Vous êtes sur la page 1sur 4

Le combat permanent pour la liberté de la presse

La Liberté de la presse, 1797


La liberté d’expression est l’une des libertés fondamentales, proclamée dans BnF, Estampes, MD Mat 3a bte pet ol
l’article XI de la Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen
de 1789 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits
les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer
librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés
par la loi. » Ce n’est qu’au terme d’une longue lutte qu’est proclamée en France
en 1881 la liberté de la presse. Toujours extrêmement surveillée, la presse voit
la censure remise en place à chaque moment où le régime ou l’État sont en danger.
La liberté d’informer est l’un des principaux indicateurs du bon fonctionnement
d’une démocratie. Cette liberté est un acquis fragile, y compris dans les
pays démocratiques.

Rédaction :
Anne-Sophie Lambert
La liberté politique n’a point de
meilleur arsenal que la presse.
Camille Desmoulins

En Amérique, comme en France, elle [la presse] est cette puissance


extraordinaire, si étrangement mélangée de biens et de maux, que sans elle
la liberté ne saurait vivre, et qu’avec elle l’ordre peut à peine se maintenir.
Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique

La société n’a pas besoin de journaux.


Ce dont nous avons besoin, c’est du journalisme.
Clay Shirky (journaliste américain, spécialiste des technologies
de l’information et de la communication)
1631 1789 1830 1834
Naissance de la Liberté de la presse La liberté de la presse Naissance de la
presse en France ou la révolution caricature de presse

60 feuilles d’information 500 titres de journaux Le nombre de journaux, Le tirage des quotidiens
sont autorisées dans sont publiés à Paris en 1792. en dépit des restrictions à la parisiens quadruple entre
le royaume en 1688. liberté de la presse, s’accroît 1830 et 1848 ; Le Siècle est tiré
à Paris et en province. à près de 40 000 exemplaires.

Si la diffusion des informations La liberté de la presse et Le xixe siècle oscille entre La Charte constitutionnelle
se fait depuis l’Antiquité, il faut d’expression est proclamée dans reconnaissance de la liberté d’août 1830 précise que « les
attendre le xviie siècle pour voir l’article XI de la Déclaration des de la presse, revendiquée surtout citoyens ont le droit de publier et
la naissance de la presse en droits de l’homme et du citoyen par les élites, et censure, afin de de faire imprimer leurs opinions
tant qu’industrie, inscrite dans du 26 juillet 1789. S’ensuit un limiter toute opposition politique. en se conformant aux lois » et que
une périodicité fixe et utilisant développement très important L’Empire rétablit la censure et « la censure ne pourra jamais être
l’imprimerie pour multiplier ses de la presse, témoin de l’intérêt les journalistes sont très souvent établie ». Effectivement, la presse
exemplaires. pour la politique durant la période condamnés. La Restauration connaît un grand développement
La Gazette de Théophraste révolutionnaire, reflet de la hésite : la censure est appliquée sous la monarchie de Juillet, se
Renaudot est considérée comme naissance de l’opinion publique. tantôt de manière stricte, tantôt diversifiant avec la création de
le premier journal publié en Journaux de faible tirage, de petit plus souplement ; et surtout la nombreuses revues et l’apparition
France. Son numéro du 30 mai format mais au vaste lectorat loi de Serre de 1819, qui établit d’une presse spécialisée (féminine,
1631 est mis en vente grâce à un grâce aux lectures publiques, le système de cautionnement médicale…), introduisant la publicité
privilège royal et à la protection ils sont vendus non plus par (dépôt destiné à garantir d’avance dans ses financements, s’appuyant
du cardinal de Richelieu. abonnement mais à la criée le paiement des pénalités), limite sur les premières agences
Paraissant tous les vendredis, dans la rue. la création de nouveaux journaux. d’information (Havas), fidélisant les
ce journal de quatre pages, Mais la presse inquiète les Les ordonnances du roi Charles X lecteurs avec les romans-feuilletons.
tiré à 8 000 exemplaires, traite gouvernements et, dès mars 1793, du 25 juillet 1830 contre la Cette modernisation a des limites :
essentiellement des affaires la Convention nationale rétablit liberté de la presse déclenchent la presse continue d’être soumise
diplomatiques et se met aux la censure ; les journalistes, notamment l’agitation populaire au système du cautionnement
ordres du pouvoir. Modifiant comme Camille Desmoulins à Paris et la Révolution de Juillet. et son impression reste encore
son orientation politique à guillotiné en avril 1794, risquent Le National et Le Temps, les deux artisanale. La censure est établie
chaque changement de régime, alors leur vie pour exprimer principaux journaux d’opposition pour les dessins de presse
la Gazette paraît jusqu’en 1915. leurs opinions et leurs critiques à la politique de Charles X, sont portant offense au roi par la loi du
Cependant, la censure royale et politiques. supprimés, leurs presses détruites. 9 septembre 1835 : La Caricature,
le système des privilèges délivrés Mesures inutiles car le mouvement Le Charivari de Charles Philipon,
aux imprimeurs ne permettent révolutionnaire est déjà en avec ses caricatures en poire de
pas à la presse de se développer marche ; la liberté de la presse est Louis-Philippe, deviennent les
ni aux journaux de s’exprimer alors définitivement considérée organes d’opposition à la monarchie
librement. comme une liberté fondamentale de Juillet et ne cessent d’être
pour la démocratie française. poursuivis en justice.

No 58 du Charivari,
27 février 1834
BnF, PHS, FOL-
LC2-1328
1er numéro de la Gazette, No 4 du Vieux Cordelier,
30 mai 1631 décembre 1793
BnF, Réserve des livres BnF, PHS, 8-LC2-804
rares, RES 4-LC2-1

Saisie des presses au National, le 27 juillet 1830


BnF, Estampes et Photographie, RÉSERVE QB-370(87)-FT4
1848-1860 1881 1914-1918 années 1930
Naissance de la Liberté et âge d’or Censure et Première crise
presse républicaine union sacrée de la presse écrite
et contrôle de l’opinion
Le Petit Journal tire à 220 000 Le journal de Clemenceau Paris-Soir est tiré à 1 750 000
Chateaubriand prépublie les exemplaires en 1872, L’Homme libre est rebaptisé exemplaires en 1939.
Mémoires d’outre-tombe de à 700 000 en 1882. L’Homme enchaîné dès 1914.
1848 à 1850 dans La Presse.

La proclamation de la liberté Le régime de la presse, encadré par La liberté de la presse de 1881 Pendant l’entre-deux-guerres,
de la presse ne dure que quelques une des premières grandes lois de connaît une parenthèse lors de la la presse écrite entre dans
mois en 1830 et les espoirs de la IIIe République, le 29 juillet 1881, Première Guerre mondiale. La loi une première période de crise :
liberté sont rapidement déçus. est extrêmement libéral. L’article 5 du 4 août 1914 rétablit la censure sa diffusion stagne. Et pourtant, à la
Un nouveau combat s’engage indique ainsi : « Tout journal ou pour « toute information ou article fois concurrencée par les actualités
alors dans les journaux : la écrit périodique peut être publié, concernant les opérations militaires filmées, la radio (à partir de 1921),
diffusion des idées républicaines. sans autorisation préalable et sans ou diplomatiques de nature et par la télévision (à partir de
Du National, républicain libéral, dépôt de cautionnement. » La seule à favoriser l’ennemi et à exercer 1937), et en retard techniquement,
à La Réforme, plus radical et social, restriction donnée pour la création une influence fâcheuse sur l’esprit la presse régionale et hebdomadaire
à La Presse, évoluant un temps d’un journal, liée aux questions de l’armée et des populations ». se maintient et participe à tous
vers le socialisme, sans oublier de responsabilité, est précisée La loi de 1914 ne prévoit cependant les mouvements idéologiques de
les revues, les journaux constituent dans l’article 6 : « Toute publication pas de contrôle avant publication cette période de tensions politiques.
un véritable lien entre Paris et la de presse doit avoir un directeur mais dans les faits, au nom De même, la loi Brachard de 1935
province autour de la République, de la publication. » de l’Union sacrée, les journaux instaure le statut de journaliste
seul régime pouvant garantir La nouvelle loi permet alors s’autocensurent. professionnel, garantie de
la liberté de la presse. un essor inégalé de la presse Pour autant, malgré une sévère l’indépendance de cette profession.
Pour autant, la IIe République ne d’opinion. Le journal devient surveillance et une grande Mais la déontologie doit encore
proclame la liberté de la presse très rapidement un objet de prudence des directeurs de progresser : après le suicide de
que du mois de mars au mois consommation courante, les presse, certains titres, comme Salengro, homme politique calomnié
d’août 1848. Et dès l’élection tirages ne cessent d’augmenter. Le Miroir, contournent la censure dans les journaux, une modification
présidentielle puis après le et le Service photographique est introduite dans la loi de
coup d’État de Louis-Napoléon des armées, pour dire la violence, 1881, aggravant les peines pour
Bonaparte, tout espoir de liberté la réalité de la guerre. Ainsi, sous diffamation et appel au meurtre.
de la presse est aboli : en 1860, la manchette du Miroir, on lit :
dans un département sur deux, « Le Miroir paie n’importe quel prix
en France, on ne peut lire que les documents photographiques
la presse gouvernementale. relatifs à la guerre présentant
un intérêt particulier. »

Planche de vignettes
chromolithographiques
présentant les principaux titres
de presse des années 1890
BnF, Estampes et Photographie,
MD MAT-3 BOÎTE PET FOL

Portrait-charge d’Émile Girardin,


1836 par Émile Carjat Une de Gringoire, déclenchant avec
l’Action française, l’affaire Salengro,
no 418, 6 novembre 1936
BnF, Droit, Économie, Politique,
GR FOL-Z-142

Une du Miroir, Sur le front,


8 octobre 1916, no 150
BnF, Estampes et Photographie,
QE-839-PET FOL
1940-1944 1954-1962 années 1970 1998
Propagande Guerre d’Algérie Crise durable de Internet entre dans
et résistance et censure la presse écrite les foyers français

La presse est rationnée France Observateur est saisi Paris-Jour et Combat 2011 : France-Soir n’est plus
en papier et reçoit cinq fois seize fois pendant la guerre disparaissent respectivement diffusé que sur Internet. Sa
moins de matières d’Algérie. en 1972 et 1974. version papier est abandonnée.
premières qu’en 1938.

Avec l’occupation allemande Avec le vote de la loi sur l’état Depuis le xixe siècle, caricatures Finalement la loi de 1881 ne
et le régime de Vichy, la presse d’urgence en 1955 dans le et dessins de presse sont cesse d’être amendée au gré des
subit un contrôle particulièrement contexte de la guerre d’Algérie, extrêmement surveillés par les difficultés de l’État à assurer son
strict, toute liberté d’expression c’est le retour de la censure en pouvoirs publics. Où se placent en pouvoir, mais aussi en fonction
est rendue impossible dans ces France : les préfets ont pouvoir effet les limites entre l’irrévérence de l’évolution des mœurs. D’autres
systèmes totalitaires : certains de prendre toute mesure pour et les atteintes aux personnes, lois viennent encadrer la liberté
journaux se sabordent pour contrôler la presse. Cependant, la diffamation ? Qui en juge ? d’expression : la loi Gayssot de
ne pas se corrompre, d’autres de nouveau, comme pendant Apportant un second degré en une 1990 contre les propos racistes,
sont interdits. Conscients de la Première guerre mondiale, ou spécialité satirique d’un journal, négationnistes, révisionnistes, la loi
l’importance du contrôle des on observe le même phénomène ces dessins sont « une des forces du 30 décembre 2004 contre tout
esprits, certains titres diffusent d’autocensure des journaux, en les plus vives de l’argumentation » propos haineux en raison du sexe,
la propagande allemande, particulier lors de la manifestation (Champfleury) et témoignent de de l’orientation sexuelle ou du
collaborent ; d’autres soutiennent d’Algériens au métro Charonne en la liberté d’expression. handicap… L’enjeu législatif semble
le régime de Vichy. Signal est octobre 1961. Peu de journaux ont Cette liberté de ton est pourtant donc aujourd’hui surtout de préciser
ainsi un journal nazi traduit en le courage ce jour-là, comme ici censurée : à la mort de De Gaulle, ce qu’est la liberté d’expression.
vingt-cinq langues et diffusé dans Témoignage chrétien, de dénoncer l’hebdomadaire Hara-Kiri, alors Or elle est revendiquée, sans
tous les pays occupés. Mais les violences policières à Paris. que la presse est unanime pour aucune restriction, par les
le lectorat se détourne de cette Peu de journaux (Le Monde, faire l’éloge du grand homme, utilisateurs d’Internet, moyen de
presse officielle et recherche France Observateur, L’Express) publie en une : « Bal tragique diffusion de l’information difficile
dans la clandestinité d’autres osent parler de guerre au lieu à Colombey : un mort. ». Cette à contrôler. C’est alors même
informations. La Résistance d’« opérations de maintien de indélicatesse, se moquant aussi le métier de journaliste qui est
se fait aussi dans les journaux, l’ordre » et dénoncer l’utilisation du traitement des faits divers dans concurrencé : sommes-nous tous
clandestins au risque de leur vie de la torture, dénonciation les journaux, vaut l’interdiction du journalistes en rendant compte sur
pour ces journalistes, typographes, pourtant faite au nom des journal. En réaction, Charlie hebdo Internet d’un événement dont nous
imprimeurs et aussi ceux qui droits de l’homme, bien loin est lancé et inscrit dans un esprit sommes témoins ? N’avons-nous
transportent et distribuent ces du secret défense. provocateur à sa une : « Il n’y a pas pas davantage besoin aujourd’hui,
journaux de la Résistance. de censure en France. » dans la profusion des informations
auxquelles nous avons accès,
de médiateurs ?

Une de Témoignage chrétien,


no 903, 27 octobre 1961
BnF, Droit, Économie, Politique,
GR FOL-Z-209
Une de Signal,
no 1, avril 1940
BDIC

Mediapart, 13 mars 2011


© Mediapart.
Une de Charlie hebdo,
no 1, 23 novembre 1970
BnF, Droit, Économie, Politique,
FOL-LC2-7314