Vous êtes sur la page 1sur 4

Dissertation : En quoi la fiction est-elle un moyen efficace de transmettre des idées ?

Introduction :
La littérature de fiction permet souvent au lecteur de s’évader de la réalité
quotidienne, de rêver, de voyager par la pensée. Cependant, les écrivains de fiction peuvent
aussi transmettre des idées à travers la fiction. Celle-ci a alors une double mission : divertir et
faire réfléchir.
Les modes de transmission des idées sont dans ce cas bien différents des procédés
utilisés dans l’argumentation directe, dans laquelle les thèses et arguments sont exprimés de
façon explicite, sans le détour de la fiction. Nous nous demanderons comment ce détour par
la fiction peut constituer un moyen original et efficace de transmettre des idées.
Nous verrons dans un premier temps que les écrivains peuvent choisir la fiction comme
un moyen efficace de transmettre des idées. Cependant, comme nous le verrons dans une
deuxième partie, la fiction ne peut se limiter à véhiculer des thèses et l’argumentation directe
remplit peut-être ce rôle de manière plus efficace.

I. La fiction constitue un moyen efficace de transmettre des idées

1. Les œuvres de fiction peuvent persuader en faisant appel aux sentiments, à travers le
registre pathétique notamment.
Exemple : Victor Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné : le lecteur est plongé dans l’univers
carcéral et l’attente insoutenable de la mort. Il prend ainsi conscience de l’horreur de la peine
de mort.
Marcel Pagnol, Le Schpountz : la lettre d’Edmond Fabre à son frère Baptiste est émouvante
parce qu’il s’agit d’un testament juste avant sa mort. Or elle fait l’éloge d’une vie tournée vers
les autres, qu’elle soit brillante ou modeste (« il n’est pas ridicule de couper du saucission
quand on le coupe pour quelqu’un »).

2. Les personnages de fiction peuvent se faire des porte-paroles efficaces de l’écrivain et


davantage toucher le lecteur.
Exemple : Marcel Pagnol, Le Schpountz : on fait plus confiance à Françoise qu’à Irénée pour
définir le rire et le comique, parce qu’elle est un personnage sympathique, humble et
généreux, parce qu’elle pense aux intérêt d’Irénée plus qu’aux siens.
Victor Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné : le narrateur est lui-même condamné, la fiction
permet de donner la parole à ceux que l’on n’entend pas d’habitude.

3. La fiction propose une réflexion indirecte, plus subtile. Elle détourne la censure et
pousse le lecteur à réfléchir à travers le divertissement, à se faire interprète.
Exemple : Molière, Dom Juan : le personnage principal dénonce l’hypocrisie des dévots qui
ont fait censurer Tartuffe en faisant un éloge ironique de l’hypocrisie. Le lecteur doit
comprendre les allusions, interpréter la satire de la religion et de la politique.

1
La fiction apparaît comme un moyen riche et subtil de transmettre des idées. Elle
nécessite une interprétation de la part du lecteur qui doit être actif, qui construit sa réflexion
sans se contenter de recevoir des idées toutes faites. Cependant, pour ces raisons, le détour
par la fiction peut nuire à la compréhension des idées. Nous pouvons alors nous demander si
l’argumentation directe ne peut pas constituer un moyen plus efficace de transmettre des
idées.

II. L’argumentation directe peut constituer un moyen plus efficace d’exprimer des idées

1. Une œuvre de fiction ne peut se résumer à un « roman à thèse ». Même un roman


engagé ne se contente pas de transmettre des idées. Il peut faire vivre une situation,
donner à penser, mais sa richesse repose justement sur une absence de prise de
position directe.
Exemple : Albert Camus, L’Etranger / Daphné du Maurier, Rebecca. Ces romans nous font vivre
les aventures de personnes diverses confrontées à la mort ou à la peine de mort mais restent
ambigus : Meursault n’est pas un personnage auquel on fait entièrement confiance pour
donner son avis sur la peine de mort, le « fantôme » de Rebecca rend l’œuvre de Daphné du
Maurier mystérieurse, fantastique, et ne permet pas de transposer à la vie du lecteur les
réactions de la justice devant le meurtre commis par Maximillien de Winter. Les livres font
sentir, vivre, imaginer plus que réfléchir.

2. L’argumentation directe apparaît dès lors comme un moyen plus efficace. Elle est plus
claire, plus rigoureuse, plus logique, plus facile à comprendre pour le lecteur.
Exemple : la dénonciation de la peine de mort dans la préface de Victor Hugo au Dernier Jour
d’un condamné ou de Jaurès ou Badinter, qui explicitent bien les arguments et ont finalement
permis l’abolition de la peine de mort.

Conclusion :
La fiction constitue un moyen particulièrement riche de transmettre des idées, qui
peuvent être exprimées dans toute leur complexité et leur subtilité à travers la mise en scène
de personnages de fiction. Le lecteur est alors invité à aller au-delà de l’aspect purement
divertissant de la littérature, à interpréter la fiction qui lui est proposée, à procéder à une
lectutre active. Cependant, il ne saurait être question de réduire la littérature de fiction à un
moyen de véhiculer des idées toutes faites. La fiction permet de sensibiliser, de rendre
concrètes des situations, de soulever des questions, des indignations. L’argumentation directe
apparaît alors comme un moyen privilégié pour transmettre des idées sans équivoque.

2
Dissertation : En quoi la fiction est-elle un moyen efficace de transmettre des idées ?

Introduction :
La littérature de fiction permet souvent au lecteur de s’évader de la réalité
quotidienne, de rêver, de voyager par la pensée. Cependant, les écrivains de fiction peuvent
aussi transmettre des idées à travers la fiction. Celle-ci a alors une double mission : divertir et
faire réfléchir.
Les modes de transmission des idées sont dans ce cas bien différents des procédés
utilisés dans l’argumentation directe, dans laquelle les thèses et arguments sont exprimés de
façon explicite, sans le détour de la fiction. Nous nous demanderons comment ce détour par
la fiction peut constituer un moyen original et efficace de transmettre des idées.
Nous verrons dans un premier temps que les écrivains peuvent choisir la fiction comme
un moyen efficace de transmettre des idées. Cependant, comme nous le verrons dans une
deuxième partie, la fiction ne peut se limiter à véhiculer des thèses et l’argumentation directe
remplit peut-être ce rôle de manière plus efficace.

I. La fiction constitue un moyen efficace de transmettre des idées

1. Les œuvres de fiction peuvent persuader en faisant appel aux sentiments, à travers le
registre pathétique notamment.
Exemple : ………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

2. Les personnages de fiction peuvent se faire des porte-paroles efficaces de l’écrivain et


davantage toucher le lecteur.
Exemple : ………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

3. La fiction propose une réflexion indirecte, plus subtile. Elle détourne la censure et
pousse le lecteur à réfléchir à travers le divertissement, à se faire interprète.
Exemple : ………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

3
La fiction apparaît donc comme un moyen riche et subtil de transmettre des idées. Elle
nécessite une interprétation de la part du lecteur qui doit être actif, qui construit sa réflexion
sans se contenter de recevoir des idées toutes faites. Cependant, pour ces raisons, le détour
par la fiction peut nuire à la compréhension des idées. Nous pouvons alors nous demander si
l’argumentation directe ne peut pas constituer un moyen plus efficace de transmettre des
idées.

II. L’argumentation directe peut constituer un moyen plus efficace d’exprimer des idées

3. Une œuvre de fiction ne peut se résumer à un « roman à thèse ». Même un roman


engagé ne se contente pas de transmettre des idées. Il peut faire vivre une situation,
donner à penser, mais sa richesse repose justement sur une absence de prise de
position directe.
Exemple : Albert Camus, L’Etranger / Daphné du Maurier, Rebecca. Ces romans nous font vivre
les aventures de personnes diverses confrontées à la mort ou à la peine de mort mais restent
ambigus : ……………………………….. n’est pas un personnage auquel on fait entièrement
confiance pour donner son avis sur la peine de mort, le « fantôme » de ……………………………
rend l’œuvre de Daphné du Maurier mystérieurse, fantastique, et ne permet pas de
transposer à la vie du lecteur les réactions de la justice devant le meurtre commis par
Maximillien de Winter. Les livres font …………………………………………………………………………… plus
que réfléchir.

4. L’argumentation directe apparaît dès lors comme un moyen plus efficace. Elle est plus
claire, plus rigoureuse, plus logique, plus facile à comprendre pour le lecteur.
Exemple : ………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Conclusion :
La fiction constitue un moyen particulièrement riche de transmettre des idées, qui
peuvent être exprimées dans toute leur complexité et leur subtilité à travers la mise en scène
de personnages de fiction. Le lecteur est alors invité à aller au-delà de l’aspect purement
divertissant de la littérature, à interpréter la fiction qui lui est proposée, à procéder à une
lectutre active. Cependant, il ne saurait être question de réduire la littérature de fiction à un
moyen de véhiculer des idées toutes faites. La fiction permet de sensibiliser, de rendre
concrètes des situations, de soulever des questions, des indignations. L’argumentation directe
apparaît alors comme un moyen privilégié pour transmettre des idées sans équivoque.