Vous êtes sur la page 1sur 65

Table des matières

Chapitre 1 : Généralité sur la mécanique des sols ....................................................................................................................... 3


1-1 Définition, historiques et domaines d’application de la mécanique des sols. ................................................ 3
1-1-1 Définition et généralité. ............................................................................................................................................ 3
1-1-2 Historique de la mécanique des sols. ................................................................................................................. 3
1-1-3 Les domaines d’application de la mécanique des sols. .................................................................................. 3
1-1-4 Quelques unités SI utilisés en géotechnique. ........................................................................................................... 4
1-2 Généralité sur les matériaux. .......................................................................................................................................... 4
1-2-1 Les roches..................................................................................................................................................................... 4
1-2-2 Les sols. .......................................................................................................................................................................... 4
Chapitre 2 : Les caractéristiques physiques des sols.......................................................................................................... 7
2-1 Les éléments constitutifs d’un sol ................................................................................................................................. 7
2-2 la structure des sols. .......................................................................................................................................................... 8
2-3 le comportement des sols. ............................................................................................................................................... 8
2-3-1 Le comportement des sols pulvérulents (ou encore grenu : D > 20 m). ................................................... 8
2-3-2 Le comportement des sols cohérents (ou encore sol fin : D < 0,02 mm)................................................. 8
2-4 Les paramètres dimensionnels. ................................................................................................................................... 10
2-4-1 Les poids volumiques. ............................................................................................................................................ 10
2-4-2 Les densités. .............................................................................................................................................................. 11
2-5 Les paramètres d’état. .................................................................................................................................................... 11
2-6 Relation entre les différents paramètres. .................................................................................................................. 12
2-7 Les caractéristiques dimensionnelles........................................................................................................................ 12
2-8 Les caractéristiques granulométriques. .................................................................................................................... 13
Chapitre 3 : Identification et classement des sols. .................................................................................................................... 14
3-1 La classification basée sur la granulométrie. .......................................................................................................... 14
3-2 La classification basée sur la plasticité. .................................................................................................................... 15
3-3 La classification unifiée. ................................................................................................................................................ 16
3-3-1 Les sols grenus. ........................................................................................................................................................ 16
3-3-2 Les sols organiques..................................................................................................................................................... 17
3-4 Tableaux de synthèse.......................................................................................................................................................... 18
Chapitre 4: Les essais d’identification des sols au laboratoire. ..................................................................................... 19
4-1 Les essais d’identification propre aux sols grenus. ............................................................................................... 19
4-1-1 l’essai équivalent de sable Es (NF P 18-598).................................................................................................... 19
4-1-2 Indice de densité ou densité relative NF P 94-059 ........................................................................................ 20
4-2 Les essais d’identification propre aux sols fins NF P 94- 051 ............................................................................ 20
4-2-1 Les limites d’Atterberg ........................................................................................................................................... 20
4-2-2 Essai au bleu de méthylène d’un sol (VBS) NF P 94-058 ........................................................................... 27
4-3 les essais d’identification propre aux sols organiques ......................................................................................... 28
4-3-1 L’analyse minéralogique. ...................................................................................................................................... 28
4-3-2 Teneur en matière organique. ............................................................................................................................. 29
4-4 Autre Essai......................................................................................................................................................................... 29
4-4-1 L’Analyse granulométrique par tamisage (NF P 94-056). ........................................................................... 29
Chapitre 5 : Compactage des sols .......................................................................................................................................... 33
5-1 Définition, objectifs et facteurs d’influences du compactage. ........................................................................... 33
5-1-1 Définition.................................................................................................................................................................... 33
5-1-2 Les objectifs du compactage................................................................................................................................ 33
5-1-3 les facteurs d’influence. .......................................................................................................................................... 33
5-1-4 Les effets du compactage sur certaines propriétés des sols. ...................................................................... 36
5-1-5 Essais de compactage au laboratoire & compactage in situ. .................................................................... 37
Chapitre 6 : hydraulique des sols. ................................................................................................................................................ 45
6-1 Nappes souterraines – Vocabulaires.......................................................................................................................... 45
6-2 Hydraulique des sols. ..................................................................................................................................................... 45
6-2-1 Propriété de l’eau libre : écoulement linéaire à travers un sol.................................................................... 46
6-2-2 Vitesse de l’eau dans le sol. .................................................................................................................................. 47
6-2-3 Charge hydraulique. ............................................................................................................................................... 47
6-2-4 Gradient hydraulique.............................................................................................................................................. 47
6-2-4 Loi de DARCY. ........................................................................................................................................................ 48
6-3 Perméabilité du sol.......................................................................................................................................................... 49
6-4 Hydraulique souterraine sous des ouvrages de génie civil................................................................................. 53
6-4-1 Equation de LAPLACE. ........................................................................................................................................ 53
6-4-2 Essai de pompage en régime permanent : formule de Dupuit...................................................................... 57
6-4-3 Essai LEFRANC. ........................................................................................................................................................ 58
6-4-4 Formation de sables boulant et des renards. ....................................................................................................... 59
6-4-5 Ascension capillaire dans les sols non satures : loi de Jurin ........................................................................... 62
Références bibliographiques ......................................................................................................................................................... 64
Chapitre 1 : Généralité sur la mécanique des sols

1-1 Définition, historiques et domaines d’application de la mécanique des sols.


1-1-1 Définition et généralité.
 la mécanique des sols :
La mécanique des sols est l’application à l’étude des sols des principes de bases à la mécanique tels
que :
 La cinématique
 La dynamique
 La mécanique des fluides
 La mécanique des matériaux.
Il s’agit alors d’une discipline issue de la mécanique générale ; d’une science appliquée qui a pour
objectif :
 L’étude du comportement du sol en place et ses propriétés pour l’utiliser en tant qu’assise
de fondations des ouvrages ;
 L’utilisation du sol comme un matériau de construction destiné à réaliser des ouvrages
(bâtiments, routes) et lui donner par des manipulations et des dosages étudiés les qualités qui
lui permettront de se comporter convenablement compte tenu de sa destination ou du but
poursuivi.

 La géotechnique.
La géotechnique est l’ensemble des activités liées aux applications de la mécanique des sols, de la
mécanique des roches et de la géologie de l’ingénieur. Elle recouvre donc l’ensemble des opérations
(reconnaissance, traitement, construction …) que l’on est amené à effectuer sur un sol pour des
projets d’aménagement ou de génie civil (ponts, routes, immeubles, etc.). C’est l’étude de l’adaptation
des humains aux sols et roches formant le terrain naturel.
1-1-2 Historique de la mécanique des sols.
La mécanique des sols est une discipline jeune. Sa création ne se fit qu’au cours du XXe siècle.
Certes, il eut des précurseurs, comme Charles Augustin Coulomb et Navier BERNOUILLI qui
commencèrent à conceptualiser le comportement des sols à la fin du XVIIIe siècle. Au XIXe siècle
Darcy jeta les bases de la mécanique des sols et énonça sa fameuse loi d’écoulement en 1856. Mais
ce ne fut qu’au début du XXe siècle que le voile de la complexité de la réalité des sols se déchira
pour laisser apparaitre des lois générales de leur comportement. C’est plus exactement en 1925 que
Karl VON TERZAGHI donna les bases définitives de la mécanique des sols à partir des essais de
laboratoire. Dès lors cette nouvelle discipline ne fut pleinement reconnue qu’à partir de son premier
congrès international tenu aux Etats-Unis en 1936. Par ailleurs il faut souligner que la mécanique des
sols a été modernisée par les travaux de recherche d’autres chercheurs, professeurs ou ingénieurs aux
nombres desquels nous pouvons citer : Valentin Joseph BOUSSINESQ, RANKINE,
CASAGRANDE, CAQUOT etc…
1-1-3 Les domaines d’application de la mécanique des sols.
Le champ d’application de la mécanique des sols est immense et variés. Il joue un rôle essentiel dans
l’acte de construire pour tous les travaux publics, ainsi que celle des bâtiments (Fondations
superficielles et profondes) ; les ouvrages mixtes (murs de soutènement, parois moulées) ; les tunnels
et les travaux souterrains dans les sols ; les barrages et digues en terre, la stabilité des pentes naturelles
et des talus ainsi que les travaux de stabilisation, les ouvrages portuaires et maritimes (fondations de
quais, comportement des brise-lames,…),des terrassements des routes, autoroutes, voies ferrés,
l’amélioration et le renforcement des sols, la protection de l’environnement.
1-1-4 Quelques unités SI utilisés en géotechnique.
Les unités de base et les principales grandeurs intervenant en mécanique des sols sont :
- le kilogramme (kg) : masse
- le mètre (m) : longueur
- la seconde (s) : temps
- le newton (N) : Force qui communique, à un corps ayant une masse de 1 kilogramme, une
accélération de 1 mètre par seconde carrée (m.kg.s-2)
- le pascal (Pa) : Pression uniforme exercée perpendiculairement sur une surface plane de 1m² due à
cette surface une force de 1 newton (m-1.kg.s-2) 1 bar = 105 Pa = 103 hPa
- Le kilogramme par mètre cube (kg/m3) : Masse volumique
- Le newton par mètre cube (N/m3) : poids volumique
- Le mètre par seconde (m/s) : la vitesse, la perméabilité

 Les multiples et sous-multiples les plus employés sont :


MULTIPLES SOUS-MULTIPLES
Facteur Préfixe Symbole Facteur Préfixe Symbole
109 giga G 10-3 milli m
106 méga M 10-6 micro μ
103 kilo k 10-9 nano n

1-2 Généralité sur les matériaux.


Les matériaux qui constituent la croûte terrestre peuvent être classés en deux catégories : Les sols et
les roches
1-2-1 Les roches.
Les roches: agglomérats de grains minéraux (silice, calcaire, feldspath, …) liés par des forces de
cohésion fortes et permanentes, même après immersion prolongée dans l'eau. En géologie, elle
englobe tous les éléments constitutifs de l’écorce terrestre.
Les roches sont classées selon leur composition, leur origine ou la modalité de leur formation
en trois grandes catégories :
 Les roches magmatiques ou ignées ou éruptives : formées par la solidification de magmas
et composées de roches plutoniques, de roches volcaniques et de roches filoniennes.
 Les roches sédimentaires : formées à la surface de la terre ou dans les mers par
l’accumulation en couches de matériaux sous l’action du vent ou de l’eau. On y distingue les
roches meubles (sols) et les roches proprement dites
 Les roches métamorphiques ou cristallophylliennes : formées par la recristallisation (et
généralement la déformation) de roches sédimentaires ou magmatique.
1-2-2 Les sols.
Les sols : sont des agrégats minéraux qui peuvent se désagréger en éléments de dimensions plus ou
moins grandes sans nécessiter un effort considérable. Ils résultent de l’altération chimique
(oxydation,…), physique (variation de température, gel, …) ou mécanique (érosion, vagues, …) des
roches. C’est un matériau meuble, poreux, hétérogène et souvent anisotrope.
Le géotechnicien doit donc s’accommoder du sol présent sur le site retenu pour la
construction des ouvrages. Il étudie et prévoir le comportement du sol sous l’action des sollicitations
mécaniques extérieures apportées par la construction et tire les enseignements en définissant la
géométrie des fondations et éventuellement les travaux préparatoires à la construction.
Il faut notifier que la distinction entre roche et sol repose essentiellement sur la cohésion du matériau.
Un sable sec et propre ne possède pas de cohésion, une argile ou un sable argileux possède une
cohésion faible qui peut être détruite par agitation dans l’eau. Une roche possède une cohésion de
cimentation qui lie fortement ses éléments entre eux.
En fait, un continuum existe entre roche et sol, comme dans le cas d’une altération de granite par
exemple : on passe graduellement de la roche saine en profondeur à une arène granitique en surface
(sable argileux).
La limite entre roche et sol peut aussi être définie conventionnellement par un seuil de
résistance en compression uni axiale : les roches se situeraient au-dessus de 1 MPA environ, les sols
en dessous.
Plusieurs types de sols existent à la surface de la terre nous avons :
 Les sables et les graviers : qui sont des agrégats sans cohésion formés de fragment de roches
plus ou moins intacte qui peut être rond, anguleux ou semi-anguleux
 Les sils ou limons qui sont en grande parti formé de quartz. On a
- Les sils inorganiques : c’est un sol à grain fin, de plasticité faible ou nul.
- Les sils organiques à grain fin, plus ou moins plastique avec une adjonction de particule
finement divisé en matière organique.
 Les argiles qui sont des agrégats de particules microscopique et ultramicroscopique
provenant de la décomposition chimique des constituants de la roche. On peut les définir
granulométriquement comme une roche dont les grains sont compris entre 2 et 0,2µm. C’est
une roche sédimentaire terreuse faisant pâte avec l’eau. On le dit plastique (la plasticité d’un
matériau est caractérisée par le fait qu’il peut être déformé d’une façon permanente, à volume
constant, sans perdre sa cohésion interne).
 la tourbe : matériau organique compact, brun sombre, à teneur en carbone élevée (60%),
formé par la décomposition partielle et la carbonisation de la végétation dans des eaux acides.
 la vase : dépôt constitué de terre et de déchets végétaux en putréfaction qui se forme au fond
d'une eau stagnante ou peu troublée par les courants.

 Origines et formation des sols.


Les sols ont deux origines principales :
La désagrégation des roches : par altération mécanique et physicochimique sous l'effet des
agents naturels:
 Fissuration consécutive à la décompression, aux effets des chocs thermiques ou du gel,
 Attaque mécanique (chocs et frottements) dans un processus naturel de transport
gravitaire glaciaire, fluvial, marin, éolien,
 Attaque chimique sous l'effet des circulations d'eaux agressives (acides ou basiques)
La décomposition d’organismes vivants : végétaux (tourbes) ou animaux (craies).
On distingue également :
 les sols résiduels résultant de l'altération sur place des roches ;
 les sols transportés provenant du dépôt des produits d'altération préalablement repris par
un agent physique de transport. Ce sont les sols transportés qui posent au concepteur
d'ouvrages les problèmes les plus délicats.
Enfin, suivant leurs conditions de formation et de dépôt, les sols peuvent contenir des matières
organiques en proportion plus ou moins élevée.

Photo n°1 : Origines des sols

On soulignera que les processus mécaniques ou physiques d'évolution des roches ne permettent pas
de réduire la dimension des grains en dessous de 10 à 20 μm, car les effets mécaniques, dus aux chocs
ou au frottement, liés à la masse des grains diminuent rapidement avec leur volume. Au-dessous de
cette dimension, la fragmentation des grains se poursuit principalement par altération chimique qui
entraîne la destruction de certaines des liaisons chimiques des minéraux. Elle s'accompagne d'une
augmentation rapide de la surface des grains offerte à l'attaque chimique.
Chapitre 2 : Les caractéristiques physiques des sols
2-1 Les éléments constitutifs d’un sol
Un sol est un mélange d'éléments solides constituant le squelette solide, d'eau pouvant circuler ou
non entre les particules et d'air ou de gaz. Il est donc, en général, constitué de trois phases.

 La phase gazeuse
En Génie Civil, le gaz contenu dans le sol est généralement de l’air pour les sols sec ou un mélange
d’air et de vapeur d’eau pour les sols humides. Lorsque tous les vides sont remplis d’eau le sol est dit
saturé.

 La phase liquide
Au sein d’un échantillon de sol fin (dimensions l’eau de constitution qui rentre dans la composition
chimique des feuillets).
 l’eau liée ou eau adsorbée qui constitue un film autour de chaque grain. Elle n’est pas mobile
et ne s’évacue qu’à des températures très élevées (<300°C).
 l’eau Interstitielle qui peut être soit l’eau libre soit l’eau capillaire. L’eau libre a la faculté de
circuler librement entre les grains ; l’eau capillaire est une partie de l’eau libre qui remonte par
capillarité entre les grains. L’eau interstitielle s’évapore complètement si l’échantillon de sol
est porté à une température supérieure à 100°C.

Figure n°1 : Différents états de l’eau dans les sols

Lorsque le sol est humide et non saturé, l’eau libre est en général concentrée aux points de contact
entre les grains. Elle est retenue à ces endroits par des forces de capillarité qui créent entre les grains
des forces d’attraction.

 La phase solide
Le squelette du sol est l’ensemble des grains solides de ce sol ; on distingue classiquement trois fractions suivant
la dimension des particules. Les grains solides sont classés selon leur taille.
En considérant le diamètre moyen des éléments d, les catégories de sols suivantes sont distinguées :

Classes d < 2 μm 2 μm ≤ d < 20 μm ≤ d 0,2 mm ≤ d 2 mm ≤ d < 20 mm ≤ d


20 μm < 200 μm < 2 mm 20 mm < 200 mm
Appellation Argiles Silts Sables fins Sables Graviers Cailloux
(limons) grossiers
Fraction très fine Fine Grenue

Notations conventionnelles :
W : poids total du sol
Ws : poids des particules solides
Ww: poids de I ‘eau
V : volume total (apparent)
Vs : volume des particules solides
Vv : volume des vides entre les particules
Vw : volume de l'eau
Va : volume de I'air
Représentation conventionnelle
d'un volume de sol (Poids et
Nous avons les relations volumes des différentes phases)

W = Ws + Ww ; Vv=Vw + Va
V = Vs + Vv = Vs + Vw + Va

2-2 la structure des sols.


Les grains d’un sol ne sont ne sont pas liés par un ciment comme c’est le cas du béton, mais ils
peuvent être soumis à des forces d’attraction inter granulaires diverses : des forces électriques, des
forces de Van der Waals,... Ces forces sont en général faibles et diminuent rapidement lorsque la
distance entre les grains augmente. Elles n’influencent que le comportement des sols à dimensions
très faibles. Dans ce cas, le sol présente de la cohésion : il a l’apparence d’un solide et ne se désagrège
pas sous l’effet de la pesanteur.
 Les sols grenus ou pulvérulent sont ceux pour lesquels les caractéristiques géotechniques sont
déterminées par des forces de volume ou de pesanteur (ex : les sables). Dans ce type de sol,
les grains se détachent les uns des autres sous leurs poids.
 Les sols fins sont des sols pour lesquels les effets de surface et les forces entre les particules
ont une grande influence sur les caractéristiques (ex : les argiles). Pour ce sol, les particules
restent collées les unes aux autres. Ce type de sol présente une cohésion.

2-3 le comportement des sols.


Les comportements d’un sol grenu et d’un sol fin sont très différents les unes par rapport aux
autres.

2-3-1 Le comportement des sols pulvérulents (ou encore grenu : D > 20 m).
Les sols pulvérulents : sable, gravier, cailloux, blocs sont constitués essentiellement de la silice
(quartz), du calcaire et d’autres roches inertes. Les effets capillaires dus à l’eau sont négligeables ; Les
grains se comportent comme les granulats inertes du béton.

2-3-2 Le comportement des sols cohérents (ou encore sol fin : D < 0,02 mm).
Bien que de dimension des grains du squelette ait une influence, le comportement d’un sol fins est
avant tout fonction :
 De sa composition minéralogique,
 De sa teneur en eau,
 Et de sa structure, c’est-à-dire de la manière dont les particules sont disposées et orientées.
En particulier la consistance d’un sol fin varie beaucoup suivant sa teneur en eau. Plus précisément,
en opérant à teneur en eau décroissante, on rencontre les quatre états/comportements suivants :

2-3-2-1 les différents états d’un sol fins.

 l’état liquide :
Le sol n’a qu’une cohésion très faible. Il a l’aspect d’un fluide. Il tend à s’étaler si on le pose
sur une surface horizontale.
 l’état plastique :
Le sol a une cohésion plus importante. Posé sur une surface horizontale, il n’a pas tendance à s’étaler
mais n’offre aucune résistance à l’action de charges même très faibles.
 l’état solide avec retrait :
La déformabilité du corps est beaucoup plus faible. Soumis à la dessiccation, il perd une partie de
son eau interstitielle tout en se contractant d’une valeur appréciable.
 l’état solide sans retrait :
La rigidité du corps augmente encore et son volume ne change pas quand sa teneur en eau diminue.
Le passage d’un état à l’autre s’effectue évidement d’une façon progressive.

Cas particulier des argiles.


On définit les argiles comme des sols de diamètre moyen inférieures 2mm. Il s’agit donc d’un sous-
groupe des sols fin. Les argiles proviennent de l’altération chimique des roches et plus exactement
des minéraux silicates (Feldspaths, mica....). Le comportement mécanique d’une argile est fortement
influencé par de sa structure cristalline de base. Ces structures cristallines peuvent être telles qu’en
présence d’eau elle augmente de volume (3 à 4 fois). On parle alors d’argile active.

Structure floconneuse Structure en nid d’abeille Empilement

Figure n°2 : Différentes structures d’argiles d’après


Terzaghi (d’après Fondations et ouvrages en terre)

2-3-2-2 Quelques types d’argiles.


Les types d’argiles les plus fréquents sont : la kaolinite, la montmorillonite et l’illite. Ces différents
types d’argiles se comportent différemment vis à vis de l’eau.
 La kaolinite est stable au contact de l’eau.
 La montmorillonite n’est pas du tout stable au contact de l’eau. Les sols à forte teneur en
montmorillonite sont susceptibles de gonflement et de retrait important.
 L’illite a un comportement intermédiaire (les latérites font partie de cette famille
d’argile).
NB : le constructeur de manière générale devra toujours se méfier des terrains argileux car ce sont
des terrains à même de causer de graves désordres sur les ouvrages (argile gonflante ou encore active).
De façon ramassé, les caractéristiques des sols fins et sols grenus sont résumées dans le tableau
suivant :

Tableau n°1 : Caractéristiques des sols fins et sols pulvérulent.


Sols
pulvérulents ou grenus ou cohérents ou fins
granulaires
Exemple Sable Argile
Constituants Silice, quartz, calcaire, matériaux Minéraux argileux
inertes
Grains Particules fines à très fines
Forme régulière Forme irrégulière (grande surface
Particules spécifique)
Altération physico-mécanique Altération physico-chimique
Faible ou nulle. Eau libre Forte. Eau liée. Existence d'une
couche d'eau adsorbée
Pas d'influence : Influence :
Liaison particule-eau  De la nature  De la nature
minéralogique des minéralogique des
particules particules
 Des électrolytes de l’eau  Des électrolytes de l'eau
libre libre

Forces de pesanteur
Force de liaison Forces de pesanteur Forces d'attraction moléculaire et
prépondérantes électrostatique prépondérantes à
courte distance.

Perméabilité Très élevée Très faible


Déformations Instantanées – Faibles Fortes - Non Instantanées

Remarque :
- Les sols que l’on rencontre dans la nature ont des dimensions de grains très variables. La distinction
précédente (sols grenus et sols cohérents) est utile pour la description des sols et pour l’étude de leur
comportement. Cette distinction est schématique : en effet, la majeure partie des sols est constituée
de sols intermédiaires entre les sols grenus et les sols purement cohérents.
- Lorsque le sol est constitué de grains de matière organique, il est organique. Ses caractéristiques
géotechniques sont assez différentes de celles d’un sol à grains minéraux.

2-4 Les paramètres dimensionnels.


Ils sont essentiellement des poids volumiques.
2-4-1 Les poids volumiques.
 Poids volumique apparent d’un sol ou poids total du sol (ɣ)

𝑾 𝐖𝐬 + 𝐖𝐰 + 𝐖𝐚 𝐖𝐬 + 𝐖𝐰
𝜸= = =
𝐕 𝐕𝐬 + 𝐕𝐰 + 𝐕𝐚 𝐕𝐬 + 𝐕𝐰 + 𝐕𝐚

 Poids volumique d’un sol sec (ɣd)

𝐖𝐬 + 𝐖𝐚 𝐖𝐬
𝜸𝒅 = =
𝐕𝐬 + 𝐕𝐰 + 𝐕𝐚 𝐕

 Poids volumique des grains solides (ɣs)


𝐖𝐬
𝜸𝒔 =
𝐕𝐬

 Poids spécifique de l’eau contenu dans le sol (ɣw)

𝐖𝐰
𝜸𝒘 = Ɣw = 103 g =9.81 KN/m3=10 KN/m3
𝐕𝐰

 Poids volumique du sol saturé (ɣsat)

𝐖𝐬 + (ɣ𝐰. 𝐕𝐯)
ɣ𝒔𝒂𝒕 =
𝐕

 Poids volumique du sol déjaugé (ɣ’)


ɣ𝒘
ɣ’ = ɣsat - ɣw = (ɣs - ɣw) (1-n) ou ɣ’=ɣd. [1- ]
ɣ𝒔
2-4-2 Les densités.
ɣ
 Densité humide =
ɣ𝐰

ɣ𝐝
 Densité sèche =
ɣ𝐰

ɣ𝐬
 Densité des grains ou densité spécifique 𝑮𝒔 =
ɣ𝐰

2-5 Les paramètres d’état.


Ce sont tous des paramètres sans dimension; ils définissent l’état du sol, c’est-à-dire l’état de
compressibilité (lâche ou serré) dans lequel se trouve le squelette ainsi que les quantités d’eau et d’air
que contient le sol
 Porosité (n)

C’est le volume des vides contenus dans un échantillon donné ramené au volume total de
L’échantillon
𝐕𝐚+𝐕𝐰 𝐕−𝐕𝐬 𝐕𝐬
𝒏= = =𝟏−
𝐕 𝐕 𝐕

NB : n Є [0 ; 1]

𝐕𝐬
On définit également la compacité = =𝟏−𝒏
𝐕

 Indice des vides (e)


C’est le volume des vides contenus dans un échantillon donné ramené au volume des grains solides
de l’échantillon

𝐕𝐚 + 𝐕𝐰 𝐕 − 𝐕𝐬
𝒆= =
𝐕𝐬 𝐕𝐬

NB : e Є [0,10 ; 5]

 Teneur en eau

C’est le poids d’eau contenu dans le volume V rapporté à l’unité de poids des grains solides contenu
dans V

𝑊𝑤
𝜔= ∗ 100
𝑊𝑠
NB : ω Є [0 ; ωsat]

 Degré de saturation (Sr)

C’est le volume occupé par l’eau ramené au volume total des vides
𝐕𝐰
𝑺𝒓 = ∗ 𝟏𝟎𝟎
𝐕𝐰 + 𝐕𝐚
NB : Sr Є [0 ; 1]
Il faut souligner qu’un sol saturé est un sol dont les vides sont rempli par l’eau dans ce cas le degré
de saturation est égal à 1.Lorsque le sol est sec le degré de saturation est nul

 Teneur en eau de saturation


𝐞. ɣ𝐰 𝐞 𝟏 𝟏
𝝎 = 𝛚𝐬𝐚𝐭 = = = ɣ𝝎. [ − ]
ɣ𝐬 𝐆𝐬 ɣ𝐝 ɣ𝐬

2-6 Relation entre les différents paramètres.

2-7 Les caractéristiques dimensionnelles.


Les caractéristiques dimensionnelles sont basé sur la considération des grains du sol en fonction de
leurs formes ; leurs propriétés mécaniques et de leurs dimensions. Ainsi s’agissant de la forme on
peut distinguer trois catégories de formes qui sont :
- les particules sphérique/cubiques (arrondie/anguleuses:) cas des sols grenus (sables),
- les particules en plaquettes cas des sols fins (argiles),
- les particules en aiguilles.
Les dimensions des grains quant à eux jouent un rôle très important dans la caractérisation du sol.
Leurs déterminations ainsi que la répartition des grains présente des intérêts du point de vue de
l’identification, de la dénomination des sols et de l’appréciation qualitative ou quantitative de leurs
propriétés mécaniques.

2-8 Les caractéristiques granulométriques.


La façon la plus courante de représenter les essais de tamisage et de sédimentométrie consiste à tracer
une courbe granulométrique. Cette courbe représente le poids des tamis cumulé (échelle
arithmétique) en fonction du diamètre ou du diamètre équivalent (D), des particules solides (échelle
logarithmique). La courbe granulométrique donne le pourcentage en poids des particules de tailles
inférieur ou égale à un diamètre donné (pourcentage du poids total de la masse de l’échantillon
étudier). Les coordonnées semi- logarithmique permettent une représentation plus précise des fines
particules dont l’influence est capitale sur le comportement des sols. La granulométrie d’un sol peut
être caractérisée par un coefficient d’uniformité ou coefficient de Hazen :

𝐃𝟔𝟎
𝑪𝒖 =
𝑫𝟏𝟎
D10 est appelé Diamètre efficace
 Pour Cu>2, la granulométrie est dite étalée
 Pour Cu<2 la granulométrie est dite uniforme ou serrée.
 Plus la granulométrie est serrée plus la pente de la partie médiane de la courbe est prononcée.
On définit également le coefficient de courbure :

(𝐃𝟑𝟎)𝟐
𝑪𝒄 =
𝐃𝟔𝟎. 𝐃𝟏𝟎

(Dy: ouverture du tamis laissant passer y% du poids des grains).


Ainsi D10 est le diamètre déterminant à 10%
D60 est le diamètre déterminant à 60%
D30 est le diamètre déterminant à 30%
Lorsque certaines conditions sur Cu et Cc sont satisfaites, le sol est dit très bien gradué c’est-à-dire
que sa granulométrie est bien étalée, sans prédominance d’une fraction particulière, Quand sa
granulométrie est discontinue, avec prédominance d’une fraction particulière, il est dit mal gradué.
Les sols bien gradués constituent des dépôts naturellement denses avec une capacité portante élevée.
Ils peuvent être aisément compactés en remblais et forment des pentes stables.
On peut alors dire que la forme de la courbe granulométrique permet de préciser le degré d’étalement
de la granulométrie ou encore son uniformité
Chapitre 3 : Identification et classement des sols.

Quel que soit l’utilisation envisagée d’un sol, il est important de connaître sa nature, sa composition
et la répartition des grains de différentes tailles qui le compose. De ce fait les systèmes de
classification des sols ont pour but de faciliter l’accès à ces informations en rangeant les sols
présentant les mêmes caractéristiques géotechniques ou des caractéristiques très voisines dans un
groupe de famille. Ainsi de très nombreux échantillons recueillis au cours d’une campagne de
sondages sont classés grâce à des mesures quantitatives et sont pas la suite rattachés à un groupe de
sol ayant les caractéristiques semblable.
Il existe de très nombreux systèmes de classification des sols :
— les uns sont basés sur l’aptitude du sol pour un emploi particulier du génie civil. Ces classifications
présentent en général l’inconvénient de ne pouvoir être étendues à d’autres usages que celui pour
lequel elles ont été établies ;
— les autres sont basés sur certains essais d’identification. Parmi ces systèmes, plusieurs se réfèrent
uniquement à la granularité du sol (diagramme triangulaire, par exemple) et diffèrent par les seuils
granulométriques adoptés. D’autres utilisent simultanément la granularité et la plasticité du sol.
Il s’agira ici de présenter la classification basée sur la granulométrie, la classification basée sur la
plasticité des sols et enfin la classification unifiée.

3-1 La classification basée sur la granulométrie.


La classification des sols à partir des caractéristiques granulométriques est couramment utilisée,
particulièrement dans le cas des descriptions préliminaires ou générales. Elle est basée uniquement
sur la granulométrie c’est-à-dire sur la taille des particules du sol et convient pour les graviers et les
sables. Cette classification n’est pas adaptée pour les argiles et les limons car les propriétés de ces
sols dépendent beaucoup plus de leurs compositions minéralogiques Le diagramme granulométrique
est divisé par des droites verticales en un certain nombre de fractions auxquelles correspondent des
chiffres et des noms. Un échantillon est alors indiqué par le chiffre ou le nom de la fraction
prépondérante. En général, les limites des fractions proposées sont très différentes et entraînent des
classifications variées. De part cette classification on note les classes granulométriques suivantes

Exemple :
La classification triangulaire
Elle est basée sur l’exploitation de l’abaque triangulaire de Taylor, qui utilise seulement la
granulométrie, et qui permet de baptiser le sol (argile, limon, limon argilo-sableux…).Il s’agit des
systèmes de classification triangulaire qui prennent la forme de triangles dont les côtés portent des échelles
représentant les proportions de sable, de silt et d’argile mesurées sur un échantillon de sol.
Ces triangles sont divisés en zones portant une appellation conventionnelle selon les proportions relatives des
types de sols. Seules les échelles des proportions d’argile, de sable et de silts (limon) figurent sur le triangle.

Figure n°3 : Classification triangulaire des sols fins


(Contenant moins de 30%d'éléments de diamètre supérieur à 2 mm)
3-2 La classification basée sur la plasticité.
Les propriétés physiques des fractions les plus fines du sol ne dépendent pas seulement de la taille
de particules, mais aussi de nombreux facteurs comme leurs formes et leurs compositions
minéralogiques. Pour éviter toutes les causes d’erreur susceptible de compromettre la fiabilité des
classifications, on procède après l’analyse granulométrique, aux identifications propres aux sols
fins par la détermination des états de consistance dont les limites d’Atterberg, les Indices de
Plasticité (IP) et de Consistance (IC) et la valeur au bleu de méthylène (VBS) et dans un deuxième
aux identifications propres aux sols grenus à travers l’Essai d’équivalent de sable et la
détermination de l’Indice de densité (ID) ou densité relative (Dr) qui en découlent. De cette
nouvelle classification, les sols fins sont classés à l'aide d’un diagramme de plasticité établi par
Casagrande où la limite de liquidité et l’indice de plasticité sont portés en abscisses et en
ordonnées respectivement.

Selon la position dans le diagramme du point représentatif ayant pour abscisse la limite de
liquidité et pour ordonnée l’indice de plasticité, on définit quatre grandes catégories principales:
 Les limons très plastiques : Lt
 Les limons peu plastiques : Lp
 Les argiles très plastiques: At
 Les argiles peu plastiques: Ap

Figure n°4 : Diagramme de plasticité de Casagrande


3-3 La classification unifiée.
Le système de classification unifié de classification des sols identifie les sols selon leur texture et leur
plasticité. Les sols sont groupés d’après :
 Les pourcentages de classes granulométriques particulières
 La forme de la courbe granulométrique
 Les caractéristiques de plasticité et de compressibilité
Ce système de classification tient compte des types de sols à granulométrie non uniforme. Il s’agit
des sols à gros grains (grenu), a grains fins et des sols fortement organiques.

3-3-1 Les sols grenus.


La classification des sols grenus se fait par la granulométrie et les limites d’Atterberg. Elle se fait à
l’aide du tableau de classification LPC des sols grenus.

Tableau n°2 : Classification LPC des sols grenus.


Définition symbo Conditions Désignation
Conditions le géotechnique

Cu=D60/D10>4 Grave propre


Plus de 50% des éléments >0.08 Plus de 50% des éléments >0.08

de
12%d’Elément 5%d’éléments

Gb et Cc=(D30)2/D10.D60 compris entre 1 et 3 bien graduée


<0.08mm
ont un diamètre > 2 mm
de Moins

Gm Une des conditions de Gb non satisfaite Grave propre


mal graduée

GL Limites d’Atterberg au-dessous de la ligne Grave


A17 limoneuse
<0.08mm
GRAVE

GA Limite d’Atterberg au-dessus de la ligne A17 Grave argileuse


Plus de 12% Moins de 5% Plus

Cu=D60/D10>6 et Sable propre


Sb Cc=(D30)2/D10.D60 compris entre 1 et 3 bien gradué
d’éléments<0. d’éléments
<0.08mm

Une des conditions de Sb non satisfaite


ont un diamètre > 2 mm

Sm Sable propre
mal graduée
SL Limites d’atterberg au-dessous de la ligne Sable limoneuse
A17
SABLES

SA Limites d’Atterberg au-dessus de la ligne A17


08mm

Sable argileux
Lorsque la teneur en particules fines (< 0,08 mm) est comprise entre 5% et 12% on utilise un
double symbole. Par exemple : Sb-SL
Tableau n°3 : Classification rapide des sols grenus.

3-3-2 Les sols organiques.


Tableau n°4: Classification des sols organiques.
Tenue en matières organiques Désignation
0-3 sols inorganique
3-10 Sols faiblement fO Vase
organique
10-30 Sols moyenne mO Sol tourbeux
organique
>30 Sols très organique tO Tourbe
3-4 Tableaux de synthèse
Tableaux récapitulatifs de la démarche d'identification des sols.
Chapitre 4: Les essais d’identification des sols au laboratoire.

4-1 Les essais d’identification propre aux sols grenus.

4-1-1 l’essai équivalent de sable Es (NF P 18-598).


L'essai d’équivalent de sable, désigné par le symbole E.S, a pour but d'évaluer la proportion relative
d’éléments fins contenus dans le sol et dont la présence en quantité notable peut modifier le
comportement mécanique.
C’est un essai empirique, simple, rapide et ne nécessitant qu’un appareillage très élémentaire. Il
permet de contrôler sur place la constance de certaines qualités de matériaux mis en œuvre sur
chantier à une cadence rapide. Il est très largement utilisé, en particulier en géotechnique routière.
L’essai consiste à opérer sur l’échantillon de sol (fraction du matériau dont les éléments sont
inférieurs à 5mm) un lavage énergique de manière à le séparer de ses matières fines. L’éprouvette
contenant le sol et la solution lavande est soumise à 90 cycles de 20cm d’amplitude en 30s. La
solution utilisée à, en outre, un pouvoir floculant sur les argiles.
On laisse la solution se décanter. Le sable vrai se dépose dans le fond de la burette jusqu’à un
niveau h2 qui peut être mesuré. Au-dessus du sable, se dépose le floculat gonflé par la solution. on
peut distinguer un deuxième niveau h1 qui sépare le liquide contenant le floculat du liquide
transparent de solution lavande décanté.

Mise en place du piston :


On abaisse le piston dans le liquide pour
séparer le floculat de l’eau.
On lit les valeurs de h1 et h2 à l’aide du réglet.

𝐡𝟐
Calcul de « ES » : ES=𝟏𝟎𝟎 ∗
𝐡𝟏

On remplace h1 et h2 dans la formule suivante


par leurs valeurs respectives.
Le h1 se prend du fond du tube à la surface
supérieure du manchon.

Expression des résultats

Masse de la prise d'essai (Mt)

(𝟏𝟎𝟎+𝛚)
𝑴𝒕 = 𝟏𝟐𝟎 ∗ Avec ω la teneur en eau.
𝟏𝟎𝟎

La teneur en fine (Tf)

𝐌𝟐 (𝟏𝟎𝟎 + 𝛚)
𝑻𝒇 = − 𝟏𝟎𝟎
𝑴𝟏
Si T est supérieure ou égale à 10, on utilise la teneur en fine et non la teneur en eau pour calculer la
masse de la prise d'essais.
la valeur d’équivalent de sable chute très rapidement dès qu’il y a un faible pourcentage de limon ou
d’argile dans le sol pulvérulent.

Ordre des grandeurs.


Tableau n°4: Ordre des grandeurs du sable.

Nature Equivalent de sable


Sable pure et propre E. S = 100
Sable non plastique E. S = 40
Sols plastique E. S = 20
Argile pure E. S = 0

4-1-2 Indice de densité ou densité relative NF P 94-059


Pour donner une idée de l’état de compacité dans lequel se trouve un sol grenu à l’état naturel, on
définit l’indice de densité :

emax et emin sont déterminés par des essais de laboratoire


L’essai consiste à mettre en place le matériau séché dans un moule de volume connu, selon une
procédure bien définie (avec une hauteur de chute nulle).On peut ainsi calculer son poids volumique
minimal. Une surcharge statique de 10 kPa est ensuite appliquée afin de procéder au compactage de
l’échantillon par vibration. On calcule alors son poids volumique maximal :
 Pour un sol lâche e = emax ce qui implique que ID= 0.
 Pour un sol serré e = emin ce qui implique que ID =1.
Le comportement des sols grenus dépend presque uniquement de l’état de compacité dans lequel se
trouve le squelette solide.
Dans le cas d’un matériau théorique constitué de sphère de même diamètre on peut définir deux
assemblages particuliers correspondant à emin et emax

4-2 Les essais d’identification propre aux sols fins NF P 94- 051
4-2-1 Les limites d’Atterberg
La particularité des sols fins est que, leur consistance varie fortement en fonction de leur teneur en
eau. Leur état va du solide s’ils sont desséchés, à l’état liquide s’ils sont détrempés. Entre ces deux
états, il existe un état intermédiaire dit plastique (pâte à modeler).les limites d’Atterberg sont des
constantes physiques conventionnelles (teneur en eau pondérale), qui permettent de déterminer la
consistance d’un sol en présence d’eau. Elles sont les teneurs en eau pour lesquelles, un changement
d’état s’opère dans le sol. Ils marquent les seuils entre :
 Le passage d’un sol de l’état liquide à l’état plastique (limite de liquidité WL)
 Le passage d’un sol de l’état plastique à l’état solide (limite de plasticité WP)
Ces deux limites sont utilisées afin de déterminer la classification des sols. Elles s’appliquent sur la
fraction de sol passant au travers du tamis 400 µm.
On distingue également :
- L’Indice de plasticité (IP) qui est la différence entre la limite de liquidité et celle de plasticité.
Il définit l’étendue du domaine plastique.
- L’Indice de consistance (IC)

Intérêt des limites d’Atteberg :

 Les limites d’Atterberg servent à classifier les sols fins (< 80µm)
 La position de la teneur en eau in- situ (ω) par rapport aux limites d’Atterberg permet de
prévoir la consistance du sol.
 Les limites d’Atterberg permettent de prévoir le comportement des sols fins pendant les
phases de terrassement et / ou lorsqu’ils sont sollicités mécaniquement (contrainte
admissible, module d’élasticité).

Principe:
L’essai se fait en 2 phases :
• recherche de la teneur en eau pour laquelle une rainure pratiquée dans un sol placé dans une
coupelle se referme sur 1 cm lorsque la coupelle et son contenu sont soumis à des chocs répétés.
(LIMITE DE LIQUIDITE)
• recherche de la teneur en eau pour laquelle un rouleau de sol, de diamètre fixe et confectionné
manuellement se fissure. (« Petits rouleaux » : LIMITE DE PLASTICITE)

Mode opératoire :
Il consiste à faire varier la teneur en eau du sol afin de déterminer sa limite de liquidité aussi que sa
limite de plasticité. Il se fait uniquement sur les éléments fins du sol dont le diamètre est inférieur à
0,4 mm.
L’essai des limites d’ATTERBERG se fait sur une fraction de matériaux appelé mortier ou pate, on
échantillonne une certaine masse du matériau amené au laboratoire qu’on imbibe dans l’eau pendant
24h pour les sols latéritique (terre de barre) et 72h si c’est de l’argile.
Photo n°2 : Matériau imbibé et lavé au tamis 0,400

Apres lavage du matériau humide au tamis 0.400 mm l'eau de lavage et le tamisât sont recueillis dans
un récipient. On laisse l’ensemble se décanter pendant une durée d’au moins 12h. L’eau claire à la
surface du tamisât est soigneusement renversée tout en prenant soins de ne pas perdre de particules
fines. On laisse passer ensuite ce matériau a l’étuve a une température ne dépassant pas 50°C pour
évaporer le reste de l’eau qu’il contient

Appareillage

Photo n°3 : Appareillage de limite d’Atterberg

4-2-1-1 Détermination de la limite de liquidité avec l’appareil de Casagrande NF P 94-051.


L’essai avec l’appareil de Casagrande consiste à rechercher les couples de points (ω ;
Nombres de chocs)
 Remplir la coupelle : (caractéristiques normalisées)
 Partager la pâte en 2

 Soumettre la coupelle à une série de chocs réguliers (2 coups /s).


 Noter le nombre de coups (N) pour que la rainure se referme sur 1 cm apprécié à l’œil. 15 <
N < 35.

 Prélever à l’aide de la spatule l’échantillon au voisinage de l’endroit où la rainure s’est refermée


en vue de mesurer la teneur en eau de ces échantillons.
 Sécher le sol entre 2 essais en le malaxant sur le marbre et en l’étalant.
 Refaire un nouvel essai comme indiqué à l’étape 1. Il faut avoir au moins 4 points différents.
Pour un gain de temps réaliser seulement 2 essais du moment que les valeurs obtenues encadre la
valeur de référence 25 : N1 < 25 < N2

La limite de liquidité (wL) est la teneur en eau qui correspond à une fermeture de la rainure
sur 1 cm après 25 chocs.
Elle est calculée à partir de l’équation de la droite moyenne ajustée sur les couples de valeurs
Expérimentales ; La valeur obtenue est arrondie au nombre entier le plus proche.
Photo n°4 : malaxage de l’échantillon

Figure n°5 : Courbe de détermination de la teneur en eau.

4-2-1-2 Limite de liquidité avec le cône de pénétration NF P 94-052-1

L’essai avec le cône de pénétration consiste à rechercher les couples de points (ω% ; enfoncement
du cône en 5s). Il se déroule comme suit :
 Régler l’horizontalité du socle.
 Nettoyer la pointe du cône.

Figure n°6 : Schéma de l’appareillage du cône de pénétration.


 Malaxer la pâte sur la plaque lisse pour obtenir une pâte homogène presque fluide.
 Rempli le récipient normalisé avec une spatule de cette pâte, (attention aux bulles d’air).
 Araser afin d’obtenir une surface lisse et plane
 Ajuster la pointe normalisée à peu près au centre du récipient et pour qu’elle affleure la surface
du sol. (Légère trace lorsqu’on déplace le récipient).
 Repérer la position du cône.
 Libérer le cône et le laisser s’enfoncer dans le sol pendant 5s.
 Noter sa nouvelle position. L’enfoncement h doit être compris entre 12 et 25mm.

 Enlever le cône.
 Faire un prélèvement et mesurer sa teneur en eau.
 Recommencer les opérations au moins 4 fois avec des teneurs en eau différentes.

Pour un gain de temps vous réaliserez seulement 2 essais du moment que les valeurs
obtenues encadre l’enfoncement de référence 17mm : h1 < 17< h2.
La limite de liquidité (wL) correspond à un enfoncement de 17mm du cône. Elle est
calculée à partir de l’équation de la droite moyenne ajustée sur les couples de valeurs
expérimentales (enfoncement, ω). La valeur obtenue est arrondie au nombre entier le plus
proche.

4-2-1-3 Limite de plasticité (NF P 94-051).


La mesure de la limite de plasticité se fait après celle de la limite de liquidité.
• Sécher le sol en le malaxant sur le marbre et en l’étalant.
• Former une boulette avec une partie de l’échantillon puis roulez-la à la main sur le marbre de façon
à former un rouleau qu’on amincit progressivement jusqu’à ce qu’il ait atteint 3 mm de diamètre.
1-Opérer assez lentement de façon que l’amincissement soit bien régulier et surtout afin d’éviter la
formation de petits cylindres creux.
2-Les petits rouleaux doivent avoir une longueur de 10 à 15 cm.
• Si aucune fissure n’apparaît, le rouleau est réintégré à la boulette. La pâte est malaxée tout en la
séchant légèrement.
• La limite de plasticité est obtenue lorsque simultanément, le rouleau se fissure et que son diamètre
atteint 3 mm ±0.5mm
• Effectuez une mesure de teneur en eau.
• Effectuer un deuxième essai sur une nouvelle boulette.

Expression des résultats

 Détermination de la teneur en eau


𝐌𝐇 −𝐌𝐒
𝛚= x 100
𝐌𝐒
 Détermination de la limite de liquidité

C’est la teneur en eau en pourcentage correspondant au passage de l’état plastique à l’état liquide .elle
est la teneur en eau au-dessus de laquelle le sol devient liquide sous l’influence de son propre poids.
La limite de liquidité est la teneur en eau qui correspond à une fermeture de 25 coups.

 Détermination de la limite de plasticité

C’est la teneur en eau correspondant au passage de l’état solide à l’état plastique.


𝛚𝐏𝟏 + 𝛚𝐏𝟐
𝛚𝐏 =
𝟐
 Détermination de l’indice de plasticité (𝐈𝐏 )
L’indice de plasticité est la différence entre la limite de liquidité et la limite de plasticité. C’est l’étendu
du domaine où le comportement de l’argile est plastique.
𝐈𝐏 = 𝛚𝐋 − 𝛚𝐏

 Détermination de l’indice de consistance(IC)


L’indice de consistance renseigne sur l’état de consistance du sol.
𝛚𝐋 − 𝛚
𝐈𝐂 =
𝐈𝐩

Avec𝛚 : Teneur en eau initiale du sol.

 Détermination de l’indice de liquidité


Il situe en valeur relative la teneur en eau du sol dans la plage de liquidité.
𝛚− 𝛚𝐏
𝐈𝐋 =
𝐈𝐩
Ordre de grandeur
Tableau n°5 : Ordre de grandeur des argiles
Nature ωl% ωp% Ip%
Limon 24 17 7
Argile limoneuse peu plastique 40 24 16
Argile plastique 114 29 85
Argile de Mexico 500 125 375
Bentonite 710 54 656

4-2-2 Essai au bleu de méthylène d’un sol (VBS) NF P 94-058


Intérêt de l’essai
L’essai au bleu de méthylène est pratiqué sur fines (ensemble des grains passant au tamis 80µm)
contenus dans le sol, un sable ou un gravillon dont le but est de révéler leur nature argileuse et de
déterminer leurs concentrations. Il est également effectué après un équivalent de sable ES lorsque
celui-ci est inférieur aux spécifications exigées.
Pour les granulats, il existe une valeur de bleu de méthylène VB (NF P 18-597) dont le principe
d’essai est similaire à celui de la valeur au bleu de méthylène d’un sol VBS (NF P 94-068).la
manipulation nécessite beaucoup de temps mais elle permet de classer les granulats suivant la norme
XP P 18-540
4-2-2-1 Valeur de bleu d’un sol de Dmax ≤ 5mm (NF P 94-068).

But de l’essai.
L’essai au bleu de méthylène a pour but de révéler la présence de fines de nature argileuse et d’en
déterminer la concentration.

Définition.
On appelle «valeur de bleu VBS d’un sol, la quantité en gramme de bleu de méthylène adsorbé par
100g de sol (D ≤ 5mm).

Principe de la méthode.
Cette méthode consiste à contrôler l'adsorption du bleu de méthylène injecté dans un bain aqueux
contenant la prise d'essai, en observant le comportement d’une goutte de suspension déposée sur
une feuille de papier filtre. La tache formée se compose d'un dépôt central du matériau, coloré d'un
bleu soutenu, entouré d'une zone humide incolore. L'excès de bleu de méthylène se traduit par
la formation d'une auréole bleu clair persistante autour du dépôt central.

Matériel nécessaire.
 Une balance permettant de faire toutes les pesées ;
 Un chronomètre, un papier filtre, une baguette de verre ;
 Un agitateur à ailettes ;
 Un bécher de 1 ou 2 litres en matière plastique ;
 Une étuve ventilée ou autre moyen de séchage ;
 Solution de bleu de méthylène (dosée à 10g/l) dans un flacon équipé d’un
doseur permettant des injections de 2,5 ml et 10 ml
 Un chronomètre.
Mode opératoire.

Définition du test à la tache.


Après chaque injection de bleu ce test consiste à prélever, à l'aide de la baguette de verre, une
goutte de suspension que l'on dépose sur le papier filtre. La tache ainsi formée se compose d'un
dépôt central de matériau, coloré d'un bleu généralement soutenu, entouré d'une zone humide
incolore. Le test est dit positif si, dans la zone humide, apparaît autour du dépôt central une auréole
bleu clair persistante. Il est dit négatif si l'auréole est incolore.

Préparation de l'échantillon pour essai.


 Prendre un échantillon de sol humide d’environ 250 g ;
 Mesurer la teneur en eau w du sol avec environ 100g de sol humide ;
 Peser le reste de l’échantillon précisément M1 et le mettre dans le bécher en plastique avec
500 ml d’eau.
 Mettre en route l’agitateur à ailettes (700 tr/min) jusqu’à disparition de tout agglomérat de
particules d’argile.
.
Exécution de l'essai.
 Régler l’agitateur à ailettes à 400 tr/min ;
 A l'aide de la burette, injecter une dose de 5 ml de solution de bleu. Après 1 minute faire le
test de la tache sur le papier filtre.
 Recommencer les injections de 5 ml en 5 ml jusqu'à ce que le test devienne positif. A ce
moment, sans rien ajouter, laisser s'opérer l'adsorption du bleu, qui n'est pas instantanée,
tout en effectuant des tests de minute en minute.
 Si l'auréole bleu clair disparaît à la cinquième tache, procéder à de nouvelles additions
élémentaires de bleu de 2 ml.
 Renouveler ces opérations jusqu'à ce que le test demeure positif pendant cinq minutes
consécutives: le dosage est alors considéré comme terminé.
 Noter V la quantité de solution de bleu adsorbée au total (en ml).

Expression des résultats


Masse sèche de la prise d’essai: M0= M1 / (1+w)
Masse de bleu introduite B = 0,01 x V
L’expression des résultats est (en g de bleu pour 100g de sol sec):

VBS = 100 x B/M0

Ordre de grandeur

4-3 les essais d’identification propre aux sols organiques


4-3-1 L’analyse minéralogique.
L’analyse minéralogique fait appel à l’observation au microscope électronique, à l’étude par
diffraction des rayons X à l’analyse chimique.
L’analyse minéralogique d’un sol est généralement un essai qui apporte beaucoup d’informations, car
le comportement des sols fins est fonction de leur composition minéralogique. Par exemple une
forte teneur en montmorillonite indiquera un sol très sensible à l’eau pouvant donner lieu à des
gonflements ou des retraits importants.

4-3-2 Teneur en matière organique.


Les matières organiques sont très variées et il est de ce fait quasiment impossible de déterminer par
des essais simples chacune des variétés. On se contente d’un dosage pondéral global. Plusieurs
méthodes de dosage sont possibles nous avons :
 La méthode classique.
Les matières organiques sont oxydées par un mélange de bichromate de potassium et d’acide
sulfurique concentré.

 La méthode thermique.
Celle-ci fait appel à l’analyse thermique différentielle (A.T.D) méthode plus longue mais plus précise
que la méthode classique

 Test d’humidification de Von Post.

le test de Von Post permet d’estimer le degré de décomposition des matières organiques des sols par
référence à une échelle d’humidification empirique comportant dix classes H1 à H10 ( la classe H1
correspond à une masse végétale non humidifiée, la classe H10 à un sol organique totalement
humidifié, à l’état de pâte.
L’essai consiste à comprimer une certaine quantité de matériau et à observer la nature et la couleur
du liquide qui en sort, que l’on compare à une échelle préétablie. Il peut être réalisé à la main ou à
l’aide d’un système mécanique.

4-4 Autre Essai.


4-4-1 L’Analyse granulométrique par tamisage (NF P 94-056).
Objectif de l'analyse granulométrique.
L'analyse granulométrique consiste à déterminer la distribution dimensionnelle des grains
constituant un granulat dont les dimensions sont supérieures à 80 μm afin de tracer la courbe
granulométrique.
Principe de l’essai:
En fonction de la dimension des grains composant un échantillon, on dénomme les granulats,
fines, sables, gravillons ou caillou. Cependant, pour un échantillon donné, tous les grains qui le
constituent n'ont pas tous la même dimension. L’essai consiste donc à fractionner au moyen d'une
série de tamis un matériau en plusieurs classes granulaires de tailles décroissantes. Par suite les
masses des différents refus et tamisât sont rapportées à la masse initiale du matériau. Les
pourcentages ainsi obtenus sont exploités sous forme graphique.

Préparation de la prise d'essais.


Le prélèvement de l'échantillon représentatif nécessaire à l'essai se faire par quartage, la prise d'essai
est alors porter à une température de (105±5C), après refroidissement, on y prélève une masse M1
qui sera lavé à l'aide d'un tamis de diamètre 0.080 mm Le refus obtenu sera à son tour aussi remis à
l'étuve (105±5C). Après séchage on détermine à présent la masse M2 destinée à l'essai.
S’agissant de l’analyse granulométrique par tamisage, nous avons :

Analyse granulométrique par tamisage sur les sols (NF P 94-056)


Appareillage :
- Un dispositif de lavage ;
- Un jeu de tamis emboitables à mailles d’ouverture : 0.080mm ; 0.100mm ; 0.200mm ; 0.400mm ;
2mm ; 10mm ; 16mm ; 20mm ; 31,5mm ;
- Couvercles et fond de tamis de même diamètre que les tamis ;
- Récipients en matériau non altérable ;
- Brosse métallique ;
- Pinceau ;
- Balances dont les portées maximales et minimales sont compatibles avec les masses à peser ;
- Etuve à température réglable à 50°C et à 100°C

Mode opératoire.
- Réduire l’échantillon par l’opération de quartage ;
- Procéder à une prise d’essai mh sur le matériau après avoir déterminé la plus grande maille de tamis;
- Sécher la prise d’essai en la portant à une température de 105±5 ou 50±5 °C selon la nature du
matériau jusqu’à une masse constante ;
- L’évaporation est terminée lorsque la masse du matériau contenu dans le récipient ne varie pas plus
de 2/1000 entre deux pesées successives effectuées chaque fois après un intervalle de temps t qui est
au minimum de 1h dans le cas d’un étuvage à 105°C et de 2h dans le cas d’un étuvage à 50°C. Laisser
refroidir, peser et inscrire le résultat, soit ms ;
- Tremper la prise d’essai avec éventuellement un malaxage périodique pendant quelques heures à
plus d’une journée selon la nature du matériau ;
- Laver le matériau sur le(s) tamis de protection et le tamis de 80μm. Placer les tamis de sorte que la
suspension passant à travers le tamis puisse être évacuée ou, si besoin être recueillie dans un récipient
adéquat. L’opération est terminée lorsque l’eau s’écoulant sous le dernier tamis est pratiquement
claire ;
- Sécher le matériau lavé en la portant à la température de 105±5 °C jusqu’à masse constante ;
- L’évaporation est terminée lorsque la masse du matériau contenu dans le récipient ne varie pas de
plus de 2/1000 entre deux pesées successives effectuées chaque fois après un intervalle de temps t
qui est au minimum de 1h dans le cas d’un étuvage à 105°C et de 2h dans le cas d’un étuvage à 50°C.
Laisser refroidir, peser et inscrire le résultat, soit ms1 ;
- Verser la totalité du matériau, séché et pesé, au sommet d’une colonne de tamis constituée par
l’emboitement d’un fond de tamis et de tamis d’ouverture de maille croissante de bas en haut. Le
nombre de tamis est fonction de l’objectif recherché et de la nature du matériau ;
- Agiter manuellement ou mécaniquement la colonne de tamis. Pour cette phase, il peut être utilisé
un vibrotamis mais le tamisage de chaque tamis est terminé à la main ;
- Retirer le tamis supérieur, le munir éventuellement d’un couvercle et le placer sur un fond de tamis
destiné à recueillir le tamisât. Le tamisage est terminé sur un tamis d’ouverture donnée lorsque la
quantité le traversant en une minute est inférieur à 1/1000 de la masse sèche du matériau analysé ;
- Peser le refus au tamis d’ouverture la plus grande et noter sa masse R1. Effectuer la même opération
pour le tamis immédiatement inférieur et noter la masse R2. Poursuivre la même opération pour tous
les tamis qui sont dans la colonne, afin d’obtenir la masse des différents fractions de matériaux
retenus et noter ces masses, R3, R4,…, Rn ;
- Peser le matériau tamisé, restant dans le fond le cas échéant et inscrire la valeur de sa masse soit P.

Expression des résultats.


-Inscrire les différentes masses sur la fiche d'essai ;
-Calculé les masses des refus sur chaque tamis, exprimé en pourcentage de la masse sèche d'origine
M1 ;
-Calculé le pourcentage cumulé des différents tamisât de la masse sèche d'origine passant ;
-Calculé le pourcentage de fines (f) passant à travers le tamis 63μm conformément à l'équation :

Où M1 est la masse séchée de la prise d'essais en g


M2 est la masse séchée des refus en g
P est la masse du tamisât restant dans le fond en g
-Dans le cas d'un tamisât à sec,

Cet essai est répété lorsque la somme des masses Ri et P diffère de plus de 1% de la masse M2.

Le module de finesse.
Le module de finesse est égal au 1/100e de la somme des refus cumulés exprimée en pourcentages
sur les tamis
• Les sables doivent présenter une granulométrie telle que les éléments fins ne soient ni en excès, ni
en trop faible proportion.
• Le caractère plus ou moins fin d'un sable peut être quantifié par le calcul du module de finesse
(MF).
• Le module de finesse est d'autant plus petit que le granulat est riche en éléments fins.

Tracé de la courbe granulométrique.


Il suffit de porter les divers pourcentages des tamisât cumulés sur une feuille semi-logarithmique :
• en abscisse : les dimensions des mailles, échelle logarithmique
• en ordonnée : les pourcentages sur une échelle arithmétique.
• La courbe doit être tracée de manière continue.

Interprétation des courbes.


La forme de la courbe granulométrique obtenue apporte les renseignements suivants :
• Les dimensions d et D du granulat,
• La plus ou moins grande proportion d'éléments fins,
• La continuité ou la discontinuité de la granularité.

Figure n°7 : Courbe illustrative de l’analyse granulométrique par tamisage.


Chapitre 5 : Compactage des sols
5-1 Définition, objectifs et facteurs d’influences du compactage.
5-1-1 Définition.
Compacter un sol consiste à faire diminuer son volume par l’application d’un procédé mécanique
(force, vibration, combinaison des deux, chocs, … etc.). Cette diminution de volume ne se produit
que par l’élimination des vides remplis d’air qui existent dans le sol à son état initial. Il peut entrainer
légèrement aussi bien une modification de la teneur en eau qu’une modification de la granulométrie

Le compactage peut être également défini comme l’ensemble des moyens, essentiellement
mécaniques mis en œuvre pour améliorer les performances d’un sol (densité en place, …) auquel on
applique des contraintes produisant une déformation irréversible qui modifie ses caractéristiques
intrinsèques. C’est une opération essentielle de la technologie routière qui conditionne la bonne
réalisation de la construction et le comportement des chaussées dans le temps.

5-1-2 Les objectifs du compactage.


Le compactage est recherché parce qu’il entraîne des conséquences parmi lesquelles :
- la suppression ou la limitation des tassements ;

- la diminution de la perméabilité de la couche traitée ;

- l’amélioration des caractéristiques mécaniques (portance, module de déformation, résistance à la


pression et au poinçonnement)

- augmentation de la cohésion et de l’angle de frottement interne ayant pour résultat un meilleur inter
clavage de ses particules, d’où une meilleure résistance au cisaillement.

5-1-3 les facteurs d’influence.


5-1-3-1 Influence de la teneur en eau : courbes de compactage.
L’influence de la teneur en eau et de l’énergie de compactage sur le poids spécifique sec d’un sol à
été mis en évidence par l’ingénieur américain Ralph PROCTOR à travers son essai (Essai Proctor)
En effet pour une énergie de compactage donnée, si l’on fait varier la teneur en eau (ω) d’un
échantillon de sol et l’on représente graphiquement la variation du poids spécifique sec (ɣd) en
fonction de cette teneur en eau, on obtient une courbe en cloche qui représente un optimum appelé
OPTIMUM PROCTOR.
Ce phénomène s’explique aisément ; Lorsque la teneur en eau est élevée (partie droite de la
courbe), l’eau absorbe une partie importante de l’énergie de compactage sans aucun profit
de plus elle occupe la place des grains solides (aucun tassement possible). Par contre pour
des teneurs en eau raisonnable, l’eau joue un rôle lubrifiant non négligeable et la densité
sèche augmente avec la teneur en eau (partie gauche de la courbe).
Figure n°8 : Courbe de compactage pour une énergie de compactage donnée.

5-1-3-2 Influence de la nature du sol.


Les courbes de compactage varient avec la nature du sol. De façon générale, la courbe Proctor est
très aplatie pour les sables et par contre présente un maximum très marqué pour les argiles plastiques.
Pour les matériaux à courbe Proctor aplatie, le compactage est peu influencé par la teneur en eau.
Ces matériaux (courbe Proctor aplatie) constituent donc à priori les meilleurs remblais d’un point de
vue tolérance à l’exécution, car peu sensibles à la teneur en eau réellement ou non apportée par des
camions citernes ou les pluies. Mais, par contre, il est plus difficile d’améliorer les caractéristiques de
ces sols (Energie de compactage à fournir plus importante).

Figure n°9 : Influence de la nature du sol sur l’optimum Proctor ;


Suivant la teneur en eau du sol compacté par rapport à la teneur en eau optimale (wopt) ; on
obtient pour les sols fins les
Perméabilités suivantes :

 ω faible : Forte perméabilité


 ω fort : Faible perméabilité
Cela tient à la structure des argiles,
Aux faibles teneurs en eau, les particules d’argile ont
une structure floculée, alors qu’aux fortes teneurs en
eau les particules sont plus orientées.
Ainsi pour un barrage en terre, on recherche une faible
perméabilité et il faut compacter du côté humide. Dans
les travaux routiers, on recherche au contraire un sol
plutôt perméable, pouvant drainer facilement : on
compacte donc du côté sec (de la courbe Proctor) Figure n°10 : Orientation des flocules selon le
compactage

5-1-3-3 Influence de l’énergie de compactage :


courbes de compactage
Pour un sol donné, Lorsque l’énergie de
compactage augmente, Le poids volumique optimal
s’accroît et la teneur en eau optimale diminue.
Les courbes deviennent donc plus pointues.

Figure n°11 : Influence de l’énergie de compactage


5-1-3-4 Enveloppe des courbes de compactage :
Courbe de saturation
Les courbes de compactage admettent pour
enveloppe une courbe appelée courbe de saturation,
qui correspond à l’état saturé du sol.
L’équation de cette courbe est :
𝛄𝐝 𝛄𝐬
=
𝛄𝐰 𝛄𝐬𝛚+𝛄𝐰

Figure n°12 : Courbe de saturation


5-1-4 Les effets du compactage sur certaines propriétés des sols.
Le compactage augmente la stabilité des sols et leur capacité à porter des charges, mais modifie en
même temps certaines de leurs propriétés. Les plus touchées sont la structure des sols, la
perméabilité, le gonflement et le retrait, la compressibilité, ainsi que la résistance au cisaillement.
a- La structure des sols : On le sait, le compactage réduit l’indice des vides. Il densifie donc, par le
fait même, la structure à grains uniques des sols pulvérulents. Dans les sols cohérents, il entraine
plutôt une réorganisation des particules d’argile, qui tendent à devenir parallèles et à adopter une
structure dispersée.
b- La perméabilité : Le compactage diminuant la quantité des vides dans le sol, une moins grande
quantité d’eau peut y circuler. Si on augmente l’énergie de compactage, la quantité des vides diminue
davantage, de même que la perméabilité. Dans les sols argileux, la perméabilité la plus faible s’obtient
lorsque la teneur en eau est égale ou supérieure à la teneur en eau optimale pendant le compactage.
La diminution de la perméabilité constitue un inconvénient dans le cas des sols pulvérulents utilisés
comme matériaux de fondation dont on doit éliminer l’eau rapidement.
c- Le gonflement et le retrait : En réduisant ainsi l’indice des vides et la perméabilité des sols, on
diminue à la fois la quantité d’eau qu’ils peuvent contenir et celle qu’ils sont susceptibles de recevoir.
Ce faisant, on limite les variations volumes causées, entre autres, par le gonflement et le retrait. A
noter, cependant : l’argile compactée alors que sa teneur en eau est supérieure à la teneur en eau
optimale sera davantage sujette au retrait, tandis que celle qui est compactée alors que sa teneur en
eau est inférieure à la teneur en eau optimale sera plus sujette au gonflement.
d- La compressibilité : Plus le volume occupé par les vides dans un sol est élevé, plus la
compressibilité de ce sol est grande et plus les tassements peuvent y être importants. Ainsi, en
réduisant les vides d’un sol par compactage, on le rend moins compressible, et les risques de
tassement s’atténuent.
e- La résistance au cisaillement : Dans les sols pulvérulents, plus les particules sont resserrées les
unes contre les autres par le compactage, plus le frottement et l’enchevêtrement deviennent
importants et plus la résistance au cisaillement augmente. Dans les sols cohérents, les forces de
cohésion constituent le facteur principal de la résistance au cisaillement. Or, plus la distance entre les
particules est faible, plus les forces de cohésion sont élevées. En réduisant la distance qui sépare les
particules, le compactage augmente donc la résistance au cisaillement.
De façon générale, la résistance au cisaillement des sols argileux est plus importante quand la teneur
en eau est inférieure à la teneur en eau optimale pendant le compactage.
Puisqu’on augmente la résistance au cisaillement d’un sol en le compactant, on y augmente également
l’angle de frottement interne. Or, la capacité portante des sols est directement proportionnelle à
l’angle de frottement interne.
Remarque :
 la teneur en eau optimale de compactage d’un sol est une information utilisable
uniquement si l’énergie de compactage avec laquelle elle a été déterminée est connue
 la densité sèche est utilisée car elle est directement reliée au resserrement des grains
et est plus facile à mesurer que l’indice des vides ;
 le compactage se traduit par une diminution du volume apparent à masse constante
qui s’explique par l’expulsion de l’air compris dans les vides d’un sol non saturé ;
 le compactage n’est efficace que sur les sols non saturés.

5-1-5 Essais de compactage au laboratoire & compactage in situ.


5-1-5-1 Essais de laboratoire :
5-1-5-2 Essai Proctor (NF P 94 - 093) .
But de l’essai.
L’essai Proctor permet de déterminer les caractéristiques de compactage que sont la teneur en eau
optimale (ωopt) et la masse volumique sèche maximale (ρdmax).
Selon l’énergie de compactage appliquée à l’éprouvette, on distingue l’essai Proctor normal (pour le
compactage des remblais classiques) et l’essai Proctor modifié (pour le compactage des couches de
fondation routière) qui conduisent à des couples de valeurs différents.
Principe de l’essai.
Il consiste à humidifier un matériau à plusieurs teneurs en eau et à le compacter, pour chacune de
ces teneurs en eau, selon un procédé et une énergie conventionnels. Pour chacune des valeurs de
teneur en eau considérées, on détermine la masse volumique sèche du matériau et on trace la courbe
des variations de cette masse volumique en fonction de la teneur en eau.
D’une manière générale cette courbe appelée Courbe PROCTOR, présente une valeur maximale de
la masse volumique du matériau sec qui est obtenue pour une valeur particulière de la teneur en eau.
Ce sont ces deux valeurs qui sont appelées caractéristiques optimales de compactage Proctor normal
ou modifié suivant l’essai réalisé.
Appareillage
L’appareillage spécifique comporte :
 Un socle de compactage constitué d’un bloc de béton
présentant une surface plane horizontale d’au moins 30
cm x 30 cm et une épaisseur d’au moins 30 cm ;

 Deux modèles de moules : (moule Proctor et moule


CBR). Chaque moule est constitué d’un corps de moule
(monobloc ou fendu), d’une embase et d’une rehausse.
 Le moule CBR comporte en plus un disque d’espacement.
 Deux modèles de dame de compactage manuelle
Photo n°5 : Moule

 Une règle à araser

Types de moules

On utilise pour ces essais deux types de moules de dimensions différentes :

 Le moule Proctor (Φmoule = 101,6 mm /Hsol = 117 mm) lorsque le


matériau est suffisamment fin (pas d’éléments supérieurs à 5mm ; Φ ≤ 5
mm),

 Le moule CBR (California Bearing Ratio) pour des matériaux de


dimensions supérieures à 5mm et inférieures à 20mm (Φmoule = 152 mm /Hsol
= 152 mm).

Photo n°6 : Moule et


disque.

Préparation des échantillons soumis à l’essai.


Prise d’essai
La masse totale de matériau nécessaire à l’exécution d’un essai doit permettre de faire un prélèvement
différent pour chaque point de la courbe Proctor. Elle varie entre 15 et 40kg suivant la granularité
du matériau.

Préparation des éprouvettes.


La totalité du matériau prélevé est, si nécessaire, séchée à l’air ou dans une étuve réglée à 50°C
maximum jusqu’à un état hydrique jugé suffisamment sec pour commencer l’essai.
Après séchage, le matériau est passé au tamis de 20 mm et seul le tamisât est conservé pour
l’exécution de l’essai.
Le matériau est homogénéisé et divisé par appréciation visuelle en au moins cinq
parts égales qui sont humidifiées à une teneur en eau telle que les teneurs en eau de
3 parts au moins et de 4 au plus soient réparties entre 0,8 et 1,2 wopt.
Après humidification, chaque part est conservée en boîtes ou sacs hermétiques
durant un temps fonction de la teneur en argile du matériau pour parfaire la diffusion
de l’eau. C’est à partir de chacune de ces parts que seront confectionnées les
éprouvettes destinées à la détermination des points de la courbe.

Photo n°7 :
Déroulement de l’essai

 Introduire la quantité de matériau pour que la hauteur de la


première couche après compactage soit légèrement supérieure au
tiers ou au cinquième de la hauteur de moule respectivement
pour les essais Proctor Normal et Proctor Modifié.
 Compacter cette couche avec la dame correspondante en
appliquant 55 coups par couche et répéter l’opération autant de
fois que l’exige le nombre de couches à réaliser.
 Après compactage de la dernière couche, retirer la rehausse et araser, Photo n°8 : Arase

 Peser l’ensemble du moule avec le matériau. Procéder au démoulage de l’éprouvette ; extraire


ensuite un échantillon représentatif pour en déterminer la teneur en eau.

Conditions des essais Proctor normal et Modifié

Masse de la Hauteur de Nombre de coups Nombre de Energie de


dame par couche couches compactage
Essai chute (cm)
Proctor (Kg) Kj/dm3

25 (moule
3 0,59
Proctor)
Normal 2,490 30,50 55 (moule
3 0,53
CBR)
25 (moule
5 2,71
Proctor)
Modifié 4,540 45,70 55 (moule
CBR) 5 2,41

Ces opérations sont répétées sur chacune des parts de matériau pré humidifié dans les conditions nécessaires.
𝑵𝒏𝑴𝒈𝑯
L’énergie de compactage est donnée par la formule : 𝑬 = avec :
𝐕
N : nombre de coups par couche ;
n : nombre de couches ;
M : masse de la dame ;
H : hauteur de chute ;
g : Pesanteur ;
V : volume du sol dans le moule.
Expression des résultats
Pour chaque éprouvette compactée, il convient de calculer :
 la teneur en eau ;

 la masse du matériau sec contenu dans le moule ;

 la masse volumique du matériau sec en tenant compte du volume réel du moule utilisé,
déterminé à partir de mesures géométriques réalisées à 0,1 mm près.

Les valeurs des masses volumiques du matériau sec et des teneurs en eau correspondantes sont
portées sur un graphique = f (w%). Le rapport recommandé des échelles est de 2% de teneur en eau
pour 0,1 t/m3 de masse volumique. On trace ensuite la courbe ajustée sur les points expérimentaux.
Il convient de faire figurer également sur le graphique les courbes d’équation :

Établies pour Sr = 100 et 80%.

NB : Si elles ne sont pas données, on prend :


ρw = 1 t/m3 masse volumique de l’eau et ρs = 2,7 t/m3 ρs masse volumique du matériau sec.
Celle établie pour Sr = 100% est appelée courbe de saturation et est une courbe asymptotique.

5-1-5-3 L’indice portant californien CBR : Essai CBR


But : Déterminer un indice permettant de calculer grâce à des abaques l’épaisseur des couches de
fondation d’une route nécessaires à la constitution d’une chaussée en fonction du sol sous-jacent, du
trafic et des charges par essieu prévus et des conditions hydriques futures que subira cette route. Il
est déterminé pour des sols à vocation routière de manière purement empirique.
L’Indice Portant Californien est un nombre sans dimension exprimant en pourcentage le rapport
entre les pressions produisant un enfoncement donné dans le matériau à étudier d'une part (avec ou
sans immersion au préalable) et dans un matériau type d’autre part. Il caractérise implicitement la
tenue au poinçonnement d’un sol.
Le matériau à étudier est placé dans un moule dans un état donné de densité et de teneur en eau.
Il est ensuite poinçonné par un piston de 19,3 cm2 de section, enfoncé à la vitesse constante de
1,27mm/min.
L’indice de portance ou CBR exprime en % le rapport entre les pressions produisant dans le même
temps un enfoncement donné dans le sol étudié d’une part et dans un matériau type d’autre part. Par
définition c’est indice est pris égal à la plus grande des deux valeurs suivantes :

𝐏𝐫𝐞𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 à 𝟐. 𝟓 𝐦𝐦 𝐝′𝐞𝐧𝐟𝐨𝐧𝐜𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭
𝟎. 𝟕
𝐏𝐫𝐞𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 à 𝟓 𝐦𝐦 𝐝′𝐞𝐧𝐟𝐨𝐧𝐜𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭
𝟏. 𝟎𝟓

Le pouvoir portant d’un sol routier est d’autant meilleur que le CBR est grand.
A noter :
On distingue 2 types d’essais CBR en fonction des buts fixés :
_ L’essai C.B.R. immédiat : Mesure de la résistance au poinçonnement d’un sol compacté à sa
Teneur en eau naturelle. Il caractérise l’aptitude du sol à permettre la circulation en phase de
Chantier. Dans les régions peu humides, le C.B.R. immédiat sert directement de référence (pas de
variation hydrique).
_ L’essai C.B.R. après immersion : Mesure de la résistance au poinçonnement d’un sol
Compacté à différentes teneurs en eau puis immergé durant plusieurs jours (4 en générale). Il
caractérise l’évolution de la portance d’un sol compacté à différentes teneur en eau et/ou
Soumis à des variations de régime hydrique.
5-1-5-2 Compactage in situ.
Malgré l’extrême diversité des engins de compactage, il est possible de dégager un certain nombre de
facteurs intervenant principalement sur l’efficacité d’un engin sur un sol donné.
Nous trouverons bien sûr des facteurs propres au terrain compacté (nature, teneur en eau,...) mais
aussi des facteurs caractérisant l’engin et la séquence de compactage (nombre de passes, vitesse,
pression de contact, fréquence et intensité de vibration...)
Quels que soient les engins utilisés le compactage sur chantier devra s’effectuer par couche
de faible épaisseur 20 à 30cm (Travaux de route) ou encore 10 à15 cm (Travaux de bâtiment).

5-1-5-2-1 Notion de planche d’essai.


Une grande partie des difficultés des projets de terrassement vient du fait que la mise en place d’un
sol (remblai par exemple) dépend souvent des conditions atmosphériques au moment des travaux.
La planche d’essai permet avant l’ouverture d’un chantier de terrassement, de fixer les paramètres de
Compactage lié à l’engin utilisé, au sol considéré au moment des travaux (teneur en eau, vitesse des
Engins, nombre de passe, …), et ce, en vue d’obtenir la compacité à atteindre (compacité prescrite).

5-1-5-2-2 Influence de la vitesse de l’engin.


Pour un engin donné et des exigences de qualité fixées, il existe une vitesse optimale, fonction de
L’épaisseur de la couche et de la nature du matériau permettant d’obtenir une compacité maximale.
Plus les exigences de qualités ne sont sévères, plus la vitesse de translation optimale a une valeur
réduite. Il est recommandé de limiter la vitesse de la plus part des compacteurs à 8km/h. Dans le cas
des compacteurs vibrants, la vitesse optimale se situe autour de 5km/h pour que les vibrations
puissent agir efficacement sur toute l’épaisseur de la couche.

5-1-5-2-3 Influence du nombre de passes.


Pour un engin donné et des paramètres de qualité fixés, il existe un nombre de passes optimales
fonction de la vitesse de l’engin, de l’épaisseur de la couche et de la nature du matériau permettant
d’obtenir une compacité maximale. Plus les exigences de qualité sont sévères, plus le nombre de
passe optimale est élevé. De façon générale il faut 3 à 8 passes pour compacter une couche de sol de
30 cm d’épaisseur, mais ce nombre peut facilement atteindre 12 en fonction du type de sol, de la
teneur en eau et de la masse du compacteur. Si la compacité voulue n’est pas atteinte après 12 passes
dans les conditions optimales d’humidité, on conclut que les opérations de compactage n’ont pas
atteint leur but et que le compacteur utilisé n’est probablement pas adéquat.
En pratique la teneur en eau fixée à la valeur optimale de l’essai Proctor est obtenue par étalonnage
de la citerne à eau. Pour chaque vitesse de l’engin considéré on détermine le nombre de passes
permettant d’obtenir les spécifications prescrites. On peut ainsi représenter la courbe (Vitesse de
l’engin, Nombre de passes) et déterminer son optimum qui donne les paramètres liés à l’engin.

5-1-5-2-4 Degré de compacité (efficacité d’un compactage par rapport à ce qui est prescrit).

En comparant le poids volumique du sol sec sur le chantier (ɣd chantier) avec le poids volumique
sec maximal (optimum Proctor ɣd opt) on établit le degré de compacité Dc ou pourcentage de
compactage à l’aide de l’équation :
𝛄𝐝 𝐜𝐡𝐚𝐧𝐭𝐢𝐞𝐫
𝑫𝒄 =
𝛄𝐝 𝐨𝐩𝐭 𝐩𝐫𝐨𝐜𝐭𝐨𝐫
Le degré de compacité est l’un des critères sur lesquels on s’appuie pour accepter ou refuser un
compactage. Ce degré qui s’exprime en pourcentage, tend vers 100% lorsque la valeur de ɣd chantier
tend vers celle d’optimum Proctor ɣd opt Proctor. En général le cahier des charges impose Dc
≥95%(voir 98 %).
Plus Dc est élevé, plus la compacité du sol est grande et plus le compactage a été efficace.

5-1-5-2-5 Mesure en place de la densité in-situ (NF P 94 – 061).


Principe de l'essai
L'essai consiste à creuser une cavité, à recueillir et peser la totalité du matériau extrait, puis à mesurer
le volume de la cavité à l'aide d'un densitomètre à membrane.

L'appareil est doté d'un piston qui, sous l'action de


l'opérateur, refoule un volume d'eau dans une
membrane souple étanche qui épouse la forme de la
cavité. Une tige graduée permet de lire directement le
volume.
Appareillage sur le terrain
• Un densitomètre à membrane.
• Une plaque de base suffisamment rigide pour
Figure n°13 : Schéma de principe de l'essai supporter sans déformation le poids de l'opérateur.
du Densitomètre à membrane
Cette plaque est percée en son centre d'un orifice muni
d'une collerette destinée à recevoir l'embase du corps de l'appareil ;
• Une plaque de transport (protection de la membrane au cours du transport) ;
• Quatre piquets d'ancrage au moins (valets) ;
• Matériel de creusement (pelle, piochon, burin, couteau, marteau, etc.) ;
• Matériel de prélèvement (sacs, main écope, feuille plastique, pinceau, etc.).
Méthode d'essais.
 Réalisation de l'essai
 Mesure du volume initial (Vo)
 Creusement de la cavité et détermination de la masse humide (mh)
 Détermination du volume total (Vt)

Figure n°14 : Appareillage

Expression des résultats


La masse volumique du matériau humide est déterminée par la formule suivante

mh
𝜌ℎ =
Vt − Vo
𝜌ℎ
La masse volumique du matériau sec s'obtient par la formule suivante : 𝜌𝑑 = avec
1+ω

 ρh masse volumique du matériau humide, exprimée en t/m3.


 w teneur en eau, exprimée en pourcentage (%).
 V0 volume initial lu sur le densitomètre avant excavation.
 Vt volume final lu sur le densitomètre après excavation.
Chapitre 6 : hydraulique des sols.
Extrait intégral Cours mécanique des sols tome 1 J.M TCHOUANI NANA Avril 1999
M à J par M.CALLAUD décembre 2004.

6-1 Nappes souterraines – Vocabulaires.


Lorsque les sols sont saturés, que l’eau est libre de circuler et qu’un gradient hydraulique apparaît, on
parle alors de nappe souterraine.

En particulier, on distingue :

 Les terrains aquifères dans lesquels l’eau circule avec des débits importants. Ils sont
constitués de sols ou de roches perméables
 Les terrains aquifuges qui sont si peu perméables que les débits sont insignifiants. Ils se
comportent donc comme des sols ou roches imperméables
Surface de la nappe, surface de l’eau limitant la partie supérieure de la nappe
Nappe libre, nappe où la pression interstitielle de l’eau au niveau de la surface est
nulle
 Nappe phréatique, première nappe libre rencontrée depuis la surface. La surface de cette
nappe s’appelle le niveau phréatique
 Nappe artésienne, nappe pour laquelle la pression de l’eau à la surface de la nappe est
positive. Une telle nappe est généralement prisonnière entre deux couches de terrains
aquifuges
 Nappes artificielles, ce sont des nappes créées par l’homme, telles celles qui existent à
l’intérieur du corps d’un barrage en terre

6-2 Hydraulique des sols.


L’eau dans le sol peut se présenter sous trois formes différentes :

Eau de constitution : c’est l’eau de cristallisation Exemple : gypse (SO4Ca, 2H2O , ou encore
appelé plâtre – Voir cours de sur les Matériaux)

Eau adsorbée : c’est l’eau de mouillage des grains solides. Elle est fixée à la surface de ceux-ci
en formant un film mince,

Eau libre : contrairement aux cas précédents, pour lesquels l’eau est solidaire des grains solides,
l’eau libre remplit les interstices formés par les grains solides et peut y circuler.

L’hydraulique des sols de ce chapitre concerne exclusivement :

1. L’eau libre des sols,

2. Son écoulement en régime permanent,

3. Et en supposant que le sol est complètement saturé.


Par ailleurs, pour étudier l’écoulement de l’eau dans les sols, nous admettrons les hypothèses
suivantes :

a. L’eau interstitielle est incompressible ; il en est de même pour les grains solides,
b. La masse d’eau interstitielle se conserve,

En effet si l’on considère un volume V de sol saturé, la quantité d’eau V1 qui rentre dans ce volume
en un instant donné est égale au volume V2 qui en sort, si bien qu’à tout instant le volume d’eau
contenu dans le sol est le même. C’est-à-dire : V1=V2

Si V (Vx ; Vy ; Vz) est la vitesse d’écoulement de l’eau dans le sol, la condition de conservation de la
masse d’eau interstitielle s’écrit :

𝜕𝑉𝑥 𝜕𝑉𝑦 𝜕𝑉𝑧


div V=0 = + + =0
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧

c. Les contraintes totales σ et effectives σ’A ainsi que la pression de l’eau (u) restent liées par la
relation de TERZAGHI : 𝜎 = 𝜎 ′ + 𝑢 et 𝜏 = 𝜏′

6-2-1 Propriété de l’eau libre : écoulement linéaire à travers un sol


Considérons un cylindre de sol de section S et supposons qu’il se produise un écoulement de M vers
N.

uM : Pression interstitielle au point M


V : vitesse de l’eau
ZM: cote altimétrique du point M
L : distance MN
uN : pression interstitielle au point N
ZN: cote altimétrique du point N

Figure n°15 : Écoulement dans un tube


6-2-2 Vitesse de l’eau dans le sol.
𝐐
Soit Q le débit à travers S. la vitesse apparente v de l’eau est par définition : 𝒗 =
𝐒

Cette définition bien que la plus utilisée, donne une vitesse fictive car en réalité l’eau ne circule que
dans les pores de surface n.S (n étant la porosité du sol) d’une part et d’autre part, les trajectoires
𝐐
sont vraisemblablement tortueuses. On définit la vitesse moyenne v’ par le rapport : 𝒗′ =
𝐧.𝐒

6-2-3 Charge hydraulique.


En hydrodynamique, on appelle charge hydraulique en un point M la quantité :

A noter :
1. La charge hM s’exprime en m.
2. Dans les sols les vitesses d’écoulement sont si faibles (10 cm/s grand maxi) que l’on peut négliger
v2
la quantité La charge hydraulique s’écrit alors :
2𝑔

6-2-4 Gradient hydraulique


On définit le gradient hydraulique i entre deux points A et B par le
rapport :

Figure n°16 : Définition du


gradient hydraulique

Si A est voisin de B,

A noter :
Cette relation définie dans un milieu unidirectionnelle se généralise aisément dans un milieu à deux
ou trois dimensions. On a alors :
 Si 𝑖 = 0 la charge hydraulique est la même en tout point du milieu ; l’eau interstitielle est dite
en équilibre hydrostatique.
 i est une quantité sans dimension.

Cette perte de charge (i) traduit le frottement exercé par l’eau sur le squelette solide. La poussée
d’écoulement qui en résulte est à l’origine de nombreux sinistres (glissement de terrain, formation de
renard, … etc.).

6-2-4 Loi de DARCY.


La loi de DARCY est la loi fondamentale de l’hydraulique des sols développée expérimentalement
par l’ingénieur civil Henry Darcy lors de ces travaux de recherche sur le traitement des eaux à Dijon
en France. Cette loi fondamentale de DARCY publiée en 1856 exprime la proportionnalité entre la
vitesse d’écoulement et le gradient hydraulique. C’est une loi expérimentale s’écrivant :

A noter :

 La loi de DARCY se vérifie en général très bien à condition de rester en régime laminaire,
c’est-à-dire quand les vitesses restent faibles.
 Le coefficient de proportionnalité K est appelé coefficient de perméabilité du sol. Il s’exprime
en unité de longueur sur le temps (m/s ou cm/s ou m/j).
 L’équation du débit à travers une section S de sol s’écrit alors en fonction de i et K :
𝑄=𝐾.𝑖.𝑆 avec (K en cm/s)

6-2-4-1 Surfaces équipotentielles.


Lors d’un écoulement, caractérisé par les lignes ou filets d’eau
(abc, …), les points (A, B, C, …) perpendiculaire à ces lignes
d’écoulement et sur un même plan, ont la même charge
hydraulique. Ces surfaces portent le nom de surfaces
Equipotentielles.
Figure n°17 : Cas d’une nappe
avec écoulement
6-3 Perméabilité du sol.
6-3-1 Coefficient de perméabilité.
Etudions l’écoulement de l’eau dans un tube horizontal comprenant un échantillon de sol
AB .L’expérience montre que le débit Q d’eau qui passe à travers cet échantillon peut être donné par
une formule de la forme :

(1)

Avec :
S : section de l’échantillon.
L : longueur.
h1, h2 : niveaux piézométriques
respectivement en A et B.
Δℎ : Différence piézométrique ou perte de
charge piézométrique à travers
l’échantillon.
K : coefficient de proportionnalité qui
dépend de la nature du sol et qu’on désigne
par coefficient de perméabilité.

Figure n°18 : Ecoulement de l’eau à travers


l’échantillon AB

6-3-2 Détermination du coefficient de perméabilité K au laboratoire .

Divers procédés sont utilisés pour déterminer


la perméabilité d’un sol. Le plus simple est
l’utilisation d’un perméamètre. L’échantillon
E est placé entre deux pierres poreuses P. Le
récipient R est maintenu toujours plein. La
mesure du volume d’eau V qui traverse
l’échantillon d’épaisseur pendant un temps T
permet d’avoir la valeur de K. En effet, on tire
de l’équation (1) :

Figure n°19 : Perméamètre à charge constante


D’où :
La valeur du coefficient de perméabilité K dépend de nombreux facteurs. On peut citer notamment
:
 La granulométrie.
 La forme des grains.
 L’enchevêtrement des grains et la compacité du milieu.

Le tableau ci-après donne quelques caractéristiques correspondant à diverses valeurs de K

Remarque :
Il est utilisé pour des sols à très faible perméabilité (K < 10-5 cm/s. Exemple : cas des Argiles) un
perméamètre dit à charge variable :
Le tube (1) est rempli d’eau.
A l’instant t = t1 la hauteur de l’eau
dans le récipient est h1 ;
A l’instant t = t2 la hauteur devient
h2 ;
On démontre dans ce cas que la
perméabilité de l’échantillon est
donnée par la relation :

a : Aire de la section du tube (1).


S : Aire de la section de l’échantillon
de sol. Figure n°20 : Perméamètre à charge variable

 La perméabilité des sables à granulométrie uniforme (𝑑60/𝑑10 ≤2) peut être évaluée en
utilisant la formule approchée de HAZEN :

𝐾=125 𝑑102

Avec K en m/s et 𝑑10 en mm


𝑑10 : Diamètre effectif des grains c’est-à-dire le diamètre correspondant à 10% de passant.
6-3-3 Mesure in-situ.
Les mesures de perméabilité au laboratoire ont l’inconvénient d’opérer sur des échantillons trop
petits pour fournir une représentation valable de la perméabilité d’un sol, par suite des hétérogénéités
locales. Les perméabilités mesurées en laboratoire sont toujours plus faibles que celles mesurées in-
situ. Il existe plusieurs méthodes de mesure de perméabilité in-situ, parmi lesquelles les essais Dupuit
et Lefranc qui seront examinés plus loin.

6-3-4 Perméabilité moyenne fictive horizontale et verticale des terrains lités.


La plupart des sols sont lités (succession de roches altérées de différentes origines). Il apparaît que la
perméabilité est beaucoup plus forte dans le sens des lits que dans le sens perpendiculaire aux lits.

𝑘𝑖: Perméabilité de la couche i


𝐿𝑖: Epaisseur de la couche i
Δℎ: Perte de charge totale tel que :

Figure n°21 : Perméabilité verticale


moyenne des sols lités

6-3-4-1 Coefficient de perméabilité moyen perpendiculaire aux plans de stratification ou perméabilité


moyenne verticale.
Ecrivons l’équation de conservation de la masse d’eau interstitielle :

Avec :
6-3-4-2 Coefficient de perméabilité moyenne parallèlement au plan de stratification ou perméabilité
moyenne horizontale.
Le débit total est la somme des débits dans chaque couche pour une tranche d’épaisseur unité et
pour un gradient hydraulique i.

Soit :
Q : débit total.
qi : Débit traversant chaque couche élémentaire i.

Figure n°22 : Perméabilité horizontale moyenne


des sols lités

6-3-4-3 Coefficient de perméabilité équivalent.


Nous sommes dans le cas d’un écoulement vertical et horizontal. On définit alors la grandeur
suivante :

A noter :
La direction d’écoulement dans les terrains sédimentaires est importante. En effet, les dépôts
successifs étant horizontaux, l’eau circule plus facilement horizontalement que verticalement.
6-4 Hydraulique souterraine sous des ouvrages de génie civil.
6-4-1 Equation de LAPLACE.
Considérons un sol soumis à un écoulement. En combinant la condition de continuité et la loi de
DARCY nous obtenons le système suivant :

Soit
*

A noter :
Cette équation concerne la charge hydraulique exclusivement. Elle suffit à caractériser tout
écoulement souterrain dans un sol.
6-4-1-1 Cas des écoulements à deux dimensions en milieu homogène et isotrope.
La plupart des problèmes d’hydraulique des sols peuvent être ramenés à deux dimensions :

Figure n°23 : Ecoulement plan sous un barrage – écoulement bidimensionnel

Dans ce contexte, l’équation de Laplace s’écrit :

Plusieurs méthodes permettent de résoudre cette équation :


 Méthode numérique.

 Méthode graphique.
Vocabulaire – Rappel

On appelle ligne de courant le trajet de l’eau


(à la sinuosité près).
On appelle lignes équipotentielles les
courbes qui passent par les points de même
valeur du potentiel. Elles ont pour équation
générale :
ℎ=𝐶𝑡𝑒

On démontre que les lignes de courant et les


équipotentielles forment un réseau de
courbes orthogonales en tout point.
On appelle tube de courant l’espace compris
entre deux lignes de courant Figure n°24 : Ligne de courant et équipotentielle
d’un écoulement bidimensionnel

6-4-1-1-1Construction graphique d’un réseau d’écoulement bidimensionnel.


Considérons le réseau d’écoulement sous un mur de palplanche.
Pour que l’équation de LAPLACE livre des résultats valables, il faut graphiquement que:
 Les lignes d’écoulement et les lignes équipotentielles se croisent à angle droit et forment des
carrés.
 La perte de charge (Δℎ′) entre les lignes équipotentielles est constante.

Figure n°25 : Réseau d’écoulement bidimensionnel sous un rideau de palplanches


A noter :
Il est évident que les lignes courbes des écoulements bidimensionnels ne formeront pas des carrés
parfaits. On peut néanmoins parler de formes carrées lorsque la longueur moyenne (b) est égale à
leur hauteur moyenne (a), ou encore lorsqu’on peut y introduire un cercle.

Méthode de résolution graphique


Considérons le réseau d’écoulement sous le mur de palplanche

Figure n°26 : Dh entre deux courbes de charge hydraulique pris à 1/10 de la perte de charge totale

A noter :
 Le fond de fouille et le fond de la rivière sont des équipotentielles (hi = cte).
 Le fond étanche et la palplanche elle-même sont des lignes de courant.
 Les lignes de courant partent perpendiculairement des fonds de fouilles, et les équipotentielles
sont perpendiculaires au substratum et aux palplanches.
 Le réseau des équipotentiels sera préférentiellement toujours établi pour des variations de Δℎ
identiques ; donc la perte de charge entre 2 courbes est 1/10 de la perte de charge totale.

Avant-propos :
Considérons un quadrilatère curviligne de largeur a et de longueur b.
Le débit d’eau Δ𝑞 à travers ce quadrilatère et sur une épaisseur unité est :

En définitive
(Par unité de largeur de palplanche)
Considérons un autre quadrilatère de longueur c et de largeur d, on a de même :

On a bien donc :

6-4-1-1-2 Calcul du débit total :


Soient :
Δ𝐻 : Différence de charge entre les équipotentiels extrêmes.
𝑁ℎ: Nombre d’intervalles équipotentiels.
𝑁𝑐: Nombre de tubes de courant.
𝑄: Débit total par unité de largeur de l’ouvrage.
Δℎ : Différence de charge entre deux équipotentielles voisines.
On a :

6-4-1-1-3 Calcul de la pression interstitielle.


Si h est la charge hydraulique en un point M d’altitude z la pression interstitielle en ce point est
donnée par la relation :

𝑢= 𝛾𝑤. (ℎ−𝑧)
6-4-1-2 Cas des écoulements de révolution à trois dimensions.
Ces écoulements sont rencontrés à l’occasion des pompages ; Les applications principales des
pompages sont :
_ L’alimentation en eau,
_ Le rabattement des nappes,
_ La détermination in situ du coefficient moyen de perméabilité d’un sol.
6-4-2 Essai de pompage en régime permanent : formule de Dupuit.

Figure n°27 : Essai de pompage

La surface libre de la nappe présente une dépression en forme d’entonnoir centré sur le puits et qui
s’étend jusqu'à la limite du massif. Lorsqu'un régime permanent s’établit, le débit pompé est donné
par la relation :

Pour une nappe libre

Pour une nappe captive

6-4-2-1 Rayon d’action et mesure du coefficient de perméabilité k in situ


On appelle rayon d’action R la distance à laquelle le pompage cesse de se faire sentir. La
détermination du rayon d’action n’est pas facile. On admet toutefois que

On peut aussi recourir à la formule empirique proposée par SICHARD:

Avec : k en m/s, (H – h) et R s’exprimant en m


Pour mesurer k de façon pratique, on détermine la forme exacte de la courbe (dépression) au moyen
de piézomètres disposés autour du puits (huit au moins) et l’on ajuste les résultats expérimentaux
avec la formule :

Pour une nappe libre

Pour une nappe captive


6-4-3 Essai LEFRANC.
L’essai de pompage représente un investissement important. Par contre, on peut profiter de la
réalisation des sondages pour évaluer la perméabilité des sols meubles à l’aide d’un essai simple :
l’essai LEFRANC. Une cavité est ménagée à la partie inférieure du tubage. Il s’agit en général d’une
cavité cylindrique de longueur L et de diamètre D.
En régime permanent on a :

Si L < 2D la formule ci-dessus n’est plus valable et l’on


peut assimiler la cavité à une sphère et écrire la formule
approchée : Figure n°28 : Essai
LEFRANC

Pour L = D cette formule donne :

Il est également possible de réaliser l’essai à niveau variable ce qui est pratique pour des sols peu
perméables. Le coefficient de perméabilité est alors donné par la relation :

Avec : S est la section du forage h0 et h1 sont les niveaux de l’eau dans le sondage entre les temps t0
et t1 (par rapport au niveau phréatique).
6-4-4 Formation de sables boulant et des renards.
6-4-4-1 Sable boulant
Considérons deux récipients R1 et R2 reliés entre eux par un tube en caoutchouc Le premier R1 est
maintenu constamment plein d’eau et le second R2 est rempli de sable. Examinons l’écoulement de
l’eau dans ce dispositif.

Figure n°29 : Phénomène de boulance

Ramenons l’étude à un plan de référence horizontal PP. On a :


_ Niveau piézométrique hA en A : c’est le niveau de l’eau dans le récipient R1.
_ Niveau piézométrique hb en B : c’est le niveau de l’eau dans le récipient R2.
En désignant par ZA et ZB les côtes respectives de A et de B, on a comme niveau piézométrique :

En A :

En B :

Le gradient hydraulique i dans le récipient R2 de longueur l est donc :

D’où

Supposons que l’on augmente le gradient i en soulevant progressivement le récipient R 1. Il arrive un


moment où la différence de pression (PA – PB) devient égale au poids du sable dans le récipient R2.
Où ɣ est le poids volumique du sable saturé d’eau.
A partir de cet instant, le sable s’émulsionne dans l’eau qui entraîne dans son écoulement ascendant
comme si tout l’ensemble avait une consistance liquide.
Cet état particulier est celui des sables boulant. Il se produit lorsque le gradient hydraulique prend
une valeur critique IC dite gradient de boulance qu’on peut évaluer à partir des relations précédentes
:

D’où :

Avec

Où ɣ’/ɣ est la densité déjaugée du sable parfaitement saturé. Or, pour le sable ɣ’ ≠ ɣw ; il en résulte
que Ic ≠1.

Ce même phénomène peut se produire dans la nature. Imaginons un courant d’eau ascendant à
travers une couche de sable fin. Si le courant est lent, autrement dit si le gradient hydraulique
correspondant est faible, il n’y a pas entraînement d’éléments solides. Si le gradient hydraulique
augmente pour une quelconque raison et atteint sa valeur critique, on voit que le courant d’eau
soulève les grains de sable et le milieu perd toute consistance au chargement comme si il était liquéfié.
On peut observer un tel phénomène le long des plages de sable soumises à de fortes marées. Il porte,
d’ailleurs, le nom de sable mouvant et est à l’origine de divers accidents d’enlisement et de perte de
portance des fondations. C’est le cas des sources côtières et de l’infiltration de l’eau à l’intérieur d’une
enceinte étanche (rideau de palplanches, …)

6-4-4-2 Renards.
L’infiltration d’eau sous un ouvrage (barrage, construction, rideau de palplanches, ..) peut provoquer
un phénomène similaire au sable boulant quand le gradient hydraulique observée atteint une certaine
valeur critique. Au départ, on assiste à une augmentation de la vitesse d’écoulement avec un
entraînement progressif des éléments fins du sol et, très rapidement, un entraînement générale des
divers matériaux constituant le milieu. Il se forme alors une voie de circulation d’eau privilégiée à
travers laquelle la venue d’eau prend rapidement une allure catastrophique et qu’on désigne par
Renard. Celui-ci est donc caractérisé par la rapidité de sa formation qui peut être à l’origine de
désordres importants pour tous les ouvrages situés à proximité (rupture de barrages, fissuration de
bâtiments, renversement d’un rideau de palplanches, …).
A Noter :
Il faut donc que le gradient observé (i) reste inférieur au gradient critique Ic. En pratique, on
recommande d’appliquer un facteur de sécurité Fs au moins égale à 3 :

6-4-4-2-1 Dispositions constructives pour prévenir les Renards.


On peut envisager diverses mesures pour réduire les risques de formation d’un renard.
Notamment :
_ Diminuer la valeur du gradient hydraulique (donner aux palplanches, une fiche
Suffisante dans le sol ; prévoir un tapis imperméable du côté amont d’un barrage en terre, …)
_ Charger le sol où émerge l’infiltration derrière l’ouvrage avec un matériau pouvant jouer le rôle de
filtre et en choisissant judicieusement sa granulométrie. On empêche ainsi l’entraînement des
éléments fins de sol. . Les deux conditions à remplir sont donc:
Condition de perméabilité

Condition de rétention

 Enfoncer des piézomètres de décharge comportant des crépines à leur pointe dans le sol où
il y a risque d’apparition d’un renard.

Figure n°30 : Exemple de dispositif anti-


renard (cas d’un rideau de palplanches)
Figure n°31 : Exemple de dispositif anti-renard (cas d’un barrage en terre)

6-4-5 Ascension capillaire dans les sols non satures :


loi de Jurin
6-4-5-1 Dispositions constructives pour prévenir les
Renards.
Dans un tube capillaire, l’eau monte jusqu’à une hauteur h
de telle façon que le poids de la colonne d’eau équilibre les
forces de tension superficielles.
La résultante des forces capillaire est :
2.π .r. T. cosα

Avec A= T. cosα, A étant appelé tension


Superficielle de l’eau
Le poids de la colonne d’eau est : h.ɣ.w.πr2
2A
D’où : ℎ = Loi de Jurin
r.γw

A noter :
1. La loi de JURIN exprime que l’ascension capillaire est inversement proportionnelle au diamètre
du tube,
2. T = constante capillaire qui pour l’eau au contact de l’air est égale à 73.10-3 N/m à 20°C, et 62.10-
3 N/m à 80 °C,

3. La tension superficielle (A) de l’eau aux températures usuelles est de l’ordre de 8.10 -4 N/cm, ce
qui est faible. Il faut donc r petit pour que h soit élevé.

6-4-5-2 Application au sol : conséquence pratique.


Le phénomène se retrouve dans les sols, sans toutefois être aussi simple car les vides forment un
réseau très complexe. L’eau remonte par capillarité au-dessus de la nappe phréatique et on appelle
hauteur d’ascension capillaire h, la zone qui est ainsi mouillée quand le phénomène est devenu
stationnaire sans toutefois que le sol soit considéré comme saturé, l’eau de capillarité passant en effet
par le film adsorbée. La hauteur d’ascension capillaire dépend évidemment de la granulométrie et de
l’indice des vides ; elle dépend aussi dans une certaine mesure, de la forme des grains et des impuretés
de surface des grains solides. Elle croît lorsque la taille des grains décroît et l’on a sensiblement :
C
ℎ=
d 10
, avec h et le diamètre d10 sont exprimés en cm. C’est un coefficient qui peut varier suivant les sols
0,1 à 0,5 cm². La conséquence pratique du phénomène de capillarité c’est qu’elle augmente
localement la résistance du sol (phénomène de pré-consolidation).
Ce phénomène, bien connu depuis l’antiquité, trouve son application pratique lorsque l’on fonde un
ouvrage sur un sol sableux : on compacte très simplement l’assise de fondation en versant de l’eau.
Références bibliographiques

 AIDE MÉMOIRE DE MÉCANIQUE DES SOLS


Gérard Degoutte (CGAAER), Paul Royet (Cemagref) ; Réédition 2009

 Cours mécanique des sols tome 1 J.M TCHOUANI NANA Avril 1999
M à J par M.CALLAUD décembre 2004

 Mécanique des sols I Cours et exercices, Dr. Guettouche Amar

 MECANIQUE DES SOLS I, AZA-GNANDJI Ruben ; Chercheur à l’Ecole Polytechnique


d’Abomey-Calavi, BOCOVO Michel ; Ingénieur Principal des Travaux Publics, 1ère Edition ;
© 2015

 COURS ET EXERCICES DE MECANIQUE DES SOLS


Khaled MEFTAH, Maître assistant ; Première version

 Géotechnique routière, 3- la classification des sols, Fred PORTET et Olivier NOEL,


enseignant à l’entente d’Aix-en-Provence ,18 juillet 2011

 COURS DE MECANIQUE DES SOLS I, Licence Professionnelle 2 GENIE CIVIL,


Yvette TANKPINOU KIKI ; Maître-Assistant des Universités, IUT Lokossa, Année
universitaire 2016-2017.
 GÉOTECHNIQUE 1.Cours Chapitres 1 ; Jacques Lérau ; Maître de Conférences
INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE Année
universitaire 2005-2006.
 MECANIQUE DES SOLS I, Dr AGBELELE Koffi Judicaël ; 1ère Edition ;
ENSET- LOKOSSA © 2018.