Vous êtes sur la page 1sur 53

FINANCEMENT

UNION EUROPEENNE
UE

PROJET DE CONSTRUCTION D’UN BATIMENT à NEKRIF


dans le Gouvernorat de Tataouine

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Lot Génie Civil

Août 2018

GROUPEMENT « TEC »:
Architectes : Lounissi Omar & Maïz Noureddine
Bureau d’Etudes GC : Tunisie Engineering &Conseils « TEC »
Ingénieur Conseil Electricité & Sécurité incendie : Ali HAMROUNI
Ingénieur Conseil Fluides : Mohamed Ben HAMMADI
Adresse : Appartement n°1 Bloc 9 Cité Olympique 1003 Tunis – Tunisie
Tél : +216 71 770 801 - +216 71 805 601 Fax : +216 71 805 582
SOMMAIRE

I. PRELIMINAIRES...................................................................................................................................................... 1
1.1- OBJET DU PRESENT CAHIER .......................................................................................................................... 1
1.2- PRESCRIPTIONS PARTICULIERES AUX CLAUSES TECHNIQUES ............................................................ 1
1.3- CONTRADICTIONS DANS LES DOSSIERS ..................................................................................................... 1
1.4- PRESCRIPTIONS GENERALES RELATIVES AUX LOTS TECHNIQUES. ................................................... 1
1.5- DOCUMENTS DE REFERENCES ...................................................................................................................... 1
1.6- INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER ..................................................................................................... 1
1.7- DISPOSITIFS DIVERS DE SECURITE .............................................................................................................. 2
1.8- PANNEAU DE CHANTIER DIMENSION 1.40 X 1.60M .................................................................................... 2
1.9- DECOUVERTES LORS DES TRAVAUX DE TERRASSEMENT..................................................................... 2
1.10- CLOTURES ET SIGNALISATIONS ................................................................................................................. 2
1.11- PROTECTION DES OUVRAGES ..................................................................................................................... 3
1.13- ETATS DES LIEUX AVANT TRAVAUX ........................................................................................................ 3
1.14- TRACE DES OUVRAGES ................................................................................................................................. 3
1.15- ESSAIS RECONNAISANCE DES RESEAUX .................................................................................................. 3
1.16-TRAVAUX D'ASSECHEMENT - EVACUATION DES EAUX NATURELLES.............................................. 3
1.17-TRAVAUX DE DEMOLITIONS DANS LES BATIMENTS EXISTANTS....................................................... 3
II - TERRASSEMENTS ................................................................................................................................................ 5
2.1. GENERALITES .................................................................................................................................................... 5
2.2. EXECUTION DES FOUILLES ............................................................................................................................ 5
2.3. FONDATIONS ..................................................................................................................................................... 5
2.4. REMBLAIS ........................................................................................................................................................... 5
III - TRAVAUX DE BETON ET BETON ARME ...................................................................................................... 7
3.1- ETENDUE DES TRAVAUX, NORMES ET TEXTES DE REFERENCES, PLANS .......................................... 7
3.2- MATERIAUX....................................................................................................................................................... 7
3.3- EXECUTION DES TRAVAUX ........................................................................................................................... 8
3.4- ESSAIS, CONTROLES ...................................................................................................................................... 12
IV- TRAVAUX DE MAÇONNERIE & ENDUITS ................................................................................................... 15
4.1 GENERALITES ................................................................................................................................................... 15
4.2 NORMES ET TEXTES DE REFERENCES - ESSAIS ........................................................................................ 15
4.3 - MATERIAUX .................................................................................................................................................... 15
4.4 - EXECUTION DES TRAVAUX ........................................................................................................................ 16
4.5 - ENDUITS : GENERALITES - PREPARATION AVANT ENDUITS : ............................................................... 17
4.6 - ENDUITS A LA CHAUX SOUS PLANCHERS EN CORPS CREUX OU DALLES : ..................................... 17
4.7 - ENDUIT INTERIEUR : ..................................................................................................................................... 17
4.8 - ENDUIT AU MORTIER DE CHAUX HYDRAULIQUE AVEC PREMIERE COUCHE DE CIMENT : ........ 17
4.9 - ENDUIT GRILLAGE DE 25 MM D'EPAISSEUR : .......................................................................................... 17
4.10 - REPRISE DES ENDUITS SUR MURS ANCIENS : ....................................................................................... 18
V. ETANCHEITE, SUPPORTS ET JOINTS DE DILATATION ........................................................................... 19
5. 1 SPECIFICATIONS TECHNIQUES GENERALES ............................................................................................ 19
5. 2- SUPPORT DE L’ETANCHEITE SUR OSSATURE EN B.A............................................................................ 19
5.3. ETANCHEITE MONOCOUCHE ....................................................................................................................... 19
5.4- EVACUATION DES EAUX PLUVIALES ........................................................................................................ 20
5.5 PROTECTION DE L’ETANCHEITE DES PARTIES COURANTES ................................................................ 20
5.6 PROTECTION DE L’ETANCHEITE DES RELEVES ....................................................................................... 21
5.7 SOLIN .................................................................................................................................................................. 21
5.8 DESCENTE DES EAUX PLUVIALES ............................................................................................................... 21
VI. REVETEMENTS DIVERS ................................................................................................................................... 22
6.1- FORMES – CARRELAGES - DALLAGES........................................................................................................ 22
6.2- REVETEMENT MURAUX SCELLES ET COLLES ......................................................................................... 25
6.3 PLAFONDS SUSPENDUS .................................................................................................................................. 27
XII. MENUISERIE EN ALUMINIUM ...................................................................................................................... 30
7.1- CHASSIS EXTERIEURS EN ALUMINIUM ..................................................................................................... 30
7.2- REPERAGE DES TYPES DE CHASSIS............................................................................................................ 30
7.3- CHASSIS FIXES EN ALUMINIUM AVEC VITRAGE SIMPLE VITRAGE ................................................... 30
7.4- CHASSIS A SIMPLE OUVRANT EN ALUMINIUM SIMPLE VITRAGE ...................................................... 30
7.5- CHASSIS BASCULANT EN ALUMINIUM ..................................................................................................... 31
7.6- CHASSIS DOUBLE OUVRANT EN ALUMINIUM ......................................................................................... 31
7.7- CHASSI OSCILLO BATTANT EN ALUMINIUM ........................................................................................... 31
7.8- PORTES SIMPLES EN ALUMINIUM COMPLETEMENT VITREES ............................................................ 31
7.9- PORTES DOUBLES EN PROFILES D'ALUMINIUM...................................................................................... 31
7.10- CHASSIS PERSIENNE EN ALUMINIUM : .................................................................................................... 31
VIII - MENUISERIE EN BOIS .................................................................................................................................. 32
8.1- GENERALITES :................................................................................................................................................ 32
8.2- QUALITE DES OUVRAGES DE MENUISERIE : ............................................................................................ 32
8.3 - ETENDUE DES TRAVAUX : ........................................................................................................................... 32
8.4 - ECHANTILLON : .............................................................................................................................................. 32
8.5 - QUALITE DES MATERIAUX : ........................................................................................................................ 32
8.6 - EXECUTION ET MISE EN OEUVRE : ............................................................................................................ 32
8.7- PROCESSUS DE POSE ENTRETIENT: ........................................................................................................... 34
8.8 - RECEPTION DES MENUISERIES - GARANTIE : ......................................................................................... 34
8.9- TYPE ET NATURE DES MENUISERIES :....................................................................................................... 34
IX - TRAVAUX DE FERRONNERIE ....................................................................................................................... 36
9.1 - MATERIAUX : .................................................................................................................................................. 36
9.2 - DESSIN D'EXECUTION : ................................................................................................................................. 36
9.3 - MISE EN OEUVRE : ......................................................................................................................................... 36
9.4 - TRAITEMENT DE SURFACE :........................................................................................................................ 36
X - OUVRAGES DIVERS ........................................................................................................................................... 37
10.1 RAMPE POUR PERSONNE A MOBILITE REDUITE (PMR) ......................................................................................... 37
10.2 HAMPE POUR DRAPEAU ....................................................................................................................................... 37
10.3 GRILLE DE VENTILATION .................................................................................................................................... 37
10.4 DALLETTE EN BETON ARME ................................................................................................................................. 37
10.5 BAC FLEUR : ........................................................................................................................................................ 37
10.6 ENSEIGNE EN MARBRE BLANC ............................................................................................................................. 37
10.7 HABILLAGE EN BRIQUES PLEINES : ...................................................................................................................... 37
10. 8- APPUIS DE FENETRES EN BETON PREFABRIQUE : ............................................................................... 37
10. 9- POSE DE CADRES DE TOUTES DIMENSIONS : ........................................................................................ 37
XI- TRAVAUX DE PEINTURE ET DE VITRERIE ................................................................................................ 38
11.1 - MATERIAUX : ................................................................................................................................................ 38
11.2 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES : ................................................................................................................ 39
11.3 - CONSISTANCE DES TRAVAUX - NATURE DES FONDS : ....................................................................... 39
11.4 - PROTECTION DES OUVRAGES : ................................................................................................................ 40
11.5 - ECHAFAUDAGES : ........................................................................................................................................ 40
11.6 - ECLAIRAGE : ................................................................................................................................................. 40
11.7 - NETTOYAGE, CONTROLE ET RECEPTION : ............................................................................................ 40
11.8 - MISE EN OEUVRE DES MATERIAUX : ...................................................................................................... 40
11.9 - MODE D'EXECUTION ET DE MISE EN OEUVRE : .................................................................................... 40
11.10 - PEINTURE DE MARQUE : .......................................................................................................................... 42
11.11. TRAVAUX DE FAUX PLAFOND EN PLATRE : .................................................................................... 43
XII - AMENAGEMENTS EXTERIEURS ET VRD ................................................................................................. 46
12.1 NATURE DES TRAVAUX ............................................................................................................................... 46
12.2 GÉNÉRALITÉS ................................................................................................................................................ 46
12.3 ALLEES CARROSSABLE ET PARKINGS ...................................................................................................... 47
12.4 - RÉSEAU - ASSAINISSEMENT ...................................................................................................................... 47
12.5 TROTTOIR ET ALLEES EN PAVE.................................................................................................................. 49
PROJET DE CONSTRUCTION D’UN BATIMENT A NEKRIF DANS LE GOUVERNORAT DE
TATAOUINE
Lot Génie Civil
CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES
I. PRELIMINAIRES

1.1- OBJET DU PRESENT CAHIER


Le présent document constitue le Cahier des Clauses Techniques Particulières relatif aux travaux afférents à la
CONSTRUCTION D’UN BATIMENT A LA LOCALITE DE NEKRIF DANS LE GOUVERNORAT DE TATAOUINE. Dans la suite le
Cahier des Clauses Techniques Particulières sera désigné par le sigle «CCTP».

1.2- PRESCRIPTIONS PARTICULIERES AUX CLAUSES TECHNIQUES


Le CCTP comprend des articles de généralités et des articles décrivant les différents postes du marché. En cas de
contradiction entre les généralités et les prescriptions des articles décrivant les postes, ces dernières prévalent.

1.3- CONTRADICTIONS DANS LES DOSSIERS


En cas de contradiction entre les pièces écrites et les plans du dossier d'appel d’offres, ces premières prévalent.
S’il estime qu'il y a contradiction entre les prescriptions des différentes pièces du dossier, l'Entrepreneur est tenu de
signaler la ou les contradictions dans son offre.

1.4- PRESCRIPTIONS GENERALES RELATIVES AUX LOTS TECHNIQUES.


Les équipements et installations décrits dans les dossiers d'appel d'offres relatifs aux divers lots techniques
respecteront, outre les prescriptions de ces documents, les prescriptions complémentaires des dossiers établis par
l'Architecte.
En cas de contradiction, les impositions émanant des Ingénieurs Conseils prévalent en ce qui concerne les aspects
techniques et les impositions émanant de l'Architecte prévalent en ce qui concerne les aspects architecturaux et
esthétiques.
L'entrepreneur est tenu de signaler avant tout début d'exécution à l’Architecte ou à l’Ingénieur Conseil concerné, les
éventuelles discordances entre leurs documents, la décision finale revenant à l'Architecte chargé de la coordination.

1.5- DOCUMENTS DE REFERENCES


La liste ci-après énumérée:
- Soumission ;
- Bordereau des prix unitaires ;
- Détail estimatif ;
- Cahier des Clauses Administratives Particulières désigné par « CCAP» ;
- Cahier des Clauses Techniques Particulières, désigné par «CCTP», complété éventuellement par la note
technique de l’Entrepreneur ;
- Les dossiers des plans.
- Le calendrier général prévisionnel d’exécution ;
- Le Cahier des Clauses Administratives Générales imposées aux Entreprises en Tunisie ;
- L’ensemble des normes Tunisiennes et Françaises et des DTU et les cahiers des prescriptions techniques
communes «CPTC».

1.6- INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER


Le poste installation du chantier comprend l'ensemble des travaux d'installation, de préparation et de repérage
nécessaires à la bonne exécution des ouvrages, dans le respect des règles de sécurité, des impositions légales et
réglementaires et des prescriptions des documents de référence.
Il comprend également les travaux de démontage des installations, le nettoyage du chantier et l'évacuation des
décombres.
Sont notamment compris:
- L'installation et la mise en service du matériel de chantier, des lieux d'entreposage des matériaux et du matériel,
des locaux pour le personnel, du bureau de chantier et des locaux réservés au Maître d’œuvre et Maître
d’Ouvrage conformément aux prescriptions du CCAP, des raccordements provisoires divers, de la clôture du
chantier ;
- L'ensemble des mesures assurant la sécurité des personnes et des biens, tant publics que privés ;
- L'obtention des diverses autorisations nécessaires à la bonne fin du chantier ;

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 1


- Les percements et resserrages divers, même non prévus aux plans, nécessaires à la bonne exécution de
l'ouvrage ;
- Enfin de chantier, le démontage et l'évacuation du matériel, le repli, le démontage et l'évacuation de
l'installation de chantier et le nettoyage avant réception provisoire des ouvrages et du chantier ;
- Pendant toute la durée du chantier, l'évacuation immédiate des décombres à la décharge publique et le
nettoyage régulier du chantier ;
- Les ouvrages et prestations préparatoires décrits dans les articles du présent CCTP ;
- L'entrepreneur réclame au maître de l'ouvrage les autorisations de bâtir. Ces documents, ainsi qu'une copie des
documents d'entreprise et des rapports de chantier, et les échantillons approuvés sont conservés au bureau de
chantier.

1.7- DISPOSITIFS DIVERS DE SECURITE


L'entrepreneur veille à installer en tout endroit nécessaire, les étançons, garde-corps, clôtures, protections et éclairages
prescrits par les règlements en vigueur.
Il tient des casques de modèle agrée, distincts de ceux réservés à son personnel, à la disposition des délégués du maître
de l'ouvrage, des membres de contrôle des travaux et des visiteurs.
Lorsqu'il travaille dans des lieux occupés ou fréquentés par le maître de l'ouvrage, son personnel ou des tiers, il établit
toutes les protections, barrières, déviations, signalisations utiles, en vue d'assurer leur protection.

1.8- PANNEAU DE CHANTIER DIMENSION 1.40 X 1.60M


Le poste comprend la fourniture et la pose, à l'ouverture du chantier, à l’endroit figuré aux plans ou à désigner sur
place par le Maitre d’Oeuvre, d'un panneau de chantier en contreplaqué marin peint de 18 mm ou en PVC de 10 mm
d'épaisseur, lettré suivant plan ou indications du Maitre d’Oeuvre ou, à défaut, suivant projet à soumettre à
l'approbation de celui-ci, réalisé sur fond blanc en lettres noires et constitué:
D’un panneau de dimensions spécifiées ci-dessus renseignant:
- le nom et l'adresse du Maître de l'ouvrage, le nom et l'adresse du Maître de l'ouvrage Délégué, le titre du projet
- le nom, l'adresse et le numéro de téléphone du groupement de concepteurs.
- le nom, l'adresse et le numéro de téléphone de l'Entreprise Générale.
Il comprend également l'entretien de ces panneaux, pendant toute la durée du chantier jusqu'à la réception provisoire,
le démontage et l'évacuation en fin de chantier.
L'ensemble de l'ouvrage est à soumettre à l’approbation du maître de l’ouvrage. Les panneaux sont apposés sur une
structure de support suffisante pour résister aux vents les plus violents.

1.9- DECOUVERTES LORS DES TRAVAUX DE TERRASSEMENT


Aucune maçonnerie, canalisation, câble, rencontrés pendant les travaux de terrassement ne devra être démolie sans
qu'une enquête n'ait donné la certitude qu'elle ne fait partie d'installations organisées présentant un caractère de
propriété, ou d'utilité privée ou publique.
L'entrepreneur devra remettre au Chef de Projet, pour acceptation, les attachements figurés concernant toutes les
particularités rencontrées.
Les éventuelles découvertes à caractère archéologique seront immédiatement signalées par l'Entrepreneur au Maître de
l'ouvrage qui pourra décider de la suspension immédiate des travaux de terrassement. Les découvertes ne pourront être
enlevées que moyennant l'accord formel du Maître de l'ouvrage, reçu après enquête. En cas de découverte
archéologique importante, la prolongation du délai d'entreprise sera déterminée d’un commun accord avec le Maître de
l'ouvrage.

1.10- CLOTURES ET SIGNALISATIONS


L'entrepreneur établit à ses frais la clôture provisoire du chantier.
Celle-ci est effective et a pour but d’interdire l'accès du chantier aux tiers.
Les travaux comprennent la fourniture, le montage, l'entretien, le démontage et l'évacuation de la clôture provisoire du
chantier, ainsi que la remise en état du sol après enlèvement de la clôture.
L'entrepreneur appose, bien visiblement, des écriteaux indiquant la défense d'accès au chantier aux personnes non
autorisées à y circuler.
La clôture doit être établie solidement. L’entrepreneur veille à la fermeture adéquate des accès chaque jour après la
cessation du travail
A front de la voie publique, la clôture doit être conforme aux prescriptions des autorités compétentes et soumises à
leur approbation préalable.
Elle est pourvue d'un éclairage suffisant réalisé au moyen de lampes de couleur blanche ou jaunâtre et/ou de feux jaune
orange clignotants.
L'éclairage fonctionnera du coucher au lever du soleil, ainsi qu'en toutes circonstances où il n'est pas possible de voir
distinctement à une distance de 200 ml’

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 2


Cet éclairage est installé partout où la clôture risque de constituer un danger pour la circulation des piétons et des
véhicules.
La clôture reste la propriété de l'entrepreneur et doit être enlevée aussitôt que l'état d'avancement des travaux le permet
et, en tous cas, dans les huit jours de la demande du maître de l'ouvrage.
Toutefois, si le maître de l'ouvrage en fait la demande, la clôture sera maintenue jusqu'au parachèvement complet de la
construction.

1.11- PROTECTION DES OUVRAGES


Les travaux de protection comprennent toutes les mesures nécessaires au maintien de la stabilité des ouvrages voisins,
ainsi que celles les protégeant contre les intempéries, les souillures et les poussières.
De même, tous les ouvrages qui risquent d'être endommagés par le fait des intempéries et du ruissellement de l'eau de
pluie sont soigneusement protégés par tous moyens appropriés.
L'entrepreneur informe l'auteur de projet de son plan d'étaiement ainsi que de son programme d'exécution.

1.13- ETATS DES LIEUX AVANT TRAVAUX


L’entrepreneur est contractuellement responsable des dégâts qu'il cause du fait de ses travaux. Préalablement à tous
travaux, l'entrepreneur fait dresser, les états des lieux des propriétés du maître de l'ouvrage et les états des lieux des
bâtiments et des voisins, tant publiques que privées. Une copie de ces états des lieux est remise au Maitre d’Oeuvre
sitôt après leur établissement.
L'entrepreneur qui néglige de faire dresser les états des lieux supporte seul l'entière responsabilité pécuniaire de sa
négligence.

1.14- TRACE DES OUVRAGES


Le tracé des ouvrages incombe à l'entrepreneur qui en est seul responsable, même si l'architecte le vérifiait ou le faisait
vérifier.
L'entrepreneur est, en outre, tenu d'assister aux bornages, délimitations et nivellements des terrains ainsi qu'aux
vérifications d'alignements et de niveaux par les agents des administrations communales ou autres, lorsque cette
formalité est requise.
Le cas échéant, il établit au moyen de repères maçonnés ou de tout autre système durable, les points de références
nécessaires à ses opérations et demande à l'architecte confirmation du niveau de référence.

1.15- ESSAIS RECONNAISANCE DES RESEAUX


Préalablement au début de ses travaux ou après les démolitions, l'entrepreneur fait réaliser à ses frais l’identification
des différents réseaux enterré ou apparents se trouvant sur l’emprise des travaux à réaliser.

1.16-TRAVAUX D'ASSECHEMENT - EVACUATION DES EAUX NATURELLES


L'entrepreneur est tenu de prendre toutes les mesures nécessaires en vue de maintenir à sec les ouvrages.
Les mesures courantes d'épuisement, telles que l'assèchement par pompage intermittent au moyen de pompes
portatives, constituent une charge d'entreprise.
L'importance de ces travaux n'étant pas nécessairement prévisible, le poste pourra toutefois donner lieu à décompte si
l'entreprise requiert, au vu de circonstances mises en évidence en cours d’œuvre, la mise en œuvre de moyens
exceptionnels.

1.17-TRAVAUX DE DEMOLITIONS DANS LES BATIMENTS EXISTANTS


Les méthodes et procédés de démolition sont laissés à l'appréciation de l'entrepreneur qui adoptera les dispositions qui
lui conviennent après accord des intervenants (Maitre d’œuvre, et Contrôleur Technique) sur le procédé qui doit faire
l’objet d’une proposition au préalable de toute exécution.
Il est toutefois formellement spécifié que les méthodes de démolition devront rester dans le Cadre de la
réglementation, des recommandations et des instructions qui lui seront données par les services compétents : du Maitre
d’œuvre et ou du Contrôleur Technique. L'entrepreneur devra lors de ce choix, tenir compte qu'il devra assurer dans
tous les cas :
- la sécurité du personnel et la sécurité du public ;
- la démolition avec soins des parties de la structure afin de ne pas provoquer des désordres par les vibrations ou
des démolitions brutales ;
- l’entrepreneur doit effectuer les étaiements nécessaires et préconiser des moyens adéquats et appropriés pour la
démolition ;
- la conservation sans dommages des propriétés voisines bâties ou non bâties ;
- la protection des ouvrages et constructions conservés contigus ou situés à proximité ;
- toutes autres obligations qui lui seraient imposées par les conditions particulières du chantier.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 3


1.17.1- DEMOLITION PARTIELLE D'OUVRAGE
Toutes les démolitions quelconques de parties spécifiques d'ouvrages existants nécessaires à la réalisation du projet
sont exécutées de manière à garantir la bonne conservation des parties d'ouvrages à maintenir, notamment lors de la
démolition d'ouvrages en maçonnerie et en béton armé.
Les travaux comprennent l'évacuation hors du chantier des gravats et débris provenant des démolitions. Sauf
stipulation contraire, tous les matériaux provenant des démolitions deviennent la propriété de l'entrepreneur.
Les prix comprennent en outre le coût de tous les ouvrages nécessaires à la protection et à la Préservation des ouvrages
à maintenir qui ne font pas l'objet de postes distincts, notamment en ce qui concerne la stabilité de l'immeuble par
étançonnement, étayage, blindages, etc.
En ce qui concerne la protection contre les intempéries par tous les moyens appropriés tels que bâches, toitures
provisoires, écrans, etc. et en ce qui concerne la protection contre les incursions par tous les moyens appropriés,
clôtures, obturations etc.
L'entrepreneur s'assure, le cas échéant, de ce que les canalisations qu'il a à démonter ou à sectionner ont été
préalablement mises hors service,
Il prend contact, chaque fois que nécessaire, avec les diverses sociétés de distribution concernées et fait réaliser les
travaux de sectionnement et les déviations par des professionnels qualifiés et compétents.
. DEMOLITIONS DE LA MACONNERIES
Il comprend la démolition partielle ou la démolition de parties d'ouvrages en maçonnerie tels que maçonnerie pleine
ou mixte extérieure, maçonnerie intérieure en blocs de béton ou briques, nécessaires à la réalisation du projet,
notamment en vue de la création des espaces et des ouvertures prévus aux plans.
Le coût de la démolition ou du démontage et de l'évacuation des éléments structurels en béton armé ou métalliques
éventuellement incorporés aux maçonneries à démolir est compris dans le prix. De même, l'enlèvement des
revêtements des parties de murs à démolir est compris ce poste.
. DEMOLITIONS DES CLOISONS
Le poste comprend la démolition partielle ou la démolition de parties d'ouvrages, notamment en vue de la création des
espaces et des ouvertures prévus aux plans.
La démolition comprend la cloison ainsi que tous les éléments qui l'habillent ou qui en font partie tels que plafonnages,
revêtement, carrelage, huisseries, tubages électriques, canalisations,......
Le coût de la démolition ou du démontage et de l'évacuation des éléments à démolir est compris dans le prix.
. DEMOLITIONS DES MURS EXTERIEURS
Le poste comprend la démolition partielle ou la démolition de parties d'ouvrages avec évacuation des déchets hors du
chantier.
Le coût de la démolition ou du démontage et de l'évacuation des éléments structurels en béton armé ou métalliques
éventuellement incorporés aux maçonneries à démolir est compris dans le prix.
. PERCEMENT DANS LES CLOISONS LEGERES
Réalisation des percements dans les cloisons légères y compris la modification de la structure portante, le
renforcement des tours des baies au moyen d'éléments structurels semblable aux existants, le ragréage des panneaux de
manière à obtenir une surface prête à peindre.
. DECAPAGE PARTIEL D'ENDUITS
Décapage et évacuation d'enduits ou parties d'enduits spécifiés sur plans ou dans les documents d'adjudication.
Le poste comprend le nettoyage du support jusqu'à la nécessité de son utilisation ultérieure.
Les matériaux sont évacués.
. DEMONTAGE D'HUISSERIES
Le poste comprend le démontage et l'évacuation de toutes les huisseries intérieures et extérieures gênantes pour
l'exécution des travaux, en ce compris les décapages de tableaux éventuellement nécessaires.
Tout démontage en vue de réutilisation et stockage dans un lieu à préciser par le maitre d’ouvrage, des huisseries ou
parties d’huisseries spécifiées dans les articles particulières.
. DEMOLITION DES CHAUSSEES
Le poste comprend le fractionnement, le démontage et l'évacuation hors de l'emprise des travaux, aux frais de
l'entrepreneur, des revêtements existants tant hydrocarbonés qu’en béton, et ce compris les accessoires de voirie, les
éléments linéaires, la fondation et la sous-fondation.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 4


II - TERRASSEMENTS

2.1. GENERALITES
Les travaux de terrassement seront conformes au cahier des charges et aux recommandations du DTU N°12.
L'Entrepreneur est réputé connaître la nature du terrain et est responsable de ses méthodes de travail.

2.2. EXECUTION DES FOUILLES


L'Entrepreneur est tenu avant tout commencement des fouilles de faire réceptionner le tracé par le Maitre d’œuvre .Il
exécutera toutes les fouilles en excavation, en rigoles, en puits nécessaires pour les fondations et dallages.
Les fonds des fouilles seront dressés horizontalement sauf dans le cas où un assainissement s'avèrera nécessaire, lequel
sera facilité par une pente de 2 % à 5 %.
En présence de fouilles pour fondations à niveaux décalés, l'exécution des travaux sera conduite de sorte à éviter tout
desserrement des terres comprises entre les niveaux décalés.
Les parois des fouilles devront être stables. L'Entrepreneur sera responsable de leur tenue et de celle des sols. Il
fournira et mettra en place à cet effet, les soutènements nécessaires. La nature des étaiements et blindages sera fonction
de la nature du terrain, si des éboulements se produisent ou si les fouilles sont envahies par des eaux de quelque nature
que ce soit, l'entrepreneur en prendra la charge, sans qu'une indemnité supplémentaire ne soit due. Les eaux seront
évacuées à une distance convenable des fouilles (pompes filtrantes ou tout autre moyen de rabattement). Il ne devra y
avoir aucune trace d'eau stagnante au moment du coulage du béton.
Si on ne trouve pas à la profondeur indiquée sur le plan un sol permettant d'établir des fondations, l'Entrepreneur devra
obtenir l'autorisation écrite du M.O. avant de fouiller à une plus grande profondeur. Les parties dures éventuellement
rencontrées seront rasées à 50 cm en contre bas du fond et l'excavation sera remblayée en sable pilonné par couches de
20 cm ou en béton maigre.
Au cas où l'Entrepreneur pousserait les fouilles plus basses que les niveaux indiqués sur les plans sans instructions
écrites, il remplira la section de fouilles en dépassement avec du gros béton à ses propres frais.
L'Entrepreneur devra vérifier qu'il n'existe dans le terrain au-dessous de l'emprise de l'ouvrage et à proximité des
fondations aucune cavité susceptible d'être poinçonnée ni aucune ancienne canalisation.
Tous les déchets chimiques qui pourraient être rencontrés seront purgés et rebutés.
Les matériaux extraits ne contenant pas de matière à rejeter pourront être utilisés en remblais après accord du M.O.
Les terres nécessaires aux remblais seront laissées sur berge, à proximité.
Les terres excédentaires serviront à remblayer d'autres fouilles ou seront évacuées en dehors du chantier vers un
endroit à déterminer en accord avec le M.O. Les moyens de transport seront choisis de façon à ce que leur circulation
ne provoque aucun dommage sur le chantier et autour des fouilles.
L'Entrepreneur informera le M.O. du moment où les fouilles seront prêtes à être réceptionnées.
Elles devront être approuvées avant l'exécution de tous autres travaux de fondations.

2.3. FONDATIONS
L'Entrepreneur sera responsable de la sécurité et de la stabilité des conduites noyées dans les fondations.
Le bétonnage de propreté est exigé pour toutes les fondations principales sur une épaisseur indiquée sur les plans
détaillés mais qui ne devra en aucun cas être inférieure à 50 mm.
Lorsque l'on utilise, au-dessous des bétons de fondations, des couches de papier Kraft bitumineux ou de plastique, ces
matériaux devront se chevaucher sur 10 cm au minimum.

2.4. REMBLAIS
Aucun remblayage ne sera exécuté avant que les fondations des structures ne soient approuvées par le M.O.
Le sol de l'emprise sera débarrassé de tout ce qui pourrait nuire à la liaison du terrain en place avec les remblais
(racines, débris, souches d'arbres...). La terre végétale sera décapée sur une épaisseur d'au moins 20 cm.
Les matériaux pour remblais seront exempts de plâtre, graviers hétérogènes, souches, débris, terres fluentes, argiles,
schistes, vase, mortiers ou matières organiques. Les remblais employés seront constitués de sols homogènes. Les blocs
rocheux et les déchets de carrière seront autorisés sous réserve que les vides soient remplis par un remblai de bonne
nature.
Toutes les terres de remblai seront soigneusement compactées autour des fondations. Il faudra veiller particulièrement
à obtenir la densité maximale de remblayage autour des compresseurs alternatifs ou autres fondations d'équipements
assujetties à des vibrations.
Les terres de remblai seront disposées en couches horizontales de 20 cm avant compression. Le compactage sera
conduit de manière à ne provoquer aucun dommage ou dégradation aux ouvrages existants, chaque couche sera alors
fermement consolidée par des dames mécaniques.
Sous les planchers en béton, le remblayage se fera à l'aide de matériaux spécialement sélectionnés et approuvés, damés
en couches ne dépassant pas 20 cm d'épaisseur.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 5


Les remblais en contact des bâtiments seront constitués, si possible, par des terres provenant des fouilles ou par des
matériaux assurant les drainages au voisinage des fondations. Leur mise en place sera telle que les fondations, sous-sol
et murs de soutènement ne subissent aucun dommage.
Les remblais en contact avec les parois du réservoir d’eau doivent être de type drainant, leur mise en place ne doit
provoquer aucun dommage à la structure de ces réservoirs.
Au-dessus des canalisations et galeries, les remblais seront exempts de blocs importants.
L'indice de plasticité des matériaux de remblai devra être inférieur à 9.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 6


III - TRAVAUX DE BETON ET BETON ARME

3.1- ETENDUE DES TRAVAUX, NORMES ET TEXTES DE REFERENCES, PLANS

3.1.1- ETENDUE DES TRAVAUX :


Les travaux comprendront toutes les livraisons et l'exécution complète de tous les travaux en béton et béton armé. Ils
comportent les parties suivantes :
- Gros béton avec de la caillasse 25/40 dans les endroits indiqués sur les plans et éventuellement pour la consolidation
partiellement des ouvrages en fondation.
- Béton de propreté pour les ouvrages en béton armé directement sur le sol.
- Béton armé en fondation pour les semelles, socles, longrines, etc.
- Béton armé en élévation pour poteaux, raidisseurs, linteaux, appuis de fenêtres, etc.
Les travaux de bétonnage non spécifiés par ailleurs dans les bâtiments et constructions à charge du présent
entrepreneur ou non explicitement décrits devront être livrés et exécutés par le présent entrepreneur.
3.1.2 NORMES ET TEXTES DE REFERENCES :
- Les spécifications du cahier des prescriptions techniques du centre scientifique et Technique du Bâtiment (C.S.T.B)
Paris,
- Les règles techniques de conception et de calcul des fondations des ouvrages de génie civil cahier des clauses
techniques générales (C.C.T.G.) applicables aux marchés publics de travaux,
- Les normes Tunisiennes,
- Les normes Françaises,
- Les Documents Techniques Unifiés (D.T.U),
- Les règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et construction en béton armé suivant des états limites
BAEL 91 révisées 99,
- Les règles NV 65 modifiées 95,
Les conditions du marché sont basées sur les documents publiés à la date d'entrée en vigueur, y compris toutes leurs
modifications à cette date.
En cas de modification de l'un de ces documentes en cours d'exécution les prestations correspondantes pourraient être
exigées ordre de service ou avenant.
3.1.3 PLANS :
L'entrepreneur devra exécuter les dessins complémentaires nécessaires à l’achèvement des travaux, entre les listes de
confection des armatures, dessins de coffrage, dessins d'échafaudage, etc.
Il pourra être exigé que ces dessins, de même que leurs calculs, soient approuvés par le MDO. Malgré cette
approbation, l'entrepreneur supportera l’entière responsabilité quant à l'aptitude et à solidité des constructions.

3.2- MATERIAUX

3.2.1- ACIERS POUR BETON ARME


Qualité et géométrie suivant les normes AFNOR NF 35-015, NF A35-016 et NF A 35-017 en dernière publication.
Les fiches d'homologation des aciers à fournir sur chantier pourraient être exigées par le MDO les types d'acier pour
armatures seront les suivant.
a) Ronds lisses pour béton armé :
Ronds lisses, nuance Fe E235.
Limite d'élasticité : 235 MPa
Résistance à la traction 410 MPa.
Allongement minimal à la rupture : 25%.

b) Barres à hautes adhérences pour béton armé :


HA : acier Haut Adhérence, nuance Fe E500
Limite d'élasticité : 500 MPa.
Résistance à la traction : 550 MPa
Diamètre d < 20mm : en 42 Kgf/mm2.
Diamètre d > 20mm : en 40 Kgf/mm2.
Allongement minimal à la rupture : 10 %.
Coefficient de fissuration : η= 1.6.
Coefficient de scellement : ψs= 1.5.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 7


3.2.2- CIMENT
Il sera utilisé un ciment portland artificiel (CEM I42.5), d’après la norme tunisienne NT 47-01 et la norme européenne
EN 197-1 :2000. L’usage du ciment vieux, pierreux ou granulé, de sacs éventés est interdit. Le ciment devra toujours
provenir de la même usine pour des raisons de teinte.
Le ciment sera livré sur chantier en sacs palettisés et sera conservé à l'abri de l'humidité dans un local fermé ou dans
un silo. Le stockage sur chantier doit être de courte durée. Le ciment qui sera livré en vrac sera conservé
obligatoirement dans un silo.
3.2.3- GRANULATS (sable et gravier)
La granulométrie et la qualité des granulats doivent correspondre aux exigences de résistances imposées au béton. Les
produits de carrière proviendront des meilleurs bancs de la région.
Ils devront être conformes aux normes du REEF ; aux normes tunisienne : NT 21-30, NT 21.100 (2001) ; aux normes
française : NF EN 12620+A1 et agrées sans réserves par le bureau de contrôle et le Maître d’Oeuvre.
Les sables et les gravillons seront propres, exempts de terre, d'argiles, de toutes impuretés organiques et de toute
matière susceptible d'altérer la résistance ou l'imperméabilité du béton ou d'attaquer les armatures.
Toutes les dispositions doivent être prises pour éviter la ségrégation au cours du stockage ou de la reprise.
Le dépôt de stockage doit être aménagé de telle manière que la pollution des granulats par des boues ou autres soit
évitée.
Le lavage périodique de ce dépôt pourra être exigé par le Maître d’Oeuvre la courbe granulométrie des granulats doit
être uniformément continue et se trouver entre les deux courbes limites définies par les mesures suivantes (sauf
indication contraire):
a) Sable
Le sable doit être propre et composé de grains purs et résistants. Les particules n'ayant une surface particulièrement
lisse ou grasse, ne devront pas être employées.
Le sable ne doit pas contenir des matériaux tels que l'argile, la chaux, l'humus, les silex, les chlorites ou les sulfamides,
en quantités nuisibles (moins de 4% du poids de sable pour les matériaux organiques et moins de 10% pour la chaux).
L'entrepreneur devra, si nécessaire, avoir recours à un plus grand nombre de fractions d'équivalent sable pour respecter
cette exigence.
b) Gravier
Le gravier doit avoir une courbe granulométrie appropriée et proviendra de concassage. Les pierres doivent être
composées de matériaux solides, non vitrifiés, non pulvérulents et non pollués.
Le gravier ne doit pas contenir de poussière, son lavage doit se faire par soufflage, lavage ou autre procédé agrée par
le M.D.O.
Les pierres ne doivent pas présenter de risques de réaction d’alcali de silicium.
La grosseur de gravier ne doit pas dépasser 31,5 mm pour les ouvrages en béton armé et 16mm pour les ouvrages
fortement armés.
La granulométrie doit être suffisamment étalée afin d'obtenir une compacité meilleure et plus uniforme. Les pierres
vitrifiées, fêlées ou contenant des particules absorbantes ne devront pas être utilisées. Le rapport des dimensions
extrêmes de chaque pièce du gravier concassé utilisé ne doit pas dépasser 3 :1.
3.2.4- EAU
L’eau entrant dans la composition du béton et utilisée pour l'arrosage du béton coulé et du coffrage devra être douce,
pure, sans acide, ni alcali.
L'eau de gâchage doit avoir les qualités physiques et chimiques fixées par aux normes NT 09-09 et NF EN 1008 Juillet
2003
L'eau devra, avant son utilisation, être approuvée par le M.D.O qui pourra exiger une analyse des impuretés telles que
chlorites, sulfamides acides, alcali, etc. les frais correspondants étant à la charge de l'entrepreneur.
Le contenu de SO3 ou des sels de chlore total (provenant de l'eau et du gravier) doit être Inférieur à 2,0 kg/m3 de
béton.
3.2.5 PRODUITS ADJUVANTS
L'emploi de produits entraîneurs d'air et de plastifiants est admis après présentation de références probantes. Leur
emploi sera compatible avec aux normes NT 21-179 et NF EN 934-2+A1. Ces produits seront utilisés à condition
qu'ils ne nuisent ni à l'armature métallique ni à la qualité du béton.
Le MDO pourra, aux frais de l'entrepreneur, confier tout adjuvant proposé à l'examen d'un laboratoire compétent.
L'entrepreneur devra s'assurer que les prescriptions du fournisseur pour l'utilisation des adjuvants sont minutieusement
suivies. Les marques de fabricants et les appareils de dosage devront être approuvés par le M.D.O. l'entrepreneur est
seul responsable de ces produits vis à vis du MDO.

3.3- EXECUTION DES TRAVAUX


L'entreprise est tenue d'exécuter les travaux conformément aux règles de l'art et aux recommandations du M.D.O., de

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 8


L'I.C et du Bureau de contrôle qui seront consultés par l'entrepreneur avant tout coulage
3.3.1- TOLERANCES
Les mesures et le positionnement des constructions coulées sur place devront être aussi précis que possibles de façon à
respecter les tolérances exigées ci-dessous.
- Fondations - (dimensions)............................................... : ± 10mm
- Fondations - (positionnement)........................................ : ± 10mm
- Autres dimensions de béton............................................ : ±10mm
- Autres mesures de positionnement................................... : ±10mm
- Mesures entre surfaces de béton...................................... : ±10mm
- Niveaux......................................................................... : ± 10mm
Les surfaces restant brutes devront diverger de 2 cm au maximum sur une règle à niveler de 2m. Les surfaces en béton
verticales devront diverger de 3 cm au maximum sur une règle à niveler de 3m.
Le positionnement des boulons devra (sauf indication contraire des plans ou de ces spécifications) être exécuté avec
une tolérance de 5 mm par rapport à la construction environnante, et perpendiculairement à surface visible.
Le positionnement des armatures sera fait manière que les tolérances indiquées ci-après soient respectées. Les
précautions à prendre pour respecter ces tolérances ne devront ni empêcher un bon bétonnage ni nuire aux armatures.
La distance entre les barres d'armatures devra assurer une bonne mise en place du béton aux croisements et aux
raccords.
Distance entre chaque barre dans les dalles, les murs et les semelles isolées : ± 20 mm
Distance entre chaque barre et la cinquième barre suivante : + 0%, -5%.
Autres ferraillages, (les ossatures principales dans les poutres et poteaux inclus) :
- Distance entre barres : + 10%
- Divergence du centre de gravité commun du ferraillage par rapport à la largeur de la section : + 20%, - 0%
- Couche de béton de recouvrement : + 25%, -0%
Si les tolérances ci-dessus ne sont pas respectées, le MDO pourra exiger que le travail soit repris d'une manière
adéquate.
3.3.2- COFFRAGE
Tout béton sera coulé contre coffre.
Celui-ci devra être construit de telle manière qu'il permette au béton durci de répondre aux dimensions et tolérances
prescrites.
Les coffrages utilisés devront être suffisamment rigides et résister sans déformation aux chocs et aux charges qu'ils
pourront subir au cours des travaux. Ils devront être étanches pour éviter toute fuite de béton et devront présenter une
surface plane en bon état.
Les étais doivent être rigides et convenablement calés et disposés de façon à éviter tout déplacement du coffrage lors
de la mise en place du béton.
Sous les parties décoffrées, des étais (chandelles) seront maintenues pendant le temps nécessaire, en vue de parer aux
surcharges qui peuvent être appliquées à certaines parties des ouvrages.
a) Montage du coffrage
Le type de coffrage utilisé pour chaque ouvrage et sa construction géométrique devront être présenté au M.D.O. pour
approbation.
Le coffrage sera façonné et mis en place par une main-d’œuvre qualifiée. Les étais de coffrage utilisés à proximité des
surfaces étanches devront être tels qu'ils n'occasionneront aucune pénétration d'eau.
Ces étais seront munis d'un bouchon de forme tronconique d'au moins 3cm sur toutes les surfaces visibles ou étanches,
de manière que les casses du béton soient évitées lorsque ces fers seront enlevés.
Au moment du décoffrage, ces bouchons devront pouvoir s'enlever sans endommager le béton.
Les jonctions du coffrage seront réalisées avec la plus grande précision et sans aucun décalage.
Un profil triangulaire de 10x10mm (si une autre mesure n'est pas mentionnée) sera incorporé dans le coffrage sur
toutes les arêtes vives des constructions (poteaux, poutres, murs).
Les réservations dans les massifs seront faites d'une façon que la liaison entre le deuxième coulage et le béton
environnant soit réalisée de manière sûre.
Avant tout coulage l'entrepreneur doit s'assurer que toutes les réservations dans le béton prévues par les autres
entreprises ont été prises en considération.
Pour les surfaces coulées dans les coffrages, il sera utilisé une huile de coffrage qui, documentation à l'appui, ne
réduira pas les qualités d'adhésion de l'enduit, etc.
L'huile du coffrage ne doit pas donner lieu à une décoloration persistance du béton.
Toute huile de coffrage sera par ailleurs présentée au MDO pour approbation.
b) Décoffrage
Au moment du décoffrage, le béton devra avoir une solidité telle façon qu'aucun endommagement de l'état des surfaces
de l'ouvrage.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 9


Après accord du MDO, le temps de séchage avant décoffrage des parois non portantes pourra être abaissé jusqu'à 3
jours, s'il peut être démontré que le béton ne sera pas endommagé par cette mesure.
Le MDO pourra de toutes les manières exiger que les ouvrages soient soutenus durant une période supérieure au temps
nécessaire de prise du béton.
Les joints de dilatation devront être débarrassés de tous les éléments de coffrage qui pourraient s'opposer à leur
fonctionnement.
3.3.3- FERRAILLAGE
Pour les aciers à haute adhérence HA
- le façonnage au moyen de griffes de ferrailleur est rigoureusement interdit.
- le dépliage des barres est rigoureusement interdit.
- Sans permission spéciale du MDO, le soudage des armatures sera interdit.
- Avant toute mise en place, les fers d'armature seront débarrassés de toute saleté et des plaques de rouilles non
adhérentes.
Les fers d'armature ayant été pollués par des huiles ne sont compatibles avec les règles BAEL 91 et seront rejetées.
Les saillies de jonction ne devant pas être bétonnées dans un délai de 2 semaines seront en robées d'un coulis de
ciment jusqu'au recouvrement complet de leurs surfaces, ce coulis sera démoli et nettoyé au moment de la reprise du
bétonnage.
L'armature métallique sera nouée avec des ligatures en nombre suffisant de façon telle que le décalage soit évité durant
le coulage du béton.
Les armatures des murs seront ligaturées au moins à chaque deuxième point de croisement.
La dimension des fils de ligatures des dalles et des murs sera de 1mm au moins, et dans les autres constructions de 1,5
mm au moins.
L'utilisation de fers de montage sera d'un tel ordre que la position correcte du ferraillage soit assurée.
Les reprises de coulages verticales aussi bien dans les constructions armées que dans celles non armées, devront être
armées au moins des quantités de fer suivantes.
- Ronds lisses : 0,50% de la surface de contact
- Barres à haute adhérence : 0,25% de la surface de contact
Le ferraillage se répartira, de façon uniforme sur la section de séparation et dépassera d'une longueur de traction de
chaque côté de la séparation de coulage.
3.3.4- FABRICATION DU BETON
a) Généralités
Le béton utilisé doit être confectionné au chantier ou amené de centrales agrées conformément à la norme NT 21-195.
Le transport du béton de la bétonnière à l'endroit de coulage devra se faire de manière que le béton ne sera ni
désagrégé, ni pollué.
Le moyen de transport sera agrée par le MDO.
Il sera utilisé un béton ayant une résistance indiquée sur les plans et dans la présente description. « fc28 » indique la
résistance à la compression d'un cylindre de béton ayant une section de 200 cm2, une hauteur égale à 2x son diamètre
et âge de 28 jours comme prescrit par BAEL91 révisé 99 et AFNOR NF 18-406 et autres.
b) Dosage
Le dosage sera approuvé par le MDO et devra remplir les conditions suivantes :
La dose des agrégats (sable et gravier) ainsi que de l'eau sera déterminée après des études granulométries effectuées
sur des échantillons et confirmées par les résultats d'essai à la compression.
Ces études et essais seront réalisés aux frais et à la diligence de l'entrepreneur avant tout début des travaux.
Le dosage du béton sera exécuté de telle manière que toutes les exigences quant à sa solidité, la proportion eau-ciment,
sa consistance, son étanchéité et les adjuvants pour effectuer les essais en temps utile afin d'éviter tout retard
d'exécution des travaux.
Si les essais préliminaires ne donnent pas de résultats satisfaisants, de nouveaux dosages et essais seront envisagés.
Le coulage du béton ne devra pas commencer avant que les résultats d'essais soient approuvés par le MDO.
Les modifications du dosage approuvé ne seront permises qu'après accord de MDO et après que de nouveaux essais de
dosage aient été effectués et approuvés.
L'entrepreneur devra s'assurer que les matériaux adjuvants entrant dans les compositions du béton sont similaires aux
matériaux employés dans le dosage d'essai.
Pour la courbe granulométrie, voir le chapitre matériaux.
En l'absence de toutes indications, la proportion eau-ciment sera 0,55 (après pesage)
Aucune réclamation relative à des frais éventuels supplémentaires découlant du dosage retenu ne pourra être élevée
par l'entrepreneur.
Le tableau suivant donne le dosage minimum en ciment et les résistances des bétons entrant dans des ouvrages :
- Béton n°1 : 200kg ciment par m3 de béton (béton de propreté gros béton)
- Béton n°2 : 250kg ciment par m3 de béton (béton armé banché)
- Béton n°3 : 350kg ciment par m3 de béton (béton armé en élévation) avec à 28 jours 25 MPa.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 10


- Béton n°8 : 400kg ciment par m3 de béton (béton armé en élévation pour éléments de protection) avec à 28 jours 35
MPa.
c) Mélange
Il sera réalisé par des malaxeuses reconnues et acceptées par le MDO et sous une direction technique compétente.
Le temps de mélange nécessaire (normalement de 1 à 2 minutes) sera décidé avec le MDO.
Les quantités de ciment à ajouter seront déterminées par pesage ou suivant un nombre entier de sacs par opération de
mélange.
Les granulats devront être dosés par volume.
Le dosage des granulats pour le béton n°1 et 2 pourra être fait par volume sans cette autorisation.
L'eau sera additionnée au moyen d'un dispositif efficace et précis de récipients.
Une correction du dosage sera éventuellement effectuée en tenant compte de la teneur en eau du sable et du gravier.
d) Affaissement et consistance du béton
A titre de directive en ce qui concerne la consistance souhaitée du béton n°3, l’affaissement sera défini d’après la
méthode dite du cône d'Abrams et suivant la norme AFNOR NEP A8-451.
A la vibration des ouvrages de béton, l'affaissement vérifié doit être :
(Dalles, poutres, murs et fondations d’épaisseur ≥ à 15cm)
- Ouvrages non armés : Affaissement 6 cm
- Ouvrages peu épais et fortement armés : Affaissement 10 cm
- Pour les bétons de propreté et autres ouvrages non vibrés : Affaissement 10 cm
- Pour les dallages de sols industriels : Affaissement 3 cm
Pour les dallages avec double ferraillage, et si la proportion eau/ciment demandée et inférieure à 0,4, d'autres types
d'essais pourront être prescrits à la charge de l'entrepreneur par le Maître d’Ouvrage pour vérifier l'affaissement du
béton.
3.3.5- COULAGE
Le coulage et le vibrage seront faits de manière à obtenir un béton uniforme et compact, enrobant entièrement les
armatures.
Les coffrages doivent être bien remplis afin d’éviter des séparations du béton et des nids de gravier. Les distances des
armatures entre elles et les parois des coffrages seront suffisantes pour permettre le remplissage de tous les vides par
béton.
Aucun travail de coulage ne pourra commencer avant l'autorisation du Maître d’Ouvrage qui devra être averti au moins
48 heures avant la date probable de coulage. Toutefois, cette autorisation ne dégage en rien l'entrepreneur de sa
responsabilité.
Toutes les fondations, semelles, etc… seront exécutées sur un béton de propreté d'au moins 5 cm d'épaisseur. Juste
avant le coulage, l'entrepreneur devra nettoyer toutes les fouilles de fondations de terre érosives, détruits, ect.
Les coffrages doivent être nettoyés à fond, dépourvus d'éclats de bois ou autre irrégularités provenant d'utilisations
antérieures et seront trempés d'eau nettoyés à fond, dépourvus d'éclats de bois ou autres irrégularités provenant
d'utilisations antérieures et seront trempés d'eau avant le commencement du coulage.
La manutention du béton devra se faire soigneusement de façon à sauvegarder la propreté et la position de toutes les
armatures et de tous les coffrages mis en place.
Le béton sera coulé immédiatement après le malaxage, sera rejeté. En cas de risque de mal création du béton, les
précautions nécessaires seront prises. Tous les ouvrages de béton, à l'exception de béton propreté seront vibrés.
Cette opération sera faite par des ouvriers qualifiés de manière à obtenir un béton homogène et compact sans nids de
gravier, poches d'air ou d'eau, etc.
Le matériel utilisé sera approuvé par MDO, les vibreurs ne seront pas utilisés pour déplacer le béton.
Le coulage de béton sera suspendu dés que la température aura atteint 40 °C à l'ombre et pendant les orages, les
tempêtes, les cyclones, les vents de sable.
A chaque arrêt de coulage dépassant une heure, on établira des surfaces de reprise du bétonnage par baguettes
trapézoïdales coulées.
L'emplacement des surfaces de reprise du bétonnage sera convenu avec le MDO, avant le commencement du travail, et
celles-ci seront faites de manière à ce que l'ensemble des constructions soit suffisamment solide et résistant.
Les surfaces de reprise du bétonnage seront traitées de la façon suivante. Le résidu de boues, pierres et toutes les
aspérités friables étant enlevés à la brosse métallique, par sablage ou par dégrossissage, de façon à obtenir une surface
de reprise avec le maximum de rugosité, on procédera juste avant le coulage à un nettoyage à fond par air comprimé
ou jet d'eau.
Si cette surface a été contaminée par des produits graisseux, le grattage du béton est nécessaire.
La reprise doit se faire sur un plan propre.
La surface de reprise devra être mouillée avant le coulage de façon à ce qu'elle soit bien imbibée au moment où l'on
verse le béton frais.
Des adjuvants pourront être exigés par le MDO sur sa demande pour le mortier de reprise est strictement prohibé.
Toutes les surfaces de reprise doivent être proposées à l'approbation du MDO, sans engager sa responsabilité avant
leur exécution.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 11


Le bourrage des évidements et autres sera fait avec du béton bien compact et de la même qualité que celui des surfaces
environnantes. Sauf indication contraire, tous les rails d'ancrage, écrous, boulons, etc... Doivent être protégés pendant
les coulages, afin d'éviter la pénétration de béton dans leurs interstices.
3.3.6 TYPES DE BETON
Les ouvrages seront réalisés avec des bétons appartenant aux types suivants :

Dimensions Valeur caractéristique Résistance minimale à


Dosage minimal
N° Classe du ciment des agrégats requise fc28 en MPa) 28 jours (en MPa) Utilisation
en ciment Kg/m3
en mm Compression Traction Compression Traction
B1 CEM I42.5 HRS 1 200 5/25 - - - - Béton de propreté
B2 CEM I42.5 HRS 1 250 25/40 - - - - Gros béton
B3 CEM I42.5 HRS 1 300 5/25 20 1.8 23 2.0 Béton banché
Béton armé pour semelles,
B4 CEM I42.5 HRS 1 350 5/25 23 2.0 27 2.2 longrines, dallage, chape
etc..
B5 CEM I42.5 400 4/15 ou 23 2.0 30 2.4 Béton pour acrotères et
5/12 éléments minces, chemisage
Béton armé en élévations pour
poutres, poteaux, voiles,
B6 CEM I42.5 350 5/25 23 2.1 27 2.2
plancher, dalle pleine,
paillasse d'escaliers etc
B7 CEM I45 300 15/25 - - - - Béton de ciment pour forme
de pente sur terrasse
B8 CEM I42.5 400 4/5 et 8/12 35 2.7 42 3 Béton pour élément de
protection

La caractéristique impérative pour chaque classe de béton est sa résistance nominale et non son dosage. Aucune plus-
value ne sera consentie à l'Entreprise en cas de surdosage dû à des particularités de ciments ou d'agrégats. De même,
aucun sous dosage n'est toléré.
Pour certains ouvrages exigeant des bétons spéciaux, le MO en indiquera la composition et les caractéristiques
requises. C'est le cas des bétons de teinte blanchâtre confectionnés avec du ciment blanc et des agrégats clairs.
3.3.7- TRAVAUX DE FINITION
Les bétons seront maintenus à l'abri de la pluie et soleil jusqu'à durcissement suffisant.
Le béton et les coffrages doivent être conservés humides pendant 14 jours au moins après le coulage par arrosage ou
protection avec des nattes constamment humidifiées.
Immédiatement après le décoffrage, toutes les surfaces de béton seront examinées afin de démolir les bavures et
réparer les nids de gravier, les épaufrures, etc...
Les bavures sur les surfaces destinées à rester apparentes seront enlevées très soigneusement et lissées avec des
disques de Carborundum jusqu'à obtention d'une régularité parfaite.
Les bouchons tronconiques placés à l'endroit des supports d'écartement seront retirés et les trous seront remplis d'un
mortier de ciment.
Tous les trous dans la surface du béton, dus aux tendeurs de coffrage ou aux supports d'écartement seront rebouchés
soigneusement avec un mortier de ciment maigre approprié au dosage 1:0.3 ;
D’éventuelles poches d'air (6 mm) sur les surfaces apparentes seront également rebouchées.
Les nids de gravier seront démolis au burin ou par air comprimé de façon à ne pas endommager les armatures et cette
opération doit être approuvée par le MDO, avant d'être entamée.
Les réparations à effectuer sur les surfaces destinées à rester apparentes et brutes de décoffrage doivent être
approuvées par le MDO et seront exécutées aux frais de l'entrepreneur.

3.4- ESSAIS, CONTROLES

3.4.1- GENERALITES
Tous les essais et contrôles seront effectués aux frais de l'entrepreneur suivant les directives du Maître d’Oeuvre et des
règles en vigueur.
Si des contre-essais seraient, en raison de contestations ou de doutes quelconques, nécessaires, le Maître d’Oeuvre
pourra en donner l'ordre à l'entrepreneur qui devra les faire exécuter à ses frais selon les spécifications requises.
Le laboratoire responsable des essais doit être agrée par le Maître d’Oeuvre.
Un journal des dates des contrôles avec enregistrement de coffrage et armatures, ainsi que les données essentielles
relatives à la fabrication et aux traitements sera établi par l'entrepreneur avec pour le Maître d’Oeuvre.
L'entrepreneur est tenu d'effectuer une vérification des matériaux et prestations par son représentant sur le chantier
avant que le Maître d’Oeuvre ne soit appelé pour tout contrôle ou réception.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 12


3.4.2- ACIERS
Des essais sur les aciers livrés sur chantier seront réalisés pendant la durée des travaux, suivant les normes AFOR NF
A 35-015- et NF A 35-016.
3.4.3- CIMENTS
Une déclaration de produits ou pièce équivalant, relative aux ciments choisis, devra être approuvée par le MDO, avant
le commencement des travaux.
Celle-ci devra, entre autres, faire état des éléments suivants :
Granulométrie, pourcentage de composants secondaires, temps de prise, stabilité du volume et résistance.
Il faudra s'assurer que les caractéristiques de qualité pour le type de ciment décrit sont observées conformément aux
normes en vigueur.
3.4.4- EAU
Les eaux de gâchage doivent être soumises à une analyse d’impuretés (sulfates, chlorures, acide humique, etc...)
suivant les normes AFNOR NF 18-303.
Si à la suite de circonstances spéciales, le MDO le juge nécessaire, les analyses d'impuretés seront répétées.
3.4.5- GRANULATS
La qualité des granulats employés doit être démontrée soit par certificat, soit par des essais.
Ces essais doivent porter sur la graduation, la dimension du grain, la présence de boues, matières organiques,
chlorures, sulfates et autres impuretés, le pourcentage d'eau, la densité, la forme et la structure du grain.
Si à la suite de circonstance spéciale, le MDO le juge nécessaire ces essais seront répétés.
Toutefois, les courbes granulométries et le pourcentage d'eau doivent être contrôles continuellement.
3.4.6- ESSAIS PREALABLES
Préalablement à toute exécution, l'entrepreneur devra, pour chaque catégorie d'ouvrage, exécuter les bétons d'essai à
partir des liants et des agrégats qu'il propose d'utiliser. Ces bétons seront réalisés dans les conditions réelles de
fabrication et de mise en œuvre et il sera réalisé au moins six éprouvettes de chaque qualité de béton qui seront
essayées au bout de 28 jours à la compression.
Ces essais seront soumis avec les courbes de granulométries correspondantes à l'agrément du MDO qui pourra
demander toute modification qu'il jugera utile ainsi que la confection de nouveaux bétons d'essais.
3.4.7- ESSAI PENDANT L'EXECUTION
En cours d'exécution, des essais de contrôle systématique du béton mis en œuvre auront lieu. Les essais doivent porter
sur la résistance et sur la consistance pour chaque qualité de béton.
En plus, des contrôles réguliers devront confirmer que le rapport eau- ciment exigé pour le béton est respecté. La
consistance sera vérifiée suivant la méthode du cône d'Abrams pour chaque essai de résistance et quand le Maître
d’Oeuvre le juge nécessaire.
L'essai de résistance du béton sera conforme à la norme NF P 18-406 et contrôlée selon les directives suivantes :
- L’ensemble des ouvrages sera subdivisé en catégories de contrôle avant le commencement des travaux, cette
division étant fonction des types de béton, du caractère des constructions et de l'emplacement des travaux.
- Un certain nombre d'essais par catégorie sera réalisé et les épreuves soumises à un contrôle de résistance.
- Les valeurs observées seront considérées comme une référence pour la catégorie, celle-ci étant sujette à un
contrôle de qualité statistique sur la base de ces valeurs.
- Le découpage en catégorie de contrôle, ainsi que le nombre d'essai doivent, avant le commencement des
travaux, être précisa avec le Maître d’Oeuvre.
- Au-delà du nombre d'essai convenu, le Maître d’Oeuvre a le droit d'exiger des échantillons à chaque moment
des travaux, afin de contrôler la résistance.
- Les épreuves de béton doivent être prises au hasard et dispersés pour chaque catégorie de contrôle, des
échantillons de chaque épreuve doivent faire partie de l'estimation statistique des résultats avec une valeur
moyenne des qualités vérifiées.
- Toutes les épreuves pour chaque qualité, prêtes pour le coulage. Les épreuves doivent être prises en présence
du Maître d’Oeuvre ou de l'I.C ou de leurs délégués.
- Leur conservation se fera dans la salle d'essais, mise à la disposition du Maître d’Oeuvre dans le baraquement
du chantier.
- L'entrepreneur se charge de leur transport 48 heures avant l'essai et il devra par conséquent assurer
l'information du laboratoire agrée par le Maître d’Oeuvre, dans le baraquement du chantier.
- L'entrepreneur doit apporter sur chantier pour le contrôle du Maître d’Oeuvre.
- Le résultat doit porter en outre les références portées sur l'échantillon correspondant.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 13


3.4.8- TRAITEMENT DES RESULTATS DES ESSAIS
Tous les résultats des épreuves ainsi que les circonstances de prélèvements, de transport, de traitement, etc.... doivent
être enregistrés. La valeur statistique du contrôle de qualité du béton prélevé sur une catégorie est basée sur
l’échantillon de référence de cette catégorie selon les directives suivantes :
- La méthode d'estimation est basée sur une répartition moyenne.
- La valeur statistique du contrôle de qualité de béton appartenant à une catégorie est calculée comme suit :
- Résultats des épreuves X1, X2, .............................Xn
- Nombre d'observations :n
- Leur moyenne : m = (X1 + X2 + .........................Xn) / n
- Ainsi que leurs écarts type : s = ∑ (m - Xi)²/(n – 1)
La résistance du béton sera acceptée si la grandeur m - 0,8X est supérieure ou égale à la valeur de résistance exigée
dans le projet.
Toutefois, la valeur observée (X1) ne doit en aucun cas être inférieure à 0,8 fois la résistance exigée.
Au cas où, à la suite d'un accord avec le MDO, des épreuves supplémentaires sont effectuées, les valeurs vérifiées
seront d'une façon générale jugée en tenant compte des résultats précédents de la même catégorie.
3.4.9- ESSAI DE RESISTANCE DES OUVRAGES OU PARTIE D'OUVRAGE FINIS
Dans le cas où :
a) L'estimation statistique de la résistance du béton appartenant à une catégorie apparait inférieure à celle exigée.
b) Les normes et précautions indiquées contre le dressage des armatures, etc... n'auraient pas été observées.
c) Le coulage aurait été fait sans que les coffrages et les armatures n'aient été dûment vérifiées et approuvés.
d) D'autres irrégularités, dus à l'inadvertance ou à la négligence de l'entrepreneur auraient été constatées par le Maître
d’Ouvrage ou son représentant.
Le Maître d’Ouvrage a le droit d'exiger que l'entrepreneur effectue à ses frais toute épreuve que le Maître d’Ouvrage
jugerait nécessaire pour constater si le bâtiment ou une partie de celui-ci ont été exécutés avec les qualités de
résistance, de stabilité et de rigidité souhaitées.
Si les résultats montrent des irrégularités, l'entrepreneur est tenu soit de renforcer, soit de démolir et de reconstruire les
ouvrages dans l'étendue que le Maître d’Ouvrage jugera nécessaire, ceci sans frais supplémentaires pour le Maître
d’Ouvrage.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 14


IV- TRAVAUX DE MAÇONNERIE & ENDUITS

4.1 GENERALITES
Les briques utilisées seront exclusivement des briques cuites, avec des caractéristiques de qualité conformes aux
normes (NF.P. (13.301), (13.404) ou aux normes locales homologuées s'il y a lieu.
Les briques doivent être bien cuites sans être vitrifiées, dures, non friables, sonores, sans fêlures et sans parties
siliceuses ou calcaires; leur porosité ne doit en aucun cas dépasser 18% de leur poids; leur résistance moyenne doit
être égale ou supérieure à 15 bars.
Les travaux de briquetage doivent être conformes au DTU N°20.
Afin d'éviter le jointoiement ultérieur, les briques doivent être posées à bain soufflant de mortier par assises réglées
horizontalement à joints croisés ; le recouvrement sur l'assise inférieure étant de 5 cm au moins et les joints de 0,5 à 2
cm (moyenne de 1 cm). Les briques cassées, fendues ou déchaussées, ne seront pas utilisées et seront éventuellement
remplacées avec un mortier frais, lorsqu'il sera nécessaire de tailler les briques; cette opération s'effectuera par sciage.
Les angles, les extrémités des trumeaux, les retours de tableaux et d'angles seront exécutés en blocs à alvéoles
verticales; ils auront un encastrement de mur vertical à mur vertical de 10 cm au moins.
Les briques doivent être trempées dans l'eau avant leur emploi, et ce en vue d'éviter le brûlage du mortier et parfaire
l'adhérence du joint (deux minutes suffisent).

4.2 NORMES ET TEXTES DE REFERENCES - ESSAIS


DTU N° 20 - Cahier des Charges applicables aux travaux de maçonnerie/B.A
DTU N° 20 - Blocs creux de terre cuite à perforation horizontale
NFP 14301 - Briques (qualité)
NFP 13304 (Aout 75) - Briques pleines
NFP 13202 et 13301 -Briques creuses
NFP 14301 - Blocs en bétons de sable et gravier
NF 145 et 406 - Blocs creux en béton de sable et gravillon
NFP 72301 - Carreaux de plâtre
DTU 2531 - Règles de mise en œuvre des carreaux de plâtre
NFP15000 à 313 - Liants hydrauliques (y compris les modifications d'Avril 61 en particulier)
Ainsi que toute autre norme en vigueur.
Tous les essais prévus aux normes sur ces matériaux pourront être demandés ; ils seront à la charge de l'Entreprise. De
plus, les matériaux utilisés en cours d'exécution seront conformes à ceux des bétons d'essais.
Toute modification en cours de chantier dans la qualité des matériaux sera soumise à l'accord préalable du M.D.O. et
fera l'objet de nouveaux essais.

4.3 - MATERIAUX

4.3.1-SABLE :
Le sable sera exempt de toute matière terreuse ou marneuse, bien criant à la main, ne s'y attachant pas, passé à la claie
et lavé si le maître d’oeuvre reconnaît la nécessité. La farine sera tolérée jusqu'à concurrence de 5 %. Il devra répondre
aux spécifications suivantes :
Sable 1 :
0,06/1,25 (modulé pratique 20/32) sera employé pour la confection :
- des mortiers de sous-couches d'enduits (dans les enduits à plusieurs couches)
- des mortiers de couches de finition des enduits mis au bouclier, mais non lissés.
Sable 2 :
0,08/0,315 (modulé pratique 20/26) sera employé pour la confection
- des mortiers des couches de finition des enduits lissés
- des mortiers pour jointement et rejointement.
Le sable devra également répondre aux spécifications indiquées en 3.2.3. ci-avant.
4.3.2 - LIANTS HYDRAULIQUES
a) - Plâtre
Le plâtre utilisé sera du plâtre d'usines choisies par l'entrepreneur et agréés par le maître d’oeuvre, il sera de qualité
répondant aux donnés NFP 12001.
b) - Liants Hydrauliques
Les chaux et les ciments devront satisfaire aux conditions fixées par les arrêtés du 16 juin 1950 et 23 Aout 1954. La
résistance minimum garantie en kg/cm2 à 7 jours et 26 jours sera de :
- 250 - 315 pour le ciment Portland artificiel

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 15


- 30 - 60 pour la chaux hydraulique
Tous les liants devront être livrés en sacs papier sur le chantier. Ils devront provenir de la même usine pour les raisons
de teinte. L'emploi des liants encore trop chaud ou en sacs éventés est interdit.
Ils doivent être livrés en sacs fermés et palettisés, ils seront stockés en quantités suffisantes pour que le chantier n'ait
pas à souffrir de retards à cause d'une livraison défectueuse (voir également en 3.2.2. ci- avant).
4.3.3 - BRIQUES ET HOURDIS
Les briques et hourdis proviendront d'usines choisies par l'entrepreneur et agréées par le maître d’oeuvre.
Les briques creuses seront entières, bien cuites, bien dures, homogènes, sans gerçures, ni fissures, ni bavures. Elles
seront parfaitement saines, à base de terres exemptes de marne et de chaux. Elles devront rendre un son plein et vif
sous le choc du marteau. Elles seront d'une porosité minime (inférieure à 15 %) à arêtes vives, pressées et filées.
Il en sera de même pour les hourdis au corps creux.
4.3.4- MORTIERS
Les mortiers auront la composition suivante :
- Mortier N°1 - (maigre) 150 kg de chaux hydraulique pour 1 m3 de sable
- Mortier N°2 - 250 kg de chaux hydraulique pour 1 m3 de sable
- Mortier N°3 - 300 kg de chaux hydraulique pour 1 m3 de sable
- Mortier N°4 - 400 kg de chaux hydraulique pour 1 m3 de sable
- Mortier N°5 - (bâtard) 100 kg de ciment et 200 kg de chaux hydraulique pour 1 m3 de sable
- Mortier N°6 - 300 kg de ciment pour 1 m3 de sable
- Mortier N°7 - 350 kg de ciment pour 1 m3 de sable
- Mortier N°8 - 400 kg de ciment pour 1 m3 de sable
- Mortier N°9 - 500 kg de ciment pour 1 m3 de sable

4.4 - EXECUTION DES TRAVAUX

4.4.1. TRAVAUX DE MAÇONNERIE - BRIQUETAGE


a) Double cloison de 0,35 :
- Cloison intérieure en briques à 8 trous posée sur chant
- Cloison extérieure en briques à 12 trous posée sur chant
- Hourdage au mortier de ciment N°6
Liaison entre les 2 cloisons par des boutisses en fer de 8 passées au lait de ciment à raison de deux boutisses par m2,
de 0,30 à 0,35 de longueur selon l'épaisseur de la cloison.
Les doubles cloisons de 0,30 à 0,35 d'épaisseur finie, seront exécutées en briques creuses 8 trous posées de chant à
l'intérieur et en briques creuses de 12 trous posées de chant à l'extérieur.
b) Murette en brique de 0,25 :
- Briques creuses 12 trous
- Mortier de ciment N°6
Les murs intérieurs ou extérieures cotés finis 0,25 seront exécutées en briques de 12 trous, posées à plat, hourdées au
mortier de ciment N°6.
c) Cloison en briques creuses de 0,15 m :
- Briques 8 trous,
- Mortier de ciment N°6
Les cloisons cotées 0,15 m exécutées avec des briques de 8 trous posées sur chant et hourdées au mortier de ciment
N°6.
d) Cloison en briques creuses de 0,10 m :
- Briques 6 trous ou plâtrière,
- Mortier de ciment N°6
Les cloisons cotées 0,10 m exécutées avec des briques de 6 trous posées sur chant ou en plâtrière et hourdées au
mortier de ciment N°6.
NOTA : Toutes les briques doivent être trempées dans l'eau avant l'emploi. Elles seront posées à joints croisés sur au
moins 10 mm d'épaisseur au mortier N°6. Les assises doivent être parfaitement horizontales, les plans
parfaitement d'aplomb, les liaisons ou les encastrements assurés dans tous les sens. L'emploi des briques
creuses en boutisses ainsi que le garni à sec sont rigoureusement interdits. Pour les cas d'éléments en
boutisses. Il sera employé des briques pleines ou des boutisses en béton moulé à l'avance et de largeur
suffisante.

NOTA : Le Maître d’Ouvrage se réserve le droit de faire démolir et reprendre au frais de l'Entrepreneur toute
maçonnerie ou de briques, dont la qualité serait insuffisante par lui-même ou par son représentant.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 16


4.4.2. - MISE EN ŒUVRE DU MORTIER DE POSE
Le dosage du mortier de pose de toutes les maçonneries est le mortier N°6, tel que défini à l'Article (4.3.4) du présent
C.P.T.P.
La consistance d'un mortier pour construction des maçonneries étant plastique c'est à dire qu'en prenant ce mortier
dans la main, il doit former une boule humide et molle qui ne s'affaisse pas entre les doigts.
Les mortiers sont utilisés en principe immédiatement et, en tout cas, avant tout commencement de prise du ciment.
La pratique du mortier rabattu est interdite.
Tout mortier qui est desséché ou a commencé sa prise ne peut pas être utilisé.

4.5 - ENDUITS : GENERALITES - PREPARATION AVANT ENDUITS :


Tous les fonds sur lesquels seront appliqués les enduits devront présenter une surface rugueuse afin de permettre une
bonne adhérence.
Si ces faces n'étaient pas naturellement rugueuses (béton banché, B.A) l'entrepreneur devra les repiquer à ses frais
avant exécution et nettoyer toutes traces éventuelles de plâtre.
Tous les enduits seront dressés à la règle et exemptes de tout ondulation faux aplomb etc… la plénitude devra être telle
qu'une règle de 2,00 de long ne fasse pas ressortir plus de 2 mm de flèche.
Ils devront être exécutés entre feuillus et repères verticaux, les feuillus devront être parfaitement dressés.
Tous les enduits tachés ou dégrades pour défaut de matériaux de remplissage, toutes parties qui crevasseraient ou dont
la dureté serait insuffisante, seront hachés et raccordés.
Tous les raccords nécessaires seront toujours équarris.
L'épaisseur des enduits sur poteaux B.A. aura toujours plus de 12 mm
Toutes les arêtes verticales seront arrondies sur toute la hauteur.
Avant l'application d'enduits, les parties métalliques seront revissées et imprégnées en 2 couches d'antirouille ou
caoutchouc chloré.
L'Entrepreneur sera responsable de toutes tâches d'oxydes métalliques qui donneront lieu à réfection, raccords,
équarris et raccords au minimum à l'emplacement, ainsi que toutes réfections de peinture qui en seraient la
conséquence.
Chaque couche d'enduit ne sera appliquée qu'après séchage suffisant de la couche précédant.

4.6 - ENDUITS A LA CHAUX SOUS PLANCHERS EN CORPS CREUX OU DALLES :


Pour tous les plafonds :
- Mortier de ciment N° 9
- Mortier de bâtard N°5
Le dessous des planchers, de dalles etc... recevra un enduit de 15 mm d'épaisseur totale, en deux couches, la première
de ciment au mortier N°9, la deuxième couche au mortier bâtard N°5 finement frotassée.

4.7 - ENDUIT INTERIEUR :


Pour les murs intérieurs :
- Mortier de ciment N°9
- Mortier bâtard N°5
Un enduit de 0,015 à 0,020 d'épaisseur totale en 2 couches, la première au mortier de ciment N°9, la deuxième au
mortier bâtard N°5 finement frotassée, revêtira les ouvrages ci-dessus.

4.8 - ENDUIT AU MORTIER DE CHAUX HYDRAULIQUE AVEC PREMIERE COUCHE DE CIMENT :


Pour les murs extérieurs :
- Mortier de ciment N°9 et mortier bâtard N°5.
- Mortier de chaux N°3
Enduit de 0,025 d'épaisseur totale en 3 couches, la 1ère couche constituée par un coulis au mortier de ciment N°9
fortement projeté, la 2ème couche au mortier N°5 de 0,010 d'épaisseur, fouettée à la truelle, dressée à la règle sur
repères continus et peignée, la 3ème couche au mortier de chaux N°3 de 8 mm d'épaisseur, étendue à la truelle et
soigneusement frotassée.
Un délai minimum de cinq jours entre l'application du mortier N°3 et celle du mortier N°6 assurera le séchage de ce
dernier.

4.9 - ENDUIT GRILLAGE DE 25 MM D'EPAISSEUR :


- Mortier N°5 et 6
Au droit des joints entre les poteaux en B.A. et la maçonnerie en briques et entre le béton armé des caissons de volets
et la maçonnerie, il sera exécuté un enduit grillagé pour éviter les risques de fissuration qui proviennent de la dilatation

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 17


entre les deux matériaux. Cet enduit sera composé d'une première couche de dégrossissage au mortier de ciment N°9,
de deux couches de mortier N°5 et une dernière couche au mortier de chaux N°3 finement frotassée.
Le grillage sera galvanisé, d'épaisseur 2 mm à maille 20 X 20 mm et dépassera de 15 à 20 cm le joint entre la
maçonnerie et les poteaux.

4.10 - REPRISE DES ENDUITS SUR MURS ANCIENS :


- Mortier de ciment N°9
- Mortier de chaux N°3
Préparation de la surface à reprendre :
- dégagement des parties dégradées
- rebouchage des joints et des fissures
- humidification de la surface
- projection d’une 1ère couche constituée par un coulis au mortier de ciment N°9 fortement projeté,
- la 2ème couche au mortier N°5 de 10 mm d'épaisseur, fouettée à la truelle, dressée à la règle sur repères continus et
peignée
- la 3ème couche au mortier de chaux N°3 de 8 mm d'épaisseur, étendue à la truelle et soigneusement frotassée.
Un délai minimum de cinq jours entre l'application du mortier N°3 et celle du mortier N°6 assurera le séchage de ce
dernier.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 18


V. ETANCHEITE, SUPPORTS ET JOINTS DE DILATATION

5. 1 SPECIFICATIONS TECHNIQUES GENERALES

5. 1.1- QUALITE DES MATERIAUX UTILISES ET DES OUVRAGES EXECUTES :


La qualité des feutres bitumés, des asphaltes, des bitumes, des bitumes armés sera conforme aux normes en vigueur et
notamment au DTU 43.1.
Les ouvrages exécutés devront obligatoirement être assortis par une garantie décennale.
Documents Normatifs.
Ces listes ne sont pas exhaustives mais elles contiennent les principaux documents se rapportant à l’opération.
a) Documents techniques unifiés :
D.T.U 20.12 Conception du gros œuvre en maçonnerie des toitures destinées à recevoir un revêtement d’étanchéité
(Septembre 1977)
D.T.U 43.1 étanchéité des toitures terrasses avec éléments porteurs en maçonnerie (Octobre 1981 et modificatif
Juillet 1990)
D.T.U 43.2 Etanchéité des toitures terrasses avec éléments porteurs en maçonnerie de pente _>5% (Mars 1988 et
modificatif Juillet 1990)
b) Normes:
NF B 13 001 Roche poudre et fine d’asphalte naturel’
NF P 30 201 Code des conditions minimales d’exécution des travaux de couverture des bâtiments.
NF P 34 402 Bandes métalliques façonnées.
NF P 84 403 Couvre-joints métalliques.
NF P 84 300 à NF P 64 316 Produits d’étanchéité.

5. 2- SUPPORT DE L’ETANCHEITE SUR OSSATURE EN B.A

5. 2.1- FORMES DE PENTE DE L’ETANCHEITE DES TOITURES TERRASSES


Elle sera constituée par un béton de granulats lourds, dosé à 200kg de ciment par m3, d’une épaisseur minimum de
3cm. La surface recevra ensuite une chape incorporée et bien adhérente en mortier de ciment dosé à 350kg au m3,
taloché fin de telle sorte qu.il n’apparaisse aucune aspérité. En aucun cas, il ne sera procédé au ragréage à la barbotine
de ciment. La pente finale de cette forme sera de 1% au minimum.
5. 2.2- RELIEFS ET ACROTERES
La hauteur minimale des reliefs revêtus d'étanchéité sera de 10cm au-dessus de la projection de l'étanchéité : cette
hauteur pourra être réduite à 5cm, exceptionnellement lorsque l'étanchéité revêt de façon continue les acrotères jusqu'à
l'arête extérieure. Les reliefs comporteront des retours en partie supérieure, écartant l'eau de ruissellement provenant
des éléments de gros œuvre placés au-dessus deux, et évitant ainsi l'introduction d'eau derrière le revêtement
d’étanchéité. Ces retours se termineront par des larmiers dont le nu intérieur devra être distant de la surface
d'application d'au moins 6cm en général et d'au moins 4cm pour le cas d'une étanchéité auto protégée. La distance
séparant ce même nu du solin grillagé sera d'au moins 3cm. La hauteur libre au-dessus de la protection et au droit du
point le plus haut du relevé de l'étanchéité, sera d'au moins 4cm.
5.2.3-VENTILATION-CANALISATION
Les canalisations situées à l'intérieur des souches doivent être prolongées jusqu'au niveau supérieur de celles-ci. Le
calfeutrement entre les canalisations et les souches doivent être assuré, ainsi que l'étanchéité dans les zones de
raccordement. Les canalisations isolées (pénétrations) seront prévues à l'intérieur de fourreaux scellés dans la forme
prévue à l'intérieur de fourreaux scellés dans la forme ou la dalle, en permettant la libre dilatation de ces canalisations.
Leur exécution sera traitée comme pour les descentes d'eaux pluviales. Toutefois, les émergences seront
impérativement en métal, les tuyaux en amiante-ciment ou en PVC étant interdits. La traversée du plancher terrasse et
des différentes formes ne comporteront aucun raccord. Le raccordement de la pénétration au revêtement d'étanchéité
se fera par l'intermédiaire d'une platine de plomb de 2,5mm d'épaisseur soudée directement au tuyau (qui dans ce cas
est en plomb). La reprise entre le niveau haut de la protection et celui du tuyau sera de 15cm. La distance minimale
entre le nu extérieur du tuyau et le bord extérieur de la platine sera de 12cm. La distance minimale entre le niveau bas
du plancher terrasse et le niveau haut du manchon de raccordement avec la descente sera de 10cm.

5.3. ETANCHEITE MONOCOUCHE

5.3.1- ETANCHEITE MONOCOUCHE SOUS PROTECTION LOURDE


a) Application à la brosse après dilution à l'eau (1 volume d'émulsion pour 1/2 volume d’eau) d'une émulsion

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 19


bitumineuse, émulsion à raison de 300g /m².
b) Pose d’un monocouche SP4, composé d'une double armature en voile de verre et polyester non tissé, enrobée dans
un mélange de bitume modifié, pose en adhérence par soudure à la flamme.
L'ensemble est relevé sur les cloisons sur une hauteur de 10 cm au-dessus du niveau du sol fini. Les angles sont
équerres et soudés.
NOTA: SP. 4 mm sera recouvert d'une couche de sable tamisé fini de 1cm d'épaisseur, avant la mise en place du
mortier de pose ou de ravoirage.
5.3.2- ETANCHEITE MONOCOUCHE AUTOPROTEGEE
Application à la brosse après dilution à l'eau (1 volume d'émulsion pour 1/2 volume d’eau) d'une émulsion
bitumineuse, émulsion à, raison de 300g/m². Pose d’une monocouche de SP.4/mm composé d'une membrane en
bitume polypropylène APP, armé d'un non tissé polyester ( P.Y) et d'un voile de verre ( V.V ) .
L'autoprotection de cette membrane est assurée par une feuille d'aluminium à gaufrages thermo compensées qualité
1050A. Le monocouche étant posé en adhérence par soudure à la flamme.
5.3.3- REVETEMENTS APPLIQUES EN RELEVE
Les revêtements d’étanchéité en relevé sont distincts de ceux appliqués en partie courante avec raccordement à la base
des relevés seront appliqués par longueurs maximales de 1m.
Ces relevés recevront une protection en dur, sauf dans le cas ou ceux-ci sont auto protégés.
5.3.4. RELEVES RACCORDES A UN REVETEMENT MONOCOUCHE SOUS PROTECTION DURE
L'étanchéité des parties courantes sera prolongée sur une hauteur minimale de 5cm. Il sera soudé à la flamme une
équerre de renfort en SP 4mm, l'aile en appui sur les parties courantes aura 10cm, l'aile en relevé 20cm au minimum et
en tous les cas jusqu'à 4 cm de nu inférieur du larmier de l'acrotère.

5.4- EVACUATION DES EAUX PLUVIALES


Le raccordement du revêtement d'étanchéité aux conduits d'évacuation, se fera par l'intermédiaire d'entrée d'eau soit en
plomb de 2,5mm d'épaisseur au minimum, soit en matière spécialement adaptée à cet usage (fonte, élastomère, etc.).
Les entrées d'eaux pluviales seront composées de deux parties: une platine et un moignon, assemblées par soudure ou
par tout système d'assujettissement étanche et durable. La distance entre le bord extérieur du trou d'évacuation et le
bord extrême de la platine, ne doit pas être inférieure à 12cm. Au cas où l'entrée d'eau est placée à proximité d'un relief
(à moins de 15 cm du bord de la descente) la platine doit avoir un relevé ou dosseret de 120 mm de long des deux
façades sans discontinuité. La platine est enrobée d'asphalte pur.
Dans le cas du multicouche, un élément en feuille supplémentaire est disposé à sa sous-face, afin de permettre
l'évacuation, la longueur du moignon doit être telle que la distance entre la sous-face du plafond et la partie supérieure
du tuyau d'évacuation soit de 10cm au minimum.
Dans le cas du conduit d'évacuation situé à l'extérieure de l'ouvrage, le raccordement de la platine avec le conduit se
fera par l'intermédiaire, soit d'un moignon du départ calculé en fonction de la surface à évacuer en appliquant la
formule suivante ; la surface du moignon exprimée en cm² doit être égale à celle de la terrasse exprimée en m². Le
raccordement tronconique doit être tel que sa section la plus petite soit égale à 0,70 de sa surface d'entrée, et que la
hauteur soit égale à 1,50 fois le diamètre de sa petite base. Le diamètre minimal des moignons et des descentes étant
toujours supérieur à 80mm ; celui-ci pourra être exceptionnellement ramené à 60mm pour les loggias, balcons, etc...
5.4.1. CRAPAUDINES OU GALERIES GARDE-GREVE
Si la galerie garde grève comporte un couvercle, la section des ouvertures doit être supérieure de 20% de celle de
l'entrée d'eau. Toute évacuation doit être munie d'un dispositif destiné à assurer la libre évacuation, des eaux de surface
du revêtement d'étanchéité et également et à arrêter les débris (papiers, feuilles, etc...) capables de provoquer un
engorgement des descentes. Les crapaudines seront impératives en fer galvanisé.
5.4.2. TROP-PLEINS
Il sera constitué par un conduit circulaire ou une gargouille rectangulaire en plomb de 2,5mm d’épaisseur de
l’étanchéité. Il sera en saillie de 5cm au minimum sur le parement extérieur et avec la pente et la section nécessaire
pour éviter toute remontée d’eau à la hauteur intermédiaire entre le sol fini de la terrasse et le point bas des relevés
d’étanchéité. Dans le cas de terrasse comportant des seuils (balcons par exemple) la section doit être au moins
équivalente à celle de la descente d’eau pluviale.

5.5 PROTECTION DE L’ETANCHEITE DES PARTIES COURANTES

5.5.1. INDEPENDANCE DE L’ETANCHEITE ET DE LA PROTECTION


Les protections en dur seront séparées du revêtement d’étanchéité par une couche de sable de 3cm au minimum, ou un
papier kraft de 2cm de sable au minimum.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 20


5.5.2. FRACTIONNEMENT DE LA PROTECTION EN DUR
La protection en dur sera fractionnée par des joints dans les deux sens, joints dont l (espacement ne doit pas dépasser
3m. L’ensemble de la protection devra présenter en plus des joints larges de 6 m d’écartement maximale et dont la
largeur est au minimum de 2 cm, qui seront calfeutrés par un produit plastique ou élastomère. Un joint plastique ou
élastomère de 2cm de largeur minimale doit régner en bordure des reliefs et des émergences.
5.5.3. PROTECTION RAPPORTEE LOURDE SUR TOITURE ACCESSIBLE

5.5.3.1. Dallage Coulé sur place :


Le dallage sera exécuté en béton dosé à 350kg de ciment par m3 de béton mis en œuvre, son épaisseur sera d.au moins
4cm, les dalles auront une dimension de (40 x 40 cm). Ces dalles seront coulées indépendantes comme il est prescrit à
l’article (8.7.1.).
5.5.3.2. PROTECTION PAR REVETEMENT DE SOLS DURS (CARREAUX DIVERS) :
Ces carrelages seront scellés conformément au chapitre (6), toutefois, la forme en béton servant de support au
carrelage sera désolidarisée du revêtement de l’étanchéité par une couche de sable de 2cm d’épaisseur minimale.
Le fractionnement de cette forme doit satisfaire aux prescriptions de l’article (8.7.2.) ; les joints se poursuivant dans le
carrelage.

5.6 PROTECTION DE L’ETANCHEITE DES RELEVES


La protection des relevés est séparée de protection des parties courantes par un joint franc et large de 2cm au
minimum. Ce joint est rempli d’un matériau plastique.

5.7 SOLIN
Le solin sera constitué par un enduit en mortier de ciment dosé à 350kg de ciment par m3 de sable 0,1/315 de 0,03 à
0,04m d’épaisseur. L’enduit sera armé d’un grillage type « cage à poule » 25 non galvanisé soigneusement enrobé. Ce
grillage doit être fixé en tête du relevé dans le support par au moins 3.

5.8 DESCENTE DES EAUX PLUVIALES


Les raccordements au droit des chutes des eaux pluviales seront réalisés comme suit :
- platines en plomb débordant d.au moins de 15 cm des moignons, elles auront une épaisseur minimum de 3mm et
seront reprises dans l’étanchéité.
- les moignons n’auront aucune jonction dans l’épaisseur des planchers et devront se raccorder dans la chute en
attente. Le diamètre des moignons sera de 200 mm et calculé à raison de 1cm² de section par m² de projection
horizontale de surface à évacuer .Les joints d’étanchéité entre le moignon et la descente E.P sont à la charge du
présent lot. Ces moignons seront tronconiques.
Dans le cas où la surface des toitures le nécessite, les E.P seront doubles.
Position : à Coordonner avec le lot plomberie, suivant plans Architectes.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 21


VI. REVETEMENTS DIVERS

6.1- FORMES – CARRELAGES - DALLAGES

6.1.1- GENERALITES
- Exécution des travaux :
Les revêtements du sol lorsqu'ils seront scellés directement sur le plancher seront exécutés avant les travaux éventuels
de plâtrerie.
- Qualité des dalles en pierres calcaires et marbre :
Les dalles seront obtenues par sciage. Leur résistance à l'écrasement sera supérieure à 660 kg/cm2 pour les sols à
circulation moyenne et à 1081 kg/cm2 pour les sols à grande circulation. Les tolérances seront les suivantes : longueur
et largeur plus au moins 0.5mm, épaisseur plus 2mm à moins 3mm, plénitude inférieure au 1/500 de la plus grande
dimension, hors d'équerre 0.5mm.
- Qualité des produits en grès cérame :
Les produits en grès cérame seront denses, opaques, leur surface sera lisse, plane, sans fente, gerçure, épaufrure, non
rayable à la pointe du canif, inattaquable par les agents chimiques ou atmosphériques. Les carreaux, de grès cérame
doivent satisfaire aux prescriptions de la norme N.F.P. (61.311) carrelage, carreaux degré cérame fin vitrifié
matériaux, norme de qualité pour les dimensions : carreaux de (10*10cm), (5*5cm), (2*2cm) aux prescriptions des
normes dimensionnelles N.F.P. (61.313), N.F.P. (61.314).
Les carreaux de dimensions non normalisées doivent satisfaire à la norme N.F.P. (61.311)
- Qualité des carreaux de ciment :
Ils seront exécutés en deux couches. La semelle sera dosée à 350 kg de ciment au moins par m3 de sable 0.08/5, la
couche d'usure sera composée d'un mortier de ciment, ciment extra-blanc, super-blanc ou d'un mélange de ceux-ci,
dosé à 600 kg au moins pour 400 l de sable lavé 0.08/2.5 de sable de rivière, de sable siliceux, de sable de concassage,
de pierres dures naturelles ou d'un mélange de ceux-ci. Leurs dimensions seront les suivantes :
- Dalles de (250*250mm), épaisseur 20mm
- Dalles de (300*300mm), épaisseur 24mm
- Dalles de (320*320mm), épaisseur 26mm
La couche d'usure sera de 4 mm au moins. Les carreaux de ciment auront 10 semaines de séchage, lorsqu'ils seront
fabriqués « à l'humecté » et de 8 semaines lorsqu'ils seront fabriqués « au gâché » dans les locaux fermés à l'abri des
courants d'air et des variations brutales de température et dans un milieu à hygrométrie élevée. La couleur des carreaux
devra être uniforme dans toute la couche d’usure, les arrêtes seront vives, ils n'auront ni faïençage, craquelure ou éclat.
- Qualité des carreaux de granite, pierre reconstituée, de mosaïque, de brèche de marbre :
Ils seront exécutés en deux couches. La semelle sera dosée à 350kg de ciment au moins par m3 de sable 0.08/5, la
couche d'usure sera composée d'un mortier de ciment , ciment extra blanc , super blanc ou d'un mélange de ceux-ci,
dosé à 250kg pour 500l d'un mélange de filet calcaire ou siliceux et de granulés ou d'éclats de roches naturelles dures,
colorées , et susceptibles de rendre le poli, marbre le poli, marbre, basalte, pierres calcaires dures. La surface du
ciment occupera 1/5 au plus de la surface visible du carreau. Les carreaux de granite auront des grains de 25mm au
plus, les carreaux de pierres reconstituées auront des grains de 2à 3mm, les carreaux de mosaïque ou de brèche
comporteront des éclats ou des brèches de pierre dure de plusieurs centimètres pouvant prendre le poli. La couche
d'usure sera de 6mm au moins, leur durée de séchage sera de 4 semaines au moins, et la cassure ne devra présenter ni
alvéole, ni feuilletage. Les dimensions sont identiques à ceux des carreaux de ciment.
- Qualité des plaintes de terre cuite vernissée ou émaillée :
Les plinthes seront droites ou à gorge, à bord droit, chanfreinées ou arrondies.
- Plénitude des supports et formes arases :
La plénitude des supports et des formes sera telle qu'une règle promenée en tous sens ne fasse pas apparaître de
différence supérieure à 5mm. Leur côté d'arasement sera fonction des épaisseurs de forme complémentaires, mortier de
pose de revêtement.
- Passage des canalisations :
Les fourreaux destinés au passage des canalisations ou les canalisations elles-mêmes devront être mises en place avant
le commencement des travaux, les trémies à respecter devront être définies.
6.1.2- ASSISE DU REVETEMENT
Elle sera en hérisson, constitué par des petits moellons bruts ou cassés d’une hauteur sensiblement égale à 16cm, posés
de chant à la main, par rangées transversales successives, la plus grande dimension de la base étant normale aux
rangées, la pointe tournée vers le haut. Il sera ensuite procédé à la mise à niveau et au damage par rouleau ou à la hie.
Le hérisson sera exécuté sous tous les sols en contact avec la terre ou remblais.
L’assise en hérisson pourrait être remplacée par une couche de sable de concassage de 15 cm d’épaisseur, bien
compacté, couverte par un film polyane de 30 micron parant à la remontée capillaire et une couche de protection en
béton de propreté de 5 cm d’épaisseur.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 22


6.1.3- AIRE EN BETON

6.1.3.1- Aire en béton pour sols Recevant des Revêtements de sols Scellés :
Elle sera exécutée sur hérisson, fortement pilonné au préalable .Elle sera constituée par un béton à l’épaisseur indiqué
sur les plans et dosé à 350kg de ciment pour 800l de gravillon 6.30/25 et 400l de sable 0.08/5.
Le béton sera étalé et traîné à la règle fortement pilonné et arasé à la côté prévue soit à 10cm au-dessous du niveau des
dallages ou carrelages (sauf dans les parties recevant un dallage coulé sur place). Une armature sera incorporée dans
cette aire, conformément aux plans de béton.
La préparation et la mise en œuvre de ce béton devront être conformes au chapitre (4) du présent descriptif.
6.1.3.2- Aire en Béton pour Sols Recevant une Chape Formant Couche d’Usure :
Elle sera exécutée sur hérisson, fortement pilonné au préalable. Elle sera constituée par un béton sec armé, l’épaisseur
indiquée sur le bordereau, et dosé à 350kg de ciment pour 800l de gravillon 6.30/25 et 400l de sable 0.08/5.
Le support sera humidifié, et le béton étalé et traîné à la règle, le tout étant fortement pilonné et arasé à la côte prévue.
L’armature étant interrompue au droit des joints.
Les joints de dilatation de 1cm de large et sur toute l’épaisseur de la forme, seront exécutés perpendiculairement les
uns aux autres tous les 4m au plus. Ils ne devront pas former un quadrillage, mais seront en découpe de la moitié de
leur côté d’une « rangée » à l’autre.
6.1.4. CHAPES D’USURE

6.1.4.1. Chape en Mortier de Ciment :


La chape sera constituée par un mortier dosé à 450kg de ciment par m3 de sable 0.08/5 et aura une épaisseur minimum
de 3cm. Elle sera étalée et traînée à la règle aussitôt que le béton de la sous-couche aura commencé sa prise.
Le mortier sera fortement refoulé et lissé à l’hélicoptère ou à la grande truelle jusqu’à ce qu.il soit devenu bien
compact, résistant, et qu.il ne se forme aucune gerçure. Une même surface devra être mise en œuvre sans interruption.
Une boucharde à la boucharde à rouleau pourra être demandée. Elle devra présenter une planimétrie telle qu’une règle
de 2m promenée en tous sens ne fasse pas apparaître de différence supérieure à 5mm. Le temps de séchage, de prise et
de premier durcissement sera de 7 jours. Des joints de dilatation identiques et correspondants à ceux de la sous-couche
seront exécutés dans la chape. A l’intérieur de chaque panneau ainsi crée, il sera exécuté un quadrillage léger et
superficiel de (50*50cm) formant joints de retraits. Après durcissement, les joints de dilatation, seront remplis
d’asphalte ou de bitume, et parfaitement arasés à la surface du dallage .La chape sera relevée en plinthe de 10cm de
hauteur, le raccord entre la partie horizontale et la partie verticale sera obtenue par une gorge d’un rayon de 2 à 3 cm
.Lorsque la chape n’a pu être coulée avant durcissement complet de la sous-couche, il faut :
-rendre la surface du support propre et rugueuse par lavage au jet.
-enlever toute surépaisseur accidentelle.
-étendre à la brosse un mélange SIKADUR IMPREGNATION ou similaire conformément aux instructions du
fabricant.
6.1.4.2 Chape en Béton :
Elle sera exécutée comme il est prescrit à l’article (6.1.4.1), la couche d’usure étant constituée par un béton ferme pour
serrage soigné dosé à 400kg de ciment pour 4001 de sable de rivière 2.5/5, 8001 de gravier dur 15/30 et 1501 d’eau.
6.1.4.3 Chape avec Incorporation d’Agrégats ou Durcisseurs :
Elle sera exécutée comme il est prescrit à l’article (6.1.4.1), toutefois, des granulats durs tel que le carborundum, les
corindons seront incorporés dans le mortier de la chape, le dosage abrasif sable étant dans le rapport 1/3 et le dosage
du mortier de 500kg de ciment pour 1m3 du mélange abrasif sable.
6.1.4.4 Chape au Mortier Bitumineux :
Elle sera constituée par un mortier ayant la composition suivante : 1 partie de ciment, 2 d’émulsion de bitume, 2 de
sable de rivière, 4 de gravillon. Le support après avoir été au préalable nettoyé et lavé recevra une couche
d’impression à l’émulsion de bitume dilué. Le mortier sera alors étalé et lissé à la taloche ou à la truelle. Aussitôt,
après prise du mortier (de 15 mm d’épaisseur environ) et dès que la chape pourra supporter une charge, elle sera
passée au rouleau de 150kg. Des joints de dilatation seront prévus et exécutés comme il est décrit à l’article (6.1.4.1)
et ce, suivant la destination du présent revêtement.
6.1.4.5- Béton de Garnissage :
Ils seront constitués comme suit :
Dosage pour 1m3 en œuvre
*gravillon 800 l
*sable 350 l
*ciment ou chaux hydraulique 250kg
Les bétons seront utilisés pour relever le fond des placards et des cabines de douche pour obtenir les hauteurs
nécessaires à la pose des revêtements.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 23


6.1.5- CARRELLAGE EN CARREAUX DE GRANITO DE MOSAÏQUE DE BRECHE DE MARBRE EN
CARREAUX DE CIMENT :
La pose s’effectuera à joints, 1mm au plus sur un lit de sable propre de 0.08/5, parfaitement nivelé. Elle sera exécutée
soit « à la bande » au cordeau et au pilon à bain soufflant de mortier dosé à 300kg de ciment par m3 de sable 0.08/2.5
et de 2cm d’épaisseur. L’adhérence des carreaux se fera sur la totalité de leur surface, le mortier refluant légèrement
dans les joints de telle sorte que les carreaux soit séparé les uns des autres. Le coulis sera constitué par un mortier dosé
à 800kg de ciment extra blanc par m3 sable tamisé au tamis de 0.08 ou ciment pur. La surface sera ensuite frottée au
chiffon sec.
L’emploi du ciment de laitier est interdit. De plus, il y aura lieu de prévoir un vide, si la plinthe est droite, entre la
dernière rangée de carreaux et le mur ou la cloison. Après prise soit 15 jours au moins après la mise en œuvre, il sera
procédé à un premier polissage mécanique des carreaux, qui sera ensuite terminé par un polissage doux par abrasifs de
finesse croissante jusqu’à ce que
La surface définitive présente un aspect poli, glacé, sans rayure ou aspérité sans fissures, faïence, éclat, craquèlement.
La plénitude du sol fini sera telle qu’une règle métallique de 2m de long, promenée en tous sens sur sa tranche, ne
fasse pas apparaître de différence supérieure à 2mm.
6.1.5.1- Dallage en Marbre :
Il sera constitué par des dalles obtenues par sciage et d'une épaisseur de 2cm pour une dimension inférieure à
(40*40cm) et de 3 cm pour une dimension supérieure à (40*40 cm) .Le parement vu étant poli et le parement non vu
brut de sciage .
La pose s'effectuera sur un lit de sable sec, propre de 0.08/2.5 parfaitement nivelé avec un mortier de ciment dosé à
300kg de ciment par m3 de sable. Les dalles seront scellées sur toute la face de pose, frappées au marteau et
parfaitement réglées à la règle, les joints étant remplis au coulis de ciment blanc pur. La plénitude sera telle qu'une
règle de 2m promenée en tous sens ne fasse pas apparaître de différence supérieure à 2mm. Il sera ensuite procédé à un
polissage. La plénitude sera telle qu'une règle de 2m posée au droit des joints ne fasse pas apparaître de différence
supérieure à 1mm en plus de celle tolérée dans la fabrication.
6.1.5.2- Carrelage en Carreaux de Grès Cérame :
La pose s’effectuera à joints serrés, 1mm au plus sur une forme complémentaire en béton maigre dosé à 200kg de
ciment pour 800l de gravillons 6.3/25 et 400l de sable 0.08/5. La forme sera au préalable nettoyée et débarrassée de
toute impureté, plâtre, gravois, etc. La pose du carrelage sera exécutée «à la bande » au cordeau et au pilon, à bain
soufflant de mortier de ciment dosé à 350kg de ciment et de 1cm d’épaisseur, l’adhérence des carreaux se fera sur la
totalité de leur surface, le mortier refluant légèrement dans les joints de telle sorte que les carreaux soient séparés les
uns des autres. Les joints seront ensuite coulés avant la prise du mortier en ciment pur et frottés au chiffon sec. La
plénitude sera telle qu’une règle promenée en tous sens ne fasse pas apparaîtra de différence supérieure à 3mm,
l’arasement étant parfaitement réalisé. ‘.alignement sera tel qu’une règle de 2m posée au droit des joints ne fasse pas
apparaître de différence supérieure à 1mm. Lorsque la surface à recouvrir sera supérieure à 60m2, il y aura lieu de la
fractionner par des vides remplis d’une matière compressible.
6.1.5.3- Plinthe Droite :
Le support sera préalablement nettoyé et débarrassé de toute impureté, plâtre, gravois, etc...Sa plénitude sera telle
qu’une règle de 2m placée parallèlement au sol ne fasse pas apparaître de différence supérieure à 5mm .Le mortier de
pose sera identique à celui du sol et aura une épaisseur de 1cm après pose. La pose s’effectuera de la même façon que
le carrelage ou le dallage, et après l’exécution de celui-ci, aucun vide ne devra paraître entre le sol et la plinthe. Les
joints devront correspondre dans la mesure du possible à ceux du sol’
Les faces vues perpendiculaires au sol, seront parfaitement planes, leur bord supérieur parfaitement arasé et
horizontal’ Les angles saillants ou rentrants seront exécutés par une plinthe à deux chanfreins ou par des éléments
d’angles spéciaux rentrants.
6.1.5.4- Plinthe à Gorge :
Elle sera exécutée comme il est prescrit à l'article (6.1.5.6), toutefois, la pose s'effectuera soit avant, soit après
l'exécution du sol, un jeu de 2mm sera ménagé entre l'arrêt du dernier carreau. La gorge devra présenter une plénitude
parfaite aussi bien avec le sol qu'avec la plinthe. Les angles rentrants et les angles saillants seront constitués soit par la
butée d'une plinthe à gorge contre une autre plinthe à gorge, celle-ci étant abattue d'onglet pour les angles rentrants,
soit par des éléments d'angles spéciaux.
6.1.5.5- Seuils Intérieurs :
Les seuils intérieurs de deux carrelages posés de façon identique seront exécutés de la même façon que ceux-ci, la
séparation se faisant à fond de feuillure. Dans le cas de seuils intérieurs de deux carrelages posés de façon différente,
l’un étant scellé directement sur le support et l’autre étant posé sur un lit de sable, le dernier rang de carreaux sera
scellé à plein mortier.
Toutefois, un calfeutrement pourrait éventuellement être exécuté à l’extrémité libre des carreaux de bordure. Les
coupes nécessaires seront exécutées avant pose et en fonction des dimensions des feuillures d’huisserie.
6.1.5.6- Seuils Extérieurs :

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 24


Ils seront exécutés comme les paliers ou les marches d’escalier, toutefois, lorsque le seuil extérieur sera établi au droit
du joint de dilatation de deux constructions indépendantes, le carrelage accusera le joint de rupture, qui sera soit
calfeutré au mastic bitumineux, soit recouvert par un couvre-joint métallique ou en matière plastique.
6.1.5.7- Marches et contre Marches d’Escalier en Mortier de Ciment :
Sur la forme de l’escalier exécutée conformément à l’article (6.4.2.4) du présent descriptif, les marches seront revêtues
d’une chape en mortier de ciment dosée à 500kg de ciment par m3 de sable 0.08/3.5 qui sera fortement refoulé et lissé
à la truelle jusqu’à ce qu.il ne se forme aucune gerçure. Une même marche devra être mise en œuvre sans interruption.
La chape finie devra présenter une planimétrie telle qu’une règle promenée en tous sens ne fasse apparaître de
différence supérieure à 5mm et ce pour une épaisseur minimum de 2cm. Le nez sera arrondi à la demande, il en sera de
même du raccord de la marche et de la contre marche. La marche sera rendu non glissante, par incorporation de
corindons ou de carborundum.
Le dosage abrasif sable étant dans le rapport 1/3. La contre marche sera du même type que la marche. La plinthe
rampante s.il y a lieu sera constituée par un relevé de la chape, soit à angle vif, soit par une gorge de 1cm d’épaisseur
au moins, son arrête supérieure à angle vif ou arrondi sera parfaitement rectiligne.
6.1.5.8- Marches et Contre Marches en Pierres Naturelles (Marbre), en Carreaux, en Dalles de Béton
Préfabriqué ou en Dalles de Granit Préfabriquées :
Les marches, contremarches et plinthes rampantes constituées par des pierres naturelles non glissantes, du marbre, des
carreaux de toutes natures, des dalles en béton préfabriqués, des dalles de granit préfabriquées seront exécutées suivant
le cas, comme il est prescrit pour les revêtements du même genre. Les marches seront scellées à bain de mortier « ne
tachant pas » dosé à 400kg de ciment par m3 de sable 0.08/2.5. Les contremarches et les plinthes seront scellées avec
un mortier de composition identique mais dosé à 350kg.
Lorsqu.il n’y aura pas protection du nez de la marche, celui-ci sera constitué par un matériau dur et résistant, l’arête
supérieure étant à angle vif ou arrondi à rayon de 1cm, l’élément étant scellé sur le support.
Lorsqu.il y aura protection du nez de la marche par cornière métallique, ou profilés spéciaux, cette protection suivant
le cas sera posée avant ou après la marche et la contre marche, elle devra parfaitement affleurer celles-ci.
La contremarche sera scellée sur le support vertical de la même façon que les plinthes, comme il est prescrit à l’article
(6.1.5.6).
Lorsqu’il n’y aura pas protection du nez de la marche, la contremarche affleurera le bord abattu au revêtement arrondi
de la marche.
Lorsqu.il y aura protection du nez de la marche, la contremarche sera scellée avec encastrement s’il n’y en a pas, le
joint horizontal de 2mm d’épaisseur étant ultérieurement rempli par le coulis, l’exécution étant identique à l’article
(6.1.5.6).
Les plinthes rampantes, plinthes à crémaillères, et écoinçons auront des coupes parfaitement ajustées, ils seront
exécutés comme il est prescrit à l’article (6.1.5.6).
Les dalles préfabriquées en granito de mosaïque auront une épaisseur de 4cm pour les marches et de 3cm pour les
contremarches.
Ces dalles seront préfabriquées à la largeur de la marche augmentée éventuellement de recouvrements (marches,
contremarches) leurs longueurs seront celles de l’emmarchement augmentée éventuellement des recouvrements
nécessaires quand ceux-ci ne dépassent pas 1.50m. Au-delà de ces dimensions, il sera prévu des joints en laiton
scellés. Les nez de marches seront nécessairement munis de nez spéciaux. Ces dalles seront coulées sur des supports
parfaitement plans et polis (marbre), leur forme étant obtenue par coffrage ayant les mêmes caractéristiques que le
support.
Pour couler ces dalles, on emploiera du béton de granite dosé à 600kg de ciment par m3 d’agrégats (marbre), un
treillis soudé de diamètre 6, et de maille serrée sera incorporée dans la masse. Après durcissement, en principe une
semaine les dalles subiront un premier polissage mécanique à la meule abrasive au carbure de silicium. Il sera
éventuellement procédé à un masticage au ciment de telle sorte que la surface obtenue après ce premier polissage soit
plane et ne présente aucun creux apparent .Il sera ensuite procédé à un polissage doux par abrasifs de finesse
croissante jusqu’à ce que la surface définitive présente un aspect poli glacé, sans railleur ou aspérité, sans fissure,
faïence, éclat, craquèlement. Les teintes, aussi bien des grains de marbre que des surfaces nus de ciment devront être
homogènes sans différence perceptible d’une partie à une autre.

6.2- REVETEMENT MURAUX SCELLES ET COLLES

6.2.1- REVETEMENTS MURAUX SCELLES


La qualité des dalles en pierres naturelles, des produits en gré cérame des carreaux en granit, seront celles prescrites à
l’article (6.1.1) du présent descriptif.
- Qualité des supports :
La plénitude des supports sera telle qu’une règle de 2 m, promenée en tous sens, ne fasse pas apparaître de différence
supérieure à 2 cm, le faux aplomb étant inférieur à 1cm sur la hauteur sous plafond, le faux équerre des murs et
cloisons sera inférieur à 5mm, pour 2m de paroi et 3mm pour plus de 2m, le faux équerre d'un local étant inférieur .

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 25


Les fourreaux destinés au passage des canalisations seront mis en place avant l’exécution des revêtements. Les joints
de dilations du gros-oeuvre seront respectés lors de l’exécution des revêtements. L’humidification complète s’effectue
sur une épaisseur de 5mm au moins. Le support recevra un crépi de 1 à 2cm d’épaisseur dressé et non lissé au mortier
de ciment dosé à 350kg de ciment par m3 de sable.
- Mortier de pose :
Il ne sera ni chaud ni éventé. Le sable employé sera du sable de rivière tamisé, du sable de carrière ou de dune lavé
0.08/2. L’emploi de sable à lapin ou de sable argileux est interdit. L’emploi du mortier rebattu, desséché ou ayant
commencé à faire prise est interdit.
- Coulis pour joints :
Ils seront soit en ciment pure blanc, gris ou coloré, soit en mortier dosé à 800kg par m3 de sable, et suffisamment
fluide pour pénétrer parfaitement dans les joints et bien les remplir.
6.2.1.1. Revêtement en carreaux de faïence :
Les carreaux seront mis à tremper dans l’eau propre avant mise en oeuvre. Il y aura lieu de veiller à ce que la
saturation complète ne soit pas atteinte. La pose s’effectuera à joints serrés droits ou coupés, au mortier dosé à 350kg
de ciment par m3 de sable, l’épaisseur de ce mortier étant de 1cm. L’adhérence des carreaux se fera sur la totalité de
leur surface, le mortier refluant dans les joints de telle sorte à ce que les carreaux soient séparés les uns des autres. Les
joints seront coulés 24 heures après la pose du revêtement.
Dans la pose dite « à l’américaine », le support brut recevra à la place de ce qui est indiqué à l’article (6.2.1), un enduit
de 1 à 2cm parfaitement dressé au mortier de ciment dosé à 350 kg par m3 de sable 0/2. Aussitôt après la prise, il sera
exécuté une barbotine au ciment pur sur l’enduit et une barbotine dosée à 800kg par m3 de sable sur les carreaux
qu’on applique immédiatement sur le support. Les joints seront remplis d’un coulis en ciment pur ou d’un mortier dosé
à 800kg par m3 de sable.
Dans tous les cas, le revêtement sera soigneusement lavé à l’eau. Le revêtement sera plan une règle de 2m promenée
en tous sens, ne fera pas apparaître de différence supérieure à 2mm.
Les joints aussi bien horizontaux que verticaux seront parfaitement alignés.
Le carrelage partira sans interposition de plinthe du niveau supérieur du revêtement du sol’
6.2.1.2- Revêtement en Carreaux de Grés Cérame :
Il sera exécuté comme il est prescrit à l’article (6.2.1.1), toutefois, les carreaux ne seront pas trempés, mais seulement
humidifiés et posés « à l’américaine ».
6.2.1.3- Revêtement en Eléments Minces en Grès Cérame :
Il sera exécuté comme il est prescrit à l’article (6.2.1), toutefois, le mode de pose sera « à l’américaine ». La pose
s’effectuera à la règle et à la batte. L’adhérence des carreaux doit se faire sur la totalité de leur surface par un tissage
léger à la batte, les joints entre plaques étant réguliers et rectilignes. Il sera ensuite procédé au décollage du papier par
une légère humidification les éléments des plaques étant légèrement, rabattus, pour alignement et leurs joints, il sera
procédé au remplissage de ces derniers par un coulis de ciment pur ou par un mortier dosé à 800kg par m3 de sable.
La surface sera ensuite parfaitement nettoyée et si besoin est frotté au chiffon sec et à la sciure fine de bois blanc. La
plénitude sera identique à celle prescrite à l’article (6.2.1).
6.2.1.4- Revêtement Intérieur en Marbre :
Le support devra être parfaitement rigide et d’une épaisseur permettant la fixation des dalles. Le mortier de pose sera à
base de chaux ou de ciment «ne tachant pas». Les dalles superposées et juxtaposées seront maintenues à l’écart du
support par des polochons de ciment de (6x 6cm) de section dosé à 400kg et de 4cm d’épaisseur placés aux coins de la
dalle. Il pourra être utilisé des agrafes spéciales. Des agrafes en fil de fer galvanisé ou de laiton seront scellées dans le
mur et enrobées par le polochon en ciment armé de filasse, elles fixeront la dalle par retournement à l’intérieur des
encoches prévues dans le chant de celle-ci.
L’encoche sera également remplie de ciment armé de filasse. Il pourra également être utilisé des ressorts ou des
goujons qui seront mis en place dans des trous réservés dans la face arrière de la dalle et scellés à 45° d’inclinaison au
mortier de ciment à 5cm au moins des chants.
Les joints auront 5mm au moins de largeur et seront exécutés au ciment « ne tachant pas »
6.2.1.5- Revêtement Extérieur en Marbre :
Le support sera identique à celui défini au (6.2.1.5) l’épaisseur des dalles sera de 2cm au moins. Des agrafes en
bronze, cuivre ou laiton, de 4mm de diamètre au moins, seront scellées, aux angles des dalles et à 5cm au moins des
chants, au mortier de ciment dosé à 400kg par m3 de sable fin et seront ancrées dans le support de telle sorte qu’elles
puissent porter la dalle sans autre soutien. La mise en place s’effectuera à sec, les dalles étant maintenues en place par
des cales.
Les joints constitués par un coulis dosé à 350kg de ciment «ne tachant pas » par m3 de sable 0/1.25 ou par mortier
bâtard dosé à 200kg de chaux et 100kg de ciment «ne tachant pas » par m3 de sable 0/1.25, seront exécutés après la
mise en charge de la façade.
Dans le cas où les dalles seront écartées du support, le vide entre celui-ci et la face intérieure de la dalle sera
légèrement aéré, sa largeur étant de 2cm au moins, dans le cas où le vide serait rempli, il aura lieu de prévoir des

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 26


fixations de 6mm au moins, la poussée créée par le remplissage ne devant en aucun cas apporter de déformation au
parement.
6.2.2- REVETEMENTS DE SOLS COLLES
- Qualité des supports des revêtements des sols collés :
Ils seront rigides, résistants, parfaitement sec au moment de la mise en oeuvre du sol collé et ne seront pas exposés à
des remontés d’humidité. Leur surface sera parfaitement plane, lisse sans brosse ou flache.
Le support sera constitué soit :
* par une chape de ciment exécutée sur le support en béton armé faisant partie de l’ossature et lorsque la côte d’arasé
de celui-ci le permet. Cette chape sera constituée par un mortier de ciment à consistance de terre humide dosé à
350kg pour 1m3 de sable lavé 0.08/2.5 de carrière ou de dune de 20mm d’épaisseur au moins appliquée soit sur
béton frais soit sur béton sec.
Après pose de nus, le mortier sera tiré à la règle, taloché, fortement refoulé et lissé à la grande truelle jusqu’à ce qu.il
soit devenu bien compact, résistant et qu.il ne se forme aucune gerçure.
Elle sera parfaitement plane et horizontale, notamment sur les seuils et dans les angles. Le saupoudrage de ciment pur
ayant lissage est interdit, son délai de séchage sera de 4 à 6 semaines suivant le lieu et la saison.
L’exécution de cette chape étant effectuée après les cloisons, les enduits, les huisseries, et canalisations.
* par une forme en béton dite ravoirage dosée à 200 kg de ciment par m3 et d’une épaisseur d’au moins 4 cm sur
laquelle sera appliquée une chape comme il est prescrit ci-dessus.
- Enduit de lissage :
Il sera constitué par une pâte pure de ciment mélangée à une caséine, émulsion de bitume, acétate de vinyle. Son
épaisseur sera de 0.5 mm à 1 mm pour les enduits minces et de 1mm à 3mm pour les enduits épais. IL sera exécuté à la
lisseuse italienne de la même façon que les enduits de peinture. Il sera appliqué immédiatement avant le revêtement de
sol, son délai de séchage variant suivant les cas de 1 à 7 H. Ses caractéristiques seront identiques à celles de la qualité
du support.

6.3 PLAFONDS SUSPENDUS

6.3.1- QUALITE DES PLAQUES DE PLATRE A PAREMENT LISSE DESTINEE AUX PLAFONDS
SUSPENDUS.
Elles seront à base de plâtre obtenu par gâchage avec d'autres matériaux (filasse, laine de verre etc.). Au cas où des
adjuvants auraient été incorporés au plâtre, lors de leur fabrication, il conviendra de prendre toutes les précautions
utiles, afin que les matériaux destinés à les recouvrir, peinture ou autre ne subisse aucun dommage. La sous-face ou
face vue sera à parement lisse, venu de moulage, la face supérieure demeurant rugueuse. Leur épaisseur sera de 30mm
au moins. La plénitude de chaque plaque sera telle qu'une règle de 1m, promenée en tous sens, puisse faire apparaître
une différence inférieure à 1mm. Les plaques mises en oeuvre auront une plénitude telle qu'une règle de 2m, promenée
en tous sens contre la sous-face du plafond, ne puisse faire apparaître une différence supérieure à 3mm, deux plaques
adjacentes ne présenteront pas des affleurements supérieurs à 1mm entre les deux arêtes en regard. Au moment de leur
mise en oeuvre, les taux d'humidité des plaques seront inférieurs à 10 %. Les percements avant pose ou après mise en
oeuvre ne s'effectueront en aucun cas par percussion mais par découpe au forêt ou à la scie, aucune saignée ne pourra
être exécutée.
Les fils de fer, feuillard, acier pour béton armé des suspentes seront protégés contre la corrosion. Les délais de mise en
peinture seront de 3 semaines à 1mois dans les locaux normalement ventilés de façon à obtenir une siccité pouvant
varier de 1 à 5 %.
6.3.2- Plafond suspendu de Plaques de Plâtre à Parement lisse et dont la face inférieure est à moins de 50cm du
Support :
Les suspentes constituées par des fils de fer galvanisé de 2.7mm de diamètre, seront fixées directement ou par
l’intermédiaire de polochons en plâtre d’une part sur le support et d'autre part aux plaques. Le fil de suspente sera lui
aussi enrobé par le polochon de plâtre de fixation au support et à la plaque. Les plaques seront disposées à joints
croisés et placées sur règle horizontale préalablement mise en place, la pose commençant par le milieu d’un bord de la
surface, les porte-à-faux seront dans tous les cas inférieurs à 15cm. Les peluchons de fixation seront en nombre tel que
l’espacement des points à l’appui sur chaque plaque soit inférieur à 0.6m. Les joints auront une largeur comprise entre
5 et 10 mm et seront bouchés par un bourrage de plâtre de mêmes caractéristiques que celui des faces lisses des
plaques.
6.3.3 Plafond suspendu de plaques de plâtre à parement lisse et dont la face inférieure est à plus de 50 cm du
support
Ces plafonds seront exécutés comme il est prescrit à l'article (O7.3.1.1). Toutefois, la suspente sera réalisée par
l'intermédiaire d'un solidage en bois ayant subi un traitement fongicide et lui-même suspendu au support par
l'intermédiaire de fil de suspente en fer galvanisé laissé en attente dans les nervures de la dalle à raison d'une dalle à
raison d'une suspente tous les 6O cm dans les deux sens.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 27


Les solives auront une section minimale de (7,5 x 10cm) et seront ancrés sur les parois latérales du local recevant le
faux-plafond sur une profondeur de 6 à 8 cm leur entre-axe sera de 60 cm au maximum.
6.3.4 Plafonds suspendus en matériaux fibreux d'origine minérale en panneaux dérivés du bois et en métal
GENERALITES :
Les travaux du présent paragraphe devront être conformes aux conditions techniques définies par le Cahier des
Charges du D.T.U. N° (50.1)
- Caractéristiques Générales
Les plafonds suspendus sont constitués par l'assemblage d'éléments dont la forme et les dimensions varient avec leur
nature et selon les fabricants, le terme de plafond suspendu englobant ses éléments et leur système d'assemblage et de
suspension à la sous-face de la structure porteuse. La structure porteuse d'allure horizontale, peut être en bois, en métal
en béton ou autre matériaux telle peut être une charpente aussi bien qu'un plancher haut. Les plafonds suspendus
peuvent être étanches ou non à l'air, lisses ou perforés, plans ou nervurés continus ou discontinus, en élément
verticaux, horizontaux, ou inclinés, démontables ou non.
- Suspension
Quels que soient les matériaux suspendus, les éléments sont, soit disposés et fixés sur une ossature unique suspendus
aux structures porteuses, soit disposés et fixé sur une ossature secondaire rendue elle-même solidaire d'une ossature
dite primaire, qui est suspendue aux structures porteuses. La répartition des points de suspension doit être telle qu'une
attache défectueuse ne puisse entraîner la chute du plafond suspendu.
- Equipements et Accessoires :
Sauf prescriptions spéciales portées aux documents particuliers du marché, les plafonds suspendus ou leurs ossatures
ne sont pas destinés à supporter les éléments d'équipements et leurs accessoires, s'il en est autrement, les surcharges
apportées par ces éléments d'équipement doivent être spécifiées afin de prévoir les renforcements Nécessaires sans
modifier le module des plafonds suspendus.
- Suppression du local :
Les matériaux et leur mise en œuvre doivent être choisis de façon telle que les plafond puisse résister sans
soulèvement à une mise en surpression éventuelle du local
- Locaux recevant du public et immeubles de grande hauteur:
Dans les locaux recevant du public et dans les immeubles de grande hauteur, les matériaux et leurs ossatures, y
compris leur finition, doivent répondre à la réglementation en vigueur, sur les risques d'incendie et de panique tant sur
le plan réaction au feu peu résistance au feu (potentiel calorique).
- Locaux à forte hygrométrie :
Dans les locaux à forte hygrométrie, les matériaux et les ossatures doivent être adaptés à celles-ci.
- Précautions avant mise en œuvre :
Dans tous les cas, la mise en œuvre ne pourra être effectuée que si les conditions suivant sont toutes satisfaites :
- Les enduits en plâtre ou de mortier de liants hydraulique doivent être "sec à l'air".
- Vitrages posé et mise des locaux à l'abri des intempéries.
- Une ré humidification importante des locaux ne doit plus à craindre.
- Fixation des plafonds :
La fixation est fonction des supports. Elle doit maintenir l'ossature primaire, l'ossature secondaire et les plafonds qui
s'y raccrochent en fonction des charges et des surcharges quelles qu'elles soient. Le nombre de fixation, leur
espacement et leur calibre sont fonction de la charge à porter. La distance entre points de suspension est définie en
fonction du module d'inertie du profil et du poids de latéraux à supporter. Dans tous les cas, ou les plafonds suspendus
doivent apporter leur concours pour retarder le feu, les fixations doivent être conformes aux attenantes au procès-
verbal des essais considérés.
- Fixation des suspentes :
La fixation des suspentes dépend du type de support choisi, les points de suspension sont plus près de l'axe du profil.
- Supports bois :
Dans tous les cas de fixation, à partir de charpente en bois, le clouage est interdit, seuls le vissage et l'agrafage sont
réalisés.
- Supports en béton plein devant supporter des efforts :
- A l'arrachement
Dans le cas de support en béton plein, les chevilles spéciales, type expansion, sont celles admises pour supporter des
efforts à l'arrachement. Leur calibre est déterminé en fonction des charges. Les clous pistoscellés sont interdits.
- Au cisaillement
Les clous pistoscellés sont admissibles.
Toutefois, il est interdit d'effectuer des fixations par pistoscellement dans certains supports tels que plancher et
plancher chauffant.
- Supports en corps creux :
Dans le cas de support en corps creux, en béton ou en terre cuite, les fixations à barrettes, les pitons type bascule les
polochonnages sont seuls admis. Le travail de mise en place, est notamment le percement de la sous-face des corps
creux en terre cuite doivent être opérés avec précautions et exécutés sans occasionner de fissuration.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 28


- Supports en métal :
Dans le cas de charpente métallique, les chevilles, rivets, clous pistoscellés adaptés sont admis, sauf dans le cas de
charpente métallique pliée ou tubulaire pour laquelle on emploi des étriers.
- Pose
Suivant le type de plafond employé, les dalles, bacs ou panneaux sont soit arrêtés par un profil de rive, généralement
sous forme de coulisse ou de cornière, soit dans des cas très particuliers, traînes parallèlement à quelques mm de nu
fini du mur.
Dans ce dernier cas, les dévers doivent être évités en fixant les éléments sur supports non apparents, continus ou non.
- Passage au droit des joints de dilatation
Plafonds suspendus sur ossature apparente :
Les appuis des panneaux, dalles doivent permettre le mouvement des gros œuvre sans risque de chute.
Plafonds suspendus sur ossature semi-apparente :
Les appuis apparents doivent être situés parallèlement à la ligne de joint de dilatation.
Plafonds suspendus sur ossature non apparente :
Les dalles, panneaux doivent être interrompus à l'aplomb de la ligne de joint de dilatation et l'espace vide ainsi crée
doit être revêtu d'un couvre-joint, fixé sur un des côtés seulement.
Tolérances d'exécution
Bacs et bandes métalliques :
Les bacs sont mis en place selon les prescriptions de pose données par les fabricants. Ils ne doivent pas, sous la charge
constituée par le matelas absorbant augmenté éventuellement de la masse de l'isolant prévu pour certains type de
plaque et les surcharges prescrites aux documents particuliers du marché, présenter une flèche entre support supérieur
à 1/500 de la portée, avec limite supérieure à 5 mm.
Panneaux en matériaux fibreux :
Ces tolérances concernent le plafond posé qui comprend le panneau ou la dalle et l'ossature. Dans le cas, d'une
ossature non apparente, la flèche est 1/500 de la portée. Dans le cas, d'une ossature apparente, la flèche est de 1/300 de
la portée.
- Tolérance de désaffleurèrent entre éléments
Le désaffleurèrent entre deux éléments contigu présentant une surface lisse, ne doit pas supérieure à 3/1O de mm pour
des éléments chanfreinés, et à 2/1O de mm pour des éléments non chanfreinés.
- Bâillement entre ossature apparente et appuis apparents des panneaux
Le Bâillement doit être au plus égal à 10/10 de mm.
Planéité générale de l'ouvrage fini
La planéité de l'ouvrage fini doit être telle qu'une règle de longueur suffisante, de 1,20m de longueur pour les plafonds
de surface inférieure à 4 m² et de 2m de longueur pour les plafonds de surface supérieure à 4m2, dans le cas de
plafond horizontal du type courant, déplacée en tous sens contre la face apparente du plafond, ne fasse pas apparaître
une flèche ou une contre-flèche, supérieure à 3mm, si l'on excepte tous les accidents dus à la structure même du
plafonds (profils, etc...).
- Raccordement de cloisons
Sauf dispositions contraire des documents particuliers du marché, les cloisons ne sont pas maintenues par les plafonds
et n'y sont pas raccordées.
- Liaison entre plafond et appareils d'éclairage et de conditionnement d'air, de canalisations pour fluides, etc...
Sauf dispositions contraire des documents particuliers du marché, les appareils de conditionnement d'air et les
installations de canalisations pour fluides ne sont pas solidarisée avec les plafonds suspendus. Toutefois, les appareils
d'éclairage incorporés à ces plafonds et dits encastrés font partie des plafonds suspendus. Ils peuvent ou non être
rendus solidaires de ceux-ci.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 29


XII. MENUISERIE EN ALUMINIUM

7.1- CHASSIS EXTERIEURS EN ALUMINIUM


Renseignements à fournir:
- Plans : Plans d'exécution.
- Echantillons : Quincaillerie.
A soumettre à l'approbation de l'architecte.
-Teintes : Joints de silicone extérieur.
Teinte des Châssis
a) Avant tout commencement d’exécution, et avant mise en fabrication, les dessins des ensembles seront présentés à
l’agrément du Maître d’oeuvre, du contrôleur technique, du chef du projet. Ces dessins seront établis à grande échelle
de façon à permettre un jugement précis et rapide. Ils comprendront élévations, plans et coupe. Ces plans seront remis
suffisamment tôt pour ne pas retarder l’exécution des travaux et en particulier au gros oeuvre.
b) Un plan de repérage sera également établi pour chaque façade. Chaque menuiserie sera repérée par types avec
indication des ouvrants, parties fixes, dimensionnements en tableaux, etc...
c) Un prototype sera présenté à l’acceptation du Maître d’oeuvre, du contrôleur technique, du chef du projet. Dans la
mesure où l’avancement du chantier le permettra, ce prototype sera mis en place sur chantier et sera conservé à titre de
modèle.
Prescription générale:
Les huisseries extérieures en aluminium et les huisseries intérieures assimilées aux huisseries extérieures sont
conformes aux prescriptions des Normes Tunisiennes NT aux DTU ou à défaut de :
- de la STS 36, en particulier celles du chapitre 14, pour les menuiseries proprement dites;
- de la STS 38 et de la NIT 113, pour les ouvrages de vitrerie.
Les ouvrages standards sont réalisés hors profilés en aluminium extrudé d'au moins 50 mm d'épaisseur, protégé par
électro poudrage 70 microns aux teintes RAL renseignées aux plans ou à désigner par l'architecte.
Les châssis sont fixés au gros oeuvre tous les 0,7 ml minimum, au moyen de pattes de scellement, de droguets ou de
vis et chevilles.
Les organes de fixation métalliques sont en acier galvanisé ou traités efficacement contre la corrosion.
Le contact des ouvrages en aluminium avec les bétons et maçonneries ainsi qu'avec les métaux autres que l'acier
inoxydable ou l'acier galvanisé ou métallisé est soigneusement évité.
Les joints extérieurs entre les châssis et le gros oeuvre sont resserrés au droit de la pièce d'appui et des battées, au
moyen de mastic à base de silicone. Lorsque les châssis sont posés dans la maçonnerie ou du béton armé demeurant
apparent à l'intérieur des locaux, ils sont resserrés latéralement et au droit du linteau au moyen de mastic à base de
silicone après pose, s'il échait, d'une latte de finition rapportée. La teinte de ces joints est à soumettre à l'approbation
de l'architecte.

7.2- REPERAGE DES TYPES DE CHASSIS


Les plans ou le métré descriptif renseignent les parties fixes et les différents types d'ouvrants. Ceux-ci sont exécutés
conformément aux articles correspondants du présent cahier spécial des charges. De même, les plans ou le métré
descriptif renseignent la localisation des différents types de vitrages et de panneaux de remplissage. Avant exécution,
l'entrepreneur soumet les plans d'exécution de ses ouvrages et les échantillons des quincailleries et des teintes à
l'approbation de l'architecte auteur de projet.
MESURAGE
Le mesurage se fait au m2 de jour. Les châssis inférieurs à 1 m2 sont comptés pour 1 m2, les châssis non
rectangulaires sont métrés au rectangle capable.
Sauf s'ils sont métrés à la pièce, par ensemble, les châssis composites sont scindés en fonction des types de châssis qui
les composent, lesquels sont métrés séparément.

7.3- CHASSIS FIXES EN ALUMINIUM AVEC VITRAGE SIMPLE VITRAGE


Fourniture et pose de châssis fixes constitués d'un cadre dormant recevant directement un simple vitrage.

7.4- CHASSIS A SIMPLE OUVRANT EN ALUMINIUM SIMPLE VITRAGE


Fourniture et pose de châssis à un ouvrant simple.
Suspension: une charnière tous les 60 cm avec au minimum 2 charnières.
Quincaillerie: crémone encastrée à levier, à points d'action haut et bas plus un point central à hauteur de la poignée si
la hauteur jour excède 1.00ml’

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 30


7.5- CHASSIS BASCULANT EN ALUMINIUM
Le poste comprend la fourniture et la pose de châssis tombants réalisés hors profilés en aluminium.
Le verrouillage supérieur est assuré au moyen d'un verrou à ressort. Lorsque celui-ci est situé à plus de 2 mètres par
rapport au niveau du sol intérieur fini, il est actionné par une commande déportée à tringle ou à câble, à soumettre,
dont le profil U de réception est de mêmes finition et teinte que les profilés.
L'ouvrant est équipé d'un compas de retenue avec dérogation pour le nettoyage.

7.6- CHASSIS DOUBLE OUVRANT EN ALUMINIUM


Fourniture et pose de châssis à double ouvrant à la française.
Suspension: une charnière tous les 60cm avec au minimum 2 charnières.
Quincaillerie: crémone à levier, à points d'action haut et bas plus un point central à hauteur de la poignée si la hauteur
jour excède 1.00ml’

7.7- CHASSI OSCILLO BATTANT EN ALUMINIUM


Fourniture et pose de châssis oscillo-battant.
Suspension: une charnière tous les 60cm avec au minimum 2 charnières.
Quincaillerie: système encastré permettant d’actionner le basculant et l’ouvrant à la française.

7.8- PORTES SIMPLES EN ALUMINIUM COMPLETEMENT VITREES


Fourniture et pose de portes simples.
Suspension: une charnière tous les 60cm avec au minimum 4 charnières.
Quincaillerie: Serrure entaillée résistant à la corrosion, avec cylindre en laiton chromé mat et pêne dormant. Clenche et
plaquettes de propreté en aluminium coulé à soumettre.

7.9- PORTES DOUBLES EN PROFILES D'ALUMINIUM


Le poste comprend la fourniture et la pose de portes extérieures doubles à fermeture automatique simple action hors
profilés en aluminium.
Chaque ouvrant est pendu sur deux pivots dont celui du haut prend appui dans une crapaudine fixée au dormant et
celui du bas dans le ferme porte.
Les fermes portes hydrauliques sont du type encastré dans le sol, avec plaque de finition en acier inoxydable et
possibilité de blocage en position ouverte à 90°.
Sauf autrement précisé aux documents d'exécution, chaque ouvrant est équipé en parties haute et basse de deux
serrures entaillées, résistant à la corrosion, avec cylindre en laiton chromé mat, de deux poignées fixes en nylon teinté
dans la masse, modèle, teinte et position suivant documents d'exécution ou de barre en inox à soumettre à
l'approbation de l'architecte.
L'étanchéité des ouvrants est assurée au moyen de joints en néoprène ou de brosses d’étanchéité.

7.10- CHASSIS PERSIENNE EN ALUMINIUM :


Les châssis persiennes en aluminium seront exécutés en profilés d’aluminium et tôle pliée sous forme d’ailette, Elles
seront exécutées suivant les plans de détails de menuiserie.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 31


VIII - MENUISERIE EN BOIS

8.1- GENERALITES :
Un plan de repérage de la menuiserie ainsi qu'un tableau de détail seront joints aux plans qui seront remis à
l'entrepreneur.
NOTE : Toutes les dimensions et nombres ne sont donnés qu'à titre approximatif. L'Entrepreneur devra prendre les
mesures exactes sur place, avant tout commencement des travaux de menuiserie.

8.2- QUALITE DES OUVRAGES DE MENUISERIE :


a) - Toutes les menuiseries seront exécutées conformément aux détails du dossier des plans annexés au présent devis.
Elles seront parfaitement assemblées par tenons et mortaises.
b) - L'Entrepreneur devra donner les jeux nécessaires à tous les châssis croisés, porte croisées, etc... afin de les faire
fonctionner librement après le passage des peintures. Il sera tenu d'en assurer le bon entretien à son compte jusqu'à la
réception définitive.
c) - Toutes les entailles pour pièces de ferrure seront soigneusement imprimées au minimum de plomb avant ferrage.

8.3 - ETENDUE DES TRAVAUX :


L'Entrepreneur devra la fourniture et la pose de tous les ferrages et quincailleries de l'ensemble de la menuiserie.
Tous les bâtis 70/70 et plus des équerres de 110 de branche.
NOTE : Les socles à faïence, les chambranles, les pare closes et les quarts ronds doivent être compris dans le prix de
la menuiserie, les ouvrages étant décomptés "hors cadre" sans aucune plus value.

8.4 - ECHANTILLON :
Un échantillon de chaque élément pour chaque type de menuiserie sera déposé pour approbation au bureau du Maître
d'Ouvrage sur chantier.
Ces échantillons devront être complètement équipés en quincaillerie. L'entrepreneur devra prendre chez le Maître
d'Ouvrage immédiatement après l'approbation, le type de chaque menuiserie et quincaillerie retenue pour qu'il puisse
passer les commandes et commencer les travaux. Aucun retard sur les approvisionnements ne sera considéré.

8.5 - QUALITE DES MATERIAUX :


a) - Essence de bois :
Bâtis et huisseries :
Le bois employé sera le sapin qualité rouge du Nord ou similaire équivalent. Il sera de premier choix, première
catégorie, sans aucun défaut, noeuds vicieux. Ce bois sera peint.
Menuiserie extérieure et intérieure :
Sapin qualité rouge du Nord ou qualité équivalente.
Contre plaqué : OKUME, 1er choix.
MDF
b) - Défaut des bois à proscrire :
Les bois seront droits, les bois tors ne seront pas tolérés. Ceux présentant des trous de vers seront rebutés. Les entrées
écorces ne seront pas admises. Les fentes et gorges dans les pièces ne seront pas tolérées.
c) - Degré d'humidité :
Il est indispensable de mettre en oeuvre des bois ayant atteint leur humidité d'équilibre correspondant au milieu où ils
vont séjourner. Ce degré d'humidité ne devra pas dépasser 15 % pour les menuiseries extérieures.
d) - Traitements spéciaux :
Les bois utilisés devront avoir subi un traitement les mettant à l'abri des attaques de tous insectes ou champignons
(insectes xylophages, champignons de menuiserie en contact direct avec la maçonnerie). Le traitement sera exécuté au
moyen de peinture ou imprégnation de produit à base de naphtaline chlorée (xylamon ou similaire). Il ne devra pas
produire de désordre aux peintures ou vernis de revêtement. Il sera appliqué à raison de 125 ou 160 gr par m2 de
surface rabotée.

8.6 - EXECUTION ET MISE EN OEUVRE :

8.6.1 - Spécification générales :


Tous les ouvrages de menuiseries seront exécutés suivant les règles de l'art et de bonne exécution. Il ne sera pas toléré
de menuiserie mastiquée sauf pour dissimuler des noeuds respectant les tolérances énoncées ci-après. Tous les bois
devront être poncés soigneusement en évitant au maximum le ponçage en travers, les parements bruts devront être bien
affleurés, les rives droites et non épaufrées.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 32


Les parties mobiles (vantaux, châssis, etc.) devront se mouvoir sans effort et joindre entre elles ou avec les parties
fixes (dormants, bâtis etc..) avec un jeu intérieur à 1 mm compte tenu des épaisseurs de peinture.
L'Entrepreneur garantira toutes les ouvertures extérieures contre les infiltrations des eaux de pluie et de condensation.
Des chambranles seront prévus tout autour des cadres pour couvrir le joint entre les cadres et la maçonnerie.
8.6.2- Exécution :
Les assemblages seront exécutés avec toute la perfection possible.
Ils seront bien chevillés et poncés, les onglets parfaitement rangés, les coupes franches, sans éclat ni bavure. Il ne sera
pas toléré de contre profil sauf pour les moulures ne dépassant pas 0,025. Ces contre profils devront toutefois figurer
en parfait état d'onglets.
Les ouvrages à prévoir seront conformes aux plans et dessins de détails joints au dossier d'adjudication. Les bois
seront travaillés avec le plus grand soin possible. Le débitage se fera avec la plus grande exactitude pour avoir des
pièces conformes aux équarrissages et profils indiqués aux dessins de détails et aux pièces du marché. La stricte
observation des profils est exigée compte tenu des tolérances prévues au R.E.E.F.
Les cadres dormants, les montants et les traverses seront débités de telle façon qu'ils ne comportent ni fentes, ni
gerçures, ni noeuds noirs ni noeuds vicieux.
Les noeuds sains et adhérents seront seuls tolérés à raison de deux par mètre linéaire au maximum et avec les
diamètres maximum suivants :
- Dans les pièces de 7/7 de section, le diamètre maximum individuel sera de 10 mm.
- Dans les pièces dont la section est supérieure à 7/7, les noeuds pourront atteindre 20 mm.
- Dans les pièces dont la section est inférieure à 7/7, il ne sera accordé aucune tolérance.
Les noeuds ne doivent pas se trouver sur une arête et ne doivent pas affecter la résistance de la pièce.
Dans les panneaux, les noeuds sains et adhérents seront tolérés à raison de 2 par élément type de 1,00 x 1,00 et d'un
diamètre individuel maximum de 20 mm.
Les noeuds noirs ou non adhérents peuvent être tolérés dans la limite 2 par élément et de 10 mm de diamètre
individuel maximum, à condition toutefois qu'ils soient bouchonnés avec le plus grand soin en respectant le sens du fil
du bois et que les bouchons soient collés à force.
Les noeuds sains dont le diamètre ne dépasse pas 2 mm et les noeuds noirs ne dépassant pas 1 mm seront négligés.
Les assemblages collés seront admis sous réserve qu'ils satisfassent aux conditions de résistance mécanique et de tenue
à l'humidité fixées par les Documents Techniques du R.E.E.F. "Utilisation des colles dans le bâtiment ".
Les assemblages à tenons et mortaises seront bien ajustés et maintenus à l'aide de chevilles en bois dur et sec ou en
métal d'un modèle agréé. Les embrèvements seront exécutés avec précision et seront assez profonds pour que les
languettes ne sortent jamais des rainures.
Dans les parties à grands cadres de forte épaisseur, les bâtis et les cadres seront à doubles rainures. Les pièces devant
être assemblées seront soigneusement dressées afin d'obtenir un joint parfait. Elles devront être à fil parallèle. Le vide
entre le fond de la rainure et la languette ne devra pas être supérieur à 15/10è de mm.
Dans les assemblages nécessitant l'emploi de fausses languettes, ces dernières seront toujours en feuilles durs.
Les pièces de bois des ouvrages seront toujours d'une seule pièce dans la longueur, sans aucune enture.
Les rives et abouts apparents des menuiseries fixes ou mobiles seront corroyés. Ils seront parfaitement dressés de
manière qu'il ne reste ni trace de sciage, ni flache, etc.
Les parements bruts seront bien affleurés et poncés. Les rives seront droites et sans épaufrures. Les assemblages des
moulures seront à onglets ou à contre profils bien raccordés à joints parfaits et sans éclats. Les entailles pour
encastrements des ferrures seront exécutées avec précision.
Les têtes de clous et pointes sur les parements vus seront chassées au chasse pointe à une profondeur de 15/10è de
mm. Il est interdit de faire usage de cales ou de mastic pour dissimuler les imperfections des assemblages et des
défauts du bois. Les vis utilisées pour la fixation des ferrures seront de dimensions en rapport avec l'importance des
objets qu'elles sont destinées à fixer.
L'emploi des points et des vis à garnir enfoncées à coup de marteau est formellement interdit. Les ferrures devront
recevoir avant la pose, une protection antirouille.
8.6.3- Réception des menuiseries et protections :
La vérification des menuiseries se fera en atelier, avant toute application de peinture ou enduit, à l'exception des
ferrures qui auront reçu une protection antirouille. Les menuiseries qui auraient été peintes avant vérification, seront
refusées si cette vérification fait apparaître des mal façons ou une mauvaise qualité des bois utilisé. Les menuiseries
recevront le traitement protecteur et la couche d'impression à la suite des acceptations en atelier. Les cadres seront
peints sur toutes leurs surfaces.
Une deuxième réception se fera sur chantier avant pose.
Les menuiseries refusées devront être retirées du chantier et remplacées dans le plus bref délai, et cela même si elles
ont déjà été mises en place.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 33


8.7- PROCESSUS DE POSE ENTRETIENT:
Autant que cela sera possible, les trous nécessaires au scellement des menuiseries seront réservés lors de la
construction du gros oeuvre. Dans le cas contraire, un gabarit fourni par le menuisier servira à exécuter les parements
nécessaires. Avant scellement des menuiseries.
L'Entrepreneur placera toutes les cales ou croisillons nécessaires pour empêcher la déformation des menuiseries du fait
des maçonneries, en particulier des enduits et calfeutrement avant leur séchage complet. Il sera dû, en particulier, et le
cas échéant, la fourniture et pose de triangles d'écartement des pieds d'huisseries et bâtis pendant le temps de
construction des cloisons.
En attendant leur mise en place, les menuiseries seront entreposées à l'abri de l'humidité et dans les conditions telles
que la qualité des fournitures ne risque pas d'en être affectée.
Les menuiseries seront posées avec la plus grande exactitude en aplomb parfait aux emplacements exacts définis par
les plans ou par les ordres de services. Elles seront fixées avec soin, de manière à ne pas pouvoir se déplacer pendant
l'exécution des scellements.
Des lattes de protection seront placées pendant la durée des travaux jusqu'à l'exécution des peintures, aux angles vifs
des huisseries et d'une manière générale à toutes les menuiseries qui seraient susceptibles d'être détériorées au cours de
l'exécution des travaux.
Les parties mobiles vantaux, châssis etc. devront se mouvoir sans difficulté et se joindre entre elles ou avec les parties
fixes, avoir un jeu qui n’excédera pas 1 mm avant la peinture, une fois le bois stabilisé au degré d'humidité minimum
du milieu d'utilisation.
Pour l'ajustage des portes et châssis ouvrants, une légère pente sera aménagée sur l'épaisseur du montant battant afin
de permettre un développement facile, sans nuire toutefois à une parfaite juxtaposition des parties dormantes et
mobiles. Le montant ferré comporte de même une partie abattue d'environ 5 mm de largeur sur le plat du côté joue de
la feuillure du dormant.
L'Entreprise devra toujours vérifier les mesures des ouvrages qui lui seront commandés de manière qu'ils s'ajustent
convenablement aux endroits où ils doivent être posés.

8.8 - RECEPTION DES MENUISERIES - GARANTIE :


Le Maître d'Ouvrage procédera à la réception provisoire des travaux de menuiserie dès l'achèvement complet du
chantier. Les ouvrages qui ne s'ajusteraient pas correctement seront refusés sans que l'entreprise puisse avoir droit à
réclamation
Après vérification des ouvrages, si les conclusions sont satisfaisantes. Les menuiseries seront réceptionnées
provisoirement.
Dans le cas contraire, l'entreprise sera tenue de remplacer ou de redresser les parties gauches de corriger les excès de
jeu.
La menuiserie devra en outre l'entretien de tous les ouvrages de menuiserie et de quincaillerie pendant un an après la
réception provisoire prononcée sans réserve, quant au bon fonctionnement et à la bonne tenue de ces ouvrages.
Au cas, où pendant l'année de garantie, des défectuosités apparaîtraient et notamment le gauchissement des bois,
l'entrepreneur devra avant la réception définitive remédier, à ses frais, aux inconvénients signalés jusqu'à ce que les
ouvrages aient été reconnus par le Maître d'Ouvrage comme donnant entièrement satisfaction.
Il sera tenu de démonter les châssis, portes placards, fenêtres, etc. et de les remplacer en tout ou en partie, si le jeu
atteint dans ce délai une importance supérieure en quelques parties que ce soit au maximum prévu de 1 mm.
L'entretien comprendra également la réfection de la peinture qui aura été enlevée et le remplacement des carreaux
cassés par le jeu ou lors des réparations et les raccords de maçonnerie s'il y a lieu.
La réception définitive qui aura lieu un an après la réception provisoire comprendra particulièrement la vérification de
l'aspect des menuiseries, le jeu des différentes parties et la plénitude.

NOTA : il sera rappelé à l'entrepreneur de la menuiserie qu'il est tenu de prévoir , le scellement de crochets d’arrêt en
acier galvanisé dans les murs ,derrière les portes intérieures et extérieures . Ce scellement sera réalisé par
l’intermédiaire d'un tampon en sapin rouge à queue d'aronde fixé au plâtre. Un piton sera vissé dans la porte
pour recevoir le crochet d’arrêt et au derrière de chaque porte en bois ouverte ainsi qu'au dégagement de la
poignée il sera posé au carrelage un buttoir en caoutchouc vissé dans une cheville par vis chromé.

8.9- TYPE ET NATURE DES MENUISERIES :

8.9.1. PORTES ISOPLANES


Elles seront composées de deux parois planes collées de chaque côté d’une ossature constituée, d’une âme alvéolée
dont les éléments laisseront entre eux des vides de forme géométrique, alvéoles ou cellules ne dépassant pas 20 x
20cm. L'âme sera entourée d’un carré comprenant deux montants et deux traverses assemblées entre eux par tenon et
mortaises, par enfourchement, par l’ossature elle-même. La partie de l’ossature devant recevoir la serrure aura une
largeur supérieure de 25mm à la profondeur du logement de celle-ci sur une longueur dépassant de 25mm de part et
d’autre la hauteur de ce logement. Ce résultat sera obtenu par l’adjonction des cales ou de renfort de serrure qui

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 34


pourront également être placés au niveau des paumelles. Les parois seront constituées par un panneau contre-plaqué 3
plis de 5mm d’épaisseur.
8.9.2. PORTES MENUISEES SUR CHASSIS
Elles seront constituées par un panneau de MDF, fixé sur un châssis au bâti formé de montants verticaux et de
traverses horizontales et éventuellement d'écharpes diagonales.
8.9.3. PORTES MENUISEES A PANNEAUX
Elles seront constituées par des planches de largeur identiques ou inégales non jointives, ferrées dans des huisseries ne
comportant pas des feuillures.
8.9.4. PLACARDS ET FACADES DE GAINES
Les ouvrants des placards, gaines, colonnes montantes seront en panneaux de contre-plaqué, ils devront être alaisés en
bois sur les deux rives montantes. Les placards et façades de gaines auront une traverse basse, si la porte ouvre sur le
sol son chant inférieur sera protégé. Lorsqu'il sera utilisé des vantaux coulissants, leur largeur sera au moins égale au
2/5 de leur hauteur et les bâtis de façades seront indépendants de la distribution. Les menuiseries des locaux ou gaines
contenant des tuyauteries ou des installations de gaz ou d'hydrocarbures liquéfiés comporteront des ventilations
réalisées comme il est prescrit aux normes "installation de gaz".

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 35


IX - TRAVAUX DE FERRONNERIE

9.1 - MATERIAUX :
Les ferronneries seront fabriquées selon plans à approuver par le maître d’œuvre à partir d'acier courant soudable
conforme à la norme NFA 35501 de TYPE E 24-1 ou supérieur.
Les profils ne pourront être différents de ceux demandés au présent devis ou figurant sur les dessins de détails,
qu'après accord de maître d’œuvre.

9.2 - DESSIN D'EXECUTION :


Pour tous les ouvrages métalliques, l'Entrepreneur sera tenu de préparer d'après les pièces du projet, tous les dessins
d'ensemble et de détails nécessaires pour l'exécution sans exception. Ces dessins d'ensemble seront côtés avec le plans
grand soin, tous les détails d'assemblage, les emplacements et diamètres de rivets, boulons, etc. y seront soignés de la
manière la plus minutieuse et la plus complète.
Ils seront soumis au visa du maître d’œuvre et acceptés par lui avant tout commencement d'exécution des travaux.
Deux expéditions de chaque dessin seront soumises au maître d’œuvre dans le délai de quinze jours à compter de la
date du visa qui aura été opposé sur la minute, l'entrepreneur devra entamer la fabrication.
L'Entrepreneur demeurera responsable, malgré le visa du maître d’œuvre de toutes les erreurs qu'il aurait pu
commettre dans la préparation du dessin de détails ainsi que des erreurs qui pourraient être commises ultérieurement
dans l'exécution.
Dans le cas où l'Entrepreneur désirerait apporter des modifications aux dispositions prévues pour les ouvrages
métalliques, il serait tenu de soumettre au préalable, le projet de ces modifications à l'approbation du MDO .

9.3 - MISE EN OEUVRE :


Tous les ouvrages seront exécutés avec le plus grand soin, conformément aux plans remis et aux modèles choisis. Les
assemblages seront parfaitement ajustés, les fers seront bien dressés, sans jarret, ni cassures.
Tous les ouvrages s'entendent compris tous les profilés, tôleries, grillages, métaux déployés, etc. de toutes sections et
épaisseurs, soudures, boulons, rivets, pattes à scellement.
Les ferronneries seront mises en place et posées à toutes hauteurs y compris façon de tous nécessaires, scellement,
raccords d'enduits et toutes sujétions. Toutes les soudures devront être fermées. Ces travaux comprennent (suivant
indications du maître d’œuvre) :
- Les portes en barreaudage de fer de toutes les dimensions.
- Les grilles d'aération, s.il y a lieu
- Les fers divers ouvragés pour châssis, fer en barreaudage de défense de fenêtres et porte d'entrée, balustrade et main
courante d'escalier s'il y a lieu, les fers divers pour tous supports, consoles, fers de suspension, platines de scellement
etc.
D'une manière générale, toutes les menuiseries métalliques et fers divers ouvragés prévus par les plans ou qui peuvent
être demandés par le maître d’œuvre au cours du chantier sont compris dans ces travaux.

9.4 - TRAITEMENT DE SURFACE :


Avant la pose :
Sablage soigné de toutes les surfaces.
Une couche antirouille à l’époxy de zinc (épais. 30 microns).
Une couche intermédiaire l’époxy de zinc (épais 30 microns).
Après la pose :
Une couche de finition au caoutchouc chloré (épais. 30 mm).
Pour tout endroit où le traitement serait endommagé, l'entrepreneur devra prévoir une retouche comprenant le
traitement complet. Le type et le fournisseur de la peinture seront soumis à l'approbation du M.D.O ou son
représentant.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 36


X - OUVRAGES DIVERS

10.1 RAMPE POUR PERSONNE A MOBILITÉ RÉDUITE (PMR)


pour handicapes suivant plans et détails des concepteurs de largeur 1,2m compris fouille, déblais remblai, tous les
éléments de fondation (suivant plan B.A.) gros béton, béton de propreté, béton banché ou voile en B.A, longrines,
chape armée sur hérisson , muret de protection de cloison de 0.20 hauteur ; revêtement en marbre de 2cm avec frise .
Le prix englobe tous les articles précités compris fourniture, pente de la rampe ne doit pas dépasser les 5% et toutes
sujétions.

10.2 HAMPE POUR DRAPEAU


Hampe pour drapeau exécutée suivant plans de détails et instruction de l'architecte y compris fourniture et pose d'un
mat de 2,5 m démontable, corde de manipulation, drapeau Tunisien à dimension normalisées et officielles.

10.3 GRILLE DE VENTILATION


Fourniture et pose Grille métallique pour ventilation des locaux techniques

10.4 DALLETTE EN BÉTON ARMÉ


Pour plage de lavabos et pour séparation de placard et paillasse de potager de tisanerie, bancs d’assises y compris
acier, coffrage, décoffrage et toutes sujétions.

10.5 BAC FLEUR :


Les finitions intérieures seront exécutées par un enduit au mortier dosé à 400 kg/m3 fourniture et pose de pipette en
pvc 40/49 de 30 cm de long pour évacuation des eaux.

10.6 ENSEIGNE EN MARBRE BLANC


Gravé de 1m de hauteur sur 2,50 de longueur d'épaisseur 3 cm. La mise en œuvre et le choix seront conformes au
détail fournis par les architectes. Un échantillon avant la pose sera soumise à l'acceptation des Architectes.

10.7 HABILLAGE EN BRIQUES PLEINES :


Habillage d'un mur en maçonnerie par de la brique pleine rouge ou saumon de dimensions et couleur sur échantillon
suivant choix par l'architecte. La pose sera faite selon dessins et plans du concepteur la mise en œuvre conformément
au D.T.U. La pose sera exécutée moyennant des joints horizontaux et des joints verticaux. Ces joints seront remplis
d'un mortier pâteux constitué de mélange coloré (sable et colorants naturels) de la même couleur des dalles de ciment
blanc. Cette patte sera soigneusement placée dans les joints sans débordement il y a lieu de nettoyer immédiatement la
brique à l'aide d'une éponge humide sinon cela risque de tacher irrémédiablement la paroi verticale réalisée en brique
et en modifier l'aspect en surface

10. 8- APPUIS DE FENETRES EN BETON PREFABRIQUE :


Les appuis préfabriqués seront exécutés suivant dessins et détails en béton dosé à 350kg/m3, armé selon les plans. Ils
seront terminés par une chape de 25 mm d'épaisseur au mortier de ciment N°9 bien lissé, présentant une pente totale
vers l'extérieur de 0,05 avec gorge de 50 cm de rayon contre les parois des tableaux et sous l'appuis de la menuiserie.
Ils se termineront par un bandeau de 6 cm avec larmier en saillie sur nu du mur de 7 cm.
Mise en oeuvre sur les allèges avec interposition d'un joint en papier goudronné et joint en isorel mou de 14 mm aux
extrémités (entre les chants verticaux et les pieds droits de baies).
Les joints entre l'appui de fenêtres et la pièce d'appuis seront garnis de cordes goudronnés et terminés par du mastic de
première catégorie type SIKAFLEX ou équivalent.

10. 9- POSE DE CADRES DE TOUTES DIMENSIONS :


Pour les cadres en bois et métalliques de toutes dimensions la pose sera réalisée au mortier de ciment N°7.
Tous les cadres d'huisserie seront munis de pattes de scellement à raison d'une patte en acier doux, modèle du
commerce vissée pour chaque 80 cm de longueur de cadre. Les cadres au-delà de 1,00 auront une patte de scellement à
la traverse haute. Dans chaque cas particulier, la longueur des pattes de scellement variera à la demande.
Le logement de scellement sera en principe réservé.
Les scellements seront faits au mortier de ciment N°7, ainsi que les garnissages extérieurs.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 37


XI- TRAVAUX DE PEINTURE ET DE VITRERIE

11.1 - MATERIAUX :

11.1.1- COMPOSANTS DE BASE DE PEINTURES ET PRODUITS SEMI-FINIES :


Ils devront être conformes aux prescriptions des Normes Françaises et spécifications ci-dessous :
a)- Siccatifs liquides :
Ils ne devront pas déposer de sédiments ou présenter des matières en suspension, ni former des grumeaux ou prendre
en masse. Ils devront pouvoir être mélangés à l'huile de lin dans la proportion de 1 volume de siccatif pour 19 volumes
d'huile. Le mélange ainsi préparé devra, après application, donner au bout de 16 heures un film sec exempt de rides ou
autres défauts.
b) - Huile :
Seule sera acceptée l'huile de lin de qualité extra.
L'huile sera bien épurée, décolorée, débarrassée de ses mucilages et n'aura subi aucun traitement à part ceux du
raffinage. Toute huile rance à quelque degré que ce soit, sera refusée.
c)- Essence :
Seule l'essence de térébenthine sera utilisée. Elle sera pure, incolore, limpide et non graissant. Sa densité à 15° C sera
comprise entre 0,855 et 0,875. Son point d'ébullition sera compris entre 152° C et 158°C.
d)- Pigments :
Les essences seront broyées à l'huile de lin pour les peintures à l'huile de lin et aux liants glycérophtaliques pour les
peintures glycérophtaliques. Les blancs seront de la qualité blanc broyé pur constitué par un seul pigment blanc
l'oxyde de zinc, à l'exclusion de tout autre produit. Ils seront livrés en fûts portant la marque du fabricant.
Le couvercle des fûts contenant les blancs sera fermé par un cachet. Les pigments de couleurs seront livrés en fûts ou
caissettes dont la marque devra comprendre au moins les indications suivantes : la désignation conforme à la norme, le
nom ou la marque du fabricant, le poids net, l’indice de la norme.
e)- Badigeon :
Le lait de chaux sera préparé avec la chaux grasse bien blanche, de 1er choix. Elle sera éteinte dans son poids d'eau et
malaxée jusqu'à l'obtention d'une pâte.
f)- Tons :
Les tons seront soumis à l'agrément du MDO
g)- Produits de marque :
Les produits de marque seront de marques indiquées par le Maître d'oeuvre. Les produits de marque devront être
soumis à l'agrément du Maître d'oeuvre et en temps utile, pour que le chantier ne subisse pas de retard. Ces produits
seront utilisés uniquement suivant le mode d'emploi obligatoirement indiqué par le fabricant.
11.1.2 - Composition des peintures à l'huile de lin :
Il est expressément précisé qu'il est formellement interdit de :
- procéder à un encollage des subjectiles.
- utiliser du white spirit ou du lithopone.

11.1.2.1. - Sur tous subjectiles (autres que ci-dessous).


Impression :
a) - Sur mur nu :
- blanc de zinc broyé pur.......................................... 25 %
- huile de lin pure..................................................... 63 %
- siccatif liquide........................................................ 2 %
- essence de térébenthine.......................................... 8 %
(couleur pure 0 à 2%)
b) - Sur bois intérieur :
- blanc de zinc broyé pur.......................................... 35 %
- huile de lin pure...................................................... 33 %
- essence de térébenthine pure.................................. 27 %
- siccatif liquide......................................................... 3 %
(couleur pur 0 à 2 %)
c)- Couche intermédiaire et couche de finition :
- pigment et couleurs 57 % (extérieur - blanc de zinc 100%) (intérieur - blanc de zinc 98 %) blanc de titane 2 %
- huile de lin pure....................................................... 30 %
- essence de térébenthine pure................................... 10 %
- siccatif liquide.......................................................... 3 %

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 38


11.1.2.2- Sur portes traitées en menuiseries naturelle :
Impression :
- huile de lin pure........................................................ 78 %
- essence de térébenthine pure.................................... 18 %
- siccatif liquide........................................................... 2 % (Couleur pure de 0 à 2%)
Finition :
- vernis express........................................................... 100 %
11.1.3 - BADIGEON :
On emploiera pour le badigeon, un lait de chaux formé de 1 Kg de pâte pour 10 litres d'eau. On y ajoutera la quantité
de noir de fumés strictement nécessaire pour éviter tout jaunâtre, les couleurs communes pour obtenir la teinte désirée
et de l'alun à raison de 1 kg d'alun pour 15 litres d'eau afin d'obtenir la fixité nécessaire.
11.1.4 - VITRERIE :
Les matériaux utilisés devront répondre aux caractéristiques demandées.
Les caractéristiques d'épaisseur, les tolérances, les garanties et les classes, sont celles de la norme française NFT
78401 et sont rappelées ci-après.
a) - Verre courant classe double :
- poids normal’............................ 8 kg/m2
- épaisseur normale.................... 3,2 mm
- épaisseur minimum.................. 3 mm
- épaisseur maximum................. 3,5 mm
b) - Verre courant classe demi-double :
- poids normal’............................ 5,25 kg/m2
- épaisseur normale.................... 2,5 mm
- épaisseur minimum.................. 2,4 mm
- épaisseur maximum.................. 2,8 mm
L'épaisseur d'une feuille est la moyenne des mesures prises au milieu des quatre côtés. La différence entre deux
quelconque de ces mesures doit être inférieure à 0,4 mm pour les verres courants et 0,55 pour les verres épais.
L'épaisseur de chaque feuille doit être comprise entre l'épaisseur minimum et l'épaisseur maximum correspondant à la
classe choisie. Les qualités et les choix sont ceux fixés par la Norme Française T 78301 et sont rappelés ci-après. Les
volumes doivent être clairs et lisses : Vus par la tranche, ils doivent présenter une teinte uniforme.
Pour les premier choix (verres courants) et jusqu'au choix supérieur (verres triples) les volumes doivent être exempts
de tous défauts appréciables.
Il peut être toléré à la rigueur, quelques très faibles bouillons marginaux et dispersés (dispensions maximum des
bouillons : 1 x 10 mm quantité maximum des bouillons : 10 par mètre carré), un très léger piquetage et un jouage peu
sensible. Les verres coulés seront exempts de défauts importants.
11.1.5 - MASTIC :
Le mastic employé sera à l'huile de lin pure.

11.2 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES :


Les travaux de peinture faisant l'objet des présentes spécifications devront tant en ce qui concerne la qualité des
matériaux et fournitures ainsi que leurs provenances caractéristiques, qu'en ce qui concerne leur mise en oeuvre,
répondre en tous points aux prescriptions techniques du présent devis et d'une façon générale, être exécutés selon les
règles de l'art.

11.3 - CONSISTANCE DES TRAVAUX - NATURE DES FONDS :


a) L'entrepreneur devra prendre connaissance de l'ensemble des devis des autres corps d'état pour être parfaitement au
courant de l'ensemble de la construction, mode, nature et particularités.
b) Les présentes spécifications sont données à titre indicatif et ont pour but de faire connaître
le programme général, l'entrepreneur devra donc prévoir tous les travaux, accessoires et complémentaires nécessaires
au parfait achèvement de l'ouvrage principal, même si la présente description les avait omis ou insuffisamment décrits.
L'entrepreneur ne pourra pas conséquent et sous aucun prétexte, arguer du défaut d'énonciation soit aux spécifications
techniques, soit au cahier des charges pour demander en dehors de ses prix un supplément pour les ouvrages et les
fournitures nécessaires à l'exécution complète de l'ouvrage principal’ Il est donc précisé que tous les travaux
accessoires et annexes aux travaux principaux faisant l'objet du présent devis, sont implicitement inclus dans les prix
bordereau.
c) l'entrepreneur de peinture devra prendre connaissance des subjectiles.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 39


11.4 - PROTECTION DES OUVRAGES :
L'entrepreneur doit assurer la protection des surfaces, ouvrages et installations existantes, qui pourraient être tachés et
attaqués. Dans le cas d'emploi de peinture au silicate, il doit être procédé à un encollage préalable, des verres, des
ouvrages en zinc ou en aluminium, des fonds de peinture à l'huile et toutes installations et ouvrages qui peuvent
s'attaquer par ces produits.

11.5 - ECHAFAUDAGES :
L'entrepreneur devra la location et l'établissement des échafaudages agréés nécessaires à l'exécution de son travail’ Les
échafaudages devront être constitués et placés de telle sorte que les différentes parties du chantier soient toujours
facilement accessibles.
D'autre part toutes les précautions devront être prises pour éviter la chute des matériaux et gravois. Il sera installé
toutes les précautions nécessaires que le Maître d'Oeuvre jugera bon de demander sans que l'entrepreneur puisse
prétendre à quelque indemnité que ce soit.

11.6 - ECLAIRAGE :
L'entrepreneur devra également assurer à ses frais l'éclairage nécessaire à l'exécution des travaux qu'il aura à exécuter
dans les locaux non éclairés naturellement.

11.7 - NETTOYAGE, CONTROLE ET RECEPTION :


a)- Echantillons :
L'entreprise déposera au bureau du Maître d’oeuvre un échantillon de chaque produit ou matériaux d'abord, pour
acceptation puis pour permettre le contrôle à la livraison et au cours de l'exécution de travaux.
b)- Surfaces témoins :
Avant l'exécution des travaux des surfaces témoins devront être réalisées pour chaque type de peinture et tons choisis.
Elles devront être en tous points conformes aux échantillons.
c)- Réception définitive :
Les vérifications devront permettre de constater que les films de peintures sont en bon état : absence de craquelure, de
cloques, etc...
d)- Réception provisoire :
Les vérifications devront permettre de constater que l'aspect des films est analogue à celui des surfaces témoins.
e)- Analyse et contrôle :
Le Maître d’oeuvre aura toujours le droit de faire effectuer inopinément quand bon lui semblera et quel que soit le
degré d'avancement des travaux tous les prélèvements et toutes les analyses, tant de matières premières livrées au
chantier, que des peintures mises en oeuvre, faits au frais de l'entrepreneur par un laboratoire d'essais, sans préjudice
des abattements à appliquer sur les travaux exécutés antérieurement ou de refus pur et simple de ces travaux, voire de
l'application éventuelle des mesures prévues aux documents administratifs du marché.

11.8 - MISE EN OEUVRE DES MATERIAUX :


a) - Qualité des matériaux :
Toutes les peintures seront de 1ère qualité des meilleures marques. Elles seront soumises avant emploi au MDO et ne
pourront pas être utilisées sans son accord.
Ces ouvrages seront exécutés conformément aux règles de l'art et avec toute la perfection possible notamment en ce
qui concerne les manipulations et mélanges préalables.
b) - Récipients :
L'entrepreneur devra exiger de ses fournisseurs que tous les produits soient livrés en récipients plombés et comportant
une étiquette spécifient ses qualités. Leur ouverture sera effectuée en présence du MDO

11.9 - MODE D'EXECUTION ET DE MISE EN OEUVRE :

11.9.1- REGLES D'EXECUTION :


Les travaux de peinture ne devront être exécutés que sur des supports parfaitement secs.
L'application des peintures vernis, enduits et préparations assimilées ne devra être effectués:
- ni par température ambiante inférieure à +5°
- ni dans une atmosphère humide susceptible de donner lieu à une condensation.
- ni sur des supports surchauffés.
Avant l'application de toute couche, les surfaces à peindre devront être débarrassées de toutes souillures, poussières,
gravois, tâches de graisse ou d'huile, mortier ou plâtre.
En aucun cas, il ne sera appliqué de couche de peinture avant que la couche précédente ne soit sèche et dure. On
attendra au minimum 2 à 4 jours entre deux couches suivant la température dans le cas d'emploi de produits spéciaux.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 40


Tous les travaux de peinture seront exécutés par une main d'oeuvre qualifiée.
11.9.2 - TRAVAUX PREPARATOIRES :
Les travaux préparatoires cités en cours de devis constituent le minimum exigible, tous les travaux préparatoires
nécessaires à une parfaites exécution seront dus. Avant de commencer les travaux, le peintre devra réceptionner les
fonds, la négligence de l'entrepreneur sur ce point engagerait sa responsabilité puisque seul l'aspect fini des travaux
comptera. Il appartiendra à l'entrepreneur de faire remettre en état les ouvrages défectueux signalés.
a) - Raccords divers :
Les spécifications qui précèdent ne sont valables que pour l'ensemble des fonds généraux. Toutefois, les prix de
l'entrepreneur comprendront les raccords nécessaires occasionnés par les autres corps d'état en particulier par les par
les menuiseries intérieures, et extérieures, ainsi que le rebouchage après les diverses installations ou les petits
accidents inévitables pendant les travaux qu'elle livrera en parfait état d'achèvement et de propreté. Toute retouche
comprendra le traitement complet.
b) - Epoussetage :
L'enlèvement des poussières par époussetage sera obligatoirement assuré avant toute exécution d'enduit ou application
de toute couche de peinture quelle qu'elle soit.
c) - Dérouillage :
Les fers, fontes et aciers seront soigneusement débarrassés de toutes traces de rouilles, suivant le cas, à la brosse
métallique, par martelage ou par tout autre procédé. Ce travail comprendra également le brossage dur pour nettoyage
final’
d) Brossage :
Il sera exécuté pour l'enlèvement à la brosse dure des tâches de mortier ou plâtre sur boiserie. Au préalable et suivant
le cas, il pourra être fait emploi pour ce travail, de tout autre outil spécial approprié.
e) - Egrenage :
Cette opération exécutée sur enduit plâtre consiste à débarrasser la surface de peinture de tous grains ou petites
aspérités au moyen du grattoir triangulaire ou de tout outil spécial approprié. Ce travail sera effectué parallèlement à
un passage grossier au papier de verre qui fera disparaître en outre les traces de crayon et de peluches.
f) - Rebouchage :
Les rebouchages sont destinés dissimuler les défauts des supports. L'entrepreneur devra prendre toutes les dispositions
utiles pour que les noeuds de sapin n'apparaissent pas après la finition des travaux.
Dans les ouvrages définis ci-après à "l'huile" en peinture laquée traditionnelle ou en peinture glycérophtalique, le
mastic employé pour rebouchage répondra aux caractéristiques définies dans les normes en vigueur.
g) - Enduits ordinaires :
Ces enduits seront exécutés après impression dans les ouvrages à l'huile qui vont être définis ci-après et réalisés au
mastic répondant aux caractéristiques définies dans les normes en vigueur.
h) - Enduits soignés repassés :
Dans les ouvrages de peinture glycérophtalique, les enduits indiqués soignés repassés devront être parfaitement unis et
lisses avec si nécessaire ponçage à l'eau. Ils pourront être teintés du ton de la laque définitive.
Le Maître d'oeuvre se réserve le droit d'exiger les cas échéants, notamment en cas de couverture insuffisante de la
couche définitive, l'exécution d'une couche intermédiaire de laque en teinte, parfaitement poncée.
i) - Ponçages :
Les ponçages seront exécutés à sec au papier de verre. Tous les enduits seront soignés repassés. Si les ponçages
exécutés sous ces conditions se révélaient insuffisants, il serait dû afin d'obtenir le résultat recherché, tous les ponçages
à l'eau complémentaires nécessaires, prescrit par le MDO
j) - Couche d'impression et couche primaire :
Ces couches comporteront l'emploi des produits définis ci-après.
Elles seront toujours réalisées à la brosse dans les ouvrages à l'huile de peinture laquée traditionnelle.
L'Entrepreneur devra les impressions non prévues par les autres corps d'état.
L'Entrepreneur de peinture devra attendre la réception des menuiseries par le Maître d'oeuvre avant de commencer la
peinture de celle-ci mais par contre toutes les faces non vues des menuiseries seront imprimées avant pose.
Tous les noeuds seront brossés et égrenés avant l'impression. Les feuillures seront peintes ainsi que d'une manière
générale, les développements des surfaces de menuiseries apparentes ou cachées.
Sur fer, l'entrepreneur devra exécuter les couches de peinture antirouille demandées au devis et après brossage et mise
à nu de métal sain aux endroits où la couche initiale a été dégradée. Si nécessaire, il pourra être demandé un grattage et
dégraissage par produits détergents ou un décalaminage au chalumeau.
11.9.3 - PEINTURE :
(couche de support et couche de finition).
Dans le cas d'emploi de rouleau à peinture, la couche support (1ère couche) sera obligatoirement passée à la brosse.
Il est précisé que l'emploi de pistolet ne sera autorisé que après accord du Maître d'oeuvre pour les peintures spéciales
(vinyliques, émail, porcelaine, glycérophtalique).
Les applications du badigeon à la chaux ne pourront être faites au pistolet ou au pulvérisateur.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 41


Chaque couche impression, teinte et finie, sera de nuance différente et bien couvrante. La couche de finition ne sera
appliquée que lorsque la précédente sera bien sèche.
Pour cette dernière couche, l'entrepreneur devra se conformer aux instructions du Maître d'oeuvre, et sera tenu de faire
à ses frais tous essais et échantillons de peintures, qui lui seront demandés sur divers éléments désignés à cet effet pour
fixer le choix des teintes.
Lorsque le nombre de couches prévues ne couvrira pas suffisamment, toutes les couches supplémentaires prescrites
par le MDO seront dues sans que l'entrepreneur puisse prétendre à aucune plus-value que ce soit. Pour les extérieurs,
l'entrepreneur devra profiter d'un temps sec pour l'application des différentes couches. Tout travail à l'extérieur par un
temps de pluie ou de crachin sera refusé.
11.9.4 - PRECAUTIONS A PRENDRE ET FINITION :
Tous les travaux de peinture sur les matériaux seront soigneusement exécutés avec tous réchampissages et protection
des vitres, appareils sanitaires, interrupteurs électriques, etc.
Les revêtements de sol seront protégés par tous les moyens pendant les travaux de peinture. L'entrepreneur sera seul
responsable de toutes taches qui entraîneraient le remplacement de tout ouvrage endommagé.
11.9.5 - NETTOYAGE ET MISE EN SERVICE :
Ces nettoyages intéressent toutes les parties apparentes :
- Sols, carrelages, revêtements spéciaux
- Revêtements muraux
- Quincaillerie, boutons de porte, etc...
- Appareils sanitaires et robinetterie
- Appareils électriques
- Vitrerie et glaces.
Sont compris dans les nettoyages, les balayages et l'évacuation des lits de sciure protecteurs des carrelages.
Les nettoyages devront faire disparaître les taches de peinture ou d'huile, les taches de plâtre, ciment, etc. les traces de
films de mortier.
Les produits employés (solvants, décapants, etc.) ainsi que les procédés et mise en oeuvre (grattage, ponçage etc.)
devront être appropriés afin de ne pas provoquer l'altération des matières elles-mêmes ou leur état de surface (poli,
brillant, etc.).
Le ponçage devra être pratiqué au grès pour le grès-cérame.

11.10 - PEINTURE DE MARQUE :


L'entrepreneur est tenu de se conformer strictement aux recommandations des fournisseurs quant à la préparation et à
la mise en oeuvre des produits de marque. L'entrepreneur utilisera les peintures de marque ci-dessous :
11.10.1 – PEINTURE :
Peinture sur murs intérieurs et plafonds de l'ensemble des locaux à l'exception des sanitaires, douches, cuisines et
infirmeries (destination des locaux suivant spécification) comprenant :
- 1 époussetage soigné,
- 3 couches d'enduit avec ponçage et égrenage soignés,
- 1 couche de peinture mate,
- 1 couche de peinture satin,
- 1 couche de peinture mate,
11.10.2 - PEINTURE LAQUEE :
Peinture sur murs intérieurs et plafonds des sanitaires, douches, cuisines, ainsi que l'infirmerie comprenant : les
brossages, rebouchage, époussetage, ratissage à l'enduit Astral ou similaire équivalent à 3 couches croisées et 3
couches de laqué, tons au choix du MDO .
11.10.3 - PEINTURE SUR MENUISERIE EN BOIS COMPRENANT :
- 1 couche de plombium rapide dilué à 30 % sur les ferrures
- 1 révision à l’enduit
- 1 couche de "CLYCERO" Blanche
- 2 couches de peinture Glycérophtalique "CELLUC SUPER BROSSE" non diluées, ou similaire équivalent Tons au
choix du maître d’ouvrage.
11.10.4 - PEINTURE AU CAOUTCHOUC CHLORE SUR MENUISERIE METALLIQUE ET
FERRONNERIE COMPRENANT :
- Brossage métallique soigné de toutes les faces apparentes ou cachées.
- 1 couche d'antirouille en époxy de zinc appliquée en atelier
- 1 couche intermédiaire laquée appliquée en atelier

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 42


- 1 couche de finition appliquée après la mise en place de la ferronnerie à toutes hauteurs, (épaisseur sèche des 3
couches : 90 mm) Tons au choix du maître d’ouvrage
11.10.5 - PEINTURE EXTERIEURE :
Peinture sur murs extérieurs en 3 couches comprenant le brossage soigné, égrenage et préparation des fonds.
- 1 couche de Rexim dilué à 100 %
- 3 couches de peinture,
Tons au choix du maître d’ouvrage.
11.10.6 - Peinture au cimentex
Peinture au cimentex dans les locaux à désigner par le maître d’ouvrage comprenant égrainage, brossage et
époussetage soigné, rebouchage et application de 2 couches croisées de cimentex (tons au choix de l'architecte)
11.10.7 - Vitrerie demi-double
Vitrerie demi-double posée sur menuiserie en bois ou en plastique ou métallique posée à bain de mastic.
11.10.8 Vitrerie en verre double,
Vitrerie en verre double posée sur menuiseries en bois, ou en plastique ou métallique.
11.10.9 - Vitrerie en verre martelé
Vitrerie en verre martelé pour les oculus des portes

11.11. TRAVAUX DE FAUX PLAFOND EN PLATRE :

11.11.1. - INTRODUCTION
Le présent document concerne certains des ouvrages en staff les plafonds réalisés pour les besoins de l’architecture, de
la décoration et de l’équipement technique des bâtiments, à l’aide de plaques répondant aux définitions et
spécifications de la norme NFP 73-301.
Le staff est le matériau obtenu par moulage d’un plâtre à mouler spécifique convenablement gagé et armé de fibres, de
toiles ou de treillis, préfabriqué par éléments, l’ouvrage en staff est moulé par juxtaposition de ces éléments, scellés
entre eux et rejointoyés pour former des surfaces continues sans joints apparents après fixation au support.
11.11.2. - DEFINITIONS
Les définitions suivantes s’appliquent comme termes spécifiques à la profession, consacrés par l’usage :
• Accessoire de pose à écartement : dispositif assurant la suspension du plafond en contrebas de la structure
support.
• Ancrage : fixation partiellement ou totalement noyée dans la structure support.
• Ecartement : Distance (E) comprise entre le point de fixation ou d’ancrage sur le support et la face de parement
de la plaque.
• Face brute : face cachée de la plaque.
• Face de parement : face apparente de la plaque.
• Ossature intermédiaire : Accessoire de pose à écartement constitué d’une charpente légère intermédiaire faite
d’éléments parallèles entretoisés. Elle peut être horizontale ou en rampant.
• Patin de scellement : Poignée de filasse végétale étirée dite « filasson » intimement imprégnée de plâtre pour
staff gâché.
• Polochon ou polochonnage : Cordon de filasse végétale étirée, intimement imprégné de plâtre pour staff gâché,
utilisé entre autres pour le scellement des plaques entre elles.
• Les prescriptions relatives aux traitements contre la corrosion des accessoires de pose à écartement métalliques
doivent respecter les règles de calcul et aux dispositions constructives minimales prévues dans la Norme P
10-202 se rapportant au classification des locaux en fonction de leur hygrométrie.
• La surface de contact (s) des patins de scellement sur la face brute de la plaque doit être comprise entre 50 et
100cm² pour les patins dédoublés, la somme des surfaces de contact (S1 + S2) doit être comprise entre 50 et
100cm² l’éloignement des emprises S1 et S2 compris entre 10 et 15cm et le diamètre minimal de chacun des
cordons au moins égal à 15mm.
11.11.3. – MATERIAUX, MATERIELS, ACCESSOIRES ET DISPOSITIFS DIVERS
3.1. – Plaques en Staff
les plaques en staff à face de parement plane et lisse utilisées doivent être conformes à la Norme NF P 73-301.
3.2. – Plâtre de mise en oeuvre
Le plâtre de mise en œuvre utilisé est le plâtre à mouler pour staff conforme à la Norme NF P 12-203.
3.3. – Eau de gâchage

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 43


L’eau utilisée doit être conforme à la Norme NF P 18-303.
Le plâtre à mouler pur staff utilisé est gâché à raison de 77 à 83 litres d’eau pour 100 Kg de plâtre.
3.4. – Filasses de mise en œuvre : pour 100 Kg de plâtre
Les filasses utilisées doivent répondre aux spécifications figurant dans la Norme NF P 73-301.
3.5. – Stockage sur chantier
Les plaques doivent être stochées à l’abri des intempéries et les chocs ou salissures pouvant survenir du fait de
l’activité du chantier, elles seront placées sur chant verticalement, serrées du pied et isoées des remontées d’humidité.
La mise en œuvre de plaques gelées est interdite.
11.11.4. - ACCESSOIRES DE POSE A ECARTEMENT
Les dispositifs et procédés utilisés doivent comporter des scellements par patins sur le staff et qu’ils soient optés à
assurer un maintien d’une fiabilité au moins équivalente.
La résistance à la traction des suspentes étant calculée avec un coefficient de sécurité de 3 au minium.
11.11.5. - OSSATURES INTERMEDIAIRES EN BOIS
Ces ossatures ne sont utilisées que dans les milieux à faible ou moyenne hygrométrie.
Les lattes en bois brut utilisées doivent au moins répondre aux définitions de l’un des deux classements ci-dessus :
• Classe C18 de la Norme NF B 52-001-4
• Classe D de la Norme 53-300, le bois devant être sain (sans aucune trace d’échauffure, de pourriture ou de
dégât d’insecte sauf piqûres noires tolérées).
• Pente local ≤ 25%.
• Pente générale ≤ 15%.
Elles doivent être mises en œuvre à un taux d’humidité inférieur à 18% et être protégés contre les reprises d’humidité
pouvant survenir en cours de chantier.
L’emploi du bois chêne n’est pas admis.
Il faut s’assurer que le traitement du bois ne puisse occasionner d’altération ultérieure des plafonds proprement dits
(tâches), à ce sujet, le choix des produits de traitement et surtout le respect des délais de séchage de ces produits avant
utilisation des lattes sont très importants.
11.11.6. – FIXATION ET ANCRAGE SUR HOURDIS EN CORP CREUX CERAMIQUE OU CIMENT
L’encrage est assuré par des patins de scellement formant cheville dans un trou de diamètre maximal de 5cm.
11.11. 7. - FIXATION ET ANCRAGE SUR BETON ARME
a. Lorsque les dalles comportent des dispositifs de fixation mis en place avant bétonnage pour y être incorporés, la
fixation des accessoires de pose à écartement s’effectue sur ces dispositifs tels que :
• Chevelus : ils sont faits de fer rond de diamètre minimal de 5 mm d’une longueur en attente égale ou supérieure
à 20 cm.
• Douilles taraudées de diamètre minimal de 6 mm et une longueur minimale de filetage égale ou supérieure à
20mm.
• Rails de fixation : ces rails doivent être optés à recevoir les accessoires de pose à écartement.
b. Si les dispositifs ne sont pas prévus dans les dalles, les fixations et ancrage sont réalisés en dehors des zones de
concentration d’aciers par l’un des dispositifs suivants :
• Goujon, clou, clou à œil, posé au pistolet de scellement avec patin d’assujettissement si nécessaire.
• Chevilles métalliques en acier zingué ou en laiton, taraudés, à expansion, auto-foreuse ou chimique.
11.11.8 - Sélection des accessoires de pose à écartement en fonction des distances d’écartement :
8.1. – Très faible écartement : inférieur à 0,05m
Pour cet écartement les accessoires utilisés sont les patins de scellement en filasse et plâtre.
8.2. – Faible écartement : compris entre 0,05m et 0,40m
Pour cet écartement les accessoires utilisés sont :
• Les suspentes en polochon avec fil de fer protégé contre la corrosion par galvanisation à chaud conformément
à la Norme NF A-91-131.
• Les suspentes en fer rond protégé contre la corrosion par galvanisation à chaud conformément aux exigences
de la classe A et à la Norme NF A-91-131.
• Les suspentes en tige filetée en acier de diamètre minimal de 6mm, protégés contre la corrosion conformément
aux exigences de la classe 1 et à la Norme NF 91-102.
8.3. – Ecartement moyen : compris entre 0,40m et 0,60m
Pour cet écartement, les accessoires utilisés sont :
• Les suspentes en fil de fer polochonné (voir article précédent)
• Les suspentes en fer rond (voir article précédent)
• Les suspentes en tige filetée (voir article précédent)
Les trois types de suspentes peuvent être utilisés conjointement dans un même ouvrage.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 44


8.4. – Grand écartement : supérieur à 0,60m
Pour cet écartement les accessoires utilisés sont :
• Les ossatures intermédiaires en bois conformément à l’article (7.4.5.3).
• Les ossatures intermédiaires en métal conformément à l’article (7.4.5.3).
11.11.9. – MISE EN ŒUVRE DES PLAQUES
9.1. – Gâchage Du plâtre
Le plâtre à mouler pour staff utilisé dans les opérations ci-dessous est gâché à raison de :
• Pour les cordons plochonnés et remplissage des joints 77l à 83 litres d’au pur 100 Kg de plâtre.
• Pour le lissage des joints : 95l à 105 litres d’eau pour 100 Kg de plâtre.

9.2. – Pose des plaques


Les plaques sont mise en place à joints transversaux alternés lorsque l’implantation des supports le permet, les joints
longitudinaux sont orientés vers la source lumineuse la plus vive.
Après avoir en leur chants griffés à l’outil, les plaques sont placées sur un système de réglage comportant des règles
porteuses et des règles mobile, ces dernières calées de niveau en hauteur.
Les plaques entre elles sont espacées d’au moins 5mm et scellées par un cordon polochonné large, appliqué et
pénétrant le joint puis reliées par les accessoires adéquats aux points de fixation ou d’ancrage au pied des suspentes ou
aux ossatures intermédiaires.
9.3. – Jointement
Les joints entre plaques sont remplis en plâtre à mouler pour staff puis lissés au même plâtre.
11.11.10. – JOINT DE DILATATION
Les joints de dilatation de la construction, gros œuvre ou autre sont respectés et reproduits dans leurs caractéristiques
sur les plafonds en staff ainsi que sur leurs accessoires de pose à écartement, on distingue des joints à chicane en staff
et des joints à couvre joints en bois, métal ou autre.
11.11. 11. – DESOLIDARISATION DES PENETRATIONS OU ENCASTREMENTS
Les pénétrations ou encastrements de gaines, canalisations, luminaires, éléments de structure sur les plafonds en staff
sont désolidarisés selon l’un des procédés en fonction de leur situation ou considération esthétique tels que :
• Fourreau
• Matériau résilient.
• Jeu libre
• Cache

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 45


XII - AMENAGEMENTS EXTERIEURS ET VRD

12.1 NATURE DES TRAVAUX


Ces travaux de V.R.D comportent :
a) La réalisation du réseau d'assainissement des eaux usées.
b) La réalisation des regards de visite du réseau eaux usées.
c) La fourniture et pose des conduites en PVC pour le réseau EU.
d) La réalisation du collecteur Eaux Pluviales.
e) La réalisation des regards de visite Eaux Pluviales.
f) La réalisation des regards de branchement Eaux Pluviales.
g) La pose des structures de chaussée.
h) La pose des éléments préfabriqués (bordures, caniveaux).
i) La mise en oeuvre du revêtement des trottoirs en Pavé autobloquant.
f) la mise en oeuvre des revêtements des chaussées et Parking en béton lissé mécaniquement.

12.2 GÉNÉRALITÉS

12.2.1. OBJET DU PRÉSENT CAHIER DES PRESCRIPTIONSTECHNIQUES PARTICULIÈRES


Le présent Cahier des Prescriptions Techniques Particulières a pour but de faire connaître le programme général des
travaux de V.R.D, des travaux des terrassements généraux en déblais et en remblai, les réseaux d'assainissement des
eaux usées et eaux pluviales et les revêtements.
12.2.2. DOCUMENTS TECHNIQUES
Sans qu'il soit besoin d'autres précisions au cours des textes qui vont suivre, les travaux seront soumis, en tout ce qui
leur est applicable, aux prescriptions et spécifications techniques Communes.
L'Entrepreneur devra vérifier soigneusement toutes les côtes et s'assurer de leur concordance sur les différents dessins
et plans.
Dans le cas de doute, il s'en référera immédiatement au Maître d'Oeuvre, faute de quoi, il sera tenu responsable des
erreurs qui pourraient se produire et des conséquences de toutes natures qu'elles entraîneraient.
12.2. 3. MATÉRIAUX À PIED D'OEUVRE, FOURNITURES ET APPROVISIONNEMENTS
Les matériaux à pied d’oeuvre dont les prix font l’objet du libellé « fournitures » dans le devis estimatif, s'entendent
pour des matériaux rendus sur leur lieu même d’utilisation.
L’entrepreneur ne pourra se prévaloir d’un transport de son parc sur le chantier ou hors du chantier pour application
d’un prix.
Les prix de fournitures à pied d’oeuvre comprennent outre l’achat ou la confection, le transport, mise en stock
éventuel, chargement, déchargement, gardiennage, pertes pour cesses ou pour vol, etc.…
D’une façon générale, les matériaux seront neufs. Les matériaux de récupération ne pourront être employés que sur
ordre écrit de l’ingénieur.
Les caractéristiques de dimensions, formes et qualités des matériaux ou fournitures employés dans les travaux ou
entrant dans la composition des produits confectionnés seront conformes aux normes tunisiennes existantes, Françaises
et aux prescriptions du C.S.T.B ou à des normes de prescriptions reconnues équivalentes. L’entrepreneur est tenu de
présenter au maître de l’œuvre, avant tout emploi un échantillon de tous produits ou matériaux entrant dans la
construction. Les matériaux ou fournitures ne satisfaisant pas aux prescriptions imposées seront refusés, sauf :
- dérogation prévue au présent cahier, aux plans « Bons pour exécution » ou autorisation écrite de l’ingénieur.
- S’ils correspondent à des échantillons dûment agrées par le maître de l’oeuvre préalablement à la passation du
contrat.
L’ensemble des échantillons devra être remis à l’ingénieur au plus tard 30 (trente) jours après la date de déclaration
d’adjudication provisoire. Toutefois si le marché était signé et l’ordre de service ordonnant à l’entrepreneur de
commencer les travaux était délivré avant cette date, les échantillons des fournitures et matériaux devant être
immédiatement utilisés seront présentés à l’ingénieur 3 (Trois) jours avant le démarrage effectif des travaux.
12.2.4. STOCKAGE DES MATÉRIAUX ET FOURNITURES SUR LE CHANTIER
L’entrepreneur devra stoker sur le chantier les quantités nécessaires tant de matériaux que de fournitures nécessaires, à
la bonne marche de son entreprise. Evitant des arrêts tout à coup par suite de retard dans les approvisionnements. Il ne
pourra se prévoir d’épuisement de stock pour application de délais supplémentaires.
Les aires de stockage seront soigneusement .délimités, clôtures et gardées, afin d’éviter tous vols, dégradations ou
dommage, dont il a l’entière responsabilité. En cas de pertes, vols oui avaries survenues au cours de stockage et après
réception et vérification des approvisionnements pour lesquels l’entrepreneur aura demandé des paiements d'acompte,

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 46


L’entrepreneur ne pourra s'en prévaloir pour obtenir du maître de l’ouvrage ou son représentant une indemnité, quitte à
lui de se retourner contre son assurance. Il n'aura aucun recours, tant contre le maître de l’oeuvre que le maître de
l’ouvrage ou son représentant.
Les matériaux seront soigneusement emmétrés de façon à permette une évaluation rapide. Les matériaux et fournitures
abîmés ou altérés seront rebutés (sacs de ciment humide, brique cassées, etc.). Leur approvisionnement reste à la
charge pleine et entière de l’entrepreneur.
12.2.5. NETTOYAGE DU CHANTIER
L'Entrepreneur est tenu de laisser les ouvrages qu'il a exécutés en parfait état de fonctionnement et de viabilité, les
abords parfaitement nets et propres.
12.2.6. PRÉCAUTIONS CONTRE LES ACCIDENTS
L'Entrepreneur doit prendre, à ses frais et sous son entière responsabilité, toutes les mesures d'ordre et de sécurité
propres à prévenir les accidents.

12.3 ALLEES CARROSSABLE ET PARKINGS

12.3.1 - COUCHES DE STRUCTURE DE CHAUSSÉES


La couche de fondation est la partie du profil en travers qui se trouve entre la forme et le dessous de la couche de base.
Sa largeur sera conforme aux plans du contrat.
La couche de base est la partie du profil en travers qui se trouve entre le dessus de la couche de fondation et le dessous
de la couche de roulement. Sa largeur sera conforme aux plans.
12.3.2 - DESCRIPTION DES MATÉRIAUX
Couche de fondation et de Base
- Couche de fondation de la Grave concassée 0/31,5 sur 20 cm d'épaisseur.
- Couche de base de la Grave concassée 0/20 sur 15 cm d'épaisseur.
12.3.3 - PROVENANCE DES MATÉRIAUX DES COUCHES DE CHAUSSÉES
Tous les matériaux pierreux provenant des carrières devront être agréés par le Maître d'Oeuvre.
12.3.4 - MISE EN OEUVRE DES COUCHES DE FONDATION ET DE BASE

12.3.4.1. Conditions générales


La mise en oeuvre d'une couche de chaussée ne peut être autorisée que si la couche précédente a été réceptionnée par
le Maître d'Oeuvre.
12.3.4.2. Répandage
Le répandage et le préréglage seront assurés à la niveleuse. La côte du niveau supérieur de la couche de base sera
légèrement supérieure à celle du profil à obtenir après compactage de manière à pouvoir faire le réglage final par
rabotage exclusivement.
12.3.4.3. Arrosage
L'Entrepreneur prendra les dispositions nécessaires pour arroser la surface. Il devra disposer en permanence d'une
arroseuse fine, en mesure d'ajouter la quantité d'eau nécessaire.
12.3.4.4. Compactage
Conditions générales
Le compactage doit être réalisé de façon énergétique et ce, d'autant plus que les granulats sont plus anguleux et la
courbe granulométrique plus creuse.
L'emploi de cylindres à jantes lisses est interdit. L'atelier comprendra:
- des rouleaux vibrants lourds (d'un poids supérieur à 7 tonnes),
- des compacteurs à pneus lourds les tables jusqu'à obtenir 5 tonnes par roue. La pression de gonflage sera supérieure à
5 bars et le poids par roue d'au moins 3 tonnes.

12.4 - RÉSEAU - ASSAINISSEMENT

12.4 .1 - DOMAINE D'APPLICATION


Les prescriptions du présent titre s'appliquent aux travaux d'assainissement des réseaux eaux usées et eaux pluviales
qui comprennent:
- L'exécution des fouilles en tranchées
- La fourniture, transport et pose des canalisations
- L'exécution des regards de visite

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 47


- Le remblaiement des fouilles
- L'exécution des boîtes de branchement.
12.4. 2 - SPECIFICATIONS PARTICULIERES D'EXECUTION DU RESEAU EP & EU
- Qualités des conduites
En Chlorure de Polyvinyle (P.V.C.)
Les matériaux nécessaires à la mise en oeuvre tel que sable ciment gravier avec une conformité aux notre techniques.
12.4. 3. - EXECUTION DES FOUILLES
L'Entrepreneur exécutera toutes les fouilles, tant à la pose des canalisations qu'à l'exécution des regards et ouvrages
annexes qui pourraient être demandés. L'emploi des explosifs est strictement interdit. Elles seront étayées et blindées,
s'il y a lieu, aux frais de l'Entrepreneur, avec le plus grand soin, et sans qu'il soit besoin de l'en requérir, de manière à
prévenir les éboulements et à garantir de tous dommages les propriétés riverains, ou les bâtiments construits ou en
cours de construction.
L'Entrepreneur sera dans tous les cas responsable de tous les accidents pouvant se produire sur son chantier ou aux
abords à l'occasion des travaux.
Le fond de fouille sera descendu à 20 cm au dessous du niveau du fil d'eau.
Au dessus du lit de pose de sable, le remblaiement des fouilles se fera par couches de 0,20m d'épaisseur maximum
fortement pilonnées, en choisissant les meilleures terres extraites des fouilles.
Le pilonnage et le compactage soignés des terres mises en remblais seront sévèrement exigé.
Lorsque le Maître d'Oeuvre le jugera utile, le remblaiement en sable sera exigé. Le sable sera arrosé et fortement
pilonné par couches de 0,20 m d'épaisseur.
Les déblais excédentaires seront, sur ordre du Maître d'Oeuvre, soit mis en cavalier au dessus des fouilles, soit régalés
sur l'emprise des travaux, soit transportés aux décharges publiques. L'Entrepreneur devra en tenir compte dans ses
prix.
12.4 .4 - POSE DES CANALISATIONS
L'Entrepreneur posera au fond des tranchées, une couche de sable fin de façon que les tuyaux reposent sur une
épaisseur de sable d'au minimum 0,20 m, le tuyau sera ensuite enrobé de sable jusqu'à 0,20 m au dessus de la
génératrice supérieure externe du tuyau. Les joints seront du modèle fourni avec les canalisations et exécutés dans les
conditions prévues par le fournisseur. Ils devront avoir une étanchéité au moins égale à celles des canalisations. Pour
faciliter la confection des joints, l'Entrepreneur pratiquera s'il est nécessaire et sans plus-value, les niches dans les
parois latérales, afin d'éviter que le tuyau porte sur le collet ou la bague, les approfondissements nécessaires seront
exécutés au droit des joints sans plus-value. La pose des canalisations et la réalisation des joints se feront dans les
tranchées sèches.
La pose des canalisations pour branchements jusqu'au regard de branchement, celui-ci compris, sera faite au fur et à
mesure de l'avancement des travaux.
L'Entrepreneur est tenu de tenir au fur et à mesure de la pose, un plan de récolement où seront indiqués tous les
raccordements et branchements.
12.4.5. - ESSAIS D'ETANCHEITE
Les essais d'étanchéité en fouilles seront exécutés en principe de regard à regard et ce, avant tout commencement des
remblais. L'Entrepreneur se munira du matériel nécessaire pour l'obtention et l'exécution des essais. La pression d'essai
sera celle obtenue par la hauteur d'eau correspondant au remplissage du regard amont.
La perte d'eau constatée pour 2 heures de mise en pression ne devra pas être supérieure à Q - débit de fuite tolérée en
litres
DL
Q=
2
D - diamètre de la canalisation essayée en mètres
L - longueur de la canalisation essayée en mètres.
Si la nappe phréatique est plus haute que le radier, on videra la conduite et on observera la rentrée d'eau, le débit devra
être inférieur à :
- DL (T étant le temps en heure).
Tous les frais inhérents aux essais seront à la charge de l'Entrepreneur. Les inconvénients et dépenses supplémentaires
qui résulteront du maintien de la fouille ouverte, incomberont à l'Entrepreneur. Il sera tenu sur le chantier un cahier sur
lequel seront mentionnés ces essais.
12.4.6 – ESSAI GENERAL DU RESEAU
Avant la réception provisoire, il est procédé à un essai général du réseau en présence du Maître de l'Ouvrage et de
l'Entrepreneur.
L'essai porte sur les conditions d'écoulement et sur le fonctionnement de l'appareillage.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 48


Le bon écoulement est vérifié en versant dans un regard de l'eau en quantité limitée, à intervalles successifs et en
vérifiant le passage de l'eau dans les regards à l'aval.
L'Entrepreneur fournit le personnel, le matériel et l'eau nécessaire aux épreuves.
12.4 .7 - REGARDS DE VISITE
Ces ouvrages, tels que définis par les plans du marché, sont constitués par un radier et des parois en béton armé. A la
partie supérieure des parois s'appuie un cadre en béton armé (sommier) destiné à recevoir le tampon alvéolaire ou la
grille en fonte. L'accès de chaque compartiment de ces ouvrages se fait par l'intermédiaire d'un tampon de regard et
échelons galvanisés scellés aux parois.
12.4. 8 - ETANCHEITE AUX RACCORDEMENTS AVEC LES OUVRAGES
L'étanchéité aux regards de visite, à grille, etc... sera réalisée par des éléments spéciaux à joint en élastomère.

12.5 TROTTOIR ET ALLEES EN PAVE

12.5.1 - OBJET DU PRESENT TITRE


Le présent titre s'applique à la fourniture, la mise en oeuvre et la pose des matériaux et des éléments entrant dans la
construction des trottoirs et accotements de part et d'autre des chaussées revêtues.
Ces travaux comprennent essentiellement :
* la fourniture et la mise en oeuvre du remblai sous trottoirs méthodiquement compacté
* la fourniture et la pose des caniveaux, bordures et contre-bordures protégeant les trottoirs, par éléments de 1 mètre
de longueur conformément aux détails du dossier de plan
* la mise en oeuvre d'une couche de remblais sélectionnées constitués par de déchets de carrière équivalent
* le revêtement des trottoirs.
12.5.2 - MODALITES D’EXECUTION

12.5.2.1 Remblais sous-trottoirs


Les remblais sous-trottoirs seront posés sur la plate-forme des voies résultant des terrassements, après décapage.
L'Entrepreneur devra compacter la plate-forme sous trottoirs avant la pose des remblais. Les méthodes et les résultats
exigés pour les remblais sont les mêmes que ceux indiqués dans les articles 7,8 et dans le paragraphe III.1.
12.5.2.2 Couche de TV de 15 cm d'épaisseur
La qualité des matériaux, les méthodes et les résultats exigés sont les mêmes que ceux des articles 7,8 et 9 du
paragraphe III.2 7.3.1.
13.5.2.3 Revêtement autobloquant
Après mise à niveau de la couche de TV 0/40 de 15 cm d'épaisseur, suivant les indications du profil en long et profil
en travers, et le compactage conformément aux spécifications des articles 7, 8 et 9 un lit de sable sera répondu sur
toute la largeur du trottoir, avec une épaisseur uniforme. Sur le lit de sable, seront posées pavé, à joint sec.
12.5.3 - Caniveaux - BORDURE

12.5.3.1 Provenance et qualité


Chaque élément doit être identifié par un signe distinctif désignant le fabriquant et indiquant la date de fabrication. Les
éléments ne doivent présenter aucune défectuosité telle que fissuration, déformation ou arrachement, les faces vues ne
doivent pas présenter de bosse ou flaches de plus de 2 mm de flèches mesurées à la règle de 30 cm les arêtes doivent
être nettes et régulières sur toute leur longueur.
12.5.3.2 Fondations, joints réglage
Fondations : Les bordures et caniveaux seront posés sur la couche de fondation de la chaussée.
Joints : Les joints seront à bain de mortier à 400 kg de ciment par mètre cube mis en oeuvre, soigneusement bourrés,
de 5 mm d'épaisseur minimum et 1 cm maximum et soigneusement lisses aux nus des parements.
Réglage : Les bordures, caniveaux seront posés suivant les côtes, alignements et déclivité fixes au projet. Les
tolérances admises seront de + ou - 1 cm.
12.5.3.3 Dimensions
Les dimensions transversales des éléments préfabriqués seront de type normalement défini par les dessins. Par rapport
aux dimensions normalisées les tolérances admises, en plus ou en moins, sont les suivantes :
* pour les dimensions transversales aux écarts constatés sur la largeur et sur l'une quelconque des dimensions
verticales ne doit pas excéder cinq pour cent (5 %) de la somme des dimensions normalisées correspondantes.
* pour la longueur ; 1 centimètre.

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 49


12.5.4 - ACCOTEMENTS
Les accotements prévus dans les plans seront exécutés à l'aide de matériaux de bonne qualité pouvant provenir des
zones de déblais. Le remblai sera méthodiquement arrosé et compacté à 98 % de l'Optimum Proctor Modifié.

Dressé par : Lu et Accepté par:


Le Bureau d’Etudes L’Entrepreneur Soussigné
Tunisie Engineering & Conseil
« TEC »

Tunis, le ............................ ………………, le ........................

Proposé par :
Vérifié par:

Tunis, le .................................
Tunis, le .................................

Vu et Approuvé :

Tunis, le .................................

CCTP-Lot GC UNOPS – Bâtiment Nekrif - Tataouine Page 50