Vous êtes sur la page 1sur 78

.

COMPTE RENDU DE MANIPULATION

TRAVAUX PRATIQUES
N°1

AUTEURS :
FORMATEUR

NIKIEMA FRANCKLIN
POWELL
NIKIEMA FRANCK NELSON

M.SORE SAIDOU

PLAN DE TRAVAIL
1
* TRAVAUX PRATIQUES N˚1
But de la manipulation
Principe de la manipulation

A/ FAMILIARISATION AVEC L’OSCILLOSCOPE


1. Le générateur de fonction (GBF)
2. Travail Demandé

B/ CHARGE ET DECHARGE D’UN


CONDENSATEUR
1. Matériel utilisé
2. Protocole expérimental
2.1) Schéma de montage
2.2) Tableau de relevés
3. Exploitation

2
But de la manipulation

 Savoir utiliser un oscilloscope et un GBF


 Observer l’évolution de la tension aux bornes d’un
condensateur électrochimique chargé par un générateur de
tension au travers d’une résistance R.

A FAMILIARISATION AVEC L’OSCILLOSCOPE

1. Le générateur de fonction (GBF)

A l’aide du document notice fourni par le constructeur, ou en branchant


directement le GBF sur l’oscilloscope, nous avons constaté que Le(s)
nom(s) de(s) bouton qui se trouve sur la face avant de l’appareil :
-WAVE permet de sélectionner les différents types de signaux (sinusoïdal,
carré, triangulaire, ou aléatoire).
-PARM permet d’assurer la fonction gamme de fréquence.
Selon les différents types de signaux, le GBF délivre des fréquences
maximales (fmax) et des fréquences minimales (fmin). Déterminons dans
chaque cas les périodes T correspondantes :
Forme Min Max Périodes correspondantes

Sinus 0 24 MHz 0,42ɳs

Carré 0 6 MHz 16,66ɳs


3
Triangle 0 6 MHz 16,66ɳs
Aléatoire 0 6 MHz 16,66ɳs

2. Travail demandé

Le but de ce travail est de visualiser les différents signaux sur


l’oscilloscope á l’aide du GBF avec une tension de valeur efficace 4V et une
fréquence de 2KHz. Dans la manipulation, nous avons obtenus á
l’oscilloscope les courbes du signal sinusoïdal, carré, triangulaire.

2.1 Signal sinusoïdal


a) Durant la manipulation, nous avons obtenus la courbe suivante :

4
b) Mesure de la période T et de la tension maximale Û :
T= 2div × 20µs /div= 40µs ; Û= 4 √2= 5 ,65V
c) Calcul de la fréquence F et de la tension efficace U :
F= 1/T=1 /40µs =25000 Hz ; U= Û/√2=4 ,14V
d) La tension efficace mesurée avec le voltmètre en AC est de 4 ,02V
e) La tension efficace de départ du GBF (4V) est sensiblement égale á
celle mesurée avec le voltmètre en AC qui est de 4.02 V.

2.2 Signal carré


a) Durant la manipulation nous avons obtenus la courbe
suivante :

5
b) Mesure de la période T et de la tension maximale Û :
T=2 ,5×100µ=250µs ; Û=4V

c) Calcul de la fréquence F et de la tension efficace U :


F= 1/T=1/250µs=4000Hz ; U=4 /√2=2 ,82V
d) La tension efficace mesurée avec le voltmètre en AC
est de 3 ,97V
e) La tension efficace de départ du GBF (4V) est
supérieure á celle mesurée avec le voltmètre en AC qui est de 3.97 V

2.3 Signal triangulaire


f) Durant la manipulation, nous avons obtenus la courbe
suivante :

6
g) Mesure de la période T et de la tension maximale Û :
T=5×100µs=500µs ; Û =4√3=6 ,92V
h) La fréquence f et la valeur efficace U :
f=1 /500µs=2000Hz ; Û=6 ,92 /√2=4,89V

La tension efficace mesurée avec le voltmètre en AC


est de 2V.
j) La tension efficace de départ du GBF (4V) est
supérieure á celle mesurée avec le voltmètre en AC qui est de 2V.

B/ CHARGE ET DÉCHARGE D’UN CONDENSATEUR


1. Matériel utilisé
Au cours de la manipulation que nous avons appréhendé nous avons
utilisé le matériel suivant :
 Une alimentation stabilisée 0 à 15V ;
 Un condensateur électrochimique de capacité C=4700µF ;
 Une résistance R=10K ;
 Un interrupteur
 02 multimètres
 Un chronomètre
 Un oscilloscope

2. Protocole expérimentale
2.1 Schéma de montage

7
2.2 Tableau de relevés
Lors de la manipulation nous avons appréhendé l’évolution de la charge et
de la décharge du condensateur dans le circuit. Les résultats sont
consignés dans les tableaux suivants :
- Charge du condensateur

t(s) 0 5 10 15 20 25 30 35 40
Vc 0 1,69 3,4 4 ,32 5,31 6,37 7,25 7,97 8 ,65
t(s) 45 50 60 70 80 9O 100 110 120
Vc 9,26 9,76 10 ,70 11,12 11,2 11,35 11 ,65 12,25 12,55
3
t(s) 150 180 210 240
Vc 12,8 13,35 13,95 14,75
5

-Décharge du condensateur
t(s) 0 5 10 15 20 25 30 35 40

Vc 14,7 13,8 12 ,5 11,5 10,5 9,62 8 ,6 8,04 7,40


5 5 5 3 9 4

8
t(s) 45 50 60 70 80 9O 100 110 120
Vc 6,81 6,20 5,20 4,40 3,70 3,09 2,60 2,20 1,90
t(s) 150 180 210 240
Vc 1,65 1 ,20 0,88 0 ,66

3. Exploitation
3.1. Décharge du condensateur
a) A t1/2, le condensateur n’a plus que la moitié de sa charge t1/2= 40s
b) Pour t1/2, Vc =7,40V et á t1/4, Vc =10 ,59V
Ces résultats évoquent une décroissance exponentielle.
c)L’expression A 𝑒−𝑡/T permet de décrire l’évolution de la tension VC, A et 𝜏
étant des réels positifs.
d) Exprimons la valeur de A : pour t→ 0 on a Vc= 14 ,75V
t→ 0, A = A ↔ A= Vc car 𝑒−𝑡/T → 1 quand t→ 0
e) Calcul de T á partir de t1/2.
1
t 2 = 40s et U= 7 ,40V

A 𝑒−𝑡/T = 7 ,40 ↔ − 𝑡 /T= ln(7,40÷A) ↔ T=˗t /( ln7,40÷A) ↔A=


57 ,99s−
f) relation entre t le produit RC :
V Q
A t1/2, Vc=¿ 2 avec Q= C×U ↔ Qc= 2 or Q=CE et QA= CE×(1˗ 𝑒−𝑡/T
) ↔
1 1 t 9 1
↔ 2 = 1˗ 𝑒−𝑡/T ↔ 𝑒−𝑡/T =
2
↔ ˗ T = ln 2 ↔ t=T ln2 ↔ t= RC ln2

g) expression de VC en fonction du temps :


Vc= E 𝑒−𝑡/T
3.2. Charge du condensateur
a) Ces régimes observés sont permanent et variables.
b) la valeur maximale de la tension aux bornes du condensateur est de
14,75 qui est sensiblement égale á celle délivrée par le générateur qui est
de 15V.
c)t1/2=30s avec UC= 7,25V, qui est inférieure á la valeur trouvée Lors de la
charge qui est d’environs 14,75.
d) L’expression A (1˗ 𝑒t /T) décrit l’évolution de la tension VC au cours du
temps, A et 𝜏 étant des réels positifs.

e) Exprimons la valeur de A :
A (1˗ 𝑒t /T) étant solution de l’équation différentielle :
dUc
𝑅𝐶 dt + UC= E

1
𝑅𝐶 (𝐴 (1 − 𝑒t /T)) + 𝐴 (1 − 𝑒t /T) = 𝐸 ↔ 𝑅𝐶(𝐴(− t 𝑒−𝑡/T))+A˗ A𝑒−𝑡/T=E

Or 𝜏 = 𝑅𝐶 ↔ 𝐴 + A𝑒−𝑡/T= E ↔ 𝐴 = 𝐸

f) Calcul de T á partir de t1/2 :


t1/2= 30s ; U= 7,25V
7,25 ˗t 7,25
A(1˗𝑒−𝑡/T)= 7,25 ↔ E(1˗𝑒−𝑡/T)= 7,25 ↔ 𝑒−𝑡/T=1˗ E ↔ T =ln (1˗ E )

˗t
↔𝑇 = ln ⁡(1 ˗ 7,25 ) ↔ T= 45,42s
E 10
h) Expression de VC pour la charge du condensateur :
VC= E(1 ˗ 𝑒−𝑡/T)

Les tableaux ci-dessus ont permis d’obtenir les courbes de charge et de


décharge suivantes en fonction du temps t :

a) Courbe de charge en fonction de t

Uc charge
16

14

12

10

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22

11

 Décharge du condensateur
Uc decharge
16

14

12

10

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22

12

CONCLUSION :
Il y a des écarts entre les valeurs théoriques et pratiques. Cela signifie qu’il
y a des pertes ou même des erreurs. Ces pertes sont essentiellement dues
à la consommation d’une partie de la tension ou du courant par les
appareils (oscilloscope, GBF, multimètre). Ces pertes peuvent être dues à
la nature de la résistance des différents conducteurs.
Par contre les erreurs sont peut-être occasionnées par les valeurs de
tension ou d’intensité que mesuraient le multimètre.
En effet, au niveau des signaux, les valeurs efficaces des tensions
affichées par l’oscilloscope sont différentes de celles mesurées avec le
voltmètre en AC.
En résumé les résultats théoriques sont différents de ceux pratiques.

COMPTE RENDU DE MANIPULATION

13

TRAVAUX PRATIQUES
N°2
FORMATEUR

AUTEURS :

NIKIEMA FRANCKLIN M.SORE SAIDOU


POWELL
NIKIEMA FRANCK NELSON

PLAN DE TRAVAIL

But de la manipulation

ÉTUDE D’UN DIPOLE CAPACITIF EN RÉGIME SINUSOΪDAL


PERMANENT

1. Schéma de montage
2. Travail préparatoire
3. Travail expérimental
3.1 Réalisation du montage
3.2 Mesure
4. Exploitation
14 de Fresnel
5. Utilisation de la représentation
BUT DE LA MANIPULATION
 Utilisation de l’oscilloscope ; Visualisation simultannée de 2 courbes ;
mesures comparatives.
 Rappel sur impédance d’un dipôle, déphasage entre deux grandeurs ;
 Etude d’un dipôle en régime sinusoïdal ;

ETUDE D’UN DIPOLE CAPACITIF EN RÉGIME SINUSOΪDAL


PERMANENT

1. Schéma de principe et de montage

2. Travail préparatoire
2.2 a) Le branchement réalisé est en série.

b) Le multimètre comprend sur sa face avant un bouton tournant, au


pourtour duquel sont affichées les différentes fonctionnalités (Ohm, Volt,
Ampère, Capacité…) que peuvent prendre le multimètre.
Ainsi pour mesurer la valeur efficace du courant en ligne, on utilise un
multimètre réglé en ampèremètre, en dirigeant le bouton tournant sur la
fonctionnalité Ampère (A).

15
2.3 a) Le branchement réalisé est en dérivation.
b) Pour mesurer la valeur efficace de la tension E(t), on utilise un
multimètre réglé en voltmètre, en dirigeant le bouton tournant sur la
fonctionnalité Volt (V).

3. Travail expérimental

c) Lors de la manipulation nous avons mesuré un courant efficace


d’intensité i(t)= 5,42mA dans le circuit.
3.2 Mesures

a) La valeur efficace i mesuré avec l’ampèremètre est de 55 mA


c) Déduisons le déphasage ϕ (˚) de e(t) par rapport á UR(t) :
1 1
T= f = 3000 ↔ T= 0,0334s

2× 0,2
Φ= 360× 3,2 = 45°

d) Montrons que le déphasage entre e(t) et UR(t) est le même que celui
entre e(t) et i(t)
ϕU/UR= ϕU/i + ϕi /UR Or UR= Ri ↔ ϕU/UR= ϕU/i+ ϕi/Ri= ϕU/i + ϕR . Avec
ϕR= 0

Donc on a : ϕU/UR= ϕU/i


16
Le courant i(t) est en avance par rapport á la tension e(t).
4. Exploitation
4.1 La valeur de l’impédance équivalente Z :

1
Ζ=√❑ 𝑅2 + ( CW )2

Z= 708.76Ω
4.2 La valeur du déphasage ϕ
1 1
ΦU/i= −𝑡𝑎𝑛˗1( CWR ¿ ↔ ΦU/i= −𝑡𝑎𝑛˗1( 470 ×2 π × 3000× 1OOnF ¿

ΦU/i= -48.46˚

5. Représentation de Fresnel
Appelons UR(t) la tension aux bornes de R, UC(t) la tension aux bornes de
C. On considèrera le courant i(t) comme notre référence. Construisons les
vecteurs I, UR, UC.

Déduisons par construction le vecteur de Fresnel E de la tension e(t)

Echelle: 1cm→ 5V

(Pour I on prendra la valeur mesurée lors de la manipulation, I= 55mA)

1 1
UR= RI= 470×0.055= 25,85V ;UC= CW ×I = 100 nF ×2 π × 3000 ×0,055

↔ UC= 29,17V

17
Déduisons la valeur efficace E de la tension et le déphasage θ de e(t) par
rapport á i(t) :

E2= UR 2 + U2 C E= √ 25 ,852+ 29,172 = 38,97V


E 38,97
D’où on a : Ζ= I = 0 ,O 55 = 708,54V

UR 25,85
tanθ= UC = 29,17 ↔ θ= ˗41 ,54°

La valeur pratique de l’impédance (Ζ= 708.76Ω) est sensiblement égale á


celle obtenue théoriquement (Ζ= 708.65Ω). Par contre, en pratique le
déphasage de la tension par rapport á l’intensité (ϕ= 48.46˚) est différente
de celle obtenue en théorie (θ= -41.54˚)
CONCLUSION
Il y a des écarts, qu’ils soient moindre ou non, entre les valeurs théoriques
et pratiques. Cela signifie qu’il y a des pertes ou même des erreurs.
Par ailleurs, ces pertes ou erreurs dont il est question affectent également
le déphasage ϕ entre deux grandeurs
Donc, en résumé, les résultats théoriques sont différents de ceux pratiques.

18
COMPTE RENDU DE MANIPULATION

TRAVAUX PRATIQUES
N°3

FORMATEUR

AUTEURS :

NIKIEMA FRANCKLIN
POWELL
M.SORE SAIDOU
NIKIEMA FRANCK NELSON

19
PLAN DE TRAVAIL

I) Circuit RC
1 Etude théorique
2 Montage
3 Mesure

II) Circuit RLC série


1 Théorie

But de la manipulation
 Retrouver expérimentalement les résultats théoriques vus en cours par un
choix judicieux des valeurs des composants, ou de la fréquence du
générateur.
 Visualiser les courbes des différents régimes transitoires.

1 Etude théorique
Le circuit est alimenté par une tension créneau de fréquence f par un signal
créneau compris entre 0 et E.
on prend pour le circuit R= 5kΩ et C= 100ɳF
a) Equation différentielle
dU
Le circuit étant en série, E= Ri + U ; Or i= C dt

dU dU 1 E
↔ 𝑹𝑪 dt + 𝑼 = 𝑬 ↔ dt + RC 𝑼(𝒕)= RC

b) Déduisons l’expression de la constant de temps 𝜏 :


𝝉 = 𝑹𝑪
20
𝝉= 5000×100.𝟏𝟎−𝟗= 0.5ms

c) Conditions sur f pour étudier le montage en régime transitoire


A 10% de la charge : U= 0,1e
↔ qU= 0,1qe avec qU= 𝐶𝐸 (1 − 𝑒˗t/ 𝝉) et qe= 𝐶𝐸
↔ 𝐶𝐸(1 − 𝑒˗t/ 𝝉)= 0,1𝐶𝐸 ↔ − 𝑒˗t/ 𝝉= 0,9 ↔ t= ˗ 𝝉ln 0,9
𝑡 = −5.10−4 × 𝑙𝑛0,9 = 5,2.10−5𝑠
1
F1= t = 19230 Hz

A 90% de la charge : U= 0,9e ↔ qU= 0,9qe


↔ 𝐶𝐸 (1˗𝑒−𝑡/T)=0,9CE↔𝑒−𝑡/T=0,1↔ 𝑡 = −𝜏𝑙𝑛0,1 ↔ 𝑡 = −5.10−4 × 𝑙𝑛0,1 =
1,15.10−3𝑠
1
Avec F2= t =909Hz

F 1+ F 2
On aura 𝑓= 2
= 10028𝐻z

Cette fréquence 𝑓 = 10028𝐻𝑧 sur ce montage nous permettra d’étudier le régime


transitoire du circuit RC.
Ainsi tout au long de la manipulation, nous utiliserons une fréquence de créneau
𝒇 = 𝟏𝟎𝑲𝑯𝒛.

d) Expression de tm,(tm étant le temps mis par le signal pour passer de 10% á
90%) en fonction de τ :
A 90% de la charge : U= 0,9e ↔ qU= 0,9qe
𝐶𝐸 (1 − 𝑒˗t / τ )= 0,9 CE ↔ 𝑒˗t / τ= 0,1 ↔ 𝑡 = −𝜏𝑙𝑛0,1
↔𝑡 = 2,3𝜏

21
e) Valeur de U(𝜏):
U(𝑡)= 𝐸 (1 − 𝑒˗t / τ) ↔ U(𝜏)= 𝐸(1 − 𝑒˗1)
U(𝜏)= 1,1 × (1 − 𝑒˗1) ↔ U(𝜏)= 0,695V

3. MESURES
a) Nous avons choisi une fréquence créneau adaptée de 𝑓 = 10𝐾𝐻𝑧.
R1 R2 R3 R4 R5 R6 R7 R8 R9 R10

0à 50 à 200 à 1,5K à 7K à 12K à 25K 70K à 120K à 300K à


50 100 1K 4K 10K 20K à 100K 250K 1M
50K

d) Recopions le schéma en indiquant les voix de l’oscilloscope :

e) Durant la manipulation, nous avons visualisé les courbes de la tension aux


bornes du condensateur pour les différentes valeurs de R énoncé ci-haut.
(Confère papier miimétré joint au document)

22
Influence de R : Au fur et mesure que la valeur de la résistance montée dans le
circuit augmente, la tension aux bornes du condensateur diminue.

g) Précaution á prendre :
- Bien brancher les appareils, afin d’éviter des dommages
- Mettre hors-tension les différents appareils (oscilloscope, GBF) lors du montage
des composants.
h) I visualisé avec l’oscilloscope : IO= 67,88mA
IO est la valeur maximale du courant, IO= Ieff×√2 ↔ Ieff= IO/√2
↔ Ieff= 0,0479A= 47,9mA

Or, I mesure avec le multimètre (Ampèremètre) est : IA= 48mA


Donc, le courant visualisé correspond bien á la prévision théorique.

. APPAREILS UTILISES

Oscilloscope GBF Ampèremètre Voltmètre Condensateur


(multimètre) (multimètre) De 100ɳF et
une résistance
de 5kΩ

Visualise les Générateur Mesure Mesure la Composant


différents délivrant une l’intensité aux tension aux électronique
signaux tension bornes d’un bornes d’un
variable dipôle dipôle

23
1. Théorie

a) Equation différentielle vérifiée par la tension U (t) aux


bornes du condensateur
d 2 q (t) dq(t )
LC dt 2 + RC dt + q(t)=0
d 2 C × U (t) dC ×U (t)
LC dt 2 + RC dt + C×U(t)=0
b) Donnons la forme des solutions dans chacun des cas
 Apériodique

R 1
α= 2 L et W= √ τ 2 ˗ α 2

 Périodique
−Rc −1 −1
r= 2L = √ LC = τ

 Pseudopériodique
α±= R ± √ R22−R
L
2C

24
C) Expression du facteur de qualité Q et W0
1 L
Q= R √ C

1
Wo= √ LC

d) Expression de la résistance critique

L
RC= 2√ C

25
CONCLUSION
Durant notre étude sur le fonctionnement du régime transitoire, nous avons
constaté que la charge et la décharge du condensateur varie en fonction de
valeurs croissante de la résistance R.
En effet plus la valeur de la résistance augmente plus la tension aux bornes du
condensateur diminue. Aussi la valeur du courant visualisé avec l’oscilloscope
correspond a c’elle mesure avec l’ampèremètre (multimètre).
Les résultats théoriques sont donc en accord avec les résultats pratiques.

26
COMPTE RENDU DE MANIPULATION

TRAVAUX PRATIQUES
N°4

AUTEURS : FORMATEUR

NIKIEMA FRANCKLIN
POWELL
NIKIEMA FRANCK NELSON

M.SORE SAIDOU

27
But de la manipulation
- Appréhender l’allure et l’évolution des courbes des tensions d’entrée Ue et de
sortie US en fonction de la fréquence imposée. - Appréhender la courbe de gain
G(f)= 20𝑙𝑜𝑔(𝑈𝑠 𝑈𝑒 ) et la fréquence de coupure fC.

SYTEMES DU PREMIER ORDRE : Réponse fréquentielle

Schéma de principe et de montage


Ci-joint le document

1) Calculons la fonction complexe de transfert T


R2
Us ×I Ue
T= Ue avec UC = ZC× i2 ; aveci2=  R 2+ 1 et I= Z et e(t)= Ue=
jCW
Z×I ;
1 R2 Ue
1 ×
u= Us= jCW × i2 ; Us= jCW jR 2 CW + 1 × R 1+ R 2
jCW jCW +1

𝑈𝑠 = 𝑈𝑒׿
R2
Us
= jR 2 ' CW R2
Ue jR 1 R 2CW + + R 1+
jR 2CW +1 jR 2 CW +1
Us
Ue =
R2
'
jR 1 R 2 CW ( jR 2 CWW +1+ jR 2 CW + R1 ( jR 2CW +1 ) + R 2)
jR 2CW +1

Us R 2( jR 2CW +1)
Ue = 2 jR 1 R 2 CW ˗ R 1 R 2 C W + jR 2 CW + R 1+ R 2
' ' ' '

28
Us R 2( R 2CW ˗ 1)
Ue = 2 R 1 R 2 CW ˗ R 2CW + j( R 1 R 2 C W ˗ R 1 ˗ R 2)
' ' '

0,28 0,26+0,28 j
T= 0,93 ˗ j = ˗ 0,1351

=˗1,93˗2,07j

2) Ecrivons cette fonction de transfert T sous la forme T=


k
f
1+ j×( )
fo
Us R 2( R 2 CW ˗ 1)
=
Ue 2 R 1 R 2 CW ˗ R 2 CW + j(R 1 R 2' CW ' ˗ R 1 ˗ R 2)

R 2( R 2CW ˗ 1)
Us 2 R 1 R 2 CW ˗ R 2CW
=
Ue R 1 R 2' C ' W ' ˗ R 1 ˗ R 2
1+ j×( )
2 R 1 R 2 CW ˗ R 2CW

R 2CW ˗ 1
CW (2× R 1 ˗ 1)
T= R 1 R 2' C ' W ' ˗ R 1 ˗ R 2
1+ j( )
2 R 1 R2 CW ˗ R 2CW

R 2 CW ˗ 1
CW (2 R 1 ˗ 1) 29
T= R 1 R 2' C ˗ R 1 ˗ R 2
1+ j(W × )
2 R1R2C˗ R2C
R 2 CW ˗ 1
CW (2 × R 1 ˗ 1)
T= R 1 R 2' C ˗ R 1 ˗ R 2
1+ j(2 πf × )
2 R1R2C ˗ R2C

R 2 CW ˗ 1
CW (2 R 1 ˗ 1) k
R 2CW ˗ 1
T= 1+ j(
f
) = 1+ j×( f ) avec CW (2× R1 ˗ 1) =k et f0
2R1R2C ˗ R2C fo
2 π ( R 1 R 2' C−R 1−R 2 )
f
= 2R1R2C ˗ R2C
2 π ( R 1 R 2' C−R 1−R 2 )

NB: 𝑅2′ =R22 ; 𝐶′ =C2 ; 𝜔′ =ω2

3) Exprimons le module et l’argument de T


k
30
|T|= T= x= f' avec 𝑓 = f2 et 𝑓𝑜′ = f02
√ fo
+1

k f
Arg(T)= Arg( 1+ fo ¿= Arg( k˗Arg 1+j fo ) ou 𝑘 ∈ ℝ
f f
Arg(T)= −Arg(1+j fo )=Arctan fo
4 ) les valeurs de T et Arg(T) pour 𝑓 = 0 et pour 𝑓 →∞
k
*𝑓 = 0 T= 1+
0 ↔ T=k Arg(T)= Arctan(0)=0
f0

*𝑓 → ∞
k
∞ ˗π
T= 1+ ∞ ↔ T=0 ; Arg(T) = Arctan fo = 2
fo

Il s’agit d’un filtre passe-bas et d’ordre 1.


7) Remplissons le tableau suivant :
f 100Hz 1KHz 10KHz 15KHz 20KHz 21KHz 22KHz
us 1,46 1,42 0,51 0,29 0,17 0,16 0,14
ϕ(f) 0 0 -36 -42,35 -43,2 -33,75 -35, 21
G(f) -6,93 ˗7,21 -8,38 -3 ,87 -3,15 -4,31 -3,24

23KHz 24KHz 25KHz 30KHz 50KHz 100KHz 200KHz


0,13 0,117 0,105 0,06 0,016 0,016 0,014
-36,81 -40,5 -45 -52,94 -54 -72 -48
-3,27 -3,91 -5,05 -6 ,24 -6,15 -6,61 -6 ,66

31
 US est la valeur maximale de la tension de sortie
 ϕ(f) correspond au déphasage de la tension de sortie par
rapport à celle d’entrée
Us
• G(f) est la fonction : G(f)= 20log ( Ue )
9) Calcul de la fréquence de coupure fC :
G(fc)= G(max) - 3dB = −3,15 − 3= −6,15dB
Donc on a fc = 21KHz
Cette fréquence de coupure fC est sensiblement égale à celle obtenu
graphiquement à partir de la courbe.

CONCLUSION
Durant notre étude sur la réponse fréquentielle du circuit nous avons constaté, à
travers les valeurs de T et arg(T) pour f→0 et f→ ∞ qu’il s’agit d’un filtre passe
bas. Ensuite la valeur de la tension de sortie US varie en fonction de la fréquence
utilisée. A travers le tracer de la Coubre G(f) sur le papier semi-logarithmique nous
avons obtenu une fréquence de coupure 𝑓𝑐 = 21𝑘ℎ𝑧 qui est sensiblement égale à
celle calculée théoriquement.
Cette différence probablement occasionnée par les pertes d’énergie ou même des
erreurs des appareils de mesures (Multimètre), durant la manipulation.

32
PLAN DE TRAVAIL

* TRAVAUX PRATIQUES N˚1

But de la manipulation

Principe de la manipulation

A/ FAMILIARISATION AVEC L’OSCILLOSCOPE

1. Le générateur de fonction (GBF)

2.Travail demandé

B/ CHARGE ET DECHARGE D’UN CONDENSATEUR

1. Schema et principe de montage

Schéma de principe et de montage


BUT DE LA MANIPULATION

Appréhender un oscilloscope et un GBF

Observer l’évolution de la tension aux bornes d’un condensateur électrochimique :

- charge par un générateur de tension á travers une résistance R

- en décharge quand on court-circuite le générateur de tension

A/ FAMILIARISATION AVEC L’OSCILLOSCOPE

1. Le générateur de fonction (GBF)

A l’aide du document notice fourni par le constructeur, ou en branchant directement le GBF sur
l’oscilloscope, nous avons constaté que Le(s) nom(s) de(s) bouton qui se trouve sur la face avant de
l’appareil : - Qui permet de visualiser les types de signaux est le bouton (WAVE). Le GBF peut délivrer un
signal sinusoïdal, carre, triangulaire, ou aléatoire.

- Qui permet de choisir une gamme de fréquence est le bouton (PARM).

Selon les différents types de signaux, le GBF délivre des fréquences maximales (fmax) et des fréquences
minimales (fmin). Déterminons dans chaque cas les périodes T correspondantes :

*Signal sinusoïdal : fmax= 24MHz ↔ Tmax= 0,42ɳs

fmin= 0Hz ↔ Tmin= 0

*Signal carré : fmax= 6MHz ↔ Tmax= 16,66μs

fmin= 0Hz ↔ Tmin= 0

*Signal triangulaire : fmax= 6MHz ↔ Tmax= 16,66μs

fmin= 0Hz ↔ Tmin= 0

2. Travail demandé
Le but de ce travail est de visualiser les différents signaux sur l’oscilloscope á l’aide du GBF avec une
tension de valeur efficace 2V et une fréquence de 1KHz. Dans la manipulation, nous avons obtenus á
l’oscilloscope les courbes du signal sinusoïdal, carré, triangulaire.

2.1 Signal sinusoïdal

a) Durant la manipulation, nous avons obtenus la courbe suivante :