Vous êtes sur la page 1sur 7

INSAT Cours Fonctions Electroniques N.

ISMAIL

Chapitre I : L'amplificateur opérationnel en régime linéaire et non linéaire

I. Généralités
1. Régime linéaire et régime saturé

Figure I.1 : Circuit équivalent de l'AOP

La figure I.1 présente le circuit équivalent de l'AOP.


Re : Impédance d'entrée
Rs : Impédance de sortie
A : facteur d'amplification

Figure I.2 : Caractéristique Vs en fonction de µ de l'AOP

La figure I.2 présente la caractéristique Vs en fonction de µ de l'AOP.


On distingue trois zones de fonctionnement:
Vsat −
 Zone da saturation négative : Vs=Vsat- pour µ ≤
A
Vsat +
 Zone da saturation positive : Vs=Vsat pour µ ≥
+
A
Vsat − Vsat +
 Zone linéaire : Vs=A.µ pour ≤µ≤
A A
Vs
Puisque A est très grand, µ = ≈ 0 dans la zone linéaire. Dans ce cas e+=e-.
A

2. AOP idéal
Un AOP idéal est caractérisé par :
 Un facteur d'amplification A infini.
 Une impédance d'entrée Re infinie. Donc les courants d'entrée sont nuls (i+ = i- = 0).
 Une impédance de sortie Rs nulle.

1
INSAT Cours Fonctions Electroniques N. ISMAIL

II. AOP en régime linéaire

III. AOP en régime non linéaire


On réalise un tel régime en effectuant une rétroaction positive de Vs.
Remarque: Dans le cas où il y a une rétroaction positive et négative de Vs, il faut calculer la
valeur de e+-e-.
1. Comparateur non inverseur

Vs

Vsat+

Ve
Vref
Vsat-

Figure I.17 Figure I.18

On a :
- Si Ve>Vref, =e+-e->0 et Vs=Vsat+.
- Si Ve<Vref, =e+-e-<0 et Vs=Vsat-.
Vref est la tension seuil de basculement.

2. Comparateur inverseur
Vs

Vsat+

Ve
Vref

Vsat-

Figure I.19 Figure I.20

On a :
- Si Ve>Vref, =e+-e-<0 et Vs=Vsat-.
- Si Ve<Vref, =e+-e->0 et Vs=Vsat+.

3. Les comparateurs à hystérésis : Trigger de Schmitt


3.1. Trigger inverseur

2
INSAT Cours Fonctions Electroniques N. ISMAIL

Vs

Vsat+

Ve
V2 V1
Vsat-

Figure I.21 Figure I.22

Supposons qu'à t=0, Ve<<<0, alors Vs=Vsat +.


R2 Vref +R1 Vsat +
En appliquant Millman: e+ = =V1
R1 +R2
Si Ve augmente: quand Ve>V1, alors Vs=Vsat -.
R V +R1 Vsat −
En appliquant Millman: e+ = 2 ref
R +R
=V2
1 2
Si Ve diminue: quand Ve<V2, alors Vs=Vsat+.
C'est un trigger inverseur. V1 et V2 sont les tensions seuils de basculement de ce trigger.

3.2. Trigger non inverseur

Vs

Vsat+

Ve
V2 V1
Vsat-

Figure I.23 Figure I.24

Supposons qu'à t=0, Ve<<<0, alors Vs=Vsat-.


R V +R1 Vsat −
En appliquant Millman: e+ = 2 eR +R
1 2
Si Ve augmente: Le basculement se produit quand e+=e-, alors Vs=Vsat +.
R V +R1 Vsat − (R +R )V −R1 Vsat−
e+=e-  2 eR +R = Vref  Ve = 1 2 ref = V1
1 2 R 2
+ + R2 Ve +R1 Vsat+
Vs=Vsat . En appliquant Millman: e = R1 +R2
Si Ve diminue: Le basculement se produit quand e+=e-, alors Vs=Vsat -.
R2 Ve +R1 Vsat + (R1 +R2 )Vref −R1 Vsat+
e+=e-  = Vref  Ve = = V2
R1 +R2 R2
V1 et V2 sont les tensions seuils de basculement de ce trigger.

3
INSAT Cours Fonctions Electroniques N. ISMAIL

4. Les comparateurs à fenêtre

Vs

Vsat+

Ve
0 V1 V2

Figure I.25 Figure I.26

R R
Soient les tensions: V1 = R+R3 E et V2 = R+R2 E.
On suppose que V1<V2.
- Si Ve<V1, D1 conduit et D2 bloquée : Vs=Vsat +.
- Si V1<Ve<V2, D1 et D2 bloquées : Vs=0V.
- Si Ve>V2, D1 bloquée et D2 conduit: Vs=Vsat +.
V1 et V2 sont les tensions seuils de basculement de ce comparateur à fenêtre.

5. Monostable

Figure I.27

Prenons Vref > 0.


Etat stable du circuit:
A l'état stable on a : e-(t)=0V et Vs=constante.
En appliquant la loi de maille dans le circuit comprenant V ref, Vs, R1, R2 et C, on obtient
1 t
l'équation suivante : Vref − (R1 + R 2 )i(t) + C ∫0 i(t)dt + Vc(0) − Vs(t) = 0
Si on dérive cette équation par rapport au temps, on obtient l'équation suivante :
∂i(t) 1
−(R1 + R 2 ) + i(t) = 0
∂t C

4
INSAT Cours Fonctions Electroniques N. ISMAIL

t

La solution de cette équation différentielle se met sous la forme i(t) = Ae (R1 +R2 )C , avec A
une constante.
A l'état stable (t → +∞) : i=0. D'où e+ = Vref et par suite Vs=Vsat +.
Donc à l'état stable on a : e-(t)=0V, e+ = Vref et Vs=Vsat+.
A t=0 :
On applique une impulsion positive d'amplitude supérieure à Vref. Donc Vs bascule à Vsat -.
Soit T l'instant où Vs revient à Vsat +.

Pour 𝟎 < 𝑡 ≤ 𝑇 ∶ on a le circuit de la Figure I.28.

Figure I.28 Figure I.29

Cherchons l'expression de e+(t).


On a e+ (t) = Vref − R1 i(t)
t
i(t) se met sous la forme i(t) = Ae−τ , avec A une constante (A=i(0)) et τ = (R1 + R 2 )C.
à t=0, on a Vref − (R1 + R 2 )i(0) + Vc(0) − Vsat − = 0
V +Vc(0)−Vsat −
D'où, i(0) = ref R +R .
1 2
A t=0, Vs bascule de Vsat + à Vsat- mais la tension au borne du condensateur C ne peut pas
varier rapidement. Par suite, la valeur de Vc(t) quand Vs bascule à Vsat - est la même que celle
de Vc(t) quand Vs=Vsat + (c'est à dire juste avant l'application de l'impulsion).
Quand Vs=Vsat+, le circuit est à l'état stable et par suite le courant i(t) est nul (Figure III.13).
D'où, Vc(0) = Vsat + − Vref .
En remplaçant Vc(0) par son expression dans l'expression de i(0), on aura:
Vsat + − Vsat −
i( 0 ) =
R1 + R 2
En remplaçant i(0) par son expression dans l'expression de i(t), on aura:
Vsat + − Vsat − − t
i( t) = e τ
R1 + R 2
En remplaçant i(t) par son expression dans l'expression de e +(t), on aura:

𝐑 𝟏 (𝐕𝐬𝐚𝐭 + − 𝐕𝐬𝐚𝐭 − ) − 𝐭
𝐞+ (𝐭) = 𝐕𝐫𝐞𝐟 − 𝐞 𝛕
𝐑𝟏 + 𝐑𝟐
C'est une fonction exponentielle croissante.
R (Vsat+ −Vsat − )
On a : e+ (0) = Vref − 1 R1 +R2

5
INSAT Cours Fonctions Electroniques N. ISMAIL

e+(t) augmente, lorsque e+(t)=0+, Vs bascule à Vsat +.

Calcul de T:
R1 (Vsat + −Vsat − ) −T
On a : e+(T)=0. Donc Vref − e τ =0
R1 +R2
𝐑𝟏 𝐕𝐬𝐚𝐭 + −𝐕𝐬𝐚𝐭 −
On déduit l'expression de T : 𝐓 = 𝛕𝐋𝐧(𝐑 . )
𝟏 +𝐑 𝟐 𝐕𝐫𝐞𝐟
T est la durée de l'état instable de Vs(t).

Pour 𝐭 > 𝑇 ∶
Cherchons l'expression de e+(t).
On a e+ (t) = Vref − R1 i(t)
(t−T)
i(t) se met sous la forme i(t) = Ae− τ , avec A une constante et τ = (R1 + R 2 )C.
A=i(T+) (c'est à dire juste après l'instant T).
à t=T+, on a le circuit de la Figure III.13.
A partir de ce circuit, on peut écrire l'équation suivante:
Vref − (R1 + R 2 )i(T + ) + Vc(T + ) − Vsat + = 0
V +Vc(T+ )−Vsat+
D'où, i(T + ) = ref R1 +R2
Or Vc(T+)=Vc(T) car la tension au borne du condensateur C ne peut pas varier rapidement.
Or à t=T, on a Vs=Vsat - et e+=0V.
on a donc le circuit suivant (Figure I.30):

Figure I.30

A partir de ce circuit, on peut écrire les deux équations suivantes:


−R 2 i(T) + Vc(T) − Vsat − = 0
V
i(T) = Rref
1
A partir de ces deux équations, on peut déduire l'expression de Vc(T):
R2
Vc(T) = Vsat − + V
R1 ref
Or Vc(T+)=Vc(T)
En remplaçant Vc(T+) par son expression dans l'expression de i(T +), on aura:
+
Vsat − − Vsat + Vref
i( T ) = +
R1 + R 2 R1
En remplaçant i(T+) par son expression dans l'expression de i(t), on aura:
Vsat − − Vsat + Vref −(t−T)
i( t) = ( + )e τ
R1 + R 2 R1

6
INSAT Cours Fonctions Electroniques N. ISMAIL

En remplaçant i(t) par son expression dans l'expression de e+(t), on aura:

𝐕𝐬𝐚𝐭 − − 𝐕𝐬𝐚𝐭 + 𝐕𝐫𝐞𝐟 −(𝐭−𝐓)


𝐞+ (𝐭) = 𝐕𝐫𝐞𝐟 − 𝐑 𝟏 ( + )𝐞 𝛕
𝐑𝟏 + 𝐑𝟐 𝐑𝟏
Vsat− −Vsat + Vref
On a : e+ (T + ) = Vref − R1 ( + )
R1+R2 R1
Vsat − −Vsat + Vref
On choisit les valeurs de R1, R2 et Vref de telle façon que le terme + < 0.
R1 +R2 R1
+
Dans ce cas e (t) est une fonction exponentielle décroissante.
Quand t → +∞, e+ (t) → Vref et le circuit retrouve son état stable.
Remarque: l'impulsion négative du signal e -(t) n'a pas d'effet sur le fonctionnement du
montage.

Ve

t
0
e+

e+(T)

Vref

t
0 T

e+(0)

Vs
Vsat+

t
0 T
Vsat-

Figure I.31