Vous êtes sur la page 1sur 27

A PRIORI

Chez Kant désigne ce qui est indépendant de l'expérience et n'a pas besoin d'être vérifié par
une expérience, antérieur à l'expérience.
Contraire d'a posteriori (ce qui ne peut s'établir que par l'expérience, qui est postérieur à
l'expérience).

ABSOLU

Ce qui ne dépend que de soi-même pour exister. Ce qui dans la pensée comme dans la réalité
ne dépend d'aucune autre chose et porte en soi même sa raison d'être.
Contraire : relatif

ABSTRAIT

L'abstraction est une opération de l'esprit qui consiste à séparer ce que nos sens présentent
comme non séparé.
Exemple : La couleur est une abstraction.
Contraire : Concret

ABSURDE

Incompréhensible, incohérent, contradictoire.


Dénué de sens, sans but.

ACCIDENT

Toute qualité fortuite d'un sujet qu'on pourrait lui retirer sans le modifier fondamentalement.
Contraire : essence, substance.
Exemple : la couleur des yeux est un accident chez l'homme puisque avoir des yeux bleus,
verts ou marrons ne change rien à ma nature d'homme.

ACTE, ACTUEL

Sens 1 : l'acte désigne une action précise alors que l'action est un ensemble d'actes.
Sens 2 : L'acte chez Aristote désigne ce qui existe effectivement par opposition à la puissance
qui désigne ce qui peut être ou doit être.
Exemple : l'enfant est un adulte en puissance alors que l'adulte l'est en acte.

AFFECTER

Exercer une action sur quelque chose ou sur quelqu'un.

AFFECTION

Modification qui résulte d'une action extérieure chez celui qui la subit
Chez Spinoza, affection signifie propriété, attribut.

AGNOSTIQUE
Celui qui pense ne pas pouvoir connaître. L'agnosticisme est l'attitude d'esprit qui consiste à
considérer que tout ce qui est au-delà des données de l'expérience est inconnaissable.

ALIENATION

Dépossession, perte de soi dans un autre.

ALIENER

Donner ou vendre. C'est en ce sens que Rousseau affirme que la liberté est inaliénable : on ne
peut ni la donner ni la vendre car ce serait renoncer à sa nature d'homme

ANALOGIQUE

Un raisonnement analogique est un raisonnement proportionnel de type : "A/B = C/D" ou


"A/B = B/C"

ANALYSE

1) Opération de l'esprit qui consiste à décomposer un phénomène ou un concept en ses parties


en montrant comment elles s'enchaînent.
Contraire : Synthèse (Organisation dans un nouvel ensemble d'éléments jusque là séparés ou
associés différemment).
2) Analyser c'est expliquer alors que la synthèse permet de comprendre.

ANALYTIQUE (PROPOSITION)

Une proposition analytique est une proposition dans laquelle le prédicat appartient
nécessairement au sujet.
Exemple : "Tout corps est étendu" (occupe de l'espace)
Contraire : proposition synthétique où le prédicat ajoute quelque chose au sujet. Exemple :
2+3=5

ANTHROPOMORPHISME

Attitude qui consiste à interpréter un phénomène en prenant l'homme pour modèle.

APODICTIQUE

Ce qui est nécessairement vrai.

APORIE

Problème insoluble, difficulté logique insurmontable.

ARBITRAIRE

Sans raison.

ASEITE
Fait de tenir son existence de soi-même.
Exemple : aséité de Dieu.

ASSERTORIQUE

Ce qui est vrai en fait et non par nécessité.


Exemple : Napoléon est mort à Sainte-Hélène. C'est vrai mais il aurait pu mourir ailleurs.
Contraire : apodictique.

ATHEISME

Attitude d'esprit consistant à nier l'existence de Dieu.

ATTRIBUT

Sens 1 : qualité ou caractère que l'on "attribue" à une certaine chose, caractère affirmé ou nié
d'un sujet (Sens logique)
Sens 2 : en métaphysique caractère essentiel à une substance par opposition au mode ou à
l'accident qui désigne un caractère non essentiel.
Exemple : L'étendue est un attribut de la matière, la couleur en est un mode, un accident
puisque certaines matières n'en ont pas (L'eau par exemple est incolore)

AUFHEBUNG

Chez Hegel, dans le mouvement dialectique, passage d'un état à un autre : tout état naît de la
négation de l'état précédent et vise à l'abolir, mais il le conserve d'une certaine façon. Exemple
: L'adulte n'est plus l'enfant tout en en conservant quelque chose

AUFKLARUNG

Philosophie des lumières. Les lumières sont celles de la raison qui doit par son exercice
libérer l'homme des superstitions et des tyrans

AUTRE

Contraire du même. L'autre de l'être, c'est le non-être.

BESOIN

Etat d'un être par rapport à ce qui lui est nécessaire pour parvenir à une certaine fin.
Considérer la fin permet de distinguer le besoin du désir.
Exemple : l'acte sexuel est besoin de l'espèce (sans lui elle disparaît) mais désir de l'individu

BONNE VOLONTE

Chez Kant volonté qui se détermine par la loi morale.

CATEGORIE
Chez Kant concept a priori de l'entendement, idée qui ne nous vient pas de l'expérience mais
sans laquelle nous ne pourrions pas organiser notre connaissance.

CATEGORIQUE

Qui ne comporte ni condition, ni alternative.

CATHARSIS

Purification, purgation de l'âme. Ce concept, d'origine aristotélicienne sera repris par Freud.

CONATUS

Chez Spinoza, effort de persévérer dans son être qui définit l'essence d'une chose.

CONCEPT

Idée abstraite et générale sous laquelle on peut unir divers éléments particuliers.

CONCEPTUALISME

Théorie selon laquelle les idées générales qui nous servent à organiser notre connaissance sont
des instruments intellectuels forgés par notre esprit et n'existent pas en dehors de lui.

CONCEVOIR, CONCEPTION

L'entendement est une faculté. La conception est l'action de cette faculté. Concevoir, c'est
mettre en œuvre cette faculté. Le concept est le résultat de cette mise en œuvre.

CONCRET

L'objet concret est l'objet global, le tout. Une idée peut donc être concrète si elle considère
une réalité dans sa globalité.
Contraire : abstrait

CONNOTATION

Sens 1 : Propriété que possède un concept de désigner un ou plusieurs caractères qui font
partie de sa définition.
Exemple : le concept d'homme connote animal.
Sens 2 : ensemble des idées évoquées par un mot.
Exemple : rouge = danger, ou sang, ou baiser etc.

CONSCIENCE

Sens 1 : fait de percevoir ce qu'on est soi-même et ce qui se passe autour de soi.
Sens 2 : conscience morale. Propriété qu'aurait l'esprit humain de porter des jugements
normatifs immédiats sur les actions (c'est bien, c'est mal). C'est en ce sens qu'on parle de la
voix de la conscience.
CONTINGENT

Ce qui pourrait ne pas être.


Contraire : nécessaire

CONTRADICTION (PRINCIPE DE NON)

Le principe de non-contradiction est un des trois principes fondamentaux de la logique chez


Aristote. Il se formule ainsi : on ne peut pas affirmer à la fois deux propositions
contradictoires.
Exemple : je ne peux affirmer à la fois qu'un objet est blanc et qu'il n'est pas blanc.

CONTRADICTOIRES

Propositions qui s'excluent mutuellement.


Exemple : cet objet est blanc, cet objet n'est pas blanc. L'une des deux propositions est
nécessairement fausse si l'autre est vraie et réciproquement.

CONTRAIRES

Extrémités d'un genre.


Exemple : blanc et noir sont les extrémités du genre couleur. Si une proposition est vraie (cet
objet est blanc), la proposition contraire est fausse (cet objet est noir) mais elles peuvent être
fausses toutes les deux en même temps (si, par exemple, l'objet est rouge)

CONVENTION

Accord, pacte.

CRITIQUE

Analyse.
Esprit critique : esprit d'examen et de doute.
Philosophie critique : philosophie qui examine la valeur (Kant)

DASEIN

Ce terme traduit le fait d'exister plutôt que l'idée d'existence mais il ne s'applique proprement
qu'à l'homme. Il implique, en effet, la conscience de son existence en percevant le monde et
en agissant sur lui.

DEDUCTION

Raisonnement qui consiste à conclure d'une proposition générale une autre proposition qui en
est la conséquence. Passage du général au particulier.
Contraire : Induction.

DEISME
Fait de croire en Dieu, indépendamment d'une religion particulière. Ce Dieu ne saurait être
l'objet d'aucun culte.

DENOTATION

Sens 1 : propriété que possède un concept de désigner tous les être qui appartiennent à
l'ensemble défini par ce concept.
Exemple : le concept d'homme est le "nom" que je peux donner à tous les êtres qui satisfont à
la définition de ce concept.
Sens 2 : définition neutre.

DESIR

Recherche d'un objet que l'on imagine ou que l'on sait être source de satisfaction. Le désir se
distingue du besoin. Ne pas satisfaire un besoin conduit à la mort. Ne pas satisfaire un désir
n'est pas mortel.

DETERMINER

Fixer des limites, définir.


Déterminé : défini, connu. Par extension, soumis à des conditions, lié causalement à quelque
chose d'autre.

DETERMINISME

Théorie selon laquelle tout effet à une cause.


Contraire : liberté

DEVOIR

Obligation morale considérée en elle-même et non par rapport à son objet.

DIALECTIQUE

Sens 1 : chez Socrate, art du dialogue.


Sens 2 : chez Platon, art de classer les idées, de diviser logiquement les concepts.
Sens 3 : chez Kant, raisonnement illusoire portant sur des objets inconnaissables parce que
hors de l'expérience.
Sens 4 : chez Hegel, propriété commune de la pensée et des choses qui consiste à aller
toujours d'un mouvement ternaire : la thèse ou affirmation, l'antithèse ou négation, enfin la
synthèse ou négation de la négation.
Sens 5 : actuellement, action réciproque de deux contraires.

DISCOURS

Parole rationnelle et cohérente. C'est la traduction française du mot grec "logos".

DISCURSIF
La pensée discursive est la pensée à l'œuvre dans le raisonnement par opposition à la pensée
intuitive, immédiate et globale.

DOGMATISME

Sens 1 : attitude philosophique qui consiste à admettre la possibilité pour l'esprit humain de
parvenir à des vérités assurées.
Contraire : scepticisme
Sens 2 : chez Kant, attitude philosophique qui consiste à penser que la raison peut construire a
priori, sans l'expérience, des systèmes valables sans critique préalable. Le dogmatisme
accorde trop de pouvoir à la raison.
Contraire : empirisme.

DOUTE

Etat de l'esprit quand nous nous demandons si un fait est réel ou non, si une proposition est
vraie ou non. Douter n'est pas nier : la négation est une certitude, le doute revient à admettre
qu'on ne sait pas.

DROIT

Contraire du fait. Le fait est ce qui est, le droit est ce qui est légitime, ce qui devrait être.
Vérité de droit : vérité qui ne dépend pas des évènements (Exemple : 2+2=4).
Vérité de fait : vérité qui dépend d'un évènement (Exemple : Balzac est mort en 1850)

DROIT POSITIF

Légalité (par opposition au droit moral, la justice ou légitimité).

DUALISME

Théorie selon laquelle la réalité est formée de deux substances indépendantes et de nature
absolument différente.
Contraire : monisme

ECCEITE

Ce qui fait qu'un individu est lui-même, distinct de tous les autres.

EMPIRIQUE

Ce qui est donné immédiatement, passivement à mes sens.


Contraire : expérimental. Ici l'expérience n'est plus donnée passivement mais suppose une
construction raisonnée du phénomène observé.

EMPIRISME

Théorie philosophique selon laquelle toute connaissance vient des sens.


Contraire : dogmatisme
EN SOI

Sens 1 : qui ne dépend pas d'autre chose. Absolument.


Sens 2 : indépendant de la connaissance que nous en avons. Chez Kant la chose en soi est le
contraire du phénomène. En soi est contraire de pour nous.
Sens 3 : sans conscience. Contraire de pour soi (Sartre)

ENTELECHIE

Fait d'avoir sa fin en soi-même donc d'être dans un état d'achèvement, c'est-à-dire de
perfection.

ENTENDEMENT

Faculté de comprendre ou de penser par idées générales ou concepts et non par images.

ENTITE

Sens 1 : être d'une chose.


Sens 2 : un "quelque chose", synonyme savant de "truc" ou "machin".

EPISTEMOLOGIE

Sens étroit : philosophie des sciences, étude philosophique des problèmes (logiques,
psychologiques...) sous-jacents à la science en général ou à telle ou telle science.
Sens large : théorie de la connaissance.

ERLEBNIS

Expérience intime de l'individu, supposée indicible.

ESCHATOLOGIE

Sens 1 : étude des "fins dernières", soit pour l'individu (la vie après la mort), soit pour
l'humanité (le jugement dernier).
Sens 2 : réflexion sur la fin de l'histoire.

ESSENCE

Sens 1 : appartient à l'essence d'une chose ce qui ne peut être ôté de cette chose sans en même
temps la faire disparaître. Essence est alors synonyme de nature ou de définition.
Contraire : accident.
Exemple : l'essence de l'homme est d'être bipède, Avoir les yeux bleus est un accident.
Sens 2 : contraire d'existence. L'essence est l'être possible alors que l'existence est le passage
du possible à l'actuel.

ESSENTIEL

Ce qui relève de l'essence c'est-à-dire de la définition.


Contraire : accidentel.
ETAT DE NATURE

Situation imaginée par certains philosophes (Hobbes, Rousseau etc.) dans laquelle se seraient
trouvés les hommes avant de s'être organisés en société. Il s'agit d'une hypothèse utile à la
réflexion et non d'une vérité historique.

ETENDUE

Espace qu'occupent les objets. Fait que n'importe quel objet occupe un certain espace.
L'étendue est une propriété essentielle de la matière.

ETERNITE

Caractère d'un être qui ne serait pas soumis au temps (ne pas confondre avec sempiternel : qui
n'a ni commencement ni fin)

ETHIQUE

Sens 1 : science qui prend pour objet les jugements d'appréciation sur les actes qualifiés de
bons ou de mauvais.
Sens 2 : réflexion sur les raisons de désirer la justice et l'harmonie et les moyens d'y parvenir.

EUDEMONISME

Doctrine selon laquelle la morale consiste en la recherche du bonheur.

EXISTENCE

Sens 1 : fait d'être actuellement.


Sens 2 : contraire d'être.
Exemple : la question de l'existence de Dieu est "Y a-t-il actuellement un Dieu?" alors que la
question de l'être de Dieu est "Qu'est Dieu, qu'il existe ou non?
Sens 3 : chez les existentialistes, l'existence suppose la conscience de soi. Seul l'homme
existe, les choses sont.

EXTENSION

L'extension d'un concept est le nombre d'individu auquel s'applique ce concept.


Exemple : l'extension du concept d'animal est plus grande que l'extension du concept
d'homme.

FACULTE

Pouvoir de l'esprit. Sensibilité, entendement, volonté, mémoire sont des facultés.

FATUM

Destin, fatalité.

FIN
But. La cause finale d'un fait est la "raison" pour laquelle le fait existe c'est-à-dire son but.

FINALITE EXTERNE

"Ce par quoi une chose dans la nature sert à une autre en vue d'une fin" (Kant)

FINALITE INTERNE

La relation finale qui unit, dans un être, les parties à un ensemble, ce à quoi lui sert chacune
de ses parties.

FINI

Qui a des limites.


Contraire: infini, sans limite

FINITUDE

Désigne le caractère limité de la condition humaine. Ne s'applique qu'à l'homme car suppose
la conscience de cette limite.

FONDEMENT

Ce sur quoi repose "en droit" une certaine connaissance. Synonyme de principe

FORME

Sens 1 : chez Aristote contraire de matière


Sens 2 : perception globale d'un ensemble.
Contraire : perception d'un élément isolé

FORMEL

Sens 1 : la logique formelle est la science qui étudie les relations entre les propositions
indépendamment du contenu (ou de la matière) de ces propositions.
Sens 2 : au XVII° S., ce qui existe effectivement par opposition au virtuel ou objectif,
l'objectif étant ce qui n'existe que dans la pensée.

GENERAL

Sens 1 : adjectif dérivé de genre (comme spécial est dérivé d'espèce). Général signifie qui
appartient à un genre.
Sens 2 : qui concerne plusieurs cas.
Contraire : singulier.
Sens 3 : synonyme d'universel.
Contraire : particulier.

GENESE
La genèse d'un être, d'une institution, d'un quelconque objet d'étude est l'ensemble des étapes
par lesquelles il est arrivé, depuis son origine, jusqu'à l'état dans lequel on le considère.

GENRE

Lorsque deux classes sont telles que l'extension de l'une est une partie de l'extension de
l'autre, la première est appelée espèce de la seconde et la seconde est appelée genre.
Exemple : l'extension de la classe des humains est une partie de celle des animaux. On parlera
donc d'espèce humaine mais de genre animal.

GNOSE

Connaissance des choses religieuses supérieure à la connaissance commune des croyants ou à


l'enseignement des églises.

GNOSEOLOGIE

Etude de la connaissance.

HEDONISME

Doctrine selon laquelle le plaisir est la valeur suprême.

HEURISTIQUE

Qui sert à la connaissance, qui indique des directions de recherche.

HISTOIRE

Sens 1 : discipline scientifique dont les ouvriers sont les historiens.


Sens 2 : matière de cette discipline, ce sur quoi les historiens travaillent c'est-à-dire des suites
d'évènements.

HUBRIS OU HYBRIS

Toute sorte de démesure ou d'excès dans le comportement d'une personne.

HUMANISME

Toute doctrine qui met l'homme au centre de sa réflexion et se propose pour but de rechercher
les moyens de son épanouissement.

HYPOSTASE

Synonyme de substance.
Hypostasier : considérer comme une chose en soi ce qui n'est qu'un phénomène ou une
relation.

HYPOTHESE
En mathématique, proposition qu'on adopte afin d'étudier les conséquences logiques qu'on
devra en tirer.
Dans les sciences expérimentales et humaines, supposition explicative.

HYPOTHETICO-DEDUCTIF

On appelle hypothético-déductif un raisonnement ou une recherche qui procède par


déductions à partir d'hypothèses.

IDEAL

Ce qui n'existe qu'à titre d'idée.

IDEALISME

Sens 1 : philosophie qui considère l'esprit ou l'idée comme première par rapport à la matière.
Contraire : matérialisme
Sens 2 : théorie selon laquelle la seule chose que nous puissions connaître est la pensée, et la
connaissance de la pensée est connaissance du monde.
Sens 3 : l'idéalisme transcendantal (Kant) ou réalisme est la théorie selon laquelle on ne peut
connaître les choses telles qu'elles sont en elles-mêmes, selon laquelle les connaissances sont
toujours relatives à l'esprit qui connaît.

IDEE

Sens étroit : (1)concept (2)modèle.


Sens large : objet de pensée par opposition d'une part aux sentiments et d'autre part aux actes.

IDENTITE (PRINCIPE D')

Un des trois principes fondamentaux de la logique chez Aristote. Il se formule ainsi : A est A,
ce qui signifie ce qui est vrai, est vrai.

IDEOLOGIE

Pensée qui a des racines socio-économiques inconscientes qu'elle ne fait que refléter alors
qu'elle croit illusoirement se développer librement. Ce terme appartient au vocabulaire
marxiste.

IMAGE MENTALE

Toute représentation de l'imagination, du rêve, du souvenir. Par extension image désigne toute
représentation sensible.

IMAGINATION

Sens 1 : faculté de former des images répétant ce qui a déjà été perçu (imagination
reproductrice).
Sens 2 : fonction psychique inventive par laquelle l'esprit se représente des rapports originaux
(imagination créatrice).
IMMANENT

Intérieur à l'être, à l'acte, à l'objet de pensée que l'on considère.


Contraire : transcendant

IMPERATIF

Proposition ayant la forme d'un commandement.


Impératif hypothétique : chez Kant, commandement subordonné à une fin et qui n'a de sens
que si on cherche à atteindre cette fin.
Exemple : si tu veux planter un clou, il faut utiliser un marteau.
Impératif catégorique : chez Kant, obligation morale. Inconditionnel, il a une valeur en soi
toujours et partout.

IMPOSSIBLE

Ce qui ne peut pas être soit parce qu'il est irréalisable soit parce qu'il est contradictoire avec
les lois de la nature.

INCONSCIENT

Ce qui échappe complètement à la conscience réfléchie même quand le sujet cherche à le


saisir et à y appliquer son attention. Ne pas confondre avec subconscient.

INDUCTION

Raisonnement qui consiste à conclure de cas particuliers une proposition générale.


Contraire : déduction.

INTELLECT

Faculté de penser par idées générales ou concepts.

INTELLECTION

Exercice de la faculté qu'est l'intellect.

INTELLECTUALISME

Sens 1 : toute doctrine selon laquelle l'intellect domine la vie de l'esprit.


Sens 2 : doctrine selon laquelle la totalité du réel est saisissable par l'intellect ou, à la limite,
se confond avec la connaissance que nous en avons.

INTRINSEQUE

Une qualité intrinsèque est une qualité qui fait partie de la définition de l'objet qu'on
considère. Intrinsèque signifie donc intérieur.
Contraire : extrinsèque.

INTROSPECTION
Observation d'une conscience par elle-même soit en vue de se connaître soit en vue d'en tirer
des connaissances générales sur l'âme humaine.

INTUITION

Mode de connaissance immédiat.


Contraire : raisonnement, mode de connaissance médiat.

INTUITION RATIONNELLE

Connaissance immédiate des objets de la raison.


Exemple : le cogito chez Descartes.

INTUITION SENSIBLE

Connaissance immédiate de ce qui vient des sens.

JUGEMENT

Sens 1 : Faculté de juger qui, en l'absence d'une connaissance certaine nous permet de nous
faire une opinion la plus proche possible de la vérité.
Sens 2 : chez Kant, faculté de penser le particulier comme contenu dans le général.

JUGEMENT LOGIQUE

Fait de poser soit comme vérité, soit à titre d'hypothèse l'existence d'une relation entre deux
ou plusieurs termes, entre un sujet et un ou plusieurs prédicats.

LEGAL / LEGITIME

Est légal, ce qui est conforme au droit positif.


Est légitime, ce qui est conforme au droit fondé en raison c'est-à-dire à la justice

LOI NATURELLE

Généralisation d'observations vérifiées, énoncé d'une relation régulière et prévisible entre les
phénomènes.

LOI SOCIALE (OU LOI CIVILE)

Prescription qui règle les rapports sociaux et dont le respect est obligatoire.

MAL

Sens 1 : au sens métaphysique le mal est une imperfection.


Sens 2 : au sens physique mal signifie souffrance
Sens 3 : au sens moral le mal est synonyme de faute ou de pêché.

MATERIALISME
Sens 1 : théorie selon laquelle la matière est première (au sens de primat et pas
nécessairement de primauté) par rapport à l'esprit ou à l'idée.
Sens 2 : au sens moral, thèse selon laquelle il n'y a pas dans l'homme divorce entre deux
principes, la matière et l'esprit, mais une unité, un être homogène. Le matérialisme
s'accompagne d'un refus de croire en une âme immatérielle et immortelle.

MATIERE

Sens 1 : ce que nous percevons comme indépendant de notre esprit, situé dans l'espace et
ayant une masse.
Contraire : esprit
Sens 2 : ce en quoi les choses sont faites mais pour que les choses soient effectivement il faut
que la matière reçoive une forme (Matière est le contraire de forme chez Aristote)

MEDIAT

Avec intermédiaire.
Contraire : immédiat (sans intermédiaire)

METAPHYSIQUE

Etude des objets immatériels (âme, Dieu...), des principes fondamentaux de la connaissance,
étude de l'Etre, des choses telles qu'elles sont en elles-mêmes et non telles qu'elles nous
apparaissent.

METHODE

Règles qui définissent un ordre permettant une connaissance ou une action et mise en œuvre
de ces règles.

MODALITE

Manière dont le prédicat est lié au sujet (vocabulaire logique)

MODE (Nom masculin)

Sens 1 : Détermination d'un être. S'il s'agit de propriétés fondamentales on parlera de modes
substantiels, s'il s'agit de qualités variables on parlera de modes accidentels.
Sens 2 : chez Descartes et Spinoza, les modes substantiels sont appelés attributs et par
conséquent le mot mode ne désigne que les modes accidentels.

MOI ONTOLOGIQUE

Etre immuable et non passager auquel chaque sujet rapporterait ses états ou ses actes mais qui
existerait indépendamment des états ou des actes. C'est la substance pensante de Descartes.

MOI PSYCHOLOGIQUE

Conscience complexe, mouvante que j'ai de moi dans mes pensées ou dans mes actes.
MONISME

Toute doctrine qui considère que le monde est régi par un principe fondamental unique.
Contraires : dualisme (deux principes) et pluralisme (plusieurs principes).

MONOTHEISME

Croyance en un Dieu unique.


Contraire : polythéisme (croyance en plusieurs dieux)

MOTIF

Raison d'agir d'ordre intellectuel.


Contraire : mobile (ce qui pousse à agir et qui est d'ordre affectif ou sensible)

MOUVEMENT

Toute modification, ce qui fait que les choses changent, que le monde est en devenir. On
appelle moteur ce qui produit le mouvement (souvent synonyme de cause) et mobile ce qui est
mu.

NATURE

Sens 1 : caractères spécifiques d'une chose. Synonyme d'essence, de définition.


Sens 2 : ce qui n'a pas été réalisé par l'homme.
Contraire : artificiel.
Sens 3 : ce qui est inné.
Contraire : culture (ce qui est acquis socialement ou historiquement)
Sens 4 : tout ce qui existe. Synonyme d'univers.

NECESSAIRE

Ce qui ne peut pas ne pas être.


Contraire : contingent

NIHILISME

Sens 1 : en métaphysique, doctrine selon laquelle il n'y a aucune réalité solide extérieure à
nous.
Sens 2 : le nihilisme critique est la doctrine selon laquelle nous ne pouvons rien connaître du
réel.
Sens 3 : sens moral. Refus des vérités morales et d'une hiérarchie des valeurs.

NOESE, NOEME

Chez Husserl, la noèse est l'acte même de penser et le noème est l'objet de cette pensée. Les
deux sont toujours liés.

NOMINALISME
Sens 1 : théorie selon laquelle les idées n'ont pas d'existence réelle mais sont seulement des
mots issus de la perception, des étiquettes qui nous servent à désigner de la même façon
plusieurs individus.
Sens 2 : théorie selon laquelle la science ne décrit pas le monde tel qu'il est mais seulement tel
que la raison peut le connaître.

NORMAL, NORMATIF

Sens 1 : ce qui est conforme à la moyenne statistique ou à la majorité des cas.


Sens 2 : ce qui est conforme à une norme c'est-à-dire à une règle fondée en droit.
Normatif : tout ce qui constitue ou concerne une norme. Un jugement normatif est un
jugement de valeur.

NOUMENE

Chez Kant, chose telle qu'elle est et que nous pouvons penser mais non connaître car elle
échappe à notre perception.
Contraire : phénomène.

OBJECTIF

Sens 1 : au XVII° s. une chose est dite objective lorsqu'elle est considérée uniquement en tant
qu'objet de pensée indépendamment de sa réalité extérieure à l'esprit.
Contraire : formel (effectif)
Sens 2 : à partir de Kant est objectif soit ce qui existe indépendamment de la pensée, soit ce
qui se présente comme un objet de pensée fondé, valable pour tous les esprits et non pour
seulement un esprit individuel.

OBJECTIVITE

Sens 1 : ce qui est conforme à la réalité indépendamment de la pensée.


Sens 2 : ce qui est valable pour tous les esprits.

OBJET

Tout ce qui se présente à la pensée ou à la perception. Réalité en tant qu'elle est pensée.
Contraire : sujet (moi pensant ou percevant).

OBLIGATION

Commandement moral qui suppose la liberté. Ne pas confondre être obligé et être forcé. Celui
qui est forcé subit une contrainte sans possibilité de résistance. Celui qui est obligé peut
désobéir et s'il ne le fait pas, c'est par conscience du devoir.

ONTOLOGIE

Science ou étude de l'Etre.

OPINION
Jugement, appréciation propre à un individu ou à un groupe. Le terme est péjoratif car
l'opinion n'est pas fondée en raison. Elle est préjugé, jugement sans fondement.

ORTHODOXIE

Consiste à partagée l'opinion reçue supposée correcte.


Contraire : hétérodoxie (fait d'avoir une opinion différente de l'opinion reçue).

PANLOGISME

Doctrine selon laquelle le réel est totalement intelligible.

PANTHEISME

Croyance selon laquelle tout est Dieu c'est-à-dire que Dieu n'est pas un être distinct du monde
qu'il a créé mais qu'il se confond avec lui.

PARADOXE

Raisonnement qui aboutit à une conclusion absurde ou contradictoire.

PARALOGISME

Raisonnement faux mais sans intention de tromper.


Contraire : sophisme

PARFAIT

Sens 1 : état, chose, phénomène qui est exactement ce qu'il doit être.
Sens 2 : ce qui est tel qu'on ne peut rien concevoir de supérieur.

PARTICULIER

Ce qui appartient ou qui concerne quelques individus.


Contraires : universel, singulier.

PASSION

Etymologiquement, fait de subir. Tous les phénomènes passifs de l'âme. Tout état affectif.
Tendance d'une certaine durée assez puissante pour dominer la vie de l'esprit.

PERCEPTION

La perception est liée aux sens mais il faut distinguer perception et sensation. La sensation est
une impression brute, La perception est construite et suppose la reconnaissance de l'objet.

PERSONNE
Sens 1 : juridiquement, individu doté de droits et de devoirs, ce qui implique sa liberté.
Sens 2 : métaphysiquement, substance individuelle de nature raisonnable.
Sens 3 : moralement, individu doué de raison et libre.

PETITION DE PRINCIPE

Erreur logique qui consiste à tenir pour principe acquis ce qu'il s'agit précisément de
démontrer ou d'expliquer.

PHENOMENE

Sens 1 : être visible, apparaître. Tout ce qui est perçu, apparaît au sens et à la conscience.
Sens 2 : au sens scientifique, toute modification qui survient dans l'état d'un corps.
Sens 3 : chez Kant, ce que nous percevons.
Contraire : noumène

PHILODOXIE

Sens 1 : Platon oppose les philodoxes qui se complaisent aux apparences et à la diversité des
choses aux philosophes qui recherchent l'Idée derrière la diversité sensible.
Sens 2 : chez Kant, la philodoxie est un dilettantisme de la réflexion philosophique qui
consiste à agiter des questions philosophiques sans souci de parvenir à une vérité ou à des
solutions rigoureuses.

POLYTHEISME

Religion reposant sur la croyance en l'existence de plusieurs dieux.


Contraire : monothéisme

POSSIBLE

Qui peut être c'est-à-dire qui n'est ni nécessaire ni impossible. Le réel est un cas particulier de
possible.

POSTULAT

Proposition qui intervient au cours d'un raisonnement, qu'on ne sait pas démontrer mais dont
on demande d'admettre la vérité.

PRAGMATISME

Théorie selon laquelle notre intelligence doit nous servir à agir sur les choses. La
connaissance n'est que l'ensemble des moyens appropriés pour agir sur les choses. Pour le
pragmatisme, c'est parce que cela fonctionne que cela est vrai et non l'inverse.

PRATIQUE

Sens 1 : qui concerne l'action (Contraire : théorique), cette action pouvant être une action de
penser (pratique théorique)
Sens 2 : au sens moral chez Kant, qui a trait à la façon dont il faut se conduire.
PRAXIS

Ensemble des activités matérielles et intellectuelles qui ont pour effet de transformer la réalité
sociale et, bien que d'une façon différente, la réalité physique.

PREDICAT

Ce qui est affirmé ou nié d'un sujet. Equivalent logique de l'attribut grammatical.

PREMIER

Ce avant quoi il n'y a rien et après quoi il y a des choses. Ce sur quoi se fonde tout le reste.

PREMIER MOTEUR

Chez Aristote le premier moteur est celui qui donne le mouvement sans avoir lui-même été
mu. C'est le moteur immobile c'est-à-dire Dieu.

PRINCIPE

Vérité première dont d'autres vérités dépendent.

PROBABLE

Variété du possible. Ce qui n'est pas mais pourrait être. Alors que possible signifie
simplement que rien n'interdit que cela arrive, probable signifie qu'on peut raisonnablement
attendre que cela arrive.

PROBLEMATIQUE (adjectif)

Proposition qui ne renferme aucune contradiction mais dont la réalité objective ne peut être
connue d'aucune manière.

PROBLEMATIQUE (nom)

Ensemble de problèmes que pose un domaine particulier de connaissance.

PSYCHE

Tout ce qui dans un être humain n'est pas purement organique (conscience, pensée,
sentiments, réflexes, pensées inconscientes). Esprit au sens large et sans connotation
religieuse ou intellectuelle.

PSYCHIQUE

Qui relève de la psyché. Ne pas confondre avec psychologique (qui relève de la psychologie,
science de la psyché).

PUISSANCE
Contraire d'acte. Est dit "en acte" ce qui est effectivement, ce qui est réalisé. Est dit en
puissance ce qui pourrait être.
Exemple : l'enfant est un adulte en puissance. L'adulte l'est en acte.

QUALITE

Tout ce qui est ou peut être affirmé du sujet d'une proposition. Elle est exprimée par le
prédicat (équivalent logique de l'attribut grammatical)

QUIDDITE

La quiddité d'une chose, c'est ce qu'elle est ; elle s'exprime dans sa définition. Synonyme
d'essence.

RADICAL

Qui est pris à la racine, qui va à la racine, c'est-à-dire au point de départ (surtout logique) de
ce qu'on considère.

RAISON (La Raison)

Sens 1 : faculté d'établir des relations entre les choses et de former des concepts (synonyme
d'entendement)
Sens 2 : faculté de juger c'est-à-dire de distinguer le vrai et le faux, le bien et le mal
(Synonyme de jugement).
Contraires : les passions, la folie mais aussi les sens.

RAISON (une raison)

Sens 1 : principe d'explication. Cause


Exemple : la raison des choses
Sens 2 : justification.
Exemple : j'ai de bonnes raisons de penser que...

RAISONNABLE

Sens 1 : qui possède la Raison au sens de faculté.


Sens 2 : qui agit d'une manière qu'on ne peut blâmer.

RATIONALISME

Sens 1 : confiance dans la capacité de la Raison de connaître le monde et recours privilégié à


cette faculté pour établir le vrai et le faux.
Sens 2 : doctrine selon laquelle l'expérience ne peut pas fournir toutes nos connaissances.
Contraire : empirisme

RATIONEL

Ce qui relève de la Raison ou ce qui lui est conforme.


REALISME

Doctrine qui admet que certaines choses existent indépendamment de la pensée. S'il s'agit du
monde extérieur, le réalisme est le contraire de l'idéalisme absolu. S'il s'agit des idées le
réalisme s'oppose au conceptualisme et au nominalisme.

REALITE

Tout ce qui est réel, y compris les objets de la pensée (idées...)

RECURRENCE

Sens 1 : répétition.
Sens 2 : retour sur soi. Il y a récurrence quand une cause est modifiée par son propre effet.
Sens 3 : en logique fait qu'une proposition puisse être elle-même l'objet de ce qu'elle énonce.
Exemple : toute vérité doit être démontrée.

REFLECHI

La conscience réfléchie est le regard que l'esprit jette sur lui-même lorsqu'il est en travail.

REFLEXIF

Conscience réflexive : regard que l'esprit jette sur lui-même sans autre objet extérieur sur
lequel il serait en train de travailler, analyse par la pensée de ce qu'est penser.
Contraire : conscience spontanée (conscience qui ne se prend pas pour objet)

REGLE

Sens 1 : dans la vie sociale, règle signifie loi.


Sens 2 : dans le domaine de la connaissance la loi dit comment les choses se passent, la règle
prescrit comment s'y prendre pour obtenir tel résultat.

RELATIF

Ce qui dépend d'un autre terme en l'absence duquel ce dont il s'agit serait inintelligible,
impossible ou incorrect.
Contraire : absolu

RELATION

Acte de pensée unique par lequel on associe plusieurs objets.

REPRESENTATION

Ce qui est présent dans notre esprit, ensemble de nos idées et de nos images.

SCEPTICISME
Sens 1 : scepticisme antique. Théorie philosophique selon laquelle l'esprit humain ne peut
atteindre avec certitude la vérité.
Sens 2 : scepticisme académique. Chez Hume, idée qu'il est, certes, impossible de douter de
tout mais qu'il faut reconnaître la fragilité de nos connaissances en apparence les plus
assurées.

SENSATION

Résultat de l'usage d'un de nos sens. Ne pas confondre avec la perception qui suppose, en plus
des données sensibles, la reconnaissance de l'objet.
Exemple : j'ai la sensation de la blancheur mais je perçois la feuille de papier.

SINGULIER

Qui concerne un seul individu.


Contraires : particulier, universel.

SITUATION

Pour les existentialistes, ensemble des déterminations à partir desquelles nous pensons,
jugeons, agissons à un moment donné.

SOLIPSISME

Attitude d'esprit qui ne conçoit pas d'autre réalité que le sujet pensant lui-même.

SOPHISME

Raisonnement faux élaboré dans l'intention de tromper.

SPECULATION

Pensée qui n'a d'autre objet que la connaissance pure sans but pratique.

STRUCTURE

Système, tout organisé dont les éléments sont interdépendants.

SUBCONSCIENT

Ce qui échappe à la conscience actuelle mais est susceptible de devenir conscient si l'esprit y
applique son attention. Ne pas confondre avec inconscient.

SUBJECTIF

Tout ce qui appartient au sujet percevant ou connaissant et non à l'objet perçu ou connu.

SUBSTANCE
Sens 1 : réalité sous-jacente qui supporte des qualités
Sens 2 : ce qui existe en soi, ce qui n'a pas besoin d'autre chose que soi pour exister tandis que
les qualités n'existent que pour autant qu'elles se rapportent à une substance.

SUBSTRAT

Quelque chose qui sert de base à autre chose. Réalité indéfinie qui supporte les qualités d'une
chose.

SUBSUMER

Consiste à faire appartenir un individu à une espèce, une espèce à un genre, à voir dans un fait
particulier l'application d'une loi plus générale.

SUJET

Sens 1 : en logique, terme dont on affirme ou nie quelque chose.


Sens 2 : à partir de Descartes, être connaissant.

SYLLOGISME

Raisonnement déductif en trois propositions : la majeure, la mineure et la conclusion. Chaque


proposition met en relation deux éléments : le sujet et le prédicat.
Exemple :
Tout homme est mortel (majeure)
Or Socrate est un homme (mineure)
Donc Socrate est mortel (conclusion).
Dans la majeure, homme est sujet et mortel est prédicat.

SYNTHESE

Voir Analyse

SYSTEME

Sens 1 : ensemble d'éléments interdépendants qui forment un tout organisé. Synonyme de


structure
Sens 2 : ensemble d'idées scientifiques ou philosophiques liées entre elles et formant un tout.
Le système d'un auteur est l'ensemble de ses théories dans la mesure où elles sont liées entre
elles.

TAUTOLOGIE

Sens 1 : proposition dans laquelle le sujet et le prédicat sont un seul et même concept, qu'il
soit exprimé par les mêmes mots ou non.
Exemples : les hommes sont des humains, l'être est ce qui est.
Sens 2 : théorème logique

TECHNIQUE
Ensemble de procédés qu'on met en œuvre pour obtenir un certain résultat.

TELEOLOGIE

Etude ou science des fins, de la finalité

THEODICEE

Justification de Dieu et notamment essai de conciliation entre l'existence de Dieu et


l'existence du mal.

THEOLOGIE

Discipline qui étudie tout ce qui a trait à Dieu et à la foi.

THESE

Position qu'on prend sur un problème et qu'on s'engage à soutenir contre les objections.

TIERS-EXCLU (PRINCIPE DU)

Un des trois principes fondamentaux de la logique selon Aristote. Il se formule ainsi : de deux
propositions contradictoires, l'une est vraie et l'autre fausse. Soit A est vrai, soit non-A est vrai
mais il n'existe pas de troisième possibilité.

TRANSCENDANT

Ce qui est au-delà du domaine où l'on se place et d'une autre nature. Au-delà, ici, signifie
extérieur.
Contraire: immanent.

TRANSCENDANTAL

Chez Kant, ce qui n'est pas donné par l'expérience mais permet l'expérience c'est-à-dire nous
permet d'organiser nos perceptions en connaissances.
Contraire : empirique (donné par l'expérience)

UMWELT

Ce qui, dans la totalité du monde, est perçu spécifiquement par chaque espèce et constitue son
monde.

UN

Sens 1 : unique.
Exemple : il n'y a qu'un Dieu.
Sens 2 : sans parties, indivisible.
Exemple : Dieu est un.

UNIVERS
Ensemble de tout ce qui existe dans le temps et l'espace. Ne pas confondre avec monde. Il
peut y avoir plusieurs mondes, il n'y a qu'un univers.

UNIVERSAUX

Sens 1 : pour les scolastiques, idées générales.


Sens 2 : les cinq universaux : l'espèce, le genre, la différence, le propre et l'accident.
Exemple : Socrate est de l'espèce homme, de genre animal, sa différence par rapport aux
animaux est d'être doué de raison, raisonner est son propre, par accident il vivait à Athènes

UNIVERSEL

Sens 1 : qui s'étend à tout l'univers.


Sens 2 : qui s'étend à tous les esprits.
Sens 2 : qui s'étend à toute une classe d'objets.

UNIVOQUE

Qui n'a qu'un sens.


Contraire : équivoque (qui a plusieurs sens)

UTILITARISME

Toute doctrine qui fait de l'utile la valeur fondamentale aussi bien dans le domaine de l'action
et de la morale que dans le domaine de la connaissance.

VALEUR

Sens 1 : importance accordée à une chose en proportion du désir ou du besoin qu'on en a.


Sens 2 : adaptation d'un objet considéré à la fin à laquelle il est censé servir.
Sens 3 : au sens moral, modèle, ensemble de règles par rapport auxquelles on juge les actions
(synonyme de Bien)

VERACITE

Caractère de ce qui n'est pas trompeur, de ce qui ne ment pas.

VERITE

Vérité s'oppose à fausseté ou erreur. Le mensonge s'oppose non à la vérité mais à la véracité.
L'erreur est simplement le fait de tenir pour vrai quelque chose qui ne l'est pas.

VERITES ETERNELLES

Principes qui constituent dans la philosophie classique les lois absolues des Etres et de la
Raison. Emanant de la volonté divine, L'homme les découvre dans sa pensée. Elles ne portent
pas sur l'existence d'un objet mais sur la liaison nécessaire des idées.

VERITES PREMIERES
Propositions évidentes mais indémontrables.
Exemple : le tout est plus grand que la partie.

VERTU

Sens 1 : disposition morale au bien.


Contraire : Vice.
Sens 2 : au pluriel, formes particulières de cette disposition.
Exemple : courage, justice...

VOLITION

Acte particulier de la volonté.

VOLONTE

Sens 1 : pouvoir de se déterminer pour des motifs c'est-à-dire des fins raisonnables.
Sens 2 : ensemble des forces psychiques que nous mettons au service d'une tendance.

VOLONTE GENERALE

Sens 1 : chez Rousseau, volonté du corps social quand il se fixe pour objet l'intérêt commun.
Contraire : volonté de tous (somme de volontés particulières)
Sens 2 : chez Diderot, ce que prescrit le droit naturel.

VRAI ( POUR LES JUGEMENTS)

Sens 1 : ce qui est conforme à la réalité.


Sens 2 : est vraie une proposition à laquelle nous donnons l'assentiment total de notre raison.

VRAI (APPLIQUE A DES CHOSES)

Sens 1 : qui existe ou a existé réellement.


Sens 2 : qui est effectivement ce qu'on déclare que c'est.
Sens 3 : qui est conforme à l'idée qu'on se fait d'une classe d'objet.
Sens 4 : qui est fidèle à la nature, qui rend bien compte de la réalité.

WELTANSCHAUUNG

Vision ou conception du monde, manière globale dont chaque individu conçoit la vie et le
monde.