populations concernées.
4.3.5. Gestion des risques

Des actions en faveur de la gestion des risques environnementaux et sociaux seront


développées dans le plan dans le dessein d’atténuer les impacts négatifs.
4.4. Plan de suivi et évaluation

Des plans de suivi et de supervision seront développés et mis en œuvre de façon effective,
efficace et efficiente. Une analyse situationnelle approfondie sera effectuée afin de déterminer
les indicateurs d’impacts sanitaires et environnementaux liés à la gestion des déchets
médicaux. La bonne organisation technique et structurelle avec une appropriation effective de
la gestion des déchets de soins médicaux sont garants de la pérennisation.

CONCLUSION
Actuellement, les efforts menés par le Gouvernement de l’Union de Comores pour améliorer
la santé de la population sont axés principalement sur les activités curatives. Bon nombre
d’activités promotionnelles de santé ne sont pas considérées comme prioritaires. Cette
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux et des médicaments périmés/ou avariés
détermine l’ensemble des orientations à donner à la gestion des déchets ainsi que les principes
qui doivent être respectés pour sa mise en œuvre. Elle peut être évolutive selon les
expériences et les nouvelles technologies notamment les déchets gazeux.
La Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux et des médicaments périmés/ou
avariés répond aux besoins nationaux de s’adapter et de contribuer à la réduction des risques
liés aux mauvaises gestions des déchets en milieu hospitalier ainsi que des émissions des gaz
à effet de serre.
Elle répond également aux exigences des différentes Conventions Cadres des Nations-Unies
sur la gestion des déchets dangereux, chimiques et radioactifs.
La Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux et des médicaments périmés/ou
avariés est basée sur une dynamique qui évoluera avec le contexte national et international.
Son développement, sa mise en œuvre et sa réussite requièrent l’implication effective et
l’engagement de toutes les parties prenantes et de tous les partenaires. Le Ministère de la
Santé jouera le rôle d’interface et de catalyseur du système.
La Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux et des médicaments périmés/ou
avariés sera traduite en termes de programme ou de plan d’action national dont la mise en
œuvre sera assurée en partenariat avec les différents acteurs entre autres, le secteur public, le
secteur privé, la société civile, les Organisations Non Gouvernementales, les communautés
locales, etc.

29
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

La coordination de cette mise en œuvre sera assurée par le Ministère de la Santé.


La politique sera suivie d’un plan stratégique et d’action nationale sur la gestion des déchets
médicaux et des médicaments périmés/ou avariés qui, ensemble, constituent le cadre de
référence pour toute action à entreprendre dans le domaine de la gestion des déchets médicaux
et des médicaments périmés/ou avariés.

30
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

PLATEFORME, COMITES TECHNIQUES ET RESPONSABILITES


Plateforme Gestion des Déchets :

Noms et prénoms Entités Fonctions


Mme Moinourou Ahmed Said Ministère de la Santé Ancien SG
Mr Mohamed Maarouf UNICEF Administrateur EHA
Mr Ali M’madi CHN El-Maarouf DG
Dr Abdoulatuf Hadjira CHN El-Maarouf Chirurgien-Dentiste
Dr Khaled Bessaoud PASCO Médecin - Coordonnateur
Mr Grivet Clément PASCO Chargé des Travaux.
Dr Ramzi Benbaba CRF Projet Santé
Dr Nouroulhouda Youssouf CNPEV Coordonnatrice
Mme Mohamed Naida Chargée Mission Env.
Ministère de l’Environnement
Mr Elamine Youssouf Mbechezi DG Environnement
Mr Mahamoud Abdallah CHN El-Maarouf Chargé de Communication
Mr Naili Bourhane Aboudou R. DLS Expert Suivi et Évaluation
Dr Ahamada Msa Mliva OMS MPN
Dr Halidi Mvoulana IGS Inspecteur Général
Mme Kamaria Ahamada DESPP Directrice

État des lieux et feuille de route :

Intervenants Intitulés des tâches


Dr Abdulatuf Hadjira & Mr Compilation et traitement des données et
Mahamoud Abdallah informations du CHN El-Maarouf
Protocole de gestion des DBM et de restauration
Dr Ramzi Ben Mbaba des incinérateurs Montfort
Compilations des données et informations sur les
Mme Mraati Khalidi structures sanitaires restantes
Mme Naïda Mohamed Stratégie de communication budgétisée
Choix des incinérateurs des Centres Hospitaliers
Mr Clément Grivot de référence
Mr Maarouf Mohamed Quantification des équipements et matériels
Mr Mahamoud Comptes-rendus à la Secrétaire Générale
Budgétisation des formations des agents sur la
GDBM et la communication
Mr Naili Bourhane A. R. Quantification production de déchets
Budgétisation du reste de la stratégie
Consolidation des différents apports du Comités
Mme Mraati, Mme Naïda, Mr Besoins d’incinérateurs (construction et
Maarouf, Mr Naili, Mr Clément restauration)

31
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

Comité technique de validation


Nom et Prénom Fonction/Institution
Mme Maissara Adam Mondoha SG Ministère de la santé
Dr Ahmed Abdallah PFN Ministère de la santé
Mme CHadhouliati Abdou Chakour Directrice Nationale Eau et Assainissement
Abdoul-Latuf Abdallah ANACEP, consultant CGES
Zainabou Maanfou Mohamed Assistante de la Fédération des Club Anti Sida
Faidi Mohamed Président de la Fédération des Club Anti Sida
Abdillah Mohamed Chef de service Tutelle H.B (DESPP)
Nassur Humblot Mob.com RNAP
Bacar Chipenda Mohamed DESPP
Farid DHoihir Inspecteur de Santé (IGS)
Mr Mohamed Maecha Chargé du contrôle qualité de l’eau (MAMWE)
Dr Soulaimana Youssouf Directeur de lutte contre le SIDA
Dr Karima Abderemane Directrice de la Promotion de la Santé
Mme Mbayé Mohamed Faizna Assistant SG
Mr Ahmed Said Ali Chargé de la santé communautaire à la Direction de la
Promotion de la Santé
Dr Chamsoudine Mohamed Directeur de Lutte contre la Maladie
Dr Abdoulwahab Mohamed Toihir ANACM/Météo
Mme Mouigni Maltoufa Responsable qualité gestion des risques en santé
Mr Misbahou Mohamed Responsable des Achats /DLS
Mr Mouhoudhoir Boura Directeur DREF/Anjouan
Dr Mohamed Salim Ben Said Hafi Responsable de la planification DRSA
Mr Oussoufa Abdou El Madjid Juriste
Mr Omar Kari Responsable des stratégies pharmaceutiques
(ANAMEV)
Dr Malika Djamadar Directeur Technique vente et marketing
OCOPHARMA
Dr Kamal Abdoulwahab Directeur Technique Production OCOPHARMA
Mr Ahmed Youssouf DESPP
Mr Papa Assane DDH chargé de la protection des enfants
Mr Mohamed Ibrahim Abdallah Directeur Général Adjoint ANACEP
Mr Ben Chourafain Abdillahi Attaché de Presse Ministère de la santé
Mr Said Magaga Journaliste ORTC
Dr Saindou Ben Ali Responsable de la surveillance épidémiologique
Mme Kamaria Hassane CRCO
Mr Naili Bourhane A.R Expert Suivi Evaluation DLS

32
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
MSSCSPG (2014), Politique Nationale de la Santé 2015-2024, Moroni,
MSSCSPG (2014), Plan National de Développement Sanitaire 2015-2019, Moroni,
MSP (2005), Politique Nationale de Gestion de Déchets Médicaux et Sécurité des Injections à
Madagascar, Antananarivo, 60p
MSP (2017), Politique Nationale de Gestion de Déchets Médicaux et Sécurité des Injections à
Madagascar, Edition 2017, Antananarivo, 32p
MS (2014), Plan de gestion des déchets biomédicaux au Tchad 2014-2018, Ndjamena, 58p
(url :
http://documents.banquemondiale.org/curated/fr/297701468015565144/text/E45460P148052
000Box385202B00PUBLIC0.txt)
OMS et SCB (2005), Préparation des plans nationaux de gestion des déchets de soins
médicaux en Afrique subsaharienne : manuel d'aide à la décision, Guide d’élaboration,
Genève,
OMS (2017), La gestion sécurisée des déchets médicaux (Déchets d’activités de soins) –
Résumé. Genève : Organisation mondiale de la Santé ; 2017 (WHO/FWC/WSH/17.05).
Licence : CC BY‑NC‑SA 3.0 IGO.
PNUE (2013), Directives pour établir des stratégies nationales de gestion des déchets :
Passer des Défs aux Opportunités, Nairobi 112p, ISBN : 978-92-807-3357-0 DTI/1746/JA
Saizonou, J. & al. (2014). Évaluation de la qualité de la gestion des déchets biomédicaux
solides dans la zone sanitaire Klouekanme-Toviklin-Lalo au Bénin. Journal International de
Santé au Travail 2014 ; 1 :1-11. https://scholar.google.com.
Conventions internationales :
- La convention de Bâle du 22 mars 1989, sous le contrôle des mouvements
transfrontalier des déchets dangereux et de leur élimination ;
- La convention de Bamako de 1991, sur l’interdiction d’importer des déchets
dangereux et sur le contrôle des mouvements transfrontalier en Afrique ;
- La convention de Stockholm du 22 mai 2001 sur les polluants organiques
persistants ;

Textes de loi :

• Loi n° 94-018 du 22juin 1994 portant loi cadre relative à l’environnement


• Loi n°11-001 du 26 mars 2011 portant code de la santé publique des Comores

33
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

• Décret n°11-147 portant promulgation de la loi n°11-005 relative à la décentralisation


à l’Union des Comores.
• Décret n°11-141/PR du 14 juillet 2011 portant promulgation de la loi n°11-001 du 26
mars 2011 portant code de la santé publique des Comores

34
Politique Nationale de Gestion des Déchets Médicaux Septembre 2018

ANNEXES

35