Vous êtes sur la page 1sur 6

METHODOLOGIE BTS 

L’ECRITURE PERSONELLE 
G.VALLEE – ESUP SAINT-GERMAIN

DEFINITION 
 
L’écriture  personnelle  est  une  argumentation,  elle  a  pour  but  de  convaincre,  développant 
des éléments permettant d’assurer le bien‐fondé d’une idée ou d’une thèse. 
 
UTILITE DE L’ARGUMENTATION 
 
Argumenter sert à : 
• donner  des  raisons  à  l’appui  de  sa  prise  de  position  et  en  négocier  une 
justification  par  rapport  à  un  interlocuteur  qui  pense  éventuellement 
différemment.  Le  discours  argumentatif  n’est  pas  une  démonstration  puisqu’il 
existe  différents  courants  de  pensée  et  qu’il  n’y  a  pas,  pour  une  idée 
philosophique, des pensées qui seraient bonnes et d’autres qui ne le seraient pas, 
mais c’est un travail qui permet de convaincre un adversaire potentiel. 
• admettre que sur une question il existe d’autres solutions que la sienne. 
•  pouvoir se projeter en dehors de son propre système de références et évaluer la 
recevabilité d’arguments opposés. 
• montrer ses connaissances en introduisant des idées travaillées pendant l’année 
et des idées présentes dans le corpus distribué. 
 
1. METHODE DE L’ARGUMENTATION 
 
Il y a deux dimensions indispensables à une bonne argumentation : 
1) Prendre position 
2) Justifier avec une sélection d’arguments cohérents 
 
L’argumentation n’est pas une dissertation, c’est à dire une réflexion savante sur un 
problème  philosophique  quelconque,  mais  un  exposé  concis  et  organisé  sur  un 
thème    dont  le  bien‐fondé  est  analysé  de  façon  personnelle,  grâce  à  une 
argumentation précise et progressive. 
Dans l’épreuve d’écriture personnelle, on demande au candidat d’exprimer un point 
de  vue  original  sur  un  sujet  dépendant  du  thème  de  la  synthèse,  de  rédiger  une 
réponse  raisonnée  à  une  question  faisant  débat  et  appelant  une  prise  de  position. 
Pour  réussir,  il  convient  de  cerner  le  problème  que  l’on    propose  de  traiter,  en 
analysant de façon pointue les termes utilisés dans la question et choisir un plan qui 
mette en évidence son propre point de vue. 
 
Choix de la thèse 
 
1) Le sujet vous demandera en général de donner votre point de vue par rapport à 
une  thèse  exprimée  par  un  auteur.  Dans  ce  cas,  la  question  prendra  cette  forme : 
« Etes‐vous  d’accord  avec  l’auteur  quand  il  affirme  que  …… ? ».  Plusieurs  positions 
découlent donc de la question posée : 
™ « Je suis d’accord » : il s’agit de défendre et de justifier une thèse. 

1
METHODOLOGIE BTS 
L’ECRITURE PERSONELLE 
G.VALLEE – ESUP SAINT-GERMAIN

™ « Je ne suis pas d’accord » : il s’agit de réfuter une thèse. 
™ « Je suis partiellement d’accord » : il s’agit de nuancer et de corriger une 
thèse (plan antithétique). 
 
2) Le  sujet  peut  demander,  dans  quelques  cas,  de  développer  une  question 
personnelle qui ne répond pas à une thèse d’auteur ; dans ce cas, la question 
peut  prendre  la  forme  suivante :  « Etes‐vous  inquiet  ou  confiant  devant  tel 
problème ? » On pourra, dans ce cas, utiliser les trois types de plans vus plus 
haut, à savoir : je suis inquiet, ou je suis confiant, ou je suis à la fois inquiet et 
confiant (plan antithétique). 
3) Quand la question posée est du type : quelles sont, d’après vous les raisons qui 
poussent  à  réagir  de  telle  ou  telle  façon ?  il  faudra  répondre  par  un  plan 
analytique :  c'est‐à‐dire  trouver  2  ou  3  raisons,  psychologique,  politique, 
économique par exemple. 
 
Mettre au point le plan. 
 
1) « Je suis d’accord » : plan pour justifier et défendre une thèse 
 
Exemple de question  Démarche  Plan 
 
« Celui  qui  ne  lit  que  ce  qui  1. On  explique  la  thèse  1.  Des  lectures  non  variées 
lui  plaît,  je  le  vois  bien  seul,  de l’auteur  ne  permettent  pas  de  se 
toujours  en  compagnie  de  2. On  approfondit  la  confronter  à  des  idées 
ses  chétives  idées  thèse  en  nouvelles  et  sclérosent 
personnelles. »  l’enrichissant.  l’esprit. 
Partagez‐vous  cette  opinion  2.  Une  ouverture  livresque 
du philosophe Alain ?  permet  de  s’enrichir  et 
épanouit l’esprit. 
 
2) « Je ne suis pas d’accord » : le plan pour réfuter une thèse. 
On  réfute  une  thèse  lorsque  l’on  trouve  l’auteur  trop  schématique  dans  sa  présentation, 
qu’il ne prend pas en compte les réalités, qu’il est trop subjectif… 
 
Exemple de question  Démarche  Plan 
 Surveiller  Internet  est  une  1.  On  présente  la  thèse  1.  La  surveillance  d’Internet 
atteinte  aux  droits  de  qu’on  ne  partage  pas  en  limite  la  liberté  d’expression 
circulation de l’information.   résumant  ses  arguments  et  et  donc  la  démocratie,  mais 
Est‐ce votre avis ?  on  les  réfute    en  expliquant  cette  liberté  est  utilisée  par 
qu’ils  sont  simplistes,  des criminels ou délinquants.
obsolètes ou partisans…  2.  La  surveillance  d’Internet 
2. On développe la thèse que  est une nécessité. 
l’on défend.   
 
 

2
METHODOLOGIE BTS 
L’ECRITURE PERSONELLE 
G.VALLEE – ESUP SAINT-GERMAIN

 
 
 
3) « Je  suis  partiellement  d’accord » :  le  plan  pour  nuancer  et  corriger  une 
thèse. 
 
Exemple de question  Démarche  Plan 
Etes‐vous  de  l’avis  de  1. On  présente  la  thèse  1. Sans  plaisir  et  sans 
Voltaire  quand  il  affirme :   en  justifiant  certains  joie, on travaille mal. 
« Il  faut  savoir  s’instruire  aspects.  2. Mais  on  ne  peut 
dans la gaieté, le savoir triste  2. On  explique  les  s’instruire  sans  un 
est un savoir mort. »?  points contestables.  travail  parfois 
  laborieux et ardu. 
 
 
 
2. ORGANISATION DU DEVOIR 
 
 
A. L’introduction 
Elle se présente sous la forme d’un paragraphe unique. 
 
™ Elle présente le thème général à  étudier. 
 
™ Elle présente la question. Elle expose le plus nettement possible la question 
posée,  problématique    du  sujet.  Quelques  mots  suffisent.  Si  le  sujet  est 
construit  à  partir  d’une  courte  citation,  on  reprend  celle‐ci  telle  qu’elle  est 
écrite dans la présentation. 
™ Elle  annonce  le  plan.  On  présente  les  différentes  parties  de  son 
argumentation en insistant sur le lien logique qui les unit. Le plan sera en deux 
ou  trois  parties.  On  évitera  les  présentations  banales  du  type :  nous 
travaillerons sur 3 plans……ou, nous verrons premièrement tel point et dans 
un  deuxième  temps…..On  préférera  des  présentations  telles  que : «   s’il 
apparaît que l’auteur a de bonnes raisons d’affirmer tel point de vue, il est 
logique de penser que telle façon de voir les choses est aussi concevable ». 
 
B. Le développement 
    Il  aura autant de paragraphes que de parties au plan (2 ou 3) 
    et deux ou trois sous‐parties par partie. 
    Chaque sous‐ partie commencera par un alinéa.  
     
    Chaque partie comprendra deux ou trois sous‐parties c'est‐à‐dire deux 
ou  trois  arguments  qui  iront  dans  le  sens  de  la  démonstration  désirée.  Chaque 
argument devra être accompagné d’un exemple l’illustrant.  

3
METHODOLOGIE BTS 
L’ECRITURE PERSONELLE 
G.VALLEE – ESUP SAINT-GERMAIN

Pour  synthétiser :  un  argument  par  sous‐partie,  accompagné  d’un  exemple 


l’éclairant, d’un deuxième s’il éclaire de façon différente. Vous devrez aussi présenter 
la référence d’un auteur dont vous aurez étudié les caractéristiques pendant l’année 
ou présent dans le corpus. Il  faudra citer l’auteur, le livre dont est extraite la pensée 
que vous étudiez et l’époque d’écriture. 
L’idéal serait d’utiliser  une référence d’auteur pour chaque argument. 
On  peut  terminer  une  sous‐partie  par  une  phrase  conclusive  reprenant  son 
contenu global mai ceci n’est pas obligatoire. 
 
Pour résumer le développement : 
 
1ère partie  2ème partie 
1er  2ème  1er  2ème 
argument  argument  argument  argument 
exemple  exemple  exemple  exemple 
référence  référence  référence  Référence 
 
C. La conclusion 
                 Elle se présente sous la forme d’un paragraphe unique. 
 
™ Elle  résume  l’argumentation.  On  reformule  de  manière  synthétique  les 
différents points du travail (une ou deux phrases)  et on énonce clairement le 
point de vue auquel on a abouti. Pour ce faire, il est bon d’utiliser le « je ». 
™ Elle ouvre sur un autre débat qui donne au lecteur la possibilité de réfléchir 
à  une  nouvelle  problématique,  ou  elle  referme  le  débat  par  une  phrase 
conclusive. 
 
 
3. COMMENT S’Y PRENDRE ? 
 
Le  volume  global  de  cette  argumentation  est  d’environ  60  lignes,  mais  elle  peut 
aussi être plus longue. 
On  sautera  2  lignes  entre  l’introduction  et  le  développement ;  1  ligne  entre 
chaque paragraphe du développement et 2 lignes entre le développement et 
la conclusion. Entre chaque argument, on ira à la ligne avec un alinéa. 
On n’oubliera pas de souligner les ouvrages cités dans le développement. 
 
Comment trouver les arguments ? 
 
™ Le  relevé  des  idées.  On  relit  les  documents  du  corpus  pour  retrouver 
d’éventuels idées et arguments qui répondent à la problématique. 
 

4
METHODOLOGIE BTS 
L’ECRITURE PERSONELLE 
G.VALLEE – ESUP SAINT-GERMAIN

™ L’élargissement  des  idées.  Les  données  recueillies  dans  les  documents  du 
dossier  de  synthèse  peuvent  servir  de  points  d’appui  à  partir  desquels  de 
nouvelles idées peuvent naître. On les note. 
 
™ Les idées spontanées. Elles viennent à l’esprit immédiatement. On les note. 
 
™ L’association.  On  se  demande  à  quel  autre  mot  fait  penser  un  mot  clé  du 
sujet. On note tous ceux qui viennent à l’esprit. 
 
™ Le  questionnement.  Se  poser  des  questions  simples  par  rapport  à  chaque 
mot‐clé peut susciter des idées : Qui ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?  
 
Comment écrire ? 
 
™ La première personne. Elle témoigne de la présence de celui qui argumente. 
Mais il faut éviter les formulations trop personnalisées, telles que : « Moi, je 
pense  que… »  au  profit  de  formulations  plus  propices  à  la  généralisation, 
telles que : » Nous pouvons estimer que… » La première personne du pluriel, 
nous,  marque  la  présence  du  candidat  de  manière  plus  discrète,  tout  en 
incluant  le  destinataire  de  l’argumentation.  En  tout  état  de  cause,  il  est 
possible  d’utiliser  le  « je »  si  ce  n’est  pas  dans  l’introduction ;  dans  la 
conclusion, il est même recommandé. 
™ La deuxième personne. On n’interpelle pas le professeur, le « vous » est donc 
à bannir. On dira : «  Nous tenterons d’expliquer » et non : « Nous tenterons 
de vous expliquer ».L’utilisation du « tu » est, bien sûr, à proscrire. 
™ Le  pronom  « on ».  Il  sert  à  associer  dans  une  même  réflexion  l’auteur  et  le 
lecteur.  Mais,  dans  un  souci  de  compréhension  et  de  cohérence,  on  évitera 
d’utiliser dans une même phrase, le « on » et le « nous ». 
 
Des «  trucs » pour mettre en valeur son opinion 
 
Certains  mots  ou  expressions  peuvent  défendre,  nuancer  ou  réfuter  une  thèse  ou  un 
argument, voici quelques synonymes : 
 
Le doute  La nuance  La certitude  La réfutation 
peut‐être,  en  un  sens,  d’une  certainement,  nullement, 
probablement,  sans  certaine  façon,  dans  sûrement,  aucunement, 
doute,  soi‐disant  une certaine mesure,  incontestablement,  certainement  pas, 
prétendu,  sembler,  admettre  nuancer,  évidemment,  contester,  critiquer, 
paraître,  douter,  se  être prudent,   vraiment,  réfuter, nier, inexact, 
demander  si,  se  indubitablement,  erroné, faux. 
garder  de,  douteux,  démontrer,  prouver, 
sceptique.  affirmer, certain, sûr, 
vrai 

5
METHODOLOGIE BTS 
L’ECRITURE PERSONELLE 
G.VALLEE – ESUP SAINT-GERMAIN

 
Les  connotations  positives  ou  négatives  du  vocabulaire  reflètent  et  amplifient 
l’argumentation et les positions en présence : 
  Verbes  Noms  Adjectifs 
Connotations +  analyser,  démontrer,  conviction,  thèse,  Clair,  original,  précis, 
comprendre,  opinion, référence  habile 
expliquer 
Connotations ‐  prétendre,  préjugé,  assertion  approximatif, 
s’imaginer, asséner  fausse,  parodie,  excessif,  banal, 
approximation  aléatoire 
 
 
Notation 
 
Ce travail sera noté sur 20 points dans l’épreuve de français 
8  points  seront  attribués  à  la  culture  générale,  c'est‐à‐dire  la  valeur  des  exemples  et 
arguments utilisés et les références d’auteurs que vous aurez pu insérer dans votre travail, 
références du et hors corpus. 
8 points seront attribués à  l’organisation de votre travail : la valeur du plan et la façon dont 
vous appliquerez la méthode dans les trois parties du devoir. 
4 points seront attribués à votre capacité à vous exprimer avec un langage, clair, cohérent, 
bien construit : fautes de syntaxe, d’orthographe, faux sens ….seront sanctionnés.