Vous êtes sur la page 1sur 44

DIMANCHE 6 - LUNDI 7 JUIN 2021

77E ANNÉE – NO 23766


3,00 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

L’ÉPOQUE – SUPPLÉMENT  VIVRE UN PIED EN VILLE, L’AUTRE À LA CAMPAGNE

Covid­19 : le lourd tribut payé par les femmes
▶ Surreprésentées dans ▶ Le télétravail a bouleversé ▶ Infirmières, aides­ ▶ Dans les pays en déve­ ▶ Des difficultés d’accès
les emplois précaires et les les équilibres entre vie fa­ soignantes, enseignantes loppement, 47 millions de à la PMA en France à l’iso­
secteurs en difficulté, dont miliale et vie profession­ ou caissières témoignent femmes ont basculé sous lement des mères céliba­
le tourisme, les femmes nelle et a accentué l’inégale avoir vécu la crise sanitaire le seuil de pauvreté taires au Maroc, l’impact
sont les plus affectées répartition des tâches do­ dans une angoisse qui en raison de la pandémie, est mondial et profond
par la crise économique mestiques et parentales laisse des traces selon les Nations unies PAGE S 2 À 6

Politique À HONGKONG, LE COMBAT POUR LA MÉMOIRE DE TIANANMEN Algérie


Macron veut des  La répression 
réformes sociales  s’accentue 
avant la fin  à l’approche 
de son mandat des élections
le président entend profiter de
l’amélioration de la situation sani­ L’acharnement des autori­
taire pour relancer le train des ré­ tés contre une association
formes dans la dernière ligne
droite de son quinquennat. Il en­
de jeunes militants tra­
visage trois chantiers économi­ duit une volonté de faire
ques et sociaux. La « garantie jeu­ taire toute opposition
nes » d’abord, dispositif visant à PAG E 11 E T
accompagner les personnes pré­ ÉDITORIAL PAGE 36
caires de 16 ans à 25 ans vers l’in­
sertion professionnelle, avec une
allocation allant jusqu’à 500 euros
par mois. Il s’intéresse également Disparition
au statut des travailleurs indépen­
dants, tandis qu’une réforme de la
dépendance semble presque ac­
Jacques Amalric, 
tée. Reste le dossier le plus sensi­
ble, celui des retraites.
figure du service 
PAGES 12 ET 14
ET IDÉES PAGES 34-35
▶ Les Hongkongais se sont
mobilisés pour commémo­
étranger 
rer le massacre, malgré
l’interdiction de manifester,
du « Monde »
Justice sous prétexte sanitaire Le journaliste, ex­corres­
La papesse de pondant à Washington
▶ En pleine reprise
la presse people en main par Pékin, la ville
et à Moscou, a profondé­
ment marqué la couver­
Mimi Marchand s’accroche à ses libertés Manifestation, le 4 juin, dans
ture de l’actualité interna­
le quartier de Causeway Bay,
devant les juges PAG E 9 à Hongkong. ISAAC LAWRENCE/AFP tionale du quotidien
PAGE 16 PAGE 2 2

Céline Sciamma  Lyon
Les festivals
Proche­Orient
« Le cinéma peut sauver la vie » retrouvent Cause commune 
un public
enthousiaste
pour la nouvelle 
PAGE 29 génération 
Régionales
palestinienne
Des candidats Les événements de mai
ont fédéré la jeunesse, de
du RN démis pour Jérusalem à Gaza, en pas­
propos racistes sant par la Cisjordanie et
PAGE 13 les villes arabes d’Israël
GÉOPOLITIQUE – PAGE S 2 4 À 27

Réseaux sociaux
Facebook suspend Economie
le compte de Aux Etats­Unis, 
Donald Trump
pour deux ans l’emploi reprend, 
Cannes, mai 2019. PAOLO VERZONE/AGENCE VU POUR « LE MONDE » PAGE 20 mais sans 
la réalisatrice Céline Sciamma
s’est imposée comme la repré­
enfance heureuse, sur sa décou­
verte d’elle­même et du cinéma. Renseignement surchauffe
sentante d’un nouveau genre de « Mes films ne se veulent pas des
cinéma d’auteur, sensible et exi­ pavés dans la mare. Il n’y a pas de
L’ouverture L’économie américaine a
geant. Primé à Cannes, son Por­ démonstration. J’offre des sensa­ en trompe­l’œil créé 560 000 emplois en
trait de la jeune fille en feu a fait le tions qui permettent d’habiter des mai. Un « progrès histori­
tour du monde. Elle présente Pe­ idées nouvelles, d’explorer d’autres des archives que » pour Biden, mais
tite maman, un conte poétique,
filmé à hauteur d’enfant. Et re­
façons de vivre et de penser », re­
vendique la cinéaste.
classifiées pas pour les républicains
vient, dans un entretien, sur son PAG E 2 8 PAGE 16 PAGE 17
Algérie 220 DA, Allemagne 3,80 €, Andorre 3,80 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,30 €, Canada 5,80 $ Can, Chypre 3,20 €, Danemark 36 KRD, Espagne 3,60 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,20 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,30 €,
Hongrie 1 460 HUF, Italie 3,50 €, Luxembourg 3,30 €, Malte 3,20 €, Maroc 23 DH, Pays-Bas 4,00 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,30 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,50 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,50 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
PLANÈTE
0123
2| DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

LES  FEMMES  ET  LE  COVID­19

EN PREMIÈRE LIGNE
En Normandie, lors du premier confinement,
au printemps 2020, la photographe Florence
Brochoire s’est intéressée aux femmes engagées

Covid­19 : 
dans leurs professions au service des autres,
et particulièrement exposées à la pandémie, dans
l’éducation, le soin, le commerce ou le bénévolat.

les femmes paient 
le plus lourd tribut 
à la crise
Partout dans le monde, elles ont été les plus
touchées par le chômage, basculant souvent
dans la pauvreté. En Europe, beaucoup ont dû
jongler entre vie personnelle et professionnelle

ENQUÊTE loppement, 47 millions de femmes ont bas­


culé sous le seuil de pauvreté en raison de la
pandémie, annulant des décennies de pro­

J’
ai juste oublié de vivre », confie­ grès, selon le Programme de Nations unies
t­elle, à demi­mot. Lorsqu’elle se pour le développement (PNUD). Cela, parce
repasse le film des derniers qu’elles sont surreprésentées dans les sec­
mois, Fatima Montagu a le sen­ teurs informels, sans protection sociale.
timent de s’être comportée Dans les régions où les filles accèdent déjà
« comme un robot programmé difficilement à l’école en temps normal,
pour fonctionner vingt­quatre l’interruption de la scolarité aura, en outre,
heures sur vingt­quatre, jongler entre la vie des conséquences à long terme sur leur vie
professionnelle et la vie personnelle, avec la et sur leurs revenus.
peur permanente de rater un rendez­vous en Aux Etats­Unis, le taux de participation
visio », raconte cette chargée d’affaires dans des femmes au marché du travail, de dix
une grande entreprise, mère de trois en­ points inférieur à celui des hommes, a chuté
fants. Audrey Guillet, elle, a vécu l’annonce de 57,8 % à 54,6 %, entre février et avril 2020.
du deuxième confinement comme « un choc Un an après, en avril 2021, il n’était remonté
émotionnel ». « A l’idée de revivre le télétravail qu’à 56,1 %. « Beaucoup des mères sorties du
avec deux enfants en bas âge, de tout mener marché du travail au pic de la crise pour s’oc­
de front alors que je venais de créer mon en­ cuper des enfants n’y sont toujours pas reve­
treprise, j’ai craqué. » nues », s’inquiète Nicole Mason, présidente
Pour Julie Mourier, c’est l’attente qui est de­ de l’Institute for Women’s Policy Research
venue insupportable. L’hôtel­restaurant de (IWPR), un centre de recherche américain
la Côte d’Azur où elle travaillait, à l’accueil, travaillant sur les politiques publiques con­
l’a mise au chômage partiel en avril 2020 et sacrées aux femmes. « Beaucoup passeront à
ne l’a pas encore rappelée. « Ils veulent être côté de la reprise. »
sûrs que l’activité reprend vraiment. » Pen­
dant ce temps, elle angoisse dans le studio « UNE TERRIBLE PEUR » Cette peur, Nicole Rouvet l’a observée chez selle, le linge, la cuisine : avant, j’assurais
qu’elle partage avec sa sœur : « Et si une nou­ En Europe, le chômage partiel s’est traduit de nombreuses mères seules. « Pour elles, l’essentiel parce que mon compagnon était
velle vague arrivait à l’automne ? Et s’il valait par une baisse du nombre d’heures tra­ tomber malade est le scénario catastrophe », très souvent en déplacement, confie­t­elle.
mieux changer de métier tout de suite ? » vaillées. Cependant, il a efficacement limité résume­t­elle, soulignant que beaucoup Pendant le confinement, il a accepté de faire
Plus d’un an après le début de la pandémie les destructions d’emplois. « Celles­ci sont sont restées cloîtrées chez elles, se concen­ la vaisselle en se vantant d’être un homme
de Covid­19, de nombreuses femmes malgré tout plus importantes dans les pays trant sur les besoins de leurs enfants. Et moderne, oubliant qu’il me laissait tout le
comme elles, en France et ailleurs, confient du Sud, très affectés par l’effondrement du oubliant les leurs. « L’école à la maison et reste : en fait, je me berçais d’illusions sur
leur épuisement. Les difficultés auxquelles tourisme, que dans les pays du Nord », ob­ les repas supplémentaires à gérer pendant l’égalité entre nous. »
elles font toujours face, surtout lorsqu’elles serve Lina Salanauskaitė, chercheuse à l’Ins­ les confinements ont mis un peu plus encore Selon l’INED, 10 % des femmes considèrent
ont des enfants. Les inquiétudes qui les mi­ titut européen pour l’égalité des genres la pression sur ces femmes : pendant des mois, que la relation avec leur conjoint s’est dégra­
nent. Parce qu’elles sont surreprésentées (EIGE). En outre, un fossé net sépare les pays « CETTE CRISE  elles n’ont eu aucune respiration, aucune sou­ dée pendant le confinement. S’il est encore
dans les emplois précaires et les secteurs
en difficulté, comme le tourisme, parce que
disposant d’un généreux système public
d’accueil de la petite enfance de ceux où la
DIFFÈRE BEAUCOUP  pape », abonde Aurélie Mercier, membre du
Secours catholique.
trop tôt pour en mesurer l’ampleur, celui­ci
laissera des traces. « Ce retour temporaire à la
le télétravail a bouleversé les équilibres entre garde repose surtout sur la solidarité fami­ DES RÉCESSIONS  vie au foyer, la prise de conscience du coût
vie familiale et professionnelle, elles sont liale, plus longuement interrompue en rai­ « ILLUSIONS SUR L’ÉGALITÉ » toujours élevé des tâches domestiques et pa­
plus affectées par la crise que les hommes à son de la distanciation physique. En Suède, PRÉCÉDENTES,  Beaucoup de mères de jeunes enfants pour rentales pour leur carrière et leur liberté, a
de nombreux égards. le taux d’activité des femmes s’est ainsi qui le travail à distance a été possible évo­ rendu la vie conjugale moins attrayante pour
Depuis quelques mois, les grandes organi­ maintenu autour de 80 %, alors qu’en Italie,
PARCE QU’ELLE  quent elles aussi cette absence de « sou­ beaucoup de femmes », estime François de
sations internationales sonnent régulière­ il est tombé de 56,5 % à 54,7 % entre 2019 et TOUCHE SURTOUT  pape ». Les travaux de l’Institut national Singly, sociologue spécialiste de la famille.
ment l’alarme sur le sujet. « Dans le monde 2020 : beaucoup d’Italiennes sont sorties de d’études démographiques (INED) et de Sur le marché du travail également, la pan­
du travail, les femmes qui ont de jeunes en­ l’emploi pour prendre soin des enfants. LES SERVICES OÙ  l’Insee l’attestent : dans nombre de couples, démie laissera des séquelles. Elles seront
fants ont été les premières victimes des confi­ En France, où 10,6 % des femmes sont en en particulier ceux avec enfant(s), le télétra­ nettement plus lourdes dans les pays où
nements », souligne le Fonds monétaire in­ CDD (contre 6,5 % des hommes), selon LES FEMMES SONT  vail a creusé l’inégale répartition des tâches l’emploi des femmes s’est le plus dégradé.
ternational (FMI), dans une étude parue fin l’Insee, les difficultés se sont concentrées sur PLUS NOMBREUSES » domestiques et parentales. Car même si les Aujourd’hui, beaucoup d’économistes,
avril. « Le Covid­19 est une crise avec un visage les plus précaires. « Pour les familles à l’euro hommes en ont fait plus à la maison, ils comme ceux du FMI, mettent en garde
féminin, déclarait Antonio Guterres, le Secré­ près, la baisse de revenus liée au chômage MATTHIAS DOEPKE en ont malgré tout fait moins que leur contre le risque d’une reprise inégale, à leur
taire général des Nations unies, le 15 mars. partiel a été très douloureuse, explique Nicole économiste à l’université conjointe. Selon l’Insee, 43 % des mères ont détriment. « Les plans de relance européens
Ses répercussions ont montré à quel point Rouvet, secrétaire générale du Secours po­ Northwestern, à Chicago ainsi passé plus de six heures quotidiennes sont axés sur l’environnement et le numéri­
l’inégalité entre les sexes reste profondément pulaire dans le Puy­de­Dôme. Et 92 % des per­ à s’occuper des enfants, entre avril et que, des métiers où les femmes sont peu pré­
ancrée dans les systèmes politiques, sociaux sonnes que nous recevons pour l’aide alimen­ mai 2020, contre 30 % des pères. sentes », ajoute Corinne Hirsch, cofondatrice
et économiques. » taire sont des femmes. Lorsque les difficultés En outre, seules 29 % des femmes cadres du Laboratoire de l’égalité, une association
Au niveau mondial, les pertes d’emplois s’accumulent, nous observons que ce sont el­ ont disposé d’une pièce spécifique dévolue engagée en faveur de l’égalité profession­
des femmes se sont élevées à 5 % en 2020, les qui prennent tout en charge : les courses, le au travail, contre 47 % des hommes cadres. nelle. Selon une étude de la Fondation des
selon l’Organisation mondiale du travail, budget, le quotidien. » « Cette période démontre que si les couples femmes, seuls 7 milliards des 35 milliards
contre 3,9 % pour les hommes. « Cette crise En dépit de la reprise se profilant, beau­ ont, en temps ordinaire, un fonctionnement d’euros du premier plan de relance français
diffère beaucoup des récessions précédentes, coup de ces mères célibataires – elles repré­ plus égalitaire que par le passé, c’est moins étaient fléchés vers les emplois considérés
parce qu’elle touche surtout les services, où sentent 84 % des familles monoparentales en raison d’une prise de conscience de la comme féminins.
les femmes sont plus nombreuses », résume en France – peinent à reprendre le fil de leur nécessité de répartir également le travail do­ S’ajoute à cela le télétravail, que nombre
Matthias Doepke, économiste à l’université vie. « J’ai eu la chance de garder mon emploi mestique, que parce que les femmes occu­ d’entreprises comptent prolonger au­delà
Northwestern, à Chicago, coauteur d’une au chômage partiel, mais j’ai vécu ces derniers pent un emploi hors du logement », observe de la pandémie. « Bien encadré, il peut favori­
étude sur le sujet. « En 2008, les destructions mois dans une terrible peur, témoigne Assia Emmanuelle Santelli, sociologue et direc­ ser un meilleur équilibre entre vie profession­
d’emplois s’étaient, à l’inverse, concentrées (les personnes citées dont le nom n’apparaît trice de recherche CNRS au Centre Max­We­ nelle et vie familiale pour tout le monde »,
dans l’industrie, où les jobs sont majoritaire­ pas ont souhaité garder l’anonymat), 35 ans, ber, à Lyon, qui a interrogé de nombreux juge Anne­Cécile Mailfert, présidente de la
ment masculins. » mère célibataire. Ma famille est loin, je n’ai couples sur le sujet, dans le cadre d’un pro­ Fondation des femmes. Avant de prévenir :
Le tableau est néanmoins très contrasté personne : si je suis contaminée, qui s’occu­ jet de recherche. « Mais il peut aussi nuire aux femmes si ce
selon les Etats, leurs systèmes sociaux, l’am­ pera de mes deux fils de 3 et 6 ans ? Cette an­ Beaucoup l’ont compris, avec douleur. sont elles qui, majoritairement, se retrouvent
pleur de la récession et des confinements goisse s’est incrustée en moi. J’ai l’impression Anna, une enseignante de 35 ans, gardera à travailler depuis la maison. » 
qu’ils ont traversés. Dans les pays en déve­ qu’elle ne me quittera plus jamais. » un souvenir amer des mois passés. « La vais­ marie charrel
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 planète | 3

▶▶▶

En haut à gauche : Au­dessous : Isabelle Privé,


Stéphanie Ferreira, enseignante, le 9 avril 2020.
infirmière, volontaire en Ligne du bas, de gauche
unité Covid, le 7 mai 2020. à droite : Aude Pambou,
Au­dessous : Amélie aide­soignante en Ehpad,
François, hôtesse de caisse le 16 avril 2020.
dans un supermarché, Manou Fondard, bénévole
le 2 mai 2020. à la banque alimentaire,
Au milieu : Elsa Rousseau, le 21 avril 2020.
auxiliaire de vie à domicile, Astrid Boulet, aide­
le 23 avril 2020. soignante à domicile,
En haut à droite : Marie le 24 avril 2020.
Delafontaine, responsable Sophie de Saint­Andrieu,
de la vie étudiante aide à domicile en milieu
à l’université Rouen­ rural, le 10 avril 2020.
Normandie, le 30 avril 2020. FLORENCE BROCHOIRE

Un quotidien sous tension, au travail et à la maison


En France, infirmières, aides­soignantes ou caissières ont vécu avec angoisse le début de la crise sanitaire

E lles ont été applaudies,


célébrées à grands coups
de casseroles frappées avec
enthousiasme aux balcons des
grands ensembles ou aux portes
contaminés par le virus SARS­
CoV­2. « Les femmes travaillent
plus souvent dans des professions
où les conditions de travail se sont
davantage dégradées, ce qui allait
ches et des écoles a eu une inci­
dence sur celles à qui échoient
souvent les tâches familiales.
« Plus le travail est intense et plus
le respect des distanciations physi­
BEAUCOUP 
ONT QUITTÉ
LEUR EMPLOI. 
mon loyer. Nous, les femmes, on
a pris plus de risque, et en retour on
a été considérées comme des lar­
bins », dénonce celle qui nettoyait
chambres et locaux. Une de celles
front » dès la première vague et
concilier tous les rôles – mère,
fille, épouse… – en plus de leur tra­
vail. Carole Amanou, 47 ans, res­
ponsable du secteur caisses et de
des maisons. Pour leur dire merci aussi de pair avec une dégrada­ ques diminue, précise Mikael Bea­ « sans qui on ne pourrait pas soi­ l’accueil dans un supermarché Ca­
d’affronter la pandémie la plus tion de leur santé, physique et psy­ triz. Et pour les professions de D’AUTRES  gner dans de bonnes conditions », sino de Marseille, a dû gérer l’in­
grave qu’ait connue le pays depuis chique : la coopération sur le lieu santé, le secteur de l’aide sociale RACONTENT affirme­t­elle. Et cela ne vaut pas quiétude de voir son compagnon,
des décennies. D’abord, les per­ de travail, le soutien des collègues, ou de l’aide à domicile, la proxi­ que pour le domaine de la santé. infirmier à l’hôpital, partir à son
sonnels soignants, les infirmières les horaires décalés, la charge de mité physique s’impose. Même si, LES PRESSIONS  travail, mais aussi celle « de l’ave­
et les aides­soignantes, au fémi­ travail, l’intensité émotionnelle… comme l’enquête le montre, les « Je pleurais tous les soirs » nir des deux enfants aujourd’hui
nin, car il est des professions où Alors que ces conditions de travail femmes d’une manière générale SUBIES Quand elle regarde dans le rétro­ âgés de 21 et 12 ans », se remémore­
ce genre s’impose. Ceux et celles sont restées à peu près stables se lavent plus régulièrement les viseur, Nadia Ayad, 53 ans, ven­ t­elle. « En plus, il fallait faire les
qu’Emmanuel Macron, dès son al­ dans l’industrie, la construction mains, portent plus systématique­ deuse au rayon multimédia dans courses pour mes parents et ma
locution du 12 mars 2020, appe­ ou l’agriculture, secteurs qui sont ment le masque que les hommes ». des pauses, le fait de ne plus pou­ le magasin Carrefour à Ollioules grand­mère qui habitent à côté.
lait, dans un langage relevant plus moins féminisés », analyse Mikael Durant quinze mois, vague voir se retrouver entre soi a été dif­ (Var), à côté de Toulon, se sou­ Le tout avant d’aller travailler. »
de la guerre de tranchée, « la pre­ Beatriz, adjoint au chef du dépar­ après vague, le quotidien de ces ficile. Et ce n’était pas la proposi­ vient qu’elle « terminait les jour­ Pas facile également d’affronter
mière ligne ». Ensuite, dans la tement conditions de travail et femmes a été bouleversé, au tra­ tion d’un entretien avec un psy­ nées sur les nerfs lors du premier les clients agacés par les restric­
deuxième ligne, les enseignants, santé à la Dares. vail comme à la maison. « Dans les chologue, alors qu’on était en plein confinement ». « J’étais au bord des tions, de « faire la police » pour
les caissiers et caissières, les agri­ équipes, aides­soignantes comme rush, qui pouvait remplacer ces larmes. Mes interrogations étaient qu’ils ne rentrent pas tous en
culteurs, les travailleurs sociaux, Vulnérabilité infirmières pouvaient être appe­ moments », note Sabrina Hotte, lourdes à porter. Qu’est­ce qu’on même temps, et de les faire sortir
les éboueurs, les personnels de Dans une enquête intitulée Tra­ lées pendant leur temps de repos. 50 ans, aide­soignante et syndica­ va devenir ? On est en danger. « pour que le magasin ferme bien à
sécurité et de nettoyage, etc. cov (menée auprès de 50 000 sa­ Ici, de nombreuses femmes sont liste CGT au centre hospitalier de C’était difficile, émotionnellement, l’heure afin que les filles puissent
Les statistiques sont indiscuta­ lariés), 6 % des femmes – contre en situation monoparentale et ont Compiègne­Noyon (Oise). nerveusement et physiquement. » rentrer chez elles avant le couvre­
bles : les femmes représentent 4 % des hommes – déclarent avoir dû s’adapter avec des fermetures Beaucoup ont quitté leur em­ Sans compter les défections dans feu », narre Nadia Ayad. Le cour­
86 % des postes d’infirmiers/sa­ été contaminées sur leur lieu de d’école, parfois des demi­journées ploi. D’autres racontent les pres­ les équipes. « Au pic, on est monté roux des clients et les incivilités à
ges­femmes, 92 % des aides­soi­ travail. Les statistiques, encore, de présence de l’enfant. Ça a été sions subies. Sylvie Bambina, à 24 % d’absentéisme dans le ma­ l’égard d’un personnel qui est ha­
gnants, 77 % des professions para­ confirment cette vulnérabilité compliqué. Il n’y avait plus de plan­ 50 ans, agente de service hospita­ gasin, contre 12 % en temps nor­ bituellement peu considéré, elles
médicales, 82 % des caissiers/em­ des femmes face à la pandémie. ning fixe », témoigne Caroline Le­ lier au CHU de Grenoble, a multi­ mal. Certaines filles auraient pu connaissent. « Je me suis fait trai­
ployés de libre­service, 97 % des Selon le ministère du travail, le moal, 53 ans, aide­soignante au plié les remplacements depuis le se mettre en absence pour garde ter de connasse, lance Carole Ama­
assistantes maternelles ou en­ recours à l’activité partielle a, en centre hospitalier universitaire début de la pandémie. « J’ai accu­ d’enfants et ne l’ont pas fait, pour nou. Si j’avais été un homme, ils
core 72 % des agents de nettoyage, avril 2021, enregistré une forte (CHU) L’Archet, à Nice. mulé les contrats de quelques mois. ne pas mettre mal leurs collè­ n’auraient pas osé. Je pleurais tous
selon les chiffres publiés en augmentation dans le secteur du Le soutien entre collègues en Je suis tombée malade du Covid [en gues », ajoute Mme Ayad. les soirs en rentrant chez moi. » Ce­
mai 2021 par la Dares, la Direction commerce : + 38 %, avec la ferme­ a pâti. « Ici, dans l’un des premiers septembre 2020], mais mon res­ Une situation ardue pour ces tourbillon « laisse des traces », se­
de l’animation de la recherche, ture des commerces « non essen­ hôpitaux en charge des [patients ponsable m’a dit que je pouvais femmes de la grande distribution lon Carole Desiano, secrétaire fé­
des études et des statistiques du tiels ». Dans l’éducation, la santé atteints du] Covid, on a tous été l’avoir attrapé hors de mon service alimentaire – les seuls magasins dérale de la FGTA­FO. Aujourd’hui
ministère du travail. Et c’est et l’action sociale aussi, il a connu frappés par la tristesse, la peur et ne m’a pas renouvelé mon con­ ouverts pendant tous les confine­ encore, elles sont là. 
parmi ces emplois que se trouve une hausse sensible (+ 183 % en aussi. Mais les femmes ont peut­ trat, fin mars [2021]. Depuis, je suis ments –, qui ont dû « travailler rémi barroux
la plus grande part des salariés un mois). La fermeture des crè­ être plus souffert. La disparition sans emploi, je ne peux plus payer comme des soldats envoyés au et cécile prudhomme
0123
4 | planète DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

LES  FEMMES  ET  LE  COVID­19

Le Canada prône une relance « féministe »


Depuis le début de la pandémie, 16 000 Canadiennes ont disparu des chiffres de la population active

montréal ­ correspondance partaient de plus loin que les hom­ province canadienne à disposer, Au Québec, où les petites et je ne supporte plus mon conjoint,
mes », explique Sandy Torrès, so­ « J’AI L’IMPRESSION  depuis vingt ans, sous l’impul­ moyennes entreprises consti­ mais c’est humain », s’amuse­t­elle.

A
u printemps 2020, il a ciologue à l’Observatoire québé­ D’UN BOND EN ARRIÈRE  sion de la première ministre tuent 99,8 % du tissu économique, « La grande force des femmes
suffi de quelques jours cois des inégalités. Surreprésen­ québécoise de l’époque Pauline les femmes patronnes – souvent reste leurs capacités d’adaptation,
pour que je découvre tées dans les secteurs d’activité DE CINQUANTE ANS  Marois, de centres publics pour la unique salariée de leur entre­ témoigne Sévrine Labelle, PDG de
que tout ce que je savais les plus exposés au virus, les infir­ petite enfance qui coûtent moins prise – ont payé un lourd tribut à la Femmessor, un organisme d’aide
faire n’existait plus. » Ce ne fut pas mières, aides­soignantes ou en­ POUR LES FEMMES » de 200 dollars par mois aux fa­ crise. Christine, quinquagénaire, et de financement aux entrepri­
la seule découverte de Manon, seignantes ont subi de plein fouet MYRIAM LAPOINTE-GAGNON milles. Un modèle envié par le venait de lancer son activité de ses féminines. Au Québec, une
créatrice de spectacles pour le Cir­ la première vague. « Par ailleurs, en doctorat en psychologie reste du pays, mais dont la pandé­ consultante en commerce inter­ entreprise sur cinq dirigée par une
que du Soleil, qui a cessé toutes ses poursuit­elle, 60 % des emplois à de l’enfant mie a révélé les failles. national quand le virus a frappé. femme sort de la crise en étant
activités dès le début de la pandé­ bas salaire [15 dollars de l’heure] Myriam Lapointe­Gagnon a ap­ « En deux semaines, j’ai perdu tous en grande difficulté, mais une sur
mie. « Le Covid­19 m’a également sont occupés par des femmes, pris sa grossesse le jour du pre­ mes contrats. » Moment de pani­ cinq en sort à l’inverse renforcée,
permis de réaliser que j’avais une dans la restauration, le tourisme, démie. La veille de la présentation mier confinement, le que. « J’ai multiplié les formations car beaucoup de femmes ont su
vie glamour jusque­là, mais que la le commerce de détail. Ils ont été du budget fédéral 2021­2022, le 13 mars 2020. Depuis son accou­ en ligne, me suis engagée dans des faire pivoter leur modèle d’affaires
plupart des gens avaient des bou­ les premiers à disparaître. Enfin, 18 avril, la nouvelle ministre des chement, elle vit dans l’angoisse activités bénévoles et ai même pris en quelques semaines. » Comme
lots bien plates [« ennuyeux », en celles qui étaient à temps partiel finances, Chrystia Freeland, s’affi­ de ne pas trouver de place en gar­ un job de vendeuse pour ne pas cette antique boutique de tissus
québécois] », lance­t­elle dans un ont également réduit leurs horai­ chait sur Twitter en tee­shirt noir derie pour son fils à la rentrée, ce sombrer. Aujourd’hui, on sent le de Mauricie, vouée à la faillite
éclat de rire. Car, si la Québécoise res, ce qui n’est pas sans consé­ orné du slogan « Je parle fémi­ qui l’obligerait à renoncer à termi­ frémissement de la reprise, mais il avec la fermeture des commerces
a bénéficié, comme près de 9 mil­ quence sur un appauvrissement niste ». Le lendemain, face à la ner dans les temps son doctorat faut repartir à zéro, et le fait d’avoir non essentiels, dont la patronne
lions de Canadiens, de la presta­ général des femmes à long terme. » Chambre des communes, elle af­ en psychologie de l’enfant. « Sept été impuissante professionnelle­ a développé un site de vente en li­
tion d’urgence (500 dollars, soit L’Institut de la statistique du firmait que leur « plan de crois­ mille places de crèche ont disparu ment depuis plus d’un an m’a fait gne qui lui a permis d’élargir sa
339 euros par semaine) d’Ottawa Québec estime que, sur les sance et d’emploi est fondamenta­ depuis le début de la pandémie, perdre toute confiance en moi. » clientèle jusqu’aux Etats­Unis.
pendant les sept premiers mois de 208 500 emplois perdus en 2020, lement féministe », annonçant le parce que les éducatrices rétribuées Le gouvernement a beau affi­
l’épidémie, elle s’est ensuite réso­ 113 100 étaient détenus par des lancement, d’ici à 2026, d’un par le gouvernement sont sous­ Des femmes « tannées » cher des mesures volontaristes en
lue, à 56 ans, à suivre une forma­ travailleuses et, à l’échelle cana­ système public pancanadien de payées [elles touchent 16 dollars Lisa, 28 ans, à la tête d’une entre­ faveur des femmes, nombreuses
tion pour devenir factrice, un dienne, 16 000 femmes auraient garde d’enfants doté de 30 mil­ de l’heure], s’insurge­t­elle. En sep­ prise de création de sites Internet sont celles à s’avouer « tannées »
métier payé 20 dollars de l’heure renoncé purement et simple­ liards de dollars d’investissement. tembre, soit mon mari se met en montée en 2017 avec son conjoint, (« épuisées »). Le Covid­19, révéla­
quand elle en gagnait 100 aupara­ ment depuis un an à chercher un Une révolution dans un pays où pause, mais, patron d’une petite se réjouit, elle, de n’avoir perdu teur des inégalités entre les sexes,
vant. Mais les horaires décalés et emploi, disparaissant des chiffres l’absence de garderies publiques entreprise, il mettrait sur le carreau que « du chiffre d’affaires, mais pas aura eu pour effet premier d’ac­
les clients peu respectueux l’ont de la population active. impose de facto aux femmes de ses propres employés, soit je re­ de clients ». Le plus dur, reconnaît­ centuer plus encore celles­ci : 64 %
poussée à abandonner cette voie Reconnaissant cette « récession choisir entre rester chez elles ou nonce à mes neuf années d’études. elle, est surtout d’avoir dû renon­ des femmes disent avoir été seu­
pour enchaîner les petits jobs, en au féminin », le gouvernement li­ payer des crèches privées aux ta­ J’ai l’impression d’un bond en ar­ cer à l’espace de coworking où le les à prendre en charge leur fa­
attendant la reprise des shows. béral de Justin Trudeau a choisi rifs parfois prohibitifs, allant jus­ rière de cinquante ans pour les couple avait ses habitudes pour ra­ mille pendant cette épreuve, se­
« Les femmes ont été les plus tou­ de faire des femmes une priorité qu’à 3 000 dollars par mois à femmes, de nouveau contraintes patrier leur activité dans leur ap­ lon l’agence Statistique Canada. 
chées par cette crise, parce qu’elles de son plan de relance post­pan­ Toronto. Le Québec est la seule de choisir entre enfant et carrière. » partement. « Je hais le télétravail et hélène jouan

Dans le monde, les répercussions de la crise sanitaire liée au Covid-19 ont été plus sévères pour les femmes
Parité Pauvreté Emploi Education
En raison de la pandémie, il faudra

743
Le taux de pauvreté des femmes, qui devait A l’échelle mondiale, les femmes sont surreprésentées dans
désormais attendre millions
diminuer entre 2019 et 2021 devrait finalement les secteurs en première ligne durant la pandémie, mais aussi

135,6
augmenter dans des secteurs fragilisés par les restrictions sanitaires : de femmes dans le monde

+ 9,1 % empêchées d’aller à l’école


au moment où la pandémie
ans Soins de santé Hôtellerie et battait son plein.
et assistance sociale Education restauration
pour atteindre l’égalité 75 % 65,4 % 48,8 % Une étude de l’Unesco estime
femmes-hommes à l’échelle mondiale entre 2019
(économie, santé, éducation, etc.). et 2021 que 11 millions de filles
risquent de ne pas retourner
Projections liées
à l’école à cause du Covid.
à la pandémie
Soit, — 2,7 %
36 ans de plus
qu’avant la pandémie Personnes âgées de 25-34 ans vivant dans En avril 2020, le Fonds des Nations unies
pour la population (Unfpa) estimait que
l’extrême pauvreté (pour 100 hommes)
58 % Des emplois vite 13 millions de filles
100 hommes
en 2021 menacés en cas supplémentaires risquaient le
118 femmes
des femmes employées travaillent de maladie ou mariage forcé d’ici à 2030 à cause
2030 121 femmes
dans l’économie informelle. de confinement. de la pandémie

Infographie : Le Monde Sources : Forum économique mondial, ONU, Unfpa

Au Maroc, la pandémie sociations. En plus de risquer


la prison, la mère ne peut pas
obliger le géniteur à reconnaître
Pendant le confinement très
strict, qui a duré près de quatre
mois au Maroc, beaucoup de ces
PENDANT 
LE CONFINEMENT 
pour aider les jeunes femmes
comme Touria à se réinsérer dans
une société où le conservatisme
l’enfant en recourant à un test travailleuses ont perdu leur em­ religieux reste très fort. Mais

a accru l’isolement ADN et ne peut donc pas obtenir


de pension alimentaire.
Par crainte de la police, mais
ploi. « Mes employeurs m’ont dit :
“Si tu veux rester, tu ne sors plus
de la maison”, explique Touria.
TRÈS STRICT, QUI A DURÉ 
PRÈS DE QUATRE MOIS, 
aujourd’hui, elles reconnaissent
avoir atteint leurs limites. « Nous
arrivons à court de fonds, soupire

des mères célibataires aussi de leur propre famille, beau­


coup de ces jeunes mères aban­
donnent leur bébé ou, comme
Mais qu’est­ce que j’allais faire de
ma fille ? Même l’école était fer­
mée ! », poursuit la mère. Les trois
BEAUCOUP DE MÈRES 
ISOLÉES ONT PERDU 
Bouchra Zine, une responsable de
l’Insaf. Nous sommes sollicités à
longueur de journée par des fem­
Touria, élèvent leur enfant en premiers mois, l’Etat a versé des mes qui n’ont plus de travail,
Au moins 50 000 naissances hors mariage cachette, loin de leur famille. « Ce aides aux travailleurs informels, LEUR EMPLOI plus de quoi nourrir leur bébé ou
sont des femmes qui affrontent l’équivalent de 74 euros par mois parce qu’elles ont subi des violen­
sont enregistrées chaque année dans le pays chaque jour l’agressivité des gens, pour un foyer de deux personnes. ces pendant le confinement. »
l’humiliation, le harcèlement », ex­ Mais c’était insuffisant pour vi­ en 2012, après une soirée dont elle Recueillie par l’association à la
plique Meriem Othmani, prési­ vre. A peine de quoi payer le loyer n’a gardé aucun souvenir. C’était naissance de sa fille, en 2015,
casablanca ­ correspondance mois avec Maha (le prénom a été dente de l’Institut national de soli­ d’une petite chambre à Casa­ chez des amis, mais « je ne sais pas Mouna a elle aussi bénéficié
modifié), sa fille de 8 ans, sa pré­ darité avec les femmes en détresse blanca. Aidée par l’association ce qu’il a mis dans mon verre. d’une aide financière et d’un ac­

T ouria (le prénom a été mo­


difié) s’avance dans les
ruelles bruyantes d’Hay
Hassani et s’arrête au pied d’un
immeuble décrépit. Elle balaye
sence suscite des questions dans
le quartier. Où est le père ? Est­elle
mariée ? La police est­elle au cou­
rant ? « J’ai dit que j’étais divorcée,
mais les voisins se sont mis à inter­
(Insaf), qu’elle a fondé en 1999.

Des associations débordées


Isolées, voire exclues en temps
normal, ces mères ont été parti­
Insaf, Touria a fini par retrouver
du travail il y a quelques mois.
L’école publique accueille, elle, de
nouveau les élèves, mais seule­
ment trois jours par semaine. Le
Quand je lui ai dit que j’attendais
un enfant, quelques semaines plus
tard, il a nié et m’a traitée de prosti­
tuée », souffle Touria. Terrorisée
et tenaillée par la honte, elle a ca­
compagnement psychologique
après sa grossesse. La maman de
24 ans au visage d’enfant vit dans
une chambre minuscule, cons­
truite sur un toit du quartier
d’un regard méfiant les environs, roger ma fille, qu’ils savent plus culièrement touchées par la crise reste du temps, Maha est enfer­ ché sa grossesse jusqu’au jour de Oulfa, à Casablanca, coupée du
puis s’engouffre dans les esca­ vulnérable, raconte cette femme due au Covid­19. « La société ma­ mée à clé, toute la journée, seule l’accouchement. « J’avais du sang reste du monde. Formée à la pâtis­
liers. Au deuxième étage de cette d’une quarantaine d’années. Pen­ rocaine repose sur la solidarité dans la petite pièce où sa mère lui partout, j’ai supplié l’ambulancier serie dans le centre de l’Insaf, elle
vieille bâtisse typique de ce quar­ dant le confinement, ils nous familiale, surtout pendant les mo­ laisse un seau en guise de toilet­ de me conduire gratuitement à était enfin parvenue à une situa­
tier populaire de Casablanca, une épiaient. Cette situation déjà rude ments difficiles. Or, depuis la crise, tes, pour éviter qu’elle n’utilise l’hôpital. Il m’a convaincue de don­ tion stable à la veille de la pandé­
pièce d’environ 10 mètres carrés est devenue un calvaire depuis la cette catégorie pourtant très fra­ celles qui se trouvent sur le palier. ner mon bébé à une femme stérile. mie. « Depuis le confinement, je
lui sert de refuge. Deux matelas crise sanitaire. » gile n’a personne vers qui se tour­ « J’ai honte mais je ne veux pas J’ai dit oui, pourvu qu’il me laisse n’ai plus de travail, il n’y a aucun
au sol, une gazinière, un réfrigéra­ Au Maroc, où l’avortement est ner », ajoute la militante. Comme qu’elle sorte, j’ai peur que les gens voir un médecin. Le lendemain, espoir dans ce monde, ni pour moi
teur et une télévision. Touria interdit et les relations extracon­ Touria, qui travaille comme s’en prennent à elle ! », confie­t­ j’ai réussi à fuir avec Maha », se ni pour ma fille », murmure la
monte le son. « Les voisins écou­ jugales sont passibles de prison femme de ménage chez des parti­ elle, désemparée. souvient Touria, un sourire teinté jeune femme aux grands yeux
tent aux portes », chuchote­t­elle. ferme, au moins 50 000 naissan­ culiers, les mères célibataires La jeune femme originaire d’un de mélancolie sur son visage. tristes. Tout près d’elle, la petite
Depuis qu’elle a emménagé ces hors mariage sont enregis­ ont souvent un emploi précaire, village près de Taroudant, dans le Depuis l’avènement de la crise, Amina, 5 ans, pétille de vie. 
dans cette chambre il y a neuf trées chaque année, selon les as­ sans protection sociale. sud du pays, est tombée enceinte les associations travaillent dur ghalia kadiri
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 planète | 5

L’angoisse décuplée dans les parcours de PMA


Les centres ont fermé au printemps 2020, puis ont repris avec une activité réduite, occasionnant des retards

P
rintemps 2020. Du jour recours à un tiers donneur
au lendemain, des di­ (environ 4 % des PMA en 2018).
zaines de milliers de « On enregistre une chute de 60 %
couples infertiles en des dons de sperme et de 40 % des
parcours de procréation médica­ dons d’ovocytes en 2020 », indique
lement assistée (PMA) doivent re­ l’ABM.
miser leur désir d’enfant en rai­ Après la fermeture totale du
son de la crise sanitaire. Considé­ printemps, les couples ont pro­
rées comme non prioritaires, gressivement repris le chemin
les interventions médicales liées des centres, qui ont redémarré
à la PMA (insémination artifi­ avec une activité réduite, selon
cielle, fécondation in vitro, des modalités fixées par les agen­
accueil d’embryon…) sont stop­ ces régionales de santé (ARS).
pées net, pour une durée indéter­ « D’après les retours que l’on a,
minée. Les centres ferment. qui ne sont pas encore consolidés,
Seule exception : les opérations il y a eu, selon les endroits, une
de préservation de la fertilité baisse d’activité de 25 % à 30 % sur
dans les situations d’urgence, l’année, estime Nathalie Rives,
comme les cancers, sont globale­ présidente de la fédération fran­
ment maintenues. çaise des Cecos, les centres
« Du jamais­vu » en France mé­ d’étude et de conservation des
tropolitaine, selon la docteure œufs et du sperme humains. L’ef­
Claire de Vienne, médecin réfé­ fet sur les couples est indéniable,
rente en procréation médicale­ avec un décalage de plusieurs mois
ment assistée et don de gamètes de leur prise en charge. Mais c’est
à l’Agence de biomédecine (ABM), très variable selon les centres. »
qui décrit, un an après, un « arrêt En juin 2020, le gouvernement
brutal » lors du premier confine­ avait annoncé la mise en place
ment, suivi d’une reprise en dents d’une dérogation pour les fem­
de scie à partir de la fin mai. mes ayant atteint dans l’année
L’incertitude qu’entraîne la l’âge limite de prise en charge,
pandémie est difficile pour les fixé à 43 ans. Elles avaient jus­
couples, habitués à compter les qu’au 31 décembre 2020 pour réa­
cycles, les jours. « Pour beaucoup, liser une ultime tentative.
cela a été très violent d’entendre Noémie et son fils, qu’elle a eu grâce à la PMA, dans les Hauts­de­France, le 3 juin. FLORENCE BROCHOIRE/SIGNATURES POUR « LE MONDE »
que ces activités n’étaient pas prio­ A l’hôpital, de l’adaptation
ritaires, d’autant que la communi­ A l’hôpital Antoine­Béclère, à Cla­
cation du gouvernement sur la mart (Hauts­de­Seine), à l’excep­ breux centres ne disposant pas de cliniques spécialisées dans les espagnols ont « vu revenir des pa­
PMA était inexistante, au moins tion du premier confinement, où bloc opératoire spécifique, il a « D’APRÈS LES RETOURS  traitements de fertilité ont donc tients français en nombre »,
dans un premier temps », se sou­ « tout s’est arrêté », l’impact « a été fallu faire preuve de patience et QUE L’ON A, IL Y A EU,  fermé leurs portes, avant de les confirme le gynécologue An­
vient Virginie Rio, cofondatrice faible », selon le docteur Michael s’adapter. « Les reports de tentati­ rouvrir, d’abord fin avril 2020 dré Guérin, responsable du dé­
du collectif BAMP !, une associa­ Grynberg, chef du service de mé­ ves ont provoqué à la fois de l’an­ SELON LES ENDROITS,  pour les Espagnols, puis, une partement francophone des
tion de patients ayant recours à decine de la reproduction, qui dis­ xiété chez les couples et des diffi­ fois levée la fermeture des fron­ cliniques IVI, groupe leader en
la PMA, de personnes infertiles et pose d’un bloc opératoire auto­ cultés d’organisation pour nous », UNE BAISSE D’ACTIVITÉ  tières, fin juin, pour les patients Espagne. « Beaucoup de patients
stériles. nome. « On est passés au tout­télé­ explique la docteure Anahory. internationaux. se sont sentis pénalisés par la pan­
Report des prises en charge, al­ consultation et on a encore plus Son équipe a composé avec les
DE 25 % À 30 %  démie, qui a ajouté une angoisse
longement des délais d’attente… favorisé les anesthésies locales nouvelles contraintes pour « con­ SUR L’ANNÉE 2020 » Afflux de Français en Espagne supplémentaire à leur démarche,
Plus d’un an après le début de la en raison de la pénurie d’anesthé­ tinuer tant bien que mal et attein­ Noémie a fait partie en juillet poursuit­il. A partir d’un certain
crise sanitaire, le bilan global de sistes », explique­t­il. Si « un nom­ dre 50 % de l’activité habituelle ». NATHALIE RIVES de ces « pionnières », comme les âge, les réserves ovariennes fai­
son impact sur les activités de bre limité de personnes » ont dif­ A l’issue du premier confine­ présidente de la fédération nomme Virginie Rio, qui ont re­ blissent très vite et chaque mois
PMA n’est pas encore finalisé. féré leur projet, surtout au début ment, une nouvelle liste de pa­ française des centres d’étude et de pris la route des PMA à l’étranger compte. D’autres exprimaient
Mais un indicateur donne la me­ de la crise sanitaire, la majorité, tientes prioritaires a été établie, conservation des œufs humains dès l’été, un document de la clini­ un ras­le­bol, les lois françaises
sure du séisme : celui des ponc­ « ne voyant pas venir la fin de la prenant en compte l’âge et l’alté­ que en guise de justificatif de n’ayant pas évolué sur l’ouverture
tions d’ovocytes. En mars 2020, crise », l’a poursuivi. ration de la réserve ovarienne. « motif impérieux de déplace­ de la PMA, ce qui explique sans
4 021 ponctions ont été réalisées, Au CHU de Montpellier, autre Et, à l’automne, une « procédure femmes en parcours de PMA à ment ». Direction Madrid, pour doute que nous ayons reçu plus de
contre 6 445 en mars 2019. En établissement réputé, aucun dite dégradée », privilégiant la l’étranger, dont le projet a été per­ son cinquième essai d’implanta­ femmes célibataires ou en couple
avril 2020, leur nombre est tombé abandon non plus. « Seules quel­ sédation et l’anesthésie locale, a cuté de plein fouet par le Covid. tion d’embryon depuis la fin homosexuel que jamais. » Pour
à 15, puis 134 en mai 2020, selon ques patientes ont décalé leur pro­ permis de recommencer progres­ En Espagne, destination privilé­ 2018. « J’étais assez stressée, en­ Noémie, cette tentative fut enfin
les chiffres de l’Agence de biomé­ jet ou sont parties vers des centres sivement les ponctions. giée des femmes célibataires ou core plus que d’habitude. Mais couronnée de succès : grâce à
decine fournis au Monde. privés qui disposent d’un bloc « C’était l’inconnu pour nous en couple lesbien, exclues de la je me suis dit que c’était le mo­ elle, elle a donné naissance, en
Une autre activité a été particu­ autonome », relève la docteure Tal toutes », se rappelle Noémie, Pa­ prise en charge en France, la PMA ment ou jamais parce qu’on par­ avril, à un petit garçon. 
lièrement affectée : celle du re­ Anahory, chef du service de mé­ risienne de 40 ans suivie en Espa­ n’a pas non plus été considérée lait déjà de deuxième vague », solène cordier
cueil des dons de gamètes, qui decine de la reproduction. Dans gne, à l’origine d’une pétition comme de la médecine priori­ confie la jeune femme. et sandrine morel
bénéficient aux couples ayant ce service, comme dans les nom­ pour alerter sur la situation des taire. Durant plus d’un mois, les Dès juillet, les établissements (correspondante à madrid)

Violences conjugales : « Davantage de plaintes ont été déposées »


Pour Ernestine Ronai, pionnière de la lutte contre les violences envers les femmes, il est nécessaire de renforcer la protection des victimes

ENTRETIEN aux femmes les numéros d’appel


possibles. L’autre chose positive, « SEULES 18 %
1 000 places créées en 2020, et
1 000 autres annoncées en 2021,
Après, quand la dame a parlé, la
question, c’est la protection. Seules
teau, en pleine rue], on voit qu’il y a
eu de graves dysfonctionnements,

F igure de la lutte contre les


violences conjugales, Ernes­
tine Ronai plaide pour que
la dangerosité des hommes vio­
lents soit mieux prise en compte.
c’est que ces signalements ont en­
traîné une réponse des forces de
l’ordre, qui ont reçu la consigne
de se déplacer ; cela s’est traduit
par une augmentation des inter­
DES FEMMES VICTIMES 
VONT VERS LES FORCES 
DE SÉCURITÉ ;
mais cela reste insuffisant.

Selon la Fédération nationale


Solidarités Femmes, le
confinement a été un facteur
18 % des femmes victimes vont
vers les forces de sécurité ; il faut
les croire, appliquer le principe de
précaution et les protéger, le
temps de l’enquête. Je comprends
sans rapport avec le confinement.
Le lien entre la police et la justice
doit être amélioré.
Il arrive qu’une menace de mort
ou des violences physiques ne
Pour la responsable de l’Observa­ ventions à domicile pour violen­ d’aggravation des violences. la présomption d’innocence, mais soient pas considérées comme
toire départemental de Seine­ ces conjugales de l’ordre de 42 %
IL FAUT LES CROIRE Sachant que beaucoup il faut distinguer la protection de forcément très graves. Il faut que la
Saint­Denis des violences envers en un an. Et, à la sortie du premier ET LES PROTÉGER » de femmes ne parlent pas, la sanction du coupable, ce sont société, les magistrats, les policiers
les femmes, il est nécessaire de confinement, davantage de plain­ comment leur venir en aide et deux choses différentes. arrivent à penser que les hommes
croire les victimes quand elles té­ tes ont été déposées. rompre le cycle des violences ? violents sont imprévisibles, ce qui
moignent et de les protéger en Il faut insister là­dessus. On dit contrôle judiciaire du conjoint Pendant le confinement, il y a Avec les confinements, implique de prendre en considéra­
créant davantage de places d’hé­ souvent aux femmes « Osez par­ violent, en attribuant un Télé­ eu un appel à la vigilance des voi­ des séparations, propices au tion toutes les violences dès le dé­
bergement spécialisées. ler », là elles ont su à qui parler et phone grave danger ou grâce à l’or­ sins, des amis, des collègues de redoublement des violences, part et d’appliquer le principe de
il y a une réponse, elles ont été donnance de protection. Mais si travail. On a dit aux gens d’inter­ ont été empêchées. Y a­t­il précaution en utilisant les outils à
L’année de crise sanitaire protégées. C’est ce qui explique, elle pense que c’est un environne­ venir ou d’appeler le 17 quand ils un risque de recrudescence disposition (Téléphones grave
qui vient de s’écouler a révélé en partie, qu’il y a eu moins de ment trop dangereux, il faut abso­ entendaient une femme maltrai­ des féminicides aujourd’hui, et danger, ordonnances de protec­
une forte hausse des signale­ femmes tuées en 2020 que les an­ lument qu’elle ait un lieu pour tée, ou en cas de soupçons. C’est quels outils faut­il mobiliser ? tion, bracelets antirapproche­
ments des violences contre les nées précédentes. pouvoir se poser. quelque chose de nouveau et Malheureusement pour les fé­ ment) et en les généralisant. On a
femmes dans le cadre conjugal. 80 % des femmes victimes de d’intéressant : l’intervention des minicides de Mérignac (Gironde) 1 838 Téléphones grave danger à
La réponse des pouvoirs Qu’est­ce qui, à l’inverse, violences ont des enfants, c’est tiers, qui permet de protéger les [Chahinez Boutaa est morte le disposition et 1 324 affectés à des
publics a­t­elle été à la hauteur ? n’a pas fonctionné ? donc très important de penser que victimes. Cela montre qu’il faut 4 mai après avoir été blessée par femmes en danger, je pense qu’il
Ce qui est positif, c’est qu’il y a Ce qui a manqué, ce sont comme ces femmes puissent accéder à un systématiser le questionnement arme à feu et brûlée vive par son en faudrait 5 000. Il faut réussir à
eu en effet davantage de signale­ toujours les places d’héberge­ lieu sûr, une place d’hébergement sur les violences chez les profes­ mari] et de Hayange (Moselle) [une penser la grande dangerosité des
ments pour des faits de violences ment. Si une dame veut rester à digne. La société a une responsabi­ sionnelles qui reçoivent des fem­ jeune femme de 22 ans a été tuée, hommes violents. Trop de fem­
conjugales, parce que les pou­ son domicile, c’est possible lité pour que les femmes ne ren­ mes. Poser la question permet dans la nuit du dimanche 23 mai mes en sont encore victimes. 
voirs publics ont communiqué aujourd’hui en s’appuyant sur le trent pas dans l’errance. Il y a eu d’ouvrir la parole. au lundi 24 mai, à coups de cou­ propos recueillis par s. cr
0123
6 | planète DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

LES  FEMMES  ET  LE  COVID­19

En France, l’épidémie de Covid-19 touche plus durement les hommes que les femmes...

La mortalité est plus élevée Sex-ratio des patients admis en soins critiques par semaine d’admission, en France, en %
LA CRISE LES A RÉVÉLÉES
chez les hommes
Part d’hommes et de femmes dans les décès 80
à l’hôpital, en %
70 KATALIN KARIKO, biochimiste,
Hommes
Hommes 60 vice-présidente de BioNTech

58 Femmes
50
Certains de ses concurrents le contestent,

42
% la plupart l’admettent volontiers : à 66 ans,
Katalin Kariko est le visage de l’ARN messa-
% 40
Femmes ger, cette molécule à la base des vaccins les
30 plus efficaces contre le Covid-19. A peine
débarquée aux Etats-Unis de sa Hongrie natale, en 1985,
20
elle acquiert la conviction que ce support d’information
Date 2 mars 8 juin 31 août 1er février 10 mai génétique peut bouleverser la médecine. Elle rêve alors de
d’admission 2020 2020 2020 2021 2021 guérir le cancer. Pendant trente ans, elle va chercher, trébu-
cher souvent, au point d’être presque renvoyée de l’univer-
… mais les femmes ont plus de risque de développer un Covid long... ... avec des disparités dans le monde sité de Pennsylvanie. Aujourd’hui, on lui promet le Nobel.
Car, à partir de 2005, elle a posé les premières briques de
Personnes atteintes Les principaux symptômes du Covid long Part des femmes (à mi-mai 2021*), en % l’édifice qui va conduire à ce vaccin révolutionnaire. Recrutée
par un Covid long*, en France en 2014 par la société BioNTech comme vice-présidente, elle
Part des patients ayant rapporté le symptôme, a poursuivi l’aventure sur le terrain sanitaire et industriel.
en % ... dans les morts dues au Covid
Alliée au géant américain Pfizer, la start-up allemande a ga-
Nigeria 29,1 gné la compétition mondiale. Avec Katalin Kariko, toujours
Femmes 71,3 France 42,2 aux premières loges.
84 % 56,8
46,1
Afrique du Sud 52,2 NGOZI OKONJO-IWEALA,
directrice générale de l’OMC
... dans les admissions en soins intensifs Sa nomination n’est pas passée inaperçue.
Première femme et première Africaine à
Norvège 25,5 prendre la tête de l’Organisation mondiale
Fatigue Gêne Céphalées
respiratoire France 27 du commerce (OMC), en mars 2021, Ngozi
Okonjo-Iweala est aussi l’un des derniers
Etats-Unis 39,3 espoirs pour réformer une organisation affaiblie par le recul
du multilatéralisme. La nouvelle dirigeante, à la double na-
32,6 28,2 ... ayant eu une première dose de vaccin tionalité américaine et nigériane, connaît bien les arcanes
*Selon une étude réalisée 27,4
des institutions internationales. Elle a été directrice générale
sur 492 patients volontaires,
de la Banque mondiale et ministre des finances du Nigeria
d’un âge médian de 45 ans, Inde 47,2
ayant des symptômes durant Tachycardie, Douleurs Difficultés à deux reprises. Elle a désormais l’opportunité de ressusciter
Etats-Unis 53,3 l’OMC en montrant son utilité dans la lutte contre la pandé-
plus de trois semaines palpitations musculaires de concentration
France 55,4 mie actuelle de Covid-19. L’OMC a en effet un rôle à jouer
Sources : Drees, ComPaRe, « The sex, gender and Covid-19 project », Globalhealth5050.org *Les dates précises varient selon les pays. Infographie : Le Monde dans la hausse de la production de vaccins, en facilitant
le libre-échange de leurs composants et en assouplissant
les règles de propriété intellectuelle. « Ma priorité est de lutter
contre le nationalisme vaccinal », a déclaré Mme Okonjo-

Sur le plan sanitaire, les femmes Iweala aussitôt après sa nomination.

VITTORIA COLIZZA, directrice


de recherches à l’Inserm

moins touchées que les hommes


A l’origine, en janvier 2020, du premier
modèle estimant le risque de diffusion
du SARS-CoV-2, Vittoria Colizza n’a depuis
cessé de développer des outils pour mieux
comprendre la diffusion de l’épidémie. Très
Les deux tiers des patients hospitalisés en réanimation sont des hommes suivis par l’exécutif, ses travaux ont très tôt mis en évidence
le risque d’une seconde vague à l’automne 2020, puis d’une
troisième au printemps 2021 avec l’émergence du variant
britannique. Ils ont aussi souligné les failles de la stratégie

D
ans tous les pays, le masculin soit un facteur de risque à impliquait une plus grande réplica­ française, et notamment la faiblesse du tester-tracer-isoler.
constat est identique. lui seul », précise Daniel Lévy­Bruhl. « LES FEMMES SEMBLENT  tion virale. Autre facteur biologique Née à Rome il y a quarante-trois ans de parents médecins,
Alors que femmes et « On commence à comprendre cer­ PLUS [À MÊME] DE  important, les hormones sexuelles Vittoria Colizza a été recrutée en 2011 par l’Institut national
hommes sont autant tains mécanismes biologiques sous­ (œstrogènes, progestérone…) pour­ de la santé et de la recherche médicale, au sein duquel elle
infectés par le Covid­19, les seconds jacents, même si beaucoup reste à SOUFFRIR DE SYMPTÔMES  raient renforcer l’immunité chez dirige l’EPIcx lab, spécialisé dans la modélisation des mala-
sont plus nombreux à en mourir, faire, constate Jean­Charles Guéry, la femme face au Covid­19. Mais ce dies infectieuses. Le chemin n’était cependant pas tout tracé
même si l’âge est le facteur de ris­ qui dirige l’équipe sur les différen­ PERSISTANT DANS LA  sont là des hypothèses : « Les diffé­ pour cette scientifique qui a d’abord suivi des études de phy-
que principal de développement ces sexuelles dans l’immunité à rences de sexe s’observent à tous sique à la prestigieuse université Sapienza de Rome. Elle
d’une forme sévère. « Les hommes l’Institut toulousain des maladies
DURÉE », NOTE L’ÉTUDE  les âges de la vie, ce qui ne penche est alors l’une des quatre femmes dans une promotion de
sont plus à risque d’hospitalisation infectieuses et inflammatoires. Il MENÉE À PARTIR DE LA  pas pour un effet des hormones », 400 étudiants. « C’était clair pour moi que j’étais capable
pour Covid­19 et représentent 58 % existe des différences liées au sexe tempère Jean­Charles Guéry. de faire la même chose que les hommes », confiait-elle
des décès à l’hôpital. Ils sont aussi dans l’immunité : les femmes sont COHORTE FRENCH COVID Plus largement, « ces facteurs [de au Monde, en février 2020.
majoritaires en réanimation : ils plus susceptibles que les hommes l’âge, des comorbidités, etc.] inte­
représentent environ les deux tiers de développer des maladies auto­ ragissent également avec les fac­ LILA BOUADMA, professeure
des personnes hospitalisées dans immunes ou allergiques ; elles sont maladies auto­immunes », rappelle teurs génétiques, mais aussi avec le et réanimatrice à l’hôpital Bichat
ces services », souligne l’épidémio­ moins touchées que les hommes par Samira Fafi­Kremer, directrice de contexte socioculturel [la précarité, A 50 ans, c’est l’une des trois femmes du
logiste Daniel Lévy­Bruhl, respon­ les formes sévères de Covid­19. » l’Institut de virologie de Stras­ la promiscuité, les habitudes de conseil scientifique qui aiguille Emmanuel
sable de l’unité des infections respi­ bourg, qui a dirigé ce travail en mobilité] », décrypte Mircea Sofo­ Macron depuis le début de la crise sani-
ratoires de Santé publique France. La piste génétique avril 2021. A l’inverse, « les hommes nea. Il existe ainsi des différences taire. En janvier 2020, c’est son service
« La létalité [la probabilité de dé­ Dans le cas du SARS­CoV­2, « des présenteraient dans le sang des ni­ comportementales (comme le fait qui a accueilli le premier patient mort du
céder en cas d’infection] est deux biais de sexe ont été observés dans la veaux supérieurs de cytokines favo­ de fumer du tabac, par exemple) Covid-19 en France, un Chinois de Wuhan. Depuis, d’une va-
fois supérieure chez l’homme au­ production de cytokines, des molé­ risant des réactions inflammatoires ou des professions plus touchées. gue à l’autre, cette fille d’immigrés kabyles, originaire du
delà de 25 ans, abonde Mircea Sofo­ cules antivirales, comme les interfé­ comme l’interleukine 8 et l’interleu­ Toutefois, s’agissant des cas de Territoire de Belfort, se bat sur le front du Covid-19, avec
nea, épidémiologiste au labora­ rons de type I, qui est plus forte chez kine 18, corrélées à la sévérité de la Covid longs, « si les hommes sont pugnacité et humanité. Sa vocation de médecin naît quand
toire Mivegec (maladies infectieu­ les femmes. Parmi les patients hos­ maladie », dit M. Sofonea. plus à risque de faire des formes elle a 9 ans en voyant son petit frère, atteint d’une ménin-
ses et vecteurs), à l’université de pitalisés, celles­ci, même âgées, dé­ La piste génétique est aussi ex­ graves, les femmes semblent plus gite, frôler la mort. Elle est nommée professeure de méde-
Montpellier. Mais il convient de velopperaient des réponses immu­ plorée. Les femmes ont un chro­ [à même] de souffrir de symptômes cine en 2015. Dévouée à son métier (une « passion », dit-elle),
garder en tête que la proportion de nes impliquant [des globules blancs mosome X en deux exemplaires, persistant dans la durée », note elle confiait au Monde, en décembre 2020, avoir envie de
femmes augmente en remontant la tels que] les lymphocytes T plus ro­ les hommes n’en ont qu’un. Or, l’étude menée à partir de la cohorte pleurer tous les jours devant cette pandémie, « d’une tris-
pyramide des âges. » Ce qui réduit bustes que les hommes, selon une de nombreux gènes de l’immunité French Covid (4 310 patients). « On a tesse infinie ». Elle ajoutait : « Ce qui m’en empêche, c’est le
le décalage de mortalité entre les étude d’une équipe de Yale publiée se situent sur ce chromosome un faisceau d’arguments pour dire manque de temps. Avez-vous remarqué qu’il faut du temps
sexes au niveau de la population. dans Nature en août 2020 », précise sexuel. Parmi ceux­ci, il y a le TLR7, que les atteintes d’organes liées au pour pleurer ? »
Comment expliquer cette diffé­ Jean­Charles Guéry. Le contrôle de un composant de l’immunité in­ Covid­19 [atteintes pulmonaires,
rence ? « Ces chiffres reflètent essen­ la primo­infection serait plus effi­ née, qui reconnaît l’ARN du SARS­ cardiaques, etc.] sont les mêmes JACINDA ARDERN, première
tiellement la prévalence différente cace chez les femmes, empêchant CoV­2. L’équipe du docteur Guéry pour les hommes et les femmes, dit ministre de la Nouvelle-Zélande
des facteurs de risque en fonction du davantage l’orage cytokinique – avait montré en 2018, que ce gène l’épidémiologiste Viet­Thi Tran, co­ Si la Nouvelle-Zélande et ses 5,1 millions
sexe, explique Daniel Lévy­Bruhl. une réaction inflammatoire bru­ peut être exprimé en deux copies investigateur de ComPaRe, une pla­ d’habitants ne déplorent à ce jour que
Les hommes ont une probabilité tale, face à une infection virale. dans les cellules immunitaires des te­forme d’e­épidemiologie. Mais 26 morts du Covid-19, ils le doivent sans
plus importante que les femmes Une équipe du CHU de Stras­ femmes, ce qui pourrait expliquer les femmes rapportent plus de conteste à la première ministre, cham-
d’avoir une comorbidité qui in­ bourg et de l’Institut Pasteur a, elle, leur meilleure réponse vis­à­vis symptômes, tels que l’anxiété. » pionne de la stratégie dite « zéro Covid ».
fluence le risque de forme sévère. » montré que, six mois après l’infec­ des infections virales. Une enquête parmi un échan­ Agée de 40 ans, dont quatre passés à la tête de son pays,
Ils sont par exemple plus nom­ tion, les femmes avaient une pro­ Un rapport de Yannis Michalakis, tillon de plus de 20 000 personnes Jacinda Ardern a imposé dès mars 2020 un contrôle étroit
breux à être touchés par le diabète tection immunitaire plus perfor­ directeur de recherche au CNRS et positives au Covid­19 entre le des frontières assorti d’une quarantaine stricte de quatorze
ou les maladies chroniques cardio­ mante que les hommes, avec des membre de l’équipe du Mivegec, 26 avril 2020 et mars 2021, réalisée jours pour les visiteurs. Avec son voisin australien, elle a éta-
respiratoires. « Au sein de la popula­ anticorps neutralisants qui durent avançait à l’été 2020 l’hypothèse par l’Office national des statistiques bli une « bulle entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande »
tion âgée de 65 ans ou plus, le risque plus longtemps. « On sait que les qu’une autre comorbidité, le déficit anglais, a montré que la prévalence (« trans-Tasman bubble ») pour alléger les contrôles des voya-
de souffrir d’une comorbidité aggra­ femmes ont, d’une façon générale, en glucose­6­phosphate déshydro­ des symptômes douze semaines geurs entre les deux pays. Mais, à ce jour, seulement 4,6 %
vante ou d’obésité est plus élevé chez une réponse humorale et cellulaire génase (G6PDD ou favisme) – une après l’infection était plus élevée de la population est pleinement vaccinée contre le Covid-19,
les hommes que chez les femmes », plus robuste que les hommes, que ce affection liée au chromosome X –, chez les femmes (14,7 %) que chez soit quatre fois moins qu’en France. Jacinda Ardern recevra
confirme une étude du ministère soit face à d’autres maladies infec­ pourrait potentiellement expli­ les hommes (12,7 %). Mais, on ne « bientôt » sa première dose, avant une accélération de la
de la santé parue en juillet 2020. tieuses ou en réponse à une vaccina­ quer une partie du différentiel de sait pas encore si les hommes sont campagne vaccinale en juillet.
Mais les différences concernant tion. Le versant délétère de cette morbidité entre les sexes. Il a no­ moins touchés par les Covid longs,
les comorbidités n’expliquent pas plus large réactivité est que les fem­ tamment été montré in vitro parce qu’ils en sont plus décédés.  CRÉDITS PHOTO : HANDOUT/AFP ; JOHN THYS/AFP ; FRANÇOIS GUENET/DIVER-
tout. « Il se pourrait qu’être de sexe mes sont plus souvent sujettes aux qu’une déficience de cette enzyme pascale santi GENCE ; MARTIN BUREAU/AFP ; JOE ALLISON/AFP
Tarifs 01/01/21

Bonnes Adresses
1 parution Professionnels Particuliers
Forfait 5 lignes 65€ HT 65€ TTC
Forfait 10 lignes 110€ HT 110€ TTC
Reproduction interdite marie-cecile.bernard@mpublicite.fr

MAISON CHARLES HEITZMANN ACHÈTE


OBJETS ASIATIQUES

Ecopart incluse 10,50€. Fabriqué en Europe. Offre valable uniquement dans les colori et cuir présentés.
L80xP81xH101, pouf L38xP51xH39, coque en bois noyer, cuir vachette fleur corrigée pigmentée, piètement alu.
ET AFRICAINS

Ensemble
Royal
TROPHÉES DE CHASSES Fauteuil inclinable

1990
et son pouf
¤
MANTEAUX SACS ET CLUBS DE GOLF
DE FOURRURES

MAROQUINERIE,
HERMÈS, CHANEL,
VUITTON, DIOR, ... TAPIS

au lieu de 3133¤
CUIVRES ET ÉTAINS
ANCIENS

MÉNAGÈRES
ET ARGENTERIE

BRIQUETS
ART DE LA TABLE
LIVRES DE TOUTES

99€
ÉPOQUES VINS ET CHAMPAGNES

Balle de
PIANOS DROITS
MOBILIERS DE ET À QUEUE
TOUTES ÉPOQUES

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

MATCH
Déplacements réguliers et gratuits dans votre département.
Tél. 01 40 55 46 15 - 06 19 89 55 28
email : charlesheitzmann@free.fr / www.antiquaire-heitzmann.fr
LE PLUS GRAND ESPACE RELAXATION À PARIS
JAMES le couturier de l’homme
Le prêt-à-porter à votre mesure
Fermeture définitive le 13 juillet 2021
LA MONTRE LIQUIDATION TOTALE DU STOCK DE - 50 % À - 70 %
by MINUTE PAPILLON Costumes ©
Tailles du 44 au 70 Vestes
à Paris depuis 1988
CARDIN - DIGEL
ZINS - BERAC, etc.
Pantalons
en vente sur :
Parkas 63 rue de la Convention Paris 15e 56-60 cours de Vincennes Paris 12e
www.minutepapillon.com
boutique 34 rue Lecourbe
Vêtements de qualité pour homme 7j/7 • 01 45 77 80 40 7j/7 • 01 43 41 80 93
Du mardi au vendredi de 14 h 30 à 19 heures, M° Boucicaut, parking gratuit M° Porte de Vincennes / Nation
75015 PARIS le samedi de 10 h 30 à 13 heures et de 14 h 30 à 19 heures.
53, rue d’Avron - 75020 PARIS - Tél. : 01.43.73.21.03. Canapés, literie, mobilier : toutes nos adresses sur www.topper.fr

47, avenue Bosquet - 75007 Paris


Vente en Viager - Occupé ou libre - Avec ou sans rente 01 45 55 86 18
Estimation Gratuite 96, avenue Mozart - 75016 Paris
legasse@viager.fr • www.viager.fr 01 40 71 14 20

BIJOUX ANTIQUITÉS
PERRONO-BIJOUX
Pour clientèle internationale et sociétés, --------------
Anciens. Occasions argenteries.
RECHERCHONS
APPTS VIDES/MEUBLÉS À VENDRE/LOUER À PARIS Brillants. Pierres précieuses.
Création & transformation
Expatriates & Impatriates: Parisian rentals made easy!
Le spécialiste de l’ouest parisien ! réparations. Achats ventes.
LOCATION - VENTE - RÉNOVATION Echanges sélectionné par le guide ACHAT AU DESSUS
PARIS PAS CHER DE VOS ESTIMATIONS
GetaHomeinFrance.Co.Uk - Tél. : 06.09.33.91.68 --------------
OPÉRA : angle bd des Italiens
ET EXPERTISES
« ART D’ASIE » :
4, rue de la Chaussée d’Antin CHINE, JAPON
Tél : 01 47 70 83 61 ET MOYEN-ORIENT
06 07 55 42 30
ARMOIRE LIT P. MORCOS
LIT RELEVABLE EXCEPTIONNEL ! EXPERT CNE
✶ Porcelaines et Bronzes ef
✶ Cristal de Roche
✶ Corail et Ivoires Anc.
✶ Jade blanc et couleurs
✶ Cornes et Laques RUBRIQUE BONNES AFFAIRES
✶ Peintures et Tissus anc.
✶ Manuscrits et Estampes
DEPLACEMENT POUR VENDRE, VOULEZ-VOUS
LE BON PLAN OU LE MEILLEUR ?
PARIS – PROVINCE
morcospatrick@orange.fr

Suite à mes prestations


télévisées sur le marché
Professionnels ou particuliers,
DESTO
60 %
de l’art, je vous propose
UN RENDEZ-VOUS
POUR VOS DEMANDES
valorisez vos services et bonnes affaires
CKAGE D’ESTIMATIONS,
Spécialisé successions
J’ACHETE
auprès d’une clientèle 100% premium.
Le mercredi et le samedi,
SUR MODÈLES D’EXPOSITION AVANT NOUVELLE COLLECTION Meubles Tableaux Pendules
Objets d’art & curiosités
Argenterie Livres anciens
Le Monde devient votre vitrine.
Violons & Archets anciens
Vins,
Art d’Afrique et d’Asie FORFAIT LIGNAGE
Art décoratif du XXe s
Art d’Islam et d’Orient
à partir de 65 €HT
Photos anciennes et d’artistes
Sérieux et discrétion FORFAIT MODULES
assurés, déplacements
Paris et Province. à partir de 300 €HT
Photos non contractuelles
Arlitec, Clei, Duebi Italia... les plus grandes PATRICK MORCOS
marques de lits relevables : EXPERT
58-60 rue de la Convention Paris 15e Affilié à la Compagnie
01 45 75 02 81 • 7j/7 • M° Boucicaut, P. gratuit Nationale des Experts
Canapés, literie, mobilier sur 3 000 m2 : 06.07.55.42.30 marie-cecile.bernard@mpublicite.fr
toutes nos adresses sur www.topper.fr morcospatrick@orange.fr
0123
8 | planète DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Covid­19 :
une décrue
moins
soutenue
Si la baisse de l’ensemble
des indicateurs est plus forte
qu’anticipée, les incertitudes
persistent pour l’avenir

L
a météo du Covid­19 est coup plus important du troisième
au beau. La décroissance confinement qu’attendu », souli­
de l’ensemble des indica­ gne le chercheur.
teurs de l’épidémie se Cette forte décroissance de
confirme pour la cinquième se­ l’épidémie n’avait pas été antici­
maine d’affilée. Les niveaux pée par la plupart des modèles
d’hospitalisation ont atteint ceux épidémiologiques. Concernant
de la mi­mai 2020, au moment celui de son équipe de modélisa­ Une soignante auprès d’un patient atteint du Covid au Centre cardiologique du Nord, à Saint­Denis, le 4 mai. BENOÎT TESSIER/REUTERS
du premier déconfinement ; le tion, Mircea Sofonea explique
nombre de personnes en soins qu’il avait été calibré sur le mo­
critiques a franchi à la baisse le dèle des deux premiers confine­ floue sur la descente, certes moins notamment le variant indien (re­ dant SpF dans son point épidémi­
seuil des 3 000 personnes le ments, où le taux de reproduction rapide que celle de la deuxième baptisé Delta, selon la nouvelle
L’évolution que hebdomadaire.
1er juin. Les décès de patients hos­ chutait fortement dans la pre­ vague, mais constante, admet le nomenclature adoptée par l’Orga­ de l’épidémie Même si l’épidémie devait re­
pitalisés pour Covid­19 ont conti­ mière phase pour remonter en­ mathématicien. Il y a également nisation mondiale de la santé, prendre fortement, il serait da­
nué à diminuer et sont passés suite. Mais, dans le cas du troi­ eu un problème d’identifiabilité OMS). Les informations publiées
dépendra surtout vantage possible de l’absorber
sous les 100 par jour. sième confinement, la semaine des causes, plusieurs causes entraî­ le 5 juin par Public Health England de l’émergence au niveau national, en raison du
Pour autant, il est encore trop de Pâques s’est finalement révé­ nant les mêmes effets. » dans son évaluation des risques niveau bas des indicateurs. Selon
tôt pour affirmer que l’épidémie lée plus propice à la circulation du Difficile donc pour le moment ne sont guère rassurantes : ce va­
et de la diffusion le modèle développé par l’équipe
est derrière nous. Le taux de re­ virus que celles qui ont suivi. de savoir précisément à quels riant, désormais majoritaire de nouveaux d’Antoine Flahault, professeur de
production est légèrement re­ phénomènes attribuer cette outre­Manche, serait plus trans­ santé publique et directeur
monté, de 0,75 à 0,8, et atteint Protection de la vaccination chute rapide des indicateurs. missible que le variant britanni­
variants de l’Institut de santé globale (uni­
même 0,88 pour les admissions « Cela montre que les modèles ont D’autant plus que le relâchement que (rebaptisé Alpha) – de 50 % versité de Genève), le seuil des
en services de réanimation. encore des choses à améliorer », des mesures a été compensé par selon certaines estimations – et 5 000 contaminations par jour
« Cette remontée a commencé reconnaît Mircea Sofonea, tout en le nombre de personnes proté­ moins sensible à l’immunité transmission autochtone – en Ile­ devrait être atteint dès le 9 juin et,
début mai, ce qui correspond à la rappelant qu’ils se fondent sur gées par la vaccination. acquise grâce au vaccin. de­France, dans l’Oise et dans les si le taux de reproduction se
reprise scolaire du secondaire, des hypothèses et qu’il ne s’agit Pour la suite, le calibrage des De premières données en An­ Landes – suggèrent que le variant maintenait en dessous de 0,9, at­
sachant qu’il peut aussi y avoir en aucun cas de prédictions. Pour modèles présente de nouvelles gleterre et en Ecosse suggèrent circule sous les radars. teindre une circulation très basse
un effet, certes plus limité, du le chercheur, cette décroissance difficultés liées à l’impossible éva­ aussi un risque d’hospitalisation Aujourd’hui, les tests PCR dits du virus début juillet.
primaire », analyse Mircea Sofo­ inattendue confirme que la fer­ luation des changements de com­ accru. « Dans certaines régions, de « criblage » permettent de re­ « A ce moment­là, on pourrait
nea, maître de conférences en meture des écoles a cassé les chaî­ portement de la population pour les admissions à l’hôpital mon­ pérer certaines mutations com­ dire qu’il y a un transfert de
épidémiologie et évolution des nes de transmission. la deuxième étape du déconfine­ trent des signes d’augmentation, munes aux variants britannique, compétences des citoyens vers les
maladies infectieuses à l’univer­ De son côté, Jean­Stéphane ment, le 9 juin, concomitante à la mais la tendance nationale n’est brésilien et sud­africain, mais le autorités sanitaires », a souligné
sité de Montpellier. Dhersin, directeur adjoint de l’Ins­ hausse du risque de contamina­ pas claire », tempèrent cependant variant indien leur échappe. l’épidémiologiste le 4 juin, lors du
Pour ce qui est d’un éventuel titut national des sciences mathé­ tion en intérieur dans les salles de les scientifiques de l’agence de L’agence de sécurité sanitaire congrès d’Epi­Phare. Si les pre­
« effet terrasses » que laissait matiques et de leurs interactions restaurant. « Si le relâchement est santé britannique. Santé publique France (SPF) ad­ miers ont eu jusque­là les moyens
craindre la première étape du dé­ du CNRS, souligne que les modè­ massif, il y a un potentiel de qua­ met qu’ils sont « de moins en de contrôler l’épidémie, par
confinement, le 19 mai, aucune les ont mal intégré les jours fériés trième vague, car, parmi les per­ « Tester, alerter, protéger » moins pertinents », mais il faudra les gestes barrières et le respect
reprise des contaminations n’est du mois de mai, interprétés diffé­ sonnes qui ne sont pas encore vac­ En France, ce variant Delta a été attendre le 14 juin pour que se gé­ des confinements, ce sera ensuite
à observer pour le moment, mais remment selon les experts dans cinées, il y a un réservoir de person­ détecté dans différentes régions néralisent de nouveaux tests ca­ aux autorités sanitaires de mettre
il faudra encore attendre une le calcul du taux d’incidence. Car il nes à contaminer qui pourrait – avec plus d’une centaine de pables de détecter les mutations en œuvre ce qui a manqué à l’été
semaine avant de pouvoir mesu­ s’agit à chaque fois de compenser créer une nouvelle tension hospi­ cas –, mais, faute de tests adé­ E484K, E484Q et L452R, dont la 2020, c’est­à­dire l’identification
rer précisément les conséquen­ les faibles taux de dépistage de talière », ajoute Mircea Sofonea. quats, sa diffusion réelle est diffi­ combinaison est caractéristique de toutes les chaînes de contami­
ces de ces réouvertures. « On ne ces journées exceptionnelles, soit L’évolution de l’épidémie dans cile à apprécier. Le virus a surtout des variants indiens. « Aucun élé­ nation grâce au « tester, alerter,
s’attend pas à ce que ces activités en leur appliquant les données les prochaines semaines dépen­ été repéré chez des personnes de ment n’indique à ce jour une circu­ protéger ». 
extérieures remettent l’épidémie d’une journée normale, soit en dra surtout de l’émergence et de la retour de voyage ou dans leur en­ lation significative de ce lignage chloé hecketsweiler
en route, car il y a eu un effet beau­ les « oubliant ». « On a eu une vue diffusion de nouveaux variants, tourage, mais les quelques cas de sur le territoire », précise cepen­ et delphine roucaute

Moins de la moitié des personnes obèses a reçu une dose de vaccin


Les autorités de santé redoutent un retard de vaccination dans cette population par rapport aux autres catégories de patients à risque

A près avoir été les oubliées


de la première phase de la
campagne vaccinale con­
tre le Covid­19, les personnes en
situation d’obésité sont­elles en
entre obésité et risque de déve­
lopper une forme grave après in­
fection. Mais la vaccination n’a
été ouverte à tous les adultes pré­
sentant un indice de masse cor­
Cette difficulté statistique s’ex­
plique notamment par l’absence
de reconnaissance officielle par
la France de l’obésité comme ma­
ladie (alors que l’Organisation
plus près la situation pour pouvoir
la qualifier ». En Ile­de­France, en
revanche, c’est un sujet de préoc­
cupation. Pour Luc Ginot, direc­
teur de la santé publique à l’ARS Ile­
blème, la réa est juste à côté”, pour­
suit Mme Joly. J’y suis allée la peur au
ventre. Mais j’étais convaincue, car
la balance bénéfice­risque plaide
très clairement pour la vaccina­
les 37 centres spécialisés dans
l’obésité répartis en France.
L’Assurance­maladie espère que
son site de données sur la vaccina­
tion, lancé le 28 mai, serve d’« outil
train de se faire distancer dans le porelle supérieur à 30 que tardi­ mondiale de la santé la définit de­France, « une grande part des tion. » Pour la responsable associa­ de pilotage » pour corriger certai­
grand élan national en faveur de vement, début mai. comme pathologie chronique de­ personnes en situation d’obésité tive, « il faut aller encore plus loin nes failles de la campagne vacci­
l’injection ? Selon les derniers chif­ La situation préoccupe d’autant puis 1997). Difficilement pistée sont probablement moins bien pri­ dans les explications, mobiliser très nale. Les données ont notamment
fres diffusés par la Caisse natio­ plus que les données de la CNAM par l’Assurance­maladie, elle en ses en charge sur le plan de la santé largement, les soignants, les socié­ confirmé le retard de vaccination
nale d’assurance maladie (CNAM), ne sont qu’un reflet partiel de la si­ devient, selon les associations de [que celles recensées dans les don­ tés savantes, les personnes sur le dans la Seine­Saint­Denis (26 % de
seulement 47,6 % d’entre elles tuation générale des personnes en patients, invisible. nées de la CNAM], ou plus tardive­ terrain, les médias… Il faut relayer primo­injectés au 30 mai), alors
avaient reçu leur première dose au obésité : les chiffres, qui provien­ Pour l’heure, l’enjeu est de savoir ment, voire non prises en charge ». les informations, lever les craintes que le département a été l’un des
23 mai, plus que la moyenne natio­ nent des bases de données de l’As­ si la part réelle des patients at­ et répondre à toutes les questions ». plus touchés par les trois vagues
nale (39,1 % au 1er juin), mais loin surance­maladie, ne concernent teints d’obésité vaccinés est en­ Intégration tardive Pour contrer le retard de vacci­ de la pandémie. Les chiffres ont
derrière des personnes souffrant que celles prises en charge par un core plus faible ou pas que ne le Parmi les pistes d’explication de nation, les équipes mobilisées également mis en évidence qu’il
d’autres pathologies à haut risque, établissement de santé pour leur suggèrent les données disponi­ ce retard vaccinal : l’intégration doivent ainsi diversifier le spectre restait plus de 9 000 personnes at­
comme les patients souffrant obésité – suivies en consultation bles. C’est ce que craint l’Assuran­ tardive de l’obésité dans les critè­ de leurs actions. Pour l’ARS Ile­de­ teintes de trisomie 21 à vacciner,
d’insuffisance cardiaque (qui sont ou hôpital de jour ou pour une ce­maladie. Au niveau local, les res d’éligibilité, et ce alors qu’en France, la priorité est d’aller cher­ qui étaient pourtant parmi les pre­
67,5 % à avoir reçu une dose), de opération de chirurgie bariatri­ agences régionales de santé (ARS) quinze mois de pandémie nom­ cher les publics les plus éloignés mières à être éligibles. Si les chif­
diabète (66,2 %) ou de maladies que, par exemple. Cette évaluation manquent encore de remontées bre de personnes concernées se des milieux de santé. « On essaie fres de vaccination pour chaque
respiratoires chroniques (59 %). porte ainsi sur 860 000 person­ de terrain. A l’ARS des Hauts­de­ sont isolées et ont moins fré­ de multiplier les actions auprès des département seront actualisés
Ainsi, selon l’Assurance­maladie, nes, dont 450 000 non­vaccinées, France, on explique « étudier de quenté les établissements de associations de quartier, des asso­ toutes les semaines, les données
le taux de vaccination des person­ quand l’obésité touche de 7 à soins. « Autour de moi, beaucoup ciations de parents d’élèves, des par pathologies, qui nécessitent
nes atteintes d’obésité « reste fai­ 8 millions de Français. « Le fait de patients ne souhaitent pas aller syndicats de travailleurs…, précise un croisement plus fin des bases
ble au regard des risques ». d’avoir une personne sur deux qui « La priorité à l’hôpital “parce que c’est un nid à Luc Ginot. La priorité est de vacci­ de données, ne seront mises à jour
Dès le début de la pandémie, ces n’est pas encore vaccinée parmi Covid” », rapporte Anne­Sophie ner le maximum de gens, mais que tous les mois par la CNAM.
dernières ont été identifiées cette catégorie de personnes, c’est
est de ne laisser Joly, présidente du Collectif natio­ surtout de ne laisser personne sur Pour Luc Ginot, l’enjeu est de
comme particulièrement fragiles un signal préoccupant, note­t­on à personne sur le nal des associations d’obèses. le côté de la route, et notamment taille car « on touche aux fonda­
à l’égard du Covid­19. Dans les la Caisse nationale d’assurance Des craintes liées au vaccin peu­ ceux qui sont les plus exposés, avec mentaux des inégalités de santé,
services de réanimation en maladie, car ce qu’on a dans nos
côté de la route » vent expliquer certaines réticen­ plus de pathologies, des situations notamment en Ile­de­France, et il
France, elles représentent près données est restrictif par rapport LUC GINOT ces. « Quand je suis allée me faire précaires et des difficultés de vie. » est difficile d’inverser en quinze
d’un patient sur deux et les étu­ à la population plus globale des directeur de la santé vacciner à l’hôpital, on m’a dit de La CNAM de son côté va mettre en jours des logiques aussi lourdes ». 
des se sont multipliées sur le lien personnes atteintes d’obésité. » publique à l’ARS Ile-de-France ne pas m’inquiéter, “en cas de pro­ place des actions priorisées vers mathilde gérard
INTERNATIONAL
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 |9

Une artiste participe


à une performance
dans le quartier
de Causeway Bay,
à Hongkong,
le jeudi 3 juin,
en hommage
aux victimes
de la répression
meurtrière de la
place Tiananmen,
à Pékin, au
printemps 1989.
ISAAC LAWRENCE/AFP

A Hongkong, l’esprit du 4 juin ne s’éteint pas
En dépit de l’interdiction de commémorer la répression de Tiananmen, les Hongkongais se sont mobilisés

hongkong ­ correspondance firme une femme venue avec son gâteaux d’anniversaire que le gé­ mouvements démocratiques et dizaines de milliers de Hongkon­
fils, jeune ingénieur, visiblement
Aujourd’hui, 95 % rant d’un restaurant dans le quar­ patriotiques de Chine, fondée gais les avaient finalement re­

L
e parc Victoria n’aura ja­ réticente à témoigner. « Pour le des élus et des tier populaire de North Point, sur en 1989 avec pour mission d’en­ joints. Et au bout d’environ une
mais été aussi vide, un moment, on est dans l’impasse l’île de Hongkong, avait mis à dis­ tretenir le souvenir du 4 juin. heure, le rassemblement extrême­
soir de 4 juin. Car depuis mais on garde à l’esprit “Be water”
représentants position des passants, la veille du Chow Hang­tung, jeune avocate ment digne s’était dissous, les plus
les événements du prin­ [« Soyez comme l’eau », le mode de l’opposition 4 juin, quelques cartons de boîtes spécialiste des droits de l’homme consciencieux veillant à gratter les
temps 1989 à Pékin, que les Hon­ d’action des manifestants de 2019 de longues chandelles blanches, et des prisonniers politiques en petites gouttes de cire qui avaient
gkongais avaient suivi de très près inspiré de Bruce Lee] et on garde
sont en prison, celles que les habitués du parc Vic­ Chine, avait indiqué publique­ coulé sur les terrains de foot.
et qu’un certain nombre étaient espoir », ajoute le fils. un grand nombre toria entouraient d’une corolle de ment son intention de se rendre La police n’était pas intervenue.
même partis soutenir sur place, Pour monter la garde de ce parc papier blanc pour ne pas se brûler au parc Victoria en fin de journée. Mais elle avait tout filmé. Et les
c’est là, à 2 000 kilomètres de la ca­ dépeuplé, des centaines de poli­
à titre préventif avec la cire coulante. « Ce qui est interdit, c’est d’organi­ poursuites en justice ont suivi. Le
pitale chinoise, sur cette immense ciers, des agents de liaison, des ob­ Le bureau de l’Union euro­ ser un rassemblement, soit, mais 5 mai de cette année, les premiers
esplanade vert gazon de terrains servateurs en civil, et des em­ péenne à Hongkong avait pour sa qu’y a­t­il d’illégal à se promener verdicts sont tombés pour quatre
de sport juxtaposés les uns aux ployés des services sanitaires affu­ de l’opposition sont en prison, un part mis des cierges à ses fenêtres dans un parc et à allumer une bou­ des 26 qui avaient plaidé coupa­
autres, qu’année après année, les blés de petits haut­parleurs à la grand nombre à titre préventif. après avoir tweeté : « L’Union euro­ gie en silence ? Je ne veux pas capi­ ble, notamment le jeune leader
morts de Tiananmen, connus et ceinture qui débitent les consi­ Le stand des signatures distribue péenne respecte les droits de tuler à l’avance ! », avait déclaré Joshua Wong qui a écopé de dix
inconnus, ont été honorés, au gré gnes pour « ensemble, combattre le aussi des bougies « pour ce soir » l’homme chez elle et appelle à leur Chow Hang­tung au Monde, la mois, simplement pour avoir
d’images, de témoignages, de dis­ virus ». Au total, 7 000 policiers ont mais la police leur a ordonné d’ar­ respect partout dans le monde. » veille de son arrestation. « participé ». D’autres sont égale­
cours, de milliers de petites flam­ été déployés à travers le territoire rêter et ils les ont provisoirement Devant les sept églises qui avaient ment accusés d’avoir « organisé »
mes et de chants. « C’est étrange. vendredi soir, presque un cin­ rangées. Un groupe de quatre jeu­ annoncé des « messes de re­ La colère gronde ou « incité » à un rassemblement
On est juste venus pour voir… Mais quième de l’ensemble de la force. nes filles, trois en noir et une en quiem » pour l’occasion, de lon­ Elle avait également évoqué les illégal. Ces premières sentences
ce n’est pas parce que le parc est blanc, écrivent leur message cons­ gues files d’attente s’étaient for­ autres piliers de l’Alliance, déjà en très lourdes, annoncées un mois
vide que nos cœurs ont oublié », af­ « Complot en vue de subversion » ciencieusement. « Moi, j’ai mis du mées. La seule messe du cardinal prison. « En fait, même si cela m’at­ avant le 4 juin, avaient clairement
Non loin du parc, juste en face blanc parce que le gouvernement Zen, ancien évêque de Hongkong, triste, penser à leur emprisonne­ pour but d’être dissuasives.
d’une sortie du métro de Cau­ confond le noir et le blanc [le vrai et a également été regardée ment renforce ma détermination Mais les Hongkongais ne sont vi­
LE CONTEXTE seway Bay, un stand propose aux le faux] », explique celle en blanc. 25 000 fois sur Facebook. à continuer ce combat », expli­ siblement pas encore résignés. Des
passants d’envoyer des messages En haut de l’artère piétonnière qui Plus tard dans la soirée, les slo­ quait­elle. Mais sa position s’écar­ graffitis « 6­4 » sont apparus un
aux prisonniers politiques hon­ mène au parc Victoria, un autre gans du mouvement de contesta­ tait en fait de la ligne de conduite peu partout, y compris sur les pier­
gkongais, notamment les « 47 » ac­ stand montre des clips d’archives tion de 2019, « 5 demandes, pas préconisée par l’Alliance cette an­ res du sentier qui mène au som­
LOI DE SÉCURITÉ  cusés de « complot en vue de sub­ dans lesquels l’ancien chef de une de moins » et « Libérer Hon­ née. A la suite de l’inculpation de met du rocher du Lion, une monta­
NATIONALE version » sous la nouvelle loi de sé­
curité nationale imposée par Pé­
l’exécutif de Hongkong, C.Y. Leung
(2012­2017), aujourd’hui l’un des
gkong, révolution de notre
temps », ont été scandés par en­
26 membres de l’Alliance pour le
rassemblement du 4 juin 2020,
gne symbolique qui a accueilli à de
nombreuses reprises (en 2014 et
Le 30 juin 2020, la chef de l’exé- kin l’an dernier, pour avoir plus véhéments défenseurs du droits et quelques scènes rappe­ interdit l’an dernier pour la pre­ en 2019) d’immenses banderoles
cutif de la région administrative organisé ou participé à de simples Parti communiste chinois à Hon­ lant les émeutes de 2019 ont eu mière fois, l’organisation avait de­ protestataires. Le grand quotidien
spéciale, Carrie Lam, a signé élections primaires en juillet 2020. gkong, condamne la répression lieu. Mais la police n’est pas allée mandé cette année aux Hon­ hongkongais Mingpao a men­
l’entrée en vigueur d’une « loi Les noms des 100 prisonniers les par l’armée chinoise. La commé­ plus loin que de brandir ses ban­ gkongais de veiller en privé, et tionné divers subterfuges inventés
sur la sécurité nationale », con- plus connus sont listés. moration du 4 juin, qui initiale­ deroles d’avertissement, y com­ donc de ne pas aller au parc Victo­ pour contourner les interdictions
çue et rédigée par Pékin. A la « Les gens peuvent choisir à qui ment transcendait les clivages po­ pris les « plus dures », les mauves, ria, ne pas se rassembler, et de ne gouvernementales.
suite des mois de révolte de l’été envoyer leur message. Le but est de litiques locaux, est clairement de­ celles qui préviennent d’une at­ participer à aucune veillée collec­ Certains Hongkongais ont sim­
2019, Pékin avait pris acte de montrer à ceux qui sont en prison venue aujourd’hui un cri de rallie­ teinte à la sécurité nationale et tive, même en ligne. plement écrit « 6­4 », sous toutes
l’incapacité du gouvernement à que dehors on ne les oublie pas, et ment des opposants au dispersent les foules plus vite que Car, si l’an dernier l’Alliance avait les déclinaisons imagées et sym­
gérer la situation et avait imposé aussi de rappeler à ceux qui sont gouvernement. les menaces de gaz lacrymogènes également appelé à respecter l’in­ boliques possibles, sur leurs inter­
« sa » loi, largement décriée par encore libres que certains payent A 8 heures, ceux qui n’avaient ou de tirs à blanc. Vers minuit, la terdiction de rassemblement, ses rupteurs électriques, de sorte que
la population hongkongaise très cher le combat qu’ils ont mené pas de bougie ont allumé leur té­ police a affirmé avoir arrêté six leaders avaient toutefois indiqué le simple fait d’allumer ou d’étein­
ainsi que par la communauté pour nous tous », explique un bé­ léphone, sur lequel ils ont fait ap­ personnes, de 20 à 75 ans, et ver­ leur intention de se rendre « à titre dre la lumière devienne un acte
internationale. névole. Le camp prodémocratie, paraître une chandelle. A Cau­ balisé une douzaine d’autres pour personnel » au parc Victoria. Des de mémoire du 4 juin. Le message
Ce texte offre aux autorités un qui, dans sa pluralité de généra­ seway Bay, une longue file silen­ non­respect des règles de distan­ à Pékin ne saurait être plus clair.
nouveau cadre légal extrême- tions et de tendances (de modérés cieuse s’est formée spontané­ ciation. En début de semaine, le Au cœur de la société civile hon­
ment punitif pour quatre types à radicaux indépendantistes), ment le long d’un mur. Des scènes minuscule musée privé de Tia­ gkongaise, la colère gronde. Le
de crimes vaguement définis forme l’opposition politique de la semblables se sont reproduites nanmen avait lui aussi été fermé à « Libérer calme apporté par la répression
(sécession, subversion, terro- région administrative spéciale de dans de nombreux quartiers. Des la suite d’une descente de police dans les rues de Hongkong n’est
risme et collusion avec des for- Chine, a été littéralement décimé petites chandelles à piles étaient qui a réclamé une licence que les
Hongkong, qu’apparent. Le gouvernement
ces étrangères), tous passibles par une série d’actions en justice distribuées depuis plusieurs responsables n’avaient pas. révolution de est loin d’avoir gagné son pari
de peines de prison pouvant du gouvernement lancée depuis jours. C’est d’ailleurs sous pré­ Le matin même, la police avait d’écraser par la force la moindre
aller jusqu’à la perpétuité, voire un an. Au point qu’aujourd’hui, texte de « s’être trompé » dans sa arrêté à son bureau la vice­prési­
notre temps », objection ou dissidence. 
l’extradition vers la Chine. 95 % des élus et des représentants commande de bougies pour des dente de l’Alliance en soutien des ont été scandés florence de changy
0123
10 | international DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

L’impossible départ des mineurs échoués à Ceuta


Le territoire espagnol espère le retour vers le Maroc d’un millier d’enfants et d’adolescents venus du royaume

REPORTAGE « Un enfant
ceuta ­ envoyée spéciale
de 12 ans ne peut

D
u parc Santa Catalina
de Ceuta, promontoire
pas émigrer seul
rocheux dominant la pour aider
mer et battu par le
vent, les contours du rocher de
ses parents »
Gibraltar et de la péninsule espa­ ANTONIA PALOMO
gnole se dessinent clairement de FERNANDEZ
l’autre côté du détroit, à 14 kilomè­ service social chargé
tres à peine à vol d’oiseau. Arafa, des mineurs isolés de Ceuta
16 ans, arrivé dans l’enclave espa­
gnole le 18 mai, quand plus de
10 000 Marocains ont traversé la L’ONG a envoyé quatre profes­
frontière en moins de quarante­ sionnels pour réaliser des entre­
huit heures, porte son regard à tiens individuels auprès des jeu­
l’horizon. Sa famille sait­elle qu’il nes mineurs, et déterminer leurs
se trouve ici ? « Ce sont mes parents besoins. Près de 300 ont déjà été
qui m’ont dit d’aller chercher un menés. « Les enfants insistent sur­
avenir meilleur en Europe », ré­ tout pour ne pas retourner au Ma­
pond le garçon, originaire de Té­ roc, et toute décision doit être prise
touan, à 40 kilomètres plus au sud. dans l’intérêt supérieur du mi­
Avec cinq autres compagnons de neur… », rappelle Mme Zuppiroli.
voyage, ils grelottent de froid, en
cette fin de journée du 2 juin, en at­ Particulièrement jeunes
tendant un voisin qui leur a pro­ Dans Ceuta, l’émoi provoqué par
mis de la nourriture. Si, après des la situation est d’autant plus
jours passés à éviter la police, Arafa grand que les enfants arrivés sont
erre dans les rues de Ceuta, vivant particulièrement jeunes. « Nous
de la solidarité des habitants, avons l’habitude de voir arriver
plutôt que de se rendre dans un des migrants, mais jamais autant
des centres aménagés pour les mi­ à la fois, jamais autant de mineurs
neurs isolés, c’est qu’il craint d’être et jamais aussi jeunes, avec beau­
« renvoyé au Maroc », dit­il. Son coup d’enfants âgés de 7 à 14 ans
objectif : traverser le détroit « n’im­ Des Marocains arrivés en mai choisissent des vêtements donnés par des voisins à Ceuta, le 1er juin. BERNAT ARMANGUE/AP POUR « LE MONDE » qui, simplement, ont suivi le mou­
porte comment, dans un bateau vement de foule vers la frontière »,
gonflable ou dans un ferry, caché explique Isabel Maria Brasero,
sous une voiture ou même dans un depuis ont été accueillis dans des des dizaines d’adolescents errent enfants étaient en vie et très peu se directrice des bénévoles de la
camion à ordures… », explique­t­il ESPAGNE structures d’accueil aménagées encore dans les rues. « Nous som­ sont montrés disposés à les repren­ Croix­Rouge de Ceuta. Un enfant
avec un sourire enfantin. en urgence. La question de leur mes un territoire de 19 kilomètres dre, souligne Antonia Palomo de 5 ans est aussi arrivé seul avec
GIBRALTAR
retour au Maroc tourne néan­ carrés et de 85 000 habitants : Fernandez, directrice du service ses frères de 8 et 13 ans. Et, parmi
(ROY.-UNI)
« Totalement débordés » moins au casse­tête. nous n’avons pas de capacités ni de social chargé des mineurs isolés les trois personnes décédées en
Près de trois semaines ont passé Sous le feu des critiques, le roi ressources pour loger ou scolariser de Ceuta. La situation tourne au tentant d’entrer à Ceuta, un jeune
Santa
depuis l’entrée de milliers de Ma­ Catalina Mohammed VI a annoncé le tous ces enfants : cela n’est pas te­ chaos, nous sommes totalement Marocain de 14 ans est mort noyé.
D étr o lt ar
rocains à Ceuta, après un relâche­ it d e G i b ra 1er juin sa volonté de « régler défini­ nable. Ils doivent aller là où ils se­ débordés. Les familles doivent Assis par terre devant les barriè­
ment délibéré du contrôle de la tivement la question des mineurs ront le mieux, et nous pensons que comprendre qu’un enfant de 12 ans res de la frontière de Tarajal, une
frontière par le Maroc, dans un CEUTA marocains en situation irrégulière c’est dans leur famille », se déses­ ne peut pas émigrer seul pour ga­ casquette vissée sur la tête, Mus­
contexte de crise diplomatique Tarajal (ESP.) dans divers pays d’Europe », à père Mabel Deu, vice­présidente gner sa vie et aider ses parents. » tafa Aazrel, frêle garçon de 16 ans
entre Madrid et Rabat. Brahim condition qu’ils soient « dûment de la ville autonome de Ceuta. Pour l’heure, dans un hangar et aux grands yeux noirs, a attendu
Ghali, le chef du Front Polisario, MAROC identifiés », tout en critiquant les Après avoir obtenu, le 25 mai, un pavillon sportif, dotés de lits une bonne partie de la journée,
mouvement qui milite pour l’in­ « procédures complexes de certains l’engagement de 11 régions d’Es­ superposés, les jeunes sont entas­ sous le soleil, que la police espa­
dépendance du Sahara occiden­ Tétouan pays européens ». Trois tentatives pagne à se répartir 200 mineurs sés dans des conditions précaires, gnole le reconduise dans la struc­
20 km
tal, dont l’hospitalisation en Espa­ de regroupements familiaux isolés, placés sous tutelle de tandis que les plus vulnérables ture d’accueil d’urgence dont il
gne pour le guérir du Covid­19 ont avorté, ces derniers jours, le longue date, Mme Deu demande – les plus jeunes et les filles – lo­ s’est échappé quelques jours plus
avait été le détonateur de la crise, Maroc ne laissant pas les parents au gouvernement espagnol « un gent dans des préfabriqués instal­ tôt. Après avoir passé plusieurs
est reparti, mercredi 2 juin, en Al­ pagnoles, des centaines d’autres s’approcher suffisamment de la plan d’action et une procédure lés sur un terrain aménagé durant nuits dans la rue et s’être fait voler
gérie, à bord d’un avion médica­ sont parvenus à échapper à la frontière pour que les services plus efficace pour que le plus la pandémie de Covid­19 dans le son téléphone portable, il préfère
lisé. Mais tout indique que son dé­ police, en se cachant dans la ville sociaux espagnols leur remettent grand nombre de mineurs possible quartier de Piniers. Chaque es­ retourner dormir à l’abri. Plu­
part ne suffira pas à apaiser les et ses collines. Dans les rues, on l’enfant et l’Espagne refusant de le soient reconduits au Maroc ». pace regroupe près de 250 en­ sieurs agressions contre des nou­
tensions entre les deux pays. « La reconnaît les nouveaux arrivés au confier aux « mehanis », les forces Pour favoriser le retour des mi­ fants, dix fois plus qu’un centre veaux arrivants ont été enregis­
crise ne se limite pas à la question sac plastique qu’ils tiennent à la auxiliaires marocaines, connues neurs dans leur famille, au Maroc, habituel pour mineurs isolés. trées ces derniers jours. Pour
d’un homme, ne commence pas à main pour seul bagage. Sur le pour leur brutalité. la ville a mis en place un numéro « Nous sommes dans une phase autant, Mustafa n’a pas aban­
son arrivée ni ne s’achève avec son bord de la route qui descend du Alors que le parquet espagnol de téléphone qui a reçu en deux d’urgence humanitaire, avec des donné son rêve : se rendre en Eu­
départ », avait précisé Rabat, dans mont Hache, certains se lavent chargé des mineurs a ouvert une jours plus de 4 000 appels de dispositifs d’accueil qui ne peuvent rope, parce que, au Maroc, « il n’y a
un communiqué la veille. sommairement à une fontaine. enquête sur de probables refoule­ parents marocains recherchant pas durer dans le temps », prévient rien à faire, pas de travail, pas
Si près de 8 000 migrants ont L’immense majorité des 1 100 mi­ ments à la frontière, interdits par leur enfant. « Cependant, la plu­ Jennifer Zuppiroli, experte en mi­ d’avenir », marmonne­t­il. 
été refoulés, selon les autorités es­ neurs non accompagnés recensés la loi, filmés par des journalistes, part voulaient s’assurer que leurs grations pour Save the Children. sandrine morel

Des enclaves espagnoles, étrange héritage de l’histoire coloniale


Ceuta est au cœur des tensions entre l’Espagne et le Maroc, qui ont culminé avec l’arrivée, mi­mai, de plusieurs milliers de migrants

casablanca ­ correspondance quelques dizaines de migrants politique européenne sur les flux ont permis aux habitants de la bousculades à la frontière entre
subsahariens ont profité de la migratoires, analyse Virginie Gui­
L’absence de région d’assurer leur survie, voire Fnideq et Ceuta, a alimenté les ten­

L e calme est revenu à la fron­


tière entre le Maroc et Ceuta.
Les forces auxiliaires maro­
caines ont repris leur poste aux
abords du long mur de barbelés
passivité des contrôles côté maro­
cain, sur fond de crise diplomati­
que entre Rabat et Madrid, pour y
entrer illégalement, avant d’être
expulsés par les autorités espa­
raudon, directrice de recherche
au CNRS et professeure à Sciences
Po. Après son admission dans la
Communauté économique euro­
péenne, l’Espagne a voulu jouer le
douane dans ces
zones a permis
de développer
leur prospérité », explique Mehdi
Alioua, enseignant­chercheur à
l’université Hassan­II de Rabat.
Dans les villes frontalières de
Ceuta, la présence espagnole ré­
sions déjà vives autour de cette ré­
gion frontalière dont le modèle est
arrivé à bout de souffle. En 2019,
les autorités marocaines ont alors
décidé de fermer l’emblématique
tranchants qui sépare l’Afrique de gnoles. « Tout ce qu’ils voulaient, bon élève de l’Europe et montrer
un commerce sonne avant tout comme une op­ poste­frontière dévolu aux por­
l’Europe. A la lisière de l’enclave es­ c’était de pouvoir accéder à cette qu’elle surveillerait ses frontières. » florissant portunité. Certains y travaillaient, teurs de marchandises entre le
pagnole, les jeunes habitants de la ville dont notre économie locale ou tiraient profit du commerce de Maroc et Ceuta. Officiellement, Ra­
ville marocaine toute proche, Fni­ dépend. Certains voulaient tout « Une rente géographique » contrebande. D’autres rendaient bat entend lutter contre les dan­
deq, se sont remis à fixer les côtes simplement rendre visite à leur fa­ Appliqués à partir des années Quand le Maroc n’est pas content, visite à des membres de leur fa­ gers liés au trafic de contrebande
de ce bout d’Europe étroitement mille », assure Chaimae Amachou. 2000, ces accords, très décriés comme c’est le cas actuellement, il mille installés de l’autre côté. Des et le manque à gagner fiscal, es­
gardé, chargés de frustration. « Ces personnes ne sont pas des mi­ par les ONG, ont fortement dé­ joue cette carte », ajoute la spécia­ listes établies par les autorités es­ timé à au moins 4 milliards de di­
« Mais Ceuta n’est pas vraiment grants. Une fois arrivés, ils sont sys­ couragé les passages clandestins. liste de l’immigration en Europe. pagnoles permettaient à des Ma­ rhams (370 millions d’euros) par
l’Europe. Il y a quelque temps en­ tématiquement renvoyés au Ma­ Face aux pressions européennes, Ces enclaves sont revendiquées rocains de pénétrer dans les encla­ an. Mais les observateurs y voient
core, on y allait et venait comme on roc et ça, tout le monde le sait », assorties de financements pour depuis plus de soixante ans par le ves pour une courte durée. « Des un nouveau bras de fer entre le
se rend dans une ville voisine », rap­ précise le sociologue spécialiste aider le royaume à renforcer royaume, qui ne reconnaît pas la autorisations étaient données aux Maroc et l’Espagne sur la question
pelle la militante Chaimae Ama­ des migrations Mehdi Alioua. l’étanchéité de ses frontières, Ra­ souveraineté de l’Espagne sur cel­ habitants nés dans la région ou à du Sahara occidental. « Cela faisait
chou, basée à Fnideq, alors que les Depuis 1992, des accords signés bat a longtemps oscillé entre des les­ci, et leur statut provoque régu­ ceux qui répondaient aux critères longtemps que le Maroc attendait
frontières sont fermées depuis par Rabat et Madrid permettent périodes de répression et de relâ­ lièrement des frictions entre Ra­ relatifs à ce qu’on appelle le “risque un geste de la part de Madrid sur le
mars 2020 pour cause de Covid­19. ainsi d’expulser les Marocains en­ chement, dont la dernière est liée bat et Madrid. Mais, dans le même migratoire”. Par exemple, une Sahara occidental, qui n’est jamais
Etranges survivances de l’his­ trés illégalement et, dans une cer­ à l’accueil du chef du Polisario par temps, l’absence de douane dans femme avec des enfants restés au venu », analyse Mehdi Alioua.
toire coloniale, Ceuta comme sa taine mesure, les migrants subsa­ Madrid, vécu comme une trahi­ ces zones franches a permis de dé­ Maroc pouvait se rendre dans l’en­ Dans le Nord, l’interruption du
voisine Melilla, plus à l’est, vivent hariens, sans aucune procédure son par les autorités marocaines. velopper un commerce florissant, clave pour la journée », poursuit trafic transfrontalier a des consé­
enclavées en territoire marocain, ni délai, sauf dans le cas des mi­ « C’est la problématique de l’exter­ devenu le moteur économique de M. Alioua, en référence aux por­ quences désastreuses sur l’écono­
à cheval sur la Méditerranée, en neurs. En 1993, une première bar­ nalisation des flux migratoires : toute la région frontalière. « C’est teuses de marchandises, surnom­ mie. Depuis plusieurs mois, la ré­
Europe sans vraiment l’être. Leurs rière a été érigée à la frontière plus l’enjeu migratoire est impor­ un reste colonial semblable à une mées « femmes­mulets ». gion est le théâtre de manifesta­
frontières ont été mises à rude avec Ceuta. « C’est le premier mur tant, plus cela donne une rente blessure qui a fini par cautériser au La mort de quatre d’entre elles tions régulières pour réclamer la
épreuve la semaine du 17 mai. En­ construit après la chute du mur de géographique au Maroc et donc fil des décennies et où se sont instal­ en 2017, puis de deux autres l’an­ réouverture des frontières. 
tre 8 000 et 9 000 Marocains et Berlin et il est très symbolique de la du pouvoir dans les négociations. lées des formes de circulation qui née suivante, piétinées dans des ghalia kadiri
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 international | 11

En Algérie, la répression s’accentue Agressions sexuelles


dans l’Eglise : le coup
à l’approche des législatives d’éclat du cardinal Marx
L’acharnement des autorités contre l’association Rassemblement L’ex­ président de la Conférence épiscopale
allemande a remis sa démission au Pape
action jeunesse traduit une volonté de faire taire toute opposition
berlin ­ correspondant d’éventuelles fautes » de plusieurs
alger ­ correspondance, 16 mars 1993, aux prémices de la formations politiques en les obli­ prélats du diocèse, dont le cardi­
« Un rouleau

D
ans le centre­ville d’Al­
ger, à deux pas de l’im­
posante statue de
l’émir Abdelkader, fi­
guerre civile algérienne, le RAJ
compte quelques centaines de
sympathisants et a une longue
histoire de lutte pour la promo­
tion des droits humains et de la ci­
compresseur
sécuritaire s’est
mis en branle
geant, par exemple, à convoquer
régulièrement des congrès de mi­
litants et à en transmettre les pro­
cès­verbaux à l’administration.
A l’approche des législatives con­
L e geste, spectaculaire, en dit
long sur la gravité de la crise
qui secoue l’Eglise catholi­
que allemande. Treize ans après
sa nomination à la tête de l’arche­
nal Woelki, à l’égard duquel les ap­
pels à la démission se sont multi­
pliés ces derniers mois.
L’impact de la spectaculaire
offre de démission du cardinal
gure de la résistance algérienne, toyenneté à travers ses forums et testées du 12 juin, les premières de­ vêché de Munich, le cardinal Rein­ Marx dépasse toutefois de beau­
les bureaux de l’association Ras­ ses universités d’été.
depuis mai » puis la chute de l’ancien président hard Marx a annoncé, vendredi coup le cadre de la seule Eglise ca­
semblement action jeunesse Aux premiers mois du Hirak, SAÏD SALHI Abdelaziz Bouteflika, la répression 4 juin, avoir remis sa démission tholique allemande. D’abord
(RAJ) n’accueillent plus grand l’association avait accueilli plu­ vice-président de la Ligue s’est accentuée. Les marches du au pape François. Dans une lettre parce que ce prélat est l’un des
monde. « On évite d’y aller trop sieurs rencontres et conférences algérienne de défense Hirak ont été interdites et plus de adressée à ce dernier – qu’il a ren­ piliers du « gouvernement » mis
souvent car on est surveillé. Il y a au sein de ses locaux et organisé des droits de l’homme 2 000 arrestations ont été rappor­ contré à Rome, le 21 mai, pour l’in­ en place par le pape François. Il est
toujours des policiers en civil à l’en­ des débats dans des espaces pu­ tées en deux semaines : « C’est un former de sa décision –, l’ancien membre depuis le début du cercle
trée de l’immeuble qui intimident blics d’Alger, notamment sur les niveau de répression sans précé­ président de la Conférence épis­ étroit de cardinaux qui le
les militants », explique Fouad Oui­ marches de la Grande Poste, édi­ territoire national », il avait déjà dent depuis le début des manifesta­ copale allemande explique vou­ conseillent, notamment pour la
cher, joint par téléphone. fice emblématique du centre de la été détenu entre octobre 2019 et tions en 2019. Un rouleau compres­ loir « assumer la coresponsabilité réforme de la Constitution du
Le secrétaire général de l’asso­ capitale dont l’accès est mai 2020. Mercredi 26 mai, Abde­ seur sécuritaire s’est mis en branle de la catastrophe des abus sexuels Saint­Siège, en cours de bouclage.
ciation est lui­même sous le coup aujourd’hui interdit par de larges louahab Fersaoui a à nouveau reçu sur l’ensemble du territoire depuis commis par des représentants de Il est un rouage important des
de poursuites judiciaires. Arrêté panneaux en tôle. En février, le une convocation de la part de la début mai et la volonté de stopper l’Eglise au cours des dernières réformes économiques et finan­
en novembre 2019 à la fin d’une président de l’association avait police de Béjaïa (dans l’est du pays), les marches dans les grandes vil­ décennies », avant d’ajouter : « Les cières de la curie romaine, dont il
manifestation, Fouad Ouicher a d’ailleurs appelé à l’organisation le jour même de la procédure de les », estime Saïd Salhi, vice­prési­ enquêtes et les expertises de ces dix dirige le Conseil pour l’économie.
été accusé d’« atteinte à l’intérêt d’une rencontre de concertation dissolution engagée contre son as­ dent de la Ligue algérienne de dé­ dernières années n’ont cessé de me De ces fonctions, du reste, il n’est
national », puis détenu plusieurs « parce qu’il y a urgence à donner sociation. Une coïncidence, lui fense des droits de l’homme. montrer qu’il y a eu à la fois des pas question dans sa lettre de
semaines avant d’être libéré en un prolongement politique au font savoir les agents qui l’ont in­ Selon le Comité national pour la défaillances personnelles et des démission au pontife.
janvier 2020. Comme lui, de nom­ mouvement, explique ce militant terrogé sur ses déplacements à libération des détenus, au moins erreurs administratives, mais
breux militants du RAJ ont payé le de longue date. Il faut traduire le l’étranger et ses participations à 214 personnes étaient en déten­ aussi une défaillance institution­ Acte de défi
prix fort pour leur engagement consensus populaire en un consen­ des rencontres régionales. tion pour avoir exprimé une opi­ nelle. L’Eglise n’a pas su en assumer Son geste ne peut en outre pas être
dans le mouvement de protesta­ sus politique qui contient les fonde­ Selon lui, cette nouvelle convo­ nion ou participé aux manifesta­ la responsabilité “systémique”. » sans conséquences pour les autres
tion antirégime qui secoue l’Algé­ ments et les mécanismes du chan­ cation « s’inscrit dans le cadre tions au 4 juin. Le ministère de Agé de 67 ans, le cardinal Marx Eglises locales qui affrontent elles
rie depuis février 2019. « Onze mi­ gement démocratique. Cela ne peut d’une campagne d’intimidation l’intérieur affiche, lui, désormais n’en est pas à son premier coup aussi la mise au jour des violences
litants sont poursuivis, neuf ont été se faire que si les forces du Hirak se qui vise à faire peur aux militants de façon publique sa volonté d’in­ d’éclat. Fin avril, il avait rendu sexuelles commises dans leurs
emprisonnés et plusieurs sont sous rencontrent et échangent pour qui sont encore actifs sur le ter­ terdire toutes les manifestations. publique une autre lettre, adres­ rangs, et s’interrogent sur la façon
contrôle judiciaire », rappelle­t­il. trouver des jonctions autour d’une rain ». « Le pouvoir veut faire taire « Avant, les gens étaient arrêtés sée celle­là au président alle­ d’assumer ce désastre. Ainsi, il pè­
Le 26 mai, l’association a même feuille de route consensuelle. » tout ce qu’il ne contrôle pas pour dans les manifestations dans la mand, Frank­Walter Steinmeier, sera sur l’Eglise française quand,
reçu une citation à comparaître faire passer son agenda », explique grande majorité des cas. dans laquelle il renonçait à la fin septembre ou début octobre,
devant un tribunal administratif « Campagne d’intimidation » M. Fersaoui, qui compte engager Aujourd’hui, les militants et acti­ Croix fédérale du Mérite, l’équiva­ la Commission indépendante sur
d’Alger à la suite d’une procédure Cette implication a placé le RAJ une bataille judiciaire pour que le vistes du Hirak sont spécifique­ lent de la Légion d’honneur. les agressions sexuelles dans
de dissolution engagée par le mi­ dans le viseur de la justice, RAJ reste une association légale. ment ciblés. On vient chercher les L’annonce de cette décoration l’Eglise rendra public son rapport
nistère de l’intérieur, qui lui re­ d’autant plus que l’association est Les organisations de la société gens chez eux », ajoute M. Salhi, avait provoqué l’indignation des après deux ans et demi de travail.
proche notamment de mener des l’une des seules à « maintenir une civile ne sont pas les seules à subir qui note avec inquiétude une ag­ victimes d’agressions sexuelles, le Les évêques et supérieurs de
activités « en contradiction avec certaine autonomie, sans être infil­ et à dénoncer le « rouleau com­ gravation des charges retenues à prélat étant accusé d’avoir fermé congrégations avaient été poussés
les objectifs énumérés dans les sta­ trée par les autorités », estime presseur judiciaire » mis en branle l’encontre des opposants, arrêtés les yeux sur des faits commis par à la créer juste après que leurs voi­
tuts de l’association », a rapporté Fouad Ouicher. Il rappelle le sort par le régime. L’avenir de plu­ avec l’apparition d’accusations de un prêtre du diocèse de Trèves à sins allemands eurent publié leur
le RAJ dans un communiqué. réservé à SOS Bab el Oued, une or­ sieurs partis d’opposition pro­ « terrorisme » ou d’« attroupe­ l’époque où il en était l’évêque propre rapport dans ce domaine,
« Nos actions sont ancrées dans le ganisation culturelle créée, elle ches du Hirak est lui aussi com­ ment armé ». Ce qui pourrait les (2002­2008). Expliquant « prendre en septembre 2018.
Hirak » – le mouvement de contes­ aussi, dans les années 1990 et très promis. L’Union pour le change­ exposer à de lourdes condamna­ très au sérieux les critiques », il avait La décision du cardinal Marx
tation antipouvoir –, explique active dans ce quartier populaire ment et le progrès de Zoubida As­ tions devant les tribunaux. alors souhaité que cet événement peut aussi être perçue comme un
Abdelouahab Fersaoui, à la tête de de l’ouest d’Alger. Son président, soul, avocate très active dans la Pour Saïd Salhi, l’approche de soit l’occasion d’une réflexion et acte de défi, une pression exercée
l’association depuis 2010. Les Nacer Meghnine, qui n’a jamais défense des détenus d’opinion, et l’échéance électorale du 12 juin d’une autocritique de la part de sur les secteurs de l’Eglise, notam­
membres du RAJ ont joué un rôle caché son implication dans le Hi­ le Parti socialiste des travailleurs, n’explique pas à elle seule ce rai­ l’Eglise allemande, engagée depuis ment conservateurs, que le « che­
important dans le rapprochement rak, a été placé en détention provi­ deux entités qui boycotteront les dissement des autorités : « La te­ début 2020 dans un « chemin syno­ min synodal » allemand fait tous­
des différentes forces de proposi­ soire le 20 avril après que son as­ prochaines législatives, sont me­ nue de ces élections dans le dal », nom donné à un dialogue ser, voire révolte avec ses ques­
tions qui sont rassemblées au sein sociation a été accusée de recevoir nacées de dissolution par le mi­ “calme” est un alibi. En réalité, le inédit, mené conjointement par la tionnements sur la place des fem­
du Pacte de l’alternative démocra­ des financements de l’étranger. nistère de l’intérieur. Celui­ci s’ap­ pouvoir cherche à se débarrasser Conférence des évêques et le Co­ mes, le célibat des prêtres, la
tique depuis juin 2019. Du côté du RAJ, le président est puie sur des arguties administra­ définitivement du Hirak. »  mité central des catholiques alle­ sexualité. Conçue comme une
Créé en décembre 1992, puis également menacé de poursuites. tives et bureaucratiques prévues safia ayache, avec madjid mands dans un esprit réformateur. tentative de restaurer la crédibi­
agréé par les autorités le Accusé d’« atteinte à l’intégrité du par la loi qui légalise l’activité des zerrouky (à paris) lité de l’institution aux yeux des
Porte-parole des réformateurs laïcs qui la font vivre, la démarche
En renonçant à cette distinction – qui doit déboucher sur la remise
puis, un mois plus tard, en d’une série de propositions
annonçant avoir demandé à être en 2022 – est scrutée par d’autres

Un service pour traquer les ingérences relevé de sa charge d’archevêque,


le cardinal Marx se pose plus
que jamais en porte­parole des ré­
catholiques, notamment euro­
péens. Peut­être est­ce aussi à eux
que le cardinal allemand veut
formateurs face à ceux qu’il ac­ « envoyer un signal personnel pour

étrangères dans le domaine de l’information cuse, dans sa lettre au pape, de ne


pas vouloir « accepter la respon­
sabilité et la complicité de l’institu­
un nouveau départ, pour un
nouveau réveil de l’Eglise, pas seu­
lement en Allemagne ».
tion » et de « s’oppose[r] à tout Enfin, cette démission signifie
Les Etats­Unis, le Royaume­Uni et l’Allemagne disposent déjà de ce type de service dialogue de réforme et de renou­ aussi que les initiatives prises par
vellement en lien avec la crise des le pape – sommet sur les violences
abus sexuels ». sexuelles à Rome, démission en

C’ était un projet en gesta­


tion depuis longtemps,
et qui n’était jusqu’à
présent qu’une simple task force
baptisée « Honfleur ». Au détour
sur le plan informationnel », et si
cela émane d’« un pays étranger
ou d’une organisation étrangère,
qui visent ainsi à déstabiliser l’Etat
sur le plan politique ».
formation, 200 000 viennent
d’une ferme à “bots” [des comptes
automatisés] dans une région
hors de notre pays, ou que tel débat
provient d’une ferme à “trolls” », a
rent », a assuré M. Bouillon devant
les élus, soucieux des risques qu’il
puisse apparaître comme un outil
d’influence en ligne au service de
l’exécutif. Un comité d’éthique et
Sans le citer, le cardinal Marx
fait ici clairement allusion au car­
dinal Rainer Maria Woelki, arche­
vêque de Cologne, accusé d’avoir
longtemps couvert deux prêtres
bloc de l’épiscopat chilien, « Lettre
au peuple de Dieu », obligation de
rapporter tout abus, réforme du
droit pénal canonique… – depuis
qu’a éclaté cette crise dans son
d’une audition par la commission Le travail de ce futur service de­ donné pour exemple M. Bouillon. scientifique composé d’un mem­ soupçonnés de violences sexuel­ pontificat, en janvier 2018, n’ont
de la défense de l’Assemblée na­ vrait surtout être effectué en bre du Conseil d’Etat – la plus les. A la mi­mai, le pape a nommé pas suffi pour surmonter celle­ci.
tionale, Stéphane Bouillon, à la sources ouvertes, à partir de don­ Travail « transparent » haute juridiction administrative –, deux « visiteurs apostoliques », Trois ans et demi après son
tête du Secrétariat général de la nées techniques. D’où son ratta­ L’attribution formelle à une puis­ d’un membre du Conseil supé­ des envoyés pontificaux extraor­ voyage au Chili, elle continue
défense et de la sécurité nationale chement au SGDSN, dont dépend sance étrangère, sujet technique­ rieur de l’audiovisuel, d’un magis­ dinaires, chargés d’« appréhender de plus belle. 
(SGDSN), a confirmé, mercredi administrativement l’Agence na­ ment délicat et hautement politi­ trat, d’un ambassadeur, de journa­ la situation pastorale complexe au cécile chambraud (à paris)
2 juin, qu’il avait l’intention de tionale de la sécurité des systèmes que, ainsi que la réponse à appor­ listes et de chercheurs devrait sein de l’archevêché et d’étudier et thomas wieder
mettre sur pied, dès la rentrée de d’information qui traite, elle, des ter à une éventuelle ingérence, re­ donc veiller sur ses activités.
septembre, un véritable service à menaces cyber. Son but : permet­ lèvera toutefois de l’Elysée, après La France n’est pas le premier
compétence nationale chargé de tre « aux hommes politiques, aux un examen en conseil de défense. pays à vouloir se doter de ce type
traquer les ingérences étrangères diplomates, à la justice et la presse En matière cyber, jusqu’à présent, de structure. Les Etats­Unis, l’Aus­
dans le domaine de l’information. de constater que, sur 400 000 la France n’a jamais formelle­ tralie, le Royaume­Uni, la Suède et ITALIE soins », a écrit Cesare Battisti,
Ce futur service qui lui sera di­ tweets de reprise de telle ou telle in­ ment désigné un Etat étranger. l’Allemagne disposent déjà de ser­ Cesare Battisti entame 66 ans, qui qualifie son quar­
rectement rattaché, devrait, à Une retenue appliquée y compris vices dédiés qui analysent les ingé­ une grève de la faim tier de haute sécurité de la pri­
terme, compter une soixantaine dans le cas de l’intrusion et du rences étrangères en matière de Cesare Battisti, ancien mili­ son de Rossano de « tombe ».
de personnes. « Il ne s’agira pas vol de données ayant concerné manipulation de l’information. tant d’extrême gauche Après son extradition en
pour nous de dire quelles informa­ L’attribution les équipes d’Emmanuel Macron, Avant de voir formellement le condamné à la perpétuité en Italie, l’ancien membre des
tions sont exactes ou inexactes », a lors de la campagne présiden­ jour, cette future structure fran­ Italie pour quatre homicides Prolétaires armés pour le
tenu à préciser M. Bouillon, cons­
formelle à une tielle de 2017, où d’aucuns avaient çaise devra dans tous les cas passer pendant les années 1970, communisme avait été incar­
cient de la sensibilité du sujet, puissance vu une manœuvre russe. La les fourches caudines du Conseil a commencé une nouvelle céré en 2019 dans une prison
alors qu’approche la campagne France s’apprête­t­elle, en ce sens, d’Etat et de la Commission natio­ grève de la faim pour protes­ de haute sécurité en Sardai­
pour l’élection présidentielle de
étrangère, ainsi à suivre l’exemple américain d’at­ nale de l’informatique et des liber­ ter contre son isolement dans gne. Sa fille souligne que tou­
2022. « Il ne s’agit pas de faire que la réponse à tributions tous azimuts ? tés. Des décrets sont en cours de une prison de Calabre, a indi­ tes ses tentatives de transfert
du renseignement », a­t­il aussi Tout le travail de ce futur service rédaction, a indiqué, mercredi, qué, le 3 juin, sa fille Valentine. pour arrêter un isolement
ajouté, « mais d’identifier ce qui est
apporter, relèvera chargé des manipulations de l’in­ Stéphane Bouillon aux députés.  « J’entame à partir du 2 juin « qui dure depuis vingt­huit
en train de devenir pandémique de l’Elysée formation se voudra « transpa­ élise vincent une grève de la faim et des mois » ont été rejetées. – (AFP.)
FRANCE
0123
12 | DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Macron veut déconfiner ses réformes sociales
Dépendance, jeunes, indépendants… le chef de l’Etat entend reprendre la main et sortir des débats régaliens

C
e n’était donc qu’une
pause. Si le coronavirus
l’a contraint, à partir de
mars 2020, à troquer
son costume de président « trans­
formateur » pour celui de gestion­
naire de la crise, Emmanuel Ma­
cron entend profiter de l’amélio­
ration de la situation sanitaire
pour relancer le train des réfor­
mes dans la dernière ligne droite
de son quinquennat. « Ça ne sera
pas un été en pente douce », a­t­il
prévenu jeudi 3 juin, lors de son
déplacement dans le Lot, qui mar­
quait la première étape de son
« tour de France ». Avant d’indi­
quer qu’il devra « prendre des déci­
sions difficiles dans les semaines à
venir ». Pas question de procrasti­
ner et de tomber dans l’immobi­
lisme. D’ici à l’élection présiden­
tielle de 2022, la dernière année
de son mandat doit être « utile »,
a­t­il souligné, afin de tourner la
page du Covid. Fin avril, il avait
déjà affiché sa volonté de gouver­
ner « jusqu’au dernier quart
d’heure » et de « reprendre le cours
des réformes de modernisation ».
Mais pas n’importe lesquelles.
Alors que les sujets régaliens occu­
pent le devant de la scène depuis
plusieurs semaines, M. Macron a
l’intention de replacer le débat sur
le terrain économique et social.
Un domaine jugé plus « favora­
ble » pour l’ex­ministre de l’écono­
mie, selon son entourage. Plutôt
que de se retrouver sur la défen­
sive face à la droite et l’extrême
droite, qui ne cessent de l’accuser
de laxisme sur la sécurité ou l’im­
migration, le locataire de l’Elysée Emmanuel Macron, à Saint­Cirq­Lapopie, dans le Lot, mercredi 2 juin. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE POUR « LE MONDE »
veut reprendre la main. « Il faut
sortir de la juxtaposition des faits
divers, estime un de ses con­ semblent quasiment assurés de déléguée à l’autonomie, Brigitte « à un moment donné » se poser la rage. Plusieurs députés LRM met­
seillers. Il est vain de courir après voir le jour, d’après plusieurs sour­
« C’est sur Bourguignon, espère qu’un projet question de leur financement, et tent également en garde contre
Marine Le Pen ou Xavier Bertrand ces au sein de l’exécutif. Le pre­ la promesse de loi sera inscrit à l’ordre du jour « voir comment la solidité de nos fi­ un projet « suicidaire », de nature à
sur le régalien car ils iront toujours mier concerne la « garantie jeu­ de l’Assemblée « en septembre, au nances publiques est assurée ». « bloquer le pays ».
plus loin que nous sur ce terrain. » nes », un dispositif visant à accom­
de modernisation plus tard ». Si elle paraît bien lan­ Un risque politique majeur que
pagner les précaires de 16 à 25 ans du pays que cée, cette réforme pâtit toutefois Les retraites, un risque majeur le chef de l’Etat n’ignore pas. Jeudi,
« Le pouls du pays » d’abord vers l’insertion professionnelle, d’un frein majeur : son coût, éva­ L’opportunité de relancer un objet il a précisé que la première version
Dans la majorité, plusieurs élus es­ avec une allocation allant jusqu’à
l’on a été élus » lué à près de 10 milliards d’euros. politique aussi inflammable avant de la réforme, suspendue en
timent que « le nécessaire a été 500 euros par mois. Interrogé sur STANISLAS GUÉRINI Jeudi, M. Macron a lui­même lié la présidentielle divise la majorité. mars 2020, à cause du Covid, « ne
fait » pour combler un point faible cette mesure, le chef de l’Etat a délégué général le sort de cette réforme à celle des Plusieurs ministres, comme pourra être reprise en l’état », car
présumé de M. Macron, notam­ donné l’impression de la défen­ de La République en marche retraites, dans un souci d’équilibre Bruno Le Maire (économie), Oli­ elle était « très ambitieuse, extrê­
ment avec l’adoption de plusieurs dre, tout en disant ne pas croire « à budgétaire, après s’être engagé à vier Dussopt (comptes publics) ou mement complexe et du coup por­
textes, comme celui sur la « sécu­ l’idée qu’on donne de l’argent sans ne « pas céder à la facilité d’aug­ Gabriel Attal (porte­parole), y sont teuse d’inquiétudes ». « Le faire
rité globale », le « séparatisme », ou condition ». Une manière de se dé­ Lequel précise que le plan est « en menter les impôts ». « On ne peut favorables. Le 25 mai, lors d’une maintenant, ce serait ne pas pren­
la lutte contre le terrorisme. A marquer de la gauche, qui défend cours de finalisation » et devrait pas financer la dépendance si on réunion des responsables de la dre en compte qu’il y a déjà beau­
leurs yeux, il est désormais temps un RSA pour les 18­25 ans. être présenté en conseil des mi­ n’a pas réussi à créer un finance­ majorité, à Matignon, le patron coup de peurs », a­t­il insisté. Avant
de revenir aux fondamentaux du Le deuxième chantier concerne nistres au courant de l’été, afin de ment pérenne », a­t­il jugé, après des députés LRM, Christophe Cas­ de préciser qu’il était « trop tôt »
macronisme. « C’est sur la pro­ une réforme des travailleurs indé­ répondre aux difficultés de cette avoir remis sur la table la possibi­ taner, s’est lui aussi dit favorable à pour se prononcer sur le sort d’un
messe de modernisation du pays pendants. Si le président de la Ré­ catégorie, dont « la crise a exa­ lité de relancer une réforme des re­ un examen du texte au Parlement tel chantier, comme sur l’officiali­
que l’on a été élus », souligne le dé­ publique n’en a pas dit un mot cerbé les fragilités ». traites. Plusieurs ministres défen­ dès cette année, tandis que le pré­ sation de sa candidature en 2022,
légué général de La République en dans le Lot, un texte est bel et bien Autre réforme d’ampleur, dont dent cet alliage, qui aurait le mé­ sident de l’Assemblée, Richard qui ne fait pourtant guère de dou­
marche (LRM), Stanislas Guerini. en préparation et devrait voir le la mise en œuvre est considérée rite, selon eux, d’avoir un goût de Ferrand, s’y est opposé, estimant tes dans son entourage. Il a
Une réorientation stratégique, jour avant la fin du quinquennat. comme quasiment « actée » au « sucré­salé ». Comprendre : des que les retraites constitueraient d’ailleurs donné l’impression de
qui transparaît dans les mesures Préparé sous la houlette du mi­ sommet de l’Etat : la dépendance dépenses sociales d’un côté, et de une « excellente première réforme faire un parallèle entre les deux su­
envisagées par l’exécutif dans les nistre délégué aux PME, Alain Gri­ des personnes âgées. Alors qu’on l’autre, des efforts, afin de dégager de deuxième quinquennat ». Mais jets, en prévenant que « certaines
mois à venir. Si M. Macron n’a pas set, à la demande de M. Macron, croyait ce grand chantier aban­ des ressources financières. pas avant le scrutin élyséen. « Il des décisions » qu’il prendra « ne
annoncé formellement sa feuille ce plan vise à « simplifier l’environ­ donné sur l’autel de la crise, il reste Si le contenu reste flou sur le dos­ considère que ce n’est pas le bon pourront peut­être pas rendre » sa
de route – il a précisé vouloir pren­ nement juridique, fiscal et régle­ plus que jamais dans le « viseur » sier des retraites, M. Macron a moment et qu’il est préférable de se candidature à sa réélection « possi­
dre « le pouls du pays » lors d’une mentaire » des indépendants, du gouvernement, selon le pre­ montré qu’il n’avait pas renoncé à concentrer sur la relance de notre ble ». Comme s’il liait son sort à la
dizaine de déplacements en juin tout en « renforçant leur protec­ mier ministre, Jean Caxtex, et a ce chantier hautement sensible. économie, plutôt que de risquer de réaction du pays, s’il venait à relan­
et juillet, avant de décider des ulti­ tion sociale et leur formation », même donné lieu à une réunion, « Rien n’est exclu », a­t­il indiqué, en remettre des millions de Français cer les retraites. 
mes arbitrages –, trois chantiers précise l’entourage de M. Griset. le 20 mai à Matignon. La ministre soulignant toutefois qu’il faudra dans la rue », explique son entou­ alexandre lemarié

Retraites : de la difficulté de réformer en période électorale


Une réforme ambitieuse serait impopulaire, mais des mesures d’accompagnement retarderaient les objectifs d’économie

ANALYSE plus difficile en sortie de crise,


alors que le déficit public devrait
une occasion de rappeler la néces­
sité d’une réforme des retraites,
liste à Bercy. En clair : impossible,
en période électorale, de proposer
tions d’indexation. Mais pour la
rendre acceptable socialement,
économisés sur la même pé­
riode ; chez EDF, 250 millions

C’ est officiel, la dernière


année « utile » d’Em­
manuel Macron pour­
rait bien impliquer une réforme
des retraites – « la mère de toutes
atteindre 9,4 % cette année, que la
dette publique approche les 118 %
du PIB, et que le gouvernement
s’est fixé une trajectoire de réduc­
tion de la dépense ambitieuse
plaidant même pour qu’elle se
fasse avant les élections. « Je suis
favorable à ce qu’on ne perde pas
de temps sur ce sujet­là, qui est un
sujet majeur et qui doit s’inscrire
une réforme ambitieuse sans me­
sures d’accompagnement, au ris­
que de déclencher une flambée so­
ciale. Déjà, l’Elysée évoque l’idée
d’un geste en faveur des petites re­
elle fut complétée par des mesures
d’accompagnement (revalorisa­
tion salariale, avancement), qui
compensèrent largement ses ef­
fets sur la baisse des dépenses pu­
d’euros, pour 113 millions d’éco­
nomies (à horizon 2035).
Concernant les conducteurs de
métro à la RATP, les économistes
Touria Jaaidane et Robert Gary­
les réformes », selon les mots du pour les cinq prochaines années. dans une réflexion sur le volume traites. bliques. Si bien que, quatorze ans Bobo ont montré qu’aucun béné­
chef de l’Etat. Reste à savoir si elle A près de 15 % du PIB français de travail et la qualité de travail après, il demeure impossible d’af­ fice financier de la réforme ne se­
rapportera non pas des électeurs, en 2019, les retraites demeurent qu’on offre aux Français », rappe­ Acceptabilité sociale firmer qu’elle a permis de faire des rait matériel avant 2024, du fait de
mais des milliards. Car même si de loin le plus gros poste de dé­ lait­il, mardi 1er juin, dans une in­ Car une réforme des retraites ne économies, les chiffres tendant la mise en place d’une période
en la matière l’exécutif s’est dé­ pense publique en France, devant terview au « Talk » du Figaro. rapporte pas toujours. En témoi­ plutôt à indiquer l’inverse. transitoire négociée par les parte­
fendu ces dernières années de les prestations de santé (11 %), Pour autant, s’engager dans un gne celle des régimes spéciaux, En 2019, la Cour des comptes a naires sociaux. « Le prix payé aux
vouloir une réforme « finan­ auxquelles le gouvernement ne tel projet à quelques mois d’une adoptée en 2007. Promesse de estimé le coût des mesures d’ac­ plus anciens des agents en place
cière » – pensée pour faire des éco­ touchera certainement pas après présidentielle n’est pas sans risque campagne de Nicolas Sarkozy, elle compagnement : à la SNCF, pour le droit de mettre en place une
nomies –, mais plutôt une ré­ dix­huit mois de pandémie. Le – pour les deniers publics. « Une ré­ visait à aligner progressivement 4,7 milliards d’euros pour 2011­ réforme qui ne s’appliquera pleine­
forme d’équité, il n’est pas par­ ministre de l’économie, des fi­ forme à six mois des élections, ça ces derniers sur le régime de la 2020, contre 4,1 milliards d’euros ment qu’aux jeunes, recrutés après
venu à convaincre l’opinion de sa nances et de la relance, Bruno Le coûte pendant vingt ans avant de fonction publique, en modifiant la économisés ; à la RATP, 300 mil­ 2009 », résumaient les auteurs. 
bonne foi. Et cela lui sera encore Maire, ne manque d’ailleurs pas rapporter ! », résume un spécia­ durée de cotisation et les condi­ lions d’euros, pour 270 millions elsa conesa
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 france | 13

Le « tour de
France » parallèle
d’Edouard
Philippe
L’ancien premier ministre multiplie
les déplacements pour signer
son ouvrage et soigner ses réseaux

REPORTAGE assurer des séances de dédicaces


qui lui permettent de constater
tours ­ envoyé spécial
son insolente popularité. Le duo a

V
ous connaissez Marc déjà visité les 13 régions métropo­
Fesneau ? » Si ce n’est litaines françaises, et compte bien
pas le cas, Edouard Phi­ repartir pour un tour. Vendredi, la
lippe se charge des pré­ journée s’est achevée par quelques
sentations. En ce vendredi 4 juin, signatures à Orléans.
l’ex­premier ministre paraît jouer Selon l’institut GFK, Edouard
à domicile aux halles de Tours, Philippe et Gilles Boyer ont vendu Edouard Philippe, venu soutenir la candidature de Marc Fesneau aux régionales, à Tours, le 4 juin. CYRIL CHIGOT/DIVERGENCE POUR « LE MONDE »
même s’il n’y avait encore jamais 38 000 exemplaires, depuis le
mis les pieds, contrairement 7 avril, de cet ouvrage racontant
au candidat qu’il est venu soute­ leurs trois années d’exercice du déloyauté », reconnaît un de ses pacité qu’aura Emmanuel Macron tout si la « désorientation idéologi­
nir. La tête de liste de la majorité pouvoir à Matignon. Loin d’être amis. M. Macron et M. Philippe à constituer une majorité parle­
« Il est trop tôt que et doctrinale » de LR, pense­t­il,
pour les régionales des 20 et déshonorant, mais il a fallu moins doivent se retrouver à la mi­juin à mentaire en cas de réélection. « Au pour poser se retourne à son profit. Dans ses
27 juin en Centre­Val de Loire n’en de temps que ça à Philippe de Vil­ l’Elysée pour que le président de la fond, il sait qu’il serait un meilleur Regards sur le monde actuel (1931),
prend pas ombrage, au contraire : liers pour écouler 63 000 exem­ République décore son ancien candidat que Macron, et il a rai­
la question Paul Valéry disait des Romains
la présence du maire du Havre per­ plaires de son Jour d’après (Albin chef de gouvernement des insi­ son », note l’un de ses interlocu­ de son rôle dans qu’« ils trouvaient dans les en­
met d’attirer l’attention des ba­ Michel, 224 pages, 19 euros), récit gnes de grand officier de la Légion teurs récents. trailles de leurs poulets plus d’idées
dauds comme des journalistes. aux relents complotistes consacré d’honneur. Une récompense auto­
la campagne justes et conséquentes que toutes
Edouard Philippe se rue sur les à l’épidémie de Covid­19. matique pour avoir passé plus de Activisme qui agace l’Elysée [présidentielle] » nos sciences politiques n’en con­
assiettes qu’on lui tend, flatte ces deux ans à Matignon. Edouard Philippe, qui enregistre tiennent ». En féru d’histoire ro­
ROLAND LESCURE
« jeunes filles » de commerçantes, Sorties médiatiques « ratées » Le juppéiste s’est replié sur une des vidéos pour soutenir tel ou tel maine, M. Philippe n’a pas la pré­
porte-parole de LRM
et réclame à un charcutier qu’il lui Ces déplacements représentent tâche de l’ombre : étoffer son ré­ candidat, s’amuse de constater tention de réinventer quoi que ce
fasse goûter son foie gras : « On me l’occasion de nouer des contacts seau. A en croire un dirigeant de La que son activisme agace l’Elysée. soit. Comme M. Macron, en 2016, il
dit que vous êtes un poète. » Cette en vue de l’élection présidentielle République en marche (LRM), le « Mes collègues députés le voient fait connaître sa disponibilité, et
journée de campagne, il affirme de 2022, pour laquelle Edouard quinquagénaire mène « une offen­ souvent quand il est chez eux pour Un rendez­vous est déjà inscrit attend de voir s’il peut devenir un
ne pas la mener au nom de la ma­ Philippe continue d’entretenir le sive pour le leadership sur la majo­ dédicacer son livre, note le porte­ sur les tablettes des philippistes : « homme de circonstances », selon
jorité, mais de l’« amitié » qu’il mystère : compte­t­il être lui­ rité ». « Il a acté le fait que le soir parole de LRM, Roland Lescure. Il fin septembre, avec la réunion pré­ l’expression d’un ami.
voue au ministre des relations même candidat, ou bien se ranger même de la réélection de Macron, reste très populaire dans la majo­ vue, au Havre, de la République Lors de ses dédicaces, il glisse un
avec le Parlement : « Ce qui m’inté­ derrière le chef de l’Etat ? Selon un la succession est ouverte », veut rité et au­delà, à droite et à gauche. des maires, une association d’élus marque­page à son effigie, qui ren­
resse, c’est la personnalité des gens proche, le maire du Havre croit « de croire cette source. L’entourage de Mais il est trop tôt pour poser la de centre droit acquis à sa cause. voie à son site et met en exergue
plus que leur appartenance parti­ moins en moins » à l’hypothèse M. Philippe continue de semer le question de son rôle dans la cam­ L’ancien premier ministre en pro­ une citation extraite de son livre :
sane. » Ce qui n’empêche pas d’ap­ d’un Emmanuel Macron renon­ doute. « Un nombre incalculable de pagne. » L’intéressé s’est permis fitera pour structurer une offre « La France n’a pas renoncé à la
précier les deux en même temps. çant à se présenter sur la ligne de gens lui parlent de 2022. Il y en a de donner une première indica­ politique. « Il y a beaucoup de gens grandeur. » Petites phrases et sous­
Après avoir accompagné en départ en 2022, ce qui l’aurait ins­ beaucoup qui aimeraient qu’il se tion. « J’ai envie de servir mon qui attendent qu’il crée un mouve­ entendus : éternel jeu de la politi­
grande pompe dans les médias la tallé dans le rôle du recours. présente », assure un proche. De­ pays. Et de le faire à ma place, du ment pour le rejoindre. Ils sont que et du hasard. « J’aime être
sortie de son livre, Impressions et Ses sorties médiatiques du mois puis la réouverture du Bourbon, le mieux que je peux, en structurant nombreux à ne plus avoir envie aux manettes. Quand je suis dans
lignes claires (JC Lattès, 378 pages, d’avril, durant lesquelles il a pu af­ café qui jouxte l’Assemblée, le des équipes le cas échéant, en or­ d’être chez Les Républicains [LR] et une voiture, je n’aime pas être à la
21,90 euros), coécrit avec son an­ ficher une ambiguïté goguenarde, maire du Havre s’affiche en ter­ ganisant le débat, en essayant d’y qui n’ont pas envie non plus d’être à place du mort, j’aime bien être au
cien conseiller Gilles Boyer, ont été jugées « ratées », aussi bien rasse en compagnie d’élus « mar­ contribuer », a­t­il lancé en mai, LRM, assure un très proche. Beau­ volant », a­t­il affirmé sur France
Edouard Philippe accomplit par ses adversaires que par cer­ cheurs ». Devant l’un d’eux, l’an­ sur la chaîne TV7 Bordeaux. coup de gens de cette droite­là veu­ Culture, le 4 juin. Son ami Gilles
aujourd’hui un « tour de France à tains de ses supporteurs. « Ceux cien premier ministre s’est in­ Auprès du Monde, il ajoute : « Les lent se retrouver avec Edouard. » Boyer s’est attelé à l’écriture d’un
bas bruit », selon l’expression qui attendaient qu’il fasse quelque quiété de l’organisation de la fu­ difficultés sont telles sur la scène L’ancien directeur général de roman. Lui prépare un nouveau li­
d’une ministre. En parallèle de ce­ chose ont été déçus, et ceux qui re­ ture campagne, trustée par un politique à droite et à gauche pour l’UMP a beau juger que les partis vre politique. Seul, cette fois. 
lui d’Emmanuel Macron. Le maire doutaient qu’il fasse quelque chose entourage présidentiel jugé « fé­ organiser le débat et le structurer sont « réduits à presque rien », il olivier faye
du Havre court les librairies pour ont vu dans ces sorties un début de brile » et sectaire, ainsi que de la ca­ qu’il va falloir s’y coller un jour. » leur voit encore une utilité. Sur­ et solenn de royer (à paris)

Des candidats du RN désinvestis pour des « propos ignobles »


A deux semaines des élections, des candidats d’extrême droite se sont vu retirer leur investiture pour des propos racistes ou antisémites

P lusieurs candidats du Ras­


semblement national (RN)
aux élections régionales
ou départementales se sont vu re­
tirer leur investiture par le parti
de prison, dont six avec sursis,
pour violences conjugales. Déjà
condamné à une peine de deux
mois d’emprisonnement avec
sursis en février pour des mena­
« Derrière
M. Bardella
se cache bien, en
(LR) du conseil, lui­même candi­
dat dans les Hauts­de­Seine.
Le nom sur lequel LR appuie le
plus est Gilles Naudet, cinquième
sur la liste de Jordan Bardella, à Pa­
méprisant en 2017 ; Nadejda Rémy,
numéro deux dans le Val­d’Oise,
du temps où elle était à Debout la
France, avait envoyé – et effacé –
un tweet où elle se moquait d’un
Kevin Guyon, qui tweetait, le
25 mai : « Notre plus grande force,
notre sincérité, et notre envie pro­
fonde d’apporter de la nouveauté
au service de nos concitoyens !
d’extrême droite. « Après avoir pris ces de mort contre une ex­ réalité, un parti ris, qui serait l’auteur d’une lon­ chauffeur de taxi sourd et muet Vous pourrez compter sur nous ! »,
connaissance des propos ignobles épouse, il a été placé en détention. gue série de tweets en 2015 et 2016, sous le mot­clé « #islamisation ». est, lui, 39e sur la liste à Paris, mais
tenus par Mme Marta Le Nair, can­ Le responsable de la fédération a
nauséabond » contre les Arabes, les juifs, les Chi­ LR rappelle encore que Gaëtan aussi candidat en Seine­et­
didate sur le canton Bordeaux 5 », précisé que les sanctions avaient GEOFFROY DIDIER nois, les femmes, et qui s’avoue Dussausaye, tête de liste dans le Marne. Il avait posté des messa­
le RN de Gironde « a décidé, en ac­ été prises avant le procès. vice-président franchement fasciste. Le candidat Val­de­Marne et directeur de cam­ ges sur le même réseau social
cord avec la direction nationale, de Le responsable du RN a dû aussi Les Républicains (LR) Gilles Naudet, 70 ans, jure, lui, qu’il pagne de Jordan Bardella, avait, en en 2019 pour expliquer qu’il en
retirer son soutien à cette candi­ sanctionner Geneviève Veslin, du conseil régional d’IDF n’a jamais eu de compte Twitter, avril 2016, fait retirer d’un visuel avait « marre de l’islam » et de « ces
date et de la suspendre du RN », a candidate aux départementales qu’il s’agit d’un homonyme et sur cinq jeunes « qui choisissent sales barbares de merde ! » ; l’an­
annoncé, le 4 juin, la fédération du dans le même canton que lui, qui qu’il n’entend pas en rester là. Il y a Marine Le Pen » l’image d’un gar­ née suivante, il assurait encore :
département. Mme Le Nair avait avait écrit sur le discret réseau so­ huit mois de prison avec sursis et effectivement nombre de Gilles çon noir, lorsqu’il était président « Il a de la chance, lui, parce que
publié sur Facebook, en 2015 cial russe VKontakte, ainsi que l’a à une inscription au fichier des Naudet en France. Ancien avocat, du Front national de la jeunesse. moi je vois ça, le Noir, je l’explose. »
et 2020, des propos rapportés la découvert France Télévisions : infractions sexuelles pour une le candidat a en revanche bien été D’autres profils sont plus en­ Jordan Bardella considère que
veille par Matthieu Rouveyre, le « Les prétendues chambres à gaz agression sur mineur de moins condamné à trois mois de prison combrants. Jacky Marcaille, 31e de les accusations de Mme Pécresse
directeur de campagne socialiste. hitlériennes et le prétendu géno­ de 15 ans. Le RN a expliqué « dé­ ferme en 2003 à Versailles pour liste à Paris, affiche toujours sur sont « mensongères et scandaleu­
Elle y écrivait, notamment : « C’est cide des juifs forment un seul et couvrir aujourd’hui » cette con­ avoir renseigné un gros bonnet du son profil Facebook deux photos ses », et annonce que si elle les
comme quand tu serres la main même mensonge historique. » En damnation, « cachée à la commis­ trafic de drogue. où est inscrit « Sieg Heil Macron ». rend publiques, il déposera plainte
d’un juif, tu as intérêt à voir si tu as Corrèze, Danièle Delavaud a été, sion nationale d’investiture », Pierre­Emmanuel Rivière, 23e de contre elle pour « diffusion de faus­
toujours tes dix doigts. » La candi­ elle aussi, suspendue pour avoir « pour des faits extrêmement gra­ Accusations « mensongères » liste dans les Yvelines, a retweeté ses nouvelles visant à altérer la sin­
date aux départementales l’était écrit, en 2017 : « Qu’on arrête de ves ». Son exclusion est en cours. Dix autres candidats d’extrême un courriel de Renaud Camus qui cérité du scrutin », ainsi que contre
aussi aux régionales, en 33e posi­ construire des mosquées, je suis OK En Ile­de­France, les équipes de droite sont dénoncés par LR pour assure qu’« un charter qui décolle, tous ceux qui diffuseront ces accu­
tion sur la liste d’Edwige Diaz. pour les faire sauter. » Valérie Pécresse, la présidente des raisons plus ou moins sérieu­ c’est une prison qui ferme ». Anne sations. « Valérie Pecresse craint
Dans la Creuse, Thierry Morin, Dans les Ardennes, Eric Dureux, sortante du conseil régional, ont ses, et pour des tweets qui sont Jacqmin, quatrième de liste dans certainement le RN dans cette élec­
candidat aux régionales et aux candidat dans le canton de épluché le passé des 229 candi­ pour la plupart effacés depuis : les Yvelines, a assuré sur Twitter tion, estime le vice­président du
départementales, a été désinvesti Sedan 3, a été, lui aussi, sanc­ dats du RN. « Derrière M. Bardella, Thiebauld Vega, seizième de liste que « le passeport vert [sanitaire] a RN, mais la campagne électorale
et fait l’objet d’une procédure tionné après la révélation par derrière cette apparente nouvelle en Essonne, pour deux tweets da­ un goût d’étoile jaune », et Wilson n’autorise pas tout et personne ne
d’exclusion du parti, a fait savoir France 3 du passé de cet ex­mili­ génération, se cache bien, en réa­ tés de 2016, grossiers, mais obs­ Roux, sixième sur la liste en Es­ sera dupe de ces boules puantes ba­
son délégué départemental, taire, déjà candidat RN aux dé­ lité, un parti nauséabond », a dé­ curs ; Julia Carrasco, vingtième sur sonne, a tweeté, en 2014 : « J’aime lancées contre notre mouvement à
Damien Demarigny. Il avait été partementales en 2015, qui avait claré vendredi Geoffroy Didier, le la liste des Hauts­de­Seine, pour une vidéo YouTube, Valls accueilli quelques jours des élections. » 
condamné, le 3 juin, à neuf mois été condamné, en mars 2017, à vice­président Les Républicains avoir retweeté un message un peu par des quenelles à Rennes ». franck johannès
0123
14 | france DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Modèle en crise, les Ehpad tentent de se réinventer


Les pressions sont fortes en faveur du développement massif du maintien à domicile des seniors

I
l y a les chiffres, implaca­
bles. Plus de 37 500 pen­
Le think tank
sionnaires d’Ehpad sont Matières grises
morts du Covid­19 depuis
mars 2020. Il y a aussi les histoi­
suggère de
res personnelles, souvent dou­ rendre le droit de
loureuses. Au deuil se sont ajou­
tées les épreuves de l’isolement
visite quasiment
en chambre des résidents, les « inaliénable »
restrictions de visites infligées à
leurs familles, parfois abusive­
ment contingentées alors que la depuis 1999. La suggestion a de
campagne de vaccination était quoi surprendre, alors que le pro­
achevée dans l’établissement. blème numéro un souvent mis
« Les logiques sécuritaires et sa­ en avant est le nombre trop faible
nitaires mises en place par ces ins­ de personnels au chevet des rési­
titutions lors de l’épidémie ont dents. Les auteurs justifient ainsi
conduit à un excès de sécurité. Au leur choix. « C’est seulement lors­
risque de devenir ce que l’on pour­ que tous les acteurs auront été
rait qualifier “d’institution totali­ convaincus qu’il est possible de
taire” », peut­on ainsi lire dans bâtir un nouveau modèle de
une enquête publiée en octo­ l’Ehpad, attractif et bienveillant,
bre 2020 par l’Espace éthique qu’il y aura un consensus sur la
d’Ile­de­France, sous la direction nécessité de trouver un finance­
du philosophe Fabrice Gzil. ment pour augmenter le ratio de
Meurtris par la pandémie, les soignants », soutient M. Guedj.
Ehpad ont vu leur étoile pâlir en­
core un peu plus. « On a perdu la Décloisonner les Ehpad
bataille de l’opinion, se désole Le gouvernement a promis dans
Pierre Gouabault, directeur de le plan de relance de septem­
plusieurs Ehpad publics dans le bre 2020 une somme de 2,1 mil­
Loir­et­Cher. Le modèle n’a pas su liards d’euros sur cinq ans pour
prendre en compte les nouvelles les Ehpad, dont 600 millions
aspirations sociétales. » d’euros pour des équipements
Les Ehpad sont­ils pour autant numériques. Une enveloppe de
un modèle périmé ? La question 1,5 milliard devrait pouvoir être A l’Ehpad Jacques­Bonvoisin, à Dieppe (Seine­ Maritime), le 10 mai, lors de la tournée du soir. FLORENCE BROCHOIRE POUR « LE MONDE »
fait bondir les intéressés. « L’Eh­ mobilisée pour des travaux de
pad est mort, vive l’Ehpad ! », veut rénovation. Trois cents millions
croire Jérôme Guedj, cofonda­ d’euros sont déjà programmés avec précision le coût de cette ré­ et de la famille qui autoriserait Ehpad d’ici cinq ans. On disposera
teur du think tank Matières gri­ pour 2021 pour la réhabilitation volution mais plutôt de savoir qui plusieurs établissements médico­
« Les Ehpad sont de plus de moyens pour la créa­
ses, avec Luc Broussy, qui réunit des Ehpad, contre 88 millions la paiera », admettent les auteurs. sociaux à se regrouper pour tra­ aux avant-postes tion d’autres habitats pour les
les principaux acteurs du sec­ d’euros par an en moyenne ces Une fois transformé, l’Ehpad a vailler ensemble. « Il s’agit d’hybri­ personnes âgées, qui peuvent
teur. Ensemble, ils ont écrit et pu­ dernières années. vocation à perdurer pour une der l’Ehpad et le domicile », in­
de la réponse prendre différentes formes »,
blié, jeudi 3 juin, un rapport sur Le rapport a vocation « à propo­ autre raison, soutiennent siste Marc Bourquin, conseiller gérontologique observe M. Bonne.
« l’Ehpad du futur », qui pro­ ser des idées pour que cet argent MM. Guedj et Broussy. « Il est non « stratégie » de la Fédération hos­ « Arrêter totalement la création
clame l’urgence de « changer ra­ soit bien employé », s’est félicité pas le problème mais la solution, pitalière de France.
de proximité » d’Ehpad sans prévoir une solution
dicalement le modèle » avec à la jeudi Sylvain Rabuel, président selon Luc Broussy, pour permettre Dans dix ans, la France passera SOPHIE BOISSARD de substitution serait irresponsa­
clé seize propositions. du groupe DomusVi. Le résident au plus grand nombre possible de un cap avec l’arrivée d’une vague présidente de Korian ble », répond Florence Arnaiz­
L’étude vise à redorer le blason en Ehpad doit devenir « un habi­ personnes âgées de rester chez de personnes de plus de 85 ans Maumé, déléguée générale du
de l’institution, qui doit se trans­ tant », qui n’occupe plus une elles le plus longtemps possible », dont beaucoup ne pourront pas Synerpa, le premier syndicat des
former pour se préparer à ac­ chambre standardisée mais un développe­t­il. Chaque Ehpad vieillir à la maison. Le modèle de tifs tels que les résidences se­ Ehpad privés commerciaux. Pour
cueillir les « vieux de demain » « logement » personnalisé, dans peut devenir le lieu qui offre une l’Ehpad reste donc incontourna­ niors, le besoin de places supplé­ autant, « l’urgence de la sortie de
issus de « la génération de 1968 lequel il vit « comme à la mai­ palette de services aux personnes ble. Pourtant, ni les acteurs ni le mentaires est estimé par la Drees crise est de trouver les moyens fi­
éprise de liberté ». Si la sécurité son ». Le lit ne devra plus être au âgées qui vivent alentour et res­ gouvernement ne se prononcent en 2030 à 40 000. nanciers pour soutenir le secteur
est nécessaire, au sein des Ehpad, milieu de la pièce comme à tent à domicile. « Les Ehpad sont sur l’opportunité de lancer un Depuis la crise sanitaire, des du domicile tant son économie est
la liberté doit être la valeur cardi­ l’hôpital. Il suffira d’avoir des aux avant­postes de la réponse plan de financement massif pour voix s’élèvent pour encadrer chancelante », dit­elle.
nale. Parmi les bonnes pratiques « lits avec de bonnes roulettes gérontologique de proximité » en ouvrir des lits d’Ehpad. Le sujet drastiquement la croissance du Devant la commission des affai­
préconisées figurent l’instaura­ pour pouvoir les déplacer et créer France, estime Mme Boissard, la est tabou : il suppose des finance­ parc. L’institut Montaigne, dans res sociales de l’Assemblée natio­
tion des horaires de repas à la un coin salon agréable », a précisé présidente de Korian. ments conséquents. un rapport intitulé « Bien vieillir, nale, le 10 mars, Brigitte Bourgui­
demande, des menus à la carte jeudi Sophie Boissard, prési­ Pour Jean­Marc Borello, le prési­ faire mûrir nos ambitions » pu­ gnon, la ministre déléguée char­
avec si possible des produits dente de Korian, convaincue que dent du groupe SOS, l’objectif est « Miser sur le domiciliaire » blié en mai, suggère de « diviser gée de l’autonomie, a mis en
bio… Le rapport suggère de « les designers sont l’avenir du de passer « de l’expérimentation » Aujourd’hui, 21 % des plus de par deux le nombre de résidents en avant son intention d’éviter « de
rendre le droit de visite quasi­ grand âge ». Le standard actuel à la généralisation à grande 85 ans vivent en Ehpad. Pour Ehpad de moins de 80 ans (environ devoir financer [des] places en éta­
ment « inaliénable ». « Les fa­ des chambres doit passer de échelle de « l’Ehpad plate­forme », maintenir ce ratio, la Direction 5 % des résidents aujourd’hui) ». blissement au coût exorbitant, au
milles revendiquent une place 22 m2 à 26 m2, voire 30 m2 à une formule qui consiste à propo­ de la recherche, des études, de Un objectif qui suppose que la regard de ce que suppose le main­
dans nos établissements, a rap­ terme, dit le rapport. ser une palette de services aux l’évaluation et des statistiques France mette en place une tien à domicile (…). Il est tout à fait
pelé Laure de la Bretêche, prési­ La manne du plan de relance est personnes âgées vivant dans les (Drees) estime qu’il faudrait pas­ politique de prévention du possible », a insisté Mme Bourgui­
dente du groupe Arpavie, jeudi. Il pourtant loin de résoudre à elle environs de l’établissement : por­ ser de 611 000 places aujourd’hui vieillissement beaucoup plus gnon, de miser « véritablement,
faut vraiment la leur donner ! » seule l’équation financière de ce tage de repas, offre de soins, salle à 719 000 en 2030 et à 930 000 volontariste, plaide l’institut. dès à présent, sur le domiciliaire ».
Pour contrer l’« Ehpad nouveau modèle. Le coût de l’hé­ de télémédecine… Décloisonner en 2050. Soit plus que doubler le Dans un rapport intitulé « Bien A coup sûr, le projet de loi sur
bashing » ambiant, le rapport bergement représente entre 10 % les Ehpad et le secteur du domi­ rythme d’ouverture de places en vieillir chez soi, c’est possible lequel elle travaille en espérant
prône aussi une « révolution ar­ à 30 % de la facture d’un usager cile « suppose de faire évoluer la ré­ Ehpad depuis 2012. Quelque aussi » remis en mars, Bernard pouvoir le porter d’ici à la fin du
chitecturale » dans bon nombre en Ehpad. La facture risque donc glementation », a­t­il rappelé 3 000 places sont livrées environ Bonne, sénateur (app. LR, Loire), quinquennat n’aura pas pour
des 7 000 établissements de de grimper sensiblement dans ce jeudi. Le rapport de Matières gri­ chaque année. Même en prenant et Michelle Meunier, sénatrice objectif de couvrir le pays de
France. De fait, plus du tiers des nouveau décor. « La vraie ques­ ses propose d’inclure un nouvel un « virage domiciliaire » et en (PS, Loire­Atlantique), proposent nouveaux Ehpad. 
Ehpad n’ont pas été rénovés tion, ce n’est pas de déterminer article au Code de l’action sociale multipliant les habitats alterna­ « l’arrêt de la construction des béatrice jérôme

Un comité interministériel va remplacer l’Observatoire de la laïcité


La future structure sera présidée par le premier ministre. Sa composition et ses missions ne sont pas encore précisées

M arlène Schiappa et
Jean­Michel Blanquer,
deux porte­étendard
ostensibles de la laïcité au gouver­
nement, en réclamaient le pilo­
cipe de laïcité par l’ensemble des
administrations publiques ». Il
« reprendra les missions » qu’as­
surait l’Observatoire. Il tiendra sa
première réunion le 12 juillet,
sion spéciale de l’Assemblée na­
tionale lundi 7 juin. Il était diffi­
cile d’affronter une nouvelle
discussion dans le flou, alors
même que Marlène Schiappa
Sur la formation des agents, des
propositions ont été faites au
gouvernement. Un rapport pré­
conise notamment de se fonder
sur un module mis en place… par
et lui faire des propositions. L’en­
tourage de la ministre déléguée à
la citoyenneté avait ouvert les
hostilités en octobre 2020. Dans
la presse, il avait accusé l’orga­
crédible » car « plus préoccupé par
la lutte contre la stigmatisation
des musulmans que par la défense
de la laïcité ». Son rapporteur
général, Nicolas Cadène, était par­
tage. C’est finalement le premier puis chaque ministère prendra avait confirmé le 31 mars la fin de l’Observatoire de la laïcité. En re­ nisme présidé jusqu’en avril par ticulièrement ciblé. Marlène
ministre qui présidera le futur co­ « les mesures adaptées ». L’an­ l’Observatoire, lors de la discus­ vanche, on ne connaît pas encore Jean­Louis Bianco de n’être « plus Schiappa avait confirmé la fin de
mité interministériel de la laïcité, nonce de la création de cet orga­ sion au Sénat, et qu’elle avait an­ l’architecture prévue pour les ré­ l’Observatoire au Sénat.
appelé à remplacer l’Observatoire nisme intervient avant la paru­ noncé des arbitrages rapides de férents laïcité, et notamment Les arbitrages gouvernemen­
de la laïcité. Un communiqué de tion, « dans les tout prochains Jean Castex. quelle sera leur autorité de tutelle. taux sur le dispositif « laïcité » ne
Matignon en a fait l’annonce, jours », du décret qui l’instituera. L’annonce de la création du co­
L’annonce de la sont sans doute pas tous rendus.
vendredi 4 juin. Son secrétariat On n’en connaît donc encore ni Arbitrages gouvernementaux mité interministériel est le début création du comité En effet, selon le schéma esquissé
sera cependant du ressort du mi­ la composition ni la feuille de Le communiqué évoque notam­ du dénouement d’une bataille par Marlène Schiappa au Sénat, à
nistère de l’intérieur. Où offi­ route précise. ment deux dispositions du projet politique de plusieurs mois à la
est le début côté de cet instrument de mise en
cient, là aussi, deux promoteurs Pourquoi l’annoncer dès à pré­ de loi « séparatismes » : l’obliga­ tête de l’Etat à propos de l’Obser­ du dénouement œuvre de la politique de laïcité se­
de la laïcité : Gérald Darmanin et sent ? Sans doute parce que le pro­ tion de formation à la laïcité des vatoire de la laïcité, organisme rait aussi créé un « haut conseil à
Marlène Schiappa. jet de loi confortant le respect des agents publics et la création de ré­ annoncé par Jacques Chirac
d’une bataille la laïcité », instance de « ré­
Ce comité aura pour mission de principes de la République, qui férents laïcité dans toutes les ad­ en 2003, décrétée par Nicolas politique de flexion » et de « conseil » chargée
« coordonner l’action du gouver­ traduit les ambitions du gouver­ ministrations. On suppose donc Sarkozy en 2007 et mis en place de « nourrir le débat public ». Mais
nement afin de s’assurer du res­ nement en matière de laïcité, re­ qu’elles feront partie des mis­ par François Hollande en 2013
plusieurs mois sans lien direct avec le terrain. 
pect et de la promotion du prin­ vient en discussion à la commis­ sions du comité interministériel. pour conseiller le gouvernement à la tête de l’Etat cécile chambraud
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 france | 15

Vers un contrôle judiciaire


de l’isolement et de la
Petit Bar : soupçons d’écoutes
contention en psychiatrie policières illégales dans l’enquête
Le Conseil constitutionnel exige l’intervention La sonorisation de l’appartement parisien de Jacques Santoni,
du juge sur ces mesures prises lors
des hospitalisations sans consentement suspecté d’être le chef de la bande criminelle ajaccienne, est contestée

L « Le retrait
a volonté farouche de la un accident de moto, fin 2003, est et la serrure ayant été changées ».

C ette fois, le gouvernement


ne pourra pas se défausser.
Il va devoir inscrire dans la
loi avant la fin de l’année le con­
trôle systématique par le juge judi­
« Le
gouvernement a
tenté un passage
justice et de la police de
mettre hors d’état de
nuire le gratin de la mafia
corse a­t­elle conduit les servi­
ces de l’Etat à sortir de la légalité ?
du dispositif
de captation a
été impossible
jugé, par les médecins, incompa­
tible avec la détention. Libre de
ses mouvements jusqu’à son ar­
restation dans ce dossier le 10 jan­
vier, il séjournait à cette adresse
Outre que les services de police
ont les moyens d’ouvrir n’importe
quelle serrure, les avocats consta­
tent que le système est activable à
distance. « En conséquence, écrit
en force, il subit
ciaire des mesures de maintien à Lundi 7 juin, une quinzaine d’avo­ à effectuer, lors de ses passages à Paris. Il y re­ Me Emmanuel Marsigny, conseil
l’isolement ou sous contention un camouflet » cats présents dans l’un des plus cevait les membres du Petit Bar, de la femme de Jacques Santoni, il
d’un patient en hôpital psychiatri­ importants dossiers de crime or­ la porte et ses amis et ses connaissances, existe de forts indices laissant pen­
ME RAPHAËL MAYET
que au­delà d’une certaine durée.
avocat de patients
ganisé ouverts depuis dix ans la serrure ayant soit une mine d’informations ser que le dispositif était en réalité
Le Conseil constitutionnel, qui a contre le milieu insulaire devai­ potentielles pour les policiers. activé et qu’il s’est agi de régulariser
sèchement censuré, vendredi ent se présenter devant la cham­ été changées », Aussi, dès juin 2016, dans une la procédure lorsqu’il est apparu
4 juin, une disposition législative bre de l’instruction de la cour notent les affaire de cache d’armes, la juri­ utile de pouvoir exploiter judiciaire­
introduite par le gouvernement contesté l’avocat, soulignant que d’appel d’Aix­en­Provence (Bou­ diction de Marseille spécialisée ment certaines sonorisations. » Il
en décembre, a choisi de lui laisser le droit accordé par ailleurs au pa­ ches­du­Rhône) pour dénoncer ce policiers en 2018 contre le crime organisé (JIRS) demande l’expertise de l’appareil
un peu plus de six mois pour cette tient de saisir lui­même le juge est qu’ils pensent être un « détourne­ avait une première fois fait so­ pour connaître son activité.
réforme d’importance. illusoire. « On voit mal comment ment de procédure ». Parmi les noriser l’appartement avant d’or­ La thèse du détournement de
Selon les services du premier m­ une personne à l’isolement ou sous griefs formulés dans les mémoi­ ploitation des sonorisations d’ap­ donner la fin de la surveillance procédure est aussi avancée par
inistre, 121 000 prescriptions de contention pourrait faire une dé­ res aux fins d’annulation d’actes partements parisiens ». en juin 2017. Le 18 novem­ Me Margaux Durand­Poincloux,
placement à l’isolement et marche auprès du JLD ! » de procédure, figure une accusa­ Mais les avocats estiment avoir bre 2018, c’est la juge d’instruc­ avocate de François­Xavier Su­
33 000 prescriptions de placement Cette nouvelle censure s’appuie tion visant l’utilisation des déniché des failles qui pourraient tion Anaïs Trubuilt, également sini, une relation du Petit Bar.
sous contention ont été délivrées sur une démonstration lapidaire. moyens techniques hors norme porter un coup sévère à cette en­ attachée à la JIRS, désignée après Elle soutient que c’est toute la ré­
en 2018 par les médecins psychia­ « Le médecin peut décider de renou­ déployés contre la bande ajac­ quête financière si la chambre de la tentative d’assassinat contre gularité du volet blanchiment,
tres à l’égard de personnes hospi­ veler les mesures d’isolement et de cienne du Petit Bar, dans une l’instruction fait droit à leurs de­ Guy Orsoni, un rival ajaccien du ouvert le 12 avril 2019, qui est en
talisées sans consentement. Une contention au­delà des durées vaste enquête financière. mandes de nullités. Ainsi, selon Petit Bar, qui décide à son tour de cause. Les policiers ont recueilli,
première question prioritaire de maximales prévues par le législa­ Nées en avril 2019 de faits crimi­ Me Pascal Garbarini, l’apparte­ sonoriser l’appartement. Les po­ dès janvier 2019, nombre d’élé­
constitutionnalité (QPC) avait été teur, sans limitation du nombre de nels, ces investigations portent ment parisien de son client, Jac­ liciers n’activeront, cependant, le ments financiers, fiscaux et pa­
soulevée il y a tout juste un an sur ces renouvellements », et ce, alors sur des soupçons de blanchiment ques Santoni, soupçonné d’être le dispositif que le 3 décembre 2018. trimoniaux grâce aux sonori­
ce sujet par des patients défendus qu’« aucune disposition législative estimés à 48 millions d’euros. chef du Petit Bar, aurait fait l’objet Enfin, le 12 avril 2019, Mme Tru­ sations autorisées pour le seul
par Raphaël Mayet, rejoints par ne soumet [ces renouvellements] à Pendant plus de deux ans, les en­ de sonorisations sauvages, en de­ built, saisie cette fois­ci de l’en­ volet criminel, ouvert en no­
des associations dont le Cercle de l’intervention systématique du juge quêteurs se sont nourris, en hors de tout cadre légal. Et les juges quête financière sur le Petit Bar, vembre 2018. Or, la loi n’autorise
réflexion et de proposition d’ac­ judiciaire, conformément aux exi­ grande partie, du fruit des sonori­ d’instruction auraient aussi tordu délivre une troisième autorisa­ d’enquêter sur des nouveaux
tions sur la psychiatrie ou Avocats, gences de l’article 66 de la Constitu­ sations des lieux fréquentés par le droit pour écouter ce lieu pen­ tion de sonorisation du même faits, avant ouverture d’une in­
droits et psychiatrie. tion ». Fermez le ban. les membres de ce groupe re­ dant plus de quatre ans alors que la lieu, rue de Vaugirard. formation judiciaire ou déli­
L’institution présidée par Lau­ Or, non seulement les pratiques douté en Corse comme à Paris. loi limite à deux ans maximum ce vrance d’un réquisitoire supplé­
rent Fabius avait alors, dans une en la matière semblent varier Des dispositifs d’écoutes ont été type de mesures coercitives. Détournement de procédure tif, que pour des « vérifications
décision du 19 juin 2020, censuré beaucoup selon les établisse­ placés dans les domiciles, des Cet appartement, situé rue de Les avocats vont découvrir qu’en sommaires ». Me Jean­Sébastien
la loi de 2016 organisant ce type de ments psychiatriques, mais cer­ chambres d’hôtel et des véhicu­ Vaugirard, dans les beaux quar­ réalité, le dispositif de sonorisa­ de Casalta, conseil de la femme
mesures en principe décidées par tains sont hors des clous. Quatre les. La synthèse policière accom­ tiers parisiens, n’a cessé de focali­ tion du domicile n’a jamais été re­ d’un pilier du Petit Bar, estime
les équipes médicales en dernier des cinq derniers rapports an­ pagnant l’ouverture de l’infor­ ser l’attention des policiers char­ tiré depuis juin 2017, car, notent les qu’en jouant ainsi avec les procé­
recours. Pour les gardiens de la nuels du Contrôleur général des mation judiciaire, le 12 avril 2019, gés de traquer le grand bandi­ policiers, le 3 décembre 2018, « le dures, « c’est l’égalité des armes »
Constitution, et notamment de lieux de privation de liberté rele­ reconnaît d’ailleurs que « le dos­ tisme corse. L’état de santé de retrait du dispositif de captation a devant la loi qui a été bafouée. 
son article 66 selon lequel « nul ne vaient des placements à l’isole­ sier trouve son origine dans l’ex­ M. Santoni, tétraplégique depuis été impossible à effectuer, la porte jacques follorou
peut être arbitrairement détenu », ment ou sous contention décidés
les mesures d’isolement (enfer­ en dehors du cadre légal. Dans cer­
mement dans une chambre) et de tains établissements, c’est le man­
contention (immobilisation mé­ que de personnel qui expliquerait
dicamenteuse ou mécanique)
« constituent une privation de li­
berté ». En conséquence, il n’est pas
le recours à ces mesures.

« Des sanctions déguisées »


Des fraudes lors de l’élection d’étudiants
question de les maintenir sans un « Les mesures d’isolement et de
contrôle par le juge judiciaire, gar­
dien de la liberté individuelle.
Le gouvernement avait jusqu’au
contention sont le stade ultime de
la privation de la liberté », avait
plaidé à l’audience François Moli­
dans une instance nationale
31 décembre pour se conformer à nié, l’avocat du Conseil national
cette décision. Les ministères de la des barreaux. Et de citer le chiffre
Une plainte a été déposée en marge de l’élection des représentants au Cneser
santé et de la justice s’en sont char­ de 7 000 hospitalisations sans
gés au moyen d’un article glissé consentement jugées abusives
dans la loi, sans grand rapport, du
14 décembre 2020 pour le finance­
ment de la Sécurité sociale pour
2021. C’est cette disposition qui a
fait l’objet d’une nouvelle QPC,
en 2018 par les JLD appelés à se pro­
noncer dans les douze jours à
compter de l’internement d’un pa­
tient, puis tous les six mois. « Com­
bien de mesures d’isolement et de
L’ opération aurait pu fonc­
tionner, si la ficelle avait
été moins grosse. Une
vaste fraude vient d’être mise au
jour, qui concerne, selon nos in­
région parisienne », témoigne un
élu étudiant. Souvent, les deux
mêmes motifs sont invoqués
pour justifier ce changement
d’adresse : « Mon grand­père est
légaux ayant pour objectif de faire
croître leur représentativité ».
L’Alternative (deux élus sor­
tants) demande que le ministère
diligente une enquête auprès de
che et l’extrême gauche étudiante
et connues de tous ». Quant à
l’UNEF (deux élus sortants), elle
annonce qu’elle dépose plainte
après la mise à sac de ses locaux de
cette procédure permettant à tout contention sont abusives ? », a in­ formations, au moins 39 univer­ malade, je dois me rendre auprès l’ensemble des établissements et Nantes, « dans l’objectif de subtili­
citoyen de faire vérifier la constitu­ terrogé M. Molinié, selon qui « cer­ sités, alors que se préparent les de lui » et « Mon père s’est cassé le « réédite le matériel de vote de tous ser le matériel de vote ». Le syndicat
tionnalité d’une disposition légis­ taines sont des sanctions discipli­ élections des représentants étu­ pied, je dois l’aider… » Intriguée, les électeurs ayant fait l’objet de signale en outre qu’une candidate
lative qui lui est opposée. naires déguisées ». diants au Conseil national de l’en­ l’université contacte directement fraude ». De son côté, l’UNI (un élu a été « fortement intimidée par
L’un des arguments opposés par seignement supérieur et de la re­ les étudiants élus, qui lui indi­ sortant) voit dans cette fraude « le trois hommes militants d’une autre
Etablissements hors des clous le gouvernement à ce contrôle sys­ cherche (Cneser). Du 7 au 18 juin, quent ne jamais avoir écrit de tels résultat de nombreuses années de organisation qui ont tenu des pro­
« L’obligation d’intervention du tématique par le JLD était le nom­ cette instance consultative, pla­ messages. « En Bretagne, en Lor­ laxisme du gouvernement face à pos menaçants à son encontre ». 
juge judiciaire n’a pas été mise en bre important des mesures que cée auprès de la ministre Frédéri­ raine ou en PACA, on s’est aperçu des pratiques utilisées par la gau­ soazig le nevé
pratique », a dénoncé Me Mayet à cela représente. Contacté, le minis­ que Vidal, renouvelle le collège que toutes les universités avaient
l’audience du 25 mai devant le tère de la justice n’était pas en me­ des 11 étudiants dont le mandat été sollicitées pour rediriger leurs
Conseil constitutionnel. De fait, sure, vendredi 4 juin au soir, de de deux ans arrive à échéance. envois vers la région parisienne,
au­delà de la limite légale de qua­ chiffrer les effectifs en magistrats Pour préparer ce vote par cor­ parfois aux mêmes adresses »,
rante­huit heures pour un isole­ et greffiers que cela nécessiterait. respondance, du matériel (bulle­ poursuit notre interlocuteur.

DE CAUSE
ment et de vingt­quatre heures « Le gouvernement a tenté un pas­ tins et enveloppe) est envoyé de­
pour une contention, le texte de sage en force, il subit un camou­ puis le 11 mai aux 2 000 étu­ A couteaux tirés
loi censuré prévoit que ces mesu­ flet », commente Me Mayet. diants élus dans les conseils de En urgence, jeudi 3 juin, le cabi­
res peuvent être renouvelées « à ti­
tre exceptionnel », à la condition
que « le médecin informe sans délai
Depuis la loi du 5 juillet 2011 ins­
taurant un contrôle du juge judi­
ciaire sur ce que l’on appelait aupa­
gouvernance de leurs universi­
tés. Habituellement, les élus étu­
diants se rendent dans leur éta­
net de Frédérique Vidal a convo­
qué les organisations étudiantes
pour leur signifier qu’une
À EFFETS.
le juge des libertés et de la détention ravant les hospitalisations d’office, blissement pour récupérer le plainte venait d’être déposée Chaque mardi
[JLD], qui peut se saisir d’office ». Le une dizaine de QPC ont été soule­ matériel et signer un justificatif auprès du procureur de la Répu­
© Radio France/Ch. Abramowitz

juge peut alors décider la mainle­ vées devant le Conseil constitu­ auprès du service juridique. Mais blique et que le ministère enga­ 21H – 22h
vée de la mesure. « L’information
n’est pas l’intervention », avait
tionnel et de nombreuses censu­
res ont été prononcées. « Les droits
cette année, à cause du Covid,
un envoi au domicile était pro­
geait à faire de même toutes les
parties prenantes.
Aurélie
des malades en psychiatrie ne pro­ posé. L’occasion rêvée pour ten­ Dans l’attente des conclusions Luneau
gressent qu’avec ces batailles juri­ ter de détourner les envois vers de l’enquête, les quatre syndicats
diques qui forcent la main du gou­ d’autres adresses, afin de voter à siégeant actuellement au Cneser
7 000 vernement », déplore André Bit­ la place d’élus de listes concur­ ont chacun rédigé un communi­ Le magazine de
ton, président du Cercle de ré­ rentes. De fausses procurations qué pour dénoncer ces agisse­
hospitalisations flexion et de proposition d’actions ont également été établies afin ments. A couteaux tirés et dans l’environnement
sans sur la psychiatrie. de permettre de retirer à l’uni­ un contexte très politisé, tous
En 2018, 95 600 personnes fai­ versité le matériel de vote à la veulent que la campagne électo­
consentement saient l’objet d’une hospitalisation place des vrais élus. rale se poursuive jusqu’à son
ont été jugées sans consentement, soit une « Il y a deux semaines, la direc­ terme. Pour la FAGE, organisation
hausse de 26 % en quatre ans. Elles tion générale des services de l’uni­ majoritaire (6 élus sortants), ces
abusives en 2018 sont décidées dans environ 80 % versité de Lorraine a remarqué agissements frauduleux démon­ En partenariat
L’esprit
par les juges des cas à la demande d’un tiers, le qu’un certain nombre d’élus étu­ trent que « certaines organisa­ avec
plus souvent la famille, et dans diants avaient fait une demande tions étudiantes sont indignes des d’ouver-
des libertés et 20 % des cas par le préfet.  d’envoi du matériel à des adresses mandats qui leur sont donnés » et ture.
de la détention jean­baptiste jacquin un peu farfelues, notamment en « se complaisent dans des actes il­
0123
16 | france DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Rétractation de
Ziad Takieddine :
Mimi Marchand
devant les juges
La papesse de la presse people
a été déférée, samedi, en vue
d’une mise en examen, notamment
pour subornation de témoin

L’
affairiste franco­liba­ temps en temps, mais il a sa propre
nais Ziad Takieddine agence. Il était parti pour essayer
s’est­il rétracté de ses ac­ de faire un sujet paparazzi sur Car­
cusations contre Nico­ los Ghosn, et, paraît­il, l’autre [Ziad
las Sarkozy, dans l’affaire du finan­ Takieddine] lui aurait sauté des­
cement libyen de la campagne sus. Il voulait des photos… Valiela
présidentielle de 2007, après avoir me dit qu’il a eu Gattegno [direc­
subi des pressions ou, pis, avoir été teur des rédactions de Paris­ Michèle Marchand et le photographe Sébastien Valiela, à Paris, lors d’un meeting d’Emmanuel Macron, en avril 2017. LIONEL PRÉAU/RIVA PRESS
acheté ? C’est la question que pose Match et du Journal du dimanche],
en filigrane le placement en garde qui lui a tout de suite envoyé un
à vue, jeudi 3 juin au matin, révélé journaliste », avait­elle précisé. Un campagne de 2007 », avait­il aussi­ ses biens saisis dans l’affaire Kara­ ris, alors même qu’elle se trouve
par Mediapart, de la dirigeante de mensonge puisqu’elle a reconnu tôt réagi sur Twitter. chi. Un moment immortalisé une aussi sous main de justice.
Ziad Takieddine
l’agence photo Bestimage, Mi­ au cours de sa garde à vue qu’elle Le journaliste de Paris Match a, nouvelle fois par Paris Match. Des questions se posent aussi s’était plaint dès
chèle Marchand, dans les locaux se trouvait en fait à Beyrouth, elle lui aussi, été placé en garde à vue, Or, selon Mediapart, plusieurs quant au rôle joué par Pierre Rey­
de l’Office central de lutte contre la aussi, au moment de l’entretien jeudi 3 juin, avant d’être relâché, ce personnes gravitant dans l’entou­ naud, un marchand de biens pari­
août 2019 aux
corruption et les infractions finan­ avec M. Takieddine. qui a provoqué l’émoi de sa rédac­ rage de l’intermédiaire Alexandre sien, soupçonné d’avoir avancé de magistrats d’une
cières et fiscales, à Nanterre. tion, laquelle a dénoncé, par la Djouhri, mis en examen comme l’argent à Noël Dubus, un autre af­
Samedi 5 juin au matin, « Mépris du secret des sources » voix de Constance Benqué, la di­ Takieddine dans l’affaire libyenne, fairiste notoire, que celui­ci aurait
atmosphère
« Mimi », comme elle est surnom­ L’intermédiaire, alors en fuite au rectrice de publication, « l’utilisa­ s’étaient activées auprès de ce der­ ensuite pour partie transmis à de menaces et
mée, devait être présentée devant Liban après sa condamnation tion de tels moyens de contraintes nier pour le convaincre de changer Ziad Takieddine. Un troisième
des juges d’instruction pour être dans l’affaire des comptes de cam­ pour interroger un journaliste sur ses déclarations sur l’ancien prési­ homme, le publicitaire Arnaud de
de pressions
mise en examen pour « associa­ pagne d’Edouard Balladur, avait l’un de ses reportages, au mépris du dent. C’est ce même Alexandre la Villesbrunne aurait lui aussi pris
tion de malfaiteurs en vue de expliqué au journaliste François secret des sources, pourtant re­ Djouhri qui s’était employé, dès part à l’opération en mettant des
commettre une escroquerie en de Labarre que « M. Sarkozy n’a pas connu par la loi ». Son conseil, 2014, en lien direct avec le direc­ fonds à disposition. teur du renseignement militaire
bande organisée » et « suborna­ eu un financement libyen pour la Christophe Bigot (par ailleurs un teur de cabinet de Nicolas Sarkozy, Entendu à nouveau en janvier libyen, Abdallah Senoussi, à l’oc­
tion de témoin ». Trois autres per­ campagne présidentielle ». Une dé­ des avocats du Monde), a dénoncé, Michel Gaudin, à convaincre son par les magistrats instructeurs au casion de laquelle le premier avait
sonnes placées en garde à vue claration contraire à ce qu’il avait lui aussi, « des méthodes démesu­ ami Béchir Saleh, ancien argentier Liban, M. Takieddine avait effec­ remis un RIB au second. Des faits
jeudi devaient aussi être déférées. affirmé aux juges d’instruction rées contre un journaliste qui n’a du colonel Kadhafi, d’écrire un tué un énième revirement, se re­ contestés depuis l’ouverture de
Les magistrats soupçonnent chargés du dossier, qui avait réjoui fait que son métier. C’est la techni­ courrier pour démentir catégori­ fusant à confirmer les propos l’enquête par MM. Guéant et Hor­
cette femme d’affaires au passé l’ancien président de la Républi­ que du coup de pression qui est to­ quement tout financement libyen rapportés par l’hebdomadaire. Ils tefeux, toutefois mis en examen
sulfureux, proche des couples Ma­ que. « Le principal accusateur re­ talement inadaptée lorsqu’elle est de la campagne. « ont été mal tournés par le jour­ notamment pour « association de
cron et Sarkozy, d’avoir joué un connaît ses mensonges. Jamais il ne utilisée vis­à­vis de la presse ». naliste », avait­il dit, ajoutant : malfaiteurs ».
rôle trouble dans l’organisation de m’a remis d’argent, jamais il n’y a Le revirement de Ziad Takied­ Plusieurs milliers d’euros « Paris Match appartient à un ami Ziad Takieddine avait aussi re­
l’entretien donné par Ziad Takied­ eu de financement illégal de ma dine dans une publication déte­ Dans une atmosphère de menaces de Sarkozy, ils ont déformé mes connu qu’il n’avait passé aucun
dine à l’hebdomadaire Paris nue par le groupe Lagardère, où Ni­ et de pressions dont il s’était plaint propos. » Lors de cette audition, il deal officieux avec la justice fran­
Match, publié en novembre 2020, colas Sarkozy siège au conseil de dès août 2019 aux magistrats fran­ avait dit qu’il ne pouvait « pas çaise afin d’accuser indûment Ni­
accompagné de clichés pris par un surveillance, et possiblement çais, Ziad Takieddine aurait no­ confirmer qu’il n’y a pas eu finan­ colas Sarkozy. Dans cette affaire,
photographe travaillant pour son
« “Paris Match” bientôt au conseil d’administra­ tamment reçu plusieurs milliers cement » et indiqué à nouveau l’ancien chef d’Etat a été mis en
agence. Contactée, son avocate, Me appartient à un tion, avait alors suscité de nom­ d’euros au Liban pour l’aider à fi­ qu’il avait remis 5 millions examen pour « corruption », « re­
Caroline Toby, n’a pas souhaité breuses interrogations. En dé­ nancer sa défense dans un conten­ d’euros en cash à Claude Guéant, cel de détournements de fonds pu­
faire de commentaires.
ami de Sarkozy, cembre, il était allé encore un peu tieux qui l’oppose sur place à un quand il dirigeait le cabinet de Ni­ blics [libyens] », « financement illi­
En avril, « Mimi » avait assuré au ils ont déformé plus loin en signant chez un no­ avocat. Désargenté du fait de la sai­ colas Sarkozy au ministère de l’in­ cite de campagne électorale » et
site Mediapart qu’elle n’avait taire un texte dans lequel il expli­ sie de ses comptes bancaires, térieur et qu’il avait assisté à une « association de malfaiteurs ». Sol­
« rien à voir dans cette histoire ».
mes propos » quait que les juges français lui M. Takieddine se serait vu, en rencontre entre Brice Hortefeux, licité, le Parquet national financier
« Valiela [le photographe envoyé ZIAD TAKIEDDINE avaient dit d’accuser Nicolas outre, proposer le rachat de sa villa alors ministre des collectivités n’a pas souhaité communiquer. 
au Liban] travaille pour moi de affairiste franco-libanais Sarkozy s’il souhaitait récupérer de l’avenue Georges­Mandel à Pa­ territoriales, et le puissant direc­ simon piel

Renseignement : l’ouverture en trompe­l’œil des archives classifiées


Les députés ont voté la généralisation de l’accès aux documents secret­défense après cinquante ans, mais le champ des exceptions est élargi

L e projet de loi relatif à la pré­


vention d’actes de terro­
risme et au renseignement,
adopté mercredi 2 juin en pre­
mière lecture à l’Assemblée, recèle
en question décide de l’appliquer
de manière tatillonne, comme
c’est le cas du Service historique
des armées, depuis janvier 2020.
Le gouvernement a eu beau jeu
d’Etat, saisi par nos trois associa­
tions, n’ait pu se prononcer ».
Mais à y regarder de plus près, le
progrès annoncé ressemble plus à
un verrouillage en catimini. Outre
xalement, un recul. Outre toutes
les informations qui concernent
les armes nucléaires, déjà exclues
de toute déclassification, l’arti­
cle 19 établit quatre catégories de
gueur ; et ceux relatifs à la mise en
œuvre et les moyens de la dissua­
sion nucléaire.
Concernant les archives des ser­
vices de renseignement, il suffit
problématique.
Le texte marque un recul par rap­
port à la loi de 2008. En l’état ac­
tuel, les archives publiques, « dont
la communication porte atteinte
une disposition aussi inattendue de présenter l’article 19 du nou­ le fait que régler une telle question documents pour lesquels le délai que les relations avec un service au secret de la défense nationale,
que peu en rapport avec l’objet du veau texte comme une avancée dans une loi sur le terrorisme est est allongé au­delà de cin­ étranger soient dévoilées ou aux intérêts fondamentaux de
texte. Son article 19 traite en effet majeure. En effet, la déclassifica­ incongru, l’absence de la ministre quante ans : ceux concernant cer­ qu’une procédure soit encore en l’Etat dans la conduite de la politi­
de l’« accès aux archives publi­ tion automatique devient la règle de la culture Roselyne Bachelot – tains bâtiments (prisons, barrages vigueur pour que des documents que extérieure, à la sûreté de l’Etat
ques ». Sous cet intitulé laconique à partir de cinquante ans après dont la gestion des archives et le hydroélectriques, etc.) tant qu’ils puissent être soustraits à la curio­ ou encore à la sécurité publique »,
se cache tout l’enjeu de la déclassi­ l’émission du document. code du patrimoine dépendent – sont en service ; ceux concernant sité du public, comme le pointe le peuvent être communiquées
fication des archives d’Etat classi­ et son remplacement pour défen­ l’emploi des matériels de guerre, communiqué commun des archi­ après l’expiration d’un délai de
fiées ou relevant du secret­dé­ Délai indéterminé et glissant dre le texte à l’Assemblée par la mi­ jusqu’à la fin de leur usage ; ceux vistes, des historiens et de l’Asso­ cinquante ans, ou plus. La nou­
fense et qui intéressent les histo­ Dans un communiqué commun nistre des armées, Florence Parly, touchant aux procédures opéra­ ciation Josette et Maurice Audin : velle loi établit un délai indéter­
riens, les chercheurs, les journalis­ publié vendredi 4 juin, « l’Associa­ était une bonne indication des in­ tionnelles et aux capacités techni­ « Rien ne permet de garantir qu’il miné et glissant. La députée poly­
tes, ainsi que les associations et tion des archivistes français, l’Asso­ tentions du gouvernement. ques des services de renseigne­ soit toujours possible demain de nésienne Maina Sage (UDI) a dé­
même des particuliers. ciation des historiens contempora­ Dernier indice, la discussion des ment, tant qu’elles sont en vi­ travailler sur les archives de la Di­ ploré une « exception perpétuelle ».
Le texte se présente sous la néistes de l’enseignement supé­ amendements, dont un certain rection de la surveillance du terri­ « Le plus grave, c’est que l’admi­
forme d’une modification de l’ar­ rieur et de la recherche et l’Associa­ nombre a été présenté par le dé­ toire [DST] ayant permis de retrou­ nistration émettrice du document
ticle L 213­2 du code du patri­ tion Josette et Maurice Audin, à puté (ex­La République en mar­ ver et de juger les collaborateurs de sera la seule à décider si la diffusion
moine, qui fixe les délais d’ouver­ l’origine des recours et de la mobili­ che) de l’Essonne Cédric Villani, a « L’administration la seconde guerre mondiale (…), les est possible, pointe Céline Guyon,
ture des archives des différents ty­ sation citoyenne contre l’instruc­ duré quarante­cinq minutes en archives des tristement célèbres présidente de l’Association des ar­
pes de documents publics. Une loi tion générale interministérielle tout et pour tout, entre 23 heures
émettrice du “détachements opérationnels de chivistes français. En votant la loi
de 2008 en fixait les modalités, n° 1300, se félicitent de voir recon­ et minuit. Et tous ont été rejetés, document sera protection” chargés, au cours de la telle qu’elle est, le législateur se des­
mais une instruction générale in­ nue l’illégalité des pratiques qui, de­ sauf ceux du corapporteur du pro­ guerre d’Algérie, d’interroger les pri­ saisirait de son pouvoir au profit de
terministérielle de 2011 est venue puis plus de dix­huit mois, empê­ jet de loi, le député (Agir ensemble)
la seule à décider sonniers jugés les plus “intéres­ l’administration. » Et des archives
tout compliquer et a contraint les chent l’accès à de très nombreuses du Cher Loïc Kervran, qui siège à la si la diffusion sants”, y compris en recourant à la actuellement accessibles pour­
administrations à une déclassifi­ archives de la nation. Le texte délégation parlementaire au ren­ torture. La recherche sur des pans raient retourner dans les cartons
cation document par document, adopté par l’Assemblée nationale seignement et appartient à la ma­
est possible » entiers, et essentiels, de notre his­ si jamais l’interprétation de l’ad­
ce qui a ralenti le rythme des met en effet explicitement un terme jorité présidentielle. CÉLINE GUYON toire contemporaine, est grave­ ministration – ou de sa tutelle po­
ouvertures d’archives. Voire l’a à ces pratiques administratives illé­ En fait, le nouveau texte de loi présidente de l’Association ment menacée. » La notion de « ca­ litique – change. 
bloqué lorsque l’administration gales, avant même que le Conseil sur les archives d’Etat est, parado­ des archivistes français pacité opérationnelle » est la plus christophe ayad
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 | 17

Aux Etats­Unis, une reprise à pas comptés
En mai, 560 000 emplois ont été créés, permettant un recul du chômage de 6,1 % à 5,8 % de la population active

new york ­ correspondant

L
a reprise du marché du
travail se poursuit outre­
Atlantique, mais à un
tempo moins rapide
qu’espéré. Les Etats­Unis ont ainsi
créé 560 000 emplois au mois de
mai, ce qui a permis au taux de
chômage de reculer de 6,1 %
à 5,8 % de la population active.
Ce chiffre s’explique notam­
ment par les 292 000 postes re­
trouvés dans le tourisme, l’hôtel­
lerie et la restauration : les entre­
prises appartenant à ces secteurs
renouent avec l’activité en raison
du net reflux de l’épidémie de Co­
vid­19, plus de la moitié de la po­
pulation adulte étant désormais
vaccinée. S’y ajoutent plus de
100 000 emplois dans le domaine
de l’éducation, alors que les écoles
rouvrent leurs portes.
L’économie nationale a recréé
14,7 millions des 22 millions d’em­
plois détruits au début de la crise
sanitaire, mais elle accuse tou­
jours un retard de 7,2 millions en
la matière par rapport au mois de
janvier 2020.
Le chiffre de mai était attendu
avec grande impatience par l’en­
semble des observateurs – qu’ils
soient économiques ou politi­
ques –, après la performance cala­
miteuse enregistrée en avril. Ce
mois­là, le pays n’avait créé que
266 000 emplois, beaucoup
moins que le million escompté.
La publication de cette statistique
décevante avait mis le président
démocrate Joe Biden en difficulté,
les républicains accusant son Devanture d’un restaurant de Mayfield Heights (Ohio) qui cherche à embaucher de nouveaux salariés, le 4 juin. TONY DEJAK/AP
plan de relance massif d’être à la
fois coûteux et inefficace.
les estimations des experts, a attendre encore quatorze mois bascule d’une partie des ménages tures et alimenté en partie par des
Risques inflationnistes lancé le leader des républicains à pour retrouver le niveau d’emploi américains qui ont fui les centres­
A ce rythme-là, fonds non utilisés pour lutter
Le chiffre d’aujourd’hui repré­ la Chambre des représentants, d’avant la crise. Au cours des der­ villes et veulent se faire cons­ il faudra attendre contre le Covid­19. Ce plan ne se­
sente un soulagement, même s’il Steve Scalise (Louisiane), sur le niers mois, la Banque centrale truire des maisons individuelles ; rait pas obligatoirement financé
est inférieur aux 670 000 créa­ réseau social Twitter. C’est ce qui américaine, qui s’est fixé pour ob­ le rebond du pétrole, qui n’est pas
encore quatorze par la hausse du taux de l’impôt
tions d’emplois sur lesquelles ta­ arrive lorsque vous payez des gens jectif quasi unique le plein­em­ appelé à se reproduire indéfi­ mois pour sur les sociétés de 21 % à 28 % – un
blaient les économistes. « C’est un à ne pas travailler. A quoi les dé­ ploi, a expliqué que le chemin se­ niment. En résumé, il s’agirait chiffon rouge pour les républi­
progrès historique », s’est félicité mocrates s’attendaient­ils ? » rait long. Elle n’a cessé, en outre, d’un phénomène unique et non
retrouver cains –, mais seulement par un
M. Biden, vendredi 4 juin. La Réserve fédérale (Fed) de San de tempérer les risques inflation­ durable. A cet égard, les salai­ le niveau impôt minimal de 15 %.
« Aucune autre grande économie Francisco, qui a travaillé sur le su­ nistes que feraient courir sa poli­ res ont crû de 0,5 point en mai En revanche, le locataire de la
au monde ne connaît une crois­ jet au cours de l’été 2020 pour éva­ tique de taux d’intérêt à zéro et les – une augmentation marquée –,
d’emploi d’avant Maison Blanche ne souhaite pas
sance aussi rapide que la nôtre. luer l’impact des mesures Trump déficits budgétaires de l’adminis­ mais de 2 % sur un an seulement, la crise sanitaire faire payer la classe moyenne et
Aucune autre grande économie ne (600 dollars à l’époque), n’avait tration Biden. ce qui est modéré. refuse catégoriquement toute
crée des emplois aussi rapidement pas trouvé d’effet significatif. En Depuis des semaines, les diri­ hausse des péages ou des taxes
que la nôtre », a ajouté le locataire revanche, il existe plus de 8 mil­ geants de la Fed répètent que la Biden va devoir faire un choix ses taux d’intérêt avant de longs sur l’essence. Comme l’écrivait le
de la Maison Blanche, alors que lions d’emplois non pourvus, et hausse des prix ne correspond Cette interprétation est celle des trimestres. quotidien britannique Financial
s’ouvrait la réunion des ministres 25 Etats fédérés ont décidé de ne pas à une reprise de l’inflation, marchés financiers, lesquels ont Cela ne débloque pas non plus Times, jeudi 3 juin, le président va
des finances du G7, à Londres. plus attribuer la prime de avec sa spirale prix­salaire, mais à terminé la journée de vendredi les pourparlers en cours sur devoir faire un choix, entre le Joe
Naturellement, les républicains 300 dollars contestée : dès le une envolée temporaire due à en hausse, avec une progression le plan d’infrastructures de Biden qui panse les plaies de
n’ont pas partagé cette analyse. 12 juin pour l’Alaska et le Missouri, plusieurs facteurs : le vif appétit de 0,9 % du S&P 500 (l’indice des 2 200 milliards de dollars (envi­ l’Amérique en essayant de ras­
Ils reprochent à Joe Biden d’inci­ le 26 juin pour la Floride, à partir pour les biens durables depuis 500 plus grandes sociétés amé­ ron 1 800 milliards d’euros) que sembler le pays et en cherchant
ter les Américains à refuser des du 19 juillet pour l’Indiana. Le pro­ l’irruption du Covid­19, qui a en­ ricaines cotées) et de 1,5 % du Joe Biden entend faire voter par le un consensus avec les républi­
emplois, avec l’allocation­chô­ gramme doit s’éteindre au début traîné une pénurie de semi­con­ Nasdaq, l’indice riche en valeurs Congrès. Pour l’heure, le prési­ cains, et celui qui prône le chan­
mage hebdomadaire de 300 dol­ du mois de septembre. ducteurs ; les goulets d’étrangle­ technologiques. Les opérateurs dent s’efforce encore de négocier : gement et doit, pour cela, être
lars (247 euros). « Encore un mau­ En réalité, le chiffre de l’emploi ment de l’économie dans des sec­ estiment que l’incidence sur les il a réduit ses propositions avec prêt à faire voter son plan par ses
vais rapport sur l’emploi de mai donne plutôt raison à teurs qui repartent plus vite que profits sera limitée, et que la un paquet de 1 000 milliards de seules troupes. 
– 100 000 emplois de moins que la Fed. A ce rythme­là, il faudra prévu, comme les services ; la Fed n’est pas disposée à relever dollars recentré sur les infrastruc­ arnaud leparmentier

« L’Asie a pris conscience de la fragilité des chaînes de valeur »


Abdul Abiad, économiste à la Banque asiatique de développement, tire les enseignements de la crise pour les Etats de la région

ENTRETIEN qui s’est accélérée en avril, mais


cela a surtout concerné l’Asie du
secteurs, comme l’hôtellerie, les
divertissements ou encore les
Chine, à la Corée du Sud, à Taïwan
ou au Vietnam.
pandémie va accélérer ce mouve­
ment de diversification pour que
qui est préoccupante. De nom­
breux pays asiatiques sont désor­

S i l’Asie a réussi, en 2020, à


maîtriser rapidement la cir­
culation du virus grâce à
des quarantaines strictes, plu­
sieurs pays de la région enregis­
Sud. La pandémie est désormais
en train de reculer partout sur le
continent. Les récentes restric­
tions de déplacement et mises en
quarantaine ont eu un impact
transports. Le tourisme intérieur
et de courte durée se développe,
mais ne compense pas.

Allez­vous réviser à la baisse


La pandémie a­t­elle conforté
le modèle de développement
asiatique ou au contraire
révélé quelques faiblesses ?
les chaînes de valeur deviennent
plus résilientes. D’autres pays réa­
lisent aussi qu’ils sont devenus
trop dépendants d’un secteur
comme le tourisme. Mais existe­
mais des pays à moyens revenus,
qui ne tirent plus leur croissance
d’une industrie manufacturière à
bas coût mais de l’innovation. Or,
les restrictions américaines sur
trent depuis le début de 2021 un sur l’activité, mais moins que vos prévisions de croissance ? Il y a eu une prise de conscience t­il vraiment des alternatives ? leurs exportations de technolo­
rebond épidémique. Dans ses pré­ l’année dernière. Il est probable que nous révi­ de la fragilité des chaînes de va­ gies risquent de freiner l’innova­
visions d’avril, la Banque asiati­ sions nos prévisions de crois­ leur. L’Asie le savait déjà : les ten­ La France et l’UE veulent tion, qui dépend beaucoup du par­
que de développement (BAD) ta­ Quels sont les pays et les sance de juillet, publiées tous les sions commerciales entre la Chine accroître leur « autonomie tage des connaissances.
blait sur une croissance de 7,3 % secteurs les plus touchés par trimestres, mais nous ne savons et les Etats­Unis ont incité des en­ stratégique ». Quel sera Le risque est de voir des techno­
en Asie pour l’année. Mais le re­ les mesures de restriction ? pas encore dans quelle direction ! treprises à relocaliser ailleurs en l’impact pour l’Asie ? logies segmentées ou séparées
tard en matière de vaccination En général, ce sont ceux qui dé­ Il ne faut pas oublier que plu­ Asie certaines unités de produc­ L’Asie dépend beaucoup moins en silos. Je pense que chaque
pourrait freiner sa reprise, estime pendent du tourisme, comme les sieurs pays en Asie enregistrent tion, par exemple au Cambodge, de la demande européenne ou pays d’Asie a pris conscience qu’il
Abdul Abiad, responsable des étu­ Maldives ou les îles du Pacifique. une croissance meilleure que au Laos ou encore au Bangladesh. américaine, et beaucoup plus du devait dépenser davantage dans
des macroéconomiques à la BAD. Or, on ne pense pas que l’activité prévu. Grâce à la forte reprise Ce mouvement de diversifica­ marché asiatique et de sa de­ l’innovation, comme la Chine,
touristique reviendra à la nor­ mondiale, les exportations d’Asie tion des sources d’approvisionne­ mande intérieure. Plus grave qui a prévu dans son dernier plan
L’Asie est­elle menacée par une male de sitôt. Les arrivées de tou­ augmentent très rapidement, no­ ment avait même commencé qu’une autonomie stratégique ac­ quinquennal de les augmenter
nouvelle vague de Covid­19 ? ristes étrangers ont chuté de 90 % tamment dans l’électronique et avant, en raison de la hausse des crue ou même que la guerre com­ de 7 % par an. 
L’Asie a connu une augmenta­ à 100 % dans la plupart des pays les biens de consommation en gé­ salaires et des coûts de la produc­ merciale entre la Chine et les Etats­ propos recueillis par
tion du nombre de cas en mars, d’Asie. Cela touche de nombreux néral. Cela bénéficie surtout à la tion manufacturière en Chine. La Unis, c’est la guerre technologique julien bouissou
0123
20 | économie & entreprise DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Les banquiers centraux veulent Facebook suspend pour


2 ans le compte de Trump
« verdir » la finance L’ancien président des Etats­Unis y a diffusé,
à maintes reprises, des théories du complot
Les grands argentiers de la planète acceptent leur rôle dans la lutte contre
le changement climatique. Le débat porte sur les modalités de leur action
D eux ans : c’est la durée au
cours de laquelle le
compte Facebook de Do­
nald Trump restera suspendu, a
tant. Dans les jours précédents, il
l’avait aussi utilisé pour affirmer,
au mépris de toutes les preuves,
que des fraudes massives avaient

E
n septembre 2015, Mark au risque climatique. L’institu­ banques. « Nous ne sommes pas, fait savoir le réseau social, ven­ eu lieu lors de l’élection de no­
Carney, alors gouverneur
« Ma génération tion de Francfort va mener et ne cherchons pas à être, des ac­ dredi 4 juin. « La décision de Face­ vembre 2020 et qu’il était le vrai
de la Banque d’Angle­ a changé d’avis en 2022 un stress test (test de ré­ teurs de la politique climatique en book est une insulte » aux « 75 mil­ président élu.
terre, avait prononcé un sistance) climatique des banques, tant que tels. Il faut faire attention lions de personnes qui ont voté
discours pour alerter sur les ris­
sur ce sujet. J’ai afin de mesurer les risques de à ne pas essayer de remplir un vide pour nous en 2020 », a aussitôt Plus de transparence
ques que le changement climati­ changé d’avis » chaque établissement. La Banque politique. Ce n’est pas à nous de le réagi l’ancien président des Etats­ Saisi du cas de cette suspension, le
que faisait peser sur la stabilité fi­ de France a déjà effectué cet exer­ faire. » Du côté des Chinois, le dis­ Unis, ajoutant que le géant des ré­ conseil de surveillance – sorte de
FRANÇOIS VILLEROY
nancière. Le Daily Telegraph, le cice pour l’Hexagone, mais uni­ cours officiel est plus proche de seaux sociaux « ne devrait pas être « cour suprême » de l’entreprise
DE GALHAU
grand quotidien conservateur quement sur la base du volonta­ l’attitude européenne. La réalité, autorisé à s’en tirer avec cette cen­ chargée depuis peu d’arbitrer les
gouverneur
britannique, avait réagi avec un ti­ riat des institutions financières. quant à elle, est floue. La Banque sure et ce musellement ». contestations des décisions de
de la Banque de France
tre agacé : « Qui a chargé M. Car­ Enfin, la BCE pourrait agir direc­ centrale affirme avoir conduit des A la différence des autres utilisa­ modération de Facebook – avait
ney du changement climatique ? » tement sur les marchés. Dans le stress tests climatiques des ban­ teurs du réseau social, les chefs estimé qu’elle était, en tant que
A lire le quotidien, qui reflétait cadre de son programme d’achat ques, mais les résultats sont d’Etat et de gouvernement, ainsi telle, légitime. Mais le conseil
une idée très répandue parmi les donc « absolument de notre man­ de dettes, elle détient 276 mil­ confidentiels. que de très nombreux élus et res­ avait vivement critiqué le fait
banquiers centraux, ces derniers dat » d’agir, souligne­t­elle. liards d’euros d’obligations d’en­ Au­delà de l’action directe des ponsables politiques, bénéficient qu’elle soit sans limite dans le
n’avaient pas leur place dans le Ce débat n’a rien d’une obscure treprise. En 2020, une étude de banques centrales, une grande jusqu’à présent d’une exemption temps et que les critères ayant
débat environnemental. querelle ésotérique. La finance, Greenpeace a montré que 63 % de bataille se déroule quant à l’ins­ d’« actualité » : elle prévoit que mené à cette suspension restent
Six ans plus tard, le ton a carburant de l’économie mon­ ces achats venaient d’entreprises tauration de standards environ­ leurs posts puissent rester en li­ abscons. « Les mêmes règles de­
changé. Du mercredi 2 au ven­ diale, a un rôle primordial à jouer très polluantes : production nementaux officiels, ce qui per­ gne au nom de l’intérêt public et vraient s’appliquer à tous les utili­
dredi 4 juin, une conférence (vir­ dans la transition écologique. S’il d’électricité, sociétés d’infrastruc­ mettrait de savoir quels investis­ ce, même quand ils diffusent des sateurs », avaient déclaré les
tuelle), organisée notamment par faut mettre en place de nouvelles ture et de transport, automobile… sements peuvent être classés messages contraires aux règles membres indépendants de l’ ins­
la Banque de France, le Fonds mo­ infrastructures pour produire de La BCE se contente de refléter le comme « verts ». A ce stade, plus d’utilisation. Depuis sa création, tance. Le réseau social avait pro­
nétaire international (FMI) et la l’énergie verte, ou changer de marché, se voulant officiellement de 200 normes différentes exis­ Facebook considère par exemple mis de prendre en compte leurs
Banque des règlements interna­ fond en comble la technologie neutre. Désormais, elle pourrait tent dans le monde. Dès lors, pour qu’un message publié par un chef recommandations.
tionaux, a réuni le gotha des ban­ des voitures, cela nécessitera décider de « verdir » ses acquisi­ un investisseur, même de bonne d’Etat constitue une information « Nous savons que cette décision
quiers centraux pour examiner d’énormes financements. « La tions d’obligations d’entreprise. volonté et cherchant à placer son de nature politique, à laquelle les sera critiquée par de nombreuses
leur rôle dans la lutte contre le communauté financière a été cru­ argent dans des projets favorables citoyens doivent pouvoir avoir ac­ personnes des deux côtés de l’échi­
changement climatique. Les ciale dans la révolution indus­ « Standardisation maximale » à l’environnement, la visibilité est cès, même lorsque ce post est quier politique, mais notre travail
grands argentiers les plus puis­ trielle du XIXe siècle, rappelle Luiz En Europe, cette approche en fa­ très réduite. « Il faut une standar­ mensonger ou violent. La sup­ est de prendre une décision qui soit
sants de la planète étaient pré­ Pereira da Silva, le directeur géné­ veur d’une stratégie environne­ disation maximale, sinon il risque pression de messages publiés par la plus équilibrée, juste et transpa­
sents : Christine Lagarde, prési­ ral adjoint de la Banque des règle­ mentale paraît sur le point de d’y avoir énormément de des responsables élus y a été jus­ rente possible », a écrit Nick Clegg,
dente de la Banque centrale euro­ ments internationaux. Elle peut s’imposer. Même Jens Weid­ “greenwashing” [tendance visant qu’à présent rarissime. le responsable des affaires publi­
péenne (BCE), Jerome Powell, pa­ jouer le même rôle avec le climat. » mann, le très orthodoxe prési­ à se donner une image écologique La présidence de M. Trump a ques de Facebook, dans le com­
tron de la Réserve fédérale Si la prise de conscience des dent de la Bundesbank (Banque responsable] involontaire », pré­ montré les limites de cette politi­ muniqué publié vendredi.
américaine, ou encore Yi Gang, banques centrales est claire, le dé­ centrale allemande), a semblé an­ vient Christine Lagarde. que, l’ex­locataire de la Maison Le groupe confirme plus géné­
gouverneur de la Banque centrale bat concerne leur action. La BCE noncer, mercredi 2 juin, qu’il se Par ailleurs, les entreprises qui Blanche ayant utilisé à de multi­ ralement, comme l’annonçait le
de Chine. Aujourd’hui, le sujet fait se veut pionnière. Elle procède à rangeait – au moins partielle­ le souhaitent peuvent rendre pu­ ples reprises son compte pour dif­ site spécialisé The Verge, qu’il
presque consensus : les banques une grande remise à plat de sa ment – à ces arguments. « S’il n’y a blic leur niveau d’impact sur l’en­ fuser des théories du complot, compte limiter les privilèges de
centrales veulent agir. « Ma géné­ stratégie, dont le résultat sera pré­ pas de solution adéquate [sur les vironnement, en utilisant une des attaques personnelles contre modération dont jouissent les
ration a changé d’avis sur ce sujet, senté à l’automne 2021. Le chan­ marchés financiers], la BCE devra norme dite TCFD (Task Force on des journalistes ou des adversai­ élus et chefs de gouvernement. Le
reconnaît François Villeroy de gement climatique en fera partie. adopter des mesures alternatives Climate­related Financial Disclo­ res politiques, voire des menaces réseau social pourrait aussi faire
Galhau, le gouverneur de la Ban­ L’action pourrait se dérouler à pour inclure sérieusement les ris­ sures). Au total, 1 500 grandes en­ à peine voilées contre d’autres di­ preuve de plus de transparence
que de France. J’ai changé d’avis. » trois niveaux, espère M. Villeroy ques climatiques. » treprises y adhèrent, mais sur la rigeants étrangers. sur les avertissements donnés en
« Notre planète brûle, renchérit de Galhau. D’abord, la BCE pour­ Aux Etats­Unis en revanche, les base du volontariat. Faut­il rendre Le compte de M. Trump avait été cas d’infraction à ses règles, qui
Mme Lagarde. On pourrait regarder rait intégrer le changement cli­ hésitations perdurent. Si Jerome la TCFD obligatoire ? Mme Lagarde suspendu en janvier 2021, après peuvent conduire à l’exclusion
notre mandat et se dire que c’est matique dans ses modèles de pré­ Powell juge que le changement y est favorable. « La situation ac­ l’invasion du Capitole par des des comptes récidivistes. 
aux autres d’agir. Je ne le crois vision économique, qui sont très climatique fait partie de son man­ tuelle me rappelle l’autorégulation supporteurs du président sor­ damien leloup
pas. » A ses yeux, il est évident que importants dans son travail quo­ dat au nom des risques qui pèsent qui était en place avant la grande
le changement climatique va être tidien. Ensuite, en tant que régu­ sur la stabilité financière, il se crise financière [de 2008]. On sait
source de volatilité économique lateur, elle pourrait obliger les montre réticent à mettre en place où ça nous a menés. » 
et d’instabilité financière. Il relève banques à révéler leur exposition des stress tests climatiques des éric albert
MATIÈRES PREMIÈRES
PAR LAURENCE GIRARD

Constructions en bois : les géants du béton L’étiquetage


tâtonnent sur les voies du changement du miel est englué
Les apiculteurs sont piqués au pour une consommation totale
Eiffage, Vinci, Bouygues… le BTP cherche un modèle pour sécuriser ses approvisionnements vif. Et leur colère vrombit de 40 000 tonnes. Il est vrai que
comme un essaim d’abeilles en le butin des butineuses tricolores
plein vol. L’objet de leur cour­ avait été réduit à la portion

A vec la nécessité de décar­


boner les villes d’ici 2050
– ce qui signifie des bâti­
ments plus sobres en énergie et
une réduction massive des émis­
clients « qui veulent des actifs im­
mobiliers qui ne se déprécient pas
facilement », explique Valérie Da­
vid, la directrice développement
durable et innovation transverse
plus facilement dans de nouvelles
lignes de sciage qui, pour les plus
modernes, coûtent dans les
10 millions d’euros. Et pour
Bouygues Bâtiment, qui aspire à
ambitions environnementales, la
diversité de formes que prennent
ces engagements – fonds d’inves­
tissement, contrat direct avec l’in­
dustriel, joint venture – montre la
roux : l’apparent manque de vo­
lonté du gouvernement de faire
appliquer la loi. Officiellement, à
compter du 1er janvier 2021, l’éti­
quetage des pots de miel devait
congrue en 2019, à près de 9 000
tonnes. Heureusement, le feuille­
ton météorologique s’est mieux
déroulé en 2020, et la production
a repris du poil de l’abeille, avec
sions de CO2 au moment de la d’Eiffage –, contribuent à faire réaliser un tiers de constructions difficulté à trouver un modèle enfin indiquer les pays d’origine une estimation comprise entre
construction –, l’intérêt pour la fi­ bouger les lignes. bois d’ici à 2030, c’est la certitude économique pérenne, estime du nectar, classés par ordre d’im­ 18 000 et 20 000 tonnes.
lière bois, qui fait encore figure de « Si on veut multiplier la cons­ d’être livré en matériaux, et à des Philippe Aubain, associé de portance. Or, en ce début de A l’orée de 2021, les apiculteurs
niche au pays de Le Corbusier et truction durable, il faut que l’ap­ coûts maîtrisés. En cette période l’équipe environnement et déve­ mois de juin, il n’en est rien. ont eu le bourdon. Gel, pluie et
des frères Perret, ne cesse de gran­ provisionnement soit fluide, avec de crise où certaines poutres se loppement durable au sein du ca­ Aujourd’hui, seule la mention, vent ont perturbé le travail des
dir chez les géants français du bé­ un niveau de standardisation ho­ font attendre plus de quatre mois binet de conseil EY : « Tout le très elliptique, « UE » ou « non abeilles. Elles ont eu moins de
ton. Plusieurs signes traduisent mogène », poursuit Valérie David. et où les prix du bois s’envolent, monde se dit que cela va forcé­ UE » est en vigueur. nectar de colza ou d’acacia à se
une évolution du secteur. Mais il y a aussi le souci de se four­ cela prend d’autant plus de sens. ment décoller, la plupart des cons­ Pourtant, l’obligation d’être mettre sous la trompe. Pas sûr,
Le dernier en date est l’annonce, nir avec une matière première qui On pourrait encore citer le tructeurs s’interrogent sur le sujet, plus explicite a été votée dans le dans ces conditions, que la ré­
jeudi 3 juin, de l’arrivée du groupe n’aura pas été produite au­delà groupe Altarea, qui se présente mais tous tâtonnent. » cadre de la loi EGalim (issue des colte de miel soit plantureuse
Eiffage parmi les souscripteurs du des frontières de l’Union euro­ comme le deuxième promoteur D’ailleurs, les dirigeants de Vinci, Etats généraux de l’alimentation) cette année. Autre motif d’in­
nouveau Fonds bois et éco maté­ péenne, « et qui aura donc un im­ immobilier français depuis qu’il a qui présentaient cette semaine à la adoptée en 2018. Depuis, même quiétude : ils affirment n’avoir
riaux lancé par Bpifrance fin pact sociétal et environnemental racheté Cogedim, et qui, il y a presse la manière dont la société, si l’Union nationale de l’apicul­ aucune visibilité sur le plan de
2020. Ce fonds, le troisième du positif », poursuit­elle. deux ans, entrait à hauteur de métier par métier, et dans cha­ ture française (UNAF), qui fédère protection des pollinisateurs
genre, doté désormais de près de 50 % au capital de Woodeum, l’un cune de ses filiales, prenait sa part 20 000 apiculteurs profession­ promis par le ministre de l’agri­
80 millions d’euros avec les Coûts maîtrisés des leaders du bas carbone chez pour réduire ses émissions de gaz nels, ne cesse d’aiguillonner le culture, Julien Denormandie,
8 millions d’Eiffage, vise à soute­ Dans le même ordre d’idées, dé­ les promoteurs. « L’accélération à effet de serre, ne se sont pas at­ gouvernement, la mesure est en août 2020.
nir une filière industrielle dite « à but mai, c’est Bouygues Bâtiment est nette », confirme Nicole Valky­ tardés sur l’utilisation du bois et restée lettre morte. Retoquée Ce plan avait été annoncé au
fort potentiel ». Mais qui gagne­ France­Europe qui signait un con­ ser Bergmann, fille de scieur, qui, des matériaux biosourcés. « Du une première fois pour vice de moment même où le gouverne­
rait à être plus structurée si la fo­ trat d’approvisionnement de chaque année, réunit toute la pro­ bois, on en fait depuis quinze ans forme, elle a réapparu dans le ca­ ment donnait le feu vert à la
rêt française, quatrième d’Eu­ deux ans et demi avec l’un des fession lors du Forum internatio­ avec notre filiale Arbonis, et on va dre de la loi relative à la transpa­ réautorisation, jusqu’en 2023, de
rope, doit contribuer à réduire plus gros scieurs et producteur de nal bois construction. Le pro­ continuer à en faire ; mais nous rence de l’information sur les l’usage des néonicotinoïdes pour
l’empreinte carbone du secteur panneaux français, le vendéen Pi­ chain se tiendra à la mi­juillet, à sommes très vigilants sur sa prove­ produits agricoles et alimen­ la culture de la betterave touchée
du bâtiment et à créer des em­ veteaubois. Pour le milieu, qui re­ Paris, et pour la première fois, ex­ nance, sur la traçabilité. Et il faut taires, promulguée en juin 2020. par la jaunisse. L’interdiction de
plois non délocalisables. présente 380 000 emplois, c’est plique­t­elle, les trois « majors » que les chaînes d’approvisionne­ Cependant, le décret n’a toujours ces insecticides mettant en dan­
La nouvelle réglementation en­ une petite révolution. Jusqu’à Bouygues, Eiffage et Vinci seront ment se mettent en route », a ba­ pas été publié. ger les pollinisateurs a, par
vironnementale pour les cons­ présent, les scieurs ne tra­ présentes et occuperont les plus layé Pierre Anjolras, président de Le sujet n’est pas anodin. En ailleurs, été confirmée à Bruxel­
tructions neuves (la RE2020), qui vaillaient guère avec une visibi­ grands stands. Vinci Construction. Le groupe pré­ effet, pour satisfaire la gourman­ les. La Cour de justice de l’Union
fait la part belle aux matériaux lité de plus d’un ou deux mois. Pour autant, si le bois est l’un fère, pour l’heure, miser sur le bé­ dise des Français, les volumes de européenne a rejeté, au début du
biosourcés, et la demande gran­ Là, si les carnets de commandes des leviers pour décarboner le mi­ ton « bas carbone » dont il a lancé miel importés croissent continû­ mois de mai, le recours de la so­
dissante du marché pour le bois – s’allongent, c’est la possibilité lieu de la construction et aider les une gamme maison à l’été 2020.  ment. Selon l’UNAF, ils auraient ciété Bayer. De quoi redonner des
des collectivités, mais aussi des pour les industriels d’investir grands groupes à atteindre leurs émeline cazi atteint 35 000 tonnes en 2020, ailes aux abeilles… 
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 sports | 21

Un Critérium du Dauphiné au niveau « très élevé »


Antichambre du Tour de France, l’épreuve s’est courue sans le duo slovène Primoz Roglic et Tadej Pogacar

CYCLISME « Ça roule
le sappey­en­chartreuse (isère) ­
envoyés spéciaux
beaucoup plus
vite que dans les

A
la veille de son arrivée
aux Gets (Haute­Sa­ autres courses,
voie), ce dimanche
6 juin, le Critérium du
c’est normal, ce
Dauphiné ne semble pas être la sont les meilleurs
course promise parfois au déclas­
sement dans le paysage cycliste.
coureurs
Ce jugement hâtif est nourri par au monde »
l’absence des deux têtes d’affiche
FRANCK BONNAMOUR
de la discipline, Tadej Pogacar
coureur de l’équipe
(UAE Emirates) et Primoz Roglic
B&B Hotels
(Jumbo­Visma), qui l’ont délais­
sée, préférant disputer le cham­
pionnat de Slovénie pour le pre­
mier, se consacrer à une longue (Israel Start­up Nation), quadru­
préparation en altitude pour le se­ ple vainqueur du Tour de France,
cond. De quoi renforcer l’énigme chaque jour un peu plus lâché au
entourant les deux champions général – 44e à 11’ 28” au terme de
slovènes qui avaient mis la der­ la 6e étape entre Loriol­sur­Drôme
nière Grande Boucle sous séques­ (Drôme) et Le Sappey­en­Char­
tre et devraient récidiver en juillet. treuse (Isère) – et si loin des lumiè­
Qualifié de « rampe de lance­ res de ses triomphes passés. Si la
ment du Tour », le Dauphiné, à dé­ vérité est souvent escamotée par
faut d’une fortification des certi­ des performances – à l’image de la
tudes, livre pourtant encore victoire d’Alejandro Valverde
aujourd’hui une photographie (Movistar), à 41 ans, avec une
nette du peloton à trois semaines moyenne de 43 km/h, ce vendredi
du Grand Départ à Brest, le 26 juin. 4 juin au Sappey­en­Chartreuse,
Et il témoigne aussi des difficultés soit 2 km/h au­dessus de la
à entretenir le feu sacré alors que moyenne la plus haute de l’étape
la flamme du vélo vacille sous le estimée par les organisateurs –, Deuxième étape du Critérium du Dauphiné, entre Brioude et Saugues, dans la Haute­Loire, le 31 mai. ALAIN JOCARD/AFP
double effet de la bulle sanitaire, seule la parole des coureurs per­
qui prive ce sport populaire de pu­ mettrait de se forger un jugement.
blic, et de la sourde menace du re­ que c’est plus difficile », glisse­t­il. Et sa première course par étapes du Lutsenko, de l’équipe Astana). dois avoir une condition physique
tour d’un « cyclisme à deux vites­ « Une boule lancée à 60 km/h » le leader de la formation Cofidis World Tour (division d’élite du Connu pour ses capacités à étirer irréprochable. Cette exigence ne
ses », du moins au regard de fac­ Figure majeure du peloton fran­ résume d’une phrase ce qu’est le cyclisme sur route). Et, confesse­ le peloton jusqu’à la rupture lors fait que croître tout au long de la
teurs dépassant l’entendement – çais en l’absence de Julian Alaphi­ « niveau très élevé » – malgré l’ab­ t­il, « ça roule très, très vite, beau­ des premières difficultés, pour le saison », explique­t­il. Une lecture
tel le coup de théâtre lors du con­ lippe, Guillaume Martin, troi­ sence de « grands noms » – sur coup plus que dans les autres cour­ compte de ses différents leaders partagée par Frederik Wandahl,
tre­la­montre de La­Planche­des­ sième du Dauphiné et onzième du l’épreuve disputée entre Auvergne ses ». Rien de véritablement éton­ (hier le Colombien Egan Bernal, de la Bora­Hansgrohe, lanterne
Belles­Filles (Haute­Saône), à la Tour 2020, reconnaît lui­même un et Rhône­Alpes dans la perspec­ nant pour le Breton, « ce sont les aujourd’hui donc, Geraint Tho­ rouge au général : « C’est très re­
20e étape du Tour 2020. certain décalage avec le vécu. tive du Tour : « Le peloton est par­ meilleurs coureurs au monde, mas sur le Critérium du Dau­ levé cette année, mais c’est normal
Certes les grands champions « Quand je regarde des courses à la fois une boule lancée à 60 km/h. » donc c’est normal ». D’autant que phiné, puis sur le Tour de France), on est juste avant le Tour donc on a
sont faits pour l’impossible, y télévision, j’ai toujours l’impression Plus que la vitesse, explique­t­il, « c’est vraiment la dernière prépa­ le Polonais Michal Kwiatkowski des coureurs qui sont déjà relative­
compris parfois dans la doulou­ que je les gagnerais facilement c’est surtout la densité ressentie ration pour les grands favoris et les sera l’un des coureurs les plus ment bien préparés. » Et si cer­
reuse dégringolade, comme celle alors qu’en fait, quand je fais les mê­ au sein de ce dernier qui incarne équipes pour prendre leurs mar­ éclairés en juillet. Et lui estime tains décident de continuer à se
du Britannique Chris Froome mes courses, je me rends compte cette tension désormais routi­ ques et voir où ils en sont par rap­ pourtant benoîtement que, pour focaliser sur les entraînements
nière pour l’élite. « On ne roule port à la concurrence ». l’instant, ce Critérium « n’a pas été ou des courses moins exigeantes,
plus en file de chaque côté de la Cette analyse trouve d’ailleurs une course si exigeante en termes le jeune Danois de 20 ans, lui, est
A la dérive, Chris Froome y croit encore route. Il n’y a pas d’interstices. Il
faut voir comment ça bagarre
un écho dans la bouche de Geraint
Thomas, chef de file de la machine
de cols ». Pour le capitaine de
route, « les choses sérieuses » ont
convaincu que Le Dauphiné
reste l’antichambre du Tour :
Le cyclisme peut-il se résumer à une question de foi ? Il semble pour aborder la dernière difficulté Ineos Grenadiers sur l’épreuve. débuté ce vendredi. « C’est à ce « C’est un excellent moyen pour
que oui, à écouter les confidences de Chris Froome, leader du jour dans les premières posi­ « On vit une course intense chaque moment­là, que l’on peut com­ de nombreux coureurs et équipes
d’Israel Start-up Nation. En mauvaise forme depuis le début de tions. » « Tu es obligé d’être tout le jour. C’est extrêmement compé­ mencer à s’interroger sur le niveau de faire leurs derniers ajustements
ce Critérium du Dauphiné, le Britannique répète que sa temps concentré, tout le temps titif », concède­t­il. Car le Gallois, de l’épreuve », assène­t­il. en conditions réelles avant le
dégringolade serait passagère. Le quadruple vainqueur du Tour engagé physiquement », abonde favori désigné d’une course qui lui grand départ. Il y a l’intensité de
de France « croit » en un regain de forme pour espérer rempor- son coéquipier Anthony Perez. a ouvert les portes d’un sacre sur Bonne préparation la course, la vitesse, la forme
ter… le Tour de France dès l’année prochaine. Voire en 2023. Désormais, même les descentes la Grande Boucle en 2018, n’a pas Cette hausse générale des perfor­ des adversaires… Toutes ces peti­
Une foi chevillée au corps et à un contrat somptueux de 5,5 mil- ne sont plus les traditionnels es­ réussi à tuer le suspens au clas­ mances, Anthony Perez l’impute tes choses, vous ne les trouverez
lions d’euros par an. Le cycliste n’est plus qu’un loup maigre, paces de répit pour les coureurs, sement général, se contentant d’y à une standardisation de la pré­ jamais dans les préparations
il sourit tristement au public qui l’applaudit au départ. Il y a déplore le Toulousain. grappiller chaque jour, au paration, et notamment des fa­ hors course. » 
quelques années, au faîte de sa gloire, il essuyait des crachats. Franck Bonnamour, de la for­ compte­gouttes, des places (4e à 13 meux stages en altitude. « Main­ aude lasjaunias
A 36 ans, il pense qu’un retour est encore possible. mation B & B Hotels, dispute, lui, secondes du Kazakh Alexey tenant, dès le mois de février, tu et jean­louis le touzet

Les sports mécaniques attirent un public de plus en plus large


La formule 1 et le MotoGP ont réussi à s’adapter aux goûts des téléspectateurs et battent désormais des records d’audience

D epuis l’épilogue de la Li­


gue 1 de football, le
23 mai, Canal+ ne dis­
pose plus de son produit­phare
en matière de sport sur ses anten­
suite logique de la saison 2020, qui
était en tout point incroyable. Con­
cernant le championnat de Mo­
toGP, c’est vrai qu’on est davan­
tage surpris », reconnaît Thomas
nance », se félicite Sébastien Poi­
rier, président de la Fédération
française de motocyclisme (FFM).
En formule 1, Esteban Ocon et
Pierre Gasly portent haut les cou­
nées de domination du Britanni­
que et de son écurie, Mercedes.
Comme tous les autres pilotes,
Hamilton a fait l’objet d’un épi­
sode lors la troisième saison de
En formule 1,
Esteban Ocon
et Pierre Gasly
« C’est nouveau, puisqu’on perçoit
à la fédération des fans qui ne sont
pas des motards. »
La FFM cherche d’ailleurs à profi­
ter de cet élan pour démocratiser
nes. Mais la chaîne cryptée n’a pas Sénécal, directeur adjoint de la ré­ leurs de la France dans le pad­ Drive to Survive sur Netflix. portent haut la pratique des deux­roues, alors
de souci à se faire : en attendant la daction des sports de Canal+, dif­ dock. Gasly est devenu le premier Véritable phénomène depuis que les sports mécaniques sont
reprise de la saison, début août, fuseur des deux disciplines de­ tricolore à remporter un Grand 2019, la série, qui plonge les télés­
les couleurs encore perçus comme élitistes. Si
les sports mécaniques vont ani­ puis 2013. Dans le monde des Prix depuis 1996, lors de sa vic­ pectateurs au cœur de la vie du de la France la majorité des sports souffre fi­
mer, au cours des prochains deux­roues, cet intérêt soudain toire en Italie en 2020. Leur réus­ paddock, a converti un large nancièrement depuis le début de
week­ends, la grille de ses pro­ s’explique surtout par l’émer­ site attire les regards, tout public à la formule 1. Canal+ a
dans le paddock la pandémie, « le MotoGP et la for­
grammes de sport. Et ce, dès di­ gence du duo Fabio Quartararo­ comme leur accessibilité, leur profité du phénomène : « Même mule 1 ont été peu impactés dans le
manche 6 juin, avec le Grand Prix Johann Zarco. Les deux Français fraîcheur et leur propension à si on n’a pas attendu 2019 pour sens où le spectacle sportif n’a pas
d’Azerbaïdjan de formule 1 et celui occupent actuellement les deux s’afficher sur les réseaux sociaux. créer nos propres contenus », ré­ jalouse Dorna Sports, promoteur été altéré par l’absence du public »,
de Catalogne en MotoGP. premières places du champion­ « Ce sont des jeunes qui ont des torque Sénécal. « Mais tout ce qui du championnat du monde de explique Thomas Sénécal.
Depuis le début de la saison nat du monde des pilotes. personnalités, qui forment un pi­ peut attirer et éveiller la curiosité MotoGP, qui serait proche d’un Avec l’embellie en cours, Canal+
2021, fin mars, les deux discipli­ lier fort de la communauté des des gens sur la F1, on l’accueille accord avec Amazon pour pro­ pourrait voir quelques concur­
nes battent régulièrement des re­ Appréciés du jeune public sports mécaniques en France », as­ avec bienveillance. » duire une série similaire. rents se positionner dans les an­
cords d’audience sur Canal+, au Quartararo, 22 ans seulement, a sure Thomas Sénécal. La discipline dans laquelle ex­ nées à venir sur les deux discipli­
point, parfois, de dépasser ceux explosé aux yeux du grand public D’autres pilotes, comme Lando Le tournant Liberty Media cellent Quartararo et de Zarco a nes – dont les droits de diffusion
de matchs de Ligue 1. Lors du en remportant trois des six pre­ Norris, George Russell ou Charles A l’instar de Netflix, Canal+ a pro­ l’avantage d’être plus accessible, restent encore bon marché
Grand Prix de F1 de Monaco, le mières courses de la saison. Son Leclerc sont également très ap­ fité du rachat de la formule 1 par avec une durée de course qui os­ (60 millions d’euros par an pour
23 mai, 1,35 million de téléspecta­ compère Zarco a trouvé, à 30 ans, préciés d’un jeune public qui les Liberty Media en 2017. Le groupe cille entre trente­cinq et quaran­ la formule 1 et 8 millions pour le
teurs en moyenne ont assisté à la une stabilité qui lui permet de vi­ suit lors de diffusions en direct américain n’hésite pas à dérouler te­cinq minutes, moins de stra­ MotoGP) comparés aux 365 mil­
course, et 1,1 million regardaient ser plus haut que d’habitude pour sur la plate­forme de streaming le tapis rouge aux caméras pour tégie, davantage d’intensité et de lions d’euros déboursés par le
le Grand Prix de France de Mo­ sa 5e saison dans l’élite mondiale vidéo Twitch. D’un point de vue offrir du contenu inside (en im­ rebondissements… « Ce format groupe pour la saison 2020­2021
toGP une semaine auparavant. de la moto. « Une discipline spor­ sportif, le duel entre Max Verstap­ mersion) aux téléspectateurs. Un court correspond bien au specta­ de Ligue 1. Mais, d’ici là, la chaîne
Des records d’audience qui tra­ tive est toujours portée par des pen, leader au classement des pi­ virage à 180 degrés par rapport à cle sportif d’aujourd’hui », affirme cryptée compte bien en profiter
duisent un attrait de plus en plus champions. Et le fait qu’il y ait lotes avant le Grand Prix de ce que proposait la discipline jus­ Sébastien Poirier qui s’enor­ et, pourquoi pas, battre d’autres
grand pour les sports mécani­ deux Français dans la catégorie Bakou, et Lewis Hamilton captive que­là, celui­ci a indubitablement gueillit de voir « qu’on touche da­ records dès cette saison. 
ques. « Pour la formule 1, c’est une reine, ça offre une caisse de réso­ également, après plusieurs an­ porté ses fruits. Une réussite que vantage de téléspectateurs ». denis ménétrier
22 | disparitions 0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Jacques Amalric
Journaliste

I
l était journaliste jusqu’aux
lunettes vissées sur le haut
du front, les manches de
chemise retroussées, la cra­
vate défaite et les outils de travail
négligemment disséminés sur le
bureau : piles de dépêches, li­
vres et journaux encadrant un
cendrier plein et un verre de re­
montant. En ce début des années
1980, le nouveau venu au quoti­
dien Le Monde n’entrait pas sans
quelque appréhension dans le
bureau du chef du service étran­
ger, rue des Italiens, à Paris.
Jacques Amalric, mort vendredi
4 juin, à 82 ans, était un journa­
liste de référence. Et le contraire
d’un homme de révérence.
Chez lui, la provocation, aima­
ble ou vacharde, était une ma­
nière d’entrée en matière, une fa­
çon de vous saluer. L’ironie était
une double nature. La phrase
courte, souvent sur le mode inter­
rogatif, teintée de l’accent de son
Sud­Ouest natal, tenait lieu de
discours et mieux valait com­
prendre à demi­mot. Amalric
fuyait tirades, péroraisons et sen­
tences de cuistre. La flatterie lui
était étrangère : un « Vous avez
fait pire » accompagné d’un clin
d’œil à la lecture d’un papier
tenait lieu de félicitations. Ce tai­
seux n’était pas par hasard un
homme de presse écrite, qui fut
aussi rédacteur en chef du Monde
puis directeur de la rédaction
de Libération. Il écoutait autant
qu’il interrogeait, menton posé
sur la main droite dans une pos­ Image extraite de « La Journée d’un journaliste », de Nestor
ture qui signalait une dose de Almendros, avec Jacques Amalric, en 1967. ARCHIVES RÉSEAU CANOPÉ
scepticisme – a priori. 6 OCTOBRE 1938 Nais-
Ce n’était pas seulement l’allure sance à Montauban
rugueuse qui intimidait, le côté (Tarn-et-Garonne)
ours, la démarche un peu voûtée, nants de la naissante « union de la 1963 Entre au « Monde » ne sont pas un territoire inconnu que, un combat qui requiert soviétisme, Amalric, comme Tatu
ce mélange de charme bougon et gauche » française qui rassem­ 1970-1973 Correspon- pour Amalric, il y a fait plusieurs autrement plus de courage que et Vernet, est moins enthousiaste.
de râleur sentimental. Jacques blait socialistes et communistes dant à Washington reportages, il a beaucoup lu, il a les joutes de Capitol Hill : celui Convaincu que « le totalitarisme
Amalric était un monument de dans la bataille contre la droite. 1973-1977 Correspon- même participé à un séminaire d’intellectuels et de dissidents qui ne se réforme pas de l’intérieur »,
savoir­faire journalistique : édi­ Jacques Amalric vivait dans l’in­ dant à Moscou d’été de deux mois à Harvard avec risquent l’exil, les camps de tra­ comme il l’expliquera à Raphaëlle
torialiste, analyste, envoyé spé­ confort du doute. Il exerçait son 1979-1990 Chef Henry Kissinger comme profes­ vail ou l’hôpital psychiatrique Bacqué en 2012, il campe sur son
cial, correspondant, accoucheur métier sans compter ni son du service étranger seur. Dans les grandes batailles pour le moindre écrit clandestin scepticisme. « Nous pensions que
de « manchettes », animateur temps ni encore moins le tabac, 1993-2002 Editorialiste, idéologiques de cette période, passé en Occident. si le système se réformait, il s’ef­
d’équipes. Par­dessus tout, il avait les cafés noirs ou le whisky. Sans directeur adjoint puis l’Amérique est l’une des lignes de fondrait », renchérit Daniel Ver­
cette aptitude à attraper dans l’air doute son franc­parler et sa caus­ directeur de la rédaction fracture qui divisent jusque dans Rencontres inoubliables net, disparu en 2018. Finalement,
du temps ce qui va faire les titres ticité naturelle lui firent­ils per­ de « Libération » la rédaction du Monde : Amalric Il rencontre ces personnalités for­ résume Vernet, « ni les incrédules
de l’actualité. dre nombre de soutiens quand il 4 JUIN 2021 Mort n’adhère pas à la robuste ligne tes, inoubliables, qu’il ne peut ni les enthousiastes n’ont eu rai­
se présenta – en vain – aux suffra­ à Ajaccio tiers­mondiste et anti­améri­ même pas recevoir chez lui, dans son » : l’effondrement de l’URSS a
Dans l’inconfort du doute ges de la rédaction pour obtenir caine, mais il se dit volontiers l’appartement attribué par les emporté Gorbatchev. Mais la ba­
Mais au Monde et à Libération, le poste de directeur du Monde, américano­sceptique. autorités au Monde dans le grand taille des idées, de celles qui
Amalric a aussi compté pour en 1980. Mais c’est ainsi qu’il tra­ A Loïc Laroche, auteur d’une ghetto pour étrangers au 7/4 Kou­ passionnaient Amalric, a fait rage,
une autre raison, qu’il laisse en versait la vie, dans l’intensité. Il thèse de doctorat à Paris­I touzovsky Prospekt, car les poli­ au moins au Monde.
guise d’héritage journalistique et affrontait adversité profession­ sur Le Monde et les Etats­Unis qui ciers postés en bas de l’immeuble Cette passion, il l’importe à Libé­
qui est aujourd’hui plus néces­ nelle et tragédies privées avec la l’interroge pour ses travaux, rapporteraient immédiatement ration. « Il y a eu un choc des cultu­
saire que jamais. « Jacques aimait dignité d’un homme qui ne en 2015, il explique que ce pays, ces contacts interdits. Certains, res entre Jacques Amalric et nous »,
pulvériser les poncifs », dit le s’épanchait pas. Cette pudeur au début des années 1970, « l’at­ comme le cinéaste géorgien Otar reconnaît François Sergent, alors
journaliste Marc Semo. Amalric d’écorché allait de pair avec une tire et le repousse en même Iosseliani, qu’il retrouvera plus journaliste à « Libé ». « Il nous trai­
travaillait en « contre » – contre extrême attention aux autres. temps ». Il est impressionné par sa tard à Paris, deviennent ses amis. tait – affectueusement, je pense –
l’idéologie dominante dans une volonté de puissance et par la vi­ Il apprend à se méfier des micros de “bande de gauchistes”. Ce que
rédaction, les préjugés de l’enga­ Entre les deux superpuissances gueur du débat politique améri­ et filatures du KGB, à déchiffrer la nous n’étions plus – et lui n’était pas
gement militant, les réflexes héri­ Né à Montauban (Tarn­et­Ga­ cain. Mais il est tout aussi impres­ propagande, à débusquer le petit le représentant bougon de la
tés du parti pris, les facilités de la ronne), le 6 octobre 1938, titulaire sionné, négativement, par les iné­ monde des informateurs tour à droite, ce qu’il aimait faire croire.
grille de lecture à sens unique. d’un diplôme d’études supérieu­ galités, la pauvreté, la violence du tour troubles, doucereux et bru­ La greffe a pris finalement. On était
Pour être sûr d’attraper un peu de res en économie politique, Jac­ racisme et des discriminations, taux des systèmes communistes. heureux qu’un grand journaliste
la réalité de l’époque – noble am­ ques Amalric entre dans le jour­ auxquelles il consacre de nom­ Du cynisme et de l’absurdité du comme lui soit devenu directeur de
bition du journalisme –, mieux nalisme à La Dépêche du Midi breux reportages. soviétisme, Jacques Amalric re­ notre rédaction plutôt rétive. » Sa
vaut privilégier le contradictoire après un service militaire par­ Son départ pour Moscou, direc­ tire une vision structurante du porte y est toujours ouverte –
et savoir déceler une part de vé­ tiellement effectué en Algérie. Il tement depuis Washington monde et un jugement moins sé­ mais lorsque son fils Mathieu s’y
rité dans le camp de ceux que l’on rejoint la rédaction du Monde en 1973, le fait basculer dans un vère sur les Etats­Unis. glisse parfois, il la ferme, pudique­
n’aime pas. « Quand on se fait en 1963, au « desk » Amérique du autre univers. Amalric laisse der­ Il suit d’autant plus intensé­ ment. « Il est plus connu que moi »,
engueuler, c’est qu’on a bien tra­ service étranger. Nommé corres­ rière lui le bouillonnement du ment la chute du mur de Berlin et disait­il, immensément fier. « Jac­
vaillé », répondait­il lorsqu’on lui pondant à Washington (1970­ Watergate et du combat démocra­ les révolutions de 1989, dont il ques Amalric nous a apporté sa
rapportait les sermons d’un mi­ 1973) puis à Moscou (1973­1977), il tique pour plonger sans transi­ organise la couverture dans Le connaissance extraordinaire des
nistre offensé. assure, à partir de 1979, la direc­ tion dans le monde du secret et de Monde ; son expérience soviéti­ affaires du monde, sans majus­
La « ligne », voilà l’ennemi. La tion du même service puis, au dé­ la stagnation de l’URSS brejné­ que lui permet d’en déceler plus cule », résume Sergent.
complexité du réel, voilà la cible. but des années 1990, différentes vienne. C’est l’année où, à Paris, vite que d’autres les complexités. Jacques Amalric s’était ensuite
Amalric était ce qu’on appelle en fonctions à la direction du quoti­ est publié L’Archipel du goulag. De­ Début 1990, il fait une visite éclair retiré à Piana, en Corse, aux côtés
anglais un « contrarian ». Dans un dien. Il rejoint Libération en 1993 puis Moscou, Jacques Amalric ra­ à Bucarest encore plongée dans de sa deuxième épouse, Isaline
déjeuner « de droite », il défendait comme éditorialiste, puis rédac­ contera l’arrestation et l’expul­ l’ambivalence de l’après­Ceau­ de Comarmond. Les amis qui
la gauche ; invité d’un dîner « de teur en chef et enfin directeur de sion de son auteur, Alexandre So­ sescu. A peine rentré à Paris, ayant venaient l’y voir pouvaient cons­
gauche », il bataillait à droite. Ré­ la rédaction jusqu’à son départ à ljenitsyne, l’année suivante. laissé derrière lui les envoyés spé­ tater que ce grand journaliste
gnant en maître au service étran­ la retraite en 2002. On ne sort pas indemne d’un sé­ ciaux du Monde tenter de démê­ continuait à suivre les affaires
ger du Monde, de la fin des années De bout en bout, ce parcours jour de correspondant en Union ler péniblement le vrai du faux, il du monde. Avec ou sans majus­
1970 jusqu’en 1990, il dégagera le professionnel portera la marque soviétique. Comme ses amis Mi­ résume magistralement la situa­ cule, mais à distance désormais
journal d’une gangue idéologique de son itinéraire aux deux pôles chel Tatu, avant lui, et Daniel Ver­ tion d’une analyse qu’il titre à la respectueuse. 
où les illusions du socialo­tiers­ de la guerre froide. Les sept années net, qui lui succède à Moscou, « une » du Monde : « Bucarest la sylvie kauffmann
mondisme avaient trop volon­ qu’il passe comme correspondant Amalric revient profondément menteuse ». Tout est dit. et alain frachon
tiers droit de cité ; et où, en ces an­ à l’étranger seront déterminantes, marqué par ses quatre ans de to­ Mikhaïl Gorbatchev, dernier se­
nées de fin de guerre froide, l’ob­ politiquement et journalistique­ talitarisme réel. Avec Nicole Zand, crétaire général du parti commu­ [Jacques Amalric était un géant du
journalisme, que « Le Monde » a eu la
session anti­américaine et une ment : sept années, partagées en­ sa première femme et la mère de niste d’URSS, lui donnera plus de chance de compter trente ans durant dans
vieille tentation « neutraliste » tre les deux superpuissances, qui ses trois enfants – Judith, Alexan­ fil à retordre. Alors que le corres­ sa rédaction. Par sa puissance d’analyse
pouvaient entretenir une cer­ forgent son regard sur le monde. A dre et Mathieu –, journaliste pondant du quotidien à Moscou, et son charisme, il a été l’âme et le pilier
taine complaisance à l’égard de Washington, d’abord, où il arrive comme lui, spécialiste de litté­ Bernard Guetta, annonce dès du service étranger, qu’il a dirigé pendant
près de quinze années. « Le Monde »
l’URSS. Peu lui importait que la en 1970, en pleine guerre du Viet­ rature étrangère au Monde, il est 1988 avec euphorie et beaucoup présente à sa famille, ses proches, et tous
description de la réalité soviéti­ nam. Richard Nixon est au pou­ le témoin d’un type radicale­ d’avance que la perestroïka ceux qui l’ont aimé, au journal et ailleurs,
que de l’époque pût nuire aux te­ voir depuis un an. Les Etats­Unis ment différent de combat politi­ gorbatchévienne a eu raison du ses plus sincères condoléances. J. Fe.]
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 carnet | 23
Caroline Brasseau et Romain Paris. Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine).

Raoul Sangla Le Carnet


Brasseau

ont la grande tristesse de faire part


du décès de leur père, ancien
fonctionnaire à l’Unesco
Mme Sarina Sylvia Salama,
son épouse,
Ses élèves de l’Ecole psychanalytique
de Sainte-Anne,
Gilles, Nathalie et Nicolas,
ses enfants,
leurs conjoints,
Ses petits-enfants

Réalisateur Vous pouvez nous faire parvenir


Jean BRASSEAU, ont la tristesse de faire part du décès
du
Et son arrière-petite-fille,

ont le chagrin de faire part du décès


vos textes soit par e-mail : survenu à Saint-Cloud, le 3 juin 2021, de
à l’âge de quatre-vingt-treize ans. docteur Marcel CZERMAK,
carnet@mpublicite.fr
(en précisant impérativement survenu le 2 juin 2021, à Paris. Mme Michelle ROYER,
Une célébration religieuse aura née FOUCHÉ,
votre numéro de téléphone et lieu le jeudi 10 juin, à 14 h 15, en sage-femme,
Les obsèques auront lieu le 8 juin,
votre éventuel numéro d’abonné l’église Saint-Clodoald de Saint- à 11 h 15, au cimetière parisien de pionnière de l’accouchement sans
ou de membre de la SDL) Cloud (Hauts-de-Seine), située place Bagneux. douleur, maternité Les Bluets,
de l’Eglise. Paris (1960-1968),
soit sur le site : Ni fleurs ni couronnes. directrice
https://carnet.lemonde.fr L’inhumation aura lieu à de la première crèche familiale,
16 heures, au cimetière de Saint- Boissy-Saint-Léger (1978-1995),
L’équipe du Carnet reviendra vers Cloud, 114, avenue du Maréchal-Foch Vauhallan. Nogent-sur-Marne.
à Saint-Cloud. survenu le 3 juin 2021, à l’âge de
vous dans les meilleurs délais Christian Laine,
pour vous confirmer la parution. président de la Fondation INFA quatre-vingt-cinq ans.
Courbevoie (Hauts-de-Seine). Et les membres du conseil
d’administration, Les obsèques auront lieu le 9 juin,
Amélie, Michel Collado, à 11 heures, au cimetière de Mussy-
carnet@mpublicite.fr sur-Seine (Aube).
son épouse, directeur général
https://carnet.lemonde.fr Marc et Eva, Alix, Yves et Silke, Et les équipes professionnelles,
Georges, Jean, Inès, Florentine, Famille Royer,
ses enfants et leurs conjoints, ont la tristesse de faire part du décès 115, rue La Fayette,
AU CARNET DU «MONDE» Loulou, Max, Milo, Marguerite, de 75010 Paris.
ses petits-enfants, nroyer@a-goodstory.com
M. Guy HALLIOT,
Décès Mme Marina Barbey,
ancien président de l’INFA, Pompes funèbres Waldner,
Piana. Paris. Toulouse. président d’honneur 4, faubourg de Champagne,
font part du rappel à Dieu de
de l’Association des amis de l’INFA, 10110 Bar-sur-Seine.
Mme Isaline Amalric-Choury, Dominique BARBEY,
son épouse, survenu à Vauhallan, le 28 mai 2021.
officier de la Légion d’honneur,
La comtesse de Saint-Léon,
commandeur Nos pensées vont à sa famille.
Mathieu Amalric, son épouse,
de l’ordre national du Mérite,
son fils, Anne Von Lintel,
croix de la Valeur militaire,
ses enfants, Antoine, Pierre et Elias croix du combattant, Liliane Duport, sa fille,
et sa compagne, Barbara Hannigan, chevalier sa compagne, Le comte et la comtesse Charles de
de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Catherine et Pauline, Saint-Léon,
Judith Amalric, ses filles son fils et sa belle-fille,
sa fille, le 29 mai 2021, à l’âge de quatre- et leurs conjoints, Charles Turley et Le comte et la comtesse Alexandre
son fils, Lucien, vingt-sept ans, à Courbevoie. Dan Prior, de Saint-Léon,
Emma, Marec, Amélie, Elliott, son fils et sa belle-fille,
son compagnon, Jacques,
Sophia, Maximilian, Julien, Arianna, Anouck,
Le service religieux a été célébré
ses petits-enfants, Elyse, Lorenzo, Ornella,
En 1969. GEORGES GALMICHE/INA VIA AFP Et Alexandre Amalric (†), au Temple de l’Étoile, 54-56, avenue Jean-Guy et Pascal Mallet,
son fils, de la Grande Armée, à Paris, le ses petits-enfants,
ses frères, La comtesse de Saint-Léon, née
vendredi 4 juin, à 11 heures. Tristan, Corentin et Caroline, Belleville,
Vincentella Monteuuis,

C’
ses neveux et sa nièce, sa belle-sœur,
était l’une des der­ 1ER SEPTEMBRE 1930 son époux, Bertrand, L’inhumation a eu lieu ce samedi Sa famille
nières grandes figu­ Naissance à Anglet 5 juin, à 11 heures, au cimetière de Véronique Lanoy,
ses enfants, Marie, Elsa, Jeanne, Et ses amis,
Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or). sa belle-sœur,
res historiques de la (Pyrénées-Atlantiques) Fabrice de Comarmond,
ses enfants, Léa, Zoé et Louis ont la grande tristesse de faire part
télévision. Aux côtés 1956 Assistant de Marcel Né le 7 novembre 1933 à Rabat du décès de ont la douleur de faire part du rappel
et sa compagne, Cécile,
de ses petits camarades (Stellio Carné et Sacha Guitry (Maroc), Dominique Barbey était le à Dieu de
Alexandra de Comarmond,
Lorenzi, Jean­Christophe Averty, 1959 Assistant télévision aux son compagnon, Marc Amzallag, fils de Marc Barbey, diplomate, et de Dominique LARRÉ,
son épouse, née Marie Clément- ingénieur ENSIC, Charles-Henri
Marcel Bluwal, Claude Loursais et studios des Buttes-Chaumont leurs enfants, Margot, Louise, Raphaël, comte de SAINT-LÉON,
Grandcourt. Diplômé de l’École spéciale licencié en langue anglaise,
quelques autres), Raoul Sangla a 1964 Réalisateur de « Disco- militaire de Saint-Cyr, de l’EMSST, et master of science de l’université
ses beaux-enfants, du Minnesota et musician, le 31 mai 2021, dans sa quatre-vingt-
donné ses lettres de noblesse et rama » et de nombreuses de l’Institut d’Etudes Politiques de
révolutionné « l’étrange lucarne » fictions et documentaires Paris (IEP), Dominique Barbey eut quatorzième année.
Marie-Hélène Gilman, née Amalric, survenu le 26 mai 2021,
une carrière professionnelle longue,
à grands coups d’intelligence re­ 1ER JUIN 2021 Mort à Vichy sa sœur, dans sa quatre-vingt-dixième année. La cérémonie religieuse sera
riche et variée. Successivement :
nouvelée, une audace sans limi­ (Allier) attaché de parquet à la Cour d’appel célébrée en l’église de Neuvy (Marne),
Jean-Pierre Amalric, de Rabat, officier d’artillerie, chef de Les obsèques ont eu lieu dans le mardi 8 juin, à 14 h 30.
tes, un savoir­faire artisanal et son frère l’intimité.
quelques bouts de ficelle. Journa­ commando de chasse en Algérie,
et son épouse, Florence instructeur des élèves officiers de L’inhumation aura lieu dans la
liste, scénariste, réalisateur, poète et leurs enfants, Pierre-Yves, Joël et liliane.duport@noos.fr
réserve à l’École de spécialisation de stricte intimité familiale au cimetière
de la télévision pour beaucoup, Cette émission servit de labora­ Marie-Laure, l’artillerie anti-aérienne, responsable de Neuvy (Marne).
militant communiste « sans illu­ toire à Raoul Sangla, qui inventa de recrutement et d’animation auprès Ses enfants,
Marie-France et Patrick Charrier du secrétaire général de l’UNR-UDT, Ses petits-enfants, Une messe sera célébrée
sions », il s’est toujours battu pour une nouvelle façon de filmer en et leurs enfants, chargé des relations avec le Parlement Ses arrière-petits-enfants, ultérieurement à Mandelieu-la-
proposer et partager une télévi­ intégrant les coulisses dans le Jeanne Balibar, au cabinet d’Henri Duvillard, ministre Sa famille Napoule en son souvenir.
sion populaire et de qualité. Il est tournage. Ainsi, Denise Glaser, André Daniel et Anne Choury, des anciens combattants, chroniqueur Et ses amis,
mort le 1er juin à l’âge de 90 ans. spécialiste des longs silences, était leurs enfants et petits-enfants, au journal télévisé pour l’ORTF, Pompes funèbres Starnaciennes,
Hyacinthe et Hélène Choury, directeur général de la Compagnie ont la tristesse de faire part du décès 10 ter, rue Curie,
Pourtant, rien ne prédestinait le filmée au milieu des échelles, des leurs enfants et petits-enfants, de
algérienne de fabrication de matériel 51310 Esternay.
jeune Raoul Sangla à devenir une projecteurs sur pied et des outils. Emma Alfonsi-Wismann d’organisation (CAFMO) à Alger
référence de la télévision très res­ Pour Sangla, c’était une forme et ses enfants, (Algérie), conseiller technique au Raymond MINCK,
Antoine Olivier et Marie Alfonsi ministère algérien de l’Industrie, docteur en médecine, Sophie, Eneko et Iban,
pectée par ses pairs. Né à Anglet d’hommage au travail artisanal professeur des Universités, ses enfants,
et leur fille, secrétaire général national de la
(Pyrénées­Atlantiques) le 1er sep­ des techniciens et au sien. Des praticien hospitalier
Catherine et Jean Alfonsi (†) Confédération générale des petites et en bactériologie,
tembre 1930 dans une famille audaces qu’il approfondit dans ses et leurs filles, moyennes entreprises (CGPME), ont le regret d’annoncer la disparition
administrateur de l’Institut Pasteur, de
ouvrière et catholique, il exerça fictions, feuilletons et documen­ Hélène de Comarmond-Berger, président de la Caisse de retraite des directeur de l’Institut
pendant quelques années le mé­ taires, caméra au poing ou à tra­ son époux, Alain PME, président de l’Association des de bactériologie de Strasbourg,
et ses filles, Saint-Cyriens dans la vie civile coordonnateur des laboratoires
Raoul SANGLA,
tier de plâtrier dans la lignée de vers de longs plans­séquences, (ASCVIC), et enfin directeur de la réalisateur audiovisuel,
Leïla de Comarmond, de l’université de Strasbourg,
son père, faute d’avoir obtenu son comme celui tourné en un seul ses enfants Bibliothèque généalogique et d’histoire officier dans l’ordre
baccalauréat. C’est à cette époque plan dans le quartier de la Défense. et son compagnon, Alain Costes, sociale de France. des Palmes académiques, survenue le 31 mai 2021.
qu’il commence à se politiser et En 1977, Jean­Pierre Elkabbach, Louis Dreyfus,
son ami Dominique Barbey a pu mener la vie survenu le 14 mai 2021, dans sa Une cérémonie avant son
adhère à la CGT. Au cours de ses alors directeur de l’information professionnelle riche et épanouissante quatre-vingt-dix-huitième année. enterrement aura lieu le 7 juin,
Et tous ses amis journalistes,
années de lycée à Biarritz, il dé­ sur Antenne 2, fait appel à lui pour Jean-Claude et Annita Pomonti, qui convenait à son tempérament à 10 h 30, en l’église de Billy (Allier).
couvre la magie du cinéma grâce dépoussiérer le « 20 heures ». leurs enfants et petits-enfants, curieux et éclectique. L’enterrement a eu lieu dans
Les familles Padrona, Loridon, l’intimité de sa famille, selon son
à son professeur de philosophie Raoul Sangla filme le journal
Il en était reconnaissant à la vie. vœu. Hommage
et vicaire, raconte Le Maitron, dic­ comme une fiction du réel avec Michelli, Filippi, Leca, Giovoni, Alfonsi,
Piani, Ribet, Santolini, Frimigacci, Poli, MM. Matthieu Peyraud, Mark Toner,
tionnaire biographique du mou­ un générique travaillé et de nou­ Leandri, Geronimi, Prini, Versini, Gala et Naomi Nicolas Kaufman,
Hania Goutierre, co-présidents de la Commission
vement social et ouvrier. velles couleurs. Il introduit le tra­ Ceccaldi, de Comarmond, son épouse, ses filles, franco-américaine Fulbright,
velling, montre les coulisses du Parents, amis et alliés, Marie-Claude Villedieu, leur mère, Linda Kaufman,
sa sœur, Samuel Ghilès-Meilhac, ont la tristesse de faire part du décès
Longs plans-séquences studio et la régie avec ses mysté­ son gendre,
ont la douleur de faire part du décès Françoise Chamaillard, de
Sa voie est tracée. En 1956, il rieuses manettes et boutons. « Il de sa cousine germaine, Abraham,
« monte à la capitale » et fait ses avait le souci de démonter le spec­ Kasper, Julien, Karin, Natacha, son petit-fils,
Ses sœurs, M. Arnaud ROUJOU DE BOUBÉE,
classes d’assistant réalisateur tacle de la télévision et de montrer Mathilde et Camille, Son frère, directeur de la Commission
avec Marcel Carné et Sacha Guitry, que ce n’était pas la réalité », expli­ M. Jacques AMALRIC, ses neveux et nièces, Sa famille franco-américaine Fulbright,
Antoine, Jules, Camille, Lucas, Et ses amis,
un poste qu’il obtient par l’inter­ que Hervé Brusini, ex­rédacteur ses petits-neveux et nièces, survenu le 2 juin 2021,
médiaire du syndicat CGT du en chef des journaux de France 2 survenu à Ajaccio, le 4 juin 2021, Marta et Andrzej von Mauberg, ont la tristesse de faire part de la à l’âge de soixante ans.
spectacle. Il fait ensuite ses débuts et de France 3 et aujourd’hui prési­ à l’âge de quatre-vingt-deux ans. ses beaux frère et sœur mort de
à la télévision en 1959 aux studios dent du prix Albert­Londres. et leurs enfants Une cérémonie religieuse sera
La famille recevra les condoléances Et toute la famille, célébrée le 8 juin, à 10 h 30, en l’église
des Buttes­Chaumont, vivier de la Raoul Sangla qualifiait d’ailleurs Christian NICOLAS,
ce jour, samedi 5 juin, de 11 heures à Saint-Romain, à Sèvres (Hauts-de-
création française, construits sur les présentateurs « d’icônes élec­ 18 heures, en l’Espace funéraire ont la douleur de faire part du décès Seine).
les hauteurs de Belleville, dans troménagères ». Picchetti, les collines du Vazzio – de
l’Est parisien. C’est dans ces stu­ Cette révolution fera école. A Ajaccio. le 26 mai 2021, à Paris. Arnaud Roujou de Boubée a
Pierre-Hubert GOUTIERRE, consacré plus de vingt ans à l’amitié
dios que furent tournées en di­ l’arrivée de la gauche au pouvoir avocat à la Cour, Une cérémonie aura lieu le 7 juin,
Il n’y aura pas de visite le dimanche entre la France et les Etats-Unis-
rect, jusque dans les années 1970, en 1981, il réalise « Journal d’en docteur en Droit, à 11 h 30, au crématorium du
6 juin. cimetière du Père-Lachaise, Paris 20e. d’Amérique. Des générations de
les grandes dramatiques de l’épo­ France » sur Antenne 2, dont la li­ ancien chargé de cours en Faculté, lauréats Fulbright ont été marquées
que (Les Cinq Dernières Minutes, gne éditoriale est de donner la pa­ Le cercueil sera déposé en son Ses cendres seront inhumées le par son dévouement, sa passion
domicile de Piana, le lundi 7 juin, survenu brutalement le 31 mai 2021, pour son métier et sa très grande
La caméra explore le temps…) et de role à ceux qui regardent la télévi­ à Paris, à l’âge de soixante-dix-sept ans. 19 juin, dans la sépulture familiale,
à partir de 16 heures. à Lyon. humanité.
grandes émissions de variétés. sion. L’aventure ne durera que
Assistant du réalisateur Stellio onze numéros… Les obsèques auront lieu le mardi
La cérémonie religieuse sera gala.nicolaskaufman@gmail.com Nous nous associons au deuil de
8 juin, à 10 h 30, en l’église Sainte-
Lorenzi jusqu’en 1960, Raoul San­ Directeur de la Maison de la cul­ célébrée le mardi 8 juin, à 15 heures, naomi.nicolaskaufman@gmail.com sa famille et de ses proches.
Anne de la Butte-aux-Cailles,
gla devint réalisateur à partir de ture de Nanterre (1978­1981), do­ en l’église de Piana. Paris 13e, suivies de la crémation au
1964 en se spécialisant dans la cumentariste pour TV5 Europe, crématorium du cimetière du Père-
L’inhumation suivra au cimetière Lachaise, salle de la Coupole, 71, rue Société éditrice du « Monde » SA
mise en scène d’émissions de di­ Raoul Sangla abandonna la télé­ familial de Vistale, hameau de Piana. Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
Rondeaux, Paris 20e, à 13 h 30. Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
vertissement. Il y révolutionna vision qui, pour lui, reste « ce Directrice de la rédaction Caroline Monnot
le genre. La plus fameuse étant grand alambic du consensus qui La famille tient à remercier André Cet avis tient lieu de faire-part. Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Maryline Baumard, Hélène Bekmézian, Philippe Broussard, Nicolas
Daniel Choury, pour sa présence Chapuis, Emmanuelle Chevallereau, Emmanuel Davidenkoff (Evénements), Alexis Delcambre,
« Discorama », une émission mu­ dévitalise civiquement le téléspec­ Marie-Pierre Lannelongue, Harold Thibault
quotidienne, pour le suivi médical de Famille Goutierre, Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
sicale et culturelle hebdomadaire tateur ». En 1987, au journaliste son beau-frère, ainsi que le docteur Directrice déléguée au développement des services abonnés Françoise Tovo
80A, rue Bobillot, Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote
(1959­1974) animée par Denise Serge Daney, il définissait ainsi Eric Barret, pour son intervention 75013 Paris. Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
Glaser qui, pendant des années, son métier : « Le véritable héros chirurgicale. Rédaction en chef Laurent Borredon, Laetitia Clavreul, Michel Guerrin, Christian Massol, Franck Nouchi (Débats et Idées)
« Nous sommes les abeilles Chef d’édition Sabine Ledoux
reçut dans un décor minimaliste de la télévision, c’est le hasard. La Directrice du design Mélina Zerbib
Cet avis tient lieu de faire-part et de l’Univers. Nous butinons Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
la nouvelle génération de chan­ vie en train de se faire et on ne sait de remerciements. éperdument le miel du Visible pour Photographie Nicolas Jimenez
teurs français (Maxime Le Fores­ pas l’instant d’après de quoi elle l’accumuler dans la grande ruche d’or Infographie Delphine Papin
Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
tier, Georges Moustaki, Barbara…) va être faite. »  P.F. Picchetti & Fils. de l’Invisible. » Secrétaire général de la rédaction Sébastien Carganico
qui allaient devenir des vedettes. daniel psenny Tél. : 04 95 21 15 21. R.M. Rilke. Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
GÉOPOLITIQUE
0123
24 | DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Palestine
Une vague
de colère
« du fleuve
à la mer »
En mai, la résistance des habitants de Cheikh
Jarrah et l’intervention de la police sur
l’esplanade des Mosquées ont déclenché une
guerre du Hamas contre Israël. Ces événements
se sont aussi mués en cause commune,
mobilisant une nouvelle génération
de Palestiniens à Jérusalem, en Cisjordanie,
à Gaza et dans les villes arabes israéliennes

jérusalem, haïfa, umm al­fahm, les hommes à Al­Aqsa, Sirine avec les femmes
al­amari, gaza ­ envoyé spécial au dôme du Rocher –, avant de retourner, à
l’aube, faire face aux hommes en uniforme

U
ne victoire du pauvre, un sur l’esplanade des Mosquées. Qu’ont­ils en
rappel à l’histoire, ou une commun avec Alaa, qui lutte pour que sa fa­
tempête parfaite. Chacun mille et ses voisins ne soient pas chassés de
peut nommer comme il l’en­ chez eux par la justice israélienne, et rempla­
tend les événements de mai, cés par des colons ? Qu’est­ce qui les relie à
mais quelque chose de nou­ Ola, psychologue pour enfants à Gaza, épui­
veau a bel et bien secoué la Palestine. Dès les sée par onze jours de bombardements ? Leurs
premiers jours du mois, des émeutes à Jérusa­ quatre trajectoires, singulières, convergent
lem ont ouvert la voie à une guerre, lancée le pour former la trame d’un récit partagé d’un
10 mai par le Hamas à Gaza, qui a tué 254 Pales­ mois de mai palestinien.
tiniens et 12 Israéliens. Ce conflit a attisé des
violences d’une ampleur inédite entre Juifs et
Arabes, dans les villes mixtes d’Israël. A leur Alaa, 24 ans, l’indignée
tour, elles ont suscité une grève générale des
Palestiniens, le 18 mai, de part et d’autre de la
de Cheikh Jarrah Alaa Salaymeh, à Cheikh Jarrah, le quartier de Jérusalem­Est où elle vit,
« ligne verte » qui avait signé, en 1949, le mor­ Depuis qu’elle s’est faite militante, Alaa Salay­ le 27 mai. Elle demande à des policiers israéliens l’accès à la rue Othman Ben Affan,
cellement géographique de leur territoire. meh ne compte plus ses amis. En cette après­ où des Palestiniens sont menacés d’expulsion. Sur son tee­shirt est écrit : « Nous
Il n’y a pas de « normalité » en Terre sainte. midi de la fin mai, cette fille de confiseur de sommes tous Gaza ». PHOTOS LAURENT VAN DER STOCKT POUR « LE MONDE »
Nul ciel serein, que le hasard aurait soudain 24 ans franchit un barrage de police pour re­
déchiré. Mais, dans un quotidien déjà assom­ joindre un sit­in, au cœur de Cheikh Jarrah,
bri de vexations perpétuelles, la multiplica­ cette petite vallée où elle vit à Jérusalem­Est. mogènes se dissipent. Son futur emploi, elle de propriété », au nom d’une loi israélienne
tion des brimades infligées par la police aux Avec son voile noir, son tee­shirt noir barré l’imagine dans ce pays, qu’elle ne nomme pas qui autorise les juifs à demander et à récupé­
Palestiniens de Jérusalem – silence imposé à du slogan, en arabe, « Nous sommes tous « Israël » – elle ne parle que de « l’occupation ». rer les terrains qu’ils possédaient avant la
un imam pour que s’exprime le président is­ Gaza » et ses lèvres peintes en rouge, Alaa sa­ Mais il lui faut encore apprendre l’hébreu. guerre. Un droit qu’Israël dénie aux descen­
raélien Reuven Rivlin ; interdiction d’accéder lue ses voisins d’une voix perçante, ignorant Alaa est née dans la Vieille Ville, au troi­ dants des réfugiés palestiniens. Au fil des ans,
aux lieux saints ; entraves à la circulation à la une nuée d’enfants de colons juifs qui sième et dernier étage d’un hosh ottoman les colons ont ainsi obtenu l’expulsion de dix
porte de Damas ; expulsion annoncée de fa­ s’égaillent à son passage. bruyant, vétuste et « stratégique ». Une seule familles de Cheikh Jarrah.
milles dans le quartier de Cheikh Jarrah au Voilà plus d’un mois qu’elle croise ici des ac­ pièce à vivre pour 11 personnes, enfants et Drôle d’endroit pour grandir. Une nuit de
profit des colons – ont été perçues comme tivistes venus d’Israël et de Cisjordanie, ainsi LONGTEMPS  grands­parents mêlés sous un toit qui donne 2011, vers 4 heures du matin, Alaa a été ré­
des insultes à la dignité. Des humiliations que des journalistes accourus du monde en­ APOLITIQUE,  sur le dôme du Rocher. « La police israélienne veillée par les cris de son petit frère : au beau
rendues plus insupportables encore en ce tier. Le 6 mai, ils attendaient que la Cour su­ y grimpe quand des heurts se produisent sur milieu de la cuisine, un colon était en train
mois de ramadan, période de ferveur reli­ prême israélienne statue sur l’expulsion des ALAA A REJOINT  l’esplanade des Mosquées », déplore­t­elle. A de fouiller dans leur frigo. « La police a dit
gieuse, mais aussi de retrouvailles familiales Al­Kurd, Jaouni, Qassim et Iskafi, quatre fa­ partir de 2003, ils en ont été menacés d’évic­ qu’il était dérangé mentalement », soupire­t­
indispensables et de solidarité. milles palestiniennes de son quartier, au pro­ L’ASSOCIATION  tion « pour extension illégale du bâti » (eux elle. L’année suivante, un homme a tiré au
Les multiples colères du peuple palestinien fit de colons. Quand les juges ont décidé de affirment n’avoir modifié que l’intérieur). pistolet sur la porte du garage : « Un fou lui
ont coagulé en une cause commune, dont la reporter leur verdict, il était déjà trop tard. Le
DE DÉFENSE DE  Alors, quand son père a investi à Cheikh Jar­ aussi, selon la police. »
résurgence a surpris la communauté interna­ sort de ces familles, et celui de dizaines SON QUARTIER.  rah, en 2009, elle a sauté de joie. « Nous vou­ Les Salaymeh ont installé neuf caméras
tionale, lassée du conflit israélo­palestinien. d’autres menacées à plus long terme, dont lions une vie plus sûre », dit­elle. autour de la maison. En novembre, lorsqu’ils
Pendant ces événements, les jeunes manifes­ celle d’Alaa, s’était imposé comme une cause ELLE A ALORS  Cheikh Jarrah est une vallée enchanteresse, ont marié leur fille cadette en Cisjordanie, ils
tants ne se sont adressés qu’à eux­mêmes et nationale palestinienne. De manifestations où le consul général britannique et de riches ont confié la garde du foyer à des cousins. « A
aux opinions publiques internationales, en en répressions policières, même le Hamas, au DÉCIDÉ DE « TOUT  hommes d’affaires de Jérusalem­Est ont leur Jérusalem, politiquement, nous sommes
les interpellant directement sur les réseaux pouvoir à Gaza, a fini par la faire sienne. FILMER ET TOUT  résidence. Le père d’Alaa y a acquis une de­ seuls », résume Alaa. Loin de l’Autorité palesti­
sociaux. Depuis le cessez­le­feu du 21 mai, à Après le cessez­le­feu du 21 mai, qui mettait meure en belle pierre calcaire, dotée d’un jar­ nienne, qui n’est pour elle qu’un mirage. Elle
Gaza, la fièvre retombe. Mais qui sait la mar­ fin à onze jours de guerre, l’organisation isla­ POSTER » SUR LES  din ombragé par un magnifique figuier. Elle a n’avait d’ailleurs jamais envisagé de voter
que qu’elle laissera à long terme ? miste a affirmé que les hostilités repren­ été construite en 1956 par l’agence des Na­ aux élections législatives et présidentielle –
Qu’ont­ils en commun, Sirine et Mazen, qui draient si l’ordre d’expulsion était appliqué. RÉSEAUX SOCIAUX tions unies auprès des réfugiés palestiniens les premières depuis quinze ans –, que le pré­
ont emprunté les mêmes chemins à Jérusa­ Alaa n’en espérait pas tant. Cette fille dis­ (Unrwa), avec l’autorisation de la Jordanie, sident Abbas a fini par reporter sine die le
lem­Est, les 9 et 10 mai ? Cette citoyenne crète de la petite bourgeoisie de Jérusalem­ mandataire à Jérusalem­Est avant la con­ 29 avril. « Vous auriez voulu que je vote pour
arabe d’Israël et cet enfant du camp de réfu­ Est, longtemps apolitique, achève une licence quête de la ville en 1967 et son annexion par Abbas ? », interroge­t­elle, effarée. Alaa se con­
giés d’Al­Amari, en Cisjordanie occupée, ont de littérature anglaise à l’université Al­Qods Israël. En tout, 28 maisons ont ainsi été éri­ sidère aussi bien loin des citoyens arabes d’Is­
défié les policiers israéliens dans la petite d’Abou Dis, en Cisjordanie, située au pied du gées pour redonner un toit à des familles ara­ raël, dont l’assurance face aux policiers l’im­
vallée de Cheikh Jarrah. Tard dans la nuit, ils mur qui divise les quartiers orientaux de Jé­ bes dépossédées, qui avaient fui Israël lors de pressionne. Elle n’en revient pas d’avoir su les
ont couru devant les lourds chevaux anda­ rusalem. Ces trois dernières années, elle a sé­ l’exode forcé de 1948. galvaniser, en faisant de son combat familial
lous de la police montée. ché les cours du mercredi, journée hebdoma­ Cet arrangement a volé en éclats quand une une cause politique.
Ils se sont écroulés de fatigue sur les tapis daire de manifestations étudiantes, lassée association de colons, active depuis les an­ En mars, elle a rejoint l’association de dé­
des mosquées de la Vieille Ville – Mazen avec d’attendre dans les locaux que les gaz lacry­ nées 1970, a décidé de faire valoir son « droit fense du quartier sur Clubhouse, un réseau
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 géopolitique | 25

▶▶▶
social. Elle s’est émerveillée de voir leurs tex­
tes traduits en 17 langues par des volontaires.
Elle décide ensuite « de tout filmer, de tout
poster » sur Internet. La jeune femme affiche
20 000 abonnés sur Instagram – loin du
1,2 million de sa voisine, Mouna Al­Kurd.
Alaa ferraille avec la censure sur Facebook,
dont les algorithmes tolèrent mal les conte­
nus associant « nettoyage ethnique », « crime
de guerre » et « Jérusalem ». Le 7 mai, l’une de
ses vidéos, documentant l’arrestation de Seif
Jeyusi, un adolescent de 16 ans, est devenue
virale. Le 10 mai, elle a été brièvement déte­
nue. Son père et son frère ont été assignés à
résidence pendant cinq jours. Le lendemain,
Alaa s’est pris une giclée d’eau putride de la
police. « Je me suis lavée au Dettol [un produit
chimique ménager] pendant une semaine.
Tous les soirs, je sentais la puanteur dans mes
draps », dit­elle.
De ce mois fou, Alaa retient un sentiment
de victoire : « Israël n’aura pas le choix, ils de­
vront geler les procédures d’expulsion. » Son Ci­contre : Sirine conte Sirine. Une chaîne humaine se forme
combat demeure local, symbolique. Elle, Jabarin dans les alors pour permettre aux manifestants de re­
parle de « résistance ». Alaa nourrit aussi une locaux du « hirak », joindre le bas­côté, bloquant au passage la
réflexion ambiguë sur la violence. Elle re­ à Umm Al­Fahm, voie opposée, en direction de Tel­Aviv. Spon­
grette qu’un jeune homme ait précipité sa en Israël, le 28 mai. tanément, des Palestiniens de Jérusalem
voiture contre des policiers, le 16 mai, à l’en­ Ci­dessus : ses sœurs viennent à leur rencontre, pour les conduire
trée du quartier, en blessant quatre avant s’apprêtent à partir à destination. Embouteillage monstre. La po­
d’être abattu. « Nous ne devons pas nous bat­ pour un mariage, lice rouvre la route.
tre ainsi. Cela affaiblit notre mouvement », es­ tandis qu’elle va Sirine arrive elle aussi dans la Ville sainte.
time­t­elle. Pourtant, elle n’a rien à redire passer la soirée Après une nuit d’affrontements avec la police
contre la salve de roquettes que le Hamas a avec des amis à Cheikh Jarrah, elle dort seule dans sa voi­
lancée le 10 mai sur Jérusalem : « Nous sa­ de son mouvement. ture, rue Saladin. Puis elle s’établit dans le
vons que nous n’aurons pas notre terre sans sanctuaire d’Al­Aqsa. « Ce n’est pas difficile de
user de la force. » lancer une pierre, constate­t­elle. C’est une ex­
pression de colère. Les chebab [jeunes garçons]
Sirine, 25 ans, rigolent quand ils me voient faire. Ils n’ont pas
l’habitude qu’une fille se joigne à eux. »
l’insurgée d’Haïfa Après cette période tumultueuse, elle est
« Tu es trop radicale, Sirine ! » Attablées rue rentrée à Umm Al­Fahm, ivre de fatigue.
Massada, deux amies s’engueulent dans un Dans la belle maison d’architecte de ses pa­
quartier branché du cœur d’Haïfa, la grande rents, située en contrebas d’une vaste mos­
ville du nord d’Israël. Sirine Jabarin, 25 ans, et quée, sur les hauteurs de la ville, elle analyse
Mona Kharboush, 32 ans, ne tirent pas les en famille les événements de mai. L’une de
mêmes enseignements des violences qui ses quatre sœurs, Leyal, 21 ans, n’est pas re­
ont secoué la ville, début mai. Sirine a scandé tournée dans sa fac de droit, à Bar­Ilan, de­
au milieu d’une foule de quelques centaines puis deux semaines : elle n’est pas politisée,
de personnes, tenues à distance d’extrémis­ mais elle redoute des violences. Leur père,
tes juifs par la police, que « la Palestine est Mohammed, formé à la médecine à Brescia,
arabe du fleuve à la mer », du Jourdain à la dans le nord industriel de l’Italie, a participé
Méditerranée. « C’est quoi, ce slogan ?, grève générale décrétée en Israël et dans les rence de nombreux Arabes israéliens, Sirine à la grève générale palestinienne du 18 mai.
s’étonne Mona. Il n’y aura pas d’Etat palesti­ territoires palestiniens. ne réclame pas davantage de moyens pour La demi­douzaine de centres de radiologie
nien sans juifs, c’est complètement irréa­ Depuis 2015, Mona vote avec constance aux les commissariats. Au contraire : avec ses ca­ qu’il possède en Israël sont restés fermés. Ils
liste ! » Sirine ne se démonte pas. Les violen­ législatives pour la Liste unie des partis ara­ marades du hirak (« le mouvement »), elle mi­ accueillent d’ordinaire des Israéliens de tou­
ces ont prouvé, dit­elle, que la coexistence bes. Elle y voit un moyen de briser le plafond lite pour leur fermeture. Les détentions, en tes obédiences, dont des Juifs ultraorthodo­
tant vantée ici, entre Juifs et Arabes, n’est de verre sous lequel bouillonne sa minorité, partie « préventives », à la suite de lynchages xes. Un contrat les lie aussi à l’armée, qui
qu’un écran de fumée. « D’accord, Haïfa est qui représente 20 % de la population israé­ à Lod, à Bat Yam, la préoccupent. Le 1er juin, la leur envoie des soldats, entre 19 heures et
une vitrine idéale. Mais, au moment critique, lienne. La cause nationale palestinienne, elle police a annoncé avoir arrêté, en une se­ 22 heures.
tu vois bien qu’elle vole en éclats. » la relègue au second plan. Depuis le 2 juin, fait maine, 2 100 personnes, des Arabes à près de La famille de Sirine est originaire d’Haïfa. Le
Mona ne la contredit pas. Sa vie paisible a inédit dans l’histoire d’Israël, l’un de ces par­ « CE N’EST PAS  90 %. A peine 150 ont été inculpées. Les Pales­ grand­père paternel y possédait un super­
été bouleversée. Médecin urgentiste à l’hô­ tis, dirigé par l’islamiste Mansour Abbas, DIFFICILE DE  tiniens d’Israël dénoncent une répression marché et une usine à papier, avant la créa­
pital du mont Carmel, elle a été réquisition­ peut contribuer à faire chuter le premier mi­ massive, visant à les museler. tion de l’Etat d’Israël. Il s’est réfugié à Umm
née après le refus d’ambulanciers de se ren­ nistre, Benyamin Nétanyahou, en rejoignant LANCER UNE  Boycottage, autonomie revendiquée, séces­ Al­Fahm lors de la Nakba, l’exode forcé de
dre dans les quartiers arabes. Elle a soigné une coalition disparate d’extrême droite, de sion… Ces thèmes ont conduit Sirine à se rap­ 700 000 Palestiniens en 1948. Ayant vécu le
dans les rues trois jeunes Palestiniens griè­ gauche et du centre. PIERRE. LES  procher de la branche nord du Mouvement régime militaire imposé aux Arabes d’Israël
vement blessés par des balles en métal cer­ Poings serrés et regard noir, Sirine n’en a islamique, issue des Frères musulmans et qui jusqu’en 1966, « il avait peur de toute forme
clées de caoutchouc, tirées par la police. Le cure. Elle ne vote pas. Cette étudiante en
“CHEBAB”  refuse de participer au jeu électoral israélien, d’engagement et en a découragé ses enfants »,
lendemain, son service a admis une soixan­ sciences politiques a envoyé bouler l’an der­ RIGOLENT QUAND  interdite dans le pays depuis 2015. Cette mili­ dit Mohammed Jabarin. « Pour ma part, pour­
taine d’habitants juifs ultraorthodoxes nier quatre années de formation d’ingé­ tante laïque aux longues boucles brunes, vo­ suit­il, je préfère accompagner celui de mes
d’un même immeuble, intoxiqués par des nieure et un avenir pourtant bien tracé. « Je ILS ME VOIENT  lontiers autoritaire avec ses camarades, re­ filles. Au moins leurs manifestations se dérou­
fumées. Des caméras de surveillance ont voulais du changement. Quelque chose d’im­ connaît la puissance de cette organisation lent à la vue de tous, sur les réseaux sociaux.
filmé des jeunes incendiant des voitures portant dans ma vie. Je l’ai trouvé. » Depuis six FAIRE. ILS N’ONT  bien rodée à Umm Al­Fahm. Dès la fin avril, la Ça les protège. A mon époque, vous disparais­
dans leur parking. mois, elle participe dans sa ville natale PAS L’HABITUDE  jeune fille a récolté des dons pour convoyer, siez en prison sans que personne le sache. »
« Ces gangs juifs armés, la police les ména­ d’Umm Al­Fahm à un nouveau mouvement avec l’aide des islamistes, des activistes et des Cela ne l’empêche pas de craindre le rensei­
geait ! Ça m’a fait tellement peur… S’ils t’atta­ qui dénonce une criminalité endémique, face QU’UNE FILLE SE  lycéens à Jérusalem, au cœur de l’action. gnement intérieur et la police, dont il juge les
quent, tu te dis au fond de toi que personne ne à laquelle la police se montre au mieux im­ Le 8 mai, en ce mois saint de ramadan et pratiques « criminelles ».
te viendra en aide. Quand tu es palestinienne, puissante, au pire indifférente. JOIGNE À EUX » alors que les fidèles s’apprêtent à célébrer la M. Jabarin vote utile. Pour le Meretz, un
tu découvres cette différence brutale : tu vaux Ici et à Haïfa, elle a déjà assisté à trois fusilla­ SIRINE JABARIN nuit du Destin, les images d’un tel convoi parti de gauche sioniste qui a intégré, le
moins qu’un juif. En tant que médecin, ça pa­ des, en pleine rue. « Chacun connaît les gran­ Palestinienne d’Israël font le tour du monde. Des bus, dont l’un a 2 juin, la coalition de gouvernement. Cela fait
raît dingue ! Nous ne voyons pas les choses des familles mafieuses, mais ces violences sont été affrété par le hirak, sont arrêtés par la po­ hurler de rire ses filles, qui le jugent naïf. « La
comme ça à l’hôpital… Mais la police et le “sys­ surtout le fait de jeunes gens isolés. La police lice sur l’autoroute 1. « Ils ont confisqué des
tème”, oui. » Le 18 mai, Mona a bravé les consi­ laisse faire tant qu’ils tirent sur des Arabes et drapeaux palestiniens et des keffiehs, puis ils
gnes de sa hiérarchie, en participant à la pas sur des Juifs », dénonce­t­elle. A la diffé­ ont refusé que nous reprenions la route », ra­ lire la suite page 26

Mazen Ramadan, dans le camp


de réfugiés d’Al­Amari, à côté de Ramallah,
en Cisjordanie, le 29 mai. Le logo du Fatah,
le parti du président Mahmoud Abbas,
est peint sur un mur.
0123
26 | géopolitique DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Ola Abou Hasaballah et son fils, Owaïs, âgé de 3 ans,


à Gaza, le 25 mai. Le cessez­le­feu signé entre Israël
et le Hamas, le 21 mai, leur a permis de ressortir
de chez eux, après onze jours de bombardements.
Le garçon fait du kart sur le front de mer.

suite de la page 25 A Al­Aqsa, Mazen a dormi trois nuits et vécu étranger à Ramallah. Les aventures de son tier commerçant prisé, aux larges avenues.
deux opérations policières d’une grande bru­ fils risquent de lui faire du tort. Dans sa ca­ Elle s’y sentait en sécurité, parce qu’il avait
talité, les 7 et 10 mai, au cours desquelles près vale, Mazen n’a d’autre choix que de cher­ été épargné lors de la guerre de 2014. Pas
jeune génération risque de gâcher tous nos ef­ de 700 Palestiniens et 40 policiers israéliens cher protection auprès de l’homme fort du cette année. Le 16 mai, quand des frappes aé­
forts. Nous nous sommes intégrés !, s’exclame­ ont été blessés. La seconde est gravée dans sa camp, Jihad Toumaleh, un parlementaire en riennes font s’écrouler, sur 42 civils, plu­
t­il. Nous avons travaillé dur et nous avons mémoire : son lever au petit jour, l’attente de froid avec le pouvoir, qui distribue dans les sieurs immeubles de la rue Al­Wehda, elle
réussi, malgré Israël. Nous avons été forcés de l’entrée des policiers sur l’esplanade, par la salles de sport les mannes de l’opposant en sent le sol trembler.
vivre, de travailler et d’étudier dans un Etat porte des Maghrébins et la porte de la Chaîne. exil Mohammed Dahlan. Pendant les bombardements, elle s’abrite
juif, mais ça n’était pas pacifique. Nous avons Les cris de la foule appelant le Hamas à rejoin­ Mazen ne se fait pas d’illusions. « Je finirai dans un étroit couloir, entre deux murs por­
été contraints d’adopter une identité israé­ dre la lutte, à Gaza. Acculé contre l’enceinte bientôt à Jéricho », lâche­t­il, en référence au teurs, loin des fenêtres. Outre son ordina­
lienne. Les villes mixtes explosent aujourd’hui orientale, sur un vaste espace pavé où, d’ordi­ complexe sécuritaire de sinistre réputation teur, branché sur une grosse batterie électri­
parce que les gens ont été forcés à vivre ensem­ naire, les enfants jouent au ballon, il est où l’AP enferme les prisonniers politiques. Le que UPS, elle garde auprès d’elle un sac avec
ble. » Il désire encore une solution à deux blessé par une balle antiémeute. Un inconnu jeune homme se prend à rire : il y a déjà été les passeports, de l’argent, le stylo Parker hé­
Etats, palestinien d’un côté, israélien de lui fait remarquer qu’il saigne. Il s’effondre. détenu un mois, en décembre 2020. Son ami rité de son grand­père, des vêtements pour
l’autre, mais doute que ce dernier soit un jour Pris en charge par le Croissant­Rouge, Rami aussi. « La sulta [« l’Autorité »], raille­t­il, son fils et une photographie de sa mère,
pleinement démocratique. puis soigné à l’hôpital du Mont­des­Oliviers, n’aime pas que l’on exprime son opinion. » morte en 2013. Elle y mange, joue et dort
Mazen rentre à Al­Amari le jour même, avec Owaïs et son nouveau mari, Moham­
avec un amer sentiment de défaite. Le lende­ Ola, 32 ans, la désespérée med, médecin de dix ans son aîné et qui n’en
Mazen, 24 ans, le déçu main, 11 mai, il apprend au réveil que le Ha­ finit pas de la quitter.
de Ramallah mas a lancé des roquettes sur Jérusalem. Il se de Gaza Elle vit la guerre à travers les chaînes de télé­
sent immensément fier. « Mohammed Un soir comme celui­là vous rappelle que vision qatarie Al­Jazira et saoudienne Al­Ara­
« Mazen, fais attention où tu marches ! » Un Deif [le chef de la branche militaire du Ha­ « Gaza la malheureuse » pourrait être belle : biya. Lorsque le réseau Internet décroche, elle
commerçant du camp de réfugiés d’Al­Amari, mas] est le vrai leader des Palestiniens ! », s’en­ une ville arborée, ouverte sur la mer. Quatre allume un petit poste rouge, branché sur
qui ouvre boutique ce 29 mai, s’étonne de thousiasme­t­il. QUAND MAZEN,  jours après le cessez­le­feu du 21 mai, non loin Sawt Al­Chaab, une radio locale. Elle en con­
croiser Mazen Ramadan en pleine rue : il sait Vendredi 14 mai, décrété « jour de colère », MILITANT AUX  de la plage bondée, Owaïs, 3 ans, file à bord naît tous les présentateurs, pour avoir tra­
le jeune homme recherché par la police pa­ il file avec ses camarades jusqu’à la base mi­ d’un kart décoré de fleurs rouges en plasti­ vaillé avec eux dans une autre vie – elle lisait à
lestinienne. Depuis quelques jours, Mazen litaire israélienne de Beit El. Ce jour­là, Tsa­ JEUNESSES DU  que. Sono crachotante accrochée à l’essieu, l’antenne des poèmes et des nouvelles de
évite sa maison familiale, bâtie à la lisière du hal tire à balles réelles sur les manifestants, klaxon à plein régime, le garçonnet s’étourdit l’écrivain palestinien Ghassan Kanafani.
camp, quasiment dans Ramallah, le centre faisant 10 morts en Cisjordanie – le bilan le FATAH, APPREND  de plaisir, lui qui, dans son immeuble, sur­ Après chaque bombardement, Ola se rue avec
politique de la Cisjordanie occupée. Il limite plus meurtrier depuis 2002, pendant la se­ saute encore au moindre bruit après onze son fils vers le réfrigérateur pour engloutir en
ses déplacements aux venelles étroites du conde Intifada. L’Autorité palestinienne
QUE LE HAMAS  jours de bombardement. désordre du chocolat, de la pizza, des fruits…
cœur d’Al­Amari, un mouchoir de poche d’un laisse faire les jeunes contestataires jus­ A LANCÉ DES  Sa mère, Ola Abou Hasaballah, l’admet : le Puis s’accorde une cigarette L & M légère, fu­
kilomètre carré où les policiers ne pénètrent qu’au 21 mai, quand Mazen descend avec petit est fragile. Comme elle. Comme tout le mée à la fenêtre de la cuisine, qui donne sur
qu’avec réticence. une petite foule dans les rues de Ramallah, à ROQUETTES  monde dans cette enclave, astreinte à un blo­ une cour intérieure.
A 24 ans, Mazen est une tête dure. Pas un 2 heures du matin, pour célébrer le cessez­le­ cus israélo­égyptien depuis 2007 et qui, après Ola n’est pas tout à fait indifférente à ce qui
délinquant, ni un opposant politique, mais feu et la « victoire » du Hamas. « Même mes SUR JÉRUSALEM,  les opérations israéliennes « Plomb durci » se déroule ailleurs en Palestine. Comme
un enfant de ce camp miséreux, où, près du enfants voulaient y aller », grommelle son IL SE SENT  (2008­2009), « Pilier de défense » (2012) et nombre d’habitants de Gaza, sa famille est
centre social, deux pyramides commémo­ ami Rami Enabi, grand costaud de 31 ans, « Bordure protectrice » (2014), sort exténuée originaire du vieux port de Jaffa, devenu ban­
rent les combattants du quartier tués lors de roux et albinos, qui fait mine de ne pas com­ IMMENSÉMENT FIER de cette quatrième guerre, lors de laquelle le lieue pauvre de Tel­Aviv. Elle a suivi de près la
la première Intifada et les auteurs d’atten­ prendre pourquoi l’AP a sifflé ce jour­là la fin Hamas a tiré plus de 4 300 roquettes sur Is­ répression des émeutes qui ont éclaté là­bas,
tats­suicides de la seconde, dont la première des réjouissances. raël. Un an plus tôt, Ola a plongé dans la dé­ les incursions de groupes juifs armés, les re­
femme kamikaze palestinienne, Wafa Idriss. Mazen affirme que quatre de ses camarades pression. Six mois de traitement. présailles de mafieux arabes locaux. A la télé­
A l’âge de 17 ans, Mazen a été condamné à ont depuis été arrêtés et que d’autres se ca­ Cette spécialiste de la psychologie infantile vision, elle reconnaît dans l’accent des gens
trois ans de prison en Israël, pour avoir jeté chent. Selon des défenseurs des droits hu­ de 32 ans, riche, autonome, divorcée et mal de Jaffa celui de son grand­père, pharmacien,
un cocktail Molotov sur des soldats qui pro­ mains, une vingtaine ont été détenus, et remariée, porte, sur elle comme sur les qui a fui la ville pendant la Nakba. Entre qua­
cédaient à une arrestation, de nuit, dans son d’autres interrogés pour des écrits en ligne et autres, un regard sans complaisance. La tre murs à Gaza, Ola a grandi dans le fan­
quartier. Très actif au sein du syndicat de pour avoir participé à des manifestations. veille, dans le taxi qui la conduisait vers tasme, couleur sépia, de cette ancienne capi­
l’université de Bir Zeit, où il étudie les scien­ « Des cadres de l’Autorité s’inquiètent que l’appartement où est gardé son fils en atten­ tale culturelle de la Palestine, où sa grand­
ces politiques, il est fier d’appartenir au d’autres factions nous utilisent pour menacer dant la réouverture des crèches, le chauf­ mère portait des jupes au genou, « à la mode
mouvement de jeunesse du Fatah, le parti du leur pouvoir », estime le jeune homme. feur s’était mis à parler : « Il m’expliquait du Caire », pour aller au cinéma.
président Mahmoud Abbas. Ce destin palestinien, Mazen le doit, pour qu’un type avait été tué ici, puis que, là, un en­ Jaffa, c’est le rêve d’Ola et une part de son
Depuis plusieurs semaines, pourtant, il ne le meilleur et pour le pire, à son père. Mun­ fant avait été écrasé sous un mur… Il s’expri­ malheur. Il y a dix ans, lorsqu’il a fallu la ma­
comprend plus ses dirigeants. Il a été déçu ther Ramadan n’est pas né ici : il est syrien, mait comme si c’était une conversation nor­ rier pour la première fois, son père lui a dé­
par l’annulation des élections palestinien­ issu d’une famille sunnite aisée de Damas. A male… Ça m’a paru fou ! J’ai besoin de silence, niché un vague parent dont le seul mérite
nes, qui avaient pourtant créé une réelle at­ 16 ans, par solidarité arabe, il s’est engagé le temps de reprendre un semblant de con­ était d’être, lui aussi, lointainement origi­
tente en Cisjordanie. Il n’a pas vu un seul ca­ dans l’Organisation de libération de la Pales­ trôle sur ma vie. » naire de cette ville. « Mon père est un homme
dre du Fatah dans les manifestations en sou­ tine (OLP), ne laissant qu’une lettre derrière Ola a suivi les événements de Cheikh Jar­ éduqué, employé par une agence des Nations
tien à Gaza, pendant la guerre de mai. Le si­ lui. Il a combattu aux côtés de factions pales­ rah dès le mois d’avril, à travers « des influen­ unies. Mais il voulait à tout prix conserver un
lence de M. Abbas, quand les habitants de tiniennes contre les forces israéliennes au ceurs » sur Facebook et Instagram. Mais ja­ lien avec ses origines. » Ola n’a vu cet homme
l’enclave étaient sous les bombes, l’a désolé. Liban à la fin des années 1970, avant de s’ins­ mais plus de cinq minutes à la fois : « Ce qui qu’une fois avant de l’épouser. Dépendant
L’AP et le Fatah sont à la traîne. Invisibles. taller en Irak. Après les accords de paix se passait à Jérusalem n’était pas mon affaire. au tramadol, un puissant antalgique
Inaudibles. Mazen trépigne. Cela le met en d’Oslo, en 1994, il a rejoint ses camarades de Mes propres soucis me suffisaient. » Un jour, opioïde, il s’est révélé violent. Une nuit, il a
délicatesse avec les autorités. l’OLP à Ramallah et intégré les forces de sécu­ elle voit dans une vidéo une foule rassem­ fini par la jeter dehors. Après ce geste, la fa­
Le 7 mai, dernier vendredi du mois de ra­ rité nationale. Il a épousé la fille de son com­ blée devant la mosquée Al­Aqsa appelant mille d’Ola a accepté le divorce.
madan, la télévision d’Etat palestinienne dif­ mandant dans le camp d’Al­Amari et pris sa le Hamas à rejoindre la lutte, en scandant A Gaza, une femme divorcée est forcément
fusait encore de la musique traditionnelle retraite en 2008, avec le petit grade de major « Allez Gaza ! Gaza ! Pour le bien d’Allah ! » suspecte. Ses voisins la jugent « instable »,
plutôt que des images des manifestations à et un aigle à l’épaule. Nostalgique de la Syrie, « J’ai ri. Qu’étions­nous censés faire ? A part re­ « agressive ». Elle ne cause que « des problè­
Jérusalem. L’accès aux lieux saints a été Munther a regagné Damas avec sa famille. cevoir des bombes sur la tête. Il n’y a pas de mes ». Ola s’en moque. L’enclave se résume
fermé par Israël aux Palestiniens de Cisjorda­ Mazen, alors adolescent, découvre, fasciné, face­à­face possible à Gaza avec les soldats selon elle à un gigantesque « problème hu­
nie depuis le début du mois. Qu’importe. cette capitale arabe auprès de laquelle les [israéliens] », dit­elle. manitaire ». Depuis le cessez­le­feu, la psy­
Mazen a foncé tête baissée. Avec cinq cama­ collines désordonnées de Ramallah parais­ La jeune femme s’attend alors à des mani­ chologue pour enfants a recontacté ses an­
rades, il a traversé les champs près de Midya, sent si provinciales. Il devient syrien, damas­ festations à la frontière de l’enclave, à une réé­ ciens patients. Elle a vu ceux que la guerre a
là où le mur israélien n’est qu’un grillage. De cène. Mais la révolution, qui éclate en 2011, et dition de la « marche du grand retour » de déplacés. Elle a compté les morts. Les plus
l’autre côté, des amis les ont récupérés en la guerre civile contraignent une partie de sa 2018. L’armée israélienne l’avait réprimée – âgés ont aujourd’hui 16 ans. Ils ont déjà
voiture, puis les ont fait entrer sur l’espla­ famille à l’exil. Lui et les siens rentrent à Al­ 270 morts et près de 30 000 blessés –, sans connu la guerre de 2014, et, récemment, l’épi­
nade des Mosquées pendant la prière de Amari en 2012. « Je voulais retrouver mes raci­ que cela suscite de manifestations de solida­ démie liée au Covid­19 : des malheurs qui
l’aube. « C’était la deuxième fois de ma vie nes. J’ai dû me résigner à reconstruire ma vie rité ailleurs en Palestine. Cette fois, il lui aura s’ajoutent à ceux de leurs parents. Les cent
[que j’entrais dans l’enceinte d’Al­Aqsa], se ici », déplore­t­il. fallu trois jours de bombardements « pour fois où elle a songé à partir, Ola s’est souve­
souvient Mazen. J’ai presque pleuré. J’avais « La Syrie est ma patrie, la Palestine ma sortir du déni » : la guerre est de retour. nue que ce métier « donne du sens à [sa] vie.
l’impression que mes pieds ne touchaient pas cause » : Mazen a fait sien le mantra de ce Ola rembourse chaque mois 1 000 dollars Et puis, à Gaza, je suis encore en Palestine »,
terre devant le dôme du Rocher. Je me sentais père distant, avec lequel il parle peu. A pour l’appartement qu’elle a acheté même suspendue dans le vide. 
comme un enfant. » 58 ans, Munther demeure un Syrien, un en 2017 à Rimal, « l’âme de la ville » : un quar­ louis imbert
28 | rencontre 0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Céline Sciamma 
« S’engager rend 
toujours vulnérable »
JE NE SERAIS PAS ARRIVÉE LÀ SI… La réalisatrice revient
sur son enfance joyeuse et curieuse et
raconte comment sa rencontre avec le cinéma
lui a offert une « vie par procuration »

ENTRETIEN n’était pas vraiment une angoisse, mais j’avais


l’envie de grandir vite pour être libre de choisir
ma vie et de ne pas rester dans son antichambre.

E n quatre films, la réalisatrice Céline


Sciamma, 42 ans, s’est imposée comme
la représentante d’un nouveau genre de
cinéma d’auteur sensible et exigeant. Primé à
Cannes, son Portrait de la jeune fille en feu a
En avez­vous parlé avec vos parents ?
Sûrement pas ! J’avais un rapport secret à ça.
C’était moins une difficulté à dire ou un
problème pour « passer aux aveux » que la
fait le tour du monde, premier film français volonté de protéger l’immense curiosité que
visionné à l’étranger avec 1,5 million d’entrées j’avais et le rêve d’une destinée sentimentale
en 2020 et objet d’un culte particulier. Elle particulière. Je voulais cultiver ce rêve, pas le
revient en salle avec Petite maman, un conte contrer. Il m’apparaissait sous forme de
poétique, filmé à hauteur d’enfant. promesse. Mais il était hors de question de
l’annoncer avant de le vivre !
Je ne serais pas arrivée là si…
… Si je n’avais pas grandi dans une fratrie. C’est Comment la curiosité se nourrissait­elle ?
l’élément le plus constant et le plus constitutif Une jeune Anglaise des années 1980 pouvait En mars 2020.
de ma vie. Quelque chose d’essentiel. Je le dis trouver dans une librairie ou une bibliothèque PHILIPPE CAISSE/PASCO
avec d’autant plus de conviction que j’ai bien tout un rayonnage de littérature lesbienne.
réfléchi à votre fameuse question ! Je me suis Impossible dans les bibliothèques françaises
interrogée sur les points de bascule qui ont où le classement est universel et non par genre. autoritaire avec des règles, des normes, des personnages crachait même dans la bouche d’un
émaillé mon parcours, mais sans parvenir à Dénicher un livre où je me retrouverais relevait styles, des archétypes. Le cinéma s’inspire garçon pour lui renvoyer la violence qu’il lui
distinguer d’instant « décisif » ou de tournant donc de la chasse au trésor. J’ai passé un temps beaucoup du cinéma. C’est un des arts où l’on avait faite. A l’époque, des spectateurs ont mani­
« majeur ». Pour débusquer la vérité, il faut fou dans les bibliothèques à fouiller, scruter, peut revendiquer s’être inspiré de son collègue, festé du dégoût devant cette scène. Aujourd’hui,
remonter le plus loin possible dans le temps. Et espérer. Et puis un jour, ça finit par arriver. On ce que je trouve d’ailleurs très beau. Mais du c’est devenu une image glorieuse que les gens
la fratrie s’impose alors : cette sœur, plus jeune croise Colette. On croise Virginia Woolf. Et on coup, on manque de distance. On s’immerge célèbrent. Et telle était bien mon intention. En
que moi de trois ans, et ce frère, le benjamin, de est frappé au cœur. On tire un fil… Et on s’aper­ dans cet univers normatif, on s’en nourrit, on s’y tout cas, le succès du film et le plaisir que j’y ai
sept ans. C’est l’accompagnement le plus long de çoit que les très grandes autrices ont souvent vautre. Et puis un jour, on découvre La vie ne me pris m’ont fait dire : c’est ça que je veux faire !
ma vie. Et bien davantage : le soutien le plus eu, dans leur vie ou leurs romans, des existen­ fait pas peur, de Noémie Lvovsky, premier film C’est comme ça que je veux vivre. Dans cette
inconditionnel. Au fond, c’est la première unité ces queer. Et qu’en s’intéressant à la très grande que je vois en ayant conscience qu’il est fait par intensité émotionnelle d’une création collective.
fondée sur la solidarité, la confiance, le soin des littérature féminine, donc féministe, on finit une femme. Et je suis sous le choc. Non seule­ Dans cette fusion éphémère des tournages.
uns pour les autres. Et puis le jeu ! par se rencontrer. Et c’est une émotion déme­ ment une jeune réalisatrice me montre que ce
surée, sans aucun rapport avec l’œuvre. métier est accessible à une femme. Mais son Mais quel est le dessein ?
Parce que c’est joyeux ? film propose quelque chose de différent, touche Je sais l’importance qu’a eue le cinéma dans
Ah oui ! Qu’est­ce qu’on rit ! On échange quoti­ Quel sentiment cette rareté une corde sensible et me bouleverse littérale­ ma vie de jeune spectatrice. Mon ambition est
diennement et leur parler, ne serait­ce que de représentation engendre­t­elle ? ment. A partir de là, je fais attention au metteur donc à ce niveau. Le cinéma peut sauver la vie.
quelques minutes au téléphone, c’est la garantie Aujourd’hui, je parlerais d’exclusion. Mais à en scène, et plus seulement au film.
de rire, même quand on évoque des choses l’époque, ça vous faisait douter de vous­même Quels films voulez­vous faire ?
graves. Mon frère et ma sœur sont mes confi­ et de votre intuition. On se sent très seul, Et vous songez à des études de cinéma… Des films qui bouleversent, troublent,
dents. Nous continuons de grandir ensemble. possiblement unique au monde. Comment ex­ Non. Pas encore. J’ai soif d’apprendre, j’aime interpellent. Des films qui nous augmentent.
plorer ses propres sensations si vous ne pouvez étudier. Un prof me parle d’hypokhâgne. Banco. Des films qui font se sentir infiniment vivant
Avez­vous toujours ressenti la force pas les connecter à des images, des histoires, Paris me tend les bras ! Vive l’autonomie ! En vé­ et dont on sort le cœur battant. Je voudrais
de ce lien ? des comportements visibles en société ? Du rité, j’atterris à Neuilly dans un foyer de bonnes fabriquer de la beauté. Et même de la poésie.
Mon tout premier souvenir est la naissance de coup, quand par miracle on se reconnaît, je ¶ sœurs. Je bosse comme une dingue mais expéri­
ma sœur. Mais j’ai la sensation que c’est lorsque vous assure qu’on ne peut pas se rater ! C’est si « Petite maman » mente la vie en communauté avec des filles. Et Et avoir un impact politique et social ?
mon frère est né que la fratrie s’est fort, si bouleversant, qu’il est impossible de re­ est sorti en salle c’est formidable ! Amical, solidaire, festif. Il y a un Evidemment ! Mais pas en faisant un tract ! Pas
instantanément soudée. Un trio a surgi, bien culer. Si le désir a survécu à sa totale invisibili­ mercredi 2 juin brassage de milieux étonnant, des filles de pro­ avec les codes du cinéma politique qui font chier
plus fort que le duo. Et à partir de ce moment­là, sation, et au chantage souvent mené pour le vince et la grande bourgeoisie parisienne, des tout le monde. En proposant des expériences,
on a formé une équipe. Nos parents étaient très faire disparaître, eh bien je vous assure qu’il nanas de gauche et des filles du RPR [Rassemble­ plus que des débats. En montrant d’autres
jeunes puisqu’ils m’ont eue à 21 ans. Je me suis vous confère une sacrée force. ment pour la République, fondé par Jacques visages, d’autres attitudes, d’autres rapports. En
d’autant plus senti une vraie responsabilité Chirac]. Je m’ouvre à des tas de trucs et j’aime ce sortant de la dramaturgie du conflit, omnipré­
d’aînée : être attentive, créative, une sorte de Comment votre rencontre avec le cinéma quotidien au féminin. Quand j’imagine la suite sente dans la fiction. Mes films ne se veulent pas
modèle. Mais tout cela passait par le jeu : chan­ s’est­elle faite ? de ma vie, c’est même ainsi que j’aimerais vivre. des pavés dans la mare. Il n’y a pas de démons­
ter, danser, faire du sport. Notre environnement Dans la même dynamique. Il a pris du jour au tration, je n’assène pas des vérités. J’offre des
y était propice. On vivait à Cergy­Pontoise, une lendemain le relais de la littérature. Dès 13 ou C’est­à­dire ? sensations qui permettent d’habiter des idées
de ces villes nouvelles qui me passionnent et 14 ans, j’y suis allée trois fois par semaine. Toute En communauté amicale. Entre personnes qui nouvelles, d’explorer d’autres façons de vivre et
qui sont des lieux pensés pour les enfants. On seule. Et pour tout voir, grâce au merveilleux s’écoutent, qui se comprennent et qui s’aiment, penser. L’occasion de le faire, dans la vraie vie,
peut traverser la ville sans croiser une voiture, et cinéma Utopia de Cergy. Ma vie s’organisait tout simplement. Il n’y a pas que le couple ou la n’est pas si fréquente. Je ne m’adresse pas aux
il y a même un petit bois. Vous imaginez notre autour de cela : gagner de l’argent en baby­sit­ famille ! L’amitié peut aussi être un mode de vie. législateurs ! Je ne pense qu’aux spectateurs et à
liberté de gosses, toujours à l’extérieur ? Il y avait ting pour me payer mes places de cinéma. Elle organise et structure déjà la mienne, y leurs émotions. Je rêve qu’ils emmènent le film
de la place pour nos jeux et passions respectives. compris par un partage de soins et de services avec eux, qu’ils le complètent, le fantasment,
Et une dynamique d’humour permanent. Mon Quelqu’un vous avait­il initiée au 7e art ? au quotidien. J’ai aussi des amitiés masculines et s’en nourrissent. Vous savez, au deuxième jour
frère est d’ailleurs devenu humoriste. Ma grand­mère. Ma merveilleuse grand­mère n’exclus pas à l’avenir d’intégrer des garçons du tournage de Portrait de la jeune fille en feu,
décédée il y a peu. Une grand­mère cinéphile dans la communauté que je fantasme. Mais il alors que nous filmions sur la plage la scène où
Joie et lumière de l’enfance… depuis son enfance passée au Caire dans les faut avouer que la communauté non mixte est les deux héroïnes s’embrassent et pleurent, car
Oui, mais pas que. La petite fille que j’étais a années 1930. Une grand­mère équipée de toutes un refuge d’une douceur et d’une liberté elles doivent se séparer, je me suis retournée
toujours ressenti une sensation de marge et les chaînes satellites, qui choisissait avec minu­ inouïes. L’idée n’est pas, comme on le croit vers ma chef opératrice et je lui ai dit : « On va
d’inadéquation. C’était diffus, confus, inexpri­ tie le film que nous allions regarder toutes les souvent, de comploter ou d’entretenir des changer le monde ! »
mable. Mais j’avais la conscience précoce de deux en silence et qui m’a ainsi initiée à Capra, discussions secrètes dont on voudrait exclure
n’être pas en phase avec les projections et Hitchcock, James Stewart, son acteur préféré, les autres. L’objectif est beaucoup plus simple : Elle est donc bien là, l’ambition !
l’imaginaire que me proposait la société. Je mais aussi au cinéma espagnol, à tout le cinéma se re­po­ser. S’épargner certaines conversations Mais bien sûr ! Je prends très au sérieux le
rêvais d’autre chose. Je n’étais pas conforme. italien… Elle avait des tonnes de livres de ou certains comportements. Vivre pleinement cinéma. Et c’est pourquoi j’accompagne mes
L’équipe de la fratrie n’excluait donc pas la so­ cinéma, de nombreuses encyclopédies, et elle notre individualité. films d’une parole politique que je pourrais
litude et le secret. J’avais beau être une enfant faisait mon éducation à moi, l’adolescente m’épargner. Mais je suis engagée. Je porte des
tonique et joyeuse, je bossais quand même songeuse à qui le cinéma offrait une vie par pro­ La singularité de votre regard et de votre idées. Et de recevoir des milliers de témoignages
bien ma ride du lion ! curation. Je vibrais, palpitais, bouillonnais. Tout style a frappé dès votre premier film, de fans et d’activistes de toutes sortes et du
était si intense que c’en devenait une ambition. « Naissance des pieuvres », réalisé monde entier affirmant que cette histoire
Etiez­vous ce que Nina Bouraoui appelle Je rêvais d’amours aussi fortes, même si cela à la sortie de votre école de cinéma… d’amour a changé leur vie me chamboule. C’est
une « enfant homosexuelle » ? semblait impossible. Car non seulement je J’ai tellement aimé le faire ! Tellement jubilé à une véritable communauté qui s’est créée. Le
Je voyais bien pour qui mon cœur battait ! Et il n’embrassais personne dans la vraie vie, mais je chaque étape, chaque rencontre, chaque geste. lien avec le film est devenu un lien entre ceux
y avait un continuum d’indices qui me faisaient ne voyais non plus personne, à l’écran, embras­ J’avais foncé, jeunette, minus, sans aucune expé­ qui l’ont aimé. Un lien d’amitié, de solidarité et
ressentir certaines émotions un peu bizarres ser quelqu’un du même sexe. Ce qui m’aurait rience, parfaitement inconsciente, mais avec d’entraide. Ça me rend sentimentale. Et aussi
dont j’ai vite compris qu’elles étaient interdites. tant émue et donné du courage. une intuition politique et une radicalité dans la vulnérable. S’engager rend toujours vulnérable.
Nous étions au début des années 1980, c’est­à­ mise en scène qui m’émeuvent aujourd’hui. J’y
dire à une époque pré­Internet, sans informa­ Preniez­vous conscience que le regard évoquais, c’est vrai, les troubles de l’adolescence, Avez­vous pensé à l’adolescente de Cergy­
tions ni images sur lesquelles se projeter. du cinéma est à la fois masculin et hétéro ? moi qui avais encore le nez dessus, et aussi les Pontoise qui ne se reconnaissait jamais dans
L’homosexualité n’existait pas dans l’espace Pas du tout ! Je suis en admiration. Et j’intègre injonctions et les abus auxquels sont exposées les films qu’elle visionnait à l’Utopia ?
culturel, les lesbiennes encore moins. Il fallait se le canon. Le cinéma est un art qui repose sur le les filles. C’était avant #metoo, mais je ne faisais J’ai fait le film qui lui aurait tendu la main. 
débrouiller avec ce ressenti mal identifié. Ce canon, et la répétition du canon. Un canon pas l’économie de la violence. Un de mes propos recueillis par annick cojean
CULTURE
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 | 29

Lyon au rythme retrouvé des festivals
Privées de leur édition 2020, Les Nuits de Fourvière et la Biennale de la danse aimantent de fervents spectateurs

REPORTAGE
lyon ­ envoyée spéciale

P
our une reprise, c’est une
reprise. Comme au saut
du lit et plutôt mal ré­
veillée, Camille débar­
que sur le plateau du Grand Théâ­
tre de Fourvière et repart aussi sec.
Faux départ ? Costume oublié ?
Trop d’émotions ? Applaudisse­
ments dans le public, youyous lé­
gers, elle rapplique et ça démarre.
En combi mi­sport, mi­paillettes,
pieds nus, la chanteuse a lancé
l’ouverture conjointe, mardi
1er juin, des Nuits de Fourvière et
de la Biennale de la danse de Lyon
avec Alarm Clocks, spectacle mis
en scène par la chorégraphe sud­
africaine Robyn Orlin. Quelques
minutes plus tard, alors qu’un
de ses gags prend l’eau pendant
qu’elle fait semblant d’être un
poisson, Camille interpelle genti­
ment les spectateurs pour leur
rappeler que « c’est la reprise pour
tout le monde ! », manière de dire
qu’elle rame un peu et qu’elle a be­
soin « qu’on soit plus engagé dans
ses jeux concours ». Rires immé­
diats. Alors, phoque ou baleine ?
Dauphin ! On est là, Camille !
Etrange et douce soirée en
pleine lumière que ce concert en
solo, à 19 h 30 pour cause de cou­
vre­feu à 21 heures, d’un des plus
importants festivals pluridisci­
plinaires français. Dominique De­
lorme, patron d’une manifesta­
tion qui fête son 75e anniversaire
jusqu’au 30 juillet, parlait, en in­
troduction, de « retrouver son
souffle ». Eh bien, c’est fait, et tran­
quillement. Paradoxalement, les Représentation d’« Alarm Clocks », de Robyn Orlin, avec Camille, aux Nuits de Fourvière, le 1er juin. PAUL BOURDREL
999 spectateurs, qui se sont ins­
tallés sans précipitation dans
l’arène en pierre, dont la jauge or­ de la langue chahutée de la chan­ ble même, et le miracle opère : ou électro­chaâbi, musique appa­ François Caffenne et Ali elCaptin
dinaire est de 3 000 personnes, teuse –, elles sont interprétées
Les visions l’inanimé prend vie. rue au Caire autour de 2011 pen­ ont mis en musique. Le plateau de­
ne semblent pas trop clairsemés. a cappella et accompagnées en puissantes Sur des extraits de Vivaldi, le tau­ dant la révolution et devenue vient une poche de résistance ma­
Ils sont à l’écoute de l’humour frappant le plateau ou en se per­ reau s’emballe, la sirène en chaus­ le son revendicateur de la jeu­ traquée par les sons, bouffée par
cocasse de Camille, de ses sautes cutant la poitrine. Il y a quelque
du chorégraphe sures d’homme se dresse sur sa nesse. Sous influence de ce style les fumigènes et ça tremble, et ça
d’humeur, sans tomber dans chose de ténu dans cette perfor­ grec Dimitris queue, une femme accouche dans qui cavale, Olivier Dubois et voit rouge. Au feu, Olivier Dubois
le participatif hurleur. Des salves mance d’une heure, de distendu, un flot de boue, une autre s’en­ sa troupe ont écrit des textes à par­ est passé par là ! Itmahrag sera pré­
d’applaudissements, très chaleu­ mais qui tient. Le fil conducteur li­
Papaioannou fonce dans la mer… Libre et offen­ tir de poèmes d’Oum Kalthoum senté dans un dispositif trifrontal,
reux, salueront la performance. quide, de la flaque au lac, de la bai­ ont emporté sif, Dimitris Papaioannou va, une ou du Livre des morts des anciens aux Usines Fagor, du 9 au 11 juin. 
gnoire au peignoir, ne rompt pas. fois de plus, jusqu’au bout de sa Egyptiens, que les compositeurs rosita boisseau
Jauge à 35 % Est­ce la jauge à 35 % ou les horai­
l’adhésion passion pour l’hybridation, la nu­
Reprise, donc, dans tous les sens res insolites, l’atmosphère est au du public dité, pendant plus d’une heure
du terme, de raccommoder à ré­ calme autour et dans les salles. quarante. Si le saisissement per­
parer, en passant par rabibocher. Mercredi 2 juin, vers 18 h 15, peu manent a ses limites et la discon­
Camille raconte et commente de monde devant le Théâtre tinuité narrative aussi, il n’empê­
en direct, le plus souvent allongée national populaire (TNP), à Vil­ juste avant la seconde représenta­ che que les visions puissantes, fa­
sur un immense patchwork face leurbanne, où est présenté Trans­ tion de Camille, avec son accord. buleusement affolantes du Grec
à une caméra qui la filme en gros verse Orientation, de Dimitris Gros morceau de la 19e édition ont emporté l’adhésion du public.
plan, l’histoire de cette produc­ Papaioannou, à l’enseigne de la de la Biennale, prévu pour
tion qui devait être créée en 2020. Biennale de la danse de Lyon. l’ouverture du Festival d’Avignon Pari sur la jeunesse
Alarm Clocks, quatrième collabo­ A l’exception des promeneurs et dans la Cour d’honneur du Palais Parallèlement à la programma­
ration de Camille et Robyn Orlin, des enfants autour de la fontaine, des papes en 2020, l’ambitieuse tion de figures majeures, parmi
est un spectacle sur l’eau, mais on ne croirait pas qu’un spectacle production du chorégraphe grec lesquelles l’icône franco­sénéga­ I N T E R N A T I O N A L
sans eau, à sa façon discrètement va avoir lieu. Un couple arrive, Dimitris Papaioannou, personna­ laise Germaine Acogny, la Bien­
DU FILM D’ANIMATION
écologique. Il devait s’appuyer sur prêt à attaquer avec impatience lité en vue depuis sa mise nale de la danse de Lyon parie
le chœur sud­africain masculin et gourmandise sa première pièce en scène des cérémonies des Jeux sur la jeunesse. Présenté à Pôle
des Phuphuma Love Minus, mais chorégraphique depuis un an. olympiques d’Athènes en 2004, en scènes/Albert­Camus, à Bron,
se fait finalement sans lui, pour Un peu plus loin, deux spectatri­ semble entrer au chausse­pied Urgence rassemble cinq danseurs,
cause de fermeture des frontières ces attendent. C’est leur deuxième sur le plateau du TNP. Le dispositif âgés de 20 à 25 ans. Passés en 2015
de l’Afrique du Sud : deux vidéos sortie après le concert de Camille, est pourtant simple, appa­ par l’opération participative Ba­
rappellent leur talent. Il est an­ et le plaisir se combine avec la remment : un immense mur bel 8.3, pilotée par la Maison
noncé comme un concert de Ca­ bienveillance. Dans la salle, le res­ blanc, une porte, un néon. Cette de la danse de Lyon, ils sont
mille, mais ne lui ressemble pas pect aussi est de mise dans toile vierge, comme les aime aujourd’hui mis en scène avec dé­
tout à fait, car sans musiciens. l’écoute des revendications des oc­ Papaioannou le plasticien, va ac­ licatesse et force par Anne Rehbin­
De ce programme essoré ressort cupants du TNP depuis le 12 mars cueillir sa fresque d’images sou­ der, Antoine Colnot et le chorégra­
un spectacle tendre et intimiste, et toujours en lutte. Ils rappellent vent fulgurantes, en noir et chair, phe Amala Dianor. Happé par un
dont les chansons et ballades sont que « la reprise actuelle du travail sur la création du monde, ses my­ mouvement permanent de dilata­
piochées dans le répertoire de Ca­ ne concerne que 10 % des intermit­ thologies, les fantasmes qu’elle tion et de relâchement, le specta­
mille et d’autres artistes, dont tents ». Dans la foulée, certains oc­ génère. Elle va aussi permettre cle progresse par vagues entre
Randy Newman. Pour la plupart cupants iront manifester devant tous les soulèvements de la ma­ musique, silence et textes. Chacun
en anglais – et c’est un peu dom­ le théâtre antique, à Fourvière. tière possibles entre les mains des interprètes raconte des mo­
mage, car on ne profite pas autant Une des personnes interviendra de ses travailleurs du plateau que ments de sa vie – frère dealer en
sont les interprètes. prison, arrêt de la scolarité… –, que
Depuis le ventre d’un énorme la danse emporte dans un élan
Prochains spectacles taureau­marionnette noir jus­
qu’à l’île matricielle, de la figure
profond et sincère. « Pour s’aimer
un peu mieux, connaître son
Jean-Charles Mbotti Malolo

Nuits de Fourvière : Ensemble Al-Kindi & Les Derviches tourneurs de l’androgyne aux créatures corps », Urgence trouve les gestes
de Damas/Ballaké Sissoko & Vincent Segal, le 7 juin. De 20 € à 27 €. multigreffes chères à Papaioan­ et les mots pour enfin tout dire.
Antigone à Molenbeek & Tirésias, mise en scène de Guy Cassiers. nou, six hommes et deux fem­ Belle histoire aussi que celle des
Du 11 au 13 juin. De 13 € à 26 €. mes, dont Breanna O’Mara, sept jeunes Egyptiens âgés de 22 à FESTIVAL
Jane Birkin & Louis Chedid. Le 2 juillet, à 21 heures, 48 €. ancienne danseuse de la compa­ 32 ans rencontrés au Caire, où le
Biennale de la danse : Transverse Orientation, de Dimitris gnie Pina Bausch, manipulent chorégraphe réside la majeure 14 - 19 JUIN
Papaioannou. Le 5 juin, à 18 h 45, et le 6 juin, à 15 h 30. un théâtre de situations et de partie du temps, par Olivier Du­
TNP, à Villeurbanne. De 12 € à 30 €. métamorphoses. A bras­le­corps, bois. Tous amateurs, les voilà qui MIFA
Puis les 2 et 3 juillet, à Montpellier Danse. De 5 € à 40 €. au plus près des accessoires et des chantent, dansent et portent à 15 - 18 JUIN
Urgence. Du 24 au 26 juin, Chaillot-Théâtre national objets, ils fabriquent en direct les ébullition Itmahrag. Présenté à
de la danse, Paris. De 8 € à 22 €. illusions scéniques qui apparais­ huis clos, le 2 mars, au Centquatre,
W W W . A N N E C Y. O R G
Itmahrag, d’Olivier Dubois. Du 9 au 11 juin, Usines Fagor, sent et disparaissent au détour à Paris, ce concert, consacré aux
Lyon. De 10 € à 20 €. d’un coup de projecteur aveu­ interprètes, part enfin en tournée.
Puis, les 8 et 9 juillet, Festival de Marseille. De 5 € à 10 €. glant. L’artifice est palpable, visi­ Il prend appui sur le mahraganat,
0123
30 | culture DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

Les femmes à l’écran, la face cachée du cinéma


Une étude sur 3 770 films sortis entre 1985 et 2019 montre que seuls 34 % des rôles sont tenus par des actrices

ENQUÊTE défini en prenant les films les plus


téléchargés sur des sites illégaux

L’
intelligence artificielle pair­à­pair et présents dans la base
peut­elle réduire les iné­ de données cinématographique
galités femmes­hom­ Internet Movie Database (IMDB).
mes au cinéma ? Sans Le résultat confirme des conclu­
doute pas, mais elle peut au moins sions auxquelles était arrivée une
contribuer à objectiver cette ques­ équipe associée à Google en 2017
tion, comme le montre une et qui avait passé au crible auto­
équipe du Centre Marc­Bloch, matiquement les 100 films du
à Berlin, dans un article à paraître box­office des années 2014­2016.
en ligne dans Humanities and « Nous arrivions à peu près à la
Social Sciences Communications. même chose en termes de pour­
Un trio d’informaticiens a éva­ centage, soit 36 % de femmes.
lué la part du nombre de visages Et c’est similaire à ce que d’autres
féminins dans l’ensemble des chercheurs trouvent en comptant
visages présents dans plus “à la main” », rappelle Tanaya
de 3 770 films entre 1985 et 2019, Guha, de l’université de Warwick
ce qui en fait la plus grosse étude (Angleterre). Son équipe avait
de ce type. Une telle masse aussi montré que la présence fé­
de données aurait été impossible minine dépend du type de film.
à traiter sans le recours à des algo­
rithmes d’identification automa­ Les films d’horreur en tête
tique du genre, qui est l’une Les productions d’horreur ont
des spécialités des techniques plus de femmes que les comédies
d’intelligence artificielle par ap­ romantiques ou les pures comé­
prentissage machine, très perfor­ dies, et que les films policiers, der­
mantes depuis les années 2010. nier du classement. L’équipe ber­
Le verdict, sans surprise, est linoise confirme aussi ce point et
tombé. En moyenne, seulement trouve ainsi près de 38 % de visa­
34 % des visages dans ce corpus ges de femmes en moyenne dans
sont féminins. Mais, plus original, les films d’horreur pour 31 % dans
l’étude montre que ce ratio aug­ les films d’action et les policiers –
mente au cours du temps : il est l’un des pires scores étant A la
d’environ 45 % pour la période poursuite d’Octobre rouge (1990),
2014­2019, contre environ 25 % avec 15 % de présence féminine CHRISTELLE ENAULT
pour la tranche 1995­1998. Mieux, dans cette fiction centrée, il est
la distribution se féminise ces vrai, sur un sous­marin militaire.
cinq dernières années avec 10 % Jusqu’à l’arrivée des techniques ron une heure pour analyser En France, l’Institut national respectent ou non ces conditions.
de films dépassant les 60 % de vi­ d’apprentissage machine, ces une heure de vidéo en la décou­ de l’audiovisuel (INA) réalise des
Le ratio est Grâce aux données sur ce test dis­
sages féminins, comme Bad évaluations quantitatives étaient pant en séquences de deux se­ études fondées non sur les ima­ d’environ 45 % ponibles sur 2 450 films de leur
Moms, Sisters, Rivales ou Instinct rares et réservées à de petits cor­ condes, ce qui a nécessité envi­ ges, mais sur le décompte du corpus, les chercheurs ont cons­
de survie, alors qu’il n’y en avait pus. Malgré les progrès, cela reste ron trente serveurs pendant plus temps de parole des femmes dans
de femmes pour taté que la proportion de films qui
aucun avant 2014. Le corpus a été néanmoins difficile. Il faut envi­ de deux semaines complètes. l’audiovisuel, portant sur plu­ la période 2014- passent le test pour un genre
sieurs millions d’heures, dont les donné et la proportion de visages
indicateurs sont utilisés par le
2019, contre féminins sont ordonnées de la
Conseil supérieur de l’audiovisuel environ 25 % même manière selon les genres.
(CSA). « Trente secondes suffisent D’autres tentatives d’extraire
pour une heure, permettant d’ana­
pour 1995-1998 du sens se sont avérées en revan­
lyser des volumes plus impor­ che moins fructueuses. Ainsi, une

ne
tants », estime David Doukhan, le des questions est de savoir si les

ai chercheur responsable de ces formation (50 % de femmes dans femmes sont plus présentes par

em r
outils à l’INA. Il est également les écoles) et l’emploi (23 % de réa­ leur corps que par leur visage,
s
queilleu esse
coordinateur d’un ambitieux pro­ lisatrices de longs­métrages). A contrairement aux hommes.

a
jet portant sur quatre­vingts ans l’aide d’autres chercheurs, l’asso­ Bien que le logiciel utilisé per­

h
C me pr re
de production télé, radio ou jour­ ciation vient de lancer une étude mette de mesurer la taille du vi­

a
naux francophones. sur 115 films de 2019, qui analysera sage, les données n’ont pas per­
e
l de l ngè
« Nous insistons sur le fait que « à la main » les représentations mis de confirmer ou non l’hypo­

ét r a c’est une étude sur la représentati­


vité et pas sur la représentation »,
des femmes à l’écran, mais aussi
des catégories socioprofession­
thèse de différences femme­
homme dans la représentation
souligne Antoine Mazières, l’un nelles ou ethno­raciales. des visages et du reste du corps.
des auteurs de l’article du Centre De même, leur mesure n’est cor­
Marc­Bloch, qui envisage de futu­ Tentatives moins fructueuses rélée ni au budget, ni aux recettes,
document Nicaragua — la prison dorée du res collaborations plus qualitati­ « Compter les visages est plus ni à la note du film sur le site
le mystère des clan ortega afrique — au-dessous ves sur le sujet. La mesure du trio sémantique qu’on ne le pense », af­ IMDB. Seule la part d’évaluatrices
enfants “endormis” du Volcan, goma tremble est assez fruste, pas fiable à 100 % firme néanmoins Antoine Maziè­ dans ces notations sur IMDB sem­
et, surtout, elle ne permet pas res. Avec ses collègues, il a remar­ ble influencer le résultat : plus
Portugal cont. 5,20 €, Suisse 6,70 CHF,
7,75 $CAN, DOM 5 €, Espagne 5,20 €,
530 DA, Allemagne 5,40 €, Andorre

de savoir ce que font les femmes qué une corrélation très forte cette part est grande, plus la part
5,20 €, Italie 5,20 €, Japon 850 Y,
Grande-Bretagne 4,60 £, Grèce
Afrique CFA 3400 F CFA, Algérie

TOM 850 XPF, Tunisie 7,20 DT.


Maroc 41 DH, Pays Bas 5,20 €,
5 €, Autriche 5,40 €, Canada

No 1596 du 3 au 9 juin 2021


courrierinternational.com
France : 4,50 €
dans ces films. entre cette mesure simple et un des visages féminins à l’écran est
« C’est une étude utile, car elle per­ test plus élaboré, dit de Bechdel, grande, comme s’il y avait un en­
met de poser des chiffres, mais du nom de l’autrice de bandes des­ gagement plus grand des specta­
il faut aller plus loin et affiner ces sinées Alison Bechdel, qui l’a sug­ trices vers les films plus riches
évaluations, notamment en allant géré dans l’une de ses œuvres. en présence féminine.

plus rien n’arrête


vers l’analyse des fonctions narrati­ Ce test repose sur trois critères : Autre détail, les visages d’hom­
ves », assure Harold Valentin, pro­ que deux femmes au moins mes sont plutôt situés dans
ducteur (Mother Production), soient nommées, qu’elles parlent le tiers supérieur de l’écran, alors
membre du conseil d’administra­ ensemble et qu’il y ait une scène que celui des femmes apparaît

le cybercrime
tion du collectif 50/50, qui tra­ dans laquelle deux femmes par­ dans le second tiers. Cette fois,
vaille à améliorer la parité et la di­ lent d’autre chose que d’un l’explication est plus simple :
versité dans le cinéma. Ses adhé­ homme. Une communauté de en moyenne, les femmes sont
rents avaient déjà montré les iné­ passionnés sur Bechdeltest.com plus petites. 
Hôpitaux, entreprises et même services galités qui se creusent entre la détermine, de visu, quels films david larousserie
de police... Les attaques de rançongiciels
se multiplient partout dans le monde.
La parade sera difficile à trouver, estime
la presse étrangère.

A RTS Lasvignes, président du Cen­ gieuse école de danse a révélé


Le Centre Pompidou tre Pompidou. « Pour nous, il de « graves manquements »
partenaire d’un nouveau est beaucoup plus intéressant qui ont conduit au renvoi du
lieu artistique dans la de travailler avec Jersey City, directeur, en février. Dans un
banlieue new-yorkaise qui est un lieu un peu vierge communiqué, publié ven­
Le Centre Pompidou a noué de ce point de vue, que d’aller dredi 4 juin, la Fondation, qui
un partenariat avec la ville de dans un endroit où l’offre est chapeaute l’école de danse
Jersey City, dans la banlieue considérable », comme New Rudra Béjart, fondée en 1992
new­yorkaise, pour y ouvrir York. A l’instar des précédents par Maurice Béjart, à Lau­
d’ici 2024 un centre d’exposi­ partenariats, Jersey City pren­ sanne, a indiqué avoir eu
tion, ont annoncé, vendredi dra en charge la création du « connaissance de nouvelles
4 juin, la ville et le musée. Il lieu, son exploitation et les allégations dirigées contre
s’agira du cinquième partena­ coûts associés. – (AFP.) l’institution, y compris la com­
riat majeur, le premier sur le pagnie du Béjart Ballet Lau­
continent américain, pour le DANS E sanne ». La chaîne publique
Centre Pompidou, qui a déjà Lancement d’un audit RTS, qui a recueilli des témoi­
prêté son nom à un établisse­ à la Fondation du Béjart gnages d’élèves ainsi que de
ment culturel à Metz, et à des Ballet Lausanne la présidente de la Fondation,
Chez votre marchand de journaux centres artistiques à Malaga,
Shanghaï et Bruxelles. « Nous
La Fondation du Béjart Ballet
Lausanne, en Suisse, va lancer
Solange Peters, affirme que
l’enquête a révélé des « abus
n’avons pas fait d’appel d’offres un audit sur l’ensemble de sa de pouvoir, du népotisme et
pour une installation aux structure, après qu’une pre­ de graves dysfonctionnements
Etats­Unis », a expliqué Serge mière enquête sur sa presti­ pédagogiques ». – (AFP.)
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 culture | 31

Et Paris découvrit la flamboyante


S É L E C T I O N   A L B U M S

H I YO L I TO GA W A
Songs of Solitude
Œuvres de Toshio Hosokawa, Johanna
Doderer, José Serebrier, Tigran Mansurian,

soprano Asmik Grigorian


Michiru Oshima, Kalevi Aho, John Powell,
Cristina Spinei, Rhian Samuel, Gabriel
Prokofiev, Federico Gardella et Jean­
Sébastien Bach par Hiyoli Togawa (alto).
Les musiciens n’ont pas manqué d’idées pour tenter de briser
le silence dans lequel les a maintenus le Covid­19. Certains Après Gaveau, la chanteuse se produira à l’Opéra Bastille et à Radio France
interprètes ont ainsi pensé que susciter des œuvres nouvelles
était un bon moyen pour lutter contre l’isolement. C’est le cas
d’Hiyoli Togawa qui, pendant le printemps et l’été 2020,
a passé commande à une douzaine de compositeurs
de générations et de nationalités différentes. L’altiste
MUSIQUE Le pianiste Antoine Palloc lui
sert de confident dans la « Scène
Sa voix tuanien pour calmer le jeu, et
saluer au passage les ascendan­

E
australo­japonaise, née en 1986 en Allemagne, les réunit n août 2018, Asmik de la lettre » qui voit la jeune a quelque chose ces de la chanteuse. La première
aujourd’hui au sein d’« un journal musical en temps de Grigorian avait mis le Tatiana, faisant fi des conven­ est un emblème du destin cruel
pandémie » dont l’axe central est fourni par les six sarabandes Festival de Salzbourg à tions, ouvrir son cœur et son
de sauvage, de l’Arménie, le chant d’exil
extraites des Suites de Bach pour violoncelle. ses pieds dans le rôle­ti­ âme au séduisant Onéguine. des élans, Krunk (« la grue »), de Komitas,
Dans ce florilège de pièces à l’origine tourmentée, tre de Salomé, de Richard Strauss. La voix d’Asmik Grigorian a quel­ dont Asmik Grigorian module
les transcriptions de l’ère baroque figurent en quelque sorte La soprano arméno­lituanienne que chose de sauvage, des élans,
des retenues, avec douleur et volupté la magi­
la stabilité du « monde d’avant ». Ouvert, comme un espace incarnait avec une intensité des retenues, des sanglots, des des sanglots, que mélopée orientalisante.
d’accueil, par la magnifique inspiration (dans tous les sens démente et un naturel incroyable spasmes. Le timbre est riche et Autre symbole national, Anouch,
du terme) du Japonais Toshio Hosokawa et refermé par la lumineuse et très méchante assez sombre, pâte incandes­
des spasmes d’Armen Tigranian, premier
la douloureuse déploration de l’Italien Federico Gardella, enfant d’Hérodiade, sacrifiant cente relevée d’une pointe opéra entièrement inspiré par
ce programme très prenant ne comporte pas que des SOS sans le moindre état d’âme sur d’acide, la projection puissante. la musique et la culture tradi­
(suggérés par les initiales du titre Songs of Solitude). l’autel de son désir de vierge Grave et médium font montre vacarme du bal »), rêverie bercée tionnelle arméniennes, dont la
Liberté y rime souvent avec vitalité, comme en témoignent l’envoyé de Dieu, le prédicateur d’une grande homogénéité, les dans un sotto voce chanté bras chanteuse interprète un air poi­
avec esprit l’Autrichienne Johanna Doderer ou l’Anglais Jean­Baptiste. Romeo Castellucci aigus s’épanouissant dans un vi­ croisés, dos contre le piano. gnant, suivi d’un extrait du
Gabriel Prokofiev.  pierre gervasoni tenait l’héroïne implacable de brato moins serré, qui ouvre des Son Puccini se jette à l’eau : le cé­ Dalia, de Balys Dvarionas, inspiré
1 CD Bis/Naxos. « l’opéra le plus choquant de tous perspectives de fragilité. De ma­ lèbre aria « Un bel di, vedremo » cette fois de chants folkloriques
les temps », dont témoigne un gnifiques qualités que vient illus­ de Madame Butterfly, pris avec de Lituanie. 
DAV I D B OW I E DVD paru chez C Major. trer le splendide arioso « Otchego une franchise de ton, une ardeur marie­aude roux
The Width of a Circle Asmik Grigorian aurait dû faire eto prezhde ne znala » (« pour­ presque masculine, comme s’il
Sous le nom de la chanson d’ouverture ses débuts à l’Opéra de Paris en quoi n’ai­je pas su cela avant »), fallait, pour évoquer le retour de Concerts avec Asmik Grigorian
de l’album The Man Who Sold the World mai, dans La Dame de pique, de extrait de Iolanta. l’aimé, se cuirasser d’absence et (extraits d’Eugène Onéguine,
(novembre 1970), The Width of a Circle, Tchaïkovski, mis en scène par Lev d’abandon. Chaque note, chaque La Dame de pique et Iolanta,
ce coffret de 2 CD rassemble des Dodin, mais la production a été an­ Une ardeur presque masculine couleur, chaque phrase est arra­ de Tchaïkovski) et l’Orchestre
enregistrements de David Bowie nulée (la soprano sera néanmoins Toujours Tchaïkovski, dans trois chée à la chair vive de la musique, de l’Opéra de Paris, Oksana Lyniv
entre janvier et novembre 1970. en récital à Bastille, les 6, 9 et mélodies tirées des Romances dans une forme de torture psy­ (direction).
Dont certains déjà publiés dans des rééditions de l’album 12 juin). C’est donc la Salle Gaveau op. 6. D’abord la fameuse « Nel, chologique annonciatrice du sui­ Les 6, 9 et 12 juin. Opéra Bastille,
ou des publications anthologiques, et plusieurs inédits. qui a accueilli, mardi 1er juin, le pre­ tolko tot, kto znal » (« personne cide. Respirerons­nous encore Paris 12e. Tél. : 08­92­89­90­90.
Ainsi, le premier CD présente le concert complet de mier récital parisien de la fille du d’autre que le cœur solitaire ») – lorsque le bateau aux voiles De 15 € à 80 €.
l’émission radiophonique The Sunday Show de la BBC donné ténor Gegam Grigorian, dans le un tube enregistré quatre fois par blanches entrera dans la rade de Quatorzième Symphonie,
le 5 février 1970, dont seules six des quatorze chansons cadre du 59e concert produit par Frank Sinatra, dont la dernière Nagasaki ? Un cran supplémen­ de Chostakovitch, avec Asmik
figuraient dans Bowie at the Beeb 68­72. Parmi ces L’Instant lyrique. A 40 ans, depuis sous le titre When No One Cares – taire est atteint dans le « Sola, Grigorian (soprano), Matthias
découvertes, des versions acoustiques ou légèrement le 12 mai, la jeune femme rayonne puis la complainte solitaire perduta, abbandonata » extrait Goerne (baryton) et l’Orchestre
électriques de Buzz the Fuzz, Karma Man, Fill Your Heart dans une élégante robe fourreau « Snova, kak prezhde » (« encore, de Manon Lescaut. Le cœur se philharmonique de Radio France,
(qui figurera sur l’album suivant, Hunky Dory) ou rehaussée de dentelle blanche comme avant, seul »), dont Asmik serre, tandis que la tragédienne Mikko Franck (direction).
The Prettiest Star, qui annonce la version d’Aladdin Sane. que soulignent des lignes noires Grigorian pousse l’immense lance au ciel les poings du déses­ Le 13 juin. Auditorium
Sur le second CD, outre d’inutiles nouveaux mixages à la Buren. Elle est sans conteste de crescendo jusqu’au cri, avant la poir. Saisissant. de la Maison de la Radio,
de quelques singles, deux inédits d’un autre programme la catégorie qui capte l’attention complainte amoureuse de « Sred Il faudra deux pièces armé­ Paris 16e. Tél. : 01­56­40­15­16.
de la BBC, et les cinq chansons écrites et interprétées par dès l’entrée sur scène. shumnovo bala » (« au milieu du niennes et un extrait d’opéra li­ De 10 € à 67 €.
Bowie pour Pierrot in Turquoise or The Looking Glass Murders
(1970), spectacle du mime Lindsay Kemp filmé pour la télévi­
sion écossaise. Une étrangeté minimaliste qui justifie à elle
seule l’achat de ce coffret à prix modéré. Superbe livret de
photos et de documents rares.  sylvain siclier
1 coffret de 2 CD Parlophone/Warner Music. LES FILMS SUR MESURE présente

Q U E E N O F T H E M E A D OW benjamin s a ra kyan julia f ra n ç o i s g u i l a i n e


Survival of the Unfittest L AVERNHE GIRAUDEAU KHOJANDI P I A T O N M O R E L L O N D E Z
Derrière cette mystérieuse Queen de la Comédie-Française

ENFIN UN DISCOURS
of the Meadow (« reine des prairies »)
se cache Helen Ferguson, chanteuse,
autrice et compositrice américaine
installée à Bordeaux. Depuis cinq ans,

QUI FAIT DU BIEN !


elle creuse élégamment son sillon
dans une pop pastorale et anglophone que l’on pourrait
qualifier de « folk de chambre », mâtinée d’arrangements
baroques et psychédéliques. Avec la complicité de son
compagnon Julien Pras (orfèvre de la mélodie chez Calc
et Mars Red Sky…), elle livre un troisième album en forme
d’aboutissement artistique, qui l’émancipe du sillage
de ses figures tutélaires Judee Sill et Vashti Bunyan.
Dès Smother, sa voix hypnotise et emmène l’auditeur dans
une cathédrale de chœurs diaphanes. Une mélancolie
feutrée irrigue ces chansons dédiées aux « survivants
inadaptés » de ce monde – The King and the Hoe évoque
notamment la question des violences envers les femmes et
les enfants. On pense aussi à Elliott Smith pour les harmonies
finement ciselées (Princess Pride), ou encore à The Cure
sur Honey et son envolée de guitare stratosphérique.
Une réussite, envoûtante.  franck colombani
1 CD Only Lovers Records/Kuroneko.

B A LKA N TA KS I M
Disko Telegraf
Une musique balkanique insolite
et envoûtante, plus introspective
qu’exubérante, mais néanmoins riche
d’arguments pour faire danser, un son
psychédélique, nourri d’effets dub,
de luths électrifiés, qui n’est pas sans
rappeler celui du groupe stambouliote Baba Zula.
le
rès
Balkan Taksim réunit deux musiciens de Bucarest, Sasa­Liviu
Stoianovici (voix, luths de Turquie, Roumanie, Bosnie,
d’apan de
rom ARO
cornemuses, synthés) et Alin Zabrauteanu (synthés,
programmations, sampling, basse), épris autant d’électro
C 018

FAB
rd 2
ma
que de références au patrimoine culturel et aux chansons al l i
sG
di ti on
populaires traditionnelles des Balkans. ©É

Ils en réinventent certaines telles que Zali Zare, une chanson


du sud de la Serbie contant la triste histoire d’un garçon
renonçant à l’amour de sa belle pour s’engager dans
la Résistance, Lunca avec ses emprunts à une chanson
traditionnelle du sud de la Roumanie, ou Shlonak, un air
plébiscité dans les mariages du Moyen­Orient autrefois.
Ils en créent également d’autres de toutes pièces. Précédé
par la sortie de deux singles en 2019, ce premier album une comédie de laurent T I R A R D
devrait permettre au duo de trouver aisément sa place dans
le paysage des musiques actuelles.  patrick labesse
1 CD Buda Musique/Socadisc.
MERCREDI AU CINÉMA
 Lire aussi sur « Lemonde.fr » la critique
de « Soundscapes », le nouvel album
du saxophoniste et compositeur de jazz américain
Bob Mintzer, accompagné par le WDR Big Band
de Cologne.
32 | télévision 0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

La Fontaine, le Brassens du Grand Siècle NOTRE


SÉLECTION
Les fables du fabuliste le plus subversif de la langue française s’incarnent avec intelligence sur le service public DIMANC HE 6 J UIN

France 2
Yao
CULTUREBOX grenouilles, se lassant/De l’état dé­ 21.05 Quand un écrivain parisien
LUNDI 7 - 22 H 30 mocratique,/ (…) Il leur tomba (Omar Sy) découvre son pays
PASTILLES du ciel un roi tout pacifique », sou­ d’origine par la grâce d’un festival
pire Pauline Bression (Les Gre­ littéraire et d’un jeune lecteur

D
ès lors qu’il s’agit de nouilles qui demandent un roi)… fugueur de 13 ans (Lionel Louis
“dire” ces textes, pas « Il y a là une intelligence riante, Basse), cela donne un road movie
seulement de les “lire”, aiguë, qui ne se laisse pas dompter sincère au cœur du Sénégal.
nous sommes bien par les siècles passés et fait son miel Histoire TV
dans notre rôle de passeur. » Jac­ des ambiguïtés d’un sous­texte Quand l’histoire fait dates
ques Weber se félicite de l’initia­ souvent subversif », dit le musicien 20.50 Voyage dans le temps avec
tive prise par France Télévisions Mocke, qui mit, lui, en musique l’historien Patrick Boucheron et sa
en cette année de commémora­ vingt et une fables pour France série documentaire, dont quatre
tion de la naissance de Jean de Culture, dans l’émission « Théâtre épisodes sont rediffusés ce soir.
La Fontaine, le 8 juillet 1621, à Châ­ & Cie », le 30 mai, avec l’Orchestre Première de ces dates : « 21 avril
teau­Thierry (Aisne). philharmonique de Radio France − 753, la fondation de Rome ».
Dès le 7 juin, 241 fables seront et les voix de Denis Podalydès,
« dites » par autant d’artistes fran­ d’Emilie Incerti Formentini et de
çais et francophones, et données la toute jeune Loïe Desroc­Marti­ LUN DI 7 J UIN
à voir et à entendre sur Culture­ nez, une comédienne de… 10 ans !
Box chaque lundi. Alice Dufour « Du service public au sens pre­ Arte
ouvre le bal avec La Cigale et la mier, se félicite Jacques Weber. Si La New York 1997
fourmi. Suivront Nicolas Briançon, Fontaine regagne les cœurs, ça vaut 20.55 Troublant : dès les premières
Zabou Breitman, Michèle Bernier, le coup de réfléchir à d’autres textes, minutes du film d’anticipation de
Cécile Bois, Mélanie Page, Cathe­ de donner à entendre la poésie John Carpenter (1981), des terroristes
rine Jacob, Bruno Solo, Julien Bois­ contemporaine. » Et de conclure, détournent l’avion présidentiel
selier, Guillaume de Tonquédec… Jacques Weber, au Théâtre de l’Atelier, à Paris, en septembre 2020. JOËL SAGET/AFP lyrique : « Chacun peut, à un mo­ et le font s’écraser sur une tour
Chacun a choisi « sa » fable. Y se­ ment donné, être en relation poéti­ de Manhattan. Une violente critique
ront aussi des comédiens de Châ­ que avec la vie, avec le monde. »  des Etats-Unis des années Nixon.
teau­Thierry et de sa région, tel Gé­ donner à entendre plus encore qu’à s’être réconcilié avec le théâtre té­ comme jamais aux oreilles des pascal galinier LCP
rard Gille, fondateur de la Compa­ écouter, l’art du mot choisi, du mot lévisé depuis qu’il a mis en scène auditeurs du XXIe siècle. « Nous Les Espions du Général
gnie du Chien qui miaule. juste, du rythme ». Il ne voit guère pour la télévision son Atelier Vania n’écoutons d’instinct que ceux qui Les Fables de La Fontaine 20.30 Le rôle de Jean Moulin dans
que… Brassens pour égaler le fabu­ (d’après Anton Tchekhov), pen­ sont les nôtres/Et ne croyons le mal (Fr., 2021, de 1 à 4 min). Le lundi l’unification de la Résistance
« Une modernité intemporelle » liste star. Ils ont en commun, dit dant le confinement, au Théâtre que quand il est venu », prévient sur CultureBox. A la demande sur française pendant la seconde guerre
Jacques Weber a, lui, choisi L’Ivro­ l’acteur, « une telle connaissance ri­ de l’Atelier, à Paris. Déborah Moreau (L’Hirondelle et France.tv/Culturebox jusqu’en mondiale est connu. Le docufiction
gne et sa femme – après avoir goureuse et absolue des règles du Une fontaine de jouvence pour les petits oiseaux) ; « Que les pa­ mai 2022. Concert fiction de ce soir met en avant la mission
convoité Le Chat, la belette et le pe­ classicisme qu’ils peuvent s’en af­ le grand œuvre du poète, dont rents sont malheureux qu’il faille/ Fables de La Fontaine, préparatoire confiée par le général
tit lapin, déjà pris. Il ne se lasse pas franchir sans les trahir, avec une les fables furent les dazibaos Toujours veiller à semblable ca­ réalisé par Christophe Hocké de Gaulle, en 1943, à Alain Dewavrin
de vanter l’auteur des Fables, sa fa­ audace, une liberté, une modernité du Grand Siècle, annonçant celui naille ! », ricane Jean­Michel Ribes (Fr., 2021, 59 min). A la demande et à Pierre Brossolette, en mêlant
çon de « jouer sur les sonorités pour intemporelles ». Lui­même dit des Lumières. Ces mots résonnent (L’Enfant et le maître d’école) ; « Les sur Franceculture.fr archives et reconstitutions fictives.

La ligne de démarcation, une fracture française


Riche en images inédites, le film de Vincent de Cointet revient sur l’histoire de cette « frontière intérieure » qui traversait treize départements

FRANCE 3 rieure, étroitement surveillée par cidé. Plutôt que d’occuper tout le pour décrire cette nouvelle fron­ Français qui ne sont pas du coin et sent passer plus facilement cour­
LUNDI 7 - 21 H 05 endroits, plus floue à d’autres, a pu territoire français, les troupes alle­ tière intérieure. qui, eux, doivent se procurer un rier et marchandises à travers la
DOCUMENTAIRE traumatiser des centaines de mil­ mandes vont se concentrer sur la Une ligne de démarcation maté­ laissez­passer de « grande fron­ ligne, en échange de l’utilisation
liers de citoyens. Témoins, la de­ partie « utile » pour combattre rialisée par des guérites, des po­ tière », document qui rend les par le IIIe Reich des aéroports

E ntre fin juin 1940 et


mars 1943, de l’Espagne à la
Suisse, la ligne de démarca­
tion fut une sinistre balafre de
1 200 kilomètres, mise en place
mi­douzaine de femmes et
d’hommes, âgés de 10 à 15 ans à
l’époque, retrouvés pour ce docu­
mentaire de Vincent de Cointet, ri­
che en images inédites, parfois co­
l’Angleterre. Ce qui explique que la
coupure ne suive pas un simple
tracé nord­sud, mais que toute la
façade atlantique, jusqu’à la fron­
tière avec l’Espagne, soit occupée.
teaux peints en rouge, noir et
blanc, sévèrement gardée par des
soldats ou des gendarmes. Elle tra­
verse treize départements, coupe
certains villages en deux et
contrôles beaucoup plus stricts.
Drames familiaux, passages
clandestins d’une zone à l’autre,
récits tragiques d’arrestations ou
d’exploits de passeurs héroïques,
français en Syrie et d’une police
française totalement sous la
coupe de l’occupant. Cette colla­
boration « active » poussera de
plus en plus de juifs à tenter de
par les Allemands pour séparer la lorisées, prises par des soldats alle­ « Cette ligne est un mors que concerne 5 millions de Français vi­ les histoires sont nombreuses. franchir la ligne, les précipitant
zone occupée de la zone dite « li­ mands ou des civils français. nous avons mis dans la bouche vant le long de son tracé. S’ils habi­ Sont également analysées les ten­ vers un destin tragique. 
bre ». Certaines images tournées On y apprend comment l’étran­ d’un cheval. Si la France se cabre, tent à moins de 10 kilomètres de la tatives du régime de Vichy pour alain constant
au plus près de ladite ligne par des ge tracé de cette ligne de démarca­ nous serrerons la gourmette. Nous ligne, ils doivent se munir d’un « assouplir » cette ligne qui dété­
civils, à leurs risques et périls, per­ tion, défini par l’article 2 de la con­ la détendrons dans la mesure où la laissez­passer dit « de petite fron­ riore la vie de millions de Français. La ligne de démarcation, une
mettent de mieux comprendre vention d’armistice franco­alle­ France sera gentille », résume cy­ tière », plus pratique pour passer En mai 1941, l’amiral Darlan France coupée en deux, de Vincent
comment cette frontière inté­ mande du 22 juin 1940, a été dé­ niquement un gradé allemand d’un côté à l’autre que pour les propose que les Allemands lais­ de Cointet (Fr., 2021, 92 min).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Provoque chatouilles et grat- SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.


Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 21 - 129
PAR PHILIPPE DUPUIS
touilles. II. Permet de retirer le plus
gros. Assure l’égalité. III. Corps
N°21­129 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 67-69, avenue Pierre-Mendès-France,
simple, voisin du carbone. Se faire en- 75013 Paris. Tél. : 01-57-28-20-00
9 7 2 6 1 5 8 3 4

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 tendre comme un bovin. IV. Sans la 4 1 3 2 9 8 7 5 6 Abonnements par téléphone au 03 28 25 71 71


8 5 6 3 4 7 2 1 9 (prix d’un appel local) de 9 heures à 18 heures.
moindre réaction. Personnel.
I 1 7 2 4 1 7 5 3 6 9 8 Depuis l’étranger au : 00 33 3 28 25 71 71.
V. Patron en Manche. Prépare rapide- 3 8 9 4 2 6 5 7 1 Par courrier électronique :
abojournalpapier@lemonde.fr.
II ment au marché du travail. Réveille 3 9 6 5 6 7 1 8 9 3 4 2
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
les actionnaires. VI. Composé basique 1 9 5 8 7 2 4 6 3
7 3 8 9 6 4 1 2 5 Courrier des lecteurs
III au labo. Son César mériterait tous les 6 6 2 4 5 3 1 9 8 7 Par courrier électronique :
césars. VII. Mous dans leurs déci- courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
IV sions. Bien pourvu. VIII. Bonne carte.
5 8 2 Expert Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
Bondit dans les Pyrénées. Planchette. Emploi : www.talents.fr/
V 7 1 4 Complétez toute la
grille avec des chiffres
IX. Alimente le glacier. Négation. Pli Collection : Le Monde sur CD-ROM :
allant de 1 à 9. CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
VI confidentiel. X. Passer par-dessus 8 9 4 Chaque chiffre ne doit Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
tout et sortir du droit chemin. être utilisé qu’une
VII 6 4 5 1 seule fois par ligne, La reproduction de tout article est interdite
VERTICALEMENT sans l’accord de l’administration. Commission
VIII 1. Risque de démoraliser tout le 2 4 3 8 par colonne et par
carré de neuf cases.
paritaire des publications et agences de presse
n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
monde. 2. Pour y arriver, ne rien Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget)
IX perdre est la première chose à faire.
3. Ramassée chemin faisant en se pi-
X
quant. Fin de partie. Convient.
4. Du Colorado mais pas de Bombay.
HORS-SÉRIE
NOUVEAU Présidente :
Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
5. Tout un drame à Kyoto. Eliminées.
SOLUTION DE LA GRILLE N° 21 - 128 6. Fourches patibulaires. Le bon ne HORS-SÉRIE 67-69, avenue
Pierre-Mendès-France
saurait mentir. 7. Grandes divisions
Le guide santé
75013 PARIS

ventre
HORIZONTALEMENT I. Moins-disants. II. Aplati. Unira. III. Lie. Recréait. Tél : 01-57-28-39-00
du temps. Sillonne l’Ile-de-France. Fax : 01-57-28-39-26
IV. Entre-soi. Sou. V. Ni. Aser. CS. VI. Parcs. Serein. VII. Otakar. Xi. Li. 8. Eau troublée. Aurore Dupin de MENUS BIEN-ÊTRE
L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
VIII. IRM. Niée. CEE. IX. Né. Striation. X. Transactions. Francueil 9. Armé chez Joe. Part de
ET PROGRAMMES FORME

93290 Tremblay-en-France
ALIMENTS CHAMPION

VERTICALEMENT 1. Mal en point. 2. Opiniâtrer. 3. Ilet. RAM. 4. Na. Rack. gâteau. Champion. 10. Creusais sur TOUT SUR LES FODMAPS

HYPERSENSIBILITÉ
En vente chez votre marchand de journaux Montpellier (« Midi Libre »)

SN. 5. Stressants. 6. Dièse. Rira. 7. Cors. Eic. 8. Suri. Exeat. 9. Ane. Cri. Ti.
ton passage. 11. Un peu salé. Fait cir- ET INTOLÉR ANCE

QUOI DE NEUF
?
et sur boutique.lavie.fr Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
SUR LE MICROBIOTE
Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
culer les rumeurs. 12. Suivre les
10. Niasse. CIO. 11. Trio. Iléon. 12. Saturniens. 228 pages - 14 € durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
règles et respecter les standards. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
IDÉES
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 | 33

Laurence Herszberg et Pierre Ziemniak


Le récit initiatique sur la sexualité adolescente,
un genre en soi dans les séries télé
La directrice et le chef de projet du festival où la chaîne britannique E4 met à l’antenne à son insu. Quant à Isak, au centre du troi­ qu’intrigué par cette évolution fulgurante. Si
Séries Mania analysent comment Skins (disponible en France sur Netflix). La sé­ sième opus, c’est l’acceptation progressive de le voile d’hypocrisie s’est déchiré depuis une
rie doit sa force à une union peu commune : son homosexualité que la série explore avec quinzaine d’années, c’est pour faire gagner en
les nouvelles productions américaines celle entre un père (Bryan Elsley) et son fils de justesse. Succès international, Skam est un visibilité des minorités sexuelles auxquelles
et européennes ont révolutionné 20 ans (Jamie Brittain), entourés d’un groupe tournant : adaptée dans pas moins de sept nombre de jeunes peuvent désormais s’iden­
de consultants adolescents veillant à ce que la pays (dont la France, sur France.tv Slash), elle tifier. L’émergence de personnages d’adoles­
le traitement télévisuel de la vie amoureuse réalité de leur vie s’exprime à l’écran. Le résul­ symbolise aujourd’hui l’importance de ce cents transgenres dans des rôles de premier
ainsi que les premières relations sexuelles tat est frappant : Skins met la sexualité au segment du public pour nombre de diffu­ plan – Euphoria et Skam peuvent en témoi­
cœur des relations amicales et amoureuses seurs qui se sont engouffrés dans la brèche. Il gner – constitue en cela une forme d’aboutis­
de ses protagonistes, ne reculant devant fallait voir l’émeute, lors de la venue des inter­ sement, en ce qu’elle sensibilise le public de

C’
aucune scène autrefois reléguée au hors­ prètes de la version française au festival Séries ces œuvres à la diversité des parcours de vie et
est un temps que les moins de 20 ans champ, de la perte de la virginité aux expé­ Mania, à Lille, en 2019 ! aux défis qu’ont à affronter ces personnes au
ne peuvent pas connaître. Celui où riences sexuelles sous drogues. Le parfum de quotidien. On peut néanmoins s’interroger
les séries destinées aux adolescents scandale se transforme en vent de panique Représentation juste et fidèle sur l’intérêt soudain de grands groupes de
s’arrêtaient au stade des préliminai­ quand la presse s’affole des Skins parties, soi­ On mesure, dès lors, l’importance que revêt médias à prendre fait et cause pour ces com­
res. Celui où le jeune public français, bibe­ rées de débauche organisées par des jeunes l’enjeu de la représentation juste et fidèle des bats, là où leur attitude passée tenait bien
ronné aux anglo­saxonnes Angela, 15 ans, Be­ supposément influencés par la série – sans adolescents d’aujourd’hui : l’heure est à l’ac­ plus de la surdité sur ces questions. A quel
verly Hills 90210 et Dawson, devait se conten­ que l’on sache bien qui copie qui. ceptation de la diversité et à la remise en moment les enjeux de représentation se
ter de leurs visions très pudiques des mœurs Il a fallu attendre la norvégienne Skam pour question des schémas sexuels et sentimen­ transforment­ils en cahier des charges ? Où
de la jeunesse occidentale. Celui où le moin­ que ce nouveau regard sur l’adolescence fran­ taux qui balisaient ces séries par le passé. Les s’arrête la démarche inclusive et où com­
dre coming out homosexuel ou bisexuel à chisse une étape décisive. Créée pour le ser­ chaînes câblées l’ont bien compris. En France, mence le calcul opportuniste ?
l’écran – sans même parler de la transiden­ vice public NRK, en 2015, par Julie Andem, elle c’est la voie empruntée par Les Grands, de Sans doute faut­il rappeler que les fictions
tité – relevait de l’exploit dans des univers hé­ explose les records d’audience grâce à son Vianney Lebasque et Joris Morio (sur OCS, de­ télévisuelles se découvraient autrefois en fa­
téronormés. Celui, enfin, où des personnages traitement réaliste de sujets au centre des pré­ puis 2016), portrait à fleur de peau d’un mille, alors que ces séries sont aujourd’hui
de lycéens étaient régulièrement interprétés occupations lycéennes. Noora, protagoniste groupe de collégiens de banlieue : sans être mises à disposition sur les plates­formes nu­
par des comédiens plus âgés, ultime pied de principale de la deuxième saison, doit ainsi aussi osée que ses cousines anglo­saxonnes, mériques plébiscitées par le jeune public : si
nez à un réalisme banni des écrans. faire face à un chantage sexuel quand on la elle s’impose néanmoins comme une des les productions pour adolescents ont déplacé
Le chemin parcouru depuis est immense. menace de dévoiler ses photos intimes prises meilleures en France sur ce créneau. Outre­ leurs intrigues vers la sphère intime, l’indivi­
En 2021, à l’heure de Sex Education (Netflix), Atlantique, c’est HBO qui dégaine à un an dualisation de la « consommation » de séries
c’est la focalisation sur la sexualité qui carac­ d’écart Euphoria (2019, sur OCS en France) et n’y est sans doute pas étrangère.
térise nombre de teen dramas, prenant le pas We Are Who We Are (2020, en partenariat avec Que les censeurs de tout poil se rassurent
sur les thèmes traditionnels de ce genre sériel Sky Atlantic, sur StarzPlay en France). cependant. Malgré ces torrents de luxure,
qu’étaient la vie lycéenne ou les relations en­ Si la première ne déborde pas le cadre classi­ Santé publique France est formelle : l’âge du
tre parents et adolescents. De quoi s’interro­ que d’un lycée américain, ses personnages premier rapport sexuel est stable en France
ger sur l’articulation entre cette révolution à DES ADOLESCENTS évoluent dans un fascinant mélange de stu­ depuis une dizaine d’années, s’établissant res­
l’écran et les évolutions sociétales contempo­ pre et de mal­être identitaire, suscitant l’indi­ pectivement à 17,6 ans pour les filles et 17 ans
raines : ces nouvelles séries sont­elles un re­
À L’ÉCRAN OU gnation de la très conservatrice association pour les garçons. 
flet de transformations profondes de leur pu­ DES SPECTATEURS Parents Television Council. Quant à la se­
blic, ou proposent­elles, au contraire, un mo­ conde, chronique de l’amitié entre deux jeu­
dèle d’émancipation pour ce dernier ? Des DU MÊME ÂGE, nes vivant sur une base militaire américaine
adolescents à l’écran ou des spectateurs du en Italie, entre quatre cents coups et intros­
même âge, qui sont les véritables « influen­ QUI SONT pection sexuelle, elle confirme la tendance :
ceurs », pour employer un terme consacré ? LES VÉRITABLES les récits initiatiques sur la sexualité adoles­ Laurence Herszberg et Pierre Ziemniak
On peut dater les débuts de ce réchauffe­ cente sont devenus un genre en soi. directrice générale et chef de projet
ment cathodique à l’année 2007, au moment « INFLUENCEURS » ? Il y a de quoi être autant enthousiasmé du festival Séries Mania

DROIT DE RÉPONSE altruiste de développement des connaissances”


appelle de notre part les précisions suivantes : Le
L’effort de recherche déployé dans le monde entier
par Huawei vise avant tout à servir le progrès
Enfin, s’agissant du “rôle” prêté par la tribune à
Huawei Technologies Co. Ltd. “dans la répression
Une lettre de Huawei centre Lagrange est un établissement dépendant scientifique et se traduit, comme pour toute au Xinjiang”, comme l’a clairement rappelé l’entre­
de Huawei Technologies France dont le siège social grande entreprise internationale, par des pro­ prise dans son communiqué officiel du 26 fé­
A la suite de la tribune d’un collectif de scientifiques, se situe à Boulogne­Billancourt. Le projet que nous grammes de recherche dans les 170 pays où le vrier 2021, Huawei s’oppose à toutes formes de dis­
publiée sous le titre « Nous demandons aux cher­ portons autour du centre Lagrange est unique et groupe est présent. En outre, il résulte de cette tri­ crimination, y compris à l’utilisation de la techno­
cheurs de ne pas participer aux activités du centre de nous sommes fiers que Huawei ait choisi la France. bune que Huawei Technologies Co. Ltd. serait “une logie pour pratiquer la discrimination ethnique.
recherche Huawei à Paris » (Le Monde du 20 mai), Dans une logique d’échange de connaissances, les structure opaque”, “contrôlée par le gouvernement Huawei fournit des solutions technologiques des­
nous avons reçu du président de Huawei Technolo­ travaux du centre Lagrange seront partagés avec de la République populaire de Chine”. Or, le mode tinées à un usage général, basées sur des standards
gies France, M. Weiliang Shi, et de la déléguée géné­ l’ensemble du monde académique. La recherche d’organisation d’Huawei Technologies Co. Ltd. est industriels reconnus. Huawei ne développe ni ne
rale de Huawei Technologies Co. Ltd., Mme Shuo Han, menée au sein du centre Lagrange sera publique, transparent. C’est une société privée. Son capital vend de systèmes qui identifient les gens selon
le droit de réponse suivant : sans appropriation de propriété intellectuelle, est en effet détenu entièrement par 1 21 269 des leur groupe ethnique et ne tolère pas l’utilisation
et bénéficiera ainsi à l’ensemble de la commu­ salariés de Huawei et le président fondateur du de ses technologies pour discriminer ou opprimer
« Votre tribune publiée le 20 mai dernier appelant nauté scientifique internationale. A terme, le cen­ groupe, M. Ren Zhengfei. Un rapport annuel du les membres d’une communauté. En tant que
au boycott du centre de recherche de Huawei, qui tre a l’ambition de devenir une fondation indé­ groupe est publié depuis plus de dix ans. Ce membre du pacte mondial des Nations unies et de
laisse entendre que Huawei serait implantée en pendante, dirigée par un conseil scientifique, dont système garantit l’indépendance de Huawei qui l’Alliance des entreprises responsables, Huawei a
France pour “bénéficier de nos compétences scienti­ la mission sera d’attirer et de maintenir en France n’est ni détenu, ni contrôlé, ni affilié à aucun toujours plaidé pour une application juste et non
fiques” et ne serait pas “inspirée par un objectif les meilleurs talents internationaux. gouvernement ou aucune société tierce. discriminatoire de la technologie. »

VRE
E ŒU
IE, UN
UNE V

TION
ÉDI 1
202
de
Jeanontaine r
JEAN DE LA FONTAINE
F
La ître conteu
Le ma
LE MAÎTRE CONTEUR
Un hors-série du « Monde » - 124 pages - 8,90 €
Chez votre marchand de journaux et sur lemonde.fr/boutique
y
Dandre
Patrick
quiet », par
te in
édonis
« Un h
0123
34 | idées DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

GRAND ÂGE ET DÉPENDANCE : QUI PAIERA ?


Le gouvernement annonce pour l’automne une loi pour faciliter
le maintien à domicile des personnes dépendantes. La question des moyens
financiers et humains pour atteindre cet objectif reste entière

Clément Carbonnier Pour un véritable


service public de l’autonomie
L’économiste constate l’insuffisance des dispositifs plus aisés auraient consommé ces nue en effet le risque d’être hospi­ besoins de santé de nos aînés se­
actuels d’allocation et d’incitation fiscale pour permettre services même sans crédit d’im­ talisé pour perte d’autonomie au rait coûteux. Ce coût peut être vu
pôt, et leur prix reste hors de por­ décours d’un passage aux urgen­ comme le revers de la médaille
un accès universel à des soins devenus indispensables tée des plus modestes, même avec ces. Même en amont, la présence des progrès de nos sociétés, dont
des dispositifs fiscaux. d’aides à domicile permet au la richesse collective a permis des

A
Or les plus modestes ont grand SAMU d’organiser le soin chez les gains de conditions et d’espé­
besoin de ces soins. Si les inégali­ patients plutôt que de les orien­ rance de vie. Pourtant, les possi­
près la création for­ services de confort pour les tés sociales d’espérance de vie se ter vers les services d’urgence. bilités de financement existent.
melle de la cinquième personnes valides, comme le maintiennent à un très haut ni­ Comme pour les autres services Nous diminuons les impôts des
branche de la Sécurité ménage et le jardinage. L’espoir veau, les inégalités d’espérance de santé, le mode de production plus aisés alors que nous avons
sociale (loi du 14 dé­ était que le besoin soit tel qu’il de vie en bonne santé sont en­ peut être public (comme les servi­ besoin de fonds publics ; nous dé­
Le contexte cembre 2020), il est suffise d’un peu d’huile de sub­ core bien plus grandes : les plus ces hospitaliers), ou privé (comme pensons énormément de ma­
Réuni en séminaire plus que temps de lui vention dans les rouages pour modestes vivent moins long­ les soignants libéraux), mais il est nière inefficace des sommes qui
le 20 mai pour examiner fournir un contenu. Depuis des que la machine se mette en route. temps en moyenne, et passent essentiel que l’organisation et la pourraient être utilement réal­
les pistes d’une loi « pour années, voire des décennies, Un rapport de l’inspection géné­ aussi une plus grande partie de prise en charge permettent un ac­ louées. Les plus de 60 milliards
chaque nouveau gouvernement rale des finances de 2008 annon­ leur vie en situation de perte cès universel à ces soins. On peut d’euros par an de dépenses socio­
les générations solidaires », annonce un grand plan de prise çait même qu’on allait pouvoir d’autonomie et d’incapacité. aussi se reposer sur le secteur as­ fiscales visant à faire baisser le
le gouvernement a relancé en charge de la perte d’autono­ régler en même temps la ques­ Il est donc primordial de déve­ sociatif, déjà très présent dans coût du travail ont, pour leur ma­
la réflexion sur la mie liée au vieillissement de la tion de la prise en charge de la lopper un accès aux services cette activité, mais il importe de jeure partie, un effet négligeable,
population, et on attend toujours. perte d’autonomie et celle du d’aide à domicile pour tous, un lui donner les moyens de remplir voire nul, sur l’emploi
couverture du risque Il n’est plus utile de rappeler chômage de masse, et ce, sans véritable service public de la prise sa mission dans les meilleures Notre société continue à s’enri­
de la perte d’autonomie. qu’il s’agit d’un besoin croissant, coût pour les finances publiques ! en charge de la perte d’autono­ conditions pour les patients et chir malgré les crises, mais cette
Dans une France essentiel pour un nombre tou­ mie. En effet, ces services sont pour les soignants. richesse collective est de moins
jours plus grand de personnes Politiques inégalitaires bien des soins paramédicaux, qui en moins partagée. Les inégalités
vieillissante (2,2 millions
âgées, mais aussi pour les Force est de constater que ça n’a entrent en interaction forte avec Nouvelle domesticité remontent, celles devant le vieil
de personnes âgées de aidants familiaux. Le vieillisse­ pas marché : les dépenses publi­ l’ensemble de notre système de La recherche d’économies per­ âge particulièrement. La crise sa­
85 ans et plus en 2019, ment de la population est égale­ ques sont loin d’être négligea­ santé. L’accès à ces services dimi­ manentes pèse en effet sur les nitaire a montré le coût social du
6,3 millions en 2070), ment un déterminant majeur de bles, mais ces extensions ont eu rémunérations de ces « travail­ manque de moyens accordés à
la croissance du recours aux un effet très faible, voire nul, sur leuses essentielles » que sont les l’hôpital public. Ne faisons pas la
le nombre de personnes services hospitaliers, qui pei­ les créations d’emplois. Or si les aides à domicile (quasi exclusive­ même erreur pour les soins desti­
dépendantes (1,3 million nent à répondre aux besoins. emplois – et donc l’activité – ment des femmes), sur leurs nés aux personnes âgées en perte
en 2017) pourrait atteindre Il y a près de vingt ans, le 1er jan­ n’ont pas été créés, cela signifie conditions de travail et leur santé d’autonomie. 
vier 2002, entrait en vigueur l’al­ que de nombreuses personnes et, in fine, sur la qualité des ser­
2 millions en 2040. Service location personnalisée d’autono­ en perte d’autonomie n’ont pas NOTRE SOCIÉTÉ vices, conduisant de fait à une
public ou prestataires mie (APA), remboursement par­ pu bénéficier de services dont nouvelle forme de domesticité
tiel des soins prescrits par une elles ont pourtant besoin…
CONTINUE À (Le Retour des domestiques,
privés, Sécurité sociale
ou assurance individuelle,
équipe médico­sociale, sur le De plus, ces politiques sont très S’ENRICHIR MALGRÉ Clément Carbonnier et Nathalie
modèle de l’Assurance­maladie. inégalitaires. Les plus fortunés, y Morel, Seuil, 2018). La domesti­ Clément Carbonnier est
main-d’œuvre qualifiée Mais le niveau des restes à charge compris parmi les personnes LES CRISES, MAIS cité ne se situe pas dans les tâches professeur d’économie à l’uni-
ou nouvelle domesticité… continue de mener au renonce­ âgées, sont bien plus nombreux à effectuées, mêmes si beaucoup versité Paris-VIII et directeur
ment aux soins. Depuis, les poli­ consommer des services à la per­ CETTE RICHESSE sont dures et pénibles, mais dans de l’axe « politiques socio-fisca-
il reste à dessiner les
contours d’un gigantesque
tiques publiques se sont concen­ sonne et à bénéficier de subven­ EST DE MOINS EN la relation entre les travailleuses les » du Laboratoire interdisci-
trées sur l’élargissement des cré­ tions. Cela explique le faible et leurs employeurs. Bien sûr, plinaire d’évaluation des politi-
chantier. Et à en débattre. dits d’impôt, mêlant les soins aux impact des mesures fiscales : les MOINS PARTAGÉE un tel plan de prise en charge des ques publiques (Sciences Po)

Françoise Forette avec une mutualisation de l’aide à la dépen­


dance. En revanche, leurs capacités d’inno­
vation et leur expérience de la protection
tion personnalisée à l’autonomie (APA)
établit un plan d’aide certes utile, mais ne
couvre pas les besoins souvent divers des
ultra­compétents, reconnus à leur juste
valeur et fiers de leur métier.
L’annonce d’une telle cotisation nouvelle

Une indispensable
sociale complémentaire permettraient aux personnes et de leurs aidants. représente certes un risque politique im­
assurances privées de proposer une assu­ La cotisation sera aussi particulièrement portant, et c’est ce qui a empêché nombre
rance et des services complémentaires. bénéfique aux jeunes : elle serait nulle de gouvernements de franchir le pas. Mais
Un socle public est donc indispensable pour les personnes sans emploi, minime si les temps ont changé. Le Covid­19 a fait

solidarité nationale
pour donner à tous les moyens d’une vie elles sont faiblement rémunérées. Les jeu­ prendre conscience de l’insuffisance de
digne et sereine malgré les injustices de nes bénéficieront ainsi, une fois l’âge venu soins et de considération dévolus à nos an­
l’âge qui frappent aveuglément certains et si cela est nécessaire, du même système ciens vulnérables. Les ministres en charge
d’entre nous. Seulement 8 % de la popula­ pour un coût très modéré. De plus, ils ont tous la volonté d’améliorer la situation,
tion de plus de 60 ans est dépendante (soit n’auront plus à participer au financement mais se heurtent comme leurs prédéces­
La conseillère scientifique de l’International Longevity 2,6 % de la population en âge et position de de l’hébergement en Ehpad de leurs seurs au défaut de financement. Il faut de
cotiser). Ce profil démographique se prête grands­parents, exigé par certains dépar­ l’argent neuf. Croire que l’on peut prélever
Center plaide pour la mise en place d’une cotisation bien à l’instauration de la cotisation indis­ tements. Enfin, cela favorisera à leur profit des milliards dans les caisses d’un Etat
dépendance obligatoire et universelle pensable à une nouvelle branche de la les transferts de patrimoine de leurs pro­ confronté à des arbitrages gigantesques est
sécurité sociale : le rapport de 100 % de pres parents, aujourd’hui limités par la illusoire. Chacun de nous doit participer, à
cotisants pour 2,6 % de bénéficiaires rend le perspective d’une éventuelle dépendance. la mesure de ses moyens, à un financement

L’
système extraordinairement performant Cette cotisation devra être sanctuarisée innovant qui sortira du marasme les per­
annonce d’une cinquième branche pour des cotisations minimes ; ce n’est en par la Caisse nationale de solidarité pour sonnes dépendantes et leurs aidants épui­
autonomie de la Sécurité sociale est rien comparable avec les cotisations éle­ l’autonomie, exclusivement consacrée à la sés, et contribuera à l’économie du pays.
porteuse d’espoir, mais l’absence de vées de l’Assurance­maladie ou la retraite, perte d’autonomie du grand âge, les autres Le risque politique d’une « loi grand âge »
financement substantiel et pérenne dont bénéficient 100 % des cotisants. dépenses générées par le périmètre très qui n’aiderait pas directement les millions
en fait une coquille vide. Aucune solution large de la cinquième branche étant assu­ de familles écrasées par le reste à charge est
proposée n’est satisfaisante. L’augmenta­ Bénéfique pour les jeunes rées par d’autres financements ad hoc. Le infiniment supérieur à celui d’une cotisa­
tion de la CSG, couteau suisse de l’Etat, est L’International Longevity Centre France système proposé, autofinancé jusqu’en tion minime à la portée de chacun. 
toujours la première évoquée ; mais, impo­ (ILC), association de recherche sur les poli­ 2060, apportera 16 milliards d’euros à la col­
pulaire, elle n’identifie ni ne sanctuarise les tiques publiques face au vieillissement, a lectivité et ajoutera à l’APA 1 275 euros men­
fonds recueillis. Les autres sources (liquida­ développé un modèle étayé par des éco­ suels pour les plus dépendants et 925 euros
tion de patrimoine, viager classique ou nomistes et des actuaires. Il s’agit d’une co­ pour une dépendance modérée.
amélioré…), déjà largement utilisées par les tisation obligatoire, universelle, payée par Rendre solvables les personnes âgées
RENDRE SOLVABLES personnes âgées, sont insuffisantes pour tous, comparable aux cotisations maladie frappées par la perte d’autonomie sera un Françoise Forette est professeure
couvrir les besoins. Les assurances privées ou retraite. Plusieurs éléments la différen­ progrès majeur. En effet, cette cotisation émérite de médecine interne gériatrique
LES PERSONNES proposent des solutions acceptables, mais cient de ces dernières : son faible montant favorisera l’embauche de nombreux per­ et présidente du conseil stratégique et
ÂGÉES FRAPPÉES non obligatoires et souscrites trop tard, (30 euros par mois, à moduler selon les sonnels indispensables et permettra de scientifique de l’International Longevity
elles offrent des prestations trop modestes revenus), l’absence de cotisation patronale mieux professionnaliser ces métiers par Center France. D’autres membres
PAR LA PERTE en regard de cotisations élevées difficile­ pour ne pas peser sur l’emploi, et son des formations continues et une rémunéra­ de l’ILC-France s’associent à ce texte :
ment supportables. En outre, les exigences caractère libératoire permettant à la per­ tion plus attractive. Les mesures récentes Stéphane Mary et Benjamin Schannes,
D’AUTONOMIE réglementaires de solvabilité face à ce « ris­ sonne d’accéder librement à toutes les ont heureusement augmenté un peu les actuaires ; Jean-Pierre Aquino,
SERA UN PROGRÈS que spécifique » et la rareté des données pu­ innovations en matière d’habitat, de trans­ salaires des intervenants en Ehpad ou au Marie-Anne Brieu, Didier Halimi
bliques poussent à une sélection médicale ports, de qualité de vie, de choix individuel domicile, mais cela ne suffit pas. Il faut faire et Charles Lambert, médecins ;
MAJEUR de patients moins atteints, en contradiction dans l’offre publique ou privée – l’alloca­ de ces acteurs du grand âge des personnels Prisca Lucas, pharmacienne
0123
DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021 idées | 35

LA  CHRONIQUE
Clémence Ledoux Le cas de l’Allemagne est particu­
lièrement intéressant, tant son
système social est proche du
163 000 ménages allemands font
ainsi appel à des aides à domicile
habitant chez des personnes
DEJEAN PISANI­FERRY

De nouveaux
nôtre. L’adoption de l’assurance­ âgées. Ces « live­in », essentielle­
dépendance (Pflegeversicherung)
au milieu des années 1990, après
plus de vingt ans de débats, y a été
ment des femmes, s’occupent des
personnes âgées 24 heures sur 24,
en dehors de toute protection du
Après le Covid-19, le
temps de l’optimisme ?
marchés de services
rendue possible par un consensus droit du travail ou du droit social,
transpartisan. Elle est financée à la faveur de dérogations légales.
par des cotisations sociales payées Dès 1994, la Pflegeversicherung a

C
par les employeurs et les salariés prévu la possibilité d’intervention
et gérée par des caisses d’assu­ de prestataires privés, si bien que inq points de PIB en moins cha­
rance­dépendance, dans lesquel­ des prestataires commerciaux que année. Six cents milliards
La chercheuse en science politique observe que les siègent leurs représentants. sont apparus sur un marché du en 2021. C’est, selon le FMI (« Pers­ Jean Pisani-
Comme pour l’assurance­mala­ bien­être jusque­là surtout occupé pectives économiques mondia­ Ferry est profes-
nombre de pays européens ont pris de l’avance die, 11 % de la population (fonc­ par des acteurs associatifs. En 2019, les », octobre 2018), ce que la crise finan­ seur à Sciences Po
sur la prise en charge de la dépendance tionnaires, indépendants, salariés 66,5 % des prestataires d’aide à do­ cière de 2008 a coûté aux pays de la zone et à l’Institut de
du privé au salaire annuel supé­ micile étaient sous statut privé, euro. A quelle perte faut­il se préparer Florence, chercheur
rieur à 64 350 € en 2021) n’est pas 32,1 % sous statut associatif et 1,3 % aujourd’hui, après le choc autrement associé à Bruegel

C
obligée d’être couverte par l’assu­ sous statut public. Le gouverne­ plus violent de la pandémie ? (Bruxelles) et au
es trente dernières années, S’agissant de la main­d’œuvre, rance sociale, mais doit alors l’être ment allemand a annoncé, fin La réponse à cette question condi­ Peterson Institute
les importantes réformes les politiques de prise en charge par une assurance privée. Le mai, avoir trouvé un accord entre tionne la stratégie économique et la poli­ (Washington)
des politiques de prise en de la dépendance ont parfois été consensus a été obtenu grâce au les partis de gouvernement sur tique des finances publiques pour les
charge de la dépendance couplées à des politiques migra­ renoncement à un jour de congé, une réforme qui conditionne la années à venir. Si l’on tient pour inélucta­
en Europe ont transformé son toires. Aucun pays européen ne sauf dans le Land de Saxe. distribution des allocations par les ble un recul du PIB, il faut se préparer
financement, la nature des struc­ couvre aujourd’hui les besoins Aujourd’hui, les taux de cotisation caisses d’assurance à l’application sans tarder à l’austérité. Mais si l’on pense que cette crise n’a pas
tures d’aide et le statut de la d’aides, à domicile comme en éta­ des employeurs et des salariés de conventions collectives par les de raison d’affecter notre potentiel économique, il faut au
main­d’œuvre employée. En Alle­ blissement pour personnes âgées, sont identiques (3,05 % du salaire prestataires. contraire tout faire pour relever l’activité. Or il y a aujourd’hui de
magne, une nouvelle assurance par le seul concours des servi­ brut), sauf en Saxe ; la cotisation De nouveaux marchés de servi­ bonnes raisons de miser sur l’optimisme.
dépendance, financée par cotisa­ ces publics. L’Italie, par exemple, a des adultes sans enfants est ces aux personnes en perte Il est connu que les récessions peuvent avoir des effets persis­
tions sociales, a été adoptée mis en œuvre d’importantes poli­ cependant plus importante. d’autonomie, organisés par les tants. Comme le rappellent Valerie Cerra, Antonio Fatas et Sweta
en 1994 et réformée à plusieurs tiques de régularisation des Etats sociaux, se développent en Saxena (« Hysteresis and the Business Cycle », à paraître dans le
reprises (en 2002, 2008, 2012, badanti, ces assistantes de vie à Régulation de l’offre Europe. L’organisation de ces Journal of Economic Literature), l’idée, trop simple, selon laquelle
2015). En Irlande, en 2008, le « Fair domicile embauchées par les L’assurance­dépendance suit les marchés passe par des instru­ les fluctuations cycliques n’affectent pas le long terme ne résiste
Deal » a introduit un nouveau dis­ familles, tandis que des profes­ modalités de couverture de ments de politique publique de pas à l’examen. Un choc économique laisse généralement des bles­
positif qui prévoit la récupération sionnelles sont employées par les l’assurance­maladie. Les caisses régulation de l’offre, mais aussi sures, surtout s’il est d’origine financière. Pour l’empêcher, il faut
partielle sur la succession (en municipalités et les associations dépendance, situées dans les de régulation des conditions des politiques actives, sur le coup et dans les années qui suivent.
pourcentage de patrimoine) de la du tiers­secteur. Les badanti ne mêmes locaux que les caisses d’emploi et de travail d’une Cela n’a pas été assez fait après la crise financière, dont la trace per­
différence entre l’apport person­ sont pas systématiquement dé­ maladie, relèvent des mêmes main­d’œuvre généralement fé­ sistante tient pour beaucoup à l’ajustement budgétaire précipité
nel et le coût de l’hébergement clarées et, lorsque c’est le cas, conseils d’administration. L’assu­ minine, appartenant souvent que l’Europe a engagé dès 2011. La leçon a été retenue : la réponse à
en maison de retraite. Ces réfor­ connaissent des conditions de tra­ rance­dépendance couvre l’aide aux classes populaires, au sein de la crise pandémique a été beaucoup plus vigoureuse et elle s’an­
mes se sont parfois superposées, vail et d’emploi très dégradées. en établissement et l’aide à do­ laquelle les immigrés sont sur­ nonce plus prolongée. C’est la première raison d’être optimiste.
comme en Allemagne, à des dis­ micile avec, dans ce dernier cas, représentés. Cette intégration des La deuxième raison tient aux enchaînements qui font que l’af­
positifs existants d’aides sociales la possibilité d’obtenir une allo­ liens entre financement des faiblissement perdure. Lors de la crise financière, le blocage du cré­
sous conditions de ressources. cation en argent, en services, ou structures et conditions de tra­ dit a fait chuter l’investissement des entreprises, et la productivité
Du côté de l’offre, des dispositifs les deux. Les plafonds définis na­ vail et d’emploi ne gagnerait­elle totale des facteurs, qui reflète le rythme du progrès technique, a
d’allocations à destination des tionalement vont du simple (en pas également à être davantage sensiblement ralenti. C’est ce qui explique le tassement du poten­
familles pour rémunérer des argent) au double (en services), ce développée en France ?  tiel productif. Or ces mécanismes ne se retrouvent aujourd’hui
proches ou des aides à domicile qui contribue à poser un cadre que sous une forme atténuée. En dépit d’une chute du PIB trois
professionnelles, des formes de AUCUN PAYS pour la rémunération de la fois plus forte, l’investissement des entreprises n’a baissé que de
congés rémunérés ou des aides main­d’œuvre. A la grande diffé­ 8 % en 2020 (c’était 12 % en 2009), et les enquêtes annoncent un
au « répit » à destination des
EUROPÉEN rence de la France, les bénéficiai­ rebond vigoureux cette année (au lieu de la petite reprise obser­
aidants ont également été intro­ NE COUVRE res de l’allocation en argent l’uti­ vée en 2010). Dans un texte écrit avec Huyiu Li (« The Impact of Co­
duits. Par ailleurs, dans nombre lisent librement pour être aidés, Clémence Ledoux est vid on Potential Output », Fed de San Francisco, mars 2021),
de pays, en particulier les pays LES BESOINS PAR avec des obligations et des incita­ maîtresse de conférences John Fernald, l’un des meilleurs spécialistes de la productivité, a
scandinaves, une offre privée de tions à la déclaration plus rédui­ en science politique calculé que le choc dû au Covid­19 n’abaissera que très faiblement
maisons de retraite ou de servi­ LE SEUL CONCOURS tes qu’en France, si bien que l’em­ au laboratoire Droit et le potentiel productif américain : même en tenant compte de ce
ces d’aide à domicile s’est DES SERVICES ploi clandestin ou peu formalisé changement social du Centre qu’une partie de l’investissement a été consacrée à dupliquer
développée très rapidement au est très important. Selon la cher­ nantais de sociologie (DCS/ du capital pour permettre aux salariés de télétravailler, la baisse
début des années 2000. PUBLICS cheuse Karen Jaehrling, plus de CENS, université de Nantes) ne devrait être que de deux tiers de point environ. Quand bien
même ce serait le double en Europe, on restera très loin de l’im­
pact de la crise financière de 2008.

Antoine Bozio, Amélie Carrère et


Gains de productivité
Le troisième facteur d’optimisme tient à la nature particulière du
choc dû au Covid­19. Pour faire face, les entreprises ont réorga­
nisé le travail, simplifié les procédures, développé la vente en li­

Delphine Roy Des métiers à revaloriser


gne, investi dans le numérique. Des modes de fourniture de ser­
vices qui ne se développaient que très lentement, comme la télé­
médecine ou le téléenseignement, ont soudainement été géné­
ralisés. La distanciation a donné un
LA LEÇON DE  coup d’accélérateur aux paiements
électroniques. Enfin, le télétravail
Pour les trois économistes, secteur sont donc au cœur du sujet : salaires, rôle du département, déjà chef de file du pilo­ LA CRISE DE 2008  épargne chaque mois une centaine
qualifications, conditions de travail, viabilité tage local des politiques de l’autonomie ? de millions d’heures de transport
une politique de maintien économique des structures, etc. La refonte de Enfin, une réflexion sur l’organisation éco­ A ÉTÉ RETENUE :  aux salariés français. Même si les sta­
à domicile des personnes âgées la grille salariale de la branche de l’aide à nomique du secteur de l’aide à domicile est LA RÉPONSE A ÉTÉ  tistiques ne l’enregistrent pas ainsi,
domicile va dans le bon sens puisqu’elle en­ nécessaire. L’histoire locale et les objectifs éliminer ce temps hybride procure
dépendantes implique traînera une augmentation salariale de 2 % à politiques ont façonné un secteur fragmenté, PLUS VIGOUREUSE  un formidable gain de productivité.
15 % pour les 200 000 intervenantes (97 % partagé entre acteurs publics, associatifs et Une fois les conditions revenues à
des recrutements massifs sont des femmes) des services d’aide et de privés, dont l’efficacité globale peut être inter­ ET S’ANNONCE  la normale, les entreprises vont avoir
de professionnels compétents soins à domicile associatifs. Pour attirer rogée. Les acteurs du secteur sont, pour beau­ PLUS PROLONGÉE le choix. Soit elles reviendront à l’or­
de nouvelles personnes vers ces métiers, coup, des structures associatives (elles sont ganisation qui prévalait avant la crise,

V
d’autres efforts sur les conditions de travail plus de 5 000), parfois à la limite de la viabilité soit elles conserveront les innova­
ieillir n’est pas une maladie. Pourtant, et la rémunération dans le secteur privé sont économique. Si l’on souhaite que les dépenses tions introduites depuis le printemps dernier. En quelque sorte,
en vieillissant, nous risquons tous de à prévoir, qui auront également un impact supplémentaires soient efficacement mobili­ l’éventail des choix à leur disposition se sera élargi. Là où les tech­
perdre progressivement des capacités sur le coût de l’aide, et donc les tarifs. sées, il est nécessaire de poser la question de niques antérieures étaient préférables, elles y retourneront ; là
physiques, sensorielles ou cognitives. la régulation de ce secteur. où l’innovation s’est révélée positive, elles la garderont. Elles ne
Ces difficultés liées à l’avancée en âge se tra­ Secteur fragmenté L’objectif serait de favoriser la réorganisation pourront qu’y gagner en efficacité.
duisent par des besoins d’aide multiples. Le Augmenter les tarifs implique de relever les ou la concentration des structures, afin de Le cabinet McKinsey considère ainsi que la santé, le commerce
défi de la dépendance est de les connaître, montants des plans de l’allocation personna­ faire des économies d’échelle, de mieux de détail, les industries de la communication et même la cons­
de les anticiper et de proposer des solutions lisée d’autonomie, pour éviter que des heures organiser le temps de travail des intervenantes truction devraient ainsi enregistrer de forts gains de productivité
d’accompagnement pour éviter des situa­ à un tarif plus élevé signifient, mécanique­ et d’optimiser les coûts de transport. Plusieurs (« Will Productivity and Growth Return After the Covid Crisis ? »,
tions catastrophiques d’abandon à domicile, ment, moins d’heures d’aide pour les person­ options sont possibles, de la coordination des mars 2021). La prévision demeure spéculative. Mais il est pour le
d’épuisement des aidants de l’entourage ou nes âgées. Selon le rapport Libault, en ajou­ acteurs privés à la délégation de service public, moins raisonnable d’escompter que les facteurs positifs équilibre­
de passage non souhaité en établissement. tant à quelques mesures nouvelles les effets voire à la mise en place d’un « service public de ront les facteurs négatifs. Cela justifie de se donner pour cible, à
Les personnes âgées souhaitent, massive­ de la démographie, le besoin de financement l’aide à domicile ». Mais sans cette réorganisa­ horizon de deux ans, un retour de l’activité sur sa tendance
ment, vieillir chez elles. Brigitte Bourguignon, supplémentaire s’élèverait à 6,2 milliards tion, les efforts financiers consentis risquent d’avant­crise. L’enjeu est d’importance. Cette semaine, Wolfgang
la ministre chargée de l’autonomie, déclarait d’euros en 2024, et 9,2 milliards en 2030. d’être peu efficaces. Avant de reparler de « qui Schäuble, ancien ministre des finances d’Angela Merkel et actuel
récemment vouloir encourager le « virage Si on augmente la dépense, commençons va payer ? », rappelons que la dignité du grand président du Bundestag, a pris la plume pour appeler à la normali­
domiciliaire » nécessaire au maintien à domi­ par rappeler que ce sont les ménages qui âge a une valeur. Reconnaissons cette valeur, sation budgétaire et monétaire dans la zone euro (Financial Times,
cile des personnes en perte d’autonomie. Pre­ devront in fine supporter ce coût, soit par la sans ambiguïté. Puis exposons clairement les 2 juin). Position logique, si l’on considère qu’il faut dès maintenant
nons au sérieux ce « virage domiciliaire », et hausse des tarifs qu’ils paieront pour les ser­ arbitrages économiques qui sont en jeu, afin prendre son parti d’un recul du PIB et des recettes budgétaires.
voyons ce qu’il implique, à l’heure où l’on se vices, soit par des primes d’assurance, soit de ne pas gaspiller les ressources que l’on choi­ Mais orientation gravement erronée si notre potentiel demeure
prépare à l’arrivée au grand âge des généra­ par des cotisations ou des impôts finançant sira d’y consacrer.  intact. Le débat va certainement monter dans les mois à venir.
tions du baby­boom. Tout d’abord, il faudra les dépenses publiques. Au­delà de la réparti­ Il ne faut cependant pas se tromper : même si l’optimisme se
recruter beaucoup d’intervenants à domicile, tion de la charge financière sur les ménages, révèle justifié, l’équation budgétaire ne sera pas aisée. Depuis
car toutes les projections concordent sur un une seconde question cruciale concerne la mars 2020, les finances publiques n’ont pas seulement été sollici­
point : les besoins vont fortement augmenter gouvernance de ces dépenses supplémentai­ tées pour des dépenses d’urgence. Entre le Ségur de la santé, l’accé­
dans des métiers qui ont déjà du mal à recru­ res : à quel niveau les décisions doivent­elles lération des investissements dans la transition écologique, la
ter. Les rémunérations y sont faibles et les être prises ? Souhaite­t­on s’appuyer sur le Antoine Bozio (EHESS, Ecole d’économie baisse des impôts de production, les salaires des enseignants et la
conditions de travail difficiles, avec beaucoup niveau national afin de réduire les disparités de Paris) est directeur de l’Institut des politi- rallonge aux dépenses de recherche qu’il va falloir mettre en
d’horaires atypiques et de temps partiel. territoriales dans l’esprit d’une nouvelle ques publiques (IPP) ; Amélie Carrère est œuvre pour pallier notre retard, c’est à coup sûr plus d’un point de
L’attractivité des métiers de l’aide à domi­ branche de la Sécurité sociale ? Souhaite­t­on économiste à l’IPP ; Delphine Roy est di- PIB qu’il va falloir financer par des prélèvements ou des écono­
cile et l’organisation économique globale du plutôt renforcer l’échelon local et conforter le rectrice du programme « autonomie » à l’IPP mies. Oui, il faudra payer. Mais l’heure n’est pas encore venue. 
0123
36 | 0123 DIMANCHE 6 ­ LUNDI 7 JUIN 2021

PLANÈTE  |   CHRONIQUE L’ALGÉRIE 


par sté phane f oucart
DANS L’IMPASSE 
mandat de M. Bouteflika. Aujourd’hui, le algérienne risque de confirmer l’impasse
AUTORITAIRE
Les limites floues nouveau chef d’Etat confirme qu’il est,
comme tous ses prédécesseurs, l’homme
lige des militaires, qui exercent la réalité du
dans laquelle se trouve l’Algérie. Après avoir
digéré la fin de l’ère Bouteflika et arrêté
quelques oligarques, le système a étouffé la
du droit de dire la vérité pouvoir, en cherchant à étouffer par tous
les moyens les revendications de transpa­
rence, d’ouverture et de libertés.
contestation et repris ses réflexes autoritai­
res. Le président Tebboune n’a rien fait de
ses promesses de libéralisation et d’écoute
Dans un climat lourd de peur, le régime a de la jeunesse, offrant une simple façade ci­
réussi à mettre fin par la force, sauf en Kaby­ vile aux militaires. De leur côté, les anima­

L
e 25 février, Valérie Murat, L’ASSOCIATION ALERTE  lie, aux manifestations hebdomadaires qui teurs du Hirak n’ont pas su transformer
la porte­parole de l’asso­ défiaient son pouvoir. Alger est sévèrement leur rejet du système en alternative démo­
ciation Alerte aux toxi­ AUX TOXIQUES ! A ÉTÉ  bouclée chaque vendredi, et pas moins de cratique crédible. Ils n’ont pas non plus
ques !, était condamnée 2 000 personnes ont été arrêtées en deux réussi à faire émerger une figure pouvant
par le tribunal judiciaire de Li­ CONDAMNÉE POUR  semaines lors des deux dernières manifes­ incarner un avenir meilleur.
bourne (Gironde) à verser
125 000 euros au Conseil inter­
professionnel du vin de Bor­
deaux et à d’autres acteurs du
monde viticole. Mme Murat doit
« DÉNIGREMENT FAUTIF » 
ENVERS LE CONSEIL 
INTERPROFESSIONNEL 
U n nœud coulant étouffe peu à peu
le désir de démocratie des Algé­
riens, à la veille des élections lé­
gislatives de samedi 12 juin, censées para­
chever la normalisation institutionnelle
tations qui ont pu avoir lieu, au début de
mai. L’escalade répressive est marquée par
des incriminations et des peines de prison
de plus en plus lourdes. Activistes en vue et
militants de l’opposition, ils sont 214 – nom­
La glaciation politique – exécutif contrôlé
par l’armée, Parlement sans véritable pou­
voir – va de pair avec un inquiétant sur­place
économique. La baisse du cours des hydro­
carbures, qui fournissent 60 % des recettes
ainsi réparer les préjudices causés du pays. Une répression massive, dispro­ bre le plus élevé depuis deux ans – à être in­ de l’Etat, affaiblit la capacité de ce dernier à
par une série d’analyses menées, DU VIN DE BORDEAUX portionnée, face à un mouvement non carcérés pour avoir exprimé une opinion ou acheter la paix sociale et à investir. Relative­
à l’initiative de son association, violent, a eu raison du Hirak, ce mouve­ avoir participé à une manifestation. ment épargnée par le Covid­19, mais avec un
sur des vins labellisés « haute va­ ment de rue populaire qui, après avoir ob­ La répression vise désormais les partis chômage à plus de 14 %, une démographie
leur environnementale » (HVE). HVE. En viticulture, la moyenne tenu le départ du président Abdelaziz politiques établis, remettant en cause la dynamique et une économie non préparée
Leurs résultats indiquaient que, française se situe à 14 %. Même en Bouteflika, en avril 2019, réclamait, conquête du pluripartisme datant de 1988. à la transition énergétique, l’Algérie ressem­
sur un choix de 22 bouteilles es­ consacrant aux pesticides un comme d’ailleurs depuis l’indépendance Ne disposant plus d’aucun parti à sa solde, ble à un pays verrouillé. A l’approche du
tampillées HVE, un total de budget plus de deux fois supé­ en 1962, l’avènement d’un Etat authenti­ le pouvoir pourrait s’appuyer, après les lé­ soixantième anniversaire de son indépen­
28 pesticides différents avait été rieur à la moyenne nationale, une quement civil et non militaire. gislatives, sur d’anciens caciques du sys­ dance, le 5 juillet 2022, l’Algérie vit la énième
détecté, avec une moyenne de exploitation peut donc postuler à Il semble déjà loin le temps où Abdel­ tème Bouteflika, désormais présentés en mutation d’un système d’apparence im­
huit substances par bouteille. la certification HVE. On laisse ici madjid Tebboune, président élu, lors d’une députés « indépendants », ainsi que sur des muable, où les militaires et une classe de pri­
L’association entendait ainsi au lecteur le soin de trouver le élection truquée, en décembre 2019, sa­ islamistes proches des Frères musulmans. vilégiés confisquent l’avenir d’un pays qui
montrer que le label HVE n’était commentaire approprié. luait la « maturité » d’un « hirak béni » pour Cette alliance entre les militaires et les ne manque pourtant ni de richesses natu­
qu’un instrument de marketing Tout cela pose évidemment avoir stoppé la perspective d’un cinquième forces les plus conservatrices de la société relles ni de potentialités humaines. 
destiné à vendre au consomma­ quelques questions. La parole
teur une démarche écologique d’une administration publique
vertueuse, tout en maintenant ou d’une agence réglementaire
l’utilisation de produits dange­ doit­elle être considérée par la
reux (cancérogènes, mutagènes, justice, la presse, ou la société ci­
reprotoxiques ou perturbateurs vile, comme vraie ou vérace par
endocriniens). défaut ? Où s’arrête le droit de dire
Le tribunal a estimé que la com­ la vérité, et où commence le déni­
munication de l’association, « vo­ grement ? Peut­on encore suggé­
lontairement anxiogène », relevait rer qu’une substance cancéro­
sans équivoque d’un « dénigre­ gène est susceptible de provo­
ment fautif ». En particulier, les quer le cancer ? La liberté, disait

FESTIVAL
taux de substances retrouvés Orwell, c’est d’abord celle de dire
dans les bouteilles testées étaient que deux et deux font quatre. En
très bas, de l’ordre d’une fraction matière de santé ou d’environne­
des seuils réglementaires autori­ ment, ce combat reste à mener.
sés, ce qui n’était pas mentionné
dans le communiqué de l’associa­ Légal… donc sûr

INTERNA-
tion. Mais celle­ci s’attachait plu­ Le cas de Valérie Murat n’est pas
tôt à dénoncer, sur la foi de ses unique. Le 25 mai, le tribunal de
analyses, ce qu’elle considérait commerce de Paris a condamné
comme une forme de tromperie : l’application Yuka à verser
la HVE ne garantissait pas, selon 20 000 euros de dommages et in­
elle, les profonds changements de térêts à la Fédération française
pratiques suggérés par l’intitulé des industriels charcutiers trai­

TIONAL
du label ou vantés par le minis­ teurs. L’avertissement, par l’ap­
tère de l’agriculture. plication d’information nutri­
Depuis sa mise en place, tionnelle, des risques liés aux
en 2012, la certification HVE a bé­ charcuteries traitées aux sels de
néficié d’un soutien fort des pou­ nitrites (et le lien vers une péti­
voirs publics. Ces derniers ont tion demandant le retrait de ces

DE JOUR-
multiplié les actions de commu­ additifs) a été considéré comme
nication et de promotion pour as­ une forme de dénigrement. L’ar­
surer son développement. Et, de­ gumentaire des charcutiers est
puis près d’une décennie, des peu ou prou identique à celui des
consommateurs choisissent viticulteurs du Bordelais : puis­
ainsi des bouteilles frappées du que notre produit est légal, il est
logo HVE avec la certitude de faire sûr. Et toute critique ou mise en

NALISME
un geste, sinon pour leur santé, garde à son endroit ne peut rele­
au moins pour celle des tra­ ver que d’une volonté de nuire
vailleurs agricoles, des riverains plus ou moins mensongère.
d’exploitations, ou pour l’envi­ C’est pourtant un fait scientifi­
ronnement. Ont­ils tout ce temps que bien établi : la charcuterie est
été trompés, comme le suggèrent un cancérogène avéré, classé
Valérie Murat et son association, comme tel depuis 2015 par le Cen­
ainsi que de nombreux acteurs de tre international de recherche sur
la société civile ?
Une note confidentielle de l’Of­
le cancer, la plus haute autorité
internationale de classification
9, 10, 11 juillet 2021
fice français de la biodiversité des agents cancérogènes. L’ad­
(OFB) transmise fin décem­ jonction de sels nitrités dans les
bre 2020 aux ministères de
l’agriculture et de la transi­
viandes transformées est bien
une cause de cancer, et le fait que Couthures-sur-Garonne
tion écologique, révélée le 25 mai tous les mécanismes à l’œuvre ne
par Le Monde, leur donne rai­ soient pas pleinement élucidés
son. Dans le cas de la viticulture ne change rien à l’affaire (la réac­
– qui représente plus de 80 % tion des sels nitrités avec la
des exploitations bénéficiant viande conduit à la formation de
du label –, la HVE n’apporte sim­ plusieurs substances probable­
plement aucun bénéfice envi­ ment cancérogènes).
ronnemental.
Un chiffre établi par l’OFB dans
Selon l’estimation la plus citée,
publiée en juin 2018 dans le Bul­ REJOIGNEZ-NOUS CET ÉTÉ !
son bref rapport permet de don­ letin épidémiologique hebdoma­
ner la mesure de ce qu’il faut bien daire, la consommation de vian­
appeler une arnaque : le budget des transformées est à l’origine festivalinternationaldejournalisme.com
consacré aux pesticides et aux in­ de plus de 4 300 cancers chaque
trants de synthèse ne doit pas ex­ année en France. Encore ce chif­
céder 30 % du chiffre d’affaires de fre – circonscrit aux effets pour
l’exploitation pour que celle­ci lesquels on dispose des niveaux U N É V É N E M E N T PA R R A I N É PA R L E G R O U P E L E M O N D E
puisse bénéficier du tampon de preuve les plus élevés – est­il
certainement sous­estimé, si
bien que la mortalité imputable
à ces produits ne doit pas être
LA LIBERTÉ,  très différente de celle des acci­
DISAIT ORWELL,  dents de la route. Nous voici
donc dans la situation un peu
C’EST D’ABORD  dystopique, et en tout cas
étrange, d’un scandale sanitaire
CELLE DE DIRE  parfaitement légal, dont la dé­
QUE DEUX ET DEUX  nonciation tombe sous le coup
de la loi. Cette chronique,
FONT QUATRE d’ailleurs : est­elle bien légale ? 
5 HOBBY 6
BANC D’ESS AI 8
UN APÉ RO AVEC …
Sous le signe Pas bête, William
du blob la gourde Sheller
Créature aux capacités Indispensable accessoire de Après quarante­cinq ans d’une
d’apprentissage et de régénéra­ bureau, la bouteille réutilisable carrière aux frontières de la pop
tion uniques, le blob a ses fans, remplace utilement celle à usage et de la musique contemporaine,
qui élèvent et s’échangent cet unique et peut désormais être le chanteur se retire à petits pas
organisme unicellulaire visqueux connectée ou diffuser des arômes et livre une riche autobiographie

2
E NQUÊ TE

Un pied en ville…
Les confinements
à répétition
ont incité
de nombreux
citadins à vivre
en partie à la
campagne. Une
birésidentialité
rendue plus facile
par l’essor
WILLIAM BEAUCARDET POUR « LE MONDE »

du télétravail

D I MANCH E 6 - L UN DI 7 J UI N 202 1 CA HI E R D U « M O N DE » N O 23766 - NE PEUT Ê T R E V END U SÉPA R ÉM E NT


2 0123
D IMA NCH E 6 - L UN D I 7 J U I N 202 1

ENQUÊTE
…Un
pied
à la
campagne
Certains rêvaient
Par Isabelle Rey-Lefebvre

D
ans Les Nuits de la pleine
lune (1984), la jeune
Louise, qui veut garder à

d’installer la ville
la fois son amoureux à
Marne­la­Vallée et sa vie
nocturne à Paris, décide
d’habiter un peu d’un côté et un peu de
l’autre, et finit par tout perdre. Le film

à la campagne.
d’Eric Rohmer se voulait une illustration
d’un adage inventé par le réalisateur :
« Qui a deux maisons perd sa raison. »
Il semble que le vent a tourné.
C’est justement pour garder la raison

Eux se partagent entre


que certains décident aujourd’hui de
vivre dans deux maisons. Accablés par
un an de pandémie mondiale, beau­
coup d’urbains ont rêvé de s’échapper.
Le fisc Certains, parmi les plus chanceux, ont

l’une et l’autre dans leurs


réussi à le faire. Dès l’annonce, le
veille 16 mars 2020, du premier confinement,
un million de Franciliens ont quitté la
Le fisc ne connaît pas région capitale pour s’établir en campa­
la birésidentialité et gne. Mais beaucoup de ces candidats au

deux habitations.
oblige à être rattaché départ, qui ont pris goût à l’ubiquité, ne
à une adresse unique. peuvent ou ne veulent plus couper les
« La résidence princi- ponts avec la vie citadine, et s’installent
pale est celle où l’on dans une routine, un pied en ville et un
passe plus de huit mois pied au vert, dans une résidence de

Une birésidentialité
de l’année, que l’on moins en moins secondaire. On les ap­
justifie à l’aide des pelle les « bi­résidentiels ».
consommations indi- « Beaucoup d’anciens collègues de
quées sur les factures mon mari ont, une fois retraités, vendu
d’électricité et de gaz, leur logement parisien pour aller vivre

inspirante, qui nécessite


ou celle où l’on a ses dans le Sud où ils s’ennuient. Pas nous ! »,
“intérêts principaux”, revendique Sabine (prénom d’emprunt),
pas nécessairement 68 ans, avocate aujourd’hui à la retraite,
son travail, mais le lieu qui, avec son mari, 73 ans, ancien expert­
de la famille, là où les comptable, possède, depuis une tren­

une organisation
enfants sont scolarisés, taine d’années, une maison de vacances
explique Karl Toussaint près de Quimper, au bord de la mer.
du Wast, fiscaliste. Les « C’est à l’occasion du deuxième confine­
conséquences fiscales ment d’octobre 2020 que nous avons fait
de ce choix ne sont l’inversion entre principal et secondaire,

domestique bien rodée


pas neutres, puisque vingt jours par mois en Bretagne, dix
les impôts locaux diffè- jours à Paris dans notre appartement…
rent d’un lieu à l’autre. du quartier Montparnasse, comme de
La taxe foncière de la bons Bretons ». Leur domicile parisien
résidence secondaire est passé de 95 à 75 mètres carrés, large­
est alourdie de 15 % et ment suffisant pour deux. « Nous avons
sa taxe d’habitation donc vécu notre premier hiver à la cam­ Depuis les années 2000, ces rési­ ont été changés), tous deux architectes
peut être majorée, en- pagne. A part le jardinage, nos activités dences secondaires, coûteuses et contrai­ et associés dans la même agence pari­
tre 20 % et 60 % selon ne sont pas très différentes d’avant. » Les gnantes, avaient perdu de leur attrait. sienne. « On a cherché un refuge, si possi­
les villes – 60 % à Paris, deux voitures sont immatriculées dans Les confinements successifs et l’impos­ ble avec une vue qui nous manquait jus­
zone tendue. Enfin, le Finistère – histoire d’échapper à la co­ sibilité de voyager au loin le leur ont que­là, mais pas trop près des champs,
à la revente, la plus- lère que quelques rares Bretons épan­ rendu en quelques mois. Plus de pour éviter la pollution… » Après avoir
value sur une rési- chent parfois sur les voitures des Pari­ 111 930 maisons de campagne, situées visité « des centaines de maisons », ils
dence principale est siens – et le courrier y est réexpédié, sur des propriétés agricoles, ont ainsi été ont, en 2018, trouvé près de Bellême,
exonérée d’impôt, pas mais Sabine et son mari ne veulent sur­ vendues en 2020, soit 6,6 % de plus dans le Perche, un ancien corps de ferme
celle sur une résidence tout pas couper les ponts avec la capitale qu’en 2019, selon les chiffres du groupe et ses dépendances, le tout bien plus
secondaire. Et déclarer où ils ont leurs enfants et petits­enfants, des Sociétés d’aménagement foncier et grand et un peu plus cher que ce qu’ils
une résidence secon- des activités associatives, des habitudes d’établissement rural (Safer). Les Franci­ envisageaient, et à réhabiliter, ce qui ne
daire comme princi- culturelles, cinéma, théâtre, expositions, liens se sont notamment rués dans les leur fait pas peur. A l’orée du premier
pale, pour échapper et des amis. « En Bretagne, nous voyons départements proches de Paris : + 35 % confinement de mars 2020, alors
à cet impôt, est risqué : peu de Bretons, plutôt des anciens Pari­ de ventes dans la Somme ; + 30 % dans qu’Aline est enceinte, ils décident de s’y
le fisc veille et exige au siens comme nous », admet Sabine, qui l’Yonne ; + 24 % dans l’Orne. Et selon une installer et partagent, depuis, leur temps
moins deux années se réjouit de l’inauguration prochaine étude que PAP a réalisée auprès des par­ entre le Perche, du vendredi au lundi, et
d’habitation conti- d’un cinéma dans sa commune, à quel­ ticuliers utilisateurs de son site, « 30,9 % leur appartement­agence à Paris, 19e ar­
nue », prévient-il. ques minutes de chez elle, raison de plus des acheteurs souhaitent y vivre à temps rondissement. Ils ont décidé que leur
pour prendre racine. partiel plusieurs jours par semaine grâce petite fille grandirait à la campagne, où
Les Français sont champions du au télétravail ». Les prix sont à l’ave­ elle apprécie déjà les longues siestes
monde de la résidence secondaire. « Près nant, qui progressent de 6,4 %, en 2020, dehors, et ont encore deux ans pour lui
de 10 % du parc total des logements, soit au prix moyen de 182 000 euros, mais choisir une école. « C’est un peu d’organi­
autour de 3,5 millions, rappelle Jean + 11,2 % dans la Somme, + 12,4 % dans sation et nous avons dû dédoubler nos
Viard, sociologue. Et encore est­ce large­ l’Yonne et + 19,4 % en Côte­d’Or. Les postes de travail, mais grâce à cette alter­
ment sous­estimé, car on ne compte pas Lyonnais, eux, prospectent et achètent nance, je suis toujours heureuse, plus que
celles des étrangers qui ont gardé une en nombre des maisons dans la Drôme mon mari d’ailleurs, de retrouver notre
attache au pays, au Portugal, au Maroc, (Saillans, Crest, Die, Dieulefit…) et l’Ardè­ quartier parisien, les rues, les passants…
ni les bungalows, cabanons et autres ca­ che du nord, voisines. J’ai l’impression que la ville manque plus
ravanes sédentarisées : la moitié des pla­ « Le choc des attentats de 2015, à aux femmes qu’aux hommes », observe­
ces de camping sont louées à l’année… Je Paris, a entraîné un certain désamour de t­elle. Leur nouvelle maison ne désem­
considère que 30 % à 50 % des personnes la ville, une prise de conscience du stress, plit pas, le week­end, d’amis venus de
habitant un appartement en immeuble de l’oppression que l’on y subit », expli­ Paris : « Le planning est complet jusqu’en
jouissent de ce type de villégiature. » quent Aline et Stéphane (leurs prénoms août », se réjouit Aline, qui a vite été
0123
DI MANCHE 6 - LUN DI 7 JU I N 202 1 3

Christian Jennewein et sa compagne


ont acquis, en 2015, une grande maison à retaper,
avec jardin, dans un hameau du village
de Mailly-le-Château, dans l’Yonne (568 habitants).
WILLIAM BEAUCARDET POUR « LE MONDE »

TRO I S J O UR S PAR S EM AI NE

L’option
temps
partagé
B
eaucoup de Parisiens
en manque de campa­
gne et d’espace,
notamment d’un bureau au
calme, envisagent de parta­
ger leur temps entre Paris
et une maison au vert. Mais
où vivre à Paris trois jours
par semaine sans se ruiner
ni squatter l’appartement de
sa maman ou de ses amis ?
« Nous avons besoin d’un lieu
stable, où nous pouvons
laisser nos affaires, ce que
ne permet pas l’hôtel, dont
le prix est d’ailleurs dissuasif
et change tout le temps »,
remarque Antoine Maître,
directeur de l’agence
d’architecture Majma, qui
planche sur un concept
de pied­à­terre partagé, dans
un appartement existant
ou des résidences conçues
pour cet usage.
« Plutôt qu’une colo­
adoptée par les citadins installés dans le nes de villages au Mais dispo­ ville, sans parler des restaurants et des cation avec chacun sa cham­
Perche de longue date. charme fou, alen­ « Nous ser d’une bonne bars où l’on ne va plus… bre, le “part­time parisien”
« Le besoin de ruralité n’est pas tour. Leur garçon connexion Internet Birésidentiels enthousiastes, Flo­ auquel nous songeons divise­
nouveau mais s’est affirmé avec le Covid,
dans une ampleur que l’on ne mesure pas
étant scolarisé, en
maternelle, à Pan­
songeons est également indis­ rent Perreau et Suzy Loevenbruck, tous
pensable pour être deux 29 ans, sont grisés par leur nouvelle
rait l’occupation du logement
dans le temps, un locataire y
encore, analyse Eric Charmes, chercheur
en études urbaines. Ces ménages choisis­
tin, le rythme des
séjours est dicté par
à laisser une ici et ailleurs avec vie à la campagne, dans un petit village
efficacité. Lorsque la d’à peine 80 habitants, en Saône­et­
résidant en début de semaine,
l’autre en fin, détaille­t­il.
sent de sauter par­dessus la banlieue
pour aller directement à la campagne, à
le calendrier sco­
laire, mais toute la
petite voiture connexion cloche, Loire, à une demi­heure de la gare TGV
cela contraint à em­ du Creusot. Ils ne regrettent pas du tout
Ainsi, nous leur évitons le no­
madisme forcé en leur assu­
la recherche d’espace, de terrain, d’un jar­
din. Pour ces urbains, faire son compost
famille a vécu les
deux premiers con­
sur le parking ployer les grands leurs 50 mètres carrés parisiens, dans le
moyens, comme ce 18e arrondissement, loué 1 200 euros par
rant un gîte permanent, à
loyer partagé, où ils peuvent
et cultiver son potager en “gentleman­ finements ici, en de la gare couple de techni­ mois avec l’impression de jeter l’argent laisser leurs affaires dans des
farmer” redevient à la mode et concrétise Bourgogne. « Nous ciens du cinéma, ins­ dans un puits sans fond. Ils ont emmé­ placards réservés, à un coût le
un engagement envers la nature. » On
consomme local, on écume les marchés
avons été très cha­
leureusement ac­
de Nogent-le- tallé en partie dans nagé, en novembre 2020, dans une an­
une maison de cam­ cienne ferme de 150 mètres carrés, trou­
plus faible possible. » L’étude
de notaires parisiens Cheu­
et les brocantes, on recherche les spécia­
lités du cru et on restaure les maisons
cueillis par les habi­
tants, qui se désespé­
Rotrou » pagne, et obligé de vée après quatre week­ends sur place et
grimper par tous les une vingtaine de visites. En prime : un
vreux met au point, à la de­
mande de Majma, un contrat
Aline et Stéphane, installés près de
dans le respect des traditions, en faisant raient de voir leur temps sur la colline grand jardin de 800 mètres carrés. de location taillé sur mesure.
parfois redécouvrir aux locaux la ri­ village déserté et les Bellême, dans le Perche, et à Paris voisine pour trouver « On connaît déjà nos voisins, ce Pour anticiper les
chesse de leur patrimoine. commerces fermer. un peu de réseau. que nous n’avions pas réussi à faire en mille problèmes quotidiens
La ruralité d’accord, mais connec­ J’ai découvert, à deux Outre le ris­ quatre ans de vie parisienne. Et le maire qui pourraient surgir dans
tée. Sans Internet, le télétravail et de pas de chez nous, une que de faire des réu­ est passé faire connaissance, il est resté cette situation de partage
bons moyens de transport, point de biré­ association grâce à nions en plein vent, une bonne heure à discuter autour d’un de logement, Majma a, avec
sidentialité pour les actifs ! Près d’un laquelle je me suis initié à la permacul­ avoir deux logements multiplie égale­ café », se réjouit Florent. Le couple a cer­ le concours de l’Institut des
tiers des salariés peuvent télétravailler, ture. » Christian Jennewein a aussi en­ ment les dépenses d’assurance, d’im­ tes diminué les budgets logement et hautes études pour l’action
dont deux tiers des cadres, et ils jonglent tendu parler de nombreuses manifesta­ pôts locaux, d’abonnements et semble alimentation, mais n’a pas les moyens dans le logement, lancé un
désormais avec tous les outils ad hoc, tions et initiatives locales, qu’il a pro­ réservé aux riches. « Pas du tout, rétor­ de conserver un appartement à la capi­ sondage en ligne qui pose
notamment de visioconférence dont le posé de collecter sur la plate­forme que M. Jennewein. Nous avons acheté tale, d’où l’obligation d’être à la fois une soixantaine de ques­
logiciel Zoom est devenu le nom généri­ Xurbain – contraction de « exode » et notre maison moins de 100 000 euros, je organisé et inventif. Suzy, gérante d’une tions cruciales : qui fait le
que : on est « en zoom » aussi naturelle­ « urbain » –, qu’il a créée en janvier 2021 réalise seul les travaux, nous la meublons plate­forme pour photographes indé­ ménage ? Change les draps ?
ment qu’on était « en rendez­vous ». à l’intention des acteurs locaux des avec des occasions dénichées sur Inter­ pendants, passe un jour par semaine à Fait les courses ? Descend la
Christian Jennewein, directeur 35 000 communes de France. Son ambi­ net, et nous tenons à ne pas acheter du Paris, et rentre le soir même en TGV. poubelle ? Quels clés, badges
de l’ingénierie de la plate­forme fran­ tion : tisser des liens entre les nouveaux neuf. » Ainsi, sa résidence bourgui­ Animateur d’une webradio, Florent, ou passes prévoir pour
çaise de musique Deezer, sa compagne, arrivants venus des villes, de plus en gnonne ne lui coûterait, hors transports, lui, passe deux ou trois jours par se­ l’accès de chacun ? Déjà
galeriste, et leur petit garçon ont acquis, plus nombreux depuis un an, et le terri­ que 200 euros par mois, largement éco­ maine à Paris, où il loge chez sa mère : 500 personnes y ont
en 2015, une grande maison à retaper, toire où ils souhaitent s’installer. Plus nomisés sur les prix de l’alimentation, « Elle est ravie, on ne s’est jamais autant répondu, la plupart actifs,
avec jardin, dans un hameau du village question de vivre en passager clandestin entre 30 % à 50 % moins chers qu’en vus », se félicite­t­il. chefs d’entreprise, autoen­
de Mailly­le­Château (Yonne, 568 habi­ dans ces campagnes où la vie sociale, as­ trepreneurs, salariés, mais
tants). « Je me régale à tondre la pelouse sociative, culturelle, est toujours plus aussi une vingtaine de
et à faire moi­même les travaux », expli­ riche que ne l’imagine un vacancier. L E C HI F FR E retraités, dont les réponses
que cet ingénieur qui ne peut cepen­ Le point noir, ce sont les trans­ sont en cours de dépouille­
dant pas s’éloigner de son ordinateur et,
grâce à une bonne connexion, enchaîne
les téléconférences. « Nous étions pro­
priétaires d’un deux­pièces à Paris, et à
ports. Le télétravail abolit théorique­
ment les allers­retours quotidiens en
ville, mais rallonge sérieusement les
déplacements depuis ou vers la campa­
68 % ment, bien que le question­
naire reste ouvert en ligne.
Autour de 60 % des
répondants assurent d’em­
l’arrivée de notre enfant, nous devions gne. « Là où l’on passait une heure par Le pourcentage des cadres qui blée vouloir s’occuper des
nous agrandir. Mais remettre des centai­ jour dans les transports en commun, on tâches ménagères dans le
nes de milliers d’euros pour gagner quel­ passe cinq heures par semaine en voiture se verraient bien vivre au vert, souci de ne pas alourdir les
ques mètres carrés était, à mon sens, ou en train », remarque Eric Charmes. charges. Ils sont aussi nom­
jouer un jeu absurde », explique M. Jen­ Entre le Perche et Paris, le couple d’ar­ dont 36 % en franche campagne, breux à voir là l’occasion de
newein. Le couple choisit alors de deve­ chitectes ruse avec les horaires pour nouer des contacts. Le projet
nir locataire d’un 60 mètres carrés, à éviter les embouteillages, lorsqu’ils ne selon l’étude annuelle menée Majma est l’un des seize
Pantin, pour 1 600 euros par mois, et préfèrent pas carrément le train : sélectionnés par le Pavillon
d’acheter une maison « à moins de deux « Nous songeons à laisser une petite voi­ par Cadremploi en juin 2020 de l’Arsenal (centre d’infor­
heures de Paris ». « On a tracé un grand ture sur le parking de la gare de Nogent­ mation, de documentation
cercle autour de la capitale et commencé le­Rotrou », confie Aline. « J’aime bien et d’exposition d’urbanisme
à chercher puis, en élargissant un peu le ces allers­retours en train, c’est comme si et d’architecture de Paris et
périmètre, on a trouvé cette grande mai­ je changeais de pièce », raconte Christian de la métropole parisienne),
son de 150 mètres carrés sur 3 000 mètres Jennewein, qui attend impatiemment dans le cadre de son premier
carrés de terrain. Nous ne connaissions la fin de la rénovation de la voie ferrée accélérateur de projets
rien ni personne dans ce village plein de entre Migennes, Auxerre et Dijon, des urbains et architecturaux
charme, où quasiment une maison sur travaux qui obligent parfois à prendre innovants, baptisé « Faire ».
trois était à vendre. » un car guère commode pour charger le
M. Jennewein, de nationalité al­ vélo. Impossible, cependant, pour ces
lemande, a été séduit par les paysages néoruraux, de se passer de voiture,
vallonnés entre Morvan et Bourgogne même lorsqu’ils ont veillé à s’installer
qu’il parcourt « à vélo », et par les dizai­ près d’une gare.
4 0123
DIMA NC HE 6 - LU N D I 7 J U I N 202 1

PARENTOLOGIE
A force de pointer vos lacunes, les enfants finissent par révéler votre condition de maître ignorant.
L’occasion, avance Nicolas Santolaria dans sa chronique, de descendre enfin de votre estrade

Les enfants rééduquent-ils leurs parents ?

U
PHILIPPE DE KEMMETER

HO RS ne des plus grandes bi­


zarreries de la condi­
cément d’argumentation de votre part. Quand l’en­
fant vous demande pourquoi il faut aller au lit, pas
En s’inspirant du philosophe Jacques Rancière
et de sa théorie du maître ignorant, on pourrait dire
CO NTE XTE tion de parent pour­
rait se résumer ainsi :
besoin de tergiverser pendant des lustres, surtout s’il
est déjà 22 h 15. Mais à d’autres moments, les ques­
que le mini­mentor institue ses géniteurs en parents
ignorants. Cela a pour première conséquence de dé­
alors que vous êtes tions émanant de ces jeunes cerveaux en ébullition finir un nouveau postulat, celui de l’égalité des intel­
« La Journée du magnétoscope, le 7 juin, persuadés, au départ, sont véritablement profondes ou complexes. « Com­ ligences, brisant la dynamique d’infériorisation in­
compte parmi les journées commémora- que vous allez appren­ ment ils faisaient les gens pour connaître la date avant hérente à la transmission de savoirs (le « je sais/tu ne
tives les plus étranges et les plus passion- dre des tas de choses Jésus­Christ ? », m’a récemment demandé mon fils sais pas » qui induit une subordination). Cela ne veut
nantes de l’année. Elle nous rappelle à vos enfants (« Tu vois aîné. « Euh, ben, très bonne question… », ai­je bre­ pas dire pour autant que tout rapport d’autorité est
une technologie que beaucoup d’entre fiston, le nœud de douillé. On peut voir dans cet inutile, bien au contraire. « Ce
nous connaissent bien, alors que d’autres bonnette, ça se fait insistant questionnement une que le maître ignorant doit exiger
n’en ont jamais vu en action. » comme ça ! »), vous
vous apercevez, au
soif bien légitime de connais­
sances, mais on peut aussi se Un peu comme de son élève, c’est qu’il lui prouve
qu’il a étudié avec attention »,
Communiqué de presse de Devolo,
société spécialisée dans les appareils
bout d’un moment, que l’enfant a tout autant de choses
à vous apprendre, si ce n’est plus. Cette dynamique édu­
dire que ces mini­mentors mè­
nent là, en sous­main, une un maître zen, écrit Rancière.
De la même manière, le
de communication cative inversée se nomme reverse mentoring dans les
entreprises et recouvre des situations variées, comme
vaste opération de dégonflage
de l’ego parental. par le vide parent ignorant n’est pas quel­
qu’un qui ne sait rien (même s’il
lorsqu’un jeune de la génération Z apprend à son N + 1,
community manager vieillissant bien qu’en Converse,
A sa manière, l’enfant
est aussi un spécialiste de de son esprit, a souvent oublié ce qu’était un
adverbe), mais celui qui déplace
comment se servir de TikTok. Le phénomène s’impose
aussi à l’univers familial, et pas seulement parce que
maïeutique, un accoucheur qui
vous met face à votre propre l’enfant vous sa focale ailleurs, acceptant de
prendre du champ avec le ruis­
vos descendants savent mieux se servir que vous de
toutes les fonctionnalités du smartphone.
part de comédie sociale : mal­
gré vos mimiques très doctes, fait sentir que sellement du savoir du haut
vers le bas pour saluer la curio­
D’une certaine manière, chaque séquence édu­
cative comporte sa part de reverse mentoring. Lorsque
vos réponses hésitantes trahis­
sent le fait que vous ne savez vous êtes induit sité, la créativité, l’investisse­
ment vibrant de sa progéniture.
vous apprenez, par exemple, à votre enfant à manger
proprement, son insistance à maculer vos vêtements
pas grand­chose du monde
dans lequel vous vivez, n’est­ce en erreur par Quelqu’un qui, en somme, fait
confiance à l’intelligence du
de régurgitations vous fait soudain redécouvrir cette
insouciance stylistique de vos jeunes années, ces mo­
pas ? Allez, avouez­le, vous pa­
taugez, comme tout le monde. des certitudes plus petit que soi. D’ailleurs, les
enfants ne saisissent­ils pas les
ments précieux où être négligé n’avait finalement pas
grande importance à vos yeux tant que vous passiez un
Cela souligne également le fait
que vous avez arrêté de vous de­ erronées et subtilités de leur langue mater­
nelle en grande partie par eux­
bon moment. Vous vous imaginiez être en train d’édi­
fier votre descendance ? Vous voilà renvoyé à l’impor­
mander pourquoi il y a quelque
chose plutôt que rien, vous des traumas mêmes, sans qu’on leur assène
l’infinie complexité des règles
tance parfois un peu démesurée que vous accordez aux
normes vestimentaires. Il s’agit là, incontestablement,
contentant de la quasi­certitude
qu’il y aura des Chocapic au sédimentés grammaticales ? Après ce pre­
mier temps où leurs capacités
d’une sorte de rééducation en miroir. Alors que chaque Monop’. D’ailleurs, vous ne cognitives ont fait leurs preuves,
connaissance imposée de manière trop verticale à vo­ vous interrogez pas non plus on grignote petit à petit cette
tre progéniture fonctionnera comme un précondition­ sur vous­même, et l’enfant a le autonomie pour soumettre les
nement de l’expérience, et donc une réduction de li­ don de le souligner de manière plus jeunes à ce que Rancière ap­
berté, le reverse mentoring viendra offrir un contre­ chirurgicale, instrumentalisant à son profit les zones pelle « l’abrutissement explicateur ». « Il y a abrutisse­
point salutaire à cette pente éducative autocratique. d’ombre de votre psychisme. Un peu comme un maî­ ment là où une intelligence est subordonnée à une
Tout ce que vous avez à transmettre à l’enfant tre zen qui réussit par le vide de son esprit à refléter autre intelligence », résume le philosophe.
fera alors l’objet d’un recadrage relativiste d’autant plus parfaitement les marécages d’une carte mentale, à Même s’il peut, bien sûr, y avoir de l’amour
surprenant qu’il semble inconscient. Quand vous ap­ vous faire sentir que vous êtes induit en erreur par des dans la transmission de savoir, il n’est pas toujours évi­
prendrez au bébé à articuler, vous redécouvrirez, par la certitudes erronées et des traumas sédimentés. dent de résister à cette tentation consistant à se mettre
même occasion, qu’existent d’autres langages, ceux dans une position de surplomb. Il m’arrive ainsi régu­
des yeux, du toucher, de l’émotion pure, dont vous lièrement de prendre à la légère mon jeune fils lorsque,
aviez en grande partie oublié la puissance. Sans parler ayant gratté un coin de terre, il vient me montrer ses
des mille et une nuances de cris. Un peu plus tard, vers trouvailles d’« archéologue » – « Mouais, le jour où tu dé­
3 ou 4 ans, les enfants se mettent à vous bombarder de terreras un T. rex, les poules auront des dents », me dis­je
« pourquoi », auxquels s’ajoutent les « comment » et les intérieurement. Erreur. Le 23 mars 2021, Siddak Singh,
« quand » : « Pourquoi les nuages ils sont accrochés jeune Anglais de 6 ans, confiné à Birmingham avec ses
dans le ciel ? Pourquoi est­ce que je n’ai pas le droit de parents, a trouvé, grâce au kit d’archéologie pour débu­
regarder un film la semaine ? Quand est­ce que la Terre tant qui lui avait été offert à Noël, un fossile de corail
elle s’arrêtera de tourner ? » vieux d’environ 500 millions d’années, enfoui dans le
Attention, une part non négligeable de ces jardin familial. Oui, parfois, le mini­mentor a le don de
interrogations sont des pièges et n’appellent pas for­ vous clouer le bec.

L ES MO T S D U S E X E (en anglais, on parle des AFC, tromper l’attente, rendre illusoire »… aimeraient faire l’amour plus souvent.
« average frustrated chump »). Des encore faudrait-il, pour tromper, Même celui qui a 22 rapports par mois

Frustrés hommes, encore des hommes ?


Absolument. C’est que, culturellement,
le frustré est plutôt mâle – selon les
avoir formulé des promesses !
Et c’est là que le bât blesse : quelle
est la promesse sexuelle que nous
voudrait en avoir 36 » (en interview
pour le magazine Femina.fr).
Cette frustration est donc largement
situations, soit mal baisé soit carrément nous racontons, collectivement ? Dans auto-infligée : pour y échapper,
Maïa Mazaurette mal aimé. L’exclu du sexe représente la pornographie, on propose des il ne nous faut pas tant des galipettes…
ainsi un exclu total, auquel ne partenaires infiniment disponibles que des attentes un peu moins frustes.
Qui sont les frustrés ? Au-delà de ceux, correspond, au féminin, que la frigide. et efficaces. Dans le ronronnement
tutélaires, qui furent croqués par Dans les deux cas, c’est la honte. de nos couples, on place la norme
Claire Bretécher, parmi les perdants Et pourtant ! Les frustrés sont partout, à deux rapports hebdomadaires – une
du marché sexuel contemporain, puisque le mot désigne ceux dont statistique notoirement surévaluée.
on pourrait citer les héros des romans les attentes ont été déçues. Selon notre A quoi l’on ajoutera notre tendance
de Houellebecq ou encore les PMF, bon vieux Gaffiot, le latin classique personnelle à la surenchère, comme
ces « pauvres mecs frustrés » dont fustror nous emmène au royaume du le relevait, en 2012, le docteur Philippe
se moquent les coachs en séduction désenchantement : « abuser, décevoir, Brenot : « Près de 70 % des hommes
0123
DI M AN CHE 6 - LU NDI 7 JU I N 202 1 5

Q
u’y a­t­il dans la valise de Thomas Pesquet ? Un cas­
que de réalité virtuelle pour faire du vélo dans Paris,
des emballages comestibles en pain d’épice, une
playlist de 200 morceaux, une pince acoustique à
ultrasons, des graines d’œillet d’Inde, des plats cui­
sinés de chefs étoilés… Point de raton laveur dans
cet inventaire à la Prévert, mais quatre blobs. « Quatre quoi ? »,
s’étrangleront ceux qui n’ont encore jamais entendu parler de cet
organisme unicellulaire de la famille des myxomycètes, curiosité
scientifique dotée d’une intelligence d’autant plus remarquable
qu’elle ne possède ni cerveau ni neurones.
Son voyage dans l’espace – qui ne débutera en fait qu’en août,
après son transport jusqu’à la Station spatiale internationale (ISS) à
l’intérieur d’un conteneur pressurisé – a tout d’une consécration
pour cette espèce d’aspect visqueux à la complexité comportemen­
tale fascinante destiné à être le sujet d’expériences en impesanteur.
C’en est une aussi pour tous ceux qui élèvent, collectionnent et
s’échangent des blobs à la manière d’un hobby. Le phénomène n’a
pas l’ampleur des Tamagotchi, ces animaux de compagnie virtuels
créés par un fabricant de jouets japonais au milieu des années 1990,
ni celle des pois sauteurs mexicains offerts par Pif Gagdet, vingt­
cinq ans plus tôt, mais il relève de la même attirance pour les êtres
étranges, et leur domestication.
Ni animal, ni végétal, ni même champignon, le blob est en
effet une créature à nulle autre pareille, aux capacités d’apprentissage
et de régénération uniques. Coupez­le en deux, et il cicatrisera en
moins de trois minutes. Rapprochez­le d’un congénère, et les deux
individus fusionneront en une seule et même masse. Placez­le à l’en­
trée d’un labyrinthe, et il trouvera de lui­même le chemin le plus
court menant à la sortie où aura été déposé un flocon d’avoine, sa
nourriture préférée. Positionnez­le au milieu de plusieurs aliments
éparpillés dans une boîte de Petri (les petits cylindres, en verre ou
plastique, utilisés pour la mise en culture de bactéries, par exemple),
et il se déploiera à la façon d’un réseau ferroviaire afin de se rendre
efficacement de l’un à l’autre. Ne lui manque que la parole. « Ou de ra­
mener la balle », comme s’en amuse Stéphane Josso, 43 ans, l’un de ces
« blobistes » amateurs. Cet opérateur dans une entreprise agroalimen­
taire de Concarneau s’est procuré son premier spécimen sur Le Bon
Coin, en octobre 2020, après être tombé par hasard sur une annonce
classée dans la catégorie « animaux ». « Cela reste un loisir instructif
basé essentiellement sur l’observation, un peu comme avec un terra­
rium, explique­t­il. Cela demande une certaine rigueur, sans prendre
trop de temps si l’on est organisé. Il est présent chaque jour, mais reste
discret dans la vie quotidienne et familiale. » Stéphane Josso possède « Je préférerais vendre
aujourd’hui huit blobs, tous achetés sur Internet. En trouver dans la des blobs à des enfants,
nature, par exemple sur du bois mort ou sur des fruits pourris, n’est plutôt que des poissons
pas impossible, mais relève du coup de chance. rouges, car c’est plus éthique »,
Né sur le Web il y a moins de cinq ans, le « marché » est explique Jordan Walcker,
aujourd’hui occupé par une demi­dizaine d’éleveurs de souches qui vendeur animalier bordelais.
HOBBY

écoulent des sclérotes de blob, une version séchée qu’il suffit ensuite AUDREY DUSSUFOUR/AFP
d’humidifier légèrement pour la réveiller et lui donner un aspect
gélatineux et coloré, proche de la jelly anglaise. Ces microentrepre­
neurs (Blobshop, Adopte un blob, Le Kit blob, Le Labo du blob…),
excepté Sordalab, une société spécialisée dans le matériel destiné à
l’enseignement des sciences en milieu scolaire, proposent des kits de mais il avait tout de même grossi très vite ! » Pas aussi vite, cependant,
culture comprenant un ou plusieurs sclérotes, des boîtes de Petri, des
pinces, de l’agar­agar (une gélose utilisée comme milieu de culture)
et un manuel d’utilisation.
Comptez entre 20 et 40 euros pour l’achat, et l’envoi par La
Poste, de ce cadeau d’anniversaire idéal pour tous les férus de biolo­
Adopte que l’extraterrestre gluant et glouton qui sème la panique parmi les
habitants d’une petite ville de Pennsylvanie dans The Blob (1958), le
film auquel il doit son nom commun.
Heureusement, le protozoaire du règne des protistes présente
un avantage rare : on peut le mettre « au repos », et le faire retourner à

un blob
gie amusante. Ados studieux en cours de SVT, adultes épris de biodi­ l’état de sclérote, en cessant simplement de l’humidifier. « Connais­
versité, seniors ayant la science pour marotte composent une petite sez­vous beaucoup d’animaux de compagnie que l’on peut endormir
armée de connaisseurs qui partagent conseils et échantillons via avant de partir en vacances et réveiller un mois plus tard ? », lance
Facebook. Un point commun rassemble la plupart d’entre eux : avoir Audrey Dussutour. On comprend mieux, aussi, pourquoi de plus en
été convertis au blob par Audrey Dussutour, la grande spécialiste en plus de profs de SVT s’en emparent en cours ou dans le cadre d’ate­
France du Physarum polycephalum, le nom savant de l’espèce, recon­ liers scientifiques, comme Fabien Naneix à la cité scolaire Léo­Ferré
naissable à sa couleur jaune vif.
Autrice d’un ouvrage à succès sur le sujet (Tout ce que vous
avez toujours voulu savoir sur le blob sans jamais oser le demander,
Cet étrange organisme de Gourdon (Lot) : « Le blob a un côté bankable. Non seulement il est
facile à élever, mais il interroge la notion d’intelligence. On a l’impres­
sion de découvrir, avec lui, les premières stratégies de l’histoire de la
Ed. des Equateurs), cette chercheuse du CNRS met, depuis treize ans,
son talent de vulgarisatrice au service de ce protozoaire mobile dont
unicellulaire va rejoindre vie », estime­t­il. L’ami Physarum était en effet déjà présent sur Terre
il y a 500 millions d’années.
la vitesse de pointe peut atteindre 4 mètres par seconde, alors qu’il
ne possède ni patte ni nageoire, mais un réseau veineux capable de
Thomas Pesquet dans « Son comportement est à l’opposé de ce qu’on apprend
quand on est prof de biologie : il est capable de réfléchir alors qu’il n’a
générer des mouvements péristaltiques – comme l’intestin humain,
pour en terminer avec la description clinique de cette bestiole défini­
l’espace. Une consécration pas de cerveau, et donc aucune connexion synaptique », abonde San­
drine Gayrard, au lycée Monteil de Rodez (Aveyron). Cette profes­
tivement bizarroïde.
Audrey Dussutour, qui distribue elle­même des sclérotes lors
scientifique pour cet animal seure de SVT voit également dans le blob une opportunité unique
de mener des TP ludiques, alors que les expériences traditionnelles
de rencontres avec le public, sait qu’elle possède un sujet d’étude en
or. Non content d’interloquer jusqu’aux scientifiques les plus poin­
domestique très particulier en milieu scolaire (dissection de souris et grenouilles, prélèvements
de bactéries dans la bouche…) sont soumises à des réglementations
tus, le blob se prête en effet à des expériences divertissantes et acces­ Frédéric Potet de plus en plus restrictives.
sibles au grand public. L’une d’elles consiste à le confronter à des Le bataillon des établissements où le blob est étudié devrait
substances aversives, comme du sel, afin de le voir rebrousser che­ en tout cas grossir cette année : à l’initiative du CNES et du CNRS,
min. Une autre propose de le faire changer de couleur en lui faisant 2 000 classes reproduiront en octobre les deux mêmes expériences
ingurgiter des colorants naturels. Le test du labyrinthe peut, lui, se qu’effectuera Thomas Pesquet dans l’espace – l’une pour tester les
complexifier à l’infini avec l’ajout d’obstacles (cailloux, herbes…) qui capacités d’exploration du blob, l’autre pour observer ses stratégies
viendront défier son intelligence. alimentaires. Les résultats comparatifs devraient être ensuite publiés
dans une revue de sciences participatives, manière de mener de bout
Rien n’est plus cocasse, enfin, que d’essayer de faire fusionner deux espèces différentes, comme a en bout une démarche scientifique.
tenté de le faire Jordan Walcker, 25 ans, – avec un spécimen français et un autre originaire des Philippi­ Mais rien n’interdit, parallèlement, aux enseignants et à leurs
« LE BLOB EST nes – sans succès : « Ils ne se sont pas mangés l’un et l’autre, se contentant seulement de se disputer le élèves de mener leurs propres expériences, même les plus singuliè­
NON SEULEMENT terrain », raconte ce vendeur animalier bordelais qui « préférerai[t] vendre des blobs à des enfants plutôt res. La réputation d’immortalité du blob – une autre de ses spécifici­
que des poissons rouges car c’est plus éthique ». Jordan Walcker avait 17 ans quand il a découvert cet orga­ tés – lui vaut ainsi d’être parfois malmené en classe. Nulle barbarie
FACILE À ÉLEVER, nisme « ressemblant à Venom [un extraterrestre de l’univers Marvel], version Casimir [le dinosaure orange ici : « Il ignore la souffrance dans la mesure où il ne possède pas de sys­
MAIS IL de l’Ile aux enfants] ». Comme la plupart des blobistes, il a donné un prénom à ses progénitures : l’un tème nerveux, mentionne Audrey Dussutour. Cela ne l’empêche pas
s’appelle Roger, l’autre Bernard. de répondre au stress, à l’image d’une plante. »
INTERROGE Rien n’interdit évidemment de caresser affectueusement la couenne gluante de son blob ou de Au lycée Clos­Maire de Beaune (Côte­d’Or), la classe de Franck
LA NOTION lui susurrer des mots doux avant d’aller au lit. Audrey Dussutour n’est d’ailleurs pas loin de le recom­ Perron multiplie les essais et les observations. Elle a testé sa résis­
D’INTELLIGENCE » mander : « Les résultats ne sont pas les mêmes selon qu’on le manipule sans amour ou avec précaution. tance aux rayonnements UV, avant de provoquer sa mort en lui fai­
D’un bon éleveur, on dira, à ce titre, qu’il a la “main jaune” », tout comme un bon jardinier a la “main sant ingérer… du cyanure. En septembre, un spécimen élevé en
Fabien Naneix, verte”. » Et si aucune compétence scientifique particulière n’est requise pour s’en occuper, il en ira pa­ cours de SVT fera un voyage dans la stratosphère à bord d’un ballon­
enseignant reillement du matériel, même « si cela oblige à faire de la vaisselle de boîtes de Petri régulièrement », indi­ sonde. Avec un peu de chance, il croisera peut­être Thomas Pesquet
que Cécile Gance, une technicienne de lycée à Montivilliers (Seine­Maritime). Gérer la croissance de cette sur le chemin du retour…
véritable petite usine à mucus – dont une variante, Fuligo septica, est
surnommée « vomi de chien » par les Anglais – s’avère être la seule véri­
table difficulté. « J’en transfère des morceaux sur de nouvelles géloses
quand ils deviennent trop grands, poursuit Cécile Gance. Même si j’ai
quelques scrupules à jeter les restes, car cela reste du vivant, il faut le faire
pour ne pas être envahi. »
Envahi, tout aficionado de blob l’a été un jour. Oublier de le nour­
rir le fera ainsi sortir de sa boîte à la recherche d’un milieu plus favora­
ble. Sur sa route, il rencontrera alors d’autres blobs en vadrouille, égale­
ment poussés par la faim, avec lesquels il fusionnera. Erhel Cayzac,
16 ans, un lycéen de Saint­Christophe­Vallon (Aveyron), se souvient en­
core de l’amas difforme « qui s’était répandu sur toute la longueur d’une
étagère » de sa chambre : « Je m’en suis rendu compte assez rapidement,
6
En plastique 0123
DIMANC HE 6 - L U N D I 7 J U I N 202 1

En verre
La plus légère La plus inodore
La bouteille réutilisable, appellation qui Elle est aussi lourde que fra-
détrône celle de gourde, qui fait un peu gile. Son verre borosilicate
cruche, ne doit être ni trop ni pas assez. reste toutefois imbattable
D’une bonne contenance, sans outrepasser sur d’autres critères : sa
les 60 centilitres qui viendraient plomber matière inodore et insipide
cette longiligne. Pas trop haute et munie ne présente aucun risque
d’un goulot assez évasé pour être remplie de migration de substances
sans débordement à la fontaine à eau ou chimiques, elle résiste à
au robinet sans col-de-cygne. Pas trop large la chaleur, permet de jauger
non plus pour une bonne prise en main facilement du niveau
– comme les 75 grammes de la MonBento. de liquide, se nettoie sans
Positive, taillée au carré. Enfin, dotée d’un bouchon, avec ou sans anse ou prise de tête et traverse les années sans encombre si elle
cordon de maintien, pour assurer une fermeture hermétique sans nécessiter est préservée de la chute et des mauvais coups.
le triple tour, d’autant plus fastidieux qu’il est répété plusieurs fois par jour. Pour lui assurer une longévité bien méritée, ce à quoi veille
Celle en plastique est, bien sûr, écoconçue sans bisphénol A (BPA) Pebbly (photo), on la glisse dans un manchon en silicone
ou S (BPS), et recyclable de préférence. L’avantage de sa transparence amovible pour amortir les chocs et lui éviter tout dérapage.
est qu’on tombe rarement à sec. Elle existe même en double paroi de verre isotherme, comme
Elle peut être personnalisée, comme la Gobi Original (photo) et son la Dopper, pas loin des 500 grammes, munie d’un bouchon
réceptacle étanche au cœur de la bouteille pouvant accueillir la photo des qui se transforme en verre à pied « pour mettre l’eau sur
minots, d’un poisson rouge, ou l’avertissement « Je suis le Gobi de Gaby ». un piédestal ».
Difficile de la subtiliser ! Attention, toutefois, à ne pas la perdre de vue, « Oui mais… » On laisse ce poids lourd à demeure au bureau,
telle l’extra-plate Memobottle, qui peut se camoufler entre deux dossiers. on l’y lave à la main ou au lave-vaisselle, et on privilégie
« Oui mais… » Son plastique tendre accuse les coups et les marques un transport à vide le cas échéant. N’est pas nomade qui veut.
du temps ; il est déconseillé aux boissons chaudes faute d’isolation, Bouteille Pebbly, 55 cl, 20 €. Pebbly.fr.
et à celles colorantes qui entacheraient sa transparence. Attention aux Dopper Glass Insulated, 45 cl, 34,50 €. Shop.dopper.com
ravages du sel de rinçage du lave-vaisselle.
OPEN SPACE

Gobi Original, 40 cl, 20,50 €. Gobilab.com.


MB Positive M, 50 cl. Dès 15,90 €. Monbento.com.
Memobottle, modèles A7 à A5, de 18 à 75 cl. Entre 22 et 34 €.
Memobottle.eu.com

Gourdes mais loin d’être cruches


Pas question de manquer d’eau pour réussir son retour au bureau.
Après des mois de travail à la maison, on soigne son hydratation
Avec filtre ou arômes

Marlène Duretz
Connectée

La plus ludique La plus branchée


Boire de l’eau est Cette élégante connectée, la moins écolo du lot, et la plus
vital, mais n’a rien onéreuse, remplace toutefois 217 bouteilles en plastique à usage
de bien grisant unique par an, selon Equa, le concepteur de la Smart Bottle
pour les papilles, (photo). C’est bien plus qu’il ne faut, la consommation annuelle
à moins de s’allier d’eau embouteillée étant de 135 litres par habitant en France.
les fantaisies gus- Une fois chargées, et connectées par Bluetooth à l’appli acolyte
tatives et/ou olfac- préalablement paramétrée en fonction de ses critères physio-
tives offertes par logiques et de son niveau d’activité, les bouteilles d’Equa comme
certains fabricants. d’Apple enregistrent grâce à un capteur ce que boit son utilisateur
Les palais sensi- et émettent un signal lumineux pour l’aider à couvrir ses besoins
bles apprécieront quotidiens en eau. S’il est loin de sa bouteille, c’est son smartphone
la gourde filtrante en verre de Black + Blum, munie qui prend le relais. Cet assistant en acier inoxydable existe aussi en
d’un filtre de charbon actif Binchotan qui « absorbe version isotherme, mais… oubliez les deux litres de café par jour !
les goûts et les odeurs indésirables, comme le chlore ». « Oui mais… » Débordé au point d’en oublier de boire et
L’eau peut aussi être conjuguée aux saveurs de fruits de remettre son « programme d’hydratation personnel »
et d’aromates frais glissés dans une chambre d’infu- à un objet connecté ? A quand l’application de l’application
sion, comme celle de la Detoximix en plastique. pour penser à remplir la bouteille ?
Chez Waterdrop (photo), de petits cubes effer- Smart Bottle d’Equa, 68 cl. 74 €. Myequa.com.
vescents sans sucre, associant fruits, vitamines Hidrate Spark 3 d’Apple, 60 cl. 69,95 €.
et arômes naturels, viennent « réenchanter l’eau du
Apple.com/fr/shop/
robinet » dans ses bouteilles en verre fleuries.
La récréative Air Up tient aussi à donner un côté
En Inox

plus gourmand à l’eau mais sans aucune adjonc-


tion : celle-ci est aromatisée grâce à un pod inter- La plus résistante
changeable, c’est-à-dire une bague parfumée pla-
cée autour de son embout, qui, par rétro-olfaction C’est une dure à cuire, en témoigne son aïeule en alu qui a roulé sa bosse sur les chemins
lors de l’aspiration, permet d’obtenir « du goût rien de randonnée. La bouteille en acier inoxydable accuse les coups sans (presque) rien y laisser
que par l’odorat ». Et c’est zéro calorie ! paraître et peut en voir de toutes les couleurs (de boissons) sans en pâtir. Ses détracteurs
« Oui mais… » Pourquoi faire simple quand on diront qu’elle fait « un bruit de casserole », laisse « un goût de ferraille » en bouche – mais c’est
peut faire compliqué, pour un résultat pas toujours de l’Inox ! – ou que le pas de vis métallique de son bouchon qui crisse leur hérisse le poil.
très concluant ? Et si on revenait à la source ? La Zeste Classic (photo), 100 % française, a trouvé la parade avec un bouchon en plastique
(sans BPA) : aucun frisson à redouter, « étanchéité garantie à vie ». Tout Inox, la Daily de
Eau Good Glass, avec filtre. 65 cl. Dès 32 €.
160 grammes à vide joue la carte du raffinement : elle s’orne de motifs gravés au laser et se
Black-blum.com.
pare d’une housse antichoc. Avec une double paroi, l’Inox est isotherme, comme la Qwetch
Detoximix, 75 cl. 9,95 €. Natureetdecouvertes.com. à la vaste garde-robe, ou la Travel Tumbler du japonais Kinto, 6 centimètres de diamètre
Waterdrop, en verre avec manchon ou en Inox, de goulot. Alterner eau et café dans le même « thermos » ? Les puristes ne s’y aventurent pas.
60 cl. A partir de 24,90 €. Waterdrop.fr. « Oui mais… » Avec une paroi opaque, la jauge s’évalue au poids ou à l’oreille. Et le lave-vaisselle lui est déconseillé :
Air up, 65 cl. Starter kit dès 34,95 €. Air-up.com/fr la nettoyer à la main, à l’aide d’un goupillon et sans abrasif, à l’eau savonneuse ou avec un mélange d’eau et une cuillère
à café de bicarbonate de soude alimentaire.
Zeste Classic, 50 cl, 32 €. Zeste.fr ; Daily, 45 cl. 20,90 €. Gaspajoe.fr ;
Bouteille One, ou isotherme, 50 cl. A partir de 20 €. Qwetch.com ; Travel Tumbler, 50 cl. 38 €. Kinto-europe.com
0123
DI MAN CHE 6 - LU N DI 7 J UI N 2021 7

CUISINE

Duo de
magret et
Les feux courgettes
façon
de la hampe tournedos
– pour 6 personnes –

Pas d’été sans barbecue. Et si les pièces Mixez 50 g de cèpes


séchés avec 2 cuillères
de bœuf trônent encore sur le gril en à soupe de poivre noir
moulu et 1 cuillère
majesté, légumes et produits de la mer à soupe d’herbes de
Provence ; réservez.
s’invitent au festin, grâce à la plancha Découpez 3 magrets
de canard dans la
Stéphanie Noblet longueur en lanières
de 3 mm d’épaisseur.
Disposez 2 lanières à la

A
vec les beaux jours, les descendants des chasseurs suite dans la longueur,
sortent du bois, trop heureux de manipuler le gibier en les superposant au
– débusqué, dans le meilleur des cas, chez le bou­ centre et en alternant
cher – et de faire ronronner leur engin sophistiqué gras et maigre.
comme ils conduisent un SUV suréquipé. A dire vrai, Découpez 3 courgettes
on aimerait éviter de perpétuer le cliché de l’homme moyennes et bio en
rôtisseur, du mâle maîtrisant la flamme, du fanfaron des tisons, du lanières avec un éco-
balèze ès braises, du pacha de la plancha… Mais la pratique du bar­ nome. Disposez ces
becue au féminin demeure une très rare exception pour le rôle­titre, lanières sur le canard,
les femmes jouant souvent les seconds couteaux : éplucheuse de assaisonnez avec la
l’ombre, enfileuse de brochettes, touilleuse de sauce, nettoyeuse poudre de cèpes et
post­service… Comme si le mouvement de révolte contre la domina­ enroulez les lanières
tion masculine avait épargné cette activité, volontiers érigée en évé­ sur elles-mêmes afin
nement festif et débridé, en rassemblement ludique et démocratique d’obtenir un escargot
à défaut d’être toujours gastronomique. bien serré. Ficelez-les
« L’histoire enregistrée dans les profondeurs de l’inconscient a tout autour à la ma-
pour certains gestes une mémoire extrêmement longue. C’est le cas de AMÉLIE LOMBARD POUR « LE MONDE » nière d’un tournedos.
l’attachement des hommes au barbecue, qui pour cette raison n’est pas Pas besoin de beaucoup souffler sur la braise, au demeurant, Formez ainsi 6 tour-
une activité culinaire comme les autres », observait le sociologue Jean­ pour susciter l’enthousiasme collectif dès lors qu’un barbecue se pro­ nedos. Faites-les cuire
Claude Kaufmann, en 2005, dans Casseroles, amour et crises, ce que file. Une invitation autour d’un de ces compagnons de cuisson en plein sur des braises douces
cuisiner veut dire (Armand Colin). « Dans de nombreux couples, elle peut air, c’est la promesse d’un repas qui casse les codes, à l’extérieur, sans (ou une plancha), 5 mi-
donner l’impression d’une participation et d’une compétence masculi­ chichis ni timing serré, avec une dose d’imprévu et de surprise, la possi­ nutes de chaque côté.
nes, sans que les prérogatives habituelles de la cuisinière en chef soient re­ bilité d’un échec cuisant ou d’un triomphe flamboyant, mais toujours
mises en cause. Les poses et forfanteries de l’homme réalisant des exploits une convivialité augmentée, une permission de relâchement bien­ Recette de Stéphane
culinaires peuvent avoir quelque chose d’exaspérant pour la discrète venue après les privations du confinement. Et hop, c’est la fête du Zip et Reynaud, extraite
cuisinière habituée au don de soi quotidien. Ces caractéristiques ne sont autres allume­feux qui dépannent les néo­rôtisseurs n’ayant pas de « Barbecue
pas imputables à une supposée nature, universelle et éternelle, mais elles connu l’apprentissage du feu de camp aux scouts ou en colo ! & plancha »
résultent d’une trajectoire historique et d’un positionnement social. » Sur le gril, tour à tour défilent saucisses, merguez et chipos, une (Marabout, 2016)
Va donc pour cette répartition des tâches immuable et mutuel­ farandole de brochettes, aiguillettes, côtelettes, un intermède assuré
lement acceptée, qui vient rompre avec la pratique culinaire ordinaire par les gambas, sardines, maquereaux avant l’arrivée des stars : ma­
– dans laquelle l’implication masculine s’est néanmoins largement grets de canard et ribs (travers de porc caramélisés) sur les deux derniè­
améliorée, surtout parmi les jeunes générations. D’autant que le suc­ res marches du podium, indétrôna