Vous êtes sur la page 1sur 120

Mémoire de Projet de fin d'étude

Préparé par :

BARHDADI Youssef

Pour l'obtention du diplôme Master de recherche

Master : TECHNOLOGIES AVANCÉES

Spécialité : ENERGIES RENOUVELABLES

Intitulé

Analyse technique des projets


éoliens en phase de Repowering

Encadré Par :
• Mr. Youssef STITOU
Chef de Projet Senior Réalisation – Senior Project Manager
Masen
• Mr. Aziz OUADOUD
Enseignant-chercheur Université Abdelmalek Essaadi
Faculté Polydisciplinaire de Larache

ANNEE UNIVERSITAIRE
2018-2019
Dedicace

A mes parents
Ahmed BARHDADI & Khadija NAIM-AISSIE
pour leur soutien et leur affection
A mes frères et mes soeurs
A mes amis.

I
Remerciements

Je tiens à remercier chaleureusement

Mr. Aziz OUADOUD, Enseignant-chercheur Université Abdelmalek Essaadi Faculté


Polydisciplinaire de Larache,pour le temps, les conseils, la direction et le suivi scien-
tifique de ce travail , Mr. Youssef STITOU, Chef de Projet Senior Réalisation-Senior
Project Manager Masen, pour le temps qu’il m a consacré et pour les précieuses in-
formations Techniques qu’il m a prodigués avec intérêt et compréhension . et je tiens
à remercier également Mr. Ahmed Ouazzani Enseignant-chercheur Université Abdel-
malek Essaadi Faculté Polydisciplinaire de Larache, pour son aide dans tous ce qui
concerne la partie économique de ce projet. J’adresse également, mes remerciements à
tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce travail.

II
Table des matières

Introduction générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
Chapitre 1 Cadre générale de projet 3
1 Présentation générale de MASEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1 Présentation de MASEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 Statut de MASEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3 Structure organisationnelle de MASEN . . . . . . . . . . . . . . 4
1.4 Projets de MASEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.5 Carte des projets ENR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2 Contexte de projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.1 Sujet de projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2 Objectifs principaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3 Présentation de l’intérêt du « Repowering » des parcs éoliens . . . . . . 6
3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.2 Facteurs encourageants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Chapitre 2 Généralités sur le secteur de l’énergie éolienne 8
1 Description d’un parc éolien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.1 Caractéristiques générales d’un parc éolien . . . . . . . . . . . . 8
1.2 Description succincte du cycle de vie d’un parc éolien . . . . . . 9
2 Description d’une éolienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.1 Conception générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.2 Les différents types d’éoliennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.3 Pales du rotor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.4 Concepts de surveillance et de limitation de la puissance . . . . 11
2.5 Courbe de puissance des éoliennes . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.6 Système d’orientation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.7 Zones de fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
3 Génératrice et raccordement au réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
3.1 Raccordement au réseau électrique . . . . . . . . . . . . . . . . 17
4 Notions élémentaires de physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

III
5 Stratégies de fonctionnement d’une éolienne . . . . . . . . . . . . . . . 19
6 Intensité turbulente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Chapitre 3 Méthodologie préliminaire de calcul de la ressource éo-
lienne 21
1 Analyse des études d’évaluation de gisement . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.1 Modélisation méso-échelle & micro-échelle . . . . . . . . . . . . 22
2 Mesure du vent sur un terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.1 Mât de mesures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.1.1 Anémomètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.1.2 Girouettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.1.3 Mesure des autres données météorologiques . . . . . . 25
2.2 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.3 Appareils de mesure à distance . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3 Caractérisation du vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.1 Distribution de Weibull . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.2 Détermination des paramètres de Weibull . . . . . . . . . . . . 27
3.3 Variations de vitesse du vent avec l’altitude . . . . . . . . . . . 27
4 Influence de la topographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
5 Zones d’exclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
6 Conditions d’exploitation d’un site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
7 Méthodologie adoptée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
7.1 Choix d’un site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
7.2 Étude du vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
7.3 Informations géographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
7.4 Choix des aérogénérateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
7.5 Calcul de la ressource éolienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
8 Techniques de dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Chapitre 4 Repowering d’un parc éolien 34
1 Principe et avantages de Repowering . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
1.1 Principe de Repowering . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
1.2 Avantages de Repowering du Parc éolien . . . . . . . . . . . . . 34
2 Description des travaux relatives à un projet Repowering . . . . . . . . 36
2.1 Étude d’un projet Repowering . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.2 Phase de réalisation du projet de Repowering . . . . . . . . . . 36
2.2.1 Micro-localisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.2.2 Démantèlement d’un parc . . . . . . . . . . . . . . . . 37

IV
2.2.3 L’excavation ou le renforcement des fondations . . . . 37
2.2.4 Mise à niveau du réseau de connexion : . . . . . . . . . 39
2.2.5 Travaux de terrassement et de voirie . . . . . . . . . . 40
2.2.6 Montage des éoliennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.2.7 Les aires de chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3 Établissement d’un planning de réalisation d’un projet Repowering d’un
parc éolien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4 Méthodologie préliminaire pour l’évaluation du potentiel des projets de
Repowering . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
5 Étude de cas : Parc éolien AL Koudia al Baida . . . . . . . . . . . . . 44
5.1 Situation actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
5.2 Plan de Repowering . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
5.3 Étude technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.3.1 Collecte de données du vent . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.3.2 Vitesse moyenne du vent . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.3.3 Distribution de la vitesse du vent . . . . . . . . . . . 50
5.4 Théorie de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.5 Nombre total des éoliennes pour chaque scénario . . . . . . . . . 53
5.6 Bilan énergétique annuel du parc éolien . . . . . . . . . . . . . 54
5.7 Étude économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.8 Bilan économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
Chapitre 5 Étude et simulation de l’effet de sillage en aval d’une
éolienne 60
1 Description phénoménologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
1.2 Description d’effet de sillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
1.3 Caractéristiques du sillage d’une éolienne . . . . . . . . . . . . 61
1.4 Méthode de modélisation du sillage en aval des éoliennes . . . . 62
2 CFD (Computational Fluid Dynamics) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.2 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.3 Comment ça marche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.4 Méthodes de modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.4.1 RANS et URANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.4.2 Hybride RANS/LES (DES) . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.4.3 Simulation des grandes échelles (LES) . . . . . . . . . 65
2.4.4 Simulation directe (DNS) . . . . . . . . . . . . . . . . 66

V
2.5 Comparaison entre la méthode RANS et DES . . . . . . . . . . 66
3 Étude théorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
3.1 Profile de vitesse de vent dans CLA . . . . . . . . . . . . . . . . 67
3.2 Vitesse adimensionnée du sillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
3.3 Mise en équation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
3.3.1 Modèle de turbulence . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
3.3.2 Modèle k - ε standard . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
4 Conceptions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
5 Simulations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
5.1 Géométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
5.2 Maillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
5.3 Configuration du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
6 Résultat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
6.1 L’effet du mat et de la nacelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
6.2 Évolution de la vitesse du vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
6.3 L’évolution de la turbulence dans le sillage . . . . . . . . . . . 82
Conclusion générale 84

Annexes 88

VI
Table des figures

1 Capacité de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables et


non-renouvelables dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

Chapitre 1 3
1.1 Structure organisationnelle de « Masen » . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2 La Carte interactive de Masen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3 Exemple de Repowering : multiplication du productible par trois pour
une diminution de moitié du nombre d’éoliennes, source : mise en forme
réalisée par le syndicat allemand de filière éolienne BWE . . . . . . . . 7

Chapitre 2 8
2.1 Schéma de principe du raccordement électrique d’une installation d’éo-
liennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.2 Étapes du cycle de vie d’un parc éolien . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.3 Éoliennes face au vent et sous le vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.4 Courbe de puissance d’une éolienne contrôlée par calage variable de pale 13
2.5 Courbe de puissance d’une éolienne à régulation par décrochage aéro-
dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.6 Courbe de puissance d’une éolienne à régulation par décrochage aéro-
dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.7 Les zones de fonctionnement d’une turbine éolienne . . . . . . . . . . . 15
2.8 Modèles de génératrices : type 1 génératrice asynchrone classique, type 2
génératrice asynchrone à rotor bobiné avec résistance rotorique variable,
type 3 génératrice asynchrone à double alimentation, type 4 pleine in-
terface du convertisseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.9 Coefficient aérodynamique de puissance en fonction de la vitesse de ro-
tation normalisée λ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

Chapitre 3 21
3.1 Le gisement éolien et solaire marocain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.2 Le mât de mesures dans différentes installations . . . . . . . . . . . . . 23
3.3 Anémomètre de trois demi-sphères tournant autour d’un axe vertical . 24

VII
3.4 Girouette qui mesure l’orientation dominante du vent . . . . . . . . . . 24
3.5 Distribution de Weibull avec différent facteur de forme et paramètre
d’échelle (C=8) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.6 La vitesse du vent (en m/s) selon le type d’environnement (urbain,
plaine, mer) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.7 Cartographiques de l’ orographie d’un terrain . . . . . . . . . . . . . . 30
3.8 Recommandation des offices de santé à propos de la distance minimale 30
3.9 Effet du vent sur les buissons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Chapitre 4 34
4.1 Synoptique d’une fondation du parc éolien Avesnes-le-Sec Commune en
France. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4.2 Exemples de postes de livraison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
4.3 (a)Travaux de terrassement d’une voirie (b) Voirie renforcée . . . . . . 40
4.4 (a) Levage d’une section de mât par la grue principale assistée de la
grue auxiliaire (b) Levage du moyeu (c) Assemblage des deux premières
sections du mât(d) Assemblage d’une pâle (e) Ajustement de la première
section de mât sur l’embase. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4.5 Les durées moyennes de chaque étape de la phase de construction. . . . 42
4.6 Courbe de puissance de la turbine actuelle [44] . . . . . . . . . . . . . . 45
4.7 La vitesse de vent dans la région de Al Koudia Al Baïda à une hauteur
de 50 m [45] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.8 Répartition des directions du vent dans la région de Al Koudia Al Baïda. 46
4.9 Vitesse moyenne par direction dans la région de Al Koudia Al Baïda . . 46
4.10 Synoptique d’une partie du parc éolien Al Koudia Al Baïda (source :
Google Earth) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
4.11 Principaux fournisseurs d’éoliennes par part de marché en 2016 . . . . 48
4.12 Courbe de puissance des turbines de remplacement . . . . . . . . . . . 49
4.13 Vitesse moyenne dans la région Tanger-Tétouan . . . . . . . . . . . . . 50
4.14 La distribution de Weibull pour h=10 m. . . . . . . . . . . . . . . . . 51
4.15 Les distributions de Weibull varient en fonction de la hauteur (a) ) à
une hauteur de 45 m (b) ) à une hauteur de 70 m . . . . . . . . . . . . 52
4.16 Flux de trésorerie du scénario 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.17 Flux de trésorerie du scénario 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.18 Flux de trésorerie du scénario 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.19 Flux de trésorerie du scénario 4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

Chapitre 5 60
5.1 Forme du sillage en aval d’une éolienne révélée par la fumée [Risoe, 1997] 61

VIII
5.2 Sillage proche et sillage lointain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
5.3 Représentation schématique des lignes tourbillonnaires bout des pales . 62
5.4 Qualité de modélisation RANS & DES . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
5.5 Décomposition de la couche limite atmosphérique. . . . . . . . . . . . 67
5.6 Barres d’outils SolidWorks regroupant les fonctions utilisées. . . . . . . 72
5.7 Profile de la pale NACA 2414 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
5.8 La trainé et La portance du Profile NACA 2414 (a) La trainé en fonction
de l’angle d’incidence i (b) La portance en fonction de l’incidence i. . . 73
5.9 Éolienne assemblée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
5.10 Domaine de résolution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
5.11 Le maillage créé dans la partie CFD-Mesh.(a) synoptique du maillage
au surface du domaine (b) Domaine en rotation . . . . . . . . . . . . . 75
5.12 Schéma du domaine numérique utilisé dans cette étude, y compris les
conditions aux limites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
5.13 l’intensité de la vitesse au niveau du mat et de la nacelle . . . . . . . . 77
5.14 Le profile de la vitesse à l’entrée du domaine en m/s. . . . . . . . . . . 77
5.15 L’intensité de la vitesse ( avec 11 contour). . . . . . . . . . . . . . . . . 77
5.16 L’intensité de la vitesse ( avec 100 contour). . . . . . . . . . . . . . . . 78
5.17 Ligne de courant (Streamline) de vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
5.18 la variation de la vitesse longitudinale en fonction de la position du rotor 79
5.19 L’intensité de la vitesse dans des plans verticaux à la direction du vent
chaque plan a une distance respectivement 0D,1D, 2D, 4D, 6D,8D,10D 79
5.20 Profil de vitesse dans des plans parallèles au plan du rotor (a) Plan 0D
(b) Plan 1D (c) Plan 2D (d) Plan 4D (e) Plan 6D (f) Plan 8D (g) Plan
10D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
5.21 Énergie cinétique de turbulence pour un vent incident de 0 - 12 m/s. . 82
5.22 la variation de la pression suivant l’axe de rotation . . . . . . . . . . . 82
5.23 Énergie cinétique de la turbulence dans des plans verticaux a la direction
de vent respectivement 1D, 2D, 4D, 6D,8D,10D . . . . . . . . . . . . . 83
Annexe 89

IX
Liste des tableaux

1.1 Statut Masen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4


1.2 Les caractéristiques énergétiques des 5 centrales solaires . . . . . . . . . 5

3.1 Variation α de pour différente nature du terrain . . . . . . . . . . . . . 27


3.2 Longueur de rugosité correspondante a chaque Type de terrain . . . . . 29

4.1 Caractéristiques du parc éolien Al Koudia Al Baïda [44] . . . . . . . . . 44


4.2 Les caractéristiques des éoliennes actuelles [44] . . . . . . . . . . . . . . 44
4.3 Caractéristique des Modèles éoliennes de Gamesa [46] . . . . . . . . . . 48
4.4 Les coordonnées de la station d’étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
4.5 Nombre et espacement d’éoliennes par scénario . . . . . . . . . . . . . . 53
4.6 Le bilan énergétique annuel du parc éolien pour chaque scénario à une
hauteur de 45 m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
4.7 Le bilan énergétique annuel du parc éolien pour chaque scénario à une
hauteur de 70 m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
4.8 Le bilan économique annuel du parc éolien pour chaque scénario . . . . 59

5.1 constantes du modèle de turbulence K-εstandard . . . . . . . . . . . . . 71


5.2 Les différentes conditions attribuées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

X
Abréviation

GES Gaz à Effet de Serre


MASEN Moroccan Agency for Sustainable Energy
CSP Concentrated Solar Power
ENR Energies Renouvelables
CFD Computational Fluid Dynamics
CO2 Le dioxyde de carbone
BWE Association nationale allemande de l’énergie éolienne
PCC Point de Couplage Commun
CC Courant Continue
CA Courant Alternatif
CDER Centre de Développement des Énergies Renouvelables
GIZ L’agence de coopération internationale allemande
MCP Mesures, Corrélations, Prévisions
SODAR Sonic Detection and Ranging
LIDAR Light Detection and Ranging
GSM Global System for Mobile
LT Long Terme
IRENA International Renewable Energy Association
WTG Wind turbine generator
FU Capacity Factor
ONEE Office National de l’Électricité et de l’Eau potable
IPC L’indice des prix à la consommation
OPEX operational expenditure (coût total d’entretien du parc éolien)
BAIIA Bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement
BAII Bénéfice opérationnel avant intérêts et impôts
NOPAT Résultat opérationnel net après impôts
CAPEX coût total de l’investissement
FCF Free cash-flow
VAN La valeur actuelle nette
CMPC coût moyen pondéré du capital
MFN La mécanique des fluides numérique
RANS Reynolds Averaged Navier-Stokes
DES Detached Eddy Simulation
LES Large Eddy Simulation
DNS Direct Numerical Simulation
CLA Couche Limite Atmosphérique
NACA Le National Advisory Committee for Aeronautics
SST Menter’s Shear Stress Transport
UDF User-Defined Function
TKE énergie cinétique de turbulence

XI
Nomenclature

Vm Vitesse moyenne d’écoulement m/s


Pn La puissance nominale W
Vn vitesse nominal m/s
VD vitesse de démarrage m/s
Vmax vitesse maximal m/s
Ec l’énergie cinétique du vent J
ρ densité volumique de l’air kg/m3
S surface balayée par les pales m2
Pv La puissance du vent disponible w
Pe puissance extraite w
Cp coefficient de puissance sans unité
R rayon du rotor m
λ de la vitesse spécifique sans unité
η Rendement sans unité
V1 est la vitesse horizontale du vent à la hauteur h1 m/s
V2 est la vitesse horizontale du vent à la hauteur h2 m/s
α terme caractérise le terrain utilisé sans unité
σu l’écart type de la vitesse longitudinale du vent sans unité
ui la vitesse instantanée lors de la iéme mesure m/s
u la vitesse moyenne m/s
kc l’énergie cinétique turbulente j/kg
P (V ) est la densité de probabilité de la vitesse V sans unité
K le facteur de forme sans unité
C le facteur d’échelle m/s
Z0 Longueur de rugosité m
I Dimension du terrain perpendiculaire m
à la direction prédominante du vent
L Dimension du terrain parallèlement m
à la direction prédominante du vent
D Diamètre du rotor de la machine m
H Hauteur du pylône m
N1 Nombre d’aérogénérateurs par rangée sans unité
N2 Nombre de rangée d’aérogénérateurs sans unité
N Nombre total d’aérogénérateurs à placer sur le site sans unité
E énergie produite Wh
CF Facteur de capacité FU Facteur d’utilisation sans unité
∆P pourcentage de déférence de puissance sans unité
Kvk constante de van karmane sans unité
u∗ Constante de vitesse de frottement partial m/s

XII
Résumé

Ce travail se compose de deux parties : une étude suivie d’une analyse technique des
projets éoliens en phase de Repowering, permettant d’apporter un aperçu général et
précis sur le processus de travail de la première phase : qui est le démantèlement des
parcs jusqu’au nouveau montage, passant par toutes les études nécessaires de dimen-
sionnement et d’analyse du vent tel que la modélisation mathématique de la distribu-
tion des fréquences du vent, distribution de Weibull, puis le traitement et la simulation
des données réelles relatives au vent. Dans cette perspective, une étude de cas tech-
nique et économique a été réalisée pour le repowering du parc AL Koudia AL Baida, le
plus ancien au Maroc. La deuxième partie contient une étude bibliographique à propos
d’effet de sillage dans le secteur éolien qui demeure un phénomène très important dans
plusieurs domaines d’aéronautique et dans la configuration et la reconfiguration du
parc éolien, suivi d’une conception du modèle de travail et d’une simulation d’effet de
sillage en aval d’une éolienne , afin d’optimiser et maximiser le rendement énergétique
et la durée de vie des aérogénérateurs.

XIII
Abstract

This paperwork is composed of two parts : a study followed by a technical analysis


of wind projects in the Repowering phase, providing a general and precise overview
of the work process of the first phase : which is the dismantling of the wind farms
up to the new assembly, including all the necessary wind dimensioning and analysis
studies such as mathematical modelling of the wind frequency distribution, Weibull
distribution, then the processing and simulation of actual wind data.
In this perspective, a technical and economic case study was carried out for the
repowering of the AL Koudia AL Baida park, the oldest in Morocco.
The second part includes a literature review on wake effect in the wind energy
sector, which remains a very important phenomenon in several aeronautical fields and
in the configuration and reconfiguration of the wind farm, followed by a work model
design and wake effect simulation downstream of a wind turbine, in order to optimize
and maximize the energy efficiency and lifetime of wind generators.

XIV
Introduction générale
Au cours de ces dernières années, le monde a été de plus en plus préoccupé par les
émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère ainsi que par leur impact sur
l’augmentation de la température mondiale. Environ 25 % des émissions de GES sont
liées à la production d’énergie, notamment à partir de combustibles fossiles. Globale-
ment, la production d’électricité est historiquement dépendante des ressources fossiles.
Depuis le début des années 90, le secteur de l’électricité dépend des centrales ther-
miques fossiles (au charbon, au gaz, au diesel). Si l’on inclut les centrales nucléaires,
elles représentent régulièrement plus de 50 % de la puissance installée mondiale [1].

Figure 1 – Capacité de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables et


non-renouvelables dans le monde

Pour réduire la quantité de GES provenant du secteur de l’électricité, la plupart


des pays ont créé des incitations publiques et ont encouragé la transition de la filière
électrique actuelle vers une filière décarbonisée. Dans ce contexte, les ressources renou-
velables ont joué un rôle important pour répondre à la demande mondiale croissante
d’énergie et réduire l’intensité du carbone du secteur énergétique.
Actuellement, plusieurs pays sont déjà résolument tournés vers l’énergie éolienne.
C’est le cas du Maroc, qui confirme son leadership africain en énergie éolienne et
plus globalement en énergies renouvelables durant l’année 2017, selon les statistiques
publiées par les agences spécialisées[2].
En même temps, le Maroc comme tous les pays du monde a utilisé une grande
partie de son potentiel éolien existant. Cependant, certains des parcs éoliens construits
approchent de la fin de leur durée de vie et la possibilité de les rééquiper est encore plus
logique. En outre, l’écart d’efficacité entre les technologies appliquées et les technologies
actuelles contribue de plus en plus à la viabilité économique du projet de Repowering.
Parallèlement à la croissance impressionnante de la technologie éolienne au cours de
la dernière décennie, soit aux niveaux de la taille et de la performance, on trouve
des anciens aérogénérateurs qui ont déjà atteints leur durée de vie ont été installé à
des endroits où le vent est souvent très bon. Cela signifie que certains sites riches en
ressources éoliennes ne sont pas exploités au maximum, car les éoliennes qui y sont
installées sont relativement anciennes et leur capacité de production d’électricité est
relativement faible. Dans ce contexte d’évolution technologique rapide, les parcs éoliens
deviennent obsolètes, ce qui incite à remplacer les parcs existants par des parcs plus
efficaces ce processus est appelé Repowering.

1
Le Repowering d’un parc éolien consiste à remplacer les éoliennes existantes par
de nouvelles dont la capacité nominale est supérieure ou l’efficacité accrue, ce qui se
traduit par une nette augmentation de la production d’énergie[3].
Le Repowering des parcs éoliens actuels devient une alternative intéressante au
Maroc et dans les pays qui ont commencé déjà avec l’énergie de vent pour deux raisons
principales :
1. La technologie des éoliennes a connu une augmentation significative de son
efficacité au cours de la dernière décennie.
2. La plupart de ces anciens parcs éoliens sont situés dans les meilleurs endroits
du pays en termes du potentiel énergétique.
L’objectif de ce travail est d’analyser techniquement les projets éoliens en phase de
Repowering Il s’agit tout d’abord de commencer par une étude générale sur la tech-
nologie éolienne suivie d’une analyse de fonctionnement d’une centrale éolienne avec
étude sur l’état de l’art de la technologie éolienne. La deuxième partie sera consacrée à
l’évaluation d’un gisement éolien dans lequel Je vais toucher les études d’évaluation de
gisement éolienne et aussi je vais faire une présentation de la méthodologie d’estima-
tion de production d’énergie en fonction des conditions météorologiques. La troisième
partie sera consacré à une présentation de l’intérêt du Repowering des parcs éoliens,
avec une description des travaux relatifs à un projet Repowering et l’établissement
d’un planning préliminaire pour la réalisation de ce type de projets, avec une étude de
cas. Dans le dernier chapitre, le phénomène du sillage sera étudié considérant l’impor-
tance de ce paramètre dans la définition des emplacements des aéro-générateurs pour
atteindre une productivité maximale dans le parc. Dans ce sens, une étude par simula-
tion de l’effet de sillage a été menée sous le logiciel Ansys Fluent avec une conception
du modèle de travail sur SolidWorks.

2
Chapitre 1

Cadre générale de projet

1 Présentation générale de MASEN

1.1 Présentation de MASEN


« Moroccan Agency For Sustainable Energy » par abréviation « MASEN » est une
société anonyme à directoire et à conseil d’administration dont la création est effective
depuis mars 2010, Régie par la loi N 17 − 95 relative aux sociétés anonymes, Le capital
de la société est détenu majoritairement par l’État de manière directe ou indirecte.
Masen est le groupe chargé de piloter les énergies renouvelables au Maroc.Les
programmes de développement de projets intégrés portés par Masen visent notamment
à développer une puissance de production électrique propre additionnelle de 3 000
MW à l’horizon 2020 et de 6 000 MW à l’horizon 2030. Et ce, dans le but de contribuer
à l’objectif national, à l’horizon 2030, d’un mixe énergétique dont au moins 52% est
d’origine renouvelable.

Acteur central dédié à la valorisation des ressources renouvelables, Masen trans-


forme l’énergie naturelle en énergie de développement. Le modèle intégré créé à cet
effet vise à instituer des écosystèmes viables et rentables.

En plus de la production d’électricité à travers des projets d’envergure et la mo-


bilisation des financements nécessaires, Masen cherche à catalyser le développement
d’un tissu économique compétitif qui mobilise de manière efficiente les compétences
existantes et contribue à en créer de nouvelles. En parallèle, une R & D appliquée
et pré-opérationnelle adressée à un projet industriel et la promotion de l’innovation
technologique sont encouragés.

Sous-tendant cette démarche intégrée, la stratégie de développement local mise en


oeuvre par Masen participe à l’équité territoriale et à la croissance durable des régions
accueillant les projets.

3
Enfin, le souci constant de la protection de l’environnement et de la réduction des
émissions de gaz à effet de serre caractérise l’ensemble de la démarche de Masen [4].

1.2 Statut de MASEN

Raison sociale MASEN


Forme juridique Société Anonyme à conseil d’administration
Création d MASEN Mars 2010
Les principaux actionnaires L’état marocain, le fonds HASSAN II, l’office national
d’électricité
Activité Développement de projets intégrés de production d’électricité
et d’énergie Renouvelable
Adresse N 50 Rocade Sud, Rabat-Casablanca, Immeubles A-B, Zénith
Rabat Souissi, Rabat, Maroc
Tél +212 (0)537 57 45 50 / +212 (0)537 57 46 30
Site Web http ://www.masen.ma/

Tableau 1.1 – Statut Masen

1.3 Structure organisationnelle de MASEN


L’organigramme de l’agence marocaine est représenté ci-dessous :

Figure 1.1 – Structure organisationnelle de « Masen »

4
1.4 Projets de MASEN
Les projets réalisés par MASEN sont établis sur 5 sites : Le complexe solaire d’Ouar-
zazate est la première centrale solaire lancée du projet solaire. La première phase du
complexe solaire d’Ouarzazate est une centrale thermo-solaire d’une puissance com-
prise entre 125 et 160MW et d’une surface de 450 hectares et elle ait mise en service
en 2014.[5] Le tableau ci-dessous donne les caractéristiques énergétiques de différentes
centrales projetées suivant les informations du ministère de l’énergie :

CSP Photovoltaïque
Radiation solaire Production annuelle Radiation solaire Production annuelle Puissance
KW/m2 /an GW h KW/m2 /an GW h MW
Ain Beni Mathar 2290 833 2208 795 400
Foum Al Ouad 2635 1150 2300 1035 500
Boujdour 2635 230 2285 206 100
Sebkhat Tah 2635 1150 2095 1033 500
Ouarzazate 2635 1150 2235 1006 500

Tableau 1.2 – Les caractéristiques énergétiques des 5 centrales solaires

1.5 Carte des projets ENR


Masen produit de l’électricité propre grâce à des projets intégrés d’énergies re-
nouvelables. La valorisation de ces énergies vise à tirer le meilleur parti du solaire,
de l’éolien et de l’hydraulique, pour commencer, et de tout autre type d’énergie re-
nouvelable pertinent pour le pays (comme la biomasse par exemple) et ce, grâce à
des choix de technologies adaptées aux besoins identifiés. Principal contributeur aux
objectifs énergétiques nationaux, Masen porte une attention particulière à l’impact
socio-économique et environnemental de ses projets[6].

Figure 1.2 – La Carte interactive de Masen

5
2 Contexte de projet

2.1 Sujet de projet


L’intitulé de ce projet de fin d’études est Analyse technique des projets éoliens
en phase de Repowering . Nous savons que l’énergie éolienne est l’une des plus an-
ciennes énergies exploitées dans le monde Ce qui signifie que de nombreuses stations
éoliennes installées depuis plusieurs années ont déjà atteint leur durée de vie donc il
faut prolonger la vie de ce type des parcs pour accroître sa rentabilité et optimiser
l’exploitation d’un site déjà accepté localement. Pour allonger la durée d’exploitation
d’un parc, plusieurs opérations peuvent être menées. Ce qui nous incite à poser beau-
coup de questions auxquels nous essayerons de répondre dans ce projet qui consiste à
analyser techniquement les études d’évaluation de gisement éolienne et faire une pré-
sentation de l’intérêt du Repowering des parcs éoliens qui va nous offrir une base pour
décrire les travaux relatifs à un projet Repowering avec une étude de cas du parc AL
Koudia AL Baida le plus ancien parc éolien au Maroc et une étude et simulation par
CFD de l’effet de sillage en avale d’une éolienne qui joue un rôle très important lors le
dimensionnement des parcs éoliens.

2.2 Objectifs principaux


Les objectifs principaux sont :
— Connaitre les étapes d’évaluation d’un parc éolien.
— Établissement d’un planning de réalisation d’un projet Repowering d’un parc
éolien.
— Présentation de l’intérêt du Repowering des parcs éoliens.
— Manipuler les outils de modélisation et d’optimisation d’un parc éolien.
— Capitaliser un savoir-faire dans le secteur de l’éolien.

3 Présentation de l’intérêt du « Repowering » des


parcs éoliens
Dans les pays qui ont commencé tôt avec l’énergie éolienne, les anciens aérogéné-
rateurs qui sont déjà atteints leur durée de vie ont été installés à des endroits où le
vent est souvent très bon. Avec le développement de la technologie éolienne, l’efficacité
des nouvelles éoliennes est bien supérieure, avec une vitesse de démarrage de 2.5 m/s
par rapport aux anciennes turbines et les moyeux plus haut permettent d’exploiter des
vents forts. Pour cette raison le Repowering d’un parc éolien entraine une augmenta-
tion notable de la production d’énergie bien que le nombre de générateurs installés soit
réduit.

3.1 Définition
Le Repowering consiste à remplacer les turbines d’origine par des aérogénérateurs
de la nouvelle technologie et à reconfigurer la structure de la centrale .

6
3.2 Facteurs encourageants
Avec le Repowering, les éoliennes de première génération peuvent être remplacées
par des éoliennes modernes de plusieurs mégawatts. En général, plusieurs facteurs
encouragent les programmes de Repowering parmi eux :
X Plus de capacité électrique sans avoir recours à l’utilisation de terrains supplé-
mentaires.
X Moins d’aérogénérateurs : le nombre d’éoliennes peut être réduit tout en amé-
liorant le paysage naturel. La hauteur du mât peut être élevée.
X Les éoliennes modernes exploitent mieux l’énergie de vent disponible.
X Meilleure apparence, les turbines modernes tournent à des vitesses beaucoup
plus basses et sont donc plus esthétiques que les turbines plus anciennes à ro-
tation plus rapide.
X Meilleure intégration au réseau électrique : Les turbines modernes offrent une
meilleure intégration au réseau, car elles utilisent une méthode de connexion
similaire à celle des centrales conventionnelles et atteignent également un degré
d’utilisation plus élevé.
X La vitesse et la direction du vent sont connues : dans un site éolien existant, la
vitesse et la direction du vent sont déjà connues, il est donc facile de calculer la
production annuelle d’énergie attendue pour un site renouvelé. De plus, il est
souvent plus facile d’obtenir un permis pour construire un parc éolien sur un
site existant que sur un nouveau site. Mais aussi pour le gouvernement et les
autorités locales, les résultats du Repowering peuvent être positifs.
X Bien que les éoliennes soient plus hautes après le Repowering, la qualité du
paysage est souvent perçue comme étant améliorée, car le nombre d’éoliennes
est réduit.
X Le remplacement peut être utilisé pour atteindre les objectifs nationaux en
matière d’énergie renouvelable et de réduction de CO2 .

Figure 1.3 – Exemple de Repowering : multiplication du productible par trois pour


une diminution de moitié du nombre d’éoliennes, source : mise en forme réalisée par le
syndicat allemand de filière éolienne BWE

7
Chapitre 2

Généralités sur le secteur de


l’énergie éolienne

1 Description d’un parc éolien

1.1 Caractéristiques générales d’un parc éolien


Un parc éolien est une installation de production d’électricité à partir d’une source
d’énergie renouvelable : le vent.
L’exploitation de la force mécanique du vent permet la production d’énergie électrique,
directement injectée sur le réseau électrique national.
Un parc éolien en fonctionnement se compose des éléments et équipements suivants :
X les éoliennes, chacune considérée comme une unité de production .
X le réseau de câbles enterrés, acheminant l’électricité produite par les éoliennes
jusqu’au point de livraison .
X le point de livraison, composé d’un ou plusieurs postes de livraison d’électricité.
X le raccordement au réseau électrique national, dit raccordement externe .
X les chemins d’accès aux éoliennes.
X les plateformes d’accès aux éoliennes.
Les schémas de principe suivants illustrent la structure globale et la composition d’un
parc éolien[6].

Figure 2.1 – Schéma de principe du raccordement électrique d’une installation d’éo-


liennes

8
1.2 Description succincte du cycle de vie d’un parc éolien
La vie d’un parc éolien est rythmée par plusieurs étapes, comme l’illustre la figure
ci-dessous[6].

Figure 2.2 – Étapes du cycle de vie d’un parc éolien

• La phase de développement permet la genèse du projet éolien. Il s’agit,


entre autres, d’étudier le gisement éolien disponible et d’en optimiser l’exploi-
tation, d’identifier un territoire d’accueil libre de contraintes techniques et ré-
glementaires, d’identifier les capacités du réseau électrique local pour accueillir
une éventuelle production électrique, d’obtenir l’adhésion au projet des popu-
lations locales et des élus, d’obtenir une parfaite maîtrise foncière nécessaire à
l’implantation et la constructibilité du projet, et bien entendu les nombreuses
autorisations administratives et contrats requis et en particulier l’autorisation
environnementale. La durée de cette phase de développement est variable et
dépend bien évidemment du contexte local. Elle dure en moyenne entre 3 et 5
ans.
• La phase de construction permet la concrétisation du parc éolien. Elle in-
clut tout d’abord les différentes études techniques et procédures administratives
menées en amont, nécessaires à la bonne conduite du chantier. Elle inclut égale-
ment les négociations contractuelles en vue du montage financier du projet, de
la commande des éoliennes notamment, des différents contrats de vente de l’élec-
tricité produite et de raccordement au réseau électrique et des différents contrats
qui courront en phase d’exploitation du parc. Puis, le chantier de construction
lui-même comprend différentes étapes liées au terrassement et à l’élargissement
de la voirie, au coulage des fondations, au raccordement électrique de l’installa-
tion, à l’acheminement et au montage des éoliennes et postes de livraison, etc.
Cette phase de construction, d’une durée comprise généralement entre 1 et 2
ans, s’achève par une phase de tests avant la mise en service du parc éolien.
• La phase d’exploitation du parc éolien correspond à la phase opérationnelle
de production d’électricité. Pendant cette phase, l’installation est surveillée et
entretenue par un personnel qualifié, sous la vigilance de la police des instal-
lations classées. Un cycle d’exploitation court en moyenne sur une vingtaine
d’années.
• En fin de vie, l’installation est mise à l’arrêt et démantelée. Cette phase inclut
donc le chantier de déconstruction ainsi que la remise en état du site, de même
que la revalorisation des composants. Elle dure généralement moins d’une année.

9
2 Description d’une éolienne

2.1 Conception générale


Une éolienne, appelée également «aérogénérateur», se compose des éléments sui-
vants [6] :
• une fondation en béton armé (de l’ordre de 350 à 800 m3 , enterrée entre 3 et
5 m de profondeur).
• un mât, ou tour, de forme tubulaire voire conique, solidaire de la fondation, et
de structure en acier, béton ou mixte (de l’ordre de 50 à 120 m de hauteur, avec
un diamètre de l’ordre de 4 à 7 m à la base).Il se compose de plusieurs segments,
de 20 à 30 m de haut chacun, boulonnés entre eux. Il est équipé d’une échelle
et généralement d’un monte charge, permettant d’accéder à son sommet.
• une nacelle, surmontant le mât et constituant une véritable «salle des ma-
chines». Elle abrite notamment une génératrice électrique ainsi que les systèmes
de freinage, de refroidissement ou encore d’orientation de l’éolienne. Des équipe-
ments sont également fixés sur le toit de la nacelle comme le balisage lumineux
ou encore les appareils contrôlant la vitesse et la direction du vent (anémomètre
et girouette).
• un rotor fixé à la nacelle, composé du moyeu auquel sont fixées les pales,
généralement au nombre 3, on parle alors de rotor tripale (chaque pale mesurant
entre 15 et 60 m de long).

2.2 Les différents types d’éoliennes


Des éoliennes peuvent être conçues pour résister à de violentes tempêtes, produire
de l’énergie dans des conditions météorologiques arctiques ou tropicales, en mer, à
proximité des côtes ou en plein désert. Il existe un grand nombre de modèles destinés à
remplir des exigences spécifiques. Les éoliennes peuvent être à axe vertical ou horizon-
tal, comporter des rotors de 1 à 20 pales, avoir une capacité allant de quelques watts
à plusieurs mégawatts, comporter ou non un multiplicateur, une génératrice à courant
continu ou à courant alternatif. Il n’y a pas de modèle général, mais les éoliennes à
trois pales face au vent sont les plus répandues. Sur ces turbines, les pales du rotor
sont orientées face au vent tandis que sur les éoliennes sous le vent, c’est la nacelle qui
est dirigée en face du vent Fig (2.3 ). Les éoliennes sous le vent s’orientent passivement
en fonction de la direction du vent. Aucun dispositif d’orientation n’étant nécessaire,
leur conception s’avère plus simple. Ce modèle est parfois choisi pour la structure des
petites éoliennes[6].

Les aéromoteurs sont en général définis par l’orientation de leur axe de rotation par
rapport à la direction du vent [7] :
• Les aéromoteurs à axe vertical
• Les aéromoteurs à axe horizontal
X Axe horizontal parallèle à la direction du vent
X Axe horizontal perpendiculaire à la direction du vent
• Les aéromoteurs qui utilisent le déplacement d’un mobile
• Les dispositifs statiques de récupération de l’énergie éolienne

10
Figure 2.3 – Éoliennes face au vent et sous le vent

2.3 Pales du rotor


Les pales du rotor extraient l’énergie du vent. Elles « capturent » ce dernier et
convertissent son énergie motrice en rotation du moyeu. Le moyeu, en fonte ou en acier
moulé, est le centre du rotor. C’est sur lui que sont fixées les pales. Il redirige l’énergie
des pales vers la génératrice. Si l’éolienne est équipée d’un multiplicateur, le moyeu
est connecté à l’arbre lent de ce dernier et l’énergie du vent est convertie en énergie
de rotation. Si elle est en revanche à entraînement direct, le moyeu transfère l’énergie
directement vers la génératrice annulaire.
Chaque fabricant possède ses propres concepts quant à la construction des pales et
conduit des recherches visant à la création de modèles innovants, aussi, il existe de
nombreuses variantes aux différences notables. On constate cependant que la concep-
tion de toutes pales modernes s’apparente généralement à celle des ailes d’un avion.
Les pales d’une éolienne utilisent le même principe de portance que les avions ou les
oiseaux, en raison du profil particulier de la pale, l’écoulement de l’air est plus lent
en dessous de l’aile qu’au- dessus. De ce fait, on observe le phénomène inverse pour la
pression, celle-ci est moins importante au-dessus de l’aile qu’en dessous. Une différence
de pression (effet de portance) est ainsi générée. Ce sont précisément ces forces qui
provoquent la rotation du rotor.
Les pales sont principalement fabriquées en matières synthétiques renforcées de fibres
de verre, de fibres de carbone, de bois et de métal (protection contre la foudre, etc.).
Les couches les constituant sont généralement collées les unes aux autres avec de la
résine époxy. Plus lourds et exposés à la fatigue du métal, les alliages d’aluminium et
d’acier sont en principe utilisés uniquement sur les éoliennes de très petite taille[7].

2.4 Concepts de surveillance et de limitation de la puissance


La puissance du vent augmente très rapidement lorsque sa vitesse s’intensifie. Une
vitesse du vent élevée pourrait exposer le rotor à une accélération trop importante, son

11
énergie de rotation serait alors supérieure à la puissance nominale de la génératrice
électrique, phénomène provoquant l’endommagement de cette dernière. Aussi, les éo-
liennes sont munies de dispositifs de surveillance et de limitation de la puissance. Deux
technologies sont appliquées :
X Le pas variable (pitch-control)
X Le pas fixe (stall-control).
Les pales à pas fixe sont montées à un angle fixe sur le moyeu. Cependant, la géométrie
de la pale est conçue de façon à provoquer une turbulence derrière la pale lorsque le
vent atteint une certaine vitesse : si cette dernière est trop élevée, l’écoulement d’air
s’écarte de la surface de la pale et le transfert de la puissance du vent vers la pale est
réduit.
Le concept de pas variable a été élaboré de 1990 à 2000. Chacune des pales peut être
Individuellement pivotée hors du vent ou face au vent. L’ajustement de l’angle d’incli-
naison peut être effectué par transmission mécanique (pour les systèmes à puissance
de sortie inférieure à 100 kW), hydraulique (à partir de 300 kW) ou électrique (ac-
tionnement le plus courant, en particulier pour les grandes éoliennes > 500 kW). Un
contrôleur surveille en permanence la puissance de sortie de l’éolienne. Lorsque le vent
est trop fort, les pales sont pivotées hors du vent le long de leur axe généralement d’une
fraction de degré seulement ce qui réduit la portance aérodynamique. Ce procédé per-
met au rotor de continuer de générer de la puissance à une capacité nominale, et ce
même si les vitesses du vent sont élevées. Les coefficients de performance diminuent et
le développement du couple est également limité au niveau du rotor. Aujourd’hui le
pas variable est très courant sur les éoliennes à raccordement au réseau, celui-ci occupe
90 % des parts du marché[7].

2.5 Courbe de puissance des éoliennes


Les deux graphe suivants représentent les courbes de puissance d’une éolienne à
pas variable et d’une éolienne à pas fixe. Le vent une fois parvenu à la vitesse de
démarrage, les deux éoliennes commencent à générer de l’électricité. La puissance de
chaque éolienne augmente avec rapidité et lorsque la vitesse du vent s’approche de la
vitesse nominale, la limitation de puissance est activée. Dès que la puissance nominale
de la génératrice est atteinte, la puissance de sortie de l’éolienne cesse de croître.
À partir de là, les éoliennes à pas variable voient leur courbe de puissance s’aplatir
ou presque , celle des éoliennes à pas fixe varie. Dans les deux cas, les courbes ne
dépassent jamais la puissance nominale de la génératrice. Si la vitesse du vent devient
trop élevée, les éoliennes s’arrêtent automatiquement (vitesse de coupure). Une fois
que la vitesse de coupure est atteinte, les éoliennes à pas variable font pivoter leurs
pales dans la direction de la girouette et les éoliennes à pas fixe appliquent un freinage
aérodynamique.

12
Figure 2.4 – Courbe de puissance d’une éolienne contrôlée par calage variable de pale

Figure 2.5 – Courbe de puissance d’une éolienne à régulation par décrochage aérody-
namique

La figure ci-dessous illustre la relation entre la courbe de puissance du vent (en bleu-
axe des ordonnées de gauche) et la courbe du coefficient de puissance (en rouge-axe
des ordonnées de droite) : sur cet exemple, l’éolienne fait pivoter les pales en position
de fonctionnement à partir de la vitesse de démarrage 2 m/s. De la puissance est alors
générée. Le coefficient de puissance augmente très rapidement pour atteindre sa valeur
maximale de 0,48 , après il reste constant sur des vitesses de vents situées entre 7 m/s
et 9 m/s. Au-delà de 9 m/s, l’éolienne commence à réduire le coefficient de puissance
en faisant tourner les pales de quelques degrés. Celles-ci se retrouvent alors dans une
position leur permettant de perdre une partie de la puissance du vent. Au-dessus de la
vitesse nominale du vent (13 m/s), l’éolienne fonctionne à une puissance nominale de
330 kW. La puissance de sortie peut rester constante même si les vitesses du vent sont
plus élevées car le coefficient de puissance est réduit en continu jusqu’à 0,05. La vitesse
de coupure avec un coefficient de puissance nul n’apparait pas sur ce graphique.

13
Figure 2.6 – Courbe de puissance d’une éolienne à régulation par décrochage aérody-
namique

2.6 Système d’orientation


Pour permettre une conversion efficace de l’énergie cinétique du vent en énergie de
rotation du rotor, les éoliennes sont équipées d’un système s’adaptant à la direction du
vent. L’ensemble de la nacelle est mis en mouvement par des moteurs électriques consti-
tuant le système d’orientation. Celui-ci modifie la position de la nacelle en fonction de
la direction du vent mesurée à l’aide d’une girouette en haut de la nacelle. Faisant
figure d’exception, les éoliennes Savonius et Darrieus ne possèdent pas de dispositif
d’orientation.

2.7 Zones de fonctionnement


Une turbine éolienne est dimensionnée pour développer une puissance nominale
Pn à partir d’une vitesse de vent nominaleVn . Pour des vitesses de vent supérieures à
Vn , la turbine éolienne doit modifier ses paramètres aérodynamiques afin d’éviter les
surcharges mécaniques de sorte que la puissance récupérée par la turbine ne dépasse pas
la puissance nominale pour laquelle l’éolienne a été conçue. Il y a d’autres grandeurs :
X Vd la vitesse du vent à partir de laquelle l’éolienne commence à fournir de
l’énergie .
X Vmax la vitesse maximale de vent au-delà de laquelle l’éolienne doit être stoppée
pour des raisons de sûreté de fonctionnement.

14
Figure 2.7 – Les zones de fonctionnement d’une turbine éolienne

• Vd : vitesse du vent correspondant au démarrage de la turbine. Suivant les


constructeurs,Vd varie entre 2.5m/s et 4m/s pour les éoliennes de forte puissance
• Vn : vitesse de vent pour laquelle la puissance extraite correspond à la puissance
nominale de la génératrice, suivant les constructeurs cette vitesse varie entre
11.5m /s et 15m/s
• Vmax : vitesse de vent au-delà de laquelle il convient de déconnecter l’éolienne
pour des raisons de tenue mécanique en bout des pales, pour la grande majorité
des éoliennes Vmax vaut 25m/s
La zone I correspond aux vitesses de vent très faibles, insuffisantes pour entraîner la
rotation de l’éolienne, la zone II Le maximum de puissance est capté dans cette zone
pour chaque vitesse de vent. Différentes méthodes existent pour optimiser l’énergie
extraite. Cette zone correspond au fonctionnement partiel, la zone III La puissance
disponible devient trop importante. La puissance extraite est donc limitée, tout en
restant le plus proche possible de Pn . Cette zone correspond au fonctionnement en
plein charge et la zone IV correspond aux vitesses de vent élevées pour lesquelles la
vitesse de rotation de l’éolienne est limitée à une valeur maximale afin de ne pas subir
de dégâts[10].

3 Génératrice et raccordement au réseau


Lorsque le développement de l’énergie éolienne raccordée au réseau en était encore
à ses prémices, les modèles de génératrice étaient relativement simples. Les génératrices
asynchrones classiques (génératrices de type 1) ou les génératrices asynchrones à rotor
bobiné avec résistance rotorique variable (génératrices de type 2) dominaient alors le
marché. Aujourd’hui, en raison des exigences spécifiques du code réseau, les génératrices
asynchrones à double alimentation (génératrices de type 3) et les génératrices à pleine
interface du convertisseur (génératrices de type 4) occupent une place de plus en plus
prépondérante.

15
Les génératrices de type 1 ont connu un grand succès commercial. Fiables et de
conception simple, elles se caractérisaient par leur solidité. En conséquence de la crise
de l’énergie dans les années 80, les fabricants danois ont acquis une vaste expérience en
vendant un grand nombre d’éoliennes équipées de ce type de génératrices aux États-
Unis. Au début des années 90, les fabricants danois se trouvaient à la tête du marché
sur le segment des éoliennes de 150 kW à 300 kW. Les éoliennes étaient à axe horizontal
et possédaient un rotor à trois pales face au vent. Raccordées directement au réseau,
elles fonctionnaient à vitesse de rotor constante. Elles étaient munies d’un dispositif
d’orientation actif et leur puissance était limitée par décrochage aérodynamique.
Les génératrices de type 2 utilisaient une résistance externe et avaient déjà recours
à un circuit d’électronique de puissance (pont de diode et hacheur en CC). Pour éviter
l’emballement du rotor et réduire les charges mécaniques sur les pales et les composants
de l’éolienne, une limitation de la puissance de sortie était effectuée par la régulation
de l’angle de calage des pales.
Sur les génératrices de type 3, le stator de la génératrice asynchrone est directe-
ment raccordé au réseau alors que l’enroulement du rotor triphasé est alimenté par
l’électrique de puissance (convertisseur) par l’intermédiaire de bagues d’entraînement.
L’avantage de ces génératrices réside dans le fait que le convertisseur présente une
puissance nominale moindre par rapport aux génératrices du type 4.
La capacité du convertisseur représente environ 30 à 40 % de la puissance totale de
la génératrice. L’éolienne fonctionne à différentes vitesses de rotor et utilise un multi-
plicateur. Sur les génératrices de type 4, la quantité totale de la puissance générée est
fournie au réseau par l’intermédiaire d’un convertisseur.
Le convertisseur de puissance convertit le courant alternatif (CA) en courant continu
(CC), et puis vice versa.
La génératrice peut être adaptée à la vitesse du vent de façon optimale. Certains
fabricants choisissent de ne pas avoir recours au multiplicateur, ce qui implique l’inter-
vention d’une génératrice synchrone à faible vitesse et à grand nombre de pôles sur les
éoliennes sans multiplicateur, la vitesse nominale se situe généralement entre 10 T/min
et 25 T/min. Le raccordement au réseau des éoliennes et des parcs éoliens est effectué
via un transformateur car la tension de la génératrice est peu élevée. Les niveaux de
tension des génératrices d’éolienne varient ordinairement entre 120 et 3 300 volts.
Un raccordement sur des réseaux à haute ou moyenne tension requiert des niveaux de
tension entre 30 000 et 380 000 volts.
Les transformateurs permettent d’atteindre ces performances. Un convertisseur de pe-
tite taille raccorde l’éolienne au réseau interne du parc éolien. Au point de couplage
commun (PCC), un transformateur plus important raccorde le parc éolien au réseau
de distribution ou de transport.

16
Figure 2.8 – Modèles de génératrices : type 1 génératrice asynchrone classique, type
2 génératrice asynchrone à rotor bobiné avec résistance rotorique variable, type 3 gé-
nératrice asynchrone à double alimentation, type 4 pleine interface du convertisseur

3.1 Raccordement au réseau électrique


1. Réseau inter-éolien : Le réseau inter-éolien permet de relier le transformateur,
intégré ou non dans le mât de chaque éolienne, au point de raccordement avec le
réseau public. Ce réseau comporte également une liaison de télécommunication
qui relie chaque éolienne au terminal de télésurveillance. Ces câbles constituent
le réseau interne de la centrale éolienne, ils sont tous enfouis à une profondeur
minimale de 80 cm.
2. Poste de livraison : Le poste de livraison est le noeud de raccordement de
toutes les éoliennes avant que l’électricité ne soit injectée dans le réseau public.
Certains parcs éoliens, par leur taille, peuvent posséder plusieurs postes de li-
vraison, voire se raccorder directement sur un poste source, qui assure la liaison
avec le réseau de transport d’électricité (lignes haute tension). La localisation
exacte des emplacements des postes de livraison est fonction de la proximité du
réseau inter-éolien et de la localisation du poste source vers lequel l’électricité
est ensuite acheminée.
3. Réseau électrique externe : Le réseau électrique externe relie le ou les postes
de livraison avec le poste source (réseau public de transport d’électricité)[9].

17
4 Notions élémentaires de physique
L’énergie éolienne provient de l’énergie cinétique du vent. En effet, si nous
considérons une masse d’air, m, qui se déplace avec la vitesse v, l’énergie cinétique de
cette masse est :

1
Ec = mv 2 (2.1)
2
La puissance du vent disponible à la surface balayée par les pales de la turbine s’exprime
en fonction de la vitesse du vent :
1
P v = ρSv 3 (2.2)
2
Avec :
— ρ : densité volumique de l’air(kg/m3 ).
— S : surface balayée par les pales (m2 ).
— v : vitesse moyenne du vent à travers la surface S (m/s).
Cependant, le dispositif de conversion extrait une puissance P einférieure à la puissance
incidente P v, à cause de la vitesse non nulle des masses d’air derrière l’aéromoteur. On
définit alors, le coefficient de puissance de l’aéromoteur par la relation :
Pe
Cp = Cp < 1 (2.3)
Pv
Ce coefficient caractérise l’aptitude de l’aérogénérateur à capter de l’énergie éolienne.
La puissance correspondante est donc donnée par :
1
P e = ρ.π.r2 .v 2 .Cp (2.4)
2
Où R est le rayon de l’hélice.
On peut estimer la valeur maximale de ce coefficient, donc la puissance maximale qui
peut être récupérée avec une turbine éolienne, en s’appuyant sur la théorie Rankine-
Froude de l’hélice dans un fluide incompressible. C’est la valeur maximale de ce coef-
ficient qui correspond à la limite dénommée la limite de Betz (théorie de Betz années
1920) du coefficient de puissance :
16
Cp = = 0.593 (2.5)
27
La valeur du coefficient de puissance C dépend de la vitesse de rotation de la turbine
p et peut s’exprimer en fonction de la vitesse spécifique :

Cp = Cp (λ) (2.6)

Avec :
RΩ
λ=
v
Où RΩ est la vitesse linéaire périphérique en bout de pale de l’hélice. La courbe
Cp (λ)passe un maximum λmax ,
compris entre 5 et 16 environ, selon le nombre de pales de la turbine et c’est seulement

18
pour cette valeur que Cp approche la valeur de 16/27.
On peut définir la notion de rendement aérodynamique de l’éolienne par le rapport :
Cp Cp
η= = (2.7)
Cpmax 0.593

Qui représente la qualité aérodynamique de l’éolienne. La fig 2.9 montre l’évolution


du coefficient de puissance Cp pour des turbines réelles à axe horizontal à 1, 2, 3
et 4 pales, notons que sa valeur reste bien en dessous de la limite de Betz (0,59). Ces
courbes dépendent pratiquement du profil des pales. Si on considère la machine tripale,
on peut dire que son coefficient de puissance est maximal pour λ ' 7, c’est-à-dire une
vitesse périphérique en bout de pale égale à 7 fois la vitesse du vent. C’est pour une
telle vitesse normalisée que l’on maximise le rendement aérodynamique. A diamètre
et vitesse de vent donnés, une bipale devra avoir une vitesse de rotation plus élevée
qu’une tripale[11].

Figure 2.9 – Coefficient aérodynamique de puissance en fonction de la vitesse de


rotation normalisée λ

5 Stratégies de fonctionnement d’une éolienne


Le fonctionnement d’un parc éolien fait appel à plusieurs disciplines et à des connais-
sances d’aérodynamique, de mécanique, de génie civil, d’électricité et d’automatique.
On générale une éolienne est une machine capable d’effectuer la conversion de l’énergie
cinétique de vent en énergie électrique par deux étapes[12] :
X Au niveau de la turbine (rotor), qui extrait une partie de l’énergie cinétique du
vent disponible pour la convertir en énergie mécanique.
X Au niveau de la génératrice, qui reçoit l’énergie mécanique et la convertit ensuite
en énergie électrique, transmise au réseau électrique.
Les instruments de mesure de vent placés au-dessus de la nacelle conditionnent le
fonctionnement de l’éolienne. Grâce aux informations transmises par la girouette qui
détermine la direction du vent, le rotor se positionnera pour être continuellement face
au vent. Les pales se mettent en mouvement lorsque l’anémomètre (positionné sur la

19
nacelle) indique une vitesse de vent d’environ 10 km/h et c’est seulement à partir de
12 km/h que l’éolienne peut être couplée au réseau électrique. Le rotor et l’arbre dit
« lent » transmettent alors l’énergie mécanique à basse vitesse (entre 5 et 20 tr/min)
aux engrenages du multiplicateur, dont l’arbre dit « rapide » tourne environ 100 fois
plus vite que l’arbre lent. Certaines éoliennes sont dépourvues de multiplicateur et la
génératrice est entraînée directement par l’arbre « lent » lié au rotor. La génératrice
transforme l’énergie mécanique captée par les pales en énergie électrique. La puissance
électrique produite varie en fonction de la vitesse de rotation du rotor. Dès que le vent
atteint environ 50 km/h à hauteur de nacelle, l’éolienne fournit sa puissance maximale.
Cette puissance est dite « nominale ». Pour un aérogénérateur de 2,5 MW par exemple,
la production électrique atteint 2 500 kWh dès que le vent atteint environ 50 km/h.
L’électricité produite par la génératrice correspond à un courant alternatif de fréquence
50 Hz avec une tension de 400 à 690 V. La tension est ensuite élevée jusqu’à 20 000
V par un transformateur placé dans chaque éolienne pour être ensuite injectée dans le
réseau électrique public. Lorsque la mesure de vent, indiquée par l’anémomètre, atteint
des vitesses de plus de 100 km/h (variable selon le type d’éoliennes), l’éolienne cesse
de fonctionner pour des raisons de sécurité.
Deux systèmes de freinage permettront d’assurer la sécurité de l’éolienne [9] :
X le premier par la mise en drapeau des pales, c’est-à-dire un freinage aérodyna-
mique : les pales prennent alors une orientation parallèle au vent.
X le second par un frein mécanique sur l’arbre de transmission à l’intérieur de la
nacelle.

6 Intensité turbulente
Les tourbillons peuvent influer directement sur les éoliennes puisqu’ils créent des
irrégularités dans les efforts supportés par les pales. Ceux-ci ont souvent des effets sur
la production de la machine et réduisent la durée de vie de certains composants. Ainsi
la connaissance du niveau de la turbulence d’un site est très importante. Intensité
turbulente une valeur adimensionnelle qui représente le taux de turbulence, à savoir
l’intensité turbulente Iu est donnée par :
σu
Iu = (2.8)
u
1
1 PN −1
(ui − u)2 2
 
σu =
N i=0
Avec :
• σu : l’écart type de la vitesse longitudinale du vent
• ui : la vitesse instantanée lors de la iéme mesure
• u : la vitesse moyenne
• N : le nombre de mesures
Cette mesure, très utilisée dans la littérature éolienne, est calculable à partir des me-
sures de vitesse du vent d’anémomètre à coupelle.[7]
La turbulence atmosphérique peut être également caractérisée par l’énergie cinétique
turbulente kc définie par :
1
Kc = (u2 + v 2 + w2 ) (2.9)
2

20
Chapitre 3

Méthodologie préliminaire de calcul


de la ressource éolienne

Un des défis-clés de la filière éolienne demeure la maximisation de la production


énergétique tout en considérant l’ensemble des contraintes que peuvent présenter le
milieu.
Ainsi la sélection d’un site par l’évaluation du gisement éolien et la configuration d’un
parc éolien sont des éléments-clés à la rentabilité d’un projet, pour lesquels des outils
scientifiques et informatiques sophistiqués sont utilisés.

1 Analyse des études d’évaluation de gisement


Le gisement éolien marocain Le Maroc bénéficie d’un gisement éolien important
avec des régions dépassant 10 mètres par seconde (10 m/s) de vitesse annuelle moyenne
du vent mesurées à des différentes hauteur à partir de 10 m . La mise en évidence de
ce gisement a été réalisée par le Centre de Développement des Énergies Renouvelables
(CDER) avec l’aide de la coopération allemande (GIZ) qui a permis l’installation
de plusieurs mâts de mesure sur différents sites et le suivi des données sur des
périodes d’au moins une année. Ce programme se doit d’être développé pour affiner
les données dans certaines régions prometteuses. Il a cependant permis de définir
les sites où aujourd’hui les grands projets éoliens sont lancés. Une première carte
éolienne du pays a montré que la zone Nord (Tanger à Tétouan) et la bande côtière
allant de Tarfaya jusqu’à (Lagouira) présentent des sites exceptionnels avec des vents
réguliers et des vitesses moyennes suffisantes pour développer des projets rentables[14].

L’évaluation d’un gisement éolien se réalise à l’aide de deux outils : la modélisation à


méso-échelle et micro-échelle dans le cadre de la prospection et la campagne de mesure
de vents lors de la phase de développement.

21
Figure 3.1 – Le gisement éolien et solaire marocain

1.1 Modélisation méso-échelle & micro-échelle


L’évaluation méso-échelle permet d’estimer les vitesses de vent sur une grande sur-
face à l’aide d’un modèle régional qui prédit les phénomènes météorologiques à méso-
échelle. Les phénomènes à méso-échelle, incluant entre autres les orages électriques et
les brises terre-mer, ont un impact substantiel sur les vents.
Les modèles méso-échelle se limitent normalement à une résolution de 1km par 1km
ou plus,et ne prennent pas en considération les influences locales, c’est-à-dire celles qui
se manifestent à un niveau micro-échelle.
Afin de prendre en considération les influences à plus petite échelle,notamment le relief
et la rugosité du terrain, un modèle micro-échelle est utilisé pour obtenir les vitesses
de vent à des niveaux de résolution plus élevés,par exemple 200 mètres par 200 mètres.
Lorsqu’une zone a été identifiée à l’aide des modèles méso-échelle et micro-échelle, une
campagne de mesure de vents doit être réalisée sur site à l ?aide de mâts de mesure.
D’une hauteur pouvant atteindre 60 mètres, ces mâts permettent d’évaluer avec plus
de précision la ressource éolienne d’un site donné.
Dans certains cas, un SODAR (Sonic Detection and Ranging) peut également être
utilisé pour ajouter de la précision aux mesures de vent observées[23].
L’évaluation du gisement éolien donc se déroule en deux étapes. D’abord, des mesures
de vent sont réalisées sur le site du futur parc éolien puis, ces mesures sont rappro-
chées de celles recueillies par plusieurs sources de données de vent long terme dans
la région environnante du projet éolien. Le croisement de l’ensemble de ces données
permet d’obtenir une évaluation cohérente du gisement éolien sur le long terme, statis-
tiquement représentative pour la durée de vie du futur parc éolien. Ce gisement éolien
long terme sera ensuite utilisé comme référence pour l’étude du potentiel éolien du
parc envisagé[15].

2 Mesure du vent sur un terrain


Les mesures de vent passent obligatoirement par la méthode MCP (Mesures, Cor-
rélations, Prévisions).
Cette étape requiert l’implantation d’une ou plusieurs tours de mesure, mesurant di-
rections et vitesses de vent et cela durant une période minimum de 6 à 12 mois. Ces

22
mesures doivent ensuite être corrélées avec les résultats des stations météo proches,
considérées comme données de référence.
A partir de ces analyses il sera possible d’effectuer des prévisions annuelles de vent
et par conséquent de production d’énergie électrique si l’on connaît déjà le type de
machine qui sera implanté[16].
La campagne de mesures de vent est une étape cruciale dans le développement d’un
projet éolien. La précision et la cohérence des données collectées sont essentielles pour
la conception et l’optimisation du projet, ainsi que l’analyse de faisabilité et en dernier
lieu le financement du parc. Plusieurs méthodes de mesures sont utilisées aujourd’hui
par les analystes en ressource éolienne parmi lesquelles les plus répandues sont :

2.1 Mât de mesures


Cette méthode consiste à effectuer des mesures météorologiques par le moyen d’un
mât de taille variable, équipé de matériels de mesure et de collecte de données. Selon
la taille et la complexité du terrain, plusieurs mâts peuvent être installés sur un même
site. En vue de limiter au maximum les incertitudes liées à l’extrapolation verticale
du profil du vent, la taille du mât doit de préférence être au moins égale aux 2/3 de
la hauteur de moyeu de l’éolienne type qui sera retenue pour le site. L’analyste en
ressource éolienne, assisté du chef de projet, déterminera l’emplacement le plus adapté
pour l’installation du mât.

Figure 3.2 – Le mât de mesures dans différentes installations

2.1.1 Anémomètres

Ils sont utilisés pour mesurer la vitesse du vent. Selon la taille du mât, 3 à 5
anémomètres peuvent être installés à diverses hauteurs afin de mesurer avec précision
le profil vertical du vent. La longueur des bras de déport est déterminée selon les
normes. Chaque anémomètre est calibré par un institut spécialisé en conformité avec

23
les normes internationales. La calibration s’effectue avant l’installation du mât de façon
à garantir la qualité de la campagne. Les anémomètres utilisés pour l’évaluation du
gisement éolien se composent de trois demi-sphères tournant autour d’un axe vertical.

Figure 3.3 – Anémomètre de trois demi-sphères tournant autour d’un axe vertical

2.1.2 Girouettes

Les mâts sont également équipés de deux girouettes qui mesurent l’orientation du
vent. Les girouettes doivent être positionnées sur un bras de déport horizontal placé
aussi haut que possible sur le mât mais suffisamment éloigné du dernier anémomètre
afin de réduire au maximum les effets de masque. Le positionnement de la girouette
s’effectue en utilisant l’orientation du bras de déport, une boussole et une carte topo-
graphique.

Figure 3.4 – Girouette qui mesure l’orientation dominante du vent

24
2.1.3 Mesure des autres données météorologiques

L’humidité, la pression atmosphérique et la température de l’air influencent la pro-


duction éolienne. Il est donc utile de collecter ces données au cours de la campagne
de mesures. La mesure du taux d’humidité est particulièrement utile pour prévoir le
risque lié au gel des turbines et anticiper les mesures préventives à mettre en oeuvre
telles que l’acquisition d’un système de pâles chauffantes. La température influe sur
la densité de l’air et, de ce fait, impacte directement la production du parc éolien. Le
matériel mesurant ces différents facteurs peut être placé sur le mât. Les informations
peuvent également être obtenues par des stations météorologiques environnantes dans
la mesure où ces données exigent une moins grande précision.

2.2 Collecte des données


Les données mesurées par les différents capteurs équipant le mât sont enregistrées
et stockées à intervalles réguliers dans un boîtier (appelé communément « logger » ou
bien Data logger voir la( fig 3.2) lui-même logé dans une armoire métallique située
dans la partie inférieure du mât.
L’alimentation électrique des équipements électroniques est assurée par des panneaux
photovoltaïques. Le transfert des données contenues dans le logger s’effectue par trans-
mission téléphonique filaire ou GSM.
Après collecte des données, l’analyste en ressource éolienne se chargera de vérifier leur
cohérence et de compléter les séquences manquantes. Les informations sont alors trai-
tées par un logiciel spécifique en vue de générer l’évaluation du productible du site.

2.3 Appareils de mesure à distance


• Le SODAR, acronyme qui signifie Sonic Detection and Ranging, est un ou-
til de mesure à distance utilisé pour les mesures météorologiques. Les données
atmosphériques sont calculées en utilisant la vitesse du son. Les mesures sont
effectuées par l’émission d’un signal acoustique dont l’écho est analysé afin d’éva-
luer la vitesse et la direction du vent, ainsi que les turbulences atmosphériques.
• Le LIDAR (Light Detection and Ranging) analyse le profil du vent au moyen
d’un faisceau laser. Comme pour le SODAR, un rayon lumineux tridimension-
nel de forme conique est envoyé dans l’atmosphère. Le décalage Doppler des
émissions laser diffusées par les particules atmosphériques est mesuré en vue de
définir les caractéristiques du vent.
Les techniques de mesures à distance peuvent être utilisées à de nombreuses reprises
pendant le développement du projet ou l’exploitation du parc. Elles permettent par
exemple d’évaluer la courbe de puissance des turbines, de calculer l’impact des effets
thermiques sur la production d’énergie, d’optimiser la conception d’un projet ou d’ef-
fectuer des analyses en site complexe.
Par rapport aux solutions traditionnelles de mesures, les appareils de télédétection
présentent l’avantage d’un encombrement réduit, d’un déploiement rapide sur site et
de l’absence de procédures administratives préalablement à leur installation. Dans cer-
taines situations, elles apparaissent comme une alternative financièrement avantageuse
par rapport à la mise en place d’un mât de mesures. Bien que les techniques de mesures

25
à distance intéressent de plus en plus les professionnels du secteur, le recours au mât de
mesures reste indispensable lors du développement d’un projet. Les mesures SODAR
et LIDAR sont souvent utilisées de manière complémentaire aux données collectées
au moyen d’un mât et permettent d’affiner les données existantes en améliorant la
compréhension du profil de vent dans les zones complexes d’un site donné[17].

3 Caractérisation du vent

3.1 Distribution de Weibull


Comme c’est difficile de manipuler l’ensemble des données relatives à une distribu-
tion de la fréquence du vent, il est plus convenable pour des considérations théoriques,
de modéliser l’histogramme des fréquences des vitesses du vent par une fonction ma-
thématique continue que par une table de valeurs discrète. On peut donc opter pour
le modèle de Weibull.
En effet, pour des périodes allant de quelques semaines jusqu’à une année, la fonction
de Weibull représente raisonnablement les vitesses observées. Il s’agit d’une fonction
de densité de probabilité, s’exprimant sous la forme :
K−1 K !
K V V
  
P (V ) = exp − (3.1)
C C C

Avec :
• P ( V ) est la densité de probabilité de la vitesse V.
• K le facteur de forme de la courbe (sans dimension).
• C le facteur d’échelle de la courbe en m/s.le facteur d’échelle de la courbe en
m/s.

Figure 3.5 – Distribution de Weibull avec différent facteur de forme et paramètre


d’échelle (C=8)

26
• k (sans dimension) est un paramètre lié à la forme de la fonction : des valeurs
élevées sont liées à une distribution concentrée autour d’une valeur donnée , des
valeurs faibles sont liées à une distribution très étalée en valeurs différentes.
• c (m/s) est le paramètre d’échelle qui fixe la position de la courbe, avec des
valeurs plus élevées pour les sites de vent fort et des valeurs plus faibles pour
les sites immobiles.
Un cas particulier de la distribution de Weibull est la distribution de Rayleigh, qui a
pour valeur du facteur de forme(K= 2)[20].

3.2 Détermination des paramètres de Weibull


Il existe de nombreuses méthodes pour déterminer K et à partir d’une distribution
de vent donnée :
B = 1 − 0.81(Vmoy − 1)0.089 (3.2)

1.125 × Vmoy
C= (3.3)
(1 − B)

K = 1 + 0.483(Vmoy − 2)0.51 (3.4)

3.3 Variations de vitesse du vent avec l’altitude


La variation de la vitesse de vent dépend essentiellement de la nature du terrain où
se déroule le déplacement des masses d’air. Ces variations peuvent être exprimées par
la relation suivante :

V1 h1
= (3.5)
V2 h2
Avec :
• V1 : est la vitesse horizontale du vent à la hauteur h1
• V2 : est la vitesse horizontale du vent à la hauteur h2
• α : ce terme caractérise le terrain
En général h2 est prise égale à 10 m ,c’est la hauteur de référence pour la mesure de
la vitesse du vent pour un site donné.

Nature du terrain α
Plat(mar, neige, herbes, courtee) 0.08 à 0.12
Peu accidenté (champs, pâturages) 0.13 à 0.16
Accidenté (bois, zones peu habitées) 0.20 à 0.23
Très accidenté : villes 0.25 à 0.4

Tableau 3.1 – Variation α de pour différente nature du terrain

On remarque que les terrains les plus favorables pour l’implantation des éoliennes
sont les terrains de faible exposant α c’est-à-dire peu ou pas accidentés. Dans ce cas,
on bénéficie de vitesses du vent élevées près du sol et la variation de vitesse du vent
avec l’altitude est faible.

27
4 Influence de la topographie
A proximité de la surface terrestre, le vent est fortement influencé par la nature de
celle-ci. La description détaillée de la nature de la surface terrestre est appelée topo-
graphie.
Un terrain plat et dégagé est idéal au développement d’un parc éolien. Sa configuration
permet d’éviter les turbulences (variation de la vitesse du vent) causées par la topo-
graphie et les obstacles du terrain. En revanche, il est possible de profiter de certains
effets de la topographie. Parfois, l’installation se fera sur une surélévation de terrain
afin de profiter de l’effet colline. Cet effet réside dans le fait que l’air a tendance à se
compresser sur les pentes des collines, créant ainsi une zone de haute pression au bas de
la dénivellation. Ce phénomène provoque un gradient de pression, lié à la différence de
pression existant entre deux zones adjacentes.Ainsi, l’air se déplace des zones de haute
pression vers celles de basse pression, donc du pied de la colline vers son sommet,
causant une augmentation de la vitesse du vent au sommet.Toutefois, une pente trop
abrupte créera l’effet contraire puisque le vent aura tendance à se décoller de la surface
et à tourbillonner à son sommet (turbulences), ce qui en fait un endroit à éviter. En
dehors de l’effet colline, un autre effet topographique est généralement recherché, l’ef-
fet tunnel (effet de canalisation). S’il existe une ouverture (vallée) entre deux collines
aux pentes douces, le même phénomène de gradient de pression se produit puisque la
pression de l’air dans la vallée sera plus faible qu’aux pieds des collines environnantes
où l’air est compressé,provoquant une accélération du vent dans la vallée[23].

Figure 3.6 – La vitesse du vent (en m/s) selon le type d’environnement (urbain, plaine,
mer)

28
les effets de la topographie peuvent être divisés en trois principales catégories [19] :
• La rugosité : L’effet de la surface terrestre selon sa nature (couverture), conduit
à un freinage du vent près du sol, on parle de la rugosité du terrain. Le point
d’intérêt doit être « assez loin » des différents éléments de rugosité, et sa hauteur
généralement beaucoup plus grande que la longueur de celles-ci.
La rugosité peut s’exprimer par classe donc la valeur est comprise entre 0 et 4, ou
bien par la longueur de rugosité (m), allant généralement de 0,0002 m à 1,6 m. A
ces valeurs de rugosité correspondent des indices énergétiques (%), représentant
la quantité d’énergie restante dans le vent au passage de ces rugosités[17] [18].

Classe Longueur de Types de paysages


de rugosité rugosité Z0 (m)
0 0.0002 Surface d’eau
Terrain complètement dégagé avec une surface lisse,
0.5 0.0024 comme une piste d’atterrissage en béton ou de
l’herbe fraichement coupée
Terrain agricole dégagé, sans clôtures ou haies vives
1 0.03 et avec très peu de construction seulement des collines
doucement arrondies collines doucement arrondies
Terrain agricole avec quelques constructions et des haies
1.5 0.055 vives de 8 m de haut, situées à environ 1250 m
les unes des autres
Terrain agricole avec quelques constructions et
2 0.1 des haies vives de 8 m de haut,
situées à environ 500 m les unes des autres
Terrain agricole avec beaucoup de constructions
2.5 0.2 arbrisseaux et plantes,ou des haies vives de 8 m de
haut situées a environ 250 m les unes des autres
Villages, petites villes, terrain agricole avec de nombreuses
3 0.4 ou de haies vives,des forêts et
un terrain très accidenté

3.5 0.8 Grandes villes avec les hauts immeubles

4 1.6 Très grandes villes avec de hauts immeubles


et des grattes ciel

Tableau 3.2 – Longueur de rugosité correspondante a chaque Type de terrain

• Les obstacles : A proximité d’un obstacle, comme un bâtiment ou d’une ag-


glomération urbaine, le flux est fortement influencé par la présence de celui-ci,
ce qui peut réduire considérablement la vitesse.
• L’orographie : Lorsque l’échelle du relief avoisinant est beaucoup plus grande
que la hauteur du point d’intérêt, le relief agit comme élément orographique par
rapport au vent. Près du sommet ou de la crête des collines, falaise. le vent va
accélérer, alors qu’en atteignant le pied d’une montagne ou les vallées, il devrait
ralentir.

29
Figure 3.7 – Cartographiques de l’ orographie d’un terrain

5 Zones d’exclusion
De manière générale, la configuration d’un parc doit prendre en considération des
zones d’exclusion afin de minimiser les impacts sociaux ou environnementaux.Une éva-
luation du milieu permet de déterminer si des distances minimales doivent être res-
pectées, notamment pour limiter l’impact sonore, l’impact visuel et la perturbation
de milieux sensibles. Pour des raisons de sécurité, les infrastructures d’un parc éolien
sont souvent situées à une certaine distance des routes et des bâtiments. Par exemple,
dans les régions à climat froid, il est recommandé de prévoir une distance d’environ
200 mètres de routes et de résidences afin d’éviter tout accident consécutif à une chute
ou une projection de glace.

Figure 3.8 – Recommandation des offices de santé à propos de la distance minimale

6 Conditions d’exploitation d’un site


Nous présentons ici une classification grossière du potentiel éolien d’un site en
fonction de la vitesse des vents qui s’y exercent :

30
• 4,5 m/s : Ceci correspond seulement à la vitesse d’amorçage, il faut ensuite un
minimum de vent pour qu’elle se mette à tourner.
• 6 m/s : C’est une vitesse moyenne des vents permettant d’exploiter sérieuse-
ment une éolienne pour produire de l’énergie. Si la moyenne des vents où on
projette d’installer des éoliennes est plus basse, il n’est pas sûr que l’opération
soit rentable.
• 8 m/s : Seuil idéal pour installer une éolienne.
• 15 m/s : Un bon vent pour une éolienne, elle est ainsi en pleine production.
La sélection d’un site s’appuie sur l’évaluation aussi des facteurs suivants :
• La proximité du réseau routier
• La proximité du réseau électrique
• La proximité des zones habitées (considération des impacts visuel et sonore)
• La zone protégée
• La contrainte environnementale (présence de faune et/ou de flore protégée)
• La contrainte de construction (type de sol, dénivellement, etc.)

7 Méthodologie adoptée

7.1 Choix d’un site


Normalement, le seul fait d’observer la nature constitue une aide excellente lors
de l’identification d’un bon site éolien. Ainsi, comme on peut le voir sur la figure, les
arbres et les buissons peuvent servir d’un bon indicateur pour avoir une idée sur la
force des vents soufflant sur une région ainsi que la direction des vents dominants dans
la zone en question. De même, l’apparence d’un littoral accidenté peut indiquer que
des siècles d’érosion ont travaillé dans une direction particulière. Les données météoro-
logiques, reproduites de préférence en forme d’une rose des vents sur plusieurs années,
seront probablement le meilleur guide, mais ces données ne sont que très rarement
collectées sur le site exact en question, et de plus, comme nous l’expliquerons un peu
plus loin, on doit pour plusieurs raisons toujours se servir de données météorologiques
avec beaucoup de prudence. S’il y a déjà des éoliennes à proximité, leur production
d’électricité constitue un excellent indicateur de la ressource éolienne locale.

Figure 3.9 – Effet du vent sur les buissons

31
7.2 Étude du vent
Des petits changements du vent peuvent induire une grande différence dans les
performances économiques d’un parc éolien. Les prospections préliminaires permettent,
en observant la nature, de situer des sites potentiels. Ensuite, il s’impose de détailler
la ressource du vent, ceci implique :
— Une analyse du comportement du vent dans le temps.
— Une analyse du comportement du vent sur le site.
C’est aussi à ce niveau que les données long terme (LT) sont construites, ceci afin
d’estimer les vitesses moyennes et les directions des vents dominants sur une longue
période (de préférence supérieure à 5 ans). Et qu’on effectue l’extrapolation verticale
des vitesses du vent.

7.3 Informations géographiques


Pour modéliser un parc éolien comme il se doit de le faire, il est indispensable
de recenser les spécificités du site et les contraintes environnementales. Cela passe
par une bonne maitrise des données géographiques des régions avoisinant le site. Et
principalement :
• La topographie.
• L’accessibilité.
• Les zones sensibles (habitations, couloirs aériens etc.).
Cela nous permet non seulement de délimiter les zones d’intérêt, mais aussi d’avoir
une base de données (spatialisation des paramètres & indicateurs).

7.4 Choix des aérogénérateurs


Un premier choix des machines se fait selon la gamme des vents qui s’exercent sur
la région d’étude ainsi que la turbulence des vents dans celle-ci. Ce premier critère,
nous permet de limiter notre choix à un certain nombre de turbines. Par la suite une
seconde comparaison sera faite sur la base des performances de production électrique
sur notre site, comparaison au bout de laquelle une décision finale pourra être faite.

7.5 Calcul de la ressource éolienne


Quand les vitesses moyennes du vent sur le site ont étés estimés, il est ensuite
indispensable d’évaluer avec une grande précision l’énergie qui peut éventuellement
être produite sur ce même site. Cela se fait en trois étapes : D’abord une modélisation
du vent sur le site (extrapolations horizontales), pour retrouver une information sur
le vent en chaque point de la zone d’intérêt. Ensuite, selon la machine choisie, le
positionnement des machines sur le site de façon à optimiser leur rendement. Enfin, un
calcul de l’énergie électrique pouvant être produite en adoptant une telle configuration.

32
8 Techniques de dimensionnement
1. Puissance éolienne :
1
P = ρ×S×V3 (3.6)
2

Vmoy = V × P (V ) (3.7)
X

La lettre ρ désigne la densité de l’air (kg/m3 ). V est la vitesse moyenne du vent


en (m/s).
2. Énergie fournie par un aérogénérateur :

E = Th × Pi (V ) × fi (V ) (3.8)
X

Avec : E est l’énergie produite en kwh, Th la période de temps en heure et Pi (V)


est la puissance en kw donnée par aérogénérateur à la vitesseVi . [20]
3. Facteur de capacité :
100 × Pmoy
C(%) = (3.9)
Pmax

4. Nombre total des éoliennes à placer dans le site :

(N1 + 1) × 10H < I

(N2 + 1) × 3D < L
N = N2 × N1
• I = Dimension du terrain perpendiculaire à la direction prédominante du
vent.
• L = Dimension du terrain parallèlement à la direction prédominante du vent.
• D = Diamètre du rotor de la machine.
• H = Hauteur du pylône.
• N1 = Nombre d’aérogénérateurs par rangée
• N2 = Nombre de rangée d’aérogénérateurs
• N = Nombre total d’aérogénérateurs à placer sur le site.

33
Chapitre 4

Repowering d’un parc éolien

1 Principe et avantages de Repowering

1.1 Principe de Repowering


Le principe du renouvellement des parcs éoliens (« repowering ») est de remplacer
partiellement ou totalement un parc éolien afin de profiter des évolutions de technolo-
gies et d’augmenter le rendement du parc. Plusieurs configurations de renouvellement
sont possibles, notamment :
1. Remplacement des éoliennes par un autre modèle de dimensions identiques, au
même emplacement.
2. Remplacement, au même emplacement, par des éoliennes de même hauteur hors
tout (mât, nacelle et pâle à la verticale), mais avec des pales plus longues.
3. Remplacement, au même emplacement, par des éoliennes plus hautes.
4. Remplacement et déplacement des éoliennes.
5. Ajout de mâts.
La modification ou le remplacement à l’identique d’une pièce d’une éolienne n’est pas
propre au renouvellement et ne constitue pas une modification notable.

1.2 Avantages de Repowering du Parc éolien


Les centrales éoliennes ont généralement une durée de vie d’environ 20 ans. Cepen-
dant, le développement rapide de la technologie au cours des deux dernières années
a rendu économiquement justifiable le remplacement de l’ancienne turbine de faible
capacité par une turbine plus efficace et plus grande, même avant l’expiration de la
durée de vie technique, donc qu’ils sont les avantages de ce renouvellement des centrales
éoliennes ?
1. Avantages Techniques :
Le Repowering consiste à remplacer les éoliennes de petite capacité de première
génération de moins de 500 kW, fonctionnant généralement pendant plus de
15 ans avec des éoliennes modernes de grande capacité et plus sophistiquées.
Ceci permet une utilisation efficace des sites énergie. De plus, les WTG (Wind

34
turbine generator) modernes ont un rendement beaucoup plus élevé, ce qui amé-
liore considérablement le facteur d’utilisation de la capacité (CF) total du parc
éolien. Le CF de l’ancienne turbine était d’environ 15 à 20%, ce qui aurait pour
effet de doubler après le repowering, principalement en raison de la conception
améliorée, de la hauteur de la tour et du diamètre du rotor.
2. Avantages Opérationnels :
Le Repowering entraîne une réduction des coûts d’exploitation et de mainte-
nance du parc, le nombre d’éoliennes en exploitation diminuant de plus de moi-
tié. Les turbines les plus anciennes sont équipées de composants critiques et
obsolètes qui entraînent un taux de défaillance élevé, dans le fonctionnement et
la maintenance et une augmentation du temps du temps d’arrêt des machines,
ce qui réduit la production totale d’énergie. De plus, l’usure liée aux heures de
fonctionnement prolongées des machine vieillissantes augmente également les
coûts d’exploitation et de maintenance. En comparaison, le repowering déploie-
rait des éoliennes plus avancées et à la pointe de la technologie, nécessitant
moins de maintenance et occasionnant des coûts d’exploitation et de mainte-
nance très bas comparés aux petites éoliennes à faible régime précédemment
installées. Les éoliennes modernes sont équipées par des convertisseurs électro-
niques de puissance modernes qui utilisent une méthode de connexion similaire
à celle utilisée dans les centrales classiques. Cela offre une meilleure intégration
du parc éolien avec le réseau, ce qui permet d’obtenir un degré d’utilisation plus
élevé.
3. Avantages Sociaux et Environnementaux
Le Repowering offre de nombreux avantages sociaux et environnementaux par
rapport aux anciennes turbines. La densité réduite des aérogénérateurs moderne
plus silencieux et leur vitesse réduite augmenteraient non seulement l’attrait
visuel de la ferme, mais réduiraient également le nombre de collisions d’oiseaux
et permettraient de résoudre le problème de la mortalité aviaire dans une large
mesure. La qualité du paysage s’améliore également, car le nombre d’éoliennes
est beaucoup moins élevé par unité de surface, ce qui permet de maximiser les
avantages des utilisations auxiliaires du sol, aussi une réduction de l’empreinte
carbone soit lors d’installation et l’exploitation Compatible avec le Plan d’action
national sur le changement climatique.
4. Avantages Financiers : Les coûts d’investissement du Repowering seront pro-
bablement inférieurs à ceux des nouveaux projets, car ils tirent parti de certaines
infrastructures existantes. Selon un rapport récent de l’agence internationale
pour les énergies renouvelables (IRENA), l’éolienne représente entre 64% et
84% du coût en capital d’un système éolien terrestre typique. La connexion
au réseau et les constructions sur le site (fondations, routes, etc.) représentent
entre 13% et 24%. La part restante est due aux loyers fonciers, aux installations
électriques, aux systèmes de contrôle et aux services de conseil L’augmentation
de la production d’électricité grâce au repowering présente une opportunité aux
états pour atteindre les objectifs relatifs aux obligations d’achat d’énergie re-
nouvelable et les objectifs nationaux définis dans le Plan d’action national sur
le changement climatique, les avantages peuvent être maximisés en réduisant
les charge de réalisation et de fonctionnement.

35
2 Description des travaux relatives à un projet Re-
powering
De nombreux promoteurs du pays envisagent de rééquiper leurs anciens parcs éo-
liens pour les re-exploiter et produire plus d’énergie, pour cela on trouve que le Repo-
wering offre une opportunité à saisir. Il y a deux approches de Repowering : complet
et partiel. Dans le premier cas, les anciennes turbines (y compris leurs fondations) sont
enlevées et remplacées par de nouvelles unités. Le repowering partiel plus populaire
implique généralement une mise à niveau avec une technologie plus avancée et plus
efficace des composants principaux, en particulier le rotor et la boîte de vitesses, tan-
dis que d’autres éléments, tels que la fondation et la tour sont conservés pour être
réutilisés.

2.1 Étude d’un projet Repowering


Comme tout projet d’énergie renouvelable, le "repowering" nécessite une étude tech-
nique concernant [21] :
1. L’étude de site existant.
2. L’étude des différentes technologies éoliennes existantes sur le marché.
3. L’étude de pré-faisabilité de la nouvelle centrale et identification des renforce-
ments nécessaires.
4. L’étude de l’impact de l’intégration de la nouvelle technologie sur le réseau.
Outre l’étude technique, le "repowering" nécessite également une étude économique
pour déterminer la rentabilité du projet. Des études de génie civil sont également né-
cessaires pour connaître la capacité d’accès au site et la capacité de transport des
éoliennes. Des études géotechniques sont également nécessaires pour étudier les fonda-
tions nécessaires pour supporter le poids des nouvelles éoliennes.

2.2 Phase de réalisation du projet de Repowering


2.2.1 Micro-localisation

La micro-localisation est nécessaire pour optimiser la configuration du parc éolien


et localiser les nouvelles éoliennes conformément aux normes spécifiées par les autorités
de régulation des différents États. Puisqu’il y aurait déjà un parc éolien existant, la
prospection de site n’est pas un problème et il suffit de la valider avec les données éo-
liennes / météorologiques actuelles pour finaliser la capacité et le nombre de nouveaux
générateurs d’éoliennes devant être remplacés.
La micro-localisation d’un site de repowering constituerait une réel étude en raison de
la présence d’éoliennes existantes dans et autour du site. Pour le garde d’une distance
correcte entre les machines proposées, il convient de s’assurer qu’aucune de ces ma-
chines ne viole pas les normes en matière de distance entre machines prévalant dans
l’état correspondant. Toute divergence dans la localisation des machines existantes
nuirait à la localisation des nouvelles éoliennes.

36
2.2.2 Démantèlement d’un parc

le démantèlement d’un parc éolien déjà existant se fait selon le besoin soit avec un
démantèlement complet ou partiel avec des renforcement .
• Le démontage des éoliennes et du poste électrique.
• L’excavation des fondations.
• Le retrait d’une partie des câbles, la partie qui demeure enterrée sur le site
restera inerte.
• La remise en état des terrains, sauf si leur propriétaire ne le souhaite pas.
• La valorisation ou l’élimination des déchets issus du démantèlement.
Pour couvrir les frais de démantèlement, l’exploitant constitue les garanties finan-
cières nécessaires à ces opérations, avant même la mise en service du parc éolien. Le
montant, fixé par arrêté ministériel, s’élève à 50 000 euro par éolienne. Les premiers
démantèlements réalisés en France confirment que ce montant correspond au coût réel
de déconstruction d’une éolienne.
Il est important de décider du nombre et de la capacité des anciennes machines à
retirer, conformément aux détails de la micro-localisation. La faisabilité / viabilité
économique est un facteur important qui influe sur la capacité et la quantité de ma-
chines plus anciennes à supprimer, sur la base du facteur de réactivation. Le retrait des
anciennes machines en fonctionnement doit être planifié et planifié correctement pour
éviter toute perte de génération et, dans le même temps, pour ne pas créer d’obstacle
à l’installation d’un nouveau système WTG.
Le démantèlement complet d’un parc éolien peut prendre entre 6 mois et un an. Dans
de bonnes conditions météorologiques, le temps consacré au démantèlement d’une éo-
lienne est estimé à deux jours.

2.2.3 L’excavation ou le renforcement des fondations

Avant de renforcer les fondations d’une éolienne, il est nécessaire de faire un examen
complet de la conception pour évaluer leur capacité de résister à des années de service
supplémentaire. Cet examen devrait porter sur trois aspects clés :
• Évaluation de conception original :
L’examen de la conception original de la fondation de la turbine comprend une
évaluation structurale et géotechnique, y compris les capacités de résistance à la
fatigue de la fondation, ses charges de conception et les critères de performance
fournis par le fabricant de la turbine.
Un ingénieur en structure qualifié devrait examiner les rapports de conception
de la fondation en ce qui a trait à la conception en fatigue, afin d’évaluer la
durée de vie nominale des composants critiques propres au site.
De plus, les conceptions devraient être comparées à d’autres conceptions de
fondations utilisant des modèles de turbines similaires, mais basées sur des codes
et des normes de conception à jour.
• Examen actuel de la fondation :
Il est essentiel d’évaluer en profondeur l’état actuel de la fondation. D’autres
études et analyses géotechniques et structurales devraient également être envi-
sagées pour prolonger la durée de vie théorique, en particulier si la fondation
envisagée atteint la fin de sa durée de vie théorique prévue. L’enquête devrait
également comprendre une étude approfondie de la charge à laquelle la fonda-

37
tion a été soumise au cours de sa vie utile. Au minimum, ces enquêtes devraient
comprendre :
X Inspection et évaluation des parties visibles de la fondation.
X Enlèvement du remblai et inspection du service des fondations.
X Évaluation des conditions solides autour de la fondation, y compris toute
fissuration ou déformation du sol.
X Évaluation de la corrosion potentielle des éléments de fondation en béton et
en acier
X Évaluation des conditions de drainage et d’érosion du site.
• Évaluation structurelle complète :
Une éolienne est un système d’exploitation et subit un nombre élevé de cycles de
charge au cours d’une durée de vie typique de 20 ans, soit environ un milliard.
La principale considération à prendre en compte lors d’une remise sous tension
partielle et d’une prolongation de la durée de vie d’une turbine est la résistance
à la fatigue de la fondation.
Le terme "fatigue" dans l’ingénierie des structures désigne les dommages struc-
turels progressifs et localisés qui se produisent lorsqu’un matériau est soumis à
une charge cyclique.
Une rupture par fatigue peut se produire sous l’effet de charges et de contraintes
bien inférieures à la résistance ultime du matériau ou de l’élément structurel.
La question est la suivante : la prolongation prévue de la durée de vie de la
turbine est-elle possible compte tenu des dommages causés par la fatigue accu-
mulée à la fondation de la turbine à la fois par la configuration d’origine et par
la configuration remotorisée. Les dommages dus à la fatigue sont cumulatifs, et
l’amélioration des fondations est souvent difficile et coûteuse. Pour les fonda-
tions existantes, la prise en compte des données de l’ouvrage fini (résistance du
béton, certificats d’usine, etc.) et des charges spécifiques au site pourrait rendre
possible la repowering.

Figure 4.1 – Synoptique d’une fondation du parc éolien Avesnes-le-Sec Commune en


France.

38
2.2.4 Mise à niveau du réseau de connexion :

Le réseau inter-éolien permet de relier le transformateur, intégré dans le mât de


chaque éolienne, au point de raccordement avec le réseau public. Ce réseau comporte
également une liaison de télécommunication qui relie chaque éolienne au terminal de
télésurveillance. Ces câbles constituent le réseau interne de la centrale éolienne.
Le gestionnaire de réseau devrait s’assurer que l’infrastructure et le câblage exis-
tants peuvent soutenir la poursuite de l’exploitation et l’expansion potentielle.
• Les postes de livraison :
Le poste de livraison est un local technique, nécessaire au fonctionnement d’un
parc éolien. Comme son nom l’indique, c’est au niveau du poste de livraison
que la société d’exploitation du parc livre le courant produit au gestionnaire du
réseau électrique de distribution ou de transport. Il marque donc la séparation
entre le réseau électrique interne du parc éolien (réseau privé) et le réseau élec-
trique public de distribution ou de transport. Ses principales fonctions sont le
contrôle de la qualité du courant fourni et son comptage, ainsi que la sécurité
du réseau de distribution ou de transport.

Figure 4.2 – Exemples de postes de livraison

• Le raccordement électrique interne :


Le raccordement électrique dit interne se compose d’un réseau de câbles élec-
triques souterrains reliant les éoliennes au point de livraison (composé de un ou
plusieurs postes de livraison d’électricité).
Le raccordement inter-éoliennes est assuré par un câblage en réseau sous-terrain
(par exemple 20 000 volts 150 mm2 ) enfouit à une profondeur de 80 à 100 cm.
Pour chaque câble, des gaines blindées seront utilisées pour assurer la protection
et réduire le niveau de rayonnement électromagnétique.
• Le raccordement électrique au poste source :
Le raccordement électrique au poste source, raccordement dit externe au parc
éolien, correspond aux ouvrages électriques souterrains acheminant l’électricité
produite par l’installation jusqu’au poste source et donc au réseau public de
distribution d’électricité.

39
2.2.5 Travaux de terrassement et de voirie

La première phase de travaux concerne l’aménagement des nouveaux chemins d’ac-


cès au parc éolien et le renforcement des voiries existantes, ainsi que l’aménagement des
aires de grutage et de chantier des éoliennes et postes de livraison. Les pistes d’accès
doivent être carrossables par tous temps, et capables de supporter le trafic et le travail
des engins lourds de façon pérenne et sécurisée pendant toute la durée du chantier.

(a) (b)

Figure 4.3 – (a)Travaux de terrassement d’une voirie (b) Voirie renforcée

2.2.6 Montage des éoliennes

Afin d’assembler les différents éléments de l’éolienne sur site, deux grues sont né-
cessaires :
— Une grue principale, capable de lever les éléments de l’éolienne : tronçons du
mât, nacelle, moyeu, pales, jusqu’à plus de 100 mètres de haut,
— Une grue auxiliaire, qui sert à monter la grue principale, puis à l’assister, no-
tamment pour le levage des parties du mât de l’éolienne, afin d’éviter qu’ils ne
se balancent.
La grue principale est assemblée au sol. L’opération de levage doit avoir lieu dans
des conditions météorologiques optimales, par vent faible. Elle est réalisée sous haute
surveillance des points d’appui de la grue, de la plateforme de levage (risque d’affais-
sement), ainsi que l’élingage de la charge. Les sections de la tour sont d’abord levées
et montées les unes après les autres, les boulons de fixations sont serrés au fur et à
mesure. La nacelle est ensuite hissée puis fixée au sommet de la tour. Deux méthodes
de montage du rotor peuvent être employées suivant le constructeur de machines :
• Pour les machines de type Vestas, le moyeu est d’abord monté puis fixé à la
nacelle. A noter que le moyeu peut également être préalablement fixé à la nacelle
avant son hissage, en fonction de la charge utile de la grue. Dans un second temps
chaque pale est ensuite hissée jusqu’au moyeu. Munis de cordes, des techniciens
au sol maintiennent la pale en position stable. Un autre technicien, au niveau
du moyeu, sert de guide au placement final de la pale et en assure la fixation.
• Le rotor peut aussi être pré-assemblé au sol puis hissé jusqu’à la nacelle. Des
techniciens au sol, munis de cordes, stabilisent le rotor pendant son ascension,
et guident son placement final avec l’aide d’un technicien dans la nacelle qui en
assure la fixation[22].

40
(a) (b)

(c) (d)

(e)

Figure 4.4 – (a) Levage d’une section de mât par la grue principale assistée de la grue
auxiliaire (b) Levage du moyeu (c) Assemblage des deux premières sections du mât(d)
Assemblage d’une pâle (e) Ajustement de la première section de mât sur l’embase.

41
2.2.7 Les aires de chantier

En phase de chantier (construction comme démantèlement et Repowering ),


d’autres aménagements temporaires sont nécessaires,essentiellement pour le décharge-
ment, le chargement et le stockage au sol des éléments au voisinage de chaque éolienne.
Les dimensions et la localisation précises de ces emprises dépendent des caractéristiques
de l’éolienne installée et de la configuration des aménagements.

3 Établissement d’un planning de réalisation d’un


projet Repowering d’un parc éolien
• Planning prévisionnel :
Le tableau ci-dessous, reprenant les durées moyennes de chaque étape de la
phase de construction, est donné à titre purement indicatif. Ces durées sont
propres à chaque site et varient notamment en fonction du nombre de machines
à installer, de l’importance de la main d’oeuvre et de l’organisation du chantier,
qui ne sont pas connues précisément à l’heure actuelle. Par ailleurs, comme
pour tout chantier, l’avancement des travaux est largement tributaire de la
météorologie.

Figure 4.5 – Les durées moyennes de chaque étape de la phase de construction.

42
4 Méthodologie préliminaire pour l’évaluation du
potentiel des projets de Repowering
Pour évaluer les incidences financières et les conséquences du réaménagement d’un
projet éolien, des estimations de la production d’énergie éolienne sont nécessaires. L’éta-
blissement d’une méthodologie de calcul ou de repowering a un double objectif. Il donne
une nouvelle capacité potentielle d’énergie éolienne et des estimations de la production
d’énergie. Pour calculer le potentiel de réalimentation de tout site ou projet éolien, les
aspects techniques importants suivants doivent être pris en compte.
• Ressources de vent sur le site.
• Puissance installée existante (MW), puissance nominale des turbines.
• Sélection d’une nouvelle technologie (spécifications de turbine de plus grande
capacité).
• Surface terrestre disponible et compensation nécessaire.
• Estimation de la nouvelle capacité installée après la remise sous tension (avec
différents critères d’espacement des turbines et de sélection des turbines et leur
classement, l’estimation de la nouvelle capacité varie).
• Estimation de la production d’énergie brute et nette

1. Ratio de rendement énergétique (rapport entre la nouvelle génération et l’an-


cienne génération provenant de la même superficie ou du même lieu de projet).
2. Ratio de réaménagement (rapport entre la capacité du nouveau projet éolien et
la capacité du projet ancien).

Calcul de la production énergétique d’un parc éolien une fois le parc éolien configuré
sur le site en développement, le productible énergétique est calculé pour chacune des
éoliennes à l’emplacement qui leur est assigné. L’énergie globale produite et transmise
au réseau est estimée après avoir retranché les pertes encourues par le parc dans son
fonctionnement. La performance d’un parc éolien est exprimée par le facteur d’uti-
lisation (FU, ou « Capacity Factor » (CF) en anglais), défini comme (éq 3.9) [23].
Exemple :
— P la puissance moyenne réelle fournie par la turbine
— Pn a puissance nominale informée par le fournisseur.
— Parc éolien = 100 MW
— Production = 306600 MWh/an
— FU = 35%
— Production max théorique = 876000 MWh/an
— L’énergie potentiellement produite est égale à : puissance nominale d’une
éolienne×nombre d’éoliennes×nombre d’heures dans l’année.

43
5 Étude de cas : Parc éolien AL Koudia al Baida
Une dizaine d’années, la zone d’Al Koudia al Baida au nord du Maroc, a accueilli le
premier parc éolien, avec l’aide d’investisseurs allemands. L’ONE, a accepté de rester
propriétaire du parc, tout en y achetant l’électricité produite en concession pendant 20
ans.

5.1 Situation actuelle


Le parc éolien de Al Koudia Al Baïda est situé au nord du Maroc 20 km au nord
de Tétouan, 30 km à l’est de Tanger, une région à très bon potentiel éolien. D’une
puissance de 50,4 MW, ce premier parc éolien marocain est l’un des plus importants
de l’Afrique. Il est situé sur de hautes collines de 500 mètres d’altitude comprises dans
la chaîne de montagnes de Jbel El Haouz, orientées nord-sud et perpendiculairement
aux vents dominants du détroit de Gibraltar.

Puissance installée 50,4 MW


Nombre d’éoliennes 84
Vitesse moyenne du vent 9,5 m/s
Fabricant du turbine Vestas
Modèle d’éolienne V44/600
Développeur Compagnie du Vent

Tableau 4.1 – Caractéristiques du parc éolien Al Koudia Al Baïda [44]

Puissance nominale 660 kW


Diamètre du rotor 44 m
Surface du rotor 1 521 m2
Hauteur 42-44
Vitesse maximale de rotation 28 tours/minute
Vent minimum 5 m/s
Vent nominal 16 m/s
Vent maximal 20 m/s

Tableau 4.2 – Les caractéristiques des éoliennes actuelles [44]

44
Selon l’Office national d’électricité (ONE) du Maroc, la vitesse moyenne du vent
est estimée à plus de 9,5 m/s. La phase de construction du site a débuté en février
1999 et le parc a été mis en service en août 2000.
Le parc éolien est raccordé au réseau de distribution national. La production du parc
équivaut à la consommation annuelle d’environ 400000 habitants, ou environ 2% de la
production totale annuelle du Maroc.
Le parc comprend 84 éoliennes Vestas d’une puissance unitaire de 600 kW qui
s’étendent sur 8 km de crêtes peu habitées, le site couvre environ 230 hectares. Le
modèle d’éoliennes utilisées à une hauteur de moyeu variant de 35 à 50 mètres, et un
diamètre de rotor (trois pales) variant de 42 à 44 mètres. En ce qui concerne le vent

Figure 4.6 – Courbe de puissance de la turbine actuelle [44]

sur le site, la région où le parc éolien est situé présente l’un des meilleurs potentiels
éoliens du Maroc, avec plus de 859 W / m2 Le watt par mètre carré est l’unité du
système international (SI) de densité surfacique de puissance. (Voir la fig 4.7).
« Global Wind Atlas » de l’énergie éolienne est une application Web gratuite mise
au point pour aider les décideurs et les investisseurs à identifier les zones à fort vent
potentielles pour la production d’énergie éolienne pratiquement partout dans le monde
et à effectuer des calculs préliminaires.
Cet outil facilite les requêtes en ligne et fournit des ensembles de données téléchar-
geables gratuitement à partir des données d’entrée et des méthodologies de modélisa-
tion les plus récentes.
Les utilisateurs peuvent également télécharger des cartes à haute résolution montrant
le potentiel éolien mondial, régional et national dans la section Téléchargements.

45
Figure 4.7 – La vitesse de vent dans la région de Al Koudia Al Baïda à une hauteur
de 50 m [45]

Figure 4.8 – Répartition des directions du vent dans la région de Al Koudia Al Baïda.

La répartition des vents dominants dans la région de Al Koudia Al Baïda est


Est/Ouest. Les vents d’est sont plus fréquents avec plus de 15% contre plus de 10%
pour les vents d’ouest. Cependant les vents d’ouest sont en moyenne plus forts que les
vents d’este avec 8 m/s contre 7 m/s.

Figure 4.9 – Vitesse moyenne par direction dans la région de Al Koudia Al Baïda

46
Une autre information importante sur le parc éolien concerne la disposition des
éoliennes sur le site et la distance qui les sépare. Cela permettra d’estimer le nombre
de nouvelles turbines plus puissantes pouvant être installées dans la même zone, en
ayant également à l’esprit de tirer parti des fondations existantes.
En utilisant l’outil de mesure du logiciel Google Earth, il est possible d’obtenir une
estimation de la distance des turbines les unes des autres. La mesure effectuée avec cet
outil trouve la distance moyenne de 90m. Les données disponibles n’informent pas la
direction du vent. Bien que cette information soit très importante pour l’exploitation
du parc éolien, pour l’étude de faisabilité, il sera considéré que les générateurs peuvent
ajuster leur positionnement en fonction de la direction du vent et que la direction du
vent n’a aucun effet à la production d’énergie.

Figure 4.10 – Synoptique d’une partie du parc éolien Al Koudia Al Baïda (source :
Google Earth)

5.2 Plan de Repowering


Cette section a pour objectif d’expliquer les options de Repowering à analyser
pour le parc éolien de Al Koudia Al Baïda. Fondamentalement, ce sont les modèles de
turbines considérés et, sur cette base, le nombre de nouvelles turbines pouvant être dé-
ployées pour remplacer les anciennes. Le modèle d’éolienne est un facteur essentiel pour
calculer la production d’énergie finale du parc éolien. Il existe un très grand nombre
de fabricants et de modèles d’éoliennes sur le marché, et il n’existe aucun processus
déterminé permettant de définir la meilleure éolienne adaptée au profil éolien du parc
éolien concerné.
La fig (4.11) montre les dix plus grands fabricants d’éoliennes au monde. Ils repré-
sentent ensemble plus des trois quarts de la part du marché mondial. En premier lieu,
Vestas, suivi de GE Energy, Goldwind et Gamesa.
Le parc éolien Al Koudia Al Baïda ayant été construit avec les équipements de
Vestas et dont le fabricant est un acteur majeur sur ce marché, il semble naturel de
garder la même marque dans le projet de repowering, en changeant simplement le

47
Figure 4.11 – Principaux fournisseurs d’éoliennes par part de marché en 2016

modèle de turbine. Nous allons examiner également les modèles proposés par Siemens-
Gamesa dans le marché en considérant l’avantage de la proximité de leur usine récente
installée dans la région de Tanger.
Aujourd’hui, Gamesa propose quatre modèles de turbines différents, faisant varier
la puissance nominale : 2 000 kW, 2 500 kW, 3 300 kW, 5 000 kW. Chacune d’elles
a différentes tailles de pales (indiquées par le diamètre du rotor) et la hauteur de la
tour. Le tableau 5 présente les principales caractéristiques de ces modèles. Dans cette
étude, chaque scénario aura un type différent de turbines disponibles. Pour limiter le
nombre de scénarios envisagés, le diamètre du rotor sera considéré comme le plus élevé
possible pour chaque modèle. Pour calculer l’énergie générée par le parc éolien, une
autre information essentielle est la courbe de puissance de l’éolienne.

Caractéristique G114/2000 G123/2500 G132/3300 G132/5000

Puissance Nominal 2000 KW 2500 KW 3300 KW 5000 KW

Diamètre 114 m 123 m 132 m 132 m

Hauteur (max-min) 80m-125m 84m-129m 84m-134m 95m-140m

Vitesse Nominal 12.5 m/s 10.0 m/s 11.0 m/s 13.5 m/s

Vitesse de Démarrage 2.5 m/s 2.0 m/s 2.0 m/s 2.0 m/s

Vitesse de D’arrêt 25.0 m/s 25.0 m/s 25.0 m/s 27.0 m/s

Tableau 4.3 – Caractéristique des Modèles éoliennes de Gamesa [46]

48
Figure 4.12 – Courbe de puissance des turbines de remplacement

5.3 Étude technique


Après le bref fondement théorique présenté dans les chapitres précédents sur l’éner-
gie éolienne, je vais maintenant détailler la méthodologie utilisée pour calculer la via-
bilité d’un nouveau parc éolien. Cette méthodologie est bien vérifiée avec des données
de vent de l’agence météorologique de Catalogne, Meteocat. Les données disponibles
proviennent de la station météorologique automatique d’El Perelló. (voir Annexe 2 )
La méthode développée est basée sur la collection des données de vent et l’étude de la
distribution du vent.

5.3.1 Collecte de données du vent

Les données de vent contenues dans ce travail, et sur lesquelles un ensemble de


facteurs et des paramètres ont été calculés. Obtenu à partir de l’article "Potentiel
énergétique éolien de la ville de Tétouan Nord du Maroc" publier par A. Sadouk et al
[40] . Les données de vitesse du vent sont tirées par le REDC pour la station d’El koudia
Al baida, couvrant la période 1993-1994 comme première phase du programme partiel
(1991-1994) d’évaluation de la ressource éolienne lancé par le REDC, il a été consacré
à l’évaluation des ressources éoliennes dans les zones côtières des villes de Dakhla,
Tanger et Tétouan. Ainsi, pour la période 1996-1999. Actuellement, dans le cadre de
ce programme, le REDC a installé plus de quarante stations de mesure dans toutes les
régions des Maroc. Le REDC à recueilli des données sur la vitesse du vent auprès de ces
stations à une hauteur variant entre 9m et 10m de mât pour des raisons climatologiques
et pratiques, il a été convenu qu’il devrait s’agir du niveau de référence météorologique
standard pour le l’obtention d’une homologation représentant le potentiel éolien de la
région.
De plus, la vitesse du vent à des hauteurs plus élevées pourrait être calculée à l’aide
de la loi de puissance. La vitesse du vent a été prise toutes les 10 s et en moyenne plus
d’une minute et stockée dans un fichier enregistreur de données.
À la fin de chaque heure, la vitesse moyenne du vent a été calculée et stockée séquen-
tiellement dans une mémoire permanente [40].

49
Nom de station Période de mesure Latitude Longitude Altitude
El Koudia Al Baida 2/1993 - 5/1994 35°49’12" N 5° 27’ 0" E 400

Tableau 4.4 – Les coordonnées de la station d’étude

5.3.2 Vitesse moyenne du vent

La vitesse moyenne du vent dans la zone d’Al Koudia al Baida est considéré comme
la région la plus prometteuse avec une vitesse de 10,42 m/s, où la vitesse moyenne
mensuelle du vent est très régulière. La vitesse minimale du vent est notée en hiver
saison (octobre Vm = 8,2 m/s) et maximum en été saison (juin, juillet Vm = 11 m/s).
De façon générale, nous constatons que, dans le cas étudié, le mois de juin reste le plus
venteux avec une moyenne de 11 m/s.

Figure 4.13 – Vitesse moyenne dans la région Tanger-Tétouan

5.3.3 Distribution de la vitesse du vent

Une distribution de vent peut être correctement modélisée par une distribution
de Weibull. Cette distribution dépend de deux paramètres principaux, K (paramètre
forme) et C (paramètre échelle). Il est très important pour l’industrie éolienne d’être
en mesure de décrire les variations de la vitesse du vent. Les fabricants utilisent ces
informations pour optimiser la conception des éoliennes dans le but de minimiser les
coûts liés à la production d’électricité. Les investisseurs, eux, ont besoin de ces infor-
mations afin de pouvoir estimer le revenu lié à la production d’électricité[41]. Par les
données collectées par le REDC pour la station d’El koudia Al baida les valeurs des
paramètres de forme et d’échelle sont les suivantes :
• Paramètre forme K = 2,81
• Paramètre échelle C = 11,71 m/s

50
La figure 4.15 montre la distribution de Weibull qui été tracer d’après les deux para-
mètres précédent sur Excel avec l’utilisation de la fonction "LOI.WEIBULL.N" dans
Microsoft Excel décrite sur Annexe 1 . Enfin, pour calculer l’énergie produite par une

Figure 4.14 – La distribution de Weibull pour h=10 m.

éolienne, il est nécessaire de connaître la distribution du vent à la hauteur du moyeu.


La variation de la distribution de Weibull avec la hauteur est calculée par les équations
suivantes.
Pour calculer la distribution de Weibull à différentes hauteurs, il est nécessaire de faire
quelques ajustements dans la distribution de Weibull obtenue par le mat de mesure.
La méthode repose sur l’ajustement des paramètres k et c (calculés de notre cas pour
9 m) en fonction de la relation des altitudes. Les équations sont :
 
z
 (1 − 0.088 ln( ) 
K0 = K × 
 10  (4.1)
z0 

(1 + 0.088 ln( )

10

z0
C =C×
0
(4.2)
z

Où K’et C’ sont les paramètres de Weibull à hauteur z’. Le paramètre β est donné
par l’équation suivante :
0.37 − 0.088 ln(c)
β= z
1 − 0.088 ln
10
Il est nécessaire de connaître les hauteurs qui seront utilisées pour les éoliennes. Comme
le montre la fig (4.12), les hauteurs possibles pour les éoliennes considérées vont de 80
m à 140 m, 45 m pour l’équipement existant. Mais dans notre cas on va considérer des
hauteurs pour un site spécifié par exemple 45 m et 70 m puisque à cette hauteur on
aura une vitesse moyenne maximale d’après la fig (Voir Annexe 1)
Grâce à ces relations on est arrivée à calculer les paramètres de Weibull K’ et C’ et
tracer les courbes de distribution de Wei bull a une hauteur de 45 (m) et 70 (m) comme
le montre les figures suivantes :

51
• K’ (45 m) = 3,27 & C’(45 m) = 14 ,96 m/s
• K’ (70 m) = 3,42 & C’ (70 m) = 16,00 m/s

(a) (b)

Figure 4.15 – Les distributions de Weibull varient en fonction de la hauteur (a) ) à


une hauteur de 45 m (b) ) à une hauteur de 70 m

5.4 Théorie de calcul


La dernière étape est le calcul de l’énergie produite par le parc éolien dans chaque
cas défini. Pour calculer la puissance moyenne annuelle de l’éolienne, on prend la courbe
de puissance des éoliennes et la distribution du vent à la hauteur du moyeu, de chaque
turbine et l’on applique les relations suivantes :
1. Pour calculer la vitesse moyenne à chaque hauteur :
Vmoy = ΣVi × fi (4.3)
Avec :
• Vi la vitesse de vent de 1 à 25.
• fi est la densité de probabilité de la vitesse V.
X Vmoy (45 m) = 13 ,32 m/s Vmoy (70 m) = 14 ,18 m/s
2. Pour calculer la puissance disponible du vent à chaque hauteur :
Pd 1 3
= ρVmoy (4.4)
A 2
3. La puissance de sortie moyenne d’une éolienne est :
25
Pmoy = p(v) × P (v) (4.5)
X

v=1

Le rendement de la turbine est donné par l’équation suivante :


Pmoy
η= (4.6)
Pd
Un autre paramètre important pour comparer la performance des éoliennes est
le facteur de capacité (CF). Il met en relation la puissance moyenne réelle fournie
par la turbine avec la puissance nominale informée par le fournisseur.
Pmoy
CF = (4.7)
Pn
52
Le bilan énergétique total du parc éolien est calculé en tenant compte de la
puissance moyenne des éoliennes pendant la période analysée et du facteur de
correction total (Fc ). Ce tient compte de plusieurs facteurs qui agissent sur la
réduction de la production d’énergie finale. Les facteurs de correction les plus
importants sont les suivants :
• Facteur aérodynamique : la perte de l’aérodynamique des pales par la saleté,
la pluie, la glace, la neige, etc.
• Facteur d’interférence : interférence d’obstacles et autres éoliennes. L’espa-
cement recommandé entre les éoliennes est de dix fois le diamètre du rotor
dans la direction du vent et de cinq fois dans la direction perpendiculaire.
• Facteur de disponibilité : temps pendant lequel l’éolienne n’est pas opéra-
tionnelle en raison de travaux d’entretien ou de réparation.
• Facteur d’interconnexion : pertes dans les lignes et les équipements de l’in-
terconnexion avec le réseau.
• Facteur d’utilisation : temps pendant lequel le parc éolien est déconnecté
du réseau en raison d’une faible demande d’énergie ou de vitesses de vent
élevées.
Ainsi, compte tenu de tous ces facteurs, le bilan énergétique annuel du parc
éolien produit dans une période T est :

E = T × Fc × Pmoy (4.8)

5.5 Nombre total des éoliennes pour chaque scénario


À rappeler que le parc de Al Koudia Al Baida, mise en service par
l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) en 2000 avec une capacité
de 50 MW, est le premier parc éolien réalisé au Maroc et au niveau du continent
Africain. L’objectif de cette étude et de redimensionner le parc d’El koudia Al Baida
dont la puissance installée sera amenée à 120 MW.

Modèles de turbines Nombre des éoliennes Espacement dans la direction


perpendiculaire de vent *
Scénario 1 G114/2000 60 éoliennes 570 m
Scénario 2 G126/2500 48 éoliennes 630 m
Scénario 3 G132/3300 37 éoliennes 660 m
Scénario 4 G132/5000 24 éoliennes 660 m

Tableau 4.5 – Nombre et espacement d’éoliennes par scénario

Espacement dans la direction perpendiculaire de vent* : Diamètre de rotor ×5.

53
5.6 Bilan énergétique annuel du parc éolien
On considère la puissance moyenne obtenue, le nombre d’heures dans une année (T
= 8760 heure ) et le facteur de correction (Fc ) égal à 0.60 selon les données contenues
dans le rapport publie par L’institut de l’énergie et de l’environnement de la Fran-
cophonie et avec un calcule inverse d’après l’énergie produite nous avons estimé cette
valeur [23]. On calcule également le facteur de capacité (FC) et le coefficient d’efficacité
(η).
Les tableaux ci-dessous présente un résumé des principaux paramètres obtenus pour
chaque scénario.

Puissance Installée ∆P Énergie annuelle CF η


Actuel 50 400 kW - 192 GWh 73 12
Scénario 1 562 GWh 89 7
Scénario 2 120 MW 140% 591 GWh 94 8
Scénario 3 590 GWh 92 9
Scénario 4 534 GWh 84 13

Tableau 4.6 – Le bilan énergétique annuel du parc éolien pour chaque scénario à une
hauteur de 45 m

Puissance Installée ∆P Énergie annuelle CF η


Actuel 50 400 kW - 195 GWh 73 10
Scénario 1 573 GWh 91 8
Scénario 2 120 MW 140% 597 GWh 95 6
Scénario 3 595 GWh 93 6
Scénario 4 551 GWh 87 11

Tableau 4.7 – Le bilan énergétique annuel du parc éolien pour chaque scénario à une
hauteur de 70 m

• La turbine de 2 500 kW à le facteur de capacité le plus élevé.


• La turbine de 5000 kw à le coefficient de rendement le plus élevé.

5.7 Étude économique


Le but de cette section est de détailler la méthode utilisée pour évaluer les alter-
natives en discussion pour remplacer l’équipement existant. La méthode choisie utilise
comme paramètre de décision la valeur actualisée nette (VAN) du cash-flow libre (FCF)
de l’investissement. Cette méthode est largement utilisée dans l’analyse de viabilité des
projets. Dans ce travail, il sera utilisé une simplification de la méthode, en raison de
la faible disponibilité de données détaillées. Ainsi, on a appliqué une version de la
méthode qui a un niveau de détail inférieur mais qui permet de trouver les résultats
avec un bon degré de précision. La méthode est composée de douze entrées, qui sont
décrites ci-dessous, ainsi que leur méthode d’estimation :

54
1. Le revenu :

Est le revenu total du parc éolien, Chaque scénario tiendra compte de l’aug-
mentation du revenu par rapport au scénario réel.

Le revenu = Énergie produite × P rix d0 électricité (4.9)

Le prix de l’électricité a un impact important sur l’évaluation des alternatives


pour le projet.
Selon plusieurs contrainte, le prix de l’électricité produite à partir de ressources
éoliennes est soumis à un régime spécial, d’après la visite pédagogique à la cen-
trale éolienne Le parc éolien de Tanger I (Dhar Saadane). Nous avons examiné
un ensemble de données techniques et économiques relatives à la centrale. Nous
avons pris aussi un aperçu général à propos des prix d’électricité qui nous a
permis d’estimer notre prix entre 30eet 50epar MWh.
Un autre facteur important pour l’évaluation du revenu d’un projet est l’inflation
des prix. Pour le tarif réglementé, selon la même norme, l’ajustement des prix
est indexé par l’IPC (L’indice des prix à la consommation (IPC) est l’instrument
de mesure de l’inflation. Il permet d’estimer, entre deux périodes données, la
variation moyenne des prix des produits consommés par les ménages). La valeur
moyenne de cet indice dans notre cas sur la période de 2000 à 2020 (la même
période de vie du projet) est d’environ 2 % par an.
2. Le coûts d’exploitation :
C’est le coût total d’entretien du parc éolien. On l’appelle aussi OPEX. Comme
on ne connaît pas les valeurs de chaque service, on l’estime à l’aide de l’équation
suivante.

Coûts d0 exploitation = Coût moyen par EP × Énergie produite (4.10)

Comme le revenu, il sera considéré que les coûts d’exploitation augmentent par
rapport au scénario réel. Les dépenses d’exploitation, aussi appelées OPEX, sont
les coûts nécessaires au maintien de l’exploitation du parc éolien. En termes gé-
néraux, il s’agit du coût d’exploitation et d’entretien. L’estimation de la valeur
OPEX est généralement fournie sous forme de "coût par unité d’énergie pro-
duite". Pour un parc éolien, la valeur à partir de 3.145/MWh. Comme pour les
prix de l’électricité, il sera également considéré que l’OPEX est ajusté annuel-
lement par l’IPC, soit 2% par an.
3. BAIIA :

Bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement

BAIIA = Le revenu − coûts d0 exploitation (4.11)

4. Dépréciation :
Méthode comptable qui consiste à répartir le coût d’une immobilisation corpo-
relle sur sa durée d’utilité. Il est généralement considéré comme un amortisse-
ment linéaire.

55
CAP EX
Dépréciation = (4.12)
durée de vie du projet

5. BAII :

Résultat opérationnel avant intérêts et impôts.

BAII = BAIIA − Amortissement (4.13)

6. Intérêts :

La charge sur le montant de la dette restante dans l’année

Intérêts = taux d0 intérêt × Dette restante (4.14)

7. EBT :

Résultat avant impôts

EBT = EBIT − Intérêts (4.15)

8. Taxes :

Les frais perçus auprès de particuliers ou de sociétés sont-ils appliqués par une
entité gouvernementale.

T axes = taux d0 intérêt × EBT (4.16)

9. NOPAT :

Résultat opérationnel net après impôts.

N OP AT = EBT − T axes (4.17)

10. CAPEX :

Est la dépense en immobilisations. Cela équivaut au coût total de l’investis-


sement de Repowering. Les valeurs de l’équipement (turbine) et des services
(conseil) étant inconnues, il a été estimé par l’équation :

CAP EX = coût moyen par capacité × capacité installée (4.18)

56
11. Amortissement :

Le remboursement de la dette avec un échéancier de remboursement fixe en


versements échelonnés sur une période donnée.

dette
Amortissement = (4.19)
période de prêt
12. Free cash flow (FCF) :

Mesure de la performance financière d’une entreprise. Il représente la trésorerie


qu’une entreprise est en mesure de générer après avoir dépensé l’argent néces-
saire au maintien ou à l’expansion de sa base d’actifs.

F CF = N OP AT − CAP EX − Amortization (4.20)


Après avoir calculé le cash-flow libre pour chaque année du projet, l’évaluation
de la viabilité du projet est obtenue en faisant la somme du cash-flow libre de
chaque année, actualisé par le coût moyen pondéré du capital (CMPC). Ceci
est la VAN du projet, représentée par l’équation :

N
F CFi
V AN = (4.21)
X

i=0 (1 + CM P C)
i

— Si la VAN> 0, l’investissement est considéré attrayant


— Si la VAN d’un projet A est supérieure à la VAN d’un projet B, le projet A
est considéré comme plus attrayant que le projet B.
— Si, à un certain moment, la VAN = 0, cette période est appelée délai de
récupération.
Pour calculer le taux d’actualisation du flux de trésorerie, on utilise le coût
moyen pondéré du capital (CMPC) (WACC chez les anglophones) . Il repré-
sente le coût effectif du capital du projet compte tenu de sa structure financière.
D’après les valeurs indiquées, le CMPC est de 9.40%[43]. Pour la modélisation
financière, on a supposé que certains paramètres eussent une valeur conserva-
trice.
13. Paramètres d’entrée :
— Energie Produite
— Prix d’électricité
— Coûts d’exploitation
— Durée de vie de Projet : 20 ans
— Taux d’imposition corporatif : 30 %
— CMPC : 9,4 %
— coût du capital : 10 %
— coût moyen par capacité : 1000000 ?/MW
— capacité installée : 120 MW
— 50% de l’investissement considérée comme un crédit
— L’intérêt applicable est de 2,75% par an.
— La durée du prêt est de 12 ans.
— Le coût du capital est de 10%.

57
5.8 Bilan économique
Dans cette paragraphe , nous présenterons les résultats obtenus grâce à l’appli-
cation des détaille de l’étude économique et les résultats obtenu à la hauteur de
70 m . La valeur actualisée nette (VAN) et le temps de récupération de l’inves-
tissement ont été calculés en prenant l’énergie produite dans chaque scénario et
en calculant leurs flux monétaires respectifs. Les flux monétaires donnés par le
modèle sont présentés dans les Fig 4.16 (scénario 1), Fig 4.17(scénario 2), Fig
4.18 (scénario 3) et Fig 4.19 (scénario 4).

Figure 4.16 – Flux de trésorerie du scénario 1.

Figure 4.17 – Flux de trésorerie du scénario 2.

Figure 4.18 – Flux de trésorerie du scénario 3.

58
Figure 4.19 – Flux de trésorerie du scénario 4.

Par conséquent, on a obtenu les VAN et les délais de récupération de chaque


scénario. Les résultats sont résumés dans le tableau 4.7. Les résultats montrent

turbine P installé Énergie annuelle CAPEX VAN Remboursement


m / KW MW GWh Million Million Année
e e
Scénario 1 G114/2000 120 573 GWh 120 27.688 12
Scénario 2 G126/2500 120 597 GWh 120 49.922 8.5
Scénario 3 G132/3300 120 595 GWh 120 68.567 7
Scénario 4 G132/5000 120 551 GWh 120 75.107 6.10

Tableau 4.8 – Le bilan économique annuel du parc éolien pour chaque scénario

que la meilleure option est le scénario 4 qui considère des turbines de 5 000
kW , selon la VAN et les critères de récupération. Il montre que la VAN de
l’investissement s’élève à 75.107 millions d’euros et que l’investissement initial
est amorti en 6.10 ans environ. Malgré la meilleure attractivité du scénario 4,
les scénarios 2 (turbines de 2 500 kW) et 3 (turbines de 3 300 kW) présentent
également des rendements importants (respectivement 49.922 millions d’euros
et 68.567 millions d’euros), associés à des délais de retour sur investissement
acceptables . Seul le scénario 1 ne présente pas de caractéristiques attrayantes
pour l’investissement, présentant un faible retour sur investissement (50%) et
un long retour sur investissement (plus de 10 ans).

59
Chapitre 5

Étude et simulation de l’effet de


sillage en aval d’une éolienne

1 Description phénoménologique

1.1 Introduction
Les éoliennes sont des dispositifs permettant d’extraire l’énergie du flux de vent
dans la couche limite terrestre, généralement près du sol. Le flux en aval de tels dis-
positifs d’extraction d’énergie est fortement influencé par le processus d’extraction.
Le déficit en quantité de mouvement qui en résulte derrière les éoliennes contient des
écoulements de vitesses inférieures à celles en amont et les performances des autres
dispositifs d’extraction d’énergie situés dans les parties aval de ces sillages (comme
dans un ensemble d’éoliennes) peuvent être sérieusement affectées par ce débit plus
lent. Comprendre cette dégradation de l’énergie est important pour l’ingénierie et la
planification économique des parcs éoliens [24].
Le sillage d’une éolienne a donc un double effet sur l’environnement immédiat [25] :
• Une diminution de la vitesse du vent derrière l’éolienne entrainant notamment
une baisse de production des éoliennes environnantes.
• Une augmentation des charges de fatigue (et donc une diminution de la durée
de vie) liée à l’augmentation de l’intensité de turbulence.

1.2 Description d’effet de sillage


L’éolienne transforme une partie de l’énergie cinétique du vent en énergie méca-
nique. Il en résulte un ralentissement de l’écoulement et l’apparition d’un sillage der-
rière l’éolienne, c’est à dire une longue traînée de vent qui est plus turbulente et moins
rapide que le vent en amont de la machine [26].
Lorsque l’air s’approche du rotor d’une éolienne, sa vitesse moyenne baisse et sa pres-
sion augmente.
A travers le rotor on constate une brusque chute de pression, juste derrière le rotor,
on observe un déficit non-uniforme de la vitesse moyenne axiale et de la pression [27].
Puisqu’une éolienne à axe horizontal est constituée de pales tournantes, son système
tourbillonnaire est différent de celui d’une aile fixe. En effet la nappe tourbillonnaire

60
émanant du bord de fuite et constituée par les tourbillons de traînée évolue sur un che-
min hélicoïdal derrière le rotor. De même, les tourbillons marginaux qui émanent des
extrémités des pales possèdent un mouvement hélicoïdal et se déplacent en aval du ro-
tor. En plus, des tourbillons marginaux prennent naissance au niveau du moyeu et évo-
luent ensuite principalement sur une trajectoire linéaire le long de l’axe de rotation[28].

Figure 5.1 – Forme du sillage en aval d’une éolienne révélée par la fumée [Risoe, 1997]

1.3 Caractéristiques du sillage d’une éolienne


Pour une éolienne placée dans un écoulement uniforme, le sillage est composé de
trois régions distinctes : le sillage proche, la zone de transition et le sillage lointain.
• Le sillage proche joue un rôle important dans l’évaluation des performances
aérodynamiques du rotor éolien. En plus, il permet de définir les conditions
initiales de développement du sillage lointain. La compréhension de ce dernier
permet d’améliorer la conception des parcs éoliens en minimisant les interactions
entre éoliennes[28]. Il est caractérisé par de fort gradient de pression, de vitesse
et par une hausse de niveau de turbulence [27].
• Le sillage lointain est caractérisé par la présence d’un déficit de vitesse
dû à l’extraction de quantité de mouvement opérée par la turbine comme re-
présenté sur la fig(5.2), Le déficit de vitesse reste présent très loin en aval de
l’éolienne, la distance de récupération pouvant être de l’ordre d’une dizaine de
diamètres du rotor. Cette distance dépend fortement de l’intensité turbulente
de l’écoulement[29].

Figure 5.2 – Sillage proche et sillage lointain

61
Le sillage proche se distingue du sillage lointain par la présence de perturbations
spécifiques. On peut mentionner ici le swirl (vortex), les tourbillons d’extrémité de
pale, ainsi que les instationnarités dues au passage des pales. Le swirl a pour origine
la déflection de l’écoulement par les pales du rotor, qui se communique au sillage. Les
tourbillons d’extrémité de pale sont occasionnés par la circulation du fluide autour des
pales de longueur finie, dont un aperçu est donné sur la fig(5.3). Ces perturbations
forment des structures hélicoïdales qui viennent s’ajouter à la turbulence créée par le
cisaillement moyen dans cette région.
D’autres perturbations inclues dans le sillage proche sont également occasionnées par
la présence de la nacelle et du mât, ainsi que par le passage des pales du rotor. Ces
perturbations sont diffusées après que le sillage a parcouru une distance équivalente à
quelques diamètres du rotor[29].

Figure 5.3 – Représentation schématique des lignes tourbillonnaires bout des pales

1.4 Méthode de modélisation du sillage en aval des éoliennes


Nous allons ici faire un bref tour d’horizon des méthodes utilisées dans la simulation
des écoulements autour des rotors éoliens. La plupart des méthodes appliquées pour
prévoir le comportement d’une éolienne dans le cas axisymétrique, utilisent la théo-
rie du disque actif, où le rotor est remplacé par des forces distribuées sur un disque
d’épaisseur nulle et perméable. Cette théorie a été introduite par Froude et Rankine,
elle est développée ensuite par « Lanchester » en 1915 puis par Betz en 1920[30].
En 1935, la théorie de l’élément de pale est proposée par « Glauert », Cette théorie
utilise les coefficients aérodynamiques bidimensionnels déterminés expérimentalement.
De ce fait, les effets tridimensionnels et de rotation ne sont pas pris en compte. L’hy-
pothèse fondamentale de cette théorie réside dans le fait que chacune de ces sections
va être considérée indépendamment, c’est-à-dire qu’il ne va exister aucune interaction
entre des sections adjacentes[31].
L’analyse du sillage d’une éolienne ou bien plusieurs éoliennes est une étape très im-
portante pour la phase de dimensionnement et l’emplacement des aérogénérateurs.
Puisque les deux principaux facteurs responsables de la diminution de puissance et
l’augmentation de l’intensité des charges de fatigues exercées sur les machines sont le
déficit de vitesse et l’augmentation du niveau de turbulence engendré par les turbines.
Le calcul exige donc un modèle analytique pour la détermination des vitesses dans

62
le sillage des éoliennes. Pour cela plusieurs approches ont été développées pour cet
objectif parmi eux :
• L’approche la plus courante est celle de Lissaman qui s’inspirait des études
effectuées sur les jets libres, il a proposé de représenter le sillage d’une éolienne
en le divisant en trois régions : le sillage proche, la zone de transition et le sillage
lointain. A chacune de ces régions correspond un profil de vitesse particulier,
dont le niveau est déterminé en supposant que la différence de quantité de
mouvement entre l’amont et l’aval de l’éolienne reste constante dans le sillage.
Les deux paramètres principaux de ce modèle sont le rayon du sillage et la
vitesse de l’écoulement le long de l’axe de rotation du rotor. Les effets de la
turbulence d’origine atmosphérique ou produite par le travail en cisaillement du
champ de vitesse sont pris en compte dans la formule décrivant l’accroissement
du rayon du sillage. Pour l’analyse des éoliennes situées à proximité les unes des
autres, l’hypothèse utilisée consiste à superposer les sillages de chaque turbine,
c’est-à-dire additionner les déficits en vitesse dans des parties communes à deux
ou plusieurs sillages. Selon cette dernière hypothèse, il est donc supposé que
les effets non-linéaires et d’interférences entre éoliennes sont négligeables. Une
formulation destinée à des terrains complexes a également été développée par
Lissaman[32][31].
• Vermeulen pour sa part, différencie son modèle (1980 pour une éolienne et 1981
pour un champ d’éoliennes) de celui de Lissaman dans leur façon de traiter la
turbulence dans le sillage. Il part de l’hypothèse de Lissaman, c’est à dire que
la croissance du sillage est considérée comme étant provoquée par la somme de
la turbulence atmosphérique et de la turbulence créée par le cisaillement dans
le sillage, en lui ajoutant une autre contribution : la turbulence créée par la tur-
bine elle-même[31]. Vermeulen explique les différentes sources des tourbillons
qui affectent l’expansion dans le sillage proche d’une turbine éolienne, la géné-
ration de la turbulence est associée aux tourbillons créés par les lames. Elle se
termine à une distance en aval comprise entre 3D et 5D (D étant le diamètre du
rotor). Dans le sillage lointain, la turbulence ambiante est le facteur qui affecte
principalement le taux de croissance du sillage. Entre eux, il existe une zone
intermédiaire qui peut être estimée dans la gamme de 5D à 7D[33].
• Une approche plus formelle pour la résolution du sillage d’une ou plusieurs
éoliennes se rait la résolution des équations de Navier-stokes. Dans cette op-
tique, Ainslie a proposé de résoudre les équations axisymétriques de Navier-
Stokes pour simuler numériquement le sillage d’une éolienne. Dans sa formula-
tion, Ainslie utilise un modèle de fermeture algébrique pour évaluer la viscosité
tourbillonnaire, prenant ainsi en compte la turbulence atmosphérique et celle
induite par le travail des forces de cisaillement. Un tel modèle algébrique sup-
pose néanmoins l’équilibre entre la production et la dissipation de la turbulence,
alors que cette hypothèse n’est pas valide dans la région du sillage proche, où la
production excède largement la dissipation pour pallier à ce problème, Ainslie
propose de multiplier la viscosité tourbillonnaire par une fonction filtre, dont
la forme est déterminée empiriquement. Pour prendre en compte les effets de
la turbulence sur l’écoulement. Crespo et al. Choisissent d’utiliser le modèle à
deux équations K epsilon de Jones et Launder. Dans les formulations de Crespo
et al. Et d’Ainslie, l’effort est concentré sur l’étude aérodynamique du sillage
d’une éolienne isolée. En ce sens, leurs calculs se limitent à la zone du sillage et
l’influence de l’éolienne sur l’écoulement n’est pas modélisée[32].

63
• Liu et al. En s’inspirant de la théorie du disque de Froude (appelé aussi disque
actif) qui consiste à représenter l’éolienne comme une discontinuité en pression.
Cependant, dans leur analyse, seule la turbulence d’origine atmosphérique est
prise en compte. Cette dernière hypothèse, si elle est justifiable dans le sillage
lointain de la machine, n’est pas corroborée par les mesures expérimentales,
dès que l’on considère les régions voisines de l’éolienne. Ceci a pour consé-
quence de sous-estimer le retour des propriétés du sillage à leurs valeurs non-
perturbées[32].
• El Kasmi et al. Ont développé une méthodologie pour simuler le sillage com-
plet aux alentours d’une éolienne, en incluant le sillage proche et lointain. La
méthode prédit la région de sillage proche en se basant sur la connaissance
des performances de l’éolienne. Un modèle numérique basé sur le modèle de
disque actif combiné comme précédemment avec les équations moyennées de
Navier-Stokes (RANS) a été utilisé pour calculer le sillage au voisinage d’une
éolienne, incluant le sillage proche et lointain. Le modèle proposé utilise un mo-
dèle de Chen et Kim en ajoutant un terme supplémentaire dans l’équation de
la dissipation proportionnelle à la production de la turbulence pour améliorer
le transfert d’énergie des grandes échelles de turbulence vers les petites échelles
de turbulence[32].

2 CFD (Computational Fluid Dynamics)

2.1 Introduction
La mécanique des fluides numérique (MFN), plus souvent désignée par le terme
anglais computational fluid dynamics (CFD), consiste à étudier les mouvements d’un
fluide, ou leurs effets, par la résolution numérique des équations régissant le fluide. En
fonction des approximations choisies [34].
La dynamique des fluides numérique (CFD) est la science en pleine évolution Il offre
une réduction considérable de temps et de coûts.
La turbulence est l’état d’un fluide dont l’écoulement est irrégulier tel qu’en tout point
de l’espace la vitesse varie aléatoirement [35].
La modélisation mathématique de ce type d’écoulement est classiquement ce fait par
la résolution des équations différentielles aux dérivées partielles.
Il existe quatre différentes méthodes utilisées pour résoudre les équations numériques
de fluide : La méthode de différences finies, la méthode des éléments finis, la méthode
des volumes finis, et la méthode spectrale. La plupart des logiciel CFD (FLUENT,
ANSYS ) sont basés sur la méthode des volumes et éléments finis.

2.2 Définition
La CFD ou, Computational Fluid Dynamics, pourrait se traduire par Simulation
Numérique de la Dynamique des Fluides. Pour l’objectif de simuler des phénomènes de
transferts de chaleur et de masse et autres phénomènes tels que les réactions chimiques.
Ces phénomènes sont régis par les équations de Navier Stokes [36].

64
2.3 Comment ça marche
Pour des écoulements simples tels que l’écoulement stationnaire dans un tube cir-
culaire ou celui de la couche limite sur une plaque plane, les équations de Navier Stokes
sont directement intégrées et résolues par méthode analytique. Il s’agit des Méthodes
locales. Dans le cas général, une méthode de discrétisation est appliquée pour l’approxi-
mation des équations différentielles. Ces dernières sont remplacées par des équations
algébriques qui sont résolues par méthode numérique. Un maillage est généré dans un
domaine d’étude qui entoure l’obstacle considéré (aile, avion, voiture, hélice, ...) ou un
domaine délimité par le contenant du fluide. Les équations algébriques sont résolues
pour chaque noeud du maillage. Le plus souvent, une méthode itérative est appliquée.
Les calculs sont exécutés à l’aide d’un code CFD. En pratique, les simulations CFD
s’effectuent en trois étapes : pre-processing, solver et post processing. Au cours de la
première étape, «pre-processing», on construit la géométrie et on définit le domaine
d’étude. Le maillage est ensuite généré à l’intérieur de ce domaine. Ensuite, on spécifie
les propriétés physiques du fluide et on choisit les modèles à appliquer, l’algorithme
de calcul, les méthodes d’interpolation et autres schémas. La deuxième étape, « Solver
», c’est la phase de calcul, ou de résolution des équations algébriques. La troisième et
dernière étape, « post-processing», c’est la phase de traitement et d’interprétation des
résultats [36].

2.4 Méthodes de modélisation


2.4.1 RANS et URANS

La méthode RANS (Reynolds Averaged Navier-Stokes) consiste à résoudre un écou-


lement moyen et à modéliser les fluctuations de la turbulence par une viscosité turbu-
lente. La méthodes URANS est une extension instationnaire du RANS qui permet de
résoudre les très grandes (lentes) fluctuations temporelles de l’écoulement.

2.4.2 Hybride RANS/LES (DES)

Les méthodes hybrides, comme le DES (Detached Eddy Simulation), permettent de


combiner une résolution de type LES loin des parois et une modélisation RANS dans
la couche limite. Cette méthode permet donc une bonne résolution de la turbulence
et de ses effets avec des géométries complexes sans la nécessité d’une discrétisation
excessivement fine à la paroi.

2.4.3 Simulation des grandes échelles (LES)

En LES (Large Eddy Simulation), les échelles de turbulence plus petites que la
taille du maillage sont filtrées et modélisées alors que les grandes échelles contenant la
majeure partie de l’énergie de l’écoulement, sont entièrement simulées. Cette méthode
nécessite par contre une discrétisation très fine près d’un corps en raison des très petites
échelles de turbulence présentent dans la mince couche limite le long des parois.

65
2.4.4 Simulation directe (DNS)

La méthode DNS (Direct Numerical Simulation) est utilisée pour résoudre entière-
ment le spectre de la turbulence , sans aucune modélisation. Ceci nécessite un maillage
suffisamment fine pour capturer jusqu’à la plus petite échelle de turbulence. Le coût de
calcul exorbitant de cette méthode la rend inappropriée pour la majorité des problèmes
d’ingénierie, mais elle demeure essentielle pour notre compréhension fondamentale de
la physique de la turbulence.

2.5 Comparaison entre la méthode RANS et DES


Chaque approche de modélisation de la turbulence peut être utile selon l’application
et les quantités physiques d’intérêt. Il y a un compromis à faire entre la simplicité du
calcul et la richesse de l’information obtenue. Il revient à l’aérodynamicien de bien
choisir la méthodologie appropriée à ses besoins.

Figure 5.4 – Qualité de modélisation RANS & DES

66
3 Étude théorique

3.1 Profile de vitesse de vent dans CLA


La connaissance du mode d’évolution de la vitesse du vent avec l’altitude est un
paramètre indispensable pour les applications de l’énergie éolienne, La couche limite
atmosphérique est la zone de l’atmosphère comprise entre le sol et l’atmosphère libre
dominée par les vents géostrophiques (sur lesquels le sol n’a plus d’influence). L’épais-
seur de la couche limite atmosphérique varie en fonction du relief et des conditions
thermiques, elle peut varier d’environ 0,5 à 2 km [42].
On peut séparer la couche limite atmosphérique en plusieurs régions, schématisées sur

Figure 5.5 – Décomposition de la couche limite atmosphérique.

la figure 5.5 à proximité immédiate de la surface terrestre, on trouve la sous-couche ru-


gueuse de hauteur d0 où la vitesse moyenne est nulle. Elle est suivie par la sous couche
visqueuse, très fine, qui présente un profil de vitesse linéaire, dont la pente dépend
de la rugosité du terrain. Ensuite vient la couche dite de surface pour laquelle il est
possible à partir d’un raisonnement basé sur une analyse dimensionnelle de déterminer
que le profil de vitesse prend une forme logarithmique.
u∗ z
 
U (z) = ln( (5.1)
Kvk z0
Avec :
• U(z) : moyenne temporelle de la composante longitudinale de la vitesse.
• u∗ : constante de vitesse de frottement pariétal.
• Kvk : constante de Von Karman ' 0.4
• z0 : longueur équivalente de rugosité
Cette loi logarithmique ne s’applique strictement que dans le cas d’une couche limite
dite neutre, c’est à dire sans effets thermiques. Lorsque le sol transmet de la chaleur à
l’écoulement sous l’effet du rayonnement solaire, la couche limite est alors dite instable.
Dans ce cas des mouvements de convection thermique, causés par les variations de

67
densité de l’air qui accompagnent les variations de température viennent s’ajouter à
la turbulence de la couche limite et en changent la dynamique, celle-ci gagne alors
en hauteur. A l’inverse, lorsque le sol a un effet de refroidissement sur l’écoulement
atmosphérique, l’épaisseur de la couche limite diminue. Cette configuration se retrouve
en général pendant la nuit. La condition de stratification neutre, quand à elle, est
intermédiaire entre ces deux états, elle correspond à une absence d’échange de chaleur
entre la paroi et la couche limite, ce qui est le cas lorsque les températures sont à
l’équilibre, généralement à l’aube et au crépuscule. Ce régime d’écoulement est celui
qui représente la durée la plus courte par rapport aux deux autres, il est toutefois le
plus simple à étudier et représente en quelques sortes un compromis entre les différents
états de la couche limite.
Une loi de couche limite alternative pour modéliser le profil de vitesse moyenne de la
CLA est la loi dite en puissance :

z
U (z) = Uref (5.2)
zref

Avec :
• zref : altitude de référence
• Uref : vitesse moyenne de référence prise à l’altitude zref
• α : exposant déterminant l’aspect du profil de vitesse, indicatif du niveau de
turbulence et de la rugosité de la CLA
Cette loi s’applique à la presque totalité de la couche limite, en incluant la région
logarithmique ainsi qu’à une partie de la couche externe en négligeant la force de
Coriolis.

3.2 Vitesse adimensionnée du sillage


La vitesse adimensionnée du sillage s’écrit comme suit :

2X
" #
Vi = 1 + c 1 + √ (5.3)
1 + X2
Avec :
Vx
• Vi = : où Vx et V0 sont respectivement la vitesse de l’écoulement dans le
V0
sillage à une distance x par rapport à l’éolienne (dans le sens de l’écoulement)
et la vitesse en amont de l’éolienne.
x
• X est la distance adimensionnelle donnée par : (D2 est le diamètre de l’éo-
D2
lienne).
• C est une constante liée à la circulation de l’écoulement produite par l’éolienne,
qui peut être déterminé en fonction de la vitesse à l’infini aval V3 .
V3 − 1
C=
2
La variation de diamètre de sillage peut être déterminée en utilisant l’expression de
la vitesse. Pour ce faire, on applique le principe de conservation de la masse entre la
section de l’éolienne,A2 et la section à une distance x bien déterminée, Ai on a donc :

Vi Ai = V2 A2

68
Or déterminer la vitesse V2 on prend X=0 et on obtient :
1 − V3
V2 = 1 −
2
On obtient par la suite l’expression finale du diamètre du sillage :

1 + V3
s
Di
=
D2 2Vi

La vitesse à la sortieV1 peut être déterminée à partir de l’une des expressions du


coefficient de poussé où bien de celui de puissance :
1
P ρA2 V2 (Vi2 − V32 ) 1
Cp = 1 = 2 = (1 + V3 )(1 − V32 )
1 2
ρA2 Vi3 ρA2 Vi3
2 2

1
T ρA2 (Vi2 − V32 )
CT = 1 = 2 = (1 − V32 )
1
ρA2 Vi2 ρA2 Vi2
2 2
Le sillage loin et géré par le coefficient de poussée, CT , qui sera pris comme paramètre
de contrôle pour tout le problème. On peut exprimer la vitesse à la sortie et le coefficient
de puissance,Cp , en fonction de coefficient de poussée :
q
V3 = 1 − CT
1 q 
Cp = CT 1 + 1 − CT
2

3.3 Mise en équation


Toute la dynamique des fluides se base sur trois principes physiques fondamentaux :
La conservation de masse, la deuxième loi de Newton et la conservation de l’énergie.
X Équation de conservation de la masse :
∂ρ ∂ρuj
+ =0 (5.4)
∂t ∂xj
Où ρ est la masse volumique de l’air, uj la composante de la vitesse et xj la
composante de l’espace. Une simplification courante de cette équation, basée
sur l’ordre de grandeur de chaque terme :
∂ρuj
=0 (5.5)
∂xj
La vitesse u et la masse volumique ρ sont décomposées en partie moyenne et
partie fluctuante. L’équation entière est ensuite moyennée. En l’approximation
de Boussinesq, qui considère que la variation de ρ est faible dans CLA, On
obtient :
∂uj
=0 (5.6)
∂xj

69
X Équations de conservation de la quantité de mouvement :
∂ui ∂ui 1 ∂p 1 ∂τij
+ uj = −δij g − + (5.7)
∂t ∂xj ρ ∂xi ρ ∂xij

Avec de gauche à droite, le terme d’inertie, le terme d’advection, le terme de


gravité, le terme de gradient de pression et le terme de viscosité moléculaire.
Avec :
δij est le symbole de Kronecker.
En décomposant les grandeurs en parties moyennes et fluctuantes, et en utilisant
l’approximation de Boussinesq, puis en moyennant l’équation :

∂ui ∂ui 1 ∂p 1 ∂τij ∂u0j u0i


+ uj = −δij g − + (5.8)
∂t ∂xj ρ ∂xi ρ ∂xij ∂xj

u0j u0i Représente les contraintes de Reynolds. Ce type de terme est aussi in-
terprété en tant que flux cinématique turbulent représentant le transport de
quantité de mouvement de la même que u0i dans la direction de u0j

3.3.1 Modèle de turbulence

L’approche RANS (Reynolds Averaged Navier Stokes) utilise un traitement statis-


tique avec une séparation en valeur moyenne et valeur fluctuante des variables. Dans les
équations moyennées apparaissent des termes supplémentaires. Pour fermer le système,
c’est-à-dire avoir autant d’équations que l’inconnues, il est nécessaire de modéliser ces
produits de fluctuations. C’est ce qu’on appelle la fermeture. Plusieurs modèles utilisés
par l’approche de RANS.
• Modèle Spalart-Allmaras
• Modèle k - ε standard
• Modèle k - w (SST)

3.3.2 Modèle k - ε standard

Le Modèle k - ε standard est un modèle semi empirique basé sur les équations
de transport de l’énergie cinétique turbulente k et de sa dissipation ε. L’équation
modélisée de l’énergie turbulente est dérivée de l’équation exacte. Celle de la dissipation
est obtenue sur la base d’un raisonnement physique. Dans ce modèle, l’écoulement est
supposé complètement turbulent[38].
X Équation de l’énergie cinétique est donnée comme suit :
" ! #
∂ρuj k ∂ µt ∂k
= µ+ + Pk − ρε (5.9)
∂xj ∂xj σφ ∂xj |{z} |{z}
| {z } | {z }

(1) (2) (3) (4)


 !2 !2  " #2
∂u ∂v ∂u ∂v
Pk = µt 2  + + + (5.10)
∂x ∂y ∂y ∂x

70
• (1) représente le taux de variation de l’énergie cinétique K*.
• (2) représente le transport par diffusion de l’énergie cinétique.
• (3) représente la production de Ec turbulente par cisaillement.
• (4) représente la dissipation de l’énergie cinétique turbulente K*.
X Équation de l’énergie cinétique est donnée comme suit :
" ! #
∂ρuj ε ∂ µt ∂ε C1 ε ε2
= µ+ + Pk − C 2 ρ (5.11)
∂xj ∂xj σφ ∂xj | k{z } | {z k}
| {z } | {z }

(1) (2) (3) (4)


• (1) représente le taux de variation de ε.
• (2) représente le transport par diffusion de la dissipation de Ec .
• (3) représente le taux de production de ε.
• (4) représente la dissipation ε.
Où les constantes du modèle ci-dessous, d’après Launder et Spalding (1974),
sont réunies dans le tableau suivant :

Cµ Cε1 Cε2 σk σε
0.09 1.44 1.92 1.00 1.33

Tableau 5.1 – constantes du modèle de turbulence K-εstandard

71
4 Conceptions
• Conception sur SolidWorks
Dans la première étape la création de chaque élément constitutif de l’éolienne a été
notre objectif, nous avons utilisé SolidWorks est un logiciel de modélisation 3D par
conception paramétrique. L’unité choisie pour la création de toute la pièce est le cen-
timètre, les fonctions utilisées il sont souligner dans la fig (5.7).

Figure 5.6 – Barres d’outils SolidWorks regroupant les fonctions utilisées.

• Profil NACA 2414


NACA a testé et publié des profils d’ailes destinés à l’aviation, cependant ces profils
sont utilisés pour des pales en raison de leurs caractéristiques aérodynamiques. Les
noms des profils, ici composés d’une série de quatre chiffres, possèdent la signification
suivante :
• Le premier chiffre exprime la cambrure en pourcentage de la corde
• Le second chiffre indique la position de la cambrure maximale en dixième de la
corde.
• Les deux derniers chiffres représentent l’épaisseur relative en pourcentage de la
corde.
La pale est l’élément le plus important dans notre aéromoteur, car c’est cet élément
qui va récupérer l’énergie cinétique du vent et la transformer en énergie mécanique,
pour cela on a choisi un profile de pale NACA 2414 représenté dans la fig (5.8). Ce
profile de pale a une épaisseur de 14%, une cambrure de 2 % et un angle de bord de
fuite de 25°, une efficacité de 41.6% un angle de décrochage de 10,5° [39].
Pour les autres composantes voir Annexe 6.

Figure 5.7 – Profile de la pale NACA 2414

72
(a) (b)

Figure 5.8 – La trainé et La portance du Profile NACA 2414 (a) La trainé en fonction
de l’angle d’incidence i (b) La portance en fonction de l’incidence i.

Après la construction de chaque pièce en passe pour assemblé toute les pièces dans
un seul fichier.

Figure 5.9 – Éolienne assemblée.

73
5 Simulations

5.1 Géométrie
Après avoir construit le modèle éolien sur SolidWorks ce dernier sera exporté vers
AnsysFluent sous forme (.IGS) après on ajoute le domaine qui contient l’éolienne dans
ANSYS/Design Modeler comme illustré dans la figure 5.10. (D= Diamètre du rotor)
La géométrie finale correspond à la création d’un volume rectangulaire 3D qui englobe
toute la géométrie initiale (l’éolienne). Les caractéristiques géométriques du domaine
de calcul de l’écoulement reproduisent celles d’une partie l’atmosphère, 4 D de Hauteur
sur une longueur de 10 D m. Le domaine d’étude démarre 6 D en amont de l’éolienne
comme indiqué sur la figure au-dessous. Ces dimensions sont choisies de façon à assurer
l’indépendance des résultats.

Figure 5.10 – Domaine de résolution.

5.2 Maillage
Avoir une meilleure précision des résultats nécessite un maillage suffisamment raffiné
de sorte que la solution soit indépendante du maillage. Dans la méthode des volumes
finis la grille de points générés par le maillage forme un ensemble de volumes qui sont
appelées cellules. Chaque cellule constitue un volume de contrôle où les valeurs des
variables mécaniques, comme la vitesse, sera calculée.
Le raffinement du maillage est nécessaire pour résoudre les petites variations du flux. En
augmentant le nombre de noeuds on augmente la précision, mais cela augmente aussi
la charge de calcul. Par conséquent, l’une des principales difficultés de la génération
du maillage est d’accroitre le raffinement là où les gradients élevés sont attendus et de
diminuer de raffinement là où les gradients sont censés être faibles. Généralement, le
raffinement est nécessaire près des murs, des points de stagnation, dans les régions de
séparation, et dans les sillages. En particulier, le raffinement est nécessaire le long des
surfaces solides où la couche limite est développée.

74
(a) (b)

Figure 5.11 – Le maillage créé dans la partie CFD-Mesh.(a) synoptique du maillage


au surface du domaine (b) Domaine en rotation

CFD - Mesh fabrique des maillages incluant des maillages tétraédriques, prismes
et pyramides dans un modèle de maillage 3D standard et peut également être contenu
en hexaèdres dans le mode de maillage 2D.
Dans ce projet, le maillage tétraédrique a été choisi avec fonction de taille avancée dans
ANSYS en raison de la complexité du modèle. Maillage tétraédrique.

5.3 Configuration du modèle


L’étape suivante après la création des maillages appropriés et appropriés pour toutes
les parties du CFD consiste à spécifier les domaines, les conditions limites, le type
d’analyse, les interfaces, etc. Pour résoudre le problème, il est nécessaire de créer au
moins deux types de domaines qui sont un domaine fixe et un domaine tournant. La
nacelle et la tour sont considérées à l’intérieur du domaine fixe et le rotor est inséré
dans le domaine rotatif. Ensuite, trois interfaces ont été définies entre les changements
stationnaires du domaine dans les cadres de référence. Et le domaine tournant à cause
de Pour faire tourner le rotor dans ANSYS, nous devons utiliser l’analyse transitoire.
Au lieu d’une analyse en régime permanent, ce qui signifie que les variables du débit
changent avec le temps. Par conséquent, le temps total et le pas de temps doivent
être définis dans la section analyse. Il est à noter que la taille de l’étape de temps
est une dans les simulations transitoires et doit être considéré comme un paramètre
suffisamment petit pour résoudre les problèmes de façon appropriée.
L’étape suivante consiste à définir les conditions limites pour l’ensemble des domaines
comme suit :

75
Élément Condition attribuée
Face d’entrée du domaine (velocity inlet) profil logarithmique (UDF)
Face de sortie du domaine Pression de sortie (Pressure outlet) ouvert
Eolien Mure (wall)
Parois de domaine (coté et Plafond ) Mure (wall) avec condition de non glissement
Parois de domaine ( sol ) Mure (wall)

Tableau 5.2 – Les différentes conditions attribuées

Figure 5.12 – Schéma du domaine numérique utilisé dans cette étude, y compris les
conditions aux limites.

• Choix du solveur : Le solveur SIMPLE est le plus approprié pour les écoulements
incompressibles, il résout les équations de continuité, de quantité de mouvement
et de l’énergie séparément
• L’écoulement est transitoire et turbulent
• Fluide incompressible
• La configuration est tridimensionnelle
• Modèle de turbulence : Modèle de K-ε
• Maillage dynamique .

6 Résultat

6.1 L’effet du mat et de la nacelle


D’après la figure 5.13 qui présente une coupe longitudinale du domaine de calcule.
le plan 2D été crée parallèle à la direction du vent à fin d’observer l’effet du mat et
de la nacelle sur le sillage de l’éolienne.On constate clairement que l’effet du mat et de
la nacelle est très faible ,par contre on observe une variation très forte au niveau du
rotor exactement les pales,en aval de cette zone en observe un déficit de vitesse très
important.

76
Figure 5.13 – l’intensité de la vitesse au niveau du mat et de la nacelle .

Figure 5.14 – Le profile de la vitesse à l’entrée du domaine en m/s.

6.2 Évolution de la vitesse du vent

Figure 5.15 – L’intensité de la vitesse ( avec 11 contour).

77
Figure 5.16 – L’intensité de la vitesse ( avec 100 contour).

Figure 5.17 – Ligne de courant (Streamline) de vitesse .

Après avoir cerné les paramètres qui influent directement sur la vitesse de vent
,et qui se réside au rotor de l’éolienne, je vais décortiquer cette influence à travers
une modélisation du rotor a fin de déterminer la distance minimale ou la variation
de vitesse tend vers l’état initial . Les calculs 3D présentent quelques caractéristiques
intéressantes. Comme on peut le voir sur la figure au-dessus, plan (0, 0, z) qui nous
permet de visualiser la propagation de la vitesse partout le domaine de calcule pour
un vent incident de 0-12 m/s.
En amont du rotor on constat une variation de vitesse décroissante allant de 5 m/s
jusqu’à 0.5 m/s. En avale on remarque que la variation de vitesse de vent a une allure
étendue ainsi croissante de 0.5 m/s jusqu’à 8.5 m/s comparant à la variation en amont.
On conclure donc que le rétablissement de la vitesse sur l’axe est relativement lent pour
l’éolienne, à une distance de 10 fois le diamètres la vitesse axiale du vent n’a atteint que
77% de sa valeur initiale, certes qu’on peut accroitre ce taux de convergence au-delà
de cette distance.
Le moyeu, est représenté par un obstacle, la vitesse du vent chute à des valeurs proches
de zéro juste après celui-ci. En effet, au passage de l’éolienne, les masses d’air entrant
dans la zone balayée par le rotor sont ralenties, et cet effet est plus important aux
bouts de pales.
Les masses d’air plus lentes localisées aux extrémités des pales contribuent alors à
ralentir les masses d’air centrales du rotor.

78
Figure 5.18 – la variation de la vitesse longitudinale en fonction de la position du rotor

Figure 5.19 – L’intensité de la vitesse dans des plans verticaux à la direction du vent
chaque plan a une distance respectivement 0D,1D, 2D, 4D, 6D,8D,10D

Pour une visualisation de la propagation de la vitesse vers la sortie du domaine on


a proposé 7 plans transversaux chaque plan est a une distance respectivement 1D, 2D,
4D, 6D,8D,10D chaque plan présente l’intensité de la vitesse le rotor , on remarque
que la vitesse augmente quand on s’éloigne du rotor. Pour bien montrer l’évolution
de la vitesse en aval de notre rotor on a tracer la courbe qui décrit cette évolution
dans chaque plan suivant la ligne médiane,pour la fig (a) elle présente le profil de
la vitesse en amont du rotor par 0D qui suit la même fonction d’entrée après on
remarque d’après les autres figures que l’évolution est parabolique avec des différentes
valeurs. Pour bien observer la différence entre chaque courbe nous avons renforcé cette
interprétation par une interpolation polynomiale sous matlab pour chaque plan et on
a obtenu les résultats suivants :

79
(a) (b)

(c) (d)

(e) (f)

(g)

Figure 5.20 – Profil de vitesse dans des plans parallèles au plan du rotor (a) Plan 0D
(b) Plan 1D (c) Plan 2D (d) Plan 4D (e) Plan 6D (f) Plan 8D (g) Plan 10D

80
• Pour plan 0D :

V (y)0D = 0.0347y 6 − 0.0020y 5 − 0.5714y 4 + 0.0885y 3 + 2.6002y 2 + 0.4661y + 6.3833

• Pour plan 1D :

V (y)1D = −0.0073y 10 − 0.0008y 9 + 0.1558y 8 + 0.0164y 7 − 1.0767y 6 − 0.1147y 5

+2.2188y 4 + 0.3570y 3 + 2.1798y 2 + 0.2416y + 3.5521

• Pour plan 2D :

V (y)2D = −0.0015y 9 − 0.0123y 8 + 0.0359y 7 + 0.2844y 6 − 0.3116y 5 − 2.3018y 4

+1.1648y 3 + 7.3498y 2 − 0.8677y + 2.8482

• Pour plan 4D :

V (y)4D = −0.0136y 8 + 0.0107y 7 + 0.2764y 6 − 0.1805y 5 − 1.9217y 4 + 0.9548y 3

+5.1004y 2 − 0.8441y + 5.4451

• Pour plan 6D :

V (y)6D = 0.0080y 7 + 0.0249y 6 − 0.1337y 5 − 0.3928y 4 + 0.6974y 3

+1.6913y 2 − 0.4798y + 7.4835

• Pour plan 8D :

V (y)8D = 0.0190y 6 − 0.0093y 5 − 0.2956y 4 + 0.1309y 3 + 1.2455y 2 + 0.1554y + 7.9822

• Pour plan 10D :

V (y)10D = −0.0419y 4 + 0.0216y 3 + 0.3685y 2 + 0.2964y + 8.5641

D’après les expressions on remarque bien qu’il y a une diminution dans l’ordre de
chaque polynôme du plan 0D jusqu’au plans 10D ,on remarque aussi que dans le plan
8D on atteindre le même ordre de polynôme à 0D , donc on peut dire que au delà de
cette distance on aura une série d’expressions polynomial qui va se rapprocher de la
fonction d’entrée.

81
6.3 L’évolution de la turbulence dans le sillage
La figure 5.21 présent l’évolution de énergie cinétique de turbulence TKE suivant
un plan parallèle à la direction du vent,d’après la figure on remarque deux type d’écou-
lement en amont du rotor on a un écoulement laminaire après 7080 mm la distance
entre l’entrée du domaine et l’emplacement du rotor on observe que on a une augmen-
tation significatif de la TKE exactement derrière le rotor et à l’extrémité des pales,le
détachement des lignes de courant voir fig 5.17 et la création des vortex parmi les
indices principaux que on un écoulement turbulent qui se disparaitre totalement de
notre cas dans une distance plus de 8D voir fig 5.23.
Il est également noté, dans la courbe de pression ,immédiatement après la décrois-
sance de l’intensité de turbulence , que la pression atteint la pression de référence, qui
est la caractéristique principale de la fin du sillage proche.

Figure 5.21 – Énergie cinétique de turbulence pour un vent incident de 0 - 12 m/s.

Figure 5.22 – la variation de la pression suivant l’axe de rotation

82
Figure 5.23 – Énergie cinétique de la turbulence dans des plans verticaux a la direction
de vent respectivement 1D, 2D, 4D, 6D,8D,10D

Après avoir les différentes paramètres qui caractérise l’effet de sillage on conclure
que Le moyeu et les pales entraîne une forte turbulence au niveau de son nez et à
l’extrémité des pales, entraînent un sillage dans la zone proche puis se propageant
jusqu’à atteindre une distance de 8D après l’intensité de la turbulence commence à
diminuer et la vitesse se décroit uniformément jusqu’à la fin du domaine.

83
Conclusion générale

Les travaux présentés dans ce mémoire sont inscrits dans le cadre des Projet éo-
liennes en phase de Repowering étude et analyse technique , simulation et modélisation
d’effet de sillage.
Et Pour bien positionner mon thème, j’ai abordé la première partie par une brève
présentation et analyse du secteur d’énergie, caractéristiques du fonctionnement d’
une centrale éolienne accompagnées d’une étude sur l’état de l’art de la technologie
éolienne.
Avant d’aborder le coeur de ce travail, une référence suprême a été faite sur la
méthodologie préliminaire de calcul de la ressource éolienne dans laquelle plusieurs
axes ont été traités commençant par la mesure de vent qui passent obligatoirement par
la méthode MCP (Mesures, Corrélations, Prévisions). Après cette mesure une analyse
de vent tel que la modélisation mathématique de la distribution des fréquences du
vent : distribution de Wei bull, puis la Caractérisation du terrain qui a été aussi très
importante lors du calcul des ressources éoliennes.

Le Rrepowering d’un parc éolien entraîne une augmentation notable de la pro-


duction d’énergie, bien que le nombre de générateurs installés soit réduit. C’est la
conclusion qu’on peut tirer d’après le chapitre 5 qui a été consacré à détailler la phase
de Repowering d’un projet éolien avec une étude de cas du parc AL koudia AL Baida
dans lequel une Méthodologie préliminaire pour l’évaluation du potentiel des projets
de Repowering a été réalisé pour 4 scénarios du même type d’éolienne chaque machine
avec une puissance et diamètre de rotor différent, les résultats obtenus techniquement
sont significatifs. Avec le repowering, il est possible de générer beaucoup plus d’élec-
tricité avec moins d’installations. D’une autre part comme les nouvelles installations
fonctionnent à des vitesses plus basses, leur apparence est plus apaisante. Il est plus
facile de les connecter au réseau électrique car leur comportement de connexion est
similaire à celui des centrales classiques. Cela rend leur utilisation plus réalisable.
Enfin, nous avons présenté dans le dernier chapitre une étude par simulation CFD de
l’effet de sillage d’une éolienne sur le modèle de K-epsilon, étant donné l’importance
de cet effet dans l’étude d’un projet de Repowering.Nous avons parvenu à confirmer
que la distance de séparation entre deux éoliennes doit être supérieure à 10 fois le
diamètre du rotor. Le domaine des énergies renouvelables, notamment l’éolien, spécia-
lement le Repowering des parc existant représente une nouvelle opportunité pour les
recherches et la plupart des laboratoires l’ont déjà compris. Ces recherches seront d’au-
tant plus fructueuses qu’elles seront suffisamment pluridisciplinaires ainsi que l’exigent
ces systèmes complexes.

84
Bibliographie

[1] www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/chiffres-cles-production-d-
energie consulté le 22.06.2019
[2] www.apanews.net/fr/news/le-maroc-leader-africain-en-energie-eolienne consulté
le 22.06.2019
[3] www.connaissancedesenergies.org/quappelle-t-le-repowering-180115 le 22.06.2019
[4] Masen-Présentation,Masen endless power for progresse 05/02/2018
[5] Rapport,Ministère de l’énergie et des mines, le 2 novembre 2009
[6] Parc Eolien du mont de Bagny II Commune de Saint-Souplet département du
nord , dossier de demande d’autorisation environnementale
[7] Rapport ,ReGrid : Notions élémentaires sur l’énergie éolienne Renewables Aca-
demy (RENAC) AG Schönhauser Allee 10-11 10119 Berlin (Germany)
[8] www.eolienne.f4jr .org/projet eolien/conception consulté le 10/06/2019
[9] Khaled Ziane : Analyse, Évaluation et Réduction des Risques d’un Parc Éolien,
Thèse, Université d’Oran 2 (Algérie), 2017
[10] Nicolas Laverdure,l’intégration des générateurs éoliens dans les réseaux faibles ou
insulaires, thèse 2005, préparée au Laboratoire d’Electrotechnique de Grenoble
dans le cadre de l’Ecole Doctorale « Electronique, Electrotechnique, Automatique
et Traitement du signal »
[11] Etat de l’art des aérogénérateurs Bernard Multon, Olivier Gergaud, Hamid Ben
Ahmed, Xavier Roboam, Stéphan Astier, Brayima Dakyo, Cristian Nikita Ed.
NOVELECT - ECRIN
[12] Herman BAYEM ,Apport des methodes probabilistes aux etudes d’insertion des
énergies renouvelables dans les systemes electriques,thèse , Ecole Doctorale «
Sciences et Technologies de l’Information, des Télécommunications et des Sys-
tèmes »
[13] Frédéric Poitiers , Etude et cammande de generatrices asynchrones pour l’uti-
lisation de l’energie eolienne - Machine asynchrone à cage autonome - Machine
asynchrone à double alimentation reliée au réseau, Thèse de Doctorat de l’Uni-
versité de Nantes 2003
[14] Énergies renouvelables, développement et environnement Discours, réalités et
perspectives, Institut de l’énergie et de l’environnement de la francophonie
[15] www.futuren-group.com consulté le 19.06.2019
[16] RICHARD VAGLIANI,Evaluation du Potentiel Eolien d’un site par Modélisation
sur ordinateur,Mémoire,Université du Québec a Rimouski 2012
[17] www.futuren-group.com consulté le 20.06.2019

85
[18] www.xn–drmstrre-64ad.dk/wp-content/wind/miller
/windpower%20web/da/tour/wres/coriolis.htm cosulté le 20.06.2019
[19] Erik L. Petersen ,Wind Power meteorology . PartII : Siting and models,department
of wind energy and atmospheric physics, Risù National Laboratory
[20] H. Faida et al Etude et analyse des données du vent en vue de dimensionner un
système de production d’énergie éolienne Cas d’un site au nord du Maroc,Revue
des Energies Renouvelables Vol. 13 N°3 (2010) 477 483
[21] Repowering of the Wind Farm of Sidi-Daoud Tunisia Ridha Karoui University of
Carthage
[22] Etude d’impact santé et environnemnt -actualisation 1 Juillet 2018- Projet eolien
"Mont de Bagny II"
[23] L’énergie éolienne,Thématique : Les énergies nouvelles et renouvelables Fiche tech-
nique PRISME nº 2 IEPF
[24] P.B.S. Lissaman, Energy Effectiveness of Arbitraxy Arrays of Wind Turbines,
Journal of Energy, Vol. 3, N°6, pp. 323 - 328, 1979
[25] www.eolienne.f4jr.org/sillage consulté le 19-05-2019
[26] F. Massouh Etude du sillage d’une éolienne à axe horizontal
[27] Ines Issaoui Simulation par CFD du sillage d’une petite éolienne Ecole nationale
d’ingénieur de Monastir (ENIM) tunisie
[28] Étude des phénomènes tourbillonnaires dans le sillage éolien Christophe Bassem
Maalouf ,2009 l’École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers Spécialité : GÉNIE
ÉNERGÉTIQUE
[29] Yann-Aël MULLER Étude du méandrement du sillage éolien lointain dans diffé-
rentes conditions de rugosité PhD thèse , École de Technologie Supérieure, Uni-
versité du Québec
[30] Munif JOURIEH, développement d’un modèle représentatif d’une éolienne an
d’étudier l’implantation de plusieurs machines sur un parc éolien, PhD thèse 2007,
l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers Spécialité : MECANIQUE
[31] CÉDRIC ALINOT, Analyse aérodynamique des parcs éoliens immergés dans une
couche limite terrestre ayant différentes conditions de stabilité thermique ,Phd
thèse 2002, école de technologie supérieure université du Québec
[32] D. Hamane et O. Guerri, Caractérisation de sillage d’une éolienne isolée et l’in-
teraction entre deux éoliennes Danwin-180kW, Revue des Energies Renouvelables
Vol. 17 N°1 (2014) 13 28
[33] Ottavio A. Lo Brutto, Van Thinh Nguyen, Analyse d’un modèle analytique pour
la prédiction du sillage d’une hydrolienne, Université de Caen Basse-Normandie
[34] www.fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9canique des fluides num%C3%A9rique
consulté le 17-05-2019
[35] Introduction à la turbulence, cours de l’ENSTA-ParisTech 2A
[36] Dr GUERRI Ouahiba Maitre de recherche A Directrice de la Division Energie
Eolienne, Les techniques CFD
[37] La turbulence en CFD : Modélisation et Simulation C. Perron et al ,Université
LAVAL

86
[38] ABDOU AMEL,Mémoire, Etude némurique d’une couche limite turbulente autour
d’un profil bidimensionnel
[39] www.airfoiltools.com/airfoil/details airfoil=n2414-il
[40] A. Sadouk et al,Wind Energy Potential in Tetuan City Northern of Mo-
rocco,EEMFM, Faculté des Sciences, Abdelmalek Essaadi University, Tetouan,
Morocco
[41] Association danoise de l’industrie éolienne
www.windpower.org/fr/tour/wres/weibull.htm
[42] Étude du méandrement du sillage éolien lointain dans différentes conditions de
rugosité THÈSE Présentée par : Yann-Aël MULLER,le : 10 décembre 2014
[43] www.waccexpert.com 11-09-2019
[44] www.thewindpower.net consulté 19.06.2019
[45] www. globalwindatlas.info consulté 18.06.2019
[46] www.siemensgamesa.com consulté 19.06.2019

87
Annexes

88
Annexe 1

(1) la loi de Weibull :


En théorie des probabilités, la loi de Weibull, nommée d’aprés Waloddi Weibull en
1951, est une loi de probabilité continue. La loi de Weibull est un cas spécial de loi
d’extremum généralisée,En probabilité et statistique, la loi d’extrémum généralisée est
une famille de lois de probabilité continues qui servent à représenter des phénoménes
de valeurs extremes (minimum ou maximum). Elle comprend la loi de Gumbel, la loi
de Fréchet et la loi de Weibull, respectivement lois d’extrémum de type I, II et III.
Le théoréme de Fisher-Tippett-Gnedenko établit que la loi d’extremum généralisée est
la distribution limite du maximum (adéquatement normalisé) d’une série de variables
aléatoires indépendantes de meme distribution.
(2) la loi de Weibull sur Excel :
Cet partie décrit la syntaxe de formule et l’utilisation de la fonction LOI.WEIBULL.N
dans Microsoft Excel.
Renvoie la probabilité d’une variable aléatoire suivant une loi Weibull. Utilisez
cette distribution dans une analyse de fiabilité telle que le calcul du temps moyen de
fonctionnement sans panne d’un appareil.
• Syntaxe
LOI.W EIBU LL.N (x, α, β, cumulée)
La syntaxe de la fonction LOI.WEIBULL.N contient les arguments suivants :
X x Obligatoire. Représente la variable avec laquelle la fonction doit etre cal-
culée.
X α Obligatoire. Représente un paramétre de la distribution.
X β Obligatoire. Représente un paramétre de la distribution.
X cumulée Obligatoire. Détermine la forme de la fonction.
• Notes
X Si les arguments x, alpha ou βne sont pas numériques, la fonction
LOI.WEIBULL.N renvoie la valeur d’erreur VALEUR
X Si x < 0, la fonction LOI.WEIBULL.N renvoie la valeur d’erreur NOMBRE.
X Si l’argument = 0 alpha ou si l’argument β = 0, la fonction LOI.WEIBULL.N
renvoie la valeur d’erreur NOMBRE
X L’équation pour la fonction de distribution cumulée de la loi Weibull est la
suivante :
!α !
x
F (x, α, β) = 1 − exp −
β
X L’équation pour la fonction de densité de probabilité de la loi Weibull est
la suivante :

89
!α !
α x
f (x, α, β) = α xα−1 exp −
β β

X Si l’argument alpha = 1, la fonction LOI.WEIBULL.N renvoie la loi expo-


nentielle.
(3)Vitesse moyenne de vent en fonction de H :

Augmentation de la vitesse en fonction de la hauteur.

Vitesse moyenne mensuelle du vent pour différentes hauteurs d’Al koudia Al baida.

90
Annexe 2

(1) Validation de méthodologie de calcule des paramétres de vent :


Aprés avoir obtenu la distribution du vent à partir des données statistiques.

Calcul de la distribution de Weibull

l’étape suivante consiste à calculer la distribution de Weibull associve à ces données.


le calcul de la distribution de Weibull à partir des données statistiques obtenues à
partir des mesures du vent réel s’effectue selon les étapes suivantes :
• Calculer les fréquences des classes de fréquences de chaque intervalle de vitesse
du vent comme dans la figure.
• Calculer les paramétres x et y comme dans la figure .

91
Distribution des données de vitesse du vent.

Calculez les paramétres A et B comme dans les équations ci-dessous :

fi xi yi − ( fi xi )( fi yi
P P P
A=
fi x2i − ( fi xi )2
P P

B=
X X
fi y i − A f i xi

Calculez les paramétres de Weibull et comme dans les équations ci-dessous :

A=B

−B
c = exp( )
A
calculer l’énergie annuelle produite , on considére la puissance moyenne obtenue, le
nombre d’heures dans une année (T = 8 760) et le facteur de correction égal à 0.98. Il
est également calculé le facteur de capacité et le ratio d’efficacité (Cp = 0.38) D’aprés
les equation précédente .

92
(a)

(b)

(c)

(a) (b) (c) détail de calculs

93
Annexe 3

(1) Détails de calculs d’étude de cas h=45m :

(a)

(b)

94
(c)

(d)

95
(e)

(f)

(a) (b) (c) (d) (e) (f) Détails de calculs de chaque scénario h=45 m

96
Annexe 4

(1) Détails de calculs d’étude de cas h=70m :

(a)

(b)

97
(c)

(d)

98
(e)

(a) (b) (c) (d) (e) Détails de calculs de chaque scénario h=70 m

99
Annexe 5

(1) Détails de calculs d’étude économique :

(a)

(b)

100
(c)

(d)

(a) (b) (c) (d) Détails de calculs de chaque scénario

101
Annexe 6

conception de l’éolien avec profile de pale NACA 2414

• La base :

(a) (b)

• Le mat (contient deux parties haut et bas) :

(c) (d)

102
• La nacelle :

(e)

(f)

• moyeu des pales :

(g)

103
• La pale :

(h)

(i)

• Aprés avoir créé chaque composante on va passez à l’assemblage.


Les piéces doivent etre liées les unes autres par des contraintes géométriques
entre 1 (ou plus) face de chaque piéce. Les 2 contraintes principales sont :
— Coincidente (les faces sont l’une contre l’autre)
— Coaxiale (les cylindres ou cercles ont le même axe)

(j) (k)

104