Vous êtes sur la page 1sur 45

Royaume du Maroc

Institut des Techniciens Spécialisés


en Mécanique Agricole et Equipement Rural
Bouknadel/Salé

Option : Hydraulique Rurale et Irrigation

Rapport de stage

Description des Aménagements


Hydro agricoles du périmètre des Doukkala

Réalisé par :

LAORF Mohamed

Encadré par :

Mr :Maujani Ahmed
Mr :Bettioui Ahmed

Lieu du stage :
Sidi Bennour
Période du stage :
25 jours
Année universitaire :
2016/2018
Remerciements

Nous tenons à remercier Monsieur H.KHALIDI, le chef d’arrondissement SIDI


BENNOUR, et à Monsieur A.MAUJANI et A.BETTIOUI pour leur chaleureux
accueil au sein l’office régional de la mise en valeur agricole

Je remercie aussi :
Le staff de l’Institut des Techniciens Spécialisés en Mécanique Agricole et
Equipement Rural de Bouknadel
Le directeur général : Mr. EL FATIHI Ahmed
Le directeur des études : Mr. CHARCHI Abdellah
Le surveillant général : Mr. SAHNNOUNE Bouchaibe
Les formateurs de l’Institut des Techniciens Spécialisés en Mécanique Agricole
et Equipement Rural de Bouknadel
Mr. BNIAICHE El Amine
Mme. WADJINNY Fouzia
Mme. NEM Khadija
Enfin, toutes mes reconnaissances vont à ma famille respectueuse qui n’a
jamais cessé de me soutenir durant toutes les étapes de ma vie et mes études.

1
Sommaire

Liste des figures................................................................................................................................................ 4


Liste des tableaux............................................................................................................................................. 5
Introduction....................................................................................................................................................... 6
Chapitre I : Présentation du périmètre irrigué................................................................................... 7
I.1 Situation géographique.................................................................................................................................. 7
I.2 Climatologie........................................................................................................................................................ 7
I.3 Ressources en terres........................................................................................................................................ 8
I.3.1 Types des sols................................................................................................................................................ 8
I.3.2 Statut foncier.................................................................................................................................................. 8
I.3.3 Structure foncière........................................................................................................................................ 9
I.4 La production agricole.................................................................................................................................... 9
I.5 Aménagements hydro agricoles.................................................................................................................. 9
I.5.1 Périmètre Bas service.............................................................................................................................. 10
I.5.2 Haut service................................................................................................................................................. 11
Chapitre II : Présentation de l’organisme de gestion du périmètre irrigué.............................12
II.1 Création.............................................................................................................................................................. 12
II.2 Missions désignées........................................................................................................................................ 12
II.3 Organisation..................................................................................................................................................... 12
.............................................................................................................................................................................................. 13
II.4 Présentation de l’Arrondissement :........................................................................................................ 14
.............................................................................................................................................................................................. 14
II.5 Zone d’action d’ORMVAD:........................................................................................................................... 14
Chapitre III : Ressources en eaux......................................................................................................... 15
III.1 Origine des eaux d’irrigation..................................................................................................................... 15
III.1.1 Les ressources en eau de surface................................................................................................... 15
III.2 Les ressources en eau souterraines........................................................................................................ 15
III.3 Qualité des eaux.............................................................................................................................................. 16
III.3.1 Eaux de surface...................................................................................................................................... 16
III.4 Eaux souterraines.......................................................................................................................................... 16
Chapitre IV : réseaux d’irrigation........................................................................................................ 17
IV.1 Station de pompage....................................................................................................................................... 17
IV.1.1 Station de pompage Bir Laabid....................................................................................................... 17
IV.1.2 La station cuvette de Sidi Smail...................................................................................................... 20
IV.1.3 Station de pompage haut service BOULAONE..........................................................................20
IV.1.4 Station de pompage extension sidi Smail................................................................................... 22
IV.2 Ouvrages hydraulique.................................................................................................................................. 23
IV.2.1 Ouvrage de transport.......................................................................................................................... 23
IV.3 Les ouvrages de franchissement.............................................................................................................. 25
IV.3.1 Dalot........................................................................................................................................................... 25
IV.3.2 Siphons inversés................................................................................................................................... 25
IV.3.1 Ouvrage de régulation........................................................................................................................ 25
IV.3.1 Régulation par l'aval............................................................................................................................ 25
IV.3.1 Ouvrages et équipements de partage........................................................................................... 26
IV.3.2 Ouvrages de raccordement............................................................................................................... 26
IV.3.3 Ouvrage de sécurité............................................................................................................................. 27
Chapitre V : Distribution de l’eau d’irrigation.................................................................................... 28
V.1 Canevas hydraulique..................................................................................................................................... 28
V.2 Blocs d’irrigation............................................................................................................................................ 28
2
V.3 Trames d’irrigation........................................................................................................................................ 28
V.3.1 La trame A................................................................................................................................................ 28
V.3.2 La trame B................................................................................................................................................ 29
V.4 Programmation de la compagne d'irrigation...................................................................................... 30
V.4.1 Distribution en gravitaire :............................................................................................................... 30
V.4.2 Distribution dans le secteur aspersif............................................................................................ 31
Chapitre VI : Techniques d’irrigation à la parcelle........................................................................32
VI.1 Irrigation gravitaire :.................................................................................................................................... 32
VI.1.1 Les types d’irrigation gravitaire..................................................................................................... 32
VI.2 Irrigation par aspersion............................................................................................................................... 32
VI.3 Irrigation localisée......................................................................................................................................... 32
Chapitre VII : Facturation de l’eau d’irrigation................................................................................. 34
VII.1 Procédure de tarification de l’eau d’irrigation................................................................................... 34
VII.1.1 Comptage des volumes d’eau à facturer...................................................................................... 34
VII.1.2 Facturation.............................................................................................................................................. 35
VII.2 Recouvrement................................................................................................................................................. 36
Chapitre VIII : Maintenance des équipements hydro- agricoles...................................................37
Chapitre IX : Les Associations des Usagers des Eaux Agricoles.................................................38
IX.1 Définition :......................................................................................................................................................... 38
IX.2 Les objectifs assignés à l’AUEA................................................................................................................. 38
Conclusion........................................................................................................................................................ 39
Bibliographies................................................................................................................................................ 40
Annexe N°.1 Ouvrages de distribution :.................................................................................................. 41
Annexe N°2 Ouvrage de sécurité :............................................................................................................ 42
Annexe N°3 : Ouvrages de régulation (les vannes)............................................................................. 43
Annexe N°4 : Ouvrages de franchissements.......................................................................................... 44

3
Liste des figures
Figure 1 : Les types de sols rencontrés dans le périmètre irrigué des Doukkala.......................................8
Figure 2 : organigramme d'ORMVAD........................................................................................................................ 13
Figure 3 : organigramme de l'AGR SIDI BENNOUR............................................................................................. 14
Figure 4:anti-béliers......................................................................................................................................................... 17
Figure 5:Bâ che d'aspiration du BIR LAABID.......................................................................................................... 18
Figure 6: le détecteur de niveau.................................................................................................................................. 19
Figure 7: Les moteurs des pompes de station du BIR LAABID.......................................................................19
Figure 8: caractéristiques du station extension BIR LAABIDE.......................................................................20
Figure 9: Les moteurs de station de pompage haut service BOULAONE....................................................21
Figure 10: Les six conduites de refoulement de station haut service du BOULAONE..........................21
Figure 11:réservoir de régulation............................................................................................................................... 22
Figure 12 : la Trame A..................................................................................................................................................... 29
Figure 13 : Trame B.......................................................................................................................................................... 29
Figure 14La Trame B........................................................................................................................................................ 29
Figure 15 : Procédure de distribution de l'eau d'irrigation.............................................................................31

4
Liste des tableaux
Tableau 1 : Répartition foncière dans le périmètre des Doukkala...................................................................8
Tableau 2:Répartition des tailles des exploitations dans le périmètre des Doukkala.............................9
Tableau 3:la répartition des tranches dans le périmètre HS*.........................................................................11
Tableau 4 :Bilan des nappes des Doukkala (Axe de Sidi Smail-El Jadida)..................................................15
Tableau 5:: Caractéristiques de la station de mise en pression d’extension de S/Smail.....................22
Tableau 6:: Les types du module à masque............................................................................................................ 26
Tableau 7:les caractéristiques des blocs d'irrigation......................................................................................... 28

5
Introduction
L’Institut des Techniciens Spécialisés en Mécanique Agricole et Equipement Rural de
Bouknadel (ITSMAERB) prévoit aux étudiants de la 1ère année en Hydraulique Rurale et
Irrigation (HRI) une formation à l’extérieur de l’institut, pour compléter la formation théorique, et
aussi pour préparer une insertion facile dans le domaine professionnel.
Cette période de stage a été passée à l’Office Régional de Mise en Valeur Agricole des
DOUKKALA (ORMVAD). Les différentes activités établies ont été résumées dans ce rapport.
Ce rapport comprend les composantes suivantes :
 Présentation du périmètre irrigué des Doukkala,
 Distribution et facturation d’eau d’irrigation,
 Technique et réseaux d’irrigation.

6
Chapitre I : Présentation du périmètre irrigué

I.1 Situation géographique

La zone d’action de l’Office Régional de Mise en Valeur Agricole (ORMVAD) s’étend sur une
superficie totale de 523 000 Ha repartie comme suit :
 96 000 Ha irriguée en grande hydraulique
 3 800 Ha irriguée par pompage (zone côtière) ;
 95 000 Ha de parcours, forets et zones incultes ;
 328 200 de Bour cultivable.
La Superficie Agricole Utile est de 428.000 Ha

I.2 Climatologie

Le climat est de type méditerranéen semi-aride, en hiver tempéré et en été généralement


chaud et sec. La température moyenne annuelle est de 18°C. Les précipitations moyennes
annuelles sont faibles et irréguliers inters et intra annuelle (316 mm) [125-592 mm].
La proximité de l’océan atlantique a une grande influence sur la plaine des Doukkala. En effet,
l’humidité relative minimale de l’air est d’environ de 37% pendant les mois les plus chauds et
l’humidité relative maximale dépasse 90% pendant les mois les plus froids. L’évapotranspiration
de référence moyenne annuelle est de 3.8 mm/j.
Les vents les plus fréquents sont le "chetoui" et le "behri" du Nord-Ouest et de l'Ouest en hiver,
et le chergui du sud en été. Ces vents ne sont pas très violents, mais sont capables de causer de
grands dégâ ts sur les sols qui ne portent pas de végétation pérenne.

7
I.3 Ressources en terres
 La superficie du Bour cultivable est de 323.757ha.
 La superficie non cultivée (forêts, parcours, incultes) est de 95.000ha.

I.3.1 Types des sols


Le périmètre des Doukkala est caractérisé par cinq types essentiels du sol :
 Les vertisols (Tirs) : représentent 52% de la superficie irriguée ;
 Sols sablo-limoneux : représentent 17% de la superficie irriguée,
 Sols sableux(R’mel): représentent 10% de la superficie irriguée,
 Sols châ tains et rouges (Hamri): représentent16% de la superficie irriguée,
 Sols fersiallitiques : représentent 3% de la superficie irriguée,

16% 3% 2%

Figure 1 : Les types de sols rencontrés dans le périmètre irrigué des Doukkala
10% 52%
I.3.2 Statut foncier

Statut % des superficies de % de nombre de propriétés


17%
propriétés

Melk 93 97
Collectif 2 1
Domaine privé de l’état 1 0.2
Réforme agraire 4 1.8
Total 100 100

Tableau 1 : Répartition foncière dans le périmètre des Doukkala

8
I.3.3 Structure foncière

Taille (ha) % des superficies de % de nombre de


propriétés propriétés

≤2 30 74
[2-5] 25 17
[5-10] 23 7
[10-20] 12 1.5
≥20 10 0.5

Tableau 2:Répartition des tailles des exploitations dans le périmètre des Doukkala

En ce qui concerne les structures foncières, ils sont caractérisées par la prédominance des
petites exploitations (74% des propriétés ont une superficie inférieure à 2 ha et occupent 30% de
la superficie totale irriguée, seulement 0,5% des exploitations ont une superficie supérieure à 20
ha et occupent 10% de la superficie totale.

I.4 La production agricole


Grâ ce à la mise en place de divers projets d’aménagement, la contribution de la zone des
Doukkala dans la production nationale occupe une place importante, notamment en matière de
betterave à sucre (38%), du lait (22%), de vigne (20%), de légumineuses (10%), de maraîchage
(8%), de céréales (7%), de viande rouge (6%) et de viande de volaille (6%).

I.5 Aménagements hydro agricoles


La grande hydraulique (96.000ha) aménagée est répartie entre deux périmètres:
 Bas service
 Haut service

L’irrigation est assurée par la mobilisation des eaux superficielles à partir de l’Oued Oum Er-
Rbia, régularisées par le complexe AL MASSIRA EL HANSALI et dérivées par le barrage IM’FOUT
Le barrage d'Al Massira, pour répondre aux besoins de l’irrigation (550 millions de m3 pour le
bas service et 550 millions de m3 pour le haut service) et l'A.E.P. et du complexe industriel de Jorf
Lasfar. Après la construction de ce barrage celui d' Im’Fout ne joue plus qu'un rô le de dérivation,
avec une capacité de 85 millions de m3.

9
 Barrage Al Massira
 Installé sur Oued Oum Er-Rbia
 Mise en service : 1980
 Capacité : 2.800 Millions de m3
 Barrage Al HANSALI
 Installé sur Oued Oum Er-Rbia
 Mise en service : 2001
 Capacité : 740 Millions de m3
 Barrage IM’FOUT
 Barrage de dérivation
 Mise en service : 1946
 Capacité : 20 Millions de m3

I.5.1 Périmètre Bas service


Le périmètre irrigué Bas-service des Doukkala couvre une superficie de 61 000 ha, ses
équipements hydro-agricoles ont été entrepris depuis 1958, il comprend :
 La galerie Bas-service alimentée par une prise au niveau du barrage Im’Fout à l’aval du
Barrage Al Massira.
 Mise en service : 1952
 Longueur : 16,7 Km
 Diamètre intérieur : 5,3 m
 Débit : 36 m3/s
 Le canal principal Bas-service (CPBS), raccordé à la galerie Bas-Service .Il traverse toute
la plaine des Doukkala et alimente les différents casiers d’irrigation, les principaux
centres urbains ainsi que des unités industrielles. Ce canal est en terre, non revêtu sur la
plus grande partie de son tracé.
 Longueur : 111 Km
 Débit en tête : 42 m3/s
 Un canal intermédiaire bétonné, desservi par la station de pompage de relevage Bir-El
Abid, ce qui permet de dominer le casier de Sidi Bennour irrigué en gravité. dans cette
station, il y a 6 groupes motopompes de type hélico-centrifuges
 Longueur revêtue  : 24Km
 Débit en tête  : 7,2 m3/s

Les aménagements du périmètre bas service ont assurés l'irrigation d'une superficie de 61
000 ha grâ ce à des équipements hydro-agricoles qui ont été entrepris depuis 1958 et qui
comprends :
 La galerie Bas-service
 Le canal principal Bas-service (CPBC).
 Un canal intermédiaire bétonné d’une longueur de 24 km
 13 stations de pompage
10
 Un réseau d’irrigation d’une longueur totale de 2 034 km, dont 1 127 km de canaux pour
l’irrigation gravitaire des casiers.
 Des colatures d’une longueur totale de 1 800 km.
 Un réseau de pistes d’une longueur de 3 500 km, dont 350 km de pistes revêtues.
 Des casiers d’irrigation

I.5.2 Haut service


 La galerie Haut-service alimentée par une prise au niveau du barrage Im’Fout à l’aval
du Barrage Al Massira.
 Mise en service : 1999
 Longueur : 13 Km
 Diamètre intérieur : 6,4 m
 Débit : 38 m3/s
 Le canal principal Haut-service (CPHS), raccordé à la galerie Haut-Service .Il traverse
toute la plaine des Doukkala et alimente les différents casiers d’irrigation, les principaux
centres urbains ainsi que des unités industrielles. Ce canal est en terre, non revêtu sur la
plus grande partie de son tracé.
 Longueur : 136 Km
 Débit en tête : 38 m3/s

 La Station de pompage Haut-service


 Nombre de groupe  : 12
 Puissance  : 24 Mw
 Débit unitaire : 3,17 m3/s
 l’aménagement et l’équipement de 35 000 ha, comportant
 un réseau d’irrigation de 2500 km ;
 un réseau d’assainissement et de drainage de 2400 km;
 un réseau de pistes de 3 000 km dont 600 km de pistes revêtues.

Le but du projet du périmètre Haut service est la mise en valeur de 64 000 ha. La réalisation
de cet aménagement était prévue initialement en quatre phases : 1ére tranche, 16000 ha; 2 éme
tranche 19 000 ha; 3 éme tranche, 16 000 ha; 4 éme tranche, 13 000 ha. Mais à présent, seule la
première et la deuxième phase sont réalisées et fonctionnelles.
Tranches Superficie (Ha) Année
1ére tranche 16000 1999
eme
2 tranche 19000 2000 et 2001
3 eme tranche 16000 2002 à 2004
4 eme tranche 13000 2005 et 2006

Tableau 3:la répartition des tranches dans le périmètre HS*

11
Chapitre II :  Présentation de l’organisme de gestion
du périmètre irrigué

II.1 Création
L’Office Régionale de Mise en Valeur Agricole des DOUKKALA (ORMVAD) est un établissement
public doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière, Créé par Décret Royal N°827-66
du 7 Rajab 1386 (22/10/1966) placé sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche
Maritime., Son siège se situe à El Jadida.

II.2 Missions désignées


L’Office Régional de Mise en Valeur Agricole des DOUKKALA assigne plusieurs missions
depuis sa restructuration en 1993, les principaux de ceux-ci sont:
 Aménagement des terres agricoles
 La gestion des réseaux d’irrigation et de drainage :
 Gestion de distribution de l'eau d’irrigation.
 Entretien des équipements hydro-agricoles
 Encadrement des agriculteurs sur l’utilisation des techniques d’irrigation.
 Facturation de l’eau d’irrigation et recouvrement des créances.
 Mise en valeur agricole

II.3 Organisation
Le fonctionnement et la gestion de l’ORMVAD sont assurés grâ ce à :
 Une direction comprenant le Directeur de l’Office, le Service Audit Interne et Contrô le de
Gestion et le Service Des Moyens Généraux.
 3 Département opérationnels: Aménagement, Département de la Gestion de Réseaux
d’Irrigation et Drainage, Département de développement Agricole.
 2 Départements fonctionnels: Département des Ressources Humaines, Département des
Planifications et Finances.
 4 Arrondissements, 30 Centres de Développement Agricole et 28 Centres de Gestion des
Réseaux d’Irrigation sur le terrain

12
Figure 2  : organigramme d'ORMVAD

 DA : Département d’Aménagement.
 DGRID : Département de la Gestion des Réseaux d’Irrigation et Drainage.
 DDA : Département de développement Agricole.
 DRH : Département des Ressources Humaines.
 DPF : Département des Planifications et Finances.
 AGR : Arrondissement de Gestion des Réseaux d’irrigation
 BD : Bureau de Distribution
 BERM : Bureau d’Entretien de Réseaux et Matériel
 BEME : Bureau d’Entretien des Matériel Electromécanique
 CGR : Centre de Gestion des Réseaux

13
II.4 Présentation de l’Arrondissement :
L’Arrondissement de Gestion des Réseaux d’Irrigation et de Drainage de Sidi Bennour est
situé au sud de la ville d’EL JADIDA. Cet arrondissement est aménagé durant les années 1960 et
1970.
Les missions assignées à l’arrondissement sont :

 Gestion de distribution d’eau d’irrigation.


 Entretien des équipements hydro agricoles.
 Encadrement des agriculteurs sur l’utilisation des techniques d’irrigation.
 Facturation de l’eau d’irrigation et recouvrement des créances

Figure 3  : organigramme de l'AGR SIDI BENNOUR

II.5 Zone d’action d’ORMVAD:

La zone d’action de l’ORMVAD est située à 100 Km de Casablanca. Elle s’étend sur une
superficie de 523 000 ha dont 82 % est sous forme de terre agricole utile. Elle est répartie comme
suit (ORMVAD ; 1999) :

 62 % sous forme de Bour cultivable: 323.757 Ha.


 18 % est une superficie irriguée par la grande hydraulique: 96.000 Ha.
 2 % de superficie est irriguée par pompage en zone cô tière : 8.243 Ha.
 18 % sous forme de parcours, forêts et incultes: 95.000Ha

14
Chapitre III : Ressources en eaux 

III.1 Origine des eaux d’irrigation


III.1.1Les ressources en eau de surface
La zone de Doukkala-Abda est irriguée à partir de l’Oued Oum Er-Rbia c’est-à -dire Oued et
constitué le principal ressource en eau pérenne de surface pour la région.
Oued Oum Er-Rbia (débit annuel moyen de 117m³/s) constitue la principale ressource en eau
pérenne de surface pour la région. Les oueds traversant le périmètre ont des régimes saisonniers
type «pluvial» et ne débitent qu’en période des crues.
Oued Oum Er-Rbia est régularisées par le complexe hydraulique El Massira El Hansali et
dérivées par le barrage d’Imfout.
 Barrage Al Massira : mise en service 1980 d’une capacité de 2,800 millions m3 est un
barrage de stockage. Il a destiné à l'alimentation en eau potable des centres cô tiers entre
Rabat et Safi, à l'irrigation des périmètres des Doukkala
 Barrage El Hansali : mise en service 2001 d’une capacité de 740 millions m 3 est un
barrage de production hydro-électrique.
 Barrage Imfout : situé à l'aval du barrage Al Massira, mise en service 1946 d’une
capacité de 18 millions m3 est un barrage de dérivation et de production hydro-
électrique.

III.2 Les ressources en eau souterraines


La nappe d’eau souterraine est profonde à l’intérieur de la plaine (25 à 70 m) mais elle est peu
profonde et facilement exploitable dans la zone cô tière (20 à 15 m).
Nappe des Doukkala : Les entrées dans cette nappe sont constituées des infiltrations des eaux
de pluie, des infiltrations des eaux d'irrigation et d'apports latéraux (souterrains, mer). Les sorties
comprennent les prélèvements pour l'AEPI
Les ressources souterraines en eau, du bassin cô tier atlantique El Jadida-Safi, sont constituées
par les nappes du Sahel de la Chaouia Cô tière et de la plaine des Abda. Les apports d'eau au
système sont de prés de 76 Mm3, 76Mm3/an en 1992 a80 M m3/an. en 2000 par exemple l’axe sidi
Smail-El Jadida). Le bilan est le suivant :

Eléments de bilan Mm3/an


Entrées Infiltration par la pluie 53

Sous écoulement et drainage 18


Retours d'irrigation 9
Total 80
Sorties Prélèvements d'irrigation 53
Sorties vers la mer 27

15
Total 80
Tableau 4  :Bilan des nappes des Doukkala (Axe de Sidi Smail-El Jadida)

III.3 Qualité des eaux


III.3.1Eaux de surface
La qualité de l’eau d’Oued Om Er Rabia accuse une légère dégradation, qui s’opère notamment
en période estivale, liée au comportement hydrologique saisonnier de l’Oum Er-Rbia et à l’impact
des pollutions urbaines, La conductivité électrique moyenne de l’eau d’irrigation est de l’ordrée
1,6 ms/cm cette eau est assez riche en sels de chlorures, de sodium et de sulfates. Les teneurs
moyenne en nitrates 4,15 mg/l, et en matière organique 4,54 mg/l sont faibles.

III.4 Eaux souterraines


La qualité des eaux souterraines se dégrade continuellement, les taux des nitrates observés
ont évolués sur les dix dernières années pour atteindre actuellement des niveaux préoccupants.
S'ajoute à cela l'observation des taux élevés en salinité dans certaines nappes (intrusion marine).
La nappe phréatique des Doukkala à une profondeur moyenne généralement saline à très
saline (77% des puits analysés renferment des eaux très fortement à fortement salines)
La conductivité électrique moyenne annuelle du périmètre est de l’ordre de 3.19ms/cm la
teneur moyenne en nitrates des eaux souterrains est de 58mg/l
Le PH et généralement compris entre 6 et 8,7 , sans subir de variation significative, et la
moyenne au niveau de périmètre est de 7 ,3 .

16
Chapitre IV : Réseaux d’irrigation

IV.1 Station de pompage


Dans la région de Doukkala, on trouve 11 stations de mise en pression et 3 stations de
relevages.
Chaque station de pompage est composée d’une salle de moyenne tension, une salle de
puissance, une salle de contrô le ou de commande, une salle de groupe moto - pompe et un
réservoir de régulation placé en dérivation (cas d’aspersion) ou un anti-bélier (cas gravitaire). La
Puissance totale installée : 64 MW

IV.1.1Station de pompage Bir Laabid


Cette station permet de refouler l’eau d’un point bas à un point haut, alimenté à partir du canal
intermédiaire du canal principal Bas Service (CPBS) qui achemine l’eau vers une bâ che
d’aspiration. On trouve une grille (5 cm) qui sert de filtre pour arrêter les corps volumineux. Cette
station est équipée de six pompes entraînées par des moteurs électriques et commandée par la
salle de commande.
Chaque 3 groupes moto - pompes refoulent l’eau dans un seul conduite. En dehors de la
station, on remarque la présence de deux réservoirs anti-béliers en 2/3 d’eau et 1/3 d’air, sont
installés dans la partie de refoulement pour protéger les conduites contre le coup de bélier.

Figure 4:anti-béliers

17
Figure 5:Bâche d'aspiration du BIR LAABID

Cette station est équipée de six pompes immergées à axe vertical entraînées par des moteurs
électriques et commandée par la salle de commande.

18
Figure 6: le détecteur de niveau

Le détecteur de niveau est un rô le de mesurer le niveau d’eau au canal d’amené, puis il envoie
l’information par message au téléphone.

Figure 7: Les moteurs des pompes de station du BIR LAABID

19
Pompe Moteur Conduite de refoulement
Nombre Débit Nombr Puissance Tension Nombre Anti- Filtration
e bélier
6 1200 l/s 6 355Kw 500V 2 Sur Grilles statiques
chaque
conduit
e
Figure 8: caractéristiques du station extension BIR LAABIDE

IV.1.2La station cuvette de Sidi Smail


La cuvette de Sidi Smail est alimentée par une station de relevage. Le transfert des eaux à
partir du canal principal BS s’effectue par la colature principale du canal principal BS sur une
distance de 10 km environ.
Dans le canal BS, on trouve 10 siphons de sécurité utilisés pour alimenter la station lorsque le
débit à évacuer est important, et si le tirant d’eau reste constant dans le canal, on doit ouvrir la
vanne de garde pour alimenter la colature.
Cette station se compose d’une grille qui travaille d’une manière automatique et un filtre
rotatif de forme triangulaire à nettoyage automatique.
Après dégrillage, l’eau est acheminé vers un bassin qui domine six groupes motopompes,
chaque pompe refoulant un débit unitaire de 200 l/s, ces dernières sont entraînées par des
moteurs électriques, protégés et commandés par une salle de commande.
Dans cette station on trouve un anti-bélier empêchant le retour d’eau en cas d’arrêt brusque
ou d'urgence afin de protéger les groupes motopompe.

IV.1.3Station de pompage haut service BOULAONE


Cette station (commune rurale de Boulaouane) constitue un maillon essentiel de
l'aménagement. Elle permet le relevage d'un débit d'eau d'irrigation de 38m 3/s, provenant de la
nouvelle galerie Im’Fout jusqu'au départ du canal principal, et refoule l'eau sur une hauteur
manométrique totale de 41m.

20
Figure 9: Les moteurs de station de pompage haut service BOULAONE

Comportant 12 groupes moto pompes, fabriqués à Bremen en République Fédérale


d'Allemagne refoulant un débit unitaire de 3,17 m3/s.

Figure 10: Les six conduites de refoulement de station haut service du BOULAONE

Le bassin alimente les six conduites d'une longueur de 275 m d’aspiration. Chaque conduite
alimente deux groupes à axe horizontal et à axe vertical entraîné par des moteurs électriques
d’une puissance de 24 MW et d'un circuit de refoulement de six conduites en acier de 234 m de
longueur.
La gestion des équipements de la station de pompage est supervisée par un automate
programmable relié au Centre de télégestion du canal principal Haut Service installé à Sidi
Bennour.

IV.1.4Station de pompage extension sidi Smail


C’est une station de mise en pression alimentant le secteur aspersif de Sidi Smail, irriguant une
superficie totale de 2884 ha, elle est composée de 4 groupes à surface.

21
Après son transport du canal principal par un canal adducteur vers la bâ che d’aspiration, l'eau
est filtrée, dans un premier temps par le filtre statique (grille) et dans un second par le tambour
rotatif.
Pour la station Sidi Smail les pompes sont reliées directement à la bâ che d’aspiration par une
conduite qui contient une vanne à opercule. L’eau va être refoulée directement vers le collecteur
par des conduites de refoulement qui contient chacune un clapet anti-retour et une vanne à
papillon,

Figure 11:réservoir de régulation

Les groupes moto - pompes identiques caractérisées comme suit :

Pompe Moteur Transformateur Réservoir


Nombre Débit Nombre Puissance Tensio Nombre Puissance Hauteur
n
4 280l/ 4 265Kw 500V 2 1000KV 62,75m
s A
Tableau 5:: Caractéristiques de la station de mise en pression d’extension de S/Smail

IV.1.4.1 Le réservoir de régulation


Le réservoir de régulation est construit en béton sous forme cylindrique, d’une hauteur de 64
m et 12m de diamètre, et il est couvert par une dalle en béton contenant une ouverture d’aération
et d’éclairage protégé par un chapeau métallique .il est composé d’une :

 Conduite de refoulement –distribution.


 Conduite de décharge trop –plein
 Cuve de 480 m3 qui contient des flotteurs sous forme de poires

22
Le rô le de cet ouvrage entre les ouvrages de refoulement et le réseau de distribution est pour
maintenir une pression bien déterminée et lutter contre la variation de demande, donc le
réservoir intervient dans ce cas par l’enclenchement et le déclenchement des groupes selon le
niveau d’eau dans la cuve indique par les flotteurs

IV.2  Ouvrages hydraulique


IV.2.1Ouvrage de transport
Dans la zone de Doukkala-Abda en à deux périmètre irriguée, et pour irriguée toute le
périmètre l’état a construire des ouvrage de transport pour transporter l’eau de puis l’Oued Om-
Rbia jusqu'à le périmètre irrigué.
 Bas Service : 61000 ha irrigués
 Haut Service: 64000 ha dont 35000 équipée et irriguée.
IV.2.1.1 Canal tête morte
IV.2.1.1.1 Galerie Bas service
La galerie Bas-service est alimentée par une prise au niveau du barrage Im’Fout à l’aval du
barrage Al Massira. Mise en service en 1952, elle mesure de 16,7 km de long, 5,3 m de diamètre et
peut transporter un débit de 36 m3/s.
IV.2.1.1.2 Galerie du canal principal haut service 
La galerie d’amenée de 13 km de long, de 6,4 m de diamètre et d’un débit de 38 m3/s, mise en
service en 1999. Elle est alimentée par la même prise de la galerie Bas-service au niveau du
barrage Im’Fout
I.1.1.1.1 Canal d'amenée 
Le canal d’amenée alimentant la station de pompage Bir Labid dont la section est en terre. Ce
canal dérivé du CPBS au PK 57,9. Ces principales caractéristiques sont :
 Longueur 3 200 m.
 Débit maximum: 7,2 m3/s.

IV.2.1.2 Canal principal

IV.2.1.2.1 Canal principal Bas service 


Le CPBS est destiné à assurer l’adduction d’eau gravitaire depuis la galerie Bas-service. Il
traverse toute la plaine des Doukkala et alimente les différents casiers d’irrigation, les principaux
centres urbains ainsi que les unités industrielles. Ce canal est en terre non revêtu sur la plus
grande partie de son tracé. A son extrémité, il se prolonge par un canal secondaire d’une longueur
de 44 km, destiné à l’alimentation en eau de la ville de Safi et des unités industrielles du Maroc-
Phosphore :
Il présente les principales caractéristiques suivantes:
 Débit initial en tête : 42 m3/s, actuellement ne transite que 32 m3/s
 Section hydraulique : trapézoïdale
 largeur du radier : 3 à 9 m.000
23
 largeur en gueule : 11,4 à 22,2 m.
 pente longitudinale moyenne .0, 14 m /km.

Le mode de régulation pour le C.P.B.S est une régulation hydraulique dite :


 par l’amont : du PK 23,915 au PK 34,197 (3 vannes AMIL).
 par l'aval : du PK 57,890 au PK 124,493 (12 vannes AVIS).

IV.2.1.2.2 Canal principal haut service 


Un canal trapézoïdal de ciel ouvert d’une longueur de 77,7 km du canal revêtu commencé à
partir de station de pompage Haut service, il donne un débit en tête et de 38 m3/s.
Normalement cette canal à fait pour irrigué une superficiel de 64000 Ha sur un projet de 4
tranche mais actuellement il irrigue seulement 35000 Ha après la réalisation des deux premières
tranches. Il contient 35 prises, et il comprend deux tronçons principaux :
 Du PK 0 au PK 53,6 : géré par 7 vannes mixtes, ces 8 biefs jouent le rô le des réservoirs
d’eaux
 Du PK 53.6 à l’extrémité aval : 14 biefs en régulation aval commandés par des vannes
AVIS.

IV.2.1.2.3 Canal Intermédiaire 


Le canal intermédiaire alimentant la station de relevage de Bir El Abid. Il domine gravitaire
ment le casier de Sidi Bennour (330.335.et 336) d'une superficie de 9.300 ha. Les Caractéristiques
techniques du CI sont les suivantes :
 section trapézoïdale revêtue en béton sur toute sa longueur
 longueur : 24 632 km
 débit maximum : 7,2m3/s
 pente : 0,14 m/Km et talus 5/4.
 régulation par l'aval (7 vannes AVIS).

IV.3 Les ouvrages de franchissement


Le terrain n’a pas toujours plat sont un obstacle, en trouve toujours une route national, un
piste, un accident topographique et pour résoudre le problème il a construite des ouvrage de
transport il y a plusieurs type parmi ils ; Dalot, Siphon inverse, Pont-bâ che 

IV.3.1Dalot
Le dalot est un ouvrage de franchissement placé sous la chaussée. Il est généralement en béton
armé.(voir Annexe N°4)

24
IV.3.2Siphons inversés
Un siphon inversé court est constitué de deux puisards reliés par une conduite passant sous
l'obstacle à franchir. La conduite doit résister au passage de véhicule lourds, ce qui implique un
matériau de qualité généralement des buses en biton.
I.1.1 Ouvrage de régulation
IV.3.2.1 Régulation par l'amont
IV.3.2.1.1 Vanne AMIL 
La vanne AMIL maintient automatiquement à une cote constante le niveau amont quel que soit
le débit qui se présente. La vanne presque fermée pour de faibles débits se soulève au fur et à
mesure que le débit croît et provoque à un débit maximal une perte de charge réduite.
IV.3.2.2 Régulation du plan d'eau par déversoir 
Le rô le de ce déversoir c’est la stabilisation de l’eau avec un niveau constant comme la vanne
AMIL, et on a trois types de déversoir, oblique, droit et bec de canard
I.1.1 Régulation par l'aval
IV.3.2.3 Vanne AVIS:
Ces vannes règlent le niveau d’eau aval, indépendamment de leur ouverture, du niveau d’eau
amont et du débit sollicité. Il travaille selon la demande de l’eau par rapport à un flotteur mobile
avec la variation de niveau de l’eau et automatiquement le tablier mobile par des Assistance de
contre poids et il est placé directement dans le canal

IV.3.2.4 Vanne AVIO 


C’est le même principe mais cette vanne est placée directement avec un réservoir ou dans une
prise en canal principal, on trouve dans l’amont de cette vanne un niveau de l’eau très grand par
rapport au niveau dans l’aval.

IV.3.2.5 Vanne mixte


Ces vannes établissent entre les niveaux amont et aval des relations de correspondance selon
les lois prédéterminées. Pour ce faire, elles sont actionnées par deux flotteurs-secteurs avec
contrepoids de compensation évoluant dans deux bacs reliés au niveau amont, au niveau aval et
entre eux par un circuit auxiliaire combinant déversoirs et orifices calibrés. De part la variété de
leurs fonctions, elles sont surtout réservées à l’équipement d’artères.(voir Annexe N°3)
I.1.1 Ouvrages et équipements de partage

IV.3.2.6 Modules à masque


C’est un appareil qui assure la mesure des débits lâ chés dans un canal. Il est indispensable
pour éviter le gaspillage de l’eau et permet de véhiculer les débits selon les demandes.(voir
Annexe N°1)

25
Il existe quatre types de module à masque caractérisés par le débit passant par unité de
largeur :

Types Débit passant par dm de longueur du seuil Echelon en l/s


X 10 l/s 5, 10, 15 et 30
XX 20 l/s 10, 20, 30, 60, et 90
(Annexe N°14)
L 50 l/s 50, 100,200et 400
(Annexe N°15)
C 100 l/s 100, 200, 400, 600, et 1000

Tableau 6:: Les types du module à masque

IV.3.2.7 Partiteurs
Qualifie comme ouvrage de dérivation placé sur un canal d'alimentation pour détourner son
débit en deux parties, Il existe deux type de partiteur fixe : 1/2 - 1/2 ou 1/3 - 2/3. (Annexe
N°1) 
IV.3.2.8 Les vannes TOR
C’est un ouvrage à ciel ouvert installé sur la berge du canal est équipé d’une simple vanne à
glissière, ont le rô le de délivrer une main d’eau tout ou rien à l’arroseur sur la parcelle.

IV.3.3Ouvrages de raccordement
Ce sont des ouvrages d’une réalisation assez simple. Ils sont nécessaires pour assurer la liaison
entre deux ouvrages ou canaux de sections différentes.
IV.3.3.1 Les ouvrages de chute 
Quand il s’agit d’une grande pente à un point dans la colature et qui cause l’augmentation de
la vitesse, donc pour éviter l’érosion du radier, on trouve des bassins de dissipation qui font
dissiper les eaux pour qu’elles prennent son chemin normal à niveau.
IV.3.3.2 Les ouvrages d’angle 
Au point ou le sens d’écoulement de l’eau change, les berges à ce niveau là , vont être
bétonnées pour maintenir le sens d’écoulement.

IV.3.4Ouvrage de sécurité
IV.3.4.1 Siphon de sécurité
Son rô le est d’absorber les surcharge d’eau qui ne peut supportées par le canal, il peut
absorber un débit de 1 400 l/s .Il nécessite une certaine hauteur de chute pour l’évacuation. (voir
Annexe N°2)
IV.3.4.2 Ouvrages de vidange
Ils servent à vidanger le canal en cas d’entretien, la vidange est réalisée par des vannes
latérales donnant sur un exutoire .Au niveau des Doukkala l’exutoire sont sous forme d’une
grande colature.

26
IV.3.4.3 Décharges
Elles ont le même principe que les siphons de sécurité, elles sont destinées à évacuer le
surplus d’eau au niveau du canal.

27
Chapitre V : Distribution de l’eau d’irrigation

V.1 Canevas hydraulique


La distribution de l’eau d’irrigation est réalisée sur la base d’un calendrier comportant des
tours d’eau généralement hebdomadaires.
Cette opération est exécutée au niveau du terrain par les quatre arrondissements de gestion
des réseaux de Sidi Bennour, Faregh, Zemamera et Gharbai des consignes de gestion élaborées au
niveau du siège du DGRID.

V.2 Blocs d’irrigation


La zone de l’aspersion (Zemamra par exemple) à divisé en plusieurs bloc d’irrigation
comporte différent nombre du sols et le tableau suivant montre les différent bloc caractérisé par
leur borne et rampes :
Bloc Sol Borne Rampes asperseur
Bloc unique 1 1 borne 1 rampe 4 asperseurs
Bloc biennal 2 1 borne 2 rampes 8 asperseurs
Bloc quadriennal 4 2 bornes 3 rampes 12 asperseurs
Bloc sexennal 6 3 bornes 4 rampes 16 asperseurs

Tableau 7:les caractéristiques des blocs d'irrigation

V.3 Trames d’irrigation


Le concept de trame d’irrigation joue un rô le essentiel dans les réseaux modernes d’irrigation
au Maroc, puisque c’est cette organisation hydraulique et foncière qui conditionne principalement
la desserte en eau des usagers.
Deux types d’organisation ont été retenus pour les tranches d’aménagement du programme de
développement de la grande hydraulique depuis les années 60 ;les remembrements opérés ont
conduits à la mise en place des trames A et B.

V.3.1 La trame A
Les exploitations sont regroupées en un seul lot, souvent délimité par deux arroseurs voisins
avec une prise unique, en principe au point le plus haut, l’agriculteur organise les cultures à
l’intérieur de son exploitation, l’assolement n’étant pas calqué sur le schéma hydraulique.

28
Figure 12  : la Trame A

V.3.2 La trame B
En trame B également appelée trame rationnelle, les exploitations sont réorganisées
régulièrement en bandes perpendiculaires aux bornes d’arroseurs dans le sens de la longueur,
alors que les soles sont sur une bande parallèle aux arroseurs.

Figure 13  : Trame B


29
Figure 14La Trame B
V.4 Programmation de la compagne d'irrigation
La distribution de l’eau d’irrigation diffère selon le mode d’irrigation : soit gravitaire soit
aspersion.

V.4.1 Distribution en gravitaire :


La distribution de l’eau d’irrigation au niveau du secteur gravitaires se fait par tours d’eau
selon les étapes suivantes :
1. La commande d’eau :
Les réunions pour les commandes d’eau des agriculteurs se tiennent régulièrement dans des
lieux bien connues par les usagers, l’agent de distribution (aiguadier) se rend avant chaque tour
d’eau pour collecter les besoins en heures exprimés par les fellahs, ils sont ensuite consignés au
chef de secteur qui vérifie les plafonds accordés par hectare et procède à l’élimination des
parcelles litiges ou endettées.
2. L’établissement du synoptique :
Après vérification de commande d’eau, le chef de secteur additionne par tertiaire et passe à
l’étude des synoptiques qui se résume au classement des tertiaires dans un temps qui ne
dépassant pas généralement les 360 heures «15 jours». Il s’agit simplement d’un tour d’eau entre
tertiaire dans la même zone afin d’aboutir à un débit d’eau journalier continu.
3. L’établissement du tour d’eau 
Une fois le synoptique établit, le chef de secteur procède à l’établissement du tour d’eau qui
résume les classements des parcelles d’un même tertiaire de l’aval à l’amont en bas service et
l’inverse en haut service, puis la main d’eau de 30 l/s dans l’état normal et 20 l/s dans le cas
d’ancien réseaux.
4. La distribution des avis d’irrigation 
A partir des fiches tour d’eau, l’aiguadier élabore les avis d’irrigation et les distribue ensuite
aux agriculteurs 48 heures avant l’ouverture des départs.
5. Contrôl
Le contrô le des déroulements du tour d’eau se fait par l’aiguadier, le chef de secteur, le chef de
CGR et le chef de bureau de distribution. Dans le cas de constat d’infraction, après enquête sur le
lieu, l’agent assermenté dresse un procès verbal à l’encontre du contrevenant. Le PV dû ment visé
est adressé aux instances compétentes dans un délai de 10 jours.

30
Figure 15  : Procédure de distribution de l'eau d'irrigation

V.4.2 Distribution dans le secteur aspersif


Ce mode d'irrigation permet de limiter la consommation d'eau. Il est adapté à toutes les
configurations et natures de terrains, ainsi qu'à quasiment toutes les cultures. Le type d’asperseur
utilisé dans le périmètre de Doukkala est l’asperseur à marteau (batteur) et l’installation le plus
utilisé dans est une la couverture partielle et cette technique est caractérisée par des coefficients
d’uniformité très important.

31
Chapitre VI :  Techniques d’irrigation à la parcelle

VI.1 Irrigation gravitaire :


Cette type d’irrigation est la plus utiliser dans le périmètre de doukkala et la technique la plus
utilisable est l’irrigation à la raie (pour la Betterave à sucre) et par calent (pour la luzerne, le
céréale et les culture fourragères).

VI.1.1Les types d’irrigation gravitaire


L’irrigation à la raie :
L’irrigation à la raie est appliquée pour des cultures semées en billon telle que la betterave à
sucre, pomme de terre, etc.
Cette technique est dimensionnée par la longueur qui varie de 90m à 110m selon la dimension
des soles et l’écartement entre raie varie en fonction des cultures pratiquées et des
caractéristiques des sols varient de 0,5 à 0,6m.
L’eau est conduite par des sillons, l’alimentation de ces sillons a partir des siphons dans le cas
de l’arroseur en terre ou l’alimentation à partir d’un arrosage par rampe à vannettes.
L’irrigation par calant :
A partir l’irrigation par calant on arrose plusieurs cultures, bersim, luzerne, les arbres
fruitiers, etc.
On a plusieurs dimensions de bassin d’irrigation selon le type de sole, le débit et la pente, dont
les dimensions moyennes sont de 500 à 1000m2.
Ce système doit être appliqué à des terrains à pente régulière, et le sol doit faire l’objet d’une
finition précise.

VI.2 Irrigation par aspersion


Dans le périmètre irrigué des Doukkala il y a une superficie de 33 500 Ha qui est irrigué par
aspersion répartie sur plusieurs casiers (Zemamra, Gharbia, Boulaouan et Sidi Bennour…).
Irrigation par aspersion peut être définie comme étant le fait de rendre l’eau sous forme de
pluies, les agriculteurs utilisent en commun le matériel mobile d’irrigation constitué de rampe en
aluminium déplaçable portant huit asperseurs de type à marteau qui pulvérise un débit de 0,54
l/s dans 15 positions tous les 7,5 jours pour une durée d’arrosage de 10 heures. Ces asperseurs
sont alimentés à partir de la borne d’irrigation sous une pression de 3 à 3,5 bars.

VI.3 Irrigation localisée 


L’irrigation localisée est surtout utilisée dans les régions arides et semi-arides.
La goutte à goutte permet une économie d’eau par rapport au gravitaire et à l’aspersion.
L’objectif de goutte à goutte est d’amener l’eau non seulement localement et uniquement dans
la zone racinaire utile, mais également d’assurer cet apport à une fréquence élevée, donc à faible
débit, permettant ainsi une faible variation de tension d’humidité dans le sol.

32
Il contribue à une augmentation des rendements et à l’amélioration de la qualité des
productions maraîchères.
Ce système permet une baisse des dépenses en énergie utilisée dans le pompage, une
réduction du coû t de la main d’œuvre impliquée dans les opérations de l’irrigation, et une baisse
des quantités d’eau.

33
Chapitre VII : Facturation de l’eau d’irrigation

VII.1 Procédure de tarification de l’eau d’irrigation


VII.1.1 Comptage des volumes d’eau à facturer
La détermination des volumes à facturer aux usagers se fait de deux manières:
A. Dans le réseau d’irrigation gravitaire ;
Le comptage des volumes d’eau se fait sur la base du temps d’irrigation relevé par les
aiguadiers (agents de distribution d’eau) et du débit des prises calibrées par les modules à
masque à un débit unitaire standard de 20 à 30 l/s ou main d’eau.
Une heure d’irrigation pour une main d’eau (30l/s), représente :

(30/1000) x 3600 = 108m³/h

Le volume consommé VC :

V.C = nombre d’heure x 108

B. Dans le réseau d’irrigation par aspersion

 Pour les blocs qui ont des compteurs de débit :


Le comptage des volumes consommés est assuré par des compteurs d’eau installés sur les
bornes. Les relevés sont effectués par les aiguadiers et les consommations sont établies soit
individuellement soit collectivement.
Le volume d’eau total enregistré dans le compteur de la borne (Vt) qui est consommé par
l’ensemble des agriculteurs appartiennent au même bloc d’une superficie total (St).
Donc, le volume d’eau consommé par chaque agriculteur est défini comme suite :

V= (Vt / St)* S
Avec :
 V : Volume d’eau consommé par chaque agriculteur
 S : Superficie de chaque agriculteur
 Vt : Volume d’eau total du bloc compté par le compteur de la borne
 St : Superficie total d’un bloc
 Pour les blocs sans compteur.
34
Dans ce cas on prend le volume total pompé par la station (Vtp) avec un abattement de 5%
concernant les pertes, moins le volume compté par les compteurs (Vc) et qu’on divise par la
superficie assainie et alimentée par les compteurs non fonctionnels pour trouver le forfait par
hectare.

V= ((Vtp-Vc) / S)* Sa

 V : Volume d’eau consommé par agriculteur qui n’a pas le compteur de débit.
 Vtp : Volume total pompé par la station.
 Vc : Volume d’eau enregistré dans les compteurs de secteur
 S : Superficie assainie et alimentées par les compteurs non fonctionnels [S=superficie
total de la zone- (superficie des litiges et les engagé + superficie comptée par des
compteurs)]
 Sa : Superficie de chaque agriculteur.

Les différentes structures taxation présentent chacune des avantages et des inconvénients.
Ainsi la tarification forfaitaire sécurise les recettes des gestionnaires et est facilement
compréhensible par les usagers. Par contre, les usagers n'étant pas incités à économiser de l'eau,
elle induit un gaspillage de la ressource et conduit à un surdimensionnement des équipements.

VII.1.2 Facturation 
La facture d’eau d’irrigation est établie sur la base du volume utilisé et des composantes des
tarifs de l’eau :
1. Redevance d’eau (ou taux d’équilibre); assise sur le volume d'eau utilisé qui couvre les
charges récurrentes d'exploitation, d'entretien et l'amortissement des équipements
d'irrigation, Cette redevance constitue la base de la tarification de l'eau d’irrigation fixée par
arrêté ministériel, 0.27 dh/m3 Pour tous les CGR de Sidi Bennour.
2. Redevance de pompage (taxe de pompage) : représente une redevance supplémentaire
destinée à couvrir l'intégrité des frais de pompage. Cette taxe se rapporte au secteur ou
l'irrigation nécessite le refoulement d'eau soit pour assurer la desserte d'un haut service, soit
pour alimenter un réseau d'aspersion. Elle consiste donc à répercuter sur les fermiers, les
frais d'énergie payés à l'O.N.E par l’office.
3. Agence de bassin : dans le but de promouvoir les activités de l'agence du bassin
hydrologique d'Oum Er-Rebia, l’ORMVAD a intégré au tarif de l'eau, à partir de la
campagne 97/98 une redevance domaniale se répercutant sur les usagers. Cette contribution
est actuellement de 0,02 DH par mètre cube d'eau produit.
4. TVA=7%.
5. Redevance HT Office = (total du volume consommé x (taux d’équilibre+ taxe de pompage).

35
6. Redevance TTC Office = (total du volume consommé x (taux d’équilibre+ taxe de
pompage)x 1.07.
7. Redevance Agence de Bassin = (Volume Consommé x 0,02)

Redevance Total= Redevance TTC Office+ Redevance Agence de Bassin

Redevance Total= {(Volume Consommé x (Taux d’Equilibre+ Taxe de Pompage)) x 1.07} + (¨Volume Consommé x 0,02)}

Remarque : Depuis 2009, la redevance d'eau dite taux d'équilibre est fixée par l'arrêté
interministériel N° 2451.09 du 17 septembre 2009 (voir annexe)

VII.2Recouvrement
Conformément aux dispositions prévues par le CIA, le recouvrement des redevances d’eau se
fait comme en matière d’impô ts. L’agent comptable est responsable du recouvrement des ordres
de recettes émis par la direction de l’ORMVA. Deux modalités de recouvrement sont pratiquées :
Pour les producteurs de betterave (betteraviers) le paiement des consommations se fait après
la livraison de betterave après l’arrachage par l’usine COSUMAR.
Pour les non betteraviers, un rô le sera établi à part et les agriculteurs peuvent s’adresser aux
régisseurs pour régler leurs dettes, au cours de l’année.

36
Chapitre VIII : Maintenance des équipements hydro-
agricoles

VIII.1 Rôles du service

Le rô le du bureau d’entretien des réseaux d’irrigation et de matériels c’est d’entretenir et


maintenir les réseaux d’irrigation, assurer l’assainissement de l’état de fonctionnement et ce à
travers deux méthodes définies comme suit :
1) Préventif.
2) Curative.

1) Préventif :

se fait par un constat quotidien des réseaux d’irrigation, d’assainissement et matériels


hydromécaniques,
Dans le cas de disfonctionnement, on procède soit au remplacement ou au renouvellement des
pièces infectieuses par exemple.
 Renouvellement d’équipements hydromécaniques dans une chambre de sectionnement
 le curage d’une colature pour éviter les inondations.
 Remplacement des éléments de canaux vétustes avant leur chute.
 Chemisage des puisards
 Peinture des vannes de garde contre la corrosion

2) Curative

C'est un type consistant à intervenir après la destruction des ouvrages. Il se déroule durant la
campagne d'irrigation et surtout en cas d'urgence. On peut citer à titre indicatif les différents
types d'intervention:
Après constatation d’anomalie, les responsables de la gestion des réseaux d’irrigation le 
BERM reçoit un PV de réparation d’anomalie par exemple :
 Réparation d’une fuite dans une conduite ou remplacement d’un élément détecté ;
 Remplacement des éléments des canaux chutés au cours de l'irrigation ;
 Débouchage des siphons ;
 Faucardage des canaux envahis par les herbes aquatiques ;
 Curage des canaux quand ils sont envasés

37
Chapitre IX : Les Associations des Usagers des Eaux
Agricoles

IX.1 Définition :
Les AUEA ont été instituées par la loi n 02/84, promulguées par le dahir n 1-87-12 du 3
joumada 2 1411 (21 décembre 1990) Rappelons que son article 1er permet aux usagers la
participation à <<la réalisation des programmes de travaux, à la gestion et la conservation des
ouvrages d’utilisation des eaux >>.
Les associations d’usagers ont été crées en 1991, ils ont comme rô le la distribution des avis
d’irrigation et l'encadrement des agriculteurs.
La création des AUEA est positive, elle ne constitue pas un objectif en soi mais un moyen
nécessaire pour atteindre une meilleure efficience d’irrigation au sens a la fois technique,
financier, social et nombre objectifs on les sites ci desous.

IX.2 Les objectifs assignés à l’AUEA


Les objectifs assignés à l’AUEA sont :
 Economie de l'eau d'irrigation à travers :
 La maîtrise de l’offre par une rationalisation de la demande.
 Amélioration de l’efficience.
 Bonne valorisation du m3 d’eau.
 Utilisation rationnelle de l’eau dans la parcelle.
 Maîtrise du coût (énergie, maintenance).
 Amélioration de la qualité du service de l’eau (dose, fréquence, débit, pression,
respect des normes de fonctionnement et de l’application de l’irrigation) ; Durabilité
du réseau.

38
Conclusion
Le stage a été passé à l’Office Régional de Mise en Valeur Agricole des DOUKKALA (ORMVAD),
et plus précisément aux Arrondissements de Gestion des Réseaux d’Irrigation( AGR-Sidi Bennour)
pour une durée d’un mois.

Cette période m’a permis d’augmenter mes connaissances sur terrain, ainsi que de participer à
la pratique pour améliorer mes expériences.
Pendant la période de stage à l’office on a vécu certains problèmes et des obstacles qui
dérange la circulation normale du travaille de l’office parmi elle on trouve :
 Les pertes d’eau au niveau du canal,
 Le vol des agriculteurs à l’eau,
 Pauvreté de l’office de la part des mains d’ouvres,
 La détruire de l’agriculteur les ouvrage d’irrigation,
 La maintenance des canaux.

39
Bibliographies
 L’ORMVA des Doukkala
 Anciens rapport
 Des documents de CGR 320,et de l’arrondissement sidi Bennour
 http://www.ormvad.org

40
Annexe N°.1 Ouvrages de distribution :

Partiteur 2/3 et 1/3

Module à masque

bec de canard

41
Annexe N°2 Ouvrage de sécurité :

Siphon de sécurité

42
Annexe N°3 : Ouvrages de régulation (les vannes)

La vanne Amil

Vanne mixte

43
Annexe N°4 : Ouvrages de franchissements

Dalot

44