Vous êtes sur la page 1sur 6

Allocution de Madame Sandrine Salerno, Maire, à l’occasion du

vernissage de l’exposition
« Switzerland vs. The World »
11 mars 2011

Mesdames, Messieurs,
Chères amies et chers amis,

L’exposition de photographie en plein air que vous avez découverte sur


la jetée des Pâquis a été mise sur pied dans le cadre de la semaine
internationale d’actions contre le racisme. Cette manifestation a lieu un
peu partout en Suisse et en Europe. A Genève, elle débute lundi
prochain et dure jusqu’au 20 mars prochain. C’est le Bureau de
l’intégration des étrangers du canton de Genève qui en est l’instigateur.

Dans le cadre de cette semaine d’action, un riche programme d’activités


sur la thématique de la diversité et du racisme est proposé aussi bien par
les administrations publiques que par les milieux associatifs.

Il existe une version imprimée de ce programme qui est à votre


disposition. Il s’est encore enrichi au cours de ces derniers jours. C’est
pourquoi il faut aussi consulter le site Internet du BIE.

Seule la version prononcée fait foi 1


La soirée de lancement de la Semaine d'actions contre le racisme aura
lieu lundi prochain à 18h30 à la Haute Ecole de Travail Social, 16, rue du
Pré-Jérôme, à Genève. Vous êtres toutes et tous cordialement invité-e-s
à y prendre part.

Cette soirée inaugurale propose deux conférences. L’une sera donnée


par Georg Kreis, Président de Commission Fédérale contre le Racisme
et professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Bâle. Elle a pour
titre « La Suisse face à l'étranger ».

La deuxième conférence sera donnée par le philosophe Guillaume Le


Blanc, professeur à l'Université de Bordeaux III. Elle a pour titre
« Dedans, dehors. La condition de l'étranger ».

Entre les deux conférences un apéritif dînatoire sera offert aux


participant-e-s.

L’initiative d’organiser l’exposition que vous avez découvert sur la jetée


des Pâquis revient à la Délégation Agenda21 de la Ville de Genève.
Vous pouvez vous demander pourquoi une délégation qui s’occupe a
priori de questions environnementales propose une telle action.

Il faut savoir que j’ai donné pour mission à cette délégation de définir une
politique de la diversité. On l’oublie trop souvent, le social constitue
également un des piliers de la durabilité.

Pour élaborer cette politique, la Ville de Genève a rejoint le programme


« Cités interculturelles » du Conseil de l’Europe et de la commission

Seule la version prononcée fait foi 2


européenne. Ce programme, auquel participent près d’une trentaine de
villes européennes, soutient les villes dans l’élaboration de leurs
politiques de la diversité.

La communication constitue bien évidemment un des axes principaux


d’une politique de la diversité. Après tout c’est par ce canal que se
construit l’opinion publique sur ce sujet sensible. Ce n’est un secret pour
personne : l’UDC joue actuellement un rôle majeur dans la fabrication de
cette opinion publique. Par son discours, ses initiatives populaires et les
campagnes qu’il lance à leur suite, ce parti ne cesse de renforcer une
image réductrice et négative de l’altérité. Par cet activisme nauséeux, il
instille la peur et la haine de l’Autre dans les esprits. De ce fait, il
participe à la montée du racisme en Suisse. Il est indispensable de lutter
contre cette propagande pernicieuse si l’on veut éviter qu’elle gagne
progressivement tous les esprits. C’est pourquoi il faut bâtir une
communication – une propagande – différemment sur la diversité. Nous
l’avons fait à l’occasion de la votation sur l’initiative de l’UDC sur les
étrangers criminels. Nous le faisons en organisant cette exposition ici. Le
but étant de reconquérir progressivement le terrain occupé par le
discours de l’exclusion. Il faudrait évidemment réaliser beaucoup plus
d’actions comme celles-ci pour avoir une réelle efficacité.

Les photos de l’exposition « Switzerland vs. The World » sont tirées de


l’ouvrage du même nom. Son concept est simple : il met en parallèle des
situations qui nous paraissent typiquement helvétiques avec des
situations semblables observées ailleurs dans le monde. Rendue
possible grâce à un minutieux travail d’enquête, cette comparaison met
en lumière des similitudes là où nous avons l’habitude de voir de
profonds fossés. Elle nous rend l’Autre plus familier. Et parce que ces

Seule la version prononcée fait foi 3


comparaisons sont inattendues, elles nous font rire. Comme notre plat
national, l’exposition crée la bonne humeur.

L’approche comparatiste utilisée ici n’est pas fondamentalement


différente de celle pratiquée par les anthropologues. Avec un résultat qui
est lui non plus pas fondamentalement différent. C’est en comparant
systématiquement les cultures que les anthropologues ont
progressivement pris conscience qu’elles n’étaient pas aussi
profondément différentes qu’on l’imaginait. La comparaison leur a appris
à relativiser les différences, de comprendre que les Autres ne sont
finalement qu’autre. Ni plus ni moins. L’exposition « Switzerland vs. The
World » ne fait pas autre chose. Elle a de surcroît le très grand mérite de
le faire pour le grand public. Voyez nos barbus, nos poubelles, nos
athlètes, nos uniformes et nos manteaux, ils sont justes autres !

Installée ici depuis une semaine, de nombreuses personnes l’ont déjà


vue. Il paraît même que tout le monde en parle dans notre petite cité. Les
gens rigolent beaucoup. Ces réactions prouvent que l’exposition atteint
son but. Elle bouscule nos catégories de pensées. Celles-là même qui
sont à la base du racisme.

Les photos de l’exposition ont été réalisées par Claude Baechtold,


Gabriele Galimberti, Paolo Woods, Edoardo Delille, Jean-Marie Michel et
Nicolas Liber.

La version genevoise de l’exposition a été réalisée par Claude


Baechtold, un des principaux photographes de ce travail. Il n’est
malheureusement pas parmi nous ce soir parce qu’il a dû partir
précipitamment en mission à l’étranger. Serge Michel, un des trois

Seule la version prononcée fait foi 4


fondateurs des éditions Riverboom qui a publié le livre, prendra la parole
toute à l’heure pour parler de leur travail commun.

Pour l’installation de l’exposition, nous avons bénéficié du soutien du


personnel des Bains des Pâquis et plus particulièrement de celui de
Philippe Constantin, le responsable de l’équipe en charge de ce lieu
exceptionnel. Avec beaucoup de bonne volonté et de gentillesse ces
personnes ont résolu différents problèmes techniques qui ont surgi au
cours du montage de l’exposition. Je les remercie très chaleureusement
pour l’aide qu’elles ont apportée.

Les supports de l’exposition n’ont bien sûr pas été réalisés pour
l’exposition. Ils ont été loués, pour un prix très raisonnable, au réseau
romand Science & Cité. Nous le remercions également pour leur
contribution.

Enfin, l’installation de cette exposition dans un des hauts lieux de la


diversité genevoise n’aurait pas été possible sans la complicité du
Comité de l’association des usagers des bains des Pâquis qui a accepté
de bonne grâce de l’accueillir. Qu’il soit ici également remercié pour son
soutien… et sa « bonne » action contre le racisme.

Mesdames et Messieurs, chères et chers amis, merci de votre attention.


Je donne maintenant la parole à Monsieur André Castella, Directeur du
Bureau de l’intégration des étrangers du Canton de Genève.

Je donnerai ensuite la parole à Serge Michel, un des trois fondateurs des


Editions Riverboom et donc, à ce titre, un des auteurs du travail présenté
ici.

Seule la version prononcée fait foi 5


Seule la version prononcée fait foi 6

Centres d'intérêt liés