Vous êtes sur la page 1sur 32

MERCREDI 1ER AVRIL 2020

76E ANNÉE– NO 23398


2,80 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

SCIENCE & MÉDECINE – SUPPLÉMENT  MODÉLISER LES ÉPIDÉMIES, UN ART DIFFICILE

EN EHPAD, LA VIE ET LA MORT AU JOUR LE JOUR
▶ Florence Aubenas, grande ▶ Les Quatre­Saisons, ▶ Dans cette maison de ▶ Les visites des proches ▶ Soignants, agents
reporter au « Monde », 65 résidents, font partie retraite, le quotidien a été sont interdites et, devant d’entretien, cadres sont au
a passé les onze premiers des quelque 7 000 établis­ totalement bouleversé, la progression de l’épidé­ cœur du combat. Dans ce
jours de confinement dans sements d’hébergement à partir de la mi­mars, mie, le personnel tente de petit Ehpad familial, cha­
un Ehpad de Bagnolet, pour personnes âgées par les mesures prises faire face, sans protection, cun sait tout des autres
en Seine­Saint­Denis dépendantes de France contre le virus entre peur et abnégation PAGE S 19 À 21

Médicaments
L’appel à l’aide 
de neuf grands
AFRIQUE  hôpitaux d’Europe
« AGIR VITE Dans une lettre adressée
POUR ÉVITER  à leurs gouvernements res­
pectifs, les médecins des
L’HÉCATOMBE » plus grosses structures
hospitalières européennes
appellent à des mesures
▶ Prix Nobel de la d’urgence pour faire face à
paix 2018, Denis la pénurie de molécules né­
Mukwege s’inquiète cessaires en soins intensifs
PAGE 5
de la précarité des
systèmes de soins
du continent Santé
▶ Pour le gynécolo­
gue, l’Afrique n’a
Les médecins 
« clairement pas inquiets des dégâts 
les moyens de faire
face au fléau » collatéraux
PAG E 6 ET ÉDITORIAL PAG E 3 1
Contrôle des mesures
Consultations reportées,
de distanciation sociale malades chroniques
par la police sud­africaine, ou en urgence vitale qui
le 27 mars, devant un super­ n’osent plus appeler...
marché de Johannesburg. les demandes des patients
MARCO LONGARI/AFP
infectés ont pris le dessus
sur tout le reste
PAGE S 2- 3

Politique Disparition Prospective


La majorité craint Henri Tincq, Les notes de

Comment
la contagion de la journaliste expert la diplomatie
colère et une réelle des religions française sur

la France
fracture sociale au « Monde » l’après­coronavirus
PAGE 11 PAG E 2 8 PAGE 10

LE REGARD DE PLANTU a baissé
la garde
par CLAUDE LE PEN

Le dispositif efficace
mis en place après
l’épidémie de grippe
aviaire a été progressi­
vement abandonné
IDÉES – PAGE 29

Economie
La crise, épreuve
du feu pour
les start­up
PAGE 15
Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,10 €, Cameroun 2 400 F CFA, Canada 5,70 $ Can, Chypre 3,20 €, Côte d'Ivoire 2 400 F CFA, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,20 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 330 HUF, Irlande 3,50 €, Italie 3,50 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 3,20 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,20 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
CORONAVIRUS
0123
2| MERCREDI 1ER AVRIL 2020

Les médecins s’inquiètent 
des dégâts collatéraux de l’épidémie
Hospitalisations déprogrammées,
consultations reportées, interventions
annulées… La prise en charge
de patients infectés par le Covid­19
a pris le dessus sur tout le reste.
Au risque d’aboutir à des drames

D
octeur, je ne veux pas vous des opérations chirurgicales, et augmenté
déranger »… Combien de les capacités de lits de réanimation, tout en
fois les médecins généralis­ maintenant un minimum d’activités pour
tes entendent­ils cette les autres malades.
phrase ces derniers jours, Mais au niveau des services d’urgence, les
alors que l’épidémie de Co­ demandes de patients infectés ont pris le
vid­19 met le système sanitaire à rude dessus sur tout le reste. « Le nombre d’appels
épreuve et a déjà tué plus de 3 000 person­ au SAMU est allé jusqu’à quadrupler, actuelle­
nes en France, rien que dans les hôpitaux ? ment, il n’est plus que multiplié par deux par
Le docteur Fabien Quedeville, installé en rapport à l’activité habituelle, et nous som­
région parisienne, est très inquiet pour ses mes organisés pour faire face », assure Fran­
malades chroniques, diabétiques, insuffi­ çois Braun, président de SAMU­Urgences de
sants cardiaques… qu’il ne voit quasiment France. Selon l’urgentiste, les délais d’inter­
plus. Ses consultations sont passées d’une vention des équipes du SAMU ne se sont en
centaine à environ une cinquantaine par se­ tout cas pas envolés. Les patients tardent­ils
maine. « Les personnes âgées à domicile n’ont de leur côté à appeler les secours en cas d’ur­
plus ou quasiment plus de soins de rééduca­ gence ? « On a l’impression de moins prendre
tion, perdent le peu de contacts sociaux qu’ils en charge des infarctus du myocarde et des
avaient, le risque est grand de les voir perdre accidents vasculaires cérébraux, ce qui nous
en autonomie », anticipe ce généraliste. Il dé­ inquiète un peu car il n’y a pas de raison que
plore aussi le risque du confinement pour leur nombre soit à la baisse », poursuit­il.
des femmes victimes de violences conjuga­
les. « Les pertes de chance [par rapport au pro­ CRAINTE DE « DÉRANGER »
nostic attendu] risquent de toucher davan­ Christophe Couturier, responsable des ur­
tage les populations déjà fragilisées sociale­ gences du centre hospitalier de Dunkerque
ment ou par le handicap », s’insurge­t­il. Des (Nord), confirme cette tendance. « Dans les
constats partagés par un grand nombre de Hauts­de­France, l’activité hors Covid des ur­
soignants. Les pédiatres, eux, insistent sur la gences hospitalières a baissé de 50 % à 80 %
nécessité de ne pas négliger les enfants, no­ depuis le 15 mars. Cette chute s’explique en
tamment pour les vaccinations. partie par la diminution des accidents du Un médecin
Le Collège national des généralistes ensei­ travail, de la circulation, des petits trauma­ généraliste se
gnants alerte aussi dans un communiqué du tismes en milieu scolaire ou lors des activités prépare à accueillir Ainsi, la semaine dernière, dans le Dunker­ d’un AVC avec des déficits constitués hors dé­
24 mars : « Une détérioration de la qualité des sportives, mais comment expliquer le moin­ ses patients, quois, un homme qui « n’a pas voulu déran­ lais thérapeutiques. Ce sont très clairement
soins et de la surveillance de tous les patients dre recours pour des urgences vitales et fonc­ à Ormesson­sur­ ger » à 2 heures du matin, alors qu’il avait une des drames collatéraux de l’épidémie en
fragiles et polypathologiques risque d’aug­ tionnelles ? » Crainte de « déranger » ou Marne douleur dans la poitrine, n’a pu être réanimé cours », déplore l’urgentiste. Qui insiste sur la
menter les hospitalisations et la mortalité d’être contaminé en se rendant aux urgen­ (Val­de­Marne), par l’équipe du SMUR, appelée par l’entou­ nécessité d’appeler sans délai en cas de si­
liées aux autres causes que le Covid. » De fait, ces ? « Les retards de prise en charge dans ces le 25 mars. rage huit heures après le début des symptô­ gnes de détresse vitale ou fonctionnelle
pour accueillir les patients atteints par le Co­ situations sont en tout cas très préjudiciables PHILIPPE LOPEZ/AFP mes. C’était malheureusement trop tard. (douleur à la poitrine, troubles de la parole,
vid­19, qui ne cessent d’affluer, les hôpitaux et peuvent aboutir à des drames », poursuit « Nous voyons également arriver de façon difficultés à bouger un membre…). Les activi­
ont réorganisé leurs services, déprogrammé M. Couturier. beaucoup trop tardive des patients victimes tés de transplantation d’organes sont, elles,

« Les malades chroniques n’osent pas appeler »


Membre du conseil scientifique Covid­19, Pierre­Louis Druais alerte sur les risques pour les autres patients de ne pas être suivis

ENTRETIEN men clinique associé à un électro­


cardiogramme a révélé un infarc­
chiques, le confinement peut
avoir des conséquences sur l’équi­
environ 1 500 à 1 700 décès par jour
en France toutes causes confon­
dans les circonstances actuelles.
Nous lançons une autre alerte :
vie quotidiennes sont boulever­
sées, les liens sont réduits, certai­

M édecin généraliste au
Port­Marly (Yvelines)
depuis quarante­trois
ans, président fondateur du Col­
lège de la médecine générale, le
tus massif. Il a dû être hospitalisé
et s’en est heureusement sorti.

Edouard Philippe a dit


le 23 mars que les sorties pour
libre de ces maladies. Souvent, ces
patients n’osent pas appeler, c’est
notre travail de les repérer.
Nous médecins généralistes
avons un rôle de prévention se­
dues, hors épidémie de Covid­19.
Environ 1 000 personnes qui décè­
dent ont plus de 75 ans et meurent
souvent de maladies chroniques.
Sans surveillance, la mortalité de
le suivi vaccinal doit être assuré,
car une épidémie locale de rou­
geole peut réapparaître.

Que dire des personnes âgées


nes risquent de se laisser glisser. El­
les ne seront pas morts du Covid
mais nous aurons une mortalité
induite. Plus largement, rappelons
que les hôpitaux hurlent depuis
professeur Pierre­Louis Druais est la santé devaient être réservées condaire. Par exemple, une per­ ces personnes pourrait être majo­ en Ephad ? des mois et des mois, ils font le
membre du conseil scientifique à des « soins urgents, sonne qui souffre d’insuffisance rée de 10 %, ce qui représenterait Nous avons à réfléchir sur les boulot, ils tiennent car ces hom­
Covid­19. Il est également mem­ sur convocation d’un méde­ cardiaque doit être vue au mini­ environ 100 morts supplémentai­ modalités de confinement dans mes et ces femmes ont des princi­
bre de la Haute Autorité de santé. cin ». N’est­ce pas excessif ? mum tous les trois mois. Or, en res par jour… Il est donc indispen­ les Ehpad. Certains soignants pes éthiques et moraux. Mais il
Il faut changer le discours. Ce ce moment, il lui est plus difficile sable de poursuivre un suivi et des ont déjà décidé de rester sur place sera impératif de remettre de l’or­
Le confinement est prolongé n’est pas parce qu’il y a une épidé­ de maintenir une activité physi­ soins de première ligne. en permanence. Cette épidémie dre pour avoir un système de santé
jusqu’au 15 avril au moins, mie que vous ne devez plus appe­ que, elle doit respecter son ré­ met en lumière le manque de efficace, y compris pour les soins
pensez­vous qu’il existe un ler le médecin. Le patient est­il ca­ gime modérément salé, et une Quels sont les autres risques, personnel criant dans ces établis­ de santé de proximité.
risque pour des personnes qui pable d’appréhender la diffé­ prise de poids de 3 à 4 kg doit aler­ notamment pour des publics sements : un médecin coordon­
souffrent d’autres maladies et rence entre urgence ressentie et ter, bref il est essentiel qu’elle vulnérables ? nateur souvent présent à mi­ Quelle est l’urgence
qui ne se feraient pas soigner ? urgence réelle ? L’urgence n’est soit surveillée. Ne plus voir ces Cela est compliqué pour les pa­ temps, peu ou pas d’infirmiers la aujourd’hui ?
Le confinement est la règle et pas forcément perçue, et les pa­ patients peut être considéré tients qui souffrent de troubles nuit, un ou deux aides­soi­ Pour les généralistes, les priori­
cela reste le moyen le plus effi­ tients ne souhaitent pas nous comme une perte de chance. Un psychiatriques, car les accueils de gnants… Il serait sans doute né­ tés aujourd’hui sont l’accompa­
cace pour réduire l’évolution de appeler pensant que nous som­ retard de prise en charge peut jour, les centres spécialisés sont cessaire de transférer les rési­ gnement des patients en Ehpad et
l’épidémie et donc ne pas saturer mes submergés. Téléphoner en être très délétère. pour la plupart inaccessibles… On dents positifs au Covid­19 dans des malades chroniques en confi­
les lits des services de réani­ cas de doute à son médecin est risque de voir des décompensa­ d’autres services. On voit aussi nement à leur domicile. La Haute
mation qui sont déjà surchargés. possible. Sinon, le risque est un Vous êtes membre du conseil tions, des arrêts intempestifs de certaines familles reprendre leur Autorité de santé devrait publier
En revanche, nous constatons retard de diagnostic. scientifique, est­il conscient traitement avec augmentation parent à domicile. prochainement des recommanda­
que des personnes appellent plus Au­delà des urgences, il est né­ de ces dommages collatéraux ? des troubles psychiques. Les plus Le confinement aura des im­ tions concernant ces derniers et
tard que d’ordinaire les secours ou cessaire de poursuivre le suivi des Oui, cela a été abordé, et partagé. vulnérables, ceux qui sont isolés pacts sur les personnes âgées, en les patients atteints de troubles
nos cabinets. Et parfois trop tard. patients chroniques, diabétiques, J’ai alerté au terme de la première ou à la rue, risquent de souffrir Ehpad ou pas. Une absence de vi­ psychiques ou psychiatriques.
Par exemple, un patient qui souf­ insuffisants coronariens, ayant semaine de travail, le problème encore plus. Autre crainte, pour site, un changement d’étage, de Nous avons le devoir de proposer
frait de douleurs d’estomac a at­ fait un AVC, hypertendus… Cer­ initial étant de proposer les moda­ des femmes victimes de vio­ chambre, une vision du personnel des solutions. 
tendu quarante­huit heures pour tains sont dans un état de grande lités de confinement et les hospi­ lences conjugales et des enfants en cosmonaute peuvent avoir des propos recueillis par
contacter son médecin. Un exa­ vulnérabilité. Outre les effets psy­ talisations en réanimation. Il y a maltraités, difficiles à repérer conséquences. Leurs habitudes de p. sa.
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 coronavirus | 3

Les demandes d’IVG à la baisse,


les activités de PMA à l’arrêt
Les professionnels se sont réorganisés pour maintenir l’accès aux
interruptions volontaires de grossesse avec des parcours simplifiés

F écondation in vitro, trans­


fert d’embryon congelé, in­
sémination artificielle… Les
activités d’assistance médicale à
Au centre hospitalier des Quatre­
Villes, à Saint­Cloud (Hauts­de­
Seine), l’activité d’AMP est aussi
complètement à l’arrêt. « La situa­
« SI LES TUTELLES 
N’OCTROIENT PAS UN 
la procréation sont interrompues tion est d’autant plus inquié­ DÉLAI SUPPLÉMENTAIRE, 
dans les 103 centres français. Les tante que notre centre, comme
« ON A L’IMPRESSION  activités de conservation d’ovo­ bien d’autres en France, devait fer­ CE SERA CATASTROPHIQUE 
DE MOINS PRENDRE  cytes ou de spermatozoïdes pour mer en juillet pour des travaux
préserver la fertilité sont aussi de mise en conformité qui doivent POUR NOS PATIENTES »
EN CHARGE DES  presque totalement stoppées, à être effectués d’ici à juillet 2020, in­ JOËLLE BELAÏSCH-ALLART
de rares exceptions près. « Les don­ dique Joëlle Belaïsch­Allart, qui y directrice du pôle mère-enfant
INFARCTUS ET DES  nées scientifiques ne permettent dirige le pôle mère­enfant. Si les de l’hôpital de Saint-Cloud
pas, à l’heure actuelle, de connaître tutelles n’octroient pas un délai
AVC, CE QUI NOUS  l’impact du SARS­CoV­2 sur la gros­ supplémentaire, ce sera catastro­
INQUIÈTE CAR IL N’Y  sesse au stade précoce », souligne, phique pour nos patientes. » A l’AP­HP, la cellule de régulation
dans un communiqué du 25 mars, qui permet d’assurer la perma­
A PAS DE RAISON  l’Agence de la biomédecine, qui a Pas de problèmes d’accès nence de l’offre IVG en période es­
diffusé des recommandations en Les professionnels qui pratiquent tivale a été activée le 23 mars. « Pra­
QUE LEUR NOMBRE  accord avec les sociétés savantes. des interruptions volontaires de tiquement tous les seize sites d’or­
SOIT À LA BAISSE » « Faire venir les femmes, effectuer grossesse (IVG) craignent des dif­ thogénie de l’AP­HP sont ouverts, et
les consultations, les stimulations ficultés d’accès liées à l’épidémie nous avons simplifié le parcours
FRANÇOIS BRAUN et des ponctions ovariennes fai­ et au confinement, en particulier des femmes, en réalisant les exa­
président de SAMU- sait aussi prendre des risques consi­ pour les mineures, les femmes mens et la procédure au mieux en
Urgences de France dérables de contamination aux pa­ seules avec enfant, ou en situa­ une fois », indique Emmanuelle
tientes et au personnel », ajoute le tion de violence conjugale. Pour Lhomme, médecin responsable de
professeur Jean­Philippe Wolf, du prendre les devants, ils se sont cette cellule. Elle s’inquiète cepen­
consultation, qui s’est développée de ma­ centre d’AMP de l’hôpital Cochin réorganisés. « On privilégie les IVG dant d’une baisse du nombre de
nière exponentielle depuis le début de la (Assistance publique­Hôpitaux de médicamenteuses et les aspira­ demandes d’IVG depuis une se­
crise, c’est un pis­aller, selon ce spécialiste. Paris, AP­HP). Ce grand centre pari­ tions sous anesthésie locale, mais maine dans la majorité des centres
« Cette technique ne permet pas une bonne sien a terminé les stimulations si besoin, une intervention sous d’Ile­de­France. « Si une femme est
appréciation clinique, car il n’y a pas d’auscul­ ovariennes en cours et effectué anesthésie générale reste possible, enceinte et ne souhaite pas conti­
tation, de palpation… Cela peut engendrer des les dernières ponctions dans la car l’IVG rentre dans le cadre des nuer la grossesse, elle doit contac­
erreurs d’interprétation aux conséquences semaine du 15 au 22 mars. Les em­ urgences chirurgicales », précise ter sans attendre son médecin trai­
potentiellement dramatiques. » bryons obtenus n’ont pas été Aubert Agostini (CHU de Mar­ tant, un gynécologue, une sage­
Dans le domaine du cancer, « les patients transférés mais congelés. « Nous seille), qui préside la commission femme, un établissement de santé,
sont pris en charge et opérés aussi vite que verrons à la réouverture du labora­ orthogénie du Collège national ou encore une plate­forme d’infor­
possible, c’est du cas par cas, comme d’habi­ toire ce que nous pourrons faire des des gynécologues et obstétriciens mation », insiste­t­elle, par exem­
tude », rassure le professeur Jean­Yves Blay, gamètes et des embryons congelés, français. A sa connaissance, il n’y ple le numéro vert 0 800 08 11 11, et
directeur général du centre Léon­Bérard, à en fonction des connaissances a pas, pour l’instant, de problème le site ivglesadresses.org. 
Lyon. « Il n’y a pas de perte de chance, mais et des consignes », soupire M. Wolf. d’accès sur le territoire. s. ca.
nous avons deux contraintes : nos patients
sont plus à risque de forme sévère du Covid­19
et, si on décale le traitement oncologique,
l’impact est immédiat », poursuit­il. Selon lui,
les dix­huit centres de lutte contre le cancer
(réunis dans le réseau Unicancer) ont décidé
L’hydroxychloroquine ne doit
être utilisée qu’à l’hôpital
de décaler ce qui n’est pas urgent, c’est­à­dire
les opérations de reconstruction, et pour les
consultations de surveillance, les patients
sont vus en téléconsultation. A l’institut
Gustave­Roussy, à Villejuif, dans le Val­de­ L’ANSM rappelle que les traitements expérimentaux contre le Covid­19
déjà réduites de 50 %. « Les greffes rénales Marne, « on commence à voir moins de pa­
(3 640 en 2019) ont été arrêtées depuis le tients pour une première consultation, en par­ doivent se faire prioritairement dans le cadre des essais cliniques
15 mars, notamment en raison du risque de tie car certains lits sont réaffectés aux patients
forme grave de Covid­19 lié au traitement im­ atteints d’une infection à Covid­19 », constate
munosuppresseur. Mais on essaie de mainte­ de son côté le professeur Fabrice André, di­
nir les greffes urgentes de cœur, de foie… », as­
sure le professeur Olivier Bastien. Le respon­
sable du prélèvement et des greffes à l’Agence
de la biomédecine intime en outre aux pa­
tients de ne pas modifier leur traitement im­
recteur de la recherche à Gustave­Roussy.

« RETARDS À CRAINDRE »
« Si on s’organise bien, la perte de chance
pour nos patients sera modérée, mais si ça
A ucun médicament n’ayant
« apporté la preuve for­
melle de son efficacité
dans le traitement ou la préven­
tion de la maladie Covid­19 »,
avec un anti­inflammatoire, et il
reste à déterminer si le décès est
dû à un trouble de conduction, ou
à un infarctus massif du myo­
carde qui n’aurait rien à voir avec
surveiller de près la situation.
« Les ventes en officine de ville de­
vraient se stabiliser avec l’applica­
tion du décret, qui limite au seul
milieu hospitalier la prescription
munosuppresseur car un rejet dans ce dure trois mois ça peut poser problème », l’Agence nationale de sécurité du le traitement ». d’hydroxychloroquine dans le ca­
contexte serait particulièrement dangereux. prévient le professeur Charles­Hugo Mar­ médicament (ANSM) rappelle, dre de l’infection au nouveau
Les spécialistes hospitaliers sont eux aussi quette, chef du service de pneumologie au dans un communiqué publié Risque cardiaque coronavirus », estime le directeur
préoccupés. Le professeur Philippe Gabriel CHU de Nice, qui prend en charge des mala­ lundi 30 mars, que « les traite­ Les effets indésirables connus général de l’ANSM.
Steg, chef du service de cardiologie de l’hôpi­ des ayant un cancer du poumon ou des pa­ ments testés pour soigner les pa­ liés au Kaletra sont des troubles Responsable du centre régional
tal Bichat (AP­HP), ne cache pas sa crainte de thologies respiratoires chroniques. Pour ces tients Covid­19 ne doivent être uti­ digestifs, des anomalies des lipi­ de pharmacovigilance Marseille
pertes de chance pour les patients ayant des derniers, « le danger est qu’ils décident d’eux­ lisés qu’à l’hôpital ». Leur emploi des, ainsi que des troubles du Provence Corse et du centre
pathologies cardiaques. Ainsi, la prise en mêmes d’arrêter les corticoïdes inhalés, ce « doit se faire prioritairement dans rythme cardiaque. Dans le Co­ d’addictovigilance de Marseille,
charge d’urgences comme une décompensa­ qui peut exacerber l’asthme ou la BPCO le cadre des essais cliniques en vid­19, il est utilisé à l’hôpital, la docteure Joëlle Micallef signale
tion d’insuffisance cardiaque chronique [broncho­pneumopathie chronique obs­ cours », précise l’agence sanitaire, sous une surveillance étroite. que le phénomène d’ordon­
pourrait être retardée par la réticence de cer­ tructive] », souligne le spécialiste. qui insiste : « En aucun cas, ces mé­ Chef du service de pharmacologie nances falsifiées, qui concerne
tains à appeler leur médecin ou les urgences. « Des retards pour la mise en place de trai­ dicaments ne doivent être utilisés médicale et clinique du CHU de habituellement des médica­
Philippe Gabriel Steg pointe également de tements sont à craindre, notamment pour ni en automédication, ni sur pres­ Toulouse, le professeur Jean­ ments psychotropes, touche à
potentielles conséquences de la déprogram­ soigner les allergies, et l’asthme, avec plus de cription d’un médecin de ville, ni Louis Montastruc souligne qu’il présent également la HCQ , par­
mation massive d’opérations chirurgicales risques de décompensation, c’est­à­dire de en autoprescription d’un médecin « existe un risque attendu avec fois associée à l’azithromycine.
non urgentes. crise sévère », ajoute la pneumologue Ma­ pour lui­même, pour le traitement l’association de l’hydroxychloro­ « Nous découvrons souvent de
diha Ellaffi, qui exerce en libéral. Par du Covid­19. » L’agence a mis en li­ quine [HCQ] avec l’azithromycine, nouveaux effets indésirables lors­
« DU CAS PAR CAS » ailleurs, « le risque d’allergies aux pollens, gne sur son site des fiches télé­ un antibiotique de la famille des que l’on repositionne un médi­
« Dans notre spécialité, il s’agit d’interven­ graminées − la saison vient de démarrer − ou chargeables sur ces médicaments, macrolides ». Il précise qu’il s’agit cament », remarque la pharma­
tions dans le cadre par exemple d’atteintes aux acariens peut être amplifié car nous pas­ destinées aux patients. en l’occurrence d’une anomalie cologue. Elle reconnaît que le ris­
des artères coronaires ou des valves cardia­ sons plus de temps à l’intérieur ». « Au total, nous avons eu pour électrique constatée à l’électrocar­ que cardiaque établi avec la HCQ
ques, ou encore d’anévrismes de l’aorte ab­ Dans le service de nutrition de l’hôpital de l’instant une trentaine de cas si­ diogramme susceptible de provo­ est faible, « mais un risque faible
dominale [dilatation localisée de cette la Pitié­Salpêtrière (AP­HP), spécialisé dans gnalés en pharmacovigilance re­ quer un trouble du rythme ventri­ sur une population plus large que
grosse artère], énumère le cardiologue. Dé­ la prise en charge de patients avec une obé­ latifs à des médicaments utilisés culaire pouvant entraîner un ar­ par le passé peut se traduire par
caler de quelques semaines la chirurgie n’est sité, la quasi­totalité des activités quoti­ dans le Covid­19, précise Domini­ rêt cardiaque. Le risque cardiaque un nombre de cas important ».
généralement pas un problème, mais, au­ diennes est affectée. « Cette réorganisation que Martin, directeur général de est majoré en cas d’hypokaliémie L’inquiétude dans les centres de
delà, cela augmente statistiquement le ris­ entraîne une rupture ou du moins des diffi­ l’ANSM. Les plus nombreux con­ (taux bas de potassium dans le pharmacovigilance porte moins
que des complications qu’on veut justement cultés majeures de suivi pour nos malades cernent le Kaletra (association lo­ sang), une éventualité fréquente sur l’hôpital, où l’usage de la HCQ
prévenir par l’intervention, comme une rup­ chroniques, mais je ne pense pas qu’on pinavir/ritonavir). L’hydroxychlo­ chez les patients infectés par le est bien encadré et la surveillance
ture d’anévrisme de l’aorte, mortelle dans la puisse parler de perte de chance, qui fait plu­ roquine (Plaquenil), seule ou asso­ SARS­CoV­2. plus étroite, que sur la médecine
majorité des cas. » tôt référence à un contexte d’urgence », tem­ ciée à un autre produit, est impli­ « Concernant le Plaquenil, l’alerte de ville, surtout dans le contexte
« On commence à observer des retards à la père le professeur Jean­Michel Oppert, qui quée dans cinq cas dont trois a été double, note Domini­ du confinement.
prise en charge de certaines pathologies, s’in­ dirige ce service parisien. mortels. Ces dossiers sont en que Martin, avec d’une part un Les résultats de plusieurs essais
quiète aussi un médecin interniste, qui Après la phase aiguë de l’épidémie de Co­ cours d’analyse par un centre ré­ quasi­doublement des ventes dans cliniques, attendus dans les deux
exerce dans un établissement de santé privé vid­19, qui bouleverse totalement le fonc­ gional de pharmacovigilance les pharmacies ces derniers jours ; à trois prochaines semaines, de­
d’intérêt collectif (Espic), en région pari­ tionnement des hôpitaux, il s’agira de repro­ (CRPV). A ce stade, il n’y a pas et, de l’autre, des alertes de phar­ vraient permettre de juger de l’ef­
sienne. Certains symptômes cliniques qui grammer sans trop attendre toutes les d’imputabilité certaine des symp­ macovigilance. Seule, cette molé­ ficacité de l’hydroxychloroquine
auraient fait l’objet d’explorations légitimes, consultations, hospitalisations, interven­ tômes cardiaques observés à l’hy­ cule peut être responsable d’ef­ dans le Covid­19. « En fonction de
notamment les douleurs thoraciques ou les tions annulées… Un défi de plus pour des droxychloroquine. » fets indésirables, mais l’asso­ la balance bénéfices/risques, nous
gênes respiratoires sans fièvre vont faire l’ob­ équipes qui étaient déjà en grande souf­ Le directeur général de l’ANSM ciation avec d’autres médica­ reverrons si nécessaire les moda­
jet de conseils téléphoniques simples, repous­ france avant l’épidémie.  ajoute que, dans le cas du pa­ ments − azithromycine, mais pas lités de prescription », avance
sant la prise en charge, avec des conséquences pascale santi tient décédé à Paris, « cette mo­ seulement − fait prendre des ris­ Dominique Martin. 
qui peuvent être graves. » Quant à la télé­ et sandrine cabut lécule avait été prise en association ques supplémentaires. » L’ANSM va paul benkimoun et s. ca
0123
4 | coronavirus MERCREDI 1ER AVRIL 2020

Epidémie de Covid-19 : situation au 30 mars, 14 heures


DÉCÈS À L’HÔPITAL HOSPITALISATION HOSPITALISATIONS PAR DÉPARTEMENT COMPARATIF EUROPÉEN

3 024
ET RÉANIMATION pour 100 000 habitants Progression du bilan humain
Guadeloupe 11 591 morts
20 946 selon le stade de l’épidémie en Italie

Italie France Espagne 10 000


de 100 à 135 Allemagne Royaume-Uni
depuis le 1 mars
er Personnes de 50 à 100 Martinique 7 716 morts
en Espagne
hospitalisées 8 000
de 25 à 50
Les données
RETOUR À DOMICILE de 10 à 25 commencent au 10e décès.
Mayotte 6 000
moins de 10
7 923 3 024 morts
en France
En réanimation 645 morts 4 000
La Réunion
et en soins intensifs en Allemagne
2 972 Petite couronne
1 411 morts 2 000
au Royaume-Uni
5 056 Guyane
(jour 16)
816
771

18 mars 30 mars 18 mars 30 mars Jour 0 Jour 10 Jour 15 Jour 23 Jour 34

Infographie Le Monde Sources : Santé publique France, Johns Hopkins University

Le privé se sent encore sous­utilisé


Les hôpitaux et les cliniques privés ont déprogrammé les opérations non urgentes, à la demande des ARS

C’
est une petite bataille dans initiale de 4 000 lits opérationnels est « Globalement, les relations entre diri­ nimation, explique lui aussi être au chô­
la « guerre » déclarée contre revue à la hausse à mesure que la situa­ geants d’établissements publics et privés « QUAND VOUS AVEZ DES LITS  mage technique depuis le 16 mars. « On
la pandémie de Covid­19, ra­ tion se tend dans telle ou telle région. En se passent très bien, entre médecins aussi, VIDES ET QUE VOUS APPRENEZ  n’a pas de nouvelles de l’ARS, le problème
vivée il y a une semaine, le Ile­de­France, où l’on est passé, toutes constate Philippe Tourrand, vice­prési­ c’est que ce sont les directeurs d’hôpitaux
23 mars, sur France Inter par Philippe Ju­ structures confondues, de 1 500 lits de dent du groupe Louis­Pasteur, qui DANS LA PRESSE LA MISE  qui gèrent les flux de patients. Il y a des dif­
vin. « On a demandé à quelques hôpitaux réanimation jeudi à 2 100 lits lundi, les regroupe cinq cliniques sur le territoire ficultés pour communiquer avec l’hôpital,
privés de nous prendre des malades, cer­ hôpitaux et cliniques privés ont aug­ lorrain (900 lits) et a lui­même accueilli EN PLACE D’UN TRAIN  on s’est inscrits sur des listes pour prévenir
tains jouent vraiment le jeu, d’autres pré­ menté les leurs de 180 à 450 lits. des patients de Mulhouse et de Colmar. nos confrères réanimateurs de nos dispo­
tendent jouer le jeu, affirmait le chef du Atika Alami, directrice générale du terri­ Par contre, je trouve scandaleux de voir
SANITAIRE, VOUS VOUS POSEZ  nibilités, et on n’a pas vraiment de retour. »
service des urgences de l’hôpital Geor­ toire des Yvelines et du Val­d’Oise de des patients envoyés à Toulon, à Bor­ DES QUESTIONS » Son établissement a déprogrammé tou­
ges­Pompidou, à Paris. Quand on les ap­ Vivalto Santé, vante une « synergie mo­ deaux ou dans l’Ouest alors que nous tes les interventions, mais il n’a pas en­
pelle pour leur proposer un malade, ils dèle » avec le public et le SAMU. Il y a trois avons fait de gros efforts pour vider nos PHILIPPE TOURRAND core accueilli un seul patient atteint de
trouvent des raisons pour ne pas le pren­ semaines, ses neuf établissements, dont établissements et arrêter toutes nos acti­ vice-président du groupe Louis-Pasteur Covid­19. Depuis quinze jours, poursuit
dre. Il y a des déclarations très publiques le Centre hospitalier privé de l’Europe, au vités. On conçoit qu’il faille prévoir une M. Bazin, « je travaille comme un diman­
des hôpitaux privés, et sur le terrain, on Port­Marly, et le Centre hospitalier privé vague, mais quand vous avez des lits vides che, je fais quelques péridurales, c’est tout.
perçoit souvent des réticences. » Sainte­Marie, à Osny, ne disposaient et que vous apprenez dans la presse la nous avons de quoi accueillir les patients On est découragés car on a l’impression
Ces propos n’ont pas manqué de faire d’aucun lit de médecine Covid. Ils en mise en place d’un train sanitaire, vous au­delà du seul cas de la réanimation. » qu’on va passer à côté de quelque chose ».
bondir la Fédération de l’hospitalisation comptent désormais 100. « Aujourd’hui, vous posez des questions. » Toujours dans le Grand­Est, il a fallu at­ Au CHU de Bordeaux, où lundi matin
privée (FHP), qui regroupe 1 030 cliniques précise­t­elle, 100 % des patients qui sont Au total, plus de 1 000 lits en réanima­ tendre le 18 mars pour que soit mise en 48 personnes étaient en réanimation
et hôpitaux. « C’est comme si nous com­ dans nos lits de réanimation Covid sont des tion sont à ce jour opérationnels dans le place une cellule de coordination des pour 300 lits disponibles, on justifie cette
parions nos concitoyens confinés. Parce transferts du public, et 80 % de ceux qui oc­ Grand­Est, contre 465 avant la crise, un groupements hospitaliers de territoire situation par le fait que, la région Nouvel­
qu’il y a un Français qui reçoit une cupent des lits de médecine Covid viennent chiffre qui pourrait à terme passer à (GHT). « Il n’y a pas de volonté de ne pas le­Aquitaine étant relativement peu tou­
amende, est­ce qu’il faut dire que tous les des établissements du public. » 1 200, voire 1 300. D’après l’enquête quoti­ mobiliser tout le système, on sollicite tout chée pour l’instant par rapport aux
Français ne jouent pas le jeu ? », balaie son dienne de l’ARS Grand­Est détaillant l’ac­ le monde, assure Mme Muller. En réani­ autres régions, « on est tout sauf saturés.
président, Lamine Gharbi. Pour lui, de­ Mesure d’anticipation tivité de réanimation dans la prise en mation, on a donné six autorisations ex­ On verra comment cela évolue mais,
vant l’ampleur de cette crise sanitaire, Même coopération décrite en région charge des patients atteints de Covid­19, ceptionnelles à des établissements privés. aujourd’hui, il n’y a aucun besoin de faire
l’heure est plus que jamais à la collabora­ Provence­Alpes­Côte d’Azur (PACA) où, à laquelle Le Monde a eu accès, il y avait le Le privé répond présent, après s’il y en a appel à des praticiens du privé, et on a
tion. « Il faut que les mentalités évoluent. Il lundi 30 mars, 23 % des patients en réani­ 25 mars 171 lits en réanimation disponi­ qui ne se sentent pas assez mobilisés, qu’ils aucun patient à reverser à d’autres établis­
n’y a plus de barrières public, privé, asso­ mation étaient hospitalisés dans le privé. bles, dont 14 dans le Haut­Rhin et 14 pour me contactent. » sements puisqu’on les accueille parfaite­
ciatif, il n’y a plus de médecins libéraux ou « Les établissements du privé nous en­ le Bas­Rhin, deux des principaux foyers Plus le temps passe, plus certains nour­ ment, y compris pour les non­Covid ».
salariés, on est tous ensemble. » voient la liste de leur personnel mis à dis­ de l’épidémie. Le lendemain, ces chiffres rissent l’impression d’avoir été mis de Dimanche 29 mars, la polyclinique
En France, le passage en stade 3, le position du public, ils proposent leurs res­ étaient respectivement de 184, 29 et 23. côté. La clinique Saint­Brice, en Seine­et­ Bordeaux­Nord, le plus gros établisse­
14 mars, a fait entrer dans le processus de pirateurs, souligne Anthony Valdez, di­ Les transferts, et notamment les trains Marne, a déprogrammé l’ensemble de ses ment privé hospitalier de la métropole
soins les 500 cliniques et 300 établisse­ recteur de l’offre de soins à l’ARS PACA. Je sanitaires, sont donc avant tout une me­ interventions pour accueillir en urgence bordelaise après le CHU, a accueilli ses
ments de soins de suite et de rééducation n’ai pas senti la moindre défiance entre sure d’anticipation : « C’est d’abord pour des malades du centre hospitalier Léon­ trois premiers patients en réanimation
du privé pour soulager et désengorger les public et privé, les cloisons tombent, les éviter que nos équipes ne craquent et en­ Binet de Provins. A ce jour, elle attend arrivés de Nancy par TGV médicalisé. Et
hôpitaux publics. Sont aussi mobilisées gens se parlent davantage, même si c’est suite pour éviter d’atteindre 100 % d’occu­ toujours ces patients. « Les collaborateurs l’ARS Nouvelle­Aquitaine fait savoir qu’il
les 704 structures sanitaires du secteur triste que ce soit à l’occasion d’une crise. » pation, car le jour où on est complet, on est expriment leur honte et leur colère d’être y aura dans les jours à venir un déport sur
privé non lucratif réunies au sein de la Fé­ Dans le Grand­Est, le 26 mars, l’agence bloqués », explique Anne Muller, direc­ chez eux, alors que d’autres soignants à le privé de patients en soins intensifs.
dération des établissements hospitaliers régionale de santé se félicitait que les trice de l’offre sanitaire à l’ARS Grand­Est. quelques kilomètres sont à un niveau de Romain Bazin, lui, a décidé de prendre
et d’aide à la personne privés non lucra­ cliniques privées accueillent plus de Le président de la FHP, Lamine Gharbi, fatigue extrême, dénonçait l’établisse­ les devants. Avec trois confrères réanima­
tifs (Fehap). A la demande des agences ré­ 120 patients atteints de Covid­19 en réani­ « déplore qu’il n’y ait pas plus de ment dans un communiqué le 28 mars. teurs de la périphérie de Bordeaux, ils ont
gionales de santé (ARS), le privé a dépro­ mation et plus de 400 autres dans les ser­ délestage vers le privé sur les territoires La direction doit­elle mettre le personnel contacté directement la chef du service
grammé la quasi­totalité de ses blocs vices de médecine. Dans le même temps, où ça se tend » : « Tous les matins, dit­il, soignant en chômage technique pour aler­ de réanimation de l’hôpital Muller à Mul­
opératoires – l’équivalent de 100 000 in­ beaucoup d’acteurs du privé de la région j’ai des réanimateurs de ma fédération ter sur cette situation ubuesque ? » house. Lundi, ils ont pris la route pour
terventions par semaine –, à l’exception regrettaient de ne pas être davantage mis qui me disent “j’ai trois places ici, cinq Romain Bazin, anesthésiste­réanima­ venir faire quatre jours de remplacement
des patients pour lesquels il était impos­ à contribution alors qu’ils estiment que places là”, nos 70 lits de réanimation teur dans une clinique privée près de Bor­ et, enfin, « se sentir utiles ». 
sible de différer l’opération. Sa capacité leurs capacités le leur permettent. dans le Grand­Est ne sont pas pleins… Et deaux qui compte 200 lits, dont 12 de réa­ élisabeth pineau

En Occitanie, les généralistes montent au front contre l’épidémie


De nombreux médecins libéraux se sont organisés avec l’ARS pour créer des centres consacrés au Covid­19 sur tout le territoire

M oins touchée que


d’autres régions, l’Oc­
citanie met à profit le
temps qui lui reste avant d’être
submergée par le Covid­19 pour
« Il faut intégrer la médecine de
ville dans cette guerre, autrement
c’est suicidaire, explique Maurice
Bensoussan, psychiatre à Colo­
miers (Haute­Garonne) et prési­
res, ainsi que des infirmiers, des
kinésithérapeutes, des biologis­
tes, des pharmaciens ou encore
des dentistes. La démarche de ces
professionnels est rendue possi­
tres de régulations du 15 peuvent di­
riger les patients chez nous. » Lors
des deux premiers jours d’ouver­
ture, de 70 à 80 personnes sont ve­
nues dans son centre.
Une pharmacie proche s’est orga­
nisée en « drive » pour les patients
qui sortent de consultation et un
centre de prélèvement a été joint à
la structure.
de médecine générale. Si on est
dans la réaction, ce sera trop tard,
les patients nous connaissent et les
équipes sont rassurées par les pro­
tocoles sécurisés. »
construire son propre rempart. dent de l’Union régionale des pro­ ble par la baisse de leurs consulta­ A Moissac (Tarn­et­Garonne), le L’ARS s’est engagée à livrer du Les centres assurent aussi un
Les médecins libéraux et l’agence fessionnels de santé (URPS) pour tions à cause du confinement. maire sortant, Jean­Michel Hen­ matériel à ceux qui le demandent : suivi des patients examinés, soit
régionale de santé (ARS) ont uni l’Occitanie. Il faut à tout prix éviter En Occitanie, les généralistes ryot, lui­même ancien médecin, a tables d’examen, masques, gel, par téléconsultation ou lors de vi­
leurs forces pour faire des généra­ de saturer le système hospitalier. sont entre 30 % et 35 % de leur libéré un grand gymnase pour blouses, combinaisons et autres sites à domicile réalisées par des
listes une arme essentielle face au Le médecin généraliste est la porte activité en temps normal et les permettre au docteur Raphaël Lo­ accessoires nécessaires à la protec­ infirmières. Les promoteurs de ces
virus. Samedi 28 mars, selon d’entrée pour les premiers soins. » spécialistes à 10 %. zat d’ouvrir, le 20 mars, son centre tion. Elle a également fixé le cadre structures doivent encore régler
l’ARS, 170 projets d’ouverture de Un discours repris par les autori­ Covid. De 20 médecins libéraux, réglementaire dans lequel ces cen­ certains problèmes, notamment
« centre Covid » étaient recensés. tés de santé, par la voix de Pascal « Maladie de médecine de ville » au départ, la liste des volontaires tres doivent opérer, pour sécuriser celui de la rémunération. Au cen­
Le principe de ces structures, qui Durand, directeur des projets et Le premier centre a ouvert le s’élevait en fin de semaine à patients et soignants. « L’hôpital tre de Moissac, les professionnels
essaiment un peu partout en du premier soin à l’ARS : « On a la 18 mars à Colomiers, à l’initiative 110 praticiens organisés en tours ne pensait pas que l’on arriverait à ont fait jusqu’ici du bénévolat. « Il
France depuis une dizaine de chance de pouvoir anticiper et du docteur Bensoussan. La mairie de garde, dont 40 infirmières. monter de telles structures, c’est la n’y aura pas de forfait, les interven­
jours, est simple : seuls les cas gra­ d’éviter les drames que Mulhouse a a mis à disposition des locaux, une L’unité peut accueillir de 200 à rencontre entre la médecine de ville tions seront payées à l’acte, ces
ves doivent aller à l’hôpital, les pu connaître faute de temps. » secrétaire et des équipes de net­ 400 patients par jour et tenir un et la médecine de catastrophe, ré­ structures sont considérées comme
autres doivent être gérés par les Selon l’URPS, 3 200 médecins li­ toyage. « L’accès n’est pas libre, ex­ mois grâce à son stock d’équipe­ sume Raphaël Lozat, fort de son des cabinets délocalisés », relève
médecins libéraux dans des cen­ béraux sur les 12 000 que compte plique M. Bensoussan. Seuls les ments. Elle dispose de trois lits passé d’ancien médecin humani­ M. Durand, à l’ARS. 
tres répartis sur tout le territoire. la région se sont portés volontai­ médecins généralistes ou les cen­ avec oxygène et deux ambulances. taire. Le Covid­19 est une maladie jacques follorou
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 coronavirus | 5

Neuf hôpitaux
européens
lancent
un appel à l’aide
« Nous serons bientôt à court
de médicaments essentiels»,
préviennent des établissements

L’
alerte vient des neuf médecine surchargés de travail et
plus grands hôpitaux souvent moins expérimentés (…)
d’Europe. Dans une let­ utiliser des produits et des dosages
tre adressée à leurs gou­ dont ils ne sont pas familiers. »
vernements respectifs, leurs mé­ Pour prendre en charge les cas les
decins appellent à des mesures plus sévères, les réanimateurs doi­
d’urgence pour faire face à la pé­ vent plonger les patients dans un
nurie de médicaments. « Les hôpi­ coma artificiel, et les intuber. Ils
taux seront bientôt à court de mé­ ont pour cela recours à de puis­
dicaments essentiels pour traiter sants médicaments comme les
les patients atteints du Covid­19 curares, qui paralysent les muscles Extension de l’hôpital Vall d’Hebron pour les patients atteints de coronavirus à Barcelone, dimanche 29 mars. AFP
hospitalisés en réanimation. Faute respiratoires, le propofol, qui en­
d’une collaboration européenne dort profondément, le midazo­
pour garantir un approvisionne­ lam, ou la morphine. Ils adminis­ tion de l’hôpital de Pontoise. Dans cise le chef d’entreprise. Contacté tat, nous avons 15 % d’absentéisme,
ment continu en médicaments, ils trent aussi très souvent des anti­ cet établissement du nord de l’Ile­ par des établissements inquiets de QUELLE QUE SOIT  et les lignes tournent au ralenti »,
risquent de ne plus pouvoir fournir biotiques afin de limiter le risque de­France, 44 patients atteints de ne pas pouvoir tenir jusqu’au LA SOLUTION RETENUE,  constate un façonnier qui produit
des soins intensifs adéquats d’ici d’infection. Problème : dans les Covid­19 sont hospitalisés, soit lundi, il a rouvert ses entrepôts au pour de grands groupes pharma­
une à deux semaines », expliquent régions les plus touchées par l’épi­ plus du double de la capacité habi­ cours du week­end pour les livrer IL FAUDRA DES SEMAINES  ceutiques. Selon lui, la marge de
les signataires, des médecins et démie, la consommation de ces tuelle du service. La quasi­totalité en urgence. « Pour les prochaines manœuvre est faible. « Pour ces
directeurs d’établissements mem­ molécules a augmenté « jusqu’à du stock de curare y est passée. semaines, nous avons peu de AVANT QUE  médicaments peu chers, personne
bres de l’Alliance européenne des 2 000 % », a indiqué le premier mi­ « Ces patients ne s’endorment pas visibilité », indique M. Lamirault. n’a de stocks et la production est en
hôpitaux universitaires. nistre Edouard Philippe dans son bien, ce qui nous oblige à leur ad­ Comme tous les fabricants, il
LES MÉDICAMENTS  flux tendu », explique ce responsa­
Tous sont en première ligne face intervention, samedi 28 mars. Au ministrer des doses bien plus éle­ transmet tous les deux jours l’état SOIENT DISPONIBLES ble en soulignant aussi l’impact de
à l’épidémie qui a déjà fait plus de point que les stocks français sont vées qu’à l’accoutumée », témoi­ de ses stocks à l’Agence nationale l’épidémie sur les usines chinoises
23 000 morts en Europe. Parmi désormais dangereusement bas. gne le médecin. « Et comme ils de sécurité du médicament. Il et indiennes, d’où viennent la moi­
eux : l’Assistance publique Hôpi­ Dans de nombreux hôpitaux, sont aussi difficiles à réveiller, les échange aussi quotidiennement des échanges. Quelle que soit la so­ tié des principes actifs pharmaceu­
taux de Paris (AP­HP), San Raffaele les médecins travaillent l’œil rivé quantités de médicaments requi­ avec la cellule de crise chargée lution retenue, il faudra des semai­ tiques utilisés pour la fabrication
à Milan, Vall d’Hebron à Barcelone, sur le compteur. « C’est la pêche à ses sont très importantes », ajoute­ d’évaluer les stocks nationaux et nes avant que les médicaments de médicaments en Europe.
le King’s College à Londres ou en­ l’ampoule », lâche Jean­Louis Du­ t­il. Son expérience montre qu’il d’estimer les besoins à venir. soient disponibles. « Nous avons « Je crains qu’il n’y ait pas beau­
core la Charité à Berlin. En France, bost, chef du service de réanima­ faut attendre au moins huit jours commencé à augmenter la produc­ coup d’anticipation sur ces ques­
la lettre devait être adressée dans avant de désintuber les patients. Pas une « baguette magique » tion mais le délai de fabrication tions d’approvisionnement. Or c’est
la matinée de mardi 31 mars, au Voyant leurs stocks s’effondrer, Dans ce contexte d’urgence, le pre­ pour des ampoules de curare est vital », s’inquiète Rémi Salomon,
président de la République, au pre­ les pharmaciens hospitaliers se mier ministre Edouard Philippe a d’un mois et demi à deux mois en président de la commission médi­
mier ministre ainsi qu’au ministre « IL EST EXTRÊMEMENT  sont empressés de multiplier les jugé samedi « envisageable » la ré­ incluant tous les contrôles qualité », cale d’établissement de l’AP­HP,
de la santé. « A ce rythme de con­ commandes auprès des indus­ quisition des moyens de produc­ souligne Luc Lamirault qui fait ap­ qui fait partie des signataires de la
sommation, les stocks des hôpitaux INQUIÉTANT DE VOIR DES  triels spécialisés dans les médica­ tion de médicaments, tout en sou­ pel à deux façonniers en Slovaquie lettre. Pour éviter une rupture
les plus touchés seront vides dans ments de réanimation. « Depuis lignant qu’elle ne constituait pas et en Lettonie pour ses médica­ totale des stocks, de nouvelles
quelques jours et dans deux semai­
ÉTUDIANTS SOUVENT  jeudi, nous sommes submergés de une « baguette magique » et était à ments. « Nos matières premières, recommandations ont été trans­
nes pour ceux qui disposent de MOINS EXPÉRIMENTÉS  demandes : une cinquantaine utiliser « avec prudence ». « Aucun qui viennent d’Espagne et d’Italie, mises le 27 mars aux médecins.
stocks plus importants », indique le d’hôpitaux à la recherche d’ampou­ pays européen ne dispose à lui seul sont aussi longues à fabriquer », Elles visent à économiser les médi­
texte. « Cela a déjà conduit certains UTILISER DES PRODUITS  les de curares nous ont contactés », des installations de production né­ précise le chef d’entreprise. caments de réanimation, en dimi­
hôpitaux à acheter des médica­ témoigne Luc Lamirault, le fonda­ cessaires pour fournir tous les Le défi est d’autant plus grand nuant les doses et la durée d’utili­
ments ou des dosages différents de DONT ILS NE SONT PAS  teur de Medpha, un laboratoire médicaments nécessaires », souli­ que l’épidémie de Covid­19 n’épar­ sation. Sous réserve que les pa­
ceux auxquels ils sont habitués. Il FAMILIERS », NOTENT  pharmaceutique situé dans l’Es­ gnent les signataires de la lettre, gne pas les usines. « Pour nos em­ tients puissent être « réveillés »
est extrêmement inquiétant de voir sonne. « Il nous en reste encore, qui plaident pour une gestion à ployés le message n’était pas clair : sans danger. 
des infirmiers et des étudiants en LES MÉDECINS mais plus tous les dosages », pré­ l’échelle européenne des stocks et faut­il aller travailler ou non ? Résul­ chloé hecketsweiler

A Paris, le campus de l’AP­HP s’active pour épauler les soignants


Dans le 12e arrondissement, des « recrues » sont formées tandis qu’une cellule répartit les patients dans les structures de la région

L a question peut sembler


simple : la seringue doit en­
voyer 2 millilitres (ml) par
heure, et la solution doit passer en
douze heures. « De quel volume
permet de suivre 25 000 patients
à domicile – « 300 nouveaux cha­
que heure en Ile­de­France », pré­
cise le directeur de la plate­forme,
le cardiologue Patrick Jourdain –,
Parmi les « stagiaires » qui sui­
vront quatre ateliers en une de­
mi­journée, des jeunes externes
de 4e et de 5e année, mais aussi un
médecin gastro­entérologue
l’hôpital Cochin en radiologie,
quand son chef lui a expliqué qu’il
n’était « plus d’aucune utilité ». « Ils
m’ont dit de partir gentiment, mais
au bout d’une semaine ou deux
téléphonique de régulation des
lits de réanimation. En perma­
nence, ils sont quatre à cinq à tra­
vailler derrière un téléphone et
un écran d’ordinateur, encadrés
médicales, logistiques, adminis­
tratives. La médecine est trop com­
partimentée, il faut faire sauter
beaucoup de choses pour sauver le
plus grand nombre de vies. »
ai­je besoin ? », demande Tony le centre de régulation des lits de confirmé travaillant dans un ca­ chez moi, j’ai eu envie d’être utile. » par un urgentiste. « Bonjour, j’ai A côté de cette cellule, d’autres
Timizar­Le Pen aux cinq élèves qui soin critique, la plate­forme pour binet, près de la place de l’Etoile, Même constat pour sa camarade un patient de 73 ans à vous propo­ salles sont occupées par des dizai­
l’écoutent attentivement. « Vingt­ aider les différents hôpitaux de et dans une clinique du secteur de fac, en stage de dermatologie. ser qui vient d’Argenteuil », inter­ nes de personnes, téléphone en
quatre », répond l’un d’entre eux, l’Assistance publique au recrute­ privé, dans le 16e arrondissement « On est là pour aider, mais ces roge une voix calme et posée main et les yeux rivés sur leur
soit « 21 ml de sérum phy [physiolo­ ment des personnels soignants de Paris. « Infirmier, médecin ? soins, comme poser une perfusion, derrière un poste de travail. poste de travail informatique. El­
gique] et 3 d’héparine [un anticoa­ nécessaires et, enfin, le « centre de Cela ne change rien pour moi, on on ne sait pas les faire », avance Sur un grand tableau s’affichent les gèrent, depuis vendredi, les
gulant] », précise l’infirmier, formation express pour aider les est tous là pour soigner. Il n’y a Eve Aouizerate, 22 ans aussi. les lits disponibles en réanima­ renforts Covid, soit un vivier de
d’habitude formateur à la Pitié­ soignants à devenir infirmier ». pas de question d’ego », confie le tion de quelque 70 à 80 établisse­ plus de 14 000 noms qui ont pro­
Salpêtrière. Ce lundi 30 mars, il « Nous avions 1 725 patients en réa docteur Joël Edery. « Bousculer nos habitudes » ments d’Ile­de­France, publics posé leurs services. « On a besoin
œuvre avec d’autres au campus à 9 heures ce matin, 1 800 lits envi­ A ses côtés, Eliot Chaouat, Les besoins dans les services de comme privés, une liste réactuali­ de 10 000 infirmiers sur la région,
Picpus de l’Assistance publique­ ron, il faut accélérer pour que face à 22 ans, est en 4e année à Paris­ réanimation, mais aussi pour sée cinq à six fois par jour. « Ce sachant que l’AP­HP en compte
Hôpitaux de Paris (AP­HP), dans le chaque malade grave il y ait un lit, Descartes et faisait son stage à d’autres urgences, vont être matin, on n’avait que 38 lits dispo­ 16 000. On a beaucoup de profils
12e arrondissement de la capitale, du personnel, des respirateurs et considérables dans les jours à nibles. En faisant ce travail, on de médecins qu’il faut essayer de
pour former en urgence au métier des médicaments, c’est notre obses­ venir. « Bien sûr, on ne va pas for­ soulage les urgentistes de chaque réorienter vers des postes d’infir­
d’infirmier des médecins, des ex­ sion », insiste Martin Hirsch, direc­ mer des infirmiers en une demi­ hôpital qui passaient parfois une miers », note Aude Nyadanu, qui
ternes et étudiants, et répondre teur général de l’AP­HP. Et pour ce « LES URGENTISTES  journée quand il faut trois ans heure trente à deux heures pour ré­ s’occupe de cette cellule renforts.
ainsi aux besoins actuels considé­ faire, il faut, dit­il, « une réponse d’études [4 200 heures] pour obte­ gler un transfert. Là, ils peuvent se Plutôt que de laisser chaque éta­
rables en région parisienne. spéciale, pour laquelle l’organisa­ PASSAIENT PARFOIS DEUX  nir le diplôme. Ils ne seront pas consacrer aux patients », explique blissement puiser dans cette ré­
Le grand bâtiment gris qui tion en temps normal n’est pas HEURES POUR RÉGLER  autonomes, ils n’en ont d’ailleurs le docteur Laurent Treluyer, res­ serve et faire les vérifications
abrite d’ordinaire des formations adaptée ». « Il faut débureaucrati­ pas envie, mais seront encadrés ponsable du dispositif. nécessaires, une occupation chro­
aux métiers sanitaires pour ser complètement l’AP­HP, organi­ UN TRANSFERT. LÀ, ILS  sur le terrain », précise Tony « Les chirurgiens présents, nophage, ce sont les 60 bénévoles,
l’AP­HP est en grande partie voué ser des circuits courts, modifier les Timizar­Le Pen. désœuvrés à cause de la crise due habitués des métiers de santé, qui
à l’urgence face à l’épidémie due chaînes de responsabilité, que tout PEUVENT SE CONSACRER  Soulager les équipes sur le ter­ au coronavirus, sont efficaces, ha­ rappellent les volontaires en leur
au coronavirus. Là, des centaines fonctionne en parallèle plutôt rain, telle est la vocation première bitués à prendre des décisions ra­ demandant leurs compétences,
de personnes se forment ou parti­ qu’étape après étape comme tradi­
AUX PATIENTS » des différentes équipes qui pides, et connaissent bien les struc­ leur disponibilité ou leurs deside­
cipent aux cellules d’urgence et tionnellement. » LAURENT TRELUYER œuvrent dans la fourmilière de tures hospitalières, avance aussi rata. « Il faut continuer à nourrir en
plates­formes téléphoniques qui Au quatrième étage du bâti­ responsable de la plate-forme Picpus. Au deuxième étage, ce François Crémieux, le directeur forces vives les hôpitaux », résume
témoignent de l’intense mobili­ ment, Tony Timizar­Le Pen pro­ téléphonique de régulation sont des chirurgiens, pour la plu­ adjoint de l’AP­HP. Là encore, il Martin Hirsch. 
sation : le centre Covidom, qui pose donc sa formation express. des lits de réanimation part, qui occupent la plate­forme faut bousculer nos habitudes, rémi barroux
0123
6 | coronavirus MERCREDI 1ER AVRIL 2020

En Afrique, « agir au
plus vite pour éviter
l’hécatombe »
Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix, alerte
sur l’urgence sanitaire et la précarité du
système de soins dans les pays du continent

ENTRETIEN les Européens et les Améri­


cains. Qu’en est­il en Afrique ? Denis Mukwege,

A
lors que la pandémie La population perçoit très clai­ à l’hôpital
de Covid­19 a déjà mis rement le danger. Mais la réalité de Panzi,
à l’arrêt une partie de africaine est cruelle : la pandémie en République
la planète, l’Afrique, qui nous guette, et le confinement démocratique
semblait dans un premier temps est pratiquement impossible. Les du Congo,
résister, voit avec frayeur ce nou­ gens sont pauvres, vivent au jour le 2 avril 2012.
veau coronavirus toucher peu à le jour, et ont l’impérieux besoin MADS NISSEN/PANOS-REA
peu des territoires nouveaux. Si les de sortir pour s’alimenter. Com­
mesures de prévention se multi­ ment leur demander de choisir
plient, beaucoup de celles qui font entre mourir de faim en se confi­
leurs preuves dans l’hémisphère nant à la maison ou prendre le ris­ nya, choléra. En a­t­elle Votre hôpital est connu pensé qu’à l’économique et à la
Nord restent inapplicables sur le que de mourir du coronavirus en gardé des réflexes et des « Nous n’avons dans le monde entier pour course au profit rapide, au détri­
continent le plus pauvre. Depuis sortant pour gagner leur pain ? enseignements ? qu’une option : accueillir et traiter des ment du social et de l’attention
son hôpital de Panzi, dans l’est C’est un dilemme terrible. Oui, l’Afrique a tiré des leçons femmes victimes de viols de aux autres. Un système qui a
de la République démocratique du des épidémies récentes. La préco­ prévention, guerre. Comment faire pour complètement perdu de vue cer­
Congo (RDC), Denis Mukwege, mé­ Il faudrait des masques, cité des réactions et des décisions prévention, qu’elles ne soient pas aussi taines valeurs comme la solida­
decin, gynécologue et Prix Nobel bien sûr. Quels manques d’urgence sanitaire en est la les premières victimes rité et n’a eu de cesse de penser
2018 de la paix, a confié au Monde redoutez­vous le plus ? preuve. Des pays ont imposé des prévention » de la crise qui s’annonce ? « global » pour chercher au bout
sa profonde inquiétude, conscient Il nous faut à tout prix miser sur mesures de confinement strict, Les femmes sont les premières du monde la main­d’œuvre la
que l’Afrique n’a « clairement pas la prévention, car nous n’avons alors même qu’ils ne connais­ victimes des conflits qui perdu­ moins chère possible en dédai­
les moyens de faire face au fléau ». clairement pas les moyens de faire saient encore que quatre ou cinq terrain favorable aux formes les rent dans notre province depuis gnant l’investissement social.
face au fléau. Les structures sani­ cas. Ils ne l’auraient jamais fait plus graves, voire mortelles, de la plus de vingt ans, avec leur lot de Un système où l’hôpital public a
Quelles informations taires sont déficientes sur le conti­ sans l’expérience tragique des maladie. C’est d’ailleurs le sens de violences sexuelles. Or ce sont el­ été considéré comme la cin­
avez­vous aujourd’hui sur la nent. Nous n’avons pas d’équipe­ épidémies passées. l’appel à la vigilance formulé par le les qui portent la société africaine quième roue du carrosse alors
propagation du virus en RDC ments : masques, gants, chlore, dé­ En RDC, c’est un grand expert de directeur de l’Organisation mon­ sur leurs épaules. Ce sont elles qui qu’il devrait être un rempart.
et plus largement en Afrique ? sinfectants, respirateurs pour trai­ la gestion des épidémies, le doc­ diale de la santé (OMS) à l’Afrique l’animent et la font vivre sur le Qui aurait pu imaginer que des
Selon les statistiques à notre dis­ ter les malades. A Kinshasa, une teur Muyembe, qui a été nommé du Sud qui compte un nombre im­ plan économique. malades d’une société riche puis­
position, au moins 43 pays sur ville de près de 12 millions d’habi­ pour coordonner la riposte au portant de malades du VIH et qui Quand on voyage en Afrique, on sent mourir devant des médecins
les 54 que compte l’Afrique sont tants, il n’existe qu’une cinquan­ coronavirus. Tous les dispositifs a aussi le taux le plus élevé de cas voit des femmes qui transpor­ désarmés et contraints à d’hor­
déjà touchés, et cette tendance taine de respirateurs. A Bukavu, organisationnels de la lutte con­ de coronavirus en Afrique. tent, qui cultivent, vont au mar­ ribles choix ? Qui aurait pu penser
épidémiologique va certainement avec une population estimée à tre Ebola demeurent et vont nous ché, assurent les échanges com­ qu’au XXIe siècle, des gens se­
se renforcer. J’observe heureu­ 1,5 million d’habitants, les hôpi­ être utiles. Ecoles, églises, orga­ On a parfois dit que le climat merciaux. Elles seront les premiè­ raient abandonnés à leur sort
sement que les responsables ad­ taux réunis n’en disposent que nisations de la société civile sont et la jeunesse de la population res en contact avec le virus, les dans des établissements pour
ministratifs, politiques, coutu­ d’une trentaine. Ici, à Panzi, nous sensibilisées et réactives. Cela ne d’Afrique seraient plutôt plus vulnérables. Si elles ne sont personnes âgées, sans qu’on
miers ont pris conscience du dan­ en avons vingt, mais notre capa­ fait même pas un mois que l’on des atouts face au Covid­19… pas protégées, elles deviendront puisse même leur donner une sé­
ger. Le 19 mars, le gouvernement cité d’obtenir ce que l’on appelle les s’est officiellement débarrassé Ne spéculons pas là­dessus, des vecteurs, et ça peut faire ex­ pulture ? Tout cela était impensa­
de RDC a pris des mesures d’ur­ « consommables », c’est­à­dire les d’Ebola ! Faute des moyens dont nous avons encore trop peu d’élé­ ploser l’épidémie. C’est donc elles ble il y a à peine trois semaines.
gence pour tenter de stopper la tuyaux et filtres à usage unique, disposent Européens et Améri­ ments sur cette maladie. Le qu’il faut sensibiliser, elles qu’il Alors, j’espère que l’on appren­
propagation du virus. On a isolé est très réduite. Avec l’hôpital cains, nous n’avons donc qu’une premier patient contaminé ve­ faut impliquer dans les organes dra de cette pandémie. Que le
Kinshasa, épicentre de la maladie, provincial général, nous avons été option : prévention, prévention, nait d’Europe, mais il a bel et bien de décision et de lutte contre la monde d’après le coronavirus ne
des provinces. On sensibilise la sélectionnés comme hôpital de prévention. Gestes barrières, la­ transmis la maladie à des locaux. pandémie, elles qui doivent béné­ sera plus le même. Que l’homme
population à la notion de distan­ référence pour la prise en charge vage de main, distanciation so­ Quant à l’âge, il faudrait plus ficier de dépistage et de soins saura retourner vers l’humain.
ciation sociale. Un comité de ri­ des malades du coronavirus, mais ciale… Les gens comprennent. de recul, même si l’on sait que le attentionnés. Que seront réhabilitées les no­
poste a été mis en place. Les pro­ nous aurions besoin de matériel taux de mortalité est plus fort tions d’égalité, de dignité et enfin
vinces aussi s’organisent, et des de dépistage et de réanimation. La prégnance d’autres chez les anciens. Le premier Cette pandémie, et le boulever­ d’empathie. 
cellules de crise sont créées par­ Si nous recevions un nombre im­ maladies telles que le défunt en RDC est un confrère sement du monde qu’elle propos recueillis
tout. Il nous faut agir au plus vite si portant de malades, la situation paludisme, le sida, la tubercu­ médecin qui n’avait que 46 ans. provoque, vous inspire­t­elle par annick cojean
nous voulons éviter l’hécatombe. serait très difficile à maîtriser. lose accroît­elle le danger ? Alors, pour sensibiliser la popu­ déjà des réflexions ?
Evidemment. Ces maladies qui lation, il faut se dire que chacun Cette épidémie montre les limi­
La prise de conscience du L’Afrique a connu d’autres affaiblissent le système immuni­ peut être atteint. Et que tout le tes du système qu’a créé notre
danger a été très lente pour épidémies : Ebola, chikungu­ taire ne peuvent que constituer un monde doit se prémunir. génération. Un système qui n’a Retrouvez en ligne l’ensemble de nos contenus

Sanchez sous le feu des critiques, l’Espagne durcit le confinement


L’opposition et les régions, compétentes en matière de santé, mettent en cause la stratégie de lutte contre la pandémie du gouvernement

madrid ­ correspondante d’une gestion de la crise sanitaire naître qu’un lot de 660 000 tests sanitaires et les répartir en fonc­ ministère de la santé d’avoir réqui­ ques, 5 000 combinaisons de pro­
certes volontariste, mais errati­ de diagnostic du Covid­19 achetés tion de l’urgence de chaque ré­ sitionné, dans un entrepôt de Jaen, tection et 200 000 gants, destiné

A lors que le dernier bilan


de la pandémie de
Covid­19 fait état de
plus de 85 000 cas confirmés et
7 341 morts en Espagne, le chef
que. Le président du Parti popu­
laire (PP, droite), Pablo Casado, a
ainsi reproché, lundi, au premier
ministre son « manque de trans­
parence et de loyauté », pour ne
et qui commençaient à être distri­
bués dans les hôpitaux de la
région de Madrid, épicentre de
l’épidémie en Espagne, était dé­
fectueux. Pire, l’ambassade de
gion, selon le principe de solida­
rité, l’exécutif n’a organisé pour le
moment aucun transfert de pa­
tients de Madrid, le principal
foyer de contagion espagnol, vers
150 000 masques de protection
médicale qui lui étaient destinés.
Plusieurs régions se sont ensuite
plaintes que leurs distributeurs ne
voulaient plus importer de maté­
à approvisionner la région.
« La cacophonie n’est qu’ap­
parente », assure aussi un respon­
sable du ministère des affaires
étrangères, qui rappelle la fer­
du gouvernement, le socialiste pas l’avoir prévenu de son inten­ Chine a cru bon de préciser sur des zones moins saturées, bien riel sanitaire, de crainte qu’il ne meté du confinement drastique
Pedro Sanchez, s’est résigné à « in­ tion de durcir le confinement. Twitter que le fournisseur chi­ qu’il assure depuis des jours qu’il soit saisi. Ou ont accusé, sans approuvé rapidement, avec un ni­
tensifier la lutte » pour éviter la nois de cette commande, l’entre­ envisage cette solution. Et si l’An­ preuve, le gouvernement de « blo­ veau de cas confirmé inférieur à
saturation annoncée des hôpi­ Aucun transfert de patients prise Shenzhen Bioeasy Biotech­ dalousie, la Galice et l’Estréma­ quer » du matériel aux douanes. celui qu’avait l’Italie ou la France
taux du royaume. Lundi 30 mars, Les autres partis ne sont pas en nology, n’avait « pas encore ob­ dure ont annoncé l’envoi de respi­ L’exécutif a démenti ces accusa­ quand elles­mêmes l’ont décrété,
seuls les travailleurs des secteurs reste. La présidente du parti libé­ tenu la licence officielle de l’admi­ rateurs artificiels dans la capitale, tions, assurant que toutes les ré­ mais aussi la participation
d’activités considérés comme ral Ciudadanos, Inés Arrimadas, nistration nationale de produits la « solidarité » demandée entre quisitions visaient à éviter la spé­ très active de l’armée et les me­
« essentiels » ont été autorisés à l’a accusé de « générer de l’incer­ médicaux de la Chine pour vendre régions semble dépendre du bon culation. Mais il n’a pu cacher ses sures fortes de soutien au chô­
se rendre sur leur lieu de travail, titude ». Les dirigeants du mouve­ ses produits ». De quoi provoquer vouloir de chacune d’entre elles. difficultés à fournir le matériel mage partiel. « Le gouvernement
selon les mesures annoncées la ment d’extrême droite Vox lui re­ railleries et critiques incendiaires Or chacune cherche à garder un nécessaire aux hôpitaux. Il a ré­ contrôle la situation, agit avec dé­
veille par Madrid. prochent son « improvisation ». sur les réseaux sociaux. maximum d’autonomie. parti à peine 10 millions de mas­ termination dans un pays forte­
Alors que, trois jours plus tôt, Et pour préserver l’unité de son Alors que l’un des objectifs de Les indépendantistes catalans ques de protection et 56 respira­ ment décentralisé, mais avec un
M. Sanchez s’opposait encore au gouvernement de coalition avec l’état d’alerte décrété le 14 mars contestent chaque jour le pilotage teurs artificiels depuis le 14 mars. commandement unique clair qui
« confinement total » réclamé Podemos (gauche radicale), le était de centraliser les ressources de la crise sanitaire par Madrid, « Le gouvernement a obtenu du vertèbre la réponse à cette crise. »
avec insistance par plusieurs pré­ leader socialiste a dû prendre des considérée comme une mesure matériel, mais c’est très insuffi­ Dimanche, le pont aérien pro­
sidents de régions, il a fini par mesures inattendues, comme de « recentralisation ». Les régions, sant », reconnaît au Monde le pré­ mis entre l’Espagne et la Chine a
céder aux pressions. Celles de l’interdiction des licenciements auxquelles ont été transférés les sident de la région de Valence, le été enfin ouvert pour livrer pro­
chiffres alarmants qui mettent à pour cause d’épidémie, annoncée
La « solidarité » pouvoirs en matière de santé il y a socialiste Ximo Puig, qui a décidé gressivement 550 millions de
l’épreuve les capacités d’accueil vendredi. A cela, il faut ajouter la entre régions près de quinze ans, lassées d’at­ de « ne pas attendre simplement masques, 5,5 millions de tests ra­
en soins intensifs, proches de leur colère des personnels soignants, tendre le matériel sanitaire pro­ de recevoir la partie proportion­ pides, 11 millions de paires de
« limite » dans six régions auto­ dont 12 300 ont été infectés par le
semble dépendre mis, ont d’ailleurs rapidement re­ nelle qui [lui] reviendrait ». Grâce à gants ou encore 950 respirateurs
nomes, comme l’a reconnu le virus et six sont décédés, faute de du bon vouloir pris les achats sur les marchés in­ un chef d’entreprise chinois ins­ artificiels. Mais rien ne dit que
ministère de la santé. Mais aussi matériel adéquat. ternationaux pour leur compte. tallé à Valence, il est parvenu à Pedro Sanchez pourra en tirer un
les pressions de nombreux diri­ Jeudi 26 mars, le ministère espa­
de chacune Mi­mars, le gouvernement de faire venir, le 24 mars, un avion peu de répit. 
geants politiques mécontents gnol de la santé a ainsi dû recon­ d’entre elles l’Andalousie a même reproché au chargé de 3,8 millions de mas­ sandrine morel
Publicité

Face à l’épidémie du COVID-19 : N’oublions pas les plus fragiles de la planète.


Appel à une mobilisation globale !

Alors que la France doit faire tants à sortir tous les jours comme cela a été fait pour nos programmes quand c’est
face à la violence de la pan- pour faire face à leurs besoins contrer Ebola. possible
démie, le monde entier est les plus élémentaires ; eux pour aider les plus vulnérables
aujourd’hui concerné. dont les Etats souvent fragiles Nous lançons cet appel en à se préparer au COVID-19,
ou faillis ont déjà des moyens tant qu’ACTED, mais aussi à y répondre et à s’en relever.
Grâce à la mise en place dérisoires et des actions très en tant que membre de l’Al- Nous ferons face ensemble
du confinement et aux in- entravées. liance2015, un réseau de huit avec nos partenaires, partage-
frastructures médicales de Nous le disons solennellement ONG humanitaires et de rons et utiliserons nos années
pointe, nos pays arriveront à : sans un élan de solidarité développement basées en Eu- d’expériences dans la prépa-
affronter cette terrible épidé- massif des pays riches, ce sont rope travaillant dans 95 pays ration et la réponse aux crises,
mie avec bien des drames. Ce des millions de femmes et au service de 40 millions de en particulier l’expérience liée
constat concerne beaucoup d’hommes qui pourraient en bénéficiaires directs. Nous à l’épidémie d’Ebola, dans la-
de pays parmi les plus riches. mourir dans les pays du Sud nous engageons à agir de ma- quelle nous restons impliqués.
les plus fragiles, en particulier nière collaborative pour avoir
Alors imaginons la situation en Afrique subsaharienne, un impact plus fort contre la C’est notre devoir à tous, il
des pays en développement parmi les populations les plus pauvreté, la faim et les iné- n’y a pas de temps à perdre.
sur d’autres continents, moins vulnérables, les déplacés in- galités, dans l’esprit des buts
favorisés, et parfois en guerre. ternes et les réfugiés. des ODD. Agissons dès aujourd’hui

Il est de notre devoir, à nous Nous appelons à une mobili- Notre réponse en tant qu’Al- Rendez-vous sur
humanitaires, d’alerter l’opi- sation massive pour les aider, liance2015 est d’adapter www.acted.org
nion et les gouvernements sur
l’impact potentiel énorme du
COVID-19 dans les pays les
plus pauvres, les plus fragiles,
là où des centaines de millions
de personnes vulnérables font
déjà face à des crises humani-
taires et sanitaires.

Si chez nous, en moyenne


15% de ceux qui sont diagnos-
tiqués comme porteur du
virus ont besoin d’une prise en
charge hospitalière, imaginons
avec effroi comment ces pays
pourront faire face à l’afflux
de malades, eux qui ont par-
fois 20 fois moins de lits d’hô-
pitaux et 50 fois moins de
médecins par habitant qu’en
France. Pensons à ces millions
personnes qui vivent dans des
pays en guerre et dans des
camps de réfugiés. Ils vivent
déjà l’enfer. Ce n’était peut-
être que le début.

Il semble que le confinement


soit aujourd’hui le seul moyen
fiable de stopper la progres-
sion du virus au sein d’une
population. Mais comment les Photo: ©Ilyas Ahmed pour ACTED Somalie

plus pauvres de ces pays vont-


ils faire, eux dont l’économie
informelle et la pauvreté
obligent la plupart des habi-
0123
8 | coronavirus MERCREDI 1ER AVRIL 2020

D’Alger à Istanbul :
face au virus,
le déni et la censure
Les régimes algérien, égyptien et turc s’efforcent
de contrôler l’information pour minimiser
le bilan de la pandémie, au risque d’alimenter
encore la défiance de leur population

istanbul ­ correspondante un foyer épidémique. Après la vu retirer son accréditation et ex­


confirmation d’un premier cas, pulsée. L’argument du Caire se­

C
hasse aux « fausses fin février, chez une Américano­ lon lequel l’étude n’était pas vali­
informations », mé­ Taïwanaise de retour d’une croi­ dée scientifiquement a pris du
decins muselés et sière sur le Nil, suivi de dizaines plomb dans l’aile avec sa publica­
bilans laconiques… d’autres parmi des touristes étran­ tion dans la revue scientifique
Dans plusieurs gers et des personnels du secteur, The Lancet, le 26 mars.
pays d’Afrique du Le Caire a longtemps présenté le Le sort réservé à la correspon­ Devant une des pyramides de Gizeh, au Caire, le 25 mars. KHALED DESOUKI / AFP
Nord et du Moyen­Orient, le virus comme importé et circons­ dante du Guardian n’a pas surpris
manque de transparence et le crit aux sites touristiques. Ce n’est dans un pays où toute voix criti­
contrôle de l’information autour qu’après l’apparition de cas dans que est muselée, depuis l’arrivée
du Covid­19 alimentent les soup­ d’autres provinces que le gouver­ au pouvoir du maréchal Abdel De la même façon, en Algérie, les « censure » supplémentaire dans
çons quant à l’ampleur de l’épidé­ nement a pris, mi­mars, des mesu­ Fattah Al­Sissi, en 2013. « En revan­ autorités ont commencé par vou­ EN TURQUIE,  le climat déjà liberticide qui rè­
mie. En Algérie, en Egypte et en res : villages sous quarantaine, fer­ che, le gouvernement ne fait rien loir rassurer la population, si ce PRÈS DE  gne dans le pays.
Turquie, où le déni le dispute à la meture des lieux publics, suspen­ contre les médias qui diffusent de n’est minimiser les risques que « Nous ne respectons pas ces di­
censure dans la gestion de l’épi­ sion des liaisons aériennes… fausses informations qui appuient pose l’épidémie, dénoncent leurs 500 INTERNAUTES  rectives. Il nous suffit d’avoir des in­
démie, la crise de confiance avec Tout en se voulant rassurant sur sa position. Il y a une instrumenta­ détracteurs. « La situation est sous formations fiables qui nous vien­
la population s’accentue. La l’ampleur de l’épidémie, le gou­ lisation de l’information et un contrôle », affirmait le 17 mars le ONT ÉTÉ INTERPELLÉS  nent de sources médicales », expli­
courbe des décès et des contami­ vernement a fait la chasse aux manque total de transparence », président algérien, Abdelmadjid que Bouzid Massimo Ichalalene,
nations y progresse lentement, « fausses informations ». Au déplore Amr Magdi, de Human Ri­ Tebboune. Avant de changer de
POUR S’ÊTRE  directeur du site d’informations
mais inexorablement. La multi­ moins quinze personnes ont été ghts Watch (HRW). Les bilans quo­ ton. Le 29 mars, le pays a franchi la LIVRÉS À DES  Interlignes. Les personnels médi­
plication, depuis mi­mars, des arrêtées pour avoir questionné tidiens du ministère de la santé ne barre des 500 malades officielle­ caux ont investi les réseaux so­
mesures restrictives conforte sur les médias sociaux l’ampleur précisent ni la localisation ni l’âge ment testés positifs pour 31 décès. « PROVOCATIONS » ciaux pour alerter la population
pourtant le scepticisme face aux de l’épidémie. A la suite d’un arti­ des contaminés. Les personnels Neuf wilayas (préfectures) ont été des dangers du Covid­19 ou dé­
communiqués rassurants d’une cle paru dans le Guardian, le de santé osent tout juste déplorer, placées en confinement partiel, noncer l’état de délabrement du
« épidémie sous contrôle ». 15 mars, mentionnant une étude sur les réseaux sociaux, l’impré­ avec un couvre­feu nocturne. et maintenir le citoyen en état de secteur de la santé publique. Cer­
Il aura fallu deux semaines aux de scientifiques canadiens non paration face à l’épidémie. « Des Celle de Blida, à 40 kilomètres au panique ». Cette volonté de lutter tains disent être harcelés par ce
autorités égyptiennes pour recon­ publiée, qui estimait de 6 000 à médecins ont pu être témoins de sud de la capitale, est sous confi­ contre des « fake news » suppo­ que les Algériens appellent les
naître que le pays, qui enregistrait 19 310 le nombre des contamina­ cas cachés, mais ils ne témoigne­ nement total. sées n’a pas empêché la page offi­ « mouches électroniques », des
41 décès et 656 cas de contamina­ tions début mars en Egypte, la ront jamais, ils ont trop peur », Si la communauté médicale cielle du ministre du commerce milliers de profils qui s’attaquent
tion lundi 30 mars, était devenu journaliste Ruth Michaelson s’est poursuit le chercheur de l’ONG. craint que la propagation de la de relayer, il y a quelques jours, un aux opposants depuis le début de
maladie n’échappe à tout con­ faux communiqué de l’Organisa­ la contestation politique qui agite
CHANGEMENT DE TON trôle, le pouvoir est bien décidé à tion mondiale de la santé (OMS), le pays, il y a un an.
Rapprochement entre la Syrie Le scepticisme a fait place à la pa­
nique après l’annonce, les 22 et
maîtriser l’information dans un
pays où la crise politique et la dé­
affirmant que l’Algérie était « hors
de la zone de danger » et qu’elle al­
En Turquie, les voix critiques
sont aussi priées de se taire pen­
et les Emirats arabes unis 23 mars, de la mort de deux géné­ fiance envers les institutions con­ lait « bientôt vaincre le Covid­19 ». dant la pandémie. Près de 500 in­
A la faveur de la crise du coronavirus, les Emirats arabes unis ont raux du Covid­19. Les autorités duisent les Algériens à douter Le 22 mars, selon un communi­ ternautes ont été interpellés pour
fait un nouveau pas en direction d’une normalisation de leurs re- ont durci les mesures de précau­ massivement, sur les réseaux so­ qué du conseil des ministres, le s’être livrés à des « provocations »,
lations avec la Syrie. Vendredi 27 mars, le président syrien, Ba- tion après ces décès dans la pre­ ciaux, de la réalité des chiffres offi­ chef de l’Etat a « ordonné au mi­ a annoncé le ministre de l’inté­
char Al-Assad, paria sur la scène internationale, et l’homme fort mière institution du pays, forte ciels. « L’épidémie qui se propage nistre de la communication d’in­ rieur, Süleyman Soylu. Malik Yil­
des EAU, Mohammed Ben Zayed, ont eu un entretien téléphoni- de près de 500 000 hommes. est une question sécuritaire et sani­ terdire la diffusion de toutes sta­ maz, un chauffeur routier âgé de
que, une première depuis le début du soulèvement anti-Assad « Cela a confirmé l’ampleur de la taire nationale, qui impose une res­ tistiques sur la situation des cas 29 ans, a passé le week­end en
en 2011. La conversation a porté sur la propagation de la maladie dissimulation par le pouvoir », es­ triction de certaines libertés, tem­ atteints à travers le pays, en de­ garde à vue pour avoir partagé
en Syrie, où seulement neuf cas et un décès ont été officielle- time Amr Magdi. Les rumeurs porairement », avait déclaré le pré­ hors [de celles] du ministère de la une vidéo dans laquelle il dénon­
ment recensés, mais où l’état de délabrement du système de ont circulé sur la mise en quaran­ sident Tebboune, le 17 mars. santé ». Le lendemain, ledit mi­ çait l’inaction du pouvoir politi­
santé est source de grande inquiétude. « La solidarité humanitaire taine du président Sissi après sa Enonçant les mesures prises par nistère menaçait, le cas échéant, que, qui s’est abstenu d’imposer
pendant les temps difficiles l’emporte sur toutes les considérations, rencontre avec eux, début mars. le gouvernement pour lutter con­ les médias de poursuites judi­ un confinement total.
la Syrie et son peuple ne seront pas seuls », a écrit Mohammed Leurs noms étaient sur une liste tre la pandémie, le chef de l’Etat ciaires. Si la directive est appli­ Malgré les mesures prises par le
Ben Zayed sur son compte Twitter, après cette discussion. Initia- d’officiers testés positifs au coro­ avait cité la « recherche et identifi­ quée dans les médias publics, la gouvernement pour tenter de li­
lement favorable à la révolution syrienne, les EAU ont pris leur navirus qui avait fuité dix jours cation des personnes défaitistes presse privée qui s’oppose au ré­ miter la propagation du virus –
distance avec l’opposition, trop islamiste à leur goût, avant de auparavant, d’autres listes – non qui s’attellent à faire circuler des gime s’en affranchit pour l’ins­ écoles et universités fermées, con­
rouvrir leur ambassade à Damas, en décembre 2018. vérifiées – circulent depuis. “fake news” pour semer l’anarchie tant. Certains dénoncent une finement obligatoire pour les plus

Pas de répit pour les ouvriers asiatiques sur les chantiers du Golfe
A Doha et à Dubaï, les autorités incitent la population à rester chez elle, à l’exception des travailleurs du BTP, un secteur­clé de l’économie

beyrouth ­ correspondant ques de grands travaux, les les entreprises ont l’obligation de tobre, au sud de l’émirat. Mais son de l’approche de la coupe du éviter toute cohue, propice à la
ouvriers, qui sont pour la quasi­to­ passer au moins 80 % de leur per­ lundi 30 mars, coronavirus oblige, monde 2022, dont l’émirat gazier transmission du virus.

L a longue corniche de Doha,


la capitale du Qatar, sans le
moindre promeneur ; les
immenses échangeurs de Dubaï,
la ville­monde des Emirats arabes
talité des migrants originaires
d’Asie du Sud, sont convoyés cha­
que jour sur les chantiers alors
que, dans le même temps, les
autorités ne cessent d’inciter les
sonnel en télétravail. La construc­
tion fait partie des « secteurs vi­
taux » dispensés de cette mesure,
au même titre que les banques, les
pharmacies, les supermarchés, la
les organisateurs de ce rendez­
vous planétaire ont jugé préféra­
ble de le reporter d’un an. Le Bu­
reau international des exposi­
tions, l’organisation intergouver­
est l’organisateur. La nécessité de
terminer à temps les stades et les
infrastructures requis pour l’évé­
nement interdit aux entreprises
du BTP de lever le pied. Et oblige
A Dubaï aussi, les autorités récu­
sent toute mise en danger des pe­
tites mains du BTP. Elles exigent
notamment que les bus, tradition­
nellement bondés, soient utilisés
unis (EAU), sans la moindre voi­ habitants à rester chez eux, inter­ police, l’énergie et les hôpitaux. nementale qui supervise les donc les immigrés népalais, ban­ à 25 % de leur capacité et que les
ture : les photos qui arrivent ces disant tout rassemblement pu­ Expositions universelles, devrait gladais et sri­lankais, qui forment heures de repas soient échelon­
derniers jours en provenance de blic. En ces temps de crise sani­ Baisse des cours de l’or noir officialiser la décision sous peu. l’essentiel de la main­d’œuvre nées, pour permettre aux tra­
ces deux émirats du Golfe dépei­ taire, ce traitement à deux vitesses La décision s’explique par le souci Au Qatar, où 634 contamina­ dans ce secteur, à travailler. vailleurs de conserver au moins
gnent des cités à l’arrêt, figées par inquiète les ONG de défense des de limiter autant que possible la tions et 1 décès ont été recensés, le Les autorités de Doha assurent 2 m de distance entre eux.
les mesures de confinement. Un droits humains. « Les travailleurs casse économique dans un émirat confinement est moins systéma­ avoir mené un vaste travail de sen­ Mais pour beaucoup d’observa­
tableau pas complètement exact. étrangers font face à un stress et qui, contrairement à Abou Dhabi, tique. Mais le ratio de 80 % de télé­ sibilisation auprès de cette popu­ teurs, ces demandes ressemblent
Si l’activité y a considérablement une anxiété accrue, ils ont le senti­ possède très peu de richesses pé­ travail est en vigueur dans le ser­ lation à risque, qui réside dans des à des vœux pieux. « Le risque est
ralenti, en application des mesu­ ment de ne pas être autant proté­ trolières, et dont les secteurs­clés, vice public, et de nombreuses enti­ camps souvent insalubres et exi­ énorme, les ouvriers vont inévita­
res de lutte contre la propagation gés que les autres catégories de le commerce de détail, l’immobi­ tés privées ont reçu l’ordre de fer­ gus, où la distanciation sociale blement se presser dans les vestiai­
du coronavirus, qui a fait 18 morts population », souligne Hiba Zaya­ lier et le tourisme, pâtissent de­ mer, des centres commerciaux tient de la mission impossible. Les res, autour des sources d’eau et
parmi les monarchies de la pénin­ din, en charge du Golfe à Human puis plusieurs années de la baisse aux restaurants, en passant par les entreprises ont été incitées à dans les cantines, juge Vani Sa­
sule arabique, au moins un sec­ Rights Watch. des cours de l’or noir. clubs de gym, les salons de coif­ adopter des mesures préventives, raswathi, du réseau Migrant­Ri­
teur, et pas le moindre, continue à A Dubaï, la capitale commerciale La poursuite des chantiers devait fure, les galeries d’art et même les comme la désinfection des sites de ghts.org. Comment est­ce seule­
tourner, aussi bien au Qatar qu’à des EAU, où 611 malades du Co­ aussi permettre à Dubaï de tenir le cordonniers. travail et des bus qui transportent ment possible de désinfecter le
Dubaï : le BTP. Dans ces deux prin­ vid­19 et 5 décès ont été enregis­ cahier des charges de l’Exposition Si cette obligation ne s’applique les ouvriers, et l’étalement de leurs chantier d’un stade ? » 
cipautés, engagées dans des politi­ trés, les administrations comme universelle, censée s’ouvrir en oc­ pas à la construction, c’est en rai­ arrivées et de leurs départs, pour benjamin barthe
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 coronavirus | 9

La Calabre se prépare
à affronter l’épidémie
avec les moyens du bord
Le sud de l’Italie est à ce jour relativement
épargné par le Covid­19, qui a tué plus de
11 000 personnes et ravagé le nord du pays

rome ­ correspondant
« Il y a deux

C ette fois, le « patient zéro »


est connu, et son parcours
n’a vraiment rien de mys­
térieux. Il s’agit d’un homme de
69 ans, Calabrais d’origine et rési­
Italie : celle
de la contagion
galopante et celle
dent depuis des années de Casal­
qui essaie
pusterlengo, en Lombardie, qui d’échapper
est redescendu dans sa petite ville
de Cetraro, début février, à près de
à la contagion »
1 000 km au sud, alors que l’épidé­ JOLE SANTELLI,
mie de Covid­19 n’était encore, présidente
pour les Italiens, qu’une réalité de la région Calabre
lointaine et exotique. En réalité, la
maladie, comme l’assurent main­
tenant de nombreuses études Gangemi ne peut que constater
scientifiques, avait déjà com­ combien les consignes sont res­
mencé à se répandre dans les plai­ pectées. « De chez moi, je peux voir
nes lombardes. Mais comment que les rues sont désertes. La rai­
cet homme aurait­il pu soupçon­ son est simple : ici, tout le monde
ner un seul instant qu’il empor­ sait qu’il ne faut pas que l’épidémie
tait le virus avec lui ? explose parce qu’il n’y a presque
De santé très fragile (il doit subir pas d’infrastructures. Si vous pre­
Désinfection d’un bus public dans le quartier d’Eminonu, à Istanbul , le 20 mars. OZAN KOSE / AFP des dialyses régulières, et c’est nez la région de la plaine de Gioia
sans doute dans l’hôpital où il se Tauro, qui compte 170 000 rési­
faisait soigner qu’il a été conta­ dents, il faudrait 510 lits d’hôpital
miné), celui­ci s’est isolé chez lui à pour être aux normes italiennes.
de 65 ans et les malades chroni­ son arrivée en Calabre, et il ne Or ici, il y en a tout juste 120. Et
ques, annulation de toutes les
liaisons aériennes, mise en qua­
rantaine de plusieurs villages –,
La télévision iranienne au fil des jours : s’est rendu que trois semaines
plus tard, le 28 février, au petit
centre hospitalier de Cetraro. En­
beaucoup avec des sanitaires en
commun ! Ici, depuis le début des
années 2000, on doit construire
l’épidémie progresse. Lundi , le mi­
nistère de la santé a signalé 168 dé­ un bilan enjolivé, un Occident en crise tre­temps, en Lombardie, l’épidé­
mie avait éclaté au grand jour…
quatre hôpitaux, c’est même au
nom de cela que plusieurs structu­
cès dus au coronavirus depuis le C’est là qu’il a été testé positif au res ont été fermées. Mais les tra­
début de l’épidémie, le 11 mars, Le JT souligne l’engagement des gardiens de la révolution et du clergé Covid­19, devenant le premier cas vaux n’ont jamais commencé… »
tandis que le nombre de person­ attesté de coronavirus en Calabre. Alors que la santé est un do­
nes contaminées est de 10 827. « Ça aurait pu être tout de suite maine de compétence des ré­
Chaque jour, Farhettin Koca, le très compliqué, se souvient Anto­ gions et que la Calabre est la ré­
ministre de la santé, annonce le
bilan de la pandémie sur son
compte Twitter, sans préciser ni
la classe d’âge, ni les lieux géogra­
phiques des cas répertoriés. « Les
D epuis l’aveu tardif des
autorités iraniennes, le
19 février, sur l’arrivée du
nouveau coronavirus dans le
pays, le bulletin d’information de
La surveillance
des informations
sur l’épidémie
Les informations nationales
font la part belle à des reportages
rejetant la responsabilité de la
crise sur les Iraniens ordinaires.
Des journalistes y demandent à
nio Belcastro, directeur général
des services de santé de la région.
Il avait fait le voyage depuis la
Lombardie en autocar avec des di­
zaines de personnes, et il était ac­
gion la plus pauvre d’Italie
(17 000 euros par habitant, moins
de la moitié du niveau de vie de la
Lombardie), les infrastructures
sanitaires accusent ici un retard
Stambouliotes doivent être parti­ 14 heures est devenu pour la po­ sur Internet a été des passants la raison de leur pré­ compagné de sa femme. Il a fallu considérable, au point que des
culièrement vigilants », s’est con­ pulation un rendez­vous maca­ sence dans les rues. « La télévision retrouver les passagers et faire des milliers de Calabrais, d’ordinaire,
tenté de dire lundi le policier en bre. C’est à cette heure que les dif­
renforcée, avec iranienne transmet ce message : le tests très larges. Heureusement n’ont d’autre choix que de partir
chef Süleyman Soylu, sans qu’un férentes chaînes de la télévision la mise sur pied peuple est toujours en faute car il tout le monde a été négatif… Par vers le Nord pour se faire soigner
bilan ait jamais été dressé des cas publique iranienne interrompent ne respecte pas le confinement, ex­ chance, ici, le départ de l’épidémie en cas de pathologie lourde.
de Covid­19 pour la ville de leurs programmes et diffusent en
d’un « comité plique le médecin de Téhéran qui, a été relativement lent et tardif : Malgré des décennies de sous­
16 millions d’habitants. direct le point presse du porte­pa­ spécial » lui­même atteint du coronavirus, dans la nuit du 7 au 8 mars, quand investissements, des efforts co­
role du ministère de la santé, a regardé longuement la télévi­ le confinement a été décrété sur lossaux se mettent en place. Pino
CIMETIÈRES IMPROVISÉS Kianoush Jahanpour, pour le sion pendant sa période de con­ toute la Lombardie et quatorze Foti, chef du service de maladies
Soucieuses de créer une percep­ bilan du jour. consacrer une couverture média­ valescence. Mais comme partout autres provinces du nord du pays, infectieuses de l’hôpital de Reggio
tion positive de leur action, les L’homme au bouc grisonnant tique minimale et, surtout, met­ dans le monde, tant qu’il n’y a pas des milliers de personnes sont des­ de Calabre, la plus grande ville de
autorités sont accusées de man­ donne d’abord, d’un ton très neu­ tre l’accent sur la gravité de la de restriction légale décrétée par cendues en Calabre. Jusque­là, la région, les détaille comme un
quer de transparence par les in­ tre, le nombre de nouveaux mala­ crise en Occident. l’Etat et que les gens n’ont pas les nous n’avions que quatre cas ! » général dévoilerait un plan de ba­
ternautes et par les politiciens des, avant de se féliciter du nom­ Ainsi, tout au long de la journée, moyens financiers pour rester à Depuis cette date, l’épidémie a taille. « Le travail de préparation a
d’opposition. Veli Agbaba, député bre « important » de ceux qui ont se succèdent sur Shabaké Khabar, domicile, les Iraniens vont conti­ changé d’échelle. Au soir du été commencé dès que sont arrivés
du Parti républicain du peuple guéri, « en raison de la grâce de la seule chaîne d’information en nuer à sortir. » 30 mars, selon les données de la les premiers cas, si bien qu’on a eu
(CHP, kémaliste), a ainsi mis le Dieu et de vos prières et des efforts continu d’Iran, des sujets consa­ En filigrane, les rapports de protection civile, la Calabre le temps de complètement remo­
doigt sur une anomalie dans les du personnel soignant ». Ensuite, il crés tantôt à « la situation ef­ force au sein de la République is­ comptait 647 cas au total. Parmi deler l’hôpital. Aujourd’hui, nous
statistiques officielles. Samedi, enchaîne sur le nombre de mala­ frayante dans les hôpitaux de Pa­ lamique, accentués par la crise sa­ eux, 18 patients sont actuelle­ disposons ici d’une aile dédiée au
alors que le ministère de la santé des en état critique. Le nombre ris », à un hôpital de New York où, nitaire, apparaissent de plus en ment soignés en soins intensifs, coronavirus, avec 81 lits plus 20
rapportait 16 décès en tout dans des morts du jour n’arrive qu’à la « faute d’équipement, médecins et plus nettement. Le téléspectateur tandis que 31 sont morts. « Et tous supplémentaires, tandis que tous
les 81 provinces de Turquie, le site fin. Les chiffres annoncés le infirmiers se couvrent dans des comprend aussi quels organes sans exception ont été reliés à des les autres cas ont été mis à l’écart et
d’enquête en ligne sur les décès 30 mars sont de 2 757 morts et sacs­poubelles pour se protéger » vont tirer avantage de la crise en personnes venues de Lombardie, regroupés, pour éviter les risques
de la municipalité d’Istanbul, aux 41 495 malades confirmés depuis ou à l’Allemagne, où il y aurait cours : clips musicaux, documen­ hormis quelques cas de personnes de contagion. »
mains du CHP, indiquait la mort le début de la crise. De nombreux « quelque 5 000 nouveaux mala­ taires et flashs d’infos rendent qui revenaient d’une semaine de Les ressources restent très fai­
de 20 personnes du Covid­19 dans médecins, consultés par Le Monde des quotidiens ». Dans la même lo­ constamment hommage aux gar­ ski dans le Trentin et y avaient ren­ bles. Lundi, la présidente de la ré­
la seule ville sur le Bosphore. au cours des dernières semaines, gique, l’annonce de la contamina­ diens de la révolution, l’armée contré des Lombards », souligne gion, Jole Santelli, affirmait qu’au
Après les déclarations du député, les jugent falsifiés car trop bas. tion du premier ministre britan­ idéologique du régime, et aux Antonio Belcastro. total, « environ 100 lits de soins in­
l’accès au site municipal a été mo­ nique Boris Johnson a été ac­ membres du clergé, « en première tensifs ont été préparés », tout en
mentanément bloqué. Bilan le plus bas possible cueillie avec une pointe de ligne de la lutte », selon la propa­ Retard des infrastructures concédant que les équipements
Des membres du personnel hos­ « J’avais un patient qui souffrait de moquerie par la télévision ira­ gande officielle. Leur rôle est da­ Un peu plus de 600 cas à l’échelle (masques, respirateurs, blouses
pitalier à Istanbul ont affirmé, problèmes rénaux, explique un nienne. Au début de l’arrivée offi­ vantage mis en valeur que celui d’une région de 2 millions d’habi­ pour les soignants) manquent
sous couvert d’anonymat, qu’une médecin d’un hôpital de Téhéran cielle du Covid­19 en Iran, la con­ des médecins. Ils sont montrés tants, la menace semble à ce jour cruellement. « Il y a deux Italie,
consigne émanant du ministère qui souhaite garder l’anonymat. Il tamination de nombreux offi­ désinfectant les villes, fabriquant contenue, alors que le pays dé­ résume­t­elle : celle de la conta­
de la santé obligeait les hôpitaux à a été hospitalisé récemment du ciels iraniens dont le vice­minis­ des masques, se rendant dans les nombrait plus de 11 000 morts gion galopante et celle qui essaie
déclarer mortes de « pneumonie » fait de symptômes semblables à tre de la santé, Iraj Harirchi, avait hôpitaux pour bénir patients et lundi 30 mars au soir. Ce constat, d’échapper à la contagion. » Et
les personnes décédées du Co­ ceux du coronavirus. Il en est fait le tour du monde. soignants… malgré l’opposition d’ailleurs, vaut pour l’ensemble 90 % de l’aide de l’État sont dirigés
vid­19. Lundi, la chambre des mé­ mort. » Mais l’hôpital a expliqué à Alors que les programmes des de certains d’entre eux du fait du du Sud italien – la métropole de vers la première.
decins d’Ankara a déploré, sur son sa famille que si elle voulait récu­ chaînes officielles offrent au re­ risque de contamination. Naples elle­même compte moins Aussi, alors que l’hôpital se pré­
compte Twitter, la contamination pérer rapidement le corps du dé­ gard des téléspectateurs iraniens Mais en ce 30 mars, une an­ de 1 000 malades. Mais cela n’em­ pare du mieux qu’il peut et avec
de 18 agents de santé de la capi­ funt, afin de l’enterrer au plus un état des lieux quotidien des nonce nouvelle est mise en avant pêche pas les populations de les moyens du bord, les habitants
tale, tous diagnostiqués positifs vite, il fallait que le certificat de déboires de l’Europe et des Etats­ dans les bulletins d’information prendre la maladie très au sérieux sont appelés à tout faire pour mi­
au Covid­19. « Nous avons le senti­ décès mentionne une insuffi­ Unis, ils montrent sous un jour de la chaîne Shabaké Khabar : le et de respecter quasi unanime­ nimiser le risque. Et le contrôle
ment que les chiffres sont beau­ sance rénale pour cause de la bien plus favorable les partenai­ renforcement de la surveillance ment le strict confinement qui social joue à plein. « Ici, tout le
coup plus élevés que cela », souli­ mort. La famille aurait, sinon, dû res de Téhéran, la Chine et la des informations sur l’épidémie s’est abattu sur l’Italie entre le 8 et monde se connaît, on remarque
gne l’association. Ces derniers attendre quelques semaines pour Russie, qui « aident généreuse­ sur Internet, avec la mise sur pied le 11 mars. « Treize communes de la tout de suite si quelqu’un est de­
jours, des vidéos sont apparues, avoir le résultat du test du ment Téhéran » dans sa lutte con­ d’un « comité spécial ». Des jour­ région ont été déclarées en zone hors et ne devrait pas, confie
qui montrent des enterrements à Covid­19, et ce alors que, pour les tre le Covid­19. Pas question pour nalistes et citoyens ont déjà été rouge, poursuit Antonio Belcas­ Mimmo Gangemi. Dans mon vil­
la sauvette, des rangées de tom­ Iraniens, l’enterrement doit avoir autant de s’attarder sur les mesu­ convoqués et, pour certains, déte­ tro. Encore dimanche soir, nous lage de l’Aspromonte [un massif
bes creusées à la va­vite dans des lieu dans les jours qui suivent le res de confinement strict ou sur nus du fait de leurs critiques de la avons dû isoler totalement la pe­ montagneux qui traverse la Cala­
cimetières improvisés. Selon des décès. « En utilisant ces méthodes, la mise en quarantaine de certai­ gestion de la crise sanitaire par tite commune de Fabrizia, un bre], deux familles sont revenues
témoignages anonymes, des ci­ les autorités essaient de diminuer nes villes pratiquée par les deux Téhéran. Se trouve parmi eux bourg de 2 000 habitants où on a de la région de Milan au moment
metières de ce type sont apparus le bilan », poursuit le médecin. pays. Car la République islami­ l’ancien membre du conseil trouvé neuf cas dans trois familles. du confinement. Les habitants
à la périphérie d’Istanbul, notam­ Voici donc la stratégie mise en que, de son côté, s’y refuse tou­ municipal de Shiraz, Mehdi On doit agir tout de suite pour que sont venus leur demander de ne
ment à Beykoz et à Kylios.  œuvre par les autorités dans le jours. Un tiers des employés des Hajati, libéré sous caution, le ça ne devienne pas un foyer. » pas sortir. Il n’y a pas eu besoin de
marie jégo avec contexte de l’épidémie en cours : administrations publiques a 18 mars, après presque une Depuis sa maison du centre de violence : ils sont prévenus, ils ne
hélène sallon et maintenir artificiellement le d’ailleurs déjà repris le travail semaine de détention.  Palmi, avec vue sur la mer Tyrrhé­ sortent pas. » 
madjid zerrouky (à paris) bilan le plus bas possible, lui depuis le 28 mars. ghazal golshiri nienne, l’écrivain Mimmo jérôme gautheret
0123
10 | coronavirus MERCREDI 1ER AVRIL 2020

Les craintes de Paris face à l’« emprise de la Chine »


Deux notes du Quai d’Orsay s’interrogent sur l’impact de la pandémie et sur les scénarios de sortie de crise

DÉCRYPTAGE groupes pionniers et de l’intégra­


tion flexible qui va être posée par

M
ission impossible. la crise », avertit le Centre.
Comment réfléchir En attendant « la bascule de
aux conséquen­ l’épidémie dans l’hémisphère Sud
ces du coronavirus, au moment de l’hiver austral »,
pour la France et le reste du il faudra ériger en priorité l’aide
monde, lorsqu’on est accaparé par humanitaire à destination
la gestion de crise au quotidien ? des pays fragiles. Il conviendra
Ni l’Elysée ni le ministère des affai­ aussi de coordonner, en parti­
res étrangères n’en ont vraiment culier au sein de l’UE, la fin
la possibilité ces jours­ci. Le Quai d’une quarantaine généralisée,
d’Orsay est concentré sur le retour en adoptant des mesures plus ci­
des Français encore bloqués à blées de confinement.
l’étranger. Cette tâche est donc dé­
volue au Centre d’analyse, de pré­ S’entendre sur le diagnostic
vision et de stratégie (CAPS), qui Sur le plan économique, le conser­
dépend du ministère. Celui­ci vatisme menace : « Le risque est
vient de produire deux notes très réel que les efforts de stimulation de
denses à l’attention du cabinet du la croissance ne soient l’occasion
ministre, Jean­Yves Le Drian, et du pour “l’ancienne économie” de se
président de la République, remi­ remettre au centre du jeu, au détri­
ses en fin de semaine dernière, ment de celle − plus innovante et
que Le Monde s’est procurées. verte notamment − que l’on essaie
La première se penche sur ce de développer. » Le seul retour à
que révèle le coronavirus. La se­ la normale qui est souhaitable
conde avance des réflexions sur la concerne les « nombreuses mesu­
sortie de crise, sans deviner bien res et innovations attentatoires
sûr quand elle aura lieu. Le CAPS aux droits fondamentaux », qui ont
regroupe des agents du ministère été prises dans la lutte contre le
et des experts extérieurs. Dirigé coronavirus, dans le monde en­
depuis juillet 2019 par Manuel tier. Le numérique est un domaine
Lafont Rapnouil, il a pour rôle d’of­ où la confrontation des modèles
frir de la matière aux dirigeants sera sensible : « Données ano­
politiques, pour les aider à organi­ nymisées ou pas, durée de la réten­
ser et à vulgariser leurs actions. tion des données, maintien du se­
cret médical, etc. »
Une révolution copernicienne ? Pour que la sortie de crise
La note sur la pandémie souligne s’opère sur des bases saines, il
l’existence de scénarios apocalyp­ faudra s’entendre sur le diagnos­
tiques, qui servent parfois à des ex­ puissances » : le multilatéralisme 2020) », conclut la note. La sortie milaire à celui que les Etats­Unis tic, les faits. Le CAPS suggère que
perts pour valoriser leur champ de est en berne, dans ce monde an­
« Un recul violent de crise risque de prendre l’allure auraient assumé il y a encore quel­ soit créée une commission d’ex­
compétence. Mais ils auraient un goissé devant la pandémie, où les et massif de la d’une « compétition âpre », pré­ ques années, la Chine occupe d’ores perts indépendants, vis­à­vis des
mérite : celui de « pointer les fac­ Etats se replient sur eux­mêmes. vient la deuxième note du CAPS. et déjà le terrain en se rendant in­ Etats comme des institutions in­
teurs de vulnérabilité » de nos Soulignant les louanges « frappan­
mondialisation est Elle mettra à l’épreuve nos « vulné­ dispensable, voire centrale. » ternationales, pour effectuer un
sociétés, où s’est installée à tort tes » de la direction de l’Organisa­ peu probable », rabilités ». Sur le plan politique, Autre défi, celui des « vides de retour sur expérience.
l’idée que les progrès scientifiques tion mondiale de la santé (OMS) « au­delà de l’instabilité institu­ puissance » qui pourraient appa­ De même, l’OMS doit se voir
font reculer toutes les maladies. Or pour la gestion chinoise de la crise,
note le Centre tionnelle, la tendance des derniers raître dans les grands conflits, confier une mission de réflexion
« la réalité montre qu’au contraire, le CAPS appelle de ses vœux une d’analyse, mois à des fortes agitations socia­ notamment au Moyen­Orient et sur la prévention et la réaction ra­
de nouveaux virus et des bactéries révision de « l’architecture sani­ les pourra trouver à se poursuivre dans le Sahel, susceptibles de pide à ce genre de crise sanitaire,
plus résistantes continuent d’appa­ taire internationale », avec une
de prévision et sous l’effet conjugué de la crise s’approfondir. Ces « vides » pour­ mais aussi « sur l’organisation de
raître », soulignent les auteurs. meilleure participation des ac­ de stratégie sanitaire et des difficultés économi­ raient aussi créer des « effets la recherche, la responsabilité de
Plus largement, c’est tout le mo­ teurs non étatiques. ques », relève le Centre. Des « Etats d’aubaine », dans lesquels la l’industrie pharmaceutique, etc. ».
dèle de développement industriel Mais la dimension politique oc­ fragiles » pourraient être « forte­ Chine et la Russie ont déjà com­ Une expertise est aussi attendue
et commercial de type libéral qui cupe le plus les esprits des diplo­ la gouvernance sanitaire a long­ ment contestés », par exemple « en mencé à s’engouffrer : « Préda­ sur le risque des maladies infec­
mériterait réflexion, des modes de mates. L’Europe paraît encore trop temps été dominée (en termes de Afrique subsaharienne ». tion diplomatique (nouvelles al­ tieuses émergentes et son lien
consommation et de production pétrifiée. La Commission est parti­ financement, de capacités médi­ liances), mais aussi économique avec l’action de l’homme, à l’ins­
au changement climatique, en culièrement visée. « L’UE, dont les cales, d’assistance internationale, Contrer le « narratif chinois » (rachat d’entreprises fragilisées), tar du travail du Groupe d’ex­
passant par la santé animale. nouvelles institutions s’étaient an­ mais aussi de recherche et de rési­ Le besoin d’expertise scientifique technologique (diffusion antici­ perts intergouvernemental sur
Toutefois, difficile de croire une ré­ noncées comme animées d’une lo­ lience) par le Nord, et récemment actuel n’est pas définitif. Le popu­ pée de technologies ou d’applica­ l’évolution du climat.
volution copernicienne possible. gique “géopolitique”, a surtout par les Occidentaux ». Dans ce dé­ lisme « peut tout autant trouver de tions nouvelles), politique (infor­ Mais ces aspirations rationnel­
« Un recul violent et massif de la manifesté une approche juridique bat, notent les auteurs, les ques­ quoi se nourrir avec la crise en mations manipulées et narratifs les et éclairées se heurtent à la
mondialisation est peu probable, et une incapacité à promouvoir tions des droits humains et de cours, que ce soit dans les démocra­ triomphants), etc. » réalité d’un monde éclaté, au choc
note le CAPS, sauf pression forte des une coordination étroite face aux transparence semblent négligées. ties occidentales ou ailleurs dans L’Europe, elle, se trouve devant des puissances, aux égoïsmes na­
Etats, car les entreprises n’ont pas de réflexes des Etats », écrit­on. Mais les conséquences du coro­ le monde : peurs, demande d’auto­ un test existentiel. Ses institu­ tionaux, à la propagation orches­
raison de renoncer aux avantages La Chine, en revanche, se situe navirus pourraient toucher tous rité, mystique des frontières, doutes tions ont su se mettre « progressi­ trée des mensonges. « Les Etats
des chaînes de production inter­ dans une logique agressive d’ex­ les régimes, pas seulement nos dé­ sur l’expertise, mise en cause de l’in­ vement en ordre de bataille », note démocratiques ont un message
nationales, en termes de coûts, de portation de sa prétendue réus­ mocraties. « D’ores et déjà, on peut curie des élites… ». Il faudra contrer, le CAPS, mais demeurent mar­ particulier à faire entendre, et des
compétitivité et de profitabilité. » site contre la pandémie, alors que envisager que la crise sanitaire ait par des résultats et non pas seu­ quées par leurs « biais habituels intérêts et des valeurs à défendre,
En revanche, une « diversification » rien ne permet de valider ce suc­ des conséquences importantes sur lement de la rhétorique, « le “nar­ (marché intérieur, frontières, ap­ conclut la note, pour éviter que
des chaînes de production, évo­ cès dans le temps. Le CAPS note la fragilité du pouvoir iranien, ratif” chinois [qui] est problémati­ proche juridique, interprétation li­ l’après­crise ne soit qu’un replâ­
quée d’ailleurs pas les conseillers que « la Chine se sent suffisam­ ouvre un nouveau front dans les re­ que autant pour ses valeurs sous­ mitative de leurs compétences) ». trage du modèle précédent ou ne
de M. Macron, est prévisible. ment armée pour avoir engagé le lations transatlantiques, ou encore jacentes que pour son agenda Or l’UE « ne devrait plus être permette l’emprise de la Chine sur
« Dynamique de fragmentation », débat sur le terrain de la concur­ impacte la dynamique de la cam­ caché ». Or une « redistribution des comme avant », acceptant une la mondialisation et la gouver­
« essor des égoïsmes nationaux », rence des modèles − phénomène pagne électorale aux Etats­Unis cartes » est à l’œuvre : « Si elle ne « approche moins comptable ». nance mondiale. » 
« chacun pour soi », « logique de nouveau dans ce domaine quand (principale élection majeure de peut prétendre à un leadership si­ Au­delà, « c’est la question des piotr smolar

Pékin embarrassé par les ratés de la « diplomatie du masque »


Les Pays­Bas, l’Espagne et la République tchèque ont mis en cause la qualité de certaines livraisons de matériel médical d’origine chinoise

L a « diplomatie du masque »,
qui désigne les efforts de
la Chine pour palier les pé­
nuries de matériel de protection
médicale, de tests de dépistages et
ont été mis en cause. Ces ratés
concernent pour l’instant des
commandes payées par les pays
clients – et non les lots offerts par
la Chine dans le cadre de son aide
30 mars, la porte­parole du minis­
tère des affaires étrangères, Hua
Chunying, ne s’est pas privée de
rappeler que dans les premières
semaines de l’épidémie en Chine,
23 mars sur l’augmentation con­
sidérable par la Chine de sa pro­
duction de masques : « Les pro­
blèmes sont dus à l’accroissement
massif de la production et à l’arri­
masques de type FFP2. Ce branle­
bas de combat, qui vise alors à
répondre aux besoins chinois,
concerne également les kits de
dépistage et les ventilateurs.
Le quotidien cite le cas d’une
firme de Changsha dotée seule­
ment en Chine d’une licence de
fabrication de tests PCR (un pré­
lèvement nasopharyngé réalisé à
de ventilateurs à travers le monde dans la lutte contre l’épidémie. « des pays ont envoyé du matériel vée de nouveaux acteurs. Comme Mais avec l’infléchissement de la l’aide d’un petit goupillon)
rencontre quelques écueils. Face aux critiques, la diplomatie à la Chine qui ne correspondait pas souvent en Chine, il y a de la cor­ courbe des infections en mars, pour les animaux : elle a reçu le
Le ministère de la santé des chinoise est aux aguets. L’ambas­ aux standards chinois ». ruption, de la tricherie, de l’oppor­ nombre de ces fabricants se tour­ 17 mars le marquage CE, qui
Pays­Bas a dû rappeler, en fin de sadeur chinois à Amsterdam a of­ tunisme, bien que le nombre nent vers le marché internatio­ permet aux produits de circuler
semaine dernière, 600 000 mas­ fert son assistance dans l’enquête « Problème d’image » d’inspections ait été démultiplié. » nal – avant même d’avoir été dans l’Union européenne, et
ques filtrants de type FFP2, soit la en cours. A Madrid, l’ambassade Ces incidents « créent un vrai En pleine épidémie, les pou­ autorisés à vendre en Chine. s’apprête à produire 30 000 tests
moitié d’un lot de 1,3 million livré de Chine a expliqué dans un problème d’image pour la Chine. voirs publics lancent des directi­ Ainsi, 102 sociétés chinoises de PCR Covid­19.
par la Chine le 21 mars, qui ne ré­ communiqué que la société de Elle veut absolument éviter qu’ils ves et des appels à tout va aux fabrication de tests ont reçu l’ac­ En l’absence d’alternative, les
pondaient pas aux critères de Shenzhen n’était pas dans la liste provoquent une remise en cause fédérations d’industrie et aux cord pour exporter en Europe, produits chinois font l’objet
qualité requis. Les valves étaient des fournisseurs transmis à l’Es­ générale des masques produits en entrepreneurs. Des fabricants de selon Song Haibo, le président d’une foire d’empoigne : « L’autre
défaillantes. Jeudi dernier, les pagne par les autorités chinoises. Chine et de l’aide qu’elle apporte, batteries ou de serviettes hygié­ de l’Association chinoise des dia­ crainte qui se fait jour concerne
autorités espagnoles retiraient A Pékin, le quotidien Global Times qu’on dise que c’est “bidon”. En niques entrent dans la bataille. gnostics in vitro, cité par le la quantité, souligne Antoine
58 000 tests de dépistages fournis enchaîne les éditoriaux et les réalité, la plupart des produits fa­ « Trois mille entreprises rejoi­ quotidien de Hongkong South Bondaz. Des entreprises chinoises
par la société chinoise Shenzhen tribunes sur la tendance des Occi­ briqués en Chine sont de bonne gnent les 4 000 du secteur », écrit China Morning Post. ont sans doute passé des contrats
Bioeasy Biotechnology en raison dentaux à « politiser » ce genre de qualité », explique Antoine Bon­ Antoine Bondaz, et la production Or seules 13 d’entre elles ont avec plusieurs pays. Or il n’est
d’une fiabilité d’à peine 30 %. En disputes, tout en appelant les daz, chercheur à la Fondation est passée de 20 millions de mas­ l’approbation de l’Association pas sûr qu’elles puissent tous les
République tchèque, des tests ra­ autorités chinoises à mieux con­ pour la recherche stratégique et ques par jour à 120 millions fin nationale des produits médicaux honorer… ». 
pides livrés à un hôpital d’Ostrava trôler leurs exportations. Lundi auteur d’une note publiée le février – dont 1,66 million de pour être distribuées en Chine. brice pedroletti
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 coronavirus | 11

La majorité surveille la contagion de la colère


Plusieurs personnalités, comme M. Guerini, craignent de voir la crise sanitaire déboucher sur une crise sociale

L
es uns sont contraints de
poursuivre leur métier
sur le terrain, tandis que
d’autres peuvent l’exer­
cer à distance. L’épidémie due au
coronavirus fait apparaître de
nouvelles fractures sur le marché
du travail. Comme une France à
deux vitesses. D’un côté, les soi­
gnants, caissières, éboueurs, rou­ Emmanuel
tiers, livreurs, boulangers ou Macron,
policiers continuent à se rendre Edouard
au travail, malgré le risque de Philippe
contamination, pour assurer le et Olivier
bon fonctionnement du pays. De Véran,
l’autre, les catégories supérieures le ministre
du secteur tertiaire sont tenues de la santé,
de rester chez elles, en ayant à l’Elysée,
recours au télétravail. le 24 mars.
De quoi accentuer l’impression LUDOVIC MARIN/AFP
qu’il existerait deux France,
entre les « premiers de cordée » et
les autres. « Si cette crise peut re­
mettre du ciment social, en pous­
sant à la solidarité nationale, elle
ravive aussi les fractures du pays,
entre une France d’en haut et une
France du bas, entre les exposés
au risque sanitaire et ceux qui ne
le sont pas, analyse Jérôme Four­
quet, directeur du pôle opinion à
l’IFOP. L’écart peut s’accroître
entre une partie des cols bleus, qui
continuent à aller au charbon, la
boule au ventre, et une partie des
cols blancs, confinés à leur domi­
cile et moins exposés. »
Aux yeux du sociologue Fran­
çois Dubet, la crise a toutes les
chances d’exacerber le senti­
ment d’injustice ressenti par les
travailleurs les plus mobilisés,
disposant d’un niveau de revenu Une situation jugée périlleuse Avant de saluer et « apporter tout Une réponse jugée nécessaire, En réponse, Bruno Le Maire a af­
souvent inférieur à celui des ca­ par certains macronistes. « Il ne le soutien de la nation » à la selon le député LRM de Charente
« L’épreuve firmé lundi que la sécurité sani­
dres. « Pourquoi suis­je obligé de faut pas laisser s’installer l’idée qu’il « deuxième ligne ». Caissières, Thomas Mesnier. « Cette crise actuelle peut taire des salariés face à la pandé­
travailler quand d’autres en sont y aurait deux France, celle des tra­ agriculteurs, livreurs, routiers, montre qu’il faudra augmenter mie était « la priorité absolue »,
dispensés ? Le confinement ac­ vailleurs sur le terrain et celle du soit « tout ce peuple travailleur de toutes les professions qui sont au
faire ressurgir un estimant nécessaire de « faire
croît la violence des “petites iné­ télétravail ; celle confinée dans les France qui se bat » et « permet au front, à commencer par les infir­ phénomène de mieux » pour la protection des rou­
galités” », souligne­t­il dans une HLM et celle des résidences secon­ pays de continuer à vivre ». miers et les aides­soignants. Les tiers. Signe que l’heure est grave,
tribune au Monde, publiée le daires ; celle des PME et celle des Deux jours plus tard, le premier concernant, il paraît nécessaire de
lutte des classes » M. Le Maire s’est même dit
vendredi 27 mars. grands groupes », prévient le délé­ ministre, Edouard Philippe, a lui procéder à une vraie revalorisa­ GUILLAUME CHICHE « ouvert » à une augmentation de
gué général de LRM, Stanislas Gue­ aussi longuement remercié ceux tion des salaires – et pas seulement député LRM des Deux-Sèvres la prime de 1 000 euros dont pour­
« Giletjaunisation » de la crise rini. Avant de mettre en garde : « Le qui « continuent leurs activités le versement d’une prime sponta­ raient bénéficier des salariés.
Au sommet de l’Etat et de la majo­ risque que les fractures s’exacer­ professionnelles », notamment les née – et des carrières », estime ce Comme s’il s’agissait de garantir
rité, certains ont fait le même bent entre ces deux France est réel. » fonctionnaires, sans qui « la situa­ médecin urgentiste de profes­ cision de verser une telle prime. la continuité économique du pays,
constat et redoutent que la crise Conscient de ce danger, l’exécu­ tion serait encore plus difficile, sion, qui a repris son activité ini­ Tout un symbole : son principe a « quoi qu’il en coûte », selon les
sanitaire débouche sur une crise tif multiplie les remerciements à encore plus grave ». tiale à l’hôpital d’Angoulème ces été créé à la suite de la crise des mots de M. Macron. Un effort jugé
sociale, en évoquant une poten­ cette armée de l’ombre, dont la Au­delà des mots, l’exécutif a dernières semaines, afin d’aider « gilets jaunes », début 2019. vital, au sein de la majorité. « Nous
tielle forme de « giletjaunisation » fonction s’avère essentielle afin pris des engagements financiers ses anciens collègues à soigner les Alors que la propagation de sommes dans un moment de réha­
de la crise. « L’épreuve actuelle peut de ne pas générer un arrêt total de dans l’espoir de rassurer ces caté­ malades du Covid­19. « Récem­ l’épidémie se poursuit à un bilitation des travailleurs essentiels
faire ressurgir un phénomène de l’économie. En particulier pour gories sociales. Un an presque ment, un brancardier m’a dit : “Il rythme élevé, le gouvernement à la nation : les livreurs, les caissiers,
lutte des classes, estime le député assurer la fourniture alimentaire jour pour jour après le début du faudra aller plus loin pour nos ré­ s’emploie également à rassurer les éboueurs… Le caractère essentiel
La République en marche (LRM) durant cette période de confine­ mouvement de grève dans les ser­ munérations et accorder plus de les salariés tentés d’interrompre de certains métiers ressort. La
des Deux­Sèvres Guillaume Chi­ ment. Dès le 12 mars, lors de sa vices d’urgences, le chef de l’Etat a moyens pour l’hôpital public” », leur activité. Des fonctionnaires France ne tient pas sans eux », sou­
che. Aujourd’hui, les fonctions vita­ première allocution télévisée, assuré le 25 mars, à Mulhouse, témoigne Thomas Mesnier. aux caissières, cette tentation ligne Stanislas Guerini, appelant à
les du pays sont assurées exclusive­ Emmanuel Macron a exprimé « la qu’à l’issue de la crise, le person­ concerne l’ensemble des profes­ « mettre en place des mécanismes
ment par des employés et des reconnaissance de la nation » en­ nel hospitalier héritera d’un Prime de 1 000 euros sions, qui ne s’estiment pas suffi­ de solidarité pour atténuer » les dif­
ouvriers. Ce sont donc les catégo­ vers l’ensemble de nos soignants, « plan massif d’investissements et Pour les autres travailleurs, le mi­ samment protégées contre le férences sociales. Mise en garde de
ries les plus précaires qui occupent qualifiés de « héros en blouse blan­ de revalorisation de l’ensemble des nistre de l’économie, Bruno Le virus. En cas de « manquements » Guillaume Chiche : « Si l’on ne veut
les métiers les plus essentiels à la che ». Lors de son discours à Mul­ carrières ». Sans détailler à ce Maire, a appelé les entreprises à aux mesures de protection, les pas que ces travailleurs, apparte­
bonne marche du pays et qui sont house, le 25 mars, le chef de l’Etat a stade ni le montant ni les modali­ verser une prime de 1 000 euros chauffeurs routiers étaient ainsi nant le plus souvent à la classe po­
en outre les plus exposées au risque de nouveau rendu « hommage » tés, il a également promis de défiscalisée. Depuis cette an­ invités par les syndicats CFDT, FO pulaire, soient récupérés par Ma­
sanitaire de contamination. Cela avec insistance à ceux qui sont « majorer les heures supplémen­ nonce, formulée le 20 mars, plu­ et CFTC à exercer « individuelle­ rine Le Pen, il faudra améliorer leurs
devrait accentuer de manière légi­ « en première ligne », et « font face taires effectuées sous forme d’une sieurs grandes enseignes de la ment » leur droit de retrait à par­ conditions de vie après la crise. » 
time leurs revendications. » avec un courage exceptionnel ». prime exceptionnelle ». distribution ont annoncé leur dé­ tir du lundi 30 mars. alexandre lemarié

LR débat à nouveau du libéralisme et de la rigueur budgétaire


Plusieurs élus de droite n’hésitent plus à remettre en cause le modèle économique mondial et à « interroger la financiarisation à outrance »

D ans l’Antiquité, les épi­


démies qui laissaient
les cités ou les empires
exsangues provoquaient tou­
jours des réflexions sur l’origine
tale est là : l’idée que l’argent serait
la seule échelle de valeur et que
l’Etat n’a plus aucun rôle à jouer »,
affirme le député du Lot et nu­
méro trois du parti Les Répu­
travail plus que la finance », selon
les mots de Guillaume Peltier, dé­
puté du Loir­et­Cher. « Ce sont nos
valeureux fantassins, en première
ligne dans cette guerre », estime,
Certains électeurs de droite, no­
tamment ceux issus des classes
aisées, proentreprises et opposés
à la dérive des dépenses publi­
ques, pourraient être effrayés par
faussée, nous sommes en compéti­
tion avec des pays dont la chaîne
de production n’a pas les mêmes
exigences », explique­t­il. Damien
Abad, député de l’Ain et président
fondamentale, il faut repenser
notre système, nos modes de
consommation pour l’avenir de la
planète, mais le pays a aussi be­
soin de créer des richesses. Et les
du mal et les changements néces­ blicains (LR), dans une interview lyrique, l’élu, avant de regretter un tel discours. « Notre ligne n’est du groupe LR à l’Assemblée natio­ hausses de salaire ne se décrètent
saires pour le contenir. Ou du à Libération, lundi 30 mars. qu’il ait fallu « une pandémie pour ni socialiste ni ultralibérale. Ces nale, pense lui aussi qu’il faudra pas », explique l’ancien ministre
moins en limiter les dégâts. Face « Nous n’avons pas de complexes se rendre compte de l’utilité de ces mots sont morts », explique « tout requestionner, tout remettre du budget, qui estime que « la
au coronavirus, crise sanitaire à interroger la financiarisation à métiers ». Pour lui qui avait créé Guillaume Peltier. Même senti­ à plat ». Pour lui, l’urgence est France n’a jamais vraiment prati­
d’une ampleur inédite ces der­ outrance », poursuit, auprès du la polémique à droite en deman­ ment du côté d’Aurélien Pradié, d’abord de « sanctuariser et de re­ qué la rigueur budgétaire. Penser
nières années, beaucoup, au Monde, le député. dant l’augmentation du smic, la qui dit croire « en une droite qui trouver de l’autonomie stratégi­ l’inverse est un inversement des
sein de la classe politique fran­ réflexion de l’après­coronavirus rassemble l’ensemble des Fran­ que » sur les questions sanitaires. valeurs et du diagnostic. »
çaise, estiment eux aussi que la « Sanctuariser » doit tenir compte des « questions çaises et des Français, les cols Bruno Retailleau, président du
France ne fera pas l’économie Cette réflexion, critique à l’égard de salaires, de pouvoir d’achat, de blancs et les blouses bleues ». « Les Résistances groupe LR au Sénat, rappelle pour
d’une profonde réflexion sur la du modèle économique mondial renforcement de l’Etat stratège ». premiers aussi se rendent compte Cette nécessité de changement, sa part que la France est un des
société de l’après. actuel, est partagée par d’autres. A M. Peltier, comme M. Pradié et qu’il y a un souci avec notre sys­ cette envie de revaloriser cer­ « pays les plus égalitaires du
A droite, certains en appellent l’heure où la nation, confinée, se d’autres, membres d’une jeune tème », veut croire l’élu. tains métiers indispensables ga­ monde » : « Il faudra se poser des
même à un « grand soir » sur rend compte que des métiers dé­ garde attachée à une ligne sociale, Pour Pierre­Henri Dumont, dé­ gnent du terrain à droite. Tout en questions économiques et sociales
les questions économiques et en­ laissés ou sous­payés (caissier, in­ souhaitent par ailleurs sanctuari­ puté du Pas­de­Calais, il ne s’agit rencontrant des résistances. Oui qui devront tenir compte des crises
vironnementales. Ainsi Aurélien firmier, aide­soignant, éboueur, ser des domaines comme la santé pas de remettre en cause le libéra­ à plus d’humanité, à plus de so­ sanitaires et climatiques. Mais ne
Pradié. « On n’évitera pas d’inter­ agriculteur…) sont nécessaires à ou encore la justice, destinés à lisme, mais plutôt de revenir « à cial, répond Eric Woerth, député pas y répondre avec les erreurs du
roger le libéralisme, c’est une évi­ sa survie quotidienne, certains, à échapper aux coups de boutoir sa stricte application d’origine » : de l’Oise. « Renverser la table » ? passé », prévient­il. 
dence (…). La question fondamen­ droite, appellent à « faire valoir le des baisses de dépense. « Aujourd’hui, la concurrence est Peut­être pas. « Cette réflexion est sarah belouezzane
0123
12 | coronavirus MERCREDI 1ER AVRIL 2020

Les fonctionnaires demandent Marine Le Pen surfe


sur la rhétorique
à être mieux protégés du mensonge d’Etat
Les agents publics tenus de travailler protestent contre le manque Lundi, la présidente du RN a estimé que l’on
pouvait s’interroger sur l’origine du virus
d’équipements. Certains exercent leur droit de retrait

L
a tension commence à
monter dans la fonction
publique. Le 27 mars, Soli­
daires, sixième syndicat
21 000 agents
du fisc sont
Or, dénoncent les syndicats, ce
n’est pas le cas. FO Pénitentiaire a
même saisi en référé­liberté le
Conseil d’Etat pour réclamer
tion suffisante, les cas de postiers
contaminés par le coronavirus sont
de plus en plus nombreux dans le
06, s’inquiétait, le 25 mars, la CGT
M arine Le Pen poursuit
sa charge et ses as­
sauts, formulant cha­
que jour de nouveaux soupçons
contre le sommet de l’Etat. S’ap­
La communication
hasardeuse
du gouvernement
de la fonction publique, a envoyé
aujourd’hui davantage de moyens de protec­ de La Poste dans le département puyant sur une technique classi­ a permis à Marine
un courrier au ministre de l’action mobilisés tion. Cela a porté ses fruits, à en des Alpes­Maritimes. Les postiers que de l’extrême droite française,
Le Pen de faire
et des comptes publics, Gérald croire Emmanuel Baudin, secré­ qui viennent travailler le font la sa chef de file use, depuis de
Darmanin, pour l’informer qu’il
et 1 190 ont été taire national du syndicat majori­ peur au ventre : peur d’être conta­ nombreuses années, d’une rhé­ résonner
déposait « un préavis de grève pour touchés par taire : « Tous les personnels péniten­ minés et de contaminer leurs pro­ torique visant à dévaluer tant la
ses critiques
les journées allant du 3 au 30 avril ». tiaires seront dotés de masques » ches ainsi que la population. » politique que la parole du gouver­
Le syndicat dénonce notamment
le coronavirus dès samedi, a­t­il annoncé sur nement, quel qu’il soit. En pleine
les entorses au droit du travail dé­ Franceinfo, vendredi 27 mars. Collecte annuelle de l’impôt crise sanitaire, elle va désormais
cidées dans le cadre de la loi d’ur­ Le 20 mars, il avait écrit à la mi­ Outre une protection efficace, les plus loin. Invitée de la matinale Cette fois, la communication
gence, « de nouvelles attaques vons pas aller sur la voie publique nistre de la justice, Nicole Bellou­ syndicats demandent le ralentis­ de Franceinfo, lundi 30 mars, la hasardeuse du gouvernement
contre le statut de la fonction publi­ au contact des personnes infectées bet. « Si le droit de retrait n’est pas sement de l’activité de leur admi­ présidente du Rassemblement – notamment sur l’usage des
que », estime­t­il. Il regrette égale­ et être infectés nous­mêmes », a ex­ permis dans notre profession, indi­ nistration. Solidaires Finances national (RN) a estimé qu’il exis­ masques – a permis à Marine Le
ment que « de trop nombreux pliqué à l’Agence France­Presse quait­il, l’obligation de moyens et Publiques a publié un communi­ terait une « stratégie du gouver­ Pen de faire résonner ses criti­
agents so[ie]nt encore contraints (AFP) Didier Mangione, secrétaire l’obligation de protection de l’Etat qué, lundi 30 mars, pour deman­ nement » consistant « à cacher le ques. Les regrets de l’ancienne
de se rendre sur leur lieu de travail régional d’Unité SGP Police FO. vis­à­vis de ses agents, ainsi que le der à Gérald Darmanin de repor­ niveau de faiblesse de l’Etat, de ministre de la santé devenue can­
alors même que les équipements de Mais, a déclaré Christophe Casta­ droit à la garantie de l’intégrité ter le lancement de la campagne nos stocks, d’impréparation de didate à Paris, Agnès Buzyn,
protection (masques, savons, gels ner, ministre de l’intérieur, le droit physique de nos familles et de nos annuelle de collecte de l’impôt, notre pays, plutôt que de dire la confiant au Monde que le premier
hydroalcooliques, blouses…) ne de retrait « n’est possible que si le proches doivent vous animer plus qui doit débuter le 9 avril. Car, rap­ vérité ». Une « stratégie ». Un tour des municipales n’aurait ja­
sont pas fournis ». fonctionnaire est exposé à un dan­ que jamais. » pelle le syndicat, à cette occasion, terme qui sous­entend un plan mais dû se tenir au regard de la si­
Quelques jours plus tôt, la fédé­ ger grave et imminent ou un équi­ Anne Guyot­Welke, porte­parole 4,5 millions de contribuables établi sciemment. Un complot au tuation sanitaire du pays, ont
ration CGT des services publics pement défectueux et que l’em­ de Solidaires Finances publiques, viennent chercher de l’aide dans cœur de l’Etat, donc. servi de point d’appui au RN. Dès
avait lancé son propre appel, pour ployeur ne prend aucune mesure premier syndicat représentatif les centres des finances « Je ne souhaite pas polémiquer le lendemain, un tract du parti a
les mêmes raisons. Natacha Pom­ pour y remédier. (…) S’agissant des dans l’administration fiscale, dé­ publiques, « une prise de risque mais », entonnait­elle déjà le été diffusé, retweeté par Marine
met, la secrétaire générale, assure policiers, ils ne peuvent s’en préva­ nonce les « dérives » de certains pour la santé » de tous. 23 mars, sur Europe 1, résumant Le Pen, avec un mot d’ordre : « Co­
au Parisien qu’« il ne s’agit pas d’un loir dès lors qu’il s’agit d’accomplir chefs de service. Certains agents, Pour l’heure, le ministre s’est dé­ les polémiques lancées par ses ronavirus : le gouvernement sa­
appel à la grève mais d’un préavis leur mission puisqu’elle est par na­ assure­t­elle à l’agence de presse claré opposé à un tel report, an­ lieutenants les jours précédents, vait, mais il n’a rien fait ! » Le vice­
de couverture » : la possibilité of­ ture dangereuse, ils le savent. » AEF, ont fait valoir leur droit de re­ nonçant cependant l’allongement sur la fermeture des frontières président du RN, Jordan Bardella,
ferte « en dernier recours » aux De fait, le gouvernement refuse trait « en raison des conditions des délais et, par ailleurs, la sus­ notamment. La voilà donc, une ira jusqu’à parler de « mensonge
agents « de faire valoir leurs droits de s’avancer sur ce terrain. Lors d’hygiène, en particulier ceux que pension de l’expérimentation du semaine plus tard, affirmant sur d’Etat ». Peu importe que ce ne
s’ils ne se sentent pas protégés dans d’une conférence de presse, le les chefs de service avaient obligés à paiement des impôts chez les bu­ Franceinfo que le gouvernement soit pas exactement ce que ra­
l’exercice de leur travail. Cela vise les 16 mars, Olivier Dussopt a rappelé être présents pour assurer des ralistes. Son entourage assure aurait menti sur « absolument conte Agnès Buzyn.
salariés dont le droit de retrait a été que « le fait d’être exposé à une missions non prioritaires. Certains aujourd’hui que « des réflexions tout, sans aucune exception » : Lundi matin, Mme Le Pen n’a pas
refusé ». « Un préavis inopportun », forme de risque du fait de la nature effectifs ont ainsi atteint la ving­ sont en cours » et que des annon­ « Sur les frontières, les masques non plus balayé les théories pul­
avait considéré le secrétaire d’Etat des fonctions n’est pas un critère du taine d’agents sans que soient res­ ces seront faites « d’ici à la fin de la soi­disant inutiles, les tests eux­ lulant sur le web et sur les sites
chargé de la fonction publique, droit de retrait dans le droit ac­ pectées les consignes d’hygiène et semaine ». mêmes soi­disant inutiles. Tout conspirationnistes affirmant que
Olivier Dussopt. tuel ». Quelques jours plus tard, de sécurité ». Au­delà, il semble bien que la pé­ cela a créé une situation de mé­ le Covid­19 serait tout droit sorti
une note adressée aux ministères D’ailleurs, alertent les syndicats, riode ne dégrade sensiblement les fiance de la part de la population à d’un laboratoire : « Que des gens
« Danger grave ou imminent » par la Direction générale de l’ad­ les fonctionnaires paient déjà un relations entre les fonctionnaires l’égard de ses dirigeants. » s’interrogent (…) est une question
Certains fonctionnaires, tenus ministration et de la fonction pu­ lourd tribut au service de l’intérêt et le gouvernement. La CGT des Une défiance envers les élites du de bon sens », a­t­elle rétorqué sur
d’assurer la continuité de l’Etat blique (DGAFP) a mis les points sur général. Dans le même entretien services fiscaux en Seine­Saint­ « système » qu’elle et son parti ali­ Franceinfo, affirmant n’avoir
pendant la crise sanitaire, considè­ les i. Les fonctionnaires, écrit la accordé à l’AEF, Mme Guyot­Welke Denis emploie volontiers un ton mentent depuis de longues an­ « aucune opinion sur le sujet ».
rent en effet qu’ils ne peuvent pas DGAFP, « ne peuvent légitimement annonce que 20 % des agents du menaçant pour évoquer l’après­ nées, et qu’ils font d’autant plus Toutes les études scientifiques
travailler dans des conditions op­ exercer leur droit de retrait, au seul fisc (21 000 agents) sont mobilisés crise : « Nous effectuerons nos mis­ flamber depuis le début de la crise convergent pourtant pour affir­
timales de sécurité. Des postiers, motif d’une exposition au virus à et que 1 190 ont été touchés par le sions prioritaires parce que nous sanitaire. « Le gouvernement est le mer que le virus a toutes les carac­
des agents du fisc ou encore des l’origine de l’épidémie ». Même si, coronavirus. Soit une proportion savons être indispensables dans la plus gros pourvoyeur de “fake téristiques d’un virus naturel.
policiers ont invoqué leur droit de pour les professionnels exposés bien supérieure à celle concernant chaîne de paiement, pour les salai­ news” depuis le début de cette Seulement, une étude de
retrait, ces derniers jours. de manière active au virus, « il l’ensemble de la population fran­ res, les hôpitaux et les collectivités crise », lâchait ainsi Marine Le Pen Conspiracy Watch et de la Fonda­
Le 18 mars, des CRS affectés aux convient de prévoir des mesures de çaise. Vendredi 27 mars, l’AFP indi­ locales, mais quand sera venue dans l’hebdomadaire à la ligne ul­ tion Jean­Jaurès réalisée par
autoroutes d’Auvergne­Rhône­Al­ protection renforcées (masques, quait que 50 membres du person­ l’heure de faire les comptes, nous traconservatrice Valeurs Actuel­ l’IFOP montre que 40 % des sym­
pes ont refusé d’effectuer des consignes d’hygiène, mesures d’or­ nel pénitentiaire (et 21 détenus) saurons nous en souvenir. »  les, le 27 mars. pathisants RN pensent que le co­
contrôles routiers. « Nous ne pou­ ganisation, suivi médical…) ». étaient positifs. « Faute de préven­ benoît floc’h ronavirus a été fabriqué inten­
« Aucune opinion sur le sujet » tionnellement en laboratoire,
« Un parti antisystème ne peut pas contre 17 % des Français en
entrer dans l’union nationale », moyenne. Sans compter ceux,
souligne le directeur de l’observa­ hors de son champ partisan, qui

En manque de masques, policiers toire des radicalités politiques de


la Fondation Jean­Jaurès, Jean­
Yves Camus. Même lors des atten­
affichent eux aussi des « doutes »
allant du questionnement légi­
time au complotisme. Pour Jean­
tats survenus en France, le vernis Yves Camus, la stratégie politique

et gendarmes s’impatientent tenait à peine le temps des condo­


léances au sein de l’ex­Front na­
tional. « Très très vite, ils enchaî­
de Marine Le Pen en devient évi­
dente : « Elle parle à tous ceux qui
vont sortir de la crise en pensant
nent les questions », poursuit que quelque chose n’est pas clair.
Le ministère de l’intérieur a commandé un million de masques qui tardent à arriver M. Camus. Et finissent par poin­ Et ils sont nombreux… » 
ter leurs cibles habituelles. lucie soullier

L es images sont restées en


travers de la gorge de cer­
tains policiers. On y voit
Emmanuel Macron en visite à
l’hôpital militaire de Mulhouse
nés. Côté gendarmerie, le bilan des
effectifs sur la touche était un peu
moins alarmant selon les chiffres
disponibles la semaine dernière
(une vingtaine de militaires mala­
avec discernement. Les agents doi­
vent en utiliser principalement
lorsqu’ils sont au contact de per­
sonnes infectées. Par ailleurs, les
commissariats doivent veiller à ce
Localement, des entreprises
ont fait don de matériels aux for­
ces de l’ordre. Mais les effectifs
ont interdiction de les utiliser au
quotidien et ces stocks doivent
CORO NAVIRUS
Philippe et Véran
de Covid­19. Les marchés ali­
mentaires primeurs hebdo­
mercredi 25 mars, ajustant sur son des), mais l’un d’entre eux est dé­ que chaque équipage puisse dispo­ être soumis aux mêmes règles auditionnés mercredi madaires sont fermés depuis
visage un masque de protection. cédé, mercredi 25 mars, le premier ser d’un kit, pour ces situations que les autres. De quoi alimenter à l’Assemblée le 24 mars dans le cadre des
Toutes les personnes qui entou­ membre des forces de l’ordre à pé­ d’urgence. Au sein de la gendar­ la colère de certains militaires ou Le premier ministre, Edouard mesures de renforcement
rent le chef de l’Etat portent le pré­ rir du Covid­19. merie, les règles sont similaires : fonctionnaires, qui ont l’impres­ Philippe, et le ministre de la du confinement. (– AFP.)
cieux équipement. dont la pénu­ « Le port du masque n’est pas systé­ sion d’être exposés inutilement. santé, Olivier Véran, seront
rie s’est transformée en polémi­ « C’est le système D » matique, mais un gendarme qui est « Il y a une grande cacophonie, auditionnés mercredi 1er avril ÉLYS ÉE
que nationale. Toutes ? Non, à l’ar­ Lundi, c’est Interpol qui en a remis dans une situation où il se sent me­ déplore Christophe Rouget du à l’Assemblée nationale par la Macron change
rière­plan, un homme à lunettes une couche. L’organisation inter­ nacé doit pouvoir en porter un », SCSI. Le ressenti des policiers de mission d’information sur la de conseillère
navigue à visage découvert au mi­ nationale, qui s’occupe habituelle­ explique­t­on à la direction géné­ terrain, c’est que les troupes ont gestion de l’épidémie de coro­ Conseillère pour la communi­
lieu des soignants. Officier de po­ ment davantage de coordination rale, avant de préciser que les ges­ été envoyées au combat sans ma­ navirus. Les présidents cation internationale d’Em­
lice dans le Grand Est, il est le seul à dans la lutte contre la criminalité, tes barrières restent « la meilleure tériel. » Une sensation partagée de tous les groupes politiques manuel Macron depuis près
ne pas en être muni. s’est fendue d’une recommanda­ des protections ». par les gendarmes. « Chez nous, seront membres de cette mis­ d’un an et demi, Nathalie Bau­
La séquence, repérée par le Syn­ tion mondiale en faveur du port Sur le terrain, l’application de ces on s’exprime moins que les poli­ sion qui devrait être dirigée don a annoncé, lundi 30 mars,
dicat des cadres de la sécurité inté­ d’un masque et de gants pour les consignes semble difficile. Des ciers, mais sur le terrain ça gueule, par le président de l’Assem­ qu’elle quittait son poste.
rieure (SCSI), majoritaire chez les personnels au contact de la popu­ équipements devaient être distri­ les gars sont mécontents », confie blée, Richard Ferrand (LRM). Cette normalienne avait re­
officiers, illustre le malaise qui lation. Les principaux syndicats de bués ces derniers jours, grâce no­ un officier. Plusieurs groupes espèrent joint le service de presse de
persiste au sein des forces de l’or­ police ont immédiatement em­ tamment à La Poste, qui a fait don Comme le reste de la popula­ que la mission pourra se doter l’Elysée après l’élection de Ma­
dre, deux semaines après le début brayé pour rappeler au ministère de 300 000 masques. Un million tion, les forces de l’ordre guettent des prérogatives d’une cron en 2017. Elle accompa­
du confinement. Alors que l’épidé­ de l’intérieur qu’à ce jour la plu­ de masques supplémentaires de­ l’arrivée des commandes massi­ commission d’enquête. (– AFP.) gnait le chef de l’Etat dans ses
mie de Covid­19 ne cesse de faire part des fonctionnaires opèrent vaient être livrés ce week­end, se­ ves d’équipements. « On nous dit déplacements à l’étranger ou
des victimes chaque jour, nom­ sur le terrain sans protection. lon le ministère de l’intérieur, que les masques ne sont pas utiles Réouverture d’un quart lors de sommets internatio­
breux sont les policiers et gendar­ Les règles n’ont pas évolué au mais le matériel n’était pas par­ au quotidien, mais on sait tous des marchés naux. Elle devrait être rempla­
mes qui continuent à déplorer sein de la police depuis un télé­ venu lundi soir. « C’est le système D que quand on en aura, on nous Un quart des marchés ali­ cée par Anne­Sophie Bradelle,
l’absence de masques de protec­ gramme du directeur général de la dans tous les commissariats, cer­ dira qu’il faut les porter », ironise mentaires de France, cou­ 39 ans, responsable du pôle in­
tion pour réaliser les contrôles à police nationale, Frédéric Veaux, le tains en ont, d’autres pas, chaque un commissaire. En espérant verts ou de plein air, vont ternational de l’agence Havas
travers la France. Plus de 300 poli­ 13 mars. Etant donné le faible jour des collègues arrivent avec des que le temps des précautions ne rouvrir cette semaine en res­ où elle a conseillé des entre­
ciers ont été contaminés et près de nombre de masques disponibles, idées nouvelles pour se masquer le soit pas révolu.  pectant des protocoles sani­ prises et des institutions
10 000 sont actuellement confi­ il est recommandé de les utiliser visage… », raconte un haut gradé. nicolas chapuis taires stricts face à l’épidémie comme le FMI ou l’OCDE.
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 coronavirus | 13

Face au virus, l’essor de la médecine à distance


L’Assurance­maladie dénombre 601 000 téléconsultations entre le 1er et le 28 mars, contre 40 000 en février

L
e nombre de consulta­
tions à distance est en « Les patients
très forte hausse en
France. Selon les chiffres
ont peur de venir
donnés par l’Assurance­maladie, au cabinet,
601 000 téléconsultations ont eu
lieu entre le 1er et le 28 mars, con­
comme si nous
tre 40 000 en février. A l’origine étions un cluster
d’une telle explosion, l’épidémie
de Covid­19 et le confinement,
de coronavirus »
bien sûr, mais aussi l’assouplisse­ XAVIER MARC-TUDOR
ment le 10 mars des règles à res­ généraliste nantais
pecter pour une prise en charge
par la « Sécu ».
Le temps de l’épidémie, plus be­ ges, médecin au CHU de Lille, réfé­
soin pour le patient d’avoir vu le rent sur le déploiement d’un sys­
médecin au moins une fois dans tème de téléconsultation. Dans
l’année précédant la téléconsul­ son service de médecine interne,
tation pour être remboursé ni de quatre box ont été transformés
respecter le « parcours de soins » immédiatement en salle de télé­
avec son médecin traitant s’il consultation. « Certains pou­
s’agit d’une consultation pour vaient être réfractaires, avec la
des symptômes du Covid­19. La peur de la perte de lien avec le pa­
consultation à distance est rem­ tient, mais, dans ce contexte, tout
boursée à 100 %, contre 70 % d’or­ le monde est très satisfait de pou­
dinaire. voir suivre sans risque ses pa­
Ces dernières semaines, les tients », constate­t­il.
chiffres se sont emballés sur « Mes patients qui ont des mala­
l’une des principales plates­for­ dies chroniques se connaissent
mes médicale, Doctolib, qui a dé­ bien, je les connais bien, à leur voix,
cidé, le 5 mars, de mettre à dispo­ je peux entendre s’ils vont bien ou
sition gratuitement son option pas », raconte son collègue, Vin­
de consultation vidéo aux quel­ cent Sobanski, qui a eu la
que 80 000 médecins clients de « chance » de ne pas avoir de nou­
l’outil, ainsi qu’aux hôpitaux et veau patient jusqu’ici. « Ils avaient
aux cliniques. « Plusieurs dizaines tout préparé, ordonnance, prise de
de milliers de médecins y ont re­ sang, examens… ils voulaient nous
cours », décrit le président de la Un médecin généraliste en consultation à distance dans son cabinet à Perpignan, le 17 mars. MICHEL CLEMENTZ/L’INDEPENDANT/MAXPPP prendre le moins de temps possible,
plate­forme, Stanislas Niox­Cha­ en disant qu’on avait plus urgent à
teau, alors que 3 500 praticiens faire, c’était touchant. » Avec quel­
avaient jusque­là adopté ce ser­ tients atteints du Covid­19. « C’est vine (Aube). Passé d’une quaran­ aussi pour les autres maladies. ble : « J’ai des patients qui ont be­ ques moments amusants, comme
vice facturé 79 euros par mois. un outil intéressant, cela marche taine de consultations par jour à « Comment savoir s’il y a un début soin de prescription, d’adaptation lorsque ses patients devaient lui
bien », estime le docteur, qui a eu moins de cinq ces dernières se­ d’infection pulmonaire sans écou­ de leur traitement », raconte un lire les résultats d’examens avec
« Pas très à l’aise » la chance de s’être équipé quel­ maines, il s’est lancé à marche ter les poumons, ou dire s’il y a des rhumatologue francilien, sous le des termes médicaux difficile­
Même son de cloche chez les pla­ ques mois plus tôt, avec la plate­ forcée dans la téléconsultation. signes de gravité sans regarder la sceau de l’anonymat – dépisté po­ ment prononçables.
tes­formes de télémédecine qui forme Doctolib. Résultat : sa première patiente à saturation en oxygène et la ten­ sitif au Covid­19 et symptomati­ Lui comme son collègue oncolo­
emploient des médecins salariés : Comme nombre de ses confrè­ distance souffrait d’acouphènes, sion ? », s’interroge Xavier Marc­ que, il ne devrait pas exercer. Il a gue, Pierre­Etienne Heudel, en té­
« On a multiplié notre activité par res, le docteur Geanty ne manque impossible de prendre sa tension Tudor, généraliste nantais. « Les aussi pu établir un diagnostic ur­ moignent : la télémedécine per­
quatre, voire cinq certains jours », pas néanmoins de rappeler l’évi­ ni d’ausculter son oreille. « Je l’ai patients ont désormais peur de gent, et déclencher une opération, met de répondre aussi aux gran­
décrit la directrice médicale de dence : « il y a une grande limite à traité pour les symptômes, je lui ai venir au cabinet, comme si nous pour une patiente souffrant d’une des inquiétudes chez ces patients
MédecinDirect, la gastro­entéro­ la téléconsultation : celle de l’exa­ dit de venir consulter si cela per­ étions un cluster de coronavirus, arthrite infectieuse à la main. aux barrières immunitaires plus
logue Marion Lagneau. men clinique, on ne peut pas pal­ siste. » Les téléconsultations sui­ alors qu’on met en place des mesu­ « Cela lui a probablement sauvé le fragiles – de par leur maladie ou
« Au début, on n’est pas très à per un ventre, ausculter, prendre vantes n’ont pas arrangé les cho­ res d’hygiène extrêmement fortes, doigt », juge­t­il. « Mais on redou­ leur traitement – face au Covid­19.
l’aise, reconnaît Xavier Geanty, une tension… » Confronté à l’im­ ses, entre ce patient qui n’avait il faut parfois les convaincre de ve­ ble de prudence, on multiplie les « Cela nous permet d’assurer la
généraliste parisien. Ni nous ni le possibilité de prendre la fré­ pas de smartphone, et celui qui, à nir », déplore le médecin de questions pour recueillir le maxi­ continuité des soins, on ne peut pas
patient. » Le quadragénaire avait quence respiratoire correctement la campagne, n’avait pas assez de 50 ans. Lui comme de nombreux mum de données », précise­t­il. se permettre un retard de diagnos­
déjà fait un premier pas vers la chez une patiente qui disait souf­ réseau pour que la vidéo fonc­ médecins s’alarment aussi de tic sur une maladie cancéreuse »,
téléconsultation, avec des rendez­ frir d’essoufflement, il l’a fait ve­ tionne. « Cela ne me convient pas voir des patients souffrant Filtrer les patients décrit le cancérologue au centre
vous à distance durant les grèves nir à son cabinet, en respectant dans ma manière d’exercer la d’autres maladies que le Covid­19 Dans le monde hospitalier aussi, Léon­Bérard, à Lyon, où cinquante
de décembre 2019. « Tout a ex­ les consignes de protection. médecine, peut­être old school, repousser à plus tard leur consul­ l’arrivée de la télémédecine en ur­ salles de téléconsultation ont été
plosé il y a dix jours », raconte celui « Je partais avec un a priori néga­ j’ai besoin d’être en face­à­face », tation, au risque parfois de mettre gence a répondu à un besoin fort. installées. Il a ainsi pu « voir » 80 %
qui effectue désormais l’ensem­ tif, mais cela n’a fait que le confir­ dit le médecin. leur santé en danger. « Cela nous permet de filtrer les pa­ de ses patients en vidéo, et n’en
ble de ses consultations – vingt mer », cingle pour sa part Alban D’autres s’inquiètent de cet en­ Chez ses confrères spécialistes, tients, que nous ne faisons venir faire venir que 20 %, surtout pour
créneaux par jour – en vidéo, dont Thirion, généraliste dans l’agglo­ couragement général à la télécon­ la consultation à distance a pu que si on ne peut pas faire autre­ des débuts de prise en charge. 
plus de la moitié pour des pa­ mération troyenne, à Sainte­Sa­ sultation, pour le Covid­19, mais permettre un suivi indispensa­ ment », explique Sébastien San­ camille stromboni

Psychologues et patients s’adaptent aux exigences du confinement


Faute de pouvoir recevoir à leur cabinet, les praticiens proposent de poursuivre à distance le travail thérapeutique

P our recréer le divan, cer­


tains n’ont pas hésité à
s’installer dans leur voi­
ture, le siège passager légère­
ment incliné − « avec le téléphone
attendre une étude randomisée
en double aveugle », plaisante
Jean­Pierre Couteron, psycholo­
gue exerçant dans un centre de
soins, d’accompagnement et de
Garantir la stricte
confidentialité
de la séance peut
Pour qu’une téléconsultation
réponde au « contrat » préalable­
ment engagé dans les murs du
cabinet, encore faut­il que les
conditions d’un cadre éthique et
séance à l’improviste. Le psycho­
logue, lui, le « recevra » en ur­
gence, quitte à en interrompre
une autre.
Quel que soit le cas de figure, le
d’une certaine façon dans le ca­
napé. L’odeur m’est très douce,
familière. Pour ouvrir la séance,
Maïté retourne le sablier… J’ai be­
soin de tout ça. »
un peu derrière ». En haut­ prévention en addictologie à ressembler déontologique soient réunies. praticien co­construit un cadre De la même façon, la plupart
parleur, au bout du fil, leur psy­ Boulogne­Billancourt (Hauts­de­ à un exercice Mais garantir la stricte confiden­ thérapeutique différent avec des patients de Jean­Michel Vi­
chanalyste. Seine). La première semaine de tialité de la séance peut ressem­ chaque patient, quitte à jongler ves, psychanalyste à Toulon, ont
A l’annonce du décret du confinement, ses trente rendez­ acrobatique bler à un exercice acrobatique en entre plusieurs applications. préféré suspendre leur cure, de
16 mars « portant réglementa­ vous ont tous été reprogrammés en période période de confinement. « Comme les scientifiques, nous peur de la mettre en péril. « L’un
tion des déplacements dans le en téléconsultation − avec seule­ Claire, en colocation avec trois travaillons avec des hypothèses. Il d’eux m’a répondu : “Je ne veux
cadre de la lutte contre la propa­ ment deux « absents », pas plus de confinement amis, n’a pas encore dégoté l’en­ faut rappeler le caractère expéri­ pas polluer mon espace avec ce
gation du virus Covid­19 », le Syn­ que d’habitude. droit idéal : « C’est compliqué de mental de ces méthodes et s’y for­ que je dépose chez vous”. C’est joli,
dicat national des psychologues s’isoler et d’avoir une intimité to­ mer », martèle Frédéric Tordo, non ? », observe le professeur de
a pris position en appelant à la Premier test concluant dant aux écrans. « J’étais scepti­ tale, dit­elle. Je n’ai pas envie de qui vient de lancer, avec d’autres psychologie clinique à l’univer­
« téléconsultation pour tous », ne « Au début, j’avais peur que ça ne que mais je lui ai fait confiance », raconter à tous mes colocs que je psychologues et psychiatres, la sité Côte d’Azur, à Nice. Conscient
pouvant « considérer le suivi psy­ marche pas », souffle Claire (les témoigne cette mère de trois en­ vois un psy. » Pour l’instant, « pas plate­forme collaborative Cy­ de tous les manques liés « à ces
chologique comme non essen­ prénoms ont été modifiés), l’une fants, dont le rythme des séances très à l’aise » dans l’appartement, berpsyco.fr. petits signes imperceptibles du
tiel. S’ils ne sont pas des profes­ de ses patientes. Comme la majo­ s’est même intensifié depuis. elle préfère sortir dans la cour de langage corporel », il reconnaît
sionnels de santé, les psycholo­ rité des personnes interrogées, la Pour ces deux patientes, ce son immeuble. Coralie, entre les Perte des rituels que « la voix, médiatisée par un
gues participent au maillage des jeune femme de 28 ans se dit nouveau format pourrait même devoirs des enfants, organise son Reste que le virtuel ne convient appareil, est affaiblie et ne ré­
soins psychiques et de la santé agréablement surprise après un entraîner « un lâcher­prise » inat­ « sas de décompression, coupée pas à tous. Estelle, en psychothé­ sonne pas de la même façon ».
mentale. Dans un contexte épidé­ premier test concluant par télé­ tendu. « Tout d’un coup, le patient du reste de la maison », dans sa rapie dans le Sud­Est, a choisi Culturelle et générationnelle, la
mique national, ils doivent être là phone. Reposant sur une alliance fait émerger des choses en ligne chambre, porte close et yeux ri­ d’interrompre ses séances le thérapie en ligne apparaît
pour écouter et soulager l’anxiété thérapeutique forte, la télé­ qu’il n’aurait pas osé dire en face­ vés sur les arbres par la fenêtre. temps du confinement, déstabi­ comme un relais plus que comme
de ceux qui souffrent ». consultation est toujours plus à­face, explique Frédéric Tordo, Avec des publics défavorisés, le lisée à l’idée de perdre ses rituels. un premier choix. Mais en pé­
Conversations téléphoniques, fluide en terrain connu. An­ psychologue clinicien et cofon­ praticien doit aussi s’adapter. « Je vais chez ma psy toutes les se­ riode de confinement, pour ceux
échanges d’e­mails ou de SMS, cienne accro au cannabis, Claire dateur, avec Serge Tisseron, d’un Faute d’espace suffisant, l’un des maines, à heure fixe. Cette pente qui affirment « avoir le temps de
visioconférences via Skype, Face­ connaît Jean­Pierre Couteron de­ diplôme universitaire en cyber­ patients de Jean­Pierre Couteron avant d’arriver, je la connais par se poser des questions plus profon­
Time, WhatsApp et autres Docto­ puis longtemps, de même que psychologie à l’université de Pa­ a trouvé la ruse : dès que sa mère cœur, raconte­elle. Je fais les cent des », elle permettra de se réin­
lib… le thérapeute propose et le Coralie, 47 ans, qui l’avait d’abord ris. On parle ainsi de désinhibition sortira faire les courses, il décro­ pas dans le jardin pour préparer venter en mode accéléré. 
patient dispose. « On n’allait pas rencontré pour son fils dépen­ numérique. » chera son téléphone pour une ce que je vais dire. Je m’assois léa iribarnegaray
0123
14 | coronavirus MERCREDI 1ER AVRIL 2020

Le modèle
républicain des
concours dans
la tourmente
Des établissements aménagent
leurs épreuves ou renoncent, quand
d’autres tentent de les maintenir

D
ans la crise sanitaire, le niser d’épreuves avant la fin mai,
petit monde des gran­ quand bien même nous serions
des écoles n’est pas sortis du confinement avant cette
épargné. De manière date », indique Caroline Pascal.
inédite, des épreuves écrites et ora­ Parmi les candidats, c’est la
les de leurs concours d’entrée pré­ consternation. Les pétitions se
vus au printemps ont été intégra­ multiplient pour revendiquer la
lement supprimées. Un précé­ tenue de toutes les épreuves,
dent, bien au­delà des perturba­ comme celle lancée par le bureau
tions connues lors des deux des élèves d’HEC (6 000 signatu­ oraux d’admissibilité. « Lorsque tique, les correcteurs des épreuves beaucoup plus de places à offrir
guerres mondiales ou durant res) ou des candidats au concours vous reportez des écrits pour
Le Covid-19 écrites devraient œuvrer en deux que de candidats », relève l’ancien
Mai 68. Des milliers de candidats commun de Sciences Po (2 700 si­ 9 000 candidats, il faut compter affecte les deux semaines au lieu de trois, et les recteur Alain Boissinot, alors que
sont dans l’expectative, le minis­ gnatures). « L’exigence de passer un mois de correction, ce qui nous épreuves orales être simplifiées. le nombre d’inscrits au Capes est
tère de l’enseignement supérieur les concours passe avant les exi­ conduisait à faire passer les oraux
modes de « Chaque école doit faire un effort en baisse de 7,8 % entre 2020 et
ayant simplement indiqué que les gences sanitaires », observe Anna­ en août, explique Alice Guilhon, désignation pour changer ses modalités. Certai­ 2019, et de 15 % depuis 2016.
épreuves écrites maintenues ne se belle Allouch, chercheuse à Scien­ directrice de Skema, à Lille, et pré­ nes travaillent sur l’hypothèse d’un Seuls à être fixés sur un calen­
dérouleraient qu’après la fin mai. ces Po et auteure de La Société du sidente du Chapitre des écoles de
des élites : oral à distance, mais nous devons drier, décalé respectivement à la
Envoyée au chevet des grandes concours (Seuil, 2017). management. Dire à des familles les élections garantir de bonnes conditions de fin juin et à début juillet, les candi­
écoles, Caroline Pascal, chef de déjà épuisées que leurs enfants passation pour tous. Il faut à tout dats aux concours d’accès en
l’Inspection générale de l’éduca­ Le ministère temporise passeront leurs oraux sans avoir
et les concours prix éviter de faire de l’amateu­ deuxième année d’études de
tion, du sport et de la recherche, Des tables et des chaises dans une eu de vacances, c’était une respon­ risme et de l’artisanat », prévient santé (57 000) et d’entrée à l’inter­
est missionnée pour fixer au plus salle d’examen puis le passage de­ sabilité que nous ne voulions pas Jacques Fayolle, directeur de Télé­ nat (10 000) ont reçu un traite­
vite calendrier révisé et aménage­ vant un jury souverain sont autant prendre. » De plus, « les entreprises aient pu livrer au préalable dans com Saint­Etienne et président de ment de faveur. « Médecine était
ment des épreuves pour chacun d’incarnations de l’égalité de trai­ partenaires de nos écoles nous ont leurs dossiers le moindre élément la Conférence des directeurs d’éco­ une priorité tant sont grands les
des concours. Une réunion doit se tement et de la valeur du diplôme fait savoir qu’elles ne pourraient de motivation à rejoindre Scien­ les d’ingénieurs. Objectif : réduire besoins en étudiants et urgents les
tenir mardi 31 mars, réunissant auquel ils aspirent. « Une mise en mettre leurs cadres à notre disposi­ ces Po, l’inscription sur la plate­ la possibilité de recours pour besoins en internes », explique
tous les établissements en vue de scène de l’espace, qui rend visible la tion pour les oraux, alors qu’elles se forme étant de pure forme dans le rupture d’égalité de la part de Caroline Pascal.
déterminer de nouveaux critères matérialité du jugement scolaire et retrouvent en plein marasme ». cas d’un concours. Le sort est plus candidats s’estimant lésés, par « Nous préparons l’éventualité
de passation. « L’orchestration qui fait qu’on croit à la force du con­ Avec ses 10 000 candidats, le clément pour Sciences Po exemple en cas de bug ou d’équi­ d’un passage du concours Paces
nationale est rendue nécessaire cours », analyse la sociologue. concours commun de sept Scien­ Bordeaux, qui n’a annulé que ses pement informatique défaillant. [Première année commune aux
compte tenu du très court laps de Le Covid­19 affecte les deux ces Po de région est annulé au pro­ épreuves orales. Hors du réseau études de santé] à distance, car si
temps qu’il nous reste, avec des modes de désignation des élites : fit d’une procédure d’admission du concours commun, l’établisse­ Priorité à la médecine jamais les épreuves ne pouvaient
contraintes fortes, notamment les élections et les concours. « Le sur dossier via Parcoursup. « Nous ment a réformé sa procédure d’ad­ Du côté des concours de l’ensei­ finalement pas se tenir la troisième
logistiques », souligne­t­elle. ministre de la santé lui­même, dès marchons sur un champ de mines mission pour la rentrée, rempla­ gnement du second degré, où semaine de juin, on n’aurait pas
Le bac, avec plus de 700 000 can­ la mi­mars, indiquait que les et nous faisons huer sur Twitter. çant les écrits par un examen des 13 000 candidats attendent de d’autre cartouche derrière », aver­
didats, pèse dans la balance en concours relevaient de l’intérêt de Mais nous sommes obligés d’en dossiers sur Parcoursup auquel pouvoir passer leur Capes, sans tit Jean Sibilia, doyen de la faculté
termes d’occupation des salles la nation. Car derrière eux, il s’agit passer par là sinon on ne recrutera est jointe une fiche détaillée, où le doute en juillet, la rumeur circule de médecine de Strasbourg. Un
d’examen, dans l’hypothèse où aussi du maintien de la bureaucra­ pas de promos en 2020 ! », appuie candidat expose notamment ses d’un report des oraux à la rentrée. choix de modalité très sensible,
les épreuves en présentiel tie et de l’Etat », complète Anna­ Pierre Mathiot, directeur de Scien­ expériences d’encadrement et Un choix qui différerait l’arrivée ajoute­t­il : « Sera­t­on en mesure
seraient conservées. L’Imprime­ belle Allouch. ces Po Lille, qui s’étonne de l’effet d’engagement citoyen. De quoi des lauréats dans les établisse­ de savoir qui a composé réelle­
rie nationale, à l’arrêt depuis le Jusqu’ici, le ministère de l’ensei­ de « sidération » qui semble tou­ permettre aux évaluateurs de ments scolaires, où ils doivent ment ? » Pour les internes qui réus­
début du confinement, pose aussi gnement supérieur temporise, cher de grandes écoles. « J’ai l’im­ sélectionner les meilleurs profils. officier comme stagiaires à mi­ siront les épreuves classantes na­
la question de sa capacité de s’en tenant à l’annonce du report pression que certains n’ont pas vu Avec leurs 20 000 candidats temps. « Une décision d’aménage­ tionales, une autre course contre
remise en route rapide pour im­ des épreuves écrites. De leur côté, qu’il y avait le Covid­19 », juge­t­il. post­prépa, les écoles d’ingénieurs ment des épreuves ou de report des la montre se jouera cet été : celle
primer et acheminer des dizaines les écoles de management ont La difficulté reste d’improviser s’accrochent pour l’heure à leurs oraux pourrait amener à s’interro­ de leur affectation en stage dans
de milliers de sujets. « Pour cette tranché dans le vif, en supprimant en urgence un recrutement sur épreuves orales, quitte à envisager ger sur l’intérêt de concours qui des hôpitaux exsangues. 
raison, il n’est pas possible d’orga­ purement et simplement leurs Parcoursup sans que les candidats une rentrée décalée. Dans cette op­ ont dans certaines disciplines soazig le nevé

Les prisons se vident partiellement pour protéger les détenus


Les mesures de libération anticipée et la diminution des mises sous écrou ont fait baisser le nombre de prisonniers de 3 513 en deux semaines

L es juges et les procureurs


ont entrepris avec les ser­
vices pénitentiaires une
vaste revue des effectifs afin de
désengorger rapidement les pri­
Selon les chiffres
donnés lundi,
31 détenus ont
sans demander l’avis d’un juge, de
faire exécuter les deux derniers
mois d’une peine de prison infé­
rieure à cinq ans sous forme d’as­
signation au domicile. Au total, le
Laurent Ridel, « l’objectif de ces me­
sures volontaristes est de limiter le
surencombrement pour des rai­
sons sanitaires, mais aussi pour des
raisons sécuritaires ». La réduction
n’ait été avéré. Mais lundi, un nou­
veau dortoir de sept détenus a dû
faire l’objet d’une décision de con­
finement pour deux semaines… A
Fresnes (Val­de­Marne), le premier
tifs, et 881 placés en confinement
à leur domicile, tandis que 138 ont
déjà achevé leur quatorzaine.
« Les masques et le gel n’ont été dis­
tribués aux agents en contact avec
sons et de limiter le risque de les été testés positifs cumul de ces dispositifs excep­ de la surpopulation carcérale faci­ établissement à déplorer, le la population pénale que ven­
voir se transformer en foyer du tionnels permet de faire sortir des lite en particulier les mesures de 16 mars, le décès d’un détenu at­ dredi », affirme M. Schmitt. Ce qui
Covid­19. Les mesures de libéra­
au Covid-19, soit personnes condamnées qui confinement en cellule indivi­ teint du Covid­19, 90 sont déjà sor­ devrait faciliter le travail. « Tant
tion anticipées conjuguées à la une hausse de avaient encore jusqu’à six mois à duelle pour les détenus infectés au tis de confinement. Lundi, il n’en que nous n’avions pas de masque,
baisse des mises sous écrou liée effectuer derrière les barreaux. Les virus ou dont les symptômes im­ restait plus que sept. les détenus se méfiaient de nous »,
au ralentissement de l’activité
48 % en trois jours personnes condamnées pour posent une telle précaution. Tous raconte Fadila Doukhi, déléguée
judiciaire ont fait fondre le nom­ crime, terrorisme ou violences les établissements ont désormais Absentéisme des surveillants syndicale au centre pénitentiaire
bre de détenus dans les prisons intrafamiliales en sont exclues. une partie de la détention (cour­ « Les personnels pénitentiaires sont de Nancy­Maxéville.
françaises de 3 513 personnes en­ cette région (Fleury­Mérogis, sive, aile ou bâtiment) séparée en première ligne sept jours sur Pour l’heure, la maison péniten­
tre le 14 et le 27 mars, selon le mi­ Fresnes, Villepinte, etc.) concen­ 683 détenus confinés pour pouvoir accueillir d’éven­ sept, nous devons adapter les orga­ tiaire résiste donc à la vague sans
nistère de la justice. Soit 5 % de la trent les courtes peines. A Colmar (Haut­Rhin), l’un des tuels détenus à confiner. nisations face à une crise qui va incident majeur. La gratuité de la
population carcérale (environ La prison de la Santé, à Paris, premiers établissements péniten­ Selon les chiffres donnés le durer », précise M. Ridel, basé à télévision en cellule et l’attribu­
70 500 avant la crise sanitaire). comptait, vendredi 27 mars, tiaires concernés par la vague épi­ lundi 30 mars par l’administra­ Fresnes. L’administration péni­ tion d’un crédit d’heure de télé­
Mais le rythme dépend beau­ 780 détenus, contre près d’un mil­ démique, les mesures de libéra­ tion pénitentiaire, 31 détenus ont tentiaire doit faire face aux situa­ phone y ont sans doute contribué,
coup des juridictions. lier à la veille de l’épidémie. « Avec tion ont été nettement plus parci­ été testés positifs au Covid­19 en tions de stress générées par la crise malgré la suppression des parloirs
En Ile­de­France, région qui con­ les remises de peine exceptionnel­ monieuses. Cette maison d’arrêt France, soit une hausse de 48 % en sanitaire et à un absentéisme des et de la plupart des activités. L’ad­
centre le plus grand nombre de les et les remises de peine supplé­ comptait 163 détenus vendredi trois jours, tandis que 683 font surveillants en hausse. Il dépasse, ministration pénitentiaire a
personnes incarcérées, la décrue a mentaires, nous pensons arriver à 27 mars, contre 180 trois semaines l’objet d’un confinement en rai­ selon nos informations, 20 %, compté environ 45 000 appels té­
été plus marquée. Les établisse­ environ 700 détenus à la fin de plus tôt, selon Christophe Schmitt, son d’une suspicion de contami­ voire 25 %, dans plusieurs régions. léphoniques passés chaque jour la
ments pénitentiaires y comptent cette semaine », estime Mathilde le secrétaire interrégional de FO nation. Par ailleurs, 176 ayant fait « Certains responsables syndicaux semaine du 23 mars, contre 22 000
près de 1 000 détenus de moins Valin, juge de l’application des pei­ pénitentiaire pour le Grand Est. l’objet d’une telle mesure sont à Bois­d’Arcy [Yvelines], la Santé ou par jour la semaine précédente.
qu’il y a deux semaines, pour at­ nes au tribunal judiciaire de Paris. Soit une réduction de 10 %, com­ sortis de leur « quatorzaine ». Fresnes ont renoncé à leur dé­ Surtout, les libérations antici­
teindre un peu plus de 12 000, se­ Et cela ne s’arrêtera pas là. « La se­ parée à celle de 30 % que devrait Les situations sont fluctuantes. charge syndicale pour remettre pées qui vont continuer à faire dé­
lon Laurent Ridel, le directeur in­ maine prochaine, le parquet pren­ atteindre La Santé dans quelques A la maison d’arrêt de Colmar, qui l’uniforme et reprendre du service croître la population carcérale
terrégional des services pénitenti­ dra le relais », annonce­t­elle. jours. Résultat, elle reste occupée à a compté jusqu’à 26 détenus confi­ au côté de leurs collègues », ob­ jouent aussi le rôle de carotte pour
aires. Un phénomène qui s’expli­ Dans le cadre de la loi sur l’état 136 % de sa capacité, alors que la nés, plus personne ne l’était ven­ serve le directeur interrégional. encourager les détenus à ne pas
que aussi par le fait qu’un grand d’urgence sanitaire, les procu­ maison d’arrêt parisienne est déjà dredi à l’issue des quatorzaines, Parmi les agents pénitentiaires, protester. 
nombre de maisons d’arrêt de reurs peuvent en effet décider, redescendue sous les 100 %. Pour sans qu’aucun cas de Covid­19 75 (sur 42 000) ont été testés posi­ jean­baptiste jacquin
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 coronavirus | 15

La crise, épreuve du feu pour les start­up


Les jeunes pousses redoutent les conséquences de la crise en cours sur leur financement actuel et futur

C’
était il y a un mois,
presque jour pour
jour. Le 3 mars, l’édi­ Dans les locaux
teur français d’appli­ de l’éditeur français
cations musicales MWM annon­ MWM, à Boulogne­
çait une levée de fonds de 50 mil­ Billancourt (Hauts­
lions d’euros. Rétrospectivement, de­Seine), en février.
Jean­Baptiste Hironde, le direc­ WELCOME TO THE JUNGLE
teur général, reconnaît avoir eu
« beaucoup de chance ». En effet,
une telle opération ne se ferait
probablement pas aujourd’hui,
alors que la crise liée au corona­
virus touche la France de plein
fouet. Mieux, en cette phase de
confinement, la fréquentation
de certaines de ses applications
explose (+ 300 %), et l’éditeur con­
tinue à envisager une cinquan­
taine de recrutements en 2020.
Son cas est cependant isolé.
La grande majorité des start­up
françaises s’inquiètent désormais
pour leur avenir. Certaines ont vu
leur activité laminée par les me­
sures sanitaires prises par le gou­
vernement. Okarito, site de réser­
vation de voyages d’affaires, a
passé ces dernières semaines à
gérer les annulations et les rapa­
triements, mais n’enregistre plus
aucune réservation.
Mapstr a vu l’usage de son appli­
cation de recommandation de
lieux de sortie s’effondrer. Extra­
lab, qui développe des stations de
contrôle de qualité de l’eau, en­
chaîne les déboires. Un contrat
important qu’elle devait signer en
Chine, en début d’année, a été gelé
en raison de l’épidémie, laquelle
paralyse aujourd’hui sa chaîne de
production en Europe, bloquant
un autre contrat. Son fondateur
ne se verse plus de salaire.
La perspective qui s’ouvre est par la crise qui menace de s’abat­ idée de la durée du confinement et crise. Celles qui étaient survalori­
« Hiver nucléaire » celle d’une période de récession tre. L’urgence, pour eux, est de des conséquences macroéconomi­
Plutôt qu’une sées et fragiles iront certainement
Rares sont les jeunes pousses qui brutale, dont beaucoup redoutent préserver leurs investissements. ques, c’est très dur de bien doser le croissance à tous au tapis », admet un autre res­
ont la chance d’occuper le bon cré­ l’ampleur. « En tant qu’entrepre­ Dans l’immédiat, ils vont concen­ niveau de restructuration à s’im­ ponsable de fonds.
neau dans cette période inédite. neur j’ai vécu le krach de 1987, puis trer leurs moyens sur les entre­ poser », note Jean­David Chambo­
crins, les fonds Pour certains, cette épreuve du
Phacil, avec son service de livrai­ celui de 2000 et celui de 2008… Au prises sur lesquelles ils ont parié redon, du fonds ISAI. d’investissement feu peut même avoir du bon. « Dit
son de médicaments, en fait par­ vu de ce qui remonte de toutes nos plutôt que de miser sur de nou­ de manière un peu binaire, on va
tie. Alors qu’elle était en train de start­up, ça va piquer fort, beau­ velles. D’autant qu’ils craignent Vertus de la numérisation
vont davantage passer de la croissance non renta­
refaire sa plate­forme, elle a été coup, beaucoup plus fort… », préve­ de manquer eux­mêmes de fi­ Le gouvernement lui­même est réclamer de ble à la décroissance rentable. Et
obligée de redoubler d’efforts nait, le 24 mars, l’entrepreneur nancement. « Leurs souscripteurs, venu à la rescousse des start­up nos boîtes seront mieux gérées
pour être en mesure d’absorber Marc Simoncini sur Twitter. « L’hi­ qui étaient très pressés il y a quel­ en présentant, le 25 mars, un
rentabilité de la qu’avant la crise », veut également
techniquement « une croissance ver nucléaire dans lequel on entre ques mois de dépenser leur argent, plan de soutien de 4 milliards part des sociétés croire M. Grossmann.
exponentielle de la demande », va laisser des traces fortes pendant le sont beaucoup moins aujour­ d’euros. Pour Cédric O, secrétaire Dans le secteur, on se rassure en
souligne un des cofondateurs, longtemps », corrobore Benoist d’hui », reconnaît François Véron, d’Etat chargé du numérique, il pensant que la crise aura permis
Alexandre Deniau. Même chose Grossmann, d’Idinvest Partners, du fonds Newfund Capital. s’agit non seulement de venir en part des start­up, plutôt qu’une de démontrer les vertus de la
chez le leader de la prise de rendez­ l’un des principaux fonds français. Afin de limiter la casse, les fonds aide à un vivier qui devait créer croissance à tous crins, qui a long­ numérisation de l’économie.
vous médicaux Doctolib, qui a dé­ Face à ces difficultés, les mieux appellent donc leurs start­up à 25 000 emplois en France cette temps représenté l’alpha et C’est, par exemple, le constat que
cidé de mettre gratuitement à la armés sont ceux qui disposent prendre des mesures préventi­ année, mais surtout de préserver l’oméga de la nouvelle économie. dresse Philippe de Chanville,
disposition de 80 000 praticiens d’une réserve suffisante de cash ves : renoncer aux recrutements, « un tissu qui mettrait des années à « Il va y avoir des morts parmi cofondateur du site de vente en
son outil de téléconsultation. pour laisser passer la tempête. voire mettre fin aux contrats de se reconstituer ». les gens qui ont des modèles sus­ ligne de produits de bricolage
Et puis il y a toutes ces start­up Malheur, en revanche, à ceux qui, salariés en période d’essai, et cou­ Pour autant, les dégâts sont iné­ pects, qui avaient vendu avant ManoMano : « Dans ce secteur qui
qui tentent de continuer à fonc­ voyant leur trésorerie s’assécher, per tous les projets non essen­ vitables. Les entreprises les moins tout de la part de marché, prévoit s’est jusque­là très peu numérisé,
tionner normalement ou pres­ étaient sur le point de conclure tiels. « Notre boulot, c’est de les bien financées seront les premiè­ M. Chamboredon. On a en France les gens prennent conscience, de
que, du fait de la désorga­ une levée de fonds. « Toutes les aider à passer le cap, et d’envisager res sanctionnées, mais aussi cel­ une génération qui a été, ces der­ manière contrainte, qu’un service
nisation induite par la mise en start­up autour de moi qui étaient avec eux les pires scénarios, expli­ les dont le modèle économique nières années, très généreuse­ tel que le nôtre est utile, que le ser­
place à grande échelle du télé­ dans cette situation se sont fait lâ­ que Xavier Lorphelin, du fonds est le plus fragile. La crise devrait ment financée, qui va devoir réap­ vice est bon… » Certaines start­up
travail, mais qui voient déjà les cher », témoigne M. Deniau. La Serena. On travaille avec elles pour en effet accélérer un mouvement prendre à faire avec beaucoup pourraient ainsi sortir renforcées
délais de paiement des factures crainte est que cela dure. qu’elles revoient leur plan 2020 et constaté depuis plusieurs mois, moins de capital. » « Ça ne sert à de la crise. En attendant, il va fal­
s’allonger, signe d’une inquié­ Les fonds qui financent les se projette sur 2021. » La tâche est qui voit de plus en plus les fonds rien de mettre sous perfusion des loir serrer les dents. 
tude des clients. start­up sont eux­mêmes affectés ardue : « Comme on n’a aucune réclamer de la rentabilité de la boîtes qui allaient mal avant la vincent fagot

Les entreprises en quête de réponses dans le maquis des mesures


Le dispositif d’accompagnement des sociétés confrontées au choc sanitaire laisse de nombreux dirigeants perdus

S ans doute inédit par son


ampleur et sa rapidité, le
dispositif d’accompagne­
ment des entreprises confrontées
au choc sanitaire lié à la pandé­
gionale des entreprises, de la con­
currence, de la consommation,
du travail et de l’emploi] ont créé
beaucoup de stress sur la mise en
œuvre des aspects à la fois techni­
voire d’une agence à une autre.
« Certaines banques demandent à
nos clients d’établir des projections
de rebond ou des prévisionnels sur
l’après­crise, allant sur la période
totale » de la part de Bercy, selon
Virginie Roitman, expert­comp­
table. Les chefs d’entreprise sont
également demandeurs d’infor­
mations sur le report des échéan­
ment du commerce et de l’hôtel­
lerie­restauration. Dans le trio de
tête des questions : la prime de
1 500 euros pour les indépen­
dants, l’instauration du chômage
nant l’adaptation des procédures
relatives aux sociétés en difficulté.
Le point essentiel est que tous
les délais (dépôts de dossiers, etc.)
sont reportés de trois mois à
mie de Covid­19 a laissé nombre ques et humains du chômage par­ 2020­2021 », s’étonne M. Benoudiz. ces sociales et fiscales, ainsi que partiel et le report des échéances compter de la fin de l’état d’ur­
de dirigeants d’entreprise un peu tiel », admet Laurent Benoudiz, « Ce qui est compliqué à faire sur les modalités de reports de sociales, fiscales ou bancaires. gence, qui est fixé au 23 mai. Ce
perdus. L’ordre des experts­ président de l’ordre des experts­ quand on ne sait même pas quand leurs charges (loyer, électricité et Parmi ces entreprises, environ qui reporte donc au 23 août la pé­
comptables, qui a mis en place comptables Paris­Ile­de­France. on va pouvoir reprendre l’activité. » eau), qui restent floues. une sur cinq (18 %) était déjà en fâ­ riode pendant laquelle les entre­
des numéros verts gratuits, mer­ Autre difficulté : les informa­ Troisième point délicat, celui du cheuse posture avant la crise et a prises peuvent bénéficier des pro­
credi 25 mars, a d’abord reçu tions diffusées par les banques, versement de la TVA fin mars, qui Mille appels en cinq jours fait l’objet d’une procédure collec­ cédures de prévention et pro­
beaucoup d’appels à propos du qui pouvaient différer d’un réseau, a fait l’objet « d’une cacophonie Les administrateurs et mandatai­ tive. « Pour celles­ci, leurs principa­ longe également toutes les pro­
dispositif de chômage partiel, qui res judiciaires, qui ont, eux aussi, les préoccupations sont de faire cédures en cours. Du fait des
a connu quelques ratés les pre­ mis en place un numéro vert en face aux échéances de leur plan ou mesures de confinement et de la
miers jours. Au deuxième rang Le succès des prêts garantis par l’Etat partenariat avec la direction gé­ de réussir à maintenir leur situa­ fermeture au public des tribu­
des questions des chefs d’entre­ nérale des entreprises, ont reçu tion afin d’éviter une liquidation ju­ naux de commerce, une autre
prise figuraient les modalités La demande pour les prêts aux entreprises garantis par l’Etat fran- plus de mille appels en cinq jours, diciaire », note Christophe Basse, mesure de simplification est mise
d’accès aux aides pour obtenir çais et mis en place dans le cadre de la lutte contre les répercus- du lundi 23 mars au vendredi président du Conseil national des en place : toutes les démarches se
des financements, afin de pou­ sions économiques de la crise sanitaire a déjà atteint 3,8 milliards 27 mars. Ils émanaient pour 10 % administrateurs judiciaires et des feront désormais par voie déma­
voir tenir le temps de la crise. d’euros, a annoncé, mardi 31 mars, le ministre de l’économie, d’autoentrepreneurs ou de mi­ mandataires judiciaires. Le gou­ térialisée, et les audiences se tien­
« Les dysfonctionnements au Bruno Le Maire, sur Radio Classique. Environ 21 000 entreprises croentrepreneurs et pour 74 % de vernement a publié, lundi dront par vidéoconférence. 
niveau de la Direccte [direction ré­ ont déjà exprimé leur volonté de bénéficier de ce dispositif. patrons de TPE, issus principale­ 30 mars, une ordonnance concer­ béatrice madeline
0123
16 | coronavirus MERCREDI 1ER AVRIL 2020

Aéronautique :
« l’Etat doit faire
des prêts à très
long terme
aux entreprises »
Philippe Peticolin, directeur général
de Safran, appelle le gouvernement
à en faire plus pour le secteur

ENTRETIEN Elles sont bonnes, et même très


bonnes. Elles permettent d’amor­
A Paris, le 27 février.
AURELIEN MORISSARD/IP3

A
près une semaine à tir le choc. Cela sauvera­t­il com­
l’arrêt, l’activité a re­ plètement les entreprises ? Non. Si
pris dans l’aéronauti­ vous avez des coûts fixes liés à des
que. Philippe Petitco­ achats de matériels, à des locations ple. Tant que nous avons un filet Il le faudra. Je pars du principe Safran pourrait­il acheter
lin, directeur général du moto­ d’avions que vous devez rembour­ de commandes qui n’est pas à qu’une fois que cette crise sera
« La demande Thales ?
riste Safran, apprécie les premiè­ ser suivant des règles précises, et zéro, c’est à nous de faire l’effort, terminée, la demande repartira, repartira, car les Aujourd’hui, ce n’est pas une op­
res mesures du gouvernement en que vous ne pouvez pas changer notamment grâce aux mesures notamment car les gens vou­ portunité. Ce n’est pas d’actualité.
faveur du chômage partiel. Mais il tout cela à un moment, la seule ré­ de chômage partiel proposées par dront voyager. Le marché devra
gens voudront
appelle les autorités à autoriser duction des coûts de personnels le gouvernement. Nous ne som­ répondre à cette demande. Ce voyager. Le L’Association française des
des reports de charges pour sau­ ne suffira pas. Si votre chiffre d’af­ mes pas des sociétés à risque, car sera peut­être des compagnies entreprises privées invite ses
vegarder le tissu industriel. faires est proche de zéro, vous ne nous avons des fonds propres et différentes, ou d’autres déjà exis­
marché devra adhérents à renoncer à verser
pourrez pas tenir très longtemps. de quoi réagir. tantes qui en profiteront pour répondre à des dividendes ou à les réduire
Le secteur aéronautique a été prendre des parts de marché. Ce d’au moins 20 % en 2020 et
l’un des premiers touchés par Que demandez­vous de plus ? La crise pourrait faire des n’est pas l’offre qui va faire la re­
cette demande » souhaite que les dirigeants re­
la crise liée au coronavirus. Je ne vois pas un Etat se substi­ ravages chez les compagnies prise, mais la demande. versent 20 % de leurs rémuné­
Quel est votre taux d’activité ? tuer à une entreprise pour lui aériennes, vos principales rations. Y êtes­vous favorable ?
Le taux d’activité dans l’aéro­ payer ses loyers, le rembourse­ clientes. Cela vous inquiète­t­il ? Justement, beaucoup pensent à 63 %. Après la crise, les choses Renoncer au versement de divi­
nautique n’est pas élevé en France. ment de ses matériels, de ses ma­ L’Association internationale du que le monde de l’après­crise devraient redevenir telles qu’elles dendes est une décision du con­
Il doit se situer entre 10 % et 25 % chines. Ce n’est pas possible dans transport aérien (IATA) prévoit sera différent… étaient. seil d’administration et je la sou­
au maximum sur les sites et dans une économie mondiale telle que 252 milliards de dollars [228 mil­ Le temps nous le dira ! Quand tiens. Nous l’avons fait de bonne
les usines. Il faut ajouter 30 % à nous la connaissons. La seule fa­ liards d’euros] de pertes pour les on regarde les crises précédentes, Cette crise va­t­elle entraîner grâce. Ce n’est pas une mauvaise
40 % de salariés en télétravail. Les çon d’aider les entreprises, si elles compagnies. Leur avenir va dé­ en 2001 ou en 2008, par exemple, une phase de consolidation idée en soi que l’ensemble des
autres personnels sont au chô­ n’arrivent pas à générer du chiffre pendre des aides qui leur seront cela a pris plus ou moins de dans l’industrie aéronautique ? partenaires d’une entreprise, diri­
mage technique ou en arrêt pour d’affaires, et seul le gouverne­ fournies par les Etats. Si tous les temps, mais la croissance est re­ C’est possible. Pas seulement geants, salariés et actionnaires,
s’occuper de leurs enfants. Au to­ ment peut le faire, c’est de leur Etats consentent aux mêmes ef­ venue en ligne avec les prévisions parmi les compagnies aériennes, participent à l’effort indispensa­
tal, les deux tiers au maximum faire des prêts à très long terme forts que ceux que s’apprêtent à initiales. La durée nécessaire pour mais aussi chez les équipemen­ ble pour remettre notre écono­
des personnels travaillent. C’est pour qu’elles puissent rembour­ faire les Etats­Unis, les compa­ revenir aux perspectives d’ori­ tiers ou les systémiers. Ils vont se mie sur les rails. Quant à la dimi­
bien moins chez Safran, car nous ser leurs charges. gnies s’en sortiront correcte­ gine est plus ou moins longue et rendre compte qu’en étant plus nution d’une partie de la rémuné­
devons mettre les usines en adé­ ment. Sinon, beaucoup risquent dépend de la profondeur et de la gros on est plus fort et plus rési­ ration globale des dirigeants, il
quation avec les règles sanitaires. L’Etat doit voler au secours des de ne pas survivre. durée de la crise. Deux éléments lient. Des sociétés qui appartien­ s’agit d’une démonstration de so­
grands groupes comme Airbus, que je ne connais pas encore nent aujourd’hui à des fonds d’in­ lidarité à faible impact financier,
Les mesures gouvernementa­ Safran ou Thales ? L’industrie pourra­t­elle aujourd’hui. Mais, actuellement, vestissement pourraient changer mais indispensable. 
les prises en faveur des entre­ Non. Je pense que les grands encaisser le choc de faillites en Chine, cela repart. Le taux d’oc­ de mains. Certaines risquent de propos recueillis par
prises sont­elles à la hauteur ? groupes doivent servir d’exem­ à répétition ? cupation des avions est supérieur devenir des proies. guy dutheil

PERTES & PROFITS | EASYJET
La transition énergétique mise à mal par phili ppe esc ande

Le développement du solaire et de l’éolien terrestre reculerait en 2020


Farce low cost
dans le ciel d’Europe
L e développement des éner­
gies renouvelables dans le
monde était déjà insuffi­
sant pour faire face aux enjeux
du changement climatique. La
diminué très fortement ces der­
nières années.
Le ralentissement de l’écono­
mie mondiale entraîne déjà une
forte baisse de la consommation
La production
de panneaux
photovoltaïques
une forte contraction du marché
de l’automobile.
Aux Etats­Unis, où le solaire
s’est rapidement déployé ces der­
nières années, le secteur voit ve­
Avec près de la moitié des habi­
tants de la planète confinés chez
qu’il soit annulé. Et il menace de
convoquer toutes les sept semai­
pandémie due au coronavirus d’énergie, qui va temporairement a fortement nir « une crise significative », s’in­ eux, le monde semble sans bous­ nes une assemblée générale pour
vient compliquer plus encore la réduire les émissions de CO2. Mais quiète Abigail Ross Hopper, prési­ sole, cherchant désespérément la débarquer un administrateur. Un
situation. Le directeur exécutif elle devrait s’accompagner égale­
ralenti en Chine dente de la Solar Energy Indus­ sortie de crise. Le fondateur d’ea­ tir aux pigeons démoniaque au
de l’Agence internationale de ment de la baisse du développe­ et en Asie du tries Association. Les questions se syJet, Stelios Haji­Ioannou, lui, ne moment où le secteur traverse la
l’énergie (AIE), Fatih Birol, a ment des énergies renouvelables. posent aussi pour l’éolien, souli­ perd pas le nord. Critiqué par les plus grave crise de son histoire.
sonné l’alerte dès le début de la Selon une première comptabi­
Sud-Est à cause gnent les acteurs de la filière. Se­ médias pour avoir empoché Stelios Haji­Ioanna est un capi­
crise sanitaire. lité réalisée dès la mi­mars par du confinement lon une étude du cabinet Wood 40 millions de livres (45 millions taliste d’opérette pour marxiste
« Alors que les gouvernements Bloomberg New Energy and Fi­ Mackenzie, publiée mardi d’euros) de dividendes en mars en mal de repères. Fils d’un riche
répondent aux différentes crises nance (BNEF), les nouvelles instal­ 24 mars, les nouvelles installa­ alors que les compagnies aérien­ armateur chypriote, élevé dans
en cours, ils ne doivent pas perdre lations de panneaux solaires de­ rent, la pression sur l’offre de com­ tions pourraient décliner de près nes luttent pour leur survie, il a les bonnes universités britanni­
de vue l’un des défis majeurs de vraient reculer en 2020, pour la posants et équipements­clés de­ de 5 gigawatts, une baisse de près rétorqué : « Pourquoi laisserais­je ques, il est devenu, lui aussi, un
notre temps : la transition vers des première fois depuis les années vrait donc s’alléger, estiment de 7 % au niveau mondial. Là cette somme à la société ? Pour les riche armateur, avant de fonder
énergies propres », a­t­il expliqué 1980. Les analystes de BNEF pré­ Jenny Chase et Tom Harries, de aussi, il s’agirait d’une première. donner directement à Airbus ? J’ai sa compagnie aérienne. Résident
dans une tribune publiée sur Lin­ voyaient pour cette année des BNEF. [Mais] nous sommes plus L’incidence dans la chaîne d’ap­ mes organisations charitables et à Monaco, il fait les délices de la
kedIn mi­mars. « Le coronavirus nouvelles capacités situées entre préoccupés par la demande. » Se­ provisionnement se fait déjà sen­ Airbus ne fait pas partie d’entre el­ presse d’outre­Manche par ses
est une crise internationale sans 121 et 152 gigawatts, elles de­ lon le cabinet spécialisé Rystad, tir, souligne Giles Dickson, le PDG les ! » Il faut dire que depuis dix provocations à répétition. Mais
précédent (…), mais, même si ses vraient être autour de 108 à 143 gi­ les pays les plus touchés par ce ra­ de WindEurope. « Nous sommes ans, l’entrepreneur est en guerre son analyse s’entend. Il estime
effets seront sévères, ils seront pro­ gawatts. lentissement pourraient être susceptibles de voir des délais dans contre sa propre entreprise, dont que la crise va déboucher sur une
bablement temporaires. La me­ l’Australie, le Brésil, le Mexique et le développement de nouvelles fer­ il détient encore 34 % des parts. récession durable du transport
nace posée par le changement cli­ Inquiétude sur la demande l’Afrique du Sud, qui avaient tous mes éoliennes », estime­t­il, appe­ Parti fâché, il ne cesse depuis de aérien et que ceux qui ont moins
matique, qui nous impose de ré­ Une grande majorité des pan­ d’ambitieux objectifs d’installa­ lant les gouvernements à être vouloir casser son jouet. d’avions s’en sortiront mieux que
duire de manière significative nos neaux photovoltaïques sont fa­ tion de panneaux solaires. flexibles sur l’application des rè­ ceux qui ont surinvesti. L’entre­
émissions de gaz à effet de serre briqués en Chine et en Asie du Pour les panneaux solaires gles relatives aux appels d’offres. Tir aux pigeons prise fait le pari inverse : la crise
dès cette décennie, va, elle, rester Sud­Est, où l’activité a été ralentie comme pour les batteries, la si­ D’autant que le prix des éner­ Stelios n’aime pas que son ex­ va fragiliser les compagnies tradi­
intacte », ajoute le directeur exé­ fortement ces derniers mois à tuation a mis en lumière « le be­ gies fossiles, qu’il s’agisse du pé­ chose cherche à grandir encore. tionnelles. EasyJet, rentable et
cutif de l’AIE. cause de la pandémie et des me­ soin de diversifier la chaîne d’ap­ trole, du gaz ou du charbon, est en Pour lui, elle dépense trop d’ar­ forte d’une trésorerie de 1,6 mil­
Or une grande partie de la lutte sures de confinement. provisionnement et renforcé forte baisse. A la sortie de la crise gent et devrait plutôt soigner son liard de livres et de faibles coûts
contre le changement climatique Désormais, la situation s’amé­ l’idée qu’il fallait localiser des usi­ sanitaire, de nombreux gouver­ cours de Bourse et ses actionnai­ de fonctionnement, sera en me­
repose sur deux leviers : la baisse liore en Chine, mais la crise éco­ nes en Asie, en Europe et aux nements pourraient être tentés res en augmentant ses profits. Il sure, à la sortie de l’épreuve, de
de la consommation et le déve­ nomique touche désormais l’Eu­ Etats­Unis », notent les analystes de diminuer leur soutien aux est furieux que la société, qui pos­ gagner des parts de marché sup­
loppement d’énergies qui rope et les Etats­Unis. Or ces der­ de BNEF, qui entrevoient une énergies renouvelables et de se sède déjà 344 avions, tous des Air­ plémentaires si elle dispose d’avi­
n’émettent pas de CO2 dans l’at­ niers sont parmi les marchés les baisse de 4 % à 12 % sur l’année tourner vers des énergies plus bus, cherche à en acheter une ons récents. Deux visions de
mosphère. Au premier rang de plus dynamiques en termes 2020 pour le marché des batte­ traditionnelles, mais fortement centaine d’autres, notamment l’avenir, l’une défensive, l’autre
ces dernières : l’éolien, le solaire d’installations de parcs solaires. ries par rapport à ce qui était en­ émettrices de CO2.  pour remplacer les plus anciens. offensive. Quelle voie prendre ?
et les batteries, dont les coûts ont « Les usines chinoises redémar­ visagé. En cause notamment, nabil wakim Le contrat est signé, mais il exige C’est la question du moment. 
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 coronavirus | 17

Le versement des prestations Chômage partiel :


les ménages privés de
sociales, défi pour La Poste plus de 1 milliard d’euros
Certains bureaux fermés depuis le début de l’épidémie vont rouvrir L’OFCE a calculé l’impact des réductions
d’activité sur les revenus des Français
afin de faire face à l’afflux d’allocataires des minima sociaux

L
a Poste se prépare à ac­
cueillir, pendant la se­
maine du 6 avril dans ses
bureaux, l’afflux tradi­
Les autres
opérations,
temporairement son réseau, en
ouvrant, à compter de lundi
prochain, 1 850 bureaux en mé­
tropole et en outre­mer. Soit
mais ce n’est pas du 100 %, il y a
encore des points fragiles », recon­
naît­on à La Poste.
Pour écouler le stock, le groupe
A près l’Insee, c’est au tour
des économistes de l’Ob­
servatoire français des
conjonctures économiques
(OFCE) de publier, lundi 30 mars,
Le dispositif
pourrait
concerner
tionnel des allocataires de presta­
comme 250 ouvertures de guichets sup­ va donc ouvrir, dans les prochains leurs estimations de l’impact des 5,7 millions
tions sociales (allocations familia­ le règlement plémentaires, puisque, depuis le jours, des bureaux dont l’activité mesures de confinement sur
d’employés, soit
les, prime d’activité, allocation lo­ début de la crise sanitaire, le se limitera à la remise des colis en l’économie. Des « hypothèses pru­
gement, etc.) versées en début de
de factures, groupe a drastiquement réduit souffrance. Les premiers – une dentes », a souligné Xavier Ragot, 21 % de l’emploi
mois. Les longues files d’attente devront être son maillage territorial, rame­ douzaine – ont déjà ouvert à Paris. président de l’Observatoire fran­
salarié en France
aux guichets vont donc représen­ nant son nombre de bureaux de La presse souffre, elle aussi, de la çais des conjonctures économi­
ter un défi pour assurer la sécurité
effectuées 7 700 à 1 600. A titre d’exemple, à marche au ralenti du service pos­ ques, alors que « les mesures de
des clients et des postiers, alors plus tard Paris, seuls 43 restent ouverts sur tal. Pour des raisons sanitaires, les politique économique sont en voie
que l’épidémie due au coronavi­ les 140 que compte la capitale. tournées des facteurs sont désor­ d’évolution ». Concernant l’am­ ordonnée par le gouvernement
rus progresse rapidement. mais limitées à trois distributions pleur de la crise, l’OFCE chiffre (commerces non alimentaires,
Plus de la moitié des foyers bé­ des trois premiers jours de verse­ Des difficultés de stockage de courrier par semaine, les mer­ l’impact à 2,6 points de produit hôtels, restaurants…). Ils repré­
néficiaires des minima sociaux ment des prestations, pas moins « Le taux d’absentéisme est très credi, jeudi et vendredi, et ne per­ intérieur brut (PIB) par mois de sentent un effectif de total
– ils étaient 4,25 millions au total de 500 000 clients se rendent fort dans le réseau, de l’ordre de mettent donc plus de servir cha­ confinement. Dans les scénarios 2,4 millions de personnes, dont
en 2018 – sont, en effet, clients de habituellement aux guichets. 30 % à 35 %, essentiellement parce que jour ceux qui sont abonnés à publiés avec la même prudence, 2 millions de salariés. Pour eux, le
La Banque postale, dont plus de « Nous livrons des plaques de Plexi­ que les salariés doivent garder un journal quotidien. jeudi 26 mars, l’Insee chiffrait, chômage partiel se traduit par
1,5 million, en accessibilité ban­ glas dans tous nos bureaux, des leurs enfants, justifie ce responsa­ « La distribution postale, mission pour sa part, cet impact à 3 points une baisse globale de revenus de
caire, viennent retirer leurs allo­ barrières pour fabriquer des files ble au sein du groupe. De plus, les essentielle de service public, est de PIB par mois de confinement. 349 millions d’euros par mois de
cations en espèces dans les bu­ d’attente, et nous préparons le équipes qui travaillent sont pré­ centrale pour de nombreux titres Parmi les éléments étudiés par chômage, soit environ 175 euros
reaux de poste chaque mois. marquage au sol à l’intérieur et à sentes en moyenne un jour sur et son interruption, même par­ les économistes de l’OFCE figure par mois pour chaque salarié con­
L’opérateur postal va donc l’extérieur. Tout sera prêt lundi », deux. Enfin, pour ouvrir un bureau, tielle, (…) crée un risque économi­ l’impact du dispositif de chômage cerné. Le coût pour les finances
adapter son dispositif. Les caisses affirme un responsable au sein de il faut que tous les postiers dispo­ que majeur pour un secteur déjà partiel, sollicité vendredi 27 mars publiques, lui, est de 3,8 milliards
d’allocations familiales (CAF) la société. « Des vigiles seront pré­ sent bien de gel hydroalcoolique, très fragile », a réagi l’Alliance de la par 220 000 entreprises pour d’euros d’indemnités versées et
ayant décidé d’avancer le verse­ sents partout où c’est possible, car de masques et qu’un manageur presse d’information générale 2,2 millions de salariés au total. Ce de 2,4 milliards de cotisations so­
ment de ces prestations au sa­ les sociétés de gardiennage sont soit présent. » Lorsque le rideau (APIG). La presse reproche à La chiffre pourrait plus que doubler ciales non versées, soit 6,2 mil­
medi 4 avril, La Poste veut inciter sous tension », ajoute­t­il. est baissé, l’adresse du bureau Poste une décision unilatérale et atteindre 5,7 millions d’em­ liards d’euros par mois.
ses clients qui disposent d’une Ces bureaux seront « principale­ ouvert le plus proche y figure et la alors que « dans cette période diffi­ ployés − soit 21 % de l’emploi sala­ A noter que la baisse de l’activité,
carte bancaire à retirer ces som­ ment consacrés au versement des liste des points d’accueil ouverts cile, les journaux représentent un rié en France − si l’ensemble des qu’elle soit imposée du fait du con­
mes dans le réseau des distribu­ prestations sociales et aux opéra­ est également accessible sur le vecteur essentiel de lien social – et entreprises touchées par la baisse finement ou non, impacte égale­
teurs automatiques de billets, tions bancaires de première néces­ site Internet de l’opérateur postal. parfois le seul, notamment pour de l’activité économique dépo­ ment environ 1,2 million de per­
puisque ses bureaux seront fer­ sité », fait savoir le groupe dans un Ce service partiel a, par ailleurs, certains des publics les plus fragi­ sent une demande de chômage sonnes dont le statut n’ouvre pas
més ce jour­là. « De nombreux al­ communiqué publié lundi 3. Lors entraîné des difficultés dans le les et dans les zones les plus isolées partiel auprès des services du droit au chômage partiel. Une par­
locataires disposent d’une carte, du versement des prestations stockage et la remise des colis qui de notre territoire », ajoute l’APIG. ministère du travail. tie d’entre elles est non salariée.
mais vont tout de même au gui­ sociales, de nombreux clients ef­ n’ont pas pu être distribués aux Selon cette organisation, qui re­ Au global, selon les calculs de Elles peuvent alors prétendre − si
chet parce que leur carte est pla­ fectuent un retrait au guichet et, clients à leur domicile. Les colis présente près de 300 titres l’OFCE, ce dispositif représente, elles remplissent les conditions −
fonnée. Nous allons donc relever ce dans la foulée, d’autres opéra­ s’empilent désormais dans un nationaux et régionaux, ce sont pour les salariés, un « manque à au fonds de solidarité créé par
plafond, afin que les clients puis­ tions comme le règlement de fac­ nombre restreint de bureaux, jusqu’à 500 000 abonnés de la gagner » de 1,2 milliard d’euros Bercy. Selon les dispositions pré­
sent retirer jusqu’à 1 500 euros si la tures ou de quittance de loyer (par d’autant que les particuliers vien­ presse quotidienne et 450 000 de pour un mois de chômage partiel. sentées lundi 30 mars, une aide
somme est disponible sur leur le biais du service Eficash), ou un nent moins souvent chercher la presse hebdomadaire régionale Soit, en moyenne, pour un salarié, forfaitaire de 1 500 euros sera ver­
compte », indique­t­on à La Poste. transfert d’argent à l’internatio­ leurs paquets qu’en temps nor­ qui seraient affectés. Interrogée, 216 euros en moins sur la fiche de sée aux personnes dont l’activité a
Les clients concernés seront nal avec Western Union. Les allo­ mal. Certains clients s’y perdent. La Poste a indiqué « être en paie. Sous réserve que « les entre­ été totalement arrêtée. Celles qui
prévenus par SMS. cataires seront, cette fois­ci, inci­ « Si nous avons un numéro de télé­ contact permanent avec les édi­ prises ne compensent pas les per­ ont subi une perte d’au moins
Le groupe va, en outre, préparer tés à revenir plus tard pour effec­ phone, nous envoyons un SMS au teurs. Nous cherchons des solu­ tes de revenus des salariés », pré­ 50 % de leur chiffre d’affaires tou­
ses bureaux à un pic de fréquenta­ tuer ces transactions. client. Sinon, la règle est que le colis tions dans le respect de nos cise l’Observatoire. cheront une indemnité prorati­
tion entre le lundi 6 avril et le ven­ Pour faire face à l’afflux de se trouve dans le bureau de poste le contraintes et des leurs ».  sée, à concurrence de 1 500 euros.
dredi 10 avril, puisque, au cours clients, La Poste va surtout élargir plus proche du bureau habituel, véronique chocron Une aide proratisée Restent enfin les personnes em­
En effet, si le gouvernement a fait ployées en contrats courts (CDD,
le choix d’indemniser à 100 % les fins de mission d’intérim, fin de
salariés qui touchent le smic, période d’essai…), soit entre
ceux au­dessus du smic, eux, ne 140 000 et 150 000 personnes, qui

Minée par la croissance quasi nulle en Chine, touchent que 84 % de leur salaire
net dans la limite de 4,5 smic.
Mais chaque employeur con­
ne peuvent non plus prétendre au
chômage partiel. A condition
d’avoir travaillé suffisamment
serve, bien évidemment, la lati­ longtemps, elles pourront tou­

l’Asie est au bord de la récession tude de prendre à sa charge cette


perte de revenus pour ses salariés.
Le coût pour les finances publi­
cher une indemnisation de l’assu­
rance­chômage. Mais ce « seront,
au final, les plus impactés », souli­
ques du dispositif atteindrait, lui, gne Bruno Ducoudré, économiste
Pour la Banque mondiale, le nombre de pauvres devrait croître de 11 millions dans la région 12,7 milliards d’euros par mois, à l’OFCE. L’organisme de prévi­
chiffre auquel il faut ajouter une sion prévoit d’analyser plus en dé­
perte de cotisations sociales de tail dans les jours qui viennent les

L’ Asie se dirige à son tour


vers la récession. Selon un
rapport publié mardi
31 mars par la Banque mondiale
(BM), la croissance, en 2020, des
tôt la progression du Covid­19
grâce à des mesures rapides de
confinement et à la multiplica­
tion des tests de dépistage. Des
Etats qui ont tiré les leçons des
D’où la nécessité de « prendre
des mesures budgétaires pour ren­
forcer la politique de santé publi­
que et offrir une protection sociale
afin d’amortir les chocs, en parti­
2008­2009, la reprise devrait être
plus lente dans les pays émer­
gents, note la Conférence des
Nations unies sur le commerce et
le développement (Cnuced) dans
8,7 milliards, soit un total de
21,4 milliards d’euros mensuels.
L’OFCE a également examiné la
situation des salariés des entre­
prises dont la fermeture a été
conséquences du choc économi­
que dû au confinement et à la
baisse d’activité sur les revenus
des ménages. 
béatrice madeline
pays émergents d’Asie de l’Est et épidémies du SRAS en 2003 et du culier à destination des plus fragi­ une note publiée lundi. Il y a dix
du Pacifique devrait être com­ MERS en 2015. Mais le choc exté­ les économiquement », souligne la ans, un plan de relance budgé­
prise entre une contraction de rieur d’une récession mondiale BM. Des sujets qui avaient été re­ taire massif de la Chine avait
0,5 % et une progression de 2,1 %. est encore plus redoutable. légués au second plan pendant les offert un débouché aux exporta­
Pour rappel, la croissance de la années de forte croissance. Ce fai­ tions des pays émergents, et la TO URIS ME qu’il va réduire de moitié
zone était de 5,8 % en 2019. Plus Fuite des capitaux sant, l’institution prend des liber­ baisse des taux d’intérêt avait Airbnb veut atténuer son salaire au cours des trois
marquant encore, le produit inté­ La baisse de la demande mon­ tés avec sa doctrine. Il n’est plus encouragé les investisseurs à y les pertes ses « hôtes » prochains mois, à partir du
rieur brut de la Chine, deuxième diale va faire plonger les exporta­ question de miser sur le secteur placer leurs fonds. La société Airbnb a annoncé, 1er avril, pour éviter des sup­
puissance économique de la pla­ tions et importations manufactu­ privé pour combattre la pauvreté Une décennie plus tard, la Cnu­ lundi 30 mars, qu’elle allait pressions d’emplois au
nète, pourrait même stagner rières du Vietnam, du Laos, du ou relancer la croissance, mais ced constate que la fuite des capi­ débloquer 250 millions de deuxième trimestre. Le prési­
cette année. Les experts de l’insti­ Cambodge et de la Malaisie. La d’encourager l’intervention de taux des pays émergents a atteint dollars (227 millions d’euros) dent John Elkann et les autres
tution sise à Washington misent chute du tourisme va surtout l’Etat afin de sauver à tout prix les les 59 milliards de dollars (53 mil­ pour atténuer les pertes membres du conseil d’admi­
sur une hausse étique de 0,1 %, frapper des pays tels que la économies. liards d’euros) en seulement un financières des « hôtes » qui nistration vont renoncer à
contre + 6,1 % en 2019. Thaïlande ou les Philippines, qui La crise économique pourrait mois, soit le double que ce qui louaient leur logement avec l’intégralité de leur rémunéra­
Alors que ces économies « se re­ dépendent de ce secteur à hau­ rapidement se propager à la avait été enregistré après la der­ sa plate­forme et qui ont été tion jusqu’à la fin de l’année,
mettent tout juste d’une période teur de 10 % de leur revenu natio­ sphère financière. « L’abaissement nière crise financière. confrontés à une vague d’an­ ajoute­t­il. – (Reuters.)
de tensions commerciales et qu’el­ nal. Les économies qui ont le plus des taux d’intérêt et les plans de re­ « Une reprise rapide du com­ nulations, en raison de la
les luttent contre l’épidémie [de bénéficié de l’intégration à l’éco­ lance budgétaire offrent un peu de merce extérieur des pays émer­ pandémie. – (AFP.) COMMERC E
Covid­19], écrit la Banque mon­ nomie mondiale sont désormais répit, mais l’effondrement de la de­ gents en 2010 est cette fois moins Baisse d’activité pour
diale, elles doivent maintenant les plus exposées à la récession mande est susceptible de dégrader probable », ajoute l’agence onu­ AUTO MO BILE les sites d’e-commerce
faire face à l’éventualité d’un choc provoquée par le Covid­19. la qualité du crédit et d’accentuer sienne, laquelle redoute une Les dirigeants de Fiat en France
financier et d’une récession mon­ Corollaire : le nombre de pau­ les défauts de paiement », s’in­ réorganisation des chaînes d’ap­ Chrysler coupent Selon une étude publiée lundi
diale. » La crise va redessiner le vres devrait augmenter de 11 mil­ quiétait lundi l’agence de nota­ provisionnement qui ne bénéfi­ dans leur rémunération 30 mars par la Fédération
paysage économique du conti­ lions en Asie, d’après l’estimation tion américaine Standard cie plus autant à l’Asie. Elle a lancé Les principaux dirigeants de du e­commerce et de la vente
nent. Les pays en sortiront plus la plus optimiste de la Banque & Poor’s, qui en conclut que la un appel pour une annulation de Fiat Chrysler Automobiles à distance, 76 % des sites de
ou moins affaiblis eu égard à leur mondiale. Les plus vulnérables situation en Asie est en passe de la dette des pays en développe­ vont provisoirement baisser commerce en ligne en France
niveau d’endettement, leur dé­ sont ceux qui travaillent dans le devenir aussi mauvaise – voire ment à hauteur de 1 000 milliards leur rémunération pour pré­ ont enregistré un recul des
pendance au commerce exté­ secteur informel et qui vivent de pire – que pendant la crise finan­ de dollars, un « plan Marshall server la solidité financière du ventes depuis le 15 mars et
rieur, au tourisme ou aux expor­ l’industrie manufacturière tour­ cière asiatique de 1997­1998. pour la santé » de 500 milliards de groupe automobile italo­amé­ pour la moitié d’entre eux,
tations de matières premières, et née vers l’exportation, comme au Contrairement aux années dollars et une hausse des droits de ricain pendant la crise liée à la ce recul est de plus de 50 %.
leur réponse à la crise sanitaire. Vietnam. Là­bas, le taux de pau­ 1990, la Chine ne pourra plus en­ tirage du Fonds monétaire inter­ pandémie due au coronavi­ La mode et l’équipement
Certains, comme la Corée du vreté devrait doubler chez ceux traîner l’Asie dans son sillage et national pour 1 000 milliards de rus, a annoncé, lundi 30 mars, de la maison figurent parmi
Sud et Singapour, ont réussi à évi­ qui dépendent de l’industrie tex­ l’aider à rebondir. Et contraire­ dollars.  l’administrateur délégué aux les secteurs les plus touchés
ter la paralysie en endiguant très tile, passant de 14 % à 28 %. ment à la crise financière de julien bouissou employés. Mike Manley dit par la crise sanitaire.
18 | carnet 0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020

Stéphane et Maria Gouazé, Bernard Grémaud, Coline Klapisch, Cédric Klapisch Jean-Pierre et Claudie Mouscadet, Jacques Georges Sacuto,
son fils et sa belle-fille, son époux, et Marianne Klapisch, Bernard et Angela Mouscadet, son mari,
Maia et Artur, ses enfants Marc et Orathay Mouscadet, Gilles Sacuto, Françoise Berrebbi,
sa petite-fille et son petit-fils, et leurs conjoints, Mario Nicolella, ses enfants
Benoît et Sandra, ses fils et leurs épouses,
Le Carnet Caroline Gouazé, Lola Doillon et Michel Fougère, et leurs conjoints, Miléna Poylo,
sa belle-fille, Gaëlle et William, Suzanne Drugeon,
Cléa, Lucas, Aurélie, Pablo, Thaïs, Pierre Berrebbi,
Marion, Matthieu et Elodie, sa sœur, Nathan Berrebbi, Joseph Sacuto,
sa petite-fille Priscille et Stéphane, Emile, Prunelle et Romeo,
Merci de nous adresser ses petits-enfants, Ses huit petits-enfants, Anna Sacuto, Dan Berrebbi,
et Koo, ses enfants et conjoints, ses petits-enfants
vos demandes par mail James, Liliane Klapisch-Mosès, Ses dix-neuf arrière-petits-enfants,
sa sœur, Et toute sa famille,
en précisant impérativement son arrière-petit-fils,
Aubin, Adèle, Côme, Elvire, Sibylle, Marcel et Fernand Klapisch, ont la grande tristesse de faire part
Louisette et Louis Roudot,
votre numéro sa sœur et son beau-frère, Garance, Hippolyte, Eléonore, Elias, ses frères, du décès de
ont la tristesse de faire part du décès
Apolline, Léon et Noé, de
de téléphone personnel, Anne-Marie, Françoise Meyer,
sa nièce ses petits-enfants, Christiane Klapisch-Zuber
votre nom et prénom, et Olivier, Renée MOUSCADET, Denise Henriette SACUTO,
Et toute sa famille,
adresse postale et votre Nathalie, ont la grande tristesse d’annoncer
née GLAUSER, née SITRUK,
éventuelle référence sa nièce,
le décès de ont l’immense tristesse d’annoncer survenu le 27 mars 2020,
Théo et Alan, survenu paisiblement le 28 mars
d’abonnement. ses petits-neveux, le décès de à l’âge de quatre-vingt-six ans.
Anne GRÉMAUD, 2020, à son domicile, à l’âge de cent
L’ensemble de sa famille,
L’équipe du Carnet née LE GALL, Robert KLAPISCH, trois ans. Elle aimait étudier et transmettre.
reviendra vers vous ont la douleur
de faire part du décès du survenu le 26 mars 2020. survenu le samedi 21 mars 2020, Compte tenu des circonstances Une cérémonie de souvenir sera
dans les meilleurs délais. à Paris, à l’âge de quatre-vingt-sept organisée ultérieurement.
actuelles, une cérémonie du souvenir
professeur André GOUAZÉ, ans, des suites d’un malaise
doyen de la Faculté de médecine Elle venait d’avoir soixante-quinze sera célébrée ultérieurement.
cardiaque. 115, avenue du Maine,
carnet@mpublicite.fr de Tours ans. 75014 Paris.
de 1972 à 1994, Chantal Pasini-Picard,
commandeur Une inhumation provisoire au
L’inhumation a eu lieu dans la cimetière de Thiais a eu lieu dans son épouse,
de la Légion d’honneur, plus stricte intimité familiale. Ses filles,
AU CARNET DU «MONDE» grand officier la plus stricte intimité. Alessandra, Juliette, Ses petits-enfants,
de l’ordre national du Mérite, ses filles Sa compagne,
Une cérémonie religieuse en Une cérémonie sera organisée et leurs compagnons, Gilles et Toute sa famille
Décès survenu le 25 mars 2020, dans sa mémoire de Anne sera organisée ultérieurement au cimetière de Antoine, Et ses amis,
quatre-vingt-treizième année. ultérieurement. Genève, comme il l’avait souhaité.
Le docteur Etienne du Mesnil Joachim et Anouk,
du Buisson, ont la douleur et le chagrin de faire
La cérémonie religieuse et ses petits-enfants,
son mari, 124, avenue du Général Leclerc, Physicien, chercheur au CNRS, part du décès de
l’inhumation auront lieu dans puis au CERN, Robert Klapisch
Pascale du Mesnil du Buisson, 92340 Bourg-la-Reine.
l’intimité familiale, à Saint-Cyr-sur- ont la tristesse de faire part du décès, Charles SOULIER,
Marie-Ange du Mesnil du Buisson était le président de la Fondation
Loire. le 27 mars 2020, dans sa quatre-
et Christian Nguyen-Van-Yen, « Partager le Savoir », convaincu qu’il
Isabelle, Frédéric et Jean-François vingt-sixième année, de survenu le 24 mars 2020.
Christian du Mesnil du Buisson, Une messe en son souvenir pouvait contribuer à « réparer le
Pitchal,
Charlotte du Mesnil du Buisson sera célébrée ultérieurement. monde ».
ses enfants, Les obsèques auront lieu dans
et Pierre Ménal, Mario PASINI,
Alice, Jean-Baptiste, Benjamin, (Le Monde du daté 31 mars.) l’intimité.
ses enfants, M. Philippe Vendrix, éditeur et libraire,
Nouch, Dora et Gabriel, Emilie Raphaël, Yann et Till,
président de l’université de Tours, homme de culture,
et François, Benjamin et Hà, ses petits-enfants, Mme Agnès Thoumieu,
M. Patrice Diot, Thomas, Andrea, Sébastien et gentleman vénitien
Clara, Julien, Charles Hochman, M. Marc Thoumieu,
doyen de la Faculté de médecine Frédéric Larquié, et rameur de mascaretà,
Adeline, Raphaël, Gabriel, Elise, de Tours, son frère, Antony Parayanthara, ses enfants,
ses petits-enfants, homme à chapeau, Pierre-Alexis et Constance,
président de la Conférence nationale Sa famille,
Timothée, des doyens de médecine, ont la tristesse de faire part du décès fin jardinier, bricoleur hors-pair… ses petits-enfants,
Ses amis et ses proches,
son arrière-petit-fils, M me Marie-Noëlle Gerain- de Sa famille et ses proches,
Jeanne Bigot Lochmann et Marie- Breuzard, ont la douleur de faire part de la 12, place de la République,
Paule Bigot Vallet, directrice générale du Centre 92220 Bagneux. ont la douleur de faire part du décès
hospitalier universitaire de Tours,
Frida HOCHMAN, disparition de
de
ses sœurs, chantal.pasini@orange.fr
Jean-Charles et Odile, François, M. Frédéric Patat,
survenu le 29 mars 2020. André LARQUIÉ,
Antoine du Mesnil du Buisson, président de la Commission médicale
ancien haut-fonctionnaire, M. Robert THOUMIEU,
Berthe Burgelin, d’établissement, La famille de
Les personnels, commandeur
ses beaux-frères et belles-sœurs, Elle sera inhumée au cimetière survenu à Saint-Germain-en-Laye, le
Les étudiants de la Légion d’honneur,
parisien de Bagneux dans le carré dans l’ordre national du Mérite, Agnès Nelly Svetlana PIVOT 24 mars 2020, à l’âge de quatre-vingt-
Ainsi que tous les membres de la sept ans.
ont le grand chagrin d’annoncer réservé aux familles originaires dans l’ordre des Arts et des Lettres,
communauté hospitalo-universitaire,
la mort de de Piotkov (Pologne). a la douleur d’annoncer son décès,
ont la tristesse de faire part du décès survenue le 26 mars 2020. survenu à Genève, le 27 mars 2020, Marie-Laure Godefroy,
Françoise du « Je leur dirais faites comme moi sa compagne,
BIGOT du MESNIL du BUISSON, Ses obsèques seront célébrées à l’âge de soixante-dix ans. Florence Cornillot,
ne lâchez jamais. »
docteur en médecine, professeur André GOUAZÉ, dans l’intimité. sa fille,
docteur en histoire, doyen L’Académie des Inscriptions et Emmanuel et Véronique Cornillot,
Cet avis tient lieu de faire-part.
psychanalyste (S.P.P.) de la Faculté de médecine de Tours Cet avis tient lieu de faire-part. Belles-Lettres son fils et sa belle-fille,
de 1970 à 1994, de 1972 à 1994, Antoine, Astrid et Raphaëlle,
à Paris puis à Vannes, président de la conférence jfpitchal@wanadoo.fr ses petits-enfants
26, boulevard Raspail,
nationale des doyens de médecine a le très profond regret de faire part
75007 Paris.
survenue le 25 mars 2020, de 1980 à 1994, M. François Fuseau du décès, survenu à Angers, ont la grande tristesse de faire part
président fondateur le 29 mars 2020, de du décès de
à l’âge de quatre-vingt-cinq ans. et le docteur
de la CIDMEF, Alain Rouquié
ancien chef Marie-Christine Laffont-Fuseau, président de la Maison de l’Amérique
Nous avons aimé sa lucidité et du Service de neurochirurgie M. Francis RAPP, Michel TIBON-CORNILLOT,
Renan, Michel-Virgile, Guillaume latine, philosophe,
son courage intellectuel, son respect au CHU de Tours, membre de l’Institut,
des personnes, le dynamisme gai et leurs conjoints, enseignant-chercheur
commandeur a la tristesse d’annoncer la
qui la poussait toujours en avant, de la Légion d’honneur, Mme Françoise Laffont-Mouline, à l’EHESS,
disparition, le 26 mars 2020, de historien médiéviste,
son amour du Beau. Nous avons grand officier Emilien, Aude, Tristan-Aurel,
aussi aimé son regard, ses immenses de l’ordre national du Mérite. spécialiste survenu le 28 mars 2020, à Paris.
Pauline, Juliette André LARQUIÉ,
sourires, sa voix. Merci. du Saint-Empire romain
et leurs conjoints, vice-président, emmanuel.cornillot@free.fr
germanique,
Le Collège médical français des Me Pierre Haïk
L’inhumation a lieu ce 1er avril, professeurs d’anatomie (CMFPA) qui a consacré sa vie aux cultures de la Réforme
dans l’intimité familiale, au vieux et Me Jacqueline Laffont-Haïk, et de l’histoire de l’Alsace,
Nathan et Benjamin,
du monde. Condoléances
cimetière d’Urville, Regnéville-sur- a appris avec émotion le décès du
mer (Manche). ses enfants et petits-enfants, Un hommage lui sera rendu chevalier de la Légion d’honneur, Jean-Luc Martinez,
doyen André GOUAZÉ, ultérieurement. commandeur président du Louvre
166, rue de Grenelle, né le 9 mai 1927, Et les équipes du musée,
Titouan, Noa, Sixtine, Sian, de l’ordre national du Mérite,
75007 Paris. à Mazères-sur-Salat
(Haute-Garonne), ses arrière-petits-enfants, Jean-Pierre Clamadieu, commandeur apprennent avec tristesse le décès de
président, de l’ordre des Palmes académiques,
Le Pellerin (Loire-Atlantique). ancien élève de l’École de santé Stéphane Lissner,
Le docteur et M me
Paris (Île-de-france). navale (Bordeaux), directeur général
Singapour. médecin de la Marine (1951-1955),
Dominique Dantoine, ancien pensionnaire Patrick DEVEDJIAN,
de l’Opéra national de Paris,
La Trinité-sur-Mer (Morbihan). prosecteur d’anatomie M. et Mme Jean-Paul Cheneaux, de la Fondation Thiers, président
Jean-Laurent Bonnafé, du Conseil départemental
à Dakar (Sénégal, 1951-1953), ses neveux et nièces président agrégé d’histoire, docteur ès lettres,
Mme Michel Cormier, professeur agrégé (1955) des Hauts-de-Seine.
et leurs enfants, de l’association pour le rayonnement professeur émérite
née Clarence Martin, puis professeur titulaire d’anatomie M. (†) et Mme François Baurens, de l’Opéra national de Paris à l’université de Strasbourg.
son épouse, (1960) à Poitiers puis Tours, Ainsi que tous les collaborateurs
Maxence Cormier et Aude Lecat, chef de service de neurochirurgie, Mme Simone Baurens, Il était membre du conseil
de l’Opéra national de Paris et de d’administration du musée ainsi que
Alexandre et Marie Cormier, doyen de la Faculté de médecine M. Jean-Pierre Baurens, l’Arop, Dominique,
Charles et Daphné Picq, de Tours (1972-1994), M. Bernard Morel, son épouse, vice-président de la société des Amis
ses enfants, président du Louvre.
M. et Mme Yves Baurens, ont appris avec une profonde Xavier, Nicolas et Benoît,
Thibault, Matthieu, Charlotte, de la Conférence nationale
des doyens des Facultés de médecine ses beaux-frères et belles-sœurs, tristesse, le décès de ses enfants, Le musée salue son engagement
Léanne, Jeanne, Victoire, Marin, (1980-1994), Manon, Simon, Valentin, Juliette, en faveur de la Culture et s’associe
Stanislas, Eliott, Mathilde, Vladimir, président fondateur (1981) ont la douleur de faire part du décès
André LARQUIÉ, Pauline, Maxime et Thomas, à la douleur de sa famille et de ses
ses petits-enfants, puis directeur général (1998)
de ses petits-enfants, proches.
Laurence Puel, Jean Cormier, Anne de la Conférence internationale président
Cormier, des doyens des Facultés de médecine de l’Opéra de Paris de 1983 à 1987,
ses frère et sœurs, d’expression française (CIDMEF), Jean LAFFONT, président d’honneur ont la tristesse de faire part du décès Communication diverse
Les familles Cormier, Puel, Le membre du Haut conseil commissaire en chef (h.) de la marine, de l’Opéra depuis 1987, de
Masne de Chermont, Renault, de la francophonie membre Un amical soutien à tous
(1985-2002), chevalier de la Légion d’honneur,
Martin, du Comité d’honneur de l’Arop, Alain RAVEL les valeureux entrepreneurs.
ancien directeur général président
décédé le 25 mars 2020. de Servair (1972-1989), (1942-2020),
ont la tristesse de faire part du rappel du Cercle des amis Dans cette passe difficile
à Dieu, survenu le 26 mars 2020, de ancien président de Rudolf Noureev depuis 1995 tout n’est pas perdu d’avance.
Membre du Conseil national des survenu le 26 mars 2020, à Nîmes. Il faut faire preuve de confiance
universités (CNU 42.01 : anatomie, de l’Association nationale
Michel CORMIER 1969-1994), il a été l’un des des commissaires de la marine et s’associent à la douleur de ses et d’enthousiasme.
professeur des Universités, proches. Mme Mechtild Ricketts, Sans attendre que « ça » bouge,
fondateurs du Collège des (1989-1992), prendre toutes les mesures
biologiste des Hôpitaux, professeurs d’anatomie et ancien née Freiin von Weichs,
université Rennes 1. Les histoires de l’Opéra de Paris d’amélioration de la productivité
secrétaire général. son épouse,
survenu le 28 mars 2020, à Paris. et de l’Arop sont intimement liées en utilisant, au maximum
Les obsèques seront célébrées aux engagements de cet homme à la Mme Janine Ricketts, les capacités nominales des outils
Ses collègues, ses élèves et ses
dans la plus stricte intimité familiale. amis mesurent la chance extrême personnalité extraordinaire. Homme sa fille, de production pour réduire les prix
Ils rappellent à votre souvenir
d’avoir connu un homme de culture et grand mélomane, il fut M. Nikolaus Ricketts, de revient et se rendre le plus
son épouse, compétitif possible
Une messe d’A-Dieu sera célébrée exceptionnel et au charisme un soutien fidèle et généreux son fils,
ultérieurement. incomparable. Mme Catherine Marcel, (effet volume-prix).
Yvette LAFFONT, Il faut également continuer
Meylan (Isère). née Ricketts, à protéger l’emploi en associant
née BAURENS,
sa fille le personnel au souci permanent
Société éditrice du « Monde » SA Marie-France Lhomme, et son époux, François, de la qualité des produits, important
Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus décédée le 21 octobre 1980. son épouse,
Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio Parents critère concurrentiel.
Patrick Lhomme, Reprendre un bon départ,
Directeur de la rédaction Luc Bronner Et alliés,
Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo En raison des circonstances, la Sophie et Frédéric Moreau, savoir tenir la distance,
Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Philippe Broussard, Emmanuelle Chevallereau, Alexis Delcambre, ses enfants, et sprinter au bon moment
cérémonie religieuse aura lieu dans ont la tristesse de faire part du décès
Benoît Hopquin, Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, Cécile Prieur, Emmanuel Davidenkoff (Evénements) Louison et Morgane Moreau, pour figurer parmi les vainqueurs
Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann l’intimité familiale et sera suivie ses petits-enfants, de
Rédaction en chef numérique Hélène Bekmezian de ce marathon économique.
Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws, Franck Nouchi (Débats et Idées) de l’inhumation dans le caveau de Avec mes meilleurs souhaits
Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote famille, au cimetière du Père- font part du décès de M. Henry Martin RICKETTS, de réussite, bon courage
Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
Lachaise, Paris 20e. à tous les entrepreneurs.
Chef d’édition Sabine Ledoux
Directrice du design Mélina Zerbib
M. Jean LHOMME, survenu à Monaco, le 27 mars 2020.
Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani Tous ceux qui lui portent estime Joao Amblat,
Photographie Nicolas Jimenez survenu le 20 mars 2020. ancien cadre dirigeant de Rhône
Infographie Delphine Papin et amitié auront à cœur de participer Les obsèques ont eu lieu à La Poulenc Chimie,
Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte à une messe ultérieure, en l’église Doire, commune de Seranon (Alpes-
Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget La cérémonie a eu lieu dans 4, allée du Rousslilon,
Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président Saint-François-Xavier, Paris 7e. l’intimité. Maritimes), dans l’intimité familiale. 78140 Vélizy-Villacoublay.
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 horizons | 19

En Ehpad,
« Vous seriez en droit
de m’engueuler »
Mardi 17 mars. Le couple s’est planté sur le
la vie et Ehpad, les masques ne sont finalement plus
obligatoires au stade 3 de la pandémie, sauf
infection déclarée. « Bref, pas de masques,
mais des housses mortuaires : vous voyez le

la mort au
trottoir, juste devant la façade. Ils doivent message ? », s’étrangle Laurent Garcia.
avoir la cinquantaine, et c’est elle qui se met à Assis à son bureau, très pâle et très droit, les
crier la première, mains en porte­voix : mains sur le clavier de l’ordinateur, Edouard
« Maman, montre­toi, on est là ! » Aux fenê­ Prono se met à pleurer. « Excusez­moi, ça ne
tres, rien ne bouge. Alors le mari vient en ren­ m’arrive jamais. » Les alertes de messages
fort, mimant une sérénade d’une belle voix carillonnent l’une derrière l’autre sur son télé­
fausse de baryton : « Je vous aime, je suis sous phone, mais il ne les entend plus. « On est dans

jour le jour
votre balcon ! » Un volet bouge. « Maman » Le Désert des Tartares, à attendre les mains
apparaît derrière la vitre ; ses lèvres remuent, nues que la catastrophe nous tombe dessus. »
mais elle parle trop doucement pour qu’ils Au troisième étage, Mme X., 90 ans, vient de
l’entendent. « Tu as vu ? Elle a mis sa robe de se mettre à tousser, un des symptômes les
chambre bleue », constate madame. Puis ils ne plus classiques du virus. L’accès à sa chambre
disent plus rien, se tenant juste par les yeux, est aussitôt limité. « On ne va pas se mentir : il
eux en bas et elle en haut, qui agite délicate­ faut se préparer à avoir des cas. Si ça vous
ment la main, façon reine d’Angleterre. stresse, je m’occuperai moi­même de Mme X. »,
Quand le couple finit par s’en aller, elle fait pi­ annonce Laurent Garcia à l’équipe. Dans un
voter son fauteuil roulant pour les apercevoir coin, la télé psalmodie le nombre de décès du
le plus longtemps possible. Florence Aubenas, grand reporter au jour, en France et à travers le monde. Zineb
Cela fait près d’une semaine que les visites sent ses jambes se dérober. Elle doit s’as­
des proches sont interdites aux Quatre­Sai­ « Monde », a passé les onze premiers seoir : « Il faut déjà que je meure, moi qui n’ai
sons, un établissement d’hébergement pour jamais voyagé, jamais profité de la vie, même
personnes âgées dépendantes (Ehpad) public jours de la période de confinement pas été à l’école. » Elle a 45 ans, elle est agent
situé à Bagnolet, en Seine­Saint­Denis. Face à d’entretien. Mais déjà, elle se relève, son cha­
la pandémie, cette maison de retraite – un aux Quatre­Saisons, un établissement riot cahote vers les chambres, dans un tinte­
immeuble de trois étages construit dans les ment de vaisselle. Par­dessus son épaule, elle
années 2000 – fonctionne désormais à huis d’hébergement pour personnes lance à Stéphanie, son binôme : « Tu viens,
clos, comme les 7 000 autres de France. Les ma bichette ? » Eternels oubliés d’un secteur
animations extérieures (sophrologie, cho­ âgées dépendantes de Bagnolet, médical lui­même en crise, les Ehpad ont
rale, coiffeur ou pédicure) étaient déjà toujours manqué de tout – personnel, salai­
suspendues, mais le confinement général en Seine­Saint­Denis. Face à la res, budgets. « On est habitués à passer der­
vient d’être déclaré de l’autre côté des portes rière, à prendre sur nous. »
aussi : plus de 60 millions de Français sont progression de l’épidémie, le personnel Dans la salle à manger, les résidents atta­
bouclés chez eux à travers le pays. quent la paella. « Et mon verre de rouge ?
Il est 11 heures aux Quatre­Saisons, la déci­ de la maison de retraite tente de Marre de cette baraque, marre de ce putain de
sion vient d’être prise de mettre maintenant virus », tonne Daniel, bretelles noires tendues
les administratifs à distance. Même l’accueil faire face, entre peur et abnégation sur le ventre. Un serpent tatoué ondoie sur
sera fermé. « De toute façon, on n’accueille son avant­bras gauche, Brigitte Bardot croise
plus personne. » La gestionnaire remet son haut les jambes sur le mur de sa chambre,
manteau, la responsable des ressources sous un drapeau tricolore souligné d’un
humaines aussi. Elles devraient déjà être « Vive la France ». Ça se met à chahuter.
parties, mais elles grappillent quelques ins­ « M. Daniel est volontiers grossier, mais il faut
tants encore. Sale impression d’abandonner reconnaître qu’il met de l’ambiance », com­
le navire. Il faut presque les pousser dehors. mentent poliment deux dames très sages à la
Désert, le hall prend des sonorités de cathé­ table d’à côté. Charlotte attaque le yaourt :
drale. Réunion dans la salle à manger pour « Un virus ? Ah bon ? Je l’ai pas vu passer. » Ici,
ceux qui vont se relayer auprès des 65 rési­ elle mange à sa faim, et son mari, « un fêlé, du
dents : les soignants, la cuisine, l’entretien, la genre qui cognait », a enfin disparu du pay­
direction, soit une petite quarantaine de per­ sage. Maintenant, elle se sent tranquille. Un
sonnes par rotation. Au stade 3, le plus haut de ange passe avant que Charlotte relance, fai­
la pandémie, le masque est obligatoire en sant rouler son accent des faubourgs : « Trop
Ehpad. La raison est double : le coronavirus tranquille, même. » Sa voisine hausse les
s’attaque aux voies respiratoires, et les per­ épaules. « Moi, j’ai été privée de jeunesse avec
sonnes âgées sont les premières victimes. la guerre. Alors, je vais pas me laisser piquer
« Je ne vais pas vous mentir : je n’ai pas de ma vieillesse par un virus. » Sous l’auvent de
quoi vous distribuer des masques. Il faudra se l’entrée, Laurent Garcia allume une cigarette.
débrouiller sans », commence Laurent « Je crois que, ce soir, je vais prendre quelque
Garcia, cadre de santé et bras droit du direc­ chose pour dormir. Un whisky, peut être. »
teur, Edouard Prono. Il lui en reste 200 en
réserve, de quoi tenir trois jours s’il fallait « Ni complotiste,
appliquer les consignes. Lui­même n’en
porte pas, le directeur non plus. Qui com­ ni franc­maçon »
prendrait que la hiérarchie soit seule à pou­ Jeudi 19 mars. « Bonjour, je ne suis ni complo­
voir s’équiper ? « Vous seriez en droit de m’en­ tiste ni franc­maçon », annonce un petit bon­
gueuler. A votre place, je serais même tenté homme filmé en gros plan dans son salon. Sur
d’aller mettre le souk dans mon bureau », une vidéo, il promet de prouver « par A plus B »
continue Laurent Garcia. On rit, tout paraît que le coronavirus a été volontairement créé
irréel. « Pas grave, M. Garcia », lâche l’une. Aux Quatre­Saisons, un Ehpad de Bagnolet (Seine­Saint­Denis), en par des chercheurs français. Ça dure vingt­
Lui, désespéré : « Mais si c’est grave. » mars. « LE MONDE » deux minutes, et l’infirmier de service
Tous ici se souviennent des gants, des mas­ aux Quatre­Saisons se repasse une nouvelle
ques ou du gel hydroalcoolique, royalement fois la démonstration sur son portable. Le
distribués à l’accueil il y a quinze jours à monde scientifique l’a unanimement
peine, comme par temps de grippe ou de dénoncé comme la « fake news » en vogue du
gastro. C’était le début de la contagion sur le confinement. Mais l’infirmier ne croit plus les
territoire français. Une ou deux soignantes discours officiels. « On saura la vérité un jour,
s’étaient aventurées dans le bus avec leur dans vingt ou trente ans. » Si ça se trouve, un
masque. On les avait toisées comme des M. Prono ? » Rosa a du mal à se dire que c’est Conseil aux Ehpad : commandez déjà vos antidote a déjà été mis au point. Il l’envisage.
extraterrestres, elles l’avaient retiré avant la pour de vrai. La veille du confinement encore, housses mortuaires. « Vous en avez pris ? », se « Mais on ne nous le donne pas. » Pourquoi ?
fin du trajet. « On nous expliquait que le risque elle faisait la queue dans un restaurant algé­ risque à demander Edouard Prono à la Sourire entendu, hochement de tête. « Faites
était faible, on ne se rendait pas compte », rien bondé vers Ménilmontant et se noyait docteure Claire Bénichou, médecin­coordon­ fonctionner votre cerveau. » Il regarde sa mon­
explique Laurent Garcia. Lui venait de renou­ avec délice dans la cohue du marché de nateur de l’établissement. tre. Bientôt la distribution de médicaments.
veler sa commande, 500 masques, histoire Romainville. « Nous sommes en guerre », a Sur un forum professionnel, des vieux de la Dans les couloirs, des rumeurs et des dou­
d’assurer. Début mars, coup de fil du fournis­ répété le président Emmanuel Macron, la vieille échangent en boucle des messages, tes ont commencé à s’insinuer doucement.
seur : l’Etat a préempté tout le stock, plus rien veille, à la télé. Dans la salle de pause, un agent dans lesquels chacun assure n’avoir « jamais Un chauffeur à la retraite feuillette le bulle­
de disponible, priorité aux hôpitaux et à la d’entretien approuve : « C’est vrai, au Leclerc vu ça ». Edouard Prono traduit immédia­ tin des anciens d’Algérie. « De toute façon, on
région Grand­Est, la plus touchée. Pour les de Rosny­sous­Bois, les gens se battent ». tement : « On n’arrivera pas à accompagner ne nous dit pas la vérité. C’est le problème en
Ehpad, même réponse évasive à tous : « C’est « NE ME TOUCHEZ  tout le monde. » Lui, c’est un garçon timide et France. » Son regard plonge dans la rue. En
en cours. » Une infirmière des Quatre­Saisons PAS, ROSA.  bien élevé, 34 ans, jeune comme beaucoup de deux jours, elle s’est vidée. Une voiture passe
coupe net : « On voit bien ce qu’ils pensent. « Le Désert des Tartares » directeurs d’Ehpad aujourd’hui. « Il y a une au ralenti, un homme en costume seul au
Là­bas, ce sont des vieux, ils ont déjà vécu. » Mercredi 18 mars. Pas un bruit ne sort du bu­ PENSEZ AUX  question de génération. Comment on fait volant, mais affublé d’un masque et de gants
Par la grande baie vitrée, les résidents regar­ reau d’Edouard Prono. Depuis le matin, il est quand on vient de sortir de l’école et qu’on se comme pour se protéger de lui­même. Sur
dent passer des familles à rollers, un mon­ en train d’essuyer un bombardement terri­ CONSIGNES,  prend ça de plein fouet ? » les trottoirs, personne, à l’exception des
sieur qui porte un gâteau cérémonieu­ ble, mais silencieux, venu de sa boîte mail. La porte de son bureau s’entrouvre : Laurent petits dealeurs, plus discrets sous les por­
sement. Les petits dealeurs du quartier font Un collègue fait savoir que 16 résidents sur 20
PAS DE CONTACTS » Garcia, le cadre de santé, annonce que la phar­ ches mais en panoplie intégrale de bloc opé­
des slaloms en quad au bout de la rue. Plus sont touchés par le virus dans son établisse­ ÉDOUARD PRONO macie ne livrera pas les 15 litres de gel hydro­ ratoire. L’un s’est rajouté un flacon de gel
loin, un match de foot commence au stade ment. Près de Montpellier, ils sont 47 sur 86, directeur alcoolique. La commande a été oubliée, et hydroalcoolique à la ceinture. L’autre manie
des Rigondes. Les premiers moments du 3 en sont morts. De leur côté, les pompes des Quatre- Saisons plus rien n’est disponible maintenant. Les une béquille, « par solidarité avec les malades
confinement respirent l’insouciance candide funèbres viennent d’envoyer une note gants ? Fini aussi, ou presque. D’heure en du corona », dit­il mystérieusement. Le troi­
d’un long dimanche ensoleillé. détaillée sur les types de cercueil autorisés heure, les infos changent, ordres et contre­ sième tient un chiot en laisse, en cas de
Dans les couloirs de l’Ehpad, Rosa, l’anima­ pendant la pandémie. Deux possibilités seu­ ordres se succèdent. Le ministère de la santé contrôle de police. Un copain le lui a loué. La
trice, tend par réflexe la main à tous ceux lement : « L’hermétique, qui permet un enter­ vient d’envoyer la troisième version de son bête a été baptisée « Attestation ». « En fait, il
qu’elle rencontre. Le directeur sursaute : « Ne rement classique, mais il n’y en aura pas forcé­ guide méthodologique. Très stricte au départ,
me touchez pas, Rosa. Pensez aux consignes, ment assez vu la demande. » Ou alors « le la doctrine officielle s’assouplit à mesure que
pas de contacts. » Elle : « Vous êtes sérieux, modèle simple, destiné à la crémation ». les stocks fondent au niveau national. En lire la suite page 20
0123
20 | horizons MERCREDI 1ER AVRIL 2020

suite de la page 19 Vous avez des questions ? » Une voix féminine


se risque : « Est­ce qu’on va augmenter les
salaires, surtout pour celles qui vont faire ça ?
n’y a que nous à ne pas avoir de matériel », dit On est courageuses, tout de même. » Laurent
Laurent Garcia, le cadre de santé. Il doit pas­ Garcia ne répond pas. La tête dans la main, il
ser chercher trois tubes d’aloe vera chez sa s’est endormi sur sa chaise.
cousine pour fabriquer du gel dans la cave Il est 15 h 30. Dans la salle à manger, Rosa
des Quatre­Saisons. Francis, le responsable commence l’animation de l’après­midi. C’est
de la maintenance, s’en chargera après la la dernière avant un nouveau confinement
panne d’ascenseur et avant le coup de main dans le confinement. Comme beaucoup
en cuisine. Le commis aussi a arrêté de venir. d’Ehpad, les Quatre­Saisons ont dû s’y résou­
dre : les regroupements de résidents aussi
« Vous avez combien vont être suspendus, y compris pour les
repas, que chacun prendra désormais dans sa
de morts chez vous ? » chambre. Pour combien de temps ? On ne sait
Vendredi 20 mars. Dans une aile du bâti­ pas. L’infirmier stagiaire lance la musique,
ment, Zineb et Stéphanie, agents de service, un vieux succès de la Compagnie créole, tan­
aménagent une zone fermée en cas de propa­ dis que Rosa, en blouse rouge éclatante, un
gation, de grandes chambres où la lumière se minuscule chignon piqué sur la nuque, se
déverse à flot. En nettoyant les tiroirs, un met à danser en saisissant le micro : « On y va,
papier oublié leur tombe sous la main, au tout le monde chante avec moi. » Alors, d’un
nom d’un résident, décédé l’été dernier. parterre de fauteuils roulants et de déambu­
Soupir. « C’était avant, du temps où on mour­ lateurs s’élève un chœur de voix frêles, certai­
rait encore d’autre chose. » nes ne tenant que par un fil, mais toutes
Plus la pandémie progresse, plus elle paraît reprenant comme un cantique : « C’est bon
mystérieuse. « On avance dans le brouillard », pour le moral, c’est bon pour le moral… »
signalent les échanges entre médecins. La
liste des premiers symptômes n’en finit pas
de s’allonger : diarrhée, confusion, chutes « Au revoir, madame »
inhabituelles ou rhinites sont désormais Samedi 21 mars. Dans le hall de l’Ehpad, deux
répertoriées comme des signes possibles employés des pompes funèbres ont étalé
avant que se déclenchent les problèmes leur tenue : combinaison, trois paires de
respiratoires et la fièvre, caractéristiques gants, charlotte, protège­pieds, lunettes.
d’une infection due au coronavirus. « Mais, « T’es sûr qu’on n’oublie rien ? » Ils commen­
dans un Ehpad, presque tous les résidents pré­ cent à se harnacher, minutieusement, quand
sentent au moins un de ces symptômes », l’un s’arrête soudain, doigt pointé vers un
s’alarme Karim, un infirmier. personnel de l’Ehpad : « Vous ne portez pas de
A faire le tour des chambres, le Covid­19 masque ?
semble maintenant à chaque chevet. Des – On n’en a pas. »
chiffres ont commencé à circuler en sous­ Sous sa charlotte, l’employé n’en croit pas
main, d’autant plus alarmants qu’ils sont ses oreilles : « Mais vous êtes un secteur à
impossibles à vérifier : 170 Ehpad seraient risque, avec des personnes âgées.
touchés sur les 700 en région parisienne. – On n’en a pas », répète l’autre.
« Vous avez combien de morts chez vous ? », L’employé insiste : « Moi, si j’ai pas au moins
demande un journaliste au téléphone. un masque, je le fais pas. Et c’est tout le monde
« Ça y est, la vague arrive : la semaine pro­ pareil chez nous. »
chaine va être terrible », se dit Edouard Aux Quatre­Saisons, une résidente est
Prono. Aux Quatre­Saisons, onze personnes morte dans la nuit.
sont préventivement placées à l’isolement, Son état avait commencé à inquiéter le per­
après avis de la docteure Bénichou. Une rési­ sonnel une semaine plus tôt, mais les urgen­
dente regarde la feuille rose sur sa porte, qui ces avaient refusé de l’accueillir : elle n’en­
décrète l’accès très restreint à sa chambre. trait pas dans les critères instaurés avec la
« Le directeur est venu la coller en personne. crise. Le médecin avait promis de passer vers
Je ne me fais pas d’illusions. Je me suis minuit. Sur le coup de 4 heures du matin,
condamnée moi­même. » toujours personne. Panique à l’Ehpad. La rési­
Désormais, un seul soignant dans chaque dente est finalement transférée au petit jour.
équipe prendra en charge ces 11 résidents­là, Un test de dépistage du Covid­19 est de­
afin de limiter les contacts. Qui s’en char­ mandé par l’équipe des Quatre­Saisons.
gera parmi les soignants ? Passe un frisson. Réponse : « Ici, on ne teste pas, on applique la
« Marie­Jeanne, j’ai pensé à vous », ose politique de l’autruche. » Qui leur en vou­
Laurent Garcia. Marie­Jeanne secoue la tête, drait ? L’hôpital craque, qui ne le sait pas, ser­
lentement, et la mèche blonde de sa perru­ vices à bout, des lits ajoutés partout, y com­
que balaie son visage en mesure. « Non, je le pris dans les couloirs, visites interdites, sauf
ferai pas », dit­elle. Il y a quelques mois, des quinze minutes parfois chez les malades en
punaises de lit avaient envahi 25 chambres fin de vie. On espère qu’une clinique privée
de l’Ehpad, notamment à l’étage dont elle pourra accueillir certains convalescents pour
s’occupe. Marie­Jeanne se revoit un diman­ éviter l’explosion. Finalement, le test est ac­
che à la messe, quand elle avait ouvert sa cordé : négatif. Selon le vœu de ses enfants, la
bible : des insectes s’étaient échappés d’en­ résidente est rapatriée à l’Ehpad, où une dis­
tre les pages. Elle avait affronté la honte, les position spéciale les autorise à passer du
reproches de la famille – même ceux restés à temps avec elle.
Kinshasa –, la peur que l’école ou les voisins Il est 10 heures quand le cercueil sort des
l’apprennent. « Non », répète Marie­Jeanne. Quatre­Saisons. A la fenêtre du premier
La main d’Ephline se lève : « Moi je peux. » étage, deux femmes regardent la scène.
Ephline avait la vocation des chiffres, une for­ « Vous avez vu la tenue des employés ? On
mation de comptable pour travailler dans un dirait des cosmonautes.
cabinet juridique. Quand elle cherchait du – J’ai l’impression de ne rien reconnaître,
travail, elle précisait toujours au téléphone : comme si on était maintenant dans un pays avoir ou pas. « Aujourd’hui, si tu poses ton por­ flingue directement, j’ai hâte de crever pour ne
« Je suis noire. » Il y a vingt­cinq ans, « les gens étranger. » « BREF, PAS  table et ton masque, on te vole ton masque », plus vous voir ! » Une résidente arpente le
refusaient carrément, on avait du mal à trou­ Le cercueil est chargé sur le corbillard. DE MASQUES,  lance quelqu’un. couloir en chemise de nuit, répétant tou­
ver des Noirs dans les bureaux. On me « Moi, j’ai 87 ans. Je m’en fiche de mourir du Myriam l’admet : « Je suis une meuf qui fait jours, sur la même note : « Maman, j’ai peur, il
conseille souvent de ne pas le dire, mais c’est corona ou d’autre chose. Et vous ? MAIS DES HOUSSES  beaucoup d’arrêts maladie. » Quatre gamins va me battre. » Derrière son FFP2, Myriam
vrai ». Elle a fini par suivre Mylène, sa sœur, – Je voudrais être enterrée dans le Jura, mais pas bien grands, la maison à faire tourner… l’attrape par le bras, s’époumonant pour se
aide­soignante aux Quatre­Saisons. est­ce que j’aurais le droit avec cette histoi­ MORTUAIRES :  Mais, en ce moment, elle se découvre une faire entendre. « Qui va vous battre, ma
Dans l’autre équipe, c’est d’ailleurs Mylène re­là ? Dans le doute, je préfère attendre un énergie inépuisable pour partir au boulot. Il y chérie ? Montrez­le­moi et je le défonce. » Elle
qui s’est portée volontaire pour s’occuper des peu. »
VOUS VOYEZ  a cette envie d’être là, tout le temps, l’adréna­ tombe nez à nez avec une collègue portant
11 « isolés ». Les deux sœurs se relaieront donc Le convoi démarre. LE MESSAGE ? » line qui monte en traversant la ville déserte, un masque, elle aussi. Moment de saisisse­
en tandem, affaire conclue sans une parole, ni « Regardez, elle s’en va. Ça me fait quelque l’impression que son boulot d’agent d’entre­ ment. Toutes les deux s’exclament en même
entre elles ni avec les autres. « Normal, ça ne chose quand même. LAURENT GARCIA tien a pris une autre dimension. Chez elle, les temps : « Tu l’as eu où ? » La collègue fait des
pouvait être que nous », explique Mylène. – Au revoir, madame. » bras droit du directeur rôles se sont inversés avec le confinement : manières pour donner le prix. « Je ne peux
Dans ce petit Ehpad familial, chacun sait tout des Quatre-Saisons son mari reste à la maison et elle file travailler. pas le dire, c’est un cadeau de mon fils. Je le
des autres, les vies sont aussi transparentes L’autre jour, il s’est retrouvé à baigner les en­ mets pour lui. » M. Prono, le directeur, s’en
que l’aquarium à l’entrée. Les deux sœurs sont « Tu l’as eu où, ton masque ? » fants, pour la première fois de sa vie. En douce, mêle. « Je vois des masques, mesdames ? Si
les plus âgées du groupe, 47 et 49 ans, et leurs Dimanche 22 mars. Ça y est, Myriam aura été il pousse les petits à la supplier : « Maman, vous avez un filon, n’hésitez pas à me le dire. »
enfants sont déjà grands. Or, une question ob­ la première à l’avoir. Elle vient d’arriver au reste avec nous ! » Son portable sonne. C’est lui, Rosa, qui n’est pas de service, est venue
sède les salles de pause : les gamins. Les méde­ boulot le visage barré d’un masque, un FFP2, le premier coup de fil de l’interminable série quand même après le marché de Romain­
cins ont beau se montrer rassurants sur la ca­ plus protecteur encore que le modèle classi­ qu’ils échangent pendant la journée. « Tu ne ville. Poches pleines de mandarines qu’elle
pacité des jeunes à résister au coronavirus, la que, généralement utilisé dans les Ehpad. Son lâches pas l’affaire ? », demande le mari. Elle se distribue dans les chambres : les prix ont
méfiance domine. « Est­ce qu’on nous dit vrai­ mari le lui a acheté au pied de l’immeuble, marre. « Arrête de psychoter. Comment les doublé après une semaine de confinement.
ment tout ? Qui s’occupera d’eux au cas où ? » dans leur cité à Bagnolet, 50 euros la boîte de autres vont faire si je ne viens pas ? » Lui : « T’as Seuls trois vendeurs avaient dressé leur étal.
A la réunion, Taoufik, un aide­soignant, 20. L’infirmier de permanence esquisse une mis ton masque au moins ? » « Ça dure toujours, cette histoire de virus ? »,
alpague une des deux sœurs. La gratitude le moue d’expert : « Pas excessif, le prix. » Il valait Dans les étages, c’est l’heure du café au lait, demande un homme, allongé sur son lit.
transporte : « Je te jure, si j’avais un masque, je 1 euro pièce en pharmacie avant le coronavi­ des tartines beurrée et du jus d’orange. Non, Depuis le passage des pompes funèbres, la
te le donnerais. » Laurent Garcia s’est assis. Il y rus. D’un même mouvement, les collègues se pas de jus d’orange, la livraison n’a pas eu rumeur s’est répandue d’un décès aux
a des histoires qui le cassent en deux, celle penchent vers Myriam pour scruter la mer­ lieu. Manque aussi la charcuterie, dont Quatre­Saisons. Les familles appellent, l’une
des masques en est une. Il ne cherche pas à veille de plus près. Ses yeux roulent comme M. Daniel raffole au petit déjeuner. Il jaillit de derrière l’autre. « Le corona est là ? » Rosa, à
s’en cacher. Gorge étranglée, il lance : « Par­ des billes par­dessus le FFP2. Ici, le masque est sa chambre, en marcel et bretelles. « Qu’est­ce pleine voix dans le combiné : « Non, non, on
don, pardon. Et merci d’être là, je vous aime. devenu le symbole de la crise sanitaire : en qui nous reste comme plaisir ? Donnez­moi un n’a pas de cas chez nous. »
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 horizons | 21

Les résidents et le personnel


des Quatre­Saisons, un Ehpad de Bagnolet
(Seine­Saint­Denis), en mars, après
le début de la période de confinement.
« LE MONDE »

simple idée de mettre le nez dehors. C’était sa Volvo. « Dites­moi, vous ne seriez pas infir­
première sortie en une semaine. Sihem ne mière ou quelque chose comme ça ? »
veut prendre aucun risque. Sa propre mère Martine a rougi. « Je suis aide­soignante. »
est morte quand elle était petite. Sa hantise Elle a encore baissé d’un ton pour préciser
serait que sa fille vive la même situation. qu’elle travaille en Ehpad, aux Quatre­sai­
Le médecin la regarde. « Je vais vous dire la sons, à Bagnolet. Quand le type a applaudi
vérité : Mme Dupont a peut­être des symptô­ plus fort, en la regardant droit dans les yeux
mes du Covid­19. » et en criant « Bravo ! », Martine a cru qu’il se
Il est 14 heures quand deux soignantes sont moquait d’elle. Pas du tout. « C’est vous aussi
envoyées pour se faire dépister. Toux, fièvres, qu’on remercie tous les soirs », a précisé le voi­
fatigue intense. Le test a lieu dans un labo à sin. Elle n’y avait jamais pensé. Elle n’aurait
côté, un fauteuil planté sur un coin de par­ pas osé. En général, ceux des Ehpad se trim­
king derrière des draps tendus. Un infirmier ballent une image de sous­soignants par
des Quatre­Saisons vient déjà d’y passer. Pas rapport aux hôpitaux, où se ferait la « vraie »
de réponse avant trois jours, le circuit est médecine. « Toi, tu torches le cul des vieux », a
engorgé. Sihem demande à passer le test rigolé un jour une copine. Martine a l’habi­
aussi, mais, là encore, le matériel manque. tude, à force. Elle dit même qu’elle s’en fout.
Il faut déjà présenter des symptômes A 20 h 5, en refermant la fenêtre, elle a
pour avoir droit au dépistage. Pourtant indis­ demandé à sa grande fille : « Tu crois que c’est
pensable auprès des résidents, le personnel vrai ? On m’applaudit aussi ? »
d’entretien en a d’abord été exclu : il a fallu
la protestation de plusieurs médecins, dont « Le virus, on l’a tous eu
la docteure Bénichou, pour qu’il finisse
par en bénéficier au moins cinq minutes »
Au bout de la rue, les petits dealeurs ont Jeudi 26 mars. Le gel hydroalcoolique vient
disparu. Rupture de stock, la marchandise d’être livré, les 15 litres à 130 euros au lieu de
n’arrive plus. 75 d’habitude, de quoi tenir une semaine. En
revanche, plus un thermomètre sur le
« Vous voulez qu’on appelle marché. Mais la grande nouvelle est venue
de M. Prono, le directeur. « A 14 heures, je vais
votre fils ? » récupérer une dotation de 350 masques.
Mardi 24 mars. Il faut un certain temps pour Désormais, on en aura toutes les semaines. »
comprendre à quoi tient le silence qui règne Il a lâché l’info à sa manière, voix contenue,
dans les étages. En fait, les télés sont éteintes, l’air de ne pas y toucher, comme si c’était
toutes ou presque. Il n’y a plus que M. Daniel tout à fait normal. La docteure Bénichou et
encore planté devant Premier baisers, sa série Laurent Garcia ont attendu de voir la caisse
préférée, les tribulations amoureuses d’une sur la table pour le croire.
bande de lycéens. « Pourquoi pas ? Voir des A 16 h 30 commence la première réunion
petits jeunes, ça fait du bien dans ce mouroir. » où toute l’équipe porte un masque. Il y en
UNE SOIGNANTE  Les autres résidents ont coupé l’image et le aura deux par jour pour le personnel d’entre­
COMMENCE LES  son, malgré les mesures d’isolement. « Ça ne tien et trois pour les soignants. Dommage
parle que de morts, j’en peux plus du virus », que les embrassades soient interdites.
TOILETTES. QUEL  dit une infirmière à la retraite. Et puis, d’un coup, l’ambiance vire au tragi­
Dans sa chambre, Mme X. regarde son pla­ que. Les résultats des dépistages viennent
JOUR ON EST ?  teau­repas sans comprendre. C’est la première d’arriver : deux des collègues sur trois ont été
à avoir été isolée. « Qu’est­ce que je dois faire ? », testés positifs, les premiers aux Quatre­Sai­
ELLE N’ARRIVE PAS elle demande. Elle prend la fourchette, la re­ sons. Les yeux bougent par­dessus les
 À LE DIRE. MÊME  pose, perdue, repères qui semblent s’effacer masques, à toute vitesse, chacun se cherche
un à un à force de solitude. Selon Hervé, le du regard. On discute entre soi, à voix basse.
POUR L’ÉQUIPE,  cuistot, les résidents mangent moitié moins « Tu vas le dire à ton mari ?
depuis le confinement. « Si ça continue, il fau­ – Je suis pas sûre.
LE CALENDRIER  dra peut­être permettre à certains proches de – Tu crois qu’on est obligée ?
COMMENCE  venir », suggère Lorette, la psychologue. – En tout cas, on a franchi une étape.
Elle passe de chambre en chambre. Qu’est­ce qui va se passer ? »
À SE MÉLANGER « Vous voulez qu’on appelle votre fils ? Rosa, l’animatrice, se lève : « Je n’avais pas
– Je ne sais pas si je vais trouver quelque peur, mais oui, je vais le dire : maintenant, j’ai
chose à lui dire, c’est flou. Dites­lui que je ne peur. » D’ailleurs, elle ne se sent pas très bien.
suis pas maltraitée. » « Vous me voyez ? Je pèse 90 kilos, mais j’ai une
Une soignante commence les toilettes. Quel petite santé, en fait. » A bien y réfléchir, elle
jour on est ? Elle n’arrive pas à le dire. Même cumule même tous les signes du virus. La
pour l’équipe, le calendrier commence à se voila qui se palpe le ventre, la tête, la gorge.
mélanger, temps en apesanteur que ne ryth­ « Arrêtez, Rosa : ce n’est pas la première fois
ment plus l’école ou les activités. Les magasins que vous nous annoncez votre mort », plai­
autorisés ouvrent et ferment à leur guise. sante Laurent Garcia, alias l’ambianceur
« Chaque minute est devenue un combat, dit la – c’est son surnom depuis qu’il a abandonné
soignante. J’ai du mal à voir plus loin. » sa blouse d’infirmier pour devenir cadre de
A la réunion du matin, Tiana l’infirmière santé, il y a douze ans. Lui aussi, comme tout
ouvre le bal : « Je ne vous le cache pas, j’ai le monde, a eu son petit coup de fatigue, un
pleuré avant de venir. » Sara vient d’arriver, peu plus tôt dans la journée. D’une voix
déposée en voiture par son fils. « Il ne veut mourante, il a demandé à l’infirmière : « Vous
pas que je me mette à côté de lui. Il me fait pouvez me prendre ma température, s’il vous
monter derrière comme une chienne. J’ai plaît ? » 36,4 0C. Retour du sourire. « Le virus,
honte. » Elle est agente d’entretien, 56 ans. on l’a tous eu au moins cinq minutes. » Une
Pour la première fois depuis son mariage, aide­soignante le coupe. « Jurez­nous quelque
son mari a appelé sa mère : « Votre fille pré­ chose, M. Garcia : chaque fois que quelqu’un
fère son travail. » Lui est vigile, il devient fou sera touché, vous nous le direz ? »
à force de rester à la maison. Tous les soirs, il
Un fils insiste : « Y a un problème ? Ma mère pense. Si elle l’a, je l’ai. » Sihem se relève. Se répète : « Tu vas me ramener le virus et on est « Dommage, ma famille
va bien ? Pourquoi vous criez ? ressaisir. Empêcher le film catastrophe de lui dans le même lit. » Lui, le confiné, se réveille
– C’est l’habitude de parler fort aux résidents, envahir la tête. Continuer la tournée du ma­ la nuit, secoué de toux. C’est nerveux, assure ne pourra pas venir »
monsieur. Maintenant, je parle comme ça tin en se disant : « On est l’armée, il y a une le médecin. Une autre dort sur le canapé. Vendredi 27 mars. Dans sa chambre, une
même chez moi. » guerre, il faut être courageuse. » Chez une vacataire, un traversin sépare en résidente a mis ses photos sur ses genoux et,
Dans le petit jardin de l’établissement – quel­ A l’étage, elle croise Tiana. L’infirmière deux le matelas conjugal. « Chez moi, on me un à un, elle caresse les visages. Les
ques massifs que surplombent les HLM voi­ regarde son thermomètre. « Attention, traite comme une pestiférée. » Sa mère l’ap­ moments lui reviennent, les mariages et les
sins –, des filles fument, d’autres discutent. Mme Dupont est en train de faire un pic de fiè­ pelle tous les soirs pour la supplier de se drames, la guerre aussi. Et alors ? Ils vivaient
Myriam attend le moment pour appeler son vre à 39,1 °C. » Sihem se sent vaciller. Même mettre en arrêt maladie. Elle n’est pas sûre les uns avec les autres, tous ensemble. « Ne
mari. Elle lui dira : « Prépare­toi, j’arrive. » Et ce quand elle dort, sa tête reste ici, à l’Ehpad, de pouvoir continuer à venir. « Je vous en quittez pas votre chambre, vous êtes à l’isole­
sera la même scène que tous les autres soirs. depuis le confinement. Elle se demande : demande beaucoup, vous pouvez me détes­ ment », lui a recommandé la soignante char­
Elle ouvrira la porte et lancera aux enfants : « Qui est malade ? Qui ne l’est pas ? Comment ter, explique Laurent Garcia. Personne ne gée de son étage. La résidente a pris un air
« Mettez les mains devant vos yeux. » Puis, dès le savoir quand on entre dans une chambre ? » vous en voudra si vous restez chez vous. Mais penaud : « Dommage, ma famille ne pourra
l’entrée, elle enlèvera ses habits, très vite, pour Les Ehpad n’ont droit qu’à trois dépistages je vous en supplie, pour les résidents et les pas venir. » La soignante n’a rien dit. Toutes
ne contaminer personne, et courra toute nue pour les résidents, et aucun n’a été réalisé collègues, ne me prévenez pas au dernier les deux savent très bien qu’elle n’a jamais
vers la douche. Le portable sonne. C’est lui. aux Quatre­Saisons, après avis de la docteure moment. » Dans le hall, une banderole a été aucune visite. La résidente se lève de son
« T’as entendu ?, demande le mari. Claire Benichou et d’un infectiologue. tendue et l’équipe pose derrière : « Merci à fauteuil. Elle monte dans l’ascenseur. Per­
– Quoi ? » Dans le hall, Arnaud Dubédat, le médecin nos familles de nous laisser sortir. » sonne dans le hall en bas. Quelques pas seu­
Un urgentiste de Compiègne vient de mou­ de Mme Dupont, arrête Sihem. lement la séparent de la porte vitrée qui
rir, le premier parmi les soignants. Grace, « Vous savez qui s’est occupé d’elle « Tu crois que c’est vrai ? ouvre sur la rue. Si elle sortait ? Coups d’œil
agent d’entretien, écrase sa cigarette. Voix gla­ aujourd’hui ? sur le trottoir. Désert aussi. C’est vrai, elle
cée. « Hier, ça touchait la Chine, aujourd’hui, – Moi. On m’applaudit aussi ? » s’en souvient maintenant, la France entière
nos collègues. Le virus vient sur nous. » – Vous avez quel âge ? Mercredi 25 mars. Pour rien au monde, est confinée. Elle l’a vu aux infos. De l’autre
– 37 ans. Martine ne raterait le rendez­vous de coté de la fenêtre, elle aperçoit une femme
– Des enfants ? 20 heures, quand les Français se mettent aux qui se hâte de rentrer. Une pensée lui tra­
« Si elle l’a, je l’ai » – Une fille de 12 ans. » balcons pour applaudir ensemble le person­ verse l’esprit. Et si tout le pays était devenu
Lundi 23 mars. Accroupie près de l’ascen­ A la pensée de la petite merveille, quelque nel de santé. Elle en a fait une fête avec ses un gigantesque Ehpad, chacun chez soi,
seur, Sihem répare le déambulateur de chose se gonfle dans la poitrine de Sihem. filles, chacune se remaquille pour apparaître interdiction de sortir, rien à faire sauf man­
Mme Dupont. Une toux secoue la vieille Elle la revoit la veille, quand elle lui avait pro­ au mieux devant les voisins. Cette fois, un ger ? Et elle se met à rire, comme elle n’avait
dame, et Sihem sent quelques postillons lui posé de descendre la poubelle. L’enfant avait type l’a alpaguée à travers la chaussée, celui pas ri depuis une éternité. 
tomber sur le visage. « Cette fois, c’est fait, elle voulu se coiffer, s’habiller, tout excitée à la qui habite le pavillon en face et conduit une florence aubenas
SCIENCE & MÉDECINE
0123
22 | MERCREDI 1ER AVRIL 2020

DOSSIER

Modéliser les épidémies, un art difficile
Prédire l’évolution des épidémies est délicat, mais si « tous les modèles sont faux, certains sont utiles », disent les statisticiens.
Le point sur les outils dont ils disposent pour anticiper la suite de la pandémie due au nouveau coronavirus

C Quatre modélisations autour du Covid­19
ombien de morts du Covid­19 ?
Combien d’hospitalisés en réani­
mation ? Combien de temps le
confinement durera­t­il ? Autant de
La vague épidémique Le « marteau »
Evolution classique du nombre de personnes infectées Evolution du nombre de cas à la suite d’une action cinquante jours après le début
questions brûlantes auxquelles s’attaque la
Une épidémie où un individu infecté en contamine R autres a une dynamique de l’épidémie
science de la modélisation… avec difficulté.
exponentielle : à chaque génération, le nombre de nouveaux malades est multiplié Réduire le nombre de contacts entre les personnes agit sur le taux de reproduction
Le 12 mars, face aux prédictions d’une sub­
par R (taux de reproduction). L’épidémie décline lorsque ce nombre est inférieur à 1. de l’épidémie (R). Ce graphique présente la dynamique de l’épidémie selon l’intensité
mersion du système hospitalier avancées
par une équipe anglaise de l’Imperial College Propagation des mesures prises cinquante jours après le début de l’épidémie.
La valeur de R0 a de grands
(Londres), la France s’est engagée dans une Forte Intensité des mesures
effets sur la date et l’amplitude
stratégie de confinement poussée. « Les mo­
Plus faible – 25 % Aucune (R = 2,5) Forte (baisse de 40 %, R = 1,5)
du pic. Ici, R0 vaut 3 (rouge),
dèles sont un signal parmi d’autres. La situa­ Faible (baisse de 20 % des contacts, R = 2) Très forte (baisse de 80 %, R = 0,5)
Faible 2,5 (jaune) et 2 (bleu).
tion italienne, mais aussi toutes les connais­
sances accumulées sur des épidémies précé­
dentes allaient dans le sens de cette décision – 40 % L’effet d’un confinement est de baisser
pour soulager le système de santé », relativise et de décaler le pic afin de soulager
Simon Cauchemez, chercheur à l’Institut Le R des premiers jours, les services de santé.
Pasteur, spécialiste en modélisation et mem­ 50 jours après
dit « R0 », conditionne le début de l’épidémie
bre du conseil scientifique Covid­19 mis en l’explosivité de l’épidémie.
place par le gouvernement.
Il n’y avait en effet pas besoin du modèle an­
glais pour être inquiet. Un « vieux » modèle
des années 1930 et les premières données chi­
noises sur le nouveau coronavirus fournis­ 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200
Jours Jours
sent assez vite aux spécialistes des estima­
tions d’au moins 50 % de personnes infec­ Les stratégies Le rebond
tées au pic de l’épidémie, et donc plus de Nombre de cas d’hospitalisation selon les mesures mises en place Nombre de personnes infectées
300 000 morts en France avec une hypothèse Différentes mesures d’isolement réduisent le pic épidémique et le décalent dans le temps Après une période de confinement, un rebond de l’épidémie est attendu
de seulement 1 % de létalité due au virus. (simulation réalisée par l’Imperial College de Londres pour le Royaume-Uni). en raison du grand nombre de personnes toujours susceptibles d’être infectées.
La croissance exponentielle de l’épidémie pourrait ainsi repartir.
Mesures
Deux approches
Laisser-faire
Les scientifiques disposent en fait de deux
grandes méthodes pour appréhender la dy­ Fermeture des écoles Période d’application
namique d’une épidémie, soit une approche et universités de diverses mesures Confinement
dite « compartimentale », soit une approche Isolement des cas
dite « multi­agent » ou « individu­centrée ». Isolement
La première remonte aux années 1930 et la et quarantaine du foyer
seconde au début des années 2000. Isolement, quarantaine
En 1927, 1932 et 1933, deux Ecossais, Ander­ et confinement des
son Gray McKendrick et William Ogilvy Ker­ plus de 70 ans
mack, publient trois études dans les comptes
rendus de la Royal Society. Ces articles sont si
marquants qu’ils furent republiés en 1991
dans Bulletin of Mathematical Biology. Le Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre 0 25 50 75 100 Jours
modèle qu’ils y développaient collait très Infographie : Le Monde Sources : Neil Ferguson-Imperial College, équipe Evolution théorique et expérimentale (Montpellier)
bien aux données d’un épisode de peste, en
Inde, en 1906. L’idée est de mettre les indivi­
dus en trois compartiments : les « sains », S,
susceptibles d’être contaminés, les « infec­ épidémie, en général, prend fin avant que la cela signifie qu’un malade contaminera deux nombre de cas primaires, rappelle Pierre­
tés », I, et les « retirés », R, ceux qui ne sont population sensible n’ait été éradiquée ». personnes, qui ensuite, au total, en contami­ Yves Boëlle, de l’Institut Pierre­Louis d’épi­
plus malades, car soit morts, soit immunisés Autrement dit, les lois mathématiques pro­ UN SEUL neront 2 × 2 = 4, puis 2 × 2 × 2 = 8… Le moteur démiologie et de santé publique. Mais c’est
après une infection. tègent une partie de la population : tout le PARAMÈTRE infernal est enclenché. compliqué en pratique ! » En effet, cette
Des taux de passage décrivent les flux en­ monde n’a pas besoin d’être touché pour En épidémiologie, cette constante maca­ méthode suppose d’identifier les cas, de
tre ces trois catégories, comme le taux de qu’on observe un reflux. DONNE bre, baptisée « R0 » au début de la flambée, retracer leur historique et de repérer les
contamination (passage de S à I) et le taux La force de cette approche est qu’un seul pa­ UNE INTUITION est parmi la première que les statisticiens contaminés secondaires. En pratique, on
de guérison (ou durée de l’infection, pas­ ramètre, que les Ecossais n’avaient pas for­ essaient d’évaluer. Sa valeur exacte joue étudie la courbe épidémique, le nombre de
sage de I à S), ce qui fournit des équations mellement baptisé, donne une intuition sim­ SIMPLE DE beaucoup sur les prévisions. Passer de R0 = 3 cas ou de morts en fonction du temps, car sa
faciles à résoudre. Plus tard, ces modèles ple de la dynamique épidémique et de ce qui LA DYNAMIQUE à R0 = 2,5 décale le pic épidémique de trente croissance mathématique, exponentielle,
seront baptisés « SIR ». En conclusion de peut se passer. Il s’agit du taux de reproduc­ jours et le fait baisser de presque 25 %. « Esti­ est reliée au R0. Mais tout dépend de la qua­
leur premier article, les deux mathémati­ tion, c’est­à­dire le nombre de personnes ÉPIDÉMIQUE mer R0 est simple en théorie. On compte le lité des données : tous les cas sont­ils détec­
ciens notaient, message rassurant, qu’« une qu’un infecté peut contaminer. S’il vaut 2, nombre de cas secondaires, et on divise par le tés ? Les morts attribuables à la maladie
sont­ils tous comptés ?
Résultat, par exemple, pour la France,
selon Samuel Alizon, chercheur CNRS à
Montpellier en évolution des maladies
infectieuses, qui utilise des outils dévelop­

NEIL FERGUSON, ÉPIDÉMIOLOGISTE D’INFLUENCE pés par le groupe de M. Boëlle pour calculer
le R0, ce dernier varie entre 2,39 et 2,58 dans
le cas du Covid­19.

londres ­ correspondante que. Elles ont aussi été consultées par M. Ferguson se lance dans un terri­ avec des données actualisées d’Italie. Comprendre l’intérêt du confinement
les exécutifs français et américain. toire peu exploré jusqu’alors : établir « Il est devenu clair que la demande en Ce paramètre permet aussi de comprendre

I l l’a d’abord tweeté, puis confirmé


au micro de la BBC Radio4, le
18 mars. Neil Ferguson, vice­doyen
de la faculté de médecine à l’Imperial
College London, explique à Nick Robin­
C’est sur la base de ces modèles que
Boris Johnson a fait volte­face, mi­
mars. Partisan jusqu’alors d’un certain
« laisser­faire », de manière à laisser
s’installer une immunité collective
des algorithmes afin de prévoir l’évolu­
tion spatiale des épidémies dans des
populations animales et humaines. Il
rejoint l’équipe du professeur Roy An­
derson et fait ses premières armes, au
lits de réanimation était deux fois plus
importante qu’anticipé, et que le sys­
tème de santé britannique n’avait pas
les capacités requises », détaille­t­il,
posé et prudent.
simplement l’intérêt d’un confinement. Il
dépend en effet notamment du nombre de
contacts entre les gens et de la probabilité
de contamination. Réduire les contacts di­
minue le taux de reproduction, et donc la
son, le journaliste vedette de la mati­ face au nouveau virus, il a opté pour le sein du département d’épidémiologie Beaucoup font crédit à ce communi­ flambée. Au pic, le nombre de nouveaux
nale la plus écoutée du Royaume­Uni, confinement de la population, ali­ de l’Imperial College, sur la propaga­ cant d’avoir alerté à temps le gouver­ cas chute, car le taux de reproduction de­
avoir les symptômes du Covid­19, de la gnant sa politique sur celle de la plu­ tion de la fièvre aphteuse au Royaume­ nement britannique. Quelques autres vient inférieur à 1 : une personne contamine
fièvre et une toux sèche. « Je reste isolé part des autres pays européens. M. Fer­ Uni. Début 2001, le cri d’alarme du pro­ lui reprochent, au contraire, d’avoir moins d’une nouvelle personne. « Le modèle
dans mon appartement du centre de guson et son équipe estimaient que, en fesseur Anderson, jugeant l’épidémie tardé à mettre à jour ses paramètres. SIR a beau être simpliste, dans beaucoup de
Londres pendant sept jours. » l’absence de confinement de la popula­ « hors de contrôle », pousse le gouver­ « Les Etats­Unis et le Royaume­Uni se cas, il marche. Surtout, il est souvent implicite
Plus récemment, Neil Ferguson est tion, 250 000 personnes au bas mot nement de Tony Blair à agir, raconte le sont basés sur un modèle de l’Imperial dans nos raisonnements, à cause de l’impor­
apparu dans Panorama, le magazine risquaient de mourir dans le pays. Daily Telegraph. Le quotidien évoque College qui, avant le 12 mars, sous­esti­ tance du R0 », explique M. Alizon.
de reportages de la BBC. Et mercredi la « boule de cristal informatique » de mait les besoins en lits de réanimation Mais le vieux rafiot écossais a quand
25 mars, il a été invité à témoigner, de­ « Boule de cristal informatique » M. Ferguson ayant permis de prédire (alors que nous avions les données sur même été rafistolé. Il est ainsi possible
puis chez lui, devant la prestigieuse Né dans le nord­ouest de l’Angleterre, l’expansion rapide de la maladie. ces besoins depuis le 24 janvier) et avec d’ajouter des compartiments. On peut avoir
Commission des sciences du Parle­ dans une famille de la classe moyenne Il contribue par la suite aux modéli­ un logiciel auquel personne n’a encore une population « exposée », qui incube le
ment britannique. A 51 ans, ce spécia­ britannique, M. Ferguson est sorti di­ sations des épidémies du début du eu accès et qui a été écrit il y a plus de virus avant d’être « infectée ». On peut ajou­
liste des mathématiques appliquées à plômé d’Oxford en physique. Il aban­ XXIe siècle, acquérant une expérience treize ans pour la grippe », accusait, le ter, notamment dans le cas de l’épidémie
la biologie, reconnu comme un des donne vite cette discipline : « Un jour, il exceptionnelle. Lors de son audition 23 mars, Devi Sridhar, professeure de due au SARS­CoV­2, des étiquettes « asymp­
tout premiers dans sa discipline, est est venu me voir en me disant qu’il n’était au Parlement, M. Ferguson a confirmé santé publique à l’université d’Edim­ tomatiques » pour les gens qui contami­
passé au rang de personnage public. pas assez doué pour continuer dans la faire partie du SAGE (Scientific Advi­ bourg. M. Wheater le défend pourtant nent avec plus ou moins de probabilité
Et pour cause : ses modélisations de la physique théorique, raconte John Whea­ sory Group for Emergencies), ce dans le Financial Times : « Si je dois leurs semblables, probabilité qui reste en­
propagation de l’épidémie due au ter, son directeur de thèse, au Financial groupe d’experts conseillant Dow­ faire confiance à des calculs, c’est à core un mystère pour le nouveau coronavi­
coronavirus ont largement influencé Times. Pourtant, il est un des meilleurs ning Street. Il a aussi expliqué avoir ceux de Neil. »  rus. On peut aussi, notamment pour anti­
la stratégie du gouvernement britanni­ étudiants que j’aie jamais eus. » mis à jour ses modèles début mars, cécile ducourtieux ciper la surcharge hospitalière, créer des
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 science & médecine | 23

La NASA en état d’urgence
compartiments « malades sévères » ou Elle est forcément aléatoire (on met une per­
« malades non sévères »… sonne infectée au hasard, les gens bougent L’agence spatiale américaine met les bouchées doubles
Récemment, plusieurs équipes ont ainsi de façon erratique…), et elle est reproduite pour assurer l’envol en juillet de la mission Mars 2020
proposé leurs SIR améliorés. A l’université plusieurs centaines de fois, afin d’en tirer
de Bâle, l’équipe de Richard Neher utilise des enseignements moyens sur le nombre
sept compartiments, pour simuler l’évolu­
tion de la maladie. Il est même possible, au
cours du temps, de changer le taux de repro­
duction, pour réduire la transmission et
« voir » l’effet d’un équivalent d’une situa­
de nouveaux cas, d’hospitalisation…
A l’Imperial College, l’équipe de Neil Fergu­
son est experte en la matière depuis sa si­
mulation, présentée en 2005 dans Nature,
de la grippe H5N1, en Asie du Sud­Est, par ces
D ans les « salles blanches » de la NASA, là où
sont assemblés les engins que l’agence amé­
ricaine lance dans l’espace, les équipes se
soumettent à des exigences sanitaires draconiennes :
charlotte sur la tête, blouse, gants, surchaussures et,
s’envoler en… 2007), le JWST peut prendre encore un
peu de retard, d’autant qu’il doit partir en 2021.
Dans les grandes missions en cours de préparation,
reste donc Mars 2020 qui va concentrer l’attention de
la NASA au cours des prochaines semaines. Tous ses
tion confinée. La technique étant relative­ méthodes. Ces chercheurs l’ont également bien sûr, masque sur le visage. Ainsi que le résume éléments ont été acheminés au centre spatial Ken­
ment simple à mettre en œuvre, beaucoup appliquée au Covid­19 pour mesurer l’effet Sylvestre Maurice, de l’Institut de recherche en astro­ nedy, à Cap Canaveral. C’est à un subtil jeu de Meccano
de simulateurs sont proposés en ligne, de différentes restrictions de circulation et physique et planétologie (université de Toulouse­ auquel les ingénieurs et techniciens vont désormais
comme celui de l’équipe suisse ou comme inspirer les gouvernements. D’autres l’ont CNRS­Centre national d’études spatiales), « cela fait se livrer. Le rover Perseverance, grosse bête de plus
ceux d’« amateurs », tel celui de Gabriel Goh, fait à l’échelle de Singapour dans le même trente ans que je collabore avec la NASA, je n’ai jamais d’une tonne, doit d’abord être « accouplé », selon l’ex­
spécialiste d’apprentissage machine, qui, but. Comme ils l’expliquaient dans The Lan­ vu quelqu’un mettre un postillon sur un rover ». Hors pression de Sylvestre Maurice, à l’étage de descente, le­
avec onze « curseurs », permet de se faire cet, le 23 mars, la stratégie la plus efficace, de question qu’une machine comme le rover Perse­ quel a pour mission, lors de la phase d’atterrissage, de
une idée de la propagation d’une maladie. pour réduire de 99 % le nombre d’infections, verance de la mission Mars 2020, qui doit bientôt se maintenir en suspension dans l’air grâce à des ré­
est la panoplie complète : fermeture des partir à la recherche de traces de vie passée sur la Pla­ trofusées et d’hélitreuiller le robot mobile pour le dé­
« Matrices de contact » écoles, quarantaine des malades et éloigne­ nète rouge, soit polluée par de la matière organique poser en douceur sur le sol. Ce duo sera ensuite encap­
Malgré ces raffinements, cela ne suffit pas. ment du travail. emportée depuis la Terre. Le coronavirus n’est donc sulé dans un cocon composé, à l’avant, d’un bouclier
Anderson McKendrick et William Kermack « Ces simulations sont plus réalistes, mais pour rien dans ce luxe de précautions. thermique qui protégera Perseverance lors de l’entrée
avaient prévenu : ces modèles ne marchent elles contiennent plus de paramètres et sont Pourtant, c’est lui qui pourrait bien empêcher cette dans l’atmosphère martienne, et d’une coque à l’ar­
que pour une population homogène, où difficiles à interpréter, constate M. Cauche­ mission à deux milliards de dollars de décoller en rière. Le tout, enfin, sera arrimé au module de croi­
tout le monde infecte tout le monde de la mez, qui a travaillé avec M. Ferguson et jon­ juillet de Cap Canaveral (Floride), ce qui aurait pour sière qui assurera le voyage de sept mois vers Mars, où
même manière. Or, les populations réelles gle avec les deux approches. Les approches effet de transformer Mars 2020 en Mars 2022 car, la mission est supposée arriver le 18 février 2021.
sont hétérogènes, avec des densités différen­ multi­agents n’ont pas été utilisées en France, pour des raisons d’alignement planétaire, la fenêtre
tes sur le territoire et, surtout, n’ont pas le car elles n’étaient pas nécessaires pour répon­ de tir pour Mars ne s’ouvre que tous les vingt­six « Des monstres d’organisation »
même âge. Un enfant n’a pas la même sus­ dre aux questions posées. » M. Ferguson lui­ mois. La formidable organisation de la NASA est en Toute cette phase d’assemblage est programmée
ceptibilité à une maladie qu’un adulte ou même, dans le dernier rapport de son effet mise à l’épreuve par la montée en puissance du pour les mois d’avril, mai et juin. « Nous avons tenu
qu’une personne âgée. Il n’a pas non plus le équipe, datant du 26 mars, reconnaît que le Covid­19 aux Etats­Unis. tous les plannings depuis cinq ans. Nous sommes à
même nombre de contacts quotidiens que modèle SIR, qu’il a aussi utilisé, donne les « La priorité des priorités de la NASA, c’est la santé des moins de quatre mois du but, un décollage le
ses parents ou grands­parents. mêmes résultats que ses simulations multi­ gens qui travaillent pour elle », explique Sylvestre 17 juillet », récapitule Sylvestre Maurice, qui, face à la
D’où l’idée d’améliorer la description en agents, plus complexes. Maurice. L’agence est donc en train d’effectuer des déferlante du Covid­19, sait que les marges de
ajoutant des « compartiments » en classe En fait, à chaque problème, son modèle. choix stratégiques dans ses programmes pour pré­ manœuvre sont très étroites, mais se rassure en di­
d’âge, par tranches de cinq ans. Chacun des « La règle est qu’on cherche le modèle le plus server le plus urgent, à savoir Mars 2020. Jeudi sant que « les gens de la NASA sont des monstres
paramètres précédents aura donc une va­ simple pour répondre à la question posée », 19 mars, Jim Bridenstine, l’administrateur de la d’organisation en temps de crise… ».
leur différente pour chaque tranche. Fort résume Laura Temime, du Conservatoire na­ NASA, a ainsi annoncé l’arrêt des activités dans le L’agence américaine a un motif de pression autre
heureusement, de scrupuleux statisticiens tional des arts et métiers. Mais il faut faire centre spatial John C. Stennis (Mississippi), où sont que le coronavirus : la concurrence. Si les Européens,
ont estimé ces données de contact pour plu­ vite, car les questions changent avec l’évolu­ testés les moteurs de fusées, et sur le site d’assem­ alliés aux Russes, ont déjà jeté l’éponge le 12 mars, en
sieurs pays. En France, par exemple, un en­ tion de l’épidémie. Au début, lorsque le virus blage de Michoud (Louisiane). Le développement et reportant à 2022 leur mission ExoMars, handicapée
fant de moins de 5 ans a trois fois plus d’inte­ n’était qu’en Chine, il s’agissait de savoir la fabrication du Space Launch System – le plus gros par différents problèmes techniques, ce n’est pas le
ractions quotidiennes avec des enfants de quelle était la probabilité qu’il débarque en lanceur de la NASA – et de la capsule habitée Orion cas des Chinois, qui comptent bien faire décoller le
son âge qu’avec des personnes de 30­34 ans. Europe. La réponse est venue de Mme Colizza sont stoppés. Ces deux éléments constituant le cœur 23 juillet Huoxing­1, très ambitieux projet martien
Les adolescents de 15­19 ans sont les plus qui a travaillé sans SIR ou multi­agent, du projet américain de retour sur la Lune, celui­ci est qui cumule orbiteur, atterrisseur et petit rover.
« tactiles » entre eux, et les Français ont pres­ « juste » en analysant les flux aériens entre de fait mis entre parenthèses. Spécialiste du spatial chinois auquel il a consacré
que deux fois plus de contacts que les Alle­ pays et à l’intérieur de la Chine. Puis les sta­ Vendredi 20 mars, la NASA a de nouveau réduit la plusieurs livres, Philippe Coué explique que, même si
mands à l’intérieur de cette tranche. « Ces tisticiens se sont abîmé les yeux sur les cas voilure en annonçant la suspension des travaux sur le la Chine a vu démarrer sur son sol la pandémie et a été
matrices de contact changent la dynamique chinois pour estimer le fameux R0, tandis James Webb Space Telescope (JWST), le successeur du paralysée pendant de nombreuses semaines, « l’ac­
d’une épidémie », insiste Pascal Crépey, de que leurs collègues, sur le terrain, traquaient célèbre mais vieillissant Hubble. Projet d’une com­ tivité spatiale ne s’y est jamais arrêtée. Au contraire,
l’Ecole des hautes études en santé publique, les patients atteints pour remonter la chaîne plexité folle, ce télescope spatial de dix milliards de les Chinois veulent montrer au monde qu’ils ont
à Rennes. Son modèle, en ligne le 20 mars, de contamination et identifier deux autres dollars est actuellement en cours de montage final et réussi à s’en sortir tout seuls et vite. Plus que jamais, ils
tient compte de cet effet et prédit l’engorge­ paramètres­clés, le taux de mortalité et le de tests en Californie, un Etat particulièrement tou­ mettent la pression sur les Américains en leur disant
ment hospitalier actuel en fonction de temps de génération (grosso modo le temps ché par l’épidémie qui sévit sur le sol américain. Ayant “Nous, on fait quand même”. » 
différents R0. Dans l’hypothèse où R0 = 3, entre l’apparition des symptômes chez le explosé les budgets et les calendriers (il était censé pierre barthélémy
toutes les régions, d’ici au 15 avril, seraient premier et le second contaminé).
débordées. La moitié résisterait si R0 = 2,25. Ensuite, les modèles à compartiments
Et cela sous l’hypothèse, désormais fictive, chauffent pour anticiper la dynamique et
qu’aucune mesure pour réduire les trans­ les saturations des services de santé. Et très
missions n’est prise.
Sa consœur Vittoria Colizza, à l’Inserm, a
vite, les mêmes ou la version multi­agent
tournent pour estimer l’effet de diverses
CARTE BLANCHE
aussi étudié l’effet de la fermeture des écoles mesures (isolement des cas, quarantaines,
sur la propagation. Car, même si une telle fermeture des écoles, arrêt de travail, confi­
mesure n’avait jamais été prise, il existe des nement strict…).
données de « contacts » en période scolaire
et en période de vacances (proche d’une si­
tuation de fermeture). Le modèle à compar­
Barre d’erreurs
« Et maintenant, on veut savoir quoi faire
Le confinement scientifique, un vieux débat
timents, mis en ligne le 14 mars, estimait après le confinement en étudiant diverses
ainsi une réduction de 10 % du pic épidémi­ options, note M. Cauchemez, qui pense que
que en fermant les écoles. le conseil scientifique devrait faire des re­ Par STÉPHANE VAN DAMME aidé par de nombreux assistants, tretiens, les scientifiques y appa­
Même philosophie, publiée dans The Lan­ commandations cette semaine. Mais ce Hawking était en fait au sommet raissaient sensibles aussi bien à la
cet le 25 mars, par une équipe de la London
School of Economics, à propos de la ville chi­
noise de Wuhan, épicentre de l’épidémie. Ce
modèle compartimenté prédit qu’une levée
des mesures de confinement en avril baisse­
confinement est une situation inédite, et
nous manquons forcément de données pour
alimenter les modèles. » Les opérateurs télé­
phoniques pourraient être un recours.
Orange a annoncé, le 27 mars, avoir passé
A lors que les autorités sani­
taires dans toute l’Europe
ont déclaré l’état de confi­
nement à la maison et que l’on en
appelle, dans les universités et
d’un système de cognition distri­
buée. Au­delà de ce cas limite, il
faut rappeler que le modèle du re­
trait du monde a été progressi­
vement stigmatisé. Dès le siècle
puissance du mandarinat et du
paternalisme, à la hiérarchie des
rapports hommes­femmes, qu’à
l’amélioration des conditions du
travail dans les laboratoires. Au­
rait de plus de 90 % les cas quotidiens par un accord avec l’Inserm et l’équipe de dans les unités de recherche, à gé­ des Lumières foisonnèrent des delà de l’engagement politique, la
rapport à une levée en mars. Mme Colizza pour utiliser les données télé­ néraliser le télétravail, le coronavi­ mises en garde médicales contre série montrait l’importance, dans
A force d’aller dans les détails, les cher­ phoniques, afin d’évaluer la mobilité en rus parachèverait­il la dématériali­ un abus de la lecture ou du travail les luttes des années 1960 et 1970,
cheurs ont voulu pousser jusqu’au bout et temps normal et en temps confiné. sation de la recherche en réseau ? A savant solitaire. de l’identification, du laboratoire
zoomer jusqu’à l’individu lui­même. Pour­ « Le problème, ce n’est pas les modèles, mais cette occasion, une vieille tension à l’usine, nous rappelant le projet
quoi diviser la population en dix­sept tran­ leurs hypothèses et les données qui les nour­ refait surface entre deux représen­ Travailleurs intellectuels de la CGT, après 1918 de créer une
ches quand les ordinateurs peuvent facile­ rissent », indique M. Crépey, en écho au célè­ tations légitimes du travail scienti­ Le docteur Samuel Auguste Tissot confédération des travailleurs in­
ment traiter les situations de chaque cas in­ bre adage des statisticiens. « Tous les modè­ fique : l’une, majoritairement col­ (1728­1797), dans son ouvrage De la tellectuels.
dividuel, fussent­ils des millions ? Cette les sont faux, mais quelques­uns sont utiles », lective, valorise le travail en équipe santé des gens de lettres, avait éla­ Dans son livre Une histoire émo­
approche, dite « multi­agent » ou « individu­ ajoute­t­il. Le Covid­19 n’échappe pas à la lié à de grandes infrastructures ; boré un ensemble de prescrip­ tionnelle des savoirs. (CNRS Edi­
centrée », a été développée depuis une quin­ règle. Quel est le taux de mortalité ? Quelle l’autre, plus solitaire, renoue avec tions pour éviter aux savants de tions, 2019), Françoise Waquet
zaine d’années et constitue la seconde est la part des asymptomatiques contagieux une veille conception du confine­ sombrer dans les pathologies in­ souligne que, paradoxalement,
grande famille de modèles. Comme pour les et avec quelle efficacité transmettent­ils le ment, sur le modèle de la retraite tellectuelles habituelles de l’obses­ l’acceptation de la subjectivité du
modèles SIR, les principes sont assez sim­ virus ? Le virus pourrait­il muter ? spirituelle. Cette dernière a sou­ sion érudite. Savants que Tissot chercheur, aujourd’hui, se fait,
ples. A chaque individu du modèle sont atta­ Pour ces raisons, chaque simulation est vent été associée à la figure soli­ compare aux « fakirs des Indes » : alors que son bien­être cesse
chés un âge, un lieu d’habitation, des en­ assortie non seulement de la traditionnelle taire du génie scientifique. « Comme eux, ils se séparent du d’être un discours personnel pour
fants, un foyer, un lieu de travail… Il peut barre d’erreurs, mais aussi d’une analyse de Ainsi, lorsque l’on évoque l’astro­ genre humain ; comme eux, ils se devenir un sujet de la médecine
bouger dans l’espace, contraint par les don­ sensibilité des résultats aux fluctuations physicien Stephen Hawking, on macèrent de plein gré sans que du travail. Les enquêtes réalisées
nées connues de mobilité, de densité… des divers paramètres utilisés. Quelques aime à célébrer cette particularité souvent il en revienne le plus léger auprès des personnels dans les dé­
Arrive une maladie avec ses propriétés pro­ dixièmes d’incertitude peuvent changer de de la créativité scientifique. Sa ma­ avantage à la société. » légations du CNRS révèlent l’aug­
pres de temps d’incubation, d’infection, de plusieurs milliers un nombre de cas. « Les ladie lui ayant fait perdre l’usage L’organisation des sciences au mentation de ces souffrances
contagiosité. Ces deux types d’informations simulations sont à manier avec précaution de son corps, Hawking représente­ XXe siècle a même rapproché le liées au travail collectif, mettant
sont mélangés, et la simulation est lancée. en termes de communication », résume rait l’esprit désincarné, le confine­ monde scientifique de l’usine, en évidence, aussi bien dans les
M. Boëlle. En outre, les prédictions initiales, ment le plus absolu, source d’in­ puis de l’entreprise, voire plus ré­ corps que dans les esprits, la pres­
où « on ne fait rien », sont souvent démen­ novation. Le travail scientifique cemment de la start­up, sensible sion, le stress, l’absence de recon­
QUELQUES ties avec le temps, car les gens changent chez Hawking s’apparentait à une aux évolutions de la culture ma­ naissance, etc. Alors, le confine­
leurs pratiques devant le risque. pure opération mentale et cogni­ nagériale. Il y a deux ans, alors ment n’est­il pas l’occasion rêvée
DIXIÈMES D’INCERTITUDE Cependant, les spécialistes se risquent à tive. Pourtant, comme nous le rap­ que l’on célébrait l’anniversaire pour réfléchir à cette organisation
PEUVENT CHANGER une prévision. La fin d’un confinement cau­ pelle le livre de l’anthropologue de Mai 68, une websérie produite du travail scientifique ? 
sera un rebond de la courbe épidémique, Hélène Mialet A la recherche de par l’Inserm, Mai 68. La science
DE PLUSIEURS car il n’y aura pas eu assez de « contami­ Stephen Hawking (Odile Jacob, s’affiche, racontait comment le ¶
MILLIERS UN NOMBRE nés », donc « d’immunisés ». Comme le bon 2017), c’est faire disparaître un peu personnel scientifique avait par­ Stéphane Van Damme, professeur
vieux modèle de 1927 le laisse entendre…  vite l’entourage du célèbre cher­ ticipé activement aux « événe­ d’histoire des sciences à l’Institut
DE CAS david larousserie cheur. Lourdement appareillé et ments ». A travers portraits et en­ universitaire européen (Florence)
0123
24 | science & médecine MERCREDI 1ER AVRIL 2020

SUR INTERNET La forêt tropicale de Bornéo sur écoute 24 heures sur 24


11 capteurs, alimentés Activité animale Empreinte sonore
Zone étudiée
par énergie solaire,
BRUNEI enregistrent en continu
On n’arrête  MALAISIE
les « empreintes sonores »
Phénomène naturel
des sons émis par les multiples
pas la science  espèces proches du lieu
de captation.
INDONÉSIE
Activité humaine
Expositions, podcasts,
expériences… Les musées, 300 km Position des capteurs

instituts et revues
scientifiques ouvrent leurs Sarab Sethi, doctorant interdisciplinaire Enregistrement en continu
(mathématiques, sciences de la vie
portes virtuelles au public et ingénierie) à l’Imperial College L’algorithme d’IA du SAFE Project
de Londres, a conçu le SAFE Project, se base sur des réseaux neuronaux
un système de surveillance analysant 24 Réseaux neuronaux

D ésormais limité dans vos déplace­


ments, si vous ne pouvez pas aller
à la science, c’est elle qui viendra à
vous… Petite sélection de ce que divers or­
ganismes proposent en ligne pour nourrir
depuis plus de deux ans et en continu
les sons de la forêt tropicale, à l’aide
d’un algorithme d’intelligence artificielle
24 convolutifs pour analyser
l’empreinte sonore enregistrée,
afin de classifier les sons émis.
convolutifs

votre soif de connaissances. (IA). Avec de premiers résultats.


« L’analyse des sons enregistrés permet
Expositions archéologiques de quantifier les évolutions dans Anomalie Le résultat est un suivi continu
Le 25 mars devait ouvrir, au Grand Palais, à le temps de la qualité des habitats », de la biodiversité et l’identification
Paris, une exposition consacrée à Pompéi,
explique le scientifique. L’IA permet de sons atypiques.
comprenant une promenade immersive Empreinte Pour le grand public, un site
dans la ville antique détruite par l’éruption aussi « d’identifier en temps réel sonore
du Vésuve en l’an 79. Etaient prévues des des sons inhabituels, tels ceux d’armes (http://acoustics.safeproject.net)
projections à 360 degrés, des reconstitu­ à feu ou de tronçonneuses, une manière donne accès à ces enregistrements,
tions d’intérieurs ainsi que la présentation rapide de localiser des activités illégales ». de jour comme de nuit.
des découvertes qui ont été faites lors des
Plusieurs publications détaillent
fouilles archéologiques menées ces deux
dernières années. L’ouverture n’a pas eu cette recherche financée notamment
lieu pour cause de pandémie, mais, qu’à cela par le World Wildlife Fund (WWF)
ne tienne, quelques zakouski vidéo peuvent et destinée à être open source.
être dégustés en ligne. Notamment la mise
Infographie : Philippe Da Silva ; Texte : Laure Belot Source : Acoustics SAFE Project
au jour des deux magnifiques mosaïques
dans la maison dite « d’Orion », qui racon­
tent deux épisodes du mythe du célèbre
chasseur grec.
Signalons, dans le même domaine, que le
Musée d’archéologie nationale de Saint­
Germain­en­Laye s’invite lui aussi chez vous
VIE DES LABOS
en mettant à votre disposition une visite
virtuelle de ses collections, qui couvrent
une vaste période allant de la préhistoire
Les congrès scientifiques passent en mode survie
jusqu’à l’époque contemporaine.

De la lecture avec le CNRS


Le plus grand institut de recherche français
a décidé de mettre gratuitement à la dispo­
sition des internautes sa revue semes­
S ur le site du journal spécialisé américain The
Scientist, la liste semble interminable : des dizai­
nes de congrès médicaux supprimés. Dans tou­
tes les disciplines scientifiques, le même verdict
tombe, à une variante près : annulé ou reporté… sans
En France, les sentences sont tombées d’abord une à
une. La Société française de virologie a averti ses
membres que ses Journées annuelles, prévues les 2 et
3 avril à l’Institut Pasteur, étaient annulées. Une confé­
rence prévue sur le Covid­19 devrait quand même être
cocktails, occasion de faire mieux connaissance. Mais
avec 13 séminaires et 110 participants, la session 2020
est « un succès incontestable », se réjouit M. Robin.
Dans certains congrès, le basculement online a même
permis à des chercheurs éloignés d’intervenir dans des
trielle Carnets de science, dont sept numé­ autre précision sur la fameuse « date ultérieure ». Dans organisée par vidéotransmission. conférences auxquelles ils n’avaient pas pu s’inscrire.
ros sont déjà parus. Le dossier central du la communauté scientifique, 2020 restera aussi « Ceux qui n’ont pas les moyens de se payer le voyage peu­
dernier avait un titre prémonitoire : « La comme l’année sans congrès. Pour les chercheurs du « Tout passer en ligne » vent ainsi assister aux travaux, se réjouit l’océanogra­
science peut­elle réparer le monde ? » Cha­ monde entier, ces grands­messes jouent un rôle essen­ Avec l’imposition du confinement, les vidéoconféren­ phe Marina Lévy (CNRS). Jusqu’ici, les organisateurs de
que opus est copieux (environ 200 pages) tiel. Avec les articles publiés dans les revues, ils sont le ces sont d’ailleurs vite apparues comme la seule alter­ grands congrès disaient que c’était techniquement dif­
et l’on y trouve des entretiens avec de principal canal de diffusion des dernières connaissan­ native cohérente. « Tout passer en ligne » : les organisa­ ficile. Et soudain, ça marche. » Le meeting annuel de
grands chercheurs (Edgar Morin, Valérie ces. Ils offrent aussi, et peut­être surtout, l’occasion teurs de VerMidi, la rencontre annuelle des spécialistes l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), qui ras­
Masson­Delmotte, Barbara Cassin…), des d’échanges, de constitution de réseaux, notamment du ver C. elegans, en ont pris la décision, le 9 mars. « Une semble quelque 40 000 spécialistes du cancer, se dé­
reportages sur des lieux de science (le pour les plus jeunes. Universités, organismes de re­ de nos collègues italiennes nous avait alertés, les pre­ roulera ainsi intégralement en ligne « à une date et dans
CERN, le Jardin du Lautaret), des portfolios cherche, sponsors viennent y faire leur publicité et leur miers chercheurs étaient touchés par la maladie à l’ENS des conditions qui seront précisées », indique l’ASCO sur
(les inventions loufoques du passé, les marché. Les plus petits ressemblent à des séminaires, et, surtout, l’Institut Pasteur venait d’annuler tous ses sé­ son site. Même si l’annulation successive de trois sym­
sciences de l’extrême) ou encore des re­ les plus grands à des foires internationales. minaires de plus de 50 personnes, raconte le biologiste posiums auxquels elle devait assister en avril, mai et
productions de documents historiques, Mais le nouveau coronavirus est passé par là. Comme François Robin (Sorbonne Universités), un des organi­ juin a un peu désarçonné Mme Lévy, elle veut y voir une
comme ces lettres qu’Emile Zola a reçues pour l’épidémie, les premières annulations sont venues sateurs. Nous avons vérifié qu’avec Zoom, nous dispo­ occasion : « Nous voyageons trop. La science s’interna­
pendant l’affaire Dreyfus. d’Asie, sans bruit. Puis, le 29 février, coup de tonnerre ! sions d’un logiciel performant et nous avons basculé. » tionalise et entre les réunions, les séminaires, les jurys,
On peut profiter de l’occasion pour rappe­ Deux jours avant la tenue de son immense congrès Une « aventure », admet­il. Avec ses défis techniques, ses nous sommes sans cesse en avion. Ce rythme effréné
ler l’existence des dossiers multimédia annuel, à Denver (Colorado), l’American Physical Society enjeux éthiques (confidentialité et propriété des don­ n’est pas bon pour nous, mais surtout il n’est plus soute­
Sagascience (les deux derniers sont consa­ annonce aux 11 000 inscrits qu’ils devront rester chez nées), ses compromis obligés. Ainsi, pour cette 23e édi­ nable pour la planète. On ne peut pas supprimer les
crés aux carnets de Léonard de Vinci et aux eux. Décision rétrospectivement avisée. Un petit tion, il a fallu renoncer aux traditionnelles séances de congrès, mais les réduire et les repenser, c’est l’occasion. »
150 ans du tableau de Mendeleïev qui clas­ symposium tenu à Boston par l’entreprise Biogen, le posters, sur lesquels les jeunes chercheurs présentent Et si ce satané virus avait au moins servi à ça ? 
sifie les éléments chimiques) ou celle des 27 février, est à l’origine de 70 contaminations. leurs travaux. Zoom n’était pas adapté. Oubliés aussi les nathaniel herzberg
podcasts du CNRS, si vous voulez avoir une
démonstration des langages humains sif­
flés ou vous plonger dans l’ambiance
sonore du Paris du XVIIIe siècle.
AFFAIRE DE LOGIQUE – N° 1139
Petites découvertes à la maison
Sur la chaîne YouTube du Palais de la dé­ Dif-Div N° 1139
Solution du problème 1138
couverte, les médiateurs de ce centre de
culture scientifique parisien interviennent Alice vient de fêter son anniversaire de 36 ans. Elle fait part à Bob d’une propriété remarquable du nombre 36. 1. L’hypoténuse du triangle vert est la somme de celles
depuis leur domicile – confinement oblige « C’est un Dif-Div, toutes les différences entre ses diviseurs écrits dans l’ordre croissant divisent le nombre. des triangles rouge et bleu. D’
– chaque mardi, jeudi et vendredi à 17 heu­ En effet, ses neuf diviseurs sont, du plus petit au plus grand : 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 6 ; 9 ; 12 ; 18 ; 36. I est l’intersection des droites D G C
res. L’idée ? Proposer des expériences inso­ Leurs huit différences, qui sont, dans l’ordre, 1 ; 1 ; 1 ; 2 ; 3 ; 3 ; 6 , 18, divisent toutes 36. (AA’) et (EF) ; H est le projeté F
lites avec des objets du quotidien et faire Bob (qui est majeur mais n’est pas centenaire) lui fait alors remarquer que son âge est lui aussi un Dif-Div, mais que, orthogonal de F sur [AB].
comprendre les phénomènes physiques contrairement à celui d’Alice, sa décomposition en facteurs premiers ne contient aucune puissance d’un nombre Les angles IFC et IEA, alternes-
qui les sous­tendent. On peut ainsi, par premier d’exposant supérieur à 1. internes, sont égaux. Les points A’
exemple, s’apercevoir qu’un puissant ai­ 1. Quel est l’âge de Bob ? A’CFI étant cocycliques (cercle
mant attire un billet de banque en raison de diamètre A’F), les angles I
2. Quels sont tous les Dif-Div dont la décomposition ne contient aucun exposant supérieur à 1 ?
de la présence, dans l’encre qui l’a imprimé, IFC et IA’C (= 180° – IA’B) sont
de particules métalliques. On peut égale­ En ces temps épidémiques troublés, réunions, salons et conférences étant pour la plupart déprogrammés, la culture mathématique demeure supplémentaires. Finalement, A H E B
présente à travers les livres, les émissions de radio, les podcasts, la télévision et d’autres spectacles sur écran. Notre sélection d’aujourd’hui
ment apprendre comment, avec un pic à EFC = AA’B, et, par complément, HFE = A’AB.
porte sur trois livres récents. Vous pouvez en retrouver des notes de lecture plus complètes sur www.tangente-mag.com/les_ndl.php
brochette, percer de part en part un ballon Les triangles FHE et ABA’ sont donc isométriques (un côté
de baudruche gonflé sans pour autant le « LE BEAU LIVRE DES MATHS » « VERY MATH TRIP » « MATHEMATIKOS » A. HOULOU- égal, entre deux angles égaux), d’où EH = BA’ .
CLIFFORD PICKOVER (DUNOD) MANU HOUDART (FLAMMARION) GARCIA (LES BELLES LETTRES) Or, BA’ = 15 – A’C et EH = 15 – EB – AH.
faire exploser. Le titre n’exagère pas, ce livre est très beau, Manu Houdart, « Wallon de l'année » 2017 Dans ce livre lauréat du Prix Tangente 2019,
A noter que le site de la Cité des sciences Ainsi, A’C = EB + AH = EB + DF = EB + D’F.
aéré, très agréable à lire. Nouvelle édition pour avoir fondé la Maison des maths de l’auteur présente une sélection de textes
offre, quant à lui, une mini­exposition vir­ d’un ouvrage à succès, il présente, par ordre Quaregnon, fait depuis deux ans partager sur courts sur les mathématiques, traduits en Or les trois triangles, rouge, vert et bleu, sont semblables
chronologique, 250 articles de deux pages. scène sa passion des mathématiques dans un français, écrits par les plus grands savants (examen de leurs angles). Cette similitude et la relation
tuelle expliquant ce que la science sait du
Sur la première, une idée, un livre ou un spectacle qui a connu un beau succès au Fes- de l’Antiquité. On y trouve des réflexions sur A’C = EB + D’F entraînent A’G = A’E + FG.
coronavirus.  mathématicien, sur la seconde, une œuvre tival d’Avignon. « Prenez juste le temps d’ap- les bases de la géométrie ou la théorie des 2. GC = 7,5 cm : le point G est milieu de [CD].
pierre barthélémy d’art en relation. Depuis Pythagore et son privoiser les maths, elles se révéleront plaisir, nombres, des extraits de Platon et d’Aristote La similitude des triangles bleu et vert donne :
théorème, tous les grands classiques sont poésie et créativité », dit-il. Son livre ne liant mathématiques et philosophie, ainsi
là : crible d’Eratosthène, spirale d’Archi- cherche rien d’autre que vous réconcilier avec que des « inédits », sur l’invention du zéro GC/A’B = A’C/BE, soit GC = 50/BE.
Grandpalais.fr Le théorème de Pythagore dans le triangle bleu s’écrit :
mède, ruban de Möbius, mais aussi théorie les maths. Voyage original fait d’une succes- par exemple. Sont présents, pour faciliter la
Musee­archeologienationale.fr des catastrophes ou jeux comme le Rubik’s sion d’effets « Waooh » (carrés magiques, compréhension, cartes, introductions his- A’E² = BE² + 25, soit (15 – BE)² = BE² + 25 (car A’E = AE).
Carnetsdescience­larevue.fr Cube ou Tetris. De plus, le choix des images grands nombres, paradoxe des anniver- toriques, biographies, et même… un alpha- On en déduit BE = 20/3, et finalement GC = 15/2.
Sagascience.cnrs.fr nous fait découvrir des artistes contempo- saires…), il saura enchanter ses lecteurs même bet grec ! Une belle façon de parcourir les Plus généralement, on montre que, si AB = a et A’B = a/n,
Soundcloud.com/cnrs_officiel/sets rains. Nous voilà comblés ! si les thèmes abordés leur sont déjà connus. sentiers mathématiques anciens.
alors GC = 2a/(n + 1).
Youtube.com/c/palaisdeladecouverte E. BUSSER, G. COHEN ET J.L. LEGRAND © POLE 2020 affairedelogique@poleditions.com
Cite­sciences.fr
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 science & médecine | 25

ENTRETIEN TÉLESCOPE
b

« L’exposition au bruit et au silence  N EU RO S C IENC ES
L’intelligence artificielle lit
dans les pensées

est très inégalitaire » Une équipe de l’université de Californie


à San Francisco a mis au point un algo­
rithme capable d’interpréter les signaux
d’électroencéphalogrammes pour les
transformer en phrases. La technique fait
seulement 3 % d’erreurs sur un jeu de
Le neuroscientifique Michel Le Van Quyen et l’anthropologue David Le Breton analysent les effets 250 mots de vocabulaire. Elle recourt
de l’irruption du silence, mais aussi ceux de la confrontation au bruit, en période de confinement à des réseaux de neurones artificiels aux
connexions obtenues par apprentissage.
Quatre volontaires ont répété plusieurs

L a pandémie de Covid­19,
avec les politiques de confi­
nement mises en place
pour l’endiguer, nous a fait bascu­
ler d’un monde d’agitation à un
dizaines de phrases pendant que des élec­
trodes enregistraient leurs émissions céré­
brales, afin de permettre à l’algorithme
de transformer ces signaux en phrases
compréhensibles. Les chercheurs ont éga­
monde plus silencieux, du moins lement montré qu’un réseau de neurones
en extérieur. Avec quelles consé­ préentraîné de la sorte peut améliorer
quences ? Entretien avec David Le les performances de décodage sur une
Breton, anthropologue et sociolo­ personne s’étant moins entraînée.
gue à l’université de Strasbourg, > Makin et al., « Nature Neuroscience », 30 mars
auteur de nombreux ouvrages,
dont Du silence, (Métailié, réédi­ É CO LO GIE
tion 2015), et Michel Le Van Le jeune homard indifférent
Quyen, neuroscientifique, cher­ au champ électromagnétique
cheur à l’Inserm et membre du la­ Le développement des fermes éoliennes
boratoire d’imagerie biomédicale offshore pose la question des impacts sur
(U1146 Inserm­SU­CNRS 7371) sur la vie marine des câbles devant acheminer
le campus des Cordeliers, à Paris. l’électricité vers le continent. Une équipe
A la suite d’une paralysie faciale franco­norvégienne incluant des cher­
temporaire, le privant de la parole cheurs de l’Ifremer a voulu savoir si des
et l’obligeant au confinement, ce juvéniles de homard européen (âgés de trois
dernier a écrit Cerveau et silence semaines et longs de 1 cm) seraient pertur­
(Flammarion, 2019). Ils ont été in­ bés par un champ magnétique correspon­
terviewés, ensemble et à distance, dant à celui émis par un tel câble transpor­
entre Strasbourg et Paris. tant un courant alternatif ou continu
de grande puissance. L’analyse de vidéos
Plus de 3 milliards de person­ montre qu’ils ne sont ni attirés ni repoussés
nes dans le monde vivent par le champ magnétique, et que leur
désormais en confinement mortalité et leur comportement ne sont
et le niveau de bruit extérieur pas modifiés, y compris après sept jours
diminue. Pour Bruit Parif, Michel Le Van Quyen, en 2015. PHILIPPE MATSAS/OPALE/LEEMAGE David Le Breton, en 2014. PHILIPPE MATSAS/OPALE/LEEMAGE d’exposition continue à un champ magnéti­
qui le mesure en Ile­de­France, que représentant environ quatre fois
celui­ci a chuté de 50 % à 80 % du stress, tel le cortisol. Or une noise, Maiken Nedergaard (uni­ Virginia Woolf. Encore plus si un le champ magnétique terrestre.
(de 5 à 7 décibels – dB) le jour, concentration anormale de ce type versité de Rochester, New York, voisin conjure son angoisse en > Taormina et al., « Aquatic Toxicology », mars.
et la nuit jusqu’à 90 % (9 dB) d’hormones a des effets dévasta­ Etats­Unis). Cette neuroscientifi­ mettant de la musique « à fond »,
sur certains axes de Paris teurs, notamment sur les systèmes que a révélé l’existence d’un sys­ comme j’ai pu l’entendre ces PAL ÉOANTH RO P O LO GIE
intra­muros. Depuis quand immunitaire et cardiovasculaire. tème glymphatique constitué, jours­ci où je me trouve à Stras­ Neandertal était amateur
vivons­nous avec un tel niveau Tout se joue au niveau du sys­ non pas de neurones, mais de bourg. L’agression du bruit peut de poissons et de fruits de mer
de nuisance sonore ? tème nerveux autonome, une cellules gliales dans lesquelles cir­ nourrir tensions et conflits.
David Le Breton : L’apparition sorte de racine qui pénètre dans cule le liquide céphalorachidien.
du bruit dans l’histoire de nos so­ le corps et permet la régulation C’est celui­ci qui évacue pour par­ Vous parlez de conjurer
ciétés est récente. Le sentiment du des fonctions vitales de l’orga­ tie ces toxines. Selon ses travaux, ses angoisses face au silence…
bruit, défini comme un son affecté nisme. Ce système est constitué ce sont dans des périodes de repos D. LB. : Tout comme le bruit, le
à une valeur négative, émerge à de deux grandes branches, le sys­ et de calme que l’évacuation est la silence de l’un n’est pas forcément
partir du début du XIXe siècle, au tème sympathique, que l’on pour­ plus active, jusqu’à 25 % fois plus, celui de l’autre. Pour autant, il ren­
moment où nos sociétés entrent rait décrire comme un accéléra­ par exemple, lors d’une phase de voie quasiment toujours à une in­
dans l’ère industrielle et où les fa­ teur physiologique, et le parasym­ sommeil profond. tériorité, une plongée en soi et à
briques puis les usines introdui­ pathique, qui est à l’inverse un D. LB. : Le silence est une manière son histoire personnelle. Il peut
sent progressivement des nuisan­ frein. Lorsqu’une personne en­ de ralentir, d’aller à l’encontre de la mobiliser nos forces tout comme
ces sonores dans l’environnement. tend un bruit, le premier se vitesse ambiante, de la perfor­ nos démons intérieurs et nos fra­
L’automobile en apportera bien déclenche. Pendant les moments mance. C’est une façon de retrou­ gilités. Pour aimer le silence, il faut
plus rapidement partout dans le de calme et de régénération du ver une part d’intériorité, donc avoir une histoire de vie relative­
monde à partir du XXe siècle. corps, l’autre prend le relais. Les une forme de quant­à­soi. C’est ment paisible. Pour un homme ou
Michel Le Van Quyen : Paris est deux fonctionnent en alternance. cela que recherchent par exemple une femme blessés, c’est moins En explorant la grotte de Figueira Brava,
la neuvième ville la plus bruyante les marcheurs – même si cette aisé. Cette ambivalence renvoie, située sur la côte portugaise à 30 km au sud
au monde, la deuxième en Eu­ A travers le prisme de vos deux activité n’est pas accessible ac­ dans l’anthropologie religieuse, à de Lisbonne, une équipe internationale
rope. Le contraste actuel avec l’ef­ disciplines, comment analysez­ tuellement. Calmer le jeu autour une dialectique. Le silence peut a montré que les Néandertaliens qui l’occu­
fet du confinement n’en est que vous les bienfaits du silence ? de soi, retrouver davantage de être associé au meilleur – la voie paient il y a 86 000 à 106 000 ans utili­
plus criant. Le bruit est une nui­ M. LVQ. : Il est l’antidote physio­ sons plutôt que du bruit. C’est une d’acheminement de la prière, la saient la mer comme source de nourriture.
sance qui n’est pas suffisamment logique aux effets néfastes du manière d’écouter le monde et de méditation, la rencontre avec Dieu En plus d’animaux terrestres, leur régime
prise en considération, alors qu’il bruit, à de multiples niveaux. Tout ne plus le subir. ou les dieux… –, mais aussi à la ter­ alimentaire comprenait des fruits de mer,
est un problème de santé publi­ reur, à une menace prochaine et comme des moules ou des patelles,
que. Le cerveau a besoin de si­ Les bénéfices du silence tragique. Comme ce grand silence mais aussi des crustacés, des poissons,
lence pour se régénérer. C’est un « CHAQUE que vous décrivez ne sont pas qui est décrit, dans la Bible, avant des oiseaux et des mammifères marins
besoin biologique fondamental. à la portée de tous, en l’Apocalypse. C’est pour cela que, tels que les dauphins et les phoques.
PETIT BRUIT ENTRAÎNE, ce moment de confinement… dans des conditions de vie ordi­ Cette découverte bat en brèche l’idée que,
En 2011, l’OMS a en effet déclaré SANS QUE L’ON M. LVQ. : Hors contexte actuel, naires, certains contemporains dans la péninsule Ibérique, les hommes de
que le bruit était une menace l’exposition au bruit dans nos so­ rentrent chez eux et allument Neandertal n’exploitaient pas les ressour­
de santé publique. Quels sont EN AIT CONSCIENCE, ciétés est inégalitaire. En région leur télévision, mettent un bruit ces marines, une activité que seuls leurs
ses effets sur l’organisme ? LA SÉCRÉTION parisienne, par exemple, il est es­ de fond en permanence. Dans le cousins Homo sapiens auraient pratiquée.
M. LVQ. : D’un point de vue phy­ timé que 11 % des habitants sont contexte actuel, cette attitude (PHOTO : ZILHAO ET AL./« SCIENCE »)
siologique, le premier effet du D’HORMONES confrontés à des bruits qui dépas­ peut être exacerbée. > Zilhao et al., « Science », 27 mars
bruit sur un organisme est, logi­ DU STRESS » sent les normes réglementaires. M. LVQ. : Une étude de la cher­
quement, un risque pour l’audi­ Ce sont des personnes qui ont des cheuse Samantha Brook (départe­ A STRO N O MIE
MICHEL LE VAN QUYEN
tion si la nuisance est élevée. On revenus plus faibles et habitent ment de médecine psychologique Des matériaux supraconducteurs
parle de seuil de risque à 85 dB et notamment près des périphéri­ à l’Imperial College de Londres), dans des météorites
de seuil de danger à 90 dB. ques, des aéroports… La confronta­ publiée le 26 février dans The Lan­ Au milieu de deux météorites, des
Ce qui est moins connu, en re­ d’abord, en influant sur le système tion au bruit dépend du contexte cet, apporte un éclairage particu­ chercheurs de l’université de Californie
vanche, est l’effet négatif de de régulation vitale. Quelques mi­ de vie de chacun, le possible accès lier à la période actuelle. La cher­ à San Diego ont repéré des petites
bruits moins intenses. Tels ceux nutes de silence suffisent à ralen­ au silence ambiant tout autant. cheuse a réalisé une méta­analyse paillettes qui ont la propriété d’être supra­
que l’on peut trouver dans un bu­ tir la respiration et les battements D. LB. : Il existe en effet une di­ sur l’effet psychologique des qua­ conductrices, c’est­à­dire de perdre toute
reau open space, considéré pour­ cardiaques en enclenchant le sys­ mension très inégalitaire dans le rantaines, telles que celles mises résistance électrique. A condition de
tant comme calme. Ils sont à l’ori­ tème parasympathique. confinement. Un certain nombre en place pour endiguer les épidé­ les placer à très basse température, vers
gine de 10 000 décès par an en Eu­ Le silence permet également au d’hommes et de femmes s’en ac­ mies de SRAS ou de H1N1. Les – 270 degrés Celsius. Treize autres échan­
rope, selon l’Agence européenne cerveau d’évacuer en quelque commodent, car ils ont la chance conséquences psychologiques né­ tillons testés ne contenaient pas ce type
pour l’environnement. sorte ses déchets. A plein régime, de vivre dans des maisons ou ap­ gatives sont indéniables : symptô­ de matériau. Bien que les météorites
Les oreilles n’ont pas de paupiè­ celui­ci consomme énormément partements plus grands. Ils sont mes de stress post­traumatique, soient des reliques du Système solaire
res, l’audition est un sens toujours de glucose, ce qui génère une accu­ dans une certaine jouissance de ce confusion, colère, peur… Nous primitif et qu’elles puissent contenir
actif, même pendant le sommeil. mulation de toxine protéinique silence extérieur et d’un arrêt des avons évoqué les bienfaits du des trouvailles n’existant pas sur Terre,
On l’explique en avançant qu’il y a – les plus connues sont les bêta­ activités multiples qui peuvent les silence, mais il ne faut pas sous­ les cristaux supraconducteurs repérés,
des millions d’années ce sens ser­ amyloïdes. Leur évacuation a été accaparer en temps normal. estimer la situation préoccupante à base d’étain, d’indium et de plomb,
vait de système d’alarme pour pré­ pendant longtemps une énigme, Pour d’autres, qui sont dans la dans laquelle peuvent se trouver étaient déjà connus des physico­chimistes.
parer le corps à l’action. De fait, car le cerveau ne possède pas, promiscuité et vivent jusqu’à cinq certains, confrontés à la difficulté Néanmoins, selon les chercheurs, les
chaque petit bruit entraîne, sans comme d’autres organes, de sys­ ou six dans des surfaces très peti­ d’être seuls physiquement ou propriétés magnétiques particulières
que l’on en ait conscience, une cas­ tème lymphatique. La réponse a tes, il est compliqué de retrouver psychiquement.  de cette matière pourraient influencer
cade d’événements biologiques et été apportée très récemment, du temps à soi et cette « chambre à propos recueillis par les modèles de formation planétaire.
génère la sécrétion d’hormones en 2012, par la chercheuse da­ soi » dont parlait la romancière laure belot > Wampler et al., « PNAS », 23 mars
26 | culture 0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020

Une image extraite du documentaire de Richard Copans, « Monsieur Deligny, vagabond efficace », sorti finalement en vidéo à la demande, le 25 mars. SHELLAC DISTRIBUTION

Salles fermées : le cinéma cherche la parade
Le Centre national du cinéma modifie ses règles pour faciliter la sortie des films en vidéo à la demande

S
auve qui peut les films : sident de la puissante Fédération pourrait présenter une alterna­ cinq demandes seulement, et avec les patrons de salles. Richard
alors que les salles sont nationale des cinémas français tive et une soupape pour le sec­ pour des films qui sont plutôt en
Le CNC veut Patry, président de la FNCF et
fermées depuis samedi (FNCF), Richard Patry, a souligné teur. La télévision elle­même a fin d’exploitation. « D’autres « pousser dans patron de Nord­Ouest Exploita­
14 mars en raison de l’épi­ « l’aspiration de nos adhérents [ex­ déjà retrouvé des scores pharao­ œuvres qui avaient bien démarré tion, est adhérent à La Toile. De
démie de Covid­19, l’ensemble de ploitants] à soutenir les films des niques avec plus de 6 millions de leur carrière, comme La Bonne
le sens d’une même que Gautier Labrusse, qui
la filière cinéma est tout à la fois distributeurs qui ont été à leurs téléspectateurs, le 27 mars, pour Epouse, de Martin Provost, ou De réflexion dirige le cinéma Lux à Caen et
sonnée et foisonnante d’idées. côtés jusqu’au bout », et à les pro­ le cinquième épisode de Koh Gaulle, de Gabriel Le Bomin, préside le Groupement national
Du côté des distributeurs, se pose poser « à nouveau à leurs specta­ Lanta sur TF1. Au point que cer­ auront une vie en salle toute tra­
collective des cinémas de recherche
la question de l’écoulement des teurs » dès la réouverture des tains se demandent s’il ne fau­ cée quand les cinémas rouvri­ intelligente et (GNCR), lequel regroupe les
films subitement privés du grand salles. Reste que personne n’a la drait pas sortir des films d’auteur ront », indique­t­on au CNC. 150 salles Art & Essai les plus
écran. En France, pays qui pos­ moindre idée de la date de reprise à la télévision. Le temps de la crise La situation des films qui devai­
d’une solidarité pointues – il a baptisé « Netflux »
sède plus de 5 000 écrans sur son – la Chine, qui avait rouvert sanitaire, le petit écran redevien­ ent sortir à partir du mercredi de la filière » le service vidéo du Lux. Dans sa
territoire (et quelque 2 200 éta­ 600 salles le week­end du drait cinéphile… Toujours est­il 18 mars est différente. Les distri­ lettre mensuelle du GNCR, pu­
blissements), le cinéma en salle 21­22 mars, a annoncé à nouveau que la profession semble prête à buteurs peuvent attendre la réou­ bliée le 25 mars, Gautier Labrusse
est sacré et obéit à une règle, la leur fermeture le 27 mars. expérimenter de nouvelles rè­ verture des salles pour tenter de au CNC. « Attention, ces nouvelles exhorte le CNC à soutenir, « dans
« chronologie des médias » ins­ De plus, quand on sait qu’une gles, provisoires, sous le patro­ caler une nouvelle date. Ou bien mesures seront caduques le jour la mise en œuvre de ces mesures
crite dans le marbre : elle prévoit vingtaine de nouveaux films de­ nage du Centre national du ci­ décider de sortir le film directe­ de la réouverture des salles », pré­ dérogatoires », des initiatives tel­
une exclusivité pour la salle vaient sortir chaque mercredi néma et de l’image animée (CNC). ment en VoD à l’acte, mais dans ce vient­on dans l’entourage du pré­ les que La Toile, qui « nouent un
d’une durée de quatre mois, – les 18 mars, 25 mars, 1er avril, cas, ils doivent théoriquement sident du CNC, Dominique lien entre le marché de la vidéo à la
avant la sortie en vidéo à la 8 avril, etc. –, la réouverture des ci­ Délai de quatre mois rembourser au CNC les aides re­ Boutonnat. Et d’ajouter : « On dé­ demande et l’exploitation cinéma­
demande (VoD), sur les chaînes némas s’annonce comme un em­ Le CNC a déjà fait adopter, dans la çues au titre de la distribution cidera au cas par cas. Un film à fort tographique ».
de télévision, etc. bouteillage monstre, avec le ris­ loi d’urgence du mardi 24 mars, d’un film au cinéma. Ce qui peut potentiel aura plutôt intérêt à sor­ Mais tous les professionnels ne
Que faire alors des œuvres qui que que les films à faible potentiel un article permettant de déroger, être fortement dissuasif… tir en salle. » Se dirige­t­on vers un sont prêts à faire le saut de la VoD.
étaient en cours d’exploitation le se retrouvent, encore plus que le temps de l’épidémie, et pour les C’est cette dernière règle que le dispositif à deux vitesses, les « La VoD ne peut pas venir com­
14 mars ? Faut­il les mettre en d’habitude, noyés dans la masse. seuls films qui étaient à l’affiche CNC s’apprête à assouplir : mer­ œuvres grand public attendant penser les recettes escomptées en
sommeil et attendre que leur car­ Il y a fort à parier que les exploi­ le 14 mars, à la « chronologie des credi 1er avril, son conseil d’admi­ au chaud la réouverture des sal­ salle », fait remarquer Etienne
rière reprenne lorsque les ciné­ tants, dans leur grande majorité, médias ». Des distributeurs pour­ nistration devrait examiner une les, les films plus confidentiels se Ollagnier, cogérant du distribu­
mas vont rouvrir ? Ce sera sans privilégieront les comédies fami­ raient donc obtenir l’autorisation mesure visant à permettre la dif­ risquant sur la Toile ? « On va teur Jour2Fête. « On a investi énor­
doute la solution choisie pour un liales et autres blockbusters pour de sortir un film en VoD sans at­ fusion d’un film en première ex­ pousser dans le sens d’une ré­ mément pour Un fils, de Mehdi
certain nombre de films. Dans relancer l’économie du secteur. tendre le délai de quatre mois. ploitation en VoD à l’acte, sans flexion collective intelligente et M. Barsaoui, sorti le 11 mars, la se­
une tribune parue dans Le Film Les spectateurs étant confinés, Pour l’heure, à la date du diman­ que les distributeurs soient tenus d’une solidarité de la filière », indi­ maine de la fermeture des ciné­
français, vendredi 27 mars, le pré­ la VoD avec paiement à l’acte che 29 mars, le CNC a été saisi de de restituer les aides financières que­t­on encore au CNC. mas. On espère entre 150 000 et
Certains distributeurs se sont 250 000 spectateurs et on a pris le
déjà lancés, sans attendre le feu parti de le ressortir en salle », dit­il.
« On ouvre des plates-formes de VoD en moins de 24 heures » vert de la haute instance du
cinéma. C’est le cas de Thomas
Le distributeur cite aussi l’exem­
ple de Papicha, le film de Mounia
Ordonneau, patron de la société Meddour, sorti en octobre 2019,
ancienne exploitante en banlieue pa­ 15 mars, les adhésions n’arrêtent pas. Nous le choix de leur cinéma local. Nous tra­ de production et de distribution qui a eu deux Césars. « Le film a
risienne, au Mégarama d’Arcueil (Val­de­ venons de franchir le cap de la centaine vaillons en lien avec des dispositifs simi­ Shellac : le documentaire de fait 270 000 entrées. Puis il a bas­
Marne), Joséphine Létang a cofondé avec d’établissements [sur un total d’environ laires en Allemagne, aux Pays­Bas, en An­ Richard Copans, Monsieur culé en VoD et a fait 13 000 vues.
Anne Pouliquen, en 2017, un service de vi­ 2 200 en France], du multiplexe indépen­ gleterre, en Autriche, et nous sommes en Deligny, vagabond efficace, qui C’est un très bon score mais cela ne
déo à la demande dénommé La Toile, en dant aux salles Art & Essai. En ce moment, discussion avec l’Italie. devait sortir le 18 mars, a été mis génère, pour le distributeur, que
partenariat avec des exploitants. Ce dis­ on ouvre des plates­formes en moins de en ligne le 25 mars sur le site de 1,70 euro par acte. »
positif permet à ces derniers de mettre en 24 heures ! En cette période de confinement, Shellac et sur la plate­forme La Surtout, dit­il, ces bons résul­
ligne des films (sortis en salle depuis plus pensez­vous que les distributeurs vont Toile, un service de vidéo à la tats ont été rendus possibles par
de quatre mois) en complément de leur Comment fonctionne le site, faire le choix de sortir des nouveaux demande proposé aux exploi­ la sélection du film à Cannes en
programmation et de percevoir une ré­ concrètement ? films en VoD ? tants. A partir du 8 avril, le film mai 2019, à Un certain regard. « La
munération sur les visionnages. Chaque exploitant dispose de son site de Les avis sont mitigés. Une sortie en VoD basculera sur UniversCiné et sur plupart de nos succès, ce sont des
vidéo, personnalisé, qu’il programme. n’a rien à voir avec une sortie en salle. C’est les autres plates­formes. « On est films qu’on a réussi à faire vivre à
Comment est venue l’idée de créer Nous pouvons aussi les conseiller et un choix pour un cinéaste et son équipe content d’avoir ouvert le bal. Et on Cannes. Si le Festival n’a pas lieu,
La Toile ? gérons les droits VoD. Nous avons des d’y renoncer. Ce n’est pas non plus le sera heureux de retrouver les salles on ne sait pas comment on va sor­
Quand j’étais exploitante, les gens me de­ accords­cadres avec dix­sept distributeurs même tarif. Mais les retours sont bons sur pour des séances débats avec le tir nos films », s’inquiète Etienne
mandaient parfois de repasser un film au et un catalogue de 400 films (auteur, pa­ le film de Richard Copans Monsieur film de Richard Copans, quand ce Ollagnier. L’édition 2020 du Festi­
cinéma. Et quand je le faisais, personne ne trimoine, comédies familiales). Sur le prix Deligny, vagabond efficace, la seule expéri­ sera le moment propice », expli­ val sera­t­elle reportée, virtuelle,
venait les voir, c’était assez frustrant. En du visionnage, entre 3,99 euros et mentation que nous ayons à ce jour : les que Thomas Ordonneau. etc. ? A côté des expérimenta­
même temps, je sentais qu’il y avait un 5,99 euros, une part revient aux ayants cinémas étaient contents de proposer un Le choix de La Toile n’est pas tions VoD, les professionnels du
besoin de créer du lien avec le spectateur. droit, généralement aux distributeurs, nouveau film à leurs spectateurs le neutre : il s’agit de rester dans cinéma réfléchissent tout autant
Nous avons créé la plate­forme La Toile une autre va aux salles, et la troisième est 25 mars. Il y a eu plus de candidats pour le l’écosystème de la filière. Cette à des versions alternatives du
en 2017 en collaboration avec cinq salles. pour La Toile. Aujourd’hui, c’est la seule passer en VoD qu’il n’y en avait auparavant plate­forme dirigée par Joséphine festival cannois, un « Yes We
Rapidement, nous avons été rejoints par plate­forme qui rémunère les exploitants. pour le programmer en salle…  Létang, ancienne exploitante, Cannes » différent. 
une soixantaine de cinémas. Depuis le En allant sur La Toile, les spectateurs font propos recueillis par cl. f. prévoit un partage des recettes clarisse fabre
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 télévision | 27
Quand les cancres d’hier donnent l’exemple VOTRE
SOIRÉE
TÉLÉ
Gad Elmaleh et Black M, dont la sincérité fait mouche, retournent à l’école pour rencontrer des lycéens en échec scolaire

RMC STORY Black M, cette fois à l’Institut du


MERCREDI 1ER - 20 H 55 Marais­Charlemagne­Pollès, à Pa­ MERCREDI  1 ER   AVRIL
SÉRIE DOCUMENTAIRE ris. Désormais « bon élève », l’ex­
membre de Sexion d’assaut a po­ TF1

D
es acteurs, des célébri­ tassé son sujet et recherché l’ori­ 21.05 Grey’s Anatomy
tés ont eu le même gine du mot « cancre » : un « crabe Série. Avec Ellen Pompeo, Jesse
parcours que nous. Et qui marche de travers ». Williams, Justin Chambers (EU, 2019).
ça, on ne l’imaginait Face à lui, Raphaël arrive du 22.50 Chicago Med
pas. » En quelques mots, Juliette, Népal et a appris le français en Série. Avec Oliver Platt, Yaya Dacosta,
élève au lycée Saint­Marc à Lyon, quatre mois ; Eli, dyslexique, a été Nick Gehlfuss (EU, 2018).
révèle ce qui devrait faire le succès maltraité par une institutrice
des « Cancres », la nouvelle émis­ avant d’être sauvé par la suivante ; France 2
sion présentée par Joël Bouraïma, Nina étudie en microlycée ; Alice 21.05 Une belle histoire
le coach sportif des stars : faire se est restée déscolarisée plusieurs Série. Avec Sébastien Chassagne,
rencontrer six élèves en difficulté mois ; comme Cassandre, mo­ Louise Monot, Ben (Fr., 2020).
scolaire et une personnalité du quée quand elle était bonne élève, 22.35 Alex Hugo
cinéma, de la musique, de l’entre­ puis larguée à l’école après trois Série. Avec Samuel Le Bihan,
preneuriat, du sport… qui a réussi, années de « problèmes de santé ». Frédéric Van Den Driessche, Marilyne
alors qu’elle­même, à l’adoles­ Lorsque Batiste, dysphasique, Canto (Fr., 2017).
cence, faisait le désespoir de ses évoque l’internat, Black M réagit :
enseignants – et de ses parents. lui aussi y a passé deux années, France 3
Pourquoi en étaient­ils arrivés là, les plus intenses de sa vie. Il 21.05 Des racines et des ailes
comment ils s’en sont sortis : les tombe d’accord avec Raphaël sur En Picardie, entre terre et mer.
souvenirs des uns se confrontent le soutien apporté par les co­ Magazine présenté
aux réalités des autres dans une pains : « Mon meilleur pote m’a fait par Carole Gaessler.
étonnante similarité. Une réussite le rappeur Black M, convié par le coach Joël Bouraïma, partage ses souvenirs. LAURENT ZABULON/ABACAPRESS sortir des pires galères. » A propos 23.10 On a la solution
qui tient à un casting bien choisi. des parents – le « daron » –, la com­ Pour des trajets du quotidien
A commencer par Joël Bou­ munication est venue plus tard. plus verts.
raïma, médiateur au parcours ini­ Le comédien et humoriste est le 1re « microlycée » – c’est­à­dire en voyé du public, du privé, « de par­ Une fois encore, la sincérité Magazine présenté
maginable. Passionné de sport, il premier invité des « Cancres ». Et, classe à effectif réduit, comme Ju­ tout ». Des « trucs » pour déstabili­ emporte le tout. Un petit scoop par Louise Ekland.
est orienté en filière commerce, visiblement, il a fallu que « Joe » liette et Tahina –, Coralie , en lycée ser un prof à l’impossibilité d’en révélé au détour d’une phrase, un
avant de tout plaquer et d’obtenir joue sur son lien privilégié avec lui professionnel , et William, qui évo­ parler « aux parents », chaque rendez­vous, une sidérante pres­ Canal+
une licence des métiers du sport. pour le convaincre de retourner que ses phobies scolaires. évocation rapproche acteur et tation de Cassandre… s’ils ne mar­ 21.05 Beaux-parents
Il entraîne Omar Sy par hasard. Le en cours. Il se rend à reculons dans élèves. Les jeunes ressortent de chent pas droit, de toute évi­ Film d’Hector Cabello Reyes.
succès d’Intouchables va le propul­ la salle d’étude où l’attendent Des jeunes regonflés « à fond » l’expérience regonflés « à fond ». dence, ces jeunes avancent.  Avec Josiane Balasko, Didier
ser dans le monde des people. Ses Ayoub, en terminale commerce, Les maux de ventre avant les Gad Elmaleh confie regretter de catherine pacary Bourdon, Bénabar (Fr., 2019, 84 min).
élèves se nomment Marina Foïs, arrivé seul d’Algérie il y a deux ans cours, les migraines, les chutes de ne pas avoir plus étudié à leur âge. 22.25 Les Crevettes pailletées
Leïla Bekhti, Philippe Lacheau, – ce qu’il explique dans un français tension, Gad les a connus à Casa­ Un regret que l’on retrouve chez Les Cancres, d’Edouard Jacques, Film de Maxime Govare et Cédric
Kanye West et… Gad Elmaleh. impeccable –, Margaux, 17 ans, en blanca (Maroc), lorsqu’il était ren­ le second invité de la soirée, Alex Badin (Fr., 2020, 2 × 35 min). Le Gallo. Avec Nicolas Gob,
Alban Lenoir, Geoffrey Couët
(Fr., 2019, 105 min).

France 5

Derrière l’humour, l’ironie rageuse de « Wadjda » 20.50 La Grande Librairie


Magazine présenté par
François Busnel.
Cet historique premier long­métrage saoudien, réalisé par Haifaa Al­Mansour, est une comédie teintée d’amertume 22.25 C dans l’air
Magazine présenté par
Caroline Roux.

ARTE propagande à la gloire du régime ? Si l’on en sort étourdi, c’est qu’on baskets. Sur le chemin entre l’école tiquiers, des employés de la capi­ Arte
MERCREDI 1ER - 20 H 55 Wadjda n’est rien de tout cela. vient d’être submergé par un flot et la maison, son regard est attiré tale saoudienne. L’absence de sal­ 20.55 Wadjda
FILM Lors de sa première projection in­ d’informations, d’intuitions, aux­ par une bicyclette, dont l’usage est les de cinéma en Arabie saoudite a Film d’Haifaa Al-Mansour. Avec
ternationale, à Venise en septem­ quelles on n’était pas préparé. En­ interdit aux filles. Les efforts dé­ au moins une conséquence heu­ Waad Mohammed, Reem Abdullah,

Q ue peut­on attendre
d’un film surgi du dé­
sert ? Cent sept ans après
le premier long­métrage
de l’histoire du cinéma (The Story
bre 2012, le public a été saisi par
la maîtrise du style, par l’accessi­
bilité de l’histoire et la grâce de ses
interprètes, sans parler de celle de
la réalisatrice, Haifaa Al­Mansour.
core moins à ce que cette vision
du quotidien d’une famille de
Riyad se présente sous cette forme
charmante, séduisante.
sespérés de la fillette pour en faire
l’acquisition sont mis en scène
avec un humour tranquille dans
lequel on peut sans doute discer­
ner une ironie rageuse.
reuse. Puisque le film ne sera ja­
mais exploité, la réalisatrice n’est
pas contrainte à la gymnastique
imposée à ses collègues iraniens,
qui ne peuvent filmer les femmes
Ahd (Ar. saoudite, 2012, 98 min).
22.30 L’islam au féminin
Documentaire de Nadja Frenz
(All., 2019, 60 min).

of Kelly Gang, réalisé en Australie), Wadjda est une comédie teintée Bicyclette interdite aux filles Parallèlement, on découvre la tête nue, et doivent limiter les con­ M6
Wadjda arrive d’un pays, l’Arabie d’amertume, qui raconte le choc On découvre Wadjda (Waad mère de l’enfant (Reem Abdullah), tacts entre hommes et femmes.  21.05 Top Chef
saoudite, qui n’avait jamais pro­ entre une petite fille rebelle, sur le Mohammed) à l’école, dans un qui affronte tant bien que mal thomas sotinel Emission de télé-réalité présentée
duit de film, pas plus qu’on ne l’y point de devenir femme, et un groupe de fillettes vêtues de lon­ l’annonce du second mariage de par Stéphane Rotenberg.
en regarde. Que pouvait­on atten­ ordre établi qui n’a pas prévu gues robes noires, la tête décou­ son époux. On voit aussi, en arriè­ Wadjda, d’Haifaa Al­Mansour. 23.35 Top Chef : les grands duels
dre en fait de ce premier film ? Une d’autre place pour elle que celle verte. Elles sont chaussées de sou­ re­plan, une campagne électorale Avec Reem Abdullah (Ar. saoud., Jeu présenté par Stéphane
expérience brute ? Une œuvre de d’épouse et de mère. liers vernis, sauf Wadjda, qui est en locale, la vie quotidienne des bou­ 2012, 98 min.) Rotenberg et François-Régis Gaudry.

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Pour manger vite fait et souvent SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 078
PAR PHILIPPE DUPUIS
mal fait. II. Elargit et affranchit.
III. Nécessaire, voire indispensable.
N°20­078 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
Prépare le soulèvement. IV. Remplace 75707 Paris Cedex 13. Tél. : 01-57-28-20-00
6 5 8 7 2 9 3 4 1

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 la parole par le geste. Darjeeling, pe- 9 3 4 6 1 5 7 2 8 Abonnements par téléphone : de France 3289
2 1 7 8 3 4 9 5 6 (Service 0,30 ¤/min + prix appel) ; de l’étranger :
koe ou matcha. Semblable. V. Avance
I 1 8 3 6 2 9 5 1 8 7 4 (33) 1-76-26-32-89 ; par courrier électronique :
avec le temps. Aux bouts de l’avenue. 5 7 1 3 4 8 6 9 2 abojournalpapier@lemonde.fr.
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
II Possessif. Droits dans les bottes. 5 3 7 8 4 9 2 6 7 1 3 5

VI. Se retrouvent en séance. Gouffre. 7 2 5 1 8 3 4 6 9 Courrier des lecteurs


1 9 6 4 7 2 5 8 3 Par courrier électronique :
III VII. Point. Déchira en surface. 4 5 4 8 3 5 9 6 2 1 7 courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
VIII. Prépare rapidement au travail. Médiateur : mediateur@lemonde.fr
IV Prépare nos repas de demain. Porteur
2 Facile
Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
à ménager. IX. Fait passer le beau 3 1 8 2 Complétez toute la
Emploi : www.talents.fr/
V grille avec des chiffres
avant le reste. Laissera des traces au Collection : Le Monde sur CD-ROM :
allant de 1 à 9.
VI passage. X. Nous comptent et nous 2 4 Chaque chiffre ne doit CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
recomptent. être utilisé qu’une Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
VII 4 7 3 6 seule fois par ligne,
VERTICALEMENT La reproduction de tout article est interdite

VIII 1. Travaille souvent pour la revue. 8 9 6 2 5 7 par colonne et par


carré de neuf cases.
sans l’accord de l’administration. Commission
paritaire des publications et agences de presse
2. Qui risque d’ouvrir de nombreuses Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget) n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX contestations. 3. Bien amochée. Avec
la part de Bercy. 4. Distributrice de sé-
X
ries. Sortie du Chaos avec Eros. Inter-
jection. 5. Grande page d’histoire. Lé-
Présidente :
ger et gazeux. 6. Se jette en mer du Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 077 Nord. Adeptes et partisans. 7. Coloni- 80, bd Auguste-Blanqui,
sé par les mormons. Longue distance. 75707 PARIS CEDEX 13
HORIZONTALEMENT I. Emoustillant. II. Tourière. Nao. III. Ruisseaux. Il. Tél : 01-57-28-39-00
8. Retrouve dans sa tête. Donné par le Fax : 01-57-28-39-26
IV. Alésa. Epte. V. Nus. Liions. VI. GR. Déboule. VII. Lassa. Nin. Or. hautbois. 9. Piégée. Tête de goût. Per-
L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
VIII. Est. Lins. Ode. IX. Usuelle. Aven. X. Reclassement. sonnel. 10. Cours d’Europe orientale. 93290 Tremblay-en-France
Aussi dangereux à prendre qu’à ra- Montpellier (« Midi Libre »)
VERTICALEMENT 1. Etrangleur. 2. Moulurasse. 3. Ouïes. Stuc. 4. URSS.
OS. El. 5. Sisal. Alla. 6. Tee. Id. Ils. 7. Iraniennes. 8. Leu. Obis. 9. Xénon.
masser. 11. Entre les mains du carrier. Retrouvez notre hors-série Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
AM. 10. An. PSU. Ove. 11. Naît. Loden. 12. Tolérèrent.
Forme d’avoir. 12. Apportent allure et
élégance.
sur boutique.telerama.fr durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
28 | disparitions 0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020

Henri Tincq
Ancien journaliste au « Monde »

L’
information religieuse contestataires – à propos du céli­ où son travail le conduit. Au cours
est en deuil. Avec Henri bat des prêtres ou de l’ordination de l’hiver 2008, il effectue un re­
Tincq, qui a été em­ des femmes – hérissaient la hié­ portage en Russie quand on lui an­
porté le 29 mars, à l’âge rarchie catholique, Tincq donne nonce qu’il peut être greffé d’un
de 74 ans, par le Covid­19, elle perd l’impression de baigner dans rein à Poitiers. Aussitôt s’engage
incontestablement l’une de ses « l’institution ». Il fait partie de ces une course contre la montre pour
plumes les plus respectées. Chro­ chrétiens sociaux, formés dans lui permettre de rejoindre cet hô­
niqueur au Monde de 1985 à 2008, l’esprit du concile Vatican II, en pital. L’opération, réalisée de jus­
puis dans le média en ligne parfaite adéquation avec l’enga­ tesse, réussit. Et c’est un journa­
Slate.fr, ce journaliste engagé a gement de l’Eglise en faveur des liste plus dynamique que jamais
publié d’innombrables articles et pauvres ou des immigrés. qui recommence à arpenter le
reportages, mais aussi une quin­ La confiance dont il jouit auprès monde… et à s’étendre dans Le
zaine d’ouvrages de référence, des responsables catholiques lui Monde. Malheureusement, ce
consacrés pour la plupart au ca­ ouvre toutes les portes. Le maga­ n’est qu’un répit d’une dizaine
tholicisme. zine critique Golias voit ironique­ d’années. Les dialyses reprennent,
Un père menuisier, une mère ment en lui « le 111e évêque de avec leurs contraintes. Ces derniè­
institutrice. Et une « Sainte­ France »… Sa proximité avec le car­ res semaines, Henri Tincq espérait
Mère » omniprésente dès sa nais­ dinal Lustiger, auquel il consa­ pouvoir être greffé de nouveau
sance, le 2 novembre 1945, à Fou­ crera un livre plein d’empathie, ne quand le Covid­19 l’a atteint.
quières­lès­Lens, dans le Pas­de­ passe pas inaperçue. Il sera même
Calais. Le petit Henri sert la messe l’un de ceux qui accompagneront Désarroi
dominicale, suit le catéchisme du l’archevêque de Paris dans ses En quelques décennies, tout a
jeudi au presbytère, fait du foot au derniers moments. changé dans l’Eglise comme dans
patronage, participe aux colonies Henri Tincq est un travailleur la société. C’est une autre France
de vacances paroissiales et aux infatigable, passionné par son su­ devant laquelle le journaliste se
pèlerinages à Lourdes. Cette jet, anxieux, scrupuleux, capable retrouve. Les messes, comme les
Eglise dans laquelle il apprend la de remplir à lui seul plusieurs co­ séminaires, attirent de moins en
vie, l’amitié, l’amour du prochain, lonnes de texte par jour. La place moins de monde, tandis que l’ac­
l’engagement, le sens du devoir, occupée par la rubrique reli­ tualité religieuse est dominée par
une certaine idée de l’homme et gieuse au Monde lui paraît les attentats islamistes, le port du
de sa dignité est alors pour lui le d’autant plus insuffisante que voile ou les actes antisémites. Le
centre du monde. « Elle se confon­ celle­ci s’est élargie : elle ne se li­ mariage pour tous est adopté, et En 2012. LEA CRESPI/PASCO
dait avec ma famille, dira­t­il avec mite plus au christianisme. A par­ l’on débat déjà de la gestation
le recul. Elle était ma famille. » tir de 1986, le bandeau « Reli­ pour autrui…
Licencié en lettres modernes, di­ gion » est devenu « Religions ». En 2018, Henri Tincq publie La intégriste, qui passait alors pour 2 NOVEMBRE 1945 tinuent d’être actifs dans la vie
plômé de l’Ecole supérieure de Cela correspond d’ailleurs à l’évo­ Grande Peur des catholiques de une petite secte, n’a cessé de pros­ Naissance à Fouquières-lès- des paroisses et des associations,
journalisme de Lille et de l’Insti­ lution personnelle de cet enfant France (Grasset). Un titre trom­ pérer, et de nouveaux groupes Lens (Pas-de-Calais) se battent pour la réinsertion des
tut d’études politiques de Paris, du pays minier, élevé dans le gi­ peur, car il s’agit du plus engagé conservateurs s’y sont agrégés. 1972-1985 Journaliste chômeurs, l’accueil des réfugiés
Henri Tincq est bien placé pour ron de l’Eglise catholique, qui ne et du plus personnel de ses livres. Le chroniqueur religieux du à « La Croix » ou le soutien des mal­logés.
entrer à La Croix en 1972. Il y diri­ cesse de découvrir d’autres hori­ « Je ne reconnais plus mon Monde avait suivi avec passion 1985-2008 Chroniqueur Mais à force de parler de l’Eglise,
gera successivement le service so­ zons, à commencer par le protes­ Eglise », écrit­il d’emblée. Suivent « le pontificat solaire de Jean religieux au « Monde » on oublie qu’Henri Tincq, qui
cial, le service politique et le ser­ tantisme et l’orthodoxie. 200 pages douloureuses dans Paul II, ce curé du monde qui avait 2018 Publie « La Grande avait fait ses armes dans les rubri­
vice religieux. A Bayard Presse, En 1987, il accompagne des lesquelles ce catholique meurtri contribué à la chute du commu­ Peur des catholiques ques sociales et politiques, était
qui appartient à la congrégation membres de l’Amitié judéo­chré­ exprime son désarroi, tout en fai­ nisme, œuvré à la réunification de de France » (Grasset) un journaliste complet, capable
des assomptionnistes, il est en tienne à Auschwitz, et c’est un sant un acte de contrition qui l’Europe, défendu les libertés et les 29 MARS 2020 Mort d’aborder tous les sujets avec le
quelque sorte doublement chez choc. Dès lors, il s’intéressera non l’honore. Il admet n’avoir pas pu droits de l’homme ». Mais une à Villeneuve-Saint-Georges même talent. Y compris le foot­
lui : une famille dans la famille… seulement à la Shoah, mais à l’is­ voir à temps la triple crise que douzaine d’années après les obsè­ (Val-de-Marne) ball : lors de la Coupe du monde
Autant dire qu’il hésite beaucoup lam, au bouddhisme, à toutes les traverse sa « famille » : une crise ques grandioses du « pape polo­ 1998, le service sportif du quoti­
à quitter ce groupe catholique formes de spiritualité… La rubri­ de moralité, une crise de gouver­ nais », il se sent obligé de rééva­ dien, qui manquait de reporters,
quand Le Monde fait appel à lui que religieuse connaît en même nance et une crise doctrinale. luer son bilan. avait fait appel à cet amoureux du
en 1985. Mais il saute le pas. temps un élargissement géogra­ L’année précédente, il s’est indi­ « Jean Paul II, constate­t­il, était RC Lens, devenu avec ses deux fils
phique, car Henri Tincq n’est pas gné du quasi­silence des évêques malade, mal entouré par des hom­ un fervent supporteur du PSG. Il
Le choc d’Auschwitz un journaliste de bureau : toujours à propos du second tour de l’élec­ mes qui lui cachaient la honteuse s’était aussitôt emparé du ballon
Rien n’oblige un informateur reli­ prêt à sauter dans un avion, il saisit tion présidentielle, alors que Ma­ réalité, il n’a pas pris la mesure du rond avec autant d’efficacité que
gieux à être croyant. Un bon jour­ toutes les occasions pour enquê­ rine Le Pen était aux portes du scandale des abus sexuels qui de passion. 
naliste peut parfaitement rendre ter aux quatre coins du monde. pouvoir. « Aujourd’hui, j’ai honte avait pourtant commencé. Il est à robert solé
compte de la manière dont telle Avec lui, le « s » de la têtière « Reli­ d’être catholique », écrit­il dans l’origine de cette sorte de glacia­
ou telle communauté vit sa foi, gions » est amplement justifié. Slate.fr le 28 avril 2017. La candi­ tion de l’Eglise sur le plan discipli­ [Henri Tincq faisait partie de ces grands
sans partager celle­ci. Henri Même ses ennuis de santé ne le date d’extrême droite recueille les naire, doctrinal et moral qui l’a rubricards qui ont fait la réputation du
« Monde ». Par sa passion et son profes-
Tincq, pour sa part, est viscérale­ freineront pas. Une insuffisance voix de 38 % des pratiquants. rendue peu apte à affronter les tu­ sionnalisme, il était un symbole des va-
ment chrétien, comme l’avait été rénale, qui avait coûté la vie à sa Henri Tincq constate la droitisa­ multes d’aujourd’hui. » leurs et de l’histoire de notre journal. En
en son temps Henri Fesquet mère et à sa sœur, le contraint à su­ tion de l’Eglise de France et s’en Le centre de gravité de l’Eglise ces circonstances particulièrement dou-
(1916­2011), titulaire pendant de bir continuellement des dialyses. veut d’avoir sous­évalué, trente s’étant déplacé vers la droite, loureuses, nous adressons nos pensées à
son épouse, ses enfants, ses proches, et à
longues années de la même rubri­ Qu’à cela ne tienne : il s’arrange ans plus tôt – même s’il n’était pas Henri Tincq se retrouve lui­même toutes celles et ceux qui, l’ayant croisé au
que du Monde. Mais, contraire­ pour organiser ces séances dans le seul –, le mouvement conduit « catho de gauche ». Sa consola­ cours de sa carrière, resteront marqués
ment à Fesquet, dont les idées les villes, françaises ou étrangères, par Mgr Marcel Lefebvre. Ce noyau tion, ce sont ces militants qui con­ par son exemple et son souvenir. J. Fe]

Jean­François Cesarini
Député LRM du Vaucluse

D
e sa maladie, il ne ca­ contribué à créer et dont il était République « salue un homme de qui a lui­même quitté La Républi­
chait rien. « Peut­être devenu l’animateur le plus mé­ conviction ». Jean­François Cesa­ que en marche en février 2019.
que je serai mort à la diatique. Cet homme souriant, au rini faisait partie de ceux, nom­ « Notre ami, notre frère d’armes,
fin du mandat, donc ça verbe volontiers acéré et à l’ac­ breux dans la majorité, qui de­ notre rebelle à nous (…). C’est de
me fait rire », répondait le député cent du Vaucluse répondait systé­ mandaient le retrait de la mesure l’au­delà que tes combats vont se
Jean­François Cesarini au journal matiquement aux sollicitations d’âge pivot du projet de loi retraite. faire entendre. Compte sur nous ! »,
L’Opinion qui l’interrogeait, en des journalistes pour faire enten­ Il militait pour que le gouverne­ promet encore sur Twitter San­
janvier, sur le fait que sa liberté de dre leur voix souvent dissidente ment prenne en compte l’espé­ drine Mörch, députée de Haute­
parole pourrait le priver de réin­ face aux choix du gouvernement. rance de vie en bonne santé pour Garonne et autre membre du
vestiture par La République en « On s’est marrés bien des fois fixer l’âge de départ à la retraite. Collectif social­démocrate.
marche (LRM) en 2022. L’élu du quand tu faisais des duplex pour Diplômé de philosophie, Jean­
Vaucluse est mort, dimanche les chaînes d’info depuis le centre « Notre rebelle à nous » François Cesarini avait repris l’af­
29 mars, à l’âge de 49 ans. La con­ anticancer, sans que personne ne « Il apportait à notre majorité un En janvier. ALAIN JOCARD/AFP faire familiale dans l’immobilier,
séquence d’un cancer qui l’avait soupçonne la perfusion hors ca­ regard parfois critique, jamais mé­ mais c’est en passionné de culture
surpris alors même qu’il allait dre », se souvient le député Mat­ diocre », a salué dans un Tweet et de vie politique qu’il a vécu. Na­
être élu député, en juin 2017. Au thieu Orphelin dans un long texte Gilles Le Gendre, président du 30 SEPTEMBRE 1970 dance Rocard puis Strauss­Kahn, tif d’Avignon, dont il est devenu le
moment où il découvrait les cou­ qu’il lui a consacré dimanche. « Tu groupe LRM à l’Assemblée, à Naissance à Avignon s’était engagé. député, il aimait la scène. Il s’est
loirs du Palais­Bourbon, il enta­ resteras notre étendard, notre por­ l’image des nombreux homma­ 2017 Elu député de Jean­François Cesarini faisait produit sur les planches du célè­
mait ses traitements de chimio­ te­drapeau constructif », écrivent ges que lui ont réservés ses collè­ la première circonscription partie de ceux qui imaginaient bre festival, notamment en 2019,
thérapie, et a, depuis, mis un les membres du collectif dans un gues. Bien des fois, pourtant, ses du Vaucluse qu’il fallait un groupe parlemen­ quand il avait donné une lecture
point d’honneur à continuer à communiqué. sorties ont agacé dans la majorité, 29 MARS 2020 Mort taire à part pour l’aile gauche de la de L’Etranger, de Camus. « C’est ab­
concilier combat politique et « Son intégrité, ses engagements depuis qu’il avait, avec d’autres, à Marseille majorité, tout en restant fidèle au surde ta disparition, écrit la dépu­
lutte contre la maladie. et sa liberté d’esprit manqueront au proposé une hausse progressive président de la République. tée LRM Delphine Bagarry, sur
Ces derniers jours encore, il débat parlementaire de notre na­ de la CSG, ce qui, selon ses collè­ « Nous avions prévu d’écrire la Twitter. C’est absurde, je te le disais
échangeait avec les membres du tion », a souligné l’Elysée dans un gues, allait contre le programme suite ensemble. Sois sûr d’une et tu rigolais. Tu me répondais : “Je
Collectif social­démocrate, l’aile communiqué publié lundi, dans d’Emmanuel Macron derrière chose, nous l’écrirons pour toi », me révolte donc nous sommes”. » 
gauche de la majorité, qu’il avait lequel le président de la lequel cet ancien socialiste, ten­ écrit encore Matthieu Orphelin, manon rescan
IDÉES
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 | 29

Claude Le Pen En 2007, la France


avait su mettre au point un
dispositif de protection
très ambitieux
contre les pandémies
Le professeur spécialiste de l’économie
de la santé décrit la chaîne de décisions
politiques et économiques qui a conduit

L
a pandémie de coronavirus, à abandonner progressivement « stratégiques », à vocation nationale, dé­ tions, exprimées par le sénateur Delat­
d’ampleur totalement inédite, a
pris de court la plupart des pays.
un dispositif efficace, mis en place tenus par l’Etat, avec l’Eprus, et les stocks
dits « tactiques », confiés aux établisse­
tre, qui s’inquiétait en 2015 du projet de
fusion. Que va peser le « petit » Eprus – et
Peu d’entre eux étaient prêts à
encaisser une vague épidémique
après l’épidémie de grippe aviaire ments de santé pour couvrir en priorité
des besoins locaux. Sans que ce soit né­
ses 30 collaborateurs – dans les 500 per­
sonnes de Santé publique France ? Com­
majeure. Il en existe pourtant au cessairement une mauvaise idée, cela a ment faire cohabiter des cultures institu­
moins un qui avait su mettre au point un fragmenté le dispositif. Les masques chi­ tionnelles très différentes entre les logis­
dispositif de protection très ambitieux rurgicaux relèvent désormais des stocks ticiens de l’Eprus et les chercheurs en
contre des pandémies de cette ampleur. stratégiques, financés par l’Eprus, alors santé publique du reste de l’institution ?
Et ce pays c’est… la France de 2007 ! que les masques FFP2 sont inclus dans L’Eprus ne risque­t­il pas de perdre en
Malheureusement, ce dispositif a été les stocks tactiques, financés par des hô­ agilité et en capacité de réponse rapide ?
progressivement désarmé pour diverses pas de le faire savoir : « Nous poursuivons pitaux, eux­mêmes soumis à une très Le regroupement n’aurait­il pas un effet
raisons. Retour sur un épisode et une nos efforts de préparation à la survenue forte pression budgétaire. On a certaine­ de réduction budgétaire, sous prétexte
institution peu connue de notre histoire d’une éventuelle pandémie, grâce à la ment perdu de la lisibilité dans cette ré­ de mutualisation des dépenses de fonc­
récente, l’établissement de préparation constitution de stocks de masques et de forme. tionnement ?
et de réponse aux urgences sanitaires vaccins. Nous serions, d’après certains ob­ Outre ces questions économiques, la D’où les deux recommandations prin­
(Eprus). A la suite de l’épidémie de grippe servateurs, parmi les pays les mieux prépa­ crise due au H1N1 a poussé à une ré­ cipales qu’il formule : d’abord, préserver
aviaire (H5N1) de 2006 et à l’initiative du rés au monde. » Son successeur Olivier flexion sur la gouvernance du système de une certaine autonomie des fonctions
sénateur Francis Giraud (1932­2010), le Véran aurait du mal à tenir le même dis­ réponse aux crises sanitaire. Le ministère de réponse aux crises sanitaires actuelle­
gouvernement de l’époque a fait adopter, cours avec son stock d’Etat réduit à de la santé a toujours confiné l’Eprus ment assumées par l’Eprus au sein de la
en mars 2007, une loi au titre prémoni­ 120 millions de masques chirurgicaux et dans une simple fonction logistique, sans nouvelle agence ; ensuite, réaliser la fu­
toire : « Loi relative à la préparation du à zéro masque FFP2 ! aucune marge d’autonomie. La conven­ sion à « coût constant » et stabiliser, en
système de santé à des menaces sanitai­ Comment est­on passé de la pléthore à tion­cadre avec l’Etat précise que celui­ci volume, pour les trois années à venir, le
res de grande ampleur ». la pénurie ? L’événement majeur est, à ne peut réaliser aucune opération d’ac­ niveau des subventions versées par l’Etat
Elle comportait deux dispositions es­ mon sens, la crise du H1N1 de 2008­ quisition de produits de santé sans en et l’Assurance­maladie. Les craintes du
sentielles. D’abord, la création du fameux 2009. Au­delà des critiques politiques vi­ avoir préalablement reçu l’ordre par le sénateur Delattre étaient­elles justi­
corps de réserve sanitaire, sur lequel on rulentes et souvent injustes adressées à ministre chargé de la santé. fiées ? Il est encore trop tôt pour le dire,
ne s’attardera pas ici, et, ensuite, celle la ministre de l’époque, Roselyne Bache­ LE BUDGET l’heure n’est pas encore au bilan de cette
d’un nouvel établissement public, l’éta­
blissement de préparation et de réponse
lot, elle a fait naître dans une partie de la
haute administration de la santé le senti­
DE L’ÉTABLISSEMENT Plusieurs interrogations
C’est un point qui a cristallisé les criti­
intégration, mais certains points inquiè­
tent toutefois.
aux urgences sanitaires (Eprus), dont la ment d’en avoir trop fait, d’avoir sures­ DE PRÉPARATION ques de la Cour des comptes : « Prises Le rapport d’activité de Santé publique
mission principale était « l’acquisition, la timé la crise et, finalement, d’avoir inuti­ dans le climat d’urgence où s’est dévelop­ France de 2018, dernier paru, traite de
fabrication, l’importation, le stockage, la lement gaspillé des fonds publics au pro­ ET DE RÉPONSE pée la gestion de la lutte contre la menace toute une série de questions importan­
distribution et l’exportation des produits fit des laboratoires pharmaceutiques. de grippe H1N1, ces nombreuses et subs­ tes de santé publique (salmonellose, Nu­
et services nécessaires à la protection de la L’horreur ! La Cour des comptes a estimé
AUX URGENCES tantielles interventions du ministre triscore, maladies nosocomiales, tabac,
population face aux mesures sanitaires à près de 450 millions d’euros l’ensemble SANITAIRES EST PASSÉ chargé de la santé et de son cabinet ont rougeole, VIH, noyades, vague de cha­
graves », y compris bien sûr les vaccins et des dépenses d’achat spécifiquement considérablement restreint le champ des leur de l’été 2018, etc.), mais pas de mena­
les fameux masques chirurgicaux et liées à la lutte contre la grippe H1N1, y DE 281 MILLIONS responsabilités et les marges de ces virales. La question est expédiée en
FFP2 ! La crise H5N1 avait en effet mis en compris une indemnisation de 48,5 mil­ manœuvre dont disposait l’Eprus pour deux courts paragraphes sur la « straté­
évidence diverses faiblesses dans la ré­ lions due aux laboratoires pour rupture
D’EUROS EN 2007 conduire et conclure les négociations gie de lutte contre une pandémie grip­
ponse logistique de l’Etat. unilatérale de contrat. À 25,8 MILLIONS dont il était chargé en titre. » pale », qui se contentent de rappeler que
Les moyens dévolus à cette toute petite En clair, le gouvernement aurait mieux les vaccins antigrippaux, dont la compo­
structure (17 agents en 2007 et 30 Réductions drastiques EN 2015 fait de laisser l’Eprus négocier et contrac­ sition varie chaque année, ne se stockent
en 2015), cofinancée par l’Etat et l’Assu­ L’Etat s’est ainsi convaincu qu’une réduc­ ter avec les fournisseurs plutôt que de pas et que les stocks « stratégiques »
rance­maladie, étaient considérables. On tion de la voilure était nécessaire, nouer des contacts directs et de négocier d’antiviraux sont suffisants. Et de con­
ne résiste pas à l’envie de citer l’inven­ d’autant que le déficit de la Sécurité so­ des contrats juridiquement faibles, dé­ clure : « C’est donc un statu quo que pré­
taire estimé à un milliard d’euros qu’en ciale avait atteint ces années­là des re­ pourvus par exemple de clause de révi­ conisent les experts. » Un peu court, et
fait l’exposé des motifs de la loi : 70 mil­ cords « abyssaux » : 27 milliards d’euros sion. La Cour, comme le rapport parle­ nul doute que les prochains rapports se­
lions de vaccins antivarioliques et autant en 2010 ! Le budget de l’Eprus a donc été mentaire du sénateur Jean­Jacques Jégou ront plus explicites quant aux fonctions
d’aiguilles, embouts et pipettes ; 81,5 mil­ drastiquement réduit, passant de en 2009, a recommandé d’accorder une de l’ex­Eprus au sein de l’Agence.
lions de traitements d’antibiotiques en 281 millions en 2007 – avant la crise H1N1 plus grande autonomie à l’Eprus, en dis­ On en est là aujourd’hui. Un mélange
cas d’attaque bioterroriste de charbon, – à 25,8 millions en 2015 (10,5 millions tinguant mieux les responsabilités poli­ complexe de considérations doctrinales,
peste ou tularémie ; 11,7 millions de trai­ pour l’Etat et 15,3 millions pour l’Assuran­ tiques de l’Etat et les responsabilités opé­ politiques, économiques, institutionnel­
tements antiviraux et 11,5 tonnes de subs­ ce­maladie) selon un rapport du sénateur rationnelles de l’agence. les, dont nous n’avons donné ici qu’un
tance active (oseltamivir) en cas de pan­ Francis Delattre. Parallèlement, les stocks Mais c’est une direction inverse qui va rapide aperçu, a conduit à démanteler un
démie grippale ; 285 millions de masques ont été considérablement réduits en ne être prise, avec la disparition pure et remarquable dispositif de préparation à
de filtration de type FFP2 et 20 millions renouvelant pas, par exemple, des mar­ simple de l’Eprus, qui est intégré en 2016 une crise sanitaire majeure conçu il y a
de boîtes de 50 masques chirurgicaux chés concernant des biens arrivés à leur dans le nouvel Institut national de pré­ treize ans par un sénateur visionnaire. A
(soit le milliard de masques après lequel date de péremption. Estimée à 992 mil­ vention, de veille et d’intervention en l’issue de la crise actuelle, l’Etat dispo­
le ministre de la santé, Olivier Véran, lions d’euros en 2010, la valeur du stock santé publique, plus connu sous son sera vraisemblablement d’un stock de
court aujourd’hui) ; 2 100 respirateurs et avait été réduite de moitié en 2014, à nom « commercial » de Santé publique produits de santé équivalent à celui de
bouteilles d’oxygène ; 20 équipements de 472 millions, avant la disparition de l’éta­ France. Il rejoignait ainsi l’Institut de 2007. Il faudra éviter que l’histoire se ré­
laboratoires d’analyse (automates PCR et blissement. veille sanitaire (InVS) et l’Institut pète. Il faudra reconstituer des stocks, re­
extracteurs ADN/ARN) ; 11 000 tenues de Par ailleurs, en 2011, un changement national de prévention et d’éducation nouveler des doctrines, redéfinir les res­
protection NRBC et accessoires. doctrinal de l’Etat a conduit à distinguer Claude Le Pen est professeur pour la santé (Inpes). ponsabilités et préserver dans la longue,
Lors de ses vœux à la presse, le 22 jan­ deux types de stocks pour les produits à l’université Paris-Dauphine, Sans à nouveau que ce soit nécessaire­ voire la très longue période, ce véritable
vier 2007, Xavier Bertrand, alors ministre médicaux de précaution (médicaments, où il dirige le master économie ment une mauvaise idée, cette intégra­ capital pour la santé publique. Cela ne
de la santé et des solidarités, ne manquait dispositifs, petit matériel), les stocks dits et gestion de la santé tion a fait naître quelques interroga­ sera pas le plus facile. 
0123
30 | idées MERCREDI 1ER AVRIL 2020

N’oublions pas
les autres malades
Afin d’assurer, pendant la crise due à l’épidémie de Covid­19,
une activité chirurgicale minimale pour traiter les cancers quée sont par exemple revenus au premier chirurgicale minimale pour les cancers et les
et les cas de transplantation urgente, quatre chirurgiens plan. La transplantation hépatique pose, par cas de transplantation urgente.
souhaitent la mise en place de structures hospitalières exemple, des problèmes spécifiques : raréfac­ Si, pendant cette phase de crise, l’ensemble de
tion des prélèvements d’organes en raison de l’attention est porté à la gestion des patients
sanctuarisées « Covid négatif » la suractivité en réanimation, manque de lits Covid +, il faut d’ores et déjà penser à l’après.
de soins intensifs pour la période postopéra­ Plusieurs problèmes sont à anticiper. La néces­
toire, réalisation d’un dépistage du Covid­19 sité d’une reprogrammation d’une consultation
chez le donneur et le receveur juste avant la d’anesthésie préopératoire (qui a souvent eu déjà
greffe qui se heurte à la disponibilité de la RT­ lieu avant la déprogrammation) doit aussi être

L’
PCR [technique servant aux tests] selon les sites envisagée, en raison de l’encombrement poten­
épidémie de Covid­19 a imposé une redis­ recrudescence de formes cliniques sévères et à la sensibilité de la technique chez les mala­ tiel des consultations d’anesthésie en sortie de
tribution majeure des moyens consacrés pouvant exposer à une surmortalité. des asymptomatiques. crise. Il existe également un risque de saturation
à l’activité chirurgicale, avec une diminu­ Les consultations classiques ou téléconsulta­ des blocs, des salles d’endoscopie, lié aux nom­
tion des lits d’hospitalisation et de soins tions devraient permettre de dépister les for­ Discuter des cas urgents entre médecins breux reports qui auront été réalisés, aux
critiques réorientés vers l’accueil des patients mes compliquées nécessitant un avis en ur­ La prise en charge des cancers notamment di­ nouveaux patients malades et aux équipes médi­
infectés. En outre, une proportion très im­ gence. Lorsqu’elles se présentent, les urgences gestifs pose plus de question. Le cancer comme cales et paramédicales qui seront exténuées de
portante des anesthésistes­réanimateurs et du chirurgicales doivent être prises en charge l’acte chirurgical sont considérés comme des ces semaines de lutte.
personnel non médical a été réaffectée pour la sans retard et de manière prioritaire. Le traite­ facteurs de risque de forme grave d’infection Il faut à tout prix éviter une deuxième vague
prise en charge des malades Covid­19 +. Cette ment médical de certaines pathologies peut au coronavirus et de décès. C’est pourquoi il ap­ de maladies graves non prises en charge suffi­
crise sanitaire sans précédent a donc un impact être une solution temporaire. Les antibioti­ paraît nécessaire de proposer des éléments de samment tôt, et commencer à hiérarchiser
majeur sur l’organisation des services de chirur­ ques seuls en cas d’appendicite non compli­ réflexion sur la prise en charge chirurgicale de des interventions à reprogrammer en priorité
gie. N’oublions pas les autres malades. En tant nos malades, afin que l’épidémie en cours n’af­ doit déjà faire l’objet de discussion au sein des
que chirurgiens digestifs, nous voulons rappor­ fecte pas, dans la mesure du possible, leur pro­ équipes pour préparer au mieux cette phase.
ter notre sentiment sur les affections que nous nostic. Les données actuelles laissent penser Les hôpitaux universitaires vont proba­
soignons tous les jours, mais nous sommes per­ que plusieurs mois vont être nécessaires pour blement être saturés de patients et des trans­
suadés que les difficultés que nous évoquons traiter les patients ayant une pneumopathie ou ferts de pathologies simples pourront être pro­
sont observées dans d’autres spécialités. une détresse respiratoire aiguë. Si quelques se­ posés dans des structures privées ou à but non
La totalité des interventions pour pathologie IL EXISTE DES maines de délai sont sans danger pour la plu­ lucratif Covid négatif. 
bénigne (hernie, ablation de la vésicule biliaire, part des patients, il existe des urgences onco­
hémorroïdectomie, prothèse de hanche…) a été
URGENCES AVEC UNE logiques relatives avec une potentielle perte
reportée avec un impact modéré sur la qualité POTENTIELLE PERTE DE de chance en cas de retard prolongé. Peu de
de vie des patients. Elles doivent toutes faire cancers, notamment digestifs, peuvent atten­
l’objet d’une traçabilité et les patients doivent CHANCE EN CAS DE dre plus de deux mois.
continuer d’être suivis pendant la crise. Faire attendre certains patients avec une Pierre Cattan, professeur de chirurgie di-
Depuis le début de l’épidémie, les urgences RETARD PROLONGÉ. chimiothérapie peut également être associé à gestive à l’hôpital Saint-Louis, AP-HP, Paris ;
chirurgicales (appendicite, occlusion…) dans les PEU DE CANCERS, des complications liées à la tumeur, au trai­ Jérémie Lefevre, professeur de
hôpitaux publics semblent s’être raréfiées. Les tement lui­même ou au Covid­19. Tous ces chirurgie digestive à l’hôpital Saint-Antoine,
raisons peuvent en être multiples : transfert NOTAMMENT cas doivent être discutés en réunion multi­ AP-HP, Paris ; Yann Parc, professeur
vers des centres privés ou PSPH (établisse­ disciplinaire avec oncologues, chirurgiens, ra­ de chirurgie digestive à l’hôpital
ments de santé privés à but non lucratif), retard DIGESTIFS, PEUVENT diothérapeutes, et être colligés. La mise en Saint-Antoine, AP-HP, Paris, président du
ou non­consultation en raison du confine­
ment et/ou peur de se déplacer à l’hôpital.
ATTENDRE PLUS place de plusieurs structures hospitalières
sanctuarisées « Covid négatif » pourrait per­
Syndicat des hôpitaux de Paris ; Olivier
Soubrane, professeur de chirurgie digestive
Cette situation pourrait être à l’origine d’une DE DEUX MOIS mettre pendant la crise d’assurer une activité à l’hôpital Beaujon, AP-HP, Clichy

Un « Grenelle du Covid-19 » pour préfigurer la société d’après


Neuf universitaires, dont les philosophes servatif, et leur difficile adoption par la po­ (environnemental, médical, caritatif, édu­
Dominique Bourg et Frédéric Worms, appellent pulation. Quelles habitudes devrons­nous catif, culturel, etc.), responsables politi­
les acteurs de la vie politique, scientifique et ou pourrons­nous changer pour vivre du­ ques nationaux et locaux, ainsi que les
rablement avec le Covid­19 ? L’Etat déploie scientifiques et soignants. Bernadette Bensaude-Vincent,
de la société civile à se concerter « virtuellement » déjà des mesures destinées à protéger l’éco­ Ce « Grenelle du Covid­19 » aura deux philosophe des sciences
nomie et la population. Les choix politi­ mots d’ordre : efficacité et transparence. et technosciences, professeure
ques effectués dans l’urgence devront évo­ Efficacité car nous avons quelques semai­ émérite à l’université Paris 1

C
luer pour refléter les attentes de la nation. nes avant que les conséquences du Panthéon-Sorbonne ; Dominique
omme désormais une partie de la Les effets collatéraux d’un confinement confinement ne deviennent insupporta­ Bourg, philosophe, université de
population mondiale, les Français long sont nombreux : dégâts économi­ bles pour le plus grand nombre. Trans­ Lausanne ; François Buton,
sont confinés. Plus les jours, plus ques, psychologiques, inégalités éducatives parence car la démocratie a besoin politiste, CNRS ; Simon Fellous,
les semaines passent, et plus les im­ et sociales. S’adapter au virus et affronter d’informations partagées, fiables et véri­ écologue et évolutionniste, Institut
plications dramatiques du confinement, l’ensemble de ces difficultés implique de fiées. Nous n’aurons pas le temps de national de recherche pour l’agri-
tant sociales qu’économiques, apparais­ réunir savoirs scientifiques, données de produire des estimations quantitatives fi­ culture, l’alimentation et l’environ-
sent et font débat. Les mesures prises par terrain et invention de pratiques nouvelles. nes. Mais nous pouvons identifier les nement (Inrae) ; Alain Grimfeld,
le gouvernement français pour répondre à grands enjeux sur lesquels notre nation professeur honoraire de médecine,
l’urgence et lisser le pic de l’épidémie ne Efficacité et transparence doit se repositionner. président du Comité de la préven-
pourront durer plus de quelques semai­ Dessiner l’après­confinement requiert la Le forum, ou Grenelle, que nous appe­ tion et de la précaution et prési-
nes, au risque de devenir intenables. Or les rencontre (virtuelle !) de la médecine et de lons ici, répond à une urgence, celle de la dent d’honneur du Comité consul-
scientifiques sont unanimes : à défaut de la recherche avec les associations et toutes pandémie de Covid­19. Mais au­delà de tatif national d’éthique ; Mourad
remède miracle, il nous faudra affronter ce les organisations qui représentent la so­ cette crise sanitaire, ce forum virtuel doit Hannachi, chargé de recherche
virus et réguler sa transmission pendant ciété dans sa diversité. Il faut inventer des répondre à la crise écologique et sociale. en sciences de gestion à l’Inrae ;
des mois, voire des années. solutions pour demain, évaluer leur effica­ Les zoonoses se multiplient, les maladies Albane Loiseau, ingénieure
Comment vivre durablement avec ce vi­ cité contre la maladie et leurs effets collaté­ infectieuses s’étendent, cette crise ne sera en environnement, fondatrice
rus ? Nous devons identifier et débattre raux. Nous devrons les comparer aux me­ pas la dernière. Ce forum préfigurera la d’Ekores, cabinet de conseil ;
des options pour concilier ces menaces sures actuelles et fournir les clés pour société d’après le Covid­19 : une démo­ Serge Morand, écologue
QUELLES avec les valeurs démocratiques. orienter les choix à venir. Ils seront autant cratie où science et politique dialoguent, de la santé au CNRS et au Centre
Certains choix techniques sont évidents, économiques et techniques que politi­ où les intérêts à court terme ne priment de coopération internationale en
HABITUDES par exemple le recours massif aux mas­ ques. Une large consultation de la société pas sur le long terme. recherche agronomique pour le
ques et aux tests, mais, par ailleurs, nous civile, qui dépasse les seuls conseils d’ex­ Nul ne peut dire quand nous pourrons développement (Cirad) ; Frédéric
DEVRONS-NOUS manquons de visibilité. Cependant que perts auprès du gouvernement, est indis­ sortir du confinement. Pourtant, nous Worms, philosophe, professeur,
OU POURRONS- ferons­nous des résultats des tests ? Affec­ pensable. La transparence absolue de cette avons besoin d’espoir. L’espoir d’un ave­ directeur adjoint de l’Ecole
teront­ils nos libertés individuelles, sortir concertation s’impose pour garantir la nir choisi pour tenir, tenir jusqu’à la se­ normale supérieure (ENS).
NOUS CHANGER dans la rue par exemple ? Stopper la trans­ confiance de la population. maine prochaine, jusqu’au mois pro­
mission d’un virus peut s’appuyer sur de Nous appelons donc à préparer une sor­ chain. Notre parole n’est pas confinée.
POUR VIVRE nouvelles pratiques et habitudes. tie de confinement impliquant tous les ac­ Préparer collectivement l’avenir, s’affran­
DURABLEMENT L’histoire récente, celle de l’épidémie de teurs représentatifs de la société : organi­ chir de l’imminence de la fin du mois
VIH, illustre bien l’efficacité des comporte­ sations syndicales et professionnelles, as­ pour mieux surmonter la fin du monde,
AVEC LE COVID-19 ? ments individuels, tel que l’usage du pré­ sociations et ONG de tous secteurs voilà ce qui nous donne espoir. 
0123
MERCREDI 1ER AVRIL 2020 0123 | 31

FRANCE | CHRONIQUE VAINCRE 


par fr ançoi se f re ssoz
LE COVID­19 
chinoise, les Africains s’en sont crus épar­ France) et 51 lits (61 en France) dans l’Union
SUPPOSE D’AIDER 
Marine Le Pen L’AFRIQUE
gnés, certains y voyant même une « mala­
die de Blancs ».
Or Cassandre avait vu juste : 46 pays afri­
européenne. L’Afrique, qui concentre déjà
près de 25 % des malades les plus lourds (tu­
berculose, malaria et VIH) de la planète, ne
sans retenue cains sont aujourd’hui touchés par le Co­
vid­19. Lun