Vous êtes sur la page 1sur 2

Fiche – Paola Longo 2/10/09

L´Existentialisme

Idée principale : « l'existence précède l'essence » (Sartre)

L´existentialisme a rassemblé plusieurs penseurs. Une des figures les plus


prestigieuses de la deuxième moitié du XXe fut Jean-Paul Sartre. Il est né à Paris en 1905
et mourut en 1980. L'existentialisme a connu «retentissement considérable durant les
années d'après-guerres». Jean-Paul Sartre a élaboré une philosophie de l'être humain où
la notion de liberté et de responsabilité jouent un rôle central. La montée nazisme et
l'occupation de la France par les Allemands causent, à Sartre, une grande désillusion. Mais
cette déception n'est pas une démission. Il cherche à revoir les pensées de Marx et de
Freud en accordant une place centrale à liberté humaine.

Premièrement, nous surgissons d'abord dans le monde, puis nous existons et finalement
nous nous définissons par nos actions dont nous sommes pleinement responsables.

EXISTENCE – DEFINITION – CONSCIENCE – RESPONSABILITE

L´homme n´est RIEN, et ensuite il devient ce qu´il CHOISIT Sartre pense que
l’homme est
contraint de vivre
Dieu n´existe pas La liberté avec les autres
(L´homme n´a pas d´âme) L'essence de l'homme menant pour se connaître
À celle de l'humanité et exister mais il
pense également
que la vie avec les
autres prive
chacun de ses
ANGOISSE libertés.
L'angoisse est toujours angoisse du néant
Et aussi angoisse devant sa propre liberté.

• Chez Kierkegaard l’angoisse naît de la liberté.


• Pour Heidegger, l'angoisse est l'essence même de l'homme car elle est la
disposition fondamentale de l'existence et elle en révèle le fond.
• Chez Sartre, il y a conjugaison de ces deux définitions. L'angoisse est à la fois
angoisse devant la liberté et devant le néant de la mort.
L´Existentialisme et la littérature

Sartre expose que :


• "La parole est action"
• L’écriture est une arme que tout écrivain est responsable d’utiliser ou non pour
critiquer ou pour approuver le système.
• Un auteur écrit toujours pour que personne ne se considère innocent de ce qui se
passe dans le monde.
• On écrit toujours pour les autres, jamais pour soi.
• On écrit donc pour son temps, en étant placé devant des problèmes historiques et
politiques à résoudre. Jean-Paul Sartre introduit ici des considérations
philosophiques propres à l'existentialisme :
• L’écrivain est responsable de ce qu’il écrit envers la société.

« L'écrivain est en situation dans son époque : chaque parole a des retentissements.
Chaque silence aussi. »

Sartre et Camus ont écrit sans se connaître les œuvres qui les ont rendus célèbres.
Il y avait sans doute suffisamment de points communs entre eux pour que Sartre exprimât
son estime pour L'Etranger, Camus son intérêt pour La Nausée et Le Mur. Mais on
n'imagine pas de visions du monde plus opposées que celle de Sartre, assombrie par une
horreur profonde de la nature, et celle de Camus, ensoleillée par l'amour de la
Méditerranée. L’amitié difficile qui a uni les deux écrivains après la Libération n'a jamais
empêché Camus de prendre ses distances vis-à-vis de l'existentialisme de Sartre. Leur
rupture, qui fit un grand bruit en 1952, marquait sans doute la divergence des choix
politiques, Sartre éprouvant de plus en plus de sympathie et Camus de plus en plus
d'horreur pour le communisme soviétique. Mais elle consacrait surtout le divorce entre
deux conceptions de l'existence et de la littérature: humanisme, révolte, goût du bonheur,
amour de la « belle forme » chez Camus; engagement politique, révolution, obsession de
la culpabilité, dégoût de la « littérature » chez Sartre.