Vous êtes sur la page 1sur 2

EXERCICE 1 : Déterminant de Vandermonde

EXERCICE 2 : Pour un réel x ∈ R, on considère les trois matrices carrées d’ordre (n + 1), An = ((aij )), Bn = ((bij )) et
 n

 aij = (x  +i+  j − 1)
Cn = ((cij )) ∈ Mn+1 (R) où les coefficients sont définis par :  n
bij = in−j+1

 j−1
Q1 Écrire les matrices d’ordre 3, A2 , B2 et C2 . 
cij = (x + j − 1)i−1
Q2 Montrer que ∀n ≥ 2, An = Bn × Cn .
Q
Q3 Lorsque x = 0, montrer que det(Cn ) = n! 1≤i<j≤n (j − i).
1n 2n . . . (n + 1)n
Q4 Calculer det(Bn ) lorsque x = 0.
2n 3n . . . (n + 2)n
Q5 On considère le déterminant d’ordre n + 1 suivant : ∆n = .. .. ..
. . ... .

n(n+1) (n + 1) n
(n + 2) n
. . . (2n + 1) n
Montrer que ∆n = (−1) 2 (n!)n+1 .
EXERCICE 3 : Déterminant circulant
 
a1 a2 a3 ... an
 ..
an a1 an−1 
a2 .
 
 ..  ∈ M (C) où (a , . . . a ) ∈ Cn
On considère la matrice A =  ... an
..
.. 
..
. n 1 n sont des nombres complexes.
 
 .. ..
 a3 . a2  .  
a2 a3 . . . a1 an 1
 ω 
 2 
 
Pour une racine nième de l’unité ω ∈ C, on définit la matrice colonne associée : Xω =  ω 
 .. 
 . 
1 Calculer AXω .en fonction de X ω .
2iπ
ω n−1
2 On considère la racine nième primitive de l’unité notée ω = e n et la matrice
colonne Xk = Xω`k associée.
Montrer que le systeme (X0 , . . . ,Xn−1 ) est une base de l’espace vectoriel Mn,1 (C).
3 En déduire que la matrice A est semblable à une matrice diagonale que l’on déterminera.
4 En déduire le déterminant de la matrice A.

EXERCICE 4 : Calcul du déterminant de Cauchy


On considère un entier n > 2 et deux suites finies (ak )16k6n et (bk )16k6n de réels telles que ai + bj 6= 0
pour tout couple (i, j) ∈ {1, . . . , n}2 . Pour tout entier m tel que 0 < m 6 n, le déterminant de Cauchy
d’ordre m, associé aux familles (ak )16k6n et (bk )16k6n , est le nombre, noté ∆m , égal au déterminant de
1
la matrice ai +bj .
16i,j6m
2.1. On suppose qu’il existe (i1 , i2 ) ∈ {1, . . . , n}2 , avec i1 6= i2 , tel que ai1 = ai2 . Justifier que ∆n = 0.
On suppose désormais que les réels a1 , . . . , an sont deux à deux distincts et on considère la fraction
rationnelle Qn−1
j=1 (X − bj )
R = Qn .
k=1 (X + ak )

n−1
Y n
Y
2.2. Justifier que les polynômes (X − bk ) et (X + ak ) de R[X] sont premiers entre eux.
k=1 k=1
2.3. Décomposition en éléments simples de la fraction R
2.3.1. Préciser les pôles de la fraction rationnelle R et vérifier qu’ils sont tous simples.
2.3.2. En déduire que la décomposition en éléments simples, dans R(X), de la fraction R est de la
n
X αk
forme R = en précisant les expressions des réels αk en fonction des ak et des bk .
X + ak
k=1
2.4. Application au calcul de ∆n
1 1 1
···

a +b a1 +bn−1 a1 +bn

1 1
.. .. ..


2.4.1. Montrer que αn ∆n =
. . . .

1 1 1

an−1 +b1 ··· an−1 +bn−1

an−1 +bn
R(b )
1 ··· R(bn−1 ) R(bn )
2.4.2. En déduire que αn ∆n = R(bn )∆n−1 .
Q
16i<j6n (aj − ai )(bj − bi )
2.4.3. Calculer ∆2 puis montrer que, pour tout n > 2, ∆n = Q .
16i,j6n (ai + bj )