Vous êtes sur la page 1sur 6

1

ÉLÉVATEURS À GODETS

Les élévateurs à godets sont assez répandus pour le transport vertical des matériels à écoulement libre,
granulaires et agricoles. Les godets attachés à une courroie en rotation ramassent le matériel à l’intérieur
d’un caisson anti-poussière ou juste des supports. Les grains sont généralement amenés dans l’élévateur
où les godets se remplissent, du coté montant de la courroie, sauf dans le cas du matériel fin, les
particules sont amenés du côté descendant de la courroie. Au sommet, les godets déchargent la matière
au moment où ils passent autour de la poulie supérieure et commencent à se diriger vers le bas. Les
dimensions du godet varient de 10.16 centimètres x 7.62 centimètres (4 pouces x 3 pouces) jusqu’à 35.5
centimètres x 20.32 centimètres (14 pouces x 8 pouces). L’espacement entre les godets varie de 11.5
centimètres (4.5 pouces) à 30.5 centimètres (12 pouces). La vitesse de la courroie peut varier de 1.2 m/s
à 3.3 m/s. La capacité de l'élévateur à godet dépend de la dimension du godet, l’espacement entre les
godets, et la vitesse de la courroie. Communément, la capacité des élévateurs employés pour les
applications agricoles est dans la gamme de 7 m3/h à 350 m3/h.

La grandeur des godets et leur espacement établissent la vitesse d’opération et la capacité de l’élévateur
à godets. La vitesse de rotation de la poulie du haut, influence l’efficacité de déchargement et si elle n’est
pas contrôlée, cause du dommage au matériel . La vitesse linéaire de la courroie dépend du diamètre de
la poulie et de sa vitesse de rotation.

Avantages de l’élévateur à godets


Parmi les avantages de l’élévateur à godets sont :
 large inventaire de capacités
 peu de maintenance
 bonne efficacité mécanique
 faible besoin d’espace du planché
 opération sans poussière
 faible coût d’opération
 silencieux
 possibilité de tourner à vide sans dommage

Désavantages de l’élévateur à godets


 dommage du matériel
 besoin de nettoyer le bas de l’élévateur
 Coût du capital élevé

Besoin en puissance de l’élévateur à godets


La puissance requise pour opérer l’élévateur à godet est celle requise pour soulever le matériel, pour
remplir le matériel dans les godets, pour déplacer un peu d’air et pour compenser les frictions au niveau
des arbres de guidage.
2

Figure 1 : schéma d’un élévateur à godets


3

La formule suivante est utilisée pour estimer le besoin en puissance de l’élévateur à godets
F1 Qgh
P
1000
Où :
P : puissance (kW)
Q : quantité du matériel à transporter, (kg/s)
g : constante de la pesanteur ; (9.81 m/s2)
h : hauteur d’élévation
F1 : facteur de remplissage
Le facteur de remplissage tient compte de l’effet de friction et de creusement pendant le remplissage des
godets.
F1 = 1.2, quand l’élévateur est alimenté du côté montant de la courroie.
F1 = 1.5, quand l’élévateur est alimenté du côté descendant de la courroie.

Puissance du moteur 
PM = P/e
Où : P : puissance préalablement calculée
e : facteur de rendement de la transmission (=0.75 s’il n y a pas de spécification du fabricant)
La puissance est normalement fournie à la poulie supérieure. La tension de la courroie est réglée au
niveau de la poulie du bas. Sauf la résistance de la courroie qui limite la hauteur de l’élévateur.

Vitesse d’opération 
Le rapport entre la vitesse de la poulie supérieure et le diamètre est très important pour une opération
satisfaisante de ce type d'élévateur. Quand la masse de grains dans le godet se déplace autour de la
poulie supérieure, elle est soumise à la force de gravité qui agit verticalement vers le bas et la force
centrifuge qui agit radialement à partir du centre de la poulie supérieure. La résultante de ces deux forces
amène la matière à être déchargée du godet en chutant dans la bouche de déchargement.

La gravité et la force centrifuge font décharger le matériel des godets quand ils passent au niveau de la
poulie supérieure et en face de la bouche de déchargement. Pour un vidage propre des godets, le début
de l’écoulement à partir du godet doit être retardé jusqu'à après le passage du godet par la position la
plus haute sur la poulie supérieure. Cette situation se présente quand la force de gravité et la force
centrifuge sont égales. Quand le godet atteint la position du sommet sur la poulie supérieure, la résultante
de ces deux forces sera zéro, et il n'y aura aucun déchargeant vertical ni vers le bas de la matière.

Méthode graphique pour estimer la vitesse de la poulie supérieure


Le graphique sur la figure 2 montre le rapport entre la vitesse de la poulie supérieure et le rayon de la
trajectoire du centre de gravité de la matière dans le godet par rapport au centre de la poulie supérieure.
Pour trouver le diamètre de la poulie supérieure, déduire de ce rayon l'épaisseur de la courroie et la
distance entre la courroie et le centre de gravité de la matière dans le godet.
La trajectoire de la matière en quittant les godets est parabolique et peut être déterminée par l’équation de
mouvement. Il a été trouvé que pour les élévateurs ultra-rapides, ceux avec diamètres de la poulie
supérieure et vitesses déterminées de la courbe ultra-rapide de la figure 2, la limite intérieure de la chute
de matériel devrait être localisée le plus près possible des godets descendants et avec un angle de 15 à
20  en dessous du centre de la poulie supérieure.
4

Figure 2 : vitesse de rotation de la poulie supérieure vs le rayon du centre de gravité du matériel dans le
godet.

Méthode par le calcul pour estimer la vitesse optimum de la poulie supérieure :


selon la théorie de Goodyear de déchargement centrifuge, la vitesse optimum de la poulie du haut
(motrice) peut être calculée comme suit
30
Np 
R tan(60  )

Où : Np : vitesse de rotation de la poulie (t/min)


R : rayon de la poulie (m)
 : angle de vidage au repos du matériel à transporter.

Le département d’état d’agriculture des E.U. affirme que, , pour différents types de grains est une
moyenne de 28.4 deg.. En utilisant cette valeur, la formule devient :
38
Np 
R
Noter que la forme des godets affecte la vitesse optimum de la poulie, donc utiliser la valeur calculer
comme guide. La vitesse réelle d’opération peut varier jusqu'à 20% de celle calculée.

Après avoir déterminé la vitesse de rotation de la poulie supérieure, la vitesse linéaire de la courroie est
calculée comme suit :
DNp
V
60
Où : V : vitesse linéaire de la courroie (m/s)
D : diamètre de la poulie du haut de l’élévateur (m)

Capacité de l’élévateur à godets


La capacité de l'élévateur à godet dépend de la capacité individuelle des godets, l’espacement des
godets, et la vitesse de la courroie ou la chaîne qui portent les godets. L’espacement des godets est
gouverné par la forme des godets et les caractéristiques de décharges résultantes.

La capacité d'un godet est considérée pour être de 85 à 90% (facteur de remplissage) du volume brut du
godet pour les élévateurs ultra-rapides, si l'alimentation est arrangée au-dessus du centre de l'arbre de la
poulie inférieure. Si l’alimentation est en-dessous de ce point, la capacité peut être réduite à 80% du
volume brute. Sur les élévateurs à vitesse modérée, le godet devrait être supposé se remplir jusqu’à 90%
de son volume.

La formule suivante est utilisée pour calculer la capacité de l’élévateur :


5

Qu  V
Q
e
Où :
Q : capacité (kg/s)
Qu : capacité utile des godets (m3) (volume du godet (m3) x facteur de remplissage (%))
 : densité du matériel (kg/m3)
V : vitesse linéaire de la courroie (m/s)
e : espacement des godets sur la courroie (m)
Après avoir calculer la capacité de l’élévateur, la puissance est calculée par simple application de sa formule.

Exemple : puissance requise par un élévateur à godets


Considérer un élévateur à godets de 15 m de hauteur alimenté par le côté montant de la courroie par du
blé. Le volume de chaque godet est 3.5 litres. Les godets sont fixés en une seule rangée sur la courroie et
sont espacés de 0.2 m. La poulie du haut de l’élévateur a un diamètre de 0.760 m. Considérer un facteur
de remplissage de 75%.

Calculer :
 la vitesse de rotation de la poulie, Np
 la vitesse linéaire de la courroie ; V
 la capacité de l’élévateur ; Q
 la puissance du moteur ; PM

Vitesse de la poulie :
38
Np  = 62 t/min
R
Vitesse linéaire de la courroie :
D N p
V
60
(0.76)(62)
V  = 2.47 m/s
60
Capacité de l’élévateur :
Qu V
Q
e
0.75 * 0.0035 * 735 * 2.47
Q = 23.8 kg/s
0.200
Puissance requise :
F1 Qgh
P
1000
1.2 * 23.8 * 9.81 * 15
P = 4.2 kW
1000
Puissance du moteur
PM = 4.2/0.75 = 5.6 kW
6

RÉFÉRENCES

Agler, L.C. l985. Grain spouting design and maintenance. GEAPS Annual International Technical
Conference.
-
Bournans, G. 1985. Grain handling and storage. Amsterdam: Elsevier, C72637100.

Ditzenberger, D. 1974. Methods of reducing grain damage in handling. GEAPS Annual International
Technical Conference.

Handbook of conveyor and elevator belting. Akron: The Goodyear Tire and Rubber
Coinpany, 1982.

Larson, F.D. 1978. Conveying. Canadian Feed industry Association.

Professional design supplement to the MWPS structures and environment handbook


Ames: Midwest Plan Service, 1978.

Protz, A. 1976. Farm feed processing and handling. Agri. Can. Publ. 1572.

Screw conveyor engineering catalogue no. 7700. Sullivan Strong Scott, 1976
-
Syntron and link-belt material handling equipment. Homer City. FMC Corporation . Material Handling
Equipment Division, 1983.

Technical manual, bulk materials handling. Middletown'. Fenner Arnerica Ltd., 1980