Vous êtes sur la page 1sur 105

CENTRE DES CLASSES PRÉPARATOIRES

LYDEX-Benguerir/Maroc

COURS DE PHYSIQUE

PCSI/MPSI/TSI

ÉLECTROMAGNÉTISME

SAID EL FILALI
PCSI-LYDEX

20 juin 2018 Page -2- elfilalisaid@yahoo.fr


Cinquième partie

ÉLECTROMAGNÉTISME

3
TABLE DES MATIÈRES

V ÉLECTROMAGNÉTISME 3

1 ÉLECTROSTATIQUE DANS LE VIDE 9


1.1 CHAMP ÉLECTROSTATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.1.1 Notions générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.1.2 Répartition de charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.1.3 Complément mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.1.4 Loi de Coulomb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.1.5 Le Champ électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.1.5.1 Champ électrostatique crée par une charge ponctuelle . . . . 15
1.1.5.2 Champ électrostatique crée par un ensemble de charges ponctuelles 17
1.1.5.3 Champ électrostatique crée par une distribution continue de charges 19
1.1.6 Lignes de champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1.2 LE POTENTIEL ELECTROSTATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1.2.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1.2.2 Cas d’une charge ponctuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
1.2.3 Relation locale entre le potentiel et le champ . . . . . . . . . . . . . . 30
1.2.3.1 L’opérateur gradient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
1.2.3.2 L’expression du gradient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
1.2.3.3 Relation entre le champ et le potentiel . . . . . . . . . . . . . 32
1.2.3.4 Surfaces équipotentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
1.2.4 Potentiel crée par une distribution de charges . . . . . . . . . . . . . . 32
1.3 ÉNERGIE POTENTIELLE D’INTERACTION ÉLECTROSTATIQUE . . . . . . . 33
1.3.1 Énergie potentielle d’une charge placée dans un champs électrostatique 33
1.3.2 Énergie potentielle d’interaction entre deux charges ponctuelles . . . 34
1.4 SYMÉTRIE ET INVARIANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
1.4.1 Symétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
1.4.2 Invariance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
1.5 THÉORÈME DE GAUSS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
1.5.1 Flux du champ électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
1.5.2 Énoncé du théorème de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
1.6 APPLICATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
1.6.1 Fil infini chargé uniformément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

5
PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

1.6.2 Cylindre infini chargé uniformément en surface . . . . . . . . . . . . . 39


1.6.3 Cylindre infini chargé uniformément en volume . . . . . . . . . . . . . 41
1.6.4 Sphère uniformément chargée en volume . . . . . . . . . . . . . . . . 43
1.6.5 Sphère uniformément chargée en surface . . . . . . . . . . . . . . . . 44
1.6.6 Plan infini uniformément chargée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
1.7 Analogie électromécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
1.7.1 Analogie Electrique/mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
1.7.2 Théorème de Gauss en mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
1.7.3 Application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
1.8 LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
1.8.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
1.8.2 Le potentiel électrostatique crée par un dipôle dans le cadre de l’approximation dipol
1.8.2.1 Le potentiel électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
1.8.2.2 Surfaces équipotentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
1.8.3 Le champ électrostatique crée par un dipôle dans le cadre de l’approximation dipolair
1.8.3.1 L’expression du champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
1.8.3.2 Les lignes de champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
1.8.4 Aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
1.8.4.1 Actions subies par un dipole électrostatique rigide . . . . . . 60
1.8.4.2 l’énergie potentielle d’un dipole électrostatique rigide . . . . 60
1.9 LE CONDENSATEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
1.9.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
1.9.2 Le condensateur plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
1.9.3 Application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
1.9.3.1 Condensateur plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
1.9.3.2 Condensateur cylindrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

2 MAGNÉTOSTATIQUE 69
2.1 Champ et potentiel magnétostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
2.1.1 Distribution de courant électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
2.1.1.1 Vecteur densité de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
2.1.1.2 Équation locale de la conservation de la charge . . . . . . . . 72
2.1.1.3 Formulation locale de la loi d’Ohm . . . . . . . . . . . . . . . . 73
2.1.2 Champ magnétostatique : loi de Biot et Savart . . . . . . . . . . . . . . 74
2.1.3 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2.1.3.1 Segment traversé par un courant . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2.1.3.2 Champ magnétique sur l’axe d’une spire circulaire . . . . . . 76
2.1.3.3 Champ magnétique à l’intérieur d’un solénoïde . . . . . . . . 77
2.1.4 Propriétés du champ magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
2.1.4.1 Conservation du flux du champ magnétique . . . . . . . . . . 79
2.1.4.2 Théorème d’Ampere . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
2.1.5 Autres Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
2.1.5.1 Champ magnétique d’un fil infini traversé par un courant I . . 80
2.1.5.2 Solénoïde infini traversé par un courant I . . . . . . . . . . . . 80
2.1.5.3 Cylindre infini traversé par un courant I . . . . . . . . . . . . 82
2.1.5.4 Ruban infini traversé par un courant surfacique . . . . . . . . 82
2.1.5.5 Nappe infinie traversé par un courant surfacique . . . . . . . 83

20 juin 2018 Page -6- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

2.1.5.6 Bobines de Helmholtz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85


2.1.6 Relation de passage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
2.1.6.1 La composante normale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
2.1.6.2 La composante tangentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
2.1.7 Potentiel vecteur. Forme locale du théorème d’Ampere . . . . . . . . 89
2.1.7.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
2.1.7.2 Forme locale du théorème d’Ampere . . . . . . . . . . . . . . . 91
2.1.8 Équation de Poisson de la magnétostatique . . . . . . . . . . . . . . . 92
2.1.9 Applications (énoncé voir TD) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
2.2 Dipôle magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
2.2.1 Définition. Moment magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
2.2.2 L’expression du potentiel vecteur dans l’approximation dipolaire . . . 98
2.2.3 Le champ magnétique dans l’approximation dipolaire . . . . . . . . . 99
2.2.4 Actions d’un champ magnétique sur un dipôle . . . . . . . . . . . . . . 101
2.2.4.1 Résultante des forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
2.2.4.2 Le moment résultant des forces de Laplace . . . . . . . . . . . 101
2.2.4.3 Énergie potentielle d’interaction d’un dipôle rigide placé dans un champ ex
2.2.4.4 Actions subies par un dipôle magnétique dans un champ extérieur103
2.2.4.5 Comparaison entre les dipoles électrostatique et magnétique 103
2.3 Le champ magnétique terrestre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

20 juin 2018 Page -7- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

20 juin 2018 Page -8- elfilalisaid@yahoo.fr


CHAPITRE 1

ÉLECTROSTATIQUE DANS LE VIDE

On s’interesse aux propriétés physiques des charges immobiles dans un référentiel R


supposé galiléen, placées dans le vide.

1.1 CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

1.1.1 Notions générales


◮ On classe les corps en deux catégories :
Conducteurs : présentent des électrons (de valence) libres qui peuvent se déplacer
• ✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿
d’un atome à un autre.
Exemple
les métaux, les éléctrolytes, · · ·

• Isolants
✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿
: corps dépourvu d’électrons libres ( les électrons de valence sont liés).

Exemple
le bois, le verre, le papier, le plastique · · ·

◮ L’électron est une particule «élementaire» de charge q = −e=-1.6 × 10−19 coulomb

◮ Toute charge q est un multiple entier de la charge de l’électron : On dit que la


charge est quantifiée |q| = Ne
◮ La charge est une grandeur extensive , ne dépend pas du référentiel, pour un
système isolé, la charge est conservée.
◮ Une charge élémentaire dq occupant dans l’espace un volume élémentaire dτ sera
considérée comme ponctuelle si les dimensions de dτ sont très négligeables devant une
distance caractéristique du système, autrement dit le point P où se situe la charge dq est
vu du point M situé à grande distance.((dτ)1/3 ≪ PM )

PM = r b
M
P(dτ, dq)

9
PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

√3
dq ponctuelle =⇒ dτ ≪ r

1.1.2 Répartition de charge

Soit q une charge occupant un volume (V) :

P(dτ, dq)

(V, q)

Soit dq une charge élémentaire occupant le volume dτ centré en P


Définition
Densité volumique de charge
On appelle densité volumique de charge exprimé en (C m−3 )la grandeur
$
dq(P)
ρ(P) = =⇒ q = ρ(P)dτ
dτ(P) V

Exemples
◮ Sphère de rayon R chargée uniformément en volume (ρ = cte)

4
dq = ρdτ =⇒ q = ρπR3
3

◮ cylindre de rayon R et de hauteur h chargée uniformément en volume (ρ = cte)

dq = ρdτ =⇒ q = ρπR2 h

◮ Cube d’arrête a chargée uniformément en volume (ρ = cte)

dq = ρdτ =⇒ q = ρa3

Lorsque une dimension est très négligeable devant les deux autres, on définit la densité

surfacique de charge (σ)


Définition
Densité surfacique de charge
On appelle densité surfacique de charge exprimé en (C m−2 )la grandeur
"
dq(P)
σ(P) = =⇒ q = σ(P)dS
dS (P) Σ

20 juin 2018 Page -10- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

Exemples
◮ Sphère de rayon R chargée uniformément en surface (σ = cte)

dq = σdS =⇒ q = 4πσR2

◮ cylindre de rayon R et de hauteur h chargée uniformément en en surface laté-


rale (σ = cte)
dq = σdS =⇒ q = 2σπRh

◮ Disque de rayon R chargé uniformément

dq = σdS =⇒ q = σπR2
Si

deux dimensions sont négligeables devant la troisième alors on définit la densité linéique
Définition
Densité linéique de charge
On appelle densité linéique de charge exprimé en (C m−1 )la grandeur
Z
dq(P)
λ(P) = =⇒ q = λ(P)dℓ
dℓ(P) Γ

Exemple
◮ segment AB de longueur ℓ

dq = λdℓ =⇒ q = λℓ

Remarque
Pour une distribution discrète de charge différentes ; Avec qi la charge d’une
espèce et Ni son nombre, occupant un volume V
b b
b b
b b
b b
b b b b
b
b
b
b b
b b b b b
b b b b
b b b b
bb b b b
b b b b b b b b
b b b
b b b b b b
b b b bb b b b b
b b b b b b b b
b b b b b bb b b b
b b b b

+ b + b + +b bb ++++b b
b
+++++ b + b b++ +b b +b +b b b b
b b b b b
b b b b
b b
b + b b +b + b +b b b b b + ++ b b bb b
b b

b b b b
b b + b +b b +b +b b + + b
b
b bb b bb
b
+b b b b ++b b b
bb
b +b b
++ + +b b + b + b b ++ + b + + +b+++b + +b b +b b + b
b b b b b
b
b b b
b b
b + + bb b b
+ + b b

+ + b +b b b ++ b b + b+ b+ b b + b ++b + ++ +b +b b b b b b b
b b b

b
b
b b
+ b
+ + + + + b +
++
b b
b b
+ b
b b b b
b b
b b b b
++b b b + b b
b b b
b b
b
b b
b
b b +++b +b + + b b b b + b
b
b b
b b+
b +
+ b +b b b b b
b b + + + b
+ + +
+++b b b + +b + b +b ++ + + +b ++b b + b
b b bb b b b b b b

Mi (qi )
b b b
b
b
+ + bb + b
+b b b +b++b ++
b
b
b+ b
+b b b b ++ ++b b +++
b

b+b+
+
b
+b b + + ++b b
b +
++ +b b b b b b b
b b + + b b
b
++ b + + + b

+b b + + + b + bb b
b
+ b
+ b + b+
b
+ + b b +++b +b b b b b + +
b b b b b
b b
bb
b+ + b b +
+ b b +b + ++ b b b b b
+
b b

+ +b +b + b
b
+
+ + b b
b b b+ b b
b
b
b b
+b ++ b +b b + + ++ + b + b +b +b ++
b + + b
+ b + ++ b b
b b b b

b + b
b
+
b + + ++ bb b + + b bb
+ b bb b b +b b +b +++ + b b
b
b + + +b b
b b b b
b b
b b
+ ++b b b ++b+ +b b b b bb b bb
b b b b b b
b
b++ + bb +
b+b
b + b b
b
b
bb
b
b + +
b
b
++ +
b
b
b
b
b b b b b b b b ++ + b
b b
b b+
+++ ++b +b + +b + b b+ b b b +b +b ++b b b b b +
b b b
b b

bb b b
b b
b b
+ b b b
b b
b
b b b b bb
b b b
b b b b b b b
b bb b b b b b
b b b b b
b b b b bb
b b b b
b b b b b
b b b b b b
b b b b b b
b b b b b
b b b b b

Soit q la charge totale du système, donc :

X
n
q X ∗
n
q= qi Ni =⇒ ρ = = n qi
i=1
V i=1 i

20 juin 2018 Page -11- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

Avec n∗ la densité particulaire , qui représente le nombre de particules par unité de


volume
N
n∗ =
V

1.1.3 Complément mathématique


On rappelle que :
◮ Vecteur position et déplacement élémentaire :

−−→ −−−−→
OM dOM

Coordonnées cartésiennes x→

ex + y →

ey + z →

ez dx →

ex + dy →

ey + dz →

ez

Coordonnées Cylindriques r→

er + z →

ez r→

er + rdθ →

eθ + dz →

ez

Coordonnées sphériques r→

er dr →

er + rdθ →

eθ + r sin θdϕ →

◮ Surface élémentaire :
−a et →
Soit →

b deux vecteurs :


− S
b


−a



la surface S délimitée par le parallélogramme formé par →
−a et b est

−a ∧ →
S =k →

b k

On oriente la surface S par un vecteur unitaire →


−n défini par

−a ∧ →
→ −
b

−n =
−a ∧ →
k→

b k

Il en résulte que

− −n =⇒ →
− → →−
S = S→ S = −a ∧ b

• Surface élémentaire en coordonnées cartésiennes :

20 juin 2018 Page -12- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

−→ −→
- dS z = dx →

ex ∧ dy →

ey =⇒ dS z = dxdy →

ez
−→ −→
- dS y = dz →

ez ∧ dx →

ex =⇒ dS y = dxdz →

ey
−→ −→
- dS x = dy →

ey ∧ dz →

ez =⇒ dS x = dydz →

ex
• Surface élémentaire en coordonnées cylindriques :
Le cylindre présente deux surfaces de bases (A et B)et une surface latérale

−→
-Surface de base :dS base = ±rdrdθ →

ez
−→ −→
-Surface latérale : dS L = rdθ →

eθ ∧ dz →

ez =⇒ dS L = rdθdz →

er
• Surface élémentaire en coordonnées sphériques :

Pour une sphère r = cte donc


−→ −→
dS = rdθ →

eθ ∧ r sin θdϕ →

eϕ =⇒ dS = r2 sin θdθdϕ →

er

Remarque
Pour les surfaces fermées (en 3D : délimitant un volume) on oriente toujours la
normale →−n vers l’extérieur

◮ On rappelle que la surface :


• de base d’un cylindre de rayon R est S B = πR2
• latérale d’un cylindre de rayon R et de hauteur h est S L = 2πRh
• d’une sphère de rayon R est S = 4πR2
◮ Volume élémentaire :
On rappelle que le volume délimité par trois vecteurs vaut

−a ∧ →
V = (→
− →
b ).−c

20 juin 2018 Page -13- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

• volume élémentaire en coordonnées cartésiennes :

dτ = dxdydz

• volume élémentaire en coordonnées cylindriques :

dτ = rdrdθdz =⇒ V(cylindre) = πR2 h

• volume élémentaire en coordonnées sphériques :

4
dτ = r2 sin θdrdθdϕ =⇒ V(sphère) = πR3
3

1.1.4 Loi de Coulomb


Soit deux charges ponctuelles placées dans le vide q1 au point P et q2 au point M
distant de r.


−u •M(q2 )


P(q1 )

Chacune des deux charges exerce sur l’autre une force électrostatique donnée par la
loi de Coulomb :

− →
− 1 q1 q2 −−→
F 1/2 = − F 2/1 = PM
4πεo PM 3

Si on pose
−−→
−u = PM
→ et
−−→
r =k PM k
PM
alors la loi de Coulomb devient


− →
− 1 q1 q2 →−u = 1 q1 q2 →
−u
F 1/2 = − F 2/1 = 2
4πεo PM 4πεo r2

Avec :
• εo : permittivité diélectrique du vide sa valeur est

εo = 8.854 187 817 × 10−12 F m−1


1
• = 9.109(S .I)
4πεo
• Si q1 q2 > 0 =⇒ force repulsive.
• Si q1 q2 < 0 =⇒ force attractive.
Remarques

20 juin 2018 Page -14- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

◮ Dans un milieu linéaire homogène et isotrope la loi de Coulomb reste valable à


condition de remplacer εo par ε = εo εr
εr est dite permittivité diélectrique relative.
◮ Analogie entre les interactions coulombienne et gravitationnelle :

interactions coulombienne interactions gravitationnelle

Répulsive/attractive attractive

1 q1 q2 →
−u m1 m2 →
−u
2
−G 2
4πεo r r
q m

1
−G
4πεo
◮ Comparaison entre les forces gravitationnelle et électrostatique dans l’atome d’hydro-
gène :
On donne : me =9.11 × 10−31 kg ; e=1.6 × 10−19 C ;G=6.67 × 10−11 N m2 kg−2

Fe
≃ 4.1042
Fg

On retient que la force gravitationnelle est très négligeable devant la force électrosta-
tique.

1.1.5 Le Champ électrostatique


1.1.5.1 Champ électrostatique crée par une charge ponctuelle

Soit une charge q placé en O et M un point quelconque de l’espace différent de O.


Plaçons une charge q′ en M

−u
M


M(q′ )


−u
N

• N(q”)

O(q)

La loi de Coulomb s’écrit :


− 1 qq′ → −u = q′→

F O→M = 2 M E (M)
4πεo r M

20 juin 2018 Page -15- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

de même entre q et q” la loi de Coulomb


− 1 qq” →−u = q”→

F O→N = 2 N E (N)
4πεo rN


E est appelé le champ électrostatique créé par la charge ponctuelle q placé au point O
au point considéré
Définition
Champ électrostatique
On appelle champ électrostatique une région de l’espace ou une particule char-
gée est soumise à la force de Coulomb


− 1 q −−→ 1 q→ −
E (M) = 3
OM = er
4πεo OM 4πεo r2



Et Par Suite Si Une Charge Q est placée en M, elle subit la force F telle que


− →
− 1 Qq → −
F = Q E (M) = 2
er
4πεo r

Remarques



◮ Le champ électrostatique E (M) créé par une charge ponctuelle n’est pas défini à
l’origine c’est à dire pour r = 0

− →

◮ Le sens du champ E (M) dépend du signe de la charge q source de E :
→− →−
◮ Pour q > 0, E présente le sens de →

er : E (M) est un champ divergent.

q>0

→− →−
◮ Pour q < 0, E présente le sens opposé de →

er : E (M) est un champ convergent.

q<0
20 juin 2018 Page -16- elfilalisaid@yahoo.fr
PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

1.1.5.2 Champ électrostatique crée par un ensemble de charges ponctuelles

Soit une distribution de charges ponctuelle qi placées aux points Oi , et q une charge
ponctuelle placé au point M
La loi de Coulomb entre la charge qi placé en Oi et q placé en M s’écrit :


− 1 qi q →
−u = q→

Fi = 2 i E i (M)
4πεo ri

La résultante des forces appliquées sur la charge q vaut

− X→ − X 1 qqi →
i=n i=n
→ − → −u
F = F i =⇒ F = 2 i
i=1 i=1
4πε o r i


− →

Si on pose F = q E (M) alors le champ résultant est


− X→
i=n
− →− X 1 q i=n
i →
−u
E (M) = E i (M) =⇒ E (M) = 2 i
i=1 i=1
4πεo ri



On dit que le champ résultant E (M) vérifie le principe de superposition .
Activités
Champ d’un doublet
Déterminer le champ électrostatique créé par un doublet(qA , qB) placé en
A(−a, 0, 0) et B(a, 0, 0) au point M(0, y, 0) dans les deux cas suivants :
1. qA = qB = q > 0
2. qA = −qB = q > 0
3. Conclure

1. Champ créé par le doublet (q,q)


y

− →

EB EA

α M α

α α
• •
O x
A(q) B(q)

20 juin 2018 Page -17- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE


− →
− →

On a : E (M) = E A (M) + E B (M) ainsi :

E cos α −E B cos α 0
− A
→ →
− →−
E A E A sin α E B E B sin α =⇒ E (E B + E A ) sin α
0 0 0

p
Comme (ABM) triangle isocèle alors AM = BM = a2 + y2 ce qui donne

1 qy
EA = EB =
4πεo (a + y2 )3/2
2

Par conséquent

− 1 qy →

E (M) = 2 2 3/2
ey
4πεo (a + y )

Remarque →

E et les plans de symétrie
Soit le système formé par la distribution de charge et le pont M
• Le plan (xoy) est un plan de symétrie passant par le point M.
• Le plan (xoz) est un plan de symétrie passant par le point M.
Il en résulte que le champ électrostatique appartient à
l’intersection des plans de symétrie


E (M) ∈ ∩Π s

2. Champ créé par le doublet (q,-q)


y


EA
M α


EB
y

α α
• •
O x
A(q) B(-q)


− →
− →

On a : E (M) = E A (M) + E B (M) ainsi :

E cos α E B cos α (E + E A ) cos α
− A
→ →
− →− B
E A E A sin α E B −E B sin α =⇒ E 0
0 0 0

20 juin 2018 Page -18- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

p
Comme (ABM) triangle isocèle alors AM = BM = a2 + y2 ce qui donne

1 qa
EA = EB =
4πεo (a + y2 )3/2
2

Par conséquent

− 1 qa →

E (M) = ex
4πεo (a + y2 )3/2
2

Remarque →

E et les plans de symétrie
Soit le système formé par la distribution de charge et le point M
• Le plan (xoy) est un plan de symétrie passant par le point M.
• Le plan (xoz) est un plan d’anti-symétrie passant par le point M.
Il en résulte que le champ électrostatique appartient à
l’intersection des plans de symétrie perpendiculaire au plan
d’antisymétrie

− →

E (M) ∈ ∩Π s E (M)⊥ΠA
→− →−
• Si M est un centre de symétrie alors E (M) = 0

1.1.5.3 Champ électrostatique crée par une distribution continue de charges

Pour une distribution continue de charge, on subdivise le volume V


√3 en des volumes
élémentaires dτ centré en P, portant la charge élémentaire dq avec dτ ≫ PM et par
conséquent la charge dq sera considérée comme ponctuelle.

PM = r b
M
P(dτ, dq)



Le champ électrostatique élémentaire d E créé par la charge élémentaire dq (ponctuelle)
placé en P au point M est

$

− 1 dq → −u =⇒ →
− 1 dq → −u
d E (M) = 2
E (M) =
4πεo PM V 4πεo PM 2

Avec

dq = ρdτ = σdS = λdℓ

20 juin 2018 Page -19- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

Activité

1- Champ électrostatique créé par un segment AB chargé uniformément (λ >


0) en un point M distant de r (voir figure suivante)
z
B

P(dq) b

αB
α →

er
O r
b

αA M

−u

Puisque on a invariance par rotation autour de l’axe Oz alors on utilise les coordonnées
cylindriques (r, θ, z)
Symétrie et invariances :
→− →−
• Le plan ( →

er , →

ez ) = Π s =⇒ E θ = 0
→−
• Le système {AB,M} est invariant par rotation autour de l’axe Oz , donc E (M) ne
dépend pas de θ.
Par conséquent


E (M) = E r (r, z) →

er + E z (r, z) →

ez
Au point P on a la charge dq = λdℓ =⇒ dq = λdz crée au point M un champ élémentaire


d E donnée par :

− 1 dq → −u =⇒ d→
− 1 λdz → −u
dE = E =
4πεo PM 2 4πεo PM 2
Or :
- →
−u = cos α →

er − sin α →

ez
z dα
- tan α = =⇒ dz = r 2
r cos α
r
-PM =
cos α
N.B : On a choisit α comme variable d’intégration ( très utile en physique de choisir des
angles comme variables d’intégration) et remarquons que r = cte lorsque le point P décrit
la distribution AB.
Ce qui donne

dE = λ cos αdα

− λ r
dE = [cos αdα →

er − sin αdα →

ez ] =⇒ 4πεo r
λ
4πεo r
dE z = − 4πε r sin αdα
o

20 juin 2018 Page -20- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

Par intégration on obtient :



λ 

Er = (sin αB − sin αA ) 

4πεo r 
 →
− λ  →
− →
− 
λ 
 =⇒ E (M) = (sin α B − sin α A ) er + (cos α B − cos α A ) ez


 4πεo r
Ez = (cos αB − cos αA ) 
4πεo r

Remarques

1/ Si O est le milieu du segment [AB] alors le plan ( →



er , →

eθ ) = Π s =⇒ E z = 0 qu’on
peut retrouver par

λ αA = αB
Ez = (cos αB − cos αA ) GGGGGGGGGGGGGGGGA Ez = 0
4πεo r
π π
2/ Lorsque les angles αA → et αB → − , le segment [AB] tend vers un fil infini
2 2
et par conséquent.


− λ → −
E (M)fil infini = er
2πεo r

2- Champ électrostatique créé par une distribution circulaire (spire circulaire)


chargée uniformément (λ > 0) en un point M de son axe d’angle au sommet α (voir
figure suivante) :

−u z

−u
b
M
• M

α α

O y •
O R P(dq)
θ R b

P(dq)
x →

er

Puisque on a invariance par rotation autour de l’axe Oz alors on utilise les coordonnées
cylindriques (r, θ, z)
Symétrie et invariances :
• )
(→

ex , →

ez ) = Π s →−
=⇒ E (M) = E(M) →

ez
(−

ey , →

e)=Π
z s

20 juin 2018 Page -21- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE



Ou bien tout plan diamétral (contenant le diamètre ) est un plan de symétrie donc E (M) =
E(M) →

ez
• M situé sur Oz donc r = 0
• Invariance par rotation autour de Oz donc



E (M) = E(z) →

ez


− 1 dq → −u et comme dq = λRdθ
On a : d E =
4πεo PM 2
→−
Puisque E est porté par →−
ez alors on projette suivant →

ez ce qui donne

λRdθ
dE = cos α
4πεo PM 2

Lorsque le point P décrit la distribution, seule l’angle θ varie de 0 → 2π donc après


intégration on obtient

− λRdθ
E (M) = cos α →

ez
2εo PM 2
z √
Puisque cos α = et PM = z2 + R2 alors
PM


− λR z →

E (M) = 2 2 3/2
ez
2εo (z + R )

Représentons E(z) :
- E(z) est une fonction impaire.
- lim E(z) = 0
z→+∞
dE(z) √
-E(z) présente un extremum pour = 0 =⇒ z = ± 2R
dz

E(z)

√ z
2R


− 2R

20 juin 2018 Page -22- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

Remarque
Pour la distribution (D) de charges seule (et non pour le système
{charge+M} le plan xOy est un plan de symétrie (xOy = Π s (distribution
seule) et par conséquent pour le point M’ symétrie de M on a :

− ′ →
− →

E (M ) = − E (M) si E (M)⊥Π s (D)



E (M)

•M

• M’


− ′ →

E (M ) = − E (M)

3- Champ électrostatique créé par un disque chargé uniformément en surface


(σ > 0) en un point M de son axe (voir figure suivante)

−u z

−u
b
M
• M

α α

O y •
O r P(dq)
θ r b

P(dq)
x →

er

Puisque on a invariance par rotation autour de l’axe Oz alors on utilise les coordonnées
cylindriques (r, θ, z)
Symétrie et invariances :
• )
(→

ex , →

ez ) = Π s →−
=⇒ E (M) = E(M) →

ez
(−

ey , →

e)=Π z s



Ou bien tout plan diamétral (contenant le diamètre ) est un plan de symétrie donc E (M) =
E(M) →

ez

20 juin 2018 Page -23- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

• M situé sur Oz donc r = 0


• Invariance par rotation autour de Oz donc


E (M) = E(z) →

ez


− 1 dq → −u et comme dq = σdS =⇒ dq = σrdrdθ
On a : d E =
4πεo PM 2
→−
Puisque E est porté par →−
ez alors on projette suivant →

ez ce qui donne

1 σrdrdθ
dE = cos α
4πεo PM 2

Lorsque le point P décrit le disque on a z = cte donc on exprime r et PM en fonction de z


et α choisit comme variable d’intégration :
z
- PM =
cos α

- r = z tan α =⇒ dr = z
cos2 α
σ
Donc dE = sin αdαdθ et par intégration on obtient
4πεo


− σ
E (z > 0) = (1 − cos αm ) →

ez
2εo

Remarques

1. Soit M’(z < 0) le symétrie de M (z > 0) par rapport au plan du disque (qui représente
un plan de symétrie pour la distribution)


− ′ →
− σ
E (M ) = − E (M) = − (1 − cos αm ) →

ez
2εo

π
2. Pour un plan infini chargé en surface αm → l’expression du champ est
2


− σ →−
E plan infini = ± ez
2εo

+ si z>0 et - si z<0.
3. On pose :

− →− →− σ →−
• E (O+ ) = lim+ E (M) =⇒ E (O+ ) = ez
M→O 2εo

− →− →− σ →−
• E (O− ) = lim− E (M) =⇒ E (O− ) = − ez
M→O 2εo
Il en résulte que

− + → − σ −
E (O ) − E (O− ) = → ez
εo

20 juin 2018 Page -24- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

Si on pose → −
ez = →
−n →−
1→2 = n la normale au plan chargé dirigé du milieu (1)(z>0) vers
le milieu (2)(z>0)

− + → − σ−
E (O ) − E (O− ) = → n
εo

C’est la relation de passage

Representation graphique du champ E(z) créé par un plan infini :


E(z)
σ
2εo

σ

2εo

Propriété
Relation de passage
σ
A la traversée d’une surface chargée le champ subit une discontinuité de
εo

4- Champ électrostatique créé par une couronne de rayon interne Ri et de rayon


externe Re

Ri
αm
Re
αM

Ri Re

Première méthode :
On utilise le résultat précédent du disque et on change les bornes d’intégration
Z αM Z 2π
σ σ
dE z = sin αdαdθ =⇒ E z = sin αdαdθ
4πεo α=αm θ=0 4πεo

Ce qui donne

− σ
E (M) = [cos αm − cos αM ] →

ez
2εo

Deuxième méthode :
On peut remarquer que la distribution est équivalente à

20 juin 2018 Page -25- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE

Ri Ri

Re Re

S (σ) S 1 (σ) S 2 (−σ)


= +


− →
− →

Puisque S = S 1 (σ) + S 2 (−σ) alors E (M) = E 1 (M) + E 2 (M)
Avec :

− σ
• E 1 (M) = [1 − cos αM ] →

ez
2εo

− −σ
• E 2 (M) = [1 − cos αm ] →

ez
2εo
Donc


− σ
E (M) = [cos αm − cos αM ] →

ez
2εo

On retrouve le résultat.

5- Champ électrostatique crée par un plan infini


π
On peut remarque que le plan est un disque de rayon infini R → ∞ =⇒ α → ce qui
2
donne


− σ →−
E (M) planin f ini = signe(z) ez
2εo

C’est un champ uniforme perpendiculaire à la distribution Représentations graphiques :

E
σ
2εo

− 2εσo

20 juin 2018 Page -26- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.1. CHAMP ÉLECTROSTATIQUE


− →
− →
− →
− →

E E E E E

S (σ)


− →
− →
− →
− →

E E E E E

Remarques

1. A la traversée de la surface chargée, on retrouve la relation de passage :



− + → − σ−
E (O ) − E (O− ) = → n
εo

2. Pour deux plans infinis de charge surfaciques opposées on a :

ET = 0

⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕ (σ)

σ
ET =
εo

⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖ (−σ)

ET = 0

1.1.6 Lignes de champ


Définition
LDC


On appelle ligne de champ d’un champ de vecteur X quelconque, une courbe (C)
→−
définie dans l’espace tel que en chacun de ses points le vecteur X y tangent.

20 juin 2018 Page -27- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. LE POTENTIEL ELECTROSTATIQUE



Le vecteur X tangent à la courbe (C) donc

− −−−−→ →
→ −
X ∧ dOM = 0

C’est l’équation différentielle des LDC


− →

En électrostatique X = E Ce qui donne :
- En coordonnées cartésiennes :

E x dx E y dz − E z dy = 0 (1)
− −−−−→ →
→ −
E ∧ dOM = 0 =⇒ E y ∧ dy = E z dx − E x dz = 0
(2)
E dz E dy − E dx = 0 (3)
z x y

Ey Ez Ez E x
(1) =⇒ = de même (2) =⇒ =
dy dz dz dx
Il en résulte que
− −−−−→ →
→ − Ey Ez E x
E ∧ dOM = 0 =⇒ = =
dy dz dx

- En coordonnées cylindriques :

− −−−−→ →
→ − Er Eθ Ez
E ∧ dOM = 0 =⇒ = =
dr rdθ dz

- En coordonnées sphériques :

− −−−−→ →
→ − Er Eθ Eϕ
E ∧ dOM = 0 =⇒ = =
dr rdθ r sin θdϕ

1.2 LE POTENTIEL ELECTROSTATIQUE

1.2.1 Définitions


Soit (C) une LDC (d’origine A) du vecteur X

20 juin 2018 Page -28- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. LE POTENTIEL ELECTROSTATIQUE

B•

A
M



X (M)

Définition


On appelle circulation élémentaire du vecteur X la grandeur

→− −−−−→
dC = X .dOM

Donc la circulation entre deux points A et B on a :

Z B
− −−−−→

CBA = X .dOM
A

et sur un courbe fermée dite contour


I
− −−−−→

C∅ = X .dOM = 0

1.2.2 Cas d’une charge ponctuelle


Soit q une charge ponctuelle placée en O et M un point quelconque de l’espace diffé-
rent de O :

− −−−−→ →
− 1 q→ − −−−−→
On a : dC = E (M).dOM or E (M) = 2
er et dOM = dr →

er + rdθ →

eθ + r sin θdϕ →


4πεo r
Donc
→− −−−−→ 1 q
dC = E (M).dOM =⇒ dC = dr
4πεo r2
Remarquons que
1 q  1 q 
dr = −d + cte
4πεo r2 4πεo r
On pose pour la suite
1 q
V(M) = + cte
4πεo r

V(M) est appelé le potentiel électrostatique créé par une charge ponctuelle
Remarques

20 juin 2018 Page -29- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. LE POTENTIEL ELECTROSTATIQUE

1. Le potentiel électrostatique (grandeur scalaire) est toujours défini à une constante


additive près.

2. Dans le cas d’une charge ponctuelle (distribution finie dans l’espace) on prend
comme référence l’infini c’est à dire

lim V(r) = 0 =⇒ cte = 0


r→∞

Il en résulte que
1 q
V(M) =
4πεo r

3. On retient donc :


− −−−−→
dV(M) = − E (M).dOM = −dC

1.2.3 Relation locale entre le potentiel et le champ

1.2.3.1 L’opérateur gradient

Soit une fonction scalaire f (x, y, z).


−−−−→
On appelle grad l’opérateur qui transforme la fonction scalaire f en vecteur dont les
composantes sont les dérivées partielles


∂f
∂x
−−−−→ ∂f −−−−→ ∂f →
− ∂f →
− ∂f →

grad f (x, y, z) = =⇒ grad f (x, y, z) = ex + ey + ez
∂y ∂x ∂y ∂z
∂f
∂z

Exemple
Le gradient d’une fonction
Déterminer le gradient des fonctions suivantes :
1. f (x, y, z) = x2 + y2 + z2
2. g(x, y, z) = sin(ax + by + cz)

1/ Sachant que :

∂f
= 2x
∂x
∂f −−−−→ →− →
− →−
= 2y =⇒ grad f (x, y, z) = 2(x ex + y ey + z ez )
∂y
∂f
= 2z
∂z
20 juin 2018 Page -30- elfilalisaid@yahoo.fr
PCSI-LYDEX 1.2. LE POTENTIEL ELECTROSTATIQUE

2/ On a :

∂g
= a cos(ax + by + cz)
∂x
∂g −−−−→ →
− →− →−
= b cos(ax + by + cz) =⇒ grad g(x, y, z) = cos(ax + by + cz)(a ex + b ey + c ez )
∂y
∂g
= c cos(ax + by + cz)
∂z

On rappelle que :
−−−−→
◮ dOM = dx → −
ex + dy →

ey + dz →

ez
−−−−→ ∂f →
− ∂ f →
− ∂f →

◮ grad f = ex + ey + ez
∂x ∂y ∂z
∂f ∂f ∂f
◮ df = dx + dy + dz
∂x ∂y ∂z
Et par conséquent pour toute fonction scalaire f on a :

−−−−→ −−−−→
d f = grad f.dOM

−−−−→
N.B : grad f est orienté toujours dans le sens croissant de f

1.2.3.2 L’expression du gradient

1/ Coordonnées cartésiennes :

−−−−→ ∂f →
− ∂f →
− ∂f →

grad f (x, y, z) = ex + ey + ez
∂x ∂y ∂z

2/ Coordonnées cylindriques :

−−−−→ ∂f →
− 1∂f →− ∂f →

grad f (r, θ, z) = er + eθ + ez
∂r r ∂θ ∂z

3/ Coordonnées sphériques :

−−−−→ ∂f →
− 1∂f →− 1 ∂f → −
grad f (r, θ, ϕ) = er + eθ + eϕ
∂r r ∂θ r sin θ ∂ϕ

Propriété
Propriétés du gradient
L’opérateur gradient est un opérateur linéaire et par conséquent :
−−−−→ −−−−→
• grad (λ f ) = λgrad f
−−−−→ −−−−→ −−−−→
• grad ( f + g) = grad f + grad g

20 juin 2018 Page -31- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. LE POTENTIEL ELECTROSTATIQUE

1.2.3.3 Relation entre le champ et le potentiel



− −−−−→ −−−−→ −−−−→
Puisque dV(M) = − E (M).dOM et dV = grad V(M).dOM alors :


− −−−−→
E (M) = −grad V(M)



C’est l’équation locale entre E (M) et V(M) valable en régime stationnaire


N.B : E (M) s’oriente toujours dans le sens des potentiels décroissant.

1.2.3.4 Surfaces équipotentielles

On appelle surface équipotentielle (SEP) l’ensemble des point M de l’espace tel que
le potentiel est constant.

M ∈ S EP =⇒ V(M) = Vo = cte


− −−−−→ →
− −−−−→
Conséquence : V(M) = cte =⇒ dV = 0 donc E (M).dOM = 0 par conséquent E (M)⊥dOM
Propriété
Les lignes de champ sont perpendiculaires aux surfaces équipotentielles

Exemple

Pour une charge ponctuelle



− 1 q→ −
◮ E (M) = er =⇒ LDC sont des droites passant par O.
4πεo r2
1 q
◮ V(M) = = cte =⇒ r = Cte SEP sont des sphères concentriques :
4πεo r

q>0

1.2.4 Potentiel crée par une distribution de charges


◮ Pour une distribution discrète de charge :
Soit un ensemble de charges ponctuelles q1 , · · · , qi , · · · , qN , chaque charge est placée au

20 juin 2018 Page -32- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.3. ÉNERGIE POTENTIELLE D’INTERACTION ÉLECTROSTATIQUE

point Pi .
Le champ crée par cette distribution au point M vaut d’après le principe de superposition


− X→

N
E (M) = Ei
i=1

−−−−→
et puisque l’opérateur grad est linéaire alors

X
N XN
1 qi
V(M) = Vi (M) =⇒ V(M) =
i=1 i=1
4πεo Pi M

◮ Pour une distribution continue de charge :


On subdivise le distribution
√3 en des charges élémentaire dq occupant le volume élémen-
taire dτ tel que dτ ≪ PM , donc la charge dq se comporte comme ponctuelle et par
conséquent
$
1 dq 1 dq
dV = =⇒ V(M) =
4πεo PM 4πεo V PM

Avec dq = ρdτ = σdS = λdℓ

1.3 ÉNERGIE POTENTIELLE D’INTERACTION ÉLECTRO-


STATIQUE

1.3.1 Énergie potentielle d’une charge placée dans un champs


électrostatique

− →
− − −−−−→

Le travail de la force électrique F = q E s’écrit : δW = F .dOM et par conséquent
−−−−→ −−−−→
δW = −qgrad V.dOM =⇒ δW = −d(qV) Donc

dE p = d(qV) =⇒ E p = qV + cte

Définition
Énergie potentielle électrostatique
→−
L’énergie potentielle électrostatique d’une charge q placée dans un champ E créé
par une distribution créant le potentiel V s’exprime par

E p = qV + cte =⇒ WA→B = q(VA − VB )

20 juin 2018 Page -33- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.4. SYMÉTRIE ET INVARIANCE

1.3.2 Énergie potentielle d’interaction entre deux charges ponc-


tuelles
L’énergie potentielle d’interaction entre deux charges ponctuelles q1 , q2 placées en
M1 et M2 distant de M1 M2 = r s’exprime par
1 q1 q2
E p = q2 V1 + cte =⇒ E p = + cte
4πεo r

1.4 SYMÉTRIE ET INVARIANCE

1.4.1 Symétrie
Rappelons que :
◮ Plan de symétrie Π s (M) : c’est un plan miroir c’est à dire pour deux points P1 et P2
symétrique par rapport au plan Π s on a :q(P1 ) = q(P2 )



E

• •
P1 P2

Πs

Conclusion:

Le champ électrostatique appartient à l’intersection des plans de


symétries


E (M) ∈ ∩Π s (M)

◮ Plan d’antisymétrie ΠA (M) : c’est un plan miroir c’est à dire pour deux points P1 et P2
symétrique par rapport au plan ΠA (M) on a :q(P1 ) = −q(P2 )



E

• •
P1 P2

ΠA

20 juin 2018 Page -34- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.5. THÉORÈME DE GAUSS

Conclusion:

Le champ électrostatique perpendiculaire au plan d’antisymétrie



E (M)⊥ΠA (M)

1.4.2 Invariance
◮ Invariance par translation:
Une distribution de charge est invariante par translation le long de l’axe Oz si ρ(x, y, z) =
ρ(x, y, z + ∆z) (c’est à dire une translation le long de Oz laisse le système invariant) et par


conséquent le champ E ne dépend pas de la variable z.
N.B : On a une invariance par translation si la direction est infinie
◮ Invariance par rotation:
On dit qu’on a invariance par rotation autour de l’axe ∆ si la distribution de charge reste
invariante par rotation autour de ∆.


Si θ est l’angle de rotation alors E ne dépend pas de θ.

1.5 THÉORÈME DE GAUSS

1.5.1 Flux du champ électrostatique


Soit S une surface et A un point de S
On pose
−→
dS (A) = dS →
−n

avec →
−n un vecteur unitaire à la surface S au point A



X

−n



Soit X un vecteur défini au point A ; on définit le flux élémentaire dΦ au point A par

"
→− −→ → − →
− −→
dΦ = X (A).dS = X (A)dS →
−n =⇒ Φ = X (A).dS
S

20 juin 2018 Page -35- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS



Le flux Φ représente le nombre de vecteur X qui traverse la surface S .
Remarque
On oriente une surface fermée qui délimite un volume (en 3D) par la normale
dirigeant toujours vers l’extérieur

1.5.2 Énoncé du théorème de Gauss

Théorème
THÉORÈME DE GAUSS
Dans le vide, le flux du champ électrostatique d’une distribution de charges à
travers une surface fermée Σ est égal à la charge intérieure divisé par εo


− −→ Qint
Φ= E (M).dS =
Σ εo

Notation
Le théorème de Gauss constitue un outil de calcul rapide du champs électrosta-
tique d’une distribution possédant une symétrie élevée.
Pour utiliser le théorème de Gauss, on suit les étapes suivantes :
• Symétrie et invariance afin de déterminer la direction et la variable dont dé-


pend le champs E
• Choix de la surface de Gauss Σ
• Application du théorème de Gauss

1.6 APPLICATIONS

1.6.1 Fil infini chargé uniformément

Soit un fil infini (confondu avec l’axe Oz) chargé uniformément avec une densité li-
néique λ > 0.


On détermine le champ E et le potentiel V en tout point M de l’espace.
En coordonnées cylindriques on a :

20 juin 2018 Page -36- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

λ


O bc →

er
r M

◮ Symétrie :
→−
• Le plan ( →−
er , →

eθ )est un plan de symétrie (Π s ) passant par le point M donc E (M). →

ez = 0


puisque ez ⊥Π s
→−
• Le plan ( →−
er , →

ez )est un plan de symétrie (Π s ) passant par le point M donc E (M). →

eθ = 0


puisque eθ ⊥Π s
Donc



E (M) = E(M) →

ez

◮ Invariances :
→−
• le fil est infini donc on a invariance par translation le long de l’axe Oz donc E (M)
ne dépend pas de la variable z


• On a invariance par rotation autour de l’axe Oz donc E (M) ne dépend pas de la
variable θ
Conséquence



E (M) = E(r) →

er

◮ Choix de la surface de Gauss :




Puisque le champ E (M) ne dépend que de la variable r et afin de faire sortir le E(r) de
l’intégrale il faut que E(r) = cte =⇒ r = Cte et puisque r = Cte donne une surface en
coordonnées cylindriques alors la surface de gauss est un cylindre d’axe Oz et de rayon
r (passant par M)

20 juin 2018 Page -37- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

z
→−n
1

S1

h →



−n = →

er
L
O bc →

er
r M
SL

S2


−n
2

La surface de Gauss Σ = S 1 ∪ S 2 ∪ S L
Théorème de Gauss : " "
→− −→ →− −→ ! → − −→
On a Φ = Φ1 + Φ2 + ΦL =⇒ Φ = E (M).dS + E (M).dS + S E (M).dS
L
| S 1 {z } | S 2 {z }

− →

=0( E (M)⊥→
−n )
1 =0( E (M)⊥→
−n )
2
Donc


− −→
Φ= E (M).dS = E(M)2πrh
Σ

La charge intérieure
Z h
Qint = λ dz =⇒ Qint = λh
0

Il en résulte que

− λ → −
E (M) = er
2πεo r

Remarque
Le champ électrostatique d’une distribution linéique n’est pas défini sur le fil
c’est à dire en r = 0

L’expression du potentiel V(M :



− −−−−→
On a : dV = − E (M).dOM =⇒ dV(M) = −E(M) →

er .(dr →

er + rdθ →

eθ + dz →

ez ce qui donne :

λ λ
dV(M) = − dr =⇒ V(M) = − ln r + cte
2πεo r 2πεo

Puisque la fonction lnr diverge en r = 0 et r → ∞ alors on choisit V(r = R) = 0 ce qui


donne
λ R
V(M) = ln
2πεo r

20 juin 2018 Page -38- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

Représentation graphique de E(r) :


E(r)

Représentation graphique de V(r) :


V(r)

R r

1.6.2 Cylindre infini chargé uniformément en surface


Considérons une distribution cylindrique infinie de rayon R d’axe Oz portant une
charge surfacique constante σ > 0
z



Le champ E (M) :


◮ Symétrie et invariance donne E (M) = E(r) →

er
◮ Surface de Gauss : cylindre d’axe Oz passant par le point M
◮ Théorème de Gauss :

20 juin 2018 Page -39- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

" "
→− −→ →− −→ ! → − −→
Φ = Φ1 + Φ2 + ΦL =⇒ Φ = E (M).dS + E (M).dS + S E (M).dS
L
| S 1 {z } | S 2 {z }

− →

=0( E (M)⊥→
−n )
1 =0( E (M)⊥→
−n )
2
Donc


− −→
Φ= E (M).dS = E(M)2πrh
Σ

La charge intérieure :
• Pour M à l’intérieur (r < R)
Qint = 0 =⇒ E(r < R) = 0

• Pour M à l’extérieur (r > R)


σR
Qint = σ2πrh =⇒ E(r > R) =
εo r
E(r)

σ
εo

R r

Notation
On a une distribution surfacique en r = R et par conséquent le champ est discon-
tinu en r = R

− + → − σ−
E (R ) − E (R− ) = → n
εo

On retrouve la relation de passage

Le potentiel V(M) :
On a : dV = −Edr et puisque la distribution n’est pas limité dans l’espace on prend
V(R) = 0
• Pour r 6 R on a : E = 0 =⇒ V(r 6 R) = cte = 0 puisque V(r) est continu.

V(r 6 R) = 0
σR σR
• Pour r > R on a : E = =⇒ V(r) = − ln r + cte
εo r εo
σR
V(R) = 0 =⇒ cte = ln R donc
εo
σR
V(r > R) = ln(R/r)
εo

20 juin 2018 Page -40- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

Représentation graphique de V(r) :

V(r)
R
r

1.6.3 Cylindre infini chargé uniformément en volume


Soit un cylindre infini de rayon R d’axe Oz uniformément chargé en volume avec ρ > 0.
z

Symétrie et invariances :


Symétrie cylindrique donc E (M) = E(r) →

er
Par conséquent la surface de Gauss est un cylindre d’axe Oz , de rayon r et de hauteur h


Le champ E (M) :
◮ Théorème de Gauss"
: "
→− −→ →− −→ ! → − −→
Φ = Φ1 + Φ2 + ΦL =⇒ Φ = E (M).dS + E (M).dS + S E (M).dS
L
| S 1 {z } | S 2 {z }

− →

=0( E (M)⊥→
−n )
1 =0( E (M)⊥→
−n )
2
Donc


− −→
Φ= E (M).dS = E(M)2πrh
Σ

La charge intérieure :
• Pour M à l’intérieur (r < R)

ρ
Qint = ρπr2 h =⇒ E(r < R) = r
2εo

• Pour M à l’extérieur (r > R)

2 ρR2
Qint = ρπR h =⇒ E(r > R) =
2εo r

20 juin 2018 Page -41- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

E(r)

ρR
2εo

R r

Notation
Pour une distribution volumique , le champ est continu


− + → −
E (R ) = E (R− )

Le potentiel V(M) :
On a : dV = −Edr et puisque la distribution n’est pas limité dans l’espace on prend
V(R) = 0
ρ ρ 2
• Pour r 6 R on a : E = r =⇒ V(r 6 R) = (R − r2 )
2εo 4εo
ρ 2
V(r 6 R) = (R − r2 )
4εo

ρR2 ρR2
• Pour r > R on a : E = =⇒ V(r) = − lnr + cte
2εo r 2εo
ρR2
V(R) = 0 =⇒ cte = lnR donc
2εo
ρR2 R
V(r > R) = ln
2εo r

Représentation graphique de V(r) :


V(r)

R
r

20 juin 2018 Page -42- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

1.6.4 Sphère uniformément chargée en volume

Une sphère de centre O et de rayon r uniformément chargée en volume avec une


densité volumique de charge ρ > 0

R y

Symétrie et invariances
→−
◮ Le système {charge ,M} est invariante par rotation autour du point O donc E (M)
et V(M) ne dépendent pas de θ et ϕ
◮ les plans ( →

er , →

eθ ) et ( →

er , →

eϕ ) sont des plans de symétrie donc



E (M) = E(r) →

er

Il en résulte que la surface de Gauss est une sphère de centre O et de rayon r


Calcul du champ



− −→
Φ= E (r).dS =⇒ Φ = E(r)4πr2
Σ

◮ La charge intérieur :
• Pour M à l’extérieur (r > R)
# 4
Qint = ρ dτ =⇒ Qint = πρR3 donc
3


− ρR3 → −
E (r > R) = 2
er
3εo r

• Pour M à l’intérieur (r 6 R)
# 4
Qint = ρ dτ =⇒ Qint = πρr3 donc
3


− ρr →−
E (r 6 R) = er
3εo

Représentation graphique de E(r)

20 juin 2018 Page -43- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

V(r)
ρR
3εo

R r

Remarque
Pour une distribution volumique le champ est continu.
Calcul

du potentiel
Puisque la distribution est limitée dans l’espace on prend V(r → ∞) = 0

− −−−−→
On a : dV = − E (M).dOM =⇒ dV = −E(r)dr
◮ Pour M à l’extérieur (r > R)

ρR3 ρR3
E(r) = =⇒ V(r > R) =
3εo r2 3εo r

◮ Pour M à l’intérieur (r 6 R)

ρr ρ
dV = − dr =⇒ V(r 6 R) = (3R2 − r2 )
3εo 6εo

Représentation graphique de V(r)

V(r)
ρR2
2εo

ρR2
3εo

R r

1.6.5 Sphère uniformément chargée en surface


Soit une sphère de rayon R,chargée en surface avec la densité surfacique σ > 0

20 juin 2018 Page -44- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕
⊕ ⊕⊕
⊕ ⊕



⊕⊕
⊕⊕

⊕⊕ ⊕ ⊕
⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕
R

⊕⊕⊕
⊕⊕
⊕⊕



⊕ ⊕
⊕⊕ ⊕
⊕⊕⊕⊕⊕⊕ ⊕⊕

Symétrie et invariances


Symétrie sphérique donc E (M) = E(r) → −
er et V(M) = V(r)
Il en résulte que la surface de Gauss est une sphère de centre O et de rayon r
Calcul du champ



− −→
Φ= E (r).dS =⇒ Φ = E(r)4πr2
Σ

◮ La charge intérieur :
• Pour M à l’intérieur (r < R)
Qint = 0 donc


− →−
E (r < R) = 0

• #Pour M à l’extérieur (r > R)


Qint = ρ dτ =⇒ Qint = σ4πR2 donc


− σR2 → −
E (r > R) = er
εo r 2

Représentation graphique de E(r)

20 juin 2018 Page -45- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS

E(r)
σ
εo

R r

Remarque
Pour une distribution surfacique le champ est discontinu.
Calcul

du potentiel
Puisque la distribution est limitée dans l’espace on prend V(r → ∞) = 0

− −−−−→
On a : E (M) − grad V(M) =⇒ dV = −E(r)dr
◮ Pour M à l’extérieur (r > R)

σR2 σR2
E(r) = =⇒ V(r > R) =
εo r 2 εo r

◮ Pour M à l’intérieur (r < R)

σR
dV = 0 =⇒ V(r < R) =
εo

Représentation graphique de V(r)


V(r)
σR
εo

R r

1.6.6 Plan infini uniformément chargée


Soit un plan infini (xOy) portant une densité de charge σ > 0
Puisque le plan est infini donc on choisit M sur Oz.
Symétrie et invariances

20 juin 2018 Page -46- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.6. APPLICATIONS



◮ Tout plan contenant Oz est un plan de symétrie donc E (M) = E(M) → −
ez
◮ Puisque la distribution est infinie alors on a invariance par translation suivant les
axe Ox et Oy et par conséquent


E (M) = E(z) →

ez
◮ Par conséquent la surface de Gauss est un cylindre

z


E (z) →
−n
1

• M(z)

σ
⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕

− y
E (−z)

x • M ′ (−z)


−n
2

Calcul du champ
◮ Théorème de Gauss : "
! → − −→ ! → − −→ →− −→
Φ = Φ1 + Φ2 + ΦL =⇒ Φ = S E (M).dS + S E (M).dS + E (M).dS
1 2
| S L {z }


=0( E (M)⊥→
−n (= →

er ))
Donc
Φ = E(z)πr2 + E(−z)(−πr2 )
et puisque E(−z) = −E(z) alors
Φ = 2E(z)πr2
◮ La charge intérieure :

Qint = σπr2
Donc

− σ →−
E (M) = signe(z) ez
2εo

Avec 




 +1 si z > 0


signe(z) = 





 −1 si z < 0

Représentation graphique de E(r)

20 juin 2018 Page -47- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.7. ANALOGIE ÉLECTROMÉCANIQUE

E(r)
σ
2εo

σ

2εo

Remarque
Pour une distribution surfacique le champ est discontinu, et on retrouve la rela-
tion de passage avec →
−n →

1→2 = ez


− + → − σ−
E (O ) − E (O− ) = → n
εo

1.7 Analogie électromécanique

1.7.1 Analogie Electrique/mécanique

Électrique Mécanique


− 1 q1 q2 →
− →
− m1 m2 −
Force F = er F = −G 2 → er
4πεo r2 r
Source La charge q La masse m

1
−G
4πεo

− →
− →

Relation Force/Champ F = q E (M) = F = m→
−g (M)


− 1 # dq → − −g (M) = −G # dm →
→ −
Champ E (M) = er er
4πεo D r2 D r2

1 # dq # dm
Le potentiel VE (M) = VG (M) = −G D
4πεo D r r

− −−−−→ → −−−−→
−g (M) = −grad
relation locale E (M) = −grad VE (M) VG (M)
1 q1 q2 m1 m2
L’énergie potentielle E p = qVE + cte = + cte E p = mVG + cte = −G + cte
4πεo r r
 →− −→ Qint  →−g (M).−

Théorème de Gauss E (M).dS = dS = −4πGmint
Σ εo Σ

1.7.2 Théorème de Gauss en mécanique


D’après ce qui précède Le théorème de Gauss en mécanique s’écrit


−g (M).−
→ →
dS = −4πGmint
Σ

20 juin 2018 Page -48- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.7. ANALOGIE ÉLECTROMÉCANIQUE

1.7.3 Application
Extrait du CNC Physique I 1999

Données utiles:
• Constante de gravitation universelle G=6.7 × 10−11 (u.S.I)
• Masse de la terre mT ≃ 6.0 × 1024 kg
• Rayon moyen de la terre RT ≃ 6.4 × 106 m

1/ Analogie électromécanique

1D On considère deux masses m1 et m2 ponctuelles situées respectivement aux


points M1 et M2 de l’espace.


1.1⊲ Rappeler l’expression de la force gravitationnelle F g(1→2) exercée par m1 sur
−r = −
m2 en fonction de m1 , m2 , G et →
−−−−→
M1 M2 . Cette force est-elle attractive ou répulsive ?
2D Avec quelle unité s’exprime la constante de gravitation universelle G dans le
système international des unités (S.I) ?
3D On considère deux charges ponctuelles q1 et q2 situées respectivement aux
points M1 et M2 de l’espace.


3.1⊲ Donner l’expression de la force électrostatique F e(1→2) exercée par q1 sur q2
−−−−−→
en fonction de q1 , q2 et →
−r = M M et de la permittivité électrique du vide ε . Cette force
1 2 o
est-elle attractive ou répulsive ?Avec quelle unité pratique exprime-t-on εo dans le S.I.


3.2⊲ Le champ électrostatique E 1 (M2 ) créé par la chargé q1 au point M2 est défini

− →

par F e(1→2) = q2 E 1 (M2 ).


Donner l’expression de E 1 (M2 )
3.3⊲ Rappeler le théorème de Gauss .

− →

4D En comparant les expressions de F g(1→2) et F e(1→2) , dégager une analogie entre
les grandeurs électriques et les grandeurs mécaniques. Quel est l’analogue mécanique


du champ électrostatique E ?
→−
Le champ gravitationnel G créé en un point M de l’espace par une distribution de masse
D donnée est défini par

− →

F g (M) = m G(M)


où F g (M) est la force gravitationnelle exercée par la distribution D sur une masse m
placée au point M.
5D En s’inspirant de l’analogie , donner l’équivalent du théorème de Gauss pour
le champ gravitationnel créé par une distribution de masse quelconque D . On fera
attention à la nature attractive ou répulsive de la force gravitationnelle.

2/ Champ gravitationnel terrestre

On assimile la Terre à une boule (sphère pleine) homogène de centre T, de rayon R et de


masse m . On repère un point M quelconque de l’espace par ses coordonnées sphériques
−−→ →

(r, θ, ϕ) telles que r = kT Mk. On note G T (M) le champ gravitationnel terrestre au point M.
6D En utilisant les propriétés de symétrie de la distribution de masse, montrer que

− →

G T (M) peut s’écrire G T (M) = GT (r) →

er dans la base locale ( →

er , →

eθ , →

eϕ ) des coordonnées
sphériques de centre T.

20 juin 2018 Page -49- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.7. ANALOGIE ÉLECTROMÉCANIQUE

7D Montrer,sans faire de calcul, que GT (r) est nul au centre de la Terre.


8D En utilisant le théorème de Gauss pour le champ gravitationnel, établir l’ex-
pression de GT (r) en tout point M de l’espace et représenter graphiquement GT (r). On
donnera l’ordre de grandeur de GT à la surface de la Terre.
9D Application
On imagine que l’on perce un tunnel le long d’un diamètre de la Terre. À l’une des extré-
mités du tunnel on abandonne sans vitesse initiale un objet de masse m que l’on pourra
assimiler à un point matériel. On néglige toute force autre que la force gravitationnelle
terrestre et on supposera que le référentiel terrestre est galiléen.
9.1⊲ Établir l’équation différentielle du mouvement de l’objet. Quelle est la na-
ture du mouvement ? Exprimer sa période T .
9.2⊲ Calculer l’ordre de grandeur de T . Commenter.
9.3⊲ La propriété précédente peut-elle donner lieu à une application pratique ?
Laquelle ?

1/ Analogie électromécanique

-3D
-3.1⊲ L’expression de la force gravitationnelle


− m1 m2 −−−−−→
F g(1→2) = −G 3 M1 M2
r

Cette force est attractive.


-3.2⊲ L’unité dans le système international des unités (S.I)est

G : N kg−2 m2

-2D
-2.1⊲ L’expression de la force électrostatique


− 1 q1 q2 −−−−−→
F e(1→2) = M1 M2
4πεo r3

. Cette force est


• attractive si q1 q2 < 0
• répulsive si q1 q2 > 0
• L’unité pratique de εo dans le S.I est F m−1 .
-2.2⊲ L’expression de


− 1 q1 −−−−−→
E 1 (M2 ) = M1 M2
4πεo r3

20 juin 2018 Page -50- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.7. ANALOGIE ÉLECTROMÉCANIQUE

-2.3⊲ Le théorème de Gauss .




− −→ Qint
Φ= E (M).dS =
Σ εo

-1D L’analogie entre les grandeurs électriques et les grandeurs mécaniques.

Électrique Mécanique


− 1 q1 q2 →
− →
− m1 m2 −
Force F = 2
er F = −G 2 → er
4πεo r r
Source La charge q La masse m

1
−G
4πεo

− →
− →
− →

Relation Force/Champ F = q E (M) = F = m G(M)

− →

L’analogue mécanique du champ électrostatique E est le champ G
0D Le théorème de Gauss pour le champ gravitationnel créé par une distribution
de masse quelconque D .


− −→
G(M).dS = −4πGmint
Σ

2/ Champ gravitationnel terrestre


1D On a une symétrie sphérique donc


G T (M) = GT (r) →

er

2D Puisque le point T est un centre de symétrie alors

GT (r = 0) = 0

3D L’expression de GT (r) en tout point M de l’espace :


 →− −→
La surface de Gauss est une sphère de centre T et de rayon r Σ
G(M). dS = −4πGmint
Symétrie sphérique donc Φ = G(r)4πr2
r3
◮ Pour r < R =⇒ mint = mT
R3T
ce qui donne
mT
GT (r 6 RT ) = −G r
R3
◮ Pour r > R =⇒ mint = mT
ce qui donne
mT
GT (r 6 RT ) = −G
r2
◮ Représenter graphiquement GT (r).

20 juin 2018 Page -51- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.8. LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE

4D Application

4.1⊲ L’équation différentielle du mouvement de l’objet :


La relation fondamentale de la dynamique projetée sur →

er donne :

mT
mr̈ = mGT =⇒ r̈ + G r=0
R3T

◮ La nature du mouvement : mouvement rectiligne sinusoïdal


◮ L’expression de la période T . :
s
R3T
T = 2π
GmT

4.2⊲ L’ordre de grandeur de T .

T ≃ 5074(s) = 1 h 24 min 34 s

Commentaire. : Au cours de la rotation de la terre autour d’elle même, le point maté-


riel effectue 17 va et viens
4.3⊲ L’ application pratique : horloge

1.8 LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE

1.8.1 Définition
Définition
On appelle dipôle électrostatique un système globalement neutre (QT = 0) mais
le barycentre des charges positives G+ diffèrent du barycentre des charges néga-
tives G− c’est à dire

−−−−−→ →

QT = 0 et G−G+ , 0

20 juin 2018 Page -52- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.8. LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE

bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc cb bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc cb cb
bc cb bc bcbc bc bc cb cb
bc
bc bc bc cb bc bc bc bc bc
bc bc bc cb cb bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc cb bc bc bc bc
bc bc bc cb bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc cb bc bc bc bc cb bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc cb
bc bc cbbc bc bc bc bc
bc
bc bc bc cb bc bc bc bc cb bc bc
bc bc bc bc cb bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc cb cb bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
cb bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc cb bc cb bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc cb bc cb bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc cb bc cb bc bc bc bc
bc bc cb
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc cb bc
bc bc cb bc bc bc bc bc bcbc bc bc bc bc bc bc
cb bc bc cb cb cb bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc
bc cb bc cb bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc cb bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc
c b bc bc bc bc bc bc c b c b bc bc bc bc bc bc
bc bc bc c b bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc cb bc bc bc bc
bc bc bc bc
c b c b
bc
c b c b bc bc bc bc bc bc c b c b
bc bc bc bc bc
c b c b c b c b c b c b
bc bc cb bc bc bc bc bc bc bc bc
c b bc bc bc c b c b bc bc bc bc bc
bc
c b cb bc bc bc bc bc bc c b bc bc bc bc bc
bc
bc bc c b c b c b c b c b c b c b c b
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc
bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bcbcbc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc c b c b
bc
c b bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bbc c bc bc bc c b c b bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bcbc bcbc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bcbc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc
bc bc bc
bc
bc
bc bc bc
bc bc bc
bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc
bc bc bc bc bc c b c b c b bc bc bc bc
bc bc bc bc c b bc c b bc bc bc c b c b bc bc c b c b c b c b c b c b
bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bcbc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc c b bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bbc c bc bc bc bc c b c b bc c b c b c b c b
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bcbc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc
bc bc bc

bc bc bc
bc bc bc
bc
bc
bc
bc
bc bc bc
bc
bc bc bc

bc
bc
bc bc bc
bc bc
bc

bc bc
bc
bc G−
c b bc

bc bc bc bc bc bc
bc
c b c b
bc bc bc
bc bc
bc
bc
bc bc
bc bc bc bc
c b
bc
bc bc bc bc
bc bc bc bc

bc bc bc
bc bc
bc
G+ bc
bc bc bc bc
bc
bc bc
bc
bc bc bc bc
bc bc bc
bc bc bc
c b
bc bc
bc
bc
bc bc
c b
bc bc

bc
bc
bc
bc bc bc
bc

bc bc bc bc bc bc
bc bc
G− ⊖ ⊕ G+
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc
bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc c b c b c b c b c b bcbc
bc bc bc bc
c b c b
bc bc bc bc bc bc bc c b c b bc bc bc bc c b bc bc bc bc c b bc bcbc
bc bc bc bc bc bc bc bc c b bc
bc bc bc bc
bc bc bc bc c b c b bc bc c b bc bc c b bc bc bc bc
c b
bc bcbc c b
bc bc bc
bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc
bcbc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc c b c b bc bc bc bc bc bc bc c b
c b c b c b
bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc
bc bc bc bc
bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc
bc bc
bc bc bc bc
bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bcbc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc c b
bc bc
bc bc bc
bc bc
c b c b
bc
c b
bc
c b c b bc c b c b c b bc bc bc bc
c b c b
bc
c b c b
bc bc bc bc
c b
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc
bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc
bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bcbc
bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bcbc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bbc c bc bc bc c b c b c b bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc
c b c b bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc c b bc bc
c b c b
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc
bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc
bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bbc c bc bc c b c b c b c b c b c b

Exemples
◮ Doublet [N(-q),P(+q)]

◮ Molécule HCl
◮ Deux segments AB et CD parallèles uniformément chargés avec une densité de
charges opposée :

C ⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖⊖ D

A ⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕⊕ B

◮ Un cercle chargé avec une densité de charge exprimée en coordonnées polaires par

λ = λo cos θ avec λo > 0

y
⊕ ⊖ ⊖ ⊖
⊕ ⊕ ⊖
⊖ ⊕
⊖ ⊕


⊕⊕
⊖⊖

⊕⊕⊕⊕
⊖⊖⊖

θ
• •
⊖⊖⊖⊖

G− G+ x
⊕⊕⊕
⊕⊕
⊖⊖


⊖ ⊕
⊖ ⊕
⊖ ⊕
⊖ ⊖
⊖ ⊕ ⊕ ⊕

Remarque
Dipôle rigide
Le dipôle électrostatique est dit rigide si la distance G−G+ est constante

• On modélise pour la suite un dipôle par un bipoint [G− (−q), G+ (+q)]




• On caractérise un dipôle électrostatique par son moment dipolaire P définie par


− −−−−→
P = +qG−G+ (C m−1 )

20 juin 2018 Page -53- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.8. LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE

Remarque


Il existe une autre unité de P c’est le Debye notée D tel que

1
1D = 10−29 C m−1
3

Activité
Moment dipolaire de la molécule d’eau
La molécule d’eau est formée d’un atome d’oxygène et de deux atomes d’hydro-
gène ; H2 O est une molécule coudée, l’angle entre les deux liaisons (O−H ) est
de l’ordre de α = 105o l’atome d’oxygène semble prendre un excès de charge
négative : −2δ = −2ηe avec e = 1.6 × 10−19 C ; Chaque atome d’hydrogène porte
un excès de charge positive : +δ = +ηe. De ce fait la molécule d’eau possède un
moment dipolaire permanent → −µ de norme = 6.16 × 10−30 C m−1 .
Calculer η , sachant que la distance d (O-H ) est égale à 0.98 × 10−10 m.

On a :
• La charge totale QT = 2δ − 2δ =⇒ QT = 0
• G− , G+ donc la molécule d’eau est une molécule
O
polaire.
• l’expression du moment dipolaire : →
−µ
1

−µ
2
On a : α


−µ = → −µ =⇒ µ = ηed p2(1 + cos α)
−µ + → H ⊕ G+ H
1 2

Donc

−µ
µ A.N
η= √ GGGGGGGGGA η = 0, 32(32%)
ed 2(1 + cos α)
Notation
Liaison covalente/ionique
◮ η > 50% : Liaison à caractère ionique partiel
◮ η < 50% : Liaison à caractère covalent partiel

Activité
Moment dipolaire d’une distribution linéique
On considère une distribution linéique de charge repartie sur un cercle, de centre
O et de rayon R, avec une densité linéique λ = λo sin θ .
1. Quelle est l’unité de λo ?
2. Déterminer la charge totale portée par le cercle.
−−−→
3. Déterminer l’expression du vecteur OG+


4. En déduire l’expression du moment dipolaire P

20 juin 2018 Page -54- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.8. LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE

1. L’unité de λo est C m−1 y


⊕⊕⊕⊕
⊕⊕ ⊕⊕⊕
2. La charge totale ⊕ ⊕⊕


•G+



Z Z M


2π 2π R

⊕ ⊕

⊖ ⊕ ⊕ ⊕
QT = λdℓ =⇒ QT = λo R sin θ dθ = 0
0 0 θ

⊕ ⊖ ⊖ ⊖
x

⊖ ⊖
3. Puisque l’axe Oy est un axe de
symétrie pour la distribution alors


•G−



les barycentres G− et G+ sont situés ⊖⊖
⊖⊖⊖ ⊖⊖

⊖⊖⊖⊖
sur l’axe Oy.

On rappelle que
P −−−→ R
qi OMi −−→
−−→ i OM dq
OG = P = R
qi dq
i

Pour les charges positives On a :

Z π
Q+ = λdℓ =⇒ Q+ = 2Rλo = −Q−
0

−−−→ 1 R π −−→
Sachant que OG+ = OMdq qu’on projette suivant l’axe Oy
Q+ 0

Z π
R2 λ o −−−→ πR →

OG+ = sin2 θ dθ =⇒ OG+ = ey
Q+ 0 4

4. L’expression du moment dipolaire


− −−−−→ −−−→ →−
P = Q+G−G+ = 2Q+ OG+ =⇒ P = λo πR2 →

ey

1.8.2 Le potentiel électrostatique crée par un dipôle dans le cadre


de l’approximation dipolaire.Surface équipotentielle

1.8.2.1 Le potentiel électrostatique




Soit un dipôle de moment dipolaire P modélisé par un doublet (-q,+q) situé respec-
tivement au point N et P et M un point quelconque de l’espace à une distance r de O
milieu de [NP] comme indique la figure suivante

20 juin 2018 Page -55- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.8. LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE



er
z



M




θ r
P(+q)•



P
y

N(−q)•
x ϕ

Le moment dipolaire du dipôle vaut

→−
NP = 2a =⇒ P = 2aq →

ez

En coordonnées sphériques on a :
• Le potentiel V(M) = V(r, θ, ϕ)


• Le champ E (M) = E r (r, θ, ϕ) → −
er + E θ (r, θ, ϕ) →

eθ + E ϕ (r, θ, ϕ) →


→− →
− →
− →−
- Symétrie : Le plan ( er , eθ ) = Π s =⇒ E ϕ = 0


- Invariance : On a invariance par rotation autour de P ( ici l’axe Oz) donc les grandeurs


E (M) et V(M) ne dépendent pas de la variable ϕ c’est à dire



E (M) = E r (r, θ) →

er + E θ (r, θ) →

eθ et V(M) = V(r, θ)

Il en résulte l’utilisation des coordonnées polaires (r, θ)


On rappelle que :
◮ Le potentiel crée par une charge ponctuelle s’écrit avec référence à l’infini ( puisque
la distribution est limitée dans l’espace)

1 q
V(M) =
4πεo r

◮ Le potentiel vérifie le théorème de superposition

q 1 1 q  r− − r+ 
V(M) = V p (M) + VN (M) =⇒ V(M) = − =
4πεo r+ r− 4πεo r− × r+

avec r+ = PM et r− = N M
−−→
On s’interesse au point M tel que kOMk = r ≫ a : c’est l’approximation dipolaire
✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

20 juin 2018 Page -56- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.8. LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE

Dans ce cadre on a :

−r = →
−r ∓ a →

ez =⇒ r±2 = r2 + a2 ∓ 2ar cos θ
±

2a 1
=⇒ r± ≃ r(1 ∓ cos θ) 2
r
a
=⇒ r± ≃ r(1 ∓ cos θ)
r
D’où

r− − r+ ≃ 2a cos θ ; r+ r− ≃ r 2

approximation dipolaire

Donc :

− →
2aq cos θ P. −
er
V(M) = 2
=
4πεo r 4πεo r2

Remarque
Le potentiel électrostatique créé par une charge ponctuelle présente une symé-
trie sphérique et inversement proportionnel à la distance r par contre pour le
dipôle électrostatique et dans le cadre de l’approximation dipolaire, le potentiel
dépend de r et θ et inversement proportionnel à r2 .

1.8.2.2 Surfaces équipotentielles

On rappelle que la surface équipotentielle est l’ensemble des points M tel que V(M) =
cte = Vo
Pour le dipôle électrostatique dans le cadre de l’approximation dipolaire :
✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿
2aq cos θ
V(M) = = cte = Vo donc
4πεo r2

P
V(M) = Vo =⇒ r2 = cos θ
4Vo πεo

C’est l’équation des S.E.P

N.B :En coordonnées sphériques θ ∈ [0, π] donc pour


◮ Pour θ ∈ [0, π/2[=⇒ Vo > 0
◮ Pour θ ∈]π/2, π =⇒ Vo < 0
◮ Pour θ = π/2 =⇒ Vo = 0

Représentation graphique des S.E.P

20 juin 2018 Page -57- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.8. LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE

L’approximation dipolaire non valable

SEP



P

Vo < 0 Vo > 0

1.8.3 Le champ électrostatique crée par un dipôle dans le cadre


de l’approximation dipolaire.Lignes de champ

1.8.3.1 L’expression du champ



− −−−−→
On applique
la relation locale E = −grad V(M) en coordonnées sphériques :

E r = − ∂V = 2p cos θ
∂r 4πεo r3

− 1 ∂V p sin θ
E (M) = E θ = − =
r ∂θ 4πεo r3
1 ∂V
E ϕ = − =0
r sin θ ∂ϕ


− p
E (M) = (2 cos θ →

er + sin θ →

eθ )
4πεo r3

Remarques
Pour le dipole électrostatique

− 1
• E (M) ∝ 3
r


• E (M) peut s’écrire :


− p →
− − → →−
E = 3
(3( P . →
er ) −
er − P)
4πεo r

• Le plan médiateur (yoz) est une surface équipotentielle ; (θ = π/2 =⇒ V = 0)


−[
→ →− →−
• Si on pose α = ( E , E ) l’angle d’inclinaison de E par rapport à →
r

e r

20 juin 2018 Page -58- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.8. LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE



E


− →

Eθ Er
α

θ


P

Question : Quelle est la relation entre θ et α ?


2P cos θ P sin θ
On a : E r = et E θ = donc
4πεo r3 4πεo r3


tan α = =⇒ tan θ = 2 tan α
Er

1.8.3.2 Les lignes de champ


→− −−−−→ →

M ∈ LDC =⇒ E (M) ∧ dOM = 0 ce qui donne

Er 1 Eθ dr cos θ
= =⇒ =2 dθ
dr r dθ r sin θ
Par intégration on obtient
r = ro sin2 θ

LDC L’approximation dipolaire non valable

SEP



P

Vo < 0 Vo > 0

20 juin 2018 Page -59- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.8. LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE

1.8.4 Aspect énergétique


1.8.4.1 Actions subies par un dipole électrostatique rigide

Dans une région de l’espace où règne un champ électrostatique extérieur uniforme



− →−
E e créé par une source extérieure, on place un dipôle rigide de moment dipolaire P



Ee



P
-q

◮ La résultante des forces :



− →
− →
− →− → −
F = q E e + (−q) E e =⇒ F = 0

On retient que si le champ est uniforme, alors la résultante des forces est nulle.

−→ −−−→ →
− −−−→ →

◮ Le moment résultant : M O = OG− ∧ (−q E e ) + OG+ ∧ (q E e ) ce qui donne

−−→ →− → −
M O = P ∧ Ee

Conclusion:


L’action d’un champ extérieur uniforme E e sur un dipôle rigide de


moment dipolaire P se réduit à un couple de force de moment
−−→ →
− → −
M = P ∧ Ee

1.8.4.2 l’énergie potentielle d’un dipole électrostatique rigide



− →

On rappelle que la force électrostatique F = q E est conservative donc pour le dipôle


rigide dans E e extérieur uniforme on obtient :

− −−−−→
→ →
− −−→ →
− −−→
dE p = − F .dOM =⇒ −dE p = −q E e d OG− + q E e d OG+

− −−→ −−→
=⇒ −dE p = q E e (d OG+ − d OG− )

− −−−−→
=⇒ −dE p = q E e dG−G+

−→ −
=⇒ −dE p = d(− P . E e )

20 juin 2018 Page -60- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.9. LE CONDENSATEUR

Ce qui donne


−→ −
Ep = − P.E e

Remarque
−[
→ →

Si on pose α = ( P , E e ) ; déterminer les positions d’équilibre et discuter leur stabi-
lité .

On a :
E p = −PE e cos α

◮ Positions d’équilibre :
dE p
= PE e sin α = 0 =⇒ sin α = 0

Donc les positions d’équilibre sont α = 0 ou α = π
◮ Stabilité :
On a :
d2 E p
= PE e cos α
dα2

d2 E p i
• Pour α = 0 on a = PE e > 0 donc α = 0 est une position d’équilibre stable.
dα2 α=0
d Ep i
2
• Pour α = π on a = −PE e < 0 donc α = π est une position d’équilibre instable.
dα2 α=π
On retient que l’action d’un champ extérieur sur dipôle rigide est de le faire tourner afin
que le moment dipolaire s’oriente colinéairement au champ extérieur.
Remarque
Si le champ extérieur n’est pas uniforme, on admet le cas générale
→−→ −
• Ep = − P .E e
−−→ →− → −
• M = P ∧ Ee

− −−−−→ −−−−→ →
−→ − →−
• F = −grad E p = grad ( P . E e ) , 0

1.9 LE CONDENSATEUR

1.9.1 Définition
Définition
On appelle condensateur deux surfaces en regard portant deux charges opposées
+Q et −Q, séparée par un isolant

20 juin 2018 Page -61- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.9. LE CONDENSATEUR

On caractérise un condensateur par sa capacité C définie par

Q Q
C= = (F)
U V(+Q) − V(−Q)

Avec :
◮ V(+Q) le potentiel de la surface qui porte la charge +Q.
◮ V(−Q) le potentiel de la surface qui porte la charge −Q.

A(Q) B(−Q)
+ −

ISOLANT
+ −
+ −
+ −
+ −
+ −
U

1.9.2 Le condensateur plan


On dit qu’un condensateur est plan si les deux surfaces dites armatures sont planes.
Soit un condensateur plan constitué de deux armatures de surface S séparées par un
isolant d’épaisseur e

A( Q
) + Q) −
+ + B(− − −
+ + − −
+ + + − − − −
+ + + + − − −
+ + + + − − − −
+ + + + − − − −
+ + + + − − − −
U −
+ + + + − − −
+ + + + − − − −
+ + + + →
− − − − −
E −
+ + + + − − −
+ + + + − − − −
+ + + + − − − −
+ − z
+ + − −
+ e −

On suppose pour la suite que



e≪ S

afin de considérer la surface S comme un plan infini (On dit qu’on néglige l’effet de
bord) et par conséquent, le champ total entre les armatures du condensateur plan vaut
Q
en posant σ = la densité surfacique de charge
S


− σ − →− Q →
E = → ez =⇒ E = −
ez
εo S εo

20 juin 2018 Page -62- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.9. LE CONDENSATEUR

− −−−−→

On rappelle que :dV = − E .dOM =⇒ dV = −Edx donc

Z e
V− − V+ = − Edx =⇒ U = V+ − V− = Ee
0

En remplaçant E par son expression on obtient :

Q Q S
U= e =⇒ C = = εo
S εo U e

On rappelle que l’énergie emmagasinée par le condensateur :

1 1 εo S 2 2
Wc = E c = CU 2 =⇒ Wc = E c = E e
2 2 e
ce qui donne
Wc 1 →−
= εo E 2
V 2



par conséquent la densité volumique d’énergie électrique pour le champs E s’écrit

dW 1 → −
we = = εo E 2
dτ 2

1.9.3 Application
D’après CCP/TSI/2010

Dans tout le problème ,εo représente la permittivité diélectrique de l’air, égale à celle du
vide.

1.9.3.1 Condensateur plan

1- On considère un plan infini uniformément chargé avec une densité surfacique σ


positive.
1.1- En considérant les propriétés de symétrie de la distribution de charges, mon-


trer que le champ électrostatique E crée par un plan infini uniformément chargé avec
une densité surfacique σ est orthogonale au plan.

− σ
1.2- Démontrer que E est tel que sa norme E vaut E = . Représenter sur un
2εo


schéma le vecteur E de part et d’autre du plan. On indiquera avec précision la surface
de Gauss choisie.
2- Soit un condensateur plan constitué par deux plans infinis, parallèles, uniformé-
ment chargés et séparés par une distance d . Le plan supérieur étant chargé avec une
densité surfacique σ positive et le plan inférieur étant chargé avec une densité −σ.

20 juin 2018 Page -63- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.9. LE CONDENSATEUR

e
−σ

2.1- En utilisant le théorème de superposition, déduire de la question précédente


le champ électrostatique en tout point de l’espace.
2.2- Déterminer la différence de potentiel U entre les deux plans du condensateur.
On exprimera U en fonction de εo ,σ et d . Identifier clairement, en le justifiant, le plan
dont le potentiel est le plus élevé.
2.3- Définir et déterminer la capacité C du condensateur par unité de surface. On
exprimera C en fonction de εo et d .
3- On introduit entre les deux plaques du condensateur plan une plaque métallique
parallélépipédique d’épaisseur e < d parallèle aux armatures du condensateur. L’épais-
seur e est donc une grandeur finie, mais on considère que les autres dimensions de la
plaque métallique sont infinies.

σ (Π)
(P)
d e
(P′ )
−σ
(Π′ )

On admet que le champ électrostatique est nul à l’intérieur du métal.


Justifier le fait qu’il apparaîtra des charges électriques sur les surfaces supérieure P et
inférieure P’ de la plaque métallique. Déterminer le signe de ces charges. On pourra
s’aider d’un schéma succinct.
4- En utilisant le théorème de Gauss sur une surface que l’on précisera, déterminer
les densités surfaciques de charge σP et σP′ qui apparaissent sur les surfaces P et P’ de
la plaque métallique. Exprimer σP et σP′ en fonction de σ
5-
5.1- Déterminer la valeur du champ électrostatique en un point du condensateur
extérieur à la plaque métallique (entre P et Π d’une part et entre P’ et Π′ d’autre part).
En déduire la différence de potentiel U ′ entre les deux armatures du condensateur . On
exprimera U ′ en fonction de σ, e, d et εo .
5.2- En déduire la capacité surfacique C ′ du condensateur ainsi obtenu. On expri-
mera C ′ en fonction de e, d et εo . Conclure quant à l’influence de la plaque sur la capacité
surfacique du condensateur.

1.9.3.2 Condensateur cylindrique

On considère un condensateur cylindrique composé de deux armatures coaxiales de


hauteur H et de rayons respectifs R1 et R2 avec R1 < R2 et placées dans l’air. L’armature

20 juin 2018 Page -64- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.9. LE CONDENSATEUR

interne porte la charge électrique Q > 0. L’armature externe porte une charge totale −Q.
Les potentiels électriques des armatures sont respectivement V1 et V2 . Soit un point M
situé à la distance r = KM de l’axe : R1 < r < R2 . K est la projection orthogonale du point
du point M sur l’axe du condensateur.
Soit →
−u le vecteur unitaire de la droite (KM) dirigé de K vers M.



On admettra que le champ électrostatique E créé au point M est radial et sa norme ne


dépend que de r. On peut donc écrire E (M) = E(r) →
−u .
On néglige les effets de bord.

1- En appliquant le théorème de Gauss à une surface S que l’on précisera, déterminer


l’expression de E(r). On exprimera E(r) en fonction de Q, εo , r et H . on distinguera les cas
selon que r < R1 ,R1 < r < R2 ou r > R2 .
2- En déduire le potentiel V(r) à une distance r de l’axe lorsque R1 < r < R2 . On
exprimera V(r) en fonction de Q, H, V1 , R1 , εo et r. En déduire la différence de potentiel
U = V1 − V2 entre les deux armatures du condensateur en fonction de Q, εo , H, R1 et R2 .
3- Déterminer la capacité C du condensateur en fonction de εo , H, R1 et R2 .
4- On peut associer au champ électrostatique une densité volumique d’énergie ue
1
égale à εo E 2 .
2
En utilisant l’expression de E(r) déterminée précédemment et en intégrant l’expression
de ue déterminer l’énergie Wc accumulée par le condensateur. On exprimera Wc en fonc-
tion de Q, εo , H, R1 et R2 . En déduire l’expression de Wc en fonction de Q et C .
5- En effectuant un développement limité de l’expression de la capacité déterminée à
la question précédente, montrer que si les rayons des armatures sont très proches, c’est
à dire R2 − R1 = e ≪ R1 , le condensateur cylindrique est équivalent à un condensateur
plan dont on précisera les caractéristiques

1- Le flux du champ électrostatique sortant d’une surface fermée est égal au rapport
de la charge intérieure à la surface sur εo :

− −→ Qint

E .dS =
εo

20 juin 2018 Page -65- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.9. LE CONDENSATEUR


− ρ
L’équation de maxwell-Gauss : div E = permet de démontrer le théorème de Gauss.
εo
Deuxième partie : Condensateur plan
2- Soit le plan infini chargé xOy.


E (M) est un vecteur donc il appartient aux plans de symétrie des charges (M, →

ex , →

ez ) et
(M, →

e,→
y

e):
z
Ainsi invariance par translation donne


E (M) = E(x, y, z) →

ez = E z (z) →

ez

car les directions Ox et Oy sont infinies.


Le plan z = 0 est un plan de symétrie des charges donc E z (z) = −E z (−z)
On considère un cylindre d’axe zz, de rayon R, se trouvant entre les plans z et −z ( z>0).
Par application de Gauss :
σπR2

− −→

E .dS = E z πR2 − E z (−z)πR2 =
εo
ce qui donne

− σ −
E (M) = signe(z) → ez
εo

3-
3.1- On prend le plan(1) (-σ) en z = 0 et le plan(2)(σ) en z = d .
D’après le théorème de superposition on a :

− →
− →− →−
◮ Pour z < 0 : E (M) = E 1 (M) + E 2 (M) = 0

− σ −
◮ Pour 0 < z < d : E (M) = − → ez
εo

− →

◮ Pour d < z : E (M) = 0
3.2- Le potentiel le plus élevé est celui du plan (2) :
Z 1
− −
→ → σd
U = V2 (z = d) − V1 (z = 0) = E .dℓ =
2 εo

3.3- On a, pour le plan2 (σ) :

C εo
Q = σS = V(V2 − V1 ) = CU =⇒ =
S d
4- Le champ électrostatique qui règne dans le condensateur déplace les électrons de
la lame jusqu’à ce que le champ total régnant dans cette lame soit nul.
Il apparaît des charges négatives sur le plan( P) et des charges positives sur le plan (P’).
Surface de Gauss
z
(Π)

(P)

(P′ )

(Π′ )

20 juin 2018 Page -66- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.9. LE CONDENSATEUR

On applique le théorème de Gauss à un cylindre de section S et d’axe z′ z ( voir dessin),




le champ entre les armatures est toujours de la forme E (M) = E z (z) →

ez
Le champ électrique est nul sur les surfaces S et aucun flux ne sort par la surface laté-
rale, donc

− −→
→ 1
E .dS = 0 = (σS + σ p S ) =⇒ σ p = −σ
Σ εo

De même, on en déduit que


σ p′ = +σ

5-
d−e
5.1- On retrouve les mêmes condensateurs séparés de la distance
2

− σ→ − →− σ −
Entre (P) et (Π), E (M) = − ez ; Entre (P’) et (Π′ ) ; E (M) = − → ez .
εo εo
D’où
Z 1
′ − −
→ → σ(d − e)
U = E .dℓ =
2 εo

5.2- On a, pour le plan (Π) : Q = σS = C ′ U ′


D’où
C′ εo C′  C  d C
= =⇒ = >
S d−e S S d−e S

La capacité en présence de la lame est plus grande que sans la lame.


Troisième partie : Condensateur cylindrique
1- On considère un cylindre de même axe que ceux de la distribution de rayon r et
de hauteur H . Comme le champ est radial :
"
− −→
→ − −→

E .dS = E .dS = E r 2πrH
Σ S lat

Le théorème de Gauss donne :



− −→ Qint

E .dS =
S lat εo


− →−
◮ Pour r < R1 : Qint = 0 =⇒ E (M) = 0 .

− →

◮ Pour r > R2 : Qint = Q − Q = 0 =⇒ E (M) = 0 .

− Q → −u .
◮ Pour R1 < r < R2 : Qint = Q =⇒ E (M) =
2πεo rH
dV Q
2- On a : E r = − =⇒ V(r) = − ln r + cte
dr 2πεo H
Q R1
Comme pour r = R1 on a V = V1 alors V(r) = ln + V1
2πεo H r
Ce qui donne
Q R1
U = V2 − V1 = ln
2πεo H R2

20 juin 2018 Page -67- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.9. LE CONDENSATEUR

3-
1
Q = C(V1 − V2 ) =⇒ C = 2πεo H
R2
ln
R1
# 1 # 1
4- On a : W = espace
εo E 2 dτ = cond εo E 2 rdrdθdz
2 2
En intégrant
Q2 R2 1 2
Wcond = ln = Q
4πεo H R1 2C

5- Comme C = 2πεo H/ ln(1 + e/R1 ) et ln(1 + x) ≃ x on peut en déduire que

R1 S lat
C = 2πεo H = εo
e e
C’est la capacité d’un condensateur plan dont les armatures sont séparées de e et ont
une surface S = 2πR1 H .

20 juin 2018 Page -68- elfilalisaid@yahoo.fr


CHAPITRE 2

MAGNÉTOSTATIQUE

La magnétostatique est l’étude du champ magnétique crée par un courant continu.

2.1 Champ et potentiel magnétostatique

2.1.1 Distribution de courant électrique

2.1.1.1 Vecteur densité de courant

Soit un volume V délimité par une surface Σ contenant une charge q.

(V,q)
Σ

Déterminons la charge élémentaire dq qui quitte une surface élémentaire dS pendant la


durée élémentaire dt, ainsi le courant élémentaire dI qui traverse dS .
−→
dS
Les charges dq qui quittent la surface élé-
mentaire dS pendant la durée dt sont si-
tuées dans le cylindre élémentaire de gé-
(V,q)
nératrice la normale de section dS et de

− → − →

hauteur dℓ tel que d ℓ = V dt avec V la vi-
tesse moyenne des porteurs de charges Σ

69
PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

−→
dS


− → −
d ℓ = V dt

Donc le volume du cylindre élémentaire est :

−→ −→ −→ →−
dτ = dS .dℓ =⇒ dτ = dS . V dt
− −→

=⇒ dq = ρ V .dS dt
dq − −→

=⇒ = ρ V .dS = dI
dt
Avec dI le courant élémentaire qui traverse la surface dS .
On pose

− →

j = ρV (A.m−2 )

Vecteur densité de courant

Ce qui donne
"
→− −→ →
− −→
dI = j .dS =⇒ I = j .dS
Σ

Conclusion:

Le courant électrique représente le flux du vecteur densité de


courant à travers la surface Σ

.
Remarque

1. Pour un conducteur cylindrique plein de rayon R parcouru par un courant I continu


on a
Z 2π Z R

− −→
I= j .dS =⇒ I = jπR2
0 0

2. Pour un conducteur cylindrique creux de rayon intérieur Ri et de rayon extérieur Re


parcouru par un courant I continu on a

Z 2π Z Re

− −→
I= j .dS =⇒ I = jπ(R2e − R2i )
0 Ri

20 juin 2018 Page -70- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

3. Pour un conducteur rectangulaire, on a :

" Z ℓZ L

− −→
I= j .dS =⇒ I = jdxdz =⇒ I = jℓL
Σ 0 0

Si ℓR→ R0 c’est à dire ℓ ≪ L alors


ℓ→

j dy)dx →
−n
L
I= 0
( 0
On pose
Z ℓ

− →

j s = lim j dy
ℓ→0 0

Vecteur densité de courant surfacique

Et par conséquent
Z L

− →
I= j s . ; −n dx
0


−n = →

ey

x
(L)



Si j s est uniforme alors I = J s L
4. Pour un courant surfacique

− →

j s = σV

Activité
Sphère chargée en volume en rotation uniforme autour de l’axe oz

Considérons une sphère de rayon R chargée uniformément en volume avec une densité
volumique ρ > 0 en rotation uniforme autour de l’axe oz avec une vitesse angulaire ω.

− →
− →

On a j = ρ V avec V = rω sin θ →

eϕ ce qui donne



j = ρωr sin θ →

20 juin 2018 Page -71- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

Il en résulte que le courant I :


!→
− −→ −→
I= j .dS avec dS == rdrdθ →

eϕ ce qui donne
Z R Z π
2 ρω
I= jdS =⇒ I = ρωR3 = V
0 0 3 2π

Activité
Disque chargé en rotation uniforme autour de l’axe oz


− →
− −

On a V = rω →

eθ =⇒ j s = σrω →

eθ ainsi dℓ = dr →


donc
Z R

− − → 1 σω
I= j s .dℓ =⇒ I = σωR2 = S
0 2 2π

2.1.1.2 Équation locale de la conservation de la charge

Soit un volume V délimité par la surface Σ contenant la charge q.


On note sa densité volumique de charge au point M à l’instant t par ρ = ρ(M, t).
Par conséquent : #
• à l’instant t on a : q(t) = ρ(M, t)dτ
#
• à l’instant t + dt on a : q(t + dt) = ρ(M, t + dt)dτ
Lors de la durée dt le système a échangé la charge δqe tel que
q(t) = q(t + dt) + δqe (E 1 )
Remarquons que (E 1 ) traduit la conservation de la charge.
δqe ! → − −→ !→ − −→
Or = j .dS =⇒ δqe = j .dS dt
dt
D’où (E 1 ) devient :
# # !→ − −→ # !→
− −→
ρ(M, t)dτ = ρ(M, t + dt) + j .dS dt =⇒ [ρ(M, t + dt) − ρ(M, t)]dτ = − j .dS dt
!→− −→ # →

D’après le théorème Green-Ostrogradsky : j .dS = div j dτ Il en résulte que


− ∂ρ
div j + =0
∂t
C’est l’équation locale de la conservation de la charge
Remarque
En régime stationnaire ρ(M, t) = ρ(M) (ρ ne dépend pas du temps) on a
"
→− →
− −→
div j = 0 =⇒ j .dS = 0



j est à flux conservatif (c’est la loi des nœuds)
La charge entrante est égale à la charge sortante c’est à dire pas d’accumulation
des charge dans un nœud.

20 juin 2018 Page -72- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

2.1.1.3 Formulation locale de la loi d’Ohm

Considérons un conducteur AB traversé par un courant continue I du à une différence


de potentielle U = VA − VB > 0

A I B


E
U

On applique la relation fondamentale de la dynamique sur un porteur de charge de masse


m et de charge q dans un référentiel lié au conducteur supposé galiléen :



− →
− dV
qE − λV = m
dt


Avec λ V la force de frottement du au chocs entre la particule chargée et les autres
porteurs à l’intérieur du conducteur.
Ce qui donne


dV λ→− q→−
+ V = E
dt m m
La solution de cette équation différentielle est


− →− λ q→−
V (t) = A exp (− t) + E
m λ

− →
− →
− q→−
Supposons qu’à t = 0 on a V = 0 ce qui donne A = − E .
λ
Il en résulte que
− q→
→ − λ
V = E (1 − exp(− t))
λ m

Représentons la norme de la vitesse


V(m/s)
9

4 Régime transitoire Régime permanent


3

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 t

20 juin 2018 Page -73- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE


− q→− →− →
− →− ρq→ −
En régime permanent on a : V = E =⇒ j = ρ V ce qui donne j = E
λ λ
On pose
ρq
=γ = (S .m−1 )
λ

conductivité du conducteur

1
ρres = (Ω.m)
σ

résistivité du conducteur

On rappelle que pour un conducteur cylindrique de section S et de longueur L on a la


résistance R vaut
L 1L
R = ρres =
S σS
Il en résulte que en régime permanent


− →

j = σE

C’est la loi d’Ohm locale

2.1.2 Champ magnétostatique : loi de Biot et Savart


Soit (C) un circuit , parcouru par un courant continu I .
On appelle élément de courant la grandeur


− →

j js



Idℓ

D. volumique D. surfacique D. linéique


− → →
− − →−
d C = I dℓ = j s dS = j dτ

On admet que :
−→ −−→

− µo dC ∧ PM
d B(M) =
4π PM 3

20 juin 2018 Page -74- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

C’est la loi de Biot et Savart

◮ Unité de B est le Tesla (T ) ou le Gauss (1T = 104G)


◮ µo perméabilité du vide :µo = 4π10−7 H.m−1
◮ Comme en électrostatique , le principe de superposition en magnétostatique reste
valable :


− →

B T otal = Σ B i

− →−
◮ E est un vrai vecteur par contre B est un pseudo-vecteur (ou vecteur axial) puisque
il découle d’un produit vectoriel ( change de sens)
On rappelle que :
• Le champ électrostatique est un vrai vecteur (ou vecteur libre) appartient au plan
de symétrie et perpendiculaire au plan d’antisymétrie.
• le champ magnétique est un pseudo-vecteur (ou vecteur lié) appartient au plan
de d’antisymétrie et perpendiculaire au plan de symétrie
On récapitule que

− →

E B

origine charges fixes charges mobiles

caractère vectoriel vrai vecteur pseudo-vecteur

plan de symétrie appartient perpendiculaire

plan d’antisymétrie perpendiculaire appartient

2.1.3 Applications
2.1.3.1 Segment traversé par un courant

Soit AB un segment parcourut par un courant électrique I , et M un point quelconque


de l’espace
B

P
I
α αB
O •M
αA

A
En coordonnées cylindriques (Oz est confondu avec AB) on a invariance par rotation
autour de l’axe oz et par conséquent le champ magnétique ne dépend pas de l’angle et
donc

− →−
B(M) = B(r, z)

20 juin 2018 Page -75- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE


− →

Puisque le plan (ABM ≡ ( →−
er , →

ez )) est un plan de symétrie alors B(M) = B(r, z) = B(r, z) →


On applique la loi de Biot et Savart :
−→ −−→

− µo dC ∧ PM
dB =
4π PM 3
−−→
→− PM −→ →

Si on pose u = = cos α →
−er − sin α →

ez avec dC = I dℓ = Idz →−
ez et r = PM on obtient
PM
− µo I dz →
→ −
ez ∧ →
−u
dB =
4π r2
r
Sachant que → −
ez ∧ →
−u = cos α →

eθ ainsi z = r tan α =⇒ dz = dα ce qui donne :
cos2 α

µo I →− µo I
dBθ = cos αdα =⇒ B(M) = (sin αB − sin αA ) →


4πr 4πr

Pour un fil infini (αB → π/2 et αA → −π/2) alors en coordonnées cylindriques :


− µo I →

B(fil infini) = eθ
2πr

2.1.3.2 Champ magnétique sur l’axe d’une spire circulaire

Soit une spire circulaire de rayon R traversée par un courant I et M un point de son
axe Oz

−u z

•M

O
R •
P
I

En coordonnées cylindriques ; tout plan diamétral est un plan d’antisymétrie est par
conséquent le champ magnétique est porté par oz.


Puisque on invariance par rotation autour de l’axe oz alors B(M) = B(r, z) →

ez ainsi on a M


sur l’axe r = 0 ce qui donne que B(M) = B(z) →

ez .
−→ −

− µo dC ∧ →
u
La loi de Biot et Savart : d B(M) =
4π PM 3

− →− →
− −→ R
• u = cos α ez − sin α er • dC = IRdθ → −
eθ • sin α = ce qui donne
PM

µo I µo I 3 µo I R2
dB(M) = sin3 α dθ =⇒ B(M) = sin α =
4πR 2R 2 (R2 + z2 )3/2

20 juin 2018 Page -76- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

Représentation graphique
On a :
• B(z) = B(−z) fonction paire donc symétrique par rapport à l’axe oy
• lim = 0
z→+∞
µo I
• B(z = 0) =
2R

B(z)
µo I
2R

Remarque
Si la spire contient N spires collées alors :


− − µo NI
→ µo NI R2
BT = N B = sin3 α →

ez = →

ez
2R 2 (R2 + z2 )3/2

2.1.3.3 Champ magnétique à l’intérieur d’un solénoïde

Un solénoïde est constitué d’un enroulement d’un fil conducteur autour d’un cy-
lindre. On suppose que ce fil est suffisamment mince pour pouvoir modéliser ce solé-
noïde comme une juxtaposition de spires coaxiales, avec n spires par unité de longueur.
Chaque spire est alors parcourue par un courant permanent I. Comme pour la spire
simple vue plus haut, les propriétés de symétrie du courant montrent que le champ ma-
gnétique du solénoïde, qui est la somme vectorielle du champ créé par chaque spire, est
suivant z uniquement. Autour d’un point P situé en z, sur une épaisseur dOP = dz, il y a
ndz spires
N
Avec n = : nombre de spire par unité de longueur .
L
Ces spires créent donc un champ en un point M quelconque de l’axe.

20 juin 2018 Page -77- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

dz I
I ⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙
α2
R
α1
α M
z

⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗

µo Indz 3 R R
On a : dB = sin α Or tan α = =⇒ dz = dα
2R z sin2 α
Attention au signe de dz qui doit être cohérent avec notre convention de signe.
Ici dz>0 pour un dα>0 le sens de α est opposé au sens trigonométrique.
le champ magnétique total s’écrit donc

µo nI →− µo nI
dB = sin α dα =⇒ B(M) = (cos α1 − cos α2 ) →

ez
2 2

Remarque

1. Si M à l’extérieur (à droite ou à gauche ) du solénoïde alors les angles α1 et


α2 sont déterminés à partir de l’axe oz ; en effet :

α2 α2
α1 α1

2. Solénoïde infini : α1 → 0 et α2 → π :



B(M) = µo nI →

ez

3. Au centre :α1 = π − α2 = αc :



B(Mc ) = µo nI cos αc →

ez

20 juin 2018 Page -78- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

2.1.4 Propriétés du champ magnétique


2.1.4.1 Conservation du flux du champ magnétique

On admet que :

− −→
→ →−
B.dS = 0 =⇒ div B = 0
Σ

C’est à dire le flux du champ magnétique à travers une surface fermée est nul (conserva-


tion du flux) ; autrement dit à travers une surface fermée le nombre de vecteur B entrant


est égal au nombre de vecteur B sortant.
Activité
Déterminons le champ magnétique en un point M très proche de l’axe oz : M(r, z)

z


Bz
z + dz →

• Br
z M
r


− →
− →

On a le plan ( →

er , →

ez ) est un plan d’antisymétrie et par conséquent B(M) = B r (M) + B z (M)
ainsi on a invariance par rotation autour de l’axe oz ; ce qui donne


B(M) = Br (r, z) →

er + Bz (r, z) →

ez
 →
− −→
Sachant que Σ B(M).dS = 0 on prend comme surface fermée Σ un cylindre de généra-
trice l’axe oz, de hauteur dz et de rayon r. Par conséquent :
 →− −→ ! →− −→ ! → − −→ ! → − −→
Σ
B(M). dS = 0 =⇒ S
B. dS + S
B. dS + S
B.dS = 0
in f sup lat
Ce qui donne :
−Bz (z)πr2 + Bz (z + dz)πr2 + 2πrdzBr = 0 =⇒

r dBz 3 µo IR2 rz
Br (r, z) = − =⇒ Br (r, z) =
2 dz 4 (R2 + z2 )5/2

µo I 3 µo I R2
Avec Bz = sin α =
2R 2 (R2 + z2 )3/2

2.1.4.2 Théorème d’Ampere

On admet que
I X
− −
→ →
B.dℓ = µo Ii (enlacé) = µo Ie
Γ

20 juin 2018 Page -79- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

C’est le théorème d’Ampere

N.B : Ii est un courant enlacé s’il traverse la surface délimité par le contour Γ

I1
I2 I3 I4

Dans ce cas

Ie = −I2 + I3 + I4

2.1.5 Autres Applications

2.1.5.1 Champ magnétique d’un fil infini traversé par un courant I

I
En coordonnées cylindriques on a :
◮ Le plan ( →

er , →

ez ) est un plan de symétrie


et par conséquent B(M) = B(M) →


→−
◮ Symétrie cylindriques B(M) = B(r) →


Appliquons le théorème Ampere avec le →

• er
contour (Γ) un cercle de rayon r . M
H →− →

Γ
B(M). dℓ = µo Ie =⇒ B(r)2πr = µo I
ce qui donne


− µo I →

B(M)fil infini = eθ
2πr

2.1.5.2 Solénoïde infini traversé par un courant I

Considérons un solénoïde infini, comportant N spires par unite de longueur, chacune


parcourue par un courant I permanent. Étant donne la géométrie cylindrique du solé-
noïde, on se place en coordonnées cylindriques, l’axe z étant l’axe du solénoïde.

20 juin 2018 Page -80- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

Γ2
Γ3
I
⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙

Γ1 R

⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗



Symétrie et invariance donne : B(M) = B(r) →

ez
En utilisant le théorème d’Ampere pour les trois contours Γ1 ,Γ2 et Γ3 :
Z ◮ PourZle contourZΓ1 : Z
− −
→ → − −
→ → − −
→ → − −
→ →
B.dℓ + B.dℓ + B.dℓ + B.dℓ = 0 ce qui donne
| AB{z } | BC{z } |CD{z } | DA{z }
B(r1 )L 0(⊥) −B(r2 )L 0(⊥)

B(r1 ) = B(r2 ) ∀(r1 , r2 ) < R

Il en résulte qu’à l’intérieur du solénoïde le champ magnétique est uniforme.


Z ◮ PourZle contourZΓ2 : Z
− −
→ → − −
→ → − −
→ → − −
→ →
B.dℓ + B.dℓ + B.dℓ + B.dℓ = 0 ce qui donne B(r1) = B(r2 ) comme le champ
| AB{z } | BC{z } |CD{z } | DA{z }
B(r1 )L 0(⊥) −B(r2 )L 0(⊥)
magnétique est nul pour r → ∞ alors en dehors du solénoïde le champ magnétique est
nul.
Z ◮ PourZle contourZΓ3 : Z
− −
→ → − −
→ → − −
→ → − −
→ →
B.dℓ + B.dℓ + B.dℓ + B.dℓ = µo nLI ce qui donne
| AB{z } | BC{z } |CD{z } | DA{z }
BL 0(⊥) 0 0

B(r < R) = µo nI

Champ uniforme à l’intérieur du solénoïde

20 juin 2018 Page -81- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

2.1.5.3 Cylindre infini traversé par un courant I


z
Soit un cylindre infini d’axe oz de rayon R
traversé par un courant continu I .
Déterminons le champ magnétique en
tout point M de l’espace.
Puisque on a : R
• Invariances par translation et rotation
autour de l’axe oz.
• (→

er , →

ez ) = ΠS

− I
On conclut que B(M) = B(r) →


Puisque B ne dépend que de r alors on choisit comme contour d’Ampere un cercle de
rayon r et d’axe oz.
H →− −

◮ M à l’intérieur (r < R) Γ B.dℓ = µo Ie
H →− −→ I
Comme Γ B.dℓ = B(r)2πr et Ie = jS =⇒ Ie = πr2 2 c’est à dire
πR
µo Ir
B(r < R) =
2πR2
H →
− −→
◮ M à l’extérieur (r > R) Γ B.dℓ = µo Ie
H →− −→
Comme Γ B.dℓ = B(r)2πr et Ie = I c’est à dire

µo I
B(r > R) =
2πr

On vérifie bien que


B(R+ ) = B(R− )
C’est à dire pour une distribution volumique le champ magnétique est bien continu.
Representation graphique
B

2.1.5.4 Ruban infini traversé par un courant surfacique

Le champ magnétostatique créé par le ruban de largeur dy, de longueur L ≫ h (as-


similé à un fil infini) et parcouru par un courant dI = j s dy, est, d’après le théorème
d’Ampère :
1
−→ µo j s →
dB(M) = dy−u avec r = (z2 + y2 ) 2
2πr
20 juin 2018 Page -82- elfilalisaid@yahoo.fr
PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE



Le plan (xOz) est un plan de symétrie, donc B(M) est perpendiculaire à ce plan :



B(M) = B(M)→
−e
y

d’où :
Z +h →
−u .→
−e

− −e = µ0 j s
B(M) = B(M).→
y
dy
y
2π −h 1
(z + y ) 2
2 2
Z h Z h
µ0 j s cos α µ0 j s z
= − dy = − dy
2π −h 1 2π −h z2 + y 2
2 2
(z + y ) 2
µ0 j s h
= − arctan
π z

d’où :


− µ0 j s h−
B(M) = − arctan →ey
π z

Plan infini implique h −→ ∞, d’où :



− µ0 j s→ −

− 2 e y si z > 0
B(M) =
µ0 j s
~ey si z < 0
2

La relation de passage du champ magnétique en z = 0 est :


− + → − →

B(0 ) − B(0− ) = µ0 j s ∧ →
−e
z

On a d’après la question précédente :


− + → −
B(0 ) − B(0− ) = −µ0 j s→
−e
y

D’autre part :


µ0 j s ∧ →
−e = µ j →
z
− →− →

0 s e x ∧ e z = −µ0 j s e y

d’où la relation de passage est vérifiée.

2.1.5.5 Nappe infinie traversé par un courant surfacique

Soit une nappe infinie confondue avec le plan xoy traversée par un courant surfacique


j s = js →

ex avec j s > 0.
Déterminons le champ magnétique en M∈ oz

20 juin 2018 Page -83- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

z z

M(z)
S R



y js
J y



js
P Q
M’(-z)

En coordonnées cartésiennes on a :
→− →−
• Invariances par translation suivant les axes ox et oy ce qui donne B(M) = B(x).
→−
• Le plan xoz est un plan de symétrie , donc B(M) = B(z) →

ey
Soit le contour Γ = PQRS P :
◮ On a :Ie = j s L avec PQ = L
H→− −

◮ B(M).dℓ = [−B(z) + B(−z)]L
◮ B(−z) = −B(z)
Le théorème d’Ampere donne


− µo j s →

B(z) = −signe(z) ey
2
C’est un champ uniforme
B
µo j s
2

µo j s

2


− →

On vérifie bien que : B(z) − B(−z) = −µo j s →

ey

− →−
Or →

ey = →

ez ∧ →

ex ce qui donne B(z) − B(−z) = µo j s ( →

ex ∧ →

ez )
→− →
− →
− →

Sachant que : j = j e et e = n
s s x z alors
1→2


− →− →

B(z) − B(−z) = µo j s ∧ →
−n
1→2

C’est la relation de passage

20 juin 2018 Page -84- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

2.1.5.6 Bobines de Helmholtz

I O I
b
x

2d


− →− →
− →− µo NI R2 →

Puisque B = B 1 + B 2 (théorème de superposition ) ainsi B 1 = 2 2 3/2
ex et
2 (R + (x + d) )

− µo NI R2 →

B2 = ex
2 (R2 + (x − d)2 )3/2
Ce qui donne que


− µo NIR2  1 1 →

B(M) = + ex
2 (R2 + (x + d)2 )3/2 (R2 + (x − d)2 )3/2

On remarque que B(x) est une fonction paire B(−x) = B(x).


Faisons un DL au voisinage de x = 0 de B(x)
2 3 (R2 − 4 d 2) 2 15 (R4 − 12 R2 d 2 + 8 d 4) 4
B(x) ≃ − x + x + O(x5 )
R2 + d 2 (3/2) R2 + d 2 (3/2) 2 R 2
+ d 2
( ) ( ) (R + d 2 )2 4( )(3/2) (R2 + d 2 )4
R2 R2 R2
B(x) est uniforme à l’ordre 4 si R = 2d C’est à dire la distance entre les deux

bobines est égale au rayon de la bobine.

20 juin 2018 Page -85- elfilalisaid@yahoo.fr


B(x)
20 juin 2018

PCSI-LYDEX
15 R=6 ;d=1<R

14
R=6 ;d=3=R/2
13

12

11 R=6 ;d=6>R/2

10

4
Page -86-

x
−10 −9 −8 −7 −6 −5 −4 −3 −2 −1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9

2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE


elfilalisaid@yahoo.fr
PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

On peut donc considérer, avec une bonne approximation, que le champ magnétostatique
est uniforme au milieu des deux bobines de Helmoltz lorsqu’elles sont distantes du rayon
commune des bobines R.
Activité
Champ magnétique tournant

Considérons deux paires identiques de bobines de Helmholtz d’axes perpendicu-


laires ox et oy.

− →

Donc : B 1 = µo ni1 →

ex et B 2 = µo ni2 →

ey avec i1 = Io cos ωt et i2 = Io sin ωt.
Le champ magnétique résultant :


− → − →− →−
B = B 1 + B 2 =⇒ B = µo nIo →

er

C’est un champ magnétique tournant

2.1.6 Relation de passage


2.1.6.1 La composante normale


Soit une distribution surfacique de courant j s séparant l’espace en deux régions 1 et
2. Considérons une surface fermée fictive Σ, traversant la nappe de courant.

Milieu 2
S2



S js

S1
Milieu 1

La conservation du flux magnétique a travers cette surface s’écrit :


" " "

− −→ − −→
→ − −→
→ − −→

B(M).dS = B.dS + B.dS + B.dS = 0
Σ S1 S2 SL
Où S L est la surface latérale et S 1 et S 2 les surfaces de bases inférieure et supérieure.
Lorsqu’on fait tendre la surface latérale vers zéro (S 1 tend vers S 2 ), on obtient :
" "
− −→
→ − −→

B.dS + B.dS = 0
S1 S2

20 juin 2018 Page -87- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

"

− →− −→
( B 2 − B 1 ).dS = 0
S 1 =S 2
−→ −→
Puisque :dS 1 = −dS 2 = dS →
−n
1→2
Dans cette limite. Ce résultat étant valable quelque soit la surface S choisie, il vient donc
que :

− → − −
( B 2 − B 1 ). →
n 1→2 = 0 =⇒ B2n = B1n

La composante normale du champ magnétostatique est continue

2.1.6.2 La composante tangentielle

Pour la composante tangentielle, nous allons utiliser le théorème d’Ampere.


Considérons le contour d’Ampere suivant :


−n
1→2
C →

js
N
D
B
M

−τ
A
Milieu 2

Milieu 1

Remarquons que :
−−−→
→− →
− →− MN
• n 1→2 , τ et b = est un trièdre direct.
MN

− −τ ,→

• j s ∈ (→ b ).

− −→ R → − −
• Ie = ABCD j .dS =⇒ Ie = MN ( j s .→
!
τ )dℓ
Le théorème d’Ampere s’écrit alors :
Z Z Z Z
− −
→ → − −
→ → − −
→ → − −
→ →
B.dℓ B.dℓ + B.dℓ + B.dℓ = µo Ie
AB BC CD DA

Lorsque DA → 0 alors on a :
Z Z

− →− − → →
− −
( B 1 − B 2 ).dℓ = (µo j s .→
τ )dℓ
MN MN

Puisque MN est quelconque alors



− →− − → →
− −
( B 1 − B 2 ).dℓ = (µo j s .→
τ )dℓ

− →

Or dℓ = dℓ b =⇒ dℓ(→
−τ ∧ − →
−n
1→2 ) ce qui donne


− → − →
− →
( B 1 − B 2 ).dℓ(→
−τ ∧ − →
−n −
1→2 ) = µo j s .( τ dℓ)

On rappelle que
−a ∧ →
(→
− → →
− − →
b ).−c = ( b ∧ →
c ).−a = (→ −a ).→
−c ∧ → −
b

20 juin 2018 Page -88- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

Permutation circulaire

Il en résulte puisque MN est quelconque ( la direction du vecteur →


−τ est quelconque)que

− → − →
− →
[( B 1 − B 2 ) ∧ →
−n →− −
1→2 ]. τ dℓ = µo j s . τ dℓ


− → − →
− →
− →− →

( B 1 − B 2) ∧ →
−n →

1→2 = µo j s =⇒ ( B 2 − B 1 ) = µo j s ∧ n 1→2

la composante tangentielle du champ magnétique est discontinue.

Puisque

− →− →
− → −
[( B 1 − B 2 ) ∧ →
−n →

1→2 ] ∧ n 1→2 = ( B 2 − B 1 )

2.1.7 Potentiel vecteur. Forme locale du théorème d’Ampere


2.1.7.1 Définition

On rappelle que le champ magnétique est à flux conservatif c’est à dire




− −→ →−
B(M).dS = 0 =⇒ div B(M) = 0
Σ
→−
Or pour tout vecteur V quelconque

−−→ →
− →
− → −
div rot V = 0 ∇.(∧ V ) = 0)
| {z }

il en résulte que

− →
− −−→ →

div B(M) = 0 ⇐⇒ B(M) = rot A (M)


A (M) est appelé potentiel vecteur.
Remarque


− →

1. E dérive d’un potentiel scalaire V(M) par contre B(M) dérive d’un potentiel vec-


teur A (M).


2. Le potentiel vecteur A (M) présente les mêmes symétries que la source du champs(


I ou j ).


3. Le potentiel vecteur A n’est pas unique, en effet si on pose

−′ →− −−−−→
A = A + grad f
avec f une fonction scalaire quelconque alors
−−→ →
− − −−→ −−−−→
−−→ → −−→ →
− −−→ →
− → −
rot A ′ = rot A + rot grad f (M) =⇒ rot A ′ = rot A = B

On retient que :

− →

Le champ magnétique B est unique par contre le potentiel vecteur A est
−−−−→
défini à un grad près

20 juin 2018 Page -89- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE


− →

4. Relation intégrale entre A et B :
On applique le théorème Stokes pour le potentiel vecteur
I "
− −
→ → − −→
−−→ →
A.dℓ = rot A.dS
Γ Σ
→− −−→ → −
Ce qui donne sachant que B = rot A
I "
− −
→ → − −→

A.dℓ = B.dS
Γ Σ

Activité
Considérons un fil rectiligne infini traversé par un courant I constant.

− →
− →

Déterminons le potentiel vecteur A avec A(r = R) = 0 . par les relations locale et
intégrale


− µo I →

on rappelle que : B(M) = eθ
2πr
Ainsi :
−−→ →− 1 ∂Az ∂Aθ → ∂Ar ∂Az → ∂Aθ 1 ∂Ar →
rot A = ( − )−
er + ( − )−
eθ + ( − )−
ez
r ∂θ ∂z ∂z ∂r ∂r r ∂θ

− →− →

Le courant I à le même sens que ez et par conséquent A(M) = Az (r) ez
Première méthode : Relation locale
→− −−→ → −
On a B = rot A ce qui donne :
 


 1 ∂Az ∂Aθ 

 1 ∂Az ∂Aθ


 B r = − 

 0 = −


 r ∂θ ∂z 

 r ∂θ ∂z


 

 µo I
∂Ar ∂Az =⇒  ∂A r ∂A z


 Bθ = − 
 = −


 ∂z ∂r 

 2πr ∂z ∂r


 ∂Aθ 1 ∂Ar 

 ∂Aθ 1 ∂Ar


 Bz = − 

 0 = −
∂r r ∂θ ∂r r ∂θ
∂Az d Az µo I
Il en résulte que : = =− Ce qui donne
∂r dr 2πr

− µo I R
A (M)fil infini = ln
2π r
Deuxième méthode : Relation intégrale
Soit le contour Γ : rectangle de largeur dr et de lon- I
gueur h.
H →− −→ R → − − → R → − − → R → − − → R → − −
→ S R
◮ Γ
A. dℓ = PQ
A . dℓ + QR
A . dℓ + RS
A . dℓ + S P A.dℓ
H →
− −→
=⇒ Γ A.dℓ = (A(r + dr) − A(r))h.
! → − −→
◮ Σ B.dS = −Bhdr →
− →

Il en résulte que : h A B
N
dAz µo I
(Az (r + dr) − Az (r))h = −Bhdr =⇒ = − Ce qui →
−n
dr 2πr
donne avec Az (R) = 0 :
P Q

− µo I R dr r + dr
A(M)fil infini = ln
2π r

20 juin 2018 Page -90- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

Application 1 : Solénoïde infini

I
⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙⊙

R


B (M)
z



A (M)
⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗⊗



Symétrie et invariance donne A(M) = A(r) →

eθ donc Γ est un cercle de rayon r On rappelle


que B(M) = µo nI →

ez
H ◮ Pour r<R

− →
− ! : − −→

A (M).dℓ = B.dS =⇒ 2πrA(r) = µo nIπr2 ce qui donne


− µo nI →
A (r < R) = r−

H→ ◮ Pour r>R :
− → !→
− − −→
A (M).dℓ = B.dS =⇒ 2πrA(r) = µo nIπR2 ce qui donne


− µo nIR2 →

A(r < R) = eθ
2πr

Représentation graphique :
A
µo nIR

R r

2.1.7.2 Forme locale du théorème d’Ampere


H →− →

On rappelle que Γ
B(M).dℓ = µo Ie
H →
− → ! −−→ →
− − −→
Or d’après le théorème de Stokes : Γ B(M).dℓ = Σ(Γ) rot B(M).dS
! →− −→
Ainsi Ie = Σ j .dS ce qui donne

−−→ →
− →

rot B(M) = µo j

20 juin 2018 Page -91- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

C’est l’équation de Maxwell-Ampère simplifiée


Remarque

− →

Comparaison des lois de conservation pour E et B en régime stationnaire

Flux Circulation

⊲ Non conservé ⊲ Conservée



− →− ρ − →
−−→ → −
E ⊲ div E = (M.G) ⊲ rot E = 0
εo
 →− −→ Qint H→
− −→
⊲ Σ E .dS = (T.G) ⊲ E .dℓ = 0
εo
⊲ conservé ⊲ Non Conservée

− →− −−→ →
− →

B ⊲ div B = 0 (M.T) ⊲ rot B = µo j (M.A)
 →− −→ H→
− −

⊲ Σ
B.dS = 0 ⊲ B.dℓ = µo Ie

2.1.8 Équation de Poisson de la magnétostatique



− −−→ →
− −−→ →
− −−→ −−→ →

On rappelle que B = rot A =⇒ rot B = rot (rot A)
−−→ −−→ →− −−−−→ →
− →

Or rot (rot A ) = grad (div A ) − ∆ A

− →−
Puisque le potentiel vecteur A n’est pas unique, et si on impose au potentiel vecteur A
de vérifier la jauge de Coulomb valable en régime stationnaire



div A = 0

Jauge de Coulomb
Alors on obtient

− →
− → −
∆ A + µo j = 0

C’est l’équation de Poisson de la magnétostatique


Remarque
L’équation vectorielle de Poisson est équivalente à trois équations scalaires ( pro-
jetées sur les axes) ; en coordonnées cartésiennes par exemples elle est équiva-
lente à :






 ∆A x + µo j x = 0




− →
− → − 

∆ A + µo j = 0 =⇒ 
 ∆Ay + µo jy = 0








 ∆Az + µo jz = 0

20 juin 2018 Page -92- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE

Si on compare les équations de Poisson pour le potentiel électrostatique V(M) et le po-




tentiel vecteur A (M)

Électrostatique Magnétostatique
1 →
− →
− → −
∆V(M) + ρ = 0 ∆ A + µo j = 0
ε


V(M) A(M)


ρ j
1
µo
εo
Par analogie on montre que la solution de l’équation de Poisson pour la magnétostatique
lorsque le potentiel vecteur vérifie la jauge de Coulomb pour une distribution finie

$ −→

− µo dC
A (M) =
4π V PM

C’est à dire
$ −→ $ →− " →− Z − →

− µo dC Distribution µo j dτ Distribution µo j s dS Distribution µo I dℓ
A (M) = −−−−−−−−→ −−−−−−−−→ −−−−−−−−→
4π V PM volumique 4π V r sur f acique 4π Σ r linéique 4π Γ r

Remarque


1. Pour une distribution infinie, le calcul du potentiel vecteur A (M) se fait à

− −−→ →

partir de la relation B(M) = rot A(M).


2. Le potentiel vecteur A est un vrai vecteur et par conséquent possède les


même propriétés que le champ E


− →

A ∈ ΠS ; A ⊥ ΠA

En plus possède le même sens que le courant

2.1.9 Applications (énoncé voir TD)

1 Potentiel vecteur d’un champ stationnaire uniforme.


−−→ →−
En coordonnées cartésiennes On a :OM = x →

ex + y →

ey + z →

ez et B = Bo →

ez donc

0 x A = − 1 B y
x 2
o
− 1
→ −
→ 1
A = 0 ∧ y =⇒ A = Ay = Bo x
2 2

Bo z Az = 0

20 juin 2018 Page -93- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.1. CHAMP ET POTENTIEL MAGNÉTOSTATIQUE


− →− −−→ → − →

A est un potentiel
vecteur vérifiant la jauge de Coulomb si B = rot A et div A = 0

∂ − 1 B y 0
∂x 2 o
− ∂
−−→ → 1 −−→ →

◮ rot A = ∧ Bo x = 0 =⇒ rot A = Bo →

ez .
∂y 2
∂ 1 B + 1 B = B
∂z 0 2
o
2
o o

− 1 ∂(Bo y)
→ 1 ∂(Bo x) →

◮ div A = (− )+ ( ) =⇒ div A = 0
2 ∂x 2 ∂y
→−
on retient que si B est un champ magnétostatique alors il dérive d’un potentiel vecteur
vérifiant la jauge de Coulomb

− 1→
→ − −−→ 1→−
A = B o ∧ OM = B o ∧ →
−r
2 2

2 Spire circulaire

R
M(z) z
I




− µo H I dℓ →
− µo I H Rdθ → −

A (M) = =⇒ A (M) = √
4π PM 4π R2 + z 2

− µ IR H
dθ →

o
=⇒ A (M) = √ eθ
4π R + z2 2

− µo IR R 2π
=⇒ A (M) = √ 0
(− sin θ →

ex + cos θ →

ez )dθ
4π R + z2 2


− →−
A (M ∈ oz)Spire circulaire = 0

3 Cylindre infini

20 juin 2018 Page -94- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. DIPÔLE MAGNÉTIQUE

Symétrie et invariance donne :


z


A (M) = Az (r) →

ez

On
 rappelle que

 →− µo I → − R

 r 6 R =⇒ B(M) = 2πR2 r eθ



 →− µI −
 r > R =⇒ B(M) = o →
 eθ
2πr
→− −−→ → − dAz (r)
B = rot A =⇒ = Bθ I
dr
ce qui donne :
Z
A(r) = − B(r) dr

◮ Pour
µo I 2
r 6 R =⇒ A = 2
(R − r2 )
4πR

◮ Pour
µo I R
r > R =⇒ A = ln
2π r

Représentation graphique

A
µo I

r

2.2 Dipôle magnétique

2.2.1 Définition. Moment magnétique

Définition
On appelle dipôle magnétique une boucle de courant.

En effet : Soit (Γ) un circuit linéique fermé parcouru par un courant I

20 juin 2018 Page -95- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. DIPÔLE MAGNÉTIQUE

(S) −→
dS = dS→
−n

(Γ)
I

(S) est une surface quelconque s’appuyant sur le boucle (Γ).


−−→
◮ On caractérise le dipôle magnétique par son moment dipolaire M définie par

"
−−→ −→
M =I dS (A.m2 )
(S )

Remarques
1. En pratique puisque la surface (S) est quelconque on prend la surface de la
boucle.
Exemples :

−→
• Spire circulaire de rayon R : M = IπR2 → −
ez .
−−→ 2→

• Spire carrée de côté a : M = Ia ez
−→ 1 −−→ −−−−→
2. sachant que dS = OM ∧ dOM alors :
2
−−→ 1 H −−→ −−−−→ −→ 1 H −−→
− −−−−→
M = I OM ∧ dOM =⇒ M = OM ∧ I dOM
2 (Γ) 2
−−−−→ −→ → − →

Or I dOM = dC = j s dS = j dτ ce qui donne

−−→ → 1 H −−→
−n = I ! − −−−−→ 1 ! −−→ →
− 1 # −−→ →

M = IS→ dS = OM ∧ I dOM = OM ∧ j s dS = OM ∧ j dτ
2 2 2

Activité
Déterminer le moment magnétique :
1. D’un disque, de rayon R, chargé par une densité surfacique de charge σ en
rotation uniforme autour de son axe à la vitesse ω ( constante ).
2. D’une sphère, de rayon R, chargée par une densité volumique ρ en rotation
uniforme autour de l’un de ses axes à la vitesse ω constante.
3. D’une sphère, de rayon R, parcourue par un courant surfacique


j s = Jo sin θ →

eϕ .

20 juin 2018 Page -96- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. DIPÔLE MAGNÉTIQUE

−−→ 1 −−→ −→ −−→ −→ → − −→


1. On a d M = OM ∧ dC avec OM = r → −
er et dC = j s dS =⇒ dC = σrω →

eθ dS
2

−→ 1
ce qui donne : d M = r2 ωrdrdθ →

ez et par conséquent
2


−→ 1
M = σπωR4 →

ez
4

Où bien on subdivise le disque en des couronnes élémentaires de largeur dr, son


moment magnétique élémentaire s’écrit :

−→
d M = πr2 i →

ez avec i = σrωdr ce qui donne :


−→ −−→ 1
ez =⇒ M = σπωR4 →
d M = σωr3 dr →
− −
ez
4

2. Soit une sphère chargée uniformément en volume (ρ) de rayon R en rotation uni-
forme autour de l’axe oz.
−−→
Le moment magnétique de la sphère s’écrit : M = M →

ez .

−→ 1 −−→ −→
Sachant que : d M = OM ∧ dC.
2
−−→ −
→ →
− →
− −→
Avec OM = r →−
er et dC = j dτ = ρ V dτ =⇒ dC = ρrω sin θdτ →



−→ 1 2
Ce qui permet d’écrire que d M = − ρr ω sin θdτ → −

2
Par projection sur → −
ez on trouve :

−→ → 1 π
dM . −
ez = ρr4 ω sin2 θ dr dθ dϕ cos( − θ) et par intégration on trouve
2 2

−−→ 4
M = πρωR5 →

ez
15

Ou bien on décompose la sphère en des couronnes élémentaires de section rdrdθ.


La couronne élémentaire possède un moment magnétique élémentaire :

−→
d M = π(r sin θ)2 di →

ez

avec di le courant élémentaire qui traverse la section de la couronne élémentaire


qui vaut
di = ρV dr rdθ =⇒ di = ρr2 ω sin θdr dθ
Pa conséquent :

−→
d M = πρωr4 sin3 θdrdθ →

ez
On rappelle que :
Z π
4
sin3 x dx =
0 3

Il en résulte que
−−→ 4
M = πρωR5 →

ez
15

20 juin 2018 Page -97- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. DIPÔLE MAGNÉTIQUE



3. La sphère, de rayon R, parcourue par un courant surfacique j s = Jo sin θ →

eϕ .
−−→
Remarquons que pour cette sphère on a M = M →

ez .
−−→ −→ → − −→
er et dC = j s dS =⇒ dC = jo sin dS →
Ainsi OM = R →
− −
eϕ avec dS = R2 sin θdθdϕ donc :

−→
d M = −c jo R3 sin2 θdθdϕ →

par projection sur oz on trouve

−−→ − 1
dM . →
ez = jo R3 sin3 θdθdϕ
2
Par intégration sur θ et ϕ on trouve :

−−→ 4 3 →
M = πR jo −
ez = jo V →

ez
3

avec V le volume de la sphère.

2.2.2 L’expression du potentiel vecteur dans l’approximation di-


polaire
Considérons un dipôle magnétique rigide de forme circulaire de rayon R, et M un
point de l’espace tel que M = M(r, θ, ϕ)



er
z



M




θ r

−−→
M
y

x ϕ

L’approximation dipolaire nécessite que r ≫ R


→−
◮ le plan ( →

er , →

eθ ) est un plan d’antisymétrie ce qui donne A (M) = Aϕ (M) →

eϕ .
◮ On a invariance par rotation autour de oz ce qui donne que


A (M) = A(r, θ) →

20 juin 2018 Page -98- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. DIPÔLE MAGNÉTIQUE

On a :



− µo I H dℓ
A (M) =
4π C PM
On rappelle le théorème de Kelvin
I "

→ −→ −−−−→
f (M)dℓ = dS ∧ grad f (M)
C S (C)


− µo I ! −→ −−−−→ 1
Ce qui donne : A(M) = S (C)
dS ∧ grad P
4π PM
−−→ →
− →− →− 1  −1/2
Or :PM = (x M − xP ) e x +(y M −yP ) ey +(z M −zP ) ez donc = (xM − xP )2 +(y M −yP )2 +(z M −zP )2
PM
−−−−→ 1 ∂ 1 → − ∂ 1 →− ∂ 1 → − −−−−→ 1 −−→
PM
grad P = ( ) ex + ∂yP ( PM ) ey + ∂zP ( PM ) ez =⇒ grad P PM = PM 3
PM ∂xP PM
Il en résulte que
" −−→

− µo I −→ PM
A (M) = dS ∧
4π S (C) PM 3
Dans l’approximation dipolaire

−−→ −−→
PM OM
L’approximation dipolaire =⇒ 3

PM OM 3

−−→

− µo ! −→ OM
Ce qui permet d’écrire que : A (M) = I dS ∧
4π S (C) OM 3
−−→ ! −→
On rappelle que : M = I S dS ce qui donne

−−→ −−→ −
−→ −

− µo M ∧ OM µo M ∧ → er µo
A(M) = 3
= 2
= 2
M sin θ →


4π OM 4π r 4πr

Potentiel vecteur en coordonnées sphériques dans l’approximation dipolaire

2.2.3 Le champ magnétique dans l’approximation dipolaire



− −−→ →
− →
− µo
On a : B(M) = rot A (M) avec A = Aϕ →

eϕ = M sin θ →−

4πr2
→−
Ainsi en coordonnées sphériques pour A = Ar →

er + Aθ →

eθ + Aϕ →

eϕ on a :

−−→ →
− 1 ∂(sin θAϕ ) ∂Aθ → 1 1 ∂Ar ∂(rAϕ ) → 1 ∂(rAθ ) ∂Ar →
rot A = [ − ]−
er + [ − ]−
eθ + [ − ]−

r sin θ ∂θ ∂ϕ r sin θ ∂ϕ ∂r r ∂r ∂θ
Ce qui donne :



 1 ∂(sin θAϕ ) ∂Aθ 2µo M cos θ


 B r = [ − ]=


 r sin θ ∂θ ∂ϕ 4πr3

 1 1 ∂Ar ∂(rA ϕ ) µo M sin θ


 Bθ = [ − ]=


 r sin θ ∂ϕ ∂r 4πr3




 Bϕ = 0

20 juin 2018 Page -99- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. DIPÔLE MAGNÉTIQUE

Qu’on peut écrire



− µo M  →
− →
− 
B(M) = 2 cos θ er + sin θ eθ
4πr3

Activité
Relation intrinsèque du champ magnétique dipolaire (TD)

1. On a :
→− µo M  →
− →
− 
B(M) = 2 cos θ e r + sin θ eθ
4πr3
→− µoM
 → − →
− →− →− →
− 
=⇒ B(M) = 2( ez . er ) er + sin θ( e ϕ ∧ e r )
4πr3
→− µo M  → − →
− →− →
− →− →− 
=⇒ B(M) = 2( ez . er ) er + ( e z ∧ e r ) ∧ e r )
4πr3
→− µo M  →
− →
− →− →− →− →
− 
=⇒ B(M) = 2( ez . er ) er − er ∧ ( e z ∧ e r )
4πr3
→− µo M  → − →
− →− →− →
− →− →
− →
− →
− 
=⇒ B(M) = 2( ez . er ) er − e z ( e r . e r ) + e r ( ez . er )
4πr3
→− µo M  
=⇒ B(M) = 3( →

ez . →

er ) →−er − →−
ez
4πr3
→− µo  −−→ −−→ −−→ 2 −−→
=⇒ B(M) = 3(M .OM)OM − r M
4πr5
2. L’équation des lignes de champ :

− −−−−→ →
→ − Br Bθ
B ∧ dOM = 0 =⇒ =
dr r dθ
Par intégration
r = ro sin2 θ

Représentation graphique

LDC L’approximation dipolaire non valable

−−→
M

20 juin 2018 Page -100- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. DIPÔLE MAGNÉTIQUE

2.2.4 Actions d’un champ magnétique sur un dipôle


−−→
Considérons un dipôle magnétique supposé rigide, de moment magnétique M , de
dimensions très petites devant les distances ou s’exercent ses effets, et placé dans un


champ extérieur B ext . L’hypothèse du dipôle de petites dimensions permet de pouvoir


considerer B ext comme quasi uniforme sur la surface S limitée par le circuit constituant
le dipôle.

−−→
M



B ext

2.2.4.1 Résultante des forces


− H −
→ → → − →− H →
− →−
On a F =I dℓ ∧ B ext =⇒ F = I( dℓ) ∧ B ext
H −

Comme dℓ = 0 alors
I

− → →
− − →−
F = I dℓ ∧ B ext = 0



On retient que la résultante de la force de Laplace du à un champ B ext uniforme sur un
dipôle magnétique rigide est nulle.
Remarque

− −−→
Si le champ magnétique B ext ( ou le moment magnétique M du dipôle ) n’est pas
uniforme alors la résultante des forces de Laplace n’est pas forcément nulle.

2.2.4.2 Le moment résultant des forces de Laplace


− H −−→
→ →
− →
− →
− H −−→ →
− −
→ →− −−→ −

Γ = C OM ∧ (I dℓ(M) ∧ B) =⇒ Γ = I C [(OM. B)dℓ(M) − B(OM.dℓ(M))]
→− H −−→ →− −→ H −−→ −−−−→ →
− →
− −−−−→
=⇒ Γ = I C (OM. B)dℓ(M) − I( C (OM.dOM)) B puisque dℓ(M) = dOM
Or :
H −−→ −−−−→ H 1 −−→
• C OM.dOM = C d( OM 2 ) = 0
2
• D’après le théorème de Kelvin
H −−→ → − −
→ ! −→ −−−−→ −−→ → −
C
(OM. B)dℓ(M) = S
dS ∧ grad M (OM. B)

20 juin 2018 Page -101- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. DIPÔLE MAGNÉTIQUE

−−→ →−
On a : OM = x →

ex + y →

ey + z →

ez et B = B x →

e x + By →

ey + Bz →

ez
−−→ →
− −−−−→ −−→ →
− →−
donc : OM. B = xB x + yBy"
+ zBz =⇒ grad M (OM. B) = Bx →

e x + By →

ey + Bz →

ez = B

− −→ →

Il en résulte que : Γ = I dS (M) ∧ B
S
| {z }



M

− −
→ −→ →

Γ =M ∧B

Conclusion:


L’action d’un champ magnétique B ext uniforme sur un dipôle rigide se

− −−→ →

réduit à un couple de forces dont le moment est Γ = M ∧ B ext

2.2.4.3 Énergie potentielle d’interaction d’un dipôle rigide placé dans un champ
extérieur

On rappelle que d’après le théorème de Maxwell : δW = I dΦ = I dΦc


Si I = cte alors δW = d(IΦ + cte) = −dE p ce qui donne

E p = −IΦ + cte



C’est l’énergie potentielle magnétique du contour (C) placé dans un champ B ext

Remarque
Soit W le travail fourni
R Φ(t2pour déplacer le contour à I = cte
)
δW = IdΦ =⇒ W = I Φ(t ) et après intégration
1

Wt1 →t2 = I(Φ(t2 ) − Φ(t1 )) > 0 =⇒ Φ(t2 ) > Φ(t1 )

Conclusion:

Sous l’action d’un champ magnétique extérieur, le contour (C) se déplace




dans le sens où le flux de B à travers (C) augmente : C’est la règle du flux maxi-
mum.

Pour un dipôle magnétique, l’énergie potentielle peut s’écrire :


! −→ → −
E p = −IΦ =⇒ E p = −(I S
dS ). B ext ce qui permet d’écrire que

−−→ →

E p = −M . B ext

20 juin 2018 Page -102- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. DIPÔLE MAGNÉTIQUE

2.2.4.4 Actions subies par un dipôle magnétique dans un champ extérieur




On admet la généralisation de l’action d’un champ magnétique extérieur B ext sur un
−−→
dipôle magnétique de moment M

−−→ →
− − −−→ →
→ −
E p = −M . B ext et Γ = M ∧ B ext


− →

Et par conséquent si on appelle F la résultante des forces de Laplace et Γ son moment
alors :

− −−−−→ →− −−−−→ −−→ →

F = −grad E p =⇒ F = grad M . B ext

Ainsi
− −
→ −→ →−
Γ = M ∧ B ext

2.2.4.5 Comparaison entre les dipoles électrostatique et magnétique

Dipôle électrostatique Dipôle magnétique

Définition QT = 0 avec G− , G+ Boucle de courant

Modélisation G− (−q) ←→ G+ (+q) spire parcouru par un courant I


−−−−→ −−→
L’expression du moment P = qG−G+ M = IS→ −n

− −−→ Q −−→ −−→ Q
Symétrie ( P , OM) = s (M , OM) = A

− −−→
Invariance Par rotation autour de P Par rotation autour de M
−−→ −
1 P .→ −
er µo M . → er
Potentiel scalaire V(M) = 2
Vm (M) = 2
4πεo r 4π r
−−→ −

− µo M ∧ → er
Potentiel vecteur / A(M) =
4π r2

− P − µo M

Expression du champ E = (2 cos θ →

er + sin θ → −
eθ ) B= (2 cos θ → −
er + sin θ → −
eθ )
4πεo r3 4πr3

− 1 →
− µ −−→ −


(3(P . → −
er ) →
− (3(M . → −
er ) →

o
Relation intrinsèque E = er − r2 P ) B = er − r2 M )
4πεo r3 4πr3

− −−→ → −
Énergie potentielle E p = −P . E e E p = −M . B e
− −−−−→
→ →
− − −−−−→ −−→ →
→ −
Résultante des forces F = grad (P . E e ) F = grad (M . B e )

− →
− − −−→ →
→ −
Moment du couple Γ = P ∧ Ee Γ = M ∧ Be

20 juin 2018 Page -103- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. LE CHAMP MAGNÉTIQUE TERRESTRE

2.3 Le champ magnétique terrestre


ÉNONCÉ

1. Propriétés du champ magnétique terrestre


À notre échelle, tout ce passe comme s’il existait à l’intérieur de la terre un aimant
droit comme l’indique la figure.
(a) Reprendre le schéma et indiquer :
- Les pôles de l’aimant
- Quelques lignes de champ orientées.
Les pôles d’une boussole située au point P.
NG
NM
P

NG : Nord géographique
SG : Sud géographique
E E: équateur géographique
NM : Nord magnétique
SM: Sud magnétique

SM
SG

(b) L’observatoire de Chambon la Forêt (France) a déterminé pour l’année 2001


les caractéristiques suivantes du champ magnétique terrestre :
- Déclinaison Db = 2o W (ouest)
- Inclinaison b
I = 64o
- Valeur totale B = 47450 nT
Définir à l’aide d’un schéma ,la déclinaison et l’inclinaison magnétiques.
(c) Àpartir des données précédentes , calculer la composante horizontale BH du
champ magnétique terrestre.
2. Mesure de la valeur de la composante horizontale BH du champ magnétique ter-
restre. On réalise une bobine plate de N spires de rayon R parcourues par un cou-
rant d’intensité I .
(a) Justifier que le champ au centre de la bobine est donné par la relation :

µo NI
B=
2R
(b) On dispose au centre de la bobine et perpendicu-
lairement à son plan une petite aiguille aimantée.
en l’absence de courant dans la bobine , l’aiguille
aimantée est perpendiculaire à l’axe de la bobine
comme l’indique la figure ci-contre. Que se passe-
t’il lorsque la bobine plate est parcourue par un cou-
rant ? s’aider d’un schéma.
(c) Lorsque l’aiguille aimantée atteint sa position d’équilibre en présence de cou-
rant , elle a dévié d’un angle α .Exprimer la valeur de la composante horizon-
tale du champ magnétique terrestre BH en fonction de N, I, R et α
(d) A.N : I = 1, 2 A ;R = 10 cm ;N = 10 et α = 75o . Calculer BH . Conclure.

20 juin 2018 Page -104- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. LE CHAMP MAGNÉTIQUE TERRESTRE

1-

◮ D : déclinaison, c’est l’angle entre le nord géographique et le nord magnétique


→−
◮ I : inclinaison, c’est l’angle que fait B T avec l’horizontale
A.N
◮ BH = BT cos I GGGGGGGGGA BH = 20800 nT
A.N
◮ BV = BT sin I GGGGGGGGGA BV = 42647 nT

− µo NI →

2- B(O) = ez
2R
A.N
3- BH = Bo cot α GGGGGGGGGA BH = 20 µT
4- Les résultats sont en accord avec une précision de

20, 8 − 20
≃ 4%
20, 8

20 juin 2018 Page -105- elfilalisaid@yahoo.fr