Vous êtes sur la page 1sur 116

Cours

Hydraulique & Aéraulique


4A Cycle Ingénier - GETIR

Pr. Mohammed SRITI


mohammed.sriti1@gmail.com

1 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Partie I : Hydraulique
1. Définitions et rappels
2. Pertes de charge
3. Vannes de régulation
4. Pompes centrifuges
5. Equilibrage d’un réseau hydraulique

Partie II : Aéraulique
 Ventilateurs

2
Partie I
Hydraulique
1. Définitions et rappels

4
Objectifs

Savoir les concepts de base et de fonctionnement des


réseaux hydrauliques et aérauliques,
Comprendre et contrôler les pertes de charge (énergie)
pour un écoulement dans différentes conduites et vannes,
Quantifier les échanges entre le fluide et des machines
tournantes réceptrices (Turbines, éoliennes, …) ou
génératrices (pompes, ventilateurs, compresseurs, …)
Définitions & Généralités

C’est une science qui étudie l’hydrostatique et l’hydrodynamique


des liquides.
 Hydrostatique : l’eau ne bouge pas (étude de l’équilibre des liquides)

Hydrodynamique : l’eau bouge ou circule dans les tuyaux (étude des


mouvements des liquides)
Hydraulique est donc une science qui décrit l’écoulement des liquides

Trois grandeurs physiques permettent de comprendre l’écoulement


de l’eau dans les tuyaux:

 Débit
 Pression,
 Pertes de Charge
Débit massique – Débit volumique

Le débit massique m est le rapport de la masse m de liquide


s’écoulant pendant le temps t:
m
m 
t

Le débit volumique qV est le volume de fluide , par unité de


temps, qui traverse une section:

V
qV 
t

La relation entre le débit massique et le débit volumique:

m   .qV

7 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Conservation de la masse

m e
m s
 .dV

m
L’équation de conservation de la masse: m e  m s 
t

V
Pour un fluide incompressible : qVe  qVs 
t

8 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Equation de Bernoulli simple

Hypothèse : Fluide parfait

Equation de conservation de l’énergie totale : Relation de Bernoulli


1 2 p
.u  g . z   cste  J / kg 
2 
1
. .u 2  .g.z  p  cste  Pa 
2
9 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Application 1: Vidange d’un réservoir

On considère un réservoir circulaire de diamètre D1 = 6 m muni à son fond


d’un orifice de vidange circulaire de diamètre D2 = 0,6 m. Initialement, ce
réservoir est rempli jusqu’à une hauteur initiale Hi =6 m.

1-Calculer la vitesse de vidange V2 et le débit D1


volumique Qv, en supposant que l’écoulement
permanent .
2-Calculer le temps de vidange nécessaire pour
réduire la hauteur de moitié, Hf = 3 m ? Hi

Réponse: D2

10
Equation de Bernoulli généralisée

Hypothèse : Fluide réel

Pompe/Ventilateur/Turbine

Equation de conservation de l’énergie totale :

1 2 p1 1 2 p2 Pturbine J12
Turbine : u1  g.z1   u2  g.z2   
2  2  m 
Pompe/Ventilateur : 1 2 p1 Ppompe 1 2 p J
u1  g.z1    u2  g.z2  2  12
2  m 2  
M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
11
Equation de Bernoulli généralisée

Hypothèse : Fluide réel

Pompe

Equation de conservation de l’énergie totale :

 
u  .g.z1  p1  pt  u22  .g.z2  p2  J12
2
1  Pa
2 2
u12 p1 u22 p2
z1    HMT  z2    J12  m
12
2g .g 2g .g
Equation de Bernoulli généralisée

Généralisation de l’équation de Bernoulli

2 2
p1 V 2
p2 V 2
LiVi Vj
 1
 z1  H
   2
 z2   i   j
g 2 g machine g 2 g i 2 gDi j 2g
hydraulique   
(Pompe/Turbine) Pertes de charge Pertes de charge
linéiques singulières

13
2. Pertes de charge

14
Pertes de charge

Perte de charge totale :

J totale  J linéaires  J sin gulières

Perte de charge linéaire :


Jlinéaire  j.L
L: longueur de la conduite

J : perte de charge linéique

  .u 2
j .  Pa / m 
D 2

 u2
j  . m / m 
15
D 2 .g
Perte de charge linéaire

Lois des pertes de charge linéique:


Les pertes de charge linéiques sont proportionnelles à la
longueur de la tuyauterie.
Les pertes de charge linéiques sont inversement
proportionnelles au diamètre du tuyau.

 Les pertes de charge linéiques sont proportionnelles à l’énergie


cinétique par unité de volume.
 Les pertes de charge linéiques sont fonction du régime
d’écoulement (Nombre de Reynolds).

 Les pertes de charge linéiques sont fonction de la rugosité de


la paroi du tuyau .
Perte de charge linéaire

Coefficient de perte de charge linéaire: Formules semi-empiriques


 Régime laminaire : Re < 2200
64
Poiseuille : 
Re
 Régime turbulent lisse: 2200< Re < 106
Blasius :   0,316.Re0,25
 Régime turbulent rugueux: 106 > Re
1   
Colebrook :  2 log10  
  3, 71D 

 Régime turbulent mixte: 106 > Re


1  2,51  
Colebrook :  2.log   
17   Re.  3,71.D 
Perte de charge linéaire

Nombre de Reynolds: UDh


Re 

Re : Nombre sans dimension caractérisant les régimes d’écoulement
U : Vitesse moyenne d’écoulement à travers la section considérée en (m/s)
Dh : Diamètre de la conduite ou largeur de la veine fluide en (m)
 : Viscosité cinématique du fluide (m2/s

Rayon hydraulique:
4S
Dh 
P
Dh : Diamètre hydraulique (m)
S : Section de la conduite (m2)
P : Périmètre de la section mouillée (m)

18
Perte de charge linéaire

Coef. de perte de charge linéaire et régimes d’écoulement:

19
Perte de charge linéaire

Diagramme de Moody pour coefficient λ :

Les travaux de Nikuradse sur les pertes de charge dans les


conduites ont permis d’élaborer un diagramme permettant de
déterminer le coefficient λ en fonction de:
Nombre de Reynolds Re (régimes d’écoulement)
Rugosité relative /D :

20
Diagramme de MOODY 1  2,51  
 2.log   
  Re.  3,71.D 


Rugosité relative
D

Régime turbulent rugueux

64

Re

Régime laminaire Régime turbulent

  0,316.Re0,25
2 Re
Application 2 : Perte de charge linéaire

On considère une conduite de section rectangulaire 48,3x2,9 cm2,


de 20 m de longueur. Elle transporte un débit volumique de 5000
l/h d’eau à une température de 15°C.

Les caractéristiques de l’eau :


Masse volumique : 999 kg/m3
Viscosité cinématique : 1,14 10-6 m2/s

1-Calculer le coefficient de perte de charge linéaire


2-Calculer les pertes de charge dans cette conduite.

Réponse:
22 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Pertes de charge singulière

 En plus des conduites, les circuits hydrauliques comportent


aussi des singularités des sections dues aux branchements,
raccordement et divers accessoires.

Les pertes de charge singulières sont dues généralement aux:


• Variations des sections des conduites (Rétrécissement,
élargissement, …)
• Variations de direction des conduites (coudes, branchement, …)
• Présence des accessoires (vannes, robinets, …)

23 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Perte de charge singulière

Perte de charge singulière:

.u2
Jsin gulière   .  Pa
2
u2
Jsin gulière   .  m
2.g

Coefficient de perte de charge singulière : 


Il dépend de la géométrie de l’obstacle et du nombre de Reynolds.

  f ( Re , géométrie)

24 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Théorème d’Euler

La variation de la quantité de mouvement d’un fluide circulant dans


un tube entre deux sections Se et Ss pendant un intervalle de temps
donnée, dans le cas permanent, s’écrit:

0
t

d        
  u dV   u dV   ( u ) u n dS   Fext  FV FS
dt V t v S


Fs FV   (  u 1 ) u 1 n 1 dS   (  u 2 ) u
2 n 2 dS

S1
 S2
 -u1  u2
       
  u1 U 1 S 1 u 2 U 2 S 2

25 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Théorème d’Euler

 La conservation du débit massique entre l'entrée et la sortie de


la conduite, donne:

Qm   1 u1 S 1   2 u 2 S 2

 Après report dans l’équation d’Euler, on trouve:

 
    
 Fext  FV FS  Qm U 2  U1

26 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Pertes de charge singulière

Elargissement brusque: 

 Cas d’écoulement turbulent:

 La perte de charge singulière dans un élargissement brusque,


peut être évaluée en utilisant le Théorème d’Euler comme suit :
2
1  S1 
P12  J12   v12 avec   1  
2  S2 

Soit : 1 2 P12 1 v12


P12  J12   v1 (Pa ) ;  H12   (m)
2 g 2g
27 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Pertes de charge singulière

Rétrécissement brusque: 

 Cas d’écoulement turbulent:

Dans un rétrécissement brusque, l’expérience a montré que


l’essentiel de la perte de charge se localise en aval du col et la
perte de charge est équivalente à un élargissement brusque au
niveau du col:
2
1  Sc 
Soit : J12    vc avec   1  
2

2  S2 
28 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
 La conservation du débit entre le col et la section en (2), donne :

vc S c  v 2 S 2

2
1  S2 
D’où : P12  J12    v22 avec     1
2  Sc 

Sc : Section du col
Vc : vitesse du débit au col

29
Perte de charge singulière

k  

Élargissement brusque :

Rétrécissement brusque:

30
SINGULARITÉS PdC Valeur de KS
Coude à angles vifs
2
U 
  2  cos(  ) 

K s
K S  sin 2

2g 2

k  
Rétrécissement progressif
Négligeable

Coudes: Entrée brusque en conduite U 2

K s
2g K=0,5

Entrées – Sorties:
U

Entrée en saillie

U 2 K=1
K s
2g
U

Entrée profilé en conduite

U 2 K=0,05
K s
U 2g

Arrivée de forme quelconque


2 2 2
U  S  1S 
S2 K s K S   1  1    1 
2g  S 2  9  S2 
U

S1 K≈1
Mémento des pertes de charge
Application 3 : Elargissement brusque

En utilisant le théorème d’Euler, montrer que le coefficient de


perte de charge singulière d’un élargissement brusque, en
écoulement turbulent, s’écrit sous la forme :

2
 S1 
  1  
 S2 

Réponse:

33 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Pertes de charge

Comment optimiser les pertes de charge :

 Pour diminuer les pertes de charge dans une canalisationainsi que les
coûts de fonctionnement des machines hydrauliques, il faut:

o diminuer la longueur de canalisation,


o diminuer le nombre d'accidents sur la canalisation,
o diminuer le débit de circulation (coudes, …)
o augmenter le diamètre des canalisations,
o faire circuler des liquides lse moins visqueux possible
o utiliser des matériaux de faible rugosité.

34 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Résistance Hydraulique

Perte de charge linéaire: J lin  a.q 2


V

Perte de charge singulière: Jsin g  b.q


2
V

Perte de charge totale: Jtotale  Jlin  Jsing  (a b).q  Rq


2
V
2
.
V

R : La résistance hydraulique est une grandeur physique qui


caractérise l’ensemble de frottements subie par un s’écoulant
dan une conduite.

35 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Résistance Hydraulique

Généralisation et dimension de la Résistance hydraulique: R

Jtotale  Jlin  Jsin g  (a  b).q  R.q


2
V
2
V

2 2
 L 1  L 1 U S
J T  J Lin  J Sin  J T       U       
2

 D 2  D 2 S2
 L 1  2
    q
2 v
 Rq 2
v
 D  2 S
Donc l’unité de la résistance hydraulique est:

   M 
R    2    7 
S   L 
36
Résistance Hydraulique

Autre unité de la Résistance hydraulique: R

J T ( J Lin  J Sin )  L  1 qv
2
H T         R q 2

g g 2 v
 D  2 gS

Dans ce cas, l’unité de la résistance hydraulique devient:

 1  T 2 
R    2 5 
 gS   L 

37
Association de tronçons en série

T1 T2 T3

Débit volumique : qV  qV 1  qV 2  qV 3

Résistance hydraulique équivalente : R eq  R1  R 2  R3

R eq  su p  R 1 , R 2 , R 3 
38 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Association de tronçons en parallèle

Débit volumique :

La loi de conservation du débit


aux points A et B donne :

qV  qV1  qV 2  qV3

Résistance hydraulique équivalente :


 La loi d’égalité des pertes de charge entre A et B :
1 1 1 1
   avec R eq  inf  R1 , R 2 , R 3 
Req R1 R2 R3

39 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Résistance Hydraulique
Association de tronçons en parallèle

Généralisation :
 Dans le cas du branchement en série :
q v  q vi

N N
RT   Ri et RT   Ri
i 1 i 1

 Dans le cas du branchement en parallèle :


N
q vT   q vi
i 1

N N
1 1 1 1
 et 
Req i 1 Ri Req i 1 Ri
40
Application 4 : Résistance hydraulique

Un circuit hydraulique à une perte de charge de J=2 m pour un


débit volumique qv=6 m3/h.
1-Quelle est sa résistance hydraulique Rh?
2-Quelle serait sa perte de charge J’, pour un débit double, soit
q’v=12 m3/h ?

Réponse:

41 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


3. Vannes de régulation

42
Vannes de régulation

Définitions

Coefficient des vannes : Kv

Technologie des vannes: types de vanne

Autorité des vannes

Types de vannes

43 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Vannes de régulation : Définitions

- La vanne de régulation du débit est un organe de réglage de


débit utilisée dans les boucles de régulation.
- Elle permet de contrôler le débit dans une canalisation, en
modifiant les pertes de charges de celle-ci.
- Il existe plusieurs representations d'une vanne:

44
Vannes de régulation: Définitions

- Elle permet de contrôler et de régulariser le débit qui la traverse


dans une boucle ou réseau hydraulique.

45 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Vannes de régulation: Coefficient de vanne

-Le coefficient Kv d’une vanne est le débit en m3/h autorisé par une
vanne pour une perte de charge de 1 bar.
Q = Kv (m3/h)

P
1 bar

-C’est le Kv qui déterminera le diamètre nominal de la vanne de


régulation.

46 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Vannes de régulation: Coefficient de vanne

La perte de charge varie comme le carré du débit : P  J  R Qv2

2
donc : P1 Qv 1 P1 Qv1
2

P2
= Qv 2 Soit : =
1 bar Kv

Il convient donc : Qv = Kv (m3/h)

1 bar
Kv = . Qv
P
P
1 bar
Qv : débit volumique [ m3 / h ]
P : perte de charge [bar]
47 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Remarque:

Le Kv et le KVS donnent une information sur la débit qui


pourra traverser une vanne:
 Le KV caractérise le débit qui génère une perte de charge de 1
bar à un degré d’ouverture donné.
 Le KVS caractérise le débit qui génère une perte de charge de 1
bar lorsque l'ouverture de la vanne est maximum.

M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques -


48 ENSAM
Vannes de régulation: Coefficient de vanne

-Si le terme Kv est un terme général, on peut également parler de :

Kv Kv vanne grande ouverte


Kv nominal des vannes thermostatiques (basésur la
Kvn température ambiante pour faire varier son débit afin de
maintenir une température constante)
Kv vanne fermée aussi appelé « débit de fuite »
Kvo
( Kvo / Kv )  0,05 % , pour une vanne neuve.

Utilisé aux États-Unis, débit en USGal/h occasionnant dans


Cv une vanne grande ouverte une perte de charge de 1 PSI
(1 PSI=14,51 bars), Kv = 0,86 Cv ; Cv = 1,16 Kv

49 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


- Unité « Impérial gallon », utilisé en GB
- Unité « US gallon », utilisé aux Etats -Unis.

50
Application 5 : Coefficient de vanne

- Quel est le Kv d’une vanne qui présente une perte de charge de


1mCE « 1 Mètre de Colonne d’Eau » pour un débit de 3 m3/h.

P

Réponse:

51 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Technologies des vannes ou Types de vannes

-Vanne à deux voies (V2V):

-Les V2V sont très souvent à soupape:

Sens de fermeture

Soupape

-Le sens d’écoulement dans une V2V doit toujours être de façon
que la pression d’entrée s’oppose à sa fermeture.
52 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Technologies des vannes

-Vanne à trois voies (V3V):


Deux types sont disponibles:
- Vannes trois voies à soupape.
- Vannes trois voies à secteur.

Soupape Secteur
53
Technologies des vannes

- V3V à soupape : mouvement de translation de la tige

Tige
Soupape

Voie
Voie
directe
commune

Voie bipasse

Une V3V à soupape est une vanne à mélange


54
Technologies des vannes

-V3V à secteur : mouvement de rotation de la tige

Secteur

-Deux possibilités :

Diviseuse
Mélangeuse

55 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Autorité d’une vanne

-L’autorité d’une vanne caractérise son aptitude à réguler le débit


dans un réseau hydraulique. Elle est définie par:

JVanne
a 0  a 1
Jréseau  JVanne

- L’expérience montre qu’une autorité de vanne supérieure ou


égale à 0,5 assure un comportement satisfaisant de la régulation.

56 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Autorité d’une vanne

Pv
-Autorité d’une vanne 2 voies : a =
Pv + Pr

réseau
Pv
Pr

57 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Autorité d’une vanne

-Autorité d’une vanne 3 voies : Pv


a =
Pv + Pr
Pr Pv

UTILISATION
En montage « mélange » ou « répartition », le débit varie dans la chaudière !
58 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Autorité d’une vanne

Pv
-Autorité d’une vanne 3 voies : a =
Pv + Pr

Pv Pr

UTILISATION
En montage « décharge », le débit varie dans le circuit utilisation !
59
Application 6 : autorité d’une vanne

-Quelle devrait être la perte de charge de la vanne trois voies ci-


dessous pour obtenir une autorité de 0,5 ?

1 mCE 1 mCE 2 mCE

UTILISATION
Réponse:
60 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Réseau hydraulique fermé

- Un réseau hydraulique fermé se caractérise par un remplissage


total et absence de contact entre le liquide en circulation et un gaz.

- Appliquons Bernoulli généralisé entre (1) et (2)


2 2
u p1 u p2
z1  1
 HMT  z2    J12 2

2g .g 2g .g

HMT  J12  R.q 2


V

R : La résistance hydraulique du réseau.

-Dans un réseau fermé, la hauteur manométrique totale de la


pompe est égale aux seules pertes de charge du réseau.
61 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Réseau hydraulique fermé

- Courbe caractéristique d’un réseau fermé:

HMT  J12  R.qV2


HMT

HMT

Débit Débit
62 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Réseau hydraulique ouvert

- Un réseau ouvert se caractérise par le contact entre le liquide en


circulation et un gaz.

- Appliquons Bernoulli entre (1) et (2)

2 2 2
u p1 u p2
z1  
1
 HMT  z2    J12
2
1
2g .g 2g .g
u22
HMT  (z2  z1 )   J12  h  Rq
. V2
2g
-La hauteur manométrique totale de la pompe est égale à la
somme de la hauteur à gravir (terme statique), des pertes de
charge du réseau et de la pression dynamique de l’eau (terme
dynamique).
63
Réseau hydraulique ouvert

- La courbe caractéristique d’un réseau ouvert:


u 22
H M T  ( z 2  z1 )   J 1 2  h  R .q V2
2g
Terme statique Terme dynamique
HMT

Termes
dynamiques

Termes statiques

Débit
64 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Abaque perte de charge dans les tuyaux en acier

65
Abaque perte de charge dans les tuyaux en acier

66
Abaque perte de charge dans les tuyaux en acier

Q : débit (m3/h) ou (l/h)


P : pertes de charge en ( m/100m) ou (mmCE/m)
v : vitesse de passage max. 1,5 m/s pour l’aspiration et 3 m/s
pour le refoulement.

Le diamètre nominal: DN
Le diamètre nominal (DN) d’un tube correspond à son diamètre
intérieur.
 Suivant la norme EN ISO, le diamètre nominal désigné par « DN
XX » suivi par des chiffres sans unité, mais pratiquement exprimé
en millimètres.

67
Application 8 : Calcul de la HMT

Données :
Hr QV = 9 m3/h
Ha = 5 m
Hr = 10 m
Ha La = 15 m
Lr = 25 m
DN = 50
Pu = 2 bar

Quelle est la hauteur manométrique totale pour ce circuit ?

Réponse:

68 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


4. Pompes centrifuges

69
Hauteur Manométrique d’une pompe

HMT d’une pompe:


-C’est l’Energie hydraulique qu’il faut fournir à l’eau pour la faire
déplacer d’un point vers un autre point de l’installation hydraulique.
-Cette Energie diminue en fonction du débit pompé.
Puissance
mécanique
HMT
maximale
Meilleur
rendement

Risque de
cavitation

qv
70 (m3/h)
Point de fonctionnement d’une pompe

71 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


N.P.S.H. d’une pompe

Le N.P.S.H disponible (Net Positive Suction Head).


-C’est la charge nette à l’aspiration d’une pompe
-Elle égale au supplément de pression totale absolue (P. Statique +
P. Dynamique) par rapport à la pression de vaporisation du fluide à
l’aspiration de la pompe, exprimée en hauteur du fluide.

pasp  pvap,sat uasp


2

N.P.S.Hdispo    m
.g 2.g

72 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Cavitation d’une pompe

- Dans un réseau hydraulique, la pression minimale est souvent


située à l’aspiration de la pompe, plus précisément à l’entrée de la
roue. Si le liquide se vaporise à cet endroit, le débit chute
immédiatement et on dit que « la pompe cavite ».

Refoulement Roue Aube

Aspiration

73
Cavitation d’une pompe

-La cavitation apparait lorsque la pression d’aspiration devient


au-dessous de la pression de vapeur saturante, sans variation de
température.

-La cavitation peut provoquer


l’érosion de la roue par
arrachement de métal.

- Pour éviter la cavitation: N .P.S .H .dispo  N .P.SH .requis


Constructeur

N.PS
. .H.dispo
-Coefficient de sécurité à la cavitation: S 1
N.PS
. .H.requis
74 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM
Rendement d’une pompe

- Le rendement d’une pompe exprime les différentes pertes


hydrauliques au niveau de la pompe.

Phyd qV .pt
 pompe  
Parbre Parbre

75
Rendement global d’une pompe

- Le rendement global d’une pompe est défini par:

Phyd Phyd Parbre


global    pompe moteur
Pélec Parbre Pélec

76 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Types de montages d’une pompe

Montage en aspiration Montage en charge


Une pompe est dite montée Une pompe est dite montée
en aspiration si son bac en charge si, lorsqu’elle se
d'alimentation est situé au remplit toute seule du liquide
dessous du niveau de la à pompe (bac d'aspiration
pompe. situé au dessus de la pompe).

77 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Montage en série de deux pompes

 Montage de deux pompes identiques en série


Le couplage de pompes en série est indispensable pour obtenir
une HMT très importante.

Hmt maxi

Hmt1+Hmt2

Hmt1

78 Qv1 Qv,maxi
Montage en série de deux pompes

 Montage de deux pompes différentes en série

Hmt maxi

Hmt1+Hmt2

Hmt2
Point Critique
Hmt1

79 Qv1=Qv2 Qv maxi
Montage en parallèle de deux pompes

 Montage de deux pompes identiques en parallèle

Le couplage de pompes en parallèle est utilisé lorsque le débit


nécessaire est très important et ne peut être réalisé par une seule
pompe. Le couplage en parallèle est très utilisé dans les réseaux à
débit variable.

Hmt maxi

Hmt1=Hmt2

80 Qv1=Qv2 Qv1+Qv2 Qv maxi


Montage en parallèle de deux pompes

 Montage de deux pompes différentes en parallèle

Hmt maxi
Point
critique
Hmt critique

81
Qv critique
Réglage de débit dans une installation hydraulique

 Par vanne de réglage en série avec le réseau


Pompe Vanne Réseau
Hmt
[m]
Pompe

Réseau + Vanne
Réseau
Vanne

qv
[m3/h]
Débit Débit initial
souhaité

82 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Réglage de débit dans une installation hydraulique

- Par vanne de réglage en parallèle avec le réseau

Pompe
Réseau

Hmt
Vanne Vanne
[m]
Pompe

Réseau
Vanne //Réseau

qv
Débit initial [m3/h]
Débit
83 souhaité
5. Equilibrage d’un réseau hydraulique

84
Définition d’un réseau hydraulique :
Un réseau (ou circuit, ou système ou boucle) hydraulique est
constitué d’un certain nombre de composantes essentielles pour le
faire fonctionner correctement: pompes, moteurs, conduites, vannes,
réservoirs, chaudières, filtres, radiateurs, échangeurs, …).
Cas simplifié d’un réseau hydraulique d’une chaudière:
Radiateurs

Pompe/Moteur

R1 R2 R3

Chaudière

85 Vannes
Objectifs :

L’équilibrage d’un réseau a pour objectif de répartir


équitablement la puissance d’un générateur (Groupe
frigorifique, Système de chauffage) entre les différentes
utilisations suivant leurs besoins.

Dans un réseau sans équilibrage, les systèmes situés à proximité


du générateur sont généralement traversés par un débit excessif
alors que les systèmes les plus éloignés sont faiblement alimentés.

86
Objectifs :

En général, la température du fluide distribuée est régulée au


niveau du générateur ou par une vanne trois voies mélangeuse.

Reste alors à maîtriser le débit au niveau de chaque système,


c'est-à-dire, dans chaque circuit composant le réseau.

 Cela n’est pas une simple affaire lorsque le réseau comprend


plusieurs milliers de circuits, mais c’est l’objectif de
l’équilibrage hydraulique.

87 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM


Réglage d’un débit
Le réglage d’un débit est souvent réalisé à l’aide d’une vanne
de réglage. En tournant la vis dans le sens des aiguilles d’une
montre, la section de passage entre la vis et le siège se réduit. Le
coefficient de vanne Kv diminue et la résistance hydraulique
augmente.

On appelle réglage, le nombre de tours à partir de la fermeture


complète. Il s’agit donc de tours d’ouverture. Cette définition est
universelle à l’ensemble des vannes de réglage.

La connaissance de la relation : Réglage = f(Kv) est indispensable


pour une utilisation rationnelle de ces vannes.
88
Méthodes d’équilibrage

UT 1
UT 2 UT 3

V1 V2 V3

Vc

Exemple d’un réseau à équilibrer

-Equilibrage proportionnel
-Equilibrage itératif
-Equilibrage par compensation
- Méthode Régis
89
Radiateurs hydrauliques et leur équilibrage

Radiateur hydraulique

Débit Qv
Puissance
thermique 90 °C
P1
75°C Δθ2 = 30 K
Température Puissance
ambiante 20° hydraulique
P2
Δθ1 = 15 K
60 °C
Radiateurs hydrauliques et équilibrage

- La Puissance Thermique du radiateur : P1

P1 = S. Δθ1 . φ (Watts)

S : Surface de chauffe du radiateur en m²


Δθ1 : Différence de température entre température moyenne du
radiateur et celle de la pièce à chauffer en °C.
φ : Coefficient de rayonnement en Watts/m²

91
Radiateurs hydrauliques et équilibrage

- La Puissance Hydraulique du radiateur : P2

P2 = Qv. Δθ2 c (Watts)

Qv : Débit d’eau alimentant le radiateur en kg/s ou l/s avec la


densité de l’eau égale à 1
Δθ2 : Différence entre températures d’entrée et de sortie du
radiateur en °C
c : Chaleur spécifique de l’eau 4,18 KJ/kg

92
Méthode d’équilibrage

 Équilibrage d’une installation hydraulique:


-Répartir correctement le fluide, afin d’obtenir le débit souhaité dans
chaque radiateur. Donc, obtenir la température souhaitées dans chaque
pièce.

R1 R2 R3

93
Méthode d’équilibrage

 En effet, sans équilibrage, des circuits favorisés peuvent se


trouver suralimentés, réduisant ainsi les débits disponibles pour
d’autres circuits.

 Il conviendra donc d’équilibrer chaque circuit en ne lui


distribuant que le débit nécessaire.

 Pour se faire, il faut limiter les débits dans les réseaux par
« bridage » (limitation du débit d'un réseau).

 Pour assurer l’efficacité de cette opération, il faut respecter


certaines procédures.

94
Méthode d’équilibrage

- Les Règles à suivre pour équilibrage:

 Pour que les radiateurs émettent la même puissance thermique,


il faut que les températures moyennes de chaque radiateur
soient identiques.
 Les différences de température entre l’aller et le retour doivent
être identiques.

 Il faut que les pertes de charge au débit nominal soient égales


sur chaque réseau du radiateur pris individuellement depuis la
chaudière.

 Pour ce faire, il faudra créer des pertes de charge suplémentaires


sur les radiateurs les plus favorisés (plus près de la chaudière).
95
Méthode d’équilibrage

 Soit l’installation de chauffage avec distribution en Bi-tube:

R1 R2 R3

Bi-Tube Cuivre
1/4" 3/8"
96
Méthode d’équilibrage

R1 R2 R3

 Le circulateur a été calculé par rapport à la somme des pertes


de charge du réseau le plus défavorisé ( boucle R3).

97
Méthode d’équilibrage

R1 R2 R3

L’eau préférant le chemin le plus facile, passera en priorité par


R1, c’est-à-dire, le circuit qui a le moins de pertes de charge.

98
Méthode d’équilibrage

R1 R2 R3

 Il va falloir créer des pertes de charge sur les circuits de R1 et R2, en


ajoutant des vannes de réglage pour augmenter les pertes de charge
dans ces tronçons.
 Plus la boucle est favorisée, plus il faudra « fermer » l’organe de
réglage.
99
Méthode d’équilibrage

R1 R2 R3

 L’équilibrage est terminé avec les débits souhaités dans les


boucles.
 Pratiquement, il est possible d’insérer une vanne d’équilibrage
sur la boucle (R3), afin d’ajuster le débit et isoler le radiateur.
100
Réglage du débit

R1 R2 R3

 Le bridage d’une vanne réduit le débit dans le circuit, mais il le


fait augmenter dans les autres circuits.

101
Réglage du débit

R1 R2 R3

 Repérer le circuit le plus défavorisé (ici R3)

102
Réglage du débit

80 L/h 40 L/h 100 L/h

R1 R2 R3

 Établir les débits souhaités pour chaque émetteur

103
Réglage du débit

80 L/h 40 L/h 100 L/h

R1 R2 R3

120 L/h 40 L/h 60 L/h

 Mesurer les débits aux organes d’équilibrage.

 Nous avons 60 l/h de débit sur l’émetteur le plus défavorisé,


soit 60 % du débit souhaité.
104
Réglage du débit

80 L/h 40 L/h 100 L/h

R1 R2 R3

124 L/h 26 L/h 70 L/h

Réglage 1 :
Action sur la vanne d’équilibrage de R2
- 40 L/h souhaité * 60 % * 1,1 (coefficient) = 26 L/h

105
- les débits dans R1 et R3 augmentent
Réglage du débit

80 L/h 40 L/h 100 L/h

R1 R2 R3

86 L/h 44 L/h 106 L/h

Réglage 2 :
Action sur la vanne d’équilibrage de R1
- 80 L/h souhaité

106
- les débits dans R2 et R3 augmentent
Réglage du débit

80 L/h 40 L/h 100 L/h

R1 R2 R3

86 L/h 44 L/h 106 L/h

 En fin d’opération, les circuits ne sont pas forcément réglés au


bon débit mais se trouvent tous dans la même situation excessive
ou insuffisante
107
Réglage du débit

80 L/h 40 L/h 100 L/h

R1 R2 R3

86 L/h 44 L/h 106 L/h

Nous pourrons ajuster le débit de l’ensemble du réseau en


insérant entre le réseau radiateurs et le retour chaudière une
vanne d’équilibrage dite « générale » qui aura pour rôle de
réduire proportionnellement les débits dans tous les émetteurs.
108
Réglage du débit

R1 R2 R3
220 L/h   

120 L/h 40 L/h 60 L/h

109
Coudes et Tés de réglage

 Caractéristiques techniques des coudes et Tés de réglage

110 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM Filetage


Coudes et Tés de réglage

 Caractéristiques Hydrauliques des Coudes et Tés de réglage

112 M. Sriti Cours Hydraulique-Aérauliques - ENSAM Filetage


Coudes et Tés de réglage

 Série 343: Té

• Té de réglage pour tube cuivre ou plastique simple et multicouche 23


p.1,5 de diamètre 10 à 18 mm, 3/4” pour tube plastique Ø 20 mm.
• Raccord radiateur 3/8” et 1/2” M avec pré étanchéité en EPDM.
• Corps en laiton. Chromé. Capuchon en ABS blanc RAL 9010.
• Double joint O-Ring en EPDM sur l'axe de commande. Température
maxi d’exercice 100°C.

• Pression maxi d’exercice 10 bar.

113
Application 9: Exemple équilibrage

 Une chaudière alimente deux radiateurs de même puissance P =1360 W.


Les températures d’entrée et de sortie de la chaudière sont respectivement
65°C et 50°C. Le circuit hydraulique se compose de deux tronçons (1) et (2)
ayant les dimensions suivantes :

-Tronçon 1 (ABCDA) : longueur L1 = 4 m, diamètre D1 = 14 mm


-Tronçon 2 (BEFCB) : longueur L2 = 8 m, diamètre D2 = 10 mm

Est-ce que le réseau est équilibré ?


114
116